Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome III

 | 
Nikita Elisséeff

Société et économie de la Syrie à l’époque de Nūr ad-Dīn

Texte intégral

1Après avoir, dans la première partie, étudié les sources et délimité le cadre topographique, et avoir donné dans la seconde partie la suite chronologique des événements nous allons dans cette dernière partie donner quelques traits qui nous paraissent caractéristiques pour l’histoire de l’organisation intérieure du royaume de la société et de l’économie à l’époque de Nūr ad-Dīn.

2Nous avons regroupé ces traits sous les rubriques suivantes : le ğihād de Nūr ad-Dīn dans son aspect militaire et dans son aspect religieux, ce dernier particulièrement marqué par la rénovation sunnite ; le système administratif ainsi que la fiscalité et les finances sous Nūr ad-Dīn en évoquant les monnaies de ce souverain. Enfin nous avons donné un tableau de la vie urbaine avec ses cadres et son économie et avons esquissé une étude de la vie rurale et notamment de l’agriculture à l’époque de Nūr ad-Dīn.

3Là où les textes nous faisaient défaut nous avons essayé d’une part de chercher des données dans les périodes antérieures ou postérieures proches de notre vie/xiie siècle dans le temps et l’espace qui puissent nous permettre de reconstituer par analogie certains éléments. D’autre part nous avons eu recours aux vestiges archéologiques.

  • 1 Elisséeff, La titulature de Nūr ad-Dīn, BEO, XIV, 1952-1954, 155-196.

4Les édifices sont les témoins de différents aspects de la politique du souverain, ils sont d’utiles documents pour l’histoire de la civilisation de son temps. L’œuvre de Nūr ad-Dīn apparaît très clairement à travers les monuments dont un grand nombre portent des inscriptions qui permettent de les dater avec précision1. Le monument matérialise pour ainsi dire les grandes lignes de la politique et nous montre étape par étape l’évolution de la vie d’un pays. Chaque vestige archéologique nous éclaire de nos jours sur une des principales préoccupations politiques de Nūr ad-Dīn. L’intensité de chaque courant s’exprime par le soin plus ou moins attentif qui a été porté à une époque déterminée à telle ou telle catégorie d’édifices.

  • 2 Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 1949-1951, 5-43.

5En faisant l’inventaire des monuments de Nūr ad-Dīn2 on constate que ces vestiges matériels peuvent être répartis en trois groupes correspondant chacun à un aspect de la politique zenguide. Nous voyons que celle-ci est dominée par le ğihād dont les formes sont illustrées par les documents archéologiques. L’aspect militaire du ğihād est souligné par les monuments se rapportant à la défense du territoire : citadelles urbaines, enceintes et châteaux isolés. L’aspect religieux du ğihād que Nūr ad-Dīn mena avec les missionnaires pour la diffusion de l’Islam sunnite par la da‘wa ressort de la multiplication des madrasas, des zāwiya-s et des dār al-ḥadīṯ. La piété caractéristique du règne de Nūr ad-Dīn est attestée par l’accroissement du nombre de couvents, ḫānaqāh-s ou ribāṭ-s, ainsi que par la restauration des mašhad-s et maqām-s rattachés aux croyances populaires. Le sens de la justice du souverain zenguide est illustré par la fondation dans les deux villes principales de son royaume de dār al-‘adl. Enfin nous retrouvons le souci du bien public dans la construction des hôpitaux, l’aménagement des canalisations et des fontaines publiques, l’élargissement des souks. La disposition de ces derniers nous permet de nous faire une idée de l’activité économique d’Alep et de Damas sous le règne de Nūr ad-Dīn.

Notes

1 Elisséeff, La titulature de Nūr ad-Dīn, BEO, XIV, 1952-1954, 155-196.

2 Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 1949-1951, 5-43.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search