Version classiqueVersion mobile

Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076). Tome premier

 | 
Thierry Bianquis

Première partie. L’occupation limitée de la Syrie 359-381

Chapitre IV. L’engagement des fatimides en Syrie centrale

Texte intégral

Bakğūr, gouverneur de Damas pour les Fatimides

  • 1 Maqrīzī (107), I, 249-260, Ibn al-Dawādāri, 199-212 ; Ibn al-Qalānisī, 23-33 ; Ibn al-cAdim, I, 17 (...)

1L’année 373, une série d’événements modifièrent considérablement la situation en Égypte et en Syrie. La famine et les épidémies qui frappaient l’Égypte depuis 372 s’aggravèrent en 373, provoquant un mécontentement général contre le pouvoir. La hausse des prix et la disette gagnaient la Syrie, l’Iraq et sans doute les territoires byzantins car, d’après les maigres indications données par les sources, il apparaît qu’un marché unique des céréales s’était institué sur la Méditerranée orientale à partir de l’installation des Fatimides en Égypte1.

2Ibn al-Ğarrāḥ avait été mis en fuite par l’armée fatimide commandée par Rašīq al-cAzīzī à deux reprises, en 371 et au début de 372. Yal Takīn, selon Ibn al-Dawādārī, aurait remporté dans la seconde moitié de 372 une nouvelle victoire sur Ibn al-Ğarrāḥ et, avec un groupe de Turcs, l’aurait poursuivi vers le nord. Ibn al-Ğarrāḥ serait passé à Homs où Bakğūr l’aurait reçu, puis, continuant sa fuite, serait entré en territoire byzantin. Yal Takīn, renonçant à le traquer plus avant, aurait fait demi-tour à hauteur de Damas et serait revenu vers le sud dans le canton des Šarāt, en Jordanie, où il se serait emparé de la ville-forteresse de Karak, qui avait constitué une des bases d’offensive d’Ibn al-Ğarrāḥ. De Karak, il serait remonté sur Damas où il aurait accompli, fin 372 et début 373, la seconde partie de sa mission, arracher Damas aux mains de Qassām. L’épisode de la prise de Karak est absent dans la plupart des sources, ce qui paraît étonnant vu la célébrité du Karak de Moab à l’époque des Croisades. De même, une certaine confusion règne sur les généraux fatimides qui combattirent Ibn al-Ğarrāḥ entre 370 et 373 ainsi que sur le nombre de rencontres, mais tous les historiens s’accordent sur le récit de la fuite d’Ibn al-Ğarrāḥ à Homs, puis en territoire byzantin.

3Une fois en territoire byzantin, Ibn al-Ğarrāḥ fut informé de l’imminence d’une expédition et sachant Bakğūr particulièrement visé par cette attaque que mènerait le général byzantin Bardas Phocas, il s’empressa d’avertir celui qui venait de lui offrir refuge lors de sa fuite devant les Fatimides. L’action byzantine était motivée tout d’abord par un désir de réaffirmer la protection byzantine sur la Syrie du Nord, face à l’attitude agressive de Bakğūr contre son suzerain Sacd al-Dawla et face au défi que représentait la présence près de Damas de la plus puissante armée fatimide depuis la capture d’Alp Takīn par al-cAzīz, cinq ans plus tôt.

  • 2 Ibn al-cAdim, I, 174 : quatre cent mille dirhams d’argent ; Yaḥyā, cité en note : mille dirhams d’ (...)
  • 3 Sur la révolte des deux Bardas, voir Brehier (220), 1969, 178-180 : Ostrogorsky (224), 1983, 322-3 (...)

4Les Grecs avaient besoin d’être assurés de la régularité de paiement du tribut prévu par l’accord de 358. En ğumādā I 371/novembre 981, une armée byzantine avait investi Alep et Sacd al-Dawla s’était engagé à verser annuellement quatre cent mille dirhams, à vingt dirhams le dinar2. Par ailleurs, la révolte de Bardas Skléros, commencée en 365/976 avait représenté un grave danger de rupture interne de l’armée byzantine, découvrant l’Empire sur son flanc sud. Une fois Bardas Skléros prisonnier des Bouyides, une brèche avait été ouverte permettant aux Musulmans d’intervenir dans les affaires byzantines. Marius Canard a montré comment les Bouyides de Bagdad tentèrent d’obtenir, contre la livraison du chef rebelle, que Constantinople se désistât en faveur de cAḍud al-Dawla de sa suzeraineté sur la principauté hamdanide d’Alep ainsi que du droit à percevoir de Sacd al-Dawla un tribut annuel. Perdre au profit du Caire le protectorat sur Alep aurait donc représenté pour les Byzantins l’annulation d’un des atouts qu’ils avaient en main pour récupérer Bardas Skléros. Celui-ci avait été vaincu le 21 šacbān 368/24 mars 979 alors qu’il combattait avec son allié, Abū Taġlib, et depuis cette date avait été détenu par les Bouyides que ne le libérèrent qu’en 376 (fin 986). A cette date, le jeune empereur Basile II venait de juguler une seconde révolte, menée cette fois par le Parakikomène Basile Lecapène et les deux chefs militaires Léon Mélissenos et Bardas Phocas. Il avait nommé Bardas Phocas, duc d’Antioche, pour l’éloigner de Constantinople3.

5Enfin, une troisième révolte éclata après la libération de Bardas Skléros à qui Bardas Phocas demanda son aide et se proclama à son tour, neuf ans après son homonyme, Basileus. Mais les deux Bardas ne surent pas s’entendre et Skléros connut à nouveau la détention, cette fois dans le palais de Phocas. Basile II pour venir à bout de la révolte de l’ancien Duc d’Antioche dut requérir l’aide du Prince Russe Vladimir et hâter la conversion du peuple russe à la religion chrétienne orthodoxe. Phocas fut vaincu et tué ; Skléros, libéré par la femme de Phocas, se proclama à nouveau Basileus. Mais, Basile II obtint son renoncement et lui accorda sa grâce, mettant ainsi fin à près de quinze ans de guerres civiles.

6L’écho de ces révoltes en cascade ne parvint qu’assourdi en Syrie mais leur rappel était indispensable pour faire apparaître que, de 365/976 à 379/989, jamais le pouvoir byzantin ne disposa d’une totale liberté d’action en Orient. Les Hamdanides, les Bouyides, les Fatimides, l’émir Kurde du Diyār Bakr, Bāḏ, puis ses successeurs marwanides, tous les princes musulmans, cherchèrent tour à tour à profiter de la faiblesse relative des Grecs pour modifier en leur faveur les équilibres dans les territoires musulmans proches des frontières de l’Empire byzantin.

***

7La mort de Aḍud al-Dawla avait rendu bien plus hardis les Fatimides dans leur politique syrienne. Ils avaient écarté les deux pouvoirs de fait, Ibn al-Ğarrāḥ et Qassām jusque-là tolérés, afin d’occuper le terrain en Syrie centrale et méridionale dans l’attente d’une action venue du Caire. Puis ils encouragèrent Bakğūr, le maître de Homs, à rompre avec son suzerain hamdanide d’Alep. Sacd al-Dawla avait menacé celui-ci, en 372/982, de lui reprendre le gouvernement de Homs qu’il avait trop bien remis en état. Les Fatimides conseillèrent à Bakğūr d’aller attaquer Alep. En effet, la politique de prudence refusant tout engagement en Syrie du Nord qui avait prévalu au Caire depuis le désastre de Ğacfar ibn Falaḥ, était en cours d’abandon.

8Une fois Sacd al-Dawla châtié, le gouvernement de Damas serait offert à Bakğūr qui pourrait à nouveau faire valoir ses qualités d’administrateur. Il faudrait auparavant qu’il vienne au Caire prêter hommage à son nouveau suzerain. C’était une répétition du plan élaboré sept ans plus tôt pour mettre au service de la dynastie un autre ġulām turc, Alp Takīn. Quant à Yal Takīn qui venait de conquérir Damas, il était prévu qu’il rentre au Caire pour donner un chef au clan des soldats turcs sur lequel s’appuyait Ibn Killis qui, depuis 370/980, s’était efforcé d’écarter les Kutamites des allées du pouvoir.

  • 4 Maimas désigne l’Oronte après sa sortie du Lac de Homs en même temps que la région de jardins que (...)

9Au mois de rabīc II 373/septembre-octobre 983, pendant que Yal Takīn regagnait le Caire avec Qassām, Bakğūr marchait sur Alep à la tête de ses troupes, renforcées par un contingent de Banū Kilāb et par un détachement de l’armée fatimide. Alors qu’il se trouvait sous les murs de la ville, il fut informé par un message d’Ibn al-Ğarrāḥ de l’attaque imminente des Byzantins. Bardas Phocas s’était arrêté quelques jours à proximité d’Antioche pour préparer ses troupes à l’offensive. Bakğūr leva le camp quand les Byzantins se présentèrent devant Alep, le 14 rabīc II 373/25 septembre 983. Pour Yaḥyā d’Antioche, il y eut combat, pour Ibn al-Qalānisī, Bakğūr évita l’affrontement en se retirant sur Homs. Pour les deux sources, l’armée byzantine marcha sur Homs, sur les talons de Bakğūr. Celui-ci passa dans sa ville le temps nécessaire pour ramasser tout ce qu’il y possédait de précieux et en organiser l’expédition à Baalabakk, puis, il se replia sur Ğawsiyya. Les soldats fatimides de Yal Takīn qui se trouvaient avec lui revinrent sur Damas. Bardas Phocas qui avait quitté Alep le 26 rabīc II 373, fit camper ses troupes dans les jardins de Maimas, près de Homs4. Il entra dans la ville pour accomplir ses dévotions dans l’église, puis traversant la Bocquée, il se dirigea sur Tripoli, laissant à Homs un représentant qui devait obtenir des habitants le paiement d’un tribut. Les Homsiotes arguant de la ruine de la ville et de son arrière-pays refusèrent tout versement. Bardas Phocas revint sur ses pas et campa face à la ville. Il fit savoir que tous les citadins qui le désiraient pouvaient quitter librement la ville. Quand une partie de la population eut évacué volontairement Homs, il attaqua la ville qu’il pilla. Il mit le feu à la grande mosquée et à d’autres lieux. Un groupe de résistants se réfugia dans les carrières souterraines en forme de grottes ; il les enfuma et ils périrent asphyxiés. Par contre aucune action hostile ne fut dirigée contre les Arabes des tribus qui campaient à proximité de la ville et contre ceux qui s’étaient réfugiés auprès d’eux.

10Ibn al-Qalānisī qui signale que cette entrée des Byzantins dans Homs eut lieu le 19 ğumādā I 373/29 octobre 983, attribue la conduite brutale de Bardas Phocas à une pression venue de Sacd al-Dawla qui désirait que la base du pouvoir de Bakğūr soit détruite. L’opposition entre le comportement d’Ibn al-Ğarrāḥ signalant à Bakğūr le danger d’une attaque byzantine et celui du Hamdanide s’appuyant sur une telle attaque pour abaisser un pouvoir hostile, situé au sud de sa principauté et en relation avec l’Égypte, fait apparaître clairement les deux systèmes de solidarité indépendants qui existaient, en Syrie du Nord, tournée vers le monde byzantin et la Ğazīra, et en Syrie méridionale, tournée vers l’Égypte et l’Arabie. Sacd al-Dawla participait loyalement au système de protectorat byzantin.

11Les sources offrent des récits divergents sur l’attitude des Ṭayy comme sur celle des Hamdanides. Pour Yaḥyā d’Antioche, Ibn al-Ğarrāḥ et ses hommes combattirent aux côtés des Byzantins à Alep contre Bakğūr. Pour Ibn al-cAdīm, les troupes hamdanides poursuivirent les Byzantins quand ils quittèrent la Syrie et auraient détruit au passage le monastère de Saint Siméon le Stylite. Ce même historien mentionne des négociations entre le Hamdanide et al-cAzīz menées en 371 et 372 pour faire entrer la principauté d’Alep dans la mouvance fatimide.

  • 5 Yaḥyā (45°), XXIII, 406 et suivantes ; Ibn Šākir désigne Nazzāl, même ductus ; Nuwayrī, 46-48 ; Ib (...)

12Même du vivant de cAḍud al-Dawla, alors que la politique fatimide en Syrie intérieure était timide, le souci de maintenir le littoral méditerranéen de la Syrie sous la domination directe de l’Égypte fut une des constantes de l’action militaire du Caire. En 370, une armée maghrébine commandée par al-Šannāği, attaqua Antioche et fut repoussée par le gouverneur byzantin de Lattaquié, Karamuruk. Le gouverneur fatimide de Tripoli, Nazzāl, conduisit une expédition, aidé de son adjoint Yūnus, contre le port de Lattaquié et fit prisonnier Karamuruk5. Nuwayrī rapporte l’arrivée au Caire en rabīc I 372/août 982 d’une lettre du même Nazzāl annonçant qu’il avait pris Lattaquié. En ğumādā II 372/novembre-décembre 982, Nazzāl vint lui-même au Caire avec cinq cents prisonniers grecs. Le choix de gouverneurs militaires énergiques et doués de qualités militaires est un impératif que s’imposa le pouvoir fatimide au ive/xe siècle. Les défenses de Tripoli furent constamment entretenues et on maintint toujours une forte garnison dans le port place-forte contre lequel venaient buter les offensives byzantines.

13Avant de soutenir l’action de Bakğūr contre Sacd al-Dawla, le Caire avait promis au ġulām turc le poste de gouverneur de Damas pour son retour d’expédition. Lorsque la menace byzantine eut disparu, Bakğūr réclama la place. On le fit lanterner. Il est vrai qu’une crise secouait la capitale et faisait de chaque décision l’enjeu de luttes entre groupes de pression. Ibn Killis refusait que l’on accordât Damas à Bakğūr. Al-cAzīz qui s’était engagé par une promesse formelle voulait que sa parole fût respectée. Ibn Killis s’appuyait sur les Turcs dans l’armée, sur les négociants chrétiens et juifs dans la ville et sur tout un réseau commercial fondé sur le négoce avec la Syrie et l’Iraq. La mort de cAḍud al-Dawla lui semblait ouvrir de nouvelles perspectives vers le Tigre. Au contraire, les Maghrébins confinés dans des postes subalternes à l’armée et la population musulmane de Miṣr, touchée par la crise frumentaire qui faisait augmenter le prix des vivres, lui étaient fortement hostiles. Quant aux motifs de l’hostilité manifestée par Ibn Killis à la désignation de Bakğūr comme gouverneur de Damas, les sources arabes ne les mentionnent pas. Sa connaissance des hommes acquise tout au long des expériences de sa vie lui aurait-elle laissé prévoir les excès dont devait se rendre coupable le ġulām turc à Damas ? Cela est peu vraisemblable. Le maintien en place de Qassām longtemps après la chute d’Alp Takīn n’avait pas pu se faire sans l’accord d’Ibn Killis ; les interventions en faveur de l’ancien terrassier que fit à plusieurs reprises l’intendant général de l’armée maghrébine, Manašā ibn al-Furār al-Yahūdī, un proche d’Ibn Killis, ne purent avoir lieu que sur ses ordres ; le refuge que trouva la famille de Qassām dans la synagogue d’al-Baṭāṭīn, au nord-ouest de Damas, témoigne de liens spéciaux entre ce sunnite et la communauté juive ; enfin, le traitement très clément qui fut réservé à Qassām, captif au Caire, confirme qu’il jouissait de hautes protections. Dès lors le refus qu’Ibn Killis tenta d’imposer à la nomination de Bakğūr à Damas ne résulta-t-il pas d’un échec dans des négociations préalables qui auraient concerné les intérêts économiques personnels du vizir à Damas et dans la Ghouta ? La suite de l’histoire n’infirmera pas, bien au contraire, cette hypothèse.

14Pour Yaḥyā d’Antioche, Yal Takīn quitta Damas avec Qassām en rabīc II 373/septembre-octobre 983 ; pour Ibn al-Qalānisī et Maqrīzī, il demeura à Damas pendant l’expédition de Bardas Phocas en Syrie du Nord et ne quitta Damas que le 1er rağab 373/9 décembre 983. Yal Takīn qui était un homme d’Ibn Killis s’était opposé jusqu’au dernier moment au projet de faire de Bakğūr son successeur. Au contraire, Bišāra qui avait servi au côté de Bakğūr dans l’armée hamdanide avait appuyé sa candidature. Jusqu’au dernier moment Ibn Killis fit valoir à al-cAzīz le danger que représentait cette nomination, Bakğūr étant capable de monter une action de rébellion contre le Caire. En fin de compte le vizir dut s’incliner ; il écrivit à l’intendant-général de l’armée afin que celui-ci précisât à Bakğūr de quelle somme il pourrait disposer à son usage personnel et à combien se montait la solde des troupes. Bakğūr prit ses fonctions le samedi 7 rağab 373.

15Ce fut peu après, mais à une date que nous ignorons, qu’Ibn Killis fit empoisonner Alp Takīn. Le ġulām de Mucizz al-Dawla avait-il pris part aux luttes de factions qui sévissaient au Caire, les sources n’en soufflent mot. La réaction d’al-cAzīz fut brutale ; il fit mettre en prison Ibn Killis, al-Faḍl ibn Ṣāliḥ et les frères de celui-ci, au mois de šawwāl 373/mars 984. On saisit chez Ibn Killis cinq cent mille dinars d’après Nuwayrī, cent mille d’après Maqrīzī. Cette arrestation fut suivie d’un pillage des souks par les citadins les plus pauvres et de mesures contre les tributaires juifs et chrétiens, qui prouvent l’exaspération qu’avait suscité, chez les musulmans égyptiens, la rapide progression économique et politique de ceux-ci depuis le début du règne d’al-cAzīz,

***

16Bakğūr fut gouverneur de Damas de rağab 373 à rağab 378. Les sources sont peu prolixes à son sujet. Elles mentionnent essentiellement les conflits qui l’opposèrent aux agents d’Ibn Killis. En effet, Bakğūr savait que le vizir avait agi pour empêcher sa nomination. Il lui en gardait rancune. L’arrestation d’Ibn Killis dut être un baume sur sa blessure mais al-cAzīz, incapable de se passer de son ministre pour administrer ses finances le délivra deux mois après l’avoir emprisonné. L’argent qu’on lui avait confisqué lui fut rendu ; pendant son absence, le Trésor avait payé à sa place les sommes qu’il versait aux pauvres ou aux lettrés qui œuvraient pour lui. On lui restitua le palais fortifié grand comme un quartier qu’il s’était fait construire au Caire et il retrouva toutes ses fonctions officielles.

17Ibn Killis avait un homme à lui à Damas, un juif nommé Ibn Abī’l-cŪd qui administrait les biens fonciers du vizir et qui, par des correspondances régulières, le tenait informé de ce qui se passait dans la ville. Bakğūr se plaignant d’être espionné par lui le fit tuer. Al-cAzīz fut informé de l’affaire par son vizir qui, lui faisant ressortir que Bakğūr avait fait venir à Damas Ibn al-Ğarrāḥ, accusa le gouverneur de Damas de préparer une trahison. Il ne semble pas que l’Imām fatimide ait voulu donner une suite à l’affaire.

  • 6 Ibn al-Qalānisi, 30, « calā qawm kānū yucāširūn al-caṭṭār … min ahl al-cilm wa’l-faḍl, … Ibn al-Ḫa (...)

18En 377, Ibn Killis tenta de faire assassiner Bakğūr. Pour cela il s’adressa à un parfumeur chrétien Ibn Aḫī al-Kuwayyis qui, maladroitement, proposa par écrit à un soldat de la garde de Bakğūr de se charger du crime. Croyant à une provocation, le soldat informa Bakğūr. Celui-ci fit arrêter Ibn Ahī al-Kuwayyis, son garçon de course (son cousin), Ibn al-Kuwayyis qui, pourtant, était innocent et les fit crucifier. Il fit aveugler et chasser de Damas plusieurs personnes qui fréquentaient, lors de réunions culturelles semble-t-il, le parfumeur. D’après les noms cités, il s’agirait plutôt de musulmans6. La répression se déroula en ramaḍān 377/janvier 988. Ibn Killis obtint d’al-cAzīz qu’une armée fût envoyée pour chasser Bakğūr et Ibn al-Ğarrāḥ. Quant à Bakğūr, il persécuta ouvertement tous ceux qui géraient les domaines agricoles que possédait le vizir. Ibn al-Qalānisī ajoute à son récit des méfaits de Bakğūr contre les agents d’Ibn Killis une phrase dans laquelle il précise que Bakğūr se livra dans la ville à la pire des tyrannies. Ibn cAsākir dans la courte biographie qu’il consacre à Bakğūr Abū’l-Fawāris al-Turkī rapporte qu’il se conduisit en tyran injuste et qu’il amassa des biens à son usage. Maqrīzī par contre livre un détail intéressant lorsqu’il écrit que Bakğūr agit contre son secrétaire, Ibn Abī’l-cŪd al-Yahūdī, et fit en sorte que quelques-uns des « jeunes gens », qui avaient été des compagnons de Qassām, tuassent celui-ci pendant une absence de Bakğūr qui s’était rendu dans le Hauran. Ibn Abī’l-cŪd étant kātib de Bakğūr, aurait aisément contrôlé son courrier et sa comptabilité et en aurait informé son patron, Ibn Killis. Le meurtre aurait été accompli en l’absence de Bakğūr pour lui fournir un alibi. Les anciens compagnons de Qassām auraient continué à jouer un rôle à Damas après le départ de celui-ci. Les rapports entre les « jeunes gens » et les milieux israélites de Damas qui étaient bons au temps de Qassām se seraient ensuite détériorés. Les propriétés agricoles que possédait Ibn Killis étaient situées soit dans la Ghouta soit dans le Hauran pour être contrôlées par des agents résidant à Damas. L’existence d’un racket organisé par les « jeunes gens » proches de Qassām sur la campagne de Damas peut expliquer la protection accordée par Ibn Killis à celui-ci en contrepartie d’une assurance de calme lors des récoltes. La Ghouta et le Hauran étaient alors de grandes régions productrices de blé et le prix du blé monta régulièrement de 370 à 374 dans toute la région. Le blé voyageait de Syrie en Égypte ou d’Égypte en Syrie selon les quantités récoltées dans les deux provinces qui climatiquement étaient indépendantes ; le transport se faisait par bateau de Tripoli à Tinnis ou directement au Caire. Le soin mis à défendre le port de Tripoli pourrait s’expliquer de la sorte.

19L’étendue territoriale du pouvoir de Bakğūr n’est pas précisée par les sources. L’oasis de Damas, le Hauran et la Batanée dépendaient traditionnellement du gouverneur de Damas. Par contre, le littoral à l’ouest de la chaîne du Liban dépendait des gouverneurs des ports-forteresses, même alors qu’ils étaient inclus dans les limites géographiques du ğund de Damas, comme Tyr, Sayda, Beyrouth, Gubayl, Tripoli. Les nombreuses forces militaires terrestres et maritimes qui défendaient le littoral étaient regroupées sous un commandement unique et leur chef résidait à Tripoli au côté du gouverneur de la ville, en certaines périodes du moins. A l’époque d’al-Hākim, un commandement de l’armée de Syrie sera accordé à des chefs militaires fatimides résidant à Damas mais différents du gouverneur militaire de la ville. Aucun texte théorique sur la division des tâches en province n’est parvenu jusqu’à nous et les déductions qui peuvent être faites en observant ce que les sources nous rapportent des fonctionnements n’ont de valeur que pour la période décrite : la situation peut y être normale ou exceptionnelle et les sources ne le signalent pas puisque pour les contemporains la réponse à cette dernière question était évidente. D’une manière générale, l’organisation de la défense des provinces de l’Empire fatimide ne dut jamais être structurée sur des textes réglementaires mais constamment modifiée pour être adaptée aux circonstances et aux hommes en place ; l’historien contemporain accoutumé à travailler sur des chroniques arabes médiévales décrivant cet ajustement constant d’institutions demeurées à l’état d’ébauche devant les impératifs de la situation découvre avec un étonnement mi-admiratif, mi-dubitatif, la hiérarchie et les titres sonnants de l’administration provinciale byzantine.

  • 7 Ibn al-Dawādārī, 217 ; Maqrizi (107), I, 259.

20Maqrīzī rapporte que Bakğūr fit de son ġulām Waṣīf al-Turkī, un gouverneur de Baalabakk, au début de son pouvoir à Damas. En 376, d’après Ibn al-Dawādārī, Bakğūr envoie le même Waṣīf comme gouverneur de Raqqa ; la ville était jusque là entre les mains d’un ḥāğib, chambellan, qui avait été nommé autrefois par cAḍud al-Dawla7. Se sentant près de sa fin, cet homme âgé avait écrit à Bakğūr qu’il était prêt à lui livrer la ville, ou sinon, qu’il l’offrirait à al-cAzīz. Waṣīf administra donc la ville au nom de Bakğūr qui gouvernait à Damas au nom d’al-cAzīz. Qu’advint-il alors de Baalabakk ? Pas plus que sur le sort de Homs après le départ de Bakğūr, les sources entre nos mains ne nous renseignent. Pour Homs, Marius Canard affirme qu’elle revint au Hamdanide d’Alep ; les sources n’en disent rien mais c’est ce que semble prouver la suite des événements.

***

21La répression de ramaḍān 377 fut suivie par un redoublement de mesures vexatoires prises à l’encontre des agents (wukalā’) d’Ibn Killis et d’Ibn Abī’l-cŪd al-Ṣaġīr, frère de celui qu’avait tué Bakğūr et administrateur des affaires financières de l’État fatimide à Damas. Ibn Killis obtint d’al-cAzīz la décision de changer le gouverneur de Damas. Bakğūr avait prévu la décision et d’ailleurs il se sentait mal à l’aise dans la ville où il comptait de nombreux ennemis. Le transfert, en 376, de son ġulām Waṣīf de Baalabakk à Raqqa correspondait à la mise en place d’une position de repli.

22Pourtant Bakğūr était bien décidé à se défendre à Damas. Quand il apprit qu’une armée destinée à le déloger était en train d’être réunie au Caire, il fit appel aux Arabes des principales tribus de Syrie pour l’aider à se défendre. Les Ṭayy d’Ibn al-Ğarrāḥ avaient repris l’envahissement des terres cultivées (al-sawād) de la rive gauche du Jourdain que Bišāra, le gouverneur de Tibériade, avait renoncé à défendre faute de troupes. Ils vinrent en aide à Bakğūr ainsi que d’autres yamanites, les Banū Kalb d’Ibn cUlayyān al-cAdawī qui fournirent cavaliers et fantassins. Bakğūr reçut également le concours de trois cents hommes des Banū Ğacfar b. Kilāb, réalisant pour la première fois la réunion des trois grandes groupes tribaux de la steppe, tant yamanites que qaysites, tous opposés à l’entrée d’une armée régulière dans ce qu’ils considéraient être leur domaine. Les Fatimides allaient avoir à plusieurs reprises l’occasion de combattre une telle coalition.

  • 8 Ibn cAsākir, ZA, XVII, 127 r° et v° ; Ibn al-Qalānisi, 30 et 40 ; Yaḥyā, XXIII, 433-436 ; Maqrizi (...)

23L’armée qui sortit d’Égypte était commandée par un eunuque slave appartenant à Ibn Killis, Munir8. En arrivant en Syrie il reçut l’appui de Bišāra. On écrivit à Nazzāl, gouverneur de Tripoli, de marcher avec ses troupes sur Damas. Munīr passa deux mois à al-Fawwār et y reçut des contingents des tribus qaysites des plateaux de Amman, Fazāra et cUqayl, tribus qui avaient à souffrir de l’expansion des Ṭayy. L’attaque contre Bakğūr eut lieu le 15 rağab 378/29 octobre 988 ; la bataille se déroula à l’ouest de Damas. Les deux généraux fatimides avaient revêtu une cuirasse complète de fer, fait que signalent les sources et qui devait constituer une nouveauté. Tous deux, Munir et Bišāra, se tenaient parmi leurs hommes qui chargeaient, repoussant les cavaliers de Kalb vers les vergers entourés de murs de terre de Dārayā. Cette journée vit la défaite des alliés de Bakğūr mais il semble que celui-ci n’était pas encore intervenu avec sa cavalerie turque. En effet, Nazzāl, avec six mille hommes, était attendu et Bakğūr savait qu’il ne pourrait résister devant le nombre de ses assaillants. La population de Damas lui était hostile. S’il voulait continuer une carrière indépendante, il lui fallait sauver ses ġulām. Il décida donc de négocier et ce fut encore une fois l’intendant-général de l’armée, Manašā ibn al-Furār qui se fit l’intermédiaire entre le rebelle et le commandant militaire, Munīr. Un amān fut accordé et le mardi, lendemain du combat, Bakğūr quitta subrepticement Damas en compagnie d’Ibn al-Ğarrāḥ. Ils partirent vers l’est et firent étape à Ḥisn Hawwarin, entre Qaryatayn et Ṣadad, sur la route de Palmyre, puis Bakğūr se rendit à Raqqa.

24Munīr entra à Damas, le jeudi matin, dès que la nouvelle du départ de Bakğūr s’ébruita ; il fut bien accueilli par la population et par quelques centaines de soldats que Bakğūr avait abandonnés là sans les prévenir et qui se rallièrent à al-cAzīz. Le même matin, Nazzāl arriva avec son armée. Munīr le blâma pour sa lenteur qui avait permis à Bakğūr de ne pas être totalement défait. Manašā fut convoqué au Caire par Ibn Killis qui lui reprocha violemment de ne pas s’être emparé de Bakğūr qui demeurait une menace contre les forces fatimides en Syrie. Ibn al-Qalānisī qui rapporte la discussion, met comme excuse dans la bouche de l’intendant-général, la supériorité militaire des Arabes des tribus et des hommes de Bakğūr, hommes combattant avec des cottes et des cuirasses et des chevaux rapides (wa hum aṣḥāb durūc wa ğawāšin wa ḫayl subbaq). C’est là un indice du retard pris par l’armée fatimide par rapport aux nouveaux modes de combat adoptés par la cavalerie lourde cuirassée. Du côté des Fatimides, il semble que seuls les deux généraux portaient une cuirasse complète alors que face à eux des escadrons entiers en étaient munis. La transformation d’une cavalerie légère maniant le sabre en cavalerie lourde maniant la lance et le sabre impliquait, outre l’achat des armes adéquates, le renouvellement des chevaux par l’acquisition de bêtes plus puissantes et plus résistantes et l’apprentissage d’une nouvelle forme d’escrime qui ne pouvait être pratiquée que par des hommes jeunes et très vigoureux. Un tel changement ne pouvait être effectué que sur un temps relativement long ; al-cAzīz consacra beaucoup d’argent à moderniser son armée qu’il aimait à passer en revue.

25Pourtant, la négociation qui permit à Bakğūr de quitter Damas sans dommage, le long délai qui s’écoula entre la sortie de l’armée d’Égypte et l’attaque de Damas, le retard providentiel de Nazzāl, collègue de Bakğūr depuis six ans, le fait, rapporté également par Ibn al-Qalānisī, que Bakğūr, une fois à Raqqa, se fit envoyer ce qu’il avait laissé derrière lui à Damas, tout témoigne du désir d’un certain nombre de chefs militaires ou civils fatimides de ne pas accabler l’ancien ġulām de Sacd al-Dawla. Les méfaits qui lui sont attribués lors de son séjour à Damas étaient plus tournés contre les intérêts privés d’Ibn Killis que contre l’État fatimide. Ce que rapportent les sources n’est sans doute que ce qui fut publié, mais il y eut peut-être d’autres négociations tenues secrètes ; Bakğūr disposait de moyens financiers importants qui lui permettaient d’acheter certaines négligences. Assez curieusement, Ibn Killis fit savoir à Bakğūr, installé à Raqqa, que l’expédition de Munīr n’avait pas été dirigée contre lui mais contre Ibn al-Ğarrāḥ, que Bakğūr pouvait bien conserver ses exploitations agricoles et ses récoltes pourvu qu’il ne s’en prenne pas à celles des autres qui avaient besoin des leurs. Décidément les denrées agricoles étaient l’enjeu principal de toute la politique syrienne d’Ibn Killis.

***

  • 9 Canard (6), 572 et suivantes ; cUqayl, EI 1, III, 1039 ; Ibn al-Aṯir, (75), IX, 31, 35, 38, 54, 70 (...)

26Bakğūr à Raqqa se trouvait sur le territoire du Diyār Muḍar, partie de la Ğazīra que le prince hamdanide, Abū Taġlib, maître de Mawṣil avait prise à Abū’l-Macālī, prince d’Alep ; lors de la fuite d’Abū Taġlib, cAḍud al-Dawla, le bouyide de Bagdad, y avait installé un ġulām à lui. Après la mort de cAḍud al-Dawla, ses successeurs à Badgad eurent de grandes difficultés à établir fermement leur autorité. Ils furent incapables d’empêcher la constitution de nouvelles principautés autonomes en Haute Ğazīra où Kurdes et Arabes des tribus s’affrontaient et ne reconnaissaient aucune prééminence aux Daylamites, installés en Iraq et impuissants à les protéger contre les offensives des Byzantins et des Arméniens. Bakğūr tenta de jouer de la position de Raqqa, entre Mawṣil et Alep, entre Mayyāfāriqīn et Damas, entre le Caire et Bagdad, pour se trouver des alliances. Ibn Ḥawqal, vers le milieu du ive siècle de l’Hégire notait déjà l’occupation alternée de certaines parties du Diyār Rabīca par les Kurdes descendus des montagnes du nord et par les Arabes des tribus qaysites venus des steppes de Syrie et d’Iraq. La défaite du Hamdanide de Mawṣil, Abū Taġlib ibn Nāṣir al-Dawla, puis sa mort en Syrie, le retour définitif en territoire byzantin de Bardas Skléros, la mort de cAḍud al-Dawla et son remplacement à Bagdad par des princes bouyides moins ambitieux et moins efficaces, avaient laissé face à face ces deux forces. Bahā’ al-Dawla succéda à Bagdad à Šaraf al-Dawla en 379 et il autorisa deux frères d’Abū Taġlib, Abū cAbd Allāh al-Ḥusayn et Abū Ṭāhir Ibrāhīm, à rentrer à Mawṣil en 380 ; ils tentèrent d’y réinstaller un émirat hamdanide et s’appuyèrent sur les Arabes des tribus de cUqayl et de Numayr. L’émir kurde Bāḏ, Abu cAbd Allāh al-Ḥusayn ibn Dustak, maître du Diyār Bakr depuis la libération de Bardas Skléros en 376, alla attaquer Mawṣil qu’il convoitait. C’était à Bāḏ que Bakğūr avait tout d’abord demandé secours9.

  • 10 Ibn al-Qalānisī, 31 ; Maqrizi (107), I, 260.

27Bakğūr, tout en suivant les événements de Ğazīra, se préoccupait de trouver un fief plus honorable que Raqqa. Pour cela, il écrivit tout à la fois au Bouyide de Bagdad, au Hamdanide d’Alep et au Fatimide du Caire. C’est en faveur de ce dernier qu’il faisait prononcer l’invocation à la grande mosquée de Raqqa. En effet, la rupture n’était pas consommée avec al-cAzīz. Bakğūr, une fois à Raqqa, avait pu percevoir le ḫarāğ de Damas pour l’année en cours. Il désirait se voir attribuer Homs à nouveau par Sacd al-Dawla et il savait que cela ne serait possible qu’avec l’accord du Caire, où il avait gardé de forts appuis. Mais Ibn Killis le surveillait et ne voulait pas le voir revenir chasser sur ses terres. Ayant sans doute peur qu’al-cAzīz cède à nouveau à l’admiration que lui inspirait les qualités militaires du ġulām turc, Ibn Killis monta de son propre chef une opération destinée à détourner Bakğūr de son projet. Il chargea un de ses ġulām, Nāṣīḥ al-Ṭabbāḫ, qui se trouvait à Amman de ce qu’on qualifierait aujourd’hui d’une action de commando10. Nāṣīḥ gagna avec quelques hommes Homs en passant par la steppe et sans se faire voir de qui que ce soit. Un groupe de ġulām de Bakğūr se trouvait dans la ville. Sacd al-Dawla informé par ses agents de renseignements que quelque chose se préparait contre les hommes de Bakğūr, les avertit de quitter en hâte la ville. Ils le firent et tombèrent entre les mains de Nāṣīḥ qui s’en empara avec tout ce qu’ils transportaient.

***

  • 11 Canard (6) 574 ; ce personnage fit dire la ḫuṭba en faveur d’al-cAziz pendant quelque temps alors (...)

28L’année 380/990-991 vit la mort du chef kurde Bāḏ lors de l’investissement de la ville de Mawṣil. Les deux frères Hamdanides avaient obtenu l’aide d’Abū’l-Dawwāb Muḥammad ibn al-Musayyib, émir des Banū cUqayl11. Il devait recevoir en contrepartie Ğazīrat Ibn cUmar, Nasibin, Balad et d’autres places. Les Banū cUqayl parvinrent à surprendre les Kurdes de Bāḏ qui furent contraints à une retraite précipitée. Pendant celle-ci, Bāḏ tomba à terre alors qu’il changeait de cheval à la course. Son neveu, Abū cAlī al-Ḥasan ibn Marwān, essaya en vain de le hisser sur son propre cheval, mais il dut abandonner son oncle qui avait la clavicule cassée. Il fut retrouvé par un bédouin qui lui coupa la tête et la porta aux deux Hamdanides qui lui en payèrent grand prix. Ils conservèrent par devers eux cette tête pour la montrer lors d’un tournée des places de Bāḏ qu’ils allaient effectuer et ils firent clouer la dépouille du Kurde sur le Dār al-Imāra de Mawṣil. Le peuple de la ville s’empara de ce corps et lui donna une sépulture honorable car Bāḏ avait été un ġāzi, un courageux soldat des frontières de l’Islam.

29En 380 également, le 5 ou 6 ḏū’l-ḥiğğa/23 ou 24 février 991, mourut au Caire le vizir d’al-cAziz, Yacqūb b. Yūsuf Ibn Killis, dont la forte personnalité marqua les débuts de l’Empire fatimide en Égypte. Si Ğawhar fut le fondateur de sa puissance militaire et territoriale, Ibn Killis fut responsable de son organisation fiscale et financière, puis, sous le règne d’al-cAzīz, il fut le maître réel du pouvoir, notamment en ce qui concernait la politique orientale où la première place était occupée par la Syrie. C’est à cette province qu’il consacra ses dernières recommandations, faites à l’Imām fatimide, sur son lit de mort. Ces quelques phrases ont été souvent commentées mais il était impossible de ne pas les citer ici, une nouvelle fois. Après un échange de propos sentimentaux entre le maître et son serviteur fidèle, propos traditionnellement tenus avant un départ définitif, le vizir dit au souverain :

« Laisse les Byzantins en paix comme ils t’ont laissé en paix.
« Contente-toi de la part des Hamdanides qu’ils invoquent le
« Ciel pour toi dans leurs prières et qu’ils frappent monnaie
« en ton nom. N’épargne pas al-Mufarriğ b. Daġfal Ibn al-
« Ğarrāḥ si jamais se présente à toi l’occasion de lui régler son
« compte ! »

30Ce conseil donné par un homme déjà détaché d’un monde, qu’il allait quitter, ne pouvait être motivé que par l’intérêt général. Al-cAzīz ne mourut que six ans plus tard et, malgré la dévotion qu’il témoigna au souvenir de son vizir, la politique qu’il mena s’éloigna en tout point de la ligne tracée par lui.

Ibn Killis et la politique fatimide en Syrie de 358 à 380

31La mort d’Ibn Killis marque la fin d’une époque où la politique de l’État fatimide vis-à-vis de la Syrie fut avant tout celle d’un homme. Si elle apparaît parfois fluctuante, cela est dû au pragmatisme et à l’empirisme procédant à travers une analyse quotidienne du possible qui marquait l’action d’Ibn Killis, même si celui-ci avait placé cette action au service d’un projet idéologique et utopique, celui d’un espace musulman entièrement régi par l’imamat fatimide.

32Né à Bagdad en 318 d’une famille juive prétendant descendre d’Aaron frère de Moïse, Ibn Killis reçut une bonne éducation, langue, littérature et comptabilité. Il partit avec son frère faire du commerce en Syrie et son premier voyage en Égypte remonte à 331 alors qu’il avait treize ans. Puis il exerça la fonction d’agent commercial à Ramla. D’après certains écrivains arabes, dont deux Damascains, Ibn cAsākir et Ibn al-Qalānisī, il fut dans l’incapacité de rembourser des dépôts d’argent que des marchands lui avaient confiés et il dut s’enfuir en Égypte. Ce fut là péché de jeunesse qui n’obéra pas son avenir car il revint à plusieurs reprises en Palestine pour des affaires financières ou commerciales et il s’y fit remarquer par une honnêteté ostentatoire.

33En Égypte, il commença une seconde et très brillante carrière. Ses connaissances étaient appréciées dans un pays en retard sur l’Iraq quant à l’enseignement de la langue arabe et de la comptabilité. Sa mémoire et son intérêt pour les productions agricoles firent sa réussite. Il fut connu pour avoir en tête la liste des grands domaines agricoles d’Égypte, leur production, leur rendement financier. Kāfūr, le maître de l’Égypte, lui confia la gestion de ses intérêts privés, diwān al-ḫāṣṣ, et Ibn Killis ayant astucieusement manœuvré pour lui faire constater son absolue honnêteté, il lui délégua un contrôle officieux des recettes et des dépenses de l’État. Tant qu’Ibn Killis conservait la confession israélite, Kāfūr ne pouvait faire de lui son vizir. Ibn Killis se convertit solennellement, en 350, selon certains, en 356, selon d’autres ; cette dernière date est plus vraisemblable car la conversion dut survenir peu de temps avant la mort de Kāfūr. Le vizir en place, Abū’l-Faḍl Ğacfar b. al-Faḍl Ibn al-Furāt, dit Ibn Ḥinzāba, d’une vieille famille vizirale d’Iraq et d’Égypte, vit d’un mauvais œil l’intrusion d’un nouveau venu dans un domaine jusque-là réservé. Ibn Killis était plus intelligent et plus actif que le vizir en place et il connaissait mieux la réalité économique de la campagne égyptienne, de la Syrie méridionale et de l’Iraq. Dès la mort de Kāfūr, Ibn Ḥinzāba fit emprisonner Ibn Killis qui dut emprunter de l’argent pour racheter sa liberté et rejoindre les Fatimides. Sous al-Mu’izz, l’activité d’Ibn Killis au service de l’État fatimide fut avant tout fiscale. D’après l’écrivain chrétien Abū Ṣāliḥ, le revenu annuel dont disposait Aḥmad ibn Ṭūlūn au iiie/ixe siècle était de cinq millions de dinars. Quant à Kāfūr, il tirait de l’Égypte et de ses dépendances syriennes, trois millions et quart de dinars. Les dépenses dépassaient alors de deux cent mille dinars les recettes. Yacqūb ibn Killis parvint à faire remonter les recettes à quatre millions de dinars.

  • 12 EI2, III, 791 ; Yaḥyā, XVIII, 811-812 ; Ibn Duqmāq, IV, 10, sa maison dans la rue des Iraqiens ; M (...)
  • 13 Les références sur Ibn Killis sont donnée » p. 103, n. 1.

34En 364, Ibn Killis obtint de se voir confier la perception du ḫarāğ ; à cette date, il avait donc constitué une fortune personnelle suffisante pour prendre à ferme une telle charge12. L’année suivante, ses occupations13 étaient si contraignantes qu’il renonça à se rendre au siège officiel des diwān qui étaient sans doute demeurés dans la Dār al-Imāra jouxtant la mosquée d’Ibn Ṭūlūn. Certains livres de comptes de l’État furent portés à son domicile.

35Il fut l’un des trois dignitaires de l’État qui assistèrent al-Mucizz dans ses derniers instants. Il semble qu’ils aient essayé de tenir hors de la pièce Ğawhar, le fidèle entre les fidèles, l’esclave d’al-Mucizz. Certaines sources mettent sur le compte dTbn Killis l’effacement de Ğawhar après la mort d’al-Mucizz et son long maintien dans une position impossible en Syrie. Pourtant, lorsqu’au retour d’Ascalon, Ğawhar signala l’incapacité et l’indiscipline des troupes kutamites, ce fut Ibn Killis qui conseilla une réforme de l’armée et une revanche immédiate sur Alp Takīn à al-Mucizz, venant en aide à Ğawhar qui était en position difficile après son humiliation. D’ailleurs Ğawhar montra à la mort d’Ibn Killis un grand chagrin ; malicieusement les sources disent qu’il pleurait sa propre mort ; en effet, il ne devait survivre qu’un an au vizir. En fait, Ğawhar, homme sincère, courageux et loyal, très près des soldats et du peuple était l’homme qu’il fallait pour asseoir le pouvoir d’al-Mucizz sur l’Égypte, car cet imām, méfiant, retors, ne savait guère parler aux gens et préférait se retirer loin du monde pour garder son aura et méditer sa stratégie. Ibn Killis, homme réaliste, grand connaisseur de l’Orient, excellent financier, tête froide qui savait équilibrer la défense de ses intérêts personnels et de ceux de son souverain, était celui qui convenait pour modérer la générosité ostentatoire et aveugle d’al-cAzīz et pour mettre en garde sa naïveté face aux pièges qui lui étaient tendus.

36D’après Nuwayrī, il fut nommé vizir par al-cAzīz le 18 ramaḍān 368/19 avril 979 ; pour Ibn cAsākir, sans doute moins bien renseigné, il aurait occupé cette fonction dès l’avènement d’al-cAzīz en 365. De même selon les sources, l’amende qui lui fut infligée lors de son arrestation en 373 et dont le montant lui fut restitué quelques mois plus tard, lors de son élargissement, se monta à cent mille ou à cinq cent mille dinars.

***

37Yaḥyā d’Antioche reconnaît à ibn Killis, comme toutes les sources, son intelligence et son esprit rusé mais il insiste également sur ses qualités politiques d’homme d’État. L’examen des principes qui guidèrent son action dans différents domaines et des résultats auxquels il parvint, même si parfois il paraît s’éloigner des seuls problèmes syriens, est indispensable pour dresser un bilan de la présence fatimide en Orient lors de la mort du vizir, mort qui clôt une étape relativement cohérente.

38Ibn Killis a assuré l’aisance financière du régime. Alors que le calife abbasside et le Bouyide se débattaient à Bagdad dans des difficultés inextricables pour solder leurs troupes et assurer la vie quotidienne de cours très réduites, les Fatimides purent entretenir une armée nombreuse, bâtir la ville du Caire et y faire vivre dans le luxe une foule de dignitaires religieux, civils ou militaires. La levée des impôts se fit avec une efficacité redoutable : sous al-Mucizz, en 363, on leva deux cent soixante dix mille dinars (soit environ une tonne d’or fin) en deux jours, sous al-cAzīz, deux cent vingt mille dinars en trois journées. Il s’agissait, il est vrai, de records, que tels des sportsmen, les fermiers d’impôts tentaient d’égaler ou de dépasser.

  • 14 Maqrīzī (107), sous les années citées.

39Outre le ḫarāğ, le Trésor recevait les tributs des provinces de l’Empire ou du pays allié comme la Nubie. Dès 364, Abū Maḥmūd envoyait des charges de numéraires de Syrie. En 368, l’émir ziride d’Ifriqiya, Abū’l-Futūḥ, expédia au Caire le tribut et les cadeaux annuels et il y joignit quatre cent mille dinars d’or qu’il avait levés comme amende sur la population de Kairouan. En 380, l’année de la mort d’Ibn Killis, l’argent du tribut (māl al-mawsim) de Syrie parvint au Caire. Le numéraire constituait à lui seul la charge de soixante bêtes de somme14.

  • 15 La description des trésors pillés dans le palais du Caire sous al-Mustanṣir dans les quatre années (...)

40Les dépenses de leur côté s’étaient accrues, celles de la Cour, celles des diwān, celles, énormes, de l’armée. Lorsque le cadi d’al-Manṣūriyya vint, avec l’accord d’al-cAzīz, vivre au Caire, on lui versa pour vivre avec sa famille une pension annuelle de mille dinars. En 369, Ibn Killis eut un fils, al-cAziz lui envoya dix mille dinars d’or outre des cadeaux pour une valeur de cent mille dinars. La même année, l’Imām versa à une femme qu’il épousa une dot de deux cent mille dinars et paya au notaire qui avait rédigé l’acte mille dinars. Des subventions étaient versées hors d’Égypte, aux villes saintes, aux chérifs, aux noyaux ismaïliens dans tout le monde islamique. Il n’est donc pas assuré que le solde positif des recettes par rapport aux dépenses ait laissé des réserves de métal précieux monnayable, considérables. En effet, une quantité importante de métal précieux était retirée des circuits monétaires pour la fabrication de brocarts d’or et d’argent, de tissus lamés, d’aiguières et d’autres objets précieux qui s’entassaient dans les réserves du Palais15. L’accroissement du flux monétaire circulant en Égypte, notamment à Fusṭāṭ et au Caire, fut hors de proportion avec tout ce qui avait pu précéder depuis la conquête islamique. Ibn Killis fut le principal artisan de cette réussite financière de l’État fatimide en Égypte. Mais lorsqu’il eut disparu, ses successeurs oublièrent que cette opulence se fondait sur des facteurs aisément réversibles.

***

  • 16 Thème développé dans Bianquis (167).

41Les historiens, fascinés par l’or fatimide, ont oublié le blé. La réussite de l’implantation du nouveau régime n’aurait pas été possible sans la remise en marche et le perfectionnement des circuits d’approvisionnement de Miṣr-Fusṭāṭ. A l’arrivée de Ğawhar, en 358, l’Égypte traversait la plus grave crise frumen-taire qu’elle avait connue depuis plus d’un siècle, crise qui n’avait cessé d’empirer depuis 353 et qui touchait la péninsule arabique ; le pèlerinage n’était plus organisé depuis 353 parce que les gîtes d’étape n’étaient plus approvisionnés et que les Bédouins affamés étaient particulièrement agressifs contre les caravanes. Or, dès 363, les plus grosses difficultés étaient résolues en Égypte et l’année suivante le réapprovisionnement des villes saintes permettait à l’État fatimide de mettre la main sur le hağğ. Le retour à la normale des crues du Nil y était pour beaucoup et des crues insuffisantes créèrent de nouvelles difficultés dans les années 370. Une tension constante sur le marché des céréales est signalée ; les prix s’envolaient dès que les crues étaient insuffisantes ou que les pluies n’avaient pas débuté en Syrie, au mois de décembre. En effet, la population de l’Égypte s’était accrue d’un nombre très grand d’improductifs, soldats, négociants, fonctionnaires, hommes de mosquée, courtisans, ce qui fit éclater Fusṭāṭ hors de ses anciennes limites, et assura le peuplement du Caire. Les sources ne relèvent pas de promotions à des fonctions urbaines de paysans musulmans égyptiens, sauf des cas individuels signalés comme exceptionnels. Les Coptes furent plus favorisés mais à travers l’œuvre des géographes comme à travers la chronique d’al-Musabbiḥī, la population de Miṣr-Fusṭāṭ paraît avant tout composée d’immigrés ou de descendants d’immigrés des régions orientales du monde islamique, Ğazīra, Syrie, Iraq. Des Maghrébins, des Noirs, des Turcs peuplaient le Caire et les casernes entre les deux villes. D’une manière générale, la population de l’Égypte s’accrut d’un grand nombre d’habitants qui ne relevaient pas du secteur primaire, et ne participaient pas à la production de biens agricoles. La plupart de ces nouveaux Égyptiens avaient accès au circuit monétaire plus généreux mis en place par le nouvel État et disposaient de numéraire pour payer, ou pour surpayer en cas de crise, leurs achats alimentaires. Cela explique la nervosité des prix, le rapprochement des crises et le développement d’une spéculation sur les grains16.

42Ibn Killis était un expert en productions agricoles et en négoce. Il était originaire de Bagdad, ville gigantesque et surpeuplée où les problèmes d’approvisionnement se posaient de manière aiguë : lorsque les Bouyides négociaient avec un prince de Mawṣil, ils exigeaient, en même temps que le tribut, des assurances sur la régularité avec laquelle le blé de Ğazīra serait livré à la capitale iraqienne. Ibn Killis, comme homme d’État, eut à se préoccuper de l’organisation des circuits céréaliers, en Égypte, entre la Syrie productrice et l’Égypte pour assurer la tranquillité des sujets, entre l’Égypte productrice et Byzance ainsi que l’Arabie, consommatrices, à des fins de politique extérieure. Comme simple particulier, le vizir, propriétaire de biens-fonds en Syrie, bénéficiaire d’iqṭāc en Égypte, put, comme devait le faire tout négociant avisé en période de disette, spéculer sur les grains. Les années 372-376 connurent des prix élevés sur le froment, il n’est donc pas étonnant que les différends entre Ibn Killis et Bakğūr aient porté avant tout sur la gestion de domaines agricoles.

***

  • 17 EI2, II, 1010b « il y a de nombreuses correspondances venant de Palestine et des ports de Syrie et (...)

43Conséquence ou cause de la réussite de l’implantation fatimide en Égypte, de nouveaux itinéraires se développèrent aux ive-ve/xe-xie siècles. Ils concernaient des marchandises non-pondéreuses et permettant des gains élevés sur des volumes réduits. Ces mouvements sont signalés par Goitein et ceux qui utilisèrent comme lui les archives de la Geniza du vieux Caire. Ils sont également relevés par les historiens qui travaillent sur les sources arabes de la Haute Égypte et de la Mer Rouge, comme Jean-Claude Garcin. D’après Goitein, les marchands juifs de Miṣr dont les lettres ont été conservées, étaient en relation avec le Maghreb, avec la Syrie méridionale et littorale, avec Aden et l’Inde. Il est curieux de constater que les Fatimides venaient du Maghreb, occupèrent l’Égypte et la Syrie méridionale et littorale et entretinrent des missionnaires ismaïliens au Yaman et en Inde. Par contre, Goitein précise que dans sa documentation, les mentions de Damas et de l’Iraq sont plus rares17. Or, les chroniqueurs arabes médiévaux donnent des exemples de l’activité de juifs iraqiens ou syriens en Égypte et Ibn Killis avait des correspondants juifs à Damas ; lui-même, venant d’Iraq, avait établi négoce en Palestine puis en Égypte. Ce pourrait être l’indice de l’existence de plusieurs communautés juives, assez autonomes, à Miṣr, dont une seule a laissé des archives conservées à la Geniza.

  • 18 Maqrīzī (107), I, 227.

44Une anecdote rapportée par Maqrīzī, d’après Ibn Sacīd, témoigne de la réalité du commerce transitant par Aden. Al-Mu’izz avait demandé à un certain Ibn al-Suwadkī ( ?) de lui procurer un tronc ayant des caractéristiques rares de qualité et de taille. Il fut informé par ledit personnage, deux mois plus tard, que celui-ci avait reçu une réponse du commerçant à la Mekke à qui il avait écrit. Le correspondant de ce dernier à Aden avait expédié la bille de bois qui allait arriver incessamment à Qul-zum. Ce bois étant destiné par al-Mucizz à la confection de son cercueil, le souverain vit dans la rapidité de livraison de sa commande un triste présage et cinq mois plus tard, il décédait. Dès 364/975, il existait des réseaux commerciaux efficaces entre l’Océan Indien et l’Égypte, avec des relais humains au Ḥigāz et des entrepôts à Aden18.

***

45Ibn Killis a de tout temps fasciné les historiens car il représente un des types les plus accomplis d’homme d’État médiéval. Ce n’était ni un ancien esclave, ni un ancien militaire, ni un ancien petit secrétaire de diwān, ayant gravi tous les échelons de l’administration, ni un membre de ces grandes familles vizi-rales comme les Banū’l-Furāt ou les Banū’l-Maġribī, qui naissaient avec un édit d’investiture dans leur berceau. On dirait aujourd’hui qu’il arrivait du secteur privé et qu’il y garda toujours un pied. Il géra les finances de l’État fatimide en cherchant avant tout à accroître les recettes plutôt qu’à diminuer les dépenses.

46A partir de 368 et surtout de 370, l’action d’Ibn Killis fut plus spécifiquement politique. Ce fut sous son influence que l’on assista à un désengagement relatif au Maghreb et en Sicile alors qu’un intérêt accru était porté à la Syrie et aux relations avec Byzance. Il a déjà été signalé que sa confiance étant réduite en la valeur de l’armée, il évita d’engager celle-ci trop avant en Syrie surtout tant que cAḍud al-Dawla fut vivant. Mais, même après la mort de celui-ci, Ibn Killis paraît réticent à l’extension d’une administration directe fatimide en Syrie. Il freina l’installation d’un homme fort, Bakğūr, à Damas, mais jusqu’à l’envoi de Munīr, deux ans avant sa mort, il n’agit pas pour un rattachement de Damas au Caire par l’intermédiaire d’un gouverneur fatimide nommé. Al-cAzīz agit de même pour l’Ifriqiya ; il poussa le Ziride à une politique d’autonomie et refusa de désigner les cadis qui devaient exercer sur ce territoire, le choix relevant du prince qui l’administrait.

47Ce fut une coutume courante dans les États arabes médiévaux, avant les Croisades, que de pratiquer la plus large délégation d’autorité aux responsables des provinces ; en contrepartie, ceux-ci versaient régulièrement le tribut, apposaient le nom du souverain sur les monnaies qu’ils frappaient et invoquaient le ciel en faveur de celui-ci à la prière du vendredi. Si l’hérédité de leur charge était reconnue, ils étaient considérés comme des amir, des princes et non plus comme de simples wāli, des gouverneurs. Il est évident qu’un tel système encourage les tendances centrifuges et qu’il ne peut fonctionner selon le schéma théorique que quelques années ou quelques décennies, tout au plus. Cette souplesse s’opposait, nous l’avons vu, à la raideur hiérarchique byzantine ; elle correspondait à l’opportunisme et au sens de l’adaptation des élites arabes et à leur idéologie très libérale de l’État, soucieuses qu’elles étaient du minimum d’intervention de celui-ci dans les affaires des individus et des groupes sociaux naturels. Cette attitude évoluera au cours du ve/xie siècle au fur et à mesure de l’investissement du pouvoir central au Caire par des militaires, en général non-arabes.

48Ibn Killis manquait de confiance dans les capacités de stratèges et d’administrateurs des chefs d’armée fatimide et il craignait tout autant d’accorder une trop grande influence à un miles gloriosus qui, de Syrie, menacerait l’Égypte ; c’est pourquoi il retarda le plus longtemps possible l’instauration d’une administration directe à Damas.

49L’action du vizir en Syrie se fit principalement par le relais de chrétiens ou de juifs ou encore de sunnites marginaux. Il s’accomoda longtemps de la présence à Damas de Qassām, sunnite, mais en relation avec les juifs de la ville. Il toléra pendant plusieurs années le pouvoir d’Ibn al-Ğarrāḥ sur la Palestine ; le chef bédouin protégeait les chrétiens de Jérusalem et était lui-même le protégé de Byzance. Les origines juives d’Ibn Killis l’amenèrent sans doute à privilégier les contacts avec les tributaires mais elles n’expliquent pas tout. Il a été constaté dans les pages qui précèdent que lors des luttes qui opposèrent les Damascains, directement ou derrière Alp Takīn, aux troupes maghrébines du Caire, l’affrontement des idéologies religieuses, sunnites contre chiites ismaïliens, n’est pas souvent signalé par les sources comme motivant publiquement les conflits. Pourtant, il était difficile pour les Fatimides de s’appuyer sur les sunnites syriens. La « bourgeoisie » musulmane des grandes villes leur était naturellement hostile.

50A Damas, la population, chaféite de rite, souvent acharite de théologie, avait une sentimentalité historique omayyade que le souvenir des injustices commises à l’égard de Fatima ne pouvait ni émouvoir, ni mobiliser. A Naplouse, à Jérusalem, au pied de l’Hermon, dans certains quartiers de Damas, des littéra-listes, proches du hanbalisme populaire de Bagdad, propageaient un sunnisme plus fervent et moins intellectuel, incitant les fidèles à l’engagement politique en faveur de la dynastie abbasside. Nous avons eu l’occasion de consacrer une étude au martyr, référence du mouvement, Ibn al-Nābulusī. De sa retraite des Akwāḫ Bāniyās, il prêchait l’hostilité contre les Fatimides, hérétiques et falsificateurs, hostilité qui primait l’obligation du ğihād contre les Byzantins. Les visites d’Iraqiens, hommes du hadith, biographes et historiens, se poursuivirent aux Akwāḫ Bāniyās pendant la fin du ive/xe siècle et la première moitié du ve/xie siècle, témoignant des liens durables entre l’Iraq, Damas, Tyr et la Palestine. L’origine d’une certaine coloration anti-fatimide des chroniques iraqiennes rédigées en milieu piétiste doit sans doute être recherchée dans ce groupe.

  • 19 Aḫū Muḥsin, al-šarīf al-cĀbid, Ibn cAsākir, ZA XV 361 r° ; c’est sur son œuvre que Maqrīzī (107), (...)

51Les chiites étaient moins nombreux à Damas et en Syrie méridionale qu’à Alep. Quelques tribus bédouines étaient carmates. En ville, les chérifs, Ḥusaynides en général, encore qu’à la mode de Bagdad on qualifiait également de chérifs les descendants de cAbbās, oncle du Prophète et de Ğacfar, cousin du Prophète, entretenaient une dévotion sage pour la Famille. Experts en généalogie, ils n’avaient pas été convaincus par le nasab que s’attribuait al-Mucizz ; Duodécimains, ils méprisaient les Ismaïliens. C’est à Damas que vivait et qu’écrivait, Abū’l-Ḥusayn Muḥammad b. cAlī b. al-Ḥusayn, dit Ahū Muḥsin, l’auteur de l’ouvrage à qui nous devons nos connaissances sur l’origine des Carmates et sur les circonstances de la scission entre leur mouvement et les Fatimides19. Il ne quittait jamais sa maison et ne semble pas avoir été inquiété par les autorités du Caire ; il mourut en ğumādā I 398/février 1008. Il est probable qu’il conserva par-devers lui son ouvrage ou qu’il le fit discrètement parvenir à Bagdad où il put être utilisé pour fonder la réfutation publique de la généalogie fatimide. Son cousin, Abū’l- Ḥasan Ḥamza b. Aḥmad fut moins discret et railla publiquement la généalogie des maîtres du Caire. Il mourut pour cela en prison à Alexandrie en 380.

52Chez les chérifs, l’attirance pour Bagdad était forte. Gens riches et de bonne société, de sympathie imamite, la place que réservaient les Bouyides aux grands chérifs iraqiens de leur cour, le respect que témoignaient à leur égard les plus célèbres écrivains de l’époque, Abū Ḥayyān al-Tawḥīdī, Miskawayh, chantres du régime abbasside, les doutes entretenus sur la généalogie des Fatimides, tout tendait à orienter leur choix dans ce sens. Mais ils avaient l’habitude d’être choyés par le pouvoir et ils avaient des besoins financiers importants pour tenir leur rang. Dans la mesure où l’État fatimide réussissait son implantation, confirmait son autorité en Égypte puis en Syrie, disposait de ressources monétaires abondantes et régulières, un prudent ralliement pourrait être envisagé.

***

  • 20 Al-Māḏarāci, Ibn Sacid (90), 351 ; en Iraq, à la mort de Subuktakin en 363 H., on trouve (Ibn al-A (...)

53D’après Maqrīzī, on dépensa dix mille dinars pour l’ensevelissement d’Ibn Killis ; l’historien donne le détail des produits qui furent employés pour l’embaumement et précise que la dépouille fut couverte de cinquante vêtements. Il estime les biens laissés par Ibn Killis à quatre millions de dinars, sans compter les deux cent mille dinars qu’il légua à ses filles et les seize mille dinars qu’il devait à divers commerçants et qu’al-cAzīz fit régler par le Trésor. Le revenu annuel de ses iqṭāc était de trois cent mille dinars. Ces chiffres comparés à ceux qui sont connus pour les tributs versés par les provinces ou pour le montant du ḫarāğ levé en Égypte sont considérables. Ce vizir disposait de revenus supérieurs à ceux de bien des princes de son temps. Pourtant, une telle fortune pouvait en certain cas se rassembler entre les mains de sujets ; ainsi, Abū Bakr Muḥammad b. cAlī al-Maḍarācī, fermier d’impôt en Égypte, mort en šawwāl 345/décembre 956, avait dû payer lors de son remplacement à la tête du diwān par Ibn al-Furāt, une amende d’un million de dinars. D’après l’historien tardif, Ibn Sākir al-Kutubī, le pouvoir bouyide rendit en 376 au chérif Muḥammad b. cUmar des biens-fonds qui lui avaient été confisqués et dont le revenu annuel se montait à deux millions et demi de dirhams ce qui équivaut à la moitié du revenu des iqṭāc d’Ibn Killis20.

54La fortune considérable réunie par Ibn Killis ne lui est reprochée par aucune des sources consultées ; en effet, il en faisait bon usage, entretenant hommes de sciences et hommes de religion, pratiquant de larges aumônes. Les documents manquent pour connaître exactement l’origine de ces biens. On ne peut savoir quelle part était due aux largesses d’al-cAzīz et, d’une manière générale à l’exercice d’un pouvoir financier et politique, et quelle part était due aux spéculations foncières ou commerciales auxquelles continuait à se livrer Ibn Killis, notamment sur les céréales grâce à ses domaines syriens. Cette étroite imbrication du privé et du public se retrouve souvent chez les hauts fonctionnaires civils fatimides. Dans la mesure où ces gains résultaient selon l’esprit de l’époque de services rendus en assurant le bon fonctionnement de la chose publique et l’approvisionnement des marchés en cas de disette et dans la mesure aussi où ils permettaient des libéralités aux gens d’esprit, de mosquée, ou aux pauvres, ils n’étaient pas blâmables.

55L’argent et la compétence économique fondaient le pouvoir d’Ibn Killis mais celui-ci ne put s’exercer qu’au travers d’un réseau de relations humaines, dense et efficace. Un examen rapide du lien qui existait entre Ibn Killis et la plupart des hommes qui eurent à servir l’État fatimide en Syrie est indispensable pour mesurer l’étendue réelle de l’autorité de celui-ci. Faḍl, le général d’origine juive ou chrétienne qui fut envoyé à la tête de l’armée fatimide pour réduire Abū Taġlib, était un proche dTbn Killis ; en 373, il est arrêté avec ses frères le jour de l’arrestation d’Ibn Killis et libéré en même temps que lui. Entre 370 et 373, il avait commandé une autre expédition en Syrie et une armée fatimide avait été conduite dans ce pays par Rašīq, parent par alliance d’Ibn Killis. Le successeur de Rašīq, Yal Takīn, avait été ġulām au service d’Ibn Killis qui l’avait reçu d’Alp Takīn et qui en fit don à al-cAzīz. Yal Takīn, lorsqu’il eut chassé Qassām de Damas attendit, sur ordre de son ancien maître, Ibn Killis, le plus longtemps possible avant d’obéir aux ordres d’al-cAzīz, lui enjoignant de livrer la cité à Bakğūr. Celui-ci s’en prit aux représentants personnels d’Ibn Killis à Damas, déclenchant contre lui, de ce fait, une action de l’armée fatimide, armée conduite par un autre ġulām d’Ibn Killis, Munīr al-Ṣaqlabī. Lors de la plupart de ces expéditions l’intendance financière de l’armée fut exercée par un israélite, sans doute mis en place par Ibn Killis, Manašā ibn Ibrāhīm. Il sera question de ce personnage lors du récit des événements après la mort d’Ibn Killis ; J. Mann, dans son ouvrage sur les juifs en Égypte et en Syrie à l’époque fatimide a fait ressortir l’importance pour la communauté du poste qu’occupa Manašā. Ce fut l’un des proches d’Ibn Killis qui jouèrent un rôle important après la mort du vizir. Il y en eut d’autres, la fille d’Ibn Killis épousa un qā’id turc, Yārūḫ Takīn qui fut gouverneur de Ramla. Son petit-fils, Yūsuf ibn Yārūḫ Takīn dirigea les opérations de destruction du Saint Sépulcre à Jérusalem. Plus tard, Yārūḫ Takīn devait périr lors d’une embuscade menée par Ibn al-Ğarrāḥ. Le frère du vizir, Abū Ibrāhīm Sahl b. Yūsuf b. Killis, accusé de concussion par al-Ḥākim en 394, promit en vain de payer sur le champ trois cent milles dinars pour éviter la mort. Il fut exécuté. Faḍl, commanda à nouveau l’armée fatimide sous al-Hākim et remporta contre Abū Rakwa une victoire qui sauva l’État fatimide ; peu de temps après, il fut mis à mort sur ordre d’al-Ḥākim.

  • 21 Muḥ. b. cAbd al-Raḥmān b. al-Qāsim b. Ḫālid b. Ğunāda al-cUtaqī al- Miṣri ou encore Abū cAbd al-Ra (...)

56Ibn Killis sut donc placer ses hommes et ses proches et constituer un réseau qui demeura efficace même après sa mort. De ce fait, son pouvoir réel était beaucoup plus considérable qu’un simple titre de vizir aurait pu le laisser croire. Gare à celui qui lui déplaisait : Alp Takīn perdit la vie pour avoir conquis l’affection d’al-cAzīz. Un savant venu d’Ifriqiya, Abu cAbd al-Rahmān b. cAbd Allāh al-cUtaqī, astronome et historien, eut le tort dans un ouvrage qu’il rédigea sur les Omayyades et les Abbassides de rapporter les hauts faits et les belles actions de ceux-ci21. Ibn Killis, outré, rassembla une foule hostile devant la demeure de l’écrivain, en 377. Ibn al-cUtaqī, quoique témoin de justice et familier des cadis Banū’l-Nucmān et de Ḥusayn b. Ğawhar, perdit ses biens et ne sortit plus de chez lui jusqu’à sa mort en 385.

***

57La mort d’Ibn Killis marquait la fin d’une époque, celle de l’installation des Fatimides en Orient. Il avait assuré à la dynastie une assise financière solide ; il avait amorcé une réforme de l’armée pour mettre celle-ci au niveau de ses adversaires éventuels dans la région. Les circuits céréaliers alimentant la nouvelle capitale avaient fait leurs preuves. Grâce aux connaissances qu’il avait acquises chez les négociants de Palestine et d’Égypte, il avait pu doter l’administration du Caire d’un réseau d’informateurs et de correspondants qui avait permis à celle-ci de s’acclimater rapidement à un milieu nouveau. En contrepartie, ce fut à son influence que l’État fatimide dut deux de ses orientations fondamentales, le poids des tributaires, chrétiens et juifs, dans son administration, et d’autre part, l’intérêt porté à la Syrie au détriment des anciennes ambitions maghrébines et siciliennes.

58Tant qu’Ibn Killis vécut, les commandants militaires furent étroitement assujettis à l’autorité des diwān civils et du vizir, leurs dépenses contrôlées par un intendant financier qui avait rang égal à eux ; cette situation avait disparu depuis longtemps en Mésopotamie. Par certains traits l’État fatimide semble une résurrection du Califat du premier siècle quand la tradition de la cité mekkoise se faisait encore sentir. Mais si les Égyptiens, séduits par l’abondance monétaire, le faste de la Cour, l’exubérance de vie que créa le nouvel État, l’acceptèrent aisément, les Syriens, pour les raisons exposées plus hauts, furent plus réticents. La réussite de la seconde étape, celle de l’administration directe sur la plus grande partie du territoire utile de la Syrie, impliquait une coopération de la population. C’est à cette tâche que furent confrontés les successeurs d’Ibn Killis.

Notes

1 Maqrīzī (107), I, 249-260, Ibn al-Dawādāri, 199-212 ; Ibn al-Qalānisī, 23-33 ; Ibn al-cAdim, I, 172-177 ; Yaḥyā, XVIII, 397-433.

2 Ibn al-cAdim, I, 174 : quatre cent mille dirhams d’argent ; Yaḥyā, cité en note : mille dirhams d’argent pur, naqiyya, au change de vingt dirhams au dinar.

3 Sur la révolte des deux Bardas, voir Brehier (220), 1969, 178-180 : Ostrogorsky (224), 1983, 322-331.

4 Maimas désigne l’Oronte après sa sortie du Lac de Homs en même temps que la région de jardins que ses bras irriguent à l’ouest de Homs. Dussaud, 113.

5 Yaḥyā (45°), XXIII, 406 et suivantes ; Ibn Šākir désigne Nazzāl, même ductus ; Nuwayrī, 46-48 ; Ibn al-Qalānisī, 30 et suivantes ; Ṣafadi (100), 18, écrit Abū’l-Yumn Bazzāl.

6 Ibn al-Qalānisi, 30, « calā qawm kānū yucāširūn al-caṭṭār … min ahl al-cilm wa’l-faḍl, … Ibn al-Ḫaṭṭābī.,. Ibn al-Ḫallādi … al-Mustawlī ».

7 Ibn al-Dawādārī, 217 ; Maqrizi (107), I, 259.

8 Ibn cAsākir, ZA, XVII, 127 r° et v° ; Ibn al-Qalānisi, 30 et 40 ; Yaḥyā, XXIII, 433-436 ; Maqrizi (107), I, 273 ; Ṣafadi (100), n° 79. Le texte le plus riche est celui d’Ibn al-Dawādāri, 220-222, 230-232.

9 Canard (6), 572 et suivantes ; cUqayl, EI 1, III, 1039 ; Ibn al-Aṯir, (75), IX, 31, 35, 38, 54, 70, 71, 85, sous Abu cAbd Allāh al-Ḥusayn b. Dustak, particulièrement bien renseigné sur les Kurdes ; Yaḥyā, XXIII, 421 ; Maqrizi (107), I, 270 ; Al-Fāriqi (68), 48-60.

10 Ibn al-Qalānisī, 31 ; Maqrizi (107), I, 260.

11 Canard (6) 574 ; ce personnage fit dire la ḫuṭba en faveur d’al-cAziz pendant quelque temps alors qu’il était maître de Mawṣil, Ibn Tagri Birdi (114), année 365, récapitulatif d’al-cAzīz.

12 EI2, III, 791 ; Yaḥyā, XVIII, 811-812 ; Ibn Duqmāq, IV, 10, sa maison dans la rue des Iraqiens ; Maqrizi, (107), I et II, index ; Bianquis (162) et (165) ; Ibn Ṣayrafi (55), 87-88.

13 Les références sur Ibn Killis sont donnée » p. 103, n. 1.

14 Maqrīzī (107), sous les années citées.

15 La description des trésors pillés dans le palais du Caire sous al-Mustanṣir dans les quatre années qui précédèrent l’arrivée de Badr al-Ğamāli fait apparaitre le poids considérable d’or immobilisé dans des objets précieux entreposés dans des réserves.

16 Thème développé dans Bianquis (167).

17 EI2, II, 1010b « il y a de nombreuses correspondances venant de Palestine et des ports de Syrie et du Liban, mais peu de Damas et des autres villes de Syrie et de Mésopotamie et presque rien de Bagdad ».

18 Maqrīzī (107), I, 227.

19 Aḫū Muḥsin, al-šarīf al-cĀbid, Ibn cAsākir, ZA XV 361 r° ; c’est sur son œuvre que Maqrīzī (107), I, et Ibn al-Dawādāri se sont appuyés pour écrire l’histoire des Carmates ; voir Bianquis, (161), 195-196, sa généalogie, Ibn Ẓāfir (15), 1, 2, 26, Madelung, 22 et 24 ; D. Bryer, in Der Islam, 1975, 53, etc..

20 Al-Māḏarāci, Ibn Sacid (90), 351 ; en Iraq, à la mort de Subuktakin en 363 H., on trouve (Ibn al-Aṯīr) en plus de nombreux objets précieux, un million de dinars d’or et dix millions de dirhams d’argent ; en 406 H., à la mort de Faḫr al-Mulk, vizir de Bahā’-al-Dawla, on trouve en or pur, un millions de dinars ; un simple particulier, Daclağ b. Aḥmad meurt en 351 H. (Ibn al-Aṯīr), cIzz al-Dawla prit sur son héritage, 300.000 dinars ; quant au chérif Muḥammad b. cUmar dont parle Ibn Šākir al-Kutubī, il meurt en 376 H.

21 Muḥ. b. cAbd al-Raḥmān b. al-Qāsim b. Ḫālid b. Ğunāda al-cUtaqī al- Miṣri ou encore Abū cAbd al-Raḥmān Muḥammad b. cAbd Allāh b. Muḥ. voir Sayyid (14), 5, à corriger par Qifṭi (77), 187, à compléter par IḤbnağar (113), 592, ligne 19.

© Presses de l’Ifpo, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search