Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

La Syrie

Full text

1Au dire de l’auteur, la Syrie a été nommée Šām parce qu’elle se trouve à gauche de la Ka‘ba. On a dit aussi qu’elle avait reçu ce nom à cause de ses taches (Šāmāt) [92] rouges et noires.

2Ibn al-A‘rābī a dit : « Lorsque vous avez passé les deux
» montagnes de Ṭayyi’, qu’on appelle l’une Salmā, l’autre ‘Aǧa’,
» on dit de vous aš‘ama [et vous êtes en Syrie] jusqu’à ce que vous
» ayez passé Gaza (Ġazza), Damas, la Palestine, le Jourdain
» (al-Urdunn). Qmnasrīn est du ressort de l’Irak ».

3La Syrie, a-t-on dit, va de Kūfa à Ramla et de Bālis à Ayla.

4Au dire de ‘Abd Allāh b. ‘Amr, ce qui est bon fut partagé en dix parties, dont neuf furent mises en Syrie et la dixième dans les autres pays.

5Au dire de Wahb aḏ-Ḏimārī, Allah fit à la Syrie cette révélation : « Je t’ai bénie et sanctifiée, J’ai établi chez toi Ma résidence
» et vers toi le rassemblement de Mes créatures. Sois-leur donc spa-
» cieuse, tout comme l’utérus devient spacieux qui, si l’on y met
» deux fœtus, les contient facilement et qui, si l’on en met trois,
» les contient facilement. Mon œil est sur toi, depuis le commence-
» ment des années jusqu’à la fin des temps. Quiconque, chez toi,
» sera privé de richesse, ne manquera jamais de pain ni d’huile ».

6Voici ce qu’a rapporté Ǧubayr b. Nufayr al-Ḥaḍramī : La Syrie se plaignit à son Seigneur en lui disant : « Ô Seigneur !
» Tu as donné aux autres terres la préférence sur moi, par les
» montagnes et les fleuves ; et Tu m’as laissée comme le dos de
» l’âne ». Or Allah lui fit cette révélation : « Le pauvre se rassasiera
» chez toi ; Mon œil est sur toi, Ma main vers toi ».

7D’après une autre information, il a dit ceci : l’Envoyé d’Allah déclara : « La Syrie est ce qu’Allah possède de meilleur parmi Ses
» pays ; Il choisit pour elle ce qu’il possède de meilleur parmi Ses
» adorateurs. Ô gens du Yémen ! prenez garde à la Syrie, car la
» meilleure terre d’Allah, c’est la Syrie ».

  • 1 Textt : « habillent et déshabillent » [H.M.].

8Al-Ḥaǧǧāǧ dit à Ibn al-Qirriya : « Parle-moi du Makrān. — Son
» eau est rare, ses dattes sont de qualité inférieure ; ses plaines
» sont montagneuses ; ses brigands sont braves. Si les troupes sont
» en nombre, elles meurent de faim ; et si elles sont peu nombreuses,
» elles y trouvent leur perte. — Parle-moi donc du Khorassan.
» — Son eau est congelée ; ses ennemis sont acharnés ; l’audace de
» ses habitants est redoutable ; leur méchanceté opiniâtre. — Parle-
» moi donc du Yémen. — C’est la terre des Arabes, gens de tentes
» et de mérite. — Parle-moi donc de l’Oman. — Sa chaleur est
» terrible ; son gibier est facile à avoir ; ses habitants sont des brutes
» dont aucune n’a de tendresse. — Parle-moi donc du Baḥrayn.
» — C’est une ordure entre deux métropoles : beaucoup de monta-
» gnes, des habitants ignorants. — Parle-moi donc de La Mecque.
» — Ses habitants sont [93] savants, mais rudes ; les femmes y font
» la fortune ou l’infortune de l’homme1. — Parle-moi donc de
» Médine. — La science s’y est fixée ; ensuite elle s’est élevée et
» s’est répandue de là dans l’univers. — Parle-moi donc de la
» Yamāma. — Ses habitants sont rudes, endurants, riches, nom-
» breux, patients et astucieux. — Parle-moi donc de Baṣra. — Sa
» chaleur est terrible, son eau salée ; lui faire la guerre est juste ;
» tout commerçant y trouve asile ; tout voyageur la traverse.
» — Parle-moi donc de Wāsit. — C’est un paradis situé entre une
» belle-mère et une belle-fille qui l’envient ; entre le Tigre et le
» Zāb qui se le disputent. — Parle-moi donc de Kūfa. — Elle est
» assez basse pour être moins froide que la Syrie, et assez haute
» pour être moins chaude que le Yémen ; ses nuits sont bonnes, et
» elle offre bien des avantages. — Parle-moi donc de la Syrie.
» — C’est une épousée, au milieu de femmes assises qui toutes
» la conduisent chez son mari et lui font des cadeaux ».

9Au dire de ‘Adī b. Ka‘b, la parole divine (Coran, XXI, 71) : « Nous le sauvâmes [Abraham], ainsi que Loth, en l’amenant dans un pays où nous avions béni les hommes », désigne la Syrie.

JÉRUSALEM (AL-BAYT AL-MAQDIS)

10Au dire de ‘Adī b. Ka‘b, la parole d’Allah (Coran, X, 93) : « Nous préparâmes, pour les enfants d’Israël, une demeure parfaite
» et nous les approvisionnâmes en choses excellentes », désigne Jérusalem.

11Au dire de Muqātil b. Sulaymān, la parole d’Allah : « Nous
» le sauvâmes, etc. », désigne Jérusalem. La parole divine (Coran, XXIII, 52) : « Nous leur donnâmes asile [à Jésus et à Marie] sur
» une hauteur tranquille et riche en sources », désigne Jérusalem.
» Il en est de même du verset (VII, 125) : « La terre est à Allah :
» Il la donne en héritage à qui II veut parmi Ses adorateurs ».

12Allah y consolida le pouvoir de David ; Il lui soumit (Coran, XXXIV, 10, XXXVIII, 17 suiv.) les montagnes et les oiseaux qui chantaient Ses louanges à Jérusalem ; Il [94] lui donna Salomon (Coran, XXXVIII, 29) à Jérusalem ; Il pardonna à Salomon sa faute et lui fit comprendre la sagesse, à Jérusalem.

13Les prophètes israélites avaient coutume d’y offrir des sacrifices.

14Allah y élut Marie de préférence à toutes les femmes de l’univers.

15Il y donna la sagesse à Jean.

16Le nombril de la terre, c’est Jérusalem.

17D’après la tradition, celui qui prie à Jérusalem, c’est comme s’il priait au ciel ; la Ka‘ba sera cérémonieusement conduite avec tous ses pèlerins, le jour du Jugement, à Jérusalem, qui lui dira :
« Bienvenue à qui visite et est visité » ; toutes les mosquées d’Allah seront conduites de même vers Jérusalem. Ce dont le déluge se retira tout d’abord, c’est le Rocher (Ṣaḫra) de Jérusalem ; il y sera soufflé dans la trompette au jour du Jugement ; Allah y rassemblera les créatures ; le Paradis sera transporté à Jérusalem ; la porte du ciel sera ouverte sur Jérusalem ; Allah absoudra ceux qui viendront à Jérusalem, et ils seront dégagés de leurs fautes [et redeviendront] comme au jour où leur mère les enfanta.

18Allah dit à Moïse : « Va-t’en vers Jérusalem, car il y a là ma lumière et mon feu
», et Allah a garanti à quiconque y viendra que le pain quotidien ne lui fera pas défaut.

19L’Envoyé d’Allah a dit : « Vous émigrerez vers le lieu où
» émigra Abraham (c’est-à-dire Jérusalem), car quiconque prie
» deux rak‘as à Jérusalem est dégagé de ses fautes, [et redevient]
» comme au jour où sa mère lui donna le jour ; à chaque poil de
» son corps, il aura cent lumières aux yeux d’Allah ; et Allah, au
» jour du Jugement, le réunira aux prophètes ».

20Allah dit à Salomon, fils de David, lorsqu’il eut terminé la fondation de Jérusalem : « Demande-Moi, et Je te donnerai. — Ô
» Seigneur ! je Te demande de me pardonner ma faute — C’est
» accordé. — Ô Seigneur ! qui conque viendra vers ce temple
» avec le seul désir d’y prier, je Te demande de le dégager de ses
» fautes, afin qu’il redevienne comme au jour où sa mère l’enfanta.
» — C’est accordé — Je Te demande de rendre riche celui qui
» arrivera pauvre et de guérir celui qui arrivera malade. — C’est
» accordé. — Je Te demande d’avoir [95] l’œil sur Jérusalem
» jusqu’au jour du Jugement. — C’est accordé ».

21L’Envoyé d’Allah a dit : « On ne peut se diriger vers quelque
» chose de supérieur à ces trois mosquées : la mosquée du ḥarām
» [à La Mecque], ma mosquée [à Médine] et la mosquée de
» Jérusalem ; une seule prière à Jérusalem vaut mieux que mille
» prières partout ailleurs ; à quiconque en supporte patiemment
» l’adversité et les duretés, Allah apportera le pain quotidien
» devant, derrière, à droite, à gauche, au-dessus et au-dessous, de
» sorte qu’il se sustentera commodément et entrera ensuite au
» Paradis ».

22Jérusalem est la première terre qu’Allah bénit ; Allah y annonça à Abraham et à Sara la naissance d’Isaac ; Il y annonça à Zacharie la naissance de Jean-Baptiste ; les anges y escaladèrent le miḥrāb contre David (Coran, XXXVIII, 20) ; l’entrée en est interdite à l’Antéchrist, ennemi d’Allah ; Gog et Magog seront anéantis autour de Jérusalem.

23Adam a recommandé qu’on l’y inhumât ; de même Isaac et Jacob ; Jacob y fut transporté de la terre d’Égypte ; Marie y fut inhumée ; c’est là que prendront place le Ṣirāṭ (pont au-dessus de l’Enfer), la vallée de la Géhenne et la « présence divine » (sakīna, Coran, II, 249) ; c’est là que les hommes se rassembleront et se disperseront [pour le jugement dernier] ; c’est là qu’Allah pardonna à David ; c’est là qu’Abraham ajouta foi à sa vision (Coran, XXXVII, 105) ; c’est là que Jésus, dans son berceau, fit un discours aux gens (Coran, III, 41, V, 109) ; c’est vers elle que seront amenés le Paradis et l’Enfer, au jour du Jugement.

24Ka‘b a dit : « Celui qui visite Jérusalem, entre au Paradis ;
» tous les prophètes l’ont visitée et ont désiré la voir ; celui qui
» jeûne un seul jour à Jérusalem se trouve ainsi affranchi du feu
» infernal ; il n’est d’eau douce qui ne sorte de dessous le Rocher
» (Ṣaḫra) qui se trouve à Jérusalem ».

25Ibn ‘Abbās, à propos de la parole divine (LXXVII, 27) : « Nous vous faisons boire de l’eau douce », déclare : « Il s’agit
» de quatre fleuves : le Sayḥān, le Ǧayḥān, l’Euphrate et le Nil
» d’Égypte ; le Sayhān c’est le Tigre ; le Ǧayhān c’est l’Oxus
» (nahr Balḫ) ; quant à l’Euphrate c’est celui qui passe à Kūfa ».

26Ka‘b a dit : « Salomon, fils de David le prophète, avait 700
» concubines et 300 épouses légitimes ; Allah lui inspira par révé-
» lation de [96] bâtir Jérusalem ; il la faisait donc à l’aide des génies
» et des humains ; la nourriture qu’il leur donnait quotidiennement
» se composait en viande de 60 000 ovins, 20 000 veaux, 20 000
» paires de bœufs (faddān) et de la quantité de froment appro-
» priée ».

27Ka‘b a dit : « Adam descendit dans l’Inde ; alors il se prosterna,
» et son front toucha la Ṣaḥra de Jérusalem ». Il a dit aussi : « Ne
» la nommez pas Īliyā, mais Bayt al-Maqdis ; Īliyā n’est qu’une
» femme, fille de Bayt al-Maqdis ».

28Et encore : « Celui qui, venu à Jérusalem, y demande une
» chose à Allah, est assuré d’être exaucé s’il lui demande [ensuite]
» autre chose ».

29Voici ce qu’a dit Maymūna, affranchie de l’Envoyé d’Allah : Je dis à l’Envoyé d’Allah : « Dis-nous quelque chose de décisif au
» sujet de Jérusalem », et il répondit : « Que son oratoire (muṣallā)
» est excellent ! C’est le terrain du rassemblement et de la dispersion
» [des humains au jugement dernier], venez y prier, car la prière
» qu’on y fait en vaut mille ». Je repris : « Que mon père et ma mère
» te servent de rançon ! et celui qui n’est pas en état d’y venir ? ».— Il répondit : « Qu’il fasse une offrande d’huile pour l’éclairage du
» muṣallā ; car celui qui fait une offrande, c’est comme s’il y priait ».

30Ka‘b a dit : « Une femme entra au Paradis pour un fuseau
» de crins qu’elle avait offert à [la ville de] Jérusalem ».

31On a rapporté ces paroles d’Ibn ‘Abbās : « Jérusalem fut
» bâtie par les prophètes, habitée par les prophètes ; elle ne contient
» pas l’espace d’un empan où un prophète n’ait prié, où un roi ne
» se soit arrêté ».

32Fuḍayl b. ‘Iyāḍ a dit : Lorsque la qibla fut détournée vers la Ka‘ba, la Ṣaḫra de Jérusalem déclara : « Mon Dieu ! je n’ai pas cessé
» d’être qibla pour Tes adorateurs, jusqu’à ce que Tu aies envoyé
» la meilleure de Tes créatures ; et alors leur qibla fut détournée de
» moi ». — Allah répondit : « Réjouis-toi, car Je mettrai sur toi
» Mon trône, Je rassemblerai vers toi Mes créatures, Je réaliserai
» pour toi Mes desseins ; et c’est de toi que Je disperserai mes créa-
» tures ressuscitées ».

33Wahb a dit : « Les habitants de Jérusalem sont les voisins
» d’Allah, et Allah a le devoir de ne point tourmenter Ses voisins ».

34D’après Ka‘b, « Celui qui visite Jérusalem parce qu’il la
» désire ardemment, entre au Paradis ; celui qui y prie deux rak’as
» se dégage de ses fautes, [redevient] comme au jour que sa mère
» l’enfanta et se trouve doté d’un cœur reconnaissant et d’une
» langue qui fait mention d’Allah ; celui qui y fait l’aumône d’un
» dirhem se rachète ainsi du feu infernal ; à celui qui y jeûne
» un seul jour, son affranchissement du feu infernal est inscrit ».

35[97] Ka‘b a dit : J’ai lu, dans la loi de Moïse, qu’Allah dit à la Ṣaḫra : « Tu es mon trône inférieur ; c’est de toi que Je me suis
» élevé au ciel ; par-dessous toi, J’ai étalé la terre ; qui t’aime
» M’aime ; qui te hait Me hait ; celui qui meurt chez toi, c’est
» comme s’il mourait au ciel ; J’établis pour tes habitants qu’ils ne
» manqueront ni de pain ni d’huile durant les jours de leur exis-
» tence ; toute eau douce sort de dessous toi ; les jours ne dis-
» paraîtront pas avant que le Temple sacré [la Ka‘ba] n’ait été
» amené vers toi ; tous les temples où l’on fait mention de Mon
» nom se rangeront autour de toi comme se range le cortège
» autour de l’épousée ».

36Au dire de quelques-uns, Allah ayant rendu à Salomon son pouvoir à Ascalon (‘Asqalān), Salomon gagna Jérusalem à pied, par humilité et par reconnaissance envers Allah.

37Allah dit à Jérusalem : « Tu es sous Mon regard ; Je ne t’ou-
» blierai pas ; tu occupes, pour Moi, la place d’un enfant par
» rapport à ses parents ; tu contiens Mon paradis et Mon enfer ;
» vers toi, Je rassemblerai [les hommes] ; tu renfermes remplace-
» ment de Ma balance ».

  • 2 La septième manque [H.M.].

38Yaḥyā b. Kaṯīr a dit : « L’heure [dernière] ne paraîtra pas
» avant que sept murailles aient été établies autour de Jérusalem :
» une muraille d’or, une d’argent, une de perles, une de rubis,
» une de topaze, une de lumière »2.

39Jérusalem fut prise par ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb.

40On a rapporté ces paroles de Wahb b. Munabbih : Isaac ordonna à son fils Jacob d’épouser non une Cananéenne, mais une des filles de son oncle Lābān ; celui-ci habitait à al-Fadān ; Jacob alla donc le trouver, mais, saisi en route par une fatigue, il passa la nuit avec une pierre en guise d’oreiller ; or il vit en songe une sorte d’échelle dressée à la porte du ciel, près de sa tête, une échelle sur laquelle les anges descendaient et montaient ; et Allah lui fit cette révélation : « Je suis Allah ! il n’y a d’autre divinité que Moi ! Je
» suis ton dieu, celui de tes pères : Abraham, Ismaël, Isaac ; Je t’ai
» accordé l’héritage de cette terre sanctifiée, à toi et à ta postérité
» après toi ; Je t’ai béni, toi et tes descendants ; J’ai établi parmi
» vous le livre révélé, la loi et la prophétie. Par la suite, Je serai
» avec toi jusqu’à ce que Je te ramène vers ce même endroit ;
» [98] alors établis-y un temple dans lequel tu M’adoreras, toi et
» ta postérité ». Et, dit-on, il s’agit de Jérusalem. David mourut après lui, sans avoir achevé la construction du temple qui fut terminé par Salomon ; Nabuchodonosor (Buḫt Naṣṣar) le détruisit ; alors Isaïe (Ša‘yā), passant auprès et le voyant en ruine, s’écria (Coran, II, 261) : « Comment Allah fera-t-il revivre cette [ville],
» après qu’elle est morte ? Et alors Allah le fit mourir pour cent
» ans, puis II le ressuscita ». Et le temple fut rebâti par un des rois de Perse nommé Kūšak.

41Wahb b. Munabbih a dit ceci : Lorsque Allah voulut bâtir Jérusalem, Il le suggéra à la langue de David qui Lui dit : « Ô
» Seigneur ! qu’est-ce que ce temple ? ». — Et Allah lui fit cette révélation : « Ô David ! il sera la résidence de Mes apôtres et de
» ceux qui M’implorent en secret, et le point de la terre le plus
» rapproché de l’endroit du Jugement au jour de la résurrection ;
» J’ai donné l’assurance qu’aucun fidèle chargé de fautes et de
» péchés nombreux n’y viendra sans que Je lui pardonne et qu’il
» ne M’y demandera pardon sans que Je le lui accorde et que
» J’oublie ses fautes ». — Et David répondit : « Ô Seigneur ! donne-
» moi d’y parvenir ! »)3. Et Allah lui fit cette révélation : « Ô
» David ! celui dont les mains se sont souillées par les biens de ce
» monde ne touchera pas [à ce temple]. — Ô Seigneur ! n’as-Tu
» pas agréé mon repentir et ne m’as-Tu pas donné ce qui me
» satisfait ? ». Alors Allah lui fit cette révélation : « Ce temple est
» pur ; Je l’ai purifié des fautes, lavé des péchés ; c’est pourquoi Je
» t’ai interdit de le construire, afin que sa construction soit faite
» par les mains d’un de Mes prophètes qui ait les mains pures ». David avait déjà posé les bases de la mosquée, si bien que les murs s’étaient élevés, lorsque Allah lui fit une révélation lui ordonnant de s’abstenir de construire et lui faisant savoir que celui qui serait chargé de construire, après lui, était son fils Salomon et que le nom de cet édifice lui avait été donné. Allah lui annonça la bonne nouvelle du grand pouvoir qui, après lui, serait accordé à Salomon. Lorsque Allah eut fait cette révélation à David, ce dernier s’abstint de construire. Après la mort de David, Salomon, devenu roi, donna ordre d’édifier le temple, et de fournir annuellement 20 000 kurrs de froment, 20 000 kurrs d’olives ; il disposait de 70 000 hommes pourvus de pelles et de bêches, de 80 000 tailleurs de pierre ; il bâtit donc de pierre le temple, le revêtit de placages de bois à ornements ; il revêtit de plaques d’or le temple où il offrait des sacrifices ; il plaça, [99] dans le temple où il offrait des sacrifices, les effigies sculptées en bois de deux anges, les revêtit de feuilles d’or et les disposa à droite et à gauche de l’autel dans le mur ; il choisit, pour le temple, des portes à ciselures d’or et termina l’œuvre en treize années.

42Ensuite, il envoya quelqu’un vers Tyr (Ṣūr) ; on lui amena alors un individu qui façonnait l’airain et le cuivre ; et le roi en choisit, pour le temple, des objets innombrables : il choisit deux piliers de cuivre, chacun long de dix-huit coudées, avec une épaisseur de douze coudées ; il choisit, pour mettre à leur sommet, deux amphores hautes chacune de cinq coudées ; il choisit, pour chacune d’elles, des couvercles et des chaînes et suspendit à ces deux amphores 400 grenades de cuivre rouge sur deux rangées dont l’une faisait face à l’autre ; il fit un bassin de cuivre soutenu par douze taureaux qui l’entouraient avec des statues et des choses merveilleuses ; il orna les plafonds et les murs avec des rubis de diverses couleurs et d’autres pierres précieuses. Lorsqu’il eut terminé la construction du temple, Salomon choisit ce même jour comme fête annuelle ; il réunit les grands et les docteurs d’Israël et leur annonça qu’il avait bâti le temple pour Allah et que tout ce qui s’y trouvait appartenait exclusivement à Lui ; ensuite, il se dressa sur la Ṣaḫra et, élevant les mains vers Allah, il Le loua et Le glorifia en ces termes : « Ô mon dieu ! c’est Toi qui m’as donné la force de
» construire cette mosquée, qui m’as secouru dans cette entreprise,
» qui m’as soumis les génies, les démons, le vent, les oiseaux, Ô
» mon dieu ! inspire-moi la reconnaissance de Tes bienfaits et la
» dévotion à Toi, aide-moi à m’en acquitter, fais-moi mourir
» dans Ta religion, ne laisse pas dévier mon cœur après m’avoir
» bien dirigé, et exauce-moi. Ô mon dieu ! je Te demande, pour
» quiconque entrera dans cette mosquée, cinq privilèges : concède-
» les moi. Ô dieu de l’Univers ! qu’aucun pécheur repentant
» ne s’y rende sans que Tu lui remettes sa faute et sans que Tu
» lui pardonnes ; que celui qui craint n’entre pas dans ce temple,
» sans que Tu apaises son anxiété et sa crainte et sans que Tu le
» préserves du mal qu’il redoute et qu’il cherche à éviter ; qu’aucun
» malade n’entre au temple sans que Tu lui accordes guérison et
» santé ; qu’aucun indigent n’entre au temple pour demander Tes
» grâces, sans que Tu le rendes riche et que Tu lui donnes quelque
» chose, sur ce [100] qui est licite de sa subsistance, par un moyen
» qui ne lui sera pas préjudiciable. Le cinquième privilège, ô
» Seigneur ! c’est que Tu ne détournes pas Ton regard de quiconque
» entrera dans le temple, jusqu’à ce qu’il en sorte, à l’exception
» de ceux qui se proposent impiété ou injustice, ô Maître de
» l’univers ! ».

43La mosquée de Jérusalem, dit-on, est longue de 1 000 coudées, large de 700 coudées ; elle contient 4 000 pièces de bois, 700 piliers, 500 chaînes de cuivre ; on y allume, chaque nuit, 1 600 lampes ; elle possède 140 serviteurs ; elle reçoit mensuellement 100 jarres d’huile, et, annuellement, 800 000 coudées de nattes ; elle contient 25 000 cruches d’eau, 16 coffres pour les livres sacrés mis à la disposition des fidèles (musabbal) — et parmi lesquels certains qu’un homme ne pourrait porter ; la mosquée contient encore 4 minbars pour les prédicateurs volontaires, et un pour les prédicateurs à gages ; elle possède 4 bassins à ablutions ; les terrasses de la mosquée sont revêtues, au lieu de mortier, de 45 000 plaques de plomb ; à droite du miḥrāb, se trouve une dalle noire sur laquelle est décrite la nature de Muḥammad4 ; derrière la qibla, une pierre blanche porte l’inscription : « Au nom d’Allah clément et miséricordieux !
» Muḥammad, envoyé d’Allah, Ḥamza l’a secouru ». A l’intérieur de la mosquée, se trouvent trois maqṣūras pour les femmes, longues chacune de 70 coudées ; la mosquée a 50 portes intérieurement et extérieurement ; au milieu de la mosquée se trouve une estrade de 300 coudées sur 150, haute de 9 coudées avec six degrés qui mènent à la Ṣaḥra ; celle-ci tient le milieu de l’estrade, a cent coudées dans les deux sens, 70 coudées de hauteur, 360 coudées de tour ; on y allume, chaque nuit, 300 lampes ; elle a 4 ouvertures à arcatures avec chacune 4 portes ; chacune de ces portes est précédée d’un porche de marbre ; le rocher de la Ṣaḥra a 33 coudées sur 27 ; par-dessous se trouve une grotte où l’on prie [101] et où 69 personnes tiennent aisément. Le carrelage [du sol] de la coupole est en marbre blanc ; ses plafonds sont d’or rouge ; tout autour des murs, à la partie supérieure de la coupole, il y a 56 ouvertures vitrées de diverses sortes de verres, chaque ouverture ayant 6 coudées sur 6 empans. Quant à la coupole, ‘Abd al-Malik b. Marwān la fit bâtir sur 12 piliers d’angle et 30 colonnes ; c’est une coupole reposant sur coupole, revêtue de feuilles de plomb et de feuilles de cuivre dorées, avec des murs couverts de marbre blanc, intérieurement et extérieurement. A l’est de la coupole de la Ṣaḥra, la Coupole de la Chaîne repose sur 20 piliers de marbre revêtus de feuilles de plomb. Devant elle, l’oratoire d’al-Ḫiḍr tient le milieu de la mosquée. A l’angle syrien, la Coupole du Prophète et la Station de Gabriel. Vers la Ṣaḥra, la Coupole de l’Ascension (mirāǧ). En fait de portes, la porte de David, la Porte de Rémission (Coran, II, 55, VII, 161), la Porte du Prophète, la Porte du Repentir où se trouve le miḥrāb de Marie, la Porte de la Vallée, la Porte de la Miséricorde avec le miḥrāb de Zacharie, les portes des Tribus (asbāṭ) avec la grotte d’Abraham et le miḥrāb de Jacob, la Porte de l’Hôtel d’Umm Ḫālid. A l’extérieur de la mosquée, à la Porte de la Cité et à l’ouest, le miḥrāb de David et le point d’attache d’al-Burāq, à l’angle du minaret de la qibla.

44‘Ayn Sulwān est au sud de la mosquée que Ṭūr Zaytā domine ; dans leur intervalle, se trouve la vallée de la Géhenne : c’est de là que Jésus monta aux cieux ; sur cette vallée, sera jeté le pont Ṣirāṭ ; la mosquée contient l’oratoire de ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb et les tombeaux des prophètes.

45Bethléem (Bayt-Laḥm) est à une parasange de la ville ; c’est le lieu de la naissance de Jésus. La mosquée d’Abraham se trouve à 15 milles de là [à Hébron] et contient les tombeaux d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de Joseph et de Sara. La chaussure du Prophète est chez l’imam [de la mosquée].

46La chaîne qui décidait entre les adversaires fut établie par Salomon. Parmi les choses étonnantes qu’il établit à Jérusalem, figure également ceci : dans un des angles de la mosquée fut fixé un bâton d’ébène ; or les descendants des prophètes pouvaient le toucher impunément, quant à tous les autres, le bâton leur brûlait la main.

47L’édifice de Salomon demeura tel jusqu’à l’expédition de Nabuchodonosor (Buḥt Naṣṣar) qui détruisit Jérusalem, réduisit la mosquée en ruine, prit ce que [102] ses plafonds portaient d’or, d’argent et de pierres précieuses, et emporta tout cela vers sa capitale, en Irak. Jérusalem resta ruinée jusqu’à ce que le prophète Isaïe (Ša‘yā) passa près d’elle et la vit en ruine ; c’est lui qu’Allah désigne par ces paroles (Coran, II, 261) : « Ou bien, comme celui
» qui passa près d’une ville, ville aux demeures inhabitées » ; par la suite, Jérusalem fut [re] bâtie par un des rois de Perse, nommé Kūšak.

48Entre Jérusalem et ar-Ramla, 18 milles. Ar-Ramla est un district de Palestine ; elle fut la capitale de David, de Salomon, de Roboam fils de Salomon et des descendants de Salomon.

49Lorsque al-Walīd b. ‘Abd al-Malik monta sur le trône, il mit Sulaymān b. ‘Abd al-Malik à la tête de la milice (ǧund) de Palestine. Celui-ci s’installa à Lydda (Ludd). Ensuite, il fonda la ville d’ar-Ramla et en fit une métropole ; il y établit tout d’abord la citadelle et l’hôtel connu sous le nom d’Hôtel des Teinturiers ; il installa dans cet hôtel un bassin qui en tenait le milieu ; ensuite il traça le plan de la mosquée et la fit bâtir ; il autorisa les habitants à construire et ils construisirent. Il creusa pour les gens d’ar-Ramla leur canal appelé Barada ; il creusa aussi des puits d’eau douce. A la dépense de la construction d’ar-Ramla et de la mosquée-cathédrale, il commit un homme à lui, scribe chrétien appartenant à la population de Ludd et nommé al-Batrīq b. Bakā.

50La ville d’ar-Ramla n’existait pas avant Sulaymān ; son emplacement n’était que dunes (ramla). L’Hôtel des Teinturiers passa aux héritiers de ṣāliḥ b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. ‘Abbās parce qu’il fut enlevé aux Umayyades ; ceux-ci payaient l’entretien des puits d’ar-Ramla et de son canal, après Sulaymān b. ‘Abd al-Malik ; Abū 1-‘Abbās [as-Saffāḥ], devenu calife, se chargea de cette dépense, et il en fut de même pour ses successeurs ; mais lorsque al-Mu‘taṣim bi-llāh devint calife, il rendit une ordonnance au sujet de cette dépense ; on cessa de discuter cette question et l’on fit passer la dépense à la charge des agents auxquels on en tenait compte.

***

51[103] Parmi les districts de Palestine figurent, en outre, ‘Amwās, le district de Lydda (Ludd), celui de Yubnā, celui de Jaffa (Yafā), celui de Césarée (Qaysāriyya), celui de Naplouse (Nābulus), celui de Sébaste (Sabasṭya), celui de Bayt Ǧibrīn, celui de Gaza (Ġazza) et d’Ascalon (‘Asḳalān).

52La Palestine (Filasṭīn) doit son nom à Filsīn, fils de Kaslūḥīm, fils de Ṣadaqya, fils de Kan’ān, fils de Ḥām, fils de Nūḥ le prophète.

53Ibn al-Kalbī a dit, au sujet des paroles d’Allah (Coran, V, 24) : « Entrez dans la terre sanctifiée qu’Allah vous a prescrite », qu’il s’agit de la Palestine ; de même pour les paroles divines (Coran XXI, 71) : « Une terre où nous avons béni les hommes ».

54La Palestine est un pays vaste et riche ; c’est, dit-on, une fondation des Grecs qui y auraient importé l’olivier.

55Le Prophète a dit : « Je vous apporte la bonne nouvelle des
» deux épousées : Gaza et Ascalon ».

56‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb a dit : « Sans [ma crainte] que les garni-
» sons-frontières ne soient abandonnées et qu’Ascalon ne devienne
» trop étroite pour sa population, je vous parlerais de son excel-
» lence ». ‘Abd Allāh b. Salām a dit : « Toute chose possède une
» partie supérieure ; or, celle de la Syrie, c’est Ascalon ». Ascalon fut conquise par Mu‘āwiya, sous le califat de ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb.

57On rapporte ces paroles d’Ibn ‘Abbās : Un homme vint trouver l’Envoyé d’Allah et lui dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Je désire
» me rendre en Irak ». — Et le Prophète lui répondit : « Va en
» Syrie, car Allah m’a garanti la Syrie et ses habitants ; ensuite,
» en Syrie, attache-toi à Ascalon, car, lorsque la meule tournera
» sur mon peuple, les gens d’Ascalon se trouveront dans le repos
» et le bien-être ».

58Au dire d’Abū Umāma al-Bāhilī, l’Envoyé d’Allah déclara :
» Celui qui tiendra garnison dans la place-frontière d’Ascalon
» durant un jour et une nuit, et qui mourra ensuite, même soixante
» ans après, mourra en martyr, même s’il meurt en terre infidèle ».

59L’impôt (ḫarāǧ) de la Palestine est de 500 000 dinars.

[104] DAMAS

60Au dire d’al-Kalbī, Damas (Dimašq ou Dimišq) a été construite par Dimašq, fils de Fānī, fils de Mālik, fils d’Arfaḥšaḏ, fils de Sām, fils de Nūḥ. Au dire d’al-Aṣma‘ī, [le nom de] Damas a été pris de damšaqūhā, c’est-à-dire « ils l’ont dépêchée ».

61Ka‘b déclare à propos de la parole d’Allah (Coran, XCV, 1) « wa-t-tīn », qu’il parle de la montagne sur laquelle se trouve Damas ; que, par « wa-z-zaytūn » (pour l’olivier), Il désigne celle qui supporte Jérusalem ; « Ṭūr Sīnā » (le Sinaï ; Coran, XCV, 2) est le lieu où Allah interpella Moïse « al-baladi l-amīni » (ce pays de sécurité), est La Mecque.

62Ka‘b déclare qu’un parc à bœufs, à Damas, vaut mieux qu’une demeure somptueuse à Ḥimṣ. Il déclare également, à propos de la parole d’Allah (Coran, LXXXIX, 7) « une semblable à elle ne
» fut pas créée dans l’univers », qu’il s’agit de Damas.

  • 5 H. Massé hésite, pour malāḥim, entre massacres et prédictions ; peut-être faut-il traduire : « con (...)

63Selon Ka‘b, l’asile des Musulmans contre les massacres5, c’est Damas ; leur refuge contre l’Antéchrist, c’est le nahr Abī Fuṭrus et contre Yagog et Magog, c’est le Sinaï.

64Hārūn ar-Rašīd dit à al-Ḥusayn b. ‘Ammār : « Je t’ai chargé
» d’administrer Damas : c’était un paradis entouré d’étangs dont
» les ondes se déversent sur des jardins semblables aux étoiles
» brillantes ; or tu n’as cessé d’user de violence à l’égard des affaires
» de ses habitants, si bien que tu l’as rendue plus dénudée que la
» pierre et plus solitaire que le désert ». — Ḥusayn répondit : « Par Allah ! Commandeur des Croyants, je n’ai cherché qu’à
» obtenir l’assistance divine, mais j’ai vu des gens qui, parce que
» l’équité leur pesait au cou, se sont dispersés par les champs de
» course de l’injustice, ont considéré que témoigner leur aversion
» en abandonnant la mise en valeur [du pays], c’était le plus sûr
» moyen de nuire au pouvoir et ont voulu créer ainsi des embarras
» aux fonctionnaires ; si donc le Commandeur des Croyants se fâche,
» il prend la part la plus large au mal qui m’est fait. — Voilà,
» répondit ar-Rašīd, la plus vigoureuse parole qu’on ait entendue
» d’un homme dans la crainte ».

65Al-Aṣma‘ī déclare : « Il y a trois paradis en ce monde : les
» jardins (Ġūṭa) de Damas, l’Oxus (nahr Balḫ) et le nahr al-
» Ubulla ; il y a trois latrines en ce monde : al-Ubulla, Sīrāf et
» l’Oman ». Et il dit encore : « Ce bas-monde a deux jeunes mariées :
» Rayy et Damas ».

66[105] Yaḥyā b. Akṭam déclara : « Il n’est pas sur terre de pays
» plus agréable que ces trois pays : le Qahanduz de Samarcande,
» la Ġūṭa de Damas et le nahr al-Ubulla ».

  • 6 Le sixième manque [H.M.].

67D’après al-Madā‘īnī : « La province de Damas a pour capitale
» la Ġūṭa ; sa région comprend le district de Sanīr, la kūra de
» Ġubayl, Beyrouth, Ṣaydā, Baṯaniya, le Ḥawrān, Ǧawlan,
» Ẓāhir al-Balqā’, Ǧibrīn, al-Ġawr, le pays de Mu’āb, le pays
» des Ǧibāl, le pays d’aš-Šarāt, Buṣrā, ‘Ammān, al-Ǧābiya, al
» -Qaryatāni, al-Ḥūla et al-Biqā‘. Les ports qui en dépendent, au
» nombre de six, sont ceux de Ṣaydā, de Beyrouth, de Tripoli, de
» ‘Arqa, de Tyr6. Sa (?) chaire est rattachée à Damas, mais son
» impôt foncier va au Jourdain. Le ḩarāǧ de Damas s’élève à plus
» de 400 000 [dinars] ».

68Damas a été soumise pour quatre cinquièmes par traité et un cinquième de vive force (ce cinquième est celui de Ḫālid b. al-Walīd). Elle fut conquise l’an 14 au milieu du mois de raǧab, sous le califat de ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb.

69Al-Buḥturī dit au sujet de Damas (basīṭ) :

Quant à Damas, elle a montré ses beautés, et son panégyriste tient ce qu’il t’a promis,
Aussi souvent que tu désires remplir ton regard avec une ville reconnue belle et avec une saison qui ressemble à la ville.
Les nuées, au soir, se trouvent sur ses monts, en se suivant ; au matin, les fleurs couvrent ses déserts, éparpillées.
Aussi n’y vois-tu d’ordinaire qu’eau de nuage ruisselante et fraîche, verdure exubérante ou oiseau qui gazouille.
On dirait que la canicule repart après être venue, ou bien que le printemps s’approche après s’être éloigné.

  • 7 Vers adressés à Abu 1-Muġīṭ Mūsā b. Ibrāhīm al-Rāfiqī, Dīwān, éd. Beyrouth 1905, 175-6 [H.M.].

70Abū Tammām dit7 (kāmil) :

N’étaient ses jardins, et que je n’y vois pas de trône, je l’aurais prise pour Balqīs.
[106] Je vois que le Temps s’est empressé vers toi, le visage joyeux et souriant, alors qu’il était maussade.
Ces vaux ont été illuminés, ces collines ont été sanctifiées, grâce à son voisinage.

71On a dit qu’il y avait quatre merveilles au monde : le pont de Sanǧa, le phare d’Alexandrie, l’église d’Édesse (ar-Ruhā) et la mosquée de Damas.

72La cité de Damas a six Portes : la Porte d’al-Ǧābiya, la petite Porte, la Porte de Kaysān, la Porte de l’Est, la Porte de Thomas (Tūma), la Porte du Paradis (al-Farādis) ; telles étaient les portes à l’époque des Byzantins.

73Lorsque al-Walīd b. ‘Abd al-Malik voulut construire la mosquée de Damas, il fit venir les Chrétiens de la ville et leur dit : « Nous voulons ajouter à notre mosquée votre église que voici ;
» nous vous donnerons un emplacement d’église là où vous vou-
» drez ». Or les Chrétiens le mirent en garde contre ce projet, en lui disant : « Nous trouvons dans notre Livre que personne ne démolira
» l’église sans périr d’étouffement ». Et al-Walīd de répondre : « Eh
» bien ! je serai le premier à la démolir ! », et il s’attaqua à elle — il portait une robe (qabā) à manches jaunes — et il la démolit de sa main ; les gens démolirent avec lui et, par la suite, al-Walīd agrandit la mosquée. Après qu’il eut démoli l’église, l’empereur byzantin lui écrivit ceci : « Tu as démoli l’église que ton père avait jugé bon
» de laisser [subsister]. Si ce que tu as fait est juste, ton père s’était
» trompé ; si cela est inutile, tu as contredit ton père ». Al Walīd, ne sachant que répondre, consulta les uns et les autres et écrivit en Irak. Or al-Farazdaq lui dit : « Réponds-lui, Commandeur des
» Croyants, par la parole d’Allah (Coran, XXI, 78) : “David et
» Salomon, lorsqu’ils prononçaient une sentence au sujet du champ
» cultivé, lorsque les moutons de la tribu, etc.”, jusqu’aux mots :
» “autorité et science” » ; al-Walīd écrivit en ces termes à l’empereur qui ne lui répondit pas.

74Al-Walīd compte parmi ceux qui accrurent les mosquées et qui en édifièrent : il construisit la mosquée du ḥarām (à La Mecque), la mosquée de Médine, la mosquée de Qubā, la mosquée de Damas. Le premier, il fit creuser des puits sur la route [qui va] de La Mecque en Syrie ; le premier, il construisit des hôpitaux pour les malades.

75Voici ce qui eut lieu à ce sujet : al-Walīd, parti en pèlerinage, passa près de la mosquée du Prophète ; [107] il y entra et vit une chambre empiétant dans la mosquée et ayant sa porte qui ouvrait dans la mosquée. « Que signifie donc cette chambre ? » dit-il. — On lui répondit : « C’est la chambre de ‘Alī b. Abī Ṭālib ; elle a été
» respectée par l’Envoyé d’Allah alors qu’il a condamné toutes les
» portes de ses compagnons ». — Al-Walīd dit alors : « Voilà un
» homme que nous maudissons du haut de nos chaires, chaque
» vendredi ! Puis, seule parmi toutes les autres, nous maintenons
» sa porte empiétant dans la mosquée de l’Envoyé d’Allah ! Démo-
» lis-la, page ! ». — Rawḥ b. Zinbā’ al-Ǧuḏāmī dit alors : « Ne fais
» pas cela, Commandeur des Croyants, avant d’avoir gagné
» la Syrie ; ensuite tu promulgueras ton ordonnance relative à
» l’agrandissement des mosquées des grandes villes, telles que La
» Mecque, Médine, Jérusalem, et tu édifieras une mosquée à Damas,
» et la démolition de la chambre de ‘Alī b. Abī Ṭālib sera comprise
» dans les agrandissements de la mosquée de Médine ».

76Al-Walīd agréa l’avis de Rawḥ, regagna la Syrie, entreprit la construction de la mosquée de Damas et y dépensa l’impôt foncier de l’État durant sept ans, afin qu’elle perpétuât son nom, et il acheva la mosquée en huit ans. Puis, lorsqu’on lui porta les registres de compte de dépenses de la mosquée de Damas, sur dix-huit chameaux, il donna ordre de les jeter au feu.

77— [Ibn Ḥurradāḏbih], dans le Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik, dit qu’il dépensa, pour la mosquée de Damas, trois fois l’impôt foncier du monde musulman ; la valeur des légumes mangés par les ouvriers, durant les journées de travail, atteignit 6 000 dinars. Cette mosquée contient 20 000 personnes ; elle renferme 600 chaînes d’or pour les lampes.

78Zayd b. Wāqid déclare : al-Walīd me mit à la tête des ouvriers [travaillant] à la mosquée de Damas. Y ayant trouvé une excavation, nous en informâmes al-Walīd ; il y descendit donc nuitamment. Or c’était une élégante chapelle de trois coudées sur trois ; et voici qu’il s’y trouvait une caisse contenant un coffret avec cette inscription : chef de Jean, fils de Zacharie. Ce que nous vîmes. Al-Walīd donna ordre de le placer sous un pilier déterminé. On le plaça donc sous un pilier incrusté de marbre (musaqqaṭ), le quatrième à l’est, connu sous le nom de pilier des Sakāsik. Abu Mihrān dit d’ailleurs que le chef de Jean, fils de Zacharie, se trouve sous le pilier des Sakāsik. Zayd dit également : « J’ai vu [108] le
» chef de Jean, fils de Zacharie, lorsqu’il fut placé sous le pilier :
» ni l’épiderme, ni les poils n’avaient changé ».

79On a dit qu’une des merveilles de la mosquée de Damas était la suivante : si quelqu’un y demeurait 100 ans, il y verrait à tout instant une merveille nouvelle.

80Ka‘b a dit : « On bâtira certainement à Damas une mosquée
» qui subsistera quarante ans après la destruction de la terre ».

81Le minaret qu’on voit à Damas servait de tour de guet aux Rūm dans l’église de Jean. Lorsque al-Walīd détruisit l’église et l’incorpora à la mosquée, la tour de guet demeura telle quelle. Al-Walīd détruisit dix églises et en fit des mosquées.

82Lorsque ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz devient calife, il dit : « Je
» vois dans la mosquée de Damas des richesses dépensées mal à
» propos ; aussi j’y remédierai comme je pourrai et je les restituerai
» au Trésor Public ; j’enlèverai ce marbre et cette mosaïque et les
» remplacerai par du mortier ; j’enlèverai ces chaînes et les rem-
» placerai par des cordes ». Or cela fut pénible aux Damascains
» dont les notables vinrent trouver le calife. Il y avait, parmi eux,
» Yazīd b. Sam’ān et Ḫālid b. ‘Abd Allāh al-Qasrī. Ḫālid leur dit : « Laissez-moi parler. — Parle », lui répondirent-ils. Lorsqu’ils pénétrèrent auprès du calife, Ḫālid lui dit : « Nous avons appris
» que tu avais, à l’égard de notre mosquée, telle et telle intention.
» — Oui. — Par Allah ! tu n’y as pas droit ! — Et qui y a droit ?
» est-ce ta mère, l’infidèle ? (la mère de Ḫālid était chrétienne).
» — Si elle est infidèle, elle a du moins mis au monde un Croyant ». ‘Umar rougit et dit : « Tu as dit vrai ».

83Or des ambassadeurs byzantins se présentèrent à ‘Umar ; ils entrèrent dans la mosquée de Damas pour la voir. Tandis qu’ils levaient la tête vers la mosquée, l’un de leurs chefs baissa la sienne et pâlit. On lui demanda pourquoi, et il répondit : « Nous tous,
» gens de Byzance8, nous racontons que les Arabes dureront peu.
» Mais, ayant vu ce qu’ils ont bâti, j’ai reconnu qu’ils disposent
» d’un laps de temps qu’ils rempliront ». ‘Umar, informé de ces propos, déclara : « Je vois que cette mosquée irrite les infidèles ». Aussi abandonna-t-il ce qu’il projetait à l’égard de cet édifice.

84La mosquée [de Damas] est construite en marbre et en mosaïque, couverte de teck, ornée de lapis lazuli et d’or ; le miḥrāb est incrusté de joyaux précieux et de pierres merveilleuses.

85Mu‘āwiya édifia la Ḫaḍrā’ à Damas, à l’époque de ‘Uṭmān b. ‘Affān. Chargé d’administrer [109] la Syrie, à l’âge de 38 ans, il devint calife à l’âge de 58 ans et mourut âgé de 78 ans. Le premier, il adopta les miḥrābs, les maqṣūras, la police, la garde et les eunuques et confisqua les biens.

  • 9 Flügel suggérait à De Goeje de lire (...)

86Certains avaient désapprouvé la construction de maisons et d’édifices, ainsi que la dépense et la prodigalité qu’elle entraîne, quand ils virent Ṭalḥa bātir sa demeure de brique et de plâtre, avec des portes de teck, ‘Uṭmān b. ‘Affān bâtir la sienne de pierres taillées symétriques, de bois de pin et de teck qu’on lui apporta de Basra, par mer (2), et d’Aden, par mer9, avec du plâtre apporté de Baṭn Naḫl, az-Zubayr construire quatre maisons : une à Miṣr, une à Alexandrie, une à Kūfa, une à Baṣra et Zayd b. Ṯābit dépenser pour sa maison 30 000 dirhems.

87Selon Ka‘b al-Ḥabr, il y a quatre cités paradisiaques : Ḥims, Damas, Bayt Ǧibrïn, Ẓufār du Yémen, et il y a quatre régions militaires (ǧund) de Syrie : Ḥimṣ, Damas, Palestine, Jourdain. Ka‘b ayant rencontré quelqu’un lui demanda d’où il venait. « De Syrie. — Tu fais partie de sa population ? — Oui. — Peut-
» être appartiens-tu au ǧund de ceux qu’Allah regarde deux fois
» par jour ? — Quel ǧund est-ce là ? — Celui de Palestine. — Je
» n’en suis pas. — Peut-être alors appartiens-tu au ǧund de ceux
» qui rencontreront Allah en vêtements verts ? — Quel ǧund est-ce
» donc là ? — Celui du Jourdain. — Je n’en suis pas. — Peut-être
» alors appartiens-tu au ǧund de ceux qui se mettront à l’ombre du
» Trône divin, le jour où il ne sera d’ombre que la sienne ? — Quel
» ǧund est-ce là ? — Celui de Damas. — Je n’en suis pas. — Peut-
» être alors appartiens-tu au ǧund de ceux parmis lesquels Allah
» suscitera 70 000 prophètes ? — Quel ǧund est-ce là ? — Celui de
» Ḥimṣ. — Je n’en suis pas. — D’où es-tu donc ? — De Qinnasrīn.
» — Cette cité n’est pas en Syrie : elle fait partie de la Mésopotamie
» que l’Euphrate sépare de la Syrie ».

88[110] Le revenu de Ḥimṣ est de 340 000 dinars ; ses districts sont nombreux ; entre autres, les deux districts de Salamiya et de Palmyre (Tadmur).

89On a dit que quand Marwān b. Muḥammad démolit la muraille de Tadmur, il arriva à une chambre plâtrée, fermée par une serrure qu’il ouvrit : il y avait là une femme reposant sur son occiput et, sur une de ses tresses, une feuille de cuivre portant cette inscription : « En ton nom, ô Allah ! je suis Tadmur, fille de
» Ḥassān. Qu’Allah avilisse quiconque pénétrera vers moi, dans
» ma chambre ». Le narrateur ajoute ceci : Par Allah ! ensuite Marwān ne régna que quelques jours ; ‘Abd Allāh b. ‘Alī, s’étant mis en campagne, le tua bientôt, dispersa sa cavalerie et anéantit son armée. Aussi dit-on qu’il avait réalisé l’invocation de la femme.

90On dit que la ville de Tadmur fut construite par Salomon, fils de David ; son architecture était surprenante ; beaucoup de figures et de statues. On dit que Salomon y bâtit un édifice contenant maqṣūras (chambres grillagées), galeries, vestibules, grandes salles, etc., et que la terrasse de ces chambres, maqṣūras, etc., était une pierre d’un seul morceau ; ce rocher a subsisté tel jusqu’à nos jours ; on voit encore à Palmyre l’effigie de deux jeunes filles [sculptées] dans la pierre, restes des statues de la ville.

91Un poète dit à leur sujet (wāfir) :

Ô vous deux, jeunes filles du peuple de Tadmur, dites-moi ! Ne vous ennuyez-vous pas de la longueur de votre séjour ?
Vous ne vous tenez pas sur des coussins moelleux, mais sur une dure montagne de marbre.
Vraiment, vous êtes, malgré les nuits qui passent, plus durables que les descendants des deux fils de Šamām.

92Abū Dulaf a récité, à leur sujet, ces vers dont il est l’auteur (kāmil) :

Qu’est-ce que ces deux statues, à Tadmur, qui ont saisi d’étonnement les gens d’esprit et tous les amoureux ?
Elles ont persisté malgré la longueur du temps qui passe, sans trouver d’ennui dans leur affection et leur étreinte.
Aussi que le temps, de ses coups, lance, à leurs deux corps, une flèche qui les sépare.
[111] Que le temps les éprouve par un nouveau coup et par la succession des nuits et des jours,
Afin que les sages connaissent que le dieu unique et créateur est seul durable.

93Abū l-Ḥasan al-‘Iǧli a récité, à leur sujet (raǧaz) :

Vraiment, celles qui, toutes deux, furent façonnées à Tadmur, ont chargé leur cœur d’une tristesse secrète ;
Elles reçurent la plus belle forme et ne redoutèrent pas les assauts des vicissitudes des temps.

94Tadmur fut soumise par capitulation pacifique accordée par Ḫālid b. al-Walīd à ses habitants.

  • 10 Cette énumération est fort suspecte, et le texte paraît loin d’être établi. Il ne semble pas qu’on (...)

95Les six parties du littoral correspondant à Ḥimṣ sont : les districts (kūrd) de Laodicée (al-Lāḏiqiyya), de Ǧabala, de Bulunyās, d’Anṭarṭūs, de Maraqiyya Kāsira, as-Saqy, Ḥabna, al-Ḥūla, ‘Amlū(?), Randak et Kabrāṯā10. Ayant passé L Euphrate, vous arrivez à Ḫušāf, à Nā’ūra, puis à Ḥalab (Alep) et Qinnasrïn et à leurs districts. L’impôt foncier de Qinnasrïn est de 4 000 dinars.

96Selon les anciens d’Antioche, les frontières des Musulmans étaient, à l’époque de ‘Umar et de ‘Uṯmān, Anṭākiya et les districts appelés par ar-Rašīd al-awāṣim c’est-à-dire ceux de Qūrus, d’al-Ǧūma, de Manbiǧ, d’Anṭākiya, de Tūzīn, de Bālis et de Ruṣāfat Hišām ; les Musulmans faisaient incursion au delà de ces frontières, comme lorsqu’ils faisaient incursion chez les Byzantins ; il y avait entre Alexandrette (al-Iskandariyya) et Ṭarsūs des forteresses et des garnisons appartenant aux Byzantins.

97[112] D’après ce qu’on a dit, Ḥimṣ est une construction des Grecs ; l’olivier de Palestine, une de leurs plantations. La cité de Ḥimṣ fut prise par Ḫālid b. al-Walīd qui accorda la paix à ses habitants moyennant 170 000 dinars. La cité de Ḥimṣ était pavée de rochers, comme elle l’est aujourd’hui. L’une des curiosités de Ḥimṣ est une représentation figurée sur la porte de la mosquée-cathédrale, du côté de la Bī’a (église ou synagogue ?) ; sur une pierre blanche, une figure dont le haut est d’un homme et le bas d’un scorpion : si quelqu’un est piqué par un scorpion, il prend du limon, le met sur cette figure puis le délaye dans de l’eau et le boit ; la douleur s’apaise, et il guérit sur l’heure. On dit que cette figure est un talisman, particulièrement contre les scorpions.

98Ḥimṣ fut prise avant Damas, la première nuit du mois de raǧab de l’an 14/21 août 625.

  • 11 Il faudrait sans doute lire : à Ḥimṣ [H.M.].

99A Damas11, il y a le Liban (Lubnān), montagne des anachorètes et des saints ṣūfis (abdāl), sur laquelle il y a toute espèce de fruits ; on y trouve de nombreuses sources d’eau douce ; cette montagne touche au pays des Byzantins.

100A la porte de Damas, s’élève le Ǧayrūn, une des constructions de Salomon, fils de David ; c’est une galerie (saqīfd) allongée [reposant] sur des piliers ; autour d’elle, une ville entourant le Ǧayrūn.

101Selon Abū ‘Ubayda, le Ǧayrūn est un pilier surmonté d’une cellule ; c’est une des constructions de Salomon ; une autre de ses constructions est al-Ablaq al-Fard ; al-Ward est un château bâti également par Salomon, fils de David.

102Suivant ce qu’on a dit, le premier qui fit construire la citadelle de Mopsueste (al-Maṣṣīṣa), au temps de l’Islam, fut ‘Abd al-Malik b. Marwān, par l’intermédiaire de son fils ‘Abd Allāh. Ensuite ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz y bâtit une mosquée du côté de Kafarbayyā ; il y pratiqua une citerne sur laquelle fut inscrit son nom. Ensuite, la mosquée fut détruite sous le califat d’al-Mu‘taṣim ; elle était appelée la mosquée de la citadelle : on y mit une garnison.

103Al-Manṣūr y bâtit une mosquée-cathédrale sur l’emplacement d’un temple qui s’y trouvait et la fit trois fois grande comme la mosquée de ‘Umar. Ensuite al-Ma‘mūn l’agrandit, lorsque [113] ‘Abd Allāh b. Ṭāhir gouvernait le Maghreb. Al-Manṣūr installa [dans la citadelle] 1 000 hommes [avec solde] ; al-Mahdï en ajouta 2 000, mais sans leur assigner de solde parce que la ville était remplie de milices et de volontaires.

104Selon Abū n-Nu‘mān al-Anṭākī, la route entre Antioche et Mopsueste abondait en fauves ; le lion s’y présentait aux gens. Or, lorsque ce fut l’époque d’al-Walīd b. ‘Abd al-Malik, on se plaignit à lui de cet état de choses ; alors il envoya 4 000 buffles et bufflesses et ce fut un bienfait d’Allah.

105Selon al-Wāqidī, lorsque al-Ḥasan b. Qaḥṭaba aṭ-Ṭā’ī fit une incursion dans le pays des Byzantins, en l’année 162, à la tête de gens du Khorassan, de Mossoul, de Syrie, et de volontaires de l’Irak et du Hedjaz, il sortit de la région avoisinant Tarsous (Ṭarsūs). Or il manda à al-Mahdī qu’en la [re]construisant, en la fortifiant et en la remplissant de combattants, il y aurait un grand avantage pour l’Islam et un moyen d’humilier l’ennemi. S’étant avancé dans la plaine de Tarsous, il chevaucha jusqu’à la ville — elle était alors en ruine — l’examina et en fit complètement le tour ; il évalua le nombre des habitants qu’elle pourrait contenir et trouva le chiffre de 200 000. Lorsque vint l’année 171, ar-Raṣīd apprit que les Byzantins s’étaient consultés au sujet d’une sortie vers Tarsous, afin de la fortifier et d’y organiser la lutte. Alors Harṯama b. A‘yan envoya des troupes en expédition d’été et ordonna de peupler Tarsous, d’y construire et d’en faire une grande ville. Ce qui fut fait. L’affaire fut remise aux mains de l’eunuque Faraǧ b. Sulaym qui bâtit la citadelle et la mosquée, et mesura la partie qui s’étendait entre les deux cours d’eau. Cet espace fournit jusqu’à 4 000 lots dont chacun avait 20 coudées de côté ; il assigna les lots à la population de Tarsous, au cours du mois de rabī’ II de l’an 172. Lorsqu’on fut en l’an 180, ar-Rašīd donna ordre de bâtir la cité de ‘Ayn Zarba et de la fortifier ; il y envoya, pour la peupler, des gens du Khorassan et leur en concéda les résidences. En l’année 183, il donna ordre de bâtir al-Hārū-niyya ; elle fut donc bâtie, pourvue d’une garnison prête à combattre et nommée d’après son nom. Ar-Rašīd donna ordre de bâtir la cité de l’Église noire (al-Kanīsa as-sawdā’) et de la fortifier.

106Al-Manṣūr avait chargé [114] Ṣāliḥ b. ‘Alī de reconstruire Malaṭya qui était en ruine ; Ḥasan b. Qaḥṭaba la termina, par ordre d’al-Manṣūr, et aida de sa personne et de ses deniers les ouvriers ; il disait souvent : « Celui qui arrivera le premier à un créneau, » touchera telle somme ». Les gens redoublèrent donc d’efforts dans le travail, si bien qu’ils terminèrent la construction de Malaṭya et de sa mosquée en six mois. Et la ville comptait, ce jour-là, 70 000 habitants. On y construisit, pour la milice qui s’y trouvait cantonnée, deux locaux inférieurs et supérieurs par ‘irāfa (la ‘irāfa compte 10 à 15 hommes). On construisit aussi un poste militaire pour les miliciens, à 30 milles de Malaṭya, ainsi qu’un poste sur une rivière nommée Qubāqib, qui se jette dans l’Euphrate ; ce dernier poste fut occupé par 4 000 guerriers mésopotamiens dont Ḥasan augmenta le prêt de 10 dinars, tandis que la milice recevait en dotation les terres cultivables. Il bâtit la forteresse de Qalawḏiya. Le désert s’étend à l’endroit dit Ḥiṣn Manṣūr, sur 40 parasanges.

***

107Al-Ḥaǧǧāǧ b. Yūsuf dit à Zādān Farrūḫ : « Parle-moi des
» Arabes et des amṣār. — Allah fasse prospérer l’émir ! Je connais
» mieux les Persans que les Arabes. — Parle quand même.
» — Demande-moi donc ce que bon te semble. — Parle-moi des
» gens de Kūfa. — Ils sont installés dans le centre urbain des gens
» du Sawād et ont pris quelque chose de leur hospitalité et de leur
» douceur. — Et ceux de Baṣra ? — Ils sont installés dans le centre
» urbain des gens du Ḥūz et ont pris quelque chose de leur ruse et
» de leur avarice. — Et ceux du Ḥiǧāz ? — Ils sont installés dans
» le centre urbain des Noirs et ont pris quelque chose de leur
» faiblesse d’esprit et de leur émotivité ». Alors al-Ḥaǧǧāǧ se fâcha,
» et Zādān lui dit : « Qu’Allah te rende puissant ! Tu n’es pas ḥiǧāzien,
» mais bien un homme originaire de la Syrie. — Parle-moi donc
» des gens de Syrie ! — Ils sont installés dans le centre urbain des
» Grecs (Rūm) et ont pris quelque chose de leur sociabilité, de
» leur industrie et de leur courage ».

108On a dit que le pays le plus poissonneux du monde s’étend de Māhīrūbān/Mahrubān à l’Oman ; que le pays le plus fertile du monde en dattes s’étend du Yémen à Baṣra et Haǧar ; que le pays le plus fertile du monde [115] en olives s’étend de la Palestine à Qinnasrīn.

109Selon al-Madā’inī, des députés de l’Iraq vinrent trouver Mu‘āwiya b. Abī Sufyān ; parmi eux se trouvait Ṣa‘ṣa‘a b. Ṣūḥān al-‘Abdī. Mu‘āwiya leur dit : « Soyez les bienvenus ; vous êtes
» arrivés le mieux du monde et vous avez abordé le meilleur des
» califes qui sera, pour vous, un bouclier ; vous êtes arrivés sur la
» terre sainte ; vous êtes arrivés sur la terre du Jugement dernier ;
» vous êtes arrivés sur une terre qui contient les tombeaux des
» prophètes ». — Or Ṣa‘ṣa‘a répondit : « Ô Mu‘āwiya ! quant à
» tes paroles : “vous êtes arrivé le mieux du monde”, on les dit de
» celui qui arrive auprès d’Allah, alors qu’Allah est satisfait de lui ;
» quant à tes paroles : “vous avez abordé votre calife qui sera, pour
» vous, un bouclier”, comment y aurait-il bouclier, du moment
» qu’il a été brûlé ? Quant à tes paroles : “vous êtes arrivés sur la
» terre sainte”, ce n’est pas la terre qui sanctifie ses habitants, mais
» bien ses habitants qui la sanctifient ; quant à tes paroles : “vous êtes
» arrivés sur la terre du Jugement dernier et de la dispersion”,
» l’éloignement du pays ne profite point à l’infidèle, ni ne nuit au
» Croyant ; quant à tes paroles : “vous êtes arrivés sur la terre des
» prophètes dont elle contient les tombeaux”, les Pharaons qui y
» sont morts sont plus nombreux que les prophètes ! ». — Et
» Mu‘āwiya de dire : « Tais-toi ! tu ne possèdes aucune terre ! — Ni
» toi non plus, ô Mu‘āwiya : “la terre est à Allah qui la donne en
» héritage à qui il veut d’entre ses adorateurs ; et la vie future est
» à ceux qui Le craignent” » (Coran, VII, 125). — Mu‘āwiya reprit : « Ô Ṣa‘ṣa‘a, vraiment, je n’aime pas te voir orateur. — Et moi,
» par Allah ! ô Mu‘āwiya, vraiment, je n’aime pas te voir émir ».

110On a dit : Dūmat al-Ǧandal est située en Syrie, forme frontière entre l’Irak et la Syrie, et se trouve à 7 étapes de Damas.

111Au dire de l’auteur, lorsque Anūširwān s’empara de Qinnasrīn, de Manbīǧ, d’Alep et d’Antioche, de Ḥimṣ, de Damas et de Jérusalem (Īliyā), il trouva belle Antioche et ses édifices. Or, de retour en Irak, il fit bâtir une cité sur le modèle d’Antioche, avec ses marchés, ses rues et ses habitations, et la nomma Zandḫusra ; c’est la ville que les Arabes appellent Rūmiya. Anūṣirwān ordonna d’y faire entrer les captifs d’Antioche. [116] Lorsqu’ils y entrèrent, ils s’y reconnurent parfaitement et chacun d’eux s’en alla vers sa demeure, à l’exception d’un savetier qui avait à sa porte, à Antioche, un mûrier ; ne l’ayant pas vu à sa porte, à Rūmiya, il resta interdit quelque temps, puis entra brusquement dans la maison : il la trouva pareille à celle qu’il habitait. Lorsque l’empereur grec vit ce que Kisrā avait conquis de ses cités, il fit la paix avec lui, et Kisrā députa l’un de ses satrapes vers les gens de Rūm pour percevoir tribut.

112‘Amr b. Baḥr [al-Ǧāḥiẓ] a dit : « Il y a des villes où le parfum
» s’altère et où son odeur disparaît : telle la citadelle d’al-Ahwāz ».

113Hārūn al-Rašīd s’était proposé de séjourner à Antioche, et les habitants en éprouvaient de la répugnance. Or donc, un de leurs anciens déclara, avec franchise : « Antioche n’est pas de tes villes,
» ô Commandeur des Croyants ! — Comment cela ? — Parce que
» l’excellent parfum s’y altère, si bien qu’on n’en tire plus parti
» pour grand’chose ; d’autre part, les armes s’y rouillent, seraient-
» elles [en acier] de Kedah (Qal’at al-Hind) ».

114On a dit : Le Sayḥān passe à Adana, le Ǧayḥān à Mopsuete, le Baradān ou Ġaḍbān à Tarsous, et le Ǧayḥūn est l’Oxus (nahr Balḫ).

115Selon Ibn Šawḏab, les eaux se perdront [dans la terre] avant le jour du Jugement, à l’exception du puits de Zamzam et du Jourdain (al-Urdunn) ; c’est ce qu’a dit Allah (Coran, II, 250) : « Allah vous éprouvera par un fleuve ».

***

116Les districts (kuwar) du Jourdain comprennent Tibériade (Ṭabariyya), as-Sāmira, Baysān, Faḥl, la kūra de Garas, Acre (‘Akkā), la kūra de Qadas, la kūra de Tyr (Ṣūr). Le revenu foncier du Jourdain est de 350 000 dinars. De Tibériade à al-Laǧǧūn, 20 milles ; puis, jusqu’à al-Qalansuwa, 20 milles ; puis, jusqu’à ar-Ramla, capitale de la Palestine, 24 milles ; cette cité se trouve sur la grand’route ; aussi les pèlerins de Syrie et des marches-frontières y font halte. La cité d’al-Laǧǧūn possède un rocher considérable et rond, situé hors de la ville ; [117] sur ce rocher se trouve une coupole dont on prétend que ce fut l’oratoire d’Abraham ; de dessous le rocher jaillit une eau abondante, et l’on rapporte qu’Abraham ayant frappé de son bâton ce rocher, il en sortit, en eau, de quoi mettre à leur aise les habitants de la ville et de sa banlieue jusqu’à nos jours.

117On a dit ceci : Nous possédons, dans nos régions, plus d’huile et d’olives qu’il n’y en a dans aucun pays. Et Allah a dit (Coran, XXIV, 35) : « … d’un arbre béni, d’un olivier… ».

118Une de leurs constructions surprenantes est Lydda (Ludd). Quelqu’un m’a raconté ce qui suit : Je dis à un habitant de Lydda : « C’est ce qui fut bâti par les démons, pour Salomon » et il répondit : « Vous autres, lorsque les édifices produisent une forte impression
» sur vous, vous les attribuez aux djinns et aux démons ; mais
» Lydda est antérieur à la naissance de Salomon, et de bien des
» siècles ».

119A sept milles de Manbiǧ, se trouve une source thermale, abritée par une coupole nommée al-Mudīr ; au bord de la source, une statue d’homme en pierre noire : les femmes prétendent que la femme stérile n’a qu’à frotter son organe contre le nez de la statue pour devenir féconde. La source contient un bain nommé ḥammām aṣ-Ṣawābī, avec une statue d’homme en pierre : l’eau du bain s’écoule par son organe.

120Une de nos curiosités, dit-on, est la pomme du Liban qui présente une étrangeté : alors qu’on l’emporte du Liban, c’est une pomme de montagne, saine, sans saveur ni odeur ; lorsqu’elle se trouve au milieu du fleuve al-Balīḫ, son parfum se répand. Cela ressemble au cas de la ḏarīra qu’on trouve à Nihāwand : en effet, il y a là un roseau dont on tire la ḏarīra qui n’a aucun parfum jusqu’à ce qu’on ait passé avec elle à Ṭaniyyat ar-Rikāb, à de nombreuses parasanges de Nihāwand : le défilé passé, son parfum se répand ; de là, on la transporte dans les pays.

121A Chiraz (Šīrāz), on trouve un pommier portant des fruits [118] dont la moitié est extrêmement douce et l’autre moitié extrêmement acide : il n’y a pas, dans tout le Fars, un autre arbre de cette espèce.

122On a compté, parmi les merveilles de la Syrie, quatre choses : le lac de Tibériade (aṭ-Ṭabariyya), la mer Morte (al-Buḥayra al-Muntina), les ruines de Baalbek (Ba‘labakk) et le phare d’Alexandrie (sic).

123Parmi les ruines de Baalbek, il y a un bloc de 15 coudées environ ; il est haut de 10 coudées, large de 15 coudées, long de 45 coudées : c’est un monolithe dans une muraille. Quant au phare d’Alexandrie, un homme y monte sur un cheval de charge jusqu’à en atteindre la partie supérieure ; il est bâti sur un crabe de verre. Quant au lac de Tibériade, on s’y rend et on l’utilise pour laver le linge ; quand c’est interdit, le lac devient putride. Quant à la mer Morte, rien ne s’y noie : tout ce qui y tombe flotte simplement sur l’eau.

124Un des défauts de la Syrie est l’abondance des pestes ; on dit : la fièvre de Ḫaybar, les pestes de Syrie, les boutons de Mésopotamie, la gale du pays du Zanǧ, le mal de rate du Baḥrayn.

125On a dit ceci : qui demeure une année à Mossoul voit sa force augmenter ; qui prolonge le jeûne à Mopsueste, on craint qu’il ne devienne fou ; qui s’avance de la frontière d’Irak vers le pays des Zanǧ est sans cesse affligé, tant qu’il y réside : en effet, la plupart de ceux qui en boivent le vin et le lait de noix de coco, deviennent comme insensés.

126Abū Hurayra a dit : « Je crains les puces de Syrie plus que les
» autres ».

127On a dit que la parole divine (Coran, XII, 101) : « [Allah]
» vous a amenés du désert » désigne la Palestine.

DÉBAT DES SYRIENS ET DES BAṢRIENS ; SUPÉRIORITÉ DE LA VIGNE SUR LE PALMIER

128Abū ‘Abbād Muḥammad b. Salama al-Baṣrī, connu sous le nom d’Ibn al-‘Allāf al-Qāri’, a dit ce qui suit : Je me trouvais, un jour du règne d’al-Mu‘tazz bi-llāh, au dīwān de l’impôt foncier à Samarra, en compagnie d’une troupe de lecteurs [du Coran] baṣriens ; nous réclamions nos allocations ; parmi nous se trouvait ‘Alī b. Abī Nāšir ; [119] [alors survinrent] plusieurs jeunes secrétaires d’al-Anbār, accompagnés du poète Abū Ḥumrān. Nous décrivions Baṣra, disant qu’elle possède le privilège d’être une terre de dîme (ṣadaqa) dont il n’est pas permis au souverain ou à ses agents de changer le statut ; nous parlions du flux et du reflux, des canaux, des mesures de temps et des mansions lunaires. Abu Ḥumrān dit alors : « Il n’est pas de ville qui n’ait reçu une espèce
» de supériorité qu’elle soit seule à posséder, et un genre de commo-
» dités refusé à toute autre ; la population admire ce privilège et
» se plaît à en faire l’éloge ». — Je lui répondis : « Du moment que
» tu as parlé ainsi, nous ne connaissons ni ville, païenne ou musul-
» mane, qui soit supérieure à Baṣra, ni terre sujette au tribut qui
» soit plus noble que la terre de ṣadaqa, ni arbre qui soit supérieur
» au palmier ; nous ne connaissons pas de ville où, plus qu’à Baṣra,
» la terre ferme soit près de la mer, la vie citadine près de la vie
» nomade, le pays cultivé près du désert, le nautonnier près du
» chamelier, le chasseur de bêtes sauvages près du pêcheur, le pla-
» teau près du bas-fond. C’est que Baṣra est le point central de la
» terre, l’endroit où se perd la mer et où les terres deviennent
» marécages, le cœur du monde. Les sages, donnant à la terre la
» forme d’un oiseau, ont fait de Baṣra la poitrine avec le cœur qui
» s’y trouve, de la Syrie et du pays de Rūm la tête, [des pays]
» du Levant et du Ponant les deux ailes, [du pays] des Noirs la
» queue ; ces derniers sont plus nombreux que les Blancs, et cela
» seul suffit comme [titre de] gloire ».

129Abū-Ḥumrān dit alors (raǧaz) :

Toute jeune fille admire son amoureux ; le scarabée, aux yeux de sa mère, est une perle.

130Une bédouine, en faisant sauter son fils, disait (raǧaz) :

Ô gens de ma tribu ! Comment n’aimerai-je pas Ḥaswada ? même tout pourceau aime son petit.

  • 12 Voir Dïwän, éd. Krenkow, Beyrouth 1922, 13. Pour le 1er vers on a suivi le Dīwān, tandis que le 2e(...)

131« Tu oublies donc, ô fils de Baṣra ! la fertilité de la Syrie et de
» la Mésopotamie, les mérites de la mosquée [120] al-Aqṣā et des
» Lieux Saints, la salubrité des Diyār Mudar et Diyār Rabī’a,
» la haute valeur de la vigne et les vers de ‘Amr b. Kulṭūm12
» (wāfir) » :

Et ‘Abd Allāh, une deuxième fois, les a appelés vers une terre où vit l’indigent,
Vers la terre de Syrie qui est une protection, où il y a grains, olives et où croît la vigne.

132« Par Allah ! Certes, Raqqa la Blanche est à elle seule plus
» agréable que Baṣra ; ar-Rāfiqa, plus nourricière qu’al-Ubulla ;
» Alep (Ḥalab), plus fertile que Kūfa ; les Laḥm, les Ǧuḏām et les
» tribus de Quḏā’a d’origine obscure, plus nobles que les Bakr,
» les Tamīm et les Ḍabba ; un cep de vigne, supérieur au palmier ;
» le raisin frais, plus doux que la datte fraîche ; le raisin sec, plus
» savoureux que la datte sèche. Allah a donné à la Syrie, avec cette
» bénédiction que sont les olives, aux ‘Awāṣim et à la Mésopotamie,
» avec ces délices que procurent les figues et toutes sortes de fruits,
» des privilèges dont le palmier désirerait vainement une mince
» partie et en comparaison de quoi les dattes fraîches et sèches
» sont trouvées détestables ».

133— Je dis alors à Abū Ḥumrān : « Nous avons écouté ton
» morceau de déclamation et retenu ton air de bravoure ; mais je
» ne crois pas que tu aies entendu ce qu’a dit al-Ḫalīl b. Aḥmad
» pour décrire Baṣra, lorsqu’il s’écrie, au sujet du château d’Anas
» b. Mālik, du nahr Ibn ‘Umar13 et du wādī l-‘Aqīq (basīṭ) » :

Ô wādī l-Qaṣr ! qu’ils sont beaux, le château et la vallée !

134ni ce qu’a dit Ibn Abī ‘Uyayna sur le même sujet (munsariḥ) :

Ô jardin supérieur à tous les jardins ! jardin pour lequel ni estimation ni prix ne sont assez hauts !
Je m’y suis attaché et je l’ai choisi comme séjour. Certes mon cœur est le séjour de son souvenir.
Les poissons s’y unissent aux lézards. Regarde donc les nefs et songe, ô mon ami.

135[121] Ni ce qu’il dit au sujet de la terre de Baṣra (ṭawīl) :

Tantôt elle me fait penser au Paradis, et je me détache [du monde] ; tantôt elle m’amène à la bombance, au dévergondage,
Par une végétation fraîche comme les jeunes vierges et par un sol dont l’humidité semble de l’eau de rose sur du musc,
Par une troupe de gazelles qui paissent librement autour d’elle, telles des perles mises en ordre qui s’échappent d’un fil,
Et par une colombe qui imite [Ibrāhīm] al-Mawṣilï ; lorsqu’elle module sa plainte, qu’elle est charmante, ainsi que celui qu’elle imite !
Oh ! que ce château est beau, comme château et comme lieu de plaisance, grâce à son vaste espace qui n’est ni inégal ni étroit.

  • 14 On a opté pour la leçon de Yāqūt (I, 649) : (...)
  • 15 C’est-à-dire : les branches chargées de dattes qui ne sont pas encore mûres [H.M.].

136Hišām b. ‘Abd al-Malik ayant interrogé sur Baṣra Ḫālid b. Ṣafwān, celui-ci lui dit : « Je te renseignerai donc, Commandeur
» des Croyants. Deux chasseurs s’en vont : l’un rapporte oiseaux et
» autruche, l’autre rapporte poissons [divers] et aloses. Nous
» sommes les plus riches en teck, ivoire, soie grège, brocart, chevaux
» rapides, filles coquettes. Nos demeures sont d’or. Notre fleuve
» est une merveille commençant aux dattes fraîches et finissant
» aux roseaux14. Les palmiers [chez nous] dans les palmeraies,
» sont comme les oliviers, chez vous dans les oliveraies ; puis le
» palmier est, avec ses enveloppes de régimes, comparable à l’olivier
» avec ses branches ; l’un est, à son bon moment, tout comme
» l’autre à son temps favorable ; les palmiers se tiennent fermes
» dans la terre humide, donnent des fruits pendant la disette,
» sont fécondés par un mâle, et font alors apparaître des régimes
» enveloppés comme dans de grandes corbeilles ou dans de gros
» boisseaux qui semblent remplis de mousseline. Ensuite, ils laissent
» apparaître des rameaux d’argent où s’alignent des perles vertes15 ;
» puis les dattes deviennent de l’or qui se dispose en bon ordre sur
» l’émeraude verte ; ensuite elles deviennent du miel suspendu en
» l’air, non dans une outre grande ou petite, mais loin du sol, tel
» un rayon de miel fondu ; ensuite elles s’en vont dans l’escarcelle
» des gens et elles aident à faire vivre la famille. Quant à notre
» fleuve merveilleux, il avance quand nous en avons besoin, [122] et
» il s’en va quand nous avons assez irrigué ; il a des vagues qu’il ne
» cache ni ne nous dérobe derrière un voile ». — Alors Hišām s’écria : « Votre pays est la plus noble des contrées de la terre,
» ô frère des Tarnīmites ! ».

137Mais Abū Ḥumrān, ayant vu entonner l’hymne des louanges de mon pays, me coupa la parole et, me parodiant contre mon gré, reprit : « Par Allah ! pour les palmiers, nous sommes à égalité
» avec vous, grâce à ceux de Baysān et de la région du Jourdain,
» mais nous ne nous en soucions pas et nous ne voyons aucun avan-
» tage à en parler. A quoi bon chercher des arguments au loin,
» alors que nous en avons sous la main ? C’est al-Ḥasan b. Hāni’
» [Abū Nuwās], votre compagnon que vous ne renierez pas, votre
» élève que vous ne repousserez pas — qui dit au sujet de Baṣra (ṭawīl) » :

Chaque habitant de Baṣra voit sa gloire seulement dans une palmeraie16 dont les grands arbres ont des régimes semblables à des gerbes de blé.
Si vous plantez17 des palmiers, nous, nous plantons des coups de sabre et des coups de lance, ardemment, dans les poitrines.
Si je suis de Baṣra, le lieu où j’ai émigré est Damas ; mais cette histoire a plusieurs ramifications.
Les Azdites de l’Oman tiennent d’al-Muhallab leur gloire ; lorsque les gens s’enorgueillissent, ils s’adoucissent ensuite !
Les Bakrites considèrent qu’Allah a fait descendre le don de prophétie sur Misma‘ encore embryon dans la matrice !
Je ne blâmerai plus les Qaysites, à propos de Qutayba [b. Muslim], après cette fois-ci ; dans la jactance, il y a plusieurs manières !

138Abū Ḥumrān récita les vers suivants, dans lesquels il célébrait son aptitude à tenir tête, tout seul, à plusieurs adversaires réunis, (ṭawīl) :

Je supporte bien patiemment ce qu’on me fait endurer ; je n’ai pas les bras trop courts pour ce que les hommes nobles sont incapables de saisir.
M’ayant appelé, il m’a donné l’affection de son cœur, son affection la plus parfaite, et participation à sa richesse.

139Ensuite, désignant Ibn Abï Nāšir, il dit (raǧaz) :

Deux pierres se sont heurtées rudement ; celui qui est humilié abhorre la cohue.
Et l’âne pète, alors que le fer à cautériser est dans le feu.

140Puis Abū Ḥumrān ajouta : « Nous avons l’huile [123] et
» l’olivier ; nous avons les deux fiancées de ce monde : Gaza et
» Ascalon, et la ville de Damas qui est Iram aux Colonnes ; nous
» avons la Terre Sainte ; nos pays possèdent la montagne sur
» laquelle Allah parla à Moïse ; le mont Liban compte parmi
» nos montagnes ; Jérusalem se trouve dans notre pays ; nous
» avons les cités merveilleuses et les districts excellents, tels que
» Tarsous, Mopsueste, Malaṭya, ar-Ramla, la Palestine, Antioche,
» Alep, Tyr, Sidon, Tibériade. La vigne est le meilleur des arbres ;
» le raisin est le roi des fruits ; la vigne a des feuilles moelleuses
» d’une verdeur éclatante, des pampres étrangement découpés,
» des festons originaux aux bords élégants, aux proportions har-
» monieuses, on dirait qu’elle a été taillée en rond dans une pièce
» de soie et qu’on l’a tirée d’un vêtement tissé ; elle donne une
» ombre dense mais légère ; ses rameaux sont souples ; ses branches
» flexibles, ses extrémités verdoyantes ; elle est naturellement noble
» facile à conduire, occupe un haut rang parmi les diverses essences
» de bois ; elle est agréable à récolter ; ses fruits se trouvent à portée
» de qui les cueille ; leurs grains sont petits, leur peau est fine, leur
» saveur, agréable ; ils sont faciles à avaler ; ils sont riches en eau ;
» ils sont encore plus savoureux que beaux ; la vigne est noble par
» nature et par essence ».

141Et il dit encore beaucoup de choses qui n’ont pas été rapportées.
« Ensuite, les corbeaux croassants ne hantent pas la vigne comme
» ils le font pour le palmier ; les oisillons nuisibles par leurs cris
» agressifs (?) ne nichent pas de son côté, tandis que les rossignols
» y chantent au moment où ses rameaux reverdissent, comme ils
» nichent dans les palmiers à la base des branches et des jeunes
» pousses ; la vigne ne donne naissance ni aux gros vers, ni aux
» insectes et aux reptiles hideux qui naissent des fibres du palmier ;
» ni minuscule fourmi, ni papillon ne se cache dans ses recoins ;
» serpents et scorpions, araignées énormes et mortellement veni-
» meuses ne s’y retranchent pas comme ils le font dans les têtes de
» palmiers. Voilà bien des arguments. Le palmier donne des rejets
» et dégénère, ce que nous n’avons jamais vu d’un pied de vigne.
» Le nom de la vigne (karm) est dérivé de karam (noblesse de
» caractère), karāma (dignité), ikrām (bienfaisance) et takarrum (libé-
» ralité). Et Allah a fait passer, [124] dans Son Livre, la mention
» de la vigne avant toute chose, en disant (Coran, XIII, 4) : “Et sur
» la terre, il y a des parties contiguës, des cultures de vigne, de
» céréales et de palmiers” ; ainsi II a donné la préséance à la men-
» tion de la vigne et a fait du palmier l’égal des céréales ; il appar-
» tient à Allah de faire ce qui Lui plaît et de décider ce qu’il veut.
» Et il a dit (Coran, XVIII, 31) : “Propose-leur en parabole deux
» hommes : pour l’un d’eux, nous fîmes deux vignobles que nous
» entourâmes de palmiers, et entre lesquels nous mîmes des champs
» ensemencés” ; Il a donc établi la vigne comme plante essentielle
» des deux jardins, et le palmier comme un des accessoires. Il a
» dit aussi (L, 9) : “Nous envoyons du ciel une eau bienfaisante
» grâce à laquelle Nous faisons pousser les [plantes des] jardins, le
» grain qu’on moissonne, les hauts palmiers qui portent des fruits
» superposés, et tout cela pour donner aux hommes leur subsis-
» tance”. Il a dit encore (XXVI, 146) : “Serez-vous donc laissés
» au milieu de tout cela, en sûreté, au milieu des jardins et des
» sources, des cultures et des palmiers aux spathes allongés ?”
» Ainsi les jardins sont des clos de vignes. Et II a dit (LXXX, 27) :
» “Et Nous y faisons sortir le grain, la vigne, la luzerne, l’olivier
» et le palmier”, donnant ainsi, dans l’ordre qu’il adopte, la
» dernière place au palmier et la première à la vigne. Il a dit aussi
» (VI, 142) : “C’est Lui qui a créé les vignobles à treillages et sans
» treillage, les palmiers et les cultures de céréales”. Or fabrique-t-on
» des treillages pour un autre arbre que pour la vigne ? Le jardin
» bien tenu ne contient que de la vigne et des treilles soutenues
» par des piquets et des roseaux ; il fait partie des jardins dits farā-
» dīs, dont le singulier est firdaws. Le verjus est supérieur à la datte
» non mûre (balḥ) ; le raisin qui commence à noircir est plus savou-
» reux que la datte déjà grosse ; le raisin est plus suave que la datte
» mûre et fraîche ; la baie du raisin cause moins de malheurs que
» la datte sèche ; le vin de raisin est meilleur à la santé que le vin
» de dattes ; le vinaigre de vin est plus acide et meilleur que le
» vinaigre de dattes de qualité inférieure ; le moût de vin est au-
» dessus du moût de dattes (dūṣāb) ; la vigne est maîtresse du palmier
» parce que la vigne est tout bien et tout profit, tandis que le
» palmier est tout mal et tout détriment. C’est ainsi qu’un moderne
» a dit (basīṭ) » :

Le palmier est esclave ; la vigne est son maître. Qui donc comparerait la datte au raisin ?

142« Abū Is ḥāq raconte qu’il a vu, dans la ville de Ṣan‘ā’, un
» raisin dit muḥattam ; ayant pesé [125] l’un de ses grains, il trouva
» qu’il pesait plus de quatre istār (l’istār équivaut à quatre dirhems).
» Un des agents de [Hārūn] ar-Rašīd au Yémen lui apporta, à l’oc-
» casion d’un pèlerinage qu’il fit, deux grappes de raisin dans deux
» paniers portés par un chameau. On apporte parfois des monts
» d’Arménie et d’Ādarbayǧān de très grands plateaux dont certains
» ont vingt empans de tour et qui sont faits de bois de vigne ».

143« Le meilleur raisin, dit-on, est le ǧuraši ; il est petit de grain
» et a des grappes qui atteignent une coudée. Un autre raisin est le
» ‘uyūn al-baqar (« yeux de vache »), raisin noir à gros grains. Un
» autre est le sukkar (« sucre »), parfaitement doux. Un autre est
» l’aṭrāf al-‘aḏārā (« doigts de vierges »), raisin noir [dont le grain]
» ressemble à un gland, et dont la grappe atteint plus d’une coudée.
» Un autre est le ḍurū (« mamelles »), blanc, à gros grains conte-
» nant peu de jus, et à grosses grappes. Un autre est le kulāfi, qui
» tire son nom de Kulāf, ville située aux confins du Yémen. Un
» autre est le dawālī, noir, mais pas très foncé ».

144« Si nous avons parlé du raisin avec prolixité, si nous en avons
» décrit longuement les avantages et les vertus, lui avons-nous
» donné ce qui lui appartient ? avons-nous réussi à faire état de
» tous ses mérites ? lui avons-nous rendu pleine justice pour ses
» propriétés louables, ses vertus agréables, son goût suave, son
» extrême douceur, son jus abondant, son utilité universelle, la
» grosseur de son grain, la petitesse de son pépin, la multiplicité
» de ses genres, espèces et variétés ? Si un homme quittait sa demeure
» pour voyager, dans la fleur de sa jeunesse et au commencement
» de son âge, s’il parcourait successivement les divers pays, contrée
» par contrée, examinant l’une après l’autre les différentes vignes,
» de ville en ville, jusqu’à son extrême vieillesse, et, de chétif qu’il
» était, prenant du ventre à s’enquérir des genres de vignes et à
» embrasser la connaissance de ses variétés, si même il ne voyageait
» que dans un seul climat et dans une seule région de la terre, eh
» bien ! il se sentirait réduit à rien, dominé, surpassé, vaincu, étant
» donné qu’on ne peut parvenir à connaître les espèces multiples
» et les variétés diverses de raisin, telles le sunāyā, le ḥamrī du
» ṭassūǧ de Quṭrabbul, le mulāḥī de Baġdād, le ṣaqlabī et l’aḥmar
» de Samarra, le zarāwī de Kūfa, le ḥalāwā, le bīrūzī, le ǧurašī
» de Baṣra [126] et de ses cours d’eau, le summāql d’al-Ahwāz, le
» ‘uyūn al-baqar de Syrie, le muwarraqī de Balīḫ et de nahr Sa‘īd, le
» muḫattam de Rayy, le fārisi, le zaraǧūn, l’isfīḏmišk, le syāwašk, le
» nāšiqīnī, le bāzǧank, le ḫarǧaǧ, tous de Qazwīn, le wafrabāy, le
» mānī, le māsabaḏī de la région du Ǧabal. Les médecins sont una-
» nimes à considérer que le raisin est plus nutritif et nettoie mieux
» le chyme que tous les fruits ; en manger beaucoup ne cause pas
» les inconvénients dus à la figue, à la pêche et autres fruits juteux ;
» il est chaud et humide suivant la nature propre à la vie, contient
» peu de résidus, produit du sang vigoureux et pur, convient à
» tous les tempéraments, est utile à tout âge et en tout pays ; le
» blanc est moins chaud que le noir ; le ḫamrī de Quṭrabbul possède
» un arôme particulier et extraordinaire.

145« Au dire des Ṯaqafites, le meilleur aliment est un raisin
» cueilli, lorsque l’automne l’a touché, dans la vallée des Ṯaqīf.
» D’après Ḫālid b. Ṣafwān, celui qui manque de raisin rāziqī
» dans ses derniers jours, sa famille doit le pleurer. Et l’Envoyé
» d’Allah a dit : “Mangez du raisin sec, car il absorbe la pituite,
» éteint la bile, emporte la fatigue, fortifie les nerfs et améliore
» l’état physique” ».

146« La plus utile des boissons, a-t-on dit, est le vin de raisin ; en
» effet, c’est le meilleur des breuvages, de même que les fruits de
» la vigne tiennent la tête parmi les fruits et que le cep de vigne est
» le chef des arbres ; c’est un remède sans élément nocif ; c’est un
» bien qui ne comporte pas de mal ; une des preuves les plus valables
» et l’un des arguments les plus évidents en sa faveur, c’est que le
» Maître de l’Univers l’a qualifié « délices » (Coran, XXXVII,
» 45 et XLVII, 16).

147« Ceux qui le déclarent licite et ceux qui l’interdisent s’accordent
» à lui donner la priorité pour son arôme et à le déclarer sans égal
» pour le parfum de l’haleine, la limpidité de sa couleur, la suavité
» de son goût, l’aisance avec laquelle il s’écoule dans le corps, la
» saveur agréable, la belle couleur, l’arôme pénétrant, la teinte
» rouge, le principe salubre, la longue durée en dépit du temps,
» la joie et le contentement qu’il fait naître, tandis qu’il bannit
» le souci et le chagrin. Ils reconnaissent unanimement que le vin
» nourrit [127] sans nuire, est utile sans causer de dommage ; que
» le vin est le plus profitable des breuvages simples et composés,
» pour tout âge, en tout pays, en toute saison et époque ; que le
» vin participe des boissons spiritueuses quant à leurs avantages,
» mais est à l’opposé quant à leurs défauts ; qu’entre autres effets
» qu’il est seul à produire, il purifie et lave le corps, augmente la
» moelle, nettoie les humeurs (amšāǧ), clarifie le sperme, débarrasse
» les articulations principales de leurs humeurs malpropres et de
» leurs chymes encrassés, qu’il ouvre les passages obstrués, liquéfie
» les résidus superflus, donne naissance au sang sain qui constitue
» la vie, réchauffe le sang épais, figé et corrompu d’où sortent les
» maladies détestables, excite le feu des instincts, renforce la
» chaleur naturelle, donne de belles couleurs, chauffe les reins, est
» diurétique, lave la vessie, fortifie le foie et l’estomac, fait digérer
» les aliments, chasse les vents, éclaircit la pituite salée et visqueuse.
» Ensuite le vin, outre ce qui a été décrit de son arôme et de ses
» qualités et ce qu’il possède de finesse, de parfum et de principe
» salubre, surpassant les plus grands électuaires pour écarter les
» maux, est le meilleur des dépuratifs (ayāriǧāt) pour dissoudre
» les concrétions du cerveau et des nerfs ; il est plus subtil que
» l’huile de ricin pour circuler dans les profondeurs des articulations
» et pour pénétrer dans les os ; grâce à ses avantages, il ressemble
» aux drogues de choix, remplace les toxiques dissolvants, les
» cataplasmes émollients, les baumes fortifiants ; il va de pair avec
» les médicaments utiles, partout où ils vont ; l’on ne peut s’en
» dispenser pour composer les plus grands électuaires. Le vin est
» ce qui corrige le mieux l’eau, quand on a bu les médicaments
» purgatifs et en cas de traitement par la diète. Si l’on fond les
» gommes solides, si on liquéfie les sucs des plantes qui entrent
» dans les électuaires de choix comme le salix (šalīṯā), la théria-
» que (tiryāq), le tiyāḏariṭus (?) et le habṭāri‘ān (?). Ce n’est que
» par le vin ou par ce qui est de même espèce que lui : jus épais
» de raisin (‘aqīd), vin de raisins secs, vinaigre de vin ».

148Alors on s’écria : « Qu’Allah réjouisse tes jours en t’accordant
» longue vie ! qu’il fasse prospérer les belles-lettres grâce à toi !
» qu’il lie l’existence des sciences à la tienne ! ».

Notes

1 Textt : « habillent et déshabillent » [H.M.].

2 La septième manque [H.M.].

3 Texte Image il vaudrait mieux lire Image « le privilège de la construire »

4 Texte Image Dans les errata, De Goeje propose de lire Image, ce qui voudrait peut-être dire : créé est Muḥammad (?).

5 H. Massé hésite, pour malāḥim, entre massacres et prédictions ; peut-être faut-il traduire : « contre les calamités prédites ».

6 Le sixième manque [H.M.].

7 Vers adressés à Abu 1-Muġīṭ Mūsā b. Ibrāhīm al-Rāfiqī, Dīwān, éd. Beyrouth 1905, 175-6 [H.M.].

8 Le texte porte Image « Rome ».

9 Flügel suggérait à De Goeje de lire Image « par terre » et c’est probablement la bonne leçon, malgré l’accord des mss.

10 Cette énumération est fort suspecte, et le texte paraît loin d’être établi. Il ne semble pas qu’on puisse se fonder sur Ibn al-Faqīh pour se faire une idée des subdividions administratives.

11 Il faudrait sans doute lire : à Ḥimṣ [H.M.].

12 Voir Dïwän, éd. Krenkow, Beyrouth 1922, 13. Pour le 1er vers on a suivi le Dīwān, tandis que le 2e doit être corrigé d’après Ibn al-Faqïh [H.M.].

13 Texte Image à corriger en Image.

14 On a opté pour la leçon de Yāqūt (I, 649) : Image (cf. Bayān, II, 93).

15 C’est-à-dire : les branches chargées de dattes qui ne sont pas encore mûres [H.M.].

16 Lire Image au lieu de Image [H.M.].

17 Lire Image au lieu deImage.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Terms of use: http://www.openedition.org/6540