Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Éloge et blâme de la construction1

Texte intégral

ÉLOGE

  • 1 Ce chapitre et le suivant se trouvent dans le ms. de Mašhad [M.] (avec des compléments dont on ne (...)
  • 2 On a suivi M. (...)
  • 3 M. (...)
  • 4 Un ms. et M. donnent (...)

1Toute ville orientée vers le levant se trouve mieux équilibrée et moins sujette aux maladies, car le soleil purifie les eaux qui y coulent. Quant aux villes orientées vers le couchant, leurs habitants sont fréquemment malades, car leurs eaux sont troubles et instables, et leur air épais, parce qu’il conserve l’humidité et épaissit les eaux. Quant aux villes orientées vers le sud, leurs eaux sont chaudes, troubles, instables et salées ; de là vient qu’elles s’échauffent en été et se refroidissent en hiver ; les habitants ont le corps humide et mou, par suite de l’humidité qui, de leur tête, s’installe dans leur corps ; les femmes avortent fréquemment, à cause de l’humidité ; les habitants ne peuvent ni manger ni boire beaucoup, parce qu’ils ont la tête faible, car ingérer beaucoup leur obscurcit et leur trouble le cerveau ; il est rare qu’il leur arrive les fièvres chaudes. Quant aux villes orientées vers le nord, leurs eaux sont corrompues2, humides, lourdes à la cuisson ; leurs habitants sont forts, robustes, larges de poitrine, minces de jambes ; ils ont la tête solide et sèche, vivent longuement grâce à la validité de leur corps et à la riche complexion de leur tête ; leurs mœurs sont sauvages3 ; leurs femmes sont peu fécondes, mais n’avortent pas, à cause de la froideur et de la dureté de l’eau ; elles accouchent avec peine, difficilement, par suite de leur sécheresse [de tempérament] ; c’est pourquoi elles ont la poitrine large4 ; elles ont les jambes minces, étant donné que leur chaleur interne va de bas en haut ; elles mangent beaucoup et boivent peu.

2Les habitants des régions méridionales, a-t-on dit, sont noirs, crépus, ont les articulations minces, [152] les yeux noirs, les cheveux noirs, les chairs légères ; on trouve en eux la vigilance, la finesse, la bienfaisance, le mensonge5, l’avidité et le vol. Les habitants des régions orientales sont ceux qui ressemblent le plus à ceux des régions septentrionales, mais ils leur sont cependant inférieurs pour les qualités que j’ai dites. Les habitants des régions occidentales sont ceux qui ressemblent le plus à ceux des régions méridionales, mais ils leur sont inférieurs. Les gens du Maġrib présentent divers aspects ; parmi ceux d’entre eux qui habitent les bords de la mer, il y en a qui se rapprochent des habitants des régions méridionales ; parmi ceux des régions orientales6, il y en a qui se rapprochent de ceux des régions septentrionales. Les Indiens sont de complexion mixte parce que leur pays tient, à la fois, du nord et du midi ; c’est pourquoi ils sont beaux et bien équilibrés de mœurs, de corps et de visages. De même pour ceux qui habitent entre le sud et le nord : ils ont le tempérament plus égal et l’esprit meilleur. Les Égyptiens sont insouciants et peu sagaces. Quant aux Berbères, l’intelligence est répandue parmi eux, et ils ne sont ni orgueilleux ni trompeurs7. Les gens du pays des Rūm sont vantards et affectés ; les Syriens, insouciants et pacifiques ; les Ḥiğāziens, amateurs de musique et de divertissements, frivoles et efféminés ; les Irakiens, intelligents et fourbes ; les Indiens, insouciants, doux et braves ; les Chinois, quémandeurs, légers, poltrons, habiles artistes ; les Yéménites, insouciants, doux et légers ; les Khorassaniens, insouciants, avares, cupides et braves.

  • 8 M. ajoute (...)
  • 9 M. (...)
  • 10 M. (...)
  • 11 Il semble que ce membre de phrase s’applique aux eaux : « parce qu’elles sont brillantes et nécess (...)

3Au dire d’Hippocrate (Buqrāṭ), en son livre des climats et des pays, les villes8 qui font face à l’orient ont un air sain et des eaux douces. Les changements de temps9 nuisent rarement à ces villes. Il ajoute que les eaux qui jaillissent d’endroits élevés, de hauteurs et de collines sont les meilleures et les plus salutaires ; elles sont agréables au goût, leurs régions sont les plus saines et l’on n’a pas besoin de beaucoup les mélanger de vin, surtout en orient et en été10, parce que les villes y sont claires et bien aérées naturellement11.

  • 12 M. (...)
  • 13 M. (...)
  • 14 Textt : « à cause de la rapidité du lever du soleil et de sa lumière sur eux » ; M. : (...)

4Au dire de Festus (Fasṭūs), en son livre de l’agriculture, l’emplacement le plus propre à la construction doit se trouver sur une colline ou sur une hauteur12 solide, afin de dominer [la région environnante]. Le mieux, pour y placer portes, cours13 et fenêtres, [153] est le levant et l’exposition au vent d’est ; cela est favorable à la santé des corps, car on reçoit plus vite les rayons du soleil levant14 ; de même, si l’on fait des chambres spacieuses et hautes de plafond et si les portes sont tournées vers l’orient, car le vent du sud est plus chaud, plus lourd et plus insalubre.

5On a professé aussi cette opinion que le ciel est arrondi et on en a donné comme preuve qu’il tourne sur deux axes et sur deux pôles, le pôle nord et le pôle sud. Donc les habitants des contrées qui tendent vers la région du nord voient le pôle nord, les Ourses, mais ne voient ni le pôle sud ni les étoiles avoisinantes ; en effet, Canope (Suhayl) n’est pas visible au Khorassan, mais il l’est en Irak quelques jours par an ; quant aux régions méridionales, il y est visible toute l’année. D’autre part, dans les contrées qui tendent vers la région du sud, le pôle nord reste caché, ainsi que les étoiles avoisinantes. Ces étoiles qui sont proches du pôle tournent autour de lui, d’un mouvement circulaire et régulier : on voit cela à l’œil nu, comme le soleil qui, en été, sort du milieu du ciel oriental, puis s’élève dans le ciel, d’un mouvement régulier, puis décline suivant le même cycle, puis disparaît sous terre, et poursuit là son mouvement tournant comme de ce côté-ci pour reparaître ensuite.

6On a pensé que la mer, elle aussi, était sphérique et arrondie. En voici la preuve : lorsque vous vous trouvez en pleine mer, la terre et les montagnes disparaissent progressivement à vos yeux, jusqu’à ce que tout soit caché et qu’on ne voie plus rien des monts les plus hauts ; mais lorsque vous avancez vers le rivage, ces montagnes et leurs masses vous apparaissent progressivement ; et lorsque vous êtes près du rivage, ce sont les arbres et la terre qui apparaissent.

7Les pays les plus salubres sont les pays de montagnes, et les localités les plus salubres, celles qui sont exposées au souffle du vent d’est. Mais dans les dépressions, dans les bas-fonds, avec exposition aux vents du sud ou de l’ouest, ce sont endroits mauvais et générateurs de maladies. Le juste milieu consiste à choisir [l’emplacement] des habitations entre l’eau et le marché, [154] les habitations se trouvant à l’est et les jardins à l’ouest. Vos maisons, a-t-on dit, doivent être à l’est, et vos propriétés foncières à l’ouest.

8Au dire d’Ibn Kalada, voici la somme des qualités d’une habitation : elle se trouvera sur un chemin ouvert, son eau sera jaillissante ; rien ne la surplombera ; elle sera indépendante ; elle sera placée entre l’eau et le marché ; sa cour sera telle qu’on pourra y décharger les montures, en mouiller le sol et y parquer des bêtes de somme ; si elle a deux portes, c’est mieux ; elle aura un voisinage convenable car [on choisit] « le voisin avant la maison, et » le compagnon de voyage avant l’itinéraire ».

9Au dire de Yaḥyā b. Ḫālid, l’habitation de l’homme est son cosmos. Il convient donc que l’homme prenne grand soin de son vestibule, car il constitue la face de la maison, l’endroit où descend l’hôte, où s’assied l’ami jusqu’à ce qu’on l’autorise [à pénétrer plus avant], l’endroit où les serviteurs se reposent, où le précepteur15 s’installe, et l’extrême limite pour le visiteur qui demande la permission d’entrer.

10Un membre des Banū Ṯaqīf16 avait une dette [dont on lui réclamait le paiement]17. Al-Ḥasan al-Baṣrī lui conseilla de vendre sa terre18. Il répondit : « Abū Sa’īd, nous sommes de bonne
» maison, et nous ne vendrons pas la terre jusqu’à ce que nous y
» reposions nous-mêmes ».

  • 19 Add. d’après M. (...)
  • 20 Add. d’après M. (...)
  • 21 M.

11D’après une tradition, quiconque, pénétrant dans un pays, prend de sa terre et la mêle à son eau [puis boit ce mélange]19 est préservé de son épidémie. On demanda au bâtisseur d’une maison : « Qu’as-tu subi de plus pénible dans [la construction
» de]20 cette maison ? » — Il répondit : « L’affaire la plus aisée
» est la dépense ; la plus pénible c’est de subir les ouvriers »21.

  • 22 M.
  • 23 On a ici un exemple des erreurs que peut entraîner un abréviateur. M. (...)

12Au dire d’un autre22, l’ampleur de l’habitation ajoute à l’intelligence de l’homme, tout comme son étroitesse amoindrit son intelligence. En effet, quand un homme est à l’étroit dans sa demeure, si quelqu’un se présente chez lui, son esprit se trouve à la gêne au moment de refuser l’hospitalité, de peur de laisser paraître un point faible ou de commettre un faux pas23 ; mais lorsqu’il possède une demeure spacieuse, il reste en pleine possession de son esprit.

  • 24 Au lieu de (...)
  • 25 M. (...)
  • 26 M. (...)
  • 27 M. (...)
  • 28 (2) Cette phrase dont on a essayé de donner une traduction manque de clarté. M. permet de mieux en (...)
  • 29 M. est beaucoup plus explicite :

13Chosroès (Kisrā) fit bâtir une demeure. Le jour où il s’y transporta, il autorisa tout le monde à entrer ; ensuite, il adjura les visiteurs de lui faire connaître les défauts de l’habitation. Tous se turent. Alors se leva un homme laid et de pauvre apparence, qui déclara : « Le roi nous a adjurés de lui signaler les défauts de l’édi-
» fice. N’était le désir d’éviter de le faire se parjurer, on n’obéirait
» pas à l’ordre qu’il a donné24. Aussi nous permettrons-nous25 de
» lui donner des avis semblables aux siens ou différents. [155] Un
» des défauts26, c’est que l’édifice a été bâti sur une déclivité de
» terrain : le regard n’y tombe qu’après qu’on s’en est approché ;
» or les emplacements les plus propres à bâtir villes et maisons,
» ce sont les hauts lieux de la terre, afin qu’on domine ce qui les
» entoure. Un autre défaut, c’est que l’appartement des femmes
» s’y trouve au-dessus des appartements du roi : cela vous montre,
» d’après les augures que, les femmes étant placés plus haut27
» que les hommes, elles les domineront. Un autre défaut, c’est que
» la cour [doit] être d’une superficie telle qu’elle soit entièrement
» occupée par les courtisans, les gardes du corps et les serviteurs qui
» se trouveront dans l’édifice, pour que l’arrivant les embrasse
» du regard et soit impressionné par leur nombre ainsi que par le
» fait qu’ils remplissent la cour. Cela est plus propre à atteindre le
» but recherché28. Il serait plus convenable qu’un seul dirhem
» des habitations des voisins ne soit pas dépensé »29.

14On a récité ces vers d’un poète30 sur la construction d’un édifice (basīṭ) :

Allah a terminé cette demeure et l’a parfaite ; Il a répandu sur elle l’ombre de la sauvegarde des malheurs.
Par Dieu ! qu’elle est belle et qu’elle a de mérites ! Par Dieu ! qu’elle est agréable et qu’elle est élégante !
Dans les édifices, — que dis-je ? — en ce monde, il n’est pas de beauté qui ne se trouve ramassée en elle et par elle.
En effet, la beauté forme son extérieur, la beauté forme son intérieur ; la beauté rit à son sommet et à sa base.
On dirait une jeune femme souple, offrant son amour à son maître qui l’orne d’une parure et lui met une couronne.
On dirait une perle blanche mise au grand jour, et dont l’œil ne reconnaît ni la fin ni le commencement.
On dirait un jardin éclatant et prospère que la pluie nocturne, arrosant généreusement ses fleurs, rendit tout humide.
On dirait un parterre du Paradis que le Maître du Trône céleste y fit descendre pour faire honneur à ceux qui l’habitent.
Si elle fut bâtie, si sa porte d’entrée fut faite large, ce fut seulement pour que quiconque espère, se dirige vers elle et y pénètre.
Aussi aucun homme de race n’égalera le maître de cette demeure, de façon à devenir son pair, tant qu’aucune demeure n’égalera celle-ci de façon à devenir sa pareille.

[156] BLÂME DE LA CONSTRUCTION

15L’Envoyé d’Allah a dit : « L’homme ne fait aucune dépense31
» sans que la compensation lui en32 soit garantie par Allah,
» excepté celle qui relève de la construction ou du péché ».

16Allah a dit (Coran, XXVI, 128) : « Bâtirez-vous, sur chaque
» colline, un monument, etc. ».

17Au dire d’Isḥāq b. Suwayd, les mosquées furent de roseaux [pendant un certain temps]33, puis de briques crues, puis de briques cuites au soleil et d’argile, puis de briques cuites au feu et de plâtre ; les gens des roseaux étaient meilleurs que ceux des briques crues ; ceux-ci, meilleurs que les gens des briques cuites au soleil et d’argile ; ceux-ci, meilleurs que les gens des briques cuites au feu et du plâtre.

18Lorsque Mu‘āwiya fit bâtir le palais d’al- Ḫaḍrā’, il demanda à Abū Ḏarr34 : « Qu’en35 penses-tu ? ». — Il répondit : « Si tu
» l’as bâti aux frais d’Allah, tu es un perfide ; si tu l’as bâti à tes
» frais, tu es un prodigue ».

19Un homme bâtit une haute demeure. Quelqu’un lui dit :« Tu t’es installé là où les gens décampent », puis déclama (basīṭ) :

  • 36 De Goeje signale que le vers est faux, mais il faut lire, avec M. (...)
  • 37 On a suivi M. : (...)

Espérez-vous36, après ‘Ād, jouir de l’immortalité ? Dure-t-elle éternellement37, la maison dont la base est de boue ?
C’est à la séparation, si même leur santé se prolonge, qu’arrivent tous les humains, en dépit de leur nombre.

20Lorsque ‘Ubayd Allāh b. Ziyād fit bâtir le palais d’al-Bayḍā’ à Baṣra, il ordonna à ses compagnons d’écouter, secrètement, les propos de la population. On lui amena donc un homme qu’on disait avoir récité les versets (XXVI, 128, 129) : « Bâtirez-vous,
» sur chaque colline, un monument, etc. », et on lui dit : « Qu’est-ce
» qui t’a poussé à cela ? ». — Et lui de répondre : « Ce sont des
» versets du livre d’Allah qui me sont venus à l’esprit ». — ‘Ubayd Allah riposta alors : « Par Allah ! je vais te traiter en vertu du verset
» qui suit (XXVI, 130) : Lorsque vous fondez sur quelqu’un, vous
» fondez sur lui en tyrans ». Ensuite il donna des ordres, et l’on construisit sur l’homme un des angles du palais.

21Muḥammad b. Ḥabīb aḍ-Ḍabbī dit, à propos des demeures des Ṭāhirides (wāfir) :

Aš-Šāḏiyāḫ fut une halte pour une royauté ; or la royauté a quitté cette halte.
[157] Vos demeures38 étaient exclusivement réservées aux divertissements, mais elles passèrent aux lamentations et aux cris.
Aussi l’œil de l’orient pleure sur vous39, tandis que l’œil de l’occident se réjouit de l’eau qu’il répand.
Ainsi devient quiconque est compagnon de la mollesse ; c’est là le malheur qu’amène la mollesse.

22Le même poète a dit40 (ṭawīl) :

Voici les châteaux d’aš-Šāḏiyāḫ transformés en déserts, des ruines abandonnées où les sillons sont devenus champs.
Šāḏamihr s’est trouvé solitaire : ces palais sont devenus déserts, sur cette terre.
Et le chanteur du sort41 raconte en ses chants, à propos de la famille de Ṭāhir, ce qui est saisissant et vu par tous les yeux.
Il a disparu, le royaume des descendants de Ṭāhir, comme Ḥusam et Mutāli‘42 furent désertés de leur population.
Leurs jours furent des dépôts qui leur étaient confiés ; mais le destin les opprima et les dépôts furent restitués.

23Un autre poète a dit, à propos des Barmakides (ḫafīf) :

Le Nawbahār s’est dépeuplé de la gent43 de Ğa‘far ; or les Barmakides l’avaient rendu prospère.
Dis donc à Yaḥyā : « Où sont divination, magie et astres [qui auraient empêché] le meurtre de Ğa’far ?
As-tu donc oublié le destin ? Ou bien le soleil a-t-il dévié du temps fixé, lorsque tu t’es levé, préparant l’avenir ? ».
Certes, Yaḥyā b. Ḫālid et ses fils sont devenus sujet de réflexion pour quiconque réfléchit44.

24Un autre poète a dit (ṭawīl) :

J’ai passé près d’une demeure qui appartint à Yaḥyā b. Ḫālid ; son intérieur et son extérieur déploraient leur ruine.
Ses riches demeures auraient pu dire, par suite de leur décrépitude, à qui les interrogeait sur leurs [anciens] habitants : « Celui qui les fit prospérer est mort ».

25Un autre poète a dit (ṭawīl) :

Si sa demeure devint déserte, c’est qu’il y a longtemps que les corps de cavalerie se heurtèrent auprès d’elle, par masses.
[158] On souhaitait longue vie à son habitant souriant comme si son front était une nouvelle lune qui apparaissait et dont les nuages s’écartaient.
Il n’est pas absent, celui qui s’est éloigné en laissant espérer son retour ; mais celui qu’étreignit le tombeau, il est vraiment absent.

26Un scribe, passant à ad-Daskara, y vit des édifices, des demeures somptueuses (maṣāni‘), des palais, un caravansérail en brique et la prison de Chosroès (Kisrā) et sa ville ; il dit alors (basīṭ) :

Ô toi qui te diriges vers Baġdād en faisant des efforts, laisse tes montures se reposer entre la prison et le caravansérail.

27(kāmil) :

Entre les ponts, les ermitages et les hameaux et puis le quartier de leur monarque Anūširwān.
Regarde ces débris de campement d’une époque antérieure et ces vestiges d’édifices du temps jadis.
Les monuments des souverains t’avertissent qu’ils furent hommes de bravoure et hommes de puissance.
Je me suis étonné (au cours du temps, il est des choses étranges !) de ce que virent mes yeux dans le palais ;
Le palais de Chosroès aux créneaux élevés, aux faîtes superbes, aux murailles solides :
Il ne renferme que l’écho et des colombes vertes qui appelaient sur les branches.
Ces palais ont échangé les femmes dorlotées et délicates contre chouettes, orfraies et corbeaux.
Elles ont été changées, après le départ de l’hôte aimable ; aussi vous n’y voyez que le sifflement qui vient des génies.

***

28Voici pourquoi l’on construisit le château de Šīrīn. Le roi [Chosroès] donna ordre d’y créer un bocage de deux parasanges de côté et d’y amener toute espèce de gibier destiné à se multiplier ; il y préposa mille hommes à chacun desquels il attribua quotidiennement cinq pains, deux raṭls de viande et un pot de vin ; ces gens s’y installèrent donc pendant sept ans, jusqu’à ce qu’ils eurent fini. L’entreprise terminée, ils recoururent à Fahrabaḏ (Bārbud), chanteur du roi et le prièrent d’avertir celui-ci [159] qu’ils en avaient fini avec le bocage. Fahrabad composa donc une ariette, la chanta en présence du roi et donna au bocage le nom de Naḫğīrān (c’est-à-dire : bocage du gibier). Le roi, ému, donna, à chacun des travailleurs, mille dirhems qu’ils remirent à Fahrabaḏ. Or le roi, s’étant enivré, dit à Šīrīn : « Demande-moi ce que tu voudras.
» — Je voudrais que, dans ce bocage, tu fasses construire deux
» canaux de pierre dans lesquels couleront le vin et le lait. — Ainsi
» ferai-je », répondit le roi. Mais il oublia, et Šīrīn n’osa pas le lui rappeler. Alors Fahrabaḏ composa un chant et rappela au roi la requête de Šīrīn. Le roi ordonna donc de construire les deux canaux, et Šīrīn octroya à Fahrabaḏ un domaine qu’elle possédait à Ispahan. Le chanteur y transporta sa famille, et c’est ainsi que son art fut connu dans cette ville. Voici l’inscription de la muraille de Šīrīn (basīṭ) :

Ô toi qu’abusèrent ce bas monde et sa splendeur, et le bel éclat des fleurs des parterres,
Et les demeures qu’une fois tu détruisais et que tu rebâtissais de briques crues, de plâtre, de briques cuites et de terre,
Et l’argent que tu thésaurisais par avidité et que tu soustrayais aux droits que le pauvre a sur lui,
N’as-tu point vu ce que les vicissitudes du temps firent du palais, le palais de Parviz (Abarvīz) et de Šīrīn ?
N’as-tu point jeté les yeux sur la solidité de sa construction : on dirait un morceau du Sinaï (Ṭūr Sīnīn) !
[Et pourtant] il s’est transformé en un désert solitaire où l’on ne trouve que l’autruche et les gazelles,
Après que Parviz y avait groupé les cuirassiers et les scribes des bureaux,
Et tous les lions, braves, valeureux, héroïques, tels que Ḫurrīn ou Šarwīn,
Et toutes les jeunes beautés, blanches et savoureuses, qui imitaient en chantant le roucoulement des ramiers,
Et les colorations étranges dont l’éclat tenait de celui de la rose, de la violette et de la jonquille.
Et de leur arrangement n’est resté que leur éclat, ou bien les traces d’une demeure qui se sont effacées de Ṭūr ‘Abdīn.
Gloire à Celui qui créa ce bas-monde, l’ordonna et forma d’eau et de limon les créatures !

***

29Les philosophes disaient que l’emplacement le plus propre pour forer un puits est un lieu entouré de chemins, [160] de vallées ; que l’emplacement le plus favorable pour s’arrêter au cours d’un voyage est celui qu’on choisit à la croisée des chemins ; que la meilleure eau de pluie est celle qui rend prospères les pâturages.

***

30Une nuit, al-Manṣūr tenant séance, ses compagnons parlèrent de la mer. Le calife leur dit : « Comptez quinze nuits45 de quelque
» endroit que vous voudrez : vous n’atteindrez pas le but sans ren-
» contrer la mer, que vous vous dirigiez vers l’est ou vers l’ouest ».

31Al-Marwazï a raconté ce qui suit. Je lus à al-Ma’mūn la réponse d’Aristote à la lettre d’Alexandre lui annonçant qu’il avait conquis des pays, amassé des richesses dont le transport lui était impossible et qu’il avait été saisi d’étonnement à la vue de l’édifice d’or (Bayt ḏahab) dont il s’était emparé46 dans l’Inde. Aristote répondait donc : « Je vois que tu as été surpris en voyant
» un ouvrage fait47 de main d’homme et que tu as renoncé à
» t’étonner de ce plafond élevé qui se trouve48 au-dessus de toi,
» de la manière dont l’orna Celui qui y mit les étoiles et le fixa
» grâce à Sa parfaite sagesse. Quant aux pays que tu as conquis,
» puisses-tu les gouverner en cherchant à gagner l’affection de
» leurs habitants, et non en les dominant par la violence49 et par
» la haine ! En effet, l’obéissance par affection est plus louable,
» du commencement à la fin, que celle qu’on obtient par la coer-
» cition50 et la violence. Quant aux richesses, puisses-tu les
» transporter dans une peau de bœuf ! ». — Alexandre ayant compris ce qu’Aristote lui suggérait, enfouit dans chaque pays ses richesses et inscrivit l’emplacement des trésors sur une peau de bœuf tannée qu’il rapporta dans l’empire grec. Elle s’y trouve encore aujourd’hui dans le trésor royal.

***

32Un homme des Banū Tamīm passa51, dans son pays, près d’un contribule qui plantait des rejetons de palmier. Il lui dit :
« Vieillard ! combien comptes-tu52 [d’années] ? — J’ai dépassé la
» soixantaine53. — Un homme de ton âge fait-il ce que je vois ? » Alors le vieillard déclama (basīṭ) :

Plante des rejetons de palmier en faisant crédit, car il est possible que tu voies tes rejetons devenir grands palmiers, si Allah te prête vie54 !
En effet, le sang circule dans les veines, tandis que l’homme est endormi, mais ne circule pas quand il est éveillé.

33« Je planterai donc un rejeton de palmier et j’en mangerai les
» fruits ; et si je me trouve dans le besoin, par la suite, ce sera au
» tour de mes enfants [de m’aider]. — Vraiment, tu as des espoirs
» lointains ! — Oui, par Allah ! j’ai des espoirs lointains ; je redoute
» approche du terme fixé ; [161] je ne suis pas de ceux qui se
» montrent négligents dans l’organisation d’une demeure dont ils
» ne savent l’ s’ils y vivront longtemps et qui y font des préparatifs
» en vue d’une autre demeure dont ils ne savent quand ils s’y
» rendront ; et si nos prédécesseurs avaient professé la même opinion
» que toi, le père n’aurait rien laissé à ses enfants, et les vivants
» n’auraient pas été les héritiers des morts ». Ensuite, ajoute le narrateur, je repassai plus tard au même endroit ; je vis de hauts palmiers, et d’autres plus bas ; il y avait là des jeunes gens. Je demandai : « Qui a planté ces palmiers ? ». — On me répondit :
« C’est ce vieillard ». Étant venu à lui, je le saluai, puis je lui dis :
« Me reconnais-tu ? ». Il me regarda attentivement, puis déclara :
« Je crois que tu es notre bonhomme qui nous reprocha rudement
» de planter ce que tu vois ». — Je répondis : « C’est moi, par
» Allah ! », et lui récitai ses vers. Alors il me fit la morale, se mit à me raconter son histoire et me dit : « Allah fait ce qui Lui plaît.
» Donc que la crainte n’efface pas en toi l’espérance, et que le
» désespoir ne l’emporte pas en toi sur l’ambition ! ». Les jeunes gens étaient ses enfants et ses petis-enfants.

34On a trouvé inscrit sur un château à al-‘Aqīq (basīṭ) :

Combien de rois ont possédé ce château par droit d’héritage ! Ils sont morts, et l’héritier qui survit les suivra.

35Inscription d’une porte de ville (basīṭ) :

Combien l’on a bâti55 de villes, dans le monde ! Elles sont tombées en ruine et leurs bâtisseurs ont goûté le trépas.

36Inscription d’une mosquée (kāmil) :

Il les a tous anéantis et il a détruit leurs demeures, ce monarque puissant qui seul est éternel !

Notes

1 Ce chapitre et le suivant se trouvent dans le ms. de Mašhad [M.] (avec des compléments dont on ne fera pas état).

2 On a suivi M. Image au lieu de Image

3 M. Image, meilleur que Image

4 Un ms. et M. donnent Image, leçon adoptée par H. Massé, mais les pronoms qui suivent sont au masc. pl., et il faut comprendre que toutes ces particularités valent pour les hommes et les femmes.

5 M. Image qui pourrait se traduire par « émotivité », au lieu de Image.

6 M. Image « vent d’est, est », au lieu de Image.

7 M. ajoute Image.

8 M. ajoute Image devant Image.

9 M. Image meilleur que Image.

10 M. Image sans Image.

11 Il semble que ce membre de phrase s’applique aux eaux : « parce qu’elles sont brillantes et nécessairement de parfum agréable ».

12 M. Image.

13 M. Image.

14 Textt : « à cause de la rapidité du lever du soleil et de sa lumière sur eux » ; M. : Image au lieu de Image.

15 M. Image au lieu de Image.

16 M. Image. De toute façon supprimer l’art, dans Image.

17 Add. d’après M. : Image...

18 M. ajoute : Image« paie ta dette et libère ton esprit ».

19 Add. d’après M. Image.

20 Add. d’après M. Image.

21 M. Image

22 M. Image

23 On a ici un exemple des erreurs que peut entraîner un abréviateur. M. Image : « est à la gêne car (il pense) à ses femmes (Image) et craint qu’elles ne laissent paraître quelque chose qu’il convient de cacher ou que ne soient visibles des choses qu’on n’aime pas (ou : qu’il ne faut pas) exhiber ».

24 Au lieu de Image M. a simplement Image et plus loin Image, meilleur que Image.

25 M. Image au lieu de Image.

26 M. Image (Image serait meilleur).

27 M. Image au lieu de Image.

28 (2) Cette phrase dont on a essayé de donner une traduction manque de clarté. M. permet de mieux en saisir le sens : Image

« il convient que la cour d’une demeure soit remplie par les serviteurs, les courtisans et toutes les personnes qui entrent et sortent ; or cette cour est trop grande pour la suite du roi et ses intimes ».

29 M. est beaucoup plus explicite : Image

30 M. Image et donne 19 vers au lieu de 10.

31 M. Image.

32 M. Image.

33 M. Image.

34 M. Image.

35 M. Image.

36 De Goeje signale que le vers est faux, mais il faut lire, avec M. Image (à la IIe forme) au lieu de Image.

37 On a suivi M. : Image Je au lieu de Image du texte.

38 M. Image.

39 M. Image.

40 M. Image.

41 On a lu Image au lieu de Image [H.M.] ; (M. a également Image).

42 M. Image.

43 M. Image au lieu de Image.

44 M. Image.

45 M. : Image.

46 On a lu avec M. Image au lieu de Image.

47 M. : Image au lieu de Image.

48 M. : Image « qui passe », au lieu de Image.

49 M. : Image au lieu de Image.

50 M. : Image.

51 M. : Image au lieu de Image.

52 M. : Image au lieu de Image.

53 M. : Image au lieu de Image.

54 M. : Image.

55 M. : Image « des temps anciens » au lieu de Image.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter