Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Première partie. Le temps des notables, les années 1930-1940

Chapitre I. Autorité et organisations professionnelles dans les jardins

Texte intégral

  • 1 Issawi (1969 : 105-106) rappelle ainsi que du temps de Volney (xviiie), « an appreciable proportion (...)

1Les jardins de Homs et de Hama ont de tous temps appartenu à des citadins et été cultivés par des jardiniers résidant dans la ville1. Leur importance économique dans l'alimentation quotidienne de la population urbaine a longtemps rendu nécessaire le contrôle de ce terroir par la société citadine.

2Dans ce chapitre, j'identifierai plus précisément qui était en mesure d'exercer ce contrôle, ce qui reviendra à définir les différentes catégories de propriétaires de jardins à travers l'étude de la structure agraire. Je présenterai ensuite les modalités de ce contrôle, en étudiant le régime d'exploitation et les rapports de production qui étaient encore en cours dans les années 1930-1940.

3Enfin, après avoir considéré les formes et les facteurs d'instabilité et de stabilité des lignages de jardiniers à l'intérieur des zones agricoles et leur capacité de résistance à la pression des propriétaires fonciers, j'aborderai la question des structures de l'autorité dans les jardins et du mode d'organisation du groupe professionnel des jardiniers.

1 - LES JARDINS DANS LEUR CONTEXTE URBAIN

  • 2 Pour tout ce qui concerne la croissance urbaine de ces deux villes, j'ai utilisé les éléments prése (...)

4Rappelons tout d'abord brièvement quelle était la situation de la zone agricole de Homs et de Hama2 dans les années 1930-1940 et quelles en étaient les principales composantes topographiques, agricoles et économiques.

À HOMS, UN RICHE ET VASTE TERROIR PÉRIURBAIN

  • 3 La construction du chemin de fer Homs-Tripoli a été achevée en mai 1911, celui-ci parcourant alors (...)
  • 4 La plupart des vignobles se trouvaient toutefois sur le plateau du Wa‘ar et à l'est de la ville. L'(...)

5Lorsque l'on regarde une carte (fig. 2) représentant Homs et ses environs dans les années 1930-1940, on ne peut que constater l'importance de la surface des jardins par rapport à celle de la ville. La superficie totale de la ville était alors de 430 hectares pour une population estimée à 100 000 habitants. Ayant dépassé ses remparts au cours des deux précédentes décennies, elle s'étendait alors essentiellement le long de la route de Hama au nord et de celle de Damas au sud. L'extension de la ville vers l'ouest, bien qu'amorcée, avait été provisoirement stoppée par la voie de chemin de fer Alep-Tripoli3, laissant donc les jardins à bonne distance. Entre la ville et la vallée de l'Oronte on trouvait des terres non irriguées, essentiellement céréalières et quelques vignobles4, espace agricole occupé ça et là par de petites fermes en pierres noires.

Figure 2 – Homs et ses environs dans les années 1930-40.

6Les jardins s'étendaient plus à l'ouest sur les deux berges de l'Oronte à environ deux kilomètres de la vieille ville. Seule une large coulée de jardins orientée nord-ouest / sud-est, entrait en contact avec la ville au nord-ouest de l'avenue du Sérail (actuelle avenue Quwatlī). Quelques 16 hectares de ces jardins ont été lotis dès la fin des années 1930 pour constituer une partie du quartier al-Buġtassiyyeh.

  • 5 Du moins jusqu'au début des années 1980, époque de la construction à travers les jardins des premiè (...)

7Ensemble alors homogène et continu5, occupant sur quelques 1 000 hectares une vallée de l'Oronte très étendue à cet endroit, la zone des jardins était limitée au sud, dans sa partie la plus large (3,5 km), par les terres du village de Baba Amr et au nord, dans sa partie la plus étroite (quelques 200 m), par les terres du village de Doueir. Sa limite est a toujours été le canal principal d'irrigation venant du lac de Qattiné. A l'ouest, c'est la remontée du plateau basaltique du Wa‘ar qui formait et forme encore sa frontière naturelle. La berge est est la plus vaste (600 hectares). Irriguée en grande partie par le canal principal qui la domine, elle descend en pente douce jusqu'au fleuve. La berge ouest, plus étroite (400 hectares), est aussi plus basse et plate, ce qui lui permet d'être irriguée par des canaux en prise directe sur l'Oronte. Cet ensemble se présente comme un bocage, les arbres fruitiers et ceux destinés à la coupe poussant à la limite de parcelles où l'on a toujours pratiqué des cultures maraîchères, été comme hiver. La zone est quadrillée par un dense réseau de chemins, de sentiers et de canaux et divisée en douze secteurs ou berges irriguées (zūr/azwār) correspondant en fait à autant de canaux secondaires partant du canal principal ou de canaux primaires partant directement de l'Oronte (fig. 3).

Photo 1 – Jardins de Homs. Vue du zūr al-Ḫarāb en été. Au premier plan, des planches de diverses plantes : pourpier, oignons, persil, aubergines... Les plus hautes sont des plants de persil que le jardinier a laissé monter en graines. Sur le bord, on devine la rangée d'artichauts que surplombent des grenadiers. A l'horizon se découpent les hauts immeubles du nouveau quartier du Wa‘ar.

  • 6 Dans sa thèse, Naaman (1951 : 196) avançait le chiffre de cinq mille jardiniers, ce qui parait avoi (...)

8Les jardins occupaient alors une place importante dans l'approvisionnement de Homs : d'après des commerçants du marché de gros ayant connu cette époque, près de 90 % des transactions effectuées dans ce qui était alors le principal marché de légumes du centre-ville concernaient la production des jardins, ceux-ci offrant donc à la ville une réelle autonomie alimentaire. Cette importante production agricole était assurée par le travail de quelques cinq cents jardiniers6 aidés par leurs femmes et enfants mais aussi par une abondante et fluctuante main-d'œuvre journalière.

Figure 3 – Les secteurs (zūr-s) de la zone des jardins de Homs.

À HAMA, LES JARDINS OCCUPAIENT LE CENTRE-VILLE

9À Hama, l'Oronte et les jardins traversent le centre-ville selon un axe sud-est / nord-ouest, coupant la ville en deux (fig. 4). Hama s'est longtemps développée à mi-pente de la vallée fluviale d'un côté et de l'autre du fleuve, constituant ainsi les quartiers plutôt citadins du Souk (rive gauche) et ceux plus tournés vers la steppe du Ḥāder (rive droite). En 1940, la population de Hama était estimée à quelques 64 000 habitants pour une surface urbaine de 260 hectares.

10Les jardins occupaient alors l'essentiel des berges au centre-ville mais aussi quelques petits terrains plus éloignés du fleuve, bien insérés dans le tissu urbain, sans doute les restes d'une présence agricole plus ancienne et plus étendue. Pendant la période mandataire les jardins ont été peu menacés, la croissance démographique ayant été trop faible pour provoquer une véritable expansion urbaine et la zone agricole représentant encore une importante source d'approvisionnement et de revenus qu'il convenait de sauvegarder. Ce paysage encore très verdoyant devait pourtant commencer à se transformer au cours des années 1940, la majorité des jardins du centre-ville étant alors peu à peu remplacée par des bâtiments municipaux, des rues et des quartiers résidentiels plus ou moins spontanés.

Figure 4 – Hama et ses environs dans les années 1930-40.

11La ville se développa dès lors sur un mode tentaculaire, au sud le long de la route du village de Kafr Buhum et de celle de Homs et au nord le long de la route d'Alep. Elle s'étendit aussi vers l'est, sur la rive gauche de l'Oronte avec l'extension du vieux quartier de ‘Alīlīyāt et la création du quartier de Šrī‘ā qui domine désormais les jardins du zūr al-Qiblī.

12Mais au début des années 1940, les jardins dépendant directement de Hama occupaient encore quelques 200 hectares et étaient toujours présents dans son centre, à la jonction des deux grands quartiers du Ḥāder et du Souk et autour de la citadelle.

Photo 2 – Jardins de Hama. Vue du zūr Bāb al-Nahr et de Hama. Une partie du zūr est visible sur la gauche. On y voit également la noria al-Maqṣaf. Le jardin qui se trouve sur la droite a été aménagé sur une petite île. De l'autre côté, se dresse la grande noria al-Muḥammadiyyah. Le pont avec deux moulins qui traverse l'Oronte est celui de Bāb al-Nahr. On distingue plus loin les arches de l'aqueduc des norias al-Ḫuḍura et al-Dawālīk, maintenant disparues. Le tell de la citadelle domine l'ensemble avec son parc public. À ses pieds se trouve une partie du quartier qui s'est construit sur les jardins de Ḫuḍura. Plus loin sur la gauche, on distingue une partie de ce qui reste du quartier Bāb al-Ǧisr.

  • 7 Limite est, correspondant actuellement à l'autoroute Homs-Alep.
  • 8 On passe en effet d'une altitude de 310-320 mètres au niveau des plateaux à 270 mètres au niveau de (...)
  • 9 Comme nous le verrons plus loin, ce n'est qu'à partir des années 1960 que la pratique de l'arboricu (...)

13Occupant une vallée fluviale étroite et profonde, limités à l'est par les terres du village de Srehin7 et au nord-ouest par celles de Dahrié, les jardins appartenant à Hama descendaient en terrasses jusqu'à l'Oronte en un dénivelé d'une quarantaine de mètres8 et étaient alors majoritairement consacrés aux cultures maraîchères9. Ils formaient un chapelet de secteurs dont la surface variait de un à une soixantaine d'hectares et qui étaient séparés les uns des autres par les méandres du fleuve ou, en ville, par des quartiers d'habitation (fig. 5). Ces secteurs, appelés bustān pour les plus petits et zūr pour les plus grands, étaient irrigués par des norias et exploités par quelques deux cents jardiniers. Ici aussi, la production des jardins représentait la plupart des échanges effectués sur les marchés de fruits et légumes de la ville et suffisait aux besoins d'une population citadine encore réduite.

14À Hama comme à Homs, les années 1940 ont ainsi été la dernière décennie durant laquelle les jardins urbains occupaient encore une place prépondérante dans l'économie urbaine, permettant ainsi aux deux villes de disposer d'une réelle autonomie alimentaire et d'une certaine indépendance dans la gestion de leur approvisionnement quotidien. Par la suite, la croissance urbaine et démographique, l'exode rural (surtout à Homs), l'augmentation de la demande alimentaire et le développement industriel mais aussi agricole de la région, avec la création de grands périmètres irrigués, contribuèrent à marginaliser économiquement et socialement ces traditionnels lieux de productions agricoles.

Figure 5 – Secteurs (zūr-s) de la zone des jardins de Hama.

2 – À QUI APPARTENAIENT LES JARDINS10 ?

  • 10 L'essentiel de l'information concernant la propriété foncière provient des registres conservés au s (...)

15Dans les années 1940, les jardins constituaient encore des espaces stratégiques pour la société citadine. Il était donc important que celle-ci ait la possibilité d'assurer le bon fonctionnement de ses jardins, c'est-à-dire qu'elle puisse agir sur ceux-là mêmes qui les entretenaient et les exploitaient quotidiennement : il lui fallait contrôler et encadrer autant que possible les jardiniers.

16Les propriétaires de jardins étaient dans la société citadine les premiers concernés et les mieux placés pour contrôler cette main-d'œuvre spécialisée, la maîtrise du foncier venant en préalable au contrôle des rapports de production. Il est donc nécessaire, dans un premier temps, d'identifier ces propriétaires de façon plus précise à travers une approche du régime foncier des zones agricoles.

STATUT DE LA TERRE ET CATÉGORIES DE PROPRIÉTAIRES

  • 11 Pour plus de précisions sur le statut foncier des terres en Syrie, voir notamment Mounayer (1929 : (...)

17Comme tous les jardins urbains et périurbains de Syrie, ceux de Homs et de Hama faisaient partie de la catégorie des terres mamluké ou mulk. Cette catégorie, retenue par la loi foncière ottomane de 1858 puis par le code de la propriété immobilière du 12 novembre 1930, concernait en fait les espaces bâtis et les terres agricoles situées dans les limites d'une agglomération (ville, village ou hameau). Cet ensemble faisait ainsi l'objet d'une pleine propriété11, associant le droit d'usufruit à celui de fonder des biens de mainmorte (waqf/awqāf).

  • 12 Ibn Khaldoun (1997 : 582) soulignait déjà, à propos du Maghreb, que « ... l'acquisition des proprié (...)
  • 13 Latron (1936 : 187-190) et Weulersse (1946 : 99-109) font une description détaillée de ce système f (...)

18Ces zones de jardins étaient réputées pour offrir les mêmes assurances et les mêmes facilités de gestion que les immeubles urbains bâtis (Latron, 1936 : 218). Bien que ne représentant pas des surfaces considérables, elles ont cependant constitué l'une des destinations privilégiées de l'investissement citadin, à la fois comme investissement utile12, comme espaces de productions agricoles et comme lieux de villégiature estivale. Dans son ouvrage sur les paysans de Syrie, Weulersse (1946 : 108) remarque que « là ou apparaissent plantations ou cultures en jardins, le mouchaa cesse ». Autrement dit, le système foncier des villes rendait possible le développement d'une petite propriété individuelle, dont le jardin était l'archétype, alors que sur une partie des campagnes de Syrie centrale a été longtemps pratiqué un système de propriété collective avec redistribution régulière des terres par quote-part (mušā)13. Seules quelques petites parcelles situées à l'intérieur ou aux abords immédiats des villages – les jardins potagers et les vignobles – pouvaient avoir le statut de propriétés individuelles, mais sans jamais représenter des surfaces suffisamment grandes pour constituer de véritables espaces de productions agricoles. Les jardins urbains résultaient donc d'un droit individuel de propriété, celui-ci trouvant finalement son affirmation la plus nette dans le paysage de bocage de la zone agricole, où les propriétés sont souvent closes de murs ou de haies, constituant en quelque sorte l'opposé de l'openfield villageois.

19Weulersse remarque également (1946 : 164) que seule la ville était en mesure de fournir à l'économie des jardins les capitaux dont elle ne pouvait se passer. L'agriculture urbaine, intensive et diversifiée, était donc financée, directement ou indirectement, par les propriétaires de jardins, mais aussi par les commerçants du souk, les petits commerçants de quartier... bref tous ceux qui en ville souhaitaient investir dans un jardin ou qui avaient la possibilité d'avancer de l'argent aux jardiniers. L'économie des jardins était en quelque sorte branchée sur l'économie urbaine, bénéficiant d'une masse monétaire plus importante que celle disponible dans les campagnes. L'absence, jusque dans les années 1950, de banques agricoles de crédit a sans doute joué contre le développement des cultures maraîchères en milieu rural.

20Trois grandes catégories de propriétaires se partageaient ces jardins urbains dans les années 1930-40 : les grands notables, minorité connue représentant l'élite traditionnelle dominant la société citadine à cette époque ; les citadins aisés, notables de second rang et grands commerçants ; les « gens du souk », petits commerçants et artisans, constituant la grande majorité des propriétaires. Il convient de rajouter une quatrième catégorie, mais concernant Homs seulement, formée par quelques lignages de jardiniers, propriétaires d'une partie de leurs exploitations.

Tableau 1 – Jardins de Homs : distribution de la propriété dans les années 1930-40 en fonction des surfaces.
Source : Archives du Service du Cadastre, Homs.

21Enfin, un certain nombre d'établissements religieux possédaient également des jardins sous forme de waqf.

Tableau 2 – Jardins de Homs : les jardins dépendant de mosquées dans les années 1930-40.
Source : Archives du Service du Cadastre, Homs.

LES LIGNAGES DE NOTABLES

  • 14 J. Gaulmier (Asie française, 1933 : 130-137), précise ainsi l'origine des différents grands lignage (...)
  • 15 Pour la rédaction de ce court paragraphe, je me suis notamment appuyé sur les travaux de Roded ( 19 (...)
  • 16 Il existait à Hama d'autres lignages aussi importants (Tayfūr et Barazī notamment) ayant eux aussi (...)
  • 17 Sont désignés comme ašrāf (sing. : šarīf) les descendants supposés de la famille du Prophète de l'i (...)
  • 18 Pour certains lignages, ces fonctions officielles furent même à l'origine de leur ascension socio-p (...)
  • 19 Il s'agissait surtout de notables homsiotes : Ḫaled bey al-Atāssī (1834-1908), député du premier pa (...)

22Il s'agit de « familles » musulmanes, certaines d'origine étrangère14, qui ont eu à différentes époques une position sociale, politique et économique dominante dans leur ville et en Syrie15 : les Sibā‘ī, Atāssī, Durūbī, Ǧindī, Zahrāwī, Raslān et Ḥussaynī à Homs ; les Kīlānī, ‘Aẓem et Barūdī à Hama16. Certains de ces grands lignages monopolisèrent ainsi tout au long du xixe siècle et jusqu'au lendemain de la seconde guerre mondiale les fonctions traditionnelles de mufti (Atāssī, Ǧindī et Kīlānī) et de chef de la corporation des « nobles » de la ville, autrement dit de naqīb al-ašrāf17 (Zahrāwī et Kīlānī), ou occupèrent des postes clefs dans l'administration18, ou encore jouèrent à un moment ou à un autre un rôle politique au niveau national, en tant que députés ou ministres19.

  • 20 Sur l'importance de l'ottomanisation d'une partie de ces élites urbaines par le biais du système éd (...)
  • 21 Ainsi que le rappelle Dbiyat (1995 : 115) : « Les paysans, hostiles à toute autorité, ont été conva (...)

23L'indépendance de la Syrie en 1946 devait pour un temps renforcer la situation de ces grands lignages. Ces positions de pouvoir, ils les devaient en grande partie à leur histoire et à leurs stratégies propres, aux relations privilégiées qu'ils entretenaient avec les autorités ottomanes20 puis mandataires, mais aussi à l'autonomie économique que leur permettaient leurs waqf et surtout les grandes propriétés foncières qu'ils avaient réussi à acquérir à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Ces propriétés avaient en effet pour principale origine la loi ottomane du 14 décembre 1858 qui, destinée à rationaliser et classifier les terres agricoles et la propriété foncière, permit surtout la constitution de grands domaines en Syrie, autour de Homs et de Hama notamment21.

24Les notables obtinrent aussi du Sultan ottoman des terres en récompense de services rendus, en achetèrent à bas prix aux chefs de tribus nomades, en annexèrent par la force ou encore confisquèrent celles des paysans qui s'étaient endettés auprès d'eux, contraignant ces derniers à devenir métayers sur leurs propres terres. Ainsi, au début du siècle, les propriétés des notables homsiotes et hamiotes dépassaient presque en importance les autres types de propriétés existant dans la région, comme le montre ce tableau présenté par Hanna (1985 : 33) :

Tableau 3 – Structure de la propriété foncière de Syrie centrale au début du xxe siècle.
Source : A. Hanna, 1985 : 33.

  • 22 Comme le souligne Hannoyer (1980 : 288), « le trait le plus remarquable pour cette période dans le (...)

25Le mandat français et ses nouvelles lois foncières ne changèrent pas grand-chose à cette situation quasi féodale, caractérisée par une domination croissante des grands propriétaires sur les campagnes syriennes. En Syrie centrale comme ailleurs, la propriété latifundiaire continua au contraire à sensiblement se développer, même si une classe de propriétaires moyens commença à s'affirmer pendant cette même période22 : la clef du système restait, d'après Hinnebusch (1979 : 6), le contrôle urbain de la propriété de la terre et du marché agricole.

  • 23 À la veille de la réforme agraire de 1958, on comptait en moyenne 700 hectares par propriétaire (al (...)
  • 24 Étant précisé qu'elles évoluaient entre 15 et 166 hectares, voir tableau 4.

26À l'échelle de ces grands domaines ruraux dépassant plusieurs centaines d'hectares23, les propriétés agricoles urbaines et périurbaines des notables pouvaient paraître bien modestes et négligeables, leur surface moyenne à Homs étant d'une cinquantaine d'hectares24 par lignage. La proximité des jardins et la riche nature de leurs terres irriguées, où se pratiquait une polyculture intensive, les avaient toutefois rendu attractives : ainsi à Homs, les grands lignages de notables, représentant seulement 5 % du total des lignages propriétaires de jardins, possédaient 45 % de la zone des jardins.

Tableau 4 – Jardins de Homs : propriétés des grands lignages de notables dans les années 1930-40.
Source : archives du service du cadastre, Homs.

27La carte (fig. 6) sur laquelle ont été portées leurs propriétés révèle qu'elles se répartissaient globalement sur l'ensemble de la zone agricole, évitant toutefois certains secteurs centraux, où se trouvaient les plus petites parcelles : on les retrouvait aussi bien sur la bordure est des jardins à proximité de la ville que le long du fleuve, ou encore au sud de la route de Tripoli, en limite des terres paysannes de Baba Amr. Elles étaient également présentes dans le nord de la zone, avoisinant les terres du village de Doueir. Elles étaient par contre moins nombreuses sur l'étroite rive gauche, entre le plateau du Wa‘ar et l'Oronte. Elles occupaient donc surtout les secteurs dans lesquels le prix de la terre était le plus élevé en raison soit de la proximité de la ville, soit de la proximité du fleuve.

Figure 6 – Propriétés agricoles et quartiers de résidence des notables homsiotes dans les années 1930-40.

28Il est possible, en considérant les lignages eux-mêmes, de très grossièrement distinguer deux grandes zones d'influence dans les années 1930-40 : celle s'étendant au sud et au sud-ouest du chemin de Ǧdīdeh et qui était dominée par les Atāssī, mais que se partageaient aussi les lignages Durūbī, Ḥussaynī et Raslān et celle se trouvant au nord de ce même chemin et que dominait le lignage Zahrāwī, voisin des Ǧindī et des Sibā‘ī.

29Deux grands groupes de propriétés dominaient donc tout particulièrement cet ensemble. Il s'agissait de ceux des lignages Atāssī et Zahrāwī. Leurs propriétés présentaient des caractères inversés. Les cartes montrent en effet que le premier lignage s'était concentré dans le sud-ouest de la zone, y regroupant la plus grande partie de ses propriétés et constituant ainsi un vaste domaine particulièrement homogène. À l'inverse, les propriétés du lignage Zahrāwī, si elles étaient surtout présentes dans le nord de la zone agricole, restaient assez dispersées, couvrant en revanche un plus vaste périmètre.

  • 25 Jusqu'à la suppression des waqf familiaux en 1949.

30Une part assez importante des jardins de cette catégorie de propriétaires avait par ailleurs été constituée en waqf ahlī ou urrī, c'est-à-dire en biens de main-morte familiaux ou privés, constituant donc un patrimoine indivisible et inaliénable, dont on héritait collectivement d'une génération à l'autre25 sous forme de quote-part.

Tableau 5 – Jardins de Homs : propriétés (waqf et mulk) des lignages de notables dans les années 1930-40.
Source : Archives du service du cadastre, Homs.

31Tous statuts confondus, ces propriétés de notables étaient formées de lots assez grands, d'une surface de 3 hectares en moyenne. Le fait qu'il n'y avait que peu de petites parcelles isolées venait sans doute de la possibilité qu'avaient eue ces propriétaires de constituer des unités de production rentables, sur lesquelles pouvait travailler un nombre plus limité de jardiniers.

32En ce qui concerne la propriété des notables hamiotes, il est possible d'en présenter une image générale (fig. 7). J'ai déjà souligné qu'à Hama des jardins étaient présents au cœur même de la ville et qu'ils étaient associés à certains quartiers d'habitation, phénomène qui semble avoir déterminé l'attribution des propriétés agricoles au centre-ville.

33Les principaux lignages de propriétaires possédaient en effet les jardins se trouvant à proximité immédiate de leur quartier ou de leurs demeures : ainsi les ‘Aẓem étaient propriétaires du bustān Atweh se trouvant au pied de leur palais et d'un jardin plus petit situé à l'intérieur de leur quartier de Bašūra (rive droite) ; les Kīlānī possédaient les bustān Zanbaqī et Um al-Ḥassan prolongeant au sud leur quartier de Kīlānīyyeh (rive gauche) ; les Barūdī étaient propriétaires d'une large majorité des jardins du zūr al-Damsiyyeh, limitant au sud-est le quartier Barūdiyyeh (rive gauche).

Figure 7 – Propriétés agricoles et quartiers de résidence des notables hamiotes dans les années 1930-40.

  • 26 Ces deux lignages étaient par ailleurs propriétaires de très importants domaines agricoles dans la (...)

34Les Kīlānī et les ‘Aẓem avaient par ailleurs des parcelles dans tous les autres zūr et jardins du centre-ville (Damsiyyeh, Ḫandaq et Ḫuḍura). Mais leur présence était plus particulièrement massive dans deux grands secteurs périphériques. Les ‘Aẓem possédaient en effet la presque totalité des jardins du zūr Bāb al-Nahr, situé à l'ouest de la ville, et la majorité de ceux qui s'étendaient ensuite vers le nord jusqu'aux terres du village de Dahrié. Quant aux Kīlānī, ils dominaient le foncier du zūr al-Šarqī, à l'est de Hama26.

35Ces propriétés étaient constituées de grands lots homogènes de plusieurs hectares pouvant occuper, nous venons de le voir, un secteur entier (zūr Bāb al-Nahr pour les ‘Aẓem).

36Ajoutons enfin que certains lignages homsiotes possédaient des jardins à Hama. Les Ǧindī, par exemple, avaient fait l'acquisition de quelques parcelles dans le zūr al-Qiblī. De même, certains notables de Hama avaient des propriétés à Homs. C'était le cas des Kīlānī mais surtout des ‘Aẓem qui disposaient depuis longtemps, sous forme de waqf, d'une dizaine d'hectares dans la zone maraîchère, en particulier dans le zūr al-‘Atīq. Ces terres furent peu à peu rachetées par des Homsiotes au cours des années 1930.

  • 27 Weulersse précise (1946 : 218) que ces lignages de notables constituaient autant de "maisons" (bayt(...)

37Jusqu'en 1958, année de la première réforme agraire et de l'imposition d'une propriété individuelle plafonnée, la majeure partie des propriétés de notables homsiotes et hamiotes était dans l'indivision27a fortiori lorsqu'il s'agissait de waqf – et était gérée par des régisseurs (mutawwalī ou wakīl) le plus souvent choisis au sein même des lignages de propriétaires. Ceux-ci se chargeaient de relever, contre un pourcentage, les loyers auprès des jardiniers et de les redistribuer aux différents ayants droit, bénéficiaires des waqf et propriétaires. Il arrivait également que les créanciers de propriétaires de jardins acceptent de se faire rembourser en captant directement à leur profit les revenus d'un jardin aussi longtemps que les créances n'étaient pas ainsi recouvrées. Le créancier se chargeait alors lui-même de la gestion du jardin, de la vente de ses produits, sans autre souci que le recouvrement rapide de la dette, ce qui rendait la situation du jardinier particulièrement difficile.

« À cette époque, le jardin était placé sous la responsabilité d'un wakīl à qui mon père devait verser la totalité du loyer. Il s'agissait d'un Ḥumayda. Il avait prêté de l'argent au propriétaire du jardin, Samīr al-‘Aẓem, et lui avait demandé, pour remboursement, que celui-ci lui "donne" le jardin pendant quatre ans. Il était dur et ajoutait un certain pourcentage sur le loyer. Je me souviens d'une fois. Ḥumayda est venu voir mon père et lui a parlé durement : "Alors ! pourquoi ne payes-tu pas ?" Mon père lui a répondu : "Mais je t'ai déjà envoyé de l'argent avec des fruits et des légumes !" – Il reste 50 L. à payer, tu crois que je vais te faire l'aumône de 50 L. ?" J'ai vu des larmes dans les yeux de mon père. » (A.R., zūr Bāb al-Nahr, Hama, 1993).

38Ces formes de gestion indirecte, qui dispensaient donc les propriétaires des contraintes d'une surveillance régulière de leurs jardins, allaient dans le sens d'une certaine tendance à l'absentéisme, moins prononcée cependant que dans le cas de leurs grands domaines ruraux. La majorité des grands propriétaires ne s'intéressait que de loin à ses jardins et, en dehors bien sûr des séjours d'agrément effectués par les familles pendant l'été, ne s'y rendait qu'assez peu. Il existait cependant des exceptions obligeant à nuancer cette tendance à l'absentéisme.

39À Homs, certains notables ont rassemblé pendant quelques saisons sous leur seule autorité plusieurs jardins contigus qui appartenaient à leur lignage, constituant ainsi une seule et grande exploitation provisoire. Utilisant une main-d'œuvre d'autant plus abondante qu'elle était à l'époque peu coûteuse, ils y investissaient du temps et de l'argent afin d'y pratiquer une agriculture intensive et essentiellement spéculative, attentive aux besoins du marché national et parfois international. Le cas de Šawkāt al-Atāssī est à cet égard intéressant et mérite d'être présenté.

« Né en 1913, il était le frère cadet du chef des jardiniers et du grand mufti de Homs. Il a d'abord vécu de ses rentes foncières et des revenus d'un magasin de verroteries dont il était propriétaire dans le souk. Trouvant cette dernière occupation peu rentable, il finit par abandonner son commerce à un gérant pour se consacrer dès 1934 à un des jardins (40 dunum) que son lignage possédait dans le zūr al-Ḫarāb.
Celui-ci était alors occupé par un métayer que Šawkāt n'expulsa pas tout de suite, travaillant à ses côtés pendant deux ans afin d'acquérir le savoir-faire nécessaire. Puis il reprit seul le jardin et loua quelques mois plus tard plusieurs autres jardins contigus au sien et appartenant aux Atāssī. Il disposa ainsi d'un ensemble unifié de quelques 160 dunum. Il fit venir de la terre fertile par camions entiers qu'il déversa sur ses parcelles, engageant une vingtaine de journaliers permanents et, selon la saison et les besoins, jusqu'à une quarantaine de filles de la campagne. Utilisant massivement de l'engrais naturel (fumier de mouton) qu'il faisait venir de la région de Palmyre et qu'il obtenait gratuitement, il instaura une organisation du travail basée sur la division et la spécialisation des tâches et le travail intensif de la terre. Il développa ainsi la culture du coton, de la betterave sucrière, des fruits et des légumes. Il éleva également une vingtaine de vaches.
Son exploitation produisit ainsi suffisamment pour qu'il puisse exporter, avec ses propres camions, une partie de ses produits vers le Liban, la Jordanie et Damas, réservant seulement 30 % de sa production aux souks de Homs. Il n'hésita pas à acheter un tracteur dans les années 1950, à se faire installer le téléphone dans le jardin pour rester en contact avec ses correspondants de Beyrouth, Amman et Damas et ainsi jouer sur les différences de prix entre ces marchés. Lorsqu'il envoyait ses camions de fruits et de légumes à Beyrouth, ceux-ci revenaient à Homs chargés d'engrais chimiques, engrais que Šawkāt revendait ensuite aux jardiniers homsiotes.
À la mort du chef des jardiniers en 1956, il contribua à la création d'une coopérative dont il fut un certain temps le président avant d'être évincé de ce poste en 1958 par les jardiniers. Il en resta membre mais finit par se retirer de la zone maraîchère en 1960, laissant son exploitation à des métayers, l'importante main-d'œuvre à laquelle il devait une grande partie de sa productivité étant devenue trop chère. Il est mort en 1975. » (Manzūl des Atāssī, Homs, 16 juin 1993).

40On avait donc ici affaire à un notable actif et entreprenant qui, réunissant sous sa coupe plusieurs jardins familiaux, parvint à investir et à créer sur le mode capitaliste l'une des plus importantes exploitations maraîchères de Homs dans les années 1940-50, réalisant ainsi dans le maraîchage un type de production spéculative très présente à cette époque dans les exploitations agricoles syriennes.

41À Hama, certains grands notables furent à l'origine d'innovations diverses, comme par exemple l'introduction dans les années 1930 d'une variété de pêches plates, appelées « père du nombril » (abū surrah) et, dès les années 1940, de motopompes.

42À Hama encore, la proximité des jardins du centre-ville et des quartiers d'habitation des grands notables facilitait les visites quotidiennes des propriétaires et une surveillance plus efficace de leurs jardiniers. Ces jardins participaient d'ailleurs d'un mode de vie particulier associant étroitement le jardin à la maison et au quartier de leurs propriétaires, pour qui l'agrément d'un si proche lieu de détente, où ils pouvaient profiter de la verdure et de la fraîcheur, comptait sans doute autant que son apport quotidien en fruits et légumes.

  • 28 Les informateurs homsiotes comme hamiotes m'ont souvent signalé l'existence de cahiers de comptes q (...)
  • 29 Entretien au manzūl de bayt Atāssī en juin 1993.

43En l'absence d'archives familiales accessibles concernant notre période28, il n'est pourtant pas facile de pré ciser la place qu'ont pu occuper les revenus provenant des jardins dans l'économie familiale des grands lignages bénéficiaires. Pour les quelques lignages disposant des plus grandes propriétés (plus de 50 hectares), ils devaient constituer un secteur non négligeable de leur économie. Ainsi, les Atāssī interrogés sur cette question estiment que les jardins représentaient 20 à 30 % du revenu global du lignage dans les années 1940... cette estimation doit bien sûr être considérée avec prudence, cinquante ans après la période concernée29.

  • 30 Entretien avec A.T. Zahrāwī, Homs, juillet 1994.
  • 31 Loués à des meuniers citadins.
  • 32 On mesurait le blé en masa, ce qui correspondait à un bassin en pierre ayant une contenance de 6 r (...)

44Il s'agissait de toutes façons de revenus venant compléter ceux, toujours plus importants, provenant des grandes propriétés rurales. Aux différents revenus agricoles (jardins, vignobles, grands domaines), il fallait également ajouter ceux provenant de magasins et de khans mais aussi de moulins que certains notables possédaient sur l'Oronte. Les Zahrāwī, par exemple, étaient propriétaires d'une centaine d'hectares de terres non irriguées entre Homs et Hama, de plusieurs cafés, d'au moins deux khans et de seize magasins à Homs ainsi que de trois moulins (Dank, Dankiyyeh et celui de Rastan)30. Les magasins étaient loués à l'année, tout comme les moulins31, qui ont fonctionné jusque dans les années 1960, moulant les céréales32 de nombreux villages. Ces établissements (magasins, khans, moulins) avaient été pour la plupart érigés en waqf familiaux.

LES CITADINS AISÉS

  • 33 Sibā‘ī et Zahrāwī (1993) et Ṣābūnī (1956).

45Dans cette catégorie sont regroupés indistinctement de riches commerçants musulmans mais aussi chrétiens et des notables religieux ou des dignitaires civils de second rang issus de « familles » musulmanes anciennes et respectées mais n'ayant pas la stature politique et sociale des grands notables. Leurs noms reviennent fréquemment dans les entretiens et dans certains ouvrages consacrés à l'histoire de Homs et de Hama33, mais les uns comme les autres n'avaient qu'une influence très locale, limitée à leur ville, parfois même à leur seul quartier et l'essentiel de leurs revenus provenait de leurs activités commerciales et non de grandes propriétés agricoles. Représentant presque 13 % des lignages de propriétaires, ils regroupent quelques 28 % des propriétés dans les jardins.

  • 34 Elles évoluent entre 8 et 28 hectares.

46À Homs, la surface moyenne des propriétés de ces lignages était de 13 hectares34. Ces propriétés, parfois nouvellement acquises, étaient elles aussi disséminées sur l'ensemble de la zone des jardins sans qu'il soit vraiment possible de distinguer un ordre de disposition bien clair, si ce n'est qu'elles étaient absentes, comme la grande propriété, de certains secteurs centraux (fig. 8). Quelques-unes constituaient des exploitations d'un seul tenant d'une dizaine d'hectares en moyenne (lignages Zayn al-Dīn, Ma‘āz et Sama‘ān), d'autres étaient formées de parcelles de 2 hectares environ, éparpillées dans plusieurs secteurs de la zone maraîchère (lignages Naǧǧār, Kalālīb, Ṭulaymāt, Sayyīd Sulaymān...).

47Une partie de ces jardins avait ici aussi le statut de waqf urrī et pour certains lignages dans des proportions bien supérieures à celles que j'ai observées chez les grands notables. Ces jardins-là constituaient donc, comme pour la première catégorie, un fonds patrimonial inaliénable dont l'usufruit était hérité de génération en génération. Le tableau 6 présente les principaux lignages disposant de jardins waqf.

Tableau 6 – Jardins de Homs : propriétés des principaux lignages de citadins aisés dans les années 1930-40.
Source : Archives du service du cadastre. Homs

Figure 8 – Propriétés agricoles des citadins aisés homsiotes dans les années 1930-40.

48Quant à Hama, il semble que la catégorie des citadins aisés propriétaires de jardins fut moins importante. Ici se posait bien sûr le problème d'une zone de jardins aux surfaces plus modestes que celles de Homs, mais aussi celui de l'accaparement d'une majorité de ces jardins du centre-ville par quelques grands lignages de notables, ce qui laissait peu de possibilités aux lignages plus modestes d'acquérir de la terre dans cette région centrale et stratégique.

49Cependant, bien que les principaux propriétaires de jardins, les ‘Aẓem et les Kīlānī, aient été présents à peu près partout, deux secteurs semblent avoir échappé à leur emprise (fig. 9) : certains des jardins situés à l'est de la citadelle (bustān Ḫudūra et bustān Nubbālī), qui appartenaient respectivement aux lignages Murād Aġā et Ḥāfez ; le zūr al-Qiblī, secteur d'une centaine d'hectares situé à l'est de Hama (rive gauche) et qui était dominé par les ‘Alwānī, de grands commerçants du Souk, mais où d'autres propriétaires moyens, tels que les Amīr ou encore les Arnāūt, avaient également leurs jardins.

Figure 9 – Propriétés agricoles des citadins aisés hamiotes dans les années 1930-40.

50J'ai montré que la proportion de jardins waqf dans cette catégorie de propriétaires était importante à Homs et constituait, comme pour les notables, une base foncière dont on héritait de père en fils.

51Cependant, un certain nombre de lignages avait fait plus récemment l'acquisition de jardins, ceux-ci relevant alors d'un choix d'investissement comparable aux autres investissements immobiliers urbains que ces citadins aisés pouvaient être amenés à faire (Latron, 1936 : 218).

52Était alors présent le souci de rentabiliser des exploitations dont la taille permettait de dégager une certaine plus-value, même si ces jardins ne constituaient pas la principale source de revenus de ces lignages commerçants. Ainsi, de la simple surveillance des jardiniers à un intérêt plus poussé pour les pratiques agricoles, pouvant aller ici aussi jusqu'à un encouragement à l'innovation technique et à leur participation directe à l'exploitation, ces propriétaires étaient généralement amenés à s'impliquer dans la gestion de leurs jardins.

LES « GENS DU SOUK »

  • 35 Ces enquêtes ont surtout concerné Homs. La démarche consistait à relever les patronymes dans les re (...)

53Les enquêtes effectuées dans la zone des jardins et dans les quartiers de la vieille ville35ont révélé que les « gens du souk » propriétaires de jardins exerçaient des activités très diverses : détaillants de fruits et légumes, grainetiers, commissionnaires en fruits et légumes, tisserands, drapiers, tailleurs, propriétaires de fours à pain, fromagers et laitiers, restaurateurs, menuisiers spécialisés dans la fabrication de chaises ou de portes ou dans celle de charrettes, bouchers, teinturiers, meuniers, ferblantiers... bref, on retrouvait dans cette catégorie de propriétaires une grande partie des activités traditionnelles d'un souk citadin, avec ses boutiquiers et ses artisans.

  • 36 Pour une fourchette allant de 0,1 à 8 hectares.

54À Homs, seule ville pour laquelle je dispose de données fiables à son sujet, cette catégorie était celle qui comptait le plus grand nombre de propriétaires de jardins (64 %), regroupant ainsi plus de quatre-vingt-dix lignages. Cependant, le total de leurs propriétés ne représentait guère plus de 21 % de la zone des jardins, leur taille moyenne ne dépassant pas 2 hectares36.

Tableau 7 – Jardins de Homs : structure des propriétés des « gens du souk » dans les années 1930-40.
Source : Archives du service du cadastre, Homs.

55Pratiquement absentes de la bordure est, occupée par la grande et moyenne propriété et où se trouvaient les terres les plus chères, les propriétés de petits commerçants et d'artisans étaient surtout présentes dans la partie centrale de la zone (fig. 10). Les plus petites propriétés (moins de 5 hectares) se retrouvaient dans leur majorité entre le chemin de al-Ḫarāb et celui de Mimas, c'est-à-dire dans un secteur où les parcelles éloignées à la fois du fleuve et de la ville sont les plus étroites, les plus morcelées et le prix de la terre le plus bas.

56Une grande majorité de ces jardins, toutes tailles confondues, était des propriétés individuelles, appartenant donc à des personnes clairement désignées et non à l'ensemble du groupe de parenté. Toutefois, signe de leur ancienneté dans la zone maraîchère, certains de ces lignages (25 %) possédaient quelques jardins waqf.

Figure 10 – Propriétés agricoles des « gens du souk » (Homs) dans les années 1930-40.

  • 37 En effet, comme le souligne Drain (1993 : 21), « capital physique de nature complexe, la terre est (...)

57Pour ces petits commerçants et artisans du souk, les jardins représentaient alors les seules terres agricoles qu'ils avaient la possibilité d'acquérir. Comme le faisait remarquer Weulersse (1946 : 120), si la grande propriété « s'affirmait avec l'éloignement des villes, celles-ci projetaient autour d'elles une sorte de zone policée où l'ordre et la loi permettaient aux petits de tenter leur chance et de défendre leurs droits » et d'investir ainsi leurs quelques disponibilités dans l'achat d'un jardin. Le fait que les jardins étaient souvent de petite taille avait sans doute moins d'importance que le statut de propriétaire terrien auquel son acquisition permettait finalement d'accéder : pour un citadin, ce statut était effectivement à l'époque le seul à réellement confirmer une réussite sociale37, même si celle-ci était parfois toute relative.

  • 38 Kanafani-Zahar (1994 : 223) donne une indication détaillée de ce que représentent ces réserves alim (...)

58En effet, les jardins constituaient aussi, pour ces petits propriétaires, une importante réserve alimentaire, réserve dont dépendait parfois la survie de la famille, notamment en cette période de crises et de stagnation économiques que furent les années 1920-40. Les plus petites surfaces (moins de 0,5 hectare), représentant un quart de l'ensemble des propriétés de cette catégorie, étaient d'ailleurs exploitées en faire-valoir direct, les propriétaires ne sollicitant qu'occasionnellement l'aide d'un ou deux journaliers. L'autoconsommation des produits de ces jardins était dans ce cas la règle, assurant la base de la nourriture familiale et permettant de constituer de précieuses réserves alimentaires (mū)38 pour l'hiver.

59D'une manière générale, les petits propriétaires paraissent s'être davantage investis dans l'exploitation directe de leur jardin que les deux précédentes catégories : il semblerait en effet qu'en règle générale plus la surface des jardins était petite et moins on rencontrait d'absentéisme de la part de leurs propriétaires.

60La frontière statutaire qui séparait les petits propriétaires des jardiniers était assez mince. A Homs, il est arrivé ainsi que certains, contraints d'abandonner pour des causes économiques leur activité principale dans les souks, « basculent » dans le maraîchage professionnel, devenant des jardiniers à part entière, alors que le reste de leur lignage restait travailler en ville. Nous verrons, dans la quatrième partie de ce travail, que de nombreux jardiniers homsiotes sont ainsi des descendants de menuisiers, de tisserands... ce qui peut contribuer à éclairer la nature des liens qui unissent les jardins à la société citadine.

LES JARDINIERS HOMSIOTES

  • 39 Leur absence à Hama est unanimement soulignée par l'ensemble de mes informateurs, jardiniers comme (...)

61Quasiment absents à Hama, les lignages de jardiniers propriétaires d'une partie ou de la totalité de leurs exploitations étaient relativement nombreux à Homs39. Ils y représentaient en effet 17,8 % de l'ensemble des lignages de propriétaires de jardins, mais ne possédaient en revanche que 6 % de la zone agricole. De plus, ils ne représentaient qu'une petite partie (5 %) du groupe professionnel des jardiniers homsiotes, dont la très grande majorité ne possédait donc pas la moindre parcelle de terres. Nous verrons toutefois plus loin que certains lignages de jardiniers homsiotes ont continué à acquérir ou se sont mis à acheter des terres tout au long de ces cinquante dernières années et que de nombreux jardiniers de Hama ont eux-mêmes commencé à en acheter à partir des années 1960.

Tableau 8 – Jardins de Homs : structure des propriétés des lignages de jardiniers dans les années 1930-40.
Source : Archives du service du cadastre, Homs.

62Dans les années 1930-40, les propriétés des lignages de jardiniers homsiotes se répartissaient elles aussi sur l'ensemble de la zone maraîchère (fig. 11), à l'exclusion des abords immédiats de la ville, occupés, nous l'avons vu, par la grande et la moyenne propriété. Elles se retrouvaient donc dans les mêmes secteurs centraux que ceux où se retrouvaient les propriétés des « gens du souk ».

63Si la majorité de ces propriétés de jardiniers ne dépassait pas un hectare, la moitié des jardiniers propriétaires ne possédant en réalité guère plus d'un demi-hectare, quelques lignages étaient toutefois parvenus à acquérir des surfaces relativement homogènes et importantes (6 ha en moyenne). C'était, par exemple, le cas des Ǧiniyāt qui avaient acquis un grand ensemble dans le zūr al-Yantiyyeh, ou encore des Za'arūr, qui possédaient depuis la seconde moitié du xixe siècle ce que l'on appelle encore « le triangle des Za‘arūr » (mualla al-Za‘arūr), lot de parcelles d'un seul tenant de forme effectivement triangulaire situé en bordure de la route de Mimas. Nous verrons plus loin que l'on pouvait, à propos de ces trois ou quatre lignages et de quelques autres, définir des aires d'influence à l'intérieur de certains zūr, leurs propriétés d'un seul tenant formant l'épicentre, le noyau dur d'une forte implantation régionale ou encore la base de légitimité d'une certaine autorité exercée sur les autres jardiniers.

  • 40 Type de contrat agricole ainsi décrit par Weulersse (1946 : 130) : « Le principe est simple : le pr (...)

64Il s'agissait de propriétés individuelles, l'unité d'exploitation correspondant donc à la famille étendue ou élargie ou encore à la seule famille nucléaire : s'il existait une forte solidarité lignagère, la propriété restait toutefois l'affaire des seules familles. Ces propriétés avaient été acquises de diverses façons, le plus souvent par achat, mais aussi selon le principe du contrat mūġarsa40. Celui-ci concernait surtout des secteurs éloignés de la ville, non desservis par le grand canal et dans lesquels certaines parcelles avaient été abandonnées ou n'avaient tout simplement jamais été aménagées, constituant donc des terres en friche.

Figure 11 – Propriétés de jardiniers homsiotes dans les années 1930-40.

« Les Šalabī, menuisiers à Hama, sont arrivés à Homs au tout début du xixe avec l'intention de travailler dans les jardins. Ils ont alors passé un contrat de type mūġarsa avec les Sibā‘ī pour l'aménagement (terrassement, creusement de canaux, plantation de haies, amendement de la terre, construction d'étables...) d'une dizaine d'hectares situé dans le zūr al-Ma‘addas, au nord de la zone maraîchère et sont ainsi devenus en quelques années propriétaires d'une partie de leur exploitation » (A.Ah., zūr al-Ma‘addas, Homs, mai 1990).

65Cependant, quelle que soit la taille de leur propriété, les jardiniers homsiotes ne possédaient jamais assez de surface pour pouvoir en vivre exclusivement. Ils étaient donc contraints de prendre en location des parcelles supplémentaires, si possible voisines ou proches de leur propriété. Celle-ci formait alors le fonds stable d'une exploitation à géométrie variable, majoritairement constituée de parcelles louées et donc susceptibles de changer d'une année à l'autre.

66Ces quelques lignages de jardiniers propriétaires étaient relativement privilégiés dans un milieu où dominait une forte précarité dans les rapports d'exploitation. De fait, leurs propriétés, même de petite taille, leur permettaient une relative stabilité et surtout une certaine indépendance économique ; le jardinier propriétaire pouvait en effet toujours compter sur ses parcelles, celles-ci lui assurant le minimum vital.

LES ÉTABLISSEMENTS RELIGIEUX

67De nombreux établissements religieux de Homs et de Hama bénéficiaient de revenus provenant de jardins qui leur avaient été rattachés, au fil des siècles, sous forme de fondations waqf. La mise en location de ces jardins a fait, jusque dans les années 1960, l'objet d'une enchère publique annuelle.

Tableau 9 – Jardins de Homs : waqf rattachés aux mosquées dans les années 1930-40.
Source : Archives du service du cadastre, Homs.

68À Homs, six mosquées disposaient ainsi de quelques 94 hectares de jardins, ce qui représentait 11 % de l'ensemble de la zone des jardins. Une large majorité (90 %) de ces jardins fondés en biens inaliénables se trouvait réunie en quelques groupements assez vastes de parcelles (6 hectares en moyenne) au sud du chemin de Ǧdīdeh (zūr al-Ḫarāb et al-Bāšā) et sur la rive gauche de l'Oronte (zūr al-Wa‘ar), en bordure ouest de la zone (fig. 12).

Figure 12 – Les jardins waqf rattachés à des mosquées homsiotes dans les années 1930-40.

69À Hama, les jardins rattachés en tant que fondations waqf à des établissements religieux semblaient être moins nombreux qu'à Homs, l'ensemble ne représentant à ma connaissance guère plus de 5 hectares au centre-ville et dans sa périphérie immédiate (fig. 13). Les établissements religieux se trouvaient en contact immédiat avec les jardins qu'ils contrôlaient. Ainsi, la mosquée Nūr al-Dīn sise dans le quartier al-Bašūra possédait le jardin adjacent (0,5 hectare), le bustān Nūrīyya Šamālīyyeh ; la mosquée Abū al-Fidā’, située à l'extrémité ouest du vieux quartier de Bāb al-Ǧisr, était prolongée par son jardin waqf d'un peu plus d'un hectare ; la Grande Mosquée possédait de petits jardins avoisinants et l'église orthodoxe disposait quant à elle, toujours sous forme de waqf, du bustān ‘Adīyyeh, parcelle de 2 hectares s'étendant au nord de l'édifice.

Figure 13 – Les jardins waqf rattachés à des bâtiments religieux hamiotes dans les années 1930-40.

70À Homs comme à Hama les propriétaires de jardins étaient loin de former un groupe homogène, tant par la variété de leurs situations socio-économiques au sein de la société citadine et de la taille même de leurs propriétés que par l'usage qu'ils pouvaient eux-mêmes faire de ces propriétés. De plus, ce groupe ne représentait qu'une petite minorité de la société citadine, quelques milliers de personnes à Homs sur une population de 100 000 habitants en 1940, et sans doute encore moins à Hama en raison de la taille plus modeste de la zone des jardins dans cette ville et du quasi-monopole que quelques grands lignages de notables exerçaient sur les jardins de son centre.

  • 41 En excluant donc les waqf des établissements religieux.
  • 42 Deux fois et demi la surface de Homs et deux fois la surface de Hama en 1940.

71Au sein même de cette petite minorité citadine, qui possédait la presque41 totalité d'un territoire agricole alors plus vaste que la surface de leur ville42, les grands notables occupaient une situation prédominante : s'ils ne représentaient qu'une minorité des propriétaires de jardins, ils n'en possédaient pas moins les plus importants domaines et finalement une grande partie de la zone des jardins.

72Ajoutons que si chacune des autres catégories de propriétaires ne représentait elle-même qu'une minorité de son groupe socioprofessionnel d'origine – ainsi les commerçants et les artisans non-propriétaires de jardins étaient de loin beaucoup plus nombreux que ceux qui en possédaient – c'était par contre la quasi-totalité des grands lignages de notables des deux villes, à quelques exceptions près à Hama, qui possédait des propriétés agricoles urbaines. A Homs comme à Hama, les grands notables semblaient ainsi être la catégorie de propriétaires la plus impliquée dans la zone agricole urbaine et celle qui pouvait le plus efficacement en assurer le contrôle.

3 – LES RAPPORTS D'EXPLOITATION ET DE PRODUCTION MARQUAIENT-ILS LA DÉPENDANCE DES JARDINIERS ?

73Seule une petite partie des citadins avait donc, à divers degrés, la maîtrise du foncier agricole de leur ville et cette maîtrise s'accompagnait d'un régime particulier d'exploitation. Les contrats de location ou d'association, les devoirs plus ou moins formels de l'exploitant à l'égard de son « patron »... tout cela constituait en effet autant de moyens directs ou indirects permettant aux propriétaires de jardins d'imposer à leurs jardiniers certaines contraintes et obligations.

74Les rapports d'exploitation dans les jardins urbains se caractérisaient en effet par la précarité des conditions de travail des jardiniers, dont témoigne leur importante instabilité géographique, et par leur dépendance structurelle à l'égard des propriétaires. Mais, dans le même temps, des jardiniers semblent avoir bénéficié d'une certaine marge de manœuvre assouplissant les contraintes du régime foncier et les rigidités de la structure agraire et ayant eux-mêmes leurs propres obligés et dépendants.

MAIN-D'ŒUVRE FAMILIALE. AǦῙR ET JOURNALIERS

LA FAMILLE AU TRAVAIL

75La première source de main-d'œuvre et la plus rentable pour un jardinier a bien sûr toujours été celle fournie par sa famille, c'est-à-dire par son épouse (ou ses épouses), ses fils, ses petits-fils, ses belles-filles et éventuellement ses sœurs et ses filles non mariées. Cette main-d'œuvre familiale n'était cependant pas sollicitée tout le temps et pour tous les travaux.

76Les fils et les petits-fils étaient mobilisés hiver comme été, du moins tant que l'école n'a pas été rendue obligatoire. Les plus jeunes étaient utilisés pour les petits travaux d'irrigation et de nettoyage des légumes. Lorsqu'ils grandissaient, on les employait dans les travaux plus lourds comme l'épandage, les récoltes de fruits et légumes et les soins aux bêtes... ils apprenaient ainsi peu à peu le métier de jardinier.

77La main-d'œuvre féminine familiale était surtout présente au printemps et en été, lorsque la famille du jardinier résidait dans le jardin. En hiver, le jardinier avait plutôt recours aux journaliers et journalières. Les femmes (épouse, mère, belles-filles et sœurs non mariées) du jardinier, passant donc l'été dans le jardin, étaient chargées d'un certain nombre de tâches, la nature de celles-ci dépendant souvent de leur origine sociale. On ne pouvait en effet exiger le même travail d'une personne issue d'une famille de « citadins » (commerçants, artisans) et d'une personne issue d'une famille de jardiniers.

Photo 3 – Jardins de Hama. Fils de jardinier.

78À la première, il était demandé le travail habituel d'une femme d'intérieur : préparation quotidienne des repas, fabrication du pain, nettoyage, entretien de la maison de jardin et préparation des conserves pour l'hiver à partir des produits du jardin (tomates, noix, amandes, haricots, fèves, cornes grecques...). Ce n'est qu'exceptionnellement qu'elle participait à des travaux agricoles (récolte des fèves par exemple) ; lorsqu'elle le faisait, c'était davantage sur le mode festif de la réunion familiale que sur celui de la contrainte laborieuse : les journaliers ayant effectué toute la récolte, elle se contentait, avec les autres femmes de la famille, de trier, d'écosser, d'effeuiller...

79Une femme issue d'une famille de jardiniers, habituée donc aux travaux des champs, était par contre sollicitée à la fois pour ce travail domestique féminin et pour celui accompli dans les parcelles. S'occupant de l'organisation de la vie quotidienne dans la maison de jardin, elle accomplissait aussi un certain nombre de tâches agricoles : désherbage et sarclage des planches, élevage des poules, récolte quotidienne des légumes à pousse rapide (persil, menthe), récolte des tomates, aubergines, fèves... elle aidait aussi à la cueillette de certains fruits comme les mûres. Lorsque venait le temps de gauler les noix, travail effectué par le jardinier, c'est elle qui les ramassait lorsqu'elles tombaient sur un drap étendu au pied du noyer et qui les déposait dans des paniers d'osier. Elle était également chargée de séparer les semences (bdār) des plants secs en les battant avec un bâton.

80Il faut toutefois signaler que les jardiniers de Hama avaient quelques réticences à employer régulièrement leurs femmes pour les travaux dans la mesure où cela constituait à leurs yeux un critère de ruralité : « seuls les paysans font ça... » ils préféraient donc, dans la mesure du possible, avoir recours aux hommes de la famille ou à une main-d'œuvre masculine extérieure. Certains secteurs de jardins étaient ainsi désignés comme moins « citadins » que d'autres parce que leurs jardiniers avaient la réputation de faire travailler leurs femmes sur leurs exploitations... le zūr al-Qiblī semble avoir appartenu à cette catégorie.

81Citadine comme jardinière, homsiote ou hamiote, une femme de jardinier ne manquait cependant pas de se constituer un revenu grâce à certaines petites productions annexes, marginales, généralement négligées par le jardinier. Elle ramassait ainsi certaines fleurs (roses, violettes, fleurs de grenadier) ou plantes (mélisse) pour en faire des tisanes, elle faisait sécher les écorces de grenadiers qui étaient ensuite utilisées sous forme de teinture (noire et beige), elle ramassait les feuilles de vigne, le safran, les roseaux à balais (muknus). Elle faisait sécher des herbes pour les bains, récupérait les bouses de vaches qu'elle transformait en galettes (ǧilla) utilisées comme combustibles. Une partie de ces cueillettes était vendue sur le trottoir des souks ou à des citadins qui venaient dans les jardins. Les petites sommes ainsi obtenues servaient à habiller et chausser les enfants.

82Mais sur des exploitations avoisinant généralement les deux hectares, il était indispensable que les jardiniers puissent avoir recours à une aide extérieure, complémentaire de cette main-d'œuvre familiale, souvent insuffisante, saisonnière et limitée. Cette aide pouvait être permanente ou occasionnelle et pouvait peu à peu contribuer à former, autour de certains jardiniers, un petit cercle d'obligés ou de subordonnés.

L'AǦĪR OU L'APPRENTI DÉGUISÉ

83Littéralement le terme aǧīr (pl. : uǧarā’) signifie aussi bien « employé » que « serviteur », mais il était surtout utilisé dans le sens de « valet de ferme ». La fonction était d'ailleurs très répandue dans les campagnes syriennes jusqu'au début des années 1960 et permettait aux familles de travailleurs saisonniers ou de paysans sans terre (bāūlīn) de placer pour quelques années un ou plusieurs de leurs enfants chez un paysan plus aisé. Les filles pouvaient aussi devenir aǧīra, servantes employées aux tâches ménagères.

84On trouvait donc des aǧīr dans les jardins. Âgés de 10 à 20 ans tout au plus, ils constituaient pour le jardinier une main-d'œuvre peu coûteuse, disponible en permanence et que le jeune âge rendait plus facile à diriger et à former.

85À Homs, ils étaient fils de familles citadines pour qui les jardins représentaient une réserve de travail en période difficile, mais aussi fils de familles rurales qui voyaient dans cette activité agricole un moyen d'accéder au monde urbain.

86À Hama en revanche, la catégorie des aǧīr était exclusivement constituée d'habitants du quartier et de fils de jardiniers. Les jardiniers ayant de nombreux enfants essayaient en effet de placer leurs fils auprès d'autres jardiniers du même secteur. Ceux-ci pouvaient également accueillir des jeunes de leur propre lignage. Les ruraux étaient donc absents des jardins hamiotes :

« Tous les aǧīr étaient de la ville. De notre quartier [Bāb al-Ǧisr]. De manière générale, des quartiers proches des jardins. Il pouvait s'agīr de fils de meuniers, de fils de porteurs, de fils de journaliers, de fils de jardiniers morts alors qu'ils étaient encore enfants [ils n'avaient alors plus de jardin], de parents, de cousins orphelins. Tous des gens très pauvres, mais personne de la campagne et en grande majorité du même quartier que nous...
Je me souviens de Sa‘adū. Il est encore vivant, vieux. Ses enfants sont ingénieurs maintenant. Son père était aussi aǧīr chez mon grand-père. Je me souviens aussi de Ḥassan ‘A. Il était aussi du quartier. Il y avait aussi Rašīd, qui est maintenant au Sud-Liban. Il était de Bāb al-Ǧisr. Son père était un peu fou, il était vendeur ambulant de livres. Rašīd était parent des M. du côté de sa mère. Maḥmūd est mort maintenant. Il était du quartier. Son père était jardinier mais est mort alors que Maḥmūd était encore jeune. Il est alors devenu aǧīr. Il y avait aussi un aǧīr de la famille M., le frère de celui qui travaillait au souk al-Ḥāder. Il s'appelait ‘Abdū et travaillait chez mon père. Son père était jardinier et est lui aussi mort très tôt. » (A.R., zūr Bāb al-Nahr, Hama, juillet 1993).

  • 43 Un informateur hamiote précise que l'ağīr avait également droit à deux fagots de bois et à mille no (...)

87Au moment de son embauche, l'aǧīr recevait du jardinier, homsiote comme hamiote, une ‘abāyeh – grand manteau doublé de fourrure de mouton –, deux paires de souliers et des vêtements neufs43. Il logeait dans le jardin été comme hiver dans une pièce séparée de celle où séjournait la famille du jardinier, mais prenait ses repas avec son patron. Certains jardiniers ajoutaient à cela une petite somme d'argent que l'aǧīr mettait de côté ou faisait parvenir à sa famille.

  • 44 Un observateur a donné dans les années 1920 certaines précisions sur les conditions de travail de c (...)

88La journée d'un aǧīr commençait vers 4 heures du matin par le ramassage des ordures ménagères urbaines destinées à fumer le jardin. De retour au jardin avec son chargement, l'aǧīr devait aider le jardinier dans tous les travaux qui se présentaient : épandage, récoltes, irrigation, sarclage, désherbage, soins des bêtes... la nuit, il protégeait le jardin contre d'éventuels maraudeurs et assurait l'irrigation nocturne. Il s'agissait donc d'un travail de toutes les heures, cumulant souvent des tâches ingrates que le jardinier souhaitait s'éviter44.

89Cependant, on ne restait pas aǧīr toute sa vie. Beaucoup quittaient ce travail au bout d'une année ou deux, trouvaient une autre activité en ville ou retournaient dans leur village. Ceux qui restaient auprès des jardiniers, les suivant alors d'un jardin à l'autre, finissaient par assimiler les techniques, mais aussi tout un ensemble de pratiques sociales liées à la vie dans les jardins, s'insérant ainsi peu à peu au réseau professionnel de leurs patrons, tout en devenant en même temps leurs obligés :

« Mon père a employé beaucoup d'aǧīr, il en changeait tous les ans, parfois tous les deux ou trois ans. Il y avait toujours un aǧīr dans notre jardin, pour amener les ordures de la ville et pour toutes sortes d'autres travaux. La plupart sont morts maintenant. Nous vivions avec eux tous les jours de l'année. Nous étions pour eux comme des frères, ils étaient pour nous comme des oncles (sic !). On ne leur disait pas "aǧīr", mais eux disaient "maître, maîtresse". Quand j'en rencontrais un dans la rue, il me disait toujours "saluez mon maître", en parlant de mon père. » (A.R., zūr Bāb al-Nahr, Hama, juillet 1993).

90Au terme de cet apprentissage ils se mettaient, quand ils le pouvaient, à leur compte, exploitant alors leur propre jardin, tout en gardant des liens, parfois très étroits, avec leurs anciens patrons, liens se concrétisant par une certaine entraide à l'occasion des grands travaux ou encore par un soutien mutuel lors des discussions ou des disputes intervenant parfois au sein des groupes d'irrigants au sujet de l'eau. Certains aǧīr finissaient par être assimilés par le mariage au groupe de parenté de leur maître :

« Le mariage de la fille de ‘Abd al-Qader – jardinier dans le zūr al-Bāšā – avec Karīm, l'aǧīr de son père, est à cet égard un bon exemple. Appartenant à une famille de paysans du village de Balluza dans la région de Qousseir, Karīm a d'abord travaillé dans les années 1940 comme aǧīr chez ‘Abd al-Qader avant d'épouser, en 1959, la fille de ce dernier et de se voir offrir deux parcelles (8 dunum) du jardin de son patron. On peut considérer que marier ainsi sa fille à son ancien aǧīr et lui confier une terre c'était, pour ‘Abd al-Qader, l'associer à ses intérêts, le traiter presque en égal même si leurs relations devaient rester des relations de dépendance, aucun acte légal ne garantissant le droit de Karīm sur la terre qui lui a été confiée. Par cette « captation de gendre », ‘Abd al-Qader s'est ainsi attaché un allié dévoué, voisin par la terre, l'habitat et les liens familiaux et sur lequel il sait pouvoir compter : rien d'étonnant donc à ce que cet attachement se renforce d'une génération à l'autre et qu'une fille du fils de ‘Abd al-Qader ait été mariée avec le fils de Karīm, perpétuant ainsi des liens triplement consacrés par l'apprentissage d'un savoir-faire, le don de la terre et celui des femmes. » (A.Q., zūr al-Bāšā, Homs, mai 1992).

91L'aǧīr pouvait aussi se retouǧrner contre son propre maître, récupérant peu à peu le jardin de celui qui l'avait accueilli et formé au métier de jardinier. Faisant prévaloir sa force, sa jeunesse et sa bonne connaissance de l'exploitation auprès du propriétaire, il pouvait ainsi doubler un jardinier vieillissant et un peu isolé :

« On se souvient tous de l'histoire de Abu Samīr qui n'était qu'un simple aǧīr au début mais qui a pu louer une partie du jardin de son maître en provoquant une enchère auprès du propriétaire puis qui a fini par tout "manger". Maintenant il a toute l'exploitation. Le propriétaire n'avait que des filles. Après sa mort, elles lui ont donné la moitié du jardin, 10 à 12 dunum. » (A.A., zūr al-Bāšā, Homs, 29 mai 1992).

92Mais en général, les liens unissant le jardinier à son aǧīr se caractérisaient par une confiance qui pouvait finalement contribuer à la création d'un environnement professionnel favorable au jardinier, celui-ci gagnant un allié dans la zone des jardins. Quant à l'aǧīr, il acquérait, en même temps qu'un savoir-faire, une place dans le milieu professionnel des jardiniers, son apprentissage – surtout lorsque l'aǧīr était d'origine rurale – se doublant d'un processus de socialisation qui induisait l'acquisition d'une identité sociale liée au monde des jardins et parfois aussi à la société citadine : en devenant aǧīr, le fils de paysan accédait à la ville.

LES TRAVAILLEURS À LA JOURNÉE

93Assez différentes étaient les relations existant entre jardiniers et journaliers. Il existait en ville, dans les années 1930-40, une abondante main-d'œuvre parmi laquelle les jardiniers recrutaient, pour les récoltes d'été comme pour celles d'hiver, des travailleurs agricoles payés à la journée. Constituée d'adultes des deux sexes, cette main-d'œuvre se différenciait toutefois sensiblement d'une ville à l'autre : d'origine indifféremment citadine et rurale à Homs, elle était par contre exclusivement citadine à Hama.

  • 45 À Homs, il y aurait alors eu quelques 30 000 ouvriers travaillant dans le tissage et le filage, soi (...)

94Dans les deux villes pourtant, les journaliers d'origine citadine étaient souvent d'anciens artisans et ouvriers, population qui avait été durement éprouvée par la baisse continue depuis les années 1920 du nombre des métiers à tisser. Activité artisanale majoritaire à Hama et à Homs au début du siècle45, le secteur textile (filature et tissage) subit de plein fouet, dès les débuts du Mandat, la forte concurrence des production occidentales et la fermeture de marchés traditionnels comme celui de l'Anatolie. Avec la réduction continue des ateliers, le nombre des chômeurs augmenta donc considérablement dans les deux villes, pour atteindre dans les années 1930 quelques 5 200 chômeurs à Homs et 9 400 à Hama (al-Dbiyat, 1995 : 152). Certains ont pu ainsi trouver dans les jardins un travail occasionnel. Leur situation ne s'améliora cependant guère durant la décennie suivante, l'économie et plus particulièrement l'artisanat continuant à stagner : la politique mandataire se souciait en effet davantage de l'exploitation massive de cultures spéculatives comme le coton que d'un développement industriel durable. Les seuls investissements observés dans la région pendant cette période ont concerné des minoteries et de petites entreprises d'égrenage du coton (al-Dbiyat, 1995 : 153).

  • 46 En fait, à partir des années 1940, ce village était devenu un véritable sas entre le monde rural et (...)

95À Homs, les journaliers venaient également de l'extérieur, c'est-à-dire de la campagne, des montagnes de l'ouest et de la steppe. Des paysans sans terre originaires de la région de Qousseir, de Baba Amr46, des villages du Wa‘ar et de l'Est, venaient tenter leur chance en ville. Il y avait aussi des alaouites qui venaient de leurs villages de l'ouest ou qui descendaient de la montagne côtière dès le printemps et campaient aux abords de la ville jusqu'en novembre, travaillant aussi bien dans les jardins urbains que sur des exploitations agricoles alentours. Enfin, un grand nombre de bédouines, principalement de la tribu des ‘Agedāt, travaillait cinq à six mois par an dans les jardins homsiotes, cette activité complétant l'élevage de moutons pratiqué dans la même région par les hommes de leur tribu, l'hiver les ramenant tous dans les steppes de l'est.

  • 47 Pavie (1924 : 7) précise cependant que « le journalier touche 20 à 25 piastres par jour s'il est no (...)

96Le jardinier avait donc l'embarras du choix. A Homs, il lui suffisait de se rendre dès l'aube devant Bāb al-Hūd ou aux abords de la grande mosquée, pour trouver, hiver comme été, un grand nombre de travailleurs en attente d'embauché. En période de gros travaux agricoles, certains jardiniers pouvaient ainsi engager pour quelques jours ou seulement quelques heures une demi-douzaine de journaliers. Il s'agissait donc là de rapports saisonniers inégaux, basés sur l'exploitation d'une main-d'œuvre mixte non spécialisée, faiblement rémunérée47 et extrêmement mobile.

97À Hama, les choses semblaient se passer un peu différemment, du moins concernant le recrutement des journaliers. La tendance était en effet de favoriser, comme c'était le cas avec les jeunes aǧīr, une main-d'œuvre masculine de quartier, connue et parfois voisine du jardinier, appartenant en tous les cas à son propre réseau de relations domestiques ou professionnelles. Les rapports entre le jardinier et ces journaliers n'étaient donc pas ici basés sur l'anonymat et le hasard d'un marché de la main-d'œuvre mobile, mais s'inscrivaient le plus souvent dans le cadre particulièrement stable de relations quotidiennes de voisinage et d'une certaine solidarité de quartier. On ne trouvait par contre aucun journalier d'origine rurale.

MODES DE FAIRE-VALOIR ET CONTRATS D'EXPLOITATION

98Le mode de faire-valoir indirect était de loin le plus répandu dans les jardins de Homs et de Hama, les propriétaires qui exploitaient eux-mêmes leurs jardins ne formant à cette époque qu'une minorité.

  • 48 Situation donc bien différente de celle qui prévalait dans la ghouta de Damas où c'est le métayage (...)
  • 49 « Autour des villes, les terrains maraîchers produisent des récoltes échelonnées sur l'année entièr (...)

99Dans les deux villes c'est le fermage qui dominait48. Ce mode d'exploitation permettait en principe aux jardiniers de disposer d'une certaine latitude dans la gestion quotidienne de leurs parcelles, puisque les propriétaires n'étaient supposés exiger d'eux que le paiement régulier d'un loyer fixe. Cette prédominance du système locatif sur le système associatif était semble-t-il due à l'impossibilité matérielle dans laquelle se trouvaient les lignages propriétaires de jardins de surveiller de façon réellement efficace la production quotidienne de leurs jardins, surtout lorsque ceux-ci étaient nombreux et dispersés dans plusieurs secteurs de la zone des jardins49.

100Quant au métayage, minoritaire à Homs et à Hama, il rendait les jardiniers dépendants de leurs propriétaires puisque la surveillance qu'exerçaient ceux-ci sur leurs jardins était plus pesante que dans le cadre du fermage. Le partage des récoltes se faisait alors selon deux procédés : soit le jardinier n'apportait que sa force de travail, contribuant pour moitié à l'achat des bêtes de trait et des outils et dans ce cas le propriétaire recevait la moitié des récoltes ; soit le jardinier fournissait le cheptel et les outils et il gardait alors les deux tiers des récoltes, le propriétaire n'en recevant qu'un tiers.

101Le contrôle effectif de ce partage pouvait s'effectuer au niveau du jardin, dans un rapport direct du propriétaire à son jardinier, mais aussi au niveau du souk : le commerçant de fruits et légumes était alors chargé de faire lui-même la répartition des bénéfices issus des diverses ventes hebdomadaires entre le propriétaire du jardin et son jardinier. La dépendance financière dans laquelle se trouvait souvent ce dernier à l'égard de son commerçant, celui-ci lui accordant facilement des prêts en contrepartie de quoi le jardinier lui réservait ses récoltes, facilitait bien sûr le bon fonctionnement de ce système triangulaire. Une troisième solution consistait à effectuer le partage à partir de la facture dressée par le commerçant et que le jardinier présentait alors lui-même à son propriétaire.

102Les baux à fermage ou à métayage étaient généralement établis autour du 27 septembre de chaque année, jour de la fête de la Croix (‘aīd al-alīb), par enchères publiques ou plus couramment par contact direct avec les propriétaires de jardins. Naaman (1951 : 194) donne le détail de la procédure d'établissement du contrat. Il s'agissait en général d'un acte sous seing privé établi en présence de deux témoins et, lorsqu'il s'agissait d'une location, d'un garant fourni par le jardinier, le plus souvent un commerçant de son quartier, qui répondait du bon paiement du loyer. Celui-ci était généralement payé en trois versements : lors de l'établissement du contrat en septembre puis en mai, c'est-à-dire à la fin de la saison des fèves et des laitues, et de nouveau en septembre, à la fin du contrat et avant la mise en route des cultures d'hiver. Mais le jardinier pouvait également s'acquitter de son loyer en deux versements, lors de la signature du contrat en septembre et un mois avant sa fin, en août. Ajoutons que dans le cas où existaient des relations de confiance entre le jardinier et le propriétaire, le contrat pouvait être établi et prolongé oralement, sans témoin.

  • 50 Jusqu'à 2 000 livres syriennes (LS) après guerre pour des jardins proches de la ville de Homs (Naam (...)

103Le prix des loyers variait selon la surface, la qualité et la nature des sols, les installations déjà présentes dans le jardin (puits, bassin, maison en dur, étables), ses avantages naturels et de situation (unité de niveau, proximité du fleuve ou du grand canal d'irrigation, proximité d'une route) et enfin selon sa situation par rapport à la ville. Un jardin proche de celle-ci permettait en effet un accès plus rapide au marché urbain et une surveillance quotidienne plus efficace des cultures d'hiver. Son loyer pouvait donc être assez élevé. À Homs, les jardins aux loyers les plus bas étaient donc les plus éloignés de la ville, au sud de la route de Tripoli (zūr al-Bāšā) et sur la berge gauche de l'Oronte et présentaient généralement des parcelles sensiblement plus grandes que celles se trouvant à proximité immédiate de l'agglomération50. À Hama, les jardins les moins chers à la location étaient ceux des zūr extérieurs (al-Qiblī, al-Šarqī, Wadī al-Ǧawz...), les plus chers étant bien sûr ceux qui se trouvaient au centre-ville et à Bāb al-Nahr.

SERVICES ET OBLIGATIONS : RELATIONS DE DÉPENDANCE À L'ÉGARD DU PROPRIÉTAIRE

104En plus du loyer annuel ou du partage hebdomadaire des revenus, les propriétaires de jardins recevaient régulièrement, tout au long de l'année, des fruits et des légumes de la part de leurs jardiniers.

105Les modalités de cette pratique pouvaient être dans certains cas fixées lors de l'établissement du bail et procédaient alors d'un accord explicite entre les deux parties, équivalant en quelque sorte à un complément en nature du loyer.

« Dans les années 1940, ‘Alī payait pour un jardin de 15 dunum situé dans le zūr al-Wa‘ar la somme annuelle de 300 LS et devait remettre très précisément au propriétaire 20 l (60 kilos) de tomates par an. Le non-versement de ces 20 l une certaine année, à la suite d'une mauvaise récolte, provoqua la rupture du contrat par le propriétaire et l'expulsion du jardinier. » (M., zūr al-Wa‘ar, Homs, juillet 1992).

106Toutefois, cette pratique restait la plupart du temps informelle et très imprécise. L'importance des « cadeaux » variait alors selon les capacités agricoles du jardin, les saisons et l'importance des récoltes, mais aussi selon la nature des relations existant entre le propriétaire et son jardinier, selon les exigences et les besoins de ce premier, et était en fait subordonnée à certains rapports de force et de dépendance, théoriquement à l'avantage du propriétaire.

107Il était ainsi de coutume que les propriétaires soient entretenus par le jardinier lorsqu'ils venaient passer quelques heures ou quelques jours dans le jardin : le jardinier fournissait et servait alors du thé, des fruits et des légumes « à croquer » (côtes de laitues, concombres).

Photo 4 – Ville de Hama. Le palais ‘Aẓem vu du jardin al-Atweh.

108Ce type de rapport prenait même une dimension particulière dans le cas des jardins du centre de Hama étroitement associés aux quartiers résidentiels des grands notables, les rapports de subordination devenant alors beaucoup plus stables et étroits, tendant presque à assimiler le jardinier à un membre domestique de la maison du propriétaire.

« La famille de Marwān travaille, depuis la fin du siècle dernier, dans un jardin situé au pied du palais ‘Aẓem. Le grand-père (1899-1969) et le père (1929-1982) de l'actuel jardinier y sont nés et y ont travaillé toute leur vie. Ils louaient le jardin aux ‘Aẓem et vivaient de la vente de leurs productions aux seuls habitants du quartier al-Bašūra (ils se déplaçaient d'une maison à l'autre avec une charrette à bras). Les ‘Aẓem recevaient parents, amis, voisins et clients dans ce jardin pendant l'été, se faisant donc servir par leurs jardiniers et obtenaient également d'eux fruits et légumes, livrés à domicile tout au long de l'année. En contrepartie, ils offraient aux jardiniers leur protection, une stabilité et quelques plats cuisinés lors des principales fêtes religieuses. Leur emprise sur ces jardiniers était d'autant plus forte que les fenêtres de leur palais donnaient directement sur le jardin et rendaient donc possible une surveillance immédiate du travail agricole. » (M., bustān Aṭwé, Hama, 30 juin 1993).

109Outre le fait que ces fréquents cadeaux de fruits et de légumes participaient d'une économie familiale, répondant aux besoins ordinaires des propriétaires, ils permettaient aussi à ceux-ci de maintenir un contact régulier avec leurs jardins et leurs jardiniers. En effet, alors que le paiement du loyer en deux ou trois échéances laissait aux jardiniers locataires une relative autonomie, cette pratique des cadeaux réguliers, encouragée par les propriétaires, avait pour effet de réaffirmer périodiquement le lien contractuel. Que ce type de relations plus ou moins formelles s'interrompe et le contrat d'exploitation pouvait être à son tour remis en cause par les propriétaires. Cependant, ces cadeaux n'étaient pas également sans engager en retour ces derniers dans une relation de confiance avec leurs jardiniers, ceux-ci cherchant à obtenir une certaine stabilisation de leur situation de locataires, il est vrai toujours relative.

PRÉCARITÉ DES JARDINIERS

  • 51 Ainsi que le soulignent Naaman (1951 : 200) « Les jardiniers, sans être aisés, mènent une vie décen (...)
  • 52 Weulersse (1946 : 129) soulignait l'importance de la spécialisation au sujet des agriculteurs des e (...)

110Effectivement, bien que le jardinier ait alors bénéficié d'une meilleure situation que celle du simple paysan (fella)51, en raison de sa spécialisation qui rendait son remplacement plus délicat52, des rendements de l'agriculture irriguée, de l'existence d'un groupe professionnel structuré (à Homs) et parce que la proximité de la ville permettait d'accéder rapidement à certains recours légaux (tribunaux) en cas d'abus manifeste de la part du propriétaire, il n'en restait pas moins dépendant de ce dernier, qui avait toujours la possibilité légale de ne pas reconduire le bail annuel. A l'époque, le risque d'être contraint de quitter son exploitation constituait donc une menace qui façonnait l'existence de la grande majorité des jardiniers : ceux-ci n'étaient que de passage, jamais chez eux. Même s'il leur arrivait de rester plusieurs années de suite dans le même jardin, rien ne leur garantissait qu'ils pourraient le conserver d'une année à l'autre.

111L'expulsion du jardinier en cours de contrat était possible, soit parce qu'il était jugé incompétent ou accusé d'avoir commis une faute professionnelle, comme ce jardinier homsiote qui refusait de s'occuper des haies d'arbres fruitiers prétextant qu'elles ne lui rapportaient rien, soit pour des raisons plus saugrenues, voire arbitraires, comme par exemple l'oubli d'un jardinier homsiote de céder son tabouret à son propriétaire lors d'une visite de celui-ci ou encore le cas de cet autre jardinier sommé de quitter son exploitation sur le seul motif qu'il interdisait au fils de son propriétaire de se baigner nu dans l'Oronte.

112Mais il arrivait plus fréquemment qu'un jardinier soit mis en concurrence en fin de bail avec un autre jardinier, celui-ci proposant au propriétaire de reprendre le jardin pour un loyer plus élevé ou à des conditions d'association plus avantageuses. Il s'agissait alors d'une sorte d'enchère privée ou restreinte, le jardinier en place ayant toutefois l'avantage de connaître le jardin convoité et ses propres capacités et de pouvoir ainsi estimer s'il valait la peine d'accepter les nouvelles conditions d'exploitation ou de laisser la place.

113Les jardiniers étaient donc soumis à une certaine instabilité au cours de leur vie professionnelle, dont le parcours de ce jardinier hamiote offre un exemple.

« Né en 1906 dans le vieux quartier de Bāb al-Ǧisr, il a d'abord travaillé pour ses deux oncles dans un jardin de Bāb al-Nahr, y apprenant le métier de jardinier comme « valet de jardin » (aǧīr). À l'âge de 20 ans, il se mit à son compte et loua une dizaine de dunum dans le zūr al-‘Ašīq, à quelques kilomètres de Rastan.
De retour à Hama en 1927, il prend en location une partie du jardin de Ḫuḍurah, propriété des Murād Aġā. Contraint de le quitter en 1929, il loua un jardin appartenant aux Kīlānī près du village de Dahrié, puis retourna à Bāb al-Nahr en 1931 où il devint locataire d'un autre jardin. De 1932 à 1935, il loua de nouveau une partie du jardin de Ḫuḍurah, puis de 1935 à 1938 celui de Naḥīla (zūr Bāb al-Nahr), propriété des ‘Aẓem. Se trouvant sans jardin au début de la seconde guerre mondiale, il travailla comme simple journalier dans les jardins des Misrī (notables religieux), mais aussi chez d'autres propriétaires à Wadī al-Ǧawz et Ǧuhariyyeh, jardins situés entre Bāb al-Nahr et Dahrié. En 1940, il parvint à louer le jardin al-Boṣū, toujours au nord du zūr Bāb al-Nahr et appartenant aux ‘Aẓem. En 1945, il retourna pour la troisième fois à Ḫuḍura dont il loua deux grandes parcelles jusqu'en 1955, année de son départ définitif des jardins de Hama. Il se rendit alors dans la Jéziré puis dans le Ghab pour y cultiver du coton avant de revenir finir pauvrement ses jours à Hama. » (‘A.R.A.. zūr al-Ḫarāb, Hama, août 1993).

114Ainsi, en quelques vingt-neuf années, ce jardinier aura changé d'exploitation à huit reprises en tant que locataire et travaillé dans au moins trois autres jardins en tant que simple journalier. Les autres biographies que j'ai pu recueillir à Hama comme à Homs confirment qu'il ne s'agissait pas là d'un cas isolé, mais bien d'un type d'instabilité courante chez les jardiniers de cette génération qui passaient ainsi en moyenne trois ans dans chaque jardin. Actuellement, seuls les jardiniers âgés de plus de 60 ans connaissent avec précision la configuration, les qualités, les propriétaires de la plupart des jardins de leur zūr... les ayant souvent eux-mêmes exploités au cours de leur existence, alors que les jardiniers trop jeunes pour avoir vécu cette époque de précarité, ne connaissent guère plus que leur propre jardin.

INSTABILITÉ ET IMPLANTATION DES LIGNAGES DE JARDINIERS

115L'amplitude géographique de cette mobilité semble cependant avoir varié d'un jardinier à l'autre, à Homs comme à Hama. Elle pouvait en effet s'exercer sur l'ensemble de la zone des jardins et même au-delà. Elle pouvait se limiter à deux ou trois zūr ou à un seul, ou encore à quelques jardins d'un même secteur. Certains jardiniers restaient dans le même jardin pendant plusieurs années, parfois même toute leur existence. L'explication de cette variété de situations doit être recherchée, en partie du moins, dans le degré d'insertion lignagère dont pouvaient bénéficier les jardiniers.

116En effet, le jardinier le plus instable semble avoir été celui dont le groupe de parenté se réduisait à la seule famille et n'avait qu'une faible attache locale, ce que les jardiniers appellent encore une « petite famille » (ahl aġīr). Cette situation d'isolement relatif – qui n'excluait pas qu'il participe à certains réseaux socioprofessionnels – contraignait le jardinier à saisir les occasions qui se présentaient, dans une instabilité dictée généralement par sa seule survie quotidienne. Les difficultés rencontrées pour trouver une nouvelle exploitation l'amenaient parfois à travailler comme simple journalier au service d'autres jardiniers, comme gardien des eaux (šawī), comme gardien de jardins (āras) en hiver ou encore à quitter la zone des jardins pour aller travailler sur des terres irriguées plus éloignées de la ville et donc plus faciles à louer. Plusieurs jardiniers homsiotes ont ainsi exploité, dans les années 1930, des jardins potagers villageois de la région de Qousseir et de Rablé, à 15 km au sud de Homs (Boissière, 1995b). Certains de ces jardiniers ont même fini par s'installer dans la région, s'insérant au milieu rural.

117Un jardinier appartenant à un groupe lignager étendu et bien implanté dans la zone agricole disposait d'une plus grande stabilité. Ce groupe fonctionnait alors comme un groupe primaire d'entraide, permettant de compenser la précarité inhérente à l'activité agricole. C'était en priorité à l'intérieur de son lignage que le jardinier recherchait de l'aide lors des travaux agricoles, qu'il s'associait pour l'achat de semences, de bêtes de trait ou de petit matériel ou, à Homs, pour l'achat de parcelles...

118Le groupe lignager constituait également le principal point d'ancrage dans le zūr, celui à partir duquel pouvaient se développer les réseaux professionnels et était rendue réalisable une certaine stratégie d'implantation sectorielle. Négocier ou tenter de faire prolonger un bail d'exploitation pour l'un des jardiniers du lignage participait d'une volonté de ce groupe lignager de se fixer davantage sur un terroir en se concentrant autour du contrôle de certaines parcelles aux qualités reconnues et recherchées. Les moyens utilisés pouvaient être alors assez variés : sollicitation discrète du propriétaire du jardin, par exemple par l'envoi de « cadeaux » ou par des visites ; interventions à Homs auprès du chef des jardiniers ou de l'un de ses assesseurs ; intimidation des éventuels concurrents ; surenchères collectives pour la reprise d'un bail arrivant à terme...

119Plus un groupe lignager était étendu et son réseau d'alliés et de dépendants nombreux, plus la position de ses membres dans le secteur se trouvait stabilisée, leur capacité à mobiliser des hommes étant décisive dans les différents rapports de force qui pouvaient les opposer aux autres jardiniers. A Homs comme à Hama, ce réseau pouvait être constitué par quelques subordonnés au lignage, comme les anciens « valets de jardins » devenus jardiniers souvent grâce à lui, par d'autres lignages de jardiniers avec lesquels avaient pu se nouer des relations matrimoniales ou associatives... autant de liens qui, formant un tissu complexe et dense autour du lignage, contribuaient à l'insérer dans son secteur et à limiter d'autant pour ses membres la fréquence et l'amplitude des changements d'exploitations. Il semble cependant qu'à Hama, davantage qu'à Homs le rattachement des jardiniers à leurs quartiers résidentiels ait en partie déterminé leur stabilité ; nous verrons cela plus en détail dans le troisième chapitre.

120En s'appuyant sur ces relations variées et parfois anciennes et sur la capacité du groupe lignager à s'accaparer un zūr à son profit, certains lignages de jardiniers ont ainsi pu pendant des années se réserver l'accès à de nombreux jardins. Un cousin, un frère ou un oncle prenait souvent la place du jardinier partant, même lorsque ce départ se produisait dans une situation de crise avec le propriétaire. Ainsi, pour reprendre l'exemple évoqué plus haut du jardinier expulsé de son exploitation parce qu'il n'avait pas cédé sa chaise à son propriétaire, c'est l'un de ses cousins paternels qui reprit le jardin et qui l'a d'ailleurs conservé jusqu'à nos jours.

121À Homs, enfin, quelques lignages de jardiniers constituaient de véritables pôles de stabilité à l'intérieur de leur secteur grâce à leur statut de propriétaires de jardins. J'ai en effet déjà souligné que leur propriété, même réduite à quelques dizaines de dunum, permettait à ces lignages d'organiser leur exploitation autour de cette base foncière, véritable noyau dur qui les attachait de manière stable à un secteur. Ils formaient ainsi ce que les jardiniers homsiotes appellent les « grands lignages » (buyūt kébīra) dont les noms, s'identifiant fortement à leur zūr, étaient connus dans l'ensemble de la zone des jardins et jusque dans les souks de la ville.

122Pour tributaires qu'aient pu être les jardiniers de Homs et de Hama à l'égard de leurs propriétaires, ce terme se trouve donc un peu nuancé par la capacité de cohésion et de résistance dont pouvaient faire preuve, à divers degrés, les groupes lignagers dans leur rapport au terroir agricole et par leur capacité à développer leur propre stratégie. L'existence à Homs de jardiniers propriétaires de jardins ne pouvait que renforcer cette objection à la seule domination des propriétaires citadins.

123C'est finalement une sorte d'ordre intérieur qui semble se profiler derrière cette « instabilité maîtrisée », les jardiniers disposant d'une marge de manœuvre plus ou moins étroite leur permettant de maintenir la précarité imposée par les rapports de production dans des limites acceptables et viables. Et c'est peut-être précisément dans cette marge, dans cette autonomie très relative, dans cette petite distance existant entre le formalisme de l'ordre foncier et agraire et la complexité du fonctionnement effectif de la zone des jardins comme lieu de productions agricoles et de vie sociale, que les jardiniers se constituaient ou non en tant que groupe professionnel.

LES STRUCTURES ÉLÉMENTAIRES DE L'AUTORITÉ

124Nous allons voir que cette capacité des jardiniers à agīr et à se comporter en tant que groupe prenait cependant une forme différente à Homs et à Hama, tant dans la manière dont les jardiniers s'organisaient effectivement que dans la façon dont les propriétaires de jardins intervenaient dans cette organisation.

À HOMS, UNE STRUCTURE CENTRALISÉE ET MÉDIANE

125Il s'agissait ici d'une structure relativement centralisée, au sein de laquelle un conseil, issu des grands lignages de jardiniers de la zone agricole, jouait un rôle important. Aussi, après avoir présenté dans le détail cette structure, je m'intéresserai plus particulièrement à ces grands lignages de jardiniers.

Chef et conseil des jardiniers

  • 53 Et frère également de Šawkāt Atāssī, dont j'ai présenté plus haut les initiatives d'entrepreneur ag (...)

126À Homs, les jardiniers avaient à leur tête un chef (šay al-basātneh) secondé par un conseil (maǧlīs). Si ce chef était reconnu à la fois des autorités municipales, de la société citadine et des jardiniers eux-mêmes, ces derniers n'avaient toutefois aucune part dans son mode de désignation. Le chef des jardiniers n'était d'ailleurs pas lui-même un jardinier mais appartenait à l'une des grandes « familles » de notables homsiotes, les Atāssī. Ceux-ci ont en effet monopolisé la fonction depuis la fin du xixe siècle, se la transmettant de père en fils ; le dernier à l'avoir occupée est le šay Zuḥūrī ibn Maḥmūd (1885-1956), frère du mufti de Homs à la même époque53. La fonction a disparu à sa mort.

127Ce monopole héréditaire, confirmé par les autorités municipales, devait beaucoup à la domination que cette « famille » de notables exerçait alors sur la société citadine homsiote et à l'importance de leurs propriétés maraîchères ; les Atāssī possédaient en effet quelques 166 hectares de jardins, représentant donc presque 20 % de la zone cultivée, ce qui faisait d'eux les principaux propriétaires de jardins.

128Le chef des jardiniers représentait donc davantage les propriétaires et plus particulièrement les grands notables, que les jardiniers eux-mêmes. De plus, en tant que madanī – terme qui désignait, dans le vocabulaire des jardiniers, le « citadin » non-jardinier – il était étranger au milieu qu'il devait pourtant contrôler et dont il était le responsable officiel. Il s'appuyait donc sur un conseil par l'intermédiaire duquel il lui était possible d'intervenir avec une relative efficacité à l'intérieur même de la zone des jardins. Ce conseil était constitué d'une demi-douzaine de membres (‘aal ‘aawāt), des jardiniers issus de quelques-uns des grands lignages que j'ai mentionnés plus haut et dans lesquels ils occupaient eux-mêmes des positions dominantes.

129Le chef des jardiniers et le conseil, se situant à la charnière de la société citadine et du monde des jardins, fonctionnaient plus ou moins sur deux niveaux interdépendants de responsabilités et de compétences.

130Chef et conseil se réunissaient régulièrement dans les jardins ou dans la maison du chef à Bāb al-Masdūd et s'occupaient, en dehors de la gestion du système d'irrigation que je laisserai pour l'instant de côté, de toutes les questions ayant trait au foncier et aux relations entre propriétaires et jardiniers. Intervenant dans les délicats problèmes de bornage ou de limites de parcelles, ils pouvaient être également amenés à estimer la valeur d'une terre, notamment lors de ventes de parcelles ou de divisions d'héritage. Ils se rendaient alors dans le jardin pour expertiser, fixer leur prix et partager les lots. Leur parole faisait loi.

131Ils étaient aussi sollicités comme arbitres dans les nombreux conflits opposant des propriétaires à leurs jardiniers, le chef des jardiniers pouvant être amené à prononcer une mesure d'expulsion à l'encontre d'un jardinier. Dans ce cas, lui et son conseil s'occupaient d'expertiser l'exploitation concernée de manière à permettre au jardinier expulsé de récupérer la valeur relative des récoltes qui se trouvaient alors en terre, mais aussi de l'engrais qu'il avait utilisé et des aménagements (clôtures, constructions ...) qu'il avait pu effectuer durant son séjour.

132Toutes ces interventions constituaient une source de revenus pour le chef des jardiniers, celui-ci faisant payer chacun de ses services et recevant régulièrement des fruits et des légumes de la part de jardiniers solliciteurs. Le conseil en revanche ne recevait aucun dédommagement pour le travail accompli.

133Le chef des jardiniers n'intervenait cependant que rarement dans les conflits qui n'impliquaient que des jardiniers et qui portaient notamment sur des questions relevant du domaine privé (dots, héritages, répudiations...). Ce n'est en fait que lorsque l'affaire devenait grave, autrement dit s'il y avait actes de violence, que le chef des jardiniers pouvait s'imposer en arbitre, étant alors le dernier recours avant l'intervention des autorités citadines et des institutions judiciaires, intervention que l'on préférait éviter.

134Les membres du conseil pouvaient par contre jouer un rôle actif dans leur secteur respectif, s'interposant entre les antagonistes, imposant leurs décisions ou étant sollicités pour diriger des groupes de conciliation (ul), du moins lorsque eux-mêmes et leur lignage n'étaient pas directement partie prenante dans l'affaire.

  • 54 Les jardiniers parlent alors de la « tête » (ra’s) de lignage.

135Mais cette capacité d'intervention, ils la devaient moins à leur appartenance au conseil qu'à leur position de chef d'un groupe lignager54 étendu et dominant. S'il ne faisait pas de doute que leur statut de membres du conseil renforçait cette situation familiale et régionale et même la légitimait, il ne l'avait toutefois pas créée. C'est en effet parce que ces jardiniers et leur lignage avaient déjà une certaine influence dans leur secteur que les premiers avaient été choisis pour former le conseil et non l'inverse : leur accession au conseil n'était que la reconnaissance officielle d'une situation préexistante. L'action des « membres » dans leur secteur s'appuyait donc surtout sur des rapports de force locaux, sur des liens anciens unissant leur lignage aux autres lignages de jardiniers, et que nourrissaient finalement leurs rivalités et leurs conflits, les obligations qu'ils avaient contractés les uns envers les autres, leurs intérêts personnels, leurs haines ou leurs amitiés.

Les grands lignages de jardiniers

136Qu'est-ce qui, en dehors de leur statut de petits propriétaires, différenciait ces lignages des autres lignages de jardiniers ? Qu'est-ce qu'était en définitive un grand lignage de jardiniers ? Sur quoi s'appuyait sa « grandeur » et son autorité au sein de son groupe professionnel ?

Les cas de trois grands lignages

137J'ai montré que les grands lignages de jardiniers homsiotes se caractérisaient par leur stabilité et que cette stabilité était rendue possible par la propriété de parcelles constituant une sorte de noyau dur autour duquel s'organisaient leurs exploitations : les grands lignages de jardiniers étaient donc ceux qui héritaient de terres.

138La participation directe de ces grands lignages au conseil du chef des jardiniers constitue un autre indice de leur « grandeur ». Cette participation leur permettait notamment d'influer sur les décisions du chef des jardiniers et de servir d'intermédiaire entre ce chef et les jardiniers, entre la société citadine et le milieu agricole.

139Ces faits ayant été établis plus haut, ne peut-on chercher les causes de leur « grandeur » dans l'histoire même de ces lignages ? Je voudrais ainsi présenter le cas de trois grands lignages de jardiniers homsiotes et dégager ce qui semble les avoir caractérisés.

A - Les za‘arūr
  • 55 Des procès verbaux qui m'ont été présentés par les Za‘arūr et qui précisaient les dégâts occasionné (...)

140L'un de leurs ancêtres serait mort sous un buisson d'aubépines (zu‘arūr), mais une autre version fait remonter l'origine de leur nom au fait que leurs plus anciens jardins étaient entourés autrefois par une haute haie d'aubépines. Les Za‘arūr seraient en fait la branche cadette d'un autre lignage, celui des Sabsabī qui prétendaient descendre de Ḥussayn ibn ‘Alī, le petit-fils du Prophète. Les Za‘arūr auraient d'ailleurs fait valoir cette descendance prestigieuse auprès des Ottomans pour être dispensés d'impôts et de servir dans l'armée, ce qui leur aurait été accordé. Les Ottomans leur auraient également donné l'exploitation de terres waqf rattachées à la mosquée al-Ḫaled et de terres domaniales, dont celles sur lesquelles a été plus tard construite une partie de la zone industrielle et du quartier Ḫaldiyyeh où réside actuellement la majorité des Za‘arūr. Au xixe et au début xxe, ils exploitaient donc en location quelques 30 hectares de terres à céréales et une dizaine d'hectares de vignes, en plus des jardins dont ils étaient propriétaires (fig. 14) ou locataires dans le zūr al-Na‘ūra (nord de la zone)55.

141Il existe actuellement six à sept lignées de Za'arūr dans les jardins, sans qu'il soit toutefois possible d'identifier avec précision les liens de parenté les unissant. Ils se considèrent tous comme des cousins éloignés, précisant qu'ils étaient déjà dans un rapport de cousinage au siècle dernier et qu'il faudrait remonter bien plus loin pour leur trouver un ancêtre commun. Même s'ils se considèrent comme appartenant tous au même groupe de parenté, ces lignées n'ont pas toutes eu la même importance dans l'histoire récente des jardins.

142La lignée de ‘Alī est celle autour de laquelle s'est faite, de la seconde moitié du xixe siècle jusqu'aux années 1930, l'unité du lignage. Personnage autoritaire et respecté, le aǧǧ ‘Alī ibn Muḥammad (1820-1893) exploitait 40 dunum dans le zūr al-‘Atīq, était agriculteur sur les terres agricoles du nord de la ville et enfin chamelier, convoyant régulièrement du blé et de l'avoine vers le Liban. Il exerçait une autorité certaine sur l'ensemble du lignage, lui imposant même vers 1860 un tribut dont il fut le principal bénéficiaire. Membre du conseil du chef des jardiniers, il domina jusqu'à sa mort tout le nord de la zone des jardins au-delà de la route de Mimas.

143Il eut cinq fils qui devinrent jardiniers, agriculteurs et chameliers. L'aîné, Aḥmad (1860-1945), devint membre du conseil à la mort de son père. Dans les années 1920, il ouvrit, avec ses frères, un manzūl à Ḫaldiyyeh, ce qui contribua à renforcer la position et l'influence de la lignée au sein du lignage, mais aussi dans le quartier et dans les jardins.

« Le manzūl se trouvait dans le wadī al-Sa‘īq. La maison existe toujours, mais elle est fermée maintenant. Elle a été construite par Muṣṭafa, l'un des fils de ‘Alī. Les gens qui venaient étaient nombreux : il y avait des gens du quartier, des voisins, des amis du bayt, des proches du bayt, mais aussi des jardiniers et des propriétaires de jardins, comme bayt Zahrāwī ou certains Atāssī. Lorsqu'il y avait un problème ou un conflit entre un propriétaire et un jardinier du bayt, ça se réglait parfois au manzūl. Ils s'y retrouvaient là le soir et discutaient. Les parents du propriétaire et du locataire s'entretenaient alors, on racontait l'histoire et on essayait de faire baisser les enjeux, de détendre les rapports. Il s'y passait beaucoup de choses. Il arrivait même que des terres soient vendues ou louées dans le manzūl. Mais ceux qui venaient étaient surtout des jardiniers de notre bayt. Les autres jardiniers savaient ainsi où nous trouver pour faire affaire ou régler un problème. Lors des élections, les gens venaient aussi dans le manzūl pour trouver des voix et organiser des réunions. » (A.M.Z., zūr al-Faḥam, Homs, 3 août 1992).

Figure 14 – Propriétés agricoles et quartier de résidence des lignages Za‘arūr, Muḥbanī et ‘Abd al-Bāqī dans les années 1930-40.

144Une association de bienfaisance de la famille Za‘arūr (Ǧam‘iyyeh ayriyyeh li-bayt al-Za‘arūr) fut également créée dans les années 1930 par les descendants de ‘Alī. Elle disposait d'un président, d'un secrétaire et de trois membres élus et concernait l'ensemble des lignées. Rassemblant dons et contributions de tous les hommes actifs du lignage, elle octroyait des aides à ceux qui, dans le lignage, rencontraient des difficultés économiques, atténuant ainsi les inégalités de conditions qui pouvaient exister d'une lignée à l'autre. Les réunions se tenaient le plus souvent dans le manzūl du wadī al-Sa‘īq. Constituant peu à peu le seul lien existant entre les membres du lignage travaillant dans les jardins et ceux qui, de plus en plus nombreux, pratiquaient des activités plus urbaines, elle a fonctionné jusque dans les années 1960.

145La génération née au début du siècle, plus nombreuse que la précédente, a été témoin du déclin de l'influence familiale dans les jardins. De fait, après la mort d'Aḥmad en 1945, le lignage n'est plus représenté au conseil. Leurs terres agricoles ont disparu du fait de l'urbanisation du nord de la ville entamée au lendemain de la première guerre mondiale et le développement des transports motorisés, dans les années 1920-1930, mit fin à leur activité de chameliers, ces évolutions les privant d'une part importante de leurs revenus extra-agricoles. Ainsi, de nombreux Za‘arūr ont commencé à diversifier leurs activités dès les années 1940 en devenant commerçants (vente de beurre bédouin, de légumes...), artisans (menuisiers...) ou ouvriers dans les nouvelles installations industrielles. La fragmentation des propriétés agricoles de ce lignage a également entraîné une réduction de son activité agricole.

B - Les Muḥbanī

146Le lignage Muḥbanī est présent à la fois dans le souk et dans le nord de la zone maraîchère. Le lignage est actuellement constitué de trois lignées : celle de Ḥūrī, longtemps spécialisée dans le travail de la soie, celles de ‘Akāš et de Muḥammad, ayant de tout temps travaillé dans les jardins. Les liens de parenté entre ces trois lignées sont ici aussi imprécis : pour certains, Ḥūrī serait le cousin des frères ‘Akāš et Muḥammad ; pour d'autres, c'est le père de Ḥūrī qui aurait été le cousin du père de ‘Akāš et de Muḥammad. Ces deux dernières lignées semblent bien être les deux branches d'une même lignée dont le fondateur reste inconnu en dehors du fait qu'il s'appelait Muṣṭafa et qu'il aurait été le descendant d'un bédouin ‘agedāt fixé à Homs dans la seconde partie du xviiie siècle.

147C'est la lignée de ‘Akāš ibn Muṣṭafa qui domina le zūr al-Na'ūra, secteur dans lequel se trouvait l'essentiel des jardins du lignage, et cela dans le cadre d'une forte concurrence avec les Za‘arūr. ‘Akāš (1820-1900) exploitait un jardin d'une trentaine de dunum dont il était en partie propriétaire et était associé à des bédouins pour l'élevage du mouton. Il a aussi été membre du conseil du chef des jardiniers à partir des années 1880. Sa personnalité a suffisamment marqué les jardiniers pour que sa lignée soit appelée « ‘Akāš » après sa mort. Des portraits photographiques du aǧǧ ‘Akaš et de ses fils sont encore accrochés aux murs de la maison de jardin qui, en bordure de la route de Mimas, sert actuellement de manzūl familial : sa mémoire est toujours honorée par ses descendants qui puisent dans sa fréquente évocation un sentiment de fierté familiale.

148Les quatre fils de ‘Akāš étaient tous jardiniers. Ils louaient également des terres au nord de la ville sur lesquelles ils employaient des journaliers pour cultiver des céréales (orge, blé), mais aussi des fèves, des concombres, des melons et des pastèques. Ils alimentaient le souk de Homs et vendaient dans leurs jardins les graines de ces différents légumes. Enfin, ils ont pu racheter une partie de ces terres agricoles (12 dunum) qu'ils ont transformée en marché à bestiaux (bovins et ovins).

149C'est Sa‘īd l'aîné ( ?-1960) qui devint membre du maǧlīs après son père. C'est logiquement autour de sa lignée que s'est constituée la cohésion familiale. Lui aussi homme de caractère, il exploitait 30 à 40 dunum dans le zūr al-Wa‘ar et entretenait un manzūl d'été en bordure de son jardin, manzūl ouvert aussi bien aux jardiniers du secteur qu'aux habitants de son quartier (Ǧoret al-Šiyaḥ). Les quatre fils de Sa'īd, nés autour de 1900, sont tous devenus jardiniers et l'aîné prit à son tour place au conseil des jardiniers et la responsabilité du manzūl. Mais à partir des années 1950, le lignage devait connaître, comme les Za‘arūr, un émiettement de ses propriétés dans la zone des jardins, l'expropriation de ses terres agricoles situées au nord de la ville et une diversification de ses activités, s'orientant plus particulièrement vers l'artisanat moderne (carrosserie, mécanique auto...).

C - Les ‘abd al-bāqī

150Jusque dans les années 1930, les ‘Abd al-Bāqī constituaient l'un des grands lignages de jardiniers du centre de la zone des jardins. Ils étaient propriétaires de plusieurs hectares dans le zūr al-Ḫarāb et étaient responsables d'un canal secondaire. Leur participation au conseil des jardiniers et leurs relations privilégiées avec certains grands propriétaires – notamment les Atāssī dont ils louaient des jardins dans le zūr al-Ḫarāb mais aussi quelques maisons dans le quartier Bāb al-Hūd – ainsi qu'avec les autorités ottomanes, ont constitué la base sociale et politique de leur autorité. Ils gardent encore la réputation d'avoir été un bayt autoritaire qui n'hésitait pas à user de la force lorsque ses propres intérêts se trouvaient concernés.

151Le plus ancien membre connu de ce lignage s'appelait Nūrī. Il est mort juste après la première guerre mondiale. Jardinier, il était propriétaire d'une centaine de dunum dans le zūr al-Ḫarāb. Il a eu six fils, mais seule la lignée de Amīn s'est maintenue jusqu'à nos jours dans les jardins.

  • 56 Les jardiniers disent qu'à une époque (les années 1920) il y avait en fait trois chefs des jardinie (...)
  • 57 Ou chéchia, bonnet rouge cylindrique portant un gland et longtemps signe distinctif de la bourgeois (...)

152Amīn ibn Nūrī (1860-1933) a été la figure la plus charismatique du lignage ‘Abd al-Bāqī, celle qui a le plus marqué la mémoire des jardiniers au point que ceux-ci le confondent encore avec le chef des jardiniers, l'appelant donc šay al-basâtneh56. aǧǧ Amīn n'a bien sûr jamais occupé cette fonction, mais il se comportait parfois comme s'il était le chef. Il avait hérité de 16 dunūm et louait dans le même secteur des parcelles appartenant aux Atāssī. Les jardiniers les plus âgés se souviennent encore d'un vieillard irascible et autoritaire, portant une barbe blanche et le arbūš57. Monté sur son âne et armé d'un bâton, il faisait des tournées régulières dans les jardins afin de veiller au bon fonctionnement des canaux d'irrigation et empêcher les détournements d'eau, ceux du moins qui ne se faisaient pas à son profit, ironisent les jardiniers.

153Il appuyait son autorité sur la crainte que son lignage inspirait et sur ses bonnes relations avec certains notables, notamment avec les Atāssī dont il était le voisin dans le quartier de Bāb al-Hūd. Tout comme les Za‘arūr et Sa‘īd Muḥbanī, il entretenait un manzūl dans son quartier dans lequel se rendaient voisins, alliés, clients et parfois propriétaires de jardins.

154Amīn a eu cinq fils qui ont travaillé avec lui jusqu'à son décès en 1933, décès qui fut rapidement suivi par celui de deux de ses fils ainsi que d'un certain nombre d'animaux de l'exploitation, sans doute à la suite d'une épidémie. Cette mort collective touchant à la fois les hommes et les bêtes a frappé les esprits et a été interprétée comme une punition divine. Le aǧǧ Amīn ne fut d'ailleurs pas remplacé au conseil des jardiniers. Des trois fils restant, deux quittèrent les jardins dès 1934 pour travailler en ville comme menuisier et épicier, vendant leur part de jardin au troisième frère, Muḥammad al-‘Umār (1889-1950), qui est resté jardinier. Mais la mort qui avait si soudainement frappé Amīn et deux de ses fils constitua une rupture mettant fin à la domination de ce grand lignage et entraînant son affaiblissement définitif et sa presque disparition des jardins.

Les principales caractéristiques d'un grand lignage de jardiniers

155Il est maintenant possible de dégager, à partir de ces trois exemples, certains des traits communs aux grands lignages de jardiniers, traits correspondant plus ou moins à trois niveaux d'action et d'intervention : l'individu, le lignage et le quartier.

156Il y a bien sûr l'apparition, à un moment ou à un autre de l'histoire de ces lignages, d'une personnalité qui, parvenant à unifier autour de lui et à s'appuyer sur les lignées, a pu exercer une influence directe sur les jardiniers de son secteur et parfois jouer un certain rôle dans son quartier. Autoritaire ou consensuelle, respectée ou crainte, cette personnalité marque en tous les cas une époque, un lignage et un secteur. Sa disparition peut donner lieu à succession au sein de sa propre lignée ou provoquer une baisse d'influence et un déclin du lignage tout entier.

157Mais l'action et la position de cette personnalité n'auraient sans doute pu être aussi efficientes sans ce lignage qui représentait une force numérique mais aussi économique et sociale. Les lignages les plus étendus, ceux qui possédaient ou contrôlaient le plus grand nombre de jardins, qui disposaient également du plus grand nombre d'actifs, étaient les plus respectés. Encore fallait-il que cette force puisse se concrétiser dans un ensemble solidaire et relativement unifié. Le cas des Za‘arūr est de ce point de vue exceptionnel : leur association d'entraide familiale reste en effet à ma connaissance un cas unique, du moins dans son aspect institutionnalisé et structuré. Mais d'autres formes de solidarité pouvaient se manifester quotidiennement au sein d'un lignage, que ce soit dans le cadre d'une entraide familiale lors de grands travaux, d'une volonté de maintien de certaines exploitations sous le contrôle d'un même lignage ou à l'occasion de conflits avec d'autres lignages de jardiniers... cette solidarité avait pour ciment le sentiment d'appartenance à un même nom, à un même lignage, quel que soit d'ailleurs le degré de parenté supposé entre les différentes lignées le constituant.

158Se reposant sur cette position de force à l'intérieur de leurs secteurs respectifs, ces lignages ont également pu bénéficier de rapports privilégiés avec les propriétaires de jardins et en particulier avec les notables. Le fait qu'ils aient eux-mêmes le statut de petits propriétaires semble les avoir en effet différenciés, aux yeux des propriétaires citadins, de la masse des jardiniers non-propriétaires, même si leurs propriétés restaient de taille très modeste. Cette commune condition supposait en effet des intérêts communs ou à tout le moins convergents (bon fonctionnement de la production, du système d'irrigation, des rapports d'exploitation...), faisant donc de ces lignages de jardiniers les alliés objectifs des propriétaires citadins dans la zone des jardins : les jardiniers disaient d'ailleurs d'eux qu'ils étaient « l'épée de l'éfendi » (sayfal-afendī). Mais ces relations plus ou moins privilégiées entre jardiniers et propriétaires pouvaient tout aussi bien se développer dans le cadre plus étroit des quartiers où résidaient jardiniers et propriétaires de jardins, ceux-ci se côtoyant et fréquentant les mêmes lieux, comme par exemple certains manzūl ou mosquées. Le partage de l'espace résidentiel prenait bien sûr une importance toute particulière lorsqu'elle permettait le contact quotidien avec des notables. Je reviendrai plus en détail sur cette question dans le troisième chapitre.

Photo 5 – Jardins de Homs. Portraits photographiques d'un chef (à droite) de grand lignage de jardiniers et de ses fils surplombés par une représentation de La Mecque et par les calligraphies « Allah » et « Muḥammad ». Le lieu est un grand manzūl familial situé dans les jardins.

  • 58 Même si concrètement l'entretien du lieu était assuré par une seule lignée ou même une seule famill (...)

159La place, le rôle et le degré d'implication des grands lignages dans leur quartier résidentiel pouvaient également déterminer la considération dont ils bénéficiaient au sein de leur groupe professionnel. Ainsi le manzūl, dont la plupart des grands lignages de jardiniers semble avoir disposé58, constituait un élément important du rayonnement local du groupe lignager, accueillant à la fois les gens du quartier et des visiteurs extérieurs au quartier. Lieu de rencontres, de sociabilité, de relais de l'information, lieu aussi d'une certaine représentation sociale, fortement marqué par l'environnement professionnel du lignage hôte, le manzūl semble avoir constitué une sorte d'extension du conseil des jardiniers au sein même du quartier : les membres de ce conseil pouvaient en effet s'en servir pour exercer leur influence sur certains jardiniers et constituer ainsi leur propre clientèle à l'intérieur du groupe professionnel. Mais le manzūl était aussi le point de rencontre de réseaux à la fois urbains et agricoles, mettant en rapport des jardiniers et des propriétaires de jardins, mais aussi des jardiniers et des commerçants ou des artisans... et contribuant ainsi à la création de liens qui transcendaient les rapports de classe et dépassaient parfois largement l'horizon du quartier. Se rendre dans un manzūl n'était d'ailleurs pas un acte gratuit et sans conséquences. Ce geste avait sa logique sociale, participait parfois d'une stratégie d'approche qui appelait une réponse de la part de celui qui recevait la visite :

« Les B. avaient un manzūl à sūq al-Niswān. On y est allé deux fois, mais eux ne sont pas venus dans le nôtre. Il n'y avait pas de réponse. On a donc cessé tout contact avec ce bayt. » (A.M.Z., zūr al-Faḥām, Homs, le 3 août 1993).

160L'implication d'un grand lignage de jardiniers dans son quartier passait aussi par l'approvisionnement de ce dernier en fruits et légumes. Cet approvisionnement se faisait bien sûr par le biais des dépôts-ventes auprès des épiciers et des ventes directes auprès de particuliers, ce qu'effectuaient quotidiennement la plupart des jardiniers. Mais ce qui distinguait un grand lignage des jardiniers ordinaires, c'était la capacité qu'il avait à faire des dons charitables, à redistribuer sans contrepartie apparente certains des produits de ses jardins et à alimenter ainsi tout un réseau d'obligés et de dépendants : les Za‘arūr et les Muḥbanī ont ainsi, pendant des décennies, distribué chaque samedi matin du lait et des légumes aux plus pauvres de leur quartier.

161Mais les quelques grands lignages de jardiniers résidant dans des quartiers périphériques et populaires (Ḫaldiyyeh, Ḥamīdiyyeh, Ǧoret al-Šiyaḥ) avaient davantage de chance d'y jouer un rôle prédominant que ceux qui résidaient dans les quartiers du centre, socialement plus riches, où la considération dont ils pouvaient bénéficier dans les jardins était effacée par la présence de commerçants et surtout de notables. Le quartier périphérique constituait donc un milieu plus protecteur et surtout plus solidaire sur lequel les grands lignages de jardiniers qui y résidaient pouvaient s'appuyer : tout dépendait de l'étendue de leurs relations et surtout de leur capacité à les mobiliser ou à les activer. Ainsi voit-on, dans l'exemple qui suit, que les liens existant entre un quartier et un grand lignage de jardiniers pouvaient parfois être manipulés de manière à impliquer tout un quartier dans des affaires ne concernant en principe que des jardiniers :

« Il existait un conflit entre bayt ‘Akāš et bayt Za‘arūr. Celui-ci était toujours battu par le premier qui était le plus fort. ‘Akāš lui interdisait l'accès à l'eau d'un canal. Un jour [années 1930], bayt Za‘arūr a décidé de se venger. Il a invité tous les gens du quartier Ḫaldiyyeh à venir dans ses jardins. Ils ont égorgé des moutons dans les jardins. Ils étaient nombreux. Les Za‘arūr sont alors allés provoquer les ‘Akāš : ils sont entrés dans l'un de leurs jardins et ont détruit un heir de salades. C'était le printemps. Ils les ont piétinées et arrachées. Les ‘Akāš sont arrivés en courant et se sont alors heurtés à tous le quartier Ḫaldiyyeh . Les gens se battaient à coup de bâtons et de bêches. Il n'y a pas eu de morts, mais tout bayt ‘Akāš s'est réveillé à l'hôpital ! Ils y étaient tous, allongés côté à côte dans leurs lits ! » (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs, 15 août 1992).

162Mais le lignage ‘Akāš-Muḥbanī devait lui aussi pouvoir compter sur son quartier (Ǧoret al-Šiyaḥ) puisque certains de ses membres participaient à cette même époque au conseil du quartier (maǧlīs al-āra ou al-ay) et l'accueillaient pendant l'été dans leur manūl de jardin.

163Le dernier point qui me semble important de souligner au sujet de ces grands lignages de jardiniers, c'est l'existence d'une pluri-activité. En effet, nous avons vu que le maraîchage ne constituait pas, pour deux de nos grands lignages, l'unique source de revenus. On trouvait également les cultures céréalières, le transport chamelier ou l'élevage de moutons. Cette pluri-activité assurait à ces lignages une certaine aisance financière et une indépendance à l'égard des propriétaires de jardins. Elle les plaçait en tous les cas sur un autre rang que le petit métayer qui n'avait pas d'autre source de revenus que sa force de travail et son exploitation. Cela signifiait aussi que ces lignages avaient accès à des réseaux socio-économiques plus étendus que ceux des jardins, réseaux pouvant s'étendre bien au-delà de Homs, comme c'était par exemple le cas pour le transport de céréales vers le Liban. Cette pluri-activité participait d'une économie familiale globale, sans qu'il y ait apparemment rupture entre les activités agricoles et non agricoles : on était à la fois jardinier et chamelier, jardinier et agriculteur, jardinier et entrepreneur en élevage de moutons. Le déclin de l'influence de ces lignages au sein de la zone des jardins ne serait-il pas, quelque part, lié à la disparition de cette complémentarité et de cette polyvalence ? Ou plutôt à l'absence de complémentarité existant entre les activités agricoles et les nouvelles activités urbaines que vont peu à peu adopter ces lignages ?

À HAMA, UNE STRUCTURE EN ARCHIPEL ET ACÉPHALE

164La situation dans les jardins de Hama apparaît bien différente et sans doute un peu plus difficile à décrire si l'on se limite au seul contexte de la zone de cultures. Il est en effet plus difficile de reconstituer le mode d'organisation sans prendre en compte à la fois le système d'irrigation de la noria et les quartiers résidentiels des jardiniers, deux domaines pesant fortement sur le mode de fonctionnement des jardiniers hamiotes. Je ne proposerai donc ici qu'un très rapide aperçu, qui sera complété dans les deux prochains chapitres.

165Il n'existait pas à Hama d'instance professionnelle fonctionnant à un niveau global. Le contrôle des jardiniers ne dépendait pas d'une autorité bien définie et institutionnalisée qui aurait pu agīr, comme à Homs, de façon coercitive sur l'ensemble de la zone de cultures et des jardiniers : ni chef des jardiniers, ni conseil de sages, mais une succession de petits groupes (ou de communautés) de jardiniers rattachés à leur zūr respectif et n'ayant que peu de contacts entre eux. L'impression d'ensemble est donc celle d'un morcellement du groupe professionnel des jardiniers sur un territoire agricole lui-même géographiquement très fragmenté.

166De même, l'absence de jardiniers propriétaires de jardins signifiait aussi l'absence d'un groupe social intermédiaire entre la masse des jardiniers et leurs propriétaires. S'il existait ici aussi des lignages stables, relativement bien implantés dans leur zūr, cela n'était donc pas le fait d'un statut de jardinier-propriétaire, mais découlait à la fois d'une stratégie de résistance de certains groupes lignagers et de leur implantation urbaine particulière. Les jardiniers hamiotes représentaient en fait une masse de travailleurs socialement homogène et démunie sur laquelle les propriétaires de jardins, ou leurs représentants (wakīl, mutawwalī), semblaient pouvoir exercer leur autorité de façon beaucoup plus directe qu'à Homs.

167C'est à l'échelle des petites communautés de jardiniers et des zūr que semblait se produire l'essentiel de ces interactions entre propriétaires et jardiniers et se régler les problèmes qui pouvaient alors se poser tant par rapport au foncier que par rapport à l'irrigation. Ce qui caractérisait ce type de rapport, c'était l'absence d'alternative au pouvoir des propriétaires et la dépendance dans laquelle se trouvaient les jardiniers à l'égard de ces derniers, dépendance certainement plus grande que celle que subissaient les jardiniers homsiotes.

168Ainsi, les problèmes qui pouvaient se poser entre un jardinier et son propriétaire se réglaient dans le cadre étroit de leurs relations, d'un face à face dans lequel le jardinier était bien sûr en position de faiblesse. La décision que pouvait prendre un propriétaire d'expulser un jardinier ou de changer en cours de bail le mode de faire-valoir – passer par exemple du fermage au métayage, cas de figure rencontré plusieurs fois dans mes enquêtes – ne semblait souffrir à l'époque d'aucune limite. Le jardinier hamiote se retrouvait très désarmé face à l'arbitraire des propriétaires.

  • 59 Dans le cas d'un jardinier expulsé, l'indemnisation des récoltes encore en terre et des travaux eff (...)

169En ce qui concernait les conflits (sur l'eau ou la terre59) pouvant éclater entre jardiniers, ils provoquaient ici aussi la constitution de groupes de conciliation dans le cadre de chaque zūr, mobilisant les jardiniers les plus âgés, les plus respectés, appartenant aux lignages les mieux intégrés et les plus anciens. Lorsque le conflit menaçait de dégénérer, l'affaire pouvait se régler dans le cadre même du quartier. Intervenaient alors des personnalités étrangères au groupe professionnel des jardiniers, parfois le chef de quartier lui-même.

170Pour résumer, on peut dire qu'il existait à Homs une structure professionnelle relativement centralisée et hiérarchisée alors qu'à Hama il s'agissait d'un mode d'organisation plutôt décentralisé, morcelé et apparemment sans hiérarchisation affirmée. Il semble que, dans l'un et l'autre cas, le système d'irrigation ait eu un important effet structurant. Constitué en réseaux (canaux) à Homs, en unités particulières (norias) à Hama, il parait avoir déterminé, du moins jusqu'à un certain point – en fait jusqu'au moment où l'innovation permet de s'en affranchir – une morphologie particulière d'organisation du travail : centralisée ou décentralisée, hiérarchisée ou non... C'est cette hypothèse que je vérifierai dans le chapitre suivant.

Notes

1 Issawi (1969 : 105-106) rappelle ainsi que du temps de Volney (xviiie), « an appreciable proportion of the habitants of most cities consisted of farmers who cultivated adjacent lands, but who lived within the city walls for protection - a practice that was continued to this day in some places, for instance, in Damascus ».

2 Pour tout ce qui concerne la croissance urbaine de ces deux villes, j'ai utilisé les éléments présentés dans la thèse de M. al-Dbiyat (1995 : 165-201).

3 La construction du chemin de fer Homs-Tripoli a été achevée en mai 1911, celui-ci parcourant alors quelques 102 km (Ḫūrī et As‘ad, 1984 : 421).

4 La plupart des vignobles se trouvaient toutefois sur le plateau du Wa‘ar et à l'est de la ville. L'Encyclopédie de l'Islam (1971 : 413) rappelle ainsi que « plantée à l'est de Hims en dehors de la zone maraîchère et dans la région basaltique de Wa‘ar sur la rive gauche de l'Oronte, la vigne est une des principales ressources du pays depuis l'antiquité ».

5 Du moins jusqu'au début des années 1980, époque de la construction à travers les jardins des premières larges voies de communication entre la ville et ses nouveaux quartiers de l'ouest, sur le plateau du Wa‘ar.

6 Dans sa thèse, Naaman (1951 : 196) avançait le chiffre de cinq mille jardiniers, ce qui parait avoir été très exagéré. En effet, le nombre des jardiniers homsiotes n'a pu être à cette époque supérieur à cinq cents, compte tenu de la surface globale et intangible de la zone des jardins (1 000 ha) et de la surface moyenne des unités d'exploitations dans les années 1940 (2 à 2,5 ha). Naaman prenait peut-être en compte les journaliers et les aides-jardiniers ou « valets de jardins » (aǧīr) alors nombreux dans les jardins.

7 Limite est, correspondant actuellement à l'autoroute Homs-Alep.

8 On passe en effet d'une altitude de 310-320 mètres au niveau des plateaux à 270 mètres au niveau des berges.

9 Comme nous le verrons plus loin, ce n'est qu'à partir des années 1960 que la pratique de l'arboriculture est devenue majoritaire dans les jardins de Hama, au détriment des cultures maraîchères.

10 L'essentiel de l'information concernant la propriété foncière provient des registres conservés au service des archives du cadastre des villes de Homs et de Hama, dans lesquels se trouvent les numéros des parcelles, des précisions concernant leur superficie et leur statut juridique (mulk ou waqf) et enfin les noms des propriétaires qui se sont succédé depuis l'ouverture de ces registres, au début des années 1930.
Ces registres et leur accès se présentent toutefois assez différemment d'une ville à l'autre.
À Homs, les jardins sont enregistrés dans une dizaine de registres qui leur sont de fait exclusivement réservés. Leur consultation n'offre aucune difficulté particulière, les parcelles se présentant, d'un registre à l'autre, dans l'ordre de leur situation géographique, suivant un axe nord-sud.
À Hama en revanche, les jardins ne sont pas séparés dans les registres des quartiers d'habitation : leurs numéros d'enregistrement sont en effet mêlés à ceux des immeubles bâtis. C'est donc plusieurs dizaines de registres disséminés dans l'ensemble des archives qu'il fallait consulter pour retrouver la totalité des jardins enregistrés de façon éparse. Une enquête entreprise à mon sujet par les services de renseignements militaires auprès de l'administration du cadastre a cependant rendu extrêmement réticents les fonctionnaires jusqu'alors disposés à m'aider. Les visites que certains d'entre eux reçurent chez eux et la méfiance et la gêne qu'ils me témoignèrent dès lors, malgré mes autorisations officielles, ont contribué à écourter mes recherches dans cette administration, ne me permettant de relever qu'une centaine de parcelles, soit un cinquième de l'ensemble de la zone agricole urbaine et périurbaine.
Cette approche partielle a été complétée par des enquêtes auprès de propriétaires et de jardiniers, mais celles-ci ne peuvent remplacer la précision d'un relevé de cadastre. Même si on parvient, par recoupements de ces diverses sources, à couvrir la presque totalité des jardins situés au centre-ville concernant le foncier, ma documentation sur les jardins de Hama n'est donc pas aussi exhaustive que celle obtenue à Homs et ne pourra donc être traitée de manière aussi systématique. Pour cette raison, mon analyse sera un peu asymétrique, se concentrant essentiellement sur les jardins homsiotes, ceux de Hama n'intervenant qu'à titre comparatif et indicatif lorsque les données disponibles le permettront.

11 Pour plus de précisions sur le statut foncier des terres en Syrie, voir notamment Mounayer (1929 : 90-93), Chaoui (1928 : 37-40 & 41-49), Weulersse (1946 : 92) et Lewis (1979 : 116).

12 Ibn Khaldoun (1997 : 582) soulignait déjà, à propos du Maghreb, que « ... l'acquisition des propriétés et des fermes est surtout une assurance sur l'avenir des orphelins sans ressources qu'on pourrait laisser après soi. Le revenu de ces immeubles sert à payer pour leur éducation, tant qu'ils sont incapables de gagner eux-mêmes leur vie. De plus, certains enfants sont trop faibles pour s'en tirer, soit de corps, soit d'esprit. Ils vivent donc sur la propriété. Et c'est pourquoi l'on dépense tant d'argent pour acheter ces immeubles ». On peut imaginer qu'une telle pratique ait également eu cours au Moyen-Orient et que nombre de ces petites propriétés homsiotes et hamiotes relevait de ce type d'investissement.

13 Latron (1936 : 187-190) et Weulersse (1946 : 99-109) font une description détaillée de ce système fonctionnant au niveau des communautés villageoises. Les derniers mušāont disparu en Syrie dans les années 1950.

14 J. Gaulmier (Asie française, 1933 : 130-137), précise ainsi l'origine des différents grands lignages de notables hamiotes : « Toutes ces familles sont d'origine étrangère. La famille Barazi, originaire de Sarroudj, est venue à Hama vers 1780, tandis que la branche principale demeurait à Djerablous et que d'autres membres allaient se fixer à Damas, à Homs, à Salamieh et en Egypte. Les Kilani, lointainement originaires de Perse, sont peut-être apparentés à Mohammad par assan et Hossein, fils de Alī et de Fatma. Le tombeau d'un de leurs ancêtres, Abdel Kader el-Kilani, saint vénéré de tout le monde musulman, se trouve à Bagdad, d'où la famille est venue à Hama vers la fin du xve siècle. La famille Azem est d'origine turque : elle est venue de Koniah à Damas d'abord, puis à Hama sous la conduite d'Ibrahim bey al-Azem, au milieu du xviie siècle. La famille Teyfour, originaire de Bagdad, est venue à Hama dans les dernières années du xviiie siècle. Elle a laissé des branches importantes à Mardine et à Deir ez.-Zor. D'autres familles de notables, moins importantes, sont également d'origine étrangère, par exemple la famille Baroudi, venue du pays alaouite, et les Chichakli, venus de Turquie à Maarat en No'man d'abord, puis à Hama vers 1800. En leur joignant la famille chrétienne Merheg, venue de Choueir, dans le Liban, à Homs, puis à Hama, au début du xixe, on aura la liste de ceux qui se partagent la quasi-totalité des terres du district de Hama et à propos de qui on est bien obligé d'employer le mot de "féodalité" ».

15 Pour la rédaction de ce court paragraphe, je me suis notamment appuyé sur les travaux de Roded ( 1984 et 1986 : 146-171).

16 Il existait à Hama d'autres lignages aussi importants (Tayfūr et Barazī notamment) ayant eux aussi de grandes propriétés foncières mais qui possédaient trop peu de jardins urbains et périurbains pour que l'on en tienne compte ici. Les raisons de leur quasi-absence dans la zone des jardins est à chercher dans les conditions historiques d'appropriation du foncier urbain, ce qui dépasse largement le cadre de mon étude.

17 Sont désignés comme ašrāf (sing. : šarīf) les descendants supposés de la famille du Prophète de l'islam.

18 Pour certains lignages, ces fonctions officielles furent même à l'origine de leur ascension socio-politique, comme ce fut le cas au xixe pour les Durūbī, marchands originaires d'Irak, qui obtinrent les postes de directeur des terres d'État à Homs et de gouverneur de Syrie (Roded, 1984 : 279 et 1986 : 160).

19 Il s'agissait surtout de notables homsiotes : Ḫaled bey al-Atāssī (1834-1908), député du premier parlement ottoman, Ala al-Dīn al-Durūbī (1869- ?), membre du gouvernement Fayṣal, Mazhar Bāšā al-Raslān (1887- ?) premier ministre en Transjordanie puis représentant de Homs au Parlement syrien, Hanī al-Sibā‘ī (1898- ?), ministre de l'Éducation, etc. (Roded, 1984).

20 Sur l'importance de l'ottomanisation d'une partie de ces élites urbaines par le biais du système éducatif ottoman, voir Roded, 1986.

21 Ainsi que le rappelle Dbiyat (1995 : 115) : « Les paysans, hostiles à toute autorité, ont été convaincus que la réforme foncière n'avait d'autre but qu'un alourdissement des impôts. Les notables et les chefs de tribus ont profité de cette situation et ont inscrit les terres à leur nom, avec l'accord des paysans et de l'autorité centrale. (...) C'est ainsi que les notables de Homs et de Hama se sont appropriés une importante partie des terres agricoles de la Syrie centrale. Ils ont abusé de l'ignorance des paysans et ont utilisé tous les moyens pour parvenir à leur but : fraude, corruption et violences. Tout cela a été justifié par la raison du plus fort avec l'accord tacite des autorités ottomanes et au moment (début xxe siècle) où l'agriculture commençait à se transformer, passant de la spéculation à l'exportation des matières premières agricoles (coton, tabac, soie...) vers les marchés occidentaux. » Sur les conséquences de la loi ottomane de 1858 au Moyen-Orient, voir Gerber (1987 : 67-90).

22 Comme le souligne Hannoyer (1980 : 288), « le trait le plus remarquable pour cette période dans le domaine de la propriété foncière est sans doute la progression de la moyenne propriété. Elle se renforce surtout aux dépens de la petite propriété (première victime de l'extension du phénomène de l'usure et des rapports monétaires à cette époque) et annonce la montée d'une classe qui se distinguera de celle des grands propriétaires par un souci de mise en valeur des terres et d'investissements plus importants. La montée de cette "classe moyenne" devait mener à des conflits parfois violents autour de la terre et surtout de l'eau avec les riches notables (certains de ces moyens propriétaires travaillaient eux-mêmes sur leurs exploitations) ».

23 À la veille de la réforme agraire de 1958, on comptait en moyenne 700 hectares par propriétaire (al-Dbiyat, 1995 : 116).

24 Étant précisé qu'elles évoluaient entre 15 et 166 hectares, voir tableau 4.

25 Jusqu'à la suppression des waqf familiaux en 1949.

26 Ces deux lignages étaient par ailleurs propriétaires de très importants domaines agricoles dans la région de Hama. D'après Gaulmier (Asie française, 1933 : 132), les ‘Aẓem possédaient 25 villages dont 4 à Massyaf et 2 à Ma‘arat et les Kīlānī possédaient 24 villages dont 5 à Masyaf, 1 dans la région de Homs et 1 à Ma‘arat.

27 Weulersse précise (1946 : 218) que ces lignages de notables constituaient autant de "maisons" (bayt) comprises ici dans le « sens quasi princier du terme », qui possédaient ainsi collectivement « de vastes domaines, dont le partage serait la ruine ; nombre et cohésion des membres de la famille, richesse foncière, clientèle urbaine et paysanne, rôle politique et mainmise sur le gouvernement local se renforcent mutuellement. Ainsi s'est constituée cette puissante aristocratie citadine qui a régi jusqu'ici le pays et qui continue à le mener ».

28 Les informateurs homsiotes comme hamiotes m'ont souvent signalé l'existence de cahiers de comptes qu'auraient tenus leur père ou leur grand-père mais, perdus ou opportunément « oubliés », je n'ai jamais pu y avoir accès malgré mon insistance, en dehors de celui de Abū T. Zahrāwī qui commence en 1960 et auquel je me référerai plus loin.

29 Entretien au manzūl de bayt Atāssī en juin 1993.

30 Entretien avec A.T. Zahrāwī, Homs, juillet 1994.

31 Loués à des meuniers citadins.

32 On mesurait le blé en masa, ce qui correspondait à un bassin en pierre ayant une contenance de 6 ral (18 kilos). On éliminait le surplus de blé en balayant (masaa) l'ouverture du bassin avec une barre de fer. Pour chaque masa moulu, le paysan payait 10 sous (A.S., zūr al-Ḫarāb, Homs, septembre 1992).

33 Sibā‘ī et Zahrāwī (1993) et Ṣābūnī (1956).

34 Elles évoluent entre 8 et 28 hectares.

35 Ces enquêtes ont surtout concerné Homs. La démarche consistait à relever les patronymes dans les registres du cadastre agricole et à soumettre ces listes à plusieurs informateurs dans la vieille ville, pour ensuite procéder au recoupement des données ainsi obtenues. À Hama, les lacunes dont souffraient mes relevés cadastraux ne m'ont permis d'effectuer que des enquêtes de portée très limitée.

36 Pour une fourchette allant de 0,1 à 8 hectares.

37 En effet, comme le souligne Drain (1993 : 21), « capital physique de nature complexe, la terre est à la fois un moyen de production, un placement et même une sorte de valeur refuge. Mais elle est également une valeur sûre qui relève du capital symbolique, celle qui confère le prestige vis-à-vis de la société et qui atteste de la réussite individuelle et lignagère ».

38 Kanafani-Zahar (1994 : 223) donne une indication détaillée de ce que représentent ces réserves alimentaires dans la campagne libanaise : « La mūné est un processus de conservation alimentaire. Elle désigne aussi le mawsam [saison] qui commence au début des moissons et des récoltes et se termine par l'abattage du mouton pour la fabrication de la awarma. La mūné relie ainsi deux pôles : l'intérieur et l'extérieur. Elle est préparée en été dans les jardins, autour des aires de battage, autour des points d'eau et sur les toits. La préparation de la mūné est ainsi une période d'activité intense. Les femmes sont occupées à nettoyer les grains, à cueillir les fruits et les légumes puis à les faire sécher, à réduire le kišk en poudre, à broyer les céréales, etc. Elles montent et descendent des toits, parcourent le village, les jardins, les champs et les aires de battage, les bras chargés de provende, affairées mais heureuses (...). La mūné est aussi un système alimentaire équilibré. Les protéines sont fournies par la awarma, les produits laitiers, le kišk, le pain, les légumineuses ; les glucides par le pain, les légumineuses, les confitures, les raisinés, les fruits séchés ; les graisses par l'huile d'olive, le beurre clarifié, les olives. »

39 Leur absence à Hama est unanimement soulignée par l'ensemble de mes informateurs, jardiniers comme propriétaires de jardins. D'après eux, un seul lignage de jardiniers était propriétaire de son jardin dans les années d'après-guerre et il se trouvait à Bāb al-Nahr. Ces affirmations ont été confirmées par la centaine de relevés effectués dans les registres cadastraux (où aucun jardinier n'apparaît avant les années 1960) et par les enquêtes sur le foncier que j'ai menées auprès d'une dizaine de lignages de jardiniers.

40 Type de contrat agricole ainsi décrit par Weulersse (1946 : 130) : « Le principe est simple : le propriétaire concède au métayer un terrain nu, à charge pour lui de le complanter en telle ou telle espèce. Quand la plantation commence à entrer en rapport, elle est partagée entre les deux parties contractantes, chacune tenant désormais sa part en pleine propriété ; le partage met fin du même coup à l'association. On comprend qu'ainsi conçue elle intéresse l'un et l'autre, le propriétaire dont la part plantée vaudra infiniment plus que la totalité non plantée, et le métayer qui, sans débours, deviendra propriétaire ».

41 En excluant donc les waqf des établissements religieux.

42 Deux fois et demi la surface de Homs et deux fois la surface de Hama en 1940.

43 Un informateur hamiote précise que l'ağīr avait également droit à deux fagots de bois et à mille noix par an.

44 Un observateur a donné dans les années 1920 certaines précisions sur les conditions de travail de ce type d'ouvrier agricole dans les campagnes de la région d'Alep : « L'ouvrier payé à l'année et nourri (...) reçoit 3 000 à 4 000 piastres syriennes et, en plus, une paire de bottes de paysans "khaff" et une blouse rustique "bacht". Il se met au travail à partir du mois de septembre. Sa tâche consiste en labours, semailles, labours pour les récoltes suivantes. Il doit, en outre, aider aux travaux de fauchage, à la rentrée de la récolte, au battage du blé et son transport et à celui de la paille aux greniers du patron. Ce n'est qu'alors que l'ouvrier est censé avoir accompli sa tâche annuelle, rétribuée par les salaires précités. Il y a deux procédés pour nourrir l'ouvrier : A) En lui servant à manger dans la maison du patron et pendant toute la durée de son service. Ces repas consistent, outre le pain, en lait caillé, beurre, mélasse, bourghoul ou quoi que ce soit de la maison du patron. B) En fournissant à l'ouvrier des provisions déterminées : par exemple 435 klgs 200 d'orge ou bien encore 326 kgs 70 de blé ou 89 klgs d'orge, suivant les conventions. Outre ceci, il reçoit 3 klgs 300 d'huile, 3 klgs 300 de sel, 3 klgs 300 d'oignons et 1 klgs 65 de savon. Ainsi alimenté, l'ouvrier prend ses repas chez, lui avec les siens. » (Pavie, 1924).

45 À Homs, il y aurait alors eu quelques 30 000 ouvriers travaillant dans le tissage et le filage, soit la moitié de la population. On comptait à cette époque 4 000 métiers à tisser (Le Boulanger, 1922 : 139). En 1950, le nombre des métiers à tisser fonctionnant dans cette même ville était réduit à 750 (Moussly, 1981 : 294, cité par al-Dbiyat, 1995 : 152).

46 En fait, à partir des années 1940, ce village était devenu un véritable sas entre le monde rural et le monde urbain pour les paysans venant travailler en ville et les bédouins en voie de sédentarisation. L'extension des terres irriguées à la suite de la construction d'un nouveau canal permit d'ailleurs à beaucoup de ces nouveaux venus de s'installer définitivement au village en louant ou même en achetant une terre.

47 Pavie (1924 : 7) précise cependant que « le journalier touche 20 à 25 piastres par jour s'il est nourri par le patron, et le double, s'il doit pourvoir lui-même à sa nourriture ». Il était donc mieux payé que l'ağīr (8 piastres par jour en moyenne).

48 Situation donc bien différente de celle qui prévalait dans la ghouta de Damas où c'est le métayage qui dominait (Bianquis, 1989 : 53-54).

49 « Autour des villes, les terrains maraîchers produisent des récoltes échelonnées sur l'année entière ; dans ces conditions, le contrôle d'une association de métayage est très difficile et le propriétaire préfère souvent se décharger sur le paysan de tous les soucis de la surveillance ; il lui laisse toute liberté, moyennant le paiement d'une redevance fixe en numéraire. » (Latron, 1936 : 74).

50 Jusqu'à 2 000 livres syriennes (LS) après guerre pour des jardins proches de la ville de Homs (Naaman, 1951 : 195) contre 300 LS à 500 LS pour des parcelles situées de l'autre côté de l'Oronte.

51 Ainsi que le soulignent Naaman (1951 : 200) « Les jardiniers, sans être aisés, mènent une vie décente comparée à celle du paysan de certaines régions » et Hinnebusch (1979 : 7) « In garden culture, which required a bond of interest between owner and cultivator, contracts were more favorable, and, in the other extreme, if labor was excessively plentiful, peasant shares might be reduced to as little as 16 % ». Sur la situation difficile du monde rural avant les réformes des années 1950-60, voir Hannoyer (1980 : 273-295). Cette situation plus favorable au jardinier qu'au paysan semble d'ailleurs avoir perduré au-delà des années 1950 puisque Abouhamad (1969 : 58) constate « un faible revenu de la famille dans le secteur agricole, qui est de l'ordre de 720 livres syriennes par an pour une famille composée d'une moyenne de 4 personnes », alors que l'on peut estimer qu'à cette même époque un jardinier exploitant une vingtaine de dunum pouvait compter sur un revenu annuel de 3 000 livres.

52 Weulersse (1946 : 129) soulignait l'importance de la spécialisation au sujet des agriculteurs des exploitations du littoral : « Dès qu'il y a plantation la condition du métayer s'améliore ; le maître en effet ne peut plus se passer d'un minimum de collaboration consentie de sa part. Pour la culture traditionnelle du blé ou de l'orge, que le fella soit bon ou mauvais, peu importe. Dans les plantations, au contraire, que ce soit l'olivier, la vigne ou l'oranger, le paysan tient en ses mains la richesse de son maître ; suivant les soins qu'il y apporte, la valeur d'une plantation peut être à chaque année, à chaque saison, améliorée, entretenue ou compromise. »

53 Et frère également de Šawkāt Atāssī, dont j'ai présenté plus haut les initiatives d'entrepreneur agricole.

54 Les jardiniers parlent alors de la « tête » (ra’s) de lignage.

55 Des procès verbaux qui m'ont été présentés par les Za‘arūr et qui précisaient les dégâts occasionnés par l'aménagement de canaux secondaires dans cette région en 1936 font effectivement référence à ces types de cultures.

56 Les jardiniers disent qu'à une époque (les années 1920) il y avait en fait trois chefs des jardiniers : Zuhūrī al-Atāssī (le chef officiel), Sa'īd al-Muḥbanī et Amīn ‘Abd al-Bāqī...

57 Ou chéchia, bonnet rouge cylindrique portant un gland et longtemps signe distinctif de la bourgeoisie.

58 Même si concrètement l'entretien du lieu était assuré par une seule lignée ou même une seule famille.

59 Dans le cas d'un jardinier expulsé, l'indemnisation des récoltes encore en terre et des travaux effectués dans le jardin était assurée par le jardinier repreneur. Cette opération était source de fréquentes mésententes, le jardinier repreneur refusant parfois de payer quoi que ce soit au jardinier partant.

Table des illustrations

Légende Figure 2 – Homs et ses environs dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende Photo 1 – Jardins de Homs. Vue du zūr al-Ḫarāb en été. Au premier plan, des planches de diverses plantes : pourpier, oignons, persil, aubergines... Les plus hautes sont des plants de persil que le jardinier a laissé monter en graines. Sur le bord, on devine la rangée d'artichauts que surplombent des grenadiers. A l'horizon se découpent les hauts immeubles du nouveau quartier du Wa‘ar.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 3 – Les secteurs (zūr-s) de la zone des jardins de Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Figure 4 – Hama et ses environs dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Photo 2 – Jardins de Hama. Vue du zūr Bāb al-Nahr et de Hama. Une partie du zūr est visible sur la gauche. On y voit également la noria al-Maqṣaf. Le jardin qui se trouve sur la droite a été aménagé sur une petite île. De l'autre côté, se dresse la grande noria al-Muḥammadiyyah. Le pont avec deux moulins qui traverse l'Oronte est celui de Bāb al-Nahr. On distingue plus loin les arches de l'aqueduc des norias al-Ḫuḍura et al-Dawālīk, maintenant disparues. Le tell de la citadelle domine l'ensemble avec son parc public. À ses pieds se trouve une partie du quartier qui s'est construit sur les jardins de Ḫuḍura. Plus loin sur la gauche, on distingue une partie de ce qui reste du quartier Bāb al-Ǧisr.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 5 – Secteurs (zūr-s) de la zone des jardins de Hama.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Tableau 1 – Jardins de Homs : distribution de la propriété dans les années 1930-40 en fonction des surfaces.Source : Archives du Service du Cadastre, Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Tableau 2 – Jardins de Homs : les jardins dépendant de mosquées dans les années 1930-40.Source : Archives du Service du Cadastre, Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Crédits Tableau 3 – Structure de la propriété foncière de Syrie centrale au début du xxe siècle.Source : A. Hanna, 1985 : 33.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Tableau 4 – Jardins de Homs : propriétés des grands lignages de notables dans les années 1930-40.Source : archives du service du cadastre, Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 6 – Propriétés agricoles et quartiers de résidence des notables homsiotes dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Tableau 5 – Jardins de Homs : propriétés (waqf et mulk) des lignages de notables dans les années 1930-40.Source : Archives du service du cadastre, Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 7 – Propriétés agricoles et quartiers de résidence des notables hamiotes dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Tableau 6 – Jardins de Homs : propriétés des principaux lignages de citadins aisés dans les années 1930-40.Source : Archives du service du cadastre. Homs
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 8 – Propriétés agricoles des citadins aisés homsiotes dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 9 – Propriétés agricoles des citadins aisés hamiotes dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-16.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Tableau 7 – Jardins de Homs : structure des propriétés des « gens du souk » dans les années 1930-40.Source : Archives du service du cadastre, Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 10 – Propriétés agricoles des « gens du souk » (Homs) dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Tableau 8 – Jardins de Homs : structure des propriétés des lignages de jardiniers dans les années 1930-40. Source : Archives du service du cadastre, Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 11 – Propriétés de jardiniers homsiotes dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Tableau 9 – Jardins de Homs : waqf rattachés aux mosquées dans les années 1930-40.Source : Archives du service du cadastre, Homs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 12 – Les jardins waqf rattachés à des mosquées homsiotes dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Figure 13 – Les jardins waqf rattachés à des bâtiments religieux hamiotes dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Photo 3 – Jardins de Hama. Fils de jardinier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Photo 4 – Ville de Hama. Le palais ‘Aẓem vu du jardin al-Atweh.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 14 – Propriétés agricoles et quartier de résidence des lignages Za‘arūr, Muḥbanī et ‘Abd al-Bāqī dans les années 1930-40.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Photo 5 – Jardins de Homs. Portraits photographiques d'un chef (à droite) de grand lignage de jardiniers et de ses fils surplombés par une représentation de La Mecque et par les calligraphies « Allah » et « Muḥammad ». Le lieu est un grand manzūl familial situé dans les jardins.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6293/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540