Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale

 | 
Claude Cahen

Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge*

Full text

  • * Le présent exposé a été fait, à quelques phrases près, dans le cadre d’un « panel » au Congrès des (...)
  • 1 Il faut se garder d’un certain romantisme qui incline à voir des caravanes ou des flottes de march (...)
  • 2 Il est difficile, et sans grand intérêt pour notre objet, de préciser une chronologie qui peut var (...)

1Quelle qu’ait été la place, variable selon les moments et les lieux, de l’économie marchande dans le monde musulman médiéval1, il est certain qu’au haut Moyen Âge, si on le compare à l’Europe, elle le caractérise. Au bas Moyen Âge au contraire2, et plus encore aux temps modernes, c’est l’Europe qui prend les devants, le distançant de plus en plus. On s’est souvent interrogé sur les causes de cette interversion. Sans pouvoir faire plus dans le temps qui m’est imparti, je présenterai à ce sujet quelques réflexions.

  • 3 L’étendue du domaine musulman ne dispense pas de cette règle : il consiste en une bande de territo (...)
  • 4 Longtemps avant sa conquête par les Turcs, qu’elle a naturellement favorisée. Les prodromes en rem (...)
  • 5 Le déplacement des axes commerciaux finira par nuire même à Gênes, mais celle-ci gardera un certai (...)
  • 6 C’est donc une faute méthodologique de juger des attitudes économiques, pour ne parler que de cell (...)
  • 7 Méthodologiquement aussi il est évidemment plus facile d’étudier le développement occidental qui a (...)
  • 8 Il y a décalage en faveur de l’Empire ottoman, ou du moins de ses provinces centrales, mais peut-ê (...)

2Par définition une économie marchande ne peut s’étudier dans un seul domaine clos3, sans référence à ce qui l’entoure. En ce qui concerne le domaine musulman, on constate d’une part que les phénomènes qui l’affectent lui sont communs avec d’autres sociétés, d’autre part qu’ils ne sont pas dus uniquement à une évolution interne, mais aussi au contrecoup des évolutions qui l’entourent. Sans aller jusqu’à l’Extrême- Orient, la même décadence a affecté Byzance4, avant d’affecter même ceux des Méditerranéens d’Occident qui n’auront pas su à temps convertir leur économie : l’économie moderne aura son centre dans l’Europe du nord-ouest, et non plus à Venise ou à Florence5. C’est donc tout un système qui décline, dont le monde musulman n’est qu’une partie, même si cette partie y présente quelques traits originaux. Et d’autre part, quelles qu’aient pu être les causes internes de faiblesse de ce monde musulman, elles vont être aggravées par le fait même de la prépondérance européenne nouvelle, qui fera régresser l’économie des pays non modernisés en deçà du niveau où d’elle-même elle se serait maintenue6. A cet égard le vrai problème est moins celui du déclin de l’Orient que de l’essor de l’Occident7, et, pour l’historien de l’Orient, la question fondamentale est de savoir comment il se fait qu’en une période donnée — fin du Moyen Âge, début des temps modernes8 — il s’est produit le renversement de tendance dû à ce que les premiers progrès de l’Europe n’ont plus pu être suivis par l’Orient.

  • 9 On ne saurait cependant reprocher aux Musulmans d’Occident, quand ils étaient encore maîtres de la (...)
  • 10 Excellent exposé de D. Ayalon dans son Gunpowder and Firearms in the Mamluk Kingdom, London 1956.
  • 11 Sur un point particulier, le comportement du pilote yéménite Ibn Mādjid aidant Vasco de Gama repos (...)

3On dit souvent que l’événement principal qui a entraîné la décadence de l’économie musulmane consiste dans les Grandes Découvertes. Certes la découverte de l’Amérique, dont les effets économiques n’ont commencé à se faire sentir que vers le milieu du xvie siècle, était extérieure au domaine de réaction possible du monde musulman. Mais la découverte de la route du Cap de Bonne Espérance, elle, à y regarder de près, apparaît bien plus comme un des derniers actes du drame que comme le prélude de celui-ci9. Car enfin comment se fait-il que l’Égypte placée comme elle l’était, n’ait pu ni interdire militairement10 ni neutraliser économiquement l’expansion portugaise dans l’Océan Indien? A cet égard les entreprises de Vasco de Gama et de ses successeurs, avant de l’aggraver, révèlent une faiblesse qui leur préexistait11. C’est cette faiblesse qu’il nous faut tâcher de comprendre.

  • 12 L’Asie musulmane a été appauvrie entre autres causes par le développement même de la concurrence é (...)
  • 13 Cela a été fortement établi ces derniers temps, pour ce qui concerne la religion, par Maxime Rodin (...)
  • 14 En particulier les gisements d’or de Nubie épuisés pratiquement depuis la fin du xiie siècle ; en (...)
  • 15 Voir les communications de Lopez, Miskimin et Udovitch.
  • 16 Le rôle des Hilāliens dans la ruine de l’Afrique du nord a été remis en question par J. Poncet dan (...)
  • 17 Difficilement discutable, mais difficile à dater et à préciser, la formation momentanée de l’Empir (...)

4Le monde de l’Islam est vaste, et à vrai dire, si l’activité marchande à travers l’Égypte peut faire quelque illusion jusqu’au xve siècle, la plupart des pays musulmans sont déjà bien avant cette date économiquement affaiblis12. Ni la religion, ni le Droit de l’Islam n’y sont pour rien13. Des causes occasionnelles y ont contribué, qu’il ne faut ni sous-estimer ni exagérer: la relative pauvreté minière et l’épuisement de certains gisements14, à une époque où l’Europe découvrait les siens, mais où néanmoins l’échelle des besoins restait basse; la Peste noire et autres épidémies, qui cependant n’ont pas moins touché l’Europe15 ; les invasions, intérieures comme celle des Hilāliens en Afrique du Nord, ou venue du dehors comme celle plus vaste des Mongols en Asie, invasions qui ont plus ou moins directement ruiné l’agriculture et certaines villes, mais qui elles aussi néanmoins avaient révélé des faiblesses avant de les aggraver16 : de toute façon le monde musulman ne forme pas un marché unique, et la ruine de l’Asie Centrale17 n’a aucune raison d’avoir affecté l’Égypte. Il est difficile de doser l’influence respective des facteurs : ceux-ci doivent leur relative importance au fait qu’ils ont pu momentanément accentuer un décalage de l’Orient par rapport à l’Occident, et par conséquent rendre plus difficile la concurrence et le redressement ; mais il ne faut pas oublier que l’Europe du xive et du xve siècle est elle-même en état de crise.

  • 18 La situation à cet égard a été récemment analysée de façon très pertinente par I.M. Lapidus, Musli (...)
  • 19 Entre autres, par exemple, les arrêts de paiement, par suite de leur guerre, des gouvernements fra (...)

5Des causes sociales peuvent être invoquées, en particulier, en Égypte et ailleurs, la domination sur l’État d’une aristocratie militaire qui d’un côté participait aux diverses formes de l’économie, mais qui de l’autre au moindre besoin prenait des mesures coercitives incompatibles avec la santé de celle-ci18. Mais, outre que de tels régimes politiques révèlent les limites de l’économie marchande, c’est également l’interférence d’États que la classe marchande ne dominait pas qui a dès avant la Peste noire causé les grands krachs de la Banque italienne19.

  • 20 Cette question a fait l’objet de discussions au sein de l’Institut d’Études Islamiques de l’Univer (...)

6Sans suggérer aucune exclusive, il y a lieu de rechercher les éléments de faiblesse relative qui pouvaient exister dans la structure de l’économie marchande elle-même20. Plutôt que de poursuivre une énumération sommaire, je voudrais essayer de parler de deux facteurs qui me paraissent avoir une certaine importance et n’avoir pas été jusqu’ici suffisamment mis en relief.

  • 21 J’en ai un peu parlé dans ma communication sur Quelques problèmes concernant l’expansion économiqu (...)
  • 22 Et de prestige. Les « barbares » doivent venir constater sur place la richesse de la Ville Impéria (...)

7Pendant le Moyen Âge entier les gens du monde musulman ont été chercher, de l’Europe orientale à la Chine, et tout autour de l’Océan Indien, les produits dont ils avaient besoin pour leur commerce ailleurs ou leur consommation. Les mêmes Proche-Orientaux, et cette foi aussi les Byzantins, ont très tôt, avant d’y être aucunement contraints, laissé les Italiens s’assurer le quasi-monopole des transports méditerranéens. Je ne peux discuter ici les raisons d’un pareil contraste21, qui a pu momentanément paraître présenter certains avantages fiscaux22 ; il suffit de souligner qu’il aboutissait, face à l’Europe, à une attitude partiellement passive au moment où les difficultés de la concurrence auraient exigé le déploiement de toutes les énergies d’initiative. Et bien entendu, mais plus tard seulement, la découverte de la route du Cap de Bonne Espérance devait ruiner à la fois les deux branches du système.

  • 23 Cela est formulé très explicitement aussi bien dans les Maḥāsin al-Tidjāra d’Abū l-Faḍl al-Dimashq (...)
  • 24 Cela résulte de manière éloquente des règlements étudiés dans le Minhādj d’al-Makhzūmī (Égypte, xi (...)
  • 25 Je ne prétends naturellement pas qu’il n’y ait eu aucune industrie ou production à clientèle étran (...)
  • 26 En matière alimentaire, il y avait crainte de disette.

8Il y a cependant, je crois, plus intérieur encore. L’économie marchande du Moyen Âge musulman, comme celle de l’Antiquité, était surtout une économie de spéculation et d’acquisition. De spéculation : je veux dire que le but conscient des marchands était d’acheter quelque part à bas prix des produits qu’ils pourraient ensuite revendre ailleurs avec une grosse marge bénéficiaire23. Économie d’acquisition : je veux dire que l’objectif des États et de l’aristocratie utilisatrice du commerce était de se procurer les éléments de leur puissance ou de l’aisance de vie, pour autant qu’ils ne pouvaient se les procurer dans leur pays même, non pas d’écouler une production. Certes, pour se procurer des marchandises, il faut bien, si l’on n’a pas assez de moyens monétaires, vendre en compensation des produits de l’économie indigène; mais le monde musulman, qui a eu pendant longtemps une grande aisance monétaire, n’a pas eu à apporter à cet aspect des choses une attention particulière. Jamais en tout cas l’écoulement de la production intérieure ne paraît avoir été envisagé pour lui-même, et souvent même il a été découragé24, comme privant un État des témoignages de son prestige ou, en raison des bornes techniques du rendement, des disponibilités nécessaires aux besoins de ses sujets. L’idée d’alimenter un commerce grâce à un surplus de production, pour assurer ou augmenter le travail et les ressources des producteurs ou simplement pour équilibrer en valeurs marchandes importation et exportation, cette idée, élémentaire pour tout État moderne, n’a probablement jamais effleuré un État du Proche- Orient médiéval25, parce que plus souvent, au niveau de la technique où l’on se trouvait, les possibilités de la vente intérieure restaient supérieures à celles de la production26, mais avec le résultat réciproque que cette production n’était pas encouragée à dépasser son niveau technique ou son rendement.

  • 27 Les Occidentaux apportent, il est vrai, encore des espèces monétaires, mais pour financer leurs ac (...)
  • 28 Cette participation, en projetant sur le commerce une documentation dont nous n’avons pas l’équiva (...)
  • 29 Aux mains des Européens du nord-ouest, et essentiellement du type « colonial », pour achat de mati (...)

9Or justement on peut se demander, par comparaison, si cette conversion, l’Europe occidentale, peut-être à peine consciemment, n’était pas en train de la faire. Elle aussi certainement avait d’abord pensé à acheter plus qu’à vendre; mais monétairement elle était défavorisée, si bien que, même si le but restait l’importation, elle avait été pratiquement obligée de mettre l’accent sur l’exportation des marchandises dont elle pouvait disposer, sur leur production, sur leur transport par ses propres forces. Au milieu du Moyen Âge le commerce de l’Égypte faisait encore une place saine à la vente de ses produits, mais à la fin du Moyen Âge, même elle, réputée jadis pour son industrie textile, était envahie par les étoffes de l’industrie flamande ou florentine27, sans parler des importations d’armes, et de bien d’autres. Le commerce alors n’y consiste plus qu’à assister passivement à l’échange, qui se fait sur son territoire, des produits en transit de l’Extrême-Orient contre les produits en transit de l’Occident. Tel avait été le cas deux siècles tôt déjà de ce commerce momentané de l’Empire mongol sur lequel la participation des Italiens ne doit pas faire illusion28, et qui de toute façon n’avait pas duré : il traversait le pays, il ne lui appartenait pas. Certes des bénéfices fiscaux, des bénéfices privés pour les importateurs de l’Extrême-Orient pouvaient encore être réalisés en Égypte à la fin du xve siècle ; mais qu’arrive alors la Découverte portugaise, et puisque le transit était tout, tout alors en un jour s’écroule. Je sais qu’il se réorganisera aux temps modernes un « commerce du Levant », mais déjà maintenant dans le cadre de la suprématie européenne29, et trop tard pour que le Levant en tirât aucun vrai profit. S’il n’y avait pas eu les Grandes Découvertes, le déclin aurait été plus lent, moins absolu peut-être; mais il n’est pas douteux qu’il avait largement commencé avant elles, et que grosso modo le résultat aurait fini par être le même.

Notes

1 Il faut se garder d’un certain romantisme qui incline à voir des caravanes ou des flottes de marchands musulmans sillonnant sans arrêt le monde. La terre reste probablement presque partout la source essentielle de la richesse, et le commerce ne commande pas tous les domaines de l’économie. Mais l’importance de l’économie marchande reste évidente si on compare la société musulmane à celles qui l’entourent dans le temps ou dans l’espace.

2 Il est difficile, et sans grand intérêt pour notre objet, de préciser une chronologie qui peut varier non seulement suivant les régions, mais aussi suivant les facteurs considérés. Nous n’avons pas de statistiques, et il est tentant de se laisser aller à un certain subjectivisme. Il faut cependant ne pas exagérer non plus l’indifférence au temps, et il est en général instructif de souligner les synchronismes, tant entre faits d’ordres divers qu’entre domaines économiques différents.

3 L’étendue du domaine musulman ne dispense pas de cette règle : il consiste en une bande de territoires relativement similaires, dont le commerce extérieur a toujours été de plus de portée que le commerce intérieur, sinon de plus de volume.

4 Longtemps avant sa conquête par les Turcs, qu’elle a naturellement favorisée. Les prodromes en remontent en gros au xie siècle, c’est-à-dire à la même époque que ceux de la décadence musulmane. C’est en 1082 que, pour des raisons il est vrai en partie fortuites, est signé l’acte de capitulation de la flotte byzantine devant Venise; il n’aurait pas été si définitif s’il n’y avait eu que ces raisons.

5 Le déplacement des axes commerciaux finira par nuire même à Gênes, mais celle-ci gardera un certain temps sa puissance financière, parce qu’elle aura su prendre des intérêts dans les entreprises nouvelles des pays occidentaux, y compris dans les Grandes Découvertes elles-mêmes ; de bon ou de mauvais gré selon les moments, son sort était moins que celui de Venise lié exclusivement à celui de l’Orient, et, contre Venise, elle cherchait autre chose.

6 C’est donc une faute méthodologique de juger des attitudes économiques, pour ne parler que de celles-là, des Proche-Orientaux du Moyen Âge d’après ce qu’on peut constater de leurs attitudes dans les secteurs traditionnels de leur économie contemporaine ou récente.

7 Méthodologiquement aussi il est évidemment plus facile d’étudier le développement occidental qui a eu lieu que l’absence de développement oriental, et les causes de celui-là que de celle-ci.

8 Il y a décalage en faveur de l’Empire ottoman, ou du moins de ses provinces centrales, mais peut-être seulement parce que la situaton de force là a permis d’y concentrer ce qui restait d’activité économique ailleurs. La Puissance nouvelle n’a pas plus pu que l’Égypte des Mamlûks garder à l’Islam la maîtrise de l’Océan Indien.

9 On ne saurait cependant reprocher aux Musulmans d’Occident, quand ils étaient encore maîtres de la mer, de n’avoir pas réalisé cette découverte. Ils ont exploré la côte nord-occidentale de l’Afrique, mais n’avaient aucune incitation économique à vouloir tourner leurs coreligionnaires d’Orient. Il ne faut pas exagérer la portée économique des conflits politico-religieux.

10 Excellent exposé de D. Ayalon dans son Gunpowder and Firearms in the Mamluk Kingdom, London 1956.

11 Sur un point particulier, le comportement du pilote yéménite Ibn Mādjid aidant Vasco de Gama repose sur une opposition des marins d’Aden aux prétentions monopolisatrices de l’Égypte. Ils pensaient pouvoir devenir, eux, les intermédiaires et bénéficiaires dans la nouvelle voie commerciale.

12 L’Asie musulmane a été appauvrie entre autres causes par le développement même de la concurrence égyptienne dans le transit Océan Indien-Méditerranée; l’Afrique du Nord l’est, entre autres causes, par la part croissante prise par les Italiens et Ibériques aux acquisitions de l’or soudanais.

13 Cela a été fortement établi ces derniers temps, pour ce qui concerne la religion, par Maxime Rodinson dans son Islam et Capitalisme, Paris 1966. Il faut remarquer que, même si l’on veut voir dans l’Islam un côté fataliste (qui ne s’est développé en ce sens que lorsqu’une certaine « fatalité » s’est apesantie sur l’Islam, aux temps modernes), il n’y a pas plus fataliste que le protestantisme calviniste, dont le rôle dans l’essor du capitalisme est cependant indiscutable. En ce qui concerne le Droit, celui de l’Islam était sur quelques points en avance sur celui de Rome, Byzance et l’Europe du haut Moyen Âge ; voir par exemple A. Udovitch, At the origins of the Western Commendat, Speculum, 37, 1962. On a dit par contre que la commende italienne du bas Moyen Âge était en avance sur l’islamique, en ce qu’elle pouvait être conclue sur des marchandises et non seulement sur des espèces monétaires, mais, outre qu’en fait nous possédons des exemples de commendes (voir H.R. Idris dans JESHO, iv, 1961) l’opposition est beaucoup plus formelle que réelle. Le contrat musulman stipule l’avance en valeur monétaire, en raison de son souci de la précision de la somme à rendre, mais, même si l’avance a été effectivement faite en espèces, le marchand qui va commercer au loin en réalise tout de suite en général une partie en marchandises. Et dans les actes italiens, si l’avance est souvent faite en marchandises (mais non toujours), la valeur en est toujours précisée ; on revient donc pratiquement au cas précédent.

14 En particulier les gisements d’or de Nubie épuisés pratiquement depuis la fin du xiie siècle ; en Égypte encore, l’alun a dû baisser ou devenir comparativement moins rentable ; l’Égypte a toujours dû importer son fer.

15 Voir les communications de Lopez, Miskimin et Udovitch.

16 Le rôle des Hilāliens dans la ruine de l’Afrique du nord a été remis en question par J. Poncet dans deux articles des Cahiers de Tunisie, 1954, et des Annales (Economies, Sociétés, Civilisations), 1967 ; voir aussi ma note dans JESHO, XI, 1968, 130-133. Pour les Mongols comme pour eux, il faut distinguer en tout cas les circonstances de l’invasion elle-même et la place économico-sociale occupée ensuite dans la société résultante.

17 Difficilement discutable, mais difficile à dater et à préciser, la formation momentanée de l’Empire timouride y ayant ramené artificiellement certaines formes d’activité.

18 La situation à cet égard a été récemment analysée de façon très pertinente par I.M. Lapidus, Muslim Cities in the later Middle Ages, Cambridge, Mass., 1967.

19 Entre autres, par exemple, les arrêts de paiement, par suite de leur guerre, des gouvernements français et anglais aux Bardi et Peruzzi de Florence.

20 Cette question a fait l’objet de discussions au sein de l’Institut d’Études Islamiques de l’Université de Paris en 1962 ; malheureusement les procès-verbaux n’ont pu en être distribués qu’à usage interne.

21 J’en ai un peu parlé dans ma communication sur Quelques problèmes concernant l’expansion économique musulmane au Moyen Age, dans L’Occidente e l’Islam nell’alto Medioevo, Settimane di studio del centro italiano sull’alto Medioevo, xii, Spolète 1965, surtout p. 423 sq., reproduit dans ce volume. Maurice Lombard, dans Le Navire, Travaux du Deuxième Colloque International d’Histoire Maritime, 1957 (article « Arsenaux et bois de marine dans la Méditerranée musulmane, viie-xiie siècles ») a insisté sur l’insuffisance croissante du bois de construction navale dans les pays musulmans de la Méditerranée ; l’argument, sans être dépourvu d’intérêt, n’a qu’une portée limitée, en raison de l’échelle modique des besoins, d’approvisionnements possibles en Asie Mineure et en pays chrétiens, et surtout de la constatation d’une part de la décadence simultanée de Byzance, d’autre part de la continuation, au moins en certaines périodes, de la piraterie maritime.

22 Et de prestige. Les « barbares » doivent venir constater sur place la richesse de la Ville Impériale, disait-on à Byzance. Et en outre il vaut mieux qu’ils viennent, eux, payer des droits de douane et dépenser sur place l’argent qu’ils gagneront plutôt que d’envoyer les nôtres en faire autant chez eux.

23 Cela est formulé très explicitement aussi bien dans les Maḥāsin al-Tidjāra d’Abū l-Faḍl al-Dimashqī (période et territoire fāṭimide) que dans le Tabaṣṣur fī l-Tidjāra attribué (à tort) à Djāḥiz (Iraq ‘abbāside). Et c’est la raison d’être des lettres que s’écrivent les marchands juifs connus par la Geniza, les marchands italiens, etc. Sinbad le Marin ne fait rien d’autre...

24 Cela résulte de manière éloquente des règlements étudiés dans le Minhādj d’al-Makhzūmī (Égypte, xiie siècle), voir mes Douanes et Commerces dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale, JESHO, vii, 1964, en particulier p. 262 sq.

25 Je ne prétends naturellement pas qu’il n’y ait eu aucune industrie ou production à clientèle étrangère, telle l’industrie textile de Tinnīs, qui vendait normalement à Constantinople, semble-t-il ; mais cela reste des cas exceptionnels.

26 En matière alimentaire, il y avait crainte de disette.

27 Les Occidentaux apportent, il est vrai, encore des espèces monétaires, mais pour financer leurs achats des denrées en transit ; et cette monnaie a maintenant cours dans tout l’Orient, dont la frappe indigène est en ruine, ce qui signifie que, à considérer l’ensemble des circuits commerciaux, les Italiens se procurent assez de métaux précieux pour déborder leur propre aire commerciale.

28 Cette participation, en projetant sur le commerce une documentation dont nous n’avons pas l’équivalent pour la période antérieure, risque de faire illusion : elle ne suffit pas à elle seule à établir que le commerce, en changeant quelque peu de mains, ait augmenté de volume, ni que les populations intermédiaires en aient tiré plus de profit. Il y a même des cas où l’extension du commerce compense le déclin de la production indigène pour les besoins de l’aristocratie, et où réciproquement elle peut nuire à cette production.

29 Aux mains des Européens du nord-ouest, et essentiellement du type « colonial », pour achat de matières premières.

Endnotes

* Le présent exposé a été fait, à quelques phrases près, dans le cadre d’un « panel » au Congrès des Orientalistes à Ann Arbor le 14 août 1967. Il avait été précédé d’un exposé dans lequel un collègue avait en un quart d’heure indiqué les facteurs de l’essor économique musulman aux premiers siècles de l’hégire. Je disposais à mon tour d’un quart d’heure. Je conserve ici mon texte, mais en y ajoutant des notes. Je dois remercier B. Lewis d’avoir eu la gentillesse de me le demander, malgré mon absence, que je regrette vivement, à la Conférence de Londres. Publié dans Studies in the Economic History of the Middle East, ed. M.A. Cook, 1970 (Colloque de Londres, 1967), 31-36.

© Presses de l’Ifpo, 1977

Terms of use: http://www.openedition.org/6540