Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale

 | 
Claude Cahen

Fiscalité, propriété, antagonismes sociaux en Haute-Mésopotamie au temps des premiers ‘Abbāsides

D’après Denys de Tell-Mahré*

Texte intégral

  • * Publié dans Arabica, I, 1954, 136-152.
  • 1 Chronique de Denys de Tell-Mahré, 4e partie, éd. trad. J.B. Chabot (Bibl. Éc. Hautes Études, 112), (...)
  • 2 Elle est inconnue de Lokkegaard, Islamic taxation in the classic period, Copenhague, 1950, auquel (...)
  • 3 L’intérêt porté par Denys à la vie du petit et moyen peuple lui est, par comparaison avec les autr (...)

1La Chronique syriaque composée vers le début du ixe siècle par le Patriarche monophysite Denys de Tell-Mahré n’est pas une inconnue1, mais il ne semble pas que la dernière partie, qui décrit les tribulations de la Haute-Mésopotamie dans les années 772-775 de notre ère, ait reçu des islamisants l’attention qu’elle mérite2. Il est vrai que les informations sont noyées sous les jérémiades : elles existent cependant. Sur la fiscalité, la propriété rurale et urbaine, les relations entre ville et campagne, les heurts entre couches sociales, elles apportent des données d’autant plus précieuses que l’équivalent en est extrêmement rare dans la littérature de l’Asie occidentale médiévale3. Or il s’agit là évidemment de questions qui, pour l’historien moderne, sont d’importance capitale. Il apparaîtra donc utile d’essayer ci-dessous de dégager, rassembler et interpréter les renseignements de Denys. Il va de soi qu’on n’a pas prétendu donner une étude complète de tous les problèmes qu’ils posent.

  • 4 D. C. Dennett, Conversion and the Poll-Tax, Harvard, 1950, p. 43-48.
  • 5 Dennett, passim ; Lokkegaard, chap. V.
  • 6 Cf. infra, p. 413.
  • 7 P. 414.
  • 8 Futūḥ Miṣr, éd. Torrey, p. 152 ; cf. Dennett, p. 45, n. 9, avec p. 88-90. Lokkegaard, pourtant att (...)
  • 9 Denys, I I.

2Feu Dennett, dans le remarquable petit livre qu’il a consacré à l’organisation des impôts dans les divers pays conquis par les Arabes4, a bien mis en relief, pour la Haute-Mésopotamie, les trois phases successives de cette organisation pendant le premier siècle musulman. Au début, dans le cadre des accords conclus lors de la conquête, il y avait un tribut fixe prélevé par une taxe mixte en argent et en nature, uniforme en principe, sur tous les habitants. Un peu plus tard, on réserva les versements en espèces aux citadins, les versements en nature aux ruraux. Enfin sous ‘Abd al-Malik, en 691-692, une réforme capitale fut introduite, qui aligna en partie le régime fiscal de la Haute-Mésopotamie sur celui des provinces centrales de l’Empire tel qu’il se constituait alors5 : le taux, faible, des impôts fut élevé, le versement en nature des campagnes remplacé par un versement en argent, et celui-ci déterminé de façon fixe selon la valeur moyenne de la terre, compte tenu de ses modalités d’exploitation, mais non des variations d’une récolte à une autre6 : un recensement général, quantitatif et qualitatif, fut donc fait, que Denys7 appelle, comme Ibn ‘Abd al-Ḥakam8, un équivalent en Égypte, un ta’dīl. Un nouveau ta’dīl, probablement simple mise à jour, fut fait ensuite en 708-7099. Il n’entrait pas dans le plan de Dennett de suivre plus loin la question, sur laquelle Denys ne donne d’ailleurs plus rien avant le règne du deuxième ‘Abbāside, al-Manṣūr ; mais à ce moment-là, le chroniqueur devient au contraire dangereusement prolixe.

  • 10 P. 91 sq., 100 sq. ; cf. Ṭabarī, III, 374-375, qui l’appelle Mūsā b. Ka’b, du moins d’après les ms (...)

3L’histoire s’ouvre avec le remplacement, comme gouverneur de la Djazīra, du frère d’al-Manṣūr, ‘Abbās, qui avait été populaire, par un certain Mūsā b. Muṣ’ab, qui allait, lui, se faire détester (155/772-773)10.

  • 11 Denys, 97 ; cf. Théophane, éd. de Boor, an 6249. Des mesures analogues avaient été prises depuis c (...)
  • 12 Denys 77, 82, 90, 92, 98, 102.

4Jusqu’alors, le seul incident du règne avait été, vers le début, un recensement des biens des monastères, probablement déterminé par le désir d’empêcher des particuliers de déposer leur fortune sous leur sauvegarde, et dont il n’était rien résulté11. Le pays était, selon Denys, remarquablement riche, en blé, en vignes, en bétail ; point de pauvre qui ne possédât, à l’en croire, un lopin de terre et quelques bêtes ; le commerce aussi cependant prospérait, et les marchands acquéraient beaucoup de domaines ruraux ; la population était dense, et les conflits pour limites de champs étaient constants ; on ne respectait pas même toujours les biens d’Église : et c’est alors que vint le châtiment12. La catastrophe, certes, a quelque chose d’exceptionnel : les exigences d’une armée en campagne vers l’Empire byzantin, puis une exceptionnelle sécheresse, suivie d’une épidémie, firent ressentir d’une manière plus cruelle le comportement d’un gouverneur lui-même apparemment choisi parmi les plus intraitables. Il n’y a aucune raison cependant de douter que les faits dont on nous entretient à ces occasions ne correspondent, au plus ou moins d’acuité près, à des réalités administratives et sociales, elles, beaucoup plus durables et normales.

  • 13 Denys, 102 sq.
  • 14 Cf. encore infra.

5En 155 donc, Mūsā fit procéder à un nouveau ta’dīl, et dépêcha, pour lever les impôts, des agents innombrables et d’une exceptionnelle rigueur13. Quatre catégories d’impôts sont considérées par Denys : d’abord, ce qui relève du ṣawfī, arabe : des ṣawāfī, c’est-à-dire du domaine de l’État, dont il ne parle que pour les villes ; puis, toujours dans les villes, la dîme, ‘ushr, qui frappe le commerce privé ; d’autre part, à la campagne, la ṣadaqat al-māl, sur les troupeaux et les terres des Arabes ; enfin la djizya. Cette dernière exige un mot de commentaire : l’abbé Chabot traduit le mot, selon la définition devenue usuelle, par « capitation » ; mais il est bien connu que, primitivement, l’usage, comme celui du mot kharādj, en était beaucoup moins différencié ; rien, dans ce qui va suivre, ne permet de penser que Denys l’ait entendu en un sens aussi précis ; au contraire, si on l’adoptait, on serait obligé d’aboutir à la conclusion que Denys, qui ne mentionne aucun impôt foncier autre sur les non-musulmans, l’a oublié, ou que, si un tel impôt manquait, c’est qu’il n’y avait de propriétaires que musulmans, ce qui, en Djazīra en particulier, est tout à fait inimaginable. D’ailleurs, cette djizya est payée en trois termes. Il faut donc admettre que le mot djizya désigne ici l’ensemble capitation-kharādj spécifique du contribuable non musulman14.

  • 15 Sur ce processus, voir par ex. Sauvaget, Alep, 78-79.
  • 16 Je ne trouve pas d’autre témoignage de cette règle, qui ne peut naturellement s’appliquer qu’aux a (...)
  • 17 Pour le funduq ou khān, la chose va de soi ; pour les moulins, il semble que tout particulier ait (...)
  • 18 Abū Yūsuf, 56-57, trad. 150. — Denys, 102 sq., 125-126. — Sur les ṣawāfī en général, Lokkegaard, 4 (...)

6Nous n’insisterons pas plus que Denys lui-même sur les ṣawāfī. Le fonctionnaire préposé à leur recensement était un « mage », un zoroastrien. Dans les villes, les rues, les places, les remparts, les rivières étaient traditionnellement, depuis les régimes antérieurs à l’Islam, considérés comme domaine public. En fait, soit, autour des remparts, en jardins cultivés, soit sur les places et rues, en maisons et boutiques nouvellement édifiées, des usurpations s’étaient produites, que leur ancienneté, dans certains cas, avait peut-être fait considérer par leurs détenteurs comme prescrites15. Le « mage » ne tint compte d’aucune prescription ; autour des places et des remparts, il mesura une largeur supplémentaire de 40 coudées16, et tout ce qui se trouva compris à l’intérieur du périmètre ainsi délimité fut tenu pour propriété de l’État, qu’il s’agît de culture, de boutique ou de moulin ; de même, cela va de soi, le grand Entrepôt, par où passaient obligatoirement les marchandises provenant du commerce extrarégional avant d’être distribuées dans le circuit de détail, une fois payés les impôts de rigueur. Naturellement l’État, en général, ne fit procéder ni à la destruction des constructions, ni à l’expulsion de leurs détenteurs ; mais tout fut désormais tenu en ferme de lui, et soumis aux redevances résultant de cette définition nouvelle17. Même hors des villes, il fallut céder à l’État la moitié du produit des pêches, bien que celles-ci fussent une des seules ressources des pauvres, dit Denys ; il ne semble pas que cette exigence — si elle s’est bien présentée sous cette forme — soit conforme à la Loi ni à la pratique usuelle18.

  • 19 Denys, 103-104, 124, 192. On aura noté que, contrairement à l’usage dans la littérature arabe, Den (...)
  • 20 Signalons seulement, bien que le rapprochement soit peut-être fortuit, que c’est juste quelques an (...)

7Cependant, un autre personnage recensait les biens du commerce privé, objets trouvés dans les boutiques ou provisions dans les domiciles particuliers. Le recensement des ṣawāfī et celui des avoirs privés se complétaient ainsi parfaitement, tout ce qui n’était pas noté dans l’un étant automatiquement affecté à l’autre. Sur les marchandises, une taxe de 5% et parfois 10% était imposée. Moins que cette taxe en elle-même cependant, c’étaient les estimations abusives et la confusion entre provisions personnelles et marchandises destinées au commerce, en raison de l’absence d’enquête sérieuse, de l’acceptation des dénonciations, etc., dont, par la bouche de Denys, se plaignent les marchands, chrétiens ou musulmans sans distinction, semble-t-il19. On notera que le prélèvement est fait en pourcentage sur les marchandises trouvées, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un impôt sur le capital et non sur le revenu. C’était en argent, d’après estimation de la valeur des marchandises, et non en nature qu’il devait être payé. Nous ne pouvons consacrer ici à ces informations succinctes de véritable commentaire, pour lequel les exposés préalables, dans les ouvrages de droit musulman ancien comme dans les travaux modernes qu’ils ont inspirés, manquent beaucoup plus que pour les autres impôts, en raison de la nature anticanonique qui a toujours été attribuée à une partie au moins des taxes commerciales20. Et nous passerons tout de suite aux pages plus riches consacrées par Denys à la djizya et à la ṣadaqa.

  • 21 Denys, 107, 129, 165.
  • 22 Balādhurī, éd. de Goeje, 173 ; cf. Dennett, 44.
  • 23 Payne-Smith, Thesaurus Syriacus, sub verbo.
  • 24 Chabot traduit « acre », mais cf. trad., préface, p. XVII.
  • 25 Quelques problèmes..., tableau de la p. 372 et p. 386 sq. de ce volume.
  • 26 Lokkegaard, 120, et l’ensemble du chap. V ; cf. Dennett ch. IV.
  • 27 Cf. infra, p. 417.
  • 28 Denys, 109, parle encore d’Arabes vendant leur âne, quand ils en ont, pour trouver l’argent de leu (...)
  • 29 Ibn Al-Athīr, Kāmil, éd. Tornberg, XI, 427.
  • 30 Cf. p. ex. le contemporain de Denys, Abū Yūsuf, 51 ; tr., 137-138.
  • 31 Denys, 130.

8Sous le nom de ṣadaqat al-māl ou ṣadaqa tout court, équivalent, dit-il, à zakāt, Denys décrit l’impôt qui pèse sur les bêtes et terres des Arabes (il n’envisage pas le cas d’autres musulmans)21. Il semble qu’en ce qui les concerne aucun véritable recensement n’avait encore été effectué. On fut en tout cas envers eux, selon Denys, plus dur qu’envers les chrétiens même. On nota tout, cultures, bêtes, y compris « les abeilles, les pigeons et les poules ». Et là encore, on inscrivit d’office ou sur dénonciation des quantités ou des qualités supérieures à celles qu’une enquête sérieuse aurait révélées. En théorie, dit Denys, le fisc devait prendre le dixième. Et nous savons en effet qu’en Haute-Mésopotamie les Arabes avaient, lors de la conquête, acquis en vertu des traités de capitulation des terres qui leur avaient été allouées comme terres de dîme22. Mais en fait, selon notre auteur, les agents de Mūsā dépassèrent largement les possibilités des contribuables. Ce qui résulte en tout cas de son exposé est que, contrairement à la théorie de la zakāt, l’impôt fut perçu, comme sur les paysans chrétiens, non pas en nature, par livraison de bêtes ou d’une part de récolte, mais en argent. Pour une ruche, la taxe était d’un zūz (= dirhām)23 ; pour les terres, le faddān24 fut taxé à 24 zūz, soit, au cours d’alors du dirham à 12 au dinar, 2 dinars, chiffre qui, autant que l’on puisse dire d’après la valeur variable du faddān, de l’ordre de trois fois le djarīb-superficie sassanide en usage en Iraq, correspond au kharādj de bonnes terres en cette province dans le système de la misāḥa25. Il faut en retenir en tout cas deux points : d’une part, Denys ne paraît pas indiquer que la taxe du faddān pût varier, contrairement au système sassanide, qui taxait l’unité de surface plus ou moins selon les conditions d’exploitation et les cultures, mais peut-être conformément au système romain (dont descendait la plus grande partie de la Haute-Mésopotamie), soit que, pour celui-ci, ce fût, selon la supposition de Lokkegaard26, comme du jugum latin, du manse médiéval occidental, la surface du faddān qui fût variable, soit que, l’impôt étant fixé globalement pour une collectivité d’après le calcul de l’ensemble des faddān27, cette collectivité fût libre de le répartir ensuite en son sein à sa guise. Quoi qu’il en soit, le taux de la ṣadaqa prélevée sur les terres des Arabes apparaît comme de l’ordre de ce qu’eût été sur les mêmes terres un kharādj. Évidemment, il serait imprudent le vouloir tirer des conclusions assurées de ce fait, tant qu’il est attesté par un seul témoignage qui peut avoir été corrompu ; on peut néanmoins poser un problème. Les domaines dont il s’agit ne sont pas, semble-t-il, pour la plupart de grands domaines ; certes, ils sont normalement mis en culture non par les Arabes eux-mêmes (cf. cependant infra), mais par des Syriens dont la condition, telle que la décrit Denys — Syriens et Arabes ayant les uns et les autres une part de biens — correspond à peu près à la muzāra’a, « métayage » ; cependant, des gens dont certains, selon Denys, récoltent 5 gribé (djarīb-capacité), soit environ 1.200 litres de grain, peuvent difficilement être tenus pour de gros personnages28. Il n’y a guère de doute que, comme l’a bien souligné Lokkegaard, le régime de la dîme n’ait cependant été conçu comme un mode de taxation privilégié au bénéfice des grands, en particulier des bénéficiaires d’iqṭā’, qui, percevant, eux, sur leurs tenanciers, des redevances supérieures, réalisaient ainsi un gain appréciable. Mais il y a lieu de se demander si, sous l’identité du vocabulaire, il ne s’est pas caché dans la pratique deux réalités différentes, et si la petite propriété arabe n’a pas été taxée à peu près comme l’autre, par le détour du doublement, etc. de la dîme que nous savons avoir été effectué souvent pour un prétexte ou un autre, ou par le jeu d’une estimation abusive de la valeur du fond à taxer. Encore au xiie siècle, les terres des paysans arabes de Djazīra étaient considérées officiellement comme terres de dîme, ce qui n’empêchait que, dans le territoire de Zenghi, par opposition à celui de son voisin Timurtaš, l’impôt, abondamment majoré, fût tenu par ces paysans pour si lourd qu’ils s’enfuyaient29. Il est vrai que si, aux yeux du fisc, le propriétaire est seul responsable de l’impôt, le contrat de muzāra’a peut stipuler un partage de son versement, comme de la récolte, entre lui et les muzāri’30 ; en fait, en tout cas, selon Denys, ils se retournaient vers eux, ce qui répercutait les ruines31.

  • 32 Dennett, 46 ; Denys, 10 ; Abū Yūsuf, 23-24 ; tr. 63-65.
  • 33 Denys, passim, en particulier 113, 124 sq., 132 sq.

9Du calcul de la djizya, qui n’avait rien de neuf, Denys ne dit rien. Il a seulement exposé, dans le paragraphe relatif au ta’dīl de ‘Abd al-Malik, que Dennett32 a clairement compris à la lueur d’Abū Yūsuf, qu’il y eut un impôt par tête en sus de l’impôt par unité de terre. Mais de ce que l’assiette est faite selon ce principe ne résulte naturellement pas la nécessité d’une perception distincte. De fait, nous savons que sous le Bas-Empire romain, la capitatio-jugatio était un impôt de ce genre, calculé sur une double base, mais perçu globalement. Tout l’exposé de Denys implique qu’il en va toujours ainsi en Haute-Mésopotamie au viiie siècle, et que le mot djizya désigne le complexe ainsi constitué33. Rien, malheureusement, ne permet dans Denys de savoir quel principe présidait à la répartition des taxes entre individus à l’intérieur de la collectivité fiscale (cf. infra).

  • 34 Denys, 133, 109, 116, 154. Abū Yūsuf, 61 sq. ; tr. 162 sq., s’élève en général contre tous les fra (...)

10Au surplus, c’étaient moins les conditions théoriques de son assiette que les modalités vivantes de son recouvrement qui donnaient matière à plaintes et, en conséquence, fournissent à Denys d’abondants développements. C’était d’abord aux habitants même des villages où ils passaient à loger et nourrir les agents du fisc qui venaient, soit pour les opérations même du village, soit en route vers d’autres lieux ; rien ne paraît avoir été réglementé à cet égard ; or, chaque percepteur était accompagné d’une petite équipe de force armée ; s’il y avait dans la localité à toucher à la fois de la ṣadaqa, de la djizya, voire d’autres impôts, cela faisait autant de percepteurs, car on ne confondait pas les opérations ; enfin l’impôt, pour suivre les récoltes, était payé en trois termes, c’est-à-dire que le percepteur revenait trois fois. A cela s’ajoutait que les contribuables devaient peut-être en certains cas payer leur impôt en ville, et en tout cas faire eux-mêmes les transports jusqu’à la ville nécessités par l’évacuation de l’impôt touché. Sans parler des « cadeaux »34...

  • 35 113, 129, 134.
  • 36 Quelques problèmes..., 382-383.
  • 37 Ibid., 384-385 (surtout d’après Qudāma).

11D’autre part, l’impôt calculé en argent doit être payé en argent. Les paysans ne peuvent l’acquérir que par la vente immédiate de leur récolte. Il est évident que la vente, dans ces conditions, ne peut être une opération commerciale normale. Pratiquement, elle est faite par les agents du fisc aux marchands qui ont partie liée avec eux, à des prix très inférieurs aux possibilités du marché régulier. Denys35 donne des précisions : pour réaliser un dinar, le paysan doit livrer 50 à 80 kaīlté (arabe : kayladja) de blé (ce qui correspond à un prix de 3 à 4 dinars au djarīb-capacité), alors que, selon Denys, on eût pu dans le commerce normal l’écouler au double (au xe siècle, le prix commercial est de 5 à 636 ; antérieurement, les données manquent). De même, l’agneau et la chèvre sont vendus pour 1/2 zūz au lieu de 1, l’âne 2 au lieu de 4, la vache 3 au lieu de 5. Comme naturellement rien n’empêchait les marchands de revendre ultérieurement le grain à son prix commercial, on voit d’ici les spéculations profitables auxquelles le système donnait lieu, et dont il y a d’autres attestations37.

  • 38 Balādhurī, 272 ; Ibn Ṭiqtaqa, al-Fahrī, éd. Derenbourg, 105 ; cf. Lokkegaard, 113. Considérations (...)
  • 39 Quelques problèmes... 386.
  • 40 A. Christensen, L’Iran sous les Sassanides, 366 sq.

12On sait précisément qu’à la fin du règne d’al-Manṣūr, les paysans d’Iraq avaient demandé (au début du règne d’al-Mahdī, il devait leur être accordé) le remplacement du système de la misāḥa, de l’impôt cadastral en argent, par la muqāsama, l’impôt proportionnel en nature, en arguant de l’impossibilité où ils étaient d’écouler leurs récoltes aux prix nécessaires pour s’acquitter de l’impôt38. La réforme fut limitée au Sawād de Bagdad39, où l’approvisionnement de la grande ville la rendait sans doute également avantageuse pour les autorités, et tout indique que la muqāsama resta exceptionnelle encore pendant un ou deux siècles. Il est intéressant de rappeler que le système de la misāḥa avait été introduit à la place de la muqāsama au temps des Sassanides pour des raisons de rendement et de régularité de l’impôt, et parce que, le percepteur ne pouvant être partout toujours juste au moment de la récolte, le système de la muqāsama permettait des détériorations ou des fraudes ; il est possible aussi que la misāḥa, qui tenait compte de la valeur des terres, ait été plus juste en son principe qu’un impôt proportionnel peut-être alors mal différencié40. Mais il est certain que l’exploitation spéculatrice faite du système de la misāḥa par les fonctionnaires et les marchands renversait maintenant les termes du problème. En Haute-Mésopotamie, la misāḥa, comme ailleurs, reste cependant la norme. Seule, plus tard, l’extension de l’iqṭā’ au bénéfice des militaires ayant besoin de livraisons en nature et l’assimilation partielle des petites exploitations théoriquement libres aux tenures des métayers à part de fruit en nature, qui en résulta, devaient refaire progresser la muqāsama.

  • 41 Denys, 127, 129, 145, etc.
  • 42 Abū Yūsuf, 70/189.
  • 43 Denys ajoute, 191, de fortes amendes aux contribuables pris en défaut, en particulier pour avoir é (...)

13Naturellement, à la campagne ou à la ville, il y avait de constants retards de paiements. La constante mention de baqāyā dans les évaluations fiscales qui nous sont conservées prouve qu’on n’arrivait jamais à les empêcher totalement. On l’essayait cependant. D’où des tortures, individuelles ou collectives, que Denys nous décrit à grand renfort de citations bibliques41. La pratique la plus bénigne, qu’Abū Yūsuf, le contemporain de Denys, malgré les protestations qu’il élève contre les autres formes de sévices, considère, comme admissible, était de rassembler et enfermer les contribuables le temps de les faire payer42 : Denys nous expose que, en l’année 155, cela dura trois jours, dans une église, avec les saletés physiques et morales que l’on peut imaginer. Il est difficile de savoir en quoi les agents de Mūsā b. Muṣ’ab dépassaient les abus courants43.

  • 44 106, 122, 127, 138.
  • 45 Denys, 74, 74 sq., 89 sq., il montre les paysans suivant l’armée pour lui vendre leurs produits.
  • 46 Lokkegaard 141 (éléments d’une discussion, confusément interprétés).
  • 47 Denys, 98.

14On sait depuis longtemps qu’en Égypte, depuis le Bas-Empire et encore aux premiers siècles de la domination arabe, les paysans, plutôt que de s’exposer à subir toutes ces tribulations, s’enfuyaient. Denys nous présente pour la Haute-Mésopotamie un tableau exactement comparable44. Le pays était plein d’« exilés ». Il résulte cependant de ses descriptions mêmes qu’il y en a de deux catégories : les uns sont partis uniquement par peur du percepteur, à l’annonce de son arrivée ; les autres appartiennent à des familles depuis longtemps fixées hors de leur lieu d’origine. Pour ces dernières, la question est donc de savoir s’il s’agit tout simplement d’une « fuite » ancienne stabilisée, ou s’il y avait normalement un important élément mobile de la population. Denys lui-même nous présente deux cas de migration sans cause directement fiscale. En 667-668, selon lui, les Arabes de Djazīra, qui, probablement par suite de la composition de moins en moins arabe de l’armée ‘abbāside, ne recevaient plus les subsides auxquels leurs aïeux avaient été habitués, avaient été obligés de vendre une partie de leurs terres et d’en travailler de leurs mains une autre ; il en était résulté que beaucoup de paysans « syriens » (= monophysites), dont les contrats de métayage ne présentaient aucune garantie de durée, furent réduits au chômage, et, selon Denys, essayèrent de se procurer des ressources de remplacement en allant en troupes nombreuses ramasser de la garance sauvage du côté du Khanzīt (province de Khartpert, auj. El-Aziz, dans la boucle de l’Euphrate à l’est de Malatya)45. Le second cas de migration concerne la main-d’œuvre d’une mine de plomb du bassin supérieur du Tigre, dont nous reparlerons dans un moment. Plus généralement, il est difficile de douter que, parmi les émigrés de vieille date qu’on nous signale dans les villes, il y en ait eu de ce genre aussi46. Cela veut dire qu’il ne faut pas se figurer la société rurale de Djazīra, ni sans doute d’autres régions, comme composée uniquement, il s’en faut, d’hommes attachés effectivement à la glèbe, soit comme propriétaires, soit comme tenanciers. Beaucoup d’entre eux étaient des travailleurs non propriétaires, n’ayant de contrats de travail ou de métayage que temporaires, et par conséquent constamment à la recherche d’un emploi, d’une ressource, et constamment en déplacement. La natalité, dit Denys, était forte47, la main-d’œuvre surabondante, du moins par rapport aux possibilités techniques et économiques.

  • 48 Denys, 106.
  • 49 Sur la politique parallèle poursuivie trois quarts de siècle plus tôt par al-Ḥadjdjādj en Iraq, cf (...)
  • 50 Lokkegaard, ch. VI.

15Mais ces déplacements ne faisaient pas l’affaire du fisc. Dans le cas particulier des Arabes qui avaient évincé leurs paysans, il en était apparemment résulté l’abandon de culture d’une partie de leurs terres et, par conséquent, une moins-value fiscale. Aussi, un des subordonnés de Mūsā eut-il pour tâche, en déplaçant certains Arabes, en ramassant des paysans, de reconstituer aux premiers des domaines peuplés et mis en valeur ; et il s’en acquitta48. Plus généralement et directement, la « fuite » des contribuables signifiait la possibilité, pour plusieurs d’entre eux, dont les noms ne figuraient pas aux registres de leur nouvel habitat, d’échapper provisoirement à l’impôt, et par conséquent, pour leur localité d’origine, une croissante difficulté à payer le montant dans le calcul duquel ils avaient figuré. Aussi bien, Mūsā préposa-t-il un fonctionnaire spécial à la chasse aux « exilés ». Les routes furent sillonnées de corps de police, jalonnées d’embuscades, les gués surveillés, le moindre passant assailli comme par des brigands (les brigands d’ailleurs en profitant pour se faire passer pour des policiers...). Dans les villes, des enquêtes furent conduites, et on s’arrogea le droit de renvoyer au sol des ancêtres, non seulement les fuyards de la dernière heure, mais, selon Denys, même les descendants d’anciens émigrés, sans aucune prescription. A vrai dire, il est peu probable que la méthode ait pu avoir des résultats complets ni définitifs49. Aussi utilisa-t-on, comme en Égypte, le procédé consistant à marquer corporellement les non-musulmans d’inscriptions ineffaçables ou à leur attacher des colliers, etc., portant indication de leur nom et domicile ; ainsi pouvait-on à tout moment les saisir, les ramener, ou, en tout cas, les obliger à envoyer à leur communauté la somme dont ils étaient redevables, ou à la verser à un agent du fisc qui savait ensuite quelle commune dégrever à leur titre et de combien. Il est probable qu’il resta cependant des difficultés qui devaient aboutir à la séparation, comme à Byzance au viiie-ixe siècle, de la capitation proprement dite et de l’impôt foncier dans la perception. Aussi souvent que le mot de djizya, ce fut alors, on le sait, pour désigner la capitation, le mot de djawālī dont on devait se servir un peu partout : le mot qui, étymologiquement, signifiait « les exilés »50.

  • 51 Denys, 134, 138, 154, 168. Cette solidarité remonte dans une certaine mesure aux temps byzantins, (...)
  • 52 Denys, 134.

16Pour bien comprendre le développement précédent, il faut se souvenir, et cela aussi résulte des exposés de Denys, qu’il y avait solidarité fiscale de l’ensemble de la province, probablement, et en tout cas de chaque village ou ville, c’est-à-dire que le montant global de l’impôt étant déterminé pour la collectivité, les déficiences des individus trop pauvres ou disparus devaient être compensées par des versements supplémentaires des autres, et de même, du moins d’après les ordres de Mūsā b. Muṣ’ab, les villages ruinés équilibrés par des villages taxés en excédent51. Il pouvait y avoir opposition entre la ville et la campagne, selon que le gouverneur, prenant les intérêts de l’une ou de l’autre, augmentait, dans le total préétabli, la part de la première ou de la seconde ; ainsi doit sans doute être interprété le passage où Denys dit d’un subordonné de Mūsā que les citadins se louaient de lui, alors que les paysans s’en plaignaient52. Mais surtout, il pouvait y avoir dans la solidarité de chaque collectivité devant le fisc matière à antagonisme entre riches et pauvres, entre propriétaires paysans et bourgeois, enfin entre paysans restés au village et « exilés ».

  • 53 Denys, 133.
  • 54 Denys, 134.

17Nous ne pouvons préciser ce qu’entend Denys lorsqu’il écrit qu’à propos de l’impôt, « les paysans eux-mêmes maltraitèrent les pauvres qui se trouvaient parmi eux »53. Mais il s’agit évidemment d’une querelle de répartition entre paysans propriétaires et non propriétaires. D’autre part, les bourgeois possédaient des domaines, apparemment importants, dans les villages ; aussi les paysans cherchaient-ils à imposer au bourgeois propriétaire de payer pour le village, ou en tout cas une bonne part. Ils venaient, selon Denys, le traquer en ville, et tâchaient de l’amener devant un agent du fisc, pour le faire désigner comme responsable du paiement de la collectivité54. D’autre part, il va de soi que toute fuite de paysans d’un village risquait d’entraîner automatiquement une aggravation des charges des restants ; ceux-ci, par conséquent, étaient intéressés à retenir et rechercher leurs frères ou voulant sortir de la communauté de misère, et, en somme, à travailler de leurs propres mains au régime d’attache fiscale à la glèbe qui les accablait.

  • 55 Denys, 116.
  • 56 Denys, 141, 151-152. Denys ne parle pas de Juifs. P. 92, il stigmatise la richesse des gens de Mos (...)

18De cette situation, riches ruraux et surtout bourgeois profitaient pour exploiter de cent façons la masse paysanne. Au lieu de laisser vendre leurs grains de la manière ruineuse que nous avons décrite, les paysans souvent cherchaient à emprunter, soit à des villages voisins plus heureux55, soit aux marchands mêmes dont ils voulaient éviter les autres formes d’exploitation. Seulement ces marchands ne prêtaient naturellement qu’à des taux « usuraires », entendons qu’ils profitaient de la situation, mais que, même quand ils ne le faisaient pas, la simple exigence d’un remboursement avec intérêt était ruineuse pour les paysans. Il en résultait que souvent les paysans refusaient ou étaient incapables de rembourser, et des gouverneurs se trouvaient dans l’obligation de décréter des moratoires. C’était cependant cas exceptionnel. Le cas courant, c’étaient les paysans obligés de venir en ville souscrire sans cesse de nouveaux emprunts, et la ville ainsi, ou ses marchands, exploitant la campagne56.

  • 57 Denys, 109, 112-113, 122, 128-129, 154, 156, 172. « Les marchands de bestiaux devinrent plus nombr (...)

19Il y avait dans chaque village, d’après le tableau de Denys, un « chef », qui était le gros propriétaire, et, souvent, quelques autres propriétaires à côté de la masse des petites gens. L’administration, à moins d’autre offre, rendait en général ce chef ou ces notables responsables du paiement de l’impôt de la collectivité. Ces notables maintenant, du moins les paysans les voyaient ainsi, se comportaient en complices ou en émules des agents du fisc. C’étaient eux, bien souvent, qui procédaient aux ventes abusives, eux qui se portaient acheteurs à bon compte. Ou bien c’étaient eux qui accordaient des prêts, garantis par le mobilier et le bétail de l’emprunteur, qui en laissait toujours une partie entre leurs mains. Ainsi s’enrichissaient-ils, « de sorte qu’ils étaient sur le point, dit Denys, de posséder les enfants des pauvres comme esclaves et comme servantes » : seul le travail de ceux-ci pouvait dans une certaine mesure libérer les parents insolvables. Par ailleurs, si certains bourgeois cherchaient à éviter les charges que leur valait leur propriété dans la collectivité fiscale, et peut-être n’étaient pas loin de s’opposer aux acquisitions de terres que les paysans leur offraient pour cette même raison, beaucoup d’autres saisissaient au contraire l’occasion d’arrondir leurs domaines à bon compte pendant les années de disette ou de particulière pressuration fiscale57.

  • 58 Lokkegaard, 67-70, et mon article L’évolution de l’iqṭā’ (Annales, 1953), p. 31, reproduit dans ce (...)
  • 59 134.

20Souvent aussi les paysans, à l’approche des « marqueurs » du fisc ou en toute autre occasion, allaient trouver les chefs locaux et, dit Denys, « cherchaient refuge » auprès d’eux, se mettaient sous leur « protection ». La documentation dont nous disposons par ailleurs58, si insuffisante soit-elle, nous autorise à comprendre ces expressions comme signifiant, au sens du haut Moyen Âge européen, une « recommandation ». Ce que demandaient les paysans n’était pas une protection du notable contre la loi, mais l’entrée dans un statut qui, en leur enlevant la pleine personnalité d’homme fibre, du même coup interposait ce notable entre eux et la loi, et rendaient celui-là seul responsable vis-à-vis de celle-ci. Bien que Denys ne le précise pas, il est bien évident que, d’une manière plus ou moins vague, c’était, comme nous le savons dans d’autres cas, non seulement la personne du paysan, mais son bien, s’il en avait, qui entrait sous la « protection » du notable. Mais les paysans, selon Denys59, n’en retiraient pas toujours le bénéfice qu’ils avaient escompté. Responsables d’eux vis-à-vis du fisc, les notables se faisaient agents du fisc à leur égard, sans qu’ils eussent rien à gagner au change ; de toute façon, il est bien évident que le paysan devait des redevances à son protecteur ; l’avantage qu’il pouvait en retirer, même si le montant en était nominalement le même, que celui de l’ancien impôt, était la faculté de versements en nature et sans vente précipitée.

  • 60 Denys, 156.

21La résistance des paysans prenait parfois des formes plus brutales, du genre de jacqueries. Denys nous parle de paysans qui pillaient les biens acquis spéculativement par les bourgeois dans leurs villages, puis, s’ils le pouvaient, se saisissaient d’un de ces bourgeois, l’amenaient au gouverneur, et, avec un accent presque moderne, disaient : « Tout le fruit de notre travail a été enlevé par cet homme : ordonne-lui de payer pour le village. » Selon Denys, souvent, le gouverneur laissait faire, voire « opprimait » le propriétaire60.

  • 61 Denys, 173-175.

22Un autre épisode nous montre les paysans cette fois aux prises avec leurs propres frères « exilés ». Il nous permet aussi de voir comment, sans qu’on eût recours à l’esclavage, l’abondance des déshérités de la terre facilitait, comme dans l’Angleterre des débuts du capitalisme, le recrutement de la main-d’œuvre pour les entreprises industrielles nouvelles. A Toutis, localité du bassin supérieur du Tigre que je n’ai pu identifier, une mine de plomb venait d’être ouverte. Des tas de gens étaient venus s’y installer, des « exilés » dont le départ obérait le village d’origine, et qui avaient peut-être trouvé, si chèrement fût-elle acquise, une possibilité d’existence susceptible de paraître enviable aux désespérés. « L’armée des paysans » alla attaquer le « camp » des travailleurs (« camp » qui comprenait une « église » ). C’était l’hiver. La famine assaillait cette année le pays, et l’abondance des réfugiés des districts méridionaux secs, en vaine quête d’emploi, aggravait la situation. Des scènes d’horreur eurent lieu sous la neige. Marchandises pillées, tueries, viols, tout y fut, selon Denys. Le gouverneur du haut Diyār-Bakr, un certain Rāzin ( ?), « rétablit l’ordre » avec la même cruauté, ou pire : sans doute ne pouvait-il laisser toucher à la mine, qui intéressait les pouvoirs. Les mêmes horreurs se reproduisirent en sens inverse, aux captifs on passa chaînes et tablettes dans les narines, et on les jeta dans des prisons, d’où s’exhalèrent bientôt des odeurs de putréfaction61... C’était un sursaut, entre bien d’autres certainement, que le hasard n’a pas fait connaître, de la misère paysanne, affreux dans leurs causes comme dans leurs effets, sans programme clair, voués au désastre, comme l’histoire en a connu tant d’exemples en d’autres pays.

23Cependant, ce tableau même nous invite à marquer les différences dans le tableau des évolutions sociales. Nous sommes à peu de chose près au même moment où Māzyār, succédant à Bābek, va, dans les provinces sud-caspiennes, lancer les paysans à l’assaut des grandes propriétés arabes. Ce n’est pas, en Djazīra, des Arabes qu’on se plaint, mais du fisc et des marchands. Nous sommes dans une région fortement urbanisée, et d’assez dense peuplement rural en même temps. Comparée d’autre part à la grande propriété militaire qui se développera aux siècles suivants, les domaines de nos bourgeois, qui rarement englobent un village, font figure encore modeste, représentent une propriété répartie entre un nombre encore relativement grand d’individus, et ceux-ci, s’ils n’habitent pas la campagne, sont d’une ville proche, où on peut les trouver. Il y a aussi des domaines appartenant à des Arabes ; eux non plus ne paraissent pas normalement dépasser des dimensions qui, vues de l’avenir, apparaissent juste moyennes. La petite propriété paysanne, battue en brèche, n’a pas disparu. Et même, si l’on y réflechit, elle apparaît singulièrement plus résistante, ou comme s’étant par moments bien plus reconstituée qu’on en retirerait l’impression à la simple lecture de Denys. Car, le processus d’appropriation marchande de la terre, il dure depuis l’Empire romain, peut-être même depuis les temps hellénistiques. Il n’y a donc pas une infinie possibilité de placements fonciers de la classe marchande. Ou bien il y a eu des reconstitutions : on sait que tel a été précisément le cas dans l’Empire byzantin tout proche, où un certain relèvement de la petite propriété paysanne, lié à la relative abondance de la main-d’œuvre, caractérise, grâce aux transplantations de populations « barbares », la période des viie-ixe siècles. Les faits ne peuvent être exactement les mêmes en Haute-Mésopotamie. Le rapprochement du moins s’impose, et il vaudrait d’essayer de voir s’il peut s’étendre, par exemple, à la Syrie.

  • 62 Parmi les autres prétentions fiscales ou abus signalés par Denys figurent des atteintes aux monast (...)

24Telle est la substance (abstraction faite de quelques paragraphes d’histoire politique ou religieuse, et des jérémiades)62des cent dernières pages de la Chronique de Denys de Tell-Mahré. Elle procure à une étude comparée des pays musulmans des informations sur une région moins connue que l’Égypte ou l’Iraq. On n’a pas prétendu, on le répète, faire l’étude de tous les problèmes qu’elle pose. A peine en suggérer quelques-uns. Surtout, on voudrait avoir attiré l’attention des historiens du monde musulman sur une œuvre et, par derrière elle, peut-être aussi sur une catégorie de littérature qu’ils n’ont pas toujours suffisamment explorées. Ainsi, aussi, notre temps, plus attentif à la vie des humbles, pourra-t-il mettre à profit des pages que, dans le paradoxe de la société d’alors, un ecclésiastique écrivit, sensible aux souffrances de ses ouailles, dans une langue savante que déjà la plupart d’entre elles ne comprenaient plus.

Notes

1 Chronique de Denys de Tell-Mahré, 4e partie, éd. trad. J.B. Chabot (Bibl. Éc. Hautes Études, 112), Paris, 1895.

2 Elle est inconnue de Lokkegaard, Islamic taxation in the classic period, Copenhague, 1950, auquel elle aurait tant apporté ; un compte rendu de cet ouvrage, par l’auteur du présent article, paraîtra dans le prochain fascicule d’Arabica. Parmi les travaux qui ont mis un peu à profit Denys, figure Yakoubovsky, Irak na grani VIII i IX vekov, dans Trudy I sessii arabistov, Akad. Nauk SSSR, Moscou, 1937.

3 L’intérêt porté par Denys à la vie du petit et moyen peuple lui est, par comparaison avec les autres littératures proche-orientales de la même période, commun avec une bonne partie de la littérature syriaque monophysite, probablement parce que les Monophysites dans leur ensemble n’avaient eu partie liée avec aucune aristocratie ou puissance politique.

4 D. C. Dennett, Conversion and the Poll-Tax, Harvard, 1950, p. 43-48.

5 Dennett, passim ; Lokkegaard, chap. V.

6 Cf. infra, p. 413.

7 P. 414.

8 Futūḥ Miṣr, éd. Torrey, p. 152 ; cf. Dennett, p. 45, n. 9, avec p. 88-90. Lokkegaard, pourtant attentif à relever les termes techniques, a omis celui-ci.

9 Denys, I I.

10 P. 91 sq., 100 sq. ; cf. Ṭabarī, III, 374-375, qui l’appelle Mūsā b. Ka’b, du moins d’après les mss. préférés par les éditeurs de Leide, bien qu’un autre, cité en note, p. 375, porte bien : b. Muṣ’ab. La confusion provient évidemment de l’existence de deux autres personnages du nom de Mūsā b. Ka’b dans les années juste antérieures, l’un, grand officier d’Abū Muslim et des deux premiers ‘Abbāsides, mis à mort par al-Manṣūr (Ṭab., III, 138), l’autre gouverneur de l’Égypte en 141 (Ṭab., ibid. : Kindī. éd. Rh Guest, 106-108). Notre Mūsā devait lui aussi être gouverneur d’Égypte, en 167-168, y acquérir la même réputation détestable qu’en Mésopotamie, et y finir assassiné (Kindī. 124-128 : Ya’qūbī. éd Houtsma, I, 483). De son gouvernement en Djazīra Ṭabarī ne sait que les dates (155-158 ; le texte peu clair de Denys paraît faire remonter sa désignation à trois ans plus tôt mais peut-être encore d’abord comme subordonné de ‘Abbās), et n’attribue sa révocation, au début d u règne d’al-Mahdī, (Ya’qūbī, 466).

11 Denys, 97 ; cf. Théophane, éd. de Boor, an 6249. Des mesures analogues avaient été prises depuis cinquante ans en Égypte.

12 Denys 77, 82, 90, 92, 98, 102.

13 Denys, 102 sq.

14 Cf. encore infra.

15 Sur ce processus, voir par ex. Sauvaget, Alep, 78-79.

16 Je ne trouve pas d’autre témoignage de cette règle, qui ne peut naturellement s’appliquer qu’aux artères maîtresses.

17 Pour le funduq ou khān, la chose va de soi ; pour les moulins, il semble que tout particulier ait eu le droit d’en établir, sous réserve de ne pas causer de gêne (Abū Yūsuf, K. al-Kharādj, éd. Boulaq, 58-59, trad. Fagnan, 139-142), mais ils sont soumis à impôt (cf. p. ex. mes Quelques problèmes économiques et fiscaux de l’Iraq būyide, dans AIEO, 1952, p. 376 et 396 de ce volume).

18 Abū Yūsuf, 56-57, trad. 150. — Denys, 102 sq., 125-126. — Sur les ṣawāfī en général, Lokkegaard, 49-52 et p. 224, n. 99.

19 Denys, 103-104, 124, 192. On aura noté que, contrairement à l’usage dans la littérature arabe, Denys emploie le mot ‘ushr pour désigner l’impôt urbain sur le commerce, et jamais l’impôt foncier rural.

20 Signalons seulement, bien que le rapprochement soit peut-être fortuit, que c’est juste quelques années plus tard qu’al-Mahdī établit les taxes sur les sūq de Bagdad (Ya’qūbī, éd. Houtsma, II, 466 : udjra = loyer), qui sans doute en avaient été dispensés pendant la période de création de la ville. Ils sont donc tenus en ferme de l’État.

21 Denys, 107, 129, 165.

22 Balādhurī, éd. de Goeje, 173 ; cf. Dennett, 44.

23 Payne-Smith, Thesaurus Syriacus, sub verbo.

24 Chabot traduit « acre », mais cf. trad., préface, p. XVII.

25 Quelques problèmes..., tableau de la p. 372 et p. 386 sq. de ce volume.

26 Lokkegaard, 120, et l’ensemble du chap. V ; cf. Dennett ch. IV.

27 Cf. infra, p. 417.

28 Denys, 109, parle encore d’Arabes vendant leur âne, quand ils en ont, pour trouver l’argent de leur impôt.

29 Ibn Al-Athīr, Kāmil, éd. Tornberg, XI, 427.

30 Cf. p. ex. le contemporain de Denys, Abū Yūsuf, 51 ; tr., 137-138.

31 Denys, 130.

32 Dennett, 46 ; Denys, 10 ; Abū Yūsuf, 23-24 ; tr. 63-65.

33 Denys, passim, en particulier 113, 124 sq., 132 sq.

34 Denys, 133, 109, 116, 154. Abū Yūsuf, 61 sq. ; tr. 162 sq., s’élève en général contre tous les frais supplémentaires causés aux contribuables ; 46 ; tr. 121, il énonce la nécessité de ne pas faire percevoir le kharādj et la ṣadaqa par les mêmes agents. En ce qui concerne les frais supplémentaires, tout ce qui peut être fait dans la période suivante, à en juger, par exemple, par le Tārīkh-i-Qumm, pour l’Iran, dut être de les tarifer (Quelques problèmes..., 391 sq.).

35 113, 129, 134.

36 Quelques problèmes..., 382-383.

37 Ibid., 384-385 (surtout d’après Qudāma).

38 Balādhurī, 272 ; Ibn Ṭiqtaqa, al-Fahrī, éd. Derenbourg, 105 ; cf. Lokkegaard, 113. Considérations justificatives, Abū Yūsuf, 28 ; tr., 76.

39 Quelques problèmes... 386.

40 A. Christensen, L’Iran sous les Sassanides, 366 sq.

41 Denys, 127, 129, 145, etc.

42 Abū Yūsuf, 70/189.

43 Denys ajoute, 191, de fortes amendes aux contribuables pris en défaut, en particulier pour avoir échappé au marquage individuel.

44 106, 122, 127, 138.

45 Denys, 74, 74 sq., 89 sq., il montre les paysans suivant l’armée pour lui vendre leurs produits.

46 Lokkegaard 141 (éléments d’une discussion, confusément interprétés).

47 Denys, 98.

48 Denys, 106.

49 Sur la politique parallèle poursuivie trois quarts de siècle plus tôt par al-Ḥadjdjādj en Iraq, cf. en dernier lieu Dennett, 48 sq. La même l’a été encore en Égypte, où les paysans se réfugiaient dans les monastères.

50 Lokkegaard, ch. VI.

51 Denys, 134, 138, 154, 168. Cette solidarité remonte dans une certaine mesure aux temps byzantins, et avait pu être renforcée localement par le régime de ṣulḥ des lendemains de la conquête arabe : Lokkegaard, 139.

52 Denys, 134.

53 Denys, 133.

54 Denys, 134.

55 Denys, 116.

56 Denys, 141, 151-152. Denys ne parle pas de Juifs. P. 92, il stigmatise la richesse des gens de Mossoul.

57 Denys, 109, 112-113, 122, 128-129, 154, 156, 172. « Les marchands de bestiaux devinrent plus nombreux que les étoiles du ciel, comme nous dit le Prophète Nahum », 168, à propos de la famine.

58 Lokkegaard, 67-70, et mon article L’évolution de l’iqṭā’ (Annales, 1953), p. 31, reproduit dans ce volume.

59 134.

60 Denys, 156.

61 Denys, 173-175.

62 Parmi les autres prétentions fiscales ou abus signalés par Denys figurent des atteintes aux monastères (168), la rapacité du fisc à l’égard des héritages non directs (190), l’obligation aux bourgeois d’une ville de construire à leurs frais leurs remparts (147), la classique muṣādara pour faire rendre gorge aux agents du gouverneur précédent (108, 122).

Notes de fin

* Publié dans Arabica, I, 1954, 136-152.

© Presses de l’Ifpo, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540