Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome I

 | 
Nikita Elisséeff

Première partie. Le cadre topographique de la politique de Nūr ad-Dīn

II. Topographie historique

Texte intégral

I. LA DJÉZIRÉ

  • 1 EI2, II, 536-537 ; Cl. Cahen, La Djazira au milieu du xiiie siècle, REI, 1934, 109-128 ; M. Canard(...)

1Marius Canard définit la Djéziré comme « la partie septentrionale du territoire situé entre le Tigre et l’Euphrate. On compte aussi, ajoute-t-il, dans la Djéziré la région qui dépasse au nord le cours supérieur du Tigre et à l’est son cours moyen »1. C’est un plateau limitrophe à l’ouest de la Syrie, au nord-ouest des confins byzantins, au nord-est de l’Arménie, à l’est de l’Ādharbaydjān et au sud de l’Iraq à partir de Takrīt. Quelques massifs montagneux modifient la rectilignité de l’horizon, au nord le Ṭūr ‘Abdīn, à l’ouest le Ǧabal ‘Abd al-‘Azīz et le Ǧabal Sinğar, le Ǧabal Makhūl au sud.

2Théâtre de fréquentes révoltes kharidjites sous les Abbassides, patrie de la dynastie des Hamdānides qui deux siècles avant les Zenguides furent les maîtres de Mossoul et d’Alep à la fois, la Djéziré constitue un ensemble de plaines fractionnées en trois districts. Chacun de ces districts porte le nom d’une tribu qui s’y était implantée dès avant l’Islam ; le Diyār Rabī‘a avec pour capitale Mossoul sur le Tigre, le Diyār Muḍar dont le chef-lieu était Raqqa sur l’Euphrate et le Diyār Bakr qui avaient pour centre Āmid sur le cours supérieur du Tigre.

A. DIYĀR RABĪ‘A

  • 2 Canard-Cahen, EI2, II, 357-358 ; Canard, Ḥamd., 97-130.

3Le district des Diyār Rabī‘a2 constitue la province orientale de la Djéziré, et est aussi la plus vaste. Elle comprend trois régions : celle des deux rives du Tigre de Tell Fafān à Takrīt qui marque la limite avec l’Iraq, on englobe aussi dans cette région le cours inférieur de chacun des deux Zāb ; la région comprise entre le Hirmās et le Tigre avec le Ǧabal Sinğar ; enfin la région du Ḫābūr supérieur venant de Rās al-’Ayn et de son affluent le Hirmās, l’actuel Ǧaġğaġ, et de leurs sources, c’est-à-dire les pentes méridionales du Ṭūr ‘Abdīn.

  • 3 Cl. Cahen, Djazira, REI, 1934, 112-113.

4En dehors de Mossoul située sur la rive droite du Tigre les principales villes sont Balad, Ğazīrat Ibn ‘Umar, as-Sinn, dans la région occidentale Sinğar, Niṣibīn, Mārdīn et Rās al-‘Ayn (2)3.

  • 4 Sarre et Herzfeld, Archäologische Reue im Euphrat und Tigris gegiet, t. II, 203-304 (cité Reie) ; (...)

5Capitale des Diyār Rabī‘a (les demeures de la tribu de Rabī‘a), Mossoul, ou Mawṣil, est bâtie sur la rive droite du Tigre au confluent de plusieurs rivières : le nahr al- Ḫusar et le nahr al-Makšūf sur la rive gauche, le nahr Zubayda sur la rive droite4. Dès les temps les plus reculés il y eut là une installation humaine, mais c’est sur la rive gauche que devait se développer, à l’abri des attaques des « Peuples de la Mer » venant de l’ouest, une ville brillante, Ninive, qui longtemps fut en lutte avec ses ennemis babyloniens du sud. Les courants de l’histoire ayant changé, Ninive disparut petit à petit sous un tell, les flots des envahisseurs vinrent de l’est, les hommes alors se mirent à l’abri du fleuve sur la rive occidentale à côté de la « citadelle » assyrienne qui sur la rive droite protégeait Ninive.

6Sous les Sassanides, vers 570, l’agglomération se transforme en gros bourg et s’appela Bud Ardašīr. Plus tard, en 16/637, les habitants de la ville, en majorité nestoriens et jacobites, accueillirent les musulmans en libérateurs face aux Byzantins. Dès cette époque la ville reçut le nom d’al-Mawṣil, le « point de jonction » ; un pont de bateaux traversait le fleuve et reliait la cité nouvelle aux ruines de Ninive enfouie sous le Tell de Nabī Yūnis. Mawşil n’est pas seulement le lien entre les deux rives d’un fleuve mais le point de jonction entre l’Orient et l’Occident, entre le domaine arabe et le monde kurde. C’est une étape majeure sur une des grandes lignes de force des transactions. Là passait la route de la soie qui du Tigre par la voie la plus courte à travers la Djéziré rejoignait un point fixe sur l’Euphrate : le gué de Qarqamiš, l’actuel Djérablous, dans la région où l’Euphrate est le plus proche de la Méditerranée. La capitale de cette région de la Mésopotamie, que ce fût Ninive ou Nimrud et ensuite Mossoul, a toujours été le centre commercial et le marché agricole de la partie supérieure de la vallée du Tigre. Ce fut un centre de convergence des produits de la région et un point de départ pour leur réexpédition vers le sud et l’ouest.

7A l’époque omeyyade, Mossoul prit une certaine importance au point de devenir la capitale de la Djéziré sous Marwān II, le dernier des califes omeyyades. On doit à ce souverain la construction de la première enceinte ainsi que la fondation d’une Grande-Mosquée qui devait à l’époque de Nūr ad-Dīn devenir la « vieille mosquée ».

8Les voyageurs qui, comme Ibn Hawkal ou al-Muqaddasī, visitent Mossoul au ive/xe siècle, ne manquent pas de décrire la ville avec enthousiasme et de vanter la richesse du pays alentour tout couvert dejardins irrigués au moyen de norias. Sous les Ḥamdānides (293/906-386/996) la ville connaît une certaine prospérité, le marché du mercredi — sūq al-arba’a — est alors très animé, le commerce avec l’Ādharbaydjān et le Khorāsān est prospère ; une enceinte semi-circulaire, dont le Tigre constitue le diamètre, protège les habitants pour la plupart kurdes à cette époque.

9Il semble qu’il y ait eu une éclipse pendant la domination des émirs ‘uqaylides (386/996 à 489/1096). En effet lorsqu’au début du vie/xiie siècle Zengī vient s’installer à Mossoul, et que cette ville va devenir le grand centre de la contre-croisade, la cité est dans un état misérable : les bâtiments sont en ruines, les terrains sont à l’abandon, les quartiers proches des remparts sont déserts, la Grande-Mosquée bâtie par Marwān II est à peine fréquentée le vendredi. Zengī entreprend l’édification d’un palais gouvernemental, remet en état les murailles dont la hauteur primitive est doublée, les fossés sont approfondis, de grosses tours renforcent l’enceinte, au nord de la porte principale de la ville, Bāb Sinğar, d’où les routes se dirigent vers l’ouest, Zengī fit percer une nouvelle porte : al-Bāb al-’Imādī et édifia au nord-ouest une citadelle, l’actuel Baš Ṭabïya, dont le mur tombe à pic dans le fleuve.

10La sécurité étant revenue à Mossoul, la population s’accrut rapidement, les constructions se multiplièrent au point que dans la ville plusieurs cimetières se couvrirent de maisons et disparurent. Les jardins furent remis en culture et les fruits, grenades et poires, pommes et raisins abondèrent. Dans le pays les céréales donnèrent de bonnes récoltes et le grain afflua aux célèbres moulins flottants d’où la farine était portée jusqu’à Bagdad.

11Le commerce devint florissant et les souks couverts en voûte de pierre connurent une grande animation. Une vaste qayṣarïya fut construite en ville ; là des marchands s’établirent dans les boutiques aménagées sur le pourtour intérieur et dans les pièces à l’étage, le soir de lourdes portes de fer interdisaient l’entrée de ce marché réservé aux denrées précieuses, pierres ou tissus, tapis ou fourrures.

  • 5 Elle sera pillée en 700/1301 et deviendra la mosquée al-Ḫallāl.

12A l’époque de Nūr ad-Dīn, lorsque son frère Sayf ad-Dīn Gāzī était prince de Mossoul, il existait encore huit églises à Mossoul notamment la cathédrale nestorienne de Mār Iša‘ya, fondée en 570 en face de Ninive, Mār Ğurğis, une des plus anciennes églises chal-déennes et Mār Zena, achevée en 150/767 au quartier des menuisiers (Nağğārūn)5. Sous le règle de Sayf ad-Dīn Ġāzī la politique semble avoir été libérale à l’égard des chrétiens car une inscription de 559/1164 commémore une restauration effectuée à cette date au couvent de Mār Behnām dans les environs de la ville.

  • 6 Kāmil, XII, 146 ; Ṭabaqāt aš-Šaf., V, 32 ; Sumer, VI, 199-200.

13L’atabeg de Mossoul bâtit un ribāt, couvent pour les soufis, près de Bāb al-Mašrū’a tout contre le maqām ‘īsā Dada et lui consacra de nombreux waqfs. Le mouvement intellectuel s’intensifia à Mossoul à partir de l’avènement des Zenguides et les institutions d’enseignement, comme les madrasas, les dār al-Qur’ān et dār al-hadit allaient se multiplier. Les Ḥamdānides s’étaient déjà préoccupés de la diffusion de l’enseignement et c’est sous Abū l-Qāsim Ğa’far b. Muhammad b. Ḥamdān (240/854-323/934) que fut construit à Mossoul le premier dār al-ilm connu en pays d’Islam. On y enseigna le droit selon l’école chaféite, les fondements de la religion, la philosophie, des principes de géométrie et de la littérature. Le bâtiment abritait aussi une bibliothèque qui avait été constituée waqf pour les étudiants qui la fréquentaient. En 552/1157 Abū’l-Qāsim ‘Alīb. Muhāgir bâtit un dār al-ḥadīṯ sur l’emplacement duquel ‘Alwān b. Muhāğir, le fils du fondateur, devait plus tard élever la madrasa chaféite al-Muhāğirīya6.

14La première madrasa, la Niẓāmīya, fut élevée à Mossoul par Niẓām al-Mulk, elle est aussi connue sous le nom de maqām ‘Alī al-Aṣġar. Située à proximité de la madrasa que fonda Nūr ad-Dīn elle eut comme directeur le cheikh Abū Hamid Muhammad b. al-Qāḍī Kamāl ad-Dīn aš-Šahrazūrī (518/1129-580/1184) qui enseigna aussi à la madrasa construite par son père : la madrasa al-Kamālīya al-Qāḍawīya.

  • 7 K. Rawdatayn, I, 65.
  • 8 Il mourut en 574/1178.
  • 9 K. Rawdatayn, I, 189.

15Sayf ad-Dīn, le frère aîné de Nūr ad-Dīn, fit bâtir la madrasa al-Atabāqīya al-’Atīqa. Au dire d’Abū Šāma7 c’était un des plus beaux édifices de la ville. Elle était dotée d’un waqf pour les jurisconsultes (fuqahā) chaféites et hanafites. Le premier professeur qui y enseigna fut Abū l-Barakāt ‘Abd Allāh b. al-Ḥusayn connu sous le nom d’Ibn aš-Šīraǧī8, un des maîtres d’Ibn Šaddād. Une madrasa fut construite par le commandant des troupes zen-guides de Djéziré, Zayn ad-Dīn Abū l-Ḥasan ‘Alī b. Begtegin décédé en 563/1167 et père d’al-Malik al-Mu’aẓẓam Kökbüri, seigneur d’Irbil. Le premier à y enseigner fut Raḍī ad-Dīn Yūnis b. Munî’a (508/1114-576/1180). Elle est connue sous le nom d’al-Kamālīya du nom de Kamāl ad-Dīn qui y succéda à son père comme professeur. L’édifice a été remanié, et de nos jours, c’est celui que l’on appelle aussi Ǧāmi’ Šayh aš-Šaṭṭ. Zayn ad-Dīn fit construire une seconde madrasa, la Zaynīya, où Yūnis b. Munî’a enseigna aussi. Une sixième madrasa, la Kamālī ya al-Qaḍawīya, fut construite à Mossoul par le vizir de Nūr ad-Dīn, aš-Šahrazūrī. Ce remarquable homme politique qui fut aussi un éminent savant chaféite constitua de nombreux waqfs pour l’entretien de la mosquée ainsi que pour ceux qui y enseignaient et ceux qui y étudiaient. Son propre fils y fut professeur. Enfin dans la Grande Mosquée qu’il venait de construire Nūr ad-Dīn installa une madrasa où il fit venir comme professeur le jurisconsulte ‘Imād ad-Dīn Abū Bakr at-Tawqānī aš-Šāfi’ī9. La construction des madrasas devait s’intensifier dans les années qui suivirent la mort de Nūr ad-Dīn : si Ibn Ğubayr lors de son passage en 580/1184 ne dénombre encore que six madrasas, au début du viie/xiiie siècle on pouvait déjà compter à Mossoul vingt huit madrasas auxquelles s’ajoutaient dix huit dār al-ḥadīṯ.

  • 10 RCEA, n° 3138. Herzfeld (Reise, 227) distingue six périodes de travaux dans l’édifice tel qu’il se (...)

16Il y avait deux Grandes Mosquées, la première celle qui fut appelée al-ǧāmi’ al-’atīqa, fut élevée par l’omeyyade Marwān II sur l’emplacement de la mosquée primitive de l’an 16/637. L’édifice fut restauré par al-hāğğ Muḥammad Muṣaffa aḏ-Ḏahab au xiiie siècle et s’appela dès lors ǧāmi‘al-Muṣaffa. Lorsque le 13 gumādā I 566/22 janvier 1171 Nūr ad-Dīn entra à Mossoul il décida de construire une grande mosquée au centre de la ville. Les travaux dont la direction fut confiée au cheikh ‘Umar b. Muhammad al-Mulla furent terminés en 568/1173. En fait la Grande Mosquée avait été déjà commencée par Sayf ad-Dīn Ġāzī si l’on en croit une inscription sur le miḥrāb datée de gumādā I, 54310. A l’angle nord-ouest de ce vaste édifice se dresse un haut minaret en briques, au fût cylindrique sur base carrée. Il s’est courbé sous le lent effet des vents et a reçu le surnom d’al-Ḥadbā’ (le bossu). Ce minaret porte sept registres de décor géométrique en briques et pourrait fort bien dater de Sayf ad-Dīn car il ressemble de façon étonnante, tant par sa forme que par son décor, au Manār i-Lalyān de Buḫārā, daté de 542/1147-8.

17Deux autres sanctuaires de moindre importance existaient alors. Le premier, la mosquée ou mašhad de Nabī Ğurğis avait été bâtie en 213/828 par Muhammad b. ‘Abd Allāh as-Sawdī as-Samarqandī : ce lieu de pèlerinage se trouvait entre la mosquée de Nūr ad-Dīn et la porte du Pont. Le second, le mashad de l’imām Yahyā près de la citadelle qui est un édifice rectangulaire datant de Nūr ad-Dīn surmonté d’un tambour couvert d’une pyramide polygonale et précédé d’un petit portique. L’ornementation de l’édifice rappelle celle de l’Église Mār Tūmā.

PLAN DE LA VIEILLE VILLE DE MOSSOUL (d’après J. M. FIEY, Mossoul Chrétienne)
1. Mār iša’ya
2. Šim’ūn aṣ-Ṣafa.
3. Мār Ǧurǧis.
4. Meskinta.
5. Мār Peṭion.
6. Ṭāḥira des Chaldéens.
7. Ṭāḥira des Syriens.
8. Mār Aḥūdemma.
9. Mār Tūmā.
10. Ṭāḥira des Jacobites → Bāb al-’Imādī.
11. Mār Theodoras → Ǧāmi’ al-Ǧuwayǧāti.
12. Mār Zena → Ǧāmi’ al-Ḫallāl.

18La prospérité et la sécurité amenèrent le développement hors la ville, au sud sur le bord du Tigre, d’un nouveau faubourg. Sous l’impulsion du vizir Muǧāhid ad-Dīn Qaymaz (m. 595/1199) qui fit bâtir la mosquée al-Aḥmar existant encore de nos jours et qui fonda en face un hôpital, le faubourg se couvrit rapidement de maisons. A l’est de la ville, sur la rive gauche du Tigre, près des ruines de Ninive se trouvait sur le Tell at-Tawba un ribāṭ, voisin du mašhad commémorant la prière de Jonas et où les pèlerins viennent encore de nos jours se recueillir.

19Au nord de Mossoul un ensemble impressionnant de ruines remontant aux années de splendeur de l’empire assyrien témoigne de la richesse de la contrée depuis des temps fort reculés ; en dehors de Ninive toute voisine, nous avons Khorsabad, la ville de Sargon, les gorges du Bavian où déjà en 690 B.C. les Assyriens avaient élevé un barrage qui permettait une savante irrigation de la plaine. Deux marchés qui de tout temps jouèrent un rôle non négligeable dans l’économie de la région comprise entre le cours du Tigre et celui du Zāb supérieur : Karamlis et Barṭalla. Ces villes n’étaient pas situées sur la route qui reliait Mossoul à Ǧazīrat Ibn ‘Umar.

  • 11 Le Str., 90 ; GB, M. Or., 613.
  • 12 GB, M. Or., Maltai, 616 ; Canard, Ḥamd., 115 ; Minorsky, EI, III, 228.
  • 13 G. Bell, 287 sous Zakho, village connu aussi sous le nom de Ḥasān Agha.
  • 14 Actuellement cette rivière délimite la frontière entre l’Iraq et la Turquie.

20En sortant de Mossoul, vers le nord, on parvenait à Ba’ašiqa, une petite ville où, bien que la population ait été en majorité chrétienne encore au viie/xiiie s., il y avait une Grande Mosquée pour les musulmans de la ville. Une vaste qayṣarīya et de nombreux hammams témoignent de l’activité économique de ce centre. Les cours d’eau faisaient tourner les moulins et permettaient l’irrigation de nombreux jardins où abondait l’olivier11. L’étape suivante est Malathaya, l’actuel Malthai12. Ce village célèbre par ses bas-reliefs marquait à soixante km. de Mossoul, au piedmont du Ǧabal Hakkārī, la frontière septentrionale de l’Assyrie, zone occupée au vie/xiie siècle par les Kurdes. Poursuivant vers le nord on atteint le village d’al-Ḥasanīya (1)13, l’actuel Zakho. On y franchit un cours d’eau sur un grand pont de pierre, en dos d’âne, avec un grand arc central en plein centre, rappelant par sa silhouette les ponts bâtis par les Sassanides à travers leur empire. Le cours d’eau est le petit Ḫābūr qui coule d’est en ouest et se jette dans le Tigre14.

  • 15 Tuḥfat, II, 139 ; Nuzhat (édit. Le Strange), 103 ; Harawî, 152 ; Le Str., 93 ; G. Bell, 296 ; EI, (...)

21Continuant vers le nord on parvient en une journée de marche à Ṯamanīn, ou Sūq aṯ-Ṯamanīn, ou encore Qariyat aṯ-Ṯamanīn. Cette ville qui fut prospère déjà au ive/xe siècle est située au pied du mont Ǧudī au sommet duquel se trouve une mosquée placée sous l’invocation de Noé, car le patriarche y aurait, dit-on, prié. On se dirige ensuite franchement vers l’ouest pour gagner Ǧazīrat Ibn ‘Umar située de nos jours sur la rive gauche du Tigre15.

22Ǧazīrat Ibn ‘Umar, l’actuelle ville-frontière de Cizre, avait été bâtie sur la rive droite d’un méandre du Tigre. Celui-ci constituait une boucle presque fermée dont les points les plus rapprochés étaient reliés par un canal. Avec le temps, ce canal devint le lit du fleuve tandis que l’ancien lit s’asséchait.

23Dès la plus haute antiquité cette cité, dont on attribue la construction à Ardašīr Bābakan, fut un point stratégique important et constitua un remarquable lieu de passage pour franchir le Tigre. Au vie/xiie siècle un pont, dont on trouve actuellement les ruines au sud-ouest de la ville, unissait les deux rives de cette active agglomération. Ǧazīrat, dont les environs comptaient de beaux vignobles, recevait les produits d’Arménie, notamment le fromage et le miel et, le fleuve devenant navigable en aval de la ville, une organisation de batellerie transportait les denrées vers Mossoul.

24Au ive/xe siècle, au dire d’Ibn Hawqal, la ville possédait une enceinte imposante percée de trois portes, ses maisons étaient en pierre et les fidèles se réunissaient dans la Grande Mosquée primitive. Plus tard l’atabeg Badr ad-Dīn Lu’lu’ devait y construire une grande mosquée neuve. Il y avait, à l’époque de Nūr ad-Dīn, quatre madrasas chaféites dans la ville : celle du cadi Ǧamāl ad-Dīn ‘Abd ar-Raḥīm, celle d’Ibn al-Barāzī, celle de Zāhir ad-Dīn Qaymaz al-Atābakī et la madrasa ar-Radawīya. Deux ḫānaqāh-s hors les murs accueillaient les soufis tandis qu’à l’intérieur de l’enceinte on dénombrait un hôpital, quatorze hammams et quantité de mosquées plus ou moins spacieuses.

  • 16 EI, II, 1203 ; Canard, Ḥаmd., 110.

25A une douzaine de kilomètres en amont de Ǧazīrat Ibn ‘Umar se dresse, sur un site où subsistent des sculptures parthes sur les bords du Tigre, le château de Finik qui joua un grand rôle dans l’histoire médiévale comme point d’appui des Kurdes Bašnawī. Cette place se trouve à la limite du Diyār Bakr marquée par le nahr Baynaṯa16.

26A l’ouest de Ǧazīrat Ibn ‘Umar se profilait le massif du Ṭūr ‘Abdīn peuplé de nombreux Jacobites. Ce massif, dont nous parlerons plus loin, est limité au nord par le Tigre tandis que vers le sud les pentes sont ravinées par les torrents qui vont s’assagir dans la plaine, tel le Hirmās qui se jette dans le Ḫābūr.

  • 17 Le Str., 92, 93 ; EI, I, 329 ; ЕI2, I, 438-439 ; Canard, Ḥamd., 115 ; GB, M. Or., 616 (Amādiya).
  • 18 Kāmil, IX, 6 (édit. Caire).

27Bien que la région située au N.-N.-E. de Mossoul ne fasse pas partie de la Djéziré elle mérite une mention par suite de la place qu’elle a occupée dans l’histoire médiévale. C’est le Kurdistān occidental dont les pentes et les hautes vallées sont hérissées de nombreuses places fortes tenues par les Kurdes auxquels Zengī avait réussi à en prendre quelques-unes. La plus fameuse est ‘Imādīya, appelée aussi ‘Amādīya17 qui, située à 160 km. de Mossoul, permettait de contrôler les infiltrations ennemies venues de l’Ādharbaydjān par le bassin du petit Ḫābūr ou les vallées des affluents de gauche du Zāb supérieur. C’était un centre kurde important, véritable capitale des Kurdes Hakkārī contre lesquels eurent à lutter, à plusieurs reprises, les princes de Mossoul. La ville fut reconstruite en 537/114218 par ‘Imād ad-Dīn Zengī, dont elle tire son nom, sur l’emplacement d’un château kurde plus ancien appelé Āšīb ou aš-Sa’bānīya. La cité se trouve sur une colline dominée par une citadelle bâtie sur un rocher escarpé, cette situation lui donne la réputation d’être imprenable.

  • 19 Von Oppenheim, II, chap. XV, 192 sq. Sur les voies de communication en Djéziré à l’époque de Nūr a (...)

28Vers le sud deux routes permettaient de se rendre de Mossoul à Bagdad, la capitale du califat abbasside, le siège de l’autorité suprême qui délivrait les investitures. On pouvait descendre le cours du Tigre soit par la rive gauche, soit par la rive droite19.

  • 20 Voir Fiey, Mossoul chrétienne, index.
  • 21 Streck, EI, III, 986-989 ; GB. M. Or., 615. Ce site fut confondu par le géographes arabes avec les (...)
  • 22 Le Str., 90 ; EI, II, 206 ; Herzfeld donne les étapes de la route postale Bagdad-Mossoul.

29En prenant la première voie on quittait Mossoul en franchissant le Tigre puis, après avoir traversé le site de Ninive, on s’engageait en direction du sud. Le voyageur avait le choix entre deux étapes d’une quarantaine de kilomètres chacune. Il pouvait s’arrêter au couvent syriaque de Mār Behnām, qui au vie/xiie siècle fut particulièrement restauré20, ou bien il gagnait le vaste tell de l’antique Kalah connu de nos jours sous le nom de Nimrud21, la capitale de l’empire assyrien.A une dizaine de kilomètres en aval il fallait franchir le Grand Zāb avant d’arriver à la ville de Ḥadīṯa22. Cette importante ville neuve était bâtie sur une colline dominant le fleuve, l’actuel Tell aš-Ša’īr. La cité dont la Grande Mosquée en pierre date de la fin de la dynastie omeyyade connut son apogée à l’époque abbasside pour disparaître sous la marée tatare.

30Quelques kilomètres plus au sud le petit Zāb, le Maǧnūn, l’actuel Kialvi, venant de la région de Šahrazūr, se jette dans le Tigre légèrement en aval de la ville d’as-Sinn. As-Sinn (la dent) était une étape au nord du Ǧabal Bārimmā, la cité, entourée au moyen âge de hautes murailles, abritait une population en majorité chrétienne qui vivait dans des maisons en pierre et s’approvisionnait dans de vastes souks. Si les Chrétiens avaient de nombreuses églises encore du temps de Yāqūt, les Musulmans eux avaient une mosquée-cathédrale.

31La frontière de la Djéziré se trouvait sensiblement au sud d’as-Sinn, pratiquement au défilé d’al-Fatha où le Tigre, après avoir longé le Ǧabal Makḥūl, réussit à passer entre cette chaîne et le Ǧabal Ḥamrīn.

  • 23 Le Str., Lands, 12 ; Reise, II, 312 sq. ; Streck, EI, II, 554-557 ; GB, M. Оr., 598.
  • 24 Dans la ville haute, le noyau le plus ancien de la cité entouré d’une enceinte on trouve au milieu (...)

32A l’est du Tigre, entre les deux Zāb et jusqu’au piedmont du Kurdistān, s’étend une plaine fertile et fort riche en céréales23. Cette région était soumise, au vie/xiie siècle, au souverain de Mossoul comme elle l’avait été jadis au roi de Ninive. La capitale, Irbil, qui par extension donna son nom à toute la province, se trouvait placée à un important carrefour de routes. Là passait la route la plus commode de Mossoul à Bagdad, celle qui avait relié jadis Ninive à Babylone ; des routes s’enfonçaient dans les vallées du Kurdistān vers l’Ādharbaydjān pour gagner Rawandūz et Marāģa. L’activité commerciale et surtout agricole du marché d’Irbil remonte à une époque lointaine, celle où après la chute de Ninive en 612 av. J.-C. ce fut la seule ville de quelque importance qui ait survécu à la défaite assyrienne. En fait, l’histoire de la province ďIrbil reste marquée par le souvenir de la bataille d’Arbèles qui se déroula en 331 av. J.-С. à l’ouest de la ville, au bord du grand Zāb, et au cours de laquelle Alexandre le Grand infligea une écrasante défaite à l’achéménide Darius III. L’histoire de la ville d’Irbil reste dans l’ensemble modeste, voire même obscure, jusqu’au jour où, en 563/1167 le général des armées de Mossoul, Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük b. Begtegīn, officier fidèle au service des Zenguides, établit son autorité sur la région, prit Irbil pour capitale et reçut de Mossoul une large autonomie. Sans doute est-ce ce prince qui consolida les murs de la citadelle qui du haut d’un tell artificiel domine la ville actuelle24. Visible de loin la silhouette rappelle celle de Ḥimṣ. A l’époque de Nūr ad-Dīn une importante population chrétienne cohabitait avec de très nombreux éléments kurdes soit Haḏbānī, soit Ḫakamīya. Mais ce n’est qu’après la disparition de Nūr ad-Dīn que la ville prit un développement remarquable sous l’impulsion de l’émir Muẓaffar ad-Dīn Kökbüri, le beau-frère de Saladin. C’est alors qu’au sud de la citadelle se développa un important faubourg où fut bâtie une grande mosquée dont subsiste en partie le minaret de briques qui fut haut de soixante trois mètres. Dans ce faubourg se trouvaient les entrepôts pour le maïs et le coton dont la qualité était excellente dans la région.

33D’Irbil on gagnait Bagdad en franchissant le petit Zāb à Altın Köprü sur un pont de pierre. C’est un pont de pierre en dos d’âne avec une grande arche en plein cintre sur le fit du fleuve et près de chaque rive sont pratiquées deux arches plus petites avec de puissants piliers pouvant résister à la poussée des crues soudaines et violentes.

  • 25 Kramer, EI, II, 1086-1088.
  • 26 Le Str., 92.

34La route se poursuit jusqu’à Kirkuk25, connue aussi sous le nom de Bāǧarmā ; ce centre renommé pour ses ressources en bitume relevait de la province de Mossoul. En continuant en direction de Mossoul on franchissait à gué le Ṭawq Tchai à Ṭawq, ou Daqūqā26 puis l’on faisait halte à Kifrī avant de continuer son chemin vers la capitale abbasside.

  • 27 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 242.

35On pouvait aussi de Mossoul gagner Bagdad en suivant la rive droite du Tigre. Cette route bien que plus directe semble avoir été moins fréquentée, sans doute par suite de l’absence de grands centres commerciaux ou de carrefour de routes importantes. En sortant de Mossoul par le sud, on s’engage dans la plaine qui s’étend entre la chaîne de collines, qui se détache du Ǧabal Sinğar et qui se termine par le Ǧabal Makhūl, et le lit du fleuve. Traversant le Marǧ Ǧuhayna on fait halte dans le chef-lieu du district : Ǧuhayna27 situé sensiblement en face de la ziggourat de Nimrud. Au centre de la ville s’élevait la Grande Mosquée tandis qu’une solide citadelle en pierre de taille marquait l’importance militaire du site, importance soulignée par la présence d’un grand pigeonnier officiel qui servait de relai pour la poste des chancelleries.

  • 28 Streck, EI, II, 724 sq. ; GB, M. Or., 618 ; Canard, Ḥamd., 128.

36L’étape suivante se trouvait, en aval du confluent du grand Zāb, à Qayyāra où Ibn Ǧubayr nota d’importantes ressources en bitume28 mais qui aujourd’hui n’est qu’un petit village. Au cours de la troisième étape on traversait une plaine où aboutissaient plusieurs pistes venant de Hatra située dans le désert à l’ouest du Tigre, on gagnait Aṯūr, l’actuelle Qal’at Šarqāt qui se trouve tout près des ruines plusieurs fois millénaires d’Aššur. L’acropole de l’ancienne capitale assyrienne, délaissée déjà sous les Sassanides, se trouve sur un promontoire dominant le Tigre et un canal de dérivation.

  • 29 Musil, The Middle Euphrates, 56, 57.

37La route passe désormais entre les collines du Ǧabal Makḥūl et le Tigre. L’étape se situe à Qal’at Makhūl connu sous le nom de Qaṣr al-Banāt, identifié parfois à Kuhayl29. Cette ville est située en amont du confluent du petit Zāb avant le défilé d’al-Fatha, défilé où le Tigre s’engage entre les massifs du Ǧabal Makhūl et le Ǧabal Ḥamrīn. Ce point marquait la limite entre la province de Mossoul et celle de Bagdad, là passait la frontière de la Djéziré et de l’Iraq

  • 30 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 241 ; Le Str., 57 ; Reise, 57 ; Kramer, EI, IV, 663-664 ; GB, M. Or., 622 (...)
  • 31 Nuzhat, 96.

38Suivant que Bagdad ou Mossoul avait la prépondérance, Takrīt qui se trouvait sur la rive occidentale du Tigre, en aval du défilé, se voyait rattaché à l’Iraq ou à la Djéziré30. A l’époque de Nūr ad-Dīn le district faisait partie du territoire des princes d’Irbil et relevait donc par cet intermédiaire du seigneur de Mossoul. La population était en majorité jacobite et le diocèse au milieu du viе/xiie siècle était aussi rattaché à la capitale de la Djéziré. La ville, où Saladin vit le jour, était située sur deux collines enceintes d’une muraille : sur la colline du nord se dressait la citadelle imprenable dominant le Tigre de deux cents mètres, tandis que la ville à proprement parler était bâtie sur la colline du sud. Elle comptait de nombreuses églises et mosquées et avait des marchés bien achalandés. Aux environs, les principales cultures étaient celle du sésame et celle de la pastèque qui donnait jusqu’à trois récoltes par an31. C’est à Takrît que fut scellée l’amitié qui présida aux relations entre la famille de Zengī et celle de Naǧm ad-Dīn Ayyūb, le père de Saladin.

39En suivant la rive droite du Tigre le voyageur passait en face de Dūr, de Samarrā, de Qadisiyya avant de gagner Kāẓimayn et Bagdad.

40La route commerciale la plus importante de la Djéziré était celle qui reliait Mossoul à la Méditerranée par le Ṭūr ‘Abdīn.

  • 32 Harawī, 151-152 ; Yāqūt, І, 715 ; Le Str., 99 sq., carte III ; Canard, Ḥamd., 703 sq.
  • 33 G. Reitlinger, Mediaeval Antiquities West of Mosul, Iraq, 1938, 146-7.

41On quittait Mossoul en direction du nord-ouest et l’on gagnait, en amont sur le Tigre, Balad32, actuel Eski Mossoul. Dès le ive/xe siècle cette ville est signalée comme importante, elle a une grande mosquée, des édifices bâtis en pierre et des souks actifs. C’est en ce point qu’une route se détache vers l’ouest en direction de Sinğar. A deux kilomètres la route passait sur un pont à arche unique33 qui enjambe le wādī al-Murr. Peut-être est-ce le pont sous lequel se reposa Ibn Ǧubayr et qu’il place au village de ‘Ayn ar-Rasad. Cet ouvrage d’art est dû au frère de Nūr ad-Dīn, Quṭb ad-Dīn Mawdūd, qui fit aussi bâtir le minaret de la madrasa de Sinğar.

  • 34 Dussaud propose de l’identifier avec ‘Uwaynāt (THS, 499-500). Le problème a été récemment repris p (...)
  • 35 Porte de Balad, porte de la Djéziré, porte de Niṣibïn.
  • 36 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 247.
  • 37 THS, 499.
  • 38 A chercher dans cette région le village de Ǧudal, dernière étape d’Ibn Ǧubayr avant de gagner Niṣi (...)

42En poursuivant son chemin vers le nord-ouest on traversait une région très fertile pour arriver à la ville de Ba’ayanaṯa toute environnée de jardins sillonnés de ruisseaux34. L’étape suivante se situait à Barqa’id, l’actuel Tell Rumaylān. Patrie des Hamdānides, la ville fut un centre de commerce important pour les caravanes de Mossoul et de Niṣibīn et un grand marché de blé et d’orge. Une enceinte à trois portes monumentales35 protégeait une population qui au Moyen Age eut une triste réputation de voleurs et de pillards et c’est pourquoi au temps de Yāqūt (xiiie siècle) la route finalement se détourna pour éviter d’inutiles tracas. Peut-être est-ce dans cette région qu’il faudrait chercher la localisation d’al-Muwayliha36. Plus à l’ouest on arrivait au riche district agricole appelé Bayn an-Nahrayn dont le chef-lieu Aḏramā, l’actuel Tell Rummān37, était doté, dès le ive/xe siècle d’une double enceinte avec un profond fossé et avait aussi un pont de pierre à arche unique38.

  • 39 Ibn Ǧubayr (Broad.), 247.

43Traversant une région vallonnée et arrosée par les affluents du Ǧaġǧaġ la route qui vers le nord permet d’apercevoir la silhouette du Ǧabal Ǧudī atteint Niṣibīn39.

  • 40 Niṣibîn, Naṣibīn ou Nuṣaybīn, à trois km. de Kamachliyé en Syrie. Mu’ǧam, IV, 787 ; Taqwlm, 273 ; (...)

44Située au milieu d’une vaste plaine où coulent de nombreux ruisseaux descendant du massif du Ṭūr ‘Abdīn, Niṣibîn est bâtie sur le cours supérieur du Hirmās, l’actuel Ǧagǧag, qui traverse la ville, en arrose les jardins et fait tourner les moulins40. Le climat y est bon, les vergers donnent des fruits abondants et les roses apportent une renommée supplémentaire à la cité.

45Une puissante forteresse abritait les troupes de cette place stratégique où les Romains tinrent garnison pendant deux siècles. A l’intérieur de l’enceinte, dont deux des portes nous sont connues : Bāb ar-Rūm et Bāb Sinǧār, les souks traversent la ville de part en part. La Grande Mosquée qui est la plus ancienne, c’est la mosquée des Banū Bakra, offre la particularité d’avoir deux bassins à ablution, l’un au centre de la cour, l’autre à la porte orientale, alimentés tous deux par des dérivations du Hirmās ; Ibn Ǧubayr signale deux madrasas et un maristān. Une vieille église jacobite dédiée à Mār Yāqūb en 359 A.D., agrandie en 141/759 existait au ve/xie siècle. Nous ignorons si elle a échappé à la destruction lors des représailles que Nūr ad-Dīn exerça contre les Chrétiens à la prise de la ville en 566/1171.

46On trouvait à Niṣibīn des lieux de pèlerinage musulmans tels le mašhad de ‘Alī, oratoire de Bāb ar-Rūm, où l’on vénérait une empreinte de la main de ‘Alī, la mosquée d’Abū Hurayra où une inscription grecque jouait le rôle d’un talisman, le mašhad de la tête de Ḥusayn, appelé aussi mašhad an-Nuqta (l’oratoire de la Goutte de Sang) et le mašhad de Zayn al-’Abidīn. Ibn Hawqal (ive/xe siècle) trouvait Niṣibīn plus vaste que Mossoul tandis qu’Ibn Ǧubayr, qui la visita en 580/1184, la dit moyenne. C’était la ville la plus importante, aussi bien comme point stratégique que comme carrefour commercial, que l’on rencontrait en se dirigeant de Mossoul vers l’ouest. A maintes reprises dans le cours de l’histoire, et notamment sous Zengï et Nūr ad-Dīn, Niṣibīn, dont les jardins s’enorgueillissaient de fort belles roses, releva du seigneur de Mossoul qui tenait sous son contrôle toutes les richesses agricoles de cette fertile région où abondaient fruits et raisins.

  • 41 Dārā : Harawī, 143 ; Mu’ǧam, II, 516 ; Tuḥfat an-Nizām, II, 142 ; Ibn Ǧubayr, 276 ; ISK. Dāwūd, 88 (...)

47En longeant vers le nord-ouest les contreforts méridionaux du Ṭūr‘Abdïn on arrive au bout de vingt huit kilomètres à Dārā située sur le nahr al-A’waǧ, un des affluents du Hirmās41. La ville dont on fait remonter le nom au roi Darius, fut fondée vers le vie-ve siècle avant notre ère. Ce fut essentiellement une grande forteresse romaine qui contrôlait la bifurcation des routes de Mārdīn et de Rās al-’Ayn. Située non loin des pentes abruptes du Ṭūr ‘Abdīn la ville est bâtie en pierres noires de basalte et les maisons y sont passées à la chaux, ce qui a fait dire à Ibn Ǧubayr que la ville était « grande et blanche ». Prise par Chosroes sur les Grecs en 540 elle fut occupée par les Arabes en 640 en même temps que Mārdīn. On y fréquente deux lieux de pèlerinage musulmans, le mašhad d’Umm al-Yumn ( ?) et un mašhad d’al-Ḫadir (ou Ḫidr).

  • 42 Mu’ǧam, II, 612 ; Ibn Ǧubayr, (G.D.) 277 ; Le Str., Lands, 96 ; Carra de Vaux, EI, I, 1114 ; D. So (...)

48De Dārā on pouvait aller en direction du nord-ouest vers Dunaysir et Mārdīn ou bien en direction du sud-ouest vers Rās al-’Ayn en passant par Kafartūtā. Dans la plaine que traverse un affluent du nahr al-A’waǧ, au milieu de vergers et de potagers irrigués par de nombreux canaux s’est développé un important marché : Dunaysir42. Si de nos jours cette ville n’est plus représentée que par les ruines du village turc de Kizil Tepe, à l’époque de Nūr ad-Dīn elle était un centre d’attraction pour les gens du pays syrien du Diyār Bakr et d’Āmid. Lieu de rencontre de caravanes Dunaysir eut des souks fort actifs et des hammams très fréquentés ; comme dans la plupart des villes musulmanes où s’exerça, même passagèrement, l’autorité de Nūr ad-Dīn cette cité fut dotée d’une madrasa, bâtie hors les murs et que vit Ibn Ǧubayr lors de son passage. Au début du viie/xiiie siècle sous l’administration de descendants plus ou moins directs de Nūr ad-Dīn la prospérité se généralisa dans la région, une fois la paix revenue. Les routes furent améliorées et de nombreux ponts facilitèrent le passage des innombrables rivières descendant du Ṭūr ‘Abdīn. Au nord-ouest de Dunaysir on peut encore voir les restes d’un grand pont de pierre de cinq arches. Ces vestiges soulignent l’importance de la ville comme lieu de passage au Moyen Age.

  • 43 Mu’ǧam, IV, 390 ; Mosāik, 76 ; Tuhfat an-Mzām, II, 142 ; Ibn Ǧubayr, (G.D.) 276 ; Le Str., Lands, (...)

49A une vingtaine de kilomètres de Dunaysir, au nord-est de la voie menant à Āmid, se dresse à 1.200 m. d’altitude sur un piton dépendant du massif du Ṭūr ‘Abdïn, la citadelle de Mārdīn43. Bâtie sur un rocher de couleur ocre aux pentes abruptes et entourée d’un glacis de deux cents mètres cette citadelle, à laquelle on accède par un chemin en lacets, domine la ville qui s’est développée en gradins du côté sud. Cette citadelle antérieure aux Byzantins, appelée al-bāz al-ašhab (le faucon gris) ou simplement šahba (la grise), était réputée imprenable. Elle fut toutefois occupée par les Arabes en 19/640, puis elle servit de point d’appui successivement aux Marwānides, aux Ḥamdānides, aux Seldjouqides et aux Ar-tuqides. Son importance stratégique venait de ce qu’elle se trouvait non loin de la ligne de partage des eaux entre le bassin du Tigre et celui de l’Euphrate, à la limite occidentale du massif du Ṭūr ‘Abdīn.

  • 44 Poidebard, Trace, pl. CXLI.

50La place, bien qu’à l’écart, commandait d’une part la route qui de Mossoul allait à Āmid et qui empruntait un col voisin, et d’autre part la route qui du Ṭūr ‘Abdīn menait à Rās al-’Ayn et de là vers le Diyār Muḍar. Du chemin de ronde de la citadelle on voit s’étendre vers le sud à six cents mètres plus bas la grande plaine du bassin du Ḫābūr et par temps clair, en fin de matinée lorsque le soleil ne brille plus à contrejour, on peut distinguer au loin vers le sud-est les hauteurs du Ǧabal Sinğar44.

51Mārdīn, qui encore au viiie siècle était une des métropoles nestoriennes, avait une grande activité économique dans laquelle le tissage de la laine tenait une place importante. Les nombreux souks, comme les autres rues escaladaient le rocher par paliers. La Grande Mosquée, l’Ulu Cami, qui fut remaniée par le frère de Nūr ad-Dīn, Quṭb ad-Dīn Mawdūd, existait déjà au ve/xie siècle. Il en subsiste la cour rectangulaire, une salle de prière à trois vaisseaux et, dans l’angle nord-est, un minaret dont la base carrée porte la date de 572/1176. Prise d’assaut par Timur Lenk en 806/1404 la ville dut subir de sérieux dégâts car la plupart des monuments qui existent de nos jours ne remontent pas au-delà du début du ixe/xve siècle, soit après le passage des Mongols.

a) LE BASSIN DU ḪĀBŪR45

  • 45 EI, III, 910-911 ; Canard, Ḥamd., 240, carte ; J. van Liere et J. Lauffray, Nouvelle prospection a (...)

52Au sud du Ṭūr ‘Abdīn, un ensemble de rivières coulant toutes dans la direction nord-sud se réunissent pour former un seul et même cours d’eau : le Ḫābūr, du nom de la plus occidentale d’entre elles.

53Le Haut Ḫābūr coule du nord-ouest au sud-est en suivant les contreforts septentrionaux du Ǧabal ‘Abd al-‘Azīz, puis lorsqu’il reçoit sur sa rive gauche les eaux du Hirmās, l’actuel Ǧaġǧaġ, descendant de Niṣibīn il prend franchement la direction nord-sud car il est alors dévié par le Ǧabal Ǧurayba et va mêler ses eaux à celles de l’Euphrate à Qarqīsīya, l’antique Circessium, la moderne al-Busayra.

  • 46 Poidebard, Trace, 163.
  • 47 Harawī, GLP, 143 ; Yāqūt, (W.) IV, 287 ; Le Str., 97 ; Canard, Ḥamd., 99 ; Isk. Dāwūd, 31.

54Le Ḫābūr constitue la limite entre le Diyār Rabī‘a située à l’est et le Diyār Muḍar située à l’ouest. La large vallée du Ḫābūr fut très prospère dès les époques les plus reculées ainsi qu’en témoignent dans la région les nombreux vestiges remontant à l’empire assyrien et à l’époque romaine. Au Moyen Age la région était fréquentée par les acheteurs de coton venant de Mossoul pour approvisionner leurs manufactures de mousseline. Une route importante passait dans la région du Haut Ḫābūr, celle qui venant de Mossoul et Niṣibīn se dirigeait vers l’ouest par Rās al-’Ayn et Ḥarrān pour atteindre l’Euphrate à Djérablous46. A une étape à l’ouest de Dārā et au sud de Mārdīn et de Dunaysir une autre route venant d’Āmid donnait une certaine importance au point de jonction où fut bâtie Kafartūṯā47. Cette ville située au milieu d’une plaine fertile, sur un des affluents du Ḫābūr, fut un marché vivant et compte plusieurs mosquées dont une avait, au dire d’al-Harawī, un minaret remontant à 155/772, soit à l’époque du règne de l’abbasside al-Manṣūr.

  • 48 Yäqüt, II, 731 ; Ibn Ǧubayr, (G.D.) 279 ; Le Str., 95 ; Chapot, Frontüre, 302 ; THS, 490 ; Cl. Cah (...)
  • 49 Les kelek-s sont des radeaux utilisés déjà à l’époque assyrienne, constitués de troncs d’arbres li (...)

55Plus à l’ouest on atteignait une des principales étapes sur la route de Mossoul à Djérablous, la ville de Rās al-’Ayn48, d’où une autre route partait vers le sud pour gagner Raqqa. Située au sud de la région où plus de trois cent cinquante sources viennent apporter leurs eaux au Ḫābūr, l’ancienne Resayna araméenne s’était développée à l’endroit où le Ḫābūr devenait navigable. Les kelek-s49, pour gagner Qarqīsīya au confluent de l’Euphrate, descendaient alors le fleuve au milieu des jardins et entre les rives où tournaient des moulins. Lors du passage de l’andalou Ibn Ǧubayr à la fin du vie/xiie siècle la ville n’avait pas d’enceinte, les maisons y étaient modestes mais il y avait deux Grandes Mosquées, l’une en ville et l’autre dans les faubourgs. Cette dernière était la plus ancienne, on la faisait remonter à l’omeyyade ‘Umar b. ‘Abd al-’Azīz. Hors la ville, qui se présentait comme un bourg sans défense, au milieu des jardins, un ribāṭ, occupé par les soufis recevait aussi les étrangers. Un peu plus loin dans une presqu’île formée par un méandre de la rivière il y avait, à l’époque de Nūr ad-Dīn, une madrasa qui voisinait avec un bain, mais les deux édifices étaient à l’abandon quelques années plus tard. Sur les rives du Ḫābūr les moulins broyaient les céréales des fertiles environs tandis que les norias, sans trêve, envoyaient l’eau vers les jardins et les vignobles ou bien vers les champs de coton.

  • 50 THS, 484.
  • 51 Reise, 175-176 ; von Oppenheim, II, 24 ; Poidebard, Trace, 133 sq. ; GB, 460 ; GB, M. Or., 392 ; I (...)
  • 52 Poidebard, Trace, 157 ; pl. CLII, CLIII.
  • 53 Von Oppenheim, II, 27 ; Reise, I, 191 ; Poidebard, Trace, 142, pl. CXVIII, CXIX ; THS, 492 ; Isk. (...)
  • 54 Von Oppenheim, II, 19 sq. ; Reise, 184 ; Poidebard, Trace, 136-7, pl. CXIII ; Gl. Cahen, Djazira, (...)
  • 55 Von Oppenheim, II, 39, dit : Tell ‘Aǧaba ; Arabana, chez van Liere et Lauffray, AAS, IV-V, 129-148

56En aval de Rās al-’Ayn, le Ḫābūr prend la direction sud-est, il passe au pied des ruines de Tell Maǧdal50 sur la rive droite et arrive au confluent du Hirmās qui apporte au Ḫābūr les eaux de la région de Niṣibīn. Là est situé depuis des siècles un grand marché pour les nomades et les agriculteurs : al-Hassaka que la population locale prononce Hassetché51. C’est un important nœud routier, de là vers l’ouest une route rejoint Rās al-’Ayn et continue vers Ḥarrān, une autre vers le sud aboutit à al-Busayra sur l’Euphrate, une troisième vers l’est passe près du lac d’al-Ḫātūnīya52 au nord du Ǧabal Ǧurayba et va rejoindre Sinğar tandis qu’un embranchement oblique au sud-est part à travers le désert vers Hatra. Enfin une route remonte vers le nord la vallée du Hirmās, l’actuel Ǧaġǧaġ, pour gagner Niṣibīn à près de 80 km. C’est pour atteindre cette route qu’à une douzaine de kilomètres au nord d’al-Ḥassaka se trouvait le pont de pierres de Ṣufīya53. Ce pont était proche de l’actuel Ḫirbat Kara Sammuk et de Tell Bayzārī et permettait, déjà à l’époque romaine, de franchir le Hirmās. Après al-Hassaka le Ḫābūr prend la direction du sud et s’engage entre les croupes du Ǧabal ‘Abd al-‘Azīz et les hauteurs du Ǧabal Sinğar. En empruntant, en sens inverse, l’itinéraire suivi en 578/1182 par Saladin lorsqu’il alla prendre Niṣibīn nous aurons comme première étape la ville de ‘Arabān54 où Nūr ad-Dīn fit bâtir pour permettre le passage du Ḫābūr un pont dont il subsiste trois piles ruinées sur le rivage. Cette cité qui porte le nom de Tell ‘Aǧaǧa55 existait déjà au premier millénaire et est signalée comme une place importante par Ibn Hawqal.

  • 56 Le Str., 97 ; von Oppenheim, II, 16 ; Reise, І, 187-183 ; Poidebard, Trace, 136 ; Canard, Ḥаmd., 1 (...)

57En descendant le Ḫābūr on trouve sur la rive droite la ville de Tell Šaddāda56. De l’importante ville que visita Ibn Hawqal il ne subsiste qu’une colline couverte de ruines dominant la rivière d’une vingtaine de mètres. Il y avait là un barrage dont les dérivations permettaient une abondante irrigation des champs voisins à une grande distance de la rivière. Un gué tout proche qu’empruntait la route vers Sinğar et Mossoul donnait de l’activité à la cité.

  • 57 Poidebard, Trace, pl. СІХ.
  • 58 Le Str., 97 ; Reise, I, 179 ; von Oppenheim, ІІ, 15 ; THS, 485 ; Poidebard, Trace, 135 ; Canard, (...)

58Le Ḫābūr dans cette région décrit de vastes méandres57 puis longe une falaise jaunâtre avant d’atteindre Mākisīn, l’actuel Tell Marqada58. Il y avait à cet endroit un pont de bateaux qui permettait de passer sur la rive gauche et de rejoindre une piste qui remonte la rivière jusqu’à Tell Faǧamī, puis obliquant vers l’est mène en trois jours à Sinğar. Mākisīn était un actif marché de coton et la présence de pressoirs à huile laisse supposer une lucrative culture de l’olivier.

  • 59 Von Oppenheim, II, 10 sq. ; Reise, 177 ; Musil, Middle Euphrates, 84 ; Poidebard, Trace, 134 ; THS (...)

59On continue à suivre la falaise puis on traverse un pays plat et l’on gagne Suwar59 bâtie au milieu des méandres à un des gués du Bas Ḫābūr. Un tell allongé atteste l’ancienneté du site où déjà au deuxième millénaire il y avait une installation mitanienne. Une piste rejoint à cinquante km. environ vers le sud-ouest l’Euphrate à Deir ez-Zor et permet de gagner Raqqa en remontant le fleuve.

  • 60 Musil, Middle Euphrates, 83, 173, 337 ; Canard, Ḥаmd., 102.
  • 61 Yāqūt (W.), III, 109.
  • 62 Le Str., 97.
  • 63 Reise, 183.

60C’est en aval de Suwar et de Tell Fudayn que Musil60 a localisé Sukayr al-’Abbās, démontrant que la digue (sikr) citée par les géographes arabes est celle qui permet la dérivation du nahr Dawrīn qui rejoint l’Euphrate cent douze km. plus au sud. Les données assez vagues de Yāqūt61, départ d’un canal, un marché et une Grande Mosquée, concordent avec l’identification de Musil. Auparavant la localisation du site fut longtemps imprécise. Par suite d’une erreur empruntée à Ptolémée et transmise par les géographes arabes, d’où elle est passée chez Le Strange62, on situa longtemps Sukayr en amont de Hassetché sur le Hirmās et l’on en faisait partir un canal qui alimentait en eau le nahr Ṯarṯar. Herzfeld le premier pressentit une erreur63, et identifia Sukayr avec Tell Šaddāda où il existe un canal pour l’irrigation, un marché et une mosquée. Musil, lui, a détruit cette hypothèse pour situer Sukayr bien plus en aval.

  • 64 Von Oppenheim, II, 12.

61Finalement on parvient au confluent du Ḫābūr avec l’Euphrate, là se trouve Qarqīsīya, l’actuelle Busayra64, qui dépendait du Diyār Muḍar dont nous parlerons plus loin.

b) LA PLAINE DE SINĞAR

62Enfin une route partant de Mossoul permettait de gagner le Ḫābūr par Sinğar. Cette voie, Nūr ad-Dīn l’emprunta bien souvent dans les deux sens lorsqu’il venait à Mossoul régler les affaires de Djéziré.

  • 65 Yāqūt, (W.) I, 863 ; Reise, I, 205-207 ; Le Str., 99 ; Canard, Ḥamd., 108 ; Reitlinger, Iraq, 1938 (...)

63On sort de Mossoul vers le nord par la même route que celle qui mène à Niṣibīn, mais à Balad on bifurque à gauche vers le sud-ouest, on franchit une petite chaîne parallèle au Tigre, la Ǧubayla, et l’on aperçoit au loin, détaché des collines du Ǧabal Mahlabīya, un piton isolé au sommet duquel se dresse une citadelle que Yāqūt appelle Qal’at Marwān qui domine le bourg de Tell A‘far traversé par une petite rivière. Cette ville aux proportions fort modestes de nos jours était une marche assez importante au vie/xiie siècle pour être un évêché. Il ne subsiste de l’époque médiévale que deux fragments de bastions arrondis au sommet du tell65.

  • 66 Harawī, 147-148 ; Reue, I, 199-205, II, 305 sq. ; Plessner, EI, IV, 454-455 ; Mustawfi, Nuzhat, 10 (...)
  • 67 A Damas, le souk des savetiers occupe l’angle sud-ouest du mur extérieur de la Grande Mosquée.

64Cette route que l’on appelle ad-Darb as-Sulṭānī longe ensuite le piedmont du Ǧabal Sinğar et traverse une centaine de lits de ruisseaux à sec au printemps, signalés par les cassis et les ponceaux qui jalonnent le parcours jusqu’à Sinğar. Sinğar66, dont on attribue la fondation à Sinğar b. Mālik b. ad-Dur, un lointain descendant d’Abraham, occupait au Moyen Age une étendue beaucoup plus grande qu’aujourd’hui et était en partie bâtie à flanc de montagne. Dominant la plaine qui s’étend vers le sud la citadelle qui fut construite en gros appareil, sans doute des remplois de blocs romains, par un émir ‘uqaylide se trouve à l’intérieur d’un puissant rempart de pierres à mortier pourvu de tours arrondies dont le Burǧ al-Ḫazna (la Tour du Trésor). Ce rempart était percé de quatre portes, une au nord donnant sur la montagne, le Bāb al-Ǧabal, et trois ouvrant sur le sud vers les vergers et la plaine : Bāb al-Мā’, Bāb al-’Atīq et Bāb al-Ǧadīd. Derrière la muraille, dans la ville haute, les maisons sont construites par paliers à flanc de montagne et le toit d’une maisson arrive au niveau du sol de la suivante. De nombreux bains, remarquables par leurs mosaïques, s’élèvent en ville et hors les murs, alimentés par un cours d’eau qui traverse la ville. La grande mosquée se trouvait au quartier des cordonniers67, le minaret à socle octogonal et à fût cylindrique doit être contemporain, ou légèrement postérieur, à Nur ad-Dīn car il fut construit sur l’ordre de Quṭb ad-Dīn Mawdūd (m. en 598/ 1201).

65Sous Nūr ad-Dīn la ville fut à maintes reprises comme nous le verrons l’enjeu des luttes qui tiraillaient la famille zenguide. Sinğar offrait assez de sécurité pour que Zengï y entreposât un tiers de son trésor de guerre. Ce fut un centre intellectuel et religieux assez important ainsi qu’en témoignent les six madrasas qui s’élevaient dès le milieu du vie/xiie siècle dans la ville et les faubourgs. Le caractère de centre religieux était souligné encore par trois couvents pour les soufis. Ces ḫānaqāh-s pouvaient aussi accueillir les pèlerins de passage et notamment ceux qui venaient se recueillir sur la hauteur, au-dessus de la ville, au maikad de ‘Alī b. Abī Ṭālib qui sera détruit par les Mongols et que l’on localise mal aujourd’hui.

  • 68 R. Lescot, Enquête sur les Yézidis de Syrie et du Djebel Sindjar, PIFD, 1938.

66Sinğar, habitée au ive/xe siècle comme encore de nos jours par les Yézidis68, était le centre d’un district très fertile abondamment irrigué ; Ibn Baṭṭuṭa, l’infatigable voyageur, la comparait à Damas par le nombre de ses canaux et de ses jardins. On y trouvait des agrumes, des vignes, des oliviers, des figuiers, du sumac et même des palmiers dattiers dont Sinğar aurait été la limite septentrionale de culture. De nos jours, les champs donnent des céréales que les paysans yézidis de blanc vêtus moissonnent avec des faucilles primitives mais l’on ne voit plus guère d’arbres.

67De Sinğar une piste s’engage vers le nord dans la montagne, elle passe par un défilé encaissé, puis longeant vers l’ouest le Ǧabal Ǧurayba arrive à al-Hassaka. Une autre piste se dirige vers l’ouest et atteint le Ḫābūr soit à ‘Arabān, soit à Šaddāda ou Mākisīn, et de la rive droite de la rivière gagne directement Raqqa par la steppe.

  • 69 Le Str., 98 ; THS, 496 ; Canard, Ḥamd., 108.
  • 70 Andrae, Hatra, II, 165.

68Enfin de Sinğar une route mène à Aššur et à Takrīt par le désert le long du lit raviné du nahr Tartar69. A sec la plupart du temps c’est un large lit de cailloux qui reçoit les eaux de ruissellement descendues des hauteurs du Ǧabal Sinğar. Après avoir traversé la steppe qui se trouve au sud de Sinğar l’eau se perd dans une dépression à l’ouest du Tigre. Certains géographes, dit Yāqūt, prétendent qu’il était navigable. Déjà au viie/xiiie siècle l’eau y était rare, elle semble l’être tout autant actuellement. Certes de fortes pluies, comme il en tombe en bordure du désert, peuvent soudain grossir le filet d’eau et maintenir pendant quelques jours sinon quelques heures un flot abondant et dangereux pour qui voudrait le franchir. La présence d’un pont ancien de l’époque zenguide, situé à quatre km. au sud-est de Hatra, laisserait supposer que de telles crues soudaines étaient fréquentes70.

69Au sud de Sinğar, dans la steppe traversée par le nahr Ṯarṯar il n’existe qu’une seule ville : al-Hadr, l’antique Hatra. De cette métropole parthe qui, aux premiers siècles de notre ère, fut la rivale de Palmyre il ne reste que des ruines en pierre de taille. Grand centre caravanier et commercial al-Hadr vit son activité se réduire dès le iiie siècle après le sac de la ville par les Perses ; à l’époque arabe elle ne reprit jamais sa splendeur d’antan. Dès l’époque romaine une route venant d’Aššur passait par Hatra pour rejoindre Sinğar et Niṣibīn, une autre piste joignait directement par la steppe Hatra à Mossoul.

  • 71 Yāqūt, (W.) II, 282 ; Le Str., 98 ; Reise, 306-307 ; Walter Andrae, Hatra, 2 vol. in folio Leipzig (...)
  • 72 RCEA, n° 3443 ; Andrae, Hatra, II, 164.
  • 73 RCEA n° 349. ; Andrae, Hatra, II, 165.

70De la grande cité il ne subsiste que quelques grandioses vestiges qui permettent de constater que la ville primitive avait une enceinte circulaire dotée de nombreuses tours et d’un diamètre de près de deux kilomètres, au centre se dressait un palais rectangulaire auquel était accolé un temple71. Ce plan rappelle étrangement celui de la Bagdad du calife al-Manṣūr. A l’époque arabe le palais ruiné servit de caravansérail et l’on y a trouvé deux inscriptions provenant, semble-t-il, d’autres édifices ; l’une au nom de ‘Izz ad-Dīn Mas’ūd datée de 586/119072, l’autre au nom d’Arslān Šāh b. Mas’ūd, un petit neveu de Nūr ad-Dīn, datée de 592/ 119673. Ces inscriptions prouvent qu’à la fin du vie/xiie siècle la ville n’était pas abandonnée comme de nos jours où il ne reste qu’un petit poste de contrôle bédouin.

B. DIYĀR BAKR

  • 74 Van Berchem et Strzygowski, Amida, Heidelberg-Paris, 1910 ; Le Str., Lands, chap. VII, 108 sq. ; C (...)

71Au nord du Diyār Rabī‘a s’étend le district du Diyār Bakr, le plus petit des trois districts de la Djéziré74.

72Il occupe pratiquement le bassin supérieur du Tigre et se trouve à l’extrémité d’une coulée de lave d’un des contreforts du Taurus oriental. Au vie/xiie siècle le Diyār Bakr paraît avoir joui d’une relative prospérité matérielle et culturelle sous la conduite des Artuqides, tantôt adversaires tantôt alliés du pouvoir zenguide. A l’écart des luttes menées contre les Francs les princes du Diyār Bakr représentaient une menace permanente de flanc sur les voies de communications entre Mossoul et la Syrie du Nord. Des quatre régions qui constituaient le Diyār Bakr au vie/xiie siècle, à savoir le district essentiellement kurde d’Is’ird et de Buhṭān, la rive gauche du haut Tigre avec sa capitale Mayyāfā-riqīn, la région orientale de l’Euphrate et la région du Ṭūr ‘Abdïn, seule cette dernière maintes fois attaquée par les princes de Mossoul entre dans le cadre géographique de la politique zenguide.

  • 75 Zetterstéen, art. Marwānides, EI, III, 356-7 ; B. Nikitine, Les Kurdes, 157 sq.
  • 76 Cl. Cahen, art. Artukides, EP, I, 683.

73Comme le Diyār Bakr, le Ṭūr ‘Abdīn et les deux grandes places fortes de la rive droite du Tigre, Āmid et Ḥiṣn Kayfā, avaient fait partie des États de Sayf ad-Dawla et tout au long du ive/xe siècle avaient constitué un des enjeux de la lutte entre Ḥamdānides et Byzantins. Après une courte domination buwayhide, de 367/978 à 372/983, la région, où étaient venus s’installer les tribus kurdes Ḥumaydīya, Basnawīya, Zuzanīya et Hakkārīya, passa aux mains de la dynastie des Marwānides que fonda le chef kurde Bād b. Marwān75. Un siècle plus tard, après que de nombreuses infiltrations de tribus turcomanes aient modifié le rapport des populations, les Seldjouqides parvinrent à renverser la première dynastie kurde indépendante et en 478/1085-86 Artuq, un officier turcoman au service de Malik Šāh, réussit à se rendre maître du Diyār Bakr. Après la mort de ce chef la région restera au pouvoir des Artu-qides76 sauf Āmid où d’abord règnera la dynastie inalide puis celle des Nisanides qui seront renversés par les Artuqides en 578/1183.

74Sous Zengī, et au début du règne de Nūr ad-Dīn, le chef artu-qide Hišām ad-Dīn Timur Taš est maître de Mārdīn et de Mayyā-fariqïn. En 559/1164, ce sera Qarā Arslān II. Nūr ad-Dīn ne contestera pas le Diyār Bakr aux Artuqides qui seront ses alliés et même ses vassaux.

  • 77 M. Streck, art. Ṭūr ‘Abdīn, EI, IV, 915-922.

75La région qui joua un certain rôle à l’époque de Nūr ad-Dīn est celle qui s’étend des limites septentrionales du Diyār Rabī‘a à la rive droite du Tigre ce qui, en gros, représente le massif calcaire du Ṭūr ‘Abdīn et l’ancien volcan, le Karaga Dagh. Entre les deux une large brèche, un ensellement, joint la zone du Haut Ḫābūr au bassin supérieur du Tigre. Le massif du Ṭūr ‘Abdïn77 qui empêche le fleuve de couler vers le sud en aval d’Āmid est situé au nord de Mārdīn et présente sur sa face méridionale un véritable mur de falaises abruptes dont le calcaire est percé de nombreuses grottes et cavernes. Ce secteur méridional du plateau est un véritable château d’eau où prennent naissance les nombreux ruisseaux dont la conjonction constitue le vaste bassin du Ḫābūr et du Ǧaģ-Ǧaģ. Du sommet de ces falaises vers le nord le Ṭūr ‘Abdīn a l’aspect d’une plaine ondulée située à une altitude d’environ mille mètres. C’est en fait un plateau fertile incliné vers le Tigre.

  • 78 Voir G. Bell, Churches and Monasteries of the Ṭūr Abdīn and Neighbouring Districts.

76De Mārdīn une route rejoint à travers le massif montagneux l’importante place de Ḥiṣn Kayfā qui commande un pont sur le Tigre. Cette voie monte sur le plateau et atteint au bout d’une cinquantaine de kilomètres aṣ-Şawr, l’actuel Sawur, qui au viе/xiie siècle était encore une place forte importante d’où une piste permettait de rejoindre Amid. De ce point la route oblique franchement vers l’est puis traverse une région qui, à l’époque de Nūr ad-Dīn, servait encore de refuge à une nombreuse population jacobite78 ; celle-ci dès le règne du grand sultan seldjouqide Malik Šāh eut à se protéger contre les Kurdes et les Turcomans nouveaux venus sur le plateau. Poursuivant son chemin vers l’est à travers les excellents pâturages qui avaient attiré les nomades, on atteint Midyat, entourée de forêts. Dans cette ville, souvent considérée comme la capitale du Ṭūr ‘Abdīn, on rejoint une route venant de Niṣibîn et se prolongeant vers le nord à travers les vallonnements, traverse l’actuel Gercüṣ (Kerdjoz) et gagne Hiṣn Kayfā qui, au temps de Nūr ad-Dīn, plus précisément depuis 494/1101, est au pouvoir d’une branche de la famille artuqide.

  • 79 Yāqūt, II, 277 ; Le Str., Lands, 113 ; GB, 510 sq. ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 115 ; Gabriel, Voy (...)

77A mi-chemin entre Āmid et Ǧazīrat Ibn ‘Umar, Ḥiṣn Kayfā, « la Forteresse du Rocher », commandait depuis la rive droite un passage sur le Tigre79. Au sommet d’une falaise abrupte, dominant d’une centraine de mètres la vallée du fleuve et coupée de la ville par un profond ravin, se dressait la citadelle qui soulignait l’importance stratégique et militaire de ce site dès une époque fort ancienne. La construction d’une partie des bâtiments visibles encore de nos jours remonte à l’époque où Hiṣn Kayfā était une des places fortes de l’Empire byzantin face à la puissance perse. D’après le géographe Ibn Šaddād, sur le point le plus élevé de la citadelle se dressait une grande mosquée avec une terrasse d’où l’on voyait la vallée ; un palais de cinquante mètres de côté abritait le souverain, sa cour et les services officiels, un mīdān permettait l’entraînement équestre des officiers à l’intérieur de l’enceinte ; il y avait enfin des terrains libres que l’on ensemençait de froment et d’orge pour aider au ravitaillement de la garnison. A l’est de l’hippodrome une conduite amenait l’eau à la citadelle ; il y existait aussi un souterrain qui permettait d’atteindre le fleuve et de remonter l’eau à dos de mulet. De la citadelle on descendait au fond du ravin par une rampe d’accès en lacets, coupée d’ouvrages de défenses dont le plus important se trouvait au fond. En remontant de l’autre côté du ravin on gagnait la ville. Celle-ci ne posséda jamais d’enceinte ; bâtie sur un terrain qui descend en pente douce vers le fleuve, elle est limitée par des falaises à l’est et par un ravin au nord-ouest. Le quartier situé au nord-est de la citadelle était fort populeux au Moyen Age ; on y trouvait des souks animés, des foundouqs approvisionnés, des bains fréquentés et plus à l’est s’étendaient les cimetières.

78Au nord-est de la ville, en aval de la Citadelle un grand pont de pierres permettait de franchir le Tigre. On ignore la date de construction de cet ouvrage dont ne subsistent de nos jours que trois massifs de maçonnerie ; une inscription sur pierre nous apprend qu’il fut restauré en 510/1116 par le prince artuqide Qarā Arslān. Le pont avait quatre arches dont la plus grande avait son faîte construit en bois ce qui permettait de couper facilement le passage en cas d’attaque. Jadis important entrepôt de commerce fluvial et point de passage de la route du Ṭūr ‘Abdïn vers Arzan, Hiṣn Kayfā n’est plus de nos jours qu’un champ de ruines dont l’étendue témoigne de l’importance de la ville médiévale.

79Il ne semble pas qu’il y ait eu une route sur la rive droite du Tigre en amont du Hiṣn Kayfā pour gagner Āmid. La seule voie de liaison était le fleuve.

80Du Diyār Rabī‘a on rejoignait généralement le Tigre en empruntant la voie qui, partant de Niṣibïn, se dirige vers le nord-ouest par Dārā et Dunaysir, laissant au nord Mārdīn. Cette voie longe les falaises abruptes du Ṭūr ‘Abdïn puis s’engage à travers le vaste ensellement qui sépare ce massif de celui du Karaga Dagh. En obliquant franchement vers le nord on parvient au Tigre à Āmid, capitale du Diyār Bakr.

  • 80 A. Gabriel, Voyages, 85 sq. ; Van Berchem et Strzygowski, Amida, 34 sq. ; Canard, Ḥamd., 79-80 ; G (...)

81Située à l’extrémité orientale d’une coulée basaltique descendant du Karaǧa Dagh, Āmid80 est bâtie à 650 m. d’altitude sur la rive droite du Tigre à un coude du fleuve et domine d’une centaine de mètres le cours du fleuve qui coule du nord au sud. A l’est et au sud des falaises en pente abrupte et des escarpements constituent les défenses naturelles de l’enceinte implantée en corniche. Au nord et à l’ouest s’étend un plateau avec des prairies, aussi a-t-on dû creuser un fossé pour se protéger et édifier un avant-mur pour renforcer la défense. La ville contrôlait le passage du trafic allant du Diyār Muḍar et de Syrie vers la vallée du Haut Tigre, l’Arménie et les régions cuprifères.

82Dès 18/639 ou 19/740 Āmid sera au pouvoir de princes musulmans. Après les Omeyyades, les Abbassides porteront une attention particulière à Āmid qui subit au cours du ive/xe siècle quelques attaques byzantines. Aux Hamdānides devaient succéder en 369/978 les Buwayhides qui cédèrent la place en 373/983 aux Marwānides. Cette première dynastie kurde indépendante régna un siècle sur Āmid avant d’en être dépossédée par le seldjouqide Malik Šāh en 478/1086 au profit d’Artuq. Ce dernier ne conserve pas la ville qui passa aux mains des Inalides. En 534/1140 les Nisa-nides gouvernent la cité qui en 569/1174, l’année de la mort de Nūr ad-Dīn, sera prise par les Artuqides de Hiṣn Kayfā.

83L’enceinte, l’exemple le plus important, d’après Gabriel, et le plus complet de la fortification byzantine du ive siècle, protège derrière une rude ceinture noire une ville bâtie, elle aussi, en basalte et en argile noirs ; en dehors de deux grands axes presque rectilignes les rues sont tortueuses et il ne subsiste que peu de vestiges du vie/xiie siècle. Au nord-est de la ville s’élève la citadelle, construite sur une butte artificielle ; sa mosquée et son minaret furent l’objet de travaux en 555/1160 mais la construction actuelle paraît beaucoup plus moderne. Au nord-ouest des souks s’élève la Grande Mosquée. Cet édifice fut remanié aux ve/xie et viе/xiie siècles, ainsi qu’en témoignent les inscriptions que l’on trouve sur ses murs. Il ne semble pas y avoir eu de madrasa à Āmid à l’époque de Nūr ad-Dīn.

  • 81 Voir van Berchem, Amida, 34 sq.

84A deux kilomètres en aval d’Āmid, un solide pont d’origine antique franchit le Tigre. Les dix arches en arc brisé, de portées inégales indiquent des restaurations musulmanes, certaines pourraient remonter aux travaux mentionnés par l’inscription de 457/1065/81. Ce pont n’était pas étranger à l’activité économique de Āmid au vie/xiie siècle. Bâtie au débouché d’un seuil Āmid était un point de passage sur le Tigre pour les routes importantes qui permettaient les unes de joindre la côte méditerranéenne aux rives de la mer Noire, l’autre de se rendre du plateau iranien sur celui d’Anatolie. La ville fut de tout temps une halte de caravanes et un centre de vastes entrepôts de transit. Le ravitaillement était assuré par le véritable grenier à céréales que constituait la riche plaine voisine. L’importance d’Āmid comme place commerciale était encore accrue par le fait que le Tigre y devenait navigable. C’est de là que de véritables trains de radeaux, construits avec le bois des forêts avoisinantes, descendaient jusqu’à Mossoul, puis de cette ville, suivant une pratique remontant à l’Antiquité, les rade-leurs, après avoir vendu leur bois, revenaient au Diyār Bakr avec les caravanes.

  • 82 M. Canard, Ḥamd., 80 ; Dillemann, Haute Mésopotamie, 131, 188.

85Depuis Āmid on pouvait, en se dirigeant vers le sud, gagner le Diyār Muḍar par deux voies : ou bien en franchissant l’enselle-ment entre le massif du Ṭūr ‘Abdīn et l’ancien volcan qu’est le Karaǧa Dagh, ou bien en contournant ce dernier par le nord et en passant par Suwayda, l’actuelle Severek82, pour rejoindre les passages sur l’Euphrate ou Édesse et le bassin du Balīḫ.

C. DIYĀR MUḌAR

  • 83 Canard-Cahen, EI2, II, 357 ; Cahen, Syrie du Nord, 110-111 ; Canard, Ḥamd., 86-97 ; Isk. Dāwūd, al (...)

86Le Diyār est une province de la Djéziré située à l’ouest du Diyār Muḍar Rabï’a et bordée au nord par les replis montagneux de la porte occidentale du Diyār Bakr d’où jaillissent les sources qui constituent le bassin du Balīḫ83.

87Elle se situe entre le cours du Ḫābūr et la rive gauche du Moyen Euphrate en amont d’al-Bīra jusqu’à ‘Āna.

  • 84 Cahen, Syrie du Nord, 110.
  • 85 Notamment à Qal’at Naǧm et à Raqqa.

88C’est un vaste plateau où se profile au sud-ouest le Ǧabal ‘Abd al-’Azīz. Dans cette province l’Euphrate ne reçoit pas d’affluent important sur sa rive gauche en dehors du Balīḫ qui se jette dans le fleuve après la grande courbe de l’Euphrate. L’importance de cette région dont la configuration « ne se prête pas à la multiplication des forteresses »84 tient aux lieux de passage qui y sont utilisés depuis l’Antiquité85 et au fait qu’elle est une zone de contact entre nomades et sédentaires.

89Nous distinguerons trois régions : le bassin du Balīḫ, le Moyen Euphrate et une circonscription spéciale en aval du Balīḫ, la « route de l’Euphrate » qui, à l’époque de Nūr ad-Dīn, fit partie du gouvernement de la Djézīré.

a) RÉGION DU BALĪḪ

90La région du Balīḫ avait deux centres importants au vie/xiie siècle, chacun étant la capitale d’un district à caractère particulier ; au nord un district essentiellement peuplé de chrétiens à majorité arménienne groupés autour d’Édesse, capitale de l’antique Osrhoène, le sud avait une population en grande majorité musulmane, surtout groupée dans le centre religieux qu’était alors devenu Ḥarrān. Nous voyons donc qu’en prenant Édessé Zengī réussit à donner à cette région une unité au moins politique, placée sous l’égide de l’Islam.

  • 86 Cahen, Syrie du Nord, 113 ; Chapot, Euphate, 310 sq. ; Canard, Ḥamd., 93 ; Yāqūt, І, 872 ; II, 637 (...)
  • 87 Chapot, Euphrate, 304.
  • 88 Cahen, Djazira, REI, 1934, 111 ; Cahen, Syrie du Nord, 113.

91En se dirigeant de Mārdīn vers l’ouest on suit la région du Šabaḫtān qui couvre les piedmonts du Karaga Dagh. On passe par Tell Mawzān, l’actuel Viranṣehir86. Cette ville, dont l’enceinte carrée renforcée de tours, remonte à l’époque byzantine, marque la limite entre le Diyār Rabī‘a et le Diyār Muḍar. Situé sur le nahr Sābā, un des affluents du Ḫābūr, Tell Mawzān se trouvait à la bifurcation des routes menant l’une vers Sumaysāṭ et l’autre vers ar-Ruhā’ ; de là partait aussi une voie secondaire87 vers Rās al-’Ayn qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres au S.-S.-E. Un peu plus à l’ouest de Tell Mawzān se trouvaient deux forteresses : Ǧamalīn et al-Muwazzar88. Deux autres places fortes, Tell Ǧaw-rān et al-Quradī, complétaient le dispositif qui défendait la zone méridionale du Šabaḫtān. Les Zenguides y livrèrent des combats au cours des opérations qu’ils eurent l’occasion de mener contre les princes artuqides. Une fois cette zone franchie on arrivait vers l’ouest au bassin du Balïh et l’on faisait halte à ar-Ruhā’.

  • 89 Cahen, Djazira, REI, 1934, 112 ; Le Str., 103-104 ; Canard, Ḥamd., 91 ; Isk. Dāwūd, 70-73 ; THS, 4 (...)

92Ar-Ruhā’, l’Édesse des auteurs européens qui prit le nom d’Urfa sous les Ottomans, est bâtie dans le creux d’une vallée ouverte vers le sud-est au pied de grosses collines, en un lieu dont le peuplement a des origines fort lointaines et où l’eau potable est amenée par des aqueducs89. Ar-Ruhā’ occupe une position unique pour les relations entre l’Occident et l’Orient par son rôle de nœud routier ; en effet une route venait d’Āmid, la capitale du Diyār Bakr, par les hautes terres, une autre voie commerciale reliait Niṣibîn et Mārdīn à Édesse par Tell Mawzān. Cette voie continuait vers l’ouest et traversait l’Euphrate, un embranchement passait le fleuve à al-Bīra et permettait de gagner soit la région de Mar’aš, soit la vallée du nahr ‘Afrīn que l’on descendait pour arriver à Antioche ; l’autre embranchement obliquait vers le sud après avoir traversé Sarūǧ et atteignait l’Euphrate en face de Ǧisr Manbiǧ, actuel Qal’at Naǧm, d’où en passant par Manbiǧ et al-Bāb on rejoignait aisément Alep.

93Une route importante remontait la vallée du Balīḫ et par Édessé assurait la liaison entre Raqqa et Sumaysāṭ, située sur la rive droite de l’Euphrate.

94La ville portait encore son nom syriaque d’Urahai lorsque l’armée d’Alexandre la traversa à la poursuite de Darius III après la bataille d’Issus. En 320 av. J.-C Séleucus bâtit la cité à neuf et lui donna le nom grec d’Edessa qu’elle gardera dans la tradition occidentale. Pendant plusieurs siècles la majorité de la population fut constituée de Sabéens, adorateurs d’un culte planétaire auquel étaient intégrées certaines traditions abrahamiques. Le christianisme se répandit surtout sous la forme du monophysisme et au vie siècle Édesse était une grande métropole jacobite. Si la ville fut occupée par les armées omeyyades dès le premier siècle (milieu viie), si elle se trouva mêlée aux diverses révoltes qui ensanglantèrent la Djéziré au iie/viiie siècle, elle ne fut jamais une cité musulmane.

95Enjeu des luttes arabo-byzantines, triste privilège de sa position géographique à la frontière des deux mondes, elle finit par tomber au pouvoir des Croisés qui, en 491/1098, en firent la capitale du comté d’Édesse. Ce fut, durant un demi-siècle, la position la plus orientale qu’aient occupée les Francs. Sa perte eut un retentissement immense en Occident où elle provoqua l’appel à la Deuxième Croisade. Reprise à Joscelin II par Zengī en gumādā II 539/décembre 1144, ar-Ruhā’ devait rester au pouvoir de l’Islam et allait devenir la place la plus occidentale du domaine zenguide. Une tentative des Croisés pour reprendre la ville fut déjouée par Nūr ad-Dīn en 541/1146. A la mort de ce prince, ar-Ruhā’passera à son neveu Sayf ad-Dīn Ġāzī (569/1174). Huit ans plus tard Saladin prendra la place à son tour.

  • 90 Al-Muqaddasī, traduction A. Miquel, 174, 319.

96A travers toutes ces vicissitudes Édesse continua d’être un important centre de la culture syriaque et resta une ville à majorité chrétienne ainsi qu’en témoigne les nombreux couvents et églises qui au vie/xiie siècle existaient autour et dans la ville. Il y avait une cathédrale avec de riches mosaïques qu’al-Muqaddasï, au ivе/xe siècle, mentionne comme une des merveilles du monde ; elle fut malheureusement endommagée par les tremblements de terre90. Si la plupart des églises furent épargnées lors de la prise de la ville par Zengī, certaines d’entre elles, réservées au culte latin, furent détruites par l’atabeg. Nous ne possédons pas de description systématique de la ville chez les auteurs arabes et n’avons que des renseignements fragmentaires sur les monuments qui existaient à ar-Ruhā’ à l’époque de Nūr ad-Dīn. La ville comportait une double enceinte avec des tours et des portes. Cette enceinte, que les Francs avaient renforcée, était constituée d’une épaisse muraille dans laquelle s’ouvraient quatre portes principales : au nord la porte des Heures ou porte de Sumaysāṭ, à l’est la porte de Kasās ou Grande Porte, au sud celle de Ḥarrān, à l’ouest la Porte de la Source ou Porte de l’Eau.

97A l’angle sud-ouest de la ville, à l’intérieur de l’enceinte, une citadelle avait été bâtie par le prince arménien Thoros au ve/xie siècle sur une croupe se détachant du Nimrod Dagh qui domine la ville. Cette montagne, couverte de couvents dont certains sont antérieurs au ive siècle J.-C, percée de grottes d’anachorètes et de tombeaux, porte aussi le nom de « Montagne Sainte ». Sous Nūr ad-Dīn, la citadelle fut isolée par un ravin artificiel et n’eut qu’une porte unique vers la ville qui se trouvait une centaine de mètres plus bas. Au pied de la citadelle des textes signalent la présence d’un étang fameux, alimenté par la source de Callirhoé. Dans cette birkat vivaient des carpes, objets d’un culte ancien semblable à celui qui se pratiquait notamment à l’étang sacré de Hiérapolis-Manbiǧ.

98Bien que la ville ait été en majorité chrétienne, l’autorité qui s’y exerça à partir du viie siècle J.-C. fut le plus souvent musulmane ; aussi al-Muqaddassī pouvait-il au ive/xe siècle signaler une grande mosquée. Comme dans toute cité de l’Orient musulman on y trouvait de nombreux hammams, un hôpital soulignait l’importance de la ville. Enfin un centre de passage aussi actif ne pouvait pas ne pas avoir de bazars bien achalandés, certains souks se trouvaient groupés sous une galerie couverte en pierres selon un usage courant en Orient au Moyen Age et comme le montre encore de nos jours en Asie Centrale les marchés de Buḫārā.

  • 91 Abū’l Fidā, Buldān, 274 ; THS, 480, 519 ; Plessner, EI, IV, 183 ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 111-1 (...)
  • 92 Ibn Ǧubayr, (Broadhurst), 258.
  • 93 Barthélemy, Dictionnaire, 833.
  • 94 Voir plus loin.
  • 95 Voir plus loin.

99Lorsque l’on quitte ar-Ruhā’ en direction de l’Euphrate, vers le sud-ouest, on arrive à la fin de la journée à Sarūg91. La ville est située près des sources du principal affluent du Balīḫ. La région est riche en eau et les cultures y étaient florissantes. Les vergers, notait Ibn Ǧubayr92, produisaient notamment des poires, des coings et des prunes. La vigne était aussi fort répandue et l’abondance du raisin sec permettait d’en extraire le jus appelé naṭif93 fort recherché pour les pâtisseries. On trouvait même du bois, sans doute du peuplier, cette essence poussant rapidement en terrain abondamment irrigué. Si les environs de la ville, que Nūr ad-Dīn échangea contre Qal’at Ǧa’bar en 558/1163, étaient riches, il est fort probable que la région entre Sarūg et l’Euphrage devait être, comme de nos jours, peu cultivée et guère habitée. De Sarūg on pouvait rejoindre l’Euphrate soit à al-Bīra94, soit plus au sud en face de Qal’at Naǧm95. La place enfin était située juste à mi-chemin sur la route qui joignait Raqqa à Sumaysāṭ sans passer par ar-Ruhā’. Sarūg fut surtout un marché agricole, une étape de route mais jamais une place forte importante.

  • 96 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 254 sq. ; Le Str., 103 ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 110-111 ; Cahen, Syri (...)
  • 97 D’où un mašhad Ibrāhīm vénéré à quelques kilomètres au sud de Ḥarrān.

100En partant d’ar-Ruhā’ vers le sud, par la vallée du Dayṣān on rejoint en une journée de marche le confluent du nahr Ǧullāb, lieu où est située la seconde grande ville du Diyār Muḍar : Harrān96. Elle passait pour avoir été le premier séjour d’Abraham lorsqu’il quitta la Chaldée97. A l’époque romaine on la connut sous le nom de Carrha, nom qui fit le tour de l’Empire lorsque l’on annonça le meurtre de Caracalla dans cette ville.

101Déjà à l’époque assyrienne Harrān était une métropole des Sabéens qui pratiquaient comme nous l’avons dit plus haut un culte planétaire associé à une religion abrahamique. Ce particularisme religieux ne fut pas étranger à quelques vicissitudes dans la vie de la cité. Finalement en 215/830, sous le califat d’al-Ma’mūn, la population réussit à obtenir la qualité d’Ahl al-Kitāb et à se faire admettre comme les Chrétiens et les Juifs au nombre des « gens du Livre », elle conserva ainsi le libre exercice de sa religion.

102Tout au long de son histoire Ḥarrān se trouva prise entre les princes d’Alep et les souverains de Mossoul, au ve/xie siècle les Banü Numayr, seigneurs de Raqqa, de SaRūǧ et de Ḥarrān donnèrent une éphémère indépendance à cette région. Au vie/xiie siècle la ville se trouva dans l’orbite d’Alep. Zengî la prit en 533/ 1139, à sa mort la ville se rendit indépendante mais Nūr ad-Dīn la reprit en 544/1149 pour la confier en 565/1169 à l’émir ‘Alī Küčük d’Irbil. Lors de l’occupation d’Édesse par les troupes de Baudouin, Harrān servit de refuge aux musulmans d’ar-Ruhā’. Face aux Croisés d’Édesse qui ne parvinrent à occuper la ville que quelque temps, Ḥarrān joua le rôle d’un poste avancé de l’Islam et gêna la progression franque vers Raqqa.

103La ville, dont le périmètre est d’environ quatre kilomètres, est bâtie sur un plan concentrique autour d’un tell. Lorsque Ibn Ǧubayr y passa, les rues y étaient larges, bordées de maisons en pierre de taille et enduites à la chaux, les marchés florissants étaient couverts de poutres et au croisement des voies était dressée une coupole. L’eau était insuffisante pour les besoins de la population, on construisit des citernes qu’alimentaient des conduites venant du nahr Ǧullāb. Ainsi put-on assurer le service d’une dizaine de hammams intra muros et de quatre dans le faubourg dont le rempart particulier était d’ailleurs raccordé à celui de la ville. Ḥarrān en effet était entouré d’un puissant rempart percé, à l’époque de Nūr ad-Dīn, de sept portes, chiffre magique pour les enceintes urbaines depuis l’Antiquité. Une des tours de la Porte de l’Eau (Bāb al-Mā’) renfermait, comme talisman contre les serpents, deux ǧinn-s en bronze.

104Dans la partie orientale de la ville était située la citadelle, al-Mudawwar (la ronde). C’était un ancien temple (haykal) sabéen qui dominait la ville du haut de son tell. Réutilisant les matériaux du temple cet ouvrage, bâti en pierre de taille, fut souvent remanié et représenta un chef-d’œuvre de la fortification musulmane. L’occupation franque y laissa des traces dans le décor dont certains motifs rappellent le baptistère de Byblos (Djoubeil).

  • 98 K.A.C. Creswell, EMA, І, 406 ; et idem, EMA, Penguin, 151 sq. I.F.D. — 10

105Dès qu’ils eurent pris la ville les musulmans transformèrent un des temples sabéens en mosquée mais quelques années plus tard, sous le règne du dernier des Omeyyades, ils bâtirent sur le même emplacement une Grande Mosquée-cathédrale avec une vaste cour sur laquelle s’ouvrent les dix-neuf portes de la salle de prière, divisée en cinq nefs à double rampant reposant sur des colonnes de marbre98. Nūr ad-Dīn y fit exécuter des travaux mais il ne subsiste plus de ce monument admiré par Ibn Ǧubayr que des vestiges et le grand minaret carré en ruine.

106En dehors de la restauration de la Grande Mosquée et de l’agrandissement du masǧid Ibrāhim, Nūr ad-Dīn fit faire d’importants travaux à Ḥarrān. Désirant souligner le caractère sunnite de la cité ce prince y fonda une madrasa hanbalite, plus tard il y eut trois autres madrasas hanbalites elles aussi ; il ne semble pas y avoir eu de madrasas appartenant à une des autres écoles juridiques. On doit aussi à Nūr ad-Dīn la construction d’une hānaqāh pour les pauvres ; un second établissement de ce genre fut bâti par Ǧamāl ad-Dīn Šadbaht, un des lieutenants du souverain zenguide. Il existait déjà au vie/xiie siècle un hôpital dans la ville ; quelques années après la disparition de Nūr ad-Dīn, l’émir Muẓaffar ad-Dīn, l’illustre beau-frère de Saladin, créa un second établissement hospitalier qui est celui dont parlent généralement les voyageurs.

107Dans les relations de la Djéziré avec la Syrie du Nord et la Cilicie, Ḥarrān était une étape importante de mi-parcours sur la route allant du Moyen Tigre à la Méditerranée suivant l’itinéraire Niṣibīn, Rās al-’Ayn, Ḥarrān, SaRūǧ et al-Bīra. Cette route doublait en somme celle qui de Mārdīn rejoignait ar-Ruhā’ avant d’atteindre l’Euphrate. Ḥarrān était aussi une halte sur la route qui assurait la liaison entre Sumaysāṭ et Raqqa par ar-Ruhā’. A l’époque de Nūr ad-Dīn la route vers Alep qui traversait l’Euphrate à Qal’at Naǧm était très fréquentée.

b) LE MOYEN EUPHRATE

108L’Euphrate, comme nous l’avons dit, constituait la frontière occidentale du Diyār Muḍar en aval d’al-Bīra qui a été la place la plus septentrionale atteinte par les armées zenguides sur l’Euphrate. A cet endroit le fleuve sort des défilés et va se diriger vers le sud ; dès lors il y aura « au niveau du fleuve des plaines d’étendue variable » protégées du vent par des falaises et florissantes chaque fois qu’elles seront irriguées. Depuis la plus haute antiquité, ainsi qu’en témoignent les sites hittites ou assyriens, la vallée fut habitée, mais bien des villes avaient déjà disparu lorsque l’Islam pénétra dans cette région.

109Au vie/xiie siècle le secteur occidental de l’Euphrate est jalonné par trois passages importants : al-Bīra, Qal’at Naǧm et Bālis.

  • 99 Chapot, Frontière, 272 ; Le Str., Pal., 423 ; THS, 448 sq., 486 ; Streck-Parry, EI2, І, 1270 sous (...)
  • 100 Kashf al-Mamālik, 75.

110Al-Bīra99, dont le nom signifie en araméen « la forteresse » et que l’on retrouve à l’époque romaine sous la forme « Birtha », s’appelle de nos jours en turc Biredjik. La ville est située sur la rive gauche du fleuve, pratiquement sur la falaise, son enceinte renforcée de tours carrées touche au fleuve. Un des cônes calcaires, détaché de la falaise par la nature, a été fortifié pour protéger le passage de l’Euphrate qui déjà au temps des Séleucides se faisait là sur un pont de bateaux qui subsistait encore au xve siècle100.

111La citadelle, Qal’at Bayda, bordée d’abrupts de tous les côtés, sauf au nord, passait pour imprenable et résista à bien des assauts. Il ne reste de nos jours que quelques vestiges du glacis et des pans du rempart. L’importance de la place tenait au fait qu’elle se trouvait sur une des principales routes joignant la Méditerranée à la Syrie du Nord ; pendant près d’un demi-siècle, au début des Croisades, la liaison entre les seigneurs latins d’Édesse et d’Antioche se fit par al-Bïra. La place appartint au Comte d’Édesse de 492/1098 à 545/1150. Elle fut alors cédée par les Francs aux Byzantins qui la perdirent au profit du seigneur artuqide de Mārdīn dont les troupes n’eurent pas à franchir le fleuve pour attaquer la ville. Sur le plan économique, al-Bīra n’était pas seulement une halte de caravanes et un marché mais encore un port fluvial, c’est en ce point en effet que l’Euphrate devenait pour la première fois navigable.

  • 101 GB, Syrie Palestine, 162 sq.
  • 102 GB, Syrie Palestine, 166.

112Zengī ne put prendre la place car au cours du siège il dut regagner Mossoul à la suite d’un complot qui y avait été fomenté contre lui. La population livra la ville au prince artuqide de Mārdīn pour être mieux défendue. Nūr ad-Dīn négligea al-Bīra qui, sur le plan général, avait perdu de son importance après la prise d’Édesse et après le repli général des Croisés vers l’ouest. Nūr ad-Dīn s’attacha surtout à assurer les liaisons entre la Djéziré et la Syrie du Nord, c’est-à-dire à maintenir la route Ḥarrān-Alep. Les anciens lieux de passage Karkamiš101 ou Tell Aḥmar102 avaient alors pratiquement disparu et ce fut Qal‘at Naǧm, ou Ǧisr Man-biǧ, qui eut toute l’attention du prince zenguide.

  • 103 Chapot, Frontière, 281 ; Le Str., 107 ; Le Str., Pal., 501-502 ; THS, 450, 465 ; Cahen, Syrie du N (...)

113Cisr Manbiǧ est bâtie sur la rive droite de l’Euphrate en un endroit où le fleuve sort d’un étranglement dans une vallée qui s’élargit et où deux îles jalonnent son lit103. La ville ancienne semble avoir été bâtie sur le plateau qui s’étend à l’ouest du fleuve ; il y a là encore de nos jours un vaste cimetière et les ruines de deux édifices, vraisemblablement une mosquée et une madrasa funéraire. Le village actuel est modeste et s’est développé au pied de la citadelle, légèrement au-dessus du niveau du fleuve pour éviter les méfaits des crues. Légèrement en aval de la citadelle la rive s’abaisse en pente douce permettant un accès facile au fleuve.

  • 104 Voir Chapot, Frontière, 281, n. 7.
  • 105 Identifiée à Caeciliana de la Table de Peutinger.
  • 106 Ce dernier fut gouverneur du Diyār Muḍar en 305/918.

114Bien que le nom de Cisr Manbiǧ évoque un pont nous n’avons trouvé aucune trace de construction de ce genre. La largeur du fleuve n’aurait pas permis de bâtir un pont d’une seule arche et il n’y a aucun vestige visible ni de piles ni de culées. Le terme Ǧisr, qui de nos jours signifie souvent « poutre » en Orient, évoque une idée de jonction entre deux bords. Cette jonction peut se faire de plusieurs façons. La traversée de l’Euphrate était possible à gué en période de basses eaux, mais à la saison des hautes eaux, de la fin mars à la fin juin, il fallait soit disposer un pont de bateaux, soit, comme de nos jours, recourir à un passeur qui avec son char-touch, ou bac, assure la traversée du fleuve dont le courant est relativement rapide. Nous n’avons trouvé sur place aucune trace du pont qu’aurait construit, selon Balādurī, ‘Utmān et dont le voyageur anglais Chesney signalait les vestiges au milieu du xixe siècle104. En revanche la citadelle, qui commandait le passage, se dresse toujours en abrupt sur la rive droite du fleuve105. Couronnant un rocher isolé cet ouvrage d’accès difficile fut bâti au ivе/xe siècle par Naǧm, un ġulām d’al-Ǧinn as-Safwānī106.

  • 107 Abū’l-Fidā, 233.
  • 108 Cahen, EI2, І, 1195.
  • 109 La citadelle qui eut surtout à souffrir d’un bombardement d’artillerie en 1820 mériterait une étud (...)

115Il se produisit pour la toponymie le même phénomène que pour Qal’at Ǧa’bar. En effet Ǧisr Manbiǧ, prenant le nom de son constructeur, devint Qal’at Naǧm, appellation qui d’ailleurs n’apparaît pas chez les auteurs arabes avant le vie/xiie siècle. Nūr ad-Dīn renforça les défenses du château107 dont l’accès reste très difficile sauf par l’ouest et confia la garde de la place à la fidèle dynastie des Begteginides d’Irbil108 qui déjà avait la responsabilité de Ḥarrān. Plus tard le prince ayyoubide d’Alep al-Malik aẓ-Ẓāhir y fit aussi exécuter des travaux, ce qui n’empêcha pas Hulagu de la prendre en 658/1260109.

  • 110 Buġiyat, fo 199-203 ; IŠ, 128 ; Yāqūt, І, 477 sq. ; Reise, 1, 114,122-129 ; Le Str., 107 ; Le Str. (...)
  • 111 Alexandre le Grand avait mis à l’eau des bateaux qu’il avait fait transporter depuis la côte médit (...)

116En descendant l’Euphrate, à l’endroit où le fleuve fait un coude et quitte la direction nord-sud pour s’engager vers l’est, on trouve sur la rive droite la ville de Bālis, la Barbalissos des Byzantins, l’actuelle Eski-Meskené110. Bien que située sur la rive droite de l’Euphrate Balis, qui se trouve dans une région où les gués sont nombreux, faisait partie de la Djéziré. Au début de l’Islam elle fut rattachée au ǧund de Qinnasrïn. Le site qui fut habité depuis les temps les plus reculés est fort important non seulement à cause des gués voisins mais encore parce qu’il est le point de l’Euphrate le plus proche d’Alep. Il fut aussi un port fluvial très actif car la navigation commerciale s’y faisait par bateaux111, vers Bagdad.

  • 112 Datée de 607/1210, RCEA, 3828.

117La ville bâtie sur la falaise était entourée d’une enceinte d’origine byzantine dont il ne reste que des vestiges ; les édifices, construits en brique, ne sont plus que ruines ; la citadelle a disparu et le minaret que l’on voit encore de loin est postérieur de quelques années au règne de Nūr ad-Dīn. A cette époque la ville semble avoir compté un important élément chiite, ainsi qu’en témoignent les mašhad-s ‘alides et la formule chiite gravée sur le minaret112. De nos jours le fleuve est à plusieurs kilomètres de la falaise et l’espace constitue une plaine qui n’a cessé de s’élargir depuis le Moyen Age et où l’on cultivait le blé et l’orge auxquels s’ajoute aujourd’hui le coton.

118Point d’aboutissement de la route d’Alep, Bālis est le point de départ de deux routes descendant l’Euphrate ; l’une sur la rive gauche gagnait Raqqa par Dawsar, l’autre, par la rive droite, passait à Ṣiffīn, à Sūrīya et continuait vers Ḥalabīya rejoignant le district de la route de l’Euphrate.

  • 113 Musil, ME, 95 ; THS, 451, 465 ; Canard, Ḥamd., 88 ; GB, M. Or., 389 ; Sourdel, EI2, II, 364.
  • 114 Notamment les salines de Ǧabbūl.

119A environ vingt cinq km. en aval de Bālis la forteresse de Qal’at Ǧa’bar113 bâtie sur un éperon de la rive gauche de l’Euphrate marquait, en face de Siffïn, l’étape sur la route allant à Raqqa. A l’époque préislamique, et durant les premiers siècles de l’Islam, la place s’appela Dawsar. Elle changea de nom au ve/xie siècle lorsque l’émir qurayšite Ǧa’bar b. Sābiq la remania avant d’être contraint de la céder à Malik Šāh. Le sultan seldjouqide devait la donner en 479/1086-87 à l’uqaylide évincé d’Alep, l’émir sālim b. Mālik. Les descendants de Sālim constituèrent la dernière petite dynastie chiite maîtresse d’une place importante sur le Moyen Euphrate. En vain les Francs firent un raid contre Qal’at Ǧa’bar au début de 497/fin de 1103. C’est au cours du siège qu’il faisait devant cette forteresse que Zengī fut assassiné en rabī’ II 541/ septembre 1146 au terme d’une nuit d’orgie. Dix-sept ans plus tard, en 558/1163, Nūr ad-Dīn réussit à occuper par ruse la dernière place tenue dans la vallée de l’Euphrate par un émir chiite. Il surprit l’émir Šihāb ad-Dīn, lui enleva la place, mais lui donna en compensation des fiefs lucratifs114.

  • 115 Reise, I, 132 sq. ; Musil, ME, 257 ; Le Str., 102 ; THS, 454 ; EI, IV, 422 ; Canard, Ḥamd., 88 ; G (...)

120En suivant la rive droite de l’Euphrate, à une trentaine de kilomètres en aval de Bālis, on parvient à un plateau qui domine la vallée, c’est le plateau de Ṣiffīn où se déroula en 37/657 la bataille fameuse entre Mu‘āwiya qui venait de Syrie et ‘Alī qui, par la rive gauche, était venu de Kūfa et avait franchi le fleuve sur un pont de bateaux fait, sur son ordre, par les habitants de Raqqa. C’est en ce site historique que Zengī fut, dit-on, inhumé non loin des édifices carrés des Banāt Abī Ḥurayra115 à l’ombre du minaret cylindrique qu’entoure un petit cimetière.

  • 116 Chapot, Frontière, 88, 133 ; THS, 255, 453-455 ; Honigmann, n° 438 ; GB, Syrie, Palestine, 221 ; G (...)

121En continuant vers l’est on parvient après une heure de marche à un village nouvellement reconstruit, Ḥammām, qui sur le bord du plateau occupe la place de Sūra ou Sūrīya, le terminus de la Strata Diocletiana. Dans le champ de ruines voisin on distingue une enceinte et les vestiges d’un ancien camp romain116. Sūrīya était l’aboutissement de la route venant de Damas à travers le désert par Palmyre et Ruṣāfa jusqu’à l’Euphrate. C’est là que les caravanes franchissaient le fleuve. A l’époque de Nūr ad-Dīn la route ne semble pas avoir eu d’importance commerciale ; le trafic par le désert se faisait alors plus au sud et aboutissait à l’Euphrate vers ar-Rahba. La première ville importante en aval de Bālis est Raqqa.

  • 117 Reise, I, 156 ; II, 349 sq. ; Chapot, Euphrate, 288 sq. ; Le Str., 101-102 ; Le Str., Pal., 518 ; (...)

122Capitale du Diyār Muḍar, Raqqa117 est bâtie sur la rive gauche de l’Euphrate dans le voisinage immédiat du confluent du Balīḫ. Son nom même définit la nature du site car il signifie un pays soumis à des inondations périodiques ou encore « terrain bas et marécageux situé le long d’un fleuve et sujet aux inondations ». Là se trouvait Nicephorion qui, comme tant d’autres villes d’Orient, fut fondée par Alexandre ; à l’époque romaine et byzantine la cité reçut le nom de Callinicos. Base militaire de l’Empire contre les Perses, Callinicos joua un rôle important sur la frontière de l’Euphrate. En 18/639 après un siège de six jours la ville ouvrit ses portes aux armées musulmanes de Iyād b. Ġanam, mais il fallut attendre l’essor de la puissance abbasside pour voir la place se développer. C’est au calife al-Manṣūr que l’on doit la fondation, à côté de Callinicos, d’une ville nouvelle, Rafīqa, en forme de fer à cheval au bord de l’Euphrate. L’âge d’or de Rafīqa se place sous le règne de Hārūn ar-Rašīd lorsque le calife, délaissant Bagdad, vint séjourner dans le voisinage des ‘Awāṣim, les places frontières menacées par les Byzantins. Rafīqa reçut une forte garnison de Khorasaniens et servit de base opérationnelle pour les expéditions estivales contre les Byzantins. C’est dans cette capitale temporaire du Califat que Hārūn ar-Rašīd incarcéra en 187/803 la famille du vizir barmécide.

123La ville se développa considérablement et l’on arriva à avoir deux villes jumelles, l’ancienne Raqqa et la nouvelle Rafīqa, possédant chacune sa Grande Mosquée et des marchés actifs, puis au ive/xe siècle Raqqa tombe en ruine et son nom passe à Rafīqa. Après deux siècles d’existence modeste la ville reprit de l’importance sous Nūr ad-Dīn qui l’occupa en 554/1159 et qui devait la céder à son frère Mawdūd, seigneur de Mossoul en 562/1166. Ainsi au cours du temps Raqqa fut soumise tantôt à Alep et tantôt à Mossoul. Sur ce site émouvant, dominé par le souvenir de Hārūn ar-Rašīd et marqué du sceau de Nūr ad-Dīn, on ne voit plus grand-chose actuellement sur le sol. De la vaste enceinte dont les assises étaient alternativement de briques crues et de briques cuites, il ne reste qu’une grosse levée de terre, car depuis longtemps les habitants du site ont réussi à s’emparer des briques cuites pour bâtir leurs demeures. La porte d’Édesse, Bāb ar-Ruhā’, située jadis au nord-ouest a disparu mais une autre porte subsiste au sud-est de la ville : la Porte de Bagdad toute construite en briques fort habilement agencées. Hors les murs se trouve le ma’aḏanat al-Munaytir, minaret carré en briques, bâti par Uways al-Qāranī et qui permet de repérer le site de la Raqqa primitive. A l’intérieur de l’enceinte subsistent les restes d’un palais qui fut peut-être la résidence de Nūr ad-Dīn ou la demeure de son représentant. On voit les vestiges de la Grande Mosquée à trois nefs qui fut bâtie en 154/770 par al-Manṣūr et restaurée par Nūr ad-Dīn en 561/1166. De ce vaste édifice il ne reste debout qu’un portique, c’était la façade de la salle de prière donnant sur la cour, et le haut minaret rond en briques, œuvre de Nūr ad-Dīn. Nous savons que ce souverain fit aussi construire un hôpital et que la ville comptait deux madrasas : une hanéfite et une chaféite. Au milieu des maisons à toit en terrasse de nombreux hammams dressaient leurs fines cheminées et se faisaient remarquer par leurs coupoles percées de trous obturés par de petites cloches de verre. Il existait aussi au vie/xiie siècle une hānaqāh fondée par ‘Imād ad-Dīn al-Iṣfahānī, vizir de Quṭb ad-Dīn de Mossoul.

124Pour avoir une idée de la ville telle qu’elle se présentait sous Hārūn ar-Rašīd et sous Nūr ad-Dīn, il faut examiner la photographie aérienne ou voir directement d’avion le site. Alors, sur une vaste étendue, apparaissent des rues, des marchés, des entrepôts, des maisons et des palais ; tout prend du relief et il n’est plus difficile d’imaginer la vie active de cette cité célèbre pour ses poteries bleu turquoise à décor noir.

125Raqqa est au centre d’une riche région agricole ; au printemps au-delà du Balīḫ, vers l’est s’étend un tapis de verdure tandis que vers l’ouest la plaine est couverte de réglisse dont les racines pilées sont exportées jusqu’à Alep. Quelques arbres, des jujubiers, des oliviers et des mûriers poussent près de la ville. La région était jusqu’à une époque toute récente une remarquable terre de chasse : on y trouvait non seulement des lions rendus célèbres par les bas-reliefs assyriens, mais aussi des léopards et des panthères.

126L’importante activité commerciale de Raqqa tenait au fait que la ville se trouvait au terme d’un certain nombre de routes. Là aboutissait la route qui descendait d’Édesse par Ḥarrān, Tell Mahré et Baǧarwan, suivant la vallée du Balīḫ où la rejoignait la route venant de Niṣibīn par la région du Haut Ḫābūr et Rās al-’Ayn ; une autre route venait de Niṣibīn par la vallée du Ḫābūr, puis remontait l’Euphrate jusqu’à Raqqa. De là partait aussi une route qui se rattachait au système syrien et qui permettait de gagner Damas par deux itinéraires. Enfin Raqqa était le point de départ de la célèbre route de l’Euphrate, Ṭarīq al-Furāt.

с) LA ROUTE DE L’EUPHRATE118

  • 118 Jaubert, La géographie d’Edrīsī, II, 144-145 ; Musil, ME, 247 ; Canard, Ḥamd., 94, sq.

127En descendant l’Euphrate après le confluent du Balïh on pénétrait dans le district de la route de l’Euphrate, le nāhiya ṭarīq al-Furāt. Ce district couvre la vallée de l’Euphrate de Raqqa à ‘Āna ; c’est un étroit couloir de plus de 350 km., bordé par le désert et cultivable dans la mesure où des machines élévatoires permettaient l’irrigation. De nombreux canaux ont existé dans l’Antiquité et au Moyen Age, mais dans la plaine alluviale au cours des siècles les changements furent nombreux : canaux comblés, déplacements du lit du fleuve, éboulement des berges. Les deux rives sont couvertes de ruines, de sanctuaires musulmans, toutes les places ont eu leur rôle dans l’histoire assyrienne. Dès la conquête arabe la vallée perdit de son importance stratégique, la fameuse ligne de Dioclétien était devenue inutile. La frontière repoussée vers le nord et n’ayant plus à craindre d’attaque d’envergure dans cette région, le commerce devint plus actif. La voie fluviale donne toute son importance économique à la région. Si la batellerie permettait de descendre le fleuve, une grande quantité de gués permettait de le franchir ; ces gués étaient si nombreux que la route fut souvent appelée par les auteurs arabes ṭarīq al-Furāḍ : la route des gués. A l’époque de Nūr ad-Dīn les envoyés de Damas qui se rendaient à Mossoul utilisèrent maintes fois ces passages où très tôt s’étaient établies des agglomérations plus ou moins importantes qui contrôlaient la circulation.

  • 119 Reise, I, 164-166 ; II, 373 ; Musil, ME, 185, 189 ; Le Str., 106.
  • 120 Chapot, Frontière, 291 ; Reise, II, 373 ; I, 166 ; Canard, Ḥamd., 94 ; Dunand, Amanus, 99 sq. ; La (...)

128En aval de Raqqa, il n’y a guère de terre cultivable, on ne trouve que de la rocaille. A environ soixante quinze km. l’Euphrate se trouve resserré entre le Ǧabal Bišrī au S.-W. et le Ǧabal Hamma au nord-est. Là sur une masse basaltique de la rive gauche fut construite la place de Ḫanūqa119, l’Annoucas signalée par Procope ; ce toponyme signifie « l’étranglement ». De là partait vers le nord-est une route qui rejoignait ‘Arabān sur le Ḫābūr d’où l’on pouvait gagner Mossoul. A quelques kilomètres en aval de Hanūqa, dans une région assez désertique où se fait sentir le vent chaud du sud-ouest qui amène le sable fin du désert et irrite vivement les nerfs, se dresse au bord du fleuve, à flanc de côteau sur la rive droite, Ḥalabīya120. L’ancienne résidence de Zénobie n’est plus qu’un champs de ruines au tracé triangulaire, dominé par une puissante forteresse.

  • 121 Chapot, Frontière, 293 ; Musil, ME, 331.

129Légèrement en aval, à la sortie de l’étranglement se dresse sur la rive gauche du fleuve Zalūbīya121. Ce site fut habité dès l’époque assyrienne. La citadelle d’époque byzantine, bâtie sur une crête isolée à pic sur l’Euphrate, domine les terres environnantes et contrôle les routes de la région.

  • 122 Canard, 95.
  • 123 Sourdel, EI2, II, 205.

130A l’époque de Nūr ad-Dīn ces deux places ne semblent pas avoir joué de rôles importants non plus que Dayr ar-Rummān122 qui probablement se trouvait non loin de l’actuel Deir ez-Zor123.

131La vallée s’élargit et atteint de deux à quatre kilomètres.

  • 124 Harawī, 148 ; Reise, I, 172 ; Chapot, Frontière, 295 ; Le Str., 105 ; Musil, ME, 178, 334 ; Streck(...)

132A deux jours de marche de Ḥanūqa, sur la rive gauche de l’Euphrate, au confluent du Ḫābūr, est situé Qarqīsīya, l’antique Circesium, l’actuelle al-Busayra124. Ce lieu fut habité dès la plus haute antiquité car il marquait un point de bifurcation des routes commerciales. En effet, des caravanes venues de l’Inde certaines continuaient à remonter l’Euphrate, mais d’autres s’en détachaient vers l’ouest pour rejoindre Palmyre.

133Forteresse de la frontière romano-perse, Circesium joua un grand rôle sous Dioclétien et sous Justinien, car c’était le dernier poste romain vers l’Orient. Un mur dont subsistent des vestiges joignait l’Euphrate au Ḫābūr et donnait à la place une configuration triangulaire.

134A l’époque de Nūr ad-Dīn c’est un centre commercial important au débouché de la vallée du Ḫābūr, la ville est entourée de jardins produisant de nombreux fruits et légumes, dans les îles du fleuve poussent des bouquets de peupliers. Au vie/xiie siècle Qarqīsīya était une ville à fort pourcentage de Juifs ; Benjamin de Tudèle y dénombra 500 familles. Elle était aussi un lieu de pèlerinage musulman ; on y venait en effet vénérer dans un mašhad une empreinte de la main de ‘Alī.

135Après le confluent du Ḫābūr pendant quatre vingt dix km. la vallée atteint de six à dix kilomètres de largeur.

  • 125 Reise, II, 382 ; Le Str., Pal., 517 sq. ; Chapot, Frontière, 296 sq. ; THS, 456 ; Musil, ME, 3, 25 (...)

136A une étape en aval de Qarqīsīya un haut minaret signale de loin sur la rive droite la ville d’ar-Rahba, l’actuelle Mayyādīn125.

137Située pratiquement à la limite de l’Iraq et de la Syrie la ville était une importante station de caravanes, un point de passage fréquenté qui, au vie/xiie siècle, contrôlait le trafic de Damas vers la Djéziré. Elle fut reconstruite au vie/xiie siècle après le tremblement de terre d’août 1157/ragab 552. C’est de nos jours un bourg important au bord du fleuve. La ville du ixe siècle avait été bâtie à l’époque d’al-Ma’mūn par al-Malik b. Ţawq, elle était entourée d’un épais mur de briques de périmètre rectangulaire d’où son nom d’ar-Raḥba. Sur un éperon détaché de la falaise par un fossé artificiel et revêtu d’un glacis en pierre, une forteresse à double enceinte quadrangulaire renforcée par des tours rectangulaires commandait ce passage sur le fleuve. Un faubourg aux eaux abondantes avec des jardins bien arrosés, de riches vergers, fournissait une partie de l’alimentation de la ville tandis que des céréales poussaient dans les champs du proche plateau ; la rive gauche était aussi cultivée et donnait des coings très célèbres.

  • 126 Reise, III, pl. XXIX ; Musil, ME, 7, fig. 2. La citadelle qui mériterait une étude archéologique, (...)

138En 497/1104 ar-Rahba dépendait du prince de Damas, qui contrôlait toute la route de Damas à l’Euphrate par Palmyre et Suhna, le Darb as-Sulṭāni. En 500/1107, Ǧawālī, général de Zengî, vint par Sinğar et prit la ville, celle-ci se trouva en 544/1149 placée sous l’autorité de Quṭb ad-Dīn b. Zengī. Quelques années plus tard, en 559/1164, Nur ad-Dīn entra en possession d’ar-Raḥba et le donna en fief à l’émir Asad ad-Dīn Šīrkūh, en même temps que Ḥimṣ. A cinq kilomètres de l’Euphrate, Šīrkūh construisit une ville nouvelle : ar-Rahbat al-Ǧadīd et renforça la citadelle dont il confia la garde à un de ses officiers Yūsuf b. al-Mallāḥ126. La place devait rester un siècle au pouvoir de la famille asadite.

  • 127 Le mot däliya désigne une machine élévatoire d’eau pour l’irrigation (cf. Musil, 17, 169, fig. 9 e (...)

139En aval d’ar-Rahba une petite ville semi-circulaire, ad-Dāliya127, s’était développée à l’endroit où le nahr Sa’īd rejoint l’Euphrate. Ce canal, œuvre de l’omeyyade Sa’īd b. ‘Abd al-Malik, coulait depuis Qarqīsīya parallèlement au fleuve sur la rive droite.

  • 128 Honigmann, art. Raḥiba, dans EI, III, 1178.

140Franz Cumont et Musil identifient ad-Dāliya à l’actuelle Ṣālihīya, l’antique Doura Europos qui surplombe l’Euphrate du haut de la falaise. Honigmann conteste cette localisation et situe ad-Dāliya plus en amont128.

  • 129 Canard, Ḥamd., 98 ; GB, M. Or., 577.

141En descendant le fleuve on passait à un relai caravanier dit al-Furda129, « le Gué », où l’on rejoignait une route qui, par le désert, venait de Ruṣāfa et avait suivi sur une certaine distance le Darb as-Sulṭāni qui aboutissait à ar-Rahba.

  • 130 Reise, II, 319 ; Le Str., 106 ; Musil, ME, 19, 345 ; STRECK, EI, I, 349 ; Longrigg, EI2, I, 474 ; (...)

142En suivant la route traditionnelle qui reliait la Syrie du Nord au centre de l’Iraq, on parvenait enfin, à quatre vingt dix km. en amont de ce gué, à la dernière localité du Diyār Muḍar sur l’Euphrate, celle qui marque la limite extrême du district un peu au-delà du 42° de longitude, la ville de ‘Āna130.

  • 131 Yāqūt, III, 109.

143Une forteresse puissante dont on peut voir les vestiges dominait le fleuve sur la rive droite. Il semblerait qu’à l’origine la ville ait été bâtie dans une île de l’Euphrate puis se soit trouvée rattachée à la rive droite ; entre la falaise et le fleuve s’étendent des jardins où l’on cultive l’ail et l’oignon ainsi que le grenadier et le figuier. Sur le plateau, en terrain volcanique la vigne donnait un vin fameux cité par les auteurs arabes. A ‘Āna aboutissait une route venant de Mossoul par Hatra à travers le désert ; cette route croisait à une trentaine de kilomètres de l’Euphrate le Darb al-Malah, la route du sel, qui parallèlement à la rive gauche du fleuve traversait la dépression d’al-Adaǧd où l’on se procurait un sel blanc très fin, dont la couche de dépôt atteignait en été, grâce à l’éva-poration, une épaisseur de cinquante cm. Ce sel était exporté à travers la Djéziré à partir de Sukayr al-’Abbās sur le Ḫābūr où aboutissait la route131.

II. LA SYRIE

144De Djéziré, la domination des Zenguides, comme quelques siècles auparavant celle des Hamdānides, s’est étendue sur la Syrie du Nord « dont les plateaux continuent au delà de l’Euphrate la plate-forme de Jazira », traversée par la grande voie qui relie le golfe Persique et la Mésopotamie à la Méditerranée et à l’Égypte. Il n’existe pas alors de frontière dans notre sens du terme, c’est plutôt une « marche » dont il s’agit à l’ouest de la courbe du Moyen Euphrate, en aval de Sumaysāṭ.

A. LA PROVINCE D’ALEP

a) RÉGION DES ‘AWĀṢIM

145La région septentrionale délimitée par l’Euphrate à l’est, le Gök Sü au nord, le Kurd Dagh à l’ouest et le nahr Saǧūr au sud fut au cours des siècles, et plus particulièrement à l’époque qui nous intéresse, l’enjeu des luttes qui opposèrent tout au long des Croisades les Francs aux Musulmans.

146Le Gök Sü représente la limite septentrionale atteinte par les armées zenguides tandis que le nahr Saǧūr marque la limite nord de la province d’Alep qui fit partie de façon permanente du domaine des princes zenguides. A la veille des Croisades la région, qui se présente comme un plateau raviné par les cours d’eau, appartenait aux Arméniens ; lors de l’occupation franque elle échut en fief à Joscelin de Courtenay puis à son fils Joscelin II l’Arménien. Elle sera, après la prise d’Édesse, le refuge du comte. A la suite de la capture de ce dernier, la région est cédée par les Francs à Manuel Comnène. Elle fut, ensuite, prise aux Byzantins par ‘Izz ad-Dīn Mas’ūd b. Qiliǧ Arslān en 546/1151. A la mort de ce prince, en 550/1155, la région passa au pouvoir de Nūr ad-Dīn. Cette année-là le souverain zenguide fit son apparition dans le nord, il venait de régler les affaires de Damas et souhaitait, à la mort de Mas’ūd, consolider ses frontières septentrionales. Au cours de son expédition Nūr ad-Dīn s’empara de Dulūk, Mar’aš, Ra’bān, Kaysum et Bahasnā, places dont Qilig Arslān avait héritées, puis les rendit au souverain de Konya. Quelques années plus tard, en 568/1173, étant entré en conflit avec le prince seldjouqide et n’ayant pas confiance en lui pour assurer une défense efficace contre les actions menées aussi bien par les Arméniens que par les Artuqides ou les Danišmendides, Nūr ad-Dīn réoccupa toutes ces villes et les garda sous son propre contrôle jusqu’à sa mort.

  • 132 Le bac — généralement un « chartouch »—part d’une rive et traverse le fleuve en biais, puis est ha (...)
  • 133 Ǧarablus, près de l’antique Karkemish, ne semble pas avoir existé au Moyen Age comme point de pass (...)

147Lorsque l’on se rend de Djéziré en Syrie du Nord on traverse l’Euphrate par des gués où à la période des hautes eaux on établissait, semble-t-il, des ponts de bateaux, ou bien par des bacs, qui comme de nos jours, permettaient d’aller d’une rive à l’autre132. Dans la boucle que l’Euphrate décrit vers l’ouest les points de passage étaient d’amont en aval, Sumaysāṭ, al-Bïra, Qal’at Naǧm et Bālis133. Chacune de ces agglomérations constituent des têtes de pont où aboutissent les routes de Djéziré vers l’ouest et d’où partent les voies d’accès à la Méditerranée.

148Une grande voie, partant de Sumaysāṭ, épousait en gros la courbe de l’Euphrate. Elle en était la réplique à l’intérieur des terres et passait aux points où les affluents de droite étaient le plus aisément franchissables.

  • 134 Canard, EI2, I, 783-784.

149Cette route entrait dans la région que l’on appelait encore à l’époque des Croisades les ‘Awāṣim134. Ce terme, depuis le règne de Hārūn ar-Rašīd. englobait le territoire qui s’étend au nord d’Alep au-delà d’un arc théorique joignant Manbiǧ à Antioche. Dans cette zone se trouvaient un certain nombre de places fortes (ṯuġūr) qui commandaient des nœuds routiers ou des cols de montagne. La contrée avait été très prospère à l’époque des Hittites à en juger par les ruines de cette époque qui foisonnent. Elle connut aussi une période de richesse au temps de l’apogée ‘abbaside. Au vie/xiie siècle le pays restait fertile et devint l’enjeu des luttes entre Croisés d’Antioche, Seldjouqides de Rūm, Arméniens de Cilicie, et Zenguides de Syrie. Il fallait s’assurer le contrôle des routes pour accaparer les récoltes.

  • 135 Buǧyat 330-332 ; I.Š., 174, Le Str., Lands, 108 ; GB, Turquie, 488, SN, 127 ; EI, IV, 576.
  • 136 I.Š., fo 157 v. - 159 r. ; Buġiyat, fo 401-402 ; SN, 120-121 ; Cahen, art. Besni, ЕІ2, I, 1225.
  • 137 SN, 120.

150Sumaysāṭ, connue aussi sous le nom de Qal’at aṭ-Ṭīn, est bâtie sur la rive droite du Haut Euphrate. Elle constitue une tête de pont importante pour les relations entre la Syrie du Nord et la Djéziré au Moyen Age135. Son enceinte qui fut restaurée par les Ayyoubides et par les Seldjouqides de Konya est encore en bon état tandis que la ville n’est plus qu’un petit village. Lorsque l’on avait quitté Sumaysāṭ en direction de l’ouest on traversait le Gök Sü, près de Trūš, sur un pont antique, puis on arrivait à Bahasnā136. C’était une petite place forte dotée d’une puissante citadelle qui gardait un col élevé entre deux vallées parallèles, celle de l’Ak Su oriental et celle du Suffraz Suyu. Important carrefour situé à près d’un kilomètre des routes actuelles de Malaṭiya à Alep et de Cilicie au Diyār Bakr « la place tenait la charnière de la série des places fortes qui au Nord de la boucle de l’Euphrate gardaient les hautes vallées des affluents de droite »137. D’après Claude Cahen la ville était bâtie en longueur dans un ravin encaissé, la citadelle, dissimulée de tous côtés par des hauteurs supérieures, se dressait sur un éperon rocheux. De cet ensemble antérieur aux Croisades il ne reste que des ruines.

  • 138 Buġiyat fo 336 ; I.Š., fo 242 r.v. ; Mašriq, 213 ; THS, 478 ; SN, 120 ; Canard, Ḥamd., 269.
  • 139 SN, 123.
  • 140 Buġiyat, fo 332 ; I.Š., 239 r.v. - 240 r. ; Mašriq, 209-210 ; THS, 478 ; SN, 112 ; Canard, Ḥamd., (...)

151Une route partait vers l’ouest en direction de Mar’aš. Prenant la direction du sud notre route passait la montagne au sud de Bahasnā à un col que commandait la petite ville de Kaysum138 bâtie sur les bords d’une rivière qui portait son nom. Une citadelle primitivement construite en brique crue, puis rebâtie en pierre par Baudouin de Mar‘aš, soulignait l’importance de la place qui commandait un col sur la route venant du nord. C’est à l’est de Kaysum que Claude Cahen propose de chercher Kafarsud139. Peut-être devrait-on aussi faire des recherches vers l’actuel Kisilin sur l’Euphrate. En continuant son chemin on trouvait sur le nahr ‘Arabān une petite ville d’origine fort ancienne : Ra’bān, l’actuelle Altıntaṣkale140. La citadelle, bâtie au pied d’une montagne, contrôlait non seulement la traversée de la rivière mais aussi le carrefour des routes de Kaysūm à Dulūk et de Qal’at ar-Rūm et Mar’aš. Il n’en reste plus sur le sol que la trace de l’enceinte en haut d’un vaste tell.

  • 141 Buġiyat, fo 401.
  • 142 I.S., 157 r.
  • 143 THS, 478 ; SN, 119.
  • 144 I.Š., 157 v. ; SN, 119.

152En poursuivant son chemin en direction du sud-ouest on arrivait dans la vallée du nahr Marzubān où se trouvait une forteresse qui avait donné son nom à cet affluent de l’Euphrate et que Qiliǧ Arslān avait occupée avant que Nūr ad-Dīn ne la lui enlève. Le passage principal de la rivière était commandé par cette citadelle (qal’a) qu’Ibn al-’Adīm appelle aussi Barsumān141 tandis qu’Ibn Šaddād affirme que le vrai nom est al-Murassabān142. Claude Cahen propose, à la suite de Dussaud, de rechercher la forteresse à Yarimdja143. Dans la même région se trouvaient les places de Ḫurūs et d’az-Zūb144.

  • 145 THS, 450 ; SN, 122 ; Honigmann, art. Rūm Ķal’a, EI, III, 1256.

153Au confluent du nahr Marzubān, sur une arête rocheuse tombant de trois côtés à pic dans l’Euphrate, le long de la rive droite, se dressait une forteresse : Qal’at ar-Rūm145. Un fossé profond de 30 mètres, creusé par la main de l’homme, isolait l’ouvrage du haut plateau et le rendait imprenable. De construction byzantine cette place forte occupait une rectangle de 400 m. de long sur 200 m. de large. En 1150 le comte d’Édesse ne pouvant maintenir de garnison sur les bords de l’Euphrate vendit la place aux Arméniens dont le catholicos s’installa dans ce nid d’aigle d’où Nūr ad-Dīn ne chercha pas à le chasser. La forteresse contrôlait les gorges de l’Euphrate mais aucune route de grande communication n’y aboutissait.

  • 146 EI2, I, 1270-1271.
  • 147 SN, 122.

154Légèrement en amont d’al-Bīra146, l’Euphrate reçoit sur la rive droite le nahr Karzīn que la route d’al-Bīra à Alep franchissait à gué à Hiṣn Karzïn147 après avoir traversé le riche district agricole appelé nahr al-Djawz.

155En arrivant dans la haute vallée du nahr Karzīn, une bifurcation permettait de gagner, vers l’ouest, Dulūk en remontant la vallée, vers le sud de rejoindre ‘Aynṭāb après avoir franchi un col qui donnait accès au cours supérieur du nahr Saǧūr. Cette vallée du dernier affluent de l’Euphrate sur la rive droite marquait la limite septentrionale de la province d’Alep.

b) LA LIGNE DU NAHR SAǦŪR

  • 148 Buġiyat, fo 332-334 ; I.Š., fo 240 ; Mašriq, 211-212 ; Le Str. 386-7, 438 ; THS, 226, 229, 445, 47 (...)
  • 149 I.Š., 156 r. v. ; GB, Turquie, 484 ; Le Str. 386-387 ; Canard, Ḥamd., 233 ; Ibn al-’Adīm, TH, 302- (...)

156Près des sources du nahr ‘Afrīn, du nahr Saǧūr et du nahr Karzīn, au centre d’un véritable château d’eau et au pied de l’extrémité septentrionale du massif du Kurd Dagh, se trouve Dulūk ( , )148. L’ancienne Doliché marquait un carrefour de routes importantes, l’une allait d’ouest en est, de Mar’aš à al-Bïra sur l’Euphrate, une autre vers le nord menait vers Ra’bān et Sumaysāṭ, une troisième, vers le sud, gagnait la vallée du Haut ‘Afrīn. Entourée de riches vergers, irriguée grâce aux nombreuses sources du voisinage, Dulūk était surtout une solide forteresse bâtie en pierre de taille par les Byzantins et ravitaillée en eau par un aqueduc ancien. Occupée par les Musulmans lors de la Conquête, elle avait été une des places incorporées par Hārūn ar-Rašīd dans le ǧund al-’Awāṣim, zone avancée en face des Byzantins ; Dulūk servit de base d’opération pour les campagnes estivales contre l’empire de Byzance, mais en 351/962 elle tomba au pouvoir des Grecs. Environ un siècle plus tard, en 458/1065, les bandes turcomanes d’Afšīn b. Yaḥyā l’occupent un temps puis elle passe aux mains des Arméniens jusqu’à ce que Sulaymān b. Qutulmuš s’en rende maître en 477/1084-85. Prise par les Byzantins en 491/1098, elle fut cédée à Joscelin. Durant toute l’époque des Croisades « l’évêché de Tulupe » fut le théâtre de nombreux engagements. En 544/1149 Mas’ūd de Konya, venant de Mar’aš, s’en empare ; à la mort de ce prince, Nūr ad-Dīn se rendit dans le nord et prit la ville. Dulūk était déjà sur le déclin, on ne releva pas les ruines de sa forteresse (ḥiṣn), la place, où seul le maqām Dāwūd attira les pèlerins, devint une bourgade tandis qu’au sud-ouest ‘Aynṭāb prenait de l’importance. Dulūk joua un rôle tant que la route du nord au sud passa en territoire byzantin, la route allait de Mar’aš ou de Sumaysāṭ vers Antioche en traversant Dulūk d’où elle s’engageait dans la vallée encaissée du nahr ‘Afrīn. Mais lorsque l’ancienne Commagène fut occupée par les Musulmans, soit les Seldjouqides de Konya, soit les éléments zenguides, la route ne suivit plus la vallée du ‘Afrīn et se dirigea vers Alep par le plateau qui s’étend au sud du nahr Sagūr. ‘Aynṭāb devint alors le véritable centre routier de la région149.

157Cette ville, l’actuelle Gaziantep, est située à quelques kilomètres au sud-ouest de Dulūk sur la rive droite du Haut Sagūr entre deux collines qui se dressent dans une vaste plaine. L’abondance de l’eau a permis le développement de riches vergers qui ont fait naître un marché fréquenté. Sur un tertre rond, en grande partie artificiel, entouré d’un profond fossé, une solide forteresse domine le cours du Sagūr. C’est, comme nous venons de le voir, là que se déplaça le croisement de la route Mar’aš-Alep et la route Édesse-al-Bīra-Mar’aš. La ville passa au pouvoir de Nūr ad-Dīn en 550/1155, le souverain la donna en fief à l’émir Nāṣir ad-Dīn Muhammad b. Asad ad-Dīn Šīrkūh qui eut aussi plus tard comme concessions (iqṭā) Ḥimṣ et ar-Rahba. Puis Nūr ad-Dīn la reprit et confia pour un temps ‘Aynṭāb à Ismā’īl al-Ḫaznadār et finalement la donna à l’un de ses neveux, Ḥusām ad-Dīn.

  • 150 SN, 116 ; I.Š., 58 v. ; Le Str., 542 ; I.Š., fo 153 ; Buġiyat, fo 397-398, Honigmann, EI, IV, 759.

158En aval de ‘Aynṭāb, sur les bords du Saǧūr, se trouve Tell Bašir150, la Turbessel des Croisés. Le site, bien arrosé par le nahr Saǧūr et les eaux de diverses sources du voisinage, abondait en jardins dont les prunes particulièrement succulentes faisaient la renommée. La ville, très active sous les Hittites, subit une longue éclipse et n’est mentionnée à nouveau qu’à partir des Croisades. Sur un tell trois fois plus long que large se dressait une citadelle. Elle venait au vie/xiie siècle d’être renforcée et développée par les deux derniers comtes d’Édesse.

  • 151 SN, 116, citant Ms. B.N., 2281, fo 57 v.

159« Au lendemain de sa conquête par Nūr ad-Dīn la forteresse consistait en un château proprement dit de 300 brasses de périmètre avec quinze tours et à côté sans doute une cour munie d’une seconde enceinte de 425 brasses avec deux autres tours. A la forteresse était adossée une bourgade qu’entourait un rempart de 625 brasses. Il s’y trouvait un hôtel et des églises dont une dédiée à Saint Romain »151.

  • 152 Buġiyat, fo 398.

160Prise par Abū ‘Ubayda à la Conquête, Tell Bašīr fut reprise par les Grecs à Sayf ad-Dawla en 351/962. Elle passa à nouveau sous contrôle musulman à l’époque de Malik Šāh. Dès la première croisade elle devint en 1102 le fief de Joscelin de Courtenay. Elle fut plusieurs fois assiégée par les Musulmans, mais sans succès. Les éléments turcomans installés dans la ville proposèrent à Nūr ad-Dīn de lui livrer la ville pour dix mille dinārs152 ; le 25 rabī‘ I 546 le prince accepta et confia la garde de la cité à l’émir Hassān al-Man-biǧī avant de venir quelques temps plus tard prendre lui-même officiellement possession de la ville. En 564/1169, après le tremblement de terre qui ravagea toute la Syrie, Nūr ad-Dīn donna Tell Bašīr en fief à Sabiq ad-Dīn ‘Uṯmān b. ad-Dāya. A la mort de son père, Ismā’īl b. Maḥmūd b. Zengî confiera la ville à l’émir turcoman Badr ad-Dīn Dilderim b. Yarūq.

  • 153 SN, 117, 122 ; Le Str., 543.

161En aval de Tell Bašīr, au point où le Saǧūr coupe la route directe d’Alep à al-Bïra, sur un petit tell assez élevé, se trouvait, en poste avancé sur la frontière, une petite forteresse : Tell Ḫālid (latin : Trihalet)153. Cette place existait dès le xe siècle ; très endommagée par le séisme de 1114 elle fut en partie restaurée par les Francs.

с) LA ROUTE DE L’EUPHRATE A ALEP PAR MANBİǦ

162En aval du confluent du Saǧūr l’Euphrate sort d’un rapide sur des roches plates entre des falaises à pic. Celles-ci vont s’écarter désormais du courant et constitueront deux barrières blanches à distance variable du fleuve.

  • 154 I.Š., 263 r.-v. (Mašriq, 222) ; Le Str., 42, 501 ; THS, 448, 451 ; voir plus haut, pp. 148-149.

163Sur la falaise de la rive droite se dresse à l’abrupt, au sommet d’un piton rocheux, le château de Qal’at Naǧm154. Sur la rive gauche la falaise est actuellement un peu à l’écart du fleuve, cédant la place à une petite plaine fluviale cultivée.

  • 155 Fo 263 v. Voir plus haut pp. 88-89, parag. « Moyen Euphrate ».
  • 156 Inédite, elle mériterait d’être publiée.
  • 157 Abū l-Fidā, 233.

164L’histoire de cette citadelle est liée à celle de Manbiǧ. Si al-Qādī al-Fāḍil donna à son nom une origine astronomique, Ibn Šaddād155 dit, avec moins d’imagination, qu’elle fut bâtie par un certain Naǧm qui était ġulām al-Ǧinn as-Safwānī. Après 300/912 elle fut occupée successivement par les Hamdānides, les Mir-dassides puis les Turcomans à qui la prirent les Banū Hasan qui furent alliés de Nūr ad-Dīn. Ce ne fut que sous Saladin que cette famille perdit la place. La citadelle est importante156, elle comporte deux étages de vastes pièces, une mosquée, des citernes. D’après Abū l-Fidā, Nūr ad-Dīn fit consolider les défenses qu’al-Malik aẓ-Ẓāhir Ġāzī devait remanier plus tard157.

165Lorsque après avoir traversé l’Euphrate l’on a gagné le plateau on traverse un vaste cimetière musulman au milieu duquel se dressent les ruines de deux édifices qui peuvent être des mosquées ou des madrasas funéraires.

  • 158 Buġiyat, 186-192 ; I.Š., 242 v. - 263 r. (Mašriq, 213-22) ; Le Str., 36, 500 ; THS, 474, SN, 117 ; (...)
  • 159 Cette route existe de nos jours.
  • 160 Aujourd’hui l’étang asséché sert de stade tandis que la source alimente un bassin de natation d’où (...)

166A une trentaine de kilomètres à l’ouest de l’Euphrate soit une journée de marche se trouve Manbiǧ158, l’ancienne Hiérapolis. La grande cité hellénistique n’est plus de nos jours qu’un bourg. Là passait, à une quinzaine de kilomètres au sud du nahr Saǧūr, une des principales routes qui de Djéziré permettaient de gagner la Syrie du Nord. Marché actif et centre religieux important aux époques hellénistique, romaine et byzantine, l’ancienne Hiérapolis était située dans une plaine ondulée, riche en sources, au milieu d’un écrin de jardins et d’arbres. Hārūn ar-Rašīd en fit la capitale de la zone frontière, le chef lieu du Ǧund al-’Awāṣim. C’était un point d’appui solide pour les campagnes d’été contre les Grecs, il surveillait la route allant d’est en ouest et la route qui du nord au sud suivait la vallée de l’Euphrate jusqu’à Bālis159. De la double muraille antique consolidée par Justinien et qui, encore à l’époque de Nūr ad-Dīn, protégeait la ville, il ne reste plus qu’une forte levée de terre circulaire, seul le front nord-ouest conserve de nos jours des vestiges de l’enceinte romaine près de l’étang sacré, alimenté par une source et où l’on célébrait jadis le culte d’Atargatis160. A la fin du vie/xiie siècle la patrie du poète al-Buḥturī était un marché agricole fort actif, fruits et céréales y abondaient tandis que des mûriers permettaient l’élevage des vers à soie.

167En 521/1127 Zengî s’en empara en même temps que de Ḥiṣn Buzā‘ā ; en 536/1142 Jean Commène attaqua les possessions zen-guides mais ne prit pas Manbiǧ. Sous Nūr ad-Dīn la ville fut gouvernée par Ḥassān al-Manbiǧī qui mourut en 562. Le souverain nomma alors Ġāzī b. Hassān al-Manbiǧī qui se révolta. Nūr ad-Dīn envoya d’Alep une puissante armée sous le commandement de Maǧd ad-Dīn Abū Bakr b. ad-Dāya et Asad ad-Dīn Sīrkūh ; la ville fut prise en 563/1168. Elle fut concédée à Quṭb ad-Dīn Inal b. Ḥāssan, le frère du révolté, qui y fit construire une madrasa hanafite.

  • 161 Le Str., 426 ; THS, 475.
  • 162 Buġiyat, 339-343 ; I.Š., 159 r. - 162 r. ; Kašf M. 74 ; Canard, Ḥamd., 223-224 ; EI2, I, 1398 (s.v (...)
  • 163 Au début de 567/4 septembre 1171 Ismā’īl, fils de Nūr ad-Dīn, constitua un waqf pour la mosquée de (...)

168En une journée de marche vers l’ouest on arrivait dans une zone toute remplie de la fraîcheur des jardins arrosés par les sources qui jaillissaient dans la vallée appelée wādī Baṭnān161. Les nombreux ruisseaux coulant à travers cette oasis se réunissaient pour constituer le nahr ad-Dahab. Cette rivière arrose une série de villages avant d’aller se perdre dans la lagune salée de Ǧabbūl. Au milieu de la vallée sur chacune des rives d’un des principaux ruisseaux, s’élevaient deux agglomérations, trop petites pour être considérées comme des villes et trop grandes pour compter au nombre des villages : Buzā’ā et al-Bāb162. Chacune avait une mosquée avec un minbar et un ḫaṭīb ce qui soulignait leur indépendance l’une vis-à-vis de l’autre. Bien que distantes de quelques kilomètres dans la plaine elles ne sont jamais citées séparément dans les textes. Buzā’ā constituait le terme d’une étape d’un jour et devait à ce fait une certaine activité commerciale qui dépassait la production locale de poteries. Cette activité se déroulait à l’ombre d’une citadelle d’origine byzantine rendue pratiquement inaccessible par un profond fossé. La place appartient aux Mirdassides au xie siècle, puis le seldjouqide Tāǧ ad-dawla Tutūš la prit en 470/1078. A sa mort les Mirdassides récupérèrent leur bien. En muḥarram 533/septembre 1138 Zengī occupe Buzā’ā qui passa ensuite à Nūr ad-Dīn. Elle fit partie des biens que reçut l’émir de Qal‘at Ǧa‘bar en échange de sa forteresse cédée à Nūr ad-Dīn, avant d’être prise, en 571/1175, par Saladin163.

  • 164 Le Str., 406.

169L’agglomération d’al-Bāb164 était plus étendue que Buzā’ā mais elle n’avait pas de citadelle pour la défendre. Ses jardins la firent comparer au Paradis par le poète al-Qayṣarānī. A l’époque de Nur ad-Dīn un grand nombre d’Ismā’īliens s’étaient regroupés dans la région ; pourchassés, ils se réfugièrent dans les grottes voisines, les troupes zenguides les y enfermèrent et ceux qui ne moururent pas asphyxiés furent massacrés.

  • 165 Lammens, art. Ḥabīb, EI, II, 197.

170Enfin près d’al-Bāb, sur une hauteur, le Tell Baṭnān, l’ancienne Batnae, se dressait un couvent appelé Dayr Ḥabīb, évoquant le nom de Ḥabīb b. Maslamah al-Fihrī165.

171En poursuivant son chemin à travers la plaine vers l’ouest on aperçoit à l’horizon la chaîne du Ǧabal Sam’ān, on traverse Naqrīn et l’on découvre le tell de la citadelle d’Alep avec la silhouette du minaret à droite.

d) LA VILLE D’ALEP

  • 166 Ibn Šaddād, A’lāq al-Ḫaṭīra, édit. Sourdel, PIFD, 1953. — SibṬ Ibn al-’Agamī, Trésors d’or, trad. (...)

172Venant de l’est, de Manbiǧ ou de Bālis, on traverse pendant des kilomètres un plateau steppique de terre rouge qui, en pente insensible, monte depuis l’Euphrate vers Alep et au-delà vers le massif de l’Amanus. La monotonie de cette plaine, sans arbres, sans mares d’eau, n’est interrompue, en hiver, que par les nuances brunes des sols fraîchement labourés tandis qu’au printemps les cultures variées offrent au regard toute la gamme possible des verts166.

  • 167 J. Sauvaget, Alep, 2.

173De loin, la silhouette massive de la citadelle se détachant à l’horizon sur une ligne plus claire de collines signale au voyageur, depuis des siècles, l’emplacement d’Alep. L’homme a choisi ce site à mi-chemin entre l’Euphrate et l’Oronte, à une centaine de kilomètres de chacun des fleuves, dans une légère dépression où coule le modeste Quwayq. Jean Sauvaget a défini ce site d’Alep comme « une cuvette aux flancs en pente douce semée de pointe-ments rocheux, et traversée par le Quwayq »167. Placé au point de contact de civilisations différentes, carrefour de grandes routes reliant l’Europe à l’Asie et à l’Afrique, Alep joua un rôle politique et stratégique considérable, ce qui lui valut d’être convoitée par les grands empires. Tenir cette place permettait de commander les passes du Taurus, les gués de l’Euphrate et la route de la mer Noire à la mer Rouge. Cette position si elle présentait des inconvénients politiques, offrait, en revanche, des avantages économiques certains. Les récoltes de la riche région agricole qui s’étend à l’ouest d’Alep étaient vendues dans cette ville : olives et figues, pistaches et amandes, sumac et coton alimentaient le marché où arrivaient aussi les produits de la région orientale, une grande plaine où la culture du blé et celle de l’orge voisinent depuis toujours avec l’élevage du bétail.

174Les efforts pour maintenir la prospérité ont, de tous temps, dominé l’évolution d’Alep que Jean Sauvaget a magistralement décrite dans sa thèse sur cette ville.

  • 168 J. Sauvaget, Alep, 22.

175L’origine historique d’Alep se perd dans la nuit des temps. Elle est, dit Jean Sauvaget, « l’une des plus anciennes villes du monde qui soient encore habitées et florissantes »168. D’abord citadelle à un nœud de routes, Alep devint un centre urbain qui se développa sous les Séleucides puis aux époques romaine et byzantine. En 17/637 les Arabes occupèrent pacifiquement la cité ; pour la population ce ne fut qu’une substitution de maîtres. Les nouveaux arrivants trouvèrent une ville alimentée en eau par une canalisation venant de Ḥaylān et pourvue d’une enceinte carrée avec sur son côté oriental une citadelle. Les rues alors avaient le tracé rectiligne classique dans l’Orient hellénistique, deux pôles d’activité urbaine, l’agora et le temple qui deviendra la cathédrale, attiraient la foule.

176Ce n’est qu’en 96/715 que la ville reçut ses premiers monuments islamiques : sur le parvis exproprié de la cathédrale on bâtit la Grande Mosquée. Au pied de la citadelle on installa un musalla ; marchés, basiliques civiles et halle aux fruits, s’ils deviennent souks, qayṣarīya et Dār Kūra, n’en continuent pas moins les traditions de la vie économique antique.

  • 169 Al-Muqaddasī, traduction A. Miquel, 131, 161.

177Systématiquement négligée sous les Abbassides Alep, comme le reste de la Syrie, connut une période d’anarchie. Au ive/xe siècle, sous les Hamdānides, il y eut un regain d’activité qu’al-Muqaddasï a noté169. Puis de nouveau l’anarchie regagne du terrain et c’est une ville à l’abandon et pratiquement en ruines, vivant dans la terreur des Croisés d’Antioche, que Zengī prend en 1128.

178Une fortune nouvelle commence pour la grande cité de la Syrie du Nord. En raison de sa situation elle devint une importante place de guerre qui va servir de base pour les opérations contre les Francs. Alep sera, dans la seconde moitié du vie/xiie siècle, la véritable capitale de la contre-Croisade et ses monuments religieux, militaires et civils en apportent l’éclatant témoignage.

  • 170 Plan N° 1.
  • 171 Plan N° 2.
  • 172 S. Mazloum, Canalisation ancienne des eaux à Alep, PIFD, 1936, Plan N° 3.

179Lorsque Zengī s’installe à Alep en 522/1128, la ville est encore enfermée dans le quadrilatère que délimite l’enceinte bâtie par les Romains et remaniée par les Byzantins. La citadelle170, qui fut le premier noyau du centre urbain, surmonte un tell, en partie naturel et en partie artificiel, qui se trouve alors au milieu de la face orientale du rempart. La grande mosquée omeyyade171 s’élève à l’emplacement de l’agora hellénistique, le temple antique avait cédé la place à la cathédrale qui venait d’être transformée en mosquée, et à l’avenue à colonnades avaient succédé les souks et des entrepôts. La canalisation ancienne qui jadis amenait depuis Ḫaylān l’eau nécessaire à la vie de la cité était hors d’usage par manque d’entretien. On utilisait l’eau des citernes et celle du Quwayq172.

180Dans le plan de la cité subsistent encore à cette époque des vestiges de l’implantation orthogonale des rues anciennes. N’ayant jamais eu ni de decumanus ni de cardo, Alep ne conserve que le tracé de la grande artère ouest-est qui de la monumentale porte d’Antioche permettait de gagner le temple et l’agora et de là se prolongeait jusqu’à la citadelle.

  • 173 Ploix de Rotrou, La citadelle d’Alep et ses alentours, Alep 1931.

181Celle-ci dressait sa silhouette au sommet d’une colline circulaire ; si la muraille en pierre ocre n’avait que de modestes défenses, les pentes du tell étaient, en revanche, recouvertes d’un glacis en dalles de pierre qui gênait l’escalade et le travail de sape173. A l’arrivée des Zenguides la citadelle servait de résidence au souverain d’Alep. Véritable cité royale elle comprend un palais, deux mosquées, des bâtiments administratifs, des entrepôts, des silos, des citernes et deux puits.

182Au sud-ouest de la citadelle, jouxtant le fossé, était aménagée une esplanade à ciel ouvert enclose et délimitée, dotée d’un miḥrāb, c’était le musalla (N° 4).

  • 174 J. Sauvaget, L’enceinte primitive de la ville d’Alep, Mélanges, IFD, 1929. pp. 133-159, 4 pl.
  • 175 CIA, Alep, 22.

183L’enceinte d’Alep est en bien mauvais état à cette époque174, les sièges successifs de la ville l’avaient sérieusement endommagée. En avant de la face est et du secteur oriental de la face sud, les Byzantins de Nicéphore Phocas avaient creusé un large fossé, le ḫandaq ar-Rūm, lors du siège qu’ils avaient mis contre Sayf ad-Dawla175.

  • 176 Rabbath, LES portes d’Alep, Revue Archéol. Syrienne d’Alep, juin 1939.
  • 177 CIA, AUp, 47, plan N° 5.
  • 178 CIA, AUp, 13, plan N° 6.
  • 179 CIA, AUp, 29, plan N° 7.
  • 180 Plan N° 8.
  • 181 Plan N° 9.
  • 182 Plan N° 10.
  • 183 CIA, AUp, 19, plan N° 11.

184Ce fossé n’était plus qu’une décharge publique ; périodiquement comblé il devait être curé chaque fois que la situation exigeait une remise en état des défenses de la ville, défenses bien illusoires. La muraille quadrangulaire, renforcée de quelques tours rondes dont de gros blocs de pierre enrobés dans la maçonnerie rappelaient l’origine antique de l’œuvre, était percé de sept portes176. Bāb Anṭākīya, la porte d’Antioche177 s’ouvrait au milieu de la face occidentale ; c’est par cette porte que les premiers guerriers musulmans pénétrèrent dans la ville en 16/637. Plus au nord Bāb al-Ǧinān178 menait aux jardins, vergers et potagers, cultivés hors les murs. Sur la face nord une seule porte, Bāb al-Yahūd179 qui sous le règne d’al-Malik az-Zāhir Ġāzī recevra le nom de Bāb an-Naṣr. Dans la partie orientale trois portes s’ouvraient sur l’extérieur ; Bāb al-Arba’īn180, la porte évoquant le souvenir des quarante martyrs de Sébaste, se trouvait au nord de la Citadelle. Immédiatement au sud de celle-ci se trouvait al-Bāb aṣ-Ṣaġīr181et vers le sud la porte de l’Iraq182 marquait le point de départ de la grande route menant à Bagdad, celle qui plus à l’est s’appelait le ṭrīq al-Furāt. Enfin sur la face méridionale une seule porte, d’origine antique, Bāb Qinnasrīn183 où s’amorçait la route de Damas.

  • 184 I.Š., 23 ; Enceinte, 136-137 ; CIA, Аleр, 23, J. Sauvaget, Аlep, 103, plan N° 12.

185Hors les murs, à l’est de Bāb Qinnasrīn et à la limite du « fossé des Romains », sur une petite éminence, il subsistait à l’époque de Nūr ad-Dīn des vestiges d’un modeste ouvrage fortifié connu sous le nom de Qal’at aš-Šarīf184. Cette citadelle du Chérif avait été bâtie au ve/xie siècle sur l’initiative d’un chef de milice urbaine (aḥdāṯ). Elle permettait de résider à l’abri des soubresauts populaires et des rébellions armées. Elle fut rasée en 510/1116 sur ordre d’Ilģāzī b. Artuq.

  • 185 Plan N° 13.
  • 186 Inventaire, 73 N° 10 ; J. Sauvaget., Аlep, 127 ; CIA, Аlep, 205.

186Dans la ville au milieu du vie/xiie siècle, trois mosquées attiraient l’attention du nouvel arrivant : le masǧidal-ģadā’iri185, situé près de la porte d’Antioche, à l’extrémité occidentale de l’avenue à colonnade, occupait depuis la Conquête musulmane l’arc monumental antique dont les baies avaient été murées. La Grande Mosquée omeyyade faisait impression par l’ampleur de ses dimensions186. Bâtie vers 205/715 par les Omeyyades, sur le parvis de la Cathédrale qui lui-même avait occupé l’agora, elle se signalait par son haut minaret carré ; ce chef-d’œuvre d’architecture syro-musulmane, construit en 483/1090, dominait la ville de cinquante mètres. En face se trouvait la cathédrale dont une légende attribuait la fondation à Sainte-Hélène : elle soulevait un intérêt particulier car elle venait, en 518/1124, d’être confisquée aux Chrétiens et transformée en mosquée en représailles des profanations de tombes et de sanctuaires commises par les Croisés lors de leur attaque contre Alep cette année-là.

  • 187 Ibn Jobair (éd. G.D.) 290.

187Le commerce était concentré dans l’ancienne avenue à colonnade qui ne jouait plus le rôle d’une grande artère de circulation. Les portiques avaient été envahis par les échoppes, les corps de métiers étaient groupés par quartier, tout un réseau de rues était couvert d’un plafond de bois187 qui protégeait de la chaleur et du froid.

  • 188 J. Sauvaget, AUp, 77. Plan N° 15.

188Le marché aux victuailles et le marché forain hebdomadaire se tenaient près de Bāb al-Ǧinān, dans la partie nord-ouest de la ville. Le commerce de l’alimentation en gros était concentré au Dār al-Bittīḫ qui s’appela aussi Dār Kūra, désignation cachant à peine le terme d’agora. Ce Dār était un édifice immense avec une vaste « cour centrale à la périphérie de laquelle se développait une rangée de boutiques... ouvrant sur des portiques couverts »188.

  • 189 J. Sauvaget, Deux Sanctuaires chiites d’Alep, Syria, 1928, 320.
  • 190 Harawī, Guide, 6-8.
  • 191 Voir plus bas.

189Hors les murs, un sanctuaire chiite connu sous le nom de Mašhad ad-Dikka189 attirait de nombreux pèlerins sur le mausolée d’un arrière-petit-fils de Mahomet. L’édifice avait été construit sous le règne de Sayf ad-Dawla. Ailleurs, un lieu de culte, que la tradition met en rapport avec Abraham190, était entouré de tombes anciennes : c’était le maqām Ibrāhīm d’aṣ-Ṣaliḥīn191.

190Au sud-ouest de la ville se trouvait le faubourg d’al-Ḥāḍir où avaient été groupés des Arabes de la tribu des Banū Tannūh, auxquels étaient venus se joindre des Turcs mercenaires des Mir-dassides. Ce quartier était animé par le trafic caravanier qui ne franchissait pas l’enceinte urbaine. On y parquait les chameaux, les convoyeurs s’y reposaient, les courtiers s’y livraient à leurs affaires tandis que les artisans et notamment corroyeurs, bourreliers et fabricants de bâts, s’affairaient sans répit.

191Le règne de Nūr ad-Dīn allait donner à la vie d’Alep une impulsion nouvelle et la prospérité devait s’accroître jusqu’à la mort du prince.

e) LE BASSIN DU QUWAYQ

  • 192 Le Str., Pal. 486-487 ; THS, 476-477 ; Honigmann, art. Ķinnasrīn, EI, II, 1080 ; Canard, Ḥamd., 21 (...)
  • 193 Ibn Qalānisī, (Gibb), 250, copié par Grousset, II, 102.

192A une trentaine de kilomètres au sud d’Alep le Quwayq se jette dans une cuvette sans écoulement où il forme des marécages que l’on appelle la dépression d’al-Maṭḫ192. Il a auparavant traversé le site d’as-Sa’dī, l’actuel lieu de plaisance de Šyh Sa’id, où les Francs vinrent camper en ša’bān 532/avril 1138 lors d’une expédition contre Alep que défendait Zengī193. A l’embouchure de la rivière, près d’une petite colline, se trouvait jadis Chalcis. Cette ville fut longtemps capitale de district mais dès le ive siècle A.D. Alep la surpassa. Poste contre les pillards bédouins à l’époque byzantine la place prit le nom de Qinnasrîn à l’arrivée des Arabes. Elle fit partie des ‘Awāṣim de la frontière de Hārūn ar-Rašīd mais son rôle alla décroissant au profit d’Alep. Dès le ve/xie siècle il n’en subsista plus qu’un petit hameau qui survit de nos jours.

LÉGENDE DU PLAN
1. Citadelle
a) Dār aḏ-Ḏahab
b) Grande Mosquée
c) Maqām Ibrāhīm
d) Hippodrome Vert
2. Grande Mosquée omeyyade
3. Canalisation d’eau
4. Muṣalla
5. Bāb Anṭākīya
6. Bāb al-Ǧinān
7. Bāb al-Yahūd
8. Bāb al-Arba’īn
9. Al-Bāb aṣ-Ṣaġīr
10. Bāb al-’Irāq
11. Bāb Qinnasrīn
12. Qal’at aš-Šarīf
13. Mad. Šu’aibīya
14. Mad. Ḥallawīya
15. Dār al-Bittīh
16. M. Ahmad al-Iskafī
17. M. Banū Zurayq
18. Mad. Zaǧǧaǧīya
19. Mad. Nurīya-Niffarïya
20. Mad. ‘Asrūnīya
21. Mad. Asadīya
22. Mad. Muqaddamīya
23. Mad. Šaḏbāḫtīya
24. Mad. Ḥaddādīya
25. Ḫānaqāh al-Balaṭ
26. Ḫānaqāh al-Qadīm
27. Ḫānaqāh al-Qaṣr
28. Couvent de femmes
29. Ḫānaqāh d’Ibn al-Muqaddam
30. Hôpital de Nūr ad-Dīn
31. Dār al-’Adl
32. Dār az-Zakāt
33. Maṭbaḫ al-’Aǧamī
34. Hippodrome Noir
ALEP A L’ÉPOQUE DE NŪR AD-DĪN

  • 194 THS, 467, 475 ; Canard, Ḥamd., 219 ; à 35 km. à l’est d’Alep.
  • 195 Hartmann, EI2, II, 367.

193A l’est de Qinnasrîn on trouve sur le plateau qui descend en pente douce d’Alep à l’Euphrate une dépression : la saline (sabḫa) de Ǧabbūl où vient se perdre le nahr aḏ-Ḏahab qui prend sa source près d’al-Bāb comme nous l’avons vu et qui coule du nord au sud194. Cette dépression, qui entra dans l’échange que Nūr ad-Dīn fit en 1168 contre Qal’at Ǧa’bar, avait au Moyen Age une certaine importance économique pour la province d’Alep grâce à son industrie salinière195.

  • 196 Le Str., Pal. 385 ; THS, 261.

194Au sud de cette saline deux massifs barrent l’horizon : le Ǧabal al-Ḥaṣṣ et à l’est de celui-ci le basaltique Ǧabal Šuhayṯ196. Dans un wādī encaissé entre les deux montagnes on trouve à 60 kilomètres au sud-est d’Alep, sur la route qui reliait cette ville à Bagdad par le désert de Palmyre, la fameuse résidence de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz : Ḫunāṣira qui était déjà abandonnée au vie/xiie siècle. Cette région au sud d’Alep, peuplée et riche à l’époque omeyyade, ne jouait plus de rôle important durant la période zenguide.

195En revanche la partie septentrionale du Quwayq fut à plusieurs reprises le théâtre d’opérations militaires.

  • 197 Le Str., 61 ; J. Sauvaget, Alep, 7-9.

196En venant d’al-Bïra ou de ‘Aynṭāb par Tell Bašīr, on pouvait facilement gagner Alep en descendant la large vallée du Quwayq dont les sources, comme celles de ses tributaires, jaillissent au flanc du Kafiz Dagh dans la partie septentrionale du Ǧabal Laylūn197. Cette vallée qui se présente comme un vaste plateau creusé par un cours d’eau ne comporte aucune ville importante ; l’habitat en effet s’est développé sur le bord occidental du bassin. Sur la rive droite s’étendent, à perte de vue, des terres à céréales où domine le blé qui mûrit en mai. Sur le plateau de la rive gauche poussent la vigne, l’olivier et le pistachier auquel se mêle le térébinthe.

  • 198 Le Str., 426 ; THS, 474 ; SN, 117 ; Sourdel, EI2, II, 73.

197C’est au confluent du nahr Sīnāb qu’est située la seule agglomération importante : Dābiq198. La plaine environnante, Marǧ Dābiq, riche en pâturages a été longtemps un endroit idéal pour les rassemblements d’armées dotées de cavalerie. Marǧ Dābiq, où mourut et fut enterré le calife omeyyade Sulaymān en 99/718, vit se grouper maintes fois au cours des siècles les troupes qui devaient franchir les montagnes pour aller attaquer l’adversaire en Cilicie. C’est là que sera livrée, en 922/1516, la bataille décisive qui ouvrira la Syrie aux Ottomans.

  • 199 Canard, Ḥamd., 225 ; SN, 139.
  • 200 THS, 504.
  • 201 I.Š., 145 v. - 150 R. ; BN, 2281, fo 57 R. ; Le Str., Pal., 405 ; THS, 193, 229, 503 ; SN, 139 ; C (...)

198Sur le versant oriental du Ǧabal Laylūn dont le plateau incliné borde le bassin du Quwayq on doit noter deux places importantes : Killiz et ‘Azāz199. La première est située au milieu des jardins à proximité de la jonction de la route qui menait de Mar’aš et ‘Aynṭāb vers Antioche avec celle qui gagnait cette ville en venant d’al-Bïra et Tell Bašīr. On passait par un village qui de nos jours s’appelle Tibil200 avant d’arriver à ‘Azāz, chef-lieu du district201.

199Située au sud-est du massif du Ǧabal Barsāya, à 560 m. d’altitude, à une journée et demie de marche au nord-ouest d’Alep, ‘Azāz doit son importance au fait qu’elle se trouve dans une zone d’affaissement du Ǧabal Laylūn. Au pied des hauteurs qui dominent le plateau de ‘Azāz, au seuil de passage entre la Syrie intérieure et le moyen ‘Afrīn, se trouve la source de Qaṭma ; c’était un point d’eau utile sur la route qui joignait ‘Azāz à Qūruṣ. C’est à ‘Azāz que se croissaient les routes de Tell Bašīr à Antioche par le pont de Qībār et d’Alep à Mar’aš. La production agricole de ce fertile district, notamment les olives et le raisin, trouvait un débouché sur les marchés d’Alep ou d’Antioche. Sur une importante butte connue sous le nom de Tell ‘Azāz se dressait une citadelle bâtie en brique crue et en argile. Sa possession par les Byzantins ou les Francs représentait une menace pour la sécurité d’Alep. Par ailleurs lorsque les Musulmans en étaient les maîtres ils coupaient les communications entre la principauté d’Antioche et le comté d’Édesse. Après l’anéantissement de ce dernier la place perdit pour les Francs une partie de son intérêt.

200Au cours des siècles, ‘Azāz change maintes fois de mains. En 351/962 les Musulmans perdirent la ville au profit des Byzantins ; ceux-ci furent chassés par Sa’d ad-Dawla, le fils de Sayf ad-Dawla. En 373/983 un violent tremblement de terre causa de graves dommages que le prince hamdānide répara. Les Byzantins devaient reprendre puis reperdre ‘Azāz avant que les Francs ne s’en emparent. En 518/1124 Baudouin II l’inclut dans sa rançon et la céda ainsi à l’artoqide Timurtaš. Nūr ad-Dīn s’en empara après 544/1150 et la conserva durant tout son règne ; elle servit surtout à empêcher les troupes du sultan seldjouqide de Konya de venir dans la riche plaine de Dābiq. Ismā’īl en fut le maître après la mort de son père jusqu’à ce que Saladin s’en soit emparé en dū l-qa’da 571/mai-juin 1176. La ville ne comptait aucun monument important et ce n’est que plus tard, sous le règne de l’ayyoubide al-Malik az-Zāhir Ġāzī, que la citadelle fut rebâtie en pierre.

f) LA VALLÉE DU NAHR ‘AFRĪN

  • 202 SN, 117.
  • 203 Hiṣn Sīnab est inclus dans le district d’al-Ǧūma.

201Si les communications entre le bassin du Saǧūr et celui du Quwayq ne présentaient aucune difficulté, en revanche l’accès de la haute vallée du ‘Afrīn pour quiconque venant de l’est offrait des obstacles. Deux passages étaient possibles au nord et au sud du massif du Ǧabal Ǧabrī202. Le passage septentrional était gardé par Burǧ ar-Raṣāṣ ; le passage méridional, le défilé de Sīnāb, contrôlé par un fortin (Hiṣn)203 d’origine byzantine permet de rejoindre depuis les sources du Quwayq la vallée du ‘Afrīn à la hauteur de Rāwandān.

  • 204 S. Mazloum L’Afrine, Etudes hydrologiques, Paris 1939 ; Canard, Ḥamd., 230 ; SN, 138 ; Cahen, EI2, (...)

202Le nahr ‘Afrīn prend sa source dans le massif calcaire du Sof Dagh, partie septentrionale du Ǧabal al-Akrād204. Resserrée entre le Ǧabal Laylūn sur sa rive gauche, notamment les massifs du Ǧabal Kafiz et du Ǧabal Ǧabrī, et le Ǧabal al-Akrād sur la rive droite, la vallée du ‘Afrīn a un bassin versant de 19 km. de large et 150 km. de long.

  • 205 I.Š., 152 r. ; Ibn al-’Adīm, Blocket, ROL, III, 525 ; Le Str., Pal., 425 ; Canard, Ḥamd., 231 ; SN (...)

203C’est avec le bassin du Quwayq et la vallée du Kara Su un des trois axes de pénétration nord-sud entre l’Euphrate et la côte méditerranéenne. Artère militaire importante dans la zone des ‘Awāsim cette vallée joua un grand rôle dans les guerres arabo-byzantines. Au vie/xiie siècle elle fut une grande voie de passage assurant les liaisons entre la principauté d’Antioche et le comté d’Édesse. Tout près de l’une des sources on trouvait sur la rive gauche du Haut ‘Afrīn, dans le nord du district d’al-Ǧūma : Burg аг-Raṣāṣ. En ce site s’élevait le Turris Plumbea des chroniques latines, le Burg actuel ; c’était une citadelle dotée d’un donjon d’origine byzantine205. La place avait appartenu tour à tour aux Musulmans et aux Byzantins pour devenir en 551/1156 la propriété de Joscelin II. Il renforça les défenses et, d’après Ibn Šaddād, aurait même reconstruit la forteresse « avec du plomb », c’est-à-dire avec des pierres bien ajustées et scellées avec du plomb fondu. Burg ar-Raṣāṣ fut occupé par Nūr ad-Dīn lorsqu’il s’empara de Dulūk qui est situé à vingt cinq km. au nord-est.

  • 206 Buġiyat, 298 ; I.Š., 151 r. - 152 r. ; THS, 223 ; SN, 117 ; Le Str., Pal., 520.

204Au sud de Burǧ se trouvait la ville de Rāwandān, le chef-lieu du district d’al-Ǧūma206, situé dans le massif du Ǧabal Ǧabrī à 400 m. au-dessus du ‘Afrīn, au sommet d’une colline que sa position met à l’abri des mangonneaux ; au nord et à l’ouest l’étroite vallée du ‘Afrīn constitue un fossé qui rend l’accès difficile. Cette place militaire est protégée essentiellement par une enceinte circulaire presque partout occupée par deux étages de salles et flanquée de tours barlongues et octogonales. Le mur est partout constitué par un épais blocage habillé de pierres de taille de moyen appareil.

205Résidence seigneuriale, Rāwandān, fut au ve/xie siècle gouvernée par le prince seldjouqide d’Alep Ridwān b. Tutuš ; plus tard les Croisés s’en emparèrent et lui donnèrent le nom de Ravendal. La ville fut prise par Nūr ad-Dīn, à la mort de ce prince Saladin s’en empara. Elle appartiendra ensuite à al-Malik az-Zāhir Ǧiyāt ad-Dīn, seigneur ayyoubide d’Alep.

  • 207 Buġiyat, 334-335 ; Cumont, Cyrrhus et la route du Nord, dans Etudes Syriennes, 221-245 ; Canard, (...)

206A quelque quinze kilomètres en aval de Rāwandān on trouve, au confluent du Sabun Suyu et du nahr ‘Afrīn, les ruines de Qūruṣ207. En face sur la rive droite du nahr ‘Afrīn, les pentes du Havar Dagh, couvertes de forêts de chênes, de hêtres, de mélèzes et de pins viennent plonger dans la rivière et fournissent le bois pour toute la région.

207La ville est bâtie au flanc d’une colline, au bord du ravin où coule l’affluent du ‘Afrīn. Elle était protégée par une enceinte de plan triangulaire dont un côté suivait la crête du ravin. A l’angle sud-ouest sur l’emplacement de l’ancien acropole avait été construite une citadelle aux tours carrées et dotée d’un puissant donjon. L’ouvrage dominait la gorge étroite du Sabun Suyu. L’histoire de Qūruṣ est peu connue, nous savons seulement que c’était à l’origine une colonie séleucide, que Rome en fit une place de guerre puis qu’elle tomba en décadence. L’empereur Justinien lui redonna de l’importance, il l’entoura d’une solide muraille et construisit la citadelle. Lors de la conquête musulmane cette place fut incluse dans le ǧund de Qinnasrïn ; plus tard lors de la réorganisation de la frontière arabo-byzantine, sous Hārūn ar-Rašīd elle fut comptée parmi les ‘Awāṣim. Défense avancée d’Alep et d’Antioche vers le nord, Qūruṣ surveillait la route d’Antioche à Mar’aš par Dulūk et la route qui par ‘Azāz et la vallée du Quwayq permettait de gagner Alep.

  • 208 J. Sourdel-Thomine, Note sur le cénotaphe de Qūruṣ (Cyrrhus), AAS, II, 1952, 134-136 ; Harāwī, Gui (...)

208Tandis que Rāwandān voyait sa prospérité s’accroître au cours des siècles, Qūruṣ périclitait ; certes elle est encore évêché au xiie siècle lorsqu’elle représente, sous le nom de Caricie, un des fiefs du Comte d’Édesse, mais en fait ce n’est qu’une bourgade que Nūr ad-Dīn occupe en 1150 et qu’il cède au prince arménien Mleh. On pouvait, comme de nos jours, déceler dans le plan urbain le cardo et le decumanus, artères caractéristiques de la cité romaine, de nombreux remplois antiques avaient servi à la construction des édifices plus récents, enfin le théâtre antique bien conservé rappelait la splendeur passée. Seuls trois ponts antiques, dont deux subsistent de nos jours, permettaient à Qūruṣ de jouer encore au vie/xiie siècle et plus tard, un rôle dans la vie économique et sur le plan militaire. L’un des ponts a cinq arches et franchit le Sabun Suyu, l’autre, à un km. au sud-est de la ville, joint par trois arches les deux rives du ‘Afrīn. Il y avait aussi extra-muros comme de nos jours un pèlerinage célèbre au tombeau d’Iriyā b. Hannān connu sous le nom de Nabī Urī208. C’est un mausolée octogonal à toiture en haute pyramide.

  • 209 THS, 228-231 ; SN, 138-139.
  • 210 C’est la Bassuet des Croises ; THS, 231.
  • 211 Fouilles effectuées par la Direction Générale des Antiquités de Syrie depuis 1960.

209En descendant le ‘Afrīn, on arrive au confluent, sur la rive droite, de l’actuel Yenidje Su qui draine les eaux du Havar Dagh209. A environ six kilomètres en aval on trouve sur la rive gauche un affluent provenant des sources de Qaṭma. Cette rivière descend le versant occidental de la trouée de ‘Azāz qui permet de joindre le bassin du Quwayq à la vallée du Moyen ‘Afrīn. A une heure de marche vers l’est se trouve une place au toponyme complexe de ‘Arša wa Qībār. Ce dernier nom est aussi mentionné pour le pont (Cisr Qībār) qui franchit le ‘Afrīn entre Kersen, prospère bourgade à l’époque de Nūr ad-Dīn, et l’actuel village de ‘Afrīn. Certains auteurs placent à ce pont la limite méridionale du district d’al-Ǧūma, dont le chef-lieu est, comme nous l’avons vu, Rāwan-dān ; d’autres la repoussent jusqu’à Bāsūtā210. Le Cisr Qībār, dont on n’a plus de traces, devait être proche du pont actuel du village de ‘Afrīn, il était très important car quatre routes y conver-gaient du nord et deux partaient vers le sud. Du nord une route venait de la vallée du Kara Su par le défilé d’Ak Dere, une autre descendait de la haute vallée du ‘Afrīn par Ojārus, une troisième voie joignait ‘Aynṭāb à cette vallée par Killiz, enfin une dernière route permettait de venir de ‘Azāz à Ǧisr Qībār. Sur chacune des rives du nahr ‘Afrīn une route partait vers le sud ; sur la rive gauche elle suivait la vallée, passait, à huit km. en aval, au pied de l’important tell de ‘Ayn Dārā211, puis remontait à partir de Bāsūtā vers le Ǧabal Sam’ān qu’elle traversait.

  • 212 THS, 241, 434, 479 ; SN, 138.

210Une petite forteresse (qal’a) contrôlait là aussi bien la vallée que la route vers le sanctuaire de Saint Siméon le Stylite. Après avoir heurté les contreforts septentrionaux du Ǧabal Sam’ān et reçu l’eau de la source de Bāsūtā, le nahr ‘Afrīn prend la direction du sud-ouest, contourne le Kurd Dagh, débouche dans la plaine de RihānĪya (Reyhanlı) et va se diluer dans les plaines marécageuses du district du ‘Amq. Les eaux affluent au lac d’Antioche d’où, par le Kara Su, elles sont évacuées vers l’Oronte. Depuis Ǧisr Qībār le voyageur, qui venait de Dulūq ou de Tell Bašīr par la route de la rive droite, longeait les pentes orientales du Kurd Dagh, passait par Ǧindaris212, l’actuel Djenderas, que Strabon qualifie de repère de brigands, et obliquait ensuite vers le nord-ouest pour contourner les marais du ‘Amq et gagner Antioche ou la côte méditerranéenne.

g) LA ROUTE D’ALEP VERS L’OUEST

  • 213 THS, 220.
  • 214 THS, 220 ; SN, 154 ; Tchalenko, І, 138 ; III, 126.

211On sort d’Alep par Bāb Anṭākīya vers l’ouest, la route, d’origine romaine, monte sur le plateau et permet de découvrir alors de vastes horizons de plaine213. Au village de ‘Urum aṣ-Ṣuġra on quitte la plaine pour pénétrer dans une région vallonnée où se trouve al-Atārīb. Cette ville qui s’appela Litarba sous les Romains et Cerep chez les Croisés porte de nos jours le nom de Terīb214. Bâtie autour d’un tell artificiel, elle se trouve à la jonction des routes menant d’Alep et de Qinnasrïn vers Antioche et la route allant vers le sud-ouest en direction du Rūǧ. Les Francs y construisirent une citadelle que Zengī fit raser en 530/1135 ; il n’en subsiste plus aucune trace mais il est vraisemblable qu’elle ait été bâtie sur le tell qui lui-même d’ailleurs est en voie de disparition, il n’en subsiste plus qu’un immense rocher qui dut servir de noyau à l’installation ancienne.

  • 215 THS, 192, 220 ; Canard, Ḥamd., 217 ; SN, 154, 285 ; Tchalenko, І, 126 ; III, 126.

212En poursuivant son chemin vers l’ouest, on passe par une zone de collines et l’on arrive, par une chaussée romaine dont on voit encore les vestiges, à Tell Aqibrīn où la route atteint un col avant de traverser la plaine de Dānā. Tell Aqibrīn215 est située dans la partie méridionale de cette plaine dont elle garde l’issue orientale ; il y a là un tell important, vestige d’une occupation très ancienne, mais il ne subsiste nulle trace de la forteresse médiévale ; sans doute devrait-on la localiser près de la route qu’elle défendait sur le rebord de la plaine.

  • 216 Tchalenko, І, 139-144.
  • 217 Grousset, II, 63 ; SN, 355.

213La plaine de Dānā est une cuvette alluviale entourée de collines crayeuses et située dans la région vallonnée qui s’étend entre le Ǧabal Laylūn et plus particulièrement le massif du Ǧabal Sam’ān au nord, et le Ǧabal Barīša au sud216. Elle se trouve située entre le plateau intérieur et la plaine du ‘Amq. Placée au carrefour des deux grands axes que sont la route d’Antioche à Alep et celle qui relie la haute vallée du ‘Afrīn à la vallée de l’Oronte, depuis la plus haute antiquité, ainsi qu’en témoignent les textes assyriens et égyptiens, cette plaine a été un lieu de passage pour les armées. Voie normale des invasions elle fut le théâtre d’innombrables batailles. Enjeu des luttes entre les Musulamans et les Chrétiens, la plaine ne connut le calme que lorsqu’au vie/xiie siècle Zengî l’eut définitivement reconquise pour l’Islam en 530/1135. Il fallut attendre que Nūr ad-Dīn expulse les Francs de la région en 559/1164 et qu’il repousse ses frontières jusqu’à l’Oronte pour voir la fin des combats217. Soumise, par le jeu de la politique, tantôt à l’expansion, tantôt au repliement, la vie agricole se poursuivit longtemps sous la vigilante protection des places fortifiées qui gardaient les principales issues de la plaine.

  • 218 THS, 221, 239, 243 ; SN, 135, 153, 154 ; Froment, Carte, 282 ; Tchalenko, III, 118 ; J. Sourdelн (...)

214Cette plaine céréalière au sol rougeâtre n’était habitée, à l’exclusion du village de Dānā, que sur le pourtour où sur les pentes des collines prospéraient vignobles et olivettes. Dānā est encore de nos jours une bourgade bâtie sur une éminence isolée au centre de la plaine ; quelques traces de fortifications médiévales et la présence de stèles datées de 568/1172 laissent à penser qu’il existait là un centre actif à l’époque de Nūr ad-Dīn218.

  • 219 THS, 221 ; SN, 154 ; Tchalenko, І, 132 ; III, 126.
  • 220 THS, 225 ; Tchalenko, І, 128, 205.
  • 221 Tchalenko, І, 183, 189.

215Légèrement plus au nord, au pied du Ǧabal Sayh Barakāt, principal sommet du massif du Ǧabal Sam’ān, on trouve sur un promontoire rocheux le village et les ruines de Tell A‘dī219 ; on peut encore voir les vestiges de l’enceinte médiévale avec les restes d’une porte flanquée de deux tours. Des stèles musulmanes de 561/ 1165-66 et 562/1166-67 indiquent l’existence d’une population islamisée dans ce village qui avait été occupé en 1100 par les Croisés et repris par Zengî quelque trente-cinq ans plus tard. Cette petite place contrôlait l’issue septentrionale de la plaine vers Turmanīn220, la petite plaine de Qaṭūra221 et le Ǧabal Sam’ān.

  • 222 THS, 226 ; Froment, 282 ; SN, 153 ; Tchalenko, І, 121-123 ; III, 125.
  • 223 Froment, 283 ; Tchalenko, І, 124 ; III, 125.
  • 224 THS, 220 sq,

216En poursuivant son chemin vers l’ouest on arrive à la hauteur de Sarmadā qui se trouve à peu de distance au sud de la voie romaine222. La Sarmit des Croisés se reconnaît de loin à son monument funéraire qui depuis 132 de notre ère dresse vers le ciel ses deux colonnes corinthiennes. Le village de Sarmadā est bâti dans la partie méridionale de la plaine sur une colline basse, détachée du Ǧabal Barīša. L’agglomération semble avoir été fortifiée, mais les traces de l’enceinte médiévale sont à présent effacées ; la citadelle elle-même, Qal’at Sarmadā, appelée aussi Dayr al-Ḥiṣn, se trouvait à un millier de mètres environ au S.-E. du village et commandait tout un système d’ouvrages et de défenses qui contrôlaient les issues occidentale et méridionale de la plaine. Parmi ces défenses, il convient de signaler sur le versant septentrional du Ǧabal Barīša, au sommet d’une colline plantée d’oliviers et de figuiers, Sarfud223. Dans ce village on trouve, au milieu des ruines antiques, des vestiges de fortifications remontant au Moyen Age et qui rappellent son rôle stratégique d’antan. L’importance de Sarmadā, mentionnée dans les listes de villes de Thoutmès III, est soulignée par le fait que bien des auteurs donnent son nom à la plaine que des chroniques médiévales latines appellent aussi Ager Sanguinis224.

  • 225 THS, 233 ; Tchalenko, І, 120 ; III, 117 ; J. Sourdel-Thomine, Arabica, I, 195.

217Sur le bord occidental de la plaine la route d’Alep à Antioche franchit un petit col sous un arc de triomphe romain à Bāb al-Ḥawā’, petite agglomération où est installé l’actuel poste frontière avec la Turquie. Non loin de là se trouve un site portant aujourd’hui le nom turc de Burdaqli, que les sources anciennes mentionnent sous un nom que nous n’avons pu retrouver225. Ce site fut habité à l’époque de Nūr ad-Dīn comme l’indique de nombreux vestiges médiévaux parmi lesquels trois mosquées du vie/xiie siècle et des stèles postérieures à 560/1164.

  • 226 SN, 153 ; Tchalenko, I, III, 124.

218La route longe le versant septentrional du Ǧabal Barīša et passe à Qaṣr al-Banāt où l’on voit encore les ruines d’un couvent fortifié au Moyen Age226. La place domine la voie romaine à sa sortie du défilé qui traverse le piémont du Ǧabal Barīša ; l’intérêt stratégique du site avait été déjà mentionné dans les textes cunéiformes ; il n’échappa pas aux Croisés de Tancrède qui l’occupèrent en 1098 ; près d’un demi-siècle plus tard Nūr ad-Dīn réussissait à prendre la place à son tour.

  • 227 THS, 231 ; Canard, Ḥamd., 217 ; SN, 134 ; Tchalenko, І, 93.

219Au pied du Ǧabal Barīša, au nord-est de Ḥārim, on trouve une puissante source, ‘Ayn Birka, qui alimente un grand étang d’eau vive très poissonneux, sur les bords duquel se trouve sur un grand tell adossé à la montagne Imm, l’actuelle Yeni Şehir227. Cette petite ville fortifiée, homologue occidentale de Qaṣr al-Banāt à l’extrémité du défilé qui suivait la voie d’Alep à Antioche, avait une position stratégique importante. De par sa situation la place fut, au cours du vie/xiie siècle, l’enjeu de nombreuses batailles entre Croisés et Musulmans. Incendié par ces derniers en 1119, le château fut rebâti avant d’être mis à bas par le tremblement de terre en 567/1171. Il ne reste de nos jours que des éléments du rempart et un vieux ḫān.

h) LA ROUTE VERS ANTIOCHE PAR LE NORD

  • 228 I.Š., fo 237-238 v. (Mašriq, 207) ; THS, 225 à 223 ; Le Str., Pal., 339 ; Canard, Ḥamd., 227 ; SN, (...)
  • 229 SN, 134 ; Canard, Ḥamd., 230.
  • 230 La localisation de ce gué a posé des problèmes (voir THS, 229-230 ; SN, 135-136). Il existait au d (...)

220A moins de dix kilomètres de Imm, sur la route qui faisait le tour du lac d’Antioche par le nord se trouvait Artāḥ228. Cette petite ville entourée de jardins irrigués par l’eau de sources abondantes était pratiquement située en rase campagne sur un plateau calcaire. Une citadelle puissante et une solide enceinte donnaient à Artāh, l’Artésie des Croisés, la réputation d’une forteresse imprenable, pourtant Nūr ad-Dīn réussit à la prendre aux Francs en 545/1150. Dévastée plus tard à plusieurs reprises elle finit par disparaître au viie/xiiie siècle. Sa localisation n’a pu être encore définie avec précision ; pour Claude Cahen et Marius Canard229 Artāh se trouvait non loin de l’actuelle Reyhanlı, bâtie sur une colline verdoyante. Si d’autre part, nous croyons la carte de Canard la ville aurait été située sur la rive gauche du ‘Afrīn donc dans le voisinage immédiat, ou sur l’emplacement même, de l’actuelle Moucherfiyé, bourgade commandant le pont sur lequel actuellement la route d’Alep vers la Cilicie franchit le ‘Afrīn. Il est probable que ce soit dans ce secteur qu’il faille situer le gué de Bala-née (2)230. Lors de son attaque contre Hārim en ramaḍān 560/août 1164 Nūr ad-Dīn exécuta dans cette région une manœuvre de repli qui l’amena à Imm et à Artāh. Les troupes zenguides se retirèrent d’abord vers le nord à Artāh, poursuivies par les Francs qui eux s’arrêtèrent à Imm. Puis, se sentant coupés de leurs bases, les Croisés battirent en retraite, ils furent alors pris en chasse par la cavalerie de Nūr ad-Dīn qui les battit et put, une fois rejointe par le reste de l’armée, s’emparer de Hārim.

  • 231 THS, 227 ; Canard, Ḥamd., 230.

221A l’est d’Artāh et au nord est de Imm, sur les pentes du Ǧabal Sam’ān une autre petite place fortifiée, Tizīn, protégeait, légèrement en retrait, la route d’Alep à Antioche231.

  • 232 D. Sourdel, al-’Amķ, ЕІ2, I, 459-460 ; Le Str., Pal., 71, 391 ; THS, 435-439 ; Canard, Ḥamd., 229  (...)

222Après avoir franchi le nahr ‘Afrīn au gué de Balanée (ou gué d’al-Ḥammām) la route se dirigeait vers le nord-ouest, en suivant les contreforts méridionaux du Kurd Dagh pour contourner la dépression du ‘Amq qu’occupe une vaste plaine marécageuse traversée par les eaux du nahr ‘Afrīn, du nahr Yaġra et du nahr al-Aswad, la nappe centrale constitue le lac d’Antioche qui se déverse dans l’Oronte par le nahr al-Aswad232. Le terme de ‘amq qui désigne en arabe « toute prairie entourée de montagnes », a été donné à cette vaste plaine alluviale car elle est bordée à l’est et au nord-est par les contreforts du Ǧabal al-Akrād (le Kurd Dagh des Turcs), à l’ouest par l’abrupte barrière de l’Amanus, au sud par l’Oronte et au sud-est par les pentes septentrionales du Ǧabal Duwaylī. Les abords marécageux de la dépression obligent les routes à s’en écarter pour la contourner, elles traversent des régions riches en pâturages. On retrouve encore de nos jours dans les marais des buffles descendants d’ancêtres amenés à l’époque omeyyade par des Zoṭṭ déportés par al-Ḥaǧǧāǧ du Bas Iraq dans cette région où le paludisme faisait au Moyen Age de grands ravages.

  • 233 SN, 136-137. Aucun des deux villages n’est cité dans THS.
  • 234 GB, 32, 174 ; Baedeker (édit. 1912), 360.

223Une route s’engageait dans un petit bassin situé à l’ouest du Kurd Dagh et passait par Šīh al-Ḥadīd, un village important situé à vingt-cinq kilomètres à l’ouest du nahr ‘Afrīn. Au fond de ce bassin se trouve le village de Kūmīṯ, la route traverse ensuite une région montagneuse et redescend dans la vallée du Kara Su233. Un seul pont permettait de traverser cette rivière dans le secteur, il existe encore de nos jours près d’un tell à Dānā Ahmadli234.

  • 235 SN, 136.
  • 236 THS, 436-437 ; Le Str., Pal., 550 ; SN, 136-137.
  • 237 SN, 382.
  • 238 GB, 174 ; SN, 136, 142, dit Taha Ahmad.
  • 239 THS, 443 ; GB, Syrie, 186 ; GB, Turquie, 481 ; SN, 142-144.

224Une autre route, au parcours plus méridional et qui suit en gros la route moderne, partant du gué de Balanée gagnait à travers la plaine la petite ville fortifiée de Yaġra sur le rivière du même nom235. Si le bourg médiéval de pêcheurs de silure a disparu, la rivière à présent porte le nom du Murad Paṣa et est franchie par un pont de dix-sept arches d’origine ottomane : le Ǧisr Murad Pāšā qui remplace le pont mamelouk Ǧisr as-Sulṭāni que franchit Qaytbay lors de son voyage. La région était moins marécageuse à l’époque ancienne comme le note Dussaud236. En effet si la plaine de Yagra, qui de nos jours s’appelle Gueul Bachi, n’avait pas eu un sol ferme encore au vie/xiie siècle, Nūr ad-Dīn n’aurait pas pu y faire manœuvrer ses escadrons en 544/1149 pour vaincre les Francs et occuper quelque temps un certain nombre de places du pays que l’on appelait le bas nahr al-Aswad avant d’en être chassé par Raymond d’Antioche237. La route remontait le cours du nahr al-Aswad pour franchir la rivière au pont de pierre ancien de Dānā Ahmadli238 à cinq kilomètres en amont du pont moderne. Sur la rive droite on pouvait gagner vers le nord Mar’aš par un couloir inhospitalier, un champ de rocailles bordant le nahr al-Aswad, sans autres localités que les places fortes bâties sur les piedmonts de l’Amanus et dont elles contrôlaient les passages. En général les voyageurs préféraient emprunter la route qui passait par ‘Aynṭāb. A une journée de marche à l’ouest de Yagra, après avoir franchi le nahr al-Aswad on arrivait sur le site antique de Sakhoï où Darius III campa avant la défaite d’Issus et qu’occupe de nos jours le village de Gündüzlü ; de là une piste part vers le nord-ouest à travers la montagne par une vallée oblique, après avoir franchi un col on arrive dans un bassin médian qui porte maintenant le nom turc de Deghirmen Dara. Au milieu de cette petite plaine, sur un rocher isolé, à 1 250 mètres d’altitude, subsistent les ruines d’un château entouré d’escarpements abrupts. Les restes de l’enceinte et des saillants, les vestiges de la chapelle et de la citerne portent actuellement le nom de Hagar Šuģlān, ou Tchivlan Kale, ou encore Sulan Kale239. Claude Cahen a retrouvé dans ce château, resté longtemps sans identification, « la Roche de Roissel » qui fut tenue par les Templiers. Vers l’ouest on gagnait la côte en descendant le versant maritime de l’Amanus.

  • 240 Baedeker, 360.
  • 241 SN, 137, 138 ; Honigmann, EI, III, 284-287 ; GB, Turquie, 486.

225Un autre chemin part vers le nord-est, il franchit le col de Guermenni Guedigui à 1100 m. d’altitude et descend par Demirek vers la vallée du nahr al-Aswad, le Kara Su des Turcs, pour y rejoindre la route de Mar‘aš. A une soixantaine de kilomètres au nord de Gündüzlü, après avoir traversé Saylak on atteignait le bassin d’Islahiya et le site de la ville hittite de Zengirli240, puis après deux jours de marche on parvenait à Mar’aš où Nūr ad-Dīn fit deux brèves apparitions, en venant d’ailleurs par la voie orientale, lorsqu’il prit la ville en 546/1151-2 et en 568/1173 quand il la reprit au sultan seldjouqide. L’antique Germanicia était bâtie sur les premières pentes du Taurus en un site occupé dès l’époque hittite mais ses remparts, maintes fois relevés au cours des siècles, et aujourd’hui disparus, n’ont jamais offert de longue résistance ce qui semble un paradoxe pour un point stratégique de cette importance241. Placée au principal carrefour des routes reliant la Syrie à l’Anatolie, considérée comme un des ṯugūrr aš-šāmīya, elle fut successivement du xie au xve siècle, comme le note Claude Cahen, « la capitale d’une principauté arménienne, d’un comté franc, d’une province seldjouqide et d’un émirat turcoman autonome ».

  • 242 Le Str., Pal., 128 ; G. Dem., Syrie, 88 ; THS, 435, 436, 445 ; GB, Syrie, 174 ; SN, 137, 144.

226Si, à l’actuel village de Gündüzlü, au lieu de tourner à droite, vers le nord, on prend la direction du sud on arrive au bout de trois kilomètres à la place forte de Darbsak242. Ce château, le Trapesac des Croisés, avait été bâti sur un piton au pied de la montagne et dominait la rive droite du nahr al-Aswad. Deux agglomérations rurales exploitaient les richesses agricoles de la région sous la protection de sa garnison ; l’une porte de nos jours le nom de Ala Beyli, l’autre, située à moins de deux mille mètres vers le nord, est le village de Terbezec dont le nom trahit clairement l’appellation médiéval du château. Situé dans une contrée fertile, dotée de sources abondantes et cultivée en jardins, Darbsak appartenait à l’époque de Nūr ad-DĪn aux Templiers et jouait un rôle important dans la défense de la principauté d’Antioche. Placé au carrefour de la route d’Alep et de la vallée du ‘AfrĪn et de la voie de pénétration du nord que constituait le couloir de la vallée du nahr al-Aswad, le château contrôlait un point de passage d’autant plus important qu’à ce carrefour se détachait de la route d’Antioche un chemin qui gravissait des pentes de l’Amanus et permettait d’accéder par le nord au col de Baylān et de gagner la côte méditerranéenne dans la région d’Iskenderun. De nos jours il ne reste plus sur le piton qu’un couronnement de ruines au milieu desquelles on distingue les fondations du château en gros appareil et des sections de la canalisation qui amenait l’eau à la garnison.

  • 243 Le Str., Pal., 37, 407 ; Canard, Ḥamd., 228 ; Dunand, Amanus, 12 sq. ; EI2, I, 1168.
  • 244 Les Portes Syriennes, d’après Maurice Dunand, doivent être placées sur la côte au nord d’Alexandre (...)

227La route vers Antioche passe à flanc de montagne, dominant légèrement la dépression du lac, et traverse actuellement Kirik Khān. Au bout d’une douzaine de kilomètres cette voie rencontre celle qui monte vers le col de Baylān. Cette route depuis l’Antiquité permettait de franchir la barrière montagneuse de l’Amanus à 687 m. d’altitude243. C’est là qu’Alexandre passa après la victoire d’Issus. Il subsiste encore des vestiges d’une voie romaine très fréquentée, tantôt taillée dans le roc, tantôt aménagée par l’homme, qui permettait de franchir à une altitude relativement faible ce col où certains auteurs situent les « Pylae Syriae »244. A l’époque de Hārūn ar-Rašīd la voie fut dotée d’un dār aḍ-ḍiyāfa, la construction de cette hôtellerie souligne bien son importance au Moyen Age. Au fur et à mesure que l’on monte en lacets, à travers les mûriers et les figuiers, la vue sur le lac d’Antioche s’élargit et l’on aperçoit vers l’est les hauteurs du Kurd Dagh.

  • 245 Le Str., Pal., 407-408 ; THS, 162, 169 ; Canard, Ḥamd., 228 ; SN, 142 ; GB, Syrie, 189 ; Cahen, EI(...)
  • 246 Homonyme du château qui se trouve dans le Ghāb.

228Le col se trouve à l’endroit où la chaîne de l’Amanus change de direction : orientée du sud-ouest au nord-est depuis le cap du Rā’s al-Ḫanzīr la chaîne se dirige nettement du sud au nord à partir de Baylān où se trouve le passage principal pour atteindre le versant occidental de l’Amanus. Ce n’est qu’au village de Baylān, à trois kilomètres plus loin et à 250 mètres plus bas en altitude que l’on découvre le vaste golfe d’Alexandrette, cerné de montagnes. Ce chemin que Cyrus avait déjà emprunté avant Alexandre était contrôlé sur le flanc oriental de l’Amanus par le château de Bagh-ras245. Cette forteresse avait été bâtie sur un piton aux pentes escarpées, l’assiette de forme ovale limitait les dimensions des défenses. La construction médiévale succéda à un ouvrage byzantin édifié par Nicéphore Phocas. Du côté de l’est, par lequel on accède au château par une pente plus faible, l’enceinte était double et renforcée par un puissant réduit qui comprenait le donjon. Ce système de défense était courant et nous le retrouvons notamment au Crac des Chevaliers. Il y avait à Baghras une chapelle, des salles souterraines et des magasins creusés dans le rocher ; le ravitaillement en eau se faisait à une source qui jaillit au pied du château et par un aqueduc qui amène l’eau de la montagne. Cet ouvrage domine la plaine d’Antioche et commande la voie la plus commode pour franchir l’Amanus. Baghras, cité par Strabon sous le nom de Pagras et mentionné dans les tables de Peutinger, appartint à Sulaymān b. Qutlumuš, puis plus tard fut pris par les Croisés qui l’appellèrent Gaston246. A l’époque de Nūr ad-Dīn une solide garnison de Templiers tenait cet important ouvrage de la défense de la principauté d’Antioche.

  • 247 Le Str., 389 ; Canard, Ḥamd., 227 ; THS, 421 ; SN, 127-130.
  • 248 THS, 425.

229A deux heures de marche au sud de Baghras la route passe près des ruines du grand khan Qaramourt puis entre dans la plaine verdoyante d’Antioche dominée par le mont Silpius247. Cette plaine fut occupée dès l’Antiquité par des Kurdes248 ; à l’époque des Croisades des tribus turcomanes vinrent s’y installer, ce fait pourrait expliquer l’alliance des Kurdes de la région avec les Francs contre Nūr ad-Dīn et les nouveaux venus.

  • 249 Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des Croisades, porte sur Antioche essentiellement ; voir Bi (...)
  • 250 Patriarches des diverses églises chrétiennes d’Orient et dont aucun n’habite plus la ville, cf. TH (...)

230Nous ne décrirons pas en détail Antioche que Nūr ad-Dīn vint assiéger mais qu’il ne prit jamais249 ; objectif des luttes entre Chrétiens et Musulmans, Antioche, fut après 1098 la capitale de la principauté franque qui porta son nom, elle resta toujours aux yeux des chrétiens le siège de leur première communauté ; l’importance religieuse de la ville survit dans la titulature des six patriarches au titre d’Antioche250. La ville se trouve située sur la rive gauche de l’Oronte qui sortant d’une région marécageuse et ayant reçu l’appoint des eaux du ‘Amq passe au pied d’un massif du Ǧabal al-Aqra‘ : le mont Silpius.

  • 251 Onopniklas, GB, Syrie, 197.

231Cette montagne, qui à l’est domine la ville, est scindée en deux par le profond ravin de l’Onoptiktès251.

  • 252 Le chiffre de 360 est légendaire.

232De la ville ancienne, bâtie en calcaire du Silpius, rien n’a subsisté après les dévastations de la nature et des hommes, sauf le pont sur l’Oronte, dont l’emplacement fut imposé par la configuration du terrain. Il a résisté aux nombreux tremblements de terre et reste toujours à l’endroit où il fut construit à l’époque romaine. Églises et bâtiments civils de la ville médiévale ont disparu, il ne subsiste guère qu’une partie des murailles, vestiges d’une vaste enceinte de plus de douze km. de périmètre, renforcée de très nombreuses tours252 et percée au ve/xie siècle d’une grande quantité de poternes et de cinq portes : au nord s’ouvrait la Porte de Saint-Paul (Bāb Būlus) qui a disparu lors du séisme de 1872 et d’où partait la route d’Alep ; au sud, la porte de Saint-Georges, ou Bāb az-Zaytūn, laisse sortir la route vers Daphné d’où l’eau arrivait par un aqueduc dont les ruines subsistent près de la porte. Du côté de l’Oronte, vers l’ouest, s’ouvraient trois portes : la porte du Chien, la porte du Jardinet ou Bāb al-Ǧunayna et la porte de la Mer près du pont d’où l’on se rendait à Port Saint-Siméon (Suwaydïya).

233L’enceinte englobait non seulement la ville et ses jardins mais encore des terrains de culture qui permettaient le ravitaillement de la population durant les longs sièges. Cette muraille escalade les flancs du Silpius dont le sommet est couronné par une citadelle d’origine byzantine.

234Située au carrefour des routes de l’Euphrate à la mer et celles de la Biqā‘ et d’Apamée vers la Cilicie et l’Anatolie, Antioche était un grand entrepôt international pour le débouché du commerce oriental et extrême-oriental. Les Gênois avaient obtenu des Croisés en contrepartie de leur aide la concession d’un quartier dont l’activité devint rapidement importante. A l’époque de Nūr ad-Dīn, durant les longues périodes de trêve, des commerçants musulmans syriens fréquentaient les riches marchés de la cité. Au cours du vie/xiie siècle, Antioche allait perdre sa primauté au profit d’Alep qui, après les Croisades, la supplanta définitivement.

  • 253 HOC, II, 224, cité dans THS, 427.

235D’après Ibn al-Aṯīr253 : « Si Nūr ad-Dīn et Saladin n’ont pas poussé leurs avantages jusqu’à s’emparer de la célèbre cité c’est que la fiction s’imposait à eux de reconnaître l’Empereur des Grecs comme le maître d’Antioche et que sa chute devait entraîner l’intervention de l’Empereur »253.

і) LA ROUTE VERS ANTIOCHE PAR LE SUD

  • 254 I.Š., 139 vo-145 ro ; van Berchem, Voyage, I, 228-238 ; Le Str., Pal., 449 ; EI, II, 284 ; Froment(...)

236A deux journées de marche à l’ouest d’Alep et à sept kilomètres de Imm on arrivait au pied d’un imposant tertre de forme tronconique dont on voyait de loin la silhouette. Situé un peu à à l’écart de la route d’Alep à Antioche, Hārim était un point stratégique important, chef-lieu d’un vaste district qui englobait au nord toute la plaine marécageuse située à l’est du lac d’Antioche et bornée au nord par le nahr ‘Afrīn254. A l’ouest le district avait pour limite Ǧisr al-Ḥadīd et comprenait une riche et fertile plaine qui s’étend jusqu’à la vallée de l’Oronte ; au sud l’horizon était fermé par les massifs du Ǧabal Duwaylī, du Ǧabal al-A’lā et du Ǧabal Barīša dont les pentes septentrionales étaient couvertes d’olivettes. Enfin vers l’est la plaine était bordée par les vallonnements et les collines qui joignent le Ǧabal Barīša au Ǧabal Sam’ān.

237Le tell au sommet duquel se trouvait la citadelle avait été amélioré par l’homme qui en avait renforcé les défenses : les flancs de l’éminence avaient été dressés en talus et recouverts d’un glacis de pierre, tout autour un fossé avait été taillé dans le roc ou creusé dans la terre. Le plan de la forteresse est un demi-cercle dont la corde est tournée vers le nord qui est le mieux défendu par la nature, sur la courtine du demi-cercle il y avait des saillants carrés. Le donjon se trouvait à l’angle nord-est. Au pied du tell jaillit une source d’où monte une rampe souterraine qui permet d’accéder à la citadelle qui, presque appuyée contre la montagne, domine de 45 mètres la plaine avoisinante.

238Située au débouché septentrional du wādī al-Kabīr qui sépare les massifs du Ǧabal al-A’lā et du Ǧabal Barīša, la citadelle contrôlait la route qui du nord se dirigeait vers le Ǧabal Zāwiya à travers la montagne et surveillait la route d’Alep à Antioche.

  • 255 I.Š., 140 v.

239A l’époque de Nūr ad-Dīn cette citadelle avait déjà près de deux siècles d’existence, elle avait en effet été bâtie par les Byzantins après la prise d’Antioche en 959 pour protéger la métropole du côté de l’est. En 470/1077 Sulaymân b. Qutlumuš prit Hārim et Antioche, mais neuf ans plus tard, en 479/1086, le sultan seld-jouqide Malik Šāh, à son tour, se rendit maître de Hārim et d’Antioche. En 491/1098 les Francs s’emparèrent de la citadelle que les chroniques appellent Castrum Harench et la gardèrent jusqu’à ce que Nūr ad-Dīn, après plusieurs tentatives, ait réussi à l’occuper en ramaḍān 559/août 1164. Le prince zenguide y fit installer deux signaux à feu qui étaient allumés toutes les nuits et guidaient les prisonniers musulmans qui parvenaient à s’évader du territoire franc, cette place est à une journée de marche d’Antioche et à deux jours d’Alep. Hārim n’était pas seulement un point stratégique mais aussi un centre économique important car il contrôlait non seulement les jardins et les vergers des environs mais encore la riche plaine céréalière et les pâturages qui s’étendaient à ses pieds. Ainsi celui qui détenait Hārim bénéficiait des récoltes, et protégeait ses troupeaux, il apparaît qu’à l’époque de Nūr ad-Dīn il était d’usage que le maître de Hārim perçoive les deux tiers des revenus laissant à son adversaire un tiers. Il semble que la place ait échappé à l’autorité de Nūr ad-Dīn quelque temps car d’après Ibn Šaddād255, il revint y mettre le siège en 565/1170. Peu après la citadelle fut ruinée par le grand tremblement de terre de 565, elle fut l’objet d’un remaniement complet en 593/1197 sous le règne de l’ayyoubide al-Malik aẓ-Ẓāhir Ǧāzī.

  • 256 Van Berchem, Voyage, I, 238 sq. ; THS, 171-172, 216, 220 ; GB, Syrie, 208 ; SN, 134-137 ; J. Sourd (...)

240En continuant vers l’ouest, après Hārim, la route, qui n’était autre que l’ancienne voie romaine d’Alep à Antioche, rejoignait l’Oronte qu’elle descendait jusqu’à Ǧisr al-Ḥadīd, « le Pont de Fer », situé à une quinzaine de kilomètres de Hārim à mi-chemin entre cette place forte et Antioche256.

241L’ancien pont a été remplacé par un pont à tablier plat à quatre arches qui ne présente pas la flèche caractéristique des ponts arabes médiévaux. Deux tours avec des vantaux de porte garnis de plaques de fer gardaient chacune des extrémités, elles furent renforcées par Baudouin III, en 556/1161, à l’époque de Nūr ad-Dīn mais il n’en existe plus rien depuis le séisme de 1837. La tour carrée qui de nos jours contrôle le passage est récente.

  • 257 SN, 134, 136.

242L’importance stratégique de l’agglomération de Šayh al-Hadîd, la Gephyra de Ptolémée, qu’il ne faut pas confondre avec Šīḥ al-Ḥadīd près du gué de Balanée257, venait surtout du pont, unique passage sur l’Oronte pour les routes descendant de la vallée du ‘Afrīn, venant de l’est d’Alep ou du sud, d’Armanāz et Salqīn.

243En longeant vers l’ouest les contreforts du Ǧabal al-’Aqrā pendant une quinzaine de kilomètres on arrive à Antioche.

В. LES MASSIFS AU SUD-OUEST D’ALEP

  • 258 SN, 152.

244A l’ouest d’Alep, au sud de la route menant à Antioche par la plaine de la Ḥalaqa un groupe de chainons montagneux, orientés du nord au sud, barre l’horizon258.

  • 259 THS, 219.

245Ce massif est composé de trois éléments parallèles d’est en ouest : le Ǧabal Bārīšā, le Ǧabal al-A’lā et le Ǧabal Duwaylī, prolongé au sud par le Ǧabal al-Wastānī. Ces masses montagneuses bien qu’elles ne dépassent pas l’altitude de 800 mètres « étaient de pénétration difficile, et constituaient une protection utile pour la principauté d’Antioche, il suffisait de tenir les points de passage »259. C’est pourquoi Hārim était important et la possession d’al-Atārib capitale pour le souverain d’Alep qui trouvait dans cette région calcaire des ressources agricoles non négligeables. La prospérité dépend au Moyen Age soit d’Antioche soit d’Alep, la population vit à la fois des plantations arbustives et des céréales mais les récoltes sont non seulement soumises aux variations atmosphériques mais encore à l’alternance des périodes de sécurité et d’anarchie.

  • 260 SN, 153 ; Canard, Ḥamd., 217.

246L’ensemble des massifs, bien que difficiles d’accès et malaisément franchissables, abonde en champs de ruines romano-byzantines, témoins de la prospérité économique d’antan. A l’époque de Nūr ad-Dīn les centres habités semblent avoir été de modestes bourgades que reliaient par monts et par vaux de pauvres chemins muletiers260, aucun ne jouait plus de rôle important.

a) ǦABAX BĀRĪŠĀ

  • 261 THS, 216 ; Tchalenko, І, 277 sq. ; Idem, ІІІ, voir carte 4.
  • 262 THS, 218, dit : esh-Shilf ; Tchalenko, І, 292-299 sq.

247Le Ǧabal Bārīšā261, précédé d’un plateau rocheux domine dans sa partie septentrionale la place de Hārim et la route d’Alep à Antioche. Un profond effondrement qui porte le nom de wādī al-Kabīr sépare, à l’ouest, ce massif du Ǧabal al-A’lā par un système de gorges et de vallées ; une piste partant de Hārim permet de gagner à l’extrémité méridionale du Ǧabal Bārīšā la plaine de Šalf262. C’est un petit plateau au sol plat et très fertile. De là on arrive dans une plaine de l’intérieur voisine du Ǧazr. Au milieu des champs de blé et des olivettes s’est développée l’agglomération de Funduq qui doit son nom au fait qu’elle est gîte d’étape et entrepôt en un point de passage obligé de la route antique qui se trouvait à l’est du Ǧabal Bārīšā et allait par cette plaine gagner le Rūǧ pour rejoindre Apamée ; des ruines toutes proches représentent les vestiges d’un château fort médiéval.

  • 263 Le Str., Pal., 532 ; THS, 213 ; GB, Syrie, 283 ; SN, 156-157.

248Au sud-est du Ǧabal Bārīšā s’étend un plateau intérieur que l’on appelle le district du Ǧazr263 qui, en fait, comprend la plaine de Funduq car il s’étend vers l’ouest jusqu’au Rūǧ et s’arrête au sud aux premiers vallonnements du Ǧabal Banī ‘Ulaym. Zone de passage d’Alep vers Lattaquié le district a vu sa prospérité agricole dépendre de la fortune des armes des princes d’Antioche ou des émirs d’Alep, c’est dans cette région que passait au lendemain de la première Croisade la frontière entre la principauté chrétienne et l’empire musulman.

  • 264 THS, 213 et n. 6.
  • 265 SN, 351, 397.
  • 266 A 6 km. au N.-W. du village de Teftenaz.

249Une route quittait al-Aṯārib, dont Zengî avait rasé les défenses, pour pénétrer dans le Ǧazr et passait à Ma’arrat al-Ihwān264 et de là continuait vers le Rūǧ. Une autre route traversait le district plus à l’ouest, elle passait par Zardanā et Ma’arrat Misrīn. Zardanā, la Sardone des Croisés265, fut au début du vie/xiie siècle l’enjeu des luttes d’Ilģāzī et de Baudouin, finalement Zengī s’en rendit maître en 1135 ; elle servit de résidence à l’émir zenguide Nuṣrat ad-Dīn au début de la maladie de Nūr ad-Dīn. Cette place fut ruinée un siècle plus tard et de nos jours seul un vaste tell, au pied duquel se trouve le village de Zerdan, rappelle l’importance ancienne du site266.

  • 267 Le Str., Pal., 532 ; GB, Syrie, 283 ; THS, 213-214.

250De là la route mène à Ma’arrat Misrīn qui lui aussi fut pris par Zengî. C’était un important centre d’échange entre le Ǧazr, le Rūǧ et le Ǧabal Banī ‘Ulaym (Ǧabal as-Summāq). Petit à petit ce marché dépérit, son enceinte tomba en ruine et toute l’activité économique passa à Idlib à une dizaine de kilomètres plus au sud. Au nombre des principales places du district du Ǧazr figurait aussi Sarmīn267 ; après avoir été un centre de propagande ismā’ī-lienne, puis garnison franque après la création de la principauté d’Antioche, elle devint une ville prospère au pouvoir de Nūr ad-Dīn. Ses souks étaient actifs au vie/xiie siècle, on y vendait surtout des olives de la région et du savon fabriqué sur place et l’on remarquait sa grande mosquée dont la salle de prière était couverte de neuf coupoles.

b) ǦABAL AL-A‘LĀ

  • 268 THS, 218.
  • 269 Voir Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, 3 volumes, in-4°, BAH, t. L, 1953-1958.

251A l’ouest du wĀdī al-Kabīr se trouve la chaîne médiane du massif dont le Ǧabal Bārīšā constitue la chaine orientale : c’est le Ǧabal al-A’lā dont la crête orientée du nord au sud, de Hārim au Rūǧ, culmine à plus de 800 mètres268. Au nord, Hārim, sur son tertre isolé, garde les approches du Ǧabal al-A’lā où l’on trouve un grand nombre de villages chrétiens abandonnés mais aux ruines bien conservées269.

  • 270 THS, 218 ; SN, 153 ; GB, Syrie, 150 ; Tchalenko, 343-344.
  • 271 THS, 219, Kefr Tekherin ; GB, 283 ; Tchalenko, І, 94.
  • 272 THS, 215 sq. ; SN, 153-156 ; GB, 283 ; Tchalenko, I, 94.
  • 273 J. Gaulmier, Note sur la fabrication du verre à Armanāz, BEO, VI, 1936.
  • 274 SN, 364.
  • 275 SN, 540 et n. 42.

252La plus remarquable de ces agglomérations est Qalb Lozé où « les architectes syriens ont mêlé la tradition hellénistique aux traditions orientales » lorsqu’ils ont construit la basilique, l’une des plus belles de Syrie270. Plus au sud, dans la montagne, à l’est d’une vallée verdoyante se trouve la place de Kafr Ṯarīn qui contrôle la route venant de la vallée de l’Oronte et menant à Armanāz271. Cette dernière place qui souvent donne son nom au massif dont elle est le chef-lieu se trouve entre le Ǧabal al-A’lā et la chaîne plus occidentale du Ǧabal Duwaylī272. L’abondance de l’eau aux environs a favorisé le développement d’une agriculture prospère, le sous-sol a permis l’éclosion d’une florissante industrie de la poterie et du verre dont le renommée reste vivante encore de nos jours273. Située sur la route qui d’Antioche permet de gagner la Syrie Centrale par un défilé orienté d’ouest en est la place fut soumise à l’époque de Zengî à des raids francs et semble avoir été tenue par des Turcomans274. Sous Nūr ad-Dīn, Armanāz ne joue pas de rôle politique important mais durant le règne de Saladin la région apparaît comme un fief chrétien275.

c) ǦABAL DUWAYLI

  • 276 THS, 216 ; Canard, Ḥamd., 215.

253La chaîne la plus occidentale du massif montagneux et dont la crête est parallèle à la rive droite de l’Oronte est constituée par le Ǧabal Duwaylî et son prolongement méridional, le Ǧabal al-Wasṭānī276. Cette partie culmine à 600 mètres d’altitude et s’étend jusqu’au bord septentrional des marais du Ghāb, il est séparé du Ǧabal as-Summāq, ou Ǧabal Zāwiya, par la dépression du Rūǧ.

  • 277 THS, 216 ; SN, 153, 384 ; Tchalenko, І, 94.

254La traversée de cette chaîne se fait par une route partant de Ǧisr al-Ḥadīd vers le sud-est, cette voie quitte la vallée de l’Oronte pour s’engager dans la montagne et arrive à Salqīn dont une légende fait la résidence d’été des rois d’Antioche, légende née sans doute de la fraîcheur du site où la multitude des sources en terrain calcaire a permis aux diverses cultures, olivettes et vergers, de dispenser leur ombre verdoyante277. Nūr ad-Dīn occupa la région après la victoire d’Inab en juin 1149. Tandis qu’un embranchement vers l’est permet de gagner Kafr Ṯarīn et Armanāz par la montagne, la route vers le sud longe la plaine fertile étagée sur le flanc occidental du Ǧabal Duwaylī ; le passage par la basse vallée est malaisé car l’Oronte, en traversant une plaine d’effondrement, fait sur près de 150 kilomètres de nombreux méandres, le courant est faible et il n’y a pas besoin de pont, les chevaux peuvent franchir le fleuve à la nage et les hommes en barque.

255Modeste élément de la grande faille tectonique qui coupe la Syrie et la Palestine de l’Amanus au golfe d’al-’Aqaba, le Rūǧ est un couloir mal drainé qui commence au sud du Ǧabal al-A’lā et permet de rejoindre l’Oronte au nord des marais du Ghāb. C’était, comme nous le verrons, un passage fort important pour qui voulait d’Alep gagner l’Oronte et de là le port de Lattaquié sur la côte méditerranéenne.

  • 278 SN, 153, 384.
  • 279 I.S., 145 r. ; THS, 163 ; GB, 279 ; SN, 160, 162-164 ; Weulersse, Oronte, pl. XIV ; Dunand, Ammus, (...)

256Remontant pratiquement l’Oronte la route passe à Tell ‘Ammār278, dont la protection était assurée par une petite forteresse voisine, en ruines de nos jours, et qui fut occupé par Nūr ad-Dīn en ṣafar 544 / juin 1149. La vallée se resserre rapidement entre le Ǧabal al-Wastānī et le massif du Bassit et l’on atteint Darkūš279. L’importance de cette place au Moyen Age provenait de ce qu’elle avait une forteresse aménagée par les Francs au vie/xiie siècle. Cet ouvrage, à la sortie de la gorge de l’Oronte, permettait de contrôler la voie de pénétration que représentait l’Oronte jusqu’à Cisr aš-Šuģr et resta aux mains des Croisés jusqu’au xiiie siècle. De nos jours il ne subsiste plus rien des fortifications dans le village encaissé entre des falaises abruptes. Un pont en béton, remplaçant en aval l’ancien pont, à maintes reprises restauré, franchit le fleuve ; plus en aval des norias amenaient, à hauteur voulue l’eau nécessaire à l’irrigation des jardins qui s’éta-geaient sur les rives.

  • 280 Van Berchem, Voyage, 81 ; THS, 163 ; SN, 160 ; Tchalenko, І, 248 ; III, 127.

257La vallée étant difficilement praticable, les routes vers le sud empruntaient le plateau et avaient amené l’installation de défenses militaires. Sur la rive droite de l’Oronte le chemin montait de Darkūš vers les hauteurs du Ǧabal al-Wasṭānī pour atteindre un seuil avant de se diriger à l’est vers le district du Ǧazr, non loin de l’actuelle Tenariya se trouvait le château de Tūrīn280.

  • 281 I.Š., 145, R. ; THS, 158, 174 ; SN, 160.
  • 282 I.Š., 145 R. ; van Berchem, Voyage, I, 80 ; THS, 161 ; SN, 159.

258A une quinzaine de kilomètres en amont de Darkūš se trouve Qal’at Balmīs sur la route rejoignant Arzģān281. Sur la rive gauche, un chemin rejoignait la route d’Antioche par Quṣayr, non loin de l’actuel Qunayé ; dans ce secteur, l’ouvrage fortifié de Šaqīf Kafr Dubbīn, connu aussi sous le nom de Qal’at Ḥusayna, protégeait les abords du fleuve282. En deux heures de marche vers le sud, à travers une région où dominaient les cultures, on arrivait à la vallée du nahr al-Abyad.

  • 283 Van Berchem, Voyage, I, 81, 251 sq., monographie ; THS, 156 sq. ; SN, 159 ; GB, Syrie, 278.

259La route venant du nord franchit le nahr al-Abyad un affluent de gauche de l’Oronte sur un pont et passe à Šuģr al-Qadīm, village entouré de jardins à l’ombre de la double forteresse de Šuģr-Bakās283. Cet ouvrage, constitué de deux ouvrages jumelés, fut construit et développé par les Francs à l’époque de Zengî et de Nūr ad-Dīn pour protéger la route menant à Antioche sur la rive gauche de l’Oronte. La forteresse, actuellement en ruine, couronnait l’arête rocheuse d’un imposant éperon dominant la vallée et taillé à pic sur cent mètres de hauteur des trois côtés. En sa partie médiane, la crête est très étroite et légèrement affaissée ce qui explique la nécessité où se trouvèrent les architectes de construire deux ouvrages fortifiés distincts : Šuġr, au nord, à la pointe du rocher et Bakās, au sud, du côté de la montagne dont il est coupé, suivant la technique habituelle, par un large fossé artificiel. Les deux ouvrages, distants d’un jet de flèche, sont reliés par un étroit terre-plein lui-même coupé d’un fossé que franchissait un pont-levis.

  • 284 Le Str., Pal., 537 ; van Berchem, Voyage, I, 260-264 ; THS, 159-160 ; SN, 158-159 ; J. Sourdel-Tho (...)
  • 285 Weulersse, Pays des Alaouites, Pl. CI, fig. 226.

260A six kilomètres au sud-est de cette place forte se trouve une localité qui de nos jours porte le nom de Ǧisr aš-Šuģr284. Cette agglomération se trouve sur la rive gauche de l’Oronte à l’emplacement d’un pont qui ne semble guère pouvoir remonter au-delà de la fin de l’époque mamelouke (xve siècle). Malheureusement les textes anciens et médiévaux ne nous donnent pas d’indications précises sur la localisation exacte du pont, c’est pourquoi l’identification de cet ouvrage a soulevé de nombreuses discussions. La traversée de l’Oronte ne pouvait se faire ailleurs qu’en un point voisin de l’actuel Gisr aš-Šuģr car si en amont, au xiie siècle, les marais du Ghāb n’avaient pas encore gagné le seuil basaltique de Qarqar285, le versant oriental du Ǧabal Anṣarīya très abrupt ne laissait aucun passage praticable vers l’ouest. En aval le fleuve pénétrait dans une gorge resserrée qu’il ne quittait, comme nous l’avons vu, qu’à Darkūš. Le seul passage facile vers la mer se trouvait à l’ouest de Ǧisr aš-Šuģr, il y a là un seuil que franchissent les routes qui d’est en ouest relient Alep et Ma’arrat an-Nu’mān par la trouée du nahr al-Kabīr à Lattaquié. C’est près de ce pont qu’elles croisent la voie antique reliant Antioche à Apamée par le grand axe nord sud que marque l’Oronte. Dès le règne de Zengî, les forces musulmanes avaient atteint le fleuve qui sous Nūr ad-Dīn devient, pratiquement sur plus de la moitié de son parcours, la frontière des pays d’Islam avec les états des Croisés. Pour la principauté d’Antioche, ce passage de l’Oronte joua un rôle très important car il était, avec Hārim, une des clés qui ouvraient la voie vers son territoire.

  • 286 Cf. EI2, II, 570 sq.
  • 287 Précisions d’Abūl Fidā (261), cité par Le Str., Pal., 537.

261Suivant, comme Janine Sourdel-Thomine286, la réfutation de René Dussaud d’une opinion de Max van Berchem, il est vraisemblable d’attribuer à Cisr aš-Šuģr le toponyme de Kašfahān qui, au vie/xiie siècle, désigne à la fois une citadelle (ḥiṣn), un tell et un pont. L’agglomération était située sur la rive gauche de l’Oronte à un galop de cheval au sud-est de Šuģr-Bakās, en face d’Arzģān287. Ces indications, bien que sommaires, permettent d’identifier Kašfahān, dont le nom est inconnu de nos jours dans la région, avec l’actuel Cisr aš-Šuģr ; le nom se rapportait-il au grand tell situé au nord de cette ville ? Il n’est pas impossible qu’à la fin de l’époque mamelouke (fin xve siècle), lorsque la citadelle de Šuġr-Bakās eut perdu de son importance, une partie de la population du village de Šuġr soit venue s’installer à Kašfahān qui alors reçut le nom de Šuġr, mentionné dans le voyage de Qaytbay, tandis que son homonyme recevait la qualification d’al-qadīm (l’ancien).

  • 288 THS, 175-176 ; SN, 158-159.

262D’autre part, au vie/xiie siècle, Kašfahān a, sans doute, été le nom arabe de Chastel Ruge pour lequel les textes ne donnent pas de localisation très précise288. On sait que cette place franque, qui à plusieurs reprises servit de lieu de concentration des troupes des Croisés, se trouvait en face d’Arzģān et constituait une tête de pont sur la rive gauche de l’Oronte. Le site qui correspond le mieux à ces données de localisation est Kašfahān, donc l’actuel Ǧisr aš-Šuģr. Ce château appartint au comte de Tripoli en 1131 et fut pris par Zengî ; Renaud de Châtillon tenta en vain de le reprendre à Nūr ad-Dīn en 552/1157.

  • 289 THS, 158-160 ; SN, 159-160 ; GB, Syrie, 281 (Arzeghan).

263Presque en face de Tell Kašfahān, sur la rive orientale de l’Oronte, au pied des collines du Ǧabal al-Wasṭānī se dressait le château d’Arzģān289. Cette place forte, d’origine franque, fut prise et démantelée par Nūr ad-Dīn en 557/1162 après un siège énergique. Les fortifications furent restaurées sous Saladin. De nos jours il ne subsiste plus aucune trace du château, seuls un caravansérail ruiné et un village conservent encore le nom.

c) ǦABAL ZĀWIYA

  • 290 THS, 166, 168 ; SN, 158, 383 ; GB, 280 ; Tchalenko, III, 121 ; Le Str., Pal., 457, signale la cita (...)

264De Tell Kašfahān une route traversait les derniers contreforts du Ǧabal al-Wasṭānī et remontait vers le nord entre cette chaîne et le flanc occidental du Ǧabal Banī ‘Ulaym ; cette route pratiquement remontait par le Rūǧ vers la plaine de Ǧazr et Alep. A l’endroit où les deux massifs sont les plus rapprochés, à une dizaine de kilomètres de l’Oronte sur le versant du Ǧabal Zāwiya et à trois kilomètres à l’ouest du Ǧabal Nabī Ayyūb, se trouve encore de nos jours le village d’Inab, la Nepa des Croisés ; on retrouve à l’ouest de l’agglomération des vestiges de fortifications médiévales sur un tell appelé al-ḥiṣn. Le site est célèbre surtout par la victoire que Nūr ad-Dīn y remporta le 29 juin 1149/9 ṣafar 543 lors de la campagne qui devait lui permettre d’occuper tout le Ǧabal Zāwiya jusqu’à Fāmiya. C’est dans la plaine qui s’étend entre Inab et les marais du Ghāb qu’il faut chercher le ‘Ard al-Ḥātim, le Fons Muratus où Raymond d’Antioche fut tué avec tant d’autres Croisés290.

  • 291 THS, 214 sq ; Reich, Etude sur Us villages araméens de l’Anti-Liban, PIFD, 1937, 68 sq.

265A l’est d’Inab se dressait le massif du Ǧabal Zāwiya. Suivant les auteurs et les époques cet ensemble montagneux reçoit des noms différents, comme Ǧabal Banī ‘Ulaym, qui paraît plutôt réservé à la partie occidentale, ou Ǧabal as-Summāq, nom d’un arbrisseau très employé pour la teinture et le tannage291 qui pousse abondamment dans la région, qui semble plus souvent donné à la partie septentrionale que l’on appelle aussi parfois le Ǧabal Rīhā. Le massif montagneux présente une certaine unité de sol et de paysage, c’est une région calcaire et vallonnée. Cet ensemble de hauts plateaux est délimité au nord par la plaine de Ǧazr, à l’est par la grand-route d’Alep à Hama, au sud par la voie qui relie Ḫān Šayhūn à Fāmiya (Apamée), à l’ouest par le Rūǧ et le Ghāb.

266Au milieu de ces montagnes dans la région que l’on appelle souvent le Ǧabal al-Bāra, du nom de la principale ville, il subsiste de très nombreux vestiges de villes anciennes remontant surtout aux ve-viie siècles, peu d’entre elles jouèrent un rôle remarquable au xiie siècle. Lorsque les relations normales furent coupées avec l’Antiochène les maisons devinrent plus modestes car il n’y eut plus de bois de charpente ni de tuiles importées. Pour pallier à l’absence de bois on mit des plafonds faits de dalles de pierre de plus de quatre mètres.

267Région fertile couverte de cultures arbustives, parsemée de ruines antiques et de « villes mortes », le Ǧabal Zāwiya constituait un véritable réduit qui fut longtemps disputé entre Byzantins et Ḥamdānides, puis entre les princes francs d’Antioche et les maîtres musulmans d’Alep. C’est à Nūr ad-Dīn que revint le mérite de faire sortir définitivement ce massif montagneux du contrôle des Francs.

268L’importance du Ǧabal Zāwiya tenait au fait que la route d’Alep à Hama longeait son flanc oriental sur plusieurs kilomètres à la hauteur de Ma’arrat an-Nu’mān. Celui qui en était maître contrôlait la liaison entre le nord et le sud de la Syrie d’où le désir des premiers Croisés de s’emparer de Ma’arrat an-Nu’mān et l’acharnement des seigneurs d’Alep à repousser les Francs jusqu’à l’Oronte au-delà du Ǧabal Zāwiya. Cet acharnement provenait aussi du fait que les terres de cette région appartenaient à de riches alépins.

  • 292 Burǧ Hāb, THS, 175 (X, A, 2) ; SN, 157, 380 ; Tchalenko, ІІІ, 117. Non loin de Mohambel.

269Dans la partie septentrionale du Ǧabal Zāwiya, au sud du Ǧazr, s’étendaient des terres fertiles que l’on appelle souvent le Ǧabal Banī ‘Ulaym. A près de quinze kilomètres au nord d’Inab sur le versant occidental du massif montagneux se trouve le village de Hāb292, dont Nūr ad-Dīn s’empara en ǧumāda I 542/ octobre 1147. A l’extrémité sud de l’agglomération on retrouve des vestiges de murs désignés par les habitants par le terme d’al-Qaṣr : sans doute est-ce là l’emplacement de la forteresse médiévale.

  • 293 THS, X, A 2 ; Tchalenko, ІІІ, 122.

270De ce village une piste s’engage dans la montagne et passe à Kurïn293 où un certain nombre de stèles funéraires à caractères coufiques, datées de 536/1141 à 578/1182, indiquent la présence d’une population musulmane à l’époque de Nūr ad-Dīn.

  • 294 Baedeker, 369 ; THS, 207 ; SN, 157, 380 ; Tchalenko, ІІІ, 121.
  • 295 Le Str., Pal., 470.

271Poursuivant le chemin vers le sud-est on arrive au village de Kafarlātā, au sommet du Ǧabal al-Arba’īn, à 850 m. d’altitude, entouré de jardins, au milieu des bois d’oliviers294. Le village moderne de Rīhā se trouve à trois kilomètres au nord-ouest. Nūr ad-Dīn le conquit en novembre 1147/ǧumādā II 542 ; peut-être les vestiges de l’enceinte médiévale remontent-ils à cette époque où la population était ismā’īlienne295, peut-être est-ce la raison pour laquelle les trois mosquées existantes ne sont que de construction ayyoubide.

  • 296 Le Str., Pal., 436 ; THS, 186 sq. ; SN, 157 ; Tchalenko, III, 118.

272Dans la partie nord-est du Ǧabal Zāwiya il convient enfin de signaler entre Hāb et Sarmīn, non loin de l’actuelle Idlib, la forteresse médiévale de Dānīt qui se dressait à l’est du village actuel296. La plaine voisine fut à plusieurs reprises le théâtre de batailles acharnées entre Francs et Musulmans au vie/xiie siècle.

  • 297 SN, 162.
  • 298 THS, 167, 176.
  • 299 GB, Syrie, 280 ; SN, 162 sq. ; Tchalenko, 113.

273La zone centrale du Ǧabal as-Summāq est souvent appelée le Ǧabal al-Bāra du nom de l’importante métropole byzantine qui en occupa le cœur. Nous avons dans cette région de hauts plateaux calcaires une succession de petites plaines fertiles qui jalonnent la voie qui rehe l’Oronte à la route d’Alep. Pour qui venait de l’Oronte l’accès du Rūǧ était défendu, au sud d’Inab, par deux petites places fortes : Arnība et ‘Allārūz. La première s’appelle aujourd’hui Ernebe, il y subsiste sur une éminence au sud-ouest du village les restes d’une forteresse médiévale297. La seconde se trouve légèrement plus au sud et a été identifiée par René Dussaud à la Rusa ou Roussa des Croisés298. On peut voir d’importants vestiges encore inexplorés de la forteresse médiévale que l’on désigne de nos jours sous le nom d’al-Qaṣr299.

  • 300 Van Berchem, Voyage, 196-201 ; Le Str., Pal., 420 (brève mention) ; THS, 176, 181 ; SN, 177, 192 ; (...)

274A sept kilomètres à l’est de ‘Allārūz se trouvait al-Bāra qui est le nom antique et médiéval du champs de ruines le plus étendu de la Haute Syrie300 ; de nos jours ce site qui renferme de nombreux vestiges médiévaux encore inexplorés porte le nom d’al-Kafr.

275Dans la première moitié du ve/xie siècle cette place se trouvait à la limite de l’Empire byzantin, jusqu’à la fin du xie siècle la population chrétienne est importante bien que l’islamisation soit antérieure à la chute de la province byzantine d’Antioche, la population musulmane, surtout chiite, s’accrut rapidement dans les premières années du vie/xiie siècle. La dédicace de la mosquée bâtie en pierres antiques remployées date de 497/1103-04. La garnison franque ne se sentant plus en sécurité évacua la place. Al-Bāra est alors une bourgade populeuse où vivent, ainsi qu’en témoignent les épitaphes funéraires de ses cimetières, trois communautés : une musulmane, une juive, une chrétienne.

276La richesse du sol, la présence des sources et la situation de la ville dans une cuvette entourée de collines où se trouvait un nœud de communications expliquent la fortune d’al-Bāra. Là se croisaient la route qui du nord au sud joignait Kafarlāṯā à Fāmiya et la voie qui à travers la montagne reliait la vallée de l’Oronte aux plaines de l’est.

  • 301 Littmann, art. Abū Safyīn, ЕІ2, I, 150.
  • 302 Un relevé permettrait de voir s’il ne s’agit pas d’un ouvrage byzantin
  • 303 THS, X, A 3.
  • 304 Le Str., 421 ; THS, 199, n. 5 ; SN, 157, 176 ; Tchalenko, ІІІ, 117.

277Le fait de se trouver au centre même du massif et à la limite des terres musulmanes et chrétiennes au début des Croisades donna de l’importance à al-Bāra. Cette importance est soulignée par le nombre et l’ampleur de ses fortifications. Objet de convoitise, la place fut prise et reprise par les Francs et les Musulmans jusqu’à ce que Nūr ad-Dīn l’ait définitivement occupée en rabī’ II 543/ septembre 1148. Al-Bāra apparaissait alors comme un véritable camp retranché. Au nord de la ville l’accès du défilé était bien défendu : de part et d’autre du ravin, le wādī al-Ǧawz, que longe la route, s’élevaient deux ouvrages, à l’ouest al-Ḥiṣn dont il subsiste un quadrilatère avec deux tours en ruine, à l’est la forteresse Qal’at Abī Safyān dont le nom rappelle un roi légendaire du pays à la conquête musulmane301. Ce château dont les blocs antiques délimitent une enceinte trapézoïdale avait un puissant donjon de forme barlongue, flanqué de deux tours. Ce serait, d’après van Berchem, une œuvre arabe prélatine302. La défense d’al-Bāra était assurée à quelques kilomètres au nord-est par la forteresse de Bāsarfūṯ Cette place, déjà en ruines au xive siècle, a été localisée dans la région du village actuel de Šinān303, où des vestiges de fortifications pourraient être identifiés avec Bāsarfūṯ que les chroniques médiévales signalent dans la partie orientale du Ǧabal Banī ‘Ulaym. Nūr ad-Dīn l’occupa en même temps que Hāb en ǧumādā I 542/octobre 1147304. L’agglomération urbaine antique d’al-Bāra elle-même n’était pas resserrée dans des remparts.

  • 305 Van Berchem, Voyage, I, 195 ; THS, 181 ; GB, Syrie, 156.

278L’accès méridional de l’agglomération, la voie vers Apamée, était gardée par les villages de Muǧlaya et Btirsa305 tous deux englobés aujourd’hui dans le vaste ensemble désigné sous le nom d’al-Kafr.

279A l’abri de ces fortifications une activité agricole et commerciale a pu se maintenir sous Nūr ad-Dīn, puis la région a dépéri et la fortune d’al-Bāra échut à Ma’arrat an-Nu’mān à quinze km. plus à l’est.

  • 306 Van Berchem, Voyage, I, 200 ; Baedeker, 368 ; THS, 210, 238 ; GB, 155 ; J. Sourdel-Thomine, Notes (...)

280A huit kilomètres au sud-est d’al-Bāra dans une région montagneuse sur la route qui mène à Ma’arrat an-Nu’mān on trouve des ruines connues sous le nom de Ḫirbat al-Ḥās. Un peu plus loin le village de Ḥās reste vivant. La population musulmane y était déjà nombreuse au début du ive/xe siècle, en effet l’une des mosquées porte une dédicace de 332/944, et une autre fut bâtie en 456/1064306.

  • 307 Le Str., Pal., 471 ; THS, 211 ; Canard, Ḥamd., 216 ; GB, Syrie, 155 ; SN, 162 ; Tchalenko, III, 12 (...)

281Plus à l’est on arrivait aux défenses avancées de Ma’arrat à Hiṣn Hunaq et Kafr Rūmā307. Ces deux forteresses avaient été ruinées en 209/824 par ‘Abd Allāh b. Ṭāhir deux ans après la révolte de Naṣr b. Šabāṭ contre le calife al-Ma’mūn. Elles durent être remises en état car Lu’lu’ as-Sayfī vint d’Alep en 393/1003 pour les démanteler. Deux monuments existaient à Kafr Rūmā à l’époque de Nūr ad-Dīn, une mosquée au plan archaïque avec remplois antiques et un curieux pont sans emploi d’arches avec des dalles de pierre de 4 m. 25 de long posées sur dix piles.

  • 308 Le Str., Pal., 495-497 ; van Berchem, Voyage, 201-203 ; THS, 188 sq. (Х, В 3) ; Canard, Ḥamd, 215- (...)

282Enfin lorsque l’on parvient à la lisière orientale du Ǧabal Zāwiya, on aperçoit dans une plaine monotone mais bien cultivée un tell important au sud duquel se détache la silhouette d’un minaret carré, c’est Ma’arrat an-Nu’mān308. La haute éminence qui la domine au nord-ouest servait d’assiette à une citadelle de plan circulaire, la Qal’a aujourd’hui disparue. La ville est comme au Moyen Age entourée de jardins, la terre est fertile aux environs et figuiers, pistachiers, oliviers et vignes sont les principales cultures, elles se pratiquaient sans irrigation, l’eau de pluie était suffisante pour l’agriculture mais des puits fournissaient l’appoint en cas de nécessité. La ville natale du poète Abū l-’Alā, d’après certains auteurs, devait son surnom à un compagnon du Prophète : Nu’mān b. Bašīr, qui gouverna la région sous le calife Mu’āwiya. En 439/1047 le voyageur Nāṣir-i-Ḫusraw admire l’enceinte en pierre et souligne l’activité des souks de Ma’arrat. Les Francs occupèrent la ville en muharram 492/décembre 1098, les maisons furent pillées, les mosquées détruites et les jardins dévastés, une garnison franque y fut installée mais l’éloignement de ses bases et le réveil de l’Islam l’obligèrent à évacuer la place dans les premières années du vie/xiie siècle. En 531/1137, Zengî occupe Ma’arrat an-Nu’mān et rend, en se référant à l’ancien registre du harāǧ, à leurs anciens propriétaires musulmans les terres arables dont ils avaient été spoliés par les Francs.

  • 309 Tchalenko, І, 97-99.
  • 310 N. Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, n° 17, p. 33.

283A l’époque de Nūr ad-Dīn, il existait au milieu de la ville un important édifice : la Grande Mosquée bâtie sur le plan classique ; au ve/xie siècle on y accédait de toutes parts par treize marches qui aboutissaient au terre plein sur lequel s’élevait au vie siècle une grande église qui elle-même, suivant la loi de la permanence des lieux de culte, avait dû succéder au grand temple de l’antique Arra309. Le minaret, que Herzfeld attribue à Nūr ad-Dīn, rappelle par sa silhouette et son décor celui de la grande mosquée d’Alep310. Certaines traditions attribuent à Nūr ad-Dīn la construction d’une madrasa dans cette ville mais nous n’en avons trouvé aucune confirmation chez les auteurs médiévaux.

  • 311 THS, 189.

284De tous temps enjeu de nombreuses luttes, Ma‘arrat an-Nu‘mān constitue à l’époque de Nūr ad-Dīn le poste avancé de Hama vers le nord. « C’était, dit Dussaud, la clé de Hama »311.

  • 312 THS, 184-185 ; Sourdel, AAS, VI, 1953, 83 ; Harawī, Guide, 15-16 ; Sauvaget, Poste, 90 (voir).
  • 313 Le Str., Pal., 35, 473 ; THS, 178, 187 ; Canard, Ḥamd., 210 ; Mouterde, Syria, Х, 1929, 126-129 ; (...)
  • 314 Sauvaget, Poste, 90, n. 343.

285Au sud d’une ligne qui irait de Ma‘arrat à l’Oronte la nature du Ǧabal Zāwiya change. Nous avons un plateau aux vastes ondulations qui peu à peu descendent vers le sud et l’est. Sur la route qui mène à Hama nous rencontrons au village de Dayr Naqīra la tombe du calife ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz qui fut au xiie et xiiie siècle un lieu de pèlerinage fréquenté312 ; de son éminence on distinguait très bien dans la plaine aride et déserte l’actuel Hān Šayhūn et les ruines de Kafarṭāb. Ces ruines sont situées à quatre kilomètres au nord-ouest de Ḫān Šayhūn, ce dernier occupe un tertre où l’on trouve des vestiges d’installation urbaine remontant au iie millénaire313. Il ne semble pas douteux que la ville ait joué un certain rôle aux époques antique et médiévale car de là partait une voie romaine vers Apamée-Fāmiya et c’est pourquoi Sauvaget refuse de voir dans les ruines de l’actuel Kafartāb la forteresse disputée depuis les Hamdānides et propose d’identifier le Kafarṭāb des Croisades à Hān Šayhūn actuel314.

286En 509/1106, Kafarṭāb qui était entouré d’une enceinte et d’un fossé, fut occupé par les Francs. Ceux-ci pour accroître les défenses transformèrent la mosquée de la ville en fortin. Elle fut reprise par Zengī en 529/1135 ; du temps de Nūr ad-Dīn cette petite ville, qui exportait ses poteries, fut sévèrement éprouvée par le tremblement de terre de l’été 552/1157. L’intérêt stratégique de Kafar Ṭāb tenait à ce que cette place contrôlait la route qui joignait Ma’arrat à Šayzar et constituait une ville-étape à égale distance de chacune des deux autres.

  • 315 Van Berchem, Voyage, 188-194 ; Le Str., Pal., 380-384 ; THS, 197-199 ; SN, 163 ; Canard, Ḥamd., 21 (...)
  • 316 Van Berchem, Voyage, 54-57 ; Baedeker, 367, route 45. Les deux itinéraires donnés sont différents.

287La limite méridionale du Ǧabal Zāwiya dans la vallée de l’Oronte se trouvait à Fāmiya, qui de nos jours s’appelle Qal’at al-Mudīq315. Deux routes y aboutissent en venant de l’est, l’une vient d’al-Bāra316 et l’autre de Kafar Ṭāb. Fāmiya, l’antique Apamée, était située sur la rive droite de l’Oronte au contact du Ghāb et du plateau qui, à l’est, était couvert de pierres et de maigres cultures. Ce n’était plus au Moyen Age qu’une bourgade occupant l’ancienne acropole, qui, si elle conservait de nombreux vestiges romains, n’en fut pas moins réduite à se réfugier dans l’enceinte de la citadelle. Celle-ci construite sur le rocher surveille le plateau et domine la vallée, à ses pieds s’étendait un vaste lac fort poissonneux et giboyeux. Le château, qui ne reçut que tardivement son nom de Qal’at al-Mudīq, était de construction arabe ancienne ; il fut profondément remanié sous les Ayyoubides mais il est certain que Nūr ad-Dīn qui s’en empara le 18 rabī‘ I 544/26 juillet 1149, après sa victoire d’Inab, y a fait exécuter des travaux après le tremblement de terre de 552/1157.

  • 317 Baedeker, 367.

288A l’ouest et au nord d’Apamée, la vallée de l’Oronte bordée par le Ǧabal Zāwiya et le Ǧabal Anṣarīya constitue le Ghāb. Ce fut dans l’Antiquité une riche prairie où les Séleucides avaient installés leurs haras ; au début du vingtième siècle il y avait là encore de grasses prairies317 mais à une date récente ce n’était plus qu’une zone marécageuse et insalubre à laquelle des travaux d’aménagement rendent progressivement sa fertilité et sa salubrité. Au Moyen Age la région était prospère et l’ancien système de drainage subsistait, une voie d’origine romaine joignait Fāmiya à Lattaquié en passant par Kašfahān (Ǧisr aš-Šuģr).

289Une voie romaine depuis l’Antiquité reliait Antioche à Apa-mée, elle remontait la vallée de l’Oronte en suivant le flanc occidental du Ǧabal Banī ‘Ulaym, passait par Qasṭun d’où un embranchement permettait de gagner par la montagne Ma‘arrat an-Nu‘mān, puis traversait le Ghāb dans sa longueur et arrivait à Fāmiya qui ne s’appelait pas encore Qal’at al-Mudīq.

  • 318 THS, 162.
  • 319 THS, 152 ; GB, Syrie, 274 ; Canard, Ḥamd., 215 ; SN, 164 ; J. Sourdel-Thomine, EI2, I, 1105 ; G. S (...)

290Sur la rive gauche abrupte et raide, le long du Ǧabal Anṣarîya, deux forteresses franques montaient la garde dans le nord du Ghāb face au domaine de Nūr ad-Dīn : Sarmanīya qui sera rasée par Saladin318 et Barzūya ou Bourzey. Cette dernière était une forteresse importante dès l’époque romaine ; après avoir appartenu aux Byzantins elle tomba aux mains des Ḥamdānides puis, à l’époque des Croisades, elle constitua une solide défense franque. Construite à trois cents mètres au-dessus de la plaine, à l’écart des routes, sur un piton très raide Barzūya occupe une plate-forme rectangulaire au sommet d’un rocher ; sa force lui venait de ce qu’elle était pratiquement inaccessible aux machines de guerre ; Saladin toutefois devait réussir à s’en emparer en 584/1188319.

  • 320 THS, 169-170 ; GB, Syrie, 280 ; Canard, Ḥamd., 215 ; SN, 161.

291En face de Bourzey, sur la rive droite, la route de Fāmiya vers Antioche sort du Ghāb, à la hauteur de la forteresse de Qasṭūn, qui occupait un grand tell à l’ouest de la route actuelle320. L’importance de cette ancienne place byzantine que les Croisés appelaient Gaston tenait au fait qu’elle commandait la voie nord-sud et un embranchement vers Ma’arrat an-Nu’mān à travers le Ǧabal Zāwiya.

C. LA RÉGION DE HAMA

292Nous limiterons cette région au nord à Ḫān Šayḫūn, à l’est à Salamīya, au sud à Rastan et vers l’ouest à Šayzar et aux contreforts du Ǧabal Nusayrī.

  • 321 Buǧiyat, fo 227 ; Zubda, 71 ; van Berchem, Voyage, 173-177 ; Le Str., Pal., 357-360 ; G. Dem., Syr (...)

293Hama est située à trois cents mètres d’altitude dans la vallée que l’Oronte a creusée dans le plateau, elle forme, comme Damas, une véritable oasis au milieu des plaines dénudées qui l’entourent. La ville est célèbre depuis le Moyen Age pour ses nombreuses norias qui, nuit et jour, mues par le courant, font entendre leurs grincements et leurs soupirs tandis qu’elles déversent dans des aqueducs l’eau qui ira irriguer les fameux jardins des bords de l’Oronte321. L’installation humaine, en ce point où la route du nord au sud traverse l’Oronte, est fort ancienne : au deuxième millénaire avant notre ère Hama était la ville la plus méridionale de l’empire hittite. A l’époque hellénistique elle s’appela Épiphanie, puis devint un centre important du culte chrétien et le resta longtemps après la conquête arabe de l’an 17/639. Sa renommée prit un nouvel essor sous les Zenguides à qui elle servit de base de regroupement des troupes face aux Ismā’īliens et aux Francs dont les châteaux étaient fort nombreux entre l’Oronte et la côte méditerranéenne. La ville, qui reçut une forte garnison musulmane, avait été prise par Zengî en 529/1135 aux Būrīdes de Damas. Hama passa ensuite au pouvoir de Nūr ad-Dīn, puis à celui de son fils Ismā’īl à qui Saladin l’enlèvera en 572/1176-1177, elle sera dès lors le siège d’une principauté ayyoubide qu’illustrera le géographe Abū’1-Fidā.

294La ville, qui donna son nom au terrible tremblement de terre de 552/1157 dont elle fut l’épicentre, vit bon nombre de ses monuments restaurés par Nūr ad-Dīn. Le quartier principal aux maisons bâties en pierre jaune ou ocre foncé avec emploi de basalte se trouvait sur la rive gauche de l’Oronte. Là s’élevait au nord-ouest, à un coude du fleuve, la citadelle sur une butte de forme tron-cônique que protégeait un glacis d’appareil. Cet ouvrage remontait à l’époque hittite, Nūr ad-Dīn en releva les défenses après le grand séisme mais il fut rasé par Timur Lenk et il ne subsiste de nos jours que l’éminence d’où l’on aperçoit au loin vers le nord la colline à deux sommets connu sous le nom de Ǧabal dū’l-Qarnayn.

295Au pied de la citadelle, au sud, se dresse encore aujourd’hui une petite mosquée avec une coupole à côtes, le qubbat al-Ḥasanayn, elle fut reconstruite par Nūr ad-Dīn après le tremblement de terre de 552.

296A l’est de la citadelle au milieu du quartier des souks se trouve la Grande Mosquée qu’avaient précédés un temple païen et une église chrétienne comme à Alep, Ba’albakk, Ḥimṣ, Damas et Jérusalem. Le minaret quadrangulaire qui se trouve à l’est du sanctuaire existait sans doute du temps de Nūr ad-Dīn tandis que le minaret du nord ne sera construit que plus tard au xve siècle. La cour est bordée de portiques ; dans un angle se dresse la Qubbat al-Ḫazna, le Bayt al-māl, c’est un édicule octogonal sur huit colonnes corinthiennes de remploi qui, comme à Damas et Ḥimṣ, conservait aux premiers temps de l’Islam le trésor de la communauté. Ces édicules sont une tradition purement syrienne : nous n’en trouvons pas ailleurs qu’à Damas, Hama et Ḥimṣ, peut-être est-ce là une survivance de quelques traditions locales. Comme pour les autres édifices Nūr ad-Dīn effectua des travaux de restauration en 552.

297Après 550, Nūr ad-Dīn fit construire une madrasa chaféite pour le célèbre cheikh Ibn Abī ‘Aṣrūn. Quelques années plus tard le souverain zenguide fit construire une mosquée, le Ǧāmi’ Nūrī sur le bord de l’Oronte, de nos jours il ne reste de l’édifice primitif, bâti en basalte noir et en calcaire blanc, que les côtés est et nord, le mur extérieur nord, trois coupoles du portique oriental et la base du minaret. On voit encore à l’intérieur des vestiges du minbar en bois et de la sedde datée de 559/1164.

  • 322 Buġiyat, fo 223 ; Usāma В. MunqiḎ, éd. et trad. Derenbourg ; Le Str., Pal., 533 ; van Berchem, Voy (...)

298Au nord-ouest de Hama, en aval sur la rive gauche de l’Oronte se trouve, à une journée de marche, le château de Šayzar. C’était un point de passage important : en effet une route en partait vers Kafarṭāb en direction du nord-est, à travers les vallonnements du Ǧabal Zāwiya, une autre venant de Hama franchissait là, sur un pont de dix arches, l’Oronte qu’elle descendait par la rive droite jusqu’à Tell Kašfahān en passant par Apamée. De nos jours, laissée à l’écart des grandes voies de communications, cette place n’attire guère les voyageurs322.

299Šayzar, l’antique Sizara, qui fut Larissa à l’époque séleucide, est citée dans des vers d’Imrul Qays, mais nous en connaissons la vie au Moyen Age surtout grâce aux mentions que Usāma b. Munqid fait de sa ville natale dans son autobiographie. Cette place fut, au ive/xe siècle, l’enjeu des luttes entre Byzantins, Ḥamdānides et Fatimides, puis en 1025 la région passa aux mains des Banū Munqid, mais ceux-ci ne parvinrent pas à s’emparer du château avant 1081.

  • 323 Voir plus haut, 208.

300Il faut distinguer deux parties à Šayzar : d’une part la forteresse et la ville haute (balad) et d’autre part la ville basse (madīna) dont le hameau actuel est le témoin. Le château, bâti sur un éperon rocheux, à un coude de l’Oronte, rappelle la disposition de Šuģr Bakās323.

  • 324 Aujourd’hui les maisons de la ville haute sont pratiquement toutes abandonnées.

301L’assiette est une étroite arête de 450 m. de long et 50 m. de large, dirigée du nord au sud, que l’on appelle la crête de coq : ‘urf ad-dik. Un glacis d’appareil, encore très visible au nord, protégeait cette assiette. A l’est la courtine domine la gorge encaissée de l’Oronte par un à pic de 40 à 50 mètres environ. Au sud la crête a été isolée du plateau par un profond et large fossé taillé par l’homme, c’est à cet endroit qu’a été construit le donjon de plan rectangulaire avec des blocs à refends et bossage. A l’ouest la muraille domine la dépression par laquelle passe la route de Hama à Apamée. A l’intérieur de l’enceinte une voie unique bordée de maisons relie le saillant de l’entrée au donjon, un aqueduc amenait l’eau à la population de la ville haute324.

  • 325 Voir plus bas, deuxième partie.

302Après le violent séisme de 552/1157, qui coûta la vie à la presque totalité de la famille des Banū Munqid325 Nūr ad-Dīn s’empara de Sayzar dont les Ismā’īliens et les Francs se disputaient les ruines, il remit la place en état et la confia à Maǧd ad-Dīn Abū Bakr Ibn ad-Dāya. Il devait encore faire exécuter de nouveaux travaux après le tremblement de terre du 12 šawwāl 565/29 juin 1170. Maǧd ad-Dīn mourut cette année-là et le château passa à son frère Šams ad-Dīn ‘Alī ; il devait rester aux mains de cette famille sous les Ayyoubides. A aucun moment Šayzar n’appartint aux Croisés et l’enceinte du château trahit, d’après Max van Berchem, la main-d’œuvre arabe qui se reconnaît à la mince courtine, aux tours carrées à faibles saillies, à l’appareil piqué de fûts de colonnes en parpaing. Le saillant massif et le donjon sont caractérisés par des blocs à refends et à bossage qui sont sans doute de la période de Nūr ad-Dīn, ailleurs on voit les parties remaniées au viie/xiiie par Baybars et Qalāwūn.

303La ville basse que Usāma appelle madina se trouve sur la rive gauche de l’Oronte qu’un pont de pierre à plusieurs arches, le Gisr Banū Munqid, permet de franchir en biais. Jadis l’agglomération était entourée d’une enceinte en briques crues, défense plus efficace contre des pillards ou des fauves que contre une armée ennemie. Tout autour le sol, tantôt rouge ou tantôt ocre foncé, est fertile, les récoltes de céréales étaient bonnes aussi bien dans les vallonnements qui s’étendaient à l’ouest de Šayzar, que sur le plateau oriental. De nombreuses norias, dont quelques-unes subsistent de nos jours, permettaient l’irrigation des champs et des vergers particulièrement riches en grenadiers ; la prospérité agricole des environs de Šayzar lui assurait une vie indépendante sur le plan économique.

  • 326 GB, Syrie, 258.

304En aval de Šayzar, à une quinzaine de kilomètres vers l’ouest, il existait un pont romain, le Ǧisr ‘Ašārīn où passait la route de Ma-ṣyāf vers le nord, il permettait de franchir l’Oronte sans passer par Šayzar326. Ce pont aujourd’hui disparu et remplacé par le barrage d’Acharné était le dernier sur le fleuve avant Tell Kašfahān.

  • 327 THS, 145 et n. 5, 147 ; GB, 257 ; Dunand, Amanus, 66, photo aérienne.
  • 328 THS (145, 147) identifie Ḥiṣn aš-Šarqī avec Kharība ; GB, 257 ; SN, 175. Le problème de la localis (...)

305En face de Šayzar sur la rive gauche, sur un des contreforts du Ǧabal Nusayrī se trouve Abū Qubays327. Abū Qubays était la principale forteresse en amont du Ghāb, elle permettait aux Ismā’ī-liens de surveiller les mouvements qui s’effectuaient de Šayzar vers le nord. Nous savons aussi qu’une autre citadelle se trouvait non loin d’Abū Qubays : Hiṣn al-Ḫarība d’où l’on surveillait aussi Šayzar du haut d’un piton difficilement accessible. Des textes mentionnent d’autre part dans la région : Hiṣn aš-Šarqī « le château oriental ». Claude Cahen propose de situer Ḫarība à côté d’Abū Qubays, suivant en cela Dussaud, et Hiṣn aš-Šarqī à côté de Maṣyāf plus au sud328. A l’époque de Nūr ad-Dīn cette région à l’ouest de l’Oronte était aux mains des Ismā’īliens.

  • 329 Le Str., Pal., 420 ; G. Dem., Syrie, 108 ; THS, 98, 147, 193 ; GB, 258 ; SN, 134, 358 ; Elisséeff, (...)

306Au sud-est de Hama et au sud de Šayzar dans une région vallonnée et fertile les Francs avaient bâti dès leur arrivée deux châteaux : Bārīn et Rafanīya qui contrôlaient tous les mouvements qui pouvaient se faire depuis Hama et protégeaient contre les Musulmans, sur le flanc septentrional, la trouée de Tripoli. Les deux places constituaient des avants-postes francs329. Après avoir attaqué plusieurs fois Bārïn en vain, Zengī finit par prendre cette place en 531/1137 et la donna l’année suivante en apanage à Mu’īn ad-Dīn Anar en échange de Himṣ. A la mort de l’atabeg de Damas, Bārīn revint au domaine zenguide. Bārīn, que Nūr ad-Dīn répara après les deux tremblements de terre de 552 et de 565, était devenu comme Rafanīya un avant-poste musulman surveillant la trouée de Himṣ et empêchant des tentatives franques contre la région de Hama.

  • 330 Van Berchem, Voyage, 167-173 ; Le Str., Pal., 528 ; GB, 129 ; Kramer, EI, IV, 96-98 ; Canard, Ḥamd (...)

307A une journée de marche au sud-est de Hama en bordure du désert et à une distance légèrement supérieure de Himṣ, les vestiges de maisons en basalte rappellent la splendeur passée du gros bourg qu’est aujourd’hui Salamīya330. Peut-être est-ce un ancien castrum du Limes dont on retrouverait la trace dans le plan carré de la remarquable citadelle. Cet ouvrage défensif est bâti en pierre de moyen appareil avec des fûts de colonnes en parpaing et renforcé par huit tours carrées, la sortie s’effectue par une chicane qui ouvre sur la gauche d’une tour.

  • 331 Zubda, 62, rapporte que l’on y vénérait la tombe du calife ‘Alī b. Abī Ṭālib.

308L’actuelle mosquée principale, le Ǧāmi’ Ismā’īl, est un très ancien sanctuaire-mausolée déjà restauré en 481/1088 ainsi qu’en fait foi un linteau à inscription coufique ; près de la citadelle est situé un hammam qui remonte à une époque fort reculée et qui mériterait d’être relevé. Centre important du chiisme331, berceau de la propagande ismā’īlienne dès la fin du iie/ixe siècle, lieu de naissance du mahdī fāṭimide ‘Ubaydallāh, Salamïya ne semble pas avoir joué de rôle politique à l’époque de Nūr ad-Dīn, elle partageait alors le destin politique de Ḥimṣ. Dans les prairies de Salamīya, sur le plateau volcanique, avaient lieu périodiquement des rassemblements de bédouins parmi lesquels les Zenguides trouvèrent plus d’une fois des auxiliaires précieux pour leurs campagnes.

  • 332 Le Str., Pal., 358 ; THS, 182 ; G. Dem., Syrie, 108 ; GB, 121 ; Canard, Ḥamd., 207 ; Dunand, Amanu (...)
  • 333 THS, 512.

309Au sud de Hama à mi-chemin de Ḥimṣ, la route descendait vers un pont ancien en pierre pour franchir l’Oronte au pied d’une haute falaise sur laquelle est bâtie Rastan332. Ce site remarquable sur la rive droite du fleuve fut, avant de devenir l’Aréthuse de l’époque hellénistique, un centre hittite dont on trouve de nombreux vestiges dans la région333. Un barrage antique situé en aval permettait l’irrigation sur le plateau de la rive gauche de l’Oronte, il a été récemment remplacé par un ouvrage moderne fort important. Après avoir franchi l’Oronte la route remonte sur la rive gauche et retrouve le plateau.

D. LA PROVINCE DE HIMŞ

310Le ǧund de Himṣ comprenait à l’origine le territoire de la Syrie du Nord, puis sous le règne de Yazīd on en détacha la région septentrionale pour en faire le ǧund de Qinnasrîn. Au cours des siècles les limites du ǧund, limites administratives, ont varié, aussi circonscrirons-nous la région de Himṣ au nord à Rastan sur l’Oronte, à l’est à la Palmyrène, au sud au village de Ǧūsīya al-Ǧadīd enfin à l’ouest à la zone où se trouvent les châteaux occupés par les Croisés.

  • 334 Idrīsī, apud Le Str., Pal., 353-357 ; Ibn Ǧubayr (trad. franç.), III, 248 sq. ; Zubda, 62 ; Van Be (...)

311Située au milieu d’une vaste plaine cultivée, limitée par les steppes désertiques à l’est et des massifs volcaniques à l’ouest, Himṣ se localise de loin grâce à la silhouette d’un grand tell couronné par la citadelle334. Placée à l’entrée d’une dépression entre les Monts Liban et le Ǧabal Anṣarîya, Himṣ bénéficie d’un climat soumis à l’influence marine, ses ressources en eau créent des conditions favorables à une économie rurale variée. Grâce aux ressources hydrauliques que procurent l’Oronte dont une digue, remontant au iie millénaire, régularise le débit et à un canal parallèle à la rive droite, qui date des temps les plus reculés, une activité agricole et pastorale a pu se développer sur des sols fertiles composés d’alluvions et de coulées basaltiques désagrégées. Au vie/xiie siècle les terrains situés à l’est de la ville étaient irrigués par une conduite d’eau venant de Salamīya, enfin l’eau potable arrivait des sources de Ǧūsīya au sud-est de Himṣ. La ville, avec ses vergers et ses cultures maraîchères, cernée à l’est par une zone productrice de céréales où dominaient l’orge et le blé, et bordée à l’ouest par les vignes du basaltique Wa‘r, constituait, bien avant l’époque qui nous intéresse, la plus grande tache de verdure de la vallée de l’Oronte. Depuis l’Antiquité et jusqu’à nos jours, Himṣ joue un rôle très remarquable dans l’économie rurale syrienne car elle n’a jamais cessé, malgré les vicissitudes politiques, d’être la capitale d’une région agricole particulièrement riche en céréales et un carrefour de routes important.

312Parmi les principales ressources de Himṣ au Moyen Age figuraient le blé et l’orge, ainsi qu’en témoignent les nombreux vestiges d’anciens moulins à eau, et le sésame qui alimentait les pressoirs à huile encore actifs de nos jours. Aussitôt le grain emporté vers les greniers, les troupeaux venaient paître le chaume. Sans doute, l’olivier subsistait dans la campagne, encore que nous ne sachions pas à quelle époque a disparu cet arbre et ont été abandonnés les innombrables meules anciennes.

313Himṣ fut aussi un grand producteur de raisin, il y avait des vignes dans les basaltes du Wa’r et sur le plateau oriental au-delà de la zone maraîchère. La viticulture ne posait pas de problème, sulfatage et souffrage étaient inconnus, les ceps n’étaient pas échalassés et les branches, comme de nos jours encore en Syrie, rampaient sur le sol. On produisait du raisin sec et du dibs (raisiné) et l’on fabriquait même du vin qui fut chanté par le poète al-Aḫṭal. Enfin l’industrie textile jouait un grand rôle dans l’économie, tissage et filature de la soie remontaient à l’occupation byzantine des ve et vie siècles et les mûriers en quantité nourrissaient le précieux ver à soie encore à l’époque de Nūr ad-Dīn.

314Marché avec le désert dont elle recueillait les produits agricoles et à qui elle fournissait les articles manufacturés, carrefour d’empire, Himṣ fut l’enjeu des rivalités arabo-byzantines du ive/xe siècle puis soumise aux pressions d’Alep et de Damas, car au seuil d’une trouée vers la mer, elle contrôlait le passage le plus aisé du golfe Persique à la Méditerranée par le désert palmyrénien. Après la prise de Tripoli et l’occupation de la côte par les Croisés, Himṣ ne perdit qu’une partie de son importance. En effet, sous le règne de Ẓāhir ad-Dīn Tuģtakīn atabeg de Damas, Himṣ devient un vaste camp de rassemblement contre les Francs ; dès 524/1129, Zengī, le souverain d’Alep, chercha à s’en emparer non seulement pour avoir un solide point d’appui contre les Croisés mais aussi pour priver Damas d’un précieux centre de ravitaillement en céréales. Finalement le souverain d’Alep obtint Ḥimṣ en dot en 532/1138, lorsqu’il épousa Safwat al-Mulk. Sous le règne de Nūr ad-Dīn, et surtout à partir de la deuxième Croisade, la ville devient un grand arsenal, et un dépôt de matériel lourd de siège à l’abri des surprises sur la rive droite de l’Oronte derrière le canal antique. Malgré plusieurs tentatives les Francs ne parvinrent jamais à occuper Himṣ. Ce fut aussi un centre de ravitaillement de l’armée et un point de ralliement pour les divers éléments qui composaient les troupes de Nūr ad-Dīn. En 559/1164 ce prince donna Himṣ en iqṭā’ à son amir isfahṣalar Asad ad-Dīn Šīrkūh avec autorité sur Tadmur et ar-Rahba sur l’Euphrate. Cette donation fut à l’origine de la fortune de la dynastie asadite qui devait régner un siècle environ sur Ḥimṣ et dont le rôle fut de tenir en respect les Francs qui ne manquaient pas de venir razzier le territoire musulman.

  • 335 Ce monument a été détruit en 1911.

315Himṣ était protégée par une enceinte rectangulaire dotée d’un fossé large et profond, cette muraille était bâtie en blocs de basalte et renforcée de tours rondes ou de saillants carrés, plusieurs portes permettaient de gagner la campagne. Ce sont, en partant de l’angle nord-est, Bāb Tadmur, Bāb ad-Durayd au sud, Bāb as-Sibā’ et Bāb at-Turkmān, sur la face occidentale Bāb al-Masdūd se présentait comme un ouvrage fortifié en gros appareil avec des remplois de fûts de colonne en parpaing, deux tours carrées trapues encadraient le passage, Bāb Hūd d’où partait la route vers l’Oronte, enfin sur la face nord Bāb as-Sūq proche de la Grande Mosquée. A l’angle sud-ouest de l’enceinte, dont le tracé rectangulaire trahit des travaux d’urbanisme romains, se dressait sur une éminence tronconique la citadelle au glacis appareillé en dalles. L’origine de cet ouvrage remonterait à l’époque hittite ou araméenne. Un monument pré-islamique s’élevait hors les murs, c’était le mausolée pyramidal de Samprigeranus, illustre prince de Himṣ au ier siècle de notre ère335.

  • 336 Cette coupole a disparu à une époque récente ainsi que toute la partie occidentale de la Mosquée.

316A l’intérieur de l’enceinte, des mosquées, comme celles d’Alp Takīn Bakǧur, d’Abū Lubāda, d’al-Fadā’il et al-’Umarī, possédaient toutes un minaret carré de même style en gros appareil à la base avec des remplois antiques puis, au fur et à mesure que l’on approchait du sommet, l’appareil diminuait. La grande mosquée, le Ǧāmi’ an-Nūrī, se dresse dans la partie septentrionale de la ville, au centre des souks. La continuité topique des sanctuaires permet de penser que cette Mosquée s’élève sur l’emplacement du grand temple du Soleil auquel succéda la cathédrale Saint-Jean dont la mosquée primitive occupa, dit-on, un temps le parvis, avant de prendre la place même de l’église. Le sanctuaire musulman est un vaste édifice de plan rectangulaire, avec un grand axe est-ouest. La salle de prière a deux travées couvertes de voûtes en arête, dans le miḥrāb central subsistent encore de nos jours des fragments de mosaïque dorée qui pourrait remonter aux travaux de Nūr ad-Dīn. Dans la cour se dressait une qubbat al-ḫazna, comme à Hama et à Damas, sur des colonnes antiques336.

317Dans les souks dallés au vie/xiie siècle on notait au marché des Orfèvres, le Ḥammam aṣ-Ṣaǧīr, qui nous semble être le plus ancien bain de la ville, le qayṣarlya où l’on vendait la soie devait se trouver à l’emplacement de l’actuel Hān al-Ḥarīr qui conserve des éléments d’un bâtiment ancien. Parmi les caravansérails de la ville, nous pensons que le Ḫān as-Sabil où séjourna Ibn Ǧubayr devait exister à l’époque de Nūr ad-Dīn. Enfin jusqu’en 580/1184-85 il n’y avait pas d’autre madrasa que celle que Nūr ad-Dīn y avait fait construire à l’intention du chaféite Ibn Abī ‘Aṣrūn.

  • 337 Harawī, Guide, 18-21.
  • 338 L’édifice actuel est de la fin de l’époque ottomane.
  • 339 Ce cimetière a été transformé en jardin public il y a quelques années seulement.

318Hors les murs existaient à l’époque de Nūr ad-Dīn un certain nombre de lieux de pèlerinage337 notamment le maqām de Ka’b al-Aḫbār, le célèbre traditionniste d’origine Israélite, la tombe de l’ascète Abū Darr, particulièrement vénéré par les Chiites, et le mausolée de Ḫālid b. al-Walīd. Ce mausolée s’élevait au nord de la ville non loin du palais que s’était fait construire l’omeyyade Hālid b. Yazīd b. Mu’āwiya. Sanctuaire modeste sous le règne de Nūr ad-Dīn, il devait voir sa renommée gagner en lustre sous les Ayyoubides338. Auprès de cette tombe vénérée il y avait un vaste cimetière musulman qui s’était superposé à un cimetière romain, ainsi qu’en témoignent les nombreux sarcophages qui y ont été mis au jour339.

a) LA PALMYRÈNE

319La région située à l’est de Himṣ comprend essentiellement la Palmyrène. C’est une région steppique et désertique que plisse une longue échine de calcaire orientée du sud-ouest au nord-est. Terre d’élection des nomades, des pasteurs, des caravaniers et des pillards, dotée de nombreux points d’eau la Palmyrène était traversée entre l’Oronte et l’Euphrate par de nombreuses pistes que suivaient aussi bien les caravanes que les troupeaux de nomades.

  • 340 Musil, Palmyrena, passim ; Starcky, Palmyre, 1952 ; Le Str., Pal., 540-542 ; THS, 247-270 ; Canard(...)

320Située au centre de cette région à la sortie d’un col d’où l’on embrasse vers l’Orient un grandiose paysage, Tadmur fut, tant dans l’Antiquité qu’au Moyen Age et même de nos jours, un important nœud de routes340. Trois voies gagnaient Palmyre de l’ouest, l’une de Fāmiya et de Haute Syrie, l’autre, la plus courte, de Ḥimṣ et une troisième de Damas. Vers le nord une route partait de Palmyre vers Ruṣāfa et Raqqa en traversant une dizaine de kilomètres de bandes brillantes de salines, un embranchement vers l’est permettait de gagner ainsi l’Euphrate à ar-Rahba ou Ṣāliḥīya.

321Palmyre, ou Tadmur, était connu déjà douze siècles avant notre ère à l’époque assyrienne et une légende reprise par les géographes arabes, et répandue par eux, faisait bâtir la cité aux nombreux édifices en pierre par des djinns aux ordres du roi Salomon fils de David. Centre d’une civilisation brillante, qui atteignit son plus vif éclat sous le règne de Zénobie, Palmyre se survécut à travers les siècles pour des raisons économiques. Quelles qu’aient été les vicissitudes politiques, Tadmur resta toujours une oasis alimentée par deux sources : l’une très abondante, sulfureuse, tiède mais potable sort d’un souterain et a permis depuis l’origine de l’installation humaine l’éclosion d’une activité agricole à l’est de la ville, il y a là une belle palmeraie, des oliveraies et des jardins où abonde le grenadier. L’autre source, située au nord de la Grande Colonnade, moins sulfureuse, alimente encore les habitants en eau potable.

  • 341 Muqaddasā, § 135, p. 165 ; Yāqūt, I, 828.

322La topographie médiévale de la ville et de ses environs immédiats, faute de documents sur cette époque, est bien incertaine. Nous savons par les voyageurs arabes qu’au vie/xiie siècle Tadmur était une ville florissante et un centre caravanier actif, mais les renseignements sur les monuments sont fort rares. Al-Muqaddasī signale que la ville est fortifiée341, ne serait-ce pas une allusion à l’enceinte à bastions dont Zénobie entoura la ville au iiie siècle, que Marwān II a démantelée en représailles de la révolte des Kalbites et qui fut plus tard relevée ? Nous ignorons s’il existait à l’époque de Nūr ad-Dīn un ouvrage important sur le piton situé au nord de la ville et que couronne actuellement un château dont on attribue la construction à l’émir druze Fahr ad-Dīn Ma‘an. Il n’est pas impossible qu’avant la construction du xvie siècle il y ait déjà eu un château fort à l’époque byzantine.

323Nous ne trouvons guère d’allusions aux tours funéraires à étages que nous voyons encore aujourd’hui à l’ouest de la ville dans la vallée des tombeaux et peu d’évocations de la Grande Colonnade qui au Moyen Age traversait comme aujourd’hui la ville antique d’est en ouest. Yāqūt, au début du viie/xiiie siècle, signale que les habitants vivent dans une citadelle entourée d’un mur de pierre avec une double porte et trois sanctuaires à l’intérieur, c’est le Temple de Bel dont la cour était fermée de quatre portiques et que Yūsuf b. Firūz avait, comme nous allons le voir, transformé en forteresse et qui devait rester habité jusqu’en 1929, date à laquelle le village fut évacué et transplanté au nord de la ville sur l’emplacement d’un camp romain.

324Point de jonction des routes de caravanes qui unissaient l’Orient à l’Occident et Damas à l’Euphrate, Tadmur, qui au début du vie/xiie siècle dépendit de Himṣ, fut convoité par les atabegs de Damas car le contrôle de ce point de passage était capital pour la vie économique de leur ville.

  • 342 Ibn al-Qalānasī, 214 ; L.T., Damas, 168.
  • 343 Sauvaget, Inscriptions du Temple de Bål, Syria, XII, 143. La date du n° 3056 du RCEA doit être cor (...)

325Tuġtakīn, l’atabeg de Damas, s’empara de Palmyre aux dépens de Ḥimṣ le 12 rabī‘ II 520/6 mai 1126 et la plaça sous l’autorité de Šihāb ad-Dīn Maḥmūd, son petit-fils342. En 529/ 1134, le chambellan Yūsuf b. Fīrūz qui avait des démêlés avec l’atabeg damascain chercha refuge à Palmyre. Mahmūd b. Būrī, qui trouvait que les plaisirs de la chasse dans le désert ne compensaient pas les rigueurs du climat qu’accentuent la neige en hiver et la chaleur torride en été, réussit à être relevé de sa charge de gouverneur. Yūsuf b. Fīrūz fut habilité à prendre le pouvoir à Palmyre où il entreprit de restaurer et de fortifier les défenses et d’amasser vivres et matériel. Il transforma le péribole du temple en une citadelle, transforma les propylées en bastion et fit une mosquée de la cella343. Un an plus tard, en rabī’ I 530/décembre 1135, Yūsuf s’installait à Ḥimṣ et livrait Palmyre à Humārīaš et aux descendants de Qirkḫān b. Qaraǧa. Palmyre finit par être incluse dans le domaine zenguide. Lorsque Nūr ad-Dīn eut assis son pouvoir et qu’il fut maître de Himṣ et de Damas, il contrôla Palmyre. En 559/1164, Nūr ad-Dīn l’inclut avec ar-Rahba et Himṣ dans l’iqṭā qu’il concéda à son émir Sīrkūh. Pendant près d’un siècle Palmyre devait rester au pouvoir de la dynastie asadite de Himṣ. Après le passage de Manģubirdī et des Mongols à la fin du viie/xiiie siècle la ville sombrera dans la désolation.

  • 344 A. de Boucheman, Une petite cité carovanière : Suḥné, PIFD, 1936 ; THS, 539.

326De Palmyre une piste mène encore de nos jours vers Raqqa sur l’Euphrate. On sort vers le nord, on longe un temps la falaise du Ǧabal Bišrī qu’on laisse à quelques kilomètres à gauche, la région est désertique semée de silex. Au bout d’une journée on arrive au point d’eau d’Arak où l’on trouve une petite palmeraie, puis à la fin d’une seconde journée on gagne Suhna où jaillit au pied d’un col une source d’eau sulfureuse qui permet d’irriguer une oasis de jardins et de palmiers344. Par la trouée d’aṭ-Ṭayyibé, où certains placent l’ancien ‘Urd, on gagne Ruṣāfa où l’on retrouve une piste venant de Hama, Salamīya et Qasṭal.

  • 345 Le Str., Pal., 521-523 ; THS, 251-255 ; Honigmann, EI, III, 1265 ; Musil, Palmyrena, 260, 299-325  (...)

327Ruṣāfa, l’ancienne Sergiopolis des Ghassanides, fut à l’origine un camp fortifié assyrien dans le désert à une étape au sud de l’Euphrate345. Toute construite en gypse, son éclat est visible de loin dans une zone plate où rien n’arrête l’œil avant l’horizon. La ville de Saint-Serge fut à l’époque byzantine un sanctuaire chrétien fréquenté, un centre de commerce actif et un lieu de rassemblement des bédouins. Si l’omeyade Hišām b. ‘Abd al-Malik y fit exécuter des travaux nous ne pensons pas, partageant l’opinion de Jean Sauvaget, qu’il en ait fait une résidence princière. En effet une cité entourée de murailles solides, avec de nombreux sanctuaires de pèlerinage et des édifices administratifs ne saurait convenir pour une bādi’a : on pourrait chercher cette résidence estivale plus à l’est à Qaṣr al-Ḥауr aš-Šarqī. Ruṣāfa ne vécut pas seulement des revenus du pèlerinage à Saint-Serge, elle fut tout au long du Moyen Age un centre commercial actif car les responsables de la cité payaient un tribut aux bédouins pour que ceux-ci ne gênent pas le trafic caravanier, qui venait de Djéziré par Raqqa ou de Mésopotamie par ar-Rahba et poursuivait son chemin à travers le désert soit vers Himṣ par Salamïya, soit par Suhna et Palmyre vers Damas. A la veille des Croisades la majorité de la population de Ruṣāfa est chrétienne. Ibn Butlān (443-1051) décrit la beauté de la cathédrale toute ornée de mosaïques et bâtie, suivant la tradition, par Constantin. En 1154, au dire d’Idrīsī, les marchés y étaient animés et la cité florissante. Ce ne sera que lors de l’invasion mongole, au viie/xiiie siècle, que Ruṣāfa se videra de ses habitants et deviendra une ville morte.

  • 346 Gabriel, Syria, VIII, 1927 ; Dunand, Amanus, 144, photo aérienne.
  • 347 Les fouilles récentes d’Oleg Grabar permettent de penser qu’au xiie siècle il y avait une certaine (...)

328Si à Suhna l’on prend la piste qui de là se dirige plein ouest on gagne Qaṣr al-Ңауг aš-Šarqī qui fut bâti en 110/727 sur l’ordre de Hišām par des ouvriers de la province de Himṣ346. C’est un château construit à côté d’une agglomération entourée d’une muraille de plan carré au débouché méridional de la trouée d’aṭ-Ṭayyibé, au pied de la montée vers le nord. Le château qui fut aussi appelé Ruṣāfa de Hišām était un poste dans le désert où le souverain recevait l’hommage des nomades lors de leur passage saisonnier au cours de la transhumance, où il pouvait manifester, comme à Ǧabal Says, son autorité sur les Bédouins. C’était aussi une halte sur la route caravanière de l’Euphrate avec un point d’eau347. Au-delà, vers l’est, on arrive à Mayyādīn, ar-Rahba ou Ṣāliḥīya sur l’Euphrate.

  • 348 Fouilles de Daniel Schlumberger au château ; Dunand, Ammus, 143.
  • 349 Musil, Palmyrena, 237-239 ; THS, 263 sq. ; GB, Syrie, 324 sq.
  • 350 Ibn al-Qalānisī, 146 ; L.T., Damas, 58 sq.

329Deux routes menaient de Palmyre à Damas, elles prenaient la direction nord-est sud-ouest. L’une passait au sud d’une série de collines dont la première est le Ǧabal Ḥayāna et la dernière, le Ǧabal Dumayr. Cette voie est le Strata Diocletiana qui fut abandonnée très tôt car elle était trop exposée aux attaques de pillards et nécessitait l’entretien d’un trop grand nombre de postes de protection. La seconde que l’on suivait il y a quelques années encore, avant que ne soit construite la route asphaltée de Himṣ à Palmyre, traversait la vaste cuvette au centre de laquelle se trouve Qaṣr al-Ḥауr al-Ġarbī dont on aperçoit de fort loin la tour byzantine348. La route sort de cette plaine alluviale cernée de collines à Qariyatayn349. Ce village qui s’appela aussi Nazala est bâti auprès d’une source au pied d’un col tout comme Suhna et Palmyre. Ce site, à la végétation luxuriante était fréquenté, au xiie siècle aussi bien par les caravanes que par les armées. C’est là notamment que le prince artoqide Suqmān tomba malade et mourut le 1er ṣafar 498/22 octobre 1104. Il avait quitté Diyār Bakr avec une armée de secours pour répondre à une invitation de l’atabeg de Damas et à un appel à l’aide des Banū ‘Ammār de Tripoli menacés par les Croisés350.

  • 351 Le Str., Pal., 490 ; THS, 282 sq.

330Au-delà de Qariyatayn la route médiévale passe au pied d’une série de collines dénudées, contourne par le nord le lac salé de Ǧarūd dont les jardins sont visibles de loin et gagne Quṭayfa où à l’est du village jaillit une source abondante351. Le géographe Ya’qūbī signale, à la fin du ixe siècle, que Hišām b. ‘Abd al-Malik se serait fait construire là un palais, mais jusqu’à présent on n’en a retrouvé aucune trace. Quṭayfa est situé sur le grand axe routier Alep-Damas, vers le sud la grande route s’engage dans une large vallée, traverse une zone montagneuse et débouche sur la plaine de Damas au Ṯanlyat al-Uqāb (la Montée de l’Aigle). Dans les périodes de grande sécurité les caravanes obliquaient vers le sud à à une vingtaine de kilomètres de Ǧarūd et passaient pour arriver à Damas par Dmeir et ‘Aḏrā’ situées à la limite du désert et du Marǧ.

b) LA TROUÉE DE HIMṢ

  • 352 Canard, 206 ; SN, 176 ; Dunand, Antanus, 122.

331Pour qui veut de Himṣ aller vers le sud s’ouvrent deux voies : la trouée vers Tripoli et le passage par la Biqā’ dont on saisit l’importance stratégique. La trouée de Himṣ est une dépression d’une vingtaine de kilomètres de large, â l’ouest de la ville, entre le Ǧabal Anṣarīya au nord et le Ǧabal‘Akkār au sud, elle met en liaison la vallée de l’Oronte, Himṣ et Hama avec la côte, entre Ṭarṭūs et Tripoli, et la plaine côtière de ‘Akkār352.

  • 353 Van Berchem, Voyages, 42-46 ; THS, 92 sq. ; J. Sourdelhomine, EI2, I, 1332.

332Au nord de cette dépression nous avons une petite plaine d’effondrement, de forme ovale, entourée de collines basaltiques. Le grand axe nord-sud a dix kilomètres et son axe est-ouest est de cinq kilomètres : c’est la Buqay’a, la Bocquée des chroniqueurs latins353. Grâce à un sol plat et fertile et à des sources abondantes et nombreuses, les cultures et les pâturages y furent toujours prospères. Dès la première Croisade les Francs s’établirent solidement dans cette région dont la richesse agricole et l’importance stratégique ne leur avaient pas échappé, c’est ainsi qu’ils furent amenés à construire, ou renforcer, une série d’ouvrages de défense qui devaient surveiller tous les mouvements de l’ennemi vers l’est.

  • 354 Van Berchem, Voyages, 135 ; Soberheim, CIA, II, 14-35 ; P. Deschamps, Le Crac des Chevaliers, BAH  (...)
  • 355 P. Deschamps, Combats de cavalerie et épisodes des Croisades dans les peintures murales du xiie et (...)

333Dans le secteur septentrional l’ouvrage le plus important et le plus puissant était Hiṣn al-Akrād, le Crac des Chevaliers354. Ce château, l’ancien Hiṣn as-Safh, occupe un site fortifié depuis des siècles au sommet d’un piton de 750 m. d’altitude et sa silhouette se détache sur un ciel souvent nuageux. L’importance du Crac tient à ce qu’il domine la plaine de la Bocquée qui s’étend au sud-est et qu’il contrôle non seulement l’entrée orientale de la trouée de Himṣ mais toute la plaine jusqu’à la mer. Le château fut pris par les Francs de Tripoli en 535/1140 puis cédé deux ans plus tard aux Hospitaliers. Sa garnison disposait des récoltes de cette riche région agricole et menaçait les communications sur la rive droite de l’Oronte. A maintes reprises les Francs se rassemblèrent dans la Bocquée à l’ombre du Crac pour tenter des raids contre le territoire musulman. La route d’Alep à Damas risquait d’être coupée, aussi pour éliminer cette menace Nūr ad-Dīn commença-t-il par renforcer Himṣ dont il fit une importante place militaire, puis il chercha à s’emparer de Hiṣn al-Akrād. En 558/1163, le prince zenguide organisa une expédition mais ses troupes furent surprises à l’heure de la sieste par une nombreuse armée franque et ce fut la fuite éperdue des musulmans vers le lac de Himṣ. Une fresque de l’église de Cressac en Charente nous conserve une image saisissante de ce que, depuis un demi-siècle, on suppose être cette « défaite de la Bocquée »355.

334Le château restera aux Hospitaliers jusqu’à 669/1271, date à laquelle Baybars réussira à s’en emparer.

335Hiṣn al-Akrād était le principal ouvrage de tout un système de défense dont faisait partie à l’ouest Ṣāfītā, le Chastel Blanc des Templiers, dont on voit encore le donjon carré au milieu d’une cité ronde. Avant sa tentative contre le Crac, Nūr ad-Dīn avait réussi en 562/1167 à s’emparer de cette place mais les Croisés ne tardèrent pas à la lui reprendre.

  • 356 THS, 120 ; GB, Syrie, 243.
  • 357 THS, 119 ; GB, Syrie, 234 ; Dunand, Amanus, 68, photo aérienne.

336Deux fortins complétaient le système de défense, l’un à l’ouest de Ṣāfītā, Hiṣn Yahmūr356 et l’autre, au sud-ouest, Qal’at ‘Arīma (‘Urayma)357. Du premier, le Chastel Rouge des Croisés, subsiste encore dans la plaine, au milieu d’une enceinte, une grosse tour carrée qui fut fortement remaniée par les Mamelouks. Le second château allongé sur une crête constitué de deux enceintes et d’un réduit, défendait la vallée du nahr Abraš et pouvait communiquer par signaux optiques avec Ṣāfītā. Nūr ad-Dīn vint y mettre le siège avec l’atabeg Anar de Damas en 543/1148, ils répondaient alors tous les deux à l’appel que leur avait adressé Raymond II de Tripoli pour l’aider contre le fils d’Alphonse Jourdain. Nūr ad-Dīn remporta la place et la remit à Raymond II non sans emmener en captivité Bertrand qu’il ne rendit qu’en 554/1159. En 1167/563, pendant l’absence en Egypte du roi Amaury, Nūr ad-Dīn reprit ‘Urayma qu’il perdit en 565, lorsque les Croisés occupèrent la place elle fut confiée aux Templiers.

  • 358 Le Str., Pal., 390 ; Sobernheim, CIA, II, Syrie Nord, 214 ; THS, 88 ; GB, Syrie, 68-70 ; Dunand, A (...)
  • 359 Weulersse, Pays des Alaouites, 199 sq.

337Sur le bord méridional de la trouée de Himṣ à Tripoli se trouvait le château de ‘Akkār, une position clé qui faisait pendant au Crac des Chevaliers. Ce château est construit sur la crête du Ǧabal ‘Akkār, contrefort septentrional du Liban, dans une région de belles forêts et de riche végétation, à 870 m. d’altitude358. Grâce à une trouée dans la montagne on aperçoit au nord Hiṣn al-Akrād et Ṣāfītā, la large vallée du nahr al-Kabīr et la plaine de ‘Akkar359.

  • 360 De 424/1033 à 487/1094.

338Le château est bâti sur un éperon rocheux entre deux gorges profondes et boisées qui se rejoignent au nord. Au sud le rocher est séparé du massif par un large fossé artificiel et, comme à Šayzar et šuģr Bakās, nous avons là un donjon rectangulaire encore bien conservé ; sur les faces latérales il y avait des tours carrées reliées par une courtine dont il subsiste de nos jours un fragment à l’extrémité nord-est. Un aqueduc y amenait l’eau de la montagne voisine. Le château de ‘Akkār difficile d’accès occupait une position imprenable. Il servait de base d’opérations pour intercepter caravanes ou troupes qui suivaient la vallée du nahr al-Kābīr, ou pour faire des incursions sur la route de Himṣ à Ba’albakk. La citadelle appartint aux Banū ‘Akkār jusqu’en 414/1023, époque où les Mirdassides s’en emparèrent. Puis elle tomba au pouvoir des souverains fatimides d’Égypte durant plus de soixante ans360. En 487/1094 le seldjouqide Tutuš l’occupa, elle passa ensuite à Tuģ-takīn, l’atabeg de Damas, qui, après la prise de Tripoli par les Croisés en 502/1109, leur céda la place au terme d’un accord. Nūr ad-Dīn, soucieux d’assurer ses communications entre Alep et Damas par la Biqa’, prit Hiṣn ‘Akkār en 562/1167. Ce fut la position la plus proche du comté de Tripoli que ce prince ait occupée. Cette occupation fut de brève durée car en ǧumādā I 575/ février 1170 les Francs la reprirent à Hutluh al-’Alamdār, un mamelouk de Nūr ad-Dīn et la confièrent aux Hospitaliers qui déjà détenaient avec le Crac la position clé du nord. Les Musulmans ne récupérèrent d’ailleurs ces deux clés, grâce à Baybars, qu’en ramaḍān 670/avril 1271.

с) LA RÉGION DU LAC DE HIMS

  • 361 THS, 104-108, 112 ; Dunand, Amanus, 121-122.
  • 362 THS, 112 ; G. Dem., Syrie, 70.
  • 363 THS, 112.

339Le second passage vers le sud est celui qui par la Biqa‘ permettait de gagner Ba‘albakk en remontant la vallée de l’Oronte et de là atteindre Damas. De Himṣ on se dirige vers le lac qui se trouve à une dizaine de kilomètres au sud-ouest, c’est le lac de Qadesh dont la plus grande dimension a douze kilomètres. A l’époque de Nūr ad-Dīn on y pratiquait la pêche et les droits semblent avoir été partagés avec les Francs comme on le fait aujourd’hui entre riverains du lac de Tibériade. Le lac de Qadesh est d’origine artificielle et remonterait au iie millénaire, la digue de retenue construite en travers de la vallée de l’Oronte, qui est un ouvrage de deux kilomètres de long et dont la hauteur actuelle est de six mètres, est l’œuvre des Séleucides (iie-ier siècle B.C.). Il permet de régulariser l’Oronte et assurer l’alimentation en eau du canal qui coule parallèlement au fleuve et permet l’irrigation de la région de Himṣ. Laissant le lac à l’ouest, on arrive, au terme d’une étape d’une journée, à Quṣayr dont le site est identifié avec Qadesh où se déroula la célèbre bataille de Ramsès II contre les Hittites361. Une nouvelle étape amène le voyageur à Ribla qui fut un village célèbre du temps de Nabuchodonosor. Dans le voisinage se trouve Ǧūsīya qui serait, d’après Dussaud362, l’antique Paradisos. Là jaillit une source abondante qui au viе/xiie siècle servait à l’alimentation de Himṣ en eau potable363. La source de Zarrā’a mêlait ses eaux à celles de la précédente.

  • 364 Le Str., Pal., 407 ; G. Dem., Syrie, 75 ; Canard, Ḥamd., 206.

340A partir de cette zone on s’engage entre la chaîne de l’Anti-Liban et celle du Liban qui culmine au sud-ouest à plus de trois mille mètres au Qurnat as-Sawda. On pénétrait dans la plaine de la Biqā‘ et l’on atteignait ainsi la province de Damas364.

E. LA PROVINCE DE DAMAS

a) LA BIQA’

  • 365 Le Str., Pal., 69 ; THS, 396-412, carte III ; J. Sourdel-Thomine, EI2, I, 1250 ; P. Sanlaville, Le (...)

341La Biqā‘ représente une large vallée qui occupe une dépression tectonique entre le Liban et l’Anti-Liban et s’étend du nord au sud à une altitude moyenne d’environ mille mètres365. C’est l’antique Coele Syrie marquée en son milieu par le seuil de Ba’al-bakk de part et d’autre duquel coulent deux fleuves : l’Oronte et le Litani. L’Oronte se dirige vers le nord et traverse une région agricole fort riche qui au Moyen Age ravitaillait Damas en céréales, et le Litani s’écoule vers le sud à travers une zone montagneuse. Près de sa source ce fleuve constituait au vie/xiie siècle un véritable lac coupant la vallée en deux, la partie méridionale s’appelait Biqā‘ al-‘Azīzī. Un certain nombre de routes, dont Ba’albakk était le carrefour, traversait cette véritable plaine au vie/xiie siècle.

  • 366 Ibn al-Qalānisī, 235 ; L.T., Damas, 200-201 ; G. Dem., Syrie, 17 ; ТНУ, 411 ; GB, Syrie, 99.

342A vingt-cinq kilomètres au sud de Ǧūsīya se trouve Rās Ba‘albakk366. Cette place, généralement identifiée à l’antique Conna, s’est développée à l’une des sources dont les eaux vont grossir l’Oronte ; il y avait en ce site des vestiges antiques qui permirent aux Arabes de s’y fortifier et d’y établir un avant-poste protégeant Ba’albakk contre une attaque venant du nord. A dix kilomètres plus au sud on arrivait à une autre citadelle : al-Labwa.

  • 367 HOC, II, 263 ; THS, 409 ; GB, Syrie, 99 ; Canard, Ḥamd., 203.

343Situé à 850 m. d’altitude le village d’al-Labwa marqua pendant un certain temps au Moyen Age la limite entre les ǧund-s de Himṣ et de Damas367. Sa célébrité lui vient des sources qui jaillissent dans un sol de gravier et qui alimentent l’Oronte. Au milieu des ruines de la cité gréco-romaine le temple antique fut transformé en fortin par les Arabes et servit, comme Rās, de poste de défense avancé de Ba’albakk. A l’époque de Nūr ad-Dīn, le 17 šawwāl 565/4 juillet 1170, eut lieu aux environs de cette place un combat mémorable entre une troupe musulmane et un escadron franc où périt le seigneur du Crac, un Grand Maître de l’Hôpital.

  • 368 Wiegand, Baalbek (surtout t. III) ; Ibn Šaddād, A’lāg, III (édit. Dahan), 42-54 ; Le Str., Pal., 2 (...)
  • 369 Nous ignorons combien il y avait de colonnes debout à l’époque de Nūr ad-Dīn. En 1751 Wood en déno (...)

344Le site de Ba’albakk, à flanc de montagne avec de l’eau en abondance, fut occupé depuis la plus haute antiquité368. L’homme a su en faire une vaste et magnifique région de vergers aux fruits abondants ; dans cette oasis, entretenue par l’eau de Rās al-’Ayn, moulins et norias tournaient sans répit. Ba’albakk connut un remarquable éclat à l’époque gréco-romaine, lorsque le culte de Hadad et de sa parèdre Atargatis eut un grand rayonnement en Orient. Ce succès amena la construction aux iie et iiie siècles de notre ère d’un sanctuaire colossal dont on admire depuis des siècles les ruines magnifiques. Plus tard le christianisme porta un coup mortel à Ba’albakk et la basilique élevée dans la cour n’accueillit jamais une foule comparable à celle qui se pressait au Temple. Ultérieurement les Arabes transformèrent l’ensemble de l’acropole antique en une immense citadelle dont on voyait de loin les monumentales colonnes de dix-neuf mètres de hauteur369. Contrôlant à la fois la campagne environnante et la route menant de Himṣ à Damas, Ba’albakk connut une histoire mouvementée notamment au ve/xie siècle au milieu des intrigues sanglantes de la dynastie būrīde de Damas. Zengī conquit la place en 533/1139 sur Mu’īn ad-Dīn Anar et la confia à Naǧm ad-Dīn Ayyūb, le père du futur Saladin. A la mort de Zengī, Anar réussit par des pourparlers à reprendre son bien. Nūr ad-Dīn passera une première fois devant Ba’albakk sans l’assiéger en 544/1150, il ne la prendra que cinq ans plus tard.

345A cette époque Ba’albakk constituait, comme de nos jours, un ensemble impressionnant de ruines romaines. C’était une ville fortifiée dont l’enceinte, de forme sensiblement carrée, présentait les angles aux quatre points cardinaux. A l’intérieur les maisons d’habitation, la grande mosquée et les souks se trouvaient dans les parties méridionale et orientale tandis que le temple antique prenait appui sur la face nord-ouest sud-est. La qal‘a repose sur de puissants soubassements et la terrasse se trouve à 13,50 m. au-dessus du niveau de la plaine. Un mur d’enceinte extérieur constitue sur les côtes nord, ouest et sud une sorte de contrescarpe autour des temples. Les ouvrages arabes occupent l’angle sud-ouest de l’acropole où il y eut d’importants travaux de consolidation des défenses. Peut-être doit-on placer à l’époque de Zengî l’obturation de la porte ouest et la construction d’une porte fortifiée au sud. L’avant-cour, située à l’est, a vu ses exèdres transformées en ouvrages défensifs peut-être aussi dès le vie/xiie siècle. C’est aux Ayyoubides que l’on devra au siècle suivant le plus de travaux.

346La grande mosquée, construite en ville à l’est des Propylées du Temple de Jupiter, est un des plus anciens sanctuaires musulmans de Syrie avec Boṣrā et Der’ā. Édifiée sur un emplacement vierge avec des remplois de colonnes monolithes antiques, elle ne représente pas, comme dans d’autres villes, un sanctuaire païen ou chrétien transformé. Le plan de cette mosquée est des plus classiques : une enceinte rectangulaire avec une cour à ciel ouvert, bordée de portiques, le portique sud est le plus profond, c’est la salle de prière qui se présente comme une salle hypostyle divisée en plusieurs nefs. Au centre de la cour il y avait un bassin à ablution et près de l’angle nord-ouest un minaret carré typiquement syrien.

  • 370 Voir Elisséeff, Monuments, n° 19, 27, 52, dans BEO, XIII, 17.

347Nūr ad-Dīn exécuta un certain nombre de travaux à Ba‘albakk370. En 563 il remit en état le secteur sud-est de l’enceinte et y fit construire une porte aujourd’hui disparue, la Porte de Damas, par où sortait la route de Rās al-’Ayn. Après le grand tremblement de terre de 565 il eut à renouveler ses travaux de consolidation de l’enceinte et à réparer la citadelle. La grande mosquée, qui avait déjà subi des dégâts en 552/1158, fut à nouveau remise en état par le prince zenguide. L’intérêt que Nūr ad-Dīn portait à Ba’albakk est souligné par le fait qu’il y fit construire en 550/1155 une madrasa chaféite à l’intention d’Ibn Abī ‘Aṣrūn. La ville fut l’objet de vives convoitises car sa possession, comme le note Janine Sourdel-Thomine, était une étape préliminaire à la domination de la Syrie du Sud ce qui explique pourquoi les princes de Damas s’efforcèrent d’y maintenir leur pouvoir et y procédèrent à des travaux de fortifications. Carrefour de routes, Ba’albakk était une étape importante de la route de Himṣ vers Damas par la vallée du Baradā, elle était aussi le point de départ d’une route qui à travers la montagne par Munayṭira, permettait de gagner la mer. En descendant la rive droite du Litani, on arrivait à Mašģarā où un embranchement se dirigeait vers Ṣaydā’ ; enfin une route à flanc de coteau, sur la rive gauche du fleuve, reliait Ba’albakk à la région de Tibériade, en passant par ‘Anǧar plus au sud, elle suivait le Wādī at-Tayim. Ba’albakk perdit de son importance plus tard, à l’époque mamelouke, lorsque les relations entre le nord et le sud se firent par la route du Qalamūn.

  • 371 Ibn al-Qalānisī (L.T.), 89 ; Le Str., Pal., 509 ; THS, 72, 397 ; GB, Syrie, 49 ; Dunand, Amanus, 1 (...)
  • 372 Y aurait-il un rapport entre cette fixation de la part au tiers et l’origine du « tiers franc » de (...)

348Située au nord du Qasrawān, Munayṭira, que nous venons de mentionner, commandait un des principaux cols qui de Ba’albakk permettait de gagner la côte371. Cette position à 1230 mètres d’altitude, entre le massif du Sannīn et celui des Cèdres, au pied d’une source abondante dont les eaux grossissaient le cours du nahr Ibrāhīm donnait au Moyen Age une grande importance à la place. Bâtie sur le versant occidental du Liban elle offrait aux Francs une base d’opération contre la Biqā’ ou aux Musulmans un observatoire pour être à l’abri des surprises venues de la côte. Au début du vie/xiie siècle, Munayṭira et Hiṣn ‘Akkār étaient aux mains des Musulmans et empêchaient les troupes envoyées par le comte de Tripoli de razzier la région de Ba’albakk. En 503/1109 il y eut un accord entre le comte de Tripoli et l’atabeg de Damas aux termes duquel les Francs obtinrent la cession de Hiṣn ‘Akkār et de Munayṭira et l’octroi du tiers de la récolte de la Biqā’ contre la promesse d’arrêter toute incursion contre cette plaine372. Cet accord fut vite caduc, les Francs conservèrent les places fortes et les raids reprirent comme par le passé. En 561/1165-1166, Nūr ad-Dīn réussit à occuper Munayṭira qui semble avoir été reprise à sa mort par les Francs car ils en sont de nouveau les maîtres en 572/1177.

  • 373 Le Str., Pal., 386 ; THS, 400-402 ; Canard, Ḥamd., 203 ; J. Sourdel-Thomine, art. ‘Ayn al-Djarr, E (...)

349Au sud de Ba‘albakk deux places contrôlent les routes qui contournent la Biqā‘, Karak à l’ouest et ‘Ayn al-Ǧarr à l’est. C’est à ‘Ayn al-Ǧarr, l’actuel ‘Anǧar, que jaillit, au pied de l’Anti-Liban, une source abondante dont les eaux ont constitué un lac dont la rive occidentale était marquée par le cours actuel du Litani. Ce lac de hauts fonds, couvert de roseaux et d’oseraies, fut asséché en grande partie au xive siècle par Tenkiz, l’illustre souverain de Damas, pour être cultivé. Des ruines importantes ont été déjà signalées à ‘Ayn al-Ǧarr par Abū l-Fidā. Jean Sauvaget, en 1940, y reconnut les vestiges d’un domaine foncier omeyyade placé sur la route qui, à flanc de côteau à cause du marécage, joignait Himṣ à Tibériade et à la vallée encaissée du wādī al-Ḥarīr. Cette fondation d’al-Walîd a une enceinte rectangulaire percée de quatre portes aux quatre points cardinaux, le mur a deux mètres d’épaisseur et est renforcé par des tours373. Il semble qu’elle ait été abandonnée dès l’époque omeyyade peut-être après le combat qu’y livra Marwān II, appuyé par les Qaysites, contre les Kalbites de Sulaymān b. Hišām, puis elle fut réoccupée un certain temps.

350Sur une colline voisine se dresse un ancien sanctuaire fortifié par les Arabes : Magdal ‘Ayn al-Ǧarr que l’on a identifié avec l’ancienne Chalcis du Liban. Ce fortin permettait de contrôler le passage à l’est du marécage vers le wādī at-Tayim.

  • 374 Harawī, Ziyarā, 10 ; G. Dem., Syrie, 73-74 ; Le Str., Pal., 480 ; THS, 402,408 ; J. Sourdel-Thomin (...)
  • 375 Le Str., Pal., 80, 498 ; THS, 392, 395, 397, 406 ; Thoumin, La Syrie Centrale, 10-11.

351Sur le bord occidental de la Biqā’, non loin de l’actuel bourg de Mu’allaqa, près de Zahlé, un petit village faisait pendant au nord du lac à ‘Ayn al-Ǧarr, c’était Karak374. A l’époque mame-louke il deviendra Karak Nūḥ car l’on y vénérait la tombe de Noé. Ce village, situé à l’endroit où l’eau était la plus proche de la montagne, contrôlait le passage vers le sud et vers la mer par la vallée du Litani. Au pied de Maǧdal ‘Ayn al-Ǧarr une route se dirige vers le sud, après avoir franchi le col de Falūǧ elle s’engage dans la vallée du wādī at-Tayim laissant à l’ouest le plateau qui sépare le wādī de la vallée du Litani375.

  • 376 Hodgson, art. Darazī, EI2, II, 140.

352Les pluies abondantes provoquées par les hauts reliefs de l’Hermon et les sources nombreuses jaillissant sur les pentes occidentales du massif permettent de se passer de tout contrôle de la distribution d’eau. Cette région vallonnée, boisée et pourvue de pâturages semble avoir eu, à l’époque romaine, une population rurale importante si l’on en juge par la quantité de temples dont les vestiges abondent dans le district. Plus tard ce passage vers le sud fut évité, on préféra descendre vers le sud de la Biqā‘ par la vallée du Litani, le wādī at-Tayim n’étant pas sûr. La nature géographique du wādī en faisait une zone défensive de choix aussi les Druzes occupèrent-ils, dès le ve/xie siècle, cette vallée qui était le berceau de leur religion. Un des fondateurs, ad-Darazī, y avait vécu376.

  • 377 Ibn al-Qalānisī, 303 ; L.T., Damas, 303.

353Deux places constituent les verrous du wādī at-Tayim, toutes deux difficilement accessibles. Au nord, Rāšayā perchée, sur une colline à 1 350 m. d’altitude, domine la vallée et en surveille l’entrée. Près de Rāšayā se trouve Bayt Lahyā qui du temps de Nūr ad-Dīn était la résidence du chef du wādī at-Tayim377. Celui-ci imposait sa volonté à la Biqā’ sud et jouissait au vie/xiie siècle d’une large autonomie. Tantôt allié, tantôt adversaire des Francs, il fut le plus souvent en opposition avec le prince sunnite de Damas dont les troupes, pour gagner la région de Tibériade, devaient passer à l’est de l’Hermon.

354Au sud du wādī, à une journée de marche de Rāšayā, on trouve Ḥāṣbayā bâti en amphithéâtre au fond d’un vallon secondaire, dont les terrasses fertiles sont couvertes d’oliviers et de vignes, là jaillit une source abondante qui donne naissance au nahr Ḥāṣbanī. Désormais le wādī at-Tayim constituera la vallée du Jourdain supérieur. Tout près de Hāṣbayā se trouve le principal sanctuaire druze de Ḫalwat al-Biyāḍ.

b) LES ROUTES DE HİMS A DAMAS

  • 378 THS, 286, 289.
  • 379 THS, 395. Appelé aussi Sahi al-Ǧudayda.

355Pour gagner Damas depuis Ba‘albakk on passait par Rās al-‘Ayn, on gravissait les pentes de l’Anti-Liban jusqu’au col de ‘Ayn Buraya puis en se dirigeait vers le sud en suivant la vallée du nahr Maarabūn. La route franchissait le Ǧisr ar-Rummāna, traversait Sarġāya et arrivait dans la fertile plaine de Zabadani378. Ensuite elle s’engageait dans la vallée du Baradā en empruntant le tracé de l’ancienne voie romaine dont on rencontre encore des vestiges notamment à Sūq wādī Baradā, l’antique Abila. C’était un point important car il était situé à la jonction de la route qui de ‘Ayn al-Ǧarr menait à Damas par le wādī al-Qarn, cette voie traversait la plaine de Marǧ Yābūs située à près de 1300 m. d’altitude, là se trouve l’actuel poste-frontière syrien, souvent les troupes y étaient regroupées avant de poursuivre leur chemin vers Damas379.

  • 380 Baedeker, 291 ; GB, Syrie, 377 ; Kremer, Mittelsyrien, 174 ; PEFQ, 1868-1870, 210 sq.

356La route passait à ‘Ayn Fīǧa, une source abondante d’où partait un aqueduc vers Damas pour y amener l’eau potable. Au bout d’une vingtaine de kilomètres la route abordait la ‘aqabat Dummar (la montée de Dummar) sur la rive gauche et débouchait sur le Qāsiyūn au-dessus de Rabwa. De cette plate-forme on embrasse un étonnant panorama sur la Ġūṭa de Damas et la ville qui apparaît enchassée dans son écrin de verdure. Au-delà on distingue vers le sud les ondulations du Ǧabal al-‘Arab et vers l’est l’horizon fauve du désert. Une route ancienne, permettant la liaison entre la Biqā‘ et la plaine de Damas, passait au pied de l’extrémité septentrionale du massif de l’Hermon. Cette voie quittait la Biqā‘ à ‘Ayn al-Ǧarr, s’engageait dans le wādī at-Tayim, puis obliquait à l’est, passait par Rāšayā, traversait le village de Rahla, laissait au sud la place de Burkuš qui, située à près de 1600 m. d’altitude, contrôlait ce passage ainsi que la plaine de Qaṭanā, qui s’étendait à ses pieds vers l’est380. De Qaṭanā la route remontait vers le nord pour gagner Dārayyā, Mizza et Damas.

  • 381 THS, 276 sq. ; G. Dem., Syrie, 244-245.
  • 382 Le Str., Pal., 438 ; G. Dem., Syrie, 77.
  • 383 Le Str., Pal., 511.

357En dehors des deux routes « occidentales », qui longeaient, comme nous venons de le voir l’Anti-Liban, il existait une autre route qui reliait Himṣ à Damas, entre le désert et le versant oriental de l’Anti-Liban381. De Himṣ on passait à Šamsīn, puis on arrivait à Qārāoù, à la fin du vie/xiie siècle, les caravanes de voyageurs faisaient halte382 ; d’après Ibn Ǧubayr c’était à l’époque un village chrétien. La route montait jusqu’à Nabak qui se trouve auprès d’une source dans une contrée fertile au milieu d’opulents vergers à plus de quatorze cents mètres d’altitude, ce qui lui vaut d’avoir de la neige en hiver383.

  • 384 Le Str., Pal., 490.

358A une dizaine de kilomètres plus au sud se trouve Qasṭal, l’ancienne Adamana ; la route continue à descendre insensiblement et arrive à Quṭayfa où, au pied d’une source abondante, l’on rejoint la route venant de Palmyre384. L’on chemine désormais dans une région vallonnée sans végétation en traversant des wādī qui n’ont d’eau que les jours de gros orages ; l’on arrive à la passe appelée Ṯanīyat al-‘Uqāb, de là la vue s’étend vers le sud sur la Ǧūṭa et sur Damas dont on voit pointer les minarets. On descend par une longue côte pour arriver au Marǧ où il n’y a ni cultures, ni jardins. On laisse à gauche la piste qui par Ḍumayr gagne Palmyre et l’on atteint le Ǧūṭa à ‘Adra. C’est la voie qu’emprunte la route actuelle pour joindre Himṣ à Damas, mais au vie/xiie siècle elle était peu fréquentée, peut-être parce qu’elle traversait une région accidentée, habitée par des Chrétiens. Les armées semblent au vie/xiie siècle avoir emprunté de préférence à cet itinéraire la voie de Ba’albakk et la Biqā‘.

c) LA ǦŪTA385

  • 385 THS, 291-313 ; Kurd ‘ALĪ, Ġūṭat Dimašq, ММIA, 1952 ; N. Elisseeff, art. Ghūṭa, EI2, II, 1131-1132.
  • 386 Elisséeff, art. Baradā, ЕI2, I, 1060-1061.
  • 387 THS, 293.
  • 388 R. Tresse, L’irrigation dans la Ghouta de Damas, REI, 1929, 459-570 ; R. Thoumin, Notes sur l’amén (...)

359Cuvette basaltique comblée d’alluvions calcaires et dominée par un écran de montagne, la Ǧūṭa est traversée en son milieu par le Baradā dont les six dérivations, sortant en éventail à Rabwa, ont permis de constituer un étonnant système d’irrigation qui corrige l’insuffisance des précipitations386. Dussaud définit ainsi la Ġūṭa : « C’est le pays irrigué autour de Damas entre la montagne et les lacs où s’écoule le trop plein des canaux »387. Ingénieuse création collective d’une communauté établie depuis le ive millénaire près d’une source pérenne, le système d’irrigation fonctionne de façon intermittente et la répartition s’effectue depuis des siècles selon un tour de rôle conventionnel388.

  • 389 Ces marais ont été récemment asséchés, l’eau étant toute utilisée à l’irrigation.
  • 390 IbnAsākir, 291.

360En aval de la gorge de Rabwa s’est développée ainsi une zone de jardins et de vergers que fertilise un dense réseau de canaux. La Ġūṭa s’étend des pentes du Qāsiyūn jusqu’à la région de pâturage du Marǧ qui, à une quinzaine de kilomètres plus à l’est marque la lisière du désert. Le trop plein d’eau, lorsqu’il y en a, se déverse dans les marais de ‘Utayba ; c’est une vaste cuvette sans écoulement dont l’étendue varie suivant les saisons et au bord de laquelle il n’y avait guère d’habitations à cause du paludisme389. On pratique une économie agricole fermée qui permet d’assurer la subsistance des hommes et des animaux en toute saison. On a des cultures maraîchères d’été et d’hiver, des arbres fruitiers et des oliviers, dans les fonds humides poussent les bouleaux et les peupliers tandis que dans les terrains plus secs la vigne donne un raisin réputé. La fraîcheur et la beauté de la Ġūṭa, sa fertilité et sa richesse, en ont fait, dans la tradition musulmane, un des quatre paradis du monde390.

  • 391 Harawī, Guide, 26-27 ; L. Massignon, Les Sept Donnants d’Ephèse (Ahl al-Kahf), REI, 1954, 59-112 ; (...)

361Au nord-est le Ǧabal Qāsiyun domine de cinq cents mètres Damas et sa Ġūṭa et descend en pente rapide vers la vallée du Baradā. Sur son flanc trois grottes reçoivent depuis des siècles des pèlerins ; c’est le Kahf Ǧibrīl qui au début du viie/xiiie siècle était connu sous le nom d’Adam ou de Kahf tout court, l’on y vénère encore aujourd’hui les Sept Dormants391. Plus au nord de la montagne, un groupe de trois grottes porte de nos jours le nom de Qubbat al-Arba’īn, il recouvre la Grotte de la Faim (Maģārat al-Ǧū) dédié aux quarante prophètes qui y moururent et la Grotte du Sang (Maģārat ad-Damm) commémorant le meurtre d’Abel et où l’on venait au Moyen Age faire des prières pour demander la pluie.

  • 392 Harawī, Ziyarāt, 11 ; THS, 309.
  • 393 IbnAsākir, 166, 180 ; Harawī, Ziyarāt, 11 ; THS, 308 ; J. Sourdel-Thomine, BEO, XIV, 71, 76, ո. (...)

362Au nord-ouest de Damas, en aval de Rabwa dont la colline passe, suivant une légende, pour avoir été une des stations de Jésus et de sa mère392, prospérait le district de Nayrab qui, en fait, était divisé en deux : Nayrab le Haut, au pied de l’actuelle esplanade de Muhāğirīn, où l’on priait au Musallā al-Ḫiḍr et à la tombe de Umm Maryam, et Nayrab le Bas. Les jardins du premier étaient cultivés en terrasses entre le nahr Yazīd et le nahr Ṯawra et irrigués par des norias dont la dernière a disparu en 1947 tandis que les vergers du second s’étendaient entre le nahr Ţawra et le Baradā393.

363La population de la Ǧūṭa fut toujours dense. Comme le montrent les nombreux vestiges grecs, romains et byzantins elle était installée dans des agglomérations bâties en bordure des zones irriguées et dont le nombre a beaucoup varié au cours des siècles.

  • 394 Le Str., Pal., 482, 529 ; THS, 311. Pour l’origine voir plus loin p. 220 et 3e partie.

364En descendant les cours du Yazīd et du Ţawra on passe au pied du quartier d’aṣ-Ṣāliḥīya qui à l’époque de Nūr ad-Dīn était tout neuf car il avait été fondé par des réfugiés qui avaient fui Jérusalem à l’arrivée des Croisés394. On traverse l’agglomération de Ǧisr al-Abyaḍ au pont que franchit le chemin qui de la Grande Mosquée de Damas menait aux cimetières du Mont Qāsiyūn, puis l’on pénètre sur le territoire des villages d’as-Sahm, de Muqrā et de Bayt Abyāt au nord de Qaṣr al-Labbād. Là on rejoint la route qui de Damas, par le village d’al-Mayṭūr, gagne Birza.

  • 395 IbnAsākir, 181-184 ; THS, 296, 319.
  • 396 THS, 308 ; Le Str., Pal., 467.
  • 397 IbnAsākir, 151, 258 ; THS, 302 ; Le Str., Pal., 237, 448.
  • 398 THS, 299.
  • 399 THS, 299 ; Le Str., Pal., 463.

365Birza est situé au nord-est de Damas à l’entrée d’un vallon où passe une route qui, par Ḥalbūn, permet de rejoindre Zabadani et Ba’albakk. On y plaçait une poste militaire quand on craignait l’arrivée d’une armée ennemie. Une légende, implantée par les Juifs Samaritains, y fait naître Abraham que l’on vénère au maqām Ibrāhīm395. Birza se trouve à la limite de la zone où l’on cultive l’olivier au nord de la Ġūṭa. Cette zone comprend des villages riches en vergers comme Qābūn396, Harastā397 et Dūmā398 situés sur la route de Damas à Himṣ. Entre cette zone et Damas, en direction du sud-ouest, il convient de signaler le village de Ǧawbar399 dont la population à l’époque de Nūr ad-Dīn, et jusqu’au xviiie siècle, était en majorité juive ce qui explique l’existence jadis d’une grande synagogue aujourd’hui disparue.

  • 400 Harawī, Ziparāt, 12 ; Harawī, Guide, 28.

366A l’est de la zone de culture de l’olivier s’étend une région de culture extensive, c’est la partie de la Ġūṭa que l’on appelle le Marǧ, la Prairie. Deux sites y jouèrent un rôle stratégique : le Marǧ ‘Aḏra‘ où plus d’une fois des troupes campèrent et se regroupèrent dans leur marche contre Damas, et la prairie de Marǧ Rāhit où en 64/683 Marwān avec ses Kalbites remporta un écrasant succès sur les Qaysites400.

  • 401 IbnAsākir, 146.
  • 402 IbnAsākir, 147, 163 ; Laoust, Précis d’Ibn QudĀma, introduction.

367A l’est de Damas il y a une vaste zone irriguée par le nahr Malak, le nahr Dā’iya, le Baradā et le nahr Malīḥa. Cette zone aux nombreux bas-fonds humides s’appelle le Zawr. Les principaux villages répartis autour du bocage, où abondent le chanvre et les peupliers, étaient reliés à l’époque de Nūr ad-Dīn par le ṭarīq al-ģiyāḍ (la route des bocages)401. Le centre le plus important semble toujours avoir été Ǧisrīn où l’on a trouvé des vestiges antiques. Non loin de ce village s’élevait la mosquée d’Abū Ṣāliḥ, sanctuaire particulièrement fréquenté au vie/xiie siècle par les Ḥanbalites, c’est sur ce site que vint s’installer l’illustre famille des Banū Qudāma en arrivant de Jérusalem402.

  • 403 THS, 317 ; Le Str., Pal., 508.
  • 404 IbnAsākir, 188 ; Harawī, Ziyarāt, 13 ; THS, 297 ; Le Str., Pal., 436.
  • 405 Le Str., Pol., 472 ; THS, 304.
  • 406 Harawī, Ziyarāt, 12 ; Harawī, Guide, 29 ; THS, 310, 316.
  • 407 Résumé des opérations dans THS, 315-317.

368Il existe aussi une zone de culture de l’olivier au sud de Damas qui comprend les agglomérations que nous allons énumérer d’ouest en est. Mizza, au sud de Rabwa, était un des villages les plus florissants de la Ġūṭa et possédait une mosquée cathédrale. On y vénérait la tombe de Daḥyā b. Kalbī, un Compagnon du Prophète403. Dārayyā, où vécut Bilāl le Muezzin et où l’on vénère la tombe du mystique Sayh Sulaymān ad-Dāranī, était réputé pour ses vignes404. Kafr Sūs devait sa renommée à ses olives405. Rāwaya, qui se confond avec l’actuel village de Qabr as-Sitt, était un lieu de pèlerinage, encore vivant de nos jours, au tombeau de Zaynab Umm Qulṯūm qui n’a rien de commun ni avec la fille du Prophète ni avec la fille de ‘Alī et de Fāṭima406. C’est dans la région de Rāwaya, à Ḥuš ar-Riḥānīya, à Ḥaǧīra, où est enterré Mudrik b. Ziyād, à Faḏāyā et à Ḥāmis que Nūr ad-Dīn installa ses troupes lors du siège de Damas de 546/1151407.

369Le Baradā et la Ġūṭa ont été de précieux auxiliaires pour la défense de Damas, les multiples ramifications des canaux, les cultures arbustives sur une grande profondeur, les innombrables murettes en terre délimitant les potagers et les vergers, autant d’obstacles qui s’élevaient devant l’assiégeant. Aucune manœuvre d’envergure n’était possible, la cavalerie était prise comme dans des rets et le fantassin se déplaçait d’embuscade en embuscade au milieu des jardins.

d) DAMAS

  • 408 Elisséeff, Dimāshķ, EI2, II, 286-299 où l’on trouve la bibliographie ; IbnAsākir, La description (...)

370Damas est située à près de sept cents mètres d’altitude au pied du Ǧabal Qāsiyūn, en bordure du désert408. La nature avait fixé le site de Damas, c’est le point où le Baradā, franchissant la montagne, ouvre l’éventail de ses dérivations. La ville, privée de vents marins par la double chaîne du Liban et de l’Anti-Liban, ne recevant que 250 à 300 mm. de pluie est soumise à un climat subdésertique. L’hiver est court et rude, le printemps et l’automne sont très brefs, l’été est implacable et long.

371La difficulté des communications entre la ville et la mer font que Damas s’est tournée vers l’intérieur du pays. Protégée à l’ouest par la montagne, située au centre de la riche oasis de la Gūṭa, placée le long de la grande voie qui traverse la Syrie du nord au sud, Damas servit très tôt de marché pour les nomades et de halte pour les caravanes qui reliaient le Nil à l’Euphrate par Palmyre. L’incessant mouvement des hommes et des marchandises n’est pas sans rappeler l’activité d’un grand port.

  • 409 Haldar et Van der Hosten, AAS, II, 1952, 264.
  • 410 X, 22 ; XIV, 15.

372Tournée vers le désert, souvent attaquée mais jamais détruite, Damas offre un remarquable exemple de pérennité. Quand Nūr ad-Dīn vint à la fin de l’année 545/avril 1150 essayer pour la première fois de s’emparer de Damas il se trouva devant une des plus anciennes villes du monde. La première installation urbaine remonterait, d’après des fouilles récentes, au ive millénaire409 mais ce ne sera qu’au xve siècle avant notre ère que Damas entrera dans l’histoire avec la mention qui en est faite dans les tablettes de Tell al-Amarna. Plus tard, Damas devint la florissante capitale du pays d’Aram qu’évoque la Genèse410. C’est de cette époque araméenne que date le plan réticulé de la ville, dont il subsiste des traces, et l’aménagement du réseau d’irrigation. Des vestiges hellénistiques rappelaient que Damas avait été une capitale séleucide, des colonnes ça et là incrustées avec leur chapiteau dans des maisons le long de la voie qui menait du Temple à l’agora étaient ce qui subsistait d’une large rue à portique. Les vestiges les plus remarquables étaient des îlots d’habitation d’un gabarit de 100 m. sur 45, orientés nord-sud pour le grand axe dans la partie orientale de la ville.

  • 411 IbnAsākir, 297-301.

373L’enceinte à laquelle se heurtèrent les Zenguides et les Croisés datait pour sa ligne générale de l’époque romaine, soit après que Pompée ait, en 64 avant notre ère, proclamé la Syrie, province romaine. C’est un rectangle de 1 500 mètres sur 750 sur la rive droite du Baradā, avec à l’angle nord-ouest un castrum ; sept portes, s’ouvrent au vie/xiie siècle dans cette muraille : Bāb Šarqī à l’est, Bāb Kaysān et al-Bāb aṣ-Ṣagīr au sud, Bāb al-Ǧābiya à l’ouest, enfin sur la face nord Bāb al-Faradīs, Bāb al-Ǧīnīq et Bāb Tūmā411. Le mur extérieur de la Grande Mosquée avec ses pierres d’appareil énorme, les propylées orientaux de Ǧayrūn, la colonnade et le fronton de Bāb al-Barīd à l’ouest, l’entrée sud avec sa triple arcade et son fronton ainsi que les tours d’angle carrées étaient autant de vestiges conservant le souvenir du temple de Jupiter Damascénien qui avait succédé au dieu tonnant Hadad dans la ferveur populaire. L’ossature de la cité musulmane du vie/xiie siècle reste le plan romain. La grande rue droite qui relie Bāb Šarqī à Bāb al-Ǧābiya jouait le rôle du Decumanus, mais déjà au vie/xiie siècle les portiques de cette large artère axiale sont envahis par les boutiques.

  • 412 IbnAsākir, 215-225.

374De l’époque byzantine il subsistait au vie/xiie siècle les quinze églises et synagogues autorisées par le pacte signé lors de l’occupation de Damas par les Musulmans412.

  • 413 Actuellement intégrée dans la salle de prière de la Mosquée.

375En 36/656 Mu‘āwiya fixa sa résidence à Damas : la nouvelle capitale sera pour près d’un siècle et demi le cœur de l’un des plus grands empires que le monde ait connus. Le seul monument de cette époque qui ait échappé à la fureur abbasside est la Grande Mosquée des Omeyyades. Ce sanctuaire, un des plus impressionnants qui soient, fut construit par le calife al-Walīd près de soixante-dix ans après la Conquête musulmane. La mosquée est bâtie sur l’emplacement du temple de Hadad qui devint Temple de Jupiter, celui-ci à son tour fut transformé en cathédrale dédiée à Saint Jean-Baptiste dont le chef est conservé dans une crypte voisine413. Une fois la cathédrale démolie la Grande Mosquée fut inscrite dans un vaste périmètre de 120 mètres sur 80, correspondant au péribole du Temple. Un cour dallée entourée d’un vaste portique à double arcade et dont les parois disparaissaient sous les mosaïques de pâte de verre, occupa la partie nord tandis qu’au sud fut bâtie une salle de prière à trois travées avec une nef centrale surmontée d’une coupole reposant sur quatre forts piliers recouverts de mosaïques.

  • 414 Cl. Cahen, art. aḥdāṯh, EI2, I, 264.
  • 415 DD, IV, 266 ; IbnAsākir, 132.
  • 416 DD, III, 395 ; IbnAsākir, 131.
  • 417 DD, IV, 281 ; IbnAsākir, 135, 136.
  • 418 DD, IV, 266 ; IbnAsākir, 126.
  • 419 DD, VI, 467 ; IbnAsākir, 128.
  • 420 DD, III, 391 ; IbnAsākir, 134.
  • 421 DD, VI, 478 ; IbnAsākir, 118. Voir dans la 3e partie les madrasas construites sous Nūr ad-Dīn.

376Durant les quatre siècles de domination abbasside, la population de Damas vécut dans la crainte au milieu de l’anarchie et se renferma dans ses quartiers. A partir du ive/xe siècle le plan romain se disloqua en des compartiments étanches fermés par de lourdes portes. Chaque quartier désormais eut son propre souk avec des gargotiers, sa mosquée, son bain et son répartiteur d’eau. Il eut aussi son chef et son groupe de milice (aḥdāṯ)414. A l’arrivée des Seldjouqides au ve/xie siècle le calme et la prospérité semblent revenir, de nouvelles constructions vont s’élever à Damas. A l’ouest de la Grande Mosquée, Duqāq fait construire un bel hôpital et au nord de cet établissement apparaît un nouveau type d’édifice, on construit en 491/1098 la première madrasa de Damas la Sādirīya réservée aux Hanafites415. Elle est suivie en 514/1120 par la madrasa Amīnīya fondée par l’émir Kumuštakīn pour les Chaféites416. Deux autres madrasas sont fondées pour les Hanafites, l’une, la Mu‘īnīya417, bâtie en 524/1130 par Mu’īn ad-Dīn Anar et l’autre, la Tarḫānīya418, installée dans la maison de l’émir Tarḫān après 530/1135. C’est dans ces mêmes années que fut bâtie la première madrasa ḥanbalite, la Šarafīya419. Puis furent successivement fondées la madrasa Ukuzīya pour les Chaféites avant 536/1141420 et la madrasa Mismārīya pour les Ḥanbalites avant 546/1151421. Sur les sept madrasas qui existaient à Damas à la veille de l’arrivée de Nūr ad-Dīn il n’y en avait aucune pour le maḏhab de l’imām Mālik.

377Il existe au milieu du vie/xiie siècle un système urbain de distribution des eaux remontant à l’époque romaine et, pour certaines améliorations, au règne des Omeyyades. D’innombrables canalisations alimentaient les nombreux bains. Il existe de multiples fontaines publiques et des répartiteurs d’eau (ṭāli‘) qui permettaient de régler, de la rue, la quantité attribuée aux différentes maisons voisines.

  • 422 Elisséeff, Les corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn, Arabica, III (1956), 61-79.
  • 423 Voir plus loin 3e partie.

378L’activité commerciale se poursuit à l’époque de Nūr ad-Dīn sur les mêmes emplacements qu’à l’époque romaine, il y a deux secteurs commerciaux importants : la grande artère à colonnades latérales, l’ancienne Via Recta, et la voie qui reliait jadis le Temple à l’agora. Autour de chacun des secteurs s’est développé un faisceau de souks422. Le commerce de l’alimentation a son principal centre au Dār al-Вittīḫ, véritable halle aux fruits et légumes, dans la Rue Droite. Dans le quartier de l’ancienne agora on trouve les principales qayṣarīya, marchés couverts et clos où se fait le commerce d’articles précieux comme les tapis, les fourrures, les soieries et les bijoux423.

379C’est donc une ville qui venait de retrouver sa prospérité, qui était un centre religieux important et actif si l’on en juge par les madrasas, dont Nūr ad-Dīn allait faire sa capitale.

  • 424 IbnAsākir, 244-246.
  • 425 IbnAsākir, 165 ; Sauvaget, MAD, 1-13.
  • 426 IbnAsākir, 151 ; Ibn Ǧubayr, 279 ; Ibn Baṭṭūṭa, І, 237 ; Le Str., Pal., 413 ; THS, 295.
  • 427 IbnAsākir, 150 ; Le Str., Pal., 507.

380Les faubourgs immédiats de Damas ne sauraient être isolés de la vie de la grande cité424. A l’ouest extra muros, sur la rive gauche du Baradā se trouvait Šaraf le Haut où les princes seldjou-qides avaient fait bâtir la première hānaqāh de la région, la Ṭāwū-sīya, où fut inhumé Duqāq425. Sur la rive droite, entre le Baradā et le Qanawāt, le Mīdān Vert occupait une grande partie de Šaraf le Bas. Au nord de l’enceinte le faubourg, d’al-‘Uqayba qui devait connaître un grand essor au viie/xiiie siècle sous les Ayyoubides, était encore modeste. Vers l’est se succédaient au milieu des jardins les faubourgs d’aṣ-Ṣadīf, d’al-Awzā’, de Faradis et de Saṭrā qui sont presque toujours mentionnés ensemble dans les textes. Sur les bras du Baradā, deux papeteries fonctionnaient depuis le iiie/ixe siècles, des tanneries étendaient leurs séchoirs et de nombreux moulins broyaient le grain. A l’est de Bāb Tūmā il y avait trois faubourgs : Bayt Lahyā, al-Maṣṣīṣa et aṣ-Şafwānīya. Le premier, aujourd’hui disparu, situé sur la route qui mène à Birza, était en relation avec la légende d’Abraham qu’évoque son nom de « Maison des idoles ». Il y avait là une grande mosquée qui occupait la place d’une ancienne église426. A l’est de Bayt Lahyā, al-Maṣṣîṣa n’était plus au vie/xiie siècle qu’un village en ruines427. Le faubourg d’aṣ-Ṣafwānīya voit se bâtir en 541/1146-47, le mausolée du Šayh Arslān, pieux personnage qui se fit enterrer dans le voisinage immédiat de l’endroit où Hâlid b. al-Walīd avait établi son quartier général et son lieu de prière (masģid) en raǧab 14/sep-tembre 635.

381A l’est de Bāb Šarqí s’étendaient des cimetières et des jardins sans habitations. Au sud de la ville, tout contre la muraille se tenait le marché aux moutons (sūq al-ģanam), à la sortie de Bāb aṣ-Ṣaǧīr se trouvait le faubourg de Šāģūr dont les habitants n’eurent pas toujours une bonne réputation. Un peu plus au sud sur la rive orientale du nahr Qulayṭ on avait Mazzaz, puis entre les branches de ce nahr le faubourg de Bayn an-Nahrayn, enfin plus à l’ouest Qaynīya était florissant au milieu des jardins. A l’angle sud-ouest de l’enceinte le faubourg de Qaṣr al-Ḥaǧǧāǧ perpétuait le souvenir d’un palais disparu de l’époque omeyyade.

  • 428 Il s’agit des fêtes du Fiṭr et de l’Aḍḥā ; IbnAsākir, 172 ; Pedersen, EI, III, 373.
  • 429 IbnAsākir, 173 ; KurdAlī, Ġūṭa, 235.
  • 430 IbnAsākir, 173, 174 ; J. Sourdelhomine, Pèlerinages damascains, BEO, XIV, 73.

382Pour se rendre vers le sud on sortait de Damas par Bāb aṣ-Ṣaǧīr, on traversait le grand cimetière où sont enterrés un certain nombre de Compagnons du Prophète, puis l’on passait à côté du Muṣallā des Deux Fêtes428, ensuite le long du Mīdān al-Ḥaṣā, l’Hippodrome aux Cailloux, et l’on traversait le faubourg d’as-Sifliyūn où Nur ad-Dīn campa près de la Mosquée Neuve en 549/1154 avant de prendre possession de Damas429. Enfin l’on parvenait au faubourg de Qadam où se dresse la « Mosquée de l’Empreinte du Pied »430. On atteignait à cet endroit la limite méridionale du territoire de Damas.

F. LE HAURAN

  • 431 Dunand, Amanus, 130.

383A la grande plaine syrienne du nord correspond au sud de Damas la plaine du Hauran que le Yarmūk sépare de la Jordanie. Terre fertile, propre à la culture des céréales, les villages y sont nombreux. Deux châteaux d’eau : l’Hermon au sud-ouest et le Ǧabal al-’Arab au sud-est contribuent à la prospérité de certains secteurs431.

  • 432 Appelé aussi Ǧabal al-Buḏay’.
  • 433 IbnAsākir, 243 ; THS, 321, 327 ; KurdAlī, Ġūṭa, 262.
  • 434 Harawî, Ziyarāt, 16-17 ; Baedeker, 153 ; THS, 323 sq. ; Cantineau, Les parlers arabes du Horan, Pa (...)
  • 435 THS, 323.

384Quand on sort de Damas vers le sud par la route actuelle de Der’ā on voit, au bout d’une douzaine de kilomètres le paysage changer : au sol blond du Marǧ succèdent les teintes noires des basaltes et des roches volcaniques, on aborde le Ǧabal al-Aswad432 qui limite au sud la plaine de Damas. Après avoir franchi le col de Šaḫūra433, appelé parfois la côte (‘aqaba) de Ǧilliq, et tandis que le chemin descend vers Kiswa, on pénètre dans le Hauran pour n’en sortir que quelque cent kilomètres plus loin à l’actuelle frontière de Jordanie où reparaît le calcaire lumineux434. « Le Hauran au sens large s’étend de la région au sud de Damas et de l’Hermon à l’est du Jourdain et au nord du Yarmūk, l’ancien Hieromax. La limite orientale, mal définie, est constituée par le désert de Syrie »435. Cette région mesure, d’ouest en est, environ soixante-quinze kilomètres.

385Elle est comprise entre le Ǧabal al-Aswad au nord, le Ǧawlān et le lac de Tibériade à l’est, le cours du Yarmūk au sud, le Ǧabal al-’Arab au sud-est et la mer de lave du Laǧā’ au nord-est. Plusieurs districts constituent le Hauran au nord, le wādī al-‘Aǧam et le Ǧaydur au sol fertile qui recouvrent l’ancienne Iturée, à l’ouest et au sud-ouest le Ǧawlān, l’ancienne Gaulanatide, s’étend autour de Qunayṭra ; à l’est le Laǧā’ ou Trachonitide, se présente sous la forme d’une nappe de lave de près de mille kilomètres carrés ; au sud l’actuel Ǧabal al-‘Arab et le Hauran correspondent à l’Aura-nitide ; enfin au centre la plaine du Hauran, ou an-Nuqra, occupe l’antique Batanée.

386Au sens restreint du terme on entend par Hauran la région basaltique dont la limite septentrionale est le nahr al-A‘waǧ, et qui se trouve entre les laves du Laǧā’ au nord-est et le massif volcanique du Ǧabal al-’Arab à l’est, le Ǧawlān et le lac de Tibériade à l’ouest ; le Yarmūk et la steppe transjordanienne marquant la limite méridionale.

387Le sol est constitué par une épaisse couche de terre arable de couleur brunâtre, formée de laves désagrégées et parsemée de grosses pierres, la population varie en importance selon que la zone est plus ou moins recouverte de pierres. Le Hauran est un plateau légèrement ondulé à une altitude moyenne de six cents mètres. Seule la médiocrité de ses ressources en eau limite sa richesse céréalière mais laisse aux troupeaux de vastes espaces verts très recherchés pour le pâturage.

388Un réseau de cours d’eau qui coulent vers le sud-ouest constitue le bassin du Yarmūk et de ses affluents, mais l’irrigation est difficile car le plateau basaltique est peu perméable et les cours d’eau y forment des marécages comme ceux de Dillī par exemple.

389L’agriculture reste donc tributaire des pluies, celles-ci dans le climat de type sub-désertique qui règne dans la région ne dépassant guère 300 mm. par an. Les sok résultant de la décomposition des basaltes sont très fertiles, là où les précipitations sont suffisantes pour amener la décomposition des roches et permettre le développement normal de céréales, le froment et l’orge sont d’un grand rendement mais les récoltes peuvent être compromises par des périodes de sécheresse ou des invasions de sauterelles. Contrée de paysans sédentaires, adonnés à la culture des céréales et agglomérés en villages juchés sur des éminences, le Hauran est depuis la plus haute Antiquité le « grenier de la Syrie ». Ses avantages agricoles expliquent les convoitises dont il fut l’objet au cours des siècles.

390A l’époque biblique, les Seigneurs de Damas et les Rois d’Israël se disputent la riche région. Durant la période hellénistique le Hauran fut le théâtre de luttes sanglantes entre Séleucides et Pto-lémées. La paix romaine devait pour de longues années amener une ère de prospérité dont témoignent de nos jours de nombreux monuments. La période musulmane fut caractérisée par une lutte sporadique des responsables du Hauran contre la domination de Damas, le calme n’y régnait que lorsque le pouvoir de Damas était assez fort pour tenir en respect les voisins. Avant l’avènement de Nūr ad-Dīn la faiblesse des gouverneurs du Hauran amena les Croisés de Jérusalem à venir faire des razzias sur le bétail et les récoltes. Baudoin III fit deux incursions, en 1147 et en 1151, mais ne parvint pas à s’emparer de Boṣrā.

a) LE ǦAYDUR (ancienne Iturée)

  • 436 IbnAsākir, 242 ; THS, 315-321 ; Elisséeff, art. Ḏjilliķ, EI2, II, 554.
  • 437 Voir THS, carte II, A 1.
  • 438 Lammens, art. Marḏj al-Ṣuffar, EI, III, 294 ; Le STR., Pal., 504.
  • 439 THS, 334, 340 ; Le Str., Pal., 441.
  • 440 THS, 327, 344 ; Le Str., Pal., 530.

391Après avoir franchi le col de Šaḫūra on descend, comme nous l’avons dit, vers le wādī al-’Aǧam pour arriver à Kiswa sur le nahr al-A’waǧ, l’ancien Parpar. Kiswa est le Ǧilliq de l’époque omey-yade436 et se trouve au nord-ouest du Ǧabal Manī’ sur un cours d’eau pérenne qui descend de l’Hermon pour se perdre dans les marais de Hiǧāna et qui constitue une remarquable ligne d’arrêt naturelle. Bien des armées se regroupèrent au creux du vallon dans ce site où ne manquaient ni l’eau ni le fourrage ni l’ombre des arbres ; c’était le campement obligé de toute armée venant du sud contre Damas. A une douzaine de kilomètres au sud de Kiswa, non loin de l’actuel Tell Saqhab437, il y avait une excellente position pour couvrir Damas : Marǧ aṣ-Şuffar438. Ce terrain, pourvu en eau et en pâturages, situé à mi-chemin entre Damas et al-Ǧābiya, fut utilisé par les armées musulmanes dès le premier siècle de l’Hégire. A l’époque de Nūr ad-Dīn les troupes s’y regroupaient quand elles allaient repousser les Francs au sud.Les principales villes de cette région sont Ġabāġib439 et aṣ-Şanamayn440 où l’on trouve encore des vestiges du iie siècle.

b) LE LAǦĀ’ (ancienne Trachonitide)

392A l’est du Ǧaydur et au sud du Ǧabal Manī‘ s’étend le Laǧā’, contrée volcanique, véritable chaos de lave où les couches se sont chevauchées et enroulées avant de se figer ; la formation est due à des coulées de lave déversées par le volcan de Tell Šīhān et Ǧarārat al-Qiblīya ; pays sans culture et sans eau d’accès difficile le Laǧa servit, comme son nom l’indique, de refuge aux pillards comme aux fugitifs. Des villages sont installés sur le bord oriental du massif et notamment le long d’un modeste ruisseau, le wādī Luwa, qui descend du Ǧabal al-’Arab vers le nord et permet la culture et l’habitat. Le Laǧā’ est un pays sauvage et crevassé dont la surface est comparable à une mer agitée soudain pétrifiée ; la contrée est presque inaccessible, la lisière s’élève à une dizaine de mètres au-dessus de la plaine du Hauran.

  • 441 M. Dunand, La voie romaine du Ladja, dans Mémoires publiés A.I.B.L., XIII, II; Baedeker (édit. 191 (...)
  • 442 Le Str., Pal., 492 ; THS, 371-381.

393De Damas deux voies menaient au-delà du Laǧā’ : une voie romaine441 et une route qui suit le bord oriental du massif442.

  • 443 Harawī, Guide, 29.
  • 444 J. Sauvaget, Les ruines omeyyades du Djebel Sais, Syria, XX (1939), 239-256 ; K Brisch, Le Château (...)
  • 445 THS, 376, carte II, p. 40 (cité Ḫalḫala).
  • 446 Le Str., Pal., 533 ; Baedeker (édit. 1912), 165 ; THS, 368.

394Pour contourner le Laǧā’ on sort de Damas par la route qui mène à Qabr as-Sitt, l’ancienne Rāwayā, au sud-est443, puis on passe à Naǧha, on traverse ensuite le nahr al-A’waǧ on franchit la Ǧabal al-Manī’ par Tell Abū Šaǧǧara, et l’on aborde le Lagā’. Vers l’est on aperçoit un autre massif volcanique aux multiples cratères éteints qu’illustre le Ǧabal Says, un volcan au pied duquel subsistent les restes d’une installation omeyyade au bord du désert444. A partir de Burak on contourne le Lagā’ par l’est, on remonte un petit ruisseau, le wādī Luwa, qui est jalonné par Suwarat al-Kabīra et Ḫulhula445, un peu plus loin la route monte légèrement et le caractère volcanique de la région apparaît de plus en plus nettement. A vingt-six kilomètres plus au sud on arrive à Šahbā446 qui au vie/xiie comme de nos jours gardait au nord d’un volcan éteint l’aspect d’une importante ville romaine du iiie siècle avec son enceinte rectangulaire, ses deux grandes voies orthogonales pavées de larges dalles de pierre, son tétrapyle, ses temples et ses bains, son théâtre et son aqueduc. Šahbā’ marquait la limite méridionale de l’ancienne Trachonitide.

395La voie romaine allait de Damas à Kiswa puis gagnait Phaena, l’actuel MismĪya, traversait le Laǧā’ par le milieu par Aerita. Cette agglomération, l’actuelle ‘Āhira, située au pied du versant occidental du Tell ‘Ammār est un point d’eau ; du temps de Marc Aurèle on y avait bâti un temple. En quittant le Laǧā’ la voie continuait vers le sud-est et gagnait Qanawāt dans le Ǧabal al-’Arab, de là elle passait à Suwayda et aboutissait à Boṣrā.

с) AL-BATANĪYA

  • 447 THS, 323 ; D. Sourdel, art. al-Nuķra, EI2, I, 1126.
  • 448 Honigmann, art. al-Baṯhaniyya, EI, III, 1017.

396Au sud du Ǧaydur se trouve la plaine de la BaṯanĪya qui correspond dans ses grandes lignes à la Batanée antique447, elle porte aussi le nom d’an-Nuqra, « le Creux »448. C’est une grande plaine ondulée où les villages font des taches noires sur un sol brun rouge quand les moissons sont faites, la terre est très fertile et lorsque les pluies sont suffisantes les récoltes sont fort belles.

  • 449 Buhl-Elisséeff, art. Adkri’āt, EI2, 1,200 ; Le Str., Pal., 383 ; THS, 325.

397Les limites de la Baṯanīya sont peu précises, au nord elle touche au Ǧaydur à aṣ-Ṣanamayn, à l’est elle s’arrête au pied du Laǧā’ et du Ǧabal al-’Arab, à l’ouest le nahr al-’Allān la sépare du Ǧawlān, au sud le wādī az-Zaydī marque la frontière. La principale ville de cette région était Aḏri’āt449, l’actuelle Der’ā. C’était un marché de céréales et un important nœud de routes que les Croisés appelaient « Cité Bernard d’Étampes ».

398La Baṯanyīa était traversée par une voie importante qui reliait Damas au Jourdain et à la mer Rouge. C’est le « darb al-Ḥāğğ» qu’emprunta Nūr ad-Dīn lorsqu’il se rendit en pèle-nage à La Mecque. La route sort de Damas en direction de Qadam, passe par Kiswa puis Hān Dannūn, Ǧabāģib et aṣ-Şanamayn où se dresse encore un temple et trois tours funéraires romaines. Désormais la route s’engage dans la plaine d’an-Nuqra, on longe les marais de Dillī où vient se poser le gibier d’eau de passage. La route passe à Sayh Maskīn d’où un embranchement part vers l’est par le wādī Qanawāt pour rejoindre Ezra’ et plus loin Suwayda. Finalement à plus de cent kilomètres au sud de Damas on atteignait Aḏri’āt. Les troupes de Nūr ad-Dīn qui en 563/1168 partirent de Damas pour la campagne d’Égypte suivirent cette route et campèrent dans la Nuqra.

  • 450 THS, 341.
  • 451 IbnAsākir, 206, n. 7 ; THS, 332 sq. ; Lammens, Djābiya, EI, I, 1016 ; J. Sourdel-Thomine, art. a (...)
  • 452 THS, 328-330 ; Le Str., Pal., 381, 400 ; M. van Berchem, Notes sur Us Croisades, JA, 1902, 420-421

399A l’ouest de cette route, au sud-ouest d’aṣ-Şanamayn et au nord-ouest de l’actuelle Nawa450 se trouve Tell al-Ǧābiya qui, au milieu d’une plaine où abondent l’eau et les pâturages, conserve le souvenir de la capitale des nomades qui fut la résidence des Ghassanides et le berceau des Marwānides451. Plus au sud, à proximité de la localité récente de Šayḫ Sa’d, à la latitude de SŠayḫ Maskīn, se trouve la plaine de Tell al-Aštara452. Nūr ad-Dīn campa à deux reprises dans cette plaine, la première en ša’bān 565/avril 1170 après une opération menée contre Kérak, et une seconde fois en rabī‘ I 568/octobre-novembre 1172. L’endroit était favorable pour surveiller la vallée profondément encaissée du Yarmūk450 et celle du nahr ar-Ruqqad par où pouvaient surgir les Francs sans que l’on puisse déceler leur approche.

d) LE ǦABAL AL-‘ARAB ET LE HAURAN (Auranitide)

  • 453 Le Str., Pal., 53 ; Honigmann, art. Yarmūk, EI, IV, 1223.
  • 454 Dunand, Amanus, 132.

400Au sud du Laǧā’ se situe l’ancienne Auranitide qui comprend le Ǧabal al-’Arab et une partie de la plaine appelée an-Nuqra453. Pays de laves et de cratères éteints le Ǧabal al-’Arab qui a soixante-quinze kilomètres du nord au sud et quarante de l’ouest à l’est culmine à près de 1 700 m. au Ǧabal Qulayb454. Le Ǧabal Hawrān reçut le nom de Ǧabal ad-Drūz au xviiie siècle lors de la première immigration de Druzes venus du Liban. Cette appellation fut encore plus justifiée après l’immigration massive de 1860. Un siècle plus tard ce massif reçut pour des raisons de politique intérieure le nom officiel de Ǧabal al-‘Arab. Dans cette région le sol rouge, produit de la décomposition de roches volcaniques, est très fertile grâce aux sources qui jaillissent nombreuses au flanc du Ǧabal, d’autre part les sommets sont assez élevés pour arrêter les nuages venus de la Méditerranée et reçoivent ainsi des pluies bienfaisantes et parfois même de la neige en hiver.

  • 455 Le Str., Pal., 540 ; THS, 369.

401La route qui longe la lisière occidentale du massif volcanique suit le tracé de la voie romaine et passe par Suwayda qui doit son origine à un point d’eau455. Cette ville connut la prospérité à l’époque romaine et jusqu’au ve siècle, mais au xiie siècle elle n’était plus qu’une modeste agglomération avec de nombreuses maisons romaines, dont certaines sont encore habitées de nos jours, les restes d’une grande basifique, un temple nabatéen et un grand mausolée romain qui existait il y a un demi-siècle.

  • 456 THS, 347-348 ; Marmardji, 20-21 ; A. Abel, art. Boṣrā EI2, I, 1314-16 ; E. Ouéchek et S. Mougdad, (...)

402A une trentaine de kilomètres plus au sud on arrive dans la région orientale de la Nuqra dont la ville la plus importante était Boṣrā, la Bostra romaine456. Le nom de Boṣrā, capitale de l’Aura-nitide, pays riche en céréales, n’apparaît pas dans les textes avant l’époque hellénistique ; toutefois les vestiges d’une muraille de très gros appareil qui ont été mis au jour au nord de la ville permettent de faire reculer au-delà de l’époque hellénistique l’installation humaine sur ce site.

403La ville est bâtie en pierre noire, faute de bois c’est la dolérite qui a été utilisé pour l’ensemble des constructions. Les architectes ont su, comme dans le reste du Hauran, construire à joints vifs par simple juxtaposition des blocs de lave, les pierres non seulement constituent les murs mais elles servent aussi pour les solives, les dalles des plafonds qui reposent sur des arcades, les éléments des voûtes, les portes monolithes et les fenêtres ajourées dans des dalles.

  • 457 A. Abel, art. Boṣrā, EI2 I, 1314.
  • 458 Harawī, Ziyarāt, 17.
  • 459 Du haut de la citadelle l’horizon s’étend très loin alentour.

404Par sa position au sud du Ǧabal Hawrān à une quarante de kilomètres de Der’ā, sur la route de Ṣalḫad, et grâce aux liaisons commerciales entretenues avec Damas au nord et Amman au sud, Boṣrā fut dès l’époque romaine, et notamment sous Trajan, un marché agricole prospère et une cité caravanière active où venaient les convois d’Arabie, elle était le point de départ de la Via Trajana vers Ayla sur la mer Rouge ; plus tard, par les souvenirs reliés au Prophète qui serait venu à Boṣrā « la première cité byzantine conquise par les Arabes »457 devint aussi un lieu de pèlerinage musulman458. Au Moyen Age cette ville qui par sa situation géographique domine toute la contrée459 fut aussi une puissante forteresse.

405Répondant à l’appel de Mu’īn ad-Dīn Anar, atabeg de Damas, Nūr ad-Dīn vint en du’1-hiǧǧa 541/mai 1147 faire écran entre les Francs et Boṣrā, il protégeait alors plus un important marché agricole qu’une ville qui gardait d’importants vestiges de son passé. Elle possédait une enceinte de plan sensiblement rectangulaire et dont la face ouest était percée d’une porte monumentale : Bāb al-Ḥawa, un decumanus à colonnades latérales, un arc de triomphe ainsi qu’un nymphée et une kalybé. Au bout de la rue centrale on voit les restes du palais d’un roi nabatéen. De l’époque byzantine subsistent les vestiges de plusieurs églises dont la basilique du moine Baḥīra et la cathédrale, bâtie en 512-513, qui servit de modèle pour Ravenne et Sainte-Sophie. Enfin de l’époque musulmane primitive il reste la mosquée al-’Umarī, une des cinq mosquées conservées depuis le premier siècle de l’Hégire. Cet édifice serait l’œuvre de Yazīd II et remonterait à 102/720-721, il est bâti sur le plan classique des mosquées omeyyades : une cour carrée avec un portique à colonnes dont la partie méridionale est plus profonde car elle abrite la salle de prière. Peu d’années avant que Nūr ad-Dīn ne vienne, Boṣrā avait bénéficié de travaux exécutés sur les ordres de l’émir ‘Izz ad-Dīn Abū Manṣūr Kumuštakīn, gouverneur de la ville au nom de Tuģtakīn atabeg de Damas. L’émir avait restauré en 506/1112 la mosquée al-’Umarī, et en 528/1133-4 la mosquée de Ḫiḍr, il avait construit en 530/1136 contre le mur oriental de la mosquée al-Mabrak an-Nāqa une madrasa hanafite qui fut la première madrasa fondée en Syrie du Sud.

  • 460 Sous les Ayyoubides la citadelle fut profondément remaniée.

406C’est surtout grâce à sa citadelle que Boṣrā fut au Moyen Age une place importante. Les Fatimides les premiers, en 481/1088, adaptèrent le grandiose théatre romain aux fonctions d’une citadelle, ils construisirent un mur et trois tours de flanquement. Lorsque les Seldjouqides prirent le pouvoir à la veille des Croisades, ils s’appliquèrent à renforcer les défenses de Boṣrā et l’émir Kumuštakin fit consolider certaines parties de la citadelle. Au vie/xiie siècle le rôle de la citadelle de Boṣrā, au cours des luttes contre les Francs, fut déterminant pour assurer la protection des récoltes et des pâturages du Hauran460.

  • 461 Harawī, Ziyarāt, 17 ; Le Str., Pal., 529 ; THS, 366 ; Marmardji, 114.

407A l’est de Boṣrā une autre citadelle, Ṣalḫad, veillait sur les récoltes et les vignes et participait à la défense de la lisière méridionale de la province de Damas461. Cette citadelle est construite au sommet d’un volcan au milieu d’un ancien cratère dont les lèvres constituent les contrescarpes du fossé. Chef-lieu de l’Aura-nitide avant le développement de Boṣrā, c’était la place la plus avancée vers le désert, de là une route partait vers l’Iraq et menait en dix jours de marche à Bagdad.

e) LE ǦAWLĀN (ancienne Gaulanitide)

  • 462 Adib Bagh, La région du Djolan, étude de géographie régionale, Damas, 1961 ; THS, 381 sq. ; D. Sou (...)
  • 463 THS, 314, 322.
  • 464 Baedeker (édit. 1912), 263 ; THS, 393 ; GB, Syrie, 378.

408Le territoire du Ǧawlān est délimité au nord et au nord-ouest par l’Hermon qui joue le rôle de château d’eau et domine la plaine syrienne ; à l’est la frontière fut tantôt sur le nahr ar-Ruqqad tantôt sur le nahr al-’Allān, à l’ouest la limite est constituée par la vallée du Jourdain avec le lac de Houlé et celui de Tibériade ; au sud la vallée encaissée du Yarmūk marque la limite462. Le Ǧawlān est traversé par une route très importante qui joignait Damas à Tibériade, c’est la Via Maris des chroniques latines ; la route sortait de Damas vers l’ouest traversait la Ǧūta, passait par le village de village de Dārayyā puis obliquait vers le sud et longeait le piedmont oriental du massif de l’Hermon, elle traverse la partie occidentale du wādī al-’Aǧam, franchit le nahr al-A’waǧ au nord de Ḫān Sa‘sa‘463 non loin de Kafr Ḥawwār qui fut au Moyen Age un campement fréquenté sur cette voie464. On pénètre là dans le Ǧawlān à proprement dit et l’on arrive à Qunayṭra, le centre géographique de la région, ensuite la route se dirige vers la Galilée et franchit le Jourdain à Ǧisr Banāt Ya’qūb.

  • 465 M. van Berchem, Le Château de Banias et ses inscriptions, JA, 1889, 7-22 ; Le Str., Pal., 418-419  (...)

409Au nord-ouest de Qunayṭra se trouve l’ancienne capitale du district : Bāniyās. Situé dans une vallée au Sud de l’Hermon, entouré d’une riche végétation cet ancien Heu du culte de Pan, qui consacrait une des principales sources du Jourdain joua un grand rôle stratégique à l’époque des Croisades465. Cette place contrôlait le passage de Damas vers Tyr, les routes de Galilée vers Damas et vers la Biqā’ par le wādī at-Tayim. Si la ville elle-même était protégée par une solide enceinte c’est au château qui la domine, la Qal’at as-Subayba, qu’incombait sa défense. Cédée en 520/1126 par Tuģtakīn, l’atabeg de Damas, au chef ismā’īlien Bahrām, Bāniyās fut remise par ce dernier aux Croisés en 524/1130. Les fortifications furent remaniées par les Francs et la place devint alors la position franque la plus proche de Damas ; reprise pour quelques années par les Musulmans elle fut de nouveau aux mains des Croisés de Jérusalem en 534/1140. Il existait la plupart du temps un état de trêve avec les Musulmans de Damas qui permettait aux uns et aux autres de profiter des riches pâturages de la région et de faire halte à l’ombre des chênes verts, des oliviers et des peupliers. En muharram 532/février 1157, Baudoin III viola cette trêve en s’em-parant de troupeaux en transhumance appartenant à des protégés de Damas. Nūr ad-Dīn répliqua vigoureusement, assiégea Bāniyās et en démolit les remparts mais ne réussit pas à s’emparer du château car le roi de Jérusalem était venu à l’aide de la garnison composée d’Hospitaliers. En ǧumādā I 552/juin 1157 Nūr ad-Dīn subit un second échec. Il revint quelques années plus tard pendant que le roi de Jérusalem Amaury faisait campagne en Égypte et le 30 du’l-qa’da 559/18 octobre 1164 s’empara de Bāniyās et de Qal’at as-Subayba.

  • 466 La distance de Damas à Tibériade était de quatre étapes (cf. Marmardji, 110).
  • 467 Le Str., Pal., 532 ; THS, 381 ; Marmardji, 127-133 ; Cantineau, Les Parlers du Horan, 28.

410Au sud-ouest de Bāniyās la limite du Ǧawlān est constituée par le Jourdain. Ce fleuve se creuse une gorge très étroite à la sortie du lac de Houlé où l’on cultivait la canne à sucre, en aval de Gisr Banāt Ya’qūb, puis sort en plaine à cinq kilomètres en amont du lac de Tibériade466. Pendant les Croisades les princes chrétiens et les émirs musulmans s’affrontèrent souvent dans cette région, les Croisés installés en Palestine prirent l’habitude d’y faire des expéditions, ils installèrent même à l’est une « marche » qui occupa outre Jourdain la région comprise entre le lac de Tibériade, la rive gauche du Yarmūk et le nord du ‘Aǧlūn, c’était le Sawād467 ou « Terre de Suète ». L’installation franque avait été facilitée par le fait que la population était pour moitié chrétienne et pour moitié musulmane chiite. Cette zone frontière, constituée de plateaux riches en terres fertiles, donnait de fort belles récoltes dont le revenu, à l’époque de l’atabeg Tuģtakīn, était partagé avec les Francs qui recevaient un tiers des récoltes. Il y eut ensuite des modifications aux accords entre Jérusalem et Damas, et à la veille de la bataille de Ḥaṭṭīn (1187) chacune des parties recevait la moitié des revenus.

f) LE BASSIN DU YARMŪK

  • 468 Honigmann, art. al-Yarmūk, EI, IV, 1223 ; Marmardji, 207-208.

411Le nom de Yarmūk, l’antique Hieromax, a une profonde résonance dans l’histoire de l’Islam, c’est en effet sur les bords de cette rivière, ou plutôt sur le plateau qui surplombe la rive septentrionale, que les armées musulmanes mirent en déroute la cavalerie byzantine d’Héraclius et s’ouvrirent ainsi la voie vers la Syrie le 12 raǧab 15/20 août 636468.

412Le Yarmūk dont le cours ne dépasse pas une cinquantaine de kilomètres prend sa source au petit lac de Baǧǧa près d’al-Muzayrib sur le plateau. Ce lac, qui est en fait un étang poissonneux situé à quinze kilomètres à l’ouest de Der’ā, était un grand point de rassemblement des pèlerins de la Mecque qui s’y baignaient. A quelque cinq kilomètres de son point de départ, près de Tell Šihāb, la rivière réussit à user la nappe basaltique sur laquelle elle coule et à creuser son ht dans le calcaire, ses eaux tombent en belles cascades à Tell Šallala. Désormais le flot s’écoulera dans une vallée aux parois escarpées et où viendront déboucher des wādīs encaissés, taillés dans le calcaire. Une source abondante à Zayzūn apporte un appréciable complément en amont d’al-Maqārin. En ce lieu dont le nom signifie « les Confluents », trois rivières se rencontrent : le nahr Šallāla venu du sud-est, le nahr al-Ahrayr venu de l’est et le nahr al-’Allān affluant du nord. La réunion de ces rivières descendues du Hauran va constituer la Šarī’at al-Manāḏira qui porte aussi le nom de Yarmūk. En aval le Yarmūk reçoit sur sa rive droite le nahr ar-Ruqqad, descendu de l’Hermon et qui est le plus gros cours d’eau du Gawlān.

  • 469 Baedeker, 237 ; GB, 387.

413A la sortie de son véritable cañon le Yarmūk passe à al-Ḥamma, antique station thermale d’eau chaude sulfureuse où l’on peut passer la rivière à gué (1)469. Des fouilles dans cette région ont permis de trouver des vestiges d’installation humaine remontant au néolithique (6.500 ans avant J.-C). Après avoir traversé une petite plaine couverte de fourrés de roseaux le Yarmūk vient apporter au Jourdain un volume d’eau égal à celui du fleuve.

  • 470 Le Str., Pal., 385 ; THS, 383, dit aussi Afica.
  • 471 Deschamps, Défense, 100-101.

414Cherchant à dépasser vers le nord la « Terre de Suète », les Francs vont essayer, au cours des premières années du vie/xiie siècle de s’installer sur le plateau de Fïq470. Ils commencent en 1105 à construire près de l’actuel village d’al-’Al une forteresse dont les vestiges portent le nom de Qaṣr Bardawīl. De là les Croisés auraient pu dominer le lac de Tibériade, la petite plaine de sa rive orientale et le gué d’al-Ḥamma, mais l’atabeg de Damas, Tuġ-takīn, les empêcha d’achever leur travail et dispersa les pierres de la construction aux alentours471.

  • 472 Le Str., Pal., 443 ; THS, 383 ; Deschamps, Défense, 99-116.

415Après cet échec les Croisés aménagèrent sur la rive gauche de la vallée du Yarmūk une grotte en forteresse : Ḥabīs al-Ǧaldaq472. Cet ouvrage creusé au flanc de la falaise permettait de contrôler non seulement la grande route de Damas à Baysān, tronçon de la voie qui dans l’Antiquité reliait Mégido à l’Euphrate, qui franchit le Jourdain à Ǧisr al-Maǧanī, le pont de la Judaire des chroniqueurs francs, mais aussi le pays musulman environnant et de prévenir toute agression par surprise.

  • 473 A l’époque de Nūr ad-Dīn deux châteaux francs, bâtis au sud du pays de Moab, Kérak et aš-Šawbak (M (...)

416Au sud du bassin du Yarmūk qui constitue la limite méridionale du Hauran, le paysage change, le basalte a disparu, c’est un plateau calcaire aux teintes blanchâtres qui va s’étendre jusqu’à Irbid, c’est le Ḥammād borné à l’ouest par les collines du Ǧabal ‘Aǧlūn et à l’est par le désert473.

417Après avoir brossé à grands traits la topographie d’un empire qui s’étendait des rives du Tigre à celles du Jourdain et des chaînes du Taurus aux collines de Galilée et après avoir défini le cadre géographique de la politique de Nūr ad-Dīn nous allons voir dans les pages suivantes le déroulement chronologique de cette politique.

Notes

1 EI2, II, 536-537 ; Cl. Cahen, La Djazira au milieu du xiiie siècle, REI, 1934, 109-128 ; M. Canard, Ḥamd., 75.

2 Canard-Cahen, EI2, II, 357-358 ; Canard, Ḥamd., 97-130.

3 Cl. Cahen, Djazira, REI, 1934, 112-113.

4 Sarre et Herzfeld, Archäologische Reue im Euphrat und Tigris gegiet, t. II, 203-304 (cité Reie) ; Honigmann. art. Mosul, EI, III, 650-652 ; Ibn Ǧubayr, Voyages (édit. Gaudefroy-Demombynes), t. III, 269-273 ; Ibn Battūta (édit. Gibb), t. ІІ, 348 ; J.M. Fiey, Mossoul chrétienne, PILO, t. XIII, Beyrouth, 1959 ; N. Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 34-35 ; Harawī, Guide, 154-158 ; von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, chap. XIV, 169 sqq. ; Canard, Ḥamd., 117-121 ; Ahmad Sioufi, Les monuments de Mossoul ; Sa‘id al-Diwahǧī, al-Ǧāmi’ an-NūrĪ fi’l-Mawsil, Sumer, V, 276-290, 3 pl. ; le même, La mosquée omeyyade de Mossoul, Sumer, VI, 211-218 ; le même, Ḫiṭaṭ al-Mawil fi’l-’Ahd al-Umayya (Topographie de Mossoul sous les Omeyyades), Sumer, VII, 222-236 ; le même, Ṣanā’at al-Maw ṣil wa tiǧāratuha fi’l-qurūn al-waṣatī (L’artisanat et le commerce de Mossoul au Moyen Age), Sumer, VII, 88-98 ; le même, Madāris al-Mawil fi’l-’Ahd al-Atābakī (Les madrasas de Mossoul à l’époque des Atabegs), Sumer, XIII, 101-119 ; le même, Ǧāmi’ an-Nabawī Ǧurǧis fi’l-Mawsil, Sumer, XVII, 100 sqq. ; A.R. Hasany, Liwā’ al-Mawil, dans Maģallat Luģat al-Arab, VII, 2, 138-145.

5 Elle sera pillée en 700/1301 et deviendra la mosquée al-Ḫallāl.

6 Kāmil, XII, 146 ; Ṭabaqāt aš-Šaf., V, 32 ; Sumer, VI, 199-200.

7 K. Rawdatayn, I, 65.

8 Il mourut en 574/1178.

9 K. Rawdatayn, I, 189.

10 RCEA, n° 3138. Herzfeld (Reise, 227) distingue six périodes de travaux dans l’édifice tel qu’il se présente aujourd’hui.

11 Le Str., 90 ; GB, M. Or., 613.

12 GB, M. Or., Maltai, 616 ; Canard, Ḥamd., 115 ; Minorsky, EI, III, 228.

13 G. Bell, 287 sous Zakho, village connu aussi sous le nom de Ḥasān Agha.

14 Actuellement cette rivière délimite la frontière entre l’Iraq et la Turquie.

15 Tuḥfat, II, 139 ; Nuzhat (édit. Le Strange), 103 ; Harawî, 152 ; Le Str., 93 ; G. Bell, 296 ; EI, I, 1060-61 ; Cl. Cahen, Djazira, REI, 1934, 113 ; Iskandar Dāwūd, al-Ǧazīrat as-Sūrīya bayn al-māḍī wa l-ḥāḍir, Damas, 1959, 8°, 432 p., 2 cartes ; Canard, Ḥamd., 110 ; Poidebard, Trace, pl. CLVIII.

16 EI, II, 1203 ; Canard, Ḥаmd., 110.

17 Le Str., 92, 93 ; EI, I, 329 ; ЕI2, I, 438-439 ; Canard, Ḥamd., 115 ; GB, M. Or., 616 (Amādiya).

18 Kāmil, IX, 6 (édit. Caire).

19 Von Oppenheim, II, chap. XV, 192 sq. Sur les voies de communication en Djéziré à l’époque de Nūr ad-Dīn voir Amédée Jaubert, Géographie d’Idrisī, II, 4e climat, 5e section, pp. 135-151.

20 Voir Fiey, Mossoul chrétienne, index.

21 Streck, EI, III, 986-989 ; GB. M. Or., 615. Ce site fut confondu par le géographes arabes avec les ruines d’Aṯūr.

22 Le Str., 90 ; EI, II, 206 ; Herzfeld donne les étapes de la route postale Bagdad-Mossoul.

23 Le Str., Lands, 12 ; Reise, II, 312 sq. ; Streck, EI, II, 554-557 ; GB, M. Оr., 598.

24 Dans la ville haute, le noyau le plus ancien de la cité entouré d’une enceinte on trouve au milieu du marché le mausolée de Yūsuf b. Kuṭayyir, mort en 557/1162-3 et une mosquée de la Main (masǧid al-Kaff) comme dans tant de villes de l’Orient musulman.

25 Kramer, EI, II, 1086-1088.

26 Le Str., 92.

27 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 242.

28 Streck, EI, II, 724 sq. ; GB, M. Or., 618 ; Canard, Ḥamd., 128.

29 Musil, The Middle Euphrates, 56, 57.

30 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 241 ; Le Str., 57 ; Reise, 57 ; Kramer, EI, IV, 663-664 ; GB, M. Or., 622 ; von Oppenheim, II, 215.

31 Nuzhat, 96.

32 Harawī, 151-152 ; Yāqūt, І, 715 ; Le Str., 99 sq., carte III ; Canard, Ḥamd., 703 sq.

33 G. Reitlinger, Mediaeval Antiquities West of Mosul, Iraq, 1938, 146-7.

34 Dussaud propose de l’identifier avec ‘Uwaynāt (THS, 499-500). Le problème a été récemment repris par J.M. Fiey, The Iraqi Section of the АЪ-bassid Road Mossul Nuṣibīn, Iraq, vol. XXVI, autumn 1964, 106-117.

35 Porte de Balad, porte de la Djéziré, porte de Niṣibïn.

36 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 247.

37 THS, 499.

38 A chercher dans cette région le village de Ǧudal, dernière étape d’Ibn Ǧubayr avant de gagner Niṣibîn.

39 Ibn Ǧubayr (Broad.), 247.

40 Niṣibîn, Naṣibīn ou Nuṣaybīn, à trois km. de Kamachliyé en Syrie. Mu’ǧam, IV, 787 ; Taqwlm, 273 ; Tuhfat an-Nizām, II, 140 ; Nuzhat, 105 ; Ibn Ǧubayr, (G.D.) 274 sq. ; Le Str., Lands, 94-95 ; Reise, II, 336 sq. ; Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 248-250 ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 112-113 ; Canard, Ḥamd., 100-101 ; Harawī , 146-147 ; Isk. Dāwūd, 61 ; Honigmann, EI, III, 917-920 ; von Oppenheim, II, 29-36 ; Chapot, Frontière, 317 ; Poidebard, Trace de Rome, 139.

41 Dārā : Harawī, 143 ; Mu’ǧam, II, 516 ; Tuḥfat an-Nizām, II, 142 ; Ibn Ǧubayr, 276 ; ISK. Dāwūd, 88 ; Α. Christensen, L’Iran..., p. 372, 445 ; Cl. Cahen, Djazira, REI, 1934, 113 ; Canard, Ḥamd., 100 ; EI2, II, 137 ; Chapot, Frontüre, 313-317 ; Poidebard, Trace de Rome, pl. CXXXII.

42 Mu’ǧam, II, 612 ; Ibn Ǧubayr, (G.D.) 277 ; Le Str., Lands, 96 ; Carra de Vaux, EI, I, 1114 ; D. Sourdel, EI2, II, 641-642 ; Gabriel, Voyages, 45-53 ; Isk. Dāwūd, 87.

43 Mu’ǧam, IV, 390 ; Mosāik, 76 ; Tuhfat an-Mzām, II, 142 ; Ibn Ǧubayr, (G.D.) 276 ; Le Str., Lands, 96 ; Minorsky, EI, III, 290-293 ; A. Gabriel, Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, 12-39 sqq. ; Canard, Ḥamd., 98-99 ; Chapot, Frontière, 324 sq. ; Cl. Cahen, Djazira, REI, 1934, 116 ; Isk. Dāwūd, 53.

44 Poidebard, Trace, pl. CXLI.

45 EI, III, 910-911 ; Canard, Ḥamd., 240, carte ; J. van Liere et J. Lauffray, Nouvelle prospection archéologique dans la Haute Jezireh syrienne, dans AAS, IV-V, 1954-1955, 129-148, avec carte archéologique au l/30.000e (cette carte intéresse surtout la Préhistoire).

46 Poidebard, Trace, 163.

47 Harawī, GLP, 143 ; Yāqūt, (W.) IV, 287 ; Le Str., 97 ; Canard, Ḥamd., 99 ; Isk. Dāwūd, 31.

48 Yäqüt, II, 731 ; Ibn Ǧubayr, (G.D.) 279 ; Le Str., 95 ; Chapot, Frontüre, 302 ; THS, 490 ; Cl. Cahen, Djazira, REI, 113 ; Canard, Ḥamd., 97 ; Isk. Dāwūd, 72.

49 Les kelek-s sont des radeaux utilisés déjà à l’époque assyrienne, constitués de troncs d’arbres liés ensemble et soutenus par des outres gonflées. L’ensemble avait un faible tirant d’eau et une grande surface portante.

50 THS, 484.

51 Reise, 175-176 ; von Oppenheim, II, 24 ; Poidebard, Trace, 133 sq. ; GB, 460 ; GB, M. Or., 392 ; Isk. Da’ud, 181 sqq.

52 Poidebard, Trace, 157 ; pl. CLII, CLIII.

53 Von Oppenheim, II, 27 ; Reise, I, 191 ; Poidebard, Trace, 142, pl. CXVIII, CXIX ; THS, 492 ; Isk. Da’ud, 182.

54 Von Oppenheim, II, 19 sq. ; Reise, 184 ; Poidebard, Trace, 136-7, pl. CXIII ; Gl. Cahen, Djazira, REI, 113 ; THS, 484 ; Canard, Ḥamd., 102 ; GB, 459.

55 Von Oppenheim, II, 39, dit : Tell ‘Aǧaba ; Arabana, chez van Liere et Lauffray, AAS, IV-V, 129-148.

56 Le Str., 97 ; von Oppenheim, II, 16 ; Reise, І, 187-183 ; Poidebard, Trace, 136 ; Canard, Ḥаmd., 102. Sur son identification avec Sukayr al-’Abbās voir plus bas.

57 Poidebard, Trace, pl. СІХ.

58 Le Str., 97 ; Reise, I, 179 ; von Oppenheim, ІІ, 15 ; THS, 485 ; Poidebard, Trace, 135 ; Canard, Ḥаmd., 102.

59 Von Oppenheim, II, 10 sq. ; Reise, 177 ; Musil, Middle Euphrates, 84 ; Poidebard, Trace, 134 ; THS, 483.

60 Musil, Middle Euphrates, 83, 173, 337 ; Canard, Ḥаmd., 102.

61 Yāqūt (W.), III, 109.

62 Le Str., 97.

63 Reise, 183.

64 Von Oppenheim, II, 12.

65 Yāqūt, (W.) I, 863 ; Reise, I, 205-207 ; Le Str., 99 ; Canard, Ḥamd., 108 ; Reitlinger, Iraq, 1938, 148.

66 Harawī, 147-148 ; Reue, I, 199-205, II, 305 sq. ; Plessner, EI, IV, 454-455 ; Mustawfi, Nuzhat, 104 ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 113 ; Le Str., 98 ; THS, 496 ; Canard, Ḥamd., 107 ; Ibn Ǧubayr, 249 ; Ibn BaṬṬūṬa, (Gibb), II, 352 ; Chapot, Frontière, 300 ; Poidebard, Trace, pl. CLIV ; Dillemann, Haute Mésopotamie orientale et pays adjacents, BAH, t. LXXII, Paris, 1962, 35.

67 A Damas, le souk des savetiers occupe l’angle sud-ouest du mur extérieur de la Grande Mosquée.

68 R. Lescot, Enquête sur les Yézidis de Syrie et du Djebel Sindjar, PIFD, 1938.

69 Le Str., 98 ; THS, 496 ; Canard, Ḥamd., 108.

70 Andrae, Hatra, II, 165.

71 Yāqūt, (W.) II, 282 ; Le Str., 98 ; Reise, 306-307 ; Walter Andrae, Hatra, 2 vol. in folio Leipzig, 1908, Nach aufnahman von Mitgliedern der Assur. Expedition der Deutschen Orient Gesellschaft ; EI, art. Hadr, II, 219-220 ; GB, M. Or., 620-621 ; THS, 491 ; Chapot, Frontière, 300.

72 RCEA, n° 3443 ; Andrae, Hatra, II, 164.

73 RCEA n° 349. ; Andrae, Hatra, II, 165.

74 Van Berchem et Strzygowski, Amida, Heidelberg-Paris, 1910 ; Le Str., Lands, chap. VII, 108 sq. ; Canard, Ḥamd., 79-85 ; Cl. Cahen, Djazïra, REI, 1931, 114 sq. ; Cl. Cahen, Le Diyar Bakr au temps des premiers urtuqides, JA, 1935, 219-276 ; A. Gabriel, Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, Paris, 1940 ; Mukrimin Halil Yinanç, art. Diyar Bakr, Islam Ansiklo-pedisi, t. III, 605-623 ; Cl. Cahen, Contribution à l’histoire du Diyar Bakr au xive siècle, JA, 1955, 65-100 ; art. Diyār Bakr, dans EI2, II, 353-357 ; L. Dillemann, Haute Mésopotamie orientale et pays adjacents, BAH, t. LXXI, Paris, 1962, 29 sq.

75 Zetterstéen, art. Marwānides, EI, III, 356-7 ; B. Nikitine, Les Kurdes, 157 sq.

76 Cl. Cahen, art. Artukides, EP, I, 683.

77 M. Streck, art. Ṭūr ‘Abdīn, EI, IV, 915-922.

78 Voir G. Bell, Churches and Monasteries of the Ṭūr Abdīn and Neighbouring Districts.

79 Yāqūt, II, 277 ; Le Str., Lands, 113 ; GB, 510 sq. ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 115 ; Gabriel, Voyages, 55 sq. ; Besim Darkot, art. Hisn Keyfa, dans Islam Ansiklopedisi, V, 452.

80 A. Gabriel, Voyages, 85 sq. ; Van Berchem et Strzygowski, Amida, 34 sq. ; Canard, Ḥamd., 79-80 ; GB, Turquie, 50 ; art. Diyār Bakr, dans EP, II, 353-357 par Canard, Cahen, Mukrimin H. Yinanç et J. Sourdel-Thomine.

81 Voir van Berchem, Amida, 34 sq.

82 M. Canard, Ḥamd., 80 ; Dillemann, Haute Mésopotamie, 131, 188.

83 Canard-Cahen, EI2, II, 357 ; Cahen, Syrie du Nord, 110-111 ; Canard, Ḥamd., 86-97 ; Isk. Dāwūd, al-Ǧazīrat as-Surīya, Damas, 1959.

84 Cahen, Syrie du Nord, 110.

85 Notamment à Qal’at Naǧm et à Raqqa.

86 Cahen, Syrie du Nord, 113 ; Chapot, Euphate, 310 sq. ; Canard, Ḥamd., 93 ; Yāqūt, І, 872 ; II, 637 ; voir GB, Turquie, 508-509.

87 Chapot, Euphrate, 304.

88 Cahen, Djazira, REI, 1934, 111 ; Cahen, Syrie du Nord, 113.

89 Cahen, Djazira, REI, 1934, 112 ; Le Str., 103-104 ; Canard, Ḥamd., 91 ; Isk. Dāwūd, 70-73 ; THS, 493-495 ; Cahen, Syrie du Nord, 110-113 ; Honigmann, art. Orfa, EI, III, 1062-1067.

90 Al-Muqaddasī, traduction A. Miquel, 174, 319.

91 Abū’l Fidā, Buldān, 274 ; THS, 480, 519 ; Plessner, EI, IV, 183 ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 111-112 ; Cahen, Syrie du Nord, 113 ; Canard, Ḥamd., 92 ; Isk. Dāwūd, 82-83.

92 Ibn Ǧubayr, (Broadhurst), 258.

93 Barthélemy, Dictionnaire, 833.

94 Voir plus loin.

95 Voir plus loin.

96 Ibn Ǧubayr (Broadhurst), 254 sq. ; Le Str., 103 ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 110-111 ; Cahen, Syrie du Mord, 114 ; Canard, Ḥamd., 93 ; Т.Н. Weir, EI, II, 287 ; Isk. Dāwūd, 76-79 ; S. Lloyd et W. Brice, notes by C. J. Gadd, Anatolian Studies, I, 77-111 ; D.S. Rice, Medieval Harran, Anatolian Studies, II, 1952, 36-83 ; GB, Turquie, 508.

97 D’où un mašhad Ibrāhīm vénéré à quelques kilomètres au sud de Ḥarrān.

98 K.A.C. Creswell, EMA, І, 406 ; et idem, EMA, Penguin, 151 sq. I.F.D. — 10

99 Chapot, Frontière, 272 ; Le Str., Pal., 423 ; THS, 448 sq., 486 ; Streck-Parry, EI2, І, 1270 sous Biredjik ; Cl. Cahen, Djazira, REI, 1934, 112 ; Cahen, Syrie du Nord, 122 ; GB, Turquie, 505 ; GB, Syrie Palestine, 213.

100 Kashf al-Mamālik, 75.

101 GB, Syrie Palestine, 162 sq.

102 GB, Syrie Palestine, 166.

103 Chapot, Frontière, 281 ; Le Str., 107 ; Le Str., Pal., 501-502 ; THS, 450, 465 ; Cahen, Syrie du Nord, 156 ; Canard, Ḥamd., 87 ; Streck, EI, II, 721-724. Voir plus bas p. 169.

104 Voir Chapot, Frontière, 281, n. 7.

105 Identifiée à Caeciliana de la Table de Peutinger.

106 Ce dernier fut gouverneur du Diyār Muḍar en 305/918.

107 Abū’l-Fidā, 233.

108 Cahen, EI2, І, 1195.

109 La citadelle qui eut surtout à souffrir d’un bombardement d’artillerie en 1820 mériterait une étude archéologique approfondie.

110 Buġiyat, fo 199-203 ; IŠ, 128 ; Yāqūt, І, 477 sq. ; Reise, 1, 114,122-129 ; Le Str., 107 ; Le Str. Pal., 417 ; Musil, ME, 314 sq. ; Chapot, Frontière, 82 sq. ; THS 452-453 ; Canard, Ḥamd., 88 ; J. Sourdel-Thomine, EP, І, 1026 ; J. et D. Sourdel, AAS, III, 103.

111 Alexandre le Grand avait mis à l’eau des bateaux qu’il avait fait transporter depuis la côte méditerranéenne. Les marchandises de l’Inde remontaient le fleuve jusqu’à ce point.

112 Datée de 607/1210, RCEA, 3828.

113 Musil, ME, 95 ; THS, 451, 465 ; Canard, Ḥamd., 88 ; GB, M. Or., 389 ; Sourdel, EI2, II, 364.

114 Notamment les salines de Ǧabbūl.

115 Reise, I, 132 sq. ; Musil, ME, 257 ; Le Str., 102 ; THS, 454 ; EI, IV, 422 ; Canard, Ḥamd., 88 ; GB, M Or., 389.

116 Chapot, Frontière, 88, 133 ; THS, 255, 453-455 ; Honigmann, n° 438 ; GB, Syrie, Palestine, 221 ; GB, M. Or., 389. D’importants thermes, auxquels l’agglomération doit son nom, ont été mis à jour.

117 Reise, I, 156 ; II, 349 sq. ; Chapot, Euphrate, 288 sq. ; Le Str., 101-102 ; Le Str., Pal., 518 ; Honigmann, EI, III, 1185-87 ; Musil, ME, 325 sq. ; THS, 262, 480, 491, 495 ; Cahen, Djazira, REI, 1934, 112 ; Cahen, Syrie du Nord, 156 ; Canard, Ḥamd., 90 ; Isk. Dāwūd, index.

118 Jaubert, La géographie d’Edrīsī, II, 144-145 ; Musil, ME, 247 ; Canard, Ḥamd., 94, sq.

119 Reise, I, 164-166 ; II, 373 ; Musil, ME, 185, 189 ; Le Str., 106.

120 Chapot, Frontière, 291 ; Reise, II, 373 ; I, 166 ; Canard, Ḥamd., 94 ; Dunand, Amanus, 99 sq. ; Lauffray, El-Kanouqa, AAS, I, 1951, 41-58.

121 Chapot, Frontière, 293 ; Musil, ME, 331.

122 Canard, 95.

123 Sourdel, EI2, II, 205.

124 Harawī, 148 ; Reise, I, 172 ; Chapot, Frontière, 295 ; Le Str., 105 ; Musil, ME, 178, 334 ; Streck, EI, II, 810-812 ; THS, 487 ; Canard, Ḥamd., 95.

125 Reise, II, 382 ; Le Str., Pal., 517 sq. ; Chapot, Frontière, 296 sq. ; THS, 456 ; Musil, ME, 3, 250, 340 ; Honigmann, EI, III, 1177 ; GB, M. Or., 394 ; Dunand, Amanus, 101.

126 Reise, III, pl. XXIX ; Musil, ME, 7, fig. 2. La citadelle qui mériterait une étude archéologique, semble remonter aux Omeyyades ou peut-être même aux Byzantins.

127 Le mot däliya désigne une machine élévatoire d’eau pour l’irrigation (cf. Musil, 17, 169, fig. 9 et 40). Reue, II, 383 ; Le Str., 105 ; Musil, ME, 10, 250 sq. ; Canard, Ḥamd., 95 ; THS, 456 ; voir 3e partie « L’irrigation ».

128 Honigmann, art. Raḥiba, dans EI, III, 1178.

129 Canard, Ḥamd., 98 ; GB, M. Or., 577.

130 Reise, II, 319 ; Le Str., 106 ; Musil, ME, 19, 345 ; STRECK, EI, I, 349 ; Longrigg, EI2, I, 474 ; GB, M. Or., 577.

131 Yāqūt, III, 109.

132 Le bac — généralement un « chartouch »—part d’une rive et traverse le fleuve en biais, puis est halé en amont et traverse à nouveau en biais. Il en est ainsi de nos jours à Qal’at Naǧm par exemple.

133 Ǧarablus, près de l’antique Karkemish, ne semble pas avoir existé au Moyen Age comme point de passage.

134 Canard, EI2, I, 783-784.

135 Buǧyat 330-332 ; I.Š., 174, Le Str., Lands, 108 ; GB, Turquie, 488, SN, 127 ; EI, IV, 576.

136 I.Š., fo 157 v. - 159 r. ; Buġiyat, fo 401-402 ; SN, 120-121 ; Cahen, art. Besni, ЕІ2, I, 1225.

137 SN, 120.

138 Buġiyat fo 336 ; I.Š., fo 242 r.v. ; Mašriq, 213 ; THS, 478 ; SN, 120 ; Canard, Ḥamd., 269.

139 SN, 123.

140 Buġiyat, fo 332 ; I.Š., 239 r.v. - 240 r. ; Mašriq, 209-210 ; THS, 478 ; SN, 112 ; Canard, Ḥamd., 277.

141 Buġiyat, fo 401.

142 I.S., 157 r.

143 THS, 478 ; SN, 119.

144 I.Š., 157 v. ; SN, 119.

145 THS, 450 ; SN, 122 ; Honigmann, art. Rūm Ķal’a, EI, III, 1256.

146 EI2, I, 1270-1271.

147 SN, 122.

148 Buġiyat, fo 332-334 ; I.Š., fo 240 ; Mašriq, 211-212 ; Le Str. 386-7, 438 ; THS, 226, 229, 445, 472, 478 ; SN, 115, 320 ; Canard, Ḥаmd., 232 ; D. Sourdel, ЕI2, II, 639-640.

149 I.Š., 156 r. v. ; GB, Turquie, 484 ; Le Str. 386-387 ; Canard, Ḥamd., 233 ; Ibn al-’Adīm, TH, 302-311, THS, 448, 4767, 472 ; SN, 116 ; Buġiyat, fo 398 ; Canard, EI2, I, 814-815.

150 SN, 116 ; I.Š., 58 v. ; Le Str., 542 ; I.Š., fo 153 ; Buġiyat, fo 397-398, Honigmann, EI, IV, 759.

151 SN, 116, citant Ms. B.N., 2281, fo 57 v.

152 Buġiyat, fo 398.

153 SN, 117, 122 ; Le Str., 543.

154 I.Š., 263 r.-v. (Mašriq, 222) ; Le Str., 42, 501 ; THS, 448, 451 ; voir plus haut, pp. 148-149.

155 Fo 263 v. Voir plus haut pp. 88-89, parag. « Moyen Euphrate ».

156 Inédite, elle mériterait d’être publiée.

157 Abū l-Fidā, 233.

158 Buġiyat, 186-192 ; I.Š., 242 v. - 263 r. (Mašriq, 213-22) ; Le Str., 36, 500 ; THS, 474, SN, 117 ; Canard, Ḥamd., 226, 233 ; Honigmann, EI, III, 247-251.

159 Cette route existe de nos jours.

160 Aujourd’hui l’étang asséché sert de stade tandis que la source alimente un bassin de natation d’où l’eau part irriguer les jardins.

161 Le Str., 426 ; THS, 475.

162 Buġiyat, 339-343 ; I.Š., 159 r. - 162 r. ; Kašf M. 74 ; Canard, Ḥamd., 223-224 ; EI2, I, 1398 (s.v. Buzā’a).

163 Au début de 567/4 septembre 1171 Ismā’īl, fils de Nūr ad-Dīn, constitua un waqf pour la mosquée de Buzā’ā. RCEA, t. IX, n° 3295.

164 Le Str., 406.

165 Lammens, art. Ḥabīb, EI, II, 197.

166 Ibn Šaddād, A’lāq al-Ḫaṭīra, édit. Sourdel, PIFD, 1953. — SibṬ Ibn al-’Agamī, Trésors d’or, trad. J. Sauvaget, PIFD, 1950. — Ibn ŠINA, Perles Choisies, trad. J. Sauvaget, PIFD, 1932. — ‘Issa bey (Ahmad), Histoire des Bima-ristans à l’époque islamique, in-4°, Le Caire 1928. — J. Sauvaget, Inventaire des monuments musulmans de la ville d’Alep, REI, 1931, 59-114. — Ch. Godard, Alep, Essai de géographie urbaine et d’économie politique et sociale, Alep 1938 (hors commerce). — J. Sauvaget, Alep, Essai sur le développement d’une grande ville syrienne des origines au milieu du xixe siècle, in-4°, BAH, Paris, 1941. - M. Canard, Histoire de la dynastie des Ḥamdanides, 220-224. — Cl. Cahen, Syrie du Nord, 154 sqq. — N. Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 7-18. — Subhi Saouaf, Plan-Guide du visiteur, Alep 1951.— D. Sourdel, Esquisse topographique d’Alep intra muros à l’époque ayyoubide, AAS, II, 1952, 109-133. — Abdul Rahmān Hamidé, La ville d’Alep, Etude de géographie urbaine, Paris 1959 (imprimé à Damas). — E. Herzfeld, M.C.I.A., Syrie du Nord, Аleр, 3 vol. in folio, Le Caire 1955.

167 J. Sauvaget, Alep, 2.

168 J. Sauvaget, Alep, 22.

169 Al-Muqaddasī, traduction A. Miquel, 131, 161.

170 Plan N° 1.

171 Plan N° 2.

172 S. Mazloum, Canalisation ancienne des eaux à Alep, PIFD, 1936, Plan N° 3.

173 Ploix de Rotrou, La citadelle d’Alep et ses alentours, Alep 1931.

174 J. Sauvaget, L’enceinte primitive de la ville d’Alep, Mélanges, IFD, 1929. pp. 133-159, 4 pl.

175 CIA, Alep, 22.

176 Rabbath, LES portes d’Alep, Revue Archéol. Syrienne d’Alep, juin 1939.

177 CIA, AUp, 47, plan N° 5.

178 CIA, AUp, 13, plan N° 6.

179 CIA, AUp, 29, plan N° 7.

180 Plan N° 8.

181 Plan N° 9.

182 Plan N° 10.

183 CIA, AUp, 19, plan N° 11.

184 I.Š., 23 ; Enceinte, 136-137 ; CIA, Аleр, 23, J. Sauvaget, Аlep, 103, plan N° 12.

185 Plan N° 13.

186 Inventaire, 73 N° 10 ; J. Sauvaget., Аlep, 127 ; CIA, Аlep, 205.

187 Ibn Jobair (éd. G.D.) 290.

188 J. Sauvaget, AUp, 77. Plan N° 15.

189 J. Sauvaget, Deux Sanctuaires chiites d’Alep, Syria, 1928, 320.

190 Harawī, Guide, 6-8.

191 Voir plus bas.

192 Le Str., Pal. 486-487 ; THS, 476-477 ; Honigmann, art. Ķinnasrīn, EI, II, 1080 ; Canard, Ḥamd., 218.

193 Ibn Qalānisī, (Gibb), 250, copié par Grousset, II, 102.

194 THS, 467, 475 ; Canard, Ḥamd., 219 ; à 35 km. à l’est d’Alep.

195 Hartmann, EI2, II, 367.

196 Le Str., Pal. 385 ; THS, 261.

197 Le Str., 61 ; J. Sauvaget, Alep, 7-9.

198 Le Str., 426 ; THS, 474 ; SN, 117 ; Sourdel, EI2, II, 73.

199 Canard, Ḥamd., 225 ; SN, 139.

200 THS, 504.

201 I.Š., 145 v. - 150 R. ; BN, 2281, fo 57 R. ; Le Str., Pal., 405 ; THS, 193, 229, 503 ; SN, 139 ; Canard, Ḥamd., 225.

202 SN, 117.

203 Hiṣn Sīnab est inclus dans le district d’al-Ǧūma.

204 S. Mazloum L’Afrine, Etudes hydrologiques, Paris 1939 ; Canard, Ḥamd., 230 ; SN, 138 ; Cahen, EI2, І, 246.

205 I.Š., 152 r. ; Ibn al-’Adīm, Blocket, ROL, III, 525 ; Le Str., Pal., 425 ; Canard, Ḥamd., 231 ; SN, 117.

206 Buġiyat, 298 ; I.Š., 151 r. - 152 r. ; THS, 223 ; SN, 117 ; Le Str., Pal., 520.

207 Buġiyat, 334-335 ; Cumont, Cyrrhus et la route du Nord, dans Etudes Syriennes, 221-245 ; Canard, Ḥamd., 231 ; SN, 139 ; J. Sourdel-Thomine, Guide des Lieux de Pèlerinage, 10 ; Ed. Frézouls, Recherches sur la ville de Cyrrhus, AAS, IV-V, 89-128.

208 J. Sourdel-Thomine, Note sur le cénotaphe de Qūruṣ (Cyrrhus), AAS, II, 1952, 134-136 ; Harāwī, Guide, 10.

209 THS, 228-231 ; SN, 138-139.

210 C’est la Bassuet des Croises ; THS, 231.

211 Fouilles effectuées par la Direction Générale des Antiquités de Syrie depuis 1960.

212 THS, 241, 434, 479 ; SN, 138.

213 THS, 220.

214 THS, 220 ; SN, 154 ; Tchalenko, І, 138 ; III, 126.

215 THS, 192, 220 ; Canard, Ḥamd., 217 ; SN, 154, 285 ; Tchalenko, І, 126 ; III, 126.

216 Tchalenko, І, 139-144.

217 Grousset, II, 63 ; SN, 355.

218 THS, 221, 239, 243 ; SN, 135, 153, 154 ; Froment, Carte, 282 ; Tchalenko, III, 118 ; J. Sourdelноmine, Arabica, I, 196.

219 THS, 221 ; SN, 154 ; Tchalenko, І, 132 ; III, 126.

220 THS, 225 ; Tchalenko, І, 128, 205.

221 Tchalenko, І, 183, 189.

222 THS, 226 ; Froment, 282 ; SN, 153 ; Tchalenko, І, 121-123 ; III, 125.

223 Froment, 283 ; Tchalenko, І, 124 ; III, 125.

224 THS, 220 sq,

225 THS, 233 ; Tchalenko, І, 120 ; III, 117 ; J. Sourdel-Thomine, Arabica, I, 195.

226 SN, 153 ; Tchalenko, I, III, 124.

227 THS, 231 ; Canard, Ḥamd., 217 ; SN, 134 ; Tchalenko, І, 93.

228 I.Š., fo 237-238 v. (Mašriq, 207) ; THS, 225 à 223 ; Le Str., Pal., 339 ; Canard, Ḥamd., 227 ; SN, 134.

229 SN, 134 ; Canard, Ḥamd., 230.

230 La localisation de ce gué a posé des problèmes (voir THS, 229-230 ; SN, 135-136). Il existait au début de ce siècle un gué sur le ‘Afrīn situé à 4 km. à vol d’oiseau, ou 3/4 d’heure de marche, à l’est d’al-Ḥammām et franchissable à cheval à la période des basses eaux (Baedeker, édit. 1912, 361). Si l’on admet que le toponyme Balanée est une forme francisée du mot grec βαλάνεα, pluriel de βαλανειον (ιδ) qui signifie « les Bains », il est permis de l’identifier avec sa traduction arabe « al-Hammām ». C’est le nom actuel d’une localité située à 11 km. au nord de Riḥānīya et à 8 km. de Moucherfiyé, à l’ouest de ‘Afrīn où l’on a des bains chauds sulfureux ; selon toute vraisemblance le gué a porté le nom de la ville la plus proche qui pour les Grecs fut Βαλάνεα, pour les Croisés Balanée et pour les Arabes al-Hammām.

231 THS, 227 ; Canard, Ḥamd., 230.

232 D. Sourdel, al-’Amķ, ЕІ2, I, 459-460 ; Le Str., Pal., 71, 391 ; THS, 435-439 ; Canard, Ḥamd., 229 ; SN, 133 sq.

233 SN, 136-137. Aucun des deux villages n’est cité dans THS.

234 GB, 32, 174 ; Baedeker (édit. 1912), 360.

235 SN, 136.

236 THS, 436-437 ; Le Str., Pal., 550 ; SN, 136-137.

237 SN, 382.

238 GB, 174 ; SN, 136, 142, dit Taha Ahmad.

239 THS, 443 ; GB, Syrie, 186 ; GB, Turquie, 481 ; SN, 142-144.

240 Baedeker, 360.

241 SN, 137, 138 ; Honigmann, EI, III, 284-287 ; GB, Turquie, 486.

242 Le Str., Pal., 128 ; G. Dem., Syrie, 88 ; THS, 435, 436, 445 ; GB, Syrie, 174 ; SN, 137, 144.

243 Le Str., Pal., 37, 407 ; Canard, Ḥamd., 228 ; Dunand, Amanus, 12 sq. ; EI2, I, 1168.

244 Les Portes Syriennes, d’après Maurice Dunand, doivent être placées sur la côte au nord d’Alexandrette.

245 Le Str., Pal., 407-408 ; THS, 162, 169 ; Canard, Ḥamd., 228 ; SN, 142 ; GB, Syrie, 189 ; Cahen, EI2, I, 937.

246 Homonyme du château qui se trouve dans le Ghāb.

247 Le Str., 389 ; Canard, Ḥamd., 227 ; THS, 421 ; SN, 127-130.

248 THS, 425.

249 Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des Croisades, porte sur Antioche essentiellement ; voir Bibliographie, Streck-Gibb ; ЕI2, I, 532-533, Baedeker (édit. 1912), 379-383 ; GB, Syrie, 191-199.

250 Patriarches des diverses églises chrétiennes d’Orient et dont aucun n’habite plus la ville, cf. THS, 428.

251 Onopniklas, GB, Syrie, 197.

252 Le chiffre de 360 est légendaire.

253 HOC, II, 224, cité dans THS, 427.

254 I.Š., 139 vo-145 ro ; van Berchem, Voyage, I, 228-238 ; Le Str., Pal., 449 ; EI, II, 284 ; Froment, 285 ; THS, 170-172, 228 ; Canard, Ḥamd., 217 ; SN, 135 ; Dunand, Amanus, 29 ; Tchalenko, І, 93, 95 ; III, 120.

255 I.Š., 140 v.

256 Van Berchem, Voyage, I, 238 sq. ; THS, 171-172, 216, 220 ; GB, Syrie, 208 ; SN, 134-137 ; J. Sourdel-Thomine, EI2, II, 569.

257 SN, 134, 136.

258 SN, 152.

259 THS, 219.

260 SN, 153 ; Canard, Ḥamd., 217.

261 THS, 216 ; Tchalenko, І, 277 sq. ; Idem, ІІІ, voir carte 4.

262 THS, 218, dit : esh-Shilf ; Tchalenko, І, 292-299 sq.

263 Le Str., Pal., 532 ; THS, 213 ; GB, Syrie, 283 ; SN, 156-157.

264 THS, 213 et n. 6.

265 SN, 351, 397.

266 A 6 km. au N.-W. du village de Teftenaz.

267 Le Str., Pal., 532 ; GB, Syrie, 283 ; THS, 213-214.

268 THS, 218.

269 Voir Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, 3 volumes, in-4°, BAH, t. L, 1953-1958.

270 THS, 218 ; SN, 153 ; GB, Syrie, 150 ; Tchalenko, 343-344.

271 THS, 219, Kefr Tekherin ; GB, 283 ; Tchalenko, І, 94.

272 THS, 215 sq. ; SN, 153-156 ; GB, 283 ; Tchalenko, I, 94.

273 J. Gaulmier, Note sur la fabrication du verre à Armanāz, BEO, VI, 1936.

274 SN, 364.

275 SN, 540 et n. 42.

276 THS, 216 ; Canard, Ḥamd., 215.

277 THS, 216 ; SN, 153, 384 ; Tchalenko, І, 94.

278 SN, 153, 384.

279 I.S., 145 r. ; THS, 163 ; GB, 279 ; SN, 160, 162-164 ; Weulersse, Oronte, pl. XIV ; Dunand, Ammus, 30.

280 Van Berchem, Voyage, 81 ; THS, 163 ; SN, 160 ; Tchalenko, І, 248 ; III, 127.

281 I.Š., 145, R. ; THS, 158, 174 ; SN, 160.

282 I.Š., 145 R. ; van Berchem, Voyage, I, 80 ; THS, 161 ; SN, 159.

283 Van Berchem, Voyage, I, 81, 251 sq., monographie ; THS, 156 sq. ; SN, 159 ; GB, Syrie, 278.

284 Le Str., Pal., 537 ; van Berchem, Voyage, I, 260-264 ; THS, 159-160 ; SN, 158-159 ; J. Sourdel-Thomine, EI2, II, 570.

285 Weulersse, Pays des Alaouites, Pl. CI, fig. 226.

286 Cf. EI2, II, 570 sq.

287 Précisions d’Abūl Fidā (261), cité par Le Str., Pal., 537.

288 THS, 175-176 ; SN, 158-159.

289 THS, 158-160 ; SN, 159-160 ; GB, Syrie, 281 (Arzeghan).

290 THS, 166, 168 ; SN, 158, 383 ; GB, 280 ; Tchalenko, III, 121 ; Le Str., Pal., 457, signale la citadelle dans la région de ‘Azāz.

291 THS, 214 sq ; Reich, Etude sur Us villages araméens de l’Anti-Liban, PIFD, 1937, 68 sq.

292 Burǧ Hāb, THS, 175 (X, A, 2) ; SN, 157, 380 ; Tchalenko, ІІІ, 117. Non loin de Mohambel.

293 THS, X, A 2 ; Tchalenko, ІІІ, 122.

294 Baedeker, 369 ; THS, 207 ; SN, 157, 380 ; Tchalenko, ІІІ, 121.

295 Le Str., Pal., 470.

296 Le Str., Pal., 436 ; THS, 186 sq. ; SN, 157 ; Tchalenko, III, 118.

297 SN, 162.

298 THS, 167, 176.

299 GB, Syrie, 280 ; SN, 162 sq. ; Tchalenko, 113.

300 Van Berchem, Voyage, 196-201 ; Le Str., Pal., 420 (brève mention) ; THS, 176, 181 ; SN, 177, 192 ; GB, Syrie, 153, Tchalenko, III, 115 ; J. Sourdel-Thomine, EI2, I, 1056 ; J. Sourdel-Thomine, Inscriptions arabes d’al-Bāra, dans Tchalenko, ІІІ, 101-112.

301 Littmann, art. Abū Safyīn, ЕІ2, I, 150.

302 Un relevé permettrait de voir s’il ne s’agit pas d’un ouvrage byzantin

303 THS, X, A 3.

304 Le Str., 421 ; THS, 199, n. 5 ; SN, 157, 176 ; Tchalenko, ІІІ, 117.

305 Van Berchem, Voyage, I, 195 ; THS, 181 ; GB, Syrie, 156.

306 Van Berchem, Voyage, I, 200 ; Baedeker, 368 ; THS, 210, 238 ; GB, 155 ; J. Sourdel-Thomine, Notes d’épigraphie et de topographie de la Syrie du Nord, AAS, III, 1953, 81 sq. ; Arabica, I, 2, 1954 ; 193-194 ; Tchalenko, III, 120.

307 Le Str., Pal., 471 ; THS, 211 ; Canard, Ḥamd., 216 ; GB, Syrie, 155 ; SN, 162 ; Tchalenko, III, 122.

308 Le Str., Pal., 495-497 ; van Berchem, Voyage, 201-203 ; THS, 188 sq. (Х, В 3) ; Canard, Ḥamd, 215-216 ; SN, 162, 239 ; Honigmann, EI, III, 61-64 ; Salīm al-Ǧundī, Ta’rīḫ Ma’arrat an-Nu‘mān, 2 vol., Dāmas, 1963.

309 Tchalenko, І, 97-99.

310 N. Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, n° 17, p. 33.

311 THS, 189.

312 THS, 184-185 ; Sourdel, AAS, VI, 1953, 83 ; Harawī, Guide, 15-16 ; Sauvaget, Poste, 90 (voir).

313 Le Str., Pal., 35, 473 ; THS, 178, 187 ; Canard, Ḥamd., 210 ; Mouterde, Syria, Х, 1929, 126-129 ; SN, 162 sq. ; GB, Syrie, 133.

314 Sauvaget, Poste, 90, n. 343.

315 Van Berchem, Voyage, 188-194 ; Le Str., Pal., 380-384 ; THS, 197-199 ; SN, 163 ; Canard, Ḥamd., 210 ; Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XII, N° 26 ; Gibb, EI2, I, 221 ; Tchalenko, III, 124. Si l’on change Mudīq en Madīq le nom signifie « citadelle des hauts fonds ».

316 Van Berchem, Voyage, 54-57 ; Baedeker, 367, route 45. Les deux itinéraires donnés sont différents.

317 Baedeker, 367.

318 THS, 162.

319 THS, 152 ; GB, Syrie, 274 ; Canard, Ḥamd., 215 ; SN, 164 ; J. Sourdel-Thomine, EI2, I, 1105 ; G. Saadé, AAS, 1956, 139, 162.

320 THS, 169-170 ; GB, Syrie, 280 ; Canard, Ḥamd., 215 ; SN, 161.

321 Buǧiyat, fo 227 ; Zubda, 71 ; van Berchem, Voyage, 173-177 ; Le Str., Pal., 357-360 ; G. Dem., Syrie, 106 sq. ; Sobernheim, EI, II, 255-256 ; THS, 233, 244 ; GB, 121 ; Canard, Ḥamd.. 208 ; Elisséeff, Monuments, nos 16, 21, 25, 42, BEO, XIII ; Dunand, Amanus, 113.

322 Buġiyat, fo 223 ; Usāma В. MunqiḎ, éd. et trad. Derenbourg ; Le Str., Pal., 533 ; van Berchem, Voyage, 177-188 ; G. Dem., Syrie, 89 ; THS, 200 ; GB, 126 ; Honigmann, EI, IV, 297-299 ; Canard, Ḥamd., 209-210 ; Elisséeff, Monuments, n° 31, BEO, XIII ; Dunand, Amanus, 117-118.

323 Voir plus haut, 208.

324 Aujourd’hui les maisons de la ville haute sont pratiquement toutes abandonnées.

325 Voir plus bas, deuxième partie.

326 GB, Syrie, 258.

327 THS, 145 et n. 5, 147 ; GB, 257 ; Dunand, Amanus, 66, photo aérienne.

328 THS (145, 147) identifie Ḥiṣn aš-Šarqī avec Kharība ; GB, 257 ; SN, 175. Le problème de la localisation précise de ces différentes forteresses ne sera résolu que lorsque l’on aura retrouvé leurs vestiges sur le terrain comme c’est le cas pour Abū Qubays.

329 Le Str., Pal., 420 ; G. Dem., Syrie, 108 ; THS, 98, 147, 193 ; GB, 258 ; SN, 134, 358 ; Elisséeff, Monuments, n° 28.

330 Van Berchem, Voyage, 167-173 ; Le Str., Pal., 528 ; GB, 129 ; Kramer, EI, IV, 96-98 ; Canard, Ḥamd., 213.

331 Zubda, 62, rapporte que l’on y vénérait la tombe du calife ‘Alī b. Abī Ṭālib.

332 Le Str., Pal., 358 ; THS, 182 ; G. Dem., Syrie, 108 ; GB, 121 ; Canard, Ḥamd., 207 ; Dunand, Amanus, 119-120.

333 THS, 512.

334 Idrīsī, apud Le Str., Pal., 353-357 ; Ibn Ǧubayr (trad. franç.), III, 248 sq. ; Zubda, 62 ; Van Berchem, Voyage, 164-166 ; THS, 103-115 ; G. Dem., Syrie, 75, 182 ; Canard, Ḥamd., 203-213 ; Elisséeff, Monuments, n° 22, n° 66 ; Elisséeff, art. Ḥimṣ, ЕІ2, III.

335 Ce monument a été détruit en 1911.

336 Cette coupole a disparu à une époque récente ainsi que toute la partie occidentale de la Mosquée.

337 Harawī, Guide, 18-21.

338 L’édifice actuel est de la fin de l’époque ottomane.

339 Ce cimetière a été transformé en jardin public il y a quelques années seulement.

340 Musil, Palmyrena, passim ; Starcky, Palmyre, 1952 ; Le Str., Pal., 540-542 ; THS, 247-270 ; Canard, Ḥamd., 212 ; Buhl, EI, III, 1090-91.

341 Muqaddasā, § 135, p. 165 ; Yāqūt, I, 828.

342 Ibn al-Qalānasī, 214 ; L.T., Damas, 168.

343 Sauvaget, Inscriptions du Temple de Bål, Syria, XII, 143. La date du n° 3056 du RCEA doit être corrigée en ت (neuf) pour être conforme au texte d’Ibn al-Qalānisī (244 sq. = L.T., Damas, p. 215 sq.).

344 A. de Boucheman, Une petite cité carovanière : Suḥné, PIFD, 1936 ; THS, 539.

345 Le Str., Pal., 521-523 ; THS, 251-255 ; Honigmann, EI, III, 1265 ; Musil, Palmyrena, 260, 299-325 ; GB, Syrie, 339 ; Sauvaget, Les Ghassanides et Sergiopolis, Byzantion, XIV, 115-130.

346 Gabriel, Syria, VIII, 1927 ; Dunand, Amanus, 144, photo aérienne.

347 Les fouilles récentes d’Oleg Grabar permettent de penser qu’au xiie siècle il y avait une certaine activité à Qaṣr al-Ңауг et qu’une partie des ruines actuelles pourrait être postérieure à l’époque omeyyade.

348 Fouilles de Daniel Schlumberger au château ; Dunand, Ammus, 143.

349 Musil, Palmyrena, 237-239 ; THS, 263 sq. ; GB, Syrie, 324 sq.

350 Ibn al-Qalānisī, 146 ; L.T., Damas, 58 sq.

351 Le Str., Pal., 490 ; THS, 282 sq.

352 Canard, 206 ; SN, 176 ; Dunand, Antanus, 122.

353 Van Berchem, Voyages, 42-46 ; THS, 92 sq. ; J. Sourdelhomine, EI2, I, 1332.

354 Van Berchem, Voyages, 135 ; Soberheim, CIA, II, 14-35 ; P. Deschamps, Le Crac des Chevaliers, BAH ; voir ma notice, ЕІ2, III, à paraître.

355 P. Deschamps, Combats de cavalerie et épisodes des Croisades dans les peintures murales du xiie et du xiiie siècle, CRAIBL, 1948 ; pp. 35-38 et OCP, XIII, 1947, 454, 474 (voir p. 470).

356 THS, 120 ; GB, Syrie, 243.

357 THS, 119 ; GB, Syrie, 234 ; Dunand, Amanus, 68, photo aérienne.

358 Le Str., Pal., 390 ; Sobernheim, CIA, II, Syrie Nord, 214 ; THS, 88 ; GB, Syrie, 68-70 ; Dunand, Amanus, 152 sq.

359 Weulersse, Pays des Alaouites, 199 sq.

360 De 424/1033 à 487/1094.

361 THS, 104-108, 112 ; Dunand, Amanus, 121-122.

362 THS, 112 ; G. Dem., Syrie, 70.

363 THS, 112.

364 Le Str., Pal., 407 ; G. Dem., Syrie, 75 ; Canard, Ḥamd., 206.

365 Le Str., Pal., 69 ; THS, 396-412, carte III ; J. Sourdel-Thomine, EI2, I, 1250 ; P. Sanlaville, Les régions agricoles du Liban, Rev. Géog. de Lyon, XXXVIII, N° 1, 1963, 47-90 (voir 77-83).

366 Ibn al-Qalānisī, 235 ; L.T., Damas, 200-201 ; G. Dem., Syrie, 17 ; ТНУ, 411 ; GB, Syrie, 99.

367 HOC, II, 263 ; THS, 409 ; GB, Syrie, 99 ; Canard, Ḥamd., 203.

368 Wiegand, Baalbek (surtout t. III) ; Ibn Šaddād, A’lāg, III (édit. Dahan), 42-54 ; Le Str., Pal., 295-298 ; G. Dem., Syrie, 70-73 ; van Berchem, Voyages, 336-341 ; Baedeker, 319 sq. ; THS, 403-404 ; Wiet, Notes d’Epigraphie, Syria, VI, 1925, 152 sq. ; J. Sourdel-Thomine, art. Ba’labakk, EI2, I, 1000-1001.

369 Nous ignorons combien il y avait de colonnes debout à l’époque de Nūr ad-Dīn. En 1751 Wood en dénombra neuf, mais à la fin du xviiie siècle Volney ne vit plus debout que les six que nous admirons encore de nos jours.

370 Voir Elisséeff, Monuments, n° 19, 27, 52, dans BEO, XIII, 17.

371 Ibn al-Qalānisī (L.T.), 89 ; Le Str., Pal., 509 ; THS, 72, 397 ; GB, Syrie, 49 ; Dunand, Amanus, 163.

372 Y aurait-il un rapport entre cette fixation de la part au tiers et l’origine du « tiers franc » des domaines agricoles ?

373 Le Str., Pal., 386 ; THS, 400-402 ; Canard, Ḥamd., 203 ; J. Sourdel-Thomine, art. ‘Ayn al-Djarr, EI2, I 811, voir travaux de l’émir Maurice Chéhab dans ВMB depuis 1957.

374 Harawī, Ziyarā, 10 ; G. Dem., Syrie, 73-74 ; Le Str., Pal., 480 ; THS, 402,408 ; J. Sourdel-Thomine, Les inscriptions de Karak Nūḥ, BEO, XIII, 71-84.

375 Le Str., Pal., 80, 498 ; THS, 392, 395, 397, 406 ; Thoumin, La Syrie Centrale, 10-11.

376 Hodgson, art. Darazī, EI2, II, 140.

377 Ibn al-Qalānisī, 303 ; L.T., Damas, 303.

378 THS, 286, 289.

379 THS, 395. Appelé aussi Sahi al-Ǧudayda.

380 Baedeker, 291 ; GB, Syrie, 377 ; Kremer, Mittelsyrien, 174 ; PEFQ, 1868-1870, 210 sq.

381 THS, 276 sq. ; G. Dem., Syrie, 244-245.

382 Le Str., Pal., 438 ; G. Dem., Syrie, 77.

383 Le Str., Pal., 511.

384 Le Str., Pal., 490.

385 THS, 291-313 ; Kurd ‘ALĪ, Ġūṭat Dimašq, ММIA, 1952 ; N. Elisseeff, art. Ghūṭa, EI2, II, 1131-1132.

386 Elisséeff, art. Baradā, ЕI2, I, 1060-1061.

387 THS, 293.

388 R. Tresse, L’irrigation dans la Ghouta de Damas, REI, 1929, 459-570 ; R. Thoumin, Notes sur l’aménagement et la distribution des eaux à Damas et dans sa Ghouta, BEO, IV, 1934, 1-26.

389 Ces marais ont été récemment asséchés, l’eau étant toute utilisée à l’irrigation.

390 IbnAsākir, 291.

391 Harawī, Guide, 26-27 ; L. Massignon, Les Sept Donnants d’Ephèse (Ahl al-Kahf), REI, 1954, 59-112 ; 1955, 93 sq. ; 1957, 1 sq.

392 Harawī, Ziyarāt, 11 ; THS, 309.

393 IbnAsākir, 166, 180 ; Harawī, Ziyarāt, 11 ; THS, 308 ; J. Sourdel-Thomine, BEO, XIV, 71, 76, ո. 2.

394 Le Str., Pal., 482, 529 ; THS, 311. Pour l’origine voir plus loin p. 220 et 3e partie.

395 IbnAsākir, 181-184 ; THS, 296, 319.

396 THS, 308 ; Le Str., Pal., 467.

397 IbnAsākir, 151, 258 ; THS, 302 ; Le Str., Pal., 237, 448.

398 THS, 299.

399 THS, 299 ; Le Str., Pal., 463.

400 Harawī, Ziparāt, 12 ; Harawī, Guide, 28.

401 IbnAsākir, 146.

402 IbnAsākir, 147, 163 ; Laoust, Précis d’Ibn QudĀma, introduction.

403 THS, 317 ; Le Str., Pal., 508.

404 IbnAsākir, 188 ; Harawī, Ziyarāt, 13 ; THS, 297 ; Le Str., Pal., 436.

405 Le Str., Pol., 472 ; THS, 304.

406 Harawī, Ziyarāt, 12 ; Harawī, Guide, 29 ; THS, 310, 316.

407 Résumé des opérations dans THS, 315-317.

408 Elisséeff, Dimāshķ, EI2, II, 286-299 où l’on trouve la bibliographie ; IbnAsākir, La description de Damas, trad., annotée par N. Elisséeff, Damas, 1959.

409 Haldar et Van der Hosten, AAS, II, 1952, 264.

410 X, 22 ; XIV, 15.

411 IbnAsākir, 297-301.

412 IbnAsākir, 215-225.

413 Actuellement intégrée dans la salle de prière de la Mosquée.

414 Cl. Cahen, art. aḥdāṯh, EI2, I, 264.

415 DD, IV, 266 ; IbnAsākir, 132.

416 DD, III, 395 ; IbnAsākir, 131.

417 DD, IV, 281 ; IbnAsākir, 135, 136.

418 DD, IV, 266 ; IbnAsākir, 126.

419 DD, VI, 467 ; IbnAsākir, 128.

420 DD, III, 391 ; IbnAsākir, 134.

421 DD, VI, 478 ; IbnAsākir, 118. Voir dans la 3e partie les madrasas construites sous Nūr ad-Dīn.

422 Elisséeff, Les corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn, Arabica, III (1956), 61-79.

423 Voir plus loin 3e partie.

424 IbnAsākir, 244-246.

425 IbnAsākir, 165 ; Sauvaget, MAD, 1-13.

426 IbnAsākir, 151 ; Ibn Ǧubayr, 279 ; Ibn Baṭṭūṭa, І, 237 ; Le Str., Pal., 413 ; THS, 295.

427 IbnAsākir, 150 ; Le Str., Pal., 507.

428 Il s’agit des fêtes du Fiṭr et de l’Aḍḥā ; IbnAsākir, 172 ; Pedersen, EI, III, 373.

429 IbnAsākir, 173 ; KurdAlī, Ġūṭa, 235.

430 IbnAsākir, 173, 174 ; J. Sourdelhomine, Pèlerinages damascains, BEO, XIV, 73.

431 Dunand, Amanus, 130.

432 Appelé aussi Ǧabal al-Buḏay’.

433 IbnAsākir, 243 ; THS, 321, 327 ; KurdAlī, Ġūṭa, 262.

434 Harawî, Ziyarāt, 16-17 ; Baedeker, 153 ; THS, 323 sq. ; Cantineau, Les parlers arabes du Horan, Paris, 1946.

435 THS, 323.

436 IbnAsākir, 242 ; THS, 315-321 ; Elisséeff, art. Ḏjilliķ, EI2, II, 554.

437 Voir THS, carte II, A 1.

438 Lammens, art. Marḏj al-Ṣuffar, EI, III, 294 ; Le STR., Pal., 504.

439 THS, 334, 340 ; Le Str., Pal., 441.

440 THS, 327, 344 ; Le Str., Pal., 530.

441 M. Dunand, La voie romaine du Ladja, dans Mémoires publiés A.I.B.L., XIII, II; Baedeker (édit. 1912), 141.

442 Le Str., Pal., 492 ; THS, 371-381.

443 Harawī, Guide, 29.

444 J. Sauvaget, Les ruines omeyyades du Djebel Sais, Syria, XX (1939), 239-256 ; K Brisch, Le Château omeyyade de Djebel Seis, rapport préliminaire, AAS, XIII, 135-158.

445 THS, 376, carte II, p. 40 (cité Ḫalḫala).

446 Le Str., Pal., 533 ; Baedeker (édit. 1912), 165 ; THS, 368.

447 THS, 323 ; D. Sourdel, art. al-Nuķra, EI2, I, 1126.

448 Honigmann, art. al-Baṯhaniyya, EI, III, 1017.

449 Buhl-Elisséeff, art. Adkri’āt, EI2, 1,200 ; Le Str., Pal., 383 ; THS, 325.

450 THS, 341.

451 IbnAsākir, 206, n. 7 ; THS, 332 sq. ; Lammens, Djābiya, EI, I, 1016 ; J. Sourdel-Thomine, art. al-Ḏjābiya, EP, II, 369 ; Canard, Ḥamd., 203.

452 THS, 328-330 ; Le Str., Pal., 381, 400 ; M. van Berchem, Notes sur Us Croisades, JA, 1902, 420-421.

453 Le Str., Pal., 53 ; Honigmann, art. Yarmūk, EI, IV, 1223.

454 Dunand, Amanus, 132.

455 Le Str., Pal., 540 ; THS, 369.

456 THS, 347-348 ; Marmardji, 20-21 ; A. Abel, art. Boṣrā EI2, I, 1314-16 ; E. Ouéchek et S. Mougdad, Bosra, guide historique et archéologique, Damas, 1954.

457 A. Abel, art. Boṣrā, EI2 I, 1314.

458 Harawī, Ziyarāt, 17.

459 Du haut de la citadelle l’horizon s’étend très loin alentour.

460 Sous les Ayyoubides la citadelle fut profondément remaniée.

461 Harawī, Ziyarāt, 17 ; Le Str., Pal., 529 ; THS, 366 ; Marmardji, 114.

462 Adib Bagh, La région du Djolan, étude de géographie régionale, Damas, 1961 ; THS, 381 sq. ; D. Sourdel, art. al-Ḏjawlān. EP, II, 510.

463 THS, 314, 322.

464 Baedeker (édit. 1912), 263 ; THS, 393 ; GB, Syrie, 378.

465 M. van Berchem, Le Château de Banias et ses inscriptions, JA, 1889, 7-22 ; Le Str., Pal., 418-419 ; Baedeker, 260 ; THS, 390 ; G. Dem., Syrie, 65, 179 ; Marmardji, 13-14 ; Deschamps, Défense, 145 sq. ; J. Sourdel-Thomine, art. Bāniyās, ЕІ2, I, 1048.

466 La distance de Damas à Tibériade était de quatre étapes (cf. Marmardji, 110).

467 Le Str., Pal., 532 ; THS, 381 ; Marmardji, 127-133 ; Cantineau, Les Parlers du Horan, 28.

468 Honigmann, art. al-Yarmūk, EI, IV, 1223 ; Marmardji, 207-208.

469 Baedeker, 237 ; GB, 387.

470 Le Str., Pal., 385 ; THS, 383, dit aussi Afica.

471 Deschamps, Défense, 100-101.

472 Le Str., Pal., 443 ; THS, 383 ; Deschamps, Défense, 99-116.

473 A l’époque de Nūr ad-Dīn deux châteaux francs, bâtis au sud du pays de Moab, Kérak et aš-Šawbak (Montréal), véritables clés de l’Arabie Pétrée, tenaient la route du Pèlerinage à leur merci et coupaient en fait le monde musulman en deux : la Syrie au nord, l’Arabie et l’Égypte au sud (cf. Deschamps, Défense du Royaume de Jérusalem, BAH, XXXIV, 1939).

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search