Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Première partie. Le temps des notables, les années 1930-1940

Chapitre II. Systèmes et structures traditionnels d’irrigation

Texte intégral

1Notre attention va donc maintenant se porter sur les systèmes traditionnels d’irrigation, bien différents à Homs et à Hama. Je passerai ainsi de la description d’un système centralisé, structuré par la présence d’un grand canal (Homs), à celle d’un système éclaté, fonctionnant dans le cadre restreint de la noria et de son aqueduc (Hama). Je présenterai ces structures traditionnelles d’irrigation tant du point de vue des dispositifs techniques que du système de contrôle et des différents niveaux de responsabilité qui ont permis leur bon fonctionnement jusque dans les années 1940-50. Je montrerai comment ces systèmes d’irrigation ont pu influer sur les modes d’organisation et de contrôle des jardiniers.

1 – À HOMS, UN SYSTÈME EN RÉSEAUX

2Les jardins de Homs étaient irrigués par deux réseaux distincts : la presque totalité des jardins de la rive droite de l’Oronte, représentant quelques 600 hectares, était alimentée par un canal principal prolongé par des canaux secondaires et tertiaires. Ceux de la rive gauche, représentant un peu moins de 400 hectares, bénéficiaient de canaux en prises directes sur l’Oronte ayant chacun leurs propres subdivisions.

DESCRIPTION DE LA STRUCTURE TRADITIONNELLE D’IRRIGATION

  • 1 Le canal ayant été construit à l'origine dans le but d'alimenter Homs et ses jardins, ce droit excl (...)
  • 2 Pendant longtemps, le vieux centre citadin n'a été alimenté que par des puits individuels (quartier (...)
  • 3 Pour plus de précisions sur le parcours du grand canal, voir la description qu'en font Sibā‘ī et Za (...)

3À une dizaine de kilomètres en amont de Homs, au niveau du village de Qattiné, un barrage très ancien avait permis la formation d’un lac d’une surface de quelques 3 400 hectares, représentant une réserve de 90 millions de m3 d’eau. Cette construction en pierres basaltiques, qui remonterait à l’antiquité égyptienne, avait plus de 850 mètres de long sur 5 mètres de haut. Trois canaux en terre en partaient. Deux d’entre eux irriguaient des terres de villages situés à quelques kilomètres de là, alors qu’un troisième canal, le plus important, conduisait l’eau jusqu’à Homs et cela sans la moindre prise intermédiaire, les localités paysannes se trouvant sur le parcours du canal n’ayant sur lui aucun droit d’usage1. Ce grand canal, d’une vingtaine de kilomètres de long, offrait alors un débit de 1800 l/s (Naaman, 1951 : 140-141). Il alimentait une grande partie des jardins avant de desservir quelques cafés, hammams et mosquées situés dans les quartiers de l’ouest de Homs, évitant donc la médina2. Il formait enfin une boucle en remontant vers le nord pour arroser la langue de jardins située au sud de la route de Mimas (zūr al-‘Abbār)3.

  • 4 J'ai pu recueillir le nom de la plupart d'entre elles : Sidī Ḫaled, Ḥakmī, Ṭā'qat Faḍīl, al-Bāšā, a (...)
  • 5 Comme le souligne Latron (1936 : 175), les prises d'eau concédées par certaines municipalités « son (...)

4La répartition de l’eau dans les jardins se faisait à partir d’une quinzaine de prises4 établies sur le grand canal. Elles étaient sculptées dans des blocs de calcaire ou simplement maçonnées et étaient obstruées à l’aide d’une pierre conique en basalte. Chacune de ces prises avait son débit propre, réglé non pas sur la quantité d’eau disponible, mais selon d’anciens droits acquis (uqūq muktasaba). Ces droits n’étaient pas écrits, mais directement exprimés par le calibrage même des prises : chacune d’elles avait donc son droit propre (« kull ma a lahu aqquh »)5. Le canal restait alors en eau toute l’année, avec un débit plus faible pendant l’hiver, aucune irrigation n’étant pratiquée dans les jardins de novembre à mars. Les seuls bénéficiaires du canal durant cette période étaient alors les quartiers ouest de la ville de Homs.

5Au niveau des différents terroirs, la distribution de l’eau se faisait au sein de groupes d’irrigants solidaires dans l’utilisation et l’entretien d’un canal secondaire et de canaux tertiaires qui servaient aussi de canaux de drainage, ramenant alors l’eau rejetée jusqu’à l’Oronte. En théorie, un tour d’eau (‘addān) ordinaire, calculé en heures d’arrosage, était fixé à 7 jours et devait concerner une vingtaine d’hectares, ce qui représentait plus d’une demi-douzaine d’unités d’exploitation (aifiyeh). Chaque unité d’exploitation disposait alors de 24 heures d’eau en moyenne, la demi-unité de 12 heures et le quart d’unité de 6 heures (Naaman, 1951 : 143). La quantité d’eau variant d’une prise à l’autre (de 0,60 l/s/ha à 2 l/s/ha), certaines prises n’offraient cependant qu’un débit trop faible pour une surface à irriguer pouvant parfois se révéler supérieure à 20 hectares. D’autres unités d’irrigation profitaient au contraire d’un débit bien supérieur à leurs besoins réels (Naaman, 1951 : 143). En période de sécheresse, ces inégalités dans la répartition de l’eau pouvaient donner lieu à des arrangements, à des ententes que facilitait, nous le verrons, la relative autonomie de gestion des canaux secondaires, mais aussi provoquer de violents conflits au sein même des groupes d’irrigants.

6Quelques exploitations de cette rive droite profitaient enfin d’un accès plus direct à l’eau en utilisant des instruments élévateurs. Ainsi, une partie du zūr al-Na‘ūra était, comme son nom l’indique, irriguée par une noria et cela jusqu’au début des années 1950 et certains jardins riverains du fleuve, mais aussi du grand canal, disposaient de petites roues (maġraf/maġārif) en bois ou en fer, appartenant au propriétaire du jardin, et qui permettaient de puiser directement l’eau sans passer par le réseau des canaux secondaires et tertiaires.

7Quant aux jardins de la rive gauche, ils étaient alimentés par trois canaux en prises directes sur le fleuve (fig. 15). Le canal al-Wa‘ariyyeh commençait au sud de la route de Tartous et s’achevait au niveau du moulin al-Ḫarāb. Il desservait le zūr al-Wa‘ar. Le canal al-Ġamayya, dont la prise se trouvait à une centaine de mètres au sud du moulin al- Ḥarāb, se prolongeait jusqu’au village de Doueir et desservait les zūr al-Ġamayya et al-Faḫām. Enfin, le canal al-Ma‘addas, dont la prise était située au sud de la route de Mimas, passait sous cette même route et se prolongeait plus au nord jusqu’au moulin al- Ḥassuwiyeh en irrigant le zūr al-Ma‘addas.

Figure 15 – Rive gauche : les trois canaux en prise directe sur l’Oronte.

  • 6 Précisions obtenues auprès de la Direction de l'irrigation de Homs et par enquêtes auprès d'irrigan (...)

8La distribution des eaux s’opérait ici aussi à partir de prises calibrées desservant, au départ d’un canal principal, des canaux secondaires puis tertiaires et était également régulée par des tours d’eau hebdomadaires6. La principale difficulté venait ici de ce que ces jardins dépendaient davantage du niveau saisonnier de l’Oronte que ceux qui, alimentés par le grand canal et le barrage, pouvaient compter sur la réserve du lac. En cas d’un fort étiage, l’accès de chacun à l’eau pouvait donc être dramatiquement réduit dans ces jardins de la rive gauche.

9Enfin, comme sur la rive opposée, certaines exploitations situées sur la berge même du fleuve utilisaient des maġārif qui leur permettaient de pratiquer là aussi une irrigation directe, individuelle et indépendante du système collectif.

LE SYSTÈME TRADITIONNEL DE CONTRÔLE ET DE DISTRIBUTION DES EAUX

10Ces deux réseaux nécessitaient une surveillance constante en période sèche (été, automne) et un nettoyage annuel. Il fallait, en effet, veiller au respect des tours d’eau, ouvrir et fermer les nombreuses prises, mais aussi empêcher les resquilles et organiser une fois l’an le nettoyage des canaux de l’ensemble du réseau des deux rives. L’organisation traditionnelle distinguait, pour toutes ces opérations, plusieurs degrés d’autorité et de responsabilité se répartissant sur les deux principaux niveaux de fonctionnement du système d’irrigation : le grand canal d’une part, les canaux secondaires et tertiaires d’autre part.

LE CHEF DES JARDINIERS ET LE GRAND CANAL EN TERRE

11Le chef des jardiniers était responsable du bon fonctionnement du grand canal dont une partie de Homs dépendait pour son approvisionnement quotidien en eau potable. Aussi devait-il s’assurer que le débit réservé à la ville, fixé à 300 l/s (Weulersse, 1940 : 50), soit bien respecté, ce qui dépendait en partie du contrôle des prises alimentant la zone des jardins et du strict respect des droits d’eau. Il devait également veiller au bon état du canal, organiser son nettoyage annuel et enfin prendre garde à ce que les villages se trouvant en amont de Homs n’utilisent pas son eau. Il représentait donc, ici aussi, les intérêts des propriétaires de jardins et, plus généralement, ceux de la « cité, première bénéficiaire et maîtresse des ouvrages, qui domine et règle l’association comme y étant la principale intéressée ; il n’y a pas simple partage amiable des eaux, mais concession pour l’agriculture, par la ville ou par l’Etat, d’un certain droit d’usage » (Latron 1936 : 145).

  • 7 Dans la ghouta de Damas, les šawī étaient recrutés parmi la population chrétienne des villages (Qās (...)

12Pour l’aider à mener à bien l’ensemble de ces tâches, le chef des jardiniers employait trois à quatre « gardiens des eaux » (šawī / šawāya) qu’il recrutait et payait lui-même. Comme tous les autres sawï de la zone des jardins, ils appartenaient à la population pauvre des journaliers dont la grande majorité était d’origine rurale ou bédouine7. Certains étaient des jardiniers n’ayant pas trouvé d’exploitation ou dont le jardin, trop modeste, ne suffisait pas à assurer la survie et qui avaient donc recours à cette activité complémentaire, même si elle était faiblement rémunérée.

13Les šawī directement rattachés au chef des jardiniers se partageaient la surveillance du grand canal, du barrage à la ville même. Ils ouvraient et fermaient quotidiennement les prises selon les droits établis et faisaient une fois l’an, au nom du chef des jardiniers, la tournée des groupes d’irrigants de la rive droite pour mobiliser la main-d’œuvre nécessaire aux travaux d’entretien du grand canal. Ces travaux intervenaient, après autorisation préalable de la municipalité, en mars ou en avril, de manière à coïncider avec la fin des dernières pluies, et duraient une vingtaine de jours. Chaque unité d’exploitation devait en principe fournir un homme, le jardinier, son fils ou son aǧīr. Mais elle pouvait aussi payer un ouvrier que recrutaient alors les šawī. Ces derniers fermaient le canal, répartissaient les tâches et surveillaient l’ensemble des travaux sur les quinze kilomètres du parcours, cela bien sûr sous la direction du chef des jardiniers.

LES CANAUX SECONDAIRES ET TERTIAIRES, DOMAINE DES GROUPES D’IRRIGANTS

14Les canaux secondaires et tertiaires n’étaient pas placés sous la responsabilité directe du chef des jardiniers. Chaque canal secondaire et ses subdivisions formaient en effet une unité d’irrigation correspondant plus ou moins à un secteur (zūr) et étaient généralement contrôlés par un grand lignage de jardiniers, le seul ayant suffisamment d’autorité et d’influence pour s’imposer au reste du groupe d’irrigants.

15Mais seuls les chefs de ces lignages dominants s’impliquaient dans la gestion des unités d’irrigation. Âgés, expérimentés, ayant une bonne connaissance des jardins, membres du conseil des jardiniers, ils exerçaient une autorité certaine sur les irrigants, faisant ainsi office de « chef de canal » (šay al-nahr), bien que cette dénomination, couramment utilisée à l’époque dans la ghouta de Damas, ne le fut guère à Homs.

16Tout comme le chef des jardiniers, ils s’appuyaient sur des šawī pour la surveillance des canaux et des tours d’eau. Chaque canal secondaire ou en prise directe avait le sien, soit un total de dix-huit šawī pour l’ensemble de la zone des jardins en période sèche. Ils étaient recrutés au printemps par les chefs des lignages dominants qui se chargeaient de prélever auprès des jardiniers l’argent destiné à les payer et complétaient ce maigre salaire en leur assurant un repas quotidien :

« Le šawī de bayt Za‘arūr passait sa journée entre les canaux de zūr al-‘Atīq et de zūr al-Na‘ūra et à midi il se reposait et cherchait à manger. Il passait donc chez un Za‘arūr quelconque, le plus proche, et y mangeait aux frais de ce bayt. C’était également ce même bayt qui regroupait l’argent pour le payer mais aussi pour payer l’entretien des canaux. Il avait de l’influence sur les autres jardiniers et obtenait facilement l’argent. » (R., zūr al-Na‘ūra, Homs, 22 septembre 1992).

17Les šawī n’exerçaient ces activités que pendant l’été et l’automne, redevenant ensuite jardiniers à plein temps ou simples journaliers.

« Le plus ancien dont je me souvienne est Slaymān. Il y avait aussi Abū Ḥassan qui fut šawī pendant quinze ans, puis Abū Ḫālīd. pendant dix ans. Le dernier s’appelait Sa‘īd, il est resté vingt ans. La fonction a disparu ici il y a sept à huit ans, quand on a commencé à creuser des puits. Sa‘īd ne travaillait sur le canal que l’été. L’hiver, il labourait pour quelqu’un... » (R., zūr al-Na‘ūra, Homs, 22 septembre 1992).

18Les šawī étaient généralement ceux qui connaissaient le mieux les canaux, le cheminement de l’eau, le détail des tours et la configuration des parcelles à irriguer. En effet, alors que la majorité des jardiniers étaient amenés à changer d’exploitation et parfois de secteur, beaucoup de šawī demeuraient dans l’unité d’irrigation, certains y travaillant pendant vingt ans ou vingt-cinq ans. Ils n’exerçaient cependant aucune autorité sur les jardiniers : en cas d’infraction, ils n’avaient d’autre recours que d’en référer aux chefs des lignages dominants, aux membres du conseil, le chef des jardiniers n’intervenant comme d’habitude que si le problème impliquait directement un propriétaire de jardin ou prenait trop d’ampleur.

19Si la présence et l’expérience du šawī étaient nécessaires au bon fonctionnement du réseau en période sèche, son impartialité et son intégrité pouvaient parfois être mises à l’épreuve. Censé servir l’ensemble de la petite communauté hydraulique, sa dépendance à l’égard du lignage contrôlant l’unité d’irrigation le poussait parfois à se livrer à certains passe-droits en faveur de ce dernier. Dans un système de distribution relativement souple, avoir ainsi prise sur le gardien des eaux permettait d’obtenir plus facilement le surcroît d’eau qui, en période de pénurie, pouvait faire la différence d’un jardin à l’autre sur la qualité et la quantité des récoltes.

20Les chefs de grands lignages organisaient eux-mêmes le nettoyage et le curage annuels des canaux secondaires et tertiaires. Ils possédaient l’autorité suffisante pour réunir la main-d’œuvre (un homme par aifiyeh) ou pour recueillir les fonds nécessaires auprès de jardiniers parfois récalcitrants et recrutaient eux-mêmes les ouvriers de remplacement. Ils se chargeaient aussi de répartir les équipes de travail, appelées rukbeh, assignant à chacune une portion de canal (200 à 300 mètres). Ils surveillaient l’avancée des travaux, se déplaçant à cheval ou à dos d’âne d’une équipe à l’autre.

21Ils étaient donc activement impliqués dans la gestion de leur unité d’irrigation. En tant qu’exploitants agricoles, ils étaient en effet directement intéressés par le bon fonctionnement du système de distribution de l’eau dont dépendaient leurs récoltes. Propriétaires d’une partie ou de la totalité des jardins qu’ils exploitaient, ils étaient davantage liés à leur zūr que ne l’était un jardinier ordinaire, moins certain de pouvoir rester sur la même exploitation plusieurs années de suite. Ils constituaient donc bien, avec leur lignage, l’élément autour duquel le zūr, son histoire, sa vie sociale et même son identité pouvaient s’organiser au fil des années et finir par se confondre.

22Les travaux de nettoyage des canaux secondaires, comme bien sûr ceux effectués sur le grand canal, étaient des occasions de rencontres et de sociabilité au sein des groupes d’irrigants.

23Les jeunes jardiniers travaillaient, maniaient la bêche, déjeunaient, plaisantaient ensemble, se jaugeaient, apprenaient à se connaître et rivalisaient de vigueur pendant les dix jours que durait le nettoyage d’un canal. Les plus âgés venaient les encourager, assis par petits groupes à l’ombre d’une haie, buvant du thé, échangeant nouvelles et plaisanteries et observant l’avancée des travaux qu’ils encourageaient de leurs invectives. Ces travaux constituaient sans doute le seul moment de l’année où une grande partie du groupe d’irrigants était réunie et travaillait solidairement dans un but collectif. Chaque année étant marquée par l’arrivée de nouveaux jardiniers dans le zūr, le nettoyage du canal était aussi l’occasion de faire connaissance avec ces nouveaux venus. Des liens se créaient alors et pouvaient déterminer d’autres formes d’entraides (échanges de semences, aides lors de grands travaux...) et faciliter les relations entre utilisateurs d’un même canal pendant la saison sèche.

24L’évocation de ces journées de travail en commun est toujours empreinte, chez les jardiniers, de réelle nostalgie, celle d’une époque où les irrigants travaillaient au coude à coude pour le bien commun. Nous verrons, dans un autre chapitre, à quel point l’introduction généralisée, dans les années 1980, de la motopompe et, par conséquent d’une irrigation individuelle, a profondément modifié cette forme de « sociabilité obligée » qui contribuait à façonner chaque année le groupe d’irrigants.

  • 8 Comme le soulignait Tresse (1929 : 503) pour la ghouta de Damas : « En fait, les pays irrigués s'en (...)

25Après un hiver pluvieux, le principe des tours d’eau n’était qu’approximativement appliqué, chacun auto-limitant sa consommation. Le système était alors relativement souple, les besoins particuliers de chacun étant pris en compte8. Les tours d’eau se succédaient naturellement, de jour comme de nuit, suivant le sens d’écoulement de l’eau. On disait alors que « l’eau ne dépasse pas celui qui a soif » (« al-may mā bitmorr ‘ala ‘atšā») : chacun pouvait arrêter cette eau pour le temps et la quantité qui lui étaient nécessaires, la norme étant alors que l’inondation d’un champ ne dépasse pas la hauteur de la cheville.

  • 9 À rapprocher de ce proverbe de la région d'Alep : « La terre déprimée boit son eau et l'eau des aut (...)

26Par contre, lorsque certaines années le débit s’affaiblissait à la suite d’un hiver trop peu arrosé, une réglementation plus stricte, plus nerveuse se mettait en place dès le printemps sous la surveillance quotidienne des šawī. Les jardiniers devenaient alors plus intransigeants : « J’ai soif et je veux irriguer9 ! » (« Ana ’atšān ū bedī isqī ! »). La négociation et l’indulgence qui prévalaient en période d’abondance laissaient place à une surveillance réciproque et à une rigueur qui pouvaient mener à des conflits ouverts, tant il était difficile de tolérer désormais les écarts à la règle... bien qu’il fût tentant de s’y soustraire.

27La plupart des incidents étaient provoqués par des dépassements d’horaire dans les tours d’eau, tel jardinier continuant à irriguer au-delà de son tour, ou encore par des détournements d’eau, essentiellement nocturnes. Les positions de chacun se radicalisaient, les divisions et les antagonismes au sein du groupe d’irrigants ainsi que les partis pris se révélaient alors plus franchement :

« Un été, Ḫalīd avait pris son ‘addān mais avait continué d’irriguer au-delà de son tour. Les voisins lui ont sauté dessus et l’ont rossé. Ils ont bien sûr eu le dessus et l’ont à moitié tué. Moi, j’étais de leur côté bien que Halid, lui, aurait pu réunir au moins soixante hommes derrière lui. » (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs, juin 1992).

28La nécessité absolue et vitale d’irriguer semblait alors effacer d’un trait ce que la négociation, le compromis et les rencontres avaient instauré en saison plus généreuse. La chicane, le qui-vive et les démonstrations de force prenaient peu à peu le dessus dans les relations entre utilisateurs d’un même canal, des prises d’eau, symboles du droit, étaient détruites pendant la nuit, des hommes étaient blessés, parfois tués d’un coup de tranchant de bêche, des représailles suivaient... dans cette petite guerre de l’eau, chacun s’organisait et se repliait sur son exploitation, sur sa famille, son lignage, faisant davantage appel aux solidarités agnatiques. Ainsi, on n’irriguait jamais seul, deux personnes armées de bêches surveillaient la prise et le canal le temps du tour d’eau afin de prévenir les détournements et l’on veillait la nuit à tour de rôle sur le jardin afin de décourager tout acte malveillant ou de vengeance. Le groupe d’irrigants semblait alors sur le point de se morceler, de s’éparpiller sous l’effet centrifuge des intérêts particuliers ou lignagers.

29Dans ce contexte de pénurie d’eau, la force avait tendance à prévaloir sur le droit. Les grands lignages disposant généralement d’hommes en nombre important et d’une réelle autorité, étaient eux-mêmes tentés d’utiliser cette force pour obtenir plus d’eau et pouvaient donc être eux aussi à l’origine d’incidents, comme en témoigne ce jardinier :

« Je me souviens que Sa‘īd ‘Abd al-Bāqī avait alors un aǧīr appelé Zalaq. Un jour Sa‘īd l’a envoyé ouvrir le canal pendant le tour de l’un de ses voisins, un colosse appelé Ǧamāl. Celui-ci, voyant ce que Zalaq était en train de faire, l’a jeté à l’eau. Zalaq est allé se plaindre à Sa‘īd qui lui a donné un fusil. Zalaq est retourné au canal et a tué Ǧamāl d’un coup en pleine tête, puis a fui au Liban. Il y est resté plus de vingt ans. Quant à Sa‘īd, il n’a pas été ennuyé grâce à l’influence de son père [Amīn] auprès des autorités de la ville. » (A.A., zūr al-Ǧdideh, Homs, août 1992).

30Face à ces situations de conflits prévisibles et au danger de son émiettement, le groupe d’irrigants réagissait par la prévention et par l’arbitrage.

31Des réunions étaient ainsi organisées au sein de chaque unité d’irrigation, souvent à l’initiative d’un chef de grand lignage, au cours desquelles les problèmes d’eau faisaient l’objet de discussions et d’ententes préalables entre irrigants d’un même canal secondaire. Ces séances annuelles se tenaient alors au printemps, avant ou juste après le nettoyage des canaux, généralement dans l’un des jardins du lignage dominant l’unité d’irrigation. Leur aspect solennel et public devait aider à sceller et à garantir les accords qui se concluaient alors oralement et de gré à gré entre utilisateurs d’un même canal.

  • 10 Ces sortes de bourses de l'eau étaient également organisées dans la ghouta de Damas ; à ce sujet, v (...)

32Ces accords fixaient le droit de chacun pour la saison – opérant ainsi un réaménagement conjoncturel du tour d’eau – et autorisaient des échanges de parts d’eau contre des parts de récoltes pour permettre à certains jardiniers de disposer ainsi du surplus d’irrigation qui leur faisait parfois défaut10. Ces arrangements à l’amiable n’étaient cependant que provisoires, l’eau ne faisant pas l’objet d’un droit individuel de propriété, mais restant liée à la terre. Ils permettaient cependant de corriger, dans le cadre général du droit acquis, les inégalités résultant de la disposition particulière de certains terrains par rapport au canal : une parcelle en pente forte par exemple nécessitait davantage d’eau en période difficile qu’une parcelle parfaitement plate, de même qu’une parcelle un peu élevée par rapport à une autre plus basse.

33C’était aussi l’occasion, pour les chefs des lignages dominants, d’imposer ou de confirmer leur autorité sur l’assemblée des utilisateurs du canal, de jauger les rapports de force et d’opposition en présence et, enfin, d’introduire ou de confirmer les petits privilèges sur l’eau auxquels leur donnaient accès leur statut de jardiniers propriétaires et de membres du conseil du chef des jardiniers.

34Ces dispositions formelles et conjoncturelles, ces ajustements de circonstance et ces petites manipulations ne permettaient pas, bien sûr, d’éviter tous les conflits mais offraient une base commune aux revendications et aux négociations futures, base sur laquelle pouvaient s’appuyer les groupes de conciliation.

35La composition de ces derniers dépendait de l’identité des antagonistes. Lorsque l’affaire n’opposait que des jardiniers, le groupe de conciliation, se formant et réagissant au cas par cas, était constitué par des personnalités locales respectées et surtout acceptées en tant que telles par les deux parties opposées. Il s’agissait de jardiniers, appartenant ou non aux lignages dominants, issus ou non du groupe d’irrigants concerné, mais reconnus dans la zone agricole pour leurs qualités humaines et religieuses et n’étant bien sûr pas directement impliqués dans la discorde. Ces petits groupes de conciliation devaient éviter que la dispute ne dégénère en crise plus grave et que ne s’installe une logique de vendetta. Par contre, lorsque le problème, dépassant les limites du groupe d’irrigants, opposait directement un jardinier à son propriétaire, c’était au chef des jardiniers et aux membres de son conseil que revenait le rôle de conciliateurs.

  • 11 On retrouvait les mêmes types de rapports dans la ghouta de Damas (Tresse, 1929 : 491 ) : « En Ghou (...)

36L’irrigation rythmait donc une grande partie des relations entre jardiniers, comme élément central d’une sociabilité « pacifiée » ou au contraire de rapports exacerbés et violents11. Malgré sa relative abondance on ne pouvait en effet comparer la situation de ces jardins urbains bénéficiant d’une eau relativement pérenne à celle d’une oasis du désert – l’eau était bien au centre d’enjeux souvent vitaux pour les jardiniers homsiotes.

UN SYSTÈME CENTRALISÉ OU SEGMENTAIRE ?

37Il s’agissait donc d’un système autogéré dans lequel il y avait bien sûr subordination des réseaux secondaires à un grand canal et des groupes d’irrigants au chef des jardiniers, mais qui fonctionnait aussi sur un certain partage des responsabilités, une délimitation assez nette des domaines d’intervention de chacun.

38Ainsi, l’application des droits acquis au niveau des prises principales, l’entretien et la surveillance du grand canal et de l’accès à l’eau, le partage des eaux entre la ville et sa zone agricole... tout cela constituait la base du pouvoir de contrôle dont disposait le chef des jardiniers. Il occupait donc là une position stratégique, celle de garant des droits de la société citadine sur un canal que l’on pouvait finalement qualifier de « municipal ». Les possibilités d’intervention directe du chef sur le reste du système restaient cependant assez limitées, ne serait-ce qu’en raison de l’étendue même du réseau.

39Le réseau des canaux secondaires disposait de fait d’une certaine autonomie de gestion, celui-ci étant contrôlé par les chefs des grands lignages, le plus souvent membres du conseil des jardiniers. Leurs interventions répondaient au minimum de surveillance technique nécessaire au bon fonctionnement du réseau secondaire, mais coïncidaient aussi avec leurs intérêts de membres permanents d’une unité d’irrigation. Si par le biais du conseil, institution-relais entre ces deux grands domaines de responsabilités, le chef des jardiniers pouvait s’informer et exercer sur les chefs de grands lignages une certaine influence, ceux-ci disposaient cependant d’une marge de manœuvre suffisante pour leur permettre d’élaborer au niveau des unités d’irrigation leur stratégie propre, le chef des jardiniers n’intervenant que lorsque le problème impliquait des personnes étrangères au groupe professionnel des jardiniers.

40Quant aux petits irrigants, ils étaient les simples utilisateurs d’un système sur lequel ils pouvaient cependant avoir une certaine influence en période de crise, lorsque ce système se révélait trop rigide et que devenait nécessaire un réaménagement local des conditions de distribution de l’eau, mais sans que soit bien sûr modifié le cadre prédéfini des droits acquis que contrôlait « d’en haut » le chef des jardiniers. Les jardiniers disposaient donc d’une certaine marge de manœuvre à l’intérieur même du cadre rigide d’un système d’irrigation en réseau, mais celle-ci restait étroite et limitée. Les pratiques d’irrigation intégraient une certaine forme de bricolage permettant de s’adapter aux conditions climatiques et aux contraintes du terrain mais se trouvaient aussi conditionnées par les rapports de forces en présence au niveau même des canaux secondaires.

2 – À HAMA, UN SYSTÈME CONSTITUÉ DE COMMUNAUTÉS AUTONOMES

  • 12 De 50 à 100 mètres autour de Hama (Weulersse, 1940 : 55).

41À partir de la profonde faille de Rastan, la différence de niveau entre le fleuve et les terres à arroser devient trop importante12 pour rendre possible une irrigation de type gravitaire. Avec cet enfoncement de la vallée fluviale dans le plateau de la Syrie intérieure, on entrait dans le domaine traditionnel des norias (na‘ūra/nawā‘īr), ces antiques roues élévatrices qui ont longtemps permis d’irriguer les hautes berges du moyen Oronte, jusqu’à l’apparition des premières motopompes dans les années 1930 et leur généralisation dans les années 1950.

LA NORIA, TECHNIQUE D’IRRIGATION MULTI-SÉCULAIRE

  • 13 Sur les norias disparues et celles encore présentes à Hama et ses environs, voir l'article de Kīlān (...)
  • 14 C'était par exemple le cas des norias al-Bašariyyeh al-Kubra, al-Māmūriyyeh, al-Mū‘ayīdiyyeh, al-‘U (...)

42Estimées par Weulersse (1940 : 56) à quelques quatre-vingts en 1940 entre Rastan et Acharné (fig. 16), les norias desservaient alors approximativement 2 000 ha de terres dans cette région. On en comptait seize dans la ville même de Hama13, alimentant les jardins et, pour certaines, des hammams, des khans, des habitations, des fontaines publiques et des mosquées, constituant ainsi de véritables « chaînes d’eau » reliant des domaines d’activités aussi différents que la production agricole, les services publics, les activités religieuses et domestiques14. Les jardins extérieurs à la ville, situés donc immédiatement en amont et en aval de Hama, étaient eux-mêmes desservis par une dizaine de norias qui leur étaient exclusivement consacrées, alimentant ainsi autant de petites communautés hydrauliques constituées chacune en moyenne d’une vingtaine de jardiniers (25 ha).

Figure 16 – Les norias de l’Oronte.

  • 15 Sur la technique de la noria (localisation, vocabulaire, fabrication, fonctionnement), voir aussi l (...)
  • 16 La pierre se dit aǧar (plur. : aǧār) en arabe. Littéralement, aǧriyyeh signifie donc « en pierre (...)

43Tournant avec la force du courant du fleuve où elle puisait, la noria est pourvue d’un mécanisme assez sophistiqué15 qui a été décrit par Weulersse (1940 : 55) : « La noria de l’Oronte est une grande et large roue de bois parfaitement équilibrée et dressée sur la rive du fleuve ; son cercle extérieur est garni d’une série de godets ou d’auges de bois qui se remplissent d’eau dans leur course inférieure, pour la déverser au sommet de leur rotation dans une rigole qui la conduit vers les terres à irriguer. De larges palettes de bois plongeant dans le courant du fleuve maintiennent l’appareil dans un mouvement perpétuel, qui ne s’arrête ni jour ni nuit sans exiger ni travail ni surveillance. Pour accélérer ce mouvement, le fleuve est le plus souvent barré en oblique un peu en amont de la noria, de façon à diriger sur elle la force maximum du courant. Les dimensions des norias sont variables ; la moyenne est de 10 à 12 m de diamètre (...). L’installation de pareils monuments réclame la construction de véritables ouvrages d’art en maçonnerie ; d’abord pour soutenir une masse de cette ampleur et de ce poids, ensuite pour évacuer l’eau avec le minimum de perte de niveau : certains aqueducs d’écoulement atteignent ainsi plusieurs centaines de mètres de longueur. Le débit est également variable ; il dépend des dimensions mêmes de la noria, du volume de ses compartiments à eau, et de sa vitesse de rotation. La moyenne, contrôlée par des jaugeages effectués en août 1930, atteint 45 litres seconde, ce qui permet l’irrigation de 25 ha environ de jardins ; mais il s’élève parfois jusqu’à 150 et 180 litres seconde pouvant arroser 50 à 75 ha. » L’aqueduc, appelé aǧriyyeh (ou qanāt) parce que construit en pierres16 (basalte), accédait à un point suffisamment haut du secteur (zūr) à irriguer pour que l’eau déversée dans le réseau des canaux et des rigoles puisse atteindre, en suivant naturellement la pente jusqu’au fleuve, le plus large éventail possible de parcelles. Celles qui étaient les plus proches de la noria pouvaient toutefois être irriguées plus directement grâce à des ouvertures aménagées en déversoirs dans la maçonnerie de l’aqueduc – l’eau tombait alors en cascade dans un bassin – ou à des répartiteurs situés à son extrémité.

Photo 6 – Jardins de Hama. Déversoir d’un aqueduc de noria.

44Certaines norias fonctionnaient par paire de manière à alimenter le même secteur sur deux niveaux différents, une petite servant à l’irrigation des jardins situés sur les berges, une plus grande à celle des parcelles supérieures, comme c’était le cas à l’est de Hama dans le zūr al-‘Uṯmaniyyeh, où les hautes terres étaient desservies par la noria ‘Awaǧiyyeh et les basses par la noria Bišriyyeh ou encore dans le zūr al-Qiblī avec les norias ‘Arnasiyyeh et Ǧediyyeh.

45Les parcelles trop hautes ne pouvaient cependant être irriguées directement par une noria et son aqueduc. Les jardiniers utilisaient alors cette petite roue à traction animale appelée maġraf dont j’ai déjà signalé la présence à Homs. Un canal d’amenée conduisait l’eau de l’aqueduc à un bassin, la petite roue permettant alors d’élever cette eau jusqu’à la parcelle supérieure. Notons enfin que ces roues d’appoint n’étaient pas utilisées, contrairement à Homs, pour puiser directement l’eau du fleuve : les norias avaient ici le monopole de cette opération.

  • 17 Pour l'exemple de tours d'eau d'une noria desservant à la fois des jardins et des immeubles, voir K (...)

46En période estivale, ce système restait ouvert en permanence puisque, comme le précisait Weulersse, la noria tournait jour et nuit sans nécessiter d’intervention humaine. Chaque noria avait toutefois un tour d’eau qui se déroulait sur six à huit jours selon sa taille et auquel se soumettaient aussi bien les jardins que les immeubles qui pouvaient leur être associés17.

  • 18 D'après Delpech, Girard... (1997 : 190), cette noria « tient son nom des jardins qu'elle irrigue, r (...)
  • 19 Traduction des termes arabes utilisés dans le tableau 10 : faǧr : aube ; ohor : midi ; 'a: mili (...)

47La noria al-Daḥšé, noria de taille moyenne qui appartenait aux ‘Aẓem et alimentait les 18,5 hectares du zūr al-Daḥšé, terrain situé au nord-ouest de Hama à la lisière du zūr Bāb al-Nahr et également propriété des ‘Aẓem18, constitue un bon exemple de l’organisation hebdomadaire du partage de l’eau19 :

Source : enquête personnelle auprès d’un jardinier du zūr Bāb al-Nahr (septembre 1993).
Tableau 10 – Tour d’eau de la noria al-Daḥšé.

48Au total, nous trouvons donc par jardin :

Tableau 11 – Tableau récapitulatif du tour d’eau de la noria al-Daḥšé.

  • 20 Les cinq appels quotidiens à la prière constituaient donc le cadre traditionnel de gestion du temps (...)

49La répartition, toujours subdivisée en fonction des appels quotidiens à la prière20, se déroulait ici sur deux tours fonctionnant de jour comme de nuit. Le premier tour fonctionnait de l’appel de l’aube (faǧr) du samedi (premier jour de la semaine) à l’appel de midi (ohor) du mardi et le second de l’appel de midi du mardi à l’appel de l’aube du samedi, chaque 0,1 hectare (1 dunum) ayant en principe droit à une heure d’eau par semaine.

  • 21 Voir aussi l'exemple du tour d'eau de la noria al-Ǧdīdeh présenté par Zaqzouq, 1990 : 356.

50Cependant, quelques ajustements avaient été consentis en tenant compte de la situation de certains jardins ou parcelles par rapport à la noria et de leurs particularités topographiques. Ainsi le jardin n° 2, d’une surface de 13 dunum, n’avait droit qu’à 7 heures 30 d’eau par semaine parce que, très proche de la sortie de l’aqueduc, il recevait la totalité de l’eau qui lui était allouée. La force du débit était d’ailleurs telle à cet endroit que l’un des jardiniers de l’époque avait été obligé d’installer, à l’entrée de son jardin, un répartiteur pour diviser en trois le courant. Le jardin n° 3 avait 28 dunum mais ne recevait que 19 heures 30 d’eau par semaine car une partie de ses parcelles (9 dunum), trop élevée, ne pouvait être irriguée qu’à partir d’un puits. Pour les autres jardins, la règle d’une heure d’eau par dunum et par semaine s’appliquait avec une relative précision21. Soulignons que contrairement à Homs où ce type de dispositions liées aux particularités topographiques de certains jardins ne faisait l’objet que d’un arrangement provisoire entre jardiniers, arrangement susceptible d’être dénoncé d’une saison à l’autre, ici il s’agissait bien d’une disposition permanente prévue par le système et donc intégrée aux tours d’eau.

51Le règlement des tours d’eau était appliqué en permanence, de façon quasi mécanique et pas seulement en période de pénurie comme à Homs. En agissant ainsi en continu, la règle de répartition était donc rendue plus astreignante mais aussi plus systématique et « naturelle » pour les irrigants puisqu’ils n’avaient pas l’occasion d’agir en dehors d’elle. Les occasions de conflits à propos de l’eau semblent donc avoir été, pour cette raison, moins nombreuses dans les jardins de Hama que dans ceux de Homs, même si des problèmes pouvaient malgré tout surgir en période de fort étiage.

  • 22 Pour une description plus complète de toutes ces opérations, voir Zaqzouq, 1990 : 358-359.
  • 23 Si la première année sont changées ou réparées les plus grosses pièces de charpente, lors de la sec (...)

52Les norias étaient immobilisées pendant plusieurs jours au printemps22 pour permettre les travaux de réparation : il fallait en effet qu’elles soient prêtes à fonctionner dès les premières chaleurs de mai. Ces travaux, généralement répartis sur deux années23, consistaient à changer ou à simplement consolider des pièces endommagées ou usées et faisaient intervenir des menuisiers spécialisés, organisés en une corporation, mais aussi des jardiniers qui fournissaient alors la main-d’œuvre chargée des travaux de force. Ici aussi, chaque exploitation était tenue de fournir un homme.

53Les jardiniers devaient offrir à tour de rôle les repas quotidiens des menuisiers et étaient chargés du transport du bois jusqu’à la noria, des opérations consistant à faire tourner la noria et à la stabiliser lors du démontage et du remontage des auges, du nettoyage des divers canaux fournissant l’eau à la noria, du curage du fleuve devant le canal d’alimentation de la noria et du nettoyage de l’aqueduc sur toute sa longueur. La surveillance de l’ensemble des travaux de réparation était assurée par un maître menuisier qui dirigeait alors indifféremment menuisiers et jardiniers.

54Ces travaux sur la noria étaient accompagnés ou suivis par le nettoyage des canaux secondaires et tertiaires qui, prolongeant l’aqueduc, permettaient d’irriguer les parcelles. Ce sont les jardiniers eux-mêmes qui en étaient chargés. Mais il ne s’agissait pas ici d’un travail d’équipe contrairement aux travaux concernant directement la noria : chaque jardinier ne s’occupait en effet que du tronçon de canal qui était situé le long de son exploitation et dont il était directement responsable. Son intervention n’allait pas plus loin en amont ou en aval.

55Les jardiniers ne dépendaient donc pas, comme à Homs, d’une infrastructure régionale fonctionnant sur plusieurs niveaux et qui leur aurait échappé en partie, mais d’un dispositif proche et particulier, auquel ils avaient un accès direct et quotidien. Les irrigants étaient donc en mesure de surveiller et de gérer, sans avoir recours comme à Homs à des šawī, l’ensemble de leur chaîne hydraulique, du puisage de l’eau dans le fleuve à l’inondation de leurs parcelles. Ce système était de plus adapté aux besoins des jardins, chaque noria ayant été construite en fonction de la surface qu’elle aurait à irriguer : ses capacités correspondaient donc assez précisément aux exigences en eau d’un secteur donné, ce qui limitait ainsi les occasions de conflits.

AUTORITÉ DES PROPRIÉTAIRES ET CONTRÔLE DES JARDINIERS

56Comme je l’ai déjà précisé, il n’existait pas à Hama de chef des jardiniers pour fédérer et coordonner les différentes opérations d’entretien et de surveillance des structures hydroagricoles. Les norias constituaient, avec leurs aqueducs, les canaux secondaires et les jardins qui en dépendaient, autant de micro-systèmes hydrauliques techniquement autonomes, n’appelant donc pas à la mise en place d’une autorité centrale. Cela n’excluait cependant pas que certaines formes de contrôle et d’autorité aient bien fonctionné au niveau de chacune de ces unités d’irrigations.

PROPRIÉTÉ DE L’EAU

57Nous avons vu que le système d’irrigation homsiote pouvait presque être qualifié de « municipal », puisque le barrage comme le grand canal appartenaient à la ville, ce statut garantissant finalement aux jardiniers comme à la société citadine un accès réglementé et de plein droit à l’eau du canal. À Hama, en revanche, les norias et leurs aqueducs relevaient le plus souvent de la propriété privée et l’accès à l’eau était organisé sur une base plus contractuelle.

58Seule une minorité de norias du centre-ville (al-Ǧisriyyeh, al-Ma’mūriyyeh, al-Muḥammadiyyeh...), dont les plus grandes desservaient surtout des hammams, des habitations et des mosquées, avait un statut de waqf de bienfaisance (waqf ayrī), autrement dit seule une minorité était consacrée à des œuvres religieuses ou était d’utilité publique. Chacune de ces norias était gérée par un fonctionnaire (al-mā’mūr) qui se chargeait de lever une taxe annuelle auprès des différents bénéficiaires de manière à couvrir les frais de réparation et d’entretien.

  • 24 Les anciens propriétaires de norias que j'ai pu interroger parlent aussi de waqf mušā‘, en référenc (...)
  • 25 Il s'agissait, d'est en ouest, des norias al-Būndūqiyyeh (‘Aẓem), al-Dawwar (‘Aẓem), al-Baraka (‘Aẓ (...)

59Mais la majorité des norias, situées en zone urbaine et périurbaine, n’alimentait que des jardins. Elles appartenaient, parfois en association, à quelques lignages de notables et étaient constituées en waqf familiaux (waqf ahlī ou urrī)24. Certains de ces lignages étaient également propriétaires d’une grande partie des jardins qui en dépendaient. Ainsi, les deux plus importants lignages de propriétaires, déjà cités plus haut, les ‘Aẓem et les Kīlānī, contrôlaient à eux seuls une dizaine de la trentaine de norias qui fonctionnaient entre le village de Srehine, à l’est de Hama et celui de Dahrié, au nord-ouest25.

60Cette association entre la maîtrise du foncier et la propriété privée des moyens d’irrigation mettait ces quelques grands lignages de notables en position de force dans la zone de cultures, puisqu’ils contrôlaient de facto non seulement une grande partie des jardins, mais aussi l’accès à l’eau du fleuve et cela parfois dans des secteurs entiers (zūr Bāb al-Nahr, zūr al-Šarqī...).

61Contrairement à ce qui se passait dans les jardins de Homs, la terre et l’eau n’étaient donc pas ici intrinsèquement liées : acheter un jardin ne donnait pas un droit d’accès naturel et automatique à la noria, dont le statut wagf garantissait l’inaliénabilité. La possibilité d’irriguer faisait l’objet d’une entente entre le nouveau propriétaire du jardin et les propriétaires de la noria. Cette entente, portant notamment sur le montant des contributions annuelles et sur les obligations de l’exploitant, semblait être l’objet d’une clause particulière dans le contrat de vente du jardin (Zaqzouq, 1990 : 342). La propriété de la terre et la propriété des moyens d’irrigation étaient toutefois bien séparées, même si elles se trouvaient parfois associées de fait chez certains lignages de notables.

RÔLE ET POUVOIR DE L’ADMINISTRATEUR

62Dans le cas où le lignage propriétaire de la noria était également propriétaire du zūr qui en dépendait, le système d’irrigation et la propriété foncière familiale étaient généralement gérés par une seule et même personne, un membre du lignage propriétaire ou un simple administrateur (mutawwalī ou ǧalī). Cette personne se chargeait de rassembler les loyers des exploitations, avec lesquels elle payait les frais de réparation de la noria et de l’aqueduc et répartissait ce qui restait entre les différents ayants droit. Elle se dédommageait en s’octroyant un pourcentage sur ces prélèvements.

63En tant que représentant des propriétaires ou propriétaire lui-même, cet administrateur intervenait directement dans le fonctionnement du groupe d’irrigants. Il contrôlait la noria dont dépendait l’ensemble du réseau de distribution, décidait de son immobilisation saisonnière, ordonnait les réparations et négociait avec les menuisiers, mais pouvait aussi être amené à s’impliquer dans une querelle entre irrigants et ainsi imposer son arbitrage. Son autorité dépassait cependant le seul domaine hydraulique et s’étendait également aux rapports de production : il pouvait en effet décider de l’augmentation du loyer d’un jardin dont il avait la responsabilité, de l’expulsion de son jardinier ou au contraire de la reconduite d’un bail. Le contrôle de l’accès à l’eau et des contrats d’exploitation donnait ainsi à l’administrateur un pouvoir certain sur le terroir d’une communauté d’irrigation, parfois sur un secteur tout entier.

64Les choses se passaient un peu différemment lorsque la propriété de la noria et des jardins était divisée entre plusieurs lignages ou encore dans le cas où un seul lignage possédait la noria tout en n’étant propriétaire que d’une partie des jardins que celle-ci desservait. Si, dans les deux cas, la gestion de la noria était ici aussi confiée à un administrateur issu ou non du lignage ou de l’un des lignages concernés, les jardins étaient en revanche gérés de façon séparée et individuelle. Le mutawwalī se contentait en effet de collecter auprès des propriétaires de jardins leurs contributions à l’entretien de la noria, cela au prorata du nombre d’heures d’irrigation ou de la surface à irriguer, les propriétaires s’occupant seuls de leurs jardins et des rapports avec leurs jardiniers. Mais, le plus souvent, c’était les jardiniers qui payaient le prix des réparations de la noria à l’administrateur, déduisant ensuite cette somme du loyer de leurs exploitations payé plus tard aux propriétaires des jardins.

65Il n’existait donc pas ici d’autorité unifiée, mais bien des contrôles et des pratiques d’autorité relativement diversifiées, en ce sens que la gestion de l’eau et celle de la terre pouvaient être séparées. Plus diffuses, plus dispersées aussi, ces pratiques dépendaient donc à la fois des rapports des jardiniers avec le responsable de la noria et des relations directes existant entre chaque jardinier et son propriétaire.

66Mais que l’autorité des propriétaires soit concentrée en une seule personne, son représentant, ou qu’elle soit au contraire plus diffuse, elle était toujours directe, en ce sens qu’elle n’était pas canalisée, relayée et atténuée par une institution ou un groupe particulier. Je l’ai déjà souligné, on ne trouvait pas à Hama de jardiniers propriétaires et par conséquent de groupe social susceptible de servir d’intermédiaire entre la catégorie des propriétaires et la grande masse des jardiniers. Étaient donc absentes les possibilités de négociations et d’intercession qu’aurait pu offrir la présence d’un tel groupe : les décisions étaient prises unilatéralement par les propriétaires et sans que les jardiniers aient la possibilité de recourir à un arbitrage. Les jardiniers hamiotes se retrouvaient seuls face à leurs propriétaires. Le rapport d’autorité semblait donc être plus frontal et immédiat qu’à Homs. Ajoutons qu’il était d’autant plus contraignant lorsque les jardins se trouvaient à proximité du quartier où résidaient les propriétaires, leur accès s’en trouvant alors facilité et les visites pouvant être quotidiennes.

67Le système d’irrigation homsiote et hamiote a sans doute joué un rôle central et structurant dans l’organisation professionnelle des jardiniers, le mode d’accès à l’eau, sa gestion et sa distribution constituant, par définition, les fondements de toute communauté hydro-agricole : pour paraphraser G. Bédoucha (1987 : 24), on peut dire que l’entretien de ce capital commun qu’est l’eau, comme les formes particulières de coopération auxquelles il a pu donner lieu sont, autant que les modalités propres à la répartition de l’eau elle-même, des éléments et des pratiques hautement significatives d’un mode d’organisation socio-professionnelle. C’est donc autour d’un système d’irrigation particulier, très différent à Homs et à Hama, que s’est en grande partie organisé le mode de gestion et de contrôle des jardiniers.

68Dans une ville comme dans l’autre, trois éléments semblaient toutefois être étroitement liés et finalement découler les uns des autres : l’irrigation, le foncier et l’organisation professionnelle. Comme on le sait, à Homs, le grand canal était propriété municipale, une certaine autonomie et une relative souplesse de gestion caractérisait le réseau secondaire d’irrigation – dans le cadre strict de droits acquis dont le chef des jardiniers restait le garant – et un partage des compétences et des responsabilités était observé entre le groupe professionnel des jardiniers et son chef. On a pu également constater une relative facilité d’accès à la propriété agricole, notamment pour de petits commerçants ou artisans, mais aussi pour certains lignages de jardiniers qui se sont fait le relais des notables dans les jardins. À Hama, par contre, les norias étaient propriétés privées, l’accès à la propriété agricole semblait difficile, voire impossible pour les jardiniers, toute représentation et tout contrôle globalisé et institutionnalisé des jardiniers étaient absents alors que dominait le contrôle direct des notables ou de leurs représentants sur leurs jardins. Ainsi, alors qu’à Homs le système semblait relativement ouvert, à Hama, il semblait fermé, comme bouclé par les notables.

69Les jardiniers homsiotes ont donc disposé d’une certaine autonomie et d’une représentation officielle leur conférant le statut d’entité professionnelle organisée et ayant apparemment sa place au sein de la communauté urbaine, alors que les jardiniers hamiotes n’existaient pas en tant que groupe professionnel uni, structuré et reconnu comme tel, mais en tant qu’ensemble assez diffus de petits groupes d’irrigants, techniquement autonomes, ne disposant d’aucune structure supérieure de coordination et de modération susceptible de jouer le rôle de courroie de transmission entre eux et les propriétaires de jardins ou entre eux et la société citadine.

70Mon approche du groupe professionnel des jardiniers dans les années 1930-40 ne saurait toutefois être complète sans prendre en compte la place que ce groupe occupait dans la ville et plus particulièrement dans les réseaux de commercialisation des fruits et légumes et dans les quartiers où les jardiniers résidaient traditionnellement.

Notes

1 Le canal ayant été construit à l'origine dans le but d'alimenter Homs et ses jardins, ce droit exclusif de la ville sur le grand canal correspondait au droit du premier bénéficiaire, comme le confirme Latron (1936 : 174) : « Si l'ouvrage commun est une construction antique, antérieure à la communauté hydraulique, les premiers bénéficiaires de l'irrigation se sont attribués par occupation, la propriété indivise de cette construction, puis l'ont transmise à leurs ayants cause. Le droit individuel de propriété s'exprime comme la répartition de l'eau ; en l'absence de répartition fixe, la propriété de cet ouvrage appartient à la communauté. »

2 Pendant longtemps, le vieux centre citadin n'a été alimenté que par des puits individuels (quartiers nord et est) et par des porteurs qui allaient chercher l'eau du canal ou de l'Oronte en utilisant de grandes outres de peau (rawiyyeh) chargées sur des mulets. Ils revendaient cette eau dans les rues et à des clients attitrés. Dès 1933 cependant, un château d'eau de 250 m3 construit sur une hauteur au nord de la ville (Ḫaldiyyeh) et alimenté par l'Oronte grâce à une conduite et à des bassins filtrants, permit de pourvoir en eau potable une vingtaine de fontaines publiques et de nombreux particuliers (N. Moussly, 1951 : 187).

3 Pour plus de précisions sur le parcours du grand canal, voir la description qu'en font Sibā‘ī et Zahrāwī (1992 : 69-77).

4 J'ai pu recueillir le nom de la plupart d'entre elles : Sidī Ḫaled, Ḥakmī, Ṭā'qat Faḍīl, al-Bāšā, al-Aḫras, Bāzīr Bāšī, Ḥağğ Sa‘adū, ‘Azharī, Na‘asān ,‘Abd al-Laṭīf, Kasra, Mu‘ayad, Fārīs Bek.

5 Comme le souligne Latron (1936 : 175), les prises d'eau concédées par certaines municipalités « sont en fait des droits d'usage et sont matérialisées, soit par des vannes de dimensions déterminées, soit par une rotation de service, ou par les deux ensemble ».

6 Précisions obtenues auprès de la Direction de l'irrigation de Homs et par enquêtes auprès d'irrigants (octobre 1993).

7 Dans la ghouta de Damas, les šawī étaient recrutés parmi la population chrétienne des villages (Qāsimī, 1960).

8 Comme le soulignait Tresse (1929 : 503) pour la ghouta de Damas : « En fait, les pays irrigués s'en tiennent strictement à la loi, par nécessité, quand l'eau devient abondante, la rigide observation de la loi se détend jusqu'à se prêter à tous les accommodements. »

9 À rapprocher de ce proverbe de la région d'Alep : « La terre déprimée boit son eau et l'eau des autres » (‘Abdul-Rahman Hamidé, 1959 : n 429).

10 Ces sortes de bourses de l'eau étaient également organisées dans la ghouta de Damas ; à ce sujet, voir Tresse (1929 : 505).

11 On retrouvait les mêmes types de rapports dans la ghouta de Damas (Tresse, 1929 : 491 ) : « En Ghouta, dans les saisons sèches des conflits violents allant jusqu'à la bagarre éclatent parmi les paysans. On voit même des seigneurs féodaux, aidés de leurs métayers, imposer temporairement leur volonté à des villageois impuissants jusqu'au jour où l'autorité administrative fait tout rentrer dans l'ordre (...). Mais on recourt le plus souvent à l'arbitrage, selon les habitudes d'entremise orientales. La procédure ottomane est lente, compliquée, sujette à des influences multiples, tandis que de la discussion entre arbitres jaillit toujours un arrangement moins coûteux que les frais d'un procès. »

12 De 50 à 100 mètres autour de Hama (Weulersse, 1940 : 55).

13 Sur les norias disparues et celles encore présentes à Hama et ses environs, voir l'article de Kīlānī (1969 : 88-97). Voir aussi l'article de Zaqzouq (1990 : 338-365), qui reprend en fait en grande partie celui de Kīlānī.

14 C'était par exemple le cas des norias al-Bašariyyeh al-Kubra, al-Māmūriyyeh, al-Mū‘ayīdiyyeh, al-‘Uṯmaniyyeh, al-Mūḥammadiyyeh, qui alimentaient des quartiers d'habitation. Dans les années 1930, la ville de Hama était alimentée en eau potable de deux façons : à partir de l'Oronte par ces norias mais aussi par l'utilisation d'âniers, et à partir de puits situés dans la partie haute de la ville et qui s'asséchaient dès la mi-août (Thoumin, 1936 : 211 ). Les jardiniers consommaient, quant à eux, directement l'eau de l'Oronte.

15 Sur la technique de la noria (localisation, vocabulaire, fabrication, fonctionnement), voir aussi l'étude de Delpech, Girard, Robine et Roumi (1997).

16 La pierre se dit aǧar (plur. : aǧār) en arabe. Littéralement, aǧriyyeh signifie donc « en pierre ».

17 Pour l'exemple de tours d'eau d'une noria desservant à la fois des jardins et des immeubles, voir Kīlānī, 1969 : 92-93.

18 D'après Delpech, Girard... (1997 : 190), cette noria « tient son nom des jardins qu'elle irrigue, regroupés sous l'appellation de zūr al-Dahša. Celui-ci est mentionné dans les registres du tribunal législatif de l'année 973 H. / 1566. Dans les registres de l'année suivante, elle apparaît sous le nom d'al-Nahīla, nom d'un des jardins du zūr. Plus tard, cette noria a appartenu à Nasūh al- 'Am ainsi que le prouvent ses propres cahiers de recettes et ceux de Sa'd al-Dīn al-Nasūh et Mu'ayyad al-'Am. Sa roue est de petite dimension ; elle a 20 bras et 60 godets. Elle a plusieurs singularités : elle n'a pas de cercle intérieur ; ses godets sont alternativement petits et grands ; enfin, son "triangle" est rectangulaire en élévation. Elle a été restaurée en juin 1988 ».

19 Traduction des termes arabes utilisés dans le tableau 10 : faǧr : aube ; ohor : midi ; 'a: milieu de l'après-midi ; maġrib : crépuscule.

20 Les cinq appels quotidiens à la prière constituaient donc le cadre traditionnel de gestion du temps dans les communautés d'irrigants réunies autour des norias : les jardiniers hamiotes étaient ainsi directement reliés à une forme de mesure du temps qui était aussi celle de l'ensemble de la société citadine. Peut-on à ce sujet parler d'un temps de la ville qui aurait pu être opposé au temps des campagnes ? Sur cette question des catégories du temps, il serait intéressant d'étudier les différences ayant pu exister entre société citadine et société rurale : la perception et les formes de représentations du temps mais aussi son comput et sa gestion pouvaient-ils différencier le citadin du rural ? Le jardinier du paysan ? Les quelques renseignements que j'ai pu recueillir à Qousseir sur la façon dont les paysans utilisaient le soleil en surveillant l'ombre de leur bêche, la lune et la position des étoiles pour régler leurs tours d'eau me portent à penser que nous avions bien affaire à deux mesures du temps différentes, l'une attentive aux signes et rythmes de la nature et l'autre fonctionnant sur des repères plus culturels et normalisés. Ces deux façons de mesurer le temps ne sont pas sans rappeler la distinction que fit Evans-Pritchard (1994 : 117-164) au sujet des Nuer entre un temps écologique, celui des saisons et des cycles annuels, et un temps structurel, composante de la vie sociale et culturelle.

21 Voir aussi l'exemple du tour d'eau de la noria al-Ǧdīdeh présenté par Zaqzouq, 1990 : 356.

22 Pour une description plus complète de toutes ces opérations, voir Zaqzouq, 1990 : 358-359.

23 Si la première année sont changées ou réparées les plus grosses pièces de charpente, lors de la seconde année, on se contente de restaurer de petites pièces, comme les godets ou les palettes. Le curage du fleuve et le nettoyage de l'aqueduc et des canaux étaient en revanche entrepris chaque année.

24 Les anciens propriétaires de norias que j'ai pu interroger parlent aussi de waqf mušā‘, en référence à l'organisation mušādes terres, basée sur une propriété collective des terres et très répandue au Moyen-Orient jusqu'à la Seconde Guerre mondiale ; voir notamment Latron (1936 : 187-190) et Weulersse (1946 : 99-109). À l'époque du Mandat, les norias ont été enregistrées comme propriétés privées ou incorporées au Domaine public, comme le précise Latron (1936 : 176) : « Lorsque les ayants droit sont constitués en groupes familiaux solides ou lorsqu'ils possèdent des titres constatant leurs droits, les norias sont immatriculées comme propriétés privées ; elles sont incorporées au Domaine Public chaque fois que les droits paraissent incertains ou sont mal défendus, ce qui n'empêche pas les ayants droit de continuer à se considérer comme les propriétaires légitimes et exclusifs ».

25 Il s'agissait, d'est en ouest, des norias al-Būndūqiyyeh (‘Aẓem), al-Dawwar (‘Aẓem), al-Baraka (‘Aẓem). al-A'ūniyyeh (Kīlānī), al-Makssaf (‘Aẓem), al-Kak (‘Aẓem), al-Daḥšé (‘Aẓem), al-Ǧa‘abariyyeh (Kīlānī). al-Mūayyīdiyyeh (‘Aẓem), ainsi que les norias de wadī al-Ǧawz (‘Aẓem), de zūr al-Boṣū (‘Aẓem), de zūr al-Barmawī (Kīlānī).

Table des illustrations

Légende Figure 15 – Rive gauche : les trois canaux en prise directe sur l’Oronte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 16 – Les norias de l’Oronte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Photo 6 – Jardins de Hama. Déversoir d’un aqueduc de noria.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Source : enquête personnelle auprès d’un jardinier du zūr Bāb al-Nahr (septembre 1993).Tableau 10 – Tour d’eau de la noria al-Daḥšé.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende Tableau 11 – Tableau récapitulatif du tour d’eau de la noria al-Daḥšé.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540