Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome III

 | 
Nikita Elisséeff

II. Le système administratif sous Nūr ad-Dīn

Texte intégral

A. ADMINISTRATION TERRITORIALE

  • 1 Aḥsan at-Taqāsim, trad. A. Miquel, PIFD, Damas, 1963 ; voir aussi Le Strange, Palestine under the (...)

1L’essentiel de l’administration était au temps de Nūr ad-Dīn en relation étroite avec la fiscalité et la perception des impôts, comme nous l’avons vu plus haut. L’organisation administrative territoriale de la Syrie telle qu’elle nous est présentée par les géographes arabes comme al-Muqaddasī1 est très profondément ébranlée dès avant le vie/xiie siècle, d’abord par les rivalités des princes d’obédience seldjouqide qui dominent à Alep et à Damas, puis par l’arrivée des Croisés et la création des États Latins d’Orient. La description des différentes régions constituant l’empire zenguide a été faite par nous plus haut dans la partie traitant de la topographie historique.

2Lorsque Nūr ad-Dīn accède au pouvoir, la Syrie est menacée par les Francs ; elle compte quelques principautés indépendantes comme les Munqiḏites de Šayzar, les ‘Uqaylides de Qal‘at Ğa‘bar, les princes de Hama. Les deux grandes métropoles, Alep et Damas sont indépendantes l’une de l’autre ; la grande cité du Nord est dans son ensemble favorable aux Chiites tandis que Damas, jalouse de son indépendance, va s’opposer à son intégration dans un grand État unifié jusqu’au jour où Nūr ad-Dīn aura su gagner la population et y aura installé sa capitale.

  • 2 Le Strange, Lands, chap. VI, 86 sq.

3A l’époque de Nūr ad-Dīn l’organisation territoriale ne semble pas avoir été très stricte. La Djéziré2, comme nous l’avons vu au début de ce travail, est constituée de trois districts : le Diyār Rabī‘a ayant Mossoul pour capitale et pour principaux centres Niṣībīn, Mārdīn et sur le Ḫābūr Rās al-‘Ayn ; le Diyār Muḍar dont la capitale est alors Raqqa et les villes principales Ḥarrān et ar-Ruhā’ (Édesse) ; enfin, au nord du Ṭur ‘Abdīn, le Diyār Bakr avec Āmid comme capitale.

4En Syrie nous avons la région d’Alep limitée à l’est par l’Euphrate et à l’ouest par l’Oronte avec comme villes importantes, au nord Manbiğ, Tell Bašīr sur le nahr Sağūr et ‘Aynṭāb, à l’est Bālis et avant d’arriver à Raqqa, sur la rive gauche de l’Euphrate, Qal‘at Ğa‘bar, place ‘uqaylide autonome. A l’ouest le massif du Ğabal Sam‘ān au-delà duquel se trouve Ḥārim qui surveille la principauté d’Antioche ; au sud Ma‘arrat an-Nu‘mān et le Ğabal as-Summāq avec Bārīn et Rafanīya qui semblent dépendre d’Alep, en revanche Šayzar sur l’Oronte est une principauté indépendante aux mains des Banū Munqiḏ, tandis que Hama reste vassale d’Alep. Salamīya en bordure du désert continue à être un centre important de l’Ismā‘īlisme.

5La région de Ḥimṣ, l’antique Émesène, est pratiquement vassale de Damas au début du règne de Nūr ad-Dīn, puis elle sera l’apanage de l’émir Šīrkūh et de ses descendants, avec Tadmur et ar-Raḥba sur l’Euphrate comme centres importants. Le seigneur de Ḥimṣ est aussi suzerain de Kafarṭāb et Qaryatayn. La limite avec la région d’Alep et Hama se trouvait à Rastān, à un pont sur l’Oronte, tandis que la frontière avec la province de Damas était située sur un plateau à Qārā.

6La province de Damas, bien qu’amputée par les Croisés de la zone côtière de Beyrouth et de Ṣaydā’, était la plus vaste des provinces de Syrie à l’époque de Nūr ad-Dīn. Elle était divisée en six grands districts : autour de la capitale s’étendait la Ġūṭa, peuplée de nombreux villages ; à l’ouest, au-delà de la chaîne de l’Anti-Liban, il y avait la Biqā‘ avec Ba‘albakk où l’on accédait de Damas par le Wādī Baradā et Zabadanī ou bien par la voie du sud qui passait par Qaṭanā, Burquš, Rāšayā et ‘Anğar. Au sud les pied-monts de l’Hermon avec le district de Houlé et Bāniyās, le Ğawlān séparé par la vallée du Yarmūk, de la Baṯanīya avec ‘Aḏrā’ et du Hauran avec Boṣrā et Salḫad.

  • 3 Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamelouks, BHA, III, 1923. On y trouve la traduction (...)

7Nous avons vu plus haut comment Nūr ad-Dīn sut regrouper les différentes régions de son empire et en éliminer les principicules indépendants, comment mettant fin à la désagrégation matérielle et morale ce prince sut forger une âme aux Syriens. Lorsque les successeurs de Nūr ad-Dīn auront mené à bien son plan et repoussé les Croisés à la mer et que sous les Ayyoubides, puis sous les Mamelouks, la domination musulmane sera établie sur le territoire s’étendant d’al-‘Arīš aux sources du ‘Afrīn, la Syrie sera partagée en six provinces aux limites d’ailleurs mal définies3.

B. LA POSTE

8Les relations administratives entre les différentes parties de l’empire étaient assurées par le dīwān ar-rasā’il qui en fait était un véritable secrétariat général, un organe d’exécution chargé d’établir et d’enregistrer les décisions officielles, de rédiger et d’envoyer les circulaires aux gouverneurs. Ce dīwān était aussi le lieu d’aboutissement de tous les rapports et dépêches de l’empire. On y recueillait toutes les informations qui pouvaient avoir une incidence sur la fiscalité : catastrophes naturelles, état des récoltes, prix des denrées, ou même effets de banditisme. A ces renseignements d’ordre économique venaient s’ajouter les rapports des agents spéciaux qui, déguisés en marchands, en voyageurs ou en soufis et mis à l’abri des corruptions par des salaires élevés, parcouraient l’empire pour « tâter le pouls », pour mesurer le degré d’honnêteté et de fidélité des fonctionnaires provinciaux.

  • 4 Sourdel, art. Barīd, EI2, I, 1077-78.

9Jusqu’à l’époque zenguide le service officiel de la poste et de l’information était assuré par le barīd, institution dont l’origine remonte au système « postal » des Achéménides et qui fut mis au point en Orient par les Sassanides et les Byzantins4. Au vie/xiie siècle le barīd ne fonctionne plus régulièrement car l’empire abbasside, déchiré par les luttes fratricides de la famille seldjouqide, tend à se fractionner en de nombreuses principautés autonomes. Un tel service d’information n’a sa raison d’être que dans un État fort, étendu et centralisé.

  • 5 Nağğāb, Cf. Atabegs, 112.
  • 6 HOC, III, 597.
  • 7 HOC, IV, 87.
  • 8 Ibn al-Aṯīr, Atabegs, 289 ; Kāmil, HOC, I, 585 = IX, 114 ; Michel Sabbagh, La colombe messagère, t (...)

10Sous les Zenguides les courriers à cheval subsistèrent, on employa aussi pour certaines liaisons des messagers extraordinaires montés sur dromadaires rapides5, mais la grande innovation fut l’organisation d’un réseau de poste aux pigeons. Déjà les princes seldjouqides l’utilisaient pour leur besoin d’information personnelle ; en 504/1110 Riḍwān reçoit à Alep un pigeon envoyé d’al-Aṯārīb assiégée par Tancrède6. Zengī dans ses campagnes et notamment lors des opérations menées contre Édesse, avait utilisé les pigeons pour assurer les liaisons avec les troupes en mouvement, mais c’est à Nūr ad-Dīn que revient le mérite d’avoir organisé un service officiel de colombophilie. En 552 des pigeons assurent la liaison entre Bāniyās et Damas7 ; quinze ans plus tard, si l’on en croit les chroniqueurs8, Nūr ad-Dīn instaura la poste aux pigeons. Il avait pu prendre cette initiative car la Syrie était alors unifiée et que des opérations étaient menées dans les piedmonts du Taurus comme sur les bords du Nil. Un service d’information rapide que la présence des Francs ne puisse pas entraver était devenu une nécessité.

  • 9 KR, HOC, IV, 156.
  • 10 A la citadelle de Damas Burğ al-ḥamām, voir Wiet, Notes d’épigraphie syro-musulmane, 4e article Sy (...)

11Nūr ad-Dīn importa des pigeons de Mossoul et on en éleva systématiquement en Syrie et en Égypte. Les pigeons-voyageurs (al-manāsib) qui avaient un pedigree inscrit dans un daftar al-ansāb subissaient un savant dressage avant d’être utilisés comme courriers9. Le message écrit sur un papier spécial très fin appelé waraq aṭ-ṭayr, était fixé à une des rémiges de l’aile, ce qui ne gênait par l’oiseau dans son vol. Le prince zenguide fit construire des pigeonniers (burğ) dans les principales citadelles10 et installa sur les routes des relais de pigeons : marākiz al-ḥamām qui souvent coïncidèrent avec les relais du barīd.

12L’institution de la poste aux pigeons fut renouvelée par le calife abbasside an-Nāṣir li dīn-Illāh (575-622/1180-1225) avant d’être désorganisée par l’invasion mongole. Nous ne connaissons pas de liste des relais de pigeons, nous savons qu’il en existait sur les parcours Damas-le Caire, Damas-Ba‘albakk, Damas-Qaryatayn, Damas-Qārā-Ḥimṣ-Hama-Ma‘arrat an-Nu‘mān-Alep. Du jour où, au xve siècle, ce « service postal aérien » fut supprimé, les relais bâtis en maçonnerie grossière furent détruits pierre par pierre par la population et les pigeonniers construits en larges briques crues dès lors qu’ils ne furent plus entretenus tombèrent en ruine sous les atteintes du temps et leur trace disparut à jamais.

C. LE VIZIR, CHEF DE L’ADMINISTRATION CIVILE

13Bien que sous Nūr ad-Dīn les rouages de la machine administrative soient apparemment moins compliqués qu’ils ne le seront sous les Mamelouks, les informations sont réduites pour bien connaître les fonctions des agents des multiples diwān de l’administration et leurs attributions. Nūr ad-Dīn ne semble pas avoir apporté de modifications profondes au système en vigueur avant son avènement.

14Nous savons que suivant la tradition le représentant de l’autorité a pour devoir de confier chaque fonction publique à l’homme le plus apte. Mais comment juger cette aptitude ? Le plus apte est celui qui a la force (qūwwa) et qui fait montre de loyauté (amāna), mais la nature de la force varie suivant la fonction, pour le militaire c’est la bravoure, l’habileté au combat, tandis que pour le juge c’est la connaissance du droit qui prime.

  • 11 H. Laoust, Traité de droit public d’Ibn Taimīya, 16.

15Les qualités exigées de tout musulman investi d’une fonction publique sont la science, la piété et l’énergie11. Le personnel administratif sera formé dans les madrasas, au milieu des soufis et des fuqahā’, il pourra acquérir les qualités requises avant de constituer l’armature de l’État de Nūr ad-Dīn.

  • 12 Sur les fonctions administratives du vizir et sur ses responsabilités gouvernementales à l’époque (...)

16Le fonctionnaire civil le plus éminent de l’administration reste à cette époque le vizir. Il est recruté généralement dans le personnel de l’administration centrale ou provinciale, avant tout secrétaire d’une compétence reconnue, il a souvent occupé un poste de kātib où il a fait montre de talent dans la rédaction des missives de toutes sortes. Le vizir est le chef de l’Administration, il est responsable de l’ensemble des bureaux civils : Chancellerie, Foncier, Trésor, il applique les prescriptions de la loi en matière financière, regroupe toutes les taxes, contrôle les revenus et la répartition des dépenses12.

  • 13 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 240 (16).

17Si au vie/xiie siècle on demande au vizir l’expérience des affaires, la circonspection en politique, la réflexion sur les conséquences de ses actes13, la fonction n’en a pas moins perdu de son lustre par rapport aux époques antérieures.

  • 14 Art. al-Djawād al-Iṣfahānī, EI2, II, 501.

18Sous Nūr ad-Dīn le vizir n’est plus ce personnage jouissant d’une autorité considérable qui dans l’empire abbasside occupait la seconde place après le sultan. Il est alors un secrétaire d’État ayant la haute main sur les affaires civiles avant de devenir petit à petit une sorte de contrôleur du Trésor chargé de regrouper toutes les taxes et de surveiller les collecteurs d’impôts (‘ummāl) par les agents du barīd. A la cour zenguide le vizir est un conseiller politique écouté, Ğamāl ad-Dīn al-Ğawād al-Isfahānī resta de longues années auprès de Zengī puis de son fils Sayf ad-Dīn Ġāzī à Mossoul14.

  • 15 Ibn Qalānisī, 220.

19Certes le vizir reçoit traditionnellement depuis l’arrivée au pouvoir des Seldjouqides dix pour cent (‘ušr) des revenus de l’État comme traitement15 mais l’emploi reste précaire au vie/xiie siècle. Le titulaire est jalousé et subit bien des vicissitudes qui vont jusqu’à la confiscation des biens (muṣādara) comme pour Yūsuf b. Fīrūz à Damas ou l’emprisonnement comme pour Ğamāl ad-Dīn al-Iṣfahānī à Mossoul.

D. ḤĀĞIB, WALI, NĀ’IB

  • 16 Art. Ḥādjib, EI2, III, 47-50.
  • 17 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 220-221.
  • 18 Kāmil, I, 453, 454.

20Une autre fonction a varié selon les régions et les époques, celle de ḥāğib16. A l’origine ce personnage est « maître de cérémonie », il apparaît souvent comme l’intendant du palais ou même comme premier ministre ou chef de gouvernement. En théorie au xiie siècle le chambellan « est chargé de dévoiler au souverain la condition du peuple, les affaires des gens de qualité et les injustices dont souffrent les serviteurs de Dieu, et de régler les abus sur les instructions du prince »17. Cette conception lui confère certaines des charges d’un ministre de l’Intérieur moderne. Le ḥāğib pouvait être appelé aux fonctions de šiḥna, d’ambassadeur ou être comme Ṣalāḥ ad-Dīn Muḥammad al-Yaġibasānī l’émir d’un prince18. En se dégradant avec le temps le titre finira par désigner simplement un huissier.

  • 19 Ibn Qalānisī, 296 ; L.T., 291.
  • 20 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 221-222, (17-18).

21Chaque citadelle de l’empire a alors un gouverneur (wālī) nommé par Nūr ad-Dīn. Choisi parmi les émirs à la fidélité éprouvée cet officier est en fait maître de la place et de la région qui en dépend. Ce poste était parfois concédé moyennant une redevance en argent et la livraison d’une quantité déterminée de céréales comme ce fut le cas pour l’émir Muğāhid ad-Dīn Būzān b. Mamīn lorsqu’il fut nommé gouverneur de Salḫad en 542/114719. Le pouvoir central, pour prévenir toute révolte grave, faisait espionner le gouverneur, « enquêtait sur sa conduite, cherchait à être au courant de ses pensées »20.

  • 21 Gibb, art. Nāib, EI, III, 895.

22Dans les grandes villes et les centres importants il y a un nā’ib. Il est le substitut ou le délégué du prince, il représente le pouvoir militaire face au vizir qui concrétise l’administration civile21. En 560/1165 Nūr ad-Dīn nomma Saladin nā’ib de Damas, poste dans lequel Šīrkūh l’avait précédé. En fait le nā’ib est le commandant de la garnison, en tant que représentant de l’armée il coopère au maintien de l’ordre, veille à la collecte des impôts et au paiement des soldes et des traitements.

  • 22 Voir le texte de ce diplôme dans Qalqašandī, Subḥ, X, 91-98.
  • 23 Dozy, Noms de vêtements, 107-117.
  • 24 Dozy, Noms de vêtements, 254 et 278.
  • 25 K. Rawḍatayn, I, 173.

23Chaque nomination de haut fonctionnaire est accompagnée d’une cérémonie officielle d’investiture. Cette cérémonie comporte essentiellement la remise solennelle de la robe d’honneur, la ḫil‘a, qui symbolise la délégation à autrui d’une parcelle de souveraineté, la robe est d’une étoffe plus ou moins riche, de couleurs différentes, et tissée dans les ateliers de l’État. On donne au nouveau promu un collier (taqlīd) qui parfois est en or, il reçoit aussi des cadeaux parmi lesquels figurent généralement un cheval de prix et un sabre richement décoré, enfin on lui remet le diplôme d’investiture (tašrīf)22. Ce cérémonial était déployé avec une pompe extraordinaire lors de la nomination du sultan ou du vizir par le calife, autorité suprême. Voici comment Abū Šāma décrit l’investiture de Saladin au Caire et donne une description détaillée des vêtements et des cadeaux offerts. Saladin reçut, dit-il : « un turban blanc de Tanis avec un bord brodé d’or, une robe ample de Dabīq avec une bordure d’or, une robe de dessous (ğubba)23 écarlate, un voile de mousseline (ṭaylasān)24, un collier de perles d’une valeur de dix mille dinars, un sabre incrusté de pierres précieuses d’une valeur de cinq mille dinars, une jument alezane des écuries d’al-‘Āḍid valant huit mille dinars — il n’y en avait pas de plus rapide dans toute l’Égypte. Il reçut un collier, une selle incrustée d’or et de perles. Sur l’encolure de la jument il y avait une pièce d’étoffe blanche portant deux cents perles. Les quatre pattes de l’animal étaient cerclées de quatre bracelets de pierres précieuses et sur la tête elle avait un morceau de légère toile de lin brochée de perles et une écharpe blanche avec des rubans d’or. Avec la robe d’honneur Saladin reçut aussi un certain nombre de pièces d’étoffes, plusieurs chevaux et d’autres cadeaux ainsi que le diplôme d’investiture du vizirat enveloppé dans un morceau de satin blanc »25.

  • 26 Bidāya, XII, 262.

24Toutes les investitures ne revêtaient pas une semblable solennité mais elles se faisaient toujours au nom du calife. Ainsi est-ce en sa qualité de qāsim amīr al-mu’minīn, de celui qui partage l’autorité avec le calife, que Nūr ad-Dīn donna à son neveu Quṭb ad-Dīn en 566 une robe d’honneur offerte par le calife pour confirmer son autorité sur Mossoul26.

Notes

1 Aḥsan at-Taqāsim, trad. A. Miquel, PIFD, Damas, 1963 ; voir aussi Le Strange, Palestine under the Moslems, Londres, 1890.

2 Le Strange, Lands, chap. VI, 86 sq.

3 Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamelouks, BHA, III, 1923. On y trouve la traduction d’al-Qalqašandī, Subḥ al-A‘šā, IV, 72-242, concernant la Syrie.

4 Sourdel, art. Barīd, EI2, I, 1077-78.

5 Nağğāb, Cf. Atabegs, 112.

6 HOC, III, 597.

7 HOC, IV, 87.

8 Ibn al-Aṯīr, Atabegs, 289 ; Kāmil, HOC, I, 585 = IX, 114 ; Michel Sabbagh, La colombe messagère, trad. Silvestre de Sacy, Paris, 1805.

9 KR, HOC, IV, 156.

10 A la citadelle de Damas Burğ al-ḥamām, voir Wiet, Notes d’épigraphie syro-musulmane, 4e article Syria, 1926, 166, n. 4 où il faut corriger ḥammām.

11 H. Laoust, Traité de droit public d’Ibn Taimīya, 16.

12 Sur les fonctions administratives du vizir et sur ses responsabilités gouvernementales à l’époque abbasside, voir D. Sourdel, Le Vizirat abbasside, pp. 579-614 et 615-669.

13 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 240 (16).

14 Art. al-Djawād al-Iṣfahānī, EI2, II, 501.

15 Ibn Qalānisī, 220.

16 Art. Ḥādjib, EI2, III, 47-50.

17 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 220-221.

18 Kāmil, I, 453, 454.

19 Ibn Qalānisī, 296 ; L.T., 291.

20 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 221-222, (17-18).

21 Gibb, art. Nāib, EI, III, 895.

22 Voir le texte de ce diplôme dans Qalqašandī, Subḥ, X, 91-98.

23 Dozy, Noms de vêtements, 107-117.

24 Dozy, Noms de vêtements, 254 et 278.

25 K. Rawḍatayn, I, 173.

26 Bidāya, XII, 262.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search