Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Introduction

Texte intégral

1[1] Au nom d’Allah clément et miséricordieux. Seigneur, rends la tâche facile !

2Au dire d’al-Faḍl b. Yaḥyā, les hommes se divisent en quatre catégories : les souverains auxquels leur mérite donne droit à la première place, les ministres auxquels leur sagacité et leur jugement ont donné la prééminence, les grands que la richesse a fait surgir, les hommes moyens que leur éducation a rattachés aux précédents ; les gens qui viennent ensuite sont écume sans valeur, torrent encombré de débris et de déchets ; ils forment un paquet de vulgarité parce que chacun d’eux ne songe qu’à manger et à dormir.

3Mu‘āwiya dit à al-Aḥnaf : « Décris-moi les hommes ».
— Et celui-ci répondit : « Il y a des têtes que la Fortune éleva, des
» épaules que leur esprit d’organisation fit respecter, des postérieurs
» que leur richesse rendit notoires et, dans ces trois classes, des
» gens de lettres que leur culture rattacha aux précédents ; puis
» viennent les gens inférieurs, semblables aux animaux : ils vont
» paître s’ils ont faim, ils dorment s’ils sont repus ».

4Buzurgmihr dit à quelqu’un : « Si tu désires parvenir au suprême degré de l’éducation (ādāb) et de ceux qui la possèdent,
» sois le compagnon d’un prince ou d’un ministre, car tous deux,
» grâce à leur extrême désir de connaître les annales des souverains
» et leur histoire, la haute culture (ādāb) et ceux qui la possèdent,
» les différentes parties du Cosmos et ses astres, t'exciteront à cette
» recherche ». — L’autre repartit : « Quel moyen de parvenir au
» roi ou au ministre ? » — Il répondit : « Pour y parvenir, c’est
» affaire de compréhension : la recherche est la matière de l’exis-
» tence ; la culture (ādāb) est le fruit de la noblesse des ambitions ».

5Usāma b. Ma‘qil a dit ceci : « As-Saffāḥ était passionné de
» discours et d’épîtres ; il en traitait bien les auteurs et il les en
» récompensait. Or, j’appris par cœur mille épîtres et mille discours,
» afin de chercher à jouir de sa considération ; et j’y parvins.
» [2] Al-Manṣūr, après lui, était préoccupé de contes de veillées, de
» récits historiques et de “journées des Arabes” ; il faisait venir
» des gens qui les connaissaient et les en récompensait. Or il n’y
» avait récit nocturne, ni récit historique que je n’eusse appris par
» cœur en vue de me rapprocher de lui ; et j’arrivai à mes fins.
» Quant à Mūsā [al-Hādī], il était passionné de poésie et accaparait
» ceux qui en savaient ; aussi ne laissai-je ni vers rare, ni pièce de
» vers brillante, ni poème d’amour en vogue sans l’apprendre par
» cœur. J’y fus aidé par la poursuite de ce que je me proposais :
» élever ma situation ; et je n’ai rien vu qui invitât à apprendre les
» belles-lettres (ādāb) plus que ce fait que les souverains recherchent
» qui les possède et l’en récompensent. Par la suite, Hārūn ar-
» Rasïd fit peu de cas de ces quatre choses, et je les oubliai de telle
» sorte qu’on eût dit que je n’en avais jamais rien appris ».

6Aš-Ša‘bī entra chez al-Ḥağğāğ qui lui dit : « Ô Ša‘bī, tu as
» une riche culture et un jugement fugace ». — Il répondit : « Tu as
» raison, émir ! Le jugement est inné, la culture vient de l’effort ;
» et si vous n’existiez pas, vous les souverains, nous n’aurions pas
» acquis d’éducation ». — al-Ḥağğāğ repartit : « Vous êtes donc
» nos obligés en cela ». — Et l’autre de reprendre : « Tu as dit vrai ;
» le poète a dit, à l’égard de ‘Ubayd Allāh b. Ziyād (sari‘) :

Ta générosité m'a enseigné l’excellente poésie à laquelle je ne parvenais pas.
Aussi suis-je devenu opulent parmi les hommes, considéré et pissant.

7Et un autre (wāfir) :

Je suis resté longtemps au contraire de l’éloquence ; or tes dons me rendirent éloquent.
Aussi je ne loue personne autant que celui dont les mains ont délié ma langue ».

***

  • 1 Le texte n’est pas clair, et le mot (...)

8Voici ce que dit l’auteur. Mon livre-ci renferme toutes sortes de renseignements sur les pays et de merveilles relatives aux provinces et aux édifices. Que celui des gens cultivés et savants qui y jettera les yeux, le considère avec l’œil de l’équité, et nous accorde, à son sujet, toute son attention et sa bienveillance. Car celui qui m'est le plus utile par ses procédés est mon associé, au même titre qu’une parenté proche1, que les liens du sang qui se touchent, qu’une étroite union ; que le lecteur me pardonne mon défaut [3] puisque je le reconnais, et ma négligence puisque j’en fais l’aveu. En effet, je n’ai mis en cet ouvrage que les traditions historiques, les vers, les citations et les dits (amṯāl) que ma mémoire a saisis et que j’ai pu entendre.

Notes

1 Le texte n’est pas clair, et le mot Image est douteux ; peut-être faut-il lire Image (v. add.) et comprendre : « car le plus utile dans ce métier (maḏhab) est un associé, une parenté proche, etc. ».

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter