Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome III

 | 
Nikita Elisséeff

V. La vie rurale et l’agriculture

Texte intégral

1Après avoir examiné la vie urbaine à l’époque de Nūr ad-Dīn nous essaierons d’esquisser la vie rurale en Syrie au vie/xiie siècle. Nous verrons le régime des terres, la société rurale, la maison rurale et la vie au village. Puis nous exposerons les questions relatives à l’agriculture, à la technique agricole et aux cultures les plus répandues.

I. LA VIE RURALE

  • 1 R. Thoumin, Géographie humaine de la Syrie Centrale, 139.

2Le village a son origine dans une concentration de population. Cette concentration est provoquée par la proximité d’une source, d’un puits, d’un cours d’eau et de terres irrigables. Partout où il y a des facilités pour l’alimentation en eau l’homme a pu s’établir. Les agglomérations se constituèrent au bord des cuvettes arables comme les villages entourant la plaine de Dānā en Syrie du Nord. Des hommes ont pu s’établir à proximité d’un heu de pèlerinage, d’un carrefour, d’un gué ou d’un pont, le groupement d’habitations occupe souvent un tell ancien, quand le tell est trop haut comme à Ḫān Šayḫūn, entre Ḥimṣ et Alep, le village s’étend au pied de l’éminence. Dans l’ensemble les groupements humains n’ont pas changé le site de leur agglomération et la population rurale en Syrie a dans ses ancêtres des sujets de Hammourabi. Les villages forment des unités économiques qui se suffisent presque entièrement à elles-mêmes. Une tradition plus que millénaire caractérise au vie/xiie siècle les actes de la vie rurale. Comme de nos jours la crainte de la nouveauté, autant que la confiance dans les générations passées, empêche le paysan du temps de Nūr ad-Dīn de modifier quoi que ce soit aux actes essentiels de sa vie. Avant la domination hellénistique déjà une remarquable adaptation au milieu physique s’était réalisée, la vie rurale était arrivée, en Syrie, à un haut degré de civilisation dont témoigne plus d’un vestige archéologique. Elle s’est le plus souvent transformée en routine, l’exploitation des zones de culture s’est faite suivant des modes invariables et divers ; la population rurale s’est figée dans les formes reçues et n’a modifié aucun détail de sa vie depuis le Moyen Age jusqu’au xxe siècle1. Routine ne signifie pas manque d’intensité dans l’activité paysanne comme nous le verrons plus loin.

  • 2 G. Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, BAH, T.L, 3 vol., in 4°, 1953-1958.
  • 3 G. Tchalenko, III, 113-127, Liste alphabétique des villages où l’on trouve des vestiges médiévaux.

3Les sources littéraires arabes sont pratiquement muettes sur la vie rurale, les chroniqueurs des Croisades citent le nom des villages mais ne nous donnent aucune indication sur la vie de ces agglomérations au vie/xiie siècle, le cadre économique et social reste imprécis. Certes l’archéologie bien souvent peut pour certaines régions suppléer aux sources défaillantes, c’est pourquoi nous renvoyons au remarquable travail de Georges Tchalenko2 qui a donné dans son ouvrage sur les villages antiques de la Syrie du Nord une étude exhaustive sur la vie dans le Massif calcaire du Bélus à l’époque romaine. Le vivant tableau que cet auteur donne de la civilisation rurale nous permet, en nous appuyant sur le caractère statique de la vie à la campagne, de supposer que l’existence des paysans n’était guère différente en Syrie à l’époque zenguide3.

  • 4 J. Sauvaget, Alep, 17.

4Certes la Syrie comprend une grande partie de désert de caractère steppique mais ce n’est pas un pays pauvre et la faim n’y a jamais été un mal endémique. L’eau y est moins rare qu’on ne veut bien le dire, il y a des sources nombreuses et un réseau hydraulique suffisant pour permettre l’existence d’une vaste zone d’agriculture qui fait partie de ce que l’on a souvent appelé « le Croissant Fertile ». Les climats commandent la répartition des cultures, l’homme réagit contre la sécheresse en utilisant l’irrigation dont la technique dans le Proche-Orient avait, dès les temps anciens, atteint une grande perfection. Vers l’est de la Syrie, comme le notait Jean Sauvaget4, entre la plaine à céréales et les steppes désertiques qui la prolongent, la différence porte seulement sur le climat, la limite entre la steppe et la zone cultivée est d’ordre météorologique. Le sol est fertile, il n’est que de voir le « désert » au printemps lorsqu’il est couvert d’iris noirs, d’écarlates tulipes sauvages, de grands tapis de fleurs bleues. Entre Ḥimṣ et Palmyre l’irrigation n’avait-elle pas permis aux époques romaine, byzantine et omeyyade d’avoir des cultures de céréales autour de Qaṣr al-Ḥayr al-Ġarbī. A une date récente, dans la même région, en amont du barrage romain de Harbaqa, les émirs Ša’lān en pompant une source d’eau avaient réussi à faire revivre une très belle ġūṭa dans un paysage désertique.

5Les grandes régions agricoles de l’empire zenguide ont été mentionnées dans la partie que nous avons consacrée à la topographie historique. Nous nous contenterons ici de les rappeler : pour les céréales, la Djéziré, le plateau entre Ḥimṣ et Hama, la plaine de la Biqā’ et le Hauran ; les régions les plus riches en cultures fruitières et maraîchères ont toujours été la vallée du Ḫābūr, celle de l’Oronte sauf dans le Ghāb, la vallée du Baradā, les ġūṭa-s de Damas, de Ba’albakk et du Qalamūn.

A. LE RÉGIME DES TERRES

  • 5 Ibn Al-Qalānisī, 219/176.

6Une étude de la répartition géographique de la propriété fon-r cière et de l’étendue des domaines au vie/xiie siècle est impossible car les documents et les statistiques nous manquent. Les premiers relevés cadastraux dont nous disposons remontent au début de l’occupation ottomane en Syrie, ces relevés ne s’appuyaient sur aucune carte et se contentaient des marques de bornage (ma’ālim) établies5. Contrairement à l’opinion de Weulersse la borne limitant le champ de chacun n’était pas inconnue, elle était constituée, comme celles que l’on voit encore de nos jours dans certaines régions comme le Hauran, de pierres posées l’une sur l’autre et blanchies à la chaux.

7Par ailleurs nous n’avons guère de données sur la valeur que pouvaient avoir au vie/xiie siècle les différentes terres agricoles. Nous manquons de base sur les moyennes des récoltes, sur le montant des frais d’exploitation et sur l’amortissement du matériel. La mesure réelle du travail dans les champs était en Syrie comme partout ailleurs la surface labourée par une paire de bœufs en une journée ou en une année ; cette mesure équivalant à la « charmée » occidentale s’appelle le faddān. La valeur du faddān variant suivant la qualité moyenne du sol, l’importance régionale des chutes de pluie et la proportion des zones irriguées, cette mesure reste une unité relative.

  • 6 Cl. Cahen, Le régime rural syrien, dans Bull. Foc. Lettres, Strasbourg, 1951.

8Le trait fondamental du régime des exploitations agricoles paraît être la dissociation de la propriété et de l’exploitation. En règle générale le propriétaire ne cultive pas et celui qui cultive n’est point le propriétaire. C’est le cas des terrains concédés en iqṭā’ et les domaines de l’État, sans oublier les biens de main morte immobilisés au profit de fondations pieuses. D’après Claude Cahen6 il y avait dans le monde arabe d’Orient deux espèces de propriétés : la propriété privée (mulk) qui payait des taxes à l’État et l’iqṭā’ qui donnait à son détenteur la jouissance de tous les privilèges administratifs et fiscaux, essentiellement le droit de lever et de s’approprier l’impôt d’un territoire déterminé. Il y a identité entre la partie de la production versée au détenteur de l’iqṭā’ et le muzāra’a dû en raison de la tenure.

  • 7 Abou Yousof Ya‘qūb, Livre Impôt Foncier, 133 ; A. Latron, Vie rurale, 48.

9Dans les grands domaines, qui comptent souvent plusieurs dizaines de villages, les propriétaires sont des gens de la ville et la forme habituelle de l’exploitation devait, comme au xxe siècle, être le colonat partiaire avec des conditions variant selon les régions. Lorsque le propriétaire donne le fonds : terre, maison, semences et cheptel, le paysan apportant son travail touche un quart de la récolte. Si le paysan possède une maison et peut fournir cheptel et semences il reçoit la moitié de la récolte. C’est le colonat partiaire à mi-fruits qui s’appelle encore de nos jours al-muzāra’a7. Sur une terre plantée d’arbres le colonat partiaire (musāqāt) varie du tiers au quart. Une terre peut être gérée par l’intermédiaire d’un régisseur (wakīl) qui est intéressé à la bonne marche de l’entreprise par un pourcentage sur les bénéfices.

  • 8 A. Latron, Vie rurale, 65.

10Il y a de fortes raisons de croire que le type de contrat appelé muġārasa ait été en usage à l’époque de Nūr ad-Dīn car il est déjà cité dans le code de Hammourabi et il existait encore au xxe siècle. D’après cette forme de contrat le propriétaire concède un fonds de terre avec obligation de la planter d’arbres. Après un délai convenu de plusieurs années, le terme est de dix ans pour les oliviers par exemple, l’immeuble est partagé entre les associés8.

  • 9 A. Latron, Vie rurale, 242-243.

11Le régime foncier de la propriété communale des terres avec redistribution périodique des terres arables entre les copropriétaires existait-il à l’époque de Nūr ad-Dīn ? L’origine de ce système remonterait aux temps bibliques et a abouti aux terrains mušā’a de notre siècle. Il nous semble toutefois que le village communautaire syrien qui s’est constitué par la sédentarisation de groupes sociaux en plaine découverte serait d’une époque postérieure au vie/xiie siècle bien que ce type d’établissement nous ait été, en Europe, légué par les vieilles communautés fixées dans les plaines steppiques9. Pour justifier ce système on a beaucoup parlé de la mentalité à tendance collective qui semble avoir été forte dans les campagnes syriennes.

B. LA SOCIÉTÉ RURALE

12La masse rurale comprend les paysans, petits propriétaires, les métayers, les ouvriers agricoles, les bergers et parfois quand le village a une certaine importance des artisans et des boutiquiers, le personnel du hammam et celui du khān si le village est à une étape importante sur une grande route. Il existe de grandes différences de vie paysanne suivant les régions mais dans l’ensemble ce monde paysan se situe entre la ville et le désert. C’est une société prolétaire qui devait représenter une immense majorité de la population. Nous ne disposons d’aucun moyen précis d’estimation, mais en sachant qu’en 1938 elle atteignait 90 % nous pouvons penser qu’au vie/xiie siècle ce taux ne devait guère être inférieur.

13La famille de type patriarcal se groupe autour d’un chef qui est l’homme le plus âgé, il peut être le grand-père, le père ou le frère aîné, il est le maître et l’arbitre. Il dirige le travail familial. Nous connaissons mal le rôle politique de cette masse rurale dominée par les grands propriétaires.

14Les grands propriétaires possesseurs de villages, comme il y en eut encore jusqu’au milieu du xxe siècle, ont une fortune proportionnelle à l’étendue et à la qualité du sol de leurs possessions. Ces notables ont leur résidence principale en ville et possèdent sur chacune de leurs terres une résidence secondaire.

15Certains propriétaires ou métayers font partie de la population villageoise, ils résident à la campagne toute l’année avec leurs familles et leurs serviteurs, ils exploitent leur terre avec l’aide de leur personnel permanent auquel s’ajoutent, lors des récoltes, des équipes de saisonniers. Il y a donc une sorte d’aristocratie rurale mais guère de petites exploitations indépendantes.

16Aux grands domaines privés il faut ajouter les domaines waqfs et les biens fonciers des hauts dignitaires et des militaires : les iqṭā’. Le paysan paie toujours au propriétaire ou au représentant du gouvernement, aucun régime n’a changé cette perception et c’est pourquoi la campagne depuis des siècles n’a jamais bougé lors des changements de maîtres. On essaie toujours d’être les « amici fortunae ». Sans doute y eut-il des jacqueries mais nous n’en connaissons pas sous le règne de Nūr ad-Dīn. Tous les gouvernements qu’ils soient fatimides, francs, seldjouqides ou zenguides prélevèrent l’impôt et laissèrent une large autonomie pour la gestion des affaires locales.

  • 10 Cl. Cahen, Indigènes et Croisés, Syria, XV, 1934, 359.

17Comme le notait Claude Cahen, « chefs turcs là, étrangers de race et parfois de langue, eux aussi, chefs français ici : que ces chefs s’arrangent entre eux, cela n’importe guère à la vie quotidienne qui est presque toute la vie »10. Une minorité militaire s’imposait à une masse de population rurale. L’activité de la communauté est soumise aux prescriptions impératives de la coutume, cette loi procède de la mentalité collective propre aux Syriens.

18L’administration des affaires du village appartient aux chefs de famille groupés dans un conseil des anciens qui fait la loi dans le village avec son tissu d’amitiés et de haine. Au temps de Nūr ad-Dīn un des membres de ce conseil était désigné comme ra’īs et confirmé par le pouvoir central dont il devenait le représentant au village. Il exerçait des fonctions gouvernementales, responsable du bon ordre il devait surtout faire respecter les obligations et notamment la rentrée des impôts. Ce rôle est tenu de nos jours par le muḫtār. Au xiie siècle la riyāsa rurale apparaît assez différente de la riyāsa urbaine qui est une émanation de la bourgeoisie comme nous l’avons vu. En fait le fonctionnement de la communauté est réglé par les relations des notables, par les clientèles, que ce soit à la ville ou à la campagne.

C. LA MAISON RURALE

19A l’époque de Nūr ad-Dīn, comme en tous les temps, les maisons occupent les terrains incultes, soit rocheux, soit au flanc d’une colline, soit sur une crête. Selon la nature des terrains avoisinant une région l’homme tire partie de l’argile, du calcaire ou du basalte pour constituer les matériaux de sa maison. Ainsi dans le Hauran les constructions sont en basalte, dans le Qalamūn et le massif du Ğabal Zāwiya les murs sont en pierre calcaire, tandis que dans les régions argileuses on bâtit en terre.

  • 11 R. Thoumin, La maison syrienne, 6.

20La maison rurale est donc une dépendance directe du sol par ses matériaux, comme le soulignait Thoumin11. Parfois l’on utilise des moellons et de la terre, pour enduire les murs et le toit on se sert d’argile mélangée à de la paille hachée (tibn). La maison en pisé est faite à l’aide de panneaux de béton assez épais qui constituent les murs, ou avec de larges briques crues. Pour protéger la maison contre les effets de la pluie on revêt les murs avec un placage de terre, mélangé avec de l’eau et du tibn, puis pour certaines maisons aisées on les passe en plus à la chaux.

21Lorsque pour une raison quelconque la maison en pisé se trouve abandonnée, elle tombe rapidement en ruine et ne laisse aucune trace hormis une élévation de terrain. Cette élévation vient s’ajouter aux débris des demeures précédentes, l’entassement successif finit, avec les siècles, par constituer les tells fréquents dans le paysage syrien au xie/xie siècle comme aujourd’hui, car beaucoup d’entre eux remontent à des temps fort reculés.

22Dans les régions irriguées où abonde le peuplier, comme dans la Gūṭa de Damas, il existe un type de maison à charpente en bois avec remplissage des vides à l’aide de briques crues disposées en chevrons.

23La maison en pierre calcaire offre un grand nombre de types de bâtiments ; il y a aussi le cas des maisons utilisant les remplois antiques. Ce mode de constructions existe aussi dans les zones basaltiques comme le Hauran. L’absence totale de bois caractérise la construction en pierre de lave sans mortier. La teinte noirâtre des maisons donne aux agglomérations de cette région un aspect triste qu’égayé parfois la silhouette d’une paysanne vêtue de bleu.

  • 12 Très beaux exemples à Boṣrā en Syrie du Sud.

24Le problème de la couverture a toujours existé, il est dominant pour la maison à terrasse caractéristique en Syrie au sud de Ḥimṣ. Au nord de cette ville on trouve aussi des maisons dites « en pain de sucre » avec des toits coniques en briques crues posés généralement sur une pièce cubique. La couverture est coûteuse à cause du bois qu’elle nécessite ; pour la maison en pisé, comme pour la maison en pierre on installe une toiture en pièces de bois sur lesquelles on dispose des joncs, des roseaux ou des branchages recouverts ensuite de terre. Dans les maisons en lave le plafond est en dalles de basalte taillées en étroits et hauts trapèzes12. La terrasse joue un grand rôle dans la maison car c’est sur elle que l’on fait sécher les légumes, les fruits, les graines et que les nuits d’été on dort au frais au grand air.

25Le plan de la maison est généralement très simple, la grande majorité des paysans se contente d’une pièce unique qui est partagée en deux, une partie pour le foyer et les animaux, l’autre pour la famille et les réserves de vivres.

26Le mobilier est fort modeste, il y a le plus souvent un berceau en bois, un coffre en bois, de grands plateaux de vanneries et de la vaisselle en terre et en bois, sur le sol des nattes et de méchants tapis. Toute la vie se passe à même le sol : on y mange, on s’y repose, on y dort enveloppé dans des couvertures. Les pièces maîtresses de la demeure sont des silos à provision en terre, tantôt ronds, tantôt rectangulaires faits d’éléments d’argile superposés ou bien ce sont des sortes de larges et hautes jarres en vannerie lutées de terre et blanchies à la chaux. Ces silos gardent les provisions de blé, d’orge et de légumes secs de la famille.

27Au fur et à mesure des progrès de la situation financière du paysan la pièce unique se dédouble, puis d’autres peuvent suivre, elles s’ouvrent toutes sur une cour mais ne communiquent pas entre elles. Il n’y a pas de plan à proprement parler mais une somme de cellules.

28Le four est dans la cour ou bien à la porte de la demeure. L’importance de la maison reflétera toute la vie familiale et sociale du propriétaire. Dans certaines régions agricoles, notamment dans les ġūṭa-s, on trouve encore de nos jours une variante arabe de la villa : le ḫawš. C’est un quadrilatère fermé par de hauts murs semblables aux établissements agricoles romains. On pénètre dans la cour par une grande porte, le corps de logis se trouve au nord, c’est un bâtiment allongé d’un étage ; sur les autres côtés il y a des dépendances, une étable, des pressoirs et des magasins. Ce genre d’installation agricole devait exister du temps de Nūr ad-Dīn dans les mêmes régions où il subsiste encore aujourd’hui.

D. LA VIE AU VILLAGE

29Les agriculteurs n’ont jamais pu suivre le calendrier musulman lunaire, ils doivent se plier à la nature qui règle le travail, l’homme communie avec elle à travers les saisons. En Syrie, au Moyen Age, on trouvait traditionnellement le calendrier julien des Grecs-orthodoxes comme en Égypte on se conformait au calendrier copte. Le calendrier agricole suit les manifestations de la nature tels les solstices ou les équinoxes, combien de fêtes, païennes d’origine, marquent les dates principales des travaux agrestes ?

  • 13 Remontant au ive/xe siècle. Ch. Pellat, trad. du calendrier de Cordoue, publié par Dozy, Leyde, 19 (...)

30Pour la Syrie à l’époque de Nūr ad-Dīn nous ne disposons malheureusement pas d’un calendrier comme celui de Cordoue13 pour connaître les caractéristiques de chaque mois avec les faits agricoles et des données administratives. A la belle saison ou par temps convenable chacun se rend le matin dans la plaine aux multiples parcelles, puis à la nuit tombante tout le monde converge vers le chemin qui mène au village. En hiver on assiste à un repli de la vie active. En Djéziré les fortes précipitations retiennent le paysan chez lui, la neige n’est pas absente à la saison froide, non seulement la chaîne de l’Anti-Liban mais aussi les hauteurs du Djebel Druze se couvrent de neige, celle-ci parfois vient saupoudrer la banlieue d’Alep et même la Ġūṭa de Damas. Le paysan reste chez lui, il raccommode ses outils, se livre à des travaux de vannerie, bavarde avec les hommes. Les femmes, elles, filent et teillent le chanvre, réunies autour de leurs quenouilles garnies de laine ou de poils de chèvre, elles jasent. Dès que les dernières pluies sont tombées en avril et en mai on procède à la toilette du village. C’est le moment de recrépir les murs et de les recouvrir d’un badigeon à la chaux, parfois la porte est encadrée d’une couleur plus vive ou plus foncée. Le régime alimentaire à l’époque de Nūr ad-Dīn ne devait pas être très différent de celui des paysans du début de ce siècle, car ils se nourrissaient des produits de leur région. Ce régime est à base de céréales, sous forme de pain préparé en crèpes plus ou moins épaisses ou de bourghoul. On consomme des olives et à la belle saison quelques légumes et fruits verts. Deux corps gras sont utilisés en Syrie : l’huile d’olive dans le nord et du beurre de brebis (samné). Les œufs et les produits laitiers entrent pour une part dans l’alimentation, notamment sous forme de laban et de labné (lait caillé et fromage blanc). La viande est rare et en hiver on consomme de la viande séchée que l’on trouve aussi dans les réserves des forteresses à l’époque de Nūr ad-Dīn. En été, pastèques, melons et concombres sont appréciés. Raisins, figues et dibs (mélasse de raisin) fournissent le sucre à l’organisme. Enfin la boisson la plus commune est l’eau dont chacun vante la pureté et la légèreté. Si la ration quotidienne est faible, elle reste suffisante pour permettre un travail normal dans les champs.

  • 14 R. Thoumin, Géographie Syrie Centrale, 164.

31Le paysan est à lui-même son propre artisan pendant la mauvaise saison. La terre glaise lui permet d’être potier, les peaux qu’il a pu se procurer l’amènent à tanner et à se livrer à des travaux de cordonnier ou de bourrelier. Le travail du bois se limite à tailler des objets creux pour la vaisselle domestique. L’industrie essentielle est le tissage réparti en ateliers familiaux où l’on travaille sur les métiers à bras avec une navette lancée horizontalement à travers la chaîne dont les fils s’entrecroisent sous l’action des leviers mus au pied. Avec les poils de chèvre on fait des tentes qu’achètent les nomades au village ou des abāya (manteaux) ou dans certains cas des manteaux doublés de peaux de moutons (farwa pl. firā’). La meunerie était fort répandue si l’on en juge par le nombre de moulins dont les vestiges subsistent à travers les campagnes. Richard Thoumin décrit très schématiquement leur outillage traditionnel14 : d’une part, placées horizontalement les meules, le plus souvent en basalte, et la roue motrice mue par un cours d’eau ou un animal, d’autre part, suspendu au-dessus d’elles, un réservoir à grains, les rainures sur la roue légèrement cônique font couler le grain entre les dalles, la meule rejette la farine sur son pourtour dans une rainure où elle est recueillie pour être mise en sacs.

32En somme les industries dérivées de cette vie agricole et pastorale se réduisent à la campagne à la préparation du pain, des laitages et des cuirs, à des tissages et à la fabrication d’outils ou d’objets usuels.

33Lorsque quelqu’un meurt on le porte en terre dans le cimetière voisin du village, là dans un terrain sans clôture ni porte une bosse de terre anonyme sans stèle marquera la tombe avant d’être nivelée par le temps et de disparaître à jamais.

II. L’AGRICULTURE

34Il y a pour l’agriculture trois problèmes fondamentaux : l’humidité minima, les engrais et l’assolement. Les précipitations étant capricieuses, les cultures sèches se sont imposées en Syrie depuis des temps fort reculés. Dans certaines régions l’irrigation a pu corriger l’insuffisance des pluies.

A. L’IRRIGATION

35L’irrigation tient un rôle prépondérant dans la vie agricole en Syrie. Sa technique y est plusieurs fois millénaire et déjà bien avant le Moyen Age elle avait atteint un rare degré de perfection. Le plus souvent l’irrigation se fait par gravité à partir d’un léger barrage de déviation. On irrigue au fil de l’eau sans régulariser le débit. L’organisation des canaux, le système des rigoles de distribution et le jeu des vannes est assez compliqué et nous n’en avons pas la description détaillée pour l’époque de Nūr ad-Dīn.

  • 15 S. Mazloum, L’ancienne canalisation d’eau d’Alep, PIFD, 1936.

36Dans les grandes plaines ou dans les vallées larges on a recours à des machines élévatoires de trois sortes pour amener l’eau dans les canaux d’irrigation : la noria, la dawlāb et la dāliya. La noria est une machine en bois, l’élément essentiel en est une roue verticale munie de godets et mue par la force du courant ; en tournant sur son axe de bois la noria monte l’eau qu’elle déverse dans un aqueduc. La vallée de l’Oronte en maints endroits depuis des siècles retentit des plaintifs sanglots de ces hautes machines. La dawlāb est également en bois, elle sert généralement à chercher l’eau d’un puits, la roue manœuvrée par un animal de trait tournant en manège, actionne une chaîne sans fin munie de godets qui se déversent à la surface dans une canalisation. La dāliya est composée d’un grand balancier dont une extrémité est munie d’un grand récipient au bout d’une chaîne que l’on descend dans un puits d’où l’on ramène l’eau au jour ; ce moyen, courant en Égypte et en Iraq, n’est pas très répandu en Syrie. Tous les bassins des cours d’eau importants, comme le ‘Afrīn et le Sağūr, l’Oronte et l’Euphrate, le Balīḫ et le Ḫābūr, le Yarmūk et le Baradā, sans oublier le pérenne nahr al-A’wağ au sud de Damas, ont permis d’irriguer de vastes espaces mais un seul fut doté d’un barrage, l’Oronte, dont un ouvrage remontant à plus de trois mille ans régularisait le cours à Qadesh en amont de Ḥimṣ. Dès qu’il y a une source, même de très faible débit, il y a une oasis dont l’étendue est proportionnelle au volume d’eau. A l’époque de Nūr ad-Dīn des ouvrages de cap-tage et d’adduction d’eau datant de l’époque romaine fonctionnaient pour le Baradā avec le Qanawāt et les sources de Ḥaylān au nord d’Alep15.

37La superficie irriguée du temps de Nūr ad-Dīn est très difficile à déterminer mais il semble bien qu’à cette époque comme de nos jours les plaines qui offrent de grandes surfaces cultivables aient été consacrées aux cultures sèches faute d’irrigation.

  • 16 R. Thoumin, Notes sur l’aménagement et la distribution des eaux à Damas et dans sa ghouta, BEO, IV (...)
  • 17 A. Latron, Vie rurale, 146.
  • 18 A. Latron, Vie rurale, 180.

38L’aménagement et la distribution de l’eau obéissaient, et obéissent encore, à des règles simples dans leurs principes mais d’une extrême complexité quant à leur application16. Le tracé des canaux, la profondeur des puits, la répartition des fogaras, rien n’est laissé au libre arbitre de l’usager. Les mesures, qui depuis des siècles règlent le débit pour l’alimentation des dérivations et les temps pendant lesquels cette alimentation est autorisée, constituent les éléments essentiels de cet aménagement et de cette distribution, comme l’a noté Thoumin. La hauteur de la cheville, plantée dans une zone irrigable, limite aujourd’hui comme hier l’épaisseur maxima de la couche liquide que l’on peut retenir sur le terrain, mais, remarque Latron17, « la saturation en eau du sol et des arbres, circonscrit le droit d’usage de l’individu ». Chaque propriétaire est servi à tour de rôle en quantité limitée d’eau. La rotation du service est jointe au partage proportionnel de l’eau, chaque journée est divisée en parts (‘addān) fractionnées en vingt-quatre qīrāṭ. La coutume garantissait la stabilité des droits acquis et obligeait toute « communauté hydraulique » à organiser une gestion et une surveillance commune18.

B. LES ENGRAIS

  • 19 R. Grand, L’agriculture au Moyen Age, 264.

39Il n’y a pas au xie/xie siècle d’engrais qui ne soit naturel, encore est-il très rare en Proche-Orient. Dans l’Europe médiévale, « dans l’usage courant, les chaumes eux-mêmes, après la moisson, qui n’enlevait… que la partie supérieure de la tige et l’épi, étaient bien souvent, non pas coupés comme litière ou fourrage, mais livrés au feu pour que leurs cendres servissent d’engrais et qu’en même temps fussent détruits les graines des mauvaises herbes ayant poussé avec les céréales »19. Nous ignorons s’il existait une semblable pratique en Syrie à l’époque de Nūr ad-Dīn. De toute façon il faudrait de l’engrais animal en abondance, or nous savons que le bétail comme de nos jours était rare. Par suite du manque de fourrage et de l’absence de prairies naturelles il n’y a pas de cheptel de village. Le fumier des bêtes est rare car il n’y a jamais de litière, la stabulation étant debout. Les déjections animales sont précieusement recueillies pour être utilisées non comme fumure mais comme combustible, les bouses malaxées avec du tibn (paille hachée) sont fractionnées en fortes et épaisses galettes que l’on voit encore sécher sur les terrasses ou contre le mur des maisons du village. Faute de bois, de tourbe et de charbon, c’est depuis des siècles le seul moyen de chauffage à la campagne. Les fientes des poulaillers et des colombiers, très appréciées, ne peuvent guère servir que pour le jardinage domestique.

40Au Moyen Age, comme en Europe, les moutons fumaient les champs et il n’était pas rare de voir les propriétaires fonciers offrir aux nomades le libre pacage sur leur domaine contre la fumure.

41Le manque d’engrais et le défaut d’humidité contraignaient à un assolement plus ou moins lâche.

C. ASSOLEMENT

42C’est la pluviométrie moyenne qui détermine directement le nombre des soles et l’importance des jachères. Lorsque les pluies sont faibles et que l’été est chaud et sec l’assolement est biennal : une année des céréales et l’autre la terre se repose en jachère. En fait l’assolement subit de nombreuses variations suivant la qualité du terrain et les possibilités d’irrigation. Lorsque l’assolement est biennal dans une zone où la terre est bonne et que les pluies sont suffisantes il y a deux soles : la première est toujours à base de cultures d’hiver (šatawīya), du blé, de l’orge, de l’avoine ou de légumineuses ; la seconde sole est à base de cultures d’été (ṣayfīya), on recherche alors le produit le plus rémunérateur, celui-ci sera selon les années, du sésame, du coton, ou des oignons. A côté du classique assolement biennal il existe aussi en Syrie un assolement triennal, sans qu’il y ait toutefois jamais de jachère véritable : on a les céréales, puis les légumineuses et en troisième sole du coton ou des cucurbitacées.

D. LA TECHNIQUE AGRICOLE

  • 20 Prawer, Byzantion, XXII.

43La survivance jusqu’à un passé récent des méthodes agricoles romaines permet de reconstituer la vie rurale médiévale en partant de données contemporaines. Prawer a déjà souligné, il y a quelques années, le peu de différence qui existait entre les villages du xiiie siècle et ceux du début du xxe siècle dans le Proche-Orient20. Notre documentation sur les techniques agricoles est faible dans les textes anciens, nous poserons donc le principe de la continuité en nous appuyant sur l’archaïsme de ces techniques à une époque encore toute proche de nous en Syrie.

44Les labours ont heu en Syrie aussitôt après les premières pluies, la date est variable suivant les années et les régions, généralement elle se situe entre octobre et novembre. Ce sont les labours pluvieux : ḥarāṯa šatawīya. Le laboureur attelle son araire à une paire de bœufs, le plus souvent il n’y a que le bœuf et l’âne, chers aux crèches d’Occident, parfois l’un ou l’autre ont pour compagnon un chameau. L’araire est fait de pièces de bois assemblées, un socle de fer conique coiffe la pointe qui repose sur le sol, la partie supérieure s’appuie et s’attache au joug de l’attelage. Le laboureur parcourt son champ en appuyant sur un mancheron unique, il égratigne le sol plutôt qu’il ne le laboure, laissant des sillons d’une vingtaine de centimètres de profondeur. L’engin, fort léger et très maniable, permet des manœuvres parmi les grosses pierres et les roches de certains terrains. La terre est aussi retournée et ameublie avant les semailles au moyen d’une bêche d’un type particulier. Il s’agit d’une longue pièce de fer peu épaisse, large de 0,60 m, haute de 0,25 m, emmanchée sur une pièce de bois ronde longue d’environ 0,60 m et munie d’une poignée dans la partie haute, aux deux extrémités de la pièce est attachée une forte corde. Deux hommes travaillent face à face, le premier enfonce du pied le fer dans la terre, le second tire la corde à lui et entraîne la terre. L’ensemencement se fait à la main soit à la volée soit plutôt par sillon pour éviter les pertes de grains. L’utilisation de la herse ou du rouleau après les semailles est inconnue. On se sert à leurs places d’une forte pièce de bois, une sorte de poutre de 1 à 2 mètres de long, remorquée par une bête de trait à l’aide d’une double corde fixée aux extrémités, la pièce glisse sur le terrain et aplanit les mottes de terre ; si celles-ci résistent le laboureur monte sur la poutre pour en augmenter le poids.

  • 21 G. Tchalenko, 186, n. 3.
  • 22 Nous l’avons vu dans la plaine de Sinğar en 1952.

45Les moissons, qui commencent dès mai dans certaines régions, comme la Haute-Djéziré ou le Hauran, se font à la faucille qui est de forme variée, bien souvent il faut couper une à une ou même arracher avec leurs racines les courtes tiges de blé comme on le fait encore au nord d’Alep dans la région de Qal‘at Sam‘ān21 ou au Ğabal Sinğar22. Une fois la moisson terminée les récoltes sont entassées au soleil sur des aires à battre et surveillées par deux équipes de deux gardiens payés par le village.

46Le battage commence en juillet et dure jusqu’à la fin du mois de septembre. Le dépiquage se fait, et se faisait donc à l’époque de Nūr ad-Dīn, suivant la vieille technique romaine. On employait le tribulum, large planche de bois épaisse à la face inférieure hérissée de clous ou d’éclats de silex traînée sur l’aire jonchée de blé ou d’orge, par une bête tournant en manège, cheval, âne ou bœuf aux yeux bandés. On utilisait aussi le plaustellum, la planche du tribulum était remplacée par une série de disques de fer coupant qui en roulant sur l’aire hachaient les épis, ailleurs on se servait d’un rouleau de pierre, parfois remploi d’un fragment de colonne antique, ou bien le dépiquage se faisait sous le sabot des animaux tournant en rond sur l’aire. D’un côté on faisait des tas de paille dorée, de l’autre s’accumulaient en tas croulants les grains. Ensuite on vannait à grands coups de larges fourches de bois. Le grain battu était soit envoyé à la ville soit moulu à proximité de l’aire.

E. LES PRODUITS AGRICOLES

47Pour l’agriculture nous n’avons que peu d’estimations pour la Syrie médiévale, mais le climat ne changeant que d’une façon insensible nous pouvons présumer que les produits agricoles étaient les mêmes que de nos jours. Les fléaux n’ont pas varié non plus : sécheresse, grêle et sauterelles ravagent depuis des siècles les récoltes syriennes ; à l’époque de Nūr ad-Dīn il y avait en plus les ravages des armées et le pillage des bédouins.

48Les cultures sèches, qui varient selon les régions, constituent le fondement de l’exploitation agricole dans le Proche-Orient et le rapport des semences et des récoltes qui dans l’Antiquité est évalué de un à cinq devait être le même à l’époque de Nūr ad-Dīn. On ignore l’étendue des aires de culture mais si le blé pousse bien dans les régions tempérées et humides, l’orge, céréale des régions arides, s’accommode des sols pauvres à la lisière du désert. L’époque des semailles et des récoltes des céréales varie selon le climat de chaque région.

  • 23 B. Laufer, Sino-iranica, 288-296.
  • 24 Elisséeff, Corporations, dans Arabica, III, 77. Voir supra p. 865.
  • 25 Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 130, n. 5.
  • 26 L’étude de Marius Canard (Arabica, VI, 1959) s’arrête au ive/xe siècle et concerne la Babylonie.
  • 27 Trad. Fagnan, 79.

49On sème l’orge à Damas en octobre, ailleurs entre la mi-novembre et la mi-décembre, elle est mûre en avril. Le blé est semé après les premières pluies, entre mi-novembre et mi-décembre, dans certaines régions le blé est déjà en herbe haute à la fin de décembre. Il vient à maturité fin mai et la moisson se poursuit jusqu’au début juin. En juillet commence le battage du blé qui ne se terminera qu’à la fin de septembre. On utilise beaucoup en assolement avec le blé la culture du sésame23. Cette plante très ancienne dans le Proche-Orient est une culture d’été : semée en mars, arrachée dès juin-juillet avant la complète maturité pour éviter que les graines ne tombent. De ces graines que l’on broyait au temps de Nūr ad-Dīn à Damas au ma’ṣarat aš-Šīrāg24, on extrayait une huile qui était utilisée dans l’alimentation et surtout dans la pâtisserie. L’existence sous Nūr ad-Dīn d’un marché au Riz (sūq ar-Ruzz) à Damas25 démontre que cette céréale était de consommation courante au vie/xiie siècle26. Dès l’époque d’Alexandre le riz était cultivé en Basse-Syrie et en Babylonie, Abū Yūsuf le mentionne dans son Kitāb al-Ḫarāğ27.

  • 28 B. Laufer, Sino-iranica, 438-441.
  • 29 B. Laufer, Sino-iranica, 300-301.

50L’importance des cucurbitacées, concombres, melons, pastèques, dans l’alimentation dès le Moyen Age est soulignée par l’existence dans les grandes métropoles arabes d’un dār al-biṭṭīḫ : « la halle aux pastèques ». L’étude des cucurbitacées est compliquée par le fait que bien souvent un même terme recouvre un fruit différent suivant l’époque et la région ainsi qu’en témoigne le mot biṭṭīḫ qui tantôt désigne la pastèque, tantôt le melon d’eau28. Nous ignorons à quelle époque le melon se répandit mais nous savons que le concombre (ḫiyār) dont l’origine est vague, était très apprécié dès une date fort ancienne en Égypte et chez les peuples sémitiques29.

51Deux plantes textiles étaient répandues à l’époque de Nūr ad-Dīn : le chanvre et le coton. Le chanvre pousse dans les fonds humides, notamment dans la région de Ğisrīn dans la Ġūṭa de Damas ; il est semé à la mi-avril et irrigué tous les quinze jours, en octobre-novembre on arrache les tiges, on sèche le chanvre et on l’égrène, puis dressé en énormes boisseaux il sèche. De mars à mai les femmes séparent la filasse de la teille. Lorsque le chanvre a été récolté, on sème du blé ou de l’orge. Le coton venu de l’Inde à une date imprécise existait en Syrie du temps de Nūr ad-Dīn, mais il n’y avait pas eu de sélection et la variété cultivée était dérivée du cotonnier herbacé d’un rendement faible et de qualité médiocre. On sème le coton en mars-avril après les labours de printemps ; en août et septembre la sécheresse est favorable à la floraison, puis à la fin de septembre ou début octobre on fait la récolte à la main. Au vie/xiie siècle les centres d’activité cotonnière étaient Alep, Hama et Ḥimṣ où l’artisanat fabriquaient des cotonnades à usage local.

52La végétation arbustive du Proche-Orient est surtout caractérisée par quatre essences qui viennent à l’état spontané dans cette région : le pistachier, le figuier, la vigne et l’olivier, plantes dont la chaleur, la longueur et la sécheresse des étés favorisent la fructification.

  • 30 B. Laufer, Sino-iranica, 246-253.
  • 31 B. Laufer, Sino-iranica, 410-414.
  • 32 B. Laufer, Sino-iranica, 220-245, voir 231.
  • 33 G. Tchalenko, Villages antiques, 361.

53Le pistachier est un arbuste dont on connaît trois espèces30, celle qui est répandue en Syrie est le pistachier-térébinthe qui pousse dans la zone sub-désertique située à l’est d’Alep. Le figuier (tīn), dont le tronc gris violet et lisse est si caractéristique dans le paysage syrien, donne des petites figues vertes très sucrées. Ses fleurs n’étant pas apparentes certains auteurs anciens ont pensé que cet arbre n’en avait point31. La vigne, une des plantes les plus anciennes du monde, est très abondante en Syrie bien que le vin soit prohibé pour les Musulmans. Il existe des sortes diverses de raisins, le raisin de table, celui que l’on faisait sécher, celui enfin dont on extraie le dibs, sorte de raisiné dont on se sert en guise de sucre. Les grands centres de production sont la Ġūṭa de Damas et le pays basaltique à l’ouest de Ḥimṣ. On y trouve du raisin de table à grains verts fort longs ou à grains violacés à peau épaisse en grappes immenses, ces dernières provenant, semble-t-il, de vignes entées sur des jujubiers32. L’olive, base de l’alimentation orientale, est fort répandue. Il lui faut du soleil et un minimum seulement d’irrigation, ce qui explique sa présence même à Palmyre. La culture en est lucrative et l’on plante une centaine d’oliviers à l’hectare. Généralement sous les vieux troncs noueux on laboure depuis les temps homériques trois fois par an et dans les olivettes de Damas, d’Alep, de Ḥārim, d’Idlib on fait pousser sous les ramures des céréales à usage domestique. La technique de l’extraction de l’huile d’olive, dont le principe ne s’est pas modifié depuis l’Antiquité, se résume à trois opérations essentielles33. Le broyage des fruits se fait dans une cuve de pierre massive percée à son centre d’un axe de bois autour duquel tourne une lourde meule de pierre mue par un animal. Après avoir ainsi détaché la pulpe des noyaux, avoir éliminé le liquide amer et avoir réduit cette pulpe en pâte homogène on recueille celle-ci dans des sacs d’étoffe grossière puis on presse la pâte pour en extraire l’huile. On se servait pour cette opération d’un appareil à levier actionné soit à bras d’homme soit au moyen d’un treuil ou d’une vis verticale. C’est le type du pressoir antique des pays méditerranéens qui a survécu durant des siècles. Enfin la décantation nécessaire pour séparer l’huile brute des sucs et débris végétaux se faisait dans des bassins remplis d’eau, cette opération était répétée plusieurs fois.

54Les vergers sont souvent combinés avec un champ de céréales. L’abricotier est l’arbre le plus connu de la Ġūṭa de Damas et du Qalamūn, la campagne se couvre de fleurs en mars-avril et la cueillette a lieu de juin à août, enfin en septembre, tous les quatre ans, on taille les arbres. Le pommier est depuis longtemps connu au vie/xiie siècle et les poètes arabes en ont chanté le fruit, en particulier la pomme de Zabadanī avec laquelle Ève aurait séduit Adam. La soie étant travaillée en Syrie au temps de Nūr ad-Dīn on peut en déduire que le mûrier était répandu à son époque. Le noyer poussait dans les vallées et était apprécié pour ses fruits et pour son bois. Bouleaux et peupliers grandissaient dans les creux humides, ils étaient utilisés pour les charpentes et les objets de bois d’usage domestique.

F. POIDS ET MESURES

  • 34 A. Latron, Vie rurale, Annexe I, sur les mesures de céréales, tableau des unités de poids et volum (...)
  • 35 Ibn Al-‘adīm, Ta’rīḫ Ḥalab, II, 12.
  • 36 Zambaur, art. Kafiz, EI, II, 662.
  • 37 Ibn Al-Qalānisī, 339/325.
  • 38 Cl. Cahen, Minhadj, 275.

55La grande disparité des poids et mesures entravait les transactions agricoles. Les poids sont loin d’être uniformes en Syrie au Moyen Age. Ils ont d’ailleurs eu une grande variété jusqu’à une époque récente. Avant l’adoption du système métrique chaque région avait des mesures particulières34. Le monde arabe ne vivait pas sous le signe de l’unité des poids et mesures. La mesure de capacité pour les marchandises sèches, grains et farines, s’appelait le kurr, c’était une grande unité qui comptait soixante qafiz. Cette dernière unité valait à Alep au Moyen Age, d’après Ibn al-‘Adīm35, huit makākīk ou douze ṣā’, sa valeur varie entre 25 et 50 litres selon les époques et les lieux36. Il y avait à Damas au vie/xiie siècle une mesure particulière, la ġirāra qui valait 144 mudd, le mudd représente ce que peuvent contenir de grains les deux mains réunies37. En général ailleurs on comptait en raṭl divisé en douze ūqīya mais il y avait 24 variétés de raṭl dont six pour la seule Syrie38, il pesait de 500 à 2.500 grammes.

  • 39 Corporations, Arabica, III, i, 70, n° 26.

56Le nombre et les différences des mesures ont amené à établir dans chacune des grandes villes, notamment Alep et Damas, un poids étalon pour tous les produits agricoles importés dans la cité, d’où l’importance au temps de Nūr ad-Dīn des peseurs publics (qabbāniyūn) qui, à Alep se trouvaient près du Dār Kūra et à Damas étaient installés dans le voisinage du marché au Blé39.

  • 40 Cl. Cahen, AIEO, X, 336 ; A. Ehrenkreutz, JESHO, VII, 49.

57La variété des poids et mesures rendait particulièrement délicat le travail de perception des muqāsamāt, taxes calculées sur un pourcentage des récoltes. Pour ces impôts les produits agricoles étaient répartis en quatre catégories de valeurs différentes40. La catégorie du sésame (simsim) dans laquelle entrent les épices notamment le cumin, le pavot et la moutarde, valait le double de la catégorie du blé qui constituait la base des évaluations. La catégorie du blé comptait aussi les haricots, les pois, les raisins, les noisettes et les amandes ; elle était estimée au double de la catégorie de l’orge. Cette dernière catégorie qui comptait aussi le riz, le millet, l’avoine, les lentilles, les fèves et les vesces était évaluée à la moitié de la catégorie du blé. Il y avait enfin la catégorie du ğahğandum, un mélange de blé et d’orge par moitié qui valait les trois quarts de la catégorie du blé.

G. L’ÉLEVAGE

  • 41 Sur les transhumances, R. Thoumin, Géographie Syrie Centrale, 150 sq. ; voir H. Charles, Les tribu (...)

58Il y a toujours eu en Syrie deux formes d’élevage : celui pratiqué par le paysan sédentaire et celui pratiqué par le nomade. L’élevage du premier est modeste, il se heurte à l’absence de prés à proprement parler et utilise de maigres pâturages naturels. Le défaut de fourrage est compensé par des légumineuses, vesces et gesses dont on nourrit les animaux. Les carences alimentaires font que les bêtes dans les villages sont petites. Le nomade, l’« arabe », est par excellence un pasteur, il vit sous la tente et se déplace depuis des temps immémoriaux avec des troupeaux qui atteignent parfois plusieurs centaines de têtes, suivant un rythme qui correspond à celui des saisons, à la recherche de pâturages sur des parcours fixés par d’antiques habitudes41. L’élevage constitue sa principale ressource à laquelle s’ajoute dans les temps troublés le pillage. Parfois des tribus puissantes parvenaient à imposer de force des contributions aux villages établis en bordure de la zone steppique. Excellent berger le nomade tire ses revenus du bétail qui lui donne les laitages, le beurre, la laine ou les poils, la peau, enfin les bêtes sur pieds pour la boucherie. Dans bien des cas il fait paître ses troupeaux sur des terrains dont les propriétaires veulent avoir du fumier animal. Les nomades exercent aussi le métier de caravaniers, d’entrepreneurs de transport et de convoyeurs de marchandises à travers le désert ou le long des pistes fréquentées.

59Il y aussi les sédentaires des oasis qui s’adonnent au ramassage du sel du Ğabbūl à l’est d’Alep et de la Palmyrène, ou bien à la récolte de l’herbe à savon (ušnān), certains pratiquent l’élevage des jeunes faucons.

60Il n’y avait de sélection que pour les chevaux et les chameaux, ou plutôt les chamelles, chaque bête avait son pedigree qui lui donnait toute sa valeur. Si le cheval et la chamelle étaient des animaux nobles, le chameau, le mulet, l’âne et le bœuf servaient d’animaux de bât ou de trait. Le petit bétail était composé de caprins et d’ovins. Les chèvres comme les brebis et les moutons à la queue grosse de graisse donnent leur lait, leurs poils ou leur laine, leur viande et leur cuir.

61Le sous-sol de la Syrie ne possédant ni fer, ni houille, ni métaux précieux, l’activité agricole est donc essentielle pour le pays dont la richesse vient de l’agriculture, de l’élevage et des industries qui en dérivent. Les cultures sont fonction des possibilités d’irrigation qui corrigent la sécheresse du climat.

62Nous n’avons pour la Syrie de Nūr ad-Dīn aucune trace de ce qu’on pourrait appeler une politique agricole. La mise en valeur du sol dans ce pays est toujours restée presque entièrement indépendante de l’évolution historique.

Notes

1 R. Thoumin, Géographie humaine de la Syrie Centrale, 139.

2 G. Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, BAH, T.L, 3 vol., in 4°, 1953-1958.

3 G. Tchalenko, III, 113-127, Liste alphabétique des villages où l’on trouve des vestiges médiévaux.

4 J. Sauvaget, Alep, 17.

5 Ibn Al-Qalānisī, 219/176.

6 Cl. Cahen, Le régime rural syrien, dans Bull. Foc. Lettres, Strasbourg, 1951.

7 Abou Yousof Ya‘qūb, Livre Impôt Foncier, 133 ; A. Latron, Vie rurale, 48.

8 A. Latron, Vie rurale, 65.

9 A. Latron, Vie rurale, 242-243.

10 Cl. Cahen, Indigènes et Croisés, Syria, XV, 1934, 359.

11 R. Thoumin, La maison syrienne, 6.

12 Très beaux exemples à Boṣrā en Syrie du Sud.

13 Remontant au ive/xe siècle. Ch. Pellat, trad. du calendrier de Cordoue, publié par Dozy, Leyde, 1961.

14 R. Thoumin, Géographie Syrie Centrale, 164.

15 S. Mazloum, L’ancienne canalisation d’eau d’Alep, PIFD, 1936.

16 R. Thoumin, Notes sur l’aménagement et la distribution des eaux à Damas et dans sa ghouta, BEO, IV, 1934. Pour le Qalamūn et bassin de Baradā, voir R. Thoumin, Géographie humaine de la Syrie Centrale.

17 A. Latron, Vie rurale, 146.

18 A. Latron, Vie rurale, 180.

19 R. Grand, L’agriculture au Moyen Age, 264.

20 Prawer, Byzantion, XXII.

21 G. Tchalenko, 186, n. 3.

22 Nous l’avons vu dans la plaine de Sinğar en 1952.

23 B. Laufer, Sino-iranica, 288-296.

24 Elisséeff, Corporations, dans Arabica, III, 77. Voir supra p. 865.

25 Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 130, n. 5.

26 L’étude de Marius Canard (Arabica, VI, 1959) s’arrête au ive/xe siècle et concerne la Babylonie.

27 Trad. Fagnan, 79.

28 B. Laufer, Sino-iranica, 438-441.

29 B. Laufer, Sino-iranica, 300-301.

30 B. Laufer, Sino-iranica, 246-253.

31 B. Laufer, Sino-iranica, 410-414.

32 B. Laufer, Sino-iranica, 220-245, voir 231.

33 G. Tchalenko, Villages antiques, 361.

34 A. Latron, Vie rurale, Annexe I, sur les mesures de céréales, tableau des unités de poids et volumes, par région en 1934.

35 Ibn Al-‘adīm, Ta’rīḫ Ḥalab, II, 12.

36 Zambaur, art. Kafiz, EI, II, 662.

37 Ibn Al-Qalānisī, 339/325.

38 Cl. Cahen, Minhadj, 275.

39 Corporations, Arabica, III, i, 70, n° 26.

40 Cl. Cahen, AIEO, X, 336 ; A. Ehrenkreutz, JESHO, VII, 49.

41 Sur les transhumances, R. Thoumin, Géographie Syrie Centrale, 150 sq. ; voir H. Charles, Les tribus moutonnières du Moyen-Euphrate, DEO, PIFD, 1939.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search