Version classiqueVersion mobile

Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale

 | 
Claude Cahen

À propos et autour d’Ein arabisches Handbuch der Handelswissenschaft*

Texte intégral

  • * Publié dans Oriens, XV, 1962, 160-171.

Hellmut Ritter zum 70. Geburtstage

1Voilà plus de quarante-cinq ans qu’un jeune homme, H. Ritter, a consacré au Kitāb al-Ishāra ilā maḥāsin al-tidjāra d’Abū l-Faḍl Dja’far b. ‘Alī al-Dimashqī (édité au Caire, 1318 h.) et à la littérature économique musulmane médiévale, une étude qui aujourd’hui encore reste l’une des rares études importantes dont nous disposions en ce domaine (dans : Der Islam 7/1917, sous le titre repris ci-dessus dans le nôtre). Néanmoins, bien entendu, certaines informations se trouvent aujourd’hui accessibles, qui ne l’étaient pas en 1917, et H. Ritter de son côté avait réservé son attention aux chapitres de théorie générale, laissant provisoirement de côté la considération des chapitres de l’Ishāra relatifs aux marchandises concrètes. Il n’est donc peut-être pas présomptueux d’apporter à son travail un hommage qui consiste en quelques addenda, ceux-ci, faut-il le dire, n’ayant aucune prétention à l’exhaustivité.

  • 1 Ṣafadī cite un Dja’far b. ‘Alī, Abu 1-Faḍl, mais Hamadhānī Iskandarānī et non Dimashqī (bien que m (...)

2Et d’abord quand et où écrit Dimashqī ? Question difficile, parce que l’on n’a jusqu’ici pu découvrir aucune notice relative à l’homme1, et que l’œuvre évite systématiquement les références à des lieux ou moments précis. On a en général admis que l’auteur était un Damasquin du ve siècle de l’hégire ; mais on ne l’a pas démontré. Voici quelques arguments qui étayent cette opinion.

  • 2 Voir en particulier Nāsir-i Khusrau, Sefernāmeh, éd. trad. Schefer, p. 12 et 41 ; c’est le moment (...)

3Sur la date : il n’existe d’absolument sūrs que deux terminus post et ante quem distants l’un de l’autre de près de trois siècles : d’une part l’auteur écrit postérieurement à la fin du iiie siècle h., puisqu’il cite Ibn al-Mu’tazz (p. 69) : d’autre part il écrit antérieurement à 570 h., puisque de cette année provient l’un des deux manuscrits conservés de l’Ishāra (voir postface de l’éditeur, p. 73). En fait il est à peu près impossible qu’il ait écrit avant la fin du ive s. h., et probable qu’il l’a fait vers le milieu du siècle suivant ; improbable en tout cas qu’il faille descendre au vie siècle. En effet H. Ritter a relevé qu’il était fait mention à la fin de l’Ishāra d’une monnaie hindoue vue à Ghazna par un collègue de Di-mashqī (Ishāra p. 64) ; cette monnaie a été identifiée vraisemblablement avec une monnaie hindoue effectivement connue de la fin du iiie s. ou de la première moitié du ive de l’hégire, mais qui bien entendu a continué à circuler plus tard (Ritter p. 2) ; de toute manière, il ne peut guère être question de Ghazna comme centre commercial avant le dernier quart du ive s., lorsque, de modeste bourgade à peine islamique, elle devint la capitale d’un puissant royaume, ni après le milieu du vie, où elle fut détruite par les Ghūrides : l’apogée se situant dans la première moitié du ve. D’autre part, cette monnaie, Dimashqī l’a vue, lui, à Tripoli ; il peut évidemment y être allé n’importe quand, mais le beau moment du commerce international de Tripoli se situe au milieu du ve siècle2 ; au vie siècle, la ville a été prise par les Francs, et son rôle est devenu très inférieur à celui d’Acre, leur principal port. Il est vrai que, de Damas, l’apogée commercial est postérieur même à 570 h., mais, outre que la ville n’a jamais cessé d’être un centre notable, rien ne prouve que Dimashqī, nous allons le voir, ait eu dans cette ville le centre unique, ni même peut-être le centre tout court, de son travail. On ne peut insister sur l’absence de toute mention des Francs dans un opuscule si pauvre en allusions de ce genre ; mais il y a des allusions à la provenance de certaines marchandises, et il n’y en a d’aucune marchandise franque ; en outre, Dimashqī, qui paraīt connaītre comme normaux les voyages sur mer, ne parle que de la Méditerranée, et au xiie siècle, à cause des Francs, ces voyages, dans cette mer, étaient devenus plus dangereux et moins fréquents.

  • 3 Ishāra p. 13. — Plessner, Der Oikonomikos des Neupythagoreers “Bryson”, 1928, p. 138, a supposé qu (...)

4Quelques autres indications peuvent être relevées. Il est question du papier (Ishāra p. 24), non du papyrus, ce qui, d’un auteur au courant des choses égyptiennes, serait bizarre au ive siècle, mais devient naturel ensuite ; al-Kindī est opposé, comme auteur « ancien », aux modernes, ce qui ne se concevrait guère encore au ive siècle (Ishāra p. 12). Un terminus post quem pourrait être trouvé si l’on pouvait identifier l’auteur « moderne » qui a donné trois mille ( ?) noms de « simples »3. Mettant en balance toutes ces données, on aboutit à exclure le ive siècle, et à pouvoir admettre le ve et le vie, mais plus facilement le ve.

5Maintenant où écrit Dimashqī ? Le fait qu’il porte ce nom ne suffit pas à établir que sa carrière se soit déroulée à Damas, bien qu’il ait des chances d’y être mort, puisque les deux manuscrits de l’Ishāra sont de provenance damasquine (voir postface p. 73). Il est passé une fois à Tripoli (Ishāra p. 64), et la seule mer qu’il nomme est la Méditerranée (p. 28 ; l’auteur s’intéresse encore à la mer, anonyme, p. 30). Mais la seule unité de poids et mesure qu’il localise (p. 17) est égyptienne, à propos, il est vrai, du corail, qui entrait en Orient par le marché égyptien, venant de Sousse en Ifrīqiya. Aussitôt après, Dimashqī indique (ibid.) les conditions de commerce de ce produit en Syrie, Égypte et Iraq, puis seulement en Syrie et Égypte, et le fait que dans tout l’opuscule les prix soient indiqués exclusivement en dinars-or atteste bien que l’auteur n’a pas la pratique de l’Orient au dirham-argent. Les titres qu’il donne aux grands personnages du gouvernement militaire et civil, en particulier au quwwād al-’asākir, wudjūh al-’ashā’ir et ru’asā’ al-qabā’il (p. 42), nous situent aussi, à l’époque dont il s’agit, en milieu fāṭimide plutôt qu’oriental. Une allusion à l’« inondation » (p. 34) peut se référer au Nil, sans exclure d’autres fleuves ; Dimashqī porte peut-être un intérêt particulier au lin (p. 4 en plus de 24), culture nationale de l’Égypte d’alors. Qu’il est sujet fāṭimide peut être inféré, sinon d’une citation anodine de ‘Alī (p. 41), du moins de la façon dont il désigne l’ancien ‘Ab-bāside al-Ma’mūn (p. 48 : « des descendants d’al-’Abbās oncle du Prophète », sans autre titre). De toute façon un marchand de son genre a un rayon d’action assez large ; jusqu’en 469/1076 Damas appartient à l’Égypte, mais on peut en Égypte, où est la Cour, faire de plus riches affaires qu’à Damas. Sans plus préciser il paraît plausible de considérer que Dimashqī est un marchand de l’État fāṭimide.

  • 4 Je me permets de renvoyer à cet égard, comme à un exemple particulièrement typique, au Traité d’Ar (...)

6Il est connu que c’est au cours du premier siècle fāṭimide que l’Égypte conquiert la prééminence dans le grand commerce du Proche-Orient, jusqu’alors détenue par l’Iraq. On peut donc trouver normal que ce soit justement du domaine fāṭimide qu’émane l’un des très rares opuscules proprement consacrés au commerce que nous ait légués le passé musulman. La question préjudicielle qui se pose à l’historien est alors de savoir dans quelle mesure l’Ishāra peut contribuer à nous faire connaître le commerce effectif de la société dans laquelle en vit l’auteur, dans quelle mesure au contraire il transmet une tradition livresque extérieure à son expérience pratique propre. Il n’est pas douteux d’un côté que Dimashqī est un marchand — un certain type de marchand : ce qui explique d’ailleurs qu’il ne se trouve apparemment de lui aucune notice biographique dans les dictionnaires de savants et de lettrés. Il n’est pas douteux que son but, qu’explicite son sous-titre, est un but pratique : faire connaître la qualité des marchandises, les usages du commerce, les fraudes qu’il faut savoir déjouer. Il n’est pas plus douteux cependant d’autre part qu’il utilise aussi une documentation livresque, qui peut remonter indirectement jusqu’à l’Antiquité, et qu’on ne peut donc interroger en elle-même sur le temps de l’auteur. Il n’est pas toujours immédiatement facile de distinguer avec précision ce qui dans l’Ishāra est de l’une ou de l’autre nature. Il n’y a d’ailleurs pas nécessairement contradiction entre les deux : d’une part le choix qu’il fait des informations littéraires signifie bien de quelque sorte qu’il les considère comme encore valables ou intéressantes de son temps ; d’autre part c’est une marque fréquente de l’esprit de son āge que de mêler, sans apparemment les dissocier, les enseignements de la pratique à des traditions qui, à nous, semblent relever de l’imagination et de la magie4. Il est en tout cas certain que Dimashqī a voulu encadrer ses leçons pratiques dans des considérations de doctrine plus générales qui leur confèrent plus de sérieux et qu’il juge pouvoir et devoir être appliquées.

7Les sources livresques, elles sont en gros faciles à caractériser : un adab populaire fait de récits historico-moraux, de poésie facile, de passages peu nombreux et anodins du Coran et du ḥadīth, le tout orienté dans le sens de la mentalité marchande (Ritter p. 26 sq. et Ishāra p. 9, 12, 35, 46-48, 62, 66-71) ; une littérature technique, qui peut être mêlée d’alchimie etc., en particulier sur les minéraux et les « simples » (Ishāra surtout 12-13 et 30 ; cf. Ritter 19 sq.) ; enfin, bien que l’auteur ne le dise pas, une littérature « économique » qui se rattache au moins en partie, comme l’a montré Ritter (Ritter 8 sq. ; cf. infra p. 101), au néopythagoricien traduit en arabe Bryson. Il est moins aisé de cerner ce qui correspond à l’expérience vécue de l’auteur ou au commerce effectif de son temps. Même dans les paragraphes centraux énumérant les marchandises et les renseignements que Dimashqī désire nous communiquer sur elles, tout n’est pas de même nature. On reconnaît facilement des traditions folkloriques ou alchimiques dans les alinéas qui nous rapportent, sur la foi de « spécialistes » khawāṣṣ, la manière dont on peut écarter les rats d’un grenier en mêlant au grain de la poudre d’argent arseniqué (Ishāra p. 30), ou celle dont les princes menacés de tortures avalent le chaton (Dimashqī ne dit même pas : le poison contenu dedans) de leur anneau pour se suicider (Ishāra p. 16 ; voir encore l’inscription prétendue de Carthagène, p. 33). Mais il est plus troublant de constater que, lorsqu’il nous donne le prix d’une perle pesant 1 mithqāl et celui de deux perles jumelles de ce même poids chacune, l’indication de l’Ishāra (p. 13) se retrouve telle quelle dans le traité par ailleurs autrement détaillé du spécialiste égyptien du commerce des pierres précieuses au viie/xiiie siècle, Tifāshī (v. Clément-Mullet, Journal Asiatique 1868, p. 6-7), ce qui suggère que l’un et l’autre l’ont empruntée à quelque antécédent commun.

8Je n’ai pas l’intention de soumettre ici la liste des marchandises de l’Ishāra à un examen technique, mais seulement d’essayer de dégager ce qu’elle nous enseigne sur la position de Dimashqī. En tête de son énumé-ration viennent les pierres précieuses, pour lesquelles il n’est pas douteux qu’il utilise des écrits techniques antérieurs, mais dont il doit tout de même avoir fait commerce lui-même, à en juger par le soin un peu méprisant avec lequel il distingue parmi elles celles qu’on peut vendre aux grands et aux princes, et celles dont n’est friand que le commun peuple (surtout p. 16 sq.) ; la liste qu’il donne n’est naturellement pas une liste minéralogique complète, mais seulement celle des pierres qui apparaissent à l’auteur commercialement les plus intéressantes. En second lieu dans son énumération — et dans le même esprit sélectif — viennent les épices, presque seulement les « grandes épices », c’est-à-dire une autre marchandise qui, précise-t-il, est de prix élevé sous un poids léger : genre de commerce qu’il recommande pour une raison qui peut nous paraître bien spéciale, et qui est qu’en voyage on peut se passer avec lui de l’aide des porteurs et autres collaborateurs plus ou moins fripons (p. 21-22 et 45). Il n’en donne pas moins cependant encore une liste assez abondante d’étoffes — tout au moins des étoffes de prix, les seules qui soient l’objet d’un commerce à distance —, et c’est là-même le seul commerce dont une notation occasionnelle nous atteste qu’il l’a pratiqué lui-même (p. 25). Dimashqī appartient donc de quelque façon à cette aristocratie marchande que constitue dans tout le Moyen Âge la catégorie des marchands de tissus, sans que ce commerce soit pour lui exclusif d’autres. Les dernières denrées qu’il énumère lui importent beaucoup moins, et s’il se peut qu’il ait effectivement pratiqué le commerce de certains métaux, on est un peu méfiant à cet égard lorsqu’il parle du mercure. Quant aux denrées alimentaires, elles ne comptent pour lui qu’autant qu’il s’agit de grains stockables ou de provisions nécessaires pour les cas de voyages ou... de siège (p. 32 ; pas un mot même sur le sel, ni sur le poisson). D’une manière générale, ce qui lui importe à dire, après la caractérisation de la marchandise et les indications utiles à la détection des fraudes et malfaçons, c’est ce qui est nécessaire à la conservation de la denrée et le genre de précautions à prendre à cet égard encore au cours des transports. Il n’est guère douteux que Dimashqī ait lui-même voyagé, sur terre un peu, plus peut-être sur mer (p. 10 et 32 ; cf. 28 et 30). C’est en somme un « exportateur-importateur » du genre de ceux que nous font connaître autour de lui les documents juifs de la Geniza. Il regarde de haut le simple boutiquier spécialisé et les métiers artisanaux. Lui est un tādjir à proprement parler, par opposition aux bā’a, sūqa, etc. Peut-être cependant n’est-il pas un des plus grands, car il paraît se méfier de l’association (p. 45), sans laquelle on ne peut faire vraiment de très importantes affaires, et il a l’air d’un isolé, voyageant pour son propre compte, ou peut-être tout de même aussi celui de commanditaires ; mais il est peut-être difficile d’interpréter là exactement ses dires, partiellement au moins littéraires.

9Nous n’avons donc de toute façon pas à chercher dans l’Ishāra de renseignement sur le commerce local et de détail. On remarquera que la liste des marchandises exclut tous les produits finis : il ne s’y trouve que des matières premières ou des produits qui, comme les tissus, sont la matière première d’industries consécutives. Aux pierres précieuses n’est même pas associée la bijouterie, aux étoffes ne sont pas ajoutés les vêtements, aux denrées alimentaires manque le prolongement de toute préparation cuite, y compris du pain. Cela correspond à l’opposition professionnelle entre le tādjir et le détaillant. D’où la différence entre les listes de l’Ishāra et celles, un peu plus tard, en Syrie et Égypte même, des manuels de hisba, qui, à l’inverse très exactement, s’occupent à peu près exclusivement du commerce intérieur local, sédentaire, ou même celle d’un traité comme les Qawānīn al-Dawāwīn d’Ibn Mammāṭī, lorsqu’il énumère en quelles unités se comptent les marchandises différentes.

10Nous aboutissons à des constatations similaires si nous regardons les indications laconiques que nous donne Dimashqī sur les méthodes de paiement et celles plus développées qu’il insère sur les catégories de marchands. Le mode de règlement de l’achat qui consiste dans le versement pur et simple de la somme requise au moment de la remise de la marchandise, qui est de règle dans le commerce sédentaire de détail, est complètement passé sous silence. Sont envisagés seulement le paiement anticipé contre livraison à terme prévu, et inversement l’achat à crédit à échéances fixes. D’un même souffle, Dimashqī traite de la muqāraḍa, qui est, elle, non un mode de paiement, mais un moyen de se procurer du capital, et presque uniquement pour la distinguer de la ferme ḍamān, considérée par lui comme de nature extracommerciale : dans l’un comme dans l’autre cas, on commerce avec l’argent d’autrui, mais le muqāriḍ, s’il est fidèle aux clauses du contrat, n’est pas responsable des pertes éventuelles, tandis que le fermier l’est, si bien que toute ferme est dangereuse si elle n’est épaulée par une puissance solide (p. 40). Ce schéma ne recouvre que très partiellement le domaine des questions traitées dans le fiqh, beaucoup plus attaché au commerce local, et qui logiquement distingue le chapitre du qirād du livre des ventes. Même dans le champ de la recherche du capital, on est étonné de voir que Dimashqī ne fait à l’association qu’une allusion incidente hostile dans un autre paragraphe de son opuscule (p. 45). Et nous y cherchons en vain toute référence, où que ce soit, à la pratique courante de la lettre de change, pourtant si utile au grand commerce ; c’est-à-dire que même là il est incomplet, soit par oubli, soit par ce qu’il lui paraissait inutile de dire des choses connues, soit enfin parce que les sources qu’il utilisait n’en parlaient pas.

11Il donne plus de détail sur une distinction qu’il institue entre trois types de marchands, mais qui ne paraît pas correspondre à une nomenclature habituelle : le voyageur rakkād, le stockeur khazzān, et le commanditaire mudjahhiz (p. 40 sq.). Il s’agit en fait plus d’une distinction intellectuelle, établie entre des catégories d’opérations, qu’entre des personnes ou des professions effectives, et elle est mal raccordée à la classification précédente. En particulier il est question d’un marchand qui, sans se déplacer lui-même, envoie des marchandises à un agent fixe ; mais il arrive tout aussi bien qu’un capitaliste, ou un marchand faisant office de capitaliste, confie ses marchandises, comme vu ci-dessus, à un muqāriḍ, personnage qui maintenant n’est plus envisagé. Et si assurément certains commerçants correspondent plus spécialement à l’un des trois types qu’à un autre, on ne voit pas qu’il y ait jamais entre eux de césure nette, qu’un stockeur n’ait pu faire faire d’affaires lointaines à un intermédiaire ou, s’il a de bons agents, entreprendre lui-même des voyages éloignés. Tout au plus, selon la marchandise, un type prévaut-il sur l’autre, le marchand de grains constituant des stocks sans grand voyage, le marchand d’épices allant au bout du monde chercher des ballots relativement légers. Socialement, d’après l’ensemble de la littérature, la seule distinction tranchée est celle, signalée ci-dessus, entre le tādjir et le détaillant, plus ou moins identique, en certains cas, à l’artisan. En raison de la rareté de la documentation, on a eu tendance parfois à adopter tel quel le chapitre ici discuté de Dimashqī : je crois qu’il y faut plus de prudence.

  • 5 P. 41. Il est aussi hostile aux simsār, p. 44 et 47.
  • 6 Voir là-dessus surtout C. Becker, Islamstudien I, 188 sq. (Art. Égypte, Encyclopédie de l’Islam, 1(...)

12Plus authentique par contre, même si ce sont attitudes largement répandues aussi bien en d’autres sociétés, me paraît être l’hostilité de Dimashqī aux pratiques qui faussent le libre jeu du marché, et qui est conforme à une tendance originelle et très générale de l’Islam. En premier lieu il exprime sa réprobation pour les achats et ventes prioritaires de l’État à des prix fixés par lui ; et pour la même raison il en veut aux fermiers et autres notables qui, en achetant d’avance les récoltes sur pied, empêchent les particuliers de vendre et acheter au gré de leurs besoins5. Ce n’est d’ailleurs pas tant des véritables monopoles d’État, comme en connaissait l’Égypte, plus que d’autres pays musulmans, par exemple en matière d’importations de fer et de bois6, que se plaint notre auteur, mais des interventions dans le domaine des produits libres ; s’il connaît aussi bien, hors d’Égypte, un commerce du fer, il est symptomatique qu’il ne considère le bois que sous la forme d’essences précieuses utilisées comme « épices » et sous celle de combustible, non pour le bois de constructions navales ou autres ; et il ignore la poix, l’alun, l’un produit de grande importation, l’autre de grande exportation, mais monopoles de l’État égyptien (p. 20 et 30).

13Authentique aussi, bien qu’également commun à bien d’autres sociétés, est l’intérêt qu’apporte Dimashqī à montrer l’utilité d’investir une partie de son capital en immeubles urbains ou ruraux (mais ceux-ci devant être faciles à gérer de la ville) ; les précisions qu’il apporte sur le choix et l’administration de ces biens portent le cachet du vécu. Il en est de même des acquisitions de bétail loué par le capitaliste aux bergers spécialisés (p. 33-38).

14Très instructif par contre est l’examen du paragraphe où Dimashqī présente sa classification des métiers non commerciaux, avec son mépris pour les métiers qui salissent le corps. Il n’y a aucune raison de douter de la réalité de ses sentiments à cet égard, car on les retrouve largement répétés dans la littérature et jusque dans le fiqh. Il n’en est pas moins vrai que l’exposé est hérité tel quel de l’Antiquité (p. 43 ; cf. Aristote, Politique I, 3). L’auteur l’a fait sien sans aucune peine, mais nous ne pouvons pas exactement l’en créditer ni être sûrs de la vérité, pour la société où il vit, de chaque précision qu’il énonce.

  • 7 Depuis les pages consacrées par Ritter à cette mentalité et en particulier à la comparaison de Dim (...)

15Je laisse de côté l’examen de ce qui est simplement mentalité mercantile générale, et que Ritter d’ailleurs a mis en relief, peut-être avec une tendance à l’opposer trop nettement à l’attitude des théoriciens plus religieux7. Je souligne seulement que Dimashqī s’intéresse exclusivement dans le commerce au gain spéculatif, et non à la rémunération d’un service, à la conquête d’un marché, à l’expansion d’une production, etc. : caractère qui marque assez largement le commerçant musulman médiéval en général, mais qui tout de même l’oppose à quelques autres écrits où est plus exaltée la valeur du travail productif artisanal ou agricole (Ikhwān al-ṣafā’, Ibn Waḥshīya etc.).

16Ces brèves indications n’ont, faut-il le répéter, aucune prétention à constituer une étude approfondie ni complète de Dimashqī ; on veut seulement montrer sous quel angle et sous quelles réserves Dimashqī est un témoin du marchand de son temps, et suggérer qu’il s’agit donc pour nous à cet égard moins de la démarquer que de l’étudier avec critique.

  • 8 Il est douteux que les Arabes aient eu une traduction de la Politique, au chapitre 1-2 de laquelle (...)
  • 9 Brockelmann GAL Suppl. I, 372 ; j’ajoute que les développements sur les institutions politico-soci (...)
  • 10 Tirées du Peri Basileias arabe, voir l’éd. J. Lippert.

17En ce qui concerne les sources de Dimashqī et la littérature qui l’environne, Ritter a clairement établi (p. 12-14) l’assez large dépendance, directe ou non, où il est d’une tradition antique en partie transmise par le néopythagoricien Bryson, qui avait été de bonne heure traduit en arabe — ce qui n’exclut pas une connaissance plus directe, par exemple, de textes aristotéliciens essentiels8. Depuis Ritter, une étude spéciale a été consacrée à la tradition de Bryson par Plessner (M. Plessner, Der Oikonomikos des Neupythagoreers “Bryson”, Heidelberg 1928), et un petit traité, mis sous le nom de Bryson même, mais qui, d’après Plessner, n’en est qu’un résumé, publié par Cheikho (dans al-Mashriq XIX/1921, p. 161-181). Afin de montrer que Bryson avait été largement utilisé par la littérature spécialisée musulmane, Ritter avait cité certains passages du Sulūk al-mālik fi tadbīr al-mamālik d’Ibn Abī l-Rabī’, qui était alors considéré comme le plus ancien ouvrage philosophique arabe conservé. Pourtant, dans une note ajoutée pendant l’impression (p. 10, n. 1), il avait indiqué que cette datation avait été mise en doute par G. Zaydān et Goldzīher, et, bien qu’elle ait été encore défendue depuis lors (voir : Islamic Culture 15/1941-42), elle paraît inacceptable9. La comparaison des textes conserve bien entendu, son intérêt général, mais on ne peut plus tirer argument du Sulūk pour dater les premières apparitions en Islam de la pensée économique dans la tradition antique. De ce point de vue, il pourra n’être pas totalement dépourvu d’intérêt d’attirer l’attention sur un autre texte qui paraît être resté inaperçu, et qui est antérieur aux attestations les plus anciennes jusqu’à présent relevées de considérations de ce genre. L’ouvrage de Qudāma connu sous le nom de Kitāb al-Kharādj, et qui est en réalité un traité général de gouvernement, se termine par un chapitre du genre Fūrstenspiegel (avec les lettres d’Aris-tote à Alexandre10, etc.), qui est lui-même introduit par quelques paragraphes sur les origines de la société humaine et de son organisation.

18L’auteur montre comment la composition du corps humain lui fait une nécessité de se nourrir de plantes ou de chair animale, ainsi que de se vêtir, et comment la nature l’a doté, entre autres caractères, d’un appétit sexuel grāce auquel il assure la perpétuation de l’espèce. La nécessité, pour subvenir à ses besoins, de métiers divers qu’aucun individu ne peut pratiquer tous à la fois a amené les hommes, désireux de n’avoir pas à se chercher les uns les autres en des lieux disséminés, à se grouper en villes. Idées qui se trouvent dans bien des exposés ultérieurs et, partiellement, aux pages 4-5 de l’Ishāra/48 de la traduction Ritter.

  • 11 Cf. BEO 16/1958-60, éd. des Luma’ de Nābulusī, p. 5 du texte arabe, avec la n. 4.
  • 12 Cf. l’article de Bussi cité p. 100, n. 3, p. 26 sq.
  • 13 The rise of the Near-Eastem Bourgeoisie in Early Islamic Times, dans Cahiers d’Histoire Mondiale/J (...)
  • 14 J’en dois la connaissance à mon jeune collègue M. Arkoun.
  • 15 Dans Brockelmann, GAL Suppl. I, 311 l’auteur est signalé sans cette œuvre, et dans Suppl. II, 1007 (...)
  • 16 « L’argent est sain à l’homme sain », etc.
  • 17 Jusqu’à la gestion d’un domaine dans un district où l’on serait seul musulman.
  • 18 « Je suis un “confiant (en Dieu)”. — Entres-tu au désert seul ou avec des gens ? — Avec des gens. (...)
  • 19 « Deux nourritures sont bonnes : celle qu’on a portée sur son dos, et celle qu’on a produite de sa (...)

19Vient ensuite un paragraphe sur l’introduction de la monnaie d’or et d’argent : les gens avaient besoin de recourir aux services et productions les uns des autres, mais le charpentier qui avait besoin de chaussures devait trouver un cordonnier qui eūt besoin d’une porte, l’homme qui avait du blé et besoin d’huile quelqu’un qui eût de l’huile et besoin de blé ; il était difficile de savoir quelle quantité de chaque chose il fallait donner pour équivaloir à une autre, par exemple quelle quantité de denrées de tous genres équivalait à un tissage, quelle quantité d’huile correspondait à une certaine quantité de blé, etc. Alors on imagina de trouver une chose qui correspondît à toutes les choses pour une valeur déterminée, et que l’ont pūt conserver sans usure ; on choisit l’or, et on lui imprima des signes qui le garantissent contre la fraude ; on choisit aussi l’argent, auquel on donna une valeur en rapport avec sa moindre conservation, et enfin le cuivre. — Tout cela, qu’on peut rapprocher de Bryson/Mashriq 164-165, et mieux encore d’Aristote, Politique I, 2, ressemble de très près (et le texte arabe serait plus net encore) à l’Ishāra 5-6, à tel point qu’on peut se demander si Dimashqī n’a pas entre autres devanciers connu Qudāma, dont nous nous trouvons pouvoir affirmer qu’il était accessible en Égypte11. Le parallélisme existe en tout cas aussi avec Ibn Abī l-Rabī’, qui est plus bref, et, à travers la différence de langue avec les Akhlāq-i Nāṣīrī du Persan Nāṣir al-Dīn Ṭūsī, dont Plessner a montré qu’il avait fait les emprunts les plus larges à l’original de Bryson ; si bien que, de toute façon, nous avons avec Qudāma un cas de plus, et le plus ancien connu, d’une utilisation de cette tradition, qu’elle lui vienne de Bryson, d’Aristote directement, ou de quelque autre intermédiaire. Dans la dernière section de son étude sur l’Ishāra, Ritter a mis en évidence (p. 26 sq.) la différence d’attitude morale, en face du commerce, de Dimashqī et d’un homme comme Ghazzālī, après avoir cependant souligné aussi, sur la base de ḥadīth cueillis dans le Kanz al-ummāl de Suyūtī, que l’Islam est dans l’ensemble favorable au commerce. Dimashqī cependant lui-même cite quelques-uns de ces ḥadīth (p. 9, 35, 47, 68 ; citation coranique p. 12), convenablement choisis certes, mais qui montrent, non seulement sans doute une habitude mécanique de citations tirée de son éducation, mais aussi peut-être le souci, même chez un marchand, d’être en accord avec Dieu (voir les parallèles chez les grands marchands italiens de la fin du Moyen Âge)12. Goitein a bien montré, sur l’exemple de l’Iktisāb fil-rizq al-mustaṭāb attribué à Shaybānī, comment l’essor économique de l’āge ‘abbāside classique s’est accompagné d’un effort pour fonder en Islam la légitimité du gain13. L’Iktisāb n’est qu’une collection de ḥadīth vrais ou faux, émanant du milieu ḥanafite, donc du milieu le plus enclin à naturaliser musulmans les usages de fait de la société qui les pratiquait. Mais il peut être intéressant alors de signaler aussi à l’attention une petite risāla plus brève, mais elle aussi ancienne et exprimant, elle, le point de vue hanbalite14. L’auteur de ce court traité, intitulé al-Ḥathth ‘alā l-tidjāra wal-ṣinā’a wal-amal wal-inkār alā man yad’ī l-tawakkul fī tark al-’amal (éd. Damas 1348 h.) est un des fondateurs bien connus du ḥanbalisme, Abū Bakr Aḥmad b. Muḥ. b. Hārūn al-Khallāl, mort à Bagdad en 311 h.15. A vrai dire, le but de son opuscule est surtout la condamnation du soufisme, bien connue de la part des ḥanbalites. Mais la motivation est ici intéressante, parce que ce dont il s’agit n’est pas la déformation de la religion par l’attitude soufie, mais l’illégitimité d’un mode de vie qui fait dépendre la subsistance de l’intéressé, sous couleur de confiance en Dieu, de la charité privée ou publique, et par contre la légitimité, l’obligation de gagner sa vie, sans même qu’un surplus, s’il en est fait bon usage, soit condamnable16, ni qu’il y ait à renoncer à un métier pour la raison, par exemple, que son exercice compromettrait l’assistance régulière à la prière commune17. L’opuscule contient bien entendu du hadītk, mais surtout des déclarations d’Ibn Hanbal et de quelques autres, parmi lesquels une bonne place est faite à Sufyān al-Thawrī ; le ton en est sans réplique18. Ce qu’on loue, naturellement, n’est pas le gain en soi, mais le travail19, et il s’agit des mille et un petits métiers du sūq. Mais il est intéressant de souligner, dans l’optique du présent article, que même le commerce caravanier est envisagé favorablement. Et comment, après tout, en serait-il autrement puisque (sans parler de Sufyān, nous dit-on) le Prophète lui-même l’avait pratiqué ?

20Un jour où j’hésitais à publier quelques notes que je ne pouvais approfondir, Ritter m’y avait encouragé, disant (en invoquant, ajoutait-il, son propre exemple), qu’il ne fallait jamais tarder à mettre à la disposition des spécialistes les matériaux susceptibles de leur servir. Sans doute aux présentes notes, sommaires et décousues, faut-il une excuse ; que ce soit ce souvenir...

21P.-S. Sur ces questions, voir encore maintenant A.K.S. Lambton, The merchant in medieval Islam, dans A Locust’s Leg, Studies in honour S.H. Taqizadeh, 1962.

Notes

1 Ṣafadī cite un Dja’far b. ‘Alī, Abu 1-Faḍl, mais Hamadhānī Iskandarānī et non Dimashqī (bien que mort à Damas), traditionniste et faqīh alors que le nôtre (voir infra) est marchand, et surtout mort en 636 alors que (voir infra) il doit avoir écrit avant 570 ; j’en dois la connaissance à Fr. Gabrieli ; voir aussi Abū Shāma, Dhayl, ans 635 (fin) et 636.

2 Voir en particulier Nāsir-i Khusrau, Sefernāmeh, éd. trad. Schefer, p. 12 et 41 ; c’est le moment où Tripoli va se constituer en principauté autonome sous ses cadis Banū ‘Ammār.

3 Ishāra p. 13. — Plessner, Der Oikonomikos des Neupythagoreers “Bryson”, 1928, p. 138, a supposé que Dimashqī avait connu Avicenne, ce qui ne me parait nullement nécessaire, et n’est en tout cas pas prouvé (voir infra). — Abū l-Faḍl Dimashqī parle occasionnellement de mulūk wa-salāṭīn, ce qui, à s’en tenir aux titres officiels, exclurait la période antérieure au milieu du ve siècle, mais qui, dans l’usage populaire, est bien antérieur ; cela nous situe seulement en un temps où le monde musulman est divisé, ce qu’il est depuis le iiie siècle h.

4 Je me permets de renvoyer à cet égard, comme à un exemple particulièrement typique, au Traité d’Armurerie que j’ai publié dans le Bull. d’Études Orientales, Damas, 12/1947-48.

5 P. 41. Il est aussi hostile aux simsār, p. 44 et 47.

6 Voir là-dessus surtout C. Becker, Islamstudien I, 188 sq. (Art. Égypte, Encyclopédie de l’Islam, 1re éd.) ; cf. l’Introduction à mon édition des Luma’ al-qawānīn d’al-Nābulusī, dans Bull. d’Ét. Or. 16/1958-60, p. 127-128.

7 Depuis les pages consacrées par Ritter à cette mentalité et en particulier à la comparaison de Dimashqī avec Ghazzālī, la question a été abordée spécialement par Heffening dans l’article Tidjāra de l’Encyclopédie de l’Islam, par E. Bussi, Del concetto di commercio e di commerciante nel pensiero guiridico musulmano, dans Studi in memoria di Aldo Albertoni, Padova 1938, et dans l’article de Goitein cité infra p. 103, n. 2.

8 Il est douteux que les Arabes aient eu une traduction de la Politique, au chapitre 1-2 de laquelle les exposés qu’ils font de l’origine de la monnaie (voir infra) ressemblent pourtant tellement, mais peut-être par l’intermédiaire de Bryson. Mais ils ont eu des Oeconomica attribués à Aristote (Gasiri I, 300, ms. dccclxxxiii).

9 Brockelmann GAL Suppl. I, 372 ; j’ajoute que les développements sur les institutions politico-sociales données aux pages 125 sq. du Sulūk (en particulier p. 126 (Calife et Sultan), 127 (les rois), etc.) sont inconcevables à l’époque du Calife al-Mu’-tasim à laquelle prétendument remontait l’ouvrage. L’exacte datation et la localisation géographique de l’auteur restent à préciser.

10 Tirées du Peri Basileias arabe, voir l’éd. J. Lippert.

11 Cf. BEO 16/1958-60, éd. des Luma’ de Nābulusī, p. 5 du texte arabe, avec la n. 4.

12 Cf. l’article de Bussi cité p. 100, n. 3, p. 26 sq.

13 The rise of the Near-Eastem Bourgeoisie in Early Islamic Times, dans Cahiers d’Histoire Mondiale/Journal of World History 3/1957, p. 583 sq.

14 J’en dois la connaissance à mon jeune collègue M. Arkoun.

15 Dans Brockelmann, GAL Suppl. I, 311 l’auteur est signalé sans cette œuvre, et dans Suppl. II, 1007 l’œuvre l’est (d’après un ms. berlinois inconnu de l’éditeur damasquin), mais sans que l’auteur, incomplètement nommé, soit identifié. Sur le rôle d’al-Khallāl, voir l’article de H. Laoust, Aḥmad b. Ḥanbal, dans l’Encycl. de l’Islam, 2e éd. — Le Ḥathth nous est parvenu par des transmetteurs atteignant Ibn Qudāma (début viie/xiiie s.).

16 « L’argent est sain à l’homme sain », etc.

17 Jusqu’à la gestion d’un domaine dans un district où l’on serait seul musulman.

18 « Je suis un “confiant (en Dieu)”. — Entres-tu au désert seul ou avec des gens ? — Avec des gens. — Alors tu mens : vas-y seul, ou tu n’es un confiant qu’en ta bande de gens. »

19 « Deux nourritures sont bonnes : celle qu’on a portée sur son dos, et celle qu’on a produite de sa main. » Etc.

Notes de fin

* Publié dans Oriens, XV, 1962, 160-171.

© Presses de l’Ifpo, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search