Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Annexe 1. Plantes cultivées dans les jardins

Texte intégral

1Je donne ici une liste exhaustive des plantes cultivées dans les jardins et classées par familles, de même que les procédés autochtones de cultures particuliers à chaque plante, dans la mesure, bien sûr, où j'ai pu les observer. Je ne traite pas de la question des arbres.

APIACÉES :

Carum carvi (cumin des prés, carvi) [karāwiya]

2Semé dans le carré à semis de 2 x 25 m en janvier, il est repiqué en mars sur des planches (4m x longueur du champ) constituées de cinq sillons. Les plants sont placés dans des poquets par groupes de six à huit, avec 30 cm d'écart entre les poquets. On le ramasse en juin. C'est une plante ancienne dans les jardins de Homs, mais qui tend à disparaître. Elle est surtout cultivée sur les berges de l'Oronte, leur terre semblant lui mieux convenir et la proximité du fleuve permettant de satisfaire plus facilement son grand besoin en eau.

Coriandrum sativum (coriandre) [kuzbara]

3Aucun renseignement concernant la mise en culture de cette plante.

Petroselinum sativum var. radicosum (persil) [ba’dūnis]

4Les graines sont semées à la volée sur planches (2 m x longueur de la parcelle) et irriguées tous les huit jours. Les premières feuilles apparaissent au bout de vingt jours. La récolte à la faucille (atfé) commence le troisième mois et se renouvelle une fois par mois pendant six mois. Le persil peut être planté en automne ou au printemps. En raison de son cycle rapide (environ une récolte par mois), il constitue l'une des plus importantes cultures de printemps et d'été à Homs.

ASTÉRACÉES :

Cynara scolymus (artichaut) [ardī šawkī]

5Je n'ai pu observer la mise en culture des artichauts. C'est une plante pérenne peu connue à Hama, alors qu'elle est très répandue à Homs. Elle est plantée tous les 50 cm sur la bordure des parcelles et est irriguée en même temps que les cultures intérieures. La récolte des artichauts se fait en juin, pendant un mois. Le jardinier fait une tournée quotidienne durant laquelle il choisit les plus gros capitules charnus, qu'il sépare de leur tige d'un coup de couteau. Ils sont vendus à la pièce.

Lactura sativa var. capitata (laitue pommée) [ ?] et Lactura sativa var. longifolia (romaine) [ḫass, ḫass ifranǧī]

6Ces deux espèces de salades sont cultivées de la même manière et aux mêmes périodes, bien que la romaine soit, semble-t-il, plus prolifique. On prépare le carré de semis en septembre. Les graines sont densément semées, arrosées une première fois puis tous les deux jours. Les premières pousses sortent en quarante-huit heures. Il convient alors de désherber. En un mois et demi, les plants atteignent 15 cm de haut. Ils sont alors repiqués dans le creux des sillons (unités de 1 mètre) avec le doigt, tous les 25 cm, puis recouverts d'un peu de terre. La pluie les arrosant, le jardinier se contente de travailler de temps à autre la terre avec sa houe et de déposer un peu d'engrais chimique au pied des salades. Elles sont récoltées en novembre, avant les grands froids. Romaines et laitues sont plus cultivées à Homs qu'à Hama.

BRASSICACÉES :

Beta vulgaris var. crassa (betterave potagère) [šawandar aḥmar]

7Elle est semée à la volée dans le carré de semis, le maštal (1,80 x 25 m), arrosée et fumée dès le mois d'août. Les pousses à peine sorties (sixième jour), le jardinier travaille la terre à la houe (fās) par grattages superficiels. Lorsque la betterave atteint 15 cm, elle est repiquée sur planches tous les 20 cm. La récolte se fait en novembre.

Brassica oleracea var. botrytis (chou-fleur) [zahra]

8Le chou-fleur se cultive de la même manière que le chou, mais il est moins répandu que celui-ci sans doute parce qu'un peu plus exigeant, en eau et en fumier notamment. Afin de garder blanche sa rosette charnue, le jardinier rabat dessus les feuilles qui l'entourent et les maintient ainsi avec une lourde pierre. Il dégage la rosette sur place et récupère les feuilles pour son bétail.

Brassica oleracea var. capitata (chou cabus) [malfūf]

9Les jardiniers distinguent deux variétés de choux : un gros, dit balādī (local), et un plus petit, dit iǧnābī (étranger). Les semis sont préparés en mai et les plants repiqués (70 cm d'écart) en juillet, avec un doigt, alignés à mi-pente des sillons (aṭlām, 2,50 x 20 m) préalablement irrigués. Ils sont arrosés et fumés deux à trois jours après, puis selon les besoins. Un sarclage fréquent à la petite houe (fās) est également nécessaire. Les récoltes débutent en décembre et se poursuivent jusqu'en février. La rosette est dégagée sur place, avec le tranchant dorsal d'une serpette à deux lames (qaṭaf um rīša) au moment de la récolte, le jardinier récupérant les feuilles éliminées comme fourrage. C'est l'une des principales cultures d'hiver à Homs, mais elle est aussi pratiquée à Hama.

Brassica rapa var. rapa (navet) [left]

10Les navets sont semés à la volée sur planches (2 m x longueur de la parcelle) en septembre, arrosés et fumés au même moment. Au terme du premier mois, les plants sont éclaircis de manière à laisser 15 cm d'écart entre chacun. La première récolte se fait, à la main, trois mois plus tard, mais il est possible de laisser les navets en terre encore un mois, si le prix du marché est mauvais. Une partie des feuilles est gardée pour le bétail.

Raphanus sativus var. sativus (radis) [fiǧel]

11Semé à la volée sur planches (2 m x longueur de la parcelle) en octobre ou en novembre, sans travail à la houe, il reçoit tout de suite un premier arrosage avec fumier, puis un tous les vingt jours s'il tarde à pleuvoir. La variété courte peut être récoltée quarante-cinq jours après les semis. Pour la variété longue, il faut attendre trois mois. Les radis sont alors extraits de terre à l'aide d'une barre de fer (mūmbaz) d'un mètre de long, dont le jardinier se sert comme d'un levier.

CHÉNOPODIACÉES :

Beta vulgaris var. vulgaris (cicla) (blette) [sileq]

12Même procédé que pour la betterave potagère.

Spinacia oleracea (épinard) [sabāniḫ]

13L'épinard est une culture d'hiver. Il est semé à la volée sur des planches (2 x 25 m) en novembre, enterré à la houe et arrosé une première fois, puis de nouveau cinq jours après. Les premières feuilles apparaissent en huit jours. La première récolte est possible après une cinquantaine de jours. À partir de là, le jardinier peut obtenir une récolte tous les mois et demi jusqu'en avril-mai.

CUCURBITACÉES :

Cucumis sativus (concombre) [ḫyār]

14Les graines sont semées sur des unités (3 x 10 m) de cinq sillons, puis arrosées. Un travail à la houe intervient quelques jours plus tard pour désherber, lors de l'apparition des premières pouces. À 15 cm, les plants sont repiqués tous les 40 cm, puis légèrement recouverts de terre et fumés. On irrigue tous les cinq jours. Les fruits sont récoltés à partir de juin jusqu'en août. Moins cultivés que les tomates, sans doute parce que plus exigeants.

Cucurbita pepo (courgette) [kūsa]

15La courgette peut être plantée dès mars, jusqu'en juin, sur planches comme sur sillon. Les graines sont semées dans des poquets pratiqués tous les 60 à 70 cm en alignement. Les premières feuilles apparaissent en quatre jours. Le jardinier désherbe alors à la houe, puis recouvre légèrement de terre la base des plants. Il les arrose tous les cinq jours. La récolte commence quarante-cinq jours après les semis, la durée totale entre semis et la fin des récoltes étant de deux mois et demi.

Lagenaria siceraria (vulgaris) (gourde) [qar‘a]

16Je n'ai pas pu observer de mise en culture de la gourde. En revanche, j'en ai trouvé poussant sur treillis aux abords de quelques maisons de jardins à Hama et en bordure de parcelles sous forme rampante à Homs (zūr al-Ḫarāb). Elle est cultivée en petites quantités, à usages strictement domestiques (farcie) et comme plante ornementale susceptible de procurer rapidement de l'ombre (treilles).

FABACÉES :

Faba vulgaris var. major (fève) [fūl]

17Les graines sont semées en automne derrière l'araire, dans les sillons à peine tracés. La parcelle est ensuite aplanie au rouleau et les planches aménagées à la misḥāyeh. Les premières feuilles apparaissent au bout de deux semaines. La terre autour des plants est alors travaillée à la houe. La floraison se fait deux mois après les semis, et les premiers fruits apparaissent un mois après la floraison. Ils sont récoltés au printemps ou au début de l'été. C'est une culture largement répandue à Homs, moins courante à Hama.

Medicago sativa (luzerne) [faṣṣa]

18Plante vivace, constituant un précieux apport en fourrage. Une parcelle lui est consacrée en permanence dans la plupart des jardins homsiotes et dans les quelques jardins hamiotes ayant encore du bétail. Elle est semée à la volée sur planches et le jardinier coupe à la faucille (aṭfé) la quantité nécessaire aux besoins du jour. Elle est semée tous les cinq ans.

Phaseolus vulgaris var. communis (haricot) [fāṣūliyé]

19Les haricots demandent une bonne préparation de la terre. Celle-ci est labourée en mai, puis irriguée, asséchée pendant trois ou quatre jours et fumée. Les graines sont semées « derrière l'araire », c'est-à-dire au moment où celui-ci ouvre le sol. Le jardinier aplanit la parcelle avec le rouleau (daf) puis aménage les planches (2 m x longueur du champ). Lorsque les plants ont atteint une vingtaine de centimètres, il les éclaircit de manière à respecter un écart d'à peu près 20 x 10 cm. Il les arrose selon le besoin et le temps. Les cosses peuvent être récoltées progressivement à partir de juillet jusqu'à la fin août. Les haricots sont cultivés sans support à Homs et avec rames à Hama. Dans les deux cas, c'est une culture minoritaire essentiellement destinée à l'autoconsommation, n'occupant donc guère plus d'une planche ou deux.

Pisum sativum var. vulgare (petits pois) [bāzīlā]

20Les petits pois sont semés à la volée sur simple sillon au mois de septembre. La parcelle est ensuite aplanie avec un rouleau (daf). Puis sont constituées les planches. Les premières feuilles apparaissent en deux semaines. À ce moment-là, le jardinier travaille ses planches à la houe, sarclant et désherbant. La floraison se fait en novembre et les premières gousses sont visibles un mois après. Les petits pois sont cultivés sans support à Homs, avec rames à Hama.

LAMIACÉES

Mentha (menthe) [na‘na‘]

21Plante vivace pouvant être obtenue par semis ou achetée à l'état de racines. Celles-ci sont déposées en mars-avril dans de petits sillons (aṭlām rafi‘a) de 20 cm de large pratiqués à l'araire, puis irrigués. Les récoltes débutent deux mois après, une fois par mois et pendant cinq mois au total. Pas de récolte l'hiver. Les plants sont productifs pendant environ quatre ans.

(Verveine officinale) [mélissé]

22Cultivée en pleine parcelle à Hama, par bouquets isolés à Homs. Consommée en tisane, elle est très appréciée pour ses qualités médicinales.

LILIACÉES :

Allium cepa (oignon commun) [baṣal]

23La première année (en février), le jardinier plante sur planches de petits bulbes (nasbī) avec un écart de 10 cm. La pluie suffit alors à l'irrigation. Après quinze jours apparaît une hampe florale (zambūt) qui fournit les graines (badrūn) pour l'année suivante.

24Celles-ci sont semées au printemps sur planches et arrosées. Les pousses sont alors appelées qizeh et aboutissent, en août, au gros oignon (baṣal) ou au petit bulbe (nasbī). Les gros oignons sont vendus ainsi qu'une partie des petits bulbes, le reste étant gardé pour l'année suivante. Le jardinier prévoit généralement de cultiver en même temps le nasbī et le badrūn de manière à en être toujours pourvu.

Allium porrum (poireau) [kurāt]

25Le poireau est semé sur planches à semis (maštal de 2 x 25 m) au printemps (avril) ou à l'automne (septembre), enterré à la houe, fumé et irrigué. Les premières feuilles sortent en six jours. Le repiquage a lieu trois mois plus tard, à 7 x 7 cm d'écart sur planches. La récolte commence cinq mois plus tard, mais peut être retardée plus de deux mois si le marché se révèle défavorable.

Allium sativum (ail) [tūm]

26Les planches (2,50 m x longueur de la parcelle) sont préparées en novembre et les gousses (‘asnān) plantées dans des poquets distants de 10 cm. Elles sont irriguées en douceur. À l'apparition des premières pousses, une vingtaine de jours plus tard, le jardinier travaille la terre autour avec sa houe. L'irrigation se fait désormais par la pluie, le jardinier se contentant de déposer de temps en temps un peu d'engrais sur la planche. L'ail est récolté en juin, après le passage de l'araire, les plants étant sans cela très difficiles à récolter.

MALVACÉES :

Hibiscus esculentus (ocra, gombo) [bāmiya]

27Même procédé que pour le poivron et l'aubergine, avec lesquels il partage souvent les mêmes planches. Toutefois, lorsqu'il est seul, on ne l'arrose qu'une fois tous les vingt jours. Les plants sont séparés de 20 cm et on peut obtenir une récolte tous les deux jours, et cela de mai à septembre. L'ocra n'est toutefois pas une grande culture à Homs et à Hama.

POACÉES :

Zea mays (maïs) [dūra]

28Même procédé que pour la culture du haricot, avec toutefois un écart entre les plants de maïs, lors de leur éclaircissement, est de 40 cm.

PORTULACACÉES :

Portulaca oleracea (pourpier) [baqlé]

29Les graines sont semées à la volée sur planches (2 m x longueur de la parcelle) au mois de mai, enterrées à la houe et irriguées tous les huit jours. Les premières feuilles apparaissent le cinquième jour. La première récolte, à la faucille (aṭfé), se fait au bout d'un mois. En tout, le jardinier peut espérer deux récoltes en deux mois de végétation. Le pourpier est davantage cultivé à Hama qu'à Homs.

SOLANACÉES :

Capsicum annum (poivron) [fulful]

30Semées sur des planches à semis (2 à 3 x 20 à 30 m selon la disponibilité en eau) en mars, les graines sont enterrées à la houe puis arrosées. Un premier désherbage intervient une dizaine de jours après. Lorsque les plants ont atteint 15 cm, on les repique tous les 50 cm. Puis on les « assoiffe » pendant une vingtaine de jours de manière à ce que les racines, à la recherche de l'humidité, progressent en profondeur. Au terme de ces trois semaines, on arrose et fume les plants qui peuvent pousser de 50 cm en quelques jours. Nous sommes alors en juin. On récolte les fruits verts comme rouges de juillet à septembre

Lycopersicon esculentum (tomate) [banadūra]

31Les graines sont semées en mars sur sillons (3 x 20 m) et arrosées. À l'apparition des premières pousses, on désherbe à la houe. Lorsque celles-ci atteignent 15 cm environ, le jardinier les repique en ligne à l'aide de la houe tous les 40 cm, les enterre en partie, effectue un dépôt d'engrais devant chaque plant et enfin irrigue. Par la suite, il arrosera au besoin, en fait plus ou moins tous les cinq jours. Les tomates sont récoltées petit à petit à partir de juin jusqu'en août. Elles sont moins cultivées à Hama en raison du manque d'ensoleillement sur la plupart des parcelles. C'est par contre l'une des principales cultures d'été à Homs.

Solanum melongena (aubergine) [bādinǧān]

32Même procédé que pour les poivrons. Le plant d'aubergine peut toutefois atteindre un mètre de haut et les récoltes se prolonger jusqu'en novembre, en fait jusqu'au premier gel qui élimine alors les derniers plants.

TILIACÉES :

Corchorus olitorius (corette potagère, mauve des juifs, mélochie) [mlūḫīyé]

33La corette est semée à la volée en juin sur planches et irriguée sans autre travail. Cinq jours après, on irrigue une seconde fois. Les premières feuilles apparaissent en quarante-huit heures. On désherbe alors, puis on éclaircit de manière à laisser 2 cm d'écart entre les plants. Les planches sont à nouveau irriguées, puis on les laisse une vingtaine de jours sans eau. Elles sont alors inondées avec un fort apport d'engrais puis irriguées tous les quatre jours. La récolte a lieu en août : les plants ne sont pas coupés mais arrachés à la main. Toutefois, en raison de la relative rapidité du renouvellement de la corette (quarante-cinq jours), le jardinier peut organiser une rotation sur deux ou trois parcelles, plantées à quelques semaines d'intervalle, de manière à prolonger la récolte. À Hama, le manque de place oblige le jardinier à négliger l'impératif des écarts entre plants et à pratiquer trois et parfois quatre semis successifs sur une même parcelle, obtenant ainsi trois ou quatre étages de plants de corette de tailles différentes en même temps, ce qui lui permet plusieurs récoltes dans l'été. Comme je l'ai déjà signalé, la corette est très importante à Hama, supportant le manque d'ensoleillement et fait également partie des grandes cultures d'été à Homs.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540