Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Annexe 3. Constitution d'une exploitation à Homs

Texte intégral

1‘Abd al-Laṭīf, né en 1925, est jardinier à Horns. Il exploite avec son fils aîné et l'aide de deux de ses petits-fils un jardin de quelques 35 dunum (3,5 hectares) situé dans le zūr al-Ǧdīdeh, secteur central de la zone agricole. Cette grande exploitation, constituée de plusieurs parcelles ayant différents statuts, est en partie le produit d'une histoire familiale dont je voudrais présenter ici brièvement les principaux aspects.

Figure 50 – Alliances matrimoniales entre la lignée de ‘Abbās et celle de Badawī.

2Le père de ‘Abd al-Laṭīf, ‘Abbās, était à l'origine un tisserand. Il est devenu jardinier dans les années 1920 à la suite de son mariage avec la fille d'un jardinier de son quartier, Badawī. Lorsque ce dernier est mort en 1933, il a laissé à ses quatre enfants une propriété de 19,2 dunum. La femme de ‘Abbās a alors hérité de 3,2 dunum (parcelle n° 1431), le reste du jardin étant partagé entre sa sœur (3,2 dunum) et ses deux frères (6,4 dunum chacun).

3C'est avec les filles de cette sœur, leurs cousines maternelles donc, que deux des fils de ‘Abbās, ‘Abd al-Laṭīf et ‘Abd al-Karīm (né en 1934), se sont mariés en 1945 et en 1951. Ces deux filles héritèrent à leur tour de 6 dunum de terre (parcelles n° 1402-1403-1428) à la mort de leur père (Qader), qui avait été lui aussi jardinier. Leur mère décédant quelques années plus tard, elles reçurent les 3,2 dunum (parcelle n° 1412) hérités de Badawī. Ainsi, deux des fils de ‘Abbās ont-ils reçu, par l'intermédiaire de leurs femmes, un total de 9,2 dunum (parcelles n° 1402-1403-1412-1428) : ‘Abd al-Laṭīf reçut de sa femme la parcelle n° 1403 et ‘Abd al-Karīm celle portant le n° 1402. ‘Abd al-Laṭīf et ‘Abd al-Karīm construisirent leurs maisons respectives sur la parcelle n° 1412. Quant à la parcelle n° 1428, elle est jusqu'à présent exploitée en commun par les deux frères.

4À la mort de ‘Abbās en 1971 et de sa femme en 1976, ‘Abd al-Laṭīf et ‘Abd al-Karīm auraient dû partager les 3,2 dunum (parcelle n° 1431) ayant appartenu à leur mère avec leurs deux autres frères non-jardiniers. Mais la surface étant trop petite pour être ainsi morcelée, elle fut rachetée par ‘Abd al-Laṭīf pour la somme de 10 000 livres.

5Par ailleurs, en vertu de la loi sur les relations agricoles, ‘Abd al-Laṭīf succéda à son père dans la location d'une partie (3 dunum sur 20) de la parcelle n° 1430. Cette location s'ajoutait à celles de plusieurs autres parcelles : la parcelle n° 1432 (3 dunum), qui aurait appartenu au frère de son grand-père maternel qui l'aurait vendue à la famille Durūbī. ‘Abd al-Laṭīf en est devenu locataire en 1947 et y a construit deux étables ; la parcelle n° 1435 (10 dunum) louée elle aussi à la famille de sa mère ; la parcelle 1436 (12 dunum) louée à la famille Walīd.

Figure 51 — Exploitation de ‘Abd al-Laṭīf (Homs).

6Nous avons donc ici affaire à une exploitation constituée de parcelles d'origines et de statuts fonciers différents, assemblées momentanément en un seul tenant dont ‘Abd al-Laṭīf est le maître effectif : c'est lui qui décide des travaux à effectuer, de la rotation des cultures et qui distribue les revenus à sa famille étendue :

  • Des terres héritées par les femmes, représentant un total de 7,2 dunum, dont 2 dunum restent cependant dans l'indivision. Ces terres provenaient du côté maternel : d'une part de Badawī, père de la mère et de la tante de ‘Abd al-Laṭīf et d'autre part du père (Qader) de sa femme.
  • Des parcelles louées à divers propriétaires et représentant au total 28 dunum.

Table des illustrations

Légende Figure 50 – Alliances matrimoniales entre la lignée de ‘Abbās et celle de Badawī.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Figure 51 — Exploitation de ‘Abd al-Laṭīf (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540