Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Préface de l’auteur

Texte intégral

  • 1 Aux côtés notamment de celui de Gebrane Tuéni, assassiné le 12 décembre 2005, fils de Ghassan Tuéni (...)
  • 2 Composé principalement du Courant du futur mené par Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, du Parti soc (...)

1Le nom de Samir Kassir est l’un de ceux 1 que célèbre ce qu’il est convenu d’appeler selon la terminologie actuelle de la vie politique libanaise « le camp du 14 mars » constitué depuis les élections législatives de l’été 2005 en un bloc parlementaire 2. Samir Kassir a en effet été une figure phare de « l’Intifada de l’indépendance » – slogan dont il serait l’auteur –, rassemblement populaire réclamant la vérité sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri le 14 février 2005 et la fin de la tutelle syrienne sur le Liban. Le point culminant de cette mobilisation a été le rassemblement de plusieurs centaines de milliers de Libanais, place des Martyrs, le 14 mars 2005, d’où tire son nom le camp dit aussi « souverainiste ». Avant et après cette date, Samir Kassir n’a eu de cesse d’appeler de ses voeux, dans ses éditoriaux hebdomadaires du Nahar, le retrait des troupes syriennes et la fin des ingérences des services de sécurité dans la vie politique libanaise. Professeur à l’Université Saint-Joseph et invité fréquent d’émissions télévisées, il a encouragé la mobilisation populaire autour de ces mots d’ordre. Intellectuel militant, il a participé à la fondation du parti de la Gauche démocratique en octobre 2004, une des composantes du « 14 mars » qui se distingue par son caractère laïc et son recrutement multiconfessionnel. Après Rafic Hariri, il a été le premier d’une longue liste d’hommes politiques et d’intellectuels victimes d’attentats meurtriers visant les figures de proue de ce mouvement.

  • 3 Votée par le parlement libanais le 3 septembre 2004.
  • 4 Sur la polarisation régionale et l’intervention de la communauté internationale dans la gestion de (...)
  • 5 Voir l’éditorial paru dans le journal An-Nahar du 1er avril 2005.
  • 6 Sur les interprétations divergentes des manifestations de l’année 2005, voir Favier Agnès, 30/06/20 (...)
  • 7 La décision prise par le comité de suivi du 14 mars de ne pas « prendre Baabda » et de s’opposer à (...)

2Il ne nous appartient pas aujourd’hui d’analyser en profondeur son ou ses positionnements au sein des reconfigurations de la scène politique au cours des années 2000. On sait la force de son opposition à la prorogation du mandat du Président de la République Emile Lahoud 3 et son soutien à la résolution 1559 du Conseil de Sécurité de l’ONU, appelant au désarmement des groupes armés et au « respect de la souveraineté et de l’indépendance politique du Liban » 4. On sait son alliance objective avec Rafic Hariri, devenu à ses yeux un moindre mal face aux ramifications sécuritaires du régime, et son rôle de coordinateur, aux côtés d’autres membres de la « Gauche Démocratique », dans la préparation logistique de la manifestation du 14 mars, qu’il considérait comme « le plus grand rassemblement de l’histoire arabe contemporaine » 5, populaire et spontané 6. On sait enfin ses critiques, formulées dès le lendemain de la manifestation, à l’égard d’une classe politique qui n’a pour seul horizon que les échéances électorales, conçues selon une logique de clientélisme communautaire, et ses appels à « une Intifada dans l’intifada » 7. Son assassinat le 2 juin 2005 interrompt un parcours politique dont il est impossible de supputer les trajectoires potentielles. Et dans le contexte de très forte bipolarisation de la scène politique libanaise, la construction de la figure du Samir Kassir martyr du 14 mars pourrait tendre à effacer les multiples articulations de sa pensée. Revenir sur l’aventure journalistique de L’Orient-Express, magazine mensuel francophone dont Samir Kassir a été le fondateur et le rédacteur en chef de novembre 1995 à février 1998, permet de restituer, même partiellement, le caractère complexe et pluriel de son engagement.

  • 8 « Histoire et enjeux d’un magazine francophone dans le Liban d’après-guerre : L’Orient-Express (nov (...)

3Le corps du présent ouvrage est constitué d’une version remaniée d’un mémoire de maîtrise en Histoire politique et culturelle soutenu en septembre 2000 8 et dont a été conservée la teneur essentielle, reflet des points de vue d’alors : les entretiens avec les rédacteurs de L’Orient-Express ont été réalisés entre février et août 1999, c’est-à-dire tout juste un an après la fermeture du magazine. L’attachement au journal et le sentiment d’amertume lié à la fermeture étaient donc encore vifs. Quant aux enjeux de la vie politique et culturelle libanaise, ils étaient encore ceux discutés dans L’Orient-Express, les bouleversements des années 2000 n’ayant pas encore donné lieu à d’éventuels repositionnements des différents acteurs. L’objet de cette préface est de reconsidérer les conclusions formulées dans ce texte rédigé en 2000, à savoir que les différents paris tentés par L’Orient-Express avaient été perdus. Il n’est pas question aujourd’hui d’infirmer ce constat d’échec mais d’en approfondir l’analyse à la lumière des années écoulées, des expériences éditoriales et politiques tentées depuis et du regard que les anciens collaborateurs de L’Orient-Express portent aujourd’hui sur cette aventure.

Un journal arabe en français

  • 9 Selon Agnès Favier, « les voix les plus contestataires [à l’égard de la classe politique libanaise (...)
  • 10 Pour Élias Khoury, L’Orient-Express était en ce sens davantage une publication « en français » qu’u (...)

4Il faut d’abord revenir sur les dimensions et les limites de l’ambition de L’Orient-Express d’être un « journal arabe en français ». Samir Kassir était fier que le journal compta parmi ses lecteurs nombre d’intellectuels arabophones. Le geste d’Élias Khoury d’accueillir dans les pages du Mulhaq,supplément culturel du quotien An-Nahar, l’expression, en arabe et en français, de la tristesse, colère ou ironie des rédacteurs de L’Orient-Express au lendemain de la fermeture de ce dernier, avait été interprété comme le signe d’une exceptionnelle proximité entre deux organes de presse, l’un francophone et l’autre arabophone, ces deux mondes étant le plus souvent étanches l’un à l’autre 9. Proximité qui tient sans nul doute à l’amitié des deux hommes, à nouveau illustrée par leur participation commune à la fondation du parti de la « Gauche Démocratique » et par la multiplication des initiatives portées par Élias Khoury pour préserver la mémoire de Samir Kassir depuis son assassinat. Mais elle tient aussi à la conviction partagée que le combat libanais pour la démocratie, notion « universelle » et non « modèle importé », ne doit pas se mener isolément mais doit s’inscrire dans un mouvement de solidarité avec les peuples syrien et palestinien. En ce sens, L’Orient-Express a tenté de dépasser les deux vieux pôles d’identification entre « libanistes » et « arabistes », usant de la langue française, traditionnellement associée aux premiers, pour élaborer une vision libanaise et moderne d’un nouvel arabisme. Et cela tient enfin à la conception commune d’une culture « ouverte », patrimoine dans lequel leurs lignes éditoriales respectives puisent sans complexe concepts et références aux multiples ancrages. Pour la plupart des rédacteurs de L’Orient-Express, la langue française n’est pas une langue d’emprunt, héritée du mandat, elle est tout simplement la leur, soit qu’ils aient été élevés en France pendant les années de guerre au Liban, soit qu’ils aient suivi la majorité de leur scolarité et de leurs études supérieures en langue française 10. Et c’est en choisissant, d’une part, d’en renouveler radicalement les modalités d’expression – vocabulaire, style, références – et, d’autre part, de présenter des dossiers et reportages sur les réalités du pays, des autres pays arabes, et du monde dans son ensemble – on pense par exemple à la culture militante des années soixante, aux traditions, rites, paysages de l’arrière-pays libanais présentés dans la rubrique Extrêmes, aux luttes des Palestiniens, aux recensions d’ouvrages de langue arabe non traduits ou aux extraits d’articles de la presse arabophone, et aux capitales ou conflits du monde entier présentés dans les rubriques « Carte postale » ou « Topos » – que L’Orient-Express a fait de la langue française une « arme de culture », plutôt qu’un label de reconnaissance d’une idéologie, d’une classe ou d’une confession.

  • 11 Antoine Choueiri.
  • 12 Sous la houlette de Gebrane Tuéni.
  • 13 Farès Sassine, Jabbour Douaihy. Charif Majdalani.
  • 14 Respectivement Alexandre Medawar, Mazen Kerbaj et Anthony Karam.
  • 15 « Transcultures : Magasin littéraire », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

5Il est impossible de dire avec rigueur si cette tentative de « déghéttoïsation » de la langue française a produit des effets en dehors des pages du magazine. La fermeture de L’Orient-Express par la décision conjointe de L’Orient-Le Jour et du publicitaire 11 et le lancement par ce dernier 12, concomitamment à la fermeture de L’Orient-Express, du magazine « féminin » Noun, tendent à montrer que la conception de la francophonie défendue par L’Orient-Express trouvait difficilement sa place dans le paysage médiatique libanais d’alors. Signalons que depuis, L’Orient Littéraire, fondé en 1929, dirigé notamment par Georges Schéhadé et Salah Stétié, arrêté dans les années 1960, a été relancé au printemps 2006. Plusieurs noms de l’équipe de L’Orient-Express se retrouvent dans l’ours de ce supplément mensuel de L’Orient-Le Jour. Trois anciens collaborateurs de L’Orient-Express 13 font partie de son comité de rédaction. L’ancien infographe du magazine fabrique la maquette et assure le secrétariat de rédaction du mensuel littéraire, l’ancien auteur de la page BD de L’Orient-Express y réalise les illustrations, et l’ancien rédacteur en chef adjoint de L’Orient-Express y collabore régulièrement 14. Ironie du sort ? L’Orient-Littéraire est propriété de L’Orient-Le Jour, la vieille maison mère qui vivait comme une rivalité l’existence de L’Orient-Express, jeune et irrévérent, et a pris prétexte de son déficit budgétaire pour en suspendre la publication. L’actuel directeur de L’Orient-Littéraire est Alexandre Najjar avec lequel L’Orient-Express avait eu quelques vifs échanges sur la culture francophone de « mondanité » 15. Le montage financier de L’Orient Littéraire s’appuie sur les librairies Antoine et Orientale, deux piliers du monde du livre francophone au Liban. Il va de soi que la viabilité de cette publication repose pour une part sur sa qualité et pour une autre sur la spécificité du champ qu’elle couvre, le champ littéraire, moins directement sujet à polémique ou éventuelle censure que les chroniques et reportages politiques de L’Orient-Express.

  • 16 Entretiens avec Farouk Mardam-Bey, Paris, octobre 2008, et Melhem Chaoul, Beyrouth, janvier 2009.

6Car le pari d’être « un journal arabe en français » consistait également, au delà du projet de sortir la francophonie libanaise de son provincialisme, à produire une distanciation, offerte par l’usage d’une langue qui n’est pas la langue majoritaire du pays, par rapport aux habitudes de langage et d’analyse de la presse arabophone. En plus de l’atout fonctionnel d’être moins rigoureusement lue par la censure, l’emploi de la langue française, qui charrie avec elle un substrat historique distinctif, rendait possible le traitement de sujets tabous de la presse arabophone, depuis la sexualité féminine jusqu’aux nouveaux historiens israéliens. Selon certains de ses collaborateurs, Samir Kassir aurait su instiller dans sa manière d’écrire l’arabe l’intrépidité de son style en français, ne cédant pas aux périphrases ou litotes d’usage et parlant par exemple de « complexe sécuritaire syro-libanais » plutôt que de « présence d’une force régionale » 16.

L’Orient-Express, laboratoire et tribune

7Il est difficile d’estimer le lectorat réel de L’Orient-Express, de même que son impact en termes de réception et de sensibilisation culturelle et politique. Il est en revanche possible de le faire à l’échelle de ses anciens collaborateurs et il faut ici revenir sur les relations entretenues par les membres de l’équipe du magazine appartenant à différentes classes d’âge, et insister sur le fait que L’Orient-Express a été, autant pour les « aînés » que pour les « enfants de Samir », certes selon des modalités et des degrés différents, si ce n’est une école, terme qui renverrait à une conception verticale de la transmission, à coup sûr un laboratoire.

  • 17 « Quand la politique faisait rêver », L’Orient-Express 1, novembre 1995, et « Etudiants, et mainten (...)

8La plupart des « aînés », étudiants dans les années soixante, ont pris part à l’activisme contestataire d’alors. Pour Samir Kassir, le renouveau de la pratique politique au Liban et la participation des plus jeunes à cette dynamique devaient pouvoir s’appuyer sur l’héritage laissé par cette génération d’anciens militants. L’Orient-Express a poursuivi une démarche mémorielle et pédagogique consistant à exposer et à analyser les modalités d’engagement expérimentées lors de la décennie d’avant-guerre : le hasard de la fermeture a voulu que le dossier du dernier numéro du magazine soit consacré aux manifestations d’étudiants de décembre 1997 alors que le premier rendait compte des mouvements militants des années 1965-1975 17.

  • 18 Samir Kassir esr né en 1960.
  • 19 Entretien, Beyrouth, décembre 2008.
  • 20 Entretien, Beyrouth, janvier 2009.

9C’est aussi parce qu’ils n’étaient pas journalistes de métier que Samir Kassir a sollicité ces historiens, philosophes, romanciers, sociologues, qui collaboraient à L’Orient-Express en tant que tels. Les références et modes d’argumentation propres à chaque discipline n’étaient pas homogénéisés dans un style journalistique et leur côtoiement contribuait à faire de L’Orient-Express une tribune polymorphe. Certains témoignent individuellement de la stimulation qu’a exercé sur eux leur collaboration au magazine et du rôle d’ « accoucheur » qu’a joué Samir Kassir, quand bien même ce dernier était leur cadet, qui plus est habité du regret d’être né trop tard pour appartenir de plein pied à ce réseau d’intellectuels ex-militants 18. On pense ici à Farès Sassine, plus âgé que Samir Kassir, mais qui hésite à se considérer comme un frère, si ce n’est comme un fils. Il raconte qu’il a d’abord refusé l’invitation de Samir Kassir à écrire pour L’Orient-Express sur la mort de Gilles Deleuze en novembre 1995. Ce n’est qu’après que Samir Kassir soit parvenu « à définitivement anesthésier les forces qui [l]’empêchaient d’écrire » 19 que Farès Sassine est devenu un collaborateur régulier du magazine. On pense également à Melhem Chaoul : pour ce sociologue, L’Orient-Express a été ce laboratoire dans lequel il a pu forger les jalons d’une « sociologie populaire » qui consiste à décrypter les fonctionnements de la société libanaise par l’observation et l’analyse des comportements et mécanismes d’action que mettent en oeuvre les individus ordinaires. Il poursuit depuis l’élaboration et l’application de cette méthode sociologique mais exprime aujourd’hui le regret de ne plus pouvoir l’exercer depuis un média de masse 20.

  • 21 Entretien, Beyrouth, janvier 2009.
  • 22 Selon Houda Kassatly, L’Orient-Express, en créditant toujours les photos, aurait contribué à la pri (...)

10Deux anciennes collaboratrices, non politisées, témoignent du rôle de creuset d’expérimentation qu’a joué pour elles L’Orient-Express. Nada Nasser Chaoul, rédactrice de « La frime de L’Orient-Express », billet d’humeur présenté sur la dernière page du magazine, parle de Samir Kassir, bien que plus jeune, comme d’un mentor, et explique que l’expérience de L’Orient-Express a permis l’invention d’un nouveau genre de rubriques dites féminines, basées sur de vraies enquêtes et privilégiant un humour au second degré pour dépeindre les us et coutumes de la haute société libanaise. Selon elle, il n’est plus de support médiatique à même d’accueillir ce type d’expression 21. Pour Houda Kassatly, amie de lycée de Samir Kassir, la rubrique « Extrêmes » dont elle était en charge a contribué à revaloriser le reportage ethnographique, alliant la photographie et l’écriture anthropologique 22, dans la presse libanaise.

11Magazine à la vie brève, resté vierge d’un passé et d’une forme à perpétuer, et orchestré par Samir Kassir sans logique de prééminence d’une forme sur une autre (ne pas choisir l’académisme plutôt que la chronique, une langue soutenue plutôt qu’argotique, etc...), L’Orient-Express a offert à ses « anciens », pourtant déjà passés par mille aventures, un espace d’apprentissage et/ou de renouvellement de leurs pratiques dont ils se trouvent pour certains orphelins.

  • 23 À l’exception d’Omar Boustany, proche du Courant Patriotique Libre du Général Aoun avant 1990.
  • 24 Voir Favier Agnès 2004, p. 540.
  • 25 Omar Boustany et Anthony Karam sont rentrés à Beyrouth pour écrire dans L’Orient-Express.
  • 26 Al Yawm al Sabi’ (« Le septième jour »), revue militante panarabe, proche de l’OLP, a été lancée à (...)

12A côté d’eux, les plus jeunes, étaient, avant leur implication dans L’Orient-Express, à l’orée de leur vie d’adulte, pas encore engagés dans une voie professionnelle. De retour d’exil pour la plupart, ils n’ont pas connu d’engagement militant 23. Ils ont grandi à cheval entre le Liban et ailleurs, plus ou moins en contact avec la violence de la guerre, et sont familiers d’autres postures et préoccupations, plus individuelles et sans rêve de grand soir, qui résonnent avec « l’affirmation du Je » qui a accompagné le processus de désengagement des anciens militants 24. Si l’une des réalisations notables de L’Orient-Express a été d’impliquer une dizaine de jeunes Libanais dans un projet qui les replongeait dans leur pays 25, réciproquement, la distance critique qui les caractérise a façonné une manière inédite d’« informer ». Samir Kassir citait volontiers comme modèles Al Yawm al Sabi’, revue militante et culturelle, proche de l’OLP et critique des gouvernements arabes, à laquelle Emile Habibi, Mahmoud Darwish, Samir al Qassem prêtaient leur plume, et L’Autre Journal 26, pour le foisonnement éclectique de ses chroniques, littéraires, politiques, sociologiques, pamphlétaires ou fictionnelles, et pour son indépendance vis-à-vis de tout diktat publicitaire. Pour les plus jeunes, ce sont l’Actuel des années soixante-dix, le Libération des années quatre-vingt et, son héritier, Les Inrockuptibles, quiservent de référence. Pour cette génération, la curiosité et l’implication se déclinent sur un mode individualiste. Selon Alexandre Medawar, cette subjectivité offensive s’apparentait à une « posture voltairienne » – gaieté, érudition et vérité – mise au service d’un décryptage des fonctionnements de la société libanaise, selon cette « sociologie populaire » chère à Melhem Chaoul (chronique « Lebanese Dream », le faux magazine « Superficiel » de la chronique BD), d’une traque des assertions dogmatiques ou simplement mensongères (rubriques « Décodage », « Vrai ou Faux ? », « Place net ») n’épargnant ni les politiques ni les confrères du paysage médiatique et, en particulier, la production publicitaire du pays (rubrique « Mixed-Media »), et d’une mise en scène des poussées de l’imaginaire et du désir qui défient la reconduction du même par habitude, tradition ou idéologie. L’équipe jeune de L’Orient-Express offrait moins une expertise – ils sont pour la plupart sans qualification particulière quand ils rejoignent L’Orient-Express, les moyens manquaient (pas de ligne téléphonique internationale, très peu de moyens financiers) et chacun reconnaît le peu de professionnalisme à proprement dit avec lequel l’équipe fonctionnait (papiers rendus la veille du bouclage, nuits blanches) – qu’un brassage d’idées et d’écritures organisé selon un sens partagé du « bricolage » et porté par une machinerie critique mettant à la disposition des lecteurs des outils d’analyse de leur société et du monde.

  • 27 L’association Hayya Bina, co-fondée avec l’éditeur et écrivain Lokman Slim, milite pour une sécular (...)
  • 28 Entretien, São Paulo, octobre 2008.
  • 29 Entretien, Beyrouth, janvier 2009.
  • 30 http://www.skeyesmedia.org.

13Cet espace d’expression libre, non hiérarchique mais dans lequel jouait une forte émulation, la perception de Samir Kassir en figure du père amplifiant cette dernière, a opéré comme un bain de formation pour les plus jeunes, jetés d’emblée dans l’exercice de l’enquête et/ou de l’écriture et dans le jeu de la confrontation de points de vue et d’arguments. La plupart, quelque soient les métiers qu’ils exercent, disent continuer à user de ce « savoir-faire ». Alexandre Medawar, tour à tour journaliste, maquettiste, designer, co-fondateur en 2005 du collectif citoyen Hayya Bina pour une réforme de la Constitution par référendum 27, curateur d’art contemporain, etc., le revendique comme mode de vie. Pour Chantal Rayes, correspondante pour Libération au Brésil depuis 2001, il n’a plus été possible d’être une journaliste en langue française au Liban en pratiquant les méthodes d’enquête et la liberté d’expression expérimentées dans L’Orient-Express 28. Carmen Abou Jaoudé raconte ne pas avoir retrouvé l’exigence de qualité qui caractérisait L’Orient-Express jusqu’au poste qu’elle occupe aujourd’hui 29, celui de coordinatrice des activités du centre SKeyes, lancé par la Fondation Samir Kassir et piloté par Élias Khoury, et dont la mission est de défendre la liberté de la presse et de la culture dans le monde arabe 30.

  • 31 Al Akhbar, dont la ligne éditoriale est principalement axée sur le refus de l’hégémonie américaine (...)
  • 32  « Le retour des héros », L’Orient-Express 11, octobre 1996.
  • 33 Entretien, Beyrouth, décembre 2008.

14C’est cet alliage de parti pris critique et de subjectivité commun aux deux générations qui caractérise selon nous l’esprit de L’Orient-Express. Cette valeur accordée au fait de raconter des histoires, des histoires du monde, passées au prisme de regards individuels, et la conscience partagée de s’inscrire soi-même dans l’Histoire, par le vécu de cette aventure éditoriale à laquelle l’intensité affective, l’élitisme et la marginalité donnaient des allures d’épopée. Si L’Orient-Express témoignait d’une culture historique et politique dont ses collaborateurs partageaient les grandes lignes – la défense de la démocratie et le rejet des régimes dictatoriaux, une conception laïque de la vie publique et l’attachement aux droits de l’individu, la dénonciation de la corruption érigée en mode de gouvernement, L’Orient-Express ayant été l’organe de presse des années 1990 à avoir critiqué le plus directement le gouvernement Hariri, l’attachement à la Nahda comme temps d’une renaissance arabe en prise dialectique avec la modernité occidentale –, c’est plus assurément une communauté de style qu’a formé L’Orient-Express, style étant entendu non comme donné d’emblée mais comme le résultat d’un travail d’autostylisation, de ressaisissement de son individualité. De Paul Achcar, un temps correspondant pour Al Akhbar 31, et qui écrit dans l’introduction du dossier de L’Orient-Express consacré à Nasser et Che Guevara 32 « que si par hasard devait naître un vrai héros de chair et de sang, on n’en parlerait pas sur CNN. Ni dans L’Orient-Express ? », à Farès Sassine, qui rappelle que les jeunes de L’Orient-Express le disaient « converti au libanisme » 33, et qui recommande la lecture de Figures de proue, ouvrage de René Grousset faisant la part belle aux génies individuels dans les variations du cours de l’Histoire, il apparaît un goût commun pour la construction de soi, l’élaboration d’un mythe autobiographique.

L’Orient-Express, un journal de gauche ?

  • 34 Organisation d’action communiste au Liban. Pour la genèse et les options politiques de l’organisati (...)
  • 35 Parti communiste libanais.
  • 36 Entretien, Paris, mars 2009.

15Quel est cet héritage politique des années d’avant-guerre que L’Orient-Express entendait présenter à ses lecteurs comme source d’inspiration et de réflexion pour l’élaboration d’une expression contestataire nouvelle ? Plusieurs rédacteurs occasionnels du magazine ont été des militants plus ou moins ponctuels de l’OACL 34, rivale du PCL 35 et articulant ensemble deux principales orientations, la contestation du système politique libanais selon des idéaux socialistes et le renouveau du mouvement de libération nationale arabe, incarné par la Résistance palestinienne, présente sur le territoire libanais. A la fin des années 1990, certains de ces anciens militants qui ont collaboré à L’Orient-Express se démarquent avec plus ou moins de force de leur passé gauchiste. Pour Melhem Chaoul, l’intitulé choisi pour l’un des chapitres du mémoire, « du marxisme à l’hédonisme », s’il peut éventuellement s’appliquer à Samir Kassir, ne peut s’appliquer à L’Orient-Express. Lui-même rappelle sa trajectoire individuelle et son départ de l’OACL dès 1977. Départ qu’il explique, en plus des raisons liées au conflit libanais, par sa rencontre avec Raymond Aron à l’EHESS et sa rupture avec le marxisme. Alors que Samir Kassir avait selon lui gardé une vision profondément marxiste des possibilités d’évolution d’une société, conditionnant le changement social au changement du système de production, inquiet de laisser les mains libres à une bourgeoisie capitaliste et financière, c’est précisément la touche « sociétale », notamment impulsée par les plus jeunes, qui a fait la spécificité et la force d’innovation de L’Orient-Express : une vision selon laquelle les constructions culturelles et les productions imaginaires des individus ont un rôle tout aussi déterminant dans le changement d’une société que celui de l’économie. Pour Joseph Bahout, c’est aussi cette identité « post-moderne » 36 qui caractérise le mieux L’Orient-Express, par la disparité de son corpus culturel qui emprunte à toutes les époques, zones géographiques, ou « niveaux » de culture, « élevés » ou « populaires », et par cette posture façonnée d’ironie, de matérialisme aléatoire, d’esthétisme, qui n’épargnait pas moins les nostalgiques du gauchisme ou les lyriques du nationalisme arabe que les tenants du confessionnalisme.

  • 37 « La détresse des choses ingouvernées », L’Orient-Express 13, décembre 1996.
  • 38 Favier Agnès 2004, p. 575.
  • 39 Paul Achcar, Joseph Bahout, Ziad Majed, Nawaf Salam. Certains ont également été conseillers politiq (...)

16Sur le stricte plan des propositions politiques, L’Orient-Express défendait un réformisme de l’intérieur, refusant de prendre prétexte de la tutelle syrienne pour reporter la réforme du système libanais vers une déconfessionnalisation et apportant son soutien à une opposition « légaliste » pour l’avènement d’un Etat de droit – « La loi, la loi. Comme qui dirait de l’air, de l’air » 37. Le magazine dénonçait par ailleurs le lourd coût social du libéralisme économique prôné par Rafic Hariri. Au cours des années 1990, nombre d’initiatives civiles et politiques ont vu le jour, portées par les espoirs de refondation du pays qui accompagnaient la sortie de guerre. L’Orient-Express a été l’une des tribunes, parmi les plus contestataires et les plus enthousiastes, de ces initiatives lancées par ce qu’Agnès Favier appelle « le parti intellectuel » 38. Certaines ont été conçues comme les premiers jalons vers la mise en place d’une structure de parti transcommunautaire, telle la « Charte de la Réforme et du choix démocratique » éditée en 1996. D’autres étaient des structures associatives, instruments de pression sur les pouvoirs publics, telle L’Association libanaise pour la démocratie des élections (LADE) créée en 1996 et le Rassemblement pour les élections municipales (REM), mobilisé depuis le vote de report des élections par le Parlement en avril 1997 jusqu’à l’issue des élections municipales à l’été 1998. Ces trois initiatives, ou d’autres apparentées, comptaient parmi leurs signataires ou membres actifs certains des rédacteurs réguliers ou ponctuels de L’Orient-Express 39. La nomination à la présidence de la République en novembre 1998 du Général Emile Lahoud, dont les discours reprenaient les critiques des intellectuels à l’égard du projet politique de Rafic Hariri, a en réalité initié une période de durcissement sécuritaire. Mais face à l’alternative Lahoud-Hariri, les différentes initiatives réformistes se sont divisées et beaucoup de leurs instigateurs ont été progressivement gagnés par l’impuissance. La suspension de L’Orient-Express en février 1998 correspond à la fin de cette phase de l’après-guerre au cours de laquelle ex-militants d’avant-guerre, intellectuels, syndicats ou étudiants, ont tenté de se réapproprier le jeu politique.

  • 40 La plupart des figures politiques soutenues par L’Orient-Express entre 1995 et 1998 occupent depuis (...)
  • 41 Il faut signaler le cas de Ziad Majed, co-fondateur et militant du parti de la Gauche Démocratique, (...)
  • 42 Sur le caractère commode mais masquant de cette étiquette, voir Favier Agnès 2004, p. 593-596.
  • 43 Le Babylone a été l’un des premiers restaurants du quartier Monot, dont la popularité de la fin des (...)
  • 44 http://mazenkerblog.blogspot.com/2008_06_01_archive.html.

17Dans le contexte de bouleversement géopolitique régional du début des années 2000, pour une grande part déterminé par le projet néo-conservateur américain pour le Moyen-Orient depuis l’élection de Georges W. Bush en janvier 2001, articulant guerre contre le terrorisme et « exportation » de la démocratie, le Liban s’est une nouvelle fois trouvé dans la position d’État-tampon. En septembre 2004, le vote de la résolution 1559 par le Conseil de sécurité de l’ONU tend à internationaliser les positions et discours des acteurs de la vie politique libanaise. L’assassinat de Rafic Hariri le 14 février 2005 a achevé de les diviser en un camp dit « pro-syrien », présenté comme le garant de l’agenda nationaliste arabe, et un autre dit « pro-occidental ». Au sein de cette configuration, les positions diamétralement opposées qu’occupent des hommes politiques soutenus une décennie plus tôt par L’Orient-Express illustrent la recomposition des alliances selon une logique bipolaire qui ne laisse plus la place à une troisième voie réformiste 40. Quant aux membres de la rédaction de L’Orient-Express, leurs affinités ou antipathies vis-à-vis des camps en place sont sensiblement différentes, même si la plupart expriment une forme de pudeur à ne pas se joindre, même par le verbe, aux manoeuvres tactiques et mystifications idéologiques des leaders de chacune des factions 41. La plupart de ces « démocrates » 42 divergent quant à l’analyse et aux éventuelles stratégies d’action et se trouvent pris dans un canevas d’aspirations que la dichotomie et la recommunautarisation des coalitions en présence rendent irréconciliables. L’Orient-Express appartient définitivement aux années 1990 pour laquelle beaucoup des anciens rédacteurs éprouvent de la nostalgie en se rappelant « l’âge d’or du Babylone » 43. Reste l’ironie des planches de Mazen Kerbaj qui publie et dans L’Orient-Littéraire et dans Al Akhbar, et dont certains dessins postés sur son blog caricaturent le Samir Kassir « martyr de la Révolution du Cèdre » 44.

18Sandra Iché (20 avril 2009)

Notes

1 Aux côtés notamment de celui de Gebrane Tuéni, assassiné le 12 décembre 2005, fils de Ghassan Tuéni, directeur-propriétaire du journal An-Nahar, élu député à Beyrouth,et de celui de Pierre Gemayel, assassiné le 21 novembre 2006, fils de l’ex-président de la République Amine Gemayel.

2 Composé principalement du Courant du futur mené par Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, du Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt, des Forces Libanaises de Samir Geagea, du Renouveau démocratique de Nassib Lahoud, de la Gauche démocratique, scission du PCL. Le Courant Patriotique Libre du Général Aoun, d’abord partie prenante de la manifestation du 14 mars, s’est séparé du mouvement après les élections législatives de 2005.

3 Votée par le parlement libanais le 3 septembre 2004.

4 Sur la polarisation régionale et l’intervention de la communauté internationale dans la gestion de la vie politique libanaise, voir Favier Agnès, « La spirale de la crise dans le Liban libéré », Perspectives Maghreb/Moyen-Orient, IFRI, 30/06/2006, http://www.ifri.org/files/Moyen_Orient/perps3.pdf, p. 17-27.

5 Voir l’éditorial paru dans le journal An-Nahar du 1er avril 2005.

6 Sur les interprétations divergentes des manifestations de l’année 2005, voir Favier Agnès, 30/06/2006, p. 3.

7 La décision prise par le comité de suivi du 14 mars de ne pas « prendre Baabda » et de s’opposer à la destitution du Président de la République par la rue, le maintien de la loi électorale de 2000 et les alliances « contre-nature » favorisant la reconduction des principaux leaders communautaires durant les élections de 2005, l’absence d’un projet politique visant à une réforme en profondeur des bases confessionnelles du régime, obèrent, notamment chez les jeunes et les intellectuels qui ont constitué la base « populaire » du mouvement, l’espoir d’un renouveau du système politique et des pratiques de gouvernement.

8 « Histoire et enjeux d’un magazine francophone dans le Liban d’après-guerre : L’Orient-Express (novembre 1995 – février 1998) », Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Pascal Ory.

9 Selon Agnès Favier, « les voix les plus contestataires [à l’égard de la classe politique libanaise de l’époque] trouvent un exutoire dans le supplément culturel hebdomadaire (Mulhaq al Nahar), dirigé depuis 1992 par E. Khoury, et dans le magazine mensuel francophone L’Orient-Express dirigé de fin 1995 jusqu’à sa disparition début 1998 par S. Kassir », dans Logiques de l’engagement et modes de contestation au Liban. Genèse et éclatement d’une génération de militants intellectuels (1958-1975), thèse en Science politique sous la direction d’Yves Schemeil, Université Paul Cézanne – Aix Marseille III, décembre 2004, p. 575.

10 Pour Élias Khoury, L’Orient-Express était en ce sens davantage une publication « en français » qu’une publication « francophone ». Selon lui, la politique culturelle française axée sur la promotion de la francophonie maintient des rapports de type coloniaux, privant ceux qui écrivent en français d’être simplement des écrivains ou des intellectuels auxquels on n’accolerait pas systématiquement le qualificatif de « francophones ». Il remarque : « dit-on de Samuel Beckett qu’il est un “ écrivain francophone ” ? ». Entretien, Beyrouth, janvier 2009.

11 Antoine Choueiri.

12 Sous la houlette de Gebrane Tuéni.

13 Farès Sassine, Jabbour Douaihy. Charif Majdalani.

14 Respectivement Alexandre Medawar, Mazen Kerbaj et Anthony Karam.

15 « Transcultures : Magasin littéraire », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

16 Entretiens avec Farouk Mardam-Bey, Paris, octobre 2008, et Melhem Chaoul, Beyrouth, janvier 2009.

17 « Quand la politique faisait rêver », L’Orient-Express 1, novembre 1995, et « Etudiants, et maintenant que faire ? », L’Orient-Express 27, février 1998.

18 Samir Kassir esr né en 1960.

19 Entretien, Beyrouth, décembre 2008.

20 Entretien, Beyrouth, janvier 2009.

21 Entretien, Beyrouth, janvier 2009.

22 Selon Houda Kassatly, L’Orient-Express, en créditant toujours les photos, aurait contribué à la prise en compte des droits des photographes.

23 À l’exception d’Omar Boustany, proche du Courant Patriotique Libre du Général Aoun avant 1990.

24 Voir Favier Agnès 2004, p. 540.

25 Omar Boustany et Anthony Karam sont rentrés à Beyrouth pour écrire dans L’Orient-Express.

26 Al Yawm al Sabi’ (« Le septième jour »), revue militante panarabe, proche de l’OLP, a été lancée à Paris par le journaliste palestinien Bilal el Hassan. Joseph Samaha en a été le rédacteur en chef de 1984 jusqu’à sa disparition en 1990. L’Autre journal, mensuel fondé par Michel Butel, est paru de 1984 à 1992.

27 L’association Hayya Bina, co-fondée avec l’éditeur et écrivain Lokman Slim, milite pour une sécularisation de la vie politique libanaise.

28 Entretien, São Paulo, octobre 2008.

29 Entretien, Beyrouth, janvier 2009.

30 http://www.skeyesmedia.org.

31 Al Akhbar, dont la ligne éditoriale est principalement axée sur le refus de l’hégémonie américaine au Moyen-Orient, a été fondé en août 2006, pendant la guerre entre Israël et le Hezbollah, par Joseph Samaha, venu du Safir.

32  « Le retour des héros », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

33 Entretien, Beyrouth, décembre 2008.

34 Organisation d’action communiste au Liban. Pour la genèse et les options politiques de l’organisation, voir Kassir Samir, 1994 : La guerre du Liban. De la dissension nationale au conflit régional (1975-1982), Beyrouth/Paris, CERMOC/Karthala. Pour des points de vue d’anciens militants, voir Favier Agnès 2004, p. 311.

35 Parti communiste libanais.

36 Entretien, Paris, mars 2009.

37 « La détresse des choses ingouvernées », L’Orient-Express 13, décembre 1996.

38 Favier Agnès 2004, p. 575.

39 Paul Achcar, Joseph Bahout, Ziad Majed, Nawaf Salam. Certains ont également été conseillers politiques du député Nassib Lahoud. Pour une étude de ces différentes initiatives militantes élaborées pendant la décennie 1990, voir Favier Agnès 2004, p. 587-593.

40 La plupart des figures politiques soutenues par L’Orient-Express entre 1995 et 1998 occupent depuis 2005 des positions souvent antagonistes sur l’échiquier politique. Samir Frangieh et Boutros Harb sont députés de l’alliance du 14 mars. Le Mouvement du peuple de Najah Wakim fait partie de l’opposition dite du 8 mars. Nassib Lahoud est député du Metn pour l’alliance du 14 mars.

41 Il faut signaler le cas de Ziad Majed, co-fondateur et militant du parti de la Gauche Démocratique, et qui expose son soutien décomplexé à l’alliance du 14 mars, selon lui garante de la stabilité du pays et de l’Etat, tout en critiquant avec force le confessionnalisme, les positions de certains de ses alliés durant la guerre de 2006, la politique économique. Entretien, Paris, novembre 2008.

42 Sur le caractère commode mais masquant de cette étiquette, voir Favier Agnès 2004, p. 593-596.

43 Le Babylone a été l’un des premiers restaurants du quartier Monot, dont la popularité de la fin des années 1990 a ensuite été détrônée par le succès du quartier de Gemmayzé. Le Babylone, situé rue Abd el Wahab el Inglizi, était le quartier général de certains rédacteurs de L’Orient-Express. Il a fermé à la fin de 2002.

44 http://mazenkerblog.blogspot.com/2008_06_01_archive.html.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540