Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome I

 | 
Nikita Elisséeff

Introduction

Les sources

Texte intégral

  • 1 Dans BEO, VII-VIII, 113.

1Les sources contemporaines de la période de l’histoire syrienne comprise entre la conquête turque et l’avènement des Ayyoubides ont presque toutes disparu, notait, déjà en 1938, Claude Cahen1.

2Les documents sur lesquels se base l’historien de l’Occident médiéval sont pratiquement inexistants pour l’Orient arabe à l’époque qui nous intéresse ; en effet nous ne trouvons ni actes privés, ni archives notariales, ni contrats de commerce, guère de vestiges de correspondance privée ou officielle, pas de journaux de secrétaires. Nous ne disposons, pour le vie/xiie siècle d’aucune archive de chancellerie, ni de documents diplomatiques, ni de rapports d’agents, d’aucune pièce qui nous permette de mesurer l’intensité et la nature des rapports entre les États voisins, chrétiens et musulmans. Sans doute les invasions successives et l’insouciance des hommes ont-elles fait disparaître les archives en Orient musulman.

  • 2 P. 33 ; voir aussi Carra de Vaux, art. Ta’rīkh dans EI, IV, 705. I.F.D. — 1

3Seules les sources narratives, pour la plupart en langue arabe, nous permettent de connaître l’histoire intérieure et celles des relations avec les puissances étrangères. Ces sources de valeur très inégale, ayant souvent une chronologie incertaine, relèvent du genre très divers des « chroniques » (aḫbār) et des « annales » (Ta’rīḫ) dont on trouvera une claire définition dans l’Introduction à l’Histoire de l’Orient musulman de Jean Sauvaget2.

  • 3 R. Brunschvig, La Bérbérie orientale sous les Hafsides, introduction.

4Chez les auteurs contemporains des événements et chez ceux qui rapportent de première main, comme chez les compilateurs des siècles suivants, on trouve dans la plupart des cas des histoires « orientées », résultat de la partialité inhérente à une historiographie dynastique. Éminemment impersonnelles les sources arabes cependant pèchent souvent par omission : les auteurs suppriment la mention de certains faits choquant leur conception religieuse ou pouvant mécontenter leur protecteur, quand les zélateurs sunnites ne vont pas jusqu’à faire disparaître les sources chiites comme ce fut le cas en Syrie. D’autre part « un silence presque total, comme le note Robert Brunschvig3, est gardé dans les chroniques sur l’organisation et le fonctionnement des administrations publiques, sur les finances, sur la vie de cour ». Ce manque d’information ne nous permet guère d’étudier de façon satisfaisante l’activité économique et la vie sociale des masses populaires.

5« Les ouvrages les plus anciens ne sont pas nécessairement les plus dignes de confiance », rappelait J. Sauvaget ; nous devons donc pour chaque source déterminer ce que cet historien appelait la « zone de crédibilité ». Si dans les recueils anciens de traditions cette zone peut être délimitée, car jamais ne manque la chaîne des transmetteurs, dans les chroniques cette zone reste difficile à définir, l’auteur se dispensant le plus souvent de citer ses sources lorsqu’il transcrit ou résume l’œuvre d’un prédécesseur. Bien rares sont les historiens qui font un choix dans leur documentation ou qui portent un jugement de valeur sur leurs sources. En fait « les diverses histoires consistent souvent dans la simple copie d’un ouvrage précédent accru de menues additions », comme l’a noté Claude Cahen qui, par ailleurs, constate que la masse de l’apport arabe n’est guère proportionnelle au nombre de pages noircies.

6Les ouvrages d’histoire (Ta’rīḫ) sont de deux genres : les chroniques (Ibn al-Qalānisī) et les dictionnaires biographiques (Ibn ‘Asākir). Le premier groupe énumère les événements et ne mentionne qu’occasionnellement en fin de chaque année la disparition de tel ou tel personnage important ; au cours des siècles, petit à petit, les obituaires prirent de l’ampleur chez les chroniqueurs et s’insérèrent dans les annales comme dans la Bidāya d’Ibn Kaṭīr. Les auteurs du second groupe ne donnent que la biographie des hommes qu’ils considèrent comme dignes de passer à la postérité sans les replacer dans le cadre des événements dont leurs héros furent les contemporains.

  • 4 H. A. R. Gibb, The Arabic Sources..., Speculum, XXV, 1950, 63.

7Dans les deux cas, les historiens, s’inspirant des méthodes des traditionnistes, relatent certaines situations sous la forme d’un dialogue imaginaire ou de déclaration d’un supposé témoin des événements ; ce procédé était sans doute conforme au goût du lecteur médiéval qui croyait peut-être à l’authenticité de tels témoignages4.

  • 5 SN, 35.

8Les sources du milieu du vie/xiie siècle dont nous disposons se ressentent de la réaction sunnite provoquée par Nūr ad-Dīn. Elles omettent délibérément les sources chiites dont certaines nous sont parvenues indirectement par des extraits ; c’est pourquoi Claude Cahen a pu dire que « l’histoire syrienne nous apparaît donc à travers les sources conservées sous un angle unique et systématiquement faussée »5.

  • 6 Sur les sources arabes en général, voir C. Brockelmann, GAL, 1937-49 ; J. Sauvaget, Introduction à (...)
  • 7 Pour les articles et études concernant les sources, voir J. D. Pearson, Index Islamicus, 1958 et S (...)

9Le recours direct aux sources ne va pas sans difficulté ; en effet la documentation sur le règne de Nūr ad-Dīn n’est ni aussi abondante ni aussi détaillée que nous le souhaiterions6. Parmi les œuvres qui nous sont parvenues nous distinguerons d’abord celles dont les auteurs ont été les contemporains du prince puis nous examinerons les compilations postérieures. Certaines sources ne couvrent qu’une partie du règne de Nūr ad-Dīn tandis que d’autres en relatent la totalité7. Dans la première catégorie se situent la chronique d’al-Ἁẓīmī qui s’arrête avant la prise du pouvoir par Nūr ad-Dīn mais qui est précieuse pour notre documentation sur le règne de son père Zengī, la partie de l’œuvre d’Ibn Ḥamdūn qui touche à l’histoire (elle se termine à l’année 553/1158 et reste inédite), la chronique d’Ibn al-Qalānisī, qui mourut en 555/1160, enfin le travail inédit de Muḥammad al-’Imrānī qui ne dépassa pas l’année 560/1165. As-Samānī, mort en 562/1167, n’apporte dans son dictionnaire biographique, centré il est vrai sur Bagdad, en dehors d’indications géographiques, que peu de renseignements qui puissent nous aider à comprendre l’évolution de la Syrie de son époque.

10Dans la seconde catégorie, celle des auteurs ayant survécu à Nūr ad-Dīn, nous retrouvons Ibn ‘Asākir qui nous a laissé une description topographique détaillée de Damas en son temps en guise d’introduction à son dictionnaire biographique où abondent les notices sur ses contemporains damascains. Un autre témoin du siècle, l’émir Usāma b. Munqiḏ, a brossé des scènes de la vie quotidienne d’un féodal ; son « autobiographie » nous permet de connaître le cadre dans lequel vivait l’aristocratie syrienne du xiie siècle.

11Parmi les auteurs dont les œuvres ont été rédigées après la mort de Nūr ad-Dīn nous citerons le cadi Tmād ad-Dīn d’Alep, le fameux al-Qāḍī al-Fāḍil qui est essentiel pour l’histoire de Saladin mais n’est qu’une source secondaire pour le souverain zenguide. Dans cette génération l’œuvre la plus remarquable, bien que son importance apparaisse surtout pour l’histoire de l’Iraq, est le Kitāb al-muntaẓam d’Ibn al-Gawzï qui relate les événements jusqu’à l’année 576/1179. Il convient enfin de mentionner un des plus hauts fonctionnaires des règnes de Nūr ad-Dīn et de Saladin : Tmād ad-Dīn al-Isfahānī qui tout au long de sa carrière dans les services de la chancellerie groupa une documentation dont la richesse donne toute sa valeur à son Barq aš-Šāmī ; malheureusement la partie de cet ouvrage relatant la période du prince zenguide est actuellement perdue.

12Pour les sources chrétiennes de ce temps nous disposons des latins Odon de Deuil et surtout Guillaume de Tyr, de l’arménien Grégoire le Prêtre, des byzantins Kinnamos et Nikétas Choniates et du syriaque Michel le Syrien qui fut la source de Barhebraeus au siècle suivant.

13La génération de ceux qui naquirent sous le règne de Nūr ad-Dīn mais qui n’écrivirent qu’après sa mort et celle des auteurs qui moururent moins d’un siècle après sa disparition constituent le groupe des historiens de l’époque ayyoubide. Le plus célèbre en est le panégyriste de la famille zenguide : Ibn al-Aṯīr. Il avait seize ans à la mort de Nūr ad-Dīn. Ses œuvres les plus connues : l’Histoire des atabegs de Mossoul et le Kāmil furent largement exploités par l’historiographie postérieure car ils reposent pour notre période sur des relations contemporaines des événements et des récits de témoins des faits ; aussi, bien que ce soient des compilations, ces chroniques furent souvent traitées comme des sources. A cette époque se rattache un adversaire de Nūr ad-Dīn le chroniqueur chiite d’Alep Ibn Abī Ṭayyī dont nous ne connaissons l’œuvre qu’à travers les emprunts que lui firent les historiens postérieurs comme Abū Šāma et surtout Ibn al-Furāt. Nous avons aussi Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, le thuriféraire de Saladin, et le chroniqueur bagdadien Ibn ad-Dubayṯī, mais ce sont là des auteurs secondaires pour l’étude du règne de Nūr ad-Dīn. Sur ce sujet le fameux Mir’āt az-zamān du ḥanbalite Sibt Ibn al-Gawzï est tributaire de ses prédécesseurs ; les œuvres de ceux-ci étant publiées par ailleurs l’importance de cet auteur s’en trouve diminuée pour nous. Ibn al-’Adīm, dont l’œuvre maîtresse : la Buġyat n’est pas encore éditée — (la partie comprenant la biographie de Nūr ad-Dīn est perdue) — nous a laissé un résumé de ce travail sous le nom de Zubdat Ḥalab en n’indiquant qu’incidemment l’origine de ses informations, cette compilation, par suite de sa concision, n’est pour nous qu’un travail d’intérêt secondaire. Certes le Kitāb ar-Rawḍatayn d’Abū Šāma est aussi une compilation, mais il présente l’avantage de donner des extraits de sources disparues, et dont il mentionne l’origine, à côté d’auteurs dont les œuvres sont accessibles. Le K. ar-Rawḍatayn est particulièrement intéressant car il abonde de détails que nous ne trouvons pas ailleurs sur Nūr ad-Dīn. Avec Abū Šāma s’achève l’époque ayyoubide.

14Les Mongols déferlent d’Asie Centrale sur la Syrie, puis se retirent vers l’Est. L’Orient arabe tombe alors aux mains de chefs militaires dont certains ne manqueront pas de réelles qualités d’homme d’État : c’est le début de la période mamelouke. Le règne de Nūr ad-Dīn durant ces siècles ne devait pas attirer l’attention des historiens jusqu’au jour où, à la fin du xve siècle, un Damas-cain, Ibn Qāḍī Šuhba, composa une biographie du prince zenguide pour des raisons que nous essaierons de déterminer plus loin.

15Nous distinguerons chez les historiens de la période mamelouke deux groupes, celui du Caire et celui de Syrie. Les auteurs établis au Caire, alors capitale du monde musulman, nous apportent quelques renseignements originaux sur l’Égypte mais sur la Syrie et la Mésopotamie ils ne font, la plupart du temps, que reprendre les chroniques des siècles précédents. C’est ainsi que le chroniqueur copte al-Makīn b. al-’Amīd, qui fut connu en Europe dès le xviie siècle, démarque pour notre époque le syrien Ibn Wāsil ; d’autre part Ibn Muyassar prend un intérêt certain lorsque dans ses Annales il relate les événements du règne de Nūr ad-Dīn tels qu’ils étaient interprétés au Caire. Dans le Kitāb wafayāt al-a’yān, grand dictionnaire biographique achevé en 1274, Ibn Ḫallikān nous présente de précieuses notices sur d’éminents personnages contemporains du règne zenguide. Nous ne citerons que pour mémoire Baybars al-Mansūrī car le tome VIII de sa Zubda, consacré à Nūr ad-Dīn, est actuellement perdu, et ad-Dawādārī dont la chronique Kanz ad-durar n’est que partiellement éditée mais ne présente pour l’époque qui nous concerne aucune originalité car il reproduit le Mir’āt az-zamān. Nuwayrī, familier des services de la chancellerie au Caire, qui copie Ibn al-Aṯīr dans son encyclopédie Nihāyat al-arab, est plus intéressant car il complète son travail par quelques renseignements originaux. Un autre auteur qui s’inspire aussi du Kāmil, Ibn al-Furāt est important par les extraits qu’il donne de l’histoire aujourd’hui disparue d’Ibn Abī Ṭayyī, le chroniqueur chiite d’Alep. Ibn al-Furāt qui, de ce fait, équivaut à une source est abondamment cité dans la compilation d’Ibn Duqmāq intitulée Nuzhat al-anām, et dont le manuscrit est malheureusement lacunaire pour notre période. Nous rattacherons au groupe du Caire l’historien philosophe Ibn Haldūn qui séjourna longtemps en Égypte. Comme Maqrīzī et Ibn Taġribirdī il est sans grand intérêt pour le règne de Nūr ad-Dīn car il démarque le Kāmil.

16En Syrie, prenant la suite des chroniqueurs contemporains de Nūr ad-Dīn, Ibn Wāsil fonda ce que nous pourrions appeler l’école historique de Hama et se distingua comme panégyriste des Ayyoubides ; c’est ainsi que pour notre époque son récit est essentiellement centré sur Šīrkūh et Saladin. A Ibn Wāsil se rattache son élève et disciple le prince Abū l-Fidā’ dont la compilation du Kāmil fut connue en Europe dès le xviiie siècle. Quṭb ad-Dīn al-Yunīnī, historien ḥanbalite de Syrie, a fait du Mir’āt az-zamān un abrégé dont le manuscrit subsiste amputé de la partie relative au règne de Nūr ad-Dīn ; en fait l’intérêt de cet auteur est minime puisque sa source est publiée.

17Ḏahabī, qui rapporte des faits dont nous ne trouvons pas mention ailleurs que dans son Histoire, ne nous est accessible pour la partie concernant Nūr ad-Dīn qu’en manuscrit ou à travers les abrégés : le Ibar et le Duwal al-Islām. Ou encore par le Mir’āt al-ğanān d’al-Yāfi’ī qui en donne de larges extraits. Parmi les autres auteurs syriens, Ibn Faḍl Allāh al-’Umarī et Ibn Nubāta ne présentent pas un intérêt majeur. Ibn Šākir al-Kutubī est à citer car ses ‘Uyūn at-tawārīḫ ont servi à Ibn Qāḍī Šuhba. Ibn Kaṯīr mérite une mention particulière car il a donné dans sa Bidāya un bon résumé du règne de Nūr ad-Dīn en ne gardant que les faits essentiels. Il convient enfin de citer le Damascain Ibn Qaḍī Šuhba qui peut-être a voulu rappeler à ses compatriotes que la Syrie avait connu l’indépendance avant de subir le joug égyptien et composa sous le titre de ad-Durr aṯ-ṯamīn fī sīrat Nūr ad-Dīn une longue biographie du souverain en compilant les sources antérieures.

18Ainsi nous disposons pour l’étude du règne de Nūr ad-Dīn de sources de cinq catégories : celles des auteurs arabes et non arabes contemporains, celles de l’époque ayyoubide, constituant en gros la génération qui a suivi ce règne, et les auteurs mamelouks qui ont utilisé des sources parfois disparues ou bien qui ont fait d’utiles synthèses comme Ibn Katîr. Enfin nous avons aussi quelques sources géographiques soit relation de voyage, soit guide de pèlerinage, soit dictionnaire ou encore ouvrage de topographie historique.

19Tel est le tableau sommaire des documents dont nous disposons. Incapables de satisfaire la curiosité moderne sur les problèmes de la culture matérielle ou sur la vie économique, ces sources essentiellement événementielles nous ont contraint à nous aventurer parfois dans des hypothèses, que nous avons voulues aussi raisonnables que possible, en nous référant à des périodes pour lesquelles notre documentation est plus complète, sans toutefois ériger ce procédé en système.

A. LES SOURCES CONTEMPORAINES (2e moitié du vie/xiie siècle)

a) LES SOURCES ARABES

N° 1 — IBN AL-QALĀNISĪ (m. 555/1160)

20Nous ne possédons sur la biographie d’Ibn al-Qalānisī que des indications succinctes ; dans son œuvre, l’auteur donne peu de renseignements sur lui-même. Ibn ‘Asākir lui consacre une brève notice et Yāqūt emprunte à celle-ci ce qu’il dit de notre auteur.

  • 8 Šaḏarāt dit ğumādā Ier.

21Ḥamza b. Asad b. ‘Alī b. Muhammad Abū Ya’lā at-Tamīmī ad-Dimašqī al-’Amīd Ibn al-Qalānisī naquit à Damas en 465/1173 d’une grande famille qui faisait remonter sa généalogie à la tribu arabe de Tamīm. Après des études de lettres, de droit et de théologie Abū Ya’la qui avait reçu le surnom d’Ibn al-Qalānisī, « le fils du fabricant de bonnets », entra dans la carrière administrative. Il fut d’abord secrétaire du bureau d’ordre de la chancellerie (dīwān ar-rasā’il) dont il devint, semble-t-il, par la suite directeur (‘amīd). A deux reprises Ibn al-Qalānisī fut rā’is de Damas, poste qui, en 548/1153, fut occupé par un de ses neveux. Il mourut le vendredi 17 rabī’ I 555/28 mars 11608 et fut enterré au flanc du Qāsiyūn auprès de son frère aîné Muhammad qui l’avait précédé de quinze ans dans la tombe. La famille continua à occuper une place importante à Damas car Ḏahabī en mentionne les membres parmi les notables qui, à l’approche des Tatars, quittèrent la cité en 700/1300.

22Sa chronique : Ḏayl ta’riḫ Dimašq est la meilleure source dont nous disposions pour suivre l’histoire de la première et de la deuxième Croisades ainsi que pour les premières années du règne de Nûr ad-Dīn. C’est l’œuvre d’un contemporain qui nous relate les événements tels qu’il les voyait au fil des mois à Damas. Sa chronique est un récit continu et les faits sont liés les uns aux autres ; l’auteur, s’exprimant en un style sobre, sait choisir les détails typiques et les traits de psychologie qui donnent à son ouvrage un accent personnel qui ne manque pas d’une certaine partialité. Ibn al-Qalānisī avait laissé des lacunes dans la rédaction et reprit l’ouvrage en 540/1145 pour le poursuivre jusqu’à sa mort en 555/1160. Cette chronique est théoriquement la suite, le dayl, de l’histoire universelle de ḏilāl b. al-Muḥassīn aṣ-Ṣābi’, qui mourut à Bagdad en 448/1056. L’œuvre de ce dernier dont nous ne possédons que quelques pages est d’un grand intérêt pour la période de 323 à 448, année à laquelle commence la « suite » d’Ibn al-Qalānisī.

23Abū Ya’lā expose lui-même sa méthode d’information sous l’année 540 de sa chronique : il met en œuvre des pièces d’archives auxquelles son poste dans les services de la chancellerie lui donnait accès et se sert des témoignages oraux de gens dignes de foi au nombre desquels figure notamment son père ; ses charges administratives et ses fonctions de rā’is l’ayant étroitement mêlé à la vie de Damas c’est sa propre expérience qu’il relate lorsqu’il brosse un tableau de la situation politique ou qu’il expose les problèmes de ravitaillement de la cité ; en fait, il ne donne que de fort maigres renseignements sur la vie économique, et la vie spirituelle ne tient qu’une place modeste dans son information.

24Une des rares sources contemporaines de Nūr ad-Dīn, la chronique d’Ibn al-Qalānisī, ne donne que l’aspect damascain de l’histoire de cette époque, ne mentionnant qu’à l’occasion des références à Bagdad et à l’Égypte ; aussi doit-on y suppléer pour les événements d’Alep, de Mossoul et même de Jérusalem par d’autres sources que nous allons voir.

25Le Ḏayl Ta’rīḫ Dimašq est à la base d’une grande partie de l’historiographie syrienne postérieure. Ibn al-Qalānisī fut abondamment utilisé par Ibn al-Aṯīr qui dans son Kāmil, le nomme Ḥamza ; Abū Šāma, dans le Kitāb ar-Rawḍatayn, le reprend mot à mot dans sa biographie de Nūr ad-Dīn de même que Kamāl ad-Dīn Ibn al-’Adīm ; Ibn ‘Asākir lui fait des emprunts bien qu’il soit son contemporain ; Sibt Ibn al-Gawzï le cite dans son Mir’āt az-zamān comme Yāqūt dans son Iršād. Ḏahabī s’en servit pour le Ta’rīḫ al-Islām et Ṣafadī y eut recours pour l’introduction du Kitāb al-wāfī bi-l-wafayāt.

N° 2 — Al-Ἁẓīmī (m. 556/1161)

26Muhammad b. ‘Alī b. Muḥammad b. Ahmad b. Nizār Abū ‘Abd Allāh at-Tanūḫī al-Ḥalabī, connu sous le nom d’al-Ἁẓīmī, naquit en 483/1090 à Alep. Il appartenait à la famille des Tanūhī par une branche fixée à Alep. Son père était rā’is d’une petite localité de la région alépine, lui-même fut maître d’école à Alep. Il visita Bagdad et effectua plusieurs séjours à Damas où il entra en relation avec Ibn ‘Asākir. Il connut Sam’ānī, lorsque celui-ci vint visiter Alep. En dehors de son métier de professeur, al-Ἁẓīmī joua le rôle de poète courtisan auprès des gouverneurs successifs d’Alep, Il Ġāzī, Bursuqī et Zengī.

  • 9 ‘Umar Kaḥḥāla (Mu‘ğam, IX, 42) le fait mourir en 532/1138.

27C’est pour ce dernier qu’il rédigea un abrégé d’histoire générale qui s’arrête à l’année 538/1143 ; ce résumé nous est parvenu et a été en partie publié. Il a dû exister une version plus complète, ou une suite de cette histoire, car Ibn al-Furāt la cite pour les années 545 à 556/1150 à 1161, date de la mort d’al-‘Aẓīmī9.

28L’œuvre est essentiellement nord-syrienne. Al-Ἁẓīmī, en dehors de la chronique d’Ibn al-Qalānisī, qu’il utilise jusqu’à l’année 535/1140, ne cite aucune de ses sources. L’importance de ce texte est soulignée par le nombre des auteurs postérieurs qui s’en servirent. Ibn al-Aṯīr et Ibn Abī Ṭayyī l’utilisent ; peut-être le premier n’eut-il que des sources communes dont il ne fait pas mention dans son travail. Plus tard, Ibn al-’Adīm le nomme parmi ses sources dans la Buğyat et dans la Zubda ; ‘Izz ad-Dīn b. Šaddād s’en sert pour ses A‘lāq ; Ibn Ḥallikān ne l’ignore pas. Ibn al-Furāt le cite abondamment peut-être à travers Ibn Abī Ṭayyī. Ibn Duq-māq le connaît et al-’Aynī enfin l’utilise pour son ‘Iqd al-ğumān.

29L’histoire d’al-ẓīmī telle qu’elle apparaît dans les emprunts est intéressante pour les années de jeunesse de Nūr ad-Dīn car elle nous donne souvent les mêmes informations — puisées d’ailleurs aux sources officielles — que la Chronique d’Ibn al-Qalānīsī.

30A) Cl. Cahen, La chronique abrégée d’al-Ἁẓīmī, JA, 1938, 353-448. Texte annoté de la dernière partie : années 455-538.

31B) —

32C) GAL, S. I, 586.

33‘Abbās al-’Azzāwī, al-Ἁẓīmī et son histoire, RAAD, XVIII, 1943, 199-209.

34F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 136, 155.

35Cl. Cahen, art. al-Ἁẓīmī dans EP, I, 846.

36‘Umar Kahhāla, Mu‘ğam, XI, 42.

N° 3 — IBN HAMDŪN (m. 562/1167)

37Kāfi’l-Kufāt Bahā’ ad-Dīn Abū l-Ma’ālī Muḥammad b. Abū Sa’d al-Ḥasan al-Bağdādī Ibn Ḥamdūn naquit à Bagdad en rağab 495/avril-mai 1102 dans une famille de notables. Ibn Hamdūn fut l’élève d’Abū’l-Qāsim Ismā’īl Ibn al-Faḍl al-Ğurğānī, puis il occupa diverses fonctions importantes à la cour : après avoir été inspecteur de l’armée sous le calife al-Muqtafī, il devint intendant du palais d’al-Mustanğid et fut élevé même au rang de secrétaire d’État.

38C’est dans ces fonctions vraisemblablement qu’Ibn Hamdūn composa son Kitāb at-Taḏkira fi’s-siyāsa wal-adāb al-malakīya. Cette anthologie philologico-historique en cinquante chapitres répartis en douze volumes, émaillés d’anecdotes et de poèmes, est surtout un recueil de conseils. Ibn Hamdūn rappelle que les sciences utiles aux souverains sont la généalogie, l’histoire et la jurisprudence (fiqh) ; quant au soldat, il a le devoir d’étudier les campagnes des premiers temps de l’Islam et les biographies afin de pouvoir mieux préciser ses droits lors de la répartition du butin.

39Le dernier volume, le douzième, est une histoire universelle principalement axée sur l’Iraq mais souvent bien renseignée sur la Syrie. L’ouvrage, qui servit à Ibn al-Aṯīr, s’arrête à l’année 553/1158.

40A) Ibn Ḥamdūn, Kitāb at-Taḏkira... inédit ; ms. Sarai 2948.

41B) H. F. Amedroz, Tales of Official Life from the « Tadhkira » of Ibn Hamdun, JRAS, 1908, 409-470.

42C) GAL, I, 281.

43Ibn Kaṯīr, Bidāya..., XII, 253.

44Ibn Ḫallikān, trad. de Slane, III, 90-92.

45Ibn Šākir al-Kutubī, Fawāt al-wafayāt, II, n° 395, p. 377.

46Ibn al-’Imād, Saḏarāt aḏ-Ḏahab, IV, 206.

47Cl. Cahen, Les chroniques arabes de Stamboul, REI, 1936, 337.

48Cl. Cahen, La Syrie du Nord..., 48, 59.

49F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 44, 47, 238, 437.

50‘Umar Kaḥḥāla, Mu‘ğam, IX, 217.

N° 4 — Muḥammad al-’Imrānī (m. entre 560/1165 et 566/1170)

51Muḥammad al-’Imrānī est un auteur irakien qui écrivit sous le califat d’al-Mustanğid, soit entre 555/1160 et 566/1170. Son ouvrage le Kitāb al-anbā’ fī Ta’rīḫ al-ḫulafā’ s’arrête à l’année 560 ; l’auteur avouant mal connaître les derniers événements, cette histoire n’apparaît pas d’un intérêt capital pour la période de Nūr ad-Dīn. Cette œuvre inédite a été analysée par Claude Cahen qui décèle parmi ses sources Ibn Ḥamdūn, as- Ṣūlī et Hama- ḏānī (mort en 526/1131).

52A) Al-’Imrānī, K. al-anbā’ fī Ta’rīḫ al-ḫulafā’, inédit, mss. Fatih 4819, Veli 2360, Leyde 883, B.N. fonds arabe 4842 (copie datant de 682 H. avec le sous-titre de Ta’rīḫ dawlat al-’Abbāsīya.

53B) —

54C) GAL, S. I, 586.

55Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 337.

56Cl. Cahen, Syrie du Nord, 49.

N° 5 — As-Sam’Ānī (m. 562 ou 3/1167)

57Tağ al-Islām Abū Sa’d ‘Abd al-Karīm b. Abū Bakr Muhammad b. Mansūr at-Tamīmī as-Sam’ānī al-Marwazī al- Ḥāfiẓ naquit à Merw le lundi 21 ša’bān 506/11 février 1113. Sa famille se rattachait au clan Sam’ān de la tribu de Tamīm ; elle était établie depuis plusieurs générations à Merw où elle jouissait d’une certaine notoriété. Homme cultivé, le père de notre auteur communiqua à son fils sa passion du ḥadīt. Ainsi, dès sa plus tendre enfance, Abū Sa’d se familiarisa dans le cadre de la remarquable bibliothèque familiale avec la science de la Tradition et, poussé par le goût de la recherche et de la précision, il ne cessa, sa vie durant, de parcourir le monde musulman pour parfaire ses connaissances. Il visita d’abord le Ḫurasān, puis, entre 530 et 538, il voyagea en Iraq, séjourna à Bagdad, Kūfa et Bassorah, puis se rendit en Syrie, à Alep, où il rencontra al-’Azīmī et à Damas, où il s’entretint en 535 avec Ibn ‘Asākir, il alla ensuite à Jérusalem et au Hedjaz, puis regagna Merw et parcourut à nouveau le Ḫurasān avant de se fixer dans sa ville natale où il enseigna à la madrassa ‘Amīdīya. Il devait mourir là le 10 rabī’ I 562/5 janvier 1167 (Ibn Katīr dit 563).

58As-Sam’ānī aurait écrit une cinquantaine d’ouvrages, dont Brockelmann signale une douzaine. Son œuvre la plus connue est le Kitāb al-ansāb (le Livre des généalogies), un dictionnaire biographique classé par ordre alphabétique de nisba en huit volumes où on trouve aussi d’importantes informations géographiques en relation avec les nisba. Ce dictionnaire commencé en 550/1155 fut une des sources de Yāqūt et fut utilisé par de nombreux auteurs. Ibn al-Atïr en fit un abrégé K. al-lubāb et Suyūtī le continua en rédigeant Lubb al-lubāb. Parmi ses travaux historiques, en dehors d’une monumentale histoire de Merw il existe un Ḏayl Ta’rīḫ Baġdād, suite en quinze parties de l’Histoire d’al- Ḫatīb al-Baġdādī. L’ensemble fut plus tard abrégé par al-Bundarī. Cette œuvre de Sam’ānī est, avec le travail de Hamaḏānī, une des sources essentielles pour l’histoire des Abbassides mais si elle présente quelque intérêt pour l’étude des origines de la puissance des Zenguides elle n’apporte pratiquement rien sur le règne de Nūr ad-Dīn.

59A) Sam’ānī, Kitāb al-Ansāb, édit. fac-similé ms. Br. Mus., Introd. de Margoliouth, GMS, XX, Londres, 1912.

60Sam’ānī, Ḏayl Ta’rīḫ Baġdad, inédit, mss Leyde, 1023.

61B) —

62C) GAL, I, 329-330, n° 2 ; S. 564-565.

63Ibn al-Aṯīr, K. al-Lubāb, édit. Göttingen, 1835 ; l’édition abrégée du K. al Ansāb contient une biographie de Sam’ānī.

64Ibn Hallikān, trad. de Slane, II, 156-159.

65As-Subkī, Ṭabaqāt, IV, 259.

66Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, 254.

67Ibn al-’Imād, Šadarāt ad-Ḏahab, IV, 205.

68Gurğī Zaydān, Ta’rīḫ Adāb, III, 68-69.

69Cl. Cahen, Syrie du Nord..., 36, 44, 60, 66, 83.

70F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 217, 269, 321, 357, 382 sq.

71‘Umar Kaḥḥala, Mu’ģam, VI.

N° 6 — Ibn ‘Asākir (m. 571/1176)

  • 10 GAL donne Ier rağab 499/9 mars 1106.

72Le ḥāfiẓ Abū l-Qāsim ‘Alī b. Abū Muḥammad al- Ḥasan b. Hibat Allāh b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥusayn, Ṭiqat ad-Dīn b. ‘Asākir ad-Dimašqī aš-Šāfi’ī naquit à Damas le 1er muḥarram 499/sep-tembre 110510 sous le règne de l’atabeg Tuģtakīn. La famille des Banū ‘Asākir avait déjà donné à Damas un grand nombre de cadis et de traditionnistes dont certains étaient allés faire des séjours à Bagdad, un des centres importants à cette époque pour l’étude des traditions et du droit. Abū’l-Qāsīm fut initié très jeune à la science du ḥadīṯ, il écouta les leçons de cheikhs éminents à la Grande-Mosquée de Damas, puis suivit les cours qui se donnaient à la madrasa chaféite al-Amīnīya, bâtie dans la capitale syrienne par Fahr ad-Dīn Kumuštakīn en 514/1120-21.

73Quelques mois après la mort de son père, il part en voyage d’étude en Iraq, séjourne à Bagdad en 520/1126, il y écoute les leçons d’al-Barmakī, d’at-Tanūḫī et d’al-Ğawhārī, revient un certain temps à Damas, et fait le Pèlerinage en 521/1127 ; il en profite pour recueillir des ḥadīṯ-s à la Mecque, Médine et al-Mina, puis rentre dans sa ville natale où il suit des cours à la Ṣādirīya et à la Tarḫānīya, mais son zèle pour la recherche des ḥadīṯ-s le ramène en Iraq. Il suit l’enseignement donné à la Niẓāmīya et rencontre as-Sam’ānī, puis il visite successivement Kūfa, Mossoul et Mardīn. De 525/1131 à 529/1134 Ibn ‘Asākir séjourne à Damas puis part pour le Ḫurasān, il reste environ un mois à Nišābūr, visite Herat et Isfahān, repasse par Bagdad en 533/1138-39 et rentre définitivement à Damas où règne Maḥmūd b. Būrī. Sa réputation de grand traditionniste lui vaut à Damas une profonde vénération, et nombreux sont ceux qui viennent consulter le maître chaféite. Nūr ad-Dīn fit bâtir pour lui le Dār al-ḥadīṯ et Saladin, en personne, assista à ses obsèques à Bāb Saġīr le 11 rağab 571/26 janvier 1176.

  • 11 Ar-Raba’Ī, I’lām fi fī aḍā’il aš-Šām wa Dimašq, édit. S. Munağğid, PAAD, Damas, 1951 ; voir GAL, I (...)
  • 12 Traduite par N. Elisséeff, sous le titre La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, PIFD, Damas, 1959, (...)

74Dans l’œuvre, relativement abondante d’Ibn ‘Asākir, seule son histoire de Damas, intitulée Ta’rīḫ madīnat Dimašq nous intéresse. Sur ce sujet notre auteur avait eu un prédécesseur en la personne d’Abū l-Hasan ‘Alī ar-Raba’ī11 ; cependant la présentation du travail d’Ibn ‘Asākir est fort différente. Il conçut son ouvrage sur le modèle de l’Histoire de Bagdad d’al-Ḫaṭīb al-Baġdādī et lui donna la forme d’un dictionnaire biographique où sont cités non seulement les hommes éminents de Damas mais encore les voyageurs de marque qui y séjournèrent. L’ensemble de ces notices riches en renseignements divers comprend 80 volumes. L’ouvrage débute par l’année 463/1070, date de la mort d’al-Baġdādī et s’achève en 571/1176 à la disparition de l’auteur. En guise d’introduction Ibn ‘Asākir donna une description topographique de sa ville natale12 et composa une longue biographie du Prophète qu’il fit suivre d’un chapitre sur la prière. Les notices sur les contemporains de l’auteur nous intéressent car elles nous présentent non seulement des notables de Damas mais aussi une biographie de Nūr ad-Dīn, la seule écrite de son temps.

75L’ouvrage d’Ibn ‘Asākir qui fut plusieurs fois continué ou abrégé n’a jamais été intégralement publié malgré l’intérêt qu’il présente pour la connaissance de Damas au Moyen Age.

76A) Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (tahḏīb), édit. Ahmad ‘Ubayd, 7 vol. parus en 1949 ; s’arrête à la lettre « sād ».

77Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, S. Munaggid, t. I, 1951 ; t. II, 1954, Aḥmad Duhmān, t. X, 1963, PAAD, Damas.

78B) N. Elisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, PIFD, Damas, 1959, 380 p.

79C) GAL, I, 403, S. I, 566.

80Brockelmann, EI, II, 385.

81Ibn Ḥallikān, trad. de Slane, II, 252.

82Ibn Katīr, Bidāya, XII, 294 (longue notice).

83Ibn al-’Imād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, IV, 239 (longue notice).

84Ğurğī Zaydān, Ta’rīḫ Adāb, III, 72.

85F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 195, 392.

86S. Munağğid, A’lām at-Ta’rīḫ wa l-Ğuġrafīya ‘ind al-Arab, Beyrouth, 1960, pp. 81-140.

87‘Umar Kahhāla, Mu‘ğam, IX, 200.

88N. Elisséeff, art. Ibn ‘Asākir, EI2, III, 000.

N° 7 — Ibn al-Azraq, al-Fāriqī (m. après 572/1176)

  • 13 Kahhāla (Mu‘ğam, VII, 130) le fait mourir en en 590/1192 et lui donne le nom de ‘Abd Allāh b. Muḥa (...)

89Ahmad b. Yūsuf b. ‘Alī b. al-Azraq al-Fāriqī est né en 510/ 1116, soit une année avant Nūr ad-Dīn. Cet auteur contemporain d’Ibn ‘Asākir passa la première partie de sa vie au service de l’artuqide Timurtaš qui lui confiait des missions commerciales à l’étranger. Dans la seconde moitié de son existence il changea de carrière : en 543, il devint administrateur des waqfs des environs de Maiyāfāriqīn, mais il continua à voyager. En 544, il se trouve à Mossoul, il fait un second séjour à Bagdad en 546, douze ans après le premier. En 548/1153, Ibn al-Azraq est l’hôte à Tiflis du roi Démétrios fils de David ; il en profite pour visiter les colonies arabes dispersées dans le royaume de Géorgie et, en 549, va jusqu’à Derbend. En 553/1158 on le trouve à Aḫlāṭ, puis il rentre à Maiyāfāriqīn où, en 562, il est nommé surintendant des waqfs de la cité ; l’année suivante il se rend à Damas sur l’invitation du vizir Kamāl ad-Dīn aš-Šahrazūrī qui le connaissait de longue date et qui lui confie l’inspection des waqfs. Ibn al-Azraq réside à Damas de 563/1168 au mois de ģumāda 566/1170, c’est l’époque de la troisième expédition syrienne en Égypte et le départ de la famille de Saladin pour le Caire. Deux ans plus tard notre auteur fait un troisième séjour à Bagdad, puis il se retire à Aḫlāṭ où il meurt après 572/1176, date à laquelle s’arrête son manuscrit13.

90On doit à Ibn al-Azraq une histoire de Maiyāfāriqīn, le Ta’rīḫ al-Fāriqī, dont n’a été publiée jusqu’à présent que la partie concernant les Marwānides. Ce travail qui s’attache surtout à retracer l’histoire locale du Diyār Bakr ne néglige pas totalement les autres régions du monde musulman où l’auteur a été témoin d’événements remarquables comme la fin de Zengī à Qal’at Ğa’bar ou le départ de Damas de la famille ayyoubide vers le Caire. Les remarques sur les hommes d’État qu’il avait rencontrés et les notations de son expérience personnelle donnent tout son intérêt à l’œuvre d’Ibn al-Azraq. L’auteur n’a pas pu échapper aux règles traditionnelles de l’historiographie arabe de son temps et n’a pas manqué de commencer son travail par la biographie du Prophète et celle des quatre premiers califes pour passer ensuite aux dynasties qui furent souveraines dans sa ville, soit les Abbassides, les Ḥamdānides, les Seldjouqides, les Marwānides et enfin les Artuqides. Ibn al-Azraq prit pour modèles le Kitāb Baġdād d’Ibn Abī Ṭāhir Tayfūr (ixe s.) et le Kitāb al-Mawsil de Muhammad b. ‘Alī aš-Šimšātī ; il rédigea deux versions de son ouvrage, la première en 560 (Ms. du B.M. Or. 6,310) et une seconde en 572, conservée au British Museum sous le numéro Or. 5,803.

91Le Ta’rīḫ al-Fāriqī a été utilisé par Ibn al-Atīr pour ses Atabegs, par Ibn Ḫallikān pour son dictionnaire (Wafayāt al-a’yān), par Sibt Ibn al-Gawzī pour le Mir’āt az-zamān, par ‘Izz ad-Dīn Ibn šaddād pour la partie traitant de la Djéziré dans les A’laq al-ḫatīra, et enfin par Yāqūt pour le Mu’ğam al-Buldān et pour le Mu’ğam al-udabā’.

92A) Aḥmad B. al-Azraq, al-Fāriqī, Ta’rīḫ al-Fāriqī, édit. Badawi ‘Awaḍ, préface Šafīq Ġurbal, Le Caire, 1959. (Partie concernant les Marwanides.)

93B) H. F. Amedroz, The Marwanid Dynasty at Mayyafariqin in th Tenth and Eleventh Centuries a.d., dans JRAS, 1903, 123-154 (traduction partielle du Ms. B.M. or. 5, 803).

94C) GAL, S. I, 569.

95H. F. Amedroz, Three Arabic Mss on the History of the City of Mayyafariqin, dans JRAS, 1902, 785-812.

96Cl. Cahen, Le Diyar Bakr au temps des premiers Urtukides, dans JA, 1935, 219-279.

97Cl. Cahen, Syrie du Nord, 46-47.

98‘Umar Kaḥḥāla, Mu’ğam, VI, 130.

N° 8 — Usāma B. Munqiḏ (m. 584/1188)

99Abū’l-Muẓaffar Usāma b. Muršid b. ‘Alī b. Muqallad b. Nasr Mağd ad-Dīn Mu’ayyad ad-Dawla b. Munqiḏ al-Kinānī al-Kalbī aš-Šayzārī naquit le dimanche 27 ğumādā II 488/25 juin 1095 à Šayzār, place forte contrôlant un pont sur l’Oronte appartenant aux Banū Munqid. Il commença sa carrière militaire dans les rangs de l’armée de l’atabeg Zengī auprès de qui il servit de 525/1129 à 532/1138. Par suite de dissensions familiales Usāma se réfugia à Damas. De 532/1138 à 538/1144 il séjourna à la cour de l’atabeg Šihāb ad-Dīn Maḥmūd b. Tāğ al-Mulūk Būrī avec qui il se lia d’amitié, il devint son représentant dans les missions chargées de régler les rapports entre Damas et Jérusalem, et put ainsi avoir des relations avec les Francs de Palestine. Ayant pris une part active à la lutte des factions à Damas, Usāma dut quitter la Syrie en 538/1153 pour chercher refuge au Caire où il fut mêlé aux intrigues de la cour fatimide. Il réussit à s’échapper d’Éypte et après une absence de dix ans chercha refuge à Damas où Nūr ad-Dīn venait de s’établir. De 1154 à 1164 il resta au service de ce prince et participa à diverses campagnes dans les rangs de l’armée de Damas, notamment en 557/1162 et se trouva à Hārim en 560/1164. C’est alors qu’il quitta brusquement Nūr ad-Dīn pour se mettre au service de l’artuqide de Hisn Kayfā, Qarā Arslān, grand rival du souverain de Syrie. Dans le Diyār Bakr, Usāma mènera une vie paisible et s’adonnera aux travaux littéraires en consignant ses souvenirs et le fruit de ses expériences. Mais en 570/ 1174, Nūr ad-Dīn est mort et la gloire de Saladin exerce sur lui un irrésistible attrait : pour la troisième fois Usāma s’établit à Damas où il meurt en ramadān 584/novembre 1188, entouré de gloire et considération.

100Les membres de la famille Munqiḏite étaient des gens fort cultivés, poètes agréables, calligraphes de talent et politiques avertis. Usāma, dont le nom illustra la famille dans l’histoire littéraire, eut deux frères : ‘Alī l’aîné et Munqid le puîné. Chacun fut attaché à une des phases de la vie d’Usāma. ‘Alī suivit son frère cadet à Damas en 532 puis en Égypte ; il fit aussi un séjour à Bagdad où il connut Sam’ānī. Tué près d’Ascalon en 545/1150, dans un engagement contre les Francs, il laissa une chronique, dont l’essentiel porte sur les années antérieures au règne de Nūr ad-Dīn. Cette chronique actuellement perdue et qu’Ibn al-’Adīm cite dans sa Buġyat portait le titre d’al-Bidāya wa n-nihāya que reprendra plus tard Ibn Katîr pour son ouvrage. Le second frère Abū’1-Muģīt Munqid mena une vie effacée et suivit son aîné dans le Diyār Bakr après 560/1164.

101Nous savons qu’Usāma rédigea une douzaine d’ouvrages dont cinq seulement nous sont connus. Celui qui nous intéresse le plus est le Kitāb al-I’tibār (le Livre de l’Instruction par les exemples) dont le manuscrit est de la main de son petit-fils Ibn Munhaf. Acteur et témoin des principaux événements politiques de son temps, observateur de talent, disposant de notes prises au hasard des circonstances, Usāma sut donner dans ses « mémoires » un tableau coloré et vivant d’un aspect de la vie syrienne, celui de la noblesse du vie/xiie siècle. Malheureusement l’ouvrage ne présente pour l’historien qu’une source anecdotique difficile à utiliser par suite de fréquentes erreurs dans la chronologie et même dans le récit, erreurs dues à des défaillances de mémoire et à l’absence de contrôle des renseignements donnés. Malgré ces défauts le Kitāb al-I’tibār, qui dans la littérature arabe inaugurait un genre nouveau : l’autobiographie, reste une des principales sources contemporaines de l’histoire de Nūr ad-Dīn.

102A) Usāma B. Munqiḏ, Kitāb al-I’tibār, édit. H. Derenbourg, in-8°, XII + 183, texte arabe, Paris, 1886.

103Ph. Hitti, Usamah’s memoirs entitled Kitāb al-I’tibār by Usamah Ibn-Munqidh, Arabic text edited from the unique ms. in the Escurial Library, in-8°, IV + 230, Princeton, 1930.

104B) H. Derenbourg, Souvenirs historiques et récits de chasse par un émir syrien du xiie siècle, trad. franç., ROL, II, 1895, 357-565.

105G. Schumann, Memoiren eines syrischen Emirs, trad. all., Innsbruck, 1905.

106G. R. Porter, Autobiography..., trad. anglaise, Londres, 1929.

107Ph. Hitti, An Arab-Syrian gentleman and warrior, in the period of the Crusades. Memoirs of Usāmah b. Munqidh (K. al-I’tibār), translated from the original ms. in-8°, XI + 265, New York, 1929.

108M. Salier, Usāma b. Munqiḏ, Kniga nazidania, trad. russe, 2e éd., Moscou, 1958.

109C) GAL, I, 389-390 ; S. I, 552.

110Kratchkovski, art. EI, IV, 1104.

111IbnAsākir, Ta’rīḫ Dimašq, II, 200-404 (s’arrête à son séjour à Mossoul).

112Ibn Hallikān, édit. de Slane, I, 177-180.

113Ibn Katīr, Bidāya, XII, 331 (longue notice).

114Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, IV, 279 (longue notice).

115H. Derenbourg, Ousama b. Mounkidh, un émir syrien au premier siècle des Croisades, vol. I, Vie d’Ousama, in-4°, 730, Paris, 1886-93.

116I. Kratchkovski, préface à la traduction de Salier, 7-21.

117Ğurğī Zaydān, Ta’rīḫ Adāb, II, 61.

118Cl. Cahen, Syrie du Nord..., 44-46.

119F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 151.

N° 9 — Le Cadi ‘Imād ad-Dīn (m. après 593/1196-97)

120Parmi les rares sources contemporaines il convient de noter la chronique intitulée al-Bustān al-ğāmi’ li-ğāmi’ tawārīḫ az-zamān. Cette œuvre, bien que légèrement postérieure à l’époque qui nous intéresse, apporte des renseignements originaux pour l’étude du règne de Nūr ad-Dīn. Le manuscrit d’Istanbul que Claude Cahen a publié concerne les années 490/1096 à 593/1197.

121Le Bustān fut écrit en 592 ou 593, vraisemblablement à Alep par un certain cadi ‘Imād ad-Dīn al-Isfahānī, homonyme de l’illustre secrétaire de Saladin qui ne fut jamais cadi. L’ouvrage est le plus souvent un résumé très sommaire de l’histoire universelle de l’Islam vue de la Syrie du Nord et accessoirement d’Égypte.

122Les sources du Bustān sont difficiles à déterminer ; pour la première partie l’auteur utilise al-Ἁẓīmī dont la chronique s’achève en 538/1144 ; pour la suite il présente de grandes ressemblances avec ce que nous avons d’Ibn Abī Ṭayyī qui d’ailleurs est plus détaillé, peut-être ce dernier et notre auteur ont-ils eu la même source ? La partie concernant l’histoire de la Syrie emprunte à Ibn al-Qalānisī et ‘Imād ad-Dīn al-Kātib et offre des traits communs avec des œuvres postérieures tel l’ouvrage d’Ibn Abī d-Dam et les passages du Ta’rīḫ Ṣāliḥi d’Ibn Wāsil sur le vie/xiie siècle, sans doute y a-t-il là aussi certaines sources communes.

123Nous savons par ailleurs qu’Ibn Hallikān, Ibn Muyassar et al-Ğazarī ont connu le Bustān.

124A) Cl. Cahen, Une chronique du vie/xiie siècle : le « Bustān al-ğāmi’ », BEO, VII-VIII, 1937-1938, 113.

125B) —

126C) Cl. Cahen, Syrie du Nord, 54, 57, 69, 80, 90.

N° 10 — Al-Qāḍī al-Fāḍil (m. 596/1200)

127‘Abd ar-Raḥīm b. ‘Alī b. Muḥammad al-Laḫmī al-‘Asqalānī al-Ba’sānī naquit le 15 ğumādā I 529/3 avril 1135. Fils du cadi al-Ašraf Baḥā ad-Dīn Abū l-Mağd ‘Alī, il reçut le surnom de Mugir ad-Dīn et porta plus tard le titre d’al-Qāḍī al-Fāḍil sous lequel on le désigne généralement.

128Élevé dans une famille qui avait compté un certain nombre des siens dans la carrière judiciaire, il fit de solides études de droit. Ses qualités lui ouvrirent de bonne heure l’accès de la chancellerie. Il n’avait pas vingt ans lorsqu’il débuta comme secrétaire (kātib) au bureau de la chancellerie (dīwān al-inšā’) du Caire sous le règne du calife fatimide al- Ḥāfiẓ. Puis il devint secrétaire du cadi d’Alexandrie Ibn Ḥadīd. Sous le règne d’aẓ-Ẓāfir, le vizir al-’Ādil Ruzzīk le nomma au bureau de l’armée (dīwān al-ğayš). Ayant adhéré au moment opportun à la cause de Šīrkūh, il fut maintenu à son poste ; lorsque Saladin devint vizir, il le nomma chef du dīwān al-inšā’ ; en cette qualité il procéda à la réforme de l’armée et des finances. Il fut non seulement le confident de Saladin mais encore le régent des affaires de l’État pendant les absences du souverain.

129De par ses fonctions il participa à diverses négociations entre les Ayyoubides, la cour de Bagdad et les princes du Maghreb. Rentré dans la vie privée depuis cinq ans, ‘Abd ar-Rahīm mourut en rabī‘ II 596/janvier 1200.

130Les biographes vantent son talent épistolaire mais de son abondante correspondance, dont l’ensemble comprendrait d’après Ibn Hallikān une centaine de volumes, il ne nous reste que des fragments épars dans les bibliothèques. Les citations de correspondances officielles et quelquefois privées sont assez nombreuses chez les auteurs arabes. Chefs-d’œuvre de préciosité et de maniérisme, ces lettres présentent un grand intérêt pour l’histoire car elles représentent tantôt des pièces d’archives, documents trop rares hélas pour notre époque, tantôt des messages écrits au moment des faits et apportant un témoignage spontané. Une édition de son dīwān a été publiée au Caire.

131En dehors des lettres et des poèmes, ‘Abd ar-Rahīm composa un ouvrage intitulé al-Mutağaddidāt. C’est la mise au net du journal de chancellerie qu’il devait tenir. Ce travail, que nous ne connaissons que par des citations, est une chronique complète du règne de Saladin.

132L’œuvre du Qāḍī al-Fāḍil a été mise à contribution par Abū Šāma pour le Kitāb ar-Rawḍatayn, mais elle ne nous apporte que peu de choses pour le règne de Nūr ad-Dīn.

133A) Al-Qāḍī al-Fāḍil, Munša’āt, inédit.

134al-Qāḍī al-Fāḍil, Mutağaddidāt, perdu, connu par citations.

135Al-Qāḍī al-Fāḍil, Dīwān, édit. Ahmad Badawī, revue par Ibrahim Ibyarī, Le Caire, 1961.

136B) A. N. Helbig, al-Qaḍī l-Fāḍīl, der wezir Saladins, eine biographie, thèse, Tubingen, 1908 ; pas de classement méthodique des lettres connues, inventaire des seules bibliothèques allemandes.

137C) GAL, I, 385, S. I, 549.

138Imād ad-Dīn al-Isfahānī, Ḫarīdat (édit. A. Amīn), I, 35-54, Le Caire, 1951.

139Ibn Hallikān, trad. de Slane, II, III.

140Ibn Katīr, Bidāya, XIII, 24 (longue notice).

141Ibn al-’Imād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, IV, 324.

142Muhyī ad-DīnAlī b. ‘Abd aẓ-Ẓāhir, ad-Durr an-naẓīm min tarassul alqādī ‘Abd ar-Raḥīm, ms. Top Kapu 2497, biographie du Qadi.

143Cl. Cahen, Syrie du Nord..., 52-53, 93.

144Umar Kaḥḥāla, Mu’ğam, V, 209.

N° 11 — Ibn al-Ğawzī (m. 597/1201)

145Ğamāl ad-Dīn ‘Abd ar-Rahmān b. ‘Alī b. Muhammad Abū 1-Farağ Ibn al-Ğawzī, célèbre prédicateur hanbalite, né à Bagdad ou à Wāsiṭ en 510/1116, fut un des plus féconds polygraphes arabes. D’une famille aisée, Ğamāl ad-Dīn reçut une éducation très soignée et effectua à travers l’Orient musulman les voyages traditionnels. Il se fixa à Bagdad où il se fit remarquer par son intransigeance en matière de traditions ; ennemi des mystiques, il attaqua notamment al-Gazālī et donna une édition expurgée de l’Ihyā’. Il mourut à Bagdad le 12 ramaḍān 597/juin 1201 et fut enterré à Bāb al-Ḥarb.

146Écrivain très prolixe, il aborda tous les domaines du savoir, mais la plupart de ses travaux ne sont que des compilations. Celle de ses œuvres qui nous intéresse est le Kitāb al-muntaẓam fī Ta’rīḫ al-Mulūk wa l-Umam, histoire universelle centrée sur la Mésopotamie, elle commence aux origines de l’Islam et se termine avec le règne d’al-Mustadī billāh en 575/1179. Cet ouvrage se présente sous la forme d’une compilation énumérant les événements dans l’ordre chronologique ; il est à noter que lorsqu’il cite des ḥadīt-s il en donne les chaînes de garants (isnād), ce qui est rare chez les historiens. D’autre part, cette chronique semble être la première à avoir inclus dans le texte des obituaires. Pour la période ancienne, Ibn al-Gawzï suit le schéma de Tabarī mais il donne sur les califes des notices plus détaillées et cite en outre les phénomènes atmosphériques que son prédécesseur avait négligés.

147Pour le vie/xiie siècle, outre ses propres connaissances, il recourt à Hamaḏānī, ar-Rağūnī, Ibn al-Ḥaddād et peut-être Ibn Ḥamdūn. Travaillant à la hâte, il lui arrive de commettre quelques erreurs, de se tromper d’un siècle pour les obituaires ou bien de les mentionner à deux dates différentes car il n’a pas eu le temps de revoir son texte. Attentif aux événements de Bagdad il s’intéresse à l’administration de la capitale et ne manque pas de mentionner la construction de monuments nouveaux. L’ouvrage a toujours joui d’une grande renommée et a été constamment utilisé par les auteurs postérieurs pour l’histoire de l’Iraq. Le Muntaẓām sert de base au Mir’āt az-zamān pour le vie/xiie siècle. Nuwayrī l’utilise pour le viie/xiiie siècle ; c’est une des sources de la Bidāya d’Ibn Katīr, Ibn Nubāta s’en sert, Ibn al-Furāt lui fait de nombreux emprunts, enfin Ibn Qādī Šuhba le cite abondamment dans la Sīrat de Nūr ad-Dīn.A) Ibn alawzī, Manāqib ‘Umar, Berlin, 1900.

148Ibn Alawzī, al-Muntaẓam fī-Ta’rīḫ al-mulūk wa ‘l-umam, 6 vol. (t. V à X), Hyderabad, 1357/1938-1359/1940 ; couvre la période s’étendant de 257/870 à 574/1179, seul le dernier volume nous intéresse.

149B) De Somogyi, The « Kitab al-Muntazam » of Ibn al-Jauzi, dans JRAS, 1932, 49-76.

150C) GAL, I, 659-666 ; S. I, 914.

151Brockelmann, art. EI, II, 394.

152Ibn Hallikān, trad. de Slane, II, 96.

153Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, 28-30 (longue notice).

154Ibn al-’Imād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, IV, 329-331 (longue notice).

155Ğurğī Zaydān, Ta’rīḫ adāb, III, 91-93.

156Cl. Cahen, Syrie du Nord..., 49, 59, 65, 71, 82, 83, 86, 88.

157Umar Kaḥḥāla, Mu‘ğam, V, 157 ; XIII, 396.

N° 12 — ‘Imād ad-Dīn al-Isfahānī (m. 597/1201)

158‘Imād ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muhammad b. Safī ad-Dīn al-Kātib al-Isfahānī, connu aussi sous le nom d’Ibn Aḫī al-’Azīz — son oncle ‘Azīz ad-Dīn était gouverneur de Takrīt. Tmād ad-Dīn naquit à Isfahān le 2 ğumādā II 519/6 juillet 1125 dans une famille de hauts fonctionnaires chaféites de la cour seldjouqide. Il passa son enfance dans sa ville natale et à Qašan, puis tout jeune alla faire ses études à Bagdad ; il y reçut une formation solide, ayant suivi à la madrasa Niẓāmīya des cours de fiqh, de ḥadīṭ et d’adāb, après quoi, selon l’usage de l’époque, il compléta ses études par des voyages ; il séjourna notamment à Mossoul.

159Présent à Bagdad lors du siège de cette ville par le seldjouqide Muḥammad II, il est remarqué par le vizir ‘Awn ad-Dīn Yaḥyā b. ḥubayra qui lui accorde son patronage et le nomme d’abord nā’ib à Bassorah puis à Wāsit. A la mort du vizir il est incarcéré (560/1165) ; libéré deux ans plus tard il quitte l’Iraq et arrive à Damas en ša’bān 562/mai 1167 ; il est hébergé dans la madrasa que Nūr ad-Dīn venait de construire pour le prédicateur chaféite Abū l-Barakat al-Ḫidr b. Šibl b. ‘Abd al-Haritī ad-Dimašqī Dans la cité syrienne il trouve un nouveau protecteur en la personne du cadi Kamāl ad-Dīn Abū l-Fatḥ Muhammad b. aš-Šahrazūrī. Reçu par l’émir Nağm ad-Dīn Ayyūb, il se lie d’amitié avec Saladin qui se trouvait chez son père à Damas. Le cadi aš-Šahrazūrī le présenta à Nūr ad-Dīn qui le nomma secrétaire privé (kātib sirr) de la chancellerie où il déploya son talent de rédacteur en arabe et en persan. Une seconde phase de son existence commence. Il bénéficie des faveurs de Nūr ad-Dīn dont il devient rapidement le confident. A son retour d’une mission diplomatique auprès du calife al-Mustanğid, en rağab 567/mars 1172, il est nommé professeur à la madrasa bâtie pour al-Hāritī ; elle prend en son honneur le nom d’al-‘Imādīya ; en 568/1173 il obtient la direction de la chancellerie (išrāf ad-dīwān al-inšā’). Il exerce alors une grande influence à Damas.

160A la mort de Nūr ad-Dīn, la disgrâce le frappe une seconde fois. Desservi par ses ennemis auprès du jeune al-Malik as-Ṣāliḥ Ismā’īl, il quitte la Syrie pour retourner à Bagdad, mais tombe malade à Mossoul. C’est là qu’il apprend la venue de Saladin en Syrie ; plein d’espoir, il reprend la route de Damas, il rencontre son ami de jeunesse en Syrie du Nord en 570/1175 : pour la troisième fois la fortune va lui sourire. Il retrouve les faveurs dont il avait joui auprès de Nūr ad-Dīn ; devenu homme de confiance de Saladin il occupa dans l’administration une situation brillante et partagea avec le Qāḍī al-Fāḍil les secrets du souverain ayyoubide. A la mort de Saladin en 589/1193 il se retira de la vie publique et consacra son temps à la rédaction de ses ouvrages. Il mourut à Damas le 1er ramadān 597/5 juin 1201 et fut enterré au cimetière des Soufis hors de Bāb an-Nasr à l’ouest de la ville.

161‘Imād ad-Dīn laissa plusieurs ouvrages dont le plus connu est Harīdat al-qasr wa ğarīdat ahl al-’asr (La perle du château et la branche du palmier du siècle). Cette anthologie, rédigée en 572/1177, groupe les biographies des poètes célèbres du vie/xiie siècle et en donne des extraits. Les auteurs y sont classés par pays, les parties concernant les poètes d’Égypte, d’Iraq et de Syrie ont été publiées.

162Les travaux historiques de Tmād ad-Dīn nous intéressent car l’auteur fut contemporain de Nūr ad-Dīn. Nous avons :

  1. Nusrat al-fiṭra wa ‘usrat al-qaṭra, rédigée en 577/1180. Cet ouvrage traite de l’histoire des souverains seldjouqides et de leurs vizirs. Il débute par les origines de la dynastie en 423-1031, puis traite des règnes de Malik Šāh et de ses successeurs immédiats d’après les mémoires d’Anūširwān b. Ḫālid (mort en 531/1136), vizir d’al-Mustaršid billāh ; la dernière partie est composée d’après des souvenirs personnels jusqu’au départ de l’auteur d’Iraq en 562/1167 et se poursuit jusqu’en 571/1175, date de la mort du sultan Arslān. Nous y trouvons des renseignements sur Zengī et sur Nūr ad-Dīn. Il existe un manuscrit à la Bibliothèque Nationale de Paris ; l’œuvre est encore inédite et est connue surtout par l’abrégé qu’en fit al-Bundarī sous le titre de Zubdat an-nusra et qui est publiée.
  2. Kitāb al-fayḥ al-qussī fi l-fatḥ al-qudsī (Le modèle de l’éloquence de Qos relativement à la conquête de Jérusalem) est un livre verbeux qui débute par les préparatifs de Saladin pour la reconquête de Jérusalem et se termine à la mort du souverain et au partage de ses États entre ses enfants. Il couvre donc la période de 583/1187 à 589/1193 et ne concerne pas le règne de Nūr-ad-Dīn.
  3. Al-Barq aš-Šāmi est une sorte d’autobiographie ou plutôt un recueil de souvenirs qui commence à l’arrivée de l’auteur en Syrie (562/1167) et s’achève à la mort de Saladin (589/1193). Tmād ad-Dīn raconte, au long de sept volumes, ce qui s’est passé quand il vivait auprès de Nūr ad-Dīn et de Saladin ; il donne des détails sur les opérations en Syrie et en Mésopotamie, puise des renseignements dans ses agendas, son livre-journal professionnel ou dans les archives de son service, il émaille le texte de lettres adressées au Qādī al-Fādil et donne un certain relief dramatique aux événements. Malheureusement l’ouvrage est en grande partie perdu, nous n’en connaissons que le tome III qui comprend les années 573-575 et le tome V qui traite des années 578/1182 à 580/1184 dont les manuscrits sont l’un à la Bodléienne et l’autre à Léningrad. Cette œuvre est fondamentale pour l’histoire de Nūr ad-Dīn, mais les volumes concernant ce prince étant perdus nous devons nous contenter des extraits et des emprunts qui se retrouvent chez les historiens postérieurs. Ainsi le Kitāb ar-Rawḍatayn d’Abū Šāma repose en grande partie sur lui, il servit à Ibn Abī Tayyī, à Ibn al-Aṭīr et à Ibn al-‘Adīm ; Baḥā’ ad-Dīn Ibn Šaddād le consulta pour sa biographie de Saladin, Sibṭ b. al-Ğawzī pour son Mir’āt az-zamān et Ḏahabī pour son Ta’rīḫ al-Islām.

163Dans sa façon d’écrire Tmād ad-Dīn se révèle comme un maître du sağ‘, sa prose rimée pleine d’assonances et de jeux de mots est difficile à comprendre mais son œuvre n’a rien du panégyrique ou de l’hyperbole.

164Pour l’histoire de Nūr ad-Dīn nous ne disposons que de citations du Barq, de la Ḫarida et du manuscrit de la Nusrat al-fiṭra.

165A) ‘Imād ad-Dīn al-Isfahānī, Ḫarīdat al-Qasr wa ğaridāt al-’asr ; pour l’Égypte : 2 vol., édit. Ah. Amīn et Šawqī Dayf, t. I, 22 + 296 ; t. II, 8 + 260, Le Caire, 1951-1952 ; pour l’Iraq : Bahğat al-Atārī et Ğamil Sa’īd, 2 vol., in-4°, t. I, 112 + 438, 14 pl. ; t. II, 3 + 450, Bagdad, 1955-64 ; pour la Syrie : Šukri Faysal, 2 vol., t. I, 18 + 689 ; t. II, 23 + 703, Damas, 1955-59.

166Imād ad-Dīn al-Isfahānī, Kitāb al-Fath al-Qudsī, édit. C. de Landberg, Leyde, 1888 et édit. du Caire, 1322/1904.

167Imād ad-Dīn al-Isfahānī, al-Barq aš-Šāmī, inédit, ms. partiel, t. III, Léningrad ; t. V, Bodléienne.

168Imād al-Dīn al-Isfahānī, Nusrat al-Fiṭra, ms. inédit, B.N. Paris, 2145.

169B) Al-Bundarī, Nusrat al-Fiṭra, abrégée et continuée par al-Bundarī, édit. Houtsma, t. II, Textes relatifs à l’histoire des Seldjoukides, Leyde, 1889.

170Al-Bundarī, Ta’rīḫ dawlat Āl Salğūq, Le Caire, 1900.

171C) GAL, I, 383 ; S. I, 548.

172EI, II, 501, art. ‘Imād ad-Dīn (anonyme).

173Ibn Hallikān, trad. de Slane, III, 300-306.

174Ibn Katīr, Bidāya, XIII, 30.

175Ibn al-’Imād, Šadarāt ad-Dahab, IV, 332 (longue notice).

176Ğurğī Zaydān, Ta’rīḫ adāb, III, 61-62.

177Cl. Cahen, Syrie du Nord, 37, 50-52.

178H. A. R. Gibb, The Arabic Sources for the Life of Saladin, dans Speculum, XXV, 1950, 58-72.

179F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 55-56, 106.

180P. Kahle, Eine Wichtige Quelle zur Geschichte des Sultans Saladin, dans Die Welt des Orients, I, 1947-52, 299-301.

181H. A. R. Gibb, al-Barq al-Shāmī. The History of Saladin by the Kātib ‘Imād ad-Dīn al-Isfahānī, dans WZKM, T. 52, 1-2, 93-115.

182Umar Kaḥḥāla, Mu‘ğam, XI, 205.

183S. Munağğid, Mu’ğam al-Maǧǧūtāt al-Maṭbū’āt, n° 224, 91-92.

b) LES SOURCES NON ARABES

184Dans les Sources grecques les informations sur les affaires syriennes au vie/xiie siècle sont pauvres. Anne Comnène dont l’Alexiade s’achève en 1148 ne nous apporte rien sur Nūr ad-Dīn. Ni Kinnamos ni Nikétas Choniates, tous deux nés au milieu du xiie siècle, ne sont utilisables pour notre période.

185Le cas des sources syriaques est très différent. Un contemporain de Nūr ad-Dīn, Michel le Syrien, nous a laissé une chronique dont la fin est une source de documentation de première main. Michel le Syrien naquit à Malatiya en 1126 et entra jeune dans la vie monastique ; à trente ans il est archimandrite et en 1166 il est patriarche. Pour faire face à l’exaltation religieuse que Nūr ad-Dīn encourageait dans les pays musulmans le patriarche quadragénaire, bien que très attaché aux doctrines monophysites, réunit à Mardīn, en 1170, une conférence dogmatique groupant les Arméniens, les Grecs et les Jacobites. Le résultat de ce congrès fut une série de troubles qui opposèrent de 1170 à 1172 Chrétiens et Musulmans dans le Diyār Bakr. Michel le Syrien mourut en 1199 à 73 ans.

  • 14 Édit. Bedjan, Paris, 1890 ; édit. J. B. Chabot, texte et traduction, 4 vol., Paris, 1899-1914 ; ré (...)

186La Chronique syriaque14 terminée en 1195 traite des événements en raison de l’intérêt qu’ils présentent pour les Syriens Jacobites. Elle repose sur différentes histoires syriaques dont Basile bar Choumana, auteur d’une histoire d’Édesse, et Iwannis de Kaysūn ainsi que sur son expérience propre. Pour la période couvrant le règne de Nūr ad-Dīn les deux derniers chapitres, le xiiie et le xive, apportent des éléments intéressants.

  • 15 SN, 97.
  • 16 A. S. Tritton, The First and Second Crusades from an Anonymous Syriac, JRAS, 1933, I, 69-101 ; II, (...)

187Dans le Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium il existe, parmi les historiens syriaques (scriptores syri), une chronique anonyme syriaque qui constitue le tome XIV-XV de la troisième série15. Cette chronique, éditée par J. B. Chabot, commence en 491/1098 et s’arrête en 631/1234 ; en fait, la fin du manuscrit est perdue et nous ignorons à quelle date s’achevait cet ouvrage. La partie relative à la première et à la deuxième croisades a été traduite par A. S. Tritton16. L’auteur de la chronique a utilisé, pour cette époque, Michel le Syrien, et dans un récit très vivant il nous donne des détails sur les Francs et les Turcs et ne se montre guère favorable aux Byzantins.

  • 17 E. A. W. Budge, The Chronography of Gregory Abū l-Farağ the son of Aaron, 2 vol. : 1, trad. anglai (...)
  • 18 Édit. Pockocke avec trad. latine, Oxford, 1663.
  • 19 GAL, I, 427 ; S. I, 591 ; G. Graf, p. 272, n° 92 ; Brockelmann, EI, I, 674 ; S.N., 97.

188Un troisième ouvrage syriaque qui devrait en fait figurer parmi les sources d’époque ayyoubide ne manque pas d’intérêt pour notre période, c’est l’encyclopédie chronologique et historique que rédigea Barhebraeus pour l’instruction de ses corréligionnaires syriens17 et dont il fit lui-même une version arabe, le K. Muḫtasar Ta’rīḫ ad-duwal18. Gregorius Abū l-Farağ Ibn al-’Ibrī, connu sous le nom latinisé de Barhebraeus, vécut au moment de la tourmente mongole19. Il naquit à Malatiya en 1225 d’un père médecin juif et d’une mère peut-être arabe chrétienne. Il se fit moine à dix-sept ans et fut sacré évêque en 1246, c’est alors qu’il prit le nom de Grégoire. Il mena une vie apostolique et visita les différents centres de sa communauté, c’est ainsi qu’il mourut à Maraġa en Azer-baydjan en 1286.

  • 20 Chronique de Matthieu d’Edesse 962-1136 avec la continuation de Grégoire le Prêtre jusqu’à 1162, é (...)

189La chronique arabe se termine en 1284 ; pour le xiie siècle, elle est tributaire d’Ibn al-Aṯīr et de Michel le Syrien. Elle ne nous apporte donc rien de nouveau sinon une présentation des faits où apparaît une tendance à accuser les Arméniens de bien des fautes et à les noircir. Ce n’était qu’une réplique. L’œuvre de Barhebraeus, qui ne semble pas avoir utilisé la Chronique anonyme syriaque, faisait écho à un ouvrage très important parmi les sources arméniennes : la Chronique de Matthieu d’Édesse où les Syriens ne sont guère présentés sous un jour favorable. Cet auteur mourut en 1136 et son travail d’historien fut continué par Grégoire le Prêtre jusqu’en 1163 avec une tendance très anti-grecque. Cette « suite » intéresse la première moitié du règne de Nūr ad-Dīn qui est mentionnée dans la chronique20.

190Il reste une dernière catégorie de sources non arabes à signaler : les sources latines. Nous ne disposons pas d’archives latines locales car les Francs de Syrie durent partir brutalement à la fin du xiie siècle et les détruisirent. Nous n’avons pas trouvé de documents dans les archives des cités marchandes italiennes concernant les villes musulmanes, car l’époque de Nūr ad-Dīn fut peu propice aux contacts commerciaux.

  • 21 Voir Eudes (ou Odon) de Deuil, La Croisade de Louis VII, roi de France (public. H. Waquet, DOC. re (...)
  • 22 Cahen, Syrie du Nord, 17 ; Paulin Paris, Guillaume de Tyr et ses continuateurs, édition annotée, 2 (...)

191Nous disposons en revanche de chroniques des Croisades qui sont des sources narratives proches des faits. Nous ne mentionnerons pas les chroniqueurs de la première Croisade qui ne traitent pas de notre sujet21. Pour la seconde moitié du xiie siècle une seule œuvre importante existe, celle de Guillaume de Tyr qui écrivit sur l’ordre d’Amaury22. Cet auteur naquit en Syrie en 1130, fit ses études en Occident et revint dans le royaume de Jérusalem vers 1162 pour devenir, en 1175, archevêque de Tyr. Il connaissait en plus du français et du latin, le grec et l’arabe et fut, de 1170 à 1174, chancelier du royaume ; cette charge lui permit d’avoir accès aux archives et de pouvoir rassembler de multiples informations sur les événements.

192Guillaume de Tyr composa deux ouvrages, une Histoire de l’Orient, aujourd’hui perdue, et l’Histoire d’Outremer dont il commença la rédaction en 1169 et dont le récit s’arrête à l’année 1184. Jusqu’à l’année 1127 il est tributaire d’Albert d’Aix, de Raymond d’Aguiler et de Foucher de Chartres, mais à partir de cette date où se termine l’œuvre de ce dernier il est original. Pour le milieu du xiie siècle, sur lequel il a pu interroger des témoins et surtout à partir de 1162 où il devint spectateur et acteur, il offre une documentation remarquable mais parfois entachée de partialité.

  • 23 Pour les sources non arabes du xiie siècle, voir Mayer (H.E.), Bibliographie zur geschichte der Kr (...)

193Son Historia rerum in partibus transmarinis gestarum est la seule œuvre de l’historiographie franque après Foucher ; elle fut traduite en langue vulgaire sous le titre de Roman d’Eracles par le moine Bertrand le Trésorier23.

B. LES SOURCES D’ÉPOQUE AYYOUBIDE viie/xiiie siècle

N° 13 — Ibn Zāfir al-Azdī (m. 613/1216)

194Gamal ad-Dīn Abū’l-Husayn ‘Alī b. Zāfir al-Azdī al- Ẓazrağī est un auteur égyptien malékite né en 565/1170 (GAL dit 567). Il suivit les leçons de son père puis enseigna à la madrasa Malikīya au Caire avant de devenir vizir du prince ayyoubide al-Malik al-Ašraf. On lui doit une histoire générale classée par dynasties : Kitāb al-duwal ad-munqaṭi’a ; cet ouvrage concerne surtout l’Égypte et est fort utile pour l’histoire des Fatimides mais on n’y parle pas des dynasties locales syriennes. Pour la dynastie abbasside, il s’arrête à l’année 575 et la fin du manuscrit, f. 97 b à f. 166 a, comporte une longue lacune après le f. 110 qui altère gravement le récit.

195D’après Yāqūt, Ibn Zāfir al-Azdī laissa un travail intitulé Aḫbār as-Salğūqīya dont nous n’avons ni texte ni citation et qui aurait servi de sources à la Zubdat at-tawāriḫ de Sadr ad-Dīn al-Husaynī.

196A) Ibn Zāfir al-Azdī, Kitāb ad-duwal al-munqaṭi’a, inédit, Gotha 1555, Br.

197Mus. or. 3685 (RIEU, Cat, 461).

198B) —

199C) GAL, I, 321 ; S. I, 553.

200Yāqūt, Išrād, V, 228.

201Cahen, Syrie du Nord, 60.

202Houtsma, t. IX.

203Cl. Cahen, Chroniques... derniers Fatimides, BIFAO, XXXVII, 1-27.

204Umar Kaḥḥāla, Mu‘ģam, VII, 113.

N° 14 — ‘Alī Ibn Nāsir al-Husaynī (m. 622/1225)

205Sadr ad-Dīn Abū’l-Hasan ‘Alī b. Nāsir b. ‘Alī al-Husaynī, né en 575/1179, est l’auteur de la Zubdat at-tawāriḫ. Pour la période ancienne, l’ouvrage n’est qu’un résumé de l’Histoire des Seljouqides d’Imād ad-Dīn continuée jusqu’en 590, soit à la mort du sultan Tuġril, puis nous avons le récit de l’histoire des Atabegs jusqu’en 620/1123. Le livre s’arrête deux ans avant la mort d’al-Ḥusaynī.

206Nous trouvons quelques indications concernant Zengī qui fut atabeg de Mossoul sous le sultan seldjouqide Mas‘ūd, mais il n’y a rien sur Nūr ad-Dīn.

207A) Abū’l-HasanAlī b. Nāsir al-ḤUSAYNĪ, Aḫbār ad-dawlati as-Salğūqīya, édit. Muhammad Iqbal, Panjab University Oriental Publications, Lahore, 1933.

208— Zubdat at-Tawariḫ, Ms. Br. Mus., Suppl. 550.

209B) Necati Lūgal, Ahbar üd-Devleti s-Selçukiyye, traduction turque d’après édit. M. Iqbal, T.T.K., Ankara, 1943.

210C) GAL, I, 321 ; S. I, 554-555.

211K. Süssheim, Prolegomena zu einer Ausgabe der im Britischen Museum zu London verwahrten Chronik des Seldschuqischen Reiches, Leipzig, 1911, 47 p. ‘Umar Kaḥḥāla, Mu‘ğam, VII, 252.

N° 15 — Ibn al-Atīr. (m. 630/1233)

212Abū’l-Hasan ‘Alī b. Muhammad b. Muhammad b. ‘Abd al-Karīm Ἱzz ad-Dīn Muhammad b. al-Atīr aš-Šaybānī al-Ğazarī al-Mawsilī aš-Šāfi’ī naquit le 4 ğumādā I 555/13 mai 1160 à Gazīrat Ibn ‘Umar, ville de Haute Mésopotamie dont son père était gouverneur au nom de Quṭb ad-Dīn Mawdūd, le frère de Nūr ad-Dīn. Ἱzz ad-Dīn passa ses premières années dans sa ville natale avec ses deux frères Mağd ad-Dīn b. al-Atīr, qui devint célèbre comme traditionniste à Mossoul, et Ḍiyā’ ad-Dīn b. al-Aṯīr qui se distingua comme philologue et fut vizir de l’ayyoubide al-Afḍal.

213En 576/1180, toute la famille regagna Mossoul et le jeune Ibn al-Aṯīr y suivit les leçons de maîtres éminents ; il fit plusieurs séjours à Bagdad où il compléta sa formation. En 584/1188, il prit une part active aux combats contre les Francs dans les rangs de l’armée de Mossoul et fut témoin des victoires de Saladin. En 603/1206, il accomplit le pèlerinage de la Mecque, puis rentra à Mossoul où le prince Nūr ad-Dīn Arslān Šāh le combla de faveurs. C’est en témoignage de gratitude qu’Ibn al-Aṯīr composa pour lui son Histoire des atabegs, mais le prince mourut en 607/1210, avant l’achèvement du travail qui fut alors présenté à son fils Abū l-Fatḥ Mas’ūd. Entre 626/1229 et 628/1131 Ibn al-Aṯīr voyagea en Syrie et séjourna à Alep et à Damas, puis rentra à Mossoul.

214Ses profondes connaissances du ḥadīṯ et sa science de la généalogie des Arabes en firent un homme très écouté et sa maison devint un centre de réunions savantes. Après avoir consacré les dernières années de sa vie à la rédaction de différents ouvrages il s’éteignit à Mossoul le 25 ša’bān 630/mai 1233.

215De l’œuvre d’Ibn al-Aṯīr, dont nous connaissons sept ouvrages, nous ne retiendrons que ceux qui concernent notre sujet, et signalerons un petit traité actuellement perdu sur le Ğihād.

216Les deux ouvrages qui ont fait la renommée d’historien d’Ibn al-Aṯīr sont l’Histoire des atabegs de Mossoul et son Kāmil fi t-ta’riḫ. Le Ta’rīḫ ad-dawlat al-atābakīya fi l-Mawsil est circonscrit dans le temps et l’espace : Ibn al-Aṯīr le composa, comme nous l’avons signalé, pour remercier le souverain de Mossoul de ses faveurs ; c’est pourquoi l’auteur s’étend avec complaisance sur tout ce qui peut accroître la gloire des seigneurs de Mossoul : il énumère les services rendus par cette famille à la défense de la religion et insiste sur leur contribution à l’expulsion des ennemis hors du territoire musulman. Après un préambule de remerciement à son protecteur, Ibn al-Aṯīr traite de l’histoire d’Aq Sunqur Qāsim ad-Dawla, puis raconte dans le détail les campagnes de Zengī et de Nūr ad-Dīn, enfin il parle de la conquête de l’Égypte par Saladin. L’ouvrage relate ensuite des événements contemporains de l’auteur et se termine à l’avènement d’al-Malik al-Qāhir Mas’ūd II. La rédaction fut achevée en 608/1211. La plupart des renseignements que donne Ibn al-Aṯīr lui venaient de son père, sa principale source d’information, et de notes personnelles prises au fil des jours ; malheureusement un certain nombre de détails lui manquent car son père n’avait pas tout consigné. L’Histoire des atabegs est un panégyrique de la famille zenguide avec des altérations volontaires et il est préférable de se reporter au Kāmil plus objectif car il fut rédigé après la chute de la dynastie. Toutefois une hypothèse laisserait entendre que l’ouvrage aurait été écrit par un petit-fils d’Ibn al-Aṯīr. Les « Atabegs » furent notamment utilisés par Sibt Ibn al-Gawzï pour son Mir’āt az-zamān.

217Le Kāmil fi t-ta’riḫ (Le Complet traitant de l’histoire) fut rédigé à l’intention de l’atabeg de Mossoul Badr ad-Dīn Lu’lu’. C’est une histoire générale du monde musulman allant jusqu’à l’année 628/1231 ; l’auteur y amalgame, pour la période antérieure à son temps, diverses sources qu’il ne cite pas, il élimine certains détails qu’il juge superflus mais ajoute en revanche des éléments pittoresques et modifie parfois les conclusions de ses sources. Ibn al-Aṯīr a essayé dans son Kāmil de faire un récit cohérent des événements. Pour les débuts de l’Histoire, c’est-à-dire de la Création à 310/922, il se sert de Ṭabarī dont il suit la tradition. Pour l’histoire syrienne à proprement parler il refond une partie des matériaux de son histoire et utilise comme sources Ibn al-Qalānisī, dont il altère parfois les dates ; Ibn ‘Asākir, auquel il emprunte la biographie de Nūr ad-Dīn ; Tmad ad-Dīn al-Isfahānī dont le Barq aš-Šāmi lui sert pour la biographie de Saladin, non sans différer de cet ouvrage sur certains points, notamment sur les événements d’Égypte au moment où les Abbassides se substituent nominalement aux Fatimides ; enfin il semble qu’il n’ait pas ignoré la biographie de Saladin de son contemporain Bahā ad-Dīn Ibn Šaddād. Pour l’histoire irakienne Ibn al-Aṯīr emprunte à al-Hamadānī, Ibn Hamdūn et Ibn al-Ğawzī ; pour la partie iranienne c’est Tmād ad-Dīn al-Isfahānī et Sadr ad-Dīn b. ‘Alī al-Husaynī qui lui servent de sources.

218Le Kāmil, que nous devons traiter comme une source originale à utiliser avec précaution, servit à Ibn al-’Adīm qui lui prend ce qu’il sait sur Nūr ad-Dīn et sur Saladin, à Abū Šāma pour le Kitāb ar-rawdatayn ; Ibn Wāsil le connaît dans son Mufarriğ et Abū l-Farağ Barhebraeus l’utilise abondamment pour le vie/xiie siècle en le combinant avec l’œuvre de Michel le Syrien, enfin Abū 1-Fidā’ lui fait de nombreux emprunts.

  • 24 GAL, S. I, 590. Son Ḏayl Kāmil at-tawāriḫ existe à Berlin en manuscrit (fonds arabe n° 980). Ibn a (...)

219Il y eut plusieurs suites au Kāmil : il faut citer celle de Ἱzz ad-Dīn Ibn Šaddād (613-684/1216-1285), celle d’Abū Tālib ‘Alī b. Anğab Ibn as-Sā’ī (593-674/1197-1275) dont l’œuvre allait jusqu’en 656/125824. Signalons enfin la suite jusqu’en 725/1325 rédigée par Ibn Faḥd al-Ḥalabī.

220A) Ibn al-Aṯīr, Ta’riḫ ad-dawlat al-atābakīya fi l-Mawsil, paru dans RHOrC, t. II, 2, Paris, 1876.

221Ibn al-Aṯīr, Kāmil : Ibn al-Athiri Chronicon, édit. Tornberg, Leyde, 1851-1876, 14 vol., tables et index.

222Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, édit. du Caire, 12 vol. in-4°, 1301/1884.

223Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fi t-Ta’rīḫ, édit. du Caire, 9 vol. in-4°, 1348/1929.

224B) Ibn al-Aṯīr, Histoire des Atabegs, trad. française de Barbier de Meynard, RHOrC, t. II, 2, Paris, 1876.

225Ibn al-Aṯīr, Extraits du Kāmil dans RHOrC, t. I, 752 sq., Paris, 1872 (comprend les années 1097 à 1189).

226C) GAL, I, 422 ; S. I, 587.

227EI, II, 387 art. Ibn al-Athīr (anonyme).

228Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, 139.

229Ibn Hallikān, trad. de Slane, II, 288-290.

230Ibn al-’IMĀD, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, V, 137.

231Ğurğī Zaydān, Ta’riḫ Adāb, III, 80.

232H. A. R. Gibb, Notes on the Arabic Materials for the History of Early Crusades, BSOS, VII, 1935, 739-754.

233Cl. Cahen, Syrie du Nord, 58-59 (erreur sur la date de naissance).

234H. A. R. Gibb, The Arabic Sources for the Life of Saladin, Speculum, XXV, 1950, 58-72.

235F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 96, 127, 413.

236Umar Kahhāla, Mu’ğam, VII, 228-229 ; XIII, 407.

N° 16 Ibn Abī Ṭayyī (m. 630/1233)

237Yaḥyā b. Ḥamīd Abī Ṭayyī an-Nağğār b. Zāfir b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. Husayn b. Muhammad b. Hasan al-Gassānī al-Halabī, connu sous le nom d’Ibn Abī Ṭayyī, naquit à Alep en 575/1180. Son père, maître charpentier, était un des notables chiites d’Alep ; à deux reprises, en 543/1140 et en 552/1157, il en fut exilé pour des raison politico-religieuses par les autorités aux ordres de Nūr ad-Dīn. Yaḥyā qui vécut dans sa ville natale sous le règne des deux premiers successeurs de Saladin mena une exis-tance plus calme ; il étudia avec son père d’abord, puis avec d’émi-nents maîtres alépins et gagna sa vie en faisant le métier de copiste, ce qui lui laissait assez de temps pour écrire ses propres ouvrages. Il serait mort, d’après Ḥağğī Ḫalīfa, à Alep en 630/1233. Nous n’avons que très peu de renseignements sur sa biographie et la suite de ses œuvres reste difficile à établir car aucune ne nous est parvenue. Nous ne les connaissons en effet que par des citations postérieures.

238Ibn Abī Ṭayyī est le seul chroniqueur chiite dont nous ayons d’importants extraits et auquel les historiens sunnites n’ont pas hésité à faire des emprunts. Il laissa une biographie de Saladin : Kanz al-muwaḥḥidīn fī sīrat Salāḥ ad-Din (Le Trésor des Unitaires sur la vie de Saladin), qui est une des sources de Bahā ad-Dīn Ibn Šaddād et d’Abū Šāma ; celui-ci s’abstient d’ailleurs de le citer dans son introduction. Sa biographie d’al-Malik az-Zāhir Gāzī, ‘Uqūd al-ğawāhir fī sirat al-Malik az-Zāhir, est citée par Ἱzz ad-Dīn Ibn Šaddād et Abū Darr. Il composa aussi une histoire de l’Egypte qui servit à Maqrīzī.

239La seule œuvre dont nous ayons d’importantes citations est une histoire universelle intitulée Macādin ad-dahab fī Ta’rīḫ al-mulūk wa l-ḫulafā’ wa ḏuwa r-rutab (Les mines d’or pour servir à l’histoire des rois, des califes et autres puissants). Abū Šāma et Ḏahabī l’appellent simplement Ta’rīḫ aš-Šīa lorsqu’ils la citent.

240Sans les longs extraits qu’en donnent Ibn al-Furāt et Ibn Qāḍī Šuhba l’œuvre nous serait inconnue, encore que nous ne connaissions d’elle que la période allant de 501/1107 aux dernières années de Nūr ad-Dīn. Les citations d’Ibn Abī Tayyī présentent de nombreuses ressemblances avec la chronique intitulée Bustān al-ğāmi’ mais notre auteur étant né en 575/1180 nous devons supposer qu’il existe une source commune aux deux ouvrages. Parmi les sources des « Mines d’Or », il convient de noter les chroniques d’al-Ἁẓīmī et d’Ibn al-Qalānisī, le Barq aš-Šāmī de Tmād ad-Dïn et l’histoire de l’Afrique du Nord d’Ibn Šaddād as-Sanhāğī. Pour l’Éypte de son époque Ibn Abī Tayyī eut pour informateur le šarīf Idrīsī, venu jeune avec son père en Syrie du temps de Nūr ad-Dīn. Bien qu’il soit difficile, à travers ces fragments, de porter un jugement sur l’œuvre on peut remarquer qu’elle se distingue par la place importante qu’elle donne aux querelles religieuses et par l’abondance de renseignements archéologiques qu’elle fournit ; elle apparaît à la fois comme une histoire universelle du monde musulman et comme une chronique locale d’Alep.

241Cette histoire, connue jusqu’au xve siècle, fut utilisée par différents auteurs notamment Abū Šāma, ‘Izz ad-Dīn Ibn Šaddād, Nuwayrī et probablement Ibn Muyassar, sans parler d’Ibn al-Furāt et d’Ibn Qādī Šuhba. Ibn Hallikān le connut par l’intermédiaire d’Abū Šāma. Si Ibn al-Aṯīr ne semble pas l’avoir connu, en revanche Ibn al-’Adīm a au moins utilisé les mêmes sources qu’Ibn Abī Tayyī, il présente en effet avec lui maintes ressemblances mais jamais il ne le nomme. Enfin Claude Cahen note que la chronique universelle abrégée, Naẓm as-sulūk fi tawariḫ al-ḫulafā’ wa l-mulūk de Šāfi‘ b. ‘Alī b. ‘Abbās b. ‘Asākir paraît très vraisemblablement reposer sur les Maādin aḏ-ḏahab.

242A) Ibn Abī Ṭayyī, Ma’ādin aḏ-ḏahab, ms. perdu.

243B) Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ ad-duwal wa l-mulūk, ms. inédit, Wien, 814.

244Ibn Qādī Šuhba, Sīrat Nūr ad-Dīn, ms. inédit, Aya Sofya 3194. Tous les deux donnent des extraits des Ma’ādin.

245C) Ibn Katīr, Bidāya, XII, le cite p. 266.

246de Slane, RHOrC, t. I, introduction, p. L.

247Barbier de Meynard, RHOrC, t. IV, introduction, p. VI.

248Cl. Cahen, Une chronique chiite du temps des Croisades, CRAIBL, 1935, 258-269.

249Cl. Cahen, Quelques chroniques anciennes relatives aux derniers Fatimides, BIFAO, XXXVII, 1937-1938, 1-27.

250Cl. Cahen, Une chronique syrienne du vie/xiie siècle, BEO, VII-VIII, 1938, 114.

251Cl. Cahen, Syrie du Nord, 55-57.

252Umar Kahhāla, Mu’ğam, XIII, 195.

N° 17 — Ibn Nazīf Muhammad al-Ḥamawī (m. après 631/1234)

253Al-’Abd al-Mamlūk Abū l-Fadā’il Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd al-’Azīz b. Muzhir b. Barakāt b. Naẓīf al-Kātib al-Ḥamawī al-Malikī al-Muğāhidī ne fut nullement un savant mais un fonctionnaire dont la carrière politique fut mouvementée ; s’il fut vizir et secrétaire d’un prince régnant il connut aussi la prison et l’exil. Comme bien des fonctionnaires de son temps il s’intéressa à l’histoire et consacra une partie de ses loisirs à rédiger des ouvrages. Nous connaissons trois œuvres d’Ibn Nazīf. Le Muhtasar siyar al-awā’il wa l-mulūk wa wasilat al-Abd al-Mamlūk, dont il existe un manuscrit unique à Paris (B.N. 1507), ne nous intéresse pas car le texte s’arrête au ive/xe siècle. Le Kašf wa l-bayān fī ḥawādiṯ az-zamān, l’œuvre maîtresse de notre auteur, est malheureusement perdue mais nous en savons l’existence grâce au Ta’riḫ al-Mansūrī. Ce résumé de 227 folios (talḫīs) nous donne une idée assez précise du plan et du contenu de ce qu’il cite comme Ta’rīḫunā al-Kabīr. A l’année 483, Ibn Naẓīf signale la naissance d’al-‘Aẓīmī, l’auteur d’une histoire d’Alep, cette mention permet de supposer qu’il s’en est servi, il ne nomme aucune de ses sources pour la fin du vie/xiie et le début du viie/xiiie siècle. Pour la dernière période il y a des passages entiers de lettres officielles que nous ne connaîtrions pas sans cela. Le texte présente un intérêt particulier pour l’histoire des Ayyoubides après 589/1193, et surtout pour les années 620-630. Six folios seulement (81 à 86) sont consacrés à l’époque du règne de Nūr ad-Dīn : ils se présentent comme un aide-mémoire signalant l’assassinat de Zengī, la victoire d’Inab, la prise de Damas, le départ de Šīrkūh pour l’Égypte, la prise de Bāniyās et la mort de Nūr ad-Dīn, au milieu des événements survenus pendant trente ans dans le monde musulman.

254A) Ibn Nazīf Muḥammad al-Ḥamawī, at-Ta’riḫ al-Mansūn (édition de l’Unicum de Léningrad) par P. A. Gryaznevitch, Moscou, 1960.

255B) M. Amari, Estratti del Tarih Mansūri, Palermo, 1884.

256C) GAL, I, 350 ; S. I, 591.

257M. Amari, Bibliotheca arabo-sicula, Appendice, Torino, 1889.

258M. Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, 2e édit., Catania, 1933-1939.

N° 18 — Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād (m. 632/1234)

259Abū l-Mahāsin Yāsuf b. Rafi’ b. Tamīm b. ‘Utba b. Muhammad b. ‘Attāb al-Asadī al-Halabī aš-Šāfi’ī naquit à Mossoul le 10 ramadān 539/5 mars 1145. Devenu très tôt orphelin, il fut recueilli et élevé par ses oncles maternels, les Banū Šaddād ; c’est pour cette raison que Yūsuf prit le nom de Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād. Il étudia d’abord dans sa ville natale, puis en 565/1170 alla suivre des cours à la Nizāmīya de Bagdad où il fut répétiteur. Il revint à Mossoul et à partir de 570/1175 y enseigna à la madrasa fondée par Kamāl ad-Dīn aš-Šahrazūrī.

260A cette époque commença la série des grands succès de Saladin ; Bahā’ ad-Dīn fut envoyé auprès de lui en ambassade par les princes de Mossoul en 580/1184. En 583/1188 notre auteur fit le pèlerinage de la Mecque ; sur le chemin du retour il visita Jérusalem nouvellement reconquise sur les Francs, passa ensuite à Damas où l’avait appelé Saladin, il entra alors au service du prince ayyoubide.

261A la mort de Saladin, Ibn Šaddād s’installa à Alep où il devint cadi et fut pris comme conseiller privé par al-Malik aẓ-Ẓāhir ; il fut aussi administrateur des waqfs et son activité s’étendit à la réorganisation des écoles ; en 601/1204, il fonda une madrasa funéraire près de la porte d’Iraq, en face de la mosquée de Nūr ad-Dīn, ainsi qu’un dār al-ḥadīṯ.

262Sa renommée de juriste et de traditionniste chaféite lui valut d’être souvent consulté même après avoir abandonné ses fonctions officielles. Il mourut le 14 safar 632/8 novembre 1234 et fut enterré dans le mausolée qu’il s’était fait construire.

263Son premier ouvrage sur les mérites du ğihād ne nous est pas parvenu ; l’auteur, suivant l’exemple d’Ibn al-Aṯīr, y avait recueilli tous les témoignages du Prophète sur la guerre légale et en avait fait hommage à Saladin pendant que celui-ci faisait le siège du Crac des Chevaliers en 580/1184. Un certain nombre de ces traités, notamment ceux d’Ibn Katîr et de Badr ad-Dīn al-‘Aynī, sont parvenus jusqu’à nous.

264Trois autres ouvrages de Bahā’ ad-Dīn sont signalés dans la biographie que donne Ibn Ḫallikān : Malğa’ al-ḥukkām ‘ind at-tibas al-aḥkam, le Dalā’ il al-aḥkām sur les ḥadīṯ-s et le fiqh, le Miğāz al-bāhir sur le Jiqh. Dans la notice que Brockelmann lui consacre il signale d’autres ouvrages dont l’attribution à Bahā’ ad-Dīn n’est pas absolument certaine, telle une histoire d’Alep dont le manuscrit se trouve à Léningrad (qui est en fait de ‘Izz ad-Dïn Ibn Šaddād).

265Le seul ouvrage d’Ibn Šaddād qui nous soit parvenu est sa biographie de Saladin : le Kitāb an-nawādir as-sultāniya wa l-mahāsin al-yūsufīya. Tandis que Tmād ad-Dīn al-Isfahānī raconte le règne de Saladin et qu’Ibn al-Aṯīr, son contemporain, admirateur des Zenguides, fait un portrait défavorable du souverain, Bahā’ ad-Dīn, plus jeune que les auteurs que nous venons de citer, rédige un panégyrique de la famille ayyoubide dont les trois quarts se présentent sous la forme de mémoires personnels. Lorsque le personnage central devient Saladin, l’auteur, témoin oculaire, nous donne un récit plus vivant : il souligne des traits de mœurs et raconte diverses anecdotes. Le premier dixième de l’ouvrage, qui est consacré aux années allant jusqu’à 584/1188, est un travail de seconde main où fourmillent les fautes de détail et de chronologie ; nous avons là, il est vrai, quelques renseignements sur Nūr ad-Dīn qui n’apparaît d’ailleurs qu’au second plan dans l’ouvrage.

266A) Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, Kitāb an-nawādir as-sultānīya, in-8°, 312, Le Caire, 1346/1928.

267B) Bahāad-Dīn Ibn Šaddād, édit. et trad. latine par Schultens, Leyde, 1732.

268Bahāad-Dīn Ibn Šaddād, The Life of Saladin, trad. anglaise par Wilson et Conder, PPTS, t. XIII, Londres, 1897.

269C) GAL, I, 386 ; S. I, 549.

270EI, II, 444 art. Ibn Shaddād (anonyme).

271Ibn Hallikān, trad. de Slane, IV, 417-435 (longue notice).

272Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, 143.

273IBN AL-’IMĀD, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, V, 158-159 (longue notice). DE SLANE, RHOrCI, pp. XLV-XLVI. ĞURĞĪ ZAYDĀN, Ta’rīḫ Adāb..., III, 63. CL. CAHEN, Syrie du Nord, 51-52.

274H. A. R. GIBB, The Arabic Sources for the Life of Saladin, Speculum, XXV, 1950, 58-72.

275D. SOURDEL, Les professeurs de madrasa d’Alep, BEO, XIII, 101. F. ROSENTHAL, History of Muslim Historiography, 92, 151.

N° 19 — Ibn ad-Dubayṭī (m. 637/1239)

276Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Abū l-Ma‘ālī Sa‘īd b. Abū Ṭālib Yaḥyā b. ad-Dubayṯī al-Wāsiṭī aš-Šāfi‘ī naquit le 26 rağab 558/ 1er juillet 1163 à Wāsiṭ dans le Bas-Iraq. Il vécut à Bagdad où il s’occupa de ḥadīṯ et d’histoire, et mourut dans sa ville d’élection le 8 rabī‘ II 637/8 octobre 1239.

277Son travail sur l’histoire de Bagdad : le Ḏayl ta’riḫ Baġdad se présente sous la forme de notices biographiques rangées par ordre alphabétique et constitue une « suite » à l’histoire d’al-Ḫatīb al-Baġdādī et à celle de Sam’ānī. L’ensemble des trois ouvrages a été abrégé par al-Bundarī. Pour la période de Nūr ad-Dīn, l’histoire d’Ibn ad-Dubaytï nous donne seulement quelques notices sur les contemporains bagdadiens du souverain.

278Cette histoire de Bagdad dont il subsiste des manuscrits est encore inédite ; elle fut utilisée par Ibn al-Gawzï pour son Mir’āt az-zamān et par Dahabī qui donna un choix de biographies dans son Muḫtasar.

279A) Ibn ad-Dubayṯī, Ḏayl Ta’rīḫ Baġdād, ms. Paris, B.N. 2130.

280B) Ḏahabī, al-Muḫtasar al-muḥtāğ ilaihi min Ta’rīḫ al-ḥāfiẓ AbīAbd Allāh Ibn ad-Dubaytī, édit. Muṣṭafa Ğawād, 1re partie, jusqu’à « h », Bagdad, 1371/1951.

281G) GAL, I, 402, S. I, 565.

282Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, V, 185-186 (longue notice).

283Cl. Cahen, Syrie du Nord, 36.

284F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 353, 386, 406, 453.

285Umar Kahhāla, Muģam, X, 40.

N° 20 — Ibn an-Nağğar (m. 643/1245)

286Muḥib ad-Dīn Abū ‘Abdallāh Muḥammad b. Maḥmūd b. al-Ḥasan an-Nağğār al-Baġdādī aš-Šāfi’ī est né à Bagdad en 573, dit Ibn Katīr. Il fut l’élève d’Ibn al-Ğawzī, précise Yāqūt.

287Il voyagea pendant vingt-sept ans, visita le Ḫurasān, passa à Herat, Nišābūr et Merw, vit la Syrie et l’Égypte, alla au Hedjaz, interrogea plus de trois mille savants et rentra à Bagdad où il mourut, après une courte maladie, le 5 ša‘bān 643/27 décembre 1245, léguant à la madrasa Niẓāmīya deux armoires de livres.

288Ibn an-Nağğār est l’auteur d’un Ḏayl ‘ala Ta’rīḫ Baġdad en 16 volumes inédits ; c’est un complément aux dictionnaires biographiques des hommes célèbres de Bagdad comme celui d’al-Hatīb al-Baģdādī (m. 463), celui d’as-Sam’ānī (m. 562) et celui de son contemporain Ibn ad-Dubaytï (m. 637).

289Un manuscrit partiel a été identifié par E. Amar en 1908 à la Bibliothèque Nationale de Paris, c’est le manuscrit arabe 2131 en deux volumes traitant des années postérieures à 463.

290Ibn an-Nağğār est aussi l’auteur d’un certain nombre d’ouvrages dont les Aḫbār Makka wa Madina wa Bayt al-Muqaddis.

291A) Muhammad b. Mahmūd an-Nağğār, Ḏayl ‘ala Ta’rīḫ Baġdād, inédit, Le Caire, IV, 150 ; B.N. arabe, n° 2131. — K. ad-durrat at-tamīna fī aḫbār al-Madīna, 2 vol., Le Caire, 1956.

292B) —

293C) GAL, I, 360 ; S. I, 613.

294Imād ad-Dīn, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, V, 226-227.

295Yāqūt, Iršād, VII, 103-104, n° 58.

296Ibn Katīr, Bidāya, XIII, 169.

297E. Amar, Sur une identification de deux manuscrits arabes de la Bibliothèque Nationale, JA, 1908, XI, 237-242.

298Cl. Cahen, Syrie du Nord, 36, 83.

N° 21 — Sibṭ. al-Ğawzī (m. 654/1262)

299Šams ad-Dīn Abū l-Muẓaffar Yūsuf b. Qizoġlu Sibt b. al-Ğawzī al-Hanafī al-Baġdādī ad-Dimašqī naquit à Bagdad en 581/ 1185. Son père avait été esclave turc du vizir Ibn Hubayra qui l’affranchit, il épousa alors Rabī’a, la fille de l’illustre prédicateur ḥanbalite Ğamāl ad-Dīn Ibn al-Ğawzī, de cette union vint au monde Yūsuf, dont la mère mourut en couches ; l’enfant fut appelé Sibṭ b. al-Ğawzī : le petit-fils d’Ibn al-Ğawzī.

300Yūsuf fit ses études à Bagdad, voyagea pour parfaire son éducation et vint tout jeune s’établir à Damas comme jurisconsulte et sermonnaire. Le petit-fils avait hérité de son grand-père maternel le goût de la recherche et le talent d’orateur. Il suscita chez ses contemporains un grand enthousiasme qui se manifesta surtout en 606/1209 lorsque Sibṭ b. al-Ğawzī lança l’appel au ğihād et, plus tard, lorsqu’il prononça un important discours à l’occasion de la rétrocession de Jérusalem à Frédéric II.

301Les fonctions d’imām de la Grande-Mosquée de Damas et sa réputation le mirent en rapport avec les princes de la grande cité syrienne. Sibt b. al-Ğawzī doit sa renommée au Mir’āt az-zamān, une histoire universelle qui va des origines à l’année 654/1257. Cet ouvrage est aussi connu que le Kāmil d’Ibn al-Aṭīr.

302Composé à la fin de la vie de l’auteur, cette histoire est de valeur très inégale car Sibt b. al-Ğawzī a copié ses devanciers sans sélection ni critique, citant parfois deux relations d’un même fait sans remarquer les contradictions, confondant les noms propres. Pour l’introduction géographique et la période pré-islamique l’ouvrage dépend de Mas’ūdī. Claude Cahen l’estime très important pour le ve/xie siècle car il donne des renseignements que l’on ne trouve que chez les historiens byzantins ; il le considère en revanche négligeable pour le vie/xiie : période pour laquelle il repose sur Ibn al-Qalānisī, dont il fait d’abondantes citations, sur l’histoire du Diyār Bakr d’Ibn al-Azraq (m. 572/1177), sur Ibn al-Ğawzī, sur Barq aš-Šāmi et la Harida de ‘Imād ad-Dīn al-Isfahānī dont il donna un abrégé, sur l’Histoire des atabegs d’Ibn al-Aṭīr, sur La vie de Saladin de Bahā ad-Dīn Ibn Šaddād et sur la Chronique d’Ibn ad-Dahhān sans oublier les dictionnaires biographiques que sont les œuvres d’Ibn ‘Asākir, de Sam’ānī et d’Ibn ad-Dubaytī.

303Ce n’est, pour l’histoire de Nūr ad-Dīn, qu’une œuvre de compilation. Au contraire, il devient d’un grand intérêt, précise Claude Cahen, pour le viie/xiiie siècle lorsqu’il note ses expériences personnelles ; il est alors avec le Mufarriğ al-qurub d’Ibn Wāsil la source principale pour l’histoire des princes ayyoubides. Il existe une suite de cette histoire rédigée par Quṭb ad-Dīn al-Ba’albakkī al-Yunīnī (m. 726/1326) et encore inédite.

304A) Sibt b alawzī, Mir’āt az-zamān, édit. en fac-similé par Jewett, Chicago, 1907.

305Sibt b. alawzī, Mir’āt az-zamān, édit. Hyderabad, 1370/1951, 2 parties. Cette édition couvre la période de 495/1101 à 654/1256.

306B) —

307C) GAL, I, 424 ; S. I, 589.

308Ibn Katīr, Bidāya, XIII, 194 (longue notice).

309Ibn al-’Imād, Šadarāt ad-Dahab, V, 266-267 (longue notice).

310Barbier de Meynard, RHOrC, t. III, 513-515.

311Ğurğī Zaydān, Ta’rīḫ Adāb, III, 82-83.

312Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 339-340.

313Cl. Cahen, Syrie du Nord, 64-66.

314F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 41, 97, 126.

315Umar Kahhala, Mu’ğam, XIII, 324.

N° 22 — Ibn al-’Adīm (m. 660/1262)

  • 25 586 dit Ibn Kaṯīr.

316Kamāl ad-Dīn Abū l-Qāsim ‘Umar b. Ahmad b. Hibat Allāh b. ‘Abd al-’Azīz b. Abū Ğarāda b. al-’Adīm al-’Uqaylī al-Ḥalabī al-Ḥanafī est né en dū l-hiğğa 588/janvier 1193 à Alep25 d’une famille de notables hautement considérée dans la ville et descendant des Banū Ğarāda de la tribu ‘Uqayl.

317L’ancêtre de Kamāl ad-Dīn, Mūsā b. ‘Īsā avait dû quitter Bassorah au moment d’une épidémie de peste avec d’autres membres de la famille. Il vint s’établir vers 200/815 comme commerçant à Alep. Le père de notre auteur, Aḥmad b. Hibat Allāh, joua un certain rôle dans la vie d’Alep à l’époque de Nūr ad-Dīn, puis après la mort de ce dernier il eut en charge la Trésorerie et fut cadi hanafite dans la grande cité.

318Kamāl ad-Dīn fit ses premières études dans sa ville natale puis, en 603/1206, son père l’emmena à Jérusalem ; en 608/1211 il vint à Damas, puis voyagea en Iraq et au Hedjaz avant de rentrer à Alep où, à la mort de son père, en 616/1220 il commença à enseigner à la madrasa Šadbaḫtīya et donna aussi des cours à la Hallawīya. Il abandonna l’enseignement pour effectuer des missions diverses auprès des Seldjouqides de Konya et des sultans d’Égypte. Il réussit à quitter Alep, avec al-Malik an-Nāsir, lorsque les Mongols prirent la ville en safar 658/janvier 1260, et trouva refuge au Caire. Hulagu invita Ibn al-‘Adīm à revenir en Syrie et lui conféra le titre de Qāḍī l-quḍāt pour toute la Syrie mais notre historien refusa de s’y rendre, il mourut au Caire à la fin du mois de ğumādā I 660/fin avril 1262 et fut enterré au Muqattam.

319Toute sa vie Ibn al-‘Adīm s’intéressa à l’histoire de sa ville natale ; en dehors de sept ouvrages dont un traité de recettes pour les parfums, il laissa deux œuvres majeures : la Buġyat aṭ-ṭalab et la Zubdat al-Ḥalab.

320La Buġyat aṭ-ṭalab fī ta’riḫ Ḥalab, œuvre maîtresse d’Ibn al-‘Adīm, est un monumental dictionnaire biographique des hommes célèbres d’Alep, classés par ordre alphabétique dans dix gros volumes, dont le premier est une importante introduction topographique qui, à elle seule, constitue un substantiel travail sur la géographie de la Syrie du Nord. Ibn al-‘Adīm pour son ouvrage prit modèle sur l’histoire de Bagdad d’al-Hatīb al-Baģdādī et sur l’histoire de Damas d’Ibn ‘Asākir. Malheureusement ce dictionnaire ne fut jamais mis au net et très tôt ses différents fascicules se trouvèrent dispersés ; il n’existe aucun manuscrit complet, ainsi manque-t-il la lettre « mīm » qui contenait la biographie de Nūr ad-Dīn Mahmūd. Dans la Buġyat, Ibn al-‘Adîm, fait rare chez les historiens arabes, indique ses sources parmi lesquelles figurent pour notre époque, c’est-à-dire pour les années 541-569, les notes de Murhaf b. Usāma b. Munqid, la chronique de Damas d’Ibn al-Qalānisī, les œuvres de Tmād ad-Dīn al-Isfahānī et la biographie de Saladin de Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, la chronique de Mārdīn d’Abū l-Fadl ad-Dārī, la chronique d’Ibn ad-Dahhān et le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, sans oublier les dictionnaires biographiques de Sam’ānī, Ibn ‘Asākir et Yāqūt. Il est très vraisemblable qu’il ait connu Ibn Abī Tayyī, mais il ne nomme jamais ce chroniqueur chiite. Ouvrage capital pour l’histoire d’Alep, et encore inédit, la Buġyat servit à de nombreux historiens postérieurs parmi lesquels nous pouvons citer : Abū šāma, Ibn Wāsil, ‘Izz ad-Dīn Ibn Šaddād, al-Yūnīnī, Ibn Nubāta, al-‘Aynī, Sibṭ b. al-‘Ağamī, al-Ğibrīnī, Ibn aš-Šihna et Abū Darr.

321Ibn al-‘Adîm fit de sa Buġyat un abrégé sous la forme d’une chronique, intitulée Zubdat al-ḥalab fi Ta’rīḫ Ḥalab, où l’auteur n’indique malheureusement pas ses sources. Cet ouvrage va jusqu’à l’année 641/1243, et ne fut jamais achevé car la mort arrêta le travail d’Ibn al-‘Adīm. On y trouve beaucoup de renseignements sur tout le nord de la Syrie et des contrées voisines ; sur les règnes de Nūr ad-Dīn et de Saladin les développements sont abondants, mais l’auteur y reprend Bahā ad-Dīn Ibn Šaddād, Ibn al-Aṯīr et d’autres historiens déjà cités pour la Buġyat.

322A) Ibn al-‘Adīm, Buġyat at-talab, inédit, ms. le plus complet à Istanbul, Sarai A., III, 2925.

323Ibn al-‘Adīm, Zubdat al-Ḥalab, édit. Sami Dahan, t. I, années 1/622 à 457/ 1064 ; t. II, années 458/1065 à 569/1173.

324B) J. Sauvaget, Extraits du « Buġyat aṭ-Ṭalab », REI, VII (1933), 395.

325C) GAL, I, 404-406 ; S. I, 568.

326Brockelmann, art. EI, II, 746.

327Ibn Šākir al-Kutubī, Fawāt al-Wafayāt, édit. Le Caire.

328Ibn Katīr, Bidāya, XIII, 236.

329Ibn Taġribirdī, Manhal Ṣāfī (édit. Wiet), n° 1714.

330Ibn al-’Imād, ŠaḎarāt aḏ-Ḏahab, V, 303 (longue notice).

331Barbier de Meynard, RHOrC, III, 573-575.

332Cl. Cahen, Syrie du Nord, 37, 62-63.

333S. Dahan, La vie d’Ibn al-’Adîm, extrait du t. I de l’édition de la Zubda, 13-73.

334F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 95, 107, 147-8.

335Umar Kahhāla, Mu’ģam, VII, 275-276.

N° 23 — Abū Šāma (m. 665/1268)

336Šihāb ad-Dīn ‘Abd ar-Raḥmān b. Ismā‘īl b. Ibrāhīm b. ‘Uṯmān b. Abū Bakr b. ‘Abbās al-Muqaddasī aš-Šāfi’ī naquit à Damas, près de Bāb Šarqī, le 23 rabī‘ II 599/1er janvier 1203 d’une famille originaire de Jérusalem, établie à Damas depuis 492/1099. Šihāb ad-Dīn est généralement connu sous le surnom d’Abū Šāma, surnom que lui valait un gros grain de beauté au-dessus du sourcil gauche.

337Abū Šāma fit ses études à Damas où il eut pour maîtres Mu-waffaq ad-Dīn b. Qudāma, Abū l-Qāsim ‘īsā b. ‘Abd al-’Azīz et ‘Alam ad-Dīn as-Saḫāwī. En 621/1224, il fit le pèlerinage de la Mecque, puis séjourna à Jérusalem en 624/1227. En 628/1231, il s’en alla en Égypte et suivit des cours à Alexandrie. A son retour, il fut nommé professeur à la madrasa Ruknīya ; plus tard, en 662/ 1264, il devint directeur de la plus importante école de tradition de Damas : le Dār al-ḥadīṯ al-Ašrafīya.

338Pour Abū Šāma, l’histoire était l’égale de la science du ḥadīṯ, et il crut nécessaire de défendre son point de vue en s’appuyant sur l’exemple de l’Imām aš-Šāfi‘ī, qui à côté du Jiqh et de l’adab, n’avait pas négligé d’étudier l’histoire. Très versé dans les sciences coraniques, grand connaisseur de ḥadīṯ, Abū Šāma partagea son temps entre l’étude et les devoirs religieux, donnant des cours et délivrant des fatwa. Ces décisions lui valurent, après avoir échappé à un premier attentat, de périr victime du second. Le 19 ramaḍān 665/13 juin 1268 il fut frappé à mort par deux individus, qu’al-Kutubī donne pour des ḥaššašīn voulant venger la condamnation par Abū Šāma des doctrines du Vieux de la Montagne. Abū Šāma fut enterré en dehors de Bāb al-Farādīs et ce fut le cheikh Muḥyī ad-Dīn an-Nawawī qui prit sa succession au Dār al-ḥadīṯ al-Ašrafīya.

339Son œuvre est relativement abondante, mais de ses activités de traditionniste et d’historien nous ne retiendrons que la seconde.

  • 26 Cahen, Syrie du Nord, page 66 dit 649.

340Dans l’autobiographie qu’il inséra dans le Ḏayl, Abū Šāma nous dit qu’il écrivit un supplément à l’histoire d’Ibn ‘Asākir en deux recensions dont nous ne connaissons pas les manuscrits : une grande en quinze parties et une petite en cinq parties. Puis il composa le Kitāb ar-Rawḍatayn fī aḫbār ad-dawlatayn as-Ṣalāḥīya wa n-Nūrīya en deux parties dont la rédaction fut achevée en 65926. Cet ouvrage a été édité au Caire et partiellement réédité et traduit en français par Barbier de Meynard. L’ouvrage commence à l’année 469/1076, Abū Šāma donne un résumé de l’histoire de la dynastie des atabegs de Mossoul, puis un sommaire des hauts faits de Zengī, premier souverain de la famille ; il passe ensuite au panégyrique de Nūr ad-Dīn. A partir de ce prince l’œuvre devient une chronique suivie où l’auteur note les révolutions politiques et militaires qui signalèrent la fin des Fatimides en Égypte, puis il passe à l’avènement de Saladin, raconte son règne et expose l’histoire des princes ayyoubides jusqu’en 597/1200.

341Dans le Livre des Deux Jardins, Abū Šāma juxtapose et reproduit textuellement, en mentionnant ses sources, les souvenirs que son père lui a racontés, des extraits qu’il emprunte à la chronique d’Ibn al-Qalānisī, au Barq aš-Šāmī et à la correspondance de Tmād ad-Dīn al-Isfahānī, à la biographie de Saladin de Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, à l’Histoire des atabegs d’Ibn al-Aṯīr, à l’histoire du chiite Ibn Abī Ṭayyī et à la correspondance d’al-Qāḍī al-Fāḍil. Il utilise aussi l’histoire de Damas d’Ibn ‘Asākir, emprunte la biographie de Nūr ad-Dīn à la Buġyat d’Ibn al-’Adīm, se sert d’Ibn al-Mustawfī, d’ar-Rawhī, d’Ibn al-Qādisī, d’al-Qilawī, d’Usāma b. Munqid, de ‘Umāra du Yémen et d’Ibn al-Aštarī. Cette œuvre présente pour notre période un grand intérêt par les renseignements qu’Abū Šāma donne, de seconde main il est vrai, sur Nūr ad-Dīn.

342Abū Šāma rédigea une continuation de son grand ouvrage sous le titre de Ḏayl ‘ala ar-rawdatayn ; il y reprend l’histoire en 590/1194 complétant jusqu’en 597 les renseignements qu’il avait donnés dans le Kitāb ar-rawdatayn et la poursuit jusqu’à l’année de sa mort (665/1268). Manquant de documents pour le début il copie le Mir’āt az-zamān et le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, puis à partir de l’année 625/1228 il devient original et utilise ses notes personnelles. D’après Claude Cahen la partie la plus importante du Ḏayl est celle qui concerne la période succédant à l’invasion mongole. Pour notre période cet ouvrage n’est d’aucun intérêt.

343Les travaux historiques d’Abū Šāma servirent de sources à plusieurs auteurs tels ad-Dawādārī, al-Yūnīnī, al-Gazarī, al-Birzālī qui donna une suite au Ḏayl ‘ala ar-Rawdatayn, Ḏahabī qui l’utilisa pour son Ta’rīḫ al-Islām, Ibn Nubāta, Ibn Šākir al-Kutubī qui s’en servit pour les ‘Uyūn at-tawāriḫ. Ibn Katīr lui fait des emprunts pour sa Bidāya. Al-Mufaḍḍal s’en servit à son tour, de même qu’Ibn Duqmāq pour la Nuzhat al-anām ; pour la partie ayyoubide des Nuğum a-ẓāhira, Ibn Taģribirdī lui fit d’importants emprunts, enfin Ibn Qādī Šuhba l’utilisa pour sa biographie de Nūr ad-Dīn et Abū Darr le cite dans les Kunūz.

344A) Abū Šāma, Kitāb ar-Rawḍatayn fī aḫbār ad-dawlatayn, édit. Boulaq, 1287-

34592/1871-75, 2 vol.

346Abū Šāma, Kitāb ar-Rawḍatayn, édit. Mahmūd Hilmi Ahmad, t. I, Le Caire, 1958.

347Abū Šāma, Ḏayl ‘ala r-Rawḍatayn, edit. Muhammad Zāhid ai-Ḥassan al-Kawṯarī, Le Caire, 1366/1947.

348B) Abū Šāma, Kitāb ar-Rawḍatayn, extraits et trad. de Barbier de Meynard dans RHOrC, t. IV, Paris, 1898 (années 541/1146 à 586/1190) ; t. V, Paris, 1906 (années 587/1191 à 597/1200).

349C) GAL, I, 386 ; S. I, 550.

350Brockelmann, art. EI, I, 109.

351ilmy Ahmad, art. EP, I, 154.

352Ibn Hallikān, trad. de Slane, II, 190.

353Ibn Katīr, Bidāya, XIII, 250-251 (longue notice).

354Ibn Tagribirdī, Manhal Ṣāfī (édit. Wiet), n° 1365.

355Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt aḏ-ḏahab, V, 318-319.

356Barbier de Meynard, RHOrC, V, 207-210.

357Ğurğī zaydān, Ta’rīḫ Adāb, III, 64.

358Cl. Cahen, Syrie du Nord, 66-67, 79-89.

359H. A. R. Gibb, The Arabic Sources for the Life of Saladin. Speculum, XXV, 68-72.

360F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 38, 282.

361Umar Kahhāla, Muģam, V, 125.

C. LES AUTEURS D’ÉPOQUE MAMELOUKE fin viie/xiiie-ixe/xve siècle

N° 24 — Al-Makīn Ibn al- Ἁmīd (m. 672/1273)

362Ğurğis b. Abū l-Yāsir b. Abū l-Makārim, dit al-Makīn b. al- Ἁmīd, naquit au Caire en 602/1205 dans une famille chrétienne originaire de Mésopotamie, venue en Égypte sous le califat d’al-Āmir. Comme son père, il fut fonctionnaire ; sa carrière fut interrompue en 637/1238 par une incarcération de brève durée. Al-Makīn devait retourner une seconde fois en prison ; rendu à la liberté, il jugea plus sage de gagner Damas où en 652 il rencontra Barhebraeus. Il se trouva dans la capitale syrienne en 658 lors de l’invasion mongole et se réfugia à Tyr, puis revint à Damas. Lorsque les Mamelouks conquirent la Syrie al-Makīn, accusé d’avoir collaboré avec les Mongols, fut incarcéré ; il ne fut libéré que peu avant de mourir en 672/1273.

363Al-Makīn est l’auteur d’une histoire universelle intitulée an-Nahğ as-sadīd wa d-durr al-farīd (La voie droite et la perle unique). Cette chronique est divisée en deux parties : la première couvre le temps écoulé depuis Adam jusqu’à l’empereur Heracleus, elle comprend 166 sections ; la seconde partie, intitulée Ta’rīḫ al-Muslimīn, va du Prophète à 658/1260.

364L’ouvrage est inspiré de Tabarī et comprend les biographies des personnages les plus marquants de chaque période, chaque biographie est numérotée.

365Pour notre période, et jusqu’à la mort de Saladin en 592, al-Makīn démarque le Ta’rīḫ Ṣāliḥī de son contemporain Ibn Wāsil, œuvre achevée en 648/1250, mais qui présente un intérêt certain pour l’époque ayyoubide par ses remarques personnelles.

366Maqrīzi s’en servit dans ses Ḫiṭaṭ wa l-āṯār pour les renseignements concernant les Chrétiens.

367Écrivain chrétien de langue arabe, al-Makīn fut un des historiens le plus tôt connus en Occident ; en effet c’est Thomas Erpenius qui, dès 1625, traduisit en latin la seconde partie de la chronique. Cette traduction fut rapidement suivie par des traductions anglaise et française.

368La partie traitant de notre période reste inédite.

369A) Al-Makīn Ibn al-Ἁmīd, An-Nahğ as-sadīd wa d-durr al-farīd, édit. et trad. latine par Erpenius sous le titre : Historia Seracenica (s’arrête à l’année 512/1117), Leyde, 1625.

370Al-Makīn Ibn al-Ἁmīd, Ahbār al-Ayyūbīyīn (années 602-658), édit. Cl. Cahen, BEO, XV, 1955-57, 127-184, sous le titre La chronique des Ayyoubides.

371B) Purchas, trad. anglaise, Oxford, 1626.

372P. Vattier, trad. française : Histoire mahométane ou les quarante-neuf chalifes de Macine, Paris, 1657.

373C) GAL, I, 348.

374Plessner, art. EI, III, 183.

375F. Nau, Sur al-Makin et Ibn Abī’l-Fazail, dans ROrChr, 1927-28, 208-211.

376Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 34.

377Cl. Cahen, Syrie du Nord, 70.

378G. Graf, Geschichte des Christlichen Arabischen Literatur, II, 348, n° 113.

379F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 120.

380Cl. Cahen, Introduction, La « Chronique des Ayyoubides » d’al-Makīn b. al-Ἁmīd, BEO, t. XV, 109-115.

381Umar Kahhāla, Mu‘ğam, III, 122.

382Cl. Cahen, A propos d’al-Makīn Ibn al-’Amīd, Documents et notules, Arabica, VI, 1959-2, 198-199.

N° 25 — Ibn Muyassar (m. 677/1278)

383Tāğ ad-Dīn Muḥammad b. ‘Alī b. Yūsuf b. Muyassar al-Qādī al-Fādil est un historien égyptien qui écrivit au temps de Baybars ; il mourut le 18 muharram 677/5 juin 1278. Ibn Muyassar rédigea une suite à l’histoire d’al-Musabbiḥī pour les années 439/ 1047-553/1158. Son œuvre qui ne couvre que les débuts du règne de Nūr ad-Dīn ne nous est pas parvenue intégralement ; ce qui en est conservé concerne exclusivement l’Égypte et a été publié par Henri Massé d’après le manuscrit unique de Paris qui est un exemplaire ayant servi à Maqrīzī. Nous trouvons dans ces « Annales » quelques faits concernant l’histoire des Croisades et celle de Nūr ad-Dīn, vues d’Égypte, ainsi que de maigres informations sur la vie économique au Caire au vie/xiie siècle. La chronique servit à Šāfi’ Ibn ‘Alī, à Nuwayrī qui en conserve des extraits dans la Nihāyat al-Ἁrab et à Maqrīzī.

  • 27 Ibn Muyassar cite (p. 70, édit Massé) de Ḥamdān b. ‘Abd ar-Rahīm al-Atāribī (at-Tamīmī) une sïra s (...)

384A) Ibn Muyassar, Fragment édit. Massé sous le titre « Annales d’Egypte », MIFAO, XXIII, Le Caire, 191927.

385B) Ibn Muyassar, extrait trad. Barbier de Meynard dans RHOrC, t. III, 439.

386C) GAL, S., 574.

387Ibn Taġribirdī, Manhal Sāfī (édit. Wiet), n° 2256.

388H. Massé, JA, t. CCIII, 329-331. La lecture du nom d’Ibn Muyassar.

389Cl. Cahen, Chroniques.... derniers Fatimides, BIFAO, XXXVII, 1938, 3.

390Cl. Cahen, Syrie du Nord, 71.

391F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 55, 93, 134.

392Umar Kahhāla, Mu‘ğam, XI, 73.

N° 26 — Ibn Hallikān (m. 681/1282)

393Šams ad-Dīn Abū l-bbās Ahmad b. Muhammad b. Ibrāhīm b. Abū Bakr Ibn Ḫallikān al-Barmakī al-Irbīlī aš-Šāfi’ī naquit à Irbil le 11 rabīc II 608/23 septembre 1211. Son père, descendant de Ğa’far b. Yahyā b. Ḫālid le Barmécide, était professeur à la madrasa Muẓaffarīya, tandis que sa mère comptait parmi ses ancêtres Ḫalaf b. Ayyūb, un des disciples d’Abū Hanīfa. Le jeune Ahmad n’avait que deux ans lorsque mourut son père ; mais la situation matérielle de la famille resta convenable car les Banū Hallikān étaient les protégés de Kökbüri, le beau-frère de Saladin, qui, à l’époque, gouvernait Irbīl.

394Aḥmad b. Ḫallikān commença ses études dans sa ville natale. En 625/1227 il se rendit à Mossoul puis gagna Alep où il fut reçu par Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, alors vizir d’al-Malik az-Zāhir seigneur de la ville. Durant son séjour à Alep l’occasion lui fut donnée de rencontrer l’historien Ibn al-Aṯīr, hôte de l’atabeg. En 632/1234, six mois après la mort d’Ibn Šaddād, Ibn Hallikān se rendit à Damas où il suivit l’enseignement d’Ibn as-Ṣalāḥ. En 636/ 1238, il alla à Alexandrie, puis l’année suivante il s’établit au Caire où il paracheva ses études.

395En 645/1247, il est mufti et professeur au Caire ; ses occupations lui permettent de travailler et, en 654/1256, il termine la première rédaction de son grand dictionnaire biographique qu’il retouchera plus tard.

396En ḏū l-qada 659/septembre-octobre 1261, Baybars le nomma grand cadi de Damas. Deux ans plus tard, le Sultan ayant décidé de nommer un cadi pour chaque maḏhab, désormais seuls les chaféites de Damas restaient sous la juridiction d’Ibn Ḫallikān. Destitué en 669/1270, il retourne au Caire où il enseigne à la madrasa Faḫrīya, sept ans plus tard il est de nouveau nommé à Damas, le gouverneur le reçoit avec pompe et la population ne cache pas sa joie de le revoir. En 679/1280 nouvelle destitution sur l’ordre du sultan Qalāwūn, il se trouve en résidence surveillée à la hānaqā Nağībīya, rapidement amnistié il revient à la ‘Ādilīya. L’année suivante il a de nouveaux ennuis et s’installe à la Nagībīya d’où il ne sortira plus que pour être enterré au flanc du Qāsiyūn en rağab 681/octobre 1282.

397La grande œuvre d’Ibn Hallikān est son dictionnaire intitulé Kitāb wafayāt al-a’yān wa anbā’ abnā az-zamān. C’est une vaste compilation, sans recherche littéraire spéciale, pour laquelle l’auteur utilisa un immense matériel que Wüstenfeld a analysé au siècle dernier. Ce « Nécrologe des Hommes Illustres » est un monumental répertoire où les notices sont classées par ordre alphabétique, ce qui était une innovation dans la littérature arabe. Ibn Hallikān ne se limita pas à une catégorie de gens ; il précisa lui-même qu’il ne citait aucun des membres de l’entourage du Prophète, mais seulement quelques individus de la seconde génération ; non plus que les califes car il existe sur tous ces personnages de multiples ouvrages. En revanche, l’auteur donne des notices sur un grand nombre de personnes avec des indications souvent originales sur beaucoup de ses contemporains. Ce dictionnaire de première importance pour l’histoire du monde musulman médiéval a toujours joui de l’estime des auteurs arabes qui y ont fait maints emprunts.

398Le Kitāb al-wafayāt fut édité par Wiistenfeld au milieu du xixe siècle ; une nouvelle édition a récemment paru au Caire. De Slane en a laissé une excellente traduction intégrale en anglais, sous le titre Ibn Khallikan’s Biographical Dictionary.

399Parmi les sources qui servirent à Ibn Hallikān pour la notice sur Nūr ad-Dīn et les biographies des personnalités de son entourage il faut noter Ibn ‘Asākir, Ibn al-Atīr, Abū Šāma, Ibn al-Ğawzī, ‘Imād ad-Dīn et Sibṭ Ibn al-Gawzï. De son côté le dictionnaire d’Ibn Ḫallikān figure parmi les sources de Yūnīnī, de Dahabī, de l’histoire des Califes d’Ibn Nubāta, des ‘Uyūn at-tawārih d’Ibn Šākir al-Kutubī, de la Bidāya d’Ibn Katīr, des Nuzhat al-anām d’Ibn Duqmāq, de la Chronique d’Ibn al-Furāt pour le vie/xiie siècle, de la Sīra de Nūr ad-Dīn d’Ibn Qāḍī Šuhba et des Kunūz aḏ-Ḏahab d’Abū Darr.

400Il existe deux abrégés de l’ouvrage d’Ibn Hallikān : celui d’al-Afḍal al- Ἁbbās b. al-Muğāhid ‘Alī b. Dāwūd b. Yūsuf du Yémen et celui du cheikh Nūr ad-Dīn Hasan b. Habīb qui, dans son Macāni ahl al-bayān min wafayāt ibn Hallikān a extrait 230 notices.

401Des suites ont été rédigées par le chrétien al-Muwaffaq Faḍl b. Abī Faḫr aṣ-Ṣaqā’ī pour les années 660/1262-725/1325, par Ṣafadī sous le titre de Wāfi bi l-wafayāt, par Ibn Šākir al-Kutubī avec les Fawāt al-Wafayāt, et par Abū l-Mahasīn Ibn Tagribirdī avec le Manhal Sāfi.

402A) Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a’yān, édit. Wiistenfeld, Göttingen, 1835-1843.

403Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a’yān, édit. Le Caire, 1367/1948, 6 vol. in-4°.

404Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a’yān, édit. Beyrouth.

405B) De Slane, Ibn Khallikan’s Biographical Dictionary, Paris-Londres, 1843-1871, 4 vol. in-4°, t. I, 688 ; t. II, 695 ; t. III, 699 ; t. IV, 616. (Sur Nūr ad-Din, t. III, 338.)

406C) GAL, I, 398.

407Brockelmann, EI, II, 420. Ibn Katīr, Bidāya, XIII, 301.

408Ibn Taġribirdī, Manhal Ṣāfī (édit. Wiet), n° 258.

409Ibn al- Ἱmād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, V, 371-372.

410Wüstenfeld, Ueber die Quellen des Werkes Ibn Challikani vitae illustrium hominum, Göttingen, 1837.

411de Slane, Ibn Khallikan’s Dictionary, t. IV, pp. v-xix.

412Cl. Cahen, Syrie du Nord, 38, 82 sq.

413J. Sauvaget, Historiens arabes, Paris, 1946, 118.

414F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 421.

415Umar Kahhāla, Mu‘ğam, II, 59.

N° 27 — Ibn Wāṣil (m. 697/1298)

416Ğamāl ad-Dīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sālim b. Nasr Allāh b. Sālim Ibn Wāsil al-Māzinī at-Tamīmī al-Hamawī aš-Šāfi’ī naquit à Hama en 604/1207 dans une famille de lettrés, son père était cadi et sa mère était une cousine d’Ibn Abī d-Dam, l’auteur du Ta’rīḫ al-Muẓaffarī.

417Ibn Wāsil étudia à Hama le fiqh, la philosophie, les mathématiques et l’astronomie, puis en 622/1225 il alla à Jérusalem avec son père qui était au service d’al-Malik al-Mucazzam, il passa par Damas et visita aussi Kerak. Ensuite il parcourut seul l’Iraq et la Syrie.

418Très lié avec Ḥusām ad-Dīn b. Abū ‘Alī, l’un des principaux personnages de la cour de Payyoubide al-Malik aṣ-Ṣāliḥ Nağm ad-Dīn, il se rendit au Caire où il resta plusieurs années auprès de ce dernier, et revint à Hama pour y devenir professeur. Dans sa ville natale où il vit la fin de la dynastie ayyoubide et l’avènement des Mamelouks, il assista, sans être inquiété, à l’invasion mongole. En 658/1260 le sultan Baybars l’appela au Caire pour y enseigner dans une madrasa ; cinq ans plus tard, le Sultan l’envoya en mission en Sicile auprès de Manfred, le fil de Frédéric II. Ibn Wāsil séjourna assez longtemps dans l’île et composa alors un précis de logique intitulé al-Ambirūrīya, connu aussi sous le titre de Nuḫabat al-fikra fi l-mantiq. A son retour de Sicile il fut nommé grand cadi et professeur à Hama où il mourut le vendredi 22 šawwāl 697/1298.

419Ibn Wāsil est l’auteur de deux ouvrages d’histoire. Son Tariḫ Ṣāliḥi, commencé pour al-Malik as-Sālih destiné à al-Malik al-Mucazzam Turān Šāh, fut achevé au moment de l’assassinat de ce dernier en 648/1250. Cette histoire universelle commence à la Création et se termine à la prise de Damas par as-Sālih en 636/ 1238. L’ouvrage a deux parties distinctes séparées par la mort de Tabarî dont il est tributaire. Pour le vie/xiie siècle, il y a lieu de faire des rapprochements avec Ibn al-Qalānisī, avec le Bustān al-Ğāmic dont il semble avoir suivi une des sources et avec Ibn al-Aṯīr. Cette œuvre reste inédite.

420Le second ouvrage est le Mufarriğ al-kurūb fī ahbār Banī Ayyūb qui est une des meilleures sources que nous ayons pour l’histoire des Ayyoubides car l’auteur fut témoin de la plupart des faits qu’il rapporte ; mais pour la période de Nūr ad-Dīn il ne fait que reprendre les sources antérieures comme le Kāmil ou le K. ar-rawdatayn et centre son récit sur Šīrkūh et Saladin, ce qui est normal dans une œuvre glorifiant les Ayyoubides.

421Les sources du Kitāb al-mufarrig pour la période de Nūr ad-Dīn sont al-Qāḍī al-Fāḍil, le Fatḥ al-qussi et le Barq aš-Šāmī de Tmād ad-Dīn, le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, la Sirat al-Yūsufīya de Bahā ad-Dīn Ibn Šaddād, le Kitāb ar-Rawḍatayn, le Mir’āt az-zamān, et la Buġyat aṭ-ṭalab.

422Pour la période du viie/xiiie siècle, Ibn Wāsil note son expérience personnelle complétée par des récits de son entourage et des archives officielles. L’ouvrage s’arrête en 661/1263. Il est rédigé sans notices nécrologiques, de façon très alerte et fut indéfiniment reproduit par les historiens postérieurs, entre autres Ibn al-Furāt, Maqrīzī, Ibn Tağribirdī et Suyūtī.

423Une suite au K. al-mufarriğ fut rédigée avec l’accord d’Ibn Wāsil par le cadi ‘Alī b. ‘Abd ar-Rahīm.

424A) Ibn Wāṣil, Ta’rīḫ Sāliḥī, manuscrit partiel, inédit, Londres, B.M. or. 6657.

425Ibn Wāṣil, Mufarriğ al-kurūb fī ahbār Bant Ayyūb, édit. Ğamāl ad-Dīn aš-Šayyāl, t. I, Des origines des Ayyoubides à la mort de Nūr ad-Dīn ; t. II, Le règne de Saladin ; t. III, Les descendants de Saladin, 590-615, Le Caire, 1953-1960.

426B) —

427C) GAL, I, 393 ; S. I, 555.

428Art. EI, II, 454.

429Ibn al- Ἱmād, Šadarāt, V, 438.

430Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 341.

431Cl. Cahen, Syrie du Nord, 68-69.

432Umar Kahhâla, Mu’ģam, X, 17.

433S. Munağğid, Mucģam al-Maḫṭūṭāt, n° 88, 37.

N° 28 — Baybars al-Mansūrī (m. 725/1325)

434L’émir Rukn ad-Dīn Baybars al-Mansūrī al-Ḫatā’ī ad-Duwaydār — est-il à rapprocher de Rukn ad-Dīn Aḥmad b. Uht b. Hatab ar-Rūmī as-Sīwāsī cité dans la Bidāya (XIV, 121) ? — serait né en 645-1247. Le sultan Qalāwūn l’acheta comme esclave, l’affranchit et le nomma gouverneur de Kerak, place qui lui fut reprise par le sultan Ḫalīl. Vivant à une époque singulièrement mouvementée de l’histoire musulmane, Baybars al-Mansūrī allait, sa vie durant, connaître des fortunes diverses. En 693-1293, à l’arrivée au pouvoir de Nāsir, il devint directeur du bureau de la Chancellerie (diwān al-inšā’) avec le titre de dawādār kabīr ; il conserva ce poste jusqu’en 704/1304, date à laquelle il fut congédié par le vice-roi Ṣalār. En 709/1309, lorsque Nāsir reprit le pouvoir, il fut rétabli dans ses fonctions et reçut le contrôle des digues (aḥbās) et la charge de nā’ib dār al-adl. En 711/1311 devenu second personnage du royaume, en sa qualité de représentant du pouvoir central [nā’ib as-Sulṭāna), il ne peut éviter l’emprisonnement l’année suivante à Alexandrie ; il ne fut rendu à la liberté qu’en 717/1317 par Arģūn. Il mourut au Caire à 80 ans en ramadān 725/août 1325.

435Officier supérieur et haut fonctionnaire mamelouk, Baybars al-Mansūrī fut aussi un savant hanéfite réputé et nous laissa deux ouvrages d’histoire. L’un la Tuḥfat al-mulūkīya fi d-dawlat at-turkīya, qui est une histoire des Mamelouks bahrites de 647/1249 à 711/ 1311 ne concerne pas notre période. L’autre la Zubdat al-fikra fi ta’riḫ al-hiğra est une histoire universelle des origines de l’Islam à 724 / 1324 ; le siècle y est considéré comme une période bien définie. Des onze volumes composant l’ouvrage plus de la moitié a disparu, notamment le volume VIII qui devait comprendre le règne de Nūr ad-Dīn. Nous ne connaissons donc cette œuvre qu’indirectement par les auteurs postérieurs. Il semblerait que pour le vie/xiie siècle la Zubdat al-fikra ait démarqué le Kāmil car Ibn al-Furāt, précise Claude Cahen, cite toujours les deux ouvrages ensemble ; pour la période suivante il paraîtrait faire des emprunts à Ibn Wāsil et à Sibt Ibn al-Gawzī.

436Très absorbé par ses charges administratives et par ses obligations militaires, il se fit aider pour la rédaction de son ouvrage par un secrétaire chrétien nommé Ibn Kabar si l’on en croit Ṣafadī. As-Saḫāwī de son côté déclare la chose impossible.

437Parmi les auteurs qui nous ont conservé des extraits de Baybars al-Mansūrī, il convient de signaler Nuwayrī, Ibn al-Furāt et al- Ἁynī qui l’utilisent pour le vie/xiie siècle. Pour la seconde moitié du viie/xiiie siècle, al-Ğazarī et l’historien copte al-Mufaḍḍal reposent sur la Zubdat al-fikra.

438A) Baybars al-Mansūrī, Zubdat al-Fikra, manuscrit perdu pour la période de Nūr ad-Dīn.

439B) —

440C) GAL, II, 44 ; S. II, 43.

441E. Ashtor, art. Baybars al-Mansūrī, EI2, I, 1162.

442Ibn Katīr, Bidāya, XIV, 121.

443Ibn al-Ἱmād, Šadarāt aḏ-ḏahab, VI, 66 (donne al-Ḫaṭā’iy الملفي)

444Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 343.

445Cl. Cahen, Syrie du Nord, 78.

N° 29 — Abū l-Fidā’ (m. 732/1331)

446Abū l-Fidā’ Ismā’īl b. ‘Alī b. Mahmūd b. Muhammad b. ‘Umar b. Šāhanšāh b. Ayyūb b. Šādī Tmād ad-Dīn al-Ayyūbī, prince de Hama, fut plus connu par ses œuvres littéraires que par son activité politique.

447Abū l-Fidā’ naquit en ğumādā I 672/novembre 1273 au Dār Zanğilī à Damas où son père s’était replié à l’approche des Mongols. Très jeune Abū l’-Fidā’ participa aux combats livrés aux Croisés, il n’avait que douze ans au siège de Marqab ; en 688/1289 il assista à la prise de Tripoli. Son père meurt en 692/1293 et Abū 1-Fidā’ continua à servir loyalement son cousin Mahmūd. Quand ses activités militaires lui en laissaient le loisir il suivait à Hama les cours d’Ibn Wāsil et prit goût à l’histoire.

448Au Caire, à cette époque, les changements de souverains se succèdent durant cinq ans à un rythme rapide. En 698/1299 al-Malik an-Nāsir Muhammad b. Qalāwūn est au pouvoir, la même année le prince de Hama, al-Malik al-Muẓaffar, meurt et la principauté est supprimée. Pour obtenir un poste Abū l-Fidā’ devra attendre encore plusieurs années et montrer son loyalisme vis-à-vis du Sultan avant d’être nommé gouverneur à vie de Hama en 710/ 1311. Convoqué au Caire deux ans après, il y fait un bref séjour et obtient le rang de prince et le titre d’al-Malik aṣ-Ṣāliḥ ; quelque temps plus tard il se trouva placé sous l’autorité de Damas. Il ne ralentit pas sa cour assidue au Sultan ce qui lui valut de recevoir en récompense, en 720/1320, le titre d’al-Malik al-Mu’ayyad et la dignité de sultān à titre héréditaire. Il fit deux fois le pèlerinage de la Mecque et mourut à Hama le 23 muḥarram 732/27 octobre 1331.

449Sa renommée repose surtout sur ses travaux littéraires ; connu comme géographe et historien il a joui et jouit encore d’une grande réputation. Deux des ouvrages d’Abū l-Fidā’ nous sont parvenus. Son traité de géographie, le Taqwīm al-buldān, achevé en 721/1321, qui se présente sous la forme de tables et constitue pour la Syrie une mise à jour de l’ouvrage de Yāqūt, a été traduit par Guyard en 1883. Son histoire universelle, le Muhtasar Ta’rīḫ al-bašar (L’abrégé de l’histoire du genre humain) traite de l’histoire antéislamique et de celle de l’Islam jusqu’en 729/1329. Ce n’est qu’une compilation d’ouvrages antérieurs. Pour la période précédant le Prophète, Abū l-Fidā’ se sert de Hārūn b. ‘Azzūr qui lui-même avait utilisé Eusèbe et Abū ‘Isā b. al-Munağğim. Pour le vie/xiie siècle, il fait à peu de chose près un résumé du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr auquel il ajoute des citations d’Ibn Wāsil et d’Ibn ‘Abd az-Ẓāhir ; il n’est original que pour la période qui lui est contemporaine.

450Des abrégés de cette histoire ont été faits par Ibn al-Wardī et Ibn aš-Šihna. Elle figure aussi parmi les sources de Dahabï, d’Ibn Katīr, d’Ibn ‘Aynī et d’Abū Darr. Le travail historique d’Abū l-Fidā’, qui fut connu en Europe dès le xviiie siècle et constitua pendant longtemps une source pour les Orientalistes, ne représente pour l’étude du règne de Nūr ad-Dīn qu’une compilation secondaire.

451A) Abu l-Fidā’, al-Muḫtasar fī aḫbār al-bašar, 2 vol., Le Caire, 1332/1914.

452B) J. Gagnier, De vita et rebus gestis Muhammedis, texte et trad. latine, Oxford, 1723.

453I. J. Reiske, Annales Moslemici (trad. latine du Muḫtasar), Leipzig, 1754.

454H. Fleischer, Abūl-Fidā historia anteislamica, édit. et trad. latine, Leipzig, 1831.

455de Slane, Autobiographie d’Abū l-Fidā’ dans RHOrC, t. I, 166-186.

456de Slane, Annales d’Abū l-Fidā’ (extraits), RHOrC, t. I, 746-750.

457C) GAL, II, 45 ; S. II, 44.

458Brockelmann, art. EI, I, 88.

459H. A. R. Gibb, art. EI2, I, 122.

460Ibn Katīr, Bidāya, XIV, 158.

461Ibn AL-ἹMĀD, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, VI, 98-99.

462Cl. Cahen, Syrie du Nord, 81.

463F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 50, 69, 71, 409.

464Umar Kahhāla, Mu‘ğam, II, 282.

N° 30 — An-Nuwayrī (m. 732/1332)

465Šihāb ad-Dīn Ahmad b. ‘Abd al-Wahhāb b. Muhammad b. ‘Abd ad-Dā’im al-Bakrī at-Taymī al-Qurašī, connu sous le nom d’an-Nuwayrī, naquit en Haute-Égypte le 21 dū l-Mu‘da 677/5 avril 1279. Fils de fonctionnaire, il fut lui-même agent de l’administration ; le sultan al-Malik an-Nāsir Muhammad b. Qalāwūn, dont il fut le favori, le nomma à des postes de confiance : il fut inspecteur de l’armée (nāẓir al-ğayš) à Tripoli de Syrie, puis il fut appelé aux fonctions d’inspecteur de Secrétariat (nāẓir ad-Dīwān). Il mourut le 21 ramaḍān 732/17 juin 1332 au Caire.

  • 28 GAL, 54-55 ; S, 53-54.
  • 29 A l’exception de quatre folios, 94-97, du manuscrit de Paris, B.N. fonds arabe, n° 1577.

466An-Nuwayrī s’est acquis une grande notoriété en rédigeant la Nihāyat al-arab fī funūn al-adab (Le terme de l’intelligence relativement aux divergences des sciences), ouvrage à l’usage des secrétaires de chancellerie, dédié à son protecteur al-Malik an-Nāsir. La Nihāyat est, avec les ouvrages d’al-‘Umarī, son contemporain, et d’al-Qalqašandī une des trois grandes encyclopédies les plus connues de l’époque mamelouke. Commencé vers 714/1315 cet ouvrage fut achevé en 731/1133, un an avant la mort de l’auteur. C’est la somme des connaissances indispensables à un bon secrétaire (kātib) ; elle est divisée en cinq funūn, chaque fann comprend cinq aqsām et chaque qism a un nombre variable de chapitres allant de deux à douze. L’ouvrage est réparti en 31 volumes, les dix premiers comprennent quatre funūn ; le premier fann consacré au ciel et à la terre, le deuxième fann consacré à l’homme, le troisième aux animaux, le quatrième aux plantes, enfin le cinquième fann traite de l’histoire ; il est de loin le plus important car il occupe les deux tiers des 9 000 pages de l’ouvrage. Le plan général des quatre premiers funūn de cette encyclopédie est emprunté au Mabāhiğ al-firaq wa manāhiğ al-ibar de Muhammad b. Ibrāhīm al-Waṭwaṭ28. An-Nuwayrī a donné un tour plus littéraire à son œuvre et a ajouté, à partir du volume XV du manuscrit, une longue partie historique où il ne fait d’ailleurs que reprendre les textes de ses prédécesseurs ; en revanche, il est très important pour la période mamelouke durant laquelle il vécut, c’est-à-dire le début du viiie/xive siècle. La période contemporaine de Nūr ad-Dīn est traitée au chapitre X de la partie V de la cinquième section ; elle figure dans les volumes 25, 26 et 27 du manuscrit où est évoquée l’histoire de l’Orient après les Seldjouqides. Ces parties du manuscrit manquent malheureusement à Istanbul comme à la Bibliothèque Nationale de Paris29. Pour le vie/xiie siècle an-Nuwayrī conserve des extraits d’Ibn Muyassar, d’al-Ğazarî, d’Ibn as-Sā’ī et donne sur la Syrie quelques informations dont on ne connaît pas bien les origines. En général dans cette partie il copie Ibn al-Aṯīr tandis que pour le siècle suivant ses sources sont Sibt Ibn al-Gawzï, Ibn Hallikān et Ibn Wāsil. A son tour il fut une source de Maqrīzī. Des fragments de la Nihāyat furent connus en Europe dès le xviie siècle, d’Herbelot ne les ignorait pas ; au xviiie on attacha une grande importance à an-Nuwayrī, puis d’autres sources vinrent avec le temps diminuer l’originalité de l’ouvrage.

467En 1923, Ahmad Zaḫī Pāšā, qui devait mourir en 1934, entreprit l’édition de Nihāyat al-arab ; il en est paru 18 volumes jusqu’à ce jour, le dernier volume traitant de la vie du Prophète il semble qu’il faudra encore attendre quelque temps pour voir la publication de la partie qui traite de Nūr ad-Dīn.

468A) An-Nuwayrī, Nihāyat al-‘arab, édit. Le Caire, 18 vol. Parus 1923-1955 ; réédition photostatique par le Ministère de la Culture, Le Caire, 1963.

469B) —

470C) GAL, II, 175 ; S. II, 173.

471Kratchkovski, art. EI, III, 1035-1036.

472Ibn Katīr, Bidāya, XIV, 164.

473Ibn Tagribirdī, Manhal Sāfī (édit. Wiet), n° 198.

474Ğurğī Zaydān, Ta’rīḫ Adāb, III, 225-226.

475Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 346-348.

476Cl. Cahen, Syrie du Nord, 81-82.

477F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 30, 155, 418.

478Umar Kahhāla, Muğam, I, 306.

479S. Munağğid, Mu’ğam al-Maḫtūtāt, n° 289, 116.

N° 31 — Ad-Ḏahabī (m. 748/1347)

480Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Ahmad b. ‘Uṯmān b. Qaymāz Šams ad-Dīn aḏ-Ḏahabī at-Turkmānī al-Fāriqī ad-Dimašqī aš-Šāfi‘ī est né à Maiyāfāriqīn le 1er ou 3 rabī‘ II 673/5 ou 7 octobre 1274. Il reçut une solide formation de traditionniste instruit en histoire. Il commença ses études à Damas, puis alla successivement parfaire ses connaissances à Ba’albakk, Alep, Naplouse, Alexandrie et enfin en 690/1291 au Caire où il devint élève du grand cheikh chaféite Ibn Daqīq al-’Īd. Après un séjour de plusieurs années en Égypte, il rentra à Damas où il fut nommé professeur de ḥadīṯ à la zāwiya d’Umm as-Sālih. Il mena alors la vie d’un savant religieux, devint disciple d’al-Mizzī qui enseignait à la madrasa Ašrafīya, mais à la mort de ce maître en 742/1342 il ne put lui succéder dans cette chaire pour des raisons de credo religieux et ce fut son propre élève Tāğ ad-Dīn as-Subkī qui obtint le poste. Il fut aussi en relation avec Ibn Taymīya et parle dans ses Qabbān de l’entourage de l’illustre philosophe hanbalite. En 743/1343, Dahabï devint aveugle, mourut cinq ans plus tard et fut enterré au cimetière de Bāb Saģīr à Damas.

481Ḏahabī laissa un grand nombre d’ouvrages pour la plupart en relation avec le ḥadīṯ ; de ses travaux historiques nous avons conservé le Ta’rīḫ al-Islām, œuvre monumentale qui s’étend des origines de l’Islam à l’année 700/1300. C’est une vaste compilation pour laquelle l’auteur a adopté le schéma du Kitāb al-muntazām d’Ibn al-Ğawzī. L’ouvrage est très riche pour les années 301/913 à 700/1300, car en dehors de l’histoire politique et des biographies d’hommes de science célèbres, l’auteur note mille détails sur la vie des gens du peuple ; toutefois comme chez bien des historiens arabes l’élément biographique prédomine chez lui.

482Dahabī n’est pas dénué d’originalité car pour lui l’histoire doit être vraie ; il déplore que l’on ne montre généralement que les bons côtés des dynasties au pouvoir et que l’on ferme les yeux sur leurs défauts ; lui-même fait des remarques contre les chaféites, les hanafites et les acharites, mais cette attitude d’historien véridique lui valut bien des ennemis et suscita les critiques d’Abū l-Fidā’ et de ‘Umar b. al-Wardī. Parmi des sources il faut citer Ibn Abī Ṭayyī, Sibt Ibn al-Ğawzī dont il utilisa le Mir’āt az-zamān ; il se servit aussi de Yūnīnī et connut Ğazarī, enfin il ne négligea pas de recourir à Ibn al-Qalānisī, Ibn al-Atīr, Abū Šāma, Ibn Wāsil et Ibn Hallikān.

483De cette grande histoire, Dahabī fit deux rédactions abrégées et continuées jusqu’en 715/1315, une moyenne : le ‘Ibar fī ahbār al-bašar mimman ‘abar, et une petite intitulée ad-Duwal al-Islām. L’œuvre de Dahabï suscita de vifs éloges de Kamāl ad-Dīn az-Zamlakānī et de ‘Izz ad-Dīn al-Kinānī al-Ḥanbalī qui le défend contre les accusations portées contre lui.

484Au nombre des auteurs qui se servirent du Ta’rīḫ al-Islām figurent Yāfī qui l’utilisa pour le Mir’āt al-ğanān, Ibn Duqmāq, Abū Darr, Abū l-Fidā’ malgré les critiques qu’il lui adresse, Ibn Qādī Šuhba et Saḫāwī.

485Ibn al-Gazarī termina en 798/1396 un Muḫtasar Ta’rīḫ al-Islām tandis que Ibn Hağğār donna sous le titre de Wağîz al-kalām fī ḏ-ḏayl ‘ala duwal al-Islām une suite qui commence à l’année 745/1344.

486La grande histoire de Dahabï qui mériterait plus d’attention qu’on ne lui en a porté jusqu’à présent est en cours de publication au Caire où cinq volumes étaient déjà parus en 1954 ; le reste qui comprend notamment la partie qui nous intéresse et où l’on retrouve des renseignements qui ne figurent pas dans le Kāmil n’est encore accessible qu’à travers les manuscrits.

487Le Duwal al-Islām qui est un résumé très cursif du précédent ouvrage a été publié il y a près d’un demi-siècle. Il existe aussi un Muḫtasar de l’histoire d’Ibn ad-Dubaytī rédigé par Dahabī.

488A) Ad-Ḏahabī, al-Ibar fī ahbār, 4 vol. parus en 1966 : t. I, S. Munağğid ; t. II et III, Fuad Sayyid ; t. IV, S. Munağğid, Kuwait, 1960-1963.

489Ad-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-Islām, édit. Ḥusām ad-Dīn al-Qudsī, 5 vol. parus, Le Caire, 1954. En cours de publication.

490Ad-Ḏahabī, Duwal al-Islām, 2 parties, Hyderabad, 1337/1918-19.

491Ad-Ḏahabī, al-Muḫtasar cd-muhtāğ ilaihi min Ta’rīḫ al-hāfiz Abī ‘Abd Allāh Ibn ad-Dubaytī, édit. M. Ğawād, Bagdad, 1951.

492B) —

493C) GAL, II, 46-48 ; S. II, 45-47.

494Ben Cheneb - J. de Somogyi, art. EI2, II, 222.

495Ibn Katīr, Bidāya, XIV, 225.

496Ibn Šākīr al-Kutubī, Fawāt bi l-Wafayāt (édit. Bulaq), II, 183.

497Ibn Tagribirdī, Manhal Sāfī (édit. Wiet), n° 2027.

498Ibn AL-ἹMĀD, Šadarāt ad-Dahab, VI, 153-156 (longue notice).

499J. de Somogyi, The Ta’rikh al-Islām of adh-Dhahabī, dans JRAS, 1932, 815-855.

500J. de Somogyi, Ein arabisches Kompendium der Weltgeschichte. Das Kitāb duwal al-Islām des ad-Dahabī, dans Islamica, 1932, 334-353.

501Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 348.

502Cl. Cahen, Syrie du Nord, 82.

503Umar Kahhāla, Mu’ğam, VIII, 290. S.

504Munağğid, Mu’ģam al-Maḫtūtāt, n° 174, 71.

N° 32 — Al-Yāfi’ī (m. 768/1367)

505‘Afīf ad-Dīn ‘Abd Allāh b. As‘ad b. ‘Alī b. ‘Utmān b. Falāh al-Yāfi‘ī aš-Šāfi‘ī Abū s-Sa’āda Abū l-Barakāt at-Tamīmī naquit au Yémen vers 698/1298. Il montra très jeune des dispositions ascétiques ; dès 712/1313 il effectua son premier pèlerinage à la Mecque. Il commença ses études au Yémen, puis vint s’établir au Hedjaz en 718, il se maria et suivit les cours des cheikhs célèbres des deux Villes Saintes d’Arabie. Entre 724/1324 et 738/1338 il voyagea, visita Jérusalem et Damas, se rendit en Égypte, puis revint au Hedjaz qu’il ne quitta plus jusqu’à sa mort survenue à la Mecque le 20 ģumādā II 768/22 février 1367. Homme pieux et fort instruit, al-Yāfi‘ī est l’auteur de plus de vingt ouvrages traitant surtout du sufisme et des usūl ad-Dīn ; il compte parmi les défenseurs des théories acharites et critique violemment les idées d’Ibn Taymīya.

506Celle de ses œuvres qui nous intéresse est une chronique universelle allant de l’an 1 de l’Hégire/622 à 750/1340, intitulée Mir’āt al-ğanān wa ‘ibrat al-yaqzān. A côté de la narration proprement dite cette histoire comporte des obituaires ; l’œuvre est une compilation d’extraits que l’auteur emprunte à Ibn al-Aṯīr, Sibt b. al-Gawzī » Ḏahabī et Ibn Ḫallikān ; pour le vie/xiie siècle il n’apporte rien de neuf ; toutefois son intérêt réside dans les extraits de Dahabī dont nous ne possédons pas encore d’édition complète.

507Il existe un abrégé fait par Abū ‘Abd Allāh Husayn b. ‘Abd ar-Raḥmān al-Ahdal (m. 885/1480) : le Girbāl az-zamān.

508A) Al-Yāfi’ī, Mir’āt al-ğanān wa ‘ibrat al-yaqzān, 4 vol. avec index, Hyderabad, 1339/1920. Pour notre période voir t. III, 200 à 392.

509B) —

510C) GAL, II, 226 ; S. II, 227.

511Krenkow, art. EI, IV, 1027.

512Ibn AL-ἹMĀD, Šadarāt ad-Dahab,

513Ibn Tağribirdī, Manhal Sāfi (édit. Wiet), n° 1304.

514Cl. Cahen, Syrie du Nord, 84.

515F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 128, 239, 355, 421.

516Umar Kaḥḥāla, Mu‘ğam, VI, 34.

N° 33 — Ibn Katīr (m. 774/1373)

517Abū l-Fidā’ Ismāīl b. ‘Umar b. Kaṯīr Ἱmād ad-Dīn b. al-Ḫatīb al-Qurašī al-Busrawī aš-Šāfi’ī naquit à Bosrā, en Syrie du Sud, en 700/1300 et vint à Damas avec son frère en 706/1307, après la mort de leur père. Ibn Katîr reçut une solide formation de traditionniste chaféite et d’historien ; il fut disciple d’Ibn Taymīya et élève puis gendre du célèbre Yahyā Gamāl ad-Dīn al-Mizzī.

518En 748/1347, Ibn Kaṯīr succéda à Dahabï comme professeur de ḥadīṯ à la zāwiya Umm as-Sālih et à la célèbre madrasa Ašrafīya » mais ses fonctions lui furent bientôt retirées pour des raisons de credo religieux, notamment pour ses sympathies hanbalites.

519Bon traditionniste et historien érudit, Ibn Kaṯīr vécut sans trop d’ennuis au milieu d’une époque particulièrement troublée de l’histoire mamelouke, époque dominée par la grande figure du sultan Muhammad b. Qalāwūn. Notre auteur mourut à Damas en ša’bān 774/février 1373 et fut enterré au cimetière des Soufis auprès de son maître Ibn Taymīya.

520Ibn Kaṯīr laissa un certain nombre d’ouvrages concernant le ḥadīṯ, le Coran et les ṭabaqāt des Chaféites ; mais celui de ses travaux qui nous intéresse le plus est une histoire universelle qui commence à la Création et s’achève en 738/1337, intitulée al-Bidāya wa n-nihāya (Le Commencement et la Fin). Il semble qu’Abū l-Abbās Ahmad aṭ-Ṭabarānī (m. 836/1436) ait repris la fin du travail d’Ibn Kaṯīr pour les années 617/1220 à 738/1337 en y ajoutant des notes ; il existe de cette partie une traduction française manuscrite due à Claude Bérault.

521La Bidāya qui comporte d’importants obituaires repose pour notre époque essentiellement sur l’œuvre (inédite) de Birzālī qui lui-même utilisa Ibn ‘Asākir, as-Sam’ānī et Abū Šāma. Ibn Katīr se sert aussi pour le vie/xiie siècle d’al-Qāḍī al-Fāḍil, d’Ibn Abī Ṭayyī, de ‘Imād ad-Dīn, d’Ibn al-Ğawzī, de Sibt b. al-Ğawzī, d’Ibn al-Aṯīr, d’Ibn al-’Adīm et d’Ibn Ḫallikān.

522Bien que n’étant qu’une compilation tardive, la Bidāya nous donne pour la vie de Nūr ad-Dīn un précieux raccourci ; l’auteur a su éliminer de ses sources les détails anecdotiques pour ne garder que l’essentiel des événements. Il a, de plus, fait un choix dans les obituaires qui jalonnent chaque année de son histoire ; nous avons ainsi les biographies des principaux hommes de science ou de religion et des personnes qui constituaient l’entourage du Souverain. Il nous permet de voir enfin la place que Nūr ad-Dīn tenait dans l’histoire musulmane deux siècles après sa mort.

523A) Ibn Katīr, al-Bidāya wa n-nihāya, 14 vol., Le Caire, 1348/1929, de la fin du T. VI au T. XIV couvre les événements de 1 à 767 de l’Hégire (le tome XII concerne les années 406/1015 à 588/1192).

524B) Cl. Bérault, traduction partielle en manuscrit, B.N. Paris.

525C) GAL, II, 49 ; S. II, 48.

526Brockelmann, art. EI, II, 417.

527Ibn Tagribirdī, Manhal Ṣāfī (édit. Wiet), n° 439.

528Ibn AL-ἹMĀD, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, VI, 231.

529Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 351.

530Cl. Cahen, Syrie du Nord, 84.

531H. Laoust, Ibn Katīr, historien, dans Arabica, II, 1955, 42-88.

532Umar Kahhāla, Mu’ğam, II, 283 ; XIII, 373.

N° 34 — Ibn al-Furāt (m. 807/1405)

533Muhammad b. ‘Abd ar-Rahīm b. ‘Alī b. Muhammad b. al-Furāt Nāsir (Šams) ad-Dīn aṭ-Ṭālib al-Misrī al-Hanafī naquit au Caire en 735/1334. Il fit des études de ḥadīṯ et de Jiqh, eut une activité d’historien et mourut le 1er sawwāl 807/2 avril 1405.

534Ibn al-Furāt est l’auteur d’une volumineuse chronique universelle intitulée Ta’rīḫ ad-duwal wa l-mulūk dont on connaît une dizaine de volumes en manuscrit à Vienne. Elle n’a été que partiellement publiée : quatre tomes ont paru mais ils portent sur des années bien postérieures à notre époque.

535L’ouvrage d’Ibn al-Furāt s’arrête en 803/1400-1. L’auteur commença par rédiger la partie concernant le viiie/xive siècle, puis remonta le cours des siècles sans dépasser toutefois le ive/xe siècle. Le premier volume, si nous suivons l’ordre chronologique et non l’ordre de rédaction, commence à l’année 501/1106 ; il y a deux lacunes dans le manuscrit qui subsiste : il manque en effet les années 568/1173 à 585/1189 et les années 625/1228 à 638/1241. Le travail en lui-même ne nous apporte rien d’original, mais il offre le grand avantage de reproduire textuellement des extraits de chroniques antérieures parfois perdues, comme celle du chiite Ibn Abī Ṭayyī et de nous donner ainsi une version non « officielle » des événements. Pour le vie/xiie siècle, Ibn al-Furāt fait des emprunts au Kāmil et à la Zubdat al-fikra qu’il cite toujours indissolublement ; il se sert aussi d’Ibn al-Qalānisī, d’Ibn al-Ğawzī, d’Ibn Hallikān et d’Ibn Abī Ṭayyī. On retrouve chez lui des citations d’al-Ἁẓīmī ī qu’il connut par Ibn Abī Ṭayyī ou par Ibn Naẓīf, d’Ibn Abī d-Dam, d’Ibn Abī Usaybi’a, d’Ibn as-Ṣayrafī et du Kitāb al-buldān d’Usāma. Pour les Ayyoubides, il utilise Ibn Wāsil et Ibn Nazīf ; pour les Mamelouks, il se sert d’Ibn ‘Abd az-Zāhir, Ἱzz ad-Dīn Ibn Šaddād, Ibn ‘Abd ar-Rahmān, Ayduzdir Qara-sunqurī et du chiite Ibn al-Mukarram.

536Pour les obituaires, il cite souvent en dehors d’Ibn Hallikān, Sam’ānī, Dahabī et Saḫāwī.

537Il utilisa aussi la chronique de son ami Ibn Duqmāq qui lui fit connaître Sibt Ibn al-Gawzī.

538L’ouvrage, bien que connu d’un certain nombre d’orientalistes, n’a jamais été complètement édité. Au xixe siècle, Jourdain en avait traduit en français la partie concernant le xiiie siècle ; ce travail servit plus tard à Reinaud.

539A) Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ ad-duwal wa l-mulūk, ms. Wien, n° 814 ; le règne de Nūr ad-Dīn se trouve dans les tomes II, III et IV.

540Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ ad-duwal wa l-mulūk, édit. C. Zurayk, t. 9, 1re part. (789-792), Beyrouth, 1936 ; 2e part. (793-799), Beyrouth, 1938 ; t. 8 (683-696), Beyrouth, 1939 ; t. 7 (672-682), Beyrouth, 1942.

541B) Jourdain, traduction partielle en manuscrit, B.N. Paris.

542C) GAL, II, 50 ; S. II, 49 ; S. III, 1250.

543EI, II, 401, art. Ibn al-Furāt (anonyme).

544Ibn AL-ἹMĀD, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, VII, 72.

545Reinaud, Extraits..., XXXIII.

546Cl. Cahen, derniers Chroniques... Fatimides, BIFAO, XXXVII, 26.

547Cl. Cahen, Une chronique chiite..., CRAIBL, 1935, 258-269.

548Cl. Cahen, Syrie du Nord, 85-86.

549F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 310, 419.

550Umar Kaḥḥāla, Mu’ğam, X, 159.

N° 35 — Ṣāliḥ B. Yahyā (m. 840/1436)

551Sālih b. Yahyā b. Buhtur, petit émir arabe du Liban Sud du ixe/xve siècle, mourut en 840/1436. Il est l’auteur d’une originale histoire de Beyrouth et des Buhtur, émirs du Gharb ; cette chronique commence à l’époque où l’ancêtre de la famille, Buhtur b. ‘Alī, reçut le gouvernement de la région méridionale du Liban de l’atabeg de Damas Muģīr ad-Dīn en 542/1147. L’auteur conçut l’ouvrage pour l’édification de ses descendants. Il puisa dans les archives familiales pour en donner de larges extraits et nous a laissé une fresque évoquant, à travers les anecdotes locales, la vie quotidienne d’un canton montagnard libanais. Après avoir décrit la conquête de Beyrouth par les Musulmans Sālih b. Yahyā note quelques remarques sur la ville avant l’arrivée des Francs, puis fait un long exposé sur la période des Croisades.

552Sans apporter d’éléments nouveaux sur les grands événements historiques, cette œuvre nous fournit des indications originales sur la vie au Liban à l’époque de Nūr ad-Dīn.

553A) Sālih b. Yahyā, Ta’rīḫ Bayrūt, édit. L. Cheikho, Beyrouth, 1902 ; 2e édit., 1927. Édition très défectueuse ; réédition en préparation à Beyrouth sous la direction du R. P. Francis Hours, s. J.

554B) —

555C) GAL, II, 47 ; S. II, 36.

556J. Sauvaget, Corrections au texte imprimé..., BEO, VII-VIII, 65 sq. Cl. Cahen, Syrie du Nord, 89.

557F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 42, 51, 107, 136.

N° 36 — Ibn Qādī Šuhba (m. 874/1470)

558Badr ad-Dīn Abū l-Faḍl Muhammad b. Abū Bakr b. Aḥmad b. Qādī Šuhba al-Asadī ad-Dimašqī aš-Šāfi’ī naquit à Damas en safar 798/novembre 1395. Il étudia le Jiqh sous la direction de son père et compta parmi ses professeurs Šihāb ad-Dīn b. Hiğğī. Il fit un séjour au Caire, puis rentra à Damas où il fut nommé cadi en 839/1435 — il garda cette charge jusqu’à sa mort — et siégea au dār al-adl. Homme pieux et fort cultivé il enseigna dans un grand nombre de madrasas damascaines. Il mourut le jeudi 12 ramaḍān 874/15 mars 1470 et fut enterré au cimetière de Bāb Saģīr.

559Il eut un fils Taqī ad-Dīn que l’on confond parfois avec son grand-père.

560De l’œuvre de Badr ad-Dīn nous ne savons que peu de choses. Il laissa deux ouvrages de Jiqh et une biographie de Nūr ad-Dīn intitulée : ad-Durr aṯ-ṯamin fi sirat Nūr ad-Dīn, ou bien fi manāqib, dont il subsiste un certain nombre de manuscrits tous inédits.

561Cette biographie présente pour nous un grand intérêt, car elle est le dernier ouvrage consacré à Nūr ad-Dīn dans l’historiographie médiévale arabe ; rédigée dans les dernières années du régime mamelouk son originalité n’est certes pas marquante mais elle nous offre un bon résumé de la vie de ce souverain et cite toujours ses sources qui, dans l’ordre chronologique, sont : Ibn ‘Asākir (571), ‘Abd ar-Rahmān b. Nasr aš-Šayzarī (589), Ibn al-Gawzï (597), Ibn al-Aṯīr (630), Ibn al-Mustawfī d’Irbil (637), Sibt Ibn al-Gawzī (654), Ibn Ḫallikān (681), al-Matarī (741), Ibn Šākir al-Kutubī (764), et Ibn Katīr (774). Ibn Qāḍī Šuhba connut-il ses sources directement ? Il est très vraisemblable que les ouvrages aient encore existé de son temps et qu’il ait pu les consulter directement.

  • 30 A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, PIFD, Damas, 1961.

562Pour quelles raisons Ibn Qāḍī Šuhba a-t-il rédigé une biographie de Nūr ad-Dīn trois siècles après la mort de ce prince ? Peut-être trouvera-t-on des motifs dans le contexte historique de la vie de l’auteur, cette époque étant dominée par deux faits : l’invasion de la Syrie par Tamerlan et le sac de Damas par les Mongols, puis de 825/1422 à 841/1438 le règne du sultan Barsbay. Ce règne fut marqué, sur le plan militaire, par la prise d’Édesse aux Turcomans et par le renouveau du ğihād avec les expéditions victorieuses contre Chypre et la lutte contre les Chevaliers de Rhodes. Certes avec le recul on constate mieux les faiblesses de ce gouvernement, surtout sur le plan économique30, et l’on voit avec objectivité comment le régime mamelouk aboutit au désastre ; mais les contemporains voyaient-ils à quel point la situation était catastrophique et que le régime ne se maintenait que par la vitesse acquise ? Pourquoi une biographie de Nūr ad-Dīn en pareille période ? Était-ce pour réveiller le sentiment de solidarité islamique et stimuler le zèle des Musulmans pour le ğihād chypriote qu’Ibn Qāḍī Šuhba rappelait la vie du muğihād modèle que fut le souverain zenguide ? Était-ce pour flatter la vanité de Barsbay qui pouvait imaginer un parallèle avec Nūr ad-Dīn, conquérant le comté d’Édesse, et accorder une récompense à l’auteur ? Ou bien était-ce une façon de rappeler à ses contemporains damascains, au milieu des stériles querelles des émirs, un règne qui donna un si grand lustre à la Syrie ?

563A) Ibn Qādī Šuhba, ad-Durr at-tamīn fī sīra Nūr ad-Dīn, ms. inédit, Alexan-drie, Ta’rīḫ 65 ; Petr., A.M. 175 ; Br. Mus., Suppl. 487, VIII et trois autres.

564B) —

565C) GAL, II, 20 ; S. II, 25.

566EI, II, 415, art. Ibn Kādī Shuhba (anonyme).

567Ibn AL-ἹMĀD, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, VII, 269 (notice sur son père).

568Sahāwī, ad-Daw al-Lāmi’, VII, 155-156 (longue notice).

569Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 355.

570Cl. Cahen, Syrie du Nord, 88. ‘

571Umar Kahhāla, Mu‘ğam, VIII, 232 ; IX, 105.

572Des auteurs importants de la période mamelouke, s’ils sont originaux pour les faits contemporains, ne présentent, comme nous l’avons vu dans les notices qui précèdent, qu’un intérêt relatif pour l’époque de Nūr ad-Dīn suivant qu’ils reprennent un texte édité, ou une source existante ou enfin une source perdue comme c’est le cas pour Ibn al-Furāt qui nous conserve Ibn Abī Tayyī. Nous signalerons pour mémoire quelques auteurs de renom dont les œuvres font mention du règne de Nūr ad-Dīn. La longueur des mentions donne une idée de l’importance accordée à ce règne dans l’histoire de l’Islam par tel ou tel auteur tardif.

573Ainsi Abū Bakr b. ‘Abd Allāh b. Aybak ad-Dawādārī consacre de longues pages à l’époque de Nūr ad-Dīn dans la chronique intitulée Kanz ad-durar wa ğāmi al-ğurar qu’il compose entre 709/1310 et 736/1136. Cette chronique comprend neuf parties dont chacune porte un titre spécial : celles qui concernent Nūr ad-Dīn, le sixième et le septième, s’intitulent respectivement ad-durra al-madiya fī aḫbār ad-dawlat al-faṭimīya et ad-durr al-maṯlūb fi ahbār mulūk dawlat Bani Ayyûb. La première s’arrête en 555/ 1160 et la seconde va jusqu’en 648/1250. La première est éditée. La source fondamentale, d’après Claude Cahen, est le Mir’āt az-zamān ; l’œuvre d’ad-Dawādārī est peu connue et n’a en fait d’intérêt que pour les Mamelouks ; pour l’époque de Nūr ad-Dīn elle n’a qu’un intérêt secondaire, étant donné que le Mir’āt az-zamān est publié.

574A) Abū Bakr ad-Dawādārī, Kanz ad-durar wa ğāmi’ al-ģurar, vol. 6 (concerne les Fatimides), édit. S. al-Munağğid, Le Caire, 1961 ; vol. 9 (concerne le sultan al-Malik an-Nāsir Muhammad b. Qalāwūn), édit. Hans Robert Roemer, Le Caire, 1960 ; vol. 7 (inédit, ms. Sarai 2932.

575Abū Bakr ad-Dawādārī, Durar at-tīģān, ms. Istanbul, ad-Damad Ibrahim Paša, 913.

576B) —

577C) GAL, S. II, 44.

578Cl. Cahen, Chroniques arabes d’Istanbul, REI, 1936, 343.

579Cl. Cahen, Syrie du Nord, 79.

580F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 97, 379. H. R. Roemer, Die Chronik des Ibn ad-Dawādārī, t. 9, Le Caire, 1960, Introduction, pp. 11-24.

581Umar Kahhāla, Muğam, III, 65.

582Un contemporain d’an-Nuwayrī, Šihāb ad-Dīn Ibn Fadl Allāh al-’Umarī (700-749/1301-1349) dont la renommée s’attache à sa volumineuse encyclopédie al-Masālik al-absār fī l-aqtār wa l-amsār nous a laissé au volume 23, encore inédit, en s’inspirant d’Ibn al-Aṯīr et Abū l-Fidā’, un récit sans originalité sur la période de Nūr ad-Dīn.

583A) Ibn Fadl Allāh al-‘Umarī, Masālik al-absār, t. XXIII, inédit, ms. Paris, B.N. n° 2328.

584Ibn Fadl Allāh al-‘Umarī, Masālik al-absār, t. I, édit. Ahmad Zaḫī Pašā, Le Caire, 1923.

585B) M. Gaudefroy-Demombynes, Masālik al-absār, trad. française : L’Afrique moins l’Égypte, BGA, t. II, Paris, 1927.

586C) GAL, II, 177 ; S. II, 175-176.

587EI, II, 39-40, art. « Faḍl Allāh » (anonyme).

588K. Saliby, art. EI2, II, 750-751.

589Ibn Katīr, Bidāya, XIV, 229.

590Ibn Taġribirdī, Manhal Sāfī (édit. Wiet), n° 333.

591Ibn AL-ἹMĀD, Šadarāt ad-Dahab, VI, 160.

592Amari, Al-’Umarī..., Atti R. Ac. Lincei, série III, 1883, 67-103.

593R. Hartmann, Politische Geographie des Mamlukenreisches, ZDMG, 1916, 1-40.

594Cl. Cahen, Syrie du Nord, 83.

595J. Sauvaget, Historiens arabes, 130.

596Umar Kahhāla, Mu’ğam, II, 204 ; XIII, 371.

597Nous signalons Ibn Šākir al-Kutubī (m. 764/1363) dans la mesure où ses ‘Uyūn at-tawāriḫ, tributaires de Sibt Ibn al-Ğawzī et de Dahabī, sont une des sources d’Ibn Qāḍī Šuhba pour la sīrat de Nūr ad-Dīn.

598A) Ibn Šākir al-Kutubī, K. Fawāt al-wafayāt, Le Caire, 1866 ; 2e édit. Muh.

599Muhyī ad-Dīn ‘Abd al-Hamīd, 2 vol., t. I, 4+631 ; t. II, 656, Le Caire, 1951-52.

600Ibn Šākir al-Kutubī, ‘Uyūn at-tawārīḫ, inédit, ms. Paris, B.N. 1586/8.

601B) —

602C) GAL, II, 60 ; S. II, 48.

603Plessner, art. al-Kutubī, EI, II, 1239.

604Ibn al-’Imād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, VI, 203.

605Cl. Cahen, Syrie du Nord, 83.

606F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 138, 418.

607Umar Kahhāla, Muģam, X, 61.

608Le grand historien et penseur que fut Ibn Haldūn ne consacre dans son Kitāb al-ibar qu’une quinzaine de pages à la biographie de Nūr ad-Dīn qu’il démarque d’ailleurs d’Ibn al-Aṯīr. Il n’est pas sans intérêt de voir quelle place relative occupait le souverain zenguide dans une compilation de la seconde moitié du viiie/xive siècle A) Ibn Haldūn, Kitāb al-’ibar, édit. Bulaq, 7 vol., 1284-1287/1865-1868 ; pour le règne de Nūr ad-Dïn voir t. V, 237-253.

609Ibn Haldūn, Kitāb al-’ibar, édit. Beyrouth, 1960.

610M. Tangī, at-Ta’rīf li Ibn Ḫaldūn wa riḫalātuhu ģarban wa šarqan, Le Caire, 1951 (Autobiographie d’Ibn Haldūn).

611B) Ibn Khaldoun, Prolégomènes, trad. française par Quatremère, 3 vol. (le t. I contient l’autobiographie d’Ibn Haldūn), Paris, 1862-1868.

612Ibn Khaldun, The Muqaddimah, an Introduction to History, trad. Anglaise annotée par F. Rosenthal, 3 vol., New-York, 1958.

613(biographie d’Ibn Haldūn, t. I, pp. xxix-lxvii).

614Ibn Khaldūn, Prolégomènes, trad. française par Vincent Monteil, en 3 vol., à paraître dans les Collections de l’UNESCO.

615C) GAL, II, 314 ; S. II, 342-344.

616A. Bel, art. EI, II, 418.

617Ibn Tağribirdi, Manhal Sāfī (édit. Wiet), n° 1383.

618Ibn AL-ἹMĀD, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, VI, 76.

619Cl. Cahen, Syrie du Nord, 84-85.

620F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 14, 205, 363, etc.

621Umar Kahhāla, Mu’ģam, V, 188 ; XIII, 396.

622Nous signalerons enfin que l’œuvre maîtresse d’Ibn Duqmāq., la Nuzhat al-anām fī Ta’rīḫ al-Islām, n’apporte aucun renseignement original sur le vie/xiie siècle d’autant plus que le texte a deux longues lacunes : l’une porte sur les années 553/1158 à 565/1170, l’autre sur les années 567/1172 à 628/1231 (4).

623A) Ibn Duqmāq, Nuzhat al-Anām, 7 vol., Bulaq, 1287/1868.

624B) —

625C) GAL, II, 50(62) ; S. II, 49.

626J. Pedersen, art. EI, II, 396-397.

627Ibn Tağribirdī, Manhal Sāfī (édit. Wiet), n° 63.

628Ibn AL-ἹMĀD, Šadarāt ad-Dahab, VI, 80-81.

629Cl. Cahen, Syrie du Nord, 85-86.

630F. Rosenthal, History of Muslim Historiography, 128, 285, 298, 420.

631Umar Kahhāla, Mu‘ğam, I, 86.

d) LES SOURCES GÉOGRAPHIQUES

  • 31 Voir Maqbūl Ahmad, art. Djughrafia dans EI2, II, 590 sqq. ; I. J. Kratchkovski, Izbrannye Sočineni (...)

632Après avoir produit au iiie/ixe et au ive/xe siècle des ouvrages aussi remarquables que ceux d’Ibn Hurradādbih, d’al-Ya‘qūbī, d’al-Mas‘ūdī d’une part, d’Ibn Hawqal et d’al-Muqad-dasï d’autre part, la littérature géographique arabe apparaît assez terne en Orient au vie/xiie siècle. Les Arabes ne concevant pas la géographie comme une science bien définie31, tantôt l’ouvrage était traité comme une cosmographie scientifique ou comme une géographie universelle, tantôt l’auteur s’adressait à l’amateur de merveilles et de lieux de pèlerinage ou bien encore le travail aboutissait à un répertoire précieux pour les fonctionnaires des chancelleries. Il y avait aussi les relations de voyage qui intéressaient un large public et enfin des ouvrages de géographie régionale.

  • 32 A. Jaubert, La géographie d’Edrīsī, texte traduit de l’arabe et accompagné de notes, in-4°, t. I, (...)

633A la première catégorie appartient l’ouvrage d’al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq fī ‘ḫtirāq al-āfāq. L’auteur naquit à Ceuta en 493/1100, il fut élevé à Cordoue, il commença à voyager très jeune et après avoir visité les côtes de France et de l’Angleterre il partit en 510/1116 en Asie Mineure. Il arriva à la cour de Roger II de Sicile en 532/1138. Il ne rentra à Ceuta qu’après 549/1154 et mourut dans sa ville natale en 560/116532.

634Le souverain normand commande à al-Idrīsī de grouper des informations sur le monde entier, de noter avec soin toutes les données possibles. D’après ces données, al-Idrīsī a fait une oeuvre collective et son originalité fut de dresser soixante-dix cartes régionales par climat et dont chaque section du livre constituait le commentaire. Ces cartes, dressées dans la tradition ptolémaïque, ont permis la construction d’un grand planisphère en argent qui devait être brisé plus tard au cours d’un pillage. Roger de Sicile groupa des équipes d’astronomes et de géographes, il fit venir de partout des informateurs, on interrogea les pèlerins et les voyageurs ainsi que les marchands, tous les renseignements furent consignés et souvent ajoutés à ceux fournis par les géographes antérieurs. Le livre fut achevé en janvier 1154 après quinze ans de travail et devait être l’ouvrage le mieux connu en Europe de la géographie arabe médiévale. Un grand nombre de manuscrits existent dans les bibliothèques mais il n’y a pas encore d’édition complète, seule la médiocre traduction de Jaubert donne une idée d’ensemble du travail. L’œuvre d’Abū ‘Abd Allāh Muhammad b. Muhammad b. ‘Abdallāh Ibn Idrīs comptait aussi un second livre rédigé à la demande de Guillaume Ier de Sicile (1154-1160) : le Rawḍ al-uns wa nuzhat an-nafs qui a disparu et que nous connaissons par des citations d’Abū l-Fidā’.

  • 33 GAL, I, 629-30 ; S. I, 879.
  • 34 Al-Harawī, Guide des lieux de pèlerinage, texte établi par J. Sourdel-Thomine, in-8°, 29 + 141, Da (...)

635A côté du tableau général du monde à l’époque de Nūr ad-Dīn que nous a laissé al-Idrīsī il faut signaler un document plus limité à l’Orient, et d’un demi-siècle plus récent, le Kitāb az-Ziyārāt d’al-Harawī. Abū l-Hasan ‘Alī b. Abī Bakr al-Harawī al-Mawsilī, d’une famille de Herat, naquit à Mossoul et voyagea à travers l’Orient musulman à la fin du règne de Nūr ad-Dīn et à l’époque de Saladin33. Soufi et moine mendiant, il pratique une sorte de tourisme pieux à la recherche des Lieux Saints de pèlerinage ; il visita Jérusalem, encore occupée par les Croisés en 569/1173, et se rendit même à Constantinople sous Manuel Ier (1143-1180). Ayant perdu toutes ses notes il rédigea de mémoire les résultats de son enquête personnelle ; le Kitāb al-išārāt ila ma’rifat az-ziyārāt est une recension de lieux saints, un guide de pèlerinage et non un récit34. L’ouvrage est un précieux document et une source d’information sur la vie religieuse dans l’empire zenguide.

  • 35 Wright, Ibn Jubayr, Londres, 1852 ; Schiaparelli, Ibn Jubayr, 1906 ; Gaudefroy-Demombynes, Ibn Job (...)

636Très différente de la recension des Ziyārāt est la Rihla que Janine Sourdel-Thomine définit : « relation circonstanciée d’une expédition ayant pour but premier le pèlerinage canonique à la Mekke » ; c’est en somme un journal de voyage, genre dont l’an-dalou Ibn Gubayr fut l’initiateur dans la littérature arabe. Muhammad b. Ahmad Ibn Gubayr b. Kinānī est né en 540/1145 d’une famille de fonctionnaires cultivés ; lui-même fut secrétaire du gouverneur de Grenade. Il partit faire le Pèlerinage en šawwāl 578/ février 1183 en compagnie d’un ami médecin. Il passe le printemps 1184 en Djéziré, séjourne les trois mois d’été à Damas puis, en octobre, s’embarque à Acre pour la Sicile et rentre à Grenade en 581/1185. Ibn Gubayr retourne une seconde fois dans les Lieux Saints en 585-587/1189-1191, puis fait un troisième et dernier voyage en 601/1204. Il reste à Alexandrie où il meurt en 614/1217. Sa riḥla intitulée Taḏkira bi l-aḫbār ‘an ittifaqāt al-asfār est la relation de son premier voyage. C’est une description vivante de la Syrie peu après la mort de Saladin ; par sa spontanéité elle rejoint les mémoires d’Usāma comme témoin de l’époque35.

  • 36 La première édition est due à Wüstenfeld, elle parut en 1866-1873 en 5 vol. et un vol. d’index ; r (...)

637Il y a parmi les diverses catégories de la littérature géographique arabe celle des dictionnaires géographiques destinés surtout aux fonctionnaires des chancelleries. Le modèle du genre, le Mu‘ğam al-buldān, écrit par Yāqūt dans les premières années du xiiie siècle, est en fait un résumé des connaissances géographiques des auteurs du vie/xiie siècle. Yāqūt ar-Rūmī al-Ḥamawī était d’origine servile et serait né en Anatolie en 575/1179. Il reçut une bonne formation arabe et accompagna souvent son patron hamaiote dans ses voyages commerciaux. Il passa pratiquement toute sa vie à circuler à travers l’Orient et mourut à Alep en 626/1229. Sa grande œuvre est le Muģam al-buldān, dictionnaire où l’on trouve des indications pour la prononciation correcte des noms et des notices de valeur variable qui prennent parfois les dimensions d’une véritable monographie où les renseignements géographiques sont accompagnés d’informations historiques et ethnologiques. On doit aussi à Yāqūt le Kitāb al-muštarik baḏ‘an wa l-muftariq suq‘an. C’est un dictionnaire d’homonymes géographiques extraits du Mu‘ğam al-buldān. Le grand dictionnaire ne fut connu en Europe qu’au xixe siècle bien qu’il soit une des œuvres les plus précieuses pour la connaissance de l’Orient au vie/xiie siècle36.

  • 37 N. Elisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, PIFD, Damas, 1959.
  • 38 M. Canard, Quelques observations sur l’introduction géographique de la Bughyat at-talab de Kamāl a (...)

638Enfin dans la catégorie de ce que l’on peut appeler la littérature géographique régionale, celle des K. al-fadā’il et des Ḫitat, on peut noter l’introduction d’Ibn ‘Asākir sur la topographie de Damas au xiie siècle37. Plus important est le volume que Kamāl al-Dīn Ibn al-’Adīm (1193-1262) consacre à la géographie du nord de la Syrie dans son dictionnaire biographique de Buġiyat at-talab dont nous avons parlé dans les sources historiques et qui reste inédite. On y trouve la description de la province d’Alep, des différentes forteresses, des rivières et la mention de diverses traditions38.

  • 39 GAL, I, 482 ; S. I, 883 ; SN, 75.
  • 40 Seule la description de la ville d’Alep a été publiée par D. Sourdel, PIFD, Damas, 1958.
  • 41 La Description de Damas, d’Ibn Šaddād, édit. S. Dahan, PIFD, Damas, 1956 ; Liban, Jordanie, Palest (...)

639L’ouvrage de géographie régionale le plus important pour le règne de Nūr ad-Dīn est le al-A’lāq al-ḫaṭira fī ḏikr umarā’ aš-Šām wa l-Ğazira. L’auteur Ἱzz ad-Dīn Muhammad b. ‘Alī Ibn Šaddād naquit à Alep en 613/1217 et vécut dans cette ville en qualité de secrétaire de l’administration, lors de l’invasion mongole en 658/1260 ; il s’enfuit avec la cour ayyoubide au Caire où il mourut en 684/128539. L’ouvrage est une description géographique et archéologique ; c’est en cela que réside son originalité bien que pour Alep il se soit largement servi d’Ibn al-’Adîm et pour la topographie de Damas d’Ibn ‘Asākir ; pour les autres secteurs nous ne connaissons pas ses sources. L’ouvrage est divisé en trois parties : Alep et sa région40, la description de la Djéziré encore inédite, et Damas et sa région ainsi que la Palestine au sens large du terme41. L’intérêt de l’ouvrage réside pour une grande part dans la façon dont sont présentés les divers emprunts à des auteurs anciens et la clarté de l’exposition qui nous permet d’avoir une vue générale sur l’empire zenguide à la fin du vie/xiie siècle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE42

A) Ibn al-Qalānisī, Ta’rīḫ Dimašq, édition Amedroz, Leyde, 1908.

B) H. A. R. Gibb, The Damascus Chronicle of the Crusades, Londres, 1932 (traduction anglaise partielle).

R. Le Tourneau, Damas de 1075 à 1154, PIFD, Damas, 1952 (traduction partielle en français).

C) GAL, S. I, 566.

EI, II, 416, art. Ibn al-Kalānisī (anonyme).

Ibn al-’Imād, Šaḏarāt aḏ-Ḏahab, IV, 174, édit. 1931.

Ğurğī Zaydān, Ta’rīḫ Adāb, III, 72, Le Caire, 1931.

H. A. R. Gibb, Notes on the Arabic Materials for the History of the Early Crusades, BSOS, VII, 1935, 747.

Cl. Cahen, La Syrie du Nord, au temps des Croisades, PIFD, Paris, 1940, 38-39.

J. Sauvaget, Historiens arabes, Paris, 1946, 82.

F. Rosenthal, A History of Muslim Historiography, Leyde, 1952, 135.

‘Umar Kaḥḥāla, Mu‘ğam, IV, 77.

Notes

1 Dans BEO, VII-VIII, 113.

2 P. 33 ; voir aussi Carra de Vaux, art. Ta’rīkh dans EI, IV, 705. I.F.D. — 1

3 R. Brunschvig, La Bérbérie orientale sous les Hafsides, introduction.

4 H. A. R. Gibb, The Arabic Sources..., Speculum, XXV, 1950, 63.

5 SN, 35.

6 Sur les sources arabes en général, voir C. Brockelmann, GAL, 1937-49 ; J. Sauvaget, Introduction à l’Histoire de l’Orient musulman (2e édition revue par Cl. Cahen, 1961) ; du même, Comment étudier l’Histoire du monde arabe, Revue africaine, t. XC, 1946, 5-23 ; H. A. R. Gibb, Motes on Arabic Materials for the History of Early Crusades, BSOS, 1935, VII, 739-754 ; Rosenthal, A History of Muslim Historiography, 1952.

7 Pour les articles et études concernant les sources, voir J. D. Pearson, Index Islamicus, 1958 et Supplément 1962.

8 Šaḏarāt dit ğumādā Ier.

9 ‘Umar Kaḥḥāla (Mu‘ğam, IX, 42) le fait mourir en 532/1138.

10 GAL donne Ier rağab 499/9 mars 1106.

11 Ar-Raba’Ī, I’lām fi fī aḍā’il aš-Šām wa Dimašq, édit. S. Munağğid, PAAD, Damas, 1951 ; voir GAL, I, 331.

12 Traduite par N. Elisséeff, sous le titre La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, PIFD, Damas, 1959, lxviii + 380 p.

13 Kahhāla (Mu‘ğam, VII, 130) le fait mourir en en 590/1192 et lui donne le nom de ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. ‘Abd al-Wāriṯ al-Fāriqī, Abū l-Faḍl Ibn al-Azraq.

14 Édit. Bedjan, Paris, 1890 ; édit. J. B. Chabot, texte et traduction, 4 vol., Paris, 1899-1914 ; réédit. Paris, 1962.

15 SN, 97.

16 A. S. Tritton, The First and Second Crusades from an Anonymous Syriac, JRAS, 1933, I, 69-101 ; II, 273-305. La seconde partie relate les événements du règne de Nūr ad-Dīn jusqu’à 559/1164.

17 E. A. W. Budge, The Chronography of Gregory Abū l-Farağ the son of Aaron, 2 vol. : 1, trad. anglaise ; 2, texte syriaque, Oxford Univ. Press, Londres, 1932.

18 Édit. Pockocke avec trad. latine, Oxford, 1663.

19 GAL, I, 427 ; S. I, 591 ; G. Graf, p. 272, n° 92 ; Brockelmann, EI, I, 674 ; S.N., 97.

20 Chronique de Matthieu d’Edesse 962-1136 avec la continuation de Grégoire le Prêtre jusqu’à 1162, édit. Ed. Dulaurier, Paris, 1858.

21 Voir Eudes (ou Odon) de Deuil, La Croisade de Louis VII, roi de France (public. H. Waquet, DOC. relat. à Hist. Crois., III, in-8°, 87, Paris, 1949) où l’on trouvera le récit de la première période de la Seconde Croisade.

22 Cahen, Syrie du Nord, 17 ; Paulin Paris, Guillaume de Tyr et ses continuateurs, édition annotée, 2 vol., in-4°, I, 520 ; II, 535, Paris, Didot, 1879-80.

23 Pour les sources non arabes du xiie siècle, voir Mayer (H.E.), Bibliographie zur geschichte der Kreuzzuge, Hanovre, 1960.

24 GAL, S. I, 590. Son Ḏayl Kāmil at-tawāriḫ existe à Berlin en manuscrit (fonds arabe n° 980). Ibn as-Sā’ī est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont le Ğāmi’ al-muḫtasar fī ‘unwān at-tawāriḫ wa ‘uyūn as-siyar. Un extrait portant sur les années 595-606 a été publié par Mustafa Gawad et Anastase-Marie al-Karmalī à Bagdad en 1934. La bibliographie d’Ibn as-Sā’ī se trouve dans l’introduction à Nisā’ al-ḫulafā’ édité par M. Gawad, dans la collection Dahā’ir al-arab (n° 28) au Caire.

25 586 dit Ibn Kaṯīr.

26 Cahen, Syrie du Nord, page 66 dit 649.

27 Ibn Muyassar cite (p. 70, édit Massé) de Ḥamdān b. ‘Abd ar-Rahīm al-Atāribī (at-Tamīmī) une sïra sur les chrétiens européens qui vinrent à l’époque dans les pays musulmans. Pas cité dans GAL. Cet ouvrage commence en 490/1097 et se termine après 520, mais avant 542/1147-8 date de la mort de l’auteur, par conséquent antérieurement au règne de Nūr ad-Dīn (SN, 41-42).

28 GAL, 54-55 ; S, 53-54.

29 A l’exception de quatre folios, 94-97, du manuscrit de Paris, B.N. fonds arabe, n° 1577.

30 A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, PIFD, Damas, 1961.

31 Voir Maqbūl Ahmad, art. Djughrafia dans EI2, II, 590 sqq. ; I. J. Kratchkovski, Izbrannye Sočinenija (Œuvres Choisies), t. IV, La littérature géographique arabe (en russe), Moscou, en particulier pp. 281-350.

32 A. Jaubert, La géographie d’Edrīsī, texte traduit de l’arabe et accompagné de notes, in-4°, t. I, xxv + 546 ; t. II, 504, Paris, 1836-40.

33 GAL, I, 629-30 ; S. I, 879.

34 Al-Harawī, Guide des lieux de pèlerinage, texte établi par J. Sourdel-Thomine, in-8°, 29 + 141, Damas, 1953 ; traduction française, LXIV + 231 + 4 cartes, PIFD, Damas, 1957.

35 Wright, Ibn Jubayr, Londres, 1852 ; Schiaparelli, Ibn Jubayr, 1906 ; Gaudefroy-Demombynes, Ibn Jobayr, Voyages, 3 vol., t. I, 1-105 ; t. II, 107-265 ; t. III, 267-409, Paris, 1949-56 ; R. J. C. Broadhurst, The travels of Ibn Jubayr, in-8°, 430, Londres, 1952.

36 La première édition est due à Wüstenfeld, elle parut en 1866-1873 en 5 vol. et un vol. d’index ; réimpression au Caire 1323/1906 ; réédition à Beyrouth 1957, 5 vol., in-4°.

37 N. Elisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, PIFD, Damas, 1959.

38 M. Canard, Quelques observations sur l’introduction géographique de la Bughyat at-talab de Kamāl ad-Dīn Ibn al-’Adīm d’Alep, dans AIEO, Alger, t. XV, 1957.

39 GAL, I, 482 ; S. I, 883 ; SN, 75.

40 Seule la description de la ville d’Alep a été publiée par D. Sourdel, PIFD, Damas, 1958.

41 La Description de Damas, d’Ibn Šaddād, édit. S. Dahan, PIFD, Damas, 1956 ; Liban, Jordanie, Palestine, Topographie historique d’Ibn Šaddād, édit. S. Dahan, PIFD, Damas, 1963.

42 Dans les indications bibliographiques qui suivent chaque notice d’auteur nous nous sommes limités à mentionner les références (A) au texte, (B) aux traductions partielles ou complètes et (C) aux études qui ne figurent pas dans les notices consacrées aux auteurs dans l’Encyclopédie de l’Islam.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search