Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome III

 | 
Nikita Elisséeff

Annexe III

Texte intégral

LES MADRASAS D’ALEP A L’ÉPOQUE DE NŪR AD-DĪN1

N° 1. ZAĞĞĀĞĪYA

1Commencée en 510/1116 la première madrasa d’Alep fut fondée par l’Artuqide Badr ad-Dawla Sulaymān b. ‘Abd al-Ğabbār, terminée en 516/1122 la dernière année de son règne, au quartier des Verriers comme son nom l’indique.

2Construite pour les Chaféites cette école suscita une hostilité très marquée de la part de la population chiite. Elle ne fut achevée qu’en 510/début 1123 car les Chiites envahissaient le chantier régulièrement dès que la construction arrivait à la dixième assise et démolissaient le travail fait (Ibn Šaddād, 92 ; I.F., II, 162 r°; Trésors, 60-64). En 522/1128 Zengī transféra dans la partie nord de ce collège la dépouille de son père Āq-Sunqur al-Ḫāğib (m. en 487) inaugurant ainsi un type de monument qui se répandra plus tard en Syrie : la madrasa funéraire, où seront inhumés généralement les fondateurs et certains membres de leur famille (voir la Šāmīya à Damas). Šaraf ad-Dīn al-Karābīsī, connu sous le nom d’Ibn al-‘Ağamī, fut le premier professeur jusqu’en 561/1166 ; ses deux petits fils dont Mağd ad-Dīn Tāhir lui succédèrent. L’école fut appelée plus tard madrasa Ibn al-‘Ağami. A sa place se trouve le Khān aṭ-Ṭāf.

CIA, Alep, 184 ; Sourdel, BEO, XIII, 86 ; Perles, 108-110 ; Trésors, 60-64 ; sur les Banū’l-‘Ağamī, Sourdel, BEO, XIII, tableau p. 107.

N° 2. ḤALLĀWĪYA

3Cette madrasa fut établie dans l’ancienne cathédrale byzantine qui elle-même avait été transformée en mosquée en 518/1124 par le cadi Abū’l-Ḥasan b. al-Ḫaššāb. Ce fut la première madrasa que Nūr ad-Dīn fonda à Alep en 543/1149 ; il y fit des logements pour les fuqahā’, elle était destinée aux Ḥanafites qui étaient les plus nombreux alors à Alep.

4Burhān ad-Dīn ‘Alī al-Balḫī vint y enseigner, puis il retourna à Damas où il mourut en 548/1153, son suppléant fut Burhān ad-Dīn Aḥmad as-Silafī. Ensuite il y eut comme professeur ‘Abd ar-Raḥmān al-Ġaznawī (m. 564) à qui succéda son fils encore enfant. En 571 ‘Alī al-Ġaznawī al-Balqī y donna des cours.

RCEA, n° 3137 ; Ṭabbāh, IV, 229 ; Écochard, Syria, 1950, 270-283 ; BEO, XIII, 8, n° 4 ; CIA, Alep, 205 ; Plan, n° 14 ; Sourdel, BEO, XIII, 92-93 ; ‘Abd ar-Razzāq, al-Mirī, dans al-Ğāmī’a al-Islāmīya, n° 386-390, 144-145.

N° 3. NŪRĪYA-NIFFARĪYA

5Cette madrasa chaféite fut fondée par Nūr ad-Dīn en 544/ 1149, elle s’appelle de nos jours Ğāmi‘ al-Mawāzinī. Elle se trouvait située près du quartier turcoman, vers Bāb al-‘Irāq. Après avoir enseigné à Damas à la Muğāhidīya, Quṭb ad-Dīn Mas‘ūd at-Ṭarṯiṯī an-Nīšābūrī, qui avait étudié à Merw et à Nīšāpūr, y donna en enseignement en 544/1149, puis revint à Damas en 568/1172.

BEO, XIII, 9, n° 7 ; Plan, n° 19 ; Sourdel, BEO, XIII, 87-88.

N° 4. ŠU‘AYBĪYA

6En 545/1150 Nūr ad-Dīn transforma en collège chaféite l’oratoire qui se trouvait sur l’emplacement de la première mosquée, dans l’arc monumental antique situé à Bāb Anṭākiya. Cette madrasa tire son nom de Šu‘ayb al-Andalusī qui y enseigna. Elle devait devenir plus tard une mosquée à ḫuṭba sous le nom de Ğāmi’ at-Tūta. Il ne subsiste plus que la façade occidentale.

BEO, XIII, 9, n° 8 ; CIA, Alep, 222 ; Plan, n° 13 ; Sourdel, BEO, XIII, 90, voir Perles, 114.

N° 5. ‘ARṢRŪNĪYA

7Devenue l’actuelle mosquée al-Ḫayyāṭ, derrière le Khān al-Wazīr, c’était une madrasa chaféite que Nūr ad-Dīn fonda en 550 dans la partie occidentale de la ville, non loin de la synagogue Miṯqal, dans une maison qui avait été la demeure du vizir Abū’l-Ḥasan ‘Alī b. Abū’ṯ-Ṯarayā et que Nūr ad-Dīn acheta pour y aménager des logements. Le šayh Šaraf ad-Dīn ‘Abd Allāh Ibn Abī ‘Aṣrūn y enseigna. La madrasa a été touchée par les travaux d’urbanisme en 1951.

BEO, XIII, 10, n° 18 ; Plan, n° 20 ; ‘Abd ar-Razzāq, al-Mirī, al-Ğāmi‘a al-Islāmīya, 1951, p. 145 ; Sourdel, BEO, XIII, 86-87 ; Tableau II, p. 108.

N° 5bis. MADRASA

8Un enseignement fondé à la Grande Mosquée dans la zāwiya malékite en 564/1169.

N° 5ter. MADRASA

9Un enseignement fondé à la Grande Mosquée dans la zāwiya ḥanbalite en 564/1169.

BEO, XIII, 15, n° 58 et 57. Ce furent les deux seuls lieux d’enseignement de ces maḏhab-s à Alep. Ils n’avaient pas de local propre.

N° 6. ASADĪYA

10Madrasa chaféite fondée, après 564/1169 par Asad ad-Dīn Šīrkūh, chef de l’armée zenguide. Ce collège se trouvait près de la madrasa Šu‘aybīya, il ne faut pas la confondre avec la madrasa ḥanafite Asadīya fondée par Badr ad-Dīn, un affranchi de Šīrkūh (Plan n° 21). Quṭb ad-Dīn an-Nīšābūrī y enseigna le premier, il était revenu à Alep en 544/1149 et repartit à Damas en 568.

Perles, 113 ; Trésors, 72 ; Sourdel, BEO, XIII, 89.

N° 7. MUQADDAMĪYA

11Madrasa fondée par ‘Izz ad-Dīn ‘Abd al-Malik Ibn Muqaddam en 564/1169 dans une des quatre églises transformées en mosquées en 518/1124. Ce collège ḥanafite était situé dans la rue des Marchands de Bois à brûler (S. al-Ḫaṭṭābīn), au quartier al-Ğallūm al-Kubrā. Il ne subsiste que la porte sud. Sur son emplacement se dresse actuellement le Khān at-Tutūn. Le premier professeur fut Burhān ad-Dīn Aḥmad as-Silafī, ami d’al-Balḫī.

RCEA, 3284 ; REI, 1931, 77, n° 17 ; Perles, 124 ; Trésors, 93 ; K.A.G. Creswell, 5, n° 1 ; CIA, Alep, 233 ; Plan, n° 22 ; Sourdel, BEO, XIII, 94-95 ; ‘Abd ar-Razzāq, al-Mirī, dans al-Ğāmi‘a al-Islāmīya, 1951, n° 386-390, 142-145.

N° 8. ḤADDĀDĪYA

12Située comme son nom l’indique au souk des Forgerons au sud de la grande artère centrale ; elle fut installée dans une ancienne église, comme les autres madrasas fondées par les émirs de Nūr ad-Dīn elle était ḥanafite. Le premier professeur fut al-Ḥusayn Ibn Ḥalīm Nağm ad-Dīn, il devait ensuite être envoyé par Nūr ad-Dīn à Damas en 571 où il mourut en 580/1184-5. A sa place fut nommé en 571 ‘Alī al-Ġaznawī al-Balqī qui mourut en 581/1185.

J. Sauvaget, Alep, 123 ; Perles, 123 ; Trésors, 92 ; Plan, n° 24 ; Sourdel, BEO, XIII, 94-95.

13***

14A la mort de Nūr ad-Dīn il y a à Alep huit madrasas dont quatre fondées par Nūr ad-Dīn ainsi que deux zāwiya-s :

  1. Cinq madrasas chaféites, dont une antérieure à Nūr ad-Dīn, une fondée par lui et deux construites par lui.
  2. Trois madrasas ḥanafites, dont une fondée par Nūr ad-Dīn.
  3. Un enseignement dans une zāwiya de la Grande Mosquée pour les Malékites dû à Nūr ad-Dīn.
  4. Un enseignement dans une zāwiya de la Grande Mosquée pour les Ḥanbalites dû à Nūr ad-Dīn.

15Les deux zāwiya-s ne nécessitaient pas de construction, quatre madrasas furent construites et quatre occupèrent des locaux existant antérieurement dont trois dans d’anciennes églises.

Notes

1 Pour les professeurs d’Alep, voir D. Sourdel, Les professeurs de madrasa à Alep aux xiie-xiiie siècles d’après Ibn Šaddād, BEO, XIII, 85-115.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search