Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Deuxième partie. Le temps des jardiniers des années 1950 à nos jours

Chapitre III. Fin du système traditionnel d’irrigation dans les jardins

Texte intégral

1Les jardins de Homs et de Hama ont longtemps été irrigués grâce à deux systèmes très différents, l’un étant constitué par un grand canal alimentant un vaste réseau secondaire, l’autre par ces grandes roues hydrauliques que sont les norias. Nous avons vu que ces deux systèmes très anciens avaient en grande partie déterminé le mode de fonctionnement du groupe professionnel des jardiniers qui en dépendaient, rendant ainsi nécessaire une gestion centralisée de la distribution de l’eau à Homs et, au contraire, limitant le degré d’organisation au niveau des seules petites communautés hydrauliques réunies autour des norias à Hama.

2Les changements essentiellement techniques qui sont intervenus depuis les années 1940 dans le mode de distribution de l’eau ont toutefois quelque peu modifié cette situation contrastée. À Homs, c’est l’intégration du système d’irrigation des jardins à un système régional, dans lequel il s’est retrouvé très minoritaire, qui semble avoir constitué l’événement le plus significatif du point de vue de la structure professionnelle, alors qu’à Hama, c’est l’abandon forcé de la grande majorité des norias qui va peu à peu transformer les relations des jardiniers à l’intérieur des petites communautés hydrauliques qui constituaient jusqu’alors l’unité professionnelle de base.

1 – INTÉGRATION DU SYSTÈME TRADITIONNEL HOMSIOTE AU NOUVEAU SYSTÈME RÉGIONAL D’IRRIGATION

3À Homs, c’est en effet la modernisation du barrage antique et la construction d’un nouveau grand canal qui furent à l’origine des premiers changements survenus dans la distribution de l’eau au niveau de la zone des jardins.

LES GRANDS TRAVAUX D’IRRIGATION EFFECTUÉS À PARTIR DU LAC DE HOMS

  • 1 Je suis reconnaissant à Bernard Geyer de m’avoir fait remarquer que l’antique barrage n’avait pas é (...)
  • 2 Pour plus de détails sur le lac et le canal, voir Weulersse (1940 : 65-71).
  • 3 Moussly (1951 : 236) a fait une description assez précise de son trajet : « Le canal longe la rive (...)

4Nous avons vu dans la première partie qu’avant 1938-39, le lac de Qattiné s’étendait sur quelques 3 400 hectares. Il représentait alors une réserve de quelques 90 millions de m3. Un canal de terre alimentait en eau les jardins et les quartiers ouest de Homs. En 1938 fut achevée la modernisation du barrage1, entreprise à l’initiative du pouvoir mandataire selon un projet élaboré au début des années trente. Sa hauteur fut alors portée de 5 m à 7,40 m et sa longueur de 850 m à 1308 m. Le lac fut rempli en 1939-40. Le niveau des eaux passa de 497,50 m à 500 m au-dessus du niveau de la mer (Naaman, 1956 : 145) et la surface du lac atteignit 6 000 hectares avec un volume d’eau estimé2 à 200 millions de m3. Un nouveau canal en béton, de 71 km de long à la fin des travaux, permit d’irriguer, dès 1951, plus de 20 000 hectares de terres situées entre Homs et Hama, essentiellement plantées en betteraves à sucre, en coton et en céréales3. Sa période de mise en eau est désormais limitée à sept mois, d’avril à octobre. Le débit du nouveau canal a été réglé à 6,4 m3/s mais celui-ci peut véhiculer jusqu’à 11 m3/s.

  • 4 Pour plus de précisions, voir Métral (1990 : 402-403). Il existait toutefois dans cette région des (...)
  • 5 Chiffres des droits d’eau fournis par la Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte, à Homs (m (...)

5Dans ce nouveau système régional (fig. 35), une partie des terres villageoises situées entre le lac de Qattiné et Homs et qui n’avaient jamais pu bénéficier de l’eau de l’ancien canal, appartiennent désormais au nouveau domaine irrigué4. Ces terres ont droit à 0,20 litre/s/ha, comme d’ailleurs toutes les terres agricoles qui, entre Homs et Hama5, dépendent du nouveau canal. Ainsi, alors qu’autrefois on n’y cultivait que du blé et de l’avoine, on y pratique désormais un grand nombre de cultures maraîchères (carottes, navets, betteraves, aubergines, piments, fèves, tomates, haricots...), en concurrence directe avec les jardins citadins.

6La section du canal réservée aux jardins commence au nord du village de Baba Amr. Passant sous la route de Tripoli, il surplombe sur sa gauche la vallée de l’Oronte tout en longeant sur sa droite la lisière occidentale de la ville, cet ensemble de quartiers résidentiels qui s’est développé dans les années 1960 et 1970. Il passe ensuite en contrebas du stade municipal, remonte vers le nord puis oblique à l’est pour disparaître dans le premier siphon. Il passe alors sous les jardins du zūr al-‘Abbār et refait surface dans le nouveau quartier al-Qarabīs, pour ensuite poursuivre sa route à ciel ouvert vers Rastan et Hama.

7Les jardins de la rive droite du fleuve disposent actuellement de treize prises (alqūm) aménagées à partir de ce nouveau grand canal (fig. 36), prises auxquelles succèdent bien sûr des canaux secondaires, parfois en béton, puis, au niveau des groupes de jardins, les traditionnels canaux tertiaires en terre.

Figure 35 — Nouveau système régional d’irrigation en 1940.

Figure 36 — Le grand canal de Homs et les prises desservant les jardins dans les années 1990. (En gras, les prises encore en activité).

  • 6 Il s’agit donc des prises déjà présentes dans l’ancien système et portant chacune un nom (cf. 1re p (...)

8Parmi les prises situées sur la rive droite du canal, signalons que seules celles portant les numéros 27 et 39 desservent encore des jardins. Les autres ont été obstruées depuis une quinzaine d’années, les jardins qu’elles alimentaient ayant été lotis. La prise n° 20 alimente sur la rive gauche un canal de 2 200 mètres de long, qui n’est autre qu’un tronçon aménagé de l’ancien grand canal en terre et qui possède lui-même quatorze prises secondaires6. La prise n° 40 (1 800 m) est la plus récente (1974) et dessert les zūr al-Na‘ūra et al-‘Abbār, secteurs qui n’étaient pas autrefois alimentés par le canal de terre. Quant aux jardins de la rive gauche de l’Oronte, ils sont, comme par le passé, irrigués grâce aux trois canaux en prise directe sur l’Oronte. Aucun changement n’étant intervenu dans ce système de distribution depuis les années 1940, il est donc inutile de revenir là-dessus.

L’ORGANISATION ACTUELLE DE L’IRRIGATION SUR LA RIVE DROITE

9On se souvient que l’ancien système fonctionnait à partir d’un partage des compétences et des responsabilités entre le chef des jardiniers, à qui revenait la surveillance et l’entretien du grand canal, et les groupes d’irrigants encadrés par les grands lignages de jardiniers qui se chargeaient de gérer le réseau secondaire. Nous allons voir que, dans le nouveau système, cette délimitation des domaines d’intervention est respectée et cela malgré les changements intervenus dans le contrôle du grand canal et dans celui du réseau secondaire.

SURVEILLANCE ET GESTION ADMINISTRATIVE DU GRAND CANAL

10La mise en place de l’actuel système est achevée à la fin des années 1930. Le nouveau canal a été mis en eau en juin 1938, non d’ailleurs sans difficultés et résistances de la part des jardiniers et des propriétaires de jardins, comme a pu le constater Weulersse (1940 : 68) : « Au moment de la mise en eau du canal principal remplaçant l’ancienne canalisation indigène, les jardins de Homs se virent par force privés d’eau pendant deux ou trois jours ; cela suffit pour provoquer un début d’émeute de la part des jardiniers et des propriétaires, qui se prétendaient ruinés pour la vie. » Cet épisode est révélateur de la forte cohésion de l’ancien système, alors encore soudé autour d’intérêts communs vitaux – la garantie d’un accès à l’eau du grand canal – et très attaché à ses droits acquis (uqūq muktasabeh). Face à une possible contestation de ceux-ci, c’est donc l’ensemble des acteurs concernés qui réagit violemment.

  • 7 De miftā, « clef ».

11On peut également mesurer par cet incident la réticence de la société citadine face à une remise en cause de son contrôle pluriséculaire sur le grand canal. Dès son ouverture, le grand canal échappa en effet totalement au contrôle du chef des jardiniers. Bétonné, élargi, calibré et considérablement allongé, ce n’était plus le petit canal en terre de quelques 15 kilomètres de long qui avait longtemps été exclusivement réservé à la ville et à ses jardins, mais un grand canal desservant une part importante des terres irriguées de Syrie centrale. De son bon fonctionnement dépendaient désormais des milliers d’hectares de terres agricoles dont les jardins ne représentaient qu’une portion très réduite. La gestion de cet ensemble – grand canal et canaux secondaires bétonnés (issus des prises n° 20 et n° 40) – a donc été confiée à une administration, la Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Mudīriya ray aw al-‘Aī), ses fonctionnaires « gardes-canaux » venant remplacer les gardiens des eaux (šawāya). Ils sont désormais chargés d’ouvrir et de fermer les prises dont ils conservent les clefs — c’est pour cette raison que les jardiniers les appellent muftağīn7 — selon un strict cahier des charges, mais aussi de signaler les réparations à effectuer et de veiller à ce qu’aucun pompage clandestin n’ait lieu sur le parcours du canal. L’entretien et les réparations du canal sont à la charge de la Direction mais les jardiniers paient une taxe annuelle sur l’eau (117 LS / dunum en 1990). Les « gardes-canaux », occupant de petites maisons (bayt al-mayy) réparties sur le parcours du canal, sont actuellement au nombre de trois à opérer dans la section du grand canal desservant les jardins : le premier est responsable du secteur s’étendant des limites nord de Baba Amr à la route de Tripoli, le second de la route de Tripoli à la grille située, dans le canal, à quelques mètres en aval du bâtiment de la Direction de l’irrigation, le troisième, de cette grille à la route de Hama.

NOUVEAUX DÉBITS ET SITUATION DES « DROITS ACQUIS » TRADITIONNELS

12Utilisateurs désormais très minoritaires d’un vaste système d’irrigation sur lequel ils n’ont plus aucun contrôle direct, les jardiniers et leurs propriétaires ont cependant obtenu qu’une grande partie de leurs droits anciens sur l’eau soit respectée par les ingénieurs du Mandat puis, à leur suite, par les fonctionnaires de la Syrie indépendante.

13Bien que l’ensemble des prises dépendant du grand canal comme des canaux secondaires bétonnés aient toutes été uniformément calibrées et cimentées, le débit de celles desservant la zone des jardins a été réglé de manière à fournir 11/s/ha en moyenne. La quantité d’eau ainsi allouée aux jardins restait donc très proche de celle de l’ancien système de distribution – variant de 0,60 1/s/ha à 21/s/ha selon les prises traditionnelles et demeurait de toute façon bien supérieure à celle octroyée aux terres agricoles irriguées en amont comme en aval de Homs (0,20 1/s/ha). Ainsi, malgré un rapport production/surface nettement minoritaire par rapport aux grandes exploitations extérieures, les jardins ont pu sauvegarder l’essentiel de leurs anciennes prérogatives.

Photo 16 – Jardins de Homs. Prises en ciment alimentant des canaux secondaires.

14Ce statu quo demeure cependant fragile puisqu’il reste à la merci de réajustements toujours possibles, en particulier en période de sécheresse et donc d’affaiblissement du débit du grand canal. Ainsi, celle qui eut lieu à la fin des années 1980 ne fut pas sans conséquences sur les droits acquis des jardins. Elle mérite pour cela d’être rapidement évoquée.

15Les années 1988 à 1990 furent en effet marquées par une importante sécheresse qui provoqua une baisse considérable du niveau du lac de Qattiné. À la demande expresse des agriculteurs travaillant sur les terres situées en aval de Homs, les prises alimentant les jardins ne furent plus ouvertes qu’une heure ou deux par jour de mai à septembre 1990 de manière à réserver la quasi-totalité du débit affaibli du grand canal aux seules terres agricoles situées entre Homs et Hama. Les petites cultures maraîchères d’été étaient donc sacrifiées au profit des grandes cultures planifiées (betteraves, coton, blé...) prioritaires. Une délégation de jardiniers, composée d’anciens et d’actuels membres de la coopérative, se rendit à plusieurs reprises auprès du préfet mais ne réussit pas à infléchir la décision de fermeture partielle des prises. Le problème fut localement résolu dans l’urgence par l’emploi systématique des eaux usagées rejetées par la ville, malgré l’interdiction qui frappe leur utilisation et surtout par des forages de puits dans les jardins et l’achat de motopompes. La situation pluviométrique s’étant améliorée l’année suivante, les prises furent rouvertes en mars 1991, mais la Direction de l’irrigation décida que leur débit serait globalement réduit de 0,22 1/s/ha par rapport au débit initial. Le débit moyen des prises du grand canal donnant sur les jardins est donc désormais de 0, 78 1/s/ha, comme en fait état le tableau suivant.

Tableau 23 – Jardins de Homs : surfaces, temps et débits par prises du grand canal depuis 1991.
Source : Direction de l’irrigation de Homs, « Jardins de Homs. Cahier du relevé des tours d’eau »,1993

16Cet incident est révélateur de la précarité de la situation de ces fameux droits acquis sur l’eau qui, pour les fonctionnaires du service de l’irrigation, apparaissent comme des survivances d’un passé révolu, autrement dit comme des droits purement résiduels dont plus grand-chose ne semble désormais justifier le maintien en l’état. Il y a encore quarante ans, ces droits étaient protégés et garantis par une puissante bourgeoisie urbaine jalouse de ses prérogatives sur les jardins et sur le grand canal. Le système d’irrigation traditionnel était alors intimement lié à une organisation communautaire particulière, mais aussi à un certain ordre urbain qui pouvait imposer aux campagnes l’usage exclusivement citadin de cette importante structure d’irrigation (lac de retenue, barrage, canal). Le pouvoir et l’influence de cette bourgeoisie ayant périclité dans les années 1960 et l’importance économique des jardins ayant considérablement faibli, les jardiniers et leurs droits sur l’eau ne pèsent désormais plus du même poids qu’autrefois lorsqu’ils se heurtent à des intérêts plus puissants, comme ceux des paysans.

LA GESTION DES CANAUX SECONDAIRES ET TERTIAIRES

17Si l’administration d’État a remplacé le chef des jardiniers et ses aides sur le canal principal, le réseau des canaux secondaires en terre et des canaux tertiaires est en revanche demeuré sous la seule responsabilité des jardiniers, le partage des compétences entre les deux niveaux de distribution étant ainsi globalement respecté : gestion administrative et gestion communautaire cohabitent désormais. Toutefois, même au niveau secondaire, un certain nombre d’évolutions est intervenu depuis une trentaine d’années, modifiant sensiblement la façon dont les jardiniers gèrent et utilisent en commun leur système de distribution.

VERS UNE AUTOGESTION DES GROUPES D’IRRIGANTS ?

18L’implication des grands lignages de jardiniers dans la gestion du réseau secondaire d’irrigation s’est trouvée réduite de façon significative tout au long des quatre dernières décennies. Rappelons que la propriété de parcelles faisait d’eux des pôles de stabilité alors que la grande majorité des jardiniers vivait encore sous la menace des expulsions arbitraires. S’identifiant donc fortement à un secteur, ces grands lignages étaient les premiers concernés par l’entretien et le bon fonctionnement du système d’irrigation local. Leur présence au conseil des jardiniers et les relations que certains entretenaient avec les grands propriétaires de jardins facilitaient leur contrôle sur la gestion des canaux secondaires (organisation des nettoyages, contrôle des tours d’eau, nomination des šawāya...). L’ouverture du nouveau grand canal à la fin des années 1930 et la mise en place d’une administration centrale chargée de sa surveillance ne changèrent cependant pas grand-chose à cette situation, puisque cette nouvelle organisation respectait les prérogatives traditionnelles de ces lignages sur la gestion du réseau secondaire.

19Nous avons vu que leur situation ne commença à changer réellement que lorsque disparurent en 1956 la fonction en même temps que la personne du chef des jardiniers et avec elles son conseil. C’est toute la structure traditionnelle d’autorité qui ainsi s’effaçait brusquement. Les grands lignages perdirent alors une partie de cette capacité d’action locale que leur avaient longtemps garantie leur présence aux côtés du chef des jardiniers, ainsi que leur rôle de représentants des jardiniers et d’intermédiaires privilégiés avec la société citadine. S’ils semblent avoir pendant quelque temps obtenu une position un peu similaire au sein du premier conseil d’administration de la coopérative (1956-1958), leur brusque mise à l’écart de ce conseil deux ans après sa création mit fin à cette situation. Le déclin économique et politique des notables intervenu dans les années 1960 contribua à affaiblir encore davantage la position des grands lignages de jardiniers.

20Leur autorité fut également contestée au sein même de leurs secteurs par la jeune coopérative. On a vu en effet que, jusque dans les années 1970, celle-ci a pu intervenir dans les différents conflits opposant des jardiniers, mais aussi entre jardiniers et propriétaires, se posant alors comme intermédiaire et comme représentante privilégiée des jardiniers vis-à-vis de la société citadine. Organisant jusqu’au nettoyage de certains canaux secondaires, la coopérative intervenait régulièrement dans les conflits relevant des questions d’irrigation, de distribution de l’eau, contribuant ainsi à saper davantage l’influence traditionnelle des grands lignages et à réduire d’autant leur marge de manœuvre dans les secteurs où ils bénéficiaient autrefois d’une relative autonomie. Ainsi encadrés et surveillés, voire concurrencés par un organisme encore dynamique et omniprésent, mais aussi privés du soutien tacite et parfois actif des notables traditionnels, les grands lignages de jardiniers perdirent beaucoup de cette autorité qui leur permettait autrefois de s’imposer dans le règlement des questions d’eau, de contrôler le bon fonctionnement des canaux et de recourir à des actions arbitraires et parfois violentes pour imposer leur volonté, notamment dans la question des tours d’eau durant les périodes de sécheresse. De plus, les lois sur le métayage et la location foncière, en permettant que se stabilisent les communautés d’irrigants, poussèrent celles-ci à davantage s’impliquer dans la gestion même des canaux d’irrigation dont dépendaient leurs exploitations.

21Au niveau du réseau secondaire, on semble avoir assisté à une diversification de sa gestion, avec une multiplication des pôles de responsabilité.

22Ainsi, dans certains secteurs, les grands lignages traditionnels, bien qu’affaiblis et morcelés, sont restés en place et ont continué jusqu’à nos jours à organiser la distribution de l’eau, le nettoyage des canaux et même à recruter des šawāya lorsque cela était nécessaire (les derniers ont été recrutés durant l’été 1989). Toutefois, cette fonction de responsable des canaux ne s’appuie plus, comme autrefois, sur une structure d’autorité, mais sur la seule capacité que peuvent encore avoir ces grands lignages à mobiliser leur entourage et leur réseau local, à jouer de leur réputation, de leur renommée et du respect qu’ils peuvent encore susciter parmi les jardiniers de leur secteur.

23Dans d’autres secteurs, ce sont de simples irrigants qui s’organisent pour que le canal secondaire qui dessert leurs jardins soit géré en fonction d’un intérêt commun plus ou moins bien compris. Cette gestion peut alors être assurée à tour de rôle par des volontaires issus du groupe d’irrigants ou par une personnalité ayant émergé du groupe et prenant donc seule en charge les questions de nettoyage et de distribution de l’eau.

EXEMPLE DU CANAL DE LA PRISE BAZĪR BĀŠĀ

24Je voudrais présenter l’exemple d’un canal tertiaire ayant longtemps été géré par un grand lignage de jardiniers avant que l’un des membres de la communauté des irrigants n’en devienne le responsable.

25La prise Bāzir Bāšā est la septième dans la succession des prises situées sur le canal secondaire qui est lui-même desservi par la prise n° 20 (voir fig. 36). Cette septième prise se trouve au nord de la route de Tripoli, à quelques mètres d’une station-service, au lieu-dit du « troisième pont » (al-Ğisr al-ālī). Son canal parcourt quelques 1 700 mètres à travers les zūr al-Bāšā et al-Ḥarāb. Il irrigue ainsi une soixantaine d’hectares représentant actuellement une cinquantaine d’exploitations. Chaque 0,4 hectare (4 dunum) a droit actuellement à une heure d’eau par semaine.

26Ce secteur irrigué et son canal étaient autrefois contrôlés par l’un des grands lignages de jardiniers évoqués dans la première partie, les ‘Abd al-Bāqī. Suscitant crainte et respect, ils ont longtemps eu en charge la gestion du canal de Bāzir Bāšā, ce qui leur a valu d’être accusés d’imposer aux irrigants une taxe supérieure aux coûts réels de cette gestion : « Ils prenaient 300 L aux jardiniers et ne payaient que 100 L les travaux ! » On se rappelle que le déclin de ce lignage s’est amorcé avec la brusque disparition, à la fin des années 1930, du patriarche et de deux de ses fils. Ces événements aboutirent finalement à la banalisation de ce lignage et à la normalisation de ses rapports avec les autres jardiniers du secteur. Il semble que durant une vingtaine d’années, le canal fut géré collectivement par ses propres utilisateurs... je n’en sais guère plus sur cette période.

27En 1958, un jardinier alors récemment élu au conseil d’administration de la coopérative et locataire d’une trentaine de dunum dans le zūr al-Ḫarāb, prit en charge la gestion du canal. Il devait assumer bénévolement cette responsabilité jusqu’en 1990. L’intérêt qu’il porta à cette tâche et la volonté qu’il manifesta à la mener à bien tout au long de ces années étaient motivés par le fait qu’il était l’un des derniers jardiniers sur le parcours du canal et que tout dysfonctionnement en amont (retard dans le nettoyage annuel, non-respect des tours d’eau, barrages accidentels, éboulement des rives...) se répercutait, en s’amplifiant, sur son propre accès à l’eau, en bout de chaîne.

« Je suis devenu responsable parce que je suis le dernier dans la succession des bénéficiaires du canal : j’ai tout intérêt à ce que le canal soit propre pour que l’eau arrive jusqu’à moi. Pour ceux qui sont au début, l’eau arrive toujours facilement. Mais pour moi... » (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs, 25 mai 1992).

  • 8 500 LS à la fin des années 1950, actuellement 10 à 12 000 LS (1 franc = 8 LS en mai 1992).

28Durant toutes ces années, il s’est donc chargé du recrutement des ouvriers, généralement choisis parmi les journaliers. L’équipe de nettoyage était composée d’une trentaine d’hommes, avec les garçons que lui envoyaient encore certains chefs d’exploitations. Il dirigeait les travaux lui-même et en avançait le paiement8. En plaçant un travailleur à peu près tous les soixante mètres, l’opération demandait deux à trois jours de travail par an, peu avant que ne soit mis en eaux le grand canal. Le jardinier responsable passait ensuite plusieurs semaines à faire la tournée des irrigants pour se faire rembourser l’avance faite, chacun payant au prorata de la surface à irriguer.

29Son action ne se limitait pas au seul curage annuel du canal. Détenteur du cahier des tours d’eau, il jouait un rôle d’arbitre lorsque éclataient des disputes sur l’eau : les jardiniers venaient le voir, lui demandait conseil, son jardin devenant ainsi un lieu de réunions, de discussions et parfois de conciliations.

« Ils se disputaient entre eux pour l’eau et ils venaient ici pour me demander de les réconcilier. Par exemple, quelqu’un a pris son tour mais il n’a pas fini d’irriguer sa terre et il a continué de prendre de l’eau, dépassant son temps. Les autres protestent. Les retards s’accumulent dans la succession des parts. Moi. je suis à la fin, après moi jusqu’à l’Oronte, il n’y a qu’un ou deux jardins, mais un seul prend l’eau du même canal que moi, l’autre du canal d’eau noire. Si les tricheries se multiplient de la route de Tripoli à chez moi, je me retrouve sans eau. » (A.S. zūr al-Ḫarāb, Homs, 17 juin 1992).

30Cette forte implication au niveau d’un simple canal secondaire fut renforcée par son rôle dans la coopérative des jardiniers dont il est devenu depuis le sous-directeur (1985). Mais s’il put ainsi affirmer son influence sur le contrôle de l’eau pendant plusieurs décennies, celle-ci ne fut pas de même nature que celle qu’avaient exercée avant lui les ‘Abd al-Bāqī. Elle était plutôt basée sur la recherche d’un consensus permanent, sur un certain charisme personnel et sur une bonne connaissance de chacun des jardins desservis par le canal.

31Pourtant, la gestion du canal fut affectée par certaines transformations. Dans les années 1970, son entretien ne fut plus assuré que par les seuls ouvriers. Les fils de jardiniers refusaient en effet d’y participer, beaucoup ayant de toute façon quitté les jardins pour pratiquer des activités plus franchement citadines. Le recours systématique à une main-d’œuvre salariée transforma le rapport traditionnel qui liait le jardinier à son canal : ces réunions de la jeunesse du zūr durant lesquelles on travaillait, déjeunait, plaisantait ensemble, disparurent donc. Les ouvriers allaient désormais être les seuls à travailler sur le canal, ce qui signifiait aussi un engagement financier supplémentaire.

32Obtenir le remboursement des sommes avancées pour les réparations du canal est alors devenu de plus en plus problématique, les jardiniers rechignant à payer, accusant parfois le responsable de détourner une partie de l’argent reçu, portant ainsi sur lui les accusations qui avait été autrefois portées sur les ‘Abd al-Bāqī...

« Nous avons un problème : ramasser l’argent afin de réparer le canal. Nous sommes nombreux sur le canal. Moi, j’ai passé quarante ans à m’occuper de la réparation du canal. Je le faisais nettoyer et je payais les frais. Pour moi, il est devenu difficile de récupérer l’argent que j’avançais chaque année. J’ai fini par détester les contacts avec les gens pour ça : me faire rembourser (...). Ceux qui s’en occupent maintenant n’en peuvent déjà plus au bout d’un an et demi. » (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs. 25 mai 1992).

33En 1990, en pleine sécheresse, il démissionna de sa charge de responsable de canal. Depuis, celui-ci a été pris en charge par l’ensemble du groupe d’irrigants, le responsable étant désigné chaque année à tour de rôle, « en suivant l’eau ».

34Toutefois, les problèmes posés par la sécheresse de 1988-1990 et les mutations techniques qui s’en suivirent modifièrent fondamentalement le rapport des jardiniers à la distribution de l’eau et cela dans l’ensemble de la zone des jardins.

UNE IRRIGATION À LA CARTE

  • 9 Les jardins situés en bordure de l’Oronte puisent, grâce aux motopompes, directement dans le fleuve (...)

35Apparues dans les jardins de Homs au début des années 1960, davantage présentes à partir de 1987, les motopompes puisant directement dans la nappe phréatique ne se sont vraiment généralisées dans l’ensemble de la zone agricole qu’en 1989-1990, sous les effets conjugués de la sécheresse et de la réduction autoritaire du débit d’eau à partir du grand canal9. En 1991, la majorité des exploitations dépendant directement du grand canal disposait d’un puits équipé d’une motopompe. Cet investissement assez lourd a été en partie financé par les femmes, qui sacrifièrent à cette occasion leur réserve personnelle d’or, mais aussi par les membres des familles et des lignages de jardiniers qui avaient investi d’autres secteurs d’activité en ville ou qui travaillaient à l’étranger (pays du Golfe, Arabie Saoudite) et qui disposaient à ce moment-là d’une plus grande disponibilité financière que les jardiniers eux-mêmes, alors appauvris par la sécheresse. Le prix moyen d’une installation complète en 1990 était le suivant :

1 forage

40 000 L

1 motopompe à mazout

40 000 L

1 bassin en ciment

60 000 L

Tableau 24 — Prix moyen de l’installation d’une motopompe.
Source : enquête personnelle, mal 1990.

36Le cahier d’enregistrement des demandes de forage de puits, que l’on peut consulter à la Direction de l’irrigation de Homs, donne les chiffres suivants, tous secteurs confondus :

1965 : 1

1985 : 2

1968 : 1

1986 : 8

1969 : 2

1987 : 9

1970 : 1

1988 : 5

1971 : 1

1989 : 6

1974 : 5

1990 : 18

1980 : 1

1991 : 7

1984 : 2

Total

72 puits

Tableau 25 — Demandes de forage de puits dans les jardins de Homs.
Source : Direction de l’Irrigation de Homs. 1992.

37Il ne peut, bien entendu, s’agir ici de l’ensemble des puits creusés dans les jardins de Homs pendant toute cette période. La plupart des forages ne sont en effet pas signalés, malgré la triple obligation faite aux jardiniers de déclarer tout forage à l’administration, d’obtenir l’accord préalable des voisins immédiats et de faire en sorte que les puits ne soient pas creusés à moins de cent mètres les uns des autres. Ces chiffres, largement sous-estimés donc, donnent néanmoins une indication sur la période la plus importante pour les forages : 1986-91, avec une pointe en 1990, en pleine sécheresse.

38La mise en place massive de ces motopompes transforma radicalement l’attitude des jardiniers vis-à-vis de l’irrigation et leurs rapports avec leur voisinage.

« L’eau vient du grand canal et la prise est proche de ağğ Rifā‘ī. La prise est actuellement contrôlée par le chef de la coopérative. Le canal irrigue tout le zūr al-‘Atīq. L’eau passe derrière nous pour atteindre Adīb. Par exemple, hier Adīb voulait l’eau. Nous la lui avons laissée, même si c’était notre tour. Il n’y a plus de problème sur l’eau maintenant, les jardiniers arrivent à s’entendre. À l’époque, les querelles étaient nombreuses. Par exemple, mon oncle a frappé à la tête un homme de bayt Kurdī et est allé en prison pour cela, pour une question d’eau et de tour. Maintenant, si nous avons un besoin urgent d’eau, on utilise le puits, sinon on attend l’eau du canal. » (Md, zūr al-Na‘ūra, Homs, 31 août 1992).

39Elle provoqua un abandon partiel des canaux secondaires dans certains secteurs. Il s’agit des secteurs les plus éloignés du grand canal, comme par exemple les zūr al-Bāšā et al-Ḫarāb, dont les canaux secondaires ou tertiaires sont les plus longs et donc les plus difficiles et les plus coûteux à entretenir. Ceux-ci ne sont plus curés tous les ans ou sur la totalité du parcours, mais une année sur deux et par tronçons, souvent à l’initiative personnelle d’un jardinier, celui-ci se contentant de débroussailler sur la longueur de son exploitation sans s’occuper de l’amont et de l’aval. Mais les jardiniers se trouvant en bout de canal préfèrent avoir recours à leur puits et négligent donc le canal qui se trouve rapidement envahi d’herbes et de broussailles et qui peut s’effondrer à certains endroits.

40Les conflits parfois violents qui agitaient, il y a encore quelques années, la vie des jardins sont maintenant globalement neutralisés, chaque jardinier étant pour l’heure assuré d’avoir de l’eau grâce à son puits. L’irrigation devient désormais une affaire personnelle dans laquelle le voisinage n’intervient plus autant qu’autrefois. Comme le souligne Bianquis (1989 : 27), à propos des puits creusés dans la ghouta de Damas, « le paysan devint maître de l’eau, du débit comme de la durée et de l’heure d’arrosage ». Les jardiniers n’ont plus entre eux ce lien d’obligation qui les solidarisait pour le meilleur et pour le pire et dont l’un des moments les plus forts était bien le curage annuel du canal et la réunion du printemps dans l’un des jardins du grand lignage. Chacun a désormais de plus en plus tendance à s’isoler dans son jardin, bénéficiant de l’usage exclusif de son puits. L’accès à l’eau est donc dédramatisé, comme le sont les rapports entre co-utilisateurs d’un canal plus ou moins négligé. On ne se bat plus, on ne dort plus dans les jardins les nuits d’irrigation, d’ailleurs on n’irrigue plus la nuit puisqu’on peut le faire à n’importe quelle heure de la journée. L’individualisation de l’irrigation a entraîné une pacification des rapports entre irrigants, mais aussi la fin de cette obligation de s’entendre, de ces réunions qui avaient lieu chaque année dans un jardin pour décider du ‘addān et des arrangements possibles entre jardiniers. Et bien sûr, il n’y a plus de šawāya.

41L’eau du canal, qualifiée désormais de locale (balādī), reste néanmoins meilleur marché que celle du puits. En 1992, il fallait compter 10 à 20 000 LS de mazout et d’huile par an pour un jardin de 16 dunum, alors que l’eau du canal est pour ainsi dire gratuite. De plus, on reproche à l’eau de puits d’être légèrement salée. Le jardinier a donc tendance à utiliser l’eau du canal lorsqu’il y en a, irrigant avec la motopompe le reste du temps.

« Maintenant, il n’y a plus de coopération. Chacun ouvre l’eau quand il veut. Chacun avait, selon sa terre, des heures. Chaque 4 dunum avait droit à une heure. Moi, par exemple, j’ai 16 dunum et donc 4 heures d’eau. On faisait comme cela. Mais actuellement nous n’avons plus de tour d’eau. Les gens vont maintenant à la prise, s’ils voient l’eau, ils la prennent, sinon ils mettent en marche la motopompe (...). Il n’y a plus de conflits. Chacun prend un jour et l’autre attend. Ce sont les motopompes qui ont tout résolu... » (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs, 25 mai 1992).

42Se mettent ainsi en place deux systèmes complémentaires d’irrigation – sorte d’irrigation à la carte – qui permettent toutes les combinaisons possibles d’horaires et d’utilisations. Le jardinier devient plus autonome, maîtrisant ainsi mieux la croissance de ses produits et leur rentabilité.

43Rappelons que le mode traditionnel de distribution de l’eau dans les jardins de Homs, basé sur une répartition généralement semestrielle, était un système se développant sur des terroirs auxquels étaient attribués des droits particuliers sur l’eau. Chaque secteur était le domaine au sein duquel s’exprimait l’autorité d’un et parfois de deux grands lignages de jardiniers proches du chef des jardiniers et des notables. Ces grands lignages jouaient de leur prestige et de leur force afin de contrôler le plus étroitement possible la distribution de l’eau. Des réunions importantes se tenaient sous leur patronage et le gardien des eaux leur était généralement acquis.

44Mais si cette autorité pouvait s’exprimer dans certains secteurs de manière virulente, parfois violente, la gestion quotidienne des canaux secondaires restait cependant communautaire, ce qui permettait une certaine souplesse dans l’application des tours d’eau et des arrangements entre irrigants.

45De profonds changements bouleversèrent cependant une partie de cet édifice : la mise en place, en 1938-39, d’un système régional d’irrigation, géré par une administration, confisqua au chef des jardiniers la gestion traditionnelle du grand canal, uniformisa le débit des prises principales et introduisit, malgré le respect relatif des droits acquis, une concurrence entre les jardiniers et les paysans, nouveaux bénéficiaires du grand canal. Les jardiniers passèrent ainsi d’un mode de gestion communautaire de l’irrigation à un mode administratif et planifié forcément plus contraignant.

46Le développement des motopompes et des puits, à la suite d’une longue sécheresse, apparaît avant tout comme une réponse technique aux problèmes du manque d’eau et de la concurrence des paysans. Leur généralisation massive a cependant provoqué une transformation radicale des rapports entre irrigants et une individualisation de l’accès à l’eau.

47Ainsi, au-delà de son aspect strictement technique, la multiplication des motopompes et des puits peut également être interprétée comme une façon pour les jardiniers d’accéder à une gestion moins étatisée et plus individuelle du temps d’irrigation. On est en effet passé, en quelques décennies, d’une gestion communautaire du temps d’irrigation, obéissant aux contraintes de droits d’eau anciens, à une gestion administrative plus stricte qui serait celle de l’État, pour enfin partiellement aboutir à une gestion individuelle, celle que semble désormais permettre une irrigation à la carte.

  • 10 Kerbe (1987 : 480) signale, avec plus de sept mille forages privés en 1987, une surexploitation des (...)

48Reste qu’à l’avenir l’aspect strictement technique de la question ne pourra être ignoré : l’utilisation intensive de la nappe phréatique n’ira pas sans provoquer une baisse de celle-ci10et sans reposer, à plus ou moins long terme, la question d’une gestion collective de l’eau du grand canal.

2 – HAMA, L’INDIVIDUEL PREND LE PAS SUR LE COMMUNAUTAIRE

49Entrepris massivement dans l’urgence au tout début des années 1960, le mouvement de motorisation de l’irrigation dans les jardins de Hama est plus ancien que celui des jardins de Homs. Rapidement systématisée, la motopompe est aujourd’hui pratiquement la seule technique d’élévation de l’eau dans ces jardins, reléguant la plupart des norias dans le rôle d’objets patrimoniaux et d’attractions touristiques.

LES MOTOPOMPES COLLECTIVES

50Ce furent les grands propriétaires de jardins et de norias – les ‘Aẓem, les Kīlānī, les Barūdī – qui, dès les années 1930, introduisirent dans les jardins de Hama les premières grosses motopompes à mazout. Leur introduction massive se produisit cependant au début des années 1960. Le barrage de Rastan, dont la construction s’est achevée en 1961, provoque en effet, pendant six à sept mois de l’année, une forte baisse de l’étiage du fleuve (plus d’un mètre), rendant les norias inopérantes durant cette période. Cette situation laissait les jardiniers dans l’incapacité de faire face à un hiver se révélant insuffisamment pluvieux : il était donc important de maintenir la possibilité d’une irrigation continue dans la zone des jardins.

Photo 17 – Jardins de Hama. Motopompes collectives.

  • 11 Pour les norias se posait aussi le problème de leur rapide détérioration lorsque le bois ne se trou (...)
  • 12 La municipalité a proposé de s’occuper des réparations de ces deux norias, mais les jardiniers béné (...)
  • 13 Ainsi la construction récente d’un grand collecteur d’égouts a provoqué l’interruption d’une partie (...)

51Dans les premiers temps, les motopompes sont simplement venues doubler les norias, celles-ci continuant à être utilisées au printemps et pendant les mois d’été. Les motopompes prenaient donc le relais en automne et en hiver, lorsque l’Oronte était à son plus bas niveau. Mais le double entretien que supposait l’utilisation successive de ces deux systèmes entraîna l’abandon rapide de la plupart des norias11 au profit des seules motopompes. Celles-ci pouvaient être utilisées toute l’année et avaient un débit plus puissant que celui des norias. Ainsi, de nos jours, seules quelques norias du centre-ville continuent à fonctionner pour alimenter des jardins. Il s’agit des norias al-Qāq et al-Daḥšé (zūr Bāb al-Nahr) dont l’entretien est financé par les jardiniers12 et des norias Ǧa‘bariyyeh et Saḥyuniyyeh, alimentant les jardins situés en contrebas du palais ‘Aẓem et dont l’entretien est à la charge de la municipalité. Les jardiniers qui exploitent ces jardins disposent cependant de leurs propres motopompes en cas d’arrêt forcé de la noria13 et pour les mois de baisse du niveau du fleuve, lorsque les légumes d’hiver ont besoin d’eau ou doivent être nettoyés.

52La motopompe s’est donc très majoritairement substituée à l’ancien système, utilisant les infrastructures déjà existantes (aqueducs, canaux...) et desservant les mêmes groupes d’irrigants et les mêmes exploitations. Il ne semble pas en revanche que de nouveaux sites de pompages collectifs aient été créés. Cela aurait en effet entraîné la construction de nouveaux réseaux d’irrigation à travers les jardins, ce à quoi s’opposaient les propriétaires de jardins et s’opposent encore de nos jours les jardiniers.

53Le système d’irrigation est donc resté communautaire tout au long des années 1960, les irrigants étant, comme par le passé, collectivement responsables des infrastructures directement assujetties à la motopompe (aqueduc et canal principal) et individuellement comptables de l’entretien des secteurs de canaux secondaires et tertiaires proches de leurs exploitations. Le nettoyage de l’ensemble du réseau, qui intervenait autrefois au moment de la réparation annuelle de la noria, est effectué à peu près à la même époque, après les dernières pluies de printemps.

54Les menuisiers de noria laissèrent la place à des mécaniciens dont le travail est bien sûr radicalement différent. Il ne nécessite pas, contrairement à celui des menuisiers, la mobilisation d’une importante main-d’œuvre (le mécanicien et son aide suffisent) et demande peu de temps. Il n’a pas cet aspect rituel qu’avait la réparation printanière des norias au cours de laquelle le groupe d’irrigants tout entier passait plusieurs jours en contact avec la corporation des menuisiers de norias. Le mécanicien travaille vite et est susceptible d’intervenir à n’importe quel moment de l’année.

55Jusqu’au milieu des années 1980, le groupe d’irrigants d’une motopompe collective avançait l’argent permettant de payer tout à la fois ce mécanicien et le mazout et l’huile utilisés quotidiennement. Il présentait ensuite la facture annuelle au(x) propriétaire(s) de la motopompe, généralement au moment de la fête de la Croix (‘aīd a-ālīb), en septembre. Le remboursement des jardiniers se faisait alors indirectement : le montant de la facture était déduit des loyers des jardins perçus par le(s) propriétaire(s) de la motopompe et par les autres propriétaires de jardins qui bénéficiaient éventuellement de la motopompe.

56Depuis la forte dévaluation de la livre syrienne en 1985, le coût annuel d’utilisation d’une grosse motopompe est devenu bien supérieur aux loyers des jardins. En 1994, le prix de l’heure d’irrigation varie, selon les réparations effectués, de 30 à 40 LS. Ainsi, un jardin de 17 dunum, dont le loyer annuel est rarement supérieur à 3 000 LS par an, demande entre deux cents et deux cent cinquante heures d’irrigation par an. La participation aux frais de la motopompe collective sera donc comprise entre 6 000 et 10 000 LS. L’utilisation d’une motopompe collective irrigant une cinquantaine de dunum (quatre à cinq exploitations) coûte, en moyenne, de 30 000 à 35 000 LS par an. Dans de telles conditions, les propriétaires de jardins refusent désormais de financer l’irrigation.

57Ce sont donc les jardiniers, qu’ils soient propriétaires de leur jardin, locataires ou simples métayers, qui payent, depuis une quinzaine d’années, la totalité des dépenses occasionnées par les motopompes collectives et qui s’organisent au sein même de leurs petits groupes d’irrigants :

  • Le groupe d’irrigants peut confier la responsabilité de la motopompe collective à un seul de ses membres, le plus souvent celui dont le jardin est le plus proche de la motopompe, qui se charge de l’entretien de la machine et avance les dépenses. Il fait une fois l’an la tournée des irrigants pour se faire rembourser. Chacun paie alors en fonction du nombre d’heures d’utilisation de la motopompe, heures enregistrées sur un cahier tenu à jour par le responsable et correspondant à un tour d’eau relativement fixe.

  • Plus rarement, le groupe d’irrigants peut engager quelqu’un d’extérieur pour s’occuper de la motopompe, généralement une personne du quartier se chargeant de vérifier le niveau de l’huile et de mazout, de tenir le compte des tours d’eau pris, de faire venir le mécanicien en cas de besoin et de rassembler l’argent des dépenses annuelles.

  • Le groupe d’irrigants peut enfin se considérer comme collectivement responsable de l’entretien de la motopompe collective. En ce cas, chaque utilisateur est tenu de remplacer l’huile et le mazout qu’il dépense au cours de son tour d’eau. Le paiement des réparations se fait sur le moment, l’argent étant rapidement rassemblé par un des jardiniers la veille de la venue du mécanicien.

58Les deux premières formules conviennent davantage aux groupes où les irrigants sont nombreux (plus de cinq), alors que la troisième est celle généralement adoptée par des groupes de taille plus restreinte et dont les membres appartiennent souvent à un même lignage.

MOTOPOMPES EN ASSOCIATION OU INDIVIDUELLES, AUTONOMISATION ET ATOMISATION DU SYSTÈME D’IRRIGATION

59Tout au long des années 1960, le système d’irrigation est donc resté l’affaire de groupes d’irrigants organisés, utilisateurs solidaires de grosses motopompes. Toutefois, dès le début des années 1970, ce système d’irrigation collective n’a plus été le seul système à fonctionner dans les jardins de Hama.

  • 14 Une motopompe à mazout coûte entre 40 000 et 50 000 LS (1993).

60En effet, les transformations intervenues dans le statut des jardiniers et l’amélioration de leur situation financière leur ont, dès cette époque, permis de se procurer des motopompes individuelles à mazout14 d’une puissance parfois suffisante pour irriguer deux ou trois jardins. L’achat pouvait donc être fait seul ou en association restreinte.

Photo 18 – Jardins de Hama. Motopompe individuelle sur l’Oronte.

61Au cours des années 1970, de nombreux jardiniers ont ainsi quitté le système collectif traditionnel, préférant financer et organiser leur propre mode d’irrigation. Ne pouvoir irriguer que selon un tour d’eau assez strict et une période précise, alors que le fleuve est là, à quelques mètres, pérenne et abondant au moins une grande partie de l’année, poussait bien sûr à cette sécession technique. Dès lors que le jardinier avait la possibilité de puiser directement dans le fleuve autant d’eau qu’il le désirait, pourquoi serait-il resté dépendant d’un système dont le critère restrictif n’est pas, bien sûr, l’abondance ou la rareté de l’eau – comme c’est par contre le cas dans les jardins de Homs dépendant du grand canal – mais les limites techniques de la motopompe collective ?

62L’exemple que je présente dans les tableaux ci-dessous est celui d’un groupe de jardins du zūr al-Qiblī représentant une quinzaine d’hectares et qui était autrefois alimenté en eau par deux norias couplées. La noria al-‘Arnasiyyeh permettait d’irriguer 8 jardins situés à l’intérieur du zūr, sur sa partie haute. Une seconde noria, la noria al-Ǧediyyeh, alimentait douze jardins situés en bordure de l’Oronte. En 1962 ou 1963, deux grosses motopompes furent installées, doublant puis remplaçant simplement les deux norias. Depuis les années 1970, la multiplication des motopompes individuelles a provoqué un fractionnement à l’intérieur des deux groupes d’irrigants :

Tableau 26 - Ancien groupe d’irrigants de La noria al-‘Arnasiyyeh (terres hautes).
Source : enquête personnelle, août 1993.

Tableau 27 – Ancien groupe d’irrigants de la noria al-Ǧediyyeh (terres basses).
Source : enquête personnelle, août 1993.

63La réduction de la taille des groupes d’irrigants attachés à une motopompe collective n’a pas été sans provoquer une augmentation sensible du coût annuel des motopompes, mais aussi des problèmes d’entretien des infrastructures communes, puisque les jardiniers sont moins nombreux à participer à ces travaux annuels, les petites motopompes individuelles n’alimentant que les canaux internes à chaque jardin. Ceux qui en sont munis n’ont donc-aucune raison de contribuer au nettoyage des canaux extérieurs à leur exploitation.

64Les grosses motopompes collectives se sont toutefois maintenues dans les jardins de Hama malgré ces groupes d’irrigants de plus en plus restreints. Ceux-ci sont désormais constitués de jardiniers dont l’exploitation, très proche de la motopompe, bénéficie du maximum de la puissance du moteur : les déperditions d’eau y sont minimes et la rentabilité maximale ; mais aussi de ceux qui exploitent une petite surface qu’une cinquantaine d’heures de motopompe par an suffit à irriguer. Il est alors pour eux plus rentable de rester dans le système collectif que de faire les frais d’une motopompe individuelle. Il y a enfin les jardiniers qui n’ont pas accès aux berges du fleuve, la distance du fleuve à leur jardin étant trop importante. Pour ceux-ci, il n’y a pas d’autre solution technique que de rester dans l’ancien système qui dessert les parcelles les plus éloignées : la solution des puits n’a été, jusqu’à présent, que rarement adoptée.

  • 15 Il s’agit de quatorze moteurs individuels et deux moteurs en association (desservant cinq jardins).

65J’ai ainsi pu observer que dans le zūr al-Dahriyyeh al-Qiblī, situé un peu en aval de Hama, les dix-neuf jardins proches du fleuve possèdent tous une motopompe individuelle ou en association restreinte15 alors que les cinq ou six jardins situés à l’intérieur du zūr fonctionnent encore avec la grosse motopompe collective qui a remplacé la noria al-Hasāmiyyeh dans les années 1960.

66Les motopompes individuelles ont également permis à certains jardiniers de conquérir des terres situées pratiquement sur le plateau et qui étaient autrefois inaccessibles à l’eau du fleuve, même avec l’aide des petites roues. C’est le cas de plusieurs dizaines de dunum au dessus du zūr al-Šarqī, du zūr Bāb al-Nahr et du zūr al-Qiblī. Le système mis alors en place fait intervenir une motopompe collective ou individuelle puisant l’eau de l’Oronte et l’amenant à mi-hauteur de la vallée fluviale dans un bassin en ciment. Là une seconde motopompe prend le relais et permet à l’eau d’atteindre les anciennes terres non irriguées. Les jardiniers y plantent surtout des vignes et des oliviers, mais peu de légumes, ceux-ci demandant beaucoup trop d’eau. Ainsi, une extension limitée de la zone cultivée est devenue possible grâce aux motopompes, entraînant la constitution d’exploitations à étages.

67L’évolution de la situation de l’irrigation dans les jardins de Hama telle qu’elle s’est dessinée depuis une trentaine d’années peut être schématisée de la manière suivante :

Figure 37 – Schéma traditionnel d’interdépendance des unités d’irrigation dans un réseau unique alimenté par une noria jusqu’au début des années 1960, puis par motopompe collective jusqu’au début des années 1970.

Figure 38 – Schéma actuel. On reconnaît les trois types de comportement observés par rapport à l’irrigation : 1. Survivance de l’ancien réseau (la noria a disparu) bénéficiant aux jardins les plus éloignés du fleuve et à ceux qui, très proches de la motopompe collective, profitent de sa pleine puissance. 2. Motopompe en association entre deux jardins. 3. Deux jardins, pourtant très proches l’un de l’autre, ont préféré individualiser leur accès à l’eau.

  • 16 D’après le chef de la coopérative, il y en aurait actuellement une centaine dans le seul r al-Qib (...)

68Cependant, les très nombreuses motopompes individuelles ou en association qui ont été installées par les jardiniers sur les bords de l’Oronte16 tout au long des années 1970 et 1980 ne répondent pas seulement à des nécessités techniques, mais aussi à une logique sociale.

69On peut tout d’abord voir, dans ce mouvement, une volonté d’affranchissement des jardiniers à l’égard d’un système d’irrigation autrefois entièrement contrôlé par les grands propriétaires : le contrôle sur les jardiniers passait, nous l’avons vu, par la maîtrise du foncier et par la propriété privée des moyens d’irrigation. Il est probable que les jardiniers, une fois assurés de la quasi-propriété du droit d’exploitation de leurs terres, aient également ressenti la nécessité de s’assurer la propriété individuelle des moyens d’irrigation, même si les motopompes collectives ont fini par leur être abandonnées par les propriétaires. La double relation de dépendance à l’égard du propriétaire – celle liée à la terre et celle liée à l’eau – est donc-désormais dépassée.

70Concernant les relations des jardiniers entre eux, tout semble se passer comme si la motopompe individuelle permettait aux jardiniers d’exprimer enfin des préférences ou des antagonismes qui auraient été jusqu’alors bridés par le système rigide de la distribution collective de la noria puis de la motopompe commune. Les jardiniers qui le souhaitent et le peuvent rompent donc avec le système collectif et n’ont pas systématiquement recours aux associations. Ainsi, pour reprendre l’exemple du zūr al-Dahriyyeh al-Qiblī cité plus haut, une seule motopompe pour trois jardins aurait suffi, d’autant plus que les quelques vingt-quatre jardins de ce zūr, serrés entre le fleuve et la proche remontée de la vallée, sont de petites surfaces (une moyenne de 6 dunum). Mais ici, comme ailleurs dans les autres zūr, la solution individuelle a été préférée.

71Rompre avec le système collectif d’irrigation ou mettre fin à une association peut aussi bien résulter de désaccords entre voisins, entre associés ou entre parents qu’être une façon concrète d’exprimer ces désaccords : menacer, se réconcilier ou, au contraire, consommer et concrétiser la rupture par l’achat d’une motopompe individuelle, autant de moyens d’action et de pression dans le déroulement d’une dispute. J’ai ainsi l’exemple de ces trois frères, propriétaires et exploitants d’un jardin de 10 dunum hérité de leur père dans le zūr al-Boṣū. Une violente dispute a éclaté entre eux et a rapidement abouti à la division du jardin paternel en trois parcelles délimitées intérieurement par des fils de fer et irriguées séparément par trois motopompes... chose impensable il y a encore une trentaine d’années.

72La multiplication des motopompes dans un même secteur pourrait presque devenir un indice visible des antipathies sous-tendant les rapports sociaux, familiaux et/ou professionnels des jardiniers du secteur !

73Il ne faut cependant pas considérer que tout achat de motopompe est le résultat d’une rupture et l’expression d’un conflit. Le jardinier peut en effet avoir un intérêt strictement technique à s’autonomiser, nous l’avons vu plus haut. L’accès facile et individuel à l’eau du fleuve reste la motivation principale de ceux qui acquièrent une motopompe.

74À cela peut également s’ajouter le souhait d’afficher sa réussite sociale, de montrer à ses voisins et collègues que l’on a acquis la capacité financière de son autonomie. Cela semble avoir été le cas d’un jardinier de zūr aš-Šarqī, simple métayer il y a encore une trentaine d’années et qui s’est peu à peu donné les moyens d’acheter le jardin de 20 dunum sur lequel il a toujours travaillé et a fini par acquérir un moteur à mazout et un moteur électrique, quittant ainsi en 1988 le système collectif d’irrigation, sans pour autant que ses rapports avec ses anciens co-irrigants en soient affectés. Au-delà du certain prestige que confère une telle dépense, il faut aussi bien sûr tenir compte des avantages techniques qu’elle offre : les deux moteurs ne fonctionnent pas en même temps, mais assurent une parfaite autonomie du jardinier qui échappe, grâce au moteur à mazout, aux coupures d’électricité très courantes jusqu’en 1994 et, grâce au moteur électrique, aux coûts assez élevés du mazout.

75D’un point de vue géographique, on assiste donc à une très nette dualisation du mode d’irrigation dans les zūr, avec une berge autonome, ayant un accès direct à l’eau et un arrière-pays contraint de conserver l’ancien système collectif. On a vu, par ailleurs, que cette prise d’autonomie du système d’irrigation (autonomie individuelle ou en association) pouvait être un choix technique comme un choix stratégique, face à une situation de tension ou de crise, confirmant ainsi la place, le rang d’une famille dans la microsociété des jardiniers du zūr. Ultime développement de la tendance centrifuge de ce milieu socioprofessionnel, pourtant déjà éclaté en secteurs séparés et en autant de groupes d’irrigants qu’il y avait de norias, l’autonomie d’une partie de ses irrigants consacre également la politique des choix, choix de rompre ouvertement avec les anciens partenaires, mais aussi choix du nouveau partenaire, de l’associé avec lequel on noue, que celui-ci soit un parent, un ami, un voisin. Des relations obligées, imposées par l’ancien système, sont suspendues dans la mesure du possible, d’autres sont consolidées ou renouvelées, dans le cadre des associations volontaires, avant d’être peut-être, à leur tour, interrompues. Ainsi l’irrigation se révèle être autant le champ d’enjeux techniques et économiques que celui d’enjeux sociaux à partir desquels s’élabore finalement un équilibre entre les réalités incontournables de la géographie, les avantages bien compris de la technique et une approche plus franche et plus souple des relations individuelles et collectives entre jardiniers qui n’ont plus, comme autrefois, l’obligation de s’entendre.

76La gestion du système d’irrigation a longtemps été au centre du mode d’organisation professionnelle des jardiniers homsiotes et hamiotes. Elle semble avoir de fait déterminé une bonne part des structures professionnelles qui ont existé dans les jardins jusque dans les années 1940-50 et a en tous les cas constitué une des principales – si ce n’est la principale – préoccupations des jardiniers, confrontés à la nécessité absolue d’alimenter quotidiennement leurs cultures en eau. Cette gestion de l’irrigation s’est longtemps exprimée dans un cadre exclusivement local, celui de villes jalouses de leur autonomie et fortes de leur vieille domination sur les campagnes. La soudaine nécessité de prendre en compte une dimension régionale dans la gestion de l’eau, avec la construction d’un nouveau canal à Homs et d’un barrage à Rastan, a profondément bouleversé certains équilibres locaux.

77Elle a remis en cause des situations d’autorité et radicalement marginalisé la zone des jardins homsiotes au sein d’un grand système d’irrigation régional, provoquant à terme une individualisation des pratiques hydro-agricoles des jardiniers. En adoptant massivement la solution du puits artésien et de la motopompe, ceux-ci ont pour l’heure acquis leur indépendance hydraulique, reprenant en quelque sorte leur liberté par rapport à une structure qui leur échappait depuis près d’un demi-siècle du fait de sa régionalisation et de sa bureaucratisation : ils ont replacé la question du contrôle de l’irrigation au cœur de la zone des jardins.

78La dimension régionale de la gestion de l’irrigation a aussi provoqué une rapide modernisation des modes d’accès à l’eau, avec l’introduction généralisée de la motopompe à Hama à la suite de la construction du barrage de Rastan. Cependant, loin d’être seulement une réponse technique à un problème technique, la multiplication des motopompes est aussi devenue un choix, choix motivé, nous venons de le voir, par des considérations diverses, autant sociales que stratégiques et économiques.... mais aussi par une recherche d’indépendance et de souplesse dans les modes d’accès à l’eau.

79Mais à Homs, comme à Hama, ces changements n’auraient peut-être pas été aussi effectifs sans une transformation du statut socioprofessionnel du jardinier : creuser un puits, acheter une ou deux motopompes individuelles, investir dans un matériel lourd et difficilement transportable supposaient que le jardinier se soit stabilisé, ait acquis une certaine autonomie par rapport à la gestion même de son exploitation et enfin que lui, ou son lignage, dispose de revenus suffisants pour investir dans les nouvelles techniques d’irrigation.

CONCLUSION DE LA DEUXIÈME PARTIE

80Les zones des jardins ont été relativement peu touchées par l’expansion urbaine de ces cinquante dernières années : à Homs, comme à Hama, la grande majorité de ces zones a été épargnée et cela malgré leur marginalisation croissante au sein de l’économie urbaine. En effet, minorées sur un marché des fruits et légumes essentiellement approvisionné par les nouvelles grandes exploitations rurales, elles ne contribuent plus désormais que dans une faible proportion à l’alimentation de la population citadine.

81Cette forte résistance d’un espace traditionnel de production agricole, que tout semblait pourtant condamner (techniques et savoir-faire « archaïques », étroitesse des parcelles, proximité du front urbain, spéculation...), pourrait être en partie le fait des évolutions ou transformations qui, parallèlement à ce mouvement de marginalisation, ont marqué à la fois le foncier maraîcher, les rapports de production et les modes d’organisation socioprofessionnelle, contribuant ainsi à modifier radicalement les rapports de force, de dépendance et d’autorité qui avaient jusqu’alors prévalu dans les deux zones agricoles, plaçant finalement le jardinier au cœur même du processus de production et d’exploitation, pour faire de lui le principal acteur et bénéficiaire de la zone agricole.

82Effectivement, grâce aux lois sur le métayage et sur la permanence des contrats agricoles, le jardinier est devenu le propriétaire de fait du droit d’exploitation de son jardin, quel que soit la nature du contrat le liant au propriétaire réel. Il peut désormais s’installer, décider, investir, gérer son exploitation sur le long terme, tout en récupérant une grande partie des richesses produites par celle-ci : cette évolution n’est sans doute pas étrangère au développement sans précédent des propriétés des jardiniers, ceux-ci se plaçant désormais parmi les premières catégories de propriétaires de jardins.

83Quant aux anciens propriétaires, ils ont peu à peu déserté la zone des jardins. La parcellisation de leurs propriétés, résultat logique de la fin des indivis et de la multiplication des ayants droit, semble avoir entraîné leur désintérêt croissant pour des propriétés de moins en moins rentables. Les lois votées dans les années 1950 et 60 ne leur permettent plus de disposer en toute liberté de leur jardin, à moins de risquer un affrontement, à l’issue incertaine, avec le jardinier résident. Ils ne peuvent donc plus suivre l’exemple de certains propriétaires qui, au début des années 1960, ont profité du bref retour des conservateurs au pouvoir pour expulser leurs jardiniers et rapidement vendre leurs jardins à des entrepreneurs en bâtiment (quartiers de Ġūṭā à Homs, de Ḫuḍura à Hama).

84Mais cette situation n’est peut-être que provisoire, la législation favorable aux jardiniers pouvant être un jour modifiée. De plus, on s’aperçoit que les propriétaires les plus récents, ceux qui ont pu acheter leur jardin dans la période 1960-90, veillent à garder la maîtrise de leur exploitation, en en écartant résolument les jardiniers professionnels...

85À un niveau plus général, la disparition, dans les années 1950 à Homs, de l’ancienne organisation professionnelle et son remplacement par une coopérative de services a rendu possible l’arrivée sur le devant de la scène de jardiniers politiquement engagés et plus représentatifs de la masse des jardiniers (non-propriétaires) et surtout la mise à l’écart des grands lignages de jardiniers. À Hama, en revanche, la coopérative n’a eu qu’un rôle pratique au sein d’un groupe professionnel traditionnellement morcelé qu’elle n’a pas vraiment contribué à fédérer.

86Parallèlement à cette évolution, celle du système d’irrigation des deux zones de jardins semble avoir tout autant marqué la morphologie des groupes de jardiniers. À Homs comme à Hama, cette évolution a été essentiellement marquée par l’intégration du système traditionnel local à un vaste système régional englobant des milliers d’hectares de terres. Provoquant à Homs le déclin de l’autorité du chef des jardiniers, cette intégration régionale plaçait les campagnes comme utilisatrices prioritaires du nouveau grand canal, conduisant finalement à une individualisation de l’accès à l’eau et à la fin (momentanée ?) d’une société de la chicane et de l’entente obligée. À Hama, la multiplication des motopompes puisant directement dans l’Oronte semble avoir conduit à une clarification des rapports entre jardiniers, mais aussi à une individualisation accrue et à l’éclatement des anciennes communautés hydrauliques, celles-ci ayant tendance à se recomposer, à différents niveaux, selon des critères techniques, mais aussi économiques et sociaux.

87Le jardinier s’est donc en grande partie émancipé des anciens rapports de dépendance qui le liaient aux propriétaires et semble avoir finalement pris le contrôle de son exploitation. Celle-ci est désormais intégrée à une économie familiale qui a eu tendance à se diversifier ces trois ou quatre dernières décennies. Le passage des jardins de leur place centrale dans l’économie urbaine à une place plus discrète, plus résiduelle, s’est donc accompagné d’une autonomie du locataire ou du métayer au détriment du propriétaire et d’une individualisation du jardinier au détriment d’un fonctionnement collectif du groupe professionnel (que ce soit au niveau d’une organisation collective ou du petit groupe d’irrigants de noria). Moins organisés en tant que groupe, les jardiniers ont par contre davantage tendance à s’ouvrir sur la société citadine.

Notes

1 Je suis reconnaissant à Bernard Geyer de m’avoir fait remarquer que l’antique barrage n’avait pas été surélevé ou remplacé, comme on pourrait le penser, mais doublé par le nouveau barrage plus haut et plus large qui s’appuie de fait sur l’ancien.

2 Pour plus de détails sur le lac et le canal, voir Weulersse (1940 : 65-71).

3 Moussly (1951 : 236) a fait une description assez précise de son trajet : « Le canal longe la rive droite de l’Oronte jusqu’à Homs, en empruntant d’abord le cours rectifié de l’ancien canal de Homs, puis traverse par un premier siphon de 830 m la dépression qui s’étend entre Homs et l’Oronte à l’ouest de la ville et débouche sur le plateau de calcaire crétacé (...) dans lequel l’Oronte s’est encaissé de 150 m environ entre Homs et Rastane. Il parcourt un vaste arc de cercle sur ce plateau en suivant une courbe de niveau et retrouve la vallée de l’Oronte en aval de Rastane. La vallée, profonde de 160 m, est franchie par un siphon (le deuxième de la canalisation) de 2845 m et le canal continue son chemin à l’air libre, sur la rive gauche cette fois. Il coule maintenant sur un plateau de craie sénonienne s’étendant entre Rastane et Hama, laisse à l’est les massifs basaltiques du djabal Abou Darbi et du djabal Arbaïn et s’achève quelque peu en amont de Hama. »

4 Pour plus de précisions, voir Métral (1990 : 402-403). Il existait toutefois dans cette région des berges directement irriguées par l’Oronte.

5 Chiffres des droits d’eau fournis par la Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte, à Homs (mai 1993).

6 Il s’agit donc des prises déjà présentes dans l’ancien système et portant chacune un nom (cf. 1re partie, chap. I). Cette nomination des prises semble en quelque sorte signaler le passage du domaine de l’administration – où les prises portent des numéros – au domaine de la communauté hydraulique, où les prises ont chacune un nom.

7 De miftā, « clef ».

8 500 LS à la fin des années 1950, actuellement 10 à 12 000 LS (1 franc = 8 LS en mai 1992).

9 Les jardins situés en bordure de l’Oronte puisent, grâce aux motopompes, directement dans le fleuve. Ceux de la rive droite bénéficient des trois canaux en prise directe sur l’Oronte.

10 Kerbe (1987 : 480) signale, avec plus de sept mille forages privés en 1987, une surexploitation des eaux souterraines dans le bassin de l’Oronte et une baisse conséquente du niveau réel de la nappe phréatique.

11 Pour les norias se posait aussi le problème de leur rapide détérioration lorsque le bois ne se trouve plus en contact avec l’eau. Pour être préservée au mieux, une noria doit en effet rester humide et donc éviter de longues périodes d’immobilité : « Les roues de bois, les premières, furent touchées par le processus de délabrement. Sous le climat très sec de cette région, où règne une hygrométrie ambiante la plupart du temps très faible, les bois d’œuvre souffrent surtout de dessiccation plus que de pourriture. En mesurant aujourd’hui les différentes pièces de bois d’une noria arrêtée depuis plusieurs années, on constate que toutes les dimensions se sont rétractées d’environ un dixième de leur taille initiale. Cette réduction considérable compromet rapidement la solidité des assemblages obtenus par coincement ou enfoncement des pièces les unes dans les autres ; ce mode de liaison était prévu en fonction du gonflement attendu des bois mouillés, sinon en permanence du moins très fréquemment. Dès lors que la roue est soumise au dessèchement prolongé, ces liaisons se relâchent de façon excessive et la roue se démantèle plus ou moins rapidement. » (Delpech, Girard... 1997 : 205).

12 La municipalité a proposé de s’occuper des réparations de ces deux norias, mais les jardiniers bénéficiaires ont refusé car ils craignent que les réparations ne se fassent alors selon des critères esthétiques et une logique comptable, sans que soit prise en compte l’efficacité du système : réduction des godets entraînant une diminution de l’eau, réparations à l’économie...

13 Ainsi la construction récente d’un grand collecteur d’égouts a provoqué l’interruption d’une partie du réseau de canaux de la noria al-Daḥšé. Des motopompes prirent alors la relève.

14 Une motopompe à mazout coûte entre 40 000 et 50 000 LS (1993).

15 Il s’agit de quatorze moteurs individuels et deux moteurs en association (desservant cinq jardins).

16 D’après le chef de la coopérative, il y en aurait actuellement une centaine dans le seul r al-Qiblī.

Table des illustrations

Légende Figure 35 — Nouveau système régional d’irrigation en 1940.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 36 — Le grand canal de Homs et les prises desservant les jardins dans les années 1990. (En gras, les prises encore en activité).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Photo 16 – Jardins de Homs. Prises en ciment alimentant des canaux secondaires.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Tableau 23 – Jardins de Homs : surfaces, temps et débits par prises du grand canal depuis 1991.Source : Direction de l’irrigation de Homs, « Jardins de Homs. Cahier du relevé des tours d’eau »,1993
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Photo 17 – Jardins de Hama. Motopompes collectives.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Photo 18 – Jardins de Hama. Motopompe individuelle sur l’Oronte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Tableau 26 - Ancien groupe d’irrigants de La noria al-‘Arnasiyyeh (terres hautes).Source : enquête personnelle, août 1993.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Tableau 27 – Ancien groupe d’irrigants de la noria al-Ǧediyyeh (terres basses).Source : enquête personnelle, août 1993.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 37 – Schéma traditionnel d’interdépendance des unités d’irrigation dans un réseau unique alimenté par une noria jusqu’au début des années 1960, puis par motopompe collective jusqu’au début des années 1970.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 38 – Schéma actuel. On reconnaît les trois types de comportement observés par rapport à l’irrigation : 1. Survivance de l’ancien réseau (la noria a disparu) bénéficiant aux jardins les plus éloignés du fleuve et à ceux qui, très proches de la motopompe collective, profitent de sa pleine puissance. 2. Motopompe en association entre deux jardins. 3. Deux jardins, pourtant très proches l’un de l’autre, ont préféré individualiser leur accès à l’eau.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6299/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540