Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome I

 | 
Nikita Elisséeff

Première partie. Le cadre topographique de la politique de Nūr ad-Dīn

I. Aperçu de géographie physique

Texte intégral

1La famille des atabegs zenguides, venue des plateaux d’Asie au cours d’une des nombreuses invasions turques, reçut en apanage, avec l’accord du calife abbasside et du sultan seldjouqide, la ville de Mossoul et la région avoisinante, à charge pour elle de mener la Guerre Sainte (ğihād) sur les frontières occidentales de l’Empire.

2Zengī réussit à créer un État mésopotamien pratiquement indépendant de Bagdad, puis étendant son autorité vers l’ouest il eut un domaine syro-mésopotamien où Alep faisait pendant à Mossoul. A la mort de Zengī, l’empire qui s’étendait d’est en ouest se scinda pratiquement en deux États, l’un mésopotamien et l’autre syrodjéziréen. Le premier resta le domaine de l’aîné de la famille, Sayf ad-Dīn ; quant au second, Nūr ad-Dīn devait lui donner une puissance remarquable qui en fit un État indépendant et dont nous étudierons le rôle dans l’histoire de l’Orient musulman au vie/xiie siècle. Partant d’Alep, le fils cadet de Zengī établit son autorité sur les provinces situées au sud et créa un empire s’étendant des sources du Sarūğ aux gorges du Yarmūk, limité à l’ouest par l’Oronte et la chaîne du Liban, à l’est par le Ḫābūr, le moyen Euphrate et le désert. Plus tard, en s’imposant comme suzerain à son neveu Quṭb ad-Dīn, il contrôla aussi l’État mésopotamien. Ainsi son domaine recouvrait une grande partie de l’ancien empire assyrien et constituait une préfiguration du moderne « croissant fertile », englobant les riches terres céréalières des régions de Mossoul, de la Djéziré, de la Syrie Centrale et du Hauran, jalonné par les villes de Mossoul, Raqqa, Alep, Ḥimṣ, Damas et Boṣrā.

3Pour mieux suivre les événements historiques qui déterminèrent la politique de Nūr ad-Dīn nous essayerons de brosser un rapide tableau du cadre géographique et de donner une esquisse topographique des régions et des villes qui jouèrent un rôle important dans l’activité du souverain zenguide. Nous ne ferons pas entrer dans notre aperçu topographique les régions qui ne furent le théâtre que d’apparitions épisodiques de Nūr ad-Dīn ou de rapides expéditions militaires comme la région au nord de l’Amanus, ou celle de Tibériade. Nous laisserons aussi hors de ce cadre l’Égypte bien qu’elle ait été une des préoccupations majeures de Nūr ad-Dīn à la fin de son règne mais où il ne vint jamais en personne.

GÉNÉRALITÉS

  • 1 P. Birot et J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, t. II : La Méditerranée Orientale et le (...)

4Dans l’ensemble des pays que domina Nūr ad-Dīn et qui constitue ce que Jean Dresch appelle le « Moyen-Orient arabe »1, nous pourrons distinguer trois régions principales correspondant aux trois parties de l’empire zenguide : la Djéziré, la Syrie du Nord et la Syrie du Sud à laquelle nous ajouterons la Palestine.

5Pour chacune de ces régions nous esquisserons le relief, évoquerons la nature du climat, signalerons le système hydrographique avant d’aborder dans une partie plus développée la topographie historique de chacun des différents pays.

6Situé au carrefour des continents et des mers, le Moyen-Orient arabe fut traversé depuis les temps les plus reculés par de grands courants d’échanges spirituels et matériels. Là passaient les routes reliant l’Asie lointaine à l’Europe d’outre mer Méditerranée et à l’Afrique septentrionale. Mais bien des crises graves entravèrent, durant des périodes plus ou moins longues, les échanges commerciaux entre l’est et l’ouest ; la réaction sunnite esquissée par Zengī, menée avec énergie sur le plan diplomatique et militaire par Nūr ad-Dīn fut un de ces moments où les marchands au long cours désertèrent la région.

7Pays tabulaire, morceau d’Afrique s’avançant comme un coin, selon l’expression de Jean Dresch, au-delà du continent africain, le Moyen-Orient arabe est un pays plat, désertique ou semi-désertique où la terre n’est cultivable que dans la mesure où on peut l’irriguer. Les bords du désert lorsqu’ils reçoivent l’eau descendue des montagnes donnent de riches récoltes et groupent les centres agricoles, constituant un « croissant fertile » qui au gré des circonstances historiques s’est rétréci ou dilaté.

LE RELIEF2

  • 2 Birot et Dresch, La Méditerranée..., 197.

8Fragment septentrional de la péninsule arabique, prolongement de la table africaine, la Djéziré et la Syrie, au sens large du terme, constituent un vaste ensemble géographique bordé au nord par un arc montagneux de direction générale est-ouest, à l’est, le Zagros, à l’ouest le Taurus, auxquels s’ajoutent quelques massifs montagneux disposés sur les bords. Cet ensemble du type tabulaire faillé, constitué essentiellement par un socle de roche cristalline, arasé et recouvert de dépôts marins ou de sédiments, se fracture en deux et constitue le « fossé syrien ». Partant des Portes de Cilicie et du Taurus par la vallée du Kara Su ce fossé se prolonge vers le sud par le ‘Amq, le Ghāb et la Biqā‘, tous trois reliés par l’Oronte, par la vallée du Jourdain, la fosse de la mer Morte, le wādī ‘Araba et atteint le golfe d’al-‘Aqaba. Là il rejoint la gigantesque fosse qui de la mer Rouge s’étend jusqu’au Mozambique.

9Trois dépressions transversales permettent d’accéder de la côte à l’intérieur du pays : la vallée du Bas Oronte, entre l’Amanus et le Cassius, la trouée de Tripoli à Ḥimṣ entre le Ğabal Ansarīya et le Liban et la vallée du Litani au nord de Tyr vers Marğ ‘Uyūn.

10Nous inspirant des divisions établies par Jean Dresch nous distinguerons quatre secteurs : celui de la Djéziré, celui de la Syrie septentrionale, le secteur libano-syrien et enfin les pays de Palestine et Jordanie.

a) DJÉZIRÉ

11Au pied des montagnes du Taurus, un ensemble de plateaux descend vers le sud en glacis insensible, parallèlement au versant occidental de la chaîne du Zagros qui part du lac de Van pour descendre jusqu’au golfe d’Oman.

12La plaine qui s’étend entre le bassin supérieur du Tigre et le Moyen Euphrate constitue la Djéziré, mot à mot l’« île ». Au milieu de cette plaine le seul relief marquant est une ride montagneuse constituée de deux massifs séparés par le Ḫābūr : le Ğabal Sinğar (1.600 m.) et le Ğabal ‘Abd al-‘Azīz (800 m.). Cette ride est orientée d’est en ouest parallèlement aux plissements du Taurus. Celui-ci s’étire sur 1.300 kilomètres de l’Arménie à la côte méditerranéenne d’Asie Mineure, constituant les limites septentrionales de la Djéziré et de la Syrie. Il se subdivise en trois arcs : le Taurus arménien, une suite de hauts plateaux avec l’échancrure de la vallée de l’Euphrate, l’Anti-Taurus couvert de forêts et de maquis, et le Taurus cilicien qui plonge dans la mer par des à-pics, en maints endroits vertigineux, entre Adalia et Alexandrette et dont les Portes de Cilicie, ou passe de Bozanti, permettent seules le passage à travers la montagne. A partir des rives de PEuphrate, qui taille sa vallée dans les plateaux de calcaire sec et s’orne de berges éclatantes de blancheur dans un paysage fauve et mauve, la grande plate-forme syrienne remonte vers le sud et le sud-ouest, insensiblement pour ne s’arrêter qu’à l’Anti-Liban et aux plateaux de Jordanie.

b) SYRIE DU NORD

  • 3 D. Sourdel, art. al-‘Amḳ. dans EI2, I, 459-460.

13Le relief de la Syrie du Nord est le résultat du conflit de deux orientations : celle de la chaîne côtière nord-sud et celle de la chaîne taurique est-ouest. Au nord, au-delà de l’arc montagneux de l’Amanus et du Taurus s’étend la plaine de Cilicie. Vers le sud nous trouvons les éléments septentrionaux du grand fossé syrien qui sépare les deux plateaux soulevés qui caractérisent le relief syrien : l’un des plateaux est proche de la mer et l’autre est à l’intérieur. Ces éléments sont le Kara Su et la dépression du ‘Amq3. Cette dernière s’arrête à la vallée du Bas Oronte qui dans cette région change l’orientation de son cours pour prendre la direction du sud-ouest.

14Plus au sud nous trouvons le Ğabal Zāwiya (980 m.) que le Rūğ et la dépression du Ghāb séparent du Ğabal Ansarīya (1508 m.) dont le versant occidental vient en pente douce plonger dans la Méditerranée. La montagne alaouite s’arrête au large ensellement que représente la fameuse trouée de Ḥimṣ à Tripoli.

c) SYRIE DU SUD

  • 4 J. Sourdel-Thomine, art. Biḳā‘, dans EI2, I, 1250.

15Au sud du plateau de Ḥimṣ deux fragments parallèles de la table syrienne se dressent à l’horizon : l’Anti-Liban et le Liban. Entre les deux se creuse une large dépression drainée vers le nord par l’Oronte : la Biqā‘4, dont la ligne de partage des eaux se situe vers Ba‘albakk et qui rejoint, par le wādī at-Tayim, le fossé du Jourdain.

16De l’Anti-Liban, dont les plissements sont remarquablement nets même pour le profane, quelques massifs se détachent vers le nord-est. Les uns partent de Ḥimṣ et s’étendent jusqu’à PEuphrate, marquant en quelque sorte la limite méridionale de la Syrie du Nord. D’autres massifs se détachant sensiblement à la hauteur de Damas vont rejoindre Palmyre, accentuant par leur silhouette la pente du plateau calcaire de la Syrie intérieure vers la Mésopotamie.

17Au sud de Damas l’Anti-Liban culmine à 2.814 m. avec le massif de l’Hermon. A l’ouest de ce dernier surgissent les blocs volcaniques du Lağā’ et du Djebel Druze (Ğabal ‘Arab) qui avec les basaltes du Wa‘r près de Ḥimṣ et les pierres noires de la région d’Antioche constituent une ligne de masses d’éruptions parallèles au bord oriental du grand fossé syrien. A l’ouest de la Biqā‘, le Liban culmine à 3.000 m. dans le massif septentrional du Qurnat as-Sawda et atteint près de 2.000 m. dans le massif méridional du Barūk.

18Depuis le Taurus jusqu’à la pointe sud du Liban se dresse une barrière montagneuse qui se poursuit entre 1.000 et 3.000 m. d’altitude à peine interrompue par le fossé de l’Oronte inférieur, le couloir du nahr al-Kabīr qui joint Alep à Lattaquié et la trouée de Ḥimṣ à Tripoli. Plus au sud, dans la région de Tyr, le couloir du Litani menant vers Marğ ‘Uyūn met un terme à la chaîne libanaise et marque le début de la chaîne palestinienne.

19En franchissant la barrière montagneuse on gagne par des pentes rapides la côte où se succèdent des plaines formées d’alluvions meubles et fertiles, bien arrosées par les fleuves descendus de la montagne. Entre les piedmonts du Taurus et la frontière de l’Arabie, la Syrie constitue une zone de pays cultivables dès qu’ils sont irrigués, tandis qu’en direction de l’Orient c’est le désert qui s’abaisse vers la Mésopotamie et le golfe Persique.

d) PALESTINE

20Au sud de Tyr le massif montagneux du Liban change de caractère. Son altitude diminue et il se transforme en plateaux. La plaine côtière gagne en profondeur, les criques disparaissent et c’est, après le Carmel, un long cordon de dunes et de lagunes qui va rejoindre le delta du Nil près d’al-‘Arīš.

  • 5 H.W. Glidden, art. al-‘Aḳaba, EI2, I, 325 ; N. Glueck, art. ‘Araba, EI2, I, 576.

21Les plateaux de Jordanie s’inclinent vers l’est pour former une vaste cuvette tandis que les plateaux de Galilée, de Samarie et de Judée penchent vers la mer. Entre ces deux séries de plateaux le fossé syrien se poursuit par la dépression du lac de Houlé que prolonge le lac de Tibériade et la vallée du Jourdain. Parvenue à son niveau le plus bas à la mer Morte la fosse remonte par le Ghar, la vallée du wādī‘Araba, entre les monts du pays de Moab et les plateaux du Negeb, et atteint la mer Rouge au golfe d’al-‘Aqaba5.

LE CLIMAT

  • 6 Birot et Dresch, La Méditerrannée..., 257.

22Le climat du Moyen-Orient arabe est le moins méditerranéen des climats du pourtour de la Méditerranée6.

23Les régions qui constituèrent l’empire de Nūr ad-Dīn forment une masse continentale généralement basse, entourée de chaînes de montagnes ; les mers n’y exercent qu’une influence très réduite et l’on y retrouve des pressions hautes en hiver et basses en été. L’influence modératrice de la Méditerranée ne se fait sentir dans cet empire qu’au voisinage des dépressions transversales de Syrie. L’ensemble du pays intérieur est soumis à des températures contrastées, le mois le plus chaud est généralement juillet tandis que janvier est le mois le plus froid. Durant l’hiver « syrien », l’atmosphère est perturbée, des vents aussi soudains que violents viennent soulever la poussière tantôt dans un secteur tantôt dans l’autre. Le ciel est souvent bouché et du plafond bas tombent des averses torrentielles. La fin de l’hiver est marquée par une dépression provoquant un vent du sud-est, le Ḫamsīn ou Chlouq, qui souffle quelques jours, brûlant la végétation et mettant à rude épreuve les nerfs des humains. Puis brusquement le calme revient, l’hiver est terminé à la fin mars. Le printemps est à peine marqué, dès le début de mai le régime d’été s’installe. C’est alors, pendant près de cinq mois l’immuable été sans pluie, sans un nuage dans un ciel bleu avec un soleil agressif apparaissant sans aurore et disparaissant sans crépuscule. A la fin de septembre, quelques rares nuages apparaissent dans le ciel, les premières ondées n’arrivent pas à laver la nature de son manteau de poussière. Soudain en novembre une dépression atmosphérique vient mettre un terme à l’été ; l’automne ne dure que quelques semaines et cède le pas à l’hiver dont le froid fait fumer les cheminées ; la pluie détrempe les routes, les jardins et les champs, et la neige vient recouvrir les sommets, descendant certains jours son manteau blanc jusqu’à une altitude inférieure à mille mètres. Les précipitations vont atteindre leur maximum en décembre et janvier pour décroître ensuite.

24a) La Djéziré, située à l’arrière des massifs côtiers, se trouve dans la zone de climat méditerranéen steppique plus ou moins dégradé. Ce climat est caractérisé par une faible pluviosité et l’aridité est le trait dominant du paysage, sauf dans la région des piedmonts. Se trouvant comme Alep, Damas et Jérusalem entre les courbes de pluies de 500 et 250 mm. Mossoul a un climat permettant le développement de la végétation et une vie urbaine active.

25Au nord-est et à l’est, au pied du Zagros et vers l’ouest dans le Taurus, d’abondantes pluies viennent grossir le cours des rivières tandis que les hauteurs du Kurdistān reçoivent aussi de la neige qui constitue un précieux réservoir d’eau pour la saison chaude. En revanche, vers le sud-ouest, avant même d’avoir atteint l’Euphrate, on pénètre dans une région désertique recevant moins de cent mm. de pluie, où toute culture non irriguée devient impossible. C’est le désert syro-arabique. L’hiver y est court mais rigoureux avec quelques averses, à Palmyre même le gel nocturne est fréquent, tandis que l’été est long et torride. Ce climat rude du désert est funeste aux plantes et hostile aux hommes, il contraint à un mode de vie spécial, la vie nomade avec un type humain original, le bédouin, échappant de nos jours encore comme déjà au temps de Nūr ad-Dīn aux fluctuations du pouvoir et aux tracas de l’administration. En hiver il parcourt les zones de pâturage dans le désert, en été il est contraint de suivre la bordure des régions cultivées moins sèches ; c’est la saison où il entre en contact amical ou hostile avec le sédentaire, paysan ou citadin.

26b) En Syrie du Nord, à l’ouest de la Djéziré, le climat est un compromis entre la Méditerranée et le désert syro-arabique : l’été y est très sec et l’amplitude des variations thermiques, qui est grande à l’intérieur de la région, s’atténue à mesure que l’on approche de la côte. Les plateaux intérieurs ne reçoivent que peu de pluie et se présentent comme une steppe où il est possible de cultiver par irrigation des céréales et des arbres fruitiers. La végétation constitue alors une longue et étroite zone qui s’étend en arc de cercle du Diyār Bakr par Édesse et Alep jusqu’à l’Anti-Liban. Vers le nord et le nord-est le sédentaire, cultivateur ou artisan, domine tandis que vers le sud et le sud-ouest s’étend le domaine du nomade pasteur ou éleveur dont la steppe et le désert constituent l’horizon familier. Deux économies opposées coexistent et leurs principaux points de contact sont des oasis comme Manbiğ, Hama, Ḥimṣ ou Damas.

27L’influence marine est arrêtée par l’écran de montagnes constitué par la succession des massifs des Alaouites et du Liban, des hauteurs de la Galilée et de Judée. Ces régions, qui ne furent que très partiellement intégrées dans l’empire de Nūr ad-Dīn, reçoivent d’énormes précipitations qui prennent souvent à haute altitude la forme de neige, le Qurnat as-Sawda et le Ṣannīn, au Liban, gardent tard dans l’été des coulées de neige près de leurs sommets.

28c) Sur la côte méditerranéenne elle-même, d’Iskenderun à Gaza, règne une constante humidité sensible même au cours de l’été, et une grande égalité de température qui atteint son degré le plus remarquable en juillet lorsque la différence entre les températures diurne et nocturne est à peine perceptible.

LES FLEUVES

29Dans l’ensemble du Moyen-Orient arabe le problème de l’eau est capital. L’insuffisance des pluies et l’irrégularité de leur répartition sont aggravées par une insolation et une évaporation très fortes qui font disparaître une bonne partie de l’eau. Seule se conserve l’eau qui s’infiltre profondément dans le sol pour reconstituer les nappes phréatiques. Celles-ci alimentent des sources de types variés généralement signalées par un bouquet de peupliers.

30Nous distinguerons quatre groupes hydrographiques : les deux grands fleuves jumeaux, le Tigre et l’Euphrate, les rivières de l’intérieur, les fleuves du fossé syrien et les torrents côtiers.

  • 7 EI2, II, 256 (Hartmann-Longrigg).
  • 8 Hartmann et E. de Vaumas, al-Furāt, dans EI2, II, 967-970.

31Constituant la limite orientale de la Djéziré, le Tigre (ad-Diğla)7 descend en pente forte des montagnes d’Arménie et pénètre en Djéziré à Ğazīrat Ibn ‘Umar. Le flot devient moins impétueux, encore que le courant reste rapide, et à partir de Mossoul le Tigre commence à être navigable pour les kelek-s, sorte de radeaux en bois montés sur des outres gonflées. A 48 kilomètres en aval de la capitale de la Djéziré il est très influencé, au confluent de Ḥadīṭa, par l’apport d’un de ses affluents de la rive gauche venu du Zagros tout proche : le Grand Zāb. Cent kilomètres plus loin, à as-Sinn, il reçoit le Petit Zāb, puis il doit se frayer un chemin à travers le Ğabal Ḥamrīn qui constitue la limite méridionale de la Djéziré. A partir de Takrīt la ville qui commande le défilé, le Tigre est sollicité jusqu’au golfe Persique par un système très complexe de canaux qu’il arrive à alimenter par les apports du Ṭawq Tchai en aval de Samarrā et du Diyala en aval de Bagdad.L’Euphrate, plus long que son jumeau, se fraie un chemin dans les défilés des massifs arméniens, puis il longe vers le sud la base des chaînes tauriques orientales, il entre en Syrie à Djérablous à 325 m. d’altitude et reçoit sur sa rive droite le Sağūr8. Il entre en plaine et va se tailler une large vallée aux berges éclatantes de blancheur dans le plateau calcaire. Il charrie désormais d’énormes masses de fines alluvions. A partir de Bālis, l’Euphrate qui devient navigable, subissant l’attraction de la dépression mésopotamienne, oblique vers le sud-est. En aval de Raqqa il reçoit le Balīḫ descendu de la région de Harrān puis le Ḫābūr constitué par un faisceau de rivières réunies à Hassaka. Selon les circonstances, le Balīḫ et le Ḫābūr constituèrent la frontière occidentale des royaumes mésopotamiens. A l’époque de Nūr ad-Dīn le Ḫābūr marqua la limite entre les domaines du prince de Mossoul et de celui d’Alep.

32A l’ouest du désert, avant d’atteindre le grand fossé syrien, les rivières sont caractérisées par le fait qu’elles s’affaiblissent d’amont en aval. La médiocrité du débit terminal tient au fait que le cours de la rivière est fractionné en de multiples canaux pour permettre l’irrigation. Ce qui reste d’eau se déverse dans des marais terminaux, foyers de paludisme, ou aboutit au néant.

  • 9 N. Elisséeff, art. Baradā, EI2, I, 1060-1061.
  • 10 N. Elisséeff, art. Ghūṭa, EI2, II, 1131-1132.
  • 11 Ce lac a aujourd’hui cédé la place à de vastes terrains de culture par suite d’une amélioration du (...)

33Ainsi le Quwayq, qui partant de la région de ‘Ayntāb coule du nord au sud, irrigue Alep et se perd dans la dépression d’al-Maṭḫ ; le Baradā9 qui donne toute son importance à la Gūta 10 de Damas venait alimenter par ses canaux le lac de ‘Utayba11 ; le nahr al-A‘wağ enfin, descendu de l’Hermon, permet les cultures à Kiswa au sud de Damas et disparaît dans les marais de Hiğāna.

  • 12 J. Weulersse, L’Oronte, étude d’un fleuve, PIFD, Tours, 1940.

34Tout autre est le caractère des fleuves qui coulent dans le fossé syrien. L’Oronte, le nahr al-‘Āsī12, est alimenté par plusieurs sources pérennes au nord de Ba‘albakk. Il empreinte la dépression de la Biqā‘ vers le nord, parallèlement à la côte, il passe par le lac de Qadesh où depuis des siècles une digue régularise son cours. En aval de Ḥimṣ, le fleuve entaille sa vallée dans le plateau calcaire de Hama et sort à Šayzar dans la dépression marécageuse du Ghāb ; continuant sa course vers le nord l’Oronte passe sous deux ponts importants Ğisr aš-Šuġūr et Ğisr al- Ḥadīd ; arrivé à la plaine du ‘Amq, il y reçoit le ‘Afrīn et le nahr al-Aswad (Kara Su) puis décrit un coude et s’oriente vers le sud-ouest en longeant l’Amanus et va se jeter dans la Méditerranée à côté de Suwaydīya. Ce fleuve pendant longtemps marqua la frontière entre Musulmans et Croisés.

  • 13 Ibrāhīm ‘Abd al-Āl, Le Litani, étude hydraulique, Beyrouth, 1948.

35Tournant le dos, si l’on peut dire, à l’Oronte, le Litani13 qui a ses sources dans la région de Ba‘albakk emprunte la dépression de la Biqā‘ vers le sud et après une section longitudinale entre le Liban et l’Anti-Liban il oblique brusquement vers l’ouest au pied du château croisé de Beaufort et passe entre la chaîne du Liban et celle de Galilée pour se jeter dans la mer au nord de Tyr.

  • 14 Buhl, Urdunn, EI, IV, 1085.

36Le Jourdain, troisième fleuve du fossé médian, ressemble par l’importance de son débit et la longueur de son cours aux deux précédents mais par sa destinée, par la nature de son terme il devrait être placé dans la catégorie des rivières de l’intérieur. Plusieurs sources jaillissant au pied de l’Hermon déversent leurs eaux vers le lac de Houlé et c’est à la sortie de ce lac que prend véritablement naissance le Jourdain14 dont le cours a un profil à longs paliers. A la sortie du lac, le Jourdain se creuse une gorge étroite dans les basaltes et un peu avant Tibériade il entre en plaine. Après avoir traversé le buḥayrat Ṭabarīya le fleuve reçoit à sa droite le Yarmūk, puis il s’attarde en de multiples méandres dans le Ghar avant de se jeter dans la mer Morte.

37Le quatrième élément du système hydrographique du Moyen-Orient arabe est constitué par les torrents côtiers qui suivant un profil raide, et dans des vallées parallèles, descendent de la barrière montagneuse vers la mer. Ces nahr-s qui contrairement aux wādī-s ne tarissent jamais sont alimentés en hiver par les précipitations atmosphériques et en été par les sources. Les deux fleuves les plus importants sont les deux nahr al-Kabīr qui coulent au nord et au sud du massif des Alaouites, l’un dans la région de Lattaquié et l’autre traversant la Bocquée dans l’ensellement de la trouée de Ḥimṣ-Tripoli.

  • 15 Cahen, La Syrie du Nord, 108.

38Précipitations atmosphériques, sources, fleuves permettent l’installation humaine et la vie sédentaire à la périphérie du Moyen-Orient arabe qui est, comme l’a noté Claude Cahen15, un ensemble de zones concentriques disposées en quart de cercle autour du désert syro-arabique. Cette zone est située entre le désert et les massifs montagneux peu habitables à l’exception de certaines vallées, difficilement traversables. Dans cette zone la vie s’est développée, l’agriculture y a été pratiquée avec patience, avec obstination le moindre filet d’eau, le puits le plus profond ont été utilisés pour alimenter le savant réseau des canaux. L’homme a pu, suivant les périodes, donner plus ou moins de rendement à la végétation de la steppe et faire reculer le désert.

39Mais l’homme n’a pas à lutter uniquement pour chaque goutte d’eau, il doit se défendre aussi contre les calamités qui plus que de nos jours sévissaient au temps de Nūr ad-Dīn. Les céréales et les arbres fruitiers étaient souvent attaqués et détruits par les sauterelles venues d’Abyssinie en vols pesants, le ver du coton faisait de graves ravages dans les récoltes tandis que les mouches des agrumes rendaient impropres à la consommation une bonne partie des fruits. L’homme était victime de mille maux. Beaucoup souffraient du paludisme, plus d’un atteint par le trachome perdait la vue, innombrables étaient ceux qui avaient des troubles du tube digestif où avec les amibes coexistaient des parasites variés tels les ankylostomes, bilharzies ou simples ténias. Aux maux individuels s’ajoutaient les épidémies de typhoïde, de typhus, de choléra et même de peste qui creusaient des vides dans la population urbaine aussi bien que rurale.

Notes

1 P. Birot et J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, t. II : La Méditerranée Orientale et le Moyen-Orient, 3e partie : Le Moyen-Orient Arabe, pp. 193 sqq ; L. Dubertret et J. Weulersse, Manuel de géographie : Syrie, Liban et Proche-Orient.

2 Birot et Dresch, La Méditerranée..., 197.

3 D. Sourdel, art. al-‘Amḳ. dans EI2, I, 459-460.

4 J. Sourdel-Thomine, art. Biḳā‘, dans EI2, I, 1250.

5 H.W. Glidden, art. al-‘Aḳaba, EI2, I, 325 ; N. Glueck, art. ‘Araba, EI2, I, 576.

6 Birot et Dresch, La Méditerrannée..., 257.

7 EI2, II, 256 (Hartmann-Longrigg).

8 Hartmann et E. de Vaumas, al-Furāt, dans EI2, II, 967-970.

9 N. Elisséeff, art. Baradā, EI2, I, 1060-1061.

10 N. Elisséeff, art. Ghūṭa, EI2, II, 1131-1132.

11 Ce lac a aujourd’hui cédé la place à de vastes terrains de culture par suite d’une amélioration du système d’irrigation.

12 J. Weulersse, L’Oronte, étude d’un fleuve, PIFD, Tours, 1940.

13 Ibrāhīm ‘Abd al-Āl, Le Litani, étude hydraulique, Beyrouth, 1948.

14 Buhl, Urdunn, EI, IV, 1085.

15 Cahen, La Syrie du Nord, 108.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search