Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Deuxième partie. Le temps des jardiniers des années 1950 à nos jours

Chapitre II. Transformations des rapports de production et d’exploitation dans les jardins depuis la fin des années 1940

Texte intégral

1Les rapports existant entre jardiniers et propriétaires ont longtemps été marqués par une certaine ambiguïté. À Homs comme à Hama, le contrat annuel de fermage ou de métayage plaçait le jardinier dans une situation d’instabilité et de dépendance à l’égard de son propriétaire. Celui-ci avait en effet la possibilité d’interrompre le bail ou de ne pas le renouveler. Cela constituait un moyen de pression pour imposer au jardinier un certain nombre de corvées et d’obligations. Nous avons cependant vu que ce rapport de domination n’était pas absolu. Le propriétaire ne pouvait agir aussi librement à l’égard d’un jardinier qu’il le faisait à l’égard d’un paysan. Le jardinier était un citadin comme lui, habitait parfois le même quartier et participait souvent aux mêmes réseaux urbains. La proximité des tribunaux et d’instances urbaines de conciliation atténuait également la pression que pouvait faire peser le propriétaire. Le fait qu’un bon jardinier soit difficile à remplacer contribuait également à faire de lui un travailleur relativement privilégié. Enfin, nous avons vu que l’implantation de certains lignages de jardiniers, basée sur une forte solidarité (Homs et Hama), sur l’appartenance à un quartier (Hama) et pour quelques-uns sur la possession de petites propriétés agricoles (Homs), pouvait limiter leur instabilité et donc leur dépendance à l’égard des propriétaires.

2Les changements qui sont intervenus dès les années 1950, au niveau local comme au niveau national, ont profondément bouleversé ce type de relations à la fois conflictuelles, marquées par une certaine connivence et non exemptes de paternalisme. Ils allaient en fait entraîner à terme la quasi-disparition de l’influence des grands et moyens propriétaires de la zone des jardins.

1 – DE L’INDÉPENDANCE À LA RÉFORME AGRAIRE, LES PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS1

  • 1 Je m’appuie ici principalement sur les travaux de É. Picard (1980), de F. Métral (1980) et de P. Gu (...)

3La Syrie accède à l’indépendance en avril 1946 avec le départ des dernières troupes françaises. La période qui s’ouvre alors est, pour encore beaucoup de Syriens, un âge d’or, celui de la République parlementaire. Mais c’est également durant cette période que vont se succéder coups d’État militaires et crises politiques qui devaient finalement conduire le parti Baath au pouvoir en 1963. Il n’est bien sûr pas question de faire ici une présentation détaillée de cette période, mais d’essayer de présenter à grands traits les principaux événements historiques et politiques accompagnant les changements qui allaient marquer le monde agricole syrien et, à un tout autre niveau, le microcosme des jardins homsiotes et hamiotes.

UN RÉGIME PARLEMENTAIRE BASÉ SUR UNE OLIGARCHIE TRADITIONNELLE

4Le Bloc National, principal acteur de l’indépendance, disparaît en 1947 laissant la place à diverses formations et coalitions politiques plus ou moins éphémères. Le Parti National s’organise ainsi autour de grands notables damascènes comme Chukri al-Quwatli, président de la République depuis 1943 ; le Parti du Peuple est créé en 1948 par des notables de Homs (Atāssī) et d’Alep (Kihiya, Qudsī). Comme le souligne É. Picard (1980 : 144-145), ces « familles » de notables sont connues et traditionnellement respectées, « mais entre elles règnent des rivalités et des alliances qui concernent peu l’intérêt national ; leur ambition s’attache à l’obtention du pouvoir et des intérêts qui y sont liés, intérêts redistribués à la masse des parents, clients et alliés qui ont assuré leur victoire électorale, souvent au prix de manipulations, d’intimidations et de fraudes ». De petites formations politiques locales, aussi liées à des notables, voient également le jour, comme le Parti Libéral, le Parti de la République Arabe... Enfin, une fraction du territoire syrien passe sous la coupe de chefs de tribus devenus quasiment autonomes de l’autorité centrale.

  • 2 Et qui se présenta aux différentes élections qui eurent lieu entre 1943 et 1961 (Picard, 1980 : 148 (...)
  • 3 La fusion, qui ne sera jamais effective, prendra fin en juillet 1962. Sur cette fusion et ses ambig (...)

5Confrontés au difficile exercice du pouvoir, les notables perdent ce qu’il leur reste de crédibilité avec la défaite de Palestine (mai 1948-janvier 1949). Celle-ci contribuera en effet à affaiblir leur autorité mais aussi à stimuler les mouvements politiques qui, se réclamant du nationalisme arabe et du socialisme, vont désormais occuper le devant de la scène nationale. C’est notamment le cas du Parti Communiste Syrien (PCS), du parti Baath, dont la montée en force se fait sentir dès les années 19502 et du Parti Socialiste Arabe du hamiote Akram al-Ḥawrānī (PSA), ces deux derniers partis fusionnant en janvier 1953 pour donner le Parti Baath Arabe Socialiste3.

LES COUPS D’ÉTAT MILITAIRES PERMETTENT LES PREMIÈRES GRANDES RÉFORMES

6L’année 1949 est celle de trois coups d’État militaires. D’abord celui de Ḥusni Za’īm en mars, qui chasse le président Quwatlī, marquant ainsi la fin de la première période parlementaire. Puis celui de Sāmī Hinnāwī en août et enfin celui de Adīb Šišaklī, qui restera au pouvoir jusqu’en 1954. Tous les trois avaient pour but de restaurer le prestige d’une armée malmenée par la défaite de 1948. D’importantes réformes sociales, constitutionnelles, économiques et politiques ont néanmoins vu le jour sous ces régimes dictatoriaux, avec notamment le vote d’une nouvelle constitution en 1950 et en 1953. Nous avons vu plus haut que la suppression des waqf familiaux datait également de cette même époque (1949).

  • 4 D’après Baer (1982 : 293) : « Like the Egyptian rebellions of 1951, the Syrian fella? uprisings of (...)

7C’est aussi une période de très forte croissance dans le domaine de l’agriculture (1950-1953), grâce notamment au boom cotonnier et industriel. La brusque émergence d’un capitalisme agricole, drainant vers une agriculture essentiellement spéculative tout un capital commercial urbain, marque aussi le début de la motorisation des campagnes syriennes : on voit ainsi se multiplier les tracteurs, les moissonneuses-batteuses et les motopompes (Métral et Sanlaville, 1979 : 231). Cette dynamique allait cependant assez vite connaître ses limites : la baisse des rendements faute d’engrais, l’usure de sols surexploités, la forte sécheresse de 1954-55 provoquant l’effondrement de la production céréalière... devaient entraîner le retrait prudent du capital commercial et une crise qui atteignit de plein fouet une population syrienne alors rurale à 70 % et une économie nationale essentiellement basée sur la production agricole (Métral, 1980 : 297-298). Dans les campagnes de Syrie centrale les relations entre métayers et grands propriétaires, exacerbées par la sécheresse et la ruine des économies familiales, se dégradent rapidement ; des révoltes éclatent4 un peu partout dans le pays et un important exode rural se produit.

  • 5 Dont le point culminant fut alors l’adhésion en avril 1957 de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak, du (...)
  • 6 A cette époque, le Baath a pris une importance considérable sur la scène politique syrienne. 11 a, (...)

8En février 1954, Šišaklī démissionne sous la pression de l’armée et s’exile. Des élections législatives sont alors organisées, le président Quwatlī réélu et le régime parlementaire restauré, avec ses crises ministérielles et le retour du traditionnel jeu des alliances régionales. Le désordre qui s’installe alors et ne cesse de croître durant ces années, la montée irrésistible des partis de gauche, l’influence grandissante du PCS et enfin l’hostilité croissante de l’Occident5 poussent les leaders du parti Baath6 à prendre les devants et à opter pour l’unité avec l’Égypte dans le cadre de la République Arabe Unie, qui est donc proclamée en février 1958.

LA RÉFORME AGRAIRE DE 1958

  • 7 Pour une chronologie et une analyse détaillées des textes législatifs relatifs à la réforme agraire (...)

9Dans les années 1950, 1 % des propriétaires contrôlait encore les trois quarts des terres cultivées en Syrie alors que la moitié des paysans n’avait pas de terre (Mutin, 1995 : 136). La réforme agraire7 lancée en 1958 par Gamal Abdel Nasser, bien que limitée, va tenter de remédier à cette situation en portant un premier coup à la grande propriété foncière. La loi n° 161 du 27 septembre 1958 ramenait en effet l’étendue des propriétés foncières individuelles à 80 hectares de terres irriguées ou arboricultivées et à 380 hectares de terres non irriguées. Mais, en sus de ce maximum autorisé déjà important, le propriétaire avait la possibilité de céder à chacun de ses conjoints et enfants une superficie ne dépassant pas 10 hectares de terres irriguées et 40 hectares de terres non irriguées (Khader, 1984 : 331). Les surfaces libérées devaient être redistribuées aux paysans sans terre et aux anciens métayers, regroupés en coopératives, et cela par lots individuels de 8 hectares de terres irriguées et de 30 hectares de terres non irriguées. Une indemnisation des propriétaires était toutefois prévue sur quarante ans, indemnisation que les paysans bénéficiaires devaient rembourser eux-mêmes à l’Etat (Métral, 1980 : 299).

  • 8 D’après Yāsīn (1984 : 20), « if we reviewed the distribution operations that had taken place during (...)
  • 9 La sécheresse frappa également durement les jardins de Homs et de Hama. Le niveau d’eau était si ba (...)

10Cette première tentative de réforme agraire n’a eu que peu d’effet sur les grandes propriétés qu’elle préservait finalement dans leur quasi-totalité8. De plus, les années de sécheresse qui se succédèrent de 1957 à 1961 compromirent les efforts de développement agricole entrepris par la R.A.U.9.

11Les opérations d’expropriations, très longues, se trouvèrent de toutes façons interrompues à la suite de la brusque rupture de l’union avec l’Égypte intervenue le 28 septembre 1961 à l’initiative d’un groupe d’officiers damascènes. L’ancien système parlementaire oligarchique est alors en partie restauré, ramenant le pays à sa situation de 1954 ; le gouvernement conservateur qui se met en place est favorable aux grands propriétaires terriens qui poursuivent à leur profit la dilapidation des terres domaniales (al-Dbiyat, 1995 : 120) et récupèrent leurs industries, nationalisées en partie quelques mois auparavant. Un arrêté du 7 novembre 1962 du gouvernement du Dr Kesbarī suspend même la loi 161 de septembre 1958. Un timide essai de relance de la réforme agraire est cependant tenté en 1962 par le gouvernement Dawālibī issu d’un coup d’État, mais les redistributions de terres restent encore trop limitées, ne concernant que quelques 150 000 hectares sur plus d’un million deux cent mille hectares qui avaient été déclarés expropriables en 1958 (Métral, 1980 : 299-300).

LE BAATH AU POUVOIR RELANCE LA RÉFORME AGRAIRE

  • 10 Guingamp (1996 : 348) fait remarquer que l’année 1966 marque aussi et peut-être surtout ?- l’instal (...)

12L’arrivée au pouvoir du parti Baath en 1963 marque un tournant dans les relations entre l’État et les grands notables, constituant une rupture entre la politique sociale et économique du régime et les intérêts des couches dominantes locales (Longuenesse, 1989 : 342). Cette rupture se traduit d’une part par des nationalisations d’entreprises et d’industries, d’autre part par la relance de la réforme agraire en juin 1963 (décret législatif 88). Son application se verra durcie et systématisée à partir de 1966, avec l’arrivée au pouvoir de l’aile la plus à gauche10du parti Baath placée sous l’égide de Salāh Ǧadīd, Nūr al-Dīn al-Atāssī et Yūssef Zuayyan et le départ de la vieille garde conduite notamment par Michel Aflaq, qui se réfugie à Bagdad.

13La nouvelle réforme avait pour but avoué de « priver les grandes familles de la base économique de leur pouvoir en détruisant les relations de clientèle, créer une classe de paysans socialistes modernes avec laquelle le régime renforcé conduira sa révolution agricole » (Métral, 1980 : 298). Elle imposait donc une superficie maximum de la propriété variant, selon les régions, de 15 à 55 hectares pour les terres irriguées et de 80 à 300 hectares pour les terres non irriguées. Les surfaces ainsi libérées étaient distribuées en lots de 8 hectares pour les terres irriguées et de 30 à 45 hectares pour les terres non irriguées aux paysans obligatoirement regroupés dans des coopératives agricoles.

14Les redistributions ont été arrêtées en 1970 ; elles ont concerné au total 800 000 hectares attribués à quelques 52 500 familles (Métral, 1980 : 330). Une part importante des grandes propriétés foncières a malgré tout échappé à la réforme, grâce notamment au partage familial des patrimoines jusque-là indivis.

  • 11 Déjà amorcée en 1949, nous l’avons vu, lorsque furent supprimés les waqf familiaux.
  • 12 Enquêtes auprès des directions de l’agriculture de Homs et de Hama. Seuls les ‘Aẓem et les Kilānī, (...)

15Ces étapes successives de la réforme agraire n’ont cependant pas eu, à Homs et à Hama, de répercussions directes sur la taille des propriétés dans la zone de jardins, même des plus grandes. Le seul effet observable du point de vue foncier est celui de la fin des grands indivis11, de nombreux lignages procédant dans les années 1950 et surtout 1960 à une division et à une redistribution nominale et individuelle de leurs principales propriétés. La taille malgré tout très modeste des propriétés, à Homs comme à Hama, au regard des surfaces maximales autorisées par propriétaire pour les terres irriguées (80 ha en 1958 et 40 ha en 1963), la possibilité donnée aux propriétaires de se désister au profit de leurs conjoints ou de leurs enfants d’une superficie égale à 8 % de celle à laquelle ils avaient droit (Bianquis, 1989 : 71). le choix aussi que certains ont fait de conserver leurs jardins périurbains au détriment d’autres terres, plus éloignées ou moins riches... tout cela explique que les expropriations liées à la réforme agraire ont été très limitées dans les jardins urbains et périurbains de Homs et de Hama12.

2 – LES LOIS SUR LE MÉTAYAGE ET SUR LA PERMANENCE DES CONTRATS AGRICOLES

16En fait, les principaux effets de cette réforme sont surtout à rechercher, au niveau des jardins, dans la transformation des relations agricoles et des rapports d’exploitation.

UNE PREMIÈRE LOI INTERDIT L’EXPULSION DU MÉTAYER

17La première loi sur la protection du métayer est en réalité un peu antérieure à la réforme agraire. Proposée par une dizaine de députés, soutenue par le Baath, elle est votée dans l’indifférence générale le 4 mars 1957 (Hannoyer, 1980 : 295). Son élaboration a pourtant été en partie le résultat de pressions sociales diverses, notamment de la part de jardiniers homsiotes impliqués, à leur niveau, dans le mouvement de contestation paysanne de l’époque.

18Le aǧǧ Sa‘ad était l’un de ces jardiniers contestataires. Son lignage est originaire d’un village proche de Homs mais a semble-t-il été expulsé de ses terres par les Ottomans. En 1936, le aǧǧ Sa‘ad a pris en location un jardin de 23 dumim dans le zūr al-’Abbār. Il le travaille encore et y habite toute l’année avec sa famille (étendue). Il se souvient des démarches entreprises à l’époque par ses camarades et lui-même :

  • 13 Sabrī al-‘Assalī, dirigeant du Parti National, avait succédé en 1955 à Farès al-Ḫūrī à la tête du g (...)

« Pour moi, la location était de 500 L par an. A la fin de l’année, le propriétaire pouvait venir et m’annoncer une augmentation de 50 L. Il ne me laissait pas le choix. Un simple journalier pouvait prendre ma place s’il offrait un peu plus que moi. Je plante un arbre et je n’y touche pas, je cultive et je n’en profite pas ("brabbī aš-šaǧǧār mā bākul minna ū bsale al-ar mā bākul minna"). A l’époque les prix étaient très bas et les jardiniers ne mangeaient pas à leur faim. Nous avons commencé à revendiquer dès 1954, 1955. Nous demandions notamment la suppression de l’impôt sur les légumes. Nous l’avons obtenue.
Nous avons essayé de demander la protection du paysan au niveau de la muāfaa. Nous étions plus de mille à faire cette demande à Homs et à Hama. il y avait des paysans et des jardiniers. Notre intermédiaire était Rātib al-Ḥasāmī, un parlementaire. En fait, il était secrétaire au Parlement. Moi, al-Hasāmī et un type de Hama, nous sommes allés voir le premier ministre à Damas. C’était Sabrī al-‘Assalī13. Il a refusé de nous recevoir. Nous l’avons alors menacé de provoquer des troubles. C’était une époque de tension avec la Jordanie, il n’avait pas de temps à perdre avec nous. Il nous a reçus. On lui a alors expliqué la situation, notre dépendance à l’égard des propriétaires. C’était en 1956 ou au début de l’année 1957. Il nous a conseillé de nous adresser à nos députés. On est rentré à Homs et on a envoyé nos revendications à chaque parlementaire. On a aussi fait la tournée des villages pour mobiliser les paysans. Onze parlementaires furent de notre côté. Ça a donné la loi de 1957. » (H.S., zūr al-‘Abbār, Homs, 3 juillet 1992).

19Cette loi n° 363 votée en mars 1957 par trente-six voix contre deux — les cent six autres députés ayant quitté la salle (Hannoyer, 1980 : 295) — interdisait l’expulsion du paysan (ou du jardinier) de sa maison. Elle mettait donc en partie fin à cette situation de précarité dont avaient longtemps eu à souffrir les métayers et les locataires agricoles vivant sur leur exploitation et souvent obligés de quitter leur domicile en même temps que le jardin. Pour mon informateur, ce ne fut donc qu’un premier pas, encore modeste, vers une transformation plus radicale du statut de jardinier.

ÉTAPES DE LÉMANCIPATION DES JARDINIERS

20Une étape plus conséquente fut le vote de la loi n° 134 du 4 septembre 1958. Grâce à elle, les contrats agricoles ne pouvaient plus être, en théorie, aussi facilement résiliés que par le passé puisqu’il était précisé dans cette loi que « le contrat de travail annuel est considéré comme renouvelé d’office pour une année lorsque aucune des deux parties contractantes ne l’a dénoncé un mois avant l’expiration de l’année contractuelle, en précisant dans l’acte de résiliation, son intention de mettre fin au contrat » (art. 127). La loi stipulait également que « les héritiers du cultivateur jouissent des mêmes droits que leur auteur, conformément aux dispositions du présent code et dans le cadre des clauses du contrat, s’ils s’adonnent au travail agricole ou s’ils habitent dans le domaine objet du contrat » (art. 184).

21Ainsi était fixé le droit de reprise de l’exploitation paternelle par les fils de jardiniers à la condition qu’ils soient eux aussi des jardiniers. On pouvait ainsi commencer à envisager la gestion d’une exploitation sur la longue durée et non plus sur quelques mois ou même quelques années.

22Autre étape plus radicale dans ce processus qui permit au jardinier de s’approprier son exploitation : le décret législatif n° 218 du 20 octobre 1963 qui amendait la loi 134 et renforçait les droits du métayer et du locataire agricole. Il précisait en effet que désormais « le bail rural ne peut être résilié que sur décision prise par la commission de fixation des salaires dans la muḥāfaẓa et il appartient à ladite commission de prononcer les indemnités décidées en vertu des dispositions de la présente loi » (art 178). Ce qui revenait aussi à fixer les loyers pour une durée indéterminée, puisque le bail était conservé et renouvelé d’office et que le fils du jardinier avait la possibilité de le reprendre à son compte, sans en rien modifier, et de le céder à son tour à son propre fils.

23Le décret précisait aussi les seuls cas possibles de résiliation de contrat agricole : en cas de préjudices rendant la terre impropre à la culture, de destructions volontaires de récolte, mais aussi en cas d’inaptitude à cultiver, de refus de cultiver la surface inscrite dans le contrat, d’abus de confiance et enfin de retard de paiement du loyer. Si le propriétaire désire cultiver lui-même la terre ou la confier à l’un de ses fils, le contrat peut être maintenu sur une partie de la terre ; le cultivateur dispose alors d’un droit de retour si les conditions fixées par la loi ne sont pas remplies par le propriétaire. Le cultivateur expulsé avait, dans tous les cas cités, droit à une indemnité financière et à une superficie de terre minimum pour son usage propre.

24Des sanctions étaient applicables à l’égard des propriétaires ne respectant pas leurs obligations. Ainsi l’article 228 du même décret précisait qu’ « est passible d’un emprisonnement d’un à trois mois et d’une amende variant entre 500 et 3 000 LS tout propriétaire qui résilie un bail rural ou fait évacuer un cultivateur, l’un des membres de sa famille, son bétail de la terre confiée à son exploitation lorsque la résiliation ou l’évacuation a lieu contrairement aux dispositions du présent décret législatif et des lois et règlements en vigueur ». Les forces de police ont alors l’obligation de réintégrer les expulsés sur leur exploitation. Les mêmes peines sont requises contre un propriétaire qui n’aurait pas travaillé sur la terre qu’il se proposait de cultiver. L’alinéa 8 de l’article 228 établit enfin que le propriétaire prend à sa charge les droits et les dépenses exigibles à toutes les étapes de l’action judiciaire.

25Un certain nombre d’articles de la loi 218 fixait également les parts respectives du propriétaire et du métayer, augmentant sensiblement celle de ce dernier. Ainsi, dans l’article 199, il est précisé que « la part du propriétaire en contrepartie d’une terre confiée à l’exploitation ne peut dépasser :

  • 25 %, en cas de conclusion d’un contrat portant sur une terre irriguée par gravité ;

  • 20 % en cas de conclusion d’un contrat portant sur une terre irriguée par les eaux courantes ou souterraines ou par l’intermédiaire des moteurs ».

26Selon l’article 200, « la part du cultivateur associé, en contrepartie de son travail seulement, ne doit pas être inférieur à :

  • 40 % quand il s’agit d’une terre irriguée destinée à la culture du coton ;

  • 50 % quand il s’agit d’une terre irriguée destinée à la culture des légumes ;

  • 45 % quand il s’agit d’une terre non irriguée destinée à la culture des légumes ».

27L’article 201 précisait enfin que « la part du cultivateur exploitant un verger et dont les arbres ont atteint le stade de produire ou un potager, ne peut être inférieure à 30 % des récoltes fruitières et à 50 % des récoltes potagères et des autres produits, en contrepartie de son travail seulement ».

28L’efficacité de ces dispositions constituant le contrat agricole était toutefois conditionnée par la possibilité qu’avait — ou n’avait pas — le jardinier de se libérer de la dépendance financière dans laquelle l’avait longtemps maintenu le propriétaire. Le crédit a ainsi constitué l’ultime moyen de pression et de domination dont ont pu disposer les grands ou moyens propriétaires et cela jusqu’au moment où le régime baathiste décida de frapper, après 1964, les biens commerciaux et industriels des grands propriétaires en les nationalisant, leur ôtant ainsi une grande partie de leur pouvoir financier (Métral, 1980 : 301). Nous verrons plus loin que la création d’une Banque de l’Agriculture, le développement des coopératives de service et la création de syndicats paysans, contribuèrent aussi à modifier, au profit du jardinier, ces rapports de force longtemps en faveur des propriétaires.

LE JARDINIER OBTIENT LA MAÎTRISE DE SON EXPLOITATION ET SE TRANSFORME EN PETIT ENTREPRENEUR

29Cette série de lois et de décrets a cependant eu, dès les années 1966-67, des conséquences importantes sur le statut même du jardinier, mais aussi sur sa façon de concevoir le travail de la terre et la gestion de son exploitation.

30Les jardiniers deviennent en effet propriétaires de fait de leurs exploitations, leur expulsion devenant désormais très difficile. À peu près assurés de pouvoir demeurer sur leur exploitation aussi longtemps qu’eux-mêmes et leurs descendants seront en mesure de l’exploiter, les jardiniers n’hésitent donc plus à investir dans des équipements lourds (maisons en dur, réservoirs, puits et motopompes) ou dans des types de cultures à rapport plus lent que les légumes saisonniers. Ainsi, à Hama, la culture maraîchère a peu à peu laissé la place à l’arboriculture, plus adaptée aux étroites parcelles hamiotes protégées du vent par leur situation encaissée et bénéficiant d’une température estivale chaude et humide. Aussi, dès le début des années 1970, les arbres fruitiers - mûriers, pêchers, abricotiers, néfliers, kakis, pruniers... — dominent dans les jardins de Hama. Alors qu’autrefois les arbres de bordure bénéficiaient aux seuls propriétaires et que leur bois était réservé aux norias, le jardinier ayant l’obligation de les entretenir sans contrepartie, désormais c’est à lui que revient l’intégralité de leur rapport. Il en fait du coup la principale source de revenus de son jardin, reléguant les légumes au rang de cultures secondaires et essentiellement hivernales.

  • 14 On retrouve cette notion de faruġ lors de l’achat ou de la reprise de location d’un appartement ou (...)

31Concernant l’achat d’un jardin, les conséquences de la loi organisant les relations agricoles entre le propriétaire du fonds et l’exploitant sont aussi importantes. En effet, l’éventuel acquéreur s’adresse désormais, en préalable à toute négociation, avec le propriétaire, au jardinier exploitant afin de négocier avec lui son possible départ du jardin, la volonté seule du propriétaire ne pouvant plus suffire. La transaction pourrait certes avoir lieu en dehors du jardinier, mais celui-ci peut rester dans le jardin malgré le changement de propriétaire. Le refus d’un jardinier de quitter son exploitation peut donc à lui seul paralyser une vente ou la faire échouer. Lorsqu’il y a accord, celui-ci peut porter sur des sommes importantes - on paye alors au jardinier ce que l’on appelle le farūġ, somme qui le dédommage de la perte du droit d’exploitation14 et qui peut de nos jours porter sur plusieurs millions de livres syriennes — ou encore sur un partage du jardin à parts égales entre le jardinier et le nouveau propriétaire.

32Conséquence de la difficulté d’acheter un jardin depuis une trentaine d’années, on constate une stagnation du marché foncier, cela expliquant sans doute qu’il y ait eu finalement assez peu de renouvellement parmi les propriétaires de jardins depuis un demi-siècle, comme nous avons pu le constater dans le chapitre précédent. Les ayants droit se sont multipliés et se sont peu à peu désintéressés de jardins dont ils ne peuvent plus disposer à leur guise et dont ils ne reçoivent que de très modestes revenus. Ces jardins ne dégagent plus de plus-value... ou plutôt celle-ci se trouve désormais principalement accaparée par les jardiniers au détriment des propriétaires.

33Cette situation du foncier a cependant permis de conserver des surfaces d’exploitations cohérentes en évitant un émiettement excessif de la structure agraire. Si les propriétaires se multiplient du fait de la croissance démographique, en revanche les jardiniers locataires ou associés restent à la tête d’exploitations encore viables, même si leur surface moyenne s’est réduite de plus de moitié depuis les années 40 (passant de 2,5 ha à moins de 1 ha). Si le morcellement du foncier n’a pas entraîné un morcellement comparable de la structure agraire, c’est sans doute grâce à l’effet de blocage, mais aussi de conservation de la loi.

34Certes, quelques rares grandes exploitations ont été divisées entre plusieurs jardiniers issus d’un même ménage, mais il s’agit là de partages fictifs, d’arrangements internes à l’exploitation n’ayant aucune assise officielle. La location ou l’association continue à se faire sous le nom d’un seul membre de la famille, le père de son vivant, l’un des fils après sa mort. La division de fait de l’exploitation n’apparaît bien sûr ni dans le cadastre, ni dans aucun acte officiel, ni même dans la réalité géographique du jardin, puisqu’elle est rarement concrétisée par des divisions matérielles internes. A la génération suivante, l’exploitation peut aussi bien retrouver son unité sous la responsabilité d’un seul jardinier.

35Lorsqu’un jardinier souhaite obtenir la location d’une exploitation, il s’adresse au jardinier déjà en place et lui propose le paiement du farūġ. Il n’ira voir le propriétaire qu’après l’accord passé. Ce type de démarche est toutefois peu fréquent puisqu’il suppose une renégociation du contrat agricole — autrement dit l’établissement d’un nouveau contrat — avec un propriétaire réticent, souhaitant avant tout récupérer son jardin ou en augmenter conséquemment le loyer. Il est donc devenu aussi difficile de trouver un jardin à louer que de le vendre. Les individus qui parviennent à récupérer ou à acheter un jardin le cultivent désormais eux-mêmes ou ont recours à de simples journaliers ne disposant, en tant que salariés, d’aucun droit sur l’exploitation, mais certainement plus à des jardiniers professionnels. Quant aux jardiniers déjà locataires ou métayers sur une exploitation, il est rare qu’ils souhaitent la quitter. Généralement, ils feront tout pour que leur jardin reste dans la famille.

« Maintenant, il est très rare d’acheter ou de vendre. C’est trop cher. On ne quitte pas sa terre. On n’ose pas. La vente et l’achat sont possibles et arrivent quelquefois, mais comment ? J’achète une pièce à mon père, à mon neveu, mon cousin... et quand la terre est louée, ce n’est pas possible puisqu’on ne peut obliger le jardinier d’en sortir... » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, juin 1990).

36On arrive donc à ce paradoxe d’une situation bloquée légalement, qui se traduit par l’impossibilité pour le propriétaire de disposer librement de ses terres, mais situation en fait beaucoup plus stable qu’autrefois du point de vue du jardinier en place. Celui-ci se retrouve en effet propriétaire d’un droit d’exploitation de la terre qu’il peut transmettre par voie de filiation. Il y a donc séparation entre la propriété du fonds, qui demeure celle du propriétaire légal, et la propriété du droit d’exploitation qui revient au jardinier et cela à travers la pratique effective et quotidienne d’une activité professionnelle, d’une technique et d’une économie, imposant finalement le jardinier comme l’acteur et le bénéficiaire central de ce système (et non plus le propriétaire). Les anciens grands lignages de jardiniers ne sont donc plus les seuls à bénéficier d’une situation stable dans leur région : c’est maintenant l’ensemble des jardiniers qui ont la possibilité de rester en place et de peu à peu s’identifier à leurs exploitations.

37De nombreux propriétaires sont bien sûr tentés de récupérer leur jardin ou du moins une partie et certains y réussissent, soit en se lançant dans des procès dont l’issue demeure cependant incertaine, la loi étant favorable au jardinier — ils tentent alors de faire valoir les fautes éventuelles de l’exploitant — soit en négociant directement avec leur jardinier ou par l’intermédiaire d’un conciliateur, lui proposant d’importantes sommes d’argent ou la pleine propriété de la moitié du jardin. Le refus du jardinier est souvent justifié par le fait qu’il trouve économiquement plus rentable de louer pour une durée indéterminée la totalité du jardin plutôt que de posséder et de n’exploiter que la moitié de ce même jardin : pourquoi se contenterait-il de la moitié du jardin alors qu’il a droit à sa totalité ? Seuls les jardiniers certains de ne pouvoir assurer leur succession - leurs fils ayant définitivement quitté le travail de la terre — acceptent ces arrangements. La part de jardin qu’ils reçoivent alors, constituant un capital important, pourra être vendue à leur mort par leurs héritiers, parfois à l’ancien propriétaire qui peut trouver là l’occasion de récupérer la totalité du jardin familial.

  • 15 Seuls les contrats de métayage, minoritaires à Homs comme à Hama, sont restés avantageux pour les p (...)
  • 16 Surtout si l’on sait que le revenu moyen annuel d’un jardinier exploitant une vingtaine de dunum ét (...)

38Les jardiniers ont donc obtenu la maîtrise de leurs exploitations, celles-ci se révélant d’ailleurs de plus en plus rentables dans le cas des locations15, puisque la part du propriétaire est chaque année plus affaiblie par l’inflation et la dévaluation de la livre syrienne : des loyers annuels fixés par exemple à 1 500 LS représentaient une somme importante en 1957, ce qui n’est plus du tout le cas au début des années 199016. Forts de cette maîtrise, de nombreux jardiniers se sont peu à peu transformés en petits entrepreneurs maraîchers, investissant, aménageant leur exploitation, construisant des bâtiments, plantant des arbres fruitiers, prenant l’initiative de telle ou telle culture, si bien que le maraîchage est de plus en plus considéré comme une activité rentable, permettant de faire vivre correctement un ménage.

39Ces changements ont eu par ailleurs des conséquences directes sur les relations de dépendance que le propriétaire citadin avait tissées autour de son locataire ou associé, celui-ci se retrouvant progressivement libéré des liens les plus contraignants qui l’attachaient à la bourgeoisie citadine. De simples jardiniers ont pu ainsi contrôler un capital foncier dont la valeur économique est loin d’être négligeable : sans bien sûr que cela les ait statutairement assimilés à de véritables propriétaires, leur niveau de vie s’en est trouvé nettement amélioré et, par voie de conséquence, leur statut social. Comme me le faisait remarquer un fonctionnaire de l’administration du cadastre de Hama, « les jardiniers sont riches maintenant »... même si beaucoup d’entre eux restent encore dans une situation économique et financière difficile, la société citadine les assimile désormais à ceux qui ont su profiter des bouleversements intervenus depuis l’indépendance du pays.

CHANGEMENTS DANS LES RAPPORTS DE PRODUCTION À L’INTÉRIEUR DES EXPLOITATIONS

40Je voudrais maintenant dire quelques mots des changements intervenus dans un autre type de relations de dépendance, celui qu’entretiennent les jardiniers avec la main-d’œuvre qu’ils utilisent quotidiennement ou occasionnellement sur leurs exploitations.

41Les lois sur les relations agricoles de 1958 et de 1963 prennent également en compte le statut des ouvriers agricoles et des journaliers. Ceux-ci sont passés d’une situation de non-loi, dans laquelle les salaires comme les heures de travail étaient fixés par les jardiniers eux-mêmes, à une situation encore difficile, mais où est mise en place une réglementation minimale du travail salarié.

42Ainsi, les contrats peuvent encore être conclus verbalement lorsqu’il s’agit d’ouvriers temporaires, autrement dit de journaliers, mais doivent faire l’objet d’un blanc-seing lorsqu’il s’agit d’ouvriers engagés à l’année (loi 218, art. 36). La durée maximale de ce type de contrat est de cinq ans (art. 37) et l’âge minimum de l’ouvrier agricole annuel est de 18 ans (art. 38). Il est cependant précisé que les ouvriers agricoles annuels peuvent être recrutés parmi les moins de 18 ans avec l’accord des parents (art. 39). Les salaires, comme la durée du travail fixée à huit heures par jour, font aussi l’objet d’une régulation (art. 101). Ils doivent être fixés par une commission établie dans le chef-lieu de la muāfaa, selon le coût de la vie et le type de travail effectué. Il est précisé que « le contrat à durée déterminée prend fin à l’expiration de cette durée » (art. 126) mais qu’en revanche « le contrat de travail annuel est considéré comme renouvelé d’office pour une année lorsque aucune des deux parties contractantes ne l’a dénoncé un mois avant l’expiration de l’année contractuelle, en précisant dans l’acte de résiliation, son intention de mettre fin au contrat » (art. 127).

43Il est enfin notifié « qu’il est interdit de faire travailler les enfants, garçons et filles, dans les travaux agricoles, avant d’avoir accompli 12 ans » (art. 47), ce qui pouvait directement concerner la main-d’œuvre familiale, en particulier les enfants ou les petits-enfants du jardinier qui continuent, malgré cela, à être utilisés dans les jardins durant les vacances scolaires.

44L’application de ces articles de loi est restée limitée dans les jardins, d’autant plus que l’on avait affaire, dans le cas des journaliers, à une population fluctuante, mobile et instable par nature. Certaines mesures n’ont ainsi jamais été appliquées, comme par exemple l’établissement d’un contrat écrit pour les ouvriers annuels. Qu’ils soient annuels ou journaliers, les contrats sont toujours verbaux et relèvent davantage de relations personnelles et de confiance que de rapports formalisés et encadrés par une convention écrite. En revanche, les exigences sur les salaires et sur les heures de travail sont à peu près respectées. Le salaire des journaliers est fixé à 100 LS par période de 6 heures et celui des journalières à 75 LS. Leur travail dans un même jardin n’excédera jamais huit heures par jour. Soulignons cependant qu’il est très rare que les jardiniers aient besoin d’une aide salariée plus de trois ou quatre heures successives, les parcelles excédant rarement une surface de 3 dunum. Les ouvriers engagés à l’année sont donc peu nombreux et ne se trouvent que sur quelques grandes exploitations.

45Si les conditions de travail des ouvriers agricoles se sont donc sensiblement améliorées grâce aux lois agricoles, des changements ont également eu lieu dans la composition même de cette catégorie.

46Ainsi, les aǧīr, ces jeunes valets de jardins qui étaient affectés aux tâches les plus rebutantes ou fatigantes (ramassage des ordures ménagères jusque dans les années 1950, surveillance nocturne de l’exploitation, épandage...), ont disparu des jardins. Cette disparition me semble relever de plusieurs causes.

47Le monde du travail a changé et avec lui les modes d’apprentissage. Autrefois, les pénuries alimentaires, la structure professionnelle, la rareté des activités non agricoles, la relative modestie des marchés urbains et les limites d’une économie urbaine tendant vers l’autosuffisance ne laissaient guère de choix à tous les jeunes qui n’avaient pas la possibilité d’être intégrés aux traditionnels groupes professionnels du souk. La zone des jardins leur apparaissait alors comme une réserve de travail offrant l’occasion d’une survie quotidienne, en temps ordinaire comme en temps de crise.

48Depuis les années 1940-50, le développement des activités industrielles et de l’artisanat moderne (mécanique, électricité, réparation de moteurs...) offre une gamme plus vaste de secteurs d’apprentissage. Ceux qui auraient pu autrefois devenir des aǧīr dans les jardins travaillent donc aujourd’hui comme apprentis dans la zone artisanale, route d’Alep à Homs et route de Salamié à Hama, dans les garages de réparation automobile, dans les ateliers de carrosserie et de fabrication de pièces détachées, mais aussi dans les ateliers de textile situés à l’est de Homs... bref dans des secteurs créateurs d’emplois et parfois en pleine expansion (comme celui lié à l’automobile). Comme le souligne J. Cornand (1994 : 132), « l’apprentissage dans l’entreprise reste le mode le plus répandu de transmission des connaissances techniques nécessaires à la maîtrise du métier et d’insertion sur le marché de l’emploi ». Dans cette optique, que peut valoir l’apprentissage de l’agriculture dans une zone étroite où le marché de la terre est à ce point bloqué ? Ne peuvent encore devenir jardiniers que les enfants de jardiniers : eux seuls ont un accès facile aux terres agricoles périurbaines.

49Il est important aussi de souligner que, moins grandes, les exploitations ne demandent plus une main-d’œuvre permanente comme autrefois. Le ramassage des ordures ménagères, qui constituait l’un des principales tâches du « valet de jardin », n’est d’ailleurs plus pratiqué depuis la fin des années 1950. Le jardinier n’a donc plus besoin de quelqu’un au quotidien. Maintenir un jeune garçon à demeure dans le jardin reviendrait actuellement beaucoup trop cher.

50La population des travailleurs journaliers s’est également modifiée depuis les années 1950. Des opportunités de travail sont en effet apparues au fur et à mesure de la création de nouvelles industries dans la région (cimenterie en 1956, raffinerie de pétrole en 1957, trois usines d’engrais entre 1967 et 1979, usines de peinture....), détournant à leur profit la main-d’œuvre citadine et paysanne employée autrefois dans les jardins. Par ailleurs, l’accroissement des périmètres irrigués, la redistribution de terres jusqu’à la fin des années 1960 et une relative amélioration des conditions de vie dans les campagnes (motorisation, développement des transports, accès au crédit bancaire, création de coopératives...) tout cela a contribué à fixer une main-d’œuvre paysanne qui était autrefois plus fluctuante. Le rassemblement quotidien des journaliers à Bāb al-Hūd (Homs), décrit dans le premier chapitre, a donc complètement cessé dès les années 1964-65. Nombre de jardiniers homsiotes ont alors été contraints de parcourir les villages environnants pour y embaucher des paysannes comme journalières, la plupart des hommes refusant désormais de travailler dans la zone agricole. Le travail dans les jardins leur semble en effet trop dur et peu valorisant. Lorsqu’ils acceptent, ils demandent des salaires trop élevés, ce qui incite finalement les jardiniers à n’employer que des femmes.

  • 17 Ainsi, sur les 25 familles recensées dans le zūr al-Šarqī, 9 fournissent régulièrement des journali (...)

51À Hama par contre, les journaliers sont toujours des hommes, citadins originaires du quartier du jardinier ou petits jardiniers du même secteur de jardins17 et sont payés jusqu’à 200 LS par jour à cause du caractère fastidieux de la cueillette de certains fruits. Ramasser des mûres noires est par exemple un travail long et très délicat, puisque le fruit s’écrase facilement entre les doigts. Le journalier est également obligé de grimper dans les branches lorsque l’arbre est plus haut que l’échelle. Il est cependant devenu rare qu’un journalier soit embauché pour plus de quelques heures par mois. Les jardiniers évitent autant que possible d’y avoir recours et préfèrent faire appel à une main-d’œuvre familiale masculine (cousins, frères) dont la rétribution se fait en nature ou en retour de services. Si les journaliers sont devenus trop chers, en revanche les femmes étrangères à la famille du jardinier, qui en tant que journalières pourraient pourtant être payées moins cher, sont toujours aussi peu nombreuses dans les jardins de Hama.

  • 18 Enquête effectuée avec M. al-Dbiyat en septembre 1995.

52On se souvient enfin que dans les années 1930-1940, de nombreuses bédouines venaient travailler l’été dans les jardins homsiotes. Elles y sont désormais présentes toute l’année, été comme hiver, contribuant ainsi à féminiser davantage cette activité. En effet, à partir des années 1960, un grand nombre de bédouins de la tribu des ‘Agedāt s’est fixé à Baba Amr et sur le Wa’ar. Les hommes sont alors devenus chauffeurs de camions ou ouvriers en usines. Certains ont même acheté des terres au sud de la route de Tripoli, sur le terroir des villages situés entre Baba Amr et Qattiné. Leurs femmes continuent donc à travailler comme autrefois dans les jardins. Un certain nombre de familles bédouines s’est installé à Ḥaṣwiyyeh, un bourg situé en bordure de la zone des jardins au nord de la ville. Simple ferme à l’origine, le lieu est occupé depuis la fin des années 1960 par un nombre croissant de familles de bédouins ‘agedāt qui y ont construit des habitations illicites. D’après les habitants interrogés18, on comptait 370 habitants en 1970, 500 en 1981 et plus de 1500 de nos jours (1995). Les hommes travaillent dans la zone artisanale toute proche, ou dans l’élevage, et les femmes dans les jardins.

3 — DISPARITION DE L’ANCIENNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE

53À Homs, une organisation de type coopératif va rapidement se substituer aux institutions traditionnelles qui, jusqu’alors, contrôlaient l’organisation du travail dans les jardins. A Hama, par contre, peut se poser la question des conséquences de la création d’une coopérative sur un groupe professionnel jusqu’alors peu structuré.

PETITE HISTOIRE DES COOPÉRATIVES AGRICOLES EN SYRIE19

  • 19 Pour ce paragraphe, je me suis essentiellement basé sur les travaux de Métral (1980), de Abbas (198 (...)

54Ce mouvement est relativement ancien, puisque les premières coopératives agricoles syriennes ont été créées à l’initiative de particuliers en 1942 et ont été reconnues par l’État dès 1943. La première à être constituée se trouvait à Deir Attiyé, un petit village situé dans les monts Kalamoun, à 80 km au nord de Damas. Cette association avait pour but de développer l’irrigation au niveau d’un terroir villageois par le forage de puits et la construction de canaux. D’autres petites coopératives villageoises furent créées au cours des années 1940 et 1950 à l’initiative de paysans relativement aisés et souhaitant se donner ainsi les moyens d’acquérir des machines agricoles, des semences et des engrais.

55Il faut cependant attendre la Constitution de 1950 pour que l’État soit enfin encouragé à créer des coopératives (art. 19). Si le décret législatif n° 65 du 28 février 1950 constitue de ce point de vue une première reconnaissance de la nécessité de fonder des coopératives, rien n’est cependant encore techniquement fait pour que leur développement soit rendu possible. Une deuxième loi (n° 317), votée en 1956, délimite cependant plus précisément les objectifs et les modalités de fonctionnement et de contrôle des coopératives ; mais en 1957, année d’une troisième loi (n° 91) sur les coopératives, il n’existe que trente-huit associations agricoles pour l’ensemble de la Syrie, toutes privées et ne regroupant au total que 1325 paysans.

56C’est en fait la réforme agraire de 1958 qui constitue la première avancée significative en matière de création de coopératives agricoles en Syrie. L’article 28 de la loi n° 161 précisait en effet que le paysan devait obligatoirement adhérer à une coopérative pour pouvoir bénéficier de la distribution des terres confisquées dans le cadre de la réforme. Cette adhésion devait également lui permettre d’accéder plus facilement aux crédits et aux aides financières. De 1958 à 1961, le nombre de coopératives passe donc de trente-huit à trois cent soixante-dix et leurs membres de 1360 à 34 764. Une distinction se fait alors entre les « coopératives de la réforme agraire » et les coopératives privées créées à l’initiative d’agriculteurs ou de propriétaires terriens. Les unes et les autres sont d’abord placées sous la tutelle du ministère des Affaires sociales et du Travail. En 1961 cependant, les premières sont confiées au ministère de la Réforme agraire et les secondes au ministère de l’Agriculture.

57Le contexte particulièrement difficile de l’époque empêche toutefois la pleine réussite du mouvement : la sécheresse, les retards dans la distribution des terres, le manque de préparation et de motivation des paysans, l’absence d’un personnel d’encadrement formé, la demande massive de crédits à laquelle l’État ne put faire face... autant d’obstacles qui limitèrent la création des coopératives et provoquèrent même la faillite de nombre d’entre elles dès 1962. Le retour au pouvoir d’un gouvernement conservateur, entre 1961 et 1963, entraîna de plus une baisse des aides allouées aux coopératives publiques et un ralentissement de leurs créations.

58Le Baath au pouvoir en 1963 tenta bien sûr d’inverser la tendance. Pour cela, il encouragea le développement de deux structures parallèles : les associations syndicales et les coopératives. Les associations syndicales paysannes avaient un caractère plus politique que les coopératives dont la mission reste essentiellement économique et pédagogique. Les premières recrutaient d’ailleurs davantage dans le milieu des paysans sans terre, des métayers et des ouvriers agricoles, alors que les coopératives regroupaient plutôt les petits et moyens propriétaires. Les associations syndicales devaient faire de la classe paysanne un soutien du parti en l’amenant à prendre conscience des opportunités que le nouveau régime lui offrait.

59Créées à la suite du coup d’état de 1963, ces associations furent regroupées en 1964 dans l’Union générale des paysans. Les missions de cette UGP furent multiples. Ses représentants participèrent ainsi, à partir de 1967, aux opérations de redistribution des terres confisquées par la réforme agraire ; les syndicats assuraient également la défense des exploitants agricoles face aux propriétaires, réglant les conflits et veillant au respect de la loi sur les relations agricoles. L’UGP assura par ailleurs, à partir de 1969, la formation politique, sociale et culturelle des paysans, invités à participer à des stages de formation. On comptait 3 000 syndicats en 1973 pour 215 000 adhérents, soit plus de 40 % de la population active rurale.

60Quant au mouvement des coopératives, il ne prend vraiment toute son ampleur qu’après 1967. A cette date, les coopératives des deux secteurs (public et privé) sont réunies sous la direction d’un ministère unique, le ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire et regroupées au sein d’une Fédération nationale des coopératives destinée à structurer le mouvement coopératif et à soutenir son développement, tant par l’apport d’une assistance technique et financière que par son rôle fédérateur et centralisateur (décret législatif n° 39). En 1970, on compte quelques 1017 coopératives (449 dépendantes de la Réforme agraire et 568 du secteur privé).

61En avril 1974 enfin, la Fédération nationale des coopératives — celles-ci étant alors au nombre de 1725 — est absorbée par l’Union des paysans (loi n° 21) qui devient désormais l’une des grandes organisations politiques du parti Baath. Le nombre des coopératives ne cessera cependant de croître tout au long des années 1970. En 1981, on comptait 3 685 coopératives regroupant 347 898 membres, soit 85 % de la population active rurale syrienne.

  • 20 Celles-ci se caractérisent par la propriété collective des moyens de production, par un travail eff (...)

62Qu’elles soient privées ou publiques, il s’agit de coopératives de services et non de coopératives de production20.

63Ces coopératives de services peuvent être des « coopératives à buts multiples ». Elles jouent dans ce cas le rôle d’intermédiaires administratifs entre les petits paysans, travaillant individuellement leur exploitation, et les divers grands organismes publics situés en amont et en aval de la production (offices du blé, du coton ou du sucre..). Elles simplifient aussi l’accès aux établissements de crédits (Banque de l’Agriculture), permettant ainsi aux paysans de se libérer de la relation de dépendance financière dans laquelle les maintenaient encore propriétaires, commerçants et usuriers. Elles facilitent la fourniture de moyens techniques aux petits agriculteurs (semences, engrais, matériel agricole, moyens de stockage). Elles peuvent enfin organiser la commercialisation des produits agricoles dépendant du marché contrôlé. Depuis 1970, elles sont le relais administratif du « Plan de production agricole » et chargées de sa mise en place et de son bon déroulement.

64Mais les coopératives de services peuvent aussi être des « coopératives agricoles spécialisées ». Créées surtout dans les années 1970, elles occupent certaines filières de l’économie agricole. On trouve ainsi des coopératives d’élevage de bovins et de produits laitiers, des coopératives d’élevage des ovins et d’amélioration des pâturages, des coopératives de fruits et légumes... elles s’occupent essentiellement du regroupement et de la commercialisation de ces produits et proposent des services techniques spécialisés. Un paysan peut bien sûr appartenir à plusieurs coopératives, selon la nature de ses productions.

65Je voudrais maintenant analyser ce qui s’est passé dans les jardins à cette même époque, notamment du point de vue du mode d’organisation professionnelle. Qu’en a-t-il été des jardiniers en ce qui concerne ce mouvement coopératif ? Qu’est-il advenu de leur ancienne organisation professionnelle ? Quelle place a été accordée aux jardiniers dans les associations syndicales de paysans ?

À HOMS, DU CHEF DES JARDINIERS À LA COOPÉRATIVE DE SERVICES21

  • 21 Les données utilisées dans ce paragraphe proviennent de divers entretiens effectués entre 1992 et 1 (...)

66Nous avons vu dans la première partie que le traditionnel mode d’organisation professionnelle des jardiniers homsiotes était basé sur une structure relativement centralisée ayant à son sommet un chef des jardiniers issu d’un grand lignage de notables et émanation des principaux propriétaires de jardins. Ce chef était secondé par un conseil constitué de quelques membres de grands lignages de jardiniers. Enfin, au niveau de chaque secteur de la zone des jardins, ces lignages servaient à leur tour de relais à l’autorité du chef auprès des jardiniers. Cet ensemble permettait tout à la fois de contrôler le système de distribution de l’eau d’irrigation, fonctionnant à partir d’un grand canal et se ramifiant en canaux secondaires et tertiaires, et de réguler les rapports entre jardiniers d’une part et entre propriétaires et jardiniers d’autre part.

67Ce « maillage pyramidal » n’était toutefois pas centralisé de façon stricte puisque le système fonctionnait sur différents niveaux d’autonomie basés sur un partage assez précis des responsabilités, tant au niveau de l’irrigation — le chef des jardiniers était directement responsable du grand canal et laissait le réseau secondaire aux grands lignages de jardiniers — que des rapports interpersonnels, les conflits entre jardiniers étant du seul ressort des grands lignages de jardiniers et des groupes spontanés de conciliation, c’est-à-dire des jardiniers eux-mêmes. Cette structure a plus ou moins bien fonctionné jusqu’à la fin des années 1950.

LE CHEF EST MORT, VIVE LA COOPÉRATIVE !

68Le šay Zuḥūrī ibn Maḥmūd al-Atāssī meurt en 1956 à l’âge de 85 ans. Il aura été le dernier chef des jardiniers homsiotes : il ne sera pas remplacé. La fonction disparaît avec lui. Il faut dire que celle-ci avait déjà été considérablement affaiblie, puisque dès le début des années 1940 la surveillance et la gestion du grand canal de Qattiné — principale responsabilité du chef — lui avaient été retirées par les autorités mandataires, comme nous le verrons dans le chapitre suivant. Cette fonction avait donc perdu sa dimension « municipale », celle qui plaçait le chef des jardiniers dans la situation de garant des droits de la société citadine sur le grand canal, pour ne plus se limiter qu’aux seules affaires des jardins (conflits entre jardiniers et propriétaires, estimations des terres...).

  • 22 Cf. 1er partie, chapitre I.

69À la mort de Šay Zuḥurī, c’est son jeune frère Šawkāt qui était pressenti pour lui succéder. J’ai déjà évoqué le parcours de cet ancien commerçant en verroteries reconverti dans le maraîchage intensif en 193422. Il avait pu constituer une exploitation de plusieurs hectares à partir de parcelles louées à son propre lignage et y pratiquait depuis un maraîchage qui se voulait rationnel et moderne, avec utilisation massive d’engrais importés à grands frais, de semences sélectionnées, de motopompes, mais aussi avec l’emploi d’une importante main-d’œuvre journalière sous-payée. Il était devenu, en quelques années, le principal producteur des jardins de Homs, exportant dans ses propres camions une grande partie de sa production vers Damas, mais aussi vers le Liban et la Jordanie.

70C’est peut-être sa connaissance du milieu des jardiniers, le constat de l’anachronisme croissant dans lequel se trouvait la fonction de chef des jardiniers, ses propres idées sur le développement d’une agriculture moderne, mais aussi quelque chose comme « l’air du temps », qui lui firent activement soutenir la création d’une coopérative agricole plutôt que de tenter de reprendre la charge occupée pendant si longtemps par son lignage.

71En effet, si la fonction traditionnelle de chef des jardiniers a pu disparaître aussi facilement, c’est aussi parce qu’un système était en train de changer, non seulement dans les jardins de Homs, mais aussi en Syrie : celui sur lequel se basaient les rapports profondément inégaux existant entre petits exploitants agricoles et grands propriétaires terriens. Les jardiniers étaient de plus en plus nombreux à souhaiter des changements, à accepter difficilement l’arbitraire des propriétaires ; certains, nous l’avons vu, se sont même activement associés à cette époque aux revendications des paysans contre les grands propriétaires terriens. Dans ce contexte, la constitution d’une coopérative maraîchère a pu apparaître comme la solution permettant de combler le vide institutionnel laissé par la disparition du chef des jardiniers tout en donnant satisfaction aux jardiniers, en les associant à l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.

72L’«  association coopérative des jardiniers » (al-Ǧam‘iyyeh al-ta‘āwuniyyeh li-l-basātneh) voit donc le jour dans le courant de l’année 1956. Il s’agissait d’une coopérative privée basée sur l’appartenance professionnelle et non sur l’appartenance à un village ou à une classe sociale (paysans). Sa structure de fonctionnement ne différait cependant guère de celle des autres coopératives privées créées à la même époque.

  • 23 Un Zahrāwī, propriétaire d’une dizaine d’hectares de jardins dont il exploitait lui-même une partie (...)

73Elle était formée, dans les premiers temps, d’une quarantaine de coopérateurs, en majorité des jardiniers affiliés aux grands propriétaires et des membres des grands lignages de jardiniers. On y trouvait également quelques petits propriétaires de jardins. Ces premiers coopérateurs se réunirent en assemblée générale pour élire un conseil d’administration constitué de sept membres permanents, comprenant notamment un sous-directeur, un secrétaire et un trésorier. La plupart des membres de ce conseil ainsi élu en 1956 était issus des grands lignages de jardiniers, ceux-là même qui constituaient autrefois le conseil du chef des jardiniers23. Le conseil fut chargé à son tour d’élire le directeur de la coopérative. C’est Šawkāt Atāssī qui fut alors choisi. La coopérative ainsi constituée fut rapidement reconnue par les autorités.

74Elle fonctionnait comme une société par actions, chaque coopérateur achetant une ou plusieurs actions coûtant à l’époque 10 LS pièce et versant à la caisse commune 1 LS par mois. Elle avait pour but de fournir des engrais, des semences et du fourrage à ses adhérents et de faciliter l’achat de tracteurs, encore inconnus dans les jardins. Mais elle se proposait également d’intervenir dans les conflits entre jardiniers et propriétaires, dans les questions de bornage de propriété, de rupture de contrat et d’estimation des terres... réinvestissant donc certains des anciens domaines d’intervention du chef des jardiniers et de son conseil.

75Tout semble s’être passé comme si, sous couvert de modernité et de renouvellement du mode d’organisation, on avait en fait voulu maintenir la structure traditionnelle d’autorité. Dans les deux premières années de son existence, la coopérative reproduisait en effet assez fidèlement l’ancien système de contrôle : un notable issu du principal lignage de propriétaires de jardins se trouvait à sa tête, des membres de grands lignages de jardiniers occupaient le conseil d’administration et l’assemblée générale des actionnaires était essentiellement composée par leurs affiliés et clients. Les anciens mécanismes d’autorité, d’allégeance et de clientèle semblent avoir ainsi continué à fonctionner, permettant aux grands propriétaires de conserver un certain contrôle sur la zone des jardins. La coopérative avait de plus l’avantage d’être une structure nouvelle, légitimée par son objectif de servir l’intérêt commun et par l’adhésion et la participation croissante de jardiniers. Cette situation allait toutefois assez rapidement changer.

LES JARDINIERS S’APPROPRIENT LA COOPÉRATIVE

76Les changements furent d’abord d’ordre quantitatif : la coopérative étant une structure ouverte à tous, les adhésions se firent de plus en plus nombreuses. D’après des témoins de l’époque, le nombre de coopérateurs passa rapidement d’une quarantaine à plus d’une centaine entre 1956 et 1958. Ceux qui avaient formé la première assemblée générale se sont donc retrouvés en situation minoritaire. Une autre logique de fonctionnement allait dès lors prendre le dessus.

77Le conseil d’administration, récemment élu, fut en effet vite contesté par un groupe de jardiniers se distinguant par ses exigences sur les droits des exploitants, certains participant déjà aux revendications paysannes contre les grands propriétaires fonciers. Ce petit groupe est peu à peu parvenu à mobiliser et à fédérer autour de lui un nombre croissant d’actionnaires. Les événements de 1958 — l’union avec l’Egypte et le lancement d’une réforme agraire — les ont bien sûr confortés dans leur position. Une majorité des coopérateurs finit par exiger qu’un nouveau vote de l’assemblée générale ait lieu. C’est au cours de cette séance que le conseil d’administration fut entièrement renouvelé et que Šawkāt Atāssī fut écarté de la direction de la coopérative. Il en resta membre actionnaire, mais ne participa plus aux assemblées générales ; il finit d’ailleurs par se retirer des jardins en 1964. Le petit groupe à l’origine de ces changements investit le conseil d’administration et l’un de ses membres est alors élu directeur. Il conservera ce poste jusqu’à la fin des années 1960. Il sera ensuite remplacé par un autre jardinier, lui aussi membre du groupe, qui restera directeur de la coopérative jusqu’en 1985.

78Le petit groupe contestataire était formé par une dizaine de jeunes jardiniers (moyenne d’âge 40 ans), issus de lignages non propriétaires de jardins. Ils étaient donc tous locataires ou métayers sur leur exploitation et n’appartenaient pas aux lignages de jardiniers traditionnellement associés aux notables. Ainsi, pour prendre quelques exemples, Aḥmad, né en 1925, était locataire d’un jardin de 25 dunum dans le zūr al-Ǧdīdeh, jardin appartenant à bayt Akšār. Kāmel, né en 1920, était métayer dans un jardin de 30 dunum situé dans le zūr al-Ḫarāb et appartenant à ‘Inām al-Atāssī ; et j’ai déjà parlé du aǧǧ Sa‘ad, locataire d’un jardin de 16 dunum dans le zūr al-’Abbār.

79Le fait que les jardiniers aient eu, en tant que citadins, un accès direct et quotidien à la ville leur permettant de bénéficier d’une certaine éducation, de participer à de nombreux réseaux urbains et d’avoir accès à diverses sources d’informations, a sans doute contribué au développement chez certains d’une conscience politique. En effet, ils ne se sont pas contentés d’exprimer des revendications précises concernant leurs conditions de vie et de travail dans les jardins, mais ont également su intégrer leurs revendications à un discours prenant en compte celles des campagnes auxquelles ils se sentaient à ce moment-là liés.

  • 24 Ils ont d’ailleurs gardé de cette époque une profonde nostalgie et une admiration intacte pour Ǧama (...)

80Leur action a bien sûr été rendu possible par un climat politique favorable, celui des premiers mois de l’union avec l’Egypte24. Ils ont alors réussi à faire d’une petite coopérative le lieu d’expression des revendications et surtout de la volonté de changement de tout un groupe professionnel. Son contrôle était devenu un enjeu pour les jardiniers qui voulaient s’émanciper des structures traditionnelles d’autorité. Ainsi, au terme d’un court processus d’appropriation, les grands propriétaires (Atāssī et Zahrāwī), ainsi que les membres des grands lignages de jardiniers, ont été écartés de la direction d’une coopérative qu’ils avaient pourtant contribué à créer ; d’un autre côté, des jardiniers issus de lignages modestes — représentant donc la grande majorité du groupe professionnel — ont pour la première fois eu accès à une position de pouvoir dans la zone des jardins.

  • 25 J’ai eu l’occasion de voir chez un jardinier les photographies officielles qui avaient été faites l (...)

81Cette position se consolidera au cours des quelques années que dura l’union avec l’Égypte, le point culminant de cette période pour nos jardiniers étant un séjour au Caire qu’effectuèrent certains membres du conseil d’administration de la coopérative dans le cadre d’un congrès national des coopératives de la R.A.U. Au cours de ce séjour, ils eurent l’occasion de visiter les principales réalisations industrielles du régime et de serrer la main au président Nasser lui-même25. Le prestige personnel que leur conféra cette visite compta sans doute beaucoup dans la position qu’ils devaient désormais occuper au sein de leur groupe professionnel, celle de personnalités écoutées et respectées.

82La place prééminente de la coopérative dans la zone des jardins allait être renforcée, quelques années plus tard, par l’arrivée au pouvoir du parti Baath, mais aussi en raison de sa forte implication dans la vie quotidienne des jardiniers, du moins durant la décennie 1960.

LE BUSTĀNĪ EST UN FELLAḤ

83La coopérative se maintient durant la période de gouvernement conservateur qui a succédé à la fin de l’union avec l’Égypte. L’arrivée au pouvoir du Baath, en 1963. la conforte bien sûr dans son existence, même si elle n’appartient pas à la catégorie des coopératives de la Réforme agraire, mais à celle des coopératives privées.

84Lorsque furent créés les syndicats paysans, qui allaient être regroupés dans l’Union générale des paysans, les jardiniers homsiotes réclamèrent la possibilité de créer leur propre syndicat. La demande était forte et une délégation issue de la coopérative se rendit même à Damas. Mais leur requête fut rejetée : les jardiniers ne pouvaient constituer un syndicat qui serait basé sur une spécificité professionnelle qu’on leur refusait alors. Ils devaient intégrer le syndicat local des paysans déjà existant. Nombre de jardiniers vont donc adhérer à l’Union des paysans et l’un d’eux, membre du groupe qui avait contesté en 1958 l’influence des propriétaires sur la coopérative, va même être nommé sous-directeur de la section locale, poste qu’il occupera jusqu’en 1981. Ce même responsable sera également le représentant des jardiniers au sein du Tribunal agricole de Homs (mahkama zira’īya) entre 1965 et 1967.

85On peut constater qu’il existait, chez les jardiniers, une contradiction entre la nécessité pour eux de rejoindre les paysans dans leur lutte contre les propriétaires terriens et leur désir de conserver leur spécificité en continuant à constituer un groupe professionnel agricole à part. Cette contradiction reflétait bien toute l’ambiguïté statutaire de ce groupe, à la fois citadin par la résidence et rural par la nature de ses activités.

86Le refus des autorités baathistes de permettre la création d’un syndicat de jardiniers résulte de leur volonté d’intégrer ces jardiniers à une classe paysanne sur laquelle le régime va fortement s’appuyer tout au long des années 1960, ainsi que le souligne F. Métral (1980 : 302) : « Pourla première fois depuis longtemps dans l’histoire de la Syrie, les paysans étaient valorisés, choyés par le Pouvoir dont les rapprochait l’origine sociale ou géographique des dirigeants. ». Officiellement, les jardiniers ne sont donc plus des basātneh (terme trop lié à l’ancienne société citadine) mais des fellahīn et doivent, à ce titre, prendre part aux luttes que mène alors le régime contre l’oligarchie citadine traditionnelle. C’est un peu comme si on avait souhaité couper les liens trop étroits qui unissaient les jardiniers à la société citadine en les rattachant plus directement au monde rural par le biais de leur adhésion à cette Union des paysans dont le siège se trouve sur le plateau du Wa‘ar, à l’ouest de Homs. Mais sont-ils pour autant devenus des paysans ? C’est bien sûr une autre question. Cette appellation de « paysans » appliquée aux jardiniers reste toutefois encore de nos jours utilisée par les fonctionnaires des organismes agricoles et par certains jardiniers ayant connu cette époque.

87Les jardiniers n’ont certes pas obtenu le syndicat qu’ils réclamaient, mais ils semblent cependant avoir plus ou moins conservé, pendant ces années 1960, un certain contrôle sur une coopérative qui était par bien des aspects de son histoire et de son fonctionnement le produit de leur particularisme agricole et citadin.

PRÉSENCE ET FONCTIONS DE LA COOPÉRATIVE DES JARDINIERS DANS LES ANNÉES 1960

88La coopérative, soutenue par l’Union des paysans, voit ses capacités d’intervention dans la zone des jardins à la fois légitimées, renforcées et élargies. Elle devient l’organisme par lequel passe toutes les questions touchant au foncier et aux relations agricoles, mais aussi l’instrument de soutien des jardiniers face aux propriétaires. Comme me le disait l’un des responsables de l’époque, non sans une certaine nostalgie : « nous avions la force et la loi pour nous ».

  • 26 Une demi-douzaine de tracteurs ont en effet pu être achetés à cette époque par l’intermédiaire de l (...)

89En 1965, une majorité de chefs d’exploitation avait déjà adhéré à la coopérative. Celle-ci jouait pleinement son rôle d’intermédiaire entre les jardiniers et les organismes publics fournissant les engrais chimiques, les fourrages, les semences ou les machines agricoles26.

90Le marché des fruits et légumes étant un marché libre, elle ne se chargeait pas de leur commercialisation. Elle ne pouvait pas non plus contracter de prêts. Elle s’occupait en revanche des démarches administratives que les jardiniers avaient des difficultés à effectuer seuls et était habilitée à délivrer des permis pour obtenir des voitures agricoles (à plate-forme arrière). Elle prenait part à la plupart des transactions foncières, à l’achat de terre, à l’établissement ou aux ruptures de contrats de location et de métayage.

91Elle intervenait régulièrement dans les conflits entre jardiniers et entre jardiniers et propriétaires. Ce sont les membres du conseil d’administration qui constituaient alors le groupe de conciliation, mais des personnalités extérieures à ce conseil pouvaient également être appelées à y participer.

92Il s’agissait des traditionnels conciliateurs locaux, hommes de bonne volonté et respectés de leur entourage, le principe de toute négociation étant qu’il fallait chercher la personne la plus qualifiée pour résoudre le conflit :

« On résout les problèmes par l’intermédiaire d’hommes justes. Il faut être habile, bien connaître les gens, les clefs correspondant à chaque porte. Si tu te trompes, elle ne s’ouvre pas. Nous avions un vieux qui venait avec nous, au lieu de réconcilier, il semait le désordre. Nous l’avons éloigné. » (A.A., zūr al-Bāšā. Homs. mai 1990).

93Chaque antagoniste devait choisir un porte-parole parmi les membres du groupe, c’est-à-dire quelqu’un qui défendrait sa position tout en essayant de l’assouplir. Ce libre choix mettait le solliciteur dans l’obligation d’accepter les décisions qu’appuierait son porte-parole. Ces décisions pouvaient alors faire l’objet d’un procès-verbal signé par l’ensemble des partis et par le groupe de conciliateurs.

94Ces quelques exemples d’opérations de conciliations peuvent illustrer mon propos.

Bornage :
« Il y avait deux voisins. Entre leurs exploitations, il y avait un petit canal. Le long du canal, il y avait une haie de peupliers. La famille de l’un des deux exploitants, les B., s’est mise à nettoyer la haie qui se trouvait de l’autre côté du canal et à occuper l’espace ainsi libéré. Il y a eu dispute entre les deux familles. Tahar disait que la terre lui revenait, le canal étant la frontière entre les deux exploitations. Connaissant bien Abū Karīm, il lui a demandé de venir pour confirmer ça, ce que fit Abū Karīm. Je me suis également déplacé. J’ai dit qu’il était possible que ce soient les bornes délimitant les berges du canal, que cela n’appartenait à personne, que les B. avaient donc le droit d’utiliser cette bande de terre dans la mesure où c’était eux qui l’avaient défriché. Tahar était furieux, il a dit que nous ne comprenions rien. Les deux familles ont alors pensé à faire venir les gens du cadastre pour résoudre le problème. En fait, six mètres de terrain de chaque côté d’un canal sont réservés au seul canal. Pour l’Oronte, c’est davantage, jusqu’à dix mètres. Mais les jardiniers les utilisent sans tenir compte de cette interdiction. » (A.A., zūr al-Bāšā. Homs, 30 mai 1992).

Droits de passage :
« Deux jardiniers avaient acheté à Slaymān afendī une parcelle de terre de 12 dunum le long de la route de Tripoli. 11 y avait donc 6 dunum pour chacun. Le premier devait payer une certaine somme au second parce qu’il avait pris la partie qui donnait sur la route, donc la plus facilement accessible. Le second a aménagé sa terre, a amené l’eau, a tracé un chemin et a construit une maison. Le premier n’a rien fait, n’a pas payé la somme et a commencé à gêner son voisin en lui interdisant l’accès à la route et à l’eau. Et à déverser des ordures sur ses terres. On a appelé la coopérative pour les réconcilier. Le second a accepté de renoncer à l’argent à condition que l’autre lui laisse l’accès à la route et à l’eau. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, 30 mai 1992).

Gêne causée par un arbre :
« Une fois, on était à la coopérative. Il y avait Abū Karīm, Kattūm, Abu Muṣṭafa, haǧǧ Sa‘ad. Un noyer penchait au-dessus d’un chemin, le chemin al-Nūtī. Il y avait un petit pont. Pour y passer, on était obligé de se pencher à cause de l’arbre. Une charrette n’y passait qu’avec difficulté. On nous a appelés pour que l’on voie et que l’on dise s’il était possible de faire quelque chose. On nous a expliqué l’histoire, nous avons fait venir le jardinier de la parcelle sur laquelle poussait le noyer. Il est venu nous dire que cette terre appartenait à bayt Ṭaba‘a et que lui ne pouvait rien faire. Il s’appelait Abū Ayyaš. Il est mort maintenant. Nous lui avons dit : il faut le couper. Il a refusé. J’ai dit : donnez-moi une hache ! J’étais fâché contre lui. J’ai fait la prière de l’après-midi. Puis j’ai coupé la branche qui gênait. Le jardinier n’a rien fait pour m’arrêter. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, 1er juin 1992).

Estimations de troupeaux :
« Une fois nous sommes sortis avec Fidī al-Atāssī. Il avait un jardin de 40 dunum. Le locataire était Abū Ḍīrār. Le premier avait des vaches chez l’autre et un partage devait avoir lieu. Ils ne s’entendaient pas. Il voulait savoir comment nous pouvions résoudre la question. Nous sommes allés estimer. Si le prix que nous proposions ne convenait à aucun des deux associés, nous devions acheter nous-mêmes pour ce prix la vache en question. Ils se partageaient alors ce que nous donnions. Nous la revendions ensuite pour nous partager le prix. Ça peut aussi concerner une récolte. Atāssī et l’autre avaient plusieurs vaches. Nous les avons estimés et avons dit au mrabi’, qui a de toutes façons droit au quart de la valeur et droit de choisir en premier : tu as le choix, tu peux prendre toutes les vaches au prix que nous les avons estimées. Si tu ne veux pas les prendre, ton propriétaire les prend toutes en te remboursant le quart. Il a accepté cette dernière solution. »
« Une autre fois, nous sommes allés chez Ṣa’īb Raslān qui avait un mrabi’. Ils n’ont pas accepté notre estimation. Nous avons été obligés de payer ce que nous avions proposé. Nous avons emmené les vaches avec nous, mais ils ont commencé à courir derrière nous en nous suppliant de les leur rendre... comme on dit, "le licou est à celui qui le tient en main" (rassan li-man biyadihi). Nous leur avons rendu leurs vaches. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs. 1er juin 1992).

95Les conciliations portaient donc essentiellement sur des questions de bornage de propriété, de droits de passage, de droits d’eau, d’estimation et de partage de terres, de troupeaux ou de récoltes, de contrats de location ou de métayage. Mais elles pouvaient également concerner des affaires de répudiation ou de règlements de compte entre familles, comme le montre l’exemple suivant :

« Des gens de la famille Š. voulaient répudier une femme. Ils avaient échangé une fille et un garçon contre une fille et un garçon avec une famille de Homs. Les bédouins et les paysans se marient aussi comme ça. c’est le mariage muqayda. La famille de Homs a répudié la fille Š. et les Š. voulaient faire de même avec la leur alors qu’elle n’avait rien fait. Nous sommes allés chez eux, aǧǧ Sa‘ad et moi. Ils étaient polis. C’est aǧǧ Faḥad al-Šayḫ ‘Uṯmān qui nous l’avait demandé. Il était du groupe [de conciliation] de la ville et ne voulait pas intervenir dans les jardins. Nous avons pris rendez-vous chez aǧǧ Sa‘ad avec la famille de la ville et celle du jardinier. Nous nous sommes tous réunis ; nous avons demandé ce qui s’était passé. C’est le Homsiote qui avait raison. Les S. ont accepté de garder la fille. » (A.A., zūr al-Bāšā. Homs. 3 juin 1990).

  • 27 De semblables petits groupes ont toujours existé dans le cadre des quartiers citadins. Signalons ce (...)

96Dans les années 1960, les domaines d’intervention du groupe de conciliation issu à la fois de la coopérative et du milieu des jardiniers pouvaient donc parfois dépasser les seules questions agricoles et foncières pour inclure les problèmes qui se posaient dans la vie quotidienne et dans le cadre ordinaire des relations sociales et familiales. En ce sens, il reproduisait le modèle traditionnel des petits groupes de conciliation dont les domaines d’interventions, dans les jardins, ne se limitaient évidemment pas aux seules questions foncières27.

97La coopérative semble donc avoir encore été, dans les années 1960, l’expression d’une volonté locale très ancrée dans la pratique quotidienne des rapports sociaux, tout en étant déjà aussi l’expression de la volonté politique et idéologique d’un État, volonté qui allait peu à peu prendre le dessus et vider la petite coopérative de sa part de représentativité au niveau du groupe professionnel des jardiniers, la transformant finalement en simple instrument bureaucratique de contrôle et d’encadrement.

DÉSINTÉRÊT CROISSANT DES JARDINIERS ENVERS LEUR COOPÉRATIVE

98À partir de 1967, la coopérative des jardiniers de Homs dépend, comme toutes les autres coopératives de Syrie, de la Fédération nationale des coopératives qui relève du ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire.

99Au niveau de la coopérative, l’assemblée générale des coopérateurs continue d’élire tous les quatre ans un conseil d’administration qui désigne à son tour le directeur parmi ses cinq membres élus. Mais désormais un fonctionnaire nommé par le ministère fait office de directeur-superviseur, fonction qui existait en fait depuis 1958 (loi n° 30) dans toutes les coopératives de la Réforme agraire. Ce fonctionnaire (al-mušrif), qui représente l’État dans plusieurs coopératives à la fois, est assisté par un trésorier dépendant lui aussi du ministère de l’Agriculture. Le contrôle et la pression de l’État se font donc plus présents dès la fin des années 1960 et vont peser de plus en plus sur le mode de fonctionnement de la petite coopérative. En 1974, lorsque la Fédération nationale des coopératives est absorbée par l’Union des paysans, lacoopérative des jardiniers prend le nom de « Coopérative des paysans des jardins de Homs » ; la référence aux « jardiniers » est donc écartée et ceux-ci pleinement assimilés à des paysans.

100Un certain nombre de domaines d’intervention est de plus retiré à leur coopérative. Ainsi l’estimation des terres et des récoltes dans le cas d’un litige sur un partage ou d’une vente est désormais confiée à la direction des Affaires sociales et du Travail (Mudīriyyat al-šū’ūn al-iǧtimā’iyya wa l-’amal). Le groupe qui se rend sur place à la demande d’un propriétaire ou d’un jardinier est alors constitué par un fonctionnaire de cette administration, qui le dirige, par un membre de l’Union des paysans et par un membre de la direction de l’Agriculture de Homs. La coopérative n’est donc plus qu’indirectement représentée par un membre de l’Union des paysans dans une opération qui constituait jusque-là l’une des bases de son influence quotidienne dans les jardins.

101Les conciliation sont toujours du domaine de la coopérative, mais ses arbitrages sont désormais rémunérés par ceux qui font appel à elle. Ces interventions ne sont donc plus aussi spontanées et consensuelles qu’autrefois.

« C’est à la coopérative que les gens s’adressaient dans un premier temps, mais maintenant elle demande de l’argent. Elle demande une voiture pour l’aller et le retour et aussi de l’argent et parfois elle n’arrive pas à résoudre le problème. Les gens s’adressent alors aux voisins, aux jardiniers connus. Chaque mois, il y a deux à trois problèmes que Abū Karīm et moi parvenons à résoudre (...). Autrefois, les gens allaient à la coopérative pour parler de leurs problèmes d’eau, de frontière ou de répudiation. La coopérative faisait tout avant, des engrais à la conciliation ! » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, mai 1990).

102À partir des années 1970, la coopérative est de moins en moins sollicitée dans les conflits internes au groupe professionnel. Celui-ci a désormais davantage recours aux petits groupes qui se forment pour répondre à l’urgence d’une situation précise. Certains groupes, du fait de leur succès, finissent par gagner une certaine légitimité et par être sollicités régulièrement.

« D’abord nous conseillons les gens en leur disant, ça c’est interdit, ça c’est permis. Ta frontière est ici, Dieu est miséricorde pour celui qui connaît ses frontières et qui s’y arrête (Raima Allahu ‘adban ‘arafa addahu fa waqafa ‘andhu). Il faut faire preuve de politesse et de diplomatie. Et si nous échouons, nous disons aux gens d’aller s’adresser aux tribunaux. Quelquefois un problème peut être résolu en une seule séance de 4 heures, quelquefois il en faut plusieurs, jusqu’à une semaine. Et on répète vingt fois la visite, les discussions, pour arriver à une solution (...). Ce qui change, ce sont les gens qui se sont succédés dans le groupe, ceux qui sont morts. L’esprit de notre groupe ne change pas. Notre travail se fait en accord avec la coopérative. Quelquefois, elle nous appelle pour l’aider dans une histoire de conciliation. Ce sont les gens qui choisissent de s’adresser à la coopérative ou à nous... » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, mai 1990).

103Exemple d’une conciliation intervenue dans les années 1980 et effectuée par un petit groupe de jardiniers :

« Um ‘Abd al-Baṣīr s’est mariée avec un homme de bayt Amīn, un jardinier qui avait une terre dans le zūr al-Ḫarāb. Après la mort de son mari, elle a envoyé ses fils travailler à la zone artisanale et a vendu la terre à Aḥmad. Mais ceux de la famille de son mari qui travaillaient encore dans les jardins, ayant des parcelles mêlées, ont refusé de donner la terre à Aḥmad après achat. Celui-ci a donc demandé la réunion d’un petit groupe de conciliation présidé par une personnalité du zūr al-Na’ūra. Les réunions ont eu lieu, nombreuses. Le groupe a fini par arranger les choses en donnant 3 dunum sur 12 aux membres de la famille du mari de la femme et a fait pression pour qu’ils acceptent le compromis. Ils les ont menacés. Ils ont laissé la terre à Aḥmad. » (aǧǧ Rafiq, zūr al-Na’ūra, Homs, 17 août 1992).

104Les années 1970-1980 ont donc vu se distendre les liens qui unissaient la coopérative au milieu des jardiniers. Les assemblées générales qui se tiennent dans les locaux de la coopérative situés dans le nouveau souk al-Hāl ne réunissent désormais plus qu’une minorité de coopérateurs. Le fait que de nombreux jardiniers soupçonnent, à tort ou à raison, l’État d’intervenir à travers l’Union des paysans dans le choix et la nomination du directeur, les décourage de prendre plus activement part à une organisation qui leur semble de plus en plus liée à la bureaucratie ordinaire et finalement ne plus autant répondre à leurs attentes et à leurs besoins.

  • 28 D’après les listes des adhérents de la Coopérative des paysans des jardins de Homs (mars 1990).

105Se sentant dépossédés de leur coopérative, les jardiniers s’en sont donc peu à peu désintéressés, même si les coopérateurs atteignent tout de même le nombre de six cents à la fin des années 198028 : il s’agit surtout là d’adhésions opportunistes entrant dans le cadre de stratégies familiales d’approvisionnement en certains produits difficiles à obtenir à bas prix en dehors des réseaux d’État (engrais chimique et fourrage), leur participation à la coopérative restant souvent limitée à la cotisation annuelle (150 LS), le système d’actions ayant été supprimé. La coopérative est en fait de plus en plus réduite à sa dimension utilitaire, celle de simple relais entre certains grands organismes publics et le groupe professionnel des jardiniers. Elle n’est plus le cœur battant d’un groupe professionnel en cours d’émancipation économique et sociale.

  • 29 Cette question importante des associations d’intérêt entre jardiniers et non-jardiniers sera traité (...)

106Les jardiniers ont su développer parallèlement leurs propres réseaux de financement en liaison avec leur entourage immédiat et la société citadine. Ils ont désormais plus facilement recours aux associations de circonstance qu’ils peuvent librement contracter avec des membres de leur propre lignage ou famille, avec des voisins ou encore avec des citadins intéressés par les petits investissements que permettent les jardins29. Ils ne s’adressent à leur coopérative qu’en période difficile ou lorsqu’il est impossible de se procurer ailleurs ce dont ils ont besoin.

107Disqualifiée au niveau interne, la coopérative reste cependant le seul organisme représentant officiellement les jardiniers homsiotes vis-à-vis de l’extérieur. C’est donc logiquement dans son cadre que se constituent les délégations de jardiniers intervenant auprès des autorités municipales ou régionales... ce fut ainsi le cas lorsque, lors de la grande sécheresse de 1989-1991, un différend sur l’eau opposa les jardiniers aux paysans travaillant en aval des jardins. C’est une délégation issue de la coopérative, constituée il est vrai à la fois de membres actuels et plus anciens, qui se rendit auprès du préfet pour tenter, au nom de l’ensemble des jardiniers de la rive droite, de trouver une issue au problème.

108Parallèlement à cette évolution, plusieurs coopératives régionales ont vu le jour depuis la fin des années 1960, contribuant à une certaine banalisation du mouvement coopératif, ce qui fait dire à l’un de mes informateurs que « maintenant il y a des coopératives, mais il n’y a plus de coopération ! » Les jardiniers homsiotes peuvent y adhérer, même s’ils appartiennent déjà à la coopérative des jardins. Ont ainsi été fondées, dans les années 1970, une coopérative multi-fonctionnelle (Ǧam’iyyeh mut’adidet al-aġrā) et une coopérative pour l’élevage des vaches et pour le lait (Ǧam’iyyet tarbiyet al-abqār wa al-alīb). À ces deux coopératives s’ajoutera en 1981 une fondation des légumes et fruits (Mu assasat al-uār wa al-fawākeh) dont le bâtiment se trouve au nord du nouveau souk al-Hāl et qui propose la commercialisation de ces produits à l’ensemble des maraîchers et des arboriculteurs de la région.

VERS UNE DÉSTRUCTURATION DE L’ORGANISATION PROFESSIONNELLE ?

  • 30 Neutralisés, mais pas définitivement éliminés, puisque reste toujours possible une révision de la l (...)

109On peut désormais se demander s’il existe encore une structure d’autorité dans les jardins de Homs. La disparition du chef des jardiniers coïncidait avec l’affaiblissement d’un système essentiellement basé sur le contrôle exclusif par la société citadine du système d’irrigation à partir d’un grand canal et sur la maîtrise d’un riche foncier. Nous verrons, dans le prochain chapitre, dans quelles circonstances le chef des jardiniers s’est vu retirer le contrôle du système d’irrigation. Quant au foncier, j’ai déjà pu rendre compte de l’émiettement des propriétés, cet émiettement rendant de plus en plus vain l’intérêt que les propriétaires pouvaient porter à leurs jardins en tant que lieux de productions agricoles. À cela s’est ajouté une législation favorable aux jardiniers qui, locataires ou métayers, sont devenus propriétaires de fait du droit d’exploitation. Les rapports de force dans les jardins ont donc complètement changé, ceux qui prédominaient entre propriétaires et jardiniers étant en quelques sorte neutralisés30. La coopérative, qui à un moment semblait pouvoir remplacer l’ancienne structure dans ses fonctions de régulation sociale, a été marginalisée par sa dérive bureaucratique, même si elle continue à exercer un certain contrôle sur l’approvisionnement et à constituer un recours utile et parfois ultime pour les jardiniers. Les relations que les propriétaires peuvent encore avoir avec leurs jardiniers sont donc désormais beaucoup plus directes et personnalisées, puisqu’ils n’ont plus comme autrefois la possibilité de passer par le crible d’une quelconque instance supérieure qui leur était plus ou moins favorable et de voir ainsi leurs différends pris en charge. On assiste aussi à une diversification des interventions dans la zone des jardins : fonctionnaires des administrations agricoles et de l’irrigation, services vétérinaires, fonctionnaires des services d’urbanisme... l’ensemble de ces interventions soumettant finalement les jardiniers à de multiples surveillances extérieures, de type essentiellement administratif.

110Dans les zūr, les anciens grands lignages ont vu leur influence décliner peu à peu. Ils ne disposent plus de cette tribune qu’était pour eux le conseil du chef. Avec sa disparition, ils se sont trouvés privés d’une position qui leur avait assuré autorité et prestige au sein de leur groupe professionnel et qui leur avait permis de jouer pendant longtemps leur rôle de représentants des jardiniers et d’intermédiaires privilégiés entre les jardiniers et la société citadine. De plus, la division croissante de leurs propres propriétés constitue à terme un facteur de banalisation, peu de choses les distinguant désormais des simples locataires ou métayers qui les entourent, si ce n’est leur nom et le prestige tout relatif qui s’y rattache encore. Ils n’ont même plus le monopole de la stabilité, puisque les jardiniers sont maintenant pratiquement assurés de pouvoir rester sur leurs exploitations aussi longtemps qu’ils le souhaitent. Nous avons également vu que d’autres lignages de jardiniers, qui n’avaient jamais été considérés comme « grands », avaient pu à leur tour accéder à la propriété. Les grands lignages traditionnels de jardiniers ne constituent donc plus ces pôles de stabilité et d’autorité autour desquels, au fil des années, s’organisaient des secteurs entiers.

111Désormais le groupe professionnel des jardiniers homsiotes ne semble trouver sa cohérence de fonctionnement qu’à un niveau très local, celui du groupe d’irrigants, du voisinage immédiat, de la famille (parents, fratrie, enfants), tout au plus de la lignée (oncles, cousins germains), de certains réseaux plus ou moins étendus où priment les relations professionnelles, amicales et familiales alimentées depuis toujours par les visites, les réunions informelles dans les jardins et par ce que l’on pourrait appeler une « solidarité minimale », consistant essentiellement en aides ponctuelles (par exemple pour déplacer une grosse motopompe), en échanges de semences, en prêts d’animaux de traits et de petit matériel (bâches, outils).

« Arrivent deux hommes. L’un a une soixantaine d’années et l’autre moins de 30. Un père et son fils. Des jardiniers voisins de Abū ‘Abdū. Leur jardin est situé un peu plus au nord. Ils sont venus lui demander s’ils pouvaient amener une de leurs vaches afin de la faire couvrir par le taureau que possède Abū ‘Abdū. Celui-ci accepte et fixe un rendez-vous. Les deux hommes repartent. Abū ‘Abdū déclare ne jamais demander d’argent lorsqu’il prête ainsi son taureau à des voisins ou aux membres de son propre lignage. Il est cependant fréquent que le propriétaire de la vache lui apporte un petit cadeau, une mesure de blé, du fourrage... » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, 16 mai 1992).

112Mais même ces petites formes de solidarité semblent s’affaiblir et le jardinier se replier davantage sur son exploitation. C’est du moins l’impression qu’en ont les jardiniers âgés, fustigeant l’attitude trop individualiste des jeunes :

« À l’époque, il existait une solidarité entre voisins. Ils s’entraidaient. Si je voulais faire hayr šal (replanter), j’appelais les voisins ou ils venaient m’aider d’eux-mêmes. Moi, si je sais que mon voisin a besoin d’aide, j’y vais, encore maintenant. A la fin du jour, on offre un repas. Cela se faisait il y a plus de trente ans. Maintenant la solidarité est faible. On fait appel aux journaliers. Si j’ai besoin d’un animal dabbé (vache, taureau, mulet...), je peux encore l’emprunter à mes voisins. On s’aide aussi sur l’eau. Si j’ai besoin d’un peu plus d’eau que d’habitude, ils me l’accordent. Un jour, j’étais malade. Mon voisin est venu me demander de l’aider dans l’accouchement de sa vache. Je n’ai pas refusé. C’était la nuit. Mais on ne s’entraide plus dans les travaux de la terre. À l’époque, pour cueillir le maïs, on faisait appel à tous les voisins et venaient aussi leurs enfants. Les relations entre jardiniers ont changé. La nouvelle génération ne suit pas les conseils des pères. Le père ne peut exiger de son fils d’aider ses voisins. Chaque fils fait sa vie. Maintenant, tu ne peux même plus demander à ton neveu de t’aider. Les gens ne s’occupent maintenant que d’eux-mêmes. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, juin 1992).

  • 31 Voir la quatrième partie pour un développement de cette question.

113Mais à ce discours pessimiste, sans doute marqué par l’illusion d’un passé meilleur, on pourrait répondre que d’autres réseaux ont fait leur apparition dans les jardins : les familles de jardiniers, du fait des mobilités socioprofessionnelles, sont désormais tributaires d’autres sources de revenus, sont rattachées à d’autres formes de solidarité, à d’autres filières socioprofessionnelles, essentiellement urbaines et qui prennent le pas sur les réseaux traditionnels des jardiniers... d’où cette impression de perte de cohérence du groupe professionnel, d’affaiblissement des anciennes formes de solidarité et d’éclatement des structures traditionnelles. Mais tout semble indiquer que c’est bien à une véritable recomposition et à un redéploiement des rapports de solidarité et plus généralement des rapports sociaux et économiques que l’on a affaire, ceux-ci dépassant désormais les seuls réseaux des jardins31.

À HAMA, VERS UNE INTÉGRATION PROFESSIONNELLE DES JARDINIERS ?

114Rappelons que, dans les jardins de Hama, on ne trouvait pas d’instance professionnelle qui aurait pu exercer un contrôle sur l’ensemble du groupe des jardiniers. Ceux-ci étaient organisés en petits groupes réunis autour de l’utilisation de norias, dans le cadre de secteurs relativement autonomes les uns des autres mais étroitement associés à certains quartiers périphériques. Il n’existait pas non plus de lignages de jardiniers suffisamment aisés pour servir d’intermédiaires entre la masse très pauvre et précaire des jardiniers et leurs propriétaires. Ainsi, l’autorité de ces derniers s’exerçait-elle directement et sans institution régulatrice, cela renforçant la subordination des jardiniers à leur égard. La création d’une coopérative au début des années 1960 a-t-elle été l’occasion de constituer finalement une structure commune à l’ensemble des jardiniers hamiotes ?

QUELQUES ANTÉCÉDENTS

115Des tentatives de créer des structures d’organisations collectives ont eu lieu avant les années 1960 dans la zone agricole, mais aucune d’entre elles n’a pu ou su se développer en dehors de son secteur d’origine. Leur échec reflète bien les difficultés qu’il y avait alors à organiser les jardiniers hamiotes en un groupe professionnel cohérent et solidaire.

  • 32 Pour ce paragraphe, je me suis appuyé sur l’article de Gaulmier (1932), excepté bien sûr les donnée (...)

116À partir de 192832 quelques jeunes intellectuels nationalistes issus de grandes familles de Hama (Kīlānī, Qumbāz, Hawrānī, Šišaklī, Barūdī, Barāzī...) menèrent l’opposition au gouvernement en s’appuyant sur les artisans et les commerçants, les encourageant à former des syndicats. Quelques vingt-deux syndicats, non reconnus par la municipalité, furent ainsi créés et, en décembre 1930, fut élu un « Conseil supérieur des syndicats », présidé par l’un des principaux initiateurs du mouvement, ‘Abd al-Ḥamīd Qumbāz. Ces syndicats avaient pour buts de protéger le travail local contre les firmes étrangères, de réglementer la concurrence à l’intérieur des groupes professionnels et d’encourager la solidarité citadine. Dans les années 1930, plusieurs grèves et fermetures de souk eurent lieu à leur instigation sous divers prétextes.

117Gaulmier (1932) précise cependant que le principal but de ce mouvement était essentiellement politique. Il devait en effet permettre aux jeunes notables qui en étaient à l’origine de se constituer une base électorale. Nationaliste, mais loin d’être révolutionnaire, le mouvement semble avoir été une tentative pour stabiliser et maîtriser un ordre social citadin reposant sur le respect du petit patronat et du notable.

118C’est dans ce contexte que fut tentée, en 1935, la création d’un syndicat des jardiniers hamiotes. L’importance qu’avaient alors les jardins dans l’économie et l’approvisionnement de Hama et le poids qu’ils pouvaient peser en cas d’affrontement politique n’avaient sans doute pas échappé aux initiateurs du mouvement syndical. Cela d’autant plus qu’une grève des jardiniers, soutenue par Qumbāz et ayant eu lieu le 9 janvier 1931 « à propos de la taxe de pesage fixée à 3 piastres syriennes pour toute vente de légumes dépassant une quantité de 25 kilogrammes » (Gaulmier, 1932 : 115), semblait avoir montré que les jardiniers étaient capables de se mobiliser.

119Il fut donc proposé aux jardiniers de créer leur propre syndicat. J’ignore quels en furent les statuts et même si ceux-ci furent établis. Je sais seulement que chaque adhérent devait verser 2 piastres syriennes par semaine à une caisse commune et que les seuls jardiniers qui furent effectivement concernés par cette tentative furent ceux du zūr Bāb al-Nahr. L’expérience ne réussit pas à s’étendre au-delà de ce secteur et fut abandonnée au bout de quelques semaines. D’après les jardiniers, cet échec serait dû au fait qu’ils auraient refusé de faire grève parce que cela aurait pénalisé trop durement la population citadine... mais on peut également supposer que la structure même du groupe des jardiniers se prêtait mal à une telle initiative : comment mobiliser autour d’un tel projet un groupe qui, contrairement aux commerçants et aux artisans, était très dispersé dans l’espace et n’avait jamais connu la moindre forme de corporatisme professionnel ou même d’organisation collective ? La grève très brève qui eut lieu le 9 janvier 1931 avait été provoquée par un problème dont dépendait la survie économique d’une population très paupérisée. La création d’un syndicat supposait une autre forme de mobilisation, fonctionnant sur le long terme et sur une conscience bien comprise des intérêts d’une profession. De plus, alors que les syndicats créés dans les souks concernaient essentiellement de petits patrons, artisans comme commerçants, le syndicat des jardiniers hamiotes aurait lui regroupé de simples locataires et métayers dépendant entièrement de propriétaires terriens et directement soumis à leur autorité et à leur pression. Il est enfin peu probable que les propriétaires aient accepté avec beaucoup d’enthousiasme la création d’un syndicat qui pouvait à terme s’interposer entre eux et leurs jardiniers et constituer un groupe de résistance à leur autorité.

120En 1959 cependant, un lignage de jardiniers du zūr al-Qiblī prit l’initiative de créer une association d’achat de petit matériel agricole (engrais et semences). Plus importante, plus ambitieuse et plus ouverte qu’une simple association familiale, elle resta toutefois limitée à quelques familles de ce secteur des jardins. Des jardiniers d’autres secteurs de la zone agricole sont venus se renseigner sur le fonctionnement de l’association, mais ont toujours refusé d’y adhérer et n’ont pas reproduit la formule ailleurs. Il ne semble pas en effet que d’autres associations de ce type aient été créées dans d’autres secteurs de la zone des jardins. L’association fonctionna donc très localement pendant trois ans avant de s’arrêter définitivement.

FONCTIONNEMENT DE LA COOPÉRATIVE33

  • 33 D’après un entretien effectué en août 1994 auprès de l’actuel directeur de la coopérative et de plu (...)

121La première coopérative agricole commune à l’ensemble des jardins de Hama fut créée en 1965, semble-t-il à la demande de jardiniers ayant déjà adhéré à l’Union des paysans. Les structures de fonctionnement furent mises en place, avec une assemblée générale des adhérents (cotisation de 15 LS/an), un conseil d’administration composé de six membres, dont un directeur (élu tous les cinq ans), un trésorier et un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture. La coopérative prit alors le nom de « Coopérative des producteurs de légumes et de fruits » (Ǧam’iyyet muntiǧī al-uār wa al-fawākeh). Nous allons voir que ses domaines d’intervention étaient plus étendus que ceux de la coopérative des jardiniers de Homs, mais que son implication réelle dans la vie quotidienne des jardins y était moins forte.

122En dépit de son nom, il ne s’agit pas d’une coopérative de production mais de services et de vente. Elle fournit à ses adhérents de l’engrais, du fourrage, des semences et des insecticides, mais aussi de l’huile ainsi que de l’essence pour les nombreuses motopompes qui sont apparues dans les jardins dès les années 1960. Elle dispose, depuis la fin de cette décennie, d’une vingtaine de magasins au souk al-Hāl où se trouve également son bureau. Les magasins sont en majorité approvisionnés par les productions des jardins et leurs commissionnaires sont issus de lignages de jardiniers. Ils reçoivent actuellement une commission de 4 % sur toutes les ventes ; la coopérative agricole reçoit elle-même 2 % de ces ventes, en plus des loyers annuels, le reste revenant aux producteurs.

123Grâce à ces revenus relativement importants (quelques 140 000 LS en 1994), la coopérative dispose actuellement d’un capital de plusieurs millions de livres syriennes qui sert à financer divers petits projets agricoles : aménagement au bulldozer de nouvelles parcelles sur les hauteurs des jardins à la limite du plateau de façon à agrandir la zone agricole urbaine, achat de motoculteurs que la coopérative loue ensuite aux jardiniers, financement de grosses motopompes collectives... Elle compte actuellement quelques deux cents adhérents, c’est-à-dire la majorité des jardiniers hamiotes.

124On peut s’interroger sur la place réelle qu’occupe cette coopérative dans le mode d’organisation des jardiniers hamiotes. Ceux-ci disposent en effet pour la première fois d’une structure réunissant et représentant l’ensemble de la zone agricole. Tous les secteurs sont concernés, la coopérative n’étant pas rattachée à un secteur particulier contrairement à ce qui s’était produit dans les précédentes tentatives. Elle représente incontestablement un lien — le seul ayant jamais existé — entre les jardiniers des différents secteurs.

125L’impact de la coopérative sur l’organisation des jardiniers hamiotes est cependant resté limité. Le fait qu’elle ne venait pas remplacer une structure traditionnelle de contrôle et d’autorité, comme cela avait été le cas dans les jardins de Homs, a sans doute pesé dans cette faible implication dans la vie quotidienne des jardins. Ainsi ne s’est-elle jamais occupée d’estimations de terres, assurées actuellement par une administration particulière, de contrats de location et de métayage et même de conciliations. Sur ce dernier point, ce sont les petits groupes de conciliation liés aux jardins ou aux quartiers qui continuent, comme autrefois, à s’occuper dans chaque secteur du règlement des litiges. Associée dès sa création au mouvement syndical paysan, elle n’a jamais fait l’objet d’une tentative de contrôle de la part des propriétaires de jardins : les jardiniers n’ont donc pas eu à lutter pour s’imposer dans une coopérative qui leur a été octroyée par simple demande, de façon administrative. Elle apparaît comme ayant été dès le début une organisation essentiellement utilitaire et pragmatique, offrant un certain nombre de services aux jardiniers, mais ne constituant pas une structure dans laquelle les jardiniers auraient pu davantage s’impliquer en tant que groupe professionnel organisé : elle n’a en fait jamais été considérée comme l’expression institutionnalisée d’une identité socioprofessionnelle particulière.

126Les profonds changements qui ont transformé le paysage agricole syrien ces quarante dernières années, la réforme agraire en particulier, n’ont pas été sans conséquences sur les zones agricoles urbaines. Nous avons vu que la principale évolution a concerné le statut même du jardinier, celui-ci ayant pu bénéficier, dès les années 1950-60, de lois favorables aux locataires et associés, lois rendant difficile leur expulsion et figeant en quelque sorte les loyers agricoles. L’affaiblissement du pouvoir d’intervention des propriétaires dans la zone agricole s’est accompagné de la disparition des structures traditionnelles d’autorité là où elles existaient, de la création de coopératives maraîchères et d’une implication des jardiniers dans le mouvement paysan. Mais à Homs, l’interventionnisme accru d’une administration centralisatrice semble avoir détourné, à partir des années 1970, les jardiniers de leurs coopératives et les avoir poussés vers des formes de solidarité plus informelles, de type associatif et familial, dépassant de plus en plus le seul cadre des jardins. Toujours à Homs, les jardiniers ne semblent plus présenter l’image d’un groupe professionnel centralisé et structuré, mais plutôt celle d’un ensemble au maillage plus lâche, dans lequel aucune centralité ne semble plus apparaître clairement. À Hama, la présence d’une coopérative ne semble pas avoir constitué l’élément fédérateur qui aurait permis de structurer un groupe professionnel qui n’a jamais connu de cohérence affirmée. Pour mieux comprendre cette mutation de l’organisation professionnelle des jardiniers des deux villes, il semble maintenant nécessaire de voir de quelle manière a pu évoluer le système d’irrigation et la part que cette évolution a pu y prendre.

Notes

1 Je m’appuie ici principalement sur les travaux de É. Picard (1980), de F. Métral (1980) et de P. Guingamp (1996). Je signale au fur et à mesure les autres références.

2 Et qui se présenta aux différentes élections qui eurent lieu entre 1943 et 1961 (Picard, 1980 : 148).

3 La fusion, qui ne sera jamais effective, prendra fin en juillet 1962. Sur cette fusion et ses ambiguïtés, voir Guingamp, 1996 : 81-84 et 121.

4 D’après Baer (1982 : 293) : « Like the Egyptian rebellions of 1951, the Syrian fella? uprisings of the same year were also revolts of tenants or share-croppers who tilled the land of large estate owners. The rebellions occurred primarily in the Hamah, Homs and Aleppo provinces which had the highest percentage in Syria of large estates of more than 1000 dunums — 56. 48 and 45 respectively. The issue of the rebellions clearly was the percentage of the crop which the share-croppers were required to deliver to the landlord. »

5 Dont le point culminant fut alors l’adhésion en avril 1957 de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak, du Liban, de l’Arabie Saoudite puis de la Jordanie à la doctrine Eisenhower visant à constituer une alliance anticommuniste au Moyen-Orient et isolant la Syrie et l’Egypte. Lire Guingamp, 1996 : 94-96.

6 A cette époque, le Baath a pris une importance considérable sur la scène politique syrienne. 11 a, depuis les élections de septembre 1954, une vingtaine de députés à l’Assemblée présidée à partir d’octobre 1957 par Akram Hawrānī –, deux ministres au gouvernement (Khalil Kallas à l’économie et Salah Bitar aux Affaires étrangères), de nombreux partisans dans l’armée et le soutien massif de l’opinion. Le seul parti étant alors en mesure de le contrer est le PCS. Lire Guingamp, 1996 : 84-100.

7 Pour une chronologie et une analyse détaillées des textes législatifs relatifs à la réforme agraire (1958, 1962, 1963. 1966...), lire Bianquis (1989 : 65-73).

8 D’après Yāsīn (1984 : 20), « if we reviewed the distribution operations that had taken place during the years 1959, 1960 and 1961, we would recognise that neither appropriation nor distribution occurred during that period except for a slight ratio of land subjected to the regulations of the law, as the total number of villages distributed during those three years did not exceed 65 out of 1615 villages distributed later on in 1969 ».

9 La sécheresse frappa également durement les jardins de Homs et de Hama. Le niveau d’eau était si bas que des motopompes furent installées, à l’initiative des grands propriétaires, dans le lac de Qattiné de manière à alimenter le grand canal. Un jardinier homsiote m’a raconté qu’une année son père a pu labourer et mettre en culture le lit même de l’Oronte, seule terre ayant alors conservé un peu d’humidité...

10 Guingamp (1996 : 348) fait remarquer que l’année 1966 marque aussi et peut-être surtout ?- l’installation définitive des militaires au pouvoir.

11 Déjà amorcée en 1949, nous l’avons vu, lorsque furent supprimés les waqf familiaux.

12 Enquêtes auprès des directions de l’agriculture de Homs et de Hama. Seuls les ‘Aẓem et les Kilānī, à Hama. ont perdu quelques hectares de jardins.

13 Sabrī al-‘Assalī, dirigeant du Parti National, avait succédé en 1955 à Farès al-Ḫūrī à la tête du gouvernement à la suite des hésitations de ce dernier face au projet turco-irakien d’une fédération d’États arabo-musulmans conduite par les Hachémites et résolument pro-occidentale (pacte de Bagdad du 23 février 1955). Refusant ce projet, le nouveau gouvernement syrien opéra un rapprochement avec l’Égypte (accord économique et de défense du 26 février 1955). Pour plus de détails, lire Guingamp, 1996 : 85 et suivantes.

14 On retrouve cette notion de faruġ lors de l’achat ou de la reprise de location d’un appartement ou d’un local professionnel.

15 Seuls les contrats de métayage, minoritaires à Homs comme à Hama, sont restés avantageux pour les propriétaires de jardins qui continuent à recevoir une partie importante des récoltes ou du produit de leur vente.

16 Surtout si l’on sait que le revenu moyen annuel d’un jardinier exploitant une vingtaine de dunum était approximativement de 3 000 LS dans les années 1950 et peut être actuellement estimé à 300 000 LS (1 LS = 14 centimes de franc en 1990)...

17 Ainsi, sur les 25 familles recensées dans le zūr al-Šarqī, 9 fournissent régulièrement des journaliers aux autres familles de jardiniers du secteur.

18 Enquête effectuée avec M. al-Dbiyat en septembre 1995.

19 Pour ce paragraphe, je me suis essentiellement basé sur les travaux de Métral (1980), de Abbas (1984) et de Bianquis (1989), travaux auxquels je renvoie pour une approche plus précise et détaillée du mouvement des coopératives en Syrie. J’ai également consulté les documents publiés par l’Office arabe de presse et de documentation (1968).

20 Celles-ci se caractérisent par la propriété collective des moyens de production, par un travail effectué en groupe et par un salaire proportionné au travail effectué.

21 Les données utilisées dans ce paragraphe proviennent de divers entretiens effectués entre 1992 et 1994 auprès d’anciens responsables de la coopérative et de son actuel directeur ainsi qu’auprès d’anciens et d’actuels responsables de l’Union des paysans (secteur du Wa‘ar). J’ai également obtenu des précisions de la part de proches du tout premier directeur de la coopérative maraîchère.

22 Cf. 1er partie, chapitre I.

23 Un Zahrāwī, propriétaire d’une dizaine d’hectares de jardins dont il exploitait lui-même une partie, se trouvait également parmi eux.

24 Ils ont d’ailleurs gardé de cette époque une profonde nostalgie et une admiration intacte pour Ǧamal ‘Abdel Nasser. Les photos du raïs, encore accrochées aux murs de la maison de jardin de certains d’entre eux, en témoignent...

25 J’ai eu l’occasion de voir chez un jardinier les photographies officielles qui avaient été faites lors de ce mémorable séjour : on reconnaît, avec leur djellaba et leur keffieh impeccables, les trois jardiniers, jeunes à l’époque, constituant la délégation officielle de la coopérative de Homs. Ils sont en train de visiter, au milieu d’un groupe d’autres congressistes, une usine de tracteurs.

26 Une demi-douzaine de tracteurs ont en effet pu être achetés à cette époque par l’intermédiaire de la coopérative.

27 De semblables petits groupes ont toujours existé dans le cadre des quartiers citadins. Signalons cependant qu’un groupe de conciliation (Ǧam’īya ila āt al-bayn) directement rattaché à la grande mosquée de Homs a été créé en 1958. Constitué de personnalités religieuses et laïques, le groupe se réunit une fois par mois en assemblée réduite et une fois par an en assemblée générale dans la grande mosquée. C’est au cours des réunions mensuelles que sont décidées et réparties entre les membres présents les missions de conciliation. Les problèmes rencontrés sont essentiellement conjugaux, familiaux et commerciaux et concernent en priorité les familles traditionnelles de la vieille ville, aussi bien celles qui résident encore dans la médina que celles qui ont émigré. « Nous avons surtout affaire au tribunal religieux (al-makama al-šar’iya). Il peut nous demander notre point de vue sur une affaire dont nous nous sommes occupés. Nous rédigeons des rapports contraignant les antagonistes à respecter notre décision : c’est un acte d’arbitrage (akk takīm). Si un des deux adversaires refuse notre décision, nous faisons intervenir une personne capable d’imposer cette décision. Celui qui a refusé et qui va au tribunal gagne un chat et perd un vache (man yahāb ila-l makama yarba qitat wa yasar baqara). » (Un membre du groupe, médina de Homs, juin 1992).

28 D’après les listes des adhérents de la Coopérative des paysans des jardins de Homs (mars 1990).

29 Cette question importante des associations d’intérêt entre jardiniers et non-jardiniers sera traitée dans la quatrième partie.

30 Neutralisés, mais pas définitivement éliminés, puisque reste toujours possible une révision de la législation plus en faveur des propriétaires.

31 Voir la quatrième partie pour un développement de cette question.

32 Pour ce paragraphe, je me suis appuyé sur l’article de Gaulmier (1932), excepté bien sûr les données concernant les jardiniers qui proviennent d’entretiens effectués à Hama en juillet 1993.

33 D’après un entretien effectué en août 1994 auprès de l’actuel directeur de la coopérative et de plusieurs jardiniers adhérents.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540