Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome III

 | 
Nikita Elisséeff

I. Le Ğihād de Nūr ad-Dīn

Texte intégral

I. L’ASPECT MILITAIRE DU ĞIHĀD DE NŪR AD-DĪN

A. LES DÉFENSES DE L’EMPIRE

1La défense des frontières et l’organisation des confins militaires ne posent à Nūr ad-Dīn aucun problème grave ou urgent car il mène contre ses adversaires francs ou seldjouqides une politique offensive et dynamique. Si nous situons sur une carte les principales places fortes sur lesquelles Nūr ad-Dīn exerçait son autorité et que nous excluons de notre examen les places de la Djéziré, qui relevaient d’une branche zenguide collatérale, nous constatons qu’elles constituent trois lignes défensives. L’une est sur l’Euphrate à l’intérieur de l’empire zenguide ; en aval d’al-Bīra s’échelonnent des citadelles qui contrôlent les principaux passages du fleuve ; à la sortie de l’Euphrate dans la plaine, Qal‘at Nağm veille sur un gué sur la rive droite, de même en aval Bālis se dresse sur la falaise dominant la vallée, en descendant le fleuve, face à Ṣiffīn, sur la rive gauche Qal‘at Ğa‘bar, puis la ville fortifiée de Raqqa. Si au confluent du Ḫābūr, l’ancienne place romano-byzantine de Circessium, devenu al-Busayra, n’a plus de vocation militaire, en revanche, presque en face, sur la rive droite dominant Mayyādīn du haut de son piton le château d’ar-Raḥba protège la route commerciale qui, abandonnant la vallée de l’Euphrate, s’enfonce dans le désert vers Palmyre.

2La frontière septentrionale du domaine de Nūr ad-Dīn reste peu précise, elle traverse la partie occidentale de l’ancien comté d’Édesse. Cette seconde ligne de défense est jalonnée de Manbiğ à Mar‘aš par Tell Ḫālid, Tell Bašīr, ‘Aynṭāb, Burğ ar-Raṣāṣ et Dulūq. Ces forteresses avaient pour mission de surveiller les mouvements des Artuqides, des Danišmendides, des princes arméniens et ceux du sultan seldjouqide de Konya. C’étaient des positions d’observation destinées à donner l’alerte à Alep et à assurer à cette ville des produits agricoles et des terres de pâturage.

3La troisième ligne de défense se trouvait à l’ouest où Nūr ad-Dīn avait en face de lui trois États francs : la principauté d’An-tioche, le comté de Tripoli et le royaume de Jérusalem. Les deux pôles de la défense sont Alep au nord et Damas au sud ; à égale distance des deux, Ḥimṣ joue un rôle important. Entre la province d’Alep et la principauté d’Antioche la frontière a sensiblement le même tracé que celui qu’elle avait du viie au xe siècle entre Byzance et les pays d’Islam. Plus au sud l’Oronte matérialise une frontière jalonnée par Ğisr al-Ḥadīd, Šuġr Bakās, Qal‘at al-Mudīq et Šayzar. A l’ouest de Hama et de Ḥimṣ la limite du comté de Tripoli était vague. Grâce au Crac des Chevaliers, le Ḥiṣn al-Akrād des textes arabes, les Francs tenaient Nūr ad-Dīn en respect tandis qu’il occupait ‘Akkār qui contrôle une vaste plaine. Plus au sud la chaîne du Liban constitue une frontière naturelle entre la zone côtière tenue par les Croisés et la plaine de la Biqā‘ qui dépend de Ba‘albakk. La région de Damas se trouvait protégée à l’ouest par l’Anti-Liban ; au sud du massif de l’Hermonla frontière avec le royaume de Jérusalem était délimitée par le Jourdain dont Subayba et Bāniyās défendaient le passage au nord du lac de Houlé. La limite méridionale de l’empire de Nūr ad-Dīn était marquée par la vallée du Yarmūk. Deux places fortes, Boṣrā et Salḫad, veillaient à la sécurité du domaine du prince musulman en bordure du désert qui s’étend jusqu’en Arabie.

4Si Nūr ad-Dīn mena une politique essentiellement offensive, il eut aussi à organiser les défenses des places qu’il détenait. Ses bases opérationnelles : Alep, Ḥimṣ et Damas, devaient avoir de solides remparts pour permettre à l’armée de se mettre à l’abri de l’enceinte en cas d’échec au cours d’une campagne ou simplement pour entreposer les armes lourdes collectives. Nūr ad-Dīn n’avait pas de programme de construction militaire. Il exécutait les travaux que les circonstances exigeaient. Il remit en état des enceintes urbaines ou les remania, pour les mettre au niveau des progrès de l’art militaire et parfois il réutilisa des châteaux, consolida les uns, démantela les autres selon leur position stratégique. Jamais Nūr ad-Dīn ne songea à construire une véritable ligne défensive de forteresses comme l’avaient fait les Croisés en face de lui car bâtir était reconnaître une limite territoriale et par là admettre le fait accompli de l’occupation franque. En n’établissant pas de véritable frontière Nūr ad-Dīn marquait le caractère précaire qu’avait dans son esprit cette occupation étrangère.

5La technique de la construction des fortifications est fort ancienne en Syrie, elle s’y développa dès le deuxième millénaire. Les uns tournaient leurs défenses vers l’ouest comme les Assyriens, les Babyloniens et les Perses, les autres les disposaient face à l’est comme les Grecs, les Romains et les Byzantins ; les Francs furent les derniers à venir d’Occident tandis que les Zenguides retrouvaient les problèmes des premiers.

  • 1 J. Sauvaget, Citadelle de Damas, Syria, XI, 1930, 61.

6« La Basse-Antiquité, comme le rappelle Sauvaget connaît déjà les fûts de colonnes liaisonnant la maçonnerie1. » Engagés en profondeur ces fûts apparaissent sur les parois extérieures du parement en pierre de taille et consolident le blocage. Les Musulmans dans leurs constructions mirent au niveau du sol un lit de fûts de colonnes, ce procédé assurait une meilleure résistance des murs lors des tremblements de terre et protégeait contre les effets des travaux de sape. En maintenant le blocage les fûts de colonnes empêchaient que celui-ci fût évacué par les galeries et que, le vide ainsi créé, les murs fussent plus faciles à disloquer. Ce procédé fut repris par les Francs à Lattaquié et à Ğubayl (Byblos). Nous savons que l’art byzantin de la fortification est à la base du développement des architectures militaires franque et musulmane mais il n’existe malheureusement encore aucune étude sur les forteresses musulmanes de l’Orient arabe comparable à celle qu’a faite Paul Deschamps sur les défenses franques. La fréquence des sièges amena de grands progrès dans la poliorcétique et dans l’art des fortifications ; aussi Nūr ad-Dīn fut-il amené à améliorer les ouvrages défensifs dont il était le maître, qu’il s’agisse d’enceintes urbaines, de citadelles ou de châteaux isolés.

7L’analyse des constructions de Nūr ad-Dīn va nous permettre de dégager les éléments des défenses, les procédés de construction et les apports originaux de son époque. Nous pourrons ainsi poser un jalon dans l’évolution des caractères de l’architecture militaire syrienne médiévale.

a) Les enceintes urbaines

8A l’époque de Nūr ad-Dīn les enceintes qui enfermaient les villes remontaient à des origines romaines ou byzantines. Construites en pierre de taille, sans cesse perfectionnées, les enceintes furent remaniées par les Arabes. Là où il n’y avait pas de défenses naturelles les murailles de la ville étaient protégées par un fossé et souvent un avant-mur.

  • 2 BEO, XIII, n° 41.

9Au lendemain de son pèlerinage aux Lieux Saints, Nūr ad-Dīn fit construire à Médine une seconde enceinte pour protéger contre les assauts des pillards bédouins les habitants des nouveaux faubourgs. Le tracé du mur neuf semble avoir été inspiré par le classique plan carré des Byzantins car il était percé d’une porte sur chacune des faces tournées vers l’un des quatre points cardinaux, les angles étaient renforcés par des tours semi-circulaires ce qui était, comme nous le verrons, une innovation2.

10En 563/1168, Nūr ad-Dīn fortifia Manbiğ au nord-est d’Alep. Nous ignorons l’ampleur de ses travaux mais l’important ressaut de terrain qui de nos jours limite la ville du côté du nord laisserait supposer qu’il s’agissait plutôt d’une fausse braie que d’un véritable rempart en pierres de taille. En effet, si ces dernières avaient été utilisées pour des édifices postérieurs il n’y aurait plus eu de traces sur le terrain, ce qui n’est pas le cas.

  • 3 BEO, XIII, n° 52.

11La même année l’enceinte de Ba‘albakk, défense avancée de Damas face aux Croisés du comté de Tripoli, fut remaniée dans la partie sud-est, et une nouvelle porte, la Porte de Damas — aujourd’hui disparue — y fut construite3. Cette enceinte, comme celles de Ḥimṣ et de Hama, fut remise en état après le tremblement de terre de de 565/1170. Nous savons aussi que Nūr ad-Dīn effectua des travaux aux enceintes de Raqqa et de Ḥarrān. Mais ce furent surtout les deux grandes métropoles d’Alep et de Damas qui retinrent le plus l’attention du prince.

  • 4 J. Sauvaget, L’enceinte primitive de la ville d’Alep, Mélanges des Arabisants, 1929, fig. 1, p. 13 (...)
  • 5 BEO, XIII, n° 32, 11 ; Ibn Šaddād, Alep, 16-17 ; dans CIA, Alep, 20, Herzfeld penche pour la date (...)
  • 6 Qui, au xiiie siècle, s’appelle Bāb an-Naṣr.
  • 7 Une autre porte de ce nom sera ouverte par l’Ayyoubide Ġāzī dans la muraille qu’il construira, Per (...)

12Lorsque Nūr ad-Dīn prend le pouvoir en 541 Alep est délimitée par une enceinte qui, dans son ensemble, remonte à l’époque de Justinien ainsi qu’en témoignent son tracé rectangulaire et les vestiges encore visibles de nos jours sur le front rectiligne entre Bāb al-Ğinān et Bāb Anṭākiya. La ville occupe alors approximativement l’aire de l’antique Beroia4. A l’est et au sud-est de la cité la muraille était alors encore précédée d’un fossé creusé en 351 /962 par les Byzantins : ḫandaq ar-Rūm. Hors la ville, le Qal‘at aš-Šarīf était en ruine et ne présentait plus que des vestiges d’enceinte carrée sur la colline contiguë à la ville du côté sud. Il y eut certes des travaux avant Nūr ad-Dīn mais c’est à ce prince que l’on doit les premières constructions importantes. On les distingue dans les faces occidentale et méridionale du rempart entre Bāb al-Ğinān et Bāb Qinnasrīn par les pierres d’appareil moyen placées sur des assises anciennes en blocs de gros appareil de taille byzantine. Le violent tremblement de terre de 552/1157 détruisit une partie des fortifications d’Alep et laissa cette place, comme d’autres, exposée aux menaces des Francs d’Antioche et des troupes de l’empereur byzantin ou même aux tentatives des Seldjouqides de Rūm. Avant même de remettre la muraille en état de défense il fallait garantir au plus vite la sécurité de la cité et dès 553/1158 on commença à élever une fausse braie (faṣīl)5. Cette enceinte entourait le rempart et passait devant les sept portes de la ville, Bāb Ṣaġīr, Bāb al-‘Irāq, Bāb Qinnasrīn, Bāb Anṭākiya, enfin Bāb al-Ğinān, Bāb al-Yahūd6 et Bāb al-Arba‘īn. Il y eut aussi d’autres travaux après le violent séisme de 565 : deux portes furent remaniées : Bāb Ṣaġīr qui reçut le nom de Bāb al-Farağ (Porte de la Délivrance)7 et Bāb al-‘Irāq, située à l’angle sud-est de l’enceinte au nouveau quartier des Turcomans.

  • 8 Voir Elisséeff, La Description de Damas d’Ibn ‘Asākir, chap. xvi, 297.
  • 9 BEO, XIII, n° 43.
  • 10 BEO, XIII, n° 24.
  • 11 BEO, XIII, n° 45.
  • 12 Le problème de l’apparition de l’entrée coudée dans les fortifications a été soulevé par K.A.C. Cr (...)
  • 13 BEO, XIII, n° 11.
  • 14 BEO, XIII, n° 12.
  • 15 BEO, XIII, n° 80.

13Lorsque Nūr ad-Dīn s’empara de Damas en 549/1154 l’enceinte était, comme à Ḥarrān et à Alep notamment, percée de sept portes, nombre rituel dans l’Antiquité. On entrait dans la ville par Bāb Šarqī, Bāb Kaysān, Bāb Ṣaġīr, Bāb al-Ğābiya, Bāb al-Faradīs, Bāb al-Ğīnīq et Bāb Tūmā. Le souverain zenguide remania ces portes d’origine romaine et modifia le front nord de l’enceinte8. Il fit construite sur la plupart des portes anciennes des minarets au-dessus des mosquées qu’il y installa et bâtit à chaque porte une barbacane (bašūra) derrière laquelle s’établirent des boutiques qui formèrent un petit marché et dont le loyer contribuait sans doute à l’entretien des défenses de la porte. On eut ainsi aux quatre portes qui conservent des restes antiques, Bāb Šarqī remaniée en 559/ 11649, Bāb Ṣaġīr après 55110, Bāb al-Ğābiya en 560/116511 et Bāb Tūmā, de véritables ouvrages fortifiés avec des issues coudées pour empêcher toute invasion en masse de la cavalerie12. Bāb Kaysān13, que certains pèlerins anciens appellent Porta Sancti Pauli, donnait sur le quartier juif, elle fut murée en 549, dès la prise de la ville. Pour conserver le même nombre de portes Nūr ad-Dīn en fit ouvrir une nouvelle sur le front nord, immédiatement à l’est de la citadelle qui reçut le nom de Bāb al-Farağ, la Porte de la Délivrance14. Une partie du front nord fut reportée vers le bord du Baradā, le faubourg d’al-Aftarīs se trouva englobé dans la ville et constitua le quartier appelé encore de nos jours Bayn Sūrayn ou ‘Imāra. Une nouvelle porte fut construite dans le prolongement de la rue sortant de la muraille, elle garda le même nom de Bāb al-Faradīs. L’antique Bāb al-Ğīnīq se trouva intra-muros et une nouvelle porte, Bāb as-Salāma perpendiculaire au cours du Baradā, fut ouverte par Nūr ad-Dīn avant 567/1171. C’est la plus belle des portes de Damas15. De là le rempart rejoint Bāb Tūmā située à l’angle nord-ouest de la ville.

  • 16 BEO, XIII, n° 82 et 82 bis.
  • 17 BEO, XIII, n° 62.

14Le front méridional de l’enceinte fut renforcé par des tours semi-circulaires dont trois au moins sont l’œuvre de Nūr ad-Dīn ainsi qu’en témoignent des inscriptions à son nom gravées en caractères naskhī dans le parement. Deux de ces tours se trouvent au sud de Bāb al-Ğābiya datées de 569/117416 et l’une dans le voisinage de Bāb Ṣaġīr datée de 564/115917. Dans ces tours les ar-chères ne se chevauchent pas, ce n’est que plus tard que pour augmenter la résistance des tours on évita d’avoir des ouvertures sur une même ligne verticale. Ces archères étaient construites sans étrier pour augmenter la plongée de tir.

15Les travaux effectués aux enceintes d’Alep et de Damas furent payés sur les plus values des waqfs de la Grande Mosquée de chacune de ces villes. L’emploi des revenus de biens religieux pour la reconstruction du rempart était légitimé par le caractère d’intérêt général que présentait cette entreprise et autorisé par une fatwa.

b) Les citadelles urbaines

  • 18 J. Sauvaget, L’enceinte primitive de la ville d’Alep, Mélanges des Arabisants, IFD, 1929, 133-159.

16Lorsque l’enceinte des villes est d’origine romaine ou byzantine, comme c’est le cas le plus fréquent pour les villes de Syrie, la citadelle urbaine, héritière du castrum romain se trouve soit dans un angle du périmètre comme à Ḥimṣ et à Damas, soit au milieu des fronts de l’enceinte comme à Jérusalem ou Alep18.

17Quand il s’agissait de l’aménagement en citadelle d’un édifice antique, fortifié pour les besoins de la défense, sa place n’était pas déterminée. A Ba‘albakk, la citadelle fut installée dans le temple de Jupiter, à Palmyre, l’enceinte du temple abrita un village, son mur extérieur servit de rempart tandis que le temple lui-même était fortifié par Šīrkūh, le chef des armées de Nūr ad-Dīn, qui en fit une citadelle avec une mosquée.

  • 19 BEO, XIII, n° 16 ; van Berchem et Fatio, Voyages, 176.
  • 20 BEO, XIII, n° 66.

18Quatre citadelles urbaines furent remises en état par Nūr ad-Dīn : Hama, Ḥimṣ, Alep et Damas. A Hama, la citadelle construite sur un tell naturel dominait la ville au nord-ouest, il n’en reste plus que quelques rares vestiges et ce n’est que par les textes que nous savons qu’à deux reprises, après les tremblements de terre de 552 et de 565, Nūr ad-Dīn fit réparer l’enceinte19C’est après le second séisme que le prince zenguide eut à relever les murs de la citadelle de Ḥimṣ dont la silhouette caractéristique se dresse sur un tell au sud-ouest de la ville20. Les vestiges des tours visibles aujourd’hui au nord-est de la citadelle sont postérieurs à notre époque et sont l’œuvre des Asadites, descendants de Šīrkūh et seigneurs de la ville.

  • 21 Perles, 38-50 ; Ploix de Rotrou, La citadelle d’Alep et ses alentours, Alep, 1931 ; CIA, Alep, I, (...)
  • 22 BEO, XIII, n° 2.
  • 23 BEO, XIII, n° 52.
  • 24 BEO, XIII, n° 50 ; CIA, Alep, I, 132 sq.
  • 25 Cette tête fut, sous les Ayyoubides, transportée à la Grande Mosquée. Il existe un reliquaire semb (...)
  • 26 CIA, Alep, I, 121 sqq. ; CIA, Alep, Pl. XLVI et XLVII.
  • 27 Perles, 74 ; CIA, Alep, I, 119.

19La citadelle d’Alep, construite sur un tell à cheval sur le côté oriental de l’enceinte, fut l’objet de soins attentifs de la part de Nūr ad-Dīn qui en fit sa résidence21. Dès son avènement en 541 le jeune souverain démolit la lice de la citadelle et aplanit son emplacement en talus. Il fit alors aménager une rampe d’accès à degrés à ciel ouvert, sur laquelle tout le monde pouvait le voir entrer et sortir à cheval.22. Cette rampe sera démolie par al-Malik aẓ-Ẓāhir Ġāzī au cours des profonds remaniements auxquels il procèdera. En 563/1168, Nūr ad-Dīn exécuta un certain nombre de travaux à la citadelle. Il fit construire à l’intérieur, à côté des palais déjà existants, le Dār aḏ-Ḏahab, ou Palais d’Or, avec de spacieux appartements et des bains23. Sur l’esplanade il aménagea, comme nous l’avons vu, un hippodrome recouvert de gazon, le mīdān al-aḫḍar, pour l’entraînement des cavaliers. Le prince se préoccupa aussi de restaurer la mosquée qui se trouvait au maqām supérieur d’Ibrāhīm qui avait été à l’origine une église24 où l’on conservait encore du temps des Zenguides la tête de Jean-Baptiste trouvée à Ba‘albakk en 435/1043-104425. Il remit en état le bâtiment du maqām inférieur qu’il orna de marqueterie de marbre et de boiseries ouvragées. Le décor avait disparu en 1930 et l’on ne connaît que par des descriptions et des photographies anciennes le grand miḥrāb de bois sculpté que Nūr ad-Dīn y plaça en 56326. Il y installa une madrasa ḥanafite pour laquelle il constitua des waqfs productifs27. Après le tremblement de terre de 565/1170, Nūr ad-Dīn eut surtout, semble-t-il, à réparer les dégâts du front ouest de la citadelle, deux tours portent des inscriptions en son nom et sur la courtine on peut lire sur la tranche apparente des fûts de colonne de l’appareillage des inscriptions souveraines. A la fin du règne de Nūr ad-Dīn la citadelle d’Alep a ses défenses en bon état et dispose de tous les services nécessaires à la vie d’une cour princière.

  • 28 J. Sauvaget, La citadelle de Damas, Syria, XI, 1930, 1er article, 59-90 ; 2e article, 216-241.
  • 29 J. Sauvaget, La citadelle de Damas, loc. cit., p. 60.
  • 30 BEO, XIII, n° 83, 27.
  • 31 BEO, XIII, n° 85, 28.
  • 32 BEO, XIII, n° 86.

20La citadelle de Damas au lieu d’occuper le sommet d’un tertre est édifiée en terrain plat. Elle a succédé à un ouvrage antique, un castrum romain carré situé à l’angle nord-ouest de l’enceinte urbaine et doté d’une porte au milieu de chaque face28. C’est « une des mieux conservées parmi les grandes forteresses syriennes de l’époque des Croisades », notait Sauvaget29. Cette remarque concernait surtout la citadelle du xiiie siècle, mais un siècle plus tôt Nūr ad-Dīn avait déjà procédé à de sérieux aménagements car lors de ses séjours à Damas il résidait à la citadelle. Le prince fit construire une petite mosquée dans la cour puis il bâtit à l’intérieur de la citadelle une grande mosquée (ğāmi‘) avec un minaret. Elle avait, pour les ablutions, un bassin alimenté par un réservoir30. Ces deux édifices religieux ont disparu de nos jours. Nūr ad-Dīn aménagea deux portes de la citadelle. Sur la face nord il renforça l’ancienne porte qui donnait sur un pont du Baradā, connue déjà en 523/1128-29 sous le nom de Bāb al-Ḥadīd, et y installa un oratoire dont subsiste encore le miḥrāb31. L’ensemble de ces travaux fut incorporé dans les réfections de l’ayyoubide al-Malik al-‘Ādil. Une autre issue, Bāb as-Sirr, fut ouverte par Nūr ad-Dīn sur le front ouest de la citadelle, sans doute s’agissait-il non pas d’une « porte secrète » mais d’une porte de service qui se trouvait près du palais résidentiel. Son emplacement semble pouvoir être localisé à l’actuelle entrée occidentale ; il ne reste aucune trace de la construction du vie/xiie siècle32.

21Ainsi les travaux de Nūr ad-Dīn dans les citadelles urbaines d’Alep et de Damas se sont bornés à des aménagements secondaires, à la construction ou la restauration de mosquées.

c) Les châteaux isolés

22Sur les rives de l’Euphrate Nūr ad-Dīn s’occupa de deux forteresses : Qal‘at Nağm et Qal‘at Ğa‘bar.

  • 33 BEO, XIII, n° 3.
  • 34 Voir plus haut 148-149.

23La première est bâtie sur la rive droite de l’Euphrate à l’endroit où le fleuve sort d’une gorge coupée de rapides33. Ce château contrôle la route d’Alep à Ḥarrān qui traversait le fleuve par un bac et non sur un pont comme on a voulu le croire34. Il se dresse sur un piton et surplombe à pic la vallée de l’Euphrate, l’enceinte suit les bords des escarpements et reste d’accès malaisé. Nūr ad-Dīn y installa un colombier pour la poste aux pigeons qui lui permettait d’être rapidement informé de la situation aux endroits stratégiques.

  • 35 BEO, XIII, n° 64 et 64 bis.

24Qal‘at Ğa‘bar, sous les murs duquel Zengī fut assassiné en 541, est situé sur une colline dominant la rive gauche de l’Euphrate35. Cette citadelle fut tenue jusqu’en 568 par un prince ‘uqaylide. Nūr ad-Dīn remit en état le système défensif qui avait été très éprouvé par le tremblement de terre de 565/1170 et éleva au milieu un minaret en briques cuites semblable à celui de Raqqa.

25Quand un château isolé était pris par les Musulmans assez en avant dans le territoire ennemi, comme ‘Urayma par exemple, ou loin des bases de Nūr ad-Dīn comme Bāniyās, on démantelait les défenses afin que l’adversaire ne puisse pas s’en resservir avant un certain délai car les travaux étaient souvent coûteux et toujours longs pour la remise en état. Lorsque la forteresse qui était enlevée aux Francs était proche du territoire musulman on la restaurait pour l’occuper à son tour. Ce fut le cas d’al-Aṯārib, de Bārīn, de Qal‘at al-Muḍīq et de Ḥārim. Il y avait une difficulté à résoudre après la prise de possession : le problème des défenses. Celles-ci en effet d’origine byzantine étaient tournées vers l’est contre le pays musulman, il fallait donc y apporter de profondes modifications pour les « retourner » contre l’Ouest.

  • 36 BEO, XIII, n° 30.
  • 37 BEO, XIII, n° 26.

26La région qui se trouve sur la rive droite du Moyen Oronte a particulièrement attiré l’attention de Nūr ad-Dīn car le fleuve constituait sa frontière avec le comté de Tripoli ; aussi après les séismes de 552 et 565 s’empresse-t-il de relever les défenses des principales citadelles. Il fit des travaux à Kafarṭāb situé à quatre kilomètres au nord-ouest de Ḫān Šayḫûn et contrôlant la route qui de Qal‘at al-Muḍīq rejoint la grande voie d’Alep à Damas. La forteresse ayant servi de carrière nous ignorons l’ampleur et la nature des travaux de Nūr ad-Dīn36. Celui-ci prit Fāmiya, ou Qal‘at al-Muḍīq, aux Francs en 544/1149 ; la citadelle construite sur le bord du plateau, à l’emplacement de l’ancienne acropole d’Apamée, souffrit du tremblement de terre de 552/1157 et fut remise en état par Nūr ad-Dīn. Les Ayyoubides, au siècle suivant, ayant opéré de profonds remaniements il est très difficile de déceler dans les vestiges actuels la part des travaux zenguides ; peut-être leur doit-on une barbacane construite sur la face sud-est où l’on trouve une grande porte murée avec deux forts saillants37.

  • 38 BEO, XIII, n° 31. Une fois restaurée la place fut confiée à Mağd ad-Dīn Ibn ad-Dāya et resta aux m (...)

27En amont de Qal‘at al-Muḍīq, au coude de l’Oronte, Nūr ad-Dīn s’empara en 552/1157, après le tremblement de terre, du château de Šayzar. Cette place bâtie sur une arête rocheuse domine la plaine et surplombe en à pic la rive gauche de l’Oronte. Le prince zenguide remit en état la partie septentrionale du château, le saillant qui se trouve près du pont qui enjambe le fleuve ; à l’autre extrémité de cette véritable « crête de coq » la défense est assurée par un profond fossé creusé par l’homme pour isoler le château du plateau. Cette partie, exposée aux coups des mangonneaux, fut renforcée par un véritable donjon construit par Nūr ad-Dīn, sans doute a-t-il relevé aussi sur la face occidentale les minces courtines qui joignent les tours carrées à faibles saillies. C’est à leur appareil en blocs à refends et à faible bossage que l’on peut dater ces travaux du milieu du vie/xiie siècle38.

  • 39 BEO, XIII, n° 28.

28Au sud-ouest de Hama, Nūr ad-Dīn eut à relever les murailles du château de Bārīn, le Montferrand des Croisés, qui avait succédé à un camp romain39. Cette place située au sud de la région des châteaux ismā‘īliens contrôlait une des voies qui, de la côte, menait vers la vallée du Moyen Oronte. Bārīn fut ruiné en 1238 par un prince de Hama, puis les pierres disparurent au cours des siècles et seul le fossé reste reconnaissable aujourd’hui. Nous ne pouvons donc rien dire sur la nature des travaux de Nūr ad-Dīn.

  • 40 Van Berchem et Fatio, Voyage, 229 sq.

29Le château isolé qui joua le plus grand rôle dans les opérations offensives de Nūr ad-Dīn en Syrie du Nord est Ḥārim40. Ce château, construit sur un tell accolé au massif montagneux et dominant la plaine qui s’étend entre Alep et Antioche, n’a pas de rôle militaire, il a surtout une importance économique car il protège les récoltes des régions avoisinantes comme le font au sud Boṣrā et Salḫad. Les principales régions agricoles du domaine de Nūr ad-Dīn, la province de Ḥimṣ, la Biqā‘ et le Hauran étaient défendues par Ḥimṣ, Ba‘albakk et Boṣrā. Le château de Ḥārim que Nūr ad-Dīn occupa de 1149 à 1158 avant de le prendre définitivement en août 1164, fut bâti par les Byzantins après la prise d’Antioche en 358/959. Ce n’est pas une place conçue sur le plan carré traditionnel, elle suit les escarpements du tell et a une forme de demi-cercle, la muraille est renforcée par des saillants carrés, un glacis de pierres appareillées protège la base de l’enceinte. Nūr ad-Dīn y installa deux signaux (maš‘alayn) qui brûlaient toute la nuit pour guider les évadés musulmans.

  • 41 Cf. J. Sourdel-Thomine, Kitāb at-Taḏkirat al-harawīya fi’l-ḥiyal al-ḥarbīya, BEO, XVII, 228.
  • 42 J. Sourdel-Thomine, op. cit., BEO, XVII, 228.

30Le ravitaillement en eau dans les ouvrages fortifiés isolés et construits sur des sites élevés posait au temps de Nūr ad-Dīn certains problèmes. Les architectes musulmans prirent les plus grandes précautions pour avoir de l’eau en abondance dans les places fortes qu’ils avaient à remettre en état ; les puits étaient entretenus avec soin mais ils étaient souvent insuffisants, aussi devait-on construire des citernes alimentées par l’eau de pluie qu’un savant système de drainage collectait à l’abri, ou bien encore on faisait venir l’eau par un aqueduc depuis une source voisine. Dans des places comme Qal‘at Nağm ou Šayzar des passages souterrains menaient jusqu’au fleuve même pour quérir l’eau. Dans les places que Nūr ad-Dīn prit aux Francs il trouva généralement des écuries, des magasins d’armes et une chapelle qu’il transforma en mosquée. Nous savons aussi grâce à un texte d’al-Harawī41 comment était organisé le ravitaillement d’une citadelle à l’époque de Nūr ad-Dīn. Chaque place forte avait des silos à grain avec des réserves de froment, d’orge et de légumes secs, des magasins à provision conservaient du sel, du beurre de brebis fondu (samné), de l’huile, du suif (šuḥūm). Il y avait aussi des réserves de viande salée, séchée ou boucannée. Des moulins à bras, à animal ou à vent permettaient de moudre de la farine, et le pain était cuit dans des fours à l’intérieur de l’enceinte42.

31En conclusion de l’énumération des travaux d’ordre militaire exécutés par Nūr ad-Dīn, il ne nous semble pas possible de saisir une idée directrice dans les constructions défensives. En fait le souverain faisait face aux besoins les plus urgents selon les circonstances et les menaces précises. Les deux événements qui amenèrent la remise en état de la plupart des places fortes sont bien les deux tremblements de terre de 552/1157 et de 565/1170.

  • 43 Très visible de nos jours au château de Ṣāhyūn.

32Si l’on ne peut voir aucun plan général de construction, en revanche il est possible de relever des innovations de Nūr ad-Dīn en matière de fortifications. Certes la base de l’architecture militaire reste, tant pour les Musulmans que pour les Croisés, l’art byzantin ; toutefois Nūr ad-Dīn rompit avec le plan traditionnel byzantin qui veut que l’enceinte carrée flanquée de tours carrées aux angles enveloppe parfois un ouvrage isolé plus élevé qui joue le rôle d’un donjon43. Le prince zenguide, lorsqu’il eut à faire des travaux importants comme à Šayzar, construisit le donjon à l’endroit le plus exposé et le plus faible de la muraille. Les Francs reprendront cette idée lorsqu’ils remanieront le Crac des Chevaliers.

33En deux endroits Nūr ad-Dīn remit en honneur la fausse braie : à Alep et à Manbiğ. Cet avant-mur de protection nécessitait pour sa confection moins de temps et surtout des frais moindres qu’une véritable muraille en pierres de taille.

34Dans les enceintes urbaines de Médine et de Damas Nūr ad-Dīn remplaça l’usage des saillants rectangulaires par des tours semi-circulaires mieux adaptées au progrès de la poliorcétique, plus résistantes aux chocs des projectiles et ne laissant pas d’angles morts pour la défense. Les portes des villes furent renforcées à partir de l’époque de Nūr ad-Dīn par des barbacanes (bašūra), véritables ouvrages défensifs dont nous avons parlé plus haut. A chaque porte d’Alep et de Damas le pieux souverain installa une mosquée et construisit un minaret carré. Portes et tours sont dotées de mâchicoulis utilisé en Syrie déjà dans les constructions gréco-romaines et byzantines. Cet élément défensif fut abondamment utilisé à l’époque de Nūr ad-Dīn : le sommet des tours est garni de mâchicoulis tandis que sur les façades dominant les entrées sont aménagées des bretêches. Les Croisés importèrent ce nouveau mode de défense en Europe à la fin du xiie siècle après l’avoir vu sur les constructions du souverain zenguide.

35Enfin une des marques essentielles de l’architecture militaire de Nūr ad-Dīn est l’appareil de dimensions moyennes disposé en assises réglées sur une hauteur d’environ un demi-mètre. Les blocs à bossage et à refends dressés au ciseau, selon les meilleures traditions des tailleurs de pierre syriens, amortissaient mieux les chocs que les blocs de grandes dimensions sans bossage qu’utilisaient encore les Byzantins. Plus tard, sous les Ayyoubides et les Mamelouks l’appareil deviendra plus petit. La contribution de Nūr ad-Dīn au progrès de l’architecture défensive ne fut donc pas négligeable.

B. L’ARMÉE DE NŪR AD-DĪN

  • 44 Sur les armées mameloukes, voir les travaux de D. Ayalon, notamment : Studies on the Structure of (...)

36Notre but n’est pas de faire un exposé complet sur l’armement et l’art militaire à l’époque de Nūr ad-Dīn. Nos informations sur les armées musulmanes avant Saladin sont très rares car les sources dont nous disposons sont silencieuses sur cette question. Nous n’avons pas pour le règne de Nūr ad-Dīn d’ouvrages comparables à ceux de Murḍā, d’al-Harawī, de Qalqašandī, d’Ibn Iyās et de Taġri-birdī. La pauvreté de notre documentation rend plus malaisée que pour les époques ayyoubide et mamelouke une étude approfondie de l’armée zenguide44. Nous nous bornerons donc à donner des indications sommaires. Nous verrons successivement les effectifs des armées en présence, l’institution de l’iqṭā‘ sous Nūr ad-Dīn, la composition de l’armée, cavalerie et infanterie, enfin les troupes en campagne avec la tactique du harcèlement, le combat en ligne, la manœuvre d’al-karr wa‘l-farr et la technique des sièges dont usaient Nūr ad-Dīn et ses généraux.

a) Les effectifs en présence

37Quelles sont les forces dont disposait Nūr ad-Dīn ? En fait nous ignorons les effectifs des troupes régulières de Nūr ad-Dīn et de celles de ses alliés et nous ne savons rien du nombre de volontaires qui s’enrôlaient pour la durée d’une campagne. Il n’y a pas d’armée « stricto sensu », dans l’intervalle des campagnes les hommes exercent d’autres activités et sauf exception ne sont pas encasernés. Dans les estimations des effectifs d’une armée il faut ne jamais oublier les exigences de l’approvisionnement et se souvenir qu’il a toujours existé une tendance à augmenter les effectifs pour toucher davantage de rations.

38L’armée de Nūr ad-Dīn n’était que pour une part héritière de celle de Zengī puisque les contingents de Mossoul rentrèrent en Djéziré à la mort de l’atabeg et furent placés sous les ordres de Sayf ad-Dīn Gāzī. Pour mener le ğihād le jeune prince zenguide avait à son service de nombreux émirs kurdes qui équilibraient l’élément turc, c’était une armée essentiellement turco-kurde, étrangère à la population de la Syrie.

  • 45 Voir art. Dīwān dans EI2, II, 332-339.

39Nous avons peu de renseignement sur le recrutement de l’armée de Nūr ad-Dīn ; certes il y avait les registres de contrôle du diwān al-ğayš mais aucun n’est parvenu jusqu’à nous. Le dīwān al-ğayš avait deux sections principales, l’une administrait l’armée et s’occupait plus particulièrement des effectifs et des munitions, l’autre réglait les soldes et les traitements. A l’époque de Nūr ad-Dīn cette dernière section, le dīwān ar-rawātib, véritable paierie, cède la place au dīwān al-iqṭā‘45. Une orientation sur l’origine des troupes pourrait être donnée si l’on faisait la statistique des ethniques des personnages cités, mais cet examen n’indiquerait que la fraction dominante dans le corps des émirs d’un rang élevé, sur les autres il ne nous apporterait rien.

40Deux importantes razzias effectuées en 517/1123 par les Francs contre Alep nous permettent d’avoir une idée sur les effectifs de cavalerie dont disposait la métropole syrienne. Au cours de ces opérations cinq cents chevaux furent emmenés la première fois et une seconde fois trois cents. Alep se trouva alors pratiquement sans cavalerie, on dut faire venir des Turcomans de Djéziré et notamment les Yarūqī, pour compenser les pertes. A partir de 544/1149 il n’est pas un coup de main, pas une expédition rapide effectuée par les troupes d’Alep où n’apparaissent les Turcomans. A cette époque, à la bataille d’Inab les forces de Nūr ad-Dīn comptaient six mille cavaliers, ce chiffre ne fut jamais dépassé pour l’armée de Syrie. Plus tard avec les renforts de Mossoul et compte tenu des auxiliaires turcomans et bédouins on arriva peut-être à dix mille.

  • 46 Ibn al-‘Adīm, RHOC, III, 518.

41Sous le règne de Nūr ad-Dīn, chaque émir important avait son ‘askar, son contingent à effectif déterminé et équipé. A Alep le prince eut une armée de mille hommes, soit le double de ce qu’elle était en 518/112446. A Damas les troupes atteignaient également un millier et étaient commandées (en 569) par Šams ad-Dīn Ibn al-Muqaddam. A la fin de son règne Nūr ad-Dīn avait un ‘askar de trois mille hommes. Mossoul disposait d’un ‘askar de deux mille hommes auquel la Djéziré apportait un appoint de quatre mille cinq cents hommes. Nous savons aussi que Šīrkūh avait à Ḥimṣ un ‘askar de cinq cents cavaliers. Malheureusement nous n’avons pas trouvé de données pour les autres villes zenguides.

42Les troupes régulières étaient réparties en ṭulb, terme turc désignant un peloton, de soixante-dix à deux cents hommes auxquels les armes, entreposées à l’arsenal (zardḫāna), étaient distribuées au moment du départ en même temps qu’une prime d’entrée en campagne.

43En 552/1157 lors d’une rencontre qui eut lieu entre les troupes de Nūr ad-Dīn et celles de Baudouin III près du lac de Tibériade on dénombra deux morts du côté musulman et quatre du côté franc, ce qui laisse croire que les contingents ne devaient pas être très nombreux. Lors de la deuxième campagne d’Égypte en 562/ 1167, Šīrkūh, lieutenant de Nūr ad-Dīn, dispose de deux mille cavaliers ; il a en face de lui trois cent soixante-quatorze chevaliers francs renforcés par des sergents à cheval, à raison de deux sergents pour chaque chevalier, ce qui fait sept cent quarante-huit hommes, des Turcopoles et un contingent égyptien ; en gros les deux adversaires semblent avoir été à égalité.

  • 47 Ibn al-Aṯīr, Atabegs, 249.
  • 48 Maqrizī, Ḫiṭaṭ, I, 86 ; Gibb, Armies, 308, faute d’impression donne 174.

44Quand Šīrkūh mettait sur pied sa troisième expédition en Égypte, Nūr ad-Dīn lui alloua un trésor de guerre de deux cent mille dinars ainsi que des armes et des bêtes. Il lui permit de choisir deux mille hommes de troupes régulières et donna à chacun vingt dinars comme prime d’entrée en campagne47. Avec la somme dont il disposait Šīrkūh loua les services de six mille cavaliers turcomans, sans doute de la tribu Yarūqī. Cet effectif de huit mille hommes s’ajoutait au propre contingent (‘askar) de Šīrkūh qu’il entretenait en sa qualité de bénéficiaire de l’iqṭā‘ de Ḥimṣ. Ce régiment comptait cinq cents Mamelouks et Kurdes ainsi que des auxiliaires. Après la mort de Šīrkūh la rivalité turco-kurde apparaît au grand jour dans l’armée d’occupation au Caire, et lorsque Saladin prit le pouvoir un certain nombre d’émirs turcs de Nūr ad-Dīn, fidèles à leur maître, rentrèrent en Syrie avec leurs unités et les escadrons turcomans tandis que les Kurdes, fidèles aux Ayyou-bides, restèrent en Égypte, notamment les Asadīya qui avaient servi sous les ordres directs de Šīrkūh. En muḥarram 567/septembre 1171 Saladin passe une revue générale de ses troupes au Caire : il y a 147 ṭulb — et vingt sont absents — qui comptent quatorze mille hommes environ, pour la plupart des ṭawāšīya, le reste étant des qarāġulāmīya48.

45Dix ans plus tard, en 577/1181, Saladin passera en revue quelque huit mille six cents hommes dont plus de cent émirs, près de six mille ṭawāšīya et quinze cents qarāgulāmīya.

  • 49 L. Bréhier, L’Eglise et l’Orient au Moyen Age, Les Croisades, Paris, 1928.

46Quelle était la puissance des adversaires de Nūr ad-Dīn ? La récupération des terres par les Zenguides amena une baisse des effectifs chez les Francs qui auparavant prélevaient des hommes sur ces territoires. En face de la puissance zenguide qui s’affirmait les Croisés, dès avant le règne de Nūr ad-Dīn, durent réagir pour constituer des forces régulières ; à l’ordre militaire des Templiers, fondé en 512/1118, vinrent s’ajouter les Hospitaliers de Saint-Jean qui prirent un caractère militaire entre 519/1125 et 553/1158. Ces ordres obéissant directement au pape formèrent une armée permanente toujours à pied d’œuvre et soumise à une stricte discipline49. Ce sont eux qui fournirent la plupart des garnisons des châteaux qui protégeaient le domaine latin face à la poussée de Nūr ad-Dīn.

  • 50 F. Lot, L’art militaire au Moyen Age, I, 143.
  • 51 Grousset, II, 227.

47Certes nous sommes mieux renseignés sur les effectifs francs de l’époque de Nūr ad-Dīn que sur le nombre des soldats musulmans mais encore faut-il se méfier des chroniqueurs qui tendent à exagérer les effectifs des forces engagées. Ferdinand Lot fait judicieusement remarquer que le chiffre de soixante-dix mille donné pour chacune des armées de Louis VII et de Conrad III lors de la Deuxième Croisade est absurde50. Ce chiffre, repris par Grous-set51, ne semble pas avoir tenu compte du fait que le roi de France ne pouvait disposer, au grand maximum, que de sept cents chevaliers, et que le comte de Flandre, un des seigneurs les plus puissants, ne dépassait pas six cents chevaliers. L’effectif moyen d’une unité de cavalerie franque était de cent hommes. C’était ce dont disposait le comté de Tripoli. Baudouin prend Édesse avec 80 chevaliers, sans doute bénéficie-t-il de l’accord tacite de la population. Cet effectif correspond, semble-t-il, à une garnison de forteresse si l’on se souvient que Gaza fut défendue par quatre-vingts Templiers.

48Les troupes d’Antioche, après la Première Croisade, comptent de 500 à 1200 chevaliers ; à la bataille de l’Ager Sanguinis, le 17 rabī’ I 513/28 juin 1119, Roger d’Antioche commande une armée de sept cents chevaliers et trois mille piétons.

  • 52 Grousset, II, 290.

49En 544/1149-1150, Baudouin III envoie Onfroy de Toron renforcer, avec soixante chevaliers, la garnison de ‘Azāz et couvrir ainsi Antioche52. Nous avons vu plus haut qu’à la bataille d’al-Bābayn, en 562/1167, Amaury disposait de trois cent soixante-dix chevaliers dont une centaine périt au combat.

50A l’avènement de Nūr ad-Dīn le royaume latin de Jérusalem disposait de 577 chevaliers et 6 025 sergents mais à la fin du règne du souverain zenguide les effectifs des chevaliers francs atteignirent jusqu’à deux cent soixante hommes tandis que les pertes étaient compensées constamment par l’arrivée de nouveaux Croisés.

b) Iqṭā‘

  • 53 Sur l’origine voir Cl. Cahen, L’évolution de l’iqṭā‘ du ixe au xiiie siècle, Annales ESC, VIII, 19 (...)

51Ce que l’on sait de l’Iqṭā‘ reste sommaire. Le terme lui-même signifie, dans le sens abstrait, « retranchement » ; il désignera ensuite de terres retranchées, en quelque sorte, du domaine public53.

52Dès l’époque buwayhide le revenu du ḫarāğ d’un nombre croissant de localités est concédé aux militaires. Peut-être ceux-ci ont-ils encouragé la muqāsama, pratique commode pour leur ravitaillement en nature, semblable aux redevances des métayers qu’ils avaient dans leurs pleines propriétés. L’iqṭā‘ devient après les Buwayhides une concession du droit à l’impôt sur les terres ḫarāğ extérieures au domaine de l’État.

  • 54 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 198.

53L’institution se généralisa sous les Grands Seldjouqides lorsque la trésorerie ne put plus entretenir une armée coûteuse, le prince attribua alors aux militaires des terres sous forme d’assignation foncière pour une valeur fixe. On eut désormais des sortes d’apanages donnés par le sultan avec obligation pour le bénéficiaire d’administrer le territoire et de nommer le donateur dans la ḫuṭba. Les dispositions de cette institution évoluèrent beaucoup depuis le jour où Niẓām al-Mulk les avait codifiées. Nous nous bornerons à essayer de la définir telle qu’elle se présente à l’époque de Nūr ad-Dīn en Syrie. L’iqṭā‘ n’est plus alors la garantie d’une somme fixe, il est attribué sur la base d’une estimation approximative et pratiquement à titre permanent, ce n’est pas un fief mais le droit de percevoir les revenus d’un domaine plus ou moins étendu équivalent à la solde due et à charge d’accomplir certains services54.

  • 55 Cl. Cahen, Correspondance d’Ibn al-Aṯīr, BSOS, XIV, 1952, 38.
  • 56 Smail, 65.
  • 57 L. Brehier, L’Eglise et l’Orient au Moyen Age, Les Croisades, 94.

54On définit donc la valeur de l’iqṭā‘ par le service que le bénéficiaire (muqṭa‘) doit rendre en échange des impôts fonciers mis à sa disposition55. Il est tenu de mettre sur pied un contingent dont l’importance a été fixée lors de l’attribution de L’Iqṭā‘ ; on n’est pas très loin de ce que l’on appelait le « fief » des chevaliers56. Le bénéficiaire du fief devait entretenir un certain nombre d’hommes de troupes avec la charge de l’armement individuel et la totalité de ses approvisionnements. De même les revenus des biens fonds iqṭā‘ servaient à entretenir des troupes et à payer leur solde, le titulaire (muqṭa‘) devait veiller à une bonne administration du domaine foncier pour en tirer des revenus lui permettant de faire face à ses obligations. A la même époque, au milieu du xiie siècle, les princes latins d’Orient enrôlaient des vassaux, souvent originaires du pays, moyennant une rente viagère de « fief de soudée »57 bien semblable à l’iqṭā‘.

55Le parallélisme d’orientation des dotations foncières byzantines, franques et musulmanes en Asie Mineure au vie/xiie siècle est dû à un stade d’évolution identique dans le cadre de la structure économique et sociale de l’époque.

  • 58 Atabegs, 308.

56Après la défaite de la Bocquée58 Nūr ad-Dīn proclama l’hérédité de l’iqṭā‘ à l’égal des biens mulk ; en tant que concession usufruitière elle fut assujettie à la dîme (‘ušr) comme toute propriété musulmane. Le prince considérait comme de son devoir d’assurer, par la désignation d’un contrôleur, la succession normale des iqṭā‘ d’un muqṭa‘ mort à ses enfants mêmes mineurs. Il pensait ainsi s’attacher les militaires ; d’ailleurs les principaux émirs avaient chacun un iqṭā‘. Nūr ad-Dīn s’appliqua à maintenir les muqṭa‘ dans leurs limites et exerça sur eux un contrôle sévère.

57L’organisation administrative de tout ce qui concernait les iqṭā‘ militaires fut confiée au dīwān al-ğayš. Il existait des registres sur lesquels étaient consignées les caractéristiques, limites et valeur fiscale, de chacun des terrains ; les services dus par le bénéficiaire, notamment le nombre et le nom des hommes, l’armement et les bêtes à fournir lors du départ en campagne étaient consignés sur des rôles spéciaux. Le muqṭa‘ exerçait tous les droits gouvernementaux sur son domaine, en particulier celui de faire la collecte des impôts, soit en espèces soit en nature, mais le montant des impôts qui pouvaient être perçus était bien défini. Il ne pouvait prélever tout le revenu de ses terres car il devait veiller à la bonne mise en valeur des cultures du domaine, à l’irrigation de celles-ci et à l’entretien des canaux. Les agents du prince contrôlaient aussi la prestation des services.

58L’iqṭā‘ était de dimensions variables, certains étaient fort importants et pouvaient comprendre villes et forteresses comme ce fut le cas pour l’iqṭā‘ de l’émir Šīrkūh qui bénéficiait de Ḥimṣ, Palmyre et ar-Raḥba sur l’Euphrate. Ce domaine coupait littéralement l’empire zenguide en deux. Grâce aux garanties d’hérédité des iqṭā‘ les descendants de Šīrkūh constituèrent à Ḥimṣ une véritable dynastie asadite qui pendant près d’un siècle put jouir sur un vaste domaine foncier de prérogatives gouvernementales.

  • 59 Abū Šāma, I, 154/I, 221 ; voir Silvestre de Sacy, Le système de la propriété foncière en Egypte, M (...)

59Il faut aussi signaler l’introduction de l’iqṭā‘ en Égypte lors de l’installation au Caire des troupes de Nūr ad-Dīn commandées par Šīrkūh. C’est surtout après la prise du pouvoir par Saladin que l’usage de cette pratique s’y répandit. Peu après l’occupation de l’Égypte, Šīrkūh commença à distribuer des iqṭā‘ aux troupes régulières, les ‘askarī ; cette distribution avait été autorisée par avance par al-’Āḍid avant le départ de l’armée car le calife fatimide ne disposait pas de revenus suffisants en espèces pour payer les frais d’expédition et les frais de stationnement des troupes syriennes en Egypte. Saladin lors de son avènement comme vizir au Caire se mit à déplacer les officiers égyptiens de leurs terres et à les donner en iqṭā‘ à ses émirs. Ceci aboutit à une révolte des Égyptiens en 569/avril 1174 lorsque les bénéficiaires, Kurdes pour la plupart, quittèrent le Caire pour se rendre dans leurs domaines toucher leurs revenus59.

  • 60 Sous les Mamelouks l’iqṭā‘ est une dotation foncière administrée par le diwān al-ğayš. Voir F. Lot(...)
  • 61 Cahen, Correspondance d’Ibn al-Aṯir, BSOS, XIV, 1952, 38.

60Il est remarquable que le système de l’iqṭā‘ ne parvint nulle part en Asie musulmane après Nūr ad-Dīn à la formation d’une classe héréditaire, sans doute parce que le raz-de-marée mongol du vie/xiie siècle balaya l’aristocratie en cours de consolidation sur les terres60, mais aussi parce que le fils d’un muqṭa‘ perdait son iqṭā‘ s’il passait au service d’un autre prince ; il pouvait, il est vrai, le récupérer à l’occasion s’il revenait à son premier suzerain61.

c) La composition de l’armée

a) La cavalerie

  • 62 Maqrizī, Ḫiṭaṭ, I, 86 ; Quatremère, Mamelouks, I, i, 253 ; Gibb, Armies, 309, n. 3 ; Ayalon, Studi (...)
  • 63 Kāmil, IX, 304.
  • 64 J. David-Weill, art. ‘Alam, EI2, I, 359.
  • 65 Maqrizī, Sulūk, I, 71.
  • 66 Gibb, Armies, 283.

61Le gros de la cavalerie de Nūr ad-Dīn est composé d’éléments turcomans, excellents archers montés, et d’éléments kurdes, notamment les akrād aš-šahrazūrīya. Des hommes libres, les ṭawāšīya, constituent l’essentiel de la cavalerie de l’armée zenguide. Le ṭawāšī a son cheval personnel et un valet d’arme (ġulām), il reçoit une allocation de sept cents à mille ou douze cents dinars à charge pour lui d’entretenir un équipage (barak) de dix têtes d’animaux : chevaux de monte et de bât, mulets et chameaux pour l’usage commun62. Il ne semble pas y avoir en Syrie, dans la première moitié du xiie siècle, de service de remonte et de haras militaires. Les émirs devaient un service d’un certain nombre de mois, puis ils s’absentaient et revenaient à leur tour de rôle63. Chaque émir important avait un étendard, ‘alam, autour duquel se ralliaient ses hommes64. Il y avait aussi des unités auxiliaires composées essentiellement d’Arabes bédouins. Ces hommes, qui cédaient souvent au pillage, étaient mal vus par la population ; on leur reprochait aussi de se livrer à la contrebande du blé avec les Francs65. Il n’était pas rare enfin qu’ils servent même de guides aux Francs sur la bordure du désert de Palestine. Les ġuzāt (pl. de ġāzī), « guerriers saints », constituaient des bandes d’irréguliers et venaient apporter leur appui partout où il fallait combattre les Croisés66.

  • 67 P. Deschamps, Combats de cavalerie et épisodes des Croisades dans les peintures murales du xiie et (...)

62L’iconographie médiévale occidentale et notamment la peinture murale de Cressac67 nous donne une idée de la tenue des cavaliers à l’époque de Nūr ad-Dīn. Le chevalier croisé est protégé par un écu allongé, arrondi en haut et pointu en bas, semblable à la ṭāriqa. Il est coiffé d’un heaume conique avec un nasal et vêtu d’une longue cotte de maille avec des manches jusqu’au poignet. Il est armé d’une lance et d’une épée et combat surtout au corps à corps.

63Le cavalier de Nūr ad-Dīn est protégé par un bouclier rond, la rondache, turs en arabe. Il a un casque rond, une cotte de maille courte, il dispose pour le combat au corps à corps d’une épée et d’une massue, mais son arme par excellence est l’arc. Il compense la vulnérabilité de son équipement par l’extrême mobilité de sa monture et sa rapidité ainsi que par son adresse au tir à l’arc.

  • 68 Traduit en français sous le titre La parure des cavaliers et l’insigne des preux par Louis Mercier(...)

64Pour la maîtrise de l’art équestre il y a toute une éducation qui est décrite dans les manuels spéciaux dont le plus connu est le traité de furūsīya de ‘Alī b. Huḏayl al-Andalusī68. Si l’on connaît les figures et les exercices qui étaient imposés aux cavaliers, nous ne savons pas comment était formée la jeune recrue. L’harnachement et le type de selle en usage dans l’armée de Nūr ad-Dīn nous sont inconnus. Nous ignorons les méthodes de dressage mais il y a tout Heu de penser, étant donné que la cavalerie comprenait surtout des Kurdes et des Turcomans, que la tradition équestre turque prédominait. Cette tradition était caractérisée par le rôle de l’archer monté, aussi dans le dressage devait-on tenir compte de l’appui plus marqué à gauche au tir à l’arc.

  • 69 Il survécut jusqu’en 1946 comme hippodrome. Il est occupé actuellement par un stade et les bâtimen (...)
  • 70 L’emplacement est occupé de nos jours par une gare de triage.
  • 71 BEO, XIII, n° 34.
  • 72 BEO, XIII, n° 35, ajouter Herzfeld, CIA, Alep, 77.
  • 73 K. Rawḍatayn, 151, en rağab 563/avril-mai 1168.

65Si la chasse à courre au Moyen Age était un exercice d’entraînement militaire fort en honneur chez les Francs comme chez les Musulmans, à côté de ces sorties en tout terrain la cavalerie musulmane était soumise à des exercices en « carrière ». Nūr ad-Dīn, soucieux de maintenir ses troupes en bonne condition, aménagea aux portes d’Alep et de Damas, hors les murs, des terrains d’exercice en champ clos, appelé mīdān. A Damas il y avait un mīdān al-aḫḍar, hippodrome vert, à l’ouest de la ville sur les bords du Baradā69 tandis qu’au sud de la cité s’étendait l’hippodrome aux cailloux, mīdān al-ḥaṣā’ dont le souvenir reste dans l’appellation du quartier70. A Alep le mīdān al-aswad, hippodrome noir, a été aménagé par Nūr ad-Dīn près de la porte d’Iraq pour l’entraînement des Turcomans du faubourg d’al-Yarūqī. Ce terrain mesurait 393 coudées et demie de long sur 166 coudées de large71. Le prince fit aussi aménager sur le terre-plein de la citadelle un hippodrome vert, le mīdān al-aḫḍar72 qui devait son nom au gazon qui le recouvrait. Nūr ad-Dīn y jouait au polo même la nuit à la lumière des torches73.

66Sur le mīdān se déroulaient les évolutions équestres en groupe et des passes d’armes. Les exercices les plus fréquents étaient le la‘b al-ğarīd, le tir au kabaq et le la‘b al-kurra.

  • 74 V.J. Parry, art. Djerid, EI2, II, 545.
  • 75 Mercier, La parure des cavaliers, 392-3.
  • 76 Se dit « polo » en tibétain. Sur l’origine de ce jeu, voir K. A. Inostrantseff, Sasanidskie Etudy (...)
  • 77 H. Massé, art. Čawgān EI2, II, 16-17.

67Le ğarīd74 semble avoir été à l’époque de Nūr ad-Dīn un exercice de maniement de la lance ; le bout de celle-ci était trempé de safran et le cavalier portait un plastron blanc, ce qui permettait de voir les touches75. Les Croisés empruntèrent cet exercice de lutte courtoise à la lance et en firent le tournoi. Pour le tir au kabaq l’archer à cheval envoyait sa flèche sur la cible à travers un petit cerceau fixé au bout d’un mât planté verticalement ; il y avait aussi des exercices de tir à l’arc en longueur (niḍāl). Enfin le la‘b al-kurra, qui s’apparente étroitement au jeu de polo et qui était l’exercice préféré de Nūr ad-Dīn, permettait de conserver la souplesse du cavalier et de maintenir la résistance du cheval. Ce jeu violent a son origine chez les cavaliers d’Asie Centrale. La partie se jouait par deux équipes avec une balle76. On frappait celle-ci avec le čawgan, une crosse à manche long et mince77 et à tête convexe. Dans certains cas le bâton pouvait être terminé par une partie large et arrondie dont l’intérieur était garni de cordelettes entrelacées.

b) L’infanterie

68L’infanterie n’apparaît dans l’armée de Nūr ad-Dīn que lorsque la campagne doit comporter un siège ou des opérations de grande envergure. En dehors des fantassins qui étaient archers ou arbalétriers, ou encore de ceux qui, dotés d’un bouclier, portaient la pique ou la lance et constituaient les éléments défensifs dans les batailles rangées, les piétons étaient répartis en divers corps spécialisés : les ḥağğārūn manient et servent les mangonneaux et les balistes, les naqqābūn, sapeurs-mineurs, usent du pic et de la pioche, du foret et de la barre de mine. Parmi ceux-ci figurent un grand nombre de mercenaires khorasaniens et d’Alépins, souvent arméniens, réputés les uns et les autres pour leur habileté dans les travaux de sape ou dans la reconstruction des fortifications. Terrassiers et charpentiers étaient aussi des auxiliaires précieux pour une armée assiégeante ; il y avait enfin pour les travaux de construction des groupes d’ouvriers (sunna‘) et des contremaîtres (muqaddamūn).

  • 78 Maurice Mercier, Le feu grégeois, vi + 164 p., XV Pl., in-8°, Paris-Avignon, 1952 (particulièremen (...)

69Il faut noter l’existence dans l’armée musulmane de lanceurs de flammes, les naffaṭūn, qui constituent un corps de techniciens spécialisés dans la préparation et l’emploi du naphte. Ce corps existait déjà au iiie/ixe siècle dans l’armée de Hārūn ar-Rašīd et se distingua au siège d’Héraclée de Cilicie78.

70Si l’emploi du naphte et des projectiles enflammés était connu antérieurement au ive siècle avant notre ère, c’est dès le début du Moyen Age qu’il devint courant en Asie Mineure et ne cessa de progresser par la suite.

  • 79 Cl. Cahen, Traité…, BEO, XII, 1947-48.
  • 80 B. Gille, Les développements technologiques en Europe de 1100 à 1400, CHM, III, 1956, 73.
  • 81 Ibn al-Qalānisī, 180 ; LT, Damas, 114.
  • 82 Maqrīzī, I, 338 sq.

71La manipulation du feu liquide donnait une supériorité sensible aux Musulmans face aux Croisés. Zengī employa le naphte contre Édesse, il servit à l’armée de Šāwar en novembre 1168 pour mettre le feu à Fusṭāṭ et, l’été suivant, Saladin en usa pour mettre fin à la rébellion nègre du Caire. La tactique consistait à répandre le naphte puis à l’enflammer. L’hydrocarbure n’était pas utilisé seul et il y eut une grande variété de mélanges sous la forme liquide ou la forme pulvérulente. Le naphte était mélangé au soufre, au poussier de charbon, à de la résine, on ajoutait aussi de la chaux-vive ou du salpêtre pour élever la température du mélange. Murḍā, l’auteur d’un traité d’armurerie dédié à Saladin79, parle d’un mélange d’huile trois fois distillée, additionnée de chaux-vive et d’un quart de naphte. Lors de l’incendie de Fusṭāṭ les grenades étaient chargées d’un mélange de salpêtre, de soufre, de poussier de charbon et de naphte80. Il est aussi bien connu que le mélange de naphte, de soufre et de résine peut brûler même sur l’eau. On aspergeait l’objectif de liquide incendiaire en lançant des grenades en verre ou en terre au moyen de mangonneaux, parfois on lançait des couffins remplis d’un mélange d’huile, de naphte, de bois à brûler, de résine et d’écorce de roseau en y mettant le feu au préalable. La préparation de ces mélanges nécessitait tout un attirail de marmites et d’ustensiles. Généralement la mise à feu se faisait au moyen de traits enduits de soufre, au bout garni d’étoupe imprégnée d’huile ou de poix qu’on enflammait ou bien au moyen de flèches dont la pointe métallique était portée à blanc. Pour attiser le feu on envoyait des petites cruches avec de l’huile bouillante81. Il semble que l’on envoyait une torche pour deux pots82.

  • 83 Cl. Cahen, Traité…, BEO, XII, 147.

72Pour protéger contre les projectiles incendiaires leur matériel en bois, notamment les tours d’assaut, les Francs le garnissaient de peaux de bêtes fraîchement écorchées, les enduisaient de terre glaise. Ils combattaient le feu avec de l’eau additionnée de vinaigre très acide. Les naffaṭūn de leur côté étaient capables d’éteindre les incendies, ils portaient alors des vêtements spéciaux imprégnés de talc طلق qui est du silicate de magnésium ou de poudre de mica, ou faits en feutre et imbibés de vinaigre acide. Nous n’avons trouvé nulle part d’allusion à l’emploi, sous le règne de Nūr ad-Dīn, de cavaliers « porte-flamme » dont il est fait mention dans le traité d’armurerie de Murḍā83. Il semble d’ailleurs que Nūr ad-Dīn ne se soit guère servi du naphte dans les opérations qu’il mena.

73A côté du ‘askar, il y avait des troupes de volontaires (muṭawwi‘ūn) soit des fuqahā’ et des soufis qui participaient au ğihād par piété, soit des troupes occasionnelles engagées pour une durée limitée, régulièrement payées mais aussi attirées par l’appât du gain. Ces troupes n’étaient pas faciles à commander ; ainsi lorsque Nūr ad-Dīn alla faire le siège de Bāniyās, au bout d’un certain temps une partie de l’armée constituée par des volontaires décida de rentrer chez elle. Ils donnaient pour raison officielle que le siège était difficile et que la campagne se prolongeait trop à leur gré ; en fait ils savaient les caisses vides et craignaient que Nūr ad-Dīn ne les oblige à lui accorder un prêt pour continuer la campagne. Il fallut se résoudre à permettre le départ des volontaires « pour l’hiver » et à fixer le rendez-vous au printemps suivant.

74Il y avait aussi les ġuzāt (pl. de ġāzī), « combattants de la Guerre Sainte », constituant des bandes d’irréguliers plus tentés par les profits terrestres que par les récompenses célestes et qui se trouvaient toujours disponibles pour aller combattre l’Infidèle. Il convient enfin de signaler les hommes qui n’étaient inscrits sur aucun rôle mais qui touchaient une paye(‘aṭā’) et percevaient leur subsistance (nafaqāt) et que l’on appelait les baṭṭālūn.

  • 84 Cl. Cahen, art. ‘Aṭā’, EI2, I, 751-752.
  • 85 B. Lewis, art. Daftar, EI2, II, 78-83.
  • 86 Lokkegaard, art. Ghanīma, EI2, II, 1028-1030 ; H. Laoust, Traité de droit public d’Ibn Taimīya, 27 (...)
  • 87 Atabegs, 222 ; Précis d’Ibn Qudāma, 275.

75Chaque guerrier qui prenait part au combat avait droit à une solde ou plutôt à une allocation de combattant (‘aṭā’)84 dont le paiement relevait du dīwān al-ğayš. Lors de la paye on procédait au contrôle des effectifs inscrits sur les registres (daftar)85, sur les-quels était porté le signalement précis des hommes et des bêtes qui en plus étaient marquées au fer. Le butin (ġanīma) avait souvent un gros volume, on établit donc des règles pour le partage86. On fait une distinction entre la part du fantassin et celle du cavalier qui perçoit une part pour lui-même et une part pour sa monture. Pour la répartition, il y avait un dīwān spécial dans l’armée, placé sous le contrôle du cadi. A la solde venaient aussi s’ajouter parfois des allocations en nature ou bien, dans certains cas, des primes spéciales pour encourager les hommes d’action87.

76Les biens, meubles et immeubles, enlevés à l’ennemi et qui appartenaient à des Musulmans devaient être rendus à leurs propriétaires si ces derniers s’étaient fait connaître avant le partage du butin. C’est en partant de ce principe que Zengī rendit aux habitants de Ma‘arrat an-Nu‘mān les terres qui leur avaient été prises par les Croisés.

  • 88 Atabegs, 209.

77A côté des unités combattantes il y avait des services sur lesquels nous sommes mal informés. Il existait un véritable service d’action psychologique dans l’armée de Nūr ad-Dīn. Il comprenait un imam, des lecteurs de Coran et un prédicateur, un cadi était attaché à l’armée, non seulement il jugeait les conflits mais aussi veillait au butin avant sa répartition ; le pétitionnaire enfin était chargé de présenter les réclamations de la troupe. Des scribes et des interprètes complétaient les services auxiliaires de l’armée88.

78Nous ne savons rien sur le service de santé dans l’armée de Nūr ad-Dīn, il semble pourtant qu’il y ait eu des médecins et des chirurgiens pour soigner ou amputer les blessés. Les soins médicaux sous-entendent d’une part l’existence d’ambulanciers ou d’infirmiers et d’autre part de pharmaciens.

d) Le ravitaillement

79Le problème du ravitaillement n’est guère évoqué ni par les chroniqueurs occidentaux ni par les historiens arabes. Nous ignorons même en quoi consistait la ration d’un soldat de l’armée de Nūr ad-Dīn. Abū Šāma mentionne le train de ravitaillement, atlab al-mīra, commandé par un émir. Les troupes espéraient vivre en fait sur le pays où elles comptaient aussi trouver la nourriture pour les bêtes. Il fallait en fait bien connaître d’avance les ressources de la région que l’on allait attaquer afin de savoir quelle serait la tâche du service de ravitaillement pour approvisionner les combattants et leurs montures.

  • 89 Kāmil, VII, 50.
  • 90 Gibb, Armies, 319.

80Dans les campagnes comme celles menées par les troupes de Nūr ad-Dīn en Égypte les difficultés étaient grandes surtout lorsque, comme à al-Bābayn, on se trouvait dans une région désertique. C’est faute de n’avoir pas songé à faire venir du ravitaillement de la côte que Turān Šāh, le frère de Saladin, échoua dans son expédition contre la Nubie89. Généralement des marchands sabīla90 et des vivandiers suivaient les troupes organisant à l’étape, au camp, le sūq al-‘askar où l’on trouvait de tout, il y avait même des rôtisseurs et des gargotiers en plein air vendant toutes sortes de fritures et de condiments variés.

C. L’ARMÉE EN CAMPAGNE

81A l’époque de Nūr ad-Dīn, comme durant tout le Moyen Age, la guerre est saisonnière en Orient. Les campagnes d’hiver sont rares car la boue est trop gênante, le mouvement des troupes est ralenti par le terrain détrempé et les hommes ne sont pas équipés pour lutter contre le froid. Cela est vrai en Syrie pour la période qui s’étend du mois de décembre aux mois de mars et avril.

82Durant la moisson, vers fin avril, il est difficile d’avoir toutes les troupes nécessaires à une campagne sérieuse. L’émir muqṭa‘, d’autre part, ne veut pas être absent de ses terres en cette période de l’année ; il lui arrive d’avoir à défendre ses récoltes contre les troupeaux que l’ennemi fait paître dans ses champs ou bien lui-même lance quelque incursion rapide pour abîmer les récoltes d’un voisin. La saison des guerres est la fin du printemps et l’été ainsi que le début de l’automne.

83D’autre part les volontaires et les auxiliaires ne restent pas longtemps en campagne car ils ont leur terres à défendre éventuellement ; une fois la campagne finie, chacun rentre chez soi jusqu’à la prochaine fois. L’agriculture en Syrie, comme ailleurs, a une incidence impérative bien connue sur les opérations militaires de type classique.

  • 91 Ibn Aṯīr (Tornberg), V, 428 ; Kāmil, HOC, I, 297 ; HOC, III, 517.

84L’armée sort en campagne après que le chef ait pris connaissance des rapports d’espions sûrs qui lui ont rapporté des informations sur l’adversaire et qui ont prévu des gîtes d’étape et noté les points d’eau. En avant un détachement précurseur commandé par un rā’id ouvre la marche, il comprend des éclaireurs dont une des tâches est de trouver le site du campement. Dans l’armée, cavaliers et fantassins progressent ensemble, souvent d’ailleurs le fantassin est en croupe du cavalier ou même se déplace à cheval ; les hommes suivent les étendards qui annoncent la présence du chef et qui sont le signe de ralliement des tribus. Les bagages, le matériel de campement et les engins de siège en pièces détachées sont transportés par des chameaux, des chevaux, des ânes et des mulets. Ils ne suivent pas en arrière-garde. En effet, à l’époque de Nūr ad-Dīn les impedimenta sont envoyés en avant91. Si la campagne doit être longue, de la viande sur pied, moutons et bœufs, suit l’armée.

85L’étape journalière était d’une trentaine de kilomètres. Le lieu de campement était choisi de façon à trouver l’eau en suffisance et du fourrage ; il fallait éviter de s’installer dans une dépression ou en terrain marécageux. Le site idéal devait être un lieu élevé, faisant si possible face au nord, ou un terrain plat sec.

  • 92 Cahen, Traité…, BEO, XII, 144-145.

86Le campement dessine les deux tiers d’un cercle au centre duquel se trouve la tente du chef, des sentinelles sont placées tout autour et parfois un fossé où l’on a jeté des chausses-trappes (muṭallaṭa)92 assure une meilleure protection. Afin d’éviter les surprises on postera à une lieue à la ronde des gardes avancés (yazak) qui pourront donner l’alerte et freiner la progression de l’adversaire. Quand on sera tout près de l’ennemi, il y aura toujours face à lui un groupe de choc (kararīya) et on essaiera d’envoyer des agents dans les rangs adverses.

87Le problème du ravitaillement était, comme nous l’avons déjà dit, le plus souvent résolu en se servant sur le pays. D’ailleurs ce problème se posait aux deux antagonistes ; il y en avait toujours un, la victime, qui se trouvait dans une région lui permettant de subsister, c’était là que l’agresseur venait le chercher.

88Même en dehors des périodes de campagne il existait des camps hors les murs des grandes villes car il n’était guère possible de loger de nombreuses troupes en ville par crainte des exactions sur les citadins. Le camp de ce genre le plus frappant à l’époque de Nūr ad-Dīn est le faubourg al-Yarūqī, fondé sous Zengī, dans l’immédiate banlieue d’Alep.

  • 93 Smail, 67

89Pour l’armée en mouvement il faut distinguer deux genres d’opérations : le raid saisonnier qui a généralement lieu au printemps ou au début de l’été, et la campagne militaire d’une certaine durée. Au cours du raid la cavalerie s’enfonçait rapidement et fort avant en territoire ennemi, pratiquait la guérilla, ruinait les récoltes, détériorait les puits, désorganisait la vie économique mais ne préparait aucune conquête et n’occupait aucune place. Après avoir ramassé leur butin, volé le bétail, les cavaliers rentraient à leur base. Pour conquérir ou chasser l’ennemi d’une position fortifiée on organisait une expédition qui généralement comprenait deux phases : celle de la guerre de mouvement et celle de la guerre de siège. Cette dernière phase avait pour but de s’emparer de places fortes dont l’occupation concrétisait les gains territoriaux car la garnison pouvait alors contrôler les récoltes du pays environnant93.

a) Tactique en campagne

  • 94 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 232.

90Déjà au début du xe siècle, Léon VI le Sage, reprenant le Strategicon de l’empereur Maurice (m. 580), donnait dans son ouvrage intitulé Taktikon les règles essentielles pour répondre à la manœuvre ennemie. Face à l’adversaire il fallait avoir, en campagne, une infanterie suffisante, avec un écran d’éclaireurs et d’éléments de surveillance pour éviter les surprises et l’encerclement. Il était recommandé d’éviter le combat en terrain plat où les possibilités de l’ennemi ne peuvent être évaluées, d’avoir de bonnes troupes de réserve et des flancs-gardes. Ne jamais se battre à flancs ou arrières découverts, choisir le site du combat, toujours faire en sorte que l’ennemi ait le soleil dans l’œil et le vent contre lui94, combattre avec ses arrières abrités par des obstacles naturels comme un cours d’eau, un marais ou des falaises pour éviter une manœuvre encerclante, fortifier son camp, ne jamais se lancer dans une poursuite trop rapide, ni séparer infanterie et cavalerie, ne permettre en aucun cas le fractionnement de l’armée. Ces principes furent ceux que suivit toujours Nūr ad-Dīn, mais les Croisés ne semblent pas avoir appliqué les conseils des empereurs byzantins.

91La tactique de combat de Nūr ad-Dīn s’adaptait aux circonstances : il y avait les opérations de harcèlement, les combats en ligne et les sièges.

92Une des manœuvres principales de Nūr ad-Dīn sinon la plus fréquente est de séparer la cavalerie de l’infanterie et de briser la cohésion de l’adversaire par le harcèlement.

93Dans les opérations de ce genre les cavaliers zenguides, armés essentiellement d’arcs et de flèches, exécutent un véritable carrousel autour de la colonne en marche, attaquant de flanc, harcelant l’arrière-garde, ils font tomber une grêle de traits puis se dérobent. Quand les rangs des ennemis sont disloqués, les chevaux tués ou blessés, la cavalerie turcomane se reforme en escadrons et fonce impétueusement sur l’adversaire mettant hors de combat l’un après l’autre les éléments isolés. C’est un mode de combat nouveau pour les Francs qui ne savent pas, faute de mobilité, se battre en progressant, les cavaliers turcomans poursuivant l’ennemi à distance étaient peu vulnérables. L’armée de Conrad III fut décimée par cette manœuvre entre Nicée et Dorylée en 543/1148 et les troupes de Louis VII subirent de lourdes pertes lorsqu’elles durent traverser la difficile région de Cilicie pour rejoindre Antioche. Au bout de quelque temps les Francs qui étaient en Orient avaient acquis de l’expérience, c’est ainsi que l’autorité avec laquelle il maintint la cohésion de la cavalerie et de l’infanterie permit à Baudouin III, en 541/1146, de battre en retraite depuis Boṣrā vers Tibériade par la vallée du Yarmūk en sauvegardant la plus grande partie de ses troupes. Pendant quatre jours Nūr ad-Dīn envoya ses escadrons faire pleuvoir des traits sur les Francs, il avait aussi fait allumer les herbes sèches, mais ses efforts ne disloquèrent pas les rangs des Croisés à qui le roi avait interdit de s’écarter sans ordre formel.

94Cette même cohésion sauva une importante colonne franque qui se repliait de Tell Bašīr à Antioche en 1150. Tell Bašīr venait d’être cédé aux Byzantins et la garnison franque, à laquelle s’était jointe une partie de la population, se dirigea vers Antioche. Chemin faisant, l’énorme colonne où se trouvaient mêlés civils et militaires, fut attaquée une première fois à Dulūk puis à ‘Aynṭāb par la cavalerie turcomane de Nūr ad-Dīn. Les assauts livrés au mois d’août, dans la chaleur et au milieu de la poussière, ne parvinrent pas à disloquer l’imposant convoi, aucun élément ne se trouva isolé ; finalement, faute de ravitaillement, les Turcs abandonnèrent la partie.

95Au cours du vie/xiie siècle pour lutter contre la tactique de harcèlement de Nūr ad-Dīn les Francs multiplièrent les unités indigènes de Turcopoles, éléments de cavalerie légère armés d’arc. Adaptant matériel et méthodes à l’adversaire oriental les Croisés ne tirèrent aucun profit des escadrons rapides pour modifier plus tard leur tactique en Occident.

b) Combat en ligne

96En dehors des embuscades, les engagements par surprise sont très rares car il y a dans les deux camps des éclaireurs chargés d’assurer la recherche de l’information et du contrôle de celle-ci ; d’autre part la bataille est généralement le résultat d’une décision bien raisonnée et délibérée. Au vie/xiie siècle le combat en ligne combine la cavalerie, l’arme par excellence, et l’infanterie dont les effectifs sont le plus souvent doubles de ceux de la cavalerie. L’infanterie, en fait, sert de tampon entre l’ennemi et sa propre cavalerie, son rôle est de préparer l’assaut par ses armes de jet ou de briser l’élan ennemi avec ses lances. Il semble qu’à l’époque de Nūr ad-Dīn, en s’adaptant aux méthodes de l’adversaire, on ait donné à l’infanterie musulmane une plus grande importance qu’au cours des siècles précédents.

  • 95 Dans le Sirāğ al-Mulūk. Cf. G AL, I, 459, S, I, 829 ; Cl. Cahen, Traité, 148, 160 ; R. Levy, Socia (...)

97Nous devons à Abū Bakr aṭ-Ṭurṭūšī (mort en 520/1120), un contemporain de l’enfance de Nūr ad-Dīn, de connaître les dispositions de combat que pouvait prendre l’armée zenguide sur le champ de bataille95. Aṭ-Ṭurṭūšī est partisan d’une armée en trois fractions : un centre et deux ailes, il préconise pour la bataille en ligne la formation sur trois rangs. Le premier rang est composé de fantassins dotés de bons boucliers : ğanuwiyā ou ṭāriqa, ces hommes prennent position le genou gauche en terre derrière leur bouclier, ils tiennent de longues lances fichées au sol sous un angle voisin de quarante-cinq degrés, ils ont aussi à portée de main des javelots pointus. Ces hommes constituent une première ligne de défense. Au second rang derrière chaque groupe de deux hommes se tient un archer, tireur d’arc à main (ğarḫ) pourvu de flèches (nibāl) ; le rôle de ce rang est de repousser par le jet de leurs traits les charges de l’adversaire. Mais si certains éléments parvenaient à entrer en contact avec la première ligne les chevaux se heurtaient aux lances et cavaliers et montures étaient frappés à coups de javelot. Au troisième rang, protégée par l’infanterie se tenait en selle la cavalerie. Un peu à l’écart, attendant le moment d’intervenir se tenaient les abṭāl, troupes d’élite plus spécialement chargées de protéger la retraite et les šuğ‘ān, troupes de choc prêtes à attaquer le camp ennemi. L’habileté du chef consistait à bien étudier les conditions qui déterminent l’action au combat et qui vont déclencher la manœuvre. Une fois la bataille engagée la difficulté est de conserver le contrôle des troupes, d’où provient très souvent l’incertitude qui plane sur l’issue d’un combat ; le chef doit savoir limiter les risques et conserver ses hommes bien en main. Au moment choisi, les rangs des piétons du centre après avoir contenu l’adversaire s’écartaient, se plaçaient sur les ailes et laissaient le champ libre aux cavaliers pour effectuer la manœuvre d’al-karr wa’l-farr (charge et dérobade).

c) Al-karr wa’l-farr

98En une charge soudaine, la cavalerie de Nūr ad-Dīn placée au centre entrait en contact avec l’adversaire, puis feignant la faiblesse, elle se dérobait, simulait la fuite entraînant irrésistiblement dans une chevauchée loin de leurs bases les fougueux cavaliers francs.

  • 96 Elle fut utilisée à Hastings en 1066. Cf. Ch. Oman, History of the Art of War in the Middle Ages, (...)

99Dans la manœuvre de la dérobade inspirée de la stratégie des peuples des steppes96, le moment délicat était celui où la cavalerie de Nūr ad-Dīn faisait demi-tour pour contre-attaquer. Ce mouvement devait être exécuté lorsque déjà les ailes, restées sur le lieu de l’engagement, avaient mis hors de combat les éléments francs qui n’avaient pas participé à la poursuite. Lorsque la cavalerie franque refluait elle était prise comme dans une nasse ou dans un étau ; il ne restait plus alors qu’à faire prisonniers les survivants et à ramasser sans résistance les bagages de l’ennemi.

100La parade à cette manœuvre consistait à placer l’adversaire de façon à ce qu’il ait derrière lui un terrain impraticable pour exécuter son simulacre de fuite.

101La manœuvre d’al-karr wa’l-farr, bien que simple et de pratique courante, réussissait toujours ; toutefois le succès de ce mouvement restait fonction de la souplesse, de la hardiesse et de la volonté de l’exécutant. Lorsque les troupes de Nūr ad-Dīn attaquaient en campagne elles recherchaient surtout la mobilité. En fait les dispositions de combat variaient suivant la situation géographique et les forces en présence. Si le thème de la manœuvre qui consistait à briser la cohésion entre l’infanterie et la cavalerie restait le même, l’exécution connaissait des variantes.

102Nous donnons ici deux cas de combat en rase campagne où la manœuvre d’al-karr wa’l-farr réussit de façon spectaculaire : la bataille d’Artāḥ et de celle d’al-Bābayn.

103Au mois de ramaḍān 959/août 1164 Nūr ad-Dīn assiégeait Ḥārim, lorsque l’arrivée de renforts francs pour dégager la garnison de la forteresse l’incita à lever le siège et à se replier vers le nord-est. Il n’avait en effectuant ce mouvement aucune intention d’attirer l’ennemi vers la plaine d’Artāḥ. Les Francs commirent l’erreur de se lancer à sa poursuite et celle de se risquer en rase campagne. Nūr ad-Dīn aperçut rapidement la possibilité d’exploiter la situation : il regroupa ses forces, fit face à l’adversaire et exécuta magistralement la manœuvre d’al-karr wa’l-farr ; les Francs chargèrent l’aile droite dont la cavalerie avait ordre de fuir. Une fois les Francs lancés à la poursuite, les Musulmans massacrèrent les fantassins et lorsque les chevaliers revinrent ils se trouvèrent encerclés et tués à leur tour.

  • 97 Kāmil, RHOC, 548-9 ; Guillaume de Tyr, 925 ; Smail, 131 sq. ; 183-4 ; F. Lot, Art militaire, 144.

104Au cours de la troisième campagne d’Égypte en 562/1167, Amaury eut à s’opposer à l’armée de Šīrkūh venue de Syrie. L’enjeu du conflit n’était rien moins que la maîtrise de l’Égypte. L’émir kurde prudent parvient à maintenir durant quelques semaines le Nil entre lui et les Francs, mais Amaury finit par traverser le fleuve. Šīrkūh alors remonte vers la Haute Égypte, Amaury le poursuit laissant en arrière son infanterie97. L’armée de Syrie s’arrête à al-Bābayn à la limite des cultures et du désert, le sable gêne les cavaliers francs trop lourdement équipés. Lorsque le combat s’engage Saladin, qui est placé au centre, offre à dessein peu de résistance et, sur ordre, bat en retraite. Amaury, croyant à un fléchissement de Šīrkūh avec le meilleur de ses cavaliers, se lance à la poursuite des fuyards. Pendant ce temps l’émir kurde attaque l’aile gauche des Francs et détruit leurs bagages ; lorsque Amaury revient il est pris à revers par Saladin qui lui donne l’assaut. La manœuvre de Šīrkūh suivant la tactique chère à Nūr ad-Dīn avait bien réussi à briser l’ordre des Francs, mais il n’y eut pas de vainqueur : Šīrkūh gagna Alexandrie par le désert et Amaury rentra au Caire.

105De ces exemples nous pouvons conclure que le rôle de la cavalerie dans l’armée de Nūr ad-Dīn fut primordial. Cette importance tactique lui venait de sa mobilité, de son équipement individuel et de l’arc. Les manœuvres de harcèlement et les grêles de traits étaient aussi des armes psychologiques car elles démoralisaient les troupes franques.

d) La technique des sièges

106Si Nūr ad-Dīn n’eut pas à subir de siège important sa politique agressive l’amena à investir un certain nombre de places. Il chercha à s’en emparer pour consolider ses gains territoriaux et pour contrôler les récoltes de la région avoisinante, comme à Ḥārim, ou des points de passage importants, comme à Bāniyās.

107Le siège d’une place devait parfois être levé à l’arrivée d’importants renforts adverses comme ce fut le cas pour Nūr ad-Dīn à Ḥārim lors de sa première tentative ou bien au Crac des Chevaliers en 1163, où l’armée musulmane ne trouva son salut que dans la fuite. D’autres fois le siège n’aboutit pas car l’assiégeant doit se replier faute de ravitaillement ou par manque d’argent pour payer ses troupes comme il advint à Nūr ad-Dīn à Bāniyās. Les mercenaires coûtaient cher, aussi les assiégés espéraient-ils toujours que l’argent viendrait à manquer à leur adversaire et que le siège serait levé.

108Il est des villes comme Antioche ou Damas qui non seulement ont de puissantes défenses mais encore sont protégées par la nature. La Ġūṭa de Damas, par exemple, avec ses canaux, ses chemins étroits et ses vergers ne permet pas d’approcher assez près de l’enceinte du matériel lourd de siège. Dans ces cas le siège se transforme en blocus sans attaque possible contre les murailles, les combats se déroulent hors les murs, les assiégés font des sorties pour desserrer l’étau qui empêche le ravitaillement.

109De toute façon l’investissement rigoureux et prolongé était presque le seul moyen de réduire les places à forte position ; si le blocus n’était pas assez étroit le siège n’avait aucune efficacité.

110Les moyens d’attaque contre les places fortes au vie/xiie siècle étaient relativement faibles, la défense restait supérieure à l’attaque. Celle-ci se faisait par des moyens classiques : l’investissement, les sapes et les mines, le jeu des machines de guerre, béliers et man-gonneaux.

111Avant de commencer le siège d’un château solide ou celui d’une place bien fortifiée le chef doit s’assurer d’avoir « gagné le cœur » de ses troupes et de leurs commandants en leur garantissant de répondre à leurs désirs. Il faut d’autre part utiliser toutes les informations que peut fournir le service de renseignement sur la situation à l’intérieur de la place, sur l’état de ses réserves en hommes, en vivres et en eau. Pendant un siège où il n’avait pas l’intention d’abandonner les opérations, comme devant Damas, Nūr ad-Dīn cherchait à donner confiance aux paysans et aux petits propriétaires. Il interdisait à ses hommes de se livrer à des exactions, les habitants des villages environnants se sentant en sécurité fournissaient le fourrage à l’armée, prélevaient l’approvisionnement sur les récoltes et fournissaient le ravitaillement. Au cours du siège le prince faisait parvenir des messages à ses agents dans la place, tel l’émir Nağm ad-Dīn Ayyūb à Damas, ou bien encore Nūr ad-Dīn semait la discorde dans la ville en racontant que certains chefs assiégés correspondaient avec lui et le sollicitaient. Il faisait tant et si bien que chaque émir soupçonnait l’autre et qu’un certain nombre étaient incarcérés, ce qui affaiblissait l’encadrement des troupes de la garnison. La milice urbaine (aḥdāṯ) devait être neutralisée par l’achat, à force de promesses, de ses principaux chefs.

  • 98 Cahen, Traité, 143.
  • 99 Ibn al-Qalānisī, 171 ; LT, Damas, 100.

112Dans le cas le plus courant d’un siège on pouvait approcher des défenses de la place. Les premiers travaux d’approche exécutés derrière des palissades, à l’abri des traits des assiégés, consistaient à combler les fossés et à ouvrir les mines ou creuser des galeries souterraines se dirigeant vers les fondations de l’enceinte. On aplanissait certains secteurs du sol en ménageant des plans légèrement inclinés vers les murs, ce qui permettait d’amener les béliers et d’approcher les machines de guerre pour attaquer la ville. On coupait si possible l’accès à l’eau pour gêner le ravitaillement de l’assiégé. Après un examen minutieux des remparts, des tours et des saillants, des archères et des divers emplacements de tir adverse, on commence le pilonnage de la cité. La cavalerie n’a plus le premier rôle dans les opérations, elle sert à éclairer pour prévenir toute surprise, à repousser d’éventuels renforts et à arrêter l’acheminement des approvisionnements. Le succès dépend de la coordination et de l’ardeur au combat de divers éléments que sont les lanceurs de traits, les serveurs des machines de guerre, les sapeurs-mineurs et les fantassins d’assaut. Ceux-ci munis de grappins, de cordes et d’échelles de siège de différentes longueurs tentaient d’escalader l’enceinte, mais les défenseurs laissaient rarement se déclencher un tel assaut contre la muraille. Pour neutraliser la défense, l’assiégeant approchait des tours d’assaut mobiles (zaḥāfat) au niveau des chemins de ronde98 ; ces tours à étages étaient montées par des archers et par des hommes qui devaient, grâce à des ponts de bois lancés des tours sur la muraille, attaquer l’ennemi au corps à corps pour permettre aux éléments amis d’escalader les défenses. Dans certains cas les assiégés cherchaient à incendier ces tours en bois mais elles étaient protégées contre le feu par des peaux de bêtes fraîchement écorchées et de la terre glaise. A l’époque de Nūr ad-Dīn il semble que l’usage de ces tours ait été surtout répandu chez les Francs99.

113Pendant le siège il fallait aussi s’attendre à une manœuvre classique de la part des assiégés : au cours d’une des dernières nuits de la lune ils pouvaient faire une sortie en envoyant en avant des chevaux difficiles à maîtriser que l’on affolait à coups de fouet ; les bêtes se lançaient au milieu des tentes, arrachaient les piquets et semaient la panique. On complétait l’opération en utilisant des projectiles incendiaires au naphte.

  • 100 Ibn al-Qalānisī, 307 ; LT, Damas, 309.

114Quand les hommes n’avaient pas réussi à emporter une ville d’assaut on faisait entrer en action les machines de guerre pour ébranler les défenses. Les engins de siège d’emploi collectif étaient gardés démontés dans des arsenaux, notamment, sous Nūr ad-Dīn, dans les citadelles d’Alep, Ḥimṣ et de Damas100. Ils comprenaient les béliers, les mangonneaux et les balistes.

  • 101 Cahen, Traité, BEO, XII, 143 : R. Levy, Social Structure of Islam, 438 sq.

115Le bélier, kabš ou dabbāba, servait à disloquer les murailles d’enceinte à leur base et à y pratiquer des brèches. Cet engin, connu déjà des Assyriens, consistait en un gros madrier à l’extrémité garnie d’une masse de métal et monté sur un affût roulant101.

  • 102 Cahen, art. ‘Arrada, EI2, I, 679.
  • 103 Cahen, Traité, BEO, XII, 141-143.

116Le mangonneau, manğaq, était un engin à balancier et à contrepoids mobile facile à manœuvrer : « le projectile était envoyé au loin grâce à la force centrifuge produite par le balancement de la flèche »102. La traction humaine jouait pour l’armer et pour faire descendre la flèche dont la position normale était verticale. Plus la flèche, sur verge, était souple, plus le jet était distant ; le meilleur bois pour la flèche, au dire de Murḍā, était le cerisier. Au xiie siècle il existait trois variétés de mangonneaux103 : l’arabe, réputé comme le plus sûr ; le turc, parfois appelé persan, était moins puissant ; enfin le modèle franc.

  • 104 Cahen, art. ‘Arrāda, EI2, I, 679. Pour Gibb ce serait une « catapulte ».

117La ‘arrāda, engin plus léger que le mangonneau, était comparable à une baliste légère : « le projectile était lancé par le choc d’une tige violemment poussée par la distorsion d’une corde »104.

118Pour protéger les serveurs de ces machines il y avait de véritables abris, sur quatre poteaux de chêne vert en carré, précise Murḍā ; on plaçait des traverses, on tendait un filet couvert de peaux de bêtes et de terre. Les jets de pierres de plus ou moins grand volume visaient d’une part à disloquer l’appareil de la muraille et d’autre part à démolir les maisons de la ville pour agir sur le moral de la population assiégée.

119Lorsque les efforts des béliers et des mangonneaux ne donnaient pas de résultats satisfaisants on avait recours aux sapeurs. Munis de pics, de pioches, de forets et de barres de mine les sapeurs, naqqābūn, creusaient des galeries pour atteindre les fondations des murailles. Sous l’enceinte ils pratiquaient des excavations que l’on étayait de pièces de bois préalablement enduites de matière à combustion rapide. La sape prête, une des manœuvres consistait à amener les assiégeants vers le point le plus fort de l’enceinte, les assiégés s’y précipitaient. C’était le moment où l’on mettait le feu aux étais. La section de muraille minée s’effondrait, les sapeurs élargissaient rapidement la brèche pour permettre aux hommes d’armes de pénétrer dans la ville où commençait un combat de rue qui ne cessait que lorsque l’un des adversaires abandonnait la lutte.

II. L’ASPECT RELIGIEUX DU ĞIHĀD DE NŪR AD-DĪN : LA RÉNOVATION SUNNITE

120Dans le programme de rénovation sunnite que Nūr ad-Dīn établit pour diffuser les doctrines de la loi orthodoxe, pour ranimer le ğihād et conserver la piété populaire, il développa l’enseignement en multipliant les madrasas et en créant le dār al-ḥadīṯ, il favorisa le monachisme collectif en construisant des couvents pour les soufis et flatta la piété populaire en restaurant des sanctuaires, mašhad-s et maqām-s et montra la ferveur de sa foi en élevant et en réparant des mosquées.

  • 105 Saḏarat aḏ-ḏahab, IV, 191-197 ; Bidāya, XII, 210-241 ; H. Laoust, Les schismes dans l’Islam, Paris (...)

121Toute la politique religieuse de Nūr ad-Dīn semble avoir été inspirée par Ibn Hubayra qui fut porté au vizirat en 544/1149 par le calife al-Muqtafī (530-555). La politique d’Ibn Hubayra était d’inspiration ḥanbalite, elle visait au triomphe de la Sunna, à l’élimination du chiisme politique, et à la restauration de l’autorité temporelle et spirituelle du califat abbasside. Pour cela, à l’est, Ibn Hubayra s’employa à libérer le califat de la tutelle affaiblie des derniers Seldjouqides tandis qu’à l’ouest, il « recherchait l’alliance de Nūr ad-Dīn et le poussait à entreprendre la conquête de l’Égypte »105.

A. LA MADRASA

122Nous allons exposer rapidement l’origine de la madrasa que Nūr ad-Dīn multiplia à travers tout son empire, l’enseignement qu’on y dispensait et la place qu’elle tenait dans la formation des esprits. Nous donnerons un aperçu de la diffusion géographique des madrasas dans l’empire zenguide et leur répartition par maḏhab, ou école juridique. Nous verrons que Nūr ad-Dīn se soucia beaucoup de maintenir la balance égale entre Chaféites et Ḥanafites. Nous esquisserons l’évolution du plan de la madrasa depuis la maison d’habitation transformée en école jusqu’à la conception qui prévalut à la fin du règne de Nūr ad-Dīn et qui ne devait plus subir de changement par la suite. Nous évoquerons Nūr ad-Dīn : la madrasa funéraire et le dār al-ḥadīṯ.

a) Origine de la madrasa

  • 106 CIA, Egypte, I, 254.
  • 107 Sourdel, art. Bayt al-Ḥikma, EI2, I, 1175.
  • 108 O. Pinto, Le biblioteche degli Arabi nell’eta degli Abbasidi. Trad. anglaise par Krenkow, Islamic (...)

123« L’histoire de la madrasa se rattache étroitement au mouvement religieux provoqué dans l’Islam par les invasions mongoles et par les Croisades », a dit van Berchem106. Si le développement de la madrasa en Syrie est une des manifestations de la réaction sunnite menée par Nūr ad-Dīn l’origine de l’institution doit être cherchée plusieurs siècles plus tôt. A l’aube de l’Islam, l’enseignement religieux, littéraire et juridique fut dispensé à la mosquée mais sous les Abbassides, à l’époque du calife al-Ma’mūn, une institution nouvelle connut à Bagdad un rayonnement particulier : le bayt al-ḥikma107. Cet établissement doté d’une riche bibliothèque groupait professeurs et élèves désireux de connaître le patrimoine intellectuel de l’Antiquité ; traducteurs, copistes et relieurs sans cesse augmentaient le fonds des manuscrits dont disposaient les lecteurs. L’institution ne survécut pas à la réaction d’al-Mutawakkil. Les études supérieures se réfugièrent au iiie/ixe et ive/xe siècles au dār al-‘ilm108. Les termes de « maison de la science » désignent en Orient musulman une institution scientifique dotée d’une bibliothèque organisée avec des salles de lecture. A l’origine il y eut même des dār al-‘ilm sunnites comme celui qui fut fondé à Mossoul au début du ixe/xe siècle ou comme celui qu’al-Ḥakīm laissa fonctionner quelque temps au Caire. Très rapidement le dār al-‘ilm perdit son caractère d’organisme de diffusion de la pensée pour devenir un centre de propagande chiite où, sans négliger ni l’étude ni l’exégèse du Coran, on enseigna les doctrines mu’tazilites et ismā‘īliennes et l’on puisa dans les sciences héritées de la Grèce et de l’Iran. Le but de cet enseignement éclectique, apparemment libéral, était de troubler les doctrines sunnites. L’enseignement perdit assez vite son caractère de culture générale pour évoluer vers la formation de propagandistes missionnaires, le maître du dār al-‘ilm fut le dā‘ī ad-du‘āt. Le dār al-‘ilm fut en Syrie rapidement éliminé au vie/xiie siècle par la madrasa et le dār al-ḥadiṯ, deux institutions soutenues par Nūr ad-Dīn dans le cadre de sa politique de réaction sunnite.

  • 109 CIA, I, 256.
  • 110 Bidāya, XII, 263.
  • 111 L. Massignon, Les medreseh de Bagdad, BIFAO, VII, 1909,77-86.

124Avant la création de la madrasa, la mosquée était le centre unique des études religieuses et profanes conformes à l’esprit de la Sunna. C’est là que le maître, assis au pied d’un pilier ou au creux du miḥrāb, dispensait son enseignement à un cercle d’étudiants, une ḥalqa. Quand dans une mosquée un emplacement déterminé était aménagé pour les cours on l’appelait madrasa ou zāwiya, tel fut le cas de la Ġazālīya à la Mosquée des Omeyyades de Damas. Le terme de madrasa désigne alors un lieu d’étude en général, puis peu à peu « la madrasa prend une forme plus nette, dit van Ber-chem, c’est alors un édifice ou un simple local aménagé pour des cours, bâti souvent par le professeur lui-même près d’une mosquée ou près de sa demeure »109. C’est l’époque des madrasas privées, installées par les professeurs dans leurs maisons. Dès le ive/xe siècle ce genre de madrasas se répand dans la partie orientale de l’empire abbasside et se développe par réaction au milieu des populations chiites. Les premières madrasas sont fondées à Nīšāpūr, Merw et Buḫārā à l’époque de Maḥmūd le Ghaznévide. On y donne un enseignement privé, indépendant et personnel. Au ve/xie siècle une réaction sunnite se produit au nom de l’imām Šāfi‘ī, menée par les Aš‘arites. C’est alors qu’apparaissent les Seldjouqides. Désirant modeler l’esprit de leurs sujets dans le sens même de leur politique les souverains, conseillés par le vizir Niẓām al-Mulk qui avait compris tout le parti qu’il pouvait tirer de la madrasa pour la propagande sunnite, transformèrent l’école privée en une institution d’Etat dont le but premier fut de former des fonctionnaires dévoués. Les madrasas devenues institutions publiques furent fondées et dirigées par le gouvernement, le professeur y fut nommé par le souverain qui lui décerna un diplôme (manšûra)110 pour enseigner suivant tel maḏhab. Au cours des années l’institution va encore se transformer. Elle s’implante d’abord à Bagdad111, sous les premiers atabegs, en Haute Djéziré et notamment à Mossoul et Sinğar. Elle pénètre en Syrie à Damas avec les princes seldjouqides à la fin du ve/xie siècle. L’enseignement oral qui fut alors dispensé dans les madrasas syriennes avait pour but de consolider les positions sunnites face aux doctrines fatimides et surtout bāṭiniennes à Damas. Le professeur restait sous le contrôle du fondateur qui put désormais être aussi un des principaux personnages de l’entourage du souverain. Agents du pouvoir et dévoués à la cause sunnite, les professeurs eurent sur le plan de la propagande le même rôle que notre moderne télévision.

125Face aux Chiites et aux Croisés, Nūr ad-Dīn va chercher à grouper les Sunnites en s’appuyant sur les forces morales et sur la diffusion des préceptes de l’orthodoxie musulmane. Le jeune souverain zenguide doit, au début de son règne, lutter contre le dār al-‘ilm, institution de propagande chiito-ismā‘īlienne. La création systématique des madrasas va permettre de réagir contre les hérésies puis d’en triompher. Il y a à l’époque de Nūr ad-Dīn un renouveau des études doctrinales qui redonne à la Guerre Sainte toute sa valeur canonique.

b) L’enseignement

126Une étude sur l’enseignement en Orient musulman au vie/ xiie siècle sort de notre sujet et nous nous bornerons à ne donner qu’une brève esquisse du système scolaire en montrant rapidement le fonctionnement de la madrasa.

  • 112 Les quatre autres sont : le Sunān d’Abū Dāwād, celui de Nasā’ī, celui d’Ibn Mağa et le Ğāmi‘ de Ti (...)

127Longtemps la mosquée fut le seul établissement d’enseignement où le maître dispensait ses cours. L’enseignement donné à cette époque est verbal et ne nécessite ni mobilier ni matériel scolaire, les élèves qui se groupent en cercle autour de leur professeur peuvent avec un calam trempé dans l’encre prendre des notes sur des cahiers. On apprend avant tout le Coran par cœur, le Livre sacré est à la base de la formation musulmane, sa connaissance parfaite permet d’aborder la grammaire et la philologie. On enseigne aussi les sciences musulmanes qui avec le Coran constituent les fondements de l’Islam orthodoxe. La Sunna est le commentaire nécessaire du Coran, sans elle les obligations fondamentales de l’Islam : prière, aumône, jeûne, resteraient inexpliquées pour le public de petite et de moyenne conditions que Nūr ad-Dīn cherche à rallier à sa cause par l’intermédiaire des ‘ulamā’ et des fuqahā’ et avec l’aide des sermonnaires populaires (wu‘āẓ et quṣṣāṣ) qui affrontent en Syrie les missionnaires chiites (du‘āt). La Sunna tient une large part dans la formation intellectuelle car elle est aussi à l’origine de l’historiographie : on étudie la sīra, la vie du Prophète, dans la rédaction d’Ibn Isḥaq et d’Ibn Hišām, on s’instruit dans le Kitāb al-Magāzī d’al-Wāqidī et dans les Ṭabaqāt de son contemporain Ibn Sa‘d. Les ḥadīṯ-s, traditions relatives au Prophète, retiennent longuement l’attention des étudiants notamment les Kutub al-Uṣūl, les « Six Livres » à caractère à peu près canonique dont les plus estimés sont les deux Ṣaḥīh, celui de Buḫārī et celui d’al-Muslim112. Autour d’un traditionniste (muḥaddiṯ) célèbre s’établit une sorte de compagnonnage : auditeurs, élèves et disciples se groupent et s’imprègnent plus ou moins profondément des idées du maître puis s’en vont à leur tour les enseigner en les associant à d’autres traditions.

128Au cours des siècles une matière tend à prendre dans l’enseignement de la madrasa une place prépondérante car elle permet des applications pratiques et par là même rémunératrices : c’est le droit ou fiqh. Le cheikh illustre ou le cadi en renom sont appelés à donner des avis motivés (fatwa) sur des questions (masā’il) que leur posent disciples et visiteurs venus de diverses régions. Le jurisconsulte, faqīh, devenu muftī, doit choisir parmi la masse des traditions et des opinions reçues en s’appuyant sur les uṣūl al-fiqh, le fondement du droit musulman. Les disciples et les auditeurs, rompus à la méthodologie du fiqh, consignent les propos du maître et créent une véritable jurisprudence.

129En Orient musulman comme en Occident chrétien à l’époque de Nūr ad-Dīn l’enseignement est religieux et reste lié à la piété et à la propagande à tous les degrés. En Occident l’on a l’école de cathédrale et le studium generale ; en Orient musulman c’est la zāwiya et la madrasa. Si les scholastici s’appuient sur les Écritures et les Pères de l’Église, les fuqahā’ et les ‘ulamā’ fondent leur enseignement sur le Coran, la Sunna et les ḥadiṯ-s. Les Aš’arites trouvèrent l’appui des Chaféites, ce qui explique la grande quantité des madrasas de maḏhab au vie/xiie siècle, et jouèrent un grand rôle dans le développement des madrasas car ils savaient concilier la théologie sunnite avec la dialectique. On préparait les élèves à la controverse et à la défense des doctrines des Ahl as-Sunna au moyen d’arguments rationnels qu’al-Aš’arī avait empruntés aux Mu’tazila vers l’an 300/ 912 et qu’al-Ġazālī (m. 505/1111) remit en honneur deux siècles plus tard, à la veille de l’avènement de Nūr ad-Dīn en y ajoutant l’emploi du syllogisme aristotélicien. La madrasa à cette époque est à la fois une mosquée, un lieu de prière et une école supérieure de théologie où l’on enseigne un ensemble de préceptes religieux, moraux, juridiques et sociaux mais où l’on néglige totalement l’enseignement des sciences exactes qui se fera au maristān, à l’hôpital. On accorde alors la priorité aux exercices de mémoire sur ceux où doivent intervenir le raisonnement et l’intelligence. La madrasa prépare, sous Nūr ad-Dīn, à toutes les fonctions publiques aussi bien religieuses que judiciaires, là sont formés à l’école du ḥadiṯ et du fiqh les sermonnaires qui vont lutter en Syrie contre les influences subversives des Chiites notamment des du‘āt ismā‘īliens et des agents fatimides.

  • 113 D. Sourdel, Les professeurs de madrasas à Alep aux xiie-xiiie siècles, BEO, XIII, 93.
  • 114 Pour le problème des professeurs, voir D. Sourdel, op. cit., BEO, XIII, 85-115.

130Le développement systématique des madrasas posa rapidement le problème du recrutement des professeurs. L’institution répondant à une orientation politique et religieuse précise, il fallait des maîtres dévoués à la cause du gouvernement. Nūr ad-Dīn nommait lui-même les professeurs et ce ne fut pas toujours sans difficultés si nous en jugeons par la dévolution de la chaire de la madrasa Ḥallawīya à Alep113. Il fallut faire appel à des professeurs étrangers souvent d’origine orientale, venant du Khorāsān et même d’Asie Centrale. Il y eut de nombreux cas de cumul de chaires dans une même ville, certains professeurs furent même « itinérants » comme Ibn Abī ‘Asrūn par exemple qui, venu de Mossoul, enseigna à Alep, Damas, Sinğar puis de nouveau à Damas114.

c) Répartition des madrasas

131Quand Nūr ad-Dīn prend le pouvoir à Alep en 541/1146 il n’existe qu’une seule madrasa dans cette ville, elle est chaféite. Rapidement les Ḥanafites deviennent majoritaires à Alep et le jeune souverain fonde sans retard une madrasa pour l’école d’Abū Ḥanīfa : la Ḥallawīya. Petit à petit les madrasas vont se multiplier à Alep et un savant équilibre sera observé pour le nombre des madrasas de chacune des écoles dominantes. A la mort de Nūr ad- Dīn il y aura trois madrasas ḥanafites dont une fondée par le souverain et quatre madrasas chaféites dont trois fondées par Nū rad-Dīn qui créa aussi à la Grande Mosquée d’Alep après 564, une zāwiya ḥanbalite et une malikite.

132En arrivant à Damas en 549 Nūr ad-Dīn trouve onze madrasas et une zāwiya chaféite : la Ġazālīya à la Grande Mosquée. Ces madrasas avaient été fondées du temps du seldjouqide Duqāq b. Tutuš et sous le règne de la dynastie būrīde. La disproportion du nombre de madrasas entre Alep et Damas s’explique par le fait que jusqu’au début du règne de Nūr ad-Dīn la métropole de la Syrie du Nord était surtout chiite et que l’enseignement y était dispensé par le dār al-‘ilm. A Damas en revanche l’influence de la Mésopotamie se faisait sentir dans bien des domaines aussi bien dans celui de l’architecture que dans celui de l’instruction, et c’est à l’imitation de Bagdad que l’on multipliait les madrasas sur les bords du Baradā.

133Il y avait à Damas cinq madrasas ḥanafites dont la première de la ville qui remontait à 491/1098, quatre madrasas chaféites dont la seconde fondée en 514/1120 et une zāwiya au portique nord de la Grande Mosquée, la madrasa Ġazālīya, enfin deux madrasas ḥanbalites dont la plus ancienne avait été construite à Damas quarante ans après la première école de la ville. Ces deux madrasas avaient été fondées par des cheikhs et non par des personnages politiques de haut rang. Sous le règne de Nūr ad-Dīn onze nouvelles madrasas furent fondées dans l’ancienne capitale des Omeyyades et une zāwiya : cinq madrasas ḥanafites dont une à la citadelle et une zāwiya, la Asadīya, à la Grande Mosquée, quatre madrasas chaféites, une madrasa mixte ḥanafite et chaféite — la première du genre, fondée en 564 — et une madrasa malékite ; il faut remarquer qu’il n’y eut aucune madrasa ḥanbalite nouvelle. Sur les onze nouvelles madrasas six furent fondées par Nūr ad-Dīn, deux ḥanafites, trois chaféites et une malékite.

134Dans l’ensemble de l’empire zenguide, il n’y avait à l’avènement de Nūr ad-Dīn que seize madrasas, onze à Damas, une chaféite à Alep et deux à Sinğar, une pour les Chaféites et une pour les Ḥanafites, une chaféite, la Niẓāmīya à Mossoul et une ḥanafite à Boṣrā fondée par Kumuštakīn en 530/1136. Au cours du règne de Nūr ad-Dīn les madrasas se multiplient dans son empire. Si à sa mort Damas compte vingt-deux madrasas et deux zāwiyas et qu’à Alep le nombre atteint huit madrasas et deux zāwiyas il n’est pas une ville importante qui ne soit dotée de madrasa. Mossoul compte cinq madrasas chaféites et une mixte chaféite-ḥanafites, Sinğar a six madrasas, trois chaféites, deux ḥanafites et une mixte. Ğazīrat Ibn ‘Umar compte quatre madrasas, toutes chaféites, Manbiğ et Raqqa ont chacune deux madrasas, l’une pour les Chaféites et l’autre pour les Ḥanafites. Généralement lorsqu’il n’y a qu’une madrasa dans une ville comme c’est le cas pour Ba‘albakk, Hama, Ḥimṣ, Ma‘arrat an-Nu‘mān, Rās al-‘Ayn, ar-Ruhā’ on y enseigne suivant la doctrine de l’imām Šāfi‘ī. Une seule exception pour Ḥarrān où Nūr ad-Dīn fonda une madrasa ḥanbalite.

  • 115 Voir les annexes concernant les madrasas.

135Sous le règne de Nūr ad-Dīn il y eut quarante-deux madrasas et trois zāwiyas nouvelles, la moitié fut fondée par le souverain. Le nombre total des madrasas à la mort de Nūr ad-Dīn s’élevait à cinquante-huit auxquelles s’ajoutent quatre zāwiyas soit presque quatre fois plus qu’à son avènement. Elles se répartissent alors de la façon suivante par maḏhab : 30 madrasas chaféites dont 15 fondées par Nūr ad-Dīn et 1 zāwiya ; 19 madrasas ḥanafites dont trois fondées par Nūr ad-Dīn et une zāwiya ; 3 madrasas ḥanbahtes dont une fondée par Nūr ad-Dīn et une zāwiya ; une madrasa et une zāwiya malékites, les deux fondées par Nūr ad-Dīn. Il y avait trois madrasas mixtes ḥanafites-chaféites et deux dont le rite nous est inconnu, l’une est celle que Nūr ad-Dīn fonda à Édesse(ar-Ruhā’)115.

d) Plan de la madrasa116

  • 116 Van Berchem, art. Architecture, EI, I, 429 ; K.A.C. Creswell, The origin of the Cruciform Plan of (...)
  • 117 J. Sauvaget, MAD, I, 35.

136Avec l’arrivée des Seldjouqides en Syrie une nouvelle institution, qui allait dans certains cas déterminer un nouveau type d’édifice, apparut comme nous venons de le voir à Damas : la madrasa. Ce qui constitue la madrasa est essentiellement un waqf dont le revenu servait à rétribuer un professeur autour duquel quelques disciples venaient se grouper. Sur le plan archéologique il y eut une période intermédiaire pour la construction de la madrasa et l’élaboration de son plan. « La madrasa n’est pas un immeuble spécialisé construit aux fins d’enseignement mais une institution117, elle s’installe dans n’importe quel local déjà existant propre à la réunion de plusieurs personnes. C’est parfois une mosquée où la ḥalqa se réunira dans un coin de la salle de prière d’où le nom de zāwiya donné en Orient à ce type d’école. On se réunit aussi dans des maisons d’habitation dont l’importance et l’agencement dépendent essentiellement de la fortune du propriétaire et de la générosité du fondateur, la maison est alors dotée de waqfs et transformée en madrasa. Il arrivera que l’on transforme en oratoire comme à Alep ou des églises confisquées et déjà converties en mosquée, enfin après Nūr ad-Dīn on prendra l’habitude de chercher abri auprès du tombeau du fondateur.

  • 118 Sur les maisons, voir : W.W., II, pp. 17-25 ; R. Thoumin, La maison syrienne, PIFD, pp. 28-29, pl. (...)

137Lorsque cette institution apparaît en Syrie il n’y a pas de plan type pour elle, on construira la madrasa en s’inspirant du plan de la maison d’habitation urbaine. Celle-ci dérivait du dār de la tradition iranienne avec sa cour centrale à ciel ouvert et s’était adaptée au type des demeures du monde méditerranéen de l’Antiquité classique. La madrasa comme la maison s’organise autour de la cour centrale sur laquelle donnent les portes et les baies des bâtiments118. Cette cour est en fait la pièce principale de l’habitation, et les façades qui l’entourent offrent des surfaces planes pour le développement de thèmes esthétiques servant à égayer la vie quotidienne. L’élément essentiel de la composition architecturale est l’īwān : grande niche béante voûtée en berceau et limitée par trois murs, cette vaste salle aérée semble bien être d’origine iranienne.

  • 119 Voir plan joint de la Rayḥānīya. Le problème du plan cruciforme exposé jadis par Creswell serait à (...)

138Les madrasas qui sont fondées au vie/xiie siècle dans l’empire zenguide répondent à un programme qui dérive du plan de la maison d’habitation d’une famille riche. Lorsque l’immense niche du grand īwān est à l’ouest de la cour elle est parfois dotée d’un miḥrāb dans son mur méridional. Cet élément caractéristique de la madrasa est souvent doublé à l’est d’une salle voûtée pour accueillir les cours durant l’hiver ; au sud se développe une salle de prière qui s’ouvre sur la cour. Sur la façade nord ou ouest, selon l’emplacement de l’īwān, sont aménagées des cellules pour loger le professeur et les étudiants. Dans les angles extérieurs se trouvent les cuisines, latrines et la bibliothèque où les manuscrits sont rangés dans des placards (ḫizāna). L’ensemble constituant un plan cruciforme inscrit dans un carré est ordonné autour d’une cour dallée avec un bassin à ablutions pour permettre les prières rituelles119. Telle sera la structure architecturale de la madrasa à la fin du règne de Nūr ad-Dīn, les bâtisseurs auront dès lors un plan type qui ne variera plus dans ses grandes lignes jusqu’à l’époque ottomane.

  • 120 Tombeau du prince samanide à Buḫārā.

139La vogue du mausolée s’inspirant des antécédents samanides d’Asie Centrale120 va se répandre et se transformer. Le mausolée ne sera plus une simple mosquée funéraire mais va devenir au vie/xiie siècle et surtout au viie/xiiie siècle en Syrie une madrasa funéraire. Le premier exemple fut donné par l’atabeg Zengī qui transféra la dépouille de son père Āq-Sunqur à la madrasa Zağğāğīya, inaugurant ainsi en 522/1128 un type de monument nouveau en Syrie, la madrasa funéraire. En fait il s’inspirait plus, semble-t-il, des dār al-‘ilm qui souvent recevaient la dépouille d’un sage vénéré, que des lointains monuments d’Asie Centrale. A l’époque de Nūr ad-Dīn l’usage n’est pas encore établi d’inhumer le fondateur dans sa madrasa. Nūr ad-Dīn fut le premier à être enterré dans une madrasa qu’il avait construite. Un usage va s’établir désormais : le fondateur se réservera, dans des coins extérieurs de la madrasa, une salle à coupole où il recevra la sépulture. Il s’assurait ainsi, dit une inscription d’Alep, « la récompense réservée à l’étude et à l’enseignement des sciences islamiques et la bénédiction qui s’attache à la récitation du Coran ». On aménagea aussi des fenêtres ouvertes sur le chemin pour que le tombeau ou plutôt le cénotaphe soit bien visible. En agissant ainsi le fondateur espérait avoir des chances supplémentaires d’interventions pieuses en sa faveur. Sur la façade de la voie publique des inscriptions rappelaient ses titres à la sollicitude de la communauté islamique et incitaient les passants à prier pour lui. Après Nūr ad-Dīn les Ayyou-bides prendront l’habitude de fonder une madrasa à côté de leur tombeau. Le mausolée du fondateur n’est plus isolé mais intégré dans un programme architectural où il se combine avec la madrasa et la mosquée.

140Il convient aussi de signaler que certaines madrasas du vivant même de Nūr ad-Dīn furent appelées masğid, comme la Muğāhi-dīya fondée à Damas en 539 et citée comme mosquée par Ibn ‘Asākir. Ceci se passait lorsque la fonction religieuse l’emportait sur l’enseignement, vraisemblablement à l’occasion d’une diminution des revenus du waqf qui n’était plus suffisant pour entretenir un professeur et des étudiants.

B. LE « DᾹR AL- ḤADĪṬ »

  • 121 HOC, I, 764, n. 1 ; M. van Berchem, CIA, Egypte, I, 99 ; F. Sezgin, EI2, II, 128-129.
  • 122 BEO, XIII, n° 59 ; Ibn Šaddād, A‘lāq (édit. Sourdel), 122 ; Ibn al-Aṯīr, Atabegs, 313.

141Petit à petit, avec la réaction sunnite la tradition finit par envahir toutes les sciences musulmanes et Nūr ad-Dīn est amené à créer une institution nouvelle proche de la madrasa : le dār al-ḥadiṯ. L’idée d’une chaire d’enseignement du ḥadiṯ comme base de la doctrine sunnite a été empruntée par Nūr ad-Dīn à l’enseignement déjà diffusé à la fin du ive/xe siècle et du ve/xie siècle au Khorāsān121. Cette institution originale pour développer la connaissance du ḥadiṯ concerne uniquement les traditions relatives au Prophète, le récit de ses faits et gestes, la transmission de ses paroles. Elle fut introduite en Syrie par Nūr ad-Dīn. Lors de la restauration de la Grande Mosquée d’Alep, après l’incendie de 564, le souverain zenguide y institue un enseignement du ḥadīṯ et constitue un waqf en sa faveur122. Son exemple fut suivi par l’émir Mağd ad-Dīn Ibn ad-Dāya et par la mère d’al-Malik aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl, fils de Nūr ad-Dīn, la princesse créa un enseignement du ḥadīṯ dans le ḫānaqāh qu’elle avait fait bâtir à Alep.

  • 123 Dāris, I, 99-103, n° 21 ; BEO, XIII, n° 74.

142Le premier établissement à porter le nom de dār al-ḥadīṯ fut fondé par Nūr ad-Dīn à Damas et eut pour maître le chaféite Ṭiqat ad-Dīn Ibn ‘Asākir (499-571), bien connu pour ses tendances aš’arites. Fondation sunnite répondant à l’esprit de réforme que Nūr ad-Dīn fait souffler en Syrie au milieu du xiie siècle, l’institution bénéficie de nombreux waqfs dont un d’Ismat ad-Dīn Ḫātūn, fille de Mu’īn ad-Dīn, femme de Nūr ad-Dīn123.

  • 124 Herzfeld, Ars Islamica, IX, 49 ; voir Madrasa Rayḥānīya (MAD), même cour carrée de sept mètres de (...)

143Le dār al-ḥadīṯ fut construit à Damas par Nūr ad-Dīn en 566 sur le chemin qui menait de la citadelle, alors résidence princière, à Bāb al-Barīd de la Grande Mosquée des Omeyyades. Le monument a les dimensions courantes d’une madrasa de la première moitié du vie/xiie siècle, son plan s’ordonne aussi autour d’une cour carrée dotée d’un bassin et la partie sud est occupée par la salle de prière124. La différence essentielle entre les deux types de monuments est l’absence du grand īwān qui est un des éléments typiques de la madrasa syrienne. Si le monument peut paraître modeste par ses dimensions c’est qu’on le compare généralement aux madrasas monumentales et notamment à celles de l’époque ayyoubide.

  • 125 Bidāya, XII, 281.

144L’intérêt porté à l’étude du ḥadīṯ fut à l’origine de la création du dār al-ḥadiṯ : alors les muḥaddīṯ sortent de la mosquée et Nūr ad-Dīn assiste en personne aux leçons publiques, les principaux émirs présents à Damas, tels Nağm ad-Dīn Ayyūb et Šīrkūh ne peuvent faire autrement que d’accompagner le souverain au cours du dār al-ḥadīṯ125.

145Bien qu’institution nouvelle l’école de Tradition n’a pas créé un type nouveau d’architecture, son plan n’est qu’une variante de la classique maison des familles riches de Damas et de la madrasa comme le montre la comparaison du plan du dār al-ḥadiṯ an-Nūrī de Damas avec la madrasa ar-Rayhānīya bâtie sensiblement à la même époque.

C. LES COUVENTS

  • 126 L. Massignon, art. Taṣawwuf, EI, IV, 715-719.

146En même temps qu’elle provoquait un essor nouveau de madrasas la réaction sunnite en Syrie favorisait un vaste courant de mysticisme dont le soufisme, sous la forme d’un monachisme collectif oriental fut une des manifestations les plus remarquables. La création des couvents sous le règne de Nūr ad-Dīn correspond à un besoin de réaction contre les tendances diverses qui déchiraient la masse des croyants musulmans, les soufis vont aider à sauvegarder, appuyer et diffuser les doctrines sunnites des hommes au pouvoir. Au vie/xiie siècle la crise morale n’atteint pas seulement l’Orient musulman ; une situation identique sur le plan des idées, aggravée par l’anarchie féodale, provoque en Europe occidentale une réaction semblable qui suscite la fondation de nombreux couvents. Comme le notait Louis Massignon, les injustices sociales amènent une révolte intérieure de la conscience, un désir de purification intérieure d’où naît la vocation mystique126.

  • 127 Margoliouth, art. Kādirīya, EI, II, 647-651.
  • 128 Braune, art. Abd al-Kādir al-Djīlānī, EI2, 1,70-72 ; Laoust, Schismes, 212.

147En pays d’Islam la vie mystique se développa en réaction contre les imamites et s’appuya sur l’autorité de Gazālī, la méditation l’emporta aux dépens de la prière vocale. Les soufis ne seront plus isolés, ils vont se grouper désormais et constituer des communautés qui vivront dans des ribāṭ-s et des ḫānaqāh-s. On verra même au vie/xiie siècle se fonder de véritables ordres comme la première grande confrérie mystique de l’Islam, les Qādirīya127, fondée à Bagdad par ‘Abd al-Qādir al-Ğīlī avant 562128Sous le règne de Nūr ad-Dīn ribāṭ-s et ḫānaqāh-s vont se multiplier en Syrie.

Dār al-Ḥadīṯ de Nūr ad-Dīn (plan de Jean Sauvaget)

Dār al-Ḥadīṯ de Nūr ad-Dīn (plan de Jean Sauvaget)

Madrasa Rayḥānīya (plan restitué par Jean Sauvaget)

  • 129 G. Marçais, art. Ribāṭ, EI, III, 1230.
  • 130 Les deux termes sont employés pour désigner à Damas le couvent des Paons, celui du moulin et la ma (...)

148Le terme de ribāṭ désignait à l’origine une institution militaire, un poste fortifié servant à protéger un point de la frontière du territoire musulman contre les attaques des Infidèles129. Des volontaires allaient y passer quelques mois afin d’acquérir les mérites qui dérivent de la Guerre Sainte, ils montaient la garde du domaine de l’Islam, et faisaient des exercices militaires. Pendant leurs loisirs ils se livraient aux pratiques de la dévotion. Dans l’Orient musulman, cette institution évolua dès le Moyen Age et de caserne devint au vie/xiie siècle un couvent où l’on allait faire une retraite spirituelle. La discipline ascétique et la récitation des prières avaient remplacé les règlements militaires et les exercices physiques. Le terme de ribāṭ fut même à l’époque de Nūr ad-Dīn synonyme de ḫānaqāh130.

  • 131 M. van Berchem, EI, I, 430 ; Trésors, 106.

149La ḫānaqāh était une institution monastique dérivée du mysticisme iranien. Elle constituait un centre d’activité religieuse en même temps qu’une hôtellerie gratuite pour les voyageurs en quête de perfectionnement spirituel. Le local était constitué waqf pour l’accomplissement des actes de dévotion et des exercices pieux131. Le but des couvents est d’héberger les pauvres (fuqarā’), ceux qui renoncent aux biens de ce monde pour vivre dans le dénuement, et de permettre les pratiques religieuses. Le programme de construction doit comprendre essentiellement une salle de prière, un local pour se réunir et un certain nombre de cellules et annexes pour permettre le logement des soufis. Au sud le sanctuaire avec son miḥrāb s’ouvre par trois baies sur une cour carrée dotée d’un bassin, au nord un large īwân abrite sous sa voûte les cours tandis qu’à l’est et à l’ouest sont aménagées des cellules pour les soufis. Les dépendances, cuisines et latrines sont aménagées dans les coins du bâtiment. Malgré la précision du programme de construction les ribāṭ-s et les ḫānaqāh-s ne donnèrent naissance à aucun type propre d’architecture.

  • 132 Actuel souk au Savon.
  • 133 I.F., I, 90 r ; A‘lāq, 93 ; BEO, XIII, n° 71 ; A.R. Miri, al-Ğāmī‘a al-islāmīya, part V, 1952, n° (...)

150Sous le règne de Nūr ad-Dīn un nombre important de ḫānaqāh-s fut fondé à Alep. Une seule existait à son avènement, la ḫānaqāh du Sūq al-Balāṭ132 qui avait été bâtie en 509/1115 par le gouverneur d’Alep et chef de l’armée seldjouqide Šams al-Ḫawāṣṣ Lu’lu’, affranchi de Riḍwān. Sa construction avait suscité une violente opposition de la part des Chiites, il semble d’ailleurs que le couvent eut à souffrir de cette attitude car Nūr ad-Dīn dut plus tard le restaurer133.

  • 134 CIA, Alep, 303.
  • 135 A‘lāq, 93 ; BEO, XIII, n° 6 ; R. Ṭabbāḫ, n, 77.

151La deuxième ḫānaqāh d’Alep fut un couvent de femmes fondé en 533/1139 par la mère de Nūr ad-Dīn134. Le souverain zenguide fonda personnellement trois ḫānaqāh-s à Alep. La première fut la ḫānaqāh al-qādim, bâtie en 543 sous la citadelle, au bord du fossé ; la supervision de la construction fut confiée à Šams ad-Dīn Abū’l-Qāsim b. aṭ-Ṭarsūsī. Le bâtiment était vaste, il comportait une qā‘a pour le cheikh, une salle à coupole où se réunissaient les soufis, un grand iwān et une salle de prière. Dans la partie orientale se trouvait un réservoir d’eau alimenté par l’aqueduc de Ḥaylān, il y avait aussi des cuisines pour préparer les repas des soufis. Ce bâtiment eut à souffrir du tremblement de terre de 1238/1822 et fut ensuite longtemps Hôpital National135.

  • 136 A‘lāq, 93 ; BEO, XIII, n° 36 ; Ṭabbāḫ, II, 77 ; CIA, Alep, 227.
  • 137 A‘lāq, 95 ; BEO, XIII, n° 37 ; Sourdel, Topographie, AAS, II, 117.

152Le second couvent pour les soufis qui se retiraient du monde fut fondé en 553 aussi sous la citadelle. C’était la ḫānaqāh al-qaṣr qui devait son nom au fait qu’elle fut bâtie sur l’emplacement du palais du gouverneur fatimide ‘Azīz ad-Dawla Šugā’ ad-Dīn Fātiq136. Enfin Nūr ad-Dīn fonda la même année, intra-muros, un couvent pour les femmes, au souk des fabricants de flèches137.

  • 138 A‘lāq, 94 ; Trésors, III ; Sauvaget, Alep, 123, n. 404.
  • 139 A‘lāq, 94 ; Perles, 104 ; Trésors, 111 ; CIA, Alep, 227.
  • 140 CIA, Alep, 228.
  • 141 Mort en 565/1170.
  • 142 A‘lāq, 94 ; Trésors, 110 ; Perles, 101.
  • 143 A‘lāq, 94.
  • 144 A‘lāq, 96.
  • 145 Sauvaget, Alep, 123 sqq.

153Des émirs et des proches de Nūr ad-Dīn de leur côté fondèrent aussi des ḫānaqāh-s à Alep. En 544/1149 ‘Abd al-Malik Ibn al-Muqaddam fit construire un couvent au darb al-Ḥaṭṭābīn en face de la maison qu’il avait fondée138. Dix ans plus tard l’émir Sun-qurğa, affranchi de Nūr ad-Dīn, fondait une ḫānaqāh sous la citadelle au sud du Palais de Justice139. En 564/1168 l’émir Šaḏbaḫt dirige la construction de la ḫānaqāh Muğāhidīya à côté de la précédente140. A la même époque l’émir Mağd ad-Dīn Ibn ad-Dāya141 fonda un couvent à la place al-Furātī142. C’est encore sous le règne de Nūr ad-Dīn que l’émir Sa‘d ad-Dīn Kumuštakīn, affranchi de la fille de ‘Imād ad-Dīn Zengī bâtit une ḫānaqāh près de la demeure des Banū’l-‘Adīm143. Enfin un couvent fut fondé par l’émir Mağd ad-Dīn Ibn ad-Dāya pour les soufis extra-muros, au maqām Ibrāhīm144. A l’intérieur d’Alep les couvents se trouvent groupés « sous la citadelle » à proximité de leurs protecteurs qui assistaient volontiers aux exercices spirituels des soufis145.

  • 146 Dāris, II, 146-150, n° 164.
  • 147 A‘lāq, 191 ; Dāris, II, 151-161, n° 166 ; DD, VIII, 278-279 ; Ibn ‘Asā-kir, 158/269 la cite comme (...)
  • 148 Abū’l Qāsim as-Sumaysāṭī né en 373/983-4, mort en 453/1061.
  • 149 Abū’l-Fatḥ qui fut inspecteur des ḫānaqāh-s et des waqfs à Alep, Damas, Hama et Ḥimṣ, mourut en 57 (...)
  • 150 Ibn ‘Asākir, 89/164 ; A‘lāq, 192 ; Dāris, II, 164-166, n° 172 ; DD, VIII, 282-283.
  • 151 A‘lāq, 192 ; Dāris, II, 167-168, n° 174.

154A Damas, avant l’installation du pouvoir zenguide, il existait déjà dans cette cité un certain nombre de couvents, ḫānaqāh-s ou ribāṭ-s. Intra-muros dans le quartier de Bāb al-Barīd, au darb as-Silsila (rue de la Chaîne), existait dès 401/1016-17 une ḫānaqāh ad-Duwayra dont le supérieur était alors Abū’l-Farağ al-Muqrī146. Ce couvent reçut encore des soufis bien des années après la disparition de Nūr ad-Dīn. Au milieu du ve/xie siècle ‘Alī Muḥammad b. Yaḥyā b. Sulāmī as-Sumaysāṭī, géomètre et astronome célèbre, constitua sa maison waqf pour les soufis147. Cette demeure, où fut enterré le fondateur, se trouve au nord de la Grande Mosquée, au quartier an-Naṭṭāfīn148. Sous le règne de Nūr ad-Dīn Abù’l-Muẓaffār al-Falakī an-Nīšābūrī en fut le supérieur jusqu’à sa mort en 560/1165, puis en 563 le souverain en confia la direction à Abū’l-Fatḥ ‘Umar b. ‘Alī Ibn Ḥamawī al-Ğuwaynī149. Extra-muros, la princesse Ṣafwat al-Mulk avait fait bâtir au Šaraf supérieur, sur la rive gauche du Baradā, une ḫānaqāh à côté du tombeau de son fils Duqāq (Qubbaṭ at-Ṭawāwīs) mort en ramadan 497/juin 1104. Ce couvent fut connu sous le nom de ḫānaqāh aṭ-Ṭawāwīs150. Un autre couvent fut fondé avant 529 au Mīdān Vert sur la rive droite du Baradā par Šams al-Mulūk Ismā‘īl b. Būrī151.

  • 152 Ibn ‘Asākir, 91/168 ; A‘lāq, 192, BEO, XIII, 24, n° 49 ; Dāris, II, 164, n° 171.

155De l’époque de Nūr ad-Dīn nous avons à Damas quatre ḫānaqāh-s et deux ribāṭ-s, une seule ḫānaqāh, celle du Moulin, appelée aussi ribāṭ at-Ṭāhūn est attribuée à Nūr ad-Dīn152. La fondation de ce couvent, situé extra-muros au nord de Damas, est antérieure à l’année 563/1168 car à cette date le souverain en confia l’inspection au cheikh Abū’l-Fatḥ al-Ḥamawī dont nous avons parlé plus haut.

  • 153 A‘lāq, 193 ; Bidāya, XII, 272 ; Dāris, II, 174, n° 180 ; DD, VIII, 290-291.
  • 154 A‘lāq, 193 ; Dāris, 139-140, n° 158 ; DD, VIII, 269.
  • 155 A‘lāq, 192 ; Dāris, II, 144, n° 163 ; DD, VIII, 273-274.

156Les princes ayyoubides Nağm ad-Dīn Ayyūb et Asad ad-Dīn Šīrkūh fondèrent chacun une ḫānaqāh dans la ville. La ḫānaqāh an-Nağmīya, parfois citée comme madrasa, se trouvait au quartier de Bāb al-Barīd dans le darb al-Quṭayṭa ; elle fut fondée en 565/1169-70, date de départ de Nağm ad-Dīn pour le Caire153. La seconde, la ḫānaqāh al-Asadīya, se trouvait à l’intérieur de Bāb al-Gābiya dans la rue du Vizir appelée aussi rue des Hachimites154. Extra-muros, hors de Bāb an-Naṣr à l’ouest de la ville, au Šaraf méridional, sur la rive droite du Bānās la princesse Ismat ad-Dīn Ḫātūn, fille de Mu’īn ad-Dīn Anar et femme de Nūr ad-Dīn, fonda la ḫānaqāh al-ḫatūnīya155.

  • 156 Ibn ‘Asākir, 158/267.
  • 157 A‘lāq, 195 ; Dāris, II, 194, n° 191 ; DD, IX, 380.
  • 158 Soufi chaféite mort en 551/1154.
  • 159 Ibn ‘Asākir, 106 n. ; A‘lāq, 195 ; Dāris, II, 192, n° 186 ; Ṭalass, Mosquées, 130 ; BEO, VIII, n° (...)

157Ibn ‘Asākir signale l’existence à l’époque de Nūr ad-Dīn d’un ribāṭ de femmes au nord de la Grande Mosquée156. On doit un autre ribāṭ à l’émir Sayf ad-Dīn Ğārūḫ le Turcoman, un contemporain de Nūr ad-Dīn. Il fonda son couvent non loin de Bāb al-Ğābiya157. Un troisième ribāṭ, le ribāṭ d’Abū’l-Bayān, était situé à l’intérieur de Bāb Šarqī dans le quartier de la Pierre. Sa construction ne fut d’abord pas approuvé par Nūr ad-Dīn qui s’était opposé à ce que les disciples d’Abū’l-Bayān Muḥammad b. Maḥfūẓ158 bâtissent un couvent. Le souverain se laissa fléchir, il donna 10.000 dirhams pour sa construction avec cent charges de bois d’al-Ġaydah et lui constitua même un waqf à Ğibrīn159.

  • 160 Ibn Ṭulūn, Qalā’id, 168-169 ; Ibn Kannān, Murūğ, 4-11.
  • 161 « Les gens de la mosquée d’Abū Ṣāliḥ ».
  • 162 Dāris, II, 100, n° 151 ; DD, VI, 473-477 ; Sauvaget, MHD, n° 87, p. 84.

158Il convient de signaler l’existence hors de Damas, sur les pentes du Qāsiyūn, d’un couvent de ḥanbalites connu sous le nom de dayr ou dayr al-mubārak160. Ce couvent fut installé dans un bâtiment qu’Aḥmad b. Qudāma construisit en 556/1161 au quartier qui devait être appelé aṣ-Ṣāliḫīya161. En 607/1210-11 au milieu de ce dayr fut fondée la madrasa ‘Umarīya162.

  • 163 Ibn Šaddād, A‘lāq, mss Ğazīra, f° 45 r°.
  • 164 J. Sauvaget, REI, VII, 1933, 397.
  • 165 Voir chapitre de la Topographie, 60-61.
  • 166 Bidāya, XII, 272.

159En dehors de Damas et d’Alep un certain nombre de ḫānaqāh-s et de ribāṭ-s existaient dans les grandes villes de l’empire zenguide à l’époque de Nūr ad-Dīn. Trois ont été fondés par le souverain, l’une à Ḥarrān pour accueillir les soufis sans distinction d’origine, arabes et non arabes ; les deux autres à Sinğar, l’une intra-muros et l’autre dans les faubourgs163. Les autres ont pour fondateurs des personnages éminents ; à Ḥarrān un second couvent fut bâti par Ğamāl ad-Dīn Šaḏbaḫt, eunuque hindou, lieutenant de Nūr ad-Dīn164. A Sinğar une troisième ḫānaqāh fut fondée hors les murs par le vizir Ğamāl ad-Dīn al-Iṣfahānī165. A Raqqa la fondation d’un couvent est l’œuvre de ‘Imād ad-Dīn al-Iṣfahānī, vizir de Quṭb ad-Dīn Mawdūd, frère cadet de Nūr ad-Dīn. A Ba‘albakk, c’est Nağm ad-Dīn Ayyūb, le père de Saladin, qui fonda une grande ḫānaqāh166. Enfin nous ignorons qui sont les fondateurs des deux ḫānaqāh-s hors les murs de Ğazīrat Ibn ‘Umar.

  • 167 Diwahğī, dans Sumer, XIII, 104.

160Il existait à Mossoul, près du fleuve dans le voisinage du maqām ‘Īsā un ribāṭ construit par Sayf ad-Dīn Ġāzī, le frère aîné de Nūr ad-Dīn167. Enfin à Rās al-‘Ayn au milieu des jardins un ribāṭ, dont nous ignorons le fondateur, était occupé par des soufis et recevait aussi des étrangers de passage.

  • 168 A Alep, mausolée de Šayḫ Muḥassin. A noter l’innovation de l’eau courante dans les latrines. Voir (...)

161Le nombre croissant des couvents, ḫānaqāh-s et ribāṭ-s, témoigne de la faveur dont jouit de la part de Nūr ad-Dīn une force morale nouvelle en Syrie, le monachisme collectif. Ce monachisme dont l’origine doit être recherchée au-delà de l’Iran, sans doute en Inde, ne manqua pas de contribuer à la propagation de la Sunna dans les masses populaires. Pour les masses qui aimaient manifester aussi leur foi dans les lieux de pèlerinage Nūr ad-Dīn fit apporter des modifications et procéda à des aménagements de sites célèbres168.

D. LIEUX DE PÈLERINAGE, mašhad-s et maqām-s

162Une troisième catégorie de monuments fut l’objet de la sollicitude de Nūr ad-Dīn : celle des lieux de pèlerinage, mašhad-s et maqām-s, où se manifestait la piété populaire.

163Malgré l’intention formelle du Prophète, l’Islam adopta de bonne heure le culte des saints et la croyance aux miracles accomplis par leur intervention. Ce culte des ziyārāt était trop enraciné en Orient pour être éliminé, de nombreuses traditions locales remontant pour la plupart à la plus haute Antiquité expliquent l’origine des pèlerinages ; la plupart des santons musulmans sont des lieux païens transformés, des lieux auxquels se rattache le souvenir de quelque figure du Coran, d’un prophète ou d’un Compagnon du Prophète ou encore le tombeau d’un souverain ou d’un ascète. Chacun de ces personnages est vénéré à son mašhad qui sert de lieu de pèlerinage (mazār).

  • 169 Al-Harawī, Kitāb az-Ziyārāt, édité (1953) et traduit par J. Sourdel-Thomine sous le titre de Guide (...)
  • 170 CIA, Alep, 117, 132 sq.
  • 171 BEO, XIII, n° 51 ; CIA, Alep, 117, 119 ; Sourdel-Thomine, Guide, 4/6-7.
  • 172 En 435/1043 on découvrit une tête de Saint Jean à Ba‘albakk, elle fut transportée à Ḥimṣ et de là (...)
  • 173 CIA, Alep, 176.
  • 174 J. Sauvaget, La tombe de l’ortokide Balak, Ars Islamica, V, 1938, 207-215.

164Pour la description des lieux de pèlerinage fréquentés au vie/xiie siècle, nous renvoyons au Guide d’al-Harawī169. Ce personnage, mort en 611/1215, voyagea dans l’Orient musulman à l’époque de Nūr ad-Dīn et visita Jérusalem l’année même de la mort du souverain zenguide L’auteur, qui semble avoir été cryptochiite, a laissé une abondante énumération de multiples sanctuaires et lieux de pèlerinage Il évoque aussi dans son ouvrage les innombrables tombes de « gens de la Maison » et attire l’attention du pieux visiteur sur tous les sanctuaires dispensateurs de bénédiction. « L’Islam place au-delà de la mort la satisfaction durable de son instinct de justice, il sait qu’à la fin les opprimés et désavantagés d’ici-bas seront dûment rétribués », comme le notait Louis Massignon. Souhaitant une amélioration de sa situation dans ce monde le musulman pourra demander l’intercession des saints et le pieux souverain que fut Nūr ad-Dīn sera, après sa mort, un de ceux que les gens assoiffés de justice viendront prier à Damas. Le culte d’Ibrāhīm al-Ḫalīl eut au vie/xiie siècle une importance certaine. Son souvenir était, sous Nūr ad-Dīn, commémoré à Alep dans trois endroits ; à la citadelle et extra-muros. A la citadelle, le maqām Ibrāhīm supérieur situé au nord de l’enceinte remplaçait une ancienne chapelle ; nous ignorons son état à l’époque de Nūr ad-Dīn et savons qu’il fut reconstruit en 610/1213 après un violent incendie170. Le maqām Ibrāhīm inférieur est aussi une ancienne église transformée en sanctuaire musulman sous les Mirdāsides. La tradition y place l’autel sur lequel sacrifiait Ibrāhīm al-Ḫalīl171. On y conserva aussi jusqu’en 659/1261, date à laquelle il fut porté à la Grande Mosquée, un coffret renfermant un morceau de la tête de Yaḥyā b. Zakarīya172. Une inscription en naskhī, datée de 563/1168, commémore les travaux de restauration de Nūr ad-Dīn qui transforma ce sanctuaire en mosquée. Le souverain y plaça un grand miḥrāb en bois sculpté qui ne disparut que vers les années 1925, les soffites des fenêtres sont de la même époque ainsi qu’une citerne plombée. Le souverain zenguide qui venait souvent prier dans ce lieu lui constitua en waqf le village de Nawā’il. Le souvenir d’Ibrāhīm al-Ḫalīl était d’autre part vénéré sur le Ğabal Ğawšan au cimetière (ğabbāna) d’aṣ-Ṣāliḥīn. Ce maqām, « monument com-mémoratif élevé en un lieu où s’est arrêté Abraham », pour reprendre la définition de Max van Berchem173, était au viie/xiie siècle entouré de nombreuses sépultures. On y trouvait notamment des tombes à caisson dont le prototype doit être recherché en Haute Mésopotamie174.

  • 175 J. Sauvaget, Alep, 125 ; Perles, 88 ; Syria, IX, 224 ; CIA, Alep, 236. Pour les étapes de la tête (...)

165Le remaniement du grand mašhad du Šayḫ Muḥassin sur le Ğabal Ğawšan, à l’ouest d’Alep, marqua avec éclat le triomphe de la Sunna dans l’opinion populaire ou du moins son succès « officiel ». Dès la mort de Nūr ad-Dīn la communauté chiite d’Alep devait réagir en fondant par souscription publique un nouveau mašhad dédié à Ḥusayn quelque cinq cents mètres plus loin. Ce sanctuaire apocryphe dont la construction avait été approuvée par aṣ-Ṣālih Ismā‘īl était une manifestation de protestation et de défi sur un site attaché à la tradition chiite175.

  • 176 CIA, Alep, 193, 198 et planche LXXX ; BEO, XIII, n° 1, 7 ; Sourdel-Thomine, Guide, 4/7 et n. 6.

166Le mausolée construit par Sayf ad-Dawla sur la tombe d’al-Muḥassin b. al-Ḥusayn est souvent connu sous le nom de Mašhad ad-Dikka, le sanctuaire de l’Estrade. Après de multiples remaniements la construction ḥamdānide disparut et l’aspect d’ensemble du monument reste encore de nos jours celui des vie-viie/xiie-xiiie siècles. Āq-Sunqur y avait effectué des travaux, puis Zengī entreprit la reconstruction de l’édifice qui fut achevé à l’avènement de Nūr ad-Dīn. Il devait plus tard subir de nouveaux remaniements176.

  • 177 GLP, 4/6 ; Perles, 78 ; CIA, Alep, 271.

167Il existait enfin dans la ville d’Alep à l’intérieur de Bāb al-’Irāq un masğid Ġawṯ, mašhad ‘Alī car on y trouvait une pierre avec une inscription que l’on attribuait à la main de ‘Alī177. D’après Ibn Šaddād cette pierre aurait été trouvée par Zengī à Ṣiffīn et transportée à Alep en 536/1142 où l’atabeg aurait fait bâtir le sanctuaire.

  • 178 Voir Harawī, GLP.
  • 179 BEO, XIII, n° 78 ; Fiey, Mossoul Chrétienne, 31
  • 180 BEO, XIII, n° 73 ; J. Sourdel-Thomine, BEO, XIV, 82.

168Tant à Alep qu’à Damas et dans le reste de l’empire zenguide les lieux de pèlerinage et les tombeaux vénérés étaient nombreux du temps de Nūr ad-Dīn178 et nous ne citerons pour finir que deux mašhad-s datant de cette époque. Celui qui se trouve à Mossoul sur la rive droite du Tigre, vraisemblablement sur l’emplacement de l’ancienne église Mār Yuḥanna (Saint Jean) est appelé le mašhad de l’imām Yaḥyā Abū’l-Qāsim179. C’est un édifice rectangulaire précédé d’un petit portique et surmonté d’un haut tambour avec un toit en pyramide octogonale, type de mausolée qui sera plus tard très répandu en Anatolie. Le mašhad que Nūr ad-Dīn fit construire en 565/1169-70 à Dārayyā au sud-ouest de Damas, sur le tombeau d’Abū Sulaymān ad-Dāranī, un saint personnage, est encore visité de nos jours par les pèlerins180.

  • 181 Tombeau samanide à Buḫārā.
  • 182 Herzfeld, Ars Islamica, IX, 1-53.
  • 183 M. van Berchem, art. Architecture, EI, I, 430.

169Le mašhad est bâti presque toujours sur le tombeau d’un saint, il affecte alors le plan du mausolée et apparaît comme une variété de la turba. Les dimensions de cet édifice de plan carré, parfois précédé d’un portique et recouvert d’une coupole sont très variables. Le mausolée cubique recouvert d’une coupole se retrouve dès le ive/xe siècle en Asie Centrale181 ; il se répandit en Syrie au vie/ xiie siècle avec des coupoles à côtes ou des coupoles à alvéoles qui trahissent une nette influence mésopotamienne182. La zone de raccord entre le carré et le cercle, le tambour, se construit au temps de Nūr ad-Dīn en briques appareillées ou posées en encorbellement, les poutraisons sont masquées par un stucage qui prendra la forme de trompe, de cul de four puis de pendentifs de pierre à stalag-tites183. Les matériaux, les proportions, le profil de la zone, du tambour et de la coupole, reflets du talent des architectes, se modifieront d’âge en âge, en même temps que le décor.

E. LES MOSQUÉES

  • 184 Ibn ‘Asākir, 54-55/82-83.

170« A celui qui bâtit une mosquée Dieu lui bâtit une maison au Paradis »184. Ce ḥadīṯ souligne le caractère d’oeuvre pie qui représente la construction d’une mosquée. Le nombre de mosquées existant à l’avènement de Nūr ad-Dīn ou construites sous son règne dans son empire est fort grand, à Damas seulement il y en avait 241 intra-muros et 148 extra-muros selon le décompte d’Ibn ‘Asākir. Un recensement des mosquées existant en Syrie au vie/xiie siècle dépasserait le cadre de notre étude, aussi nous nous bornerons à énumérer les mosquées dont la construction ou la restauration ont été l’œuvre de Nūr ad-Dīn.

  • 185 BEO, XIII, n° 25 ; Herzfeld, Ars Isl., X, 42.
  • 186 BEO, XIII, 32, n° 42 ; Herzfeld, Ars Isl., X, 4 à 45.
  • 187 BEO, XIII, n° 27.
  • 188 Voir plus haut les madrasas.
  • 189 Cahen, Djazīra, REI, 1934, 111 ; Rice, Medieval Harran, Anatolian Studies, II, 41.
  • 190 Herzfeld, Ars Islamica, IX, 48 ; X, 36-39.
  • 191 BEO, XIII, n° 17.

171Après le tremblement de terre de 552/1157 le souverain zenguide eut à réparer un certain nombre de mosquées éprouvées par le séisme. A Hama il dut restaurer la petite mosquée al-Ḥasanayn située au sud de la citadelle185 et la mosquée Nūrī sur la rive gauche de l’Oronte186. Il remit en état la mosquée de Ba’al-bakk187, enfin il effectua des travaux à la Grande Mosquée de Ḥimṣ dont le miḥrāb conserve encore quelques vestiges de mosaïques qui pourraient remonter à l’époque zenguide. A Ḥarrān, ville à majorité hanbalite188, Nūr ad-Dīn fit exécuter d’importants travaux au Masgğid Ibrāhīm. La mosquée primitive avait pris la place d’un temple (haykal) sabéen, il la fit rebâtir et agrandir mais lui conserva son minaret carré de type syrien189. A Ma‘arrat an-Nu‘mān le souverain effectua des travaux à la Grande Mosquée ; d’après Herzfeld190, le minaret carré, dont le décor rappelle beaucoup celui du grand minaret d’Alep, daterait de Nūr ad-Dīn tandis que Creswell en fixe la construction à près d’un demi-siècle plus tard191.

  • 192 BEO, XIII, n° 47.
  • 193 Ibn Ḫallikān, III, 339 ; CIA, I, 862 ; Herzfeld, Ars Islamica, X, 40.

172Après avoir pris la ville de Raqqa, en 554/1159, Nūr ad-Dīn en restaura la Grande Mosquée en 561/1166. De ce vaste édifice en briques il subsiste la façade nord de la salle de prière de 95 m. de long ainsi que le minaret haut de 25 m. à fût cylindrique sans décor et reposant sur une base cubique192. Ce type de minaret se retrouve en amont de Raqqa à Qal‘at Ğa‘bar, Ṣiffīn et Bālis, il semble être caractéristique de la vallée de l’Euphrate. A ar-Ruhā’ (Édesse) Nūr ad-Dīn fit construire la mosquée an-Nūrī après avoir repris la ville à son frère cadet Nuṣrat ad-Dīn après 554/1159193.

  • 194 « Le bossu », BEO, XIII, n° 75.
  • 195 BEO, XIII, n° 76.

173Pendant les deux années où il fut maître absolu de Mossoul, de 566 à 568 Nūr ad-Dīn fit achever sous la direction du cheikh Ṣalāḥ ad-Dīn al-‘Ābid ‘Umar Mulla la construction de la Grande Mosquée commencée par son frère Sayf ad-Dīn Ġāzī. L’édifice couvre une surface de 90 m. sur 65 m., il se trouve au centre de la ville et se signale de loin par un haut minaret en briques, légèrement tronconique et fortement courbé, ce qui lui vaut le surnom d’al-Ḥadbā’194. Sept registres de décor différents ornent le fût qui ressemble beaucoup au Minār Kalyān de Buḫārā construit en 542/1147-48. Le minaret rond de la citadelle paraît, avec ses six registres de décor, remonter à l’époque de Nūr ad-Dīn195.

  • 196 BEO, XIII, 30, n° 94 ; Ṭalass, Mosquées, 124 ; Ibn ‘Asākir, n° 16, 90/167.
  • 197 BEO, XIII, 92 à corriger par Ibn ‘Asākir, n° 5, 81/146.
  • 198 Ṭalass, Mosquées, 125 ; Rawḍatayn, 53 ; Ibn ‘Asākir, n° 18, 90/167.
  • 199 BEO, XIII, n° 97 ; Ibn ‘Asākir, n° 15, 90/166.
  • 200 BEO, XIII, n° 72.

174Cinq mosquées furent fondées par Nūr ad-Dīn extra-muros. L’une au sud du Mīdān sur la route du Pèlerinage196 était une petite mosquée située à l’ouest de la Grande Mosquée bâtie par Šīrkûh. Une autre fut construite dans la Ġūṭa à l’est de Damas, au lieu dit Mā’idat al-Ḥağar sur la route des Boccages (ṭarīq al-Ġiyāḍ) près de Ğisrīn197. A l’ouest de Damas Nūr ad-Dīn fit construire une mosquée à la Qubbat Mahdūdīya198, et remit en état la mosquée des Daylamites dans le village situé entre Nayrab le Haut et le célèbre lieu de pèlerinage de Rabwa199. Enfin au sud-ouest de la Ġūṭa, à Dārayyā, Nūr ad-Dīn fit relever, en 563, vingt ans après qu’elle ait été incendiée, la Grande Mosquée qui se trouvait au centre de ce gros village200.

  • 201 BEO, XIII, n° 56 ; Ṭabbāḫ, II, 78-82 ; CIA, Alep, 143 sq.

175A Alep, après l’incendie provoquée par les Ismā‘īliens le 27 šawwāl 564/24 juillet 1169, la Grande Mosquée fort éprouvée subit de nouveaux dégâts au moment du tremblement de terre de 565. Nūr ad-Dīn fit procéder à la restauration de l’édifice. Pour rendre la mosquée rectiligne il fit déplacer le souk aux marchands d’étoffe. Il fallut tailler de nouvelles colonnes de marbre pour la salle de prière où Nūr ad-Dīn plaça un miḥrāb et un minbar en bois sculpté. Ces deux œuvres d’art devaient disparaître lors de l’incendie de 679/1260. Au cours des siècles l’édifice subit de nombreux remaniements et il ne reste des travaux du souverain zenguide que le mur nord de la partie de la salle de prière qui touche à la cour201.

  • 202 BEO, XIII, 29, n° 89 ; Ibn ‘Asākir, n° 160,69/119 ; Ṭalass, Mosquées, 82.
  • 203 BEO, XIII, n° 90 ; Ṭalass, Mosquées, 71.
  • 204 BEO, XIII, 29, n° 91 ; Ṭalass, Mosquées, 70 ; Ibn ‘Asākir, n° 82, 62/102.
  • 205 BEO, XIII, n° 93 ; Ibn ‘Asākir, n° 203, 74/130.

176Nūr ad-Dīn fit construire et restaurer un certain nombre de mosquées à Damas et dans les environs. Quatre mosquées furent bâties par lui à l’intérieur de la ville : la mosquée d’al-Ğīnīq, au nord-est de la Grande Mosquée sur l’emplacement d’une ancienne église, la construction fut dirigée par Abū’l-Yumn al-Ma‘arrī ; Nūr ad-Dīn fit aussi aménager à sa porte un nouveau réservoir d’eau202. Il y eut deux mosquées construites à l’étage : une près de la Synagogue, elle fut dotée d’un waqf par le souverain203 et l’autre, bâtie sur des colonnes au souk des marchands de bois, c’était la mosquée du Kiosque qui remplaça une ancienne maison204. Une petite mosquée, sans doute destinée aux grainetiers et aux clients du sūq al-Buzūrīyīn, fut fondée par Nūr ad-Dīn à côté de son bain205.

  • 206 BEO, XIII, n° 95 ; Ṭalass, Mosquées, 80 ; Ibn ‘Asākir, n° 147, 68/116.

177Si le souverain restaura une mosquée au marché au Filé (sūq al-Ġazl)206, au nord du quartier Furnaq, connue sous le nom de mosquée des Chaféites, c’est surtout à la Grande Mosquée des Omeyyades qu’il effectua d’importants travaux. Il répara le toit de la nef centrale (naṣr), fit poser une couverture de plomb sur la terrasse du portique nord, et transforma en chapelles funéraires deux salles de magasins dans la partie ouest de la mosquée ; ces salles ont retrouvé un usage profane ; de nos jours, elles servent de vestibule d’entrée pour les visiteurs non musulmans et de salle de vente de mosaïques imitées de celles des Omeyyades.

  • 207 BEO, XIII, 22, n° 39 ; BEO, XIV, 159, n° VI.
  • 208 Sauvaget, MHD, 28-29 ; L.A. Mayer, Astrolabists, 62.
  • 209 Ibn ‘Asākir, 47/70-71.
  • 210 Issa bey, Bimaristans…, 195 ; L.A. Mayer, Woodcarvers, 53.

178Après l’incendie de 554 Nūr ad-Dīn procéda à des restaurations dans l’angle nord-est de la cour et commémora ses travaux par une inscription en mosaïque sur le riwāq oriental207. Le souverain fit placer dans l’entrée de Bāb Ğayrūn une horloge, œuvre de Muḥammad b. ‘Alī b. Rustum al-Ḫurāsānī as-Sā‘ātī208. Bāb Ğayrūn prend alors le nom de Bāb as-Sā‘āt (Porte de l’Horloge) que portait jusqu’alors une porte ouverte dans le mur sud de la Grande Mosquée (Bāb az-Ziyāda) et où fonctionnait un savant mécanisme d’horlogerie (binkam)209. La nouvelle horloge eut à souffrir de l’incendie de 562/1166-67 et fut remise en état en 564/ 1168, l’entretien de la mécanique fut confié au célèbre Mu’ayyad ad-Dīn Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm al-Ḥāriṯī al-Muhandis210.

  • 211 Sauvaget, Alep, 113.

179Tous les monuments dont nous venons de faire l’inventaire sont encore aujourd’hui les témoins de la piété de Nūr ad-Dīn et de son entourage. Ils soulignent de façon concrète leur désir de restaurer la Sunna et de redonner à la Guerre Sainte toute sa valeur canonique. Les grandes innovations de ce règne furent la multiplication des madrasas et des ḫānaqāh-s ainsi que la création du dār al-ḥadīṯ. Ces établissements contribuèrent avec efficacité à la diffusion de la Sunna et au réveil de l’esprit de ğihād : ils vivifièrent la foi et provoquèrent un renouveau des études doctrinales sunnites, car l’étude des sciences juridiques et la mystique allèrent de pair211. Les madrasas préparèrent des missionnaires et des sermonnaires qui agirent sur la masse populaire et formèrent des fonctionnaires cultivés et dévoués à l’État.

Notes

1 J. Sauvaget, Citadelle de Damas, Syria, XI, 1930, 61.

2 BEO, XIII, n° 41.

3 BEO, XIII, n° 52.

4 J. Sauvaget, L’enceinte primitive de la ville d’Alep, Mélanges des Arabisants, 1929, fig. 1, p. 136.

5 BEO, XIII, n° 32, 11 ; Ibn Šaddād, Alep, 16-17 ; dans CIA, Alep, 20, Herzfeld penche pour la date de 565 donnée par Ibn al-‘Adīm.

6 Qui, au xiiie siècle, s’appelle Bāb an-Naṣr.

7 Une autre porte de ce nom sera ouverte par l’Ayyoubide Ġāzī dans la muraille qu’il construira, Perles, 23.

8 Voir Elisséeff, La Description de Damas d’Ibn ‘Asākir, chap. xvi, 297.

9 BEO, XIII, n° 43.

10 BEO, XIII, n° 24.

11 BEO, XIII, n° 45.

12 Le problème de l’apparition de l’entrée coudée dans les fortifications a été soulevé par K.A.C. Creswell (Fortifications in Islam before A.D. 1250 dans Proceedings of the British Academy, XXXVIII, 1962). Pour l’archéologue britannique il faut chercher l’origine en Asie Centrale et non pas dans l’Afrique du Nord byzantine, comme le proposent Diehl, Monneret et Deschamps (P. Deschamps, Les entrées des châteaux des Croisés en Syrie et leurs défenses, Syria, XIII, 1932, 369 sqq.).

13 BEO, XIII, n° 11.

14 BEO, XIII, n° 12.

15 BEO, XIII, n° 80.

16 BEO, XIII, n° 82 et 82 bis.

17 BEO, XIII, n° 62.

18 J. Sauvaget, L’enceinte primitive de la ville d’Alep, Mélanges des Arabisants, IFD, 1929, 133-159.

19 BEO, XIII, n° 16 ; van Berchem et Fatio, Voyages, 176.

20 BEO, XIII, n° 66.

21 Perles, 38-50 ; Ploix de Rotrou, La citadelle d’Alep et ses alentours, Alep, 1931 ; CIA, Alep, I, chap. ii, 77 sqq.

22 BEO, XIII, n° 2.

23 BEO, XIII, n° 52.

24 BEO, XIII, n° 50 ; CIA, Alep, I, 132 sq.

25 Cette tête fut, sous les Ayyoubides, transportée à la Grande Mosquée. Il existe un reliquaire semblable à Damas.

26 CIA, Alep, I, 121 sqq. ; CIA, Alep, Pl. XLVI et XLVII.

27 Perles, 74 ; CIA, Alep, I, 119.

28 J. Sauvaget, La citadelle de Damas, Syria, XI, 1930, 1er article, 59-90 ; 2e article, 216-241.

29 J. Sauvaget, La citadelle de Damas, loc. cit., p. 60.

30 BEO, XIII, n° 83, 27.

31 BEO, XIII, n° 85, 28.

32 BEO, XIII, n° 86.

33 BEO, XIII, n° 3.

34 Voir plus haut 148-149.

35 BEO, XIII, n° 64 et 64 bis.

36 BEO, XIII, n° 30.

37 BEO, XIII, n° 26.

38 BEO, XIII, n° 31. Une fois restaurée la place fut confiée à Mağd ad-Dīn Ibn ad-Dāya et resta aux mains de cette famille jusqu’en 1233.

39 BEO, XIII, n° 28.

40 Van Berchem et Fatio, Voyage, 229 sq.

41 Cf. J. Sourdel-Thomine, Kitāb at-Taḏkirat al-harawīya fi’l-ḥiyal al-ḥarbīya, BEO, XVII, 228.

42 J. Sourdel-Thomine, op. cit., BEO, XVII, 228.

43 Très visible de nos jours au château de Ṣāhyūn.

44 Sur les armées mameloukes, voir les travaux de D. Ayalon, notamment : Studies on the Structure of the Mamluk Army, BSOAS, XV, 1953 et XVI, 1954.

45 Voir art. Dīwān dans EI2, II, 332-339.

46 Ibn al-‘Adīm, RHOC, III, 518.

47 Ibn al-Aṯīr, Atabegs, 249.

48 Maqrizī, Ḫiṭaṭ, I, 86 ; Gibb, Armies, 308, faute d’impression donne 174.

49 L. Bréhier, L’Eglise et l’Orient au Moyen Age, Les Croisades, Paris, 1928.

50 F. Lot, L’art militaire au Moyen Age, I, 143.

51 Grousset, II, 227.

52 Grousset, II, 290.

53 Sur l’origine voir Cl. Cahen, L’évolution de l’iqṭā‘ du ixe au xiiie siècle, Annales ESC, VIII, 1953, 23-52.

54 Cl. Cahen, Syrie du Nord, 198.

55 Cl. Cahen, Correspondance d’Ibn al-Aṯīr, BSOS, XIV, 1952, 38.

56 Smail, 65.

57 L. Brehier, L’Eglise et l’Orient au Moyen Age, Les Croisades, 94.

58 Atabegs, 308.

59 Abū Šāma, I, 154/I, 221 ; voir Silvestre de Sacy, Le système de la propriété foncière en Egypte, Mémoires AIBL, Paris, 1818.

60 Sous les Mamelouks l’iqṭā‘ est une dotation foncière administrée par le diwān al-ğayš. Voir F. Lot, Art militaire, I, 209, n. 1.

61 Cahen, Correspondance d’Ibn al-Aṯir, BSOS, XIV, 1952, 38.

62 Maqrizī, Ḫiṭaṭ, I, 86 ; Quatremère, Mamelouks, I, i, 253 ; Gibb, Armies, 309, n. 3 ; Ayalon, Studies, BSOAS, XV, 464.

63 Kāmil, IX, 304.

64 J. David-Weill, art. ‘Alam, EI2, I, 359.

65 Maqrizī, Sulūk, I, 71.

66 Gibb, Armies, 283.

67 P. Deschamps, Combats de cavalerie et épisodes des Croisades dans les peintures murales du xiie et du xiiie siècles, Orientalia Christiana Periodica, XIII, 1947, 454-474 ; La légende de Saint Georges et les combats des Croisés dans les peintures murales du Moyen Age, Monuments Piot, 1950, XLIV, 109-123, en particulier 121-123.

68 Traduit en français sous le titre La parure des cavaliers et l’insigne des preux par Louis Mercier, Paris, 1924, 502 p., 34 ill. Voir F. Vire art. Faras, EI2, II, 803-806. Sur la Furūsīya, voir art. G. Douillet, EI2, II, 974-976.

69 Il survécut jusqu’en 1946 comme hippodrome. Il est occupé actuellement par un stade et les bâtiments permanents de la Foire Internationale annuelle.

70 L’emplacement est occupé de nos jours par une gare de triage.

71 BEO, XIII, n° 34.

72 BEO, XIII, n° 35, ajouter Herzfeld, CIA, Alep, 77.

73 K. Rawḍatayn, 151, en rağab 563/avril-mai 1168.

74 V.J. Parry, art. Djerid, EI2, II, 545.

75 Mercier, La parure des cavaliers, 392-3.

76 Se dit « polo » en tibétain. Sur l’origine de ce jeu, voir K. A. Inostrantseff, Sasanidskie Etudy (en russe) Saint-Petersbourg, 1909, 72-81 et B. Laufer, The Early History of Polo, a Study of the Origins of the Great Game, madefrom Ancient Documents dans Polo, The Magazine for Horsemen, vol. VII, n° 5, 1932, New York.

77 H. Massé, art. Čawgān EI2, II, 16-17.

78 Maurice Mercier, Le feu grégeois, vi + 164 p., XV Pl., in-8°, Paris-Avignon, 1952 (particulièrement chap. II, 41 et chap. III, 69) ; J.R. Partington, A history of Greek fire and gun powder, 382 pp., in-4°, Cambridge-Heffer, 1960 ; F. Lot, L’art militaire, I, 62 ; Cl. Cahen, Un traité d’armurerie composé pour Saladin, BEO, XII, 1947-1948, in-4°, voir pp. 145-148 (t. à p. 43-46) ; J. Sourdel-Thomine, Les conseils du Šayḫ al-Harawī, BEO, XVII, 1961-1962, p. 228 sqq.

79 Cl. Cahen, Traité…, BEO, XII, 1947-48.

80 B. Gille, Les développements technologiques en Europe de 1100 à 1400, CHM, III, 1956, 73.

81 Ibn al-Qalānisī, 180 ; LT, Damas, 114.

82 Maqrīzī, I, 338 sq.

83 Cl. Cahen, Traité…, BEO, XII, 147.

84 Cl. Cahen, art. ‘Aṭā’, EI2, I, 751-752.

85 B. Lewis, art. Daftar, EI2, II, 78-83.

86 Lokkegaard, art. Ghanīma, EI2, II, 1028-1030 ; H. Laoust, Traité de droit public d’Ibn Taimīya, 27 sq. ; H. Laoust, Précis de droit d’Ibn Qudāma, 274 sq.

87 Atabegs, 222 ; Précis d’Ibn Qudāma, 275.

88 Atabegs, 209.

89 Kāmil, VII, 50.

90 Gibb, Armies, 319.

91 Ibn Aṯīr (Tornberg), V, 428 ; Kāmil, HOC, I, 297 ; HOC, III, 517.

92 Cahen, Traité…, BEO, XII, 144-145.

93 Smail, 67

94 J. Sourdel-Thomine, BEO, XVII, 232.

95 Dans le Sirāğ al-Mulūk. Cf. G AL, I, 459, S, I, 829 ; Cl. Cahen, Traité, 148, 160 ; R. Levy, Social Structure, 428.

96 Elle fut utilisée à Hastings en 1066. Cf. Ch. Oman, History of the Art of War in the Middle Ages, vol. I, second edit., 161.

97 Kāmil, RHOC, 548-9 ; Guillaume de Tyr, 925 ; Smail, 131 sq. ; 183-4 ; F. Lot, Art militaire, 144.

98 Cahen, Traité, 143.

99 Ibn al-Qalānisī, 171 ; LT, Damas, 100.

100 Ibn al-Qalānisī, 307 ; LT, Damas, 309.

101 Cahen, Traité, BEO, XII, 143 : R. Levy, Social Structure of Islam, 438 sq.

102 Cahen, art. ‘Arrada, EI2, I, 679.

103 Cahen, Traité, BEO, XII, 141-143.

104 Cahen, art. ‘Arrāda, EI2, I, 679. Pour Gibb ce serait une « catapulte ».

105 Saḏarat aḏ-ḏahab, IV, 191-197 ; Bidāya, XII, 210-241 ; H. Laoust, Les schismes dans l’Islam, Paris, Payot, 1965, 198-199.

106 CIA, Egypte, I, 254.

107 Sourdel, art. Bayt al-Ḥikma, EI2, I, 1175.

108 O. Pinto, Le biblioteche degli Arabi nell’eta degli Abbasidi. Trad. anglaise par Krenkow, Islamic Culture, III, 1929, 210-243 ; D. Sourdel, Dār al-Ḥikma, EI2, II, 130 ; Yousof Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques en Mésopotamie, en Syrie et en Egypte au Moyen Age, thèse dactylographiée, p. 93 (sous presse collection IFD).

109 CIA, I, 256.

110 Bidāya, XII, 263.

111 L. Massignon, Les medreseh de Bagdad, BIFAO, VII, 1909,77-86.

112 Les quatre autres sont : le Sunān d’Abū Dāwād, celui de Nasā’ī, celui d’Ibn Mağa et le Ğāmi‘ de Tirmiḏī.

113 D. Sourdel, Les professeurs de madrasas à Alep aux xiie-xiiie siècles, BEO, XIII, 93.

114 Pour le problème des professeurs, voir D. Sourdel, op. cit., BEO, XIII, 85-115.

115 Voir les annexes concernant les madrasas.

116 Van Berchem, art. Architecture, EI, I, 429 ; K.A.C. Creswell, The origin of the Cruciform Plan of Cairene madrasas, BIFAO, XXI, 1-54 ; Herzfeld, Damascus Studies in Architecture, Ars Isl., IX, 1-53 ; X, 13-70 ; XI-XII, 1-71.

117 J. Sauvaget, MAD, I, 35.

118 Sur les maisons, voir : W.W., II, pp. 17-25 ; R. Thoumin, La maison syrienne, PIFD, pp. 28-29, pl. XXII, XXIII.

119 Voir plan joint de la Rayḥānīya. Le problème du plan cruciforme exposé jadis par Creswell serait à reprendre avec les nouvelles données archéologiques.

120 Tombeau du prince samanide à Buḫārā.

121 HOC, I, 764, n. 1 ; M. van Berchem, CIA, Egypte, I, 99 ; F. Sezgin, EI2, II, 128-129.

122 BEO, XIII, n° 59 ; Ibn Šaddād, A‘lāq (édit. Sourdel), 122 ; Ibn al-Aṯīr, Atabegs, 313.

123 Dāris, I, 99-103, n° 21 ; BEO, XIII, n° 74.

124 Herzfeld, Ars Islamica, IX, 49 ; voir Madrasa Rayḥānīya (MAD), même cour carrée de sept mètres de côté.

125 Bidāya, XII, 281.

126 L. Massignon, art. Taṣawwuf, EI, IV, 715-719.

127 Margoliouth, art. Kādirīya, EI, II, 647-651.

128 Braune, art. Abd al-Kādir al-Djīlānī, EI2, 1,70-72 ; Laoust, Schismes, 212.

129 G. Marçais, art. Ribāṭ, EI, III, 1230.

130 Les deux termes sont employés pour désigner à Damas le couvent des Paons, celui du moulin et la maison de Sumaysāṭī.

131 M. van Berchem, EI, I, 430 ; Trésors, 106.

132 Actuel souk au Savon.

133 I.F., I, 90 r ; A‘lāq, 93 ; BEO, XIII, n° 71 ; A.R. Miri, al-Ğāmī‘a al-islāmīya, part V, 1952, n° 409, 411-412.

134 CIA, Alep, 303.

135 A‘lāq, 93 ; BEO, XIII, n° 6 ; R. Ṭabbāḫ, n, 77.

136 A‘lāq, 93 ; BEO, XIII, n° 36 ; Ṭabbāḫ, II, 77 ; CIA, Alep, 227.

137 A‘lāq, 95 ; BEO, XIII, n° 37 ; Sourdel, Topographie, AAS, II, 117.

138 A‘lāq, 94 ; Trésors, III ; Sauvaget, Alep, 123, n. 404.

139 A‘lāq, 94 ; Perles, 104 ; Trésors, 111 ; CIA, Alep, 227.

140 CIA, Alep, 228.

141 Mort en 565/1170.

142 A‘lāq, 94 ; Trésors, 110 ; Perles, 101.

143 A‘lāq, 94.

144 A‘lāq, 96.

145 Sauvaget, Alep, 123 sqq.

146 Dāris, II, 146-150, n° 164.

147 A‘lāq, 191 ; Dāris, II, 151-161, n° 166 ; DD, VIII, 278-279 ; Ibn ‘Asā-kir, 158/269 la cite comme maison.

148 Abū’l Qāsim as-Sumaysāṭī né en 373/983-4, mort en 453/1061.

149 Abū’l-Fatḥ qui fut inspecteur des ḫānaqāh-s et des waqfs à Alep, Damas, Hama et Ḥimṣ, mourut en 577/1181-82.

150 Ibn ‘Asākir, 89/164 ; A‘lāq, 192 ; Dāris, II, 164-166, n° 172 ; DD, VIII, 282-283.

151 A‘lāq, 192 ; Dāris, II, 167-168, n° 174.

152 Ibn ‘Asākir, 91/168 ; A‘lāq, 192, BEO, XIII, 24, n° 49 ; Dāris, II, 164, n° 171.

153 A‘lāq, 193 ; Bidāya, XII, 272 ; Dāris, II, 174, n° 180 ; DD, VIII, 290-291.

154 A‘lāq, 193 ; Dāris, 139-140, n° 158 ; DD, VIII, 269.

155 A‘lāq, 192 ; Dāris, II, 144, n° 163 ; DD, VIII, 273-274.

156 Ibn ‘Asākir, 158/267.

157 A‘lāq, 195 ; Dāris, II, 194, n° 191 ; DD, IX, 380.

158 Soufi chaféite mort en 551/1154.

159 Ibn ‘Asākir, 106 n. ; A‘lāq, 195 ; Dāris, II, 192, n° 186 ; Ṭalass, Mosquées, 130 ; BEO, VIII, n° 40.

160 Ibn Ṭulūn, Qalā’id, 168-169 ; Ibn Kannān, Murūğ, 4-11.

161 « Les gens de la mosquée d’Abū Ṣāliḥ ».

162 Dāris, II, 100, n° 151 ; DD, VI, 473-477 ; Sauvaget, MHD, n° 87, p. 84.

163 Ibn Šaddād, A‘lāq, mss Ğazīra, f° 45 r°.

164 J. Sauvaget, REI, VII, 1933, 397.

165 Voir chapitre de la Topographie, 60-61.

166 Bidāya, XII, 272.

167 Diwahğī, dans Sumer, XIII, 104.

168 A Alep, mausolée de Šayḫ Muḥassin. A noter l’innovation de l’eau courante dans les latrines. Voir plus loin p. 773 et n. 3.

169 Al-Harawī, Kitāb az-Ziyārāt, édité (1953) et traduit par J. Sourdel-Thomine sous le titre de Guide des Lieux de Pèlerinage (1957) ; voir aussi J. Sourdel-Thomine, Les anciens lieux de pèlerinage damascains, BEO, XIV (1952-1954), 65-85 et Ibn Šaddād, A‘lāq, ch. IX, 42-59 (édit. D. Sourdel).

170 CIA, Alep, 117, 132 sq.

171 BEO, XIII, n° 51 ; CIA, Alep, 117, 119 ; Sourdel-Thomine, Guide, 4/6-7.

172 En 435/1043 on découvrit une tête de Saint Jean à Ba‘albakk, elle fut transportée à Ḥimṣ et de là à Alep. En 452 de notre ère une tête avait été trouvée à Ḥimṣ et transportée à Damas entre 570 et 720 (J. Sauvaget, Alep, 118).

173 CIA, Alep, 176.

174 J. Sauvaget, La tombe de l’ortokide Balak, Ars Islamica, V, 1938, 207-215.

175 J. Sauvaget, Alep, 125 ; Perles, 88 ; Syria, IX, 224 ; CIA, Alep, 236. Pour les étapes de la tête de Ḥusayn, voir Wiet, Notes d’épigraphie syro-mésopo-tamienne, Syria, V, 225.

176 CIA, Alep, 193, 198 et planche LXXX ; BEO, XIII, n° 1, 7 ; Sourdel-Thomine, Guide, 4/7 et n. 6.

177 GLP, 4/6 ; Perles, 78 ; CIA, Alep, 271.

178 Voir Harawī, GLP.

179 BEO, XIII, n° 78 ; Fiey, Mossoul Chrétienne, 31

180 BEO, XIII, n° 73 ; J. Sourdel-Thomine, BEO, XIV, 82.

181 Tombeau samanide à Buḫārā.

182 Herzfeld, Ars Islamica, IX, 1-53.

183 M. van Berchem, art. Architecture, EI, I, 430.

184 Ibn ‘Asākir, 54-55/82-83.

185 BEO, XIII, n° 25 ; Herzfeld, Ars Isl., X, 42.

186 BEO, XIII, 32, n° 42 ; Herzfeld, Ars Isl., X, 4 à 45.

187 BEO, XIII, n° 27.

188 Voir plus haut les madrasas.

189 Cahen, Djazīra, REI, 1934, 111 ; Rice, Medieval Harran, Anatolian Studies, II, 41.

190 Herzfeld, Ars Islamica, IX, 48 ; X, 36-39.

191 BEO, XIII, n° 17.

192 BEO, XIII, n° 47.

193 Ibn Ḫallikān, III, 339 ; CIA, I, 862 ; Herzfeld, Ars Islamica, X, 40.

194 « Le bossu », BEO, XIII, n° 75.

195 BEO, XIII, n° 76.

196 BEO, XIII, 30, n° 94 ; Ṭalass, Mosquées, 124 ; Ibn ‘Asākir, n° 16, 90/167.

197 BEO, XIII, 92 à corriger par Ibn ‘Asākir, n° 5, 81/146.

198 Ṭalass, Mosquées, 125 ; Rawḍatayn, 53 ; Ibn ‘Asākir, n° 18, 90/167.

199 BEO, XIII, n° 97 ; Ibn ‘Asākir, n° 15, 90/166.

200 BEO, XIII, n° 72.

201 BEO, XIII, n° 56 ; Ṭabbāḫ, II, 78-82 ; CIA, Alep, 143 sq.

202 BEO, XIII, 29, n° 89 ; Ibn ‘Asākir, n° 160,69/119 ; Ṭalass, Mosquées, 82.

203 BEO, XIII, n° 90 ; Ṭalass, Mosquées, 71.

204 BEO, XIII, 29, n° 91 ; Ṭalass, Mosquées, 70 ; Ibn ‘Asākir, n° 82, 62/102.

205 BEO, XIII, n° 93 ; Ibn ‘Asākir, n° 203, 74/130.

206 BEO, XIII, n° 95 ; Ṭalass, Mosquées, 80 ; Ibn ‘Asākir, n° 147, 68/116.

207 BEO, XIII, 22, n° 39 ; BEO, XIV, 159, n° VI.

208 Sauvaget, MHD, 28-29 ; L.A. Mayer, Astrolabists, 62.

209 Ibn ‘Asākir, 47/70-71.

210 Issa bey, Bimaristans…, 195 ; L.A. Mayer, Woodcarvers, 53.

211 Sauvaget, Alep, 113.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Dār al-Ḥadīṯ de Nūr ad-Dīn (plan de Jean Sauvaget)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search