Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

L’Égypte et le Nil

Texte intégral

1Au dire d’al-Kalbī, l’Égypte (Miṣr) reçut son nom de Miṣr, fils de Miṣrāyim1, fils de Cham, fils de Noé ; elle fut conquise [57] par ‘Amr b. al-’Āṣ.

2On rapporte, au sujet de la parole d’Allah (Coran, XXIII, 52) : « Nous leur avons donné asile à tous deux sur une hauteur
» pourvue de stabilité et d’eau vive », qu’il s’agit de l’Égypte.

3Au dire d’Ibn as-Sikkīt, l’Égypte fut nommée Miṣr parce qu’elle forme limite (ḥadd) ; les gens de Hağar écrivent dans leurs contrats : « J’achète toute la maison
» avec ses muṣūr » (c’est-à-dire avec ses limites). Et ‘Adī b. Zayd at-Tamīmī a dit (basīṭ) :

Il a fait du soleil une limite bien apparente entre le jour et la nuit (c’est-à-dire : « une limite qui sépare »).

4‘Abd Allāh b. ‘Amr a dit : « Qui veut contempler le Paradis
» n’a qu’à regarder l’Égypte au moment des labours ».

  • 2 Il est probable que la bonne leçon est (...)

5On a rapporté, d’après aḍ-Ḍaḥḥāk b. Muzāḥim, d’après Ibn Mas’ūd, cette tradition remontant au Prophète : « Au jour de la
» résurrection, un héraut appellera du haut du ciel : “Ô gens
» d’Égypte !” ; et ceux-ci s’écrieront tous, du premier au dernier :
» “Nous voici !”. Alors, dit-on, Allah tout-puissant déclarera :
» “Ne vous ai-je pas accordé la faveur d’habiter en Égypte ? et ne
» vous ai-je pas nourris de vin2, de levain, de la chasse des
» oiseaux du ciel, de la pêche des poissons de mer et d’eau douce ?“ ;
» et ils répondront : “Certes oui, Seigneur !” ».

6La terre d’Égypte a pour étendue quarante nuits dans les deux sens. Elle fut la résidence des Pharaons ; elle était appelée Macédoine (Maqaḏūniya) par les Grecs. L’Égypte, en longueur, s’étend depuis aš-Šağaratān1 (les deux arbres), entre Rafah et al-’Arīš‘, jusqu’à Assouan (Uswān) ; en largeur, elle s’étend de Barqa à Ayla ; ce qui donne un parcours de quarante nuits sur autant dans l’autre sens. De Baġdād à l’Égypte, 570 parasanges, ce qui donne, en milles, 1 710 milles.

  • 3 Miṣr, pl. amṣār, désigne à l’origine une ville dotée d’un des exemplaires du Coran de ‘Uṯmān, mais (...)

7L’auteur dit ceci : Au dire de ‘Abd Allāh b. ‘Amr b. al-’Āṣ, les bénédictions sont au nombre de dix, dont neuf en Égypte et une dans les autres terres ; le mal comporte dix parties dont une seule en Égypte et neuf sur le reste de la terre. Quant au sens de ce qu’on a dit, à savoir que ‘Umar a fondé les amṣār3, il faut rappeler qu’il n’a fondé que Basra et Kūfa ; mais il arrive que les Arabes emploient ainsi le pluriel pour désigner deux objets seulement. Au dire d’al-Ḥasan, ‘Umar a instauré sept amṣār : Médine, Baḥ-rayn, [58] Baṣra, Kūfa, Ğazīra, Damas et Miṣr.

8Au dire d’Abū l-Ḫaṭṭāb, Allah tout-puissant n’a mentionné, dans le Coran, aucun pays autant que L’Égypte. Il dit en effet (Coran, XII, 21) : « L’homme qui, en Égypte, l’avait acheté, dit,
» etc. » ; (II, 58) « Descendez en Égypte » ; (X, 87) « Et nous
» révélâmes à Moïse et à son frère : Fondez pour votre peuple des
» demeures en Égypte » ; Il use d’une métonymie lorsqu’il dit (XII, 30) : « Des femmes, dans la ville, dirent : “la femme d’al-’Azīz,
» etc.” », et II l’appelle la Terre dans (XII, 56) : « C’est ainsi que
» nous établîmes Joseph sur la terre dont il prit possession, etc. ». Allah désigne le roi d’Égypte sous le nom d’al-’Azīz (le Puissant) dans le verset (XII, 51) « La femme d’al-’Azīz dit, etc. » et (XII, 78) : « Ô Puissant, il a un père âgé et chargé d’ans ».

9Un vieillard de la famille d’Abū Ṫālib m’a informé en ces termes : J’ai vu à Memphis (Manf), qui fait partie des provinces de l’Égypte, le palais du Pharaon ; je fis le tour de ses pavillons, de ses créneaux, de ses hautes salles et de ses vestibules ; or tout cela n’était qu’un monolithe évidé ; si on l’a si parfaitement construit que, même en le touchant, la réunion de deux pierres et le point de rencontre de deux rocs deviennent imperceptibles, cela est vraiment surprenant ; et si c’est un monolithe que les hommes ont évidé au ciseau de façon à pratiquer ces excavations, cela est encore plus surprenant.

10Quant au Nil, Allah l’a nommé « mer » ; Il a dit (Coran, XXVIII, 6) : « Quand tu craindras pour lui, jette-le dans le yamm », yamm (= mer) désignant ici le Nil.

11L’Égypte possède des sources abondantes.

12Une des gloires du peuple égyptien est Marie la Copte, mère d’Ibrāhīm, fils de l’Envoyé d’Allah ; celui-ci épousa quinze femmes et mourut en en laissant neuf ; et Allah déclara Marie interdite aux hommes après qu’elle eut mis Ibrāhīm au monde, et cela après la mort du Prophète, de même qu’il déclara interdites ses autres femmes.

13Une autre gloire de l’Égypte est Agar (Hāğar), mère d’Ismaël (Coran, XIX, 55) « sincère en ses promesses ». Le Prophète a dit : « Lorsque vous conquerrez l’Égypte, montrez-vous bons envers les
» Coptes, [59] car je suis leur allié par les femmes. Et l’on a dit :
» Si Ibrāhīm avait vécu, aucune Copte ne serait jamais devenue
» esclave ».

  • 4 Cf. Coran, VII, 138 [H.M.].

14La terre d’Égypte, a-t-on dit, est délimitée ainsi dans le Livre4 : elle comporte un parcours de quarante nuits dans les deux sens ; le pays des Noirs comporte un parcours de sept années ; l’excédent de leurs eaux se dirige vers l’Égypte ; la terre d’Égypte est un soixantième du pays des Noirs, qui représente un soixantième de la terre.

15Parmi les gloires de l’Égypte et des Coptes qui l’habitent, figurent le croyant de la famille de Pharaon (Coran, XL, 29), les magiciens, les compagnons du repentir sincère (Coran, LXVI, 8), Agar, Āsiya et la mère d’Ibrāhīm.

16Parmi leurs femmes, il y a des belles ; elles sont aussi prisées que les Berbères.

17Les Coptes sont plus habiles sur les instruments de musique (kamānikiyya) et dans le jeu que les gens du Sind ; chez les Coptes, il y a une agilité étonnante.

18En Égypte, se trouve le Mont al-Muqaṭṭam. On rapporte que Ka’b aurait dit : « La montagne de Miṣr est sainte ; elle va d’al-
» Quṣayr à al-Yaḥmūm ». Ka’b fit cette demande à un homme qui se dirigeait vers l’Égypte : « Offre-moi de la terre venant du pied
» de son Muqaṭṭam », et l’homme lui en apporta une besace. Lorsqu’il mourut, Ka’b ordonna que cette terre fût étendue sous son côté, dans sa tombe.

19On a dit que le Mont d’Émeraude, qui fait partie des monts d’al-Buğa, se rattache au Muqaṭṭam, lequel est une montagne d’Egypte. Au dire d’Ibn Lahī’a, le Muqawqis demanda à ‘Amr b. al-’Āṣ de lui vendre tout le pied du Muqaṭṭam pour 70 000 dinars. ‘Amr écrivit donc à ‘Umar qui répondit : « Demande-lui pourquoi
» il nous offre cette somme, alors que la montagne n’a pas de puits
» et n’est pas cultivable ». — Le Muqawqis répondit : « Je trouve,
» dans les livres, qu’elle contient la plantation du Paradis ». ‘Amr
» en informa ‘Umar, qui lui écrivit : « Nous ne connaissons de plantes
» du Paradis que pour les vrais Croyants ; inhume donc au Mu-
» qaṭṭam ceux des Musulmans qui mourront, et ne le vends à
» aucun prix ». Or le premier qu’on y enterra fut un homme d’al-Ma’āfir (Yémen) dit ‘Āmir, et l’on dit alors : la montagne est peuplée (‘umirat).

20La ville de Fusṭāṭ est la capitale de l’Égypte ; elle a été ainsi nommée [60] parce que ‘Amr b. al-’Āṣ dressa sa tente (fuṣṭāṭ) en cet endroit, à Bāb al-Yūn (Babylone).

21Suwayqat Wardān se trouve en Égypte.

22En Égypte aussi le Mur de la Vieille (Ḥā’iṭ al-’Ağūz), sur la rive du Nil ; il fut bâti par une vieille femme qui vivait aux premiers temps et était très riche ; elle avait un fils qui était son seul enfant ; un lion (sabu‘) l’ayant tué, elle dit : « J’empêcherai bien les lions
» de boire au Nil » ; et elle bâtit cette muraille en sorte que les fauves ne parvinssent pas au fleuve. Cette muraille, dit-on, était un talisman : elle portait des représentations figurées de tous les pays avec leur aspect et les costumes des habitants, des quadrupèdes et des armes ; chaque nation était figurée sur les routes par lesquelles on en venait ; aussi lorsque les gens d’un pays se proposaient de razzier l’Égypte et arrivaient à ces représentations figurées, ils s’éloignaient ; et l’on disait que cette muraille avait été bâtie pour servir d’obstacle entre les gens de Haute-Égypte et les Nubiens ; en effet, ceux-ci faisaient des incursions contre les gens de Haute-Égypte, à l’improviste ; et cette muraille fut bâtie à cause des Nubiens.

23Un des rois, dit-on, ordonna à Platon de construire, dans un des cantons de l’Égypte qui avoisinent le continent, une muraille longue de trente parasanges entre Péluse (al-Faramā) et Assouan (Uswān), pour mettre un obstacle entre les Égyptiens et les Abyssins.

24A al-Fusṭāṭ, se trouve une grande statue de pierre représentant une femme assise ; sur sa tête, repose une amphore ; sur chacun de ses genoux, un escalier mène à une chambre haute ; elle a nom Umm Yazīd al-Ḫawlāniyya.

25Le canard, a-t-on dit, paît en Égypte tout comme les ovins. l’Égypte possède des serpents qui n’existent nulle part ailleurs : c’est en un serpent de ce genre qu’Allah transforma la verge de Moïse ; et Allah tout-puissant a dit (Coran, VII, 104 et XXVI, 31) :
« Il jeta sa verge et voici qu’elle devint un serpent évident », (c’est-à-dire qu’Allah la transforma en serpent).

26Une des étrangetés de l’Égypte est le rat du Pharaon (ichneumon, nims) qu’aucun autre pays ne possède et qui est une des merveilles du monde ; en effet, c’est un petit animal qui se meut rapidement et ressemble à une petite marmite ; lorsqu’il voit le serpent, il s’en approche : ce dernier l’enlace [61] dans l’intention de le mordre et de le manger, mais le rat du Pharaon pousse un soupir qui coupe le serpent en deux et parfois même en plusieurs morceaux ; sans l’ichneumon, les serpents auraient dévoré les habitants de l’Égypte ; il y est plus utile à ses habitants que les hérissons à ceux du Siğistān ; le Siğistān est un pays infesté de vipères, et l’une des obligations de la population consiste à ne tuer ni chasser le hérisson.

27Il y a d’autres merveilles en Égypte : le crocodile qui n’existe que dans le Nil (il existe aussi dans le fleuve du Sind, l’Indus [Mihrān]) ; lorsqu’il mord, ses dents pénètrent profondément et s’entrecroisent ; il ne lâche pas ce qu’il a saisi jusqu’à ce qu’il ait tranché avec ses dents ce dont il s’est emparé ; sa mâchoire supérieure est mobile, au contraire de la mâchoire inférieure, ce qui n’a lieu chez aucun autre animal. Le fer ne produit aucun effet sur sa peau. De sa tête à sa queue, il n’y a qu’un seul os qui ne se courbe ni ne se contracte, parce qu’il n’y a pas de vertèbres dans son dos ; aussi, lorsqu’il est retourné, il ne peut se mouvoir. Lorsque le mâle couvre la femelle, il sort du Nil, la jette sur le dos et s’unit à elle tout de même que l’homme s’unit à la femme ; lorsqu’il a fini, il la remet d’aplomb, et s’il la laisse sur le dos, elle devient la proie des chasseurs, car elle ne peut se retourner. La queue du crocodile est très effilée, et un seul coup peut en être mortel. Parfois aussi il tire à lui un bœuf et le mange. Ses œufs sont semblables à ceux des oies ; sa femelle en pond soixante. Il a soixante dents et, lorsqu’il couvre sa femelle, cela a lieu soixante fois. Lorsque le crocodile sort de l’œuf, il est semblable à un gros lézard, pour l’aspect et la corpulence, puis il grandit jusqu’à atteindre dix coudées, ou davantage ; il croît durant toute son existence. Si l’on prend, du côté droit de sa mâchoire, la première dent qui s’y trouve et si on la suspend à quelqu’un qui souffre de fièvre intermittente, la fièvre l’abandonne sur-le-champ.

28Souvent, de la viande pénètre dans les intervalles des dents du crocodile ; alors il ouvre la bouche ; il possède parmi les oiseaux un ami, ressemblant au pluvier (ṭīṭawā), qui vient à lui et finit par s’abattre au coin de sa bouche ; et il enlève cette viande avec son bec, ce qui devient une nourriture pour l’oiseau et un soulagement [62] pour le crocodile, puisque cet oiseau lui nettoie les dents de la viande qu’elles contiennent ; cet oiseau le protège tout le temps qu’il lui nettoie les dents ; car, s’il voit un chasseur ou quelque humain qui ait des intentions sur lui, ou bien encore une belette — l’ennemie du crocodile — il en avertit ce dernier ; en effet, la belette vient au crocodile pendant qu’il dort (et il aime dormir au bord du fleuve), elle se baigne dans l’eau et se roule dans le limon, puis se secoue jusqu’à ce que ses poils se hérissent ; alors elle saute dans la gueule du crocodile, le faisant ainsi mourir de mort violente, ou bien elle lui mange les entrailles. Voilà pourquoi l’oiseau en question garde le crocodile : lorsqu’il voit une belette s’avancer, il réveille le crocodile et l’avertit, et le crocodile prend la faite dans l’eau.

29Cela n’est pas plus surprenant que ce qui concerne la taupe (ḫald) ; animal aveugle, elle sort de son trou et ouvre la bouche ; ainsi, les mouches tombent successivement dans sa bouche et sur les commissures de ses lèvres ; sans cesse, elle referme la bouche sur les mouches et les avale, jusqu’à ce qu’elle soit rassasiée ; ensuite, elle regagne son trou.

30Cela n’est pas plus surprenant non plus que deux oiseaux qu’on voit entre les plus proches parages de la mer, du côté de Baṣra, aux extrêmes parages du côté du Sind ; l’un d’eux est grand, l’autre petit ; l’un d’eux est ğuwānkark, l’autre ğaršī ; sans cesse, le petit bat des ailes sur la tête du grand, joue avec lui, tourne autour de lui, passe entre ses pattes, l’agace et le harcèle si bien que le grand se garantit contre lui par sa fiente : en effet, lorsque le ğaršī a lâché son excrément, le ğuwānkark le reçoit, et cet excrément ne manque pas le fond de son gosier, si bien qu’il semble y disparaître dans un puits ; et lorsqu’il s’est fait donner cet excrément, il s’en retourne rassasié et désaltéré, avec sa subsistance quotidienne ; quant au grand, il s’en va de son côté ; ce qu’ils font là tous deux est bien connu et manifeste.

31L’Égypte offre d’autres merveilles. Par exemple, le dauphin (duḫas) qui compte parmi les animaux marins analogues aux poissons mais sans être poisson : il se présente au naufragé et s’approche de lui, pour lui permettre de lui placer la main sur le dos, puis il nage, emmenant le naufragé qui s’aide en s’appuyant sur lui et en s’accrochant à lui, et le sauve ainsi ; le dauphin [63] est très connu parmi les marins.

32On a dit que celui qui s’enduit de graisse de lézard (ḥirḏūn) et se jette ensuite sur le crocodile, dans l’eau, le prend. Le ḥirḏūn est un petit animal qu’on trouve en Égypte ; ses ordures sont utiles contre les maux d’yeux ; il s’attaque au scorpion ; lorsqu’il atteint le chevreau, il lui mange l’oreille.

33Les Égyptiens comptent l’existence du crocodile dans le Nil comme une des curiosités de leur pays. Cet animal pullule dans les baies de Sindān et du pays des Zanğ ; mais leurs habitants ne lui connaissent pas ce volatile qui lui nettoie les dents. L’existence du crocodile dans le Nil d’Égypte est liée à son existence dans l’Indus (Mihrān) : ce dernier est un fleuve du Sind, et c’est de là que le crocodile vient en Égypte.

34Une des curiosités de l’Égypte est l’hippopotame (faras) qui vit dans le Nil et mange les crocodiles et autres bêtes. On élève cet hippopotame, lorsqu’il est jeune, dans les habitations au milieu des femmes et des enfants. Sa dent est un remède contre les maux d’estomac : les Nubiens et Abyssins la prescrivent comme traitement, car, se nourrissant d’aliments grossiers, ils sont parfois à la mort par suite de maux d’estomac ; alors ils prennent la dent de cet animal et l’administrent en remède ; et ils guérissent. Les intestins de ce même animal guérissent la folie qui saisit les gens aux nouvelles lunes.

35Une des curiosités de l’Égypte est un quadrupède appelé rhinocéros (le cornu, ḏū l-qarn), et qui se trouve dans le Nil ; il a sur le nez comme un sabre tranchant avec lequel il coupe les rochers lorsqu’il les frappe ; il lui arrive de tuer un éléphant avec sa corne.

36Les Égyptiens comptent le Nil comme une de leurs merveilles. En effet, il est l’opposé de tous les cours d’eau auxquels ce bas-monde a imprimé son caractère ; toute eau qui s’écoule ou qui s’est amassée tend à venir du septentrion ; tel n’est pas le cas du Nil qui coule en venant du Sud. D’autre part, il n’y a de crocodiles dans aucun des cours d’eau connus : vous n’en voyez ni dans l’Euphrate, ni dans le Tigre, ni dans le Saros (Sayḥān), ni dans le Pyrame (Gayḥān), ni dans l’Oxus (nahr Balḫ). Il n’y a en Égypte ni agents de corruption ni mauvaises bêtes.

37Les Égyptiens boivent dans des vases sans anses (būqāl).

38Le Prophète — qu’Allah le bénisse et lui donne le salut ! — a dit : [64] « Toutes les eaux sont absorbées par la terre puis re-
» viennent à leur place primitive, hors celles du Jourdain (nahr al-
» Urdunn), du Nil égyptien, d’al-Ḥuğurāt, de ‘Arafāt et de Minā ». Au dire d’al-Kalbī, lorsque l’étoile dite « La Chèvre » (al-’Ayyūq) se lève, toutes les eaux disparaissent et décroissent, hors le Nil d’Égypte dont la crue va jusqu’au 7 mai. Au dire de ‘Abd Allāh b. ‘Amr, le Nil d’Égypte est le seigneur des fleuves ; Allah lui a soumis tous les cours d’eau de l’orient à l’occident ; lors donc qu’Allah désire que le Nil coule, Il ordonne à chaque fleuve de l’aider : et les fleuves l’aident de leur eau ; puis lorsque Allah a fait jaillir l’eau de la terre en sources, et qu’elle a fini de couler suivant la volonté divine, Allah suggère à chaque onde de revenir à son point de départ.

39Selon la tradition, il y a quatre fleuves paradisiaques : le Nil, l’Euphrate, le Saros (Sayḥān), le Pyrame (Ğayḥān).

40Certains disent que le Nil sort de derrière l’Equateur et de deux lacs appelés « les deux lacs du Nil », qu’il contourne la terre d’Abys-sinie, vient passer entre la mer d’al-Qulzum — c’est la mer d’al-Faramā (Péluse) — [et le désert] ; puis il vient aboutir à Damiette (Dimyāṭ) et se jette dans la Méditerranée occidentale sur laquelle se trouve Damiette.

41Abū l-Ḫaṭṭāb a dit, citant al-Muštarī b. al-Aswad : J’ai fait vingt incursions dans le pays d’Anbiya en partant de l’extrême-Sûs ; or j’ai vu qu’entre le Nil et la mer salée il y avait des dunes de sable de dessous lesquelles sortait le Nil.

42Un philosophe a dit ceci : Je déclare que la mer se trouve parfois dans un lieu déterminé ; ensuite l’eau en est absorbée par la terre et l’endroit finit par devenir terre sèche ; [65] ensuite il redevient mer. En voici la cause : la constitution de la terre ressemble au corps des animaux et des végétaux ; elle a un terme et une limite extrême, comparables à la jeunesse et à la décrépitude, et comporte décroissance et croissance ; or lorsque le soleil s’en approche durant un moment prolongé, il la vaporise, de sorte qu’elle s’élève et que son emplacement se dessèche ; mais lorsque le soleil s’en éloigne quelque peu, ce même lieu devient humide, se détrempe, et les eaux de rosée et de pluie s’y concentrent. — On a dit que la terre d’Égypte était une mer et qu’il en est de même pour toute la terre ; cette eau s’étant épuisée dans la terre, ces emplacements se desséchèrent en quelque temps ; alors la terre à sec apparut ; on y planta les arbres et l’on y ensemença les champs.

43Lors de la conquête de l’Égypte, ses habitants vinrent trouver ‘Amr b. al-’Āṣ, au début du mois de juin (ba’ūneh) et lui dirent : « Ô émir ! à notre Nil s’attache une coutume sans laquelle il ne
» coule pas. — Qu’est-elle ? — Lorsque douze nuits de ce mois se
» sont écoulées, nous prenons une jeune vierge à ses parents que
» nous dédommageons ; nous lui mettons ce qu’il y a de plus beau
» en fait de bijoux, de manteaux et de vêtements ; puis nous la
» jetons dans ce Nil ». — ‘Amr répondit : « Cette pratique n’aura
» jamais lieu dans l’Islam car l’Islam abolit ce qui le précède ». Alors les indigènes se disposèrent à émigrer. Ce que voyant, ‘Amr écrivit à ‘Umar b. al-Ḥaṭṭāb, qui lui répondit : « Tu as bien fait ;
» et je t’envoie, ci-inclus, un billet que tu jetteras dans le Nil ». Lorsque la lettre de ‘Umar parvint à ‘Amr, il prit le billet et l’ouvrit ; or il contenait ceci : « Du serviteur d’Allah ‘Umar au Nil
» d’Égypte. Or donc, si tu ne coules que par toi-même ne coule pas ;
» mais si c’est Allah le puissant, le miséricordieux, l’unique, l’irré-
» sistible qui te fait couler, alors nous demandons à Allah l’unique,
» l’irrésistible qu’il te fasse couler ». ‘Amr jeta le billet dans le Nil, un jour avant [la fête de] la Croix : les Égyptiens s’étaient préparés à émigrer, car leurs affaires ne se maintiennent que grâce au Nil. Le matin du jour de la Croix, Allah avait fait monter de seize coudées le Nil en [66] une seule nuit ; c’est ainsi qu’Allah supprima cette coutume aux Égyptiens. Et, au dire d’Ibn al-Kalbī, la lettre de ‘Umar au Nil est le plus grand talisman [qui ait existé].

44Une des curiosités de l’Égypte est une herbe dite arundo (daqs, diss) ; on en tire des cordages pour les navires ; ces cordages sont dits qirqis : on prend un morceau de qirqis et on l’allume devant soi en guise de cierge, puis on l’éteint, et il demeure ainsi le reste de la nuit ; lorsqu’on en a besoin, on en saisit l’extrémité, on le fait tourner comme un miḫrāq et il se rallume.

45Une autre curiosité de l’Égypte est l’arbre appelé en grec mūmaqis : on le voit de loin la nuit, comme si c’était un incendie ; or, lorsque l’homme s’en approche, il n’y trouve absolument rien.

46Une des curiosités de l’Égypte est la cendre dite ramād as-sanṭ (cendre d’acacia) ; le sanṭ est un bois tel que si l’on en brûle toute la journée et que quelqu’un en recueille cette cendre, elle ne lui emplit pas le creux de la main.

47Les Égyptiens ont aussi les pierres des Oasis (ḥiğārāt al-wāḥāt) ; quiconque s’en étant procuré une, la secoue, c’est tout comme s’il secouait une datte de palmier nain à l’intérieur de laquelle se trouverait son noyau.

48Les Égyptiens ont aussi le papyrus (qirṭās) pour lequel personne ne rivalise avec eux.

49Ils ont aussi un animal dit iscancor (išqanqūr) qui est aphrodisiaque quand on le mange, et qui possède une autre particularité curieuse : il y a trois animaux dont le mâle possède deux organes fécondants : l’iscancor, le waral (varan) et le ḍabb (autre espèce de lézard).

50Une des choses dont les Égyptiens tirent gloire est l’hydromel (šarāb al-asal) qu’on préfère, dans leur pays, au vin de Babylone, à cause de sa suavité, de son parfum et de sa puissance capiteuse. Ce qu’il y a d’étonnant en ce breuvage, c’est qu’il est préparé à l’époque des crues du Nil et fabriqué avec l’eau épaissie et trouble ; s’il est fabriqué avec l’eau pure, il n’arrive pas à la même limpidité ni à la même qualité, le caractère trouble de cette eau ne donnant au breuvage que pureté et beauté.

51Les Égyptiens possèdent aussi le baume de Judée (balsān), l’huile de raifort (duhn al-fağl) et l’huile de moutarde (duhn al-ḫardal) ; ils possèdent aussi la serpillière (ḫayš) et les plumes [d’autruche] (rīš).

52Ils ont aussi à leur actif que tout fleuve de la terre est à l’opposé du leur : en effet, le Nil se dirige [67] vers le nord, ses eaux venant du sud.

53Une autre curiosité de l’Égypte, c’est qu’elle ne reçoit pas de pluie.

54Une autre curiosité c’est qu’elle a nom Miṣr et que, d’après ce même nom, on dénomma les métropoles (amṣār), par exemple Kūfa et Baṣra. Baṣra ne fut nommée Fusṭāṭ que par assimilation au Fusṭāṭ d’Egypte.

55Au dire d’al-Kalbī, Pharaon possédait les pays qui s’étendent de l’Égypte jusqu’au Ponant, c’est-à-dire le royaume d’Ifrīqiya et l’Andalus (l’Espagne).

  • 5 Ce sont bien les dimensions déjà indiquées (p. 57, ar.) mais l’expression (...)

56L’Égypte, comme le territoire de Wāsit, représente un trajet de quarante nuits dans les deux sens5.

57Il y a encore une curiosité en Égypte : c’est le cédrat (utruğğ) ; parfois un homme place un cédrat entre lui-même et son compagnon et, par suite de la grosseur du fruit, ils ne se voient plus.

58En Égypte, une des curiosités est le poisson torpille ; pour celui qui en attrape un, sa main ne cesse de recevoir des commotions et d’être secouée, tant que le poisson se trouve dans son filet ou à son hameçon. Or cela n’est pas plus surprenant que la montagne située à Āmid et dans laquelle tous les habitants du lieu remarquent une crevasse : lorsqu’un homme, dégainant son sabre, l’y introduit dans la crevasse, puis en saisit à deux mains la poignée, le sabre s’agite dans ses mains, et il reçoit une commotion, serait-il le plus fort des hommes. Et il y a là une autre merveille : c’est que, quand un sabre ou un couteau a été frotté sur cette montagne, il entraîne le fer et attire les aiguilles et les carrelets, avec plus de force que l’aimant. Et voici une autre particularité surprenante : ce n’est pas cette pierre même qui attire le fer ; mais si l’on y frotte ou si l’on y aiguise un couteau, c’est ce couteau qui attire le fer. Encore une autre particularité surprenante : si ce couteau attend cent années, cette force magnétique se conserve en lui ; mais si on le trempe comme on trempe les couteaux — et il en est de même pour l’aimant, lorsqu’on le frotte d’ail —, il n’attire plus le fer. C’est quelque chose de semblable au croc de la vipère ; en effet, lorsqu’on met sous sa dent un cœur de cédrat et qu’elle le morde puis se retourne, elle ne contient plus de venin mortel.

59L’Envoyé d’Allah a appelé la bénédiction divine sur Banhā, village d’Égypte.

60Au dire des Égyptiens, Joseph choisit [l’emplacement du] Fayyūm, à l’est, dans une montagne à la base, au sommet [68] et au milieu de laquelle on boit une même eau, et sur laquelle les fruits ne perdent leur fraîcheur ni hiver, ni été.

61Lorsque vous dépassez, a-t-on dit, le pays de Ġāna en allant vers la terre d’Égypte, vous parvenez à un peuple de Noirs, dit Kawkaw, puis à un peuple dit Maranda, puis à un peuple dit Murāwa, puis aux oasis d’Égypte, à Malsāna.

Description des deux Pyramides.

62En Égypte, se trouvent les deux Pyramides dont les constructeurs semblent avoir été enterrés récemment, sauf qu’ils se trouvent dans les profondeurs de la terre.

63Il y a trois pyramides dont chacune mesure 400 coudées de long sur 400 de large et, en hauteur, 400 coudées ; elles sont bâties de porphyre (marmar) et de marbre (ruḫām). Chaque pierre, en épaisseur, en longueur et en largeur, mesure 10 coudées ; taillés géométriquement et symétriquement, ces blocs sont disposés de telle sorte que leur arrangement n’apparaît clairement qu’à un regard perçant. Chaque pierre porte, en musnad, une inscription que quiconque lit le musnad peut déchiffrer : ce sont toutes sortes de formules magiques, toutes sortes de mirifiques recettes de médecine, de talismans et de représentations de volatiles.

64Un cheikh égyptien a raconté ceci : On lut, à l’un des califes ‘abbāsides cette inscription des Pyramides : « Je les ai bâties toutes
» deux : que quiconque se prétend puissant monarque les détruise
» donc, car il est plus facile de détruire que de construire ». On voulut donc les détruire, mais [le produit de] l’impôt foncier n’aurait pas suffi pour ce travail, et on les laissa là.

65‘Abd Allāh b. Ṭāhir a déclaré ceci : « J’ai vu, en Égypte,
» entre autres merveilles du monde, trois choses : le Nil, les Pyra-
» mides et Ibn ‘Ufayr ». Cet Ibn ‘Ufayr était un grand savant : il avait nom Sa’īd b. Kaṯīr b. ‘Ufayr.

66On trouva, dit-on, dans les Pyramides d’Égypte un serpent d’or dont la bouche contenait [69] un feuillet d’argent portant cette inscription (rağāz) :

Par le Seigneur des chameaux et des chamelles (qu’on lui sacrifie), je les ai faites de plomb pur.

67On y a lu aussi : « Je les ai édifiées ; puis je les ai couvertes
» de cuir, ensuite je les ai recouvertes d’étoffes du Yémen ; ensuite
» je les ai recouvertes de brocart. Or que quiconque se prétend
» puissant monarque, les couvre de nattes ». Al-Ma’mūn voulut donc les couvrir de nattes, et il constata qu’on y dépenserait [le produit de] tout l’impôt foncier de l’Égypte.

68C’est en Égypte que se trouvent les sables endigués et le mont Sinaī (aṭ-Ṭūr) où Allah adressa la parole à Moïse. Cette montagne est située dans le désert de l’Égarement (at-Tīh), entre al-Qulzum et Ayla. L’Égypte possède le palais (ṣarḥ) dont le pareil ne se voit nulle part ailleurs.

69Les Égyptiens disent : « C’est chez nous qu’on trouve le plus
» d’esclaves, de miel en rayons, de sucre candi et de monnaie ». Ils disent aussi : « Quant à la laine et au coton que nous possédons,
» aucun des peuples de l’univers ne possède les pareils ». Ils disent :
» Nous avons les ânes de Marīs, les mulets d’Égypte, les chevaux
» de race et les chameaux de selle ; nous avons des vallées et des
» pâturages tels que personne n’en possède ». Souvent, on craint que les chameaux ne meurent de leur graisse : en effet, lorsqu’ils ont engraissé à l’extrême, il arrive que sur leur poitrail éclate une boule de graisse semblable à la bosse, et que le chameau tombe mort. Ils disent aussi : « Nous avons de la cire, du miel, des plumes [d’au-
» truche], de la serpillière, et toutes sortes d’esclaves et de joyaux ».

70C’est en Égypte que se trouve Alexandrie. Au dire du Prophète, la meilleure de leurs garnisons-frontières est Alexandrie : elle fut bâtie par Alexandre, d’où son nom. On a rapporté que les paroles divines (Coran, LXXXIX, 6) : « Iram aux colonnes » désignent Alexandrie. Al-Ḥasan al-Baṣrī a dit : « Certes, passer à Alexandrie
» une seule nuit sur ma natte, j’aime mieux cela qu’adorer Dieu
» durant soixante-dix nuits dont chacune aurait la valeur de la
» nuit du destin ».

71Voici ce qu’a rapporté Zuhra b. Ma’bad al-Qurašī : ‘Umar b. ‘Abd al ‘Azīz me dit : « Où habites-tu en Égypte ? — A Fusṭāṭ. —
» Tu habites la ville dépravée et tu délaisses celle qui est bonne. —
» Où est-elle donc ? — C’est Alexandrie. En effet, elle réunit le
» sacré et le profane, [70] on s’y comporte aisément, et je jure par
» Celui qui tient en Sa main mon âme, que je désire y avoir mon
» tombeau ».

  • 6 En suivant Yāqūt (I, 257) on a ajouté

72Lorsque Alexandre se proposa de bâtir Alexandrie, il entra dans un grand temple des Grecs, y immola de nombreuses victimes et demanda aux prêtres du temple de lui montrer les destinées de la ville : si l’on finirait par la construire et comment elle serait. Or il vit en songe un homme sorti de la muraille de ce temple 6 qui lui disait : « Tu bâtiras une cité dont la renommée se répandra
» par toute la terre ; elle sera habitée par des gens innombrables ;
» des souffles parfumés se mêleront à son atmosphère ; la sagesse de
» ses habitants sera immuable ; les rigueurs du samūm (simoun) et de
» la chaleur en seront détournées ; la rudesse du froid et des tem-
» pêtes en sera écartée ; et elle sera préservée des maux, si bien
» qu’aucune possession démoniaque ne l’atteindra et que si rois et
» peuples y conduisent leurs armées et l’assiègent, aucun dommage
» ne la touchera ». Alors Alexandre la construisit et la nomma Alexandrie ; ensuite il la quitta et mourut, dit-on, à Babylone ; il fut alors transporté à Alexandrie où on l’inhuma.

73Alexandrie, a-t-on dit, fut faite en 300 ans ; on laissa travailler sa chaux pendant trois ans, et elle fut ruinée pendant 300 ans ; ses habitants, durant 70 ans, avaient continué à n’y circuler de jour que couverts d’étoffes noires, craignant de perdre la vue par suite de la blancheur des murs de la ville ; et on n’y allumait pas de lampe, pendant la nuit, tant elle était lumineuse.

74Le phare d’Alexandrie reposait sur un crabe (saraṭān) de verre, dans la mer.

75Il y a le Ğawf 7 en Égypte et dans la Yamāma : ce sont deux ğawfs, comme aṭ-Ṭūḫ en Irak ; Ḥulwān, en Égypte, est à une parasange d’al-Fusṭāṭ ; on y trouve beaucoup de palmiers. Al-Kiryawn en est distante de trois parasanges.

76[71] Quant au phare d’Alexandrie, il comportait deux colonnes de cuivre, avec deux figures, l’une de verre, l’autre de cuivre. Celle de cuivre représentait un scorpion, celle de verre, un crabe ; le belvédère (manẓara) que l’on appelait le phare (al-manārd) était à côté de ces colonnes.

77‘Ayn Šams est à trois parasanges d’al-Fusṭāṭ. De Memphis (Manf), résidence des Pharaons, à ‘Ayn Šams, trois parasanges.

  • 8 Allusion certaine aux Colonnes d’Hercule, mais on ne sait comment traduire
  • 9 On a ajouté (...)

78Il y a désaccord au sujet d’al-Iskandar (Alexandre). Les uns prétendent qu’il est Ḏū 1-Qarnayn ; les autres, que Ḏū 1-Qarnayn n’est pas le fils de Fīlifūs (Philippe) ; mais, parce qu’Alexandre voyagea beaucoup à travers la terre et parce qu’il en parcourut les diverses régions, les ignorants l’ont assimilé à Ḏū 1-Qarnayn. Or, entre lui et Ḏū l-Qarnayn à la longue vie — qui construisit la digue de Gog et Magog, qui fonda la ville de Merv et le phare d’Alexandrie reposant sur un crabe de verre, qui fonda au Maġrib la ville d’al-Baht, connue aussi sous le nom d’al-Buhā, bâtie de pierres appelées pierres d’al-baht et telles que quiconque les regarde s’égare et est pris d’un rire à mourir, — il y a un long espace de temps. C’est Ḏū 1-Qarnayn à la longue vie qui s’arrêta devant le ṣāḥib aṣ-ṣuwar ( ?) 8lorsqu’il pénétra dans [la mer] des Ténèbres (l’Atlantique) 9et atteignit un endroit au delà duquel on n’allait pas ; c’est alors qu’il façonna un cheval de cuivre monté par un cavalier de cuivre dont la main gauche tenait la bride de son cheval et la droite tendait une inscription rédigée ainsi en himyarite : « Pas de passage derrière moi ». Or ce Ḏū 1-Qarnayn jouit d’une longue existence, si bien qu’il vécut 700 ans, fut pourvu de ressources de toutes sortes et fut élevé au ciel ; il était appelé ‘Ayyāš ; par contre [Iskandar] le Grec vécut peu de temps et se conduisit fort mal.

79Au dire de ‘Aṭā’ b. Abī Ḫālid al-Maḫzūmī, Alexandrie était blanche et brillait [72] nuit et jour ; le soleil couché, aucun de ses habitants ne sortait de sa maison, et quiconque sortait était enlevé ; ils avaient un berger qui paissait les moutons au bord de la mer ; or quelque chose, sortant de la mer, ravissait un de ses moutons ; le berger s’embusqua à quelque endroit et vit sortir une jeune fille qu’il saisit par les cheveux et, malgré sa résistance, entraîna vers sa demeure. La jeune fille se familiarisa avec les habitants et, voyant qu’ils ne sortaient pas après le coucher du soleil, leur en demanda la raison : ils lui apprirent que quiconque sortait en ce temps était enlevé. Alors elle leur fabriqua des talismans et fut la première qui établit les talismans en Égypte.

80On rapporte, d’après ‘Abd Allāh b. ‘Amr b. al-’Āṣ les paroles suivantes : Il y a quatre merveilles du monde. D’abord, un miroir suspendu au phare d’Alexandrie : celui qui s’asseyait par-dessous voyait les gens de Constantinople et l’étendue de la mer entre les deux villes. Puis un cheval de cuivre portant un cavalier de cuivre, en Andalousie, cavalier qui étendait et élevait la main, avec l’inscription : « Pas de passage derrière moi ; personne ne s’aventurera
» dans ces régions sans être dévoré par les fourmis ». Ensuite, un minaret de cuivre dans la terre de ‘Ād ; il portait un cavalier de cuivre : durant les mois sacrés, l’eau en ruisselait, et l’on en buvait, on irriguait, on remplissait réservoirs et puits ; les mois sacrés terminés, cette eau tarissait. Enfin, un arbre de cuivre qui portait un étourneau (sūdāniyya) de cuivre, sur le territoire de Rome ; à la saison des olives, l’étourneau de cuivre sifflait, et tous les étour-naux apportaient trois olives, l’une dans leur bec, les deux autres dans leurs pattes, et les laissaient tomber sur l’arbre ; ainsi les habitants de Rome en pressaient ce qui leur suffisait pour assaisonner et éclairer jusqu’à l’année suivante.

81A ‘Ayn Šams, en terre d’Égypte, se trouvent des restes de colonnes : le sommet [73] de chaque colonne porte un cercle de cuivre. De l’une d’elles, dégoutte de l’eau, sous le cercle et jusqu’à la moitié de la colonne, qu’elle ne dépasse pas ; l’eau ne cesse de dégoutter ni nuit ni jour ; aussi la partie de la colonne où elle dégoutte est verte ; l’eau ne va pas jusqu’au sol. C’est une construction de Hūšank.

82A Alexandrie, il y un endroit où se trouvent des colonnes et des piliers de pierre, restes d’un édifice antique. Il y a une colonne, connue sous le nom de « colonne de Salomon », qui a quelque chose d’extraordinaire : l’homme qui y est préposé s’avance ; il tient du verre, de la céramique ou quelque autre chose et le lance sur la colonne en disant : « Par le mérite de Salomon, fils de David,
» je te conjure de te briser », et le verre ou la céramique se brise en mille morceaux. Cela ne se produit que sur cette colonne, et si l’homme ne prononce pas cette formule, l’objet ne s’émiette pas.

83En Égypte, se trouve Memphis, capitale des Pharaons : elle a 70 portes et des remparts de fer et de cuivre ; à l’intérieur de la ville, se trouvaient des cours d’eau qui coulaient par-dessous au nombre de quatre.

  • 10 Voir supra, p. 87, η. 1.

84Parmi les localités d’Égypte, on compte Manf, Wasīm, Dilāṣ, Būṣīr, al-Fayyūm, Ahnās, al-Qays, Ṭaḥā, Usyūṭ, Ušmunayn, Qahfā, al-Bahnasā, Hū, Qinā, Qifṭ [74], al-Aqṣur, Isnā, Armant, Suwān, al-Iskandariyya, al-Malīdas, aṭ-Ṭūr, Maṣīl, Qarṭasā, Ḫaribtā, al-Yadqūn, Ṣā, Šabās, Tīdah, al-Afrāḥūn, Lūbiyā, al-Awṣiya, Manūf al-’Ulyā, Manūf as-Suflā, Damsīs, Atrīb, ‘Ayn Šams, Farḫaṭšā, al-Ğawf 10 aš-Šarqī, al-Ğawf al-Ġarbī. En Égypte, se trouve le canal d’al-Lāhūn : on dit qu’il fut creusé par Joseph ; il dérive du Nil.

85La dernière province d’Égypte, sur la frontière de la Nubie, est Assouan (Uswān). Dongola (Dumqula) est la capitale de la Nubie. Entre ces deux villes, voyage de quarante nuits.

  • 11 Encore aujourd’hui, dans la croyance populaire, la pluie en été est signe de la colère divine [H.M (...)

86Un des défauts de l’Égypte est qu’il n’y pleut pas et qu’on y déteste la pluie11. Allah a dit (Coran, VII, 55) : « C’est Allah
» qui envoie les vents comme des messagers précédant Sa grâce ».

87Un autre défaut de l’Égypte est constitué par les vents du sud, qu’on appelle vents marīsiyya. Voici pourquoi : on nomme Marīs le Haut-Ṣa‘īd jusqu’à la Nubie. Lorsque le vent marīsī souffle treize jours de suite, [75] les Égyptiens achètent linceuls et baumes, certains qu’ils sont de la peste meurtrière et de l’anéantissement rapide (nous demandons à Allah la santé !).

88Un autre défaut de l’Égypte est l’instabilité de son climat : dans la même journée, il y a des alternances de froid et de chaud.

89Lorsque les habitants souffrent de la disette, ils périssent ; en effet, ils ne possèdent de réserves d’aucune sorte et c’est chez eux qu’on s’approvisionne ; aussi lorsque les provisions sont épuisées, ils succombent (nous demandons à Allah la santé !).

90Ce sont les Égyptiens qui tuèrent ‘Uṯmān b. ‘Affān, ‘Alī b. Abī Ṭālib et ‘Umayr al-Ma’mūnī.

91Les femmes égyptiennes et coptes sont tout le contraire des femmes du Khorassan : en effet, celles-ci enfantent des mâles, tandis que pour les Coptes, on ne voit guère parmi elles que des femmes enfantant des filles ; elles en enfantent deux, trois et quatre. Nous ne connaissons pas de gens au monde parmi lesquels il y ait plus de mâles que dans la famille d’Abū Ṭālib.

92La terre de la cité du Prophète est parfumée. La civette et les autres parfums y sont plus pénétrants de jour en jour, tandis que la civette la plus chère et la meilleure s’altère à al-Ahwāz en peu de jours. La fièvre, dans cette ville, ne quitte ni petit ni grand, ni même le nouveau-né, dès l’heure de sa naissance.

93L’Envoyé d’Allah a dit : « L’Égypte sera conquise après moi :
» allez y chercher des pâturages, mais ne l’adoptez pas comme
» résidence ;car sont poussés vers elle les gens qui doivent vivre
» le moins : en effet, la fièvre d’Égypte est plus maligne que celle
» d’al-Ahwāz et la peste d’Égypte est encore pire ».

94L’Envoyé d’Allah a dit aussi : « Allez chercher, en Égypte,
» ce qu’elle a de bon, mais habitez ailleurs ; car l’Égypte est la
» mine de la magie et de l’adultère, la résidence des libertins. Ne
» vous lavez pas la tête avec son limon noir, car il rend le cœur
» mortellement malade, augmente la tristesse et emporte l’ardeur
» — qu’Allah nous en préserve ! ».

95Au dire de l’auteur, on découvrit, en Égypte, une pierre portant cette inscription : « Malheur à toi, Ô Égypte ! Tu seras
» ruinée par l’inondation ; tes rois sont des étrangers ; aucun des
» tiens ne dominera sur toi ni sur autre que toi ».

96Wahb al-Mu’āfirī a dit : « Lorsque vous aurez vu le minbar
» d’al-Fusṭāṭ déplacé, quittez l’Égypte ».

97‘Abd Allāh b. ‘Amr b. al-’Āṣ a dit : « Il viendra sūrement,
» pour les hommes, un temps où un bât sur un chameau blessé
» au dos vaudra mieux qu’une maison en Égypte ».

  • 12 On comparera ce qui suit avec les versions de Mas’ūdî (III, 130-1 = § 985), d’Ibn Taġrībirdī (Nuğū (...)
  • 13 On a lu (...)

98Yaḥyā b. Maḥfūẓ a dit12 : « Allah a créé la raison, a créé,
» avec elle, [76] la ruse et l’a installée en Irak ; Il a créé la pensée13,
» a créé, avec elle, la dureté de cœur et l’a installée en Syrie ; Il a
» créé la pauvreté, a créé, avec elle, la sobriété et l’a installée au
» Ḥiğāz ; Il a créé la richesse, a créé, avec elle, l’humiliation et l’a
» installée en Égypte ».

99Ka’b al-Quraẓī a dit : « Allah a créé neuf manières de voler, dont sept se trouvent chez les Coptes ».

  • 14 Le texte portait (...)

100Une des choses surprenantes de l’Égypte est le jais14 : c’est une pierre noire, tachetée (muğaddar), qui surnage à la surface de l’eau, alors que l’ébène va au fond. Or quoi de plus étonnant que du bois qui s’enfonce dans l’eau et qu’une pierre qui flotte ? Diverses espèces de bois s’enfoncent dans l’eau ; l’ébène, le šēz (= buis ?), le jujubier, et l’arbre de fer (āhandāl). La pierre d’aimant est chose curieuse, et c’est aussi le cas du diamant. Parmi les pierres curieuses, figurent encore les cailloux qui ont forme de noyau de datte et qui surnagent dans le vinaigre, comme s’ils étaient poissons ; la pierre précieuse (ḫarza) qu’on met à la ceinture des femmes afin qu’elles ne conçoivent pas ; la pierre qui, placée au bord du four, fait tomber du four tout le pain.

101On prétend que l’osselet du lièvre, appliqué à une jambe piquée [par un scorpion], enlève le mal.

102Au dire de l’auteur, l’impôt foncier de l’Égypte seule est le double du ḫarāğ des Rūm, en totalité. Mūsā b. ‘Īsā, sous les califes ‘abbāsides, emporta d’Égypte 2 180 000 dinars.

103Au delà de la Haute-Égypte, se trouvent la Nubie, l’Abyssinie et le pays des Bedja (Buğa). ‘Uṯmān s’accorda avec les Nubiens aux conditions de 400 esclaves par an. D’après la tradition, l’Envoyé d’Allah a dit : « Que celui qui n’a pas de frère en adopte un
» parmi les Nubiens » ; il a dit encore : « Vos meilleurs captifs
» sont les Nubiens : ils ont dextérité, fidélité et loyauté ». Il y a là l’ébène blanc dont on fait les trônes ; [77] il y a aussi le rhinocéros qui ressemble à un veau et qui a sur le front une corne avec laquelle il combat ; il en a une autre, plus bas, entre les deux yeux, avec laquelle il arrache l’herbe ; frappant le lion avec celle qu’il a sur le front, il le tue ; il a des sabots fendus semblables à ceux des bovins ; il fait fuir le lion et l’éléphant. Les Nubiens possèdent aussi la girafe qui, dit-on, tient de la panthère et de la chamelle : la panthère couvrant la chamelle, il naît la girafe ; elle se nourrit exclusivement de ce qu’elle prend aux arbres ; aussi le Créateur lui a donné un long cou afin qu’elle atteigne l’endroit d’où elle tire sa subsistance.

104Des cas analogues parmi les animaux pour la manière de naître, sont, par exemple, la fécondation de l’âne par le cheval, de l’hyène par le loup, de la lionne par la panthère — de cette dernière union sort le guépard. Quant à la girafe, elle a le corps du chameau, la tête du cerf, les sabots de la vache, la queue de l’oiseau ; ses pattes de devant ont des genoux, tandis que celles de derrière n’en ont pas ; sa peau est tachetée ; elle présente un aspect surprenant ; on l’appelle, en persan, uštur-gāv-palang (caméléopard), c’est-à-dire qu’elle tient et du chameau et du bœuf et de la panthère ; [son nom arabe], zarāfa, lexicographiquement signifie « groupement » ; et cette bête a été nommée ainsi parce que ces similitudes se trouvent réunies en elle. D’après quelques savants, la girafe est engendrée par divers mâles, mais c’est une erreur : en effet, ni le cheval ne couvre la chamelle, ni le chameau ne couvre la vache.

105Chez les Abyssins, il y a un animal dit ra’qā : saisissant le chameau par le museau, il le renverse et boit son sang, mais il n’en mange pas la viande.

  • 15 Cette phrase ne paraît pas à sa place [H.M.]. Cependant, Ibn al-Faqīh peut fort bien avoir pensé a (...)

106Les Nubiens sont Jacobites (les Slaves ont des croix — louange à Allah, à cause de l’Islam !)15 ; de même, les gens de ‘Alwā, de Tikrīt, les Coptes, les Syriens sont tous chrétiens : jacobites, melkites, nestoriens, nicolaïtes, racosites, marcionites, sabéens, manichéens — louange à Allah à cause de l’Islam !

107Les Nubiens pratiquent la circoncision ; pas de rapports en période menstruelle ; pas de lavage après copulation.

108Ils sont chrétiens jacobites et lisent l’Évangile rapidement, tandis que les Rūm sont melkites et lisent l’Évangile en syriaque ( ?) (ğurmuqāniyya). [78] Les Buğa adorent des idoles et jugent selon le Pentateuque.

109Dongola (Dumqula) est la capitale des Nubiens ; le roi y réside ; elle se trouve au bord du fleuve [Nil] et a sept murailles dont la partie basse est de pierre.

110La longueur du pays des Nubiens, avec le Nil, représente quatre-vingts nuits de marche. Celle du ‘Alwā, jusqu’au pays des Nubiens, avec le Maġrib, un voyage de trois mois. De Dongola à Assouan (Uswan) où commence l’Égypte : voyage de quarante nuits. D’Assouan à al-Fusṭāṭ : quinze nuits ; d’Assouan à la plus proche partie du pays des Nubiens : cinq nuits.

111A l’est des pays nubiens, se trouvent les Buğa, entre le Nil et la mer du Yémen : cette mer s’appelle mer d’al-Qulzum en Égypte, mer d’al-Ğār à Médine, mer de Djedda (Ğudda) à La Mecque, mer du Yémen à aš-Šiḥr, en Oman, dans le Fars et à al-Ubulla.

112Entre la terre des Nubiens et les Buğa, se trouvent des monts inaccessibles dont les habitants sont idolâtres. Sur leur territoire, il y a une mine de topaze ; on creuse la terre de la mine puis on la lave et l’on y trouve des fragments de topaze.

  • 16 Sic ; il faut lire (...)

113Les Buğa sont de diverses sortes. Chez les Nubiens et les Buğa, Allah est nommé Baḥīr ; chez les Zanğ, Lamaklujlu16 ; chez les Coptes, Abnūḏah (pnūti) ; chez les Berbères, Maḏïkaš’.

114Derrière les pays de ‘Alwā, se trouve un peuple de Noirs appelé Takna ; ils vont nus, tout comme les Zanğ ; dans leur pays, l’or pousse ; dans leur pays aussi, le Nil se divise — et nous avons déjà parlé de son point de départ. On dit qu’au delà du point de départ du Nil, ce sont les ténèbres et, au delà des ténèbres, des eaux qui font croître l’or dans les pays de Takna et de Ġāna.

Notes

1 On a lu Image au lieu de Image

2 Il est probable que la bonne leçon est Image « le bien et le levain » ; cf. p. 146 (ar.).

3 Miṣr, pl. amṣār, désigne à l’origine une ville dotée d’un des exemplaires du Coran de ‘Uṯmān, mais ce terme n’a pas tardé à acquérir le sens de « métropole, grande ville, capitale d’une province, etc. ». C’est pourquoi on a préféré conserver le terme arabe.

4 Cf. Coran, VII, 138 [H.M.].

5 Ce sont bien les dimensions déjà indiquées (p. 57, ar.) mais l’expression Image fait difficulté, d’une part à cause du pronom au masculin, d’autre part à cause de la comparaison avec Wāsiṭ.

6 En suivant Yāqūt (I, 257) on a ajouté Image

7 En réalité Image est dans la Yamāma, tandis qu’en Égypte on parle d’un Image et même de deux [H.M.].

8 Allusion certaine aux Colonnes d’Hercule, mais on ne sait comment traduire Image

9 On a ajouté Image en fonction de ce qui précède.

10 Voir supra, p. 87, η. 1.

11 Encore aujourd’hui, dans la croyance populaire, la pluie en été est signe de la colère divine [H.M.].

12 On comparera ce qui suit avec les versions de Mas’ūdî (III, 130-1 = § 985), d’Ibn Taġrībirdī (Nuğūm, I, 51) et de Yāqūt (I, 54) :
Mas’ūdī : raison—> Irak avec science
richesse —> Syrie » discorde
fertilité —> Égypte » humiliation
pauvreté —> Hedjaz » sobriété
guérison —> déserts » santé
Nuğūm : raison —> Syrie » discorde
fertilité —> Égypte » humilité
peine —> déserts » santé
avarice —> Maghreb » méchanceté
Autre version des Nuğūm :
foi —> Yémen » prudence
courage —> Syrie » discorde
orgueil —>. Irak » hypocrisie
richesse —> Égypte » humilité
pauvreté —> déserts » peine
Yāqūt : raison —>Irak » science
biens —> Syrie » discorde
pauvreté —> Hedjaz » sobriété
dureté —> Maghreb » méchanceté
beauté —> Mašriq » bonté
peine —> déserts » santé

13 On a lu Image au lieu de Image [H.M.].

14 Le texte portait Image qu’on a corrigé en Image

15 Cette phrase ne paraît pas à sa place [H.M.]. Cependant, Ibn al-Faqīh peut fort bien avoir pensé aux Slaves en cet endroit.

16 Sic ; il faut lire Image Mkulu njulu.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter