Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Le passage du sévère au plaisant, du plaisant au sévère

Texte intégral

1Manșūr b. ‘Ammār raconte ce qui suit :

2Je sortis au cours d’une nuit dont les ténèbres bandaient les yeux et dont l’opacité saisissait les âmes on n’entendait que ronflement et l’on ne percevait qu’aboiement. Or je trouvai, à une porte, parmi les gens fascinés par les séductions de ce monde, captivés par ses attraits, le cœur épris de sa splendeur, un homme qui, debout, chantait d’une voix telle qu’on n’en entendit jamais qui fût plus belle ni plus touchante, qui déchirât davantage l’âme, et tirât plus de larmes (sarī’) :

Je suis le coupable, le pécheur, le fautif, le transgresseur, celui dont la transgression est manifeste.
Si donc tu punis, je l’ai bien mérité mais tu es celui qui pardonne au pécheur.

3[42] « Non ! par Allah ! si je maîtrise mon âme, si je remémore
» mes fautes passées, si je me tiens comme celui qui a perdu la tête,
» qui est transi de peur, qui est interdit, je me suis empli de la crainte
» d’Allah et j’ai fait en sorte de tenir en réserve une exhortation ».
— Je lui dis : « Ô toi qui dis ce que j’entends et qui » pleures sur ce qui
» est passé, continue pour nous ! car ton remède convient à une
» ancienne maladie et peut-être la guérira-t-il ». Et il compléta
son ariette en répétant des paroles qui navrèrent mon cœur et qui me rappelèrent mes péchés. Puis il ajouta (sarī‘) :

  • 1 Il parle maintenant de son amante [H.M.].

Ô magicienne1 dont l’affection et l’amour m’ont précipité dans l’abîme le plus affreux !

4— Je m’écriai : « Qu’Allah te confonde comme prédicateur !
» qu’il t’afflige qu’il me récompense de m’être arrêté devant toi
» et de t’avoir adressé une demande : tu obéis au diable et tu
» désobéis au Clément ». Puis j’ajoutai : « Mon Dieu ! pardonne-
» moi et inspire-lui le repentir ».

***

5Récit de ‘Awf b. Miskīn : ar-Rabī‘ b. Ḫuṯaym entendit, au sein de la nuit, un homme qui disait (wāfir) :

Un grand pécheur, un chétif, un indigent se fait humble et implore Ton pardon ;
Il espère de Toi le pardon de ce qu’amassèrent ses mains or Tu as pouvoir sur ce qu’il espère.

6Alors ar-Rabī‘ ajouta : « Je te demande, au nom de Celui
» en qui tu espères pour ce que tu désires, de répéter ce que tu as dit ». — Et l’autre se mit à répéter. Ar-Rabī‘ s’écria alors : « Dis encore !
» qu’Allah ait pitié de toi ! ».

7Et l’homme poursuivit (wāfir) :

Dieu sait ce que j’éprouve d’un amour que voile une secrète pensée.

8Ar-Rabī‘ s’écria alors : « Ah ! que c’est mal à moi d’écouter
» une invocation qui s’adresse à un autre qu’Allah tout-puissant ! »

***

9Sufyān aṯ-Ṯawrī passa près de quelqu’un qui pleurait et qui disait (wāfir) :

Je reviens à celui que, soir et matin, mon cœur craint et espère.
Toute créature s’occupe à quelque chose toute mon activité se trouve en son amour et en lui.

10— Sufyān lui dit : « Hé l’homme ! ne sombre pas dans le déses-
» poir et ne perds pas confiance en Allah, [43] car Allah accepte
» le repentir qui vient de Ses adorateurs, et ta faute tient le milieu
» entre celle de l’insuffisant et celle de l’excessif. Si tu as commis
» précédemment des fautes, tu n’en es pas moins, grâce à l’Islam,
» dans un grand bien. Demande pardon à Allah et repens-toi ;
» mais retiens ces pleurs. Qu’Allah nous préserve, ainsi que toi-
» même ! Quelle excellente occupation que la tienne ! » — L’homme répondit (wāfir) :

Puisse le cœur de celui qui est mis en possession du mien mollir en renonçant à obéir à ceux qui censurent !

11— Sufyān s’écria : « [Ô Dieu !] Protège-nous contre le mal après
» le bien ne nous égare pas après nous avoir bien dirigés. Va-t’en !
» qu’Allah t’abandonne ! »

***

12Au dire d’Ibrāhīm b. al-Farağ, Ḫalīl an-Nāsik, passant auprès de la chambre haute du poète Muḫallad de Mossoul, qu’il ne connaissait point, l’entendit déclamer (ṭawῑl) :

J’ai été mauvais et j’ai mal agi, et je suis venu vers toi en fugitif comment l’esclave peut-il se réfugier auprès d’un autre que son maître ?

13Ḫalīl s’arrêta : Muḫallad répétait le vers et pleurait et al l pleurait aussi. Puis il lui cria : « Toi qui parles si bien,
» reviens [à ce que tu disais] toi qui demandes grâce, continue ». Et Mu allad de reprendre : « Oui, et bien volontiers », Abū Muḥammad (ṭawῑl) :

Lorsque tu baises et rebaises une gazelle, tu humes d’elle une salive plus suave que le miel.

14— Ḫalīl s’écria : « Dieu ! ne me blâme pas de m’être arrêté ! », et il s’en fut !

***

15‘Umar b. al- Ḫaṭṭāb sortit un jour. Or des jeunes filles jouaient du tambourin et disaient en chantant (hazağ) :

Chantez ! Chantez ! C’est pour jouer que vous avez été créées !

16‘Umar se mit à leur frapper la tête avec un nerf de bœuf en disant (hazağ) :

Vous avez menti ! Vous avez menti ! Qu’Allah fasse honte au diable qui vous s a inspiré cela.

***

17Un dévot raconte ceci : Je cheminais, avec un șūfī, dans les jardins de Başra. Nous entendîmes un joueur de luth, qui disait (ḫafīf) :

Ô vous qui possédez de clairs visages, vous n’êtes pas justes envers nous ! Vous avez ajouté au désarroi de nos cœurs.
Un de nos droits indiscutables sur vous, c’est que, après nous avoir affligés, vous ayez pitié de nous.

18[44] Alors, dit le dévot, l’autre poussa un grand soupir, puis, se reprenant, déclara : « Égaré ! dis plutôt (ḫafīf) :

Ô vous qui possédez de clairs visages, vous mourrez un jour ; vos joues s’useront
en même temps que vos yeux.
Après quoi, vos os seront réduits en poudre. Sachez bien qu’il en sera ainsi.

***

19Un poète, passant auprès de quelques femmes dont la tournure lui plut, récita ce vers (basīṭ) :

Vraiment les femmes sont des démons créés pour nous je cherche auprès d’Allah
refuge contre la méchanceté des démons.

20L’une d’elles lui répondit (basīṭ) :

Vraiment les femmes sont des basilics qui furent créés pour vous et vous désirez
tous en humer le parfum.

***

21Ḥusayn b. ‘Alῑ, passant auprès de quelques femmes, leur dit : « Sans vous, nous serions bons croyants. — Et l’une d’elles répondit : Sans vous, nous serions en sûreté ».

***

22‘Amr al-Ğuhanī était pieux. Il entra dans la grande-mosquée de Bașra, se présenta à un cercle de gens des tribus de Nahd et de Qurayš, et leur récita ces vers (ḫafῑf) :

Il n’est pas passé sur mon cœur une seule pensée pour toi, sans que je me sois caché de mes compagnons.
Avec mes pleurs qui coulent. Et si je me trouve tout seul, je fais succéder aux pleurs les sanglots.
Tu es ma préoccupation, mon désir, mon amour, mon espoir, mon but, l’objet de mon attente.

23Alors, les gens du cercle levèrent la tête, autour de lui, pour écouter et, se tournant vers eux, il déclara : « C’est ce que dit la
» créature à la créature et vous délaissez (Coran, LV, 70, 72)
» “les bonnes et belles, celles qui sont confinées sous les tentes”».

***

24Bišr b. Abī Qabīșa dit ceci : Nous demandâmes à Abū Hammām, qui avait perdu la raison : « Qu’ordonnes-tu au sujet de ce
» que tu as hérité de ton père — Il se tourna vers nous, irrité, et répondit : Bišr, les gens qui appartiennent à deux religions
» héritent-ils — Appartenons-nous donc à deux religions
» — Oui, car vous prétendez qu’Allah a
» déterminé le bien et n’a pas déterminé le mal et moi, je prétends qu’Allah a déterminé
» et le bien et le mal, que celui qu’Allah châtie n’est pas châtié
» injustement et que celui auquel II fait
» miséricorde bénéficie d’une miséricorde qui (Coran, VII, 155) “s’étend à tout chose” ».

***

25[45] ‘Abd Allāh b. Idrīs raconte ceci : Je passai auprès d’Ibn Abī Mālik, qui était fou et avait perdu la raison il ne parlait pas sans être interpellé et, lorsqu’on lui parlait, il donnait une réponse étrange. Je lui dis donc : « Ibn Abī Mālik ! que penses-tu du vin de
» dattes (nabīḏ). — Il est licite. — En bois-tu ? — Si j’en bois, c’est
» que Wakī‘ en a bu et c’est un modèle à suivre. — Tu imites donc
» Wakī‘ pour autoriser le nabīḏ, mais tu ne m’imites pas pour
» l’interdire pourtant je suis plus âgé que lui. — L’opinion de
» Wakī‘ à laquelle souscrivent les gens de la ville, je la préfère à
» ton opinion que contredisent les gens de la ville ».

***

26‘Abd-Allah b. Idrīs raconte encore : Passant auprès d’Ibn Abī Mālik, je l’interpellai, et il répondit : « Que veux-tu — Quand
» viendra l’heure dernière — L’interrogé n’en sait pas plus que
» celui qui interroge tout ce qu’il sait, c’est que, pour celui qui
» meurt, le jour de son jugement est venu, et la mort est la première
» partie de l’autre vie. — Le crucifié sera-t-il châtié — S’il le
» mérite, son âme sera châtiée mais je ne sais si ce corps subira
» l’un des châtiments divins qui n’est atteint ni par notre raison ni
» par nos yeux car Allah possède une grâce inconcevable ».

27Ibn Abī Mālik se trouvait assis à un endroit où il y avait de la cendre il tenait un morceau de plâtre avec lequel il traçait quelque chose, et la blancheur du plâtre tranchait sur la noirceur de la cendre. Il sourit, et je lui dis : « Que fais-tu ? — Ce que faisait
» notre ami le Mağnūn des Banū ‘Āmir. — Et que faisait-il
» — Ne l’as-tu pas entendu dire (ṭawīl) :

Un soir que je n’avais d’autre ressource que de m’occuper à ramasser les cailloux et à tracer des signes dans la demeure [de Laylā].
Je traçais et effaçais les traits. Puis je les refaisais de ma main, tandis que les gazelles passaient tout alentour.

28Je répondis que je ne l’avais pas entendu. Alors Ibn Abī Mālik se mit à rire, puis il ajouta :« N’as-tu donc pas entendu la
» parole d’Allah (Coran, XXV, 47) : “N’as-tu pas vu comme ton
» seigneur étend l’ombre ?” L’as-tu entendu ou vu, ô Ibn Idrīs ?
» C’est la manière de parler des Arabes ».

***

29Ḫalaf b. Tamīm raconte ceci : Nous visitâmes un malade. Alors un homme de la maison dit (ramal) :

Interpelle l’opulent maître de la demeure qui a amassé l’argent par avidité [et demande-lui] ce qu’il a fait.

30[46] On lui répondit alors d’un côté de la maison (ramal) :

Sa résidence était dans une demeure tout autre qui l’a diverti par des désirs ensuite il s’en est allé.
Ce bas-monde ne ressemble qu’à une ombre éphémère un soleil s’y lève, et elle disparaît.

***

31Quelqu’un a conté ceci : Devenu amoureux d’une jeune Arabe, belle et cultivée, j’inventai, sans cesse, des stratagèmes pour parvenir à elle enfin nous nous rencontrâmes par une nuit ténébreuse et fort noire. « Il y a longtemps que je te désire, lui dis-je. — Et elle répondit : Et moi de même. Mais les événe-
» ments sont commandés par les destins. Et nous causâmes. Ensuite je dis : La nuit a passé et le matin approche. — Ainsi les
» plaisirs disparaissent et les désirs sont [interrompus. — Si tu me
» laissais m’approcher de toi… — Jamais ! je crains les châtiments
» de Dieu. — Qu’est-ce qui t’a donc poussée à paraître en ce lieu
» solitaire — Mon malheur et mes épreuves. — Je ne pense pas
» que tu te souviennes de moi par la suite. — Je ne crois pas que
» je t’oublierai mais quant à nous unir, je ne t’en crois pas capable ». Puis elle se détourna de moi et dit (wāfir) :

Je crains Allah, mon Seigneur, à cause d’un châtiment terrible que je ne pourrais supporter.

32Alors, par Allah ! je rougis après l’avoir entendue, et je m’en allai. Et une part de mon amour pour elle s’éloigna de moi.

***

33Sulaymān b. ‘Abd al-Malik, étant jeune et brillant, aimait s’habiller élégamment et boire. Un jour, il fit toilette et se prépara. Puis il demanda à l’une de ses esclaves, qui était du Ḥiğāz : « Com-
» ment me trouves-tu ? — Le plus beau des humains. — Récite-moi
» quelque chose là-dessus ». Et l’esclave déclama (ḫafīf) :

Tu serais le bien suprême si tu étais durable mais l’éternité n’appartient pas à l’homme.
Tu es exempt de défauts et de ce que les humains réprouvent mais tu es périssable.

***

34‘Abd al-Malik b. Marwān dit un jour à l’une de ses esclaves :
« J’ai proposé à mes familiers la première moitié d’un vers
» qu’ils n’ont pu compléter. — Qu’est-ce donc », répondit-elle.
‘Abd-al-Malik récita (ṭawīl) :

Le soir, nous allons quand ils s’en vont le matin, nous allons quand ils s’en vont…

35Et l’esclave d’ajouter :

Encore un peu, et nous n’irons ni le matin ni le soir.

Notes

1 Il parle maintenant de son amante [H.M.].

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter