Version classiqueVersion mobile

Analecta

 | 
Regis Blachère

Influences héréditaires et problèmes posés par la recension de la poésie archaïque*

Texte intégral

  • * Dans Arabic and Islamic Studies in Honor of Hamilton A.R. Gibb, Brill, Leiden, 1965, 141-6.

1Par « poésie archaïque », on entendra ici l’ensemble des productions en vers s’échelonnant de la seconde moitié du sixième siècle de J.-C. jusqu’aux environs de 725. On sait combien le problème de la fixation écrite des œuvres poétiques de cette période soulève de problèmes, et quelles polémiques les recherches afférentes ont provoquées dans le Proche-Orient depuis quelques quarante ans. On se propose, dans ces quelques pages, d’insister sur un des facteurs qui a conditionné cette notation.

2Les « logographes » iraqiens du neuvième siècle ont assez souvent signalé l’hérédité du don poétique dans certaines familles, durant la période en cause. Ils l’ont fait surtout par curiosité, poussés aussi par le désir de noter un fait qui constituait à leurs yeux un « titre de gloire ». C’est ainsi par exemple qu’ils se sont plu à énumérer ceux des membres du clan de Zuhayr b. Abî Sulmâ qui avaient reçu le don des vers. Ils n’ont cependant pas assez marqué combien cette particularité était fréquente à l’époque archaïque. Fait plus grave : ils n’en ont pas dégagé certaines conséquences importantes aux regards du philologue et de l’historien de la littérature. Le rappel de quelques faits touchant trois cas de cette hérédité poétique pourra, croit-on, combler cette lacune.

  • 1 Voir Aġânî, 3e éd. (Caire, 1924 ss.), XV, 109-122 (données empruntées aux « logographes » Madâ’ini (...)
  • 2 Ibid., VIII, 269-79 (citation de ‘Utbi, m. 228/842).

3Des données rassemblées par Abû l-Faraǧ al-Iṣfahânî, dans le Kitâb al-aġânî, mettent en évidence l’hérédité poétique chez le panégyriste « itinérant » Ḥassân b. Ṯâbit, devenu le chantre de Mahomet et de l’Islam après 622. A sa mort, Ḥassân laissait un fils, ‘Abd ar-Raḥmân, qui, sous le Calife umayyade Mu‘âwiya, se fit le défenseur des Ansâr de Médine, dans des diatribes en vers répondant aux attaques lancées par le Syrien al-Aḫṭal, à l’instigation de Yazîd, héritier au trône1. Ce même ‘Abd ar-Raḥmân paraît avoir joué un rôle important dans la fixation des œuvres laissées par son père ; il semble bien en particulier avoir largement contribué à maintenir, à l’égard de celui-ci, une curiosité propre à lui conserver son renom. Il eut lui-même un fils, Sa‘îd, dont la carrière, partagée entre Médine et Damas, se poursuivit jusqu’au-delà du règne de Walîd II en 125 H. (743 J.-C.)2. La vogue dont avait joui Sa’îd parmi les chanteurs-compositeurs du Hedjaz, de son vivant et après sa mort, peut rendre compte, dans une appréciable mesure, de l’intérêt porté à certains poèmes « profanes » mis sous le nom de son aïeul. Sans doute, l’état de notre information ne permet-il pas d’entrevoir le rôle assumé par les deux descendants de Ḥassân dans l’idée qu’on finit par se faire de lui et de son œuvre. Du moins peut-on penser que l’intervention de ces deux personnages ne put manquer de perturber l’œuvre conservée sous le nom du chantre de Mahomet et de lui donner ce caractère hétérogène qui frappe tous ceux qui la lisent. A ces considérations, s’en ajoute une autre dont la portée d’ailleurs se laisse plus sentir que mesurer. Ḥassân avait été le type du panégyriste « itinérant » ; son fils devait être un polémiste entraîné par le courant des diatribes politiques de son temps ; Sa‘îd fut un élégiaque. En trois générations, on découvre toute l’évolution subie par la poésie dans le cadre du Hedjaz. Cet aspect de l’hérédité du talent est un symbole du temps et des mutations qu’il présente.

  • 3 Ce tableau est tiré des notules accompagnées de citations en vers figurant dans Aġânî, éd. Bûlâq, (...)

4Le cas d’hérédité poétique, offert par une autre famille médinoise que, par commodité, on désignera sous le nom de Banû Bašîr, est non moins curieux, bien qu’un peu différent. Le tableau suivant donnera tout d’abord l’état de cette hérédité3 ; les noms des poètes sont en italique.

  • 4 Sur ce personnage, voir « ‘Arafa » dans EP, I, 1110 ; à ajouter, sur ce poète, Aġânî, éd. Bûlâq, X (...)
  • 5 Sur ce personnage, voir El, III, 1018 ; à ajouter, sur ce poète, Aġânî, éd. Bûlâq, XIV, 119-30, su (...)
  • 6 Récit harmonisé d’après les « logographes » ‘Umar b. Šabba, Ḥammâd Mawsili, dans Aġânî, 3e éd., II (...)
  • 7 Voir Aġânî, éd. Bûlâq, XIV, 128-29 où, dans chaque notule sur eux, ces poètes sont qualifiés de mu (...)

5On n’a que quelques vers, sous le nom de Bašîr qui, on le sait, fut un des premiers médinois ralliés à la cause de l’Islam, et qui, jusqu’à sa mort 12/633, durant la campagne d’Iraq, fut un fervent zélateur de la foi nouvelle4. Avec son fils an-Nu‘mân, le problème est plus complexe5 ; ce personnage en effet, célèbre pour ses dons poétiques et oratoires, fut aussi un homme politique rallié au Calife Mu‘âwiya, avant de passer dans le camp des Zubayrides insurgés au Hedjaz et en Iraq contre le Calife Marwân Ier en 64/683-84 ; il devait d’ailleurs trouver la mort au début de l’année suivante au cours de cette rébellion, en Syrie du Nord. S’il est peu connu comme poète, en revanche sa place dans le transmission du ḥadîṯ est importante, comme en témoigne la présence de son nom dans les « chaînes de garants » invoquées dans les corpus. Cette qualité de traditionniste et de « Compagnon » du Prophète a pu contribuer à lui valoir un certain renom d’ascétisme ; des traits anecdotiques soulignent toutefois la contradiction offerte par le piétisme, et la passion du personnage pour la musique et les chanteurs. Un récit fixé au quatrième siècle H. (dixième J.-C)6 illustre cette passion, dans une scène où la cantatrice médinoise, ‘Azza, tient un rôle assez piquant. Si l’on a peu de renseignements, sur le fils et les neveux d’an-Nu‘mân, en revanche l’accent est mis par l’auteur d’al-Aġânî sur l’abondance de leur production poétique7. Ici encore, malgré le vague de notre information, nous sommes amenés à penser que le respect familial pour les œuvres des parents a dû jouer et a dû favoriser, pendant un certain temps, leur conservation. Toutefois un courant en sens contraire paraît s’être, en même temps, dessiné en dépit des efforts de cette famille. Aujourd’hui, en effet, presque rien ne subsiste des œuvres des Banû Bašîr. Le plus célèbre d’entre eux, pour ne prendre qu’un exemple, al-Nu‘mân, ne se survit que dans quelques fragments tirés de pièces « de circonstance » ou de quelques ġazal ou élégies d’amour. Un tel fait requiert une explication particulière qui, au demeurant, devra conserver sa forme d’hypothèse. A ce moment de son histoire, la poésie arabe ne saurait prétendre à se conserver par le zèle seul des membres de la famille d’un poète. Pour échapper à l’oubli, les œuvres en vers de cette époque doivent aussi « coller » à des faits de civilisation ou à des événements historiques qui ont piqué et retenu l’attention des érudits iraqiens des deuxième-troisième siècles H. (huitième-neuvième J.-C). Tel ne semble pas avoir été le cas des Banû Bašîr et de leurs œuvres. D’autres facteurs, en l’occurence, ont fort bien pu intervenir pour précipiter cet oubli. Ces poètes, à en juger par les rares fragments conservés, sont restés liés à la vie politique en Syrie, sous les Umayyades, et n’ont guère provoqué d’intérêt chez les « logographes » iraqiens. Le même fait paraît devoir être invoqué à l’égard des poètes issus de la puissante tribu des Taġlib de Djézireh. Dans le mouvement de désaffection vis-à-vis de la poésie qui se répand dans certains milieux dévots à Médine et à Bassora, l’austérité de figures comme celles de Bašîr et d’an-Nu‘mân a dû pousser certains érudits à dépouiller ces personnages de leurs allures profanes, pour concentrer l’attention sur les valeurs islamiques qui éclataient en eux. Ainsi est-on tenté d’expliquer la rareté des vestiges poétiques transmis sous le nom de Bašîr. Ainsi également peut-on interpréter l’ignorance où nous sommes, des œuvres composées par les nombreux membres de cette famille qui avaient cultivé l’art des vers. En conclusion, on serait admis à poser que la seule hérédité poétique est incapable de garantir la conservation d’un dîwân archaïque. Le cas offert par le poète Ǧarîr et sa descendance paraît en fournir la preuve.

  • 8 Sur cette hérédité célèbre, v. Ibn Rašîq, ‘Umda, II (Caire, 1353/1934), 289.
  • 9 Cet arbre généalogique a été dressé à partir des données d’I. Nadîm, Fihrist, éd. Flügel, 158 (lig (...)

6Issu d’une sous-tribu des Tamîm, ce panégyriste a compté, lui aussi, dans sa descendance, des poètes renommés8 comme le montre le tableau suivant9 :

  • 10 Voir I. Nadîm, 158 (ligne 28, où il faut lire : « Ibn ‘Imrân b. ‘Aṭâ » au lieu de « Ibn ‘Ammâr b. (...)
  • 11 Voir sa notice dans Aġânî1, XX, 183. Voir aussi I. Nadîm, op. cit., 159 (ligne 4), et deux citatio (...)
  • 12 Voir le propos rapporté par Marzubâni, Muwaššaḥ, 129.
  • 13 Ainsi dans Aġânî3, VIII, 34 (ligne 6, avec une chaîne où figure un informateur bédouin).
  • 14 Un trait remarquable de cette tendance est à signaler dans la narratio rapportée dans Aġânî3, VII, (...)

7Parmi les descendants de Ǧarîr qui, dans ce tableau, nous sont donnés comme poètes, tous n’intéressent pas également notre propos. Certains, comme Nûḥ ou comme Rabdâ’, nous sont mal connus et n’ajoutent presque rien à notre information. Deux personnages, au contraire, se détachent de l’ensemble. Le premier est Misḥal, dont le père, Kusayb, avait épousé sa cousine Rabdâ’, fille de Ǧarîr ; nous ne savons rien sur lui, sinon qu’il s’employa, comme râwî de son grand-père maternel, à colliger le Dîwân de celui-ci10. Le second est ‘Umâra qui se fit une grande réputation à Bassora comme panégyriste, et qui vécut jusque sous le règne du Calife al-Wâṯiq (de 227 à 232 H./842 à 847 J.-C). Ce personnage fut en rapport avec des grammairiens de cette ville, en particulier avec Abû ‘Amr b. al-‘Alâ’. Un grand nombre de données ont été consignées sous son nom par aṣ-Ṣûli11. Il est important de signaler l’objectivité avec laquelle il jugeait l’œuvre de son illustre aïeul12. ‘Umâra, d’après nos textes, ne fut cependant pas le seul informateur des savants basriens, et ceux-ci, notamment Ibn Sallâm, utilisèrent avec soin les renseignements remontant à d’autres fils de Ǧarîr13. Comme on peut le voir, cette descendance s’employa avec zèle à perpétuer la mémoire de son grand ancêtre. Sans doute serait-on enclin à penser que ce zèle pieux tendit à embellir cette figure. A en juger toutefois par les anecdotes conservées par cette voie, il n’en est rien. Ce qu’on relève dans ces données c’est seulement un certain goût du pittoresque et un souci de bien marquer les attaches tribales, la ‘aṣabîya tamîmite14. Pour l’histoire littéraire, le fait vaut d’être signalé mais n’implique pas une volonté d’altération du texte transmis.

8Comme on peut s’en rendre compte par les trois séries de faits relevés ci-dessus, le rôle joué par les descendants d’un poète illustre dans la transmission et la fixation de ces œuvres est fort divers. Il se peut que, dans quelques cas, certains descendants aient mis à profit la gloire d’un ancêtre, pour faire passer sous son nom une partie de leur production personnelle. On aurait cependant tort de faire une trop large place à ces forgeries. La position psychologique de ces descendants, l’impossibilité où ils étaient de toucher sans discrétion à certains poèmes tombés dans le domaine public, si l’on peut dire, le souci de ménager leur propre position et de recueillir une partie du prestige qui leur venait de leur grand ancêtre, incitèrent bien plutôt ces hommes à respecter l’héritage poétique qui leur était échu, à répandre des renseignements sur l’homme dont il tirait orgueil, à éclairer enfin les circonstances qui avaient amené l’apparition d’une ode. Dans d’autres cas, au contraire, par un souci de piétisme, ces descendants ne paraissent pas avoir hésité à supprimer, dans l’œuvre dont ils auraient dû protéger l’intégrité, les pièces ou les fragments propres à discréditer leur aïeul ou à lui ôter une partie de son prestige en tant que musulman. Ces considérations ne sont évidemment pas les seules qui viennent à l’esprit du philologue, quand celui-ci s’emploie à l’étude et au classement des textes poétiques apparus au cours de la période archaïque. A tout le moins est-on en droit de dire qu’elles devraient tenir une place plus large que celle qui leur est faite d’ordinaire dans l’analyse textuelle. La mise enjeu, en effet, de l’influence familiale, dans les recherches d’histoire littéraire, rendrait compte de bien des faits dont la cause n’est point à trouver dans la seule amoralité des pasticheurs et des faussaires.

Notes

1 Voir Aġânî, 3e éd. (Caire, 1924 ss.), XV, 109-122 (données empruntées aux « logographes » Madâ’ini, ‘Umar b. Šabba, Ibn Naṭṭâh).

2 Ibid., VIII, 269-79 (citation de ‘Utbi, m. 228/842).

3 Ce tableau est tiré des notules accompagnées de citations en vers figurant dans Aġânî, éd. Bûlâq, XIV, 128-29. Les renseignements semblent empruntés au « logographe » Ḫâlid b. Kulṯûm (seconde moitié du iie/viiie s.) car la donnée qui précède p. 127 en bas vient de lui.

4 Sur ce personnage, voir « ‘Arafa » dans EP, I, 1110 ; à ajouter, sur ce poète, Aġânî, éd. Bûlâq, XIV, 119, 125 (ligne 20), et surtout 120 vers le bas.

5 Sur ce personnage, voir El, III, 1018 ; à ajouter, sur ce poète, Aġânî, éd. Bûlâq, XIV, 119-30, surtout 127-28 (trois fragments élégiaques).

6 Récit harmonisé d’après les « logographes » ‘Umar b. Šabba, Ḥammâd Mawsili, dans Aġânî, 3e éd., III, 13 ss.

7 Voir Aġânî, éd. Bûlâq, XIV, 128-29 où, dans chaque notule sur eux, ces poètes sont qualifiés de mukṯir, « abondant ».

8 Sur cette hérédité célèbre, v. Ibn Rašîq, ‘Umda, II (Caire, 1353/1934), 289.

9 Cet arbre généalogique a été dressé à partir des données d’I. Nadîm, Fihrist, éd. Flügel, 158 (ligne 29), 159 (ligne 3), et surtout à l’aide des « chaînes de garants » fournies dans Aġânî3, VIII, 13 (lignes 17,19 ), 14 (lignes 1), 34, (lignes 4, 7), 49 (ligne 9), 57 (ligne 3), 66 (ligne 6).

10 Voir I. Nadîm, 158 (ligne 28, où il faut lire : « Ibn ‘Imrân b. ‘Aṭâ » au lieu de « Ibn ‘Ammâr b. ‘Ukâba »).

11 Voir sa notice dans Aġânî1, XX, 183. Voir aussi I. Nadîm, op. cit., 159 (ligne 4), et deux citations chez Marzûqi, Šarḥ al-ḥamâsa, 1432, 1439.

12 Voir le propos rapporté par Marzubâni, Muwaššaḥ, 129.

13 Ainsi dans Aġânî3, VIII, 34 (ligne 6, avec une chaîne où figure un informateur bédouin).

14 Un trait remarquable de cette tendance est à signaler dans la narratio rapportée dans Aġânî3, VII, 34, et aussi 36, 66.

Notes de fin

* Dans Arabic and Islamic Studies in Honor of Hamilton A.R. Gibb, Brill, Leiden, 1965, 141-6.

© Presses de l’Ifpo, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search