Version classiqueVersion mobile

Analecta

 | 
Regis Blachère

Le langage d’une vie

André Miquel

Texte intégral

1L’arabe, l’arabe surtout, peut-être l’arabe seul, voilà la grande affaire de cette vie de savant. De la jeunesse marocaine à la Sorbonne, c’est une confrontation permanente avec un langage, et quel langage ! Sacré par ses origines, sans doute : et c’est un agnostique (comme Régis Blachère s’est défini lui-même) qui l’aura, mieux que d’autres, connu et aimé. Langage moderne aussi, engagé dans les luttes nationales : et c’est un homme rompu aux disciplines classiques qui aura pris conscience de sa modernité, de son devenir.

2La recherche et la pédagogie, en France même ou en pays arabes, auront toujours, chez Régis Blachère, marché de pair pour cette défense et illustration de l’arabe éternel. J’étais près d’omettre, comme si cela devait aller de soi, la vie même du savant qui, au travers des épreuves, a cheminé toute droite, dans la rigueur de la démarche et du projet.

3Les multiples activités de Régis Blachère, ses engagements, les responsabilités qu’il a assumées, disent assez ce souci constant du langage : sans parler des publications, à la liste desquelles je renvoie, je songe à ses enseignements : à l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes, puis à la Sorbonne ; mais aussi aux multiples missions d’inspection pédagogique qu’il assura ; aux fondations enfin, dont je ne retiens, comme la plus marquante, que l’Association pour l’Avancement des Études Islamiques.

4Langage et littérature vont de pair, sans doute, mais à condition de bien voir, dans le cas présent, que l’histoire de la seconde est inexorablement liée à l’aventure du premier. Ce n’est pas parce qu’il s’intéressait aux lettres arabes que Régis Blachère dut passer par l’étude de leur langue, comme en un pis-aller inévitable, c’est parce qu’il posa, en principe, d’entrée de jeu, l’étude du langage que le reste – et notamment la littérature – s’ensuivit. Les cinq publications majeures de son œuvre illustrent fort bien ce cheminement.

5L’étude sur Mutanabbî, la thèse du jeune chercheur, pose le premier jalon de la démarche entreprise : cette monographie, comme Régis Blachère l’appelle lui-même dans son article paru dans la première édition de l’Encyclopédie de l’Islam, ressortit à l’histoire littéraire au sens classique du terme. Saluée comme exemplaire, elle pourrait, de ce fait même, se laisser enfermer dans le cadre et les règles d’un exercice traditionnel encore que parfait. Et pourtant... De tous les grands poètes arabes, Régis Blachère, d’instinct, est allé à celui chez qui la formulation du langage apparaît comme primordiale, à celui dont les vers, enclos dans un espace et un sens privilégiés, devenaient comme autant de formules, souvent passées en proverbes, à celui, pour tout dire, que les Arabes reconnaissent pour l’un des tout premiers maîtres de l’art du bien dire.

6Au reste, contemporaine de cette première recherche, une autre œuvre vient confirmer l’obsession qui n’était que latente : la Grammaire de l’arabe classique, écrite en collaboration avec Gaudefroy-Demombynes, s’intègre de plein droit à l’enseignement que Régis Blachère, succédant à son maître, assura à l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes. Livre magistral, la Grammaire est le premier ouvrage à faire bénéficier les chercheurs français des résultats obtenus alors en linguistique sémitique et en philologie arabe. Ce mérite, à lui seul, suffirait. Mais j’en verrais un autre, plus réel encore si possible, et qui n’est pas donné à tous les savants : celui d’extraire, d’une matière considérable où s’étaient enlisées les vieilles grammaires, l’essentiel, l’usage prévalent, le génie propre d’une langue : cette tranquille assurance, on le devine, n’est le lot que de ceux qui connaissent à fond toutes les ressources d’un langage. Chez tout autre qu’eux, la simplification, forcément arbitraire, ne ferait que trahir l’ignorance ; fondée, au contraire, sur une science magistrale – je reviens décidément à ce terme – elle est signe d’autorité et de clarté.

7Mais quel livre, plus que le Livre, n’appellerait pas l’effort de celui qui veut connaître l’arabe en sa source vive ? En ces années où, parallèlement à ses autres enseignements, il assure une direction d’études à la ive section de l’École Pratique des Hautes-Études, Régis Blachère accentue sa recherche sur le personnage central de l’Islam, son Prophète, et sur le Livre qui lui fut révélé, langage des langages. De ce travail sortiront Le problème de Mahomet et la monumentale traduction en français du Coran.

8Sans doute celle-ci n’est-elle pas la seule, ni la dernière en date. Elle est la seule, en tout cas, à avoir posé clairement, dans sa lettre même, et avec cette intensité, non plus seulement le problème d’un langage, l’arabe, mais celui de sa communication en un autre langage, le nôtre, si différent. Encore n’est-ce là qu’une difficulté : l’arabe coranique, à l’intérieur de l’arabe classique auquel il donne son grand départ dans l’histoire, se signale par un vocabulaire et des traits de syntaxe propres. D’où les recherches lexicographiques pour le premier et, pour les seconds, la résolution d’essayer de faire passer en français quelque chose de l’originalité, de l’irréductibilité coraniques. La traduction française est fort peu, vue sous cet angle, une entreprise littéraire, ou, si elle l’est, ce n’est que par l’effet de cette double méditation sur deux langages parallèles et rarement superposables. Pour le Coran, les réussites et les angoisses du traducteur ne naissent pas seulement du but à atteindre : ce mariage, jamais parfait, de la fidélité à l’original et du naturel du texte final, en sa langue propre. Elles naissent, ces réussites et ces angoisses, d’une interrogation même sur l’original et sur ses mystères : si je parlais tout à l’heure d’autorité tranquille, c’est de courage, de courage entêté, qu’il serait question ici, ici où l’on sait, au départ, que la fidélité est impossible.

9Restent les deux œuvres en cours : le Dictionnaire arabe-français-anglais, en collaboration avec M. Chouémi et C. Denizeau, et l’Histoire de la littérature arabe, des origines à la fin du xve siècle de J.C. Le premier, qui repose sur un fichier considérable, fruit de notes accumulées pendant toute une vie, et sur des dépouillements effectués en équipe, est la première tentative sérieusement faite pour mener à bien un dictionnaire faisant leur place à deux préoccupations majeures : relier l’arabe aux autres langues sémitiques et voir clair dans les divers sens véhiculés par les racines de base. Entreprise considérable, on le voit, parfois ingrate, difficile en tout cas : ici comme en tant d’autres domaines, Régis Blachère n’aura pas été le rassembleur d’un savoir dispersé et mal connu, mais un défricheur. De toute façon, le Dictionnaire, comme la Grammaire avant lui, rappelle, à qui pourrait l’oublier, la préoccupation constante d’une œuvre et d’une vie.

10Et la Littérature ? Serait-elle une démarche parallèle, juxtaposée simplement à la précédente ? On devine que non. Ce que l’on a dit tout à l’heure à propos de Mutanabbî prend encore plus de relief ici, après tant d’années de méditations et de recherches. Régis Blachère n’a pas conçu cette histoire des lettres arabes comme une simple revue d’hommes ou de genres. Tout en offrant aux spécialistes les faits et les bibliographies indispensables, il a voulu, à chaque phase essentielle, à chaque moment privilégié de cette civilisation, rappeler tout ce qu’elle doit au langage qui l’exprime : les études sur l’arabe des origines, sur le Coran comme fait culturel, sur les acculturations successives des Arabes, sont, entre tant d’autres, les preuves de ce souci constant de ne pas considérer les phénomènes littéraires comme des faits isolés, porteurs d’une signification en soi, mais, tout au contraire, comme inextricablement liés à l’histoire qu’ils expriment et qui les exprime, comme reflet et cause tout ensemble d’une aventure vécue qui a nom, entre autres noms, langage.

11Par là, Régis Blachère a rejoint cette aventure même, s’est identifié à elle, puisque aussi bien elle était son aventure à lui. Son dialogue avec l’arabe, s’il n’y avait eu la mort, ne se serait pas clos. De toute façon, bilan était un mot qui l’irritait. Il continuait d’aller de l’avant.

© Presses de l’Ifpo, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search