Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome III

 | 
Nikita Elisséeff

Annexe IV

Texte intégral

LES MADRASAS DE DAMAS

A. ANTERIEURES A L’ARRIVEE DE NŪR AD-DĪN

N° 1 bis. ĠAZĀLĪYA1

  • 1 Nous avons donné des numéros bis aux zāwiya qui parfois sont citées comme madrasas.

1Madrasa chaféite avant 490. Plutôt zāwiya ou ḥalqa dont les cours avaient lieu sous le portique nord de la Grande Mosquée à l’angle occidental. Sous Nūr ad-Dīn elle porta le nom du šayḫ Naṣr al-Muqaddasī qui mourut en 490/1097. Al-Ġazālī qui avait quitté Bagdad à la fin de 448/nov. 1095 vint à son retour du Pèlerinage enseigner dans cette zāwiya en 490. Alors la Première Croisade bat son plein en Syrie du Nord et deux ans plus tard Jérusalem sera prise. Après la mort d’Abū’l-Fatḥ Naṣr Allāh al-Maṣṣīṣī en 540/1145 Quṭb ad-Dīn Mas’ūd an-Nīšābūrī y donne un enseignement.

Ibn ‘Asākir ne la mentionne pas. Bidāya, XII, 270 (dit angle oriental) ; Ibn Ḫallikān, II, 621-629 ; DD, III, 432-433, 453, n° 95.

N° 1. ṢĀDIRĪYA

2Madrasa ḥanafite, fondée en 491/1098. Construite un an avant la prise de Jérusalem par les Croisés près de la porte occidentale de la Grande Mosquée, la madrasa Balḫīya y fut attenante. C’est la première madrasa de Damas, elle a été fondée par l’émir Šuğā‘ ad-dawla Ṣādir b. ‘Abd Allāh sous le règne de Duqāq b. Tutuš. Le premier professeur fut ‘Alī b. Zankī al-Kāsānī (Kāsān est une ville proche de Šaš-Tachkent, ne pas confondre avec Kāšān près d’Iṣfahān). L’imām Abū’l-Ḥasan al-Balḫī y enseigna.

3On l’appelle parfois madrasa ‘Ādilīya-Ṣādirīya.

Ibn ‘Asākir, 132 et n. 7 ; n° 212 ; Ibn Šaddād, Damas, 199-200 ; Dāris, I, 537 ; DD, IV, 266.

N° 2. AMĪNĪYA

4Madrasa chaféite, fondée en 514/1120, un quart de siècle après le passage à Damas d’al-Ġazālī. Située au sud de la Grande Mosquée, au sud de Bāb az-Ziyāda (= bāb as-Sā‘āt), la madrasa Muğāhidīya fut bâtie à l’ouest quinze ans plus tard. Elle fut fondée par l’émir isfahsalār Amīn ad-Dawla Rabī‘ al-Islām Kumuštakīn b. ‘Abd Allāh (m. 541/1146) sur l’emplacement de la maison de Salāma, fils de ‘Abd al-Malik.

5Trois générations d’as-Sulamī ad-Dimašqī y furent professeurs. Le premier Ğamāl ad-Dīn b. al-Muslim qui enseigna aussi à la ḥalqa d’al-Ġazālī à la Grande Mosquée (m. 533), son fils Abu Bakr qui fut ḥaṭīb à la Grande Mosquée (m. 564) et son petit-fils Saraf ad-Dīn.

Ibn ‘Asākir, 131, n°207 ; Ibn Šaddād, Damas, 231-232 ; Daris, I, 177-205 ; DD, III, 395-397, 462, n. 90.

N° 3. MU‘ĪNĪYA

6Madrasa ḥanafite fondée en 524/1130. Elle fut construite non loin de Bāb al-Barīd dans le voisinage du Palais des Ṯaqafites à l’ouest de la Grande Mosquée.

7Fondée par Mu‘īn ad-Dīn Anar, affranchi de Ṭuġtakīn, qui peu avant sa mort (m. 544) donna sa fille en mariage à Nūr ad-Dīn. Le premier professeur fut Ğamāl ad-Dīn Ibn al-Muslim as-Sulamī ad-Dīmašqī (m. 533), sans doute son fils Abu Bakr lui succéda comme à la madrasa Amīnīya.

Ibn ‘Asākir, 135, 136, n° 223 ; Ibn Šaddād, Damas, 210 (où 555 est donné par erreur) ; Dāris, I, 588-592 ; DD, IV, 281 ; Bidāya, XII, 226 ; RCEA, VII, n° 3033.

N° 4. ṬARḪĀNĪYA

8Madrasa ḥanafite fondée en 525/1131. Située au quartier de Ğayrūn, à l’est de la Grande Mosquée, elle fut d’abord la demeure d’al-ḥāğğ Nāṣir ad-dawla Ṭarḫān qui mourut en 520. La maison fut convertie en madrasa ḥanafite par Sunqur al-Mawṣilī, chambellan de Sihāb ad-Dīn Maḥmūd en 530/1135-36.

9Le premier professeur y fut le šayḫ Burhān ad-Dīn Abū’l-Ḥasan ‘Alī al-Balḫī, à qui succéda Rašīd ad-Dīn al-Hawārī.

Ibn ‘Asākir, 126, n° 188 ; Ibn Šaddād, Damas, 201 ; Dāris, I, 539-542 ; DD, IV, 266.

N° 5. ḪĀTŪNĪYA

10Madrasa ḥanafite fondée en 526/1132. C’est la madrasa Ḫātūnīya-Barrānīya, construite extra-muros au Šaraf supérieur. Elle fut dotée de waqfs par Sitt Zumurrud Ḥātūn Umm Šams al-Mulūk, demi-sœur de Duqāq b. Tutuš. Cette princesse seldjouqide fut mariée en secondes noces avec Zengī ; après 541 elle se retira à Médine où elle mourut en 557/1161. Le premier professeur en fut le šayḫ Abū’l-Ḥasan ‘Alī al-Balḫī.

Ibn ‘Asākir, 168 ; Ibn Šaddād, Damas, 218 ; Dāris, I, 502 ; DD, IV, 254.

N° 6. MUĞĀHIDĪYA

11Madrasa chaféite fondée en 529/1135. Située intra-muros au sud-ouest de la Grande Mosquée, à l’ouest de la madrasa Amīnīya près de Bāb al-Ḫawwāṣīn. C’est l’actuelle Qalbaqğīya près d’al-Ġawrīya dans le voisinage des Ḫaymiyīn (fabricants de tentes). Elle fut la demeure du chérif le cadi Ibn Abīl-Ğinn avant d’être transformée en madrasa par Muğāhid ad-Dīn Būzān b. Māmīn b. ‘Alī le Kurde. Cet émir coopéra avec Nūr ad-Dīn en 544/1149, il fut incarcéré en 548 par Muğīr ad-Dīn, l’atabeg de Damas ; libéré par Nūr ad-Dīn en 549, il mourut en 555/1160.

12Le grand cadi Muntaḫib ad-Dīn Abū’l-Ma‘ālī Muḥammad al-Qurašī fut le premier professeur, il mourut en 537. Il y eut ensuite comme maîtres Quṭb ad-Dīn Mas’ūd an-Nīšābūrī qui enseignait en 540/1146, Abū’l-Fatḥ Naṣr Allāh al-Maṣṣīṣī lui succéda.

Ibn ‘Asākir, 132, n°210 ; Ibn Šaddād, Damas, 232 ; Dāris, 1,451-455 ; DD, III, 440 ; RCEA, VIII, nos 3072, 3117 ; W.W., F, 2, 4 ; Bidāya, XII, 243.

N° 7. ŠARAFĪYA

13Madrasa ḥanbalite fondée avant 536/1141. Cette première madrasa ḥanbalite de Damas était située intra-muros à Ğayrūn. C’est l’actuelle madrasa Qabaqābīya. Elle fut fondée pour le šayḫ Šaraf al-Islām ‘Abd al-Wahāb Ibn aš-Šayḫ Abī’l-Farağ al-Ḥanbalī ‘Abd al-Wāḥid b. Muḥammad al-Anṣārī aš-Širāzī, chef des Ḥanbalites à Damas, qui mourut le 17 ṣafar 536/1141.

14Son fils Bahā’ ad-Dīn aš-Širāzī lui succéda et mourut le 17 rağab 545. Un autre de ses fils Nağm ad-Dīn aš-Širāzī y enseigna aussi et mourut en 586. La famille ḥanbalite des Banū aš-Širāzī oua un rôle important dans l’histoire de Damas.

Ibn ‘Asākir, 128, n° 196 ; Ibn Šaddād, Damas, 255, dit par erreur « Sayf al-Islām », cette qualification ne peut en aucun cas désigner un homme de religion. Dāris, II, 64-79, l’appelle Ḥanbaliya-Ašrafiya-Šarāfīya ; DD, VI, 467-468.

N° 8. UKUZĪYA

15Madrasa ḥanafite fondée en 536/1141-2. C’est l’actuelle madrasa Balḫīya. Elle fut construite sur l’emplacement d’une ancienne église à laquelle avait succédé le Dār Abī’d-Dardā’. Sa construction ne fut parachevée que sous le règne de Saladin. Commencée après 525 elle fut dotée de waqfs en 536/1141-42 par l’émir Asad ad-Dīn Ukuz ad-Duqāqī, chambellan de Šihāb ad-Dīn Maḥmūd. Cet émir fut arrêté en 538 et mourut dans l’oubli.

16Le premier professeur fut le šayḫ Burhān ad-Dīn Abū’l-Ḥasan ‘Alī al-Balḫī.

Ibn ‘Asākir, 134, n° 217 ; Ibn Šaddād, Damas, 201-203 ; Dāris, I, 166 ; DD, III, 391 ; Bidāya, XII, 229.

N° 9. MUĞĀHIDĪYA

17Madrasa chaféite terminée en 539/1145. Construite extra-muros sur le bord du Baradā, elle se trouve entre les deux Bāb al-Faradīs près de la porte intérieure, à droite en sortant de la ville. Cette madrasa fut fondée par l’émir Muğāhid ad-Dīn Būzān al-Kurdī qui y fut inhumé en 555/1160.

18Elle ne semble pas être restée longtemps madrasa car déjà Ibn ‘Asākir la mentionne comme mosquée. Ibn Šaddād l’appelle masğid an-Naqqāš, an-Nu‘aymī lui donne le nom de masğid at-Tawba. De nos jours elle est connue sous le nom de Masğid as-Sādāt al-Muğāhidīya.

Ibn ‘Asākir, 132, n° 2 ; 154, n° 28 ; Ibn al-Qalānisī, 270, 282 ; Ibn Šaddād, Damas, 233 ; Dāris, I, 455 ; II, 347, n° 29, 364 ; n° 36 ; DD, III, 441-42 ; Bidāya, XII, 247 ; Ṭalass, Mosquées, 112 ; W.W., H, 1, 4.

N° 10. ĞĀRŪḪĪYA

19Madrasa chaféite fondée avant 542. Située à l’intérieur de la ville entre Bāb al-Farağ et Bāb al-Faradīs, au nord de la Grande Mosquée et de la madrasa Ẓāhirīya. Ibn Kaṯīr (Bidāya, XI, 270) l’appelle madrasa al-Ḫārūq. La madrasa Iqbālīya lui fut contiguë. Elle fut fondée par l’émir Sayf ad-Dīn Ğārūḫ at-Turkmānī, contemporain de Nūr ad-Dīn et de Saladin.

20Le premier professeur fut l’imām Abū’l-Qāsim Maḥmūd b. Mubārak b. ‘Alī b. Mubārak al-Muğīr al-Wāsiṭī al-Baġdādī aš-Šāfī‘ī (517-592) ; appelé à d’autres fonctions, il eut pour successeur dans ce poste Abū’l-Fatḥ al-Maṣṣīṣī al-Aš‘arī qui mourut en 542 à l’âge de 94 ans. Quṭb ad-Dīn an-Nīšābūrī s’y installa à son arrivée en 568/172-73.

Ibn ‘Asākir ne la cite pas. Ibn Šaddād, Damas, 229-230 ; Dāris, I, 225-226 ; DD, III, 400.

N° 11. MISMĀRĪYA

21Madrasa ḥanbalite fondée avant 546. Située intra-muros près du minaret de Fīrūz au sud de la madrasa Qaymarīya actuelle.

22Cette madrasa hanbalite bénéficia de waqfs constitués pour elle par le šayḫ Mismār al-Hilālī al-Ḥawrānī qui mourut en ramaḍān 546/1152. D’après sa localisation, elle pourrait être une des deux églises d’al-‘Ubbād transformées en mosquée.

23Le premier professeur y fut le cadi Abū’l-Ma‘ālī Wağīh ad-Dīn As‘ad Ibn al-Munağğa (519-606) que Nūr ad-Dīn nomma cadi du Hauran. La famille des Banū Munağğa joua un rôle important à Damas aux vie-viie/xiie-xiiie siècles.

Ibn ‘Asākir, 118, n° 4, 224 ; Ibn Šaddād, Damas, 256 ; Dāris, II, 114 ; DD, VI, 478-481.

B. POSTÉRIEURES A L’ARRIVÉE DE NŪR AD-DĪN

N° 12. Tāšīya

24Madrasa ḥanafite fondée en 550/1155-56 par l’émir Tāš ad-Dīn ad-Duqāqī. Intra-muros, connue aussi sous le nom de mosquée at-Tāš (ou an-Nāš), elle est située non loin du hammam al-Barīdīn devenu bain des Perles.

Ibn ‘Asākir, 102, n° 81 ; Ibn Šaddād, Damas, 214 ; Dāris, 1,487-488, n° 94 ; DD, IV, 246-247, C, 421.

N° 13. MADRASA AL-KALLĀSA

25Madrasa chaféite. La construction de cette madrasa fut commencée par Nūr ad-Dīn en 555/1160. Elle fut constituée waqf pour les jeunes gens. Elle est aujourd’hui disparue ; des vestiges (le bassin, quelques colonnes) en subsistaient en 1945. Actuellement l’emplacement occupé par un square et des abris souterrains. Elle se trouvait au nord de la Grande Mosquée avec laquelle elle communiquait par une porte et était contiguë au tombeau de Saladin. Son nom lui venait du fait qu’elle occupait l’endroit où l’on fabriquait de la chaux pendant la construction de la Grande Mosquée. Elle fut incendiée en même temps que le minaret de la Fiancée en muḥarram 570/août 1174. Saladin la restaura en 585. Son vizir, le cadi al-Fāḍil al-Baysānī, lui adjoignit une école chaféite d’enseignement de la tradition : la Fāḍilīya. Elle fut très endommagée lors du tremblement de terre de 598/1201-02 qui provoqua aussi de gros dégâts à la Grande Mosquée.

Ibn Šaddād, Damas, 76, 84, 191 ; Dāris, I, 447-451 ; abū Šāma, Kitāb ar-Rawḍatayn, HOC, IV, 46 ; DD, II, 277 ; III, 1894, 415, 439-440, 496, n. 320 ; 1895, 270, 293 ; W.W., Damaskus, II, F, 3, 14 (c’est la ḥānaqāh Andalusīya) ; K.A.C. Creswell, Cairene Madrasas..., BIFAO, XXI, 27 ; BEO, XIII, n° 38.

N° 14. MADRASA ‘IMĀDĪYA = Petite Nūrīya chaféite

26Cette madrasa est située en dedans de Bāb al-Farağ, contiguë à la ruelle du Miel (zuqāq al-‘Asal) et au rempart auprès du bain d’al-Quṣayr. Elle fut bâtie par Nūr ad-Dīn pour le prédicateur chaféite Abū’l-Barakāt al-Ḥarīṯī qui enseigna durant 18 ans jusqu’à sa mort (486/562 H.), ce qui reporterait la fondation en 544. Lorsque al-‘Imād ad-Dīn al-Kātib arriva de Bagdad en 562 il reçut l’hospitalité dans cette madrasa et en 566 Nūr ad-Dīn devait le charger d’y enseigner le droit chaféite. Dès lors elle prit le nom de son professeur. D’après Ibn Šaddād c’est le qāḍī al-quḍāt Kamāl ad-Dīn aš-Šahrazūrī qui y enseigna jusqu’en 567. Son nom viendrait, suivant Ibn Šaddād, de ‘Imād ad-Dīn Ismā‘īl b. Nūr ad-Dīn ; c’est une erreur, dit an-Nu‘aymī. C’est Nūr ad-Dīn qui l’a construite pour Abū’l-Barakāt. Elle est parfois appelée ‘Ādilīya et aussi ‘Imādīya-Ṣalāḥīya.

Ibn ‘Asākir, 136, n° 226 ; Ibn Šaddād, Damas, 237-238 ; Dāris, I, 406 ; A. Ṭalass, Mosquées de Damas d’après Υousof ibn ‘Abd al-Hādī (Public. IFD, Beyrouth, 1943), 93 ; BEO, XIII, 15.

N° 15. MADRASA NŪRĪYA AL-KUBRĀ

27Cette madrasa ḥanafite bâtie en 563/1167-1168 se trouve au souk al-Qabbāniyīn, près du marché des Vanniers (sūq al-Ḫawwāṣīn). Elle occupe l’emplacement de l’ancienne maison du calife ‘Abd al-Walīd Hišām b. ‘Abd al-Malik b. Marwān. Cette demeure avait été déjà celle de Mu‘āwiya b. Abī Sufyān qui avait une autre maison près de Bāb ad-Faradīs. C’était le plus grand collège ḥanafite de Damas. Nūr ad-Dīn, qui avait été d’abord inhumé à la Citadelle, fut transporté dans ce collège funéraire par son fils al-Malik aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl dès l’achèvement des travaux. Le tombeau est visible de nos jours.

28Le plan de l’édifice est ancien mais le monument a subi plusieurs remaniements importants. A noter la coupole à alvéoles qui surmonte le tombeau du souverain : c’est, avec le maristān et la ‘Ādilīya, l’un des trois exemples de coupoles à alvéoles d’inspiration mésopotamienne à Damas. La coupole accolée au nord n’appartient pas au monument. Elle fait partie de la Nağībīya, madrasa d’Aq-Qūš an-Nağībī, gouverneur de Damas mort en 680/1278. L’īwān nord a été détruit récemment au cours de travaux d’urbanisme.

29Le premier professeur fut Bahā’ ad-Dīn Ibn al-‘Aqqāda (m. 596) ; Ibn Kaṯīr précise qu’il s’appelait Badr ad-Dīn, Ibn ‘Asākir dit qu’il était le chef des Ḥanafites de Damas et qu’il portait le surnom d’Ibn al-‘Aqqāda.

RCEA, IX, n° 3293 (le n° 3292 est une copie fautive, date 567) ; Ibn ‘Asākir, 131, n° 208 ; Ibn Ğubayr, Riḥla, 286 ; Ibn Baṭṭūṭa, I, 221 ; Ibn Šaddād, Damas, 203-204 ; Šaḏarāt, I, 163 ; Ibn Al-Aṯīr, IX, 264 ; XI, 267 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, 84 ; DD, IV, 1894, 288-291, 306, n. 275, 328, n. 227 ; Ḏahabī, Ibar, année 125 (pour la place) ; K.A.C. Creswell, Cairene Madrasas..., BIFAO, XXI, 27 ; W.W., Damaskus, II, E, 4, 13, 70, Pl. 45 ; J. Sauvaget, Architecture musulmane de Syrie, dans RAA, VIII, 1934, photo, pl. XVI c ; J. Sauvaget, MHD, 53, n° 22 (notice) ; J. Sauvaget, MAD, II, 88, plan ; E. Herzfeld, Studies..., dans Ars Islamica, IX, 11-14 et 40-46, photos ; X, 13-70 ; XI-XII, 1 ; J. Sauvaget, Notes..., dans Syria, XXIV, 1944-45, 21-219, 231 ; BEO, XIII, n° 54.

N° 16. ASADĪYA

30Madrasa ḥanafite et chaféite fondée avant 564. Située extra-muros au Šaraf méridional, au nord du Mīdān al-Aḫḍar. Cette madrasa dédiée à deux maḏhab-s a été fondée par l’émir Asad ad-Dīn Šīrkūh (m. en 564/1168). C’était la maison du mullā Ismā‘īl b. ‘Abd al-Wahāb al-‘Ağamī. Peut-être est-ce le même édifice que la mosquée dont parle Ibn ‘Asākir hors de Bāb al-Ğābiya. Parmi les premiers maîtres figurent ‘Abd Allāh Abū Muḥammad al-Bağalī Ibn aš-Šā’ir le ḥanafite (512/584).

Ibn ‘Asākir, 167, n° 17 ; Ibn Šaddād, Damas, 262 ; Dāris, I, 152-157, 473 ; II, 139 ; DD, III, 387-389 ; IV, 242.

N° 16 bis. ASADĪYA

31Madrasa ḥanafite fondée avant 564 intra-muros. D’après Ibn Šaddâd il s’agirait d’un enseignement donné dans la Grande Mosquée de Damas, comme c’était le cas pour la Ġazālīya et connu sous le nom du Šayḫ Naṣr al-Muqaddasī à l’est dans la Grande Mosquée.

Ibn ‘Asākir ne la cite pas ; Ibn Šaddād, Damas, 263 ; DD, III, 388 ; Dāris, II, 412 (dans la Grande Mosquée) ; Bidāya, XII, 270.

N° 17. RAYḤĀNĪYA

32Madrasa ḥanafite fondée en 565/1169-70. Cette madrasa a été bâtie dans le voisinage de la madrasa Nūrīya, à l’ouest de celle-ci par un eunuque noir, esclave de Nūr ad-Dīn, Ḫawāğā Ğamāl ad-Dīn ar-Rayḥān aṭ-Ṭawāšī. Il fut gouverneur (wālī sous Nūr ad-Dīn et nā’ib sous Saladin) de la Citadelle et de la Prison qui se trouve au sud de cette dernière. Il mourut en 575/1179-80 et constitua un waqf pour la madrasa.

33Le premier professeur fut Ḥuğğat ad-Dīn qui donna aussi des leçons à la madrasa Ḫatūnīya intra-muros.

Ibn ‘Asākir ne la mentionne pas ; Ibn Šaddād, Damas, 209 ; Dāris, I, 522-526, N° 105 ; DD, IV, 259-260, 307, n. 82 ; J. Sauvaget, MAD, II, 51-56 ; W.W., E, 4, 11.

N° 17 bis. MADRASA NŪRĪYA AṢ-ṢUĠRĀ

34Cette madrasa ḥanafite fut fondée par Nūr ad-Dīn dans la mosquée de la Citadelle ou dans la darakāh. Ce serait plutôt une zāwiya. On ignore qui enseigna sous le règne de Nūr ad-Dīn.

35Herzfeld, ayant accepté la leçon d’al-‘Ilmāwī qui place la madrasa en face de la Citadelle, n’arrivait pas à la localiser sur le plan et la confondait avec la madrasa Nūrīya ‘Imādīya.

Ibn ‘Asākir, 139 ; Ibn Šaddād, Damas, 218 ; Dāris, I, 648-649 ; DD, IV, 291, 330, n. 241 ; K.A.C. Creswell, Cairene Madrasas, BIFAO, XXI, 27 ; E. Herzfeld, Studies..., dans Ars Islamica, IX, 41 ; BEO, XIII, n° 88.

N° 18. NŪRĪYA

36Madrasa malékite = madrasa Ṣalāḥīya. Cette madrasa bātie par Nūr ad-Dīn au quartier de la Pierre d’Or près de l’hôpital fut constituée waqf en faveur des Malékites. Elle est disparue. C’est une des trois madrasas malékites de Damas que cite Ibn Baṭṭūṭa qui séjourna à Damas dans la seconde moitié du viiie/xive siècle. Al-‘Ilmāwī la donne tantôt comme malékite, tantôt comme chaféite. Elle est généralement citée sous le nom de Madrasa Ṣalāḥīya, tirant son nom de Saladin qui en aurait achevé la construction.

Ibn ‘Asākir, 137, n° 230, la cite comme malékite ; Ibn Šaddād, Damas, 253 ; Ibn Baṭṭūṭa, I, 221 ; Dāris, II, 10, 335 ; DD, III, 414-415, 461, C, 440, 463, n. 9 ; Ibn Ḫallikān, Vie de Saladin, dans HOC, III, 429 ; K.A.C. Creswell, Cairene Madrasas..., BIFAO, XXI, 27 ; Ṭalass, Mosquées de Damas, 93 ; E. Herzfeld, Studies..., Ars Islamica, IX, 41 ; J. Sauvaget, Notes..., Syria, XXIV, 216 ; BEO, XIII, n° 87.

N° 19. ‘ĀDILĪYA AL-KUBRĀ

37Cette madrasa chaféite est située à l’intérieur de Damas, au nord-ouest de la Grande Mosquée, en face de la madrasa Ẓāhirīya (Bibliothèque Nationale), au sud de la Ğārūḫīya et du Dār al-’Aqīqī. Elle est actuellement le siège de l’Académie Arabe de Damas.

38Nūr ad-Dīn commença à la construire en 568 pour le savant chaféite Quṭb ad-Dīn Abū’l-Ma‘ālī aṭ-Ṭarṯīṯī qui enseigna à la Ġazālīya ; la partie contenant le miḥrāb était déjà bâtie quand la mort du prince arrêta les travaux. Ceux-ci furent repris par al-Malik al-‘Ādil Sayf ad-Dīn, frère de Saladin. Nouvel arrêt de la construction en 615/1218, à la mort de ce prince qui y sera inhumé en 619/1222. Finalement les travaux ont été achevés en 620/1223 par son fils al-Malik al-Mu‘aẓẓam. Cette madrasa tire son nom de l’illustre défunt qui y reçut la sépulture. Le premier professeur fut Ğamāl ad-Dīn al-Miṣrī. Plus tard Ibn Ḫallikān y enseigna à son tour.

39Il y a une grande affinité de plan entre cette madrasa et la Grande Nūrīya (N° 54) : la niche avec ses grandes alvéoles, la clé de voûte pendante et les entrelacs géométriques du décor sont dans le style de la Syrie du Nord et laissent supposer l’œuvre d’un architecte alépin. C’était, d’après Ibn Baṭṭūṭa, le plus grand collège chaféite de Damas.

Ibn ‘Asākir ne la mentionne pas ; Ibn Šaddād, Damas, 240 ; Dāris, 1,359-367 ; Bidāya, XII, 270 ; Ibn Baṭṭūṭa, I, 218-221 ; DD, III, 423-429 ; P. Bourgoin, Précis de l’art arabe, Paris, 1892, I, pl. 9 ; H. Sauvaire, Description, dans JA, mai-juin 1894, 423-424, 463, n. 95 et 485, n. 251 ; M. Kurd ‘Ali, al-‘Adilīya wa’z-Zāhirīya, dans RAAD, 1921, 36-40 ; K.A.C. Creswell, Cairene Madrasas, dans BIFAO ; XXI, 1923, 6-12, n° 4 (brève notice) ; W.W., Damaskus, II, E, 3, 61 (notice) ; J. Sauvaget, L’architecture musulmane de Syrie, dans RAA, 22, plan 36, 40 fig., 13, J. Sauvaget, MHD, 62-64, n° 32 (notice et plan) ; A. Ṭalass, Mosquées..., n° 198, 238 ; J. Sauvaget, MAD, II, 77-91 (étude du monument) ; E. Herzfeld, Studies..., dans Ars Islamica, IX, 1942, 46-49 ; J. Sauvaget, Notes..., dans Syria, XXIV, 1944-1945, 219-220 ; E. Herzfeld, Studies..., dans Ars Islamica, XI-XII, 1948, 1-4 plan, p. 2, fig. 88, 89, 90, 93 ; S. Abdul Hakk et Kh. Moaz, Aspects de l’ancienne Damas, 84, pl. 27 ; BEO, XIII, n° 81.

N° 20. ‘AṢRŪNĪYA

40Madrasa chaféite fondée avant 569 par Nūr ad-Dīn, elle ne fut terminée qu’en 570. Construite à l’intérieur de Bāb al-Farağ à l’est de la citadelle, au quartier de la Pierre d’Or, à l’ouest de la Grande Mosquée près de Bāb al-Barīd. Elle fut fondée par Nūr ad-Dīn pour le qāḍī al-quḍāt Šaraf ad-Dīn Ibn Abī ‘Asrūn. Ce juriste chaféite avait enseigné à Mossoul en 523, puis à Sinğar avant d’être invité par Nūr ad-Dīn à Alep en 545. Quatre ans plus tard le prince le fait venir à Damas où il enseigne à la madrasa Ġazālīya dans la Grande Mosquée tout en occupant les fonctions d’inspecteur des waqfs ; peu après il rentre à Alep et regagne la Djéziré, il est alors qāḍī à Sinğar, Ḥarrān et Diyār Bakr. Il revint à Damas en 570, fut cadi en 573 après la démission de Ḍiyā’ ad-Dīn Ibn Aḫi al-Qāḍī Kamāl ad-Dīn aš-Šahrazūrī. Il mourut en 585 à 93 ans, il fut enterré en face de sa maison dans sa madrasa. Nūr ad-Dīn avait bâti pour lui des madrasas à Alep, Ba‘albakk, Hama, Ḥimṣ. Lui-même avait bâti une madrasa à Alep.

Ibn ‘Asākir ne la mentionne pas ; Ibn Šaddād, 238 ; Dāris, I, 398-406, n° 67 ; DD, III, 428-430 ; J. Sauvaget, Perles choisies, 111 ; Ibn Ḫallikān, Biographical Dictionaty, II, 32-36 (notice sur Šaraf ad-Dīn Abū Sa‘īd Ibn Abī ‘Aṣrūn, 492-585) ; BEO, XIII, n° 20.

Notes

1 Nous avons donné des numéros bis aux zāwiya qui parfois sont citées comme madrasas.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search