Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Quatrième partie. Temps et espaces de la ville, le destin urbain des jardins

Chapitre II. Les jardins face à la ville, évolution et résistance d'un espace traditionnel de production agricole1

Texte intégral

  • 1 Les données de ce chapitre relatives aux politiques urbaines, à l'attitude des décideurs et des ci (...)

Il n'est aucune ville qui n'ait fait de la multiplication des jardins, petits ou grands, son obsession première. Et voilà pourquoi, à côté du noir qui est l'aveuglement par excès de lumière et l'une des formes de deuil de ce monde, l'autre couleur absolue de l'Islam est le vert, couleur du Paradis promis.
Salah Stétié, « Une rose dans le cœur », Le Nouveau Recueil, n° 45,
décembre 97 / février 98, p. 119-120.

Les souvenirs d'un jeune garçon d'Edimbourg ne sont qu'en partie des souvenirs citadins. Je me revois avec plaisir escalader de nombreux murs de jardins, me promener parmi les lilas pleins d'oiseaux gazouillants ou explorer des quartiers obscurs, qui n'étaient ni en ville, ni à la campagne.
Robert Louis Stevenson, L'appel de la route,
Paris, Payot, 1994, p. 206.

1Relativement préservées jusqu'à présent face aux pressions exercées par la croissance urbaine, les zones de jardins ne sont toutefois pas laissées à l'écart par les politiques qui s'efforcent d'ağīr localement sur le développement et la transformation des villes. Les différents acteurs intervenant dans ces politiques n'ont pu en effet ignorer la présence de ces vieilles régions agricoles si étroitement liées à l'espace urbain traditionnel. Que leurs intentions aient été de les sauvegarder en l'état ou de davantage les intégrer au développement de la ville, ils ont veillé à qualifier les zones agricoles en fonction du rôle qu'ils entendaient et entendent encore leur faire jouer.

2Dans ce dernier chapitre, je préciserai donc la place qu'occupent les jardins dans les plans d'aménagement et le statut qui leur a été concédé par la législation urbaine. Ma réflexion prendra plus largement en compte à la fois les représentations officielles de la ville et celles qui relèvent davantage de la culture et des pratiques citadines. Que deviennent les jardins dans les plans de développement urbain ? Qu'est-ce qui est pris en compte par les autorités et les acteurs de ce développement ? Existe-t-il une contradiction entre l'idée que les aménageurs se font de leur ville et de la place que doivent y occuper les jardins et la représentation qu'en ont les citadins ?

1 – JARDINS URBAINS ET ACTIONS PUBLIQUES

3Dans ce paragraphe, je préciserai la place que les jardins occupent dans les politiques urbaines. Je m'interrogerai sur la façon dont les décideurs considèrent ces espaces agricoles, sur le statut qu'ils leur ont donné et sur les diverses solutions envisagées pour leur protection face aux dangers d'une urbanisation plus ou moins contrôlée.

LE STATUT DES JARDINS ET LES LOIS QUI LES PROTÈGENT

4Le souci de protéger les zones de jardins contre une urbanisation directe ou rampante est présent dès les premiers plans directeurs (1940 à Hama, 1946 à Homs). En 1944, l'architecte urbaniste français Michel Écochard souligne la nécessité de préserver les jardins de Hama et propose de rendre inconstructible une bande de 50 mètres située de part et d'autre de l'Oronte. Ce souci de protection des jardins se retrouve dans les plans directeurs élaborés par les urbanistes grecs du cabinet Doxiadis au début des années 1960 (1961 à Hama, 1964 à Homs) même si ces plans, mal adaptés aux besoins réels des deux villes, n'ont finalement été appliqués que très partiellement. À Homs, l'élaboration d'un troisième plan d'aménagement a d'ailleurs été confiée dès 1966 à un expert polonais, J. Kojynski. La projection qu'il a fait du développement de la ville jusqu'en l'an 2000 prend également en compte la sauvegarde de la zone agricole. Plus récemment, la Société générale syrienne d'études et de consultations techniques (SGECT) a été chargée d'élaborer un nouveau plan d'aménagement pour les deux villes (1984 à Hama et 1988 à Homs). Dans ces plans, qui devraient répondre à l'expansion des deux villes jusqu'en 2010, il est bien précisé que les jardins doivent être sauvegardés.

  • 2 De ce point de vue, les Syriens ont suivi les agents du Mandat français qui distinguaient déjà net (...)
  • 3 Sur ce sujet, consulter Mantran et Sauvaget, 1951 : 82.

5D'une manière générale, les deux zones agricoles sont incluses administrativement dans le périmètre urbain de Homs et de Hama et désignées comme « région des jardins » (mintaqah al-basātīn)2. À Homs, il s'agit des jardins compris entre la limite du village de Doueir au nord et les limites du zūr al-Bāšā au sud de la route de Tartous-Tripoli. Les terres du village-quartier de Baba Amr ne sont donc pas incluses dans ce périmètre urbain. À Hama, la région concernée a longtemps été limitée aux seuls jardins du centre-ville, c'est-à-dire ceux que les règlements fiscaux ottomans désignent comme étant situés à l'intérieur des remparts3 et qui, à ce titre, ont toujours été très fortement liés à la ville. Mais dans le nouveau plan directeur, la région des jardins devrait englober l'ensemble des jardins exploités par des hamiotes et situés entre l'autoroute d'Alep à l'est et les limites du village du Dahrié au nord-ouest, triplant ainsi la surface des jardins concernés.

6Les jardins, ainsi inclus dans un périmètre urbain précisément délimité, dépendent des seules réglementations urbaines et non de celles auxquelles sont soumises les autres terres agricoles, notamment la loi n° 60 de 1977 qui permet d'exproprier un propriétaire de sa terre afin de faciliter l'extension urbaine. Les zones agricoles ne peuvent, quant à elles, faire l'objet d'une expropriation qu'en vertu de la loi n° 20 de 1982 et cela dans le seul cas où l'intérêt général (maṣlaḥah al-‘amma) justifie la construction de routes ou l'aménagement de parcs publics. En revanche, ces zones restent soumises aux lois communes à toute terre agricole pour ce qui concerne les relations agricoles (‘alaqāt zira‘iya) entre jardiniers et propriétaires de jardins.

  • 4 Renseignements obtenus auprès des directions des services techniques (mudīriyyat al-ḫadamāt al-fan (...)

7En fait, le souci de donner un cadre législatif à la sauvegarde des jardins s'est manifesté plus tôt. En effet, afin de limiter les constructions en dur qui ont fait leur apparition dans les jardins dès les années 1960 et de réduire ainsi les effets de mitage, le ministère des Affaires des mairies et des villages a pris, dès cette époque, un certain nombre de dispositions législatives4.

  • À Homs, il s'agit de la « loi de réglementation des constructions » (niẓām ḍābiṭah albinā') n° 312 du 1er novembre 1969 qui limite la construction d'un bâtiment à seulement 3 % de la superficie de la propriété sans que celui-ci puisse dépasser 150 m2. La propriété doit avoir une surface minimale de 5 000 m2 (5 dunum). La construction doit être d'un seul niveau, de 5 mètres de hauteur au maximum et doit impérativement être liée à une activité agricole. Il est enfin demandé de laisser 10 mètres entre la maison et les limites extérieures du jardin.
  • À Hama, la loi de réglementation des constructions dans les jardins n° 1521 du 8 septembre 1963 précise que les jardins urbains ont le statut particulier de « waǧībeh », terme pouvant être traduit par « obligation » et désignant un espace à respecter entre deux constructions ou entre une construction et une rue. On peut voir là le reflet de la situation géographique particulière d'une partie des jardins de Hama, souvent imbriqués dans le tissu urbain. Les jardins sont décrits dans la loi (art. 146) comme des espaces arborés (mušaǧǧār) et sont déclarés à ce titre non urbanisables. S'il est interdit de couper les arbres qui s'y trouvent, il est toutefois autorisé de construire dans la limite des 3 % de la surface de la parcelle. Il faut que la construction soit d'un seul niveau et qu'elle ne dépasse pas 80 m2, quelle que soit par ailleurs la taille du terrain. Enfin elle doit, comme à Homs, avoir un lien direct avec l'activité agricole. Il ne peut donc en principe être question, à Homs comme à Hama, de construire des résidences secondaires ou principales dans les jardins.

8On peut cependant douter de l'efficacité réelle de ces mesures, puisqu'elles n'ont pas empêché que toutes sortes de constructions se développent dans les jardins depuis une trentaine d'années. On peut facilement distinguer quatre types d'opérations sur lesquelles la législation en vigueur n'a eu que peu d'effets : les opérations d'aménagement dirigées par les autorités municipales, les constructions relevant de l'initiative des jardiniers, celles plus particulièrement spéculatives et qui sont le fait de non-jardiniers et enfin les conséquences d'une urbanisation spontanée.

9L'imprécision même de la notion d'intérêt général et la marge de liberté que laisse son interprétation permettent à l'État d'exproprier à très bas prix et de procéder à des aménagements dans la zone agricole sans qu'aucun recours ne soit possible pour les jardiniers et les propriétaires de jardins. Ainsi, les jardiniers du zūr al-‘Abbār, expropriés par la construction d'un grand collecteur d'égouts en 1992, ont été dédommagés à hauteur de 18 à 20 000 livres le dunum alors que, dans cette partie des jardins, très proche de la ville, le dunum vaut actuellement 1 million de livres.

10Certains de ces travaux publics ont un intérêt incontestable et ne peuvent être évités, comme justement ce grand collecteur d'égouts aménagé aussi bien à Homs qu'à Hama au début des années 1990 : il a été creusé en bordure de la zone agricole de ces deux villes afin d'éviter la destruction inutile de maisons. La même préoccupation avait également conditionné, il y a quelques années, le trajet d'un canal souterrain amenant l'eau potable de la région de Qousseir (sud de Homs) jusqu'à Hama, celui-ci traversant donc la zone des jardins.

  • 5 Rappelons que les trois premières sont : au sud, la route de Tripoli-Tartous, au centre, la route (...)

11En revanche, la construction à Homs d'une quatrième5 double voie de plus de 60 mètres de large reliant le Wa‘ar à la rive droite de l'Oronte et coupant à travers la partie centrale des jardins (zūr al-Ḫarāb) n'était pas vraiment nécessaire de l'avis des techniciens indépendants interrogés sur ce sujet. D'après eux, une route de 30 mètres de large aurait largement suffi aux besoins du trafic automobile et n'aurait pas provoqué une telle rupture dans le paysage agricole. Il suffisait d'élargir et d'aménager la petite route déjà existante. Au lieu de cela, on a privilégié une double voie de prestige dont l'impact sur l'écologie de la zone agricole sera sans doute important, comme cela a déjà été le cas pour les voies construites dans les années 1970 et 1980.

  • 6 La nouvelle large route traversant la zone des jardins attire de fait une population importante qu (...)

12Leur effet le plus spectaculaire, outre la disparition d'une dizaine d'hectares de terres arables, a été l'émiettement de la zone agricole, sa division en plusieurs tronçons rendant difficile la circulation intérieure ; celle des eaux tout d'abord, puisque de nombreux canaux secondaires ont été obstrués, coupés et parfois non rétablis. Mais aussi la circulation des hommes : la zone agricole ne constitue plus cet espace de continuité qui permettait à un jardinier de se rendre, à pied ou à dos de mulet, du sud au nord de la zone par les petits chemins et les sentiers longeant les canaux d'irrigation. Il lui faut maintenant sortir de la zone pour y pénétrer à nouveau plus loin : les exploitations se trouvant en bordure de la route s'isolent de celle-ci derrière de hauts grillages ou des murs, rendant donc impossible tout passage. Elles se protègent ainsi de l'intrusion intempestive de citadins pour qui la nouvelle voie constitue un lieu de promenade, les jardins un simple décor et qui signalent trop souvent leurs passages par l'abandon de sacs plastiques et de déchets divers6.

  • 7 On retrouve ce type de rupture partout où le réseau routier n'est pas mis en relation avec le pays (...)

13Il y a donc bien rupture7 dans la continuité d'un lieu, puisque la zone agricole ne constitue plus désormais ce territoire uniforme, homogène et protégé, à l'abri des bruits et de l'agitation de la ville, mais une zone de passage entre deux parties de cette ville, un espace quotidiennement traversé par une population de plus en plus importante et le plus souvent étrangère aux jardins.

14La proximité d'une telle voie de communication a enfin pour effet une forte élévation du prix de la terre agricole. Ainsi, le long la route de Ǧdīdeh, le dunum est passé en quelques années de 100 000 livres à 2 millions de livres et les constructions hors normes ont eu tendance à se développer derrière les murs et les grillages. Dans le zūr al-‘Abbār, le seul début des travaux a fait passer le prix du dunum de 150 000 livres à 500 000 livres en quelques mois (1994). Les jardiniers estiment qu'il atteindra 1 million de livres lorsque la route sera tout à fait achevée. De ce point de vue, l'État semble donc être le principal responsable de la détérioration de la zone agricole homsiote en créant des points de rupture, en contribuant à la création de frontières internes, de compartiments et de franges urbanisées au cœur même de la zone des jardins.

15Par ailleurs, les lois réduisant la taille et le nombre des constructions dans les jardins ne sont bien sûr pas d'une efficacité absolue et peuvent être détournées. À Homs, la surface minimale d'un jardin pouvant accueillir une construction est, nous l'avons vu, de 5 000 m2 (5 dunum). Cela peut donc inciter les propriétaires de grands jardins à les diviser et les vendre en lots constructibles de 5 000 m2, même s'ils sont encore obligés de tenir compte des jardiniers qui les exploitent. Le partage de la propriété entre propriétaires et jardiniers est cependant toujours de l'ordre du possible et le prix élevé de la terre peut de plus en plus inciter un jardinier à préférer devenir propriétaire de la moitié de son exploitation plutôt que de rester simple locataire de sa totalité.

16Concernant maintenant les constructions, on assiste souvent à un détournement de leur fonction première ou supposée, qui est d'être strictement agricole. Ainsi, à Homs, avec 5 mètres de hauteur maximale, les jardiniers peuvent facilement aménager un duplex habitable sans que cet aménagement soit visible de l'extérieur. J'ai déjà signalé qu'à Hama, après les événements de 1982 qui ont détruit une partie de la vieille ville, nombre de jardiniers ont préféré s'installer dans leurs jardins plutôt que de reconstruire leurs maisons dans les quartiers dévastés par les combats. Ils ont alors transformé leur simple maison de jardin en résidence principale disposant de l'eau et de l'électricité (parfois par raccords clandestins) sans bien sûr tenir compte de la limitation à 80 m2. Ce sont ainsi de véritables maisons à deux, parfois trois étages, qui se sont construites en l'espace d'une dizaine d'années dans certains jardins, notamment ceux situés à l'est de Hama (zūr al-Qiblī et al-Šarqī), accueillant désormais les jardiniers et leurs familles tout au long de l'année.

17Un autre phénomène, cette fois particulier à Homs, est celui de la ferme-villa. Certains citadins sont parvenus à récupérer une partie ou la totalité de leur jardin, d'autres ont pu en acheter un. Ils y ont fait construire une villa à laquelle a été concédée l'apparence légale d'une ferme (fig. 49). Une partie du jardin est effectivement réservée aux cultures maraîchères et fruitières, alors qu'une autre partie, généralement le devant de la villa, est aménagée en jardin d'agrément avec fleurs, pelouse et bassins.

Figure 49 — Jardins de Homs, une ferme-villa.

18Un journalier est chargé d'entretenir l'ensemble, la famille propriétaire n'occupant les lieux que pendant la belle saison. Elle y accueille alors amis et parents, consomme sur place les produits du jardin, mais ne participe que rarement aux travaux agricoles.

« Quant au commerçant rencontré l'autre jour ici, chez moi, un ancien propriétaire de jardin de bayt Sibā‘ī, il a acheté le jardin d'en face il y a maintenant six ans, quelques 12 dunum au total. Il l'a payé 20 000 LS le dunum, alors que maintenant il vaut 400 000 LS/d. Il veut diviser le jardin entre ses deux enfants, chacun y construisant une villa. Les jardiniers ont accepté de prendre l'argent qu'il leur a offert et vont maintenant s'installer dans un jardin qu'ils possèdent, roule de Tripoli. » (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs, 21 juin 1994).

  • 8 Un peu semblable, toute proportion gardée, à celle introduite par ces « palais de campagne » décri (...)

19La ferme-villa introduit cependant dans la zone des jardins une forme nouvelle de rapport à l'environnement social et naturel8. On observe en fait plus une absence de rapport, une rupture avec l'environnement immédiat qu'une intégration à la zone agricole. En effet, alors que les exploitations des jardiniers ne sont que rarement encloses, sauf du côté de la route (de l'extérieur), ne connaissent donc que peu de séparations internes, laissant généralement la possibilité d'une circulation codifiée des hommes et des bêtes à l'intérieur de la zone agricole, les fermes-villas sont elles entourées de hautes grilles ou de murs parfois surmontés de débris de verre ou de fils de fer barbelé. Elles semblent donc vouloir non seulement se protéger de la route mais aussi des jardiniers qui les entourent. On peut interpréter cela comme un souci de ne pas être confondu avec le milieu des jardiniers, l'affirmation que les fermes-villas ne sont pas de banales exploitations agricoles et que leurs propriétaires ne sont pas de simples jardiniers. Il y a dans ce retranchement une part d'ostentation (ce qui fait la « villa » c'est son mur), mais aussi un refus de participer aux formes ordinaires de sociabilité courantes dans les jardins (visites de voisins, entretien collectif des canaux, réunions, entraide au moment des travaux, échanges de graines...). La ferme-villa apparaît comme un élément décontextualisé, jardin de loisir isolé au milieu de jardins de production, refusant la spontanéité des rapports de voisinage, transposant finalement dans la zone agricole les rapports qui peuvent caractériser les villas des quartiers résidentiels de l'ouest de Homs.

  • 9 Ma visite dans les jardins en juillet 2000 m'a toutefois permis de constater que ce phénomène avai (...)

20Ce phénomène, qui reste pour l'heure encore limité à Homs9 et à ma connaissance inexistant dans les jardins de Hama, pourrait pourtant être le signe d'un retour d'intérêt des propriétaires pour les jardins, la production agricole étant alors écartée pour laisser place au loisir, au jardin hédoniste et au retranchement individualiste. Les quelques propriétaires que j'ai interrogés sur cette question ne conçoivent d'ailleurs pas autrement l'avenir de la zone agricole : elle est selon eux destinée à devenir une zone résidentielle réservée à quelques privilégiés.

« Il faut transformer ces jardins en une zone de construction de maisons de campagne, éliminer les producteurs de légumes, qui sont inutiles, planter des arbres pour le plaisir de ceux qui habiteront les maisons construites en dessous et multiplier les routes d'accès. » (A.Š., propriétaire de jardins, bureau privé, Homs, 2 octobre 1993).

21Par ailleurs, un certain nombre de constructions illicites groupées sont apparues en bordure des zones agricoles homsiotes comme hamiotes, empiétant peu à peu sur les jardins. C'est par exemple le cas dans le zūr al-Damsiyyeh qui subit ainsi, à Hama, la croissance du quartier al-Barûdiyyeh vers le sud. À Homs, ce phénomène ne semble pas être directement lié à l'avancée du front urbain. Il s'agit plutôt de jardiniers qui ont peu à peu construit sur leurs exploitations et qui ont fini par constituer de véritables petits hameaux regroupant l'ensemble d'un lignage. Le cas le plus frappant est celui qui se trouve au sud de la route de Mimas : on remarque facilement (1995) ces quatre ou cinq maisons basses construites à une centaine de mètres de la route par un lignage d'anciens jardiniers sur un terrain de 3 dunum acheté à un Zahrāwī dans les années 1970. Le jardin ayant désormais complètement disparu sous ces constructions, aucun des membres de ce lignage n'est actuellement jardinier : tous travaillent au souk al-Hāl tout proche ou comme ouvriers dans les usines de Qattiné... d'aucuns voient dans cette situation particulière l'image de la zone des jardins dans quelques décennies si rien n'est fait pour contrer ce type de mutation anarchique, encore très limitée.

  • 10 Ce phénomène n'a fait que s'aggraver depuis, comme j'ai pu le constater en juillet 2000 : les prin (...)

22À ces constructions illicites s'ajoute la dégradation croissante dont est victime la bordure de la zone des jardins : la municipalité a en effet beaucoup de difficultés à empêcher que les industriels, artisans et particuliers n'y viennent déverser leurs gravats (plaques de ciment, plâtres, terre de fondations, poutrelles de fer...) et même leurs ordures ménagères. On assiste ainsi, à Homs comme à Hama, à un grignotage de la zone agricole par ces nombreux dépôts illicites10.

23Toutes ces formes de mitages internes et de grignotages semblent inquiéter les autorités municipales qui réagissent de différentes manières.

24En procédant bien sûr à des destructions de constructions illicites. Mais ces opérations spectaculaires restent relativement rares : en plusieurs années de terrain, je n'en ai repéré que deux à Homs et aucune à Hama. De manière générale, les autorités préfèrent éviter ces destructions qui provoquent la colère et l'incompréhension des jardiniers qui estiment être en droit de construire sur leur exploitation. De plus, il n'est pas toujours aisé de repérer toutes les constructions non autorisées à l'intérieur de plusieurs centaines d'hectares, derrière les haies de jardins, au bout de chemins parfois peu carrossables, au milieu de parcelles isolées au cœur de la zone agricole. Aucun recensement systématique ne semble avoir été mené.

25Une autre façon de réağīr au mitage de la zone agricole a été de modifier la législation concernant la construction dans les jardins. Ainsi à Homs, la loi réduit depuis les années 1980 la surface des nouvelles constructions à 100 m2 mais autorise la construction d'un niveau, le rez-de-chaussée étant réservé à un usage agricole et l'étage pouvant servir d'habitat : il s'agit là ni plus ni moins que d'une légalisation de la construction de maisons d'habitation dans les jardins. La loi s'adapte ainsi à une réalité qui la dépasse. La municipalité parle aussi de limiter légalement les possibilités de division des grandes exploitations par leurs propriétaires afin d'empêcher la construction de bâtiments sur des parcelles de 5 dunum.

26Mais parmi les actions entreprises par les autorités municipales pour préserver les jardins, celle qui est de loin la plus importante et lourde de conséquences consiste à en transformer certaines parties en parcs publics. C'est sur ce point particulier que nous allons maintenant nous arrêter plus longuement.

ESPACES VERTS VERSUS JARDINS ?

27Quelques projets de parcs publics ont pu être réalisés ou sont sur le point de l'être à Homs et à Hama.

28Dans cette dernière ville, j'ai déjà eu l'occasion de parler du bustān Um al-Ḥassan situé au cœur même de la ville, sur les berges de l'Oronte. Cet ancien jardin de plusieurs dunum a été transformé en jardin public dans les années 1950, formant alors avec le moulin al- Ġazaleh, converti plus tard en café et en galerie d'art, le pont du Sérail et la noria al-Ǧisriyyeh tournant désormais à vide, le principal aménagement public et touristique du centre-ville.

29Un autre jardin public, de plus petite taille, a été aménagé dans les années 1980 sur la berge gauche de l'Oronte. Il a pris ainsi la place d'un jardin du zūr al-Qiblī sur lequel était déjà venue empiéter, dans les années 1950, une route goudronnée permettant de rejoindre la route de Salamié sur l'autre rive. Un certain nombre d'installations ont depuis pris place de part et d'autre de cette route (restaurants, département municipal des norias, complexe sportif...), prolongeant ainsi vers l'est et sur 13 hectares le centre administratif plus ancien, lui-même construit sur des jardins (muḥāfaẓa, centre culturel...).

  • 11 Un début d'aménagement des berges de l'Oronte a toutefois commencé en 1995 sur la rive droite, ave (...)

30Enfin un nouveau projet, évoqué en 1993 par les services techniques de la mairie, devrait permettre d'accroître la surface des parcs publics au centre-ville en récupérant la totalité des jardins encore en activité dans ce secteur. Un second projet devrait permettre d'aménager une partie des berges de l'Oronte en promenade, mais pour l'heure, rien ne semble avoir été vraiment décidé11.

31À Homs, un projet de parc public est en cours de réalisation. D'une plus grande ampleur que ce qui s'est fait pour l'instant à Hama, il n'est cependant pas le premier projet visant directement la zone agricole homsiote.

32Un projet d'aménagement de la rive occidentale de l'Oronte avait en effet vu le jour à la fin des années 1950. Il prévoyait alors de bétonner les rives de Mimas (nord) jusqu'à la route de Tripoli (sud) et de transformer une partie des jardins en un parc public. Face à l'opposition des propriétaires de jardins et surtout des jardiniers, le projet avait finalement été abandonné, en partie du moins.

  • 12 Et comme c'est le cas d'un tout autre parc public construit sur des jardins de la Ghouta de Damas, (...)

33En effet, à la fin des années 1980, plusieurs dizaines d'hectares du zūr al-‘Abbār – ce secteur de jardins qui s'avance assez loin dans la ville – ont été expropriés. La municipalité a demandé aux jardiniers de ce secteur de ne plus cultiver leurs parcelles et a fixé les dédommagements à 100 000 livres le dunum, ce qui est peu par rapport au prix actuel qui est de 1 million de livres le dunum. Ce n'est cependant qu'en décembre 1994 que le nouveau projet a été confirmé par la municipalité et que les jardiniers concernés ont acquis la certitude qu'ils allaient devoir partir. Il s'agit de transformer en un grand parc public l'ensemble des jardins situés entre les anciens abattoirs (actuel parc d'attractions bordant la route de Hama) et l'Oronte, soit quelques 40 hectares de terres agricoles. Le parc, dont l'élaboration du plan aurait fait l'objet d'un concours auquel auraient participé divers bureaux d'architectes et d'urbanistes, prendra le nom de « Parc du peuple » (« Ḥadīqat al-ša‘b »). Les travaux entraîneront le départ forcé d'une trentaine de jardiniers et la destruction de nombreuses maisons de jardins, dont le hameau familial illicite dont j'ai parlé un peu plus haut. Le principe retenu pour le parc est bien sûr de changer le type d'exploitation de ce secteur, mais en conservant, dans la mesure du possible, les arbres : des banquettes de fleurs et d'arbustes devraient bientôt remplacer les planches de cultures maraîchères. Il est enfin question d'encourager l'installation de un ou deux restaurants, comme cela a été le cas routes de Ǧdīdeh et de Mimas12.

  • 13 À Homs, les jardins de Bayadah, au sud du zūr al-‘Abbār, ont ainsi été vendus à une coopérative de (...)
  • 14 D'après Chaline (1989 : 124), cette vision semble être partagée par bien d'autres municipalités du (...)

34À Hama comme à Homs, les autorités municipales justifient ces créations de parcs publics en les présentant comme les seules solutions durables au problème de l'urbanisation rampante des jardins. Souhaitant réağīr au phénomène encore limité de la ferme-villa et craignant que les propriétaires ne parviennent un jour ou l'autre à faire lotir leurs parcelles, comme cela a parfois été le cas par le passé13, elles préfèrent ainsi prendre les devants et mettre à l'abri les secteurs qu'elles estiment être les plus exposés, en l'occurrence ceux qui sont les plus proches de l'agglomération ou en contact direct avec les quartiers résidentiels14.

35C'est donc l'espace vert et non l'espace de production agricole que les autorités privilégient de façon d'ailleurs très explicite ; c'est ce qu'il ressort des entretiens que j'ai eus avec les autorités municipales, techniciens et directeurs de services techniques des deux villes. Ceux-ci ont, dans leur majorité, tendance à considérer les jardins comme des archaïsmes, tant du point de vue des techniques agricoles pratiquées que de celui de la structure agraire. Pour eux, la grande parcellisation des zones agricoles est incompatible avec une agriculture productive et moderne et constitue surtout un danger puisque ces espaces dépendent d'un grand nombre de propriétaires et de jardiniers difficiles à contrôler. Les jardins n'ayant donc plus à leurs yeux, en tant qu'espaces de production, d'utilité économique réelle, il est préférable de les unifier en les transformant en parc public : l'espace vert importe désormais plus que l'espace agricole.

36Les différents décideurs et techniciens ne tiennent pas compte de la dimension proprement sociologique de ces jardins, de cet ensemble complexe et varié de relations, de réseaux et d'intérêts dont j'ai fait état et qui lient encore jardins, jardiniers et certains secteurs de la société citadine. Ils négligent donc ce qui peut éventuellement constituer la base même d'une résistance des jardins à leur lotissement et à leur disparition annoncés et ne semblent pas réaliser qu'une pression urbaine plus systématique, plus franche ne pourrait venir que de l'État lui-même (construction de nouvelles routes, de nouveaux bâtiments publics, éventuelle modification de la loi sur les relations agricoles qui permettait aux propriétaires de récupérer leurs jardins et de les faire construire...). J'ai rendu visite à l'un des jardiniers homsiotes dont l'exploitation se trouve sur l'emplacement du futur parc public.

« Abū Maḥmūd est un jardinier d'une soixantaine d'années, père de deux fils, jardiniers comme lui. Il est métayer sur une exploitation de 25 dunum appartenant à un Zahrāwī à qui il reverse 37 % de ses récoltes. Malgré l'interdiction faite par la mairie, il continue actuellement à cultiver sa terre, n'ayant de toutes façons pas d'autres ressources. Lors de ma visite, il avait encore un peu d'espoir que le projet ne se réalise pas. Il comptait pour cela sur l'Union des paysans qui n'avait pas encore réagi à l'annonce de la construction d'un parc sur des terres agricoles. Il exprimait sa confiance en elle mais, dans le même temps, ne semblait pas se faire beaucoup d'illusions. Et soudain, évoquant son départ probable et la destruction de son jardin, il s'est mis à pleurer. Il perçoit le projet du parc comme une trahison. » (A.M., zūr al-‘Abbār, Homs, décembre 1994).

37Les jardiniers restent de fait très attachés à des exploitations qui constituent encore pour certains le seul moyen de subsistance. Il n'est pourtant pas question pour la municipalité de s'appuyer sur cet attachement pour promouvoir une politique de sauvegarde des jardins en tant que terres agricoles : seul l'espace vert présente à ses yeux un intérêt et une garantie suffisante. On peut dès lors se demander ce que va devenir cette majorité de jardins non directement concernés par le projet de parc public : sont-ils considérés comme perdus d'avance par la mairie ? Prévoit-on une extension future du parc ? Aucune réponse n'a été donnée à ces questions, si ce n'est une nouvelle affirmation de la volonté de protéger le plus de jardins possibles.

38Mais, derrière cette préoccupation affichée par les mairies de Homs et de Hama de sauvegarder la zone des jardins, semble transparaître un discours très différent, mettant directement et parfois brutalement en question le rapport même qu'une partie de la société citadine entretient depuis longtemps avec ces jardins, rapport dont je vais maintenant tenter de présenter quelques aspects.

2 – DES CITADINS DANS LES JARDINS : PRATIQUES URBAINES D'UN ESPACE AGRICOLE TRADITIONNEL

39Jusqu'à présent, je n'ai présenté les jardins que du point de vue des exploitants ou des propriétaires. Il est maintenant temps de replacer ces jardins dans un contexte urbain plus global prenant en compte la façon dont les citadins peuvent les intégrer à leurs pratiques quotidiennes. La présentation qui suit me permettra de replacer la notion d'espace vert dans un contexte prenant plus largement en compte les diverses façons de vivre la ville.

40La zone agricole a en effet toujours été présente dans la vie des populations urbaines, à Hama comme à Homs. Du point de vue de leur approvisionnement en fruits et légumes bien sûr, mais aussi parce que les jardins étaient des lieux dans lesquels se rendaient régulièrement les citadins à l'occasion de certaines fêtes ou tout simplement pour se promener.

LES SORTIES DU PRINTEMPS

41Les sorties collectives dans les jardins étaient liées à l'arrivée du printemps, marquant ainsi une rupture avec la période hivernale caractérisée par un repli à l'intérieur de la cité et des habitations. Dans sa petite étude sur les fêtes du printemps à Homs, Gillon souligne (1993 : 67-68) que ces sorties, qui avaient donc lieu dans les jardins proches des villes, étaient très répandues au Moyen-Orient, cette pratique ayant été signalée aussi bien en Syrie centrale qu'à Damas, à Alep et à Tripoli.

  • 15 Sur les fêtes à Hama, voir notamment Aṣfār, 1969 : 69-71. Certaines de ces fêtes se retrouvaient é (...)

42Les femmes sortaient ainsi par petits groupes le mercredi précédant la Pâque orthodoxe ou le dernier mercredi de mars et passaient la journée dans la verdure des jardins dont les propriétaires (ou leurs locataires) ne pouvaient leur en interdire l'accès, ces promenades étant considérées comme sacrées. Gillon met en relation ces sorties printanières féminines avec les autres grandes manifestations de la saison qu'étaient les mawāsim, les fêtes du printemps telles qu'elles se sont pratiquées dans la région de Homs et de Hama15 jusque dans les années 1950-60.

  • 16 Pour une description et une tentative d'explication de ces fêtes, je renvoie à l'ouvrage de Gillon (...)
  • 17 Cette fête possède plusieurs récits d'origine : elle aurait été inventée par Salah al-Dīn à Jérusa (...)

43Elles avaient lieu au cours de sept jeudis successifs répartis sur le mois de mars et d'avril, englobant donc l'équinoxe du printemps. La Pâque chrétienne orthodoxe servait de point de repère pour fixer les dates de ces fêtes musulmanes populaires : le premier jeudi était celui de la semaine durant laquelle commençait le jeûne orthodoxe, le dernier jeudi correspondant au jeudi de la Passion du Christ. Il y avait ainsi le « jeudi de la folle » (ḫamīs al-maǧnūneh), le « jeudi des chats » (ḫamīs al-qiṭaṭ), le « jeudi des plantes » (ḫamīs al-nabāt), le « jeudi des morts » (ḫamīs al-amwāt)16... mais c'était de loin le « jeudi des cheikhs » (ḫamīs al-mašāyeḫ)17 appelé aussi le « jeudi des œufs » (ḫamīs al-bayḍ), qui attirait le plus grand nombre de personnes venant des villages de la région mais aussi de Beyrouth, de Tripoli, de Damas, de Hama, d'Alep (Sbā‘ī et Zahrāwī, 1992 : 225) et qui constituaient une grande partie des relations d'affaire des commerçants homsiotes.

  • 18 Large bannière rectangulaire couverte de versets du Coran et portée par cinq hommes.
  • 19 Sur les confréries soufies présentes à Homs, voir Sbā‘ī et Zahrāwī (1992 : 243-323).

44Le premier rassemblement se faisait le mercredi après-midi devant la mosquée al-Walīd pour prendre le sanǧaq18 de Ḫālid ibn al-Walīd, compagnon du Prophète et conquérant de Homs et l'amener jusqu'au šayḫ qui prenait le lendemain la tête de la procession. Ce premier cortège traversait la ville d'ouest en est en empruntant les lieux les plus animés. Le jeudi matin, un grand cortège se constituait. Il était formé des nūba des confréries soufies19 venant des différents quartiers et organisé selon un ordre négocié : en tête il y avait le sanǧaq, puis venaient les porteurs de sabres, d'épées, de haches, de chapelets, les récitants de poèmes, les joueurs de tambours, de cymbales, les chanteurs et enfin les šayḫ soufis accompagnés de leurs disciples. La procession avançait avec lenteur, s'arrêtant devant chaque personnalité repérée dans la foule des spectateurs. Les mères en profitaient alors pour présenter leurs enfants aux šayḫ qui les bénissaient. L'un des moments les plus importants de cette procession était lorsque le šayḫ qui était en tête piétinait à cheval, apparemment sans dommage, des dizaines de disciples étendus sur le dos. La procession sortait ensuite de la ville par le sud, traversant alors les jardins jusqu'au village de Baba Amr où se trouve le tombeau de ‘Amr ibn Ma‘d ibn Yakrīb al-Zubaydī, un autre compagnon du Prophète. Là, on priait et on procédait à des offrandes d'œufs colorés. Divers jeux équestres étaient ensuite organisés dans les jardins. C'était l'occasion pour les jeunes des deux sexes de se rencontrer : cette fête, souvent fustigée à Homs comme à Hama par les autorités religieuses, avait sans doute un effet libérateur. Le cortège se reconstituait en fin d'après-midi, traversait à nouveau les jardins pour regagner la ville qu'il contournait par l'ouest pour se rendre à la mosquée al-Walīd. Une nouvelle procession avait lieu le vendredi mais restait limitée à la ville intra-muros.

  • 20 Voir Aṣfār (1969 : 69) et Gillon (1993 : 66), se référant l'un et l'autre au šayḫ Rabwa al-Dimašqī (...)

45Bien que je ne dispose pas d'autant de détails sur le déroulement des fêtes du printemps à Hama, je sais que dans cette ville aussi, les jardins ont longtemps constitué le théâtre d'une partie des réjouissances de cette période de fêtes : des réunions, au cours desquelles hommes et femmes dansaient et chantaient, avaient en effet lieu dans les jardins du centre-ville. Les gens dressaient alors des tentes pour accueillir les visiteurs et des chanteuses étaient amenées en barques20. Enfin, il y a encore une trentaine d'années, les chrétiens et les musulmans descendaient nombreux dans les jardins du centre-ville à l'occasion de la fête de Marīyam qui avait lieu en avril. Ils y passaient alors une partie de la journée, buvant du thé et mangeant des petits feuilletés salés ou sucrés (sanbūsak).

  • 21 « On relèvera que la fête principale, le ḫamīs al-mašāyeḫ, est pratiquement placée sous le patrona (...)

46Les jardins occupaient donc une place particulière dans certaines pratiques religieuses et populaires des populations citadines. À Hama, les jardins étaient les lieux où se déroulaient une partie de ces fêtes citadines alors qu'à Homs, ils faisaient partie de l'itinéraire du jeudi et étaient intégrés à cette affirmation de l'unité de la ville que constituait en définitive la procession21. Ils constituaient cet espace à la fois extérieur et associé à la ville vers lequel s'effectuaient des sorties et étaient pleinement constitutifs, à ce titre, d'un espace festif qui englobait tout à la fois la ville et ses faubourgs agricoles. Ainsi, tout se passait comme si les jardins représentaient, pour les citadins, un espace à la fois extérieur à la ville et faisant malgré cela partie de la ville, la prolongeant en quelque sorte, permettant finalement d'en sortir sans vraiment la quitter : les jardins constituaient une nature citadine que les citadins pouvaient parcourir et investir sans risque. À Hama, la présence de jardins au cœur même de la ville renforce cette image de nature citadine puisqu'ils sont à la fois périurbains et intérieurs : les citadins pouvaient donc se rendre dans les jardins sans pratiquement avoir à quitter le périmètre de leurs quartiers.

  • 22 Cette conception des jardins comme premiers remparts de la ville se retrouvait à Alep au xviiie si (...)

47Nature intérieure ou proche, les jardins semblent avoir constitué tout à la fois une frontière, un rempart et un palier entre la cité et la campagne plus lointaine. Point limite du territoire urbain, ils formaient une zone protégeant la ville de la vastitude d'un monde réputé non policé22, mais aussi l'espace par lequel ce même monde pouvait parfois accéder à la ville, puisque c'est dans les jardins que résidaient les étrangers attirés par les fêtes de Hama. On peut y voir là une sorte d'hospitalité précautionneuse, une manière d'accueillir l'étranger sur le territoire urbain tout en le maintenant prudemment à l'extérieur de la ville véritable, un peu comme le souk canalise les étrangers loin des quartiers résidentiels. Au xiie siècle, des khans avaient également été aménagés dans certains jardins de Hama (comme le bustān al-Atūn al-Ġarbiyyeh) situés à l'extérieur des remparts, en aval de la ville. Les voyageurs arrivés de nuit s'y installaient en attendant de pouvoir pénétrer au matin dans Hama (Sabūnī, 1956 : 86).

48Mais à cette dimension toute horizontale du rapport ville / jardin, on est tenté d'ajouter une dimension verticale, qui semble tenir à la fois d'une disposition géographique de la zone agricole et d'une interprétation plus symbolique de la place qu'elle occupait dans les fêtes du printemps.

49À Homs comme à Hama, les jardins sont en effet situés à un niveau plus bas que la ville, puisqu'ils occupent les berges du fleuve alors que l'agglomération s'est développée en hauteur, à l'abri des eaux et des fièvres : on descend donc dans les jardins et vers l'Oronte et on remonte vers la ville. Il est intéressant de mettre en relation cette situation géographique des jardins avec l'interprétation que propose Gillon de la procession du Ḫamīs al-mašāyeh. Il fait en effet l'hypothèse qu'il existerait une hiérarchie entre le point de départ, la mosquée al-Walīd, et le point d'arrivée de la procession, la mosquée de Baba Amr, cette dernière représentant « le lieu le plus bas de la diffusion de l'existence, juste avant la nuit, le "no man's land", le chaos (la ligne que trace la procession révèle toutefois que ce point le plus bas a un lien privilégié avec le point le plus haut), (...) à l'inverse, son point de départ, la ville, représente le lieu même où sont conservées les formes des existants : le rite sacralise éminemment la cité » (1993 : 105-107). Zone limite et incertaine que l'on doit en partie traverser, la zone agricole ferait donc ici figure de zone de partage entre la ville (haut) et la campagne (bas), autrement dit entre une vie sociale et religieuse régulée et le chaos supposé des villages et des steppes. C'est donc du double point de vue géographique et symbolique que s'opérerait la descente dans les jardins, descente néanmoins nécessaire pour pouvoir participer à ces fêtes un peu débridées du printemps que fustigeaient déjà al-Dimašqī et les pouvoirs religieux de son temps. À Homs comme à Hama, les jardins semblent avoir alors constitué cette région située tout au bas de la ville qui permettait d'opérer dans des circonstances bien précises (période de fêtes), par une nécessaire distanciation de la ville, une sorte de mise entre parenthèses de la morale citadine.

LES LIEUX DE PÈLERINAGE DANS LES JARDINS

  • 23 D'après Gaulmier (1931 : 139-40), ce genre de lieu « est visité en toute saison et chaque jour de (...)

50Cette intégration et territorialisation de la zone des jardins par la société citadine – qui s'expriment notamment, nous venons de le voir, dans des pratiques particulières d'appropriation et de hiérarchisation symboliques de l'espace – est semble-t-il renforcée par la présence, au cœur même des jardins, de lieux consacrés à des saints, à des prophètes ou encore à des personnages ayant marqué leur époque et auprès desquels les citadins venaient chercher réconfort ou guérison23. Ces lieux, sanctuaires ou tombeaux, sont appelés maqām (pluriel maqāmāt) ou encore mazār (pluriel mazārāt). D'après Gaulmier (1931), il convenait de distinguer les sanctuaires propres aux campagnes, qui présentaient « le caractère très net de survivances païennes » (cultes des sources, des pierres, du serpent, du vent) et les lieux situés à l'intérieur de la ville et qui présentaient un caractère plus conforme à l'orthodoxie musulmane. Les maqām que l'on trouvait dans les jardins faisaient partie de cette catégorie plus particulièrement urbaine.

51À Homs, l'un des maqām présents dans les jardins a donné son nom à un secteur appelé al-Qawwas, sur la rive droite de l'Oronte. Le Šayḫ al-Qawwas était un walī, un saint très respecté. Des lampes étaient autrefois régulièrement allumées devant son maqām qui aurait résisté à toutes les tentatives de destruction : il est en effet dit que chaque fois que l'on s'est apprêté à le détruire, diverses maladies se sont abattues sur les profanateurs. Il semble pour cette raison incarner l'esprit de résistance des jardins.

  • 24 D'après Geoffroy (1993 : 174), « le personnage de Khadir (ou Khidr) a des antécédents dans les myt (...)

52À Hama, le maqām le plus connu dans les jardins était celui consacré à Ḫadir qui a donné son nom au jardin qui l'accueillait au pied de la citadelle et qui a maintenant disparu. Ḫadir, considéré comme vivant et priant dans son maqām24, recevait surtout les visites et les offrandes (huiles, pains, piécettes) des jeunes filles et femmes stériles. Ḫadir était également réputé pour son action bénéfique sur les arbres et les légumes et, à ce titre, très respecté par les jardiniers. Mais il existait une dizaine d'autres maqām dans les jardins du centre et du nord-ouest (zūr Bāb al-Nahr, wadī al-Ǧawz, bustān al-Boṣū). Ainsi, dans le zūr al-Damsiyyeh, on trouvait le maqām al-‘Aṣāfīrī, qui était sensé protéger les cultures des effets dévastateurs des oiseaux (‘aṣafir). Certains de ces maqām donnent leur nom à un jardin : bustān Mūġlī qui accueille le maqām de Šayḫ Muḥammad Mġelī, bustān Hdaymī qui accueille celui de Šayḫ Hdaymī, bustān Bišār pour le maqām de Šayḫ Bišār. Parmi les personnages ainsi honorés, on trouve sit Ruqayyah, la sœur de sit Zayneb et quelques prophètes : nabī Ayūb (Job), nabī Yūnus.

53C'est donc aussi à une sorte de géographie du sacré que nous avons affaire, une géographie qui semble se superposer à celle, visible et effective, que nous fournit la structure agraire et le système d'irrigation et de production. Il existerait donc dans les jardins une dimension ésotérique au-dessus de la réalité agricole, dimension qui relierait la zone des jardins à la ville et plus particulièrement à la vieille société citadine et à ses confréries soufies par le biais de diverses pratiques religieuses populaires.

L'ÉTÉ DANS LES JARDINS : PROMENADES, RÉUNIONS ET BAIGNADES

  • 25 Comme c'était et c'est parfois encore le cas dans les villes syriennes disposant d'une zone agrico (...)

54Après les fêtes du printemps, la zone de jardins devenait, pour les habitants de Homs et de Hama, ce que l'on appelle un muntazah, c'est-à-dire un lieu de promenade25 et cela jusqu'aux premiers froids de l'automne. On peut dire qu'elle constituait alors « un des éléments indispensables à toute agglomération : le lieu où des citadins, d'origine rurale parfois proche, pouvaient un moment échapper à l'étouffement de tissus urbains surpeuplés » (Terrasse, 1997, 64). Ainsi, certains chemins de la zone agricole servaient, et servent toujours, de lieux de promenades pour les familles (la route de Mimas par exemple) mais aussi de lieux de rendez-vous pour les amoureux qui souhaitent rester un peu à l'écart des regards ; Homs a ainsi son « chemin des amoureux », une petite route ombragée proche de la ville qui traverse le zūr al-‘Abbār d'est en ouest et débouche sur la route de Mimas. En fin d'après-midi, en été, on y voit des couples déambuler à pas feutrés, silencieux et observant entre eux une distance prudente et pudique.

55Mais nous savons déjà que les jardins eux-mêmes ne s'ouvraient pas à n'importe qui. Si les principales routes de la zone agricole étaient bien sûr accessibles à tout le monde, constituant ainsi autant d'espaces publics, l'accès aux jardins restait conditionné, en dehors de la période des fêtes du printemps, au type de relations que chaque citadin pouvait entretenir avec un propriétaire de jardin ou un jardinier, qu'il s'agisse d'un parent, d'un ami, d'un voisin de quartier ou encore du jardinier à qui il achetait des légumes. Ainsi, à Hama, de nombreux habitants des quartiers proches de la zone agricole profitaient des relations privilégiées qu'ils pouvaient avoir avec des jardiniers pour venir en famille prendre quotidiennement leurs petits-déjeuners dans leurs jardins. Ils étendaient un tapis au bord du fleuve et partageaient leur repas avec les jardiniers qui les recevaient, goûtant ainsi la fraîcheur de l'aube.

56À Homs, ce type de visites n'était pas aussi quotidien en raison du plus grand éloignement de la zone agricole du centre-ville. Les visites des citadins dans les jardins étaient donc plus espacées et avaient davantage l'aspect de petits événements. Mais certaines réunions des conseils de quartier (maǧlīs al-ḥay) pouvaient aussi se tenir en été dans les jardins. J'ai déjà signalé la présence de ces manzūl de jardins qui pouvaient accueillir, outre les relations habituelles des propriétaires, ces conseils et qui mettaient ainsi en contact direct et étroit un quartier et un jardin.

57Mais les jardins étant situés entre la ville et les rives de l'Oronte, c'est aussi pour se rendre au bord du fleuve que les gens traversaient la zone agricole. À Homs comme à Hama, le fleuve a toujours été présent dans la vie des citadins, ayant longtemps fourni l'eau potable d'une grande partie des habitants. C'est aussi au bord de l'Oronte que toute une population, il y a encore une trentaine d'années, se retrouvait durant les chaudes heures de l'été.

  • 26 Kušk / akšāk en arabe classique, qui signifie kiosque, pavillon, cabine. Depaule (1985 : 290), tou (...)
  • 27 À ma connaissance, il n'existait pas de kašak à Hama.
  • 28 Selon un témoignage recueilli à l'Association homsiote des diplômés (Homs, août 1995).

58À Homs, les familles pouvaient louer un kašak26 sur les berges de l'Oronte27. Il s'agissait de petites plates-formes en bois et sur pilotis, surplombant le fleuve et isolées sur trois côtés par « un rideau de roseaux qui laissait agréablement passer le vent tout en protégeant des regards »28. Il y a encore une trentaine d'années, on en trouvait en grand nombre entre le moulin de Ǧdīdeh et le secteur de Dīk al-Ǧin. Elles étaient généralement construites par les jardiniers eux-mêmes qui les louaient à l'heure, à la journée (2 livres / jour dans les années 1950) et parfois même à l'année, disposant ainsi d'un petit revenu supplémentaire. Les citadins y venaient jouer de la musique, lire, pêcher, se baigner, manger, passer la soirée et la nuit entre amis ou en famille, lorsque la chaleur de l'été rendait l'air de la ville étouffant. C'était des lieux de repos, de liberté relative... de luxure selon certains. On trouvait encore quelques kašak il y a dix ans, à Ǧisr al-Awāl. Mais ces plates-formes de loisirs ont été remplacées, au moins dans leur principe, par les restaurants et les cafétérias qui se sont construites depuis une vingtaine d'années au bord de l'Oronte et qui disposent parfois d'une terrasse surplombant le fleuve sur des pilotis de béton.

  • 29 Une extraordinaire limpidité glacée – celle d'un torrent de montagne – caractérise encore les eaux (...)

59Les jardins et l'Oronte étaient aussi, il y a une trentaine d'années, le territoire d'aventures de toute une jeunesse citadine. Les eaux du fleuve étaient alors plus claires29 que de nos jours et autorisaient les baignades et les parties de pêche.

« Mohammad (45 ans), professeur d'histoire à Homs, se souvient qu'enfant il se baignait tout l'été dans l'Oronte au niveau du zūr al-Ma‘addas. Il avait alors de l'eau jusqu'à la poitrine parce que le niveau était bas en cette saison. Avec une petite bande d'amis, ils entraient dans les jardins à partir du fleuve pour manger des fruits sur les arbres. Ils entretenaient aussi de bonnes relations avec certains jardiniers qui leur permettaient de venir étudier et lire dans leur jardin. » (Association des diplômés, Homs, août 1995).

60Le fleuve traversant Hama, sa fréquentation est bien sûr plus quotidienne qu'à Homs. Certains jeux nautiques ont perduré jusqu'à nos jours alors qu'ils ont disparu à Homs.

61Perçu comme une véritable ligne de démarcation entre le Souk et le Ḥāder par le visiteur étranger, le fleuve est au contraire décrit, par ceux qui passaient et passent encore leurs étés sur ses berges, comme un lien unissant fortement les deux rives. En effet, loin d'être un obstacle, le fleuve permet aux jeunes des deux rives de trouver un territoire commun, territoire liquide qu'ils investissent à partir des jardins et des norias du haut desquelles ils se précipitent, malgré une eau de plus en plus polluée et de nombreux accidents. Ces sauts sont considérés par les jeunes comme des épreuves permettant de prouver son courage et ses qualités de plongeur. On plonge aussi du pont de fer qui enjambe le fleuve entre les zūr al-Šarqī et al-Qiblī, là où l'eau est profonde. Toute une population de jeunes jardiniers et de jeunes citadins se retrouve à cet endroit l'été.

62Le fleuve, l'eau et les jardins ont ainsi constitué et constituent encore, à Hama du moins, les territoires privilégiés de l'enfance et de l'adolescence. Les souvenirs font ainsi renaître un univers d'ombre et de fraîcheur, de roseaux, de serpents, de tortues et de crabes, de jeux, de chapardages de fruits, d'aventures rêvées et de découvertes, de lectures en plein air, de complicité aussi avec les enfants des jardiniers, complicité nourrie par les baignades et les bagarres communes. De nombreux enfants de la ville faisaient de cette manière, pendant les mois d'été, l'apprentissage d'un territoire et d'un mode de vie « naturel » qui allait marquer leur enfance et lier les jardins et l'Oronte à leur vie d'adultes. Davantage que les rites religieux et les processions, c'est bien ce rapport intime que de nombreux citadins ont pu avoir dès l'enfance avec la zone agricole qui a longtemps contribué à fortement attacher celle-ci à la société citadine.

RETOUR À LA VILLE

63Les jardins étaient désertés lorsqu'arrivaient les premières pluies qui rendaient impraticables les chemins, lourde la terre et noyaient les canaux. Les familles des jardiniers délaissaient les maisons de jardins, devenues froides et humides, pour trouver refuge dans les quartiers de la ville. Le temps de travail dans les parcelles se réduisait alors à quelques heures par jour. Les promenades citadines cessaient et la ville se refermait sur elle-même et, pour quelques mois, semblait presque oublier ses proches jardins. Les jardiniers se rendaient dans la zone agricole, mais rentraient le soir dans leur quartier. Seuls quelques gardiens passaient la nuit dans les jardins, armés de bâtons et de lanternes pour dissuader les petits voleurs de légumes. Pour les citadins, la zone des jardins devenait alors une région un peu hostile, plus perméable, plus ouverte sur la campagne et était du coup davantage assimilée avec cet extérieur inamical. Un jardinier me racontait ainsi qu'à la fin des années 1930, alors âgé d'une vingtaine d'années, il était descendu dans les jardins malgré la neige et l'avis de ses parents. Près de l'Oronte. il fut attaqué par un chacal qui le mordit à la cuisse. Armé d'un bâton, il parvint à éloigner la bête affamée, chacun s'enfuyant finalement de son côté, le chacal vers la campagne, lui vers la ville...

64Ainsi, alors qu'au printemps et durant tout l'été la société citadine semblait intégrer pleinement sa zone agricole à ses pratiques et à ses habitudes quotidiennes, en hiver au contraire elle s'en éloignait. Et c'est peut-être aussi cette distance creusée par l'hiver entre ville et jardins que les sorties du printemps décrites plus haut permettaient de combler : les citadins pouvaient de cette manière s'approprier de nouveau ces espaces délaissés par eux pendant tout un hiver, les rendre à nouveau accessibles, les « recitadiniser » en quelque sorte. Et dans ces variations saisonnières caractérisant les rapports ville / jardins, marqués alternativement par le repli et par l'extension, le jardinier faisait figure à la fois d'élément stable et d'intermédiaire : il était celui qui en raison de sa position particulière entre ville et jardins pouvait maintenir le lien avec cet extérieur proche que l'hiver rendait moins hospitalier mais qui restait néanmoins nourricier et vital pour l'approvisionnement de la ville.

LA MAUVAISE RÉPUTATION

65J'ai suggéré que le statut des jardins dans la société citadine n'était sans doute pas exempt d'une certaine ambiguïté en raison de leur situation entre ville et campagne. Si leur ancrage à la ville semble finalement ne pas faire de doute – confirmé par les multiples liens fonciers, économiques, sociaux, culturels existant entre ces deux espaces – il n'en reste pas moins que la présence de ces jardins aux portes même de la ville pose parfois problème. En effet, pour certains citadins et, plus encore, pour les autorités, ils sont des espaces plus difficiles à surveiller et à contrôler que la ville, ce qui peut parfois les rendre dangereux pour le pouvoir en place, tout particulièrement en période d'instabilité politique.

66Les jardins constituent des lieux où a pu et peut encore s'exprimer, nous l'avons vu, une certaine forme de liberté sociale, à l'occasion des fêtes du printemps, dans les relations amoureuses, en été dans les kašak et dans les jeux aquatiques de la jeunesse urbaine. Éloignés de la ville, protégés des regards par de nombreuses haies d'arbres et d'arbustes, univers d'ombres et de sentiers secrets, les jardins semblent donc offrir aux citadins la possibilité de fuir la discipline sociale qui s'exerce dans les quartiers. Ces pratiques libératoires, toutes relatives, constatées à Homs comme à Hama au moment des fêtes, ne sont sans doute pas pour rien dans la réputation qu'a encore de nos jours la zone agricole d'être le lieu de certaines déviances sexuelles. On m'a ainsi souvent mis en garde, sur le ton de la plaisanterie, contre l'homosexualité supposée des jardiniers, leur goût pour les jeunes garçons, accusations sans doute liées à la présence autrefois à leurs côtés de ces jeunes ruraux ou citadins (aǧīr) qui passaient leurs nuits et leurs jours dans les jardins : on peut imaginer que cette vie commune associant des hommes mûrs et des enfants ou des adolescents en situation de grande dépendance sociale a pu alimenter toutes sortes d'histoires, fondées ou non.

  • 30 Cette réticence morale et religieuse à l'égard des jardins, parfois proche de la condamnation, n'e (...)

67Quoi qu'il en soit, la zone agricole apparaît comme un endroit échappant en partie au contrôle direct de la société, à la censure sociale, où il peut donc se passer des choses inavouables et clandestines. Rien d'étonnant que, de ce point de vue, on rencontre une hostilité30 de la part de certains citadins plus conservateurs, hommes de religion attachés à une stricte application de la morale sociale et religieuse.

« Abū Raǧūb (80 ans), imam d'une petite mosquée de quartier et brocanteur dans le vieux souk de Homs, est issu d'une famille conservatrice. Ni ses parents, ni lui ne se sont jamais promenés dans les jardins : cette sorte de divertissement leur semblait extrêmement suspecte. « Cela ne se faisait pas. » Il n'aurait donc jamais mis les pieds dans la zone agricole. Pour lui, les jardins doivent être des espaces de production et rien de plus. » (Le souk. Homs, août 1995).

68En réalité, la censure sociale s'exerçait et s'exerce encore avec autant d'acuité dans les jardins qu'en ville, une surveillance étroite du trafic étant assurée par les jardiniers eux-mêmes qui craignent les chapardeurs et veillent à ce que les intrus soient interceptés lorsqu'ils s'aventurent dans les sentiers menant aux exploitations. Le sentiment d'isolement et de tranquillité n'est toujours qu'illusoire dans les jardins. Rien ne s'y passe sans que le vaste réseau d'information et de surveillance mutuelle que constitue de façon informelle le groupe des jardiniers n'en soit averti et parfois intervienne.

69Même les lieux de relative mixité sexuelle, comme le chemin des amoureux ou autrefois le kašak, ne permettent pas une très grande liberté de comportement. Pour prendre l'exemple du chemin des amoureux, il est en fait clairement identifié, pour ainsi dire officialisé et en tant que tel strictement délimité. Les couples se trouvent là en liberté surveillée, leur présence y étant socialement acceptée mais bridée. On ne rencontre par contre aucun de ces jeunes couples dans les nombreux autres chemins où leur présence serait considérée comme suspecte. Un jeune couple s'éloignant du chemin (le « droit chemin »...) serait intercepté par les jardiniers et rappelé à l'ordre.

LES JARDINS, LIEUX REFUGES

70Les jardins semblent néanmoins avoir constitué, à diverses époques, un espace échappant à l'autorité de l'État, en tous les cas, à sa surveillance immédiate. Ils ont ainsi représenté une zone refuge pour les citadins ou pour certains groupes souhaitant se cacher ou se protéger.

71C'est ce qui s'est passé à Hama, en mai 1945. Une partie de football aurait dégénéré en manifestation anti-française. La riposte musclée des autorités d'occupation provoqua alors une révolte des Hamiotes qui essuyèrent le bombardement de leur ville pendant deux jours, ce qui fit une cinquantaine de victimes. De nombreux Hamiotes se sont alors réfugiés dans les jardins des zūr al-Šarqī et al-Qiblī, à l'est de la ville. Approvisionnés par les jardiniers, ils purent ainsi attendre en sécurité la fin des hostilités.

  • 31 On pense bien sûr à la place qu'a occupée à la même époque la Ghouta de Damas dans la stratégie de (...)

72À Homs, une partie des insurgés de 1926 avait ses bases dans les jardins. Les jardiniers les aidaient activement, creusant des fosses qu'ils couvraient de branchages pour y cacher des armes et les fugitifs, travaillant le jour et aidant les révoltés pendant la nuit. En représailles, l'armée française fit couper les arbres de la zone agricole, comme l'avaient fait les Ottomans quelques décennies plus tôt, imposa un couvre-feu dans les jardins, multiplia les patrouilles sur les ponts et les chemins et interdit aux jardiniers de retourner travailler sur leurs parcelles pendant plus de deux mois31.

73Un épisode particulier de la résistance homsiote contre les Français a pris avec le temps l'allure d'un véritable mythe auquel les jardiniers les plus âgés restent attachés. Il s'agit de l'histoire de Nazīr al-Nšéwatī, un Homsiote qui s'était révolté contre l'occupation française dans les années 1930.

« On raconte beaucoup d'histoires sur lui, notamment qu'il avait l'habitude de se déplacer clandestinement d'une maison à l'autre caché dans un coffre qu'un homme portait sur son dos. Un jour, lui et seize de ses partisans trouvèrent refuge dans les jardins. Les Français, appuyés par les troupes tcherkesses, ont alors encerclé les jardins et filtrèrent les sorties. Tu vois, ils n'ont pas osé entrer dans les jardins, ils avaient trop peur des guet-apens. Ils ont encerclé les jardins pendant plusieurs semaines. Un jour, Nazīr a tenté une sortie avec ses partisans. Ils furent tous capturés, un seul fut tué à ce moment-là. Mais ils furent ensuite condamnés à mort et fusillés un par un, éparpillés dans divers villages de la région. Sauf Nazīr, sur qui les balles n'avaient pas d'effet ! Il parvint même à s'enfuir en Turquie où il reconstitua un groupe et reprit la lutte. Nazīr était un homme fort, beau et courageux, et surtout très malin. Il est mort dans les années 1970. Demande à Abū Salīḥ [un autre jardinier du même secteur], il a je crois une photo de lui avec ses moustaches et son keffieh. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, mars 1990).

74Lieux refuges pour les rebelles à l'autorité, les jardins constituent aussi une région qui permet de s'introduire plus ou moins clandestinement dans la ville, pouvant donc constituer, avec la complicité active de certains jardiniers, le point faible de sa défense.

« Une nuit, dans les années 1960, je dormais là [sa maison se trouve en bordure est des jardins]. Personne ne se trouvait autour de nous. En hiver, les ténèbres, les ténèbres, c'est-à-dire que personne ne sort. Je dormais donc. À la fin de la nuit, il faisait très froid et le chien a commencé à aboyer. J'avais chez moi ma belle-mère et ma femme. Elles m'ont dit : "Comment ! Tu vas sortir !". Je leur ai dit : "J'y vais pour voir ce qui se passe". J'ai pris mon pistolet et j'ai ouvert la porte. Plusieurs hommes étaient devant moi. Ils m'ont demandé refuge, ils se disaient perdus. Je les ai coincés contre le mur avec le chien et le pistolet. Le chien est meilleur que dix hommes, mon Dieu ! il tournait autour d'eux et leur faisait peur. Ils m'ont demandé de les réchauffer. Je les ai fait entrer dans la cuisine. Ils m'ont alors avoué être des contrebandiers en fuite. Ils avaient été contraints d'enterrer leur marchandise dans un jardin, près de chez moi. Je les ai fait manger. Il y avait parmi eux quelqu'un de Dahrié (Hama). Il m'a dit : "Je suis de Hama et eux sont de Mašta-Ḥassan, de Mašta-Hammūd, ils sont les porteurs." Ils sont alors allés rechercher leur marchandise qu'ils ont entreposée chez moi. C'étaient des fusils de chasse et des chaussures d'hiver. Ces contrebandiers, ils empruntent des chemins où nulle voiture ne va et où nul homme ne passe, à travers le Wa‘ar. Ils marchent la nuit. Ils sont partis mais sont revenus souvent. Je cachais alors leur marchandise dans mes légumes pour ensuite les introduire en ville. Le Hamiote est même venu avec des fusils et il m'a demandé de l'aider. Il pleuvait fortement. J'en ai pris deux sous ma cape. Il a fallu passer le pont gardé par une patrouille mais nous avons réussi. Mais un jour, une paire de chaussures s'est perdue. Ils ont alors accusé un de mes journaliers. J'ai pris mes journaliers à part et je les ai interrogés. Ils ont nié. J'ai frappé à la lèvre celui que je soupçonnais et j'ai payé de ma poche la paire de chaussures. Le type de Hama a accepté, il a pris le prix des chaussures, ce salaud ! Je ne l'ai plus aidé. » (A.K., Homs, zūr al-Bāšā, 11 mai 1990).

75Une nouvelle fois, le jardinier apparaît comme un passeur, celui qui établit le contact entre l'extérieur et l'intérieur de la ville et qui est libre de ses mouvements. Familier des jardins, il constitue le guide et le complice idéal dans cette région pour tous ceux qui y trouvent refuge. Cette complicité semble d'ailleurs être toujours acquise d'avance, tant il paraît évident aux fugitifs, quels qu'ils soient, que le jardinier est lui aussi un peu rebelle et un peu brigand.

  • 32 Mais, en cette période troublée, se réunir à plusieurs dans un jardin à une heure tardive était de (...)
  • 33 Il s'agit là de questions douloureuses qui surgissent parfois au détour d'une conversation, d'un p (...)

76Il semble enfin que ce soit aussi dans les jardins que les Frères musulmans organisaient certaines de leurs réunions politiques dans les années 197032 ; des combats ont en tous les cas eu lieu dans les jardins de Hama lors de l'insurrection de 1982 : j'ai pu recueillir quelques bribes de récits faisant état d'escarmouches et d'exécutions sommaires de jardiniers armés et de citadins réfugiés dans les jardins lors des derniers ratissages effectués par l'armée33.

77On a pu constater que la zone agricole constituait le point de convergence de nombreux intérêts individuels et familiaux et qu'elle représentait aussi un espace où pouvaient se produire différentes pratiques impliquant notamment une économie de proximité liée à des habitudes alimentaires et à des réseaux d'approvisionnement reliant les jardins à certains quartiers de la vieille ville. C'est aussi dans la zone agricole que s'est développé tout un ensemble de pratiques culturelles, religieuses et d'habitudes de loisirs liés à un savoir-vivre que l'on peut qualifier de spécifiquement citadin.

78Les jardins ont en effet longtemps constitué un terroir urbain ouvert aux citadins qui pouvaient y satisfaire ce besoin de verdure à laquelle aspire tout habitant d'un pays chaud, sec et désertique. Poumons verts de villes en croissance rapide en bordure de la steppe, les jardins constituaient aussi cette part de merveilleux et de caché, de sociabilité tranquille, de détente et de loisir qui permettait aux citadins de s'évader de leur ville sans vraiment la quitter. Une étroite connivence a donc longtemps relié la société citadine à sa zone de jardins. Cette connivence a pu prendre des formes différentes, être basée sur une sociabilité en réseau, supposant donc l'existence de relations de clientèle, de voisinage ou d'amitié entre citadins et jardiniers ou être basée sur une sociabilité plus « ouverte », moins conditionnée par l'interconnaissance, impliquant donc un accès plus libre (mais parfois monétisé) à certains espaces de nature ouverts au public, à certains lieux de loisir (berges, plages, chemins, cabanons, prairies en friche, bords ombragés de chemins...). Mais qu'advient-il lorsque ces espaces se ferment ou disparaissent et que cette connivence entre jardins et société citadine ne concerne plus qu'une petite minorité de citadins ?

3 – DÉVALORISATION DES JARDINS

79Depuis au moins une vingtaine d'années, un certain nombre de mutations et d'évolutions intervenues dans la composition de la population urbaine mais aussi au niveau des jardins eux-mêmes, semble avoir peu à peu modifié, à divers degrés, les rapports que les citadins peuvent entretenir avec ceux-ci.

  • 34 Mais la croissance de ces petites et moyennes villes a bien sûr commencé bien avant 1980.

80La transformation la plus radicale est d'ordre démographique et concerne en particulier Homs, dont la forte croissance a été en partie alimentée par un important exode rural. Celui-ci n'a réellement débuté en Syrie qu'au début des années 1950, étant essentiellement lié à des périodes de fortes sécheresses et au développement des activités secondaires et tertiaires dans les villes. Il s'est maintenu jusqu'à la fin des années 1970, époque à partir de laquelle il a commencé à perdre de sa vitalité dans les grandes villes comme Homs pour davantage s'orienter vers les villes moyennes comme Salamié, Méhardé, Rastan ou Qousseir34.

  • 35 Homs regroupait alors 30,9 % de la masse des migrants de Syrie centrale, contre 6,8 % pour Hama (a (...)
  • 36 Chiffre fourni par le recensement de 1994.
  • 37 Ce faible exode rural, associé à un taux de fécondité inférieur de 1 % au taux national (de 3,34 % (...)
  • 38 Chiffre fourni par le recensement de 1994.

81Les villes de Homs et Hama n'ont pas été touchées de la même manière par cet exode rural. Homs constitua, dès les années 1960, la plus attractive de ces deux agglomérations35 en raison notamment du développement précoce de son industrie et des opportunités de travail qui étaient ainsi offertes. La ville a absorbé une grande partie de l'exode rural de Syrie centrale et à partir de la montagne alaouite. Elle a de plus annexé un certain nombre de petites localités suburbaines au début des années 1970 (Baba Amr, Deir Baalbé...), ce qui a accru d'autant sa population, qui est passée de 130 000 habitants au début des années 1950 à plus de 615 000 de nos jours36. Hama est en revanche toujours apparue comme hostile à l'installation massive de ruraux : elle n'a de fait pratiquement pas bénéficié des effets de l'exode rural37. Quant à sa population, elle n'a connu qu'une progression assez modeste, passant de quelques 100 000 habitants dans les années 1950 à 371 220 de nos jours38, l'essentiel de cette progression étant redevable à sa croissance démographique et non à un apport extérieur important.

  • 39 J'ai ainsi eu plusieurs fois la surprise d'interroger des habitants des quartiers est et sud de Ho (...)

82Une grande partie de la population homsiote est donc d'origine rurale ou bédouine récente, ce qui me semble avoir eu quelques conséquences directes sur la place que peut encore occuper la zone agricole dans la société citadine. Les néo-citadins semblent en effet être beaucoup moins intéressés39 par les jardins que peuvent l'être les citadins de souche plus ancienne, plus coutumiers de ces espaces périurbains. C'est en tous les cas ce qu'il ressort des entretiens que j'ai effectués auprès de personnes arrivées récemment à Homs.

« Abū al-Ḥāfez est un alaouite originaire du village de Abū Dalī ( ?). Il habite actuellement le quartier de Zuhura, situé à l'est de Homs. Il a une soixantaine d'années et est arrivé à Homs il y a dix ans. Il affirme sa volonté de s'intégrer à la ville mais considère que les jardins, s'ils participent à la beauté de Homs, appartiennent surtout aux citadins, à ceux qui habitent plus à l'ouest. Il ne va jamais là-bas, au bord de l'Oronte. affirmant que les citadins empêchent les "autres" de s'y rendre et de pénétrer dans les jardins. » (Homs. août 1995).

83L'opinion qui semble prédominer parmi les néo-citadins est celui d'une forte identification de la zone agricole à la société citadine « historique » occupant d'après eux l'ouest de la ville. Le regard qu'ils portent alors sur les jardins est en partie conditionné par cette constatation : même s'ils habitent la même ville, les jardins ne leur appartiennent pas, ils n'y ont pas légitimement accès. Restant le plus souvent à l'écart des relations et des réseaux traditionnels (quartiers / jardins) qui relient certains citadins aux jardiniers, ils n'ont généralement aucun contact avec le groupe des jardiniers et n'ont donc pas directement accès aux jardins et à leurs productions

84Nouvellement arrivés en ville, ils n'ont pas eu la possibilité d'intégrer les jardins dans les différentes pratiques acquises et vécues au cours de leur enfance et leur adolescence. Autrement dit, les jardins ne font pas partie de leur expérience sensible de la vie urbaine : il leur manque ce vécu partagé, parfois fortement marqué d'affectivité, qui peut constituer un lien fort entre un « vieux citadin », les jardins et l'Oronte. Si les néo-citadins sont parfois amenés à traverser les jardins, ils n'y pénètrent pas. Ils les considèrent de loin, comme des espaces clos dont ils ne possèdent pas les clefs.

85Il semble toutefois qu'une part croissante de la population citadine, quelle que soit son origine et son ancienneté, ait de moins en moins accès aux jardins en raison d'une tendance au repliement de ces espaces sur eux-mêmes et des problèmes que pose depuis une vingtaine d'années la pollution de l'Oronte.

86La multiplication des chemins et des routes goudronnées et l'extension de la ville jusqu'en bordure des jardins ont provoqué, dans certains secteurs, une fermeture des exploitations, leurs jardiniers les protégeant de l'intensification du trafic piéton et automobile (Homs) ou de la proximité de nouveaux quartiers (Hama) en postant des chiens à l'entrée et en dressant des murs ou des grillages.

87À cette attitude défensive des jardiniers, perçue comme hostile, s'ajoute le fait que les lieux de nature directement accessibles aux citadins se sont sensiblement réduits. Ainsi à Homs, les berges de l'Oronte, constituées autrefois d'une bande de terres laissées en friches (bā'ir / būr) ou de prairies (marǧ / murūǧ) accessibles à tout le monde, ont été, dans les années 1970-80, accaparées par des jardiniers : ceux qui avaient besoin de terres n'ont pas hésité à labourer ces zones inondables et en principe impropres aux cultures. C'est tout un espace naturel de promenades entre fleuve et jardins qui a alors pratiquement disparu, l'espace agricole se fermant un peu plus sur lui-même. L'accès aux jardins et au fleuve se privatise ainsi progressivement puisqu'il devient de plus en plus difficile d'en profiter sans être l'hôte d'un jardinier. Si la zone agricole continue malgré tout à être fréquentée par de nombreux citadins, seule une minorité d'entre eux entretient des relations privilégiées avec des jardiniers et a ainsi directement accès aux jardins. Pour la majorité, les grandes routes ont remplacé ces lieux de promenades traditionnels que constituaient les berges du fleuve, les prairies et les bordures de jardins.

  • 40 On retrouve cette utilisation particulière de certains lieux publics en été à Damas : des milliers (...)

88Les gens souhaitant passer les chaudes soirées d'été hors de leurs maisons investissent bien sûr d'autres lieux urbains, d'autres espaces de loisirs. À Hama, ils se rendent dans le jardin public de la citadelle, aménagé dans les années 1980, ou dans ceux du centre. De nombreuses familles s'installent aussi sous les eucalyptus plantés le long du canal de Homs, à la sortie sud de Hama. À Homs et à Hama, une foule très nombreuse occupe, dès la tombée du jour, la pelouse des ronds-points extérieurs, attirant dans leur sillage toute une armada de petits vendeurs de falafel, de glaces, de maïs, de boissons40...

89De nouvelles utilisations de la zone agricole permettent cependant de nuancer un peu ce constat général. Ainsi à Homs, les petites routes sillonnant les jardins ont été goudronnées en 1990 et sont ainsi devenues plus accessibles à une population d'un genre nouveau : les équipes sportives locales et quelques particuliers improvisent là le trajet de leur footing quotidien. Grâce à ses nouvelles infrastructures, la zone agricole semble être devenue pour certains homsiotes une sorte d'extension du grand stade sportif construit à proximité il y a quelques décennies.

90Mais le phénomène qui affecte le plus lourdement les jardins est celui de la pollution. Homs est considérée comme la ville la plus polluée de Syrie en raison de la présence d'usines chimiques autour du lac de Qattiné et à l'ouest de la ville (usines d'engrais, raffinerie de pétrole). Le vent dominant étant celui d'ouest (trouée de Homs), les rejets gazeux de ces usines sont quotidiennement rabattus sur la ville et ses jardins, saturant l'atmosphère certains soirs. La zone agricole n'est donc plus ce « lieu où l'on respire de l'air pur » (mutanaffas) tant vanté par les vieux homsiotes (Dirāsāt ištirākīya, 1994 : 15).

91Mais la pollution la plus grave pour les jardins reste celle des eaux de l'Oronte provoquée en grande partie par les rejets chimiques des usines d'engrais de Qattiné et de toutes celles qui se trouvent dans la vallée, du sud de Homs jusqu'à Méhardé, en passant bien sûr par Hama. Pour l'heure, aucune action comme la mise en place de stations de traitement des rejets — n'a été décidée pour lutter contre cette pollution des eaux, même si une certaine prise de conscience de ces problèmes semble avoir lieu depuis quelques années chez les autorités et dans l'opinion publique.

92L'impact de cette pollution du fleuve sur la zone agricole est importante, tant en terme de qualité des produits cultivés que d'image de marque. En effet, une grande partie des besoins en eau des jardins est satisfaite par l'Oronte, même si les puits assurent, nous l'avons vu, une part croissante de l'irrigation, du moins à Homs. Nous avons vu l'importance que peut avoir pour de nombreux citadins le marquage des produits maraîchers : connaître les jardiniers à qui ils achètent des légumes, savoir où se trouvent leurs jardins et comment ceux-ci sont irrigués. Les rapports de confiance existant entre jardiniers et consommateurs ne concernent cependant qu'une minorité des ventes et découlent le plus souvent de relations, de réseaux fonctionnant depuis longtemps et se maintenant d'une génération à l'autre malgré les changements de résidences. Il semble parfois que la nécessité de conserver intactes ces vieilles relations prime sur la qualité réelle des produits échangés. Mais si dans le souk al-Hāl la production des jardins urbains paraît être noyée dans la masse des échanges, ceux-ci souffrent aussi de plus en plus de la concurrence des exploitations extérieures (mašārī‘) qui proposent des produits exclusivement irrigués à l'eau claire.

  • 41 Les seules baignades que j'ai pu observer sont celles de quelques chevaux que leurs propriétaires (...)

93Mais c'est l'image de la zone agricole qui pâtit le plus de la pollution du fleuve. Comme le disait un Homsiote, « autrefois les gens chantaient l'Oronte, aujourd'hui l'Oronte est mort ». Du coup, nombre de citadins l'ont déserté, préférant éviter les odeurs nauséabondes qui, en été, se dégagent parfois du fleuve et des canaux d'irrigation. Rares sont les personnes qui, à Homs, se baignent actuellement dans l'Oronte41. Les jardins partagent désormais, dans l'esprit de beaucoup de citadins, l'un des principaux inconvénients de la ville, celui d'être polluée.

  • 42 Sur le tourisme côtier en Syrie, lire le travail de Slizewicz (1992). L'auteur y souligne l'import (...)

94Ceux qui, néo-citadins ou citadins de plus longue date, en ont la possibilité, préfèrent donc passer leurs loisirs en dehors de la ville, recherchant un environnement plus accessible, mieux équipé et plus sain. Le développement des transports collectifs et la forte croissance ces dernières années des achats de voitures individuelles ont de toute façon contribué à modifier les habitudes de loisirs des Syriens, mettant à leur portée de nouveaux espaces, comme par exemple les hautes pentes verdoyantes et fraîches de la montagne alaouite où se sont multipliées les stations touristiques (Dreikich, Kafroun, Qarr al-Abyad, Kassab...), mais aussi le littoral syrien et les plages de Tartous, de Jablé, de Banias, de Lattaquié ou encore de Ras al-Bassit, dans l'extrême nord. Ces sorties peuvent concerner des périodes très courtes, quelques heures ou une journée (loisirs de proximité) comme des séjours de plusieurs semaines (vacances familiales). Tout un tourisme national s'est ainsi développé en Syrie, entraînant une modification des paysages, le développement de nombreuses infrastructures hôtelières, mais aussi transformant le rapport que les citadins pouvaient avoir à leur ville et à son environnement immédiat42. L'exemple qui semble le plus caractéristique est celui de Abū ‘Alī, un épicier du quartier de Gūṭā (Homs), qui a vendu la petite parcelle dont il était propriétaire dans la zone des jardins pour acquérir une maisonnette donnant sur une plage de Lattaquié, où il se rend désormais chaque été avec sa famille. On ne se contente plus aussi facilement du proche et le fait de se déplacer, de quitter la ville, compte parfois autant que la nature du lieu où l'on se rend.

95Ainsi, face à ces nouveaux « espaces de sociabilité touristique » (Miossec, 1995 : 265), les jardins, considérés comme trop proches de villes polluées et surpeuplées, se trouvent dévalorisés pour ceux-là même qui autrefois les considéraient comme d'agréables lieux de loisir : « Avant, je me promenais avec mes parents dans les jardins, on y passait plusieurs heures par jour en été – raconte ce vendeur de serviettes de toilette du souk de Homs – maintenant, je prends ma famille et ma voiture et je vais à Kafroun. Que voulez-vous, les temps ont changé. Et les jardins ne sont plus ce qu'ils étaient... »

96Il semblerait donc qu'il y ait, non pas rupture entre la société citadine et la zone agricole, mais plutôt une mise en minorité de ceux qui, au sein même de cette société, profitent encore directement et régulièrement des jardins, la majorité étant désormais constituée par ceux qui n'ont qu'un accès réduit à la zone agricole, qui s'en sont détournés ou qui n'ont jamais été en contact avec elle. Nous venons de voir que cette évolution peut être le résultat, comme à Homs, d'une modification de la composition de la population citadine, d'une limitation du libre accès à certaines parties de la zone des jardins ou encore, comme c'est le cas à la fois à Homs et à Hama, d'une dégradation de l'environnement, mais aussi d'une transformation plus générale des habitudes de loisirs. Les jardins ne concernant directement plus qu'une minorité de citadins, la nécessité de leur sauvegarde en tant qu'espace agricole pourrait donc être de plus en plus remise en cause par la majorité des urbains.

4 – JARDINS ET ESPACES VERTS PARTICIPENT-ILS D'UNE NOUVELLE CONCEPTION DE L'ESPACE URBAIN ?

97L'attitude des autorités municipales à l'égard des jardins découle en partie de cette évolution du rapport jardins / société citadine, autrement dit du fait qu'une part croissante et désormais majoritaire de citadins n'a plus vraiment ou n'a jamais eu accès à la zone agricole.

98Mais derrière la place que chaque municipalité entend donner à sa zone agricole au nom d'un certain « intérêt général » se dessine aussi une conception particulière de la ville et de son évolution future. Et, de ce point de vue, Homs et Hama présentent des perspectives sensiblement différentes, la première ville semblant plutôt se construire une identité en phase avec son développement démographique et économique, alors que la seconde ville aurait davantage tendance à chercher, notamment dans l'image que lui renvoient d'elle-même les jardins, la reconstitution d'une identité éclatée ou mise à mal par les événements de 1982.

À HOMS, LES JARDINS PARTICIPENT-ILS D'UNE IMAGE DE LA MODERNITÉ ?

99En transformant une partie de la zone des jardins en parc public, la mairie de Homs s'assigne deux objectifs qui peuvent être perçus comme complémentaires : associer une partie au moins de la zone agricole à sa volonté affirmée de modernisation de la ville et répondre au désir d'un nombre croissant de citadins souhaitant voir les jardins s'ouvrir plus largement au public.

MODERNISATION DE L'IMAGE DE LA VILLE

  • 43 Déclaration publiée par le quotidien Tišrīn le 11/07/91. Citée et traduite par Dbiyat (1995 : 192)

100La volonté de modernisation a en effet été clairement exprimée dans une déclaration du maire de la ville : « Nous avons assez, attendu et notre ville en a assez, de l'arriération urbaine : il est temps que la ville d'Ibn al-Walid (Homs) rattrape la démarche de l'évolution urbaine que les autres villes syriennes ont connue43 » Ce discours est bien sûr confirmé et relayé par les divers services techniques municipaux que j'ai pu visiter et participe, au niveau de la ville, d'une volonté de renforcer, au détriment de Hama, sa place de capitale de la Syrie centrale.

101On sait cependant que cette volonté de modernisation ne vient qu'à la suite d'une évolution entamée il y a déjà plusieurs décennies et qui a vu Homs, longtemps centrée sur son artisanat traditionnel, son commerce local et ses jardins, devenir une ville dynamique, ouverte à l'industrie, au commerce et à l'artisanat modernes, une ville qui a vu sa population multipliée par dix et sa surface urbaine par quarante en l'espace d'un demi-siècle.

102On peut en fait considérer que le mouvement de modernisation de Homs a débuté dans les années 1920, lorsque la ville est sortie de ses limites traditionnelles, débordant et détruisant une grande partie de ses remparts. Fut alors entreprise et réalisée la construction d'un centre moderne hors médina regroupant la poste, l'hôtel de ville, la grande horloge, des avenues promenades, des salles de cinéma, quelques hôtels et cafés et des banques.

103La médina, qui avait jusqu'alors constitué la ville à elle seule, perdait ainsi de sa centralité. Dans les décennies suivantes, ce rectangle de 120 ha, regroupant l'habitat le plus ancien, la grande mosquée et le souk traditionnel, n'occupa peu à peu qu'une place minoritaire dans une ville en forte expansion, jusqu'à ne plus représenter actuellement que 2,8 % de la surface urbaine totale (4 200 ha en 1995) et 14,5 % de la population homsiote (al-Dbiyat, 1995 : 184).

  • 44 Dans l'attente du dernier plan d'aménagement dont la conception, confiée à un bureau syrien, doit (...)

104S'inscrivant chronologiquement dans la suite de ce mouvement de transformation de l'espace urbain, la volonté de modernisation affirmée par la mairie semble s'être jusqu'à présent concrétisée dans plusieurs initiatives ou projets restant généralement en rapport avec le plan d'urbanisme proposé par Kojynski (1969)44.

105Le refoulement des activités artisanales jugées nuisibles vers la zone artisanale située au nord de la ville est le résultat de cette volonté, ainsi que le projet de création d'une seconde zone artisanale dans le nord-est de Homs pour remplacer celle qui s'est constituée de façon plus ou moins illicite le long de la route de Salamié. Entre aussi dans cette perspective de modernisation la construction d'un grand collecteur d'égouts en 1992, rendu indispensable par la croissance urbaine et démographique.

  • 45 Pour un état des lieux de la question de la place et du rôle des médinas dans les villes arabes et (...)
  • 46 Certains bâtiments ont pu être sauvés grâce à l'intervention de l'État. Ainsi la demeure familiale (...)
  • 47 Ce souci de préservation n'a cependant pas empêché les autorités de laisser détruire en 1989 un vi (...)

106La saturation du centre-ville reste cependant l'une des principales préoccupations de la municipalité. Une réflexion sur la place et le rôle de la médina dans la ville, confiée à un bureau d'études syrien, devrait permettre la réalisation de projets de restaurations, de rénovations et d'aménagement de la vieille ville45. Cette réflexion devrait prendre en compte à la fois le souhait de la municipalité de rendre la vieille ville plus accessible à la circulation automobile et le problème des rénovations spontanées qui détruisent peu à peu tout un patrimoine architectural et touristique, de plus en plus d'immeubles en béton remplaçant les anciennes demeures intra-muros46. Se pose aussi le problème des maisons qui tombent en ruines à la suite de leur abandon ou de leur cessation à des néo-citadins peu concernés par leur entretien. Il s'agit donc d'inclure la médina dans une vision prenant à la fois en compte le développement du centre-ville et la préservation d'un paysage urbain traditionnel susceptible d'attirer des touristes47. Toujours dans le but de remédier à la saturation du centre-ville, la municipalité favorise également le développement de nouvelles zones commerçantes en périphérie urbaine, à Zahra, Akramah, Deir Baalbé et Baba Amr.

107Le centre-ville fait déjà l'objet d'un certain nombre de travaux, comme par exemple le remodelage du boulevard Quwatli, dont la partie nord était encore en chantier en 1995. Le plus gros chantier actuel reste cependant la construction d'un grand centre commercial au centre-ville, à la place d'une partie de la médina (quartier al-Arba‘īn) et du vieux souk de Bāb al-Hūd. détruite à cet effet au début des années 1980. Les travaux, entamés en 1989, devraient doter Homs d'un grand marché moderne qui deviendra le concurrent le plus direct du souk traditionnel tout proche.

108On peut signaler d'autres projets ou travaux de modernisation, comme l'extension probable de la gare routière située route de Hama et actuellement saturée ou encore divers aménagements de voirie : goudronnage des rues et ruelles des quartiers est, installation d'un mobilier urbain comme des réverbères et des abris bus dans l'ouest de la ville, transformation du réseau téléphonique et électrique...

  • 48 Il convient toutefois de relativiser cette remarque, le jardin public n'étant pas absent de la vil (...)
  • 49 On retrouve ce modèle de modernité occidentale, où le jardin public occupe une place centrale, dan (...)

109La création d'un parc public sur quelques 40 hectares de jardins, création en partie prévue sur le plan d'aménagement de 1966, participerait de cet effort de modernisation et de remodelage du paysage urbain. Le parc public est en effet un des attributs d'une modernité urbaine prenant surtout pour modèle l'urbanisme occidental48 : une ville sans espaces verts publics est en effet pour ce dernier difficilement imaginable, tant semble nécessaire à tout projet de ville la présence de ces espaces qui rendent plus tolérable la vie urbaine et qui permettent un plus juste équilibre entre l'enfermement auquel aboutit le bâti et l'ouverture sur une certaine nature que permet un parc, nature bien entendu urbanisée, modelée à l'image du projet urbain49.

  • 50 Deux grandes tours sont venues s'ajouter aux bâtiments datant du Mandat. Elles accueillent la mair (...)
  • 51 Qui viendra donc s'ajouter à deux ou trois jardins beaucoup plus petits aménagés depuis longtemps (...)

110Aux yeux de la municipalité, la ville se doit donc de posséder, en plus d'un centre administratif efficient50, d'un centre commercial moderne, de quartiers résidentiels bien ordonnés, d'un espace vert51. L'espace agricole ne peut être qu'exclu de ce projet : il a en effet le défaut d'être un espace fermé et de posséder en quelque sorte sa propre justification, une logique interne de production qui semble par trop éloignée de celle de l'urbanisme moderne. Le plan d'un jardin ne découle pas en effet d'une logique de la promenade, de la détente et du loisir – même si il ne l'exclut pas – mais de celle du travail, de la production agricole et de son optimisation.

  • 52 Ainsi que le souligne Lugingühl (1997 : 132) : « La ville est (...) considérée comme antinaturelle (...)

111Et ne retrouve-t-on pas, dans ce rejet du rural et d'une certaine forme de nature agricole, une conception existant depuis longtemps en Occident52 ? Et le jardin ne ferait-il pas finalement partie de cette « arriération urbaine » que dénonçait le maire de Homs (au même titre que la médina) ? Pour les techniciens municipaux, le jardin est en tous les cas incompatible avec ce que doit être un « espace vert » : avant tout un lieu accessible à tous.

  • 53 Encore à l'état de projet en juillet 2000... mais les expropriés, en raison de l'incertitude dans (...)

112En dehors de ces considérations, le futur « parc du peuple53 » apparaît aussi comme un moyen de corriger l'image d'une ville industrielle surpeuplée, étouffante et polluée en préservant et en ouvrant des espaces verts à sa population, mais aussi de sauvegarder ce qui fait la valeur foncière des quartiers de l'ouest homsiote, c'est-à-dire leur proximité avec la zone agricole. Les terrains urbains les plus chers ont en effet toujours été ceux qui, dans l'ouest de Homs, sont situés entre le quartier al-Ġūṭa au nord et celui de Inša'at au sud de la route de Tripoli.

  • 54 C'est dans ce secteur que se trouve la villa du muḥāfeẓ, en fait véritable palais fortifié constru (...)

113D'importants efforts d'aménagement et d'embellissement ont été effectués dans ces quartiers dessinés selon un plan en damier et innervés par de grandes avenues, pourvues en arbres, en pelouses et régulées par de larges ronds-points. C'est là que résident les familles les plus aisées : celles de grands commerçants, d'industriels, d'avocats et de médecins, du consul de Belgique, de cadres supérieurs, de hauts responsables des administrations, de l'armée et du Parti54. Ces résidents n'entretiennent pratiquement aucun rapport direct avec la zone agricole, mais sont attachés à ce que celle-ci leur apporte par sa seule présence, autant en termes de valeur foncière que de qualité de vie. Ce qui importe donc le plus pour eux, c'est que cette zone soit sauvegardée en tant qu'espace vert, rejoignant donc le point de vue de la mairie.

  • 55 Depuis 1995, la bordure orientale de la zone agricole, au pied du plateau du Wa‘ar, a connu un imp (...)

114On peut enfin voir dans ce projet de parc public la volonté de rattacher davantage à la ville la nouvelle région urbaine se développant actuellement sur la plateau du Wa‘ar. Celle-ci couvre actuellement quelques 200 ha et devrait bientôt regrouper plus de 10 000 logements. Le parc public constituera comme une avancée de la rive est vers cette rive ouest, comme le font déjà les quatre larges avenues traversant la zone agricole55. La ville semble ainsi peu à peu se recentrer sur son flanc ouest, au détriment peut-être des quartiers est, quartiers pauvres, ruraux, asphyxiés par la poussière, mal équipés et en grande partie constitués d'habitations illicites.

115De façon plus générale, on peut se demander si les jardins ne sont pas sur le point de passer de la catégorie « ghouta » à celle de « jardins urbains » ou « jardins intérieurs », rejoignant ainsi un peu le modèle des jardins de Hama... la ville finissant par se développer autour de sa zone agricole et non plus à côté, entamant ainsi un processus qui, à terme, posera plus fortement encore la question de la place, de la nature et de la survie des jardins.

CITADINS VERSUS NÉO-CITADINS ?

116Avec ses ruelles étroites et tortueuses, ses impasses, ses maisons centrées sur leur cour intérieure, la médina a longtemps constitué le réceptacle unique d'une société citadine essentiellement basée sur la densité des relations sociales et l'interconnaissance. Comme le souligne Naciri pour le Maroc (1985 : 57), « l'habitant de la ville [avait] le pouvoir de se représenter la totalité de l'espace urbain, de connaître les repères qui permettaient d'en identifier les recoins les plus cachés. C'était aussi la possibilité de reconnaître des gens rencontrés, de les situer socialement, de savoir à quelles familles, corps de métier ou factions ils appartenaient (...) et quel était le degré de prestige et de considération dont ils jouissaient parmi leurs pairs et l'ensemble de la population. Localisé dans l'espace, tout individu était étroitement pris dans des réseaux de relations, déterminant une série de comportements et d'attitudes qui en faisait le produit spécifique de la culture différenciée d'une ville ». L'extension urbaine associée à la croissance démographique de Homs a profondément modifié cette configuration sociale et culturelle.

  • 56 L. Wirth (1979 : 266-267) soulignait ainsi que l'accroissement du nombre d'habitants d'une communa (...)
  • 57 Comme le constate Naciri (1985 : 53), « la prolifération urbaine s'oppose à la conscience urbaine (...)

117Nous sommes en effet passés en quelques décennies d'une société caractérisée par la familiarité ou l'interconnaissance à une société marquée par des relations sociales plus anonymes et éphémères56, même si les relations primaires existent toujours entre résidents d'un même quartier ou à l'intérieur des groupes confessionnels ou professionnels. Mais les groupes socioprofessionnels se sont multipliés et diversifiés, se sont agrandis et les relations plus ou moins étroites qui autrefois pouvaient exister entre eux se sont distendues jusqu'à parfois disparaître : la distance sociale et géographique existant entre les quartiers du nord-est de Homs et les quartiers ouest rendent ainsi plus aléatoires les contacts entre leurs habitants57. Un habitant du quartier de Deir Attiyé peut très bien tout ignorer de ce qui se passe sur le Wa‘ar ou dans le secteur de al-Qarabīs, au nord du zūr al-‘Abbār.

  • 58 Mais d'autres critères permettant d'expliquer la ségrégation spatiale et sociale pourraient bien s (...)

118En développant son emprise, la ville a également confirmé et développé la ségrégation spatiale, basée essentiellement sur le prix de la terre58. M. al-Dbiyat (1995 : 187-188) a bien décrit ce phénomène qui éclaire tout le développement socio-spatial de Homs depuis près d'un demi-siècle : « Plus on s'éloigne du centre et plus le prix des terrains baisse. Mais à la variabilité de l'éloignement se rajoute l'appréciation de la fertilité du sol : les terrains situés à l'ouest de la médina ont toujours valu plus cher que ceux de l'est, parce que suffisamment proches du fleuve pour bénéficier de l'irrigation. Il existe également une différence de prix entre les terres au nord de la ville et celles au sud. La spéculation a subtilement joué de ces variables, ce qui a entraîné la diversité des types d'habitat urbains nouvellement construits. » Et Dbiyat (1995 : 188-191) distingue plusieurs types d'habitats correspondant à ces différents secteurs fonciers.

  • Un habitat populaire ancien constitué par la médina et les quartiers qui ont été édifiés entre 1918 et 1946 (Ḫaldiyyeh, Ḥamīdiyyeh, Ǧoret al-Šiyaḥ, Karm al-Ǧandalī...) et dont certains représentent le cœur commercial de Homs. Les maisons de ces quartiers de l'époque mandataire sont construites les unes contre les autres, sont pourvues d'un rez-de-chaussée commercial et cachent derrière leurs façades de ciment et de pierres un ensemble de bâtiments en terre qui peut rappeler ceux de la médina, à cette différence près qu'ils respectent ici un plan en damier.
  • Un habitat populaire récent qui s'est surtout développé dans le sud, l'est et le nord-est de Homs, dans les villages-quartiers de Baba Amr et de Deir Baalbé et enfin, dans la nouvelle zone d'habitation du Wa‘ar, où les terrains sont encore bon marché. Ce sont des maisons construites en béton et sur un seul niveau.
  • Un habitat individuel et collectif de qualité (villas et petits immeubles) occupe l'ouest de la ville, bordant ainsi les jardins et le grand canal d'irrigation. J'en ai déjà parlé plus haut.
  • Un habitat collectif situé à la périphérie de la ville, en fait essentiellement regroupé au sud, route de Damas et sur le plateau du Wa‘ar, d'où il domine les jardins. Certains de ces immeubles, qui ont été construits dans le cadre d'opérations spéculatives, sont encore inhabités.
  • Enfin un important habitat illicite occupe, à l'est, au nord-est et au sud-ouest de la ville, une surface totale estimée actuellement par la mairie à quelques 2 000 hectares.

119Les ruraux qui sont arrivés à partir des années 1960 se retrouvent dans la majorité de ces secteurs urbains. Alors que les citadins de vieille souche – dont font partie la plupart des jardiniers – résident plutôt dans l'habitat populaire ancien (quartiers de l'époque mandataire), les néo-citadins d'origine rurale sont davantage présents dans l'habitat populaire récent, dans l'habitat collectif et, pour les derniers arrivés, dans l'habitat illicite. Ils ont tendance à s'y regrouper selon leur origine régionale, tribale ou religieuse, occupant ainsi l'Est et le Nord-est de la ville.

120Trois secteurs semblent toutefois être devenus plus ou moins communs aux citadins et aux néo-citadins : la médina, que des ruraux ont progressivement investie au fur et à mesure que certaines familles de citadins aisés s'installaient dans des quartiers plus modernes ; ils ont donc rejoint les citadins les plus modestes qui n'ont souvent pas d'autre choix que de rester dans leurs maisons anciennes. Les quartiers résidentiels de l'ouest, occupés par une population aisée de toutes origines. Les nouveaux grands ensembles du plateau du Wa‘ar, construits à l'origine pour les fonctionnaires travaillant dans le complexe industriel, longtemps négligés mais de plus en plus demandés par les Homsiotes en raison de prix encore abordables mais aussi parce que la pollution de l'air dont souffre le centre-ville épargne le plateau.

121Globalement, on voit que les citadins issus de la vieille société citadine n'occupent plus la majorité de la surface urbaine, celle-ci étant désormais tenue par les néo-citadins.

122Malgré le caractère traditionnellement ouvert de la ville, il existe un réel antagonisme entre les citadins de vieille souche, contrôlant encore certains espaces et secteurs de l'économie urbaine et ces néo-citadins, anciens paysans de la région, bédouins sédentarisés ou alaouites des marges de l'ouest qui s'approprient peu à peu la ville en la transformant.

  • 59 Solidarité désignée généralement par le concept khaldounien de ‘aṣabiyya, « esprit de corps » ou « (...)

123Leur présence massive dans les nouveaux quartiers et leur implication directe dans le développement de l'habitat illicite permettent ainsi aux citadins de désigner, non sans un certain mépris, ces nouveaux espaces urbains comme autant de villages dans la ville, autrement dit comme des espaces n'appartenant pas vraiment à la cité ; mais aussi des espaces que l'on perçoit comme fonctionnant selon des types de solidarités plus particuliers aux ruraux et aux tribus et dans lesquels les liens familiaux, claniques ou villageois sont encore très fortement mobilisés59.

124L'antagonisme entre citadins et néo-citadins est également perceptible dans les opérations d'aménagement concernant la médina et les jardins.

  • 60 Achevé, mais encore très peu occupé en juillet 2000.

125Ainsi, la destruction d'une partie de la médina et de son souk et la construction d'un marché moderne60 sont perçues par de nombreux commerçants du vieux souk comme une offensive contre leur position. Dbiyat constate (1995 : 193) que des tentions et des conflits opposent actuellement « les anciens occupants de locaux détruits, qui veulent y revenir, et ceux qui considèrent que les locaux du nouveau souk doivent être vendus aux enchères » et offerts aux plus offrants, quelle que soit leur origine et leur antériorité dans le souk, cette dernière position étant soutenue par la mairie. La rénovation du centre-ville devrait donc à terme entraîner un certain renouvellement de la population des souks, celle-ci étant contrainte de s'ouvrir davantage aux néo-citadins.

126Les opérations visant directement le cœur traditionnel de la ville (sa médina et son souk) semblent devoir entraîner un affaiblissement des réseaux socio-économiques traditionnels existant et un renforcement de la présence des néo-citadins. Tout semble se passer comme si on ouvrait la vieille ville de manière à mieux l'intégrer au reste moderne de l'agglomération mais aussi à la rendre encore plus perméable à une population désormais majoritairement néo-citadine. Le projet d'ouverture d'une partie des jardins à un large public semble venir compléter cette ouverture forcée de la médina.

127La zone agricole reste en effet largement fermée aux néo-citadins en raison d'un à priori de ces derniers et d'un mode d'accès aux jardins qui reste largement discriminant.

128Les néo-citadins considèrent en effet que la zone des jardins appartient aux « vieux citadins » et que ceux-ci en gardent l'accès et l'usage. Cette opinion, à laquelle ont fait écho les entretiens que j'ai pu avoir avec la population de l'est de Homs, constitue pour le moins un obstacle psychologique à l'accès de cette même population à la zone agricole de l'ouest citadin.

129Nous avons également vu que les jardins étaient étroitement rattachés à la société citadine « traditionnelle » par des liens de nature économique, sociale et culturelle. Ainsi, les rapports que de nombreux citadins entretiennent encore avec les jardins restent essentiellement caractérisés par la pratique d'une sociabilité en réseau et d'une interconnaissance qui se maintiennent, parfois au-delà des changements de résidence, entre un groupe professionnel, les jardiniers, et une partie de la société citadine, et cela à l'exclusion des néo-citadins.

130Dans ce contexte, la création d'un grand parc public permettra à une partie importante de la population citadine et néo-citadine d'avoir un accès sans condition aux jardins : lieux privés, se transformant en espace public, et supposant ainsi des finalités et des formes de sociabilité, d'accessibilité, d'aménagements et d'ouverture très différentes du jardin traditionnel. En fait, tout semble se passer comme si, dans une ville où désormais la grande majorité des habitants vient de l'extérieur, des montagnes, des campagnes et des villes moyennes, le savoir-vivre si particulier aux jardins urbains et à une certaine société citadine devait, dans l'esprit des aménageurs, laisser la place à une conception plus normalisée de ce que doit être une ville moderne avec ses larges avenues, ses hôtels de luxe, son centre commercial et ses espaces verts.

131Et on peut finalement se demander si tout cela ne révèle pas l'existence de deux modèles urbains relativement antagonistes :

  • Celui d'une société citadine traditionnelle et qui participe d'un savoir-vivre lié notamment aux souks, à la médina et aux jardins, les uns et les autres considérés comme lieux de production et de sociabilité citadines. Souks et jardins sont alors intégrés à un mode de vie citadin qu'ils contribuent dans le même temps à développer, à pérenniser et à caractériser.
  • Celui de la municipalité, mais aussi d'une partie importante et croissante de la population, qui n'a pas accès, en raison de ses origines rurales, aux réseaux traditionnels des souks et des jardins, qui ne se sent donc pas directement concernée par le maintien en l'état de la médina et par la conservation des jardins comme lieux de production, mais qui au contraire souhaite l'ouverture de ces lieux de sociabilité citadine à un plus large public61.
  • 62 On peut également ici rappeler ce qu'écrivent Blake et Lawless ( 1980 : 261) au sujet de l'influen (...)

132Mais ne peut-on pas déceler de la part des néo-citadins, au-delà de la seule question de leur accès à des lieux éminemment citadins, le rejet d'un mode de vie trop lié à un ordre ancien – celui des grands lignages de notables et des marchands du souk – et à la domination de la ville sur la campagne et sur la steppe, l'un et l'autre étant symbolisés par la médina, ses rues étroites et difficiles à la circulation, ses souks qui sont le siège de monopoles anciens, de réseaux exclusifs ; rejet aussi par les néo-citadins de ce qui dans l'image même des jardins peut leur paraître trop lié à la conception ancienne d'une ville hautaine et autonome et représenter, dans le même temps, un certain archaïsme urbain62 contredisant la conception qu'ils se font d'une ville moderne ?

133Car la modernité semble bien être au cœur même de leur intégration à la ville. Ne peut-on en effet concevoir que la modernisation de la ville – qui semble ainsi s'affirmer par le refus d'une certaine forme d'urbanisme et d'économie traditionnels – pourrait être la meilleure façon pour les ruraux d'accéder à la ville et de se l'approprier définitivement, d'accéder à un statut de citadin en quelque sorte taillé sur mesure ? Ici, modernité pourrait rimer avec destruction et reconstruction d'une société urbaine libérée de ses référents anciens, référents dont la médina, les souks traditionnels et les jardins pourraient constituer les derniers reliquats, les dernières poches de résistance. Les jardins, en tant que reflet tardif d'une société citadine sur le point de disparaître, ne peuvent dans ce cas que déranger.

HAMA, CONSTRUCTION D'UN DÉCOR OU RECHERCHE D'UNE IDENTITÉ ?

134Hama a encore la réputation d'être une ville puritaine et fermée sur elle-même. La généralisation du port du voile parmi les Hamiotes, la faible proportion de ruraux dans sa population actuelle et l'important retard démographique qui semble en avoir résulté... sont quelques-uns des signes pouvant trahir ce puritanisme et ce repliement de la ville sur elle-même.

MODERNITÉ ET RÉACTION

135Comme nous l'avons vu plus haut, venant d'une certaine manière à contre-courant de ce conservatisme indigène, une volonté de modernisation et d'ouverture s'était pourtant manifestée parmi les autorités dès la fin de l'époque mandataire. Cette volonté avait notamment permis l'aménagement d'un centre administratif en lieu et place de jardins, une quinzaine d'hectares au total, situés sur la rive gauche de l'Oronte et en bordure desquels se trouvait déjà le Sérail. L'ensemble avait été conçu sur le modèle occidental d'un centre-ville moderne : avenue droite et large pourvue d'une grande horloge (symbole d'un « temps moderne ») et bordée par les différents bâtiments administratifs et publics (la poste, le centre culturel, la muḥāfaẓa...), sièges de l'autorité. L'aménagement d'un parc public sur l'autre rive de l'Oronte est venu compléter, par la suite, cette installation.

136Prenant la place du jardin Oum al-Ḥassan et, plus tard, d'un second jardin situé dans le prolongement du premier (bustān al-Zanbaqī), ce parc forme actuellement, avec le vieux pont du Sérail, le moulin al-Gazaleh, converti depuis en café et en galerie d'art et la grande noria al-Ğisriyyeh dont l'aqueduc a été restauré dans les années 1980, le principal aménagement public et touristique du centre-ville. Un nouveau pont (Ǧisr al-‘Ubaysī), construit dans les années 1950, facilita le passage d'une rive à l'autre, réunissant ainsi centre administratif et parc public en une même entité qui constituait finalement le noyau central dont Hama avait été jusqu'alors dépourvue. Cet aménagement se trouvait de fait à l'intersection des deux grands segments constituant la ville, le Souk citadin et le Ḥāder rural et bédouin : avec un pied sur chacune des deux rives, l'ensemble centre administratif / parc public a de fait constitué le tout premier grand espace public de la ville. Enfin, la percée, dans les années 1960, d'un axe qui permit de relier plus rapidement la route de Homs au sud à celle d'Alep au nord en traversant la ville et en empruntant le pont Ǧisr al-‘Ubaysī contribua à mieux intégrer Hama aux échanges régionaux et nationaux.

  • 63 Comme le souligne F. Métral (1989 : 327), la population de Hama « au cours des vingt-cinq dernière (...)

137Nous savons cependant que la ville ne connut pas d'important développement économique et démographique, étant longtemps restée à l'écart du développement urbain qui a marqué les autres grandes villes syriennes durant la même période. Elle a même eu tendance à stagner si on la compare à sa dynamique rivale homsiote qui attira une partie de l'exode rural de Syrie centrale et concentra une bonne part du potentiel industriel de cette région. En dehors des aménagements décrits plus haut et d'un développement périphérique relativement modeste63, le paysage urbain hamiote, celui en tous les cas du centre-ville, n'a guère changé jusqu'au début des années 1980, le plan d'aménagement de 1960 n'étant d'ailleurs appliqué qu'en partie. Hama restait donc, en apparence, cette calme et ennuyeuse petite cité de la province arabe aux ruelles tortueuses bordées de maisons de pierres, de mosquées, de palais endormis et de jardins ombragés.

  • 64 Avec la révolte des « Phalanges de Muhammad » de Marwān Hadīd (Seurat, 1989 : 57).

138Elle a pourtant été le théâtre de nombreux mouvements sociaux, politiques et confessionnels dès 196564 et tout au long des années 1970. Les manifestations devinrent même quasiment quotidiennes à partir de 1976, Hama acquérant alors le statut de ville de l'opposition islamiste face au pouvoir ba'athiste. En février 1982, les Frères musulmans prennent finalement le contrôle de la ville qui est alors assiégée par l'armée et les forces spéciales. Les bombardements et les affrontements qui suivirent provoquèrent la mort de milliers de civils et la destruction de quelques 7 000 logements, 70 mosquées et 4 églises (Métral, 1989 : 325). Une grande partie du centre-ville ancien fut ainsi détruite (15 à 20 % des logements d'après F. Métral) ou sérieusement endommagée, dont la grande mosquée dans le quartier de Mdina (Souk), les souks al-Tawīl (Souk) et al-Ḥāder al-Kabīr (Ḥāder), une partie du quartier de al-‘Alīlīyāt (Souk), certains quartiers du Ḥāder comme Ḥamīdiyyeh, al-Bašūra et surtout al-Kīlāniyyeh, symbole de la vieille oligarchie foncière : certains analystes, comme M. Seurat et É. Rouleau, virent alors, dans cette volonté acharnée de destruction, une revanche des campagnes sur cet ancien bastion de la grande propriété et cela sur fond de rivalités confessionnelles (alaouites contre sunnites).

JARDINS ET MÉMOIRE CITADINE

139Ces événements ont bien sûr durablement marqué la ville, provoquant un profond traumatisme dont on ressent encore les effets une quinzaine d'années après. Ce sont en effet non seulement des pans entiers de la ville ancienne qui ont ainsi disparu en quelques jours, mais aussi les nombreuses habitudes de vie qui étaient associées à ces lieux : trajets quotidiens, histoires de vie reliées à telle demeure, ruelle ou monument, lieux auxquels étaient associés des souvenirs particuliers ou collectifs, attachement sentimental à un paysage, à l'harmonie d'un ensemble urbain... mais aussi, à un environnement citadin dans lequel se déroulait le jeu sans cesse renouvelé de l'entre soi, de relations sociales marquées à la fois par une identité commune (essentiellement sunnite) et par l'appartenance à un même monde, celui de la respectabilité et de l'honorabilité, celui de la cité opposées aux campagnes, celui enfin de l'orthodoxie religieuse et de la bienséance citadine opposée à l'hétérodoxie extérieure et aux comportements ruraux jugés trop grossiers... ce monde policé, codifié selon des valeurs traditionnelles et puritaines dont les grands lignages de notables ont longtemps été les gardiens jaloux, déjà malmené par les changements intervenus depuis les années 1960 (réforme agraire, nationalisation, développement rural...), a été considérablement affaibli par la disparition des quartiers qui lui servaient en quelque sorte d'écrin. Cela ne s'est pas produit à la suite d'un processus plus ou moins long de mutation, de transformation, d'évolution socioculturelle, de déplacement et de remplacement comme cela a été le cas pour la médina de Homs, mais quasiment du jour au lendemain : tout un quotidien ancien a été ainsi brusquement bouleversé, perdant une partie de ses repères. D'un point de vue urbanistique, ce qui peut mettre généralement une ou deux générations à se produire, même si l'application des plans d'aménagement peut parfois en accélérer le processus, s'est ici produit en seulement quelques semaines de bombardements. Pour tout observateur un peu attentif, le paysage urbain en est encore marqué : minarets décapités, façades de maisons griffées par les impacts de balles et d'obus et terrains vagues donnant à la ville un air de chantier continuel.

  • 65 Dans un article récent sur la ville et la mémoire, S. Mazzella (1997) rappelle que « M. Halbwachs (...)

140Les citadins d'un certain âge, ceux qui ont actuellement plus de 40 ans, parlent d'une ville qui n'existe plus vraiment et continuent à se repérer par rapport à des lieux qui ont disparu, à des maisons et à des monuments qui n'existent plus que dans leurs souvenirs et leurs évocations... c'est presque à une « géographie fantôme » que nous avons affaire là. Et une part de cette ville fantôme ne semble survivre que par le biais de certaines représentations, comme par exemple ces tableaux, réalisés après les événements de 1982 d'après photos par des peintres amateurs, que j'ai eu l'occasion de voir suspendus dans le salon de particuliers (vues du palais et du quartier des Kīlānī...) ou encore ces petites photos en noir et blanc exposées dans la vitrine de certains photographes, qui les reproduisent et les vendent. Elles représentent le plus souvent des monuments ou des quartiers désormais disparus. Tableaux et photographies, supports d'une mémoire et d'une nostalgie collectives, semblent ainsi constituer autant de pièces dispersées de l'immense puzzle d'une ville presque effacée65.

141Dans ce contexte, les jardins urbains font objectivement partie des éléments urbains qui ont le mieux survécu au bouleversement de 1982 et dans lesquels l'ancienne société citadine, celle que caractérisait une forte interconnaissance, semble se retrouver intacte. Un citadin ou un jardinier se promène dans les chemins de la zone agricole un peu comme s'il se déplaçait dans les ruelles d'un quartier désormais disparu : les voisins dans les jardins ne le sont souvent plus dans la ville. Leurs quartiers ont été rasés ou peu à peu désertés par leur population d'origine, les mobilités socioprofessionnelles entraînant bien souvent un changement de lieu de résidence. L'ancienne adéquation zone agricole / quartier de jardiniers tend ainsi à s'estomper : les jardiniers de Bāb al-Nahr sont désormais dispersés entre les jardins aménagés pour certains en résidences principales, le quartier qui s'est développé le long de l'ancienne route d'Alep et ceux plus anciens de Mdīna et de Dabbāġa sur la rive droite.

142Et c'est bien l'entre soi citadin, autrement dit une certaine absence de mixité, qui caractérise des jardins de plus en plus fermés, enclos, se protégeant ainsi derrière leurs hauts murs de béton des intrusions intempestives, n'étant accessibles qu'aux seuls familiers, à certains habitants du quartier adjacent, aux parents et aux proches du jardiniers, aux citadins appartenant aux réseaux agricoles d'approvisionnement, participant à cette économie de proximité que j'ai évoquée plus haut. Il est ainsi très significatif que le secteur de jardins (zūr al-Boṣū), bordant le camp palestinien situé à l'est de la ville, oppose un long et haut mur continu au quartier qui a finalement été construit par les réfugiés, leur interdisant ainsi l'accès aux chemins intérieurs, alors qu'un autre secteur également en contact direct avec des habitations, le zūr al-Damsiyyeh, reste jusqu'à présent ouvert aux habitants des quartiers anciens de Barūdiyyeh et de Šarqiyyeh... si les jardins y sont entourés de murs ou de haies, les chemins de terre continuent à être accessibles à tous, du moins à ceux qui connaissent. Tout semble se passer comme si, la ville ne pouvant plus se protéger aussi efficacement que par le passé de l'intrusion de ceux qui n'appartiennent pas à la vieille société citadine (néo-citadins, ruraux, réfugiés), certains secteurs de jardins se sanctuarisaient, assurant eux-mêmes leur propre inviolabilité.

LA CONSTRUCTION D'UNE IMAGE URBAINE

143Refuge d'une certaine mémoire urbaine, les jardins semblent aussi constituer les lieux d'une identité citadine reconstruite. Que les événements de 1982 aient eu pour principale conséquence la fin tragique d'une opposition politico-religieuse (celle des Frères musulmans) et d'une certaine forme de rapport au pouvoir central, cela ne fait pas de doute. La violence de la répression semble avoir écarté en Syrie, pour un temps du moins, toute velléité d'opposition au régime. On peut également penser que la société citadine en est ressortie fragilisée et sensiblement transformée. Mais il semblerait aussi que ces événements aient constitué un nouveau départ pour la ville, contribuant quelque peu à la relance d'une économie désormais soutenue par un État soucieux de réparer les dégâts et de rattraper le retard accumulé. Sous la surveillance de la muḥāfaẓa et de la municipalité, de nombreux chantiers ont été ainsi inaugurés au cours de la décennie 80. Ils étaient destinés à moderniser la ville et à en faire une capitale régionale capable de rivaliser avec Homs : industrialisation accélérée, rapide restauration des bâtiments officiels, exécution du plan de 1960 concernant les axes de circulation, le déplacement de la voie de chemin de fer, le tracé de nouvelles avenues, de boulevards périphériques permettant de désengorger le centre-ville, la construction de nouveaux quartiers résidentiels au sud-est et à l'ouest de l'agglomération et d'une nouvelle zone artisanale et industrielle réservée au secteur privé (Métral, 1989 : 327-328)...

144Du point de vue des autorités municipales et régionales, les jardins du centre ville ont leur place dans cet effort de reconstruction des fragments du tissu urbain. En effet, les projets d'aménagement de certains jardins agricoles en jardins publics et des berges du fleuve en lieux de promenades peuvent contribuer à recentrer l'effort de reconstruction et d'embellissement du vieux centre sur le thème d'un patrimoine urbain à la fois végétal et culturel. Le jardin, qu'il soit agricole ou public, mais toujours associé aux norias, est devenu l'un des éléments d'une image reconstituée de la ville ancienne, mais d'une image seulement, puisque les norias tournent désormais à vide devant des jardins ayant, pour certains, complètement perdu leur fonction agricole première : c'est donc avant tout un décor que l'on cherche à constituer là.

  • 66 En juillet 2000, j'ai pu constater que cette mise en scène d'un paysage urbain « typique » avait é (...)
  • 67 Ici, c'est une grande cafétéria familiale appelée « L'île verte » (« al-Ǧazīra al-ḫaḍrā' ») qui a (...)

145Les jardins agricoles encore présents au centre-ville sont aussi impliqués dans cette opération de reconstitution d'une certaine image urbaine. Ils paraissent y être maintenus et entretenus par la volonté des autorités municipales davantage comme éléments indispensables d'un paysage pittoresque que comme terres agricoles nécessaires à l'économie urbaine. C'est le cas du jardin al-Aṭwé, situé au pied du palais ‘Azem, irrigué par trois norias mais dont l'une n'existe que depuis quelques années, ayant été rajoutée au couple anciennement existant à l'initiative du directeur du musée ‘Azem. Le jardin, le palais ‘Azem et la mosquée al-Nūrī forment ainsi un fragment parfaitement conservé de la ville ancienne66. On a aussi autorisé l'aménagement d'un petit jardin sur une île pourtant inondable située devant le pont de Bāb al-Nahr et en friche il y a encore quelques années... l'ensemble (pont, moulin et jardin) constituant ainsi l'une des vues les plus typiques des berges de la vieille ville67. L'intérêt de quelques jardiniers et celui de la municipalité semblent donc se rejoindre de ce point de vue. Ces aménagements, ces réserves patrimoniales, sont bien sûr autant de références à une certaine image traditionnelle de Hama, constituant presque un stéréotype (norias, fleuve, jardins...) ou même un résumé de la ville : Hama semble ainsi contenir toute entière dans ces quelques éléments à la fois neutres, caractéristiques et rassurants (F. Métral, 1989 : 335). L'adoption de ces éléments permet de simplifier la ville, de la rendre plus lisible. Ce n'est donc pas un hasard si ces mêmes éléments apparaissent peints à l'arrière des autobus, mais aussi en logos sur les plaquettes publicitaires des hôtels, sur des panneaux au bord des routes... Hama semble avoir été ainsi peu à peu réduite à cette seule image de ville des norias et des jardins alors que s'estompe l'image d'une ville féodale, arrogante, rebelle et violente. Hama est désormais devenue une ville touristique, conversion que la construction en 1990 d'un grand hôtel de luxe sur les ruines même du vieux quartier Kīlīniyyeh symbolise avec force, c'est-à-dire une ville conquise par le pouvoir, que l'on souhaite désormais pacifiée et ouverte au monde, à l'étranger. La reconstruction de la grande mosquée en 1995, gravement endommagée lors des bombardements, semble être le signe qu'une page est enfin tournée, que ce symbole de la résistance islamique peut sans danger être redressé... mais des bruits courent déjà, sans doute infondés, qu'elle ne sera pas ouverte en tant que mosquée mais en tant que musée...

146Les zones agricoles urbaines et périurbaines constituent encore des espaces de production agricoles très actifs, riches de tout un potentiel économique, social et culturel, mais pour combien de temps encore ? L'avancée des fronts urbains, le phénomène de mitage interne, une certaine spéculation foncière plus ou moins larvée, le développement de grandes voies de circulation à travers les jardins, la pollution... semblent constituer autant de menaces sur ces zones, et cela malgré une législation protectrice. Leur destin ne se retrouve-t-il pas finalement réduit à ces deux alternatives : devenir des zones résidentielles ou être transformées en parcs publics ? Il est clair que toute une dimension sociale et culturelle, pour ne pas parler de la dimension économique, n'est pas prise en compte par les décideurs lorsqu'ils considèrent que les zones de jardins ne sont pas en mesure de résister à leur disparition. Pourtant, outre le très fort attachement de la plupart des jardiniers à leurs exploitations, il est aussi de nombreux liens qui unissent société citadine et zone agricole, liens qui avaient ou ont encore pour ciment certaines pratiques culturelles, religieuses et ludiques. La prise en compte de ces liens permettrait de mesurer à quel point les jardins sont partie intégrante de la société citadine traditionnelle, de ses habitudes anciennes, de ses réseaux de sociabilité... de ce que l'on pourrait appeler son « espace utile », malgré toute l'ambiguïté résultant de leur situation en marge de la ville, d'espace frontière entre ville et campagne.

147Nous avons toutefois vu que ces liens, aussi forts soient-ils, se délitent, en raison notamment de changements dans les habitudes de loisirs, mais aussi d'une dégradation de l'environnement agricole. À Homs, ces liens sont d'autant plus fragilisés qu'une part désormais majoritaire de la population n'a jamais entretenu, en raison de son origine rurale récente, un rapport familier avec la zone agricole. Se sentant exclue d'un mode d'accès aux jardins dont elle ne possède pas les clefs, cette majorité ne peut qu'approuver l'ouverture des jardins au plus grand nombre, sous la forme plus conventionnelle du parc public. En tant qu'espace vert, les jardins semblent devoir aussi jouer un rôle dans le destin que chaque municipalité ambitionne pour sa ville : modernisation de l'image de Homs, déjà assurée de sa position de capitale régionale, reconstruction d'une identité meurtrie à Hama, tentant de restaurer sa position de centre régional dans le cadre d'une région dominée par Homs... les jardins ne peuvent être laissés à l'écart de ces mouvements urbains parce qu'ils contribuent à donner une identité à leur ville.

CONCLUSION DE LA QUATRIÈME PARTIE

148Nous avons pu constater que les jardiniers étaient, dans leur grande majorité, d'origine citadine. Mais si les jardins homsiotes ont effectivement représenté pendant longtemps un espace de survie pour certains citadins confrontés à de graves problèmes économiques, ils ont aussi constitué, dans une moindre mesure, un sas pour des ruraux souhaitant travailler en ville. À Hama, en revanche, les jardiniers semblent avoir constitué une population relativement fermée et stable. Ce degré variable de perméabilité du groupe professionnel selon les villes peut trouver une explication dans le caractère rural, ou plus strictement citadin, de l'une et l'autre de ces villes, dans la facilité d'accès des jardiniers à des réseaux plus ou moins étendus en fonction de la situation géographique et du caractère social de leurs quartiers et, enfin, dans la situation sociale de ces jardiniers, dans leur capacité ou non à représenter une alternative socialement acceptable pour d'autres citadins.

149Mais lorsque la zone agricole n'a plus eu la capacité d'absorber sa propre croissance démographique, un nombre grandissant de jardiniers ou de fils de jardiniers s'est naturellement orienté vers d'autres activités. À Homs, les premiers a avoir quitté les jardins dans les années 1920-30 ont pu travailler dans l'artisanat et le petit commerce. Les générations qui ont suivi ont profité de la croissance industrielle du secteur public, avant de massivement s'orienter vers un secteur privé grandissant et plus particulièrement vers l'artisanat moderne. À Hama en revanche, le déplacement des activités des jardins vers d'autres secteurs s'est fait plus tardivement, la société citadine ne présentant pas alors la même capacité d'ouverture que celle de Homs. Les premiers jardiniers à avoir pu quitter en nombre les jardins ne l'ont fait que dans les années 1950-60 et se sont alors dirigés vers l'industrie du secteur public. Par la suite, le secteur du bâtiment, puis de l'artisanat moderne, ont à leur tour attiré un nombre croissant de fils de jardiniers hamiotes.

150J'ai souligné que cette ouverture à d'autres champs professionnels a eu des effets directs sur la façon dont a évolué le métier de jardinier, avec notamment l'apparition de jardiniers amateurs et l'introduction de la pluri-activité. Le retour en nombre de fonctionnaires et d'ouvriers de l'industrie vers les jardins dans les années 1980 a, de fait, entraîné une complémentarité entre revenus salariés et revenus agricoles. Le jardin acquiert dès lors une dimension aussi sociale qu'économique, facilitant souvent la pratique d'activités précaires alternant avec le travail agricole et devenant le filet de sécurité de familles confrontées aux fluctuations d'un marché de l'emploi de plus en plus incertain.

151Ces ouvertures économiques sur la société citadine et la société globale ont également affecté les modes de différenciations sociales au sein même du groupe professionnel des jardiniers. Un jardinier se positionne désormais davantage par rapport à ses propres réseaux familiaux ou professionnels extra-agricoles que par sa seule situation au sein de son groupe professionnel. C'est leur capacité à faire bénéficier leur jardin des ressources offertes par ces nouveaux réseaux qui compte désormais et permet à certains jardiniers de se distinguer des autres.

152Parallèlement, on a constaté qu'un processus d'appropriation du jardin avait eu lieu : quel que soit son statut (loué ou exploité en association), le jardin est en effet intégré au patrimoine familial, s'identifiant ainsi fortement à la famille du jardinier. Il devient un bien collectif, la source d'une autoconsommation familiale, mais aussi une petite entreprise vers laquelle peuvent se produire des retours d'investissement. Il est aussi, de plus en plus, le lieu où se retrouvent les membres de familles par ailleurs séparés par les contraintes de la vie urbaine et, de façon plus générale, un lieu de sociabilité « festive » ou ordinaire. Le jardin devient donc un lieu où s'exerce une sociabilité en réseaux, un lieu où parents, amis, clients se réunissent comme ils le feraient dans un manzūl.

153Ayant perdu sa place de principale zone d'approvisionnement de la ville, la zone des jardins semble cependant avoir renforcé sa participation à une économie familiale et de quartier, à une économie de proximité. Avec la multiplication des réseaux d'intérêts entre jardiniers et citadins, le jardin est devenu le lieu de diverses opportunités économiques auxquelles certains segments de la société citadine participent activement. Mais les jardins alimentent aussi une agriculture de proximité (épiceries de quartier, vente à particuliers) à travers laquelle semblent se maintenir et même se renforcer les liens anciens existant entre la zone agricole et certains quartiers, le plus souvent ceux auxquels appartiennent ou ont appartenu les jardiniers et qui se rattachent à la société citadine traditionnelle.

154Mais à côté de cette agriculture de proximité, les jardiniers restent encore présents dans les réseaux de la grande distribution. Ainsi, beaucoup de jardiniers associent leur travail agricole à une activité commerçante dans les souks, qu'ils soient de gros ou de détail. Mais alors qu'à Homs la distinction entre ces deux types de distribution est majoritairement respectée au sein des familles de jardiniers-commerçants, à Hama de nombreuses familles parviennent à contrôler l'ensemble de la filière de distribution, du jardin au souk de détail en passant par celui de gros. Cette répartition des différents secteurs de la distribution au sein d'un même lignage semble toutefois respecter un partage géographique ou territorial concernant l'ensemble des souks de la ville de Hama, puisque ceux-ci sont fréquentés, utilisés, investis par les jardiniers et les commerçants en fonction de leur secteur agricole et de leur quartier d'origine, la division principale respectant, de fait, le partage géographique de la ville entre le Souk et le Ḥāder.

155Malgré un certain dynamisme économique, les jardins semblent toutefois menacés par une urbanisation plus ou moins franche. La nécessité de les protéger a entraîné la mise en place, de la part des autorités, de dispositions légales plus ou moins efficaces. Une des solutions retenues consiste à transformer les secteurs de jardins les plus menacés en parcs publics, la dimension « espace vert » prenant alors le pas sur la fonction agricole, jugée désormais très secondaire. Cette mesure ne semble cependant pas prendre en compte la capacité de résistance de ces secteurs à leur propre disparition, capacité qui s'appuie essentiellement sur le profond attachement des jardiniers à leurs exploitations et sur l'existence de nombreux liens socioculturels et historiques qui ont longtemps rattaché la zone agricole à la société citadine, même si la fréquentation des jardins et leur accès tendent désormais à se réduire.

156En effet, une part croissante, et désormais majoritaire, de la population citadine n'a plus, ou n'a jamais eu, accès à ces jardins qui sont de plus en plus considérés comme des espaces privés inaccessibles et caractéristiques d'une citadinité désormais dépassée. Dans un tel contexte, les avantages d'un parc public ouvert au plus grand nombre semblent de plus en plus s'imposer. Mais, alors qu'à Homs le projet de parc public s'inscrit également dans une volonté de modernisation de la ville, à Hama, les jardins – de loisirs comme de productions agricoles – semblent se trouver associés à l'effort de reconstruction du centre-ville, constituant l'un des éléments symboles d'une ville que l'on souhaite désormais plus ouverte et touristique.

Notes

1 Les données de ce chapitre relatives aux politiques urbaines, à l'attitude des décideurs et des citadins vis-à-vis de la zone de jardins ont été en partie recueillies au cours d'entretiens réalisés en 1994-95 à Homs et à Hama en collaboration avec Mohamed al-Dbiyat. Ces entretiens ont été effectués auprès des divers services techniques des mairies de Homs et de Hama, d'architectes de bureaux d'étude privés et auprès de simples citadins (commerçants, artisans, ingénieurs...) abordés au hasard des rencontres dans des zones bien déterminées : quartiers résidentiels de l'ouest de Homs, centre-ville de Homs et de Hama, banlieue est de Homs, quartiers du sud-est de Hama...

2 De ce point de vue, les Syriens ont suivi les agents du Mandat français qui distinguaient déjà nettement les jardins des autres terres agricoles en parlant de « quartier des jardins », rattachant ainsi directement la zone agricole à la ville.

3 Sur ce sujet, consulter Mantran et Sauvaget, 1951 : 82.

4 Renseignements obtenus auprès des directions des services techniques (mudīriyyat al-ḫadamāt al-fanniyya) des mairies de Homs et de Hama en décembre 1994.

5 Rappelons que les trois premières sont : au sud, la route de Tripoli-Tartous, au centre, la route de Ǧdīdeh et au nord, celle de Mimas (ou Dik ai-Ǧin) qui permet de rejoindre celle de Massiaf. Toutes ces routes sont plus ou moins orientées est-ouest, reliant ainsi les quartiers du Wa‘ar à la ville. D'après les jardiniers, une cinquième route serait en projet : elle relierait la nouvelle route du Ḫarāb à la route de Tripoli, ce qui constituerait donc pour la première fois une coupure nord-sud dans la zone des jardins.

6 La nouvelle large route traversant la zone des jardins attire de fait une population importante qui vient y passer les soirées d'été, entraînant à sa suite le cortège habituel des petits vendeurs ambulants. Les jardiniers riverains, confrontés parfois à l'intrusion de ces badauds sur leurs exploitations, ont rapidement dressé des murs et des barrières de protection. Ils ne peuvent toutefois rien faire contre les sacs plastiques et autres déchets qui jonchent désormais les abords immédiats de leurs jardins (juillet 2000).

7 On retrouve ce type de rupture partout où le réseau routier n'est pas mis en relation avec le paysage ou le terroir, comme le souligne bien, à une toute autre échelle, Fortier-Kriegel au sujet des autoroutes en France : « La grande infrastructure surgit, déchirant ce qui était autrefois une entité géographique et symbolique en deux espaces dissociés. Par là, les contours extérieurs du site perdent leur cohérence. L'autoroute, qui n'est ni une limite ni une frontière mais une rupture, brise la continuité progressive des échelles territoriales, régionales et locales. » (1997 : 93).

8 Un peu semblable, toute proportion gardée, à celle introduite par ces « palais de campagne » décrits par Troin (1995 : 231) : « Bien au-delà de la dernière couronne urbaine, on voit naître dans une lointaine périphérie rurale, tant au Maghreb qu'au Moyen-Orient, des implantations de villas luxueuses fréquemment associées à une exploitation agricole à haut rendement : vergers soignés, cultures sous serres, établissements agricoles. Isolées par la distance qui les sépare de l'agglomération autant que par les murs qui les dissimulent, ces enclaves de luxe au cœur de campagnes à l'agriculture souvent extensive sont particulièrement repérables. Ce sont de véritables "entreprises-palais" (...). Ce réinvestissement agricole est en même temps un mouvement d'isolement résidentiel et social ; ces implantations traduisent une volonté de marquage d'un espace à l'abri des turbulences urbaines. » D'après al-Dbiyat, on retrouve ce type d'installation en grand nombre sur des terres agricoles du nord de Homs et du sud de Hama : « Il apparaît un mitage des terres agricoles par la construction de résidences secondaires ou de "maisons-fermes" appartenant à des citadins nantis. Ce phénomène n'a pas été exactement mesuré, mais il est très important au sud de Hama (zone de Zahrat al-Mada’en) où l'on trouve environ 600 "maisons-fermes" d'une superficie moyenne de 3 000 m2, ce qui équivaut, au total, à un vrai village de 180 ha. À Homs, le même phénomène affecte le nord de la ville. Jusqu'à 15 km en plaine, les "maisons-fermes" ont modifié le paysage. Le processus a tendance à se ralentir depuis la fin du "boom" économique enregistré par les commerçants des deux villes entre 1975 et 1985. Des listes de "maisons-fermes" à vendre circulent dans tous les milieux. » (al-Dbiyat, 1995 : 200-201).

9 Ma visite dans les jardins en juillet 2000 m'a toutefois permis de constater que ce phénomène avait, en cinq ans, pris une réelle ampleur. J'ai ainsi pu noter la présence de nombreuses nouvelles fermes villas, disséminées dans la zone des jardins, mais aussi l'existence de quelques luxueuses demeures ; construites sur des jardins le long de la route de Tripoli, ces dernières sont entourées de hauts murs et disposent d'un système de surveillance vidéo. D'après les jardiniers interrogés, elles appartiendraient à des responsables politiques régionaux.

10 Ce phénomène n'a fait que s'aggraver depuis, comme j'ai pu le constater en juillet 2000 : les principales voies d'accès sont jonchées d'ordures de toutes sortes, donnant à la zone agricole une impression de saleté et d'abandon beaucoup plus marquée que cinq ans auparavant.

11 Un début d'aménagement des berges de l'Oronte a toutefois commencé en 1995 sur la rive droite, avec la construction d'une route le long du fleuve. Ces travaux, destinés notamment à rendre plus accessible la petite mosquée Abū al-Fidā’, ont entraîné la destruction d'une des dernières rues encore intactes du quartier de Bāb al-Ǧisr. Il m'a enfin été signalé en juillet 2000 qu'un projet de voies sur les deux berges de l'Oronte était actuellement à l'étude.

12 Et comme c'est le cas d'un tout autre parc public construit sur des jardins de la Ghouta de Damas, le parc al-Tišrīn, où l'on retrouve le dessin des terrasses de cultures et nombre d'arbres fruitiers et où a été ouvert un grand restaurant d'État.

13 À Homs, les jardins de Bayadah, au sud du zūr al-‘Abbār, ont ainsi été vendus à une coopérative de construction au début des années 1960 : de même que les jardins du zūr al-Ḥāder à Hama à la même époque. Des dérogations à l'interdiction de construire sur des terres agricoles avaient alors été obtenues grâce à certains appuis parlementaires...

14 D'après Chaline (1989 : 124), cette vision semble être partagée par bien d'autres municipalités du monde arabe : « Quels que soient les efforts, l'agriculture se maintient mal autour des agglomérations et les villes arabes n'échapperont pas à la conversion des espaces agricoles restants en espaces à vocation récréative. Déjà des projets de ceinture verte sont agités au Caire, à Damas, à Tunis. Il convient donc bien de dépasser la notion de rivalité ville/campagne, avec la réalisation d'espaces ouverts à vocation intermédiaire, espaces de compensation pour les conditions de vie et de logement, souvent très peu satisfaisantes, qui prévalent au cœur des agglomérations. »

15 Sur les fêtes à Hama, voir notamment Aṣfār, 1969 : 69-71. Certaines de ces fêtes se retrouvaient également au Liban et en Palestine.

16 Pour une description et une tentative d'explication de ces fêtes, je renvoie à l'ouvrage de Gillon (1993). La description que je donne plus loin du « jeudi des cheikhs » est tirée de cette étude (29-61). On trouvera aussi une description plus succincte de ces fêtes à Homs dans Sbā‘ī et Zahrāwī (1992 : 201-233).

17 Cette fête possède plusieurs récits d'origine : elle aurait été inventée par Salah al-Dīn à Jérusalem pour faire pendant aux fêtes chrétiennes et juives. On raconte aussi l'histoire d'un šayḫ soufi qui força les portes de Homs qu'un sultan ottoman avait fait fermer (Gillon, 1993 : 32). Signalons qu'elle a disparu à Homs dans les années 1950, lorsque le pouvoir a voulu imposer des scouts dans la procession...

18 Large bannière rectangulaire couverte de versets du Coran et portée par cinq hommes.

19 Sur les confréries soufies présentes à Homs, voir Sbā‘ī et Zahrāwī (1992 : 243-323).

20 Voir Aṣfār (1969 : 69) et Gillon (1993 : 66), se référant l'un et l'autre au šayḫ Rabwa al-Dimašqī, auteur du Kitāb nuḫbat al-dahr fī ‘aǧā'ib al-barr wa al-baḥr. Gillon (1993 : 49) en signale une traduction effectuée par F. de Mehren sous le titre de Manuel de la cosmographie du Moyen-Âge, Copenhague, 1874. Il m'a été affirmé que ces réunions, plus édulcorées qu'à l'époque de Dimašqī, ont eu lieu à Hama jusque dans les années 1950. Pour une description plus détaillée de la fête, lire Aṣfār, 1969 : 70.

21 « On relèvera que la fête principale, le ḫamīs al-mašāyeḫ, est pratiquement placée sous le patronage du plus célèbre saint de la ville, le fameux Ḫālid b. al-Walīd, ce qui implique que ce sont les forces fondatrices de la ville elles-mêmes qui sont remises en action. Pour la conscience populaire, Sīdī Ḫālid est le conquérant de Ḥomṣ, le fondateur pour la ville de l'ère musulmane. Quand son sangaq sort de sa mosquée, n'est-ce pas un héros-fondateur qui intervient "à nouveau " pour que soit l'année nouvelle ? En outre, on a montré que les itinéraires parcourus par les porteurs du sangaq de Sīdī Ḫālid cherchent à impliquer la totalité de la ville ancienne, qui est traversée dans toute sa longueur, au prix d'un allongement du chemin. Le mawsim "unifie" aussi la ville en rassemblant des cheikhs auxquels s'identifient volontiers les différents quartiers. Mais le fait capital, c'est que la procession du hamīs al- mašāyeḫ ne prend tout son sens que si elle est de la ville vers la campagne... » (Gillon, 1993 : 105).

22 Cette conception des jardins comme premiers remparts de la ville se retrouvait à Alep au xviiie siècle, lorsque les jardiniers étaient « appelés à assurer eux-mêmes la défense des jardins qui entourent la ville » (Thieck, 1992 : 122), assurant du même coup sa sécurité.

23 D'après Gaulmier (1931 : 139-40), ce genre de lieu « est visité en toute saison et chaque jour de la semaine, sans distinction. Tout au plus, peut-on noter que les visites sont plus nombreuses le vendredi et à la veille des fêtes musulmanes. Les grâces demandées ordinairement sont la guérison de la fièvre, le retour d'un absent, la fécondité d'une femme ».

24 D'après Geoffroy (1993 : 174), « le personnage de Khadir (ou Khidr) a des antécédents dans les mythes et les religions sémitiques ; il est ainsi fréquemment identifié à Élie. Mais l'islam lui reconnaît un statut, une fonction spécifique, qui donneront lieu à de longs débats doctrinaux : prophète selon certains, saint selon d'autres, il est pour les soufis le détenteur d'une science ésotérique qui fait de lui le guide des initiés. Invisible aux regards des profanes, Dieu prolonge sa vie jusqu'à la fin des temps. Sa présence à Damas s'inscrit dans une continuité remarquable : le lieu de prière (musalla) qui lui est attribué au maqam al-Arba‘in est sans doute préislamique, tandis qu'une plaque précise l'endroit, au sud-est de la mosquée des Omayyades, où il aurait été souvent vu en prière. De nos jours encore, de nombreux musulmans viennent y prier afin de rechercher sa baraka ; mais sa réelle fonction initiatique continue, un cheikh soufi comme Makki Kettani étant connu à Damas pour avoir rencontré Khadir plusieurs fois ».

25 Comme c'était et c'est parfois encore le cas dans les villes syriennes disposant d'une zone agricole. Cornand signale ainsi (1994 : 57) qu'à Alep, la zone de jardins située le long de la route qui mène au village de ‘Aïn al-Tell était dans les années 1930 un lieu de promenade pour les Alépins. Mais on retrouve cette habitude ailleurs qu'au Moyen-Orient. Ainsi, M. Belfquih (1978 : 27) signale-t-il qu'à Fez et à Rabat (Maroc), « les citadins des vieux temps, cloîtrés dans les médinas derrière de hautes murailles, ont toujours affectionné la vie champêtre. A. Sefrioui nous dépeint dans ses romans, avec une certaine nostalgie, ces sorties du vendredi qui déversaient les Fassis par familles entières dans les jardins environnants. Il n'y a pas si longtemps, les Rbatis se levaient de bonne heure chaque vendredi et partaient allégrement vers les jardins du Chellah pour une journée consacrée à la détente, aux repas copieux et à la musique du malhoune. Les Slaouis en faisaient tout autant dans leur jnane [vergers] où la Nzaha [pique-nique] pouvait se prolonger des jours entiers, voire une semaine ».

26 Kušk / akšāk en arabe classique, qui signifie kiosque, pavillon, cabine. Depaule (1985 : 290), tout en signalant la description qu'en fait Dozy (« kiosque qui avance hors du mur de la maison à trois côtés à jour avec des fenêtres et un sofa comme balcon couvert et fermé »), précise qu'en turc kushk désignait un pavillon (kiosque) dans un jardin.

27 À ma connaissance, il n'existait pas de kašak à Hama.

28 Selon un témoignage recueilli à l'Association homsiote des diplômés (Homs, août 1995).

29 Une extraordinaire limpidité glacée – celle d'un torrent de montagne – caractérise encore les eaux de l'Oronte dans sa partie libanaise (Békaa), ce qui n'est malheureusement plus le cas à partir du lac de Qattiné.

30 Cette réticence morale et religieuse à l'égard des jardins, parfois proche de la condamnation, n'est d'ailleurs pas chose nouvelle et concerne aussi bien Homs que Hama ou Alep. Thieck (175) relève ainsi que dans cette dernière ville « les demandes du qādī se multiplient, en 1176/1762 en particulier (...) pour interdire la sortie des femmes dans les jardins hors de la ville où elles se mêlent aux étrangers ».

31 On pense bien sûr à la place qu'a occupée à la même époque la Ghouta de Damas dans la stratégie des insurgés qui, l'ayant conquise, menèrent à partir d'elle leurs opérations contre la ville tenue par les Français. La réplique de ces derniers fut d'isoler la Ghouta en dressant un réseau de fil de fer barbelé de 12 kilomètres de long et, à partir de là, de repartir à la conquête de la zone agricole (Bokova, 1993 : 82-85).

32 Mais, en cette période troublée, se réunir à plusieurs dans un jardin à une heure tardive était devenu dangereux, qu'on appartienne ou non aux Frères musulmans. En 1981, un propriétaire et son fils, membres de l'un des grands lignages de notables de la ville, recevaient un groupe d'amis dans leur jardin du zūr al-Ḫarāb. Dans la soirée, un commando de l'armée a encerclé la propriété et a tué tous les occupants de la petite maison. Il n'y eut aucun survivant. Depuis, le jardin a été mis sous séquestre et laissé à l'abandon.

33 Il s'agit là de questions douloureuses qui surgissent parfois au détour d'une conversation, d'un propos anodin, d'une réflexion, mais c'est surtout indirectement, grâce à un voisin ou à un parent éloigné que j'étais mis au courant de ce qu'avait pu vivre tel jardinier, telle famille. Comme je le signalais dans mon introduction, c'est souvent lors de la reconstitution des généalogies familiales que l'ampleur des pertes occasionnées par les combats de 1982 apparaissait pleinement.

34 Mais la croissance de ces petites et moyennes villes a bien sûr commencé bien avant 1980.

35 Homs regroupait alors 30,9 % de la masse des migrants de Syrie centrale, contre 6,8 % pour Hama (al-Dbiyat, 1995 : 89).

36 Chiffre fourni par le recensement de 1994.

37 Ce faible exode rural, associé à un taux de fécondité inférieur de 1 % au taux national (de 3,34 % pour la période 1970-1981), a fortement pesé sur le développement démographique et économique de Hama (al-Dbiyat. 1995 : 83).

38 Chiffre fourni par le recensement de 1994.

39 J'ai ainsi eu plusieurs fois la surprise d'interroger des habitants des quartiers est et sud de Homs qui ignoraient que leur ville possédât une zone de jardins !

40 On retrouve cette utilisation particulière de certains lieux publics en été à Damas : des milliers de citadins se rassemblent ainsi jusque tard dans la nuit le long de la route menant au mont Qassioun et occupent les ronds-points proches du Monument aux morts et ceux qui surplombent la place des Omeyyades. B. Florin (1997 : 86) signale qu'au Caire, « les espaces verts résiduels et les terre-pleins herbeux des grandes avenues ou des ronds-points sont (...) autant de lieux de repos, d'espaces de jeux et de rencontre entre voisins ».

41 Les seules baignades que j'ai pu observer sont celles de quelques chevaux que leurs propriétaires poussaient dans le bief du moulin de Ḫarāb.

42 Sur le tourisme côtier en Syrie, lire le travail de Slizewicz (1992). L'auteur y souligne l'importance du tourisme intérieur.

43 Déclaration publiée par le quotidien Tišrīn le 11/07/91. Citée et traduite par Dbiyat (1995 : 192).

44 Dans l'attente du dernier plan d'aménagement dont la conception, confiée à un bureau syrien, doit tenir compte d'une ville qui devrait compter pas moins de 1 million d'habitants vers 2010.

45 Pour un état des lieux de la question de la place et du rôle des médinas dans les villes arabes et plus particulièrement dans celles du Maghreb, lire notamment l'article de P. Signoles (1995 : 6-16).

46 Certains bâtiments ont pu être sauvés grâce à l'intervention de l'État. Ainsi la demeure familiale des Zahrāwī à Bāb Tadmur a été transformée en musée par le ministère de la Culture afin de la mettre définitivement à l'abri des promoteurs. D'autres bâtiments tout aussi vénérables n'ont pas eu cette chance, les destructions nocturnes mettant souvent les autorités, plus ou moins complices, devant le fait accompli.

47 Ce souci de préservation n'a cependant pas empêché les autorités de laisser détruire en 1989 un vieux khan ottoman, malgré une réelle réprobation populaire, pour permettre la construction d'un grand immeuble commercial et de bureaux en face de la muḥāfaẓa.

48 Il convient toutefois de relativiser cette remarque, le jardin public n'étant pas absent de la ville arabe traditionnelle : il existait au Caire des jardins entretenus par de grandes familles princières et néanmoins ouverts au public. Et ce sont ces jardins princiers qui, les premiers, ont disparu du fait de l'urbanisation. Lire à ce sujet l'article de J.-L. Arnaud (1991) présentant la façon dont certains quartiers du Caire ont été, au xixe siècle, bâtis sur des jardins princiers et comment la présence de ces jardins a finalement facilité le développement de la ville.

49 On retrouve ce modèle de modernité occidentale, où le jardin public occupe une place centrale, dans la description que fait Ziadé (1996 : 41) des changements intervenus à Tripoli durant le mandat français : « Toutes ces choses que l'on pouvait observer encore à la fin des années cinquante avaient fait leur apparition sous le mandat, à cette époque où étaient apparues les habitudes méditerranéennes. Les rues furent pavées de grosses pierres de granit noir pour faciliter le passage des voitures, encore rares. On inaugura le jardin public, planté de fleurs d'ornement qui ne dégageaient aucun parfum et que l'on avait importées de l'étranger. Au milieu, il y avait un bassin avec une fontaine que nous ne nous lassions pas, enfants, de contempler. C'était un jardin géométrique, avec des parterres symétriques composés de plantes sans odeur et non pas de rosiers, d'œillets et de jasmins, toutes ces fleurs qui poussaient au hasard entre les vieilles maisons. L'ensemble était entouré d'une haie d'arbres inconnus, des buis qui avaient un feuillage très vert et ne donnaient pas de fruits ! Sur la grande rue s'installèrent les hôtels, les cafés, les photographes et les restaurants arméniens. Les promeneurs y déambulaient durant l'après-midi. À l'heure où fermait la vieille ville et où les souks étaient abandonnés, ce quartier d'aspect méditerranéen étaient encore plein de vie... »

50 Deux grandes tours sont venues s'ajouter aux bâtiments datant du Mandat. Elles accueillent la mairie et divers services (cadastre, Société syrienne du sucre, service de la planification urbaine, état civil...).

51 Qui viendra donc s'ajouter à deux ou trois jardins beaucoup plus petits aménagés depuis longtemps au début de la route de Damas et de Tripoli.

52 Ainsi que le souligne Lugingühl (1997 : 132) : « La ville est (...) considérée comme antinaturelle et la tendance qui s'est manifestée dans la pensée scientifique et technique depuis l'essor de l'urbanisme et des analyses urbaines va effectivement vers une séparation de la ville et de la nature et du paysage. Les tentatives de recréer de la nature en ville se sont concrétisées par les plantations et les parcs et jardins, mais ni l'eau, ni les sols, ni la matière physique n'ont été pensés comme ressources naturelles propres à la ville. »

53 Encore à l'état de projet en juillet 2000... mais les expropriés, en raison de l'incertitude dans laquelle ils se trouvent, renoncent désormais à investir dans leurs exploitations. Ainsi, celles qui ne disposent pas de puits présentent, en cette période de sécheresse, le paysage désolé de parcelles desséchées entourées d'arbres morts.

54 C'est dans ce secteur que se trouve la villa du muḥāfeẓ, en fait véritable palais fortifié construit en partie sur des jardins et en bordure du grand canal. A également été aménagé depuis la fin des années 1970, le long du canal d'irrigation, un quartier réservé et hautement protégé destiné aux principaux responsables politiques et de la sécurité. C'est aussi dans cet ouest homsiote que s'installent les étrangers, coopérants et techniciens.

55 Depuis 1995, la bordure orientale de la zone agricole, au pied du plateau du Wa‘ar, a connu un important effort d'aménagement de la part de la municipalité : celle-ci a en effet créé, sur une bande d'une dizaine de mètres de large et de quelques kilomètres de long, un espace vert disposant de bancs, d'allées bétonnées, de lampadaires, de pelouses et de parterres de fleurs. Cette « bande verte » semble signaler une volonté d'ouvrir de nouveaux espaces publics pour les populations du plateau mais aussi de marquer les limites de la zone des jardins de manière à la protéger des constructions illicites qui ont tendance à se développer sur cette bordure orientale (juillet 2000).

56 L. Wirth (1979 : 266-267) soulignait ainsi que l'accroissement du nombre d'habitants d'une communauté « implique (...) un changement des relations sociales », celles-ci étant marquées en milieu urbain par leur caractère anonyme, superficiel, éphémère et segmentaire.

57 Comme le constate Naciri (1985 : 53), « la prolifération urbaine s'oppose à la conscience urbaine qui faisait partie de l'éthique de la cité ».

58 Mais d'autres critères permettant d'expliquer la ségrégation spatiale et sociale pourraient bien sûr être utilement évoqués : « La densité, les loyers, l'accessibilité, la salubrité, le prestige, les considérations esthétiques, l'absence de nuisances telles que le bruit, la fumée, la saleté, déterminent l'attrait de diverses zones de la ville comme lieux d'implantation pour diverses tranches de la population » (L. Wirth, 1979 : 271).

59 Solidarité désignée généralement par le concept khaldounien de ‘aṣabiyya, « esprit de corps » ou « esprit de groupe ».

60 Achevé, mais encore très peu occupé en juillet 2000.

61 Cet antagonisme est observable dans la façon dont est investie la nouvelle grande route de Ḫarāb. Nouvel espace public et haut lieu de promenade estivale, cette route semble attirer une population plutôt d'origine rurale, venant des quartiers populaires du sud de la ville ainsi que du Wa‘ar. Les jardiniers riverains fustigent le manque de savoir-vivre de cette foule dont certains éléments n'hésitent pas à descendre dans les jardins, à regarder par dessus les haies... « On dirait qu'ils n'ont jamais vu de jardins... » (A.S., zūr al-Ḫarāb. juillet 2000).

62 On peut également ici rappeler ce qu'écrivent Blake et Lawless ( 1980 : 261) au sujet de l'influence des ruraux sur les changements intervenus dans les villes du Moyen-Orient : « Is the future a city of workers integrated into the modern urban economy or a city of peasants who exist on the fringes of the modern economy yet excluded from participation in it ? We still know very little about these marginalised classes – the characteristics of squatter settlement and their likely responses to problems such as food shortages. (...). Meanwhile, some observers have noted a growing "ruralisation" of towns as new immigrants from the countryside have difficulty in assimilating into the urban economy and society. Even where the majority are integrated into modern urban economy, it should not be assumed that the attitudes and values which they acquire will be those of traditional urban dwellers, and certainly not those of Western urban society. »

63 Comme le souligne F. Métral (1989 : 327), la population de Hama « au cours des vingt-cinq dernières années (...), n'a crû que de 2,83 % par an en moyenne alors que pendant la même période le taux de croissance national est de 3,4 % par an. La ville qui comptait 98 000 habitants en 1960, pour une population syrienne de 4,5 millions d'habitants, n'a au recensement de 1981 que 176 000 habitants pour une population de 10,4 millions. Pendant la même période, la ville voisine de Homs passe de 137 000 à 347 000 habitants ».

64 Avec la révolte des « Phalanges de Muhammad » de Marwān Hadīd (Seurat, 1989 : 57).

65 Dans un article récent sur la ville et la mémoire, S. Mazzella (1997) rappelle que « M. Halbwachs énonce l'idée que le fondement de la mémoire collective se trouve dans sa projection dans des espaces concrets, que les pierres sont indissociables des formes de mémorisation et des représentations qui agissent sur la ville ». Mais comment survit la mémoire lorsque les pierres sur lesquelles elle se projetait ont disparu ?

66 En juillet 2000, j'ai pu constater que cette mise en scène d'un paysage urbain « typique » avait été enrichie par l'installation d'une rampe lumineuse disposée sur un petit muret entre le jardin et le fleuve. Sur la berge opposée, un petit jardin public a été aménagé, avec pelouse, bancs, lampadaires et buvette...

67 Ici, c'est une grande cafétéria familiale appelée « L'île verte » (« al-Ǧazīra al-ḫaḍrā' ») qui a été aménagée sur une plate-forme prenant assise à la fois sur une partie du vieux pont et sur une petite île encore inoccupée il y a cinq ans. La cafétéria fait donc désormais face au jardin et à la noria al-Qāq (juillet 2000)...

Table des illustrations

Légende Figure 49 — Jardins de Homs, une ferme-villa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540