Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Deuxième partie. Le temps des jardiniers des années 1950 à nos jours

Chapitre I. Évolutions et transformations du foncier agricole des années 1950 à nos jours

Texte intégral

1Nous avons vu dans la première partie que les jardins ont longtemps été la propriété d’une minorité représentative de la population citadine, constituée par des notables, grands commerçants et propriétaires terriens, mais aussi par de simples commerçants et artisans. Jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, les jardins ont constitué, à divers degrés, une part plus ou moins importante du patrimoine de leurs lignages. Cette situation va se transformer assez rapidement à partir des années 1950 sous l’influence conjuguée de la croissance urbaine et de l’évolution naturelle du foncier agricole, conduisant les jardins vers une certaine marginalisation, tant au niveau de l’économie urbaine que de l’économie familiale des propriétaires de jardins. C’est de ces transformations à la fois urbaines et foncières dont je veux maintenant rendre compte.

1 – EXPANSION URBAINE ET ZONES AGRICOLES : VERS UNE MARGINALISATION DE CES ESPACES TRADITIONNELS DE PRODUCTIONS AGRICOLES ?

  • 1 Concernant la croissance urbaine de ces deux villes, j’ai utilisé la thèse de M. al-Dbiyat (1995).

2Les années 1940 ont été la dernière décennie au cours de laquelle les zones agricoles occupaient encore une place prédominante à Homs et à Hama, tant en raison de leur surface que de la place qui était la leur dans l’économie de ces deux grandes villes. Les jardins urbains et périurbains couvraient alors un territoire correspondant à deux fois et demi la surface de Homs et à deux fois la surface de Hama et suffisaient à répondre à la majeure partie des besoins en fruits et légumes des habitants de ces deux villes. Dans les décennies suivantes, ces rapports furent modifiés en raison de la croissance des villes et de leur population. Cependant, contrairement à ce que l’on pouvait attendre, les deux zones agricoles n’ont pas disparu pendant toute cette période : malgré leur importante extension depuis la fin des années 1940, les villes n’ont que peu empiété sur leurs jardins1.

À HOMS. UNE EXPANSION BIEN MAÎTRISÉE À L’OUEST

3Pendant la période 1945-1965, la ville continua à progresser dans les mêmes directions que celles de la période précédente, poursuivant ainsi son avancée au nord et au sud. Elle s’étendit cependant pour la première fois à l’est, avec notamment le quartier de Ǧub al-Ǧandalī, en empiétant sur les vignobles. 11 s’agissait de la création de quartiers populaires essentiellement alimentés par un important exode rural, celui-ci étant provoqué à la fois par de dramatiques sécheresses qui poussèrent dans les années 1950 un grand nombre de paysans à abandonner leurs terres et par l’installation des premières grandes industries modernes (teinturerie, raffinerie de sucre en 1946, de pétrole en 1957), fortes demanderesses de main-d’œuvre.

4En revanche l’extension de la ville vers l’ouest, vers la zone des jardins, produisit des quartiers (Fardūs, Maḥaṭṭah, Qussūr, Ġūṭā) destinés à une population citadine plus aisée. Ces nouveaux quartiers résidentiels occupèrent ainsi la zone de cultures sèches qui s’étendait entre les jardins et la vieille ville. Durant cette même période, la ville franchit également la vallée de l’Oronte avec la construction d’habitations collectives sur le Wa’ar, le plateau basaltique dominant la zone des jardins. En 1960, la ville comptait 137 217 habitants pour une surface de 880 hectares.

  • 2 D’après Dbiyat (1995 : 173), ils occupaient à la fin des années 1980 quelques 1 000 hectares, soit (...)
  • 3 Ce quartier couvrirait actuellement quelques 200 hectares.
  • 4 Cultures très anciennes, puisque, comme le rappelle l’Encyclopédie de l’Islam (1971 : 409). « au Mo (...)

5À partir de 1960, Homs connaît une forte croissance de sa population due à un important exode rural et un appel de main-d’œuvre accru par le développement industriel (usines d’engrais, filatures, agrandissement de la raffinerie de pétrole). La ville pousse davantage ses quartiers vers le nord, le sud et surtout l’est et le nord-est le long de la route de Salamié, souvent sous forme d’habitations illicites2. Les villages agricoles périphériques de Baba Amr (sud-ouest) et de Deir Baalbé (nord-est) sont peu à peu intégrés à la ville et les quartiers du Wa’ar continuent à se développer3 sur la berge gauche de l’Oronte. C’est pendant cette période que disparaissent les dernières vignes proches de la ville, les nouveaux quartiers suivant parfois dans leur découpage les limites de ces anciens vignobles. Mais de nouvelles plantations vont par la suite se développer plus à l’est, dans la région de Fayrouzé (vignes sur treilles, amandiers) et de Zaidal (oliviers, pommiers), grâce au développement des forages. L’extension de la ville à l’est n’a donc pas provoqué la disparition des cultures dans cette région4.

  • 5 Rappelons que dans les années 1940, la ville n’excédait pas 400 hectares pour une population estimé (...)

6Quant aux quartiers aisés de l’ouest, ils achèvent leur extension jusqu’aux jardins au nord comme au sud de la route de Tripoli, mais ne dépassent pas le grand canal d’irrigation qui marque jusqu’à présent la limite dans cette région entre terrains à bâtir et terres agricoles. En 1989, la ville couvre environ 4 200 hectares pour une population estimée à 500 000 habitants5 : la surface de la ville est donc quatre fois supérieure à la surface de sa zone agricole.

Photo 14 — Jardins de Homs. Vue du zūr al-’Abbār. Cette étroite région de jardins pénètre profondément dans les quartiers du nord-ouest de la ville. Au premier plan, une treille de vigne et la toiture de la ferme à partir de laquelle cette photo a été prise. Plus loin, deux champs entourés de haies d’arbres fruitiers. Au fond enfin, les immeubles du nouveau quartier populaire al-Qarabis.

  • 6 Celui-ci a été lui-même construit sur un jardin appelé « terre de la petite roue » (ar al-Ġarāf), (...)

7Mais que deviennent les quelques 1 000 hectares de jardins pendant cette forte expansion urbaine ? Ils ne subissent pas de destructions massives mais de petits grignotages de bordure (fig. 27). Ainsi le nord du quartier al-Ġūṭā, drainant à ses débuts une population de commerçants et de fonctionnaires aisés, a été en partie construit sur des jardins appartenant au zūr al-’Abbār. S’étendant dans un carré de 25 hectares environ, ces jardins représentaient une dizaine d’exploitations, alimentées en eau par une prise sur le grand canal située au niveau du restaurant « al-Gardénia »6. Elles ont été vendues au début des années 1960 à des coopératives de construction immobilière.

8Ailleurs, on constate quelques empiétements n’affectant que de petites surfaces. Ainsi en contrebas de l’actuel grand stade sportif, sur la berge gauche du canal, a été construite sur 5 hectares de jardins une usine de chaussures, propriété de l’armée. Plus au nord, la nouvelle zone artisanale construite à la fin des années 1960 déborde sensiblement (3 ha) sur des jardins du zūr al-Na’ūra. Enfin, de l’autre côté du fleuve, au pied du Wa’ar, quelques bâtiments ont été récemment construits illégalement sur une bande étroite de jardins (1 ha) du zūr al-Wa’ar.

9Au total, on peut actuellement estimer à moins d’une quarantaine d’hectares la surface des jardins ayant disparu du fait de l’avancée du bâti urbain depuis les années 1950, ce qui est relativement peu.

Figure 27 — État de la zone agricole homsiote au début des années 90.

10L’aménagement de voies de circulation entre le centre-ville et les nouveaux quartiers du Wa’ar a eu en revanche un impact important sur l’unité géographique de la zone des jardins. Il s’agit de l’élargissement de la route de Mimas au nord de la zone, de l’aménagement du chemin de Ğdīdeh (années 1980) au centre et de celui de ?arāb, plus au sud. L’élargissement de la route de Tripoli a également amputé de plusieurs mètres les jardins qui la bordent de part et d’autre et cela sur plus de 3 kilomètres. L’effet le plus évident de ces récents aménagements routiers, outre la disparition de plusieurs dizaines d’hectares de jardins et l’interruption par endroits du réseau secondaire d’irrigation, a été une division de la zone des jardins – autrefois homogène – en quatre ou cinq tronçons. Ces profondes coupures facilitent désormais l’accès, à partir de la ville, à des secteurs qui étaient jusqu’alors isolés, mais rendent par contre plus malaisée la circulation à l’intérieur de la zone agricole.

  • 7 D’après une enquête effectuée auprès d’une cinquantaine d’exploitations réparties sur l’ensemble de (...)

11Quant au nombre de jardiniers travaillant dans cette zone, il a bien sûr sensiblement augmenté avec le temps. Ainsi, avec une surface moyenne d’exploitation qui est passée en un demi-siècle de 2,5 hectares à 1 hectare7, on peut estimer qu’il existe à l’heure actuelle quelques 900 chefs d’exploitation dans la zone agricole de Homs.

À HAMA. DISPARITION INÉVITABLE DES JARDINS DU CENTRE-VILLE

12L’évolution de la situation de la zone agricole y a été plus complexe qu’à Homs en raison de la présence de jardins au cœur même de la vieille ville. Dans sa progression, Hama n’a pas cherché à sauvegarder ces jardins centraux, même si la mise en place d’un réseau moderne de distribution d’eau potable rendit possible la construction de quartiers plus éloignés des berges de l’Oronte. Les disparitions de jardins ont donc été proportionnellement plus nombreuses dans cette ville que dans sa voisine du sud (fig. 28).

Figure 28 — État de la zone auricole hamiote au début des années 90.

13De 1940 aux années 1960. la ville se développa dans plusieurs directions : au sud, le long de la route de Kafr Buhum et de celle de Homs ; au nord, le long de celle d’Alep ; vers l’est, sur la rive gauche de l’Oronte, avec le prolongement résidentiel de ‘Alīlīyāt et la création du quartier de Šrī’ā. A la fin de cette période, Hama occupait quelques 650 hectares avec une population estimée à 137 400 habitants.

14La disparition de jardins durant cette époque est essentiellement liée à trois phénomènes : la construction de bâtiments municipaux, l’aménagement d’espaces publics et le développement plus ou moins spontané de quartiers populaires.

  • 8 Irrigués par les deux norias ottomanes. Pour les noms de ces jardins et de leurs propriétaires, voi (...)
  • 9 « Si les possibilités d’échanges commerciaux se faisaient jour, ou si la mise sur un marché plus la (...)

15Ainsi, un ensemble important de jardins8 (12 ha) situé au nord-est du Souk fut occupé, dès le début des années 1940. par des bâtiments administratifs et publics : l’hôtel Abu al-Fidā’ (actuel siège régional du Parti Baath), la muāfaa, la poste et le centre culturel ainsi qu’un certain nombre de bâtiments commerciaux. Dans les années 1940, cet ensemble avait d’ailleurs fait l’objet d’un projet d’aménagement de la part de l’architecte et urbaniste français Michel Ecochard. Celui-ci avait prévu d’y installer les bâtiments d’une foire nationale9. En 1950, le pont al-’Ubaysī fut construit sur l’Oronte. La rue Sa’īd al-‘As, qui le prolonge vers la route d’Alep, a alors été tracée en empiétant sur le jardin al-Zanbaqi (2 ha). Un jardin voisin, le bustān Um al-Ḥassan, fut transformé en jardin public, formant avec le moulin al-Ġazaleh, converti plus tard en café et en galerie d’art, le pont du Sérail et la noria al-Ǧisriyyeh, le principal aménagement public et touristique du centre-ville.

16Par ailleurs, dans les années 1940-1950, plusieurs quartiers se développèrent également sur des espaces agricoles : le quartier Abū al-Fidā’ déborda sur les jardins al-Nūriyyeh (1 ha) à l’ouest du palais ‘ Aẓem et le quartier al-Sa’adeh se construisit sur le jardin al-Sa’adeh (2 ha) un peu plus au nord. Durant la décennie suivante, le quartier Dabbāġa, à l’est du quartier Bašūra, occupa un jardin de 2 hectares. Enfin le quartier Šarqiyyeh, quartier populaire du Ḥāder à l’est du quartier Barūdiyyeh, progressa (années 1960) vers le fleuve sur environ 11 hectares du zūr al-Damsiyyeh.

17Des années 1960 à nos jours, Hama s’étendit essentiellement vers le sud (Ṣabūniyyeh, Riyadī, banlieue Abū al-Fidā’) et le nord-ouest (Fayha’a, Ġurnata, Šaḥba). Un certain nombre d’industries se développèrent en périphérie (usine de porcelaine, cimenterie, complexe métallurgique, usine de pneumatiques...). La route traversant la ville en direction d’Alep fut élargie, ce qui rendit nécessaire la destruction de plus de trois cents bâtiments anciens. En 1989, Hama couvrait une superficie d’environ 3 100 hectares pour une population estimée à 225 000 habitants.

18Au cours de cette période, les jardins furent surtout affectés par deux opérations : la construction de bâtiments municipaux et touristiques à l’est de la ville et le développement d’un quartier résidentiel pour classes sociales aisées à l’ouest, l’ensemble représentant une vingtaine d’hectares.

19Deux routes goudronnées avaient été construites au, cours des années 1950, à travers les jardins du zūr al-Qiblī, à l’est de la ville. L’une, proche du fleuve, a permis de rejoindre la route de Salamié par un pont en fer, l’autre plus au sud, de desservir directement le quartier de Šrī’ā se développant sur les hauteurs. C’est dans les jardins qui étaient alors situés de part et d’autre de la première route que fut construit par la suite un certain nombre d’installations. Entre fleuve et route, un premier restaurant s’ouvrit en 1960, un second en 1985. Le reste des jardins de ce secteur fut occupé par le département municipal des norias (1985) et par un petit jardin public. De l’autre côté de la route furent installés un complexe sportif (salle des sports et piscine municipale construites en 1967, club sportif en 1970) et des bâtiments destinés aux fonctionnaires (association des instituteurs en 1968 et des ingénieurs en 1984). Le centre des Pionniers, en cours de construction (1995), devrait compléter cet ensemble. Cet aménagement, occupant à peu près 10 hectares, apparaît comme le prolongement vers l’est du centre administratif plus ancien (muāfaza, centre culturel...).

  • 10 Jardin du « fossé » qui entourait la citadelle à l’époque médiévale.

20A l’ouest de la citadelle, le quartier résidentiel Bāb al-Nahr se développa dès les années 1960 sur les 8 hectares des jardins Ḥuḍura, Nubbālī et Ḫatuniyyeh. Ces derniers accueillirent également (années 1970) l’Union des ouvriers, les abattoirs municipaux (autrefois situés près du moulin de Bāb al-Nahr) et le bâtiment des Éclaireurs. Le jardin al-Ḫandaq10 (4,5 ha), prolongement vers l’est de ces jardins, situé au pied de la citadelle et abandonné dans les années 1960, laissa la place en 1986 à une large double voie desservant, entre autres, les quartiers des collines de l’ouest de la ville. C’est à l’occasion de la construction de cette route que furent détruites les maisons du quartier Bāb al-Ğisr qui étaient situées, avec leurs petits jardins domestiques, sur la rive gauche de l’Oronte.

Photo 15 — Jardins de Hama. Vue du zūr Bāb al-Nahr. En avant-plan, les restes de l’aqueduc des norias al-Dawālīk et al-Ḫuḍura.

  • 11 Les jardins extérieurs ont en effet, comme les jardins intérieurs, un statut mulk et ont toujours é (...)

21Les jardins qui étaient traditionnellement en contact direct et étroit avec les quartiers les plus centraux de Hama ont donc aujourd’hui presque tous disparu, ce qui représente une cinquantaine d’hectares au total. De ces jardins, il ne reste que le bustān Atweh, en contrebas du palais ‘Azem et une partie du zūr al-Damsiyyeh, entre les quartiers de Bašūra et de Šarqiyyeh et le fleuve, une dizaine d’hectares au total. Les anciens jardins du centre-ville n’ont cependant jamais représenté, du moins au xxe siècle, qu’une partie de l’ensemble agricole rattaché11 à Hama, les jardins extérieurs à la ville ayant toujours été plus importants quant à leur surface et à leurs productions. L’importance des jardins intérieurs venait surtout du fait qu’autrefois ils se trouvaient justement à l’intérieur des remparts et constituaient ainsi une réserve alimentaire non négligeable lorsque l’insécurité ne permettait pas aux citadins d’accéder aux terres agricoles extra-muros. On peut donc émettre l’hypothèse que la rapide disparition des jardins du centre de Hama, certes avant tout liée au développement urbain, a aussi coïncidé avec l’établissement définitif de la sécurité des biens et des déplacements : garder une réserve agricole à l’intérieur de la ville n’avait désormais plus grande utilité.

  • 12 Les limites historiques des jardins de Hama correspondaient aux limites des zūr extérieurs dépendan (...)
  • 13 D’après une enquête effectuée sur une trentaine d’exploitations durant l’été 1993.

22Épargnés jusqu’à présent par la croissance urbaine, les jardins extérieurs s’étendent sur quelques 150 hectares de l’autoroute d’Alep à l’est de Hama jusqu’à la limite des terres de Dahrié, village au nord-ouest de Hama12. C’est là que se développe de nos jours l’essentiel de l’activité agricole dépendant des jardiniers hamiotes, dont le nombre peut être à l’heure actuelle estimé à quelques trois cents individus, pour une surface moyenne d’exploitation avoisinant 0,70 hectare13.

23Par ailleurs, certains jardins qui étaient autrefois situés à l’extérieur de la ville ont été rattrapés par celle-ci et se trouvent désormais en contact avec les nouveaux faubourgs résidentiels. C’est le cas du zūr Bāb al-Nahr qui, anciennement associé au quartier Bāb al-Ǧisr, est depuis une quarantaine d’années en contact direct avec le camp palestinien installé sur les hauteurs de la berge droite du fleuve. De même, les jardins de l’ouest du zūr al-Qiblī sont désormais bordés au sud par le quartier de Šrī’ā.

PLACE DE PLUS EN PLUS RÉDUITE DES JARDINS DANS L’ÉCONOMIE URBAINE

24Les jardins n’occupent plus une place aussi importante qu’il y a une cinquantaine d’années dans l’approvisionnement quotidien de Homs et de Hama : d’après les commerçants du souk al-Hāl interrogés en 1992 dans les deux villes, ils ne représenteraient guère plus de 10 à 15 % des transactions quotidiennes effectuées à Homs et 20 % de celles effectuées à Hama. S’il est difficile de vérifier l’exactitude de telles estimations, on peut toutefois constater que les jardins ne sont plus, loin s’en faut, les seules terres irriguées à alimenter le marché urbain actuel.

  • 14 Comme le soulignait Daouk (1957 : 54) : « We do not have enough data to include the output of veget (...)

25Dans les années 1940 encore, les périmètres irrigués en Syrie centrale ne dépassaient pas les 13 000 hectares. Weulersse (1940 : 54-55) distinguait alors trois grands domaines régionaux traditionnels : celui du haut Oronte en amont du lac de Qattiné, alimenté par de nombreuses sources et de petits barrages sur le fleuve (7 000 hectares), celui des jardins périurbains de Homs (1 000 hectares) et celui des norias du moyen Oronte s’étendant entre Rastan et le Ghab sur quelques 4 000 hectares et dans lequel étaient donc inclus les jardins de Hama. Il convenait d’ajouter à cet ensemble les berges irriguées appartenant aux villages s’échelonnant au bord de l’Oronte entre Homs et Rastan. Elles occupaient à l’époque quelques 1 700 hectares (Naaman, 1951 : 180). Les jardins urbains représentaient alors plus de 10 % de cet ensemble et assuraient l’essentiel de l’approvisionnement des villes de Homs et de Hama en produits agricoles, leur proximité avec les marchés urbains leur évitant les problèmes d’accès rapide, de transport et de stockage qui se posaient pour des productions plus éloignées14, alors essentiellement destinées à l’auto-consommation.

  • 15 « La guerre de Corée (...) favorisera le développement accéléré de la culture du coton. Ces dévelop (...)
  • 16 Rappelons-en les principales réalisations : Barrage de Qattiné (1934) et canal de Homs-Hama (1934-1 (...)
  • 17 F. et J. Métral estiment (1990 : 411) que la surface irriguée à partir du fleuve est passée de 20 0 (...)
  • 18 Comme le souligne Hannoyer (1980 : 290) pour l’ensemble de la Syrie, « les surfaces irriguées conna (...)
  • 19 Betterave sucrière, céréales, coton, lentille, pomme de terre, soja, tournesol, maïs, blé, orge, pl (...)

26A partir des années 1940-1950, avec les premières tentatives de réforme agraire, les besoins d’une agriculture de plus en plus libérale et spéculative, le « boom » cotonnier15, la réalisation de grands projets d’irrigation en Syrie centrale16 et le développement de la motorisation individuelle (motopompes, tracteurs), le domaine irrigué de cette région progressa considérablement17, comme ailleurs en Syrie18. Le développement des transports et de la chaîne du froid allait de plus permettre d’alimenter de plus en plus efficacement les principales villes de Syrie. Les terres irriguées en amont de Homs, celles situées entre Homs et Hama et alimentées par le nouveau canal de Qattiné et enfin la plaine aménagée du Ghab furent les trois principales zones concernées par ces transformations dans la région. Sur ces nouvelles terres irriguées, au côté des cultures majoritaires contrôlées par la planification agricole19, les paysans se mirent aussi à cultiver des légumes, pour l’essentiel l’ail, l’oignon, la tomate, l’aubergine, le concombre, la fève, le haricot et le pois. Les paysans profitaient ainsi du marché resté libre des produits maraîchers pour jouer, non parfois sans risques, avec les prix variant rapidement selon l’offre et la demande (Métrai, 1979 : 322-324).

27Par ailleurs, l’extension des cultures maraîchères en dehors de ces grands périmètres irrigués a pris une certaine ampleur à partir des années 1980 avec la multiplication des petites exploitations, appelées mašārī‘ (sing. Mašrū‘), sur des terres non irriguées à l’origine (terres dites « baal »). Ces micro-exploitations alimentées par des motopompes et des puits artésiens se retrouvent désormais autour de la plupart des villages et des petites villes de la région de Qousseir, de Homs et de Hama et pratiquent souvent les mêmes types de cultures intensives que les jardins urbains (tomates, aubergines, persil, salades...), les concurrençant donc directement.

28Enfin les anciennes berges irriguées s’étendant entre Homs et Acharné connaissent également, depuis une trentaine d’années, une extension sensible de leurs surfaces. En effet, des terres autrefois trop hautes pour être accessibles à l’eau du fleuve, même avec l’aide de norias et de petites roues intermédiaires (ġarāf), sont maintenant aménagées en terrasses irriguées grâce aux barrages (Rastan, Acharné) ou à de puissantes motopompes collectives qui prolifèrent sur les berges du fleuve (Ghanto, Djajié, Srehin...). Ainsi le périmètre irrigué du village de Dahrié, situé au nord-ouest de Hama, est constitué de jardins traditionnels occupant la berge de l’Oronte (20 ha), autrefois irrigués par une noria, mais aussi de cultures maraîchères occupant depuis seulement une trentaine d’années le plateau à l’est du village (50 ha) et irriguées par une grosse motopompe collective fonctionnant à partir du fleuve.

29Le total des surfaces irriguées de Syrie centrale couvrait en 1993 plus de 150 000 hectares, les jardins des deux villes ne représentant désormais plus que 0,8 % de cette surface.

  • 20 Phénomène intéressant à signaler : le pompage de puits a pris en quelques années une importance maj (...)

Tableau 12 — Répartition (ha) des terres irriguées dans les muḥāfaẓa de Homs et de Hama en 199320.
Source : The annual agricultural statistical abstract, 1993.

  • 21 Jusqu’à récemment. Longtemps la Syrie n’a pas été en effet capable de satisfaire à elle seule ces b (...)
  • 22 Cette région est en effet devenue, au cours des quinzaines dernières années, la première productric (...)

30Avec une population urbaine multipliée par dix à Homs (à peu près 500 000 habitants en 1995) et par cinq à Hama (à peu près 250 000 habitants en 1995) en l’espace d’un demi-siècle, les besoins en fruits et légumes ne pouvaient de toutes façons plus être satisfaits par les seuls jardins urbains. Faute de pouvoir géographiquement s’agrandir pour répondre à cette demande accrue, ceux-ci sont donc devenus, au cours de ces décennies, minoritaires dans l’approvisionnement de leur propre ville, la grande majorité des productions consommées par les citadins provenant essentiellement de l’importation21, des campagnes homsiotes et hamiotes et des exploitations du littoral méditerranéen22.

2 – LA STRUCTURE FONCIÈRE À L’ÉPREUVE DU TEMPS23

  • 23 Les éléments concernant les jardins de Homs proviennent des « Cahiers des terres agricoles desservi (...)

31Les transformations survenues depuis une cinquantaine d’années dans la structure foncière des deux zones de jardins sont avant tout liées à une évolution naturelle dans tout système de propriétés, c’est-à-dire à la division des propriétés familiales et à la multiplication du nombre des propriétaires.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU FONCIER EN 1990 : UNE AUGMENTATION SENSIBLE DE LA PETITE PROPRIÉTÉ

32Nous venons de voir que depuis les années 1940, en raison du développement urbain, de la croissance démographique et de l’expansion des zones irriguées en Syrie centrale, les zones de jardins de Homs et de Hama sont peu à peu devenues économiquement marginales. Elles ne constituent plus ces espaces stratégiques qu’elles avaient été dans le passé pour la société citadine. Elles sont même considérées par beaucoup comme des zones résiduelles fonctionnant selon un mode d’organisation trop archaïque pour être rentable : la survie et l’approvisionnement des villes dépendent dorénavant d’autres espaces agricoles plus vastes et plus productifs. Le contrôle des jardins et de leurs jardiniers n’est donc plus pour la société citadine une nécessité vitale ou stratégique comme par le passé. Dans ce nouveau contexte, que sont devenues les propriétés foncières ?

33Une lecture un peu générale des données dont je dispose sur les jardins de Homs et de Hama permet de dresser un rapide bilan de l’état actuel du foncier. Une comparaison entre les « Cahiers des terres agricoles » et les cartes du cadastre permet tout d’abord de constater que le décalage qui existait déjà dans les années 1940 entre la structure foncière et la structure agraire s’est considérablement accru. La division des propriétés n’a en effet que rarement été suivie par la division en conséquence des exploitations, si bien que, globalement, l’actuel émiettement juridique des propriétés agricoles des deux villes ne se traduit pas par une division dans les faits du parcellaire et des exploitations. Cette division du foncier s’est logiquement accompagnée d’un accroissement du nombre de propriétaires.

À HOMS

34Les tableaux 13 et 14 permettent de comparer la situation de la rive droite en 1930 et en 1994.

Tableau 13 — Jardins de Homs : distribution de la propriété dans les années 1930-40 et dans les années 1990 en fonction des surfaces.
Source : archives du service du cadastre (Homs) et Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).

35Un certain nombre d’établissements religieux possédaient dans les années 1940 des jardins sous forme de waqf. Ceux-ci ont depuis été très sensiblement réduits.

Tableau 14 — Jardins de Homs : les jardins de la rive droite dépendant de mosquées dans les années 1930-40 et dans les années 1990.
Source : archives du service du cadastre, (Homs) et Cahiers des terres agrico/es desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs)

36On constate tout d’abord que le nombre total des lignages représentés a un peu plus que triplé en cinquante ans, passant de 110 à 350, alors même que la surface des terres cultivées ne s’est pas agrandie, se réduisant au contraire un peu du fait de la pression urbaine.

  • 24 J’appellerai « propriété familiale » l’ensemble des propriétés d’un même groupe patronymique, tout (...)

37Lorsque l’on observe cette évolution dans le détail des catégories de propriétés, on constate qu’il n’existe plus de grandes propriétés familiales24 de plus de 100 hectares. Actuellement, la plus importante dépasse à peine les soixante hectares. Concernant les moyennes propriétés, on observe une baisse moins forte mais tout de même sensible des surfaces : si les propriétés de 30 à 50 hectares restent stables, par contre celles de 20 à 30 hectares et de 10 à 20 hectares sont moins importantes qu’en 1930. Toutefois, le rapport existant entre le nombre de lignages représentés et la surface de ces propriétés est resté sensiblement le même, chaque catégorie interne présentant même une surface moyenne de propriété familiale légèrement supérieure à celle observable dans les années 1930-40.

Tableau 15 — Jardins de Homs : surfaces moyennes de la propriété familiale (moyennes propriétés).
Source : archives du service du cadastre (Homs) et Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Hom).

38La catégorie des petites propriétés n’a pas évolué de la même manière. Si la surface des propriétés comprises entre 5 et 10 hectares subit elle aussi un léger tassement, en revanche le nombre de propriétés de taille inférieure à 5 hectares augmente considérablement. Elles font plus que doubler entre 1 et 5 hectares et quadrupler en dessous de 1 hectare. Le nombre de lignages propriétaires correspondant à ces deux dernières catégories augmente proportionnellement : il a doublé pour les propriétés comprises entre 1 et 5 hectares et se trouve presque multiplié par six pour les propriétés de moins de 1 hectare. Mais constatons qu’ici aussi le rapport surface / nombre de lignages propriétaires, permettant de donner une surface moyenne de propriété familiale, n’a guère évolué depuis les années 1930-1940.

Tableau 16 — Jardins de Homs : surfaces moyennes de la propriété familiale (petites propriétés).
Source : archives du service du cadastre (Homs) et Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).

39À Homs, on assiste donc à une très nette augmentation du nombre des propriétés de moins de 5 hectares et cela au détriment de la grande et moyenne propriété.

À HAMA

40Les données dont je dispose sur les jardins de Hama laissent supposer qu’un phénomène assez similaire peut y être observé. Je ne dispose que d’une dizaine de monographies de propriétés, mais celles-ci peuvent être révélatrices de l’évolution foncière de cette zone agricole. Elles reproduisent plus ou moins le schéma homsiote de division des propriétés familiales. Je présenterai ici trois exemples d’évolution de propriétés : deux concernent les deux principaux lignages de notables propriétaires de jardins, le troisième portant sur un bayt de commerçants.

41Le bustān al-R. est un jardin de 2 hectares 53 ares et 42 centiares situé dans le zūr Bāb al-Nahr. Dans les années 1940, il appartenait aux ‘Aẓem. À la fin des années 1940, perdant son statut d’indivis, il devient propriété de Hašam al-’Aẓem. Celui-ci meurt au début des années 1950. La moitié du jardin est alors partagée entre ses deux fils et ses deux filles. L’autre moitié, représentant quatre parcelles, est vendue à deux commerçants hamiotes. Le jeux des successions se poursuit alors pendant trois décennies. Le dernier enregistrement, daté du début des années 1980, fait état de vingt-cinq propriétaires pour l’ensemble du jardin (douze ‘Aẓem, treize issus des deux lignages de commerçants), chacun disposant donc d’une part de 0,1 ha. C’est en revanche le même jardinier qui exploite la totalité du jardin depuis une vingtaine d’années.

42Les Kīlānī possédaient, entre autres terres, un jardin de 4 hectares, 53 ares et 83 centiares dans le zūr al-Šarqī. La première vente a eu lieu en 1975, Aḥmad Maṣrī achetant une partie du jardin. Entre 1979 et 1982, cinq autres personnes achetèrent des parcelles de ce jardin. Les dernières parcelles appartenant encore à des Kīlānī ont été achetées par trois frères de bayt ‘Uṯmān en 1994. Le jardin est désormais divisé en neuf propriétés de 50 ares chacune, mais plus aucune n’appartient à des Kīlānī.

43Dernier exemple, celui d’un jardin de 1 hectare 37 ares et 17 centiares, situé dans le zūr al-Qiblī et appartenant à bayt Amīr jusque dans les années 1950. En 1952, 34 ares sont vendus à un membre de bayt Hallaq. Une quarantaine d’autres ares le seront en 1958 à quelqu’un de bayt Saqfé. En 1973, des membres des lignages Hasam, Karm et Maḥlas achètent ce qui reste du jardin. Enfin, en 1981, les parts des Hallaq et des Maḥlas sont rachetées par des Saqfé, Salwa et des Lababidī. Actuellement, le jardin est divisé en six petites propriétés de 22 ares chacune et n’est ici aussi cultivé que par un seul jardinier.

44La situation hamiote ne semble donc guère différer de celle de la zone agricole homsiote, consacrant une réduction sensible des grandes et moyennes propriétés au profit de la petite propriété, avec bien sûr pour corollaire une multiplication des petits propriétaires.

45Ce phénomène, observable dans les deux zones, découle de la division et de la subdivision des propriétés familiales, de la multiplication des ayants droit survenues au cours des dernières décennies, mais aussi de la vente des parts de terres libérées de l’indivis. L’abrogation des waqf familiaux décrétée en mai 1949 (loi n° 76) a en effet permis de procéder dès cette époque à des répartitions de terres au sein même des lignages, ceux-ci n’étant donc plus collectivement propriétaires des jardins, mais aussi à la vente de nombreuses parcelles jusqu’alors immobilisées en tant que biens inaliénables. Cette division des propriétés les plus grandes s’est poursuivie avec la fin des indivis dans les années 1950-1960, conséquence directe de la réforme agraire.

LES ACTUELS PROPRIÉTAIRES DES JARDINS

46Il convient maintenant de répondre aux questions suivantes : que sont devenus les anciens propriétaires de jardins à Homs et à Hama ? Qui sont les propriétaires actuels ? Que représentent de nos jours, d’un point de vue financier, les jardins pour leurs propriétaires ?

LES ANCIENS PROPRIÉTAIRES

47Nous avons vu que les zones agricoles étaient la propriété d’une part minoritaire mais assez représentative de la société citadine traditionnelle. J’ai pu dégager les principales catégories de propriétaires de jardins présents dans les années 1930-1940 : ceux qui, du fait de leur position sociale, de leur pouvoir, mais aussi de la taille de leurs propriétés, avaient une capacité d’action directe ou indirecte sur la zone agricole (grands notables, notables de second rang, grands commerçants) ; ceux pour qui la zone agricole représentait essentiellement, sous la forme de petites propriétés, l’acquisition d’une reconnaissance sociale mais aussi une sécurité — alimentaire, financière — face aux aléas de la vie (petits commerçants et artisans). J’ai enfin précisé qu’à Homs quelques lignages de jardiniers étaient propriétaires pour partie ou en totalité de leurs exploitations et que cela les mettait dans une position particulière, d’influence et de prestige, par rapport à la grande majorité de leurs collègues. Je vais reprendre l’ordre de présentation de ces catégories de manière à en analyser l’évolution et la situation actuelle.

Les lignages de notables

  • 25 Van Dusen (1975 : 152) distingue trois étapes de leur décadence : « 1946 to 1954 when traditional e (...)

48Que sont donc devenus les anciens grands lignages de notables depuis les années 1940 ? Ils ont progressivement vu leur pouvoir politique et économique s’éroder puis pratiquement disparaître25.

49Après l’indépendance (1946), ces grands lignages ont toutefois continué à dominer le système politique et économique local et national et cela jusqu’en 1958, date de la création de la République Arabe Unie associant la Syrie et l’Égypte de Gamal Abdel Nasser. Durant cette période (1946-1958), les surfaces des grandes propriétés ont même continué à augmenter à Hama, conséquence de la loi n° 84 de 1954 autorisant l’acquisition de 500 hectares prélevés sur les terres domaniales. Elles ont en revanche commencé à baisser à Homs et cela au profit de la moyenne propriété et surtout de l’investissement industriel : la terre ne constituait plus dans cette ville l’investissement privilégié.

50Les tableaux suivants, présentés par Dbiyat (1995 : 118-119), montrent l’évolution de la propriété foncière dans les muāfaa-s de Homs et de Hama entre 1945 et 1955 :

Tableau 17 — Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1945 (en %). Source : M. al-Dbiyat (1995).

Tableau 18 — Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1955 (en %). Source : M. al-Dbiyat (1995).

51Si cette grande propriété fut, à partir des années 1950, la cible des pouvoirs « progressistes », la réforme agraire de 1958, décidée par Nasser au moment de l’union avec l’Égypte, n’a cependant eu que peu d’effets. Il faut attendre l’arrivée du Parti Baath en 1963 pour que la réforme soit radicalisée et rendue plus efficace. Elle ne connut en fait une application systématique qu’à partir de 1965, date de l’arrivée au pouvoir de l’aile la plus à gauche du Parti.

  • 26 Les premières nationalisations eurent lieu en 1961 mais furent remises en cause à la fin de l’union (...)
  • 27 Usine de teinture, laiterie, usines d’égrenage du coton, minoteries... soit un total de vingt-six p (...)
  • 28 Ce n’est qu’à partir des années 1970 que cette ville sera choisie comme centre de la nouvelle indus (...)

52Les grands propriétaires sont depuis devenus des propriétaires moyens, une partie importante de leurs propriétés ayant échappé à la réforme grâce au partage opportun des patrimoines au sein des lignages. En revanche, les nationalisations qui eurent lieu en 196526touchèrent plus efficacement les entreprises industrielles et artisanales27 appartenant aux notables, surtout ceux de Homs, Hama étant restée très peu industrialisée jusque dans les années 196028. Ne pouvant donc plus autant compter sur leurs traditionnelles ressources économiques et financières, les anciens notables se sont tournés vers des secteurs économiques plus modestes, mais devenus très actifs, liés essentiellement au petit commerce.

  • 29 Véritable bureau-salon, autant lieu de réception et de prestige que lieu de travail, il permet de c (...)
  • 30 Renseignements tirés de l’annuaire de la Chambre de commerce et d’artisanat de Homs.

53Ainsi, pour prendre quelques exemples homsiotes connus, nous savons que les Atāssī sont une quarantaine à posséder leur bureau d’import-export29 et qu’on les trouve aussi en grand nombre comme ingénieurs et dans le prêt-à-porter. Ils sont par ailleurs présents dans la vente d’outils et d’engins agricoles, d’appareil électriques, de tapis, de parfums, dans l’horlogerie, la bijouterie, la droguerie... Les Zahrāwī font aussi, dans une moindre mesure, de l’import-export et se distinguent dans le commerce d’artisanat, de pièces détachées d’automobiles, de mobilier, de peinture, de papier, de bois, d’équipements divers (sécurité incendie, électroménager...)... Les Durūbī font également de l’import-export, vendent des chaussures, des outils de menuiserie, du matériel agricole, du prêt-à-porter, des pièces détachées pour voiture, du matériel médical... Les Hussaynī ont leurs bureaux d’import-export et vendent de l’équipement électronique, de laboratoire médical, du matériel électrique, de l’huile lubrifiante, des textiles, du papier peint et de la moquette, des cassettes de musique...Les Ǧindī ont sept bureaux d’import-export et vendent de l’équipement vidéo, des outils de menuisier, du matériel industriel30... Les anciens grands notables sont donc pour la plupart devenus des commerçants et des petits patrons, adoptant parfois les activités commerciales traditionnelles du souk ou développant de petites unités artisanales regroupant quelques ouvriers et donc peu menacées par d’éventuelles nationalisations.

54Les anciens notables sont encore présents dans la zone agricole, aussi bien à Homs qu’à Hama. Leur maintien en tant que propriétaires ne signifie bien sûr pas qu’ils aient conservé la totalité de leurs jardins. Nous avons vu que l’action conjuguée des ventes et des successions, aggravée par la fin des waqf familiaux et des indivis, avait réduit une grande partie de leurs propriétés agricoles, parfois de façon drastique.

55À Homs, si les Atāssī possèdent comme autrefois le plus grand nombre de propriétés dans les jardins, celles-ci se trouvent tout de même réduites de moitié par rapport à leur surface totale de 1940. Quant aux autres lignages, Durūbī, Zahrāwī ou Raslān, ils ne possèdent plus que quelques hectares de parcelles (rive droite), exception faite des Ḥussaynī qui sont les seuls a avoir réellement consolidé leurs propriétés et même à les avoir agrandies, doublant pratiquement leur surface depuis les années 1940.

Tableau 19 — Jardins de Homs : propriétés (rive droite) par lignages de notables dans les années 1930-40 et dans les années 1990.
Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs. Direction de l’Irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).

56La figure présentant les propriétés actuelles de ces anciens notables (fig. 29) rend bien compte de ce resserrement des surfaces. Il n’y a pratiquement pas eu de redéploiement, mais un rétrécissement continu des propriétés, ce phénomène laissant ça et là des îlots isolés, de minuscules bandes de terre... bref, autant de lambeaux de ce qui avait été autrefois des domaines relativement regroupés et homogènes. Alors qu’en 1940, l’ensemble des propriétés des notables représentait 42,2 % de l’ensemble des jardins situés sur la rive droite du fleuve, en 1994 cet ensemble ne constitue plus que 22,2 % des jardins de cette même rive droite, même si les notables ne représentent que 2 % de l’ensemble des propriétaires de jardins, ce qui constitue tout de même un rapport toujours favorable. Il est possible de présenter ici quelques cas précis.

57La très grande majorité des terres des Atāssī se trouvait sur la rive droite de l’Oronte et était regroupée en un ensemble homogène, maintenant très éclairci. La vente de certains de leurs jardins a commencé, d’après les registres cadastraux, en 1941 et s’est poursuivie jusqu’à nos jours : certaines propriétés ne sont plus maintenant que de minces lanières isolées. Des achats de terres ont bien sûr eu lieu durant la même période, mais cela n’a jamais concerné des surfaces importantes et n’a en tous les cas pas suffi à compenser les pertes.

58La division des parcelles entre les Atāssī est importante dans de nombreux jardins. Ainsi la parcelle n° 1012, située dans le zūr al-‘Atīq et ayant une surface de 3 ha est actuellement la propriété de quelques vingt-trois Atāssī... ce qui fait une moyenne de 0,13 ha par personne. La parcelle n° 1084, dans le zūr al-‘Abbār, d’une surface de 1,1881 ha, est elle aussi divisée entre vingt-trois membres de bayt Atāssī. La moyenne des parts est donc de 0,05 ha par personne. La parcelle n° 1649, dans le zūr al-Muftī, d’une surface de 0,6508 ha et ayant appartenu à bayt Atāssī est désormais partagée avec quatre autres propriétaires. Les Atāssī n’en possèdent plus que 0,4356 ha divisé en quarante parts, ce qui fait une moyenne de... 0,01089 ha par personne ! Quant aux propriétaires du reste de la parcelle, ils sont moins nombreux (cinq personnes) mais guère plus avantagés (0,04 ha par personne). Si l’on fait la moyenne de la surface des parts de propriété des Atāssī, on obtient 0,2 ha.

Figure 29 — Propriétés agricoles des notables homsiotes dans les années 1990 (rive droite).

59Autre exemple, celui des Ḥussaynī. Nous avons vu que ce lignage était le seul à avoir augmenté ces dernières décennies son capital foncier dans les jardins, essentiellement par achat de terres. L’ensemble de ses jardins se trouve regroupé dans le secteur central de la zone agricole (rive droite), entre la route de Tripoli au sud, et le chemin de Ḫarāb au nord. Cette disposition groupée des jardins laisse supposer que l’on a certainement eu affaire à une stratégie d’acquisition systématique. La majorité de ces achats a été effectuée entre 1946 et 1970.

60Comme dans l’exemple précédent, la fragmentation des parcelles en de minuscules propriétés est importante. Prenons par exemple la parcelle n° 1318. Constituée de 3,3 hectares, elle est située dans le zūr al-Ḫarāb et est divisée entre des propriétaires appartenant à cinq lignages, dont celui des Ḥussaynī. Ceux-ci possèdent 80 % de sa surface, c’est-à-dire quelques 2,7 ha. Ils sont toutefois cinquante-cinq a en être propriétaires, ce qui représente une moyenne de 0,05 ha par personne. Autre exemple : la parcelle n° 1366 (1,5 ha), toujours dans le zūr al-Ḫarāb, est la propriété de neuf lignages et d’une administration agricole. Les Hussaynï en possèdent néanmoins la majorité (1,4 ha)... mais celle-ci est divisée entre cinquante-six personnes. Malgré un plus grand dynamisme, la moyenne de la surface des parts de propriété des Ḥussaynī est sensiblement la même que celle des Atāssī : 0,26 ha.

61Le caractère extrême du morcellement de ces propriétés rend de plus en plus difficile la division effective des terres entre leurs trop nombreux propriétaires. Que peut-on en effet faire sur 10 m2 de terrain ? Et comment répartir les loyers correspondants ? Si l’on reprend l’exemple de la parcelle n° 1366, elle est louée actuellement pour 2 500 LS par an (350 francs)... ce qui représente 44,6 LS par ayants droit : personne ne se dérange pour percevoir une somme si faible. Aussi, depuis une dizaine d’années, le jardinier de cette parcelle ne trouve personne à qui payer son loyer. Dans d’autres cas cependant, il arrive que ce soit l’un des nombreux ayants droit qui touche seul ce faible loyer, les autres lui abandonnant de fait leurs parts, par indifférence ou par commodité. Cette personne est généralement celle à laquelle le jardinier avait l’habitude de s’adresser, avec qui le contrat a été signé vingt ou trente ans plus tôt. Cela peut donc être l’ancien mutawākīl familial, l’ancien administrateur des propriétés familiales ou l’un de ses descendants directs.

62Même si certains jardins restent entre les mains d’un seul propriétaire, il est rare que le loyer alors versé à cette personne constitue actuellement une part importante de ses revenus. Le livre de comptes d’un membre de bayt Zahrāwī concernant les années 1961, 1985, 1989 et 1993 va permettre de reconstituer l’évolution de la place de ce loyer dans le revenu d’un membre d’un grand lignage de notables homsiotes :

« * Les recettes pour l’année 1960 se présentaient de la manière suivante :
– 1/5 des loyers annuels de quatre jardins familiaux : 2 000 LS.
– Une part des loyers annuels provenant de magasins et khans familiaux, à savoir : deux khans, 3103 LS et dix-sept magasins, 5 150 LS.
– Divers revenus professionnels : 7 000 LS.
Soit un total de 17 253 LS pour l’année 1960. Les jardins représentaient donc 11,56 % de ces revenus.

* Les recettes pour l’année 1985 se présentaient de la manière suivante (les magasins et khans familiaux ont disparu et le propriétaire ne perçoit plus, après division, que le loyer d’un jardin) :
– Loyer annuel d’un jardin de 0.7 hectare : 2 000 LS.
– Revenus professionnels : 32 000 LS.
Soit un total de 34 000 LS pour l’année 1985. Le jardin représentait donc 5,9 % de ces revenus.

* Les recettes pour l’année 1989 se présentaient ainsi :
– Loyer annuel du jardin : 2 000 LS.
– Revenus professionnels : 101 000 LS.
Soit un total de 103 000 LS pour l’année 1989. Le jardin représentait 1,9 % de ces revenus.

* Les recettes pour l’année 1993 se présentaient de la manière suivante :
– Loyer annuel du jardin : 2 000 LS.
– Revenus professionnels : 216 380 LS.
Soit un total de 218 380 LS pour l’année 1993. Le jardin ne représentait plus que 0,9 % de ces revenus. C’est donc à peine si le propriétaire se soucie d’en percevoir le loyer. »

63La place que peuvent désormais occuper les jardins dans l’économie familiale des propriétaires va bien sûr différer d’un lignage à l’autre ; elle dépend aussi du rapport que les uns et les autres continuent à entretenir avec le travail de la terre et leur désir de conserver un lien avec la zone des jardins, alors qu’économiquement ceux-ci ne représentent plus pour ces lignages un revenu significatif. Si les anciens notables ont toutefois continué à investir dans leurs jardins (motopompes collectives à Hama, importation d’engrais chimique, introduction d’espèces nouvelles) jusqu’au début des années 1960, ils s’en sont peu à peu éloignés au cours des décennies qui suivirent. La modicité des revenus, l’étroitesse des surfaces et le nombre sans cesse croissant des ayants droit au sein de ces lignages a souvent entraîné un complet désintérêt des propriétaires pour leurs jardins. Finalement, seul le regroupement des parcelles grâce à leur achat par un membre du lignage ou par un étranger permet parfois de reconstituer, après accord passé avec le jardinier locataire, des propriétés viables.

Les citadins aisés

64Cette catégorie était constituée dans les années 1940 par des lignages de notables secondaires et de grands commerçants. Leur déclin a été, d’après Van Dusen (1975 : 139), concomitant de celui des grands propriétaires terriens auxquels ils étaient généralement alliés. Ils sont désormais eux aussi très présents dans le secteur du petit commerce, le secteur tertiaire et les services.

  • 31 Renseignements tirés de l’annuaire de la Chambre de commerce et d’artisanat de Homs.

65À Homs par exemple, les Šamsī Bāšā exercent l’activité d’ingénieur-conseil, vendent du matériel agricole, de la papeterie, des graines, des aliments pour volailles, font de l’import-export, mais aussi du prêt-à-porter rue Dablag. Les ?ulaymāt font aussi de l’import-export, sont ingénieurs, médecins, vendent de la papeterie, des tissus, des véhicules agricoles, des parfums dans le souk, de la quincaillerie31...

  • 32 Entretien du 12 septembre 1995 avec un membre du lignage.

66À Hama, j’ai pu relever32 la trajectoire professionnelle des Murād Aġā. Ceux-ci possédaient le zūr al-Murādiyyeh (14 ha), près de Rastan, et le zūr Murdašī (surface inconnue) situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Hama. Ils étaient également propriétaires des cinq jardins de Ḫuḍura (5 ha) et de sa noria situés au pied de la citadelle de Hama et enfin de deux moulins (Mimas) et d’un café à Homs. Ces propriétés étaient waqf urrī et leurs revenus, qui faisaient l’objet de redistributions entre les ayants droit au sein des différentes lignées, ont longtemps suffi à faire vivre l’ensemble du lignage. Mais à partir des années 1940, l’accroissement des ayants droit obligea certains membres de ce lignage à travailler. Ils choisirent de pratiquer le négoce de fromages avec la montagne alaouite et le maquignonnage. Dans les années 1950, les Murād Aġā étaient tous devenus des commerçants du souk al-Ṭawīl (tissus) ou de petits industriels (usine à glaces), l’ensemble de leurs propriétés waqf ne fournissant plus que des revenus modestes et quelques conserves pour l’hiver. En 1962, ces propriétés ont finalement été partagées entre les nombreux bénéficiaires. Les terres agricoles ont rapidement été vendues (Ḫuḍūra, Murādiyyeh et Murdašī), mais les biens immeubles furent saisis par l’Etat baathiste en 1966.

67Concernant la situation foncière actuelle de ces lignages, nous savons qu’à Homs la plupart de ceux qui constituaient cette catégorie en 1940 sont encore présents comme propriétaires de jardins, même si leurs propriétés, à deux exceptions près, se sont sensiblement réduites : alors qu’en 1940, celles-ci représentaient 24,4 % des jardins de la rive droite, en 1994 elles ne représentent plus que 14 % de ces mêmes jardins. Quant à l’ancienne catégorie des citadins aisés, elle représente un peu plus de 3 % du total des propriétaires.

Tableau 20 — Jardins de Homs : surface (ha) des propriétés par lignages de notables secondaires et de grands commerçants (rive droite).
Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs, Direction de l’Irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).

  • 33 Avec des unités ayant une surface minimale de 11 m2 et maximale de 3,4 ha.

68La surface moyenne de leurs propriétés sur la rive droite est en effet passée de 11,7 ha (1940) à moins de 7 ha (199433). Celles-ci ont littéralement fondu, sans que l’acquisition de nouvelles terres ait freiné le phénomène. Depuis 1940, la moitié des propriétés de cette ancienne catégorie de propriétaires a donc été vendue. La parcellisation des propriétés restantes n’est pas moins importante que pour la catégorie des grands propriétaires. Les jardins sont en effet actuellement divisés en micro-propriétés individuelles dont la surface moyenne ne dépasse pas les 0,2 ha.

Figure 30 — Propriétés agricoles des citadins aisés homsiotes dans les années 1990 (rive droite).

69À Hama, nous avons vu que, dans les années 1940 la catégorie des citadins aisés possédait peu de jardins dans un centre-ville surtout occupé par les deux ou trois grands lignages de notables (‘Aẓem, Kīlānī...). Je n’ai obtenu que peu de renseignements sur la situation foncière actuelle de cette ancienne catégorie en dehors du fait que certains de ses lignages font partie de ceux qui ont été expropriés lors de la construction de la route passant en contrebas de la citadelle (bayt Ḥāfez) et du centre administratif et sportif (bayt Šarābī, bayt Ḥāfez...).

Les « gens du souk »

  • 34 Je reviendrai sur cette question dans la quatrième partie.

70Ces petits commerçants et artisans étaient dans les années 1940, la catégorie de propriétaires la plus importante en nombre mais aussi celle qui possédait les jardins les plus petits. Ceux qui la constituaient étaient souvent aussi démunis que les jardiniers qu’ils employaient parfois et sont parfois devenus eux-mêmes des jardiniers34.

71À Homs, sur la rive droite du fleuve, les propriétaires qui composaient autrefois cette catégorie ne disposent plus de nos jours que de 76 hectares de jardins (135 ha en 1940), ce qui correspond à 13,6 % des terres de la zone (21,5 % en 1940). Ces propriétaires ne représentent plus eux-mêmes que 11,7 % de l’ensemble des propriétaires de jardins (50 % en 1940). Au total, c’est presque la moitié (41 %) des propriétaires qui constituaient autrefois cette catégorie des « gens du souk » qui a vendu ses jardins et a ainsi disparu de la zone agricole.

72Le lignage Mohammad, par exemple, autrefois propriétaire de près de 8 hectares de jardins, a tout vendu entre 1933 et 1946 à des jardiniers (Muḥbanī), mais aussi à de grands commerçants (Ṭulaymāt, ‘Ayyūbī) et à quelques grands propriétaires (Sibā’ī et Ḥussaynī). D’autres lignages ont continué à vendre leurs terres jusque dans les années 1970. Les acheteurs de ces jardins, représentant au total une cinquantaine d’hectares, se répartissent de la manière suivante : 35 % sont des notables (rachats effectués avant les années 1960), 15 % des jardiniers, 12,7 % des citadins aisés (notables secondaires et grands commerçants) et 2,17 % des petits commerçants et des artisans. Les 35,3 % restant sont des citadins qui jusqu’alors n’avaient possédé aucune terre dans la zone agricole, leurs achats s’échelonnant des années 1950 aux années 1970. J’en reparlerai plus loin.

73Seule une très petite minorité des propriétés familiales (3) des « gens du souk » (fig. 31) a une surface comprise entre 5 et 10 hectares, alors qu’elles étaient une dizaine dans ce cas il y a encore quelques décennies. Vingt-et-une ont des surfaces se situant entre 1 et 5 hectares. Enfin, une vingtaine ont une surface inférieure à 1 hectare, surface presque symbolique, puisque ne dépassant pas parfois quelques mètres carrés (ex. : 5m2 pour bayt Ǧūrī !). La surface moyenne de toutes ces propriétés — en tant que propriétés familiales — reste néanmoins assez convenable : 2 hectares. Mais ici aussi, on constate une importante division du foncier dès lors que l’on rend compte des seules propriétés individuelles (moins de 0,06 ha/personne). Ces micro-propriétés sont bien sûr trop petites pour représenter le moindre intérêt locatif et peser dans l’économie des familles propriétaires. Elles sont le plus souvent noyées dans un ensemble de parcelles appartenant à d’autres familles et constituant par contre des exploitations unifiées, les jardiniers ignorant alors généralement l’identité de leurs trop nombreux propriétaires.

Figure 31 – Propriétés agricoles des « gens du souk » à Homs dans les années 1990 (rive droite).

Les jardiniers

74J’aborderai plus loin la question des changements intervenus dans le statut même des jardiniers. Observons pour l’instant comment ont évolué leurs propriétés. Il apparaît clairement que leurs surfaces se sont nettement accrues depuis les années 1940, à Homs comme à Hama.

75En 1940, les jardiniers homsiotes possédaient 6 % des parcelles de la rive droite. En 1994, ils sont propriétaires de 19 % de cette rive droite alors qu’ils ne représentent que 5,7 % des propriétaires. La seconde propriété familiale de la zone agricole par l’importance de sa surface est celle d’un lignage de jardiniers, les Mallùk. Dans les années 1940, cette place était occupée par un lignage de grands notables (Zahrāwī).

Tableau 21 — Jardins de Homs : surfaces (ha) des propriétés agricoles par lignages de jardiniers dans les années 1930-40 et dans les années 1990 (rive droite).
Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs, Direction de l’Irrigation du bassin de l’Oronte (Homs)

76Parmi les lignages de jardiniers propriétaires présents en 1994, on retrouve les anciens grands lignages longtemps associés au chef des jardiniers (Za‘arūr, Muḥbanī, Ǧiniyāt...). Mais des lignages de moindre importance ont également vu leurs propriétés s’agrandir sensiblement (Hamwī, ‘Abd al-Laṭīf...). D’autres ont pu accéder pour la première fois à la propriété (Ǧuwāniyyeh, Zu‘bī...). Ainsi, alors que dans les années 1940 seuls deux lignages de jardiniers sur vingt-et-un avaient un ensemble de propriétés dépassant les 5 hectares, en 1994 ils sont cinq sur les vingt répertoriés. Les jardiniers propriétaires de parcelles restent toutefois une minorité (guère plus de 3 %) par rapport à la grande masse de jardiniers qui ont encore le statut de locataires ou de simples associés sur leur exploitation.

  • 35 Il est en fait rare à Homs comme à Hama qu’une fille hérite d’un jardin maraîcher. Dans la plupart (...)

77À qui ces propriétés ont-elles été achetées ? Plus de 39 % l’ont été à des notables (essentiellement les Atāssī, Zahrāwī, Durūbī et Ǧindī), 27 % à de petits commerçants et à des artisans, 15,4 % à des notables secondaires et à de grands commerçants, 14,2 % proviennent des waqf de mosquées et enfin 4 % ont été achetés à d’autres jardiniers. Je présenterai plus loin dans quelles conditions ces transactions ont pu effectivement se faire. Précisons toutefois qu’un petit nombre de ces acquisitions, celles effectuées entre jardiniers, ont été obtenues à la suite d’un mariage : la fille a apporté sa part héritée du jardin paternel à la famille de son époux, lui-même jardinier35.

78Les propriétés de jardiniers se retrouvent dans la partie centrale de la zone des jardins (fig. 32) et se présentent sous la forme de parcelles assez grandes et relativement agglomérées. Les petites parcelles isolées restent en effet minoritaires. Toutefois, ici aussi, le morcellement des jardins est important. Ainsi, si l’on fait par exemple une moyenne de la surface des propriétés dans le bayt Mallūk, on obtient des parts de 0,4 ha par personne. Et encore moins pour les Za’arūr (0,06 ha/personne) ou pour les Muḥbanī (0,05 ha/personne). Quant à la moyenne générale de la surface des parts de propriété de l’ensemble des lignages de jardiniers, elle est de 0,2 ha... soit 2 dunum par personne. On est donc loin de la surface minimale à partir de laquelle une famille peut subvenir à la majeure partie de ses besoins (10 dunum). La location de parcelles complémentaires reste donc nécessaire pour ces jardiniers propriétaires, comme c’était déjà le cas dans les années 1940. On peut également constater que cette moyenne (0,2 ha) correspond à celle que j’ai donnée pour les lignages d’anciens notables. Leur degré de morcellement est donc plus ou moins équivalent.

79Nous avons vu, dans la première partie, que jusqu’aux années 40 aucun jardinier de Hama, en dehors du cas des Suwarī, n’était propriétaire de jardins. Tous les jardiniers hamiotes étaient alors métayers ou locataires de leurs exploitations. Cette situation a quelque peu changé au cours des décennies qui ont suivi. Les achats de terres par des jardiniers hamiotes avaient déjà commencé dans les années 1940, mais ils ne sont réellement devenus importants qu’au début des années 1950. Pour autant que l’on puisse en juger sur la cinquantaine de transactions que j’ai pu repérer, le mouvement s’est poursuivi depuis, s’amplifiant même à certains moments, comme après la prise de pouvoir par le parti Baath (1963). Nombreux furent en effet les notables hamiotes s’expatriant alors, vendant leurs jardins à bas prix. On observe un peu le même phénomène après le bombardement de la ville par l’armée syrienne en 1982. De nombreux notables, exilés depuis des années au Liban, en France ou aux États-Unis, renoncèrent alors définitivement à toute idée de retour dans leur ville d’origine, ayant souvent perdu, lors des événements, les biens immobiliers qu’ils possédaient encore. Ils vendirent ce qui leur restait et, entre autres biens, leurs jardins.

Figure 32 – Propriétés agricoles de jardiniers à Homs dans les années 1990 (rive droite).

80Je ne peux donner qu’une estimation très approximative de l’importance des propriétés de jardiniers. D’après celle que j’ai pu faire dans les zūr al-Šarqī, al-Qiblī et Bāb al-Nahr, 20 à 30 % des jardiniers de ces secteurs seraient devenus propriétaires d’une partie ou de la totalité de leurs exploitations. Les jardiniers hamiotes propriétaires fonciers seraient donc à l’heure actuelle beaucoup plus nombreux que leurs collègues homsiotes. Je ne peux malheureusement être plus précis sur cette question.

Les waqf de mosquées

  • 36 Communication orale de R. De Guilhem, IFEAD, juin 1992.

81Rappelons que depuis 1949 les waqf’ religieux ne sont plus gérés par les seuls ‘ulama. Ceux-ci ont perdu leur autonomie financière, mais se maintiennent malgré tout dans le ministère des waqf. Ces derniers sont désormais gérés comme des biens publics et leurs revenus tombent dans une caisse commune à destinataires multiples (aides aux pauvres, cliniques rattachées à des mosquées, aides alimentaires, écoles religieuses...). On n’a par ailleurs plus le droit de nommer un bénéficiaire privé : le revenu d’un waqf ne peut être destiné qu’au profit du bien général36. Quant aux jardiniers encore locataires de jardins waqf, ils versent le prix de leur loyer, ce que l’on appelle en fait al-raī, l’usufruit, directement à la Direction des waqf. Précisons enfin qu’un jardin waqf reste indivisible.

Figure 33 — Les jardins waqf rattachés à des mosquées homsiotes dans les années 1990.

82En 1940, les mosquées de Homs disposaient encore de 53 hectares de jardins waqf sur la rive droite de l’Oronte. En 1994, seuls 4,35 hectares subsistent de cet ensemble (fig. 33). Le reste des jardins a été vendu à partir de 1933 à plus d’une soixantaine de lignages : à quelques lignages de notables (12 ha) comme les Atāssī, les Ḥussaynī, les Durūbī et les Ǧindī, à de simples commerçants du souk (26,9 ha) mais aussi à une dizaine de jardiniers (9,76 ha), alors locataires de ces terres.

83À Hama, les seuls jardins waqf qui semblent subsister encore, du moins au centre-ville, sont ceux situés dans le prolongement de la mosquée de Abū al-Fidā’, à Bāb al-Nahr. Les autres jardins, qui étaient proches de la grande mosquée et de l’église orthodoxe, ont été expropriés dans les années 1960 et 1980 afin de permettre la construction d’immeubles et de voies de passage.

LES NOUVEAUX PROPRIÉTAIRES

84Les « nouveaux » propriétaires — autrement dit ceux n’ayant fait l’acquisition de leurs jardins qu’après les années 1940 — sont au nombre de deux cent soixante-six à Homs, représentant donc 76 % du total actuel des propriétaires de jardins de la rive droite. Ces nouveaux venus se partagent quelques 160 hectares, soit un peu moins de 28 % de l’ensemble des terres exploitées sur cette même rive.

85S’il est difficile de savoir s’ils appartenaient à des lignages anciennement citadins ou de néo-citadins, on peut toutefois se faire une idée du mode d’intégration de ces propriétaires à l’économie urbaine en consultant l’annuaire de la Chambre de commerce et d’artisanat de Homs. On y trouve en effet la liste des commerçants, des artisans et de ceux qui travaillent dans le secteur libéral (avocats, médecins, vétérinaires) et des services (agences de voyage, agences de location de voitures, d’appartements, import-export...). Ainsi, sur les deux cent soixante-six lignages que j’ai identifiés comme participant à la catégorie des nouveaux propriétaires de jardins, 97 sont effectivement présents sur cette liste. Il s’agit essentiellement de petits commerçants et d’artisans, mais aussi de chefs de petites entreprises. Il serait fastidieux d’en présenter ici la liste exhaustive. Donnons quelques-unes des activités les plus fréquemment pratiquées : drapiers, tisserands et soyeux, vendeurs de bois, chausseurs, marbriers, éleveurs de vaches et/ou de moutons, quincailliers, vendeurs de bicyclettes, de véhicules agricoles, d’ustensiles de cuisine, prêt-à-porter, parfumeurs, ingénieurs conseils, intermédiaires commerciaux...

86Comme le montre la figure n° 34, les jardins de ces nouveaux propriétaires sont surtout présents dans la région centrale et sud de la zone des jardins (zūr al-Ḫarāb et al-Bāšā), là où le prix de la terre est le plus bas. Il s’agit essentiellement de petits propriétaires, comme cela apparaît clairement dans le tableau suivant.

Tableau 22 — Jardins de Homs : les nouveaux propriétaires et leurs jardins en 1994.
Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).

Figure 34 — Propriétés agricoles des nouveaux propriétaires à Homs (rive droite).

87On remarque qu’un seul ensemble familial dépasse les 15 hectares : c’est celui d’un lignage d’anciens grands commerçants travaillant actuellement dans le prêt-à-porter et la vente du cuivre, mais aussi comme pâtissiers et médecins. Malgré son ancienneté et sa position relativement privilégiée dans la société citadine homsiote, ce lignage ne possédait pas de jardin avant 1950. Son premier jardin fut acheté à un Durūbī en 1951 ; situé dans le zūr al-Na’ūra, il couvrait une surface de 3 hectares. Les achats de terres qui eurent lieu par la suite ont surtout concerné des parcelles ayant appartenu aux familles Zahrāwī, Atāssī, Raslān et Sayyīd Sulaymān. La dernière acquisition remonte à 1989 : il s’agit d’un jardin de 1,3 hectare situé dans le zūr al-Na’ūra et qui était la propriété d’un Zahrāwī. La majorité des jardins se trouve toutefois dans le zūr al-Ḫarāb, secteur central de la zone agricole. Le degré de division de ces propriétés est un peu inférieur (0,3 ha en moyenne) à celui que l’on trouve chez la plupart des notables traditionnels.

88Tous les autres propriétaires de la nouvelle catégorie ont des propriétés inférieures à 5 hectares.

89D’après le tableau 22,44 d’entre eux possèdent des propriétés dont la surface est comprise entre 1 et 5 hectares. En réalité, seuls deux de ces propriétaires disposent de jardins de plus de 4 hectares, les autres ayant des surfaces avoisinant les 2 hectares. Ce sont toutefois ces quelques 44 propriétaires qui possèdent la majorité des jardins (51,4 %) relevant de leur catégorie. Leurs jardins ont été en grande partie achetés à des notables (47 %), en particulier aux Atāssī, ainsi qu’à des notables secondaires et à de grands commerçants (28 %) comme les Naǧǧār. Mais ces propriétaires ont également fait l’acquisition de jardins ayant appartenu à l’ancienne catégorie des petits commerçants et des artisans (17 %), à des jardiniers (6 %) et aux waqf de mosquées (2 %).

90On constate enfin une très faible division de leurs propriétés, celles-ci n’ayant jamais concerné l’ensemble du groupe lignager mais seulement quelques lignées ou familles. Les jardins pourraient donc constituer un poste économique relativement intéressant pour leurs propriétaires. Cette situation s’explique aussi en grande partie par le fait que le processus d’acquisition des propriétés est ici relativement récent — si on le compare à celui de nos anciennes catégories — le mécanisme de division des terres par transmission familiale étant donc encore peu avancé.

91Les deux cent vingt-cinq autres familles ont des propriétés inférieures à 1 hectare. Bien que représentant 83 % des propriétaires de leur catégorie, elles ne détiennent au total qu’une soixantaine d’hectares de terres, c’est-à-dire 39 % des jardins de cette même catégorie. Il s’agit, pour une écrasante majorité, de petites propriétés individuelles. C’est-à-dire que chacune de ces propriétés enregistrées n’appartient le plus souvent qu’à un seul et unique propriétaire. Les propriétaires appartenant à cette catégorie travaillent leur jardin eux-mêmes, n’ayant que très occasionnellement recours à des journaliers. Il n’y a pratiquement pas eu de divisions. Il est vrai que la surface moyenne de ces propriétés (0,25 ha) laisse peu de marge pour un tel processus de fragmentation.

92Les achats sont récents — une vingtaine d’années tout au plus — et ont été effectués essentiellement auprès de notables secondaires et de grands commerçants (45,5 %). Les grands notables (27 %) ont été également été vendeurs ainsi que, dans une bien moindre mesure, les petits commerçants et les artisans (13,5 %), les jardiniers (7,5 %) et enfin les waqf de mosquées (6,5 %).

93Nous avons vu dans ce chapitre que l’accroissement de la petite propriété s’était fait au détriment des propriétés grandes et moyennes. Nous avons également constaté que le fort émiettement des propriétés familiales, commencé après la suppression des waqf familiaux en 1949 et surtout après la fin des indivis dans les années 1950-1960, avait peu à peu affaibli l’intérêt que les anciens propriétaires pouvaient porter à leurs jardins, à tel point que certains loyers finissent par n’être plus perçus. La part des jardins dans l’économie familiale de ces propriétaires est donc devenue très modeste, pour ne pas dire inexistante.

94Nous avons également observé une augmentation très sensible des propriétés de jardiniers, même si celles-ci n’ont pas non plus été épargnées par le morcellement consécutif aux successions. Nous avons enfin constaté l’arrivée, depuis une quarantaine d’années, de nouveaux propriétaires. Majoritaires en nombre, ils ont dû cependant se contenter de petites propriétés, en partie pour des raisons de structures foncières, de rigidité du marché foncier et de lois agricoles : plus les propriétés sont morcelées et dispersées, plus il est difficile de les acheter à leurs nombreux propriétaires ; il est aussi devenu très difficile d’en déloger les jardiniers qui les louent, comme nous le verrons au prochain chapitre.

95Les anciens propriétaires, toutes catégories confondues, se sont donc maintenus dans les jardins et cela malgré les changements intervenus en l’espace d’un demi-siècle. À Homs, ils détiennent encore la grande majorité des jardins (70 %) alors même qu’ils sont devenus minoritaires en nombre (24 %). Leur implantation est donc non seulement ancienne mais durable, même si cette durabilité semble davantage s’apparenter à une sorte d’état de fait — héritage d’une situation passée — et à un statu quo qu’à une volonté déclarée de se maintenir dans la zone des jardins. Pour beaucoup, le lopin de terre dont ils sont propriétaires est absent de leurs préoccupations quotidiennes.

Notes

1 Concernant la croissance urbaine de ces deux villes, j’ai utilisé la thèse de M. al-Dbiyat (1995).

2 D’après Dbiyat (1995 : 173), ils occupaient à la fin des années 1980 quelques 1 000 hectares, soit 24 % de la surface urbaine. Les services techniques de la mairie estiment leur surface actuelle à plus de 2 000 hectares (enquête personnelle, mai 1995).

3 Ce quartier couvrirait actuellement quelques 200 hectares.

4 Cultures très anciennes, puisque, comme le rappelle l’Encyclopédie de l’Islam (1971 : 409). « au Moyen Age, un canal amenait l’eau de Salamiyya pour irriguer les cultures à l’Est de la vide ».

5 Rappelons que dans les années 1940, la ville n’excédait pas 400 hectares pour une population estimée à 100 000 habitants.

6 Celui-ci a été lui-même construit sur un jardin appelé « terre de la petite roue » (ar al-Ġarāf), le ġarāf étant le petit élévateur d’eau à traction animale qui permettait d’irriguer cette terre plus élevée que le canal (cf. première partie, chapitre II).

7 D’après une enquête effectuée auprès d’une cinquantaine d’exploitations réparties sur l’ensemble de la zone durant l’été 1991.

8 Irrigués par les deux norias ottomanes. Pour les noms de ces jardins et de leurs propriétaires, voir la liste complète fournie par Kīlānī (1969 : 92).

9 « Si les possibilités d’échanges commerciaux se faisaient jour, ou si la mise sur un marché plus large de produits locaux s’imposait, il y aurait peut-être intérêt à utiliser la grande percée prévue pour aménager à son aboutissement au fleuve, sur des espaces laissés libres, une foire nationale. Cette foire laisserait après son achèvement tout un quartier aménagé et le R. de C. d’un sérail nouveau qui serait construit à cette occasion pour servir de bâtiment à la foire... » (Ecochard, notes manuscrites, document d’archivé, sans date.)

10 Jardin du « fossé » qui entourait la citadelle à l’époque médiévale.

11 Les jardins extérieurs ont en effet, comme les jardins intérieurs, un statut mulk et ont toujours été exploités par des jardiniers hamiotes et non par les paysans des villages situés en amont et en aval de la ville.

12 Les limites historiques des jardins de Hama correspondaient aux limites des zūr extérieurs dépendant des villages de Srehin (en amont) et de Dahrié (en aval). L’autoroute d’Alep est donc passée en amont sur une partie des jardins historiquement rattachés à Hama.

13 D’après une enquête effectuée sur une trentaine d’exploitations durant l’été 1993.

14 Comme le soulignait Daouk (1957 : 54) : « We do not have enough data to include the output of vegetables in the total of farm crops output. In 1948 they represented only about 1,3 % of the area under all farm crops, but in value terms they rose up to about 6 %. It is to be expected that this percentage was lower in the in-war years, especially in the twenties and early thirties, as the motor car, in assuming more and more the function of communication, especially in intensive agriculture where perishable goods — such a vegetables — are produced. »

15 « La guerre de Corée (...) favorisera le développement accéléré de la culture du coton. Ces développements ne seront possibles que par la mise en cultures de nouvelles terres et la mécanisation agricole, dans laquelle s’investira abondamment le capital commercial des citadins transformés en de véritables entrepreneurs. (...) Connu en Syrie depuis la conquête musulmane, [le coton] en avait pratiquement disparu en 1913. Le Mandat essaya d’en développer la culture pour les besoins du marché français (Toulouse) et, de 800 hectares cultivés en 1913, la surface était passée à 35 660 ha en 1924. La crise économique mondiale provoque un net recul, et ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale (montée des prix en 1949) que sa lente remontée en Syrie connaît un saut spectaculaire : 15 500 ha en 1946, 217 000 ha en 1951, 185 000 ha en 1952 (attaque du ver du coton), 127 000 ha en 1953, 248 000 ha en 1955. (...) Principalement destiné à l’exportation, le coton est d’un revenu nettement supérieur au blé, et c’est aux dépens de ce dernier qu’il se développe (1 tonne de blé en 1951 vaut 310 L.S. contre 3 010 L.S. la tonne de coton). » (Hannoyer, 1980 : 290).

16 Rappelons-en les principales réalisations : Barrage de Qattiné (1934) et canal de Homs-Hama (1934-1951), barrage de Rastan (1958-1961), barrage de Méhardé (1961) et aménagements de la plaine du Ghab (1955-1967).

17 F. et J. Métral estiment (1990 : 411) que la surface irriguée à partir du fleuve est passée de 20 000 hectares en 1925 à 50 000 hectares en 1950, pour être portée à 100 000 hectares en 1975.

18 Comme le souligne Hannoyer (1980 : 290) pour l’ensemble de la Syrie, « les surfaces irriguées connaissent (...) un important développement puisque, de 284 000 ha irrigués en 1946, on passe à 583 000 ha en 1957 ».

19 Betterave sucrière, céréales, coton, lentille, pomme de terre, soja, tournesol, maïs, blé, orge, plantes fourragères... dont la culture est soumise aux conditions d’un plan annuel de production depuis 1975.

20 Phénomène intéressant à signaler : le pompage de puits a pris en quelques années une importance majeure dans le Ghab, la surface concernée passant de 7 147 hectares en 1984 à 23 217 hectares en 1993 !

21 Jusqu’à récemment. Longtemps la Syrie n’a pas été en effet capable de satisfaire à elle seule ces besoins croissants, comme le soulignait Chatelus à la fin des années 1970 (1979 : 230) : « Le déficit en fruits et légumes a dépassé 150 millions de L.S. en 1976, alors que les conditions sont très favorables dans une bonne partie du pays. »

22 Cette région est en effet devenue, au cours des quinzaines dernières années, la première productrice d’agrumes et de légumes au niveau national (Balanche, 1992 : 20), dépassant même la Syrie centrale sur les trois principales productions d’été que sont l’aubergine, le concombre et la tomate. Ainsi, en 1993, les régions de Homs et de Hama (le Ghab compris) ont produit 37 718 tonnes d’aubergines, contre 79 755 dans les régions de Lattaquié et Tartous. Pour le concombre nous trouvons un total de 36 908 t. à Homs et Hama et de 65 426 t. sur la côte. Enfin, en ce qui concerne la tomate, les régions de Homs et Hama ont produit 41 760 t., Lattaquié et Tartous 135 658 t. (The annual agricultural statistical abstract, 1993). Une grande partie de ces productions transitent ainsi par le souk al-Hāl de Hama et surtout par celui de Homs, fournissant au passage la population de ces deux villes.

23 Les éléments concernant les jardins de Homs proviennent des « Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994 » (Direction de l’Irrigation du bassin de l’Oronte) dans lesquels figurent le numéro cadastral de chaque parcelle irriguée, le nom des propriétaires actuels et leur part de terre et enfin la surface totale de la parcelle concernée. Notre étude ne prendra pas en compte les propriétés de la rive gauche du fleuve, celles-ci ne figurant pas dans ces cahiers puisqu’étant alimentées par des canaux en prises directes sur le fleuve, et non par le grand canal. L’étude du foncier actuel de cette rive reste donc à faire. Quant aux données concernant le foncier des jardins de Hama, elles sont aussi peu complètes que celles que j’ai exposées dans la première partie, en raison des difficultés d’accès aux registres cadastraux que j’ai évoquées plus haut. Les jardins hamiotes n’étant pas desservis par un canal principal mais par de multiples motopompes, il n’existe pas de registres officiels d’irrigation auxquels j’aurais pu avoir recours.

24 J’appellerai « propriété familiale » l’ensemble des propriétés d’un même groupe patronymique, tout en sachant que ces propriétés sont désormais possédées à titre individuel et non plus collectif.

25 Van Dusen (1975 : 152) distingue trois étapes de leur décadence : « 1946 to 1954 when traditional elite had complete control over the political system ; 1954 to 1965 when traditional and new elites were in constant competition and conflict with each other ; and the period since 1965 in which the new elite has dominated politics. »

26 Les premières nationalisations eurent lieu en 1961 mais furent remises en cause à la fin de l’union avec l’Egypte. Les usines furent alors rendues à leurs propriétaires (Longuenesse. 1980 : 332) pour être à nouveau nationalisées en 1965. Sur les nationalisations en Syrie, lire également de Buck. 1965 : 61-67.

27 Usine de teinture, laiterie, usines d’égrenage du coton, minoteries... soit un total de vingt-six petites et grandes entreprises à Homs ; huilerie, cimenterie, dix-sept petites usines à égrener le coton... soit un total de vingt-trois petites et grandes entreprises à Hama (al-Dbiyat, 1995 : 156-157).

28 Ce n’est qu’à partir des années 1970 que cette ville sera choisie comme centre de la nouvelle industrie métallurgique et que vont s’y multiplier les créations d’entreprises publiques (Longuenesse 1989 : 343).

29 Véritable bureau-salon, autant lieu de réception et de prestige que lieu de travail, il permet de créer et d’entretenir une nombreuse clientèle professionnelle. Il semble se substituer peu à peu aux traditionnelles salles de réception (manzūl / manāzīl). Voir David et Baker (1997 : 51 -67).

30 Renseignements tirés de l’annuaire de la Chambre de commerce et d’artisanat de Homs.

31 Renseignements tirés de l’annuaire de la Chambre de commerce et d’artisanat de Homs.

32 Entretien du 12 septembre 1995 avec un membre du lignage.

33 Avec des unités ayant une surface minimale de 11 m2 et maximale de 3,4 ha.

34 Je reviendrai sur cette question dans la quatrième partie.

35 Il est en fait rare à Homs comme à Hama qu’une fille hérite d’un jardin maraîcher. Dans la plupart des cas, elle vend ou donne sa part de jardin à ses frères, ceux-ci s’engageant alors à subvenir à ses besoins jusqu’à son mariage : « je mets la fille sur le dos du garçon » (baa al-bint biahar al-abī)... on évite d’autant plus de laisser une part du jardin familial aux mains d’une fille que celle-ci peut se marier à un non-jardinier qui risque de la vendre à un étranger. 11 arrive en revanche que dans le cas du mariage avec un jardinier, il soit spécifié que la fille conserve la part du jardin qui lui revient de droit, celle-ci venant alors agrandir le jardin du mari, qui est le plus souvent un voisin. L’exhérédation des filles concernant les terres irriguées n’est pas spécifique au milieu urbain. J’ai rencontré le phénomène à Qousseir ou encore à Kazou, village situé en amont de Hama : « Mon père possédait 10 d. irrigués et un peu plus de 10 d. baal. Lorsqu’il est mort, mes trois sœurs ont renoncé à leur part sur les terres irriguées pour se partager les terres non irriguées. Moi et mes deux frères, on s’est partagé les terres irriguées. La plupart du temps les filles n’héritent pas de terres irriguées, on les dédommage. » (I.M., Kazou, 4 mai 1993).

36 Communication orale de R. De Guilhem, IFEAD, juin 1992.

Table des illustrations

Légende Photo 14 — Jardins de Homs. Vue du zūr al-’Abbār. Cette étroite région de jardins pénètre profondément dans les quartiers du nord-ouest de la ville. Au premier plan, une treille de vigne et la toiture de la ferme à partir de laquelle cette photo a été prise. Plus loin, deux champs entourés de haies d’arbres fruitiers. Au fond enfin, les immeubles du nouveau quartier populaire al-Qarabis.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Figure 27 — État de la zone agricole homsiote au début des années 90.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende Figure 28 — État de la zone auricole hamiote au début des années 90.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Photo 15 — Jardins de Hama. Vue du zūr Bāb al-Nahr. En avant-plan, les restes de l’aqueduc des norias al-Dawālīk et al-Ḫuḍura.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Tableau 12 — Répartition (ha) des terres irriguées dans les muḥāfaẓa de Homs et de Hama en 199320.Source : The annual agricultural statistical abstract, 1993.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Tableau 13 — Jardins de Homs : distribution de la propriété dans les années 1930-40 et dans les années 1990 en fonction des surfaces.Source : archives du service du cadastre (Homs) et Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Tableau 14 — Jardins de Homs : les jardins de la rive droite dépendant de mosquées dans les années 1930-40 et dans les années 1990.Source : archives du service du cadastre, (Homs) et Cahiers des terres agrico/es desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Tableau 15 — Jardins de Homs : surfaces moyennes de la propriété familiale (moyennes propriétés).Source : archives du service du cadastre (Homs) et Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Hom).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau 16 — Jardins de Homs : surfaces moyennes de la propriété familiale (petites propriétés).Source : archives du service du cadastre (Homs) et Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs pour l’année 1994, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Tableau 17 — Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1945 (en %). Source : M. al-Dbiyat (1995).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Tableau 18 — Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1955 (en %). Source : M. al-Dbiyat (1995).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Tableau 19 — Jardins de Homs : propriétés (rive droite) par lignages de notables dans les années 1930-40 et dans les années 1990.Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs. Direction de l’Irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 29 — Propriétés agricoles des notables homsiotes dans les années 1990 (rive droite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Tableau 20 — Jardins de Homs : surface (ha) des propriétés par lignages de notables secondaires et de grands commerçants (rive droite).Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs, Direction de l’Irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Figure 30 — Propriétés agricoles des citadins aisés homsiotes dans les années 1990 (rive droite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figure 31 – Propriétés agricoles des « gens du souk » à Homs dans les années 1990 (rive droite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Tableau 21 — Jardins de Homs : surfaces (ha) des propriétés agricoles par lignages de jardiniers dans les années 1930-40 et dans les années 1990 (rive droite).Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs, Direction de l’Irrigation du bassin de l’Oronte (Homs)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Figure 32 – Propriétés agricoles de jardiniers à Homs dans les années 1990 (rive droite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Figure 33 — Les jardins waqf rattachés à des mosquées homsiotes dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Tableau 22 — Jardins de Homs : les nouveaux propriétaires et leurs jardins en 1994.Source : Cahiers des terres agricoles desservies par le réseau d’irrigation de Homs, Direction de l’irrigation du bassin de l’Oronte (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 34 — Propriétés agricoles des nouveaux propriétaires à Homs (rive droite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6297/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 545k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540