Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Conclusion

Texte intégral

1À la fin du xie siècle, un état est né à Antioche, grâce à la force conjuguée de tous les croisés, mais, contrairement au Royaume de Jérusalem, formé de terres hier byzantines et, à l’origine, essentiellement destiné par son fondateur normand d’Italie à mener la lutte contre les Basileus. L’anarchie du monde musulman lui permet de s’arrondir, malgré l’exiguité de ses troupes, jusqu’aux portes d’Alep, et de résister aux tentatives de réaction byzantine. Mais, à partir de Zengî, l’Islam se ressaisit, refoule les Francs sur l’Oronte, et en même temps, Byzance, un peu tranquillisée en Europe et en Asie Mineure, se fait gravement menaçante : les Francs transigent alors avec le danger le moins menaçant contre l’autre, et l’on assiste à un protectorat byzantin sur Antioche, qui est une des raisons de la survie de la principauté. L’autre raison est le détournement vers le sud des énergies rivales des chrétiens et des musulmans ; au lieu que les combats décisifs du début du siècle s’étaient tous livrés sur la frontière syro-djéziréenne, on assiste maintenant à un duel à mort pour la conquête de l’Égypte. De ce conflit l’unité musulmane sort plus forte qu’elle n’avait été depuis un siècle, juste au moment où Byzance disparaît de la scène : la principauté n’est pas longue à sentir à son tour le contre-coup de cet état de choses, et est réduite par Saladin à une petite province séparée des autres états francs par une enclave musulmane. Sans doute les Ayyoubides préfèrent-ils ne pas pousser les chrétiens à bout et trouvent-ils leur profit à développer des relations économiques pacifiques avec leurs voisins francs devenus inoffensifs. L’aide du prince d’Alep permet même à Antioche de résister à l’état chrétien qui a acquis la prépondérance dans l’angle syro-anatolien, celui des Arméniens de Cilicie. Mais arrive l’invasion mongole dans laquelle les Francs, et surtout ceux d’Antioche, entraînés par les Arméniens avec lesquels ils se sont réconciliés, sont compromis : avec l’énergie du désespoir, l’Islam d’Égypte réagit, et, impitoyable, supprime la principauté, en attendant de supprimer aussi les autres états francs.

2Considérée au milieu du monde latin d’Orient issu des croisades, la Principauté certes se rapproche par bien des points des autres états francs de Syrie, tantôt parce qu’elle a subi des influences européennes générales (la Commune), tantôt et surtout parce que le voisinage et la communauté de genre de vie imposaient à Antioche et au royaume des échanges de coûtumes (plus dans l’aristocratie que dans la bourgeoisie locale) ; l’évolution des Ordres militaires, celle des colonies italiennes après un moment de relative résistance des princes, suivent une courbe parallèle, ou ne se différencient que par des circonstances externes, comme la décadence économique générale de la Syrie du Nord par rapport à celle du sud. Néanmoins, les institutions d’Antioche sont par leur origine normande et restent dans une large mesure jusqu’à la fin, différentes de celles de Jérusalem ; semblables à elles alors seulement en ce qu’elles ont peu évolué (aucune influence des autres états normands), sans doute en raison de la petitesse du territoire et de ce que l’existence des colonies commerçantes et des vastes seigneuries ecclésiastiques autonomes soustrait à l’autorité princière une partie des problèmes administratifs qu’ailleurs il lui faut résoudre.

  • 1 À la fin du xiie siècle, saint Nersès le Grand, l’apôtre du rapprochement religieux avec les Francs (...)

3Située dans le monde indigène, la principauté se distingue plus nettement encore du royaume. Non que les règles qui ont dominé les rapports des peuples aient été différentes. Mais Antioche, dans certaines institutions, dans l’importance qu’y ont les éléments chrétiens, apparaît à certains égards comme une continuation de Byzance ; et cela est si vrai que les Grecs, auxquels la domination franque a assuré une survie de deux siècles, disparaîtront presque complètement après elle avant de se développer de nouveau à l’époque moderne sous l’influence de la politique ottomane et russe. À la différence du royaume, les musulmans, dans la principauté, surtout au xiiie siècle, sont quantité négligeable ; aussi est-ce là que les efforts de rapprochements entre chrétiens ont eu le plus de portée. Sans doute, une fois les Francs partis, les Syriens monophysites seront réabsorbés par la masse de leurs coreligionnaires orientaux, et il n’y a rien en Syrie du Nord d’équivalent aux Maronites qui, tous soumis à l’influence franque, restant après les croisades en rapports avec des commerçants italiens, ont pu garder quelques souvenirs de la période latine. Sans doute encore n’est-ce pas sans combat ni lenteur1 que l’influence franque a pénétré parmi les Arméniens voisins d’Antioche, en Cilicie ; là toutefois elle a pénétré, et le royaume arménien, héritier politique et économique de la principauté, sera pendant un siècle aussi le conservateur d’un droit partiellement franc dont, avant l’influence chypriote du xive siècle, le premier monument a été constitué par la traduction des Assises d’Antioche.

Notes

1 À la fin du xiie siècle, saint Nersès le Grand, l’apôtre du rapprochement religieux avec les Francs, chargé par les arméniens de Qal ‘at-ar-Roûm de rédiger à leur effet un code de lois, et y travaillant dans le Taurus cilicien, compile de vieux textes arméniens et grecs, et ne fait aucune mention de coutumes franques, bien que Qal ‛at-ar-Roûm eût appartenu aux comtes d’Édesse pendant un demi-siècle (Karst, Grundriss der Geschichte des armenishen Rechts, dans Z. f., vergl. Rechtsw., XIX, 1906, 336-338).

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540