Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Première partie. Le temps des notables, les années 1930-1940

Chapitre III. Des jardiniers dans la ville, marginalisation ou intégration ?

Texte intégral

1D’allure plutôt paysanne, c’est avant tout par cette apparence physique immédiatement reconnaissable et un certain mode de vie que les jardiniers se démarquaient des citadins « ordinaires ». Ils résidaient cependant dans la cité, ou du moins y vivaient-ils une partie de l’année, sans pour autant délaisser la fréquentation quotidienne d’un terroir agricole qui était à la fois associé et extérieur à la ville. En tout cela résidait sans doute l’ambiguïté — ou l’ambivalence ? — de leur situation et de leur statut. Aussi convient-il de préciser la place qu’occupaient les jardiniers dans la société citadine en fonction des différents modes d’appartenance socio-économique de ce groupe professionnel un peu particulier.

2En quoi les jardiniers se distinguaient-ils des citadins ? Dans quelle mesure les jardiniers pouvaient-il être considérés comme des citadins alors qu’ils passaient plus de six mois par an à l’extérieur de la ville ? Avait-on affaire à des ruraux résidant en ville ? A des citadins-paysans ? À un « paysannat de la ville » formant alors une classe sociale particulière, comme le suggérait Naaman (1951 : 196) ? Ou bien à des citadins ordinaires pratiquant simplement une activité agricole comme d’autres pratiquaient la menuiserie ou la ferronnerie ? Comment les jardiniers géraient-ils leurs rapports à leur ville ? A leur quartier ? Comment s’y intégraient-ils ? Quelle place y occupaient-ils ?

3Pour répondre à ces questions, j’ai choisi de privilégier trois approches. J’aborderai la question de la « visibilité » des jardiniers et celle de leur image sociale, puis je préciserai quelle était leur situation dans les principaux souks urbains de fruits et de légumes. J’identifierai ensuite les quartiers dans lesquels les jardiniers habitaient encore dans les années 1940 et je préciserai la place qu’ils y occupaient, notamment dans les réseaux matrimoniaux. Il s’agira chaque fois de mettre en relief les caractéristiques, les contradictions et les limites de l’intégration urbaine des jardiniers.

1 – PRÉSENTATION DE SOI ET IMAGE SOCIALE DES JARDINIERS

4On peut, dans un premier temps, constater que les jardiniers occupaient une place un peu particulière dans leur quartier et plus généralement dans le paysage social des villes, en raison de leur apparence physique et de leur position sur l’échelle des valeurs citadines.

UN PHYSIQUE DE PAYSAN

  • 1 On pourrait aussi rendre compte, à l’instar de Marcel Mauss avec ses techniques du corps, de certai (...)
  • 2 Rendus visibles lorsque le jardinier se déchausse pour pouvoir accéder à un lieu de réunion de quar (...)

5Principal signe distinctif et immédiatement perceptible : l’apparence physique des jardiniers. Ils se distinguaient en effet des autres citadins par cette allure particulière aux travailleurs habitués au plein air, avec un visage fortement hâlé1, des mains épaisses et crevassées, les plantes de pieds protégées par une épaisse corne jaune et striée d’entailles noires2, mais aussi par le port d’un vêtement spécifique, qui n’était cependant pas sans rappeler par certains éléments celui du paysan et semblait opérer, par sa généralisation à tout un groupe professionnel, un peu comme les vêtements distinctifs des anciennes corporations de métier, supprimées au début du siècle. Ce vêtement agissait en effet comme un signe de reconnaissance, permettant aux citadins d’identifier un jardinier et aux jardiniers de se reconnaître entre eux. Il semblait donc participer à la fois à la lisibilité sociale du groupe professionnel et, d’une certaine manière, à sa cohésion.

6Naaman décrit précisément l’uniforme du jardinier homsiote (1951 : 197) : « Son vêtement de travail se compose essentiellement d’un ample pantalon de cotonnade sombre, étroit et court des jambes, fermé de tous côtés, retenu à la taille par un cordon coulissé, d’une chemise fendue sous les bras sur dix centimètres pour donner de l’aisance aux mouvements, et enfin d’une courte veste de laine. »

7À Hama, les jardiniers étaient vêtus en hiver d’une longue veste ouverte à rayures blanches et bleues ou blanches et brunes et appelée qunbāz. Faite en coton (dima) grossier et solide, elle était généralement fabriquée à Alep ou à Homs. Maintenue fermée par une large ceinture en cuir munie de pochettes ou en tissu (niqāb), elle pouvait être facilement relevée en cas de besoin, par exemple lors de l’inondation d’un champ, le jardinier fixant alors ses pans sous sa ceinture. Le jardinier portait également, à Hama comme à Homs, un saroual noir. En été, il était seulement vêtu d’une longue chemise claire et de ce même saroual. Enfin, lors de la prière du vendredi et durant les fêtes religieuses, il revêtait un qunbāz de soie qu’il fermait avec une ceinture (šawlā) également en soie. Sous sa veste, il portait alors un saroual d’un blanc immaculé.

  • 3 Actuellement, les jardiniers utilisent souvent des bottes en caoutchouc parfois coupées au raz de l (...)

8À Hama, comme à Homs, les jardiniers étaient coiffés d’une calotte de laine en hiver ou de coton en été, toujours recouverte d’un keffieh à damier rouge et blanc ou noir et blanc. Ils vaquaient pieds nus dans leur jardin afin de ne pas abîmer les jeunes plants de légumes et les petites digues de terre qu’ils élevaient pour irriguer leurs planches, mais surtout parce qu’ils étaient quotidiennement amenés à travailler des parcelles inondées ou boueuses sur lesquelles il n’était pas question de se rendre chaussés3.

DE LA PAUVRETÉ ET DE LA SOUILLURE

9« Ils travaillaient comme des esclaves, ils ne gagnaient que de quoi manger. Un oignon et du pain étaient leur seul repas ! ». Cette réponse ironique et teintée de mépris que me fit un vieux commerçant de légumes du souk al-Ḥāder al-Kabīr (Hama), lorsque je lui ai demandé comment vivaient les jardiniers à l’époque de sa jeunesse (il avait 80 ans en 1993), correspond sans doute à l’idée que beaucoup de ses contemporains se faisaient de ce groupe professionnel : celle de travailleurs résignés et misérables, comme enchaînés à leur exploitation.

10Dans leur grande majorité, les jardiniers appartenaient en effet à la catégorie des citadins pauvres, des petites gens, étant peut-être à peine moins démunis que les travailleurs agricoles qu’ils employaient à l’occasion. Ils ne possédaient généralement que leurs outils, une ou deux vaches (mais bien souvent en association avec le propriétaire du jardin), n’étaient que rarement propriétaires de leur maison en ville et obtenaient de leur exploitation agricole juste de quoi assurer leur survie et celle de leur famille.

11Mais à cette situation économique et sociale difficile, commune après tout à nombre de citadins, venaient s’ajouter le peu de considération et la répugnance que semblaient susciter, au sein de la société citadine, certaines des activités du jardinier.

12Celui-ci n’appartenait certes pas au groupe traditionnel des métiers qui, en Islam, sont considérés comme vils (tanneurs, équarrisseurs, barbiers, circonciseurs...). Ils pouvaient même être rapprochés de l’agriculteur, dont l’activité est plutôt valorisée par la tradition musulmane. Mais certains aspects de son travail étaient étroitement associés, à Homs comme à Hama, à celui de l’éboueur et du vidangeur qui appartiennent clairement à la catégorie des occupations déconsidérées (Brunschvig, 1952 : 56, 58). Cette forte assimilation statutaire se retrouve d’ailleurs dans une expression populaire sonnant comme une insulte : « bustānī zabbāl ! » (« jardinier éboueur ! »), expression qui, associant étroitement les deux activités, revient encore de nos jours dans la bouche de certains vieux citadins.

13De fait, les jardiniers ont longtemps été chargés du ramassage quotidien des ordures ménagères et du curage des fosses d’aisances. Ces pratiques sont décrites par Naaman pour les jardiniers homsiotes (1951 : 198-199), mais elles n’étaient pas différentes pour les jardiniers hamiotes :

« Jusqu’à l’institution récente du service de la voirie, [les jardiniers] étaient les seuls à assurer le ramassage des ordures qui devaient servir à fumer leur jardin. Il n’y a pas très longtemps qu’on entendait encore à Homs, au petit matin, les appels des jardiniers invitant les ménagères à vider leurs ordures sur le pas de leur porte. Ces boueurs ou "zabbalin" (pluriel de zabbal) comme les nomment les habitants, avaient partagé la ville en zones, chaque groupe se chargeant de la collecte des ordures sur la zone qui lui était assignée. Depuis une dizaine d’années environ, la municipalité de Homs a interdit aux jardiniers de continuer à collecter les ordures, elle les leur livre au prix de 35 piastres syriennes le tombereau ; cette mesure n’empêche d’ailleurs pas les "zabbalin" de continuer leurs tournées matinales pour ramasser tout ce qu’ils peuvent de détritus avant le passage des employés de la voirie. Chacun muni d’un couffin et d’une sorte de racloir recueille les débris amoncelés la veille au soir sur le pas des portes ; il en remplit un sac ouvert dans le sens de la longueur et posé en cacolet sur l’âne, formant une vaste poche béante de chaque côté du bât, la bête ainsi équipée remplace la charrette. Ces centaines de baudets, par groupe de 2 ou 3, parcourent ainsi de bon matin les artères de la cité. C’est aux jardiniers qu’incombe l’enlèvement des gadoues car les égouts modernes ne desservent qu’une petite partie de la ville, [note 4] : dans les autres quartiers, les gens déversent le contenu de leurs fosses d’aisance dans le caniveau, le jardinier se charge de le recouvrir de terre qu’il emporte ensuite à dos d’âne pour fumer son jardin. »

  • 4 Ces pratiques étaient fort anciennes et communes à toutes les villes de Syrie, comme le confirme Ab (...)
  • 5 De même qu’à Sanaa (Yémen), les jardiniers sont considérés comme souillés par le contact quotidien (...)

14Ces tâches déplaisantes4, qui contribuaient pourtant grandement à la salubrité des villes, étaient en fait le plus souvent effectuées par les « valets de jardin » qu’employaient la plupart des jardiniers et qui étaient donc confondus avec leurs patrons. Le fait que ceux-ci ne se chargeaient que rarement du ramassage quotidien des ordures n’atténuait cependant pas le caractère impur qui pouvait leur être attribué. Outre le fait que certains jardiniers, parmi les plus pauvres et donc les plus démunis de main-d’œuvre, effectuaient eux-mêmes le ramassage des ordures, tous étaient amenés, à un moment ou à un autre, à manipuler ces matières polluées, par exemple lors de l’épandage d’une parcelle. C’est cette proximité qui semblait marquer l’image symbolique du jardinier5 et pouvait décider de sa place sur l’échelle de valeur de la société citadine

  • 6 Depuis le creusement en 1909 d’un canal d’égouts reliant la ville à l’Oronte (Gaulmier, 1932 : 85).

15L’utilisation des eaux sales de la ville de Homs6, appelées « eaux noires » (may saūdā’) par une partie des jardiniers, ceux des secteurs nord de la zone cutivée qui n’étaient pas desservis par le grand canal, n’a pu que renforcer ce préjugé de la société citadine, contribuant durablement à associer les jardiniers non seulement à la traditionnelle souillure « ménagère », mais aussi, nous le verrons plus tard, à une pollution plus récente et de nature industrielle.

16Les jardiniers apparaissaient comme un groupe au statut assez ambigu, physiquement marqué par ses activités agricoles mais aussi socialement limité par son indigence matérielle, la précarité de ses conditions de travail et un statut peu valorisant au sein de la société citadine de l’époque. Le maraîchage semblait être considéré comme une activité peu rémunératrice et salissante. Mais cette déconsidération sociale et symbolique était-elle suffisamment forte pour avoir une réelle efficacité sociale et provoquer un rejet des jardiniers et leur mise à l’écart par le société citadine ?

17Ceux-ci constituaient en tous les cas un groupe dont dépendait une grande partie de l’approvisionnement quotidien de la ville et qui, à divers degrés, participait directement à la distribution urbaine de leurs produits agricoles.

2 – LES JARDINIERS DANS LES SOUKS URBAINS

18Chaque jour en été, et tous les deux ou trois jours en hiver, le jardinier se rendait au souk de sa ville. La veille au soir, il remplissait sa charrette (‘arabayyeh) et la couvrait d’une bâche de toile après l’avoir abondamment arrosée. Très tôt le matin, après la prière de l’aube, il quittait son jardin et entrait en ville assis sur la charrette que tirait lentement un mulet ou un âne. Il rejoignait ainsi l’agitation du marché où se vendrait en quelques heures toute la production des jardins.

À HOMS, DEUX SOUKS CENTRAUX ET COMPLÉMENTAIRES

  • 7 « Marché aux légumes » ou « marché aux herbes »

19À Homs dans les années 1930-40, le jardinier disposait de deux grands souks pour vendre ses produits (fig. 17) : le souk al-Ğindī et le souk al-Ḫuḍār ou al-Ḥašīšā7. Le premier se trouvait un peu au nord de Bāb al-Sūq, dans le prolongement de la grande mosquée al-Nūri, à l’extérieur donc des remparts de la vieille ville. Le second occupait une ruelle et une petite place du grand souk traditionnel situé dans le nord de la vieille ville intra-muros. Ces deux marchés n’étaient pas très éloignés l’un de l’autre, occupant une position centrale dans ce qui était à l’époque le cœur commercial de Homs. Ces deux souks avaient cependant des fonctions différentes.

LE SOUK AL-ǦINDĪ

  • 8 Un khan (ān) est « un bâtiment carré en forde de cloître renfermant des chambres, des magasins et (...)
  • 9 Jusqu’à sa transformation en souk de détail, au début des années 1940, le marché de gros ayant alor (...)

20Ce souk était en réalité un khan8, bien de mainmorte (waqf ahlī) de grands notables dont il portait le nom et qui possédaient également un café dans le même bâtiment (maqha al-Ǧindī). Le khan avait été autrefois un endroit où l’on entreposait des sacs de céréales et de semences et où étaient gardés les chevaux et les chameaux des voyageurs, mais, dans les années 1930-40, il abritait un marché en gros de fruits et légumes9 fournissant les détaillants, boutiquiers et marchands ambulants (mūtaǧawilūn) de la ville.

Figure 17 – Localisation des principaux souks de fruits et légumes de Homs dans les années 1930-40.

21C’était donc là que les jardiniers se rendaient quotidiennement avec leur production. Ils la vendaient à des marchands (tāǧir / tuǧǧār) ou la confiaient à des intermédiaires ou commissionnaires (simsār / samāsira). Dans l’un et l’autre cas, ils se contentaient de décharger leur charrette à l’entrée du khan et retournaient sans plus attendre dans leurs jardins.

  • 10 Pour les opérations de pesage de ces productions, les commerçants et les commissionnaires utilisaie (...)

22Les marchands, les moins nombreux parmi les grossistes, achetaient ces produits aux jardiniers et les vendaient ensuite pour leur propre compte. Ils prenaient donc un certain risque, mais pouvaient gagner gros en spéculant sur la différence entre le prix payé au jardinier et celui qu’ils obtiendraient à la vente. Quant aux commissionnaires, ils se contentaient de vendre les produits agricoles pour le compte des jardiniers, leur remettant chaque semaine, généralement le jeudi, le revenu des ventes de la semaine écoulée. Ils prélevaient au passage une commission fixe (1 % dans les années 1940) et éventuellement la part des propriétaires de jardins dans le cas d’un métayage10. Le souk comptait ainsi deux ou trois marchands et une quinzaine de commissionnaires, au total une vingtaine de commerçants dont certaines lignées, présentes dans le souk depuis plusieurs générations, entretenaient avec les jardiniers et avec quelques fournisseurs paysans des liens très anciens. Ces grossistes ont longtemps constitué une corporation, ayant à sa tête un chef de métier (šay al-kār) choisi parmi eux. Il faut enfin signaler qu’au moins deux anciennes lignées de jardiniers étaient présentes dans les années 1940 parmi les commissionnaires, ayant « basculé » dans le commerce des fruits et légumes au début du siècle.

23Le souk recevait à l’époque la presque totalité de la production des jardins de Homs, celle-ci représentant alors plus de 90 % de l’ensemble des transactions opérées dans ce lieu, le reste provenant des campagnes de Homs. Certaines productions encore très peu répandues à l’époque, comme le persil, la menthe, le pourpier ou l’ocra, provenaient dans leur totalité de la zone agricole homsiote.

LE SOUK AL-ḪUḌĀR

  • 11 Ainsi qu’une dizaine d’échoppes de bouchers.

24À quelques centaines de mètres plus au sud, le souk al-Ḫuḍār était un marché réservé aux détaillants et, accessoirement, aux petits producteurs. La soixantaine de boutiques qui, situées de part et d’autre de l’étroite ruelle, étaient spécialisées dans la revente de fruits et de légumes11, appartenaient à de gros marchands du souk et à des notables (dont les Atāssī et les Siba’ī) qui les louaient à de petits commerçants habitant à l’époque les proches quartiers de Bāb al-Hūd et de Banī Sba’ī. Les boutiques étaient des locaux voûtés d’une dizaine de mètres carrés, donnant de plain-pied sur la rue et dans lesquels les commerçants avaient toute la place pour entreposer leurs marchandises, celles-ci étant pendant les heures de vente exposées sur des étals en bois devant les boutiques, encombrant comme aujourd’hui la ruelle. Les commerçants se rendaient dès 4 heures du matin au souk al-Ğindī où ils achetaient les produits qu’ils revendaient ensuite au détail. Ils n’avaient généralement aucune relation professionnelle avec les jardiniers, n’exerçant pas l’activité de commissionnaire.

25De nombreux jardiniers se rendaient au souk al-Ḫuḍār les dimanche, mardi et jeudi pour vendre directement leur petite production, celle qui était en trop modeste quantité pour intéresser un marchand ou un commissionnaire ou même un épicier de quartier. Le plus grand nombre de jardiniers se retrouvaient sur la petite place située au nord de la rue du souk al-Ḫuḍār, mais certains s’installaient aussi dans la ruelle. Les fruits et légumes étaient disposés sur des nattes étendues à même le sol devant les jardiniers accroupis qui vendaient cette production au kilo, utilisant, comme les commerçants, de petites balances romaines.

  • 12 La présence de jardiniers dans la filière de commercialisation des fruits et légumes est ancienne, (...)

26Les jardiniers d’un même lignage ou d’une même secteur pouvaient confier leurs petites productions à l’un d’entre eux qui les vendait alors contre une commission. Cela pouvait représenter une quantité assez importante et une concurrence pour les commerçants au détail du souk. C’est ainsi que certains jardiniers sont peu à peu devenus commerçants de légumes à part entière, obtenant la location de boutiques dans le souk al-Ḫuḍār ou, plus rarement, devenant grossistes dans le souk al-Ǧindī12, comme je l’ai signalé plus haut.

À HAMA, DEUX SOUKS POUR UN CENTRE-VILLE DOUBLE

27La situation était un peu différente à Hama. Nous avons en effet vu que la ville possédait un double centre constitué par deux grandes régions — le "Ḥāder" et le "Souk" — disposant chacun de son propre marché. Il était logique que cette dualité se retrouve également dans la commercialisation des fruits et des légumes. Dans les années 1940, les jardiniers hamiotes se rendaient de fait dans deux souks : le souk al-Ḥāder al-Kabīr et le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr (fig. 18).

Figure 18 – Localisation des principaux souks de fruits et légumes à Hama dans les années 1930-40.

LE SOUK AL-ḤĀDER AL-KABĪR

  • 13 Un jardinier m’a cependant signalé l’existence d’un troisième marché de fruits et légumes qui se se (...)

28Il a cependant fallu attendre le début du siècle pour que chacun de ces deux secteurs possède effectivement son propre souk de fruits et légumes. En effet, le souk al-Ḥāder al-Kabīr, de loin le plus important des deux, a longtemps constitué l’unique grand souk aux fruits et légumes de Hama13. Il était situé dans la zone du Ḥāder, plus précisément au nord du quartier de Barūdiyyeh.

  • 14 Si Hama constituait en effet le principal marché bédouin de Syrie centrale, drainant une grande par (...)

29Il s’agissait d’un souk largement ouvert aux productions rurales. La majorité des transactions qui s’effectuait dans les quelques cent quatre-vingt boutiques et les deux ou trois khans (fig. 19) que comptait le souk, concernait les céréales, les semences, les engrais, mais aussi les moutons, le lait, le yaourt (lében), le semné, ce beurre de brebis dont Hama s’était fait une spécialité, la laine, les peaux, la viande... bref, l’ensemble des produits et sous-produits que fournissaient à l’époque la campagne hamiote et le monde bédouin14.

Figure 19 – Le souk al-Ḥāder al-Kabīr (Hama) dans les années 1930-40.

30Le souk et ses boutiques se déployaient alors le long de trois longues rues qu’encombrait un double et par endroit un triple alignement de petits détaillants, s’étalant à même la chaussée ou équipés de charrettes à bras. Les produits agricoles étaient regroupés dans la rue la plus large (« rue du souk al-Ḥāder »). C’est là que se trouvaient les principaux commissionnaires et marchands s’occupant des productions paysannes et bédouines.

31En retrait par rapport à cette rue, le « bazar aux légumes », avec ses environs immédiats, était à l’époque l’endroit réservé aux productions des jardins hamiotes et plus particulièrement à ceux de la rive droite, c’est-à-dire des zūr al-Šarqī (est), Bāb al-Nahr (ouest) et au-delà jusqu’au village de Dahrié.

32Ce bazar, rasé lors des événements de 1982, était constitué d’une grande estrade d’une trentaine de mètres de long sur six ou sept de large couverte d’un toit en toile qui fut remplacé pendant le Mandat français par de la tôle ondulée. L’estrade, à laquelle on accédait par quatre escaliers, occupait elle-même le centre d’une place de forme rectangulaire sur laquelle s’ouvraient divers entrepôts.

33La division fonctionnelle de cet espace se faisait de la manière suivante : sur les côtés de la place, louant quelques-uns de ces entrepôts et occupant le devant des bâtiments, se trouvaient une dizaine de marchands et de commissionnaires spécialisés en produits maraîchers et traitant avec les jardiniers aux mêmes conditions que leurs homologues homsiotes du souk al-Ǧindī. Ils étaient ici aussi organisés en corporation avec un šay à sa tête.

34Au centre, sur l’estrade, étaient regroupés tous les jardiniers qui venaient vendre leurs productions. Pour pouvoir accéder à la plate-forme, ils payaient une taxe de 50 qarš à un fonctionnaire (al-ma’arīf) travaillant pour la « Maison de la Science et de l’Éducation » (« Dār al- ‘Ilm wa al-Tarbiyyeh ») du quartier d’al-Bašūra, une des institutions bénéficiaires du waqf de certains bâtiments du souk al-Ḥāder, dont l’estrade. Comme les jardiniers homsiotes, ceux de Hama n’apportaient que leurs plus petites récoltes, celles dont ils pouvaient se débarrasser assez rapidement, laissant le gros de leur production aux marchands ou aux commissionnaires.

35Contrairement aux jardiniers homsiotes, ils n’utilisaient pas de balance : ils vendaient au panier (salla / silāl). En osier et muni d’une anse, celui-ci pouvait contenir 10, 15 ou 20 kilos de fruits ou de légumes, selon sa taille. Il s’agissait en fait davantage d’une estimation que d’une mesure exacte. L’acheteur soupesait, acceptait ou marchandait le prix proposé et emportait le panier avec lui. Il le ramenait vide la fois suivante. Les jardiniers s’adressaient à une clientèle de particuliers et non aux professionnels (revendeurs au détail des petits souks de quartier) que fournissaient en revanche les commerçants alentours. Il n’y avait donc pas vraiment ici de concurrence entre ces deux groupes, les jardiniers vidant leur charrette chez leurs correspondants grossistes avant de parcourir les quelques mètres qui les séparaient de l’estrade où ils devenaient alors petits détaillants.

36Les jardiniers étaient ainsi présents dans le souk en tant que producteurs et petits revendeurs, cette dernière activité étant ici, contrairement à Homs, officialisée par la présence de l’estrade réservée. Mais un petit nombre d’entre eux, ayant comme à Homs fait le choix du commerce, étaient aussi présents parmi les grossistes. L’exemple qui suit permet d’illustrer ce type de conversion encore assez limitée dans les premières décennies du siècle.

« Abu Aḥmad A., ayant perdu très jeune son père jardinier, travailla quelques années comme aǧīr sur l’exploitation d’un cousin. Bayt A. résidait alors dans le quartier de Bāb al-Ǧisr et louait traditionnellement des jardins du zūr Bāb al-Nahr. À 21 ans, « marié et libre ». Abu Aḥmad préféra venir travailler dans le souk du Ḥāder plutôt que de devenir jardinier à son tour. C’était en 1936. Il débuta comme apprenti chez un commissionnaire du souk résidant comme lui à Bāb al-Ǧisr, avant de se mettre à son compte. Il quitta le souk al-Ḥāder à la fin des années 1960 pour s’installer avec ses trois fils dans le nouveau souk al-Hāl construit à cette époque dans le sud de la ville. » (A.A.A., quartier al-Šarī’a, Hama, 14 juin 1993).

LE SOUK AL-ḤĀDER AL-ṢAĠĪR

37Le deuxième grand marché de fruits et légumes de Hama dans ces années 1930-40 était le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr. Contrairement à ce que son nom laisse supposer, il ne se trouvait pas dans le Ḥāder, mais sur la rive droite, dans la partie « souk » de la ville. Il était constitué par une rue rectiligne d’une centaine de mètres de long et était situé entre les quartiers al-Marabet à l’ouest, al- ‘Alīlīyāt au sud et la région de jardins qui, au nord-est, allait être occupée dans les années 1940-50 par les principaux bâtiments administratifs du centre-ville (muhāfaa, la poste, centre culturel...).

38Sa création date du début du siècle. Deux propriétaires partageant un même jardin décidèrent de le transformer en lieu de vente pour les produits agricoles, tirant ainsi avantage de sa grande proximité avec la ville. Ils divisèrent leur jardin en une trentaine de petits lots — ou emplacements — qu’ils mirent en location par enchères publiques. Ainsi sont venus s’installer les premiers commerçants, la plupart originaires du quartier de ‘ Alīlīyāt, quartier le plus proche et étroitement lié à l’agriculture urbaine en raison de sa proximité avec les zūr de l’est de Hama (‘Uṯmaniyyeh, Qiblī) et de la présence en son sein de nombreux jardiniers.

39À ses débuts, le marché n’était qu’un simple espace de terre battue sur lequel avaient été plantés quelques piquets de bois soutenant de petites tentes. Les commerçants étendaient chaque jour de longues nattes sur le sol et y étalaient les produits maraîchers. Le marché prit dès cette époque le nom de "al-Ḥāder al-Ṣaġīr" en référence au grand souk du Ḥāder.

40Ce n’est qu’au cours des années 1930-40 que sont apparues les premières constructions en dur et que la rue a été définitivement tracée. Les petites boutiques étaient surmontées d’un étage habitable destiné à la location. Une dizaine de bouchers sont venus s’interposer entre les boutiques de fruits et légumes.

41Celles-ci, au nombre de vingt-cinq ou trente, étaient occupées par des commerçants qui pratiquaient à la fois le gros à la commission et le détail. La rue était par contre beaucoup trop étroite pour permettre que s’installent des vendeurs utilisant des charrettes. Ceux-ci se regroupaient donc, comme encore de nos jours, aux deux extrémités du souk. Quant aux jardiniers, ils venaient là aussi pour vendre leurs petites productions. Ils s’installaient sur les trottoirs, le long de la rue et vendaient au panier. Les commerçants étaient, dans leur majorité, originaires du quartier de ‘Alīlīyāt, de même que la totalité des jardiniers, ceux-ci exploitant les jardins du zūr al-Qiblī jusqu’au village de Srehin. Le souk du Ḥāder était éloigné et la création de ce nouveau souk avait été pour eux un soulagement, leur évitant les longs trajets quotidiens de l’autre côté de l’Oronte. Le souk écoulait donc une grande partie de la production du zūr al-Qiblī.

42Certains de ces lignages de jardiniers de ‘Alīlīyāt ont très tôt compté parmi eux des commerçants de légumes. Sur les vingt et une lignées de commerçants que j’ai pu recenser dans le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr depuis les années 1940, dix sont issues de lignages de jardiniers. A un moment donné, certains membres de ces lignages se sont mis à vendre des légumes alors que les autres sont restés travailler dans les jardins. Je voudrais donner ici deux exemples de ce type de conversion.

« Aḥmad est né en 1880. Il a donc 38 ans lorsque s’achève la première guerre mondiale à laquelle il a participé malgré lui, enrôlé de force (safer balek) dans l’armée ottomane. Avant la guerre, il était jardinier à zūr al-Qiblī, mais à son retour il refuse de reprendre son ancienne activité et devient vendeur de légumes. Il est alors un des premiers à venir s’installer dans le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr, d’abord sous une tente puis dans une boutique dont il restera le locataire toute sa vie. Lorsqu’il meurt en 1959, ses deux fils prennent sa place dans la même boutique. Ils iront par la suite s’installer dans le nouveau souk al-Hāl, construit dans les années 1960. » (A.M., quartier al-Šrī’ā, Hama, 16 septembre 1993).

« Salim était « travailleur libre » dans les jardins du zūr al-Qiblī, autrement dit. simple journalier. Il travaillait la terre, creusait et entretenait les canaux d’irrigation, participait aux récoltes, retraçait les chemins et les sentiers d’accès aux jardins... pour le compte d’un ou plusieurs jardiniers. Son fils ‘Abdū a pu s’installer comme jardinier sur une exploitation d’al-Qiblī mais a rapidement abandonné cette activité pour entrer comme apprenti dans une des épiceries de son quartier (‘Alīlīyāt). A l’âge de 20-25 ans, il a rejoint son oncle maternel qui tenait une échoppe de primeurs à souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr. Il y a travaillé quelques années avant d’ouvrir sa propre boutique. Son fils a pris sa succession il y a une vingtaine d’années. » (S.Z., souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr, Hama, 2 août 1994).

43L’un et l’autre étaient donc tout à la fois des détaillants et des commissionnaires. Ils servaient ainsi d’intermédiaires commerciaux aux membres de leur propre groupe de parenté qui étaient restés jardiniers mais, ne pouvant se contenter de leur seul apport, ils accueillaient les productions d’autres jardiniers du zūr al-Qiblī ou allaient s’approvisionner auprès des grossistes du souk al-Ḥāder al-Kabīr, pour ensuite revendre au détail dans leurs boutiques.

44A Homs, comme à Hama, le jardinier ne pouvait se passer des débouchés que lui offrait le marché urbain et la ville était elle-même tributaire de la zone des jardins pour une grande partie de son approvisionnement quotidien en légumes et en fruits : il existait donc, de ce point de vue, une forte interdépendance. Cet approvisionnement se faisait essentiellement par l’intermédiaire des commerçants, qu’ils soient marchands, commissionnaires ou détaillants. Une petite part de la production des jardins était néanmoins vendue par les jardiniers eux-mêmes, certains secteurs des souks de détail leur étant, selon les villes, plus ou moins réservés.

  • 15 Ces questions seront débattues plus longuement dans la quatrième partie, notamment lorsque je trait (...)

45Cette possibilité qu’avaient les jardiniers de pratiquer la vente directe semble avoir conduit certains d’entre eux à devenir commerçants à plein temps, impliquant ainsi leur lignage dans la filière urbaine de commercialisation des fruits et légumes15.

3 — LE JARDINIER EN SON QUARTIER

  • 16 Ce qui n’empêchait pas bien sûr certains jardiniers de développer leurs relations sociales en dehor (...)

46En dehors des souks où ils se rendaient quotidiennement, les principaux espaces à partir desquels les jardiniers participaient à la vie sociale et économique citadine étaient leurs quartiers résidentiels16.

UNE MOBILITÉ SAISONNIÈRE

47Comme l’a signalé Naaman pour Homs (1951 : 197-198), la plupart des jardiniers partageaient leur existence entre ces quartiers de résidence et leur exploitation.

48Ils étaient en effet nombreux à quitter la ville avec leur famille dès le début du mois d’avril, femmes et enfants leur fournissant alors l’aide dont ils avaient tout particulièrement besoin pendant cette période de grands travaux que constituaient le printemps et l’été : travaux dans les parcelles, irrigation, désherbage, récoltes, soins des bêtes, préparation des repas, constitution des indispensables réserves pour l’hiver... Ces familles emportaient ainsi avec elles, à dos d’ânes et de mulets, tout le nécessaire pour passer sept longs mois sur leurs exploitations : matelas et couvertures, tapis, ustensiles de cuisine et produits alimentaires de base, vêtements... On assistait ainsi chaque année au déplacement massif d’une partie de la population de la ville vers sa périphérie.

  • 17 Je reviendrai plus en détail, dans la troisième partie, sur ces constructions éphémères ou permanen (...)

49Dès leur arrivée dans les jardins, les jardiniers construisaient de sommaires cabanes de terre et de roseaux, appelées « sīra », que détérioraient rapidement les pluies et la neige de l’hiver suivant. Dans certaines exploitations homsiotes cependant, les jardiniers disposaient de petites maisons construites en pierres de basalte et appartenant aux propriétaires des jardins17. Les familles de jardiniers ne retournaient en ville qu’à la mi-novembre, après les premières pluies et une fois amorcées les cultures d’hiver. Elles ramenaient alors avec elles les bêtes qu’elles ne pouvaient laisser dans les jardins pendant l’hiver en raison du froid et des maraudeurs. Les jardiniers continuaient cependant à se rendre seuls, de novembre à avril, plusieurs fois par semaine, sur leurs exploitations afin d’y accomplir les travaux de saison et de veiller sur les productions d’hiver, moins importantes que celles de l’été. Ils descendaient tôt le matin dans les jardins, mais retournaient dans leurs quartiers avant l’arrivée de la nuit, dans l’après-midi.

50Cependant, les jardiniers qui exploitaient les jardins les plus proches de l’agglomération, ceux de la zone centrale de Hama et ceux situés en bordure du grand canal de Homs et dans l’avancée de jardins en forme de doigt de gant constituée par le zūr al-’Abbār, géraient différemment leurs déplacements et leurs séjours estivaux dans les jardins. Ainsi, à Homs, ces jardiniers se rendaient chaque jour d’été dans les jardins et rentraient tous les soirs dans leur quartier proche (en dehors des nuits d’irrigation) ou pour certains dans les petites fermes situées entre la ville et la zone agricole. Quant aux jardins du centre de Hama, nombre de familles de jardiniers y vivaient en fait en permanence, en hiver comme en été, habitant de petites maisons en terre et à toiture de chaume, plus résistantes et mieux isolées que les précaires « sīra ». On en trouve encore les ruines dans certains jardins, comme par exemple dans le bustān al-Atweh, en contrebas du palais ‘Aẓem. Son jardinier m’a montré la maison délabrée, située dans un angle de son jardin, dans laquelle sont nés et ont vécu son grand-père et son père.

51Les jardiniers étaient pourtant, dans leur majorité, une population mobile. Une grande partie d’entre eux, s’absentant plus de sept mois de l’année de ses quartiers de résidence, se trouvait selon toute apparence coupée de ce qui constituait le quotidien des relations sociales d’un quartier. Cette situation de demi-présence, « d’entre-deux », qui semblait être celle de la majorité des lignages de jardiniers, n’était sans doute pas sans conséquence sur l’image même que le citadin ordinaire pouvait avoir d’eux et sur la réalité de leur intégration à la société citadine. La longue absence de cette population de ses quartiers d’habitation pouvait en effet contribuer à renforcer l’ambiguïté de son statut. Avait-on affaire à une population réellement intégrée à sa ville malgré cette mobilité saisonnière ou bien à une population de passage, sans réelle implantation locale, qui aurait considéré le quartier surtout comme un lieu où passer l’hiver ? Était-elle maintenue à l’écart de la vie sociale du quartier ? Quelle place y occupait elle ?

IDENTIFICATION DES QUARTIERS OÙ VIVAIENT LES JARDINIERS DE HOMS ET DE HAMA18

  • 18 La plupart des données présentées dans ce paragraphe portant sur l’histoire, la description topogra (...)

52Je voudrais tout d’abord faire une rapide présentation de la situation géographique et sociale des quartiers où se trouvait encore, dans les années 1940, la majorité des jardiniers de Homs et de Hama.

À HOMS, LES JARDINIERS HABITAIENT DANS LES QUARTIERS DE L’OUEST DE LA MÉDINA ET À L’OUEST DE CELLE-CI

53La vieille ville de Homs (fig. 20), médina à forme rectangulaire s’étendant sur environ 120 hectares (850 m x 1 400 m), était entourée de remparts et possédait sept portes : Bāb al-Sūq au nord et Bāb al-Sbā’ au sud contrôlaient l’axe Damas-Hama, Bāb al-Hūd, Bāb al- Masdūd et Bāb al-Turkmān donnaient accès à l’ouest, au fleuve, à la zone des jardins mais aussi à la route de Tartous-Tripoli et enfin Bāb al-Drīb et Bāb Tadmur s’ouvraient à l’est sur des vignobles et, au-delà, sur la steppe et le monde bédouin et oasien (Palmyre, Sukhné, Deir ez-Zor...).

Figure 20 – La vieille ville de Homs.

54L’organisation spatiale de la vieille ville était semblable à celle de beaucoup d’autres villes arabo-musulmanes, avec son dense réseau de ruelles étroites et sinueuses, ses passages couverts, ses nombreuses impasses semi-privées et ses grandes rues rectilignes permettant de passer rapidement, en coupant à travers le dense tissu urbain, d’une porte à l’autre. On pouvait distinguer deux types d’habitations correspondant grossièrement aux principaux ensembles sociaux y résidant : quelques hautes demeures fortifiées qui appartenaient aux familles de grands notables et les maisons basses où habitait une population de condition aisée ou plus modeste. Ces dernières maisons étaient construites en pierres noires de basalte ou, plus rarement, en terre et s’organisaient généralement autour d’une petite cour centrale. L’aspect général de la médina, tel que le montrent les clichés photographiques de l’époque, était celui d’une ville grise et basse que dominait le tell de l’ancienne citadelle d’Ossamah, situé à l’angle sud-ouest, entre Bāb al-Turkmān et Bāb al-Sbā‘.

  • 19 Bāb Tadmur, al-Fāḫūra, Bāb al-Drīb, Ǧamāl al-Dīn, Banī Sibā’ī, Dahr al-Muġāra, Bāb al-Hūd et Bāb al (...)
  • 20 Voir l’exemple des souks de Sanaa, véritable porte de la ville d’après Mermier (1988).
  • 21 Comme le souligne É. Longuenesse (1986 : 376) : « Se définissant par leur fonction résidentielle pa (...)

55Il existait une nette séparation entre les quartiers résidentiels de la vieille ville, officiellement au nombre de huit19, et les zones d’activités commerciales et artisanales traditionnelles. Les différents souks spécialisés, dont le vieux souk des fruits et des légumes, étaient en effet concentrés dans le quart nord-ouest de la médina, au sud de la grande mosquée al-Nūri, les principaux khans se trouvant, quant à eux, un peu plus au nord, à l’extérieur des remparts. Ici, comme dans beaucoup d’autres villes orientales20, le souk était le principal lieu par lequel s’établissaient et se régulaient les contacts avec l’extérieur, faisant office de sas entre les campagnes, la steppe et la société citadine, canalisant le flux des étrangers à la ville et protégeant de fait les quartiers résidentiels de leur éventuelle intrusion21.

56Même si plusieurs classes sociales pouvaient tout à fait cohabiter dans l’espace restreint d’un même quartier, il existait cependant, à l’échelle de la ville, une certaine ségrégation sur des bases socio-économiques et religieuses.

  • 22 Tout un secteur de Bab al-Turkmān accueillait ainsi une importante population d’origine rurale réce (...)

57Une majorité de grandes familles de notables et de citadins plus ou moins aisés résidait à l’ouest de la vieille ville, côté jardins donc. Ils étaient là protégés des vents de la steppe et leur situation leur permettait d’accéder rapidement au périurbain ouest, traditionnel espace de détente. Tournés vers la steppe, les quartiers situés à l’est de la rue Abū al-Ḥūl, grande rue de l’artisanat du cuivre et du fer coupant la ville en diagonale du souk à Bāb al-Drīb, étaient ceux des citadins de condition moyenne et des citadins les plus pauvres, dont un grand nombre de petits artisans soyeux et de tisserands : les quartiers al-Fāḫūra, Ǧamāl al-Dīn, Bāb Tadmūr et Bāb al-Drīb étaient ainsi considérés comme la « région des tisserands » (mina’a al-nassāǧīn). En périphérie est et sud enfin, contre les remparts, se trouvaient des populations d’origine rurale, des paysans qui travaillaient encore « comme métayers sur les terres de la banlieue (...) ou des réfugiés sans terres venant s’offrir comme manœuvres » (Naaman, 1951 : 395). Ces familles d’origine rurale, sans cesse plus nombreuses, allaient peu à peu constituer le fonds de la population des nouveaux quartiers populaires, ceux de l’est, du sud et du nord de la ville22.

58À cette ségrégation sociale s’ajoutait enfin une certaine ségrégation communautaire, puisque la partie ouest de la vieille ville était très majoritairement musulmane. Les chrétiens étaient surtout regroupés à l’est et au nord est de la vieille ville, dans les quartiers de Ḥamīdiyyeh, de Bāb Tadmur et de Ǧamāl al-Dīn, mais on les trouvait aussi dans les quartiers de Bāb al-Sbā’ et de Fāḫūra, il est vrai en nombre moins important.

59Dans les années 1930-40, la grande majorité des jardiniers se répartissait dans les quartiers situés dans l’ouest et dans le sud de la vieille ville (Bāb al-Hūd, Ḏahr al-Muġāra, Banī Sibā’ī. Bāb al-Turkmān et Bāb al-Sbā’) et, débordant un peu la limite des anciens remparts, le long de la rue de Damas. Ils étaient par contre peu nombreux dans les quartiers situés à l’est de la rue Abū al-Ḥūl.

  • 23 Sur les quartiers de Homs intra-muros et la liste de leurs responsables (mutār ou šay al-āra) au (...)
  • 24 Entièrement détruit dans les années 1980 dans le cadre d’un projet de construction d’un grand centr (...)
  • 25 Homsi (1977 : 78) estime que les chrétiens représentent 4 % de la population de Bāb al-Hūd. Il est (...)

60Ainsi, occupant environ le tiers ouest de la vieille ville, le quartier de Bāb al-Hūd (fig. 21) était limité au nord par ce qui restait alors de remparts, à l’ouest par la longue rue de Damas, au sud par la citadelle et à l’est par les souks et les quartiers Banī Sibā’ī et Ḏahr al-Muġāra. Subdivisé en quatre petits secteurs dépendant administrativement d’un même responsable (mutār)23 — du nord au sud : al-Arba’īn24, Bāb al-Hūd, Bāb al-Masdūd et Bāb al-Turkmān — il abritait, dans les années 1940, une population musulmane dans son immense majorité25que l’on pouvait estimer à quelques 10 000 habitants. C’est cette zone de plus de 30 hectares qui a traditionnellement constitué la principale zone de résidence des jardiniers, du moins avant que la ville ne s’étende hors de ses remparts.

Figure 21 – Quartier de Bāb al-Hūd (Homs).

  • 26 416 hab./ha dans les années 1940, selon al-Dbiyat (1995 : 169).
  • 27 La population de Homs était passée de 50 000 habitants en 1915 à 100 000 habitants en 1945, et la s (...)
  • 28 Il faut attendre les années 1950 pour qu’elle se développe de façon significative à l’est, cette ex (...)
  • 29 Il ne s’agissait vraisemblablement pas de lignages complets mais de quelques lignées ou familles. C (...)
  • 30 Pour cette raison, je n’en ferai pas ici la présentation.

61Très densément peuplée intra-muros26, la ville avait en effet connu une importante extension en dehors de ses limites traditionnelles27, de nouveaux quartiers étant peu à peu apparus entre 1918 et les années 1940 au nord, à l’ouest et au sud28 de la vieille ville, suivant notamment les principales voies de communication (axe Damas-Hama et route de Tripoli). Certaines familles29 de jardiniers ont alors accompagné ce développement urbain, quittant la vieille ville surpeuplée pour aller s’installer dans ces nouveaux quartiers, rejoignant les quelques jardiniers occupant les vieilles fermes qui, présentes entre la ville et la zone agricole, avaient été progressivement rattrapées et intégrées au nouveau tissu urbain. On trouvait donc, dans les années 1940, des jardiniers dans le quartier Ḫaldiyyeh situé au nord de la médina et à l’est de la route de Hama, dans le quartier Ǧoret al-Šiyaḥ, situé à l’ouest de cette même route et enfin, dans une moindre mesure30, dans le quartier al-Buġtassiyyeh, s’étendant un peu plus au sud (fig. 22).

62Ḫaldiyyeh est un quartier musulman qui s’est développé après 1918 à droite de la route de Hama, dans le secteur de la grande mosquée Hāled ibn al-Walīd, en partie sur des terres agricoles que possédait cette mosquée (waqf). De forme triangulaire, s’étendant sur une dizaine d’hectares, il était alors limité au sud par le quartier chrétien de Ḥamīdiyyeh, à l’est et au nord par la rue de Salamié et à l’ouest enfin par la route de Hama. Dans les années 1940, le quartier était encore assez proche de la structure urbaine de la vieille ville intra-muros, avec un dédale de ruelles en apparence désordonné et une assez forte densité de population. Celle-ci, en partie d’origine rurale (Naaman, 1951 : 395) et socialement très modeste, occupait de petites maisons basses construites en pisé. Les seules maisons en pierres de basalte se trouvaient dans le sud du quartier, à la limite du quartier Ḥamīdiyyeh.

Figure 22 – Principaux quartiers de jardiniers à Homs dans les années 1930-40.

  • 31 Rapide estimation, sans doute incomplète, effectuée dans le quartier en 1993.
  • 32 Ainsi, Raymond (1985 : 189 et suivantes) précise-t-il que « le principe du classement hiérarchique (...)

63La quinzaine31 de familles de jardiniers qui, au début du siècle, avait quitté la ville intra-muros pour venir habiter à Ḫaldiyyeh s’était ainsi rapprochée des jardins qu’elle exploitait alors dans le nord de la zone agricole, mais avait aussi trouvé, dans ce nouveau quartier, l’espace nécessaire au bétail qu’elle était obligée de ramener des jardins en ville pendant l’hiver. Ces petits troupeaux avaient sans doute pendant longtemps constitué une gêne pour les habitants des quartiers de la vieille ville où ces familles résidaient autrefois. Aussi, un peu comme cela s’était produit dans de nombreuses villes arabes de l’époque classique à l’encontre des activités à caractère insalubre32, l’élevage de bovins a été peu à peu repoussé vers la périphérie de l’agglomération au fur et à mesure que celle-ci s’est étendue, investissant des quartiers qui étaient alors moins densément peuplés que ceux de la zone centrale. Ils offraient la place nécessaire et étaient plus proches des jardins où se trouvaient les étables d’été et quelques zones de pâtures (zones inondables en bordure du fleuve). Ce mouvement aboutit finalement, dans les années 1950-60, à la fixation définitive de ces bêtes à l’extérieur de l’agglomération, dans la zone des jardins, été comme hiver.

64On peut trouver étonnant que la ville de Homs ait attendu si longtemps pour refouler ces bovins hors de son centre. Cette tolérance s’explique sans doute en grande partie par le caractère rural de Homs mais aussi par l’importance qu’avait alors l’activité agricole (fruits, légumes et laitages), non seulement dans l’économie urbaine mais aussi dans l’approvisionnement de la ville. La présence de vaches à l’intérieur même de la ville assurait ainsi à sa population un approvisionnement quotidien en lait tout au long des mois d’hiver.

  • 33 Voir exemple des Za’arūr présenté dans le premier chapitre.

65Certaines familles de jardiniers, en s’installant dans le quartier Ḫaldiyyeh, s’étaient aussi rapprochées de terres agricoles non irriguées (terres dites ba’al) qu’elles exploitaient depuis longtemps en sus de leurs jardins, un peu plus au nord le long de la route de Hama33. Il s’agissait de terres louées sur plusieurs années à des notables de la ville — souvent les mêmes que ceux à qui étaient loués les jardins — et sur lesquelles ont d’abord été cultivées des céréales (blé, avoine, orge) ou des fèves (on parlait alors de « terres à fèves », « ar fūleh »). La construction du nouveau canal permit toutefois d’irriguer dès le début des années 1940 une partie de ces terres. Celles-ci devinrent alors des terres propices à la culture des cucurbitacées, « ar maqāī » (melons, concombres et pastèques).

  • 34 De fait, ce quartier n’a longtemps connu qu’une assez faible densité de population puisqu’il ne com (...)

66Quant au quartier de Ǧoret al-Šiyaḥ, coincé entre la route de Mimas à l’ouest et la route de Hama à l’est, il n’était encore dans les années 1940 qu’un petit quartier d’une surface d’à peu près 6 ha. Les cartes du cadastre mandataire (1926) révèlent que, rompant avec le schéma de la vieille ville, il était structuré par des rues parallèles et parfaitement rectilignes. On y trouvait un habitat très aéré, la plupart des maisons étant construites en torchis et en pierres et pourvues de grandes cours34. Ouvrant sur la route de Hama, avaenit été aménagées une vingtaine de petites boutiques, noyau de ce qui allait constituer, dans les décennies suivantes, l’un des principaux axes commerçants et artisanaux de Homs.

Photo 7 – Ville de Homs. Une rue de Ǧoret al-Šiyaḥ, 1990.

67Était venue résider dans ce nouveau quartier une population musulmane essentiellement constituée de petits fonctionnaires, de commerçants du vieux souk, mais aussi de quelques notables, appartenant aux lignages déjà évoqués des Sibā’ī, Ǧindī et Durūbī, qui s’étaient fait construire là de grandes maisons entourées de jardinets à l’européenne. Un certain nombre de familles de jardiniers, une dizaine d’après mon estimation, avait également quitté dans les années 1920 leurs quartiers trop enclavés de la vieille ville intra-muros pour venir s’installer dans ce quartier. Ils y avaient donc trouvé l’espace nécessaire pour parquer leurs bêtes pendant l’hiver.

À HAMA, LES JARDINIERS VIVAIENT DANS LES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES

  • 35 A. Raymond (1985 : 206-207) souligne cependant que l’on ne pouvait accorder qu’une valeur théorique (...)
  • 36 A tel point qu’au Moyen Âge, chaque quartier avait ses propres fortifications (Ṣabūnī, 1956 : 85-86 (...)

68Il est plus difficile de faire la description de la vieille ville de Hama en raison de sa morphologie très particulière (fig. 23). En effet, comme le souligne al-Dbiyat, elle ne possède pas les caractéristiques que l’on prête d’ordinaire à une médina, notamment la centralité, la continuité et l’homogénéité spatiales35. Elle se présente au contraire comme « un double chapelet de quartiers quasiment dissociés les uns des autres et sans centralité »36 (al-Dbiyat, 1995 : 194) et que séparaient à la fois le fleuve et les îlots de jardins présents au cœur même de la ville. On distingue toutefois deux grands ensembles ou regroupements de quartiers qui, couvrant une surface totale de quelques 200 hectares, se sont développés de part et d’autre du fleuve et ont ainsi formé un « centre duel », pour reprendre l’expression de M. al-Dbiyat : le "Souk" sur la rive gauche et le "Ḥāder" sur la rive droite, réunis l’un à l’autre par trois ponts.

Figure 23 – La vieille ville de Hama.

69Le Souk est la partie la plus ancienne de la ville arabe reconstruite à la suite d’un tremblement de terre survenu au xiie siècle. Son origine remonte en effet à la création des quartiers de Bāb al-Ǧisr et al-Mdīna au xiie siècle, situés réciproquement au nord et au sud-ouest de la citadelle. La ville s’est ensuite développée vers le sud et vers l’est, remontant les pentes de la vallée. Traditionnellement réservée à une population spécifiquement citadine, cette partie de la vieille ville possède un grand souk qui s’est développé, de façon assez atypique, à l’écart de la grande mosquée al-Nūrī, sise plus loin au nord.

  • 37 Al-Dbiyat souligne à propos du Ḥāder que « l’apparition d’un centre au service des pasteurs et pays (...)

70La construction d’un pont ("ǧisr al-Hawa" ou "ǧisr Malik al-Afḍāl") sur l’Oronte par les Ottomans au xvie siècle permit à la ville de se développer sur l’autre rive. C’est ainsi que se constituèrent, entre les xvie et xviiie siècles, les quartiers formant le Ḥāder. Plus ouverte sur la campagne et la steppe, cette partie de la vieille ville est traditionnellement occupée et fréquentée par une population et une clientèle en grande partie d’origine rurale et bédouine37. Nous avons vu plus haut que le Ḥāder possédait également un souk (souk al-Ḥāder al-Kabīr) essentiellement consacré aux productions rurales, de la campagne et de la steppe et à celles des jardins de la rive droite de l’Oronte.

71On retrouve à Hama ce complexe dédale d’impasses, de ruelles étroites et parfois couvertes, bordées de maisons basses construites pour beaucoup d’entre elles en terre et s’organisant autour d’une cour centrale. Les demeures ou palais des notables étaient construits en pierres de calcaire blanc soulignées de pierres noires de basalte. À l’exception de l’est du Ḥāder, où les habitations étaient assez espacées les unes des autres pour accueillir les troupeaux d’ovins, l’habitat ancien hamiote était plus dense que celui de Homs. Les Hamiotes, tout en s’efforçant de ne pas trop s’éloigner du fleuve, dont dépendait une grande partie de leur approvisionnement en eau, avaient dû en effet s’adapter à une topographie plus accidentée et inclinée qu’à Homs. Ils s’étaient donc regroupés de préférence sur les pentes les moins prononcées, abandonnant les berges plates du fleuve aux précieux jardins.

72Comme à Homs, on pouvait observer une certaine ségrégation sociale et religieuse. C’est en effet au centre, à proximité du fleuve, que l’on trouvait les principaux quartiers (Kīlānīyyeh, Dabāga, Barūdiyyeh, Zanbaqī...) de notables et de citadins les plus aisés, la population pauvre occupant principalement les hauteurs de la ville et ses quartiers les plus périphériques. Une petite minorité de chrétiens enfin se concentrait plus particulièrement dans un quartier (al-Médina) situé au sud-est de la citadelle, le reste de la ville étant essentiellement musulmane.

  • 38 En vingt ans (1920-1940), la population hamiote est passée de 60 000 à 64 000 habitants et la surfa (...)

73Jusque dans les années 1940, l’extension de la ville s’est faite sur un rythme très lent en raison d’une faible croissance démographique38 et d’une économie peu dynamique, basée essentiellement sur la rente foncière et le commerce avec les bédouins. Les nouveaux quartiers construits durant cette période se sont développés à l’ouest et au sud, sur la rive gauche. Comme le souligne Dbiyat, cette période consista surtout à « boucher les trous qui résultaient de la phase précédente afin d’aboutir à une continuité spatiale » (1995 : 178).

74Une grande partie des jardiniers habitait dans des quartiers très populaires situés aux extrémités est, ouest et nord-ouest du Souk et du Ḥāder (fig. 24), principalement à Bāb al-Ǧisr (Ḥāder), ‘Alīlīyāt (Souk), Šarqiyyeh et Ḥamīdiyyeh (Ḥāder). Il s’agissait de quartiers parfois très anciens (Bāb al-Ǧisr) et toujours proches des jardins. Quelques jardiniers, enfin, vivaient dans les petits jardins du centre-ville (Um al-Ḥassan, Zanbaqī...) ou dans les quartiers avoisinant (Bašūra, Kīlānīyyeh, Zanbaqiyyeh, Asideh ou Barūdiyyeh), se mêlant alors au reste de la population citadine.

Figure 24 – Principaux quartiers de jardiniers à Hama dans les années 1930-40.

75Les quartiers périphériques, où vivait donc la majorité des jardiniers, faisaient figure de « quartiers-tampons », de traits d’union entre différentes zones d’activités ou des territoires distincts. Ainsi, les quartiers de Šarqiyyeh et de Ḥamīdiyyeh s’étaient développés entre les zūr de l’est de la ville et le grand souk du Ḥāder, alors principal marché de fruits et légumes de la ville, mais aussi de tous les produits provenant de la steppe et des campagnes. Le quartier de ‘Alīlīyāt, réputé rural bien qu’appartenant au Souk, parce qu’en contact avec les plateaux agricoles du sud et de l’est de Hama, était une zone intermédiaire entre le zūr al-Qiblī qui se déroulait tout en longueur jusqu’au village de Srehin à l’est et les quartiers citadins du Souk à l’ouest. Bāb al-Ğisr enfin était située à l’articulation des jardins de Bāb al-Nahr et des quartiers du Ḥāder et de son grand souk.

  • 39 Nous verrons plus loin comment se composait la population du quartier de Bab al-Ǧisr.

76L’identité socio-professionnelle des habitants de ces quartiers semblait être en partie liée à cette situation charnière entre vieille ville et périurbain agricole. Ainsi, à Šarqiyyeh et à Ḥamīdiyyeh, les nombreux jardiniers se mêlaient à de simples portefaix travaillant dans le souk al-Ḥāder al-Kabīr, à des éleveurs de moutons, à des commerçants de produits bédouins ou spécialisés dans les productions des zūr de l’ouest (Bāb al-Nahr) et de l’est (al-Damsiyyeh, al-Šarqiyyeh). De même qu’à ‘Alīlīyāt, on trouvait non seulement un grand nombre de jardiniers mais aussi la plupart des petits commerçants monopolisant la filière des fruits et légumes du souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr39.

  • 40 De nos jours, on peut se rendre compte de la place encore importante qu’occupe l’activité agricole (...)

77Les jardiniers y étaient cependant suffisamment nombreux pour que certains de ces quartiers (Bāb al-Ǧisr et ‘Alīlīyāt) aient pu être qualifiés par les citadins de « quartiers de jardiniers » (« ārāt basātné »), même si les jardiniers n’y ont semble-t-il jamais constitué la totalité de leur population. A ‘Alīlīyāt, les jardiniers étaient cependant présents en plus grand nombre qu’ailleurs — une cinquantaine de lignages — au point que l’on peut penser qu’ils y représentaient une petite majorité40.

78Cette concentration plus ou moins importante de jardiniers dans ces quartiers populaires limitrophes trouve plusieurs explications pratiques, déjà avancées plus haut. Il s’agissait en effet de quartiers très proches des principaux secteurs de jardins. Chacun d’eux était étroitement associé à un ou même à deux zūr. Rappelons que le quartier de Bāb al-Ǧisr était ainsi en contact direct avec le zūr Bāb al-Nahr et avec les jardins entourant la citadelle, les quartiers Šarqiyyeh et Ḥamīdiyyeh touchaient le zūr al-Damsiyyeh et avoisinaient celui d’al-Šarqī, le quartier de ‘Alīlīyāt enfin était en contact avec les jardins du centre (région de l’actuelle muāfaza) tout en étant très proche de ceux du zūr al-Qiblī.

79Cette proximité permettait ainsi aux jardiniers qui y résidaient de se rendre rapidement sur leurs exploitations. Cet avantage n’était pas négligeable, surtout en hiver, lorsque le temps devenait rigoureux et que les jours se faisaient plus courts, réduisant d’autant le temps de travail. Cette nécessité pratique d’un trajet court entre résidences et jardins était enfin renforcée par la présence des bovins qu’élevaient la plupart des jardiniers et qu’il fallait ramener dans le quartier en hiver.

ÉTUDES DE CAS À HOMS ET À HAMA

80Je souhaite maintenant présenter plus longuement deux quartiers, l’un se trouvant dans la vieille ville intra-muros de Homs et l’autre à l’extrémité nord-ouest de Hama, en essayant de cerner plus précisément à la fois le type de quartier auquel on avait affaire, le paysage socioprofessionnel qui était le leur dans les années 1940, la place qu’y occupaient les jardiniers et enfin le rôle qu’ils étaient éventuellement amenés à y jouer. Il ne s’agira toutefois pas de procéder à une étude systématique de ces quartiers, mon intention étant seulement de déterminer l’environnement social des lignages de jardiniers et le degré d’insertion urbaine dont ils pouvaient bénéficier.

BĀB AL-MASDŪD À HOMS

  • 41 Il ne disposait donc pas de son propre représentant (šay al-āra).
  • 42 Ainsi, les limites administratives du quartier de Ḏahr al-Muġāra commencent à l’ouest de la rue Ǧām (...)

81Le secteur de Bāb al-Masdūd (fig. 25), qui est situé au nord de la citadelle, faisait en réalité partie, du moins administrativement41, du grand quartier de Bāb al-Hūd. Ses limites précises, comme celles des autres secteurs de Bāb al-Hūd, sont toutefois assez difficiles à déterminer, changeant en fonction des sources consultées ou des personnes interrogées42. La figure (fig. 25) reproduite à la page suivante ne propose donc qu’une délimitation approximative.

Photo 8 – Ville de Homs. Une ruelle de Bāb al-Masdūd.

82En tant que partie constitutive de la médina, le secteur de Bāb al-Masdūd ne peut toutefois être présenté et sa situation analysée en dehors d’un contexte général et d’un mode de fonctionnement commun à l’ensemble de cette médina. Il me semble en effet difficile de parler de Bāb al-Masdūd sans me référer aux autres quartiers de la vieille ville parce qu’il s’agit d’un ensemble solidaire, difficilement sécable malgré ses divisions administratives et sociales. C’est pour cela que je ne sépare pas, dans mon approche de la structure sociale, le secteur de Bāb al-Masdūd de son environnement urbain et que mon propos sera donc global.

Où les jardiniers étaient voisins des propriétaires de jardins

  • 43 L’existence de quartiers aisés mixtes et de quartiers pauvres plus homogènes renforce en réalité pl (...)

83S’il existait bien, comme je l’ai déjà souligné à grands traits, une ségrégation sociale perceptible à l’échelle de la ville toute entière, il n’en reste pas moins que les quartiers abritant la population citadine la plus aisée, ceux de l’ouest de la médina, connaissaient une certaine mixité sociale, à la différence des quartiers les plus pauvres qui eux étaient socialement plus homogènes43. Coexistaient donc dans ces quartiers de l’ouest de grands négociants et des propriétaires terriens, mais aussi des commerçants plus modestes, des artisans et bien sûr un certain nombre de familles de jardiniers... cela laissant donc supposer l’existence de contacts et de relations quotidiennes, d’une « circulation » sociale entre ces groupes sociaux différents.

Figure 25 — Secteur de Bāb al-Masdūd (Homs).

  • 44 Beaucoup de lignages avaient leur manzūl familial, dans lequel se réunissaient leurs seuls membres. (...)

84Même si la proximité spatiale n’est pas suffisante pour induire une proximité sociale, on peut toutefois considérer que de cette fréquentation d’un espace urbain commun résultait une certaine familiarité entre propriétaires de jardins et jardiniers. En effet, ils ne pouvaient éviter de se croiser dans la rue, ils fréquentaient parfois les mêmes manzūl44, ils priaient dans la même mosquée de quartier... il existait donc des rapports minimums d’interconnaissance entre ces deux groupes, rapports qui rendaient possible l’existence d’une certaine connivence : habiter dans le même quartier que son propriétaire avait en effet une certaine importance pour un jardinier, par exemple lorsqu’il s’agissait d’obtenir et de conserver la location d’une exploitation ou encore de renouveler un bail.

85Ces rapports acquéraient une portée toute particulière lorsqu’il s’agissait de notables. Les liens personnels et d’obligation qui pouvaient alors se tisser dans le cadre du quartier n’étaient en effet pas sans conséquences sur la position qu’occupait par exemple un grand lignage de jardiniers au sein de son propre groupe professionnel, lui permettant d’y consolider son autorité et son prestige : il pouvait toujours se prévaloir de ses contacts quotidiens avec tel ou tel notable pour asseoir plus sûrement son influence dans les jardins. L’exemple, présenté dans le chapitre précédent, de ce jardinier qui envoie son aǧīr tirer avec un fusil sur un voisin refusant de céder son tour d’eau et qui malgré le meurtre ne sera jamais inquiété en raison de ses liens avec des notables influents, illustre bien le degré de protection dont pouvaient bénéficier certains lignages de la part des grands notables auxquels ils étaient ouvertement affiliés.

86La structure d’autorité (chef/conseil/grands lignages de jardiniers) fonctionnant à cette époque dans les jardins trouvait ainsi une partie au moins de sa légitimité en ville, dans les relations de quartier, ou plutôt dans un clientélisme dont le lignage de notables était à la fois le centre et le sommet.

87Celui-ci dominait en effet son quartier, économiquement et politiquement, cette domination s’inscrivant jusque dans le paysage urbain. C’est en effet dans l’architecture des maisons que se perçoit le mieux tout l’ascendant que ce bayt pouvait avoir sur son quartier — chaque lignage de notables avait le sien propre — et par extension, sur la ville. Les hautes demeures qui appartenaient aux notables, propriétaires terriens ou grands commerçants, dominaient les maisons basses où habitait une population aux revenus moyens et modestes. Encore facilement repérables de nos jours, elles se voulaient l’expression de la puissance politique, économique et sociale des lignages qui les avaient faites bâtir. Pourvues de trois ou parfois quatre étages, elles surplombaient orgueilleusement leur quartier.

Photo 9 – Médina de Homs. Maison de notables du quartier de Bāb al-Turkmān.

88Ainsi, la vieille demeure de Muṣṭafa Bāšā al-Hussaynī sise à Bāb al-Turkmān est une véritable forteresse constituée de gros moellons et de blocs de basalte. Son allure générale, très massive, était celle d’un édifice visiblement conçu pour résister à un siège.

89Celle des Durūbī, dans le quartier de Safsafī au centre de la médina, donne également cette impression de château fort citadin, avec son beffroi et ses rares fenêtres.

  • 45 Transformé en musée en 1995.
  • 46 Un iwān est un volume architectural ouvert sur un côté et donnant sur une cour.

90Le qar (palais) al-Zahrāwī Bāb Tadmur fait aussi partie de ces demeures fortifiées. C’est un énorme bâtiment45 presque aveugle, dans lequel se trouvent une mosquée, des dizaines de pièces où vivaient, il y a encore trente ans, une cinquantaine de personnes et une vaste cour sur laquelle donnait autrefois le principal manzūl familial, constitué d’un grand iwān46.

  • 47 Aucune de ces demeures de notables homsiotes n’avaient cependant atteint le raffinement des palais (...)

91En revanche, la demeure des Atāssī à Bāb al-Masdūd, construite plus tardivement (sans doute à la fin du xixe) reprend le style des maisons bourgeoises libanaises à tuiles rouges, avec leurs nombreuses fenêtres et des balcons en fer forgé à chaque étage. Elle n’en reste pas moins une demeure imposante, se distinguant des maisons basses alentour par son ostensible élégance47.

92Ces demeures seigneuriales n’avaient souvent fini par être habitées que par une petite partie du lignage propriétaire, en fait par ses lignées les plus modestes, les autres occupant des maisons plus petites mais plus confortables, disposées tout autour du palais.

Photo 10 – Ville de Homs. Cours d’une maison de notable dans la vieille ville.

  • 48 Ces conseils de quartier sur lesquels pouvaient s’appuyer les notables étaient constitués par des p (...)
  • 49 Cette configuration spatiale et sociale des quartiers de l’ouest de la médina était bien sûr ancien (...)

93Faisant office de « maison-mère », ce palais était donc l’épicentre symbolique autour duquel s’organisait tout un dispositif social, politique, foncier et immobilier que le lignage avait su étendre sur l’ensemble d’un quartier, et parfois au-delà, en entretenant une proche clientèle d’obligés, en contrôlant le conseil du quartier48 et en accumulant la propriété de hammams, de cafés et d’immeubles de rapports, le plus souvent sous forme de waqf familiaux et bien au-delà, de jardins, de moulins et de vastes terres agricoles49. Le bayt al-Ḥussaynī dominait ainsi Bāb al-Turkmān, y étant propriétaire d’un hammam et de nombreuses maisons de rapport. Quant au secteur de Bāb al-Masdūd, il était le territoire des Atāssī : la plupart des membres de ce lignage y habitaient encore dans les années 1930 et possédaient ou contrôlaient une partie de ses maisons, de ses pièces de réunions, mais aussi l’école (kuttāb) du quartier et la petite mosquée dont l’imam était également un Atāssī. C’était aussi le quartier où résidaient le mufti de Homs, un Atāssī, et le chef des jardiniers, le šay Zuhurī al-Atāssī.

  • 50 Au moins 5. dont les ‘Abd al-Bāqī, qui ont fait l’objet d’une présentation détaillée dans le premie (...)

94Doit-on dès lors s’étonner de retrouver dans le secteur de Bāb al-Masdūd, aux abords immédiats de bayt Atāssī, quelques-uns des grands lignages de jardiniers50 ? Exploitant des jardins situés dans le centre et le sud de la zone agricole, secteurs essentiellement dominés par les Atāssī, ils ont tous été représentés, à un moment ou à un autre de leur histoire, au conseil des jardiniers. Ainsi, dans leurs quartiers comme dans les jardins, de grands lignages de jardiniers s’organisaient autour d’un notable dont ils représentaient parfois les intérêts, mais qui leur permettait aussi de jouer leur propre jeu. Ils appartenaient à un réseau qui, du cœur de la médina jusqu’aux berges de l’Oronte, permettait aux notables de contrôler indirectement leur zone de jardins.

95Tout semble s’être passé comme si la structure d’autorité et de contrôle, alors présente dans les jardins, avait tout à la fois été la transposition dans les jardins de l’ordre citadin et le prolongement dans ces mêmes jardins de cette structure urbaine ancienne à laquelle appartenaient et participaient les jardiniers : aux notables dominant le quartier semblait donc correspondre la figure du chef des jardiniers, notable lui-même, et au traditionnel conseil de quartier, réunissant les représentants des lignages les plus influents, répondait le conseil constitué par les lignages de jardiniers les plus importants. On le voit donc, l’organisation des quartiers et celle de la zone des jardins étaient liées par bien des aspects et participaient finalement d’une même réalité, celle d’une structure sociale urbaine consacrant la domination des notables sur la ville et sur les jardins.

Degré d’intégration des jardiniers à la société citadine

96Mais revenons maintenant au secteur de Bāb al-Masdūd et à la façon dont les jardiniers et leur famille y étaient socialement intégrées dans les années 1930-40. J’ai recensé une dizaine de lignages dont quelques membres sont encore présents dans la médina, mais il y en avait sans aucun doute davantage à l’époque. La plupart de ces lignages exploitaient des jardins situés dans le centre (zūr al-Ḥarāb, al-Ǧdīdeh...) et dans le sud de la zone agricole (zūr al-Bāšā), secteurs largement dominés, nous l’avons vu, par ces grands propriétaires qu’étaient les Durūbī, les Ḥussaynī, les Raslān et surtout les Atāssī. S’il est difficile de connaître avec précision, à cinquante ans de distance, quelle était la place économique et sociale de ces lignages de jardiniers dans le quartier, un certain nombre d’indices peut toutefois permettre d’apporter quelques précisions.

Quartier et scolarisation

97L’appartenance du jardinier à sa ville et plus particulièrement à son quartier s’affirmait dès l’enfance par son passage par la petite école coranique où il côtoyait les autres enfants du quartier, fils de jardiniers, de commerçants, d’artisans...

« Vers 1935. Karīm a été placé par son père, qui était jardinier, dans la petite école de Bāb al-Hūd. alors tenue par le Šay ‘Abd al-Salām al-’Uṯmān. Là, il a appris la lecture, l’écriture, le Coran et à compter. Il avait pour camarade un autre fils de jardinier, Diyāb, issu d’un grand lignage du zūr al-’Abbār. En 1940, ils se sont inscrits à l’école secondaire de Sayh Ṭāḥer al-Ra’īs à Bāb al-Hūd où enseignaient des membres de bayt Atāssī. Dans cette école se trouvaient également d’autres fils de jardiniers, de Bāb al-Masdūd principalement. Karīm n’y est cependant resté qu’une année. Il a alors rejoint son père dans les jardins, devenant à son tour jardinier. » (K., zūr al-Ḥarāb, Homs, 3 août 1994).

  • 51 Voir sur ce sujet le récit reproduit en annexe d’un fils de jardinier hamiote devenu professeur d’a (...)

98La petite dizaine de jardiniers de cette même génération que j’ai interrogés affirment qu’ils ont eu accès à l’enseignement jusqu’à l’âge de 10-11 ans. Ils ont appris à lire et à compter dans l’une des écoles coraniques de la vieille ville : cela constituait le bagage minimal du bon musulman et leur permettrait de défendre plus tard leurs intérêts face aux commerçants du souk. Mais jusque dans les années 1950, il était rare qu’un fils de jardinier dépassât le stade de la petite école de quartier51.

L’approvisionnement

99Dans un tout autre domaine, les jardiniers jouaient un rôle important dans l’approvisionnement de leur quartier, puisqu’une partie de leur production y était écoulée en été comme en hiver, notamment par le biais des petits commerçants chez lesquels les jardiniers faisaient régulièrement des dépôts-ventes ou échangeaient des légumes et du lait contre du sucre, du thé, de la farine ou du tabac. On trouvait cependant peu de commerces dans le secteur même de Bāb al-Masdūd. L’essentiel des boutiques se trouvait en effet plus au nord, dans la rue Ǧāmi’ al-Dahya ou un peu plus au sud, dans la rue de Bāb al-Turkmān. Cette dernière disposait en effet, comme encore aujourd’hui, d’une petite zone d’activités artisanales et commerciales : on y trouvait quelques ateliers d’artisans (tisserands, menuisiers et matelassiers) et de petits commerces de proximité (épiceries), le tout constituant un petit souk local (suwayqa).

Photo 11 – Médina de Homs. Le petit souk de Bāb al-Turkmān.

100Mais les habitants de Bāb al-Masdūd pouvaient aussi passer commande de produits maraîchers spécifiques à leurs voisins jardiniers, qui livraient alors à domicile, ou éventuellement se rendre directement sur l’exploitation de ces derniers.

Les mariages
  • 52 Relevés généalogiques effectués dans les jardins au cours desquels j’ai identifié, lorsque cela éta (...)

101Les relations matrimoniales des lignages de jardiniers avec des familles du secteur, du quartier ou de la ville constituent un indice important de leur degré d’intégration à la ville. Je dispose à ce sujet de relevés52 effectués auprès de cinq lignages ayant résidé à Bāb al-Masdūd, au moins jusque dans les années 1950 et ayant travaillé dans la zone centrale des jardins. Il s’agit des lignages ‘Abd Allah. Musṭafa, Mallūk, ‘Abd al-Bāqī et Ǧiniyāt. Je présenterai leurs principales caractéristiques avant de procéder à une synthèse de leurs pratiques matrimoniales.

102Signalons tout d’abord qu’une part relativement importante des mariages survenus dans ces cinq lignages était de type endogame (30 %) : il s’agissait de mariages entre cousins germains ou issus de germains.

103Il convient également de préciser que, bien que résidant dans le même quartier et travaillant souvent dans les mêmes secteurs de la zone des jardins, ces cinq lignages n’avaient que peu de rapports entre eux, du moins sur le plan matrimonial. Je n’ai en effet relevé que deux mariages les concernant : celui d’un ‘Abd Allah avec une fille Ǧiniyāt et celui de l’une de ses cousines avec un homme Ǧiniyāt. Nos cinq cas faisaient donc partie de réseaux d’alliances assez différents.

  • 53 Quatre autres fils venaient en effet juste de naître dans les années 1930 et 40.

104A- Dans les années 1930-40, bayt ‘Abd Allah était dirigé par quatre frères, déjà relativement âgés (entre 60 et 70 ans) et qui travaillaient comme jardiniers dans le secteur de ‘Abbār à la suite de leur père mort au début du siècle. Je n’ai obtenu de renseignements que sur la descendance de deux d’entre eux. Leurs huit fils en âge de travailler53 les aidaient dans les jardins ou exploitaient leur propre jardin. L’un d’eux est cependant devenu boucher dans le souk : il semble qu’à cette époque, il ait été le seul membre du lignage à pratiquer une activité non agricole. Quant aux exploitations, elles étaient toutes louées aux Atāssī.

105Les conjoints des ‘Abd Allah étaient pour plus de la moitié issus de familles de commerçants (commerçants de légumes, de tabac, de laine et de yaourt, épicier) et d’artisans (forgerons, horlogers), le reste appartenant à des lignages de jardiniers. On trouvait enfin parmi ces conjoints un paysan vivant à Baalbek (Liban). Les familles des commerçants résidaient à Bāb al-Hūd et dans des quartiers très proches (Bāb al-Turkmān et Safsafī). Une seule était extérieure à la vieille ville intra-muros, résidant dans le quartier de Ḫaldiyyeh. Les artisans étaient de Bāb al-Hūd et de Bāb al-Drīb. Les jardiniers étaient tous de Bāb al-Hūd et du proche secteur de Bāb al-Turkmān.

106B - Bayt Musṭafa ne constituait pas, dans le passé, un lignage exclusivement jardinier. En effet, lorsque l’on remonte dans sa généalogie jusqu’au siècle dernier, on trouve bien sûr des jardiniers, mais aussi des tisserands. Dans les années 1930-40. parmi la dizaine d’hommes qui étaient alors en âge de travailler, on trouve un commerçant de tabac, un tisserand et deux menuisiers dont la boutique et les ateliers se trouvaient à Safsafī et à Bāb Turkman. Les autres travaillaient dans des jardins situés dans les zūr al-Ḫarāb et al-Naǧdeh. Ils étaient propriétaires d’une partie de leurs exploitations, mais en louaient la plus grande part aux Atāssī. Les conjoints des Musṭafa étaient aux trois-quarts issus de familles de commerçants (commerçants de bois, de fil, de légumes...) résidant dans les quartiers Bāb al-Sbā‘ et de Ḥamīdiyyeh. Le quart restant était issu de familles pratiquant des activités diverses (chameliers, un gendarme durant le Mandat français) et résidant dans ces mêmes quartiers, mais aussi de quelques familles étrangères à la ville (libanaises, hamiotes et de Ma‘arrat al-Nu‘mān). Je n’ai en revanche enregistré qu’une seule famille de jardiniers, résidant à Bāb al-Hūd.

107C - Le lignage Mallūk est très ancien dans la zone de jardins et propriétaire de nombreux jardins. Il est constitué de nombreuses lignées et n’a longtemps vécu que du travail agricole. De fait, dans mes relevés, les premiers non-jardiniers issus de ce lignage n’apparaissent qu’assez tardivement, dans les années 1950-60. Dans les années 1930-40, on trouvait une trentaine de jardiniers travaillant dans des jardins situés aussi bien dans le sud que dans le centre et le nord de la zone agricole. Ils étaient propriétaires d’une grande partie de leurs exploitations. Parmi leurs conjoints, on trouvait à peu près un tiers de commerçants (fromage, yaourt, légumes), un tiers d’artisans (fabricants de plats en cuivre, de charrettes) et un tiers de jardiniers. Les commerçants et les artisans résidaient très majoritairement à Bāb al-Hūd. Les jardiniers étaient de Bāb al-Hūd et du quartier Ǧoret al-Šiyaḥ, extérieur à la médina.

108D - Nous connaissons déjà le lignage ‘Abd al-Bāqī. Je ne reviendrai donc que brièvement sur ses caractéristiques. Nous savons qu’il domina, jusque dans les années 1930, le zūr al-Ḫarāb où il était propriétaire de plusieurs jardins et qu’il avait sa place au conseil du chef des jardiniers. Après la mort brutale de plusieurs de ses membres en 1933, dont son chef charismatique, aǧǧ Amīn, il perdit de son influence dans les jardins, ses activités se faisant alors plus « urbaines » (épicerie et menuiserie). C’est donc à un lignage déjà affaibli que nous avons affaire dans les années 1930-40 et qui a commencé à opérer un retour à la ville. Quels étaient ses alliés ? Pour une moitié, des familles de commerçants (confiseries, glaces, légumes, boucherie) et d’artisans (tisserands, menuisiers) et pour l’autre moitié, des familles de jardiniers. Les commerçants résidaient à Bāb al-Hūd, mais aussi à Bāb al-Drīb. Bāb al-Sbā‘, à Ḫaldiyyeh, Ḥamīdiyyeh et même Buġtassiyyeh... on retrouvait cette même dispersion résidentielle chez les artisans. Les jardiniers étaient en revanche tous de Bāb al-Hūd ou de quartiers très proches.

109E - Les Ǧiniyāt, déjà signalés précédemment, sont originaires du proche village de Deir Baalbé, situé au nord-est de Homs et actuellement absorbé par la ville. C’étaient des paysans aisés qui, ayant fait l’acquisition de jardins dans les zūr al-Yantiyyeh et al-Naǧdeh, sont venus y travailler au siècle dernier et se sont installés dans la médina, à Bāb al-Masdūd. Fort en terres et en hommes, ce lignage est considéré comme l’un des principaux du centre de la zone agricole. Il était représenté au conseil des jardiniers. Dans les années 1930-40, il comptait une trentaine d’hommes en âge de travailler. Ceux-ci étaient majoritairement des jardiniers (un peu moins des deux tiers), mais on trouvait aussi quelques commerçants de légumes et de dattes dans le souk al-Ǧindī (détaillants) et dans le souk al-Na’ūra (marché de gros), un commerçant de graines et d’engrais, deux matelassiers, un tisserand, un menuisier, un épicier... bref, malgré son origine paysanne, bayt Ǧiniyāt avait plutôt bien réussi son intégration à la société citadine. Leurs alliés étaient pour plus de la moitié des familles de commerçants (laine, épicerie, yaourt, légumes, confiseries, boucherie...) et d’artisans (teinturerie, confection), les commerçants restant toutefois majoritaires dans cette catégorie. Un quart des conjoints était issu de lignages de jardiniers, le reste travaillant comme paysans et vignerons dans la proche campagne. Les commerçants résidaient dans leur majorité à Bāb al-Hūd et Bāb al-Turkmān ainsi qu’à Bāb al-Drīb et Bāb Tadmur, les artisans à Bāb al-Hūd. Quant aux jardiniers, ils étaient tous de Bāb al-Hūd et de Bāb al-Turkmān.

110Au delà des particularités de chacun de ces lignages, que retient-on de cette présentation ? Quelles étaient les activités dominantes chez les alliés de ces cinq lignages ? Où résidaient-ils majoritairement ?

  • 54 L’expression est de Raymond (1985 : 96). Elle désigne le « populaire » (al- ‘ānima), c’est-à-dire l (...)

111On peut déjà constater la forte présence de commerçants et d’artisans parmi eux : ils représentaient en effet les trois-quarts de ceux concernés par les mariages. Ils appartenaient dans leur grande majorité à la médina. On trouvait parmi eux des bouchers, des commerçants de laine et de légumes, quelques épiciers et des vendeurs de produits laitiers et de confiseries, des teinturiers, des ouvriers tisserands, des menuisiers, des forgerons, des tailleurs... mais pas de bijoutiers, de parfumeurs, de négociants en grains, de grands commerçants et encore moins de propriétaires terriens. On ne trouve pas non plus de porteurs d’eau, de portefaix, de travailleurs de force, de journaliers. On semble donc avoir surtout affaire à des familles appartenant à une catégorie sociale intermédiaire entre une « classe moyenne », constituée par les commerçants du souk et les artisans « haut de gamme » et le « petit peuple citadin »54regroupant les gens des métiers ambulants et les journaliers. Remarquons enfin qu’en dehors de quelques bouchers on ne trouve aucun des métiers décriés que l’on pouvait s’attendre à rencontrer parmi les relations de jardiniers théoriquement peu considérés statutairement.

112Enfin, un quart des mariages s’est effectué avec des familles de jardiniers. La plupart d’entre elles résidait à Bāb al-Hūd ou plus généralement dans la médina et exploitait des jardins dans la moitié sud de la zone agricole. Les jardiniers qui résidaient à Ḫaldiyyeh et à Ǧoret al-Šiyaḥ travaillaient en revanche dans la moitié nord.

113Ces constatations, bien que partielles et limitées à cinq cas, modèrent un peu mes précédentes appréciations sur les jardiniers. A Homs, en tous les cas, les jardiniers ne semblent pas avoir été particulièrement pénalisés par leur image et leur statut sociaux, ceux-ci n’ayant pas joué un rôle discriminant, du moins si l’on en juge par le niveau social et la nature des activités des familles de leurs conjoints.

114De façon générale, presque un tiers des personnes concernées par les mariages habitait dans le même secteur que ces cinq lignages de jardiniers (Bāb al-Masdūd). Mais ce qui est le plus remarquable, c’est l’extension du réseau matrimonial des cinq lignages à l’ensemble de la médina, puisqu’une grande majorité des familles avec lesquelles ils avaient tissé des alliances matrimoniales habitaient effectivement divers quartiers de la vieille ville intra-muros au moment de l’union : ils n’étaient donc pas marginalisés ni tenus à l’écart du marché matrimonial citadin.

115Nous allons voir qu’à Hama, les choses se présentaient un peu différemment, du moins concernant la structure du quartier et son rôle dans l’organisation des jardiniers au sein de leur secteur respectif.

À HAMA, EXEMPLE D’UN « QUARTIER DE JARDINIERS »55

  • 55 Outre les deux informateurs francophones dont j’ai déjà parlé dans l’introduction et qui ont habité (...)
  • 56 Cette destruction s’est prolongée dans les années 90 avec la construction d’une route en bordure de (...)

116Bāb al-Ğisr, détruit en grande partie au cours des années 198056 par des travaux d’aménagement des berges de l’Oronte et par la construction du pont al-Assad, donnait dans les années 1940 l’image d’un quartier marqué par l’activité maraîchère et la forte présence des jardiniers. Cette présence a été suffisamment importante pour que le quartier soit encore de nos jours désigné par les Hamiotes comme un « quartier de jardiniers ».

Photo 12 – Ville de Hama.
Vue de Bāb al-Ǧisr.

  • 57 Comme nous allons le voir, le quartier s’étendait sur les deux berges du fleuve qui étaient reliées (...)

117On peut estimer que, dans les années 1940, les jardiniers représentaient plus ou moins 20 % de la population de ce quartier. La plupart des jardiniers résidaient sur la rive droite de Bāb al-Ǧisr57 où ils constituaient un bon tiers de la population. Cette concentration de jardiniers sur la rive droite s’explique en partie par la proximité du zūr Bāb al-Nahr, où la presque totalité des jardiniers du quartier avait ses jardins. Quelle place occupaient ces jardiniers dans un quartier où ils étaient présents en nombre ? Quel était leur degré d’intégration à leur environnement immédiat et plus généralement à la ville ?

Présentation d’un « quartier-pont » entre Souk et Ḥāder

118J’ai déjà signalé que le quartier de Bāb al-Ǧisr était, avec celui d’al-Mdina, le plus ancien de la ville arabe. Situé au nord de la citadelle, il s’est longtemps limité à la seule rive gauche de l’Oronte avant de se développer sur l’autre berge après la construction du pont al-Hawa en 1517, inaugurant ainsi l’essor de Hama de ce côté-là du fleuve. Dans les années 1940, Bāb al-Ǧisr formait cependant l’extrémité nord-ouest de la ville, dernière limite urbaine avant les jardins s’étendant en aval. Bien que présent sur les deux rives, le quartier appartenait cependant davantage au Ḥāder qu’au Souk (fig. 26).

Figure 26 - Quartier de Bab al-Ǧisr (Hama) dans les années 1930-40.

119Épousant, sur la rive gauche, une courbe du fleuve, le quartier était en effet isolé du reste du Souk par l’imposante masse de la colline de la citadelle au sud et par les jardins qui s’allongeaient alors de chaque côté : bustān Sa’adeh et bustān Ḫandaq au sud-est, bustān Dawālik et bustān Ḫuḍura à l’ouest. On trouvait également une vingtaine de maisons individuelles alignées en bordure du fleuve, chacune disposant d’un petit jardin. Occupant la berge jusqu’au fleuve et alimenté en eau par la noria al-Dawālik, celui-ci était généralement planté en légumes et en arbres fruitiers (grenadiers, amandiers, figuiers), ses petites productions étant auto-consommées ou redistribuées. Cette partie de Bāb al-Ǧisr était donc une parcelle de ville cernée par les jardins et le fleuve.

120Sur la rive opposée en revanche, le quartier était plus fermement rattaché au reste de l’agglomération. Bien que limité à l’ouest par le zūr Bāb al-Nahr, au nord par un vaste cimetière musulman et au sud par l’Oronte, il était en contact à l’est avec le quartier Bayn al-Hayein et, au-delà, avec l’ensemble du Ḥāder, la rue Abū Bayete constituant plus ou moins sa frontière de ce côté-là.

  • 58 En référence à Dbiyat qui parle de « ville-pont » à propos de Hama. Le quartier de Bāb al-Ǧisr (la (...)
  • 59 Prince-géographe ayyoubide (1273-1331) dont le palais se trouvait dans le quartier d’al-Mdina.

121Si le pont al-Ḥawa était bien le seul lien tangible qui unissait les deux segments de cet ensemble, formant finalement une sorte de « quartier-pont »58, trois mosquées contribuaient cependant à renforcer cette cohésion relative, comme principaux lieux de réunions des habitants de ce quartier exclusivement musulman. La principale et sans doute la plus emblématique était la mosquée Abū al-Fidā’59, sur la rive droite : en bordure des jardins de Bāb al-Nahr, dont elle bénéficiait du revenu de parcelles constituées en waqf, elle accueillait les habitants des deux rives du quartier pour le prêche du vendredi. Toujours sur la rive droite, mais cette fois dans le prolongement du pont al-Hawa, la mosquée al-Ḥassan, moins prestigieuse et détruite dans les années 1960, était réservée aux seules prières quotidiennes. Enfin, sur la rive gauche et également dans l’axe du pont, la petite mosquée al-’Azī, dirigée par un šay lui-même issu du quartier Bāb al-Ğisr, servait d’école coranique (kuttāb).

122Dans les années 1940, le quartier était constitué de basses maisons en terre. Seules les mosquées et un khan à moutons avaient été bâtis en pierres. Il s’agissait donc, malgré son ancienneté, d’un quartier d’allure très modeste et accueillant une population pauvre.

123En dehors du maraîchage, l’activité qui dominait dans le quartier par le nombre de personnes qui la pratiquait était la meunerie. Elle était pratiquée par une douzaine de familles qui louaient des moulins à l’année, dans des conditions de précarité assez semblables à celles des jardiniers, dépendant souvent des mêmes propriétaires (‘Aẓem, Kīlānī, Mūrād Aġā...). Leurs moulins pouvaient être isolés (ex : moulin al-Ḥader) ou associés à des norias, situés au centre-ville ou à l’extérieur de l’agglomération (ex : le moulin et la noria al-A’ūniyyeh).

Photo 13 – Jardins de Hama.
Moulin sur l’Oronte en aval de la ville.

124Le quartier accueillait également des ouvriers ou des artisans dont l’activité était directement liée aux abattoirs de Bāb al-Nahr situés à deux ou trois cents mètres plus en aval, sur une petite presqu’île. Quelques-uns travaillaient ainsi comme tueurs, équarrisseurs (qaṣṣāb), mais aussi comme fabricants d’une colle (ġirā’) confectionnée à partir de peaux de bêtes lavées dans le fleuve avant d’être plongées dans la chaux. Trois ou quatre familles de la rive gauche, et une famille au moins de la rive droite, s’étaient ainsi spécialisées dans cette production particulièrement malodorante, ce qui explique sa présence dans un quartier périphérique, éloigné du centre-ville. Le fait que cette activité était étroitement liée aux abattoirs explique également sa localisation à Bāb al-Ǧisr.

125Autre domaine d’activités à Bāb al-Ğisr : le petit commerce avec le monde paysan. Une dizaine de familles au total vivaient ainsi de petits échanges avec la campagne proche : du cordonnier spécialisé dans la fabrication de bottes paysannes appelées iskāf ( ?) aux cinq ou six familles de colporteurs qui se rendaient régulièrement dans les villages pour troquer des tissus ou des ustensiles de cuisine contre des lentilles, du blé concassé (burġul) ou de la mélasse de raisin (débes ‘inab) qu’ils revendaient ensuite dans le quartier, en passant par le boutiquier qui vendait des chaussures, des vêtements et des tissus à crédit majoré aux paysans de passage ou par le forgeron fabriquant les socs d’araires...

  • 60 Il se pratiquait à Hama ce que qu’on appelle l’association hamūyeh : « Le citadin achète un troupea (...)

126Les activités les plus lucratives du quartier, bien que minoritaires, étaient liées à l’élevage de moutons, au monde bédouin. Cet élevage était contrôlé par quatre ou cinq familles qui travaillaient en association avec des bédouins60. Le centre de leurs activités était le khan al-Afendï, situé sur la rive droite et appartenant aux Kīlānī. C’était dans ce bâtiment et autour que se faisait l’essentiel des transactions portant sur les moutons, mais aussi sur le lait, le beurre fondu (semné) et le fromage blanc. Ces activités ne donnaient cependant lieu qu’à des transactions fort modestes par rapport à celles qui avaient lieu dans le grand souk rural qu’était le souk al-Ḥāder al-Kabīr, situé plus à l’est.

  • 61 Dont un qui était spécialisé dans la construction des murs de jardins.

127On retrouvait enfin la palette ordinaire des services et des artisanats communs à beaucoup d’autres quartiers : menuisiers (5 familles), vendeurs de tissus (2), herboriste (1), épiciers (4), portefaix (2), maçons61 (5), ouvriers à la journée (6), cordonniers (4), maréchaux-ferrants (2), rétameur (1), pâtissier (1), barbier (1), propriétaires de fours à pain (2)...

  • 62 Posséder un petit magasin, être propriétaire de son logement, avoir la possibilité d’ouvrir un manz(...)

128On avait donc affaire à un quartier semi-artisanal, lié comme le reste du Hāder au monde rural et à la steppe, occupé par une population socialement très modeste qui pratiquait des activités marginales et parfois décriées, traditionnellement situées en périphérie des villes et en relation plus ou moins directe avec le fleuve (maraîchage, meunerie, abattoirs, travail à partir de peaux animales). Le quartier était dénué de cette forme de mixité sociale qui existait alors dans les quartiers centraux de Homs et de Hama. On n’y trouvait en effet aucun des membres de l’aristocratie foncière ou de la bourgeoisie commerçante, les seules personnalités du quartier se limitant à un éleveur de moutons, à deux vendeurs de tissus et au principal épicier de la rive droite62...

Degré d’intégration des familles de jardiniers à la société citadine

129L’intégration des familles de jardiniers à ce type de quartier passait par les relations, les liens, les rapports d’approvisionnement et les réseaux sociaux et économiques qu’elles étaient en mesure d’entretenir et de tisser avec leur voisinage. Parmi ces liens, les échanges matrimoniaux constituaient, ici comme à Homs, l’un des indices révélateurs du degré d’insertion de ces familles dans leur quartier et leur ville.

Un « quartier jardin »

130Les jardiniers formaient une minorité assez importante, un groupe professionnel suffisamment homogène, pour que leur seule présence marquât fortement Bāb al-Ğisr. Ils exploitaient les jardins de Bāb al-Nahr jusqu’aux limites des terres du village de Dahrié, mais aussi ceux de la rive gauche situés tout autour de la citadelle. Il s’agissait au total de plus d’une centaine d’hectares appartenant en grande partie aux ‘Aẓem et dont l’exploitation profitait directement ou indirectement au quartier.

131Les jardiniers employaient régulièrement des ağīr et des journaliers directement recrutés dans leur quartier, beaucoup plus rarement dans des quartiers avoisinants du Ḥāder (Bayn al-Hayein et al-Mdina). Il s’agissait d’une main-d’œuvre connue des jardiniers, appartenant à leur groupe de parenté, à leur entourage et non pas recrutée au hasard de l’offre comme c’était le cas à Homs. Les rapports entre les jardiniers et cette main-d’œuvre s’inscrivaient donc dans le cadre particulier de relations quotidiennes de voisinage et d’une certaine solidarité de quartier à l’égard des plus démunis.

132L’approvisionnement quotidien en fruits, légumes et lait participait également de ces liens qui unissaient jardins et quartiers. Si la majorité de la production de ces jardins était vendue directement ou par l’intermédiaire d’un commerçant au souk du Ḥāder, une certaine quantité restait cependant dans le quartier. Les familles de jardiniers pratiquaient l’autocosommation et fournissaient régulièrement en fruits et légumes leurs proches. Une partie du quartier profitait donc directement, par le seul biais des redistributions familiales et amicales, des jardins. Par ailleurs, les jardiniers déposaient de petites quantités de fruits et légumes dans les épiceries du quartier, celles-ci se chargeant de la vendre en prélevant une commission pouvant être assez importante (jusqu’à 40 % d’après un épicier). Comme c’était le cas à Homs, ces dépôts-ventes servaient surtout à couvrir les achats indispensables que faisaient régulièrement les jardiniers (sel, sucre, thé, tabac, semné...) et les divers petits prêts que leur concédaient les épiciers, ceux-ci se remboursant directement sur la vente des produits maraîchers. Si bien que, de fil en aiguille, le rapport réel de cette opération pouvait être assez faible pour le jardinier, mais permettait l’existence d’un « maraîchage de proximité » dont profitaient ceux qui dans le quartier n’avaient pas de relations particulières avec un jardinier et ne souhaitaient pas se déplacer jusqu’au grand souk du Ḥāder pour l’achat de petites quantités de légumes.

133En plus de cet apport quotidien en fruits et surtout en légumes, les jardiniers étaient également les principaux pourvoyeurs en lait de Bāb al-Ğisr. La plupart des jardiniers possédaient en effet, en propre ou en association avec le propriétaire du jardin, une vache ou deux. Ce bétail passait l’été dans les jardins puis était ramené dans le quartier au début de la période hivernale. En été comme en hiver, les jardiniers-éleveurs fournissaient directement en lait tout un réseau de clients, dépassant parfois les limites même du quartier pour s’étendre aux proches quartiers d’al-Mdina au sud et de Bayn al-Hayein à l’est. Mais le lait pouvait aussi être laissé en dépôt dans l’une des épiceries du quartier. On peut d’ailleurs se demander si cette fonction de pourvoyeurs en lait n’était finalement pas aussi importante que celle de producteurs de fruits et légumes, du moins au niveau du quartier.

  • 63 Ils utilisaient pour cela des nasses rondes en osier (al-qaffā’a), lestées de pierres et munies d’a (...)
  • 64 On m’a signalé trois autres espèces de poissons que je n’ai pu identifier : al-buttī, al-karsīd et (...)

134Enfin, les jardiniers dont l’exploitation avait un accès direct au fleuve élevaient des canards et pêchaient63 l’anguille (al-anqlīs) et le silure (al-sallūr)64. Une petite partie de ces canards et de ces poissons était consommée dans le quartier et le reste vendu aux deux ou trois magasins spécialisés de Hama ou à des particuliers qui venaient se fournir directement dans les jardins.

  • 65 Expression empruntée à Bianquis (1978 : 204).

135Ajoutons enfin que certains habitants du quartier pratiquaient une forme de maraîchage spéculative comme activité secondaire ou occasionnelle. Au moins une dizaine de familles de la rive droite pratiquaient ainsi, en plus de leurs activités principales (portefaix, meuniers et maçons), l’activité de damman, c’est-à-dire d’« entrepreneurs de récolte65 ». Ces familles achetaient à des jardiniers de leur quartier une partie de leur production sur pied et s’occupaient de l’entretenir, de la récolter et de la vendre au souk, spéculant ainsi sur la différence entre le prix d’achat aux jardiniers et le prix de vente sur le marché quelques semaines plus tard. On le voit donc, le rapport des habitants du quartier aux jardins dépassait parfois le seul cadre du groupe professionnel spécialisé pour prendre des formes directes, l’accès aux jardins pour ces non-jardiniers étant toutefois facilitée par leur appartenance au même quartier que les jardiniers.

136On semble retrouver ici certains des traits qui caractérisaient le rapport du jardinier homsiote à son propre quartier. Les choses se présentaient toutefois un peu différemment. Ce qui en effet différenciait les deux villes du point de vue de l’approvisionnement des quartiers où vivaient des jardiniers, c’était l’existence ou non d’un rapport d’exclusivité entre ces quartiers et certains secteurs de jardins : alors qu’à Homs ces quartiers étaient approvisionnés à partir de secteurs différents, à Hama chacun de ces quartiers était alimenté par un seul secteur, celui auquel il se trouvait depuis toujours étroitement associé. Quartier et jardins semblaient alors constituer les deux secteurs d’un même ensemble socio-économique, d’un même territoire que l’on pourrait appeler « quartier jardin ».

  • 66 La même chose m’a été signalée dans les quartiers de ‘Alīlīyāt et de Šarqiyyeh.

137De façon plus générale, tout semble s’être passé comme si l’appartenance au quartier était un préalable à l’accès au zūr : à l’époque, un jardinier qui changeait de secteur, passant par exemple du zūr al-Šarqī au zūr Bāb al-Nahr. changeait aussi de quartier, pour des raisons de proximité, mais aussi parce que le quartier était d’une certaine façon le prolongement citadin de la communauté des jardiniers : être accepté dans le quartier équivalait à être accepté dans les jardins et au sein de leurs réseaux. Il n’est donc pas étonnant que le quartier ait pu parfois interférer dans le fonctionnement des jardins : des groupes de conciliation issus de Bāb al-Gisr66, constitués par le chef et des habitants du quartier, intervenaient dans des disputes entre jardiniers, tout incident éclatant dans les jardins étant susceptible d’avoir des incidences dans le cadre plus large du quartier. Les habitants de Bāb al-Ğisr ne pouvaient que se sentir concernés par ce qui se passait dans les jardins, puisque les rapports de travail se confondaient, pour une partie importante de la population du quartier, avec les rapports de voisinage résidentiel : il n’y avait donc pas de rupture entre relations professionnelles et relations sociales de quartiers.

Avec qui se mariaient les jardiniers ?
  • 67 Je ne dispose pas d’un ensemble comparable à celui de Homs, n’ayant pu effectuer de relevés qu’aupr (...)

138Je voudrais maintenant présenter les principaux liens matrimoniaux de deux lignages67de jardiniers ayant vécu à Bāb al-Ğisr, les ‘Uṯmān et les Amar. Comme je l’ai fait pour Homs, j’exposerai, dans un premier temps, les caractéristiques générales de ces deux lignages avant de faire une synthèse de leurs comportements matrimoniaux.

139Concernant les mariages préférentiels, nous obtenons sensiblement la même proportion que dans les cas homsiotes (30 %). Enfin, si les deux lignages hamiotes se connaissent pour avoir été longtemps voisins dans leur quartier et dans les jardins, on ne relève qu’un seul cas de mariage les impliquant directement, un ‘Uṯmān ayant épousé une fille Amar dans les années 1940. En revanche, ils ont l’un et l’autre de nombreux liens matrimoniaux avec un autre lignage de jardiniers du quartier, les Diyyab : leurs réseaux matrimoniaux ne sont donc pas tout à fait étrangers.

140A - Les ‘Uṯmān exploitaient des jardins situés dans le zūr Bāb al-Nahr et un peu plus au nord, en limite sud du village de Dahrié. Au nombre d’une dizaine dans les années 1940, ils louaient ces terres aux ‘Azem et aux Kīlānī. Ils constituaient l’un des lignages du quartier responsables du jardin waqf de la mosquée Abū al-Fidā’, jardin qui se trouvait dans le prolongement même de l’établissement religieux. Ils en partageaient la gestion avec un autre lignage de jardiniers et un lignage de commerçants du quartier. Ces lignages, qui prétendaient descendre du prince Abū al-Fidā’, étaient chargés de relever les loyers, de payer le personnel de la mosquée et gardaient pour eux ce qui restait du revenu du jardin. A ce titre, ils bénéficiaient d’un réel prestige dans leur quartier.

141B - Dans les années 1930-40, le lignage des Amar était représenté par une vingtaine d’hommes, jardiniers dans le secteur de Bāb al-Nahr et autour de la citadelle sur des exploitations appartenant le plus souvent aux ‘Azem et aux Murād Aġā. Il était considéré comme l’un des grands lignages de Bāb al-Ğisr et du zūr Bāb al-Nahr, en raison de son importance numérique dans le quartier et dans les jardins. Signalons qu’un Amar est devenu marchand de légumes au souk al-Ḥāder al-Kabīr dans les années 1920, ce qui lui avait valu un certain prestige puisqu’on lui a alors donné le titre de « maître maraîcher » (« mu’allim al-uār »). Il est l’un des premiers jardiniers du quartier à avoir quitté les jardins pour pratiquer une activité non agricole.

142Dans les années 1930-40, les deux lignages résidaient encore majoritairement aux environs immédiats de la mosquée Abū al-Fidā’, plus précisément dans l’impasse menant à la mosquée et dans la ruelle permettant d’accéder aux premiers jardins de Bāb al-Nahr. Ces deux ruelles étaient alors occupées par plusieurs autres familles de jardiniers, mais aussi par un maréchal-ferrant, un vendeur d’étoffe, deux vendeurs de moutons, un gardien de nuit, un menuisier, deux ou trois meuniers, un boucher, un fabricant de colle, un cordonnier, deux maçons... constituant donc le voisinage social d’une grande partie des deux lignages. Le relevé des mariages ayant eu lieu dans les années 1930-40 va permettre de préciser la place qu’ils occupaient alors dans ce quartier.

143Les commerçants et les artisans représentaient un peu moins de la moitié des alliés des ‘Uṯmān et des Amar. Il s’agissait de négociants en moutons, de bouchers et de petits épiciers de quartier, de cordonniers, de menuisiers et de barbiers. Les commerçants résidaient dans le quartier de Bāb al-Ğisr et dans d’autres quartiers du Ḥāder (Bayn al-Hayein, Zanbaqī...). Les artisans résidaient majoritairement à Bāb al-Ğisr. On retrouve donc ici, comme à Homs, la présence du petit commerce de proximité et du petit artisanat parmi les relations des lignages de jardiniers, la catégorie des métiers considérés comme vils étant toutefois sensiblement plus représentée dans les cas hamiotes que dans ceux de Homs, avec la présence de bouchers et surtout de barbiers parmi les alliés.

144Les familles de jardiniers représentaient environ un quart des alliés des ‘Uṯmān et des Amar. Les trois-quarts résidaient dans le quartier de Bāb al-Ğisr, le reste se répartissant dans deux autres « quartiers de jardiniers » : Šarqiyyeh sur la rive droite (Ḥāder) et ‘Alīlīyāt sur la rive gauche (Souk). Il semble donc qu’il y ait eu, dans le choix du conjoint, une corrélation assez sensible entre l’activité agricole et le quartier : lorsque l’on se mariait avec l’un des membres d’une famille de jardiniers, celle-ci faisait souvent partie du même quartier et donc du même secteur. La situation des deux cas tendrait à confirmer la relative faiblesse des relations pouvant exister à Hama entre jardiniers de secteurs agricoles différents et l’intensité des relations existant entre jardiniers d’un même quartier et d’un même secteur agricole.

145Précisons enfin que le quart restant des alliés des deux lignages représentait des secteurs d’activités assez divers puisque l’on trouvait des familles de meuniers, de maçons, un peintre en bâtiment, mais aussi quelques portefaix et des gardiens. Tous résidaient à Bāb al-Ǧisr.

146Les Amar et les ‘Uṯman semblent donc avoir bénéficié d’une forte implantation locale, puisque plus de la moitié des personnes avec lesquelles ils se sont mariés résidaient dans leur quartier ou dans un proche quartier du Ḥāder.

  • 68 Comme le souligne Hannerz (1983 : 325-26) : « La vie de quartier tourne autour d’individus qui s’y (...)

147Nous venons donc de voir qu’à l’instar du paysan et du bédouin, le jardinier alimentait les souks urbains, mais qu’il n’était pas seulement actif au niveau de la distribution, puisqu’il agissait aussi dans l’intimité de son quartier, alimentant des réseaux de nature autant sociale qu’économique et s’impliquant lui-même dans le jeu des échanges, des services et des alliances68.

148Le jardinier était donc tout à la fois un nettoyeur de ville et un pourvoyeur de légumes, de fruits et de lait. Son rôle actif dans l’approvisionnement urbain semblait compenser son absence périodique et sa faible participation à la vie sociale de son quartier en période estivale. Les courtes distances qui. à Homs, comme à Hama, séparaient la zone agricole de la ville permettaient également des visites régulières de citadins dans les jardins et bien sûr du jardinier dans la ville. Le contact était donc maintenu avec le quartier résidentiel, même si la présence du jardinier n’y était que périodique et sa famille absente : davantage que le jardinier, ce sont en effet ses femmes (mère, épouse, fille, sœur) qui étaient dans une situation d’isolement vis-à-vis de la société citadine durant la période estivale.

149Quant au quartier lui-même, il semble avoir eu partie liée avec l’organisation professionnelle des jardiniers homsiotes et hamiotes : soit en constituant le siège socio-politique à partir duquel pouvait s’exercer le contrôle indirect des principaux propriétaires sur leurs jardins et le point de départ de certains réseaux d’affiliés assurant effectivement ce contrôle sur l’ensemble de la zone agricole (Homs), soit parce que quartiers et jardins constituaient les deux segments d’un même territoire urbain ou d’une même entité (Hama).

4 – HOMS ET HAMA, DEUX MODES D’INTÉGRATION DES JARDINIERS À LA SOCIÉTÉ CITADINE

150Si le rattachement des jardiniers à la société citadine paraît avoir été assez évident, leur mode d’intégration à cette société différait cependant d’une ville à l’autre. Les jardiniers homsiotes étaient, par certains aspects, mieux intégrés à leur ville que ne l’étaient leurs collègues hamiotes. Les uns et les autres l’étaient en tous les cas différemment. On distingue au moins deux domaines au sein desquels cette différence se manifestait tout particulièrement : les quartiers résidentiels et le mode d’organisation professionnelle des jardiniers.

QUARTIERS CENTRAUX MIXTES ET QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES HOMOGÈNES

  • 69 Entretiens avec le mutār de ‘Alīlīyāt et deux témoins de l’époque.

151Dans les années 1930-40 à Homs, la majorité des jardiniers vivait encore dans la médina, au sein de quartiers connaissant une relative mixité sociale. Les jardiniers s’y trouvaient donc mêlés à une population de conditions sociales assez variées. À Hama en revanche, une grande partie des jardiniers résidait dans des quartiers périphériques et populaires, situés à la limite des jardins extérieurs. Le quartier de Bāb al-Ğisr était ainsi peuplé par une population de condition sociale très modeste, mais les données dont je dispose69 sur l’autre grand quartier de jardiniers, celui de ‘Alīlīyāt, laissent supposer qu’on avait affaire à une situation semblable, le quartier étant, dans les années 1940, essentiellement peuplé de jardiniers, de travailleurs journaliers, de portefaix, de petits commerçants de légumes, de maçons... bref, de « petites gens ».

152De cette situation assez différente entre Homs et Hama semble avoir en partie dépendu l’ampleur des réseaux sociaux que leurs jardiniers respectifs étaient en mesure de mobiliser à partir de leur lieu de résidence. En effet, l’aire de relations des cinq familles de jardiniers homsiotes semble avoir été beaucoup plus large que celle des deux cas hamiotes : alors que les premiers choisissaient leurs conjoints davantage à l’extérieur qu’à l’intérieur de leur quartier, les seconds les recrutaient plus dans leur environnement immédiat qu’à l’extérieur, les trois-quarts de leurs mariages se faisant avec des personnes appartenant au quartier de Bāb al-Ǧisr. Les réseaux des cas homsiotes, couvrant donc une grande partie de la ville des années 1940, étaient plus étendus que ceux des cas hamiotes dont le quartier semblait former l’essentiel de l’aire relationnelle. Cela est sans doute en grande partie dû à la configuration géographique des deux villes — Homs étant une ville « regroupée » et Hama une ville en archipel — mais aussi au fait que la mixité sociale dont bénéficiaient les jardiniers homsiotes dans les quartiers de l’ouest de la médina favorisait la constitution de réseaux plus variés et surtout plus étendus qu’à Hama.

153La situation des lignages de jardiniers homsiotes sur le marché matrimonial de leur ville, telle que les cas présentés la laisse paraître, n’a donc pas été marquée par un ostracisme ou une relégation sociale particulière. Le fait même que les jardiniers pratiquaient une activité les mettant en contact avec des matières impures ne paraît pas avoir fonctionné comme un élément discriminant dans le domaine matrimonial... il existait donc à Homs un décalage entre la déconsidération sociale et symbolique des jardiniers présente dans certains discours et la réalité des pratiques sociales et matrimoniales à l’intérieur de la vieille ville.

154En revanche, les jardiniers hamiotes semblaient faire l’objet d’une certaine relégation sociale. S’il est sans doute peu pertinent d’aller au-delà du simple constat que la proportion d’activités décriées était plus élevée parmi les conjoints des cas hamiotes (bouchers, barbiers, cordonniers), on peut en revanche rappeler que ces jardiniers résidaient dans des quartiers très pauvres, peuplés de petites gens dont certaines pratiquaient effectivement des activités marginales et parfois décriées (meuniers, colporteurs, fabricants de colles). Une part importante des jardiniers hamiotes appartenait donc à ce monde là, un peu marginalisé et maintenu en périphérie de la ville : il est normal que cette situation se répercute sur le choix de leurs conjoints.

155Il convient cependant de ne pas trop systématiser cette approche. Rappelons ainsi qu’à Homs un certain nombre de lignages de jardiniers résidait dans des quartiers pouvant être considérés comme socialement pauvres et homogènes (Ḫaldiyyeh) et qu’à Hama une minorité habitait dans des quartiers centraux où pouvait être observée une certaine mixité sociale (Šarqiyyeh, Barūdiyyeh, Bašūra, Kīlānīyyeh, Zanbaqiyyeh...), puisque y résidaient des commerçants du souk, des artisans et bien sûr les notables. Même s’ils constituaient encore une minorité dans les années 1940, il existait donc à Homs des jardiniers vivant dans des quartiers périphériques, populaires et socialement homogènes et à Hama des jardiniers résidant dans des quartiers centraux aisés et socialement mixtes.

MODE D’ORGANISATION PROFESSIONNELLE ET INTÉGRATION CITADINE

156Ce qui caractérisait enfin le mode d’intégration des jardiniers à leur société citadine, c’est la présence ou l’absence d’une organisation professionnelle structurée : présente à Homs, elle était inconnue à Hama.

  • 70 Mermier (1997 : 116) fait la distinction entre « corps de métier » et « corporation », le premier é (...)

157Bien que n’ayant sans doute jamais formé une corporation au sens classique du terme, l’organisation professionnelle des jardiniers homsiotes était suffisamment constituée, structurée et reconnue pour donner au groupe une légitimité sociale au sein de la population citadine de l’époque. Les jardiniers constituaient une sorte de corps de métier70 qui tirait une partie de sa légitimité du pouvoir des notables, mais aussi de la nécessité d’organiser et de contrôler la gestion de la zone des jardins dans le sens le plus favorable pour la cité et ses habitants (partage des eaux, approvisionnement quotidien). L’intégration à la société citadine pouvait donc s’opérer collectivement par une intégration professionnelle, à partir d’un groupe professionnel visible et disposant d’une représentation officielle et reconnue non seulement par les autorités municipales, mais aussi par l’ensemble de la société citadine : le regroupement des jardiniers dans une organisation professionnelle officielle facilitait donc leur intégration à la société citadine.

158En revanche, l’absence à Hama d’une telle organisation professionnelle dépassant le niveau de la simple communauté d’irrigants, rendait plus difficile la reconnaissance et la lisibilité sociale des jardiniers à l’extérieur de leurs quartiers résidentiels et dans le reste de la société citadine. En l’absence de tout représentant légal des jardiniers, les citadins ne pouvaient s’adresser à eux de façon collective.

CONCLUSION DE LA PREMIÈRE PARTIE

159Les villes de Homs et de Hama ont depuis toujours entretenu à leurs portes, et jusqu’à l’intérieur de leurs murs, une zone de cultures maraîchères et fruitières. Cette réserve agricole urbaine devait assurer aux deux villes une réelle autonomie alimentaire vis-à-vis des campagnes et, à ce titre, a longtemps dû constituer un espace d’importance qu’il convenait de sauvegarder et de contrôler. Essentiellement assuré par les notables citadins qui disposaient de la propriété de la terre (Homs) et de celle de la terre et des moyens d’irrigation (Hama), ce contrôle s’est cependant exprimé différemment d’une ville à l’autre. Les jardins de Homs ont en effet connu une structure professionnelle responsable de la bonne gestion des relations agricoles et du canal collectif d’irrigation, tandis qu’à Hama les petits groupes d’irrigants fonctionnaient sans aucune structure coercitive et fédératrice, dépendant directement des propriétaires de jardins et de norias. Ainsi, alors qu’à Homs les jardiniers disposaient d’une organisation reconnue et à ce titre pourvue d’une relative autonomie interne, à Hama, l’absence d’une telle organisation laissait les jardiniers sans beaucoup de recours face à leurs propriétaires.

160À Homs. la structure professionnelle prolongeait en quelque sorte la hiérarchie sociale des quartiers aisés de l’ouest de la médina, alors qu’à Hama, les secteurs agricoles et les quartiers uniformes et périphériques où vivait une majorité des jardiniers ont constitué les éléments d’un même ensemble formant une sorte d’organisation urbaine qui dépassait largement le seul cadre du groupe professionnel des jardiniers pour englober la population de tout un quartier. Alors qu’à Homs, le lien du groupe des jardiniers avec ses quartiers pouvait se résumer à une relation d’approvisionnement, mais aussi de clientèle et de pouvoir, à Hama le lien des jardiniers avec leurs quartiers se présentait davantage sous la forme d’une complémentarité, d’une relation d’association ou encore d’une appropriation collective de l’usage d’un terroir.

161Nous avons également vu que ce qui brouillait l’image du jardinier en tant que citadin était le fait qu’une partie de son univers social se développait à l’extérieur de la ville, dans les jardins et apparemment en dehors de tout contrôle social direct de la société citadine, dans une logique propre à la zone agricole, autrement dit dans une logique qui pouvait sembler être plus rurale que citadine. Pourtant, la question de savoir si l’on avait affaire à des « paysans des villes » ou à de véritables citadins semble devoir se poser en des termes prenant davantage en compte le contexte urbain : comment la ville gérait-elle (ou réagissait-elle face à) cette part irréductible de ruralité que les jardiniers devaient à leurs activités agricoles ?

  • 71 Pour reprendre Bianquis et David (1996 : 99) selon lesquels « Homs, autrefois plus pauvre sans dout (...)
  • 72 Le Boulanger (1922 : 138) a rendu compte du recensement officiel de 1903 qui faisait état de l’impo (...)

162Ainsi, Homs a toujours été considérée comme une ville pauvre, rurale et ouverte71. De cette ouverture résultait notamment la bonne cohabitation de nombreuses communautés religieuses : on trouvait à Homs aussi bien des musulmans sunnites et des alaouites que des chrétiens72. Cette hétérogénéité religieuse se conjuguait aussi avec l’acceptation par la ville d’une certaine ruralité : le fait que les jardiniers étaient bien acceptés dans la médina, le cœur même de la vieille société citadine, est de ce point de vue assez caractéristique d’un type de ville rurale. La présence à Homs de nombreux paysans, se rendant chaque jour dans leurs champs situés parfois à plusieurs kilomètres de la ville et revenant le soir dans leur quartier (Naaman, 1951 : 395), caractérise également une ville moins attachée à un strict démarquage entre monde citadin et monde rural.

  • 73 Seurat (1989 : 40) précise que ce clivage pouvait autrefois prendre l’aspect d’une violente hostili (...)

163Inversement, Hama apparaît comme une ville riche, citadine et fermée. Cette fermeture se trouvait comme justifiée par une forte homogénéité confessionnelle, la population hamiote étant majoritairement musulmane sunnite, les chrétiens ne constituant qu’une petite minorité de la population. Cette « orthodoxie musulmane inscrite et affichée dans sa citadinité (...) s’opposait à la mixité hétérodoxe des villes périphériques et des campagnes peuplées de minoritaires » (Métrai, 1989 : 334), réduisant ainsi au minimum les contacts entre la société hamiote et un monde rural où dominaient le paysan alaouite et le bédouin73.

164Dans ce contexte, la place qui était faite aux jardiniers dans cette ville acquiert une signification toute particulière. Ils résidaient dans leur majorité en périphérie de l’agglomération ou dans leurs exploitations du centre-ville, se situant géographiquement et statutairement à l’écart, peut-être à la limite du citadin et du paysan. Tout se passait comme si leurs activités agricoles les rendaient suspects, au regard de la société citadine, d’une ruralité inacceptable au centre-ville : ce qu’il s’agissait de repousser vers les limites de la ville, ce n’était pas seulement les troupeaux de bovins polluants et beuglants mais aussi tous ces succédanés de paysans que constituaient les jardiniers. Pourtant, ceux-ci n’étaient pas des paysans. Ils étaient de confession sunnite, comme la plupart des Hamiotes, et résidaient à Hama et non dans un des villages périphériques : ils étaient bien à la limite, mais du côté citadin. Ils étaient donc éminemment ambigus et semblaient en quelque sorte payer cette ambiguïté de statut et d’identité par leur maintien dans une situation urbaine marginale.

  • 74 Comme le précise Rafeq (1989 : 125) pour la période ottomane : « In Hamāh, early in the Ottoman per (...)

165La zone agricole elle-même entre dans cette relation problématique entre villes et campagnes, entre urbain et rural. Alors qu’à Homs, elle faisait bien souvent figure de sas facilitant l’entrée de ruraux (paysans et bédouins) dans la ville, leur fournissant un accès à la société citadine et même une sorte d’apprentissage à la vie urbaine, à Hama, elle était plutôt un cul-de-sac urbain, n’étant que peu en contact avec la campagne et ne devant pas être confondue avec celle-ci. Les jardins hamiotes semblaient ne devoir en aucun cas servir de porte d’entrée à une population rurale que la société citadine hamiote s’est toujours efforcée de maintenir à distance74. Il était donc logique de ne pas trouver de main-d’œuvre rurale dans les jardins hamiotes. Tout semblait se passer comme si les jardins de Hama devaient rester des jardins accessibles aux seuls citadins, un espace réservé, géographiquement situé entre Souk et Ḥāder, mais symboliquement accaparé par le Souk seul : une nature urbaine ou mieux encore, une nature intérieure.

  • 75 Hannerz (1983 : 121) signale que le concept de « société ouverte » a été utilisé par Braudel, conce (...)

166À partir de ces quelques remarques sur les jardins de Homs et de Hama se dégagent finalement deux grands types de zone des jardins : le type « ghouta » qui concernerait les jardins de Homs, jardins extérieurs à la ville et ouverts sur la campagne, en relation avec l’environ-nement rural de la ville ; le type « jardin urbain », qui concernerait les jardins de Hama, jardins intérieurs et fermés, en rupture avec l’environnement rural de leur ville. Et n’est-ce pas aussi deux types de société citadine qui semblent finalement transparaître derrière la qualification de leur espace agricole : une « société ouverte »75 et une « société fermée » ?

Notes

1 On pourrait aussi rendre compte, à l’instar de Marcel Mauss avec ses techniques du corps, de certains gestes, d’un maintien particulier, d’une façon de marcher, de parler, d’un vocabulaire aussi... bref de toute une gamme d’indices parfois très discrets, mais immédiatement révélateurs pour les citadins de l’appartenance d’un individu au groupe professionnel des jardiniers.

2 Rendus visibles lorsque le jardinier se déchausse pour pouvoir accéder à un lieu de réunion de quartier ou à la pièce de réception d’un particulier (manzūl).

3 Actuellement, les jardiniers utilisent souvent des bottes en caoutchouc parfois coupées au raz de la cheville de manière à rendre plus facile leur usage.

4 Ces pratiques étaient fort anciennes et communes à toutes les villes de Syrie, comme le confirme Abdel Nour pour les xvie-xviiie siècles (1979 : 208) : « Une association s’était établie dans toute la Syrie entre les cultivateurs et les villes : les maraîchers assuraient le ramassage des ordures ménagères urbaines et pouvaient les utiliser pour fumer leurs terres. A Damas, ces éboueurs portaient le nom de sawādī, leur travail consiste à parcourir les rues de la ville avec des ânes porteurs de grands couffins et des pelles afin de collecter les détritus... (...) Les propriétaires de vergers et les paysans autour de Damas, à cause de l’abondance de l’eau, obtiennent deux récoltes par an, ils ont besoin pour cela de beaucoup de fumiers (‘amāra), alors ils envoient leurs serviteurs les collecter à Damas. »

5 De même qu’à Sanaa (Yémen), les jardiniers sont considérés comme souillés par le contact quotidien qu’ils ont avec les eaux usées provenant des bassins d’ablutions des mosquées qui irriguent leurs jardins.

6 Depuis le creusement en 1909 d’un canal d’égouts reliant la ville à l’Oronte (Gaulmier, 1932 : 85).

7 « Marché aux légumes » ou « marché aux herbes »

8 Un khan (ān) est « un bâtiment carré en forde de cloître renfermant des chambres, des magasins et des boutiques pour les marchands » (G. Wiet, cité par A. Raymond, 1985 : 248-249).

9 Jusqu’à sa transformation en souk de détail, au début des années 1940, le marché de gros ayant alors été transféré avec ses commerçants dans le souk al-Na’ūra, une zone commerçante située à l’est du souk al-Ǧindī (cf. IVe partie, chap. I).

10 Pour les opérations de pesage de ces productions, les commerçants et les commissionnaires utilisaient des balances romaines (qabbān) d’une capacité de 20 à 30 kilos. Pour des charges plus lourdes (jusqu’à 200 kilos), ils avaient recours à une grande balance à perche (qabbān sī) qui nécessitait le concours d’au moins trois hommes : deux pour la soutenir sur leurs épaules et un troisième pour s’occuper des mesures. Cette balance appartenait à un peseur attitré qui circulait dans le khan accompagné par ses deux aides et de la balance, louant ainsi ses services au prix d’un certain pourcentage directement prélevé sur chaque pesage qu’il effectuait. Il y avait à l’époque trois peseurs en activité.

11 Ainsi qu’une dizaine d’échoppes de bouchers.

12 La présence de jardiniers dans la filière de commercialisation des fruits et légumes est ancienne, mais elle ne deviendra importante qu’à partir des années 1950, époque à laquelle leur fut interdite la vente au détail sur le trottoir.

13 Un jardinier m’a cependant signalé l’existence d’un troisième marché de fruits et légumes qui se serait trouvé dans le quartier d’al-Mdīna, « vers la grande mosquée » et qui aurait disparu « depuis très longtemps ». Il aurait été alimenté par les jardins qui s’étendaient autour de la citadelle (al-Ḫuḍura, al-Ḫandaq...).

14 Si Hama constituait en effet le principal marché bédouin de Syrie centrale, drainant une grande partie des productions de la steppe, Homs n’était toutefois pas en reste dans ce secteur, comme le notait Thoumin (1936 : 163) : « Homs, en bordure de la Syrie centrale, entretient peu de relation avec les plateaux. Les homsiotes préfèrent commercer avec les tribus bédouines plutôt qu’avec les pasteurs de l’Anti-Liban. Le rôle que tient cette ville — ainsi que Hama sa voisine — dans la vie des nomades explique cette tendance. Aucun obstacle ne la sépare des steppes. Chaque été les bédouins s’avancent vers l’Oronte. Ils viennent aux souks faire les achats de l’année et en retour les citadins leur prennent des laitages ou (...) leur confient des troupeaux. »

15 Ces questions seront débattues plus longuement dans la quatrième partie, notamment lorsque je traiterai des changements d’activité au sein des lignages de jardiniers.

16 Ce qui n’empêchait pas bien sûr certains jardiniers de développer leurs relations sociales en dehors du seul cadre de la zone des jardins, des souks et du quartier résidentiel, en participant, par exemple, au milieu des éleveurs et des passionnés de pigeons ou encore en fréquentant des cercles religieux affiliés à la grande mosquée... il n’empêche que le quartier résidentiel a longtemps constitué « la cellule sociale fondamentale de la ville arabe » (É. Longuenesse, 1986 : 376) à l’intérieur de laquelle se construisaient de fortes solidarités et s’organisait la plus grande partie de la vie sociale des citadins.

17 Je reviendrai plus en détail, dans la troisième partie, sur ces constructions éphémères ou permanentes.

18 La plupart des données présentées dans ce paragraphe portant sur l’histoire, la description topographique et l’expansion urbaine des deux villes ont été tirées du chapitre V (« Mutation de l’espace urbain à Homs et à Hama ») de la thèse d’al-Dbiyat (1995 : 165-201), ainsi que de l’ouvrage de Sibā’ī et Zahrāwī sur Homs (1992), de l’ouvrage de Sabūnī sur Hama (1956) et enfin de l’article d’al-Muftī (1969 : 117-134) sur cette même ville.

19 Bāb Tadmur, al-Fāḫūra, Bāb al-Drīb, Ǧamāl al-Dīn, Banī Sibā’ī, Dahr al-Muġāra, Bāb al-Hūd et Bāb al-Sbā’, chacun de ces quartiers ayant son šay ou mutār (al-Sibā’ī et al-Zahrāwī. 1993 : 46). Il s’agissait en réalité de grandes divisions administratives pouvant elles-mêmes regrouper plusieurs petits quartiers. Ainsi le quartier de Bāb al-Hūd englobait les « petits quartiers » (ou secteurs) de Arba’īn, Bāb al-Hūd, Bāb al-Masdūd, Bāb al-Turkman, al-Zawīyya...

20 Voir l’exemple des souks de Sanaa, véritable porte de la ville d’après Mermier (1988).

21 Comme le souligne É. Longuenesse (1986 : 376) : « Se définissant par leur fonction résidentielle par opposition avec les zones d’activités économiques (artisanales et commerciales) regroupées dans les souks situés autour de la mosquée, [les quartiers] sont les lieux fermés où ne pénètre pas l’étranger à la différence des lieux ouverts, lieux de passage, de brassage, de mélanges ethnique, social, confessionnel, que sont les souks. » Sur cette question de la division des villes arabes traditionnelles en deux grandes zones distinctes et sur ses implications juridiques, sociales et architecturales, lire également l’article de Raymond (1989).

22 Tout un secteur de Bab al-Turkmān accueillait ainsi une importante population d’origine rurale récente. Les maisons y étaient construites en torchis et avaient un aspect très rural. Elles constituaient un ensemble qui se pressait aux pieds de la citadelle et rejoignait ainsi Bāb al-Sbā’ en tournant par l’est autour du tell. Y résidait une population très pauvre, marquée donc par son origine rurale, essentiellement alaouite, tcherkesse et chrétienne (Homsi, 1977 : 109). C’était un secteur dans lequel on trouvait des bergeries, des moutons et des chèvres paissant librement dans les fossés et sur les pentes de la citadelle.

23 Sur les quartiers de Homs intra-muros et la liste de leurs responsables (mutār ou šay al-āra) au xixe siècle, voir Sibā’ī et Zahrāwī, 1992 : 46-47.

24 Entièrement détruit dans les années 1980 dans le cadre d’un projet de construction d’un grand centre commercial.

25 Homsi (1977 : 78) estime que les chrétiens représentent 4 % de la population de Bāb al-Hūd. Il est peu probable que les rapports aient été foncièrement différents trente ans plus tôt, la partie ouest de la vieille ville ayant toujours été très majoritairement musulmane.

26 416 hab./ha dans les années 1940, selon al-Dbiyat (1995 : 169).

27 La population de Homs était passée de 50 000 habitants en 1915 à 100 000 habitants en 1945, et la superficie de la ville de 120 hectares à 430 hectares durant la même période (al-Dbiyat, 1995 : 169).

28 Il faut attendre les années 1950 pour qu’elle se développe de façon significative à l’est, cette extension étant encore freinée dans les années 1940 par la présence d’importants vignobles et de quelques hectares de vergers. Ces plantations allaient être par la suite repoussées plus à l’est.

29 Il ne s’agissait vraisemblablement pas de lignages complets mais de quelques lignées ou familles. Certains lignages de jardiniers vont ainsi se disperser sur plusieurs quartiers, mouvement centrifuge qui se renforcera avec l’extension rapide de la ville.

30 Pour cette raison, je n’en ferai pas ici la présentation.

31 Rapide estimation, sans doute incomplète, effectuée dans le quartier en 1993.

32 Ainsi, Raymond (1985 : 189 et suivantes) précise-t-il que « le principe du classement hiérarchique des activités entraînait le refoulement vers la périphérie de la ville de métiers qui jouaient un rôle économique secondaire, qui présentaient des inconvénients rendant leur présence gênante dans le centre, ou qui étaient si directement liées à la campagne que leur localisation près de portes de la ville répondait à une évidente nécessité ». Étaient ainsi refoulés vers l’extérieur les marchés de produits agricoles (grains, fruits et légumes, bétail), les abattoirs, les tanneries, les ateliers de potiers, les presses à huile, les scieries...

33 Voir exemple des Za’arūr présenté dans le premier chapitre.

34 De fait, ce quartier n’a longtemps connu qu’une assez faible densité de population puisqu’il ne comptait encore, d’après D. Homsi (1977 : 79), que 15 habitants/ha dans les années 1970, alors qu’un quartier comme Bāb al-Hūd, toujours d’après le même auteur, comptait alors 416 hab./ha. Le fait que Ǧoret al-Šiyaḥ soit devenu un quartier essentiellement commerçant et artisanal a sans doute contribué à freiner son développement résidentiel.

35 A. Raymond (1985 : 206-207) souligne cependant que l’on ne pouvait accorder qu’une valeur théorique au schéma classique de la ville arabe s’organisant de façon radioconcentrique : « Dans la réalité, les villes se développaient suivant des formes plus complexes, dont les différences par rapport à cette disposition " idéale" avaient des origines variées. La configuration même du site où s’était établie la ville était susceptible d’influer fortement sur son développement, par la présence de zones accidentées qui pouvaient gêner ou même interdire l’expansion de la ville dans certaines directions, par le voisinage d’un fleuve qui constituait, dans certains cas, un facteur d’attraction, dans d’autres cas un obstacle. »

36 A tel point qu’au Moyen Âge, chaque quartier avait ses propres fortifications (Ṣabūnī, 1956 : 85-86).

37 Al-Dbiyat souligne à propos du Ḥāder que « l’apparition d’un centre au service des pasteurs et paysans ne fut pas spontanée. L’aristocratie citadine de Hama a cherché ainsi à se prémunir contre une promiscuité jugée indigne en localisant l’aire de contact avec les non-citadins sur l’autre rive de l’Oronte. » (1995 : 196).

38 En vingt ans (1920-1940), la population hamiote est passée de 60 000 à 64 000 habitants et la surface urbaine de 200 hectares environ à 260 hectares... (al-Dbiyat. 1995 : 176-177).

39 Nous verrons plus loin comment se composait la population du quartier de Bab al-Ǧisr.

40 De nos jours, on peut se rendre compte de la place encore importante qu’occupe l’activité agricole dans ce quartier en observant les nombreux triporteurs — véhicules de jardiniers par excellence — qui sont garés dans ses ruelles.

41 Il ne disposait donc pas de son propre représentant (šay al-āra).

42 Ainsi, les limites administratives du quartier de Ḏahr al-Muġāra commencent à l’ouest de la rue Ǧāmi’ al-Dahya dans le cadastre mandataire, alors que des auteurs comme Sibā’ī et Zahrāwī (1992 : 47) les situent beaucoup plus à l’est.

43 L’existence de quartiers aisés mixtes et de quartiers pauvres plus homogènes renforce en réalité plus qu’elle ne la contredit l’idée de ségrégation sociale.

44 Beaucoup de lignages avaient leur manzūl familial, dans lequel se réunissaient leurs seuls membres. À côté de ces manzūl « privés », il existait aussi des manzūl « publics », appartenant aux personnalités du quartier qui avaient les moyens financiers de les entretenir : commerçants, notables, chef du quartier. Les hommes du quartier s’y retrouvaient tous les soirs, selon bien sûr leurs affinités et leurs affiliations.

45 Transformé en musée en 1995.

46 Un iwān est un volume architectural ouvert sur un côté et donnant sur une cour.

47 Aucune de ces demeures de notables homsiotes n’avaient cependant atteint le raffinement des palais hamiotes, moins massifs mais intérieurement beaucoup plus richement décorés.

48 Ces conseils de quartier sur lesquels pouvaient s’appuyer les notables étaient constitués par des personnalités, des commerçants, des religieux : « traditionnellement, chaque quartier a un chef (šayḫ al-ḥāra), qui est choisi parmi les familles notables, soit par l’autorité étatique, soit par les habitants. Il est secondé dans ses fonctions par l’imam de la mosquée et une assemblée informelle de personnes influentes, parmi lesquelles figurent les principaux abaḍāyāt [gaillards, fiers-à-bras] et les anciens du quartier » (Abdel Nour, 1979 : 162).

49 Cette configuration spatiale et sociale des quartiers de l’ouest de la médina était bien sûr ancienne. Comme le souligne Abdel Nour (1982b : 89) à propos de la ville syrienne de l’époque ottomane : « Les grandes maisons de notables émaillaient la ville, se dressant au milieu d’habitations plus modestes, où vivaient souvent les clientèles des familles influentes et qui leur servaient, en quelque sorte, de rempart durant les crises sociales et les fréquents combats de quartier à quartier qui agitaient périodiquement les villes de la Syrie ottomane. Cette juxtaposition de familles riches et de familles pauvres était à l’origine et renforçait de puissants réseaux de solidarités économiques, sociales et religieuses ; ces solidarités, contribuant à soulager beaucoup de misères et assurant l’encadrement quotidien des éléments les plus turbulents de la ville par leurs patrons et voisins, représentaient un élément stabilisateur très important de la société urbaine dans son ensemble ».

50 Au moins 5. dont les ‘Abd al-Bāqī, qui ont fait l’objet d’une présentation détaillée dans le premier chapitre et les Ǧiniyāt dont je parlerai plus bas.

51 Voir sur ce sujet le récit reproduit en annexe d’un fils de jardinier hamiote devenu professeur d’arabe dans les années 1960.

52 Relevés généalogiques effectués dans les jardins au cours desquels j’ai identifié, lorsque cela était possible, le nom. le quartier et l’activité dominante des familles avec lesquels ces cinq lignages de jardiniers avaient conclu un ou plusieurs mariages. Muni de ces listes de noms, j’ai effectué une série de vérifications auprès d’informateurs âgés de Bāb al-Hūd. Ma présentation concerne indifféremment les mariages des hommes et ceux des femmes. Les données recueillies concernent 148 unions effectuées, dans les années 1930-40. avec quelque cinquante-deux familles.

53 Quatre autres fils venaient en effet juste de naître dans les années 1930 et 40.

54 L’expression est de Raymond (1985 : 96). Elle désigne le « populaire » (al- ‘ānima), c’est-à-dire le prolétariat des villes.

55 Outre les deux informateurs francophones dont j’ai déjà parlé dans l’introduction et qui ont habité le quartier jusque dans les années 1960, j’ai pu interroger trois habitants de ce qui reste de Bāb al-Ǧisr, un épicier et deux jardiniers, tous âgés d’au moins 80 ans. Les entretiens ont porté sur les principales activités des habitants du quartier dans les années 1940.

56 Cette destruction s’est prolongée dans les années 90 avec la construction d’une route en bordure de la berge droite destinée à faciliter l’accès de la mosquée Abū al-Fidā’ aux véhicules motorisés, si bien qu’il ne reste actuellement plus grand-chose du quartier dont je vais parler.

57 Comme nous allons le voir, le quartier s’étendait sur les deux berges du fleuve qui étaient reliées par un pont.

58 En référence à Dbiyat qui parle de « ville-pont » à propos de Hama. Le quartier de Bāb al-Ǧisr (la Porte du Pont) paraissait de fait représenter l’image réduite de la ville tout entière.

59 Prince-géographe ayyoubide (1273-1331) dont le palais se trouvait dans le quartier d’al-Mdina.

60 Il se pratiquait à Hama ce que qu’on appelle l’association hamūyeh : « Le citadin achète un troupeau et le confie à un bédouin qui doit lui rembourser son capital ; le temps du remboursement détermine la durée du contrat. En effet le bédouin bénéficie des fruits du troupeau (la laine, les produits laitiers et les bêtes nouveau-nées, exceptés les agneaux femelles) et c’est avec ces produits qu’il va rembourser l’associé citadin qui est, en général, le commerçant ou le courtier. Lorsque le capital initial est enfin amorti, on partage le cheptel à part égale entre les deux associés. Ce type d’association pratiquée souvent par les Hamaouis, rend le bédouin dépendant de son associé parce qu’il est endetté pendant une longue période. » (Al-Dbiyat, 1995 : 130).

61 Dont un qui était spécialisé dans la construction des murs de jardins.

62 Posséder un petit magasin, être propriétaire de son logement, avoir la possibilité d’ouvrir un manzūl, appartenir au conseil du quartier, compter un lettré ou un religieux dans son lignage, être respecté pour son honnêteté, sa sagesse, son esprit de conciliation, mais aussi pour son ancienneté dans le quartier, avoir la waǧāha, la « considération », posséder ainsi une certaine légitimité qui parfois permettait de parler au nom du quartier ou d’intervenir dans des disputes internes au quartier... pouvaient être autant de critères de notabilité dans une micro-société où les écarts de richesse n’étaient pas très importants.

63 Ils utilisaient pour cela des nasses rondes en osier (al-qaffā’a), lestées de pierres et munies d’appâts qui, depuis la rive, étaient plongées et laissées dans l’eau au bout d’une longue perche ou encore de simples épuisettes (al-‘abb al-qaššāš) utilisées lorsque le fleuve était gros et que les poissons venaient se réfugier contre les berges. Certains, possédant une petite barque à fond plat, employaient de longues nasses cylindriques et compartimentées, à structure en bois souple (al-‘abb) et qui étaient maintenues dans l’eau à quelques mètres de la rive grâce à deux longues perches disposées aux extrémités.

64 On m’a signalé trois autres espèces de poissons que je n’ai pu identifier : al-buttī, al-karsīd et al-kallār. Weulersse (1940 : 59-61) fait une description assez précise de cette ressource qu’est la pêche dans les zones d’épandage en marais (le Ghab et l’Amouk). Il précise notamment l’importance des silures (sallūr), qui étaient particulièrement abondantes dans le Ghab. Ces poissons, qui pouvaient atteindre une cinquantaine de centimètres, sont « à la fois charnus et faciles à conserver fumés et salés, ils tiennent, l’hiver, une grande place dans l’alimentation des populations de l’intérieur et on les trouve sur tous les marchés urbains de Syrie, d’Alep à Damas ». Dans l’Amouk, on trouvait surtout des « poissons blancs à écailles » et des anguilles qui remontaient le Bas Oronte jusqu’au lac. Weulersse conclut son paragraphe en précisant que « grâce à l’étendue des zones marécageuses, la pêche joue donc dans le bassin du fleuve un rôle qui est loin d’être négligeable à la fois clans son économie locale et dans ses relations commerciales : à ce point de vue, l’Oronte apparaît comme de beaucoup le plus important de tous les cours d’eau du Levant, l’Euphrate même compris ».

65 Expression empruntée à Bianquis (1978 : 204).

66 La même chose m’a été signalée dans les quartiers de ‘Alīlīyāt et de Šarqiyyeh.

67 Je ne dispose pas d’un ensemble comparable à celui de Homs, n’ayant pu effectuer de relevés qu’auprès de deux lignages en raison des bouleversements qu’a connus le quartier depuis les années 1940 (destruction d’une grande partie des maisons, disparition ou éparpillement des lignages...) et de la difficulté qu’il y a à aborder la question dans une population en partie décimée durant les événements de 1982 (exécutions de plusieurs dizaines de personnes dans le quartier et dans celui, voisin, de Bayn al-Hayein). Nos relevés portent sur quelques 50 mariages ayant impliqué une trentaine de familles.

68 Comme le souligne Hannerz (1983 : 325-26) : « La vie de quartier tourne autour d’individus qui s’y engagent intensément, mais qui ne participent guère à d’autres domaines de la vie urbaine. Cependant, la fonction d’approvisionnement accorde à celui qui la remplit un rôle de premier plan dans la définition du quartier, et elle lui permet de se représenter l’espace du voisinage en même temps que ses rapports aux gens du quartier qu’il ravitaille (...). Alors que les rapports de voisinage connaissent des hauts et des bas et qu’il leur manquera toujours une vue d’ensemble, ils peuvent autrement dit, se structurer par la reproduction des rapports d’approvisionnement. »

69 Entretiens avec le mutār de ‘Alīlīyāt et deux témoins de l’époque.

70 Mermier (1997 : 116) fait la distinction entre « corps de métier » et « corporation », le premier étant moins structuré et institutionnalisé que la seconde. C’est dans ce sens que je l’emploie à mon tour.

71 Pour reprendre Bianquis et David (1996 : 99) selon lesquels « Homs, autrefois plus pauvre sans doute, plus rurale que les autres villes anciennes du pays, moins monumentale, est traditionnellement ouverte... ».

72 Le Boulanger (1922 : 138) a rendu compte du recensement officiel de 1903 qui faisait état de l’importance numérique de chacune de ces communautés : sur une population de 51 158 âmes, les musulmans (sunnites et alaouites) étaient estimés à 38 152 et les chrétiens (grecs « schismatiques » et catholiques, syriaques, syriens catholiques, protestants, latins, maronites, chaldéens) à 12 913.

73 Seurat (1989 : 40) précise que ce clivage pouvait autrefois prendre l’aspect d’une violente hostilité à l’égard de tous ceux qui venaient des campagnes. Il cite sur ce sujet un auteur syrien (Mounir M. Mousa) qui rappelle que « avant la Première Guerre mondiale, un Alaouite ne pouvait pas passer dans les rues de Hama, car il aurait été insulté, aspergé d’eaux sales, frappé, et quelquefois tué » (Étude sociologique des Alaouites ou Nosaïris, Paris, 1958, t. II, p. 762).

74 Comme le précise Rafeq (1989 : 125) pour la période ottomane : « In Hamāh, early in the Ottoman period, rural migrants living outside the walls of the town, had more relations and intermarriages with their village kinsmen than with the long-time urban inhabitants of Hamāh inside the walls. Crossing the frontier between ruralism and urbanism in pre-industrial society was rather difficult matter. Craft organisation, the core of urban economy and society, were closed to rurals. Not so the administrative and, more importantly, the religious profession which lent itself to rurals more easily. »

75 Hannerz (1983 : 121) signale que le concept de « société ouverte » a été utilisé par Braudel, concept dans lequel « la ville se confond avec sa région » et qui « semble recouvrir les deux premiers modèles urbains de Lopez, en attirant l’attention sur le fait que les premières sociétés urbaines sont composées de gens qui ont un pied sur le sol des villes et l’autre sur leur terre à la campagne, sur le fait aussi que ces gens voyaient dans le centre urbain un lieu où l’on ne se rendait que si l’on avait quelque chose à y faire, et non un endroit pour vivre ». S’il est permis de considérer Homs comme une ville ouverte, on ne peut toutefois considérer que cette ville n’ait été qu’un lieu de passage pour l’immense majorité de ses habitants. Mais n’est-ce pas, d’une certaine manière, ce qui caractérisait la relation des jardiniers à leur ville, du moins pendant la période estivale ?

Table des illustrations

Légende Figure 17 – Localisation des principaux souks de fruits et légumes de Homs dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Figure 18 – Localisation des principaux souks de fruits et légumes à Hama dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Figure 19 – Le souk al-Ḥāder al-Kabīr (Hama) dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 20 – La vieille ville de Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Figure 21 – Quartier de Bāb al-Hūd (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Figure 22 – Principaux quartiers de jardiniers à Homs dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Photo 7 – Ville de Homs. Une rue de Ǧoret al-Šiyaḥ, 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 23 – La vieille ville de Hama.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Figure 24 – Principaux quartiers de jardiniers à Hama dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Photo 8 – Ville de Homs. Une ruelle de Bāb al-Masdūd.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Figure 25 — Secteur de Bāb al-Masdūd (Homs).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Photo 9 – Médina de Homs. Maison de notables du quartier de Bāb al-Turkmān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Photo 10 – Ville de Homs. Cours d’une maison de notable dans la vieille ville.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Photo 11 – Médina de Homs. Le petit souk de Bāb al-Turkmān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Photo 12 – Ville de Hama.Vue de Bāb al-Ǧisr.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Figure 26 - Quartier de Bab al-Ǧisr (Hama) dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Photo 13 – Jardins de Hama.Moulin sur l’Oronte en aval de la ville.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6295/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 373k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540