Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Préface

Françoise Métral

Texte intégral

  • 1 « Rapport IRMAC » in Rapport Scientifique de la Maison de l'Orient Méditerranéen, 1986.
  • 2 Sous la direction de Jean Métral dans le cadre de l'Institut de Recherche sur le Monde arabe conte (...)
  • 3 Rapport scientifique de la Maison de l'Orient Méditerranéen, 1988. Le soutien de l'Institut frança (...)

1« Depuis le xixe siècle (fin de l'Empire ottoman, colonisation, indépendance), la formation des États nations dans l'aire arabo-musulmane s'est accompagnée de politiques d'aménagement et de développement qui transforment espaces, économies, sociétés et cultures traditionnelles1 ». C'est dans le cadre général de cette problématique que l'équipe de la Maison de l'Orient méditerranéen à Lyon travaillant sur le monde arabe contemporain2 s'était donné pour objet d'étude, dans les années 1980, « la transformation et l'articulation des trois grands types d'écosystèmes, la ville, mdina, domaine des citadins, la campagne, maamura, domaine des agriculteurs sédentaires et la badia, le domaine steppique du pastoralisme nomade, avec une application prioritaire à la Syrie3 ». Les chercheurs, géographes, sociologues et ethnologues, impliqués dans ce programme, ont abordé les changements de la société, tantôt à partir de la ville, tantôt à partir des campagnes. Leurs études portaient ainsi sur les activités économiques, les structures et les cultures urbaines, les espaces publics, la question de la citadinité, ou encore sur les aménagements hydrauliques et les politiques agraires ; enfin sur les mouvements sociaux et idéologiques.

  • 4 Anouar Naaman, Le pays de Homs, Syrie centrale. Étude de régime agraire et d'économie rurale, Pari (...)
  • 5 Jacques Weulersse, avait fait une étude hydromorphologique du fleuve au début des premiers travaux (...)

2Le géographe syrien Anouar Naaman remarquait en 1951 que le pays de Homs « possède les systèmes hydrauliques à la fois les plus anciens et les plus modernes et, sans conteste, les plus importants de Syrie4 ». L'Oronte, quelques décennies plus tôt que l'Euphrate, avait fait l'objet des premiers grands projets hydrauliques syriens5. L'approche comparative de ces périmètres irrigués que nous avions menée avec Jean Métrai en 1980 soulignait la diversité des systèmes d'irrigation et des modes de gestion, ainsi que la complexité juridique des droits de l'eau sur le cours du fleuve. Les jardins irrigués de Homs et de Hama apparaissaient dans cet ensemble comme des espaces agricoles spécifiques, indissociables des deux villes et pourtant désormais intégrés dans le système modernisé du bassin du moyen Oronte. Comment s'était effectuée cette intégration ? Comment avait été négocié le passage d'une gestion communautaire à une gestion étatique bureaucratique ?

  • 6 Bernard Geyer (ed.), Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué. A (...)

3Lors d'un colloque organisé à Damas en 19876, où archéologues et historiens avaient mis en évidence la trace de nombreux aménagements hydrauliques abandonnés, une question nous avait interpellés : la pérennité du barrage de Qatine et du grand canal alimentant les jardins de Homs et, d'une autre manière, celle du système des norias de Hama, n'étaient-elles pas dues au fait qu'il s'agissait de systèmes d'irrigation liés, non à un pouvoir central, à l'action ou la résidence d'un Prince, mais à une ville et dont la gestion était sous contrôle de la société urbaine ? Dans son état ancien, le grand canal de Qatine à Homs traversait en effet la campagne desséchée sur des kilomètres, sans une seule prise d'eau ; les jardins de la ville de Homs en étaient les bénéficiaires exclusifs. Les projets modernes d'aménagement du Moyen-Oronte lancés par le ministère des Travaux publics avaient au contraire essentiellement pour objectif d'étendre l'irrigation à des terres agricoles pour développer des cultures commerciales et industrielles. Mis en place peu avant la réforme agraire, ils devaient bénéficier en priorité aux paysans et à la population rurale. Pourtant, les jardins périurbains préexistants intégrés dans le nouveau projet conservaient, au nom des droits acquis, un régime particulier privilégié. Les situations actuelles contrastées et complexes des différents périmètres irrigués ne pouvaient se comprendre sans un recours à l'histoire, et notamment sans une étude approfondie du système urbain des jardins, de leurs liens avec la ville et de leurs transformations.

4S'il paraissait indispensable de recourir à l'histoire rurale (qui était à faire), pour démêler l'écheveau juridique de situations relevant des héritages et des mutations récentes, l'étude des jardins demandait aussi de suivre les changements dus à la croissance démographique rapide des deux villes de l'Oronte, sans parler des bouleversements de l'urbanisme consécutifs aux événements politiques dramatiques dont Hama avait été le théâtre (1982). Dans le contexte actuel, les jardins ici, les norias là, semblaient être pour l'une et l'autre ville, des éléments identitaires fortement emblématiques et pourtant menacés de disparition par la spéculation foncière et l'évolution des techniques.

5La tâche était considérable, complexe et urgente. Jean Métrai l'a proposée en 1990 à Thierry Boissière, qui avait déjà manifesté son intérêt pour les jardins urbains et périurbains dans une étude sur Sanaa au Yémen et qui cherchait un sujet de thèse sur la Syrie. Le présent ouvrage, résultat d'une recherche menée avec patience et passion pendant plusieurs années sur les deux villes de l'Oronte, Homs et Hama, vient avec bonheur combler ce manque.

6Le sous-titre de l'ouvrage « Ethnologie d'un espace agricole urbain » traduit l'ambiguïté et l'originalité de l'objet que T. Boissière choisit d'étudier, celui de l'« entre-deux » que constitue le monde clos des jardins périurbains qui s'interpose entre campagne ouverte et quartiers urbains ; un espace agricole intermédiaire qu'il a longuement observé et dont il nous décrit, avec la précision d'un entomologiste, structures, organisation, cultures et techniques. Un terrain où il approche en ethnologue un groupe professionnel, les jardiniers, que les tâches agricoles rattachent au monde rural mais qui n'est pas paysan ; car les jardiniers résident en ville avec leur famille, dans les quartiers où ils côtoient artisans et commerçants et où ils se fondent parmi les petites gens. Le système d'irrigation, l'entretien des réseaux, le partage de l'eau, celui des productions et même de l'espace des jardins associaient, dans des structures hiérarchiques sur des modes complexes, jardiniers et propriétaires citadins. A travers les récits recueillis et l'histoire recomposée des lignages et des lignées de jardiniers, T. Boissière illustre les différentes facettes des relations du groupe des jardiniers avec les familles de notables propriétaires ; il retrace leur évolution, distincte à Homs et à Hama, au cours des cinquante dernières années. On suit ainsi pas à pas les transformations des situations, voire le renversement des rapports de pouvoir externes et internes au groupe de jardiniers qui se produisent sous l'action de la réforme agraire, notamment des lois sur les contrats de métayage et l'organisation des coopératives. Au « temps des notables », succède le « temps des jardiniers » et peut-être aujourd'hui celui des urbanistes. Dans un va-et-vient constant entre les deux villes, dans les variations d'échelle entre le lignager, le local et le global qu'opèrent les récits et l'analyse, l'ethnologue éclaire tout un pan de l'histoire socio-économique, rurale et urbaine, de la Syrie.

7En se situant dans l'entre-deux rural et urbain, en abordant la ville, en l'occurrence les villes de Homs et Hama, à partir de la périphérie, des jardins, plutôt qu'à partir du souk, des activités artisanales ou industrielles ou des institutions centrales, T. Boissière nous dévoile une des composantes essentielles de la ville orientale et des villes de la Syrie intérieure. Les villes et particulièrement celles de l'Oronte sont indissociables des jardins qui les entourent. Par cette approche périphérique inhabituelle de la ville, il met en relief certains aspects de la vie citadine, de ses loisirs et de ses rythmes, trop souvent négligés. Le partage de caractères communs à la vie citadine et d'une citadinité hautement revendiquée face au monde rural paysan ou bédouin environnant, est loin d'avoir empêché l'affirmation d'une identité spécifique ; il semble au contraire l'avoir exacerbée. La comparaison entre Homs et Hama insiste sur les spécificités de chacune des deux villes voisines l'une de l'autre, dessine des caractères opposés forgés au cours de leur histoire ; l'une apparaissant plus ouverte, l'autre plus hautaine.

8Toutes deux sont confrontées aujourd'hui à une forte croissance urbaine, à l'arrivée massive de populations rurales, étrangères aux formes de sociabilité des vieux citadins et à l'offensive de projets urbanistiques modelés par les conceptions occidentales de la modernité. La ville des urbanistes modernes et démocrates se conçoit avec des « espaces verts », parcs publics ouverts à tous. Quel sort sera réservé aux mondes clos des jardins auquel on n'accède qu'à travers l'entrelacs des relations tissées au fil des générations ?

9Lyon, juin 2004

Notes

1 « Rapport IRMAC » in Rapport Scientifique de la Maison de l'Orient Méditerranéen, 1986.

2 Sous la direction de Jean Métral dans le cadre de l'Institut de Recherche sur le Monde arabe contemporain (IRMAC) et de l'équipe CNRS UA 913 « De la mer au désert, gestion et occupation de l'espace au Proche-Orient » dirigée par Paul Sanlaville et devenue par la suite le Groupe d'Études et de Recherche sur la Méditerranée et le Moyen Orient (GREMMO).

3 Rapport scientifique de la Maison de l'Orient Méditerranéen, 1988. Le soutien de l'Institut français d'études arabes de Damas a été déterminante pour l'accès au terrain syrien.

4 Anouar Naaman, Le pays de Homs, Syrie centrale. Étude de régime agraire et d'économie rurale, Paris, Sorbonne, 1951,548 p.

5 Jacques Weulersse, avait fait une étude hydromorphologique du fleuve au début des premiers travaux d'aménagement : L'Oronte, étude d'un fleuve, Tours, Arrault & Cie, 1940, 88 p.

6 Bernard Geyer (ed.), Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué. Approche pluridisciplinaire des modes de culture avant la motorisation en Syrie, Paris, Geuthner. 1990, 521 p.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540