Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Troisième partie. Techniques agricoles et pratiques sociales

Chapitre I.- Techniques, cultures et activités complémentaires dans les jardins

Texte intégral

J’ai sous les yeux, de ma table de travail, un potager que quatre ou cinq jardiniers se partagent, et il me semble toujours, dès que revient le printemps, dans l’alternance sans hâte de l’ensoleillement et de l’arrosage, assister (solve et coagula !) aux patientes opérations à deux temps d’une alchimie primitive, qui ne vise pas à atteindre aux états glorieux de la matière végétale, mais seulement — à moitié route — à un concentré riche en esprits vitaux, non séparé encore de ses racines et de sa gangue terrienne, et dont seules la marmite et la casserole, en guise de cornue et d’athanor, pourront achever la sublimation.
Julien Gracq, Carnets du grand chemin, Paris, José Corti, 1992, p. 224-225.

  • 1 À Homs, le fils d’un ancien propriétaire de jardins m’a ainsi présenté les jardiniers : « Ils sont (...)

1Si de nos jours les jardins apparaissent aux yeux des agents de la Direction de l’Agriculture et même de certains fils de jardiniers et de propriétaires, comme des zones résiduelles et arriérées, c’est sans doute en raison de leur grande parcellisation, qui semble condamner tout développement agricole et enfermer les exploitants dans le cadre étriqué de parcelles trop étroites. Les techniques leur paraissent elles-mêmes archaïques, en tous les cas inadaptées aux exigences d’une agriculture syrienne qui se veut moderne, efficace, productive1. Une présentation détaillée de ces techniques devrait me permettre de mieux cerner le problème et surtout de comprendre avec plus de justesse la logique même du système traditionnel de production fonctionnant dans les jardins urbains.

2Après avoir présenté les unités de surface et d’exploitation, j’exposerai les principales opérations techniques pratiquées encore de nos jours dans les jardins. Je présenterai également les activités secondaires ou complémentaires (élevage, apiculture...) qui occupent une place non négligeable dans l’économie de nombreuses exploitations. Nous verrons enfin que le principal avantage des jardins réside dans le fait qu’ils restent étroitement branchés sur la demande citadine.

1 - UNITÉS DE SURFACE ET CONTINUITÉ DE LA STRUCTURE AGRAIRE

  • 2 Rappelons que le jardinier emploie le dunum et non l’hectare pour exprimer la surface d’une parcell (...)

3Englobant en quelque sorte l’ensemble des appellations et des divisions concrètes, le terme bustān (jardin potager et verger) ne recouvre toutefois qu’une réalité assez floue. C’est avant tout le lieu où se réalise le travail du jardinier (bustānī / basātneh), mais sans que soit précisée la surface cultivée. Un bustān peut donc représenter quelques mètres carrés comme plusieurs hectares2. C’est en quelque sorte un terme générique par lequel le jardinier désigne quotidiennement son exploitation, quels que soient sa surface et le régime foncier qui s’y trouvent attachés.

  • 3 Ce terme vient de al-ayf « l’été ». Littéralement, une aifiyeh est un lieu où l’on passe l’été.
  • 4 Une « exploitation » est l’unité de production d’un individu célibataire ou d’une famille considéré (...)

4Le terme aifiyeh3 désigne une unité d’exploitation dont la surface, fixée à 2,5 hectares, équivaut aux possibilités quotidiennes de travail d’une famille. Mais rares sont désormais les exploitations correspondant encore à cette surface traditionnelle, en raison de leur morcellement au fil des générations. Un sondage effectué sur une cinquantaine d’exploitations homsiotes révèle que leur surface moyenne se situe autour de 1 hectare. Une trentaine d’exploitations4hamiotes situées dans les trois principaux secteurs de jardins (Bāb al-Nahar, al-Šarqī et al-Qiblī) présentent une surface moyenne de 0,70 hectare. D’après les jardiniers interrogés, la surface minimale permettant de faire vivre une unité familiale de quatre ou cinq personnes est de 10 dunum à Homs, de 6 dunum arborés à Hama. En dessous de celle-ci, le jardinier est contraint d’exercer une seconde activité.

  • 5 Les heir et les ša’efeh, à l’exemple des bustān, ont souvent des noms. Nous trouvons ainsi le heir (...)

5À Homs, comme à Hama, la structure agraire présente une grande régularité. Le parcellaire procède en effet d’un aménagement en terrasses et d’une division des champs en diverses unités stables d’irrigation appelées heir5 (0,3 hectare), ša’efeh (0,15 hectare) et dāf (0,05 hectare). Chaque unité est délimitée par une rigole servant à son irrigation, la parcelle (heir) étant le plus souvent entourée d’une haie d’arbres ou d’arbustes au pied de laquelle court un canal tertiaire. Il faut à peu près sept à huit heir pour constituer une aifiyeh traditionnelle. Le heir est lui-même subdivisé en deux ša’efeh (0, 15 hectare).

6En plus de cette régularité, la structure agraire présente une surprenante stabilité. Il suffit pour s’en convaincre de comparer la topographie actuelle avec les relevés cartographiques effectués en 1926 (Homs) et en 1930 (Hama) par les services du cadastre du Haut Commissariat français et que l’administration syrienne continue à utiliser de nos jours, se contentant de porter à l’encre rouge les modifications survenues sur le terrain. On constate alors, en dehors bien sûr des jardins « avalés » depuis par l’urbanisation et des bouleversements provoqués par les récents travaux d’aménagement et de construction de routes, que rien n’a vraiment changé dans l’infrastructure traditionnelle des zones des jardins : chemins, parcelles, haies, canaux d’irrigation... tout cela se retrouve, des cartes au terrain, avec une grande précision malgré les soixante-dix années écoulées.

2 - LES TECHNIQUES

  • 6 « Au classement historique, il convient donc de substituer les phases du développement végétal et d (...)
  • 7 Cf. en annexe une description détaillée des modes de culture adaptés à chaque plante, tels que j’ai (...)

7Je suivrai, dans ma présentation des techniques agricoles, la démarche proposée par André Leroi-Gourhan6 en décrivant successivement : la préparation du sol. l’ensemencement, les soins à la plante et la récolte7.

PRÉPARATION DE LA PARCELLE

LES LABOURS

8Dans les jardins de Homs, une parcelle doit être labourée avant chaque nouvelle culture. Elle est d’abord débarrassée des restes de cultures précédentes (radicelles apparentes, plantes non ramassées ...) et un accord peut être passé avec un petit éleveur de moutons afin que ses bêtes nettoient la parcelle en se nourrissant de ses chaumes tout en la fumant.

  • 8 Axes habituels de ces labours croisés à Homs : sud-nord, est-ouest, sud-nord.

9Trois labours croisés8 sont ensuite effectués de manière à briser les mottes de terre, à permettre une bonne aération du sol et à mêler la terre et l’engrais organique pouvant être déposé à ce moment-là.

  • 9 Une dizaine de jardiniers ont investi dans ce matériel lourd et le louent afin de le rentabiliser.
  • 10 Il est payé 100 LS de l’heure (1990).

10S’il s’agit d’un premier labour après une période de jachère, la terre s’étant durcie, le jardinier fait appel à un tracteur9. Ce premier labour permet de nettoyer la terre en profondeur en remontant les racines à la surface. Le propriétaire du tracteur conduit lui-même l’engin et peut retourner 1 dunum en moins d’une heure10.

  • 11 « L’araire primitif, sans roue, ni versoir est entièrement en bois. Il est muni au milieu d’une poi (...)

11Si par contre il s’agit simplement d’assurer le passage d’une culture à une autre, la terre restant donc encore très meuble, le jardinier utilise son araire (miras) tiré par un animal ou deux (mules ou bœufs). Fabriqué et réparé par les menuisiers et les forgerons de la ville, il est en bois, excepté le soc (sikkeh) qui est en fer11.

Photo 19 — Jardins de Homs. Labour à l’araire précédant l’aménagement de planches.

Photo 20 — Jardins de Homs. Araire (mihras). avec timon en bois et soc, mancheron et cheville en acier, tiré par deux mules.

12Tout le succès de l’opération réside alors dans l’adresse et la force du jardinier à diriger un attelage souvent rétif, difficile à manier sur d’aussi petites surfaces. Le moment le plus délicat est le retournement de l’attelage qui se fait de façon précipitée pratiquement dans la haie d’épineux ou arbustive et sa remise en route selon un tracé aussi rectiligne que possible.

13Il faut en principe deux heures pour labourer 1 dunum. En fait, lorsque ce travail est effectué en plein été, de fréquents arrêts sont nécessaires en raison de la chaleur. Le jardinier se repose à l’ombre d’un arbre en buvant du thé ou vaque à d’autres tâches moins éprouvantes, traçant un sillon ou deux de temps à autre. Il n’hésite pas à interrompre le labour d’une parcelle jusqu’au lendemain si un travail moins fatigant se présente... ou s’il reçoit un visiteur. L’opération peut donc être très morcelée et prendre parfois un jour ou deux, même si en temps réel elle ne demande que quelques heures.

14Une fois le labour achevé, le jardinier divise, toujours à l’araire, sa parcelle en deux ou quatre parties égales selon son plan de culture, traçant ainsi un premier plan d’aménagement et les rigoles d’amenée d’eau. Ce travail de division de l’espace demande un certain coup d’ceil afin d’obtenir des parties égales. Des rigoles sont également tracées à l’araire sur les quatre côtés de la parcelle.

AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS DE LA PARCELLE

15La parcelle est ainsi nettoyée, labourée, fumée et divisée. Certains aménagements supplémentaires sont toutefois encore nécessaires : le jardinier doit construire des planches ou des sillons aménagés, selon les légumes qu’il a l’intention de mettre en culture.

  • 12 Corchorus olitorius L. fam. Tiliaceae, appelé aussi « mauve des juifs » ou « mélochie ». De Candoll (...)

16Les planches (awālāt ou maskaneh) sont destinées à recevoir les aubergines, les courgettes, le persil, la menthe, le pourpier, l’ail, les oignons, les haricots, l’ocra, la corette potagère12, les poivrons, les petits pois, les épinards, les radis, les navets, les betteraves rouges, les blettes, les poireaux et le cumin.

Photo 21 - Jardins de Horns. Disposition de planches (tawālāt ou maskaneh) destinées à recevoir des aubergines.

Photo 22 - Jardins de Homs au printemps. La mishàyeh est une sorte de bêche à large lame en acier que manient deux hommes, l’un poussant avec le manche muni d’une courte poignée perpendiculaire, le second tirant vers lui une corde fixée aux deux extrémités de la lame.

  • 13 Thoumin (1936 : 135) précise que cette pelle est « faite d’un fer large de 60 cm —parfois 90 cm — e (...)

17Les sillons de labours sont aplanis (‘amalī msah) avec un rouleau en pierre (daf) à traction animale. Puis l’aménagement est effectué avec une misāyeh, une sorte de bêche à large lame en acier maniée par deux hommes, l’un poussant avec le manche muni d’une courte poignée perpendiculaire, le second tirant vers lui une corde fixée aux deux extrémités de la lame13. Celle-ci n’entame guère la surface du sol mais permet, grâce à un long et pénible travail, de constituer avec la terre de surface les buttes (dūr) qui délimiteront les planches. La terre meuble est donc poussée de l’intérieur vers l’extérieur. Pour plus de précision dans le tracé de ces buttes, les jardiniers utilisent parfois un cordeau tendu d’un bout à l’autre de la parcelle qu’ils suivent alors dans leur opération d’aménagement de ces levées.

Photo 23 — Jardins de Homs. La mishāyeh avec sa large lame et la corde qui permet de la tirer.

18Une fois délimitée, la surface intérieure des planches est à nouveau aplanie (amalī msah) avec la misāyeh. Une planche fait généralement 2 à 3 mètres de large sur 10 à 40 mètres de long (Homs), selon bien sûr les disponibilités en eau et les exigences du légume mis en culture.

19L’opération consistant à construire des planches est appelée taskin et demande plus de 4 heures par dunum, celui-ci pouvant compter en moyenne une dizaine de planches.

Photo 24 — Jardins de Hama. Sillons aménagés (tlāmlalām), ici destinés à recevoir des tomates.

  • 14 Celles-ci peuvent en effet être cultivées aussi bien sur planche que sur alām. mais la longueur de (...)

20Les sillons aménagés (lāmlalām) reçoivent quant à eux les tomates, les concombres, les courgettes14, les laitues, les choux et les choux-fleurs. Ils consistent en un réaménagement plus sommaire des premiers sillons de labour. L’araire, en marquant profondément le sillon dans lequel il repasse, ferme par rejet de terre celui de droite et celui de gauche. Afin que cette terre rejetée soit la plus importante possible, le jardinier place un sac de toile dans le creux du coude du soc, ce qui permet de déplacer une plus grande quantité de terre. Les nouveaux sillons de 60 cm de large et de 30 à 40 cm de profondeur, appelés donc alām, sont ensuite aménagés, rectifiés et consolidés avec la misāyeh et l’aide d’un cordeau et enfin rehaussés par apports de terre prélevée au fond des tranchées les séparant.

Photo 25 — Jardins de Homs. Détail de l’araire. Afin que la terre rejetée soit la plus importante possible, le jardinier place un sac de toile dans le creux du coude du soc, ce qui permet de déplacer une plus grande quantité de terre.

21Les alām sont associés par trois de manière à former une unité d’arrosage autonome, sorte de compartiment alimenté en eau par une unique brèche (maskūr) ouverte et fermée à la houe (mağrafeh) et desservant une rigole. La largeur d’une unité d’alām est de 3 mètres, pour 10 à 40 mètres de long (Homs). Signalons que pour certains légumes, comme le concombre, l’unité contient cinq alām au lieu de trois.

22Afin de différencier franchement les rigoles parallèles aux alām, le jardinier demande parfois à un jeune garçon de se tenir accroupi sur le soc alors qu’il conduit l’araire, son poids permettant au soc de marquer plus profondément les rigoles d’amenée d’eau. Le jardinier peut aussi fixer à son araire une large pièce de fer (kaššāfeh) qui permet d’élargir les sillons.

Photo 26 — Jardins de Homs. Afin de marquer profondément certains sillons, le jardinier demande parfois à un jeune garçon de se tenir accroupi sur le soc alors qu’il conduit l’araire.

23Les jardins de Hama se distinguent de ceux de Homs par la taille plus petite de leurs parcelles, souvent de forme carrée et non rectangulaire comme à Homs. Ce sont en quelque sorte des casiers dans lesquels sont en majorité plantés des arbres fruitiers, sous lesquels on cultive l’hiver quelques légumes (poireaux, choux, choux-fleurs, radis, aulx, épinards, blettes, oignons rouges) quand les arbres ne retiennent plus la lumière du soleil et l’été certaines espèces qui s’accommodent davantage de leur ombre (corette potagère). Dans chaque jardin quelques parcelles dépourvues d’arbres (‘arā šamsiyyeh) et bénéficiant donc d’un plein ensoleillement sont consacrées aux légumes d’été et d’hiver ainsi qu’au maïs. Elles ne représentent toutefois qu’une minorité des surfaces.

Photo 27 - Jardins de Hama. Vue d’un jardin du zur al-Šarqī en été. Parcelles arborées et ombragées. En culture, quelques pieds de maïs et de la corette.

  • 15 Surtout ceux du zūr al-Qiblī, secteur maraîcher le plus proche des terres concernées.

24Pour cette raison, de nombreux jardiniers hamiotes15 travaillent sur des exploitations de 5 à 20 dunum au sud/sud-est de Hama, le long de la route de Homs, en métayage, fermage ou en pleine propriété. Il s’agit d’anciennes terres à céréales bénéficiant, depuis les années 1950, de l’eau du nouveau grand canal de Qattiné. D’abord consacrées au coton, elles ont été il y a une vingtaine d’années transformées en terres maraîchères. Certains jardiniers hamiotes y cultivent donc ce qu’ils ne peuvent plus produire en grande quantité dans leurs jardins des bords de l’Oronte : des légumes. Ceux-ci sont disposés en pleins champs et les arbres, fruitiers ou non, forment des haies autour des parcelles. Les jardiniers partagent ainsi leur temps entre le jardin urbain essentiellement consacré aux arbres fruitiers et cette exploitation rurale produisant surtout des légumes.

25Pour en revenir aux seuls jardins urbains, l’étroitesse des parcelles et l’obstacle que représentent les arbres sur la majorité d’entre elles ne permettent pas l’usage de l’araire ou du tracteur. Cela n’a pas toujours été le cas, puisque l’arboriculture telle qu’elle se pratique actuellement à Hama est un phénomène relativement récent (années 1960) lié aux améliorations intervenues dans le statut du jardinier.

26L’araire était donc autrefois utilisé tout autant qu’à Homs. Depuis une vingtaine d’années cependant, on utilise de petits motoculteurs. D’un prix plus abordable et d’un entretien plus facile qu’un tracteur, mais surtout plus maniables, ils constituent l’outil idéal pour ce type de jardins « encombrés ». La plupart des jardiniers en ont fait l’acquisition, individuellement ou en association avec des frères ou des cousins, plus rarement avec des voisins.

Photo 28 - Jardins de Hama. Depuis une vingtaine d’années, on utilise des motoculteurs. Maniables et peu coûteux, ils constituent l’outil idéal pour ce type de jardins « encombrés ».

27La préparation d’une parcelle est ainsi en partie motorisée, le motoculteur "slalomant" entre les arbres, au plus près des troncs et des racines. Les bordures de parcelles sont légèrement surélevées, de manière à retenir l’eau et l’ensemble est maillé dans un étroit réseau de rigoles plus ou moins permanent. Comme l’araire, le motoculteur est passé deux à trois fois de manière à rendre la terre presque poudreuse tout en mélangeant celle-ci à de l’engrais puis, s’il y a lieu, sont aménagées les divisions internes (buttage) avec la misāyeh. La surface de la petite parcelle est ensuite aplanie, toujours avec ce même outil.

28Quant aux alām, ils nécessitent à Hama un gros travail d’aménagement à la bêche et au misāyeh en l’absence de soc, représentant donc un travail plus long et plus pénible qu’à Homs.

SEMER. PLANTER ET REPIQUER

LES SEMENCES (BDĀR)

29Elles sont généralement produites par le jardinier. Ainsi, si l’on prend l’exemple du persil, le jardinier le laisse monter en graines puis l’arrache à la main. Le persil est ensuite couché en rangs dans la parcelle même et séché au soleil pendant une ou deux semaines. Le jardinier étend ensuite une vaste bâche au milieu de son champ et y dispose les gerbes séchées.

30Traditionnellement, le travail de battage qui suit était effectué par les femmes des jardiniers ou par des journalières à l’aide de simples bâtons. De nos jours, le jardinier homsiote fait appel à un tracteur qui passe plusieurs fois sur le persil de manière à séparer en quelques minutes les graines brunes et odorantes de la paille. À Hama en revanche, on a encore recours au battage, les jardiniers accomplissant eux-mêmes ce travail.

31La paille est ensuite regroupée en gerbes qui sont secouées de manière à les débarrasser de leurs dernières graines, puis déposées en tas à l’extérieur de la bâche. Le mélange de graines et de petite paille restant dans la bâche est tamisé à l’aide de deux tamis de calibres différents, le vent séparant les graines de l’ivraie avant qu’elles n’atteignent le sol. Les graines sont ensuite stockées dans de grands sacs en toile de jute.

32La séparation des graines peut aussi se faire à la main pour certaines plantes. Ainsi, les épis de maïs destinés à fournir le bdār de l’année suivante sont épanouillés par le jardinier et ses aides occasionnels, puis exposés au soleil pendant quelques jours. Ce sont ensuite les femmes de la famille ou les journalières seules qui les égrainent, les rachis débarrassés de leurs grains constituant, comme les spathes, la paille et les plants secs des autres espèces, une précieuse réserve alimentaire que l’on donne aux bovins mélangée parfois à du pain sec.

  • 16 60 à 70 LS le kilo de bdār de persil (1994).

33Il arrive que la production de graines soit assez importante pour qu’une partie soit vendue16à d’autres jardiniers. Lorsque la production de graines est insuffisante ou que le jardinier souhaite introduire un nouveau légume dans son jardin, il achète les graines à des marchands spécialisés du souk. Les jardiniers sont en effet assez demandeurs d’espèces nouvelles et ils n’hésitent pas à acheter des graines de tomate mexicaine, d’épinard « français » ou de choux frisé, qu’ils expérimentent dans leur jardin avec plus ou moins de succès, cette propension à innover et à expérimenter de nouvelles cultures venant donc contredire ceux qui considèrent les jardiniers comme trop conservateurs en matière agricole...

ROTATION DES CULTURES

  • 17 Galettes rondes et creuses à base de viande et de céréales, parfois fourrées de pignons, constituan (...)

34Pour le jardinier, il s’agit de « changer le goût » de la terre : « après avoir trop mangé de kubbeh17, tu en as assez, et bien c’est la même chose pour la terre ». Une terre longtemps sevrée d’un légume est plus réceptive à ce légume qu’une terre qui en a « trop mangé » : l’important est de « donner envie et de planter » (« šahī wa zrā’a ! »). Le jardinier gère donc son jardin comme s’il s’agissait de préserver l’appétit d’une personne par des menus aussi variés que possible. Il évite de cultiver successivement au même endroit la même espèce ou des espèces appartenant à la même famille botanique, respectant ainsi un principe classique en horticulture (Tronickova, 1986 : 218).

35Voici un exemple de succession de cultures relevé dans un jardin homsiote de juin 1992 à octobre 1993 :

  • 18 Pour des raisons de lisibilité, je ne signale qu’une fois les familles.

Figure 39a — Succession des cultures par parcelle de juin (VI) 1992 à octobre (X) 1993 (jardin de 17 dunum, zūr al-Harāb, Homs)18.

Figure 39b — Détails des rotations de cultures dans la parcelle n° 7.

36Remarquons que ce que nous pouvons appeler les « petites » cultures (pourpier, blette, menthe, poivron), n’occupant parfois qu’une planche ou deux, sont peu déplacées. Elles restent d’un mois à l’autre dans la même parcelle, à proximité de la maison de jardin. Par contre, les grandes cultures (persil, maïs, tomates, aubergines, poireaux...) sont celles qui voyagent le plus d’une parcelle à l’autre.

  • 19 Faucher (1959 : 297-307) constate que le jardin maraîcher permet des soins et des attentions imposs (...)

37Dans son choix des parcelles, le jardinier doit également tenir compte des propriétés de son sol, un « sol noir, fin et gras, (...) véritable terreau créé par l’homme qui lui a prodigué le fumier et le travail » comme le rappelle Naaman (1951 : 200). Cette terre est en effet le fruit du travail de plusieurs générations de jardiniers, un patrimoine quotidiennement entretenu19avec les qualités duquel le jardinier doit compter lorsqu’il décide de ses rotations culturales.

38À Homs comme à Hama, les jardiniers distinguent trois qualités de terre :

  • Elle peut être légère (afifeh) et le sol peu épais. Le jardinier considère qu’elle est alors de couleur blanche (abiya) et chaude (ammiyeh). Elle demande beaucoup d’eau au moment de l’arrosage et de préférence un aménagement en planches. Les cultures mettent plus de temps qu’ailleurs pour y pousser.

  • Une terre peut aussi être lourde (ta’īl), rouge (amar) et froide (bard), retenant (bitbaǧ) l’eau plus longtemps et rendant même impossible un labour après la pluie. C’est une terre difficile à labourer mais aisée à irriguer et convenant à tous les légumes, qui y poussent vite.

  • Entre ces deux catégories, il existe enfin une terre noire (aswad) et tiède, de qualité moyenne et dans laquelle les légumes semblent un peu tarder à venir.

  • 20 Abū Zakariyya Yahya b. Muhammad b. Ahmad ibn al-Awwam, qui vécut à Séville à la fin du xiie siècle, (...)

39En l’absence d’analyses précises de la nature des sols, on ne peut que faire des propositions d’identification. La première terre — légère, blanche et chaude a ainsi toutes les caractéristiques d’une terre sableuse. En effet, celle-ci ne retient pas l’eau et se réchauffe vite. Elle convient bien aux légumes-feuilles (salades, choux...). La terre rouge el froide pourrait être une terre argileuse, bon conducteur des matières nutritives, favorable au complexe argilo-humique. Elle retient l’eau, ce qui est l’idéal sous un climat chaud et sec comme celui de la Syrie. En revanche, elle devient impraticable pour l’araire après une pluie. Elle se réchauffe et se refroidit moins vite que les autres terres, ralentissant favorablement les effets des amplitudes thermiques. Elle convient parfaitement aux solanacées. La troisième terre, qualifiée de noire par les jardiniers, pourrait être une terre limoneuse. Elle retient moins l’eau et se réchauffe plus vite que la terre argileuse mais moins vite qu’une terre sableuse. Elle est une conductrice médiocre des matières nutritives mais convient bien aux courgettes20.

40Un jardinier peut bien sûr disposer de ces trois catégories de terre dans son jardin. Ainsi, dans mon exemple, la parcelle 4 est blanche, les parcelles 3 et 8 sont rouges, les autres noires (« noires un peu blanches » nuance le jardinier, il s’ağīrait donc de terres sablo-limoneuses). Au jardinier donc de combiner cultures, terres et juste arrosage tout en tenant compte des capacités d’adaptation propres à chaque légume (ex : la tomate et l’aubergine poussent très difficilement dans une terre blanche, elles sont donc logiquement absentes de la parcelle 4). Il doit aussi prévoir la culture qu’il favorisera pendant la saison en fonction du prix plus ou moins prévisible du marché, de manière à lui réserver les meilleures conditions agricoles.

41Il est fréquent que plusieurs légumes soient associés (aubergines + poivrons, maïs + choux, maïs + courgettes, tomates + choux, haricots + choux...), cela correspondant parfois à la fin d’une culture et au début d’une autre, les deux se croisant un temps sur la même parcelle. De même que l’on peut planter sur les buttes délimitant les planches des cultures plus ou moins contemporaines à celles se développant dans les planches (maïs sur butte + aubergines dans la planche).

SEMER

42Semer à la volée (taš) consiste à projeter les graines devant soi tout en avançant dans la planche à pas mesurés. Ce geste du semeur à la volée, pour simple qu’il paraisse, fait partie aux yeux des jardiniers d’un savoir-faire difficile à acquérir. Un fils de jardinier, âgé d’une quarantaine d’années, m’a avoué ainsi ne pas savoir semer et laisser ce travail à son père, âgé d’une soixantaine d’années. Cela demande une certaine dextérité. Il faut en effet que les graines ne retombent pas groupées mais bien séparées les unes des autres, de manière à former, à la maturité, un tapis dru et parfaitement homogène. Il faut que gestes et pas soient lents, réguliers et accordés.

43Avant d’irriguer après avoir semé, le jardinier peut sarcler les planches avec une petite houe à double lame (fās) de manière à enterrer les graines qu’il vient de déposer, mais aussi à pratiquer dans le sol de petites entailles disposées en épis de blé et qui ralentiront sensiblement l’avancée de l’eau et en facilitera la pénétration.

Photo 29 — Grande houe (magrafeh) et petite houe à double lame (fās).

44Des cultures comme les fèves ou les haricots et parfois le maïs, sont semées « derrière l’araire » (wara’ al-feddān), dans le sillon ouvert au moment même du labour, ce qui mobilise deux personnes, l’une dirigeant l’araire, l’autre semant en laissant tomber régulièrement les graines dans le sillon. Elles sont enterrées par un second passage de l’araire, perpendiculaire au premier. La terre est aplanie au rouleau, puis les planches sont aménagées avec la misāyeh et irriguées grâce aux rigoles.

  • 21 Plus ou moins 60 x 50 cm pour le maïs, 40 x 30 cm pour les pois, 10 x 10 cm pour les aulx.

45Certaines plantes (courgettes, aulx, parfois le maïs) sont semées en poquets (amalī al-qāt) pratiqués au fās ou à la bêche à intervalles réguliers21 sur des planches déjà aménagées.

46Une dernière manière de semer consiste à pratiquer avec un fās dans un sol peu travaillé, parfois même non labouré, une tranchée continue mais assez superficielle (5 cm de profondeur) et à y déposer les graines une à une. La tranchée est ensuite sommairement refermée avec le pied puis irriguée. Cette méthode, qui ne demande qu’un effort minimum, n’est cependant pratiquée que dans des jardins de petite taille et est davantage associée à un jardinage de loisir qu’à une agriculture plus soucieuse de productivité.

LE REPIQUAGE (ŠATL)

47Un grand nombre de cultures (tomates, concombres, aubergines, laitues, haricots, ocra, poivrons, choux, choux-fleurs, oignons, blettes, cumin, poireaux ...) doivent être préalablement cultivées en semis avant d’être repiquées.

48Le jardinier réserve une ou plusieurs planches à ces semis. Ce lieu prend alors le nom de maštal. Les graines y sont jetées très serrées, les planches sarclées et entaillées en épis de blé à l’aide du fās puis arrosées avec précaution, afin que la force de l’eau ne déterre les semences et ne les rassemble toutes dans une seule partie du maštal. Après un temps variable d’un légume à l’autre, lorsque les plants ont atteint une dizaine ou une quinzaine de centimètres, ils sont déterrés et repiqués, soit dans les planches, soit à mi-pente des alām.

49Le repiquage (‘amalī tafrīd) est un travail collectif qui doit être effectué avec rapidité, le jardinier sollicitant parfois l’aide de ses voisins (Homs, Hama) ou engageant pour l’occasion quelques journalières (Homs).

Photo 30 — Jardins de Hama. Repiquage de plants d’aubergine. L’opération se fait en même temps que l’inondation de la parcelle. Les deux jardiniers repiquent en reculant.

50Dans le cas des planches, à Homs, on procède à l’inondation d’une première, puis d’une seconde planche pendant que s’effectue dans la première encore inondée le repiquage, par exemple d’aubergines ou de poireaux, à l’aide d’un doigt ou du fās (je n’ai pas remarqué l’utilisation de plantoirs) dans le respect des distances entre plants. Puis on passe à la suivante avant même que la terre ait totalement absorbé l’eau, alors qu’une troisième planche est à son tour inondée.

51À Hama, inondation et repiquage se font souvent en même temps. Les chevilles dans l’eau, le sahwel remonté ou le bas de la djellaba passé dans la large ceinture en cuir noir, les jardiniers se tiennent courbés, reculant coude à coude, avec dans la main gauche leur réserve de plants et dans la droite, derrière un doigt tendu et maculé de boue, le poireau à repiquer. L’important est de soutenir le rythme, de ne pas se laisser distancer par les autres. Cette opération est souvent l’occasion de véritables courses de vitesse ponctuées par toutes sortes de plaisanteries grivoises, le fait de planter avec un doigt étant parfois comparé à celui de pénétrer une femme.

  • 22 La laitue, toutefois, est repiquée dans le creux des sillons tous les 25 cm et recouverte d’un peu (...)

52Le repiquage sur alām se fait à sec, chaque « repiqueur » s’occupant d’un lām. Il se tient penché au dessus, les jambes écartées, et repique à reculons, comme pour les planches, à l’aide d’un doigt ou du fās. La plantation se fait à mi-pente du alām et sur un seul côté, plus précisément à la limite qu’atteindra l’eau au moment de l’arrosage (à hauteur de cheville), cela bien entendu en respectant les distances entre plants. Il faut en effet prendre garde de ne pas planter trop haut sur le alām, ce qui rendrait difficile l’alimentation de la plante en eau, ou trop bas dans le creux du sillon22, où elle pourrait être déchaussée par l’eau. La base des plants est recouverte de terre (‘amalī taqbīr), de manière à leur fournir, avant que les racines ne se développent, une assise stable. Certaines plantes (les concombres par exemple) ne bénéficient que d’un buttage léger (‘amalī tahdīn).

53Une petite poignée d’engrais chimique est ensuite disposée contre chaque plant (‘amalī talqīm) avant le première arrosage. Le jardinier dépose également devant chaque brèche un tas d’engrais organique que l’eau emporte rapidement et répand sur la planche.

LES ARBRES

54Les arbres sont traditionnellement plantés en bordure des parcelles. Le jardinier doit cependant veiller à ne pas planter d’arbres trop grands à la limite des exploitations voisines qui pourraient être gênées par leur ombre. Il y fait donc pousser des arbustes (grenadiers, pruniers). Les grands arbres, comme les noyers et les mûriers, sont plantés sur les limites extérieures du jardin, en bordure d’un chemin ou d’un canal.

55À Homs, la plupart des jardiniers souhaitant planter des arbres ou des arbustes (abricotiers, pruniers, grenadiers, peupliers blancs...) en bordure de leurs parcelles ou le long de leurs canaux se procurent les plants dans l’une des pépinières de la ville, souvent tenues par d’anciens jardiniers.

56À Hama, par contre, les jardiniers élèvent généralement leurs propres boutures (a’am), parfois simples drageons d’arbres ou de souches d’arbres récemment abattus. Ils n’hésitent pas à leur consacrer une ou deux pleines parcelles jusqu’à ce que les boutures aient atteint une taille convenable (1 mètre / deux ans) pour être repiquées ou vendues. Les boutures de noyers de 2 ans peuvent ainsi être vendues à Damas (30 LS pièce), au Koweït, au Liban, en Arabie Saoudite par l’intermédiaire de commerçants hamiotes ou damascènes spécialisés négociant directement avec le jardinier.

SOINS À LA PLANTE

IRRIGATION DE LA PARCELLE

  • 23 On utilise alors un petit moteur à mazout ou électrique donnant la pression suffisante.

57Le premier soin à la plante est bien entendu l’arrosage intervenant tous les quatre jours en moyenne en été. Que l’eau provienne d’un canal collectif, d’un puits ou directement du fleuve par motopompe, elle est acheminée vers la parcelle par un canal secondaire ou tertiaire puis est déviée dans une rigole qui la conduit à la parcelle. Le canal tertiaire sert ensuite de canal de drainage. L’utilisation de longs tuyaux noirs emboîtables en plastique flexible s’est récemment généralisée dans les jardins de Homs, le canal devenant dès lors un simple support du tuyau, celui-ci amenant ainsi l’eau du puits ou du bassin à la rigole de parcelle. Cette nouvelle technique d’amenée d’eau permet, outre un gain de temps considérable lorsqu’il s’agit d’irriguer les parcelles surélevées par rapport à la prise d’eau23, d’économiser une grande quantité d’eau, celle-ci ne se perdant plus dans les interstices des canaux en terre.

Photo 31 — Jardins de Homs. Irrigation d’une parcelle. Le jardinier est en train d’ouvrir le petit barrage qu’il avait constitué pour détourner l’eau dans la planche inondée. Au fond, les immeubles des quartiers ouest de Homs. Les grands lampadaires sont ceux du stade.

58Avant que l’eau ne pénètre dans le champ, le jardinier prend soin d’aménager sa rigole. Il construit une succession de petits barrages en travers de la rigole, un peu après chaque maskūr, de manière à ce que toute planche ou unité d’alām puisse bénéficier à son tour du maximum d’eau.

59Celle-ci se heurte donc à un premier barrage, pénètre ensuite par le maskūr dans la première planche ou l’unité d’alām qu’elle inonde alors progressivement. Il est nécessaire d’être deux : une personne pour surveiller à l’autre bout de la parcelle la progression de l’eau et une seconde, munie de la maǧrafeh, attendant le signal de la première pour rapidement obturer le maskūr lorsque l’inondation est achevée, ouvrir la planche ou l’unité suivante et dégager le petit barrage afin de laisser passer l’eau en force.

Photo 32 — Jardins de Homs. Irrigation d’une parcelle. Un jeune garçon vient d’ouvrir, sous la direction de son grand-père jardinier, un petit barrage de terre destiné à détourner l’eau dans la planche inondée.

60La progression de celle-ci doit toutefois être contrôlée. J’ai déjà parlé des petites entailles pratiquées au fās et disposées en épis de blé, freinant l’avancée de l’eau. Le jardinier peut aussi constituer, avec sa maǧrafeh, de petites levées de terre d’une dizaine de centimètres de haut tout au long de la planche. Dans le cas des unités d’alām, il peut corriger un déséquilibre d’alimentation en eau entre les alām d’une même unité en plaçant une pierre à l’entrée d’un ou deux alām, celle-ci ne suffisant pas à stopper l’eau mais la ralentissant. Si le débit d’eau est trop fort, il peut enfin obturer partiellement le maskūr avec un morceau de toile, un peu de boue et quelques cailloux, laissant juste passer la quantité d’eau nécessaire. Cela lui permet de mieux répartir l’eau et ainsi d’irriguer deux ou trois planches ou unités en même temps. Le jardinier doit enfin veiller à ce que feuilles ou brindilles ne fassent pas obstacle, par accumulation, à l’avancée régulière de l’eau.

61Toutes ces attentions ont pour but d’éviter que les plants ne soient détériorés, mal irrigués ou déchaussés et que les planches ou alām ne se ravinent, tout en permettant bien sûr une meilleure pénétration de l’eau. Il faut compter 1 heure pour irriguer 1 dunum. Mais de nombreux facteurs entrent en jeux : une terre sèche sera ainsi plus lente à irriguer qu’une terre ayant déjà été inondée quelques jours avant. Une parcelle plus élevée par rapport au puits ou au canal, ou en plan légèrement incliné posera certains problèmes techniques, influençant là aussi le temps d’arrosage, ce qui n’est pas sans importance lorsque le jardinier homsiote irrigue avec l’eau du grand canal, celle-ci étant répartie en tours d’eau à durée déterminée. Le débit même de l’eau est plus important lorsque celle-ci vient du grand canal que lorsqu’elle provient d’un puits et plus puissant pour les premières parcelles que pour celles situées au fond de l’exploitation.

LES ENGRAIS

62J’ai déjà signalé qu’à Homs comme à Hama ce sont les rejets domestiques urbains qui ont pendant longtemps constitué pour les jardins le plus important apport en engrais. Les jardiniers ou leurs aides se chargeaient du ramassage quotidien et matinal des ordures domestiques, s’occupant également de vidanger les fosses septiques, tout cela constituant le principal engrais utilisé dans les jardins. Ainsi, ce que la ville rejetait, « le jardinier le réenfouissait dans la terre pour renouveler la vie » (Douglas, 1992 : 179). Les ordures allaient de la ville aux jardins qui en retour alimentaient la ville en fruits et légumes : c’est à un tel cycle écologique qu’en Syrie comme ailleurs (Sanaa, sud de la France...) les jardins et la ville participaient. Ces pratiques, qui liaient donc étroitement la zone des jardins aux déchets urbains, ont officiellement pris fin en Syrie dès les années 50, les services municipaux ayant alors remplacé les jardiniers.

63L’utilisation encore récente à Homs (jusqu’en 1992) des eaux citadines usées (appelées mayy sawdā’, « eaux noires ») pour l’arrosage et la fumure de certains jardins a cependant constitué une sorte de prolongement de ces anciennes pratiques. Aux dires des jardiniers, cet usage, clandestin en raison des risques qu’il faisait encourir aux consommateurs de légumes-feuilles (choléra, parasitose), remplaçait très efficacement toutes autres sortes d’engrais. Les jardiniers vantent l’excellent effet de cette eau sur le rendement de la menthe, du persil, du maïs, de l’aubergine et du chou.

64Alors que l’eau noire ne provoque que dégoût et révulsion chez le citadin ordinaire, étant considérée comme l’élément malpropre et polluant par excellence, dans les jardins elle est souvent qualifiée de riche, de bénéfique, de meilleur des engrais. Elle est utilisée sans crainte et quotidiennement par certains jardiniers. On peut se demander pourquoi cette eau noire, qui est en ville considérée comme abjecte, devient bénéfique pour les jardiniers lorsqu’elle atteint les jardins ? Comment interpréter cette transmutation ? L’analyse que Douglas fait (1992 : 171-173) de la saleté et de son utilisation pourrait apporter quelques éléments de réponse : « Lorsqu’il s’agit d’imposer un ordre quelconque, soit à l’esprit, soit au monde extérieur, l’attitude envers les fragments et parcelles rejetés passe par deux phases ; ils menacent le bon ordre des choses, aussi sont-ils tenus pour répréhensibles et vigoureusement écartés. A ce stade, ils ont un reste d’identité : on les considère comme des fragments indésirables de la chose dont ils sont issus : cheveux, aliments, enveloppes. C’est à ce stade qu’ils sont dangereux ; leur semi-identité s’accroche à eux, et leur présence compromet la netteté des lieux où ils passent pour intrus. » C’est sans doute ainsi que l’eau noire apparaît aux citadins qui la produisent : à la fois trop proche et trop identifiable. Douglas poursuit : « Mais un long processus de pulvérisation, de dissolution et de pourrissement attend toutes les choses physiques reconnues comme saleté. À la fin, toute identité a disparu. Leurs origines oubliées, elles rejoignent la masse des déchets ordinaires (...). Tant qu’ils sont dépourvus d’identité, les rebuts ne sont pas dangereux (...). Sans différenciation, il n’y a pas de souillure. » L’eau noire pourrait donc devenir pour les jardiniers cet élément indifférencié, anonyme, inoffensif et donc utilisable.

  • 24 La municipalité n’hésite pas à faire détruire les récoltes de persil et de menthe des jardins incri (...)

65À Homs, la zone traditionnelle d’utilisation de cette « eau noire » comprenait les jardins riverains d’un petit canal d’égout à ciel ouvert, appelé al-Naḥš, qui court encore en contrebas du grand canal et parallèlement à celui-ci dans la zone centrale des jardins. Il faut également ajouter le secteur profondément enchâssé entre les quartiers al-Qarabīs et al-Ġūṭa (zūr al-’Abbār) et enfin le nord des jardins, au-delà de la route de Mimas (zūr al-’Atīq et al-Na’ūra). La forte sécheresse qui sévit dans la région au début des années 1990 et la fermeture consécutive du grand canal à la zone des jardins ne fit que renforcer l’utilisation de cette eau, la seule qui parvenait alors abondamment jusqu’à la zone agricole. Cependant, outre le retour d’une pluviométrie plus régulière et la stricte interdiction dont est désormais frappée cette pratique24, l’installation d’un grand collecteur d’égouts à partir de 1992 dans les deux villes devrait à terme faire définitivement disparaître l’utilisation agricole de cette eau noire.

66Restent bien sûr l’engrais organique (samad ‘arabī ou dabatī), produit par les bovins élevés dans les jardins et par les quelques ovins qui viennent y trouver pâture, et l’engrais chimique (samad kimawlyeh) produit par les usines de Homs et assez chichement distribué par la coopérative. L’utilisation de l’un ou l’autre de ces engrais dépend donc de l’appartenance ou non du jardinier à cette dernière et du nombre de bovins qu’il possède dans son jardin.

  • 25 Moins de 9 LS le kg (1990).
  • 26 C’est en fait l’engrais naturel, organique, qui augmente et améliore la capacité physique du sol à (...)

67L’engrais chimique était importé depuis les années 1950 par les grands propriétaires terriens qui le destinaient à leurs exploitations agricoles et en fournissaient à leurs jardiniers. Dans les années 1960, la Syrie s’est finalement dotée de ses propres usines de fabrication d’engrais (nitrates, phosphates et ammoniaque), notamment dans la région de Homs. L’engrais chimique est maintenant peu coûteux25 mais difficile à obtenir en dehors de la coopérative, étant avant tout réservé aux terres agricoles extérieures pratiquant des cultures planifiées. Il est de toute façon peu apprécié par les jardiniers qui lui reprochent d’assécher la terre26. D’après eux, il conviendrait surtout aux laitues, choux, artichauts, épinards, persil, menthe, navets, radis... donc aux légumes-feuilles, aux vivaces et aux légumes-racines.

  • 27 600 LS le m3 (1990).

68L’engrais organique lui est de très loin préféré, mais s’avère assez coûteux si le jardinier ne possède pas lui-même de bovins27, ce qui reste toutefois assez rare à Homs. À Hama par contre, leur relative rareté dans les jardins contraint certains jardiniers à acheter le fumier au marché aux moutons de la ville, dans le nord du Ḥāder. À Homs comme à Hama, les jardiniers utilisent cet engrais d’origine animale de préférence pour les tomates, les aubergines, les concombres, les courgettes et les haricots, c’est-à-dire pour les légumes-fruits et les légumineuses.

69La plupart des jardiniers homsiotes se débrouillent pour utiliser les deux engrais. À Hama par contre, c’est l’engrais chimique qui prédomine depuis une vingtaine d’années.

DÉSHERBER ET SARCLER

70Ces opérations sont généralement assurées par les journalières à Homs et par le jardinier et sa femme ou encore par un vieil homme de la famille à Hama. La forme la plus simple de désherbage (‘amalī ta’šīb) consiste à arracher une à une, entre pouce et index, les petites pousses d’herbe. C’est un travail long et minutieux, effectué lorsque les cultures n’atteignent que quelques millimètres et se confondent encore avec les herbes de même taille. On désherbe les semis de cette manière. Lorsque les plants ont grandi, on sarcle régulièrement (tous les dix à quinze jours en période de pluie) autour de ceux-ci avec un fās. Ce travail permet d’éliminer les herbes mais aussi d’aérer le sol autour des plants et de favoriser ainsi une meilleure pénétration de l’eau. La période la plus importante de désherbage est le printemps, à la suite des dernières pluies mais aussi des premières chaleurs. C’est lors de ces travaux que le jardinier éclaircit ses plantations, arrachant les plants qui, trop proches les uns des autres, se gênent mutuellement dans leur croissance. Les plants arrachés peuvent être aussitôt replantés sur une autre parcelle.

PROTÉGER

  • 28 Ces plaques blanches pourraient être les signes d’une carence due à un excès d’azote, à moins qu’il (...)

71Les jardiniers utilisent peu d’insecticides et ont peu recours aux services agronomiques. En juillet 1994, nombre de jardiniers homsiotes ont ainsi vu une partie de leurs récoltes de tomates décimées par une maladie qu’ils ne purent identifier : les fruits blanchissaient par plaques et pourrissaient très rapidement28. Ils se sont contentés de ramasser et de vendre les fruits sains, donnant les autres au bétail ou les laissant pourrir sur place. À ma connaissance, la coopérative n’est pas intervenue.

Photo 33 — Jardins de Hama. Vieil homme occupé à désherber une planche de menthe.

72Afin de protéger les graines mais aussi les légumes contre les oiseaux, les jardiniers homsiotes installent habituellement des épouvantails de tissu, de vieux vêtements et des sacs plastiques sur les parcelles ou tendent au-dessus des cultures un entrecroisement serré de ficelles blanches fixées aux branches d’arbres et à des bâtons.

SOUTENIR

73Les tuteurs sont utilisés à Hama pour les petits pois, les haricots moyens et les haricots fins et très longs (lūbiyā’). Ce peut être des baguettes de roseaux taillées sur les berges du fleuve, ou de fines branches d’un ou deux mètres de long plantées en rang sur une ou plusieurs planches.

74Il existe enfin des treilles en fer ou en bois sur lesquelles les jardiniers font pousser leur vigne. Généralement accolées aux maisons de jardin, elles sont appréciées pour l’ombre qu’elles procurent l’été et le raisin que le jardinier ne manque pas d’offrir à ses visiteurs en septembre. Dans certains petits jardins (zūr al-’Abbār à Homs), la treille s’étend même au-dessus des parcelles de cultures peu demandeuses de lumière (luzerne, corette ...). Les pieds de sarments sont alors pris dans des boites en fer ou des fonds de bidons découpés et ainsi suspendus en l’air, à plus d’un mètre du sol cultivé. Cet aménagement hors sol permet de gagner une place précieuse.

SOINS A UX ARBRES

75D’une manière générale, les arbres demandent moins de travail que les légumes. C’est d’ailleurs pour cette raison que les néo-jardiniers préfèrent se lancer dans l’arboriculture plutôt que dans le maraîchage. Toutefois un minimum de soins est nécessaire.

76Dans la plupart des cas, les arbres sont irrigués en même temps que les plantes avec lesquelles ils partagent les parcelles. Ils profitent de la même manière des engrais. Cependant, dans les jardins exclusivement arboricoles, dans certains jardins possédant de vieilles plantations de mûriers (zūr al-Qiblī, Hama), les arbres occupent seuls leur parcelle. Dans ce cas, des planches ainsi que des rigoles sont aménagées et les arbres bénéficient d’un arrosage régulier (tous les six jours).

77Les arbres de grande taille (mûriers, noyers) ne sont élagués que lorsqu’une branche menace de rompre, rendant dangereuse la circulation sous l’arbre.

78Par contre les arbustes ou arbres de petite taille (grenadiers, abricotiers, pruniers, pêchers...) sont plus régulièrement élagués, le jardinier taillant (parfois se contentant de casser à la main) les branches jugées inutiles. Quant aux produits chimiques, ils sont rarement utilisés et seuls quelques jardiniers à Hama comme à Homs blanchissent à la chaux le tronc de leurs arbres pour les protéger contre la vermine. J’ai vu un jardinier rester inactif devant les ravages causés à certains de ses abricotiers par des capricornes.

RÉCOLTE DES LÉGUMES ET DES FRUITS

LES PLANTES MARAÎCHÈRES ET LES CÉRÉALES

79Dans un jardin bien géré, la succession des cultures doit plus ou moins permettre une récolte par jour pendant l’été, le rythme des récoltes étant bien sûr ralenti en hiver (tous les deux ou trois jours).

80À Homs, le jardinier se charge seul de certaines récoltes demandant un effort ou un choix particulier. Le radis long, par exemple, est déterré en force en se servant d’un levier de fer de 1,50 mètre de long appelé mumbāz. Les artichauts ne sont pas tous récoltés au même moment, mais quotidiennement sélectionnés en fonction de leur taille et donc du prix que l’on pourra demander. De même pour les salades, les choux, les tomates, les aubergines, les courgettes, etc... cultures dont la récolte résulte d’un choix, d’un jugement particulier et quotidien. Le jardinier récolte au jour le jour suffisamment pour la vente du lendemain matin, laissant en terre les légumes n’ayant pas encore atteint leur pleine maturité.

Photo 34 — Levier (mumbāz) avec pointe en fer et manche en bois permettant d’extraire du sol certaines plantes, comme les gros radis.

  • 29 Une grosse botte de persil est formée de 20 petites bottes. C’est la grosse botte qui est vendue à (...)
  • 30 Fixé à 75 LS de l’heure (1992).

81Les journalières (ou les femmes de jardiniers) se voient confier les récoltes répétitives et systématiques, comme celles du persil, de la menthe, du pourpier, de la fève, de la corette potagère. Elles ne sont généralement pas plus de deux, avançant à genoux, de front sur une même planche, arrachant à la main ou coupant la récolte à l’aide d’une petite faucille (‘afeh). Elles laissent les plantes sur place en petits tas (fèves, corette) ou constituent des bottes au fur et à mesure (menthe, persil29). En plus de leur salaire30, les journalières emportent toujours avec elles une petite quantité de la production qu’elles ont récoltée (une ou deux bottes de persil ou de corette par exemple...).

Photo 35 — Faucilles de diverses tailles. La petite est appelée ‘atfeh. Elle permet de couper les plantes tendres (herbes, persil, menthe). La grande faucille est appelée mangal et est utilisée pour moissonner les céréales. Le troisième outil est une serpette à deux lames (qataf ‘um rīša). Elle sert à tailler les racines, couper les branches, défeuiller certaines plantes.

  • 31 Un exemple un peu différent est celui des fèves : si leur prix est bas, elles sont tout de même ram (...)

82Le jardinier peut différer volontairement une récolte si le prix du souk ne lui convient pas. Il s’en remet alors à une éventuelle remontée des prix, ce qui n’est bien sûr pas sans risques, les cours pouvant très bien continuer à descendre au lieu de monter comme il l’espérait, un événement inattendu compromettre toute la récolte (épidémie de choléra interdisant toute vente de persil et de menthe) et les conditions climatiques s’avérer néfastes pour les légumes en attente (vent violent desséchant les laitues ou la corette, tomates mûrissant sous l’effet d’un soleil trop fort, gelée inattendue au printemps...). Les légumes-racines (radis, navet, betterave rouge ...) et à bulbes (oignon, ail, poireau ...) sont ceux qui se prêtent le mieux à cette pratique, leur partie consommable restant bien protégée dans la terre31.

83Les légumes récoltés sont entreposés devant la maison de jardin. En fin de journée, ils sont arrosés à l’eau claire ou, s’ils sont très boueux (navets ou radis en hiver), plongés dans un premier temps dans l’eau d’un petit bassin de pierre ou de ciment appelé ǧorn ou maġsaleh et que traverse le canal d’amenée d’eau. Pour l’occasion, c’est avec l’eau du puits et non celle du canal que les légumes sont soigneusement nettoyés par le jardinier et ses aides qui se tiennent dans le bassin. La saleté, nous l’avons vu, est source de vie, mais elle ne doit pas accompagner le légume en dehors du jardin. Celui-ci ne devient un produit fini, propre à la vente qu’après avoir été plongé dans le bassin rempli d’eau claire et parfois énergiquement frotté avec une brosse. Il peut ensuite être comptabilisé, pesé, attaché, regroupé, trié, ordonné et entreposé sur la terrasse, puis dans le camion avant d’être amené au marché. Tout se passe donc comme si la terrasse et son bassin étaient la porte de sortie du jardin. Ils permettent en tous les cas de rendre les légumes présentables avant leur entrée dans les circuits urbains de consommation. Les légumes, par leur immersion, deviennent consommables pour la ville : ils sont en quelque sorte « culturés » après avoir été cultivés...

Photo 36 — Jardins de Homs en hiver. Un jardinier et une journalière nettoient des radis dans le bassin.

84Une fois nettoyés, les légumes sont donc répertoriés : unités d’artichauts, de maïs, kilos de navets, de tomates, bottes de persil, de menthe, etc., et parfois triés selon leur qualité et leur taille (tomates). Ils sont ensuite disposés dans des sacs ou des caisses et chargés dans une camionnette ou un petit triporteur, arrosés une dernière fois, recouverts d’une bâche et ainsi prêts pour la vente du lendemain matin.

  • 32 200 kg.

85Le blé était davantage présent autrefois. Chaque jardinier en cultivait une ou deux parcelles dans l’année, de quoi obtenir un ou deux šumbul32 de grains pour faire son pain et son burgul. On le semait à la volée après un premier labour, puis on labourait une seconde fois sur le semis. On le moissonnait avec la grande faucille (manǧal). Les épis étaient battus par les femmes avec un bâton à battre ou, plus rarement, à l’aide d’une machine à roue dentée en fer, tirée par un ou deux chevaux, appelée īlān. On réservait la paille au bétail et les grains à la consommation familiale du jardinier, qui les faisait moudre dans un des six ou sept moulins présents dans la zone des jardins, sur le fleuve.

  • 33 J’ai pu toutefois en voir en culture irriguée dans les jardins des villages proches de Hama (Dahrié (...)
  • 34 À 5,5 LS le kilo de fourrage en 1990 (une vache a besoin de 18 kg par jour), le kilo de pain revien (...)

86Les moulins ont disparu ou ne fonctionnent plus. Le blé n’est plus cultivé dans les jardins pour ses grains, peu rentables sur d’aussi petites surfaces33, mais pour le fourrage qu’il procure, son prix étant très élevé34 sur le marché. Les grains sont replantés d’une année sur l’autre et une petite quantité peut toutefois encore être transformée en burġul pour la consommation familiale du jardinier. À Homs, la récolte est assurée par les journalières qui ne coupent plus mais arrachent le blé avec ses racines. Le battage est effectué par les roues d’un tracteur, de la même manière que pour le bdār de persil.

LES FRUITS

87À Homs, les fruits ne sont que très exceptionnellement commercialisés, étant généralement réservés à la seule consommation familiale. Il arrive que les jardiniers ne se donnent même pas la peine de les cueillir systématiquement, les mangeant sur place au gré de leur envie ou les offrant avec le thé à leurs visiteurs, laissant ce qui reste aux oiseaux. L’arbre, fruitier ou non, est surtout utile pour l’ombre qu’il procure en bordure de parcelle et comme coupe-vent dans une région particulièrement exposée au vent d’ouest. Les jardiniers pratiquant l’apiculture l’apprécient aussi pour ses éventuelles qualités mellifères. Enfin, certains jardiniers plantent des peupliers blancs le long des canaux d’irrigation pour le bois d’œuvre qu’ils revendent aux menuisiers de la ville ou qu’ils destinent à des fabricants de caisses.

  • 35 Pour le détail de l’utilisation de ces essences dans la fabrication des diverses pièces constituant (...)

88À Hama, la situation de l’arboriculture jusque dans les années 1960 était sans doute assez comparable à celle de Homs, les jardiniers cultivant alors surtout des produits maraîchers en plein champ et utilisant arbres et arbustes comme haies de limites de parcelles. On plantait aussi des saules en bordure du fleuve qui fixaient ainsi la terre des berges et dont les branches étaient utilisées pour la fabrication de corbeilles, de paniers et de nasses à poissons. On laissait pousser les roseaux pour les mêmes raisons. Différentes essences d’arbres intervenaient cependant directement dans la construction et la réparation des norias : le noyer, le mûrier, le peuplier et l’abricotier35. Les jardiniers ayant connu cette époque soulignent que les propriétaires de jardins forçaient les exploitants à planter ces arbres et à s’en occuper bien que ces derniers n’en aient attendu aucun revenu, quittant souvent le jardin avant que la croissance de l’arbre ne soit achevée. De plus, l’ombre de ces arbres nuisait à la croissance des légumes. C’est dans les années 1960, lorsque la situation des jardiniers sur leurs exploitations s’est stabilisée, que s’est vraiment développée l’arboriculture de plein champ et que le maraîchage est peu à peu devenu minoritaire sur les parcelles.

89Il faut sept ans à un noyer et à mûrier et trois à quatre ans à un figuier, un grenadier, un abricotier, un prunier, un amandier pour donner des fruits.

90Dans la plupart des zūr, on ne plantait qu’un mûrier blanc et qu’un mûrier noir par jardin. Seuls les zūr al-Šarqī et al-Qiblī ont des plantations importantes de mûriers, celles-ci ayant été constituées à l’initiative de grands notables il y a de cela plusieurs décennies.

  • 36 Ce qui signifie « père du nombril ». Il s’agit d’une variété très plate, blanche et particulièremen (...)
  • 37 Trois qualités de vente : 2 LS / kilo, 3 LS / kilo et 8 LS / kilo (octobre 1993).

91Les fruits sont devenus la principale production de l’été, si ce n’est de l’année : prunes vertes (ǧarinek), prunes rouges (ū), pêches, pêches abū surrah36, mûres blanches (tūt baladi), mûres noires (tūt šāmī), abricots, nèfles (akel duniah), kakis, coings, poires, noix, raisins, grenades... tous sont vendus dans les souks de la ville, parfois à l’unité comme pour les noix37.

92Pour accéder aux arbres de petite taille (pruniers, pêchers, néfliers, abricotiers, grenadiers...), le jardinier utilise une échelle en bois à trois pieds (sibayeh), de deux mètres de haut, le sommet étant couronné par une petite plate-forme ronde. Le jardinier grimpe sur l’échelle et cueille les fruits un à un qu’il dépose dans un panier en osier suspendu à sa ceinture par une corde munie d’un crochet de fer. Lorsque le panier est plein, il descend de l’échelle et le vide dans un sac de toile laissé au pied de l’arbre. Sa femme peut l’aider en cueillant les fruits des branches basses et en ramassant ceux qui tombent à terre.

  • 38 Vendues jusqu’à 35 LS le kilo (juillet 1993).

93Pour les mûres noires38 (tūt šāmī), le jardinier est obligé de grimper dans l’arbre, s’aidant d’une grande échelle en fer, puis par ses propres moyens dans les hautes branches. En raison de l’extrême fragilité des mûres noires, il les cueille une à une et les dépose dans un seau en plastique également suspendu à sa ceinture. Malgré cette précaution, le jardinier est en quelques heures couvert de la tête aux pieds de ce jus noir si apprécié en ville comme boisson d’été, son sahwel blanc maculé de ce rouge sombre.

  • 39 Vendues de 6 à 12 LS le kilo (juillet 1993).

94Les mûres blanches39 (tūt baladī), plus fermes mais moins goûteuses, sont gaulées avec un grand bâton, à partir du sol ou d’une échelle de fer. Elles atterrissent sur un drap étendu au pied de l’arbre et sont généralement ramassées par les femmes.

Photo 37 Jardins de Hama. Échelle en bois à trois pieds (sibayeh), de 2 mètres de haut. Le sommet est couronné par une petite plate-forme ronde sur laquelle est monté le jardinier pour cueillir des prunes vertes.

95Les noix sont également gaulées, mais avec beaucoup plus de force encore que les mûres blanches. Le jardinier frappe l’arbre avec tant de violence qu’il lui arrive souvent de sectionner de petites branches qui tombent au sol avec leur chargement de noix. Il gaule à partir du sol, sur l’échelle et même parfois agrippé à une branche afin d’atteindre les noix les plus hautes. Il n’y a pas de drap ici, mais un aide (la femme du jardinier ou un de ses enfants) qui ramasse les noix au fur et à mesure de leur chute et en remplit un grand sac de toile. Le noyer est à Hama l’arbre des limites, celui qui marque traditionnellement la frontière entre le jardin et le chemin. C’est donc souvent le plus vieil arbre du jardin et le plus haut.

CULTURES ET CUEILLETTES SECONDAIRES

  • 40 De nos jours le prix assez élevé du kilo de verveine (500 LS, 1993) contribue à en faire de plus en (...)

96Il y a encore trente ans, les femmes de jardiniers ramassaient et vendaient les produits du jardin que négligeaient leurs maris : les fleurs (roses, violettes, fleurs de grenadiers), l’écorce séchée de grenadiers (matière tannante), le safran, les roseaux à balais (muknūs) poussant nombreux au bord du fleuve, les herbes séchées pour le bain, les galettes de bouses de vaches (ǧillah) vendues à la pièce comme combustibles. Elles cueillaient et vendaient aussi les feuilles de verveine officinale (melisseh)40 pour les tisanes et les feuilles de vigne pour la cuisine (yalanǧī au riz).

97Le jardinier utilisait, quant à lui, les branches vertes des saules pour fabriquer des corbeilles et des nasses à poissons, pour son usage personnel mais aussi pour la vente. Le roseau est encore utilisé, nous l’avons vu, comme tuteur. Les feuilles de poireau séchées comme celles de roseau servent encore (Hama) à nouer les bottes de persil, de menthe et de corette.

98À Hama enfin, depuis une dizaine d’années, de nombreux jardiniers se sont mis à cultiver en pleine parcelle des lys dont les bulbes sont importés de Hollande. Des fleuristes de Damas viennent directement acheter les plants fleuris dans les jardins pour les revendre dans la capitale.

3 L’ÉLEVAGE

LES BOVINS

99On peut très grossièrement estimer entre 5 000 et 6 000 le nombre de bovins (vaches laitières, veaux et taureaux) élevés dans les jardins de Homs. Ils le sont pour leur lait, leur bouse, leur viande et pour le travail de trait qu’ils fournissent au moment des labours. Rares sont les jardiniers qui ne possèdent pas une vache ou deux. Quelques-uns élèvent même jusquà quinze ou vingt bêtes et sont équipés de trayeuses électriques, cette activité devenant presque aussi importante pour eux que les cultures.

  • 41 Acheté 10 000 LS, le jardinier peut espérer le revendre 30 000 LS (1993).

100A Hama par contre on n’en trouve que dans les jardins les plus éloignés du centre-ville, disposant d’une surface suffisamment grande (zūr aš-Šarqī et zūr al-Qiblī) pour que puissent être à la fois aménagée une étable et cultivée de la luzerne en quantité suffisante. Dans ce cas, le jardinier possède rarement plus d’une ou deux bêtes, souvent des veaux qu’il achète très jeunes, qu’il élève à l’année, qu’il engraisse et revend41 au prix fort au moment des fêtes religieuses.

101Les taureaux sont bien sûr présents dans les jardins de l’une et l’autre ville et provoquent même un de ces liens de petite solidarité qui mettent quotidiennement en relation les jardiniers d’un même secteur. En effet, celui qui possède un taureau le met volontiers à la disposition des voisins n’en possédant pas pour l’insémination de leurs vaches. Ce sont les voisins qui amènent la vache au taureau.

102Le jardinier dispose généralement de deux étables, l’une fermée destinée aux longs mois d’hiver, l’autre, simple toit en tôle soutenue par quatre poteaux et ouverte à tout vent, pour les mois chauds. Les bêtes, toujours attachées, passent de l’une à l’autre. Elles sont nourries de luzerne, de fanes de diverses origines, de feuilles (salades, choux...), d’herbes coupées en bordure des jardins, de pain sec, plus rarement de fourrage et de farines achetés à la coopérative.

Photo 38 — Jardins de Homs. Étables au printemps. Le bâtiment fermé est l’étable d’hiver, celle d’été n’étant couverte que par une tôle ondulée.

  • 42 8 à 10 LS / litre en 1990. Une vache peut produire 11 litres de lait par traite.
  • 43 250 à 300 adhérents à Homs en 1990.
  • 44 Le nord du quartier al-Buġtassiyyeh (Homs, route de Hama), par exemple, est quotidiennement desserv (...)

103Le lait produit dans les jardins, qui constitue une partie importante de celui consommé en ville, peut être vendu42 à la coopérative laitière et d’élevage de vaches (Ǧam’iyyet tarbiyet al-abqūr wa al-halīb43) à Homs, à une fabrique privée de laban ou de glace de la ville, ou encore à un intermédiaire qui vient lui-même le chercher dans les jardins, faisant sa tournée en vélo équipé de grands bidons ou en triporteur. Un jardinier possédant lui-même des vaches peut se proposer, moyennant une commission, comme intermédiaire entre d’autres producteurs de son secteur et les potentiels acheteurs de lait (habitants de quartiers44, fabricants...). La viande est vendue aux abattoirs municipaux et à quelques bouchers qui viennent jauger et acheter la bête dans le jardin.

LES OVINS

104Les jardiniers n’élèvent pas de moutons à Homs. Ceux que l’on croise dans les jardins appartiennent à de petits éleveurs du Wa’ar d’origine bédouine. Ceux-ci s’entendent avec les jardiniers qui laissent pénétrer les troupeaux sur les parcelles en vacance, juste après les récoltes. Ils font également paître leurs moutons sur les espaces laissés libres, bordures de chemins, berges du fleuve (appelées marǧ), terres en jachères ou abandonnées au bétail (appelées būr).

Photo 39 — Jardins de Homs. Route de Ḫarāb (avant les travaux). De jeunes bédouins mènent un petit troupeau de moutons qui broutent l’herbe des fossés.

105À Hama, une minorité de jardiniers pratique cet élevage. Mais alors que le lait de vache est vendu à des fabricants de glaces de Hama, celui des brebis est réservé à la seule consommation familiale du jardinier.

L’APICULTURE

  • 45 Le miel est réputé renforcer les capacités sexuelles du jeune marié mais aussi guérir des refroidis (...)

106Le prix assez élevé du kilo de miel (300 à 900 LS le kilo en 1993 selon la qualité) et l’engouement des Syriens pour ce produit qu’ils utilisent comme une médecine naturelle45ont incité de nombreux jardiniers homsiotes à pratiquer depuis les années 1970 un peu d’apiculture dans leur jardin. L’espèce d’abeille élevée à Homs est l’Apis mellifica ligustica Spinola, abeille jaune d’Italie, dont les récoltes seraient plus importantes que l’Apis mellifica syriaca, l’espèce autochtone moins prisée. 5 000 essaims ont été distribués à Homs par la muāfaa.

Photo 40 — Jardins de Homs. Ruche traditionnelle en terre cuite, fermée par de simples couvercles en fer.

Photo 41 — Jardins de Homs. Ruches.

107Généralement, le jardinier s’associe à un agronome qui fournit matériel (ruches, cadres, centrifugeuse...) et savoir-faire et se contente d’offrir la place nécessaire et de cultiver quelques plantes mellifères en bordure de parcelles. Ils se partagent le revenu à égalité, chaque ruche produisant entre 15 à 20 kilos de miel par an, représentant un revenu de 6 000 à 9 000 LS. Certains jardiniers disposent ainsi de plus de cinquante ruches (à peu près 270 000 LS de revenu annuel), leur consacrant parfois, en plus des bordures de parcelles, une parcelle entière où sont également cultivées des plantes particulièrement mellifères.

LA BASSE-COUR

108Beaucoup de jardiniers, à Homs comme à Hama, élèvent des poules. Elles fournissent les œufs quotidiens consommés par l’unité domestique. Elles se rendent par ailleurs utiles en supprimant insectes, scorpions, scolopendres, crabes d’eau douce et serpents, nombreux dans les jardins.

109Guère élevés de nos jours, l’oie et le canard ont pourtant été autrefois une petite source traditionnelle de revenus pour les jardiniers. Ils les revendaient dans les souks de la ville ou à des clients qui venaient les acheter sur place.

110Enfin, quelques jardiniers élèvent des lapins qu’ils vendent 50 LS pièce (1990) à des particuliers.

4 - UNE PRODUCTION ADAPTÉE À LA DEMANDE URBAINE

111Le maraîchage urbain est bien sûr dépendant de la demande urbaine mais a aussi su profiter des possibilités d’innovation que la ville, si proche, semble avoir toujours rendu possibles.

UNE POLYCULTURE INTENSIVE ET DE QUALITÉ

  • 46 D’importants efforts entrepris depuis une quinzaine d’années ont permis à la Syrie de se passer des (...)

112Dans la logique strictement productiviste caractérisant une politique d’État qui n’a eu de cesse depuis quelques décennies de développer, non sans succès, les capacités agricoles de la Syrie46, les jardins semblent donc se caractériser par un mode de production obsolète et par des techniques archaïques. Si les jardins urbains n’ont sans doute pas joué un très grand rôle dans l’acquisition de l’autonomie alimentaire de la Syrie annoncée officiellement en juillet 1992 par A. Mustafa, alors ministre de l’Agriculture, leur intérêt agricole semble se trouver ailleurs, dans ce que l’on pourrait appeler une « agriculture urbaine de proximité ».

113Le jardinier dispose d’un grand nombre d’outils, adaptés au travail précis et minutieux des parcelles, des planches et des alām : araire, misāyeh, rouleau, houe, petite houe (fās), petite faucille pour les récoltes « tendres », grande faucille pour les récoltes « sèches », bâton à fouir hivernal (farǧal), bâton-levier, serpette à double lame pour le défeuillage... prolifique outillage traditionnel adapté à la grande variété des opérations techniques. Cela n’exclut pas pour autant l’utilisation d’un outillage plus moderne lorsque celui-ci s’avère peu coûteux et adapté au jardin, le recours au tracteur restant cependant très occasionnel et souvent inadapté. En dehors de son prix élevé, l’engin est en effet trop malaisé à manier, trop lourd et encombrant sur ces petites parcelles, trop peu précis pour être utilisé en dehors de ces opérations particulières que sont les premiers labours et, secondairement, le dépiquage. À Hama, le petit motoculteur, plus maniable, d’utilisation fréquente, n’a cependant pas remplacé le petit outillage traditionnel mais vient en complément indispensable de celui-ci, permettant un gain de temps considérable.

114Nous avons vu qu’à Hama on privilégiait plusieurs espèces d’arbres fruitiers sur des parcelles contre-plantées alors que certaines parcelles plus ensoleillées étaient réservées aux seuls légumes. Cette organisation permet donc une exploitation étagées (arbres + sol) et une diversification « horizontale » des cultures (parcelles dégagées et ensoleillées / parcelles arborées et ombragées). À Homs, les forts vents d’ouest rendent difficile le développement d’une telle arboriculture fruitière de plein champ. Aussi, plante-t-on les arbres en haies coupe-vent, l’effort portant sur une utilisation maraîchère intensive des parcelles qui peuvent accueillir en même temps plusieurs espèces de plantes. Ainsi, ce que le jardinier ne peut donner en quantité, il semble le gagner en variété mais aussi en qualité, puisque la modestie des surfaces mises en culture lui permet une meilleure surveillance de la qualité de ses produits et une individualisation des soins.

115Au niveau régional, certains arbres fruitiers et plantes potagères ne sont encore pratiquement cultivés que dans les jardins de Homs et de Hama, permettant ainsi aux jardiniers d’offrir tout à la fois variété, qualité et... exclusivité. C’est le cas des artichauts, du pourpier, des radis, de la menthe, des poireaux, des épinards, des kakis, des pêches plates, des nèfles, des mûres, des coings. Cette exclusivité a toutefois cessé pour certaines plantes très demandées (persil, aubergines et corette) avec l’accroissement des surfaces irriguées et des petites exploitations se développant, grâce aux forages, sur des terres anciennement non irriguées proches de la ville. Cela dit, le fait que le persil et la menthe doivent être vendus rapidement après leur récolte avantage encore les jardins urbains, proches des souks, qui possèdent ainsi le monopole de la fraîcheur sur ces produits et peuvent également compter sur la quasi-absence de frais de transports pour accroître sensiblement leur marge bénéficiaire.

116Enfin, quelques jardiniers se sont lancés dans la culture sous serres (buyūt blastik), cherchant à concurrencer les exploitations maraîchères de la côte syrienne où cette technique est très répandue depuis plusieurs années. Ils espèrent ainsi produire en avance certains légumes d’été (tomates et concombres) et profiter de leur prix élevé sur le marché. Toutefois, le climat de la Syrie centrale, mais aussi le coût élevé d’une telle installation, n’a pas permis jusqu’à présent un véritable développement de cette technique dans les jardins.

Photo 42 — Jardins de Hama. Cultures étagées : mluhiyyeh, maïs et arbres fruitiers.

HORTUS ET URBS

  • 47 Ainsi, il existait à Qousseir des jardins potagers appelés awākīr (sing : ākūra). Ces jardins ont (...)

117En tant que technique traditionnelle, la culture maraîchère semble avoir surtout été liée à la ville. Certes, les campagnes de Syrie centrale pratiquaient la culture de quelques légumes de base (oignon, ail, salade, lentilles), mais elles ne les exploitaient traditionnellement que dans le cadre restreint d’une économie familiale et d’échange47. Il n’existait pas dans les campagnes de groupe professionnel spécialisé dans le maraîchage et qui aurait permis une plus grande maîtrise de ces techniques. Seule la ville semblait être en mesure de produire une telle spécialisation et de développer ainsi une plus grande variété de cultures maraîchères. Pendant longtemps — et encore de nos jours — la variété des cultures et des techniques maraîchères a largement été le fait des populations urbaines, au point que l’on peut se demander si tout cela ne pouvait pas constituer l’un des signes distinctifs de la citadinité : le citadin n’était-il pas, entre autres caractéristiques, un producteur et un consommateur de légumes ? La culture maraîchère ne ferait-elle pas partie des compétences citadines ? Ces questions méritent d’être posées lorsque l’on sait que, jusqu’au xixe, une part presque majoritaire de la population des villes de Homs et de Hama travaillait d’une manière ou d’une autre dans les jardins.

  • 48 Il serait intéressant de voir jusqu’à quel point les légumes ont pu marquer la cuisine citadine tra (...)

118Centre de pouvoir, lieu de consommation et de tradition culinaire48, la ville a aussi longtemps été un espace d’ouverture sur le monde, le point d’arrivée des innovations venues d’Occident et le lieu de résidence des élites. C’est généralement à partir de la ville que se sont diffusés vers les campagnes techniques et produits nouveaux : la ville a toujours eu un rôle modernisateur et de médiateur culturel et technique. Il est donc logique que ces innovations aient profité dans un premier temps aux jardiniers, plus proches des villes que les paysans et donc plus à même d’acquérir rapidement ces techniques. C’est dans leurs jardins que certains propriétaires citadins introduisirent et expérimentèrent des espèces nouvelles (pêches plates, kakis, néfles...).

119On peut finalement se demander si les jardins urbains n’ont pas été, à leur façon, les laboratoires d’acclimatation des espèces maraîchères et fruitières nouvelles en Syrie. Je pense notamment à la tomate, présente en Syrie depuis le début du xixe (David, 1993 : 239) et dont la culture s’est longtemps limitée aux seules zones agricoles urbaines ; à la corette potagère, connue depuis longtemps par les élites urbaines et dont la culture s’est longtemps cantonnée aux seuls jardins urbains, et à toutes ces petites productions dont j’ai déjà parlé et qui restent encore l’apanage des seuls jardins (gourde et calebasse, pourpier, asperges...). Les jardins ont sans doute permis d’adapter au pays certaines espèces maraîchères et fruitières avant qu’elles ne soient plus largement diffusées dans les campagnes, autour des villages, sur les nouveaux périmètres irrigués.

120Nous avons vu que les jardins se caractérisaient par une polyculture de qualité, intensive et diversifiée, offrant au jardinier la possibilité de compenser les risques inhérents au marché et au climat : la distribution des cultures dans de petites unités indépendantes les unes des autres permet de s’adapter plus facilement aux demandes du marché et la proximité des souks autorise des livraisons rapides, pouvant répondre à la demande en produits frais, et permet un contact quotidien avec les cours du marché. Les jardins apparaissent, du moins dans le domaine de la technique et de la production, comme beaucoup plus souples qu’il n’y paraît au premier abord : ils sont en quelque sorte « branchés » sur les demandes particulières de la population urbaine et semblent en mesure de s’y adapter, à leur échelle, avec peut-être plus de souplesse que d’autres types d’agriculture, plus contraintes par des impératifs de productivité. La culture maraîchère semble, de plus, avoir été fortement liée au contexte urbain, pour ne pas dire à la culture citadine. Outre les avantages que la ville a pu offrir, en termes de sécurité et de capitaux, elle a aussi constitué le point d’arrivée d’innovations techniques dont ont directement profité les jardins.

121Je vais maintenant présenter, à travers la monographie de deux exploitations, comment s’organise le jardin, à la fois comme espace de production et lieu de vie.

Notes

1 À Homs, le fils d’un ancien propriétaire de jardins m’a ainsi présenté les jardiniers : « Ils sont trop attachés à leurs traditions, ils sont paresseux, conservateurs en matière agricole et se copient entre eux. Ils sont hostiles aux innovations et ne sont que de faibles producteurs. Ils ne travaillent pas assez, ne prennent aucune initiative et sont trop individualistes. Ils manquent d’ambition, ils boivent leur thé et reçoivent à longueur de journée, ils prennent leur temps quoi... alors que les agriculteurs extérieurs sont modernes, dynamiques, travailleurs, entreprenants et produisent beaucoup plus... » et de conclure qu’il vaudrait bien mieux transformer les jardins en zone résidentielle (A.Š., souk de Homs, 15 novembre 1994).

2 Rappelons que le jardinier emploie le dunum et non l’hectare pour exprimer la surface d’une parcelle ou d’une exploitation, ce qui correspond à un peu moins de 0,1 hectare.

3 Ce terme vient de al-ayf « l’été ». Littéralement, une aifiyeh est un lieu où l’on passe l’été.

4 Une « exploitation » est l’unité de production d’un individu célibataire ou d’une famille considérée indépendamment de sa situation foncière. Si, par exemple, deux frères se partagent un jardin et l’exploitent séparément, nous aurons deux exploitations là où ne s’en trouvait qu’une seule à l’époque de leur père. Cependant, au regard du propriétaire, ces deux exploitations ne constituent toujours qu’un seul jardin.

5 Les heir et les ša’efeh, à l’exemple des bustān, ont souvent des noms. Nous trouvons ainsi le heir Mukaḥal (littéralement « l’homme qui s’est mis du kohol », en fait nom d’une ancienne famille de propriétaires), heir Qadūr (diminutif de Qader), heir al-Nabī (le Prophète), heir al-Sūmmāq (du nom de l’arbre, le sumac), ša’efeh Ammūn (diminutif de Amīna)...

6 « Au classement historique, il convient donc de substituer les phases du développement végétal et de prendre successivement le sol, la germination, la croissance et la fructification pour bornes des divisions systématiques. Transposant ces termes à des gestes humains, on obtient la progression suivante : préparation du sol, ensemencement, soins à la plante, récolte. » (1973 : 117).

7 Cf. en annexe une description détaillée des modes de culture adaptés à chaque plante, tels que j’ai pu les observer sur le terrain.

8 Axes habituels de ces labours croisés à Homs : sud-nord, est-ouest, sud-nord.

9 Une dizaine de jardiniers ont investi dans ce matériel lourd et le louent afin de le rentabiliser.

10 Il est payé 100 LS de l’heure (1990).

11 « L’araire primitif, sans roue, ni versoir est entièrement en bois. Il est muni au milieu d’une pointe coiffée d’un sabot enfer qui fait office de soc. Il a un timon long de trois mètres environ auquel sont attachés les animaux, par l’intermédiaire d’un joug droit appuyé sur le garrot et non sur le front comme en Europe. » (Hamidé, 1959 : 223). Voir aussi la description qu’en fait Weulersse (1946 : 145-146).

12 Corchorus olitorius L. fam. Tiliaceae, appelé aussi « mauve des juifs » ou « mélochie ». De Candolle la signale déjà en 1883 comme « une des plantes potagères les plus communes des Egyptiens et des Syriens modernes » (1984 : 105). Appelée mluiyyeh en arabe, elle est l’une des principales cultures d’été à Hama et dans une moindre mesure à Homs.

13 Thoumin (1936 : 135) précise que cette pelle est « faite d’un fer large de 60 cm —parfois 90 cm — emmanche’ sur une pièce de bois longue de quelque 60 cm et munie d’une poignée à sa partie haute. Aux extrémités du fer, deux anneaux ou deux encoches retiennent une corde. Deux hommes travaillent ensemble, face à face. Le premier enfonce le fer de quelques centimètres dans la terre. Le second tire la corde à lui et entraîne les terres. Cet outil permet d’aplanir un champ, le cultivateur s’en sert pour assurer l’horizontalité des terrasses et pour élever en travers des jardins les digues minuscules qui aident à la répartition uniforme des eaux aux heures d’irrigation ». Weulersse (1946 : 289) et plus récemment, pour la région de l’Euphrate où il est appelé mešlah. D’Hont (1994 : 58) ont également décrit cet outil assez particulier.

14 Celles-ci peuvent en effet être cultivées aussi bien sur planche que sur alām. mais la longueur de l’aménagement, quel qu’il soit, ne doit pas dépasser 10 mètres, les courgettes ayant besoin de beaucoup d’eau.

15 Surtout ceux du zūr al-Qiblī, secteur maraîcher le plus proche des terres concernées.

16 60 à 70 LS le kilo de bdār de persil (1994).

17 Galettes rondes et creuses à base de viande et de céréales, parfois fourrées de pignons, constituant l’une des principales préparations de la cuisine syrienne.

18 Pour des raisons de lisibilité, je ne signale qu’une fois les familles.

19 Faucher (1959 : 297-307) constate que le jardin maraîcher permet des soins et des attentions impossibles dans une culture de pleine terre : tuteur, repiquage, binage, sarclage, buttage, taillage, arrosage... qu’il est donc un milieu artificiel. « Sa puissance de production n’est [en effet] pas directement en rapport avec les conditions du sol et les conditions climatiques du lieu où il est rétabli. Sa fécondité n’est pas naturelle ; elle est acquise, entretenue, perfectionnée. »

20 Abū Zakariyya Yahya b. Muhammad b. Ahmad ibn al-Awwam, qui vécut à Séville à la fin du xiie siècle, distingue dans son traité (Kitāb al-filāa) quelques catégories de terres dont certaines semblent correspondre à celles des jardiniers syriens : « Suivant Abou’l-Khaïr et autres, les espèces de terre qui conviennent aux légumes sont les terres grasses, riches en sucs nourriciers, qui ne sont ni rudes, ni maigres, ni faibles. La terre rude est sujette à se fendre ; elle ne peut s’accommoder de l’eau en petite quantité. La terre maigre se ramollit trop en hiver, et elle devient trop sèche en été. Il en est qui disent que certains légumes réussissent bien dans le sable et dans la terre fumée. » (Le Dantec, 1996 : 27-28). Pour un plus long développement sur la définition de la terre par les agronomes hispano-arabes, notamment sur les catégories du froid et du chaud, du sec et de l’humide appliquées à la description des sols, voir Bolens, 1981. Consulter en particulier le tableau (p. 66-69) présentant tous les sols recensés aux xie et xiie siècles par les agronomes andalous, où l’on retrouve bien cette distinction entre terre sableuse, terre boueuse, terre noire, terre blanche, terre grasse, terre rouge...

21 Plus ou moins 60 x 50 cm pour le maïs, 40 x 30 cm pour les pois, 10 x 10 cm pour les aulx.

22 La laitue, toutefois, est repiquée dans le creux des sillons tous les 25 cm et recouverte d’un peu de terre. L’arrosage se fait avec les premières pluies, en novembre.

23 On utilise alors un petit moteur à mazout ou électrique donnant la pression suffisante.

24 La municipalité n’hésite pas à faire détruire les récoltes de persil et de menthe des jardins incriminés. J’ai assisté à l’une de ces opérations de prévention en juillet 1993.

25 Moins de 9 LS le kg (1990).

26 C’est en fait l’engrais naturel, organique, qui augmente et améliore la capacité physique du sol à retenir l’eau, alors que l’engrais chimique reste inactif : il n’entraîne aucune amélioration mais ne dessèche pas la terre.

27 600 LS le m3 (1990).

28 Ces plaques blanches pourraient être les signes d’une carence due à un excès d’azote, à moins qu’il ne s’agisse d’un virus.

29 Une grosse botte de persil est formée de 20 petites bottes. C’est la grosse botte qui est vendue à souk al-Hāl 400 LS au moment du Ramadan, 15 LS en mai et 6 à 7 LS en juillet (1992)...

30 Fixé à 75 LS de l’heure (1992).

31 Un exemple un peu différent est celui des fèves : si leur prix est bas, elles sont tout de même ramassées mais, au lieu d’être vendues au souk, le jardinier les sèche pour les vendre plus tard, notamment à des sociétés d’élevage de bovins.

32 200 kg.

33 J’ai pu toutefois en voir en culture irriguée dans les jardins des villages proches de Hama (Dahrié, Kazou...). Les paysans obtiendraient un rendement de 800 kg de grains par dunum (1993).

34 À 5,5 LS le kilo de fourrage en 1990 (une vache a besoin de 18 kg par jour), le kilo de pain revient moins cher... si bien que nombre de jardiniers préfèrent nourrir leurs vaches et veaux de pain sec mélangé à un peu de fourrage.

35 Pour le détail de l’utilisation de ces essences dans la fabrication des diverses pièces constituant une noria, consulter Delpech, Girard... (1997 : 138).

36 Ce qui signifie « père du nombril ». Il s’agit d’une variété très plate, blanche et particulièrement sucrée que l’on ne trouve en Syrie centrale que dans les jardins de Hama et qui aurait été introduite par les ‘Azem dans les années 1950. Vendue 10 à 11 LS le kilo (juillet 1993).

37 Trois qualités de vente : 2 LS / kilo, 3 LS / kilo et 8 LS / kilo (octobre 1993).

38 Vendues jusqu’à 35 LS le kilo (juillet 1993).

39 Vendues de 6 à 12 LS le kilo (juillet 1993).

40 De nos jours le prix assez élevé du kilo de verveine (500 LS, 1993) contribue à en faire de plus en plus une culture à part entière et non plus une culture secondaire et « féminine ».

41 Acheté 10 000 LS, le jardinier peut espérer le revendre 30 000 LS (1993).

42 8 à 10 LS / litre en 1990. Une vache peut produire 11 litres de lait par traite.

43 250 à 300 adhérents à Homs en 1990.

44 Le nord du quartier al-Buġtassiyyeh (Homs, route de Hama), par exemple, est quotidiennement desservi en lait par un jardinier du zūr al-Na’ūra, qui vend sa propre production mais aussi celle d’une dizaine de ses voisins jardiniers.

45 Le miel est réputé renforcer les capacités sexuelles du jeune marié mais aussi guérir des refroidissements, des rhumes, des toux, des fièvres grippales et des maux d’estomac. Le malade absorbe en une seule fois la totalité du pot qui lui est apporté.

46 D’importants efforts entrepris depuis une quinzaine d’années ont permis à la Syrie de se passer des importations agricoles dont elle dépendait encore au début des années 1980. Ainsi, « de 1991 à 1994, et grâce notamment à des conditions météorologiques favorables, le pays est devenu exportateur de céréales, et ses importations agricoles ont chuté. Entre 1986 et 1990, la surface cultivée était passée de 3,9 à 5,45 millions d’hectares grâce à des lois autorisant l’utilisation de terres dans des régions arides » (Gresh, 1997 : 45).

47 Ainsi, il existait à Qousseir des jardins potagers appelés awākīr (sing : ākūra). Ces jardins ont longtemps participé d’une économie strictement domestique et féminine basée sur le don, l’échange et la prestation de services. Cependant, à la fin du xixe siècle, de nouveaux jardins potagers furent aménagés et exploités dans le village par des jardiniers professionnels venus de Homs. On assista alors à une diversification des cultures maraîchères et à leur intégration dans un circuit économique global. Grâce au rôle innovateur de ces jardiniers homsiotes, les paysans de Qousseir se familiarisèrent peu à peu avec des cultures maraîchères dont la valeur marchande devenait de plus en plus forte. C’est ainsi que, dès les années 1940, ces paysans les développèrent sur de grandes surfaces et abandonnèrent les hawākīr devenues dès lors trop étroites (Boissière, 1995).

48 Il serait intéressant de voir jusqu’à quel point les légumes ont pu marquer la cuisine citadine traditionnelle.

Table des illustrations

Légende Photo 19 — Jardins de Homs. Labour à l’araire précédant l’aménagement de planches.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Photo 20 — Jardins de Homs. Araire (mihras). avec timon en bois et soc, mancheron et cheville en acier, tiré par deux mules.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Photo 21 - Jardins de Horns. Disposition de planches (tawālāt ou maskaneh) destinées à recevoir des aubergines.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Photo 22 - Jardins de Homs au printemps. La mishàyeh est une sorte de bêche à large lame en acier que manient deux hommes, l’un poussant avec le manche muni d’une courte poignée perpendiculaire, le second tirant vers lui une corde fixée aux deux extrémités de la lame.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Photo 23 — Jardins de Homs. La mishāyeh avec sa large lame et la corde qui permet de la tirer.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Photo 24 — Jardins de Hama. Sillons aménagés (tlāmlalām), ici destinés à recevoir des tomates.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Photo 25 — Jardins de Homs. Détail de l’araire. Afin que la terre rejetée soit la plus importante possible, le jardinier place un sac de toile dans le creux du coude du soc, ce qui permet de déplacer une plus grande quantité de terre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Photo 26 — Jardins de Homs. Afin de marquer profondément certains sillons, le jardinier demande parfois à un jeune garçon de se tenir accroupi sur le soc alors qu’il conduit l’araire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Photo 27 - Jardins de Hama. Vue d’un jardin du zur al-Šarqī en été. Parcelles arborées et ombragées. En culture, quelques pieds de maïs et de la corette.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Photo 28 - Jardins de Hama. Depuis une vingtaine d’années, on utilise des motoculteurs. Maniables et peu coûteux, ils constituent l’outil idéal pour ce type de jardins « encombrés ».
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Figure 39a — Succession des cultures par parcelle de juin (VI) 1992 à octobre (X) 1993 (jardin de 17 dunum, zūr al-Harāb, Homs)18.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Figure 39b — Détails des rotations de cultures dans la parcelle n° 7.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Photo 29 — Grande houe (magrafeh) et petite houe à double lame (fās).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Photo 30 — Jardins de Hama. Repiquage de plants d’aubergine. L’opération se fait en même temps que l’inondation de la parcelle. Les deux jardiniers repiquent en reculant.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Photo 31 — Jardins de Homs. Irrigation d’une parcelle. Le jardinier est en train d’ouvrir le petit barrage qu’il avait constitué pour détourner l’eau dans la planche inondée. Au fond, les immeubles des quartiers ouest de Homs. Les grands lampadaires sont ceux du stade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Photo 32 — Jardins de Homs. Irrigation d’une parcelle. Un jeune garçon vient d’ouvrir, sous la direction de son grand-père jardinier, un petit barrage de terre destiné à détourner l’eau dans la planche inondée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Photo 33 — Jardins de Hama. Vieil homme occupé à désherber une planche de menthe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Photo 34 — Levier (mumbāz) avec pointe en fer et manche en bois permettant d’extraire du sol certaines plantes, comme les gros radis.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende Photo 35 — Faucilles de diverses tailles. La petite est appelée ‘atfeh. Elle permet de couper les plantes tendres (herbes, persil, menthe). La grande faucille est appelée mangal et est utilisée pour moissonner les céréales. Le troisième outil est une serpette à deux lames (qataf ‘um rīša). Elle sert à tailler les racines, couper les branches, défeuiller certaines plantes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Photo 36 — Jardins de Homs en hiver. Un jardinier et une journalière nettoient des radis dans le bassin.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Photo 37 Jardins de Hama. Échelle en bois à trois pieds (sibayeh), de 2 mètres de haut. Le sommet est couronné par une petite plate-forme ronde sur laquelle est monté le jardinier pour cueillir des prunes vertes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Photo 38 — Jardins de Homs. Étables au printemps. Le bâtiment fermé est l’étable d’hiver, celle d’été n’étant couverte que par une tôle ondulée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Photo 39 — Jardins de Homs. Route de Ḫarāb (avant les travaux). De jeunes bédouins mènent un petit troupeau de moutons qui broutent l’herbe des fossés.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Photo 40 — Jardins de Homs. Ruche traditionnelle en terre cuite, fermée par de simples couvercles en fer.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Photo 41 — Jardins de Homs. Ruches.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Photo 42 — Jardins de Hama. Cultures étagées : mluhiyyeh, maïs et arbres fruitiers.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6301/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540