Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Le Maġrib1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre a été édité et traduit par M. Hadj-Sadok, Description du Maghreb et de l’Espagne au ii (...)

1Les terres plates, d’al-Fusṭāṭ à Barqa, s’étendent sur 660 milles. Barqa [79] est une belle ville dans le désert ; elle a été soumise par traité : ‘Amr b. al-‘Āṣ lui accorda la paix en astreignant ses habitants à la capitation ; elle est fertile et jouit de divers avantages.

  • 2 L’auteur ne précise pas le nom de l’Aglabide contemporain, mais il s’agit sans doute d’Abū Isḥāq I (...)

2De Barqa à Kairouan (al-Qayrawān), capitale de l’Ifrīqiya, il y a 638 milles. [La ville d’]Ifrīqiya tire son nom d’Ifriquš b. Abraha ar-Rā’iš, celui qui la bâtit. L’Ifrīqiya fut conquise par ‘Uqba b. Nāfi’ b. ‘Abd al-Qays al-Fihrī envoyé par Mu‘āwiya. Elle se trouve actuellement aux mains d’Ibn al-Aġlab2 qui possède aussi Gabès (Qābis), Ğalūlā, Sufetula (Sbeitla, Subay-ṭila), ville du patrice (malik) Grégoire (Ğurğir) qui était byzantin ; entre Sbeitla et Kairouan, il y a 70 milles.

  • 3 C’est-à-dire Tobna.

3[Lui appartiennent encore] Zarūd, Gafsa (Qafṣa), Qaṣṭiliya, le chef-lieu du Zāb3, Waddān, Tarfarğīl, Zaġwān, Tūnis ; entre cette dernière et Kairouan (Ifrīqiya) : deux étapes à mulet. Le nom [ancien] de Tunis est Carthage (Qarṭāğinna) : elle se trouve au bord de la mer ; ses murailles ont 21 000 coudées de tour ; de Tunis en Espagne (al-Andalus), il y a six [cents] parasanges ; et, de là jusqu’à Cordoue (Qurṭuba), capitale d’al-Andalus, c’est un voyage de cinq journées.

4Le Rustamide ibāḍite, Aflaḥ b. ‘Abd al-Wahhāb b. ‘Abd ar-Raḥmān b. Rustam, d’origine persane, est salué du titre de calife à Qayrawa, Salama, Salamiya, Tāhart et sa région. Entre Kairouan et Tāhart, un mois de voyage à chameau. La ville de Ceuta (Sabta) se trouve du côté d’Algésiras ([al-Ğazīra] al-Ḫaḍrā’) ; le maître de Ceuta était Julien (Ilyān).

5Les possessions du Berbère Ibn Ṣufayr [80] sont Ḫalqāya (jusqu’au Wādī r-Raml), Wādī z-Zaytūn et Qaṣr al-Aswad b. al-Hayṯam (jusqu’à Tripoli (Aṭrābulus)).

6Le Ḫāriğite sufrite possède une grande cité qu’on appelle Dar‘a ; elle contient une mine d’argent et fait partie des territoires attenant à l’Abyssinie, au sud ; il possède une autre ville appelée Zīz.

7Le Berbère mu‘tazilite Ibrāhīm b. Muḥammad b. Maḥmūd possède une cité avoisinant Tāhart, cité qu’on appelle Ayzarğ.

8Le descendant d’Idrīs b. Idrīs b. ‘Abd Allāh b. Ḥasan b. Ḥasan b. ‘Alī b. Abī Ṭālib possède la ville de Tlemcen (Tilimsīn) ; de Tāhart à cette ville, voyage de 25 jours, entièrement en pays cultivé ; il possède aussi Tanger (Ṭanğa), Fès (Fās) où il réside, Volubilis (Walīla), Mudrika, Matrūka, la ville de Zaqqūr, Ġuzza, Ġumīra, al-Ḥāgir, Mağrāğrā, Fankūr, al-Ḫaḍrā’, l’Awrās [81] et ce qui atteint aux pays de Zāġī b. Zāġī.

  • 4 Le texte ajoute (...)

9Tanger se trouve à 24 nuits après Tāhart ; après Tanger vient le proche-Sūs, suivi de l’extrême-Sūs4.

10La capitale de l’extrême-Sūs est appelée Ṭarqala ; celle d’al-Andalus, Cordoue (Qurṭuba).

11Le pays d’Anbiya est à 70 nuits de marche de l’extrême-Sūs à travers des steppes et des déserts ; ses habitants, ainsi que ceux de Lamṭa, fabriquent les boucliers de cuir bien connus : ils les font tremper dans le lait, une année durant ; après quoi, le sabre y rebondit, et s’il les entame, il y reste engagé sans qu’on puisse l’en arracher ; ces boucliers de Lamṭa n’ont pas leurs pareils.

12La cause du départ d’Idrīs et de son installation dans ces régions a été racontée en ces termes par Ṣāliḥ. b. ‘Alī : D’après les informations de nos anciens, Idrīs b. ‘Abd Allāh b. Ḥasan aṭ-Ṭālibï, rescapé du massacre des Ṭālibites par les ‘Abbāsides à Faḫḫ, près de La Mecque — cela se passait sous le califat d’al-Hādī,— arriva en Égypte ; le service de la poste y était alors dirigé par Wāḍiḥ, affranchi d’al-Mansūr, qui était rāfidite ; celui-ci fit mener Idrīs, par un courrier, en terre maġribine ; il parvint donc, sur le territoire de Tanger, à une ville dite Volubilis ; il fut accueilli favorablement par les habitants de la ville et les tribus de la région. Ar-Rašïd, devenu calife, fut instruit de ces faits ; il fit décapiter et pendre au gibet Wāḍiḥ, puis envoya secrètement auprès d’Idrīs le Yéménite aš-Šammāh, affranchi d’al-Mahdï, en le munissant d’une lettre de recommandation destinée à Ibrāhīm Ibn al-Aġlab, son préfet en Ifrïqiya. L’envoyé s’en fut et finit par arriver à Volubilis ; se faisant passer pour médecin, il se présenta comme l’un des partisans des Ṭālibites ; Idrīs lui accorda donc sa confiance et fit de lui un de ses familiers ; or Idrīs s’étant plaint d’avoir mal aux dents, il lui donna nuitamment un cure-dents empoisonné, lui ordonna d’en faire usage [82] au lever du jour, et s’enfuit cette même nuit. Donc, au lever du jour, Idrīs se servit du cure-dents qui fut mortel. On rechercha aš-Šammāḫ, mais infructueusement. S’étant présenté à Ibrāhïm Ibn al-Aġlab, il lui apprit le sort d’Idrīs, dont la mort fut confirmée par les nouvelles qui suivirent l’arrivée de l’assassin. L’Aġlabide écrivit tout cela à ar-Rašïd qui donna à aš-Šammāḫ l’administration des courriers en Égypte. Après Idrīs, régna son fils Idrīs et, jusqu’à nos jours, le pouvoir est demeuré chez ses descendants.

13Muḥammad b. ‘Abd ar-Raḥmān b. al-Ḥakam b. Hišām b. ‘Abd ar-Raḥmān b. Mu‘āwiya b. Hišām b. ‘Abd al-Malik b. Marwān b. al-Ḥakam b. Umayya possède le territoire situé au delà de la mer d’al-Andalus ; il possède aussi Cordoue, qui est à cinq nuits de marche de la côte ; du rivage de Cordoue à Narbonne (Arbūna), aux confins d’al-Andalus et du pays des Francs (Firanğa), il y a 1 000 milles. Ce prince possède aussi Tolède (Ṭulayṭula) qui était la résidence du roi [wisigoth] et qui est à vingt nuits de voyage de Cordoue. Al-Andalus contient 40 villes et touche au pays des Francs ainsi qu’aux pays infidèles qui l’avoisinent. Il faut plus d’un mois du nord au sud et de l’est à l’ouest, pour traverser al-Andalus. Elle est très fertile, abonde en richesses agricoles et en fruits. Dans la partie contiguë au nord de l’Espagne et au pays des Rūm, il y a la Firanğa.

14L’Espagne fut conquise par Ṭāriq b. Ziyād et Mūsā b. Nuṣayr. Celui-ci y trouva la table de Salomon, incrustée de joyaux tels qu’on n’en avait pas vu de pareils. Alors Ṭāriq coupa l’un des pieds de la table et le remplaça par un autre pied qui ne lui ressemblait pas. Ensuite, quand on apporta cette table à al-Walïd b. ‘Abd al-Malik — c’était Mūsā qui la lui avait envoyée —, Ṭāriq déclara : « C’est moi qui l’ai trouvée » ; Mūsā l’ayant traité de menteur, Ṭāriq dit à al-Walïd : « Fais apporter la table » ; le calife regarda alors le pied de la table et s’aperçut qu’il ne ressemblait pas aux autres, et Ṭāriq d’ajouter : « Interroge-le au sujet de ce pied »; le calife interrogea Mūsā, qui répondit : « Je l’ai trouvée comme elle est »; alors Ṭāriq exhiba le pied primitif, et al-Walïd lui donna raison. La table fut estimée 200 000 dinars.

15Parmi les curiosités, figurent les deux chambres qui furent trouvées en Espagne, lors de sa conquête, dans la ville royale. L’une d’elles renfermait nombre de diadèmes des rois du pays ; c’est dans cette chambre qu’on découvrit la table de Salomon, [83] fils de David. L’autre chambre portait 24 serrures : chaque roi en ajoutait une quand il montait sur le trône, et l’on ignorait ce que contenait la chambre. A son avènement, Rodéric (Lūḏarïq), le dernier des rois du pays, déclara : « Il est indispensable que je sache ce qu’il
» y a dans cette chambre », car il s’était imaginé qu’elle renfermait des richesses ; les évêques et les prêtres se réunirent et lui représentèrent la gravité de ce qu’il projetait, mais il ne voulut rien entendre ; ils lui dirent alors : « Dis-nous à combien tu estimes le
» montant des richesses que tu penses y trouver, et nous te verserons
» la somme, mais n’ouvre pas la chambre » ; il ne les écouta point et fit ouvrir la porte ; or la chambre contenait des tableaux représentant des Arabes montés sur leurs chevaux, avec leurs turbans, leurs sandales, leurs arcs et leurs flèches. Les Arabes envahirent le pays l’année même de l’ouverture de cette chambre.

16Lors de la conquête de l’Espagne, le roi avait nom Roderic (Lūḏarīq) ; il était originaire d’Ispahan : à Ispahan, les gens de Cordoue sont appelés « al-Asbān ».

17L’Umayyade de Cordoue est salué en ces termes : « Salut à toi, ô fils des califes (ḫalā’if) ! », parce qu’on juge que seul a droit au titre de calife celui qui possède les deux ḥarams, (La Mecque et Médine).

  • 5 Ce passage est loin d’être clair. Il semble bien que l’auteur copie Ibn Ḫurradāḏbih qui écrit (éd. (...)

18Les tribus des Berbères sont les Hawwāra, Zanāta, Ḍarīsa, Maġīla, Warfağūma et de nombreuses fractions. Les montures des Hawwāra sont extrêmement vives. Le berceau des Berbères est la Palestine (Filasṭīn) ; ils avaient pour roi Goliath (Ğālūt) ; lorsque David l’eut mis à mort, les Berbères se transportèrent au Maġrib ; puis ils se répandirent vers le Proche-Sūs, au delà de Tanger, et vers l’Extrême-Sūs à 2 050 milles de la ville de Qamūniya, non loin de Kairouan5. Les Berbères, n’aimant pas habiter les villes, se sont installés dans les montagnes et les sables.

  • 6 H. Massé avait laissé le premier nom en blanc. Étant donné qu’Ibn al-Faqīh copie Ibn Hurradāḏbih, (...)
  • 7 Ibn Ḫurradāḏbih dit : « cette région de la mer occidentale », c’est-à-dire l’Espagne.
  • 8 Ibn Ḫurradāḏbih dit : « les eunuques slaves, grecs, francs et lombards ».
  • 9 Ibn Ḫurradāḏbih dit : « les esclaves grecques et andalouses. »
  • 10 On ne voit pas ce que désigne ici ce mot, qui signifie « poil de chameau ». Hadj-Sadok traduit (p. (...)
  • 11 Ibn Ḫurradāḏbih précise : (...)

19Les Burğān, les pays des Slaves et les Abar/Ibar occupent le nord de l’Espagne6. [84] On importe de cette région7 les eunuques slaves, les jeunes esclaves (ġilmān) grecs et francs8, les esclaves andalouses9, les peaux de castor (ḫazz), de wabar10 et de martre zibeline (sammūr) ; parmi les aromates, le styrax (may‘a) et la gomme mastic (muṣṭakā)11 ; de leur mer, on retire le corail rouge (bussaḏ) appelé vulgairement marğān.

  • 12 Le texte dit simplement, (...)

20Les habitants12 ont des chevaux et chameaux arabes pur-sang, ainsi que des arcs arabes ; ils sont insouciants et peu perspicaces. Au dire du Prophète « chez les Berbères, les femmes valent
» mieux que les hommes : un prophète leur ayant été envoyé, ils
» le tuèrent ; or les femmes se chargèrent de l’inhumer. La colère
» est divisée en dix parties dont neuf chez les Berbères et une chez
» les autres hommes ».

21Dans les pays de Tanger, a-t-on dit, la ville principale est Volubilis ; la plupart des habitants sont mu‘tazilites ; leur chef est aujourd’hui Isḥāq b. Muḥammad b. ‘Abd al-Ḥamīd, compagnon d’Idrīs b. Idrīs ; celui-ci est d’accord avec lui [en doctrine]. La mère d’Idrīs est une Berbère (muwallada) esclave ; Berbères, ses oncles maternels ; le nom de la mère d’Idrīs est Kanz ; c’est elle qui se chargeait de ses aliments et de leur cuisson, de crainte du poison.

22De Volubilis à Tanger et de là aux environs13 de la capitale du Proche-Sūs, voyage de vingt nuits.

23Dans les pays [des Berbères], ni palmier, ni vigne, ni olivier. Ils ont du froment, de l’orge, des moutons, des cavales, des bovins et du miel. N’ayant ni coton ni lin, ils s’habillent de laine ; leur culture se fait [exclusivement] à l’eau du ciel.

24De la dernière ville du Sūs [al-Adnā] jusqu’à Ṭarqala, capitale de l’Extrême-Sūs : deux mois. Au delà de Ṭarqala, pas d’être humain.

25Parmi les curiosités du pays figurent le Wadī r-Raml et la ville d’al-Baht qui se trouve dans un des déserts.

  • 14 Le texte porte.
  • 15 Texte : (...)
  • 16 Texte : (...)

26Au dire du narrateur, lorsque Alexandre en eut fini [avec la conquête de l’Égypte], il se mit en route par le sud vers le Maġrib, jusqu’à ce qu’il parvint à une tribu d’Israélites, du peuple de Moïse, installée dans une de leurs villes ; c’étaient des gens pieux et dévots ; [85] or, lorsque Alexandre atteignit les frontières de leur territoire, ils furent informés de son arrivée ; les grands et les docteurs se réunirent et lui écrivirent : « Au nom de Dieu qui possède la puissance et la
» grâce ! Des Brahmanes14 qui ont besoin de Dieu et s’humi-
» lient devant Lui, à Alexandre aveuglé par ce bas-monde. Or
» donc, nous avons appris ta venue vers nous. Si tu viens nous faire
» la guerre, comme tu l’as faite à d’autres, afin de prendre nos
» biens, retourne-t’en ! car tu n’as que faire chez nous, et nous
» combattre ne te sera d’aucune utilité ; en effet, nous sommes
» gens sans ressources ; nous n’avons pas de biens, et les rois
» n’ont rien à attendre de notre territoire. Si tu ne viens nous
» trouver qu’en vue d’acquérir la science, prie Dieu qu’il t’ins-
» truise et te guide. Mais nous savons que ce n’est pas cela que
» tu désires, car ta passion à rechercher les biens de ce monde,
» sans songer qu’ils prendront fin et te quitteront, démontre que
» ce n’est pas à la science15 que tu aspires. Quant à nous, nous
» nous sommes détachés de ce bas-monde et nous l’avons rejeté
» pour aspirer à la vie future et la désirer ardemment. Aussi,
» éloigne-toi de nous, ô esclave ! ne nous nuis pas, ne dévaste pas
» notre pays ; tu n’as rien à attendre de nous ». Ayant reçu la lettre, Alexandre résolut de venir à eux, suivi de cent cavaliers pris parmi ceux de ses compagnons qui étaient savants et ascètes. Entre lui et les Israélites, se trouvait un fleuve de sable qui coulait comme de l’eau, mais s’arrêtait chaque samedi et restait immobile jusqu’à la nuit. Leur capitale avait nom Mīqyārāt ; elle était entourée de neuf bourgs qui se partageaient les habitants et qui s’appelaient : ‘Uṭrawt, Rab‘ūn, Yamḥūn, Qanwā, Hasnūn, Ba‘lī (Ba‘lā), Sabām, Banwā et Ban‘ūn ; leurs maisons étaient égales les unes aux autres ; parmi eux, aucun n’était plus riche que son voisin ; leurs tombes se trouvaient aux portes de leurs maisons. Alors Alexandre se posta au bord de ce fleuve jusqu’à ce que, le samedi arrivé, le sable s’arrêtât ; il le suivit donc, marchant toute la journée jusqu’à ce que le soleil pâlît, puis passa sur l’autre rive à la tête de ses compagnons. Les habitants vinrent à sa rencontre et le saluèrent. Lorsqu’il fut près d’eux, il mit pied à terre ; alors se groupèrent auprès de lui une centaine environ de leurs notables et de leurs savants, qui firent des vœux en sa faveur ; Alexandre leur répondit : « Soyez les bienvenus », et, étant entré avec eux dans la cité, s’assit par terre, tandis que ses docteurs s’asseyaient autour de lui. Il leur dit ensuite : « Pourquoi vos tombes se trouvent-elles aux
» portes de vos demeures ? — C’est pour que la pensée de la mort
» soit devant nos yeux. — Avez-vous [86] des pauvres parmi vous ?
» — Aucun, parmi nous, n’est plus riche que son voisin. — Quel est
» le plus mauvais des serviteurs de Dieu ? — Celui qui arrange bien
» sa vie terrestre et qui gâte sa vie future. — Quel est le mortel le
» plus dur de cœur ? — Celui qui néglige la question de la mort,
» qui oublie le jugement dernier et le châtiment suprême. — Quelle
» est la plus ancienne, la terre ou la mer ? — C’est la terre, car
» la mer ne fait que se changer en terre. — Et la nuit, est-elle la
» plus ancienne ? Ou est-ce le jour ? — La nuit est la plus ancienne,
» car les hommes ne sont créés que dans les ténèbres, dans le sein
» de leur mère, puis apparaissent à la lumière seulement après.
» — Soyez heureux ! vous avez reçu de Dieu austérité et science.
» — Heureux plutôt celui que Dieu a préservé de la tentation de
» ce bas-monde et l’en fait sortir sain et sauf ! — Je désire donc
» que vous m’exhortiez. — A quoi servira-t-il que nous t’exhor-
» tions, puisque tu es passionné pour ce bas-monde et que tu le
» convoites sans songer qu’il finira. — Alors, demandez-moi ce
» dont vous avez besoin. — Nous te demandons l’immortalité.
» — Quelqu’un peut-il accorder cela, excepté Dieu ? — Si donc tu
» as la certitude de la mort, que fais-tu en tuant les créatures ter-
» restres ? — Oui ! j’en ai la certitude ; mais je ne suis pas maître
» de moi-même devant un dommage à causer ni devant un
» profit à réaliser16. Ô assemblée des Brahmanes ! Dieu vous
» a attribué la science en particulier, vous a parés d’austérité,
» vous a ornés de sagesse et a détourné vos cœurs des passions.
» Demandez-moi donc, de ce qui fait la beauté de ce monde,
» ce que vous jugerez bon. — Nous n’avons besoin de rien de
» tout cela. — Je désire que vous acceptiez de moi quelque
» chose : j’ai avec moi des rubis et des joyaux magnifiques.
» — Montre cela, que nous regardions ». Alexandre ordonna alors de présenter des écrins renfermant des joyaux précieux : on les ouvrit ; après les avoir regardés, les Brahmanes lui dirent : « Ô
» roi ! et c’est cela qui te plaît ? — Rien ne m’est plus cher parmi
» les biens de ce monde. — Alors, viens avec nous, que nous te
» montrions quelque chose de meilleur et de plus riche, quelque
» chose qui ne te coûtera aucune peine ». Et ils partirent vers un grand fleuve qui contenait diverses espèces de joyaux et de rubis, et des joyaux tels qu’on n’en avait pas vu de pareils. Les Brahmanes dirent alors à Alexandre : « Y en a-t-il davantage ici-même ou
» bien chez toi ? — Non, ici-même. — Par Celui qui a retiré de nos
» cœurs les passions, qui nous a rendus aptes à Lui obéir, qui nous
» a donné la force de L’adorer, nous jurons qu’aucune de nos
» femmes ne s’est jamais parée de quoi que ce soit de ces choses
» et nous ne nous en sommes jamais servis pour orner d’un chaton
» une bague ». Alexandre demeura auprès d’eux jusqu’au samedi suivant, attendant l’arrêt du fleuve de sable ; il le traversa alors et regagna son camp. On dit que c’est là le peuple [87] mentionné par Allāh dans Son Livre, en ces termes — et Sa parole est vérité — (Coran, VII, 159) : « Parmi le peuple de Moïse, il y a une
» communauté qui est dans le bon chemin grâce à la vérité et qui
» est équitable grâce à elle ».

27Au dire du narrateur, lorsque Nāšir Yun‘im devient roi, il s’équipa et, suivi d’une multitude innombrable, marcha vers le Maġrib ; lorsqu’il parvint au Wādī r-Raml, il voulut le traverser ; mais, ne trouvant pas de passage, il stationna jusqu’au samedi et, le sable s’étant alors arrêté, il envoya quelques-uns de ses compagnons et leur ordonna de passer de l’autre côté, de s’y tenir jusqu’au samedi suivant, puis de revenir lui raconter ce qu’ils auraient vu ; ils s’en furent donc le jour même, mais la nuit les surprit avant qu’ils eussent traversé le fleuve de sable ; celui-ci se mit à couler et ils furent noyés. Le roi, voyant cela, et qu’aucun de ses compagnons n’était revenu vers lui, fit fabriquer une idole ; on la planta au bord du Wādī et l’on écrivit sur son front : « Derrière moi, il
» n’y a passage pour aucun humain. Que nul ne prenne donc la
» peine d’aller de l’autre côté ! ». Puis il s’en retourna dans ses États.

***

28De Ṭarqala à la cité de Ġāna : voyage de trois mois dans des déserts et des pays [inhabités] ; dans le pays de Gāna, l’or croît sous forme de végétaux dans le sable, tout comme croît la carotte : on le recueille au lever du soleil. Les gens de Ġāna se nourrissent de millet et de haricots ; ils appellent le millet duḫn ; ils se vêtent de peaux de panthères, qui y sont nombreuses.

29Une mine d’argent et d’or se trouve dans un lieu dit Tudmīr, à dix jours de marche de Cordoue. Une mine d’argent se trouve dans la partie supérieure d’une ville dite Jaén (Ğayyān). Il y a aussi une mine de mercure dans un lieu dit Faḥṣ al-Ballūṭ. De la mine de mercure à Cordoue, il y a cinq jours. La population est berbère et dépend de l’Umayyade [d’Espagne].

30Un peuple appelé ‘Ilğšakaš est voisin des infidèles et proche de la mer.

31[88] A Cordoue, se trouve l’hôtel de la Monnaie, en un lieu dit Bāb al-‘Aṭṭārīn. Parmi leurs dirhems, il n’y a pas de rognés (muqaṭṭa‘a) ; ils ont des pièces de cuivre (fils) dont on donne 60 contre un dirhem, et des dirhems nommés ṭablī.

32L’Umayyade possède une milice (ğund) et un bureau chargé des soldes ; le ğund est formé d’Arabes, de mawālī et d’autres encore.

33Cordoue jouit d’un bon climat ; on n’a pas besoin de pankas (hayš) en été ; elle possède des sources et des puits ; il tombe de la neige sur une montagne dite Šulayr, située à quatre journées de Cordoue ; la ville possède des puits d’eau potable limpide et froide ; on en boit l’été à cause de son extrême fraîcheur.

***

34[Les Îles Fortunées] — On rapporte ces paroles de ‘Āmir aš-Ša‘bī : Allāh a créé, au delà de l’Espagne à une distance égale à celle qui nous sépare de ce dernier pays, un peuple qui n’imagine pas que quelqu’un se soit montré rebelle envers Allāh ; ils ne labourent, ni ne sèment, ni ne moissonnent : à leurs portes se trouve un arbre qui produit, pour eux, ce dont ils se nourrissent ; cet arbre a de larges feuilles que les habitants unissent les unes aux autres et dont ils se couvrent ; leur sol renferme des perles et des pierres précieuses ; leurs montagnes, de l’or et de l’argent. Ḏū 1-Qarnayn étant venu chez eux, ils sortirent à sa rencontre et lui dirent : « Qu’est-ce qui
» t’a amené ? Veux-tu nous asservir ? Par Dieu ! personne ne nous a
» jamais subjugués ! Si tu désires des richesses, prends ! — Par Dieu !
» je ne désire ni l’un ni l’autre. Mais j’ai demandé à mon Seigneur
» de me faire parcourir l’espace situé entre le levant et le couchant.
» Voici le point où je suis parvenu en partant du levant. — C’est
» le couchant où tu te trouves », répondirent-ils.

35En Espagne, peu de palmiers ; on y trouve beaucoup d’oliviers, de l’huile, du coton et du lin.

***

36Histoire d’al-Baht. — Une des curiosités d’al-Andalus est al-Baht, ville située dans un de ses déserts. ‘Abd al-Malik b. Marwān ayant entendu parler de cette ville qui, disait-on, renfermait des trésors, écrivit à Mūsā b. Nuṣayr, son préfet au Maġrib, lui ordonnant de marcher vers elle ; il remit la lettre à Ṭālib b. Mudrik qui partit et finit par atteindre [89] la ville de Kairouan où résidait Mūsā ; Ṭālib fit parvenir à ce dernier la lettre de ‘Abd al-Malik. Après l’avoir lue, Mūsā prépara l’expédition et s’en fut, à la tête de mille cavaliers parmi les plus braves et les plus nobles de son armée ; il emporta des provisions pour quatre mois, et de l’eau en suffisance pour lui-même et ses compagnons ; il emmena quelques hommes qui montreraient la route aux autres ; il marcha donc 43 jours et arriva enfin ; il s’arrêta trois jours jusqu’à ce qu’il eût appris tout ce qu’il voulait savoir ; ensuite il décampa vers le lac qui se trouvait à deux milles de la ville et essaya d’en mieux connaître la condition ; puis il retourna à Kairouan et écrivit à ‘Abd al-Malik b. Marwān, par l’entremise de Ṭālib b. Mudrik : « Au nom d’Allāh clément
» et miséricordieux ! qu’Allāh accorde au Commandeur des
» Croyants les qualités qui lui permettront de parvenir à la grandeur
» en ce monde et dans l’autre ! Je vous mande ceci, Commandeur
» des Croyants : Ayant pris mes dispositions pour quatre mois, je
» m’en fus à travers le désert d’Espagne, à la tête de mille de mes
» compagnons et finis par m’engager dans des chemins où toute
» trace avait été effacée et au sujet desquels les informations
» manquaient totalement. Nous cherchions à atteindre une ville
» telle que personne n’a jamais entendu parler de sa pareille. Nous
» marchâmes donc 43 jours ; alors nous apparut l’éclat des créneaux
» de cette ville, à une distance de cinq journées ; son aspect nous
» impressionna ; elle emplit nos cœurs de terreur ; lorsque nous fûmes
» près d’elle, elle nous parut curieuse et redoutable ; son aspect
» était effrayant, terrifiant ; on eût dit qu’elle n’était pas l’œuvre
» de créatures humaines ; nous campâmes à son angle oriental,
» fîmes la dernière prière du soir, puis nous passâmes la nuit la plus
» effroyable qu’ait passée un Musulman ; lorsque nous fûmes au
» matin, nous criâmes : “Allāh est grand !”, tranquillisés par
» l’apparition du jour et réjouis ; ensuite, je fis partir un de mes
» compagnons à la tête de cent cavaliers, et je lui ordonnai de
» faire le tour des remparts de la ville, afin de nous faire connaître
» où en était la porte ; il s’absenta durant deux jours, puis revint
» le matin du troisième nous annoncer que la ville n’avait ni
» porte ni voie d’accès. Je fis donc entasser les uns sur les autres,
» les effets de mes compagnons, contre la muraille, pour voir qui
» entrerait dans la ville par escalade ; mais nos effets n’arrivaient
» pas au quart de la hauteur du rempart, tant il s’élevait dans
» l’air. Je donnai donc des ordres : on fabriqua de nombreuses
» échelles qui furent reliées les unes [90] aux autres et je fis cette
» proclamation dans le camp : “Celui qui prendra pour moi des
» informations sur cette ville et qui montera à ces échelles touchera
» dix mille dirhems”. Un de mes compagnons se porta volontaire
» et grimpa à l’échelle, non sans invoquer la protection d’Allah
» et réciter des versets du Coran ; lorsqu’il eut atteint le haut
» de l’échelle et dominé la ville, il éclata de rire, puis descendit de
» l’autre côté. Nous lui criâmes : “Dis-nous ce que tu y vois !” mais
» il ne nous répondit pas. Alors nous fixâmes de nouveau mille
» dinars pour celui qui monterait sur le rempart et nous apporterait
» des renseignements sur la ville et ses habitants ; un Ḥimyarite
» se porta volontaire, prit les dinars, les mit dans ses affaires et
» grimpa. Lorsqu’il fut au niveau de la muraille, il éclata de rire,
» puis descendit dans la ville ; nous lui criâmes : “Dis-nous ce qu’il
» y a de l’autre côté et ce que tu vois”, mais nul ne nous répondit.
» Enfin, trois hommes montèrent, chacun éclatant de rire et
» s’envolant vers la ville. Alors, désespérant de revoir ces hommes
» et de reconnaître la ville, je me transportai vers le lac en longeant
» les murs, et nous aboutîmes à un endroit du rempart qui portait
» une inscription en arabe ; je m’arrêtai et ordonnai d’en prendre
» copie. La voici (basīṭ) :

  • 17 Cf. Coran, XXXIV, 11 [H.M.].

Que l’homme qui possède un pouvoir inattaquable, et quiconque espère l’immortalité — mais nul être vivant n’est immortel — sache :
Que si des créatures obtenaient l’immortalité à leur aise, Salomon, fils de David, l’aurait certes obtenue.
La source coula pour lui, source d’airain, abondamment ; elle renfermait un don magnifique, inépuisable (1).
Et il dit aux génies : « Construisez m’en un monument qui subsiste jusqu’à la Résurrection17, sans s’user ni disparaître ».
Alors, ils façonnèrent l’airain en plaques, puis il fut dressé vers le ciel, solidement et soigneusement.
Les génies versèrent l’airain sur la muraille pour former un toit en pente dur et solide comme un roc.
Salomon y ramena tous les trésors terrestres ; et ils apparaîtront, un jour encore inconnu ;
Il ne laissa, après cela, dans le royaume, aucune chose précieuse jusqu’au jour où il fut enfermé dans une tombe au fond d’une fosse,
[91] Et s’en fut dans les entrailles de la terre, couché sur le côté, enfermé sous les dalles de pierre.
Cela, afin que tu saches que tout pouvoir prend fin, hors celui d’Allāh, qui inspire la crainte et qui donne généreusement.

37« Ensuite, j’ai marché jusqu’à parvenir au lac, vers le coucher
» du soleil ; nous regardâmes et aperçûmes un homme qui se tenait
» là debout ; nous lui criâmes : “Qui es-tu ? — Je suis un des
» génies : Salomon, fils de David, emprisonna mon père dans ce
» lac ; je suis venu voir comment il se trouve. — Qu’as-tu à te
» tenir sur l’eau ? — J’ai entendu une voix et j’ai pensé que c’était
» celle d’un homme qui vient au bord du lac, proclame l’unité
» d’Allah et Le glorifie. — Qui est-ce, à ton avis ? — Je pense
» que c’est al-Ḫaḍir (al-Ḫiḍr)”. Ensuite, le génie disparut. Nous
» passâmes donc cette nuit sur le bord du lac. J’avais amené
» avec moi un certain nombre de plongeurs ; ayant plongé dans
» le lac, ils en retirèrent une jarre de cuivre à couvercle de
» cuivre et cloutée de cuivre ; j’ordonnai d’arracher le couvercle,
» et il sortit de la jarre un homme de cuivre qui tenait une pique
» de cuivre et qui s’envola dans les airs en disant : “Ô Prophète
» d’Allah ! je ne recommencerai pas”. Ensuite, ayant plongé une
» deuxième et une troisième fois, les plongeurs ramenèrent un
» certain nombre de ces jarres. Ensuite mes hommes se mirent à
» murmurer, craignant que les provisions ne leur fissent défaut.
» J’ordonnai donc le départ ; je repris l’itinéraire que j’avais déjà
» suivi et arrivai à Kairouan d’où j’écris cette lettre. Louange à
» Allāh qui conserva son armée au Commandeur des Croyants.
» Salut ».

38‘Abd al-Malik b. Marwān ayant lu la terre de Mūsā b. Nuṣayr, alors qu’il avait auprès de lui az-Zuhrī, dit à ce dernier : « Que penses-tu de ces gens qui montèrent sur le mur ? Comment
» furent-ils enlevés ? — Je pense qu’ils devinrent fous, puis furent
» enlevés du mur. — Que sont ces êtres qui sortirent des jarres,
» puis s’envolèrent ? — Ce sont les génies rebelles que Salomon,
» fils de David, emprisonna dans les mers ».

Notes

1 Ce chapitre a été édité et traduit par M. Hadj-Sadok, Description du Maghreb et de l’Espagne au iiie/ixe siècle, Alger 1949, 30-61.

2 L’auteur ne précise pas le nom de l’Aglabide contemporain, mais il s’agit sans doute d’Abū Isḥāq Ibrāhīm II, qui régna de 261 à 289/874-902 (v. M. Talbi, Emirat aġlabide, index).

3 C’est-à-dire Tobna.

4 Le texte ajoute Image « sur la mer du Yémen, à l’est du Nil ». De Goeje voit là une ineptie et rappelle que Yāqūt (III, 189) dit qu’après as-Sūs al-Aqṣā il y a une mer de sable. H. Massé a préféré ne pas traduire ce membre de phrase, qui est en fait un indice des conceptions géographiques d’Ibn al-Faqïh.

5 Ce passage est loin d’être clair. Il semble bien que l’auteur copie Ibn Ḫurradāḏbih qui écrit (éd.-trad. Hadj-Sadok, op. cit., 12-13) presque exactement la même chose, avec cette différence qu’il évalue la distance à 2 150 milles et qu’il manque, devant Image la préposition Image d’ailleurs rajoutée par De Goeje. Le pronom Image fait difficulté, mais la traduction proposée doit être proche de la vérité. Hadj-Sadok traduit de son côté : … et ils se répandirent dans le Sūs al-Adnâ, derrière Tanger et dans le Sûs al-Aqçâ, à deux mille cinquante milles de Qamūniya qui se trouvait sur l’emplacement actuel de Kairouan.

6 H. Massé avait laissé le premier nom en blanc. Étant donné qu’Ibn al-Faqīh copie Ibn Hurradāḏbih, il est permis de compléter la phrase : « Rome (Rūmiya), le pays des Burğān, ceux des Slaves, etc. ». Burğan est un terme ambigu désignant aussi bien les Bulgares que les Bourguignons et parfois même les Francs (v. index de Mas‘ūdī) ; Abar/Ibar peut désigner les Avares, mais aussi les Ibères.

7 Ibn Ḫurradāḏbih dit : « cette région de la mer occidentale », c’est-à-dire l’Espagne.

8 Ibn Ḫurradāḏbih dit : « les eunuques slaves, grecs, francs et lombards ».

9 Ibn Ḫurradāḏbih dit : « les esclaves grecques et andalouses. »

10 On ne voit pas ce que désigne ici ce mot, qui signifie « poil de chameau ». Hadj-Sadok traduit (p. 15) par « et autres fourrures », puis (p. 41) par « pelisses garnies de poils ».

11 Ibn Ḫurradāḏbih précise : Image « parmi les drogues, le mastic ».

12 Le texte dit simplement, Image mais il s’agit des Berbères.

13 Le mot Image fait difficulté ; de toute façon, Tanger était la capitale d’as-Sūs al-Adnā, et la distance entre cette ville et Volubilis n’est pas de 20 jours de marche.

14 Le texte porte. Image

15 Texte : Image : le pronom de Image ne pouvant se rapporter à Image, il conviendrait de corriger ce mot et de lire Image

16 Texte : Image « Je ne possède pour moi-même un mal ou un bien », que Hadj-Sadok traduit : « Je suis incapable par moi-même de faire du bien ou du mal ».

17 Cf. Coran, XXXIV, 11 [H.M.].

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter