Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale

 | 
Claude Cahen

Y a-t-il eu des corporations professionnelles dans le monde musulman classique ?*

Quelques notes et réflexions

Texte intégral

  • * Dans A. H. Hourani et S. Stern, The Islamic City, Oxford, 1970, 51-63.
  • 1 Bernard Lewis, Islamic Guilds, dans Economic History Review, viii (1937).
  • 2 Louis Massignon a exposé allusivement ses idées dans de nombreux articles consacrés à des sujets d (...)

1Existe-t-il des corporations professionnelles dans le monde musulman classique, aux quatre ou cinq premiers siècles de l’Hégire ? De-ci de-là on trouve des propositions sommaires qui donnent l’impression qu’on répond en général à cette question plus ou moins implicitement comme si l’affirmative allait de soi ; mais jamais elle n’a fait l’objet d’une véritable étude. Le seul exposé d’ensemble sérieux qui ait été consacré aux corporations professionnelles musulmanes en général est celui d’un collègue jeune qui à l’époque était encore de 28 ans plus jeune, Bernard Lewis ; il y dégage, avec la clarté que nous lui avons toujours connue depuis, l’état de la science en 19371 ; mais je ne crois pas me tromper en disant que, pour les premiers siècles, il se réfugie avec une nuance de réserve derrière l’autorité de quelques grands maîtres, en particulier Massignon, sans avoir pu, et, nous le verrons, pour cause, leur emprunter des indications documentaires comme la suite de l’article en contient. A vrai dire, c’est surtout Massignon en effet qui a parlé de corporations professionnelles dès cette époque2 ; mais le respect dû à la mémoire d’un homme qui fut grand n’oblige pas à considérer qu’il ait eu sur toutes choses un jugement également sûr ni bien informé.

2Pour reprendre la question, il est, je crois, d’abord indispensable de la bien préciser, car peut-être l’insuffisance de la réponse jusqu’ici donnée provient-elle pour une part d’une relative confusion dans la manière de la poser. Les précisions nécessaires portent, je crois, sur les points essentiels suivants :

  1. Nous traitons des premiers siècles ; à la fin de la période que nous appelons Moyen Âge, et aux temps modernes, il existe dans la plupart des pays musulmans une certaine organisation professionnelle corporative : bien des traits en restent à discuter et interpréter, mais la tendance n’est pas contestable3. La question que nous avons à nous poser est donc de savoir si ce qu’on trouve alors existait auparavant, ou si nous sommes devant le résultat d’une évolution qu’il faudrait alors déterminer et comprendre.
  2. Nous parlons d’organisations professionnelles, c’est-à-dire dont la profession forme le cadre. Personne ne conteste qu’il existe dans la période que nous considérons des organisations corporatives, et nous en reparlerons tout à l’heure à propos de la futuwwa ; la question est de savoir si, quels qu’en soient les membres, et même si individuellement la plupart exercent des professions, c’est la profession qui définit et constitue les cadres de certaines d’entre elles, ou si elles sont bâties sur d’autres bases.
  3. Nous parlons de corporations. Personne ne conteste que le monde musulman, dès l’époque que nous envisageons, a connu quelque forme d’organisation professionnelle. La question est de savoir jusqu’à quel point, et surtout s’il s’agit d’organisation corporative, c’est-à-dire consistant en associations spontanées encadrant plus ou moins largement la vie de leurs adhérents, ou si nous avons affaire à des organismes émanant de l’appareil administratif étatique.

3Je résume donc : existe-t-il dans les âges dits classiques de l’Islam des associations privées à base et à rôle professionnels, ou, réciproquement, l’organisation professionnelle est-elle à base d’associations privées spontanées ?

  • 4 Bibliographie et exposé de base dans Histoire Générale du Travail, éd. L. H. Parias, i, v, chap. 3 (...)
  • 5 Le meilleur exposé me paraît rester encore celui que donne Gunnar Mickwitz aux chapitres vii et vi (...)
  • 6 C’est sur l’Italie, en raison des continuités institutionnelles et de son appartenance au même mon (...)
  • 7 Cela est particulièrement visible aux origines des communes italiennes, encore une fois, mais para (...)
  • 8 Massignon la formule dans son article Les corps de métiers et la cité islamique, dans Revue intern (...)

4La question, historiquement, n’est pas arbitraire. On sait que le Bas-Empire romain avait développé sous le nom de « collèges » des organismes professionnels à caractère intensément étatique4. Bien qu’une certaine évolution en ait libéralisé la rigueur, ce sont toujours des organismes d’État que nous présente l’Empire byzantin, héritier de Rome, au xe siècle où, grâce au document connu sous le nom de Livre du Préfet, nous pouvons le mieux les connaître : c’est-à-dire que, sans parler de quelques métiers directement constitués dans le cadre de l’État, les autres, bien que composés de particuliers libres, sont réglementés et contrôlés par l’État5. Il semble bien qu’en Europe occidentale aussi, en tout cas en Italie, jusqu’au xie siècle, dans la mesure où existaient par endroits quelques métiers groupant un nombre suffisant de membres, c’est encore cette forme d’organisation qui ait prévalu en général6. On sait par contre que dans la deuxième moitié du Moyen Âge il s’y est développé des corporations privées puissantes. Il n’est pas sans intérêt pour l’histoire comparée de préciser en passant que, contrairement à l’opinion ancienne qui voyait dans ces corporations la source des communes, on constate maintenant que c’est au sein des communes, formées en dehors de toute base professionnelle, que se sont ensuite constituées et délimitées des corporations professionnelles7. Commune et corporation sont l’une et l’autre issues de l’insuffisance de l’organisation étatique, et ont décliné à mesure du développement des États modernes. Telles qu’on a pris l’habitude de se les représenter d’après cette expérience de l’histoire, les corporations professionnelles sont donc des associations privées groupant tous les maîtres d’un métier, en réglant elles-mêmes l’exercice, et encadrant, même en dehors de la vie professionnelle stricto sensu, un certain nombre d’activités de leurs membres, surtout de l’ordre de la religion et de l’entraide. Pour Massignon, il y aurait eu dans l’Islam, depuis le xe siècle, des corporations plus ou moins réductibles à ce type, et elles auraient même exercé une influence sur celles de la Chrétienté, qu’elles précèdent dans le temps. Laissant de côté cette dernière hypothèse8, c’est le bien-fondé de la première que nous devons maintenant éprouver.

  • 9 Voir p. 307, n. 2 et p. 308, n. 1. Pour Damas, voir spécialement la Notice sur les corporations de (...)

5Malheureusement, Massignon n’a nulle part explicitement développé tout son raisonnement, et la reconstitution que j’en propose est elle-même peut-être hypothétique. Je crois qu’on peut le résumer ainsi : aux temps modernes, il existe un certain type de corporations professionnelles qu’attestent en particulier pour la Constantinople ottomane Evliyā Tchelebi dès le xviie siècle, et divers documents damasquins, marocains etc. pour le XIXe et le début du XXe, jusqu’à l’avènement du syndicalisme9. Ces corporations, il faut bien qu’elles soient venues de quelque-part — cette formule, je la tiens personnellement de sa bouche même. Ce quelque part, c’est le milieu musulman proche-oriental des alentours de l’an 300 de l’hégire, 900 de l’ère chrétienne. Pourquoi ? Parce qu’à l’époque moderne, il y a souvent des liens entre corporation professionnelle et futuwwa, et que le mouvement connu sous ce dernier nom apparaît en pleine lumière vers ce temps-là ; parce que cette futuwwa, telle qu’on la connaît avec plus de détail un peu plus tard, présente, dans ses rites d’association, des parentés avec l’ismā’īlisme, la doctrine politico-religieuse qui était justement en plein essor au début du ive/xe siècle ; et qu’on constate un particulier intérêt de l’ismā’īlisme pour le travail manuel et les artisans. En somme Massignon tire parti de convergences elles-mêmes d’ailleurs à la fois larges et partielles, entre trois catégories d’organisations qu’il considère sub specie aeternitatis, combinant des caractères qu’il leur connaît en des temps récents avec le fait établi de leurs débuts éloignés. Je ferai, sur cet ensemble de raisonnement, les remarques suivantes :

  1. S’il est évident qu’en matière d’histoire économique et sociale on ne peut s’enfermer dans des limites chronologiques aussi étroites et précises qu’en matière d’histoire événementielle, il est cependant d’une mauvaise méthode d’enjamber les siècles comme si rien ne s’y transformait. L’expérience de certains peut aider à dresser le questionnaire que l’on applique à l’enquête sur d’autres, mais non conduire à leur affecter a priori des caractères qu’il s’agit précisément de découvrir. La notion qu’un certain type d’organisation doit nécessairement dériver d’un précédent est elle-même fallacieuse et n’explique rien ; chaque société se forme les organisations qui lui conviennent et ne conserve celles de son passé, compte tenu de la durée de certaines routines, qu’autant qu’elles s’attachent encore à des besoins présents. On peut tirer un enseignement de la pérennité de certains traits, mais non poser en hypothèse que pour exister un jour, ils ont besoin d’être nés l’avant-veille.
  2. Cela dit, il est bien certain que l’on ne peut maintenir à peu près aucun des éléments du schéma général de Massignon. Il est vrai qu’à partir de la fin du Moyen Âge il se produit un certain recouvrement de la structure professionnelle par la futuwwa, du moins dans le domaine irano-turc10 ; mais rien n’indique que ce recouvrement soit ancien, et non le résultat d’une évolution : quelle que soit la place qu’occupent dans des organisations populaires anciennes de futuwwa des gens exerçant diverses professions, tout donne l’impression au contraire qu’à cette époque ils y sont groupés indépendamment de leurs métiers particuliers et que la futuwwa n’interfère en rien avec l’activité propre de leur travail11. Cela n’a d’ailleurs rien pour surprendre un Occidental : il est bien établi maintenant que les groupements qui dans les villes du Moyen Âge naissant s’occupaient de religion et d’entraide12 étaient en général constitués en dehors de toute base professionnelle. Il y a, pour l’Islam, un problème du rapprochement entre futuwwa et profession à partir d’un certain moment (et en Orient seulement), mais il n’y pas interconnexion originelle.
  3. L’idée d’un intérêt spécifique des Ismā’īliens pour les artisans tombe également, semble-t-il, assez à faux. Massignon l’étaie sur la constation plus générale du caractère socialement revendicateur de certaines branches du mouvement Ismā’īliens, sur l’idée plus vague d’une parenté entre certaines de leurs formes d’organisation et celles de la. futuwwa, sur quelques passages consacrés aux métiers manuels dans les Rasā’il Ikhwān al-Ṣafā’ et ailleurs, enfin sur un épisode du xie siècle à Bagdad où l’on voit un émissaire ismā’īlien essayer de nouer des intelligences auprès d’un groupe de futuwwa13 ; et d’autre part, plus généralement, sur l’essor économique de l’Égypte fāṭimide. Mais rien de tout cela ne tient. L’intérêt de l’ismā’īlisme pour les métiers reste limité, théorique, et largement déduit de la littérature antique ; les analogies d’organisation entre groupes plus ou moins paralégaux en une société donnée sont naturelles et, tant que rien n’en établit de particulière précision, n’autorisent aucune conclusion ; l’épisode bagdadien, qui se situe dans le cadre momentané de la lutte Fāțimides et Saldjūqides, ne prouve rien que pour lui-même, et ce qui est au contraire frappant est, étant donné le détail avec lequel nous connaissons les manifestations de la futuwwa bagdadienne du xe au xiie siècle, combien il apparaît comme exceptionnel et isolé. On ne peut déduire non plus aucune politique spécifiquement proartisanale de l’essor économique dans l’Égypte fāțimide, dû à un ensemble de facteurs autrement larges et complexes14. A vrai dire, il n’y a aucun témoignage d’une particulière pénétration de l’ismā’īlisme dans les milieux artisanaux du Proche-Orient. Les événements connus nous le montrent influent dans certains milieux ruraux, voire parfois bédouins, en Iraq et en Iran, plus que dans le petit peuple urbain, qui à Bagdad était ḥanbalite ; milieux ruraux dont Ibn Waḥshiyya, derrière lequel Massignon veut voir un « shī’ite extrémiste », avait dressé le bilan de la civilisation traditionnelle face à la montée de l’Islam urbain.

6De toute façon, le raisonnement général ne peut suffire, et il nous faut pour progresser essayer de trouver une documentation directe. L’ennui est que, pour l’époque classique, elle paraît extrêmement difficile à trouver.

7Une parenthèse d’abord sur les traités de ḥisba. La notion générale de ḥisba remonte assez haut dans l’Islam, mais il n’a été conservé et, selon toute apparence, composé de précis spécifique de ḥisba, j’entends : expliquant les devoirs techniques du muḥtasib et non seulement des principes généraux, qu’à partir de l’extrême fin du xie siècle en Occident, de celle du xiie en Orient (et encore en quelques pays seulement) : répartition qui n’est peut-être pas fortuite, et peut correspondre à un renforcement d’organisation chez les Almoravides d’une part, les Ayyūbides de l’autre. Il existe depuis les débuts de l’Islam un ṣāḥib al-sūq, où l’on a voulu voir, ce qui est douteux à mon avis, un héritier de l’agoranome antique, et qui, modifié dans sa signification religieuse, devient sous les ‘Abbāsides le préposé à la ḥisba, le muḥtasib. Mais nous savons mal, concrètement, ce qu’étaient alors les activités du muḥtasib.

  • 15 Voir le résumé de ces questions dans l’article Ḥisba de l’Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, par (...)

8Cependant, encore dans les traités de ḥisba, il nous apparaît fondamentalement comme un représentant de l’Autorité ou de la Justice, qui n’est nulle part confronté à une organisation corporative ni a fortiori n’en émane15. Ces traités, même pour leur époque, ne peuvent donc nous servir à rien pour notre objet présent, sinon pour cette impression négative.

9En dehors des traités de ḥisba, nous sommes réduits au hasard des allusions rencontrées dans des œuvres de toute nature, et qu’aucun de nous ne peut évidemment prétendre de loin connaître toutes. Dans de telles conditions, ce que je peux apporter aujourd’hui n’a aucun caractère même provisoirement ferme, et ce que je peux seulement faire est de souhaiter que, sur la base d’un questionnaire établi dans la clarté, chacun au cours de ses lectures puisse noter les renseignements susceptibles d’élaborer peu à peu des réponses. Voici, à cette tâche, quelques contributions :

  • 16 Abu Shudjā’ al-Rūdhrāwarī, continuation de Miskawayh, Tadjārib al-Umam, dans Margoliouth, The Ecli (...)

10Nous connaissons très bien pour certaines villes, en particulier Bagdad, l’histoire au moins épisodique des troubles populaires. Or il est extrêmement rare - et pour Bagdad je n’en connais aucun cas — de rencontrer dans le récit de tels troubles l’intervention d’un quelconque groupement que l’on puisse qualifier de professionnel, même si certains participants se trouvent désignés par le nom de leur profession. Ce qui intervient, quand ce n’est pas la soldatesque, c’est la foule informe ou, quand il y a une organisation relative, la futuwwa ; tout au plus nous dit-on que tel souq a été assailli, ou que les marchands ont, par peur, fermé boutique. Particulièrement remarquable est, à Bagdad dans la seconde moitié du ive/xe siècle, le récit de deux émeutes suscitées à quelques années d’intervalle par la prétention du gouvernement būyide d’introduire de nouveaux impôts sur l’industrie textile, plus spécialement la soierie, qui faisait vivre tant de Bagdadiens16 : aucun mot dans le récit de ces émeutes ne fait allusion à l’intervention de quelque sorte que ce soit d’organisation des « soyeux » ni autres artisans du textile.

  • 17 Al-Maqdisī, p. 102 ; al-Ṭabarī, éd. De Goeje, etc., p. 1909, au 262 ; cf. al-Fāsī dans Wüstenfeld,(...)
  • 18 Ibn al-Athīr, al-Kāmil, éd. Tornberg, vin, 89 et 157.
  • 19 Ibn al-Athīr, xii, 136.

11Les seuls exemples peut-être différents que je connaisse sont les suivants, très exceptionnels et peu clairs : en Arabie, selon al-Ṭabarī et al-Maqdisī, il y a des luttes entre factions diverses dont une entre tailleurs (ou marchands de blé) et bouchers, à La Mecque entre tenanciers de ḥammām et marchands de sel, si le texte est valable, et à Zabīd au Yémen entre bouchers et Bédouins, sous la même réserve17. Mais jusqu’à quel point s’agit-il d’affaires professionnelles ? Al-Maqdisī nous dit que les tailleurs sont shī’ites et les bouchers sunnites, et nous énumère sur la même lancée d’autres ‘aṣabiyyāt définies en termes tantôt religieux, tantôt ethniques, etc. Bien entendu certaines oppositions de caractère apparemment idéologique peuvent en recouvrir d’autres, qui pourraient être professionnelles ; mais les textes n’en disent rien, et nous sommes donc hors d’état de le préciser. Nous ne sommes guère plus avancés pour comprendre en quoi ont pu consister les combats dramatiques qui par deux fois, en 307/919 et 317/929 de l’hégire, à Mossoul opposèrent les marchands d’alimentation et les marchands d’étoffe flanqués des cordonniers18, ou, à Hérat en 602/1205 — mais ici nous sommes déjà à plus basse époque — les artisans du fer et ceux du cuivre19. Je ne doute pas qu’on puisse relever quelques autres cas de ce genre — suggérant au moins un certain esprit de corps — mais il est impossible pour le moment d’aller plus loin à l’aide de cette catégorie de documents.

  • 20 Le fiqh interdit toute fondation waqf au bénéfice d’une catégorie professionnelle, celle-ci ne dev (...)
  • 21 Kulturgeschichte des Islams, ii, 187.
  • 22 Introduction to Islamic Law, p. 186.
  • 23 Fatwā d’al-Walwalīdjī, Bibl. Nat. Paris arabe 4813, f° 169 v° ; Qādī-Khān, Fatwā, Caire 1282, vol. (...)

12La littérature juridique nous apporte peut-être quelques autres enseignements utiles. Je ne pense pas qu’on puisse y relever nulle part aucun exposé consacré pour elle-même à aucune organisation corporative20 : le Droit musulman ne veut connaître que des individus. Il y a néanmoins un chapitre du fiqh — particulièrement dans les recueils de fatwā — où l’on trouve une allusion intéressante, et, assez étrangement, c’est celui du Droit pénal, comme l’avait déjà vu il y près d’un siècle A. v. Kremer21. En cas de crime, le dédommagement dû met enjeu des solidarités de groupes qui sont normalement ceux de la famille (au sens large) ou de la tribu, dans la tradition arabe, et, pour ceux qui n’ont pas de tribu, le dīwān où ils sont inscrits, pour les soldats et les fonctionnaires, le groupe professionnel pour ceux qui en ont, et, quand il n’y a rien, l’État : ce dernier cas, en fait, le plus couramment réalisé dans l’État ‘abbāside et ses héritiers. La mention du groupe professionnel implique évidemment pour lui la reconnaissance d’une certaine « personne morale » ; la difficulté est, comme toujours avec le fiqh, de savoir dans quelle mesure le principe ainsi admis se trouve en fait appliqué. Schacht estime qu’il a en tout cas assez vite cessé de l’être22. Il se peut que certaines fatwā d’Asie Centrale à la veille de l’invasion mongole suggèrent une évolution contraire. Certains recueils de ce genre, en effet, à côté du cas général où la solidarité de profession ne joue pas, envisagent quelques exemples particuliers où elle peut jouer : les foulons et chaudronniers à Samarqand, les cordonniers à Isfīdjāb, les artisans du bois à Merv (on nous dit là incidemment qu’il en va de même pour eux en Ᾱdharbāydjān) : dans ces métiers, nous dit-on, il existe une nuṣra, yatanāṣarūna, ce qui signifie sinon forcément une organisation professionnelle complète, du moins, dans le cadre de la profession, un système de secours mutuel et d’entraide, une solidarité de quelque forme23. Les précisions données ont l’intérêt de nous montrer à la fois que ce système n’est pas général, puisqu’on cite des cas où il existe, et de nous faire toucher avec ces cas peut-être l’amorce d’une évolution ; à moins qu’il ne s’agisse, dans cette région, d’une survivance spécifique : je ne peux absolument rien dire pour en décider en ce moment.

  • 24 La présence de marchands parmi les catégories de notables qui assistent à des réceptions de souver (...)
  • 25 Al-Sam’ānī, Ansāb, 467 a (sur Abū Aḥmad al-Qalānisī, un religieux qui, avec un grand marchand, va (...)
  • 26 Ni les papyrus égyptiens, ni les documents judéo-arabes de la Geniza du Caire n’apportent, à ma co (...)

13Que peut-on chercher d’autres ? J’avais placé des espoirs dans la littérature d’adab, la littérature religieuse, etc. et les dictionnaires : mon enquête est trop limitée pour que je puisse tirer argument du fait que je n’ai jusqu’ici rien trouvé. Les descriptions de fêtes, s’il y avait des corporations professionnelles tant soit peu reconnues, devraient, comme il arrive parfois à plus basse époque, leur faire quelque place ; je n’en ai pas encore relevé de cas24. De quelques références fournies par Massignon résulte seulement l’existence assez ancienne d’une vénération pour Salmān, sans qu’on puisse préciser ni à quel titre ni quel milieu25. On ne peut rien déduire du fait que certaines mosquées portent le nom d’un métier, puisque c’est normalement aussi celui d’un quartier ou d’un souq. Rien non plus de ce que dans les relevés budgétaires apparaissent dans certaines provinces des prestations dues par certains métiers, puisqu’on ne sait comment s’en faisait la levée26.

  • 27 Il s’agit de toute manière de professions de type spécial, dont on ne pourrait rien conclure pour (...)
  • 28 Voir l’Encycopédie de l’Islam, 2e éd., sous ces deux mots.

14A vrai dire, les textes mentionnent parfois des shaykh ou ra’īs des marchands d’étoffes, des grands marchands surtout voyageurs, tudjdjār, des médecins, peut-être quelques autres cas. Mais ils ne nous apportent pas de précision sur les points qui nous importeraient le plus27. A l’époque des traités de ḥisba, le muḥtasib a sous ses ordres, pour le seconder auprès de chaque métier, un spécialiste appelé en général ‘arīf en Orient et amīn en Occident28. Ce personnage est choisi, semble-t-il, dans la profession, et il est difficile qu’il ne jouisse pas d’une certaine confiance des membres de cette dernière, mais il n’en est pas moins présenté par les traités comme l’agent du muḥtasib auprès d’eux plus que l’inverse. Nous voudrions savoir ce qu’il en était des personnages mentionnés à de plus hautes époques sous un nom de fonction ou un autre : c’est, pour le moment, un vœu pieux.

  • 29 Une thèse a été faite en ce sens à l’Université de Jérusalem, dont un résumé est paru dans le Jour (...)

15La seule chose qui apparaisse sûre est l’existence d’un certain esprit de corps, ou tout au moins d’un certain prix attaché à la profession, en ce sens que, pour tous les non-Arabes et plus largement pour tous ceux qui ne soulignent pas une appartenance tribale, le nom est en général accompagné d’un surnom qui désigne l’appartenance professionnelle. Le relevé des professions que l’on peut faire dans les innombrables dictionnaires de savants et lettrés29 est peut-être un peu trompeur, parce que les professions distinguées sont mieux avouées que les autres, et que les savants ne doivent pas se recruter également dans toutes ; il n’en signifie pas moins qu’un grand nombre d’hommes se définissent volontairement par la profession.

16On a bien compris que nous ne doutons pas, bien entendu, de la réalité d’une certaine forme d’organisation professionnelle. Il y a une répartition topographique des métiers, il y a des règles qu’ils doivent respecter, il y a un usage qui concerne la condition des apprentis, des esclaves employés, etc. par rapport aux maîtres, et il y a le muḥtasib avec ses agents qui contrôle plus ou moins tout cela. Mais tout cela ne fait pas une corporation, et si l’on ne peut rien conclure de ferme du silence peut-être provisoire des textes, on ne peut se défendre de l’impression que, tout de même, si l’on rencontre si peu la corporation, c’est qu’en effet elle existe fort peu, jusqu’à une époque plus basse que celle communément admise.

  • 30 Pour l’Iran sassanide, voir maintenant N. Pigulevskaya, Les villes de l’Etat iranien, trad. frança (...)

17Historiquement cela signifierait que, grosso modo, le Proche-Orient a vécu, à cet égard aussi, sur la lancée de la basse Antiquité, sans que la conquête arabe y ait changé grand-chose. L’ennui, pour la vérification de cette idée, est que nous savons fort mal où en était vraiment la condition des collèges professionnels dans les provinces asiatiques de l’Empire byzantin ainsi qu’en Égypte, et dans l’Empire perse sassanide ; certains n’excluaient pas quelques formes d’organisation corporative combinée à une stricte réglementation étatique, et on ne peut juger exactement d’Antioche, par exemple, ou de Ctésiphon, a fortiori, d’après Constantinople30. On peut supposer que, dans les villes conquises par les Arabes, la chute de l’ancien État, que le nouveau n’a pu immédiatement remplacer tout à fait, a desserré le contrôle : mais en est-il résulté simplement une émancipation des particuliers, ou une tendance à la substitution de l’association privée au collège d’État ? Tout ce que je peux dire est que la réorganisation rapide d’un régime étatisé a vraisemblablement freiné ce qui a pu momentanément se faire jour de telles tendances.

18Quoi qu’il en soit, il paraît évident qu’une corporation professionnelle musulmane, même si on en admet l’existence, ne peut correspondre pleinement à ce qu’ont été les corporations de l’Europe chrétienne à leur belle époque. Non seulement parce que l’emprise de l’État s’est toujours maintenue plus forte, et que par conséquent c’est lui qui exerce ou contrôle une bonne part des attributions réglementaires qu’elle monopolise ailleurs, mais plus profondément encore parce que l’étendue des pouvoirs que le Droit et l’usage reconnaissent à l’un comme à l’autre est beaucoup plus limitée qu’en Occident. Sans parler même d’un éventuel rôle politique ou religieux, il paraît difficile que ce soit la corporation, si elle existe, qui définisse les conditions d’adhésion (l’inscription sur les registres de l’État est obligatoire), ni les modalités techniques d’exercice du métier que contrôle le muḥtasib. A l’exception peut-être de conjurations tacites pour les prix alimentaires en cas de disette, ce n’est pas non plus la corporation, sous quelque forme que ce soit, qui fixe les prix ; l’État n’y intervient de son côté que pour combattre l’accaparement dans ces conditions exceptionnelles.

  • 31 Gibb et Bowen, Islamic Society and the West, i, 281, note 4.

19Par conséquent, quelle que soit la solution à laquelle nous aboutirons lorsque les enquêtes auront pu être conduites sur une documentation plus étendue, il restera toujours vrai que, comme l’a déjà noté le Professeur Gibb, il vaudrait mieux éviter de traduire par corporation le mot arabe ṣinf ou ses équivalents, qui désignent certes une catégorie professionnelle, mais sans toutes les implications que notre histoire à nous nous fait mettre dans le mot corporation31.

  • 32 Il est curieux de constater qu’Ibn Baṭṭūṭa est déjà frappé par le caractère corporatif des métiers (...)

20Cela dit, il est certain que, en partie, en Orient, par l’entremise de la futuwwa elle-même évoluée, il se produit une évolution des métiers dans le sens de nos corporations, bien qu’arrêtée à mi-chemin32. Il faut donc en comprendre les raisons et modalités. C’est un autre problème, que je ne traite pas ici, mais qui devait, pour finir, être évoqué. Une fois de plus, il faut éviter la vieille idée d’un Orient immobile. S’il a l’air de l’avoir été à côté de l’Occident devenu galopant, il ne l’a pas plus été, à son rythme, qu’aucune autre société médiévale.

21On m’a dit une fois, dans un autre cénacle, que j’étais décourageant. Ce n’est certes pas mon intention. Si je l’étais, c’est que je serais découragé, ce que j’espère ne jamais être. Mais, si l’on veut avancer, il faut prendre conscience de l’urgence indispensable d’enquêtes nouvelles, établies sur la base d’un questionnaire plus précis et exact que cela n’a été souvent le cas jadis. Je n’ai pas d’autre ambition que d’y avoir légèrement aidé.

POST-SCRIPTUM

22Dans la communication qu’on vient de lire, mais qui a été présentée en 1965, je n’ai naturellement pas pu tenir compte de certains travaux parus depuis lors, en particulier de la belle Mediterranean Society de Goitein, qui cependant n’en modifient pas les conclusions. D’autre part je n’avais pas pris conscience, en préparant mon travail, que M. Stern en préparait un parallèle, qu’on peut lire dans le présent volume. Il est évident que ces deux efforts se recouvrent partiellement, et chacun de nous par conséquent doit renvoyer à l’autre. Cependant, bien entendu, chacun de nous a sa manière propre, et les deux communications ne sont pas identiques. Leur convergence n’en a que plus de poids.

23Signalons aussi que Gabriel Baer, qui avait l’intention, non réalisée, de présenter une communication sur le même thème au Congrès des Orientalistes de 1967, aboutissait également de son côté aux mêmes résultats, à partir de considérations quelquefois différentes (j’ignore sous quelle forme l’article paraîtra).

Notes

1 Bernard Lewis, Islamic Guilds, dans Economic History Review, viii (1937).

2 Louis Massignon a exposé allusivement ses idées dans de nombreux articles consacrés à des sujets divers, parmi lesquels nous détacherons spécialement : Guilds (Muhammadan), dans Encychpaedia of Social Sciences, éd. Séligman, 1931. Sinf, dans Encyclopédie de l’Islam, 1re éd., iv, 1935. La futuwa ou pacte d’honneur artisanal entre les travailleurs musulmans du moyen Âge, dans La Nouvelle Clio, 1952. Voir aussi la note suivante.

3 Il n’est évidemment pas question de donner ici de bibliographie. On la trouvera, jusqu’en 1923, dans L. Massignon, Enquête sur les Corporations musulmanes... au Maroc, dans Revue du Monde Musulman, LVIII (1924), 256 pp., et on pourra la compléter par la bibliographie méthodique des Abstracta Islamica, dirigée par le même, dans la Revue des Etudes Islamiques. Voir infra p. 310, 3.

4 Bibliographie et exposé de base dans Histoire Générale du Travail, éd. L. H. Parias, i, v, chap. 3-4 et p. 381. La documentation non papyrologique reste encore à peu près celle qu’a rassemblée J. P. Waltzing, Etude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains, 5 vols., 1885-1900.

5 Le meilleur exposé me paraît rester encore celui que donne Gunnar Mickwitz aux chapitres vii et viii de son livre Die Kartellfunktionen der Zünfte..., Helsingfors 1936. Bibliographie à jour p. 293 de Speros Vryonis, Byzantine Dèmokratia and the Guilds in the XIth Century, dans Dumbarton Oaks Papers, xvii/1963, note 13 (cf. infra p. 319, n. 1).

6 C’est sur l’Italie, en raison des continuités institutionnelles et de son appartenance au même monde méditerranéen qu’une partie du monde musulman et que Byzance, qu’il faut avant tout porter les yeux ; dans celle du sud, restée byzantine, la continuité est naturelle, mais elle apparaît même dans la bonne documentation que nous avons par exemple, pour la capitale impériale de Pavie dans le nord, dans les Honorantitiœ civitatise Papiœ (XIe s.), éd. dans Monumenta Germaniœ Historica, xxx/2, pp. 1450-7.

7 Cela est particulièrement visible aux origines des communes italiennes, encore une fois, mais parait vrai aussi de la grande majorité des communes de l’Europe Occidentale septentrionale.

8 Massignon la formule dans son article Les corps de métiers et la cité islamique, dans Revue internationale de Sociologie, xxviii (1920), 473-88, mais ne l’a pas reformulée depuis lors. Elle est, sauf cas très spécial, insoutenable.

9 Voir p. 307, n. 2 et p. 308, n. 1. Pour Damas, voir spécialement la Notice sur les corporations de Damas, d’Elias Qudsi, publiée par Carlo Landberg dans les Actes du VIe Congrès des Orientalistes, Leiden 1885, vol. ii ; le précieux et encore trop peu connu Dictionnaire des Métiers Damasquins d’al-Qāsimī (même période, mais publié seulement en 1960, La Haye-Mouton, 2 vols.), important pour les techniques, l’est beaucoup moins pour l’organisation sociale. — Pour l’Empire ottoman, consulter le livre important de R. Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, Paris 1962, ii, chap. 4, et H.A.R. Gibb et Harold Bowen, Islamic Society and the West, i,chap. 5, 1950. — Pour le Maroc, après l’Enquête... de Massignon, la belle monographie de R. Le Tourneau sur Fès, 1949. — Pour l’Égypte, le beau livre récent de Gabriel Baer, Egyptian Guilds in Modem Times, Jerusalem 1964.

10 Voir l’état actuel des questions dans la 2e partie de l’article Futuwwa dans l’Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., par Taeschner (résumant et mettant au point en particulier les nombreux travaux antérieurs du même sur ce sujet, dont il est le principal spécialiste).

11 J’ai insisté sur cet aspect des choses dans la première partie signée de moi, de l’article Futuwwa ci-dessus signalé, ainsi que dans mes Mouvements populaires et autonomie urbaine dans l’Asie Musulmane au Moyen Age, dans Arabica 1958-1959 (tiré à part, Leiden 1959).

12 Et même, en un sens, jusqu’aux compagnonnages des temps modernes.

13 Ibn Al-Djawzī, al-Muntaẓam, éd. Hyderabad, viii, 326 ; Sibț B. Al-Djawzī, Mir’āt al-Zamān, an 473 (inédit) ; Mouvements, pp. 44-5 (= Arabica 1959, pp. 42-3).

14 Entièrement gratuite est l’affirmation parfois reproduite d’une destruction par les Ayyūbides de privilèges aux métiers donnés par les Fâtimides.

15 Voir le résumé de ces questions dans l’article Ḥisba de l’Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, par M. Talbi et moi-même.

16 Abu Shudjā’ al-Rūdhrāwarī, continuation de Miskawayh, Tadjārib al-Umam, dans Margoliouth, The Eclipse of the Abbasid Caliphate, iii, 71, et Hilāl al-Ṣābī, Histoire, ibid. 386.

17 Al-Maqdisī, p. 102 ; al-Ṭabarī, éd. De Goeje, etc., p. 1909, au 262 ; cf. al-Fāsī dans Wüstenfeld, Die Chroniken der Stadt Mekka, ii, 198-9.

18 Ibn al-Athīr, al-Kāmil, éd. Tornberg, vin, 89 et 157.

19 Ibn al-Athīr, xii, 136.

20 Le fiqh interdit toute fondation waqf au bénéfice d’une catégorie professionnelle, celle-ci ne devant être constituée qu’au bénéfice des pauvres de cette catégorie (cela même se fait rarement) ; par le biais des fondations au bénéfice d’une mosquée, d’une madrasa, d’un hôpital, etc., on peut constituer un waqf au bénéfice de tous ceux qui y sont inclus professionnellement, mais non pas de la profession plus largement.

21 Kulturgeschichte des Islams, ii, 187.

22 Introduction to Islamic Law, p. 186.

23 Fatwā d’al-Walwalīdjī, Bibl. Nat. Paris arabe 4813, f° 169 v° ; Qādī-Khān, Fatwā, Caire 1282, vol. iii (en marge des Fatāwī ‘ᾹÂlamgīriyya).

24 La présence de marchands parmi les catégories de notables qui assistent à des réceptions de souverains ou d’ambassadeurs ou prêtent le serment de bay’a prouve la considération sociale dont ils jouissent, mais ne nous apprend rien sur l’éventuelle existence d’une organisation corporative.

25 Al-Sam’ānī, Ansāb, 467 a (sur Abū Aḥmad al-Qalānisī, un religieux qui, avec un grand marchand, va visiter le tombeau de Salmān) ; Ibn al-Fuwaṭī (le Calife en 643/ 1240 va sur la tombe de Mūsā b. Dja’far et sur celle de Salmān) ; encore Abū Nu’aym al-Asfahānī, Ḥulya, x, 311.

26 Ni les papyrus égyptiens, ni les documents judéo-arabes de la Geniza du Caire n’apportent, à ma connaissance, de précision permettant de conclure à une organisation corporative où que ce soit.

27 Il s’agit de toute manière de professions de type spécial, dont on ne pourrait rien conclure pour les autres. Mais il n’y a pas de doute que le chef des médecins est nommé par le Gouvernement et contrôlé par le muḥtasib, comme le sont les instituteurs, etc. Les gros marchands d’étoffe bazzāzūn sont à certains égards différents des autres métiers, car il s’agit uniquement de commerçants en gros, qui ne sont pas artisans ; l’étoffe est fabriquée pour eux par d’autres, comme dans toutes les société médiévales du même niveau technico-social.

28 Voir l’Encycopédie de l’Islam, 2e éd., sous ces deux mots.

29 Une thèse a été faite en ce sens à l’Université de Jérusalem, dont un résumé est paru dans le Journal of the Social and Economic History of the Orient, XIII, 1970, 16-61.

30 Pour l’Iran sassanide, voir maintenant N. Pigulevskaya, Les villes de l’Etat iranien, trad. française 1963, 2e partie, chap. iv. Dans l’Empire Byzantin, ce qui était vivant était le régime des « dèmes », qui ne sont pas à base professionnelle. Bibliographie au début de l’article de Sp. Vryonis, Byzantine Dèmokratia and the Guilds the XIth Cent., dans Dumbarton Oaks Papers, xvii/1963, article important mais où le mot « guilds » reste employé trop élastiquement.

31 Gibb et Bowen, Islamic Society and the West, i, 281, note 4.

32 Il est curieux de constater qu’Ibn Baṭṭūṭa est déjà frappé par le caractère corporatif des métiers iraniens (sans futuwwa inhérente à leur organisation, bien que la futuwwa fût développée en Iran) — ce qui laisse supposer qu’ils l’avaient moins ailleurs — et que cependant Chardin sera lui frappé par leur caractère non corporatif : chacun juge à partir d’une expérience contraire.

Notes de fin

* Dans A. H. Hourani et S. Stern, The Islamic City, Oxford, 1970, 51-63.

© Presses de l’Ifpo, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540