Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Partie I. Naissance, vie et mort de L'Orient-Express

Chapitre 2. L’identité de L’Orient-Express. Élitisme et plaisir

Entrées d'index

Mots clés :

presse

Géographique :

Liban

Texte intégral

1. Un journal engagé et élitiste

L’intégration de points de vue en marge

1L’identité marginale du magazine se construit par l’intégration de paroles d’acteurs qui sont soit décalés à l’intérieur même du domaine de leur compétence, soit dissonants par rapport au discours politique consensuel. Le journal offre à ces personnes une sphère d’action discursive, alors que dans le débat public, phagocyté par le pouvoir en place, il serait source d’opprobre. Symétriquement, le magazine se montre tout prêt à intégrer des points de vue périphériques, voire « scandaleux », ce qui renvoie une image progressiste du journal.

  • 41 Kassir 1994, p. 40.
  • 42 Kassir Samir : « Algarade: Déblayage pour un avenir », L’Orient-Express 10, septembre 1996.

2Samir Frangié intervient dans le premier et le dernier numéro du magazine. Au mois de novembre 1995, il raconte l’émergence de la violence dans la société libanaise d’avant-guerre. En cherchant à placer les Libanais face à leur responsabilité quant au déclenchement de la guerre civile, le discours de Samir Frangié dissone avec l’invitation généralisée à l’amnésie. En février 1997, Samir Frangié encourage le renouveau du mouvement estudiantin dans le sens d’une autonomisation pour empêcher sa récupération par les partis politiques traditionnels. Il est donc dans une position d’opposant. Le frère de Hamid a été président de la République libanaise entre 1970 à 1976 : « L’avènement de Soleiman Frangié était salué par des tirs de joie dans la Montagne Libanaise » 41. En marge de sa famille, Hamid Frangié prônait un Liban moderne, libéré de ses pesanteurs confessionnelles. Sa carrière politique a été stoppée par un handicap physique. Son fils Samir a milité à l’UCL puis à l’OACL dans les années soixante-dix. Après-guerre, il appartiendrait à une mouvance de « gauche libérale ». Le discours du personnage serait éloigné d’un « patriotisme de communauté » 42 répandue chez les leaders maronites traditionnels.

  • 43 « Interview express », L’Orient-Express 12, novembre 1996.

3Antoine Haddad est interviewé, à titre d’expert en sciences économiques, dans le numéro 12 de L’Orient-Express : il est co-auteur d’une étude sur la pauvreté au Liban dont les estimations s’arrêtent fin 1993. Cette étude a fait grand bruit puisqu’elle évalue à 28% le nombre de pauvres au Liban. Antoine Haddad serait celui par qui « le scandale est arrivé » 43. Dans les numéros 14 et 26, Antoine Haddad n’est plus un interviewé. Certes, c’est à la faveur de sa qualité d’expert en sciences économiques que, dans la répartition des tâches, le rôle d’analyste de la situation socio-économique du pays lui a été dévolu. Mais sa profession n’est pas signalée : seul son nom est inscrit en haut de la première colonne de son article, exactement comme le sont les noms des journalistes que le lecteur a pris l’habitude de lire. Antoine Haddad est ainsi légitimé individuellement comme un témoin privilégié – sa  qualité d’universitaire lui offre un statut d’observateur qui n’est pas celui du commun des mortels – et socialement comme protagoniste d’une configuration collective – il devient un acteur reconnu de la vie publique. Le magazine agit ici comme instrument de légitimation sociale, d’autant plus significative qu’en l’occurrence, la diffusion de l’enquête dont Antoine Haddad est l’auteur aurait fait « scandale ».

  • 44 Salam Nawaf: « Transcultures: Aujourd’hui Zola », L’Orient-Express 27, février 1998.

4On peut encore citer le cas de Nawaf Salam, professeur de science politique, interviewé en octobre 1997 parce qu’il a contribué à la rédaction du recours au Conseil constitutionnel, « présenté par quatorze députés pour faire invalider la loi portant sur la prorogation des élus municipaux ». On sait que L’Orient-Express a appelé dans ses pages à la tenue d’élections municipales : le magazine partage par conséquent les préoccupations de Nawaf Salam en la matière. Or, on retrouve le même Nawaf Salam dans le numéro 27 du magazine. Il rappelle aux intellectuels arabes le « devoir de vigilance » 44, à l’occasion de la commémoration du centenaire du « J’accuse … ! » de Zola. Son nom, comme celui d’Antoine Haddad, n’est accompagné d’aucune mention particulière.

5Issam Khalifé, président de la Ligue des professeurs de l’Université libanaise, était interviewé en avril 1997 et exprimait sa rancœur envers un pouvoir qui favorisait les universités privées au détriment de l’Université libanaise. Or la photographie qui présente visuellement le personnage interviewé est réutilisée, agrandie, dans le dossier qui salue les manifestations estudiantines de décembre 1997. Issam Khalifé est doublement légitimé : la défense de l’Université libanaise, dont il est le porte-parole, est un point essentiel parmi les revendications étudiantes ; ce qu’il propose peut guider une réforme de l’Université.

6Ainsi se construit l’identité progressiste du journal. L’Orient-Express assume l’inclusion de points de vue marginaux. Reste que n’importe quel point de vue n’est pas le bienvenu. Au-delà de la couleur politique des hommes pris en exemple, c’est un certain niveau de formation intellectuelle qui est exigé. La principale catégorie de lecteurs visée est constituée des universitaires ayant vécus en France. Le magazine se veut élitiste et ne s’en cache pas.

 Jeux de mots

  • 45 Entretien avec Paul Achcar.
  • 46 Karam Anthony: « Transcultures: l’exil intérieur », L’Orient-Express 17, avril 1997.

7Beaucoup des rédacteurs, de sexe masculin, Paul Achcar, Jabbour Douaihy, Anthony Karam ou Omar Boustany, ont évoqué une pratique qui s’était instaurée entre eux, celle de la recherche du « mot fétiche du mois ». Une émulation amenait chacun à tenter de trouver un mot que les autres ne connaîtraient pas. Si l’appréciation de la rareté du vocabulaire employé reste toute suggestive, on peut tout de même relever quelques termes.  Paul Achcar indiquait lui-même un mot de menuiserie : « varlope » 45. « Équanimité » est employé par Anthony Karam.  Pour le même Anthony Karam, alors qu’il conclut un article sur une exposition de peinture, « Éluard revient comme une évidence » 46 et de citer des vers du poète.  « Anfractuosité » est d’Omar Boustany. Enfin Samir Kassir puise dans le registre du vocabulaire psychiatrique pour parler de « catatonie ». Si le choix de ces termes est arbitraire et la mention de cette pratique somme toute anecdotique, elle n’est pas pour autant inutile :  une jouissance de l’écriture, alliée à une jouissance de la liberté, éclaire autant le sens du projet qu’une démarche pédagogique envers la jeunesse libanaise, autre dimension du magazine que l’on évoquera plus loin. L’emploi de termes difficiles est assumé par le magazine. Une des propositions du test qui permet de savoir « quel lecteur êtes-vous ? » est « ça ne m’amuse pas de devoir avoir recours au dictionnaire ». Le magazine feint d’ignorer le caractère parfois hermétique du vocabulaire employé : le niveau requis serait celui où l’on ne se demande plus « si événement s’écrit avec un accent aigu ou grave ».  

  • 47 « Saveurs: Du safran », L’Orient-Express 1, novembre 1995.
  • 48 « Transcultures », L’Orient-Express 23, octobre 1997.
  • 49 Pour Cent ans de solitude.
  • 50 Pour Crimes et châtiments.
  • 51 Pour Eloge de la folie.
  • 52 Pour Dix heures et demi du soir en été.
  • 53 Pour Luxe, calme et volupté.
  • 54 Pour Des chiffres et des lettres.

8Cette pratique se double d’une politique du titre qui réclame, pour être appréciée, un bagage culturel conséquent. Inspiré des chapeaux à la Libé, c’est Jean-Marc Touma, contributeur seulement aux deux premiers numéros, qui aurait initié cette pratique. Les références livresques ou cinématographiques sont puisées dans un corpus qui n’apparaît pas présenter de cohérence particulière, si ce n’est celle de la diversité des lieux et des époques à laquelle il renvoie.  Si ce n’est peut-être également une plus grande proportion d’œuvres datant des années soixante-dix. Mais c’est moins le fond que la forme qui nous intéresse ici. On insistera ultérieurement sur le sens du corpus. Plaisir de l’écriture et plaisir des sens se conjuguent magnifiquement dans le chapeau écrit par Jean-Marc Touma pour la rubrique « Saveurs » sur le safran : « Tour à tour teinture, remède, monnaie, aphrodisiaque, le safran est frère de l’or. Mais c’est surtout son aventure qui en fait le parfum le plus épice and love » 47. Le jeu de mot est parfois pur tel « Holy Woo » 48 qui sanctifie le cinéaste de Hong-Kong, John Woo, dont le film “Face/Off” est parti pour « faire date dans l’histoire d’une industrie du rêve hollywoodienne plus standardisée que jamais ». Certains titres sont à peine modifiés, de Shakespeare (« Songes d’une nuit d’été ») à Gabriel Garcia Marquez (« Cent ans de déraison » 49), en passant par Dostoïevski (« Plume et châtiment » 50). Deux titres d’opus des années soixante-dix du subversif Luis Buñuel sont plusieurs fois utilisés : « Le charme discret de la bourgeoisie » et « Cet obscur objet du désir », ainsi que « Le fond de l’air est rouge » de Chris Marker. On parcourt la culture française d’Érasme ( « Éloge de l’impureté » 51) à Duras (« Cinq heures et demi du soir en été » 52), en passant par Baudelaire (« Luxe, vice et vanités » 53) ; de Foucault (« Prisons : surveiller et laisser pourrir ») à la télévision (« des gifles et des lettres » 54), en passant par Tintin et « Le mystère de l’eau noire » ou Jacques Brel qui dans Madeleine chante « Chauffe, Marcel ! ».

  • 55 Azouri Médéa: « Mixed-media: La relève des poules aux œufs d’or », L’Orient-Express 25, décembre 19 (...)

9Rien ne montre mieux l’élitisme assumé et revendiqué par L’Orient-Express que la campagne publicitaire fictive réalisée par un étudiant en communication à l’occasion de ses examens de fin d’études. L’étudiant a rencontré Samir Kassir pour mieux comprendre l’esprit du magazine. Il raconte : « Samir Kassir m’a bien fait comprendre le caractère élitaire du journal » 55. L’argument de vente est donc la complexité de la langue, l’impertinence du ton et le contenu « politiquement incorrect ». Le rédacteur en chef de L’Orient-Express, loin d’estimer comme d’autres que la campagne constitue une « contre-publicité », salue le concept qui insiste sur la part d’effort que doit fournir le lecteur pour s’approprier le magazine. Samir Kassir n’hésite pas à parler de « snobisme », terme certes employé entre guillemets. Mais ce qui est une critique dans la bouche des détracteurs se trouve assumé comme une qualité par le rédacteur en chef.  

10À côté de ce bouillonnement langagier et culturel que charrie le magazine, qu’il soit décliné sur le mode du sérieux ou du ludique, s’affirme une autre facette, celle de la quête du plaisir. L’analyse des filiations par rapport à d’autres organes de presse permet de mieux suivre un parcours qui irait du marxisme à l’hédonisme, les différentes générations jouant un rôle structurant.

2. Du marxisme à l’hédonisme

Les filiations

  • 56 Une loi de 1924, promulguée par les autorités mandataires, stipule que le directeur de la publicati (...)
  • 57 Sassine Farès: « Transcultures: Tuéni de l’écrit à l’oral », L’Orient-Express 18, mai 1997.
  • 58 Kassir Samir: « Renouer le lien rompu », Mulhaq al‑Nahar, 12 mars 1998. Voir annexe 8.

11Le premier numéro de L’Orient-Express s’ouvre sur un texte qui répond à la question « L’Orient-Express, pourquoi? ». Dans cette sorte de profession de foi, il est précisé que « pour l’équipe qui a fait L’Orient-Express, un critère primait par-dessus tout : être à la hauteur de la tradition des plus de soixante-dix ans que L’Orient-Le Jour a derrière lui, faire un journal dont Georges Naccache aurait été fier s’il vivait dans les années 1990, retrouver un élan aussi rafraîchissant que celui des jeunes loups qui relancèrent Le Jour en 1965 ». Le nom de Georges Naccache est encore évoqué dans le « casse-tête » en fin de journal pour insister sur cette filiation. Les vingt-cinq ans de la mort de Georges Naccache sont commémorés par un article de six pages, placé en tout début de journal. Cet homme serait « le père du journalisme libanais moderne » 56. C’est sa « liberté contagieuse » 57 qui séduirait L’Orient-Express. Signe d’une vraie volonté de manifester cette filiation, L’Orient-Express fait deux fois appel à Amal Naccache, fille du journaliste. Sa première intervention consiste à raconter son lien intime avec son père. On reviendra plus loin sur la signification profonde de la revendication de cette filiation qui révèle la rivalité originelle entre le mensuel et L’Orient-Le Jour : la presse de Georges Naccache savait « avoir un impact sur la vie publique en faisant partie intrinsèquement du pays et en même temps être une presse de langue non arabe » 58.

  • 59 « L’Orient-Express, pourquoi? », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

12Les membres de L’Orient-Express citent volontiers des publications parisiennes. Samir Kassir est un collaborateur du Monde Diplomatique depuis 1984. Le concept en lui-même n’a évidemment rien à voir avec celui de L’Orient-Express. Le Monde Diplomatique ne se définit en aucun cas comme le journal « sans lequel on est hors du coup ». C’est bien plutôt le ton didactique, la fidélité des prises de position et un certain héritage marxiste qui rapprochent ces deux organes de presse. Également une ouverture à l’international voulue dans la profession de foi pour combattre le provincialisme de la presse libanaise : « retrouver des horizons élargis : sur le monde arabe et sa culture en renouveau comme sur le vaste monde et ses mutations » 59.  

  • 60 Les Inrockuptibles 51.
  • 61 Les Inrockuptibles, quand ils annoncent le changement de périodicité, de mensuel à hebdomadaire.
  • 62 Idem.
  • 63 Actuel, juillet/août 1971.

13L’aspect ludique, la recherche de la formule dans les titres et les chapeaux, trouveraient un modèle dans le Libération des années 1980, évoqué également par Samir Kassir. Libération a accompagné la sortie des années gauchistes puis s’est départi du ton vindicatif du militantisme pour renaître en faisant le pari d’un professionnalisme qui ne cède pas à l’austérité mais propose un plaisir affiché de l’écriture. Libération a ainsi décrypté le quotidien des générations post-soixante-huit et les Inrockuptibles se définissent comme les « fils » 60 de cette époque qui va de 1968 à 1986, pendant laquelle beaucoup ont choisi de prendre du recul face à un monde jugé aliénant pour adopter une attitude toujours indignée. Les Inrockuptibles reprenaient à leur compte ce souci d’être toujours en alerte, ce professionnalisme qui préfère les entretiens approfondis à « l’information fast-food » 61, cette foi en l’écrit, revendiquant par ailleurs, contre tout dogmatisme, « parti pris critique et subjectivité » 62.  Plus de militantisme donc, mais le réveil d’un individu qui s’écoute et se fait plaisir tout en étant responsable, concerné et toujours critique. C’est par l’autonomie de ses choix qu’il crée des alternatives. De l’inclassable Gainsbourg à la musique dépressive de Portishead, en passant par la révolte de Noir Désir ou l’éternelle identité « underground » 63 de Bob Dylan, les goûts musicaux de Riad Kamel sont aussi ceux des Inrockuptibles.

  • 64 Actuel, février 1971.

14Joseph Bahout mentionnait le mensuel Actuel, né en octobre 1968. En avril 1971, un article réclamait « La Révolution pour le plaisir » : elle passe par le rejet des formes traditionnelles de la pratique politique et par une nouvelle expérience de la vie quotidienne. Dans son « Bréviaire pour une jeunesse désabusée » et avec l’emploi d’une langue très assagie par rapport à la langue sciemment rythmée des partisans de la « contre-culture » 64, Joseph Bahout rejoint ses deux préoccupations : « La politique prend des chemins de traverse, et c’est peut-être mieux ainsi. Des voies nouvelles sont à explorer, et elles sont tout aussi excitantes. L’égalité, […] ; le droit à la vie, mais aussi à en disposer autrement, le droit au corps, au plaisir, à l’Autre… ».

15Enfin L’Autre journal, de Michel Butel, fait l’unanimité : le foisonnement des écritures par le biais de nombreuses chroniques, la totale liberté de ton et l’absence de toute préoccupation marketing permise par une autonomie financière, séduisent sans nul doute une équipe qui se sait traquée par une régie publicitaire rappelant sans cesse l’exigence de rentabilité.

« Soixante-neuvards »

  • 65 « Lebanese dream », L’Orient-Express 19, juin 1997.
  • 66 « Lebanese dream », L’Orient-Express 23, octobre 1997.

16Pour répondre aux critiques qu’ont exprimées « les gens de la publicité » et « les gens de L’Orient », immédiatement après la sortie du premier numéro, Samir Kassir aurait répondu : « Nous ne sommes pas soixante-huitards attardés, nous sommes soixante-neuvards ». Le personnage de « Lebanese dream » participe aux événements culturels couverts par L’Orient-Express ; mais il y participe toujours de manière distanciée, préférant parfois abandonner une posture d’intellectuel pour aller boire un verre ou flâner à la plage. On retrouve chez Omar Boustany les deux facettes du magazine : autant la réflexion intellectuelle que la concupiscence sont à cultiver. L’Orient-Express fait encore un pas vers la marge en se mettant à distance de l’univers cérébral dans lequel il baigne, tout en restant résolument du côté de l’élite. Alors qu’« un ami psy » lui parle de « société du spectacle », Omar Boustany dit être saturé de discours et préférer satisfaire son ego qu’opter pour le militantisme : « les situationnistes, la révolution, etc., j’en ai un peu marre. S’il croit que je vais me mettre à balancer des pavés dans les vitrines du Verdun 730, il se fout méchamment le doigt dans l’œil. Plutôt la plage. Sous rien du tout ». Verdun est le quartier commercial du Beyrouth d’après-guerre, le lieu de la consommation. Les slogans du mai 68 parisien, qui réclamait un changement de société, n’intéressent Omar que dans la mesure où son plaisir y trouve son compte. Omar Boustany discute avec le même « ami psy » du vernissage d’un peintre irakien et lorsque « ça vire au débat figuratif/abstrait voire installation », c’est « l’occasion parfaite pour jeter un coup d’œil discret à une Miss Liban en civile qui vient de faire son entrée. Voilà du concret, du palpable. Une Miss Liban à moins de dix mètres » 65. Ailleurs, Omar Boustany présente, parmi les « visiteurs » typiques du Liban, ceux qui « sont venus en voyage anthropologique pour comprendre ». « À quoi ressemblera la société libanaise en l’an 2015, d’après toi ? Est-ce qu’il y aura à nouveau des problèmes entre les maronites et les druzes ? Ce genre de conjectures judicieusement poussées peut très bien vous être administré en boîte de nuit alors que vous avez clairement manifesté l’intention de faire les doux yeux à une créature en pleine opération de déhanchement. Et les syriaques-orthodoxes, est-ce qu’ils pensent comme les maronites ? Parce que j’ai connu un syriaque-orthodoxe à Montréal qui n’aimait pas les Arméniens » 66.

  • 67 Asmar Jamal: « Notes CD », L’Orient-Express 1, novembre 1995.
  • 68 « Mixed Media: Haïfathérapie », L’Orient-Express 20, juillet 1997.
  • 69 Boustany Omar: « Les dames du temps jadis », L’Orient-Express 14, janvier 1997.
  • 70 Ziryab: « Saveurs: De l’artichaut », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

17Pour sa part, Samir Kassir donne à lire son fantasme de la femme. Il ne cache pas son penchant pour la chanteuse Ute Lemper, qui parvient à « être à la fois garce et sainte. Femme quoi ! » 67.  C’est encore le terme de « garce » qui qualifie celle qui « plaque » Mister Blueberry, héros de la bande dessinée du même nom et exécutée par Giraud. Dans « Mixed Media », le magazine suit les déboires d’une émission télévisée, présentée par une sémillante jeune femme laquelle propose une leçon de gymnastique : dans le numéro 20, L’Orient-Express demande « Comment résister à l’appel si tentant de la chair ? Langoureuse, sensuelle, sexy et un tant soit peu provocante, Haïfa émoustille la gent masculine […] » 68.  Le mois suivant, le magazine regrette que soit « passée à la trappe » celle qui menait « d’une cuisse allègre » la demi-heure de gymnastique quotidienne. Le dossier consacré au Liban de Papa inclut un article d’Omar Boustany qui présente « Les dames du temps jadis », tenancières de maisons closes du Beyrouth d’avant-guerre. Rue Moutanabbi, cohabitaient le plaisir sexuel et le plaisir culinaire : « après un coup à la va-vite, pour la bonne santé du phallus, on pouvait s’envoyer un copieux kafta » 69. Chaque mois, la rubrique « Saveurs » raconte l’histoire d’un fruit ou d’un légume : de la troublante tomate aux « rondeurs craquantes » de la pomme, le vocabulaire du plaisir charnel sert à décrire les plaisirs de la table ; ainsi de l’artichaut : « Mystérieux jusque dans son origine, l’artichaut ne se laisse pas effeuiller sans coquetterie. Une fois l’exquis labeur effectué avec doigté, et le légume défloré, le cœur y est » 70.

18La réactivation des mécanismes d’individuation représente pour L’Orient-Express un enjeu essentiel pour la santé politique et sociale de la société libanaise. Autant dans la vie privée que dans l’espace public, l’individu ne serait pas autonome. Les deux dossiers choisis pour le premier numéro sont des symboles pour Samir Kassir. Ils recouvrent tous deux cette préoccupation d’une autonomisation de l’individu, le premier dans le champ public – il s’agit de l’expérience étudiante des années soixante-dix au Liban –, le second dans la sphère privée et ce dossier, d’emblée, donne une couleur hédoniste au journal : « Mais où Diable, peut-on faire l’amour dans ce pays quand on est jeune et pas marié ? ». Exercer son droit à l’intimité est une des voies indispensables vers la perception de soi comme individu.

Le plaisir de l’écriture

  • 71 Shéhérazade est l’héroïne des Mille et une nuits. Le Collier de la Colombe est un traité de l’amour (...)
  • 72 Kassir Samir: « L’esprit et les lettres », dans Lire en français et en musique, catalogue du Salon (...)
  • 73 Entretien avec Joseph Bahout, Beyrouth, mars 1999.
  • 74 Entretien avec Jabbour Douaihy, Beyrouth, mars 1999.

19Le magazine ne manque pas de célébrer à sa manière la Saint Valentin. Le magazine fustige l’aspect outrageusement commercial de la manifestation et l’étouffoir que serait la société libanaise, structurée en familles et communautés qui s’arrogent un droit de regard, et de jugement, sur la vie de l’individu – « Pourquoi faire couple quand on peut faire compliqué ? » – mais propose des alternatives : « Allez voir ou revoir Casablanca. Passez une nuit avec Shéhérazade. Découvrez Le Collier de la Colombe 71. Et relisez Barthes, les Fragments, bien sûr… ». Pour le mois de février 1997, L’Orient-Express décrypte « L’amour dans tous ses états » et réalise un petit glossaire qui réunit des phrases de philosophes ou poètes s’exprimant sur le sentiment amoureux. Ainsi le plaisir, c’est aussi le plaisir de lire, de même que les rédacteurs de L’Orient-Express savourent le plaisir d’écrire. Cette primauté accordée au plaisir de l’écriture est annoncée dès l’éditorial sur lequel s’ouvre le premier numéro du magazine : « L’Orient-Express […] c’est avant tout, plus que tout le plaisir d’écrire ». L’Orient-Express cherche à faire de la langue, qu’elle soit écrite ou lue, « l’usage le plus jouissif » 72. Samir Kassir voulait faire le pari que ce plaisir serait contagieux et éveillerait des vocations. Au sein de L’Orient-Express, des potentialités ont été découvertes et exploitées. Pour certains, le plaisir vient du sentiment de liberté éprouvé : L’Orient-Express permettait à Joseph Bahout de « mettre entre parenthèses l’académisme des publications universitaires » 73 pour aborder les sujets de manière plus instinctive et adopter une langue plus directe. Jabbour Douaihy raconte que, « surtout les garçons prenaient leur pied ». « Contre-notes », sa rubrique, représentait pour lui « un défouloir » 74.

  • 75 Entretien avec Omar Boustany, Beyrouth, mars 1999.
  • 76 Idem.
  • 77 Kassir Samir: « Une francophonie du métissage », dans Lire en français et en musique, catalogue du (...)
  • 78 Voir Partie III, Chapitre 8, 3. Quelle langue et quelle culture françaises?

20C’est aussi en insufflant une vraie liberté dans l’usage de la langue, autant dans le fond que dans la forme, que L’Orient-Express se situait à l’extérieur d’abord d’une francophonie qui ne connaîtrait que l’apologie et la révérence et ensuite d’une presse arabe parfois encore empesée par un « nationalisme lyrique » 75. Dans le fond, la langue doit servir une culture critique, laquelle inculquerait le « virus de la démocratie » 76.  Dans la forme, L’Orient-Express veut intégrer des langages périphériques, argotique ou familier. La langue française au Liban doit suivre « les mutations qu’elle a déjà connues ailleurs » 77. On reviendra sur les modalités de cette langue réactualisée que veut pratiquer L’Orient-Express 78. Il faut retenir ici que cette profession de foi pour « la francophonie autrement », « pensée comme le chemin de la différence, et certainement pas de l’exclusion », fonde la fragilité du magazine : cette francophonie est perçue comme l’inverse de celle pratiquée par L’Orient-Le Jour, la maison-mère.

Notes

41 Kassir 1994, p. 40.

42 Kassir Samir : « Algarade: Déblayage pour un avenir », L’Orient-Express 10, septembre 1996.

43 « Interview express », L’Orient-Express 12, novembre 1996.

44 Salam Nawaf: « Transcultures: Aujourd’hui Zola », L’Orient-Express 27, février 1998.

45 Entretien avec Paul Achcar.

46 Karam Anthony: « Transcultures: l’exil intérieur », L’Orient-Express 17, avril 1997.

47 « Saveurs: Du safran », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

48 « Transcultures », L’Orient-Express 23, octobre 1997.

49 Pour Cent ans de solitude.

50 Pour Crimes et châtiments.

51 Pour Eloge de la folie.

52 Pour Dix heures et demi du soir en été.

53 Pour Luxe, calme et volupté.

54 Pour Des chiffres et des lettres.

55 Azouri Médéa: « Mixed-media: La relève des poules aux œufs d’or », L’Orient-Express 25, décembre 1997. Voir annexe 5.

56 Une loi de 1924, promulguée par les autorités mandataires, stipule que le directeur de la publication sache lire et écrire. Le contexte de relative liberté qui prévaut au Liban favorise l’émergence d’une presse d’opinion.

57 Sassine Farès: « Transcultures: Tuéni de l’écrit à l’oral », L’Orient-Express 18, mai 1997.

58 Kassir Samir: « Renouer le lien rompu », Mulhaq al‑Nahar, 12 mars 1998. Voir annexe 8.

59 « L’Orient-Express, pourquoi? », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

60 Les Inrockuptibles 51.

61 Les Inrockuptibles, quand ils annoncent le changement de périodicité, de mensuel à hebdomadaire.

62 Idem.

63 Actuel, juillet/août 1971.

64 Actuel, février 1971.

65 « Lebanese dream », L’Orient-Express 19, juin 1997.

66 « Lebanese dream », L’Orient-Express 23, octobre 1997.

67 Asmar Jamal: « Notes CD », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

68 « Mixed Media: Haïfathérapie », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

69 Boustany Omar: « Les dames du temps jadis », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

70 Ziryab: « Saveurs: De l’artichaut », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

71 Shéhérazade est l’héroïne des Mille et une nuits. Le Collier de la Colombe est un traité de l’amour du théologien andalou Ibn Hazm (994-1064).

72 Kassir Samir: « L’esprit et les lettres », dans Lire en français et en musique, catalogue du Salon du livre de Beyrouth, 1997.

73 Entretien avec Joseph Bahout, Beyrouth, mars 1999.

74 Entretien avec Jabbour Douaihy, Beyrouth, mars 1999.

75 Entretien avec Omar Boustany, Beyrouth, mars 1999.

76 Idem.

77 Kassir Samir: « Une francophonie du métissage », dans Lire en français et en musique, catalogue du Salon du Livre de Beyrouth, 1998.

78 Voir Partie III, Chapitre 8, 3. Quelle langue et quelle culture françaises?

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540