Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Création du monde

Texte intégral

1Allah (qu’il soit honoré et exalté !) a dit (Coran, III, 187) : « Dans la création des cieux et de la terre, dans l’alternance des
» nuits et des jours, il y a des signes pour les gens qui sont doués
» d’intelligence ».

  • 1 Nous supprimerons désormais les formules suivant le nom d’Allah, du Prophète, etc. pour ne les con (...)

2On demanda au Prophète (qu’Allah le comble de bénédictions et lui accorde le salut !)1 au sujet de la terre : « Y en a-t-il sept ? »
— Il répondit : « Oui ; et il y a sept cieux ». Et il psalmodia (Coran, LXV, 12) : « C’est Allah qui créa sept cieux et autant de terres ».
— Quelqu’un reprit : « Alors, nous sommes sur la face de la premi-
» ère terre ». Et le Prophète de répondre : « Oui ! Sur la deu-
» xième, il y a les créatures qui obéissent et ne sont pas rebelles ;
» sur la troisième, d’autres créatures ; sur la quatrième, un rocher
» poli ; la cinquième est formée d’une petite quantité d’eau ; la
» sixième est de l’argile (siǧǧīl) portant le trône d’Iblis ; la septième
» est un taureau ; les terres reposent sur la corne du taureau, le
» taureau sur un poisson, le poisson sur l’eau, l’eau sur l’air, l’air
» sur le sol humide (ṭarā) auquel s’arrête la science des savants ».

3Au dire de ‘Abd Allāh b. ‘Amr b. al-‘Ās b. Wā’il aṣ-Sahmī, la figure du monde d’ici-bas se divise en cinq : c’est comme la tête de l’oiseau, les deux ailes, la poitrine, la queue. La tête du monde c’est la Chine ; au delà de la Chine est un peuple appelé Wāq-wāq, et, au delà du Wāq-wāq, des peuples dont Allah seul sait le nombre ; l’aile droite, c’est l’Inde et, au delà de l’Inde, la mer après laquelle il n’y a personne ; l’aile gauche, c’est al-Ḫazar et, derrière al-Ḫazar, deux peuples dits, l’un Manšak, l’autre Māšak, derrière lesquels Gog et Magog (Yāǧūǧ et Māǧūǧ) qui font partie des peuples connus de Dieu seul ; la poitrine du monde, c’est La Mecque, le Hedjaz, la Syrie, l’Irak et l’Égypte ; la queue [4] va de Ḏāt al-Ḥumām au Maġrib, et la plus mauvaise partie de l’oiseau, c’est la queue.

  • 2 Var. : « Ibn ‘Ayyāš ».

4Au dire d’Ibn ‘Abbās2, la terre tout entière mesure quatre mille parasanges sur quatre mille, ce qui fait seize [millions] de parasanges.

5Au dire du Commandeur des Croyants [‘Alī], la terre a pour longueur le parcours de cinq cents années [de marche], soit quatre cents désertes et cent habitées, et une aux mains des Musulmans.

6Au dire d’Abū Ḫalaf, la terre est de 24 000 parasanges : les Noirs en occupent 12 000, les Rūm 8 000, les Arabes, 1 000, les Persans, 3 000.

  • 3 Le texte ajoute : (...)

7Muḥammad b. Mūsā al-Ḫwārizmī rapporte que le tour de la terre3 est de 9 000 parasanges, dont le douzième est habité et le reste sans animaux, ni végétaux. Les mers comptent parmi les parties habitées ; les déserts, qui se trouvent situés entre les zones habitées, en font aussi partie.

8Voici ce que certains philosophes ont rapporté : La terre est ronde, comme une boule ; elle est placée au sein de l’Univers, comme le jaune au milieu de l’œuf ; l’air environne la terre ; c’est lui qui l’attire, de tous ses côtés, vers l’Univers. La constitution des créatures terrestres est établie en sorte que l’air attire ce qu’elles tiennent de léger, tandis que la terre attire ce qu’elles tiennent de lourd, et cela parce que la terre joue le rôle de la pierre [d’aimant] qui attire le fer. La terre est divisée en deux parties égales entre lesquelles se trouve l’équateur ; celui-ci va de l’Orient à l’Occident et équivaut à la longueur de la terre ; c’est la plus grande ligne sur le globe [5] terrestre, tout comme le Zodiaque est la plus grande ligne tirée dans le ciel. La largeur de la terre va du Pôle Sud, autour duquel tourne Canope (Suhayl) jusqu’au Pôle Nord, autour duquel tourne la constellation de l’Ourse (Banât Na‘š). La circonférence de la terre, à l’endroit de l’équateur, est de 360 degrés ; le degré vaut 25 parasanges, la parasange, 12 000 coudées, la coudée 24 doigts, le doigt, 6 grains d’orge rangés flanc à flanc : ce qui fait 9 000 parasanges. Selon Dorothée [de Sidon ?], les sept « climats », correspondant aux signes du Zodiaque, sont grands et considérables ; il y a deux villes dans le climat [correspondant à] Saturne, deux dans le climat de Jupiter, deux dans le climat de Mars, une dans le climat du Soleil, deux dans le climat de Vénus, deux dans le climat de Mercure, une dans le climat de la Lune.

9On a dit aussi qu’il y a sept « climats » : un aux Arabes, un aux Grecs (Rūm), un aux Abyssins, un aux Indiens, un aux Turcs, un aux Chinois, un au peuple de Gog et Magog ; ceux-ci ne pénètrent pas sur la terre de ceux-là, ni ceux-là n’entrent chez ceux-ci.

10Le premier climat commence à la terre d’al-Muḥraqa, appelée par les Grecs Ryāmyārūs (?) ; il finit à la terre de Ceylan (Sarandīb). Ses habitants sont noirs, laids de visage, nus comme les animaux sauvages ; ils ont longue vie ; leurs quadrupèdes et leurs volatiles sont plus grands que tous les autres, il y a là sorcelleries, sortilèges, simples, pierres guérisseuses et naturellement bienfaisantes. On y trouve4 dragons (tinnīn) et reptiles venimeux. La longueur de ce climat est de 5 500 [6] parasanges ; sa largeur, de 285 parasanges.

11Le deuxième climat commence latéralement à la terre de Sarandîb et finit à la terre des Abyssins. On y trouve une mine d’émeraude et le perroquet. Il aboutit, du côté de l’Orient, à la terre du Sind, à proximité de Kābul et du Zābulistān ; il y a là des fauves prédateurs, des insectes et des volatiles qu’on ne peut approcher ; les habitants5 sont moins laids que ceux du premier climat. On y trouve6 aussi des sortilèges et des simples. Les habitants7 vivent moins longtemps que ceux du premier climat ; la longueur de ce climat est égale à celle du premier.

12Le troisième climat part du flanc de la terre de Sogdiane et de Ǧurǧān pour finir à la terre des Turcs et aux limites de la Chine jusqu’à l’Extrême-Orient ; sur son côté occidental, il va dans la direction de l’Égypte et, sur son côté oriental, il comprend le Sind et Aden. Ce qui le borne en largeur, c’est la Syrie, le Fars et Ispahan. On y trouve des philosophes. Sa largeur et sa longueur sont celles du premier climat.

13Le quatrième climat, celui de Babylone, est le climat du milieu. C’est le mieux constitué. Il va de l’Ifrīqiya jusqu’à Balh dans la direction de l’Orient. Sa largeur et sa longueur sont celles du premier climat.

14Le cinquième climat comprend Constantinople, les pays des Rūm et des Ḫazar. Sa largeur et sa longueur sont celles du premier climat.

15Le sixième climat comprend le pays des Francs (Firanǧa) et d’autres peuples. Il y a là des femmes qui ont pour habitude de se couper la mamelle et de se la brûler dans leur jeune âge afin qu’elle ne grossisse pas. Sa largeur et sa longueur sont celles du premier climat.

16Le septième climat est celui des Turcs. Hommes et femmes ont des visages « turcisés » (mutarrak par suite du froid qu’ils subissent. Leurs fauves sont petits de corps ; on n’y trouve ni insectes ni reptiles. Ils habitent des édicules fabriqués avec des planches et qu’ils transportent sur un chariot traîné par des bœufs. Leur bétail vit dans les déserts. Ils ont peu d’enfants.

17Donc, la somme des sept climats, d’après la superficie du premier, est de 38 500 parasanges ; leur largeur de 1 995 parasanges.

18La terre habitée a été divisée en quatre parties : l’Europe (Arūfa), comprenant les pays d’al-Andalus, des Slaves, des Rūm et des Francs (Firanǧa) ; Tanger (Ṭanǧa) (jusqu’à la limite [7] de l’Égypte et de la Libye), comprenant l’Égypte (Miṣr), Glysma (Qulzum), l’Abyssinie, Berbera et ce qui y confine ; la mer du Sud — il n’y a, dans ces régions, ni sanglier, ni cerf, ni âne sauvage, ni bouquetin — comprenant la Tihāma, le Yémen, le Sind, l’Inde ; la Scythie (Usqūtya), comprenant l’Arménie, le Khorassan, les pays des Turcs et des Ḫazar.

19Selon Hermès (Hirmis), la dimension de chaque climat est de 700 parasanges, dans les deux sens.

LES MERS ET LE FAIT QU’ELLES ENTOURENT LA TERRE.

20Il y a quatre mers :

  1. La grande mer. Il n’en existe pas de plus grande ; elle part du Magrib, dans la direction de Qulzum, et finit par atteindre le Wāq-wāq de Chine. Le Wāq-wāq de Chine n’est pas le même que le Wāq-wāq du Yémen, parce que du Wāq-wāq du Yémen provient de l’or de qualité inférieure. Cette mer s’étend de Qulzum sur le Wādī 1-Qurā jusqu’à ce qu’elle touche le pays de Berbéra et l’Oman ; elle s’en va vers ad-Daybul et al-Mūltān jusqu’à ce qu’elle parvienne à la montagne d’aṣ-Ṣanf (Tchampa) du côté de la Chine.
  2. La mer occidentale, celle de l’ouest, celle des Rûm ; elle s’étend d’Antioche (d’Anṭākya) aux îles Fortunées (Ǧazā’ir as-Sa‘āda) ; un canal (ḫalīǧ) en fait partie qui part du pays d’al-Andalus pour atteindre enfin l’extrême Sūs ; sur les rivages de cette mer se trouvent Tarse (Ṭarsūs), al-Maṣṣīṣa, Alexandrie (al-Iskandariyya), Tripoli (Aṭrābulus) ; la longueur de cette mer est de 2 500 parasanges, d’Antioche aux îles Fortunées ; sa largeur, de 500 parasanges.
  3. La troisième mer, la khorassanienne, la hazarienne (à cause de la proximité du pays des Hazar) ; elle va de ce pays jusqu’au Mūqān, au Ṭabaristān, au Ḫwārizm et à Derbend (Bāb al-Abwāb) ; de la mer de Ǧurǧān jusqu’au canal (ḫalīǧ) des Ḫazar, il y a dix jours et, si l’on a bon vent, huit jours [8] sur mer et deux jours sur terre ; cette mer est nommée « tourbillonnante » (dawwāra), « khorassanienne » ; elle a 100 parasanges de diamètre et 1 500 parasanges de pourtour.
  4. La quatrième mer, entre Rome (Rūmiyya) et le Ḫwārizm, contient une île nommée Thulé (Tūlya) à laquelle aucun vaisseau n’a jamais abordé.

21A l’époque actuelle, le roi des Arabes possède mille cités ; le roi des Nubiens, mille ; le roi de Chine, 400 ; 600 cités de Chine sont aux mains de roitelets.

22Sachez que la mer de Fars et la mer Indienne forment une seule mer, du fait que l’une se relie à l’autre, à cela près qu’elles contrastent.

23Le commencement de la période difficile de la mer de Fars, c’est lorsque le Soleil pénètre dans le signe de la Vierge et qu’il s’approche de l’équinoxe d’automne ; sans cesse ses flots se pressent, ses eaux se précipitent et sa surface est difficile, jusqu’à ce que le Soleil passe au signe des Poissons ; le moment où elle est le plus malaisée, c’est la fin de l’automne, alors que le Soleil se trouve dans le Sagittaire ; lorsqu’il s’approche de l’équinoxe de printemps, la mer commence à diminuer ses vagues et à calmer sa surface jusqu’à ce que le Soleil revienne au signe de la Vierge ; le moment où elle est le plus calme, c’est la fin du printemps, alors que le Soleil se trouve dans le signe des Gémeaux. Mais pour la mer Indienne, c’est le contraire : en effet, lorsque le Soleil se trouve dans le signe des Poissons et s’approche de l’équinoxe de printemps, elle devient ténébreuse et grosse, et ses flots se succèdent à tel point que nul ne s’y risque, à cause de son obscurité et de la difficulté de la navigation, lorsque le Soleil se trouve dans le signe des Gémeaux ; lorsqu’il passe dans le signe de la Vierge, les ténèbres de la mer se dissipent et l’on y navigue aisément jusqu’à ce que le Soleil passe dans le signe des Poissons. La mer de Fars est navigable à toute époque de l’année, tandis que la mer Indienne n’est pas navigable lorsqu’elle est agitée, à cause de ses ténèbres et de ses périls.

  • 8 Tout ce passage est délicat. De Goeje propose de remplacer (...)

24Qui désire se rendre à la Chine, en partant d’Aden8 ou de Šalāhit ( ?) [9] se dirige, en partant du Maġrib, vers la Tihāma et l’Oman ; qui désire aller au Sind se dirige, en partant du Fārs, vers Sīrāf.

LES MERS ET LES MERVEILLES QU’ELLES CONTIENNENT.

25Allah a dit (Coran, LV, 29) : « Il a laissé indépendantes les
» deux mers qui se rencontrent ». On rapporte d’al-Hasan [al-Baṣrī] qu’il aurait dit : « Il s’agit de la mer de Fars et de la mer
» des Rūm ».

26Au dire de Sulaymān b. Abī Karīma, lorsque les Pléiades paraissent, la mer s’agite, les vents sont contraires, et Allah a donné pleins pouvoirs aux génies sur les eaux ; Allah ne garantit rien pendant quarante jours à quiconque navigue [durant cette période]. Le Prophète a dit : « A qui navigue après le lever des Pléiades, la protection divine n’est pas assurée ».

27On interrogea Ibn ‘Abbās au sujet du flux et du reflux ; il déclara : « Un ange est commis à l’abîme de la mer (qāmūs al-baḥr) :
» lorsqu’il y enfonce le pied, les eaux montent ; lorsqu’il le retire,
» elles décroissent ». Au dire de Ka‘b [al-Aḥbār], al-Ḫidr rencontra l’un des anges ; il l’interrogea au sujet du flux et du reflux ; l’ange lui dit : « Le Poisson [qui soutient la terre], lorsqu’il
» aspire, absorbe l’eau et la fait monter dans ses narines, et c’est
» alors le reflux ; puis, lorsqu’il expire, il expulse l’eau de ses narines,
» et c’est alors le flux ».

  • 9 L’auteur dit simplement (...)

28Au dire de l’auteur, la mer9 contient un poisson dit ḫarāṭīm semblable au serpent ; il a un bec comme celui de la grue et, dans ce bec, des deux côtés, une sorte de scie. La mer contient aussi un poisson dit aṭmar qui a un organe comme celui de la femme ; sa face est comme celle du porc : une couche de graisse et une couche de chair. La mer contient aussi des poissons ayant forme de singe ; c’est de leur peau qu’on fait les boucliers contre lesquels s’émoussent les sabres ; on dit qu’ils ont des menstrues et qu’ils allaitent ; de même pour les tortues. La mer contient aussi un poisson dit duḫas (dauphin) : il sauve l’homme qui se noie. La mer contient aussi un poisson [10] qui, lorsqu’elle se soulève, sort de ses profondeurs : ainsi les marins sont avertis de l’agitation de la mer ; ce poisson est nommé barastūǧ ; c’est celui qui se trouve à Baṣra.

  • 10 Cette expression montre bien que l’abréviateur manque d’attention ; « cette mer » est la mer du Lā (...)
  • 11 H. Massé rapporte ces adjectifs à la montagne, mais ils semblent plutôt s’appliquer à la trace du (...)
  • 12 Var. : (...)

29A cette mer10 touche une autre mer nommée Harkand, dont on dit qu’elle est l’abîme (qāmūs) de toutes les mers. Dans cette mer, se trouve l’île de Sarandīb ; et, dans cette île, s’élève la montagne sur laquelle fut jeté Adam et qui porte l’empreinte de son pied ; la montagne est considérable et haute11 ; elle porte diverses espèces d’épices et de parfums ainsi que des rats musqués ; dans la mer [qui l’entoure], il y a des pêcheries de perles. Dans cette île, sont trois rois : lorsque le plus âgé d’entre eux est mort, on le coupe en quatre, on le brûle, et ses gens se jettent au feu derrière lui afin de se brûler eux-mêmes. Après cette île, vient l’île de Lambri (ar-Rāmnī) qui compte 800 parasanges et renferme mainte merveille ; elle donne sur la mer de Šalâhit et sur celle de Harkand ; beaucoup de princes y vivent ; on y trouve des rhinocéros et du camphre ; elle renferme des mines d’or ; les habitants se nourrissent de noix de coco ; les hommes sont robustes et chassent les éléphants ; l’île produit beaucoup de bois de campêche dont on fait des plantations : ses fruits sont semblables à ceux du caroubier, et leur saveur rappelle celle de la coloquinte ; on ne les mange pas ; on dit que ses racines sont une panacée contre un poison qui tue sur-le-champ. Il y a dans l’île beaucoup de bambous et des buffles énormes. Les princes y possèdent de suaves aromates tels que le santal et le macis (basbāsa), ce dernier à eux seuls. A az-Zābaǧ, il y a des perroquets blancs, rouges et jaunes, qui parlent, suivant ce qu’on leur a inculqué, et avec clarté, en arabe, en persan, en grec, en hindī ; il y a des paons verts et tachetés, des faucons blancs qui ont, sur la tête, des plumes rouges ; l’île renferme aussi des singes blancs et grands comme des buffles, et des créatures faites à l’image de l’homme, parlant un langage incompréhensible, mangeant et buvant ; il y a aussi diverses espèces de chats qui ont des ailes comme celles de la chauve-souris, depuis la racine de l’oreille jusqu’à [11] la queue. Quant aux rats musqués, on les transporte vivants12 du Sind jusqu’à az-Zābaǧ (la civette a meilleur parfum que le musc) ; quant à sa femelle, elle est porteuse de musc ; lorsqu’il passe dans une chambre, le parfum de musc s’exhale de lui ; et lorsque vous le touchez, son parfum imprègne votre main.

  • 13 Sur le problème posé par cette citation, voir J. Sauvaget, Relation de la Chine et de l’Inde, p. x (...)

30Le marchand Sulaymān13 rapporte que la plupart des [marchandises transportées par les] vaisseaux chinois sont apportées de Baṣra et d’Oman et chargées à Sīrāf ; et cela à cause de la grande quantité des vagues dans cette mer et du peu d’eau qu’elle contient dans certains endroits. C’est pourquoi, lorsque les marchandises ont été chargées, on fait de l’eau douce à Sīrāf, [l’on navigue] jusqu’à une localité dite Mascate (Masqaṭ) et qui se trouve à l’extrémité de l’Oman. Entre Sīrāf et cet endroit, il y a environ 200 parasanges. Dans la partie orientale de cette mer, entre Sīrāf et Mascate, il y a, comme pays, la côte des Banū ṣ-Saffāq et l’île d’Ibn Kāwān ; dans sa partie occidentale, se trouvent les récifs (ǧibāl) de l’Oman où est situé le passage nommé « tourbillon » (durdūr), défilé entre deux écueils praticable pour les petits navires mais non pour les jonques chinoises. Dans cette mer, il y a aussi deux écueils, Kusayr et ‘Uwayr. Lorsque vous avez passé les récifs, vous parvenez à une localité dite Ṣuḥār d’Oman. On fait de l’eau douce, à Mascate, à un puits qui s’y trouve. Il y a là une montagne sur laquelle on fait paître des moutons provenant de l’Oman.

  • 14 Relation, 8 :

31Puis les vaisseaux naviguent de là vers les régions de l’Inde et se dirigent vers Quilon (Kūlū-Malay). Il y a là, protégeant l’Inde, un poste militaire où l’on trouve de l’eau douce ; or, si l’on y fait de l’eau, on perçoit sur un bateau chinois 1 000 dirhems et sur les autres dix à [12] vingt dinars. Malay fait partie de l’Inde ; entre Mascate et Kūlū-Malay, c’est un voyage d’un mois ; entre Kūlū-Malay et al-Harkand, un mois environ. Puis on appareille de Kūlū-Malay vers la mer d’al-Harkand ; et, lorsqu’on l’a passée, on arrive au lieu dit Kalah-Bār ; entre celui-ci et Harkand se trouvent des îles habitées par un peuple dit Lanǧ[abālūs] (Nicobar) qui ne connaît aucune langue14 et ne revêt aucun vêtement ; ils ont le visage glabre ; on ne voit point de femmes ; ils échangent de l’ambre contre des barres de fer et s’en vont de leur île vers les marchands sur des pirogues, emportant de la noix de coco et la liqueur qu’on en extrait, et qui est blanche ; si l’on en boit, elle est douce comme miel ; si on la laisse reposer une journée, elle devient enivrante ; et si elle attend quelques jours, elle aigrit ; ils l’échangent contre du fer, et l’on établit l’échange en faisant des signes, donnant donnant ; ils sont habiles nageurs, et il arrive qu’ils volent le fer aux négociants sans rien leur donner en échange.

  • 15 Texte (...)
  • 16 Corrigé par Sauvaget en (...)
  • 17 Le texte portait (...)

32Ensuite, le navire appareille pour le Kalah-Bār, qui fait partie du royaume du Jāvaga (az-Zābaǧ) et se trouve à droite par rapport à l’Inde. Les gens du pays sont rassemblés sous l’autorité d’un seul roi ; ils sont vêtus de pagnes. Ensuite, on navigue vers une localité dite Tayūma (Tiyūman), où il y a de l’eau douce : voyage de dix jours. Ensuite, vers une localité dite Kanduranǧ15 : voyage de dix jours ; on y trouve de l’eau douce. De même pour les autres îles de l’Inde : si l’on y creuse des puits, on y trouve de l’eau douce. A Kanduranǧ se trouve une montagne qui la domine. Ensuite, on navigue vers un lieu dit as-Ṣanf (Tchampa), puis vers une localité dite Ṣandarfūlāt16 qui est une île : [13] voyage de dix jours ; ensuite vers une localité dite Ṣanḫay (Tchang-khaï)17, vers les portes de Chine qui sont, au milieu de la mer, des écueils séparés l’un de l’autre par un intervalle où passent les navires ; ensuite, à la Chine : de Ṣandarfūlāt à la Chine, un mois de voyage, mais les écueils par lesquels passent les vaisseaux [s’échelonnent sur] sept jours de navigation ; lors donc que vous avez passé les Portes, vous atteignez une eau douce, dite Hānfū (Canton), et dans laquelle flux et reflux ont lieu deux fois, en un jour et une nuit.

  • 18 La lacune, comme le remarque De Goeje, ne peut être exactement comblée, mais le sens en est donné (...)

33Près de la Chine, dans un endroit dit Ṣanḫay (Tchang-khaï), qui est la plus mauvaise des mers18… ressemblant aux jeunes Zanǧ ; la taille de chacun d’eux est de quatre empans ; sortant nuitamment de l’eau, ils passent la nuit dans le vaisseau et y circulent sans nuire à personne ; ensuite ils retournent à la mer. Lorsqu’on voit cela, c’est le pronostic du vent nommé ḫibb, le plus mauvais des vents ; aussi l’on se prépare à le subir et l’on allège la charge du navire. On a dit aussi que, lorsqu’on voit au haut des vergues du navire, en cet endroit, un oiseau qui semble une flamme, c’est, aux yeux des navigateurs, un des signes du salut. On rencontre, en mer, un oiseau dit ǧaršī. il se tient à proximité du rivage, est plus gros qu’un pigeon, et est suivi par un oiseau dit ǧuwānkark qui ressemble au pigeon ; lorsque le ǧaršī rend des excréments, le ǧuwānkark les reçoit avec son bec et les avale. Près du Jāvaga (az-Zābaǧ), il y a une montagne nommée « mont du feu » (ǧabal an-nār) dont on ne peut s’approcher ; le jour, on en aperçoit la fumée et la nuit les flammes ; à son pied, jaillissent deux sources, l’une d’eau froide et douce, l’autre d’eau chaude et douce.

DIFFÉRENCE ENTRE LA CHINE ET L’INDE.

34On a dit qu’il n’y a pas, en Chine, de marchandises plus faciles à écouler ni plus belles que celles que les commerçants transportent en Irak ; quant à celles qui restent en ce pays, elles sont de mauvaise qualité et sans élégance. Les habits des Chinois [14] sont tous de soie, hiver comme été ; les hommes revêtent cinq pantalons de soie, pour se tenir chaud le postérieur en raison de la grande humidité ; le climat est chaud ; les Chinois ignorent les turbans ; ils se nourrissent de riz, tandis que leurs princes mangent du pain de froment et de la viande ; il y a chez eux peu de palmiers ; leur vin est fabriqué avec du riz ; ils ne se lavent pas après avoir été à la selle ; ils mangent les animaux non immolés ; leurs femmes vont la tête découverte et y mettent des peignes, et il arrive que, sur la tête de l’une d’elles, il y ait vingt peignes d’ivoire. Quant aux hommes, ils se couvrent la tête avec une manière de bonnet pointu. Les Chinois utilisent des éphèbes qui font office de mignons, au lieu des courtisanes qui servent aux Indiens. Les murs, en Chine, sont faits de bois. La plupart des Chinois n’ont point de barbe, si bien qu’ils semblent avoir été créés sans barbe. Ils adorent les idoles et possèdent des livres religieux.

35Quant aux Indiens, ils ne mangent pas de froment, se bornant à manger du riz. Leur barbe est si longue que vous leur voyez parfois une barbe de trois coudées. Lorsque l’un d’eux meurt, on lui rase la tête et la barbe. L’incarcération pour dettes existe chez eux : on interdit, pendant cette incarcération (mulāzama), le manger et le boire durant sept jours. Les Indiens tuent l’animal qu’ils veulent manger, mais ne l’égorgent pas : on le frappe à la tête jusqu’à ce qu’il meure ; ensuite on le mange. Ils ne se purifient pas après commerce charnel ; ils n’approchent pas les femmes quand elles ont leurs règles, tandis que les Chinois les approchent parce que leur coutume (ā’īn) est, sur ce point, celle des Mazdéens. Les Indiens ne mangent pas avant de s’être nettoyé les dents et d’avoir pratiqué des ablutions, ce que ne font pas les Chinois. L’Inde a une superficie plusieurs fois supérieure à celle de la Chine, mais celle-ci est plus peuplée. La Chine ne produit pas de raisin ; dans aucun des deux pays, il n’y a de palmier.

  • 19 Il convient de lire avec Sauvaget, Relation, 13 : (...)

36Les Indiens connaissent la magie ; ils croient unanimement à la métempsycose, mais sont en désaccord au sujet des règles pratiques (furū‘) de leur religion. Ils sont, en outre, médecins, philosophes, astronomes. Ils possèdent peu de chevaux ; [15] leurs princes n’entretiennent pas leurs troupes, se bornant à les convoquer pour la guerre défensive (ǧihād) et, en ce cas, les soldats se mettent en campagne à leurs frais. Les Indiens n’ont pas de villes. Ils portent des pendants d’oreilles et se parent de bracelets d’or, hommes et femmes ; ils déclarent licite l’adultère, à l’exception du roi de Qimâr qui l’interdit, ainsi que le vin. Quant aux régions de la Chine, elles sont plus riantes et plus belles ; les villes sont grandes, haut placées, fortifiées, entourées de murailles ; les pays sont plus sains, moins exposés aux maladies, et l’air y est meilleur ; c’est à peine si l’on y voit un borgne, un aveugle ou un infirme. Les Chinois ont un bureau de solde comme le dīwān des Arabes. On dit qu’entre l’Inde et la Chine il y a trente rois dont le plus petit gouverne un État égal à l’empire arabe. Tous les rois de l’Inde portent des bijoux. Dans l’Inde, il est un royaume dit « royaume de Rahmā »19 ; il est situé au bord de la mer et gouverné par une femme ; ses États sont insalubres et quiconque y pénètre du reste de l’Inde, meurt ; or les marchands s’y risquent à cause des grands profits qu’ils réalisent. Puis vous allez aux pays du Jâvaga ; quant au grand roi, dit mahrāǧ (ce qui s’interprète par « roi des rois ») et après lequel il n’en existe plus parce qu’il se trouve dans la dernière des îles, c’est un roi très riche. En ce pays, il y a une prairie dans laquelle on trouve des roses : lorsqu’on les tire de la prairie, elles se consument.

37Au dire de ‘Abd Allāh b. ‘Amr b. al-‘Āṣ, entre le Sind et l’Inde se trouve une terre appelée Kanām ; on y voit un canard de cuivre sur une colonne de cuivre : lorsque vient le jour de ‘āšūrā’, le canard, déployant ses ailes et tendant le bec, répand l’eau qui suffit aux cultures, au bétail et aux fermes des habitants, jusqu’à l’année suivante.

  • 20 Le texte ajoute : (...)

38Le Qimār fait partie de l’Inde ; les Indiens [16] croient que le berceau des livres de l’Inde est le Qimār ; on parcourt cet État en quatre mois ; tous les habitants sont idolâtres ; le roi du Qimār possède 4 000 femmes. L’ambre lui est apporté de Šalāhiṭ, le poivre, de Malay et de Sandān, le bois de campêche, de la région méridionale, le girofle, le santal, le camphre et la noix vomique, du Jāvaga. La noix vomique vient aussi de la contrée méridionale, proche de la Chine, de la ville dite Fanṣūr ; l’eau de camphre et l’indigo viennent de la contrée du Sind ; le bambou, du pays dit Lankabālūs (Nicobar) et de Kalah (Kedah)20, les régimes de dattes, de l’Oman, le rubis et le diamant, de Sarandīb ; de même pour le rhinocéros, le paon, le perroquet, les poulets d’Inde et toutes sortes de parfums et de produits pharmaceutiques.

  • 21 Voir p. 15, n. 4.
  • 22 Voir p. 15, n. 3.

39La mer de Chine, dit-on, commence au Mont Qāf et finit par aboutir à ‘Abbādān et Baṣra ; la première des mers qui mènent à la Chine est la mer de Ṣanhay (Tchang-khaï)21 ; la première montagne qui s’y rencontre est appelée Ṣandarfūlāt22 : elle renferme des serpents qui peuvent engloutir un bœuf ou un homme ; cette mer est la plus difficile de toutes ; elle a peu d’étendue ; sur la montagne, il y a des pêcheurs qui possèdent des filets [tendus] au fond de la mer : lorsque les navigateurs, ayant vu la Chine, interrogent les pêcheurs au sujet du vent, ceux-ci les avertissent de l’agitation ou du calme de la mer, car c’est une mer dont bien peu sortent sains et saufs lorsque le vent y souffle fortement. On traverse cette mer en dix jours en allant vers la Chine, vers les Portes, particulièrement les Portes de la Chine ; c’est une grande mer ; on y voit un roi appelé mahrāǧ, dont le royaume est grand : dans ses îles, il y a des merveilles et toutes sortes de parfums ; dans ses pays, l’or pousse et on en récolte journellement, dit-on, deux cents manns.

Notes

1 Nous supprimerons désormais les formules suivant le nom d’Allah, du Prophète, etc. pour ne les conserver que dans les cas où elles sont significatives.

2 Var. : « Ibn ‘Ayyāš ».

3 Le texte ajoute : Image alors que Yāqūt (I, 16) dit : Image c’est’ à-dire « en ligne droite ».

4 Lire Image au lieu de Image.

5 Lire Image au lieu de Image.

6 Lire Image au lieu de Image.

7 Lire Image au lieu de Image.

8 Tout ce passage est délicat. De Goeje propose de remplacer Image par Image (suggestion suivie par H. Massé) ou par Image « le Tchampa » ; d’autre part, il corrige Image en Image. Il semble qu’il faille comprendre que les voyageurs venant de l’Ouest et se rendant en Extrême-Orient passent par la Yamāma et l’Oman (où ils s’embarquent), tandis que ceux qui viennent du Fârs s’embarquent à Sīrāf.

9 L’auteur dit simplement Image comme si les poissons cités dans ce paragraphe existaient dans toutes les mers ; il est donc probable que l’abréviateur a supprimé le nom des différentes mers citées à partir du golfe Persique ; voir note suivante.

10 Cette expression montre bien que l’abréviateur manque d’attention ; « cette mer » est la mer du Lār, c’est-à-dire la partie de l’océan Indien à l’ouest de l’Inde ; voir index Mas’ūdī.

11 H. Massé rapporte ces adjectifs à la montagne, mais ils semblent plutôt s’appliquer à la trace du pied d’Adam qui est « grande et longue ».

12 Var. : Image « parfois », au lieu de Image

13 Sur le problème posé par cette citation, voir J. Sauvaget, Relation de la Chine et de l’Inde, p. xix ; le texte d’Ibn al-Faqīh est moins clair que celui de Relation, 7 sqq.

14 Relation, 8 : Image

15 Texte Image ; correction due à J. Sauvaget, Relation, 9.

16 Corrigé par Sauvaget en Image, île des Tchams.

17 Le texte portait Image, corrigé par Sauvaget.

18 La lacune, comme le remarque De Goeje, ne peut être exactement comblée, mais le sens en est donné par Mas’ûdï (I, 344 = § 379) : « Toutes les fois que la mer a un gros hibb et que les lames s’y multiplient, on en voit sortir des êtres noirs semblables aux petits… ».

19 Il convient de lire avec Sauvaget, Relation, 13 : Image Dharma.

20 Le texte ajoute : Image que l’on ne sait par quoi remplacer.

21 Voir p. 15, n. 4.

22 Voir p. 15, n. 3.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter