Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Quatrième partie. Temps et espaces de la ville, le destin urbain des jardins

Chapitre I. Jardins et stratégies familiales, redéfinition d’un espace traditionnel de production agricole

Texte intégral

1Depuis un demi-siècle, le monde des jardins s’est considérablement complexifié au contact d’une société citadine qui a elle-même subi d’importantes mutations. Dans ce chapitre, nous verrons comment la zone agricole servit pendant longtemps de « réserve de travail » à des ruraux et à des citadins, puis comment elle s’est révélée incapable d’absorber l’excédent démographique de sa population de jardiniers. Nous nous intéresserons alors à la manière dont s’est opéré le transfert de cet excédent vers d’autres activités.

2Je présenterai ensuite les conséquences que ces nouvelles activités ont pu avoir sur la façon dont les jardiniers pratiquent leur métier et sur la place qu’occupent désormais les jardins au sein de leur lignage. J’analyserai enfin comment a été redéfinie la place des jardiniers et des jardins dans la ville, avec notamment l’apparition de nouveaux réseaux socio-économiques et avec une implication croissante de jardiniers dans les filières de commercialisation des fruits et légumes.

1 – UNE BRÈVE APPROCHE DES ORIGINES PROFESSIONNELLES : POURQUOI ET COMMENT DEVIENT-ON JARDINIER ?

3Dans un premier temps, je voudrai m’interroger sur ce que révèlent les mémoires lignagères, et plus généralement celle du groupe professionnel, sur l’origine supposée des lignages de jardiniers et sur les conditions qui ont présidé au basculement de certains citadins dans l’agriculture : comment descendait-on dans les jardins ? D’où viennent les néo-jardiniers ? Que faisaient-ils avant de se consacrer à l’agriculture ? Pour quelles raisons sont-ils devenus des jardiniers ?

4Pour tenter de répondre à ces questions, je m’appuierai sur des enquêtes effectuées sur des lignages de jardiniers. Il s’agit au total de quatre-vingt-neuf lignages (cinquante-neuf à Homs, trente à Hama) au sujet desquels j’ai pu obtenir des précisions concernant leur ancienneté dans les jardins et leur origine socioprofessionnelle.

À HOMS, UN MILIEU PROFESSIONNEL RELATIVEMENT PERMÉABLE

5Actuellement, les jardiniers semblent avoir diverses origines : rurales, bédouines ou citadines. Les cinquante-neuf lignages que j’ai répertoriés renseignent sur la manière dont cette population de jardiniers se répartit actuellement selon ces différentes origines.

LES LIGNAGES D’ORIGINE PAYSANNE

6Parmi cinquante-neuf lignages homsiotes, dix sont désignés comme étant d’origine paysanne récente. Leur installation dans les jardins ne remonte pas au-delà de deux ou trois générations — de deux ans pour l’installation la plus récente à quatre-vingt-dix ans pour la plus ancienne — et reste encore présente dans les mémoires : c’est le père, le grand-père ou tout au plus l’arrière-grand-père qui a quitté son village pour venir travailler dans les jardins, comme aǧīr, comme journalier ou comme jardinier. Ces personnes sont directement passées de leur campagne aux jardins urbains, ce qui n’empêche pas que d’autres membres de leur famille aient dans le même temps investi des activités plus citadines :

« Aḥmad (45 ans) est jardinier dans l’extrême nord de la zone agricole, à l’endroit où la vallée forme un goulot avant de s’élargir de nouveau. Son père, un paysan originaire des environs de Tartous, a émigré en Argentine avant de revenir tout aussi pauvre en 1915 en Syrie et d’épouser une paysanne de Samalil, village du Wa’ar situé à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Homs. Il eut six fils et deux filles, Aḥmad étant le plus jeune de cette fratrie. Paysan sans terre, son père resta à Samalil et travailla le reste de sa vie comme journalier dans la région. Il est mort en 1950 alors que Aḥmad n’avait que 3 ans. Les frères aînés ont continué à travailler comme journaliers un certain temps avant de finalement venir s’installer à Homs avec leur famille entre 1960 et 1964. Le plus âgé (44 ans) devint commerçant de légumes. Les quatre autres devinrent charpentier, maçon, ouvrier occasionnel et journalier sur des terres agricoles proches de la ville. Aḥmad, qui n’était alors âgé que de 13 ans, devint aǧīr dans la zone agricole.
À la fin des années 1970, il a acquis le savoir-faire suffisant pour diriger sa propre exploitation, un jardin de 20 dunum qu’il loue aux Raslān. En plus de l’aide que lui apportent de temps en temps deux de ses frères (l’ouvrier occasionnel et le journalier), il peut compter sur ses deux épouses, deux paysannes de son village d’origine, qui lui ont fait onze enfants (six filles et cinq garçons). Résidant en permanence dans le jardin où a été construite une petite ferme, cette famille pratique un maraîchage ordinaire et élève une vingtaine de vaches auxquelles sont consacrés 10 dunum de pâturage. Les bêtes ont aussi libre accès à une bande de terre inculte et inondable (terre dite būr) de 10 dunum située en bordure du fleuve, n’appartenant donc à personne. Aḥmad distribue lui-même son lait dans le quartier al-Buġtassiyyeh (ouest de la route de Hama), se chargeant également de vendre celui que lui confient certains de ses voisins jardiniers. » (A.D., zūr al-Ma’addas, Homs, juin 1990).

7J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer, dans un précédent chapitre, ces ruraux qui venaient travailler dans les jardins de Homs et qui devenaient parfois jardiniers. Rappelons qu’il s’agissait le plus souvent de paysans sans terre, originaires de villages de la région de Homs, qui trouvaient dans les jardins l’occasion d’un travail périurbain, mais aussi la possibilité d’intégrer progressivement la société citadine. Jusque dans les années 1950, les plus jeunes d’entre eux étaient engagés comme « valets de jardin » (aǧīr), avant de parfois devenir jardiniers, de trouver une autre activité en ville ou encore de retourner dans leur village avec un petit pécule. Les hommes plus âgés se faisaient engager comme journaliers, mais devenaient rarement jardiniers. Nous savons que, sollicités et recrutés par les nouvelles industries et l’artisanat moderne, ces hommes ont été remplacés dans les jardins par une main-d’œuvre essentiellement féminine d’origine paysanne et bédouine.

8Il existait enfin une minorité de paysans relativement aisés venant de villages satellites de Homs (Baba Amr, Deir Baalbé, Deir Attiyé...), dont les lignages ont eu les moyens d’acquérir des parcelles dans les jardins, parcelles sur lesquelles ils ont fini par s’installer, devenant ainsi à leur tour des jardiniers. Certains grands lignages de jardiniers, propriétaires d’une partie au moins de leur exploitation, sont ainsi d’origine paysanne.

LES LIGNAGES D’ORIGINE BÉDOUINE

9Seule une très petite minorité des lignages recensés (3 / 59 lignages) ont une origine bédouine. Leur présence à Homs remontait à plus d’un siècle. À la différence des paysans convertis à ce type d’agriculture urbaine, ces bédouins n’ont pas directement travaillé dans les jardins. Les trois lignages se sont d’abord installés au nord-est de la ville comme petits négociants en moutons, utilisant les liens encore étroits les unissant alors aux tribus bédouines. À la génération suivante, des membres de ces trois lignages, après avoir pratiqué divers métiers artisanaux dans la vieille ville (menuiserie et tissage), sont devenus jardiniers suite à une crise du secteur artisanal.

  • 1 Habiter la ville est encore considéré comme une promotion sociale pour la population des campagnes.

10Ainsi, alors que, dans le cas des paysans, leur familiarité avec les techniques agricoles favorisait pour certains un passage immédiat de la campagne aux jardins urbains, dans le cas des bédouins tout semble s’être passé comme s’ils étaient devenus jardiniers non pas grâce à une compétence technique acquise hors la ville, mais à la suite de l’acquisition d’une identité citadine, d’une activité urbaine et d’un éloignement de leur ancienne condition d’éleveurs nomades. Devenir jardiniers semble alors avoir été perçu par eux plus comme un processus d’appauvrissement ou une solution provisoire que le signe d’une ascension sociale. Alors que pour le paysan, devenir jardinier le rapprochait de la condition enviée de citadin pour le citadin1 d’origine bédouine, devenir jardinier n’était qu’un pis-aller permettant de survivre dans une économie urbaine en crise. Il rejoignait ainsi les petits artisans qui sont parfois devenus jardiniers par nécessité.

  • 2 L’ancienne identité bédouine est peut-être d’autant plus facile à affirmer pour ces lignages qu’ils (...)

11C’est cependant à leur ancienne origine bédouine que nos trois lignages de jardiniers se réfèrent avec fierté et non à leur appartenance citadine pourtant déjà ancienne2, certains de ces jardiniers se vantant même d’entretenir des relations privilégiées avec des bédouins.

  • 3 Dans l’association dite homsieh « le citadin achète le troupeau et le donne à un bédouin pour une d (...)

« Ainsi le ḥaǧǧ Rašīd, dont le lignage est originaire de l’Euphrate, se rappelle que son frère aîné (mort en 1990) qui a longtemps été un des membres du conseil des jardiniers et a exercé une forte influence dans son secteur (le zūr al-Na‘ūra), recevait régulièrement des délégations de bédouins ‘agedāt venant lui demander d’intervenir comme conciliateur dans leurs propres conflits lorsqu’ils nomadisaient en été dans la région de Homs. Il y a donc eu ici préservation d’un certain lien culturel, social et même économique, puisque c’est avec ces mêmes bédouins que les deux frères ont longtemps été associés pour l’élevage du mouton, achetant des bêtes que les bédouins se chargeaient ensuite d’élever contre un partage annuel des bénéfices3. » (R.M., Homs, zūr al-Na‘ūra, juillet 93).

LES LIGNAGES D’ORIGINE CITADINE ANCIENNE

  • 4 Ainsi que le précisait Abdel Nour (1979 : 379) pour les xvie-xviiie siècles syriens : « Les villes (...)

12Mais la grande majorité des lignages de jardiniers sont considérés comme étant de vieille origine citadine. Cela ne signifie évidemment pas qu’ils aient de tout temps vécu en milieu urbain — toutes les villes syriennes s’étant nourries d’un apport constant de population rurale4 — mais que leur présence au sein de la société citadine est attestée depuis assez longtemps pour qu’ils semblent avoir toujours fait partie du paysage urbain. Sur les cinquante-neuf lignages de jardiniers répertoriés, quarante-cinq sont dans ce cas.

13Il convient cependant de distinguer deux catégories, établies selon l’ancienneté de ces lignages dans les jardins.

Les lignages traditionnels

14Il y a tout d’abord les lignages qui paraissent avoir de tout temps travaillé dans la zone agricole et résidé dans les quartiers de la vieille ville, s’inscrivant donc pleinement dans le paysage agricole et urbain traditionnel. Ces lignages sont au nombre de trente-deux constituant donc la majorité des cas répertoriés. Ce sont des lignages de « tradition agricole » appartenant au noyau historique du groupe professionnel. S’ils ont un jour exercé une autre activité que celle de jardinier, cela remonte à trop longtemps pour que l’on s’en souvienne encore aujourd’hui. Quelques-uns de ces lignages sont même considérés par les jardiniers actuels comme ayant été les premiers à avoir travaillé dans la zone agricole. Cette affirmation, évidemment invérifiable, souligne toutefois que ces lignages sont, dans l’esprit et la mémoire des jardiniers actuels, étroitement associés à l’histoire des jardins et bénéficient, à ce titre, d’un réel prestige, celui d’une ancienneté reconnue.

15Cela ne signifie toutefois pas que les noms de ces lignages ne se rencontrent que dans la zone agricole, puisqu’on en retrouve certains dans les souks. Il est probable qu’une division au sein des groupes patronymiques se soit opérée à une époque plus ou moins lointaine, certaines lignées se spécialisant dans l’agriculture alors que d’autres exercèrent des métiers artisanaux ou commerciaux. Il est toutefois impossible de savoir si l’on avait alors affaire à des lignages « citadins » dont certains éléments se seraient déplacés vers les jardins ou à des lignages « agricoles » investissant peu à peu le souk. Toujours est-il que les liens entre ces « lignées agricoles » et ces « lignées citadines » sont généralement tellement distendus et brouillés que personne n’est en mesure de connaître le degré de parenté les unissant. Ils se considèrent comme « cousins » (abnā’ ‘amm), terme qui ne fait ici référence qu’à une parenté lointaine bien que revendiquée. Mais c’est au nom de cette parenté que s’exerce une certaine forme de solidarité et qu’une circulation s’opère entre les activités familiales plus spécifiquement urbaines et celles relevant de la seule agriculture. Tel tisserand a pu ainsi devenir jardinier sur quelques terres appartenant à un parent éloigné. Inversement, tel jardinier quittant son jardin a pu facilement adopter une activité déjà pratiquée par des hommes avec lesquels il partage un nom et sur la solidarité desquels il peut compter.

Les lignages de néo-jardiniers

16La deuxième catégorie est celle des lignages dont l’arrivée dans les jardins et les activités qu’ils exerçaient auparavant sont encore présentes dans les mémoires. Ces lignages sont au nombre de quatorze, les plus anciens étant arrivés dans les jardins au cours de la seconde moitié du xixe siècle.

17C’étaient des menuisiers, des chameliers habitant les quartiers de l’est de la vieille ville (Bāb Tadmūr, Bāb al-Drīb), des ouvriers tisserands, de petits cordonniers, des soyeux... ils étaient donc issus de groupes sociaux de condition modeste qui travaillaient dans les domaines des services, du petit artisanat traditionnel ou encore du commerce local, secteurs assez vulnérables qui ont subi, depuis le xixe siècle, les effets de la concurrence des produits européens, les conséquences de certaines mutations techniques (introduction des transports modernes, de la soie artificielle en 1927...) et diverses crises économiques et monétaires.

« Mon père est arrivé dans le zūr il y a 60 ans : il est passé directement de l’école coranique au jardin. Mon grand-père était menuisier en ville, menuisier arabe : il ne fabriquait que des portes et des fenêtres (...) et rien d’autre. Nous sommes un bayt connu et ancien en ville, on résidait à Bāb al-Sbā’. Un de mes cousins en est actuellement le mutār. Son père a d’ailleurs été le premier du bayt à venir travailler dans les jardins, avant mon propre père. Il était le plus âgé. Il a pris une grande surface en location. Quand ses deux frères ont été en âge de travailler, il leur a confié des parcelles de son exploitation. Il n’y avait alors plus assez de travail pour les menuisiers. Dans les jardins, on pouvait au moins vivre de sa production, on pouvait la manger au minimum. Ma tante paternelle s’est mariée avec un jardinier. Mon père allait visiter le jardin de sa sœur et aider son mari : c’est comme ça qu’il a commencé à apprendre le métier de jardinier, très jeune, avant d’être finalement engagé par son grand frère. » (N.M., zūr al-Ḫarāb, Homs, 16 septembre 1992).

18L’économie traditionnelle de Homs, comme d’ailleurs celle de Hama, était basée sur le commerce, l’artisanat et l’agriculture. La situation géographique de Homs, à la croisée des routes permettant de se rendre de Damas à Alep et de la côte méditerranéenne à la Mésopotamie, faisait de cette ville un véritable carrefour du commerce régional. À cela s’ajoutait une importante activité artisanale, centrée sur le tissage et alimentant la demande locale et l’exportation.

  • 5 D’après Le Boulanger (1922, 139-140), officier français en poste à Homs dans les premières années d (...)

19Cependant, la concurrence des produits occidentaux se fit de plus en plus forte à partir du xixe siècle. Le développement et la modernisation de l’industrie locale, qui aurait pu freiner cette décadence, ne se produisit pas immédiatement : les Ottomans n’étaient pas intéressés par l’industrie, et les notables locaux étaient plutôt hostiles aux innovations susceptibles d’affaiblir leur position économique et politique et d’entamer l’ascendance qu’ils avaient sur les paysans et les bédouins. Aussi a-t-on assisté, à Homs comme à Hama, à une réduction importante des métiers à tisser5.

20Une partie de la population citadine s’est donc retrouvée sans emploi. En 1931, il y avait 5 200 chômeurs à Homs et 9 400 à Hama, cette dernière ville étant sensiblement plus touchée que sa voisine du sud en raison de sa situation géographique plus isolée, étant alors séparée de la côte par la montagne alaouite (al-Dbiyat, 1995 : 150).

  • 6 Qui fut dans un premier temps une crise monétaire (1920-1926), la monnaie syrienne étant alors liée (...)
  • 7 À la fin des années 1940, on trouvait trente et un grands moulins à Hama et dix à Homs.

21Mais la crise des années 1920-19306 a plus particulièrement atteint les petites villes syriennes comme Homs et Hama en raison de leur isolement par rapport aux principaux flux commerciaux internationaux, épargnant donc davantage Alep et Damas. Cette situation s’est trouvée aggravée par le fait que, durant le Mandat, Homs et Hama n’ont pas connu de véritable développement industriel, les autorités françaises centrant leur effort sur la culture du coton, destinée à l’exportation, et les notables locaux n’investissant pratiquement que dans le foncier. Seules quelques petites industries artisanales (ateliers de textiles, minoteries, ateliers d’égrenage) furent créées durant cette période7, sans toutefois permettre de résoudre le problème du sous-emploi urbain.

22Dans un tel contexte, qui a plus ou moins perduré jusqu’aux années 1950, la zone agricole homsiote a pu constituer, pour certains de ces sinistrés économiques, une réserve de travail et l’assurance d’un approvisionnement quotidien. Il s’agissait de petits commerçants et surtout de petits artisans qui avaient su entretenir certains liens avec les jardins et qui se sont tournés vers eux lorsque le besoin s’est fait sentir.

  • 8 Au sujet d’Alep, Cornand signale (1994 : 101, n. 28) ainsi que « les vérificateurs de fils de chaîn (...)
  • 9 Chevallier fait également allusion à ces pratiques dans son ouvrage sur la ville et le travail (198 (...)

23Ainsi, certains ouvriers du textile avaient un contact presque quotidien avec les jardiniers, ayant recours aux jardins pour certaines opérations techniques8. Deux jardiniers âgés m’ont raconté avoir souvent ouvert leur exploitation (zūr al-’Abbār) à des tisserands jusque dans les années 1940. L’un d’eux m’a montré une photographie prise dans les années 1920 par le propriétaire du jardin. On pouvait y distinguer le père de mon informateur et un tisserand, tous deux se tenant devant un écheveau accroché entre des piquets et courant sur plusieurs mètres le long d’une planche de salades9. Lorsque le petit tisserand a été contraint de fermer son atelier quelques années plus tard, l’un de ses jeunes fils est venu travailler deux ou trois ans comme aǧīr dans ce même jardin, avant de finalement trouver du travail en ville. Mais certains de ces artisans du textile sont devenus jardiniers.

24D’autres artisans louaient, pour leurs opérations techniques, des parcelles directement aux propriétaires de jardins. Lorsque la crise les a touchés, ils sont devenus jardiniers sur ces parcelles.

« Les A. fabriquaient des cordes. Ils louaient une parcelle aux Ṭulaymāt. dans le zūr al-’Abbār. Ils avaient besoin d’une parcelle longue pour fabriquer leurs fils et leurs cordes. On appelle ce genre de parcelle bulġa ( ?). Ils ont fini par louer une exploitation de 4 dunum, toujours aux Ṭulaymāt, là, à côté. Ils y ont d’abord fait une bulġa puis se sont mis à la cultiver. Ils sont devenus des jardiniers ! Et ils le sont restés. » (aǧǧ R., zūr al-’Abbār, Homs, 6 juillet 1992).

25Autre « néo-jardiniers » : les petits artisans ou petits commerçants ayant fait l’acquisition ou ayant hérité de parcelles dans la zone des jardins. Grâce à cette assise foncière, certains de ces petits propriétaires, qui pratiquaient déjà un faire-valoir direct, sont devenus jardiniers à plein temps lorsque la crise a touché leur secteur d’activité.

26Une autre catégorie de néo-jardiniers a été constituée par des artisans dont certains parents plus ou moins éloignés étaient déjà présents dans la zone agricole. Le passage du souk au jardin a ainsi pu se trouver facilité par l’exercice d’une certaine solidarité familiale, comme l’illustre bien l’exemple suivant :

  • 10 D’après Radwān, c’est la soie artificielle, introduite en Syrie à la fin des années 1920, qui serai (...)

« ‘Abd al-Laṭīf (1886-1940) était soyeux comme son père, son grand-père et son arrière-grand-père. Son petit atelier, dans lequel il fabriquait des fils de soie noire, se trouvait dans le quartier de Banī Sba’ī, au cœur de la vieille ville. Il travaillait en étroite relation avec une famille de courtiers chrétiens qui l’alimentait en soie brute et assurait la diffusion de sa production sur le marché régional et national. L’aîné de ses fils. Sa’īd (1910-1990), avait été préparé à lui succéder.
Lorsque ‘Abd al-Laṭīf meurt, Sa’īd se retrouve donc à la tête de l’atelier paternel et prend à sa charge son jeune frère Radwān, né tardivement en 1927. Mais en 1945-46, l’atelier n’est plus assez rentable. Sa’īd et son frère doivent donc le fermer10. Un temps sans ressource, ils finissent par accepter la proposition de travail que leur font des parents éloignés, jardiniers dans le zūr al-Na‘ūra. Après avoir travaillé pendant deux ans comme munāsīf (le propriétaire du jardin prélève la moitié de la récolte) sur une parcelle de 6 dunum appartenant à leurs « cousins », les deux frères trouvent à louer, dans le même secteur et comme métayers une exploitation de quelques 36 dunum qu’ils se partagent, chacun prenant 18 dunum. Cette installation définitive dans les jardins les a rapprochés de la branche traditionnellement agricole du lignage, jusqu’à les assimiler à celle-ci aux yeux des jardiniers. Les deux frères consolideront d’ailleurs ce rapprochement en épousant deux "cousines" ».

27Enfin, il ne faut pas sous-estimer les liens, les sollicitations et les occasions que peut provoquer le simple fait de résider dans le même quartier qu’une famille de jardiniers. Si avoir un voisin jardinier ne signifiait pas qu’on allait devenir jardinier à son tour, une reconversion professionnelle pouvait être cependant facilitée en période de crise par cette proximité et le renforcement de relations amicales ou matrimoniales entre deux familles d’un même quartier. J’ai ainsi eu connaissance de plusieurs cas d’anciens ouvriers artisans devenus jardiniers dans les années 1920 et 30 à la suite de leur mariage avec des filles de jardiniers de leur quartier :

  • 11 Procédant ainsi à un mariage badīleh, autrement dit « par échange ».

« Bayt ‘Abd al-Hayy était constituée de petits artisans de Safsafī, un quartier proche de la citadelle. Aḥmad (1830-1900) était cordonnier. Son atelier était situé dans la vieille ville, à Bāb al-Sbā‘. Ses quatre fils, ‘Umar ( ?- ?), Rašīd (7-1930), Sa‘īd (7-1925) et ‘Abbas (1880-1971), travaillaient comme ouvriers dans de petits ateliers de tisserands. Il s’agissait donc d’une famille modeste ; le choix des conjoints donne d’ailleurs une indication de leur niveau social : l’une des deux filles de Aḥmad épousa le fils d’un métayer exploitant des vignes à l’est de Homs et la seconde, un jardinier. ‘Umar épousa, quant à lui, une des sœurs de ce même jardinier11.
Le plus jeune des frères, ‘Abbas, travailla dans un atelier de tissage jusqu’à sa fermeture pour raison économique. Il se fit alors entrepreneur en produits agricoles (dammān) achetant du raisin vert sur pieds, raisin qu’il vendangeait lui-même pour ensuite le transformer en mélasse (debbes). D’un premier mariage, il n’eut qu’un fils, Muḥammad (né en 1912), qui devint épicier.
Après la mort de sa première femme, en 1925, il se remarie avec l’une des filles d’un jardinier de son quartier qui possédait 20 dunum en pleine propriété et louait 12 dunum dans le zūr al-Ǧdīdeh. Il était donc à la tête d’une exploitation de taille respectable. Il avait déjà marié deux de ses fils avec des filles d’artisans du quartier : l’un avec la fille d’un commerçant de laine et le second avec une fille de confectionneur de gâteaux.
Quelques semaines après son mariage, ‘Abbas abandonnait la fabrication de mélasse de raisin et venait travailler dans le jardin de son beau-père. Néo-jardinier sans terre, sans grande expérience, sans relations, ‘Abbas bénéficia ainsi d’un apprentissage et put sans doute compter, en tant qu’affin, sur les réseaux de parenté et de connaissance de son beau-père dans la zone agricole, autrement dit sur tout un capital relationnel.
Lorsque son beau-père mourut en 1933, la femme de ‘Abbas hérita d’une partie du jardin paternel. ‘Abbas prit également en location une dizaine de dunum... le petit tisserand de Safsafi était ainsi devenu un jardinier ordinaire, s’inscrivant aussi bien dans un espace de production, la zone agricole, que dans un réseau complexe de relations sociales et professionnelles. Ses fils, petits-fils et même arrières-petits-fils issus de son second mariage travaillent encore dans les jardins. »

28On voit bien, au terme de cette rapide présentation de quelques-uns des modes d’accès à l’activité de jardinier à Homs, que le lien entre les jardins et la société citadine n’a jamais cessé d’exister dans cette ville, que l’on n’avait pas affaire à deux mondes séparés mais qu’au contraire des passerelles existaient entre société citadine et société des jardins. Le groupe des jardiniers n’était pas un milieu étanche, même si en faire partie supposait bien sûr l’acquisition d’un savoir-faire technique et une socialisation particulière, comme c’est le cas dans tout métier. Mais si les échanges entre société citadine et jardins ont toujours existé à Homs, il semble cependant que jusqu’à une certaine époque, vraisemblablement jusqu’aux années 1930-40, il y avait davantage de citadins — et de ruraux — qui devenaient jardiniers que de jardiniers qui avaient accès à des activités plus spécifiquement citadines : il était plus facile pour un non jardinier de devenir jardinier que pour un jardinier de quitter les jardins et de trouver un travail dans le souk.

29Le mouvement s’inverse à partir des années 1940-50 : les jardiniers qui quittaient les jardins ont alors été plus nombreux que les citadins qui devenaient jardiniers et cela non seulement pour des raisons démographiques — les jardins ne pouvant plus absorber tous les enfants de jardiniers — mais aussi parce que de nouvelles opportunités et de nouveaux champs d’activités professionnelles se sont alors ouverts et multipliés, offrant aux jardiniers et à leurs descendants la possibilité de changer de vie.

À HAMA, SÉGRÉGATION SPATIALE ET SOCIALE ?

30À Hama, la situation s’est présentée de façon différente. La ville a longtemps été plus repliée sur elle-même ; la société citadine y est traditionnellement répulsive et moins encline à accueillir en son sein une population rurale sur laquelle elle a pourtant organisé une grande partie de son développement économique.

ABSENCE DE LIGNAGES D’ORIGINE RURALE ET BÉDOUINE

  • 12 Rappelons toutefois qu’une grande partie de la population de Hama est d’origine bédouine ou vient d (...)

31Ces caractéristiques peuvent expliquer le fait que, sur les trente lignages hamiotes issus des zūr Bāb al-Nahr, al-Šarqī et al-Qiblī que j’ai répertoriés, un seul soit d’origine paysanne. Il s’agit d’une famille ayant quitté al-Qarāt — village situé entre Homs et Damas — à la fin du siècle dernier pour venir s’installer à Hama. J’ignore pour quelle raison cette famille a choisi Hama plutôt que Homs pourtant plus proche, mais je sais que tous ses membres sont devenus jardiniers dès le début de leur installation. Par contre, aucun lignage ne se réclame d’une origine bédouine récente12. L’agriculture maraîchère apparaît donc ici essentiellement comme une activité de citadins.

LES LIGNAGES D’ORIGINE CITADINE

32Les vingt-neuf autres lignages sont en effet désignés comme étant de vieille implantation urbaine. Mais on doit ici aussi distinguer deux catégories parmi ces jardiniers :

  • Les lignages dont l’histoire semble depuis très longtemps liée à celle de la zone agricole et du groupe des jardiniers. Ces lignages de « tradition agricole » constituent la majorité des lignages répertoriés (25/30).

  • Les lignages qui pratiquaient, il y a encore une ou deux générations, des activités artisanales ou de services. Ils sont au nombre de quatre et résidaient dans des quartiers de jardiniers. On y trouve d’anciens portefaix du quartier de ‘Alīlīyāt, des fabricants de colle artisanale et deux lignages de meuniers, ces trois derniers étant originaires du quartier de Bāb al-Ǧisr

33Pourquoi une telle proportion de lignages traditionnels de jardiniers et une si faible proportion de lignages d’origine « citadine » ? Plusieurs hypothèses peuvent être avancées.

34On peut déjà constater que la zone agricole hamiote est plus étroite et réduite que celle de Homs — alors que les deux villes ont longtemps eu la même population — et qu’elle offre par conséquent moins d’occasions de travail, mais aussi de location ou d’achat de terres. Plus la zone à cultiver est réduite, plus il est difficile de s’introduire dans le groupe qui l’exploite, celui-ci veillant à préserver le territoire d’activité dont dépend sa survie. A cette étroitesse de surface s’ajoute le fait que peu de « gens du souk » ont pu acquérir des parcelles dans la zone agricole, celle-ci ayant été longtemps dominée par la moyenne bourgeoisie (‘Alwānī, Ḥāfez...) et surtout par quelques grands propriétaires terriens (‘Aẓem, Kīlānī et Barūdī). Il faut attendre les années 1960 pour qu’un nombre plus important de petits commerçants et d’artisans puisse accéder à la propriété de parcelles, en les achetant à ces lignages de notables alors sur le déclin. Jusqu’à cette date, les petits commerçants et artisans n’avaient pas les mêmes possibilités d’accès à la zone agricole que leurs collègues homsiotes.

35Nous avons déjà pu constater que les jardiniers hamiotes constituaient une population un peu à part, résidant essentiellement dans des quartiers périphériques (Bāb al-Ğisr, ‘Alīlīyāt, Šarqiyyeh...). Les jardiniers ont longtemps constitué une part importante de la population de ces quartiers dans lesquels se développait la plus grande part de leurs relations sociales. Ces quartiers étaient eux-mêmes étroitement associés aux secteurs agricoles, non seulement d’un point de vue géographique (proximité), mais aussi socio-économique, l’agriculture y constituant une des principales activités. Tout semblait se passer comme si pour accéder aux jardins il fallait appartenir au quartier qui leur était associé et au sein duquel se développait et fonctionnait une grande partie des réseaux sociaux : les jardiniers qui, à ma connaissance, ont été contraints de changer de secteur (zūr) ont de fait changé de quartier dans le même temps. Ils se rapprochaient ainsi de leurs nouvelles exploitations, fréquentant, dans leur nouveau quartier, les jardiniers aux côtés desquels ils étaient destinés à travailler.

36De fait, les journaliers hamiotes, comme d’ailleurs les aǧīr, étaient directement recrutés au sein de la population indigente (portefaix, orphelins de jardiniers, sans-emplois) ou parmi les rejetons de petits artisans du quartier et non parmi la population des quartiers du centre-ville et encore moins parmi les ruraux. Ce sont donc ces habitants du quartier qui étaient les plus susceptibles de rejoindre le rang des jardiniers.

37Enfin, comme je l’ai déjà souligné, alors qu’à Homs un grand nombre de jardiniers résidaient dans les quartiers aisés de la vieille ville où ils pouvaient accéder à des réseaux sociaux très variées, à Hama les jardiniers résidaient dans des quartiers excentrés, périphériques et socialement homogènes. Leurs réseaux étaient donc plus limités et leur milieu socioprofessionnel moins ouvert.

38Autant d’indices qui semblent indiquer que les jardiniers hamiotes ont sans doute constitué un groupe socioprofessionnel « périphérique », relativement fermé, en tous les cas moins bien intégré à la société citadine que celui de Homs. Comme me le disait, non sans un certain mépris, un ancien propriétaire de jardins : « autrefois, un fils de jardinier ne pouvait devenir autre chose qu’un jardinier ». Le groupe des jardiniers hamiotes semble donc avoir été relativement stable, s’auto-reproduisant mais se renouvelant assez peu et ayant peu de possibilités de mobilité. Les changements qui sont intervenus à partir des années 1940-50 ont bien sûr modifié cette situation.

2 – QUE DEVIENNENT LES JARDINIERS LORSQU’ILS QUITTENT LES JARDINS ? LES OPPORTUNITÉS DE L’ÉCONOMIE URBAINE

  • 13 Ici, je m’appuierai sur des enquêtes effectuées auprès de quinze lignages de jardiniers (neuf à Hom (...)

39Les économies urbaines de Homs et de Hama n’ont guère évolué avant les premières années de l’indépendance (1946). Elles étaient traditionnellement basées, je l’ai déjà dit, sur ce triptyque constitué par le revenu agricole, le commerce et l’artisanat, ce dernier étant essentiellement lié au textile. Les premiers changements importants n’interviennent pas avant la fin des années 1940. D’abord liés à l’action de l’État et de capitaux privés, ces changements seront menés par l’État seul à partir de 1963, avant finalement un retour du privé à l’occasion de la crise de l’industrie qui se déclare dans les années 1980, retour que les années 1990 viendront confirmer et même renforcer. Quel impact cette évolution — qu’accompagna un développement spectaculaire de l’urbanisation — a pu avoir sur la manière dont les jardiniers et leurs descendants adoptèrent, adaptèrent et organisèrent leurs activités professionnelles en dehors des jardins durant ces mêmes décennies ? Quelles ont été les principales opportunités qui leur furent offertes en termes de travail13 ?

À HOMS

40Si un nombre relativement important de jardiniers a pu quitter la zone agricole avant les années 1940, s’introduisant alors dans certains secteurs traditionnels de l’économie urbaine, ils n’ont commencé à quitter les jardins en nombre réellement significatif qu’à la fin des années 1940, répondant aux sollicitations de secteurs modernes et surtout fortement demandeurs de main-d’œuvre, comme l’industrie et l’artisanat moderne. L’agriculture a ainsi peu à peu perdu de sa prééminence au sein de nos lignages de jardiniers au profit de secteurs en pleine expansion à l’échelle de la ville et même de la région. Les lignages de jardiniers deviennent de fait de moins en moins... des lignages de jardiniers.

AVANT 1946

  • 14 Alors que le jardinier qui venait vendre sa petite production sur le pavé du souk ne s’acquittait d (...)

41Jusqu’aux années 1940, les jardiniers qui parvenaient à quitter leur jardin se dirigeaient vers l’artisanat (menuiserie, fabrication de matelas et tissage) et le petit commerce de proximité, comme la vente de tabac, de bois, de semences agricoles, d’engrais mais surtout de légumes. Dans ce dernier cas, ils bénéficiaient d’une communauté de filière qui leur permettait de passer sans trop de difficultés du stade de petits producteurs de légumes à celui de petits distributeurs. Nous avons en effet déjà vu que nombreux étaient les jardiniers à venir vendre leur petite production sur la chaussée du souk de légumes de la vieille ville. Certains de ces jardiniers ont cependant pris l’habitude de regrouper et de vendre, contre commissions, les petites productions de leur propre lignée et de leurs voisins. S’étant ainsi constitué un réseau de fournisseurs dans leur entourage et un réseau de clients en ville, ils ont fini par obtenir une place fixe14 dans l’un des souks de la ville, le travail dans les jardins devenant une activité secondaire. Ces jardiniers-commerçants et leurs descendants se sont ainsi implantés de façon durable dans les souks et y travaillent encore nos jours. Le même rapport privilégié au milieu agricole peut être évoqué pour les quelques vendeurs de semences et d’engrais issus alors de la zone agricole et dont les anciens collègues jardiniers constituaient les principaux clients.

  • 15 Officiellement supprimé en 1908 par la constitution ottomane (Gaulmier, 1932 : 96).

42Mais le fait qu’il existât encore dans les jardins une organisation professionnelle centralisée, de fortes relations de dépendance entre jardiniers et propriétaires, un mode de transmission des savoir-faire basé essentiellement sur un rapport de filiation, une culture professionnelle mais également des avantages liés à l’accès à des produits alimentaires frais.... tout cela a sans doute longtemps contribué à retenir, en l’absence bien sûr d’une réelle pression démographique, la plupart des jardiniers dans la zone agricole. Cette situation un peu figée, en raison notamment de la rareté des opportunités, de la crise du secteur artisanal et peut-être aussi d’une structure du travail citadin encore marquée par l’ancien système des corps de métier15, allait cependant changer après l’indépendance du pays.

DE 1946 À LA FIN DES ANNÉES 1950

  • 16 On a bien assisté, au cours de la seconde guerre mondiale, à la création de quelques entreprises, s (...)
  • 17 La presque totalité des données sur l’industrie et l’artisanat moderne présentées dans ce paragraph (...)

43En effet, si tout au long de la période mandataire Homs n’a connu qu’une croissance économique lente, avec une prédominance des petites entreprises d’alimentation et de textile et l’absence de tout secteur public16, des activités plus importantes vont en revanche faire leur apparition après 1946, activités essentiellement liées au secteur de l’industrie17.

  • 18 Ainsi, en 1960, Homs comptera vingt-deux établissements textiles (il n’y en avait que deux en 1951) (...)
  • 19 Nationalisée en 1972 et appelée depuis « Compagnie syrienne de transport du pétrole brut ».
  • 20 Consulter le tableau des principales unités industrielles du secteur public à Homs et à Hama présen (...)

44La rente foncière accumulée depuis des décennies va être réinvestie dans l’artisanat et la petite industrie alimentaire18 qui bénéficient alors de facilités douanières et fiscales de la part de l’Etat. Deux grosses unités sont ainsi créées en 1946 : la Société des teintures techniques et la Société du sucre et des produits agricoles. L’industrie lourde fait également ses débuts avec l’implantation par l’État route de Tripoli, d’une raffinerie de pétrole (1957) alimentée par le pipe-line de l’Irak Petroleum Company19 (IPC). D’autres unités industrielles suivront20. Ces importantes mutations économiques attirent toute une population rurale qui s’installe à Homs et dans les villages périphériques (Baba Amr, Deir Attiyé, Deir Baalbé), provoquant une forte croissance démographique et urbaine qui va à son tour alimenter cette industrialisation très solliciteuse de main-d’œuvre.

45Ces nouvelles activités industrielles proches de la ville vont attirer une grande partie des jardiniers ou des fils de jardiniers que la zone agricole ne peut plus désormais complètement absorber. Plus accessibles que le petit commerce puisque ne nécessitant aucun investissement personnel, ces industries offraient aussi les avantages du travail salarié et d’un emploi dans le secteur public. On trouve donc, dès cette époque, d’anciens jardiniers dans les principales entreprises pourvoyeuses d’emplois : l’usine de teinture, la raffinerie de sucre alimentée en betteraves par les nouveaux périmètres irrigués et la raffinerie de pétrole.

46L’activité commerciale se maintient cependant et se diversifie au sein des lignages, relevant très majoritairement du secteur alimentaire (poulets, épicerie, boucherie...), avec un renforcement de la filière agricole. L’artisanat traditionnel est également présent (tissage, menuiserie, boulangerie). On constate enfin, dès cette époque, l’existence d’activités relevant du secteur tertiaire, la présence de quelques fonctionnaires des services municipaux et de l’éducation témoignant d’une diversification des modes d’intégration des lignages de jardiniers à l’économie urbaine, mais signalant aussi que le processus de promotion sociale, dont l’école publique syrienne constitue alors le principal moteur, commence à fonctionner.

47On assiste donc, à partir des années 1950, à une certaine spécialisation des lignées au sein de nos lignages : une distinction se fait entre les lignées qui maintiennent une présence dans les jardins et celles, sans cesse plus nombreuses, dont l’ensemble des activités se retrouve peu à peu à l’extérieur de la zone agricole et qui semblent ainsi rompre avec les jardins. Les trois-quarts des actifs se situent ainsi hors jardins dès les années 1950, travaillant dans des secteurs que l’on peut considérer comme plus particulièrement urbains (petit commerce, artisanat), mais surtout dans ceux directement liés à la modernisation de l’économie (industrie).

LES ANNÉES 1960 ET 70

48En 1961, l’Etat met en place son premier plan quinquennal (1961 -1965), mais cette période sera surtout marquée par les nationalisations des banques et des principales industries du pays. Toutes les grandes entreprises privées homsiotes (teinturerie et textile, minoteries, laiterie, égrenage du coton...) sont ainsi étatisées. En 1965, l’État détient 75 % des capitaux investis dans l’industrie syrienne, reléguant le secteur privé aux seuls petits établissements commerciaux et artisanaux (maximum de quatre salariés). Cette même année est imposé le monopole de l’État sur l’exploitation des richesses du sous-sol et la production électrique, ainsi que sur celles du coton, du ciment, du sucre, du tabac.

  • 21 Une zone artisanale illicite s’est également développée ces dernières années le long de la route de (...)

49Outre l’installation des usines d’engrais chimiques autour du lac de Qattiné (entre 1967 et 1975) vers lesquelles un certain nombre de jardiniers vont se diriger, les années 1960-70 ont aussi vu le développement d’un secteur d’activités qui va rapidement devenir l’une des principales sources de travail pour les jardiniers. Il s’agit de l’artisanat moderne, représenté essentiellement par le secteur de la réparation automobile, regroupant la mécanique, la carrosserie et l’électricité auto. Cet artisanat est donc lié à la motorisation des transports (camions, autobus, automobiles) et de l’agriculture (tracteurs, triporteurs, pick-up...). Dès les années 1960, Homs devient le grand centre régional de cette activité qui s’est surtout développée dans le cadre de la zone de regroupement artisanal créée en 1964 par la mairie de Homs sur quelques 80 hectares en bordure des jardins21. Les jeunes issus de lignages de jardiniers, délaissant le secteur industriel, vont donc être de plus en plus nombreux à se diriger vers cette activité déjà en pleine expansion.

LES ANNÉES 1980 ET 90

50À partir des années 1980, on constate en effet la disparition presque complète du secteur industriel dans les nouveaux choix professionnels au sein des lignages répertoriés. Le travail en usine semble appartenir au passé pour la jeune génération.

  • 22 « À l’avènement du Mouvement de Redressement, le pays connaît une croissance incontrôlée qui s’inte (...)
  • 23 Au niveau national, il ne représente actuellement plus que 13 % du PNB et 20 % de la population act (...)

51On a pourtant assisté à une très forte croissance de la production industrielle entre 1965 et 1980 (de l’ordre de 11,8 % par an). En 1979 cependant, l’État cesse de créer de nouvelles usines à Homs. À partir de 1980, ce secteur entre dans une crise durable en Syrie, avec un important reflux de la production (- 1,4 % par an) entre 1980 et 1988, reflux lié à la fois à une mauvaise organisation de la production, aux difficultés d’importer des matières premières et des pièces de rechange et à une baisse importante de l’aide accordée à la Syrie par les pétro-monarchies22. Le secteur industriel public ne semble donc plus jouer le rôle de réserve d’emplois qu’il a eu par le passé23. De façon plus générale, le gel des salaires dans la fonction publique et la dévaluation de la livre syrienne (1985) ont particulièrement affaibli le pouvoir d’achat des fonctionnaires de l’administration et de l’enseignement et des ouvriers de l’industrie du secteur public.

52Les jeunes actifs issus du milieu des jardiniers délaissent donc ces secteurs dans lesquels travaillent pourtant encore — en pratiquant souvent une seconde activité ou après avoir effectué, nous le verrons plus bas, un retour dans les jardins - leurs pères et parfois leurs grands frères, et s’orientent massivement vers le secteur privé que favorise depuis le début des années 1990 une certaine libération de l’économie (facilités d’importation, loi n° 10 de 1991).

53De ce point de vue, l’artisanat moderne semble désormais se substituer au secteur industriel comme principal secteur d’emplois pour les fils de jardiniers. 11 devient de fait particulièrement dynamique à Homs dans les années 1980, occupant la première place dans l’appareil économique de la ville. Il concerne en 1987, avec les activités de loisir, 43 % de l’ensemble des établissements de Homs et 41 % de ceux de Hama.

54Les fils de jardiniers sont donc nombreux à venir travailler dans la nouvelle zone artisanale, l’artisanat moderne devenant ainsi le premier secteur d’activités dans les lignages alors que, de façon générale, cet artisanat attire un nombre croissant de jeunes artisans issus du souk qui préfèrent à l’activité traditionnelle de leurs pères cet artisanat moderne, mieux payé et socialement beaucoup mieux considéré.

À HAMA

55Les jardiniers hamiotes n’ont commencé à quitter les jardins en nombre significatif qu’à la fin des années 1950, s’orientant alors vers l’industrie, puis le bâtiment et l’artisanat moderne, restant donc globalement à l’écart, en dehors de la vente des fruits et légumes, des secteurs plus citadins que sont le commerce et l’artisanat traditionnel.

A VANT LES ANNÉES 1950

56Seule une petite minorité de jardiniers semble en effet avoir pu, avant cette date, quitter la zone agricole vers d’autres activités urbaines : ils sont devenus portefaix, factotums et surtout commerçants de légumes. Mais tout semble s’être passé comme si les blocages liés à la faible capacité de la société citadine traditionnelle à rendre possible une certaine mobilité professionnelle s’étaient révélés plus importants à Hama qu’à Homs. Les jardiniers hamiotes semblent avoir en effet constitué, jusqu’à une époque assez récente, un groupe professionnel captif d’une zone agricole dominée par les grands propriétaires.

  • 24 Dbiyat souligne que jusque dans les années 1960, « le secteur Industriel de Hama ne comptait que 70 (...)

57Il est vrai que, comparée à sa voisine du sud, Hama a enregistré un retard économique qui peut expliquer en partie cette situation. L’économie urbaine de Hama a pourtant longtemps été très proche de celle de Homs, étant, comme cette dernière, essentiellement basée sur l’agriculture et la rente foncière, sur le commerce avec les bédouins (élevage d’ovins, produits dérivés) et enfin sur l’artisanat traditionnel, en particulier sur celui de la soie. Les deux villes ont connu la même stagnation industrielle de la période mandataire au cours de laquelle ne furent créées que des minoteries et de petites entreprises artisanales d’égrenage du coton et de textile. Mais alors que la bourgeoisie homsiote a su, dès les années 1950, diversifier ses investissements, celle de Hama a continué à n’investir que dans le foncier, fondement traditionnel de son autorité et de sa richesse24. Cet attachement à la terre comme source principale et presque exclusive de revenus et de prestige social coïncidait aussi avec la volonté de cette bourgeoisie de garder le contrôle du développement économique et social de la ville et de la protéger ainsi des influences extérieures. Le développement d’un secteur industriel public, dans les années 1960 et surtout 1970, entraînera un afflux de populations rurales qui bouleversa profondément l’équilibre traditionnel de la société hamiote et menacera son existence même.

DE 1959 AUX ANNÉES 1970

  • 25 Pour plus de détails concernant ces entreprises, se reporter au tableau des principales unités indu (...)
  • 26 Alors qu’en 1970 ce secteur n’employait encore que 700 ouvriers, on en dénombrait 7 367 en 1989.
  • 27 De fait, la main-d’œuvre rurale est très présente dans les principales industries : en 1989 on trou (...)

58Il faut donc attendre la fin des années 1950 pour que les choses commencent à changer pour les jardiniers. L’apparition d’un secteur industriel rend alors possible le départ de la zone agricole d’un nombre important de jardiniers : un tiers des actifs de nos lignages se retrouve ainsi dans ce nouveau secteur dès les années 1960. Celui-ci n’est apparu que tardivement à Наша : la première entreprise dans laquelle des jardiniers ont pu trouver un emploi, l’usine de porcelaine, n’a été créée qu’en 1959, les jardiniers hamiotes ont donc fait leur entrée dans le monde du travail salarié plus de dix ans après leurs collègues homsiotes (raffinerie de sucre, 1948). Après l’usine de porcelaine, une cimenterie fut construite en 1961 à Kafr Buhum, un village situé à 6 km au sud-ouest de Hama. Puis se fut le tour d’une filature (1969), d’un complexe métallurgique (1970-1975) et d’une usine de production de pneumatiques (1976)25. Le développement de ce secteur industriel public se prolongera à Hama jusqu’à la fin des années 197026. Au total, ce sont treize unités industrielles qui ont pu être créées à Hama entre 1974 et 1976 (contre trois à Homs durant la même période). Cet effort, rendu possible par les retombées économiques de la guerre de 1973, participait d’une volonté de l’État de créer à Hama une classe ouvrière issue des campagnes qui soit en mesure de contrebalancer l’influence de la bourgeoisie traditionnelle27.

LES ANNÉES 1980 ET 90

  • 28 Rappelons qu’une insurrection des Frères musulmans au printemps 1982 et la très brutale répression (...)

59L’un des secteurs d’activités alors dominant dans les lignages de jardiniers est celui des métiers du bâtiment et de la construction. Cela peut s’expliquer par le fait que de gros efforts de reconstruction ont du être entrepris, par l’État comme par le privé, dans les années qui ont suivi les événements de 198228. Si depuis cette date la ville n’a cessé de panser ses plaies, de nombreuses régions urbaines restaient encore en 1995 à l’état de terrains vagues, de champs de ruines ou en chantier, comme par exemple l’emplacement du bazar aux légumes dans l’ancien souk al-Ḥāder al-Kabīr ou encore la partie du quartier al-’Alīlīyāt proche de la place de l’Horloge. À cette nécessaire reconstruction du centre-ville, il faut bien sûr ajouter la construction de quartiers résidentiels nouveaux accompagnant l’extension naturelle de la ville depuis plusieurs décennies.

  • 29 Au niveau national, les travailleurs du bâtiment sont passés de 5,5 % de la population active en 19 (...)

60Les métiers du bâtiment semblent donc constituer un secteur d’activité dynamique à Hama. Le recensement de 1981 concernant l’ensemble de la muāfaa de Hama précise que la construction y occupait alors la troisième place avec 11,61 % de la population active après l’agriculture (39,72 %) et l’industrie (12,67 %). Ces chiffres29 ne rendent bien sûr pas compte des retombées des événements de 1982 sur le secteur de la construction, mais on peut supposer que les pourcentages de ce secteur ont progressé au cours des années 1980. De nombreux jardiniers et fils de jardiniers travaillent donc comme peintres en bâtiment, maçons ou simples manœuvres sur des chantiers de la ville ou de la région, n’hésitant pas à se rendre au Liban, autre grand chantier de reconstruction.

61Enfin, une zone artisanale a été tardivement construite à Hama (1988) sur 40 hectares situés en bordure de la route de Salamié, afin de regrouper là des activités jugées gênantes pour le centre-ville (mécanique auto, matériaux de construction...). Moins importante et dynamique que celle de Homs, cette zone artisanale reste en effet handicapée par la proximité d’Alep. Un nombre croissant d’actifs issus de lignages de jardiniers travaille cependant dans ce secteur qui, depuis le début des années 1990, semble prendre peu à peu la place des métiers du bâtiment.

62Nous avons constaté que nombre de jardiniers homsiotes avaient quitté assez précocement leur zone agricole : le premier mouvement de réelle importance s’est fait grosso modo dans les années 1940, alors qu’à Hama il faut attendre les années 1950 pour assister à un phénomène comparable. Dynamisme économique et démographique mais aussi structure sociale urbaine peuvent expliquer cet écart entre les deux agglomérations.

63Ainsi à Homs, les premières activités non agricoles ont été pratiquées, antérieurement aux années 1940, dans le cadre même de la société citadine, puisqu’il s’agissait de commerce et d’artisanat. Résidant traditionnellement dans les quartiers du centre-ville, les jardiniers homsiotes sont parfois eux-mêmes d’anciens artisans ou appartiennent à un lignage dont certaines lignées travaillent dans le souk. Ils ont eu accès à des réseaux diversifiés et ont pu ainsi disposer d’une certaine latitude dans leur déplacement d’activité. Ainsi, dans les lignages de jardiniers, la part du commerce et de l’artisanat traditionnel restera importante, même lorsque vont apparaître l’industrie et l’artisanat moderne.

64À Hama, la première génération à avoir quitté les jardins s’est en grande partie orientée vers l’industrie, comme si l’arrivée de celle-ci dans la région offrait à des dizaines de jardiniers et de fils de jardiniers l’occasion de quitter enfin une zone agricole dans laquelle les aurait maintenus jusqu’alors une société citadine de nature rigide et conservatrice. On constate, en revanche, la faible présence du petit commerce (hors maraîchage) et la quasi-absence de l’artisanat traditionnel. Les métiers du bâtiment vont par contre prendre de l’importance dans les deux dernières décennies, remplaçant l’industrie comme principale source d’emplois, avant d’être sans doute distancés par l’artisanat moderne.

3 – TRANSFORMATIONS ET ADAPTATIONS DE L’ACTIVITÉ AGRICOLE

65Cet accès de la plupart des lignages de jardiniers à de nouveaux champs socioprofessionnels extérieurs à la zone des jardins n’a pas été sans effets sur le statut du jardinier et sur ses pratiques professionnelles. En effet, dès lors que certains membres de son lignage, de sa lignée ou de sa famille ont quitté les jardins et ont acquis des connaissances et la pratique de techniques nouvelles, le jardinier se trouve à la fois impliqué dans ces changements et comme pris à témoin. Sa présence persistante au côté d’une société urbaine qui se transforme rapidement pose elle-même question : il est celui qui reste, qui conserve et à travers lequel semble perdurer une certaine identité sociale et professionnelle que d’aucuns considèrent comme archaïque... d’un autre côté, l’amélioration des conditions de travail du jardinier, mais aussi les nouvelles possibilités offertes depuis plusieurs décennies sur le marché du travail urbain, le fait que l’agriculture semble de plus en plus souvent se conjuguer avec d’autres activités... n’ont pas été sans modifier son image de travailleur pauvre. Dans ce contexte, de quelle manière a évolué le métier de jardinier ? Comment ont été conciliées agriculture et activités nouvelles ? Quelles ont été les conséquences de la pluri-activité sur la pratique même de l’agriculture ? Quelle place occupent désormais les exploitations agricoles dans les lignages des jardiniers ? Et au regard des changements intervenus, quelle est la place des jardiniers dans la ville ?

COMMENT A ÉVOLUÉ LE MÉTIER DE JARDINIER ?

66Nous avons vu que ce sont plus ou moins les trois dernières générations qui ont connu, à Homs comme à Hama, les changements les plus significatifs, changements surtout marqués par le développement de l’industrie et de l’artisanat moderne mais aussi par une croissance sans précédent de l’activité urbaine (commerce, bâtiment...). La plupart des lignages de jardiniers, saisissant ces nouvelles opportunités, ont ainsi connu une importante diversification de leurs activités professionnelles, au point que l’agriculture, encore fortement majoritaire dans ces lignages au moment de l’indépendance du pays, a peu à peu perdu sa prédominance.

67Il ne faut toutefois pas en conclure que cette diversification professionnelle a nécessairement entraîné une rupture radicale de l’ensemble de ces lignages avec la zone des jardins. J’ai déjà signalé qu’une certaine spécialisation pouvait s’être effectuée entre les lignées qui ont conservé un lien plus ou moins étroit avec les jardins et les lignées qui, au contraire, s’en sont éloigné plus franchement, rompant alors souvent radicalement avec leur passé.

68Dans le cas des lignées ayant gardé un caractère agricole, on peut distinguer plusieurs degrés possibles d’implication dans les jardins : on trouve des jardiniers professionnels travaillant à plein temps ou même à mi-temps aux côtés d’individus impliqués dans d’autres secteurs d’activités mais acceptant de travailler occasionnellement dans les jardins. Pour certains membres de ces lignées, la relation avec les jardins peut se limiter à de simples visites régulières, occasionnelles ou exceptionnelles, être exclusivement liée à un événement (fête) ou encore à une saison plus propice aux sorties (printemps, été) ; on se rend alors dans le jardin seul ou en famille, pour le plaisir d’y passer quelques heures, pour revoir le parent qui y travaille, pour tout simplement prendre l’air, passer un bon moment... les situations sont nombreuses et les occasions de contacts multiples. Ces différentes formes d’implication dépendent bien sûr du degré de parenté que l’on a avec la personne ayant la charge du jardin : un fils aidera son père plus fréquemment qu’un neveu et le frère davantage que le cousin éloigné... ainsi, d’une génération à l’autre, les liens avec le jardin peuvent s’affaiblir et même disparaître au fur et à mesure que se distendent les liens de parenté avec celui ou ceux qui restent au jardin. Les visites s’espacent puis cessent définitivement. Des lignées issues d’anciens lignages de jardiniers peuvent ainsi se retrouver peu à peu coupées de l’univers des jardins et du reste de leur lignage qui continue à y travailler.

69Au tout premier rang des personnes concernées par les jardins, en dehors du chef d’exploitation lui-même, on trouve le fils du jardinier. Celui-ci a de nombreuses occasions de participer directement à l’exploitation du jardin paternel : il peut devenir jardinier lui-même et reprendre le jardin à la mort de son père. S’il hérite de la propriété d’un jardin, il peut le maintenir dans sa seule fonction agricole ou le transformer en simple lieu de réunion familial ou encore le vendre...

70Les alternatives qui se présentent et qui déterminent la nature des liens de ce fils de jardinier avec l’exploitation paternelle — et partant de là avec le groupe professionnel des jardiniers — semblent dépendre en partie du caractère même de l’activité qu’il pratique en dehors des jardins. Ainsi, dans les lignages sur l’exemple desquels je me suis appuyé plus haut et pour ne prendre que les principales activités, il semblerait que l’on trouve plus de fonctionnaires, de maçons (Hama) et d’ouvriers du secteur public travaillant dans les parcelles, que de commerçants (exceptés des vendeurs de fruits et légumes), d’artisans traditionnels et de mécanos de la zone de regroupement artisanal. Cette distinction s’expliquerait de plusieurs manières.

  • 30 Basé sur l’apprentissage et l’autorité d’un patron, l’artisanat moderne ne semble guère s’éloigner (...)

71Rappelons tout d’abord que les commerçants et les artisans issus de lignages de jardiniers sont, de façon générale, moins nombreux que les ouvriers et les maçons et qu’ils sont moins bien représentés à Hama qu’à Homs. Ce serait donc en partie une question de représentativité. À cela, il faut ajouter que les membres de lignages de jardiniers devenus commerçants ou artisans traditionnels ont souvent bénéficié d’une intégration plus ancienne à la société citadine, du moins à Homs : le commerce et l’artisanat traditionnel sont en effet les secteurs d’activités auxquels ont pu avoir recours les premiers jardiniers homsiotes pour quitter la zone des jardins. Dans ces lignées, la rupture avec les jardins serait donc plus ancienne qu’ailleurs. On peut également avancer un argument plus économique : le niveau de vie d’un commerçant et d’un artisan est actuellement suffisamment élevé pour lui éviter de chercher dans les jardins l’apport d’un revenu complémentaire. Quant à l’artisanat moderne, son actuel dynamisme semble dispenser l’artisan de toute autre pratique professionnelle, ne lui laissant en tous les cas guère le temps de pratiquer30 l’agriculture : horaires d’atelier et horaires de jardin semblent être tout à fait incompatibles.

  • 31 Aux fortes chaleurs de l’été syrien peuvent succéder les pluies de novembre et le froid, le gel et (...)

72Concernant le commerce, on peut avancer une autre explication révélatrice d’un état d’esprit des jardiniers. À Homs comme à Hama, le rêve déclaré du jardinier est de devenir commerçant. Pour lui, cela signifie avant tout l’acquisition d’une véritable maîtrise de son travail, de son temps ainsi que la pratique d’un métier propre et protégé : rester à l’abri des intempéries dans une boutique bien chauffée tout en gagnant convenablement sa vie. Derrière cette image donnée par les jardiniers lorsqu’on leur demande ce que représente pour eux le commerce, semble transparaître — comme en négatif — tout l’inconfort et l’insécurité qui caractérisent encore le travail du jardinier confronté, aux portes même de la ville, aux rigueurs des intempéries31. Pour le jardinier, le maraîchage et le commerce restent deux activités que tout semble opposer. Cette opposition est d’ailleurs très clairement exprimée par un dicton régulièrement entendu dans les jardins : « le commerce c’est l’espoir, la terre c’est du travail » (al-tiǧārah amal, al-’ar ‘amal). Tout est dit ici : le commerçant, c’est celui qui, installé au cœur même du souk, contrôle les flux financiers et les marchandises et alimente la ville sans se salir... tout le contraire d’un jardinier qui peine à l’extérieur et ramène la boue des champs jusqu’au cœur de la médina. Le commerçant, c’est aussi celui qui prête de l’argent et qui a ainsi longtemps imposé son contrôle sur le jardinier et le paysan. Le commerçant, c’est l’opposé du jardinier, mais c’est aussi son idéal : pouvoir accéder à son statut est considéré par le jardinier comme la meilleure des promotions sociales. Aussi, en dehors du cas des commerçants de légumes qui peuvent être restés jardiniers en raison de l’aspect complémentaire des deux activités, les jardiniers ou les fils de jardiniers qui sont devenus commerçants semblent avoir rompu avec le travail de la terre, autant en raison de leur aisance économique que d’un rejet de ce qui à leurs yeux a constitué une époque difficile pour leur famille. S’ils effectuent un retour aux jardins, ce sera en tant que simples amateurs (comme nous le verrons plus bas) ou par l’acquisition d’une propriété et sa mise en exploitation par des journaliers : leur rapport à la terre sera alors celle, valorisante, du propriétaire foncier.

73Seuls l’industrie et les métiers du bâtiment semblent donc être compatibles avec l’exercice d’une activité régulière dans les jardins, et c’est à la fois dans la structure même de l’organisation du travail et dans la situation économique de ces travailleurs que cette constatation pourrait trouver une partie au moins de son explication : ceux qui demeurent ou qui reviennent dans les jardins sont ceux qui restent économiquement dépendants de ces jardins.

  • 32 L’ouvrier du secteur industriel public est un fonctionnaire. C’est d’ailleurs le terme de mūaẓẓaf ((...)

74Pour de nombreux jardiniers, la fonction publique (administration, éducation) et surtout l’industrie ont représenté à la fois un nouveau mode de vie, la possibilité d’un progrès et d’un développement collectif et individuel, une chance d’accéder à un univers extérieur à l’ancienne société citadine et à ses réseaux traditionnels figés. Ces deux secteurs semblaient offrir un accès immédiat à la modernité, permettant ainsi de rompre avec les rapports traditionnels de subordination et de dépendance. Enfin, le statut de salarié permettait au jardinier d’échapper au caractère aléatoire du revenu agricole, toujours dépendant d’un incident climatique ou d’une chute des prix du marché : pour la première fois, il avait l’assurance d’obtenir chaque mois le même revenu. Pour beaucoup de ceux qui, jardiniers ou fils de jardinier, se sont engagés dans cette voie, il s’est bien effectué une rupture, même partielle, avec l’activité agricole : en période d’expansion économique et industrielle (années 1960-70), un salaire de fonctionnaire32 suffisait alors à faire vivre toute une famille. On retournait au jardin pour donner un coup de main, mais pas pour y travailler dans le but d’obtenir un revenu régulier : être fonctionnaire ou ouvrier rapportait alors davantage que de travailler la terre et était beaucoup moins pénible.

  • 33 C’est ce qu’observait Longuenesse (1979 : 254) à propos du flux des paysans vers l’industrie : « Le (...)

75L’extension du salariat a ainsi pu entraîner un certain individualisme, en tous les cas une redéfinition des rapports entre les liens de parenté et les rôles économiques au sein de la famille, le père / chef d’exploitation perdant le contrôle direct d’une partie du revenu familial. Alors que l’activité commerciale et même artisanale supposait souvent une participation familiale de nature économique et sociale (activation des réseaux, implication financière), le recrutement salarial semble s’être fait sur une base plus individuelle : le fils avait moins besoin de mobiliser les ressources de sa famille pour se faire embaucher dans l’industrie et acquérait, plus rapidement que ne lui aurait permis l’agriculture, son autonomie financière. Il avait ainsi tendance à échapper à une autorité paternelle se réalisant surtout dans un rapport particulier à l’exploitation et à la transmission des savoirs agricoles33.

  • 34 La valeur de la livre syrienne a en effet alors été divisée par trois par rapport au dollar en 1985
  • 35 Les salaires moyens de la fonction publique ne dépassent guère les 4 000 livres par mois (1995), ce (...)

76La crise économique des années 1980, la dévaluation brutale de la livre syrienne34 et la forte dépréciation du salaire des fonctionnaires et des ouvriers du secteur public ont perturbé cette évolution. Ne pouvant plus survivre avec un salaire désormais très insuffisant35, les fonctionnaires et les ouvriers sont revenus travailler dans les jardins familiaux. On a donc assisté, dans les années 1980, au retour dans les jardins de toute une population qui s’était formée et avait travaillé ailleurs, dans les administrations, parfois dans l’enseignement et surtout dans l’industrie, mais qui avait malgré tout gardé un rapport avec la « chose » agricole. La « reprofessionnalisation agricole » de cette population s’en est donc trouvée facilitée.

  • 36 Ainsi, dans le cas des professeurs du secondaire, la demande, dûment justifiée, doit être acceptée (...)
  • 37 La double activité fut longtemps interdite dans la fonction publique, mais devant la généralisation (...)
  • 38 À La question de savoir si le fait de travailler à la fois à l’usine d’azote de Qattiné et dans son (...)

77En revanche, ce retour aux jardins ne semble pas avoir provoqué un abandon du travail salarié. Outre le fait qu’il peut être difficile et délicat de démissionner de la fonction publique en Syrie36 et que les heures de travail de beaucoup de fonctionnaires, regroupées du matin au début de l’après-midi, laissent du temps à l’exercice d’une seconde activité37 pendant l’après-midi, de nombreux avantages restent encore attachés au statut de fonctionnaire : apport d’un revenu fixe permettant de mieux gérer le revenu agricole, accès à une coopérative d’achats (riz, sucre, farine...), parfois à une voiture de fonction, remboursement des frais médicaux, accès à certain niveau de responsabilité et donc d’autorité, participation à des réseaux socioprofessionnels extra-agricoles pouvant parfois avoir leur utilité dans le cadre du jardin, surtout dans l’administration... et tout cela pour un travail rarement abondant : la pléthore de fonctionnaires et d’ouvriers transforme souvent la vie de nombre de ces derniers en une longue et ennuyeuse attente devant des verres de thé et un bureau vide38.

« Sayf al-Dīn (45 ans) a quitté le jardin (17 dunum) de son père à l’âge de 20 ans pour travailler d’abord dans un hammam de Homs, puis comme ouvrier à l’usine de phosphates. Il n’a cependant jamais cessé d’aider son père (75 ans), lui consacrant plusieurs heures par semaine contre un simple approvisionnement en légumes. Mais depuis maintenant dix ans, il travaille au moins quatre heures par jour dans le jardin, sous la direction de son père, tout en restant ouvrier à l’usine. Ainsi, sur un revenu de 9 000 livres mensuelles. 4 000 livres proviennent de l’usine et 5 000 livres du jardin. À cette somme de 5 000 livres, qui est parfois portée à 6 000 et parfois réduite à 3 000 selon les saisons, les prix du souk et la qualité des récoltes, il faut bien sûr ajouter tous les avantages en nature (fruits, légumes, lait, œufs) dont il bénéficie, cette part d’autoconsommation qui constitue un des privilèges du jardinier. Il est cependant prévu que son père lui abandonne peu à peu le jardin. Au ternie de cette transmission, qui devrait s’achever dans cinq ou six ans. son revenu mensuel moyen sera alors porté à plus ou moins 16 000 livres : 4 000 livres provenant donc de l’usine et 12 000 livres de l’exploitation de son jardin. » (S., zūr al-Ḫarāb. Homs, 19 juillet 1994).

78Il ne faut également pas sous-estimer certains avantages symboliques octroyés par la fonction publique. Le passage du jardin au travail en usine et, plus encore, au travail de bureau a représenté pour beaucoup de jardiniers un changement significatif de statut et une véritable ascension sociale. Dans ces conditions, comment gérer ce retour à une activité agricole professionnelle ? Comment redevenir jardinier sans que cela soit perçu comme une régression sociale ? Les jardiniers qui se trouvent dans ce cas continuent encore à se présenter comme fonctionnaires. Ils mettent en avant ce statut et ne présentent le jardin que comme une activité secondaire, parfois comme un simple passe-temps ou un loisir, alors que c’est cette activité-là qui fournit désormais la plus grande partie de leur revenu : on pourrait presque dire que chez ces jardiniers à mi-temps, il existe une « activité statutaire » (fonction publique) et une « activité alimentaire » (l’agriculture).

  • 39 Et que de récents articles de presse ne semblent pas démentir. Voir par exemple celui de G. Paris ( (...)

79On constate cependant que l’activité agricole est de plus en plus perçue, de la part des citadins interrogés (marchands du souk, commerçants de quartier, artisans), comme une activité qui est devenue socialement enviable. En cette période économiquement difficile et de baisse générale du niveau de vie39, les inconvénients inhérents à l’activité agricole (saleté, pénibilité, instabilité, nature aléatoire des cultures...) semblent s’effacer devant les avantages indéniables : autonomie alimentaire, relative aisance financière, supérieure en tous les cas à celle de la plupart des fonctionnaires. Ce changement de perception est lié tout autant aux conditions économiques actuelles — dont pâtissent en particulier les activités liées au secteur public — qu’aux changements survenus depuis une trentaine d’années dans le monde agricole à la suite des différentes lois et réformes agraires, donnant aux exploitants agricoles un nouveau statut, celui de quasi-propriétaire. Ainsi, exploiter un jardin, même au titre de la simple location, est de plus en plus considéré comme une chance.

80L’agriculture peut également fournir un revenu complémentaire à tous ceux qui pratiquent une activité précaire ou ne pouvant être exercée régulièrement, comme par exemple les métiers du bâtiment, les transports de marchandise, la manutention ou encore la vente à la sauvette. Le cas des jardiniers-maçons est de ce point de vue assez intéressant, comme l’illustre l’exemple suivant :

« Rafiq est un célibataire de 30 ans. Il est le frère cadet d’un jardinier hamiote (34 ans) qui travaille avec son père (75 ans) sur une exploitation du zūr al-Šarqī. Rafiq a quitté le jardin à l’âge de 16 ans pour devenir maçon. Il a d’abord été apprenti chez un de leurs voisins, dans le quartier al-Šarqiyyeh, puis, après son service militaire, il est allé travailler quelques années au Liban. Il est enfin rentré à Hama où il y avait de gros chantiers à la suite des événements de 1982. Depuis, il passe d’un chantier à l’autre, sans trop savoir de quoi sera fait le lendemain et sans être certain de pouvoir toujours trouver du travail, mais ça ne l’inquiète pas. Il lui arrive d’attendre plusieurs semaines avant de pouvoir se faire à nouveau engager. Il travaille alors avec son frère qui lui fournit la nourriture et le fait participer aux revenus du jardin. Si un jour Rafiq ne trouve plus rien, il reviendra définitivement dans le jardin. C’est du moins ce qu’il affirme. Leur père se fait vieux et son frère aura toujours besoin d’aide. » (A.H., zūr al-Šarqī, Hama, 6 juillet 1993).

  • 40 Mais il peut arriver qu’en certaines périodes l’agriculture devienne à son tour une activité partic (...)

81Le jardin apparaît donc ici comme offrant tout à la fois une sécurité économique et une sorte de filet de sécurité sociale. Fournissant une activité intermédiaire entre deux périodes d’un travail parfois mieux payé, mais plus irrégulier, le jardin assure de fait le minimum vital. Il fournit ainsi une marge de manœuvre économique suffisante pour que la précarité ou la mobilité de certains métiers ne constitue pas un handicap et un drame social. On travaille quelque mois à l’extérieur de la zone agricole puis on revient dans le jardin avant de prendre un nouvel engagement ailleurs. Le jardinier professionnel le père ou le frère — semble ainsi assurer la permanence du jardin en tant que « ressource de sécurité » pour d’autres membres de la famille qui eux vont et viennent et ne sont que des jardiniers occasionnels, mais qui peuvent un jour devenir des professionnels par nécessité. Le jardin apparaît donc comme un élément stable dans l’économie familiale rendant possible une certaine stabilité professionnelle40.

DU PROFESSIONNEL À L’AMATEUR, LES DEGRÉS D’IMPLICATION DU JARDINIER

82On observe depuis presque vingt ans, à Homs comme à Hama, divers niveaux d’implication du jardinier dans l’activité agricole. Ces niveaux peuvent se déterminer essentiellement à partir d’un certain degré de professionnalisation ou d’amateurisme et par la présence ou l’absence d’une activité secondaire.

83On peut ainsi considérer comme professionnel le jardinier dont l’ensemble ou une partie importante du revenu mensuel provient de l’activité agricole. Mais il est bien sûr difficile et arbitraire de fixer un seuil à partir duquel un revenu agricole peut servir à définir un statut de professionnel : 10 % ? 40 % ? 70 % du revenu global ? Une chose est certaine, c’est que le jardinier professionnel travaille chaque jour et pendant plusieurs heures dans son jardin et qu’il vend la majorité de sa production dans les souks de la ville et dans son quartier. Au critère du revenu s’ajoutent donc ceux de la quotidienneté de l’activité et de la commercialisation des produits du jardin.

84Le jardinier amateur peut donc être défini en inversant ces critères : l’essentiel de son revenu se trouve ailleurs et il ne se rend pas tous les jours dans son jardin. L’amateur limite en effet ses séjours dans la zone agricole à la seule belle saison, c’est-à-dire le printemps et l’été. Il évite d’y venir l’hiver, laissant son jardin en friche pendant toute cette période. Même en été, il peut ne se rendre dans son jardin que quelques heures par semaine, le jeudi soir et le vendredi par exemple. Son emploi du temps est principalement structuré par son autre activité, le jardin ne trouvant place que dans les périodes creuses, les moments de vacance. Quant à la production agricole, si elle est très appréciée, elle n’en reste pas moins secondaire et elle ne fait pas l’objet d’une commercialisation : le jardinier amateur consomme ou distribue à sa famille, aux autres membres de sa lignée, à ses amis tout ce qu’il produit. Il ne vend pas.

85Un autre critère permet de distinguer le jardinier professionnel du jardinier amateur : celui de la surface des exploitations et de leur statut foncier. En effet, les jardiniers amateurs ont des exploitations plus petites que les jardiniers professionnels. On peut dire que tous les jardiniers amateurs ont de petites exploitations, alors que les jardiniers professionnels disposent de petites comme de grandes exploitations. Il est toutefois rare qu’ils ne disposent que de quelques mètres carrés, surface dont en revanche le jardinier amateur peut se satisfaire alors qu’une exploitation de 10 ou 20 dunum serait trop grande pour lui. Si le jardinier professionnel peut être propriétaire comme locataire de son jardin, il est par contre très difficile pour un jardinier amateur d’être simple locataire de son jardin. Cela l’obligerait à une présence et un travail continus, puisqu’un locataire ne peut laisser non exploitée une terre sans prendre le risque de voir son propriétaire la récupérer : il lui faudrait travailler son jardin tout au long de l’année, été comme hiver. Il est donc propriétaire de ses parcelles, qu’il les ait achetées ou reçues en héritage. Dans ce dernier cas, les successions et le partage des jardins familiaux ont souvent réduit considérablement ces propriétés individuelles qui, trop étroites pour une activité professionnelle, restent en revanche suffisantes pour une pratique d’amateur.

86Au-delà de ces critères de revenus, de quotidienneté, de commercialisation, de surface et de régime foncier, on peut aussi prendre en compte la manière de se comporter dans un jardin et surtout de l’utiliser. La majeure partie du temps qu’un jardinier professionnel passera dans son jardin sera consacrée au travail agricole, ce qui n’est pas nécessairement le cas de l’amateur qui attachera autant d’importance à la réception des visiteurs qu’au travail dans ses parcelles. Le professionnel tient à disposer de longues séquences ininterrompues de travail, même s’il s’accorde lui aussi des temps de repos et de réception. En revanche, l’amateur est tout à fait disposé à interrompre à tout moment son travail pour accueillir un visiteur inopiné et passer plusieurs heures en sa compagnie : il est disponible et le visiteur le sait bien. Pour l’amateur, le jardin est autant un lieu de réception que de production et celle-ci ne semble pas en constituer le but ultime.

87Les techniques employées peuvent être aussi un critère différenciant le professionnel de l’amateur. En effet, celui-ci ne dispose généralement que d’un outillage réduit aux seuls outils légers (bêche, herminette, râteau). On ne trouve donc pas chez l’amateur de motoculteur, de charrue ou de tracteur, essentiellement en raison de l’étroitesse des surfaces, mais aussi en raison de l’important investissement financier que ce matériel représente, investissement qui n’est pas jugé nécessaire. Contrairement au professionnel, l’amateur ne produit généralement pas ses propres semis mais achète ses graines chaque année à un jardinier professionnel ou à un commerçant de la ville, de même qu’il utilise exclusivement des engrais chimiques, ne disposant pas de bétail pouvant lui fournir un engrais naturel. Son travail de la terre n’est pas soutenu mais s’opère sur de courtes périodes séparées par des périodes aussi longues de repos. Il n’investit qu’un minimum de force dans ce travail et n’hésite pas à le reporter au lendemain s’il se sent fatigué ou si une discussion le retient. De même, il ne sélectionnera que des espèces faciles à cultiver (salades, tomates), ne demandant pas un soin soutenu et de fréquentes récoltes. Il évitera donc le persil, la menthe, la mluiyyeh. On le voit, son intérêt pour le jardin est ailleurs que dans une production dont ne dépend pas (ou plus) sa survie, mais seulement une certaine forme d’auto-approvisionnement. Il s’agit donc là moins d’un maraîchage que du « jardinage » tel que nous pouvons plus facilement le concevoir en Occident, c’est-à-dire une pratique ludique du travail de la terre.

88Le jardin devient, pour l’amateur, un loisir et non la base d’une activité professionnelle. Il est du coup moins bien intégré aux réseaux socioprofessionnels constitutifs du groupe des jardiniers. Il ne fait pas non plus partie de la coopérative. Son jardinage est pour lui une façon de prolonger une tradition familiale, la présence de son lignage dans les jardins, même (on pourrait dire surtout) lorsque celle-ci ne se justifie plus économiquement.

89À l’échelle de la zone agricole, les jardiniers amateurs sont encore minoritaires, mais ils sont plus nombreux à Homs qu’à Hama. Le fait qu’à Hama il n’y a eu de jardiniers propriétaires de leurs jardins que récemment (années 1960) n’est sans doute pas étranger à cette situation : il faudra quelques générations de jardiniers propriétaires pour que l’effet conjoint de la diversification des activités et du fractionnement des propriétés foncières facilite l’apparition de jardiniers amateurs sur des micro-parcelles héritées. À Homs, ces amateurs sont le plus souvent des fils ou des petits-fils de jardinier devenus commerçants ou exerçant une profession libérale (avocats, médecins, ingénieurs-conseils)... ils n’ont hérité que de très petites parcelles de jardins qu’ils conservent néanmoins jalousement. Ils sont généralement issus de ces anciens grands lignages de jardiniers qui ont longtemps dominé la zone des jardins.

90Il faut cependant signaler la présence d’amateurs qui ne sont pas directement issus du milieu des jardiniers : ce peut être de petits commerçants qui jardinent eux-mêmes, comme par le passé, les quelques parcelles qu’ils ont pu acheter. Ils se sont généralement bien intégrés au milieu agricole, entretenant de bonnes relations avec leurs voisins jardiniers dont ils sollicitent les conseils.

91Dans la catégorie des jardiniers professionnels, qui reste de loin la plus importante, on trouve les jardiniers à plein temps, travaillant ainsi toute la journée et six jours sur sept dans leurs jardins, mais aussi les jardiniers qui y travaillent à mi-temps, disposant d’une autre activité. Celle-ci ne leur rapporte cependant plus suffisamment pour que, d’un point de vue financier, ils puissent s’en contenter. Comme nous l’avons vu plus haut, l’agriculture constitue alors une part importante et souvent majoritaire du revenu de ces jardiniers à mi-temps, jardiniers/ouvriers, jardiniers/instituteurs, jardiniers/employés de bureau... qui divisent donc désormais leur journée entre ville et jardins ou entre usine et jardins.

92Ils apportent dans les jardins toute une expérience acquise dans leur autre activité et ont souvent de la gestion d’un jardin une conception différente de celle de leur père, introduisant par exemple l’usage du livre de compte, modernisant certains secteurs de l’exploitation (étables en dur avec sol en ciment, trayeuse électrique, sulfateuse à air comprimé, tuyaux d’irrigation en plastique...), ou encore modifiant le mode d’exploitation du jardin en le transformant en pépinière ou en y introduisant des cultures sous serres ventilées.

93Une partie des associations d’intérêt qui se sont développées depuis quelques années entre jardiniers et citadins a souvent pour initiateurs ces jardiniers à mi-temps qui mettent ainsi en rapport l’univers des jardins avec les réseaux auxquels ils participent dans le cadre de leur autre activité. Nous verrons un peu plus loin que ces associations peuvent concerner l’élevage d’abeilles, l’engraissage de veaux ou encore la participation financière d’un commerçant à la mise en culture d’un champs de maïs contre une part du bénéfice à la vente. Ce type de participations directes de la société citadine à l’activité agricole a sans doute toujours existé, mais les initiatives se sont multipliées depuis une quinzaine d’années, ouvrant plus largement l’éventail des intervenants extérieurs. Si la diversification des activités au sein des lignages de jardiniers, entamée depuis maintenant plus de quarante ans, semble avoir entraîné une plus grande perméabilité de la zone agricole et sa mise en relation avec d’autres milieux sociaux, cette ouverture semble cependant s’être renforcée depuis que nombre d’anciens jardiniers et de fils de jardiniers ont opéré leur retour au jardin au cours des années 1980.

ÉVOLUTION DES MODES DE DIFFÉRENCIATIONS SOCIALES À L’INTÉRIEUR DE LA ZONE AGRICOLE

94Cette évolution n’a pas été sans conséquences sur le groupe des jardiniers et plus particulièrement sur leurs modes de différenciations sociales qui semblent désormais s’établir sur des critères différents de ceux qui avaient cours lorsque ces jardiniers constituaient encore un groupe relativement homogène, socialement peu mobile et fonctionnant selon un modèle plus traditionnel. Nous avons vu que les jardiniers homsiotes et hamiotes présentaient des modes de fonctionnement très différents. Il n’est peut-être pas inutile d’en rappeler les principales caractéristiques.

95À Homs, nous avions affaire à un groupe organisé autour d’un réseau d’irrigation collectif structuré à partir de l’usage exclusif d’un barrage et d’un grand canal. Plusieurs niveaux de responsabilités et d’autorité contribuaient au bon fonctionnement du système : chef et conseil des jardiniers, grands lignages de jardiniers, simples irrigants. Le chef des jardiniers était à la fois le représentant des jardiniers devant les autorités municipales et le représentant des propriétaires de jardins auprès des jardiniers. Le conseil du chef des jardiniers secondait celui-ci, tout en représentant les intérêts des grands lignages de jardiniers dont ses membres étaient issus. Ces grands lignages, responsables du réseau secondaire d’irrigation, exerçaient une certaine autorité à l’intérieur des secteurs agricoles et constituaient un groupe social intermédiaire entre la masse des jardiniers et leurs propriétaires. Nous avons vu ce qui les différenciait des autres lignages de jardiniers : proximité avec le chef des jardiniers et avec les propriétaires, pleine propriété d’une partie ou de la totalité des jardins qu’ils exploitaient, capacité à jouer un rôle à l’extérieur de la zone agricole (quartier), multiplication des sources de revenus, etc... ces grandes lignages étaient donc, si ce n’est beaucoup plus riches, du moins plus aisés que la majorité des jardiniers. Ils disposaient d’une stabilité à une époque où la précarité était la règle dans les jardins et d’une certaine autonomie à l’égard des propriétaires.

96À Hama. la situation se présentait plus simplement. Les jardiniers ne constituaient pas un groupe unifié autour de l’usage d’une même structure d’irrigation, mais au contraire s’éparpillaient en autant de petits groupes d’irrigants qu’il y avait de norias. Il n’existait pas de chef de jardiniers, ni de conseil, pas plus que de grands lignages, aucun jardinier n’étant propriétaire de son jardin : ils étaient tous de simples métayers et locataires placés directement sous l’autorité et la dépendance de leur propriétaire ou de son représentant. On avait donc affaire à un groupe socialement très homogène, uniformément pauvre et qui ne disposait que de peu de capacités de mobilité dans une société citadine se présentant comme particulièrement conservatrice et fermée.

97Nous avons vu plus haut que ces deux modes d’organisation avaient été profondément bouleversés par les importantes transformations qu’ont connues, au cours des cinquante dernières années, le système d’irrigation, la structure foncière et le statut du jardinier : disparition du chef des jardiniers, création d’une coopérative, lois sur le métayage et sur les loyers, achats de jardins par un nombre croissant d’exploitants, individualisation de l’irrigation... Dans ce contexte, la diversification des activités au sein des lignages de jardiniers a semble-t-il contribué à modifier, non pas l’organisation professionnelle, mais plutôt les modes de différenciation, les rapports sociaux ainsi que les valeurs sur lesquelles semble avoir autrefois reposé cette organisation.

  • 41 Les jardiniers sont néanmoins toujours à la merci d’une modification des lois sur les contrats et l (...)

98On constate ainsi qu’à Homs les jardiniers se distinguent désormais beaucoup moins en fonction de la classique opposition propriétaire/locataire ou métayer, opposition qui a pour l’heure41 perdu de son acuité en raison des lois sur le métayage, que par rapport à ce que deviennent leurs lignages en villes, aux activités qu’ils y pratiquent, à leur place éventuelle dans certains rouages administratifs, à leur adhésion au parti au pouvoir, à leur facilité d’accès aux diverses institutions redistributives et de contrôles (coopératives, banques, administrations agricoles, syndicats...), mais aussi par rapport aux sommes d’argent que ces lignages sont en mesure d’investir dans leurs jardins pour l’achat de matériel agricole, de motopompes, de parcelles ou pour la construction d’un bâtiment... Un jardinier semble ainsi être désormais plus estimé et respecté pour sa capacité à mobiliser et à utiliser des réseaux extérieurs aux jardins que pour son aptitude à exercer une autorité au sein même du groupe des jardiniers. Il s’agit finalement pour le jardinier d’être capable de maîtriser, à son niveau et pour son propre compte, une réalité urbaine sans cesse plus complexe et plus étendue. Les grands lignages de jardiniers se sont banalisés et les propriétaires n’ont plus la même capacité d’intervention et de contrôle sur les jardiniers. La diversification des activités et l’accroissement des revenus qui en ont souvent résulté ont ainsi sensiblement modifié les rapports de force à l’intérieur de la zone agricole...

99À Hama, les changements ont fait apparaître des différences là où autrefois existait une réelle homogénéité sociale. On trouve désormais des jardiniers qui sont en mesure non seulement d’investir dans du matériel (motoculteurs, motopompe), mais aussi d’acheter leur exploitation et parfois même une terre agricole extérieure à la ville et des jardiniers qui restent dépourvus de la seule capacité à s’équiper en motopompe et qui subissent parfois directement la domination des premiers. Ainsi, pour prendre l’exemple du zūr al-Šarqī, parmi les quelques vingt-cinq lignages de jardiniers qui y travaillent actuellement, neuf ne peuvent se contenter du seul revenu de leur jardin mais ne disposent d’aucune activité à l’extérieur de la zone agricole. Les hommes travaillent donc régulièrement comme journaliers dans les jardins des seize autres lignages, qui sont de fait considérées comme « riches » (zangīl), c’est-à-dire qu’ils sont en mesure de payer des journaliers à l’occasion. Il existe donc à l’intérieur de ce secteur — comme de tout autre secteur de la zone agricole — deux groupes sociaux bien distincts. Dans cette différenciation sociale entrent en jeu la taille même des exploitations, le statut des exploitants (simples métayers, locataires ou propriétaires) et, bien sûr, leur capacité à mobiliser des ressources et des capitaux extérieurs à la zone agricole.

100À Homs comme à Hama, on assiste à une plus grande segmentation des relations sociales du jardinier et à une multiplication de ses contacts avec la ville. Tout cela semble aboutir à un certain brouillage de l’identité socioprofessionnelle des jardiniers : nombre d’entre eux sont aussi fonctionnaires, ingénieurs, ouvriers... ils quittent donc chaque jour leur sharwel pour le pantalon à pinces, la chemise de couleurs et les chaussures pointues et cirées des fonctionnaires. Ils multiplient ainsi les rôles et les appartenances, gérant des situations qui auraient été considérées comme incompatibles il y a encore une trentaine d’années, comme par exemple passer dans la même journée d’un travail de bureau au labour d’une parcelle.

TERRE ET HONNEUR. LE JARDIN DEVIENT UN PATRIMOINE FAMILIAL

101Mais cette ouverture plus diversifiée de la zone des jardins sur la société citadine, ces déplacements d’activités et ces possibilités nouvelles offertes aux jardiniers et à leurs fils ne sont pas contradictoires avec un sentiment d’attachement de ceux-ci à la terre, sentiment semble-t-il beaucoup plus fort que par le passé.

102À l’origine de cet attachement, on trouve bien sûr le processus d’appropriation légale qui a eu lieu dans les années 1960, le jardinier se trouvant alors directement concerné par la gestion à long terme de son jardin, même si celui-ci ne lui appartient en définitive toujours pas. Cette terre, sur laquelle le jardinier n’a été longtemps que de passage, fait désormais partie d’un quotidien stabilisé. Pour les jardiniers, elle a fini par devenir un bien dont la valeur affective dépasse parfois la simple valeur de production, comme en témoigne le dicton « La terre c’est l’honneur » (al-ār ‘ir) dont l’homophonie des termes en arabe semble renforcer la solennité même de la déclaration.

« Fils de jardinier, né en 1966, Muḥammad a quitté l’école à l’âge de 11 ans pour devenir menuisier. Il a d’abord été apprenti chez un artisan travaillant dans le quartier de sa famille, Ǧoret al-Šiyaḥ, avant de se faire engager dans un autre atelier situé dans la zone de regroupement artisanal. Lorsque son père, qui louait un jardin d’une dizaine de dunum dans le zūr al-Na‘ūra, est mort, en 1990, Muḥammad, qui était son fils unique, a du quitter cette activité pour reprendre le jardin : « J’étais le seul à pouvoir le faire. C’était impossible de l’abandonner, ça aurait été une honte (‘aīb). Je ne pouvais pas faire ça. Lorsque je travaillais comme menuisier, je gagnais 4 000 livres par mois. Ici, je gagne 8 à 10 000 livres par mois. Mais dans quelques années, j’aurais pu devenir maître-menuisier et j’aurais alors gagné plus de 30 000 livres par mois, pour un travail bien moins fatigant qu’ici, dans le jardin. Et on ne peut pas être à la fois jardinier et menuisier, cela prend trop de temps. J’ai choisi le jardin. » Muḥammad a donc repris l’exploitation de son père mais en ignorant tout du métier. C’est le frère de son père (60 ans), dont le jardin se trouve dans le prolongement du sien, qui s’est chargé de le former. Pendant deux longues années, le vieil homme l’a suivi pas à pas, lui montrant comment cultiver les légumes, le conseillant sur les techniques à employer, les choix de cultures à faire, l’aidant à labourer, à planter, à récolter... jusqu’à ce que Muḥammad ait finalement acquis son autonomie technique. Et au terme de cet apprentissage durant lequel les deux hommes ont pu s’éprouver et s’apprécier, l’oncle a donné une de ses filles à son neveu et lui a offert un appartement situé à 300 mètres du jardin, achevant ainsi de lier définitivement Muḥammad au jardin. » (R.M./ M.M., zūr al-Na‘ūra, Homs, 26 juillet 1994).

  • 42 Cornand note (1994 : 126), à propos d’une tout autre activité (le textile), que « le maintien des t (...)

103On le voit, ces liens très forts existant désormais entre une famille et une terre peuvent donc être à l’origine de certains de ces retours aux jardins dont j’ai parlé plus haut en ne les considérant alors que sous le seul angle de l’économie et des questions salariales : certains jardiniers peuvent aussi faire le choix, parfois en contradiction avec leur propre intérêt économique, de succéder à leur père et de reprendre le jardin parce qu’il leur semble important que celui-ci reste dans la famille, ne soit pas perdu. Que ce choix soit délibéré ou qu’il soit le résultat d’une pression familiale42, cela ne change finalement pas grand-chose... en définitive, n’assiste-t-on pas là à une certaine patrimonialisation des exploitations ?

104De fait, l’exploitation est peu à peu devenue le jardin de la famille. Alors qu’autrefois le maintien d’un groupe de jardins en location sous le contrôle d’un même lignage était le résultat d’un effort constant et était avant tout pensé — dans la conscience même de sa précarité — en terme d’espace à réserver, de droit d’usage à défendre, de stratégies territoriales et d’accessibilité sélective, aujourd’hui le problème de la sauvegarde du jardin au sein du lignage n’est plus aussi présent. Tout se passe comme s’il y avait eu prise de possession, appropriation de l’espace agricole au profit des jardiniers et cela davantage au niveau de la famille que du lignage. Semble dès lors dominer, non plus la tension que provoquait l’arbitraire du propriétaire, mais une tranquillité que seule peut apporter l’assurance de pouvoir rester. On serait presque tenté de dire : une tranquillité de propriétaire... même si de nombreux jardiniers ne sont pas propriétaires de leurs jardins, ils en ont bien souvent l’attitude.

105Les transmissions de baux qui ont pu être effectuées depuis les années 1950, les aménagements personnalisés, l’histoire du jardin qui tend désormais à se confondre avec celle de la famille qui l’exploite, une connaissance intime des qualités du sol, les longues habitudes de voisinage... tout cela a abouti à une identification du jardin à une seule et même famille : on désigne désormais le jardin par le nom de son exploitant et non plus par celui de son propriétaire réel. Et l’on arrive parfois à faire coïncider cette propriété de fait avec la propriété réelle en achetant le jardin, même s’il n’est pas besoin d’acquérir le jardin pour que celui-ci soit considéré comme faisant d’une certaine manière partie d’un patrimoine familial.

4 – PLACE DES EXPLOITATIONS DANS LES FAMILLES DE JARDINIERS

106Autrefois lieu central dans l’économie familiale et souvent source unique de revenus, que devient le jardin dès lors qu’une majorité d’actifs gagne et passe sa vie hors zone agricole ? Quelles sont désormais la place et la fonction du jardin au sein de la famille ?

EXPLOITATION INDIVIDUELLE ET BÉNÉFICES FAMILIAUX, LE JARDIN EN TANT QUE BIEN À USAGE COLLECTIF

107Les lois sur le métayage et sur les loyers agricoles de 1958 et de 1965 ont fixé les jardiniers sur leurs exploitations. Désormais, ceux-ci ne changent ou ne quittent leur jardin que de leur plein gré, à la suite d’un choix personnel ou d’un arrangement financier avec le propriétaire. Les incertitudes et la précarité qui caractérisaient l’activité agricole il y a encore une trentaine d’années ont disparu.

108L’un des effets les plus directs de cette situation, outre une très sensible amélioration de la situation économique des jardiniers, est une plus grande implication de ces derniers dans la gestion et l’organisation de leurs exploitations. Nous avons, par exemple, vu quels effets la stabilisation des jardiniers de Hama avait eus sur leurs modes de cultures : en une vingtaine d’années, leurs jardins, autrefois maraîchers, sont devenus en majorité des vergers : il était désormais devenu possible d’investir en comptant sur un long terme indispensable à la mise en production d’arbres fruitiers. Les jardiniers savaient que désormais ils pourraient profiter des arbres qu’ils plantaient et dont le revenu leur échappait autrefois. Autres effets directs ou indirects de cette « fixation » des exploitants : la multiplication des constructions en dur (maisons, bassins, étables...), l’amélioration des techniques, la possibilité de gérer son propre plan de culture indépendamment des souhaits d’un propriétaire, l’expérimentation d’espèces maraîchères et fruitières nouvelles avec ce droit à l’échec que ne leur permettait pas autrefois leur étroite dépendance à l’égard d’un propriétaire exigeant...

109Dans le cadre de la location ou de l’association, la loi n’en demeure pas moins encore une contrainte pour l’exploitant puisqu’il ne peut faire prévaloir ses droits sur son jardin que s’il le cultive lui-même et, surtout, il ne peut transmettre ses droits qu’à la condition que l’un de ses enfants devienne jardinier à son tour. Ainsi, une rupture dans la transmission du « patrimoine » a souvent pour origine une rupture de transmission des savoir-faire, lorsque aucun des fils n’est devenu jardinier ou quand le père décède alors que ses fils sont encore trop jeunes pour lui succéder. Le jardin revient alors au légitime propriétaire du fonds. D’où la nécessité, parfois obsédante pour le jardinier, de préparer au moins l’un de ses fils à lui succéder. Il est cependant rare que l’un d’eux soit désigné d’office et formé dès son plus jeune âge à l’exclusion de tous les autres. Il n’est pas question ici d’un droit d’aînesse, le fait de rester au jardin étant davantage perçu comme un échec que comme un privilège. Le jardin revient le plus souvent à celui des fils qui n’a pas pu ou su faire autre chose : celui qui reste est le plus souvent celui qui a échoué dans ses études ou dans sa tentative de mobilité professionnelle.

110Mais avant que ce choix ne se fasse plus ou moins de lui-même (on ne peut bien sûr exclure une action subtile du père), tous les fils du jardinier auront acquis un certain savoir-faire en aidant à l’occasion leur père jusqu’au moment où, adolescents, se préciseront les compétences des uns et des autres. Ils travaillent durant les vacances d’été, mais prêtent aussi main-forte à leur père durant toute l’année, au moins quelques heures par semaine. Lorsque la sélection a finalement eu lieu, celui qui reste se consacre désormais à l’exploitation. Au fur et à mesure qu’il vieillit, le père abandonne à son successeur un nombre croissant de parcelles, lui laissant entière liberté d’y cultiver ce qu’il souhaite et de garder ce que lui rapportera la vente des produits.

« Abū Maher, âgé de 70 ans, exploite un jardin de 16 dunum dans le zūr al-Ḫarāb. Son fils cadet, Mohammad, âgé d’une quarantaine d’années, travaille avec lui. Bien que lui-même marié et père de deux enfants, il dépend toutefois de son père pour une grande partie de ses besoins quotidiens puisque les revenus du jardin sont centralisés par Abū Maher, celui-ci se chargeant de la répartition. Un matin de janvier cependant, il m’annonce non sans fierté que son père lui a « donné » deux parcelles de 2,5 dunum chacune. Tout ce que ces parcelles produisent lui est désormais acquis. Cela ne le dispense bien sûr pas de travailler sur les 11 dunum restant sous le contrôle direct de son père. Lors d’une visite effectuée durant l’été 1994, ce même Mohammad m’annonce que son père lui a confié deux autres parcelles de son exploitation, portant ainsi à 10 dunum le total de la surface mise ainsi sous sa seule responsabilité. » (A.M., zūr al-Ḫarāb, Homs, 13 janvier 1993).

111Toutefois, le jardin, s’il est exploité par une seule personne après la mort du chef de famille, n’en continue pas moins à « appartenir » au parent survivant et à l’ensemble des collatéraux directs : autrement dit à la mère et à ses autres enfants. Le fils restant n’est en effet que le dépositaire d’un droit d’exploitation dont il est en quelque sorte responsable devant la famille, mais dont il n’est pas l’unique ayant droit. Sa mère, ainsi que sa fratrie, disposent au moins d’un droit de regard sur l’exploitation qui lui a été confiée : ils peuvent librement accéder au jardin, profiter des fruits et des légumes produits, décider d’y construire une cabane pour l’été... sans que le fils jardinier puisse réellement s’y opposer. Cette situation n’est parfois pas sans susciter des tensions au sein même de la famille.

« Kāmel est locataire d’un jardin de 10 dunum dans le zūr al-Ḫarāb appartenant aux Sibā’ī. Il y travaille avec son fils unique et sa femme depuis que son père est mort en 1988. Il est cependant tenu de verser un tiers des produits et des bénéfices du jardin à sa mère et à ses deux frères qui travaillent dans la zone artisanale.
Un jour de juin 1992, je me tiens devant la maison de l’un de ses voisins. Nous sommes en train de discuter de questions d’irrigation lorsque des hurlements attirent notre attention. Nous voyons Kāmel traverser son champ dans une grande agitation. Il crie, gesticule, se retourne et jette des mottes de terre en direction d’une petite femme qui le suit prudemment à distance. Il semble à bout de nerfs. Le fils de mon hôte le rejoint en courant et parvient à le calmer un peu. Il l’invite à se joindre à nous. Kāmel vient s’asseoir. Les larmes aux yeux, il nous explique que sa mère est arrivée dans le jardin à l’improviste et qu’elle les a surpris, lui, sa femme et son fils, en train de manger un plat d’artichauts en sauce. Elle s’est alors mise en colère et lui a crié : « Comment ! Tu manges des artichauts alors que nous n’en avons pas goûté ! » Elle s’est alors mise à l’insulter et Kàmel a réagi de la manière que l’on sait. Il nous dit ne plus supporter cette surveillance permanente que pratique sur lui le reste de sa famille alors qu’il a maintenant presque 40 ans, qu’il est père d’un fils de 15 ans et qu’il est le seul de la famille à travailler dur dans ce jardin. » (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs, 2 juin 1992).

112Cela ne se passe bien sûr pas aussi mal dans toutes les familles, de même que l’accord liant le jardinier à ses proches parents n’est pas toujours aussi rigoureux et explicite. La plupart du temps, il s’agit d’un accord tacite, souple, mais qui n’en structure pas moins les rapports des membres d’une même famille à leur jardin lorsque le chef de cette famille a disparu et que le jardin en question se retrouve sous la responsabilité de l’un de ses fils.

113Le jardin permet alors d’approvisionner la famille du jardinier en fruits et légumes, de constituer ainsi les indispensables conserves pour l’hiver. Cette part d’autoconsommation peut dépasser la seule famille du jardinier pour englober sa lignée (frères, cousins germains, oncles...) et peut concerner jusqu’à un tiers de la production annuelle dans certaine exploitation. ‘Abdū, un exploitant hamiote à la tête d’un jardin de 17 dunum, estime que chaque année il prélève, pour la seule consommation familiale (celle de sa mère, de ses frères et de ses belles-sœurs), environ 100 kilos d’aubergines, 100 kilos de tomates, 100 kilos de haricots, 100 kilos de fèves et une cinquantaine de kilos pour chaque espèce de fruits secs (noix, amandes, figues...).

  • 43 Ce qui n’exclut pas que se manifestent une solidarité et diverses formes de coopérations familiales (...)

114Soulignons enfin que si une grande exploitation en location peut être divisée entre plusieurs fils à la mort du père, comme j’ai déjà eu l’occasion de le signaler, un seul d’entre eux sera enregistré comme exploitant légal, les autres n’apparaissant nulle part. Il ne peut en effet être question de formaliser cette division au-delà de la pratique quotidienne et du simple accord verbal ayant présidé à ce partage. Le locataire en titre est, dans ce cas-là, le plus âgé des frères travaillant dans le jardin. Il y a alors autant d’exploitations qu’il y a de frères exploitants : chacun se retrouve autonome et maître chez lui, sans avoir à partager son revenu avec les autres43. Mais la réunification de l’exploitation est toujours possible d’une génération à l’autre.

115Si au sein d’une même famille les parcours professionnels peuvent peu à peu éloigner la majorité de ses membres de la zone agricole, le jardin reste donc pour un temps encore un bien collectif auquel chacun peut avoir accès, selon bien sûr des modalités et des tolérances qui peuvent varier d’une famille à l’autre. Le principe général reste toutefois celui de l’hospitalité permanente à l’égard des proches parents du jardinier et la possibilité donnée à ceux-ci de prélever, quand ils le souhaitent, une quantité de fruits et légumes correspondant à leurs besoins.

116Il existe cependant une contrepartie à ce droit de la famille sur l’exploitation : le jardinier attend en effet de ses proches qu’ils contribuent financièrement aux investissements lourds (achat d’une motopompe, d’un motoculteur, construction d’un bâtiment, acquisition de bétail...) et qu’ils participent, si l’occasion se présente, à l’achat du jardin. Ils constituent ainsi, bien avant la coopérative et la banque agricole, le tout premier fonds de solidarité auquel a recours le jardinier. On peut, dans ce cas, parler de « retour d’investissement » puisque le jardin, en tant qu’espace de production et source de revenus, a parfois contribué à l’acquisition d’un magasin ou au prolongement des études des membres non-jardiniers de la famille. Une petite partie de ce qui est gagné en ville retourne ainsi au jardin familial.

LE JARDIN COMME LIEU DE RÉUNIONS FAMILIALES

117Bien qu’à usage collectif, les jardins ne sont pourtant plus aussi centraux qu’autrefois dans l’économie d’un lignage, celui-ci ayant souvent largement diversifié ses activités professionnelles. Ils restent toutefois des éléments importants de son identité. Ils constituent la base historique, le point de départ de l’expansion du groupe de parenté vers des activités plus urbaines, plus modernes, mais aussi les lieux vers lesquels il est possible de revenir : le départ vers la ville — c’est-à-dire vers le marché urbain du travail — n’est pas toujours à sens unique : nous avons vu qu’il y a parfois des retours choisis ou contraints. Mais le retour n’est réalisable que si les liens avec les jardins et la pratique de cet espace de production ont été maintenus. Tout semble en fait se passer comme si les jardins participaient parfois d’une stratégie consistant à « avancer » vers la ville — ou dans la ville — tout en faisant en sorte de conserver ce qui a été acquis dans les jardins, au cas où...

118Si elle n’est plus aussi économique qu’autrefois, la centralité du jardin se révèle de plus en plus sociale. Mais il s’agit d’une centralité pour ainsi dire saisonnière, puisqu’elle est essentiellement liée à la belle saison, celle qui permet les visites familiales, les regroupements de toute la parenté dans un jardin qui devient alors un des lieux où se retrouvent les membres d’une famille de plus en plus séparée par la diversité de ses activités et la dispersion de ses lieux de résidence en ville.

  • 44 Les personnes étrangères à la famille du jardinier évitent de se rendre dans les jardins le vendred (...)

119Pendant quelques mois, la vie familiale s’organise donc en partie autour du jardin : travail saisonnier des enfants (fils, petits-fils ou neveux du jardinier), visites brèves mais régulières des frères ou des fils plus âgés sortant du travail. Ils se retrouvent alors devant un verre de thé, à la tombée de la nuit. Autant d’occasions de se retrouver, d’aborder des questions d’hommes, mais aussi de prier ensemble avant de rentrer en ville dans la soirée. Débarquement joyeux et bruyant de toute la famille, hommes, femmes et enfants, le vendredi matin, amenant tapis, repas préparé, boissons et postes de radio pour passer le plus confortablement possible cette journée dans la fraîcheur du jardin. Les femmes s’installent dans la maison ou derrière une haie qui les protège de très improbables visiteurs étrangers44, alors que les hommes se réunissent devant la maison, sous un arbre, au bord d’un canal, étendent un tapis et passent leur journée à boire du thé, à manger des fruits et à discuter. Les enfants occupent la totalité du jardin, jouent dans les parcelles, vont et viennent, assurant parfois la liaison entre les deux groupes, aident les femmes à apporter aux hommes les rafraîchissements et les plats de nourriture, transmettent les messages ou encore vont nager dans le grand bassin rempli d’eau glacée aux plus chaudes heures de la journée. On les entend alors crier et rire d’un bout à l’autre du jardin. La fraîcheur humide qui monte du fleuve en fin d’après-midi et envahit rapidement les jardins entraîne cependant le repli de toute la famille vers la ville, ses lumières et... le feuilleton télévisé.

Photo 49 — Jardins de Hama. Quelques représentants d’un grand lignage de jardiniers du zūr al-Qiblī. Il s’agit de 5 frères et de quelques-uns de leurs fils.

120De fait, le jardin constitue parfois le seul endroit où se trouvent reconstitués des rapports d’intimité au sein d’une famille dispersée dans l’espace urbain.

  • 45 Concernant les deux sœurs, l’une laisse sa parcelle en friche, l’autre y a fait construire une mais (...)

« La famille Š. est propriétaire de 1 hectare dans le nord de la zone agricole homsiote. De nombreuses successions ont réduit la part individuelle des ayants droit actuels, une fratrie de cinq garçons et deux filles, à quelques dunum, surface à peine suffisante pour permettre de pratiquer un jardinage à usage strictement familial. Pourtant, dès le printemps, les frères45 se retrouvent à partir de cinq ou six heures du soir dans leur parcelle respective, qu’ils cultivent pendant une petite heure avant de se réunir devant la cabane de l’un d’entre eux pour boire un thé, prier, discuter jusqu’à la nuit... et rentrer chacun dans un quartier différent de la ville : "Nous ne vivons pas au même endroit. Moi j’habite à al-Qarabīs [quartier populaire construit dans les années 70 à l’ouest de la route de Hama], ainsi que mon frère Aḥmad. Deux autres vivent dans la vieille ville à Bāb Tadmūr et à Bāb al-Hūd, dans notre ancien quartier. Ibrahīm réside route de Damas. Ces jardins, c’est le seul endroit où nous sommes restés voisins et où l’on peut encore se retrouver ensemble. On vient plus ici pour se voir et pour s’amuser que pour travailler". » (Š., zur al-Na‘ūra, Homs, juin 1990).

  • 46 Lire à ce sujet le texte de N. Khost décrivant un jour de fête dans un cimetière de Damas (1993).

121Ce témoignage n’est pas sans évoquer le rôle que jouent parfois les cimetières de ces quartiers qui ont subi de profonds bouleversements et dont une partie de la population s’est trouvée dispersée aux quatre coins de la ville. Le cimetière est alors le seul lieu où se retrouvent ces anciens voisins, où les nouvelles circulent encore et où les liens sont plus ou moins maintenus... lieu de mémoire à double titre — mémoire des morts que l’on préserve et mémoire des vivants séparés —, le cimetière est aussi le lieu où s’exprime une sociabilité dépassée46ailleurs. Les jardins n’ont pas encore pareille fonction mais quelque chose d’une sociabilité comme affaiblie par l’extension de la ville et les évolutions de la société citadine semble y survivre et s’y trouver revivifié. Je reviendrai sur tout cela dans mon dernier chapitre.

  • 47 L’un de mes « informateurs privilégiés » dans les jardins de Homs m’a un jour annoncé que l’un de s (...)

122Si de nombreuses occasions peuvent susciter une réunion familiale dans les jardins : fêtes religieuses, célébration d’une naissance ou d’un mariage, visite d’un parent venant de l’étranger... d’autres occasions peuvent cependant réunir au-delà du seul cercle familial : petites fêtes de dévotion religieuse (mawled) organisées par le jardinier ou l’un de ses amis47, fête de retour du grand pèlerinage à la Mecque...

« Abū Nouar, âgé d’une cinquantaine d’années, exploite en location un jardin dans le zūr al-Ǧdideh. Son frère et moi sommes allés lui rendre visite vers 7 heures du soir, jeudi dernier. Il venait d’effectuer son second pèlerinage à La Mecque et recevait ses amis et parents dans la petite maison construite au centre de son exploitation. Il nous a accueillis dans son manzūl, une grande pièce alors décorée de lampions de toutes les couleurs et d’un grand tissu brodé et accroché au mur représentant la ka ‘ba. Homme grand et sec, il était vêtu d’une djellaba blanche et portait le petit bonnet blanc de ḥaǧǧ. De nombreuses personnes se trouvaient déjà à ses côtés, réparties aux quatre coins de la pièce, assises sur un tapis, affalées sur de larges coussins : des parents, des amis venus de la ville, de simples voisins jardiniers, tous bien habillés et rasés de près. Abū Nouar accueillait chaque nouvel arrivant. Les deux hommes s’embrassaient alors bruyamment et le ḥaǧǧ recevait les félicitations de son hôte. Du café « arabe » était alors servi à la ronde, fond de tasse brûlant et amer. Les visites se sont ainsi succédées trois ou quatre jours durant, le jardin devenant le point de rencontre de toutes les connaissances de la famille de Abū Nouar. » (A.N.Ǧ., zūr al-Ǧdideh, Homs, mardi 23 juin 1992).

123Enfin, certains jardins deviennent des lieux de réunions institués, de véritables manzūl dans lesquels les lignages de jardiniers reçoivent durant l’été leurs proches, leurs amis, leurs voisins de quartier et parfois tout un réseau de clients lié à leurs diverses activités professionnelles. Ainsi, dans le nord des jardins de Homs, l’un des anciens grands lignages du secteur a construit, il y a plusieurs décennies, un manzūl en bordure de parcelle. C’est une maison basse, en briques de ciments blanchies à la chaux et composée d’une grande cour intérieure et d’une pièce unique. En été, les réunions se tiennent dans la cour où sont alors étendus des tapis. La pièce sert à recevoir durant l’hiver, mais les réunions sont plus rares en cette saison. Sur le mur blanc faisant face à la porte d’entrée de cette unique pièce, cinq portraits photographiques ont été pieusement accrochés sous une image colorée de la Mecque : ceux du fondateur de la lignée et de ses quatre fils (photo 5, p. 90).

5 – PLACE DES JARDINIERS DANS LA VILLE

124En diversifiant leurs activités professionnelles et leur pratique du maraîchage, en s’orientant vers d’autres activités urbaines ou périurbaines, les lignages de jardiniers ont du même coup multiplié les occasions de contacts entre la zone agricole et la société citadine. En fait, tout semble se passer comme si les liens qui ont toujours uni les jardins à la ville perdaient leur fonction globale (alimenter toute la population citadine) pour peu à peu renforcer une fonction plus réduite et presque particulière (alimenter certains réseaux, certains quartiers). Tout en perdant sa place de principale région d’approvisionnement en fruits et légumes de la ville, la zone agricole semble donc avoir dans le même temps renforcé et densifié sa participation à ce que l’on pourrait appeler une « économie de proximité » fonctionnant dans le cadre étroit de liens familiaux, de réseaux de quartiers, d’approvisionnements personnalisés et de petites associations d’intérêts, ce qui ne l’empêche pas de continuer à occuper une place, certes minoritaire, dans les réseaux de distribution de la grande économie.

NOUVELLES ASSOCIATIONS ET NOUVEAUX RÉSEAUX

125Même si la zone agricole n’a jamais constitué un monde hermétique, fermé à tout contact avec l’extérieur, on constate cependant une multiplication des interactions entre ville et jardins. Ainsi, aux côtés des intervenants « traditionnels » (maquignons ou bouchers venant acheter une bête, ramasseurs de lait, entrepreneurs en maraîchage, petits éleveurs de moutons...) se multiplient de nouvelles formes d’associations entre jardiniers et citadins.

126L’une des associations les plus répandues dans les jardins est celle qui concerne le bétail. Un commerçant, ou même un fonctionnaire, peut sans trop de risque investir un peu d’argent dans l’achat d’une ou de plusieurs vaches qu’il confiera à un jardinier, celui-ci se chargeant de les nourrir dans son jardin. Elles restent propriétés du commerçant mais la production (lait et veaux) est partagée par moitié entre les deux associés. Ce type d’association concernant le bétail peut aussi être réalisé au sein de la famille élargie (avec un frère) ou de la lignée (avec un cousin ou un oncle). J’ai déjà eu l’occasion de présenter une telle association entre deux frères, l’un étant jardinier et l’autre maçon. Elle portait sur une seule bête qui était élevée et engraissée dans le but d’être vendue au moment des fêtes. Les bénéfices (al-marba) qu’ils espéraient dégager de cet achat étaient substantiels : le veau avait été acheté 10 000 LS au marché du Ḥāder et serait revendu 20 à 25 000 LS quelques mois plus tard. Les deux frères avaient ainsi déjà eu l’occasion d’acheter, d’élever et de revendre jusqu’à six bêtes en même temps.

127Autre production donnant lieu, depuis une quinzaine d’années, à de nombreuses associations entre jardinier et non-jardinier : celle portant sur la production du miel. Le jardinier se contente généralement de participer à l’achat des ruches et de fournir le lieu où elles pourront être disposées et s’engage à cultiver des fleurs à haute valeur mellifère à proximité. L’apiculteur, qui est souvent un agronome, fournit quant à lui tout le reste : les essaims, les ruches et les soins tout au long de l’année. Il se charge de retirer les rayons au début de l’été et à l’automne, de centrifuger le miel et de le vendre. Là aussi, les bénéfices sont divisés par deux. Le prix assez élevé du miel (de 300 à 900 livres le kilo) et l’importante demande locale ont encouragé de nombreux jardiniers, essentiellement à Homs, à s’associer pour en produire. Certains vont même jusqu’à consacrer une parcelle entière aux ruches, cultivant alors en plein champ des fleurs connues pour leurs qualités mellifères.

  • 48 Je n’ai répertorié guère plus d’une dizaine d’exploitations ayant des serres à Homs et à Hama.
  • 49 La raison invoquée pour justifier ce type d’association est davantage le coût élevé du matériel que (...)

128Moins fréquentes sont les associations concernant les cultures sous serres (buyūt blastik)48. Il est vrai que cette technique, très répandue sur le littoral syrien et libanais, n’en est qu’à ses débuts dans les jardins de Homs et de Hama et que, jusqu’à présent, elle ne semble pas avoir donné de très bons résultats. Les jardiniers sont toutefois attirés par les prix très avantageux des légumes sous serre : alors que le kilo de concombres ne dépasse guère les 3 LS en été il peut atteindre jusqu’à 70 LS hors saison. Ceux qui tentent l’expérience ne peuvent toutefois l’entreprendre seuls : les serres sont très coûteuses et les techniques de cultures protégées sont différentes de celles des cultures de plein air. Aussi s’associent-ils là aussi avec des ingénieurs agronomes49.

« ‘Abbās (45 ans) est fils de jardinier et employé à la banque agricole à Homs. Son salaire de fonctionnaire ne suffisant plus pour entretenir sa famille (une femme, deux fils et trois filles), il s’est associé dans les années 1980 à son père, locataire d’une trentaine de dunum dans le zūr al-Bāšā : il travaille de 8 heures à 14 heures à la banque et l’après-midi dans le jardin. Désormais, 70 % de ses revenus proviennent du jardin.
Il multiplie les initiatives pour moderniser et accroître la production du jardin. En 1990, il a installé plusieurs grandes serres en plastique, munies de ventilateurs et destinées à la culture hivernale des tomates et des concombres. Fournissant la terre, l’eau et la main-d’œuvre, il s’est associé à un ingénieur agronome qui a acheté les serres et qui se charge de l’entretien technique. Les huit serres ont coûté 150 000 LS pièce, ce qui représente un investissement de 1,20 million de livres syriennes. ‘Abbās recevait un tiers des bénéfices. L’expérience, qui a mobilisé un gardien et une demi-douzaine de journalières turkmènes engagés pour l’occasion, a échoué en raison de la fréquence des coupures d’électricité et du froid exceptionnel de l’hiver 1991 qui a détruit une partie des récoltes malgré la protection des serres. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, juin 1992).

  • 50 Toutes ces formes d’associations entre ville et jardins, entre citadins et jardiniers, n’ont cepend (...)

129Toutes les installations n’ont pas cette importance, le jardinier et son associé se contentant souvent d’une serre ou deux. Certains utilisent alors des serres basses (50 cm de hauteur) pour y faire pousser des semis qu’ils revendent ensuite à un bon prix à leurs voisins jardiniers dès le début de la saison d’été, un mois donc avant que les semis de plein air soient arrivés à maturité et puissent être ramassés50.

130Les diverses interactions existant entre la zone agricole et le monde extérieur ne se limitent toutefois pas aux seules associations d’intérêts. La pratique de nouvelles activités dans les jardins a mis les jardiniers en relation avec des réseaux très différents de ceux auxquels ils ont pu jusqu’alors participer.

131La culture des fleurs en pleine parcelle fait partie de ces nouvelles activités auxquelles s’adonnent de nombreux jardiniers à Hama. L’espèce qui est actuellement la plus couramment cultivée est le lys blanc, dont les bulbes sont importés de Hollande. Les jardiniers lui consacrent une ou deux parcelles et le revendent à des fleuristes de Hama, mais surtout d’Alep et de Damas qui se rendent eux-mêmes dans les jardins afin d’éviter de coûteux intermédiaires. Ils regroupent leurs achats par secteur de jardins et passent ainsi d’un exploitant à l’autre, achetant selon les cours du marché. En dehors de ces grossistes, certains commissionnaires de fruits et légumes du souk al-Hāl commencent également à s’intéresser aux fleurs. Précisons toutefois que cette horticulture, pour l’heure limitée aux seuls jardins de Hama, n’est qu’une culture complémentaire et non une culture principale, comme cela peut être le cas dans les pépinières.

132J’ai déjà eu l’occasion de parler des pépinières. J’ai constaté qu’il s’agissait souvent d’une solution permettant de pallier l’étroitesse extrême de certaines exploitations. En effet, alors qu’une exploitation de 1 ou 2 dunum est beaucoup trop petite pour être viable, transformée en pépinière, elle peut constituer une entreprise rentable. Aussi voit-on, ces dernières années, se développer ce type de petites entreprises dans la zone des jardins.

133Le phénomène est toutefois plus important à Homs qu’à Hama. Dans cette première ville, la majorité des pépinières de la zone agricole se trouve dans le zūr al-’Abbār, cet étroit secteur pénétrant profondément à l’intérieur des quartiers du nord-ouest de la ville, à gauche de la route de Hama. La plus ancienne pépinière de ce secteur a été créée dans les années 1970 par une famille de jardiniers. Elle couvre actuellement une dizaine de dunum entourés d’un mur de ciment. L’entreprise, prospère, s’est lancée dans la livraison à domicile, ayant acquis une demi-douzaine de petits camions. Quant à la pépinière la plus récente (1994), elle a été créée par un commerçant de légumes du souk al-Hāl, mais est tenue par un jardinier.

  • 51 J’ai pu constater en juillet 2000 que le nombre des pépinières avait considérablement augmenté et q (...)

134Depuis 1990, une dizaine de nouvelles pépinières ont ainsi été créées dans le même secteur51. Ne dépassant guère en moyenne 3 dunum, entourées de simples fils de fer barbelés, elles sont souvent le résultat d’une brusque conversion de l’agriculture traditionnelle (fruits et légumes) à la floriculture et à l’arboriculture. On y cultive et vend des fleurs ornementales, mais aussi quelques plants d’arbres.

« Le ḥaǧǧ Aḥmad est un vieux jardinier (né en 1923) un peu voûté, portant barbe blanche et sharwel noir. Autrefois, il exploitait un jardin de 40 dunum appartenant à bayt Zahrāwī et situé sur les berges de l’Oronte. Depuis une vingtaine d’années, il loue une exploitation de 5 dunum dans le zūr al-Abbār, surface à peine suffisante pour les faire vivre, lui et sa femme. Il y a deux ans, l’un de ses fils, fonctionnaire, a ouvert une pépinière à Damas et l’a poussé à en faire autant à Homs. Il a donc créé sa propre pépinière, avec l’aide financière de son second fils médecin. Il paie les services d’un agronome de la direction de l’agriculture et peut gagner jusqu’à 5 000 livres par jour... alors que le jardin lui rapportait à peine 5 000 LS par mois. Il a pour clients des particuliers du proche quartier al-Gūta, des fleuristes de la ville, mais aussi de Damas — que lui envoie son fils — de Hama et de Lattaquié et même des agriculteurs de la région qui parfois lui achètent des plants d’arbres fruitiers. Son propriétaire lui a proposé de reprendre le jardin pour un farūġ de 2 millions et demi de livres mais il a refusé. » (A., zūr al-’Abbār, Homs, 19 juin 1994).

  • 52 En juillet 2000, j’ai pu observer la présence d’un nombre important de nouvelles pépinières à la so (...)

135À Hama, on trouve une ou deux pépinières dans presque tous les secteurs52. Il en existe ainsi dans le zūr al-Kornich, route de Salamié, dans les zūr al-Šarqī et al-Qiblī. Ici comme à Koms, c’est l’étroitesse de certaines exploitations, résultant souvent d’une succession qui a divisé la propriété initiale, qui pousse les jardiniers à devenir pépiniéristes. Lorsqu’ils en ont eu la possibilité financière, ils ont préféré créer une pépinière plutôt que de tenter de louer ou d’acheter d’autres parcelles afin d’étendre une exploitation maraîchère ou un verger qui leur aurait de toute façon moins rapporté ou de pratiquer une seconde activité.

136Ainsi, avec les cultures complémentaires de fleurs dans les exploitations traditionnelles et les pépinières, les jardiniers ont accédé à d’autres filières, très différentes de celles auxquelles ils participaient traditionnellement. Ces nouvelles filières dépassent le plus souvent le cadre du seul marché local, mettant les jardiniers directement en contact avec celui des autres grandes villes syriennes (Alep, Damas). De plus, ces nouvelles activités mobilisent d’autres types de savoir-faire, d’autres techniques (goutte à goutte, mise en pot...) que les jardiniers se doivent d’acquérir rapidement... interviennent dès lors des spécialistes qui, jusqu’à présent, n’avaient jamais eu de relations étroites avec les jardins urbains : techniciens agronomes, fleuristes...

137Tout cela n’aurait pas été possible sans l’importante marge de manœuvre acquise par les jardiniers depuis les années 1960, marge qui leur permet désormais de gérer et d’adapter comme ils le souhaitent leur exploitation, alors qu’autrefois tout dépendait de la nature de leurs rapports avec les propriétaires. Les jardins semblent ainsi être devenus le centre d’intérêts multiples, impliquant de plus en plus une partie de la société citadine dans une approche diversifiée et non plus exclusivement légumière.

PLACE DES JARDINIERS DANS LES FILIÈRES DE COMMERCIALISATION DES FRUITS ET LÉGUMES

138Cependant, la grande majorité de la production des jardins reste maraîchère et fruitière et trouve un débouché immédiat sur le marché citadin le plus proche, principalement dans les souks de gros et de détail. Ceux-ci se sont agrandis et multipliés depuis une trentaine d’années pour faire face à une demande locale et nationale accrue. Nous avons vu qu’en raison d’une communauté de filières ils ont pu constituer un débouché professionnel pour certains jardiniers et parfois une première étape dans un déplacement vers d’autres activités urbaines. Quelle place y occupent désormais les jardiniers ?

À HOMS

139À Homs, la filière de vente et d’achat des fruits et légumes s’organise à partir d’un marché de gros (souk al-Hāl) extérieur à la ville et de deux marchés de vente au détail situés dans le centre-ville (fig. 47).

Figure 47 Principaux marchés actuels de fruits et légumes à Homs.

Le souk al-Hāl

Petit historique des marchés de gros
  • 53 Ainsi appelé en raison de la présence d’une noria qui, puisant l’eau du canal, alimentait plusieurs (...)
  • 54 C’est sous cette appellation que ce marché m’a été présenté à mon arrivée à Homs en 1990.

140Jusque dans les années 1940, les deux principaux marchés de fruits et de légumes de la ville étaient le souk al-Ǧindī et le souk al-Ḫuḍār (ou al-Hašīš). Rappelons que le premier était spécialisé dans la vente de gros alors que dans le second ne se pratiquait que la vente au détail. Au début des années 1940, le marché de gros fut transféré dans le souk al-Na‘ūra53, une zone commerçante existant déjà dans les années 1930. La plupart des grossistes du souk al-Ǧindī s’y sont installés, laissant leur ancien souk aux seuls détaillants. Le souk al-Ǧindī est depuis devenu le second marché de vente au détail du centre-ville, pratiquant toutefois des prix sensiblement plus élevés que ceux du souk al-Ḫuḍār. De fait, alors que celui-ci, considéré comme plus populaire, draine toute une population venant de l’est et du centre ancien, le souk al-Ǧindī, faisant un peu figure de « marché de luxe »54, est surtout fréquenté par une clientèle habitant les quartiers résidentiels de l’ouest de la ville.

141En tant que marché aux légumes, le souk al-Na‘ūra resta en activité une dizaine d’années. Au début des années 1950, le marché de gros fut à nouveau déplacé, s’installant cette fois à proximité du quartier de Ǧoret al-Šiyaḥ (route de Hama), quittant ainsi pour la première fois le périmètre immédiat de l’ancienne ville. Le souk al-Na‘ūra fut alors laissé aux seuls commerçants spécialisés dans l’équipement, les services et les tissus. Plus grand que les précédents et plus proche de la zone agricole, le nouveau marché de gros, appelé souk al-Hāl ou souk Ǧoret al-Šiyaḥ, resta en place jusqu’au printemps 1971, date d’ouverture du souk al-Hāl actuel.

Le marché de gros actuel

142Celui-ci fut construit à l’initiative de la municipalité sur un terrain bordé, à l’est par la partie nord-ouest du quartier de Ǧoret al-Šiyaḥ, à l’ouest par la zone des jardins, au sud par la route de Mimas et au nord par la zone de regroupement artisanal. Il est constitué de trois zones correspondant à trois périodes d’installation successives et est devenu le souk al-Hāl le plus important de Syrie centrale, drainant des produits venant de cette région, y compris de Hama, mais aussi de la région côtière (Tartous, Lattaquié...).

  • 55 Les commerçants ont par la suite souhaité acquérir leurs locaux, mais la mairie a toujours repoussé (...)

143Un premier bâtiment en béton, long rectangle accueillant une cinquantaine de magasins surélevés et prolongés par un quai destiné à faciliter le déchargement des camions, fut construit par la mairie au tout début des années 1970 et destiné à la location55. Y ont accédé en priorité les commerçants déjà présents dans le précédent souk. Cependant, face à l’afflux des demandes d’installation émanant de nouveaux commerçants, la mairie autorisa la construction de baraques en bois autour du bâtiment principal. Mais celles-ci se multiplièrent tant que la mairie dut imposer la destruction d’une baraque sur deux, obligeant ainsi leurs occupants à s’associer avec leurs voisins, une grande baraque prenant alors la place de deux petites. En 1985, la mairie a finalement fait détruire la totalité de ces baraques en bois pour les remplacer par des magasins en béton de 8 mètres sur 10. Les occupants des anciennes baraques en bois ont été maintenus en place, mais ont du payer 600 LS/m2, c’est-à-dire 48 000 livres par boutique, ce qui représentait une somme importante à l’époque. A la fin des années 1980, l’arrivée de nouveaux commerçants rendit nécessaire la construction d’une troisième série de magasins en béton. Par ailleurs, les associations se sont multipliées et de nombreux magasins ont été divisés par leurs locataires qui en sous-louent ainsi une partie. Un même magasin peut ainsi avoir été divisé en deux, puis en quatre... certains commerçants ne disposant parfois que d’un minuscule réduit ou seulement d’une table et d’une chaise, leurs produits restant dehors.

  • 56 « Les demi-grossistes n’entretiennent pas de relations directes avec les producteurs, expéditeurs o (...)

144Dans les années 1970, seul le centre du souk, occupé par les commerçants les plus anciens, avait le droit de pratiquer des transactions en gros. Ceux qui se sont installés par la suite ne devaient pratiquer en principe que le demi-gros (baya‘ naaf al-ǧumleh)56. Mais cette distinction s’est peu à peu estompée. Actuellement, tous les magasins peuvent pratiquer la vente en gros ou en demi-gros, sans distinction de lieu, d’origine ou d’ancienneté.

  • 57 À l’inverse du marché de gros de Damas (Bianquis, 1978 : 202).
  • 58 À l’époque où le marché de gros se trouvait dans le souk al-Ǧindī, la commission était fixée à 1 %.

145Il semble par contre que l’on trouve davantage de marchands (tuǧǧār) que de commissionnaires ou de courtiers (samāsira)57. Rappelons que le marchand achète la production à l’agriculteur ou au jardinier et en assure lui-même la vente, comptant sur une marge bénéficiaire assez fluctuante (au moins 30 % de plus sur le prix d’achat), alors que le commissionnaire se contente de jouer les intermédiaires entre le producteur et l’acheteur contre un pourcentage fixe (7 % actuellement58). Ces deux catégories de commerçants représentent environ 150 individus dans le marché de Homs. Les prix des fruits et légumes sont théoriquement fixés par une circulaire bi-hebdomadaire (le samedi et le mardi) de la direction du ravitaillement et du commerce intérieur (Mudīriyyet al-tamwīn wa al-tiǧāra al-dāliyyeh), mais cela reste en fait une simple indication que les commerçants n’ont pas l’obligation de suivre.

146Aux côtés du marchand et du commissionnaire, travaille le commerçant sans local. Il est désigné sous le terme un peu péjoratif de sakkī ou mutasakkī (« errant »). Généralement nouvellement arrivé dans le souk, il espère qu’un magasin se libérera ou que l’occasion d’une association se présentera. En attendant, il achète à un marchand ce qu’il revend à un autre marchand ou à un client quelconque. Travaillant le plus souvent sur le trottoir, il verse chaque mois une somme fixe (1 000 LS en 1992) ou un pourcentage (5 %) au locataire du magasin devant lequel il a l’habitude de s’installer. Une certaine forme d’association peut alors se mettre en place, des sakkī pouvant travailler « à la part » (bi-l-iah), c’est-à-dire contre un tiers des bénéfices, pour le locataire officiel d’une boutique. Certains sakkī ont également pu s’installer devant un mur aveugle à l’entrée du souk. Ils y inscrivent alors leur nom à la craie et restent ainsi en dehors du contrôle des magasins, n’ayant de compte à rendre qu’au placier.

  • 59 On utilise désormais une grande balance pour camion. Celui-ci est pesé deux fois : plein lors de so (...)

147Plus nombreux, il y a enfin ceux qui travaillent pour les marchands, les commissionnaires et les sakkī : les débardeurs et les porteurs (ammālīn) syndiqués, les receveurs (ǧābī / ǧubā), les peseurs59 et la foule des travailleurs libres qui, passant d’un chargement à l’autre, constituent la main-d’œuvre volante du souk.

Des jardiniers dans le souk
  • 60 Ce sont en effet parmi leurs membres que sont choisis (par vote de l’assemblée générale) tous les q (...)

148Le noyau ancien du souk est constitué par une vingtaine de commerçants d’origine citadine, la présence de leur lignage dans ce secteur d’activité remontant parfois au premier marché de gros. Ils occupent le centre du souk al-Hāl et contrôlent le syndicat des commerçants du souk60. Leur réseau de clients est ancien et peut s’étendre jusqu’à Alep ou Damas et au-delà, vers le Liban ou la Jordanie. C’est parmi eux que l’on trouve les principaux grossistes. Certains de ces commerçants ne prennent même pas la peine de faire figurer leur nom sur le haut de la porte de leur magasin : tout le monde sait où les trouver.

  • 61 Je n’ai recensé que les patronymes (noms inscrits au-dessus des boutiques et noms connus) et non l’ (...)

149Moins d’une vingtaine de commerçants61 sont d’origine paysanne très récente et se sont installés dans les derniers bâtiments construits. Leur clientèle est essentiellement constituée par des agriculteurs de leur propre village et de sa région immédiate : c’est parce qu’ils avaient l’assurance de pouvoir compter sur cette clientèle locale que ces commerçants sont venus travailler au souk al-Hāl.

150Enfin, entre ces deux catégories, on trouve la grande masse des commerçants d’origine citadine (une centaine), marchands et commissionnaires, qui se sont progressivement installés dans le nouveau souk al-Hāl depuis sa création dans les années 1970.

  • 62 On peut être spécialisé par produits (dattes, pommes, pastèques, carottes, oignons, olives, abricot (...)

151Les commerçants qui se sont plus ou moins spécialisés62 dans la production des jardins se retrouvent aussi bien dans cette toute dernière catégorie que dans celle des anciens lignages du souk, parmi lesquels se sont longtemps trouvés les seuls commerçants auxquels avaient affaire les jardiniers ; en revanche, aucun commerçant d’origine rurale ne commercialise des produits agricoles provenant des jardins périurbains.

152J’ai dénombré seize commerçants, commissionnaires dans leur grande majorité, travaillant en collaboration avec les jardiniers ; mais il doit exister beaucoup plus de commerçants dont la part des produits de jardins ne constitue qu’une faible partie de leurs transactions quotidiennes et qui ne peuvent donc être comptabilisés.

153Cependant, même pour les « spécialistes », la vente des légumes de la zone des jardins ne constitue plus qu’une partie de leurs activités : en effet, seul un des commerçants interrogés m’a déclaré n’avoir pratiquement affaire qu’à des jardiniers, les autres comptant une trentaine de jardiniers sur quatre-vingts à cent fournisseurs réguliers.

154Quelques commerçants du souk al-Hāl sont issus de lignages de jardiniers, dont la plupart d’anciens grands lignages. Certains sont présents dans ce secteur d’activité depuis longtemps, faisant donc partie des commerçants les plus anciennement installés. Pour d’autres, la conversion est plus récente. Si leur origine agricole les place à priori dans une situation particulière vis-à-vis des jardiniers, cela ne suffit toutefois pas à en faire automatiquement des spécialistes des jardins, du moins lorsque l’on a affaire à des marchands.

155En effet, un jardinier ne s’adresse pas à un marchand parce qu’il est originaire des jardins, mais parce qu’il lui propose d’acheter sa production à un prix plus intéressant que ses voisins. Si la commune origine professionnelle ou/et familiale peut constituer un critère de choix parmi d’autres, son importance reste néanmoins limitée par le contexte d’un marché libre où se sont accrus le nombre des commerçants et la concurrence. Un jardinier ne reste donc généralement pas très longtemps chez un même marchand.

  • 63 Certaines commissions peuvent toutefois atteindre 12 % selon l’importance des dettes contractées pa (...)

156Les choses se passent en revanche autrement lorsque le jardinier a recours à un commissionnaire : la commission perçue étant partout la même (7 %63), ce qui détermine avant tout le choix d’un jardinier, ce sont les rapports de confiance qu’il peut établir avec un individu. Il est, en effet, impératif pour le jardinier de pouvoir confier sa production ou ses revenus hebdomadaires à un commissionnaire sans craindre que celui-ci détourne de l’argent, manipule les comptes ou vende à perte.

« Bien sûr, un commissionnaire peut faire partie d’une famille de jardiniers. Le mien était jardinier, lui et ses parents, mais il a quitté son jardin pour ce magasin à souk al-Hāl. Il est de bayt Ṭ. Ils ont encore une terre près du village de Hasuwiyyeh. sur l’Oronte. Je suis en très bonne relation avec lui. J’ai eu trois commissionnaires dans ma vie : le premier s’appelait Sayyid, il est mort maintenant. Il habitait le quartier al-Bugtassiyyeh [un quartier proche de celui de A.S.]. Je suis resté avec lui plus de quinze ans. Et puis un jour, en 1958, je lui ai demandé de m’avancer de l’argent et il a refusé. Je l’ai alors quitté. Je suis alors allé chez deux frères. Ils étaient très connus dans le souk et ils habitaient mon quartier. Je suis resté chez eux jusqu’en 1980. Ils sont morts tous les deux. Un de leurs ouvriers a pris leur place, j’ai alors quitté le magasin. Je suis allé chez Yāssīn. Il est honnête : avec lui, inutile de vérifier les comptes. » (A.S., zūr al-Ḫarāb. Homs, mars 1990).

  • 64 Dans ce cas. le pourcentage perçu par le commissionnaire passe automatiquement à 8 %.

157Le jardinier doit pouvoir compter sur lui lorsqu’il a besoin d’une avance sur récolte64. Lorsque cette nécessaire confiance est fermement établie, un jardinier peut rester toute sa vie chez un même commissionnaire qui, grâce à sa réputation, peut se constituer tout un réseau dans les jardins et devenir ainsi un « spécialiste » des produits agricoles urbains. En dehors sans doute des liens de voisinage, les liens de parenté sont ceux qui permettent d’établir le plus rapidement ce type de rapport de confiance. Les commissionnaires originaires des jardins travaillent donc le plus souvent avec leur propre famille, proche ou plus éloignée (au niveau du lignage) et avec les jardiniers qui constituent le cercle des amis ou des clients du lignage. Ainsi, les commissionnaires « spécialistes » de la production des jardins ne sont pas tous d’anciens jardiniers ou issus de familles de jardiniers. En revanche, la plupart des commissionnaires originaires des jardins peuvent être considérés comme spécialisés dans les jardins, même si les jardiniers ne constituent pas leur seule et unique clientèle.

158Il existe, par ailleurs, des jardiniers qui, tout en restant attachés à l’activité agricole, participent à la commercialisation des légumes dans le souk al-Hāl. Il s’agit pour eux soit d’une activité complémentaire, soit d’une participation à une société de commerçants.

159Dans le cas de l’activité complémentaire, le jardinier est toujours un marchand. Il est en effet plus facile d’être à la fois jardinier et marchand que jardinier et commissionnaire. Malgré les risques encourus, le marchand n’a pas besoin de beaucoup de temps, s’il est un peu habile, pour gagner un revenu suffisant. Il peut écouler sa marchandise en quelques heures le matin ou envoyer une partie de son stock sur le marché d’une autre ville. Aidé par sa famille, le jardinier marchand peut ainsi organiser sa journée entre la boutique et son exploitation. Le commissionnaire doit au contraire être présent toute la journée, puisqu’il gère des stocks importants confiés à lui par des producteurs et que, travaillant au pourcentage, il ne peut que rarement se contenter de quelques heures de travail par jour. Il lui faut donc plus de temps que le marchand pour obtenir un revenu équivalant. De son côté, le jardinier marchand a la possibilité de consacrer moins de temps à son activité commerciale que ne le ferait un marchand ordinaire puisqu’il sait pouvoir compter sur le revenu du jardin. Voici le cas de l’un de ces jardiniers marchands.

« Le ḥaǧǧ Marwān (60 ans) a le statut de métayer dans un jardin d’une dizaine de dunum dans le zūr al-Na’ûra. Il est marié et père de trois fils et de deux filles. Il s’est lancé dans le commerce des fruits et légumes en 1969. Il louait alors un ou deux camions qu’il envoyait une fois par semaine au marché de gros de Damas chargés de fruits et de légumes achetés dans le souk al-Hāl de Homs. Marwān s’informait la veille par téléphone des besoins du marché local auprès de deux correspondants damascènes dont il avait fait connaissance par le biais de l’union des paysans. Grâce à eux. il a ainsi pu jouer sur la différence de prix entre le souk de Homs et celui de la capitale, non sans risques d’ailleurs : il se souvient d’avoir ainsi perdu 6 000 LS sur un seul envoi d’oignons... mais aussi d’avoir gagné 8 000 LS sur de la salade quelques jours plus tard.
En 1980, il a cependant pratiquement cessé cette activité et est parvenu à louer une boutique dans le souk al-Hāl. Pour cela, il s’est mis en société avec un de ses fils. S’il lui arrive d’envoyer encore des oignons ou de l’ail à Damas une ou deux fois l’an, l’essentiel de son activité commerçante se déroule désormais dans le souk. Il s’y est installé en tant que marchand. Un de ses fils, qui était mécanicien dans la zone artisanale, l’aide maintenant à la boutique. La journée de Marwān commence vers 5 heures avec la prière de l’aube. Il se rend ensuite au souk où il reste jusqu’à 11 heures. Il laisse alors la boutique à son fils pour se rendre à son jardin. Il y mange et y t’ait une sieste, puis passe l’après-midi à travailler la terre avec l’aide de ses deux autres fils. Le magasin lui apporte actuellement 80 % de son revenu mensuel, mais il n’est pas question pour lui d’abandonner le jardin. » (M.M., zūr al-Na‘ūra, Homs. 1er août 1992).

160Pour d’autres jardiniers, il s’agit surtout d’investir dans la location d’une boutique un capital financier accumulé dans les jardins. Parfois destiné à l’un des fils, il peut aussi se transformer en simple participation à une société de commerçants comme c’est le cas, il est vrai de façon un peu accidentelle, dans l’exemple suivant :

  • 65 Les boutiques sont, au même titre que les jardins, les magasins ou les appartements, des lieux régi (...)

« Abū Adab, exploitant de 30 dunum, a loué65 en association, en 1980. une boutique au souk al-Hāl pour son fils aîné, lui-même jardinier. Mais ce dernier est mort quelques années après, laissant une femme et un fils encore très jeune. C’est donc Abū Adab qui s’occupe actuellement de sa part. Mais comme la moitié de la boutique était occupée par Radwān, le frère de la femme de son fils. Abū Adab laisse la gestion quotidienne à ce dernier (commissionnaire) qui a été obligé de prendre un associé pour le seconder. La boutique rapporte actuellement 21 000 livres par mois qui sont divisés par 3, le nouvel associé comptant pour une part entière. Une fois soustraits les divers frais du local (électricité, taxes, loyer...). Abū Adab empoche donc 3 500 livres par mois sans pour autant travailler dans la boutique. De plus, il a la possibilité de vendre une grande partie de sa production maraîchère par l’intermédiaire de Radwân sans que celui-ci lui demande le moindre pourcentage. Précisons enfin que le propre frère de Abū Adab a lui-même fait l’acquisition d’une boutique au souk al-Hal ; c’est son fils qui s’en occupe, se chargeant de vendre, entre autres choses, la production de son père. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, juin 1992).

161On voit donc que certains lignages de jardiniers parviennent à plus ou moins contrôler l’ensemble de la chaîne de production et de distribution des produits agricoles, du jardin au magasin, vendant leurs propres produits et évitant ainsi les intermédiaires.

162La majorité des jardiniers n’ont toutefois pas de parents commerçants, et les anciennes relations de dépendance à l’égard du commissionnaire ou du marchand sont parfois encore vivaces, même si elles ont eu tendance à nettement s’estomper depuis une vingtaine d’années en raison de la multiplication des commerçants, permettant de les mettre en concurrence, mais aussi grâce au recours à la solidarité familiale et à la diversification des sources de revenus.

163Les jardiniers vendent cependant eux-mêmes au souk al-Hāl une partie de leur production à des détaillants ou à de simples particuliers. Ils s’installent devant la boutique de leur commerçant à qui ils payent alors un droit (fixe ou pourcentage).

164Il leur faut toute leur science et leur expérience pour tirer un profit maximum de cette vente dans un environnement très concurrentiel et souvent saturé. Qu’un légume envahisse le marché et provoque ainsi une baisse des prix et les conséquences peuvent se révéler dramatiques pour un petit producteur. J’ai souvent vu des jardiniers renoncer à se rendre au marché parce que leurs tomates valaient moins que les cageots qui les contenaient et que le prix qu’ils pourraient en obtenir couvrirait à peine celui de l’essence nécessaire au déplacement... l’expression « il n’y a pas de souk » (« mā fī sūq »), utilisée alors pour justifier le refus de vendre, signifie que les prix sont bas et que le marché est finalement inexistant.

165Face à la concurrence des grandes exploitations du littoral ou même des petites exploitations irriguées de la région, le jardinier tente de jouer sur la fraîcheur, la qualité ou la rareté de son produit. Il doit aussi profiter au maximum de sa proximité géographique avec le souk al-Hāl et ne pas hésiter à s’y rendre régulièrement, au moins une fois par jour, pour se tenir au courant des prix et surtout essayer de savoir quels sont les principaux produits attendus pour le lendemain, de manière à pouvoir orienter le choix de ses récoltes : va-t-il amener du persil ? Des tomates ? Laisser en plants les concombres ? Couper ses artichauts ?

166Enfin, il lui faut être âpre au gain, ne baisser ses prix que contraint et forcé, ne pas négliger les petits profits, refuser de brader, essayer dans la mesure du possible de vendre lui-même ses petites productions plutôt que de les confier au commissionnaire moins motivé. Mais en définitive tous ces efforts seront souvent perçus par le jardinier comme une expérience humiliante, parce que le souk est toujours, d’une certaine manière, un avilissement : « souk al-Hâl, le souk de la bassesse » (« sūq al-Hāl sūq al-dull ») entend-t-on dans les jardins.

« Le lundi 25 mai 1992, à 5 heures du matin, Abū Salim gare son pick-up devant le bureau de son commissionnaire et décharge un gros sac d’artichauts. Les bottes de persil restent sur la plate-forme arrière du véhicule. Abū Salim se contente de les mettre un peu en évidence, les disposant en tas sur le devant.
Commence alors une longue attente. Lorsque nous sommes arrivés, le marché était déjà très actif. De nombreux camions déchargeaient leurs légumes ou se contentaient de se garer, les produits étant alors descendus au fur et à mesure des ventes. On distingue clairement les provenances : camions du littoral, de Tartous, camionnettes et triporteurs de larégion des jardins. Au milieu de ces véhicules, un carnet à la main, les commissionnaires ou leurs employés ne cessent d’enregistrer les arrivées, la nature des marchandises et leur quantité. Tout autour de nous sont déversées quantités de légumes, oignons, tomates, aubergines, haricots, salade, radis... mais aussi pommes de terre de Qousseir, feuilles de vignes de l’est de Homs apportées en petites quantités à dos d’homme. Le bureau du commissionnaire de Abū Salim. une pièce carrée aux murs nus, meublée d’un bureau et de quelques chaises, occupe un angle du bâtiment principal. En fait, il est loué en association par deux commissionnaires. A côté de nous, des sacs de fèves sont pesés au fur et à mesure de leur acquisition et enregistrés dans la foulée par le commissionnaire qui percevra un pourcentage sur toutes les transactions.
Abū Salim vend lui-même sa production. Trop petite ce jour-là pour intéresser son commissionnaire, il craint que celui-ci ne s’en débarrasse à bas prix. Abū Salim m’explique que pour fixer ses prix de départ, il est important de sentir, de regarder et d’écouter. Il faut percevoir les signes qui, sur le marché, le renseigneront. Ainsi, sans rien demander à personne, par la seule observation et l’écoute de ce qui se passe autour de lui, Abū Salim finit par fixer ses prix.
Les clients, des détaillants du souk de la médina ou des commerçants de quartier, vont et viennent, se renseignent et accumulent dans leur camionnette leurs achats disparates : deux bottes de persil, dix sacs d’aubergines, une caisse de tomates... tous trouvent leur compte dans cet intense remue-ménage, même les petits bédouins plus ou moins clochardisés qui ramassent les fruits et les légumes qui tombent des caisses.
Abū Salim résiste placidement aux propositions d’un client souhaitant acheter son sac d’artichauts 250 livres au lieu des 300 annoncées. L’homme est véhément, s’exprime avec de grands gestes, dramatise, insiste, mais Abū Salim reste intraitable : il sait que ce matin, ce sont les seuls artichauts du souk. L’homme fulmine, supplie, s’emporte, s’en va avec des allures de définitif, revient, supplie à nouveau, semble renoncer, revient encore, fourre d’autorité quelques billets dans la main de Abū Salim qui refuse. L’homme proteste : « Mais ils sont tout petits tes artichauts ! Regardes celui-là... et celui-là ! Minuscules ! » Abū Salim se contente de se taire... et finit par gagner. Il empoche la somme et rit en regardant son client s’éloigner en fulminant avec son sac d’artichauts sur le dos.
Le persil est plus long à partir. Le prix de départ est fixé à 15 LS la botte, mais descendra au fur et à mesure que s’écoule la matinée : 14 livres à 7 heures, 12,5 livres à 9 heures et enfin 10 livres vers 9 heures 30. Les discussions sont fréquentes mais, là aussi, Abū Salim ne cède pas : il semble avoir l’éternité devant lui. bien que l’attente soit exceptionnellement longue ce matin et que du travail l’attende au jardin. Il m’avoue que d’habitude tout est vendu avant 7 heures. Mais aujourd’hui, il y a beaucoup trop de persil sur le marché.
Un homme salue Abū Salim. C’est un parent qui vient lui demander un service : l’aider à acheter un sac de petits pois et d’aulx. Abū Salim s’absente, confiant son chargement à son parent et revient au bout d’un quart d’heure avec les sacs qu’il a, semble-t-il, obtenu au meilleur prix.
À 9 heures, beaucoup de camions sont déjà partis, l’activité se ralentit. À 9 heures 30, Abū Salim a enfin vendu tout son persil. Il fait les comptes avec son commissionnaire : il a gagné 1 100 livres ce matin. C’est le commissionnaire qui garde l’argent : il le rendra jeudi prochain, en retirant de la somme une commission de 7 %. » (A.S., souk al-Hāl, Homs, 25 mai 1992).

Le souk de détail

  • 66 La multiplication des boutiques de quartier pratiquant la vente de fruits et légumes a provoqué la (...)

167Les détaillants, des épiciers de quartier et les quelques vendeurs ambulants66 (al-mutaǧawwilīn) que compte encore Homs, ainsi que les particuliers souhaitant acheter de grosses quantités de légumes, se rendent le matin très tôt au souk al-Hāl. Les premiers arrivés sont les détaillants du souk al-Ḫuḍār, pressés d’acheter et de vendre puisque leur souk n’est ouvert que le matin. Viennent ensuite les épiciers qui ont toute la journée pour écouler leurs achats. Les particuliers arrivent généralement en fin de matinée, vers 10 ou 11 heures, au moment où les prix sont les plus bas et où les bonnes affaires sont alors possibles.

168Les petits commerçants peuvent donc garnir leurs étalages de souk al-Ḫuḍār, dans la vieille ville, dès 7 heures. Ce souk n’a guère changé depuis les années 1930-40. Il s’agit de la même ruelle étroite et de la même petite place encombrée, attirant tous les matins, en dehors du vendredi, une foule considérable de citadins. On ne compte pas moins de cinquante-deux boutiques de fruits et légumes dans la ruelle et une dizaine sur la petite place. Il faut ajouter à cela une dizaine de boucheries et les nombreux petits vendeurs de légumes installés sur la place. Enfin, entre la ruelle principale et la place se sont installés de nombreux épiciers et droguistes. Vers 9 heures du matin, le souk est impraticable autrement qu’à pied. Les commerçants ont disposé leurs étals sur le devant de leur boutique, empiétant largement sur la chaussée. Les agents de police font de régulières descentes, parfois violentes, pour les contraindre à laisser un passage suffisant pour les voitures mais rien n’y fait : les fruits et les légumes débordent toujours des trottoirs, envahissent la voie centrale. Les clients, ici des femmes en majorité, vont et viennent, choisissent, marchandent et repoussent les assauts répétés des enfants qui leur proposent, contre le paiement d’une livre, de larges sacs de plastique.

169Le souk est divisé en deux parties : la rue principale, dans laquelle se trouvent les boutiques des revendeurs, d’où partent quelques ruelles perpendiculaires, et la place, sur laquelle se massent de petits revendeurs. C’est sur cette place que les prix sont les plus bas mais aussi où la qualité des produits est la moins bonne.

170Les commerçants de la rue principale sont tous des revendeurs au détail. Ils achètent à souk al-Hāl et revendent leurs marchandises avec une majoration de 20 à 50 % selon les produits. On ne trouve donc pas de commissionnaire parmi eux. Ils ne sont pas propriétaires de leur boutique, qu’ils louent en moyenne quelques 5 000 livres par an à d’anciens notables (Atāssī, Sibā‘ī...) ou à de grands commerçants (Huzandār, ‘Abbāra...).

171Jusque dans les années 1950, les jardiniers avaient la possibilité de venir vendre leur petite production et souvent celle de leur propre famille ou même de leur lignage en s’acquittant d’une taxe journalière payée à la mairie. Ils venaient les dimanche, mardi et jeudi, uniquement le matin et s’installaient à même le trottoir, au nord de la rue principale ou sur la petite place. Mais cette activité leur a été interdite par la municipalité en 1957, l’encombrement étant devenu trop important. Un certain nombre de familles de jardiniers a alors obtenu une boutique en location, rejoignant les quelques anciens jardiniers qui étaient devenus commerçants avant les années 1940. Nous en avons recensé une dizaine dans la rue principale, toutes présentes depuis les années 1960. La plupart réside tout près, dans la vieille ville (Bāb al-Hūd et Dahr al-Muġāra).

172Certaines de ces familles ont abandonné leurs jardins, préférant se consacrer au seul commerce des fruits et légumes, d’autres ont conservé une partie de leurs activités agricoles. Quelques-unes, comme par exemple la famille A., ont à la fois un jardin, une boutique dans le souk al-Hāl et une boutique dans le souk al-Ḫuḍār... couvrant ainsi la presque totalité de la filière agricole, mais cela reste exceptionnel, une séparation assez nette existant entre souk al-Hāl et souk al-Ḫuḍār, autrement dit entre grossistes et détaillants.

173Les commerçants qui sont également des jardiniers (une quinzaine) vendent bien sûr leurs propres productions et complètent leurs étals en se fournissant, comme les autres, au souk al-Hāl. Cette pratique de la vente de ses récoltes semble avoir été systématisée dans certains lignages. Ainsi, tous les membres de bayt W. qui disposent d’un jardin ont également une boutique au souk al-Ḫuḍār, les deux activités étant devenues pour eux complémentaires.

À HAMA

  • 67 Une filière de commercialisation est constituée par un marché de gros et/ou de demi-gros alimentant (...)

174Contrairement à Homs, où s’est opéré un net partage entre le marché de gros et les marchés pratiquant la vente au détail, Hama présente une image plus complexe et plus floue, difficile à appréhender sans prendre en compte tout un contexte urbain. Il semble que nous n’ayons pas affaire à une seule mais à deux filières67 de commercialisation des fruits et légumes d’importance inégale et dans lesquelles interviennent, plus directement qu’à Homs, des appartenances à des secteurs de jardins et à des quartiers, mais aussi des formes particulières de stratégies familiales.

  • 68 Il existait un troisième marché, le souk Sahat al-Mawqīf. Celui-ci ne recevait cependant aucun prod (...)

175Rappelons que les deux principaux marchés de fruits et de légumes68 de Hama ont longtemps été les « deux Ḥāder » : le souk al-Ḥāder al-Kabīr, le plus ancien et le plus important, situé dans le Ḥāder et le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr, créé au début du siècle dans la région du Souk. L’un et l’autre pratiquaient alors indifféremment le gros et le détail et se partageaient les jardins : le grand souk du Ḥāder attirait davantage les jardiniers des zūr bāb al-Nahr, al-Damsiyyeh et al-Šarqī (rive droite), le petit Ḥāder recevant surtout les productions du zūr al-Qiblī (rive gauche).

176La construction d’un souk al-Hāl (fig. 48), dans les années 1960, a modifié cette répartition, celui-ci attirant une grande partie des grossistes et alimentant la plupart des marchés secondaires de Hama. Quant au souk al-Ḥāder al-Kabīr, il est majoritairement un souk de vente au détail et de producteurs, mais compte encore quelques grossistes alimentant une seconde filière de commercialisation des fruits et légumes.

Principaux souks actuels et production des jardins

  • 69 J’ai recensé 69 boutiques (1994).
  • 70 « Son moindre dynamisme est consécutif à deux facteurs : il n’est pas géographiquement aussi bien p (...)

177C’est en 1968-69 que fut créé l’actuel souk al-Hāl. Il est donc un peu plus ancien que celui de Homs (1971) mais moins important et beaucoup moins actif. Il ne s’y trouve qu’une centaine de commerçants69, en grande majorité des commissionnaires et quelques sakkī70, ainsi que les bâtiments de la coopérative agricole, un magasin d’engrais chimiques et la boutique de l’Institut d’agronomie. Le souk al-Hāl est situé au sud du quartier de Mašarkah (sud de la ville) à proximité de la gare routière et non loin de la nouvelle gare ferroviaire qui a été construite un peu plus à l’ouest. Contrairement à ce qui a pu se produire à Homs, l’initiative de sa construction ne revient pas à la mairie mais à la direction des waqf. Aussi, les bâtiments du souk al-Hāl ont jusqu’à présent le statut de bien waqf ūrī et leurs loyers sont destinés à l’entretien des mosquées de la ville.

Figure 48 — Principaux marchés actuels de fruits et légumes à Hama.

178On retrouve ici les mêmes spécialisations qu’à Homs (légumes d’hiver/d’été, campagnes, littoral), mais avec une polyvalence plus prononcée du fait de la moindre activité du marché. En tant que principal souk de gros de la ville, le souk al-Hāl reçoit et distribue les productions de la région d’Idlib, des berges rurales de l’Oronte (Méhardé, Skelbié...), des mašārī‘ de la région de Hama (Faher, Asilé, Hanjour, Tell Malah, Tremsé, Acharné, Tell Uni, Chayzar, Kafr al-Houd...) et les légumes du Ghab (fèves, haricots, petits pois) ainsi que des agrumes et des légumes du littoral syrien, rendu maintenant plus accessible grâce à la construction, au début des années 1990, d’une route directe à travers la montagne alaouite.

179La production des jardins de la ville représente une part encore importante du marché (20 % du total des échanges du souk), tout au moins pendant les mois de printemps et d’été, période durant laquelle la production des fruits est à son maximum. Le reste de l’année, la faible productivité des jardins en légumes en limite la présence sur le marché. Seuls les jardiniers des zūr al-Qiblī, al-Na’īm et Bāb al-Nahr se rendent systématiquement dans le souk al-Hāl. Les jardiniers des autres secteurs se rendent plutôt au souk al-Ḥāder al-Kabīr.

180Le marché de fruits et de légumes de la rue du 8 mai est situé à l’est de la région du Souk. Il occupe le début de cette rue rectiligne et à arcades qui est quasiment parallèle au grand souk al-Ṭawīl, reconstruit depuis 1982. Les commerçants et les petits producteurs se regroupent surtout dans trois petites places donnant sur la rue. En prenant celle-ci dans la direction du nord, on trouve deux places sur son côté droit et une troisième sur son côté gauche. Il y a là de nombreuses boutiques, mais aussi des commerçants à charrettes ou vendant directement sur le trottoir. Une trentaine de boutiques de fruits et légumes se sont cependant ouvertes dans la rue même, sous les arcades. Autrefois directement alimenté par les seuls producteurs ruraux, ce marché passe maintenant essentiellement par le souk al-Hāl. Cependant, de nombreux jardiniers des zūr al-Qiblī et Bāb al-Nahr viennent régulièrement vendre ici leurs petites productions, ne pouvant plus le faire dans le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr désormais occupé par les seuls revendeurs au détail.

181Le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr occupe toujours une ruelle étroite, sombre et encombrée située derrière la muāfaa. On peut compter vingt-cinq boutiques de fruits et légumes entre lesquelles vient s’interposer une dizaine de boutiques de bouchers. À cela, il faut ajouter de nombreuses charrettes à bras installées aux deux extrémités du souk : elles représentent une concurrence importante pour les boutiques puisque leurs propriétaires - contrairement aux boutiquiers -ne payent pas de charges (eau, électricité, loyer, téléphone) et ne versent à la mairie qu’une taxe modeste (1000 LS/an). Le loyer moyen d’une boutique dépasse en revanche les 13 000 livres par an, auxquelles il faut ajouter 3 à 4 000 livres de taxe annuelle. Boutiquiers comme charretiers se fournissent au souk al-Hāl en fruits et légumes qu’ils revendent avec une majoration de 15 à 20 %.

  • 71 Les grossistes travaillent de 5 heures à 8 heures du matin, les détaillants n’ouvrant qu’après 8 he (...)

182Quant au souk al-Ḥāder al-Kabīr, il a été en partie détruit par les événements de 1982. Ce qui constituait le principal centre de la commercialisation des fruits et des légumes des jardins, le bazar signalé sur la carte du cadastre des années 1930, a été rasé. Ont donc disparu la plateforme sur laquelle les petits producteurs venaient vendre leurs productions et les boutiques des commerçants qui l’entouraient. Un projet de reconstruction financé par la municipalité est en cours de réalisation. En attendant, l’activité commerçante s’est recentrée sur la rue principale et plus particulièrement dans sa partie est. Elle est bordée de longs bâtiments, dont le plus récent a été construit en 1957. Une majorité des boutiques est consacrée aux fruits et légumes, mais on trouve aussi des boucheries, des épiceries, quelques quincailleries et une ou deux pharmacies. Les commerçants de fruits et légumes sont en majorité des détaillants, mais on trouve quelques grossistes qui ont pour principaux fournisseurs les jardiniers des zūrs al-Damsiyyeh et al-Šarqī. Les détaillants s’approvisionnent directement auprès de ces grossistes71qui ont l’avantage d’être très proches, ce qui réduit les coûts de transport, mais il leur arrive aussi de se fournir au souk al-Hāl où il y a plus de choix, même si les prix de gros entre les deux souks sont les mêmes.

183Sur le devant de ces boutiques, de chaque côté de la rue, se pressent les petits revendeurs et les producteurs, protégés du soleil et des intempéries par des bâches, par quelques abris en ciment ou se tenant à l’air libre. Seules les charrettes paient une redevance. Les autres revendeurs ou producteurs, très mobiles, ne paient rien, comme ces nombreux jardiniers qui viennent vendre une partie de leurs productions et qui sont en majorité du zūr al-Šarqī et du zūr al-Damsiyyeh. Comme autrefois, ils déposent leurs principales récoltes chez leurs commerçants et se chargent de vendre, à l’écart de ces derniers sur la rue, leurs plus petites productions. Il leur arrive plus rarement de s’adresser à d’anciens commissionnaires du Ḥāder installés depuis plusieurs années dans le souk al-Hāl.

Place des commerçants originaires des jardins et stratégies familiales

  • 72 Plus une demi-douzaine venant du souk rural de Sahat al-Mawqīf.

184Les premiers commerçants à être venus s’installer dans le souk al-Hāl furent des grossistes qui travaillaient déjà, parfois depuis plusieurs générations, dans les souks al-Ḥāder al-Kabīr et al-Ḥāder al-Ṣaġīr, une quinzaine au total72. Au moins cinq d’entre eux appartenaient à des lignages de jardiniers.

185Depuis, d’autres commerçants issus de lignages de jardiniers sont venus s’installer dans le souk al-Hāl, constituant un groupe impliqué dans la commercialisation des produits des jardins et plus particulièrement des fruits d’été : j’ai ainsi pu dénombrer quatorze familles disposant d’une trentaine de boutiques dans le souk, ce qui représente près de 44 % des locaux du souk. Cette forte implantation semble en partie redevable aux relations privilégiées que ces familles continuent à entretenir avec la zone agricole dont elles canalisent une grande partie de la production.

186En effet, ces familles d’origine agricole, qui ont en partie construit leur prospérité sur leurs rapports étroits et privilégiés avec les jardins, s’appuient encore sur leur appartenance à un secteur agricole et au quartier qui leur est traditionnellement associé, mais aussi sur leur présence parfois ancienne dans les autres souks de la ville et finalement sur leur capacité à contrôler la filière des fruits et légumes, de la production à la revente au détail en passant par le commerce de gros.

187L’exemple suivant illustre bien cette tendance, en œuvre depuis parfois plusieurs décennies chez certains, de constituer des liens privilégiés entre jardins, souk de détail et souk de gros :

  • 73 Secteur situé à l’est de Hama, de l’autre côté de l’autoroute d’Alep.

« Bayt M. est originaire du zūr al-Qiblī et du quartier al-‘Alīlīyāt. C’est Abū Aḥmad, le père (1880-1959) du chef de lignage actuel (53 ans), qui s’est lancé, au lendemain de la première guerre mondiale, dans le commerce des fruits et légumes, fuyant la misère des jardins. Il s’est donc installé comme commissionnaire dans le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr, comme d’autres habitants de son quartier. À sa mort, ses fils ont pris sa suite et certains d’entre eux ont été parmi les premiers à s’inscrire sur la liste des locataires de boutiques lorsque fut annoncé par la direction des waqf le projet de construction d’un souk al-Hāl. Ceux qui sont restés dans le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr sont alors devenus des détaillants. D’année en année, ce lignage a renforcé sa présence dans le souk al-Hāl, obtenant finalement la location de treize boutiques (dont deux en association avec un autre lignage du même quartier).
La plupart des descendants de Aḥmad travaillent dans la filière de commercialisation des fruits et légumes, que ce soit à Souk al-Hāl ou au souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr. Mais une partie du lignage (sept familles) est toujours présente dans les jardins, à zūr al-Na’īm73 et à zūr al-Qiblī, exploitant au total une cinquantaine de dunum. Certains ont créé des pépinières mais la majorité produit des fruits et des légumes qu’elle écoule par l’intermédiaire des commerçants du lignage. » (A.M., quartier al-Šrī’ā, Hama, 16 septembre 1993).

188J’aurais aussi bien pu donner l’exemple de cet autre lignage, très présent dans les jardins et dans les petites exploitations de la route de Homs et qui contrôle aussi plusieurs magasins de fruits et légumes dans le souk al-Hāl, le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr et le souk du 8 mai et dont l’un des membres est mutār du quartier al-‘Alīlīyāt. Ou encore de cette famille d’anciens jardiniers de zūr al-Šarqī dont le père avait un magasin à souk al-Hāl et dont les deux fils tenaient une boutique à souk al-Ḥāder al-Kabīr. Tout semble ici se passer comme s’il s’était opéré une répartition, au sein même de ces lignages ou de ces familles, entre la production, la distribution de gros et celle de détail.

189Bien sûr, tous les jardiniers n’ont pas des parents commerçants dans les souks et certains lignages ne sont présents que dans le commerce de détail ou dans celui de gros. Les commerçants eux-mêmes ne peuvent pas se contenter de la seule production de leurs parents jardiniers. En fait, c’est régionalement que les clients se recrutent et que les réseaux se renforcent et se resserrent, quel que soit, dans ce cas, le marché concerné. En effet, les jardiniers d’un même secteur vont de préférence se rendre chez un commissionnaire qui est originaire de leur secteur et qui a encore des membres de son lignage dans les jardins, plutôt que chez quelqu’un originaire d’un autre zūr. Ainsi, lorsque les jardiniers du zūr al-Šarqī veulent aller vendre à souk al-Hāl, ils s’adressent directement aux deux commissionnaires originaires de leur zūr qui s’y trouvent actuellement.

« Il n’y a que deux simsār venant du zūr à souk al-Hāl. Il s’agit de Fayṣal et de Ġassan. Le frère de Ġassan a gardé le jardin du père, on est presque voisins. L’autre a pris le magasin. Quelques jardiniers vont au souk al-Hāl tout en restant au Ḥāder. Moi-même, j’y suis allé de 1982 à 1988. Je descendais alors chez Fayṣal. La plupart des jardiniers qui vont au souk al-Hāl vont chez Fayṣal ou chez Ġassan. Mon père, avant souk al-Hāl, allait chez Fayṣal lorsqu’il était encore au Ḥāder. Ġassan l’était aussi, avant. Beaucoup de simsàr ont quitté le Ḥāder pour le souk al-Hāl dans les années 1969-70. » (A.H., zūr al-Šarqī, Hama, 19 octobre 1993).

190Précisons enfin qu’il n’y a pas, à ma connaissance, de jardinier qui soit également commerçant (commissionnaire) au souk al-Hāl : les deux activités semblent être ici incompatibles. Par contre, j’ai rencontré un certain nombre de détaillants, notamment à souk al-Hader al-Ṣaġīr, qui avaient un jardin et pouvaient s’auto-alimenter en fruits et légumes, tout en se fournissant à l’occasion au souk al-Hāl.

UNE AGRICULTURE DE PROXIMITÉ ESSENTIELLEMENT LIÉE AUX QUARTIERS DE JARDINIERS

191Mais cette vente des petites productions trouve un autre cadre, d’autres réseaux que ceux de la commercialisation institutionnalisée et localisée. À Homs, comme à Hama, les jardiniers alimentent en effet un certain nombre de personnes rattachées à eux par des liens plus personnels que ceux de la grande distribution.

192L’un des réseaux économiques les plus anciens semble être celui constitué par les épiceries de quartier. Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer précédemment, une partie de la production du jardinier, généralement de petites quantités, est déposée chez l’épicier du quartier dans lequel il réside. Mais cette pratique ancienne a pris une place plus importante que par le passé du fait de la multiplication des points de vente dans les quartiers. De plus, certaines circonstances ont contribué à élargir le phénomène. Ainsi, lorsque la municipalité de Homs a interdit la vente directe sur la chaussée du souk al-Ḫuḍār en 1957, un certain nombre de jardiniers ont choisi de proposer leurs petites productions aux épiceries de quartier. De petits souks de légumes, en partie directement alimentés par les jardiniers, se sont ainsi peu à peu développés à certaines portes de la vieille ville de Homs, à Bāb al-Turkmān et à Bāb al-Sbā‘ notamment et dans certains quartiers de Hama, comme celui de la route d’Alep.

193L’épicier se charge de vendre ces produits de jardin, que ce soient des légumes ou des fruits, contre une commission de 10 %, le jardinier choisissant parfois de récupérer une partie de son revenu en nature (sucre, sel, thé, riz, lentilles...). Mais l’épicier peut également profiter de ce dépôt-vente pour se rembourser d’un prêt accordé à un jardinier et pour fidéliser cette clientèle débitrice, tout en s’assurant d’un approvisionnement régulier en fruits et de légumes frais sans qu’il soit du coup nécessaire de se rendre à souk al-Hāl. Le dépôt-vente chez l’épicier peut représenter jusqu’à 15 à 20 % des ventes d’un jardinier, le reste étant réparti entre les souks et la vente directe dans le quartier.

194Le débouché le plus direct pour les productions du jardinier reste, en effet, le quartier où celui-ci réside avec sa famille et à la vie sociale duquel il participe. C’est dans ce cadre urbain à la fois étroit et ancien qu’il écoule parfois le meilleur de sa production par le biais d’une petite distribution essentiellement activée par les relations de parenté et de voisinage.

195Les nombreuses relations d’inter-connaissance qui se développent habituellement au sein d’un quartier servent en effet de base à de petites distributions qui ne concernent que des produits destinés aux conserves pour l’hiver (tomates, aubergines, ...) ou des légumes plus difficiles à trouver dans les souks (courges, pourpier, menthe...). Les voisins du jardinier, parfois ceux de son ancien quartier lorsqu’il a changé de résidence, peuvent être très demandeurs de ces productions de qualité.

196Ils peuvent alors se rendre directement dans le jardin mais, le plus souvent, c’est le jardinier lui-même qui leur livre les produits demandés, surtout lorsqu’ils résident encore dans le même quartier. Ces fruits ou ces légumes leur sont vendus à un prix majoré de 15 à 20 % par rapport à celui pratiqué sur le marché.

« Arrive un homme vêtu d’une longue djellaba blanche. Il s’avance avec assurance dans l’allée du jardin, ignorant, en habitué, les aboiements du chien enchaîné. Abū Salim le salue chaleureusement. Le visiteur est un commerçant et une vieille connaissance. Il tient une agence de location et de vente d’appartements dans le centre-ville et habite route de Tripoli. Mais il a longtemps résidé dans le même quartier que Abū Salim lequel connaissait bien son père. Aujourd’hui, il est venu acheter quelques caisses de tomates pour que sa femme puisse en faire du coulis (débes). Il les achète 160 livres au lieu des 140 qu’il paierait sur le marché : chaque caisse faisant à peu près 20 kilos, il paie donc le kilo plus de 10 livres au lieu de 7 dans le souk. Mais il s’agit de belles tomates choisies par le jardinier pour leur succulence particulière, leur bonne allure et leur rondeur parfaite. Il les a soigneusement sélectionnées parmi celles qui sont parties au souk al-Hāl ce matin. Le fils de Abū Salim m’explique qu’au total ils vendent ainsi chaque année plus de trois cent caisses de tomates destinées à être transformées en coulis et une dizaine de sacs d’aubergines noires (350 kilos) pour le farci (mahšé) à de nombreux voisins de leur quartier. Ceux-ci ne viennent que rarement se fournir directement dans le jardin puisque les deux jardiniers rentrent tous les jours dans le quartier et qu’ils peuvent donc les livrer. Les voisins viennent passer leur commande à la maison et sont servis quelques jours après. » (A.S., zūr al-’Abbār, Homs, le 11 juillet 1994).

  • 74 La roublardise de certains commerçants du souk est bien connue, tout leur art consistant à présente (...)

197On le voit bien dans ce récit, aux critères subjectifs d’inter-connaissance et de sociabilité de quartier viennent s’ajouter, dans le choix d’un fournisseur, les critères objectifs de qualité des produits : ce que recherchent avant tout les clients directs du jardinier, ce sont des produits de qualité destinés à un usage bien particulier, celui de la conserve, de la mise en réserve d’aliments. Ce sont ces conserves (mūné) qui, consommées en famille, parfois échangées ou offertes, seront louées pour leur saveur particulière. Il faut donc que les produits entrant dans leur composition soient de bonne qualité. Ne pouvant se fier au souk quotidien où l’origine des produits reste flou et où les commerçants sont peu soucieux de calibrer les produits proposés74, les gens préfèrent donc avoir recours à un fournisseur dont ils connaissent le jardin, en qui ils ont confiance et qui leur fournira en quelque sorte des légumes sur mesure.

  • 75 J’y reviendrai dans le prochain chapitre.

198Ces petits réseaux de distribution fonctionnent donc en parallèle à la grande distribution (marchés de gros et de détail), sans toutefois la concurrencer : les quantités vendues sont en effet beaucoup trop réduites et les exigences de qualité sont plus grandes. En effet, ce que recherchent les consommateurs de ces produits achetés directement au producteur, c’est la qualité et une sorte d’« appellation d’origine socialement contrôlée ». Ils veulent connaître l’origine des produits qu’ils achètent, le nom de l’exploitant, la situation de son jardin, la qualité de l’eau qu’il utilise pour irriguer... il est important de savoir d’où viennent ces légumes ; sont bien sûr exclus de ces réseaux les jardiniers qui ont la réputation d’utiliser « l’eau noire », cette eau sale rejetée par la ville. Tout cela suppose une certaine familiarité avec la zone agricole et les jardiniers, familiarité que peuvent favoriser les relations de quartier mais aussi une pratique citadine de la région des jardins75. Ainsi, alors que les marchés offrent une grosse production anonyme et banalisée, la filière parallèle des jardins permet un petit approvisionnement personnalisé et calibré. On rejoint peut-être là les deux systèmes de perception des objets présentés par Florence Weber (1989), à savoir une esthétique de la contemplation dans laquelle les objets sont appréciés pour eux-mêmes et sont détachés de leurs producteurs (filière des marchés) et une esthétique de la production dans laquelle les objets gardent trace des caractéristiques personnelles de leur auteur / producteur et présentent des qualités écologiques et sociales (filière des jardins). Un rapport direct semble ainsi s’établir entre les choses et les personnes.

199Intégration au quartier, familiarité avec les jardins ... tout semble se passer comme si ces petits réseaux de vente directe correspondaient plus ou moins aux limites de la vieille société citadine. En effet, à travers ces petites distributions semblent se tisser ou s’affirmer un ensemble de liens assez denses entre les jardins et certains quartiers, ceux dans lesquels vivent ou ont vécu des jardiniers.

200Enfin, à cette distribution relativement modeste doit bien sûr s’ajouter celle effectuée au sein même des amis et des familles de jardiniers et à laquelle j’ai plusieurs fois fait allusion. Là, il n’est pas question de vente, mais de don et d’obligation de fourniture. Les quantités offertes sont alors proportionnelles au degré de parenté et de familiarité, la plus grosse part restant bien sûr réservée à la proche famille du jardinier.

201L’accès de la plupart des lignages de jardiniers à de nouveaux champs socioprofessionnels urbains et modernes a contribué, depuis maintenant un demi-siècle, à davantage ouvrir la société des jardins sur l’extérieur, sur la société citadine, et semble avoir quelque peu bousculé l’ordre social des choses. En effet, alors que jusque dans les années 1950 la zone des jardins était le lieu d’exploitation d’un prolétariat spécialisé, on a vu qu’à partir des années 1960 elle est devenue le lieu d’une production complémentaire incluse dans un système d’économie familiale diversifiée et beaucoup plus complexe qu’autrefois. Le jardin devient donc, par le biais de relations personnelles, de réseaux se prolongeant parfois jusque dans les souks de fruits et légumes, une pièce importante de stratégies familiales et professionnelles, un lieu où peuvent naître des projets associatifs entre jardiniers et non-jardiniers, un lieu permettant aussi une agriculture de proximité à l’échelle d’un quartier. C’est donc un espace urbain encore dynamique, mais dépassant les seuls impératifs de la productivité agricole et participant d’un mode particulier de vivre la ville : alors que les jardins perdent de leur importance à l’échelle de l’économie globale de la ville, ils semblent davantage s’affirmer dans une économie de proximité, fonctionnant au niveau des familles de jardiniers et de leurs réseaux de quartier.

202Mais ce dynamisme social et économique que nous venons de reconnaître aux jardins urbains suffit-il à les préserver du développement de la ville et de ses profondes mutations ? Quelle place leur est réservée dans les plans d’aménagements et plus généralement dans la conception que les décideurs et techniciens ont de la ville ?

Notes

1 Habiter la ville est encore considéré comme une promotion sociale pour la population des campagnes.

2 L’ancienne identité bédouine est peut-être d’autant plus facile à affirmer pour ces lignages qu’ils sont assurés de leur intégration à la société citadine... rappelons toutefois avec J. Dakhlia (1990 : 144) que la « bédouinité fait figure de matrice de l’histoire arabe. Outre les enjeux généalogiques qui font que l’on prétendra être issu de telle ou telle tribu arabe de la péninsule, la société arabe bédouine du viie siècle est une référence mythique pour l’ensemble du monde arabe musulman. Les citadins eux-mêmes, malgré leur mépris séculaire pour les nomades et les bédouins en général, décrivent cette histoire comme originelle, quand ils n’y raccrochent pas leurs propres généalogies ».

3 Dans l’association dite homsieh « le citadin achète le troupeau et le donne à un bédouin pour une durée d’une année renouvelable (...). Le capital, sous forme de troupeau, est toujours propriété du citadin. Mais la production et les dépenses sont partagées par moitié entre les deux associés et chacun conserve la liberté de commercialiser sa part » (al-Dbiyat, 1995 : 130).

4 Ainsi que le précisait Abdel Nour (1979 : 379) pour les xvie-xviiie siècles syriens : « Les villes dévorent les hommes que leur fournit la campagne. La population de "vieille souche urbaine" n’est souvent qu’un mythe dans les métropoles, et rares sont les habitants dont l’urbanisation remonte à plus de deux ou trois générations. » Cette remarque est de nos jours plus que jamais d’actualité pour des villes devant l’essentiel de leur récente croissance démographique à l’exode rural. Sur la question des ruraux dans la ville arabe à l’époque ottomane, voir aussi Raymond (1987 : 40-52).

5 D’après Le Boulanger (1922, 139-140), officier français en poste à Homs dans les premières années du Mandat : « Homs est surtout un centre de filature et de tissage. On y tisse la soie, en la mélangeant à du coton ou, encore, en agrémentant les étoffes d’or et d’argent. La moitié de la population : 30 000 ouvriers, exploitant 4 000 métiers, était employée, avant la guerre, à ce travail. Leurs produits étaient exportés en Anatolie, à Smyrne et Constantinople, en Roumélie. Par la suite de la fermeture de ces marchés, le nombre de métiers est maintenant réduit à 1 000. Il faut ajouter que, sous la domination ottomane, par la suite du jeu des droits de douane et de certaines clauses des capitulations, le tissage commença de se trouver entravé par la concurrence étrangère. »

6 Qui fut dans un premier temps une crise monétaire (1920-1926), la monnaie syrienne étant alors liée à un franc sujet à de fortes fluctuations en raison d’une inflation résultant d’un important déficit budgétaire. Sur ce sujet consulter Himadeh (1935 : 73-93).

7 À la fin des années 1940, on trouvait trente et un grands moulins à Hama et dix à Homs.

8 Au sujet d’Alep, Cornand signale (1994 : 101, n. 28) ainsi que « les vérificateurs de fils de chaîne, les ourdisseurs de fils de coton, les laveurs d’étoffes, les "rabbat" (artisans qui nouent les fils de chaîne des tissus ikatés) travaillaient dans les jardins en raison de l’étroitesse et de l’obscurité des ateliers des qaysariyya ».

9 Chevallier fait également allusion à ces pratiques dans son ouvrage sur la ville et le travail (1982 : 107. 108). Les liens entre maraîchage et tissage semblent avoir été à tel point étroits que les jardiniers prétendent que la longueur moyenne des parcelles aurait été établie en fonction de celle des fils de tissage. Signalons au passage qu’une association entre jardins et souks existait aussi à Sanaa (Yémen) : les jardins maraîchers ont en effet longtemps été utilisés par les maquignons et les paysans qui souhaitaient essayer les bêtes de trait avant de les acheter.

10 D’après Radwān, c’est la soie artificielle, introduite en Syrie à la fin des années 1920, qui serait à l’origine du déclin de leur atelier et de sa fermeture. On peut aussi faire remarquer que cette fermeture est intervenue à un moment où une forte inflation s’est déclarée, à la fin de la seconde guerre mondiale, faisant suite à une surchauffe de l’économie syrienne et à un gonflement de la masse monétaire, multipliant ainsi le prix des matières premières (Cornand, 1994 : 25). Cornand précise que « durant cette période [1938-1946], aucune grande société de textile n’est créée en Syrie et, à la fin de la guerre, de nombreuses petites usines sont obligées de fermer » (p. 26).

11 Procédant ainsi à un mariage badīleh, autrement dit « par échange ».

12 Rappelons toutefois qu’une grande partie de la population de Hama est d’origine bédouine ou vient des oasis de la steppe comme celle de Sukhné : sédentarisée à l’époque ottomane, elle réside surtout dans le secteur du Ḥāder.

13 Ici, je m’appuierai sur des enquêtes effectuées auprès de quinze lignages de jardiniers (neuf à Homs, six à Hama) implantés pour la plupart dans la zone agricole depuis au moins la fin du xixe siècle, enquêtes au cours desquelles j’ai pu relever les généalogies, les trajectoires familiales ainsi que des itinéraires individuels. Je dispose ainsi d’un ensemble de données me permettant de mettre en lumière l’évolution des principales pratiques professionnelles.

14 Alors que le jardinier qui venait vendre sa petite production sur le pavé du souk ne s’acquittait d’aucune taxe et n’était en fait que toléré, le commerçant de légumes installé devait verser une redevance annuelle au fonctionnaire municipal chargé de marchés.

15 Officiellement supprimé en 1908 par la constitution ottomane (Gaulmier, 1932 : 96).

16 On a bien assisté, au cours de la seconde guerre mondiale, à la création de quelques entreprises, stimulée par l’isolement de la Syrie en cette période difficile, et à la mécanisation des ateliers de textile, mais l’évolution est cependant demeurée limitée. Elle ne semble pas, en tous les cas, avoir eu d’incidence immédiate chez nos jardiniers.

17 La presque totalité des données sur l’industrie et l’artisanat moderne présentées dans ce paragraphe et dans les suivants ont été empruntées à Dbiyat (1995 : 131-163).

18 Ainsi, en 1960, Homs comptera vingt-deux établissements textiles (il n’y en avait que deux en 1951) et seize entreprises alimentaires.

19 Nationalisée en 1972 et appelée depuis « Compagnie syrienne de transport du pétrole brut ».

20 Consulter le tableau des principales unités industrielles du secteur public à Homs et à Hama présenté par Dbiyat (1995 : 157). On y trouve les dates de mise en chantier et de mise en service, celles des nationalisations ainsi que le nombre d’emplois par entreprise.

21 Une zone artisanale illicite s’est également développée ces dernières années le long de la route de Salamié, à la sortie nord-est de Homs, mais on n’y retrouve aucun jardinier.

22 « À l’avènement du Mouvement de Redressement, le pays connaît une croissance incontrôlée qui s’interrompt brusquement au début des années 1980 quand les pays arabes pétroliers, faisant face à une diminution de leurs propres revenus, corrigent à la baisse l’aide accordée à Damas. La Syrie alors s’endette pour faire face à ses besoins immédiats, la Livre se déprécie et l’inflation fait un bond jusqu’à 38 %. Ce n’est qu’à la fin de l’année 1990 que la Syrie voit enfin s’ouvrir de meilleures perspectives. » (Guingamp. 1996 : 342).

23 Au niveau national, il ne représente actuellement plus que 13 % du PNB et 20 % de la population active.

24 Dbiyat souligne que jusque dans les années 1960, « le secteur Industriel de Hama ne comptait que 700 employe’s [contre 3590 à Homs]. Il ne pouvait engendrer qu’un faible dynamisme économique. Ainsi voit-on qu’au début de l’indépendance, seule la bourgeoisie de Homs, encouragée par la conjoncture et favorisée par divers facteurs géographiques, avait d’elle-même trouvé le chemin du développement. Homs était devenue la troisième ville du pays, loin devant sa rivale, Hama » (al-Dbiyat, 1995 : 155).

25 Pour plus de détails concernant ces entreprises, se reporter au tableau des principales unités industrielles du secteur public présenté par Dbiyat (1995 : 157).

26 Alors qu’en 1970 ce secteur n’employait encore que 700 ouvriers, on en dénombrait 7 367 en 1989.

27 De fait, la main-d’œuvre rurale est très présente dans les principales industries : en 1989 on trouvait ainsi 33 % de ruraux dans la filature et 40 % dans l’usine de pneus.

28 Rappelons qu’une insurrection des Frères musulmans au printemps 1982 et la très brutale répression militaire qui suivit détruirent une grande partie de la vieille ville de Hama.

29 Au niveau national, les travailleurs du bâtiment sont passés de 5,5 % de la population active en 1960 à 16 % en 1981 (Longuenesse. 1987 : 11).

30 Basé sur l’apprentissage et l’autorité d’un patron, l’artisanat moderne ne semble guère s’éloigner de la structure du travail caractéristique de l’économie urbaine traditionnelle, marquée par le petit nombre des intervenants techniques, un savoir-faire précis, une relation au client très personnalisée. On y retrouve également le principe du « petit atelier » propre à l’artisanat traditionnel mais aussi aux jardins...

31 Aux fortes chaleurs de l’été syrien peuvent succéder les pluies de novembre et le froid, le gel et parfois la neige de décembre-février.

32 L’ouvrier du secteur industriel public est un fonctionnaire. C’est d’ailleurs le terme de mūaẓẓaf (fonctionnaire) et non celui de āmil (ouvrier) qui était employé par mes informateurs. Il fallait donc se faire préciser s’il s’agissait d’un « fonctionnaire de l’administration » ou d’un « fonctionnaire d’usine ».

33 C’est ce qu’observait Longuenesse (1979 : 254) à propos du flux des paysans vers l’industrie : « Le mouvement d’industrialisation s’accompagne en effet d’une importante transformation des rapports sociaux, déterminés par l’organisation de la production et la forme d’appropriation et de distribution des biens et revenus. Le salariat tend à bouleverser profondément les liens familiaux traditionnels organisés autour du rapport à la terre. Inversement, le déracinement du prolétaire, qui perd toute attache à la terre pour aller travailler à l’usine, transforme son rapport au monde et sa mentalité (...). Les conséquences de l’introduction du salaire dans les familles paysannes les plus pauvres qui vivaient à peine de leur lopin de terre, et pour qui cela représente une source de revenu stable et régulière : il peut en résulter un certain bouleversement des rapports familiaux, en particulier entre père et fils... »

34 La valeur de la livre syrienne a en effet alors été divisée par trois par rapport au dollar en 1985.

35 Les salaires moyens de la fonction publique ne dépassent guère les 4 000 livres par mois (1995), ce qui suffit à peine pour faire vivre une famille pendant une dizaine de jours. Avant la dévaluation de la livre (1987). 4 000 livres représentaient un salaire correct, l’équivalent de 30 à 40 000 livres actuelles.

36 Ainsi, dans le cas des professeurs du secondaire, la demande, dûment justifiée, doit être acceptée par le ministre de l’Éducation. Démissionner suppose aussi de quitter le syndicat et la coopérative auxquels le fonctionnaire est affilié. Les démissions représentent aussi une perte d’influence pour le régime qui compte sur ses fonctionnaires lorsqu’il s’agit de « mobiliser la rue » (élections, manifestations de soutien).

37 La double activité fut longtemps interdite dans la fonction publique, mais devant la généralisation massive du phénomène à tous les échelons et dans tous les secteurs et en raison de l’incapacité de l’État à fournir à ses fonctionnaires un salaire suffisant, une loi a finalement officialisé cette pratique en janvier 1985 (art. 65 de la loi fondamentale du travail unifié). Le phénomène de la pluri-activité est de toute façon général en Syrie. Cornand souligne (1994 : 140), que « l’augmentation rapide du coût de la vie enregistrée depuis le milieu des années quatre-vingts a largement favorisé l’extension de la pluri-activité [...]. Désormais, il n’est plus rare qu’une personne exerce deux, voire trois métiers, en particulier si elle travaille dans le secteur public où les salaires sont en général moins élevés que ceux du secteur privé ».

38 À La question de savoir si le fait de travailler à la fois à l’usine d’azote de Qattiné et dans son jardin n’était pas trop fatiguant un jardinier répondit : « A l’usine je me repose du jardin... »

39 Et que de récents articles de presse ne semblent pas démentir. Voir par exemple celui de G. Paris (1997). Dans son article, il met notamment l’accent sur les limites de la loi n° 10 sur les investissements étrangers, sur la forte montée du chômage et sur la nécessité de trouver un emploi pour les 150 000 jeunes arrivant chaque année sur le marché du travail.

40 Mais il peut arriver qu’en certaines périodes l’agriculture devienne à son tour une activité particulièrement précaire. Lorsque je suis retourné dans les jardins de Homs en juillet 2000, la Syrie connaissait depuis deux ans une sécheresse sans doute plus grave que celle de la fin des années 80. L’état désastreux des jardins témoignait en tous les cas d’une forte pénurie en eau : la nappe phréatique avait baissé, l’Oronte connaissait un fort étiage et le barrage de Qattiné était fermé. La majorité des jardiniers disposant toutefois d’un puits, une production limitée aux légumes les moins demandeurs en eau était encore possible, mais en association avec un revenu complémentaire. Celui-ci pouvait provenir de petites buvettes installées à l’entrée des jardins donnant sur les principales voies d’accès, d’une activité secondaire ou. le plus souvent, de la solidarité familiale. À Hama en revanche, l’accès plus ou moins direct à l’eau de l’Oronte a permis de limiter les dégâts.

41 Les jardiniers sont néanmoins toujours à la merci d’une modification des lois sur les contrats et les loyers agricoles. Bien qu’improbable, une telle modification pourrait restituer certains de leurs droits aux propriétaires et ainsi rétablir les anciennes situations de précarité. Cette menace est. pour l’heure (1995), complètement absente des préoccupations et des discours des jardiniers.

42 Cornand note (1994 : 126), à propos d’une tout autre activité (le textile), que « le maintien des traditions familiales réduit fortement la liberté des fils dans le choix de leur métier. Bien que les entrepreneurs justifient la permanence de cette tradition par "il a le textile dans le sang" [un peu l’équivalent de "la terre, c’est l’honneur"], travailler dans l’entreprise comme aide-familial, puis comme entrepreneur peut s’avérer contraignant, en particulier pour ceux qui ont fait des études supérieures et lorsque les conditions de travail dans l’entreprise familiale sont loin de l’univers de modernité auquel ils pouvaient aspirer par leur diplôme ou encore lorsque les fils veulent exercer une autre profession ».

43 Ce qui n’exclut pas que se manifestent une solidarité et diverses formes de coopérations familiales, lors notamment des grands travaux du printemps et de l’été. Ces exploitations familiales retrouvent alors momentanément leur unité, non bien sûr par la mise en commun des ressources, mais par celui du travail et de l’aide.

44 Les personnes étrangères à la famille du jardinier évitent de se rendre dans les jardins le vendredi. Seul l’ethnologue a parfois commis cette maladresse...

45 Concernant les deux sœurs, l’une laisse sa parcelle en friche, l’autre y a fait construire une maison secondaire. Elle et son mari ne s’y rendent cependant que rarement.

46 Lire à ce sujet le texte de N. Khost décrivant un jour de fête dans un cimetière de Damas (1993).

47 L’un de mes « informateurs privilégiés » dans les jardins de Homs m’a un jour annoncé que l’un de ses amis, un commerçant du souk, venait de l’avertir qu’il avait organisé un mawled dans son propre jardin pour la semaine suivante ! Mon informateur n’a pu refuser, les invitations ayant déjà été lancées et les musiciens commandés, mais son exaspération était visible.

48 Je n’ai répertorié guère plus d’une dizaine d’exploitations ayant des serres à Homs et à Hama.

49 La raison invoquée pour justifier ce type d’association est davantage le coût élevé du matériel que le manque de compétences techniques, que les jardiniers ne sont jamais prêts à reconnaître. Leurs relations généralement conflictuelles avec les agronomes du ministère de l’Agriculture en témoignent. Mais, comme le souligne Cornand (1994 : 151), « un projet d’investissement est le plus souvent lié à l’obligation de s’associer ».

50 Toutes ces formes d’associations entre ville et jardins, entre citadins et jardiniers, n’ont cependant pas pris l’ampleur du phénomène décrit par Cornand (1994 : 59) pour la ville d’Alep : « Ce mouvement s’intègre dans une tendance récente et de plus en plus forte à l’occupation en auréoles de l’espace périurbain jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres. La transformation s’effectue soit par la formation de lotissements de résidences secondaires, soit par l’intensification de l’exploitation agricole (enclos, vergers, élevages de volailles) à l’initiative de capitalistes citadins et / ou de villageois en cours de citadinisation et en symbiose étroite avec la ville. Les réalisations peuvent être à la fois des exploitations agricoles et des villas-ateliers, comparables à une autre échelle aux grandes usines-jardins des années 1930-50. »

51 J’ai pu constater en juillet 2000 que le nombre des pépinières avait considérablement augmenté et que leur présence n’était plus limitée à quelques secteurs des jardins : on en trouve désormais un peu partout, le long des routes de Gdideh, de Mimas, le long de la nouvelle route de Ḫarāb... parmi les noms relevés au dessus des portails, ceux de quelques anciens grands propriétaires de jardins : Atāssī. Ṣūfī...

52 En juillet 2000, j’ai pu observer la présence d’un nombre important de nouvelles pépinières à la sortie de Hama, en bordure de la route de Salamié, ainsi que sur les collines arides dominant cette route et le zūr al-Šarqī. Produisant des fleurs et des arbres fruitiers, elles utilisent l’eau de l’Oronte grâce à des motopompes ou plus simplement l’eau de la ville, certaines étant directement connectées au réseau urbain.

53 Ainsi appelé en raison de la présence d’une noria qui, puisant l’eau du canal, alimentait plusieurs bâtiments du quartier dont une mosquée.

54 C’est sous cette appellation que ce marché m’a été présenté à mon arrivée à Homs en 1990.

55 Les commerçants ont par la suite souhaité acquérir leurs locaux, mais la mairie a toujours repoussé cette demande, préférant en garder le contrôle et les louer.

56 « Les demi-grossistes n’entretiennent pas de relations directes avec les producteurs, expéditeurs ou correspondants d’autres régions. Ils se fournissent chez, les grossistes, et achètent en général au jour le jour... » (Bianquis. 1978 : 202).

57 À l’inverse du marché de gros de Damas (Bianquis, 1978 : 202).

58 À l’époque où le marché de gros se trouvait dans le souk al-Ǧindī, la commission était fixée à 1 %.

59 On utilise désormais une grande balance pour camion. Celui-ci est pesé deux fois : plein lors de son arrivée puis à vide. On enlève 3 % du poids obtenu pour tous chargements et 5 % pour les pastèques. On compte 2 kilos par caisse auxquels on ajoute 1 % du total. Le pesage est facturé 5 LS pour un pick-up ou un petit camion, 10 LS pour un gros camion et 25 LS pour un semi-remorque (1992).

60 Ce sont en effet parmi leurs membres que sont choisis (par vote de l’assemblée générale) tous les quatre ou cinq ans la direction et le secrétariat de ce syndicat dont le bâtiment se trouve dans le souk. Le syndicat est chargé de représenter les commerçants auprès des autorités municipales, de faire venir des policiers lorsqu’il y a des embouteillages, de décider des travaux à faire dans le souk, d’organiser les manifestations de soutien au régime...

61 Je n’ai recensé que les patronymes (noms inscrits au-dessus des boutiques et noms connus) et non l’ensemble des individus travaillant réellement sous un seul nom.

62 On peut être spécialisé par produits (dattes, pommes, pastèques, carottes, oignons, olives, abricots, oranges de la côte...) ou/et par régions (le littoral, les rives de l’Oronte. le sud de Homs, l’est...), mais de façon générale les commerçants se répartissent selon les saisons (produits d’été, produits d’hiver). Comme le précise Bianquis (1978 : 203). « un commerçant dit seifi [d’été] sera ainsi grossiste l’été et demi-grossiste l’hiver : l’été, il fournira ses voisins chétoui [d’hiver] et expédiera des marchandises à ses correspondants des autres villes syriennes ; l’hiver, son activité sera au contraire ralentie, il ne gardera que sa main-d’œuvre pavée au mois et licenciera tous ses ouvriers supplémentaires, il se servira chez ses voisins pour satisfaire sa clientèle ».

63 Certaines commissions peuvent toutefois atteindre 12 % selon l’importance des dettes contractées par le jardinier, certaines pouvant s’être cumulées sur plusieurs années.

64 Dans ce cas. le pourcentage perçu par le commissionnaire passe automatiquement à 8 %.

65 Les boutiques sont, au même titre que les jardins, les magasins ou les appartements, des lieux régis pas la loi protégeant les locataires (lieux ‘aqār). Pour obtenir la location d’un magasin, il faut donc négocier avec le locataire présent le prix de son départ (farūġ) avant de s’adresser à la mairie. Ce prix est beaucoup plus élevé que la location annuelle, mais il peut être payé en plusieurs fois ou sous forme de rente.

66 La multiplication des boutiques de quartier pratiquant la vente de fruits et légumes a provoqué la quasi-disparition de ce type de commerce.

67 Une filière de commercialisation est constituée par un marché de gros et/ou de demi-gros alimentant un ou plusieurs marchés de détail. Il y a donc plusieurs filières de commercialisation lorsqu’il y a plusieurs marchés de gros.

68 Il existait un troisième marché, le souk Sahat al-Mawqīf. Celui-ci ne recevait cependant aucun produit des jardins hamiotes, se consacrant exclusivement aux productions des campagnes.

69 J’ai recensé 69 boutiques (1994).

70 « Son moindre dynamisme est consécutif à deux facteurs : il n’est pas géographiquement aussi bien placé que son concurrent [le souk al-Hāl de Homs] pour réaliser des échanges avec les autres villes syriennes, notamment celles de la côte, Damas (principal consommateur des produits agricoles) ou le Liban ; ensuite les courtiers de Huma ne sont en majorité que des intermédiaires, tandis que ceux de Homs sont de vrais grossistes qui achètent directement auprès des agriculteurs et assurent eux-mêmes la vente, d’où l’impact régional de Homs dans ce domaine. » (al-Dbiyat. 1995 : 140).

71 Les grossistes travaillent de 5 heures à 8 heures du matin, les détaillants n’ouvrant qu’après 8 heures et l’après-midi.

72 Plus une demi-douzaine venant du souk rural de Sahat al-Mawqīf.

73 Secteur situé à l’est de Hama, de l’autre côté de l’autoroute d’Alep.

74 La roublardise de certains commerçants du souk est bien connue, tout leur art consistant à présenter les plus beaux légumes ou fruits sur le devant de leur étal et à vendre d’autorité un mélange de produits de qualité moyenne et de qualité très médiocre.

75 J’y reviendrai dans le prochain chapitre.

Table des illustrations

Légende Photo 49 — Jardins de Hama. Quelques représentants d’un grand lignage de jardiniers du zūr al-Qiblī. Il s’agit de 5 frères et de quelques-uns de leurs fils.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Figure 47 Principaux marchés actuels de fruits et légumes à Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Figure 48 — Principaux marchés actuels de fruits et légumes à Hama.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 665k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540