Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

L’Irak

Texte intégral

1Au dire d’Abū ‘Ubayda, l’Irak fut nommé ainsi parce qu’il est bas par rapport au Naǧd et qu’il est proche de la mer : c’est comme le ‘irāq de l’outre, lanière de cuir repliée sur elle-même qui est au bas de l’outre et que le porteur d’eau met sur sa poitrine. D’après al-Aṣma‘ī, ce qui se trouve en deçà des sables est ‘Irāq. Pour al-Madā’inī, le territoire de l’Irak va de Hīt à la Chine, au Sind et à l’Inde ; puis, [162] de la même manière, Rayy, le Khorassan, le Daylam, le Guilan (Ǧīlān), le Ǧibāl et Ispahan qui est l’omphalos de l’Irak. Qui administre l’Irak administre Basra, Kūfa, al-Ahwāz, le Fārs, le Kirmān, l’Inde, le Sind, le Siǧistān, le Ṭabaristān, le Ǧurǧān. L’Irak s’étend en longueur de ‘Āna à Baṣra ; Baṣra confine à al-Ahwāz, al-Ahwāz au Fārs, le Fārs au Kirmān, le Kirmān à Kābul, Kābul à Zaranǧ, Zaranǧ à l’Inde.

2Au dire de certains penseurs, les Irakiens ont l’esprit sain, les passions louables, des vertus équilibrées ; ils excellent dans tous les arts ; ils ont les membres proportionnés ; leurs humeurs sont en équilibre ; leur peau est de couleur brune, et cette teinte est la plus moyenne et la plus modérée. Ils restent jusqu’à maturité dans le sein de leur mère ; aussi n’en sortent-ils point avec un teint allant du roux au blanc, du blanc mat au blanchâtre ; ils ne subissent pas non plus ce qui se produit dans la matrice des femmes slaves, et de celles qui leur ressemblent et les avoisinent [pour produire un teint blond]. Chez eux, les femmes, lorsqu’elles ont conçu, ne vont pas dans la cuisson [du fœtus] jusqu’à le brûler ; dans ce cas, l’enfant sort entre le noir et le brun foncé, avec une mauvaise odeur, des cheveux crépus, des membres inégaux, un esprit imparfait, des passions vicieuses, tels les Zanǧ, les Abyssins (Ḥubšān) et leurs pareils parmi les Noirs ; en effet, ils tiennent le milieu entre une pâte qui n’a pas levé et quelque chose de cuit qui a brûlé.

3Le mariage avec des femmes étrangères produit, dit-on, des enfants plus valeureux tandis qu’avec des parentes il produit des enfants chétifs. Et l’on a dit : « Épousez des femmes étrangères et
» n’ayez pas d’enfants chétifs ».

4On a dit que les gens du Fârs ont plus d’esprit ; que les Rūm ont plus de science et pratiquent des arts variés.

KŪFA

5Au dire de Quṭrub, Kūfa fut nommée ainsi à cause de l’expression arabe : takawwafa r-raml (« le sable s’est amassé ») ; kūfān signifie « rondeur ». D’après Abū Ḥātim as-Siǧistānī, kūfa signifie [monticule de] sable arrondi ; ainsi l’on dit : « Ils sont comme sous
» un monticule (kūfan) ».

  • 1 Il faut sans doute lire (...)

6Selon al-Muġīra b. Šu‘ba, les Perses qui se trouvaient à al-Ḥīra disaient ceci : Nous vîmes, avant l’Islam, sur l’emplacement de Kūfa, dans l’espace compris entre [163] al-Ḥīra et an-Nuḫayla, un feu très ardent ; or lorsque nous arrivâmes à son emplacement, nous ne vîmes plus rien. Le gouverneur d’al-Ḥīra en écrivit à Chosroès (Kisrā) qui répondit : « Envoie-moi de sa terre ». Alors, ajoute le narrateur, nous prîmes, aux alentours et au milieu1 de l’emplacement la partie moyenne et nous l’envoyâmes à Chosroès ; il la montra à ses savants et à ses devins qui déclarèrent : « On bâtira,
» à cet endroit, une ville dont les habitants disposeront de la ruine
» des Perses », et, par Allah !, ajoute le narrateur, nous vîmes Kūfa à cet endroit.

7Le premier, dit-on, qui fixa l’emplacement de la mosquée de Kūfa est Sa‘d b. Abī Waqqās. D’autres disent que le plan de Kūfa fut dressé par as-Sā‘ib b. al-Aqra‘ et par Abū l-Hayyāǧ al-Asadī.

8Les Arabes disaient : « La bonne foi a montré sa langue dans
» le Rīf ; donc, ce qui avoisine l’Euphrate c’est al-Milṭāṭ, et ce qui
» avoisine la terre, c’est Naǧaf ».

  • 2 On a adopté la leçon de Yāqūt (...)

9On a rapporté cette parole du Commandeur des Croyants [‘Αlī] : « Kūfa est le trésor de la foi, la preuve2 de l’Islam, le
» sabre d’Allah et Sa lance qu’il place où Il veut ; et, par Celui
» qui dispose de ma vie ! Allah sera vainqueur grâce à ses habi-
» tants, à l’orient et à l’occident de la terre, comme Il a été vain-
queur dans le Ḥiǧāz ».

10[‘Alī b. Abī Ṭālib]3 disait : « Bravo pour Kūfa, terre égale
» et connue, que connaissent nos chameaux nourris à l’étable ».

11On dit que l’emplacement de l’actuelle Kūfa s’appelait Sāristān.

12Salmān disait : « Les gens de Kūfa sont gens d’Allah ; elle est
» la coupole de l’Islam que tout Musulman désire voir ».

13Le Commandeur des Croyants [‘Αlī] a dit : « Il viendra pour
» Kūfa un temps où il ne sera Croyant ni Croyante qui ne s’y
» trouve, ou ne désire en son cœur y retourner ».

***

  • 4 Texte (...)
  • 5 On a adopté la leçon de Yāqūt, IV, 325 = (...)
  • 6 Cf. supra, p. 191 (ar.).

14Ibn al-Kalbī a raconté ce qui suit : Al-Haǧǧāǧ vint trouver ‘Abd al-Malik b. Marwān, en compagnie des nobles de l’Irak. Lorsqu’ils entrèrent chez lui, ils s’entretinrent de l’état de Kūfa et de Baṣra. Muḥammad b. ‘Umayr al-‘Uṯāridī déclara alors :
« La terre de Kūfa est une terre inférieure à la Syrie avec
» son [froid( ?)]4 et ses épidémies, mais plus élevée que Baṣra,
» avec sa chaleur [164] et son bas niveau. L’Euphrate l’avoisine :
» aussi possède-t-elle une eau douce, des fruits de bonne qualité ;
» elle est salubre et fertile en pâturages ». — ‘Abd Allāh b. al-Ahtam as-Sa‘dī déclara alors : « Par Allah ! Commandeur des
» Croyants ! notre terre est plus vaste que la leur, notre postérité
» est plus nombreuse5, notre désert est plus étendu, nous sommes
» plus rapides qu’eux dans l’incursion, plus riches qu’eux en sucre
» et en argent ; ce qui nous vient, nous vient sans fatigue6 et à
» nous seuls ; il ne sort de chez nous que meneurs, chefs de guerre
» ou [corbeaux] qui croassent ».

15Alors al-Ḥaǧǧāǧ déclara : « J’ai l’expérience des deux pays,
» Commandeur des Croyants ». — Le calife répondit : « Parle donc,
» car parmi eux tu n’es pas à soupçonner ». — Et al-Ḥaǧǧāǧ de
» reprendre : « Baṣra, c’est comme une vieille grisonnante, à l’haleine
» fétide, à l’odeur forte, à laquelle on a donné toutes sortes de
» parures et d’ornements ; Kūfa, c’est une vierge en simple appareil,
» sans parure ni ornement ». — ‘Abd al-Malik répondit : « D’après
» ce que je vois, tu préfères Kūfa ».

16‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb écrivait « à la maîtresse des métropoles,
» cerveau des Arabes », pour désigner Kūfa.

17‘Abd Allāh b. ‘Umar disait : « Ô gens de Kūfa ! vous êtes les
» plus heureux des hommes grâce au Mahdī ». Le Commandeur des Croyants [‘Αlī] dit à Kūfa : « Malheur à toi, Kūfa, ainsi qu’à
» ta sœur Baṣra ! il me semble que je vous vois étalées comme on
» étale la peau à tanner et grattées comme le cuir de ‘Ukāẓ. Mais
» je sais, car Allah me l’a enseigné, qu’aucun oppresseur ne vous
» voudra de mal sans qu’Allah ne l’éprouve par une préoccu-
» pation ».

18Muḥammad b. ‘Umayr b. ‘Uṭārid disait : « Kūfa est moins
» élevée que la Syrie qui a ses épidémies, mais est plus haute que
» Baṣra et son bas niveau ; elle est salubre, fertile, continentale,
» maritime ; lorsque le vent du nord vient à nous, il souffle sur un
» parcours d’un mois, parfumé comme des grains de camphre ;
» lorsque le vent du sud souffle, il nous apporte l’effluve du Sawād,
» de ses roses, de son jasmin, de sa giroflée, de ses cédrats ; notre
» eau est douce, notre récolte abondante ».

19‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb écrivit aux gens de Kūfa : « Vous con-
» naissant bien, j’aurais voulu séjourner parmi vous, [165] parce
» que je connais bien la loi d’Allah et de Son prophète ; je vous
» ai envoyé ‘Ammār b. Yāsir en qualité d’émir, et ‘Abd Allāh
» b. Mas‘ūd en qualité de muezzin et de vizir ; tous deux comptent
» parmi les plus nobles combattants de Badr. Recueillez donc les
» traditions auprès d’eux et prenez modèle sur eux ; je vous ai
» préférés à moi-même en vous donnant ‘Abd Allāh b. Mas‘ūd ».

20Ziyād disait : « Kūfa est une belle jeune fille qui se fait belle
» pour son époux ; aussi se réjouit-il chaque fois qu’il la voit ».

21Les gens de Kūfa disent : Nous avons à notre actif des conquêtes et des « journées » fameuses. Parmi nos conquêtes, il y a al-Ḫīra, Bānaqyā, les deux Fallūǧa, Nistar, Bagdad, ‘Ayn at-Tamr, Dawma, al-Anbār et les localités conquises sous le commandement de Ḫālid b. al-Walīd, lors de l’expédition de Syrie : al-Muḍayyaḥ, Ḥuṣayd, Bišr, Qurāqir, Sirwā, Arāk, Palmyre (Tadmur) ; ensuite on partage avec les Syriens l’honneur de la conquête de Buṣrā et de Damas ; tout cela se passa sous le califat d’Abū Bakr. Ensuite, parmi leurs exploits sous le califat de ‘Umar, figurent les batailles de Ǧisr Abī ‘Ubayd, Mihrān, al-Qādisiyya, al-Madā’in, Ǧalūlā, Ḥulwān, tout cela avant leur installation à Kūfa. Ensuite ils s’y établirent et conquirent Mossoul (al-Mawṣil), l’Āḏarbayǧān, Tustar, le Māsabadān, Rāmhurmuz, Ǧurǧān, ad-Dīnawar. Ils conquirent Nihāwand avec les Baṣriens, une partie du territoire de Rayy, une partie de celui d’Ispahan, Ṭamīs et Nāmiya au Ṭabaristān.

22Descendirent à Kūfa, parmi les califes et les imams : ‘Alī et Ḥasan ; parmi les rois et les califes : Mu‘āwiya, ‘Abd al-Malik, Abū l-‘Abbās [as-Saffāḥ], Abū Ǧā‘far al-Manṣūr, al-Mahdī, Hārūn ar-Rašīd.

23C’était là que demeuraient les gouverneurs de l’Irak ; on y réclama la solde pour les habitants avant de la réclamer pour les gens de Baṣra.

24Kūfa compte 80 000 habitants parmi lesquels il y a 40 000 combattants.

25Ziyād disait : « Les Kūfiens mangent davantage, et les
» Baṣriens ont plus d’argent ». Al-Aḥnaf b. Qays a dit : [166] « Les
» Kūfiens s’installèrent dans la résidence de Kisrā (Chosroès) b.
» Hurmuz, parmi les jardins touffus, les ondes abondantes et les eaux
» courantes ; les fruits leur arrivaient tout frais, sans être ni rompus
» ni gâtés. Mais nous [les Baṣriens, nous] descendîmes dans une
» terre accueillante7, ayant d’un côté le désert et, de l’autre
» côté, de l’eau saumâtre sur un terrain salin dont l’humidité ne
» sèche pas, dont le pâturage ne prospère pas, et qui nous nourrit
» comme il emplit l’œsophage de l’autruche ».

26Lorsque le Commandeur des Croyants [‘Αlī] fut vainqueur des gens de Baṣra, A‘šā Hamdān dit ces vers (ramal) :

Frappe, par derrière, le Baṣrien si tu le rencontres ; car on frappe par derrière quiconque vaut peu et se montre vil.
Mets le Kūfien dans la cavalerie, mais ne place le Baṣrien que dans le butin.
Lorsque vous rivalisez de gloire avec nous, rappelez-vous donc comment nous vous avons traités, le jour du Chameau.
[Le Baṣrien], vieillard à la barbe teinte ou jeune homme au teint blanc éclatant et à la robe traînante,
Vint à nous, s’agitant sous une cotte de mailles, et nous l’égorgeâmes dans la matinée, comme on égorge un agneau.
Nous avons pardonné, mais vous avez oublié notre pardon, et vous avez nié la grâce d’Allah le très haut.

27Fiṭr b. Ḫalīfa a dit : Qatāda se disputa avec moi, à propos de Kūfa et de Baṣra. Je lui dis : « Soixante-dix combattants de Badr
» sont entrés à Kūfa, mais à Baṣra, ce fut ‘Utba b. Ġazwān », et il se tut.

28Le Commandeur des Croyants a dit : « La coupole de l’Islam,
» c’est Kūfa ; le lieu de l’hégire, Médine ; les abdāl sont en Syrie et
» les nobles en Égypte, mais en petit nombre ».

29On a dit : « Quiconque, descendant à Kūfa, ne reconnaît pas
» trois privilèges à ses habitants ne méritera pas d’y demeurer.
» Ce sont : l’eau de l’Euphrate, les dattes mûres et fraîches (mušān),
» le Commandeur des Croyants ‘Alī. Quiconque, descendant à
» Baṣra, ne reconnaît pas trois privilèges à ses habitants ne méritera
» pas d’y demeurer. Ce sont : ‘Uṯmān [b. ‘Affān], Ḥasan al-Baṣrī,
» les excellentes dattes fraîches (azāḏ) ».

30[167] Parmi les hommes généreux de Kūfa, il y a, dit-on : Hilāl b. ‘Attāb, Asmā’ b. Ḫāriga, ‘Ikrima b. Rib‘ī al-Fayyāḍ ; et parmi ses braves : Ḫālid b. ‘Attāb, Abū Sufyān ibn ‘Urwa b. al-Mugīra b. Šu‘ba et ‘Amr b. Muḥammad b. Ḥamza.

31Sa’īd b. Mas‘ūd al-Māzinī dit à Sulaymān b. ‘Abd al-Malik :

32« Il y a, parmi vous, [à Baṣra], le plus longanime des hommes :
» al-Aḥnaf ; celui qui cautionne le plus généreusement les gens :
» Iyās b. Qatāda ; le plus généreux : Ṭalḥa b. ‘Abd Allāh b. Ḫalaf ;
» les plus braves : ‘Abbād b. Ḥuṣayn et al-Ḥarīš [b. Hilāl] ; le
» plus pieux : ‘Āmir b. ‘Abd Qays ».

33Les hommes perspicaces de Kūfa ont dit : « Il y a parmi nous
» le plus brave des hommes : al-Aštar ; le plus généreux : Ḫālid
» b. ‘Attāb ; le meilleur “cautionneur” : ‘Ikrima al-Fayyād ; le
» plus pieux : ‘Amr b. ‘Utba b. Farqad ». Tous ont dit : « Si un
» homme possède la science du Ḥiǧāz, l’obéissance de la Syrie et
» la bravoure de Kūfa, il est parfait ».

Lutte de jactance entre Kūfiens et Baṣriens.

34Chez le Commandeur des Croyants Abu l-‘Abbās, se réunirent plusieurs ‘Alides et plusieurs ‘Abbāsides. Il y avait, parmi eux, des gens de Kūfa et des gens de Baṣra, notamment Abū Bakr al-Huḏalī, de Baṣra, et Ibn ‘Ayyāš, de Kūfa. Abū l-‘Abbās dit alors : « Discutez afin que nous sachions à qui de vous appar-
» tient la supériorité ». — Alors quelques ‘Alides déclarèrent : « Les
» gens de Baṣra ont combattu ‘Alī à la bataille du Chameau, et
» ont mis la discorde parmi les Musulmans ».

35— Abū l-’Abbās : « Qu’as-tu à dire, Abū Bakr ? ».

36— Abū Bakr : « Allah préserve les Baṣriens d’être taxés d’igno-
» rance ! Une poignée seulement d’entre eux s’écarta des voies
» régulières et fut vaincue par le démon. Or, en tout peuple, il y a
» du bon et du mauvais. Quant aux gens de Baṣra, ils sont les plus
» riches en biens et en enfants, les plus fidèles sujets de l’État, les
» mieux informés des prescriptions de l’Islam ».

37— Ibn ‘Ayyāš : « Nous connaissons mieux les conquêtes que
» vous ! C’est nous qui chassâmes Chosroès [168] du pays, qui
» détruisîmes ses armées, qui ouvrîmes à tous son empire et qui
» conquîmes ses provinces. Mais Baṣra, par rapport à l’Irak, tient
» simplement la place de la vessie par rapport au corps : l’eau y
» aboutit après s’être altérée et corrompue. Baṣra est pressée, du
» côté du désert, par les plus rudes pierres du Ḥiǧāz et les moins
» favorables ; elle est pressée, dans sa partie supérieure, par la Baṭīha,
» même si les habitants de Baṣra trouvent leur eau agréable ; sinon,
» ils ne pourraient pas vivre ; elle est pressée, dans sa partie inférieure,
» par la mer Verte. Nous avons réduit de nombre les Baṣriens sur
» la face de la terre ; nous leur avons envoyé de notre armée de
» quoi les soutenir. Les gens de Baṣra ne sont, pour nous, qu’au
» niveau des messagers. Quant à la position de Kūfa, c’est celle de
» la luette et de la langue par rapport au corps ; elle est placée sur
» la poitrine de la terre ; l’onde y aboutit dans sa fraîcheur et sa
» douceur et se répartit dans nos campagnes ; l’Euphrate et le Tigre
» y passent avec leur eau douce et pure. Quant à Baṣra, par
» rapport à l’Irak, elle occupe la position de la vessie par rapport
» au corps ».

38— Abū Bakr : « Vous autres, d’après tout ce que tu dis, vous
» avez plus de prophètes que nous, mais nous n’avons qu’un
» prophète, qui est Muḥammad, et tous vos prophètes sont des
» tisserands ».

39Alors Abū l-‘Abbās rit au point qu’il faillit tomber de son trône ; puis il dit : « Quel excellent homme tu es, Abū Bakr ! ».

40— Abū Bakr : « Je n’ai vu crucifier les prophètes que dans
» la région de Kūfa ».

41— Ibn ‘Ayyāš : « Les gens de Kūfa ont été déshonorés par trois
» possédés qui sortaient de la lie du peuple et qui, dans leur folie,
» se prétendirent prophètes : Allah les crucifia à Kūfa. Or ceux qui
» déshonorèrent les Baṣriens, parmi ceux qui se disent raisonnables,
» nobles et rapporteurs de traditions, sont nombreux ; chacun d’eux
» croit qu’il est lui-même dans le bon chemin alors qu’il s’égare.
» Celui qui se dit prophète par folie, c’est une affaire de moindre
» gravité que quand l’homme sain d’esprit prétend se bien diriger,
» alors qu’il s’égare. Or il y a des gens [de Baṣra] qui se sont pré-
» tendus dieu, au dire de certains ».

42— Abū l-‘Abbās : « Cette repartie vaut la précédente ou même l’emporte sur elle, Abū Bakr ».

43Alors intervint un des ‘Alides, al-Hasan b. Zayd, qui dit : « Abū Bakr, vous n’avez pas combattu ‘Alī, à la journée du chameau ? ».

44— Abū Bakr : « Si ! mais c’est une petite troupe [169] qui l’a
» combattu ; Allah a détourné de son meurtre nos mains et nos
» armes, à cause de la bienveillance qu’il nous témoignait ; ensuite il
» revint à Kūfa où il fut mis à mort, ainsi que ses enfants, ses petits-
» enfants et les enfants de son oncle paternel ; et les gens de Kūfa
» chassèrent al-Ḥasan b. ‘Alī après lui avoir prêté serment de
» fidélité, si bien qu’il s’enfuit de chez eux ».

45— Ibn ‘Ayyāš : « Tout au contraire ! Allah a raccourci vos bras
» en allongeant ceux des Kūfiens et en leur donnant la victoire sur
» vous. Comment peux-tu nous imputer à honte l’attitude coupable
» d’un seul d’entre nous, qui a ainsi réalisé quelque chose dont vous
» étiez incapables à vous tous ? Des cheikhs de [la tribu d’] an-
» Naḫa‘ m’ont raconté que les Kūfiens, à la bataille du Chameau,
» étaient au nombre de neuf mille hommes avec le Commandeur
» des Croyants [‘Αlī], que ses adversaires étaient au nombre de
» trente mille, avec Ṭalḥa, az-Zubayr et ‘Ā’iša, et que, lorsqu’on
» en vint aux mains, les Baṣriens n’étaient plus que de la cendre
» emportée par le vent, un jour de tempête ! ».

46— Abū Bakr : « Et quand donc les gens de Baṣra furent-ils trente
» mille pour combattre le Commandeur des Croyants, alors qu’al-
» Aḥnaf b. Qays s’était mis à l’écart à la tête [des fractions] des Sa‘d
» et d’ar-Ribāb ? Entrés plus tard à Kūfa, nous y égorgeâmes six
» mille des compagnons de leur prophète al-Muḫtār, comme on
» égorge des agneaux, sans compter ceux qui s’enfuirent, après la
» venue d’Asmā’ b. Ḫāriǧa al-Fazārī, de Muḥammad b. al-Aš‘aṯ
» al-Kindī, de Šabaṯ b. Rib‘ī at-Tamīmī ; les Kūfiens avaient fait
» appel aux Baṣriens en se plaignant à eux d’al-Muḫtār et de ses
» compagnons, qui avaient tué tant d’hommes et violé tant de
» femmes ! Alors nous nous mîmes en marche, avec Muṣ’ab b.
» az-Zubayr, et tuâmes leur prophète al-Muḫtār et ceux de ses
» compagnons qui tombèrent en notre pouvoir ; nous affranchîmes
» les Kūfiens de l’esclavage. Nous sommes donc supérieurs aux
» gens de Kūfa ; et nous aurions droit à leur gratitude, et à celle de
» leurs descendants, s’ils avaient l’habitude d’être reconnaissants ».

47— Ibn ‘Ayyāš : « Les Kūfiens, à la bataille du Chameau, venus
» à vous avec ‘Alī, vous massacrèrent. Or je constate qu’ils furent
» vainqueurs ou vaincus pour le vrai ; et je vois que les Baṣriens
» furent vainqueurs ou vaincus pour le faux ».

48— Abū l-‘Abbās : « Attention, Abū Bakr ! je vois qu’Ibn
» ‘Ayyāš a la langue bien pendue et discute bien ».

49— Abū Bakr : « Ils ne peuvent tenir contre nous ! ».

50— Ibn ‘Ayyāš : « Nous ne sommes pas en guerre, car on verrait
» notre champion ; nous ne sommes qu’en conversation ; or le meil-
» leur discours est celui dont les arguments sont les plus évidents ».

51— Al- Ḥasan b. Zayd : « Abū Bakr, n’essaie pas de vaincre les
» Kūfiens et de prétendre à plus de gloire qu’eux, car ils ont plus
» de [170] juristes et plus de nobles que vous ».

52— Abū Bakr : « Qu’Allah nous en préserve ! Comment en
» serait-il ainsi ? Il n’y a pas, parmi eux, un noble qui ne trouve
» son maître chez nous : il n’y a point, parmi les Tamīmites de
» Kūfa, l’égal d’al-Aḥnaf parmi ceux de Baṣra, ni, parmi les ‘Abd
» al-Qays de Kūfa, l’égal d’al-Ḥakam b. al-Ǧārūd parmi ceux
» de Baṣra, ni, parmi les Bakrites de Kūfa, l’égal de Mālik b.
» Misma‘ parmi ceux de Baṣra, ni, parmi les Qaysites de Kūfa,
» l’égal de Qutayba b. Muslim parmi ceux de Baṣra ».

53— Ibn ‘Ayyāš : « Continue, Abū Bakr, si tu trouves quelque
» chose à ajouter. Car nous avons, chez nous, plus du double de
» ce que tu as mentionné et de ce que tu mentionneras, s’il plaît à
» Allah ! ».

54— Abū Bakr riposta : « Cela suffit comme gloire, comme
» puissance et comme noblesse ».

55— Ibn ‘Ayyāš : « Tu n’as plus rien à dire, Abū Bakr ! Les gens
» de Baṣra sont vraiment comme une enfilade de crottins égalisés
» dont le milieu est occupé par une perle qui est célèbre parmi eux ;
» quant aux gens de Kūfa, ils sont comme une série de perles dont
» la médiane possède bien des semblables. Tu as mentionné al-
» Aḥnaf parmi les Tamīmites de Baṣra ; mais, parmi ceux de
» Kūfa, il y a Muḥammad b. ‘Umayr b. ‘Uṭārid b. Ḥāǧib b.
» Zurāra b. ‘Udus, [descendant de ce Ḥāǧib b. Zurāra] qui mit
» en gage son arc pour racheter tous les Arabes ; an-Nu‘mān b.
» Muqarrin, le compagnon du Prophète, qui avait reçu le comman-
» dement de toutes les armées musulmanes à l’époque de ‘Umar b.
» al-Haṭṭāb ; Ḥassān b. al-Munḏir b. Ḍirār, de la tribu des Ḍabba,
» dont le chef, ‘Attāb b. Warqā’, était le plus généreux des Ara-
» bes ; Šabaṯ b. Rib‘ī at-Tamīmī, que commandait les Baṣriens et
» les fit avancer, avec Muṣ‘ab b. az-Zubayr, et ‘Ikrima b. Rib‘ī
» at-Tamīmī à propos duquel on a dit (ṭawīl) :

56Et ‘Ikrima le très généreux, l’homme des vertus.

57» Tels sont les sayyids tamīmites de Kūfa. Il est étonnant que tu
» places Mālik b. Misma‘, des Bakr b. [171] Wā’il, au-dessus de
» Maṣqala b. Hubayra, alors que la noblesse et la vertu de ce
» dernier ont été reconnues par-devant ‘Alī b. Abī Ṭālib. Parmi
» les sayyids de Kūfa figurent : Ḫālid b. Mu‘ammar, Šaqīq b.
» Ṯawr as-Sadūsī, Suwayd b. Manǧūf, Ḥurayṯ b. Ǧābir, al-
» Ḥuḍayn b. al-Munḏir, Maḥdūg al-Maḫzūmī, Yazīd b. Ruwaym
» as-Šaybânī, al-Qa‘qā‘ b. Šawr ad-Dihlī. Quant à toi, tu
» t’enorgueillis de Qutayba b. Muslim : qu’as-tu de commun avec
» lui ? C’est un homme de Bāhila, créature d’al-Ḥaǧǧāǧ. La no-
» blesse des Qays se trouve chez les ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a et, parmi eux’
» chez les descendants de Labīd b. Rabī’a le poète, au temps de
» la Ǧāhiliyya et en Islam. Et je ne tire gloire que d’un seul
» entre cent. Eh bien ! je vais résumer pour toi : notre émir ‘Alī
» b. Abī Ṭālib, notre muezzin ‘Abd Allāh b. Mas‘ūd et notre
» cadi Šurayḥ. Trouve donc, parmi les gens de Baṣra, le pareil
» d’un de ces trois-là ! ».

58— Abu Bakr : « Notre émir ‘Abd Allāh b. ‘Abbās ».

59— Ibn ‘Ayyāš : « Nous fûmes l’entourage et les intimes de
» ‘Abd Allāh ; nous lui servîmes de défenseurs et de milice contre
» vous : nous avons donc, plus que vous, le droit de le revendiquer ».

60— Abū Bakr : « Si votre muezzin fut ‘Abd Allāh b. Mas’ūd,
» nous avons parmi nous Anas b. Mālik, le serviteur du Prophète ».

61— Ibn ‘Ayyāš : « Quel rapport y a-t-il donc entre Anas et Ibn
» Mas‘ūd pour que tu le lui compares ? Il est descendu à Kūfa, outre
» ceux que je t’ai nommés, soixante-dix compagnons de l’Envoyé
» d’Allah ; nous t’en mettrons donc un en face d’Anas et nous nous
» prévaudrons contre toi des soixante-neuf autres ».

62— Abū Bakr : « Si Šurayh fut votre cadi, nous avons eu al-
» Ḥasan al-Baṣrī, chef des Épigones, et Ibn Sīrīn, avec leur vertu
» et leur science ».

63— Ibn ‘Ayyāš : « Si tu tiens compte de ces deux-là et si tu t’en
» vantes, nous mettrons en compte, à ton intention, Uways al-
» Qaranī qui intercédait en faveur des gens tels que ceux de
» Rabī‘a et de Muḍar, Rabī‘ b. Ḫuṯaym, al-Aswad b. Yazīd,
» ‘Alqama, [172] Masrūq, Hubayra b. Yarīm, Abū Maysara, Sa‘īd
» b. Ǧubayr, al-Ḥāriṯ al-A‘war qui fut le compagnon de ‘Alī b.
» Abī Ṭālib et son transmetteur. Que tu es donc loin de celui
» dont ton œil n’a pas contemplé le pareil en son temps parmi les
» Compagnons du Prophète. Personne ne retint mieux ce qu’il
» entendait, ne fut plus versé dans la science religieuse, ne rapporta
» plus exactement les traditions, ne connut mieux les campagnes
» du Prophète, les “journées des Arabes”, les sanctions de l’Islam,
» les prescriptions divines, les mots rares et la poésie, ne parla
» mieux de toute chose que ‘Āmir b. Šarāḥil aš-Ša‘bī ».

64Les assistants s’écrièrent : « Il était bien ainsi ! ».

  • 8 Après l’interruption, il conviendrait de rajouter au moins (...)

65— [Ibn ‘Ayyāš]8 : « A Kūfa, les quatre grandes familles
» des Arabes sont représentées : celle de Ḥāǧib b. Zurāra chez les
» Tamīm, les Āl Zayd chez les Qays, les Āl Ḏī l-Ǧaddayn chez
» les Rabī‘a, les Āl Qays b. Ma‘dīkarib az-Zabīdī chez les
» Yéménites. Nous avons, à Kūfa, les quatre cavaliers des Arabes,
» pour le temps du paganisme et de l’Islam : ‘Amr b. Ma‘dīkarib,
» al-‘Abbās b. Mirdās as-Sulamī, Ṭulayḥa b. Ḫuwaylid al-Asadī
» et Abū Miḥǧan aṯ-Ṯaqafī. Les gens de Kūfa formèrent la milice
» de Sa‘d b. Abī-Waqqāṣ à la bataille d’al-Qādisiyya ; ils prirent
» part aux affaires du Chameau, de Ṣiffīn, de Ḫāniqīn, de Ǧalūlā,
» de Nihāwand. Leurs cavaliers réputés dans l’Islam sont Mālik
» b. al-Ḥāriṯ, al-Aštar an-Naḫa‘ī, Sa‘d b. Qays al-Hamdānī, ‘Urwa
» b. Zayd aṭ-Ṭa’ī, l’homme de la bataille du Daylam, et ‘Abd
» ar-Raḥmān b. Muḥammad b. al-Aš’aṯ al-Kindī ».

66— Abū Bakr : « C’est celui qui dépouilla al-Ḥusayn b. ‘Alī
» d’un tapis (qaṭīfa) et que les Kūfiens surnommèrent ‘Abd ar-
» Raḥmān Qaṭīfa ! Il eût mieux valu ne pas le mentionner ».

67— Abū l-‘Abbās rit des paroles d’Abū Bakr.

68— Ibn ‘Ayyāš : « Et c’est sous sa bannière que marchèrent les
» Kūfiens et les Baṣriens, ainsi qu’une troupe de gens de l’Irak.
» A Kūfa se trouve, de toutes les tribus arabes, sans exception,
» une tribu dont il n’existe à Baṣra qu’une seule famille : celle
» dont ‘Alī b. Abī Ṭālib a dit : “Si j’étais portier de la porte du
» Paradis, je dirais [173] à Hamdān : Entre en paix !” ».

69— Abū Bakr : « Parmi ceux que tu as nommés, y en a-t-il un
» seul qui n’ait combattu al-Ḥusayn b. ‘Alī et les gens de sa maison,
» qui ne les ait abandonnés, qui ne les ait pillés, qui n’ait fait passer
» les chevaux sur leurs poitrines ? ».

70— Ibn ‘Ayyāš : « Puisque tu passes de la glorification à l’énon-
» cé des sujets de honte, c’est vous qui avez tué son père ‘Alī b.
» Abī Ṭālib. Mais, pour les Kūfiens, il y en avait quarante d’entre
» eux avec al-Ḥusayn, le jour qu’il fut tué, sur un total de soixante-
» dix hommes ; tous périrent pour le défendre, chacun d’eux tuant
» son adversaire avant de succomber ».

  • 9 Textuellement : « coupèrent l’utérus et brisèrent la vessie » [H.M.].

71— Abū Bakr : « Les gens de Kūfa violèrent totalement leurs
» devoirs9 : ils écrivirent à al-Ḥusayn b. ‘Alī : “Nous sommes
» cent mille avec toi” ; ils l’abusèrent et, quand il se mit en route,
» allèrent l’attaquer et le tuer, ainsi que les gens de sa maison,
» petits et grands ; et ensuite, ils s’en furent réclamer vengeance !
» A-t-on jamais entendu chose pareille ? ».

72— Ibn ‘Ayyāš : « Et, parmi les gens de Kūfa, il y a Abū
» ‘Abd Allāh al-Ǧadalī qui vint aider les Hāšimites lorsque Ibn
» az-Zubayr les serrait de près ; Ibn al-Ḥanafiyya leur ayant
» demandé par lettre du secours, il se mit en route, à la tête d’un
» certain nombre de ceux qui étaient avec Ibn az-Zubayr, de sorte
» qu’Allah fit parvenir les Hāšimites où ils voulurent. Y avait-il
» donc, parmi eux, un homme de Baṣra ? ».

73Alors Abū l-‘Abbās se leva en disant : Kūfa, c’est le pays de
» la culture (adab), le beau côté de l’Irak, le lieu où se lèvent les
» nouvelles lunes ; c’est pour elle que l’on combat ; elle est le but
» suprême de celui qui cherche, la résidence des meilleurs parmi
» les Compagnons du Prophète et les hommes d’honneur. Quant
» aux Baṣriens, ce sont eux qui ressemblent le plus aux Kūfiens ».

74Puis il se leva.

Traditions relatives à la mosquée de Kūfa.

75Le Commandeur des Croyants [‘Αlī] a dit : « Quatre-vingt-dix
» prophètes et mille héritiers désignés (waṣī) ont prié dans cette
» maison (c’est-à-dire la mosquée de Kūfa) ; c’est là que le “Four
» bouillonna” (Coran, XI, 42, XXIII, 27), c’est de là que sortit
» l’arche [de Noé] ; on y voit la verge de Moïse, le sceau de Salo-
» mon, fils de David. La grâce sanctifiante qui en émane s’étend
» sur douze milles. Elle est une des quatre mosquées que l’on
» vénère. Y faire deux prosternations en priant [174] m’est plus
» cher qu’en faire dix dans une autre mosquée, hors la mosquée
» de La Mecque et celle du Prophète ».

76Layṯ b. Abī Sulaym a déclaré : « J’ai entendu dire que la
» prière canonique (maktūba) dans la mosquée de Kūfa vaut un
» pèlerinage et que la prière volontaire (taṭawwu‘) y vaut une
» ‘umra ».

77Zādān Farrūḫ a dit : « La mosquée de Kūfa a neuf arpents ».

78On a rapporté ces paroles d’Ibn ‘Uyayna : Abraham, passant à Qādisiyya, en vit la beauté ; il dit alors : « Tu as été
» sanctifiée et nommée al-Qādisiyya ».

79Le Commandeur des Croyants [‘Αlī], dit-on, déclara ce qui suit : « A Kūfa, il y a quatre terrains sacrés et sanctifiés sur lesquels se
» trouvent quatre mosquées ». — On lui dit : « Donne-nous leur nom,
» Commandeur des Croyants ! » — « La première est la mosquée de
» Ẓafir : c’est la mosquée d’as-Sahla dont les liens, qui s’enfoncent
» en terre, s’attachent à une hyacinthe verte telle qu’Allah n’envoya
» nul prophète dont l’image ne se trouve à la surface de cette pierre.
» La deuxième, c’est la mosquée de Ǧu‘fī : les jours et les nuits ne
» passeront pas sans qu’il en jaillisse une source. La troisième
» est la mosquée de Ġanī : les nuits et les jours ne passeront pas sans
» qu’il en jaillisse une source ; elle est entourée d’un jardinet. La
» quatrième est la mosquée d’al-Ḥamrā’ : elle est située sur l’empla-
» cement d’un verger ; les nuits et les jours ne passeront pas sans
» qu’il en jaillisse une source dont l’eau s’écoulera tout doucement
» tout autour d’elle ; elle renferme le tombeau de mon frère Jonas
» (Yūnus b. Mattā). La mosquée d’as-Sahla est, dit-on, la halte
» d’al-Ḫaḍir ; aucun affligé n’y vient sans y être consolé par Allah ».
« A la mosquée d’as-Sahla, nous donnons le nom de mosquée
» des villages (masǧid al-qurā) ».

80A Kūfa, coule l’Euphrate (al-Furāt), l’un des fleuves du Paradis. D’après une tradition, l’Euphrate et le Nil sont bons croyants, tandis que le Tigre (Diǧla) et le Barhūt sont impies.

81‘Abd al-Malik b. ‘Umayr a dit : « L’Euphrate est un des fleuves
» du Paradis ; n’était le dommage qu’il a subi, aucun malade ne s’y
» soignerait sans être guéri par Allah ; car à l’Euphrate est attaché
» un ange qui en éloigne les maladies ».

82Simāk b. Ḥarb a dit : [175] « Ayant mal aux yeux, je vis en
» songe Abraham qui me dit : “Viens-t’en à l’Euphrate et laisse
» couler son eau sur tes yeux”. Ce que je fis, et Allah me rendit la
» vue ».

***

83L’Euphrate prend sa source à Qālīqalā, contourne ces montagnes jusqu’à ce qu’il pénètre en terre des Rūm ; il passe à Kamḫ, à Malaṭya, à Ǧabultā et ses sources et finit par atteindre Samosate (Sumaysāṭ) ; il devient alors navigable. Ensuite il reçoit les petits cours d’eau : le nahr Sanǧa, le nahr Kaysūm, le nahr Dayṣān et le Balīḫ. Ensuite il atteint Raqqa, puis, se divisant, forme plusieurs cours d’eau, parmi lesquels le nahr Sūrā qui est le plus grand, le nahr al-Malik, le nahr Ṣarṣar, le nahr ‘Īsā, les deux Ṣarāt, le nahr al-Ḫandaq, le nahr Kūṯā, le Sūq Asad, le nahr al-Kūfa et le vieil Euphrate.

  • 10 C’est-à-dire ceux de Baṣra.

84Au dire d’al-Madā’inī, des Irakiens s’étant réunis chez Yazīd b. ‘Umar b. Hubayra, ce dernier demanda : « Lequel des deux
» pays produit les meilleurs fruits : Kūfa ou Baṣra ? ». — Ḫālid b. Ṣafwān répondit : « Nos fruits10 sont meilleurs, ô émir ! », et il en nomma quelques-uns.

85Alors ‘Abd ar-Raḥmān b. Bašīr al-’Iǧlī déclara [à l’émir] :
« Je ne doute nullement que tu ne choisisses, pour le calife, ce que tu
» lui envoies. — Assurément ! — Nous serons satisfaits, que tu
» juges en notre faveur ou contre nous. Quelles dattes fraîches lui
» enverras-tu donc ? — Des dattes mušān. — Il n’y en a pas à
» Baṣra. Quelles dattes sèches lui enverras-tu donc ? — Des nirsiyān.
» — Il n’y en a pas non plus à Baṣra. — Des hayrūn et azāḏ. — Il
» n’y en a pas non plus à Baṣra. Quelles dattes très sèches (qasb)
» lui enverras-tu donc ? — La variété qasb al-‘anbar. — [176] Il n’y
» en a pas non plus à Baṣra. Ne sais-tu donc pas que Kūfa est
» supérieure à Baṣra ? ».

AL-ḪAWARNAQ

86Parmi les édifices dont on parle, figurent al-Ablaq al-Fard et, au Yémen, Ġumdān : c’est un palais, l’une des constructions les plus étonnantes que firent les monarques ; nous en avons déjà parlé. Il y a aussi le qaṣr Nibāğ bāti par al-Aḫnas b. Šihāb, les deux pyramides d’Égypte, Alexandrie et son phare, Memphis (Manf), capitale des Pharaons, l’amphithéâtre d’Apamée (Fāmiya) dans [la province d’] Emèse (Ḥimṣ), Palmyre (Tadmur) en Syrie, le palais d’Anūširwān [à Ctésiphon], [la digue] de Ma’rib, Šabdīz, al-Ḫawarnaq aux environs de Kūfa.

87Al-Ḫawarnaq fut bâti par an-Nu‘mān b. Imri’ al-Qays, lui-même fils d’aš-Šaqīqa, fille d’Abū Rabī‘a ibn Ḏuhl b. Šaybān ; [surnommé] Fāris Ḥalīma, il régna 80 ans et, en 60 ans, fit bâtir al-Ḫawarnaq par un Grec nommé Sinimmār : celui-ci bâtissait durant deux ou trois ans, puis disparaissait cinq ans ; on le cherchait sans le trouver ; ensuite il revenait continuer la construction, si bien que 60 ans se passèrent ainsi jusqu’à l’achèvement d’al-Ḫawarnaq. Alors an-Nu‘mān, en ayant fait l’ascension sur sa monture, jeta les yeux sur la mer qui était en face de lui et sur la terre qui était derrière lui : il vit poisson, lézard, gazelle, volatile, autruche, palmier, cultures et s’écria : « Jamais je n’ai vu un
» pareil édifice ». Alors Sinimmār lui dit : « Je sais un endroit où
» il y a une brique cuite au feu : si elle disparaît, ce palais tout
» entier disparaîtra aussi ». — An-Nu‘mān lui répondit : « Un autre
» que toi en a-t-il connaissance ? — Non. — Certainement, je la
» mettrai dans la situation de n’être connue de personne ». Ensuite, An-Nu‘mān donna des ordres, et Sinimmār, précipité [177] du haut du palais, fut mis en morceaux. C’est alors que les Arabes en tirèrent le proverbe « accorder la rémunération de Sinimmār ». Et le poète a dit (ṭawīl) :

Qu’Allah lui inflige la pire rétribution ! Il m’a infligé la rétribution de Sinimmār, alors qu’il n’avait commis d’autre faute
Que de construire l’édifice durant 60 ans et de le surélever par briques et plomb.
Quand an-Nu‘mān vit l’édifice accompli en hauteur et devenu comme le mont superbe et inaccessible,
Et quand Sinimmār pensa qu’an-Nu‘mān était de très bonne intention et qu’il aurait de sa part affection et intimité,
Le roi dit : « Précipitez du haut du château ce barbare
» grossier ». Par Dieu ! c’est vraiment une affaire des plus étonnantes.

88An-Nu‘mān fit plusieurs campagnes en Syrie, multiplia les calamités pour les habitants de ce pays et les emmena en captivité. Il fut parmi les princes les plus malfaisants. Un jour, assis dans la grande salle d’al-Ḫawarnaq, il contempla de haut Nağaf ainsi que les vergers, les palmiers, les jardins et les cours d’eau qui l’avoisinent du côté de l’ouest, l’Euphrate du côté de l’est — al-Ḫawarnaq était situé au bord de l’Euphrate qui le contournait avec des détours comme un fossé — et fut charmé de cette vue de verdure, de clarté, de cours d’eau et de fleurs. « As-tu jamais vu pareil spectacle ?
» dit-il à son vizir. — Non ! si seulement il était durable ! — Qu’est-
» ce donc qui est durable ? — Ce qui se trouve auprès d’Allah,
» dans l’autre monde. — Comment donc l’obtient-on ? — En aban-
» donnant ce bas-monde, en adorant Allah et en recherchant ce
» qui est auprès de Lui ». Alors, la nuit même, an-Nu‘mān abandonna son pouvoir, revêtit un cilice et sortit en fugitif sans être reconnu. Au matin, les visiteurs, ignorant ce qui s’était passé, se présentèrent [178] à sa porte, mais, durant trois jours, on ne leur permit pas d’entrer. L’autorisation tardant à venir, ils s’enquirent de lui mais ne purent le découvrir. C’est à ce sujet que ‘Adī b. Zayd a dit (ḫafīf) :

Considère le seigneur du Ḫawarnaq lorsqu’il regardait d’en haut un jour : pour se bien conduire, il y a de quoi réfléchir.
Sa situation le réjouit, ainsi que ce qu’il possédait en abondance, et le fleuve qui coulait devant lui et le Sadīr.
Son cœur se tint sur ses gardes, et il dit : « Quelle est la joie pour un vivant qui va vers la mort ? ».
Les vivants sont comme des feuilles sèches dont les vents se jouent.

89Quant à as-Sadīr, il fut nommé ainsi parce que les Arabes, regardant vers le Sawād des palmiers, avaient la vue troublée (sadirat a‘yunuhum) ; ils dirent donc : « Ceci n’est que sadīr ».

90Au dire d’al-Kalbī, le premier qui construisit al-Ḫawarnaq fut Bahrām Ğur b. Yazdağird b. Sābūr Ḏū l-Aktāf. Et voici comment : Il ne restait à Yazdağird aucune progéniture, et Bahrām avait été lésé par un génie dans son enfance ; Yazdağird s’informa donc au sujet d’une résidence salubre et à l’abri des maladies. Les médecins lui dirent donc : « Bahrām ne guérira que si tu le fais
» sortir de ton territoire et l’envoies dans le pays des Arabes où
» on lui fera boire l’urine et le lait des chameaux ». Alors le roi envoya son fils à an-Nu‘mān et donna ordre de lui bâtir, comme habitation, al-Ḫawarnaq, afin qu’il y fût soigné. Ce qui fut fait, et il guérit. Aussi Bahrām respectait les Arabes et montait à chameau. Il figure parmi les effigies dessinées par les Perses sur leurs vases, leurs tapis et leurs coussins, toujours montant un chameau.

  • 11 On a suivi la leçon de (...)

91Au dire d’al-Hayṯam b. ‘Adī, personne ne [de]vint [gouverneur de]11 Kūfa sans faire quelque innovation dans ce palais (c’est-à-dire al-Ḫawarnaq). Aḍ-Daḥḥāk [b. Qays], après y être allé, y fit une construction et le restaura ; alors le cadi Šurayḥ s’étant présenté chez lui, il lui dit : « Abū Umayya, as-tu jamais vu
» plus bel édifice ? — Oui. — Tu mens ! Quel édifice as-tu vu plus
» beau ? — Le firmament. [179] — Si je t’interroge au sujet du
» ciel, je jure que tu invectiveras contre Abū Turāb. — Je ne le
» ferai pas. — Pourquoi ? — Parce que nous honorons les fractions
» de [la tribu de] Qurayš et parce que nous n’insultons pas ses
» morts. — Qu’Allah te récompense ! ».

92On a récité ces vers de ‘Ali b. Muḥammad al-‘Alawī (mağzū al-kāmil) :

Combien de fois t’es-tu arrêté pour contempler le Ḫawarnaq — station qu’on ne compare pas aux autres,
Entre as-Sadīr, l’étang et les monastères des évêques.
[Pour contempler] les sentiers suivis par les solitaires vêtus de haillons, craintifs ou craintives.
Ces ruines sont telles que leurs jardins semblent revêtus extérieurement de robes à dessins,
Que leurs étangs semblent les morceaux épars d’un Coran,
Que leurs branches s’agitent au vent d’orage,
Et que les dernières branches rejoignent les premières par les couleurs de leurs draperies.
Leurs hivers sont tempérés par le fleuve, mais leurs étés sont continentaux ;
Leurs sables sont comme perles, leurs alentours sont parfumés par elle.

Histoire des deux Ġarīs.

  • 12 Ce serait Hind bint Ma‘bad b. Naḍla [H.M.].

93A Kūfa se trouvent les deux Ġarīs, bâtis tous deux par al-Munḏir b. Imri’ al-Qays, nommé Ibn Mā’ as-Samā’. En voici la cause : il avait deux commensaux des Banū Asad, Ḫālid b. Naḍla et ‘Amr b. Mas’ūd. Ces deux hommes s’étant enivrés une nuit, infligèrent au roi quelque démenti ; alors ce dernier donna l’ordre de creuser deux fosses pour eux, à côté du puits situé hors de Kūfa ; ils y furent enterrés vivants. C’est à leur sujet que le poète12 dit (ṭawīl) :

Certes le messager est venu de bonne heure annoncer la mort des deux meilleurs Asadites : ‘Amr b. Mas’ūd et le sayyid impassible [Ḫālid b. Naḍia].

  • 13 C’est-à-dire : le malheur a passé les limites [H.M.].
  • 14 Proverbe qui fait allusion à l’habitude des Arabes d’entraver les chamelles des défunts, de les co (...)

94[180] Le roi ordonna de dresser, au-dessus d’eux, deux édicules semblables à des cellules de moines et il leur consacra deux jours par an : un jour néfaste et un jour faste. Au jour néfaste, le roi faisait immoler tous ceux qu’il rencontrait et enduisait de leur sang les deux édicules, qu’il s’agît d’un humain ou d’un animal ; c’est en ce jour néfaste que le poète ‘Abīd b. al-Abraṣ al-Asadī fut mis à mort, car il fut le premier sur lequel le roi jeta son regard ce jour-là. Ce dialogue s’était engagé : « L’immolation
» n’aurait-elle pas dû être pour un autre que toi, ‘Abīd ? — Les
» pieds d’un malheureux conduit par le destin l’ont amené à toi
» (phrase devenue proverbiale). — Le terme fatal a atteint son
» heure. Récite-moi quelque vers. — L’anxiété arrête la poésie et
» la sangle a passé au delà des pis13 (deux phrases devenues
» proverbiales). — Fais-moi donc entendre quelque chose. — Les
» trépas sont sur les housses »14 (phrase devenue proverbiale).

  • 15 C.-à-d. : celui qui ne se soucie point de toi, ne le mêle pas à tes affaires [H.M.].

95Alors un des compagnons du roi dit à ‘Abīd : « Récite-lui un
» vers ! que ta mère te perde ! — Que vaut la parole d’un homme
» condamné à mort ? », répondit ‘Abīd (phrase devenue proverbiale). Un autre lui dit : « Combien tu crains la mort ! ». — Et ‘Abīd de répondre : « Celui qui n’est pas avec toi, qu’il ne décampe
» pas avec toi »15 (phrase devenue proverbale) : « Tu m’ennuies !
» laisse-moi la paix ! ». — ‘Abīd répondit : « Qui est puissant
» domine son adversaire » (phrase devenue proverbiale). Alors le roi le tua.

96Voici pourquoi al-Munḏir abandonna ces deux jours : comme il se proposait d’immoler un homme de la tribu de Ṭayyi’, nommé Ḥanẓala, Šarīk b. ‘Amr b. Sarāḥīl Abu l-Ḥawfazān se porta garant du retour de Ḥanẓala si on le laissait aller d’abord dans sa famille et mettre ses affaires en ordre. L’année s’étant écoulée, Ḥanẓala ne revint pas. Aussi le roi voulut-il tuer Šarīk ; mais au moment où il mettait le sabre sur son cou, on vit paraître Ḥanẓala, frotté d’aromates et couvert d’un linceul. Ce que voyant, le roi, tout surpris de leur fidélité, les libéra [181] et abolit la coutume, en disant : « Je ne serai pas le plus vil des trois ».

97Le mot ġarī signifie « ce sur quoi le sang s’est desséché », en parlant d’une idole ou d’autre chose.

98Quand Ma‘n b. Zā’ida pénétra dans Kūfa, il vit les deux Ġarīs démolis. Alors il dit ces vers (basīṭ) :

Si une chose était stable et ne se défaisait pas au long du temps, les deux Ġarīs n’auraient pas cessé d’être.
Le temps, les jours les ont séparés ; toute amitié finit par rupture et séparation.

99A Kūfa se trouvait Ḥīra la Blanche : les rois y habitaient avant que Kūfa ne fût bâtie, parce que son climat était excellent et qu’elle valait mieux que les autres localités. Al-Ḥīra fut ainsi nommée parce que, quand Tubba‘ se rendit sur son emplacement, il se trompa de chemin et resta perplexe (taḥayyara) ainsi que ses compagnons : d’où le nom d’al-Ḥīra. Le premier des Arabes qui s’y établit fut Gadīma al-Abraš. On dit que le premier des rois de la ville fut plutôt Mālik b. Fahm b. Ġanm b. Daws, des Azd.

100Ibn ‘Uyayna dit avoir entendu Ibn Šubruma déclarer : « Un
» jour et une nuit passés à al-Ḥīra valent mieux que prendre des
» médicaments toute une année ».

101Ibn Kunāsa déclamait (ṭawīl) :

Elle a, si tu le savais ! des crépuscules et des nuits aussi doux que la bordure d’un burd (vêtement en étoffe rayé).

102Le premier des rois arabes contemporains des chefs de satrapies (mulūk aṭ-ṭawā’if) fut Mālik b. Fahm ; il résidait aux environs d’al-Anbār. Après sa mort, régna son frère Ğaḏīma al-Abraš ; il fut parmi les rois arabes les plus intelligents, de ceux qui entreprirent les incursions les plus lointaines, furent les plus malfaisants et les plus énergiques. Après lui, le pouvoir passa à son neveu ‘Amr b. ‘Adī, le premier d’entre les rois de l’Irak qui adopta al-Ḥīra comme résidence (il s’agit des rois nasrides, qui font remonter à lui leur généalogie). Ensuite Ardašīr b. Bābek devint le maître, à la tête des Perses.

103Le Sūq Yūsuf d’al-Ḥīra doit son nom, dit-on, à Yūsuf b. ‘Umar b. Muḥammad b. al-Ḥakam b. ‘Aqīl aṯ-Ṯaqafï, cousin d’al-Ḥağğāğ b. Yūsuf. Quant au Ḥammām [182] A‘yan, il porte le nom d’A‘yan, affranchi de Sa‘d b. Abī Waqqāṣ.

104Šahār Sūğ (c’est-à-dire quatre arcades : čahar ṭāq) de Bağla à Kūfa tire son nom de la tribu des Bağla, descendants de Mālik b. Ṯa‘laba : Bağla est leur mère, mais c’est elle qui l’emporta dans leur généalogie et ils lui furent rattachés. Cependant, on se trompa et l’on dit : Bağīla.

105Le cimetière de ‘Arzam tire son nom d’un homme qui y fabriquait des briques de terre ; ces briques séchées au soleil étaient de mauvaise qualité, contenant des [débris de] roseau et des lambeaux d’étoffe ; parfois elles étaient atteintes par une langue de feu, et les murs brûlaient.

106Zurāra tire son nom de Zurāra b. Yazīd b. ‘Amr b. ‘Udas des Banū 1-Bakkā’ dont c’était la résidence ; elle fut prise par Mu‘āwiya b. Abī Sufyān. Le Dār Ḥukaym de Kūfa, chez les fabricants de tapis, doit son nom à Ḥukaym b. Sa‘d b. Ṯawr al-Bakkā’ī. Le Qaṣr Muqātil tire le sien de Muqātil b. Ḥassān b. Ṯa‘laba. La Sawwāriyya de Kūfa est ainsi appelée d’après Sawwār b. Zayd al-‘Ibādī, le poète. La Qaryat Abī Ṣalāba, qui est située sur l’Euphrate, doit son nom à Ṣalāba b. Mālik b. Ṭāriq al-‘Abdā. Aqsās Mālik doit le sien à Mālik b. Qays. Dayr al-A‘war, à un Iyādite des Banū Umayya b. Ḥuḏāqa. Dayr Qurra, à Qurra, un membre des Banū Umayya b. Ḥuḏāqa à qui est également rattaché Dayr as-Sawā’ (sawā’ signifie égalité, justice). Dayr al-Ğamāğim est un monastère des Iyādites. Il fut le théâtre d’un combat entre deux de leurs tribus : les Banū Bahrā’ b. al-Ḥāf b. Quḏā’a et les Banū 1-Qayn b. [183] Ğisr b. Šay’ Allāh b. Wabara, au cours duquel il y eut des tués. L’affaire terminée, les combattants enterrèrent leurs morts auprès du couvent. Plus tard, lorsqu’on y pratiqua des excavations par suite de certains besoins, on trouva des crânes (ğamāğim) qu’on retira, et le couvent fut nommé Dayr al-Ğamāğim. On a dit aussi que le Dayr Ka‘b appartenait également aux Iyādites. Dayr Hind est le couvent de la mère de ‘Amr b. Hind. Dār-Qumām tire son nom de Qumām, fille d’al-Ḥāriṭ b. Hāni’ al-Kindī. Il avoisine Dār al-Aš‘aṯ b. Qays.

107La Bī‘at ‘Adī doit son nom aux Banū ‘Adī b. aḏ-Ḏumayl, des Laḫm. Ṭīzanābāḏ (appelée aussi Ḍayzanābāḏ) devait le sien à Ḍayzan b. Mu’āwiya b. al-‘Ubayd as-Salīḥī. La mosquée de Simāk, à Kūfa, est ainsi appelée d’après Simāk b. Maḫrama b. Ḥumayn al-Asadī.

108A Kūfa, se trouve la maḥalla (quartier) des Banū Šayṭān, qui tire son nom de Šayṭān b. Zuhayr, de la tribu de Zayd Manāt b. Tamīm. Le moulin de ‘Umāra tire le sien de ‘Umāra b. ‘Uqba b. Abī Mu‘ayt. La Ğabbānat Sālim, de Sālim b. ‘Ammār, des Bakr b. Hawāzin. La Ṣaḥrā’ (plaine) d’al-Bardaḫt, du poète al-Bardaḫt aḍ-Ḍabbī. La mosquée des Banū ‘Anz, des Banū ‘Anz b. Wā‘il b. Qāsiṭ. [Parmi ces mosquées, se trouve] la mosquée des Banū Ğaḏīma.

109Qaṣr al-‘Adasiyyīn, du côté d’al-Ḥīra, appartient aux Banū ‘Ammār b. ‘Abd al-Masīh qui ont été rattachés à leur aïeule ‘Adasa bint Mālik b. ‘Awf al-Kalbī.

110L’actuelle Sikkat al-Barīd, à Kūfa, fut autrefois un temple appartenant à la mère de Ḫālid b. ‘Abd Allāh al-Qasrī. Le nahr al-Ğāmi‘, creusé par Ḫālid, et le Qaṣr Ḫālid sont connus à Kūfa. Le Sūq Asad tire son nom du frère de Ḫālid, Asad b. ‘Abd Allāh al-Qaṣrī.

111Le pont de Kūfa fut construit par ‘Umar b. Hubayra et restauré par Ḫālid b. ‘Abd Allāh al-Qaṣrī. Le château de Yazīd b. ‘Umar b. Hubayra se trouve à proximité du pont de Sūrā.

112Al-Madīna al-Hāšimiyya fut bâtie par Abū [184] l-‘Abbās à côté de Kūfa ; il s’y était installé, puis, ayant choisi comme résidence al-Anbūr, il y bâtit la ville qui porte son nom. Lorsque al-Manṣūr devint calife, il s’installa à al-Hāšimiyya, près de Kūfa, en termina la construction et l’agrandit. Ensuite il la quitta pour Bagdad. Il bâtit alors Madīnat al-Manṣūr, fit de Bagdad un miṣr et lui donna le nom de Madīnat as-Salām. Al-Manṣūr bâtit ar-Ruṣāfa à Kūfa et donna des ordres à son affranchi Abū l-Ḫaṣīb Marzūq, qui construisit pour lui le château connu sous le nom d’Abū l-Ḫaṣīb, sur d’anciennes fondations ; on dit qu’au contraire Abū l-Ḫaṣīb le bâtit pour lui-même.

113Quant au Ḫawarnaq, la construction en fut terminée par an-Nu‘mān pour Bahrām Ğūr.

114La Ğabbānat Maymūn tire son nom de Maymūn, affranchi de Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh, qui est le père de Bišr b. Maymūn, l’homme des Ṭāqāt (arcades) de Bagdad, près de Bāb aš-Šām.

115La Ṣaḥrā’ d’Umm-Salama doit son nom à Umm-Salama, fille de Ya‘qūb b. Salama b. ‘Abd Allāh, et épouse du Commandeur des Croyants Abū l-‘Abbās.

Traditions contre Kūfa16.

  • 16 Cette section se trouve au début du ms. de Mašliad, mais sous une forme généralement plus développ (...)

116Entre autres choses, il y a que ses habitants trahirent le Commandeur des Croyants [‘Alī], ainsi qu’al-Ḥasan et al-Ḥusayn. D’autre part, ils [les Kūfiens] se plaignirent de leurs gouverneurs : de Sa‘d Abī Waqqāṣ, qui les maudit en ces termes : « Allah fasse
» qu’aucun gouverneur ne les contente et qu’ils n’en contentent
» aucun ! ». Ils se plaignirent de ‘Ammār b. Yāsir en disant qu’il était sans esprit ; d’al-Muğīra b. Šu‘ba, d’al-Walīd b. ‘Uqba, de Sa‘īd b. al-‘Āṣ qu’ils expulsèrent de Kūfa ; ils abusèrent Zayd b. ‘Alī, trahirent Muslim b. ‘Aqīl et accueillirent al-Muḫtār b. Abī ‘Ubayd.

117‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb a dit : « Les gens de Kūfa m’embarrassent : aucun émir ne les contente et ils ne contentent aucun émir ».

118Un groupe de Kūfiens dit à al-Walīd b. ‘Uqba, lorsqu’il fut démis [185] de ses fonctions : « Qu’Allah te récompense, Abū
» Wahb ! Nous ne pensons pas trouver après toi meilleur que toi ». — Il répondit : « Quant à moi, louange à Allah ! je ne pense pas
» trouver après vous pire que vous : votre haine, c’est perdition ;
» votre amour, c’est passion ».

119An-Nağāšī a dit (basīṭ) :

Lorsque Allah abreuve une terre avec [l’eau d’] un nuage matinal, qu’il n’accorde pas la pluie aux gens de Kūfa
Qui délaissent leurs femmes lorsqu’elles sont en état de pureté et s’unissent aux vaches sur les deux rives du Tigre ;
Qui volent tant que la nuit est obscure, et étudient le Coran lorsque c’est le matin !
Qu’Allah jette, parmi eux, l’intimité et la haine tenace, afin qu’ils soient une proie pour quiconque est leur ennemi.

120Il a dit aussi (ramal) :

Qu’Allah les maudisse et ne leur pardonne pas, les habitants de Kūfa issus des deux tribus de Muḍar !
Et les Yéménites ! Qu’il ne s’occupe pas d’eux ! Car ils comptent parmi les pires de ceux qui sont sur terre.
Ils me fouettèrent puis dirent : « C’est la destinée ». Qu’Allah fixe, pour eux, le plus mauvais des destins !

121Plus d’un17 habitant de Kūfa prétendit à la prophétie, entre autres al-Muḫtār b. Abī ‘Ubayd qui écrivit à al-Aḥnaf b. Qays :
« Il m’est revenu que vous me traitez de menteur ; or18 les pro-
» phètes qui m’ont précédé furent traités de même, et je ne suis pas
» meilleur que beaucoup19 d’entre eux ». Un autre fut Abū Manṣūr al-Ḫannāq qui s’était donné sept prophètes pris parmi les Qurayšites et sept prophètes pris parmi les Banû ‘Iğl. Il y eut aussi Rāšid al-Hağarī, et Hind20 al-Affāka.

122Au dire de Muğāhid, lorsque Allah fit des révélations à la terre, à l’époque de Noé, en disant (Coran, XI, 46) : « Ô terre, absorbe
» ton eau, etc. », la terre de Kūfa21 absorba la dernière et fut celle qui résista le plus. De là vient que les autres terres sont labourées avec deux bœufs ou deux ânes, tandis que celle de Kūfa est labourée avec six.

  • 22 M. :

123Au dire d’Umm al-‘Alā’22, [les gens de Kūfa] passant, au Sūq Kinda, près de Zayd b. ‘Alī monté [186] à l’envers sur un âne, l’abordèrent en pleurant. Il se tourna vers eux et dit : « Ô vous,
» les plus mauvaises des créatures d’Allah ! Vous m’avez livré à la
» mort, puis vous êtes venus me trouver en pleurant ».

  • 23 Il s’agit d’al-Haggâg [H.M.]. M. ajoute (...)

124Le Commandeur des Croyants [‘Alī] dit aux Kūfiens : « Ô
» Allah ! chaque fois que je les ai conseillés, ils m’ont trompé ;
» chaque fois que je me suis fié à eux, ils m’ont trahi. Donne-leur
» donc pour maître le jeune homme de Ṯaqīf, à la fière démarche,
» le partial, qui mangera sa verdure et qui en administrera les
» habitants à la manière de la Ğāhiliyya »23.

  • 24 M. :

125Lorsque Muṣ’ab b. az-Zubayr eut été tué, [son épouse] Sukayna, fille d’al-Ḥusayn b. ‘Alī, quitta Kūfa. Alors les habitants lui dirent : « Ô [petite-] fille de l’Envoyé d’Allah ! Qu’Allah te
» fasse bien accompagner ! ». — Elle répondit : « Ô gens de Kūfa !
» Qu’Allah ne vous fasse pas bien accompagner ! Vous avez tué
» mon aïeul ‘Alī, mon oncle al-Ḥasan dont la blessure infectée
» entraîna la mort ; vous avez tué mon père al-Ḥusayn ; vous avez
» tué Muṣ’ab24. Par Allah ! petite, vous m’avez rendue orpheline ;
» grande, vous m’avez rendue veuve. Donc, qu’Allah ne vous fasse
» pas bénéficier du califat et n’écarte pas de vous le mal ! ».

  • 25 La lacune signalée par De Goeje ne peut être comblée par M. où l’on lit :
  • 26 M. : (...)
  • 27 J’adopte la leçon de M. : (...)
  • 28 M. : (...)
  • 29 Cf. supra, p. 92 de la trad.
  • 30 J’adopte la leçon de M. : (...)
  • 31 Lire (...)

126On a rapporté, d’après ‘Amr b. Aws, le récit suivant : Lorsque ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb avança […]25, il entendit parler de la fertilité de Kūfa ; on lui dit : « Que penses-tu d’[un pays où] le lézard et le
» poisson [peuvent être] groupés26 sur une broche ? ». — Il répondit : « Cela veut dire que vous décrivez élogieusement une terre
» à la fois continentale et maritime ». Cela27 lui plut, et il déclara :
« Je crois bien que j’irai chez eux et que je leur ordonnerai de faire
» le bien ». Alors Ka‘b al-Aḥbār lui écrivit : « Commandeur des
» Croyants, ne te hâte pas. Car il m’est revenu qu’il y a, à Kūfa,
» la maladie incurable et les neuf dixièmes des maux. J’ai entendu
» dire que, quand toute chose était douée de parole28, huit choses
» se trouvèrent réunies dans une vallée29 : foi, pudeur, émigration,
» mort, richesse, piété30, misère, santé. Elles se dirent alors les
» unes aux autres : “Venez ! nous nous disperserons sur la terre”. Et
» elles se dispersèrent à travers les pays. Alors la foi déclara : “Je
» m’en vais au Yémen”. Et la pudeur : “Je vais avec toi”. L’émi-
» gration dit31 : “Je m’en vais en Syrie”. Et la mort : “Je vais avec
» toi”. La richesse : “Je m’en vais en Iraq, car c’est une terre spa-
» cieuse”. Et la piété : “Je vais avec toi”. La santé : “Vous ne
» m’avez laissé [187] aucun pays et les avez tous pris ; je m’en irai
» donc au désert”. Et la misère : “J’irai donc avec toi” ».

127As-Sadīr s’étend du nahr al-Ḥīra à Nağaf et à Kaskar, du même côté. Les sources d’aṭ-Ṭaff dépendent de Kūfa : telles ‘Ayn aṣ-Ṣayd, al-Quṭquṭāna, ar-Ruhayma, ‘Ayn Ğamal ; les terres de ces sources sont terres de dîme. A Kūfa se trouve ‘Ayn ar-Raḥba ; et, à une parasange de Hīt, ‘Uyūn al-‘Irq.

AL-BAṢRA32

  • 32 Dans M., le chapitre sur Baṣra, qui suit le précédent, est plus développé.
  • 33 M. : …

128Baṣra33 fut ainsi nommée parce qu’il s’y trouvait une pierre tendre ; baṣra signifie en effet : « pierre tendre tirant sur le blanc » ; lorsqu’on retranche le hā’ [final], on dit biṣr avec kasra sous le bā’ ; et l’on dit, pour l’adjectif relatif de Baṣra : biṣrī et baṣrī.

129Entre Baṣra et le Tigre, 4 parasanges ; à Baṣra, se trouve un canal où l’eau coule vers un fourré de roseaux.

130Baṣra fut conquise par ‘Utba b. Ġazwān qui commandait à 40 hommes, parmi lesquels34 Nāfī’ b. al-Ḥāriṯ b. Kalada, Abū Bakra et Ziyād, son frère utérin. Il y avait des gardes (dayādiba) dans le fourré de roseaux de Baṣra ; lorsqu’ils les virent, ils s’enfuirent et laissèrent, dans le fourré, deux corbeilles contenant l’une des dattes, l’autre du riz non décortiqué. Lorsque ‘Utba et ses compagnons arrivèrent, ils jetèrent les yeux sur les deux corbeilles, et ‘Utba dit : « Mangez les dattes et laissez le reste, car c’est un
» poison préparé pour vous par l’ennemi ; ne vous en approchez
» pas ». Nous retirâmes donc les dattes de la corbeille et en mangeâmes. Sur ces entrefaites, nous vîmes un cheval qui avait rompu ses entraves et qui, s’approchant de ce riz, en mangea. Nous nous précipitâmes vers lui, avec nos coutelas, pour l’égorger, de peur35 qu’il ne mourût [empoisonné]. Le propriétaire du cheval s’écria :
« Laissez-le tranquille ! je le veillerai toute la nuit ; si je sens36
» qu’il va mourir, je l’égorgerai ». Or, lorsque [188] le matin arriva, le cheval rendait ses excréments et n’avait aucun mal. Alors mon frère37 déclara : « J’ai entendu mon père dire que le poison,
» lorsqu’on le fait cuire, ne fait pas de mal ». Je pris38 donc le reste du riz, le fis cuire et me mis à attiser le feu par dessous ; il se trouva débarrassé de ses petites graines rouges et ne cessa pas de cuire jusqu’à ce qu’il fût séparé de son écorce. Nous le versâmes alors dans un plat ; et ‘Utba déclara : « Dites le nom d’Allah sur ce riz ;
» et mangez ! ». Ils en mangèrent donc et c’était le meilleur des mets.

131Ils s’en allèrent alors à Ubulla, s’en emparèrent et firent du butin. Les gens entendirent parler de cette conquête, et des Bédouins des Banū Tamīm se présentèrent.

132Le premier qui naquit à Baṣra fut ‘Abd ar-Raḥmān b. Abī Bakra.

133Ensuite, ‘Utba alla trouva ‘Umar et lui fit part de ses conquêtes. ‘Umar envoya, à sa place, al-Muġīra b. Šu‘ba, qu’il remplaça ensuite par Abū Mūsā al-Aš’arī.

134Le premier qui dressa le plan de Baṣra fut ‘Utba b. Ġazwān, sous le califat de ‘Umar ; Baṣra était alors nommée « terre d’al-Hind » (arḍ al-Hind).

135‘Umar avait écrit à Sa‘d b. Abī Waqqāṣ : « Installe ta tente à
» Kūfa, et envoie ‘Utba b. Ġazwān vers la terre d’al-Hind, car il
» occupe une grande place dans l’Islam et il a pris part à [la bataille
» de] Badr ». ‘Utba partit à la tête de 800 hommes et campa à Baṣra, en 16 ; il en fit un miṣr, bâtit de roseaux sa mosquée, construisit l’hôtel de l’émirat près de la mosquée, sur une place dite Rahbat Banī Hāšim et appelée alors ad-Dahnā’ (désert). L’hôtel contenait le dīwān, la prison et le bain des émirs. Puis, lorsque Abū Mūsā devint gouverneur, il enleva les roseaux et bâtit la mosquée de brique crue, de même que l’hôtel de l’émirat. Ziyād bâtit ensuite la mosquée en brique cuite et plâtre, avec une toiture de teck.

136Au dire d’al-Wāqidī, la construction de Baṣra fut commencée en l’an 17 de l’hégire, six mois avant Kūfa ; celle de Kūfa fut commencée en 18. Abu Bakra fut le premier qui planta des palmiers à Baṣra.

137Au dire de Hišām b. al-Kalbī, la première maison bâtie à Baṣra fut celle de Nāfi‘ b. al-Ḥāriṯ, puis celle de Ma‘qil b. Yasār al-Muzanī. Le premier bain [189] organisé à Baṣra fut celui de ‘Abd Allāh b. ‘Uṯmān b. Abī l-‘Āṣ, à l’endroit où se trouve le verger de Sufyān b. Mu‘āwiya, à al-Ḫurayba ; le deuxième fut celui de Fīl, affranchi de Ziyād ; le troisième, celui de Muslim b. Abī Bakra ; le quatrième, le ḥammām Minğāb, qui doit son nom à Minğāb b. Rāšid aḍ-Ḍabbī et dont le poète a dit (basīṭ) :

Que de fois une femme dit, un jour, lorsqu’elle est très fatiguée : « Quel chemin mène au bain de Minğāb ? ».

138Le Qaṣr Anas, à Baṣra, porte le nom d’Anas b. Mālik, serviteur de l’Envoyé d’Allah.

139Al-Aḥnaf b. Qays alla trouver ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb et lui dit :
« Commandeur des Croyants, les clefs du bien sont dans la main
» d’Allah. Nos frères, parmi les gens des anṣār, se sont installés
» dans les résidences des peuples du temps passé, parmi les eaux
» douces et les vergers touffus. Quant à nous, nous nous sommes
» installés sur un sol perméable et stérile dont la terre humide ne
» sèche pas, dont le pâturage ne croît pas ; ses abords sont, du côté
» de l’orient, la mer salée et, du côté de l’occident, le désert. Nous
» n’avons donc ni culture ni mamelle (bestiaux) ; nos ressources
» et nos approvisionnements remplissent tout juste l’œsophage
» d’une autruche ; l’homme faible s’en va puiser de l’eau douce à
» deux parasanges ; la femme s’en va ligoter sa progéniture, comme
» on ligote la chèvre, car elle redoute qu’elle soit attaquée par
» l’ennemi ou dévorée par les fauves. Si donc tu n’élèves pas notre
» bassesse, si tu ne remédies pas à notre dénûment, nous serons
» semblables à des gens qui ont péri ». Alors ‘Umar ajouta les enfants de Baṣra sur les rôles de la solde et écrivit en faveur des Baṣriens à Abū Mūsā, lui ordonnant de creuser, pour eux, un canal.

140Voici ce qui fut raconté par un groupe des gens de Baṣra : Le Tigre « borgne » (Diğla al-‘Awrā’), qui est le Tigre de Baṣra, possède un ḥawr ; le ḥawr, c’est un chemin pour l’eau, un chemin qui n’a pas été creusé et dans lequel coulent, vers Baṣra, les eaux pluviales ; les eaux y remontent au moment du flux, puis se retirent au moment du reflux ; sa longueur avait la valeur d’une parasange. Le nahr al-Iğğāna fut creusé par Abū Mūsā, qui le poussa jusqu’à trois parasanges, si bien qu’il atteignit Baṣra. [190] Le nahr al-Ubulla était long de quatre parasanges ; par la suite, il se trouva comblé de Baṣra à Baṯq al-Ḥīrī, à environ une parasange de Baṣra. Puis, lorsque Ibn ‘Āmir se rendit au Khorassan, Ziyād mit en usage le nahr Abī Mūsā ; à son retour, Ibn ‘Āmir se fācha contre lui, et il y eut de l’éloignement entre eux deux ; il dit : « Vraiment,
» tu as voulu t’approprier la gloire du nahr à mon détriment ».

141A l’époque de Ḫālid b. ‘Abd Allāh, Baṣra avait deux parasanges en long et en large.

***

142On s’entretint de Baṣra et de Kūfa chez Ziyād. Celui-ci déclara : « Si Baṣra se perdait, je donnerais Kūfa à qui m’indiquerait
» où elle se trouve ».

143Ibn Sīrīn a dit : On disait chez nous : « Qu’Allah s’irrite
» contre toi comme le Commandeur des Croyants s’irrita contre
» al-Muġīra, le destituant de Baṣra pour lui donner le gouverne-
» ment de Kūfa ».

144Abū Bakr al-Huḏalī a dit : « Nous avons plus que vous du teck,
» de l’ivoire, du brocart, des cours d’eau bruyants et des revenus
» fonciers ».

145On a récité ces vers d’Ibn Abī ‘Uyayna sur Baṣra (munsariḥ) :

Ô jardin supérieur à tous les jardins ! Jardin qu’aucune valeur ni aucun prix n’égale !
Je m’habituai à lui et le choisis comme séjour ; vraiment mon cœur est une demeure pour sa beauté.

146A Baṣra, dit-on, se trouvent quatre familles qui n’ont pas leurs pareilles à Kūfa : celle des Banū l-Muhallab, celle des Banū Muslim b. ‘Amr al-Bāhilī chez les Qays, celle des Banū Misma’ chez les Bakr b. Wā’il, celle des Āl al-Ğārūd chez les ‘Abd al-Qays.

147Un jeune homme de Médine entra à Baṣra. Lorsqu’il s’en alla, on lui demanda : « Que penses-tu de Baṣra ? — C’est le meil-
» leur des pays d’Allah pour l’affamé, pour l’étranger et pour
» l’indigent : l’affamé y mange du pain, de riz, du poisson salé et ne
» dépense mensuellement que deux dirhems ; l’étranger s’y marie
» moyennant un demi-dirhem ; quant à l’indigent, il n’y connaît
» pas la gêne tant qu’il fait aisément ses besoins ».

148A Baṣra, dit-on, il y a six hommes dont on ne trouve pas les égaux à Kūfa : al-Ḥasan al-Baṣrī, al-Aḥnaf, Ṭalḥa b. ‘Abd Allāh, Ibn Sīrīn, Mālik b. Dīnār et al-Ḫalīl b. Aḥmad.

149[191] A Baṣra, Ziyād construisit le Dār ar-Rizq, creusa le nahr al-Ubulla et le nahr Ma‘qil, construisit son hôtel, ainsi qu’al-Bayḍā’ et al-Hamrā’ qui ne prirent pas son nom ; il construisit une grande rue et y logea 4 000 archers de Bokhara : d’où son nom de Sikkat al-Buhāriyya. Il construisit sept mosquées dont aucune ne prit son nom, parmi lesquelles le masğid al-Asāwira, le masğid Banī ‘Adī, le masğid Banī Muğāsi‘, le masğid Ğuddān ; toute mosquée de Baṣra qui était entourée d’un vaste espace circulaire était une construction de Ziyād. Tout ce qu’il y construisit ou y pratiqua fut attribué à un autre que lui : ainsi la digue de Mus’ab, le canal de ‘Adī, le canal de Bulbul, la porte d’al-Iṣfahānī, le fossé de Muṭī’, le château d’Ibn ‘Ammār, le bain de Siyāh, le bain de Fīl, le bain de Minğāb, le château d’Aws, la porte de ‘Uṯmān, le cimetière de Ḥiṣn, le cimetière des Banū Šaybān, le canal de Murra, le canal de Baššār.

150‘Ubayd Allāh b. Ziyād construisit à Baṣra son hôtel, avec une porte donnant sur la rue qui aboutissait à la sikkat Isṭifānūs, et une autre porte donnant sur la rue connue sous le nom de Sikkat al-Buḫāriyya.

151Baṣra possède de nombreux hôtels qui appartiennent aux mawālï ; ils reçurent les noms de Dīnārzāḏ et Dīnārbandah ; il y a aussi le Dār ‘Iğlān, le Dār al-Qaṭan, le nahr Wālis et le nahr Šayṭān.

152Un dihqān, entré à Baṣra, y vit ce qui s’y trouvait réuni ; il s’écria alors : « Qu’Allah te maudisse ! Car, par Allah ! tu n’es pas
» devenue ce que tu es sans avoir dévasté bien des pays ! ».

  • 39 Phrase déjà citée p. 164 (ar.).

153Ibn al-Ahtam al-Baṣrī a dit : « A Baṣra, tout ce qui vient y
» vient facilement et purement, et il n’en sort que meneurs, [cor-
» beaux] qui croassent et chefs de guerre »39.

154Les gens qui vont le plus loin pour chercher à gagner de l’argent sont, dit-on, les gens de Baṣra et du Ḫūzistān ; quiconque pénètre dans l’Extrême-Fargāna et dans l’Extrême-Sūs y verra inévitablement des gens de Baṣra, du Ḫūzistān ou d’al-Ḥīra.

155On offrit à l’Envoyé d’Allah un plat de dattes ; il se mit à manger celles qui étaient d’espèce barnī et garīta’ ; puis il dit : « Allah !
» Tu sais que je les aime toutes deux ; fais-les donc croître dans les
» pays que Tu préfères et établis, pour elles deux, un signe clair ». [192] Et al-Ḥasan déclare : « Par Allah ! je ne connais pas de pays
» où elles soient plus abondantes qu’à Baṣra ; Allah tout-puissant
» y a établi, comme signe clair, le flux et le reflux ».

156‘Alī b. Muḥammad al-Madā’inī raconte ceci : Ḫālid b. Ṣafwān, venu auprès de ‘Abd al-Malik b. Marwān, rencontra chez lui les députations de toutes les métropoles (amṣār). Maslama avait préparé pour elles des logements de luxe (maṣāni‘) ; il demanda donc à ‘Abd al-Malik de leur permettre d’aller avec lui voir ces logements, et l’autorisation fut accordée. Lorsqu’ils y jetèrent les yeux, Maslama, s’adressant aux députés mecquois, leur dit : « Gens
» de La Mecque, en avez-vous de pareils ? — Non ; mais il y a,
» chez nous, le temple d’Allah qui sert de qibla ». Ensuite, Maslama
» demanda aux députés de Médine : « Y a-t-il, chez vous, quelque
» chose de semblable ? — Non, mais il y a, chez nous, le tombeau
» du Prophète envoyé par Allah ». Ensuite, Maslama, s’adressant aux députés de Kūfa, demanda : « En avez-vous de pareils ? —
» Non ; mais c’est chez nous qu’on psalmodie l’auguste Coran ». Ensuite, Maslama, se retournant vers les députés de Baṣra demanda : « Y a-t-il, chez vous, quelque chose de semblable ? ». — Alors Ḫālid b. Ṣafwān, prenant la parole, répondit : « Qu’Allah fasse
» prospérer le prince ! Ces gens ont déclaré ce qu’ils pouvaient au
» sujet de leurs pays ; et, s’il y avait, chez toi, quelqu’un qui connût
» leurs pays, il pourrait répondre à leur place. — Y a-t-il donc, en
» ton pays, autre chose que ce qu’ils ont dit ? — Oui ; et je vais
» te décrire notre pays. — Vas-y. — Deux chasseurs d’entre nous
» partent de grand matin : l’un apporte l’alose (šabbūṭ) et le šim,
» l’autre apporte les oiseaux et l’autruche mâle ; nous sommes les
» gens qui possèdent le plus d’ivoire, de bois de teck, de ḫazz (étoffe),
» de brocart, de montures au pas doux et rapide, de vierges aux
» regards obliques ; nos maisons sont d’or et notre fleuve est une
» merveille ».

157La fin de ce récit est contenue dans le chapitre relatif à la lutte de gloire entre les Syriens et les Baṣriens et à la supériorité du cep de vigne sur le palmier.

Notes

1 Il faut sans doute lire Image.

2 On a adopté la leçon de Yāqūt Image au lieu de Image [H.M.].

3 Le texte dit Image mais il ne s’agit pas du Prophète [H.M.].

4 Texte Image qui ne paraît pas convenir.

5 On a adopté la leçon de Yāqūt, IV, 325 = Image au lieu de Image.
Dans le Bayān, II, 93, ces propos, sous une forme parfois différente, sont attribués à Aḥnaf b. Qays.

6 Cf. supra, p. 191 (ar.).

7 Le terme Image qui a été traduit par « accueillante » ne saurait être admis. Au demeurant, le même discours d’al-Aḥnaf est reproduit p. 189 (ar.) avec Image « sèche et improductive ».

8 Après l’interruption, il conviendrait de rajouter au moins Image.

9 Textuellement : « coupèrent l’utérus et brisèrent la vessie » [H.M.].

10 C’est-à-dire ceux de Baṣra.

11 On a suivi la leçon de Image[H.M.].

12 Ce serait Hind bint Ma‘bad b. Naḍla [H.M.].

13 C’est-à-dire : le malheur a passé les limites [H.M.].

14 Proverbe qui fait allusion à l’habitude des Arabes d’entraver les chamelles des défunts, de les couvrir d’une housse et de les laisser mourir de faim (v. EI2, s.v. Baliyya). La forme habituelle du proverbe estImage. Le sens général en est : personne ne peut échapper à son destin.

15 C.-à-d. : celui qui ne se soucie point de toi, ne le mêle pas à tes affaires [H.M.].

16 Cette section se trouve au début du ms. de Mašliad, mais sous une forme généralement plus développée. Le tirage dont je dispose est difficilement lisible et je me bornerai à indiquer quelques variantes.

17 M. : Image au lieu de : Image

18 M. aj. Image

19 M. : Image au lieu de : Image

20 Je lis Image avec M.

21 Lire Image comme M.

22 M. : Image

23 Il s’agit d’al-Haggâg [H.M.]. M. ajoute Image après Image ; ensuite Image au lieu de Image

24 M. : Image

25 La lacune signalée par De Goeje ne peut être comblée par M. où l’on lit : Image

26 M. : Image au lieu de Image

27 J’adopte la leçon de M. : Image au lieu de Image puisqu’il n’avait pas vu « le lieu ».

28 M. : Image au lieu de : Image

29 Cf. supra, p. 92 de la trad.

30 J’adopte la leçon de M. : Image au lieu de Image

31 Lire Image comme M.

32 Dans M., le chapitre sur Baṣra, qui suit le précédent, est plus développé.

33 M. : … Image

34 M. : Image au lieu de : Image

35 M. : Image « avant », au lieu de : Image

36 M. : Image au lieu de : Image

37 M. :Image. Ici intervient l’épouse de ‘Utba, qui avait demandé à le suivre ; elle était la soeur du narrateur, Nāfi‘ b. al-Ḥāriṯ, et c’est elle qui, dans M., prend le riz, le fait cuire, etc.

38 M. : Image

39 Phrase déjà citée p. 164 (ar.).

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter