Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale

 | 
Claude Cahen

Nomades et sédentaires dans le monde musulman du milieu du Moyen Âge*

Texte intégral

  • * Publié dans Richards, Islamic Civilisation, 950-1150, Oxford, 1973, 93-102.
  • 1 Il me paraît superflu de donner une bibliographie du sujet, qu’on trouvera par exemple dans l’arti (...)
  • 2 Une relative exception dans le récent D. et J. Sourdel, La civilisation de l’Islam classique (1968 (...)
  • 3 Je ne méconnais naturellement pas la littérature consacrée par divers auteurs arabes pendant tout (...)
  • 4 A l’époque contemporaine l’ouvrage initiateur est celui de Georges Marçais, Les Arabes en Berbérie (...)
  • 5 Voir ce que j’en ai dit dans JESHO, vol. XI (1968), pp. 130 sq.
  • 6 Xavier De Planhol, Les fondements géographiques de l’histoire de l’Islam (1968).

1Chacun sait que les parties du monde sur lesquelles se sont étendues les conquêtes musulmanes offrent entre autres caractères communs celui de comporter une symbiose entre nomades et sédentaires. Il n’en est que plus étrange de constater combien dans l’ensemble, alors que l’étude de cette symbiose a été faite pour les temps préislamiques et pour les temps contemporains, elle l’a peu été pour le Moyen Âge1. Hypnotisés par les aspects urbains et marchands du monde islamique, les historiens n’ont que distraitement regardé les gens du plat pays, qu’ils fussent paysans ou pasteurs2. Certes ils avaient à cela l’excuse que les écrivains musulmans classiques eux-mêmes, en tant que citadins, avaient eu auparavant la même distraction, ou du moins n’avaient vu dans les paysans que des payeurs de redevances, dans les nomades que des fournisseurs de thèmes poétiques sclérosés3. Il n’en reste pas moins vrai que, si l’on essaie de comprendre en historien dans leur ensemble l’organisation et l’évolution de la société islamique classique, on ne peut éluder le problème des relations entre nomades et sédentaires. Les historiens de l’Afrique du Nord l’ont rencontré dans le cas spécial des Hilāliens, parce qu’il y avait eu là Ibn Khaldūn pour leur montrer la voie4. Mais le traitement de cette aventure a souffert d’avoir été mené comme d’un phénomène isolé et exceptionnel5. Un géographe, Xavier de Planhol, a récemment posé le problème du nomadisme dans le monde musulman de façon générale, mais avec une optique qui paraît ne pouvoir que très partiellement satisfaire l’historien6. Il ne sera peut-être donc pas inutile de proposer ici à mon tour quelques idées.

  • 7 Encore faut-il ajouter qu’il y avait aussi en Arabie des paysans d’oasis.

2Je suis obligé de commencer par des considérations préliminaires qui me font remonter assez haut dans le temps. Il importe en effet de bien préciser ce qu’avait signifié de notre point de vue présent la conquête arabo-musulmane du viie siècle. C’est presque un leitmotiv — et chez de Planhol comme chez ses devanciers — que cette conquête a comme automatiquement comporté une expansion du nomadisme, d’une part parce que l’Islam, né en Arabie, pays typique de nomades, a effectué ses conquêtes grâce à eux, et d’autre part, plus intérieurement, parce que, né dans leur milieu, il charriait avec lui des attitudes de nomades. Mais il est bien établi tout de même que l’Islam est né à La Mecque, centre urbain religieux et marchand, et s’est organisé à Médine, grosse oasis urbaine semi-agricole. Certes il a rapidement gagné les Bédouins, et il serait absurde de prétendre qu’il ne leur doit rien, mais jamais ils n’ont été les meneurs de jeu, et même les conquêtes n’ont jamais été réalisées par eux comme tels7. Bien entendu les tribus ont fourni les plus gros contingents de la guerre, mais comme individus qui les quittaient, jamais comme groupes continuant à en mener la vie, et l’occupation des territoires a été faite d’abord par des garnisons sédentaires et urbanisées, non par des éléments tribaux nomades. Je n’entends naturellement pas dire que des migrations de tels éléments n’aient pu se produire, mais il faut souligner fortement les points suivants :

  1. Quel qu’ait été leur rôle dans la période omayyade, ces éléments ne constituent pas l’armature politico-militaire du régime.
  2. L’expansion nomade arabe avait commencé bien avant l’Islam, qui n’en est tout au plus qu’un des derniers actes ; elle avait été particulièrement forte, tout autour du « Croissant Fertile », au ve et au vie siècle ; il n’y a donc en tout cas avec l’Islam aucune innovation8.
  3. Le nomadisme n’est ni uniforme ni nécessairement opposé à la vie agricole. Grands nomades chameliers et transhumants moutonniers de plaine ou de montagne sont deux genres bien différents, et bien différents aussi sont en général les nomades arabes, intégrés à un ensemble social comportant aussi des oasis agricoles et des villes marchandes, et les nomades d’Asie Centrale à hivers froids, pratiquement étrangers dans leurs zones formatrices, à toute agriculture comme à toute vie urbaine. Cette dernière opposition fait l’objet, dans le livre de de Planhol, si contestable souvent par ailleurs, de quelques-unes de ses meilleures pages qui, me semble-t-il, doivent être définitivement présentes à la mémoire des historiens9. En ce qui concerne les nomades arabes, ils s’insinuent seulement, eux, dans des espaces impropres à l’agriculture, sans aspirer normalement à rien lui retirer de ses terroirs propres. Au contraire, dans la mesure où le nomadisme peut apporter à l’agriculture une clientèle nouvelle et des produits d’échange (y compris le fumier), il peut, cela faisant, lui fournir aide et encouragement. Au minimum il signifie une mise en valeur originale d’espaces qui seraient restés, qui étaient longtemps restés dans l’Antiquité, inutilisés, donc une contribution positive à l’économie du pays. A cet égard, le Moyen Âge est en progrès sur les siècles qui l’avaient précédé. Naturellement il peut arriver que dans des moments difficiles les frontières entre terroirs ne soient pas aussi parfaitement respectées que dans le schéma qu’on vient de donner ; on ne peut laisser mourir des bêtes10. Mais cela est très exceptionnel à grande échelle et, au contraire, si l’on étudie les conditions de la conquête arabe, et en particulier le texte des Traités de capitulation qui, authentiques ou non, traduisent en tout cas la pratique administrative omayyade, ce qui ressort de cet examen est le soin rigoureux apporté par celle-ci à empêcher la dépossession des agriculteurs indigènes et à assurer la délimitation des terroirs11.
  • 12 Littérature dans B. Spuler, Iran in frūhislamischer Zeit, pp. 247 sq.
  • 13 Voir surtout l’article synthétique de Minorsky dans EI, 1re éd.

3Tout cela dit, qu’y a-t-il eu effectivement comme migration de nomades à la suite de la conquête militaire arabe ? Il est difficile, en l’état de sources indifférentes à ce genre de notations, de donner à cette question une réponse bien assurée. Tout de même, quelques gros faits : aucun nomade arabe n’a mis les pieds au Maghreb avant le xie siècle, aucun n’en mettra jamais en Espagne même musulmane. Il y a des nomades sur les franges méridionales du Maghreb, mais ce sont des Berbères, transhumants moutonniers ou chameliers sahariens, les uns comme les autres bien antérieurs à l’Islam et assez peu affectés par lui. En Iran et en Transoxiane, il a pénétré des nomades arabes, mais essentiellement dans les territoires centraux presque désertiques jusque-là à peu près vides, et au total, semble-t-il, en nombre relativement restreint12. En Iran propre il n’y a guère de nomades qu’au sens restreint des transhumants kurdes13. Quant au grand nomadisme de l’Asie Centrale, il n’a encore que très localement débordé sur les franges iranisées de son domaine, et bien entendu il ne comporte ni Arabes ni pour le moment de musulmans.

  • 14 A en juger par tous les conflits qui s’y produisent.
  • 15 Un exemple entre bien d’autres : les Azd refoulant en Djazīra les Taghlib.
  • 16 Si bien que les auteurs en parlent beaucoup moins.

4Au total la question n’a pour le moment réellement de sens que dans le monde proprement sémitique, Arabie et Croissant Fertile, en y ajoutant un peu l’Égypte. Disons d’abord que l’Arabie des premières générations musulmanes ne donne pas, autant qu’on peut oser dire quelque chose, l’impression d’être beaucoup plus vide qu’elle n’avait été auparavant14 ; mais, la natalité aidant, cela n’exclut pas la possibilité de migrations, et tout cela est bien vague. Il est évident que des tribus jouent un rôle notable, en haute Mésopotamie surtout, à divers moments de l’histoire omayyade, mais il faut tenir compte du fait que leurs liens avec la dynastie et la signification politique accrue des enjeux de leurs luttes font signaler ces luttes alors qu’on n’y prêtait pas attention antérieurement dans ces régions — je ne parle pas des traditions antéislamiques sur les Ayyām al-’Arab ; il ne résulte donc pas automatiquement de ces mentions plus fréquentes la conclusion d’une augmentation proportionnellement aussi importante de leur nombre. Il ne faut tout de même pas cultiver le paradoxe, et l’on admettra une certaine augmentation : d’une part il était utile à la dynastie régnante d’avoir auprès d’elle un réservoir supplémentaire d’hommes et de bêtes, d’autre part la disparition de toute frontière entre l’Arabie et les provinces jadis byzantines ou sassanides rendait plus difficile le contrôle des migrations massives ou surtout des déplacements invisibles. Nous savons au reste, mais cela ne s’est pas fait en un jour, qu’il y a eu de tels déplacements en chaîne, je veux dire le déplacement des uns forçant les autres, dont on occupe ou dispute les terrains de parcours, à chercher herbe et fortune ailleurs15. Dans ces cas-là, la densité du nomadisme dans une région donnée peut n’avoir pas augmenté, la tribu seulement avoir changé ; mais de proche en proche, des zones plus périphériques ont été certainement touchées, et en cela surtout doit avoir consisté le progrès ; par contre les luttes intertribales, les révoltes et leur écrasement, comme à la bataille fameuse de Mardj Rāhit, ont décimé, on le sait aussi, certaines tribus. Enfin il arrive à des nomades — surtout moutonniers — de se sédentariser. Le bilan est, répétons-le, impossible à préciser. De toute façon une bataille comme Mardj Rāhit marque la limite, même en temps de crise, de la capacité politique de groupes tribaux comme tels. Le khāridjisme aussi a fait des adeptes en milieu bédouin, non seulement parce que certains de ses caractères faisaient appel à son indiscipline congénitale, mais aussi parce que les Khāridjites urbains, pour éviter d’avoir à obéir aux impies, effectuaient, en se rendant au milieu d’eux, une sorte de petite hidjra, hégire, à l’image de celle du Prophète ; mais, s’ils ont suscité des troubles répétés dans d’assez larges régions de haute Mésopotamie, d’Arabie et d’Iran central, ils n’ont en définitive réussi en Orient à fonder aucun État stable ; le khāridjisme berbère du Maghreb est une tout autre chose, qui n’a d’ailleurs pas de caractère spécifiquement nomade. Et en Orient, lorsque arrive le régime ‘abbāside, qui réduit le rôle propre des Arabes et des tribus, toutes ces affaires d’hier deviennent misérables et sans conséquences16. Quoi qu’il en soit, ni à l’époque omayyade ni au premier siècle ‘abbāside il n’y a aucune raison de croire à une détérioration de l’agriculture. Jamais l’attention des milieux dirigeants n’a été plus portée vers l’exploitation méthodique de toutes terres, vers la fameuse « vivification des terres mortes ». Et jamais des villes de l’importance de Damas et de Bagdad n’auraient pu vivre sur un arrière-pays appauvri.

  • 17 Voir EI, sub verbis,
  • 18 Marwanides, Rawwadites, Shaddadides, Annazides, etc.
  • 19 Qalqashandī a consacré aux Bédouins jusqu’à son temps en Égypte une monographie, sur laquelle GAL (...)
  • 20 Sur les faits, H. R. Idris, Les Zirides, pp. 205 sq.

5Si cependant maintenant nous sautons quelques générations, que trouvons-nous ? La haute Mésopotamie et la haute Syrie sont au xe siècle aux mains d’une dynastie issue des semi-nomades taghlibides, avant qu’ils y soient au xie remplacés en Djazīra par les ‘Uqaylides, en haute Syrie par les Kilābites, les uns comme les autres parfaits Bédouins. Les jouxtant au sud,les Asadites et Khafādjites au bord de l’Iraq, les Ṭayy et les Kalb en Syrie centrale et méridionale forment, malgré le voisinage des métropoles des États ‘abbāside-būyide d’une part, fāṭimide d’autre part, des puissances dont ces États ne parviennent pas à se débarrasser17. Au nord-est, des Kurdes ont parallèlement constitué, du Diyār Bakr à la Caspienne et au Caucase, une série d’autres principautés reposant sur leurs pasteurs moutonniers montagnards18. En Égypte il y a aussi des Bédouins, à peu près contenus, mais dont tout de même on est content de se débarrasser lorsque l’on en trouve l’occasion19. Et c’est précisément certains d’entre eux que l’on va expédier au Maghreb, où ils sont les premiers du genre, et jouent le rôle que l’on sait20. Ce qui n’empêchera pas au xiie siècle les Arabes d’Égypte de plus d’une fois faire ou défaire un vizir. Quelles que soient les nuances qui séparent des divers États ou groupes sociaux, la convergence générale de cette liste est trop nette pour que l’on ait le droit de considérer comme un cas isolé et fortuit l’histoire d’aucun d’entre eux, et pas plus des Hilāliens que des autres, comme l’ont fait les historiens enfermés dans leur Maghreb. Là est bien la vraie question, et non une espèce de vocation générale et a priori nomade de l’Islam. Pourquoi, à un moment donné, y a-t-il résurgence et développement politique du nomadisme ?

  • 21 Particulièrement net pour l’histoire des Ḥamdānides.
  • 22 Voir surtout à ce sujet M. Canard, Dhu’l-Himma, in EI2, Heller, Antar, ibid. et pour le pseudo-Wāq (...)
  • 23 Telle est à peu près la signification de la querelle qui a opposé récemment J. Poncet et H. R. Idr (...)

6Le développement politique n’implique pas nécessairement une croissance du nomadisme comme tel. Les mêmes nomades, refoulés dans une infériorité obscure pendant quelques générations, en ressortent en profitant de circonstances favorables, sans qu’on soit nécessairement amené à en conclure qu’ils ont subi une vraie croissance interne. L’émancipation de certains groupes tribaux n’est qu’une des formes du morcellement de l’Empire ‘abbāside, et de la place plus ou moins grande que se trouvent alors y prendre ou y reprendre les éléments indigènes militairement utilisables, substitués à l’uniforme armée professionnelle ‘abbāside21. Cette promotion s’accompagne d’une prise de conscience accrue des traditions proprement « arabes », telle qu’on la constate aussi bien dans le cercle littéraire cultivé de Sayf al-Dawla que dans les romans épiques populaires qui se développent alors, chantant les premières conquêtes arabes (avec le pseudo-Wāqidī) ou les exploits, de Sayyid Baṭṭāl, de ‘Umar al-Nu’mān, de ‘Antar, etc., et des tribus alors dominantes, dans la guerre sainte contre les Rūm, ou autrement22. Tout cela est extrêmement significatif, mais n’implique pas forcément de bédouinisation anti-agricole du genre de ce qui est depuis Ibn Khaldūn porté au débit des Hilāliens. Ceux-ci, aucun doute qu’ils soient associés au déclin agricole de l’Ifrīqiya, pour ne pas parler de son moins durable morcellement politique ; ce déclin, en lui-même, n’est pas discutable. Mais nous ne pouvons éluder la question de savoir si nous pouvons constater, partout où s’est produit le développement susdit du rôle des Bédouins, des effets similaires au déclin maghrébin. Et si nous ne le pouvons pas, ou pas au même point, comment expliquer la différence ou le contraste ? Quand nous observons des faits convergents, devons-nous dire que la bédouinisation est cause du déclin agricole, ou celui-ci cause de la bédouinisation, ou que d’autres facteurs ont contribué à l’apparition de l’un comme de l’autre23 ? Il est bien évident que la réponse à ces questions exige une étude comparative soigneusement chronologique, et non seulement des considérations générales à propos d’une évolution vaguement étalée sur des siècles.

7Dans la mesure où s’est produit un élargissement de la bédouinisation en Orient, on peut par le raisonnement, sinon par une documentation explicite, en suggérer les causes suivantes.

8En Syrie et en Égypte, la chute des Omayyades et le déplacement du centre de l’Empire vers l’Iraq a d’une part probablement relâché l’attention des couches dirigeantes à l’exploitation des domaines agricoles fragiles, et certaines tribus ont été installées exprès ou tolérées comme contrepoids prêt aux indisciplines de la population indigène ; l’inverse est aussi vrai puisque, comme il est bien connu, les éléments arabes d’Égypte sont exclus de l’armée au temps du Calife al-Mu’taṣim : mais cette mesure, en supprimant la solde, peut avoir contribué à un repli sur la vie pastorale d’éléments semi-urbanisés.

  • 24 R. McAdams, Land beyond Baghdād, ch. 8.
  • 25 Voir EI, 2e éd., art. Baṭīḥa.
  • 26 Par le développement de domaines de type nouveau ; on entend parfois parler de révoltes contre les (...)
  • 27 Il faut se garder de généraliser à tous les pays musulmans, il reste exceptionnel.

9En Iraq le développement agricole dans les deux premiers siècles de l’Hégire n’est en gros pas contestable24. Il peut cependant y avoir eu des difficultés, comme dans la Baṭīḥa, dont la conversion en marécages, largement entamée avant les Arabes, a été combattue par eux, sans pouvoir être définitivement endiguée ; ils y ont établi des pasteurs zuṭṭ (tsiganes) et quelques Arabes semi-nomades ; à partir du quatrième siècle, la défaite est consommée, et la Baṭīḥa est devenue un repaire de hors-la-loi vivant de pêche et de rapine sous des chefs pratiquement autonomes25. Dans le reste de l’Iraq, le développement lui-même peut avoir pesé lourd sur la paysannerie26, et, au moins régionalement, a provoqué le recrutement d’une main-d’œuvre servile noire, là acquérable par mer à relativement bon compte. Le but des grands propriétaires était le développement des cultures commercialisables, qui exigeaient de grands travaux et peut-être en certains cas réduisait la part des cultures alimentaires paysannes. Quoi qu’il en soit un certain mécontentement rural est difficilement niable, et en tout cas dans le bas Iraq on aboutit à la terrible révolte des Zendjs27. Ceux-ci furent écrasés, mais il est douteux que les grands latifundia sur lesquels ils avaient été employés aient été pleinement reconstitués. La propagande qarmate, qui commence sur ces entrefaites, paraît bien avoir trouvé ses adeptes surtout sur les franges du Croissant Fertile, à la fois dans des couches rurales et des éléments semi-nomades : il va de soi que les hétérodoxes traqués dans les villes se réfugient volontiers chez ceux-ci, et que ceux-ci, toujours en délicatesse avec le pouvoir, les accueillent volontiers, compte tenu des oppositions tribales auxquelles peuvent répondre des oppositions de sectes. Les désordres politico-confessionnels auxquels le qarmatisme donne lieu ont de toute façon des chances d’avoir nui aux zones agricoles ouvertes. Des conditions analogues ont prévalu en Syrie à l’époque fāṭimide. En Égypte c’est dans les périodes de carence du pouvoir, dans le siècle précédant les Ṭūlūnides, puis dans le hiatus entre ces derniers et les Ikhshidides, qu’il y a des éléments comparables ; mais la vallée du Nil ne fournit pas aux nomades les possibilités d’un plat pays analogue au Croissant Fertile, et le contact entre économie pastorale et économie rurale n’a guère dû varier au cours des siècles.

10Il faut aussi se demander — tout cela n’est pour le moment que questions à vide — si dans certains cas, comme il arrivait au même moment dans l’Asie Mineure byzantine ou en Italie méridionale, les grands propriétaires ne trouvaient pas avantage, faute de main-d’œuvre satisfaisante, à remplacer l’économie agricole par une économie d’élevage qui sur les franges du territoire des nomades pouvait en définitive aboutir à l’expansion de ces derniers. En tout cas la mainmise des militaires sur la terre a entraîné au moins dans certains cas des effets nuisibles, que Miskawayh a très bien vus, et, en raison du rôle de la cavalerie, ils peuvent avoir souhaité le développement de certaines pâtures au détriment de certaines cultures. L’essor du commerce et de certaines industries peut avoir masqué certains déclins agricoles, si objets et clients du commerce sont étrangers au pays, comme on le verra sous les Mongols ; un déclin agricole aiderait aussi à comprendre les difficultés financières d’un État qui tirait surtout ses ressources de l’impôt foncier.

  • 28 Certes il y a la natalité : il ne faut pas en avoir une vue romantique, il y a la mortalité.

11Par ailleurs, pour que des nomades aient quitté l’Arabie, il faut qu’ils s’y soient sentis mal à l’aise, ou qu’ils aient trouvé plus attirants d’autres pays28. A cet égard, il est vraisemblable qu’il y a eu en effet des transformations en Arabie même. Dans un contexte international donné, l’Arabie avait pu par ses ports et ses caravanes jouer à la veille de l’Islam un rôle commercial dont la vie même des tribus ressentait favorablement le contrecoup. La constitution de l’Empire musulman lui a enlevé ce rôle, sauf pour le Pèlerinage, ce qui signifie que les tribus restées en Arabie, privées du bénéfice de la protection des caravanes ou de la participation à leurs transports, sont retombées dans l’économie pastorale pure. Il est normal qu’elles aient été attirées vers les zones de contact avec d’autres ressources.

  • 29 Éléments de bibliographie dans ma Pre-Ottoman Turkey (London, 1968), p. 428 ; sur la question spéc (...)
  • 30 État des questions par Bosworth dans The Cambridge History of Iran, vol. V, ch. I.
  • 31 Le grignotement des seigneuries arabes ou kurdes remplit la première moitié de l’histoire syro-més (...)
  • 32 Au xiie siècle il y a au Khuzistān une quasi-seigneurie turcomane aux mains de l’Afshar Shumleh.
  • 33 Claude Cahen, La première pénétration turque, etc., Byzantion, vol. XVIII (1948), p. 19.
  • 34 Supra, p. 425.
  • 35 II y avait là de grands domaines pastoraux, mais exploités plutôt à la manière de la Prairie améri (...)
  • 36 Cahen, op. cit., p. 13.
  • 37 Cahen, op. cit., pp. 41-2.

12En Orient les choses sont compliquées par l’apparition d’un autre nomadisme, celui des Turcs depuis le xie siècle, suivi au xiiie par celui des Mongols entraînant avec eux d’autres Turcs. C’est aux alentours de l’an 1000 de l’ère chrétienne que la frontière politique de l’Islam en Asie Centrale est forcée par des éléments turcs chez lesquels le nomadisme, encore que non uniforme, est en général prédominant29. A vrai dire une partie d’entre eux, appartenant à la branche oghuz, se répandront bientôt vers l’ouest, vers l’Ādharbāydjān et l’Asie Mineure byzantine, dont ils feront une nouvelle province musulmane, cependant que d’autres, passant au nord de la Mer Caspienne, émigreront dans la steppe russe. Une conversion plus ou moins sérieuse à l’Islam accompagne dans la fraction méridionale (l’autre reste païenne) la pénétration dans les pays musulmans traditionnels et au-delà, et elle y a aidé en ce sens qu’il n’y a plus eu à mobiliser contre eux les énergies de la Guerre Sainte, mais on ne voit pas en quoi cet Islam impliquait plus spécialement qu’une autre une immigration de type nomade. Les causes de ces migrations, ici colorées d’Islam et là non, sont à chercher ailleurs. Sur place en Asie Centrale on a abouti à des formations politiques à cheval sur les territoires agricoles et les domaines nomades traditionnels (États Qarakhānides et Qarakhitaī), en attendant que les luttes entre nomades au temps des Qarakhitaī aboutissent à une nouvelle poussée de Turcomans cette fois fatale à l’Iran oriental30, puis d’autres, plus vastes encore, à celle des Mongols non musulmans. Quant à ceux des Turcs nomades qui au xie avaient poussé vers l’ouest, ils vont se trouver de ce fait superposés ou juxtaposés aux nomades indigènes, arabes et kurdes ; d’autre part leur force a permis la constitution de l’Empire saldjūqide, qui cependant s’organise sur des bases où le nomadisme ne joue fondamentalement plus de rôle. Il résulte de tout cela une situation complexe, qui entraîne une évolution partiellement distincte de celle que nous constatons en Occident. Progressivement, à un rythme variable selon les régions, l’influence des Bédouins a été endiguée, quitte à renaître plus tard autrement. Cela certes est le fait de la politique énergique et des moyens matériels et humains dont disposaient les Sultans saldjūqides, mais plus encore et plus durablement des petites luttes inexorablement menées dans des cadres locaux par les seigneurs turcs héritiers de l’Empire saldjūqide. Les tribus arabes ont été tantôt décimées, tantôt refoulées, contenues dans d’étroites limites31 ; localement, en Syrie, la conquête des Croisés a pu contribuer au même résultat. Celle des Ayyūbides a entraîné des effets semblables en Égypte, voire au Yémen. Dans quelques régions — haute Mésopotamie, Khuzistān momentanément — ce refoulement mené par des armées « régulières » s’est accompagné aussi d’une rivalité entre nomades, Bédouins et Turcomans nouveaux venus, pour la disposition des mêmes terres de pâture32, et nous savons par le témoignage formel de contemporains que des craintes de ce genre ont été pour beaucoup dans le comportement anti-saldjūqide des Arabes mésopotamiens au xie siècle33. Néanmoins dans l’ensemble le nomadisme turc est, on l’a dit, par ses origines géographiques de caractère différent du nomadisme bédouin, et les animaux des Turcomans ont autant de peine à s’accoutumer aux conditions climatiques des pays proprement arabes ou sud-iraniens que les animaux des Bédouins en auraient eu à déborder vers le nord de leur aire climatique ancestrale. Le chameau turc, en particulier, est, on le sait, tout autre chose que le chameau arabe34. Il a résulté de ce fait que, là où les Turcs ont pénétré en tant que nomades, il a pu se produire des superpositions de types de nomadisme différents, par exemple en pays kurde, grands nomades se superposant aux transhumants, chameliers aux moutonniers. Il y avait eu d’ailleurs, on l’a dit, des symbioses un peu comparables entre Bédouins arabes antérieurs, et les Turcomans eux-mêmes non plus n’appartiennent pas tous au même type. Mais en règle générale là où les Turcomans comme nomades se sont répandus, c’est dans une zone que le nomadisme arabe n’avait pas touché, c’est-à-dire en Ādharbāydjān et environs, et de là dans l’Asie Mineure qui avait jusque-là fait partie de l’Empire byzantin et va devenir désormais la Turquie (je ne parle pas de l’expansion parallèle, en Russie méridionale, de cousins non islamisés). Il y a donc évidemment progrès d’un certain nomadisme en ce qui concerne la superficie géographique, et c’est un problème parallèle aux précédents de savoir comment se fait cette expansion par rapport aux conditions antérieures de l’Asie Mineure byzantine35, mais l’expansion turque en elle-même n’interfère à cet égard qu’assez peu avec l’évolution des pays proprement arabes. Elle aurait pu négativement le faire cependant dans la mesure où des destructions qu’elle aurait opérées n’aurait plus laissé de possibilité à un redressement agricole, et où le nomadisme arabe par conséquent se serait étendu comme par aspiration mécanique à des zones devenues vides de cultures. Qu’il y ait eu certaines dévastations turcomanes même en pays musulman est bien connu, pour ne pas parler de l’Asie Mineure. Rien ne permet cependant de penser qu’elles aient eu un effet massif et durable, et les Turcomans du premier ban qui avaient envahi le Diyār Bakr ont été massacrés avec une certaine complicité des grands Saldjūqides eux-mêmes36. Le Diyār Bakr postérieur n’est nullement décrit, il s’en faut, comme un pays en ruines ; au contraire, il attire les convoitises37. En gros les envahisseurs turcs du xie siècle, à la différence de leurs successeurs, venaient de régions où ils avaient été habitués à quelque symbiose avec des agriculteurs, et certains de leurs chefs seront loués pour les mesures favorables aux paysans. Je ne pense cependant pas que les dominations turques aient pu rendre à l’agriculture en Iraq les terres qui avaient été perdues avant elles.

  • 38 L’appauvrissement du Maghreb tient pour une part à la mainmise économique italienne.

13C’est une question de savoir dans quelle mesure l’incorporation de toute l’Afrique du Nord dans l’État almohade, puis la longue continuation par les Hafsides d’une unification politique au moins régionale n’ont pas aussi un peu endigué les effets de l’intervention hilālienne. Certes les nouveaux maîtres ne disposaient pas de moyens humains équivalents à ceux des Turcs, malgré leur appel à des éléments berbères nouveaux. Tout de même la reconstitution et le maintien de cette unité signifient quelque chose38.

  • 39 Il serait bon d’introduire ici aussi les considérations suivantes. Les effets destructeurs du noma (...)
  • 40 B. Lewis, The Mongols, the Turks and the Muslim Polity, Transactions of the Royal Historical Socie (...)

14En Orient à mon avis ce seront la conquête mongole puis l’équipée tīmūride qui auront les effets les plus irrémédiables. L’ampleur des destructions, l’installation de types de nomades entièrement étrangers à toute tradition agricole entraînent des conséquences qui ne paraissent pas niables39. Même dans les vieux pays arabes, où les Mongols ne s’installent pas, l’état de guerre entre l’État ilkhānide, puis ses épigones, et celui des Mamlūks entraîne sur les frontières un appel accru de part et d’autre à la vigilance guerrière de Bédouins, tandis que d’autres se répandent dans les territoires désorganisés et vides du bas Iraq. Cependant si on prétend voir en cela un effet de l’Islam, je ne comprends plus. Les Mongols ne deviennent que tardivement musulmans, et de quel Islam ! Et si Tīmūr, qui, lui, est fermement musulman, s’appuie sur certains nomades, tels en Asie Mineure les Āqqoyunlu, ni lui-même ni ses troupes ne sont des nomades. Au surplus, même après ces conquêtes dévastatrices, il y a eu quelques redressements (B. Lewis l’a dit récemment)40, et le déclin total ne date peut-être en certains endroits que des temps modernes, dans un contexte mondial différent, où le nomadisme n’a rien à voir.

  • 41 J.J. Saunders, Le nomade comme bâtisseur d’Empire : conquête arabe et conquête mongole, Diogène, v (...)

15Je n’ai que trop déjà débordé des limites qui m’étaient imparties. Néanmoins encore en conclusion je voudrais simplement soumettre à ceux qu’elle peut intéresser la question suivante : certains nomades ont été des créateurs d’empires41, d’autres des agents de décomposition politique. Est-ce dû au hasard de la qualité de leurs chefs ? Y a-t-il des facteurs plus profonds à cette opposition ? J’espère que moi-même ou d’autres trouverons le temps et les moyens de nous occuper une autre fois des réponses à suggérer.

Notes

1 Il me paraît superflu de donner une bibliographie du sujet, qu’on trouvera par exemple dans l’article Badw de EI et dans le livre de de Planhol cité infra ; voir aussi Jean Sauvaget, Introduction à l’histoire de l’Orient Musulman, 2e éd. refondue par Claude Cahen (1961), et trad. anglaise mise à jour 1965.

2 Une relative exception dans le récent D. et J. Sourdel, La civilisation de l’Islam classique (1968).

3 Je ne méconnais naturellement pas la littérature consacrée par divers auteurs arabes pendant tout le Moyen Âge à l’histoire des tribus arabes, mais comme il s’agit surtout pour eux d’aider d’une part à comprendre la vieille littérature, d’autre part à étayer des prétentions généalogiques, ils consacrent en fait beaucoup plus d’espace aux temps pré- et proto-islamiques qu’aux siècles où ils vivent eux-mêmes.

4 A l’époque contemporaine l’ouvrage initiateur est celui de Georges Marçais, Les Arabes en Berbérie, 1913. Le prestige dont jouit de nos jours Ibn Khaldūn a peut-être parfois distordu un peu l’interprétation de sa pensée, qui tout de même est essentiellement centrée sur l’expérience du pays et du temps où il a vécu.

5 Voir ce que j’en ai dit dans JESHO, vol. XI (1968), pp. 130 sq.

6 Xavier De Planhol, Les fondements géographiques de l’histoire de l’Islam (1968).

7 Encore faut-il ajouter qu’il y avait aussi en Arabie des paysans d’oasis.

8 Voir René Dussaud, La pénétration des Arabes en Syrie avant l’Islam, 1955, et les articles de EI consacrés aux principales tribus.

9 Pp. 30-2, surtout sur la base des travaux de Rakitnikov ; cependant voir infra pp. 435 et 436, n. 2.

10 Voir un exemple médiéval dans Arabica, vol. I (1954), p. 146.

11 Voir spécialement dans Balādhurī les traités avec Raqqa, Ra’s al-’Ayn, Sindjar, Antioche.

12 Littérature dans B. Spuler, Iran in frūhislamischer Zeit, pp. 247 sq.

13 Voir surtout l’article synthétique de Minorsky dans EI, 1re éd.

14 A en juger par tous les conflits qui s’y produisent.

15 Un exemple entre bien d’autres : les Azd refoulant en Djazīra les Taghlib.

16 Si bien que les auteurs en parlent beaucoup moins.

17 Voir EI, sub verbis,

18 Marwanides, Rawwadites, Shaddadides, Annazides, etc.

19 Qalqashandī a consacré aux Bédouins jusqu’à son temps en Égypte une monographie, sur laquelle GAL II, 134.

20 Sur les faits, H. R. Idris, Les Zirides, pp. 205 sq.

21 Particulièrement net pour l’histoire des Ḥamdānides.

22 Voir surtout à ce sujet M. Canard, Dhu’l-Himma, in EI2, Heller, Antar, ibid. et pour le pseudo-Wāqidī, Haneberg, Pseudo-Wāqidī’s Geschichte (1860).

23 Telle est à peu près la signification de la querelle qui a opposé récemment J. Poncet et H. R. Idris dans Cahiers de Tunisie, vol. II (1954), Annales ESC (1968), Cahiers de civilisation médiévale (1968) ; cf. JESHO, vol. XI (1968), p. 130 et vol. XI (1969), p. 222.

24 R. McAdams, Land beyond Baghdād, ch. 8.

25 Voir EI, 2e éd., art. Baṭīḥa.

26 Par le développement de domaines de type nouveau ; on entend parfois parler de révoltes contre les corvées.

27 Il faut se garder de généraliser à tous les pays musulmans, il reste exceptionnel.

28 Certes il y a la natalité : il ne faut pas en avoir une vue romantique, il y a la mortalité.

29 Éléments de bibliographie dans ma Pre-Ottoman Turkey (London, 1968), p. 428 ; sur la question spéciale du caractère plus ou moins nomade des Oghuz, Faruk Sūmer, Oǧuzlar (1967), chap. I B.

30 État des questions par Bosworth dans The Cambridge History of Iran, vol. V, ch. I.

31 Le grignotement des seigneuries arabes ou kurdes remplit la première moitié de l’histoire syro-mésopotamienne au xiie siècle ; voir ma Syrie du Nord et N. Elisséeff, Nūr ad-dīn, passim. En Iraq étudier spécialement l’histoire de Mazyadites et de Dubays (EI sub verbis).

32 Au xiie siècle il y a au Khuzistān une quasi-seigneurie turcomane aux mains de l’Afshar Shumleh.

33 Claude Cahen, La première pénétration turque, etc., Byzantion, vol. XVIII (1948), p. 19.

34 Supra, p. 425.

35 II y avait là de grands domaines pastoraux, mais exploités plutôt à la manière de la Prairie américaine, par des gardiens à attaches sédentaires de troupeaux lâchés semi-libres.

36 Cahen, op. cit., p. 13.

37 Cahen, op. cit., pp. 41-2.

38 L’appauvrissement du Maghreb tient pour une part à la mainmise économique italienne.

39 Il serait bon d’introduire ici aussi les considérations suivantes. Les effets destructeurs du nomadisme, quand il y en a, ne portent pas de manière indifférente sur toutes les formes de l’agriculture. Normalement les nomades pénètrent, plus dans les terres ouvertes que dans les oasis. Là même il faut distinguer entre champs de céréales et plantations d’arbres. Une plantation détruite est longue à reconstituer ; cependant de telles destructions ne sont pas très fréquentes, justement parce qu’on le sait, et une plantation seulement abandonnée peut résister tant bien que mal quelques années. Les champs ouverts que les paysans abandonnent pour raisons de sécurité peuvent en théorie se refaire beaucoup plus vite, mais à condition qu’on estime la sécurité revenue et que l’on dispose des semences. Le bilan de tout cela est difficile à établir et peut avoir beaucoup varié selon les circonstances.

40 B. Lewis, The Mongols, the Turks and the Muslim Polity, Transactions of the Royal Historical Society, vol. V/18 (1968).

41 J.J. Saunders, Le nomade comme bâtisseur d’Empire : conquête arabe et conquête mongole, Diogène, vol. LII (1965), pp. 85-109.

Notes de fin

* Publié dans Richards, Islamic Civilisation, 950-1150, Oxford, 1973, 93-102.

© Presses de l’Ifpo, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540