Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale

 | 
Claude Cahen

Les changements techniques militaires dans le Proche-Orient médiéval et leur importance historique*

Texte intégral

  • * Publié dans War, Society and Technology in the Middle East, éd. Parry et Yapp, Oxford University P (...)

La présente communication est particulièrement élémentaire et provisoire, non seulement parce que l’auteur n’a pu disposer du temps nécessaire à ce qu’il avait désiré et cru pouvoir faire, mais aussi et plus encore parce que, il faut bien l’avouer, le sujet abordé est presque complètement vierge et, dans les conditions de la documentation disponible, particulièrement difficile.

1D’une manière générale, et spécialement dans l’histoire occidentale, tous les historiens tombent d’accord que les transformations techniques peuvent avoir d’importantes répercussions sur toute l’évolution sociale et humaine, la réciproque, à laquelle on pense moins souvent, pouvant d’ailleurs être aussi vraie. Le cas des transformations dans les techniques militaires n’y fait pas exception, et il est exceptionnellement net dans les sociétés où le pouvoir politico-social appartient plus ou moins à une classe militaire ou à ses chefs, comme notre Moyen Âge féodal.

2Des problèmes de même nature se posent dans le monde musulman médiéval, où suprématie politique et classe militaire sont aussi liées qu’en Occident à pareille époque. Seulement, en matière d’histoire orientale, nous sommes trop en retard sur l’histoire occidentale pour pouvoir tout de suite placer la discussion au même niveau, et cela est d’autant plus regrettable que, par suite des relations entre Orient et Occident, ni l’une ni l’autre des deux histoires ne peut être pleinement conduite en faisant abstraction de l’autre. Les problèmes ne sont pas identiques de part et d’autre, mais, dans l’état actuel de nos études, il est normal, sous réserve des précautions nécessaires, que la considération de l’Occident nous aide à poser notre questionnaire, et que le besoin d’aboutir à des réponses correspondantes nous serve de stimulant. Le cloisonnement des disciplines retarde souvent la connaissance que nous, orientalistes, avons du progrès des recherches et conceptions dans les autres branches de l’histoire, et cela nuit assurément au progrès de nos propres études. Cependant, à chaque grand moment de l’histoire musulmane, conquête arabe, révolution ‘abbāside, conquête turque, croisades, conquête mongole, conquête ottomane, la question du rôle des techniques militaires est impossible à éluder, de même que, plus durablement, dans le dessin des évolutions sociales et politiques, à l’époque classique comme ensuite. Il faut donc essayer au moins de planter quelques jalons, même s’ils ne sont que provisoires.

3La conquête arabe, tout le monde en convient, est due à des facteurs sociaux et moraux bien plus qu’à une quelconque supériorité technique, les avantages du chameau étant compensés par l’absence à peu près complète de machinerie de siège. En fait d’avance les vainqueurs étaient vainqueurs, les vaincus vaincus. Mais il se trouve que vers le moment où les Arabes effectuent leurs conquêtes, dans la steppe eurasiatique qu’ils ne connaissent évidemment pas, se produit une invention qui progressivement s’étend à l’Europe entière, celle de l’étrier. Bien que la chronologie et les itinéraires de sa diffusion restent un peu incertains, on s’accorde à penser qu’il a définitivement conquis tous les peuples de la steppe au plus tard au viie siècle et l’Europe au viiie. Pour l’Europe on admet couramment, tout en refusant un mécanisme élémentaire, que, d’adaptations en adaptations, l’étrier a grandement contribué à la prépondérance nouvelle de la cavalerie succédant à celle de l’infanterie dans l’Antiquité et au haut Moyen Âge, et par conséquent à l’instauration du régime féodal. Il est donc de grande importance pour nous de chercher ce qu’il a pu y avoir ou non de parallèle dans le monde musulman médiéval.

4Même si l’on recule les premières apparitions de l’étrier antérieurement au viie siècle, il reste certain que les Arabes du temps de la Conquête l’ignorent, ce dont des auteurs peu postérieurs aux faits comme Djāḥiẓ et Mubarrad portent irrécusablement témoignage. L’étrier ne s’introduit dans les armées musulmanes, apparemment par l’intermédiaire de l’Asie Centrale et de l’Iran, que vers l’extrême fin du viie et au cours du viiie siècle, donc en un certain synchronisme avec l’Europe. En Europe, dit-on, la stabilité désormais acquise du cavalier faisant vraiment corps avec son cheval entraîne le renforcement du mode d’utilisation de la lance, d’où pour y parer celui de l’armure, puis pour la mieux percer l’emploi de l’arbalète, et ainsi de suite. Néanmoins, une invention ne conduit jamais à des conséquences automatiques, non seulement parce que l’homme n’est pas une machine mais en tous ces cas aussi parce que ces conséquences résultent de la totalité des facteurs en présence, qui naturellement diffèrent de société à société. S’il est normal que l’invention de l’étrier se soit produite parmi des peuples passant une partie de leur vie à cheval, il serait hasardeux cependant d’en conclure qu’elle ait entraîné chez eux les mêmes conséquences qu’en Europe occidentale. Qu’ils l’aient ou non toujours utilisée, il est bien connu que de siècle en siècle la supériorité des nomades sur les sédentaires a continué à consister entre autres choses dans leur mobilité, c’est-à-dire pour commencer dans leur légèreté, alors que l’évolution en Europe allait dans le sens de la lourdeur, corrélative de la force de choc. Dans les armées des États musulmans sédentaires il n’y a pas de doute que l’on ait aussi progressé en ce dernier sens ; l’expérience des Croisades, où les armées de l’Orient et de l’Occident se sont trouvées face à face, n’en démontre pas moins que l’opposition entre les deux camps résidait dans la vigueur lourde de l’un et la relative mobilité de l’autre, la part plus grande faite, à côté des corps lourds, aux détachements légers, les corps lourds eux-mêmes ne l’étant pas au point de ceux de l’Occident. Naturellement le monde musulman lui-même n’est pas une masse uniforme, et des différences peuvent apparaître entre les différentes régions qui le composent, de l’Occident en contact avec l’Europe à l’Asie Centrale ou aux bords de l’Afrique noire. Sans faire de racisme, on peut bien considérer que les diverses populations n’avaient pas forcément des tempéraments aptes aux mêmes adaptations. Il en allait de même des chevaux, et ici devraient être étudiées toute une série de questions relatives à l’importance numérique et au rôle, dans les premières conquêtes, et ensuite, du fameux « cheval arabe », nerveux plus que fort, ainsi qu’à l’existence, dans les armées musulmanes ultérieures ou certaines d’entre elles, de chevaux d’autres races et caractéristiques. Et enfin tous les peuples ne disposaient pas forcément des matières premières ou des capacités techniques nécessaires pour fabriquer normalement n’importe quelle espèce d’armement ; et les armements lourds supposent des moyens de transport que l’organisation sociale, la géographie ou la tradition facilitent plus ou moins.

5Sans sortir du domaine des armes, penchons-nous un moment sur le tir à l’arc. Celui-ci était pratiqué par tous les peuples de l’Antiquité et parmi eux par les anciens Arabes, à la chasse et à la guerre. Jamais cependant il n’avait joué dans les vraies batailles le rôle qu’il jouait chez les peuples de la steppe eurasiatique. En Iran, au contact de ces derniers et sans doute plus nettement depuis l’époque de la domination parthe, l’entraînement au tir à l’arc était, même dans les populations urbaines, un sport traditionnellement développé ; la supériorité possédée à cet égard par les Iraniens sur les Arabes ne leur servit cependant de rien dans les conditions des batailles de Qādisiyya et de Nehavend, au temps des conquêtes du viie siècle. Je ne sais où Massignon a trouvé que la victoire d’Abū Muslim sur les armées omayades était due entre autres causes à la possession d’un « grand arc ». Il reste que la technique de multiples formes de tir à l’arc continua à être pratiquée en Iran : il est remarquable que, dans les manuels de tir rédigés en Syrie ou en Égypte à partir de la fin du xiiie siècle pour des armées kurdo-turques ou purement turques, manuels que nous possédons, tous les grands maîtres auxquels on se réfère sont des Iraniens stricto sensu ou des Transoxianais des siècles passés.

6Néanmoins en Iran le tir à l’arc reste principalement affaire de piéton. Les peuples de la steppe cependant réalisaient une innovation considérable lorsqu’ils pratiquaient le tir à l’arc à cheval. La chose était antérieure à l’étrier, et déjà bien connue des Parthes, mais il est difficile de penser que la possession de l’étrier n’ait pas encore à cet égard accru les possibilités, en donnant au cavalier selon son désir plus de force ou de mobilité, voire les deux réunies. Leurs voisins iraniens n’ignoraient pas leur manière de faire, mais, chose qui peut étonner, à travers toute l’histoire des relations entre les sédentaires du sud et les nomades du nord, toujours ces derniers conservèrent en fait le quasi-monopole de l’archerie à cheval, avec la supériorité qu’elle leur conféra à tour de rôle sur les divers adversaires iraniens, arabes, byzantins, etc. qu’ils eurent à affronter. Sans doute leur genre de vie leur conférait-il à cet égard a priori un avantage sur les sédentaires mais il ne faut pas croire que l’effort des nomades ait été dirigé surtout vers l’accroissement de la force du tir. La forme de tir qui paraît avoir été chez eux la plus répandue était d’un autre ordre, et repose sur une autre idée technique, apparentée à celle de l’arbalète. Elle consistait à remplacer la grosse flèche unique de l’arc par une série de fléchettes introduites dans un tuyau d’où elles étaient chassées, par un mécanisme simple, lors du tir de l’arc. Ces fléchettes avaient l’avantage de pouvoir être courtes, ce qui permettait d’en fabriquer même si l’on avait dans la steppe de la peine à trouver de quoi en faire suffisamment de plus longues, ou de réutiliser des morceaux de flèches adverses déjà utilisées. Certes leur force de choc était minime, mais elles compensaient cet inconvénient par leur multiplicité et la mobilité des cavaliers les tirant de partout en tous sens, produisant l’effet d’une grêle ou d’un essaim d’abeilles, un désarroi physique et moral complet chez l’adversaire.

7Cependant divers arcs plus puissants étaient utilisés en concurrence avec ceux-ci suivant les occasions. Il est inutile d’entrer ici dans une étude détaillée de leurs divers types et de leur manœuvre. L’important est de souligner qu’il ne peut être question de parler d’archerie comme d’un bloc indifférencié. Nous devons nous méfier de sous-estimer la portée de différences qui, du haut de nos techniques modernes, peuvent paraître insignifiantes. Si de deux armées en présence l’une possède des arcs qui tirent dix mètres plus loin que ceux de l’autre, elle pourra, tout en étant en sûreté, décimer son adversaire ; et de même en cas de force de frappe inégale, de maniabilité ou de solidité inégale des arcs, d’approvisionnement plus ou moins facile en flèches sur le champ de bataille, etc. Pour nous faire une idée des diverses modalités du tir à l’arc, nous disposons depuis peu du beau travail de Latham et Paterson, complété par celui de mon jeune compatriote Antoine Boudot-Lamotte. Ce qui manque un peu cependant à leur travail pour être pleinement utilisable pour l’historien dans l’esprit de mon présent développement est un tableau systématique des portées, des forces, bref de toutes les caractéristiques militaires des divers types d’arcs. Seuls des techniciens comme eux peuvent nous rendre ce service, qui est éminemment souhaitable.

8La considération de l’arc nous introduit aussi dans celle de l’arbalète. Le principe de celle-ci était connu dès l’Antiquité, mais on n’en avait fait alors qu’un usage exceptionnel, si bien que lorsque par la suite elle réapparaît dans telle ou telle armée, c’est souvent comme un emprunt, le nom compris, à d’autres peuples, comme si on ne l’avait jamais connue. Un exemple remarquable est l’armée byzantine, où on admira en 1096 les arbalètes des Occidentaux, dont on n’avait pas l’équivalent, mais en leur donnant le nom persan qu’elles portaient dans les armées musulmanes. Il existait tout une gamme d’arbalètes, depuis l’arbalète ultra-légère individuelle à cheval chassant les fléchettes dont nous avons précédemment parlé jusqu’à la grosse baliste sur châssis utilisée comme arme collective pour défoncer les murailles, en passant par les arbalètes individuelles lourdes nécessitant pour être tendues la force combinée des pieds et du dos, et celles-ci armes de piétons. L’arbalète était capable de tirer plus loin et plus fort que l’arc, mais était de tir lent et demandait de préférence le service de deux ou trois hommes ; elle n’était donc pas tout avantage, et l’on peut comprendre que sa diffusion ait été irrégulière. Elle apparaît, semble-t-il, dans les armées orientales pour la première fois en Asie Centrale au viiie siècle, mais elle est normalement plus utilisée dans les batailles de sédentaires que dans celles de nomades. Il est dificile pour le moment de voir clairement la portée réelle de sa diffusion.

9D’autres enquêtes devraient être faites sur le javelot et la lance, le sabre, la massue, etc. Là aussi il faut faire attention aux différences. En ce qui concerne le sabre la question est liée à celle de sa métallurgie. Ce que nous appelons l’acier de Damas, mais qui est une technique d’origine hindoue, donnait des lames de qualité, qui n’empêchaient cependant pas les peuples de l’aire islamique d’attacher une valeur particulière à la métallurgie eurasiatique et, plus tard, aux armes franques toutes faites ; les territoires de l’Islam sont en général pauvres en fer, et ce fait constituait dans certains pays au moins comme l’Égypte une gêne grave, dont on peut juger par le prix payé pour assurer au temps des Croisades les importations de minerai en provenance d’Italie. On aboutirait à des conclusions semblables en étudiant les armes défensives : le bouclier ṭāriqa, courant dans les armées musulmanes au temps des Croisades, paraît bien n’être autre chose que la targe occidentale.

10Après les armes individuelles il faut étudier l’artillerie collective des balistes et mangonneaux. Là encore le travail est compliqué par les imprécisions permanentes du vocabulaire dans les sources et souvent même les ouvrages modernes. Dans l’ensemble on peut dire que l’Antiquité n’a connu que des engins à torsion, le haut Moyen Âge y a ajouté les engins à tension, et c’est seulement au temps des Croisades que l’on voit apparaître les engins à contrepoids, nettement plus puissants. L’initiative ici paraît être occidentale, mais elle est orientale dans le cas de la grande baliste à tour que l’empereur Frédéric II commande en Syrie, faute d’en avoir aucun fabricant en Italie. Ces engins supposent la possibilité technique de cordages de haute résistance, et des moyens de transport qui ne devaient pas être toujours faciles à trouver dans des pays où les bêtes circulent sur des pistes et non des chariots sur des routes ; pour cette raison sans doute les engins étaient souvent emportés en pièces détachées et montés sur place.

11La croissance de ces formes d’artillerie est liée au développement, dans l’intervalle des armées nomades, des guerres de siège et des attaques de forteresses. Réciproquement, elle encourage le développement des ouvrages fortifiés de tous genres. L’étude précise des influences réciproques des architectures militaires occidentale et orientale reste à faire. Il n’est pas douteux que l’Occident a appris beaucoup en Orient, mais la chose est cependant compliquée, car il est non moins certain que les fortifications et forteresses orientales n’étaient pas avant les Croisades aussi puissantes qu’elles le devinrent pendant et après elles. Il ne faut certes pas méconnaître, mais il ne faut tout de même pas exagérer le rôle des Croisades dans une évolution qui déborde de loin géographiquement leur zone d’impact. D’autres facteurs ont joué aussi, et des raisons sociales sans doute expliquent la multiplication des forteresses non urbaines qui caractérise en Orient comme en Occident le milieu du Moyen Âge dès avant les Croisades et les conquêtes turques.

12Surpris par le caractère irrésistible des conquêtes mongoles, on s’est demandé si elles reposaient entre autres choses sur une supériorité de leur armement. Certes ils ont pu apporter avec eux quelques formes d’armes chinoises, mais à des détails près celles-ci paraissent bien en avoir été au même niveau que les armes proche-orientales. Rien ne permet de constater dans les armes mongoles telles qu’elles nous sont montrées quoi que ce soit de différent de ce que les ennemis des Mongols en Asie occidentale avaient aussi bien qu’eux, et il paraît certain que leurs conquêtes s’expliquent plutôt par leurs qualités d’organisation, de renseignement, d’intrigues et par la panique même qu’ils inspiraient que par des idées techniques neuves. Sur ce plan il semble seulement qu’ils ont su, par l’utilisation des populations soumises, pousser à une perfection nouvelle la combinaison des hostilités légères et rapides et l’emploi massif d’une artillerie auparavant souvent représentée par des pièces presque uniques. Mais l’évolution en ce sens les avait devancés, comme il est facile de voir dans les récits des opérations de la Troisième Croisade et des guerres ultérieures des Ayyūbides, Khwārizmiens, etc.

13Tout ce qui précède montre à quel point nous restons ignorants de ce qui serait fondamental pour apprécier la signification réelle des procédés techniques de guerre. L’important de ce point de vue n’est pas de connaître les caractéristiques stylistiques de telles et telles armes, mais leurs propriétés proprement militaires comparées entre armes, la possibilité plus ou moins grande des diverses populations de fabriquer et d’utiliser les unes ou les autres, etc. Rappelons-nous cependant qu’il ne faut pas exagérer les conséquences de n’importe quelle innovation technique. Les adversaires adaptent leur mode de combat à leurs possibilités, et cherchent à éviter les effets de leurs infériorités et à profiter au mieux de leurs avantages. Le développement du matériel lourd techniquement perfectionné peut devenir et est devenu en fait souvent une infériorité en face de nomades légers, et tel mode de combat pratiqué en pays ordinaire devient impossible en désert, en montagne, etc. Ce qui est à la longue plus net, bien que moins direct, est l’impact des progrès techniques sur l’économie et la société des groupes dans lesquels ils se produisent.

14Ces remarques nous amènent alors à d’autres catégories de questions : l’une concerne le recrutement. Nous avons déjà incidemment fait allusion aux traditions propres des Arabes, des Iraniens, des nomades eurasiatiques ; il est remarquable de constater qu’à travers les siècles chaque groupe ethnique reste attaché à ses traditions, on dirait mieux : y reste enfermé ; lorsque les Daylamites ont pris le pouvoir en Iran occidental et à Bagdad, c’étaient des montagnards, guerriers à pied endurants mais naturellement peu préparés par la nature de leur pays d’origine aux évolutions de cavalerie. Lorsque les Būyides, la dynastie issue d’eux, a voulu se constituer une armée complète, ils n’ont pas un instant pensé à leur enseigner l’art équestre qui leur manquait, mais — aussi pour faire contrepoids à leur influence — ont recruté une armée parallèle turque ; et l’on trouverait maint fait comparable dans l’histoire de l’Égypte, voire du Maghreb, et d’ailleurs. Mais le recrutement turc lui-même pose un problème difficile. De deux choses l’une en effet : ou ces Turcs sont acquis à un âge d’hommes, ou ils le sont très jeunes. A l’origine, lorsque par Turcs on entendait surtout des Farghaniens du domaine musulman enrôlés comme mercenaires, il s’agissait d’adultes, mais qui n’étaient pas des Turcs du plein domaine nomade. Mais par la suite il s’est agi essentiellement de captifs ou d’esclaves ramassés assez jeunes pour pouvoir recevoir une formation technique et islamique les intégrant à l’armée avec une pratique encore incomplète des traditions de leur peuple. Au plus, s’il est certain qu’ils étaient utilisés surtout comme cavaliers, s’il est certain aussi que leurs archers, face par exemple à ceux de l’armée fāṭimide à recrutement plus occidental ou africain, étaient redoutables, il n’en reste pas moins qu’ils étaient intégrés à un système de guerre en général qui ne pouvait être conforme au système de la steppe eurasiatique, si bien qu’une opposition se maintenait ou se recréait entre les armées de la steppe et celles de leurs compatriotes d’origine intégrés au monde musulman traditionnel : cela se revit périodiquement lors des guerres qui opposèrent les Saldjūqides aux Ghaznévides, aux Būyides, etc., puis les Oghuz du xiie siècle aux Turcs iranisés, les Mongols mêlés de Turcs aux sédentaires du plus proche Orient et ainsi de suite. Les Turcs étaient donc enrôlés pour les aptitudes physiques ou morales qu’on leur reconnaissait, pour une certaine orientation générale d’entraînement conservée de leur jeunesse, mais non pour la reproduction des modes de combat de l’Asie Centrale.

15Dans tout ce qui vient d’être dit, on aura constaté que les contacts et influences dont il s’est agi sont avec l’Asie Centrale. Certes il peut localement, surtout au Maghreb et en Espagne, y en avoir d’autres, par exemple avec les Francs d’Occident, mais jamais d’ampleur comparable. Le cas du contact byzantin mériterait un examen spécial. Byzantins et Musulmans se sont affrontés, donc connus, et dans une certaine mesure, sur le front anatolien, adaptés aux procédés l’un de l’autre, comme le montrent explicitement, du côté byzantin, les traités d’art militaire qui nous sont parvenus. Il est néanmoins digne de remarque que les Arabo-Musulmans, qui ont connu et traduit quelques œuvres de la littérature militaire grecque classique (surtout Elien), ne se sont jamais préoccupés de la littérature byzantine à cet égard (non plus qu’à d’autres) ; réciproquement les Byzantins ont ignoré ce qu’écrivaient les Musulmans et, confrontés à des peuples divers, n’ont que partiellement subi l’influence de leurs voisins asiatiques.

16Ce que les Orientaux ont appris dans la littérature classique consiste d’ailleurs surtout en notions morales ou en schémas généraux de la connaissance desquels, par opposition aux barbares, ils se montrent occasionnellement très fiers, mais qui ne devaient pas porter à grandes conséquences pratiques : essentiellement les notions de droit, gauche, centre, avant, arrière, etc. compatibles avec n’importe quel mode de combat.

17Quoi qu’il en soit de toutes ces questions, il est certain que les transformations réalisées, surtout dans le domaine de l’armement lourd, coûtent cher. Certes elles ne sont pas la seule cause, elles ne sont peut-être pas la principale du renchérissement évident de la charge militaire au cours de la période ‘abbāside et post-’abbāside. Le simple fait qu’on passe d’une armée « populaire » à une armée professionnelle est en lui-même autrement grave à ce point de vue. Le coût du progrès technique n’en doit pas moins être lui aussi envisagé. Si l’on compare ce que nous savons de la rémunération des troupes à la fin de la période ‘abbāside et au lendemain des conquêtes, on constate qu’en apparence elle est multipliée environ par 10. La discussion sur cette base est très difficile,

18car les conquérants arabes avaient d’autres ressources dans le butin, et on voit mal si les obligations des officiers des iiie et ive siècles ne comportent pas l’entretien de plus de bêtes et d’hommes que ce n’était le cas des premiers conquérants ; de toute façon le simple entretien d’un cheval de combat coûte cher. Par ailleurs nous savons qu’il s’est produit à la même période un considérable renchérissement général de la vie, qu’il est difficile d’interpréter et même de chiffrer, mais qui dans une certaine mesure n’est pas contestable ; dans ces conditions l’augmentation réelle de la rémunération militaire est incertaine, et il ne manque pas d’exemples où, si apparemment grosse qu’elle paraisse, elle est en fait tout juste suffisante. Mais quoi qu’il en soit il est compréhensible que l’évolution technique contribue à élargir le fossé qui sépare la classe capable de subvenir à des charges militaires, en raison des ressources mises à sa disposition, et le reste du peuple, qui supporte le coût de ces charges. La coupure ne s’est pas faite selon les mêmes modalités que dans la féodalité occidentale, mais elle n’en existe pas moins, et à certains égards plus accusée par la superposition du facteur économique et du facteur ethnique.

19Toutes ces remarques sont d’ordre général, vague, peut-être un peu gratuit, sujet à critique. J’en veux seulement conclure à l’immensité des recherches qui nous incombent, et qui doivent être conduites en combinant la compétence de l’historien, de l’orientaliste, du technicien. Est-il besoin de dire que je ne m’attribue pas cette combinaison de compétences ? Mais justement parce qu’il n’est guère possible de l’avoir, il importe que chacun d’entre nous dégage clairement les problèmes qu’il doit soumettre à l’examen des spécialistes des domaines voisins. Alors nous pourrons peut-être un peu répondre à des questions qui pour l’intelligence de l’histoire sont d’ordre plus capital qu’il n’a parfois été senti.

Notes de fin

* Publié dans War, Society and Technology in the Middle East, éd. Parry et Yapp, Oxford University Press, 1975.

© Presses de l’Ifpo, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540