Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome III

 | 
Nikita Elisséeff

IV. La vie urbaine sous nūr Ad-Dīn

Texte intégral

I. STRUCTURE DE LA SOCIÉTÉ URBAINE SOUS NŪR AD-DĪN

  • 1 La Méditerranée à l’époque de Philippe II, 637.
  • 2 J. Sourdel-Thomine, Le peuplement de la région des « villes mortes » (Syrie du Nord) à l’époque qy (...)

1« Nous ne connaissons pas l’histoire sociale de l’Islam, la connaîtrons-nous jamais ? », a écrit Braudel1. Il est bien évident que nous sommes totalement démunis de documents pour établir un tableau de la population. Nous ne possédons pas pour l’Orient musulman de polyptyques pour nous donner les résultats des recensements ; il y en eut sans doute mais les seuls registres qui nous soient parvenus datent de l’époque ottomane. Nous ignorons pour le vie/xiie siècle le nombre des naissances dans l’empire zenguide et celui des décès, la durée moyenne de la vie, le taux de la mortalité infantile, le nombre des morts dus aux épidémies ou à d’autres fléaux. Nous ignorons la proportion des gens mariés et des célibataires, des adultes et des enfants, des hommes et des femmes. Le recensement des pierres tombales ne pourrait pas nous fournir la proportion des hommes et des femmes car les stèles n’ont été érigées que sur les tombes des personnages importants parmi lesquels les femmes sont rares au Moyen Age2.

  • 3 J.C. Russell, Late Ancient and Medieval Population, 101. Bien différentes de ces chiffres sont les (...)

2En établissant un rapport entre la surface de la cité et le nombre d’habitants, en calculant la superficie habitable de la ville, J. C. Russell donne pour Damas une superficie de 120 hectares et environ 15.000 habitants et pour Alep 112 hectares et 14.000 habitants environ3.

A. LES CADRES URBAINS

  • 4 E. Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 73. Voir R. Brunschvig, Urbanisme médiéval et droit musulman, REI, 1 (...)

3« Nos connaissances touchant l’organisation de la ville musulmane du Moyen Age ne sont pas étendues », comme le signalait Ashtor-Strauss4 ; toutefois les chroniques nous livrent quelques renseignements sur les différentes fonctions de ceux que nous appellerons les « cadres urbains ». L’étude de l’évolution des différentes fonctions gouvernementales n’entre pas dans le propos du présent travail, bien souvent les charges ne correspondent pas à des institutions très stables et leur valeur respective dépend de ceux qui les détiennent, leur importance varie selon l’activité et l’efficacité du titulaire.

  • 5 S.D. Goitein The Rise of the Near Eastem Bourgeoisie in early Islamic Times, CHM, III, 3, 1957.

4Nous nous bornerons à énumérer rapidement les principaux offices publics urbains dont relèvent la Justice et le maintien de l’ordre en essayant de donner leurs caractéristiques à l’époque de Nūr ad-Dīn. Nous verrons les changements qui se sont produits dans les attributions de certaines fonctions sous le règne de ce prince. C’est dans l’organisation du maintien de l’ordre que les modifications sont le plus sensibles. Le muḥtasib prend à cette époque plus d’importance car il hérite d’un certain nombre de fonctions « municipales », jusqu’à cette date dévolues au ra’īs. Nous allons voir comment le ra’īs et les aḥdāṯ perdent alors de leur puissance au profit du šiḥna, agissant par l’intermédiaire du šāḥib aš-šurṭa avec l’appui de la garnison régulière. L’armée en prenant une plus grande place dans la vie urbaine va arrêter la montée de la grande bourgeoisie vers le pouvoir5.

5Quelles que soient la force et la cohérence des liens qui unissent entre eux les membres d’une collectivité, celle-ci ne peut négliger sa propre défense contre les menaces externes certes, mais aussi contre les menaces internes. Aussi bien toute réflexion sur ce que signifie cette défense repose-t-elle sur trois questions :

  1. Contre qui la société doit-elle se défendre ?
  2. A qui confie-t-elle cette défense ?
  3. Comment cette défense est-elle assurée ?

6Certains comportements sont interdits par des réglementations et toute interdiction prévoit une sanction pour ceux qui l’enfreignent. La notion de la défense sociale est ancienne et les problèmes de la délinquance et de la criminalité ont amené la société à créer très tôt des organismes pour sa propre défense et ceux-ci agissant dans le cadre de la Loi. Ces organismes sont au temps de Nūr ad-Dīn le cadi et la ḥisba d’une part et la riyāsa et la šurṭa de l’autre.

a) Le grand cadi

7Le grand cadi (qāḍī’l-quḍāt) est un notable savant, pieux et énergique qui juge en matière civile et pénale et qui a autorité sur l’administration judiciaire du royaume et donc sur les cadis de province. Il y a à l’époque de Nūr ad-Dīn quatre grands cadis, un pour chaque communauté de maḏhab, qui assistent le souverain ou son représentant et siègent régulièrement au dār al-‘adl. Il existe aussi un grand cadi de l’armée.

  • 6 Émile Tyan, Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, 2e édit., Leyde, 1960, pp. 159- (...)
  • 7 Cl. Cahen, Arabica, V, 1958, 231.
  • 8 Art. ‘Adl, dans EI2, I, 215-216.

8Pour les conditions d’aptitude aux fonctions judiciaires, comme pour les attributions du cadi nous renvoyons à Émile Tyan6. Nous nous bornerons ici à énumérer les principales obligations du grand cadi qui est l’agent du pouvoir avec lequel, rappelle Claude Cahen7, la population a le plus de contacts directs pour des affaires intestines. Sur le plan social, il assume la tutelle des incapables, comme les aliénés mentaux, veille à l’exécution des dispositions testamentaires, s’occupe de l’établissement des femmes non mariées sans parenté masculine, gère les biens waqfs, les biens des absents, ceux des orphelins et les biens sans maître. En matière de justice le grand cadi a le devoir de rendre les sentences, car c’est lui qui détient la décision ; il exerce pratiquement toutes les fonctions judiciaires et se désigne un ou deux suppléants pour tous les cas où il ne peut agir personnellement. Pour attester de la légalité de ses arrêts et pour prouver la régularité des actes de la procédure il s’assure le concours de témoins, les ‘udūl8, qui l’assistent aussi dans l’accomplissement des divers actes d’administration. La question essentielle est l’exécution des sentences que le cadi prononce, bien souvent la police (šurṭa) doit lui prêter main-forte.

  • 9 H. Derenbourg, Umara, 185-186 ; Dozy, Dict, des noms de vêtements, 255-257.

9Le grand cadi a aussi des charges administratives : il supervise le bayt al-māl, s’occupe de la gestion du dār aḍ-ḍarb et surveille personnellement la frappe de la monnaie (sikka). Sur le plan religieux il dirige la prière, prononce la ḫuṭba, s’occupe de l’administration matérielle des mosquées (naẓar al-ğawāmi‘ wa’l-masāğid). Dans la vie de la cité, au milieu du vie/xiie siècle, son influence équilibre celle du ra’īs qui ne tardera pas à perdre de son autorité comme nous le verrons plus loin. En ville, le cadi portait une coiffure particulière qui le rendait reconnaissable de loin : sur son turban noir était posé un voile (ṭaylasān) de lin fin, pas tourné, qui descendant jusqu’au dos rappelait la coiffure actuelle des prêtres orientaux. Il était vêtu d’une ample robe noire sans broderies, le manteau d’honneur posé sur les épaules et circulait toujours monté sur une mule9.

  • 10 L’exemple le plus connu est celui des Banū ‘Ammār de Tripoli.
  • 11 Ibn al-‘Adīm, Ta’rīḫ, II, 312/676.
  • 12 J. Sauvaget, Alep, 138.

10Sous le règne de Nūr ad-Dīn la charge est déjà parfois une charge de famille10. C’est ainsi que lorsqu’en 557/1162, Kamāl ad-Dīn Abū’1-Faḍl Muḥammad b. Šahrazūrī, le cadi kurde, est nommé au poste de grand cadi de l’empire zenguide, son fils Muḥyī ad-Dīn Abu Ḥamīd b. Kamāl ad-Dīn occupe le poste de cadi d’Alep11. Plus tard, sous les Ayyoubides, la charge sera pratiquement héréditaire et l’on aura de véritables dynasties de cadis12. Il faudra attendre deux siècles, après la mort de Nūr ad-Dīn, pour que le qāḍī’l-quḍāt reçoive de plein droit la direction du Pèlerinage.

b) Le muḥtasib13

  • 13 Voir R. Levy, EI, III, 751 ; Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 81-84 ; Ε. Tyan, Hist. Org. Jud., 615-650  (...)
  • 14 J. Sauvaget, Esquisse, 423. Voir J. Nicole, Le Livre du préfet ou l’édit de l’empereur Léon le Sag (...)
  • 15 Šayzarī, Κ. nihāyat ar-rutba fī ṭalab al-ḥisba, édit. Bāz al-‘Arīnī, Le Caire, 1946 ; Ν. Behrnauer(...)

11La ḥisba est la seule véritable magistrature urbaine, remarquait Jean Sauvaget, qui y voyait une sorte de calque de la préfecture urbaine de Constantinople14. Les origines historiques de cette fonction, qui répond à certaines nécessités de la vie intérieure de la cité, sont difficiles à fixer. Elle existe déjà au iie/viiie siècle sous les Abbassides et son rôle est d’ordonner le bien et d’interdire le mal : « al-amr bi’l-ma‘rūf wa’n-nahī ‘an al-munkar ». Sous les Fatimides la ḥisba joue un grand rôle dans la vie urbaine. Au vie/xiiie siècle la fonction prendra de plus en plus d’importance et ses attributions vont se multiplier. La fonction existe alors dans chaque grande ville et donne aux titulaires surtout des pouvoirs d’ordre prohibitif15.

  • 16 Cl. Cahen, Arabica, VI, 253-254.

12Le muḥtasib est généralement un faqīh recruté parmi le personnel formé dans les madrasas ; véritable « censeur des mœurs », au-dessus de tout soupçon, chargé de « découvrir les délits et de punir les délinquants », il occupe en ville une situation élevée. C’est le seul personnage qui ait trouvé grâce auprès des fuqahā’16.

13Les devoirs du muḥtasib peuvent être répartis en trois catégories : ceux qui relèvent des prescriptions religieuses, ceux qui concernent l’organisation des marchés et enfin ceux qui seraient du ressort de la police municipale.

14La fonction s’exerce à l’encontre de tout manquement aux prescriptions religieuses, « aussi bien délit de foi que délit de droit ». Le muḥtasib doit proscrire tous les actes interdits par la religion, les munkarāt, il veille à ce que chacun s’acquitte de la prière, qu’en ramadan personne ne rompe le jeûne avant l’heure, que l’on ne transgresse pas publiquement les prescriptions alimentaires et notamment l’interdiction du vin pour lequel les militaires turcs de l’armée zenguide semblent avoir eu un faible si l’on en croit les chroniqueurs. « Censeur des mœurs », le muḥtasib prend soin qu’on ne manque pas aux bonnes mœurs dans les bains et autres lieux publics ; il a le droit de bannir ceux qui ont failli à celles-là. Il fut aussi chargé du contrôle des ḍimmī-s.

  • 17 E. Lévy-Pronvençal, Séville musulmane au début du xiie siècle. Le traité d’Ibn ‘Abdun sur la vie u (...)

15Le muḥtasib exerce une grande partie de son activité dans les marchés ; son rôle y est de réprimer toute activité frauduleuse des commerçants et des artisans, surveiller les transactions commerciales, empêcher l’accaparement des vivres. Il inspecte les denrées des marchands et les produits des artisans, veille à leur vente au poids et à la mesure convenables, prend soin que ni les uns ni les autres ne s’écartent des règles de l’exercice de leur métier ni ne vendent des comestibles avariés. Enfin il est responsable de l’approvisionnement de la ville, il lui incombera de fixer la quantité de pain que les boulangers doivent cuire et la quantité de farine que les meuniers doivent leur livrer chaque jour17.

16Une des fonctions essentielles du muḥtasib est de faire régner l’ordre dans la rue comme dans les marchés. S’il doit faire démolir les édifices menaçant ruine, il doit veiller aussi à ce que boutiquiers et propriétaires de magasins n’agrandissent pas les immeubles en empiétant sur la voie publique et que personne ne bâtisse sans son autorisation. Il ne semble pas que le muḥtasib se soit acquitté avec succès de cette tâche en Syrie. Il est vrai que les Chaféites qui dominaient sous le règne de Nūr ad-Dīn sont indulgents sur cette question.

17Le muḥtasib prend soin du nettoyage des rues, il interdit le dépôt sur la voie publique de tout ce qui peut mettre obstacle à la circulation, défend que l’on salisse les passants en jetant sur eux, des étages, des eaux usées et des ordures. Enfin il veille à l’inhumation des personnes décédées et à la saisie des animaux errants.

  • 18 Voir E. Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 84.

18Une grande partie des obligations du muḥtasib sont des fonctions municipales ; nous voyons que ce personnage gagne en importance à l’époque de Nūr ad-Dīn et qu’en plus de la censure des mœurs il reçoit les attributions du ṣāḥib as-sūq, parallèle de l’agoranome de Byzance18, qui disparaît alors. Une partie des tâches que remplissait le ra’īs vont lui incomber désormais et il pourra requérir l’assistance des agents de la šurṭa.

  • 19 R. Mantran, Istanbul, 299-310.

19Avec le grand cadi le muḥtasib est, au vie/xiie siècle en Syrie, le personnage le plus important de la ville et celui qui est le plus en contact avec les classes laborieuses. Avec le temps la fonction évoluera, elle prendra un caractère politique et le muḥtasib deviendra au xie/xviie siècle à Istanbul un intendant général des corporations, un agent de surveillance du gouvernement19.

c) Le ra’īs

  • 20 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 195 ; Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 92 ; Cl. Cahen, Arabica, 1959, VI, 253.
  • 21 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 195 ; J. Sauvaget, Alep, 97, n. 286.

20A côté du muḥtasib un autre fonctionnaire jouait un rôle important dans l’administration urbaine : le ra’īs20. Ce titre désigne au Moyen Age le chef d’une communauté professionnelle et locale ; son importance est donc variable selon celle de sa communauté, de sa corporation, de son village ou de sa ville. Les titulaires de la riyāsa d’Alep et de Damas, du fait de l’importance de ces cités, jouèrent un rôle remarquable dans leur vie municipale au vie/xiie siècle. Chef d’une nombreuse clientèle parmi laquelle il peut recruter ses hommes et organiser une véritable milice, le ra’īs est choisi parmi les notables auprès de qui il est « personna grata » et reçoit une investiture officielle avec souvent le titre de muqaddam al-aḥdāt wa ra’īs al-madīna21.

  • 22 Ibn al-Qalānisī, 339/326.

21Quand l’autorité du pouvoir central faiblit, et alors que le šiḥna n’a encore qu’un rôle secondaire, la puissance du ra’īs et des notables bourgeois grandit ; le jeu politique des Banū’ṣ-Ṣūfī de Damas à la veille de l’arrivée de Nūr ad-Dīn dans cette ville est symptomatique. Le cérémonial de l’investiture du ra’īs à cette époque montre toute l’importance administrative de ce fonctionnaire. Ibn al-Qalānisī nous dit que lorsque Raḍī ad-Dīn Abū Ġālib at-Tamīmī fut nommé à ce poste en ḏū’l-qa‘da 548/janvier 1154, il reçut du souverain de Damas un diplôme d’investiture, des titres honorifiques et en présent un vêtement d’honneur complet, une monture caparaçonnée, un sabre damasquiné et un bouclier22. Toutefois les obligations de ce fonctionnaire d’un statut social élevé n’apparaissent pas très clairement dans les chroniques ; il semble que le ra’īs soit le maître de ce qui touche le maintien de l’ordre et la protection des biens des habitants, l’observation des règlements d’administration locale, l’organisation des travaux publics et la bonne marche des affaires. L’imprécision de la fonction qui évolua et varia selon la personnalité du titulaire et les circonstances politiques amena à traduire le terme de ra‘īs de diverses façons : chef de la police, chef de la municipalité. Jean Sauvaget le traduit de quatre façons : préfet de police, chef des milices, chef de la ville et prévôt des marchands.

  • 23 E. Ashtor-Strauss (RSO, 1956, 117) voit une parenté entre l’archonte byzantin et le ra’īs médiéval (...)
  • 24 Ibn al-Qalānisī, 227/118 : 307/310.

22En fait le ra’īs surveille comme représentant de la population urbaine, avec d’autres hauts fonctionnaires comme le šiḥna et le nā’ib, la rentrée des impôts et vérifie les comptes. Il doit donc être ou doit avoir un bon secrétaire pour assumer ses fonctions administratives et suivre les affaires financières23. Le ra’īs remplissait ses fonctions aussi longtemps que le seigneur de la ville lui faisait confiance ou que la population l’imposait à ce dernier. Le ra’īs, en effet, agissait en ville en exécuteur des volontés des bourgeois et était appuyé par les aḥdāt pour faire aboutir les revendications. L’importance du personnage à l’époque de Nūr ad-Dīn est soulignée par le fait qu’il occupe parfois les fonctions de vizir, comme ce fut le cas, à Damas, pour Ṯiqat al-Mulk aṣ-Ṣūfī qui succéda à al-Mazdaqānī en 524/1130, et vingt ans plus tard pour Mu’ayyad ad-Dīn et son frère Haydara24. Son rôle éminent dans la politique poussa Nūr ad-Dīn à le mettre dans son jeu lorsqu’il chercha à s’emparer de Damas sans coup férir. Si les Banū’ṣ-Ṣūfī, détenteurs de la riyāsa à Damas pendant un demi-siècle, s’opposèrent à l’intégration de leur ville dans l’empire zenguide, il n’en fut pas de même de la famille des Banū’t-Tamīmī qui accédèrent à la charge de ra’īs en 548/1154.

  • 25 E. Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 118-121 ; Cl. Cahen, Arabica, V, 1958, 236-250 ; Cl. Cahen, art. Aḥd (...)
  • 26 Ibn al-Qalānisī, 315.

23Nous venons de voir que le ra’īs a sous ses ordres des milices urbaines composées de aḥdāṯ25. Organisation propre à la Syrie et à la Haute Mésopotamie aux ive/vie/xe/xiie siècles, les aḥdāṯ sont recrutés dans le peuple, on les appela parfois šuṭṭār, les « dégourdis ». A Damas ils groupent des sunnites et à Alep des chiites, car ils reflètent la majorité de la population bien qu’ils constituent généralement l’élément dynamique de certaines « oppositions municipales ». Pauvres hères pour la plupart, ils défendent toujours les revendications populaires mais acceptent bien souvent la direction de la bourgeoisie. Avant l’arrivée de Nūr ad-Dīn leur rôle est important dans la vie de la cité, les populations alépine et damas-caine font preuve d’esprit belliqueux et prennent part aux combats menés contre les Francs, les milices rendent des services auxiliaires en montant la garde aux remparts. Nūr ad-Dīn mènera sa propagande parmi les éléments populaires de Damas dès 545/1150-51 ; l’année suivante personne ne bouge lorsqu’on invite la population à sortir contre lui26. Ce sont les aḥdāṯ qui livrent la ville au prince zenguide car ils sont scandalisés par l’alliance de l’atabeg būrīde avec le roi de Jérusalem.

d) Le šiḥna

24Le régime fort que va instaurer Nūr ad-Dīn à Damas, comme l’avait déjà fait son père Zengī à Alep, va mettre un terme à la puissance du ra’īs et des aḥdāṯ. La garnison de l’armée régulière est investie du devoir du maintien de l’ordre public. Son chef, le šiḥna, avec l’appui de la šurṭa, dont nous allons parler plus bas, laisse peu d’initiative aux aḥdāṯ qui perdent toute autorité de police. Certaines attributions du ra’īs passent au šiḥna, d’autres comme nous l’avons vu vont au muḥtasib.

  • 27 J. Sauvaget, Alep, 139, n. 495.

25Après le bref règne d’al-Malik aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl, fils de Nūr ad-Dīn, la fonction de ra’īs disparaîtra sous les Ayyoubides27. Apparus à Damas sous les Fatimides les aḥdāṯ de leur côté seront oubliés sous les Mamelouks.

26La fonction de šiḥna est une institution qui remonte à l’occupation seldjouqide. Véritable gouverneur militaire que l’administration ne concerne pas, le šiḥna représente généralement un prince turc souverain de plusieurs places, il contrôle une région, détient entre ses mains l’autorité militaire et a sous ses ordres une garnison régulière.

27Les attributions du šiḥna à l’époque de Nūr ad-Dīn n’apparaissent pas clairement et semblent différer suivant les villes. A Mossoul le šiḥna est alors chef de la police, à Damas et à Alep le poste est confié aussi bien à un militaire qu’à un ḥāğib comme Yūsuf b. Firūz de Damas. Ce fonctionnaire paraît jouer le rôle d’un préfet ou d’un commissaire du gouvernement qui participe à l’administration de la ville et de la province qui en dépend avec le ra’īs et le muḥtasib et exerce sa surveillance tant du point de vue fiscal que du point de vue policier.

e) La šurṭa

  • 28 Ε. Tyan, Hist. Org. Judiciaire, 573-616 ; Wiet, CIA, Egypte, II, MIFAO, LII, 1930, 51-62 ; Zetters (...)

28Quel que soit le gouvernement, le peuple qui paie des impôts attend de l’autorité la protection des foyers et la liberté de poursuivre ses activités. Le maintien de l’ordre qui jusqu’à l’arrivée des princes zenguides avait été assuré en Syrie par les aḥdāṯ le sera à partir du milieu du vie/xiie siècle par la šurṭa28. Son chef le ṣāḥib aš-šarṭa relève directement du šiḥna.

  • 29 Ε. Tyan, Hist. Org. Judiciaire, 588.

29Nous n’avons guère d’indications sur l’origine de cet organisme fort ancien de l’administration musulmane. Les uns le font remonter aux Omeyyades, d’autres même au calife ‘Uṯmān. L’étymologie du terme šurṭa et son sens littéral sont incertains et complexes. A ses débuts la šurṭa est la « garde du corps » particulière du calife tant à Damas qu’à Bagdad, puis l’institution évolue, ses agents sont chargés des opérations de police au nom du gouvernement central. Dans chaque grand centre il y aura un poste de šāḥib aš-šurṭa qui sera placé sous les ordres du gouverneur. « Ses attributions se ramènent toutes à la fonction générale du maintien de l’ordre public par l’exercice de la force publique »29. Le caractère de la šurṭa varie, semble-t-il, selon les villes car elle a un recrutement local qui ne permet pas au gouvernement de l’utiliser contre les soulèvements populaires. Sa mission ne se limite pas au maintien de l’ordre mais concerne l’extinction des incendies, l’intervention en cas de calamités publiques : accidents ou fléaux. Au Caire, sous les Fatimides, cette charge n’avait aucun caractère militaire et elle était confiée à un personnage politique qui semble avoir joué un rôle important en Égypte.

30En Syrie, à l’époque de Nūr ad-Dīn, la šurṭa et son ṣāḥib ne jouent qu’un rôle de force publique dans la vie urbaine.

B. LES CLASSES SOCIALES

31Si nous prenons en considération la répartition de la population en catégories sociales classiques nous aurons la pyramide suivante : au sommet une aristocratie militaire turque et kurde qui réside dans la ville, des représentants civils du gouvernement et des agents du fisc. A côté de ces « étrangers » à la ville vit un groupe de musulmans privilégiés, celui des descendants du Prophète par ‘Alī et Fāṭima, ce sont les ašrāf (les nobles). Leur chef, le naqīb, est chargé de sauvegarder leurs intérêts, son travail essentiel est de contrôler les généalogies, de vérifier le lignage des gens de noble origine et de sévir contre les fraudeurs. La classe moyenne comprenait les divers éléments de la bourgeoisie. La haute bourgeoisie était constituée par les gros marchands qui s’occupaient de commerce international et qui s’organisaient en association lorsque les entreprises étaient très importantes. Puis venaient les hauts fonctionnaires, ensuite les propriétaires d’immeubles ou de terrains extra muros, les propriétaires de boutiques, les médecins qui depuis Hārūn ar-Rašīd étaient fort bien organisés.

  • 30 Christo M. Macri, Organisation économique urbaine de Byzance, p. 108.
  • 31 J. Sauvaget, Alep, p. 138.

32Dans la classe riche entraient les entrepreneurs qui réunissaient le capital et le travail en vue de la production ; sans doute la pratique était la même en Syrie qu’à Byzance où l’on donnait une garantie de dix ans pour la construction en pierre et six ans pour le pisé30. Il y avait enfin les commerçants des corporations riches comme les bijoutiers, orfèvres, changeurs ou parfumeurs. A côté de cette haute bourgeoisie une nouvelle catégorie prend sous Nūr ad-Dīn un très grand développement, celle des « intellectuels enturbannés », pour reprendre une expression de Jean Sauvaget31. C’est dans cette classe de lettrés que sont choisis les administrateurs, les ministres, les ambassadeurs et les conseillers tandis que les secrétaires seront des gens instruits plus particulièrement dans l’adab et doués de qualités de rédacteur. Tous les offices publics se trouvent alors accordés à des « lettrés » qui dans leur ensemble jouissaient « de l’autorité morale que leur conférait leur science religieuse ».

  • 32 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 376.

33Formés dans les madrasas qui se multiplient au vie/xiie siècle, les fuqahā’, généralement recrutés dans les grandes familles locales et les soufis, groupés souvent en ṭarīqa et vivant dans les ḫāna-qāh-s, seront des éducateurs et des guides spirituels. Ils jouiront d’un grand prestige dans le peuple et feront contrepoids à l’aristocratie militaire. Les fonctionnaires recrutés parmi eux ne sont pas seulement des agents de l’administration mais encore des instruments de la propagande officielle. Hommes de science et soufis, ils sont chargés d’imposer le sunnisme dans toutes les couches de la société, créant un courant d’opinion en faveur de Nūr ad-Dīn, comme le note Claude Cahen32. Cette politique du prince zenguide fit naître un esprit nouveau, fatal à la liberté de conscience et à l’indépendance d’esprit, mais utile au souverain. S’il n’y a pas de « sentiment national » ni de « patriotisme », au sens moderne du terme, cela tient au fait que ces notions sont toutes récentes. Il ne faut pas croire que l’horizon se limitait pour le paysan à son champ et pour l’artisan ou le marchand au mur de sa cité. Un sentiment commun unissait la plupart des habitants de la Syrie : la défense de l’Islam sunnite. C’était, sur une si grande échelle, un fait nouveau et particulier au règne de Nūr ad-Dīn.

  • 33 E. Ashtor, JESHO, II, 1959, 277.
  • 34 E. Ashtor, RSO, 1956, 86.
  • 35 Pour les corporations, voir mes Corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn, dans Arabica, III, i, 1956, (...)

34La plus grande partie de la population urbaine est constituée par les artisans et les petits commerçants. Nous sommes mal renseignés sur la vie des artisans, nous savons que bien souvent ils gagnaient mieux leur vie que les professeurs et les médecins de rang inférieur33 ; d’autre part, les corps de métier avaient chacun à leur tête un ‘ārif, qui était reconnu par les autorités34 ; ce fonctionnaire était nouveau, peut-être entra-t-il dans les cadres de la réaction sunnite menée par Nūr ad-Dīn et devait-il effacer dans l’organisation des corporations l’influence des idées qarmates qui avait été forte au siècle précédent. Les marchands au détail, boutiquiers, boulangers, rôtisseurs et gargotiers avaient le même statut que celui des artisans35. L’équivalent du manœuvre léger moderne, de l’homme qui ne reçoit que le salaire minimum, était l’ouvrier fontainier ou le domestique de fondation pieuse. Enfin, il ne faut pas oublier qu’il existait aussi une pègre qui comprenait les vauriens (aḏ-ḏu‘‘ār), les malfaiteurs (al-mufassadūn), ainsi que les voleurs de grands chemins (quṭṭā‘ aṭ-ṭarīq) ; pris en flagrant délit, ils étaient les uns et les autres passibles du gibet (ṣalb) ou de la bastonnade (ḍarb).

35Il existait aussi dans les villes des communautés non musulmanes : jacobites, nestoriens, grecs-orthodoxes et juifs, ces derniers étaient nombreux à Damas et à Alep si l’on en croit Benjamin de Tudèle. Dans l’ensemble la condition des ḏimmī-s était convenable, les relations interconfessionnelles étaient bonnes sauf lorsque les déprédations des Francs amenaient des représailles populaires. Les signes vestimentaires discriminatoires, considérés par les ḏimmī-s comme des marques d’humiliation, tombaient vite en désuétude si l’on en croit les remises en vigueur de ces mesures, notamment à Mossoul par Nūr ad-Dīn en 565/1170.

36La population est répartie par quartiers avec un chef responsable ; les quartiers sont habités par des groupes sociaux et religieux différents avec des intérêts souvent opposés mais il n’y a pas, à l’époque de Nūr ad-Dīn, de quartiers précis pour les ḏimmī-s.

  • 36 Quelques indications dans JESHO, II, 1959, 262-280.
  • 37 Ε. Ashtor-Strauss, JESHO, II, 267 ; H. Derenbourg, Usama, 36-37 ; Cl. Cahen, Syrie du Nord, 328.
  • 38 Ibn Abī Uṣaybi‘a, ‘Uyūn al-anbā’ fī ṭabaqāt al-aṭibbā (édit. 1884).

37Il nous est difficile de connaître le niveau de vie de la société urbaine au vie/xiie siècle. Dans une étude parue en 1959 Ashtor Strauss rappelait la rareté des sources nous donnant des indications sur les salaires en Syrie au Moyen Age36. Pour la période de Nūr ad-Dīn deux exemples seulement permettent de connaître le revenu d’un militaire37. Nous n’avons pour cette époque aucun acte de waqf nous précisant les salaires des professeurs de madrasa et des employés des fondations pieuses, nous ignorons le revenu des intellectuels et nous ne connaissons les salaires des médecins qu’à partir du règne de Saladin38. Sur les revenus de la petite bourgeoisie, sur les ressources des artisans, sur le minimum vital sous le règne des souverains zenguides, nous ne disposons d’aucune information. L’absence de documents chiffrés pour le vie/xiie siècle en Syrie ne nous permet pas de connaître l’échelle des salaires, c’est donc en nous appuyant sur des données sociologiques générales que nous avons esquissé notre stratification des classes de la société urbaine.

II. ŒUVRES SOCIALES DE NŪR AD-DĪN

A. LE MARISTĀN

  • 39 Ibn Šaddād, ms. Ğazīra, 22 r°; Cl. Cahen, Djéziré, REI, 1934, 112.

38Nūr ad-Dīn fit œuvre pie et sociale en fondant trois maristān-s en Syrie : un à Raqqa dont il ne reste plus rien39, un second à Alep et un troisième à Damas. L’intention du souverain était de fonder des établissements hospitaliers pour le traitement des musulmans malades dont on espérait la guérison ; les pauvres et les soufis, gens détachés des biens de ce monde, y étaient admis par priorité.

39Le maristān, du persan bimaristān, est une institution sassanide introduite dans le monde musulman bien avant la ḫānaqāh et la madrasa. Le modèle des hôpitaux fut fondé à Ğundarsābūr au Khuzistān à l’époque de Chosroés Ier, il servait aussi d’école de médecine. On y enseignait de plus la science hellénistique en langue araméenne. Le rayonnement de cet hôpital dura jusqu’à l’époque des Abbassides.

  • 40 Maqrizī, Ḫiṭaṭ (édit. 1270), II, 405-408 ; Dunlop, art. Bimaristān, EI2, I, 1259.
  • 41 Pour les hôpitaux à Constantinople, voir Chalandon, Manuel Comnène, 32 sq.
  • 42 Voyages, trad. Demombynes, 296.

40On attribue au calife omeyyade al-Walīd Ibn ‘Abd al-Malik la construction du premier maristān en pays d’Islam de l’année 88/ 70740. A Bagdad le premier maristān fut fondé sous Hārūn ar-Rašīd et au xe siècle la capitale abbasside avait déjà plusieurs hôpitaux dont le personnel médical comptait beaucoup de non-musulmans, chrétiens ou juifs. Lorsque Nūr ad-Dīn construisit ses hôpitaux il en existait déjà d’anciens à Alep et à Damas, il en existait dans son empire à ar-Ruhā’ (Édesse), à Ğazīrat Ibn ‘Umar et à Ḥarrān41. Il est très vraisemblable qu’il y en ait eu un à Mossoul. Enfin celui qui se dressait sur la rive de l’Oronte à Hama et que vit Ibn Ğubayr avait peut-être été construit par le souverain zenguide42.

  • 43 RCEA, IX, 3312. ; BEO, XIV, 155-196 ; CIA, Alep, 230 ; Issa bey, Hist. des Bimaristāns, 203.
  • 44 Perles, 168-169.
  • 45 Perles, 168-169.
  • 46 BEO, XIII, n° 44 ; Herzfeld, CIA, Alep, 229 ; R. Ṭabbāḫ, II, 77-78 ; Issa bey, Histoire des Bimari (...)

41A l’avènement de Nūr ad-Dīn il n’y avait à Alep qu’un petit hôpital que remarqua le célèbre médecin chrétien Ibn Buṭlān lorsqu’il visita la ville en 440/1048-49. Le prince zenguide fit construire un hôpital monumental peu après son avènement, si l’on en juge d’après la titulature qui figure sur l’inscription commémorant la fondation43. Cette même inscription signale que les travaux furent exécutés sous la direction d’un mossouliote venu à Alep avec le prince, un certain ‘Atīq b. As‘ad aṣ-Ṣa‘ālik al-Mawṣilī. Le temps effaça dans la mémoire des hommes le souvenir de cet intendant et l’on comprit le nom comme un adjectif signifiant « ancien » par opposition à l’épithète ğadīd (neuf) qui qualifia plus tard l’hôpital d’Arġūn al-Kāmilī. Ce maristān ‘atīq est situé en dedans de Bāb Anṭākiya, au quartier Ğallum as-Suflā, dans la rue as-Sabi‘ī près du souk du Vent. L’eau y fut amenée par une canalisation dérivée du qasṭal aš-Šu‘aybīya44. On raconte que pour choisir le site le plus salubre on fit suspendre des quartiers de viande dans différentes parties de la ville, l’on détermina l’emplacement dans le secteur où la viande s’était le moins avariée45. Cette anecdote reprend mot à mot celle que l’on rapporte à propos du choix du site de l’hôpital ‘Aḍudī à Bagdad par Rāzī. Malheureusement ce récit relève du folklore car Rāzī était mort depuis un demi-siècle quand on décida de bâtir l’hôpital ‘Aḍudī. A l’origine le maristān de Nūr ad-Dīn bénéficia de waqfs importants mais les revenus s’amenuisèrent et actuellement l’édifice est en ruines et occupé par de misérables locaux d’habitation46.

  • 47 BEO, XIII, n° 13.
  • 48 Maqrizī, Ḫiṭaṭ, II, 408 : Bidāya, XII, 280.

42Tout comme pour Alep, Nūr ad-Dīn se préoccupa de doter Damas d’un second hôpital. Le premier établissement (Dār aš-Šifā’) situé à l’ouest de la Grande Mosquée, près de Bāb al-Barīd, avait été fondé par le seldjouqide Duqāq. Le souverain zenguide après son entrée victorieuse à Damas en ṣafar 549/avril 1154 fait construire entre la Citadelle et la Grande Mosquée, au quartier de la Pierre d’Or, un hôpital qui non seulement est l’un des monuments les plus importants de la ville mais qui perpétue le souvenir d’un des hôpitaux les plus célèbres du monde musulman47. Les frais de la construction auraient été couverts par la rançon d’un roi franc qui, une fois libéré, serait mort en route avant d’avoir pu regagner son pays. Ce cas pose un problème juridique de l’utilisation de la rançon. Cette rançon s’élevait, dit-on, à cinq places fortes et cinq cent mille dinars48. Ces propos relèvent de la fable : le roi est inconnu et le montant de la rançon est fabuleux quand on songe que les revenus de l’hôpital que l’on considérait comme importants, atteignaient cinq mille dinars par an. Bien qu’ayant subi des remaniements en 682/1283 le bâtiment, qui a cessé d’être un établissement hospitalier en 1899 pour rester une école jusqu’à nos jours, conserve de très importantes parties remontant à la fondation.

  • 49 J. Sauvaget, MHD, 49-53.
  • 50 Pour une étude détaillée de ce problème, voir Herzfeld, Ars Islamica, IX, 11-40, chap. The Muḳarna (...)
  • 51 S. Munağğid, Bimaristān Nūr ad-Dīn, Damas, 1946, in 8o, 39 p.

43Le portail en saillie sur la rue a un décor d’alvéoles que Herzfeld attribue à la fondation tandis que Sauvaget ne se prononce pas49. Un fronton antique surmonte la porte dont les vanteaux sont anciens. Le vestibule et la coupole d’alvéoles se rattachent par leur technique à l’architecture musulmane de Mésopotamie. A ces deux exemples de décor d’alvéoles devait s’ajouter quelques années plus tard la coupole à alvéoles de la madrasa funéraire de Nūr ad-Dīn. Ces coupoles en encorbellement étaient nombreuses en Mésopotamie50. Dans la partie du maristān qui a disparu il y avait un hammam51 pour les malades et des latrines à eau courante qui représentaient l’innovation la plus importante pour l’époque. Le même dispositif sanitaire fut adopté par Nūr ad-Dīn au mašhad du Šayḫ Muḥassin à Alep et à la mosquée de Hama. Les cellules où étaient enfermés les aliénés ont disparu.

44Les plans des maristān-s d’Alep et de Damas sont d’inspiration identique. En gros, le maristān est constitué par un bâtiment principal qui s’ordonne autour d’une cour rectangulaire dont le centre est occupé par un bassin, sur chacune des quatre faces s’ouvre un īwān avec une voûte en berceau. C’est le type parfait du plan cruciforme. A Damas à la cimaise de l’īwān oriental se développent des citations coraniques faisant allusion à la médecine, elles laissent à penser que cet īwān servait de salle de consultation et de salle de cours. Le décor épigraphique rattache aussi le maristān de Damas au maqām inférieur d’Alep et à la mosquée de Hama. Le texte est incisé en naskhī dans du marbre blanc et rempli d’asphalte suivant un procédé de décoration mésopotamien ancien. Cette technique vient souligner l’influence orientale si visible dans la coupole à alvéoles.

  • 52 Ibn ğubayr, Voyages, trad. Demombynes, 329.
  • 53 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 155.
  • 54 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 155.
  • 55 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 109.
  • 56 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 161.

45Ibn Ğubayr dans le récit de sa visite à Damas, dix ans après la mort de Nūr ad-Dīn, nous décrit le fonctionnement de cet établissement : « … il y a à Damas… deux hôpitaux, un vieux et un neuf. Le nouveau est le plus important et le plus grand des deux : il a un revenu quotidien d’environ quinze dinars. Il a des administrateurs qui ont en mains les registres où sont inscrits les noms des malades, les dépenses qui sont nécessaires pour leurs remèdes et leur nourriture, etc. Les médecins y viennent chaque matin, examinent les malades et ordonnent de préparer les remèdes et les aliments qui peuvent les guérir, suivant ce qui convient à chaque individu parmi eux. L’autre hôpital a la même organisation, mais l’ordonnance est plus belle dans le nouveau. L’ancien est à l’ouest de la Mosquée vénérable. On fait aussi subir une sorte de traitement aux fous à lier qui sont solidement attachés par des chaînes »52. On y traitait tout particulièrement les maladies ophtalmiques et intestinales ainsi que les troubles mentaux. On recevait les malades en consultation, d’autres étaient hospitalisés. Le budget annuel de l’hôpital de Damas était de plus de cinq mille dinars or. L’après-midi, après avoir visité sa clientèle privée, le médecin revenait faire des cours pendant quelques heures. Cette institution philanthropique en effet n’était pas uniquement destinée au traitement des malades, elle servait d’école de médecine et de clinique pour la formation des praticiens. Il y avait une bibliothèque que Nūr ad-Dīn avait constituée waqf, les livres étaient rangés dans deux armoires qui se trouvaient dans l’īwān oriental, on pouvait consulter les ouvrages sur place53. A côté des leçons de médecine on donnait aussi des cours de sciences exactes, celles-ci au vie/ xiie siècle n’étaient pas enseignées dans les madrasas. C’est pourquoi il n’y a rien de surprenant à voir que le médecin chef du maristān Nūrī, Abū’l-Mağd b. Abī’l-Ḥakam ‘Ubayd Allāh Ibn al-Muẓaffar b. ‘Abd Allāh al-Bāhilī non seulement était un des plus grands médecins du règne de Nūr ad-Dīn mais aussi était un astronome célèbre et un musicien de renom54. Parmi les premiers médecins du maristān an-Nūrī il faut signaler Muhazzab ad-Dīn Abū’l-Ḥasan b. Hibat Allāh an-Naqqāš, originaire de Bagdad qui ne séjournera que peu de temps à Damas55 et Abū’1-Faḍl b. Abī’l-Waqqār. Ce dernier était originaire de Damas et avait fait un séjour à Bagdad où il s’était perfectionné en médecine avant de revenir dans sa ville natale où il mourut en rabī‘ I 554/avril 115956.

B. LE DĀR AL-‘ADL

  • 57 Elisséeff, Titulature, BEO, XIV, 181.
  • 58 Gaudefroy-Demombynes, Notes sur l’histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, REI, 1939 (...)
  • 59 MaqrizĪ, III, 336, cité par Tyan, 437.
  • 60 E. Tyan, op. cit., 425.

46Si les palais de justice construits par Nūr ad-Dīn ont disparu, des inscriptions qui figurent sur d’autres monuments témoignent de la part que prit Nūr ad-Dīn à l’établissement et au maintien de la justice dans son empire. Le surnom personnel de souverain que porta Nūr ad-Dīn : al-malik al-‘ādil et d’autres titres composés qui figurent dans son protocole attirent tout particulièrement l’attention. Au début du règne du souverain l’épithète al-‘ādil se trouvait à la troisième place dans son protocole, à la suite d’al-‘ālim et al-‘ārif, puis après 549/1154, soit après la prise de Damas elle passa en tête. C’est alors que Nūr ad-Dīn reçoit son surnom personnel d’al-malik al-‘ādil, le roi juste par excellence, le souverain dispensateur de la justice. Après 551/1156 on voit apparaître dans sa titulature des titres composés faisant allusion à son amour de la justice57 : il est muḥyī al-‘adl fi’l-‘ālamīn, « le vivificateur de la justice dans les mondes » ; nāṣir al-ḥaqq bi’l-barāhīn, « le défenseur de la vérité par les preuves » ; il est aussi munṣif al-maẓlūmīn min aẓ-ẓālimīn, « le protecteur des opprimés contre les oppresseurs ». Ce dernier titre fait allusion à l’institution du naar fi’l-maẓālim connu aussi sous le nom de kašf al-maẓālim. Depuis une époque fort reculée de l’Islam « il a existé dans le système du droit public musulman, une justice supérieure dont le champ d’exercice n’est limité par aucune règle fixe et précise et qu’on désigne sous le nom très général des « maẓālim »58. Les maẓālim, suivant la définition de Maqrizī59, constituent des faits que le juge se trouve impuissant à réprimer et que peut réprimer un personnage plus puissant que lui. Ces faits concernent toute violation d’un droit ou d’un intérêt légitime, ou bien un préjudice de quelque ordre subi d’une façon imméritée, ceci s’étend aux actes de prévarication. Il fallait pouvoir prononcer une condamnation contre un personnage puissant quand le juge ordinaire n’arrivait pas à réprimer un déli et à le sanctionner en raison de la puissance supérieure de son auteur. La procédure des maẓālim consistait donc, après investigation des plaintes, à assurer la justice en mettant à son service une force supérieure mais il fallait avant de pouvoir s’adresser au conseil du dār al-‘adl, s’être présenté devant le juge ordinaire et n’avoir pu obtenir de solution au litige. Au dār al-‘adl on lisait les requêtes qui étaient présentées au souverain et l’on y donnait avec son assentiment la suite qu’elles comportaient60. Les auteurs classiques arabes attribuent à Nūr ad-Dīn l’inauguration d’un local spécialement affecté aux maẓālim.

  • 61 R. Brunschvig, Berbérie, 113.
  • 62 Bidāya, XII, 278.
  • 63 E. Tyan, Hist. Org. Jud., 239. Voir plus loin sur le rôle social du cadi.
  • 64 R. Brunschvig, Berbérie, 127.

47Cette institution, sorte de cour suprême, présidée par le souverain existait déjà en Syrie sous les Omeyyades et fonctionnait à Bagdad sous les Abbassides. C’est devant cette véritable haute cour qu’étaient jugés les abus de pouvoir et les prévarications. Il ne semble pas que l’institution ait bénéficié d’un local particulier avant l’avènement de Nūr ad-Dīn. Ce souverain, en créant le dār al-‘adl, lui rendit dans la vie administrative une importance qu’elle semblait avoir perdue. La tradition populaire veut que le souverain zenguide ait construit le dār al-‘adl de Damas à la suite des nombreuses plaintes que l’on portait contre l’isfahsalār Šīrkūh et ses lieutenants. Le recours à une procédure extraordinaire était inévitable car le cadi ordinaire n’osait pas, ou ne pouvait pas, se prononcer en toute équité dans les affaires où étaient impliqués de hauts personnages. C’est la raison pour laquelle la juridiction des mazālīm. fut du ressort du souverain. Il convient de noter que Nūr ad-Dīn n’institua le dār al-‘adl à Alep et à Damas que le jour où il reçut du calife les pleins pouvoirs en Syrie, cette haute cour soulignait en fait son rôle de souverain61. Le prince venait siéger deux fois par semaine, le mardi et le jeudi, pour trancher les litiges pour lesquels le cadi ordinaire n’avait pas réussi à prononcer de sentence. La présidence de la juridiction des mazālīm. revenait au souverain qui siégeait dans la salle du conseil au dār al-‘adl, il était accompagné du qāḍī’l-quḍāt chaféite et des représentants des quatre maḏhab-s62 ; assistaient également aux séances les principaux jurisconsultes (fuqahā’) ainsi que les šuhūd al-‘udūl, témoins qualifiés des décisions qui étaient rendues, ce sont des témoins instrumentaires63. Il n’y a pas d’avocat, chacun expose son cas, « la procédure musulmane est dominée par le jeu des témoignages et des serments »64, il n’y a ni appel ni cassation mais il reste la possibilité d’aller devant d’autres juges.

  • 65 Ibn al-Aṯīr, Atabegs, II2, 305-306.
  • 66 Cf. plus haut, Alep, 126 ; BEO, XIII, 8, n° 5 ; Plan, n° 13.
  • 67 J. Sauvaget, Alep, 146.

48Deux ans après son accession au pouvoir Nūr ad-Dīn fit construire à Alep un dār al-‘adl65 sous la citadelle presque au bord du fossé et contigu à la ḫānaqāh al-qadīm66. Le palais de justice se trouvait ainsi placé à l’ombre de la résidence souveraine dont il était en quelque sorte une annexe publique. Les témoins véridiques (aš-šuhūd al-‘udūl) se groupèrent à sa porte et la rue où ils se tinrent prit le nom de darb al-‘udūl, c’est l’actuel Sūq ad-Darb. Le palais de justice de Nūr ad-Dīn fut remplacé en 585/1189 par un nouveau palais que Ġāzī fit élever entre les deux remparts et rattacher à la citadelle par un passage réservé au souverain67.

  • 68 BEO, XIII, n° 14.
  • 69 Laoust, Droit public, p. 30.

49L’année même où il s’installa à Damas, Nūr ad-Dīn y fit construire un palais de justice comme à Alep, soulignant ainsi son intention de faire de l’ancienne capitale omeyyade sa résidence permanente. Le bâtiment s’élevait au sud de la citadelle, il se trouva à l’intérieur de Bāb an-Naṣr lorsque Saladin ouvrit cette porte après 583/1167. C’était l’ancien quartier al-Arwām, sensiblement à l’entrée de l’actuel souk Ḥamīdīya68. Lorsque Saladin procéda à ses travaux il remania le dār al-‘adl et semble y avoir adjoint l’édifice voisin qui n’était autre que la résidence damascaine des princes de Ba‘albakk. L’ensemble prit le nom de dār as-sa‘āda. En 659/1261 Baybars à son tour le réorganisa. Tant à Alep qu’à Damas les deux édifices ont disparu de nos jours et seuls les textes anciens en conservent le souvenir, mais le petit peuple n’oublie pas depuis des siècles, lorsqu’il passe devant la tombe de Nūr ad-Dīn, son sens profond de l’équité car « un jour de justice, dit-on, vaut mieux pour un prince que soixante ans de dévotion »69.

C. L’EAU

  • 70 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 17 ; Buhl, EI, III, 1037-1039.

50Suivant les ḥadīṯ-s « il n’y a pas de plus belle aumône que de donner à boire de l’eau », Nūr ad-Dīn n’a pas manqué de faire cette aumône qui est une des bonnes œuvres les plus méritoires. Les chroniqueurs signalent que l’un des titres de gloire de ce prince est d’avoir remis en état la source qui jaillit à Ohod70 ; il est probable que la citerne qui se trouve dans cet important heu de pèlerinage date de cette époque.

  • 71 Ce vizir de Mossoul mourut en prison, cf. EI2, II, 501.

51Nūr ad-Dīn semble s’être intéressé aux Villes Saintes et notamment au problème de leur ravitaillement en eau, après la mort du vizir Ğamāl ad-Dīn al-Ğawād al-Iṣfahānī en 558/116371. Le souverain avait fait le Pèlerinage peu avant et prit à sa charge les œuvres charitables du ministre décédé, Ce dernier avait consacré d’importantes sommes pour l’installation de bassins d’eau dans les Villes Saintes du Hedjaz, il avait notamment amené l’eau à Arafat et obtint des Bédouins, en leur versant une forte redevance, qu’ils renoncent à attaquer la canalisation.

52Pour que l’aumône soit valable l’eau doit être distribuée gratuitement, on constitue des waqfs pour l’entretien des canalisations et près de maintes madrasas funéraires il y a un petit sabīl, fontaine publique édifiée avec une intention de pieuse charité envers les passants.

  • 72 S. Mazloum, L’ancienne canalisation d’eau d’Alep, 15.

53Nūr ad-Dīn s’occupa particulièrement de la distribution de l’eau à Alep et à Damas. L’alimentation en eau de chacune de ces villes est assurée par un système très étudié : le réseau comprend une conduite maîtresse, des embranchements secondaires et des dérivations tertiaires. Ces dernières sont constituées par des tuyaux en terre cuite de dix centimètres de diamètre et trente centimètres de long assemblés par emboîtement et rejointoyées avec du laqūmé, qui est un mortier de chaux et d’huile avec un peu de déchets de coton72.

a) Les canalisations

  • 73 S. Mazloum, L’ancienne canalisation d’eau d’Alep, 8 ; CIA, Alep, 294.
  • 74 BEO, XIII, n° 10 ; CIA, Alep, 222.
  • 75 BEO, XIII, n° 96 ; Mazloum, L’ancienne canalisation…, 8.

54A Alep Nūr ad-Dīn restaura l’aqueduc de Ḥaylān qui depuis des siècles captait l’eau d’une source située à douze kilomètres de la ville et assurait l’alimentation en eau potable de la cité73. Ce qanāya en dalles de pierre mal jointes existait bien avant la conquête musulmane et fut restauré par Pomeyyade ‘Abd al-Malik b. Marwān ; quant au réseau urbain de distribution il avait déjà été développé par les Romains. Nūr ad-Dīn remit en état la dérivation principale qui pénétrait en ville à la porte des Quarante (bāb al-Arba‘īn) et amenait l’eau du qanāya vers la madrasa Ḥallawīya qui se trouve sur l’emplacement de l’ancienne cathédrale Sainte-Hélène et vers la Grande Mosquée, notamment aux latrines situées à l’ouest de celle-ci, et à celles du marché aux Armes (sūq as-Silāḥ). Cet embranchement continuait jusqu’à Bāb Anṭākiya où Nūr ad-Dīn construisit le Qasṭal aš-Šu‘aybīya74. Il établit aussi un autre embranchement jusqu’au quartier des marchands de bois. Du Qasṭal al-Ḫaššābīn75 une dérivation créée par Nūr ad-Dīn allait vers la Grande Place (ar-Raḥbat al-Kabīra) pour alimenter en eau les quartiers neufs qui alors se développaient dans la partie méridionale de la ville au dedans de Bāb Qinnasrīn. A l’époque zenguide le qanāya avant de pénétrer dans l’enceinte primitive de la ville donnait naissance à des dérivations, niẓām-s, chargées d’alimenter en eau les faubourgs nouveaux qui s’installaient au sud de la ville à la fin du vie/xiie siècle. Quelques années après la mort de Nūr ad-Dīn il y avait cinq dérivations de cette espèce.

  • 76 Elisséeff, art. Baradā, EI2, I, art. Ġhūṭa, EI2, II, 1131-1132 ; Ibn ‘Asākir, 145/247.

55A Damas, lorsque Nūr ad-Dīn s’empare de cette ville le réseau d’alimentation en eau a les mêmes dérivations que celles qui existaient à la fin du viie siècle de notre ère. A la sortie de la Gorge de Rabwa le Baradā et ses six bras ouvraient un large éventail qui allait constituer un savant réseau d’alimentation et d’irrigation de vingt-cinq kilomètres de long et de quinze de large76. Cet éventail comprenait au nord, le nahr Yazīd et le nahr Ṯawrā qui coulaient tous deux à flanc de coteau du Qāsiyūn ; dans la vallée le Baradā était doublé par le nahr Bānās et le nahr Qanawāt tandis que deux canaux dérivaient l’eau vers le sud-ouest, le nahr Dāranī et le nahr Mizzawī.

  • 77 Ibn ‘Asākir, 154-162, 257-276.
  • 78 Idrīsī, trad. Jaubert, 350.
  • 79 Pour la carte des canalisations, voir Écochard, Les bains de Damas.
  • 80 Ibn ‘Asākir, 258-263.

56Les canalisations secondaires dans Damas sous Nūr ad-Dīn ont été énumérées par Ibn ‘Asākir77 à l’exception du nahr ‘Ādiyah signalé par Idrīsī78. Ce canal traversait la ville par le milieu, recueillait les immondices et servait de collecteur d’égout. Ces canalisations sont restées à peu de chose près les mêmes de nos jours jusqu’à l’apport, en 1928, de l’eau potable par une canalisation venant de la source de Fīğa79. Au nord de la ville coulait presque parallèlement au Baradā, le Bānās. Il pénètre dans la ville par la citadelle, il s’y scinde en deux ; un embranchement va vers le sud, le nahr Qulayṭ qui à son tour est partagé en deux, le bras principal s’en va fournir l’eau à la Grande Mosquée, aux quartiers de Bāb al-Barīd et de Ğayrūn ainsi qu’à celui de Bāb al-Ğīnīq pour sortir de la ville à Bāb Tūmā. Le secteur méridional de la ville était, comme de nos jours, alimenté par une quarantaine de dérivations du Qanawāt qui depuis l’époque romaine suivait le tracé de la Voie Droite80.

  • 81 Édit. Adler, 29.

57La distribution d’eau était faite par simple gravité du canal principal, elle servait aux bains, aux mosquées et aux couvents, aux madrasas et aux maisons, et souvent aux jardins qui avaient fait l’admiration de Benjamin de Tudèle81. L’eau se ramifie jusqu’à épuisement par une série de partiteurs : ṭāli‘, sorte de blocs de maçonnerie au coin d’une rue ou encastré dans un édifice et dont la partie supérieure était constituée d’un petit bassin muni de prises d’eau d’importances variables, donnant naissance à des canalisations tertiaires suivant une savante, et plusieurs fois centenaire, répartition entre les ayants droit.

58De nos jours, les ṭāli‘ ont presque tous disparu, mais à l’époque de Nūr ad-Dīn ils étaient ravitaillés par cent vingt-neuf canalisations secondaires intra-muros et dix-neuf dans les faubourgs immédiats. Le service de l’eau à Damas comme à Alep avait un caractère public et gratuit. La surveillance et la répartition des eaux étaient assurées par des agents spéciaux assermentés : à Alep les qanawātī-s et à Damas les šāwī-s.

  • 82 Ibn Ğubayr (G.D.), 295, 336 ; Sauvaget, Inventaire, Alep, n° 38, REI, 1931, 88.

59Nūr ad-Dīn semble avoir innové en faisant passer l’eau courante dans de nombreuses latrines publiques avec des logettes. Ces latrines généralement voisines de sanctuaires fréquentés étaient des lieux de purification où le fidèle pouvait faire ses ablutions sans subir aucune gêne82.

b) Les bains

60L’organisation du réseau urbain d’alimentation en eau permettait d’avoir tant à Alep qu’à Damas un grand nombre de bains.

61Le bain public est au vie/xiie siècle un des centres de la vie du quartier, un élément religieux de la cité, il est l’antichambre de la mosquée à laquelle il est souvent attenant. C’est pour le fidèle l’endroit le plus commode pour procéder à l’ablution majeure, à la lotion générale qui peut effacer la souillure de l’acte sexuel. En pays musulman la fréquentation du bain est une obligation religieuse liée à la purification rituelle.

  • 83 M. Écochard et Cl. Le Cœur, Les Bains de Damas, 2 vol., Beyrouth, in-4°, 1941-1942 ; J. de Maussio (...)

62Il n’y a pas eu jusqu’à présent d’étude systématique ni sur les bains de Syrie ni sur les bains d’Alep comme celle faite pour la ville de Damas par Michel Écochard83. Nous ne disposons pas pour la métropole du nord de la Syrie d’un texte comparable à celui d’Ibn ‘Asākir pour Damas, aucun document ne nous donne l’énumération des bains de la ville d’Alep à l’époque de Nūr ad-Dīn. Nous devons donc nous contenter d’hypothèses pour établir une estimation forcément très approximative du nombre des bains d’Alep au vie/xiie siècle.

  • 84 A Bagdad la proportion était de un bain pour cinq mosquées.
  • 85 Ibn Šaddād, A‘lāq, Damas, 291-302.
  • 86 Ibn Šaddād, A‘lāq, Alep, 130-138.

63Si nous établissons un rapport entre le nombre des mosquées et des bains intra-muros à Damas à l’époque de Nūr ad-Dīn, en nous basant sur le décompte établi par Ibn ‘Asākir, soit quarante bains pour deux cent quarante-huit mosquées, nous avons une proportion d’un bain pour six mosquées84. Pour retrouver le nombre de bains d’Alep sous le règne de Nūr ad-Dīn nous supposerons que la proportion des bains et des mosquées dans chacune des deux villes n’a que peu varié en un siècle. Nous ferons notre décompte de la façon suivante : nous considérerons les chiffres de l’inventaire dressé pour Damas et pour Alep par le géographe Ibn Šaddād en 657/1259, presque un siècle après la disparition de Nūr ad-Dīn ; nos aurons pour Damas quatre-vingt-neuf bains publics pour deux cent quatre-vingt-huit mosquées intra muros85 et pour Alep, soixante-dix hammams pour deux cent huit mosquées en ville86. Soit pour chacune des villes une proportion identique d’un bain pour trois mosquées. Cette proportion indique un important accroissement du nombre des bains à l’époque ayyoubide, en moins de cent ans ces établissements publics avaient doublé en quantité. Le rapport tant des bains que des mosquées entre Damas et Alep était de quatre à trois en 657, nous supposons que ce rapport n’a pas changé et pouvons alors attribuer à Alep, à l’époque de Nūr ad-Dīn, une trentaine de bains publics et près de cent quatre-vingt-dix mosquées.

  • 87 Ibn ‘Asākir, 162/279.
  • 88 BEO, XIII, n° 79.
  • 89 Ibn Ğubayr, Voyages (trad. G.D.), 146.

64Nūr ad-Dīn ne construisit pas de bain à Alep mais constitua waqf à Damas le hammam du darb an-Nahla près de Bāb aṣ-Ṣaġīr87 et en fit bâtir un au marché des Grainetiers (sūq al-Buzūriyyln, ou sūq al-Qamḥ). Ce bain fut construit entre 549, date de l’installation de Nūr ad-Dīn à Damas et 567/1172 date à laquelle le souverain le constitua waqf pour la grande madrasa an-Nūrīya. Ce hammam fonctionnait encore en 1940 mais fut plus tard transformé en savonnerie88. En moyenne cinq personnes travaillaient pour un bain, on pouvait ainsi compter à Damas au vie/xiie siècle, pour une quarantaine d’établissements environ deux cents membres actifs de la corporation des « baigneurs ». Il est intéressant de noter que la Mecque où l’eau est rare ne possédait à l’époque de Nūr ad-Dīn que deux hammams, celui fondé par le jurisconsulte al-Mayyanašī et l’autre par Ğamāl ad-Dīn al-Ğawād al-Iṣfahānī, le vizir des princes zenguides de Mossoul89 tandis qu’une ville comme Ğazīrat Ibn ‘Umar, centre commercial sur le Tigre, en avait en ce temps-là quatorze.

65Si Nūr ad-Dīn s’est préoccupé de l’entretien et de l’amélioration des réseaux d’alimentation en eau dans les grandes villes, c’est non seulement par souci du bien-être public mais aussi par esprit de charité et de piété. Il faisait l’aumône de l’eau en entretenant les fontaines publiques et permettait les ablutions en assurant l’eau courante dans les hammams et les mosquées.

III. L’ÉCONOMIE URBAINE

  • 90 Cl. Cahen, Studia Islamica, III, 1955, 98.
  • 91 L’instruction des marchands au Moyen Age, Annales, 1929, 17.
  • 92 Voir notre traduction, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, PIFD, 1959.

66Après avoir vu l’aspect militaire de la politique de Nūr ad-Dīn, matérialisé par les citadelles et les défenses urbaines, l’aspect religieux et culturel souligné par les couvents et les madrasas, nous allons dégager l’aspect économique de cette politique.« L’histoire économique et sociale s’écrit avant tout à l’aide des documents d’archives. Pour le monde musulman, en gros, Égypte mise à part, nous n’en avons pas »90. Mais si l’indigence de nos sources ne permet pas d’apporter des preuves décisives, la vraisemblance doit suffire à notre édification, disait Henri Pirenne91. A l’indigence de nos sources nous essaierons de suppléer par la topographie urbaine ; la permanence du fait économique nous aidera considérablement à retrouver l’aspect de la ville et ses activités économiques à l’époque de Nūr ad-Dīn. Nous pouvons tant pour Alep que pour Damas confronter les données des textes avec les vestiges archéologiques encore visibles de nos jours sur le terrain. Nous avons pour Damas l’avantage de disposer de la description détaillée faite par Ibn ‘Asākir, contemporain du souverain92, tandis que pour Alep nous ne disposons que de textes postérieurs à notre époque où il n’est pas toujours aisé de faire le départ entre les édifices zenguides et les constructions ayyoubides. Nos sources nous apprennent que Nūr ad-Dīn a donné une remarquable extension aux souks d’Alep après le grand incendie de 564/ 1169 et qu’il apporta des améliorations notables aux marchés de Damas où il pava aussi les rues. Pour juger de l’activité commerciale d’Alep et de Damas nous devons nous reporter à la topographie et à la toponymie de ces deux grandes villes. Nous pourrons ainsi non seulement connaître la position des grands centres économiques mais encore la répartition des diverses branches de l’artisanat.

A. LES RUES MARCHANDES

  • 93 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 44-45.
  • 94 J. Sauvaget, Alep, 104.
  • 95 J. Sauvaget, Le plan de Laodicée-sur-Mer, BEO, IV, 1934 ; J. Sauvaget, Le plan antique de Damas, S (...)

67A Alep comme à Damas, depuis une époque bien antérieure à Nūr ad-Dīn, les boutiques avaient occupé les portiques des grandes avenues antiques à colonnades. La chaussée elle-même avait été envahie par les échoppes avec le consentement des autorités car la voie publique est en pays d’Islam propriété d’État, c’est « le chemin des Musulmans » et l’État souvent, sans se soucier de l’opposition théorique de muḥtasib, l’utilisa à des fins commerciales pour percevoir un loyer. Lorsque Nūr ad-Dīn, en accord avec les notables de Damas, prend la décision de soustraire des boutiques et des marchés aux waqfs de la Grande Mosquée pour les faire entrer dans le domaine de l’État, c’est pour que ce dernier bénéficie de leurs loyers93. Ayant cessé d’être des artères de grande circulation ces voies sont, au vie/xiie siècle, les secteurs commerciaux de la cité occupés par les divers souks. Les cloisons des boutiques viennent s’appuyer aux colonnes94, l’espace entre deux colonnes ou deux piliers du portique عفآدة était de quatre mètres. Sans doute y eut-il des boutiques de cette largeur mais il paraît plus vraisemblable, quand on voit les installations actuelles, que l’espace était occupé par deux boutiques accolées. En général les boutiques qui avaient quatre mètres de façade était importantes, elles avaient une douzaine de mètres de profondeur et étaient séparées en deux pour avoir une arrière-boutique. C’est encore l’installation courante des comptoirs dans les entrepôts. Quelques vestiges, généralement une ou deux colonnes encastrées ici ou là dans une façade ou l’angle d’une ruelle, sont les témoins qui nous permettent aujourd’hui de restituer parfois l’aspect hellénistique d’une avenue à colonnades95.

  • 96 Voir le croquis dans J. Sauvaget, Alep, 120, fig. 27.

68L’aspect de la rue marchande en Orient au vie/xiie siècle était sensiblement le même dans tous les grands centres commerciaux. A Alep les principaux marchés se trouvaient groupés, comme à ar-Ruhā’ (Édesse), dans des rues rectilignes constituant des galeries couvertes de pierre par une voûte en berceau avec, de place en place, des lanternons pour l’éclairage et l’aération. Dans les principaux souks, les carrefours étaient couverts de coupoles de formes diverses comme celles dont nous voyons encore de beaux exemples à Buḫārā et à Iṣfahān. A Damas il n’y avait pas de rues marchandes couvertes en pierre, en revanche il y en avait qui, comme à Alep et Ḥarrān, étaient couvertes d’un véritable plafond de bois avec poutres et planches apparentes. Il existe encore de nos jours à Damas des rues dont les deux rives sont jointes par des claies couvertes tantôt d’une simple natte tantôt d’une luxuriante vigne vierge qui dès le mois de mai donne de l’ombre aux marchands comme aux passants. Les boutiques devaient avoir déjà à l’époque de Nūr ad-Dīn leur dispositif traditionnel de fermeture et d’étalage. Un double volet en bois ferme la boutique, le volet supérieur lorsqu’il est relevé forme auvent, tandis que l’inférieur articulé, sert d’étalage et de siège et empiète sur la chaussée. Ce procédé subsiste encore de nos jours tant à Alep qu’à Damas et dans les autres villes de Syrie96.

69Fours à pain et gargotiers se trouvaient dispersés le long des marchés. La classe populaire ne cuisinait pas, c’est au marché que l’on venait chercher des plats tout préparés ou bien que l’on consommait des boulettes de viande, plats de pois chiche ou beignets frits. Les odeurs d’huile chaude, de viande grillée et de condiments relevés signalaient au passant, au milieu des divers corps de métiers, la présence d’un endroit où l’on pouvait se restaurer.

B. LA MAISON ET LE QUARTIER

  • 97 Ibn ‘Asākir, 68/116.
  • 98 Ibn Ğubayr, Voyages (trad. G. Demombynes), 328 sq.
  • 99 On compte en Orient le rez-de-chaussée pour un étage.

70Dans les quartiers résidentiels, les rues, pavées de grandes dalles, étaient bordées de façades aveugles et lisses à Alep comme à Damas. Elles étaient parfois recouvertes par des encorbellements ou voûtées en tunnel (saqīfa)97. La maison d’habitation avait gardé au vie/xiie siècle un type traditionnel issu de la demeure gréco-romaine et qui subsistera jusqu’à la fin du xixe siècle. Fermée sur l’extérieur, la maison prenait l’air et le jour par des baies et des īwān-s donnant sur une cour centrale à ciel ouvert où chantait un jet d’eau au milieu d’un bassin rectangulaire. Le matériau de construction était très différent à Alep et à Damas. A Alep la maison est construite en pierre. C’est un calcaire compact à l’extraction et à la taille faciles et qui se durcit à l’air libre en prenant, avec le temps, une belle patine cuivrée ; les toitures et les planchers sont faits en troncs de peupliers. A Damas le matériau essentiel de la construction pour la maison d’habitation était le peuplier. Dans une armature de bois on disposait en arêtes un blocage de briques d’argiles crues, puis le tout était enduit d’un mélange de plâtre et de paille hachée. Ibn Ğubayr98 nous dit qu’au vie/xiie siècle les maisons de Damas sont construites en argile et roseaux, une couche de l’un sur une couche de l’autre, ce procédé, dit-il, empêche la propagation rapide de l’incendie parmi les immeubles pour la plupart de trois étages99.

  • 100 J. Sauvaget, Alep, 105.

71Une des particularités des quartiers d’habitation de la ville musulmane en Orient à l’époque zenguide est le cloisonnement de la cité en quartiers clos, véritables cellules de la vie urbaine100. Chacun de ces quartiers englobe la totalité des habitations que dessert par des impasses pourvues de portes une artère axiale pouvant être close à chaque extrémité par de solides vantaux. Ce genre de porte s’appelle le darb qui a le sens « d’obstacle », par extension le nom de la ruelle qui est derrière la porte a été donné au quartier. Par exemple à Damas le darb an-Naqqāšīn, la rue des Ciseleurs-Graveurs, a donné son nom au quartier environnant situé au sud-est de la Grande Mosquée. La ville est alors un agrégat de quartiers dont chacun possède tous les organes requis de la vie sociale musulmane. Ces organes sont groupés le long de la suwayqa (le petit souk) où l’on trouve la mosquée, le bain et le four à pain, ainsi que des boutiques de fruits et légumes (baqqāl ou sammān) et un gargotier. C’est, selon l’expression de Jean Sauvaget, « un petit bazar où l’on trouve les denrées et objets de première nécessité ». La multiplication des obstacles et des portes, signe d’une véritable claustromanie collective, était un réflexe de défense en face de l’insécurité qui avait caractérisé la vie urbaine à l’époque fatimide lors de l’occupation d’Alep et de Damas par des troupes étrangères. Sous le règne de Nūr ad-Dīn il semblerait que le climat social a pu permettre une certaine renaissance de vie collective qui s’est manifestée par un renouveau de l’activité des souks. Plus tard, avec la présence des milices mameloukes puis des janissaires ottomans, la population se protégea de nouveau derrière ses portes contre les exactions des autorités étrangères au pays.

C. LA QAYṢĀRĪYA

  • 101 Streck, EI, II, 701 : J. Sauvaget, Alep, 79-80 ; Lévi-Provencal, Hist. Espagne Musulmane, III, 303 (...)
  • 102 Streck, art. Ḳaisārīya, EI, II, 700-701.

72Un des principaux documents archéologiques est la qayṣārīya. Ce genre d’édifice existait dans les principales villes de l’empire zenguide. Il y en avait une à Mossoul et plusieurs à Alep et à Damas. La qayṣārīya est bâtie sur un plan rectangulaire ou carré, autour d’une grande cour à ciel ouvert avec un portique qui soutient une galerie tournante ; un gardien veille en permanence sur cet « endroit clos avec des portes très solides »101. Cette « sorte de Grande Halle » abrite les ateliers d’artisans d’un métier traditionnel de luxe bien déterminé comme les orfèvres ou les fabricants de tapis et des dépôts de marchandises précieuses. Elle constitue un organe économique important de la vie urbaine. L’origine de cette institution semble remonter au marché « royal » accolé à l’agora dans le monde grec, cette hypothèse est confirmée par la qayṣārīya aux étoffes qui à Alep existait bien avant l’avènement de l’Islam à la bordure de l’agora et qui, lors de la construction de la Grande Mosquée omeyyade sur cette place, s’est trouvée encastrée dans le mur méridional du sanctuaire. Sa fonction commerciale l’a souvent fait rapprocher de la basilique civile romaine, mais le type architectural de cette dernière est différent de la qayṣārīya qui elle a une cour à ciel ouvert102. Au cours des siècles et suivant les pays la qayṣārīya a subi une évolution qui au xvie siècle devait aboutir en Orient à en faire une hôtellerie. Ce type de monument suivant les époques et la destination précise, porte tantôt les noms grecs de qayṣārīya ou defunduq tantôt le nom persan de ḫān.

  • 103 Ibn ‘Asākir, 59/95 ; 155/260 ; W.W., F, 5,4, Khān Nuhas, aujourd’hui remplacé par un bâtiment mode (...)

73A Damas le terme désigne déjà à l’époque de Nūr ad-Dīn deux institutions différenciées. En effet les qayṣārīya-s les plus anciennes sont situées sur la périphérie de l’ancienne agora et près de l’antique Via Sacra comme l’étaient les dépôts de denrées précieuses à Rome. A Damas ces qayṣārīya-s portent le nom des marchandises qu’on y trouve, par exemple tapis, fourrures. Dans la partie centrale de la ville, qui est située entre la Grande Mosquée et la Rue Droite, plus précisément dans le quartier du Marché au Blé il y a au vie/xiie siècle trois qayṣārīya-s, l’une porte un nom propre et les deux autres des titres de hauts fonctionnaires de l’administration, comme vizir et sultan. Il semble qu’il y ait eu dégénérescence de l’institution car ce n’est plus les denrées de luxe qui y sont traités mais les céréales. Dans ce même quartier voué au commerce des grains apparaît une autre institution commerciale : le funduq qui comme le terme précédent est d’origine grecque (πανδoχεῖoν). Il diffère de la qayṣārīya car c’est un entrepôt où il n’y a pas d’atelier de transformation et où à l’origine on ne procède pas à la vente directe aux clients. A l’époque de Nūr ad-Dīn l’institution avait évolué puisqu’il y avait un funduq al-bay‘, « fondouk de la vente », non loin du marché au Blé103. Il devait exister dès le vie/xiie siècle plusieurs variétés de fondouks, les uns servant d’entrepôts intra-muros, d’autres extra-muros servant de dépôts et de gîte.

D. LES CENTRES D’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

a) Alep

  • 104 Sur cette institution, voir plus bas.
  • 105 J. Sauvaget, Alep, 120 ; BEO, XIII, n° 60.
  • 106 Trésors, 160, cite Ibn al-‘Adīm.

74Durant la période hellénistique un des principaux centres d’activité économique à Alep se trouvait à l’Agora dont l’emplacement fut occupé par la Grande Mosquée Omeyyade dès l’avènement de l’Islam. Mais tous les entrepôts qui bordaient la place ne disparurent pas et la qayṣārīya aux étoffes104 continua à fonctionner dans son cadre original jusqu’en 564/1169 lorsque les Ismā‘īliens mirent le feu à la Grande Mosquée. La qayṣārīya qui se trouvait encastrée dans le mur sud du sanctuaire fut détruite. Nūr ad-Dīn décida alors de reconstruire la mosquée et saisit cette occasion pour agrandir et transformer le marché aux étoffes. Le souverain expropria au bénéfice de la Grande Mosquée les restes calcinés de la qayṣārīya, le souk aux étoffes reçut alors une nouvelle disposition suivant un plan qui n’avait plus rien de commun avec celui d’une qayṣārīya. Il y eut trois nouveaux marchés installés le long des façades est, sud et ouest, de la Grande Mosquée105. L’un abrita le commerce des étoffes d’habillement proprement dites, il subsiste de nos jours quelques échoppes de tailleurs ; dans l’autre se groupèrent les fripiers (sūq al-bazz al-ḫalī‘), on y trouve de nos jours les cordiers (sūq al-ḥabbālīn). Enfin le troisième, appelé sūq Mağd ad-Dīn Ibn ad-Dāya car cet émir, gouverneur d’Alep au nom de Nūr ad-Dīn, surveilla l’exécution des travaux, fut réservé à la vente des étoffes, c’est de nos jours le marché des savetiers cordonniers. La qayṣārīya avait donc éclaté et ses occupants avaient trouvé une nouvelle installation dans le même quartier. Ces souks eurent à souffrir peu d’années après la mort de Nūr ad-Dīn d’un autre incendie allumé par les Ismā‘īliens en 575/1179-80106.

  • 107 Trésors, 159-160 ; voir D. Sourdel, AAS, II, 120 où est rectifié la note 6 de mon n° 61 dans BEO, (...)

75Au sud-est de la Grande Mosquée, au sud de la grande artère transversale qui constituait l’axe ouest-est de la ville il existait à l’époque de Nūr ad-Dīn un véritable quartier « financier ». On y trouvait la qayṣārīya as-Sāġa (la halle des Orfèvres)107, la qayṣārīya aṣ-Ṣarf (la halle au Change), le dār az-Zakāt, ou hôtel de la Perception des impôts, au voisinage duquel se trouvait aussi le siège du muḥtasib. La halle des Orfèvres avait été constitué waqf par Nūr ad-Dīn en faveur de la madrasa ‘Aṣrūnīya.

  • 108 D. Sourdel, AAS, II, 1952, 115 sqq.

76La grande voie antique qui joint Bāb Anṭākiya à la citadelle est resté jusqu’à une époque récente la principale artère économique d’Alep. C’est dans cette rue et dans les rues adjacentes que se groupaient au vie/xiie siècle les principaux souks108. On y trouvait des marchands de bois à brûler (ḥaṭṭābīn), des marchands de nattes (ḥaṣṣārīn), des forgerons (ḥaddālīn). Elle traversait le centre commercial et financier qui s’était développé au sud de la Grande Mosquée et dont nous avons parlé plus haut.

  • 109 J. Sauvaget, Mosquée omeyyade de Médine (184, n. 4), corrige Alep, 77, n. 217.
  • 110 J. Sauvaget, Alep, 151.
  • 111 J. Sauvaget, Décrets, 36, n. 1.

77Un petit centre économique déploya une certaine activité au dedans de Bāb Anṭākiya où se trouvaient notamment les teinturiers (ṣabbāġūn), les fabricants de fours (tanāniriyyūn) et les fauconniers (bazādirā’). Le commerce de l’alimentation fut concentré à Alep, près de Bāb al-Ğinān, l’une des portes septentrionales de l’enceinte. Dès les premières années de l’époque omeyyade on construisit un édifice spécial pour le marché aux victuailles. C’était un bâtiment à cour centrale, à la périphérie de laquelle se développait une rangée de boutiques ouvrant sous un portique couvert régnant devant leurs portes. On pouvait y voir une réplique, à échelle moindre, de la traditionnelle agora grecque et la dénomination arabe kūrā transcrit fidèlement le vocable grec « agora »109. Il n’est pas impossible de penser que le marché aux légumes et aux fruits se soit tenu à l’origine à l’agora, puis lorsque la Grande Mosquée occupa l’emplacement de cette dernière on transféra le marché à Bāb al-Ğinān tout en gardant l’appellation ancienne qui pour l’Alépin contemporain de Nūr ad-Dīn était devenu synonyme de marché aux fruits et aux légumes. Une autre hypothèse, suggérée par Jean Sauvaget, laisse entendre que le nom de kūrā viendrait de ce que la halle aux fruits était une réplique à petite échelle de l’ancienne agora. Ceci n’exclut pas notre première hypothèse. La permanence topique du fait commercial est souligné par la présence de nos jours encore à cet endroit d’un centre de commerce en gros de légumes et de denrées alimentaires ravitaillé en produits maraîchers apportés des vergers voisins qu’irriguait le Quwayq. A l’est de Bāb al-Ğinān dans la partie septentrionale de la ville dans les quartiers d’as-Sadla et d’aṣ-Ṣahlīya on trouvait les tailleurs de pierre (ḥağğārīn) dont la renommée d’habileté dépassait la région d’Alep, une savonnerie, la tannerie110, ainsi que deux corporations en relation avec cette dernière : les farrā’īn, en qui nous devons voir plus des marchands de peaux de moutons que des pelletiers111 et les marchands de sumac, plante qui sert au tannage.

b) Damas

78Pour Damas, c’est à partir du texte d’Ibn ‘Asākir et des données archéologiques qui subsistent que nous essaierons de dresser un tableau des différents centres d’activité économique à l’époque de Nūr ad-Dīn et de tenter une esquisse de géographie commerciale de la ville. Nous allons voir ainsi que les deux grands centres commerciaux sont à Damas comme à Alep les environs de l’agora et le Decumanus qui à Damas est traditionnellement désigné sous le nom de Rue Droite. Quels sont les vestiges remontant au vie/xiie siècle qui peuvent nous donner des indications sur la vie économique de Damas à l’époque de Nūr ad-Dīn ?

1° Les étoffes

79Le commerce des étoffes et tissus se tenait à Damas, à l’époque de Nūr ad-Dīn à l’est de la Grande Mosquée. Comme à Rome les entrepôts de denrées précieuses se trouvaient groupés près de la Via Sacra, cette voie qui dans l’Antiquité reliait le temple à l’agora.

  • 112 J. Sauvaget, Plan antique, 345-349 ; W.W., I, 3.
  • 113 W.W., G. 3.
  • 114 Elisséeff, Corporations de Damas, Arabica, III, 77.
  • 115 Tissus de laine bigarrés, servant souvent de couvertures.
  • 116 Peut-être est-ce le dār al-ḥiğāra située dans le même quartier ?
  • 117 Ibn ‘Asākir, 39/42.
  • 118 W.W., I, 3, près du I .ممز
  • 119 W.W., H, 3, dans la partie nord.
  • 120 Idrīsī, édit. Jaubert, 353.
  • 121 W.W., I, 3, près de H.
  • 122 W.W., G, 3.

80Entre la Raḥbat al-Ḫālid, qui avait succédé à l’agora112 et le quartier de Ğayrūn113 on trouvait une qaysārīya des tapis, une qayṣārīya des fourrures114, un souk de brodeurs (muṭarrizīn), un de marchands de tissus ḥirām115, la qayṣārīya d’al-‘Aqīqī connue sous le nom de Dār aš-Šağara116 et le sūq al-Lubbādīn, marché des feutriers qui fut détruit lors de l’incendie de 562/1167117. Trois carrefours groupaient le commerce de la soie, du filé et du coton. Les marchands de soie grège se retrouvaient au murabba‘at al-qazz118 où les femmes venaient chercher leur lot de soie à filer à domicile tandis que les tisserands s’y procuraient leurs fils de soie. Ils se rendaient aussi au sūq al-Ġazl, le marché au Filé119. On fabriquait à Damas avant même le règne de Nūr ad-Dīn beaucoup d’étoffes de soie et de bourre de soie, on tissait aussi de fort beaux brocarts qui, au dire du géographe Idrīsī, « égalent ce qui se fait de plus beau dans l’empire grec et approche des productions les plus rares des fabriques d’Iṣfahān et de Nīšāpūr »120. Il y avait enfin le murabba‘at al-Quṭn, le carrefour du Coton121, sans doute le coton mercerisé car celui qui était en vrac et brut se vendait comme de nos jours dans la partie occidentale de la Rue Droite. Dans le même secteur de la ville, près de Ğayrūn, se trouvait la montée de la Laine, ‘aqabat aṣ-Ṣūf122.

  • 123 W.W., I, 3.
  • 124 Arabica, III, 75, n° 56.

81Une des curiosités de ce vaste quartier aux étoffes était le sūq al-Qanādil qui signifie littéralement « le marché aux Lampes », situé à l’angle sud-ouest de l’ancienne agora123. Ce marché éclairé était un bâtiment fermé où étaient entreposées les denrées les plus précieuses, toutes sortes d’objets rares et des étoffes brodées124. Il y avait à Constantinople à l’époque byzantine un marché identique : 1’οἶ xος τῶν λαμπτήρων, situé non loin du Forum, nous avons là une nouvelle preuve de la survivance du marché hellénistique à Damas. Par ailleurs Nāṣir-i Khusraw signale au ve/xie siècle l’existence au Caire d’un marché éclairé aux lampes. Dans les trois cas il s’agit de lampes à huile en verre, les qanādil, qui servaient à l’éclairage des maisons et de certaines rues.

2° Les céréales

  • 125 Arabica, III, 66, n° 6.
  • 126 Qamardīn.

82Le commerce des grains était groupé au centre de la ville au quartier appelé sūq al-Qamḥ dont l’axe était constitué par le sūq al-Buzūriyīn, marché des Grainetiers125. On trouvait dans ce marché toutes les variétés de graines à grignoter (bizr), des aromates et des épices. Comme de nos jours on pouvait y acheter des amandes et des noix décortiquées, des graines de pastèque et de melon séchées et salées, des pois chiches, des grandes plaques d’abricots séchés au soleil126, toutes ces denrées provenaient de la Ġūṭa. On pouvait aussi se procurer du dibs (raisiné) et des raisins secs (zabīb) importés surtout de la région de Ḥimṣ, où la vigne est abondante, et des pistaches provenant du Nord de la Syrie.

  • 127 W.W., F, 5, 3 ; Ibn ‘Asākir, 131/213 à rectifier dans le sens de ruzz au lieu de durr. Il y a là u (...)
  • 128 Arabica, III, 77, n° 6 . اكر-اج
  • 129 Ibn ‘Asākir, 57/87 : qui fonctionne encore de nos jours comme moulin à burghul.

83Autour du sūq al-Buzūriyīn il y avait un certain nombre d’entrepôts et de dépôts où se faisait le commerce du blé (qamḥ), de l’orge (au sūq aš-Ša‘īr), du riz au darb ar-Ruzz127. On y trouvait sans doute aussi du sésame puisqu’il existait à l’est du sūq al-Qamḥ, vers le darb Rayḥan, à l’ouest d’al-Maqsallat un pressoir à sésame (ma‘ṣarat aš-Šīrāğ)128. Au sud du sûq al-Buzūrīn, après avoir traversé la Rue Droite on trouvait le sūq ad-Daqīq, le marché de la Farine, auprès duquel fonctionnait avec l’eau du nahr Qulayṭ un moulin à eau : le ṭāḥūn as-Siğn (le moulin de la Prison)129.

  • 130 Ibn al-QalānisĪ, trad. L.T., 305.

84L’approvisionnement de Damas en céréales était assuré, avant l’occupation de la ville par Nūr ad-Dīn, par le nord d’où venait « comme d’habitude », précise Ibn al-Qalānisī130, le blé. Après 549/1154 le Hauran continua à ravitailler la capitale en ayant à fournir une partie de ses récoltes aux Croisés de Jérusalem qui renouvelèrent avec Nūr ad-Dīn l’accord passé avec ses prédécesseurs pour un partage des céréales dans le cadre de la trêve conclue entre les deux États. Il y avait dans l’empire de Nūr ad-Dīn trois grandes régions céréalières, la Djéziré, la Syrie centrale avec Ḥimṣ d’une part et la Biqā‘ de l’autre et le Hauran.

  • 131 Ibn ‘Asākir, 74/130 ; W.W., F, 5, 2 ; MHD, n° 86.
  • 132 W.W., F, 5, 1.
  • 133 Ibn ‘Asākir, 48, n. 6 ; 133, n. 3 ; 162/278.
  • 134 Peut-être en W.W., E, 5, 1, à la place du Khān Ğuwašīya.

85Au sūq al-Qamḥ se trouvaient trois qayṣārīya-s. La qayṣārīya du Sultan localisé par Ibn ‘Asākir près de la ruelle du Riz (zuqāq ar-Ruzz), il n’est pas illogique en tenant compte de la permanence topique des centres économiques de situer cette halle sur l’emplacement de l’actuel Khān Asad Pāšā131. La qayṣārīya du Vizir qui se trouvait en face de la mosquée du sūq al-Buzūriyīn était bâtie sur le côté occidental de la rue, il faut la localiser en face de la qayṣārīya du Sultan, elle aurait alors occupé la place de l’actuel Khān al-‘Amūd132. La troisième halle, la qayṣārīya al-Faḫrīya se trouvait au nord du Fusqar133 et du bain des Fabricants de Bonnets (qalānisiyīn) mais nous n’en avons pas pu préciser la localisation134.

  • 135 W.W., F, 5.
  • 136 W.W., E, 5, 2 ; MHD, n° 75.
  • 137 Ibn ‘Asākir, 138/235.
  • 138 W.W., F, 4, presque en face de l’actuel Khān as-Ṣawwāf.
  • 139 Ibn ‘Asākir, 59/95 ; 155/260 à situer en W.W., F, 5, 4, khān actuellement disparu.

86Il y avait aussi dans ce centre commercial actif quatre entrepôts. Le funduq az-Zayt, signalé par Ibn ‘Asākir à l’ouest du darb at-Tammārīn135 occupait vraisemblablement la place de l’actuel khān az-Zayt (Entrepôt de l’Huile d’Olive) situé au souk Midhat Pacha136. Le funduq Ibn Mūsā et le funduq Ibn Hayya semblent avoir été mitoyens, ils occupaient l’emplacement de la résidence de Faḍala b. ‘Ubayd al-Anṣārī137, malheureusement nous n’avons pas pu situer avec certitude cette demeure. Il n’est pas impossible que ces funduqs aient été les prédécesseurs de deux khāns mitoyens situés au nord du khān al-‘Amūd138. Enfin un funduq al-Bay‘ entrepôt de la Vente, se trouvait non loin du darb Rayḥān à l’extrémité orientale du sūq al-Qamḥ139, sans doute à l’ouest de l’actuel khān ar-Ruzz.

  • 140 K. Rawḍatayn, IV, 44 ; Ibn ‘Asākir, 88, n. 4 ; 131/223 ; W.W., F, 5, 8.
  • 141 MHD, n° 84.
  • 142 Il y avait un autre dār al-Wakāla dans le faubourg d’aṣ-Ṣālihīya.

87Au sud de la Rue Droite, à l’est du marché au Coton, non loin du Fusqar se trouvait le Dār al-Wakāla, bâti sur l’emplacement de l’église al-Qalānis140. Il semblerait que cet Entrepôt Officiel se soit trouvé sur l’emplacement de l’actuel Khān Sulaymān141. Peut-être est-ce au Dār al-Wakāla qu’Ibn ‘Asākir fait allusion en mentionnant, sans autre précision, un funduq près de la Nouvelle Prison142 ?

3° L’alimentation

  • 143 Ibn ‘Asākir, 62/101 ; W.W., H, 5, 4.
  • 144 Ibn ‘Asākir, 95, n. 4.

88Il y avait à Damas deux centres pour le commerce de l’alimentation. Le plus important se trouvait au milieu de la Rue Droite qui unit Bāb al-Ğābiya à Bāb Šarqī. Il était groupé autour d’un édifice spécialisé : le dār al-Biṭṭīḫ143. Cette institution officielle où étaient prélevées des taxes particulières sur les ventes portait la même appellation à Damas qu’à Bagdad et au Caire au Moyen Age. A côté du dār al-Biṭṭīḫ se trouvaient le sūq al-Fākiha (marché aux Fruits), un sūq al-Baql (marché aux Légumes verts), un darb al-‘Adas, rue aux Lentilles, un sūq aṭ-Ṭayr, marché aux Volailles et un darb al-Ğubn, rue du Fromage. A l’ouest de dār al-Biṭṭīḫ, à la jonction avec le marché aux Grains144 étaient installés côte à côte le marché au Change (sūq aṣ-Ṣarf) et le marché des Trieurs de Monnaies (sūq an-Nāqīdīn), tout à côté des marchands de Dattes fraîches (Raṭṭābīn). Le second centre de commerce de l’alimentation se trouvait à l’est de la Grande Mosquée, au quartier de Ğayrūn, dont la partie orientale occupait une section de la Via Sacra reliant le temple à l’agora, là était groupé comme nous l’avons vu l’essentiel du commerce des textiles. Le commerce du ravitaillement s’ordonnait autour du souk Umm Ḥakīm : il y avait là un second sūq aṭ-Ṭayr, une place des Oignons (raḥbat al-Baṣal), une rue des Bouchers (Laḥḥāmīn), une rue de la Friture (darb al-Qālī) sans compter les fours de boulangers et les gargotes.

89D’où provenait le ravitaillement de ces marchés ? A Alep les jardins maraîchers irrigués par le Quwayq et situés à l’ouest de la ville fournissaient une partie des légumes frais et des fruits ; à Damas les vastes vergers et les grands potagers de la Ġūta procuraient à la population une alimentation qui lui évitait de vivre dans l’anxiété de la famine.

4° L’industrie

  • 145 A placer en W.W., F, 6.
  • 146 A placer en W.W., H, 5, près de 2.
  • 147 Respectivement à placer en W.W., K, 4 et G, 5. Ma‘ṣarat az-Zayt et Ma‘ṣarat aš-Šīrāg.
  • 148 Voir liste Arabica, III, 77-78.

90L’industrie était fort active à Damas à l’époque de Nūr ad-Dīn. Il y avait alors intra-muros une fonderie (masbak al-ḥadīd)145, une verrerie (masbak az-zuğağ)146, des pressoirs, l’un à l’huile et l’autre à sésame147. Hors de la ville une scierie (manšar) fonctionnait sur le cours du Baradā, des tanneries (madbaġa) s’échelonnaient au nord de la ville sur les bras du Baradā à partir de Bāb as-Salāma et en aval au-delà de Bāb Tūmā, comme de nos jours encore ; il y avait dans ce secteur un moulin à tan. Dix autres moulins sont énumérés par Ibn ‘Asākir148, ils fonctionnaient sur le cours du Baradā ou sur celui de l’une de ses dérivations, il convient de signaler parmi eux la raḥā an-Nūrīya qui tirait son nom de Nūr ad-Dīn et se trouvait en ville ainsi que le moulin du Kali (raḥā al-Ušān) dont les meules broyaient la soude végétale grâce au courant du nahr Ṯawrā.

  • 149 Voir Ibn ‘Asākir, 84/153 et n. 6.
  • 150 W.W., DW, 5 ; Talass, Mosquées, n° 205.
  • 151 RCEA, IX, 3293, p. 66, 1. 3 ; Arabica, III, 79, n° 69 ; voir B. Gille, Les développements technolo (...)
  • 152 THS, 214.

91L’industrie la plus intéressante existant au vie/xiie siècle en Syrie est la fabrication du papier. Les fabriques ne devaient pas être antérieures au iiie/ixe siècle ; en effet, si l’origine du papier remonte au iie siècle de notre ère en Chine, il n’apparaît que vers 750 à Samarqand d’où il arrive à Bagdad vers 795 puis à Damas et vers 900 au Caire ; il ne parviendra en Europe qu’au vie/xiie siècle par l’intermédiaire des Arabes. A l’époque de Nūr ad-Dīn les fabriques de papier (warāqa)149 qui devaient utiliser à Damas la paille de blé plutôt que la paille de riz étaient installés toutes extra-muros sur le cours du Baradā. La première, située en amont de la ville sur le fleuve, devait voir plus tard s’élever à côté d’elle la madrasa ‘Izzīya150, la seconde se trouvait près du masğid al-Iğāba, au nord de la citadelle, enfin la troisième était en aval de la précédente près de la ‘Uwayna al-Ḥumma et de ‘Ayn ‘Alī, hors de Bāb as-Salāma. Ces deux papeteries sont mentionnées dans l’acte de waqf de la madrasa funéraire de Nūr ad-Dīn151. Il existait aussi, avant le vi/xiie siècle, des papeteries à Hama et à Tripoli (1040), en revanche il n’y en avait pas à Alep faute d’un cours d’eau assez puissant pour faire tourner les meules. Si l’on peut dire que la fabrication du papier constituait une des originalités de Damas, Alep de son côté se distinguait comme en témoigne le Khān aṣ-Ṣabūn par la fabrication du savon en utilisant l’huile des oliviers du Ğabal Sam‘ān, le sel de Ğabbūl et la soude de la Palmyrène ; il y avait aussi une importante savonnerie à Sarmīn dans le Ğabal as-Summāq d’où on en expédiait des pains à Damas et même au Caire152.

  • 153 Voir Elisséeff, Corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn, Arabica, III, 61-79.

92Les industries de l’alimentation et des articles ménagers comme celles du cuir et du métal en étaient sous le règne de Nūr ad-Dīn au stade de la manufacture artisanale. On pourra les localiser dans les différents souks où les ouvriers étaient groupés tant à Alep qu’à Damas par corporations153.

  • 154 Ibn ‘Asākir, 80/143.
  • 155 Ibn ‘Asākir, 89/165, samné, beurre de brebis fondu.

93C’est hors les murs, au sud-ouest de la ville, que se tenaient les deux grands marchés aux bêtes. Au sūq al-Ġanam on vendait des moutons et des chèvres, les uns apportaient leur laine, les autres leurs poils et les deux donnaient leur lait, leur viande et leur cuir154. Non loin de ce souk se trouvaient les marchands de samné (as-Sammānīn)155.

  • 156 Ibn ‘Asākir, 143/244 ; W.W., D, 6.
  • 157 Ibn ‘Asākir, 80/148.
  • 158 Ibn ‘Asākir, 143/244.

94Au sūq ad-Dawābb se tenait le marché des bêtes de somme qui comprenait les chameaux, les chevaux, les ânes et les mulets ; ce marché était tout proche du quartier du Mīdān al-Ḥaṣā’ qui s’étirait tout au long de la route vers le sud jusqu’à la mosquée de Qadam. Ibn ‘Asākir cite trois funduqs dans ce faubourg : le Funduq Banū ‘Abd al-Muṭṭalib non loin de Bāb Ṣaġīr et dans le voisinage du sūq ad-Dawābb156 ; le funduq Abū Ṭāhir b. ‘Afīf al-Fāriqī était situé au nord du Grand Cimetière157, enfin le funduq ar-Rahīb (l’entrepôt du Moine) se trouvait au sud du Muṣalla du Mīdān158.

E. LES FAUBOURGS

95L’arrivée massive de nouveaux éléments étrangers allaient développer à l’époque zenguide de nouveaux faubourgs à Alep et à Damas.

  • 159 J. Sauvaget, Alep, 106.

96A Alep c’est le faubourg d’al-Ḥāḍir situé au sud-ouest de la ville qui va connaître un nouveau développement. Il devait son origine à un peuplement de Turcs mercenaires amenés par les princes mirdāsides. A l’époque des Zenguides d’importants groupes de Turcomans y sont installés et ce faubourg devient le quartier al-Yarūqīya du nom de la principale tribu des nouveaux arrivants159. La reprise, sous le règne de Nūr ad-Dīn, du trafic caravanier vers l’est explique l’installation dans ce faubourg d’entrepôts dont l’activité et le nombre devaient frapper Ibn Ğubayr. Là vont aussi s’installer hors les murs, les artisans qui vivent des caravanes : les convoyeurs, les palefreniers et les courtiers en chameaux, on y restait « entre bédouins ».

  • 160 BEO, XIII, 37, n° 98.
  • 161 H. Laoust, Précis de droit, Introduction, x-xiii.
  • 162 J. Sourdel-Thomine, Les lieux de pèlerinage damascains, BEO, XIV, 65-85.
  • 163 Pour l’histoire d’aṣ-Ṣālihīya, voir Muḥammad Aḥmad Duhmān :

97A Damas c’est autour d’un couvent ḥanbalite que devait au vie/xiie siècle se constituer un nouveau faubourg sur le flanc du Qāsiyūn, au nord-ouest de la ville, entre le nahr Yazīd et le nahr Ṯawrā. A l’arrivée de Nūr ad-Dīn le site est pratiquement inhabité, il est couvert de frondaisons et de jardins où sont bâties quelques qā‘a, sorte de pavillons de campagne des citadins160. Hors de Bāb Sarqi vivent alors autour de la mosquée d’Abū Ṣāliḥ, fondée en 330/942, les Banū Qudāma161. Cette pieuse famille hanbalite s’était repliée de Jérusalem vers Damas lors de l’exode des Musulmans de Palestine provoquée par l’arrivée des Croisés, exode qui se prolongea plusieurs années à la suite des exactions des Latins. Aḥmad b. Qudāma avec l’agrément — et peut-être l’appui — de Nūr ad-Dīn construisit une maison au pied du Qāsiyūn sur lequel plusieurs lieux de pèlerinage attiraient les dévots162. La maison fut vite connue sous le nom de « couvent des Ḥanbalites » ou dayr al-mubārak. Au cours des années qui suivirent une agglomération dont le caractère religieux était le plus remarquable se développa et reçut le nom d’aṣ-Ṣāliḥīya d’après ses fondateurs qui avaient été les « gens de la mosquée d’Abū Ṣāliḥ ». A l’époque ayyoubide devaient se multiplier dans ce faubourg les cimetières en amont de la rive gauche du nahr Yazīd ainsi que les couvents et les madrasas funéraires au milieu des jardins163.

98Sur le commerce à longue distance au vie/xiie siècle dans l’empire zenguide nos renseignements sont très réduits car les chroniques arabes de cette époque sont bien pauvres en information sur ce sujet. Au temps de Nūr ad-Dīn le commerce extérieur vers l’Occident semble très ralenti ; des échanges se maintiennent avec les républiques italiennes qui ont des représentants à Antioche, Lattaquié et Beyrouth, c’est-à-dire des places qui sont aux mains des Croisés. A Alep si les relations sont actives avec la vallée de l’Euphrate, en revanche elles sont pratiquement paralysées vers la Méditerranée et la mer Noire et la grande métropole du nord de la Syrie ne peut plus jouer son rôle de place de transit et voit son commerce traverser une crise.

  • 164 RCEA, IX, 3216 ; BEO, XIV, 158.
  • 165 BEO, XIII, n° 96.

99A Damas le commerce souffre moins du blocus de la côte. Certes des marchands damascains entreposent à Beyrouth des charges de lin destinées à l’Occident mais c’est surtout avec l’Orient que se fait leur négoce. Les caravanes vont et viennent entre l’Iraq et la Syrie comme en témoigne un décret gravé à Bāb aṣ-Ṣaġīr164. Les marchands en partant de Damas font halte à une quarantaine de kilomètres au nord de Damas à Quṭayfa où Nūr ad-Dīn construit un khān165, le ḫān aš-Šahīd. Ce khān de campagne que l’on appelle généralement caravansérail se trouve à la lisière du village que Nūr ad-Dīn avait constitué waqf au profit du Maristān an-Nūrī de Damas. A Quṭayfa la route se divisait, une voie continuait vers le nord pour gagner Ḥimṣ et Alep, l’autre obliquait vers le désert pour gagner par Qaryatayn et les salines de Garūd l’oasis de Palmyre. De là les caravanes se dirigeaient vers ar-Raḥba sur les rives de l’Euphrate en aval du confluent du Ḫābūr.

  • 166 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 16 ; Bidāya, XII, 281-282.
  • 167 Ibn al-‘Adīm, Tārīḫ Ḥalab, II, 284 et 341.

100Le tableau que nous venons de brosser s’appuie presque uniquement sur des vestiges archéologiques et laisse apparaître une grande activité commerciale. Mais quelques rares renseignements sur les prix à l’époque de Nūr ad-Dīn relevés dans les textes166 nous laissent à penser que la situation économique ne devait pas être très brillante. D’après Ibn al-‘Adīm, le prix des denrées avait beaucoup baissé l’année de la mort de Zengī puis petit à petit les prix remontèrent pour un grand nombre de produits, le coton décupla, le blé haussa de six fois, l’orge de près de cinq fois comme les pois tandis que les lentilles quadruplaient167.

  • 168 Le makkūk est une mesure de capacité qui semble valoir à Alep au vie/xiie siècle 1,72 livre. Cf. I (...)

Note168

  • 169 Ε. Ashtor, L’évolution des prix dans le Proche-Orient à la Basse Epoque, dans JESHO, IV, 15-46.
  • 170 Ibn al-‘Adīm, Tārīh Ḥalab, II, 284.
  • 171 Suivant ce même procédé bien des transactions se sont faites à Damas avant 1960 sur la base de la (...)
  • 172 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 32-33.
  • 173 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 18.
  • 174 Ibidem, 18, n. 2.

101Ce bref tableau de quelques denrées agricoles permettra de comparer rapidement les prix. Ces renseignements ne nous paraissent pas confirmer pour la région d’Alep « la stabilité des prix caractéristique de l’économie de l’Égypte et de la Syrie à l’époque fatimide et ayyoubide » dont parle Ashtor169. Le dinar cité est le dinar commercial dont Zengī fixa la valeur à cinquante qirṭās (qarāṭis)170. Le qirṭās à l’époque de Nūr ad-Dīn fut changé à soixante pour un dinar, il subissait des fluctuations préjudiciables et atteignit même soixante-cinq pour un dinar. Les marchés étaient conclus sur la valeur nominale du dinar sans que cette monnaie figurât sur la place171. On proposa à Nūr ad-Dīn de frapper des dinars à son nom pour faire disparaître les qarāṭis mais le souverain refusa d’en émettre car cette opération équivalait à un retrait des qarāṭis, ce qui aurait ruiné bon nombre de commerçants qui en moyenne détenaient chacun de dix à vingt mille qarāṭis172. Le budget personnel de Nūr ad-Dīn pour chaque mois était de deux mille qarāṭis sur lesquels il s’habillait, subvenait à son entretien qui comprenait aussi le salaire du tailleur et les gages du cuisinier173. Cette précision nous donne une idée approximative de la valeur du qarāṭis dont le taux, il est vrai, alla en décroissant pour atteindre la vingt-quatrième partie du dirham174.

  • 175 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 16 ; Bidāya, XII, 281-282 ; au début du viie/ xiiie siècle une brebis vaut (...)

102La hausse du coût de la vie sous le règne de Nūr ad-Dīn fut telle que le souverain dut pour apaiser les commerçants supprimer certaines taxes. Il abolit notamment les mukūs qui grevaient le commerce au dār al-Biṭṭiḫ et les impositions que frappaient le sūq al-Ġanam175. Ces mesures portaient donc essentiellement sur l’alimentation, chapitre sensible du budget des citadins.

Notes

1 La Méditerranée à l’époque de Philippe II, 637.

2 J. Sourdel-Thomine, Le peuplement de la région des « villes mortes » (Syrie du Nord) à l’époque qyyūbide, Arabica, I, 1954, 187-200 ; J. Sourdel-Thomine, Stèles arabes anciennes de Syrie du Nord, AAS, VI, 1956, 11-38 (étude surtout épigraphique).

3 J.C. Russell, Late Ancient and Medieval Population, 101. Bien différentes de ces chiffres sont les données de Benjamin de Tudèle qui, passant en Syrie avant 1173, donne 3 000 juifs à Damas et 100 Karaites et 5 000 juifs à Alep, ce qui permet de supposer pour les musulmans des chiffres supérieurs à ceux de Russell. Pour Hama il mentionne 25.000 victimes lors du tremblement de terre de 552, ce qui en revanche paraît exagéré (édit. Adler, Londres, 1907, 29-30). Pethachia passe à Damas sous le règne de Saladin, entre 1175 et 1187, il dénombre dans cette ville 10.000 juifs (E. Carmoley, Voyage du Rabbin Pethachia de Ratis-bonne dans le xiie siècle, JA, oct. 1831, 257-280, 364-406). Les documents officiels les plus anciens sur le chiffre de la population de la Syrie sont les registres ottomans remontant à 1520. Ils donnent pour Damas, en 1520-1530 une population de 57.326 habitants, en 1535 le chiffre tombe à 42.779. Voir Ömer Lutfi Barkan, Essai sur les données statistiques des registres de recensement dans l’Empire Ottoman aux xve et xvie siècles, JESHO, I (1957), 9-36.

4 E. Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 73. Voir R. Brunschvig, Urbanisme médiéval et droit musulman, REI, 1947, 127-155.

5 S.D. Goitein The Rise of the Near Eastem Bourgeoisie in early Islamic Times, CHM, III, 3, 1957.

6 Émile Tyan, Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, 2e édit., Leyde, 1960, pp. 159-180 et chap. VII, pp. 242-432. Voir aussi J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 222 (18) ; Juynboll, art. Ḳāḍī, EI, II, 645-646.

7 Cl. Cahen, Arabica, V, 1958, 231.

8 Art. ‘Adl, dans EI2, I, 215-216.

9 H. Derenbourg, Umara, 185-186 ; Dozy, Dict, des noms de vêtements, 255-257.

10 L’exemple le plus connu est celui des Banū ‘Ammār de Tripoli.

11 Ibn al-‘Adīm, Ta’rīḫ, II, 312/676.

12 J. Sauvaget, Alep, 138.

13 Voir R. Levy, EI, III, 751 ; Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 81-84 ; Ε. Tyan, Hist. Org. Jud., 615-650 ; R. Mantran, Istanbul, 143-146.

14 J. Sauvaget, Esquisse, 423. Voir J. Nicole, Le Livre du préfet ou l’édit de l’empereur Léon le Sage sur les corporations de Constantinople, Genève, 1894.

15 Šayzarī, Κ. nihāyat ar-rutba fī ṭalab al-ḥisba, édit. Bāz al-‘Arīnī, Le Caire, 1946 ; Ν. Behrnauer, Mémoire sur les institutions de police chez les Arabes, JA, 1860, XVI, 347-392 : 1861, XVII, 5-76 ; M. Gaudefroy-Demombynes, Sur quelques ouvrages de ḥisba, JA, 1938, 449-457.

16 Cl. Cahen, Arabica, VI, 253-254.

17 E. Lévy-Pronvençal, Séville musulmane au début du xiie siècle. Le traité d’Ibn ‘Abdun sur la vie urbaine et les corps de métier, Paris, 1947.

18 Voir E. Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 84.

19 R. Mantran, Istanbul, 299-310.

20 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 195 ; Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 92 ; Cl. Cahen, Arabica, 1959, VI, 253.

21 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 195 ; J. Sauvaget, Alep, 97, n. 286.

22 Ibn al-Qalānisī, 339/326.

23 E. Ashtor-Strauss (RSO, 1956, 117) voit une parenté entre l’archonte byzantin et le ra’īs médiéval musulman.

24 Ibn al-Qalānisī, 227/118 : 307/310.

25 E. Ashtor-Strauss, RSO, 1956, 118-121 ; Cl. Cahen, Arabica, V, 1958, 236-250 ; Cl. Cahen, art. Aḥdāth dans EI2, I, 264.

26 Ibn al-Qalānisī, 315.

27 J. Sauvaget, Alep, 139, n. 495.

28 Ε. Tyan, Hist. Org. Judiciaire, 573-616 ; Wiet, CIA, Egypte, II, MIFAO, LII, 1930, 51-62 ; Zetterstéen, art. Shurṭa dans EI, IV, 408 ; Cl. Cahen, Arabica, VI, 233.

29 Ε. Tyan, Hist. Org. Judiciaire, 588.

30 Christo M. Macri, Organisation économique urbaine de Byzance, p. 108.

31 J. Sauvaget, Alep, p. 138.

32 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 376.

33 E. Ashtor, JESHO, II, 1959, 277.

34 E. Ashtor, RSO, 1956, 86.

35 Pour les corporations, voir mes Corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn, dans Arabica, III, i, 1956, 61-79.

36 Quelques indications dans JESHO, II, 1959, 262-280.

37 Ε. Ashtor-Strauss, JESHO, II, 267 ; H. Derenbourg, Usama, 36-37 ; Cl. Cahen, Syrie du Nord, 328.

38 Ibn Abī Uṣaybi‘a, ‘Uyūn al-anbā’ fī ṭabaqāt al-aṭibbā (édit. 1884).

39 Ibn Šaddād, ms. Ğazīra, 22 r°; Cl. Cahen, Djéziré, REI, 1934, 112.

40 Maqrizī, Ḫiṭaṭ (édit. 1270), II, 405-408 ; Dunlop, art. Bimaristān, EI2, I, 1259.

41 Pour les hôpitaux à Constantinople, voir Chalandon, Manuel Comnène, 32 sq.

42 Voyages, trad. Demombynes, 296.

43 RCEA, IX, 3312. ; BEO, XIV, 155-196 ; CIA, Alep, 230 ; Issa bey, Hist. des Bimaristāns, 203.

44 Perles, 168-169.

45 Perles, 168-169.

46 BEO, XIII, n° 44 ; Herzfeld, CIA, Alep, 229 ; R. Ṭabbāḫ, II, 77-78 ; Issa bey, Histoire des Bimaristāns, 203.

47 BEO, XIII, n° 13.

48 Maqrizī, Ḫiṭaṭ, II, 408 : Bidāya, XII, 280.

49 J. Sauvaget, MHD, 49-53.

50 Pour une étude détaillée de ce problème, voir Herzfeld, Ars Islamica, IX, 11-40, chap. The Muḳarnas Dome.

51 S. Munağğid, Bimaristān Nūr ad-Dīn, Damas, 1946, in 8o, 39 p.

52 Ibn ğubayr, Voyages, trad. Demombynes, 329.

53 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 155.

54 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 155.

55 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 109.

56 Ibn Abī Uṣaybi ‘a, II, 161.

57 Elisséeff, Titulature, BEO, XIV, 181.

58 Gaudefroy-Demombynes, Notes sur l’histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, REI, 1939, 109 sq. ; Ε. Tyan, Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, 2e édit., 1960, 8°, 674 p. Voir 2e partie, chap. I, 433 sqq.

59 MaqrizĪ, III, 336, cité par Tyan, 437.

60 E. Tyan, op. cit., 425.

61 R. Brunschvig, Berbérie, 113.

62 Bidāya, XII, 278.

63 E. Tyan, Hist. Org. Jud., 239. Voir plus loin sur le rôle social du cadi.

64 R. Brunschvig, Berbérie, 127.

65 Ibn al-Aṯīr, Atabegs, II2, 305-306.

66 Cf. plus haut, Alep, 126 ; BEO, XIII, 8, n° 5 ; Plan, n° 13.

67 J. Sauvaget, Alep, 146.

68 BEO, XIII, n° 14.

69 Laoust, Droit public, p. 30.

70 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 17 ; Buhl, EI, III, 1037-1039.

71 Ce vizir de Mossoul mourut en prison, cf. EI2, II, 501.

72 S. Mazloum, L’ancienne canalisation d’eau d’Alep, 15.

73 S. Mazloum, L’ancienne canalisation d’eau d’Alep, 8 ; CIA, Alep, 294.

74 BEO, XIII, n° 10 ; CIA, Alep, 222.

75 BEO, XIII, n° 96 ; Mazloum, L’ancienne canalisation…, 8.

76 Elisséeff, art. Baradā, EI2, I, art. Ġhūṭa, EI2, II, 1131-1132 ; Ibn ‘Asākir, 145/247.

77 Ibn ‘Asākir, 154-162, 257-276.

78 Idrīsī, trad. Jaubert, 350.

79 Pour la carte des canalisations, voir Écochard, Les bains de Damas.

80 Ibn ‘Asākir, 258-263.

81 Édit. Adler, 29.

82 Ibn Ğubayr (G.D.), 295, 336 ; Sauvaget, Inventaire, Alep, n° 38, REI, 1931, 88.

83 M. Écochard et Cl. Le Cœur, Les Bains de Damas, 2 vol., Beyrouth, in-4°, 1941-1942 ; J. de Maussion de Favières, Note sur les bains de Damas, BEO, XVII, 121-131, mentionne trente bains en fonction en 1961.

84 A Bagdad la proportion était de un bain pour cinq mosquées.

85 Ibn Šaddād, A‘lāq, Damas, 291-302.

86 Ibn Šaddād, A‘lāq, Alep, 130-138.

87 Ibn ‘Asākir, 162/279.

88 BEO, XIII, n° 79.

89 Ibn Ğubayr, Voyages (trad. G.D.), 146.

90 Cl. Cahen, Studia Islamica, III, 1955, 98.

91 L’instruction des marchands au Moyen Age, Annales, 1929, 17.

92 Voir notre traduction, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, PIFD, 1959.

93 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 44-45.

94 J. Sauvaget, Alep, 104.

95 J. Sauvaget, Le plan de Laodicée-sur-Mer, BEO, IV, 1934 ; J. Sauvaget, Le plan antique de Damas, Syria, 1949, 321.

96 Voir le croquis dans J. Sauvaget, Alep, 120, fig. 27.

97 Ibn ‘Asākir, 68/116.

98 Ibn Ğubayr, Voyages (trad. G. Demombynes), 328 sq.

99 On compte en Orient le rez-de-chaussée pour un étage.

100 J. Sauvaget, Alep, 105.

101 Streck, EI, II, 701 : J. Sauvaget, Alep, 79-80 ; Lévi-Provencal, Hist. Espagne Musulmane, III, 303 ; Torres Balbas, Alcaicerias dans al-Andalus, XIV, 1949, 431-455 ; Ibn ‘Asākir, 130, n. 2 ; L. Massignon, Enquête, 71.

102 Streck, art. Ḳaisārīya, EI, II, 700-701.

103 Ibn ‘Asākir, 59/95 ; 155/260 ; W.W., F, 5,4, Khān Nuhas, aujourd’hui remplacé par un bâtiment moderne.

104 Sur cette institution, voir plus bas.

105 J. Sauvaget, Alep, 120 ; BEO, XIII, n° 60.

106 Trésors, 160, cite Ibn al-‘Adīm.

107 Trésors, 159-160 ; voir D. Sourdel, AAS, II, 120 où est rectifié la note 6 de mon n° 61 dans BEO, XIII.

108 D. Sourdel, AAS, II, 1952, 115 sqq.

109 J. Sauvaget, Mosquée omeyyade de Médine (184, n. 4), corrige Alep, 77, n. 217.

110 J. Sauvaget, Alep, 151.

111 J. Sauvaget, Décrets, 36, n. 1.

112 J. Sauvaget, Plan antique, 345-349 ; W.W., I, 3.

113 W.W., G. 3.

114 Elisséeff, Corporations de Damas, Arabica, III, 77.

115 Tissus de laine bigarrés, servant souvent de couvertures.

116 Peut-être est-ce le dār al-ḥiğāra située dans le même quartier ?

117 Ibn ‘Asākir, 39/42.

118 W.W., I, 3, près du I .ممز

119 W.W., H, 3, dans la partie nord.

120 Idrīsī, édit. Jaubert, 353.

121 W.W., I, 3, près de H.

122 W.W., G, 3.

123 W.W., I, 3.

124 Arabica, III, 75, n° 56.

125 Arabica, III, 66, n° 6.

126 Qamardīn.

127 W.W., F, 5, 3 ; Ibn ‘Asākir, 131/213 à rectifier dans le sens de ruzz au lieu de durr. Il y a là un ḫān ar-Ruzz. Voir Canard, Le riz dans le Proche-Orient aux premiers siècles de l’Islam, Arabica, VI, 115 (s’arrête au xe siècle de notre ère).

128 Arabica, III, 77, n° 6 . اكر-اج

129 Ibn ‘Asākir, 57/87 : qui fonctionne encore de nos jours comme moulin à burghul.

130 Ibn al-QalānisĪ, trad. L.T., 305.

131 Ibn ‘Asākir, 74/130 ; W.W., F, 5, 2 ; MHD, n° 86.

132 W.W., F, 5, 1.

133 Ibn ‘Asākir, 48, n. 6 ; 133, n. 3 ; 162/278.

134 Peut-être en W.W., E, 5, 1, à la place du Khān Ğuwašīya.

135 W.W., F, 5.

136 W.W., E, 5, 2 ; MHD, n° 75.

137 Ibn ‘Asākir, 138/235.

138 W.W., F, 4, presque en face de l’actuel Khān as-Ṣawwāf.

139 Ibn ‘Asākir, 59/95 ; 155/260 à situer en W.W., F, 5, 4, khān actuellement disparu.

140 K. Rawḍatayn, IV, 44 ; Ibn ‘Asākir, 88, n. 4 ; 131/223 ; W.W., F, 5, 8.

141 MHD, n° 84.

142 Il y avait un autre dār al-Wakāla dans le faubourg d’aṣ-Ṣālihīya.

143 Ibn ‘Asākir, 62/101 ; W.W., H, 5, 4.

144 Ibn ‘Asākir, 95, n. 4.

145 A placer en W.W., F, 6.

146 A placer en W.W., H, 5, près de 2.

147 Respectivement à placer en W.W., K, 4 et G, 5. Ma‘ṣarat az-Zayt et Ma‘ṣarat aš-Šīrāg.

148 Voir liste Arabica, III, 77-78.

149 Voir Ibn ‘Asākir, 84/153 et n. 6.

150 W.W., DW, 5 ; Talass, Mosquées, n° 205.

151 RCEA, IX, 3293, p. 66, 1. 3 ; Arabica, III, 79, n° 69 ; voir B. Gille, Les développements technologiques en Europe de 1100 à 1400, dans CHM, III, i, 1956, 68 et 85.

152 THS, 214.

153 Voir Elisséeff, Corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn, Arabica, III, 61-79.

154 Ibn ‘Asākir, 80/143.

155 Ibn ‘Asākir, 89/165, samné, beurre de brebis fondu.

156 Ibn ‘Asākir, 143/244 ; W.W., D, 6.

157 Ibn ‘Asākir, 80/148.

158 Ibn ‘Asākir, 143/244.

159 J. Sauvaget, Alep, 106.

160 BEO, XIII, 37, n° 98.

161 H. Laoust, Précis de droit, Introduction, x-xiii.

162 J. Sourdel-Thomine, Les lieux de pèlerinage damascains, BEO, XIV, 65-85.

163 Pour l’histoire d’aṣ-Ṣālihīya, voir Muḥammad Aḥmad Duhmān :

  1. Ibn Ṭūlūn, al-Qalā’id al-ğawharīya fī tārīḫ aṣ-Ṣāliḥīya, Damas, 1368/1949.
  2. Muḥammad b. ‘Isā b. Kannān, al-Murūğ as-Sundusīya al-fasīḥa fī talḫīs tārīḫ aṣ-Ṣāliḥīya, Damas, 1366/1947.

164 RCEA, IX, 3216 ; BEO, XIV, 158.

165 BEO, XIII, n° 96.

166 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 16 ; Bidāya, XII, 281-282.

167 Ibn al-‘Adīm, Tārīḫ Ḥalab, II, 284 et 341.

168 Le makkūk est une mesure de capacité qui semble valoir à Alep au vie/xiie siècle 1,72 livre. Cf. Ibn al-‘Adīm, II, 12. En 548/1153, le ravitaillement est coupé à Damas et le sac de blé d’une ġirāra équivalent d’un ṣā‘ ou de deux makkūk 1/2 se vend 25 dinars, soit 10 dinars le makkūk (Ibn al-Qalānisī, 339/325).

169 Ε. Ashtor, L’évolution des prix dans le Proche-Orient à la Basse Epoque, dans JESHO, IV, 15-46.

170 Ibn al-‘Adīm, Tārīh Ḥalab, II, 284.

171 Suivant ce même procédé bien des transactions se sont faites à Damas avant 1960 sur la base de la livre or.

172 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 32-33.

173 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 18.

174 Ibidem, 18, n. 2.

175 K. Rawḍatayn, HOC, IV, 16 ; Bidāya, XII, 281-282 ; au début du viie/ xiiie siècle une brebis vaut 10 dirhams d’après Ibn Qudāma (Précis, 53).

Table des illustrations

Légende Note168
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search