Version classiqueVersion mobile

Analecta

 | 
Regis Blachère

L’agglomération du Caire vue par quatre voyageurs arabes du Moyen Âge*

Texte intégral

  • * Dans Annales Islamologiques, VIII, 1969, 1-26.

1Nombreuses et variées sont les descriptions de l’agglomération du Caire laissées par des voyageurs arabes non égyptiens, depuis la fin du iiie/ixe s. jusqu’au viie/xiiie s. Dans les limites du présent article, il ne saurait être question de reprendre toutes ces descriptions qui, au surplus, ont été déjà minutieusement utilisées par les historiens et les archéologues. On voudrait en revanche à partir d’un choix nécessairement arbitraire parce qu’on le souhaite suggestif, mettre l’accent sur quatre de ces voyageurs qui ont le mieux su noter les réactions, les sentiments et les idées suscitées en eux par cette agglomération diverse et contrastée.

  • 1 Sur ce géographe et historien, v. A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au mili (...)
  • 2 Id., 192-202. A noter que ce polygraphe ne fut pas un voyageur, mais un encyclopédiste ; v. R. Par (...)
  • 3 Ya‘qûbi (331) = Trad. Wiet, 184.
  • 4 Sur ce « logographe » v. Miquel, 202-212.
  • 5 Mas‘ûdi, Prairies d’Or, éd. Barbier de Meynard, II, 412.
  • 6 Id., op. cit., II, 364 sq. — La courte indication sur le nilomètre, op. cit., 365-366, ne vaut que (...)

2Une remarque préliminaire s’impose d’ailleurs. Jusqu’au moment où les Fâtimides font du Caire une capitale à la mesure de leurs ambitions politiques et religieuses, les auteurs arabes qui s’intéressent à ce centre urbain voient uniquement celui-ci dans une perspective générale. Par exemple pour al-Ya‘qûbi (mort après 278/891)1 et plus encore pour Ibn Rusteh (mort après 290/903)2, l’agglomération désignée naturellement sous le nom d’al-Fusṭâṭ est seulement le centre administratif de l’Égypte, celui-là même que ‘Amr ibn al-‘Âṣ avait fondé autour de la mosquée-cathédrale qui lui doit son nom, entourée des marchés et des quartiers où s’étaient fixés les contingents arabes, lors de la conquête3. Si l’accent est mis sur les itinéraires qui partent de ce centre c’est qu’on entend marquer par là le rôle dévolu à al-Fusṭâṭ comme capitale régionale. Avec le voyageur al-Mas‘ûdi4, qui visita al-Fusṭâṭ en 330/941, nous devrions trouver un observateur d’une toute autre qualité ; lui-même nous dit, dans l’abrégé de ses premiers ouvrages5, qu’il avait consacré une large place à la conquête de l’Égypte par ‘Amr ibn al-‘Âṣ dans ses Annales historiques et dans son Histoire moyenne. La perte de ces deux ouvrages nous a privés sans doute de bien des détails sur le noyau primitif de ce qui sera le Caire ; quelques pages des Prairies d’Or sur la fête de la Nuit de l’Immersion évoquent en revanche en un raccourci plein de pittoresque ce qu’est déjà à ce moment le groupement humain qui s’active dans cette cité6.

  • 7 V. Miquel, 299-309.
  • 8 V. Miquel, 313-330.

3D’une exceptionnelle qualité nous apparaissent donc, par contraste, les témoignages de deux autres voyageurs, l’un Iraqien, Ibn Ḥawqal (mort après 377/987)7, et le second, Palestinien, al-Muqaddasi (mort après 378/988)8. Tous deux offrent d’ailleurs de si remarquables ressemblances tant par la carrière suivie que par la pensée, qu’on ne saurait systématiquement les opposer. L’un et l’autre sont de grands voyageurs soucieux de vérifier ce qu’ils ont lu et de le compléter ; leur curiosité d’esprit est vive autant que diverse ; leur appartenance au Chi‘isme révèle chez eux des croyants fervents mais inquiets, prompts à critiquer durement ce qui a déçu leurs espoirs. Leur culture les incite d’autre part à une certaine recherche, voire quelquefois à des effets de style dans leur « écriture ».

  • 9 Sur cet itinéraire et les repères chronologiques qui le jalonnent, v. Wiet, Introd., p. xi, à la t (...)
  • 10 Cela se manifeste à plusieurs reprises, notamment à propos de la victoire d’al-Manṣûr sur les Ḫâri (...)
  • 11 Pour éviter toute ambiguïté, on emploiera conjointement, dans la présente étude, le terme al-Fusṭâ (...)

4La description que nous avons de l’Égypte par Ibn Hawqal est le résultat, en sa forme actuelle, de deux séries de notations. La première est une mise au point des informations antérieures que le voyageur critique et condense avec l’acribie qui lui est propre. Ces données valent pour l’époque des Iḫšîdides, et l’on peut conjecturer qu’elles sont le résultat d’observations faites au cours d’un premier séjour en Égypte se situant entre le départ de Bagdad en 331/943 et les pérégrinations en Berbérie : celles-ci mènent Ibn Ḥawqal de Cyrénaïque en Ifrîqiya (on le trouve à Mahdiyya en 336/947), puis en Berbérie occidentale et enfin en Espagne où il séjourne l’année suivante avant de revenir, par la Sicile, en Égypte ou dans quelque autre région du Proche-Orient9. Durant cette période, Ibn Ḥawqal se révèle avoir été un adepte fervent des Fâtimides d’Ifrîqiya en qui il voit les réalisateurs de la doctrine de l’Ismâ’îlisme qarmaṭe10. A cette première documentation est venu s’adjoindre un ensemble de corrections, de retouches correspondant à un second séjour d’Ibn Ḥawqal, postérieur celui-là à l’installation des Fâtimides et à la fondation d’al-Qâhira en 358/96911. Cette distorsion dans l’attitude d’Ibn Ḥawqal se manifeste dans le rapprochement des deux textes suivants, l’un datant de l’époque euphorique, l’autre de celle du désenchantement.

Al-Fusṭâṭ est une grande ville dont la superficie est égale à un tiers de celle de Bagdad ; elle s’étend sur environ une parasange, avec un territoire excessivement peuplé et qui est d’une belle fertilité. Cette cité a d’autres qualités éminentes et agréables ; ses quartiers possèdent de vastes espaces libres, d’énormes marchés, d’imposants centres de commerce, de vastes terrains privés, sans compter un splendide extérieur, une atmosphère sympathique, des jardins fleuris et des parcs toujours verdoyants, quelle que soit la saison (Wiet, Trad., I, I, 144).
Plus d’un livre a été composé sur l’Égypte et ses provinces, donnant une description détaillée de ses villages, de ses impôts et de ses spécialités. Mais depuis que les Maghrébins ont envahi son territoire, la situation a bien changé : il a perdu une partie de ses ressources et l’on ne voit plus guère que des ruines et des décombres abandonnés qui témoignent de la condition excellente et florissante d’antan. Pour cette raison j’en ai donné une description sans m’appesantir sur les détails (ibid., 141).

  • 12 Dans l’état actuel de notre texte cette double disposition n’émerge que sporadiquement ; v. infra, (...)
  • 13 Wiet, Introd., p. xiii.
  • 14 Très suggestif est le passage qui montre précisément un de ces « retours » : les revenus de l’île (...)

5L’ambiance dans laquelle vit le voyageur est, on le voit, fort différente12. Le dépit, le découragement, peut-être une sourde révolte le dominent, le nom des Fâṭimides régnants n’est même plus mentionné par Ibn Ḥawqal dans cette dernière version ; tout au plus le voyageur s’efforce-t-il de convaincre son lecteur que tous les maux dont souffre l’Égypte doivent être imputés aux seuls « Maghrébins ». De quelle ampleur ont été ces retouches et ces remaniements apportés à la version primitive de la description de l’Égypte ? Peut-on aller jusqu’à concevoir une version complètement nouvelle de l’ouvrage ? G. Wiet l’admet13, Quoi qu’il en soit ce travail de mise au point est postérieur à l’année 362/973, date à laquelle Ibn Ḥawqal étant revenu en Sicile, n’hésite pas à modifier radicalement tout ce qu’il y avait de trop euphorique dans ses premières notations touchant cette île14. On découvre dans les pages consacrées au Caire une évolution identique à celle qui concerne la Sicile, à cela près que, on l’a vu, le désenchantement s’exprime d’une façon plus formelle encore.

6Dans les développements relatifs à la capitale fâṭimide, le nom d’al-Fusṭâṭ est seul usuel sous la plume d’Ibn Ḥawqal ; fait qui vaut d’être signalé, l’appellation al-Qâhira, la [ville] triomphante, ne se rencontre qu’une fois et cela peut constituer un indice de ce que pense Ibn Ḥawqal de cette fondation. Dans les cinq pages qui lui sont au surplus consacrées, l’intérêt ne saurait porter exclusivement sur la ville-citadelle édifiée sur l’ordre du Calife al-Mu‘izz, par son affranchi Ǧawhar. Sur al-Fusṭâṭ, sont redonnés des détails essentiels touchant la distribution des quartiers. De même est rappelée l’existence du double pont de bateau lancé à la hauteur de l’Ile [de Rôḍa], de la rive orientale à celle de Guizeh (WIET, Trad., I, 144) ; sur ce point fortifié, l’indication déjà fournie par al-Mas‘ûdi est reprise. Au moment où Ibn Ḥawqal écrit, le quartier militaire construit sous les Ṭûlûnides est en ruine. Toutefois la citadelle d’al-Qâhira tient naturellement la place qui lui revient dans l’ensemble.

Les Maghrébins ont fondé à l’extérieur d’al-Fusṭâṭ une ville qu’ils ont nommé al-Qâhira. Elle fut tracée par Ǧawhar, le général des Maghrébins, au moment de son entrée en Égypte, à l’usage de son armée, de ses approvisionnements et de sa suite. Elle comprend maintenant des quartiers et des marchés, ainsi que des emplacements pour la reproduction du bétail, des édifices publics tels que des bains et des hôtelleries, jusqu’à des palais bien construits et des installations utiles. Ǧawhar l’entoura d’un mur élevé et fort, qui circonscrit un espace trois fois plus vaste que les terrains bâtis : ce sont donc des sortes de parcs à réserve pour le refuge des bestiaux en cas de danger. A l’intérieur se trouvent les bureaux administratifs de l’Égypte, une mosquée-cathédrale belle et élégante, abondamment pourvue de desservants et de muezzins (Wiet, Trad., I, 145).

7Ce dernier trait est riche d’indications sur la pensée de l’ismâ‘îlien déçu : le nom glorieux d’al-Azhar ne vient pas sous sa plume ! La même propension à maintenir dans l’anonymat les fondations fâtimides se retrouve d’ailleurs presque aussitôt dans ce passage :

  • 15 Il s’agit du Ǧârmi‘ al-awliyâ’ ou Mosquée des Saints appelée aussi Mosquée de la Coupole et Mosqué (...)

Une princesse maghrébine a fait bâtir une autre mosquée-cathédrale à al-Qarâfa, à l’extérieur d’al-Fusṭâṭ, qu’habitaient autrefois les tribus du Yémen et ceux qui s’y étaient établis dès le moment de la conquête ; c’est une des mosquées qui se distinguent par leur cour spacieuse, une architecture admirable, des plafonds élégamment décorés et un magnifique extérieur (ibid., 145)15.

8Une notation dont la sécheresse n’exclut pas la valeur évocatrice, nous permet d’imaginer dans la seconde moitié du ive/xe siècle le site fermé par le Muqaṭṭam au sud-est de l’agglomération du Caire.

À la hauteur du cours septentrional du Nil, il y a une montagne qui s’étend jusqu’à al-Fusṭâṭ, appelée le Muqaṭṭam. On trouve dans cette montagne et aux alentours, de l’hématite et un peu de cristal de roche. Cette montagne court parallèlement à la région des émeraudes et se prolonge jusqu’aux limites extrêmes du pays des Noirs. Au pied de cette montagne, dans les environs de al-Fusṭâṭ, il y a la tombe du juriste Muḥammad ibn Idrîs aš-Šâfi‘i — que Dieu ait pitié de lui ! C’est un des tombeaux du cimetière réservé sur le flanc de cette montagne aux habitants d’al-Fusṭâṭ. C’est là qu’ont été enterrés, parmi les prophètes, Joseph, les chefs des douze tribus, Moïse, Aaron (ibid., 147-148).

9Dans ce vaste paysage le Nil coule, mais sa majesté n’inspire pas le lyrisme d’un auteur qui en est par nature ou volontairement dépourvu ; les grandes Pyramides font seulement l’objet d’une brève mention ; c’est à peine si nous devinons que la rive occidentale du fleuve est uniquement occupée par des palmeraies et des jardins dont la masse s’étend, continue, jusqu’au Delta ; Memphis et Héliopolis sont signalées à cause des souvenirs pharaoniques qui s’y rattachent et à cause du baumier réputé qui croît près de cette dernière agglomération.

10Ces pages en leur sécheresse représentent bien toute la manière d’Ibn Ḥawqal. Beaucoup plus qu’une description, c’est un document pour les hommes du temps comme pour nous-même. L’auteur est impassible, plus soucieux de détail et de précision que de vie restituée. L’essentiel d’ailleurs est pour lui de ne rien avancer qui ne soit exact. Le reste ne le concerne plus.

  • 16 Cela se fonde sur de courtes indications qui attestent un observateur direct. Ainsi : j’ai entendu (...)
  • 17 De Geoje avait posé comme vraisemblable que la première version représentée par le ms. de Constant (...)

11La description de l’agglomération du Caire par al-Muqaddasi, telle que nous la possédons, ne pose pas les mêmes problèmes textuels que celle d’Ibn Ḥawqal. Si nous savons en effet que les deux manuscrits de base utilisés par l’éditeur De Goeje représentent deux recensions séparées par un assez long temps, en revanche il nous apparaît bien que les pages en cause offrent seulement des variantes de détails, non négligeables certes, mais ne modifiant pas le fonds primitif. L’auteur se complète, se corrige, mais n’éprouve pas la nécessité de réformer ses positions premières en fonction d’une évolution politique et religieuse. Cette description se fonde, comme toujours chez al-Muqaddasi, sur des lectures antérieures, notamment sur al-Iṣṭaḫri, et probablement sur al-Mas‘ûdi, ainsi que sur les ouvrages d’adab dont il fait le procès tout au début de son livre. Son information ne semble toutefois rien devoir à Ibn Ḥawqal. Le séjour du voyageur en Égypte est certain et se traduit par des notations personnelles16 ; il est toutefois difficile d’en fixer la date et d’en définir la durée. La rédaction première du Aḥsan at-taqâsîm est hypothétiquement placée en effet par De Goeje à Chîrâz vers 375/985 et tout donne à penser que la version définitive se situe quelque dix ou quinze années plus tard17. Dans ces conditions il est plausible de placer le voyage d’al-Muqaddasi en Égypte entre la fondation du Caire fâtimide en 358/969 et le début de la rédaction du livre en 375/985.

  • 18 Ainsi Aḥ. taq., 30 lig. 13.
  • 19 Ibid., 55, 194.

12Sous la plume d’al-Muqaddasi, le terme al-Qâhira n’apparaît que trois ou quatre fois dans l’ensemble du livre ; dans les pages consacrées à l’agglomération du Caire, il s’applique uniquement à la fondation fâṭimide ; en somme comme si l’auteur cédait à une tradition, pour lui, seul le nom d’al-Fusṭâṭ évoque spontanément cet ensemble urbain qui est devenu la capitale du nouvel État égyptien ; toutefois le terme Misr, par une regrettable confusion, englobe à la fois la fondation de ‘Amr et l’antique agglomération copte18. Comme Ibn Hawqal, l’auteur du Aḥsan at-taqâsîm voit surtout dans al-Fusṭâṭ, une métropole dont dépendent les autres villes du Delta reléguées ainsi au rang de chefs-lieux provinciaux19.

Al-Fusṭâṭ est une métropole dans toute l’acception du terme ; elle réunit en effet les services ministériels ; elle est le siège du gouvernement et abrite l’Emir des Croyants. Elle est à l’intersection du Maghreb et des territoires des Arabes. Le pays qui en dépend est vaste ; la population en est nombreuse. La région est florissante et son nom est illustre ; sa puissance est immense. C’est la métropole de l’Égypte. Al-Fusṭâṭ a éclipsé Bagdad ; elle est la gloire de l’Islam et le centre commercial de l’Univers. Plus magnifique que Bagdad elle est le grenier du Maghreb et le lieu de transit de l’Orient (Ah. taq., 197).

13La capitale des Fâṭimides, comme on le voit, apparaît à al-Muqaddasi avec toute son importance dans l’ensemble du monde musulman. Ailleurs l’accent avait déjà été mis sur l’hégémonie qu’elle était en voie de s’arroger. Bagdad est déchue de sa grandeur et s’achemine vers sa ruine,

tandis qu’al-Fusṭâṭ aujourd’hui est comme Bagdad dans le passé. Je ne connais point au monde de ville plus magnifique qu’elle (Ah. taq., 36).

14Dans la vue d’ensemble qu’il en donne, al-Muqaddasi not l’allure de ville forte qu’offre al-Qâhira au moment où il l’a visitée :

l’enceinte élevée par le général Ǧawhar l’entoure, percée de portes plaquées de fer ; alentour c’est le vide ; comme au Maghreb le muṣallâ est situé extra-muros ; les nécropoles s’étendent vers le Nord et l’est jusqu’à al-Fusṭâṭ et au pied du Muqaṭṭam (Aḥ. taq., 200).

  • 20 Coran, XII (sourate : Joseph), 21.

15En bordure du Nil s’étend l’agglomération copte désignée par référence à un passage coranique20 sous le nom d’al-’Azîziyya :

elle est en pleine décadence et tombe en ruines dans son ensemble. C’était jadis la métropole où résidait Pharaon. Là était son palais, ainsi que le sanctuaire de Jacob et de Joseph (ibid., 200).

16Al-Muqaddasi donne un peu plus de détails sur la Ǧazîra, terme sous lequel on désigne alors l’actuelle île de Rôḍa.

L’île [de Rôḍa] a une population clairsemée. La mosquée-cathédrale et le nilomètre sont à son extrémité, près du pont [la reliant à al-Fusṭâṭ], non loin de Miṣr (= du quartier copte). Là se trouvent des jardins, des palmiers ; la résidence d’agrément du Calife, nommée al-Muḫtâra, s’élève du côté du Canal [entre l’Île et la rive orientale]. Guizeh est une ville au-delà du bras principal ; pour s’y rendre existait depuis l’île [de Rôḍa] un pont qu’a coupé le Fâṭimide. Il s’y trouve une mosquée-cathédrale ; elle est plus peuplée et plus vaste que l’Île [de Rôḍa] ; de là, part la route impériale vers le Maghreb (Aḥ. taq., 209).

17L’ensemble de l’agglomération frappe al-Muqaddasi par la densité de la population qui fait de cette capitale une métropole plus importante que Nichapour, plus grandiose que Bassora, plus vaste que Damas (Aḥ. taq., 197). Cette densité de la population confirme par ceci qu’al-Muqaddasi étant arrivé en retard pour la Prière, trouva

les files d’orants jusque dans les marchés [jouxtant la mosquée] et à plus de mille coudées de celle-ci. De même j’ai vu les qaysariyya et les rues marchandes autour de la mosquée, pleines d’orants.
Quand al-Ḥasan ibn Aḥmad al-Qarmaṭi se rendit à al-Fusṭâṭ, les gens se portèrent à sa rencontre et, voyant leur foule telle [un nuage de] criquets, il en fut effrayé et il s’écria :
« Qu’est-ce que cette masse ? ». On lui répondit que c’étaient là des badauds de Miṣr [= le Vieux Caire = al-Fusṭâṭ] et que ceux qui n’étaient pas encore sortis étaient bien plus nombreux. Leurs maisons comptent quatre ou cinq étages, tels des minarets : la lumière y pénètre par le centre ; j’ai entendu dire qu’une seule maison peut être habitée par quelque deux cents personnes (Aḥ. taq., 198).

18Un tel grouillement humain s’accompagne naturellement d’une misère profonde :

Les habitations sont exiguës, pleines de puces, puantes, malsaines. Les puits sont pollués, les moustiques abondent ; la gale est endémique, les chiens pullulent (ibid., 200).

19À côté de cette misère qui s’étale, le voyageur palestinien a noté, faisant un contraste cruel, l’abondance des biens, des produits de la terre et de la vie rurale, l’activité du commerce qui sous-entend une classe industrieuse, voire riche. Les notations sont ici rassemblées sans ordre, ce qui confère au texte une plus large valeur d’évocation des biens ainsi rassemblés.

Al-Fusṭâṭ étonne par l’ampleur de son commerce et par ses spécialités. Il est beau par ses marchés, par ses moyens de vie ; ses bains sont merveilleusement aménagés ; ses qaysariyya sont pleines d’agrément. Il n’est pas de port fluvial plus fréquenté par les navires que le sien... On y trouve des nourritures délicates, des condiments fins, des friandises à bon marché ; on y voit en abondance des bananes, des dattes fraîches... ; les œufs valent un danaq pour huit... ; les fruits de Syrie et du Maghreb y affluent (ibid., 197, 199).

20Le commerce apparaît à al-Muqaddasi très florissant à al-Fusṭâṭ où sont stockés des produits destinés aux échanges :

  • 21 Hamlaḫt (du persan) semble désigner des « jambières » ; v. De Goeje, Bibliotheca géographorum arab (...)
  • 22 Muṯallaṯ « camelot ». De Goeje, op. cit., Glossaire, 200, précise qu’il s’agit d’une étoffe tissée (...)
  • 23 Une liste chaotique de produits destinés au commerce ou à la consommation locale a déjà été donnée (...)

On en exporte du cuir excellent, imperméable, épais, souple, des basanes rouges, des jambières21, du camelot22. A al-Fusṭâṭ est une montagne, le Muqaṭṭam, où est un gisement d’or et de belles pierres blanches qui se taillent comme du bois (Aḥ. taq., 209)23.
Les caravanes y affluent d’Iraq, marché de l’Orient. Les vaisseaux d’Arabie et des Rûm franchissant la mer remontent jusqu’à son port. Son commerce y est extraordinaire. Ses richesses sont abondantes (ibid., 199).
Un jour que je me promenais sur le rivage [sur le port d’al-Fusṭâṭ], et que je m’émerveillais de la multitude des navires à l’ancre ou en partance, un homme me dit : « Sache, Seigneur, que les navires au mouillage dans ce port ainsi que ceux qui ont fait voile vers d’autres villes ou agglomérations, sont si nombreux que s’ils faisaient route vers ta ville natale, ils pourraient avoir à leur bord toute sa population, tous ses engins, toutes ses pierres, toutes ses poutres, en sorte que, pourrait-on dire, ils emporteraient toute ta cité » (ibid., 198).

21Dans son livre, al-Muqaddasi se plaît à noter ce qui concerne la vie religieuse et la culture. La description qu’il consacre à l’agglomération du Caire contient donc elle aussi quelques traits savoureux et intéressants sur les mœurs, sur la pratique religieuse, sur les docteurs de la Loi. On a vu (v. supra, p. 556 fine) combien le voyageur palestinien a été frappé par le spectacle des fidèles lors de la Prière du vendredi. Par goût de l’antithèse, il stigmatise toutefois l’existence de ces vieillards débauchés

qui n’ont pas honte de boire des boissons enivrantes, et dont les femmes se prostituent sans vergogne ; souvent une épouse a deux conjoints (ibid., 200).

22Dans une formule très enveloppée, le voyageur rappelle que l’Égypte est alors partagée entre Sunnites et Chi‘ites (ibid., 200).

Al-Fusṭâṭ compte de nombreux personnages nobles et vénérés. Il n’existe pas en Islam une mosquée-cathédrale où l’on compte plus de cours magistraux que dans la sienne. C’est une pépinière de savants ; leur psalmodie du Coran est belle. Al-Fusṭâṭ a une population de gens paisibles et tranquilles prodigues de biens et d’aumônes. Leur goût pour la vertu est manifeste et leur impeccable piété dans l’univers est connue.
Ils sont doués d’esprit critique à l’égard du prédicateur et du directeur de la Prière, ne donnent leur choix qu’à celui qui est méritant et sont insensibles aux largesses. Le cadi chez eux est un personnage considérable. Le muḥtasib parmi eux fait figure d’émir. Les habitants d’al-Fusṭâṭ ne se libèrent jamais de l’autorité du pouvoir ni de celle du vizir et, si ce pouvoir n’offrait tant de défauts, il n’aurait pas son pareil dans le monde (ibid., 197).
La langue des Égyptiens est l’arabe, mais cet arabe est vulgaire, négligé. Leurs ḏimmi parlent le copte. À al-Fusṭâṭ, toutes les écoles de fiqh sont existantes et vivantes ; il s’y trouve même le centre des Karrâmîya ainsi qu’un groupuscule de Mu‘tazilites et de Ḥanbalites. La légalité religieuse (futya) est actuellement fondée sur la doctrine du Fâṭimide. Les sept « lectures » y sont en usage ; toutefois la lecture d’Ibn ‘Âmir est la moins suivie : l’ayant utilisée devant Ibn Abî ṭ-Tayyib Ġalbûn, il me dit : « Laisse cette lecture ! Elle est désuète. » Et comme je répliquais que ce qui est ancien est à suivre, il me dit : « Alors, suis-là. » La « lecture » de Nâfi‘ est la plus courante chez les Égyptiens et la seule préférée. J’ai d’ailleurs entendu un cheikh, à la Mosquée basse, dire : « Nul imam ne s’est tenu devant ce miḥrâb qui n’ait été élève de Mâlik en fiqh et adepte de Nâfi‘ en « lecture » à l’exception de celui-ci » et il désignait Ibn al-Ḫayyâṭ. Comme je demandais la cause de ce fait à ce cheikh, il me répondit : « Nous n’avons pas trouvé de « lecteur » plus valable qu’Ibn al-Ḫayyâṭ car il est à la fois le disciple d’aš-Šafi‘i et d’Abû ‘Amr » (Aḥ. taq., 202-203).

23L’auteur rappelle que Jésus et Marie sont venus à l’emplacement d’al-Fusṭâṭ. Le Sinaï est proche :

À al-Fusṭâṭ est le lieu où Joseph fut vendu. Au Muqaṭṭam sont des lieux très vénérés et des ermitages où les gens se rendent le vendredi. À proximité d’al-Fusṭâṭ est un lieu nommé al-Qarâfa où sont édifiées des mosquées et de belles fontaines. Là vivent maints ascètes ; c’est un lieu de retraite où se gagne la Vie Future. En cet endroit se dresse une belle mosquée ; les tombeaux y sont très somptueux et bien construits. De là on aperçoit la ville grise de poussière, tandis que les tombes blanches s’étendent autour de la cité. À al-Qarâfa est la tombe d’aš-Šâfi‘i, entre celle d’al-Muzani et celle d’Abû Išhâm al-Marûzi (Aḥ. taq., 209).

24Parmi les mosquées qui ont retenu l’attention du pieux al-Muqaddasi, deux seulement sont l’objet d’une description, si tant est qu’on puisse appliquer ce terme à deux passages d’une sécheresse sans doute voulue. Ces deux édifices sont naturellement la Mosquée basse ou Mosquée de ‘Amr et la Mosquée haute ou Mosquée d’Ibn Ṭûlûn dont le minaret, avec sa rampe extérieure, a frappé le voyageur (Aḥ. taq., 199). Rien sur la Mosquée al-Azhar dont le nom n’apparaît pas plus sous la plume d’al-Muqaddasi que sous celle d’Ibn Ḥawqal (v. supra p. 553-554). Force est ici encore d’insister sur une telle absence qui confine à l’interdiction de vocabulaire.

25Le thème des « merveilles » tient peu de place dans la description du voyageur palestinien. Sa source d’information est ici le géographe humaniste d’Iraq, Ibn al-Faqîh, dont le texte sur les Pyramides fait l’objet d’un simple résumé. A noter toutefois ce court passage qui retiendra l’attention des historiens.

  • 24 Le texte de De Goeje porte yukallimu-hu « il lui parlait », ce qui reproduit la version du ms. de (...)

Là [c.-à-d. non loin des Pyramides] est une idole dans laquelle, dit-on, entrait et parlait 24 le Démon, jusqu’au jour où le nez et les lèvres de cette idole furent brisés (Aḥ. taq., 210).

26Ce trait est, pour autant qu’on sache, le témoignage le plus ancien que nous ayons sur la mutilation subie par le Sphinx de Guizeh. Il met fin à l’affirmation maintes fois répétée d’une mutilation consécutive à des tirs au canon, par l’artillerie de Bonaparte en 1798. Al-Muqaddasi au passage signale également l’existence des deux gnomons célèbres d’Héliopolis, dans lesquels il voit deux talismans contre les crocodiles. Enfin, dans la même page, al-Muqaddasi se fait l’écho d’une tradition très ancienne, qui voyait dans un colosse, près de Qasr aš-šam’, une baigneuse de Pharaon qui avait poussé à persécuter Moïse et qui, en punition, avait été métamorphosée en statue de pierre (ibid., 211).

  • 25 V. Miquel, Géographie humaine du monde musulman, 316.

27Il est à peine besoin d’insister sur la parenté intellectuelle que présentent cette vue de l’agglomération du Caire et celle que nous avons rencontrée chez Ibn Ḥawqal. Dans ces deux descriptions se retrouvent le même insouci du pittoresque, le même goût pour la notation objective, impersonnelle, le même refus de l’identification des choses et de leurs auteurs. Et pourtant, sur plusieurs points, la « manière » d’al-Muqaddasi se distingue par des traits qui portent en clair l’influence d’un milieu et d’un mode de pensée. Le voyageur palestinien ne se sent pas quitte envers son lecteur quand il lui a livré le fruit de ses réflexions et de ses mises au point, il ne sait se défendre, si tant est qu’il le désire, contre ce “protéisme” qui fait de lui un observateur « présent à tous les niveaux des groupements humains, de la pègre aux princes. Déjà nous pourrions poser que notre homme est un passionné de rencontres, toujours disponible à des contacts nouveaux »25. Al-Muqaddasi est le type de l’humaniste de son temps : il aime à briller par son savoir, par son érudition et bien plus encore par le piquant de ses remarques et les effets contestables de son style. Avec lui il est aisé d’évoquer ces réunions où l’esprit de salon se confond avec l’art de conter et de converser sur tous les sujets, avec légèreté ou lourdeur selon le moment ou l’assistance. Il lui manque un don. Ce don nous allons peut-être le découvrir chez deux autres voyageurs venus non pas d’Orient, mais d’Occident.

28Deux siècles s’écoulent entre la date où al-Muqaddasi écrit son ouvrage géographique et le moment où Ibn Ǧubayr, le troisième voyageur faisant l’objet de notre propos, s’arrête en Égypte avant d’accomplir le Pèlerinage à la Mekke. L’agglomération du Caire a beaucoup souffert des troubles qui ont marqué la décadence et la disparition des Fâṭimides. Cela seul suffirait à donner un spécial intérêt à la description d’Ibn Ǧubayr. Mais il y a plus. Notre pèlerin, en effet, ne vient pas d’Orient mais d’Andalousie ; il est fier d’appartenir à cet empire almohade qui, par sa grandeur, peut rivaliser avec le califat des ‘Abbâsides. Il ne voyage d’ailleurs pas en curieux, mais en homme de grande ferveur religieuse, avide de découvrir ou de retrouver les sources vives de l’Islam militant dont il se sent un zélateur. Sa description du Caire doit donc différer très sensiblement de celles d’Ibn Ḥawqal et d’al-Muqaddasi.

  • 26 Sur Abû l-Ḥusayn Ibn Ahmad dit Ibn Ǧubayr (ou encore Ibn Jobair ou Djubair), v. Gaudefroy-Demombyn (...)
  • 27 V. Idem, 46, 62 en bas-63.

29Ibn Ǧubayr, né soit à Jativa, soit à Valence vers 540/1145, se serait décidé à accomplir son premier pèlerinage à la suite d’un vœu ; il devait s’acquitter deux fois encore de ce devoir avant de mourir sur le chemin du retour, à Alexandrie, en 614/121726. Nous savons, par le journal que tint lui-même le voyageur, que celui-ci séjourna pour la première à Miṣr – nom sous lequel il désigne constamment l’agglomération du Caire — du 11 ḏû l-ḥiǧǧa 579/6 avril 1183 au 6 muharram 579/ler mai 118327.

  • 28 Le texte de la Riḥla ou « Relation de voyage » a été publié pour la première fois intégralement pa (...)
  • 29 C’est bien l’opinion de Gaudefroy-Demombynes, Introduction aux Voyages, 27.

30Pour ce qui concerne le texte, la description de l’agglomération du Caire laissée par Ibn Ǧubayr ne pose aucun problème28. Tout donne à penser que nous disposons d’un récit reproduisant les notes, les observations et les souvenirs tout frais portant sur le premier séjour du voyageur en Égypte, sans que des modifications ultérieures aient été apportées à une rédaction primitive29.

31Le voyageur andalou à son arrivée s’installe dans un fondouq d’al-Fusṭâṭ, non loin de la Mosquée de ‘Amr. Le choix de cette résidence semble délibéré : de cette partie de la ville en effet, il est plus aisé de rayonner dans les quartiers les plus anciens et les plus vénérables du centre urbain. L’ensemble de l’agglomération n’est point évoqué par Ibn Gubayr. Celui-ci se borne à noter que la ville porte encore çà et là les traces de dévastation laissées par l’incendie de 564/1169. La visite ne s’effectue pas au hasard mais selon un ordre imposé par les préoccupations d’un homme pieux, soumis aux règles d’un pèlerinage. La Mosquée de ‘Amr marque le début de cet itinéraire, mais la description du voyageur andalou est d’un médiocre intérêt. D’une toute autre allure est au contraire la vision reçue lors de la visite du sanctuaire où, dans sa châsse d’argent, est conservée la tête d’al-Ḥusayn, mort en martyr à Kerbela.

Le monument de si grande vénération, qui marque dans la ville du Caire le lieu où est le chef d’al-Ḥusayn fils de ‘Ali ibn Abî-Ṭâlib, est un coffre d’argent, enfoui sous terre, sur quoi l’on a construit un édifice magnifique, qui défie toute description et que l’esprit ne peut concevoir tout entier. Tapissé de diverses sortes de brocart, il est entouré de cierges pareils à de gros piliers de cire blanche et par d’autres cierges plus petits, fixés, pour la plupart, dans des candélabres d’argent pur, quelques-uns dorés. Des lampes d’argent y sont suspendues. La partie supérieure du monument est entourée de sortes de pommes d’or, de manière à figurer un jardin, dont le charme et la beauté enchantent les regards. Il y a là divers genres de mosaïque, de marbre, d’un art exquis, d’un travail magnifique, tels que les gens d’imagination ne sauraient s’en figurer de pareilles, et que nulle description n’en pourrait approcher que de loin. On pénètre dans ce monument par une mosquée qui l’égale par sa magnificence et sa rareté et dont les murs sont tout en marbre ainsi qu’on vient de le dire. À droite et à gauche de cette sépulture, deux chambres y donnent accès toutes deux et sont, elles aussi, de même parure. Des tentures en brocart d’un art merveilleux flottent partout. L’une des choses extraordinaires que nous avons aperçues en pénétrant dans cette mosquée bénie, est une pierre encastrée dans le mur que l’on a en face de soi en entrant ; d’un noir intense et brillant, elle reflète tous les objets et ressemble à un miroir indien, fraîchement poli (G.D., Trad., 46-47).

32D’un style très différent sont les pages consacrées à la visite de la nécropole de Qarâfa ; manifestement le voyageur andalou a vu ces lieux, où s’élèvent tant de sépultures vénérées, avec les yeux d’un croyant animé d’un zèle pieux et réfléchi (ibid., 48-53). Cette attitude se confirme dans les lignes où Ibn Gubayr évoque cette Cité des morts :

Au sud de Qarâfa s’étend une vaste plaine que l’on nomme « la Terre des tombeaux des martyrs », c’est-à-dire de ceux qui ont témoigné de leur foi avec Sâriya, — Dieu soit satisfait d’eux tous ! Aux regards cette plaine apparaît tout entière bossuée de tumuli comme ceux marquant les tombes sur lesquelles nul édifice n’est élevé. Or chose merveilleuse, la Qarâfa toute entière [à l’exclusion de cette plaine] n’est que mosquées de pierres et que sanctuaires visités où se rendent les étrangers, les savants, les dévots, les pauvres ; à chaque édifice est attribué une subvention mensuelle accordée par le Sultan. Il en est même des madrasa de Miṣr et d’al-Qâhira, et nous avons acquis la certitude que la subvention globale s’élève à plus de quatre mille dinars munimides (ibid., 53-54).

33Ce dernier trait permet de mieux saisir la dominante qui s’est imposée au voyageur andalou tout au long de son séjour en Égypte et singulièrement durant sa visite du Caire. Tout dans cette ville lui rappelle ce qui fait la vraie grandeur du Sultan ayyûbide Saladin, à la fois vainqueur des Croisés et modèle des souverains musulmans par sa piété et aussi par son zèle à rétablir l’orthodoxie. Cette double qualité du Sultan éclate en un saisissant raccourci aux yeux d’Ibn Ǧubayr dans les travaux entrepris à la Citadelle sur l’ordre de Saladin et menés par les captifs chrétiens (ibid., 55). Bien plus encore se manifeste cette omniprésence du souverain musulman dans la construction d’édifices d’intérêt public comme le Maristân :

C’est encore un titre de gloire pour ce sultan que l’hôpital que nous avons visité au Caire ; c’est un palais d’une beauté et d’une étendue remarquables, qu’il a consacré à cette action méritoire, pour gagner la récompense et la rémunération (de l’autre monde). Il a désigné un directeur, homme de savoir, auquel il a confié les armoires aux remèdes, et qu’il a chargé de préparer les potions et de les administrer aux malades, suivant les variétés de celles-ci. Dans les petites chambres de ce palais, des lits sont à la disposition des malades qui y trouvent des couches complètement garnies de couvertures. Ce directeur a sous ses ordres des serviteurs qui ont pour fonction de s’enquérir matin et soir de l’état des malades et de leur présenter les aliments et boissons qui leur sont convenables. À côté de cet établissement, il y en a un autre séparé, pour les femmes malades ; elles y trouvent, elles aussi, des personnes qui prennent soin d’elles. Enfin adjoint à ces deux édifices, un autre fort vaste, renferme des chambres grillagées de fer, qui sont destinées à loger les fous ; des personnes s’enquièrent aussi chaque jour de leur état et leur apportent ce qui leur est salutaire. Le Sultan surveille toutes ces institutions par enquêtes et inspections ; il y porte un intérêt extrême et y donne tous ses soins (ibid., 55-56).

34Très souvent Ibn Ǧubayr met l’accent sur l’esprit d’organisation du Sultan. Typique à cet égard est le passage consacré aux pèlerins maghrébins installés temporairement dans la Mosquée d’Ibn Ṭûlûn.

Un fait extraordinaire, que m’a rapporté l’un des plus distingués d’entre eux, c’est que le Sultan leur abandonne la conduite de leurs affaires et qu’il n’accorde autorité sur eux à personne. Ils choisissent parmi eux un magistrat aux arrêts duquel ils obéissent et devant qui ils discutent des différends qui s’élèvent entre eux. Ils pratiquent en commun la concorde et la paix (ibid., 56).

35À nos yeux toutefois, les lignes consacrées aux ponts enjambant les canaux sur la rive de Guizeh dépassent l’intérêt purement religieux que porte notre pieux voyageur à cette réalisation.

C’est aussi l’un de ses titres de gloire, l’une de ses fondations durables et profitables aux musulmans, que les ponts qu’il a entrepris de construire à l’occident de Miṣr, à une distance de sept milles, au bout d’une chaussée qu’il a fait élever sur la rive du Nil en face de Miṣr. Semblable à une montagne étalée sur le sol, on la suit pendant six milles avant d’arriver au pont. Celui-ci a près de quarante arches, dont les dimensions dépassent tout ce qu’on a pu voir en ce genre. Il rejoint la campagne par laquelle on parvient à Alexandrie (ibid., 57).

36Dans l’ensemble de sa relation de voyage, Ibn Ǧubayr se révèle un observateur aigu des hommes et, dans bien des pages, il serait aisé de découvrir en lui un écrivain sachant rendre le pittoresque, le mouvement et l’exaltation d’une foule. Sa vision de la métropole égyptienne ne traduit cependant pas cet aspect de son talent. Dans les très rares occasions où celui-ci se manifeste, nous trouvons une fois encore l’intérêt que ce pieux andalou porte à l’expression de la ferveur religieuse. Au sanctuaire d’al-Ḥusayn, par exemple, la dévotion des Pèlerins lui inspire ces lignes :

Nous vîmes les gens toucher le tombeau béni, le contempler, se pencher sur lui, se frotter aux étoffes qui le revêtent et tourner processionnellement autour de lui, se pressant en foule, implorant, versant des larmes, cherchant Dieu (Gloire à Lui !) par l’entremise de la baraka de ce saint tombeau, s’humiliant : spectacle à faire fondre les cœurs et éclater la plus dure pierre ; événement considérable, impressionnante vision. Dieu veuille nous faire profiter de la baraka de ce sanctuaire vénéré (ibid., 47).

37Dans cette ville si grouillante, dans cette cité où la vie s’étale en ses contrastes les plus saisissants, Ibn Ǧubayr n’a songé à décrire ni les scènes de la rue, ni la densité de la foule, ni la lutte quotidienne pour subsister. En revanche, dominé une fois encore par sa vue déontologique des choses, il se sent amené à célébrer la louange de Saladin en qui il voit le constant bienfaiteur de la communauté égyptienne.

Parmi les titres d’honneur qui donneront accès à ce sultan auprès de Dieu, parmi les belles actions qui lui assurent une noble mémoire, au spirituel comme au temporel, il faut rappeler qu’il a aboli les droits de péage qui, sous forme de taxe régulière, frappaient les Pèlerins à l’époque des ‘Ubaydides-Fâṭimides. Par la contrainte de les payer, les Pèlerins subissaient une pénible vexation et en ressentaient une sorte d’affront insupportable. Il arrivait que certains d’entre eux n’avaient plus de réserves pour assurer leur subsistance ou ne possédaient plus aucune ressource : ils étaient contraints pourtant de payer, par tête, une taxe fixe de sept dinars et demi, en dinars de Misr, ce qui vaut quinze dinars muminides (ibid., 61).

38D’une semblable préoccupation participe l’intérêt porté par Ibn Ǧubayr au nilomètre de l’Île de Rôḍa : tous les détails rassemblés par le voyageur sur cette construction antique conduisent à rappeler que la prospérité accordée par Dieu aux habitants de la vallée du Nil suppose un gouvernement juste qui administre selon les principes de la Loi islamique (ibid., 60 sq.).

39Le thème des « merveilles » ne s’impose pas chez Ibn Ǧubayr avec la vigueur qu’on a signalée chez al-Muqaddasi par exemple. Le voyageur andalou s’est arrêté certes devant le Sphinx ; il a même visité une des salles de la grande Pyramide. Rien dans la description qu’il donne de ces monuments n’implique cependant qu’ils aient fait sur son esprit une impression vraiment bouleversante ; assurément la grandeur des édifices l’étonné, mais le détail de la construction s’impose si fort à lui, qu’il semble barrer la voie à toute autre réflexion et singulièrement à une méditation sur l’évanescence du passé (ibid., 57-59).

  • 30 V. G.D., Trad., 17.

40Comme l’a fort bien noté Gaudefroy-Demombynes, la personnalité d’Ibn Ǧubayr se distingue avant tout par la sensibilité religieuse30. Les pages consacrées à l’agglomération du Caire confirment cette vue. Le voyageur andalou plus encore que ses deux devanciers orientaux s’est refusé à céder au mirage des choses, aux manifestations éphémères de la vie. La gravité de sa pensée se concentre sur les valeurs qu’il juge durables. Les sanctuaires d’al-Fusṭâṭ et d’al-Qâhira parlent plus à son cœur et à son imagination que la majesté du Nil ou la beauté des jardins. La grandeur des mosquées, la foule des croyants ou des Pèlerins qui se pressent dans les sanctuaires, les réalisations de Saladin sont à ses yeux les vraies et seules preuves matérielles qui valent d’être produites aux lecteurs de son journal. Le reste ne vaut point d’être noté.

  • 31 De son nom Abû 1-Ḥasan ‘Ali ibn Mûsâ al-Maġribi, Ibn Sa‘îd naquit à Qal‘at Yaḥṣûb (= Alcala la Rea (...)

41Comment caractériser la personnalité d’Ibn Sa’îd31, le dernier voyageur dont le témoignage sur l’agglomération du Caire va nous retenir ? Quand on le rapproche d’Ibn Ǧubayr tout d’abord s’offrent à nous des ressemblances : Ibn Sa‘îd, lui aussi, est d’origine hispanique ; il est issu d’une famille de lettrés sévillans ; l’Orient l’attire par son prestige et par le devoir pieux qui lui est imposé de faire le Pèlerinage à la Mekke ; l’Égypte est pour lui un lieu de passage où l’on demeure par curiosité. Entre Ibn Ǧubayr et lui pourtant se manifestent des dissemblances : la piété chez Ibn Sa’îd n’exclut pas d’autres élans vers le monde ; son goût pour l’adab l’incite à souvent transposer ce qu’il voit en des formes littéraires ; il ne s’insurge guère contre ce qu’il observe, mais s’incline et passe.

  • 32 Maqrîzi, al-Mawâ‘iz wa-l-i‘tibâr fî ḏikr al-Ḫiṭaṭ wa-l-aṯâr, éd. Bûlâq, 1270 = éd. Beyrouth, s.d., (...)
  • 33 Cette comparaison entre métropoles urbaines est réellement un thème chez les « géographes » arabes (...)

42Le premier séjour d’Ibn Sa‘îd dans la capitale égyptienne, entre 639/1241 et 647/1249, a coïncidé avec les convulsions qui marquèrent la disparition des trois derniers sultans ayyûbides. Le second séjour s’est placé au contraire dans la paix retrouvée grâce au sultan mamlûk Baybars (de 658/1260 à 676/1277). Le témoignage de l’écrivain andalou sur l’agglomération du Caire se trouve dans cette compilation à la fois anthologique et historique intitulée al-Muġrib fî ḥulā al-Maġrib à laquelle Ibn Sa’îd a dû sa célébrité. Al-Maqrîzi a senti l’importance et la validité de ce témoignage dont il a donné deux citations étendues dans son compendium géo-historique sur l’agglomération du Caire32. Dans son état, le texte d’Ibn Sa‘îd ne saurait cependant être utilisé exactement dans sa forme à la fois artificielle et chargée de redites. Au surplus, à la différence de ce que nous avons trouvé sous la plume d’Ibn Ǧubayr, il ne s’agit nullement d’un journal, mais d’une vue d’ensemble, de souvenirs, de notations qui s’intègrent en un diptyque dont l’un des volets offre une vue d’al-Fusṭâṭ et l’autre une vue d’al-Qâhira. Comme on le voit, à l’époque d’Ibn Sa’îd, la division persiste entre les deux secteurs formant l’agglomération du Caire. Çà et là cependant se détachent quelques données d’ensemble. Pour éclairer son lecteur occidental, Ibn Sa’îd éprouve normalement la nécessité de rappeler dans quelles conditions ‘Amr ibn al-‘Âṣ fonda al-Fusṭâṭ, comment ce centre devint le siège du gouvernement provincial et comment enfin se surajouta à cet ensemble le quartier militaire d’Ibn Ṭûlûn jouxtant la célèbre mosquée édifiée par cet Émir (Ḫiṭaṭ, II, 136). Çà et là, par larges touches, Ibn Sa‘îd évoque dans son cadre ce grand centre urbain qui s’étire du Sud au Nord le long du Nil coulant tranquille en sa royale majesté. Un ciel pesant, souvent chargé de poussière couvre cet ensemble de la même teinte triste que le sol d’où il a surgi (ibid., 136). Le voyageur andalou, une fois de plus, après tant d’autres, cède dans cette vue générale à ce besoin de ramener à une opposition binaire des éléments disparates : sa description vise constamment à établir une sorte de parallèle entre la cité de ‘Amr, al-Fusṭâṭ et l’agglomération fâṭimide, al-Qâhira. Ce fait, nous l’avons vu, s’était imposé à Ibn Ḥawqal et al-Muqaddasi. Comme eux aussi, Ibn Sa‘îd exprime la grandeur de cette métropole et de son site en recourant à une comparaison non seulement avec Bagdad33 il est vrai, mais avec des rivales occidentales comme Marrakech et Séville (ibid., 137).

43Ibn Sa‘îd nous a conservé le récit vivant et coloré de son premier contact avec al-Fusṭâṭ. Accompagné d’un ami il s’y rend et, à l’exemple des personnes de qualité qui en Égypte ne dédaignent pas de monter des ânes, ils enfourchent deux baudets. On part donc dans un flot de poussière, conduit par un moucre poussant si vite ses bêtes, que notre andalou se sentant mal à l’aise arrête la cavalcade et continue sa visite à pied ; bien lui en prend, car ainsi il voit mieux les choses (ibid., 137 sq.).

Devant al-Fusṭâṭ ma joie tomba. J’aperçus en effet des murailles lézardées, noirâtres, des terrains vides et poussiéreux. J’entrai par une porte laissée béante, donnant sur des champs de ruines, semés de constructions à plusieurs étages, en désordre, bordant des rues mal tracées, bâties en pisé, en moellons grisâtres, en roseaux et en stipes de palmiers. Devant les portes de ces maisons s’amassaient des débris et des ordures qui soulevaient le cœur et incitaient à détourner les regards. J’allais, voyant de mes yeux ce spectacle qui ne me quittait pas, jusqu’à ce que j’atteignis les marchés étroits de la ville. Je fus pris alors dans une cohue de gens faisant leurs emplettes, vacant à leurs affaires et fus pressé par des chameaux chargés d’outres pleines dont j’eus mon content en les subissant. Enfin je parvins à la mosquée-cathédrale. Là je vis un dédale de bazars dont l’exiguïté me rappela, par contraste, les larges marchés de Séville et de Marrakech. Cette mosquée s’offrit à moi comme un édifice de construction ancienne, ne présentant nul enjolivement et nul ornement dans les nattes tapissant tout alentour les murs et couvrant le sol. Je m’aperçus que les gens, hommes et femmes, en avaient fait un lieu de passage. Dans ce sanctuaire les marchands vendent toutes sortes de gâteaux, de gimblettes ; les gens y mangent en tous lieux sans vergogne, tant cela leur est habituel. Des enfants passent portant des récipients pleins d’eau, faisant le tour des mangeurs, tirant de ceux-ci ainsi quelques provendes. Les reliefs de ce qu’on mange demeurent dans la cour de la mosquée. Les araignées foisonnent au plafond. Les enfants jouent dans la cour. Sur les murs sont des graffiti au charbon et en rouge, tracés dans une écriture affreuse par les scribes populaires. En dépit de tout cela il se dégage de cette mosquée une magnificence, un appel, une expansion de l’âme que l’on ne trouve pas dans la mosquée de Séville malgré ses ornements et le jardin qui en occupe la cour. J’ai médité sur ce que j’ai ressenti, dans ce sanctuaire, de paix et de sérénité ; rien dans l’aspect des lieux ne peut expliquer cet état d’âme ; je considère que c’est là un mystère, un dépôt subsistant de la présence en ce lieu de Compagnons du Prophète, sur son emplacement lors de sa construction. J’ai apprécié fort les cercles de professeurs (muṣaddir) enseignant le Coran, le fiqh et la grammaire en plusieurs endroits [de cette Mosquée] et je m’enquis des sources de leurs chevances ; j’appris que celles-ci provenaient de prélèvements fiscaux sur la dîme, mais que ces émoluments n’étaient payés que grâce à des protections et avec peine (Ḫiṭaṭ, II, 137-138).

44Après cette visite d’al-Fusṭâṭ se place une description du port fluvial dont al-Muqaddasi avait déjà évoqué l’activité deux siècles plus tôt. Ici encore Ibn Sa‘îd accumule des notations traduisant la diversité du spectacle.

De là nous nous dirigeâmes vers le bord du Nil. À ma vue s’offrit un rivage au sol malpropre, souillé, étroit, s’étendant sinueusement, non retenu par un mur blanc [comme celui qui borde l’Île de Rôḍa]. Toutefois ce rivage est encombré de navires et de produits provenant de toutes les régions de la terre et de la vallée du Nil. Si je disais que je n’ai vu nulle part ailleurs ce que j’ai vu sur ce rivage, ce ne serait que vérité. En cet endroit le Nil est resserré ; en effet l’Île où le Sultan actuel des provinces égyptiennes a construit sa citadelle, barre en son milieu le fleuve qui se rapproche alors de la rive d’al-Fusṭâṭ (ibid., 138).

  • 34 V. supra, p. 553.

45Le voyageur andalou cite à cette place le passage d’Ibn Ḥawqal sur le double pont de bateau qui enjambe le Nil jusqu’à la rive occidentale de Guizeh34. Rien n’est donc changé depuis deux siècles. Toutefois Ibn Sa‘îd ajoute :

La plus grande partie du trafic des hommes et des bêtes se fait par des embarcations ; deux ponts sont en effet interdits car ils aboutissent au beau milieu de la citadelle du Sultan. Personne, en outre, n’emprunte à cheval le pont entre l’Île et al-Fusṭâṭ par respect pour le Sultan (ibid., 138).
Ce qui arrive à al-Fusṭâṭ, depuis la Mer Alexandrine et la Mer Hedjazienne dépasse toute description. C’est à al-Fusṭâṭ que tout cela se groupe et non à al-Qâhira. De là ces marchandises sont réparties à al-Qâhira et dans tout le pays (ibid., 139). Al-Fusṭâṭ est mieux pourvu de produits et les prix y sont moins élevés qu’à al-Qâhira parce que le Nil est proche d’al-Fusṭâṭ en sorte que les vaisseaux chargés de denrées s’amarrent et qu’on vend les cargaisons de ces vaisseaux à proximité d’al-Fusṭâṭ. Cela ne se produit pas à al-Qâhira car, là le rivage du Nil est éloigné (ibid., 185).

  • 35 Sur le terme ṭayyâra qui désigne une construction correspondant à un kiosque ouvert sur un jardin (...)

46À la suite de cette visite, Ibn Sa’îd passe la soirée dans un kiosque (ṭayyâra)35 ; la nuit est si belle et la vue du Nil si prenante que le voyageur cède à son lyrisme et célèbre en vers ce que son regard découvre (ibid., 138).

47Durant son séjour, cet esthète n’a toutefois pas négligé d’observer des faits très matériels. À deux reprises il insiste sur l’activité industrielle concentrée à al-Fusṭâṭ ; des raffineries de sucre y sont établies ainsi que des savonneries et d’autres manufactures, qui pourvoient à tous les besoins du pays ainsi qu’à ceux d’al-Qâhira. Cette dernière, selon notre auteur, est donc une sorte de ville sinon résidentielle du moins administrative ; les artisans n’y manquent certes point, mais ils sont spécialisés dans quelques métiers d’art ou travaillent à la manufacture d’État du Ṭirâz (ibid., 139, 185). On a vu d’ailleurs qu’Ibn Sa‘îd n’hésite pas à se fondre dans la foule ; celle d’al-Fusṭâṭ, grouillante et pressée (v. supra, p. 568), le choque sans pour autant lui faire oublier la grâce et le charme des personnages distingués qu’il a pu rencontrer et qu’il trouve, sur ce point, plus agréables en leurs rapports que les gens d’al-Qâhira (Hitat, II, 139). Il note aussi les courants qui, sous la pression des événements, parcourent la population de cet ensemble urbain.

Les espaces en ruines sont plus nombreux à al-Fusṭâṭ, tandis qu’al-Qâhira plus récente est plus peuplée, plus dense du fait que le Sultan s’y est transporté et que les troupes y cantonnent. [Toutefois] a soufflé sur al-Fusṭâṭ un vent nouveau : l’agglomération en effet jouxte l’Île [de Rôḍa], en sorte que beaucoup de militaires se sont transportés à nouveau à al-Fusṭâṭ du fait de la proximité de leur service et nombre d’entre eux ont même édifié d’agréables belvédères sur le mur d’enceinte. (ibid., 139). [...] À l’heure où nous sommes, comme le Sultan s’occupe de construire la citadelle de l’Île [de Rôda], en face d’al-Fusṭâṭ, et qu’il fait de cette citadelle le siège du gouvernement, la prospérité d’al-Fusṭâṭ grandit et beaucoup d’émirs s’y sont transportés ; ses bazars se sont agrandis et l’on a construit en face du pont menant dans l’Île une vaste qaysariyya où sont transférés depuis al-Qâhira les souqs des soldats où sont vendus des cuirs, du drap, etc. (ibid., 185).

48Les développements consacrés par Ibn Sa‘îd à l’agglomération même d’al-Qâhira se succèdent en gros dans le même ordre que ceux qui traitent d’al-Fusṭâṭ. Tout débute par quelques généralités qui seraient sans intérêt si l’on n’y décelait une sorte de conflit interne. Comme al-Muqaddasi par exemple, le voyageur andalou est partagé entre deux impressions sur lesquelles il revient à plusieurs reprises. Il est ravi par la grandeur du site, par les jardins où les fleurs viennent en toute saison, par le charme des parcs où s’élèvent des belvédères comme à Ṭabâla, al-Kitmân ou al-Qurṭ, par le spectacle de la Birkat al-fîl s’illuminant dans la nuit égyptienne ; et d’autre part il cède à l’accablement sous

l’atmosphère étouffante, constamment chargée de poussière, soulevée par les pieds des passants. Quand le voyageur arrive à al-Qâhira il aperçoit une enceinte grisâtre [...] ; il se sent mal à l’aise et sa belle humeur le quitte (Ḫiṭaṭ, II, 184).

49Ibn Sa‘îd insiste également sur l’allure opulente et aristocratique d’al-Qâhira, où s’élèvent les hôtels particuliers des dignitaires et des émirs ; il estime à son prix l’existence de madrasa somptueuses et vastes, qui marquent le prestige religieux et intellectuel de la cité (ibid., 185), et par ailleurs il déplore l’état d’abandon où déjà tombent les quartiers datant de l’époque fâṭimide.

50Une nostalgie de ces temps révolus se décèle d’ailleurs chez le sunnite de stricte observance.

Cette ville fût nommée al-Qâhira parce qu’elle doit triompher de qui se sépare d’elle et vise à s’opposer à ses Émirs. Les Fâtimides avaient supposé qu’à partir d’elle, ils régneraient sur la terre et parviendraient à dominer toutes les nations. La vaste conception impériale d’al-Mu‘izz éclate dans ces palais des Califes et, jusqu’à nos jours, elle s’exprime dans le langage des ruines par eux laissées. Plus tard, les Califes égyptiens se sont préoccupés d’agrandir ces palais. J’y ai vu de mes yeux un iwân construit, dit-on, sur les dimensions de l’Iwân de Chosroès à Ctésiphon. Les Califes fâṭimides y siégeaient. Ils avaient fait élever aussi sur le Ḫalîğ, entre al-Fusṭâṭ et al-Qâhira, des édifices grandioses, dont subsistent des ruines majestueuses. J’ai vu, dans leurs palais, des murailles percées d’ouvertures sculptées, en plâtre et en gypse qui, m’a-t-on dit, étaient reblanchies chaque année (ibid., 183).

51L’état où Ibn Sa‘îd trouve en son temps l’ancien centre de la cité fâṭimide lui inspire un sentiment de détresse.

L’emplacement connu sous le nom de l’Entre-deux Palais était d’une ordonnance sultanienne car il y avait là une place large, destinée à la parade militaire devant les curieux, s’étendant entre les deux palais [...]. Ce n’est plus aujourd’hui qu’un espace réduit d’où tu franchis un passage exigu ; on passe là dans un lieu sale, repoussant, entre des échoppes ; quand s’y pressent des cavaliers et des piétons, c’est spectacle qui serre le cœur et fait mal à voir. Un jour j’ai vu de mes yeux le Grand Vizir précédé des Émirs du gouvernement, formant un cortège magnifique, arrêté par un fardier chargé de pierres et qui obstruait la voie devant les échoppes ; incapable d’avancer le Vizir était pris dans une cohue grandissante, en face même des gargotiers, et la fumée noircissait son visage et ses vêtements ; des hommes de pied étaient à demi asphyxiés et moi de même (ibid., 183). La plupart des rues d’al-Qâhira sont étroites, obscures, jonchées de poussière et de détritus. Les constructions qui les bordent sont en roseaux et en pisé ; elles sont élevées, mal aérées et mal éclairées. Je n’ai jamais vu au Maghreb chose plus misérable que ces constructions, à cet égard. Quand je marchais dans ces rues, je me sentais gêné, saisi d’un malaise immense jusqu’à ce que je fusse revenu à l’Entre-deux Palais. Un des défauts d’al-Qâhira est que, bien que située sur le rivage magnifique du Nil, l’homme y meurt de soif : on est en effet loin de ce fleuve qui n’atteint point la ville et n’en borde pas les maisons ; quand quelqu’un a besoin d’aller jusqu’au Nil, il parcourt une grande distance à travers les constructions extra muros jusqu’à l’endroit nommé al-Maqs (ibid., 184).

52Dans les quartiers d’al-Qâhira, Ibn Sa’îd paraît avoir été frappé surtout par la diversité du niveau de vie. Celui du petit peuple musulman lui est apparu très bas, ce qui conduit, on doit s’y attendre, au recours à mille ruses pour subsister. Dans cette cité grouillante, l’individu connaît une relative indépendance.

Al-Qâhira est le lieu rêvé pour le pauvre, car il n’a pas à craindre qu’on lui réclame la zakât, qu’on le mette aux arrêts, qu’on le torture, que, sous menace de prison, de coups et de sévices, on lui réclame le dû d’un camarade mort en disant : « il t’a laissé de l’argent. » À al-Qâhira, le pauvre est sans souci, tranquille, car le pain est bon marché et abondant, et aussi du fait que s’y trouvent des chanteurs, des baladins, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la ville. Il s’y sent à l’aise car rien ne s’oppose à tout ce qu’il veut faire ; il décide en toute liberté et à sa guise de danser dans les marchés, d’aller dépenaillé, ivre de hachich ou autre, de fréquenter des coquins, à l’inverse de ce qui se passe au Maghreb. Le pauvre n’a pas à redouter d’être arrêté pour servir dans la marine, sauf les Maghrébins pour qui c’est une obligation du fait qu’ils connaissent bien l’art de la navigation. D’ailleurs cette corvée s’étend à tous les Maghrébins, qu’ils connaissent ou non le métier de marin. Jadis si le Maghrébin était riche, il se voyait exempté par paiement de la zakât ou contraint de fuir al-Qâhira ; si au contraire il était démuni, il était jeté en prison jusqu’à la saison de l’appareillage de la flotte (Hitat, II, 185-186).

53Ibn Sa‘îd est d’ailleurs offusqué par une licence des mœurs qu’il n’a pas connue au Maghreb.

  • 36 Ici ce nom désigne tout l’ensemble constitué par al-Fusṭâṭ et les quartiers édifiés par Ibn Ṭûlûn (...)

À al-Qâhira on consomme de l’alcool de grain, surtout de blé, ce qui fait monter les cours ; on n’y blâme point l’exposition en public de jarres à vin, non plus que l’audition d’instruments à corde ou la sortie des femmes de mauvaise vie le visage découvert, toutes pratiques condamnées au Maghreb. J’ai pénétré sur le Ḫalîğ qui sépare al-Qâhira de Miṣr36 [...]. Là j’ai vu des choses effarantes. Souvent il y avait mort d’homme du fait d’ivresse bien qu’y fût interdite la vente des boissons fermentées. Ce Ḫalîğ est étroit car des deux côtés sont des belvédères très fréquentés, avec des enseignes de lieux de plaisir, l’annonce de divertissements et de distractions. Tant est que les gens respectables et les dignitaires de haut rang s’abstiennent d’y passer (ibid., 186).

54Par contraste, le genre de vie des « minoritaires » nous vaut la notation suivante :

Les moyens de vie sont difficiles et chiches à al-Qâhira, surtout pour les catégories de gens de mérite, car les prébendes des madrasa sont rares et irrégulières. Les ressources des Juifs et des Chrétiens proviennent en grande partie de leurs fonctions de scribes du ḫarâğ ou de ce qu’ils exercent la médecine. Les Chrétiens d’al-Qâhira se distinguent par le zunnâr ceignant leur taille et les Juifs par un signe jaune sur leur turban ; ils montent des mulets et portent des vêtements somptueux (ibid., 185).

  • 37 Damîs (actuellement le mudammas) désigne une potée de fèves cuite à l’étouffée dans la braise. — (...)

55Ainsi qu’on peut le voir, Ibn Sa’îd ne semble pas impressionné par la situation somme toute privilégiée faite aux non-musulmans. Il sait d’ailleurs se départir de considérations religieuses ou sociales pour s’intéresser à quelques détails de l’existence matérielle. Les « spécialités » égyptiennes lui paraissent dignes d’être notées, comme le damîs, le ṣîr, la ṣaḥnâ, les poissons salés et les œufs de poissons, sans oublier naturellement la naydâ37. Il signale au passage l’existence, dans la ville, d’anciennes cuisinières au service des Califes fâtimides, personnes vénérables par l’âge et par le talent dans l’art culinaire (Ḫiṭaṭ, II, 185).

56Le voyageur maghrébin accorde à l’activité artisanale d’al-Qâhira seulement une place limitée. La fabrication d’objets de cuirs, d’arcs et d’arbalètes « selon une tradition ancienne » a retenu son attention, ainsi que les tissages et l’exportation de certains tapis (ibid., 185). Dans le même ordre d’idées, il relève un détail qui à ses yeux paraît avoir revêtu une spéciale importance :

Les transactions, dans l’ensemble de l’agglomération du Caire, se font à l’aide de dirham, appelés dirham noirs, équivalent au tiers du dirham nāṣiri. Cela suscite bien des difficultés dans les échanges. Antérieurement la monnaie était des fals, mais le Sultan ayyûbide al-Malik al-Kâmil en a interdit le cours (ibid., 185).

57Au moment où Ibn Sa‘îd séjourne en Égypte, le centre des affaires reste al-Fusṭâṭ. Le fait s’explique, selon l’auteur, par la très grande activité que connaît le port fluvial qui sert de centre redistributeur dans tout l’ensemble de la cité.

58On ne s’est point assigné ici pour propos d’insister sur les différences qui caractérisent les tempéraments des quatre voyageurs dont on a résumé le témoignage. Ces différences éclatent au surplus à tout moment et jusque dans le détail de l’« écriture ». Il semble en revanche non dénué d’intérêt de revenir sur les traits objectifs qui particularisent les dominantes en l’esprit de ces hommes devant l’agglomération du Caire entre le ive et le viie siècle de l’Hégire.

59Le premier trait qui dès l’abord se détache de ces quatre descriptions est la grandeur de cette métropole et de son site ; étirée sur la rive orientale d’un fleuve dont la puissance égale la majesté, elle impose à ceux qui la voient de la comparer à Bagdad, qu’elle supplante par sa richesse. À ce trait vient s’en adjoindre un deuxième concernant les œuvres de l’Homme : une longue et fabuleuse histoire s’affirme dans cette cité et dans la région qui l’entoure ; depuis l’implantation arabo-islamique sur les bords du Nil, la permanence du travail et du génie humains éclate dans des mosquées et des édifices où le talent des artistes se met, docile, au service de la ferveur religieuse, tandis que la richesse des puissants se convertit en œuvres de foi et de charité. Cette grandeur ne pousse cependant point ces voyageurs d’Orient et d’Occident à détourner leurs regards de la réalité humaine. À des degrés divers ils sentent combien la densité de la foule, l’activité des marchands qui s’affairent, des marins et des portefaix qui peinent sur le port, du petit peuple qui s’agite et se presse en tous lieux, sont autant de traits inoubliables pour l’étranger qui passe, spectateur tour à tour heurté dans ses habitudes, surpris par les contrastes, émerveillé par les travaux des artisans. Un dernier trait revient souvent dans ces quatre témoignages, c’est celui par lequel ils rejoignent nos impressions modernes devant une cité aujourd’hui plus que millénaire : la richesse et l’abondance en face de la pauvreté, le luxe et l’allure imposante des édifices faisant contraste aux quartiers ruineux et déshérités, la permanence du passé parmi les continuelles créations du présent, en une région du monde où les œuvres de l’Homme ont tant de fois dépassé sa puissance.

Notes

1 Sur ce géographe et historien, v. A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle (Paris, 1967), T. I, 285-292.

2 Id., 192-202. A noter que ce polygraphe ne fut pas un voyageur, mais un encyclopédiste ; v. R. Paret, Contribution à l’étude des milieux culturels dans le Proche-Orient médiéval, dans Revue Historique, Fasc. 477 (1966), 47-100.

3 Ya‘qûbi (331) = Trad. Wiet, 184.

4 Sur ce « logographe » v. Miquel, 202-212.

5 Mas‘ûdi, Prairies d’Or, éd. Barbier de Meynard, II, 412.

6 Id., op. cit., II, 364 sq. — La courte indication sur le nilomètre, op. cit., 365-366, ne vaut que par sa date.

7 V. Miquel, 299-309.

8 V. Miquel, 313-330.

9 Sur cet itinéraire et les repères chronologiques qui le jalonnent, v. Wiet, Introd., p. xi, à la trad. d’Ibn Ḥawqal, Configuration de la terre, Paris (1964). — Sur le passage d’Ibn Ḥawqal à Mahdiyya v. idem, trad., 67.

10 Cela se manifeste à plusieurs reprises, notamment à propos de la victoire d’al-Manṣûr sur les Ḫâriğites révoltés ; cf. trad. Wiet, 68.

11 Pour éviter toute ambiguïté, on emploiera conjointement, dans la présente étude, le terme al-Fusṭâṭ pour désigner l’agglomération pré-fâṭimide et le nom al-Qâhira pour particulariser l’ensemble des quartiers construits soit par les Fâṭimides, soit postérieurement à eux.

12 Dans l’état actuel de notre texte cette double disposition n’émerge que sporadiquement ; v. infra, n. 3. Il convient de se souvenir que ces retouches ou additions ont dû intervenir à plusieurs années de distance et que par conséquent la notation des faits observés a pu être altérée sous des impulsions très diverses.

13 Wiet, Introd., p. xiii.

14 Très suggestif est le passage qui montre précisément un de ces « retours » : les revenus de l’île de Sicile à notre époque, qui est la plus florissante et la plus prospère, montent dans l’ensemble, qu’il s’agisse du produit de taxes variées, redevances, quint, droits maritimes (etc.)..., à un total de [tant] ...Je l’ai visitée à un moment où sa situation avait passé de l’aisance à la misère. Dans l’ensemble ses habitants étaient devenus semblables aux populations qui ne sont même pas mentionnées dans les livres. Éd. Kramers ; cf. trad. Wiet, 129.

15 Il s’agit du Ǧârmi‘ al-awliyâ’ ou Mosquée des Saints appelée aussi Mosquée de la Coupole et Mosquée d’al-Qarâfa. L’édifice avait dû être construit effectivement par la mère du Calife al-‘Azîz, nommé Taġrîd (ou Durzân), en l’année 366/976, par les soins du muḥtasib, al-Ḥasan ibn ‘Abd al-‘Azîz al-Fâsi, sur le modèle de la Mosquée al-Azhar ; elle se signalait à l’admiration par sa décoration et par quelques peintures avec personnages. Incendiée en 564/1168 en même temps que la Mosquée de ‘Amr, lors de la marche sur al-Qâhira de l’armée d’Amaury, elle fut relevée par le Fâṭimide al-Mustanṣir. Maqrîzi avait vu cette mosquée qui était devenue un lieu de pèlerinage à cause de sa sainteté ; elle était abandonnée depuis le ixe/xve siècle. V. Ḫiṭaṭ, III, 275-278 ; Massignon, Opera Minora, III, 262.

16 Cela se fonde sur de courtes indications qui attestent un observateur direct. Ainsi : j’ai entendu dire aux Egyptiens, qu’un bras du Nil, etc. (Aḥsan at-taqâsîm, trad. Miquel, Damas, 1963, 58) ; Fusṭâṭ d’Égypte est aujourd’hui ce qu’était Bagdad au temps jadis ! Je ne connais point en Islam de ville plus imposante (ibid., 81).

17 De Geoje avait posé comme vraisemblable que la première version représentée par le ms. de Constantinople avait été entreprise vers 375/985 et que la seconde version représentée par le ms. de Berlin devait en conséquence se situer dix ou quinze années plus tard (v. De Goeje, Descriptio Imperii Moslemici, 2e éd. (Leyde, 1906) ; cf. Miquel, Ah. taq., Introd., xxv-xxvi).

18 Ainsi Aḥ. taq., 30 lig. 13.

19 Ibid., 55, 194.

20 Coran, XII (sourate : Joseph), 21.

21 Hamlaḫt (du persan) semble désigner des « jambières » ; v. De Goeje, Bibliotheca géographorum arabicorum, Glossaire, 370, qui traduit par ocrea. A remarquer que le mot se trouve aussi sous la forme malaktât ou amlaktât, que Dozy, Suppl. aux dictionnaires arabes, II, 614, traduit par « semelles(s) ».

22 Muṯallaṯ « camelot ». De Goeje, op. cit., Glossaire, 200, précise qu’il s’agit d’une étoffe tissée, de laine, de poil de chèvre et de poil de chameau. Un passage de Yâqût, cité par le même, permet toutefois de penser qu’il peut s’agir aussi d’une étoffe fine à triple chaîne.

23 Une liste chaotique de produits destinés au commerce ou à la consommation locale a déjà été donnée plus haut par al-Muqaddasi (Aḥ. taq., 199).

24 Le texte de De Goeje porte yukallimu-hu « il lui parlait », ce qui reproduit la version du ms. de Berlin ; il faut corriger et lire yatakallamu « il parlait » qui est la leçon du ms. de Constantinople. L’idée est claire : le Démon parlait à l’intérieur du Sphinx et pour faire taire celui-ci, on lui brisa le nez et les lèvres pour que le Démon ne se fît plus entendre.

25 V. Miquel, Géographie humaine du monde musulman, 316.

26 Sur Abû l-Ḥusayn Ibn Ahmad dit Ibn Ǧubayr (ou encore Ibn Jobair ou Djubair), v. Gaudefroy-Demombynes, Ibn Jobair, Voyages, trad. (Paris, 1949 sqq.), Introduction, 1-6, 10 sq.

27 V. Idem, 46, 62 en bas-63.

28 Le texte de la Riḥla ou « Relation de voyage » a été publié pour la première fois intégralement par Wright en 1852 à Leyde ; une seconde éd. revue et accompagnée d’un glossaire a été donnée par De Goeje, The Travels of Ibn Jubayr (Leyde, 1907). Cette dernière a servi de base à la trad, de Gaudefroy-Demombynes, Ibn Jobair, Voyages, dans les Documents relatifs à l’Histoire des Croisades, publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Paris, Geuthner, 1949 sq.). Pour ce travail, le Traducteur a mis à profit un certain nombre de leçons fournies par un ms. partiel de Fès, colligé par G. Colin. Le sigle G.D., Trad., renvoie à cette traduction.

29 C’est bien l’opinion de Gaudefroy-Demombynes, Introduction aux Voyages, 27.

30 V. G.D., Trad., 17.

31 De son nom Abû 1-Ḥasan ‘Ali ibn Mûsâ al-Maġribi, Ibn Sa‘îd naquit à Qal‘at Yaḥṣûb (= Alcala la Real) près de Grenade, vers 610/1214 et fit ses études à Séville. Avec son père, il s’embarque pour le Proche-Orient et arrive à Alexandrie en 639/1241, séjourne en Égypte plus de huit ans ; de là il se rend à Bagdad, revient par la Syrie pour accomplir le Pèlerinage à la Mekke et retourne en Occident. À Tunis en 662/1254, il entre au service du Hafṣide al-Mustanṣir ; puis en 666/1267 revient en Égypte et de là en Syrie, pousse jusqu’en Arménie. On ne sait s’il mourut à Damas en 673/1274 ou à Tunis en 685/1286. V. Kutubi, Fawât, II, 112 ; Suyûti, Ḥusn al-muḥâḍarât, I, 320 ; Maqqari, Nafḥ aṭ-Ṭîb, I, 634-707 ; GAL, I, 336 sq. ; GAL Suppl., I, 576 avec bibliog.

32 Maqrîzi, al-Mawâ‘iz wa-l-i‘tibâr fî ḏikr al-Ḫiṭaṭ wa-l-aṯâr, éd. Bûlâq, 1270 = éd. Beyrouth, s.d., à laquelle il sera renvoyé, II, 136-139 (description d’al-Fusṭâṭ), 183-187 (description d’al-Qâhira).

33 Cette comparaison entre métropoles urbaines est réellement un thème chez les « géographes » arabes. Maqrîzi, Ḫiṭaṭ, II, 171, le développe par exemple d’une manière très suggestive : Par la densité de sa population, le nombre des habitants, l’ampleur des richesses, la diversité des produits de la civilisation et par l’ampleur du luxe, al-Qâhira avait atteint un point où elle dépassait toute ville du monde habité, sauf Bagdad qui était le souq de l’univers. La comparaison avec Bagdad s’institue chez Ibn Sa‘îd par une simple citation d’un passage d’Ibn Hawqal qui déjà avait développé ce parallèle. V. supra, p. 551.

34 V. supra, p. 553.

35 Sur le terme ṭayyâra qui désigne une construction correspondant à un kiosque ouvert sur un jardin ou sur un lieu élevé d’où on embrasse un vaste paysage, v. Dozy, Suppl. aux dictionnaires arabes, II, 80.

36 Ici ce nom désigne tout l’ensemble constitué par al-Fusṭâṭ et les quartiers édifiés par Ibn Ṭûlûn autour de la mosquée qui porte son nom. On a vu que Ibn Ǧubayr désigne par ce terme l’ensemble de l’agglomération du Caire, v. supra, p. 561.

37 Damîs (actuellement le mudammas) désigne une potée de fèves cuite à l’étouffée dans la braise. — Ṣîr : friture de petits poissons. — Ṣaḥnâ : genre de ragoût. — Naydâ : sorte de pâtisserie spéciale à quelques villes du Delta et au Caire, faite de froment broyé et bouilli jusqu’à réduction en une gelée naturellement sucrée (actuellement balûza) ; sur ce mot, v. Dozy, Suppl. aux dictionnaires arabes, II, 741 b ; cette pâtisserie est déjà mentionnée par Iṣṭaḫri, éd. De Goeje, 203-204, 306 ; Muqaddasi, Aḥ. taq., 7.

Notes de fin

* Dans Annales Islamologiques, VIII, 1969, 1-26.

© Presses de l’Ifpo, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search