Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Introduction générale

Texte intégral

Cette plaine est poudreuse, n'a pas d'eau, pas d'arbre, pas d'ombre, pas de fruit. Elle souffre de la soif et va s'approvisionner en eau très loin ; en effet elle va chercher son eau au petit fleuve al- ‘Āṣī, à près d'un mille. Ce cours d'eau a des rives bordées de jardins dont la verdure charme l'œil et dont la grâce est étonnante...
Ibn Jubayr, « Relation des péripéties qui surviennent pendant les
voyages », in Voyageurs arabes, Paris, Gallimard, Bibliothèque
de la Pléiade, 1995, p. 281-282.

1Lorsque la terre semble avoir été définitivement consumée par le souffle brûlant de la steppe, le fleuve Oronte offre encore le spectacle miraculeux d'un ruban de verdure, d'un étroit couloir de fraîcheur qui, du sud au nord, traverse toute la Syrie centrale. L'opposition entre le paysage figé et minéral des plateaux et le vert soutenu des berges irriguées est saisissante et l'envie de descendre vers le fleuve pour trouver refuge dans l'ombre des arbres, irrépressible. On pénètre alors dans un monde clos, ordonné et économe où rien ne semble laissé au hasard : ramification des canaux d'irrigation, parcelles soigneusement entretenues, cultures disposées en rangs serrés... tout témoigne de la méticulosité des gestes de générations de jardiniers, d'un travail qui ne souffre d'aucun relâchement ou interruption...

2À travers la gestion de l'eau et des cultures, mais aussi des rapports sociaux et de la relation avec la ville, c'est bien toute une société qui s'est organisée ici de longue date et dont cette étude a pour ambition de reconstituer l'évolution récente et de présenter les principaux traits.

3Dans un premier temps, je voudrais préciser les circonstances qui ont présidé à l'élaboration de ce travail ethnographique, revenir sur le déroulement des enquêtes de terrain avant de présenter plus précisément les questions auxquelles mon étude tente de répondre.

1 – LE TERRAIN

4Ce travail est le résultat d'enquêtes effectuées à Homs et à Hama de mars 1990 à septembre 1995. Ma recherche, qui prit pour cadre les jardins urbains et périurbains de ces deux villes de Syrie centrale, fut consacrée à l'étude du milieu socioprofessionnel des jardiniers, tant du point de vue de son histoire récente que de la place qu'il occupe dans le contexte citadin.

LES JARDINS DE SANAA

  • 1 « Les principes généraux du waqf (appelé "habous" en Afrique du Nord) sont bien connus : intention (...)

5Mon intérêt pour les jardins urbains remonte à 1989 lorsque, dans le cadre d'un D.E.A., je me proposais d'étudier ceux de Sanaa au Yémen. Occupant un cinquième de la vieille ville, protégés par de hauts murs ou par le rempart continu des maisons-tours, ils étaient essentiellement consacrés à la culture du radis blanc, du poireau, du persil et de la luzerne. Leur statut de biens de mainmorte (waqf/awqāf)1, leur étroite association avec les mosquées de quartier, leur influence ancienne sur l'architecture des maisons-tours, la position sociale des jardiniers au sein de la société citadine, la pratique d'une agriculture de proximité... appelaient une analyse dépassant la simple monographie technique et qui rendrait plus largement compte d'un type d'économie urbaine traditionnelle, mais aussi de ses transformations sous l'effet du développement spectaculaire de la ville et de l'arrivée massive et perturbatrice de ruraux. Les jardins, en raison de leur poids économique et culturel, de leur statut, de l'espace important qu'ils occupent encore au cœur même de la ville malgré la pression foncière, me semblaient être de bons indicateurs de l'évolution récente d'un centre urbain historique menacé et, au-delà, de la société citadine sanaani.

6L'enquête que j'ai menée à Sanaa en juillet 1989 (Boissière, 1995a), limitée à un relevé cartographique de ces jardins et à l'étude de leur fonctionnement technique, devait donc servir de préambule à une étude plus longue. Si celle-ci n'a pu être menée comme espéré, cette première approche m'aura cependant sensibilisé à la question de la ville moyen-orientale comme « centre de productions agricoles », question à laquelle j'allais me consacrer pendant plusieurs années en Syrie.

TERRAIN ET ÉTAT DES RECHERCHES

  • 2 La Syrie est administrativement divisée en treize grandes régions appelées muḥāfaẓa, lesquelles so (...)
  • 3 Représentant 12 % de la superficie agricole nationale et 22 % des terres irriguées ; cf. Métral (1 (...)

7En janvier 1990, Jean Métral me suggérait de travailler sur les zones agricoles urbaines de la partie du bassin de l'Oronte située dans les muḥāfaẓa2 de Homs et de Hama (fig. 1). D'une superficie de 12 000 km2, cette région (Syrie centrale) est très anciennement agricole, riche en eau, en terres et en hommes et occupe une place importante dans l'agriculture syrienne3. Il s'y pratique une agriculture sèche extensive sur les plateaux et une agriculture irriguée intensive sur les berges du fleuve, les paysans combinant souvent ces deux types de cultures. En périphérie des deux grandes villes de la région, Homs et Hama, cette agriculture irriguée prend la forme plus spécialisée de jardins économiquement et socialement liés à la ville.

Figure 1 — Carte générale de la Syrie.

8Mon terrain devait également englober deux petites agglomérations agricoles : Qousseir, située à une vingtaine de kilomètres au sud de Homs, et Rastan, localisée à mi-chemin entre Homs et Hama.

  • 4 Une ghouta (ġūṭa) est une oasis ou une vallée fertile et irriguée. La ghouta la plus connue en Syr (...)

9Bien que marquant fortement le paysage urbain, les jardins de Homs et de Hama n'avaient encore fait l'objet d'aucune étude spécifique et approfondie, contrairement à la ghouta damascène4, celle-ci occupant il est vrai une surface plus grande et étant économiquement plus importante que les jardins de l'Oronte.

  • 5 Cf. Latron (1936 : 74, 218), Thoumin (1939 : 211) et Weulersse (1946 : 112, 120, 163-164). J'y fer (...)

10La littérature concernant les jardins urbains de la vallée de l'Oronte est très modeste. Les chercheurs français5 qui ont travaillé pendant la période mandataire sur l'agriculture syrienne 'y font que très brièvement allusion, se contentant de les citer en exemple dans leurs descriptions de l'agriculture irriguée aux côtés des jardins d'Alep, de Tripoli et de Damas. Ces quelques rares références portent sur les types de cultures, le système agraire et le statut juridique de ces espaces agricoles urbains.

11Il faut attendre le début des années 1950 pour trouver une description des seuls jardins homsiotes dans la thèse qu'Anouar Naaman (1951 : 192-201), géographe syrien, consacra à l'économie rurale du pays de Homs. Il nous donne ainsi de précieux renseignements sur la structure agraire et le régime foncier, les contrats de location, le mode de vie des jardiniers et leurs activités dans les jardins, l'assolement et les cultures maraîchères. Cette dizaine de pages constitue un précieux document sur l'état des jardins de Homs avant les grandes mutations techniques, économiques et politiques qui allaient intervenir en Syrie à partir des années 1950 et profondément transformer le monde agricole.

12Les études s'intéressant par la suite aux jardins se limitent à une courte référence dans un mémoire de géographie urbaine consacré à Homs (Homsi, 1977 : 124-126) et à quelques pages dans un article de Françoise et Jean Métral (1990 : 396-418) portant sur l'irrigation dans la vallée de l'Oronte à la veille de la motorisation (années 1950). Le canal et les jardins de Homs y sont replacés dans leur contexte régional et présentés comme l'un des quatre systèmes hydro-agricoles traditionnels fonctionnant alors dans le bassin central de l'Oronte.

  • 6 Quelques enquêtes seront ensuite menées en août et septembre 1995. Enfin, un court séjour sur le t (...)

13L'étude des jardins urbains de la vallée de l'Oronte restait donc à faire. Le cheminement qui m'amena à progressivement construire mon objet présente sur le terrain cinq grandes étapes : Homs, de mars à juin 1990, puis de mai à septembre 1992 ; Qousseir en novembre 1991 puis en février 1992 ; Hama, d'avril à octobre 1993 ; enfin, Homs et Hama, de juin à septembre 1994 ; intercalés entre ces périodes, de courts séjours me permirent d'étudier les jardins de Homs et de Hama pendant leur phase hivernale6.

HOMS 1990, PRISE DE CONTACT

14Lors de mes premières démarches à Homs, je limitais mes incursions dans les jardins aux voies les plus accessibles : grands chemins et routes fréquentées parcourant la zone des jardins. J'évitais les allées menant aux maisons d'exploitation, désirant davantage dans un premier temps découvrir les limites, l'étendue et les caractéristiques géographiques de ce terroir agricole que rencontrer des jardiniers. Chemins creux bordés de haies arbustives ou de ronces, champs fraîchement labourés, canaux d'irrigation, bas-côtés couverts d'herbes hautes et d'orties, amandiers en fleurs, odeurs de feux et de terre retournée... Cette ruralité contrastait singulièrement avec la ville si proche et dont les immeubles et les minarets se profilaient à travers les arbres.

15La rencontre d'un habitué des jardins, un enseignant francophone, me permit de dépasser cette étape de simple découverte. Il m'introduisit en effet au cours des semaines qui suivirent auprès d'une dizaine de jardiniers éparpillés sur l'ensemble de la zone agricole. Il s'agissait d'anciens camarades de classe, de collègues de lycée et de jardiniers vendant du lait ou des légumes dans son quartier. Je pus ainsi établir la monographie de leurs exploitations, sans toutefois suivre une problématique précise. Je me contentais de dresser des fiches techniques prenant en compte la surface et le statut du jardin, le cycle annuel des cultures, l'outillage, le calendrier des travaux, les tours d'eau...

16Je désirais surtout me familiariser avec ces jardins si différents de ceux de Sanaa et constituer un petit réseau d'informateurs auquel j'espérais pouvoir recourir plus tard.

VILLAGE ET JARDINS POTAGERS, UN HIVER À QOUSSEIR

17Je passais deux mois de l'hiver 1991-92 à Qousseir, bourgade de 30 000 habitants sise au cœur d'une riche plaine agricole, prolongement syrien de la Bekaa libanaise.

18Je pensais aussi trouver à Qousseir l'équivalent villageois des jardins urbains et aborder alors les questions de la place des cultures maraîchères dans la société rurale, de l'usage qu'il en était fait dans une société essentiellement céréalière, de la présence ou de l'absence d'un groupe professionnel de jardiniers distinct de celui des agriculteurs. En fait il est apparu que de tels jardins, ayant effectivement existé à Qousseir, avaient pratiquement disparu depuis une vingtaine d'années, laissant la place à de vastes ensembles maraîchers en plein champ, éloignés de plusieurs kilomètres de la localité. Toutefois, les quelques données que je pus alors recueillir sur ce que furent ces jardins traditionnels, appelés ḥākūra (pl. : ḥawākīr), sur leur situation passée dans l'économie villageoise et sur leurs liens avec les nouvelles zones agricoles irriguées, m'incitèrent à en poursuivre l'étude.

19La neige, tombée en abondance cet hiver-là, paralysait l'activité villageoise, rendant les rues boueuses et difficilement praticables. Les gens passaient leurs journées autour des poêles à mazout, enveloppés dans de grands manteaux doublés de laine de mouton. Les anciens propriétaires ou exploitants de ḥākura me recevaient dans des pièces sans fenêtre et faiblement éclairées par une lampe à gaz ou une bougie. Nos entretiens portaient alors aussi bien sur le récit de la création du village, la conscription ottomane, l'arrivée des réfugiés arméniens en 1917, les rapports étroits qu'entretenaient les chrétiens de Qousseir avec les chiites de la Bekaa, la chasse à la gazelle qui se pratiqua dans la région jusque dans les années 1930... que sur les ḥawākīr elles-mêmes.

20Il s'agissait de jardins potagers qui longtemps participèrent d'une économie strictement domestique et féminine basée sur le don, l'échange et la prestation de services. Cependant, à la fin du xixe siècle, de nouveaux jardins furent aménagés et exploités par des jardiniers professionnels venus de Homs. On assista alors à une diversification des cultures maraîchères et à leur intégration au circuit économique global. Grâce au rôle innovateur de ces jardiniers homsiotes, les paysans de Qousseir se familiarisèrent peu à peu avec des cultures maraîchères à forte valeur marchande. C'est ainsi que, dès les années 1930-1940, ils les développèrent sur de grandes surfaces à l'extérieur du village et délaissèrent peu à peu les ḥawākīr devenues dès lors trop étroites (Boissière, 1995b).

LES JARDINS DE HOMS, ENQUÊTES DE 1992

21Au printemps 1992, j'étais de nouveau à Homs. Mon objectif était de comprendre le fonctionnement de l'organisation professionnelle ancienne et actuelle des jardiniers, d'identifier les pôles d'autorité passés et présents et enfin d'esquisser une étude des diverses relations existant entre les jardins et la société citadine.

22Il ne pouvait bien sûr être question d'accéder à l'ensemble des réseaux de la zone de cultures. Cependant, une identification de certains d'entre eux était possible par la fréquentation quotidienne de quelques jardiniers. Cela pouvait aussi permettre d'isoler un modèle d'organisation et de fonctionnement du milieu professionnel.

  • 7 Rappelons que la famille syrienne, comme la famille arabe en général, est patrilignagère et patria (...)

23Accompagné de nouveau par mon guide qui devait rester à mes côtés toute cette saison, je repris contact avec certains des jardiniers qu'il m'avait présentés en 1990. Je souhaitais établir, à partir d'enquêtes directes, une typologie des lignages7 de jardiniers, en prenant en compte plusieurs critères : l'ancienneté, l'importance numérique du lignage et le nombre d'exploitants, leur statut, la surface moyenne des exploitations, les activités professionnelles hors jardins, la résidence, l'appartenance ou non à une coopérative. Cette typologie devait faciliter la sélection d'une dizaine de lignages de tailles différentes. Il ne s'agissait cependant pas d'entreprendre une enquête quantitative sur grande échelle, mais plutôt de procéder à un sondage auprès d'un petit nombre d'informateurs. J'interrogeais donc quelques jardiniers de secteurs différents au sujet des lignages qu'ils fréquentaient régulièrement.

24Ce sondage, intéressant une soixantaine de lignages, révéla que quelques-uns avaient eu un fort ascendant sur la zone des jardins, notamment par le contrôle de l'eau. L'implication de cette dizaine de lignages influents dans l'organisation professionnelle des jardiniers rendait donc leur étude nécessaire. Quelles étaient la nature et la base de l'autorité de ces lignages ? Que révélaient-ils du fonctionnement de l'organisation professionnelle ? En quoi se différenciaient-ils des autres lignages de jardiniers ? Par quel processus avaient-ils acquis cette position dominante dans les jardins ? Comment celle-ci avait-elle évolué ? Quels étaient leurs liens avec les propriétaires de jardins ? Quelle était leur place dans la société citadine ?... Autant de questions auxquelles on pouvait en partie répondre par le relevé des généalogies et l'histoire familiale.

25Cette étude des grands lignages fut accompagnée par celle de cinq « petits lignages » plus représentatifs de la grande majorité des jardiniers homsiotes. Je tentais, toujours à partir de relevés généalogiques et de l'histoire familiale, de rendre compte des transformations économiques et sociales ayant depuis une cinquantaine d'années affecté, dans les jardins et la société citadine, ces lignages plus modestes.

26Au début de ces enquêtes, mes informateurs privilégiés me servirent d'intermédiaires et de cautions auprès des jardiniers qu'ils connaissaient au sein des grands lignages. À leur tour, ceux-ci me permirent de circuler d'une lignée à l'autre à l'intérieur de leur propre groupe de parenté. Ce procédé faisant intervenir un garant pour chaque entretien m'évita un long travail de reconnaissance et me permit d'aborder assez rapidement des questions plus personnelles (mariages, patrimoine, nouvelles activités familiales...). Les entretiens avaient lieu dans les jardins tôt le matin ou en fin d'après-midi, périodes de relative vacance, et ont parfois réuni jusqu'à une dizaine de jardiniers d'un même groupe de parenté. Mais la plupart du temps, je n'avais affaire qu'à un seul jardinier qui m'indiquait à la fin de son entretien celui qui serait le plus à même de compléter la généalogie de sa propre lignée.

27De même, c'est à mes informateurs de la première heure que j'eus recours pour l'étude des cinq petits lignages, étude facilitée par leur taille restreinte : un entretien suffisait généralement pour obtenir la totalité des quelques lignées les constituant.

28Ce travail d'investigations, de relevés et de recoupements, qui dura tout l'été, me fit parcourir l'ensemble de la zone agricole et entrer dans des dizaines de jardins. Il fut aussi l'occasion de discussions et d'observations qui dépassèrent largement le cadre du relevé des généalogies pour prendre en compte des données variées, comme les histoires individuelles, les modes de sociabilité ou encore les rapports de production.

29Mais c'est surtout par la fréquentation assidue de certains jardiniers, informateurs privilégiés, que ces derniers domaines furent explorés. Mes visites quotidiennes dans les jardins, mon intérêt pour les travaux en cours, ma participation à certaines activités, comme le chargement des camionnettes ou l'arrachage des fèves, ma présence aux discussions de l'après-midi entre voisins, moments riches en interactions sociales, me familiarisèrent avec les techniques agricoles et les pratiques de sociabilité. Je me contentais souvent d'observer et d'écouter ce qui se disait : un propos saisi au hasard, une soudaine dispute, une histoire destinée à amuser l'auditoire, un problème d'eau ou de bornage évoqué dans la conversation m'éclairaient alors davantage que ne l'aurait fait un questionnaire en règle.

30J'eus cependant recours à des entretiens semi-directifs et ouverts pour étudier les institutions traditionnelles ou modernes, formelles ou informelles fonctionnant dans les jardins : groupes de conciliation, coopérative agricole, groupes d'entraide ... ou encore pour identifier les réseaux alimentés par la production des jardins dans le marché de gros de fruits et légumes.

BABA AMR ET RASTAN, ÉTUDES INACHEVÉES EN MILIEU RURAL OU SEMI-RURAL

31En décembre 1992, parallèlement à quelques brèves enquêtes effectuées dans les jardins de Homs sur les activités hivernales (techniques, cultures et travaux), je m'aventurais au sud de la route de Tripoli, dans les jardins de Baba Amr.

  • 8 Le muḫtār (pl : maḫātīr) est à l'origine une sorte de maire de village établi par la loi ottomane (...)
  • 9 Un certain nombre de traits différencient nettement les « jardins » de Baba Amr de ceux de Homs : (...)

32Ancien village de paysans rattaché depuis une trentaine d'années aux quartiers sud-ouest de Homs, Baba Amr ne possède une zone de cultures irriguées (quelques 400 hectares) que depuis les années 1940, époque de l'ouverture du nouveau grand canal. Avant cette date, seules les berges basses avaient accès à l'eau du fleuve, l'ancien canal étant à l'époque réservé aux seuls jardins de Homs. Les entretiens que je fis cet hiver-là, notamment auprès du muḫtār8 de ce « village quartier », portèrent sur cette extension des terres irriguées et ses conséquences les plus visibles (appel d'une importante main-d'œuvre rurale, croissance urbaine...). J'esquissais aussi une étude de la structure agraire9, d'exploitation et du foncier.

33Ce même mois, je me rendis à Rastan, agglomération de 15 000 habitants située, à égale distance entre Homs et Hama, en bordure de l'Oronte. Là aussi, l'extension de la zone d'agriculture irriguée avait un lien direct avec la réalisation d'un projet d'irrigation, la construction d'un barrage dans les années cinquante. Les entretiens que j'obtins me permirent d'entrevoir également un rapport entre cette extension agricole et le développement des activités de transports routiers dans de nombreuses familles de Rastan.

34L'étude de Baba Amr et de Rastan ne fut toutefois pas poursuivie. En effet, le champ d'étude ouvert par ces quelques entretiens en milieu rural ou semi-rural m'est apparu trop éloigné d'un questionnement que je souhaitais désormais davantage recentrer sur la « grande ville », dont les principales caractéristiques étaient d'être un chef-lieu de région, le siège du pouvoir, la résidence des grands propriétaires terriens et une agglomération ayant une très forte emprise sur son environnement rural et possédant une tradition citadine beaucoup plus ancienne que Rastan et Qousseir.

LES JARDINS DE HAMA, ENQUÊTES DE 1993

35D'avril à octobre 1993, j'entrepris l'étude des jardins de Hama. Il s'agissait là aussi de comprendre le fonctionnement et l'évolution de l'organisation professionnelle des jardiniers, de leurs institutions et d'identifier les différents pôles d'autorité. Déjà familiarisé avec les jardiniers homsiotes, je pensais progresser plus vite dans l'étude de ces domaines et aborder rapidement les questions essentielles. Il me fallut cependant tenir compte des difficultés inhérentes à une ville réputée conservatrice et fermée et des particularités propres aux jardins de Hama.

36Ceux-ci présentent une géographie bien différente de ceux de Homs. La vallée de l'Oronte étant ici plus étroite et profonde qu'en amont, les jardins sont disposés en terrasses assez exiguës. Traversant la ville d'est en ouest, ils sont divisés en une demi-douzaine de secteurs arfois séparés par des quartiers. Traditionnellement irrigués par des norias, davantage vergers que maraîchers, plus anciennement en contact avec la ville, ils sont entourés de haies denses et, lorsqu'ils sont proches des quartiers d'habitation, de hauts murs de terre ou de béton. Ils semblaient donc plus divisés, cloisonnés et enchâssés dans le tissu urbain que ceux de Homs et donc plus difficiles d'accès pour un étranger.

37Il apparut assez vite que chaque secteur de jardins avait une certaine autonomie et n'entretenait que peu de rapports avec les autres secteurs. Ma démarche ne pouvait donc être unitaire comme à Homs, mais devait s'adapter à cette absence de cohésion territoriale. Le secteur (zūr) s'imposa comme l'unité territoriale à l'intérieur de laquelle se produisait la majorité des interactions entre jardiniers (groupes d'irrigants, groupes lignagers, associations d'intérêts, relations de voisinage, entraide...).

38Les entretiens portaient dans un premier temps sur la surface de la propriété, les cultures, le système d'irrigation et le statut du jardinier. J'abordais ensuite des questions plus personnelles, comme l'origine supposée du lignage, son lieu de résidence ancien et actuel, l'importance de son implantation dans le zūr. J'essayais d'établir une brève généalogie de manière à pouvoir repérer les activités non agricoles que le lignage avait pu investir. Venait ensuite la constitution d'une liste des jardiniers accompagnée de renseignements concernant leur exploitation et sa surface, l'implantation régionale de leur lignage, leur lieu de résidence... J'interrogeais enfin mon informateur sur le groupe d'irrigants auquel il appartenait, son fonctionnement, les types de conflits et la façon dont ceux-ci étaient réglés.

39Dans le zūr Bāb al-Nahr et son extension vers le village de Dahrié, j'ai bénéficié de l'aide de deux fils de jardiniers devenus fonctionnaires et qui m'avaient été présentés par un hamiote rencontré à Damas. Ils me permirent de rencontrer et d'interroger cinq de leurs parents exploitant des jardins dans ce secteur. Chaque jardin étant entouré d'un haut mur de béton et son accès gardé par une porte de fer, leur aide me fut précieuse. Cependant, parlant français, ils avaient tendance à s'imposer comme interprètes incontournables, si bien qu'il m'était difficile de parler directement à leurs parents jardiniers. De plus, il leur arrivait de se substituer aux jardiniers en répondant directement à mes questions. Je devais alors insister pour que la question fût effectivement posée. Les difficultés ordinaires de prise de contact étaient donc remplacées par un autre type de difficulté, à laquelle je n'avais pas été confronté avec mon guide homsiote, celle de « l'intermédiaire-interprète-écran » avec lequel je devais négocier régulièrement mon accès à l'information.

40Les inconvénients de cette approche m'apparurent avec d'autant plus d'acuité que partout ailleurs mon abord des jardiniers était solitaire, direct, parfois difficile, mais me permettait de mieux contrôler le déroulement des entretiens. En voici quelques exemples :

41J'empruntais un jour un chemin étroit et poussiéreux du zūr al-Šarqī, secteur situé à l'est de Hama sur la rive droite de l'Oronte. Bordé de hautes claies de roseaux et de ronces sèches, ce chemin s'enfonçait profondément dans le zūr sur un ou deux kilomètres et finissait en cul-de-sac. Retournant sur mes pas, je m'adressais à un jeune jardinier travaillant en limite de son jardin, derrière une haie clairsemée. Après avoir écouté mes explications, il me fit visiter son exploitation ainsi que celle de l'un de ses voisins. Il devint par la suite un informateur régulier et m'introduisit auprès d'autres jardiniers du même secteur.

42Dans le zūr al-Qiblī sur la rive opposée, je n'eus pas la chance de créer de tels liens. Les jardiniers que je rencontrais se révélèrent peu disposés à me recevoir régulièrement et à me servir d'intermédiaires auprès de leurs voisins. Cela m'obligea à multiplier les contacts, ce qui ne se fit pas sans certaines difficultés, comme le montre l'exemple suivant.

43Il s'agissait de quatre frères issus d'un lignage important dans le zūr et exploitant collectivement un jardin de 2 hectares, aidés de leurs femmes et d'une trentaine de vigoureux gamins. Résidant l'hiver dans le quartier ‘Alīlīyāt, ils passaient l'été dans leur jardin. Ils établirent d'emblée avec moi des « relations de plaisanterie », manière pour eux de se protéger et de rendre difficile tout entretien sérieux. Les hommes avaient pour habitude de déjeuner au pied d'un gros mûrier. À la fin des repas, ils organisaient entre leurs jeunes fils des tournois de luttes qui pouvaient durer une heure et qui donnaient lieu à d'interminables discussions sur les mérites comparés des jeunes lutteurs. Puis, gagnés par le sommeil, ils s'allongeaient et s'endormaient une ou deux heures. Dans un tel contexte mes questions étaient systématiquement éludées ou reprises sous forme de plaisanteries ou tout simplement ignorées. Je ne pouvais venir à d'autres moments, ayant été clairement averti que je risquais de gêner les hommes dans leur travail. Il me fallut donc partager quelques repas plantureux et gagner la confiance de mes hôtes avant d'obtenir, petit à petit, les renseignements convoités.

44Dans le même secteur, je suivis un jour le lit d'un petit canal de terre progressant entre les jardins en direction du fleuve. Avant de l'avoir atteint, je fus violemment interpellé par un vieux jardinier qui me barrait le passage, une houe à la main : je ne pouvais continuer, des femmes se baignaient plus loin... Nous nous assîmes à l'ombre d'un mûrier et l'altercation se transforma en discussion puis en véritable entretien, un des plus riches qu'il m'a été donné de réaliser dans ce zūr.

  • 10 Une insurrection des Frères musulmans, déclenchée au printemps 1982, a été très durement réprimée (...)

45Je pourrais multiplier ainsi les exemples de prises de contact réussies ou négociées... une vingtaine au total pour l'ensemble des secteurs. Seules deux rencontres se soldèrent par un échec. L'une parce que j'avais involontairement touché un point hautement sensible : faire le relevé généalogique d'un lignage dont la moitié des membres avait été tuée lors de l'insurrection de 198210 posa quelques problèmes auxquels je ne m'étais pas préparé. L'autre, parce que la perception que le jardinier avait de moi n'était pas claire, ma fonction, ma position par rapport aux autorités et mes buts mal explicités. J'avais bâclé mon travail d'approche et de présentation. Dans l'un et l'autre cas, l'informateur s'est raidi, est devenu méfiant puis franchement hostile. J'ai dû interrompre l'entretien et quitter le jardin.

QUARTIERS DE JARDINIERS ET MARCHÉS DE FRUITS ET LÉGUMES À HOMS ET À HAMA, 1994

46Durant l'été 1994, j'ai travaillé à la fois sur Homs et sur Hama, m'intéressant aux quartiers où vivaient les jardiniers et aux marchés de fruits et de légumes. J'ai cherché à déterminer la place et le statut qu'occupaient et qu'occupent actuellement les jardiniers et leurs lignages dans la société citadine de ces deux villes ainsi que leur rôle dans les réseaux urbains de commercialisation des fruits et légumes.

LES QUARTIERS

  • 11 A. Morel (1987 : 154-53) évoque ainsi les difficultés auxquelles est confronté l'ethnologue en mil (...)

47Pour l'enquêteur, le problème de l'accessibilité et de la perméabilité des quartiers se pose autant que pour les jardins, si ce n'est davantage. Les chemins de terre bordés de murs ou de haies sont en quelque sorte remplacés par des ruelles et des impasses bordées de maisons dans lesquelles il est bien plus difficile de pénétrer que dans un jardin. À Homs comme à Hama, l'étranger au quartier, à plus forte raison un Occidental, est vite repéré. Alors que dans les jardins le prétexte d'une recherche sur les techniques agricoles peut fournir une explication acceptable à une présence jugée incongrue dans un premier temps, dans un quartier, il devient plus difficile de prétendre faire une étude sur les jardins ou plus précisément sur les jardiniers habitant le quartier... S'intéresser de trop près aux gens sans le prétexte acceptable d'une observation des pratiques techniques provoque méfiances et craintes11.

48Les quartiers où se concentre le plus grand nombre de jardiniers sont assez nombreux. Les précédentes enquêtes sur les jardins de Homs et de Hama m'avaient permis de les identifier : Bāb al-Hūd, Ǧoret al-Šiyaḥ à Homs, Bāb al-Ǧisr, ‘Alīlīyāt, Šarqiyyeh et Ḥamīdiyyeh à Hama.

49Je n'avais ni l'intention, ni le temps d'entreprendre de vastes enquêtes exhaustives. Mon projet initial était plus modeste : comprendre comment les jardiniers et leurs familles s'insèrent dans la société citadine. Où vivent-ils et à côté de qui ? Quelle est leur place dans leur quartier ? Qu'en est-il de leur statut économique ? etc. Pour répondre à ces questions et à quelques autres, j'ai choisi d'utiliser ce que l'on pourrait appeler des « signes urbains » et, bien sûr, de mettre l'accent sur l'environnement immédiat de la famille du jardinier.

50Par « signes urbains » j'entends un ensemble disparate d'indices, de détails permettant de cerner de façon plus ou moins informelle le « caractère » du quartier que l'on étudie. Sa situation géographique par rapport aux jardins mais aussi au centre ville, l'état des immeubles, en particulier à Hama où les traces de l'insurrection de 1982 sont encore visibles et trahissent l'implication du quartier dans les événements, le type d'immeubles (villas ou habitations collectives), la présence ou l'absence dans le quartier d'anciennes maisons de notables identifiables par leur allure de maisons-fortes, les types de commerces et d'artisanats... étaient autant de signes permettant de savoir si j'avais affaire à un quartier ancien ou plus récent, résidentiel ou commerçant, riche ou populaire... Tout cela relevait de la simple observation et participait donc à la phase d'approche et d'initiation au quartier, celle d'une flânerie attentive.

51Pour la suite, le recours à des informateurs est devenu indispensable.

52Mon premier réflexe a été d'interroger le muḫtār du quartier. Toujours présent dans son bureau ou chez lui, il avait l'avantage d'être disponible et de bien connaître le quartier dont il avait la charge. Il était toutefois tenté de ne donner qu'une vision officielle des choses et d'omettre ce qui pouvait être gênant, ce qui pouvait ternir l'image qu'il essayait de me donner de son quartier.

53L'épicier, en contact quotidien avec de nombreuses familles du quartier, présentait les mêmes avantages que le muḫtār, sans les inconvénients. Son activité d'épicier en faisait un bon connaisseur du quartier et le rendait très accessible : entrer dans une épicerie pour boire un soda sur place pouvait fournir l'occasion d'une discussion sur le quartier et son discours n'était pas parasité par une fonction officielle.

54Quant aux jardiniers, ils pouvaient bien sûr difficilement être ignorés comme informateurs. La difficulté était que, passant une grande partie de leur journée dans les jardins, il était malaisé de les rencontrer dans leur quartier. Il me fallut donc parfois aller chercher dans la zone agricole des renseignements sur les quartiers...

55Les données obtenues auprès de ces informateurs étaient assez variées : liste des lignages de jardiniers, liste des professions les plus exercées dans le quartier, identification des principaux lieux de réunions et de leurs propriétaires, identification des notables, des anciens responsables et des membres du conseil de quartier (maǧlīs al-ḥāra), des hommes d'honneur à qui l'on fait appel pour les conciliations... Ces données devaient me permettre de dégager la structure sociale du quartier et d'apprécier la place des jardiniers dans cette structure et leur degré d'implication dans les institutions traditionnelles.

56Une enquête plus précise auprès de quelques jardiniers du quartier fournissait l'occasion de situer géographiquement un lignage de jardiniers, avec ses maisons, ses lieux de réunions... et de préciser le nom et l'activité professionnelle de leurs voisins immédiats.

57Cette démarche à plusieurs niveaux me permettait de situer le jardinier dans son quartier, mais aussi sur l'échelle sociale citadine. Sa présence dans l'ancien conseil de quartier, son voisinage immédiat, le degré d'implantation de son lignage dans d'autres secteurs de l'activité citadine (commerce, artisanat)... autant de points qui avaient leur importance et pouvaient m'éclairer sur ce qu'était et sur ce qu'est devenu le jardinier au sein de la société citadine.

LES MARCHÉS

58Parallèlement à cette étude sur les quartiers de jardiniers, j'enquêtais dans les marchés de fruits et légumes, prolongements directs du jardin. Il s'agissait de suivre, du producteur au consommateur, les filières de commercialisation alimentées par les jardins urbains et de mesurer l'importance de leur production sur les marchés homsiotes et hamiotes. Se posait aussi la question de savoir s'il existait des jardiniers vendant eux-mêmes leur production dans les souks ou pratiquant également le commerce de gros de fruits et légumes, autrement dit si le souk a pu représenter à un moment ou à un autre une alternative aux jardins.

59À Homs, il existe un marché de gros, le souk al-Hāl et deux marchés de vente au détail : le souk al-Ḫuḍār et le souk al-Ǧindī. J'avais déjà travaillé en juin 1990 sur le premier souk, identifiant les commerçants en relation avec les jardins et mesurant ainsi la part de la production de ces derniers dans les transactions effectuées sur ce marché. Afin de compléter cette première approche, j'enquêtais dans l'un des deux marchés de détail, le souk al-Ḫuḍār situé dans le nord de la vieille ville. Jusqu'au début des années 1970, de nombreux jardiniers y venaient vendre leurs productions, aux côtés des commerçants qui se fournissaient au marché de gros. Il était donc intéressant de savoir comment et pourquoi ces jardiniers avaient pratiqué la vente directe et dans quelles circonstances cette pratique avait cessé.

60À Hama, le commerce de fruits et légumes est beaucoup plus dispersé. Il existe ici aussi un marché de gros, le souk al-Hāl, et plusieurs autres marchés pratiquant, bien qu'en plus faible proportion, la vente de gros en même temps que celle au détail : le souk al-Ḥāder al-Kabīr, le souk al-Ḥāder al-Ṣaġīr et le souk Ṯamānīya Aḏār. La foule des petits commerçants y avoisine un ou deux gros négociants et les jardiniers viennent parfois y vendre leurs petites productions aux côtés de paysans de la campagne proche. Ici, comme à Homs, j'essayais de repérer les principaux réseaux de vente alimentés par les jardins, les commerçants liés à cette production et les anciens jardiniers convertis à la revente.

  • 12 Notons cependant que cette accessibilité peut changer sensiblement de nature lorsque l'on a affair (...)

61Le problème de l'accessibilité auquel j'avais été confronté dans le cas des jardins hamiotes et des quartiers résidentiels homsiotes et hamiotes ne se posait pas vraiment dans celui des marchés de fruits et légumes, ceux-ci étant des espaces publics, donc largement accessibles12.

62Les marchés de gros, tout en étant des lieux de travail intensif et de maximisation des profits, sont aussi des lieux de « sociabilité assise ». Il existe en effet un temps pour le travail et un temps pour recevoir, écouter et parler. Le moment de grande activité d'un marché est le matin. Il est alors inutile d'espérer le moindre entretien. C'est par contre l'occasion d'observer ce qui s'y passe et d'essayer de dénouer le complexe écheveau des relations existant entre vendeurs, revendeurs, acheteurs... J'ai souvent accompagné un jardinier au marché de gros, restant près de lui tout au long de ses transactions, l'interrogeant sur ses clients, assistant aux marchandages au sujet de bottes de persil ou de cageots de tomates. Tous les après-midi et un jour entier par semaine, le marché de gros se vide, les activités sont pratiquement au point mort. Certains commerçants utilisent alors leurs boutiques comme lieux de réunions où sont reçus, autour de verres de thé, des clients, des collègues, des jardiniers, des amis... Ce sont les heures les plus propices aux entretiens.

63Les petits marchés de détail sont également très actifs le matin sans cependant offrir les mêmes occasions de sociabilité informelle : dès que les volets de fer sont baissés, les commerçants se dispersent. Ceux-ci ne sont donc accessibles qu'en fin de matinée lorsque, leurs étals presque vides, ils s'apprêtent à ranger et à quitter le marché. Les entretiens sont alors brefs et souvent incomplets, le commerçant épuisé par toute une matinée de travail étant pressé de rentrer chez lui.

64Enfin, en amont de la production, j'interrogeais les jardiniers sur les souks où ils avaient l'habitude de se rendre, sur les commerçants à qui ils s'adressaient, sur les éventuelles ventes directes pratiquées auprès des habitants de leur quartier et, pour certains, sur le processus qui les avait conduits de la production à la vente de fruits et légumes.

2 MÉTHODES ET PROBLÉMATIQUE

  • 13 M. Augé, 1979 : 197-198.

65J'ai eu le souci de choisir comme objet d'étude en milieu urbain une de ces unités sociales de faible ampleur à partir desquelles « on peut tenter d'élaborer une analyse de portée plus générale, appréhendant d'un certain point de vue la totalité de la société où ces unités s'insèrent13 ». Le groupe professionnel que forment les jardiniers me paraissait constituer une telle unité sociale. Ce groupe semblait facile à distinguer du reste de la population citadine et pouvait être en quelque sorte isolé dans les limites précises de ses jardins et par des pratiques se différenciant nettement de celles considérées comme étant plus explicitement urbaines et davantage liées au souk, je veux bien sûr parler de l'artisanat et du commerce.

66Mon étude porte ainsi sur les dynamiques sociales et culturelles du groupe professionnel des jardiniers. Il s'agit de comprendre les processus de transformation et d'adaptation qu'a pu connaître ce groupe à la suite des changements socio-économiques et politiques intervenus dans les villes de Homs et de Hama et plus généralement en Syrie au cours des cinquante dernières années.

67Ainsi analysés, le groupe des jardiniers et leurs jardins peuvent devenir à leur tour les analyseurs partiels de ces villes syriennes, de la composition et de l'articulation de leurs espaces et de leurs territoires, de leur économie et de leur société.

LA POPULATION CONCERNÉE PAR L'ANALYSE

68Il est nécessaire, dans un premier temps, de délimiter la population directement impliquée par mon étude et d'en préciser les composantes sociologiques.

69Il s'agit principalement du groupe professionnel des jardiniers. Celui-ci peut être défini comme l'ensemble organisé ou non des exploitants, qu'ils soient locataires, associés ou propriétaires de leur exploitation. Les membres de ce groupe partagent la maîtrise d'un savoir-faire technique, évoluent dans une relative inter-connaissance et ont en commun des intérêts et un mode de vie lié à la pratique quotidienne d'activités agricoles plus ou moins extérieures à la ville. Nous aurons cependant l'occasion de nous interroger sur la plus ou moins grande hétérogénéité sociale de ce groupe professionnel ainsi que sur son identité, à la lumière notamment des transformations socio-économiques observées tant dans les jardins qu'en ville.

70Le groupe de parenté auquel appartient chaque jardinier est également concerné par l'analyse dans la mesure où il permet de situer ce dernier dans la perspective des itinéraires socioprofessionnels familiaux. Correspondant au lignage agnatique, ce groupe peut contribuer en totalité ou en partie à l'exploitation de jardins et se confondre alors, en permanence ou occasionnellement, au groupe professionnel, ou au contraire avoir investi d'autres champs d'activités, participant alors à d'autres domaines professionnels.

71Enfin, le troisième élément à prendre en compte est la sphère professionnelle des jardiniers. En font partie les propriétaires des jardins bien sûr, mais aussi les ouvriers agricoles et les ournaliers, les entrepreneurs en maraîchage, les intermédiaires et les marchands de légumes du marché de gros... c'est-à-dire tous ceux avec lesquels les jardiniers entretiennent, en dehors des limites de leur groupe professionnel et à des niveaux différents, des rapports fréquents pour des motifs professionnels directement liés à l'activité agricole.

72Le groupe professionnel demeure cependant le point de départ de mon analyse, les deux autres éléments lui restant d'une certaine manière subordonnés. Nous l'avons vu, les jardiniers se sont naturellement trouvés au centre de mon dispositif d'enquête pour la raison essentielle que, contribuant à la permanence de la structure du terroir et du paysage agricole, ils sont au cœur du processus de reproduction de l'espace des jardins auquel ils s'identifient. Une analyse de cet espace agricole passe logiquement par celle du groupe professionnel qui le produit et l'entretient. C'est donc essentiellement à partir de ce dernier que prennent sens et que doivent être appréhendés et questionnés groupe familial et filière professionnelle, ces éléments constituant à différents niveaux le « milieu socioprofessionnel » d'un jardinier.

LES DIFFICULTÉS DE L'ENQUÊTE ORALE

73Il m'a semblé nécessaire de donner à mon étude une certaine dimension historique. Il aurait en effet été difficile de comprendre la situation dans laquelle se trouvent actuellement les zones agricoles urbaines et leurs jardiniers sans avoir recours au passé et sans tenter de répondre à cette question : comment étaient les jardins de Homs et de Hama lorsqu'ils constituaient des zones de productions agricoles centrales dans l'approvisionnement urbain ?

  • 14 Sur les limites de l'histoire orale, voir notamment F. Raphaël (1980 : 127-145). Celui-ci précise (...)

74Mais mon mode d'investigation ethnographique, essentiellement basé sur l'entretien oral, a limité la précision des exposés d'événements déjà anciens : les informateurs ont en effet souvent eu de la difficulté à les dater de manière sûre. Cette imprécision14 de la « mémoire orale » ne me permet donc de reconstituer qu'avec difficulté une grille chronologique. Même les événements qui entrent pourtant dans un processus de mémorisation collective, comme l'ouverture du nouveau grand canal de Homs, l'abolition de la fonction de chef des jardiniers, la création de la première coopérative ou même la naissance et la mort d'un parent proche... et qui devraient être autant de repères dont la mémoire familiale et celle commune au groupe rofessionnel pourraient rendre compte avec exactitude, même ces événements clefs ont parfois été rapportés avec hésitation. Je n'ai donc souvent obtenu que des approximations qu'ont réduit mais n'ont pas supprimé les vérifications faites auprès de différents informateurs. Seuls les événements rejoignant l'histoire de la ville, de la région et parfois du pays ont pu finalement être situés et datés avec exactitude.

75Dans ces conditions, il s'agira davantage de donner à comprendre, en ayant recours à une certaine périodicité, la dynamique générale d'un groupe professionnel particulier que d'en faire l'histoire détaillée et rigoureuse.

76J'ai choisi les années 1930-40 comme point de départ de cette étude parce que c'est à partir de ces deux décennies que se réalisent certains grands projets d'irrigation sur l'Oronte, que sont créées les premières coopératives agricoles, que se développe la motorisation de l'agriculture... C'est aussi l'amorce des bouleversements politiques, économiques, sociaux et même démographiques qui vont, au fil des décennies suivantes, transformer les villes syriennes et construire la Syrie indépendante. Les jardins, nous le verrons, ne sont pas restés imperméables à ces transformations de la société globale. Au contraire, malgré le peu de changements constatés dans la physionomie du terroir agricole depuis le premier cadastre des années 1920, les jardins ont changé par bien des aspects.

ÉVOLUTION SOCIALE D'UN GROUPE PROFESSIONNEL : LES JARDINIERS COMME OBJETS D'ANALYSE

77L'axe premier de ma problématique consistera à rendre compte des processus d'évolution et d'adaptation qu'a connus le groupe professionnel des jardiniers de Homs et de Hama à la suite des changements socio-économiques qui se sont produits au cours des cinquante dernières années.

78Aux yeux de beaucoup de citadins, les jardiniers font actuellement presque figure de privilégiés parce qu'associant dans leurs activités professionnelles les avantages de la ville (approvisionnement, confort, accès rapide à divers services...) à ceux d'une vie rurale réputée saine. Ils ont la chance de disposer de l'agrément d'une terre agricole très proche de la ville dont ils tirent un revenu supérieur au salaire d'un simple fonctionnaire. Pourtant, il n'en a pas toujours été ainsi. Il suffit de retourner quelques décennies en arrière pour trouver l'image de jardiniers gagnant à peine de quoi survivre, dépendant souvent de l'arbitraire des propriétaires et se situant au bas de l'échelle sociale citadine.

79Il paraît donc s'être produit une transformation radicale de la situation du groupe professionnel des jardiniers. Ce groupe s'est en effet émancipé du rapport de dépendance qui le liait aux propriétaires et a fini par s'approprier son espace de travail, les jardins. Son statut social au sein de la société citadine paraît du même coup avoir été sensiblement revalorisé. C'est de cette évolution socioprofessionnelle dont je voudrais rendre compte en premier lieu. Par quels processus une telle évolution a-t-elle pu se produire ? En quoi le statut des jardiniers a-t-il été modifié ? Comment ce groupe professionnel a-t-il vécu le passage d'une société citadine traditionnellement dominée par de grands lignages de commerçants et de propriétaires terriens à une société marquée par l'industrialisation, la croissance urbaine, l'éclatement des structures sociales traditionnelles et la « modernité » ?

80Les jardins ont eux-mêmes connu une évolution de leur situation en tant qu'espaces de production. En effet, jusqu'au xixe siècle, ils ont occupé une place centrale dans le paysage, l'économie et l'alimentation de Homs et de Hama. La population de ces villes ne dépassait pas 15 ou 20 000 habitants et une grande partie de celle-ci participait activement à l'exploitation des jardins. Les villes semblent avoir été en ces temps-là de véritables centres urbains de productions agricoles, assurant ainsi leur autonomie alimentaire. Mais cette situation s'est peu à peu transformée au cours du xxe siècle. Ainsi, au lendemain de la seconde guerre mondiale, les jardins perdent leur place prédominante et sont, du fait du développement des villes, de plus en plus confrontés et intégrés à la croissance urbaine.

81De nos jours, la présence des jardins dans le paysage urbain est certes encore marquante, mais leur poids économique n'est plus aussi déterminant. Le maraîchage lié à ces jardins apparaît désormais comme l'un des nombreux secteurs minoritaires de l'économie urbaine. Mais les jardins sont-ils pour autant devenus de simples zones résiduelles cernées par la ville et plus ou moins vidées de leur dimension économique, sociale et culturelle ? De quelle manière participent-ils à l'actuelle économie urbaine ? Quelle place occupent-ils dans l'économie domestique et familiale des jardiniers ?

82Je voudrais répondre à ces questions en saisissant la façon dont s'articulent deux niveaux d'analyse assez généraux, néanmoins étroitement liés l'un à l'autre et cela bien entendu dans une perspective à la fois dynamique et comparative : a) L'évolution du mode d'organisation socioprofessionnelle des jardiniers et b) L'évolution de la place, du statut et du mode d'intégration des jardiniers au sein de la société citadine.

83Il est possible dès maintenant de préciser quelles sont les principales orientations que j'entends donner à cette analyse.

84a) L'évolution du mode d'organisation socioprofessionnelle des jardiniers.

85Les jardiniers formaient et forment encore un groupe professionnel et non une simple collection d'individus isolés. Cela signifie qu'ils se reconnaissent comme participant collectivement d'un même territoire, d'une même activité professionnelle et entretiennent entre eux et avec l'extérieur des rapports particuliers. Ces rapports, comme dans tout milieu socioprofessionnel, sont nombreux, complexes et variés : rapports d'autorité, de dépendance, de solidarité, d'opposition parfois violente, de voisinage, de simple sociabilité, etc. Ils procèdent tous plus ou moins directement de l'activité agricole et doivent être analysés dans le contexte plus large d'un mode d'organisation socioprofessionnelle ayant une logique particulière de fonctionnement, de production et d'évolution.

86Ce mode d'organisation peut se réaliser dans une structure professionnelle « observable », avec ses institutions, sa hiérarchie, ses règles de fonctionnement, ses contraintes techniques et juridiques, nous le verrons à Homs ; ou au contraire présenter, comme à Hama, une réalité plus informelle, laissant alors la place à d'autres types de régulations des rapports sociaux et de production. Dans l'un et l'autre cas, il s'agit de comprendre un fonctionnement et une évolution d'ensemble ; une logique qui permettra de saisir une dynamique et pas seulement les traces de quelques transformations partielles considérées dans leur seule finalité.

87Cela suppose de rendre d'abord compte d'une situation de départ considérée comme « traditionnelle », comme antérieure aux changements, les jardins des années 1930-40. Il faudra alors repérer et analyser les éléments qui structuraient le mode d'organisation socioprofessionnelle à cette époque : le régime de propriété, le régime d'exploitation, le système d'irrigation et le rapport à la ville. C'est à partir de ces éléments que semblent en effet se décliner la plupart des rapports sociaux auxquels il a été fait allusion et qui concernent en premier lieu le groupe professionnel des jardiniers et les propriétaires de jardins.

88Il faudra ensuite repérer les événements qui ont déclenché une émancipation sociale des jardiniers : lois et réglementations nouvelles, mutations techniques, réformes agraires, création de nouveaux champs d'activités urbaines... événements suivis parfois de changements d'activités au sein des lignages de jardiniers, d'une re-définition du travail agricole et plus précisément de la profession de jardinier, d'un renversement de certains rapports de force dans les jardins mais aussi d'une complexification des rapports entre les jardiniers et leur filière professionnelle et entre le groupe des jardiniers et la société citadine dans son ensemble.

89L'analyse des effets de ces « événements déclenchants » sur les « événements structurant » et plus généralement sur le mode d'organisation socioprofessionnelle des jardiniers devrait permettre de saisir une logique du changement, de comprendre comment les jardiniers se sont adaptés, sont arrivés à plus ou moins prendre le contrôle de leurs exploitations et de la production agricole urbaine. Elle devrait aussi permettre de souligner les limites de cette appropriation, de déterminer la place assignée aux exploitations dans les processus de diversification des activités professionnelles et aux espaces agricoles dans le nouveau contexte urbain... et finalement d'aboutir à une meilleure appréhension de la situation actuelle des jardiniers et de leur identité en tant que groupe professionnel.

90b) L'évolution de la place, du statut et du mode d'intégration des jardiniers au sein de la société citadine.

91Dans l'examen du processus d'émancipation sociale des jardiniers et de compréhension de leur situation actuelle, nous devons considérer leurs diverses formes de participation à la société citadine comme des facteurs d'analyse aussi déterminants que leur appartenance à un groupe professionnel spécifique.

92En tant qu'individus, les jardiniers ne se réduisent pas à leurs seules activités professionnelles et à leur seule appartenance à la zone des jardins : ils sont aussi avec leurs familles les résidents de certains quartiers de la ville, ils y fréquentent des mosquées, des hammams, participent à divers réseaux de relations, à des associations économiques, fournissent en produits agricoles plusieurs souks...

93Soulignons toutefois un paradoxe dont je devrai tenir compte dans l'analyse : la pleine appartenance des jardiniers à la société citadine semble malgré tout contredite par leur appartenance professionnelle. Alors que l'espace professionnel et l'espace résidentiel des artisans et des commerçants se trouvent, bien que souvent en des zones différentes, à l'intérieur du même périmètre urbain, l'espace professionnel des jardiniers se situe à l'extérieur de la ville : ceux-ci quittent l'agglomération pour aller travailler sur leurs parcelles. De par la nature même de leurs activités liées au travail de la terre, les jardiniers peuvent être assimilés au monde rural, à l'agriculture, bref à une campagne qui, même très proche, n'en est pas moins géographiquement extérieure à la ville et à ses composantes les plus habituellement étudiées.

94Les jardins sont en effet extérieurs aux villes auxquelles ils sont associés. À Homs, les plus proches sont éloignés de un à deux kilomètres du centre ancien et ne sont en contact avec les nouveaux quartiers résidentiels que depuis une vingtaine d'années. À Hama, si à une certaine époque ils ont bien occupé les berges du centre ville ancien, depuis un demi-siècle ils ne s'étendent plus pour l'essentiel qu'en amont et en aval de l'agglomération et n'ont de contact direct qu'avec des quartiers périphériques. Dans les deux cas, leur intégration à la ville n'a pas cette évidence géographique que j'avais pu constater avec les jardins de Sanaa et qui établissait de facto leurs jardiniers au cœur de la vie citadine. En Syrie centrale, il s'agit de jardins périurbains et cette « périurbanité » n'est pas sans poser quelques questions sur le rapport de ces jardins à leur ville : s'agit-il de territoires urbains ? Ou d'espaces ruraux simplement associés à la ville au même titre que n'importe quelle terre arable proche ? Comment les situer par rapport à la ville et à la campagne ?

95La nature ambiguë de la situation des jardiniers partagés entre ville et campagne et le caractère aussi incertain de leurs jardins influent bien entendu sur le rapport de ces jardiniers à leur ville, mais aussi sur la place et le statut qui leur sont réservés au sein de la société citadine. En fin de compte, que sont les jardiniers ? Des citadins ? Des semi-citadins ? Des paysans des villes ? D'où tirent-ils leur éventuelle légitimité citadine ? De quelle manière sont-ils perçus par les gens du souk et autres tenants de la société citadine traditionnelle ? Mais aussi par les néo-citadins, ceux dont l'accès ou l'intégration à la ville est encore récent ?...

96Nous voudrions comprendre, dans le prolongement de l'étude des changements d'activités et par l'analyse de l'environnement social urbain des jardiniers, quelle place ces derniers ont occupé dans la société citadine homsiote et hamiote depuis les années 1940. Autrement dit, de quelle manière la place des jardiniers a évolué tant du point de vue du statut citadin, de leur situation sociale, de leur participation aux réseaux urbains et à l'organisation sociale citadine que de leur rôle dans les quartiers où ils résident et dans les souks de fruits et légumes qu'ils alimentent.

97Nous nous demanderons également quelles sont les corrélations existant entre les processus d'évolution de la place des jardiniers en ville et les processus d'évolution de leur situation dans les jardins. Comment ces deux évolutions — dans les jardins et dans la ville — s'articulent-elles, se répondent-elles, interagissent-elles ? Mon analyse portera donc sur le degré d'intégration des jardiniers à leur société citadine mais aussi sur la manière dont les jardiniers vivent et investissent l'urbain à partir des jardins et réinvestissent les jardins à partir de la ville, cela depuis plus d'un demi-siècle.

98Pour traiter de toutes ces questions, nous partirons du passé pour aboutir au présent et des jardins pour finalement parler de la ville. Nous prendrons acte d'une situation traditionnelle – il s'agira d'une sorte de photographie ou d'état des lieux d'avant les transformations – pour peu à peu découvrir ce qui a pu se transformer dans ce paysage social et urbain et analyser comment ces changements se sont effectivement produits et quelles en ont été les conséquences.

99Mon plan se présente donc en quatre parties.

100Dans une première partie, je reconstituerai à la fois le mode d'organisation professionnelle des jardiniers et leur mode d'insertion à la société citadine dans les années 1930-40, à travers l'étude du régime foncier, de la structure agraire, des rapports d'exploitation et enfin du système d'irrigation.

101Une deuxième partie prendra en compte les changements intervenus tant dans le système foncier que dans l'organisation professionnelle des jardiniers et les rapports d'exploitation au regard des grandes transformations qu'a connues la Syrie à partir des années 1950.

102Une troisième partie, concernant la période actuelle, permettra de présenter un système technique particulier, celui d'une agriculture périurbaine, mais aussi la façon dont l'espace agricole est quotidiennement géré par ceux qui en vivent et surtout qui y vivent.

103Enfin, la quatrième et dernière partie permettra de présenter un tableau de l'évolution professionnelle des lignages de jardiniers et plus généralement de l'activité agricole, tout en prenant en compte la place que les jardins occupent désormais dans des villes en pleine croissance.

Notes

1 « Les principes généraux du waqf (appelé "habous" en Afrique du Nord) sont bien connus : intention pieuse manifestée en faveur d'une œuvre religieuse ou charitable, sous forme de la constitution, perpétuelle et inaliénable, d'un fonds dont les revenus sont affectés à l'œuvre destinataire, soit en totalité et immédiatement (waqf khairi, de "bienfaisance"), soit partiellement, la totalité de la fondation ne devant revenir à l'œuvre qu'à l'extinction de la série des bénéficiaires désignés par le fondateur (waqf ahli, "de famille") » (Raymond, 1985 : 221-222).

2 La Syrie est administrativement divisée en treize grandes régions appelées muḥāfaẓa, lesquelles sont subdivisées en manṭiqa, elles-mêmes subdivisées en nāḥia. Chaque division et subdivision a son chef-lieu. Homs et Hama sont des chefs-lieux de muḥāfaẓa.

3 Représentant 12 % de la superficie agricole nationale et 22 % des terres irriguées ; cf. Métral (1990 : 397).

4 Une ghouta (ġūṭa) est une oasis ou une vallée fertile et irriguée. La ghouta la plus connue en Syrie est celle qui entoure la ville de Damas et qui a fait l'objet de nombreuses études ; voir notamment Tresse (1929), Tower (1935), Dalati (1939), Khayr (1966) et Bianquis (1989).

5 Cf. Latron (1936 : 74, 218), Thoumin (1939 : 211) et Weulersse (1946 : 112, 120, 163-164). J'y ferai référence tout au long de ce travail.

6 Quelques enquêtes seront ensuite menées en août et septembre 1995. Enfin, un court séjour sur le terrain en juillet 2000 me permettra de retrouver jardins et jardiniers et de percevoir certains des changements survenus depuis cinq ans dans la région.

7 Rappelons que la famille syrienne, comme la famille arabe en général, est patrilignagère et patriarcale. C'est la filiation par les hommes qui ne cesse de reproduire l'idéal patrilinéaire au sein de chaque lignage. Comme le soulignait Daghestani (1931 : 171), « chez tous les musulmans syriens, la parenté familiale, c'est-à-dire la parenté par laquelle s'accroît et se développe la famille est unilatérale et purement agnatique. Tous les individus, hommes et femmes, qui appartiennent à n'importe quel groupe familial, se lient entre eux par une parenté masculine, de telle sorte que la véritable famille, aux yeux d'un Syrien, n'est que l'ensemble des personnes parentes par les mâles ». Tout au long de ce travail, j'emploierai de préférence le mot « lignage » pour traduire bayt (littéralement « maison »), terme qui fait référence à un groupe agnatique dont les membres se réclament d'un ancêtre commun et par le nom duquel ils sont désignés. Précisons que ce lignage peut être composé d'une ou de plusieurs lignées. J'utiliserai le terme de « famille élargie » lorsque nous aurons affaire à la cohabitation sous un même toit de plusieurs ménages de collatéraux (structure horizontale). J'emploirerai le terme de « famille étendue » lorsque cette cohabitation concernera plusieurs ménages appartenant à plusieurs générations (structure verticale). Enfin, j'emploierai le terme de « famille » pour désigner la seule famille nucléaire (un couple et ses jeunes enfants).

8 Le muḫtār (pl : maḫātīr) est à l'origine une sorte de maire de village établi par la loi ottomane de 1864. Par extension, les citadins utilisent parfois le terme de muḫtār à la place du terme consacré (šayḫ al-ḥāra) pour désigner un chef de quartier.

9 Un certain nombre de traits différencient nettement les « jardins » de Baba Amr de ceux de Homs : les exploitants sont davantage des paysans que des jardiniers et leurs exploitations plus des champs de légumes que des jardins, certaines exploitations dépassant les 30 hectares ; l'openfield domine et l'unité de surface utilisée est le feddān, unité agricole dont l'étendue calculée le plus souvent en hectares peut varier d'une région à l'autre, et non le dunum utilisé par les jardiniers citadins et qui correspond à un peu moins de 0,1 hectare...

10 Une insurrection des Frères musulmans, déclenchée au printemps 1982, a été très durement réprimée par les unités spéciales de l'armée syrienne, provoquant la mort de plusieurs milliers de hamiotes et la destruction d'une grande partie de la vieille ville.

11 A. Morel (1987 : 154-53) évoque ainsi les difficultés auxquelles est confronté l'ethnologue en milieu urbain : « Si, comme l'affirme M. Segalen, au fond, l'ethnologue s'y prend toujours de la même façon, qu'il travaille en milieu urbain ou rural, on ne peut pas ignorer qu'en ville il se heurte à des résistances difficiles à contourner. Les gens y sont peu accessibles : il est malaisé sinon impossible de partager leur vie et tout simplement de prétendre pénétrer chez eux. De plus, ne pouvant plus être identifié, le chercheur est lui-même renvoyé à l'anonymat ; il lui faut à chaque fois se faire connaître et accepter, et donc payer de sa personne, pour établir la relation de confiance indispensable avec les enquêtés. »

12 Notons cependant que cette accessibilité peut changer sensiblement de nature lorsque l'on a affaire à un souk de gros et à un souk de détail : dans le premier, les clients sont des hommes, en majorité des professionnels (petits commerçants) alors que, dans le second, on trouve une clientèle nettement féminisée.

13 M. Augé, 1979 : 197-198.

14 Sur les limites de l'histoire orale, voir notamment F. Raphaël (1980 : 127-145). Celui-ci précise que cette histoire « doit nécessairement tenir compte du travail incessant de la mémoire, qui opère un tri dans le passé en fonction des exigences du présent, et qui, en même temps, inscrit dans les paysages et les corps des mythes et des attitudes qui renvoient aux valeurs normatives du groupe » (p. 135). On peut aussi citer, sur les imprécisions de la mémoire paysanne en Syrie, ces quelques remarques de l'écrivain kurde de Syrie Salim Barakat (1993 : 85) : « Leur récit commençait par une tempête de neige, plus forte que celles que nous avions connues et qu'ils appelaient "la grande neige". À partir de là, les faits s'emmêlaient. Ceux qui aiment chez, les gens simples une certaine forme d'authenticité, parfaitement éculée, prétendent que les villageois gardent en tête la mémoire de chaque événement passé. Ce qui est sûr c'est qu'ils en connaissent parfaitement une partie. Ils connaissent les rythmes du jour et de la nuit, et leur durée. Ils connaissent aussi le temps des pluies et de la levée du vent, de même que le cycle des céréales. Ils savent lire le défilé des jours. Mais quand ils essaient de se remémorer le passé et de retrouver une date ou un événement, ils mélangent ce qui s'est déroulé et ce qui n'a pas eu lieu, le passé et le futur. Ils font du présent l'aboutissement imaginaire de la moisson des souvenirs. Pour toutes ces raisons, "la grande neige" était le port où aboutissaient tous les événements qui s'étaient produits bien avant cela, ou encore bien plus tard. »

Table des illustrations

Légende Figure 1 — Carte générale de la Syrie.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6291/img-1.jpg
Fichier image/, 921k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540