Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Remerciements

Texte intégral

1Ma reconnaissance et mes pensées les plus affectueuses vont d'abord à Jean Métrai qui a suivi et soutenu cette recherche depuis ses débuts, qui a jugé le travail abouti mais n'aura pas connu cette ultime version. L'attention, l'écoute généreuse, l'exigence et la disponibilité dont il a toujours fait preuve à mon égard durant ces années de terrain et de rédaction, son humanisme, sa grande érudition et sa connaissance des sociétés moyen-orientales m'ont permis de mener à bien ce travail mais aussi de me réaliser en tant qu'anthropologue. Ma dette à son égard est immense.

2Je voudrais ensuite adresser mes remerciements les plus chaleureux à Françoise Métrai qui m'a aidé et encouragé, dont la présence bienveillante n'a jamais fait défaut et qui a accepté de relire ce texte et d'en assurer la préface. Mes remerciements vont aussi au professeur Bernard Vernier qui a dirigé ce travail et l'a accompagné jusqu'à sa soutenance. Ma reconnaissance va également au Groupe de recherche et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO, Maison de l'Orient et de la Méditerranée, Lyon) qui a rendu possible la réalisation de cet ouvrage et en a facilité la publication. Je remercie mon frère, Manuel Boissière, dont les conseils et les remarques m'ont été précieux et Jean-Baptiste Rigot, sans l'aide duquel il ne m'aurait pas été possible de mettre au point la cartographie de cet ouvrage.

3Je voudrais remercier l'Institut français du Proche-Orient (IFPO) à Damas (ex-IFEAD) et à Amman et Beyrouth (ex-CERMOC) sans l'appui duquel il ne m'aurait pas été possible de séjourner aussi longtemps et de mener cette recherche en Syrie. Qu'il me soit permis d'exprimer ici mes remerciements les plus vifs au service des publications de l'IFPO à Damas et particulièrement à Lina Khanmé et Mohamed Zahabi pour la qualité du travail réalisé.

4À Homs, tous mes remerciements vont à M. Yāser Lāšīn qui a accompagné mes premiers pas dans les jardins. À Hama, ma reconnaissance va au professeur ‘Adnān Darwīš et à MM. al-Aṣfār et al-‛Umarī qui m'ont apporté les connaissances et les conseils des fins connaisseurs de leur ville qu'ils sont.

5Ma gratitude la plus profonde va enfin aux jardiniers de Homs et de Hama qui ont eu la patience et la gentillesse de m'accueillir dans leurs exploitations, de prendre le temps de répondre à mes questions et de m'aider durant ces longues années d'enquêtes et de découvertes.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540