Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Le Pays des Rūm

Texte intégral

1Si nous parlons du Pays des Rūm en cette place, c’est parce qu’il confine à la Syrie et à la Mésopotamie.

2Au dire de Yaḥyā b. Ḫālid al-Barmakī, il y a cinq rois : celui des biens meubles, celui des bêtes de somme, celui des troupeaux, celui des éléphants, celui de l’élixir. Le roi des biens meubles est le roi de Chine, celui des bêtes de somme est celui des Turcs ; celui des troupeaux, des Arabes ; celui des éléphants, des Indiens ; celui de l’élixir, le roi des Rūm.

  • 1 H. Massé a adopté la leçon(...)
  • 2 Passage emprunté à Ğāḥiẓ (v. JA, 1967, 86).

3La terre des Rūm se trouve au sud-ouest ; elle va d’Antioche à la Sicile, et de Constantinople à l’Apulie1. Ses habitants sont, en majeure partie, grecs et slaves. Les gens d’Andalousie sont slaves. Tous les habitants du pays des Rūm sont chrétiens melkites et lisent l’Évangile en syriaque (bi-l-ğurmuqāniyya). Ils élèvent bovins, chevaux et ovins. Ils jugent selon les prescriptions du Pentateuque. Ce sont gens d’arts, de philosophie, de médecine ; ils sont les plus habiles du monde pour les représentations figurées ; leurs artistes représentent [137] l’homme sans omettre aucun détail ; puis, non contents de cela, ils arrivent à le présenter à leur gré sous les traits d’un adolescent, d’un homme mûr ou d’un vieillard ; ensuite, ils ne s’en tiennent pas là, mais le rendent beau et gracieux, et ils vont jusqu’à le montrer riant ou pleurant et parviennent même à faire une différence entre le rire sardonique et le rire discret, entre un éclat de rire et un sourire, un rire de contentement et un rire moqueur ; ils parviennent à ce résultat en combinant les images2.

4Lorsque Qubād et César, empereur de Byzance, firent la paix, celui-ci envoya au Chosroès maint présent. Or, il y avait, parmi ces présents, une statue de jeune fille en or ; cette statue, à un certain moment de la nuit, faisait ouïr sa voix et personne ne l’entendait sans s’endormir ; il y avait aussi une tente en étoffe de brocart (kīmḫār) et un écrin de joyaux.

  • 3 Le texte n’est pas sûr.

5Un des califes envoya en ambassade ‘Umāra b. Ḥamza à l’empereur de Byzance et lui écrivit une lettre le menaçant de cavalerie et d’infanterie. Voici le récit de ‘Umāra : Je parvins à un endroit dont « l’homme » était isolé à une grande distance par ses chambellans ; je m’assis donc jusqu’à ce que vînt l’autorisation [d’avancer] ; je passai alors à un autre endroit et attendis l’autorisation ; [ce cérémonial se répéta] trois fois ; ensuite j’arrivai à sa demeure et fus introduit dans un hôtel ; de part et d’autre de mon chemin se trouvaient deux lions, entre lesquels j’étais obligé de passer. « Je ne vais pas échapper à la mort, me dis-je, mais du
» moins je ne mourrai pas lâchement ». Et je me donnai du cœur. Or, lorsque j’arrivai entre les deux lions, ils restèrent immobiles. Je passai donc et pénétrai dans un autre hôtel. Voilà que deux sabres se croisaient sur mon chemin, et je conjecturai que si une mouche passait entre eux ils la couperaient. Je me dis alors : « Celui
» qui m’a sauvé des deux lions me sauvera des deux sabres » ; j’implorai la grâce divine et passai ; or, lorsque je me trouvai entre les deux sabres, ils restèrent immobiles. Ensuite j’entrai à son pavillon — il se trouvait dans un pavillon spacieux — c’est à peine si je le vis par suite de la grande distance qui nous séparait. Je m’avançai donc jusqu’à réduire du tiers cette distance. Alors un nuage rouge me couvrit, de sorte que je ne vis plus rien. Je restai un moment à ma place ; ensuite le nuage se dissipa : je me levai [138] et marchai. Lorsque j’eus atteint environ les deux tiers de la distance, un nuage vert me couvrit et j’en fus aveuglé. Je m’assis donc jusqu’à ce qu’il se dissipât. Ensuite je me levai, marchai et arrivai près de l’empereur ; je le saluai, l’interprète se trouvant entre nous deux. Je m’acquittai du message et lui remis la lettre ; il m’ordonna de m’asseoir et m’interrogea sur le calife et sur des choses relatives aux climats. Ensuite, il donna ordre de me loger et de préparer ce dont j’avais besoin ; puis il m’ordonna de me retirer et de venir le trouver de grand matin. Je le visitais tous les deux jours3, et il se montrait affable. Un jour, je partis à cheval avec lui ; nous parvînmes à un clos qui avait une porte et des gardiens ; nous entrâmes ; il y avait là des troncs de tamaris ; l’empereur me dit : « Connais-tu cet arbre ? — Non », répondis-je, et je pensais qu’il avait là-dessus une idée. Il ajouta : « C’est un arbre dont la
» fumée est utile contre les ulcères et cela fait digérer ». Je me dis alors : « S’il savait que le tamaris est le bois à brûler des plus vils
» d’entre nous ! ». Ensuite l’empereur se rendit à un autre clos qui avait une porte et des gardiens. Il entra et nous entrâmes avec lui. Il y avait là la valeur d’un qafīz de terre contenant un câprier. L’empereur me dit : « Connais-tu cela ? — Non », répondis-je, et je pensai là-dessus comme j’avais pensé la première fois. L’empereur reprit : « C’est une plante ; c’est le ğuwārišn ; elle est utile à qui
» est devenu atrabilaire, on l’incorpore aux remèdes contre les
» blessures ». Je me dis alors : « S’il savait que cette plante n’existe,
» chez nous, que dans les lieux les plus ruinés et dans les déserts,
» et qu’elle est à la disposition de qui en désire ! ». — Alors, étant devenu plus libre avec lui, je dis : « Sire ! je voudrais vous poser une
» question. — Demande ce qui te semblera bon. — J’ai vu deux
» lions, deux sabres et deux nuages qui ont fait telle et telle chose,
» mais j’en ignore la cause. — Les deux lions et les deux sabres,
» c’est une ruse machinée à l’usage des ambassadeurs des souve-
» rains qui arrivent vers nous, afin de les effrayer ; lorsque quelqu’un
» s’en approche, ils restent immobiles ainsi que tu l’as vu ; quant
» aux deux nuages, je vais t’apprendre de quoi il s’agit ». Mettant la main dans un repli de sa couche, il en retira un morceau de rubis rouge de la taille d’une chaussure ; aussitôt, le nuage nous enveloppa de sa lumière ; ensuite il remit la pierre et en tira une autre de même taille, une émeraude verte ; et le nuage vert nous enveloppa. Puis, lorsque mon départ fut proche et qu’il eut répondu [139] à la lettre, il me dit : « Accompagne-nous à mon château ». Nous sortîmes donc et arrivâmes enfin à un château qui avait une garde. Nous entrâmes : il y avait des chambres mises sous scellés. L’empereur fit ouvrir la porte de l’une d’elles, et je vis des sachets blancs, mis en bon ordre tout autour de la chambre. L’empereur me dit de désigner celui que je voulais : j’en désignai donc un. Il fit apporter un vase de terre qui fut rempli du contenu du sachet, puis il le fit sceller. Ensuite, il se fit ouvrir une autre porte semblable à la première en hauteur, et je vis des sachets rouges ; il me dit de désigner celui que je voulais : j’en désignai donc un dont fut rempli un vase de terre qui fut ensuite scellé. Et nous nous en allâmes au palais. L’empereur fit apporter un soufflet de forgeron, un autre soufflet, une livre de cuivre et une livre de plomb ; il fit fondre l’un des deux métaux, puis y fit jeter de la drogue blanche — une quantité qui tiendrait sur l’ongle du pouce —, versa le mélange, et il sortit de l’argent blanc ; ensuite on fondit le cuivre, on y jeta de la drogue rouge de la même façon, et il sortit de l’or rouge. L’empereur dit alors : « Informe ton maître que c’est là ma richesse.
» Quant aux chevaux et aux hommes, tu sais qu’ils sont très nombreux et très grands ».

6Je racontai, dit ‘Umāra, cette histoire à al-Manṣūr ; c’est ce qui le poussa à rechercher la pierre philosophale. Ce que j’ai vu de plus étonnant dans la grande salle de l’empereur, dit encore ‘Umāra, c’est que, quand il voulait congédier les gens, une main, sortant du mur dans le dos de chaque personne, la poussait, de sorte qu’elle savait qu’il lui était ordonné de se lever.

***

7D’après Sayf b. ‘Umar, le premier empereur grec fut de la famille de Bāla‘b. Ba‘ūr ; il bâtit la cité de Dinḥab ; ses successeurs furent Yūbab b. Zarah, puis Hūšam qui s’établit à at-Tayman, puis Hadad b. Badad qui massacra les Madyanites (Madaniyyūn), puis Saml b. Masriq, puis beaucoup d’autres.

8Au dire de Ḥuḏayfa, les Grecs eurent un roi nommé Maurice, (Mawriq), homme de mauvaise vie. Soixante-douze hommes parmi les Croyants se mirent d’accord pour lui ordonner de faire le bien et d’éviter [140] le mal. Deux d’entre eux furent volontaires pour aller lui parler, et il donna ordre de les mettre tous deux en croix. Les soixante-dix autres, s’étant réunis, se dirent les uns aux autres : « Vous avez violé le pacte et livré vos frères à la mort ; votre situation actuelle est pire que votre
» situation primitive ». Ils se concertèrent donc pour prendre les armes et attaquer Maurice à l’improviste, afin de le tuer. Or, lorsque Maurice parut avec les deux hommes, les gens l’attaquèrent, le tuèrent et proclamèrent :
« Ohé, les gens ! nous n’avons pas mal agi ; si nous nous sommes
» irrités, c’est pour Dieu ! ».

9Alors la population vint à eux et leur dit : « Nous vous confions
» nos affaires ; donnez donc l’investiture à celui d’entre vous que
» vous voudrez ». Ils leur donnèrent donc pour roi un homme appelé Phocas (Fūq) ; c’est lui qui frappa les dinars fūqiyya ; ensuite Phocas régna, et il était de mauvaise conduite. Aussi les Byzantins voulurent le déposer. Ayant pris leurs trésors et leurs richesses, il les fit porter à la mer, en chargea des vaisseaux et les fit partir promptement. Le vent les poussait et les amena finalement en Syrie. Šahrbarāz était satrape de Chosroès en Syrie. Allant au bord de la mer, il vit les vaisseaux et donna des ordres à leur sujet : on s’en empara et on les vida des richesses qu’ils contenaient. Ces biens furent nommés Kanğ Bāḏāward. Et, depuis lors, la richesse des Byzantins fut réduite à néant : il n’y a pas, sur terre, un Grec qui possède une solde supérieure à 5 ou 10 dinars, et cela pour les nobles d’entre eux. Et, jusqu’à nos jours, ils sont ainsi.

***

  • 4 Il s’agit de ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb [H.M.].

10Au dire d’Ibn Da’b, d’après Mūsā b. ‘Uqba, ‘Ubāda b. aṣ-Ṣāmit racontait que l’un des califes4 l’envoya, ainsi que Hišām b. al-‘Āṣ et Nu‘aym b. ‘Abd Allāh, auprès de l’empereur de Byzance, afin de l’inviter à embrasser l’Islam. Voici son récit : Nous partîmes et finîmes par arriver chez Ğabala b. al-Ayham le Ġassānide qui se trouvait dans la Ġūṭa. Nous fûmes introduits auprès de lui ; il était alors sur un lit qui touchait au plafond ; il nous fit asseoir à distance et nous envoya un messager afin que nous lui parlions ; nous dîmes à ce dernier : « Non, par Allah ! nous
» ne lui parlerons pas par l’entremise d’un messager » ; on nous fit donc approcher de lui ; Hišām lui parla et l’invita à reconnaître Allah. Il portait des vêtements noirs ; or Hišām lui dit : « Qu’est-ce
» que ces cilices que tu as revêtus ? ». Il répondit : « Je les ai revêtus
» [141] ayant fait vœu de ne pas les ôter jusqu’à ce que je vous
» aie expulsés de la Syrie ». — Nous répliquâmes : « Par Allah ! c’est
» nous qui allons t’expulser de ton lit et du siège de ton royaume,
» et nous conquerrons la souveraineté suprême, s’il plaît à Allah !
» Notre prophète nous l’a annoncé. — Alors vous êtes les sumarā’ ?
» — Qu’est-ce que les sumarā’ ? — Ceux qui jeûnent le jour et qui
» veillent la nuit. — Nous le sommes, par Allah ! — Et comment
» jeûnez-vous ? ». Nous lui expliquâmes ; il baragouina quelque
» chose à ses compagnons, puis nous dit : « Levez-vous ! », et son visage se rembrunit.

  • 5 Le passage est embarrassant. Flügel proposait, au lieu de (...)

11Ensuite, il envoya avec nous un messager vers l’empereur de Byzance. Or, lorsque nous approchâmes de sa capitale, les membres de notre escorte déclarèrent : « Nos montures (nous
» étions sur des chameaux) n’entreront pas dans la ville de
» l’empereur ; si vous voulez, nous vous mettrons sur des chevaux de
» transport et sur des mulets ». — Nous répondîmes : « Non ! par
» Allah ! nous n’entrerons que sur les nôtres ! ». Ils envoyèrent dire alors à l’empereur : « Ils refusent », mais il leur fit dire : « Laissez-
» les tranquilles ! ». Nous entrâmes donc coiffés de nos turbans, portant sabre, sur nos chameaux. Or il y avait à l’étage une salle tout ouverte, d’où l’on nous regardait. Nous avançâmes et entravâmes nos chameaux au-dessous de la salle, en disant : « Il n’y a
» de divinité qu’Allah ! Allah est grand ! ». Allah sait, ajoute le narrateur, que la salle fut secouée comme le régime d’un rameau de palmier frappé par le vent. L’empereur nous envoya dire : « Vous
» n’avez pas à proclamer votre foi à ma porte ! », puis il nous fit dire d’entrer ; nous entrâmes donc. Il portait des vêtements pourpres ; chez lui, tout était rouge ; les patrices l’entouraient. Nous approchâmes de lui, et voilà qu’il parlait bien l’arabe ; il nous dit en riant : « Qu’est-ce qui vous a empêchés de me saluer comme vous
» saluez votre prophète ? ce serait plus élégant de votre part. —
» Notre façon de saluer n’est pas licite à ton égard, de même que la
» salutation qu’on t’adresse n’est pas licite pour nous. — Quelle
» est-elle ? — as-salāmalayk. — Quelle salutation adressez-vous à
» votre roi ? — C’est ainsi que nous le saluons. — Et comment
» vous répond-il ? — Par la même formule. — N’hérite-t-il pas
» de vous ? — Non ; chez nous, on hérite de proche en proche. —
» Il en est donc ainsi pour votre roi ? — Oui. — Comment donc
» jeûnez-vous et priez-vous ? ». — Nous le lui expliquâmes, et il ajouta : « Quelle est votre formule suprême ? — Il n’y a de divinité
» qu’Allah, et Allah est grand ! ». Or, Dieu le sait ! — la toiture fut secouée, au point que l’empereur et ses compagnons pensèrent qu’elle s’écroulait sur eux. Ensuite, il ajouta : « Est-ce cette formule
» qui a [déjà] secoué la salle ? — Oui. — Et, chaque fois que vous
» la prononcez, elle secoue vos plafonds ? — Non. — Alors, quand
» vous la prononcez en pays [142] ennemi, elle produit cet effet ? —
» Non ; nous ne l’avons vue produire cet effet que chez toi. —Que
» la franchise est belle ! J’aurais aimé me dessaisir, en votre faveur,
» de la moitié de mon empire, et voir tout s’ébranler chaque fois
» que vous prononceriez cette formule ! — Pourquoi cela ? — Il
» serait plus compréhensible et plus conforme à sa nature qu’elle
» provienne non point d’une prophétie, mais d’une ruse des
» hommes ». Et il ajouta : « La formule lā ilāh illā llāh que vous
» prononcez n’est-elle accompagnée d’aucune autre ? — Si.— Et
» Allāh akbar ? akbar (plus grand) que toute chose ? — Oui ». Ensuite, nous posâmes une question catégorique et nous quittâmes l’empereur. Il avait ordonné de nous bien loger et de nous bien traiter ; nous restâmes là trois jours. Ensuite, il nous fit quérir nuitamment. Nous entrâmes donc chez lui ; or il était seul. Il nous demanda de répéter la formule, ce que nous fîmes ; puis il fit apporter quelque chose qui était fait comme un grand coffret doré contenant des cases qui se fermaient. Il en ouvrit une et en retira une pièce d’étoffe noire, en soie, qu’il déploya ; elle portait une figure : un personnage à grands yeux, à grosses fesses et à long cou. L’empereur nous dit : « Savez-vous qui c’est ? — Non. — C’est
» Adam ». Ensuite, il ouvrit une autre case et en retira une pièce d’étoffe noire qu’il déploya ; elle portait une figure blanche : un personnage aux cheveux comme ceux des Coptes, aux yeux rouges, à grosse tête. Il nous dit : « Savez-vous qui c’est ? — Non.
» — C’est Noé ». Ensuite, il ouvrit une troisième case et en retira une pièce d’étoffe semblable aux deux premières ; elle portait une figure blanche, très blanche : un personnage aux beaux yeux, aux longues joues, au nez effilé, grisonnant, la barbe blanche ; et, par Allah ! on eût dit qu’il souriait. L’empereur nous dit : « Connaissez-
» vous celui-ci ? — Non. — C’est Abraham ». Ensuite, il exhiba une pièce d’étoffe noire semblable aux autres et la déploya ; elle portait une figure : par Allah ! c’était l’Envoyé d’Allah. L’empereur nous dit : « Connaissez-vous celui-ci ? — Oui », répondîmes-nous ; et nous versâmes des larmes, en disant : « C’est notre prophète Mu-
» ḥammad ». Allah sait que l’empereur se leva, puis s’assit et déclara :
« Par Dieu ! c’est bien lui ! » ; [143] et nous ajoutâmes : « Par
» Allah ! c’est bien lui ! c’est comme si nous le regardions vivant ! ». L’empereur resta un moment à regarder. Ensuite il dit : « Par Dieu ! c’est la dernière des cases ; mais je l’ai fait passer avant les autres, à cause de vous, afin de savoir ce que vous pensez ». Il la remit en place et, ouvrant une autre case, en retira une pièce d’étoffe noire ; elle portait une figure terne, brune, d’homme aux cheveux abondants, crépus et courts, aux yeux enfoncés, au regard perçant, renfrogné, aux dents mal rangées, aux lèvres retroussées, ayant à son côté l’image de son semblable, à cela près que ce dernier avait la tête ronde, le front grand et du strabisme. L’empereur déclara : « C’est Moïse et son frère Aaron ». Ensuite, ouvrant une autre case, il exhiba une pièce d’étoffe noire ; elle portait une figure blanche qui, par les fesses et les jambes, ressemblait le plus, parmi les créatures d’Allah, à l’image d’une femme ; il déclara : « C’est David ». Ensuite il exhiba une pièce d’étoffe noire portant une figure blanche : un personnage au cou dans les épaules, aux longs pieds, au dos court, monté sur un cheval ailé de toutes parts. Il nous dit : « Connaissez-
» vous celui-ci ? — Non. — C’est Salomon et c’est le vent qui est
» sous lui ». Ensuite il nous exhiba une pièce d’étoffe noire portant une figure jaune : un personnage robuste, aux cheveux noirs, plats et abondants, le visage et les yeux beaux, ressemblant à n’importe qui. Il nous dit : « Connaissez-vous celui-ci ? — Non. — C’est
» Jésus ». — Nous reprîmes : « D’où viennent ces images qui sont
» ainsi ? Certes nous savons qu’elles ont été faites suivant ce qu’elles
» représentent, car l’image de notre Prophète est identique à lui ». — L’empereur répondit : « Adam demanda à son Seigneur de lui
» montrer les prophètes ses descendants : le Seigneur fit donc
» descendre sur lui leurs images ; Ḏū 1-Qarnayn les tira du trésor
» d’Adam, situé au ponant ; et Daniel leur donna les formes que
» voilà, sur des pièces de soie : les voici, authentiques. Et, par Dieu !
» j’aurais bien voulu avoir assez de générosité pour me défaire
» de mon empire et devenir esclave, afin d’être votre associé sous
» la domination [de Muḥammad]5, mais mon âme n’est pas
» assez généreuse ». Ensuite il nous fit de beaux cadeaux et nous congédia.

***

12Lorsque Anūširwān pénétra dans le pays des Rūm puis en repartit, il lui manquait un de ses médecins qu’on nommait az-Zarasbīd, et cela lui fut pénible. L’homme en question resta plusieurs années [144] en terre des Rūm, si bien qu’il apprit à parler la langue des habitants et à lire leurs livres, et que sa situation devint considérable. Ayant bien réalisé ce qu’il voulait, il s’en retourna auprès d’Anūširwān. Celui-ci l’eut en grande faveur parce qu’il espérait obtenir de lui ce qu’il désirait savoir de l’état des Rūm. En tête-à-tête, il l’interrogea sur les beaux traits de bravoure et d’énergie qu’il avait observés chez eux. Az-Zarasbīḏ répondit :
« Nous entendons sans cesse l’empereur dire que la bravoure est
» une disposition naturelle à un noble, et que cette disposition
» s’unit parfois à d’autres sans lesquelles elle n’est pas complète ;
» l’empereur dit encore que personne ne mérite d’être dit brave
» et fort sans que [ces qualités] soient accompagnées par la patience
» grâce à laquelle il supporte de s’exposer aux dangers et par la
» fierté grâce à laquelle il affronte ce qu’il veut affronter, par le
» bon renom6 et l’intelligence qui maintiennent tout le reste,
» par la fermeté d’âme grâce à laquelle il peut aspirer aux nobles
» actions et aux éloges. Or, parmi eux, j’en ai vu bien peu qui
» méritent cette qualification ; cela vient de ce qu’ils ne se con-
» forment pas à la religion à laquelle ils appartiennent ».

13Anūširwān reprit : « Quelle part de science possèdent-ils ? ». L’autre déclara que leur part était minime et il prétendit que celui d’entre eux qui s’en targuait se faisait simplement honneur des ouvrages des philosophes consacrés à la logique qui étaient leur suprême limite. Le roi demanda : « Quelle est leur mesure en
» médecine ? » — Et l’autre de répondre : « Pour la médecine, ils
» connaissent les humeurs, les corps simples ; ils savent traiter la
» chaleur et le froid ainsi que l’excédent de bile et de pituite, et
» cela par des drogues qui leur ont été nommées. Outre cela, ils
» ne savent rien de ce qu’on connaît aux Indiens sur le traitement
» des esprits vitaux et des maladies graves, sur les incantations et
» sur la manière de demander secours à certains esprits contre
» certains autres. — Et pour l’astronomie ? dit le roi. — Ils y ont
» fort petite part ». — Et Chosroès de reprendre : « Qu’as-tu entendu
» dire à propos de la fabrication d’or et d’argent dont certains d’entre
» eux se prétendent capables, et des teintures qui permettent de
» modifier la constitution d’une substance en l’y plongeant ?
» Qu’as-tu entendu dire au sujet de leurs talismans dont il nous
» a été parlé ? ». — Il répondit : « Ce sont là des affaires que je
» me suis spécialement préoccupé de découvrir, mais je n’ai rien
» trouvé de réel en tout cela. Les talismans sont d’antiques choses
» qui existaient sur terre : celui qui avait quelque pouvoir sur
» quelque chose [145] était familiarisé avec des formules, des
» incantations et des procédés pour faire des nœuds à des statues
» — j’en ai vu moi-même —, toutes choses7 qui étaient pratiquées
» dans les temps passés, avant l’apparition de Jésus. Mais aujour-
» d’hui plus personne ne prétend à cette connaissance et à sa mise
» en pratique ».

14Suivant une tradition, lorsque les Rūm dévastèrent Jérusalem, Allah les prédestina à voir leurs femmes captives, chaque jour. Aussi pas un jour ne passe sans qu’une des nations qui environnent les Rūm ne fasse captives quelques-unes de leurs femmes.

***

15La mer des Rūm s’étend d’Antioche à Constantinople ; ensuite elle tourne, partant du côté de l’ouest [d’une part] jusqu’à ce qu’elle débouche derrière Derbend (Bāb al-Abwāb) qui fait partie de la région des Ḫazar et [d’autre part] jusqu’à ce qu’elle atteigne Kairouan et Tripoli (Aṭrābulus), en Ifrīqiya, ensuite l’Espagne (al-Andalus), puis l’Extrême-Sūs et les Îles Fortunées.

  • 8 Il faut probablement conserver la leçon du texte (...)

16La terre des Rūm est occidentale. Elle s’étend d’Antioche à la Sicile (Ṣiqilliyya), et de Constantinople à l’Apulie8. La majeure partie des habitants sont grecs, slaves et andalous. Les Slaves sont de deux espèces : les uns, bruns et basanés, sont ceux qui habitent les régions voisines de la mer ; les autres, blancs et souvent beaux, sont ceux qui habitent l’arrière-pays.

17La capitale est Constantinople. Antioche se trouve au bord de la mer ; c’est là que se réunissent les patrices.

18De Tarsous (Ṭarasūs), il y a 100 milles jusqu’au détroit de Constantinople (ḫalīğ al-Qusṭanṭīniyya). On y trouve la mosquée [construite par] Maslama b. ‘Abd al-Malik alors qu’il assiégeait Constantinople. Le détroit de Constantinople s’étend jusqu’à la mer de Syrie. La largeur du détroit à Abydos (Abidūs) est égale à une portée de flèche. Lorsqu’il arrive à la mer de Syrie, sa largeur, à l’endroit où il y aboutit, est aussi égale à une portée de flèche. Il y a là un gros rocher [146] surmonté d’une tour, avec une chaîne qui interdit aux vaisseaux des Musulmans l’entrée du détroit.

19Amorium (‘Ammūriyya) se trouve en deçà du détroit ; entre cette ville et Constantinople, il y a 60 milles.

  • 9 On a adopté une variante (...)

20On dit que les patrices grecs, qui se trouvent avec l’empereur à Constantinople, sont au nombre de 12 et qu’ils disposent de 4 000 hommes9.

  • 10 Sans doute faut-il lire encore (...)

21On a rapporté ce récit de Ka‘b : Constantinople, se réjouissant de la ruine de Jérusalem, devient fière et arrogante ; aussi fut-elle appelée « l’orgueilleuse ». Elle déclara : « Si le trône de mon
» Seigneur se trouve sur l’eau, moi aussi j’ai été bâtie sur l’eau ». Aussi Allah la menaça du châtiment avant le jour de la Résurrection et lui déclara : « Par Ma puissance et Ma majesté, J’enlèverai tes
» bijoux, ta parure, tes vêtements de soie, ton vin et ton pain10 ;
» Je te laisserai telle que pas un coq ne chantera chez toi et que tes
» seuls habitants seront les renards et les chacals ; Je ferai descendre
» sur toi trois feux, l’un de poix, l’autre de soufre et le troisième
» de naphte ; Je te laisserai complètement chauve ; ce sera le vide
» entre toi et le ciel ; ta voix parviendra au plus haut du ciel, car
» il y a longtemps que chez toi on me donne des associés et on
» adore un autre que Moi ; chez toi seront déflorées des jeunes
» filles dont la beauté éclipse presque le soleil et Je te ferai crier
» plus fort que le mugissement de la mer ! ».

22Aussi que celui de vous qui aura connaissance de cela ne se montre pas incapable d’aller jusqu’au palais de leur roi, car vous y trouverez le trésor de douze de leurs souverains, trésor augmenté, et non diminué, par chacun d’eux. Vous partagerez cela en mesurant avec des boucliers et en coupant avec des haches. Vous emporterez de leurs trésors ce que vous pourrez et vous les partagerez à Chalcédoine (Ġaḏqadūniya/Ḫalqadūniya). Alors quelqu’un viendra vers nous, du côté de la Syrie [en disant] que l’Antéchrist [147] a paru, et vous abandonnerez ce que vous tenez. Et lorsque vous serez parvenus en Syrie, vous constaterez que c’était un mensonge, que ce n’était qu’un faux coup de trompette.

***

23Au dire de Ḫālid b. Ma‘dān, il n’est en Paradis d’autres animaux11 que le chien des Hommes de la Caverne, et que l’ânesse de Balaam. Le nom du chien des Hommes de la Caverne est Dīn (suivant une autre autorité, il s’appellerait Ḥumrān) ; le nom de la Caverne est Ğīrum ; et les compagnons d’ar-Raqīm sont à Constantinople, dans une montagne située dans un ravin : ils sont treize.

***

24L’impôt foncier des Rūm, pour chaque superficie [fournissant] 200 boisseaux (mudy), est de trois dinars par an. On prélève le dixième qui va aux greniers réservés à l’armée. On prélève sur les Juifs et les Mazdéens un dinar par tête et par an. On prélève sur toute maison où l’on allume du feu un dirhem par an. L’administration de l’empire est établie sur la base de 120 000 hommes ; un patrice pour 10 000 hommes ; le patrice suprême est le lieutenant de l’empereur et son premier ministre ; ensuite le logothète (luġuṯiṭ), chef du service de l’impôt foncier, puis le logothète, chef de la chancellerie (présentation des lettres) ; viennent ensuite le chambellan, le chef du service de la poste, le juge, le chef de la garde et le muraqqib (contrôleur ?).

25[148] Les Rūm élèvent des bovins, des chevaux et des ovins ; ils fabriquent une merveilleuse étoffe de soie à dessins (bazyūn) et du brocart de Rūm ; ils ont, comme aromates, le styrax (may‘a) et le mastic (maṣṭaka) ; ils ont les jeunes esclaves byzantines et les eunuques ; au fond de leur mer croît le corail rouge (bussāḏ). On voit chez eux la coupole de plomb qui se trouve dans une des régions désertes ; l’un d’eux a raconté qu’il y entra, vit ce qu’elle contenait et y remarqua une tablette portant cette inscription : « Ô fils
» d’Adam ! crains la mort, devance le trépas, et accrois la mise
» en réserve des actions vertueuses ; sache qu’il est facile pour la
» langue de mentionner la mort ; [sache] que mourir dans son lit
» est pire que [mourir] de mille coups de sabre, Ô fils d’Adam !
» guéris la mort par l’obéissance [à Dieu] ; sache que l’ange de la
» mort se montre clément à l’égard de ceux qui obéissent [à Dieu].
» Ô fils d’Adam ! si tu aimes ton âme, préserve-la des impiétés,
» pousse-la vers l’effort qui te procurera ensuite le repos ; prépare
» un viatique pour le long voyage, car quiconque se met en route
» sans viatique périt, Ô fils d’Adam ! que ton cœur est endurci !
» tu rends prospère une demeure périssable, et tu détruis une
» demeure durable, Ô fils d’Adam ! prends sur toi-même pour toi-
» même et déduis des causes les méthodes à suivre : car ce qui fait
» l’homme raisonnable, c’est la prudence ; la cause de l’accrois-
» sement, c’est le remerciement ; la cause du déclin du bonheur,
» c’est l’incurie ; la cause de la noblesse d’âme, c’est la fierté ; la
» cause de la culture intellectuelle, c’est l’application ; la cause de
» la haine violente, c’est l’envie ; la cause de l’amitié, c’est le ca-
» deau ; la cause de la fraternité, c’est l’affabilité ; la cause de la
» rupture, c’est la querelle ; la cause de la pauvreté, c’est le gas-
» pillage des biens ; la cause de l’inimitié, c’est la contestation
» entêtée ; la cause de l’amitié, c’est la libéralité ; la cause de la
» satisfaction des besoins, c’est la modération ; la cause de l’abais-
» sement, c’est la mendicité ; la cause de l’échec, c’est la pa-
» resse ; la cause du soupçon, c’est l’accompagnement des circons-
» tances douteuses ; la cause du mérite, c’est la continence ; la cause
» de la solidité de la raison, c’est la bonne épouse ; la cause de la
» richesse, c’est l’absence de corruption ; la cause de la colère, c’est
» la vantardise ; tous les biens, la raison les réunit ; celui qui n’a
» ni raison, ni point d’honneur, sa société ne vaut rien ».

26Le narrateur ajoute ceci : Une table était posée là, une table de sel sur laquelle auraient pu manger mille personnes ; elle portait cette inscription : « Ô fils d’Adam ! cent [149] rois ont mangé sur
» cette table, chacun d’eux atteint à l’œil gauche. Et combien
» furent ceux qui étaient intacts ! Ô fils d’Adam ! deux cent mille
» rois ont grignoté sous cette coupole ; mille rois ont ardemment
» désiré d’emporter cette table, ainsi que la plaque à inscription ;
» et tous sont morts ! ».

27Le narrateur ajoute : L’empereur, m’ayant convoqué, m’interrogea là-dessus. Je lui donnai des explications. Alors il pleura, puis il s’écria : « Quels excellents hommes que les Arabes ! que
» leur jugement est solide ! que leurs lignées sont nobles ! ». Ensuite il se montra libéral, me fit de beaux cadeaux et chargea quelqu’un de m’accompagner hors de ses États.

28Au dire d’Abū 1-Munḏir, les Rūm sont nommés Banū 1-Aṣfar parce que, leur roi mort, il ne resta parmi eux qu’une femme digne de régner. Alors ils s’accordèrent à prendre pour souverain le premier individu qui sortirait du défilé des montagnes. Or il sortit un Abyssin qui avait fui son maître ; ils le prirent donc et ils le marièrent à la reine : celle-ci lui donna un fils qui fut nommé al-aṣfar (le jaune) parce que né d’un noir et d’une blanche.

  • 12 Au lieu de « 140 millions » du texte, on a suivi Yāqūt (II, 868) [H.M.].
  • 13 Ibn Ḫurradāḏbih (115 ; éd.-trad. Hadj-Sadok, 19) n’en dénombre que 1200.

29Une des curiosités du pays des Rūm est Rome (Rūmiya ad-dāḫila) ; en effet, elle est merveilleusement bâtie et très peuplée ; elle est située à une année de voyage de Constantinople. Au dire de Ğubayr b. Muṭ‘im, n’était la voix des habitants de Rome, on entendrait le bruit fait par le soleil, là où il se lève. Au dire de Ḥasan b. ‘Aṭiyya, une ville située derrière Constantinople et nommée Rūmiya sera conquise par les Musulmans ; il s’y trouve 100 000 marchés contenant chacun 100 000 hommes. Au dire d’un savant, on fait retentir quotidiennement, à Rome, 120 000 simandres ; n’était le bruit fait par sa population, on entendrait les anges célébrer la gloire d’Allah et le soleil couchant lorsqu’il tombe. On dit que Rome renferme 600 000 bains. Au centre de la ville, se trouve une colonne de pierre qui porte l’image d’un chameau sculpté dans la pierre et monté par un homme de pierre qui tient un sabre. Je m’informai à son sujet, dit le narrateur : « Qu’est cela ? — Le fondateur de cette
» ville nous a dit : “Ne craignez pas pour votre cité jusqu’à
» ce que viennent à vous des gens de ce type ; car c’est eux qui la
» conquerront”« . Un des moines qui y pénétrèrent et y séjournèrent [150] une année, a rapporté ceci : sa superficie est de 28 milles sur 23 ; elle a trois portes d’or et, en outre, sept portes de cuivre ; elle a deux murailles de marbre séparées par un espace de 60 coudées ; la muraille extérieure est large de 18 coudées, haute de 62 coudées ; entre les deux murailles, coule un fleuve d’eau douce nommé Wusṭīṭābiris (Ostia Tiberis) qui circule dans la ville et entre dans les habitations ; il est couvert de plaques de cuivre dont chacune mesure 46 coudées et qui sont au nombre de 240 00012 ; le lit du fleuve a 93 coudées de profondeur sur 43 de largeur ; et, chaque fois qu’un ennemi les menace ou qu’une grave affaire survient, on retire ces plaques de sorte qu’apparaît, entre les deux murailles, un fossé infranchissable. La ville contient 24 000 églises13 pour les notables : les plafonds, les murs, les pierres d’angle, les colonnes et les fenêtres sont des monolithes de marbre blanc. Dans la ville, il y a beaucoup d’artères, chacune contenant 1 223 maisons. La ville contient 10 000 couvents d’hommes, 10 000 couvents de femmes et 220 couvents de moines. Elle contient aussi 12 000 rues dans chacune desquelles coulent deux canaux, l’un pour boire, l’autre pour les latrines. Elle renferme aussi une église dite « église des nations », dans laquelle il y a 130 000 chaînes d’or. [151] On y voit encore 600 portes à deux battants de cuivre revêtu d’or. Les descriptions consacrées à cette ville qu’on appelle Rome sont longues et les transcrire me prendrait trop de temps.

Notes

1 H. Massé a adopté la leçonImage proposée par Flügel, mais, comme p. 8 (ar.), il faut sans doute conserver celle du texte : Image = Thulé.

2 Passage emprunté à Ğāḥiẓ (v. JA, 1967, 86).

3 Le texte n’est pas sûr.

4 Il s’agit de ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb [H.M.].

5 Le passage est embarrassant. Flügel proposait, au lieu de Image de lire Image « l’esclave du pire d’entre vous, sa propriété ». On a cependant conservé la lecture de De Goeje.

6 Image doit être plutôt « une bonne mémoire ».

7 Lire Imageau lieu deImage.

8 Il faut probablement conserver la leçon du texte Image Thulé, comme ci-dessus p. 136 (ar.).

9 On a adopté une variante Image au lieu de Image.

10 Sans doute faut-il lire encore Image « ton bien et ton levain » comme p. 57 (ar.).

11 On a lu Image au lieu de Image [H.M.].

12 Au lieu de « 140 millions » du texte, on a suivi Yāqūt (II, 868) [H.M.].

13 Ibn Ḫurradāḏbih (115 ; éd.-trad. Hadj-Sadok, 19) n’en dénombre que 1200.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter