Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

La Péninsule arabique

Texte intégral

LA MECQUE

1Au dire de ‘Abd Allah b. ‘Amr b. al-‘Āṣ, elle fut appelée Bakka parce qu’elle brisait (tabukku, c’est-à-dire « elle broyait ») [17] les cous des oppresseurs chaque fois qu’ils s’écartaient de la religion en commettant l’injustice envers elle.

2Au dire d’Ibrāhīm b. Abī l-Muhāğir, Bakka est l’emplacement du temple et Makka celui de la ville ; elle fut appelée ainsi parce qu’elle attire les gens de tous les pays.

3On a dit aussi qu’elle fut appelée Bakka parce que l’on s’y marche sur les pieds (tabukku, c’est-à-dire : « les pieds s’y pressent ») et qu’elle fut appelée al-bayt al-‘atīq parce qu’elle fut affranchie (u‘tiqa) des tyrans. Elle est la Mère des cités, et aussi la Mère de miséricorde, parce que la miséricorde divine y descend. On l’appelle aussi Ṣalāḥ et encore Nāssa « la sèche », à cause du peu d’eau dont elle dispose, et aussi Baniyyat al-Amīn.

4Au dire du Prophète, aucun prophète n’a fui son peuple sans fuir vers la Ka‘ba pour y adorer Allah jusqu’à sa mort.

5Au dire du Prophète, le tombeau de Hūd, de Šu‘ayb et de Ṣāliḥ se trouve entre Zamzam et le Maqām ; la Ka‘ba contient la sépulture de trois cents prophètes ; dans la partie comprise entre l’angle yéménite et la Pierre Noire, se trouve la sépulture de soixante-dix prophètes.

6Au dire du Prophète, quiconque meurt en ḥağğ ou en ‘umra, n’aura ni à comparaître ni à rendre des comptes, et on lui dira d’entrer au Paradis sans être jugé.

7Au dire du Prophète, à quiconque fait dans le ḥarām une seule prière, Allah en inscrit mille cinq cents à son compte.

8Au dire du Prophète, séjourner à La Mecque, c’est félicité ; en sortir, c’est infélicité.

9Au dire du Prophète, ceux qui font le pèlerinage et qui s’acquittent de la ‘umra sont les hôtes d’Allah ; s’ils demandent, ils sont comblés, s’ils appellent, ils sont exaucés, s’ils dépensent, chaque dirham leur est remplacé par mille.

10Au dire du Prophète, quiconque supporte patiemment la chaleur de La Mecque, la géhenne s’éloigne de lui d’une distance à parcourir en cent ans, le paradis se rapproche de lui d’une distance de deux cents ans.

11Au dire d’al-Kalbī, lorsque Abraham a dit (Coran, XIV, 38, 40) : « Seigneur ! mets en sécurité ce pays... et pourvois-les de
» fruits, etc. », Allah l’exauça : celui qui craint y est en sûreté, ses habitants sont pourvus des fruits qui leur sont apportés des pays divers. On a dit aussi qu’il s’agissait d’un des bourgs de Syrie, ou encore d’aṭ-Ṭā’if.

12Au dire de Muqātil, quiconque s’installe à La Mecque ou à Médine, sans faire partie de leur population, et s’y maintient jusqu’à sa mort, est compris dans l’intercession de Mahomet. Allah a déclaré (Coran, II, 119) : « Nous établîmes la maison
»sainte comme un lieu de réunion et une protection pour les hommes », mais sans dire : « un lieu de réunion pour les Arabes [18] à l’exclusion des non-Arabes », étant donné que le mot « les gens » (an-nās) comprend les deux groupes ; en effet, Allah a établi la Ka’ba comme un lieu de réunion pour tous les hommes ; ce qui le prouve, c’est Sa parole (Coran, II, 119, XXII, 27) : « Purifie Ma maison pour ceux qui font la circumambulation, pour ceux qui font
» retraite pieuse, etc. ».

13Parmi les titres de noblesse de La Mecque, il y a sa sûreté, le séjour d’Abraham et le pèlerinage des Prophètes. De plus, ses habitants, au temps de l’Ignorance, formaient une tribu indépendante qui n’avait jamais payé de tribut, n’avait jamais été commandée par un souverain ; ils prenaient femme dans les tribus qu’ils voulaient, sans qu’on leur imposât des conditions à ce sujet ; en revanche, ils ne donnaient leurs filles à personne sans lui avoir imposé comme condition préalable de devenir des ḥums suivant leur religion, de se soumettre à eux et de se transporter chez eux : ils firent donc des ḥums de la tribu du Huzā‘a qui se soumit à eux, de la tribu de ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a qui se soumit à eux, de la tribu de Ṯaqīf qui se soumit à eux, sans compter les isolés dont ils firent des ḥums. Ensuite, ils imposèrent à tous les Arabes l’obligation d’abandonner toutes les provisions non sacrées lorsqu’ils entraient sur le territoire sacré, ainsi que celle d’ôter les vêtements profanes et de les échanger contre les vêtements sacrés, par achat, par emprunt ou par donation. Si [le pèlerin] en était pourvu, [il les revêtait] ; sinon, il devait faire, tout nu, les tournées rituelles autour du temple. Ils assignèrent aux femmes arabes les mêmes obligations, imposèrent aux Arabes de faire Yifāḍa à partir d’al-Muzdalifa. Donc ils étaient les plus puissants des Arabes, ils régnaient sur eux tous sans exception. C’étaient des gens de la harīsa, du ḥarīr, du ṯarīd et du falūḏağ, de l’hospitalité, des libéralités ; le premier qui coupa en morceaux le pain et l’imbiba de bouillon, parmi eux, fut ‘Amr, c’est-à-dire Hâsim b. ‘Abd Manāf, au sujet duquel le poète [Ibn az-Ziba‘ra] dit (kāmil) :

C’est ‘Amr l’excellent qui émietta le ṯarīd pour son peuple, alors que les gens de La Mecque étaient surpris par la disette, et amaigris.
(C’est pourquoi il fut nommé Hāšim).

LE TEMPLE SACRÉ ET LES TRADITIONS QUI LE CONCERNENT.

14Allah tout puissant a dit (Coran, V, 98) : « Allah a établi la
» Ka‘ba comme une demeure sacrée qui soit immuable pour les
»hommes ».

15On rapporte, d’après [19] Wahb b. Munabbih, ces paroles :
» Lorsque Allah fit descendre Adam du paradis sur la terre, Adam
» s’affligea et déplora ardemment la perte du paradis ; alors Allah
» lui donna l’un des pavillons du paradis, qu’il posa, pour lui, à
» La Mecque, sur l’emplacement de la Ka‘ba, avant que la Ka‘ba
» n’existât ; ce pavillon était fait d’un rubis rouge contenant des
» lampes d’or ; et Allah fit descendre, avec ce pavillon, la Pierre
» Noire qui était alors une hyacinthe blanche et qui servait de
» siège à Adam ». (Wahb fait un long récit à ce sujet).

16L’un des mérites du temple sacré est le suivant : aucun de ceux qui ne l’avaient jamais vu, ne l’ont vu sans rire ou pleurer. Un autre de ces mérites consiste en ceci : aucun pigeon ne s’abat sur le dessus de la Ka‘ba, à moins d’être malade ; or, quand il s’y est posé, il est guéri ; une file d’oiseaux, pigeons ou autres approche jusqu’à ce que, lorsqu’ils vont survoler la Ka‘ba, ils se séparent en deux bandes et s’écartent de son dessus, car jamais un oiseau ne l’a survolée. Une des merveilles du temple et de la mosquée, c’est la multitude de pigeons qui s’y trouvent ; or, au cours des âges, on n’a jamais vu d’excréments de pigeons ou d’autres oiseaux dans la mosquée ou dans la Ka‘ba. Et voici d’autres choses surprenantes : volatiles, bêtes féroces et sauvages s’y trouvent en sécurité. Allah en éloigna la calamité des Abyssins et des éléphants.

17An-Nu’mân b. al-Mundir, roi chrétien, y vint en pèlerin, y fit une visite pieuse et s’assit au pied d’Ağyād : or Ḫālid b. Ṯaw-wāla al-Kinānī urina sur lui, et ce qui touchait à lui devint odieux aux gens de La Mecque.

18L’eau de Zamzam est un remède pour quiconque souffre. Au dire du Prophète, se gorger d’eau de Zamzam c’est se mettre à l’abri de l’hypocrisie.

19Muğāhid, à propos de la parole divine (Coran, XIV, 40) :
« Et dispose des cœurs, parmi les hommes, à les désirer », déclara :
« S’il avait dit : Et dispose les cœurs des hommes à les désirer,
» les Persans et les Grecs auraient certainement afflué auprès de lui ».

  • 1 Gela fait six montagnes [H.M.].

20Au dire de Qatāda, la Ka‘ba fut bâtie avec cinq montagnes : Ṭūr Sīnā (Sinaï), Tūr Zaytā, Uḥud, Lubnān (Liban), Ḥirā’ [20] et Ṯabīr1.

21Au dire de Muğāhid, Abraham établit les angles du temple avec quatre pierres : une du mont Ḥirā’, une du Ṯabīr, une d’at-Ṭūr, une d’al-Ğūdī (Ararat).

22Au dire de Qatāda, Abraham bâtit le temple ; il fixa pour sa hauteur sept coudées, et pour sa largeur, trente-deux coudées de [l’angle] de la Pierre Noire à l’angle syrien auquel le ḥiğr (mur d’enceinte) fait face ; d’autre part, Abraham lui fixa pour largeur : de l’angle syrien à l’angle occidental dans lequel se trouve le ḥiğr, vingt-deux coudées ; il fixa comme longueur de toiture, de l’angle occidental à l’angle yéménite, trente et une coudées ; il fixa comme largeur de son côté yéménite, de la Pierre Noire à l’angle yéménite, vingt coudées.

23Il établit l’entrée de la Ka‘ba à même la terre mais sans y mettre de porte, et elle demeura ainsi jusqu’à l’époque du Tubba‘ ḥimyarite : en effet, ce fut lui qui la dota d’une porte, revêtit la Ka‘ba de waṣā‘il — qui sont des étoffes rayées — et égorgea des chameaux auprès d’elle ; par la suite, elle fut couverte d’étoffes du Yémen par le Prophète, d’étoffes coptes par ’Uṯmān, d’étoffes de brocart par al-Ḥağğāğ.

24Au dire de l’auteur, Mu‘āwiya, le premier, parfuma d’aromates (ḫalūq) et d’encens la Ka‘ba, et mit au compte du trésor public des Musulmans l’huile destinée aux lampes de la mosquée. La mosquée fut [re]bâtie par Ibn az-Zubayr, après qu’il eut été investi du califat ; après la mort d’Ibn az-Zubayr, al-Ḥağğāğ démolit ce qu’il avait édifié et reconstruisit la mosquée sur ses fondations primitives. Par la suite, al-Manṣūr agrandit la mosquée de la Ka‘ba, en l’année qu’il devint calife. Plus tard, al-Mahdī y fit des agrandissements.

  • 2 Après avoir hésité entre « parasol » et « globe » pour šamsa, H. M. a finalement opté pour globe, (...)
  • 3 Voir M. Gaudefroy-Demombynes, La Mekke, 134, n. 2 [H.M.].

25Au dire de l’auteur, la longueur du temple est aujourd’hui de vingt-sept coudées ; sa largeur, auiğr, de vingt et une coudées ; sa mesure intérieure, de l’angle de la Pierre Noire à l’angle yéménite, est de quinze coudées et un empan ; entre les deux pierres angulaires duiğr, dix-huit coudées ; de la porte au šaḏarwān, cinq coudées ; la porte est large de quatre coudées et contient trois montants, dont deux en pin et celui du milieu en teck. ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb envoya au temple deux grands croissants qui furent suspendus dans la Ka‘ba ; ‘Abd al-Malik b. Marwān envoya les deux globes d’or2 ; son fils al-Walīd, deux coupes ; Abū l-‘Abbās, [21] l’écuelle verte ; Abū Ğ-a‘far, le flacon pharaonique3 ; al-Ma’mūn, l’idole qui lui avait été offerte par le roi du Tibet ; ce roi, qui s’était converti à l’Islam, a une longue histoire. La mesure du Maqām est d’une coudée : il est carré ; sa partie supérieure a quatorze pouces de côté ; de même pour sa partie inférieure ; chacune de ses deux extrémités porte un revêtement d’or ; la pierre entre les deux extrémités du Maqām est apparente, sans or : la longueur totale de cette dernière est de neuf pouces, sa largeur de dix pouces ; la largeur de « la pierre » (c’est-à-dire la pierre du Maqām) de tous côtés est de vingt et un pouces ; au milieu du Maqām est un carré où les deux pieds [d’Abraham] pénètrent de sept pouces dans la pierre, et de biais ; le milieu [du carré] a été aminci par les frottements des mains. Le Maqām se trouve dans un bassin carré, entouré de plomb ; le bassin est revêtu de plaques de plomb façonné (mukassar) ; sur le Maqām se trouve un coffre de teck aux deux extrémités duquel sont deux chaînes qui pénètrent dans la partie inférieure du coffre et qui portent deux serrures.

26La mosquée mesure aujourd’hui 120 000 coudées d’arpentage (ḏirā‘ mukassar) ; sa largeur, de Bāb an-nadwa (« la porte de l’assemblée ») à la muraille contiguë à la vallée, près de Bāb aṣ-Ṣafā est de 304 coudées ; la largeur de la mosquée, du minaret situé au Mas‘ā au minaret situé à la grande porte des Banū Šayba, est de 278 coudées ; elle contient 465 colonnes, dont chacune a dix coudées de long et trois coudées de circonférence. Le nombre des portes de la mosquée, sur sa façade orientale, est de cinq ; sur la partie occidentale, de six ; sur la partie yéménite, de sept ; sur la partie syrienne, de six. La mesure du parcours des tournées rituelles est de 105 coudées.

27Les limites du territoire sacré sont, sur la route de Médine, à trois milles ; sur celle de [22] Djedda, à dix milles ; sur celle du Yémen, à sept milles ; sur celle d’aṭ-Ṭā’if, à onze milles ; sur celle de l’Irak, à neuf milles. De Bagdad à La Mecque, 275 parasanges et 2/3 qui constituent 58 relais postaux ; d’une poste à l’autre, il y a 20 milles ; entre deux postes, un donjon (mušraf) ; 3 milles font une parasange. De La Mecque à ‘Arafāt, 12 milles.

LA CITÉ D’AṬ-ṬĀ’IF

  • 4 Texte (...)
  • 5 Ici encore il faut supprimer (...)

28Son nom est Wağğ ; elle fut appelée aṭ-Ṭā’if à cause de la tournée que fit autour d’elle Qaṣī (c’est-à-dire Ṯaqīf). C’était un lieu où s’enfuyaient et se réfugiaient tous les fugitifs. A Ṭā’if se trouvait le wahṭ de ‘Amr b. al-‘Āṣ : c’étaient des pieds de vigne échalassés soutenus par mille4 perches dont chacune lui avait coûté un dirham5 ; waht, chez les Arabes, signifie « terre pulvérisée » ; on dit turāb mūhaṭ c’est-à-dire « terre pulvérisée ». Sulaymān b. ‘Abd al-Malik, au cours d’un pèlerinage, passa sur ce wahṭ et dit : « Je désire y jeter un coup d’œil » ; après l’avoir vu, il déclara : « C’est là le plus excellent et le plus beau des biens ; je n’en aurais
» jamais vu de pareil à personne, n’était la ḥarra (terrain couvert de
» pierres noires) qui en occupe le milieu ». — On lui répondit : « Ce
» n’est pas une ḥarra; ce sont les raisins secs du wahṭ » (on les avait rassemblés au milieu de la propriété et, en y jetant de loin, le regard, le calife avait cru à une ḥarra noire) ; il déclara : « Quel excellent
» homme que Qaṣī ! Quel nid que celui où il installa sa nichée ! ».

[23] MÉDINE

29On rapporte d’après le Prophète les paroles suivantes : « Mé-
» dine possède dix noms : Ṭayba, al-Bāqiya, al-Muwaffiya, al-
» Miskīna, al-Mubāraka, al-Maḥfūfa, al-Muḥarrama, al-‘Aḏrā’,
» al-Muslima, al-Muqaddasa, aš-Šāfiya, al-Marzūqa ».

30Voici l’une de ses supériorités sur les autres villes. Wahb b. Munabbih a dit ceci : « Je trouve, dans un livre, que le lieu où
» émigra le Prophète arabe illettré est une ville dite Ṭayābā, ce qui
» se commente ainsi : cette ville a été enveloppée de grâce sancti-
» fiante, le Prophète en a sanctifié l’atmosphère, parfumé le sol ;
» elle contient le lieu d’asile du Prophète et la place de son tom-
» beau ; et quiconque marche dans Médine y perçoit un parfum délicieux ».

31Au dire d’Abū l-Baḫtarī, Médine est l’endroit le plus sublime de toute la terre ; ni épidémie, ni Antéchrist n’y pénètrent ; au delà de son désert, l’Antéchrist sera englouti. C’est à Médine que le Coran fut révélé, que les prescriptions divines furent établies, que les coutumes traditionnelles furent fixées ; c’est à Médine que furent posées les bases de la religion, des traditions, des qualifications juridiques et des obligations, du licite et de l’illicite ; on y trouve un des jardins du paradis ; le Prophète fit une invocation pour attirer les bénédictions divines sur les gens de Médine, pour leur mesurage en ṣā‘,en mudd, pour leur marché, leur peu ou prou. Médine renferme des souvenirs de l’Envoyé d’Allah, ses mosquées, son tombeau, ceux de ses Compagnons, de ses oncles et de ses épouses. Toute cité située en terre d’Islam fut conquise les armes à la main, excepté Médine qui fut conquise par la foi.

32Au dire du Prophète, la poussière de Médine est un remède contre la lèpre. Il a dit aussi : « L’amour qu’on porte aux gens
» de Médine est une épreuve : en effet, un hypocrite ne les aime
» point, tandis qu’un vrai Croyant ne les hait point ». Et encore :
» Les gens de Médine sont le vêtement de dessous, tandis que les
» autres sont le vêtement de dessus ». Et : « Médine est suspendue
» au paradis ».

33Lorsque Mu‘āwiya fit le pèlerinage, [24] il ébranla le minbar qu’il voulait emporter en Syrie. Or une éclipse de soleil se produisit, et Ğābir b. ‘Abd Allah déclara : « Que Mu‘āwiya a mal agi envers
» la ville de l’Envoyé d’Allah, celle qu’Allah lui avait choisie comme
» lieu d’asile ! Par Dieu ! quelque chose atteindra Mu‘āwiya au
» visage ». Et Mu‘āwiya eut la bouche paralysée (qu’Allah nous en préserve !).

34Lorsque le Prophète entra à Médine, il en donna aux habitants les maisons à titre de dotation ; il assigna donc aux Banū Zuhra un domaine situé sur un emplacement derrière la mosquée ; il attribua à az-Zubayr b. al-‘Awwām une vaste campagne ; à Ṭalḥa, l’emplacement de sa demeure ; à la famille d’Abū Bakr, l’emplacement de sa demeure, auprès de la mosquée — emplacement qui passa à la famille de Ma‘mar ; il attribua à Ḫālid et à ‘Ammār l’emplacement de leurs maisons et assigna à ‘Uṯmān l’emplacement de sa demeure — l’emplacement actuel — : on dit que, par la poterne qu’on voit aujourd’hui dans la maison de ‘Uṯmān devant la Porte du Prophète, le Prophète sortait lorsqu’il pénétrait chez ‘Uṯmān.

DESCRIPTION DE LA MOSQUÉE DE MÉDINE.

35Le Prophète a dit : « Quiconque, venant à ma mosquée, désire
» uniquement prier dans ma mosquée et me saluer, je témoignerai
» et j’intercéderai en sa faveur ; quiconque me salue après ma
» mort, c’est tout comme s’il m’avait salué vivant ».

36La mosquée fut construite à l’époque du Prophète, avec des briques crues ; sa toiture fut faite de ğarīd (branches de palmier dépouillées de leurs feuilles) ; ses colonnes, de bois de palmier. ‘Umar y fit des agrandissements. Par la suite, ‘Uṯmān la modifia : il la bâtit de pierre taillée et de plâtre ; il y mit des colonnes de pierre taillée et un toit de teck. Lorsque le Prophète la construisit, la mosquée eut deux portes extérieures : la porte de ‘Ā’iša, dite aussi Bâb ‘Ātika, et la porte donnant, à la partie postérieure de la mosquée, sur la maison de Mulayka. Le premier qui couvrit de gravier le sol de la mosquée fut ‘Umar.

37Actuellement les fondations sont en pierre ; les murs sont faits de pierres ajustées ; les colonnes de la mosquée sont faites de pierres traversées par des tiges de fer et de plomb ; la mosquée est longue de deux cents coudées, large d’autant ; elle a double toiture (mu‘annaq signifie « toiture sur toiture ») ; le miḥrâb et la maqṣūra sont de teck.

38[25] Le sol et l’atmosphère de Médine ont meilleur parfum que les aromates dans tous les autres pays. A Médine, un gros mangeur se contente de deux galettes, tandis que cinq pains ne lui suffisent pas dans les autres villes, et cela n’est causé ni par la lourdeur de ce pain, ni par la mauvaise qualité du grain et de la mouture, car, s’il en était ainsi, on le verrait aux indigestions qu’il causerait. Les Médinois sont gens de science et de bonne compagnie. On trouve chez eux la graine de bān (moringa) qu’on exporte de Médine vers toutes les villes ; c’est un végétal qui croit dans la campagne environnante. La montagne de Médine est Uḥud.

39L’Envoyé d’Allah a dit : « Pour [le mont] Raḍwā, qu’Allah
» soit satisfait (raḍiyd) de lui ; pour [le mont] Quds, qu’Allah le
» sanctifie (qaddasa) ; quant à Uhud, montagne qui
» nous aime et que nous aimons, elle est venue à nous, marchant vers nous, en faisant
» acte d’adoration ; sa manière de louer Allah est très rapide ».

40L’une des merveilles de Médine est le mont al-‘Arğ, situé entre Médine et La Mecque ; il s’étend vers la Syrie et finit par rejoindre le Liban (Lubnān) du côté de Ḥimṣ (Horns) ; d’autre part, il va jusqu’à ce qu’il rejoigne la montagne d’Antioche et d’al-Maṣṣīṣa, et on l’appelle alors al-Lukkām ; puis il se relie aux montagnes de Malaṭya, de Šimšāṭ et de Qālīqalā, jusqu’à la mer des Ḫazar où se trouve Derbend (Bāb al-Abwāb) ; on l’appelle alors al-Qabq (Caucase) ; on y parle soixante-dix langues : ceux qui parlent ces dialectes et langues ne se comprennent que grâce à un interprète.

41La vallée d’al-‘Aqīq se trouve à l’extérieur de Médine. Lorsque l’Envoyé d’Allah la vit, il déclara : « Si nous l’avions
» connue auparavant, nous l’aurions choisie comme résidence ». Le château de ‘Urwa b. az-Zubayr se trouve à al-‘Aqīq. On demanda à quelqu’un pourquoi al-‘Aqīq avait été ainsi nommé ; il répondit : « Parce que son torrent a traversé (‘aqqa) la ḥarra ».

42On voit, à Médine, les trois ğammā’ : la ğammā’ de Tuḏāru’ qui coule vers le château de ‘Āṣim, le puits de ‘Urwa et la porte (makman) de la ğammā’ ; celle d’Umm Ḫālid ; celle d‘’al-‘Āqil où se trouve le puits de Rūma (dit aussi : Arūma), le puits d’Arīs, le puits de Buḍā‘a. [26] On dit que l’eau du puits de Rūma est la plus douce qu’on trouve à al-‘Aqīq. Au sujet d’al-‘Aqīq, de ses châteaux, de ses vallées et de ses ḥarras, il y a bien des histoires ; az-Zubayr b. Bakkār leur a consacré un ouvrage.

43Dans la partie haute de Médine, se trouve Qubā ; dans la partie qui va vers la Syrie, il y a Ḫaybar, Wādī l-Qurā, Taymā’, Dūmat al-Ğandal et Fadak, ce dernier le plus proche de Médine. Du ressort de Médine font partie Murrān, Qubā, ad-Daṯīna (dite aussi : ad-Dafīna), Falğa, Ḍariyya, Tihfa, Immara, Udāh, Ma’din al-Ḥasan. Le Puits de Ğars est à Qubā, le puits de Buḍā‘a, à Médine, aux eaux duquel on allait chercher la guérison.

DIFFÉRENCE ENTRE LA TIHᾹMA ET LE ḤIǦᾹZ.

44Al-Aṣma‘ī a dit : « Lorsque, ayant laissé derrière vous ‘Ağlaz,
» vous montez [vers le Nağd], on dit de vous : anğada, et vous
» continuez ainsi jusqu’à ce que vous descendiez dans les défilés de
» Ḏāt‘Irq ; ce qu’ayant fait, [vous êtes dans la Tihāma et] l’on dit
» de vous : athama ; le Ḥiğāz n’a été nommé ainsi que parce qu’il
» sépare (ḥağaz) la Tihāma et le Nagd ».

  • 6 Il s’agit bien de la Haute-Mésopotamie, citée ici par association d’idées. Baqqa est une localité (...)

45Au dire d’Ibn al-A’rābī, al-Ğazīra6 est la région située au-dessus de Baqqa ; elle est nommée l’île (ğazīra) parce qu’elle s’étend entre l’Euphrate (al-Furāt) et le Tigre (Diğla) et ensuite sur la terre ferme ; al-Mawṣil (Mossoul) a été appelé de ce nom parce qu’il relie (waṣal) [27] la Mésopotamie (al-Gazīra) à la Syrie.

46Au dire d’Ibn al-Kalbī, le Ḥiğāz est le pays qui sépare la Tihāma et le ‘Arūḍ, le Yaman (Yémen) et le Nağd.

47Au dire de Ğa‘far, les eaux du Nağd coulent vers l’est, tandis que celles de la Tihāma coulent vers l’ouest.

48On a dit aussi ce qui suit : Une différence entre le Ḥiğāz et le Nağd consiste en ce que l’arbre gaḍā n’existe pas au Ḥiğāz : le pays qui produit le gadā, c’est le Nağd ; d’autre part, le pays qui produit l’acacia (ṭalḥ), le samur (mimosa ?) et le jonc (asal, dont le nom d’unité est asala), c’est le Ḥiğāz.

49Au dire d’al-Aṣma‘ī, les confins de la Tihāma, du côté du Ḥiğāz, sont formés par les terrasses montagneuses d’al-‘Arg ; la Tihāma commence, du côté du Nağd, à Ḏāt‘Irq.

50La Tihāma, a-t-on dit, s’étend en longueur du mont as-Sarāt jusqu’au bord de la mer ; le Ḥiğāz, de la ligne d’al-‘Arğ à as-Sarāt ; at-Ṭā’if et Médine font partie du Nağd ; et le territoire de la Ya-māma et d’al-Baḥrayn jusqu’à l’Oman font partie d’al-’Arūd ; la Tihāma est parallèle à la mer.

LA YAMĀMA

51Son nom lui vient d’une femme de [la tribu de] Ṭasm b. Murra7 : les tribus de Ṭasm et de Ğadīs résidaient dans la Yamāma et ses alentours jusqu’à al-Baḥrayn. Les premiers ‘Ādites résidaient à al-Aḥqāf : ce sont les sables qui s’étendent de l’Oman à Aden. La tribu de Gassān habitait Yaṯrib (Médine) ; la tribu d’Umaym, ar-Raml (Raml ‘Āliğ). Les gens de Ğurhum habitaient la Tihāma du Yémen ; ensuite ils vinrent à La Mecque puis s’installèrent chez Ismā‘ïl. Les Amalécites habitaient l’endroit où se trouve aujourd’hui Ṣan‘ā’ ; ensuite, ils s’en allèrent et se fixèrent à La Mecque ; une de leurs tribus vint en Syrie et en Égypte ; une autre de leurs tribus se dispersa en Arabie, vers l’Irak.

52Certains Pharaons d’Égypte, dit-on, étaient Amalécites, entre autres le Pharaon d’Abraham qui avait nom Sinān b. ‘Alawān, le Pharaon de Joseph qui avait nom ar-Rayyān [28] b. al-Walīd, et le Pharaon de Moïse qui avait nom al-Walīd b. Muṣ ‘ab. Il régna sur le Ḥiğāz un des Amalécites, dit al-Arqam. Amalécite était ad-Ḍaḥḥāk qui vainquit le roi de Perse en Irak ; il a vécu entre Moïse et David.

Description de la Yamāma et de ses cours d’eau.

53La Yamāma possède deux cours d’eau qui coulent du nord au sud. Les sources de la Yamāma sont nombreuses, entre autres la source dite al-Ḫadrā’, la source dite al-Hīt, une source à Ğaww qui coule d’une montagne dite ar-Rām, montagne qui se place en travers à l’orient de la Yamāma et qui s’interpose entre ce pays et Yabrīn, al-Baḥrayn, ad-Daww et ad-Dahnā’ ; il y a aussi, à Ğaww, une source dite al-Hiğra, source dont l’eau n’est pas potable à cause de son insalubrité ; dans la Mağāza, il y a deux rivières, et, dans sa partie basse, une rivière dite Sayh al-Gamr ; dans la partie haute de cette même région, se trouve un bourg dit Na‘ām, bourg où l’on voit une rivière dite Sayh Na‘ām.

54Le commencement des Diyār Rabī‘a dans la Yamāma se trouve dans la partie haute ; le premier dār est Dār Hazzān.

55L’auteur dit ce qui suit : La Yamāma appartient aux Banū Hanīfa, le Bahrayn aux ‘Abd al-Qays, la Ğazīra (Mésopotamie) aux Banū Taglib. Dât an-Nusū‘ est un château dans la Yamāma. Al-Mušaqqar est situé entre Nağrān et al-Baḥrayn. Batīl Hağr porte un château élevé, une des curieuses constructions des Ṭasm. Mu’niq, château de ‘Ubayd b. Ṯa‘laba, est le plus célèbre des châteaux de la Yamāma, construit par les Ṭasm sur une colline élevée. At-Ṯurmuliyya est une citadelle des Ṭasm.

56Voici ce que disent [29] les habitants de la Yamāma : « Nous
» l’emportons sur la population de l’univers, à l’est et à l’ouest,
» par cinq propriétés : personne au monde ne possède plus beau
» teint que nos femmes, ni meilleur goût que notre blé, ni douceur
» plus intense que nos dattes, ni meilleure saveur que notre viande
» de boucherie, ni douceur pareille à celle de notre eau ». Quant à ce qu’ils disent de leurs femmes, elles ont la couleur des perles, à en croire Dû r-Rumma (basīṭ) :

Elles semblent argent mêlé d’or.

57Et Imru’ al-Qays (ṭawīl) :

Comme l’œuf d’autruche où le blanc est mêlé de jaune.

58Et c’est la plus belle des couleurs. Aucune [esclave] de sang mêlé (muwallada), dit-on, n’atteint la valeur de 100 000 dirhems, excepté celle de la Yamāma. Quant à leur froment, on l’appelle le « blanc de la Yamāma » ; il est arrosé par la pluie, non par irrigation ; on en apporte aux califes. Quant aux dattes de la Yamāma, si leur excellence n’était connue, on ne vendrait pas les dattes en criant entre les deux mosquées [de La Mecque et de Médine] : « Yamāmite de la Yamāma ! Yamāmite de la Yamāma ! » ; toutes les autres espèces de dattes se vendent ainsi au même prix que celles de la Yamāma.

59La Yamāma possède diverses espèces de dattes, ainsi qu’un palmier nommé ‘umra (pl. ‘umr) : on dit que c’est le palmier de Marie ; la ğudāmiyya est une datte bonne contre les hémorroïdes ; la safraqān est une datte noire et succulente ; il y a encore les dattes hadarī, hugna, burdī, ṣafrā’, qa‘qâ‘ī, laṣaf, ṣufr, ṣafāyāta‘ḍūḍ, ‘umānī, ği‘āb, murrī, ḫarā‘if des Banū Mas‘ūd, les dattes ṣarqfān, zuġarī, ṣanāna, la datte zubb rubāh dont on parle dans [30] le proverbe : « plus » doux que beurre mêlé au zubb », les dattes ṣarafān, ğalāğil et ḫayl ; toutes ces dattes viennent de la Yamāma et ont des couleurs variées.

60D’après ce qu’on a dit, les meilleures dattes de l’Oman sont les fard, bal‘aq et ḫabūt ; les meilleures dattes de la Yamāma sont les burdī, zarqā’ et ğudāmiyya ; les meilleures dattes du Baḥrayn sont les ta‘dūd, mukrā et āzāḏ ; les meilleures dattes de Kūfa sont les nīrsiyān et sābirī ; les meilleures dattes de Baṣra sont les āzād et qarītā’. Quant à la viande de la Yamāma, elle est bonne par suite de l’excellence des pâturages. L’eau, elle, est salubre, chasse la pituite, débarrasse la poitrine ; c’est à son sujet que les poètes ont dit : « Plus limpide que l’eau de la Yamāma ». La Yamāma est le nombril du Nağd ; la ville principale du Nağd est Ḥağr.

LE BAḤRAYN

61Au dire d’Abū ‘Ubayda, il y a du Bahrayn à la Yamāma un trajet de dix jours : de Hağar, capitale du Bahrayn, à Baṣra, un trajet de quinze jours à chameau, l’itinéraire passant par al-Ḫatt, al-Qaṭīf, al-Āra, Hağar, al-Baynūna, az-Zāra, Ğuwāṯā, as-Sābūr, Dārīn, al-Gāba, la Qasaba de Hağar [qui s’appelle] aṣ-Ṣafā, al-Mušaqqar, aš-Šab‘ān ; la mosquée principale est à al-Mu-šaqqar et, entre as-Safā et al-Mušaqqar coule une rivière dite al-‘Ayn. Du territoire d’al-Baḥrayn font partie al-Hus, al-Kaṯīb al-Akbar, al-Kaṯīb al-Asgar, Ard Nūḥ, Ḏū n-Nār, al-Māliḥa, aḏ-Ḏarā’ib, al-Badī, al-Ḫirṣān, as-Sahla, al-Hawğar, [31] al-Wağīr, aṭ-Tirbāl, al-Munsalaḫ, al-Marzā, al-Maṭla‘, aš-Šaṭṭ, al-Qarḥā’, ar-Rumayla, al-Baḥra, ar-Rağrāğa, al-‘Arğa. Ce sont les bourgs des Banū Muḥārib b. ‘Amr b. Wadī‘a ; les bourgs des Banū ‘Āmir b. al-Ḥāriṯ b. Anmār b. ‘Amr b. Wadī‘a sont deux fois plus nombreux.

62Entre La Mecque et le Yémen, il y a 20 jours de voyage.

Les ḥuzūn (terrains accidentés).

63Au dire d’Abū ‘Ubayda, le ḥazn est ce qui se trouve entre Zubāla et ce qui est au-dessus, en montant vers les pays du Nağd.

64Au dire d’Abū Sa‘īd aḍ-Darīr, il y a trois ḥazns : le ḥazn des Banū Ğa‘da (qui font partie des Rabī‘a), le ḥazn des Yarbū‘, le hazn des Banū Gādira. Quant à la Wāqiṣa, c’est-à-dire la Wāqiṣat al-Ḥuzūn, elle se trouve en deçà de Zubāla ; elle est ainsi nommée parce que les ḥazns l’entourent de tous côtés.

Les ḥarrāt (terrains volcaniques).

65L’Arabie contient huit ḥarras : celle des Banū Sulayman, qui est noire ; celle de Laflaf ; celle des Banū Hilāl ; celle du Feu ; celle de Laylā ; celle de Rāğil ; celle de Wāqim ; celle de Ḍarġad.

Les sarawāt (sierras).

66Il y en a trois : une entre la Tihāma et le Nağd, dont la partie la plus proche est à aṭ-Ṭā’if et la plus éloignée, près de [32] Ṣan‘ā’. Les sarawāt consistent en une haute terre, des montagnes dominant la mer à l’ouest et le Nağd à l’est. Aṭ-Ṭā’if fait partie de la sierra des Banū Ṯaqīf ; c’est la plus proche de La Mecque. Ma‘din al-Buram est la deuxième sierra ; elle se trouve dans le territoire de ‘Adwān, dans le désert arabique, et renferme une mine de cristal qui est aussi pure que l’eau de rose ; on trouve des morceaux du poids d’un mann et davantage.

67Al-Kindī déclare : « J'en ai vu un morceau pesant cent manns ».

Les birāq (rocailles).

  • 8 Il faut sans doute lire :

68La Burqat Munšid se trouve entre les Banū Tamīm et les Banū Asad ; la Burqat Ṯahmad est aux Banū Dārim ; la Burqat Ḍāḥik, aux Banū Dārim8 ; l’Abraq al-‘Azzāf, aux Banū Asad ; l’Abraq al-Ḥannān, aux Banū Fazāra. L’Abraq al-‘Azzāf fut nommé ainsi parce que les génies y sifflent (‘azf) ; celui d’al-Ḥannān, parce qu’on y entend des gémissements. Il y a encore l’Abraq an-Na‘ār, aux Ṭayyi’ et aux Ġassān, et l’Abraq ar-Rawḥān.

Les dārāt9 (cirques).

  • 9 Sur les Dārāt en Arabie ancienne, voir la revue al-‘Arab (Riyād), I V, 1 sqq.

69En Arabie, il y a 17 dāras.

70Au dire d’Ibn Ḥabīb, dūr est le pluriel de dāra ; tout espace de terre étendu et ceint de montagnes, avec terrain inégal ou uni, est une dāra, Il y a la Dārat Wašğā, la Dārat Ğulğul, la Dārat Rafraf, la Dārat Makman, la Dārat al-Ğumūd, la Dārat ad-Dūr, la Dārat al-Kūr/Kawr, la Dārat Qiṭqiṭ, la Dārat Ṣulṣul, la Dārat [33] al-Ğa‘b, la Dārat al-‘Alīq, la Dārat Ma’sal, la Dārat al-Ḫarğ, la Dārat Rahbā et la Dārat Ḥayqūr.

71La buhra ressemble à la dāra, car elle existe sur terrain uni et inégal en même temps.

LE YÉMEN (AL-YAMAN)

72Au dire d’al-Kalbī, voici pourquoi le Yémen fut ainsi nommé : Yuqṭān b. ‘Abar b. Šālaḫ b. Arfaḫšad b. Sām b. Nūḥ s’étant dirigé vers le sud, après le départ de treize mâles de la progéniture de son père, s’arrêta sur l’emplacement du Yémen ; les Arabes dirent alors que les Banū Yuqṭān avaient pris leur droite (tayamman), et le Yémen en reçut son nom. On a dit aussi que le Yémen fut, au contraire, dénommé ainsi parce qu’il se trouve à droite (yamīn) de la Ka‘ba.

73Lorsque vinrent les gens du Yémen, l’Envoyé d’Allah déclara : « Ils sont venus vers vous, les gens du Yémen, plus tendres de cœur
» que vous ; les premiers, ils sont venus à nous, la main tendue ». Il a dit aussi : « La foi vient du Yémen ; la sagesse vient du Yémen ;
» l’Islam vient du Yémen ». Et encore : « Les gens du Yémen
» sont la parure des pèlerins ».

74Au sujet de la parole d’Allah (Coran, V, 59) : « Allah suscitera des gens qu’il aimera et qui L’aimeront », Muğāhid dit qu’il s’agit des captifs du Yémen.

75Au dire de l’auteur, un homme se présenta à an-Nu‘mān b. al-Munḏir et lui dit : « Parle-moi des gens du Yémen. — Ils ont plus
» de chefs que les autres, et leur masse est plus compacte. — Parle-
» moi des Banû ‘Āmir. — Ils ont le postérieur comme les femmes
» et le cou comme les gazelles. — Et les Tamīm ? — Ils sont
» comme un rocher qui t’endommage si tu tombes sur lui et qui t’endommage s’il tombe sur toi ».

76L’Envoyé d’Allah dit : « Si l’un de vous éprouve des difficultés pour ce qu’il recherche, il doit aller de ce côté », et il montra le Yémen. Au sujet de la parole divine (Coran XLVII, 40) : « Si vous tournez le dos, Allah vous substituera un autre peuple que vous, etc. », il a dit qu’il s’agissait des gens du Yémen. Et il y a mainte supériorité.

77Au dire de l’auteur, le Yémen a trente-trois chaires anciennes et quarante modernes. Ṣan‘ā’ tire son nom [34] de Ṣan‘ā’ b. Azāl b. Yuqṭān, son fondateur ; Allah, en disant (Coran, XXXIV, 14) : « Une ville excellente et un maître miséricordieux », parle de Ṣan‘ā’. A propos du verset (Coran, XXXIV, 11) : « [Le vent] soufflait le matin durant un mois, le soir durant un mois », le Prophète a déclaré que Salomon, fils de David, venait d’Iṣṭaḫr le matin, se rendait à Ṣan‘ā’le soir et passait en revue les démons à Rayy.

78Au dire de l’auteur, Ṣan‘ā’ est la meilleure des villes : un air excellent, beaucoup d’eau, double hiver et double été, tandis que les gens du Ḥiğāz et du Yémen reçoivent la pluie tout l’été et n’en ont pas durant l’hiver ; or Ṣan‘ā’et ses environs reçoivent la pluie pendant les mois de ḥazīrān (juin), tammūz (juillet), āb (août) et — partiellement — aylūl (septembre), de l’après-midi au coucher du soleil ; et si un habitant en rencontre un autre, il l’interpelle en lui disant : « Hâte-toi avant la pluie, car on ne peut lui échapper
» durant ces jours ».

79Ibn ‘Abbās disait : « Muğāhid est le savant parmi les gens
» du Ḥiğāz, Sa‘īd b. Ğubayr, le savant parmi ceux de l’Irak,
» Ṭā’ūs, parmi ceux du Yémen, Wahb le savant universel ».

  • 10 Ce château n’a pas été identifié ; De Goeje propose dé lire (...)

80Le Yémen contient en espèces de produits de la terre, en fruits rares et en arbres curieux, de quoi enlever toute valeur à ce qui pousse dans les pays des Chosroès et des Césars : Grecs et Perses ont rivalisé de gloire et d’aspirations en constructions, mais ils sont restés incapables de réaliser quelque chose de semblable à Ġumdān, à Ma’rib, au Ḥaḍramawt, au château de Mas‘ūd10, à la digue de Luqmān, à Salḥīn, Ṣirwāḥ, Marwaḥ, Baynūn, Hinda, Hunayda, Falṯūm. Le poète a dit (basīṭ) :

Est-ce qu’il ne reste de Baynūn ni l’essence, ni la trace ? après Salḥïn, élèvera-t-on des édifices ?

  • 11 Il convient de lire les verbes de cette phrase à la voix active, le sujet, non exprimé, étant Sem (...)

81[35] A Ṣan‘ā’ se trouve le Gumdān, château étrange, bâti à quatre façades ; l’une en pierres (ğurūb) taillées blanches, l’autre en pierres taillées jaunes, la troisième en pierres taillées rouges, la quatrième en pierres taillées vertes (le mot ğurūb désigne la pierre) ; l’on a bâti11 intérieurement, sur des fondations bien assises, un château à sept étages (saqf) distants l’un de l’autre de quarante coudées ; le toit était d’une seule dalle de marbre ; à chaque angle fut placée une statue de lion, en cuivre jaune, de la taille du lion le plus grand ; or le vent, soufflant du côté d’une de ces statues, y pénétrait par l’orifice postérieur, puis sortait par la bouche et faisait entendre ainsi un rugissement semblable à celui d’un lion ; on donnait les ordres au sujet des lampes, et elles restaient allumées dans les salles de marbre jusqu’au matin ; aussi le château étincelait-il extérieurement comme l’éclair ; or, lorsqu’un homme se trouvait nuitamment sur une hauteur, il disait : « Je vois à Ṣan‘ā’un clair intense et une pluie considérable », sans savoir que cela provenait de la clarté des lampes. Le château demeura tel jusqu’à son incendie. Un de ses angles portait l’inscription : « Vive Gumdān ! Mort à qui le détruira ! ». Or ‘Uṯmān b. ‘Affān, l’ayant détruit, fut assassiné. On dit que le château avait été construit par Salomon, fils de David, et voici comment : il ordonna aux démons de bâtir pour Balqïs trois châteaux à Ṣan‘ā’: Gumdān, Salḥīn et Baynūn ; c’est à leur sujet que le poète a dit (basīṭ) :

Reste-t-il trace de Gumdān ou de Salḥīn ? Après Baynûn, les hommes élèveront-ils des édifices ?

82Au dire d’Abū ‘Ubayda, les gens du Yémen possèdent quatre choses que n’ont pas les autres hommes : l’angle yéménite à La Mecque, la constellation de Canope au ciel, la mer du Yémen parmi les mers, le Yémen parmi les pays. Ils possèdent, en outre, l’écriture musnad, la manière de compter suivant la valeur numérique des lettres (‘aqd al-ğummal), le calcul et l’écriture himyarite.

83Au dire d’al-Kalbī, les indigènes (‘ulūğ) d’Égypte sont les Coptes ; ceux de Syrie, les Mardaïtes (Ğarāgima) ; ceux de Méso-potamie, les Chaldéens (Ğarāmiqa) ; ceux du Sawad, les Nabatéens ; ceux du Sind, les Sayābiga12 ; ceux de l’Oman [36], les Mazūn ; ceux du Yémen, les Sāmurān. Des cantons (miḫlāf) de San‘ā’, l’on apporte la cornaline (‘aqiq) : la meilleure est celle qui provient d’une mine appelée Muqrā, d’une autre localité appelée al-Hām et d’une montagne dite Qusās ; on en traite une partie au Yémen et on en exporte le reste à Baṣra.

84Tradition de Yazīd b. Hārūn, d’après Ḥumayd at-Ṭawīl, d’après Anas b. Mālik : L’Envoyé d’Allah a dit : « Gabriel me dit :
» Ô Muḥammad, porte un anneau ayant chaton de cornaline.
» — Qu’est-ce que la cornaline ? — Il y a, au Yémen, une montagne
» qui atteste en faveur d’Allah l’unité divine, en ma faveur la mission
» sacrée, en ta faveur la prophétie, en faveur de ‘Alī la désignation
» [comme ton successeur] (waṣiyya), en faveur de sa postérité
» l’imamat, en faveur de leurs partisans le paradis ». Cette montagne contient la mine d’onyx de plusieurs variétés, et toutes ces variétés viennent de la mine de cornaline ; la meilleure d’entre elles et la plus précieuse est le sardonyx (baqirānī) ; de cette mine viennent aussi les variétés ‘arwānī, persane, éthiopienne, striée (mu‘assal), veinée (mu‘arraq).

85Au dire d‘al-Aṣma‘ī, quatre choses ont empli le monde, qui n’existent que dans le Yémen : le wars (momecylon tinctorium), le kundur, l’indigo (ḫiṭr), le convolvulus (‘asab). Quant à l’onyx veiné, on en tire des vases, grâce à ses grandes proportions. C’est au Yémen qu’on trouve les manteaux yéménites, les vêtements sa‘īdites et d’Aden, l’alun yéménite — ce dernier est un liquide qui, jaillissant de la cime d’une montagne, coule sur son flanc et, avant d’atteindre la plaine, se solidifie et devient ainsi cet alun blanc du Yémen. Les Yéménites possèdent le momecylon tinctorium (wars) : c’est une substance qui tombe sur l’arbre comme la manne (turanğubīn) ; ils ont aussi (une écorce aromatique), le bunk, qui vient, dit-on, du bois de l’acacia (umm ġaylān).

86L’un de leurs édifices est al-Qašīb au sujet duquel on a dit (basīṭ muḫalla‘) :

87[37] al-Qašīb est vide de ses habitants.

88D’après Makḥūl, quatre cités sont parmi les cités paradisiaques : La Mecque, Médine, Ῑliyā’ (Jérusalem), Damas ; quatre autres sont parmi les cités infernales : Antioche, Tyane (aṭ-Ṭuwāna), Constantinople, Ṣan‘ā’. A Ṣan‘ā’, se trouve la digue du roi As‘ad ; située entre deux montagnes, elle est construite en pierres cubiques et gravées, liées entre elles par des tiges de fer verticales ; on a réuni les deux montagnes éloignées de deux milles l’une de l’autre ; la hauteur de la digue est de 300 coudées ; elle reçoit ruisseaux et rivières, et l’eau s’élève, de sorte qu’on irrigue les champs de céréales et les vergers ; c’est la digue la plus étonnante du monde ; on y a écrit maintes choses en caractères ḥimyarites.

89Les singes sont une des curiosités du Yémen ; ils y sont extrêmement nombreux ; parmi eux, figure un grand singe qui porte une tablette au cou : c’est, dit-on, une lettre royale (‘akd) qui vient de Salomon, fils de David ; on dit encore que ces singes furent commis par Salomon à la garde de démons emprisonnés, dans cette contrée, par les génies.

90Le ‘udār, une des curiosités du Yémen, est un diable qui aborde les femmes et les hommes ; il a un organe dur comme une corne ; il s’unit à eux par derrière et les fait mourir sur-le-champ ; on dit proverbialement : « Plus sodomite qu’un ‘udār »

91Dans le Yémen, se trouve la ville de Wabār, résidence des génies ; c’est le plus fertile et le plus riant des pays d’Allah, mais aucun être humain ne peut s’en approcher. Au dire d’Abū l-Munḏir, Wabār est situé entre Nağrān et le Ḥaḍramawt ; les Arabes prétendent que, quand Allah anéantit ‘Ād et Ṯamūd, les génies s’établirent dans les demeures de Wabār et rendirent le pays inaccessible à quiconque voulait s’en approcher ; c’est, disent-ils, la plus fertile des terres d’Allah, la plus riche en arbres, la plus excellente en dattes, palmiers, raisins et bananes ; or si quelqu’un s’approche actuellement de ce pays volontairement ou par erreur, les génies lui jettent de la poussière au visage ; s’il veut absolument entrer, ils le rendent fou et parfois même le tuent. On a prétendu aussi que ceux qui dominent en ces pays sont les démons et les chameaux hūšiyya : les hūš, [38] ce sont les chameaux qui, chez les Yéménites, ont été couverts par les étalons des chameaux des génies ; ils sont donc de la lignée des chameaux des génies. Les chameaux hindiyya, mahriyya, ‘asğadiyya, umāniyya, tous tant qu’ils sont, ont été couverts par les ḥūš ; et Ḏū r-Rumma a dit (rağaz) :

92Des chameaux exténués ont couru du pays des ḥūš.

93Quelqu’un a raconté ceci : Nous arrivâmes à Bahrayn. Or vint à nous un Arabe nomade sur une petite chamelle dont la gale avait rongé le flanc ; nous avions avec nous des chameaux tels que les gens n’en avaient jamais vu ; nous lui dîmes donc : « Ô Arabe, nous céderais-tu ta chamelle contre un de ces chameaux ? » — Il répondit : « Par Allah ! si même vous me donniez en échange d’elle tous vos chameaux, je ne vous la céderais pas ». — Nous lui dîmes : « Cent dinars pour toi ! », mais il refusa ; « Mille dinars ! », et il refusa ; quant à nous, en tout cela nous nous moquions de lui ; or il ajouta : « Si même vous remplissiez d’or sa peau, je ne vous la
» vendrais pas ! ». — Nous lui dîmes alors : « Fais-nous donc voir
» quelque chose de son allure ». — Il répondit : « Oui ». Nous nous mîmes donc en marche ; or voici que des onagres avaient paru à l’horizon ; il nous dit alors : « Lequel de ces onagres voulez-vous
» que je vous amène ? » — Nous lui répondîmes : « Nous voulons
» tel onagre » ; alors, aiguillonnant sa chamelle, il l’excita, et elle s’éloigna si vite qu’elle disparut ; quand elle eut rejoint l’onagre, l’homme saisit son arc et lança une flèche qui ne manqua pas l’animal ; il ne cessa de le cribler de flèches jusqu’à ce qu’il l’eût mis par terre ; nous le rejoignîmes alors qu’il l’avait déjà égorgé ; ce qu’ayant vu, nous lui marchandâmes sérieusement la chamelle ; mais il répondit : « Je ne possède de sa race qu’un mâle et une fe
» melle ; non, par Allah! je ne la vendrai jamais pour quoi que
» ce soit ! ».

94Sur le territoire de Wabār se trouvent les nisnās qui, dit-on, n’ont que la moitié de la tête, un seul œil et qu’on chasse pour les manger. Au dire de l’auteur, le nisnās est un être à visage humain, à cela près qu’il a une main et un pied sur la poitrine ; il est doué de la parole et vit là dans les jungles.

95Dans le Yémen, il y a une montagne contenant une crevasse dite Šamh ; un homme corpulent y pénètre si bien qu’il aboutit à l’autre côté, et cela à l’exception de l’enfant de l’adultère : en effet, la crevasse se resserre sur lui, de sorte qu’il lui est impossible de la traverser.

  • 13 Le texte suivant se retrouve, à peu près littéralement, dans le Mus-tatraf, trad. Rat, I, 414 sqq. (...)
  • 14 De Goeje juge cette expression ridicule, mais se refuse à rechercher une autre lecture. As-Saffāḥ (...)
  • 15 Ġāṣib al-baḥr (cf. Coran, XVIII, 78) ; il s’agirait d’al-Ğulandā.
  • 16 Hāmī d-dabr : surnom de ‘Āṣim b. Ṯābit b. Abī 1-Aqlah.
  • 17 Ġasīl al-Malā’ika : surnom de Ḥanẓala b. Abī ‘Āmir.
  • 18 Sa‘d b. Mu‘āḏ b. an-Nu‘mān.
  • 19 Mukallimad-di’b, surnom d'Uhbānb. al-Akwa‘.
  • 20 Personnages non encore identifiés.
  • 21 Ziyād b. ‘Abd Allāh al-Hāriti.

96[39] Au dire d’al-Madā’inī13, Abu l-‘Abbās as-Saffāḥ, le père des califes [‘abbāsides]14, se plaisait à faire discuter les gens. Une nuit, il y avait là Ibrāhīm b. Maḫrama al-Kindī, certaines gens de la tribu de Balḫāriṯ b. Ka‘b, tribu à laquelle appartenait sa mère, et Ḫālid b. Ṣafwān ; or ils se mirent à converser et s’entretinrent de Muḍar et du Yémen, et Ibrāhīm de dire : « Ô Com-
» mandeur des Croyants ! les gens du Yémen furent les Arabes aux-
» quels le monde entier était soumis ; sans cesse ils furent rois,
» seigneurs ou vizirs ; parmi eux furent les Nu‘mān, les Munḍir,
» les Qābūs ; il y eut parmi eux Ġāṣīb al-Baḥr (l’écumeur de
» mer)15, Ḥāmī d-dabr16, Ġaṣīl al-Malā’ika17 (lavé par les
» anges) ; il y eut, parmi eux, celui à la mort de qui le trône de
» Dieu s’est agité18, Mukallim aḏ-Ḏi’b (l’interlocuteur du
» loup)19, et aussi al-Baḏḏāh, al-Fattāh, ar-Rammāh, le posses-
» seur de la ville de poil et de sa porte ; et le « possesseur des ser-
» rures et des clefs de la fidélité20 ; et parmi eux l’oncle maternel
» généreux21, maître des maux et des bienfaits. Il n’est chose
» importante qui ne leur soit rapportée : coursier de race, sabre
» tranchant, cuirasse solide, manteau qu’on garde soigneusement
» ou perle bien cachée. Ils sont les Arabes pur-sang, tandis que les
» autres sont arabisés ».

97Abu l-‘Abbās dit alors : « Je ne pense pas que le Tamīmite soit
» satisfait de tes paroles », puis il ajouta : « Qu’en dis-tu, toi,
» Ḫālid ? — Si vous me permettez de parler, je parlerai. — Parle
» [40] sans craindre personne. — L’étourdi a péché par ignorance
» et a parlé en dépit du bon sens : comment cela existerait-il chez
» des gens qui ne possèdent ni parlers éloquents, ni langue correcte,
» ni argument apporté par un livre sacré ou fourni par la sunna ?
» En effet, par rapport à nous, ils occupent deux positions : s’ils
» enfreignent notre autorité, ils sont mis à mort ; et s’ils s’écartent de
» notre voie, ils sont dévorés. Ils se prétendent supérieurs à nous
» grâce aux Nu‘mān, aux Munḏir, aux Qābūs et autres dont il
» sera question ; mais nous nous considérons comme supérieurs à
» eux grâce au meilleur des mortels, au plus généreux parmi les
» généreux, Muḥammad ! car, grâce à lui, Allah nous a accordé
» Ses grâces, en même temps qu’à eux. Ils ont été les suivants du
» Prophète et c’est par lui qu’ils ont été connus et, pour lui, traités
» généreusement. C’est de nous que vient donc le Prophète élu, le
» Calife agréé ; à nous la Ka’ba, le maš‘ar sacré [de Muzdalifa],
» le puits de Zamzam, le Maqām, la vallée [de La Mecque], en y
» joignant d’innombrables souvenirs et insignes ; aucun homme ne
» peut être notre égal, et les propos de personne ne nous atteignent ;
» de nous sortent et le Véridique [Abu Bakr] et celui qui tranche
» les litiges [‘Umar], et l’homme aux deux clartés [‘Uṯmān], et
» l’ami d’Allah [‘Alī], et les deux petits-fils (as-Sibṭān1) [du Prop-
» hète], et le lion d’Allah [Ḥamza], et l’homme aux deux ailes
» [Ğ-a‘far b. Abī Ṭālib], et le sabre d’Allah [Ḫālid b. al-Walīd].
» C’est grâce à nous qu’ils ont connu la vraie religion et que la
» certitude leur est venue. Or celui qui cherche à nous devancer,
» nous le devançons, celui qui est notre ennemi, nous l’exter-
» minons. Ensuite Ḫālid, se tournant vers Ibrāhīm, lui dit :
» Sais-tu la langue de tes contribules ? — Oui. — Comment donc
» dites-vous œil (‘ayn) ? — Al-ğaḥma. — Comment dites-vous dent
» (sinn) ? — Al-mayḏar. — Comment dites-vous oreille (uḏn) ?
» Aṣ-ṣinnāra. — Comment dites-vous doigts (aṣābi‘) ? — Aš-šanātir.
» — Comment dites-vous barbe (liḥya) ? — Az-zubb. — Comment
» dites-vous loup (di’b) ? — Al-kuta’. — Or donc connais-tu bien
» le livre d’Allah ? — Oui. — Eh bien ! Allah a dit (Coran, XII, 2) :
» Nous l’avons fait descendre du ciel en une prédication arabe » ;
» Il a dit encore (XXVI, 195) : « en langue arabe claire » ; Il a dit
» encore (XIV, 4) : « Nous n’avons envoyé aucun prophète qui n’ait
» parlé la langue de son peuple ». Or c’est nous qui sommes les
» Arabes et c’est à nous que le Coran a été révélé en notre langue.
» N’as-tu pas vu qu’Allah dit (V, 49) : « al-‘ayn bi-l-‘ayn wa-l-uḏn
» bi-l-uḏn wa-s-sinn bi-s-sinn, œil pour œil, oreille pour oreille,
» dent pour dent », et non : « al-ğaḥma bi-l-ğaḥma wa-ṣ-ṣinnāra
» bi-ṣ-ṣinnāra wa-l-mayḏar bi-l-mayḏar ! ». Allah a dit aussi (LXXI, 6) :
» ğa‘alū aṣābi‘ahum [41] fi āḏānihim, ils ont mis leurs doigts dans
» leurs oreilles », et non : « šanātirahum fī ṣinnārātihim ! ». Il a dit en-
» core (XX, 95) : « lā ta’ḫuḏ bi-liḥyatī, ne saisis pas ma barbe », et
» non : bi-zubbī ! ». Il a dit encore (XII, 14) : « akalahu ḏ-ḏi’bu, le
» loup l’a mangé », et non : « akalahu l-kuta‘u ».

  • 22 La leçon du Muslatraf(...)
  • 23 La reine de Saba [H.M.].
  • 24 Allusion à la rupture de la digue de Ma’rib [H.M.].
  • 25 Allusion à Coran, XXVII, 22 [H.M.].

98Puis Ḫālid ajouta : « Je vais t’interroger sur quatre propriétés
» pour lesquelles Allah ne te fournira pas d’issue : si tu les avoues, tu es vaincu ; si tu les nies,
» tu es un impie. — Quelles sont-elles ?
» — Le Prophète est-il des nôtres ou des vôtres ? — Des vôtres. —
» Le Coran fut-il révélé à nous ou à vous ? — A vous. — Le Temple
» [de la Ka‘ba] est-il à nous ou à vous ? — A vous. — Le minbar
» [à Médine] est-il chez nous ou chez vous ? — Chez vous. —
» Eh bien ! va-t’en ; car ce qui est après cela, c’est à vous ». Alors — dit l’auteur — Ḫālid l’emporta sur Ibrāhīm ; puis Abu l-‘Abbās confirma les propos22 de Hālid et se montra généreux envers les deux interlocuteurs. Ḫālid se leva en disant : « Vous autres, vous
» n’êtes que des montreurs de singes, des tanneurs de peaux et des
» tisseurs de manteaux ; vous avez été gouvernés par une femme23,
» noyés par un rat24 et découverts par la huppe25 ».

Notes

1 Gela fait six montagnes [H.M.].

2 Après avoir hésité entre « parasol » et « globe » pour šamsa, H. M. a finalement opté pour globe, mais les références fournies par De Goeje au Glossaire poussent à préférer « parasol ».

3 Voir M. Gaudefroy-Demombynes, La Mekke, 134, n. 2 [H.M.].

4 Texte Image mais il faut supprimer un Image

5 Ici encore il faut supprimer Image et lire : Image

6 Il s’agit bien de la Haute-Mésopotamie, citée ici par association d’idées. Baqqa est une localité située sur les confins de l’Irak qui ne doit pas être confondue avec Bakka/Makka. La même citation d’Ibn al-A‘rābī est répétée p. 128 (ar.).

7 Lire Image au lieu de Image

8 Il faut sans doute lire : Image

9 Sur les Dārāt en Arabie ancienne, voir la revue al-‘Arab (Riyād), I V, 1 sqq.

10 Ce château n’a pas été identifié ; De Goeje propose dé lire Image mais cette lecture ne paraît guère satisfaisante.

11 Il convient de lire les verbes de cette phrase à la voix active, le sujet, non exprimé, étant Sem ou Salomon.

12 Corriger Image du texte en Image

13 Le texte suivant se retrouve, à peu près littéralement, dans le Mus-tatraf, trad. Rat, I, 414 sqq. [H.M.].

14 De Goeje juge cette expression ridicule, mais se refuse à rechercher une autre lecture. As-Saffāḥ étant non point le père, mais le premier des califes ‘abbāsides, l’expression Image peut provenir soit d’une confusion, soit d’une extension de sens.

15 Ġāṣib al-baḥr (cf. Coran, XVIII, 78) ; il s’agirait d’al-Ğulandā.

16 Hāmī d-dabr : surnom de ‘Āṣim b. Ṯābit b. Abī 1-Aqlah.

17 Ġasīl al-Malā’ika : surnom de Ḥanẓala b. Abī ‘Āmir.

18 Sa‘d b. Mu‘āḏ b. an-Nu‘mān.

19 Mukallimad-di’b, surnom d'Uhbānb. al-Akwa‘.

20 Personnages non encore identifiés.

21 Ziyād b. ‘Abd Allāh al-Hāriti.

22 La leçon du MuslatrafImage a été préférée à celle du texte : Image [H.M.].

23 La reine de Saba [H.M.].

24 Allusion à la rupture de la digue de Ma’rib [H.M.].

25 Allusion à Coran, XXVII, 22 [H.M.].

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter