Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale

 | 
Claude Cahen

Notes de diplomatique arabo-musulmane*

Texte intégral

  • * Publié dans le Journal Asiatique, 1963, 311-325.
  • 1 L’exemple européen nous a fort bien enseigné que la diplomatique, loin de n’être qu’une étude grat (...)

1La parution, dans la nouvelle édition de l’Encyclopédie de l’Islam, de l’article Diplomatique est en un sens un événement, puisque rien de tel n’avait jamais existé, mais aussi, me semble-t-il et je m’en excuse, une manifestation de l’étrange retard où nous nous trouvons encore en ce domaine. C’est une question préjudicielle évidemment de savoir s’il est même possible en général d’entreprendre une Diplomatique de l’Islam1 ; je pense qu’il ne serait pas inutile que chacun de nous fît part des remarques que son expérience peut lui suggérer à cet égard. Et c’est ce que, sans plus de prétention, je voudrais faire ci-après.

  • 2 L. Fekete, Beverzotés a hodoltság török diplomatikajábá, Budapest, 1926.
  • 3 J. Reychman et A. Zajaczkowski, An outline of Ottoman Turkish Diplomatic, 1973, traduction du polo (...)
  • 4 M. Guboglu, Paleografia ṣi diplomatka turco-osmana, Bucarest, 1959.
  • 5 H. Busse, Untersuchungen zum islamischen Kanzleiwesen (Abh. d. Deutschen Archäol. Institut Kairo, (...)
  • 6 A la bibliographie donnée par W. Björkmann dans la section arabe de l’article de l’EI, ajouter mai (...)

2Fait remarquable, mais paradoxal à sa façon, c’est sur les branches tardives et dérivées du tronc musulman qu’ont porté jusqu’ici les seules études de diplomatique islamique de caractère suffisamment large et approfondi que nous possédions. Tour à tour Fekete2, Reychman et Zajaczkowski3, et Guboglu4 ont donné en effet des traités de diplomatique ottomane, cependant que H. Busse accompagnait une importante publication de documents persans d’une étude de diplomatique islamo-persane jusqu’alors sans précédent5. Néanmoins le domaine arabe, sans la connaissance duquel on ne peut a priori comprendre tous les caractères des diplomatiques ottomane ni persane, n’a connu jusqu’ici que des études de pionniers partielles et rares6, dont aucune n’équivaut aux travaux des auteurs précités pour la turcologie et l’islamo-iranologie. Il n’y a pas à s’en étonner exagérément, car, si ce qui a été publié d’archives ottomanes est insignifiant par rapport à ce qui existe, on possédait tout de même un lot important d’actes authentiques, réparti entre d’assez nombreux dépôts, et dont l’étude ne se heurtait à des difficultés que d’ordre technique ; et si l’on est moins avancé pour les documents persans, du moins sommes-nous là en présence d’un groupe relativement unifié, ce qui simplifie l’enquête. Le champ arabe est, dans l’espace et dans le temps, autrement vaste, et la documentation s’y présente sous de moins heureux auspices, si bien qu’il est difficile de l’embrasser dans son ensemble, et qu’on y est plutôt amené par le hasard à des études particulières. Néanmoins cette situation est scientifiquement inacceptable, et il serait temps de prendre conscience de l’urgence qu’il y aurait à faire le maximum du possible pour en sortir.

  • 7 A. Grohmann, Einführung in die arabische Papyruskunde, 1955 (avec bibliographie des publications d (...)
  • 8 W. Björkmann, Beiträge zur Geschichte det Staatskanzlei im islamischen Aegypten, 1928.

3Pratiquement la documentation utilisée jusqu’ici consiste en deux catégories de textes, les uns et les autres égyptiens, mais de genre et d’époque différents. Il y a d’une part les papyrus (et papiers, etc.), abondants pour les premiers siècles de l’Hégire, fournissant surtout des actes de l’administration financière subalterne, voire des lettres privées ; il y a d’autre part les traités de chancellerie de l’État des Mamluks, ou plus exactement le plus monumental d’entre eux, le Ṣubḥ al-A‘shā de Qalqashandī, où nous sont présentés tous les cas de la correspondance et de la rédaction administrative du gouvernement central. Sur la base des papyrus, A. Grohman a dessiné7 les linéaments d’une diplomatique arabe qui est utile, mais qui, limitée à des documents si simples et peu variés, reste plus partielle qu’il ne le précise explicitement. Sur la base du Ṣubḥ al-A‘shā, W. Björkmann a, plus anciennement8 et dans un esprit moins résolument diplomatiste, rassemblé d’importantes données qui, elles aussi, cependant, restent de portée limitée et, malheureusement, constituent encore à peu de chose près la substance de la section arabe, qui lui est due, dans l’article Diplomatique de la nouvelle Encyclopédie de l’Islam. Ni l’un ni l’autre de ces auteurs n’ignore certes le caractère restreint de son enquête, ni l’existence, tout de même, d’un certain nombre d’autres documents qui éventuellement en permettraient une plus large. Mais cette enquête plus large n’a en fait jamais été tentée. Je voudrais en dessiner quelques nouvelles lignes, en me bornant au Moyen Âge.

  • 9 Témoin la récente découverte, faite par D. et J. Sourdel, de documents de la mosquée de Damas.
  • 10 Voir ci-dessus, p. 66, n. 2.
  • 11 Voir surtout S.D. Goitein, The Cairo Geniza as a source for the History of Muslim Civilization, da (...)
  • 12 Les principales publications, pour la Turquie, sont celles d’O. Turan dans la Revue de la Société (...)

4Le premier point doit être de faire le tour, avec toute la précision voulue, des documents utilisables. Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur ce qui a été dit bien des fois de l’absence, par comparaison avec l’Europe, d’« archives » musulmanes à proprement parler ; il ne faut pas cependant exagérer: les agents du pouvoir conservaient souvent par devers eux, mêlant le public au privé, certains des documents qu’ils avaient eus entre les mains pendant leur activité, et les bureaux gardaient, à n’en pas douter, la documentation, surtout financière, nécessaire à leur fonctionnement quotidien. C’est d’ailleurs la première forme de conservation qui est à l’origine de l’abondance relative des papyrus égyptiens ; et la traduction en turc, pour les besoins de l’administration ottomane, d’un grand nombre de documents arabes antérieurs rend certainement compte pour une part qu’on ait négligé de désormais conserver certains de ceux-ci, qui l’avaient été jusqu’alors. Quoi qu’il en soit, en dehors des papyrus livrés par le sol égyptien et, occasionnellement, syro-palestinien quelques documents tout de même existent9. Pour la fin du Moyen Âge, depuis le xiie siècle, plusieurs dépôts européens conservent des correspondances échangées ou des traités conclus avec des États musulmans, et même quelques lettres d’affaires privées ; évidemment, trop tardifs dans le temps pour nous fournir les bases d’une étude diplomatique, ces documents sont aussi en général d’un genre trop spécial et extérieur pour nous renseigner, même pour leur temps, sur la rédaction administrative ou juridique en général: ils n’en existent pas moins pour leur champ propre. Spéciaux aussi, mais précieux tout de même, sont les actes d’archives, encore égyptiens conservés exceptionnellement par le monastère du Sinaï, dont quelques-uns remontent aux Fātimides10. Beaucoup plus importants pour l’histoire générale, mais de signification très restreinte au point de vue diplomatique, sont les documents judéo-arabes de la Géniza, encore une fois égyptiens, dont certains tout de même débordent le cercle propre de leur communauté d’origine11. Enfin il s’est conservé (originaux ou copies), surtout en Turquie et en Égypte, des actes de waqf, voire des décisions de cadis, à partir du xiie siècle et surtout du xiiie siècle12, et ceux-là au moins nous renseignent, pour leur région et leur période, sur un aspect courant de la vie économico-juridique musulmane.

5Il n’en reste pas moins que tous ces documents mis bout à bout, papyrus à part, outre qu’ils sont peu nombreux, émanent de périodes relativement basses et représentent certaines catégories, et non les principales, de la rédaction archivistique musulmane ; en outre, et papyrus compris, ils proviennent de pays qui, par rapport à l’Empire musulman, sont provinciaux, ils ne sortent pas des services centraux dans lesquels se sont élaborés en premier les usages ensuite plus ou moins fidèlement diffusés. Il est donc indispensable de chercher à combler ces lacunes dans toute la mesure du possible.

  • 13 Aḥmad Zakī Safwat, Djamhara Rasā’il al-‘Arab, 4 vol., Caire, 1937, à quoi l’on ajoutera les docume (...)
  • 14 Voir pour eux le recueil de Muḥ. Ḥamīdullāh, Madjmū‘at al-wathā’iq al-syāsiyya fī l-‘ahd al-nabawī (...)

6Les chroniques, et éventuellement d’autres ouvrages littéraires, nous ont transcrit d’assez nombreux documents, lettres surtout, mais d’autres aussi, dont, pour les trois premiers siècles de l’Hégire, on trouvera un utile répertoire dans la Djamhara d’Aḥmad Zakī Ṣafwat13. Évidemment l’authenticité de ces documents et l’exactitude de la copie peuvent être discutées. Il va de soi que la plus grande prudence s’impose — sans aller jusqu’au rejet systématique — lorsqu’on nous présente des textes émanés du Prophète ou de ses premiers et plus éminents successeurs ; la falsification a moins de raisons d’être lorsqu’il s’agit de textes postérieurs écrits au nom de personnages moins prestigieux et créant moins de prédédents. De toute manière, du point de vue où nous nous plaçons en ce moment, même des textes faux portent témoignage d’une manière de faire au moment où ils ont été forgés — ou de celle qu’on imaginait alors avoir caractérisé leurs auteurs supposés ; et, en général, ils montrent un état des choses qui, quelle qu’en soit la date précise, est antérieur à la plupart des autres sources documentaires, et par conséquent, par confrontation avec elles, peut comporter d’utiles enseignements : j’ignore combien de traités de capitulation conclus par les Arabes avec les villes soumises14 sont authentiques, mais il ne me paraît en général guère douteux qu’ils expriment ce que la pratique omayyade a considéré ou voulu faire considérer qu’ils étaient, ce qui pour nous constitue un acquis minimum déjà solide.

7Du point de vue diplomatique, la transcription par les chroniqueurs et autres écrivains est évidemment souvent imparfaite, parce qu’elle supprime fréquemment des formules de préambule, d’enregistrement, etc., qui nous seraient utiles, et se borne à donner la partie du texte contenant les stipulations matérielles ; ou bien, parfois, tout au contraire précise une titulature intéressante, en omettant de nous dire la suite, ou, pis que tout, cite une phrase pour ses qualités stylistiques en omettant le contexte. Néanmoins, la confrontation avec les autres sources ne permet pas de nier qu’en général les copies, complètes ou non, sont à peu près fidèles (le déchiffrement n’était pas forcément aisé), et, pour certaines questions, autorisent d’utiles conclusions ou réflexions.

  • 15 Une étude en est donnée par Björkmann, op. cit., p. 4-16 pour le califat classique et p. 21-56 pou (...)
  • 16 A cette catégorie d’ouvrages se rattache le livre IV d’al-‘Iqd al-Farīd d’ibn ‘abd-rabbih qui cont (...)

8Aux sources littéraires narratives dont il vient d’être fait état il convient d’en ajouter d’autres, de caractère plus technique, dont aucune assurément n’a les intentions que nous appellerions proprement diplomatiques, mais peuvent tout de même contribuer à une formation de ce genre. Il y a d’une part des ouvrages de culture générale, mais aussi de renseignements plus professionnels, destinés aux kuttāb, aux secrétaires qui à tous les étages, et surtout au gouvernement central, élaborent les actes de l’autorité publique et la correspondance des hauts dignitaires15. Les instructions qui leur sont données relèvent surtout de la stylistique et de la culture littéraire et spirituelle de l’honnête homme ; mais, cela faisant, elles abordent naturellement certains aspects de la technique rédactionnelle dont le diplomatiste doit tenir compte16.

  • 17 Voir ci-dessous, p. 75.
  • 18 Voir par exemple, dans l’EI, l’article Daftar, cité n. 6. Les Rusūm Dār al-Khilāfa, éd. M. ‘Awwād, (...)

9En dehors de cette famille d’ouvrages, une autre encore est ici importante à considérer. Il a été rédigé, à l’époque ‘abbāside et ensuite, des traités d’administration, dont le modèle est le Kitāb dit al-Kharādj de Qudāma b. Dja‘far ; il s’y trouve, à côté de renseignements à utiliser dans la rédaction administrative, quelques modèles de diplômes17 qui certes sont imaginaires, en ce qu’ils ne reproduisent aucun diplôme particulier réel, mais sont rédigés exactement comme devaient l’être les diplômes réels et de notre point de vue par conséquent en sont l’équivalent. Même un petit lexique encyclopédique, comme les Mafātiḥ al-‘Ulūm, qui, en matière administrative, combinent aux renseignements de Qudāma ceux de la pratique samanide, nous renseigne utilement sur les aspects terminologiques de la rédaction des actes administratifs et gouvernementaux18. Pour l’Égypte fāṭimide, d’une particulière valeur est le traité d’Ibn al-Sayrafī.

  • 19 Une partie a été éditée par Shakīb Arslān, 1898, et il s’en trouve de larges extraits aussi dans d (...)
  • 20 Éd. ‘Abd al-Wahhāb ‘Azzām et Shawqī Ḍayf, 1947 ; le volume conservé ne contient que le règne de Mu (...)
  • 21 Antérieurement à ces recueils, Ibn Abī Ṭāhir Ṭayfūr avait composé, sur un plan plus vaste, l’Ikhti (...)

10En troisième lieu il y a les recueils d’inshā’. L’inshā’ est l’art de la rédaction officielle, et le Dīwān al-Rasā’il, de la correspondance d’État, est souvent à partir du ive siècle de l’Hégire, appelé Dīwān al-Inshā’, et son directeur munshi’. Sous les Būyides, puis occasionnellement dans d’autres États arabes ou persans ultérieurs, il a été réuni, sur l’initiative des auteurs eux-mêmes ou sur celles de disciples et admirateurs, des recueils de morceaux choisis de leurs lettres et diplômes ; si en fin de recueil il se trouve souvent des phrases isolées extraites de pièces non autrement citées, en général les lettres et actes choisis sont cités in extenso, à l’exception des formules d’enregistrement, sceau, etc. Certes la sélection n’est faite guère que suivant des critères de stylistiques, mais il n’en résulte pas moins que nous avons là, à défaut d’originaux, des copies d’actes qu’il n’y a aucune raison, en général, de considérer comme inauthentiques, et qui peuvent être, dans leur contenu comme dans leur formulation, d’un très riche enseignement. La correspondance administrative d’Abū Isḥāq al-Ṣābī, secrétaire califal au temps des premiers Būyides19, et plus encore celle du ṣāḥib Ibn ‘Abbād, vizir des Būyides Mu’ayyid al-Dawla et Fakhr al-Dawla20, sont à cet égard particulièrement remarquables, sans parler du prix que leur confère leur date encore relativement haute21.

  • 22 Voir la liste donnée par J. Schacht, Aus den Bibliotheken von Konstantinopel und Kairo (Abh. d. Pr (...)
  • 23 Les plus anciens sont, je crois, al-Qafsī, al-Fā’iq fī ma‘rifat al-aḥkām wa l-wathā’iq, Tunis, Zay (...)
  • 24 Deux manuscrits à Madrid signalés par Ribera et Asfn, Manuscritos arabes de la Junta, 1912, nos V (...)
  • 25 En partie édité par J. Schacht dans Abh. u. Sitz. d. Heidelberger Akad. 1926 et 1930, et utilisé a (...)
  • 26 Le « Traité des Waqfs » d’al-khassāf, par exemple, témoigne fondamentalement d’une grande volonté (...)

11Les ouvrages que nous venons de passer en revue se réfèrent à peu près exclusivement aux actes et à la correspondance publics, des princes et de leur haute administration. Mais il n’y a pas moins d’intérêt dans les actes privés dressés par les cadis. A cet égard, il faut souligner l’importance d’une série de traités de shurūṭ, trop peu considérés jusqu’ici, dont le but est de pratique juridique, mais qui, en enseignant aux cadis, etc., la manière précise dont il convient de rédiger des actes de telle sorte qu’ils ne puissent être révoqués en nullité par des adversaires, comportent eux aussi des informations de la nature de celles qu’étudient les diplomatistes, voire occasionnellement fournissent des modèles d’actes rédigés. La littérature de shurūṭ est pour nous surtout représentée par des manuels du bas Moyen Âge, émanant de l’État des Mamlūks22 ou du Maghreb23 ; mais il y en a d’espagnols des alentours de 500/110024, et, en Égypte, celui d’al-Taḥawī, dont il a surnagé des fragments25, remonte aux environs de 300/900 ; en outre il est tout à fait évident que la préoccupation qui l’a dicté remonte aux origines du Droit hanéfite, c’est-à-dire de la pratique ‘abbāside primitive26.

  • 27 Analysé par Björkmann, Beiträge..., p. 14-15 (chap. 2 à 5, ms. Laleli, 1879).
  • 28 Clément Huart, Un formulaire arabe anonyme du xie siècle, dans JA, xie série, t. X, 1917, p. 219-3 (...)

12A tous ces genres s’apparente un peu celui des épistoliers modèles qu’ont produit aussi bien le Moyen Âge musulman que l’occidental. En général il s’agit de correspondance privée cultivée uniquement pour l’amour du beau langage, et cela ici ne nous intéresse pas ; mais précisément parce que la distinction des catégories n’est pas clairement ressentie, il arrive que figure dans un même recueil, à côté de tels modèles, un groupe d’autres, rédactions émanant de, ou adressées à, un service administratif. Tel est un petit peu le cas, par exemple, d’un recueil inédit de Hilāl al-Ṣābī27 ; tel est surtout celui d’un manuscrit, malheureusement inaccessible, dont le contenu, qui le place dans l’État saldjūqide, a été sommairement révélé par Cl. Huart28.

13Au total il est bien évident qu’aucune de ces catégories de documents ne serait de nature à se suffire à elle-même ; mais leur juxtaposition et leur confrontation sont capables de fournir non seulement une certaine somme de renseignements, mais surtout une vérification mutuelle de leur valeur respective, qui pallie, jusqu’à un certain point, l’absence de collections meilleures. Dès lors au moins un certain nombre d’enquêtes spéciales deviennent possibles, dont la convergence peut-être pourra conduire à des conclusions de portée plus large.

14Pour confronter les documents, ils doivent être classés bien entendu non plus d’après leur provenance, mais d’après leur contenu ou leur nature.

  • 29 Et qu’il lui arrive de classer de travers, soit qu’il veuille à tout prix trouver des précédents i (...)
  • 30 Il est vrai que les destinataires sont souvent les mêmes, l’art du gouvernement consistant surtout (...)
  • 31 Par exemple, les correspondances d’al-Hamadhānī et al-Khwārizmī au ive/xe siècle, celle de Waṭwāṭ (...)
  • 32 Voir ci-dessus, p. 73, n. 6 et 7.

15Cherchant à inventorier les types d’actes, Björkmann se réfère à la classification de la diplomatique occidentale. Certes, il y a entre les catégories d’actes européens ou orientaux, du point de vue de leur contenu, de naturelles similitudes. Néanmoins, il me semble méthodologiquement erroné de partir, pour classer les actes musulmans, de caractérisations qui ont été faites pour d’autres. Il est vrai qu’en fait Björkmann combine aux distinctions du fondateur de la diplomatique allemande, Bresslau, celles qu’il trouve dans Qalqashandī ; mais celles-là même — sans parler de la dose de réinterprétation que cette combinaison implique — valables apparemment pour l’État des Mamlūks, ne le sont pas évidemment pour celui des ‘Abbāsides, malgré les citations qu’il fait de quelques textes émanés d’eux29. Autant que possible, il faut établir une classification qui ressorte des textes eux-mêmes ou corresponde aux conceptions de leurs rédacteurs. A cet égard, il faut remarquer que les recueils d’inshā’ ou bien ne comportent aucune classification ou bien, lorsqu’ils en comportent, n’instituent aucune différenciation fondamentale, dans les textes cités de leur auteur, entre leur correspondance et leurs diplômes administratifs d’une part, leurs lettres personnelles d’autre part. Les félicitations et condoléances, les lettres d’amitié voisinent donc avec les annonces de victoires et les nominations de fonctionnaires30. Ces dernières n’ont d’ailleurs pas moins que les autres forme épistolaire. Il est vrai qu’il existe aussi des recueils de correspondances de personnes privées (au sein desquelles peut s’insérer une lettre officielle occasionnellement demandée au personnage)31 et des recueils de modèles de ce genre (incluant d’ailleurs des réclamations au pouvoir, etc.)32 ; mais on voit que la distinction est là plus ratione personae que ratione rei. Seuls, les actes du pouvoir judiciaire, cadis, etc., sont à l’écart de ces recueils et, au contraire, objet exclusif des traités et recueils de modèles de shurūṭ, il y a donc ce qu’écrivent les kuttāb et les lettrés — c’est, on le sait, à peu de choses près le même milieu — et ce qu’écrivent les hommes de loi et leurs auxiliaires. Dans une certaine mesure, cette distinction correspond à celle du Droit public et du Droit privé, mais avec les réserves et entorses qu’on a vues à l’instant.

16Mais il ne s’ensuit pas que chaque petite section à l’intérieur de ces grands compartiments vagues n’ait pas eu, assez tôt semble-t-il, ses règles rédactionnelles précises et spécifiques, à côté de certaines autres commune à l’ensemble de toutes. C’est ce qui va apparaître le plus facilement sur l’exemple des diplômes de nomination.

17Abstraction faite des diplômes nombreux de désignation d’un prince héritier et de nominations de vizirs, les diplômes de nomination qui nous sont parvenus des califes et des Būyides sont, à ma connaissance, les suivants :

  • 33 C’est du moins l’avis de l’éditeur, mais le texte qu’il invoque dans Qalqashandī (Ibn ‘Abd Rabbih) (...)

181. Diplôme de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz à Mansūr b. Ghālib pour un commandement militaire, attribué par d’autres à ‘Umar b. al-Khaṭṭāb33 ; authenticité incertaine, mais date en tout cas antérieure à la Sīra de ‘Umar II par ‘Abdallāh b. ‘Abd al-Ḥakam (début iiie s. H.), qui le cite, éd. 1954, p. 51 et suiv. ;

192. Diplôme d’al-Mahdī nommant un gouverneur d’Arménie (A. Z. Ṣafwat, III, n° 100, p. 152 et suiv. d’après l’Ikhtiyār al-Manẓūm d’Ibn Abī Ṭāhir Ṭayfūr, XIII, p. 503) ; le nom du destinataire est sup­primé, mais à cela près le diplôme paraît conservé intégralement, préambule compris et authentique ;

203. Diplôme d’al-Rashīd pour Harthama nommé gouverneur du Khurāsān (Ṭabarī, X, 102 ; A. Z. Ṣ., III, 328 et suiv.) ;

  • 34 D. Sourdel, Le vizirat ‘abbāside, 2 vol., Index, Damas 1959-1969.

214. Diplôme du régent al-Muwaffaq, rédigé par Ibn Thawāba34, à un gouverneur de Rayy (A.Z.Ṣ., IV, 334 et suiv.), d’après la même source XIII, p. 346 ;

225-9. Diplômes réels ou supposés contenus dans le K. al-Kharādj de Qudāma, au nombre de cinq: nomination d’un cadi, nomination à la prière ṣalāt, nomination à la guerre ḥarb et à la police ma‘ūna, nomination au commandement d’une place maritime, et nomination à la poste barid. Inédits, ms. d’Istanbul, f° 8 et suiv. ;

  • 35 Ceux que contient l’édition Shākib Arslan se retrouvent tous, bien qu’il les ait pris dans un manu (...)

2310-25. Diplômes d’Abū Isḥāq al-Ṣābī35 :

  • au Ḥamdānide Abū Taghlib (éd. Shākib Arslan 126) et au Būyide Fakhr al-Dawla (ibid., 98) les investissant respectivement de leurs États ;
  • nomination de cadis: Abū l-Ḥusayn Muḥ. b. ‘Abdallāh al-Ma‘rūf, grand cadi (ibid., 115), le même antérieurement comme cadi de Samarra (Qalqashandī X, 276) ; son père Abū Muḥ. ‘Abdallāh b. Aḥmad — également connu comme grand cadi — auparavant cadi de Bagdad-Ouest (Paris, 6195, 81 r°-83 r°) ; Abū Bakr b. ‘Abdarraḥmān dit Ibn Qāri‘, cadi de Djundishāpūr (Shākib Arslan 143) ;
  • autres fonctions: le sharīf Abū Aḥmad al-Ḥusayn b. Mūsā, pour les maẓālim à Baghdad (Qalq. X, 242) et la niqābat al- Ṭālibiyyīn (Shākib Arslan 150) ; mêmes emplois pour son fils Abū 1-Ḥasan Muḥ., ainsi que l’administration des mosquées et le Pèlerinage (Qalq. X, 247) ; al-Ḥasan b. Muḥ. al-Hāshimī, ḥukm de la province de Baṣra (Paris, 79 r°-81 r°), Aḥmad b. Muḥ. b. Hashim (?), prière, maẓālim et niqābat al-‘Abbāsiyyīn à Samarra et route de Mossoul (Paris, 86 vo-88 vo) ; investiture anonyme du ḥadjdj (Shākib Arslan 154) ; administration des mosquées de Baghdad au cadi Abū l-Qasm ‘Umar b. Ḥassān (Paris, 88 vo) ; Abū l- Ḥārith Muḥ. b. Mūsā (frère d’Abū Aḥmad ci-dessus nommé), prière en général (Qalq. X, 254) ; Abū l-Ḥasan à la shurṭa de Wāsiṭ (ms. de Leyde, 213 ro et suiv.) ; Abū Ṭarif b. ‘Ulyān al-‘Uqaylī à la ḥimāya de Kūfa (Qalq. X, 262)36.

2426-35. Diplômes d’Ibn ‘Abbād :

25— à l’ispahsalār Ibn Kūrkandj comme gouverneur de Qazwīn (éd., p. 46-50) ; à ‘Abdaldjabbār b. Aḥmad comme cadi de Rayy (p. 42 et suiv.), puis, en outre, de Djurdjān et Ṭabaristān (p. 34 et suiv.) ; à un anonyme, de ḥisba (39-42) ; à un mustawfī local (50-51) ; au kātib Muḥ. b. Aḥmad pour les impôts de Qadmān (53-54) ; à un anonyme pour la direction de la distribution de l’eau du Zārim-Rūd (54-55) ; au ḥādjib Ibr. b. Muḥ. pour le gouvernement local de Rārūrqridīn (55-56) ; à al-Ḥusayn b. Aḥmad b. ‘Abdallāh b. Hārūn pour le Kharādj d’Iṣfahān (57-58) ; à un anonyme pour la direction du ḥadjdj de Rayy (59) ; à la ḥimāya du Djabal (61) ; à un anonyme nommé naqīb des ‘Alides (236).

  • 37 Le manuscrit d’Istanbul, Shehit Ali Pacha 882 des Shurūṭ de Taḥawī, contient dans ses premières pa (...)

26Je ne doute pas que l’on puisse ajouter à cette liste quelques autres spécimens37, mais, telle qu’elle est, elle permet déjà quelques considérations.

27Qalqashandī a parfaitement défini le formulaire des diplômes de nomination de hauts fonctionnaires (sauf le vizir) par les ‘Abbāsides : la formule introductive est hadhā mā ‘ahida bihi fulān (le prince) ilā fulān (le bénéficiaire), dont il vante ensuite les mérites ; il continue alors fa-qallada-hu kadhā wa kadhā, puis énumère les consignes qu’il donne au personnage nommé en les introduisant chacune tour à tour par l’expression wa amara-hu bi- ; après quoi il conclut par hadhā ‘ahd amīr al-mu’minīn ’ilay-ka, ou quelque chose d’approchant. Le formulaire diffère de celui des diplômes aux princes et aux vizirs en ce que ceux-ci commencent par animā ba‘d, suivi d’un à trois taḥmīd, et évitent la formule amara-hu ou la remplacent par amara-ka.

28Cela étant, il est intéressant de constater que tous les diplômes de hauts fonctionnaires énumérés dans la liste précédente contiennent pour l’essentiel les traits définis par Qalqashandī. Il est spécialement intéressant à cet égard de considérer le diplôme attribué à ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, parce que, si l’authenticité en pouvait être démontrée, elle établirait que le formulaire califal des ‘Abbāsides avait été mis au point déjà sous les Omayyades. Quoi qu’il en soit, il apparaīt à une époque relativement ancienne, et cette ancienneté se caractérise aussi par quelques nuances significatives ; le style est plus sobre (comme de tous les actes prêtés à ‘Umar par la Sīra) que celui des actes ultérieurs (il ne comporte pas encore l’éloge de l’intéressé), il y manque le rappel final du ‘ahd, et les consignes indiquées sont peu nombreuses ; le premier trait caractérise encore tous les diplômes proprement ‘abbāsides (antérieurs aux Būyides), mais, depuis celui d’al-Mahdī, ils contiennent le rappel final du ‘ahd, et, dans ceux d’al-Rashīd, d’al-Muwaffaq et de Qudāma, les consignes tendent à s’allonger. La tendance s’accentue au temps des Būyides, en même temps qu’au début de l’acte intervient maintenant l’éloge de l’intéressé ; néanmoins, il est significatif de constater que non seulement rien de fondamental n’est changé dans le formulaire califal, ce qui est normal, mais que ce formulaire se retrouve dans celui des principautés būyides même extérieures à l’Iraq ; le personnel évidemment en avait été formé dans la tradition ‘abbāside ; simplement les diplômes d’Abū Isḥāq al-Ṣābī sont rédigés au nom des califes al-Muṭī‘ ou al- Ṭā’i‘, alors que ceux d’Ibn ‘Abbād le sont — même pour les fonctionnaires de justice et de religion — au nom de Mu’ayyid al-Mulk, le prince būyide du Nord-Iran.

  • 38 Il me semble que les Mafātīḥ al-‘Ulūm, en ce qui concerne l’administration, combinent des emprunts (...)
  • 39 Dans l’histoire de Bayhaqī ; cf. C.E. Bosworth, The Ghaznevids, p. 92.
  • 40 Pour les Saldjūqides, nous avons le précieux recueil, intitulé ‘Atabat al-Kitāba, d’un rédacteur d (...)
  • 41 Il arrive même que le diplôme soit conclu par la formule arabe hadhā ‘ahd, etc. La ‘Ataba est moin (...)

29Ce que nous voudrions savoir est si cette même analogie se poursuit en domaine samanide. D’une manière générale, les Mafātiḥ al-‘Ulūm donnent l’impression d’un vocabulaire administratif largement apparenté à celui de l’Iraq — sans, toutefois, identité complète38 — et le reste de la littérature corrobore cette impression. Mais nous manquons, pour juger sur pièces, de documents d’archives directement ou indirectement conservés, et ce que nous avons des Ghaznévides39 est bien maigre encore. La lacune est regrettable, parce que c’est en ce domaine, au temps des Ghaznévides et surtout des Saldjūqides, que la rédaction en langue persane apparaît puis triomphe40 ; et si, comme on peut le supposer, elle a commencé par plus ou moins traduire des formes arabes, ce sont évidemment celles qu’elle pouvait connaître sur place. Cela dit, je remarque que dans divers diplômes du vie-xiie siècle, en particulier émanant de l’État khwārizmien, le prince qui nomme un fonctionnaire lui énumère ses devoirs selon un schéma très voisin de celui des diplômes iraqiens classiques, et en commençant chaque paragraphe par un fermudim qui traduit exactement amar-nā, si non amarnā-ka ou amara-hu41.

  • 42 Ṣubḥ, X, 99 et suiv. et 145 et suiv.
  • 43 X, 308 et suiv. et XI.

30Le formulaire califal resta en usage jusqu’à la catastrophe de 1258, ainsi qu’en témoignent les documents conservés par exemple dans Qalqashandī42. Au contraire, les Fātimides en Égypte, sans sortir évidemment d’un certain cadre général comparable à celui des ‘Abbāsides, ont, toutefois, un vocabulaire précis différent, où les formules amara-hu, etc., n’interviennent pas. Il n’y a pas à s’en étonner, puisque d’une part certaines de leurs habitudes ont pu venir d’Occident, et que d’autre part et surtout, s’opposant radicalement aux ‘Abbāsides et s’affirmant à égalité de puissance, il leur fallait en tous points se constituer des usages autonomes. Fait digne de remarque, les Ayyūbides, bien que se posant en restaurateurs de l’orthodoxie et de l’unité islamique dans l’obédience ‘abbāside, n’ont pas songé ou pas réussi à introduire le formulaire ‘abbāside, et c’est, mutatis mutandis, celui des Fāṭimides que, dans la continuité du personnel, continue leur chancellerie ; comme plus tard celle des Mamlūks. Qalqashandī43 a bien vu qu’il y avait lieu de distinguer à cet égard les deux chaînes de traditions.

  • 44 W. Hoenerbach, Les parentés islamo-chrétiennes dans la diplomatique de l’Espagne médiévale (Some n (...)

31Je n’aurai garde, dans cette note sans prétention, de tirer de vraies conclusions historiques d’un examen mené sur un groupe si limité de textes. Mais je suis, je crois, autorisé à conclure sur des points de méthode et de programme. Je crois que, de ce qui a été dit, résulte la possibilité — à condition de reprendre le travail sur des bases documentaires plus larges que ce qui a été fait jusqu’ici — de reconstituer certaines lignes de la diplomatique arabe classique, avec les conséquences qui en découlent pour l’histoire ultérieure de la diplomatique musulmane en général ; il existe une documentation en laquelle on peut avoir confiance. Et l’étude précise de cette diplomatique peut apporter des compléments, des confirmations, des précisions à l’histoire institutionnelle en général au même titre que le peuvent l’épigraphie, la numismatique, etc. Il ne reste plus, maintenant, qu’à s’y mettre44.

Notes

1 L’exemple européen nous a fort bien enseigné que la diplomatique, loin de n’être qu’une étude gratuite de minuties formelles, apporte à l’Histoire à la fois de précieuses informations et de nécessaires contrôles. Dans le domaine de l’Islam, les travaux de M. Van Berchem, de G. Wiet, etc., en matière d’épigraphie ont montré ce qu’on peut attendre de l’examen serré des titulatures et formules, et il n’est pas nécessaire de rappeler tout ce qu’on doit à la numismatique envisagée de ce point de vue. A fortiori, en peut-il être autant de la considération des documents d’archives, moins limités dans leurs dimensions. Voir à ce sujet, J. Sauvaget et Cl. Cahen, Introduction à l’histoire de l’Orient médiéval, éd. 1961, p. 18-23 et 57-61.

2 L. Fekete, Beverzotés a hodoltság török diplomatikajábá, Budapest, 1926.

3 J. Reychman et A. Zajaczkowski, An outline of Ottoman Turkish Diplomatic, 1973, traduction du polonais (1965) ; c’est à ces auteurs qu’est due la section turque de l’article Diplomatique dans l’EI.

4 M. Guboglu, Paleografia ṣi diplomatka turco-osmana, Bucarest, 1959.

5 H. Busse, Untersuchungen zum islamischen Kanzleiwesen (Abh. d. Deutschen Archäol. Institut Kairo, Islamische Reihe, 1), 1959 ; Id., Persische Diplomatik und Probleme, dans Der Islam, XXXVII/1961, résumé par le même dans la section persane de l’article susnommé de l’EI.

6 A la bibliographie donnée par W. Björkmann dans la section arabe de l’article de l’EI, ajouter maintenant surtout S.M. Stern, Three Petitions of the Fatimid Period, dans Oriens, XV/1962, et, comme publication documentaire, H. Ernst, Die mamlukischen Sultansurkunden des Sinai-Klosters, 1961. Pour l’Occident, la contribution de G. Colin à l’article de l’EI ; dans l’EI, aussi l’article Daftar (Defter) de B. Lewis.

7 A. Grohmann, Einführung in die arabische Papyruskunde, 1955 (avec bibliographie des publications de papyrus arabes à cette date), chap. VII, p. 107-130 (un volume supplémentaire de Chrestomathie est sous presse).

8 W. Björkmann, Beiträge zur Geschichte det Staatskanzlei im islamischen Aegypten, 1928.

9 Témoin la récente découverte, faite par D. et J. Sourdel, de documents de la mosquée de Damas.

10 Voir ci-dessus, p. 66, n. 2.

11 Voir surtout S.D. Goitein, The Cairo Geniza as a source for the History of Muslim Civilization, dans Studia Islamica, III/1955, p. 75-92.

12 Les principales publications, pour la Turquie, sont celles d’O. Turan dans la Revue de la Société turque d’Histoire, Belleten, 1947-1948. En Égypte, c’est depuis peu ‘Abd al-Laṭīf Ibrāhīm qui s’est attelé à la tâche (voir la Madjalla kulliyyat al-ādāb, 1958 et suiv.) [voir les travaux plus récents de G. Stern et R. Vesely].

13 Aḥmad Zakī Safwat, Djamhara Rasā’il al-‘Arab, 4 vol., Caire, 1937, à quoi l’on ajoutera les documents conservés par le Tārīḫ-i Qumm. Pour les Fatimides, Djamāl al-Dīn al-Shayyāl a entrepris de publier les Wathā’iq relevés par lui dans les sources littéraires (un volume paru, Caire, 1958, de documents adressés aux vizirs).

14 Voir pour eux le recueil de Muḥ. Ḥamīdullāh, Madjmū‘at al-wathā’iq al-syāsiyya fī l-‘ahd al-nabawī wa l-khilāfat al-rāshida, Le Caire, 1941.

15 Une étude en est donnée par Björkmann, op. cit., p. 4-16 pour le califat classique et p. 21-56 pour l’Égypte. On ajoutera seulement aux premiers que le K. al-kuttāb d’al-Baghdādī (p. 8) a été publié par D. Sourdel dans le Bulletin d’Études orientales de l’Institut français de Damas, XIV/1954, p. 55-85, et aux seconds mes indications sur al-Makhzūmī, Un traité financier inédit d’époque fatimide-ayyubide, dans JESHO, V/1962, n° 2, et Contribution à l’étude des impôts en Égypte, etc., ibid., 1962, n° 3. Björkmann ne distingue pas suffisamment les recueils de traités à l’usage des kuttāb et les «morceaux choisis», recueils d’exemples destinés également aux kuttāb, mais non sous forme de traités didactiques.

16 A cette catégorie d’ouvrages se rattache le livre IV d’al-‘Iqd al-Farīd d’ibn ‘abd-rabbih qui contient, pour une période assez ancienne, des expressions de début et de fin de lettres, d’intitulé et de datation.

17 Voir ci-dessous, p. 75.

18 Voir par exemple, dans l’EI, l’article Daftar, cité n. 6. Les Rusūm Dār al-Khilāfa, éd. M. ‘Awwād, Bagdad, 1964 de Hilāl al-Ṣābī (ve/xie s.) contiennent des renseignements d’ordre protocolaire (cf. D. Sourdel, dans Revue des Études islamiques, 1960) utiles à confronter avec la diplomatique proprement dite. Certains ouvrages historiques notent spécialement, à l’occasion de la biographie de souverains ou de vizirs, quelle était leur ‘alāma, à laquelle se reconnaissaient leurs diplômes, remplacée, à partir des Saldjūqides, en Orient, par la ṭughra, par exemple le Mudjmal al-Tawārīkh persan (vers 520/1125) ou la Nuṣra (Histoire saldjūqide) de ‘Imād al-Dīn al-Isfahānī.

19 Une partie a été éditée par Shakīb Arslān, 1898, et il s’en trouve de larges extraits aussi dans des compilations postérieures comme celle de Qalqashandī ; mais l’essentiel reste inédit dans des manuscrits de Paris, de Leyde et d’Istanbul.

20 Éd. ‘Abd al-Wahhāb ‘Azzām et Shawqī Ḍayf, 1947 ; le volume conservé ne contient que le règne de Mu’ayyid al-Dawla ; nous ignorons si un recueil semblable a été fait pour le règne de Fakhr al-Dawla, à la fin duquel Ibn ‘Abbād meurt. Pour un troisième receuil būyide, purement épistolaire, voir ma Correspondance būyide inédite, dans les Studi Orientalistici... Levi delta Vida, I, 1956.

21 Antérieurement à ces recueils, Ibn Abī Ṭāhir Ṭayfūr avait composé, sur un plan plus vaste, l’Ikhtiyār al-manẓūm wa l-manṯūr (Brockelmann, Geschichte der arabischen Litteratur, Suppl. I, 210), qui m’est resté inaccessible, mais dont le contenu, en ce qui nous concerne, a été transcrit dans le recueil d’A. Z. Ṣafwat, cité p. 69. Postérieurement, dans le domaine proprement ‘abbāside, il ne s’est plus conservé que des citations dans des compilations tardives. En domaine iranien, il en apparaît sous les Saldjūqides au vie-xiie siècle, mais, dès lors, presque exclusivement en persan. En domaine fāṭimide le plus ancien recueil, la correspondance autobiographique de l’Ustādh Djawdar (éd. Kāmil Ḥusayn, 1954, trad. franç. M. Canard, Alger, 1958) remonte à la période maghrébine terminale de la dynastie, donc au même moment que les recueils būyides ; du siècle suivant, en Orient, s’est conservé, parmi d’autres que nous savons avoir existé, un recueil de correspondance officielle adressée aux Ṣulayḥides, les vassaux yéménites (éd. Mādjid, 1954), ainsi que celle, autobiographique, du missionnaire al-Mu’ayyid al-Shīrāzī (éd. K. Ḥusayn, 1950). La correspondance officielle du qāḍī al-Fāḍil (à laquelle il faut joindre une partie de celle de son ami ‘Imād al-Dīn al-Iṣfahānī) est conservée en manuscrits nombreux et en extraits, seuls publiés, dans le Kitàb al-Rawḍatayn d’Abū Shāma et secondairement d’autres compilations plus tardives. Des Ayyūbides après Saladin, sous lequel écrit al-Fāḍil, on peut signaler la correspondance de Ḍiyā’ al-Dīn b. al-Athīr, sur laquelle voir des articles, avec extraits, de Ḥabīb Zayyāt dans al-Mashriq, XXXVII/1939 ; Cl. Cahen dans le Bulletin of the School of Oriental Studies, XIV, et l’édition (incomplète) d’Anīs al-Maqdisī, Beyrouth, 1959 ; et la correspondance du prince al-Nāṣir Da’ūd mise en ordre par un de ses fils, inédite. En Occident musulman, je ne crois pas qu’il se soit conservé de recueil de correspondance officielle antérieur aux Lettres almohades publiées par Lévi-Provençal, dans Hespéris, XXVIII/1941.

22 Voir la liste donnée par J. Schacht, Aus den Bibliotheken von Konstantinopel und Kairo (Abh. d. Preuss. Akad., Ph. Hist. Kl., 1928) ; quelques autres manuscrits parmi lesquels plusieurs parisiens, dans la GAL de Brockelmann, au nom des auteurs et à Ṭarsūsī, Suppl. II, 87 ; en outre, il faut signaler, ce qui paraît être resté inaperçu, que l’Encyclopédie de Nuwayrī (la Nihāya) contient, au t. IX de l’édition, un recueil de modèles à la fois d’inshā’ public et de shurūṭ privés.

23 Les plus anciens sont, je crois, al-Qafsī, al-Fā’iq fī ma‘rifat al-aḥkām wa l-wathā’iq, Tunis, Zaytūna, Ibdiliyya, 1498-1500 (début viiie/xive s.), al-Fishtālī, al-Fā’iq fī l-wathā’iq, lithographié à Fès, s. d. (milieu du même siècle).

24 Deux manuscrits à Madrid signalés par Ribera et Asfn, Manuscritos arabes de la Junta, 1912, nos V et XI (cf. E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, III, 242, note), avec liste des chapitres.

25 En partie édité par J. Schacht dans Abh. u. Sitz. d. Heidelberger Akad. 1926 et 1930, et utilisé au vol. 30 du Mabsūṭ de Sarakhsī. Relativement ancien et, comme Sarakhsī, provenant d’Asie centrale sont encore les Ghurar al-Shurūṭ wa durar al-Sumūṭ d’al-Fatḥābādī ar-Righdamūnī, mort à la fin du ve/xie siècle, dont Schacht signale sept manuscrits à Istanbul. Voir maintenant pour Taḥawī aussi J. Watkin.

26 Le « Traité des Waqfs » d’al-khassāf, par exemple, témoigne fondamentalement d’une grande volonté de précision terminologique comme condition de validité des actes à rédiger.

27 Analysé par Björkmann, Beiträge..., p. 14-15 (chap. 2 à 5, ms. Laleli, 1879).

28 Clément Huart, Un formulaire arabe anonyme du xie siècle, dans JA, xie série, t. X, 1917, p. 219-311 (K. al-Makhzūn fī salwat al-Mahzūn).

29 Et qu’il lui arrive de classer de travers, soit qu’il veuille à tout prix trouver des précédents illustres à un type d’acte, soit qu’il veuille en voir là où il n’y en a pas, soit qu’il en interprète involontairement de travers (par exemple en confondant iqṭā‘ et muqāṭa‘a, ou lorsqu’il classe parmi les diplômes d’investiture de rois l’acte de nomination du Būyide Fakhr al-Dawla que le calife affecte encore significativement de considérer comme un gouverneur, etc.). Voir maintenant les travaux de R. Vesely.

30 Il est vrai que les destinataires sont souvent les mêmes, l’art du gouvernement consistant surtout à entretenir de bonnes relations personnelles avec les autres hauts personnages du milieu gouvernemental répartis à travers l’État ou les États voisins.

31 Par exemple, les correspondances d’al-Hamadhānī et al-Khwārizmī au ive/xe siècle, celle de Waṭwāṭ au ve/xiie siècle. L’ouvrage al-Mathal al-Sā’ir de Ḍiyā’ al-Dīn b. al-Athīr, au début du viie/xiiie siècle, est un recueil d’extraits de lettres.

32 Voir ci-dessus, p. 73, n. 6 et 7.

33 C’est du moins l’avis de l’éditeur, mais le texte qu’il invoque dans Qalqashandī (Ibn ‘Abd Rabbih) est non un diplôme, mais une lettre (à Abū Mūsā al-Ash‘arī, déjà auparavant nommé), sans rapport avec le nôtre.

34 D. Sourdel, Le vizirat ‘abbāside, 2 vol., Index, Damas 1959-1969.

35 Ceux que contient l’édition Shākib Arslan se retrouvent tous, bien qu’il les ait pris dans un manuscrit d’Istanbul, dans le manuscrit de Paris ; mais je ne cite d’après celui-ci que les inédits.

36 Björkmann, 147, suivant Qalqashandī X,75 cite à tort comme ‘ahd du Būyide Sharaf al-Dawla ce qui n’est qu’une lettre à ce prince.

37 Le manuscrit d’Istanbul, Shehit Ali Pacha 882 des Shurūṭ de Taḥawī, contient dans ses premières pages des indications sur les actes de nomination des cadis et de leurs subalternes.

38 Il me semble que les Mafātīḥ al-‘Ulūm, en ce qui concerne l’administration, combinent des emprunts à Qudāma, donc à la pratique iraqienne et ‘abbāside, avec des descriptions de celle du Khurāsān et du Māwarānnahr.

39 Dans l’histoire de Bayhaqī ; cf. C.E. Bosworth, The Ghaznevids, p. 92.

40 Pour les Saldjūqides, nous avons le précieux recueil, intitulé ‘Atabat al-Kitāba, d’un rédacteur du sultan Sandjar (au Khurāsān, première moitié du ve/xiie s.), Muntadjab al-Dīn Badī‘ al-Djuwaynī ; il a été par ‘Abbās Iqbāl (Eghbāl) à Téhéran en 1950. De la même tradition est encore, un demi-siècle plus tard, le Tawaṣṣul al-Tarassul de Bahā’ al-Dīn al-Baghdādī qui concerne les premiers Khwārizmshāhs : il a été publié par Aḥmad Bahmaniyār. D’autre part, tout récemment, A. S. Erzi a publié (Ankara, 1962) le Dastūr-i Dabīrī de M.N. ‘Abdalkhāliq al-Mayhānī, court mais précieux traité de chancellerie avec modèles d’actes (plus sommaires que les actes connus par ailleurs).

41 Il arrive même que le diplôme soit conclu par la formule arabe hadhā ‘ahd, etc. La ‘Ataba est moins nette.

42 Ṣubḥ, X, 99 et suiv. et 145 et suiv.

43 X, 308 et suiv. et XI.

44 W. Hoenerbach, Les parentés islamo-chrétiennes dans la diplomatique de l’Espagne médiévale (Some notes on the legal language of Christian and Islamic Deeds, dans LAOS, LXXXI/1961, fournit des suggestions profitables). Voir p. 74, n. 1 fin.

Notes de fin

* Publié dans le Journal Asiatique, 1963, 311-325.

© Presses de l’Ifpo, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540