Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Conclusion générale

Texte intégral

1Mon étude a porté sur l'évolution sociale du groupe professionnel des jardiniers citadins de la vallée de l'Oronte. Il s'agissait de rendre compte des processus de transformation et d'adaptation qu'a pu connaître ce groupe à la suite des changements socio-économiques et politiques qui se sont produits à Homs et à Hama, et plus généralement en Syrie, au cours des cinquante dernières années. Dans cette perspective historique, mon analyse a plus particulièrement porté sur le mode d'organisation socioprofessionnelle des jardiniers ainsi que sur la place, le statut et le mode d'intégration de ces jardiniers au sein de la société citadine. J'ai ainsi été amené à m'interroger sur l'identité socioculturelle des jardiniers mais aussi sur le caractère spécifique de la zone agricole en tant qu'espace intermédiaire entre ville et campagne.

LES GRANDES LIGNES DE L'ANALYSE

  • 1 Des révoltes paysannes ont de fait eu lieu, en Syrie centrale, jusque dans les années 1950.

2J'ai débuté mon étude par une présentation des jardins dans les années 1930-40, époque à laquelle les jardiniers étaient encore très dépendants de leurs propriétaires, même si une certaine solidarité lignagère leur permettait souvent d'en limiter les effets. La zone agricole constituait alors un espace stratégique pour la société citadine, assurant une partie de son approvisionnement quotidien et de son autonomie alimentaire vis-à-vis de campagnes, économiquement dominées, mais pouvant parfois se révéler hostiles1. Les jardins appartenaient à des citadins qui, dans leur majorité, ne les exploitaient pas eux-mêmes et l'organisation de leur production était contrôlée par quelques familles de notables, propriétaires d'une grande partie de ces terres (Homs et Hama) et des moyens d'irrigation (Hama).

3À Homs, ces notables s'appuyaient sur une organisation relativement centralisée et hiérarchisée, s'occupant de la régulation des rapports socioprofessionnels et de la gestion d'un grand canal municipal et de son réseau secondaire. Un certain partage des responsabilités permettait toutefois au groupe des jardiniers, en tant qu'entité professionnelle reconnue par la société citadine et les pouvoirs municipaux, de disposer d'une relative autonomie, tant en ce qui concernait la conduite des affaires des seuls jardiniers que la gestion du réseau secondaire d'irrigation.

4À Hama, les notables exerçaient leur autorité de façon plus directe, les jardiniers se répartissant en autant de petits groupes d'irrigants qu'il existait alors de norias. Ne disposant d'aucune structure sociale intermédiaire et coercitive, ils n'existaient pas en tant que groupe professionnel structuré, organisé et reconnu comme tel par la société citadine et les autorités municipales.

5Leur mode de vie à Homs, comme à Hama, leur allure plutôt paysanne et le fait qu'ils étaient peu considérés en raison de leur fonction secondaire d'éboueurs de la ville, posaient la question de l'intégration des jardiniers à la société citadine de l'époque. Nous avons cependant constaté qu'ils contribuaient activement à l'économie urbaine en tant que producteurs et même vendeurs et que, malgré leur mobilité saisonnière, ils participaient également à la vie citadine, résidant une partie de l'année dans certains quartiers de la ville. Leur appartenance à ces quartiers pouvait s'appuyer sur un vieil ancrage familial, sur certaines formes collectives de socialisation (passage par l'école coranique, fréquentation de manzūl), sufr le rôle économique qu'ils jouaient quotidiennement en assurant l'approvisionnement de réseaux de quartier (épiceries, ventes directes aux particuliers) et enfin sur les alliances matrimoniales que chaque famille de jardiniers était amenée à contracter avec d'autres familles de citadins, en majorité des petits commerçants et des artisans.

6La situation géographique et sociale de leurs quartiers différait cependant d'une ville à l'autre : majoritairement centraux et socialement hétérogènes à Homs, ils étaient plutôt périphériques, proches des jardins et socialement homogènes à Hama. Apparemment mieux intégrés à la société citadine globale, les jardiniers homsiotes étaient donc quotidiennement en contact avec des groupes sociaux différents, certaines grandes familles de jardiniers appartenant aux réseaux de clientèle sur lesquels s'appuyaient les notables et à partir desquels ils contrôlaient la ville et la zone agricole. À Hama, par contre, l'horizon social et matrimonial des jardiniers semble avoir été plus limité : ils résidaient majoritairement dans des faubourgs populaires et pauvres qui étaient géographiquement et économiquement étroitement associés à certains secteurs agricoles, l'ensemble jardins / quartier semblant constituer une sorte de continuum territorial.

7J'ai alors fait l'hypothèse que la place qu'occupaient ainsi les jardiniers dans leur société citadine pouvait apporter quelques indications sur la façon dont la ville concevait son rapport à la campagne, puisque les jardiniers posaient la question du travail de la terre comme activité urbaine et du rapport de la ville à un proche espace de production agricole. Homs apparaît, de ce point de vue, comme ayant eu un caractère plutôt rural et ouvert, intégrant ses jardiniers au cœur de sa médina, alors que Hama semble avoir été une ville plus citadine et fermée sur elle-même, maintenant prudemment en périphérie ces jardiniers au statut incertain, pratiquant à leur égard une certaine ségrégation géographique et sociale, ce qui n'en faisait pas pour autant des ruraux, mais les maintenait dans un statut « limite » : on peut supposer que le jardinier était finalement considéré comme pleinement citadin dans une ville à caractère plutôt rural (Homs) et comme porteur d'une ruralité potentielle dans une ville au caractère citadin plus affirmé (Hama). Quant à la zone des jardins, elle pourrait aussi contribuer à cette caractérisation des villes, révélant finalement deux types de société urbaine (société ouverte / société fermée) : alors qu'à Homs, elle constituait une zone intermédiaire facilitant l'entrée de ruraux dans la ville, à Hama elle faisait figure de domaine réservé de la société citadine, n'ayant que peu de relations avec la campagne. À partir de là, j'ai dégagé deux types de zones agricoles urbaines : la "ghouta" homsiote ouverte sur l'extérieur et les "jardins urbains" hamiotes coupés de l'environnement rural et domaine réservé de la société citadine.

8On assiste cependant, depuis les années 1950, à la marginalisation économique de ces jardins, ceux-ci n'étant plus en mesure de répondre seuls aux besoins grandissants d'une population urbaine en croissance continue et subissant la concurrence de nouveaux espaces ruraux de productions maraîchères et fruitières : se pose désormais la question de leur place et de leur fonction dans un espace urbain en pleine mutation, mais aussi celle de leur étonnante résistance en tant que zone traditionnelle de production agricole que tout semblait condamner (techniques et savoir-faire « archaïques », étroitesse des parcelles, proximité du front urbain, spéculation foncière...). Cette résistance pourrait être en partie le fait des transformations qui, parallèlement au mouvement de marginalisation, ont marqué à la fois le foncier, les rapports de production et les modes d'organisation socioprofessionnels, contribuant ainsi à bouleverser les rapports de force, de dépendance et d'autorité qui avaient jusqu'alors dominé dans les jardins, plaçant finalement le jardinier au cœur même du processus de production, d'exploitation et parfois même de distribution, faisant de lui le principal acteur et bénéficiaire de la zone agricole.

9Ainsi, du point de vue de la structure foncière, si les anciens propriétaires se maintiennent bien, on a par contre assisté avec le temps à l'émiettement de leurs propriétés à tel point que la part de ces dernières dans l'économie familiale est devenue tout à fait négligeable de nos jours, disqualifiant les jardins comme sources intéressantes de revenus. Parallèlement, les propriétés de jardiniers ont très sensiblement augmenté, ceux-ci constituant désormais l'un des principaux groupes de propriétaires de jardins à Homs et surtout à Hama.

10Mais les transformations survenues depuis une quarantaine d'années dans les jardins ont surtout concerné les rapports d'exploitation et les modes d'organisation socioprofessionnelle. La principale évolution a concerné le statut même du jardinier, celui-ci ayant pu bénéficier, dès les années 1950-60, de lois lui étant favorables et qui rendent désormais difficile son expulsion et figent les loyers agricoles : le jardinier a ainsi acquis la maîtrise de son exploitation. L'affaiblissement du pouvoir des propriétaires qui en a résulté s'est accompagné de la disparition des structures traditionnelles d'autorité là où elles existaient, de la création plus ou moins autochtone de coopératives et de l'implication de certains jardiniers dans le mouvement paysan des années 1960. Les jardiniers homsiotes se sont pourtant détournés de leur coopérative à partir des années 1970 pour davantage s'appuyer sur des formes de solidarité de type associatif et familial, reproduisant ainsi dans les jardins un phénomène également observé chez les paysans syriens des nouvelles zones irriguées (Métral, 1980 : 304). Ils ne semblent désormais plus constituer un groupe professionnel aussi structuré qu'autrefois, aucune centralité ou pôle d'autorité ne s'imposant désormais clairement. Concernant les jardins de Hama, enfin, la création d'une coopérative ne semble pas avoir eu d'effet structurant sur un groupe professionnel qui reste de nos jours toujours aussi éclaté et acéphale.

11Parallèlement à ces transformations, le système d'irrigation subissait d'importantes mutations. Celles-ci résultaient d'un nouveau contexte régional (grand canal à Homs, barrage à Rastan) qui mettait fin à l'autonomie hydraulique des jardins (Homs) et bouleversait certains équilibres locaux (Homs, Hama). À Homs, on a ainsi assisté à une minoration des jardins au sein d'un vaste système d'irrigation régional, provoquant, à terme, une individualisation des pratiques hydro-agricoles des jardiniers. En adoptant massivement la solution du puits artésien et de la motopompe à la fin des années 1980, ceux-ci ont en effet acquis leur indépendance hydraulique par rapport à un système régional étatisé qu'ils utilisent désormais de façon alternée. Une gestion désormais individuelle du temps a pris la place de la gestion administrative qui était elle-même venue se substituer à la gestion communautaire traditionnelle. L'introduction généralisée de la motopompe à Hama, dans les années 1950-60, loin d'être seulement une réponse à une forte contrainte technique, est aussi devenue un choix social, économique et même parfois stratégique, provoquant une individualisation accrue des jardiniers et l'éclatement des anciennes petites communautés hydrauliques.

12Les jardins sont cependant les lieux où se pratique une agriculture intensive exclusivement branchée sur la demande urbaine, une polyculture en phase avec ce grand « marché de proximité » que représente le marché urbain. Les liens étroits qui unissent ainsi jardins et ville m'ont amené à formuler une hypothèse : l'activité maraîchère serait historiquement et culturellement liée à la ville et pourrait participer du registre des compétences citadines. La variété des cultures et des techniques agricoles semble, en effet, avoir été en Syrie surtout le fait des villes, en raison notamment de la sécurité matérielle que celles-ci offraient, de la présence importante de capitaux et du fait qu'elles ont pu constituer le point d'arrivée d'innovations techniques et culturales dont ont directement profité les jardins. Cette hypothèse mériterait cependant d'être davantage étayée, une étude plus approfondie du rapport de l'activité maraîchère avec le fait urbain en Syrie restant à faire.

13Mais la zone des jardins n'est pas seulement un espace de production : c'est aussi un espace de vie et de pratiques sociales qui s'organise comme tout espace privé. Le jardin est un espace dont l'approche appelle le respect de certaines règles, de certains codes et dont la fréquentation nécessite un savoir-vivre assez proche finalement de celui que l'on peut trouver dans la gestion des rapports de voisinage en milieu urbain. En été du moins, le jardin apparaît comme un prolongement de la vie de quartier, constituant selon les cas un sanctuaire de la vie familiale ou un lieu de convivialité masculine, où l'étranger comme l'ami devient un hôte.

14Les jardiniers ont vu leurs familles considérablement diversifier leurs appartenances professionnelles. Ne pouvant rester dans les jardins faute de place, un nombre croissant de jardiniers et de fils de jardiniers vont investir d'autres secteurs d'activités, chaque génération saisissant alors les opportunités qui lui sont offertes, selon les villes, en terme d'emplois citadins et industriels. De ce point de vue, le marché du travail homsiote est apparu plus dynamique, moins figé, plus ouvert que celui de Hama, puisque les jardiniers homsiotes ont pu rapidement accéder à des activités plus particulièrement citadines (commerce et artisanat) avant de se tourner vers l'industrie et l'artisanat moderne, alors que ceux de Hama ont attendu le développement d'un secteur industriel public dans les années 1950-60 puis, plus tard, celui du bâtiment pour pouvoir enfin quitter en plus grand nombre leurs jardins.

15Ce déplacement des activités hors de la zone des jardins a entraîné une transformation de l'activité agricole, avec l'apparition de jardiniers amateurs et surtout l'extension, à partir des années 1980, d'un phénomène de double ou même de pluri-activité. Cette mise en contact du monde des jardins avec d'autres sphères professionnelles a contribué à modifier les modes de différenciation sociale au sein même de la zone agricole, les jardiniers s'appuyant de plus en plus sur des ressources et des réseaux extérieurs à leur groupe professionnel d'origine. Il en a résulté une modification des traditionnels rapports de force au sein du groupe et une plus grande hétérogénéité sociale parmi les jardiniers, leurs familles et eux-mêmes multipliant les appartenances socioprofessionnelles.

16Quant au jardin, désormais considéré comme un bien à usage collectif par de nombreuses familles de jardiniers, il a été intégré, à partir des années 1960, à une économie familiale plus diversifiée qu'autrefois et au sein de laquelle il finit par représenter à la fois un refuge, un filet de sécurité sociale permettant par ailleurs la pratique d'activités plus précaires, mais aussi un lieu de sociabilité où se retrouvent les membres de la famille du jardinier et où peuvent se réunir des groupes d'amis et de voisins de quartier. C'est également un lieu où se réalisent de nombreuses associations économiques entre jardiniers et non-jardiniers et où est produit une agriculture de proximité à l'échelle d'un ou plusieurs quartiers. Ainsi, alors que les jardins perdent progressivement de leur importance à l'échelle de l'économie urbaine globale, ils semblent davantage s'intégrer à une économie de proximité, celle des familles de jardiniers et de certains réseaux de quartiers.

17Cette réduction progressive des bénéficiaires directs de l'espace agricole n'a cependant pas empêché nombre de familles de jardiniers de participer aux grands réseaux urbains de commercialisation des fruits et légumes, associant alors, au niveau d'un même individu ou au sein d'une même famille ou d'un même lignage, le travail agricole à une activité commerçante parfois plus rémunératrice. Respectant davantage à Homs la distinction entre vente de gros et vente de détail, nombre de ces familles sont en revanche parvenues à être présentes à Hama dans l'ensemble de la filière de distribution, du jardin au souk de détail, mais selon une répartition par zones essentiellement déterminée par l'origine régionale, le marché paraissant en quelque sorte prolonger le continuum quartier de jardiniers / secteur agricole et plus généralement, la traditionnelle division de la ville entre les quartiers du Souk et ceux du Hāder.

18Malgré sa résistance et un réel potentiel économique, la zone agricole est considérée par les différents acteurs municipaux comme un espace résiduel, menacé par l'urbanisation et qu'il est nécessaire de protéger. Outre la mise en place de dispositions légales plus ou moins efficaces qui ont cependant eu pour conséquence d'officialiser la situation de territoire urbain de la zone des jardins, les autorités ont choisi de transformer certaines parties de cette zone en parc public, la dimension « espace vert » prenant ainsi le pas sur la fonction agricole. J'ai souligné que cette mesure ne prenait pas en compte la capacité de résistance de la zone des jardins, capacité s'appuyant essentiellement sur l'attachement des jardiniers à leurs exploitations et sur l'existence de nombreux liens socioculturels et historiques qui ont, de tous temps, relié la zone agricole à la société citadine, même si l'accès aux jardins et leur fréquentation tendent désormais à se limiter à une minorité de citadins.

19En effet, une part croissante, et désormais majoritaire, de la population urbaine ne participant pas directement aux réseaux socio-économiques traditionnels a tendance à considérer les jardins comme des espaces privés inaccessibles et associés à l'ancienne société citadine. Elle ne peut donc que réağīr positivement à la création de parcs ou de jardins publics ouverts au plus grand nombre. Mais alors qu'à Homs le projet de parc public s'inscrit également dans une volonté affirmée de modernisation de la ville, à Hama les jardins – publics comme agricoles – se trouvent associés à l'effort de reconstruction du centre-ville détruit en 1982, constituant l'un des éléments symboles d'une ville que l'on souhaite désormais pacifiée et plus ouverte sur l'extérieur.

  • 2 Bergeron et Roncayolo, 1974.

20Dans ce contexte, l'importance des zones agricoles en tant que territoire urbain résiderait sans doute autant dans leur fonction agricole et socio-économique que dans une fonction plus symbolique les intégrant, parmi d'autres éléments et sous différentes formes, au mode de représentation de la ville et à la (re)construction de son image, si tant est que toute ville passe par « une pensée plus ou moins consciente, une image plus ou moins diffuse d'elle-même2 ».

LES JARDINS, ÉLÉMENTS D'UNE RÉSISTANCE CITADINE ?

21Partie des interrogations et des incertitudes qu'ont pu soulever la qualification des jardiniers et des jardins par rapport à la ville et à la société citadine, ma démarche semble donc déboucher sur une analyse plus large de la ville arabe orientale et de sa société. Nous l'avons vu tout au long de ce travail, la zone agricole est davantage qu'un espace de production : elle s'est longtemps située dans la continuité de la médina, constituant comme celle-ci un lieu propice à « l'entre soi » citadin, lieu qui reflétait aussi, dans l'organisation de la production et dans la structure foncière, certains des principes de l'ordre citadin et où agissaient des réseaux socio-économiques particuliers à la ville. Mais c'est aussi un peu du caractère des villes concernées, de leur modèle de société et de leur évolution qui nous a été révélé par l'étude de la place que chacune d'elles a pu accorder à ses jardins et finalement de la manière dont elles gèrent un territoire agricole et tentent ou non de le préserver.

22Au moins jusque dans les années 1940-50, les jardins, en raison de la place importante qu'ils occupaient dans l'espace, la société et l'économie urbaines, ont constitué un des éléments majeurs du fait urbain en Syrie centrale. La société citadine et la zone des jardins ont en effet longtemps constitué un système urbain fonctionnant selon un principe d'interdépendance : les jardins offraient à la ville l'assurance d'un approvisionnement quotidien et l'accès immédiat à une « nature urbaine » sécurisée, s'inscrivant parfois dans le prolongement de certains quartiers. La ville représentait quant à elle le débouché immédiat, naturel et exclusif des jardins, l'unique source de capitaux nécessaires à leur exploitation, le cadre socioculturel propice au développement de l'agriculture irriguée et enfin cet havre de droit et de sécurité sans lequel, pendant longtemps, un périmètre irrigué ne pouvait que difficilement se développer et se maintenir en l'état face aux dangers venant de la steppe, du monde nomade.

23Jusque dans les années 1940-50, on trouvait donc à Homs et à Hama ce que je propose d'appeler un « système agricole urbain », appellation que je préfère à celle déjà existante d'« agro-ville ». Présente sous les termes de « agro-city » (Hourani, 1970) ou de « agro-town » (Blake et Lawless, 1980, Block et Driessen, 1984) dans certaines études d'expression anglo-saxonne, et notamment dans la géographie anglaise contemporaine (Liauzu, 1986 : 27), l'agro-ville fait en effet référence à un type de ville dont la population est directement et majoritairement impliquée dans un travail agricole, comme par exemple les petites villes de la vallée du Nil, ce qui ne semble pas avoir été le cas pour nos villes syriennes, du moins au xxe siècle. Les principales activités de la population de Homs et de Hama ont en effet été commerciales et artisanales. Les jardins ont certes constitué une importante source d'appoint et d'autonomie, mais leur exploitation n'a jamais directement concerné, pour la période qui nous intéresse, qu'une minorité, d'ailleurs sans cesse plus restreinte, de cette population.

  • 3 On pense notamment aux différentes oligarchies qui, à partir de leurs villes, ont tenu, mais aussi (...)

24Quoi qu'il en soit, ce système agricole urbain a fonctionné à une époque où les petites capitales régionales, en l'absence d'un État fort et centralisateur, se trouvaient dans une situation de relative autonomie. Il ne fait donc pas de doute que les jardins aient longtemps constitué un des éléments participant de cette autonomie urbaine, de nature à la fois politique3 et économique, face aux circuits nationaux.

25Nous avons vu qu'à partir de la fin des années 1950, et surtout des années 1960, des changements importants sont survenus en Syrie, modifiant en profondeur cette situation. Un État fort s'est en effet mis durablement en place et un ensemble de réformes législatives et fiscales, sociales, économiques et politiques ont largement contribué à donner un visage nouveau au pays. Le système agricole urbain s'est affaibli durant cette période, les jardins se trouvant progressivement marginalisés dans l'économie urbaine.

  • 4 Seurat appelle « villes intermédiaires » ces villes moyennes qui, n'ayant pas directement subi, co (...)

26Cette marginalisation est bien sûr le résultat d'un important changement d'échelle démographique et d'une forte progression des besoins urbains, mais elle signale aussi une transformation de la société citadine et des rapports de la ville avec sa région et le pays tout entier, transformation correspondant à une plus large ouverture des villes à la société globale et à une centralisation systématique du pays au bénéfice de Damas. La marginalisation des zones de jardins est donc contemporaine de la baisse de l'autonomie de ces « villes intermédiaires », comme les qualifiait Michel Seurat (1986)4 et par conséquent de la montée en puissance du centralisme étatique en Syrie.

  • 5 Avec ses petites villes (Salamié, Rastan, Qousseir...) en pleine expansion et ses campagnes enrich (...)

27La zone de jardins, en tant qu'élément important de l'autonomie urbaine, semble ainsi avoir été peu à peu mise à l'écart et récupérée et neutralisée par les autorités. Les villes de Syrie centrale ne constituent plus ces entités autonomes plus ou moins ouvertes à leur arrière-pays – à la fois hostile, nourricier et dominé – mais ont été étroitement intégrées à la trame foisonnante des réseaux régionaux5, nationaux et internationaux dont elles dépendent désormais (Bianquis, David, 1997). Un hiatus semble donc s'être formé entre la ville et sa zone agricole, un déséquilibre entre les besoins réels d'une ville en pleine expansion et le faible potentiel d'utilité économique de son espace agricole. L'ancien modèle urbain basé sur l'équilibre des besoins et des espaces producteurs, qui veillait justement à préserver ces derniers, alors vitaux pour la société citadine, semble bien dépassé et avec lui le système agricole urbain.

28Et pourtant, les jardins sont encore là, presque intacts et actifs, entretenus, cultivés, productifs, marquant toujours de leur verdoiement un paysage urbain changeant et profondément bouleversé, ce qui est loin d'être le cas dans les autres villes du monde arabe ayant bénéficié d'une zone agricole.

  • 6 Pour une approche à la fois plurielle et générale de la question de l'urbanisation et de l'agricul (...)

29Comme le signale Chaline (1989 : 119-124), le mouvement de destruction des espaces agricoles proches des villes est en effet général, ceux-ci devenant désormais des espaces conflictuels et surtout des espaces à conquérir. Leur destruction, due essentiellement à une urbanisation anarchique et dispendieuse, au développement de l'habitat illicite et spéculatif – et donc à l'explosion démographique des villes arabes – mais aussi aux politiques des États concernant l'industrie et les grands équipements, touche aussi bien les jardins du Koueik à Alep (dont il ne reste que quelques hectares) et la ghouta de Damas (disparition de 200 ha par an) que la périphérie agricole du Caire (disparition de 590 ha par an) ou celle de Sanaa. Les zones agricoles périurbaines d'Algérie sont également touchées (disparition de 100 000 ha en 15 ans) et plus particulièrement les régions d'Alger, de Skikda et d'Annaba. Les environs de Tunis ne sont pas plus épargnés (disparition de 517 ha / an), de même qu'au Maroc les zones de vergers proches de Fez et de Salé ou encore les terres maraîchères de Sidi Moussa et de Tabriquet6.

30Ne pourrait-on dès lors voir dans le maintien presque anachronique de ces jardins homsiotes et hamiotes, en association avec ce que j'ai déjà évoqué sur leur vitalité économique et sociale, une forme de résistance de la société ou à tout le moins d'une partie de la société de ces villes intermédiaires ? Résistance d'un vieux substrat citadin à la place presque exclusive qu'ont désormais acquise les campagnes dans l'alimentation des villes ; volonté de conserver une liberté de choix dans l'accès à certains produits agricoles ; volonté de préserver l'existence d'un mode d'approvisionnement fonctionnant en réseaux, sur une forte identification entre produits et producteurs et pas seulement sur le principe plus anonyme du marché. Mais aussi, sur un plan plus symbolique, résistance à une modernité imposée par l'État et aux suites d'une ouverture forcée à Hama, résistance d'une identité noyée par l'arrivée massive de ruraux à Homs, résistance, dans les deux villes, à la destruction plus ou moins programmée, plus ou moins avancée du tissu urbain traditionnel.

31S'il ne faut bien sûr pas surestimer l'importance des jardins dans un mouvement citadin qui, à un tout autre niveau, a su exprimer pendant plusieurs décennies son particularisme et son anti-étatisme par des formes d'opposition beaucoup plus radicales (manifestations des années 1960-70, mouvements des Frères musulmans, lutte armée), on peut toutefois s'interroger sur ce que ces espaces agricoles peuvent effectivement représenter en terme d'identité urbaine, d'espace historique, de lieu spécifique de la mémoire citadine, de réceptacle d'un savoir-vivre particulier, d'une culture citadine...

32La façon dont était socialement géré l'espace agricole urbain, ou, si l'on veut, la manière dont les cadres référentiels propres à cet espace ont été construits à l'intérieur de la société citadine nous ramène en effet à la ville.

33Les jardins constituaient avant tout un espace de production, mais représentaient aussi ce que l'on pourrait appeler un « espace social » ou encore un « espace sensible », c'est-à-dire un espace qui était à la fois donné et construit, observé et parcouru, imaginé et vécu et à partir duquel pouvait se constituer une expérience, renvoyant à des savoir-faire, à des pratiques sociales, à des formes d'accès et d'usage propres à la société citadine et, finalement, à une culture citadine. Les jardins participaient pleinement de la perception qu'un citadin pouvait avoir de son environnement urbain : l'espace urbain homsiote et hamiote me semble ainsi avoir longtemps été constitué à la fois par la médina et par la zone agricole, l'une et l'autre représentant alors se que l'on peut appeler la « ville complète », selon une expression d'André Raymond.

  • 7 L'étude de ces territoires permettrait de reconstituer une image de la ville à partir des pratique (...)

34On a cependant assisté à un éclatement de cette ville – que cet éclatement soit la conséquence d'une destruction brutale comme à Hama ou d'un processus plus lent comme à Homs – et, de fait, à une multiplication des territoires urbains7. On est passé, en quelques décennies, d'une ville arabe traditionnelle à forte dominante sunnite et à minorité chrétienne, à une ville où l'élément néo-citadin, notamment alaouite, est devenu très présent si ce n'est majoritaire. La ville accueille ces apports extérieurs en s'agrandissant et se dotant de nouveaux quartiers et de nouvelles zones commerciales. La médina, lorsqu'elle a survécu aux violences politiques ou à la pression foncière, n'est plus qu'un quartier parmi d'autres et le vieux souk a perdu une grande partie de sa centralité économique devant le développement de nouveaux quartiers commerciaux.

35Concernant la zone agricole, autre élément de l'espace urbain traditionnel, on est passé d'une situation où toute la ville était dans ses jardins et où les jardins venaient à la ville, à une situation où la zone agricole n'est plus investie que par une partie de la société citadine, semble-t-il la plus ancienne, la plus « traditionnelle », essentiellement constituée de musulmans sunnites : tout se passe comme si la zone des jardins n'était plus LE territoire de la majorité de la société citadine, mais seulement de l'une de ses fractions.

36Si l'on considère que « plus la dilution sociale et le rythme des changements sociaux s'accélèrent, plus les individus éprouvent le besoin de se raccrocher à des appartenances » (A. Morel, 1987 : 158), la zone de jardins pourrait désormais constituer un des espaces de référence et d'appartenance identitaire de cette fraction de la société citadine. Elle paraît en effet fonctionner comme un élément stable d'identification à une certaine culture citadine, comme un lieu si ce n'est de reconnaissance, du moins de connaissance, un lieu où s'applique encore le principe de l'entre soi, de l'interconnaissance, de la non-mixité, de la ville-village qui caractérisait l'ancienne société citadine. Tout semble se passer comme s'il s'agissait désormais de préserver, pour une partie de plus en plus minoritaire et dispersée de la population citadine, le rapport symbolique et affectif qui peut encore la lier à un espace, la relation existant entre un territoire, des pratiques, des réseaux, une mémoire urbaine et des savoir-faire, alors même que l'environnement urbain se développe et se transforme de façon radicale.

  • 8 « La colonisation confessionnelle reste un excellent moyen pour le pouvoir de briser la résistance (...)

37Préserver cet accès privilégié à la zone agricole, c'est peut-être, pour la population concernée, une façon de négocier ses rapports avec une ville transformée ou en partie détruite, une façon de garder et d'affirmer sa place dans un espace urbain qui échappe de plus en plus aux éléments citadins les plus anciens et peut-être, finalement, de résister à cette dépossession, à l'emprise de l'État, ou encore à la « colonisation » alaouite dont Michel Seurat constatait la vitalité dans les années 80 et qui visait à briser la résistance des villes et leur vieille cohésion sociale8. Ne peut-on dès lors avancer que la zone des jardins est peut-être, avec les souks, un des derniers territoires de l'urbain où trouve encore à se fonder un enracinement historique et la légitimité d'une tradition citadine essentiellement sunnite ?

38Ne pourrait-on enfin pousser la logique de la résistance citadine jusqu'au bout en imaginant que de la ville ancienne il ne restera bientôt que ses jardins, petite médina de verdure perdue au milieu des immeubles de la nouvelle ville, ombre persistante d'une cité disparue ? À moins bien sûr que les jardins ne soient, comme cela semble se produire, récupérés, dénaturés et investis d'un nouveau rôle correspondant davantage aux transformations urbaines actuelles. L'espace agricole pourrait alors être tenu, afin d'échapper à sa disparition pure et simple, de répondre aux exigences nouvelles de villes de plus en plus peuplées et être ainsi appelé à évoluer, à se transformer pour satisfaire à des besoins qui s'expriment désormais moins en termes de production agricole, d'autonomie alimentaire et de savoir-vivre citadins qu'en termes de qualité de vie et d'environnement urbain.

Notes

1 Des révoltes paysannes ont de fait eu lieu, en Syrie centrale, jusque dans les années 1950.

2 Bergeron et Roncayolo, 1974.

3 On pense notamment aux différentes oligarchies qui, à partir de leurs villes, ont tenu, mais aussi divisé, la Syrie en autant de territoires jusque dans les années 1960.

4 Seurat appelle « villes intermédiaires » ces villes moyennes qui, n'ayant pas directement subi, comme les capitales (Damas, Beyrouth), les assauts de la modernité, sont longtemps restées des villes « pour soi », avec une structure communautaire très stable et un très fort anti-étatisme. Il donne ainsi l'exemple de Tripoli et d'Alep, mais on peut aussi inclure Homs et surtout Hama dans cette catégorie.

5 Avec ses petites villes (Salamié, Rastan, Qousseir...) en pleine expansion et ses campagnes enrichies par les politiques agraires.

6 Pour une approche à la fois plurielle et générale de la question de l'urbanisation et de l'agriculture périurbaine en Méditerranée, lire Ben Ali, Di Giulio, Lasram, Lavergne (1996). On peut également signaler une publication du Programme de Développement des Nations-Unies portant sur l'agriculture urbaine dans le monde (1996).

7 L'étude de ces territoires permettrait de reconstituer une image de la ville à partir des pratiques citadines et finalement d'appréhender une culture citadine complexifiée : qu'est-ce qu'un Homsiote et un Hamiote actuellement ? Quel lien existe-t-il entre un habitant des quartiers de l'est de Homs, en limite de la steppe et ceux de la zone résidentielle de l'ouest, en bordure des jardins ? Qu'est qu'être citadin dans une ville éclatée, fragmentée, divisée entre classes sociales, groupes ethniques et confessionnels ? Quels usages les néo-citadins font de leur ville ? Comment se l'approprient-ils et la transforment-ils ? Comment la perçoivent-ils ? Comment passe-t-on d'une culture ancienne, marquée par une forte cohésion sociale et confessionnelle, à ce que l'on peut considérer comme de nouvelles formes de cultures citadines, une nouvelle citadinité ? Et celle-ci ne pourrait-elle pas résulter de l'acquisition de certaines compétences et d'une expérience de la ville dont la zone agricole et le souk ancien seraient écartés ?

8 « La colonisation confessionnelle reste un excellent moyen pour le pouvoir de briser la résistance de la ville, comme à Homs par exemple, et à Hama, où l'on parle déjà de projets d'un urbanisme orienté sur les quartiers en ruine » (Seurat, 1989).

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540