Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre VIII. La période Arméno-Mongole et la réaction mamlouke

Texte intégral

1L’écrasement des Seldjouqides par les Mongols, en 1243, bouleverse la situation de la Syrie du Nord et de la Cilicie. Au début, les Mongols étant repartis, règne une épouvantable anarchie dont profitent les pillards turcomans ; plus tard, les Mongols reviennent organiser leur conquête et y joindre la Syrie. Le roi Héthoum a obtenu les bonnes grâces du grand Khân, et Antioche, en se réconciliant avec les Arméniens, entre dans l’orbite mongole elle aussi. Mais en Égypte, le régime ayyoubide a été renversé par la milice des Mamlouks qui, sous la conduite de grands sultans, expulsera les Mongols et leurs vassaux franco-arméniens de toute la Syrie.

L’écrasement des Seldjouqides et les ravages des Turcomans

  • 1 Et non d’esclaves comme dans les pays musulmans orientaux.
  • 2 Vincent de Beauvais, XXX.

2L’état seldjouqide n’était pas aussi solide qu’il paraissait, parce qu’il s’occidentalisait dans ses sphères dirigeantes au moment même où il recevait un nouvel afflux de forces orientales dans la masse turque qui l’avait fondé. La famille des Sultans était pleine de princesses chrétiennes, byzantines ou géorgiennes ; les ports s’ouvraient au commerce italien ; l’armée ne consistait plus que sur certaines frontières dans les Turcomans trop remuants, et était formée de mercenaires1 en grande partie francs et de contingents fournis par les états tributaires voisins, tous chrétiens sauf Alep (Nicée, Trébizonde, Géorgie, Cilicie). Kaïqobâdh avait négocié avec le Pape contre les Ayyoubides2, et traitait avec une égale tolérance ses sujets chrétiens et musulmans.

  • 3 Sibt, 485 ; Ibn Bîbî, 227-231 ; B. H., 405 ; Frère Simon dans Vincent de Beauvais, XXX, 139-140. Cf (...)

3De cette évolution eût pu naître une fusion des peuples anatoliens, favorable à l’avenir de l’état seldjouqide. Mais au même moment les influences asiatiques, qui avaient toujours été fortes (la culture seldjouqide est essentiellement khorassanienne), s’intensifiaient par suite de tous les fuyards, aristocrates iraniens ou bandes turcomanes, que les conquêtes khwârizmiennes et mongoles refoulaient vers l’Arménie et l’Anatolie. Ces Turcomans étaient depuis longtemps travaillés par des propagandes d’effervescence mystique plus ou moins apparentée au chiisme ; des tendances parallèles existaient d’ailleurs dans l’aristocratie seldjouqide (fondation de l’Ordre des mevlevis par le grand poète de langue persane Djalâl ad-dîn Roûmî) et dans les corporations de métiers urbaines, où elles se mêlaient d’éléments d’origine indigène chrétienne ; mais en milieu turcoman elles se renforçaient de l’ardeur combattive propagée par les ghâzîs et les bâbâs. En 1240 eut lieu autour du bâbâ Isḥâq un vaste soulèvement turcoman ; ses bandes, recrutées d’abord dans les régions de l’Euphrate et du Taurus oriental, s’élancèrent à la conquête de l’Anatolie centrale, et il fallut pour les dompter dégarnir de ses mercenaires francs la frontière orientale3. Politiquement la révolte fut alors noyée ; mais l’influence religieuse du mouvement se prolonge bien plus tard dans l’organisation de l’Ordre des Bektachis et, au lendemain de l’invasion mongole, politiquement, ce sera des mêmes milieux que sortiront les fondateurs de la principauté turcomane des Qaramanides, à l’ouest de la Cilicie.

  • 4 Ibn Bîbî, 234-247 ; B. H., 407-409. Vincent de Beauvais, XXX, ch. 147, 150 ; Kamâl, 215, 225 ; I. W (...)

4Une pareille situation ne pouvait naturellement que favoriser une invasion étrangère. Au moment où se soulevait le bâbâ Isḥâq, les Mongols avaient conquis la Russie méridionale au cours d’une campagne qui avait mené leurs cavaliers jusqu’aux côtes dalmates, achevé la soumission de la Perse, et, entre les deux, réduit à la condition de royaume vassal la Géorgie. Dès lors on vit périodiquement leurs bandes forcer les frontières de la Djéziré et de la Mésopotamie, d’où le calife lançait en vain des appels aux princes ayyoubides qu’il s’efforçait de réconcilier entre eux. Mais la géographie imposait que, comme deux siècles plus tôt lors de la conquête seldjouqide, ce fussent l’Arménie et l’Anatolie qui reçussent d’abord le flot principal des envahisseurs. En 1242, la mort du grand-Khân Ogodâï délivre pour quelques mois la frontière seldjouqide menacée depuis 1241, mais dès la fin de 1242 l’armée mongole revient, sous les ordres du général Baïdjou. Au début de 1243, Erzeroum tombe, et l’envahisseur se répand du coup jusqu’en Djéziré et à Malaṭya. Kaïkhosrau, concluant alors précipitamment la paix en Djéziré, rassembla outre ses troupes propres, des secours envoyés d’Alep et Mayâfâriqîn et des corps franco-arméniens envoyés par Constantin de Cilicie ; troupes individuellement bonnes, mais hétéroclites, trop lourdes, et au surplus épouvantées de la réputation des Mongols. La rencontre eut lieu, comme hier avec les Khwârizmiens, près d’Erzindjân ; fidèles à la tactique nomade que les Seldjouqides avaient oubliée, les Mongols attirèrent par une fuite simulée les Anatoliens dans des positions préparées d’avance, où ils les détruisirent. Les fuyards, talonnés par les vainqueurs, dévalèrent jusqu’en Djéziré, près d’Alep, en Cilicie ; en Anatolie, les Mongols entrèrent à Sîwâs et à Qaïsariya, qui fut punie d’une brève résistance par un épouvantable carnage ; sur leur retraite, une partie d’entre eux traversa le Diyâr Moḍar, le Diyâr Bakr d’où Chihâb ad-dîn Ghâzî s’était retiré, et captura Akhlâṭ. Kaïkhosrau, réfugié à Ankara, put obtenir une paix qui, moyennant un lourd tribut, lui laissait la possession de ses états sous la suzeraineté du grand-Khân. En fait, toute la puissance seldjouqide avait été, en une journée, abattue4.

  • 5 Ibn Bîbî, 243, 249-250 ; B. H., 408 ; I. Ch., 83 r° ; Sempad, 649-651 et sa lettre de Samarqand à H (...)

5La seule atténuation à la disgrâce de Kaïkhosrau était la liberté qu’il avait obtenue de chercher à se venger de Constantin de Cilicie, qui, par peur d’une invasion des Mongols, leur avait livré la mère du sultan seldjouqide réfugiée sous sa protection. Depuis quelque temps de bons rapports existaient entre Kaïkhosrau et Constantin de Lampron, qui avaient ensemble combattu des Turcomans indociles d’Isaurie. En 1245, Constantin de Lampron se révolta contre son cousin. Une armée seldjouqide introduite par lui assiégea par deux fois dans Tarse le roi Héthoum et son père. Peut-être la ville eût-elle succombé si en 1246 Kaïkhosrau n’était subitement mort. Les Turcs se contentèrent alors de la cession de quelques forteresses que les Arméniens devaient leur reprendre deux ans plus tard, en même temps qu’ils soumettaient Constantin de Lampron privé d’allié. Quant aux Arméniens, ils tirèrent des événements de 1243-1246 une leçon : l’utilité pour eux de rechercher préventivement la protection mongole, et en 1247 Sempad, frère de Héthoum, fut envoyé en ambassade à la cour du grand-Khân, d’où il devait revenir en 12505.

  • 6 Ibn Bîbî, 251-277 ; B. H., 412-414 ; Vincent de Beauvais, XXXI, ch., 26-28. Cf., EI, art. Kaïkâoûs, (...)
  • 7 Kamâl, 226 ; I. Ch., 83 r° ; B. H., 408 ; Ibn Bîbî, 246 ; Vincent, XXX, 151 ; Alishan-Sissouan, 377 (...)

6L’invasion mongole et la mort de Kaïkhosrau eurent pour conséquence d’abord non pas la domination mongole, parce que les forces des conquérants furent rappelées en Orient par la mort des grands-Khâns Ogodâï et Gueuyük (1242, 1248) et les compétitions qui s’ensuivirent, mais la ruine de toute autorité centrale et une anarchie qui laissa libre carrière aux désordres des Turcomans Kaïkhosrau laissait trois fils, Kaïkâoûs, Kaïqobâdh et Qilîdj Arslân ; entre Kaïkâoûs et Qilîdj Arslân la guerre éclata bientôt pour la possession de l’héritage paternel ; les Mongols favorisèrent le second, qui était allé rendre hommage au grand-Khân, et lui donnèrent l’Anatolie orientale, limitant Kaïkâoûs à la moitié occidentale de l’état seldjouqide. Cette situation même ne fut pas stable et s’accompagna d’une multitude de disputes locales6. Les Turcomans, si difficiles à contenir depuis plusieurs années, eurent désormais le champ libre. Dès 1243, on les voit piller les régions d’Albistân et Malaṭya. En Isaurie, ils veulent porter leur chef au sultanat, et seul l’appui de Constantin de Lampron avait permis à Kaïkhosrau de triompher d’eux ; ils n’en continuèrent d’ailleurs pas moins leurs déprédations, dont on reparle en 1254, 1258. Enfin sur tous les confins syro-anatoliens, l’anarchie s’établit à l’état endémique jusqu’en 1260, lors de la conquête mongole7.

7Il était inévitable que la Syrie franque du Nord ressentît bientôt les contrecoups de ces bouleversements. Il y avait longtemps que des Turcomans étaient établis dans le ‘Amouq, et que Templiers et eux se faisaient une petite guerre de vol de bétail. Cela n’avait pas été jusqu’ici bien grave. Mais à mesure que les bandes turcomanes du Taurus se multipliaient et étendaient l’aire de leurs ravages, les Turcomans du ‘Amouq furent entraînés dans leur mouvement et renforcés par de nouveaux contingents. Antioche, plus faible qu’Alep, eut plus à souffrir qu’elle.

8C’est vers 1247 que les Francs constatèrent le changement. Jusqu’alors, quelques hommes d’armes avaient suffi à imposer le respect aux Turcomans, avides de butin, non de combat. Maintenant ils n’évitaient plus les batailles et profitaient des habitudes de confiance prises par les chrétiens pour les surprendre et les détruire. Peu à peu, les campagnes d’Antioche devinrent leur proie. Dès 1248, tandis que saint Louis débarquait à Chypre, Bohémond V et le patriarche d’Antioche lui firent demander des secours contre les Turcomans, et il leur envoya cinq cents chevaliers. Mais bientôt le roi de France est vaincu en Égypte, n’arrive plus que péniblement à assurer la sécurité de la Syrie méridionale. Les entreprises turcomanes ne connaissent alors plus de borne. Bétail, vignobles, vergers, champs, tout est détruit, les villages incendiés, les paysans exterminés, les chemins interdits au ravitaillement, les murs même d’Antioche battus par les barbares. Les habitants, désespérant du salut, saisissent toutes les occasions de fuir, n’importe où. La ville paraît condamnée.

  • 8 Cont., A 435, Rothelin, 623 ; Math., Paris, V, 228 ; lettre du légat Eudes de Chatellerault, dans V (...)

9Vainement des appels sont envoyés en Occident, en Angleterre. Seule l’Église d’Antioche reçut quelques secours de la Papauté ; le patriarche n’avait conservé aucun revenu apte à subvenir à la fortification de Qoçaïr, indispensable si l’on ne voulait pas que le château patriarcal fût à la merci d’un coup de main : aussi Innocent IV, en 1254, attribua-t-il au patriarche l’administration et les revenus du diocèse de Nicosie de Chypre et la dîme de tous les revenus ecclésiastiques de l’île. Alexandre IV, après avoir en bloc révoqué les concessions de ce genre, sources d’abus, rétablit celle du patriarche d’Antioche, malgré l’opposition du clergé chypriote. En même temps Innocent IV avait, en 1253, envoyé aux Hospitaliers des subsides destinés à la défense d’Antioche ; les Templiers essayèrent d’en faire attribuer une partie au royaume, mais Alexandre IV fit verser l’argent à Antioche. Les fortifications de Qoçaïr furent commencées8. Mais tout cela était bien peu de chose au regard de l’amplitude du mal.

  • 9 Les sources arabes originales pour la croisade de saint Louis sont Sibṭ, 513-514, 517 ; Sa‘d ad-dîn (...)
  • 10 Le récit le plus circonstancié et le plus sûr de ces faits est celui d’Ibn Wâcil, source prédominan (...)

10Au même moment il semblait d’ailleurs que l’Islam syro-égyptien lui aussi fût voué au désastre. En 1249, Louis IX, reprenant le plan avorté de la cinquième croisade de préférence à la méthode diplomatique de Frédéric II, attaquait Damiette. Pour les Francs, l’équipée se termina désastreusement, puisque le roi de France fut fait prisonnier et une partie de son armée détruite. Du moins, instruit par l’expérience, passa-t-il les quatre ans qu’il resta en Terre Sainte après sa libération (1250-1254) à apaiser les discordes intestines, à renforcer les fortifications, à entamer un travail diplomatique parmi les princes musulmans9. Surtout, la croisade, malgré son échec, avait précipité le processus de décomposition de l’état ayyoubide d’Égypte, qui, commencé de longue date par la place importante donnée à l’élément militaire, s’était développé sous aç-Çâliḥ par les achats massifs qu’il avait faits de mamlouks turcs, destinés à assurer sa domination personnelle sur les populations et sur les anciennes troupes kurdes, de fidélité trop partagée entre les divers Ayyoubides. En fait, tout dépendait des exigences de ces mamlouks. Cet état de chose avait pu être dissimulé par l’énergie d’aç-Çâliḥ ; mais ce prince mourut au début de la croisade de saint Louis, et son successeur Toûrânchâh, accouru du Diyâr Bakr, était un épileptique brutal et incapable ; le danger extérieur ne permettait pas de combattre l’armée ; les Mamlouks devinrent les maîtres, supprimèrent Toûrânchâh, et le remplacèrent par un des leurs, Aïbek le Turcoman, qui prit le titre d’al-Mou‘izz (1250). An-Nâcir d’Alep ne reconnut pas le nouveau régime, né du meurtre de son cousin, et, seul Ayyoubide qui restât en possession de quelque force, occupa Damas et toute la Syrie jusqu’à la Palestine. Le calife, impatient de rétablir la paix afin d’obtenir des secours contre les Mongols, parvint à faire conclure un accord sur les bases du partage de fait ainsi réalisé. Mais c’était un accord précaire, compromis par les rivalités des diverses factions mamloukes, dont les excès gagnaient la Syrie depuis qu’an-Nâcir avait commencé à prendre à son service les troupes expulsées d’Égypte par al-Mou‘izz. La brutalité, l’insécurité régnaient partout lorsqu’arriva l’invasion mongole10. Il faudra la réaction suscitée par ce danger et la personnalité terrible et géniale du sultan mamlouk Baïbars pour organiser le régime d’une façon au contraire plus forte que les Ayyoubides, et lui permettre ainsi de durer jusqu’aux Ottomans et même, sous leur suzeraineté, jusqu’à Bonaparte.

La conclusion de l’entente franco-arméno-mongole

  • 11 I. Ch., REI 120-121 ; I. W., 86 r°, 108 r°-v° ; Sa‘d ad-dîn, dans Dhahabî, év., 644 ; Ibn al-Fouwat (...)

11Malgré le repli de leurs forces après 1243, les Mongols n’avaient pas totalement disparu de la scène en Asie occidentale, et de Perse ils continuaient à harceler l’Irâq, à inquiéter la Djéziré. Le vieux Badr ad-dîn Loulou de Mossoul, qui disputait Nacîbîn au prince de Mârdîn et s’arrondissait en 1251 par l’annexion de Djazîrat-ibn-‘Omar, s’appliquait à entretenir de bons rapports à la fois avec eux et avec son lointain ancien allié aç-Çâliḥ ou, plus proche, an-Nâcir d’Alep, devenu l’arbitre de la Djéziré depuis ses victoires sur les Khwarizmiens et Ghâzî de Mayâfâriqîn. Moins diplomate était le successeur de ce dernier (depuis 1248), al-Kâmil, auquel la mort devait bientôt donner l’auréole du martyre. En 1252, Baïdjoû reparut en Djéziré, envoyé par Bâtoû, chef des Mongols de Russie ; après avoir pillé le Diyâr Moḍar, il entreprit à son retour le siège de Mayâfâriqîn, dont al-Kâmil n’obtint de Bâtoû la levée que contre promesse de se rendre en personne auprès du grand-Khân à Karakoroum. Il le fit, tandis que Loulou et as-Sa‘îd de Mârdîn se faisaient représenter par leurs fils11.

12Ils n’étaient pas les seuls à faire le voyage de Karakoroum. Un certain nombre de Mongols ou de leurs sujets turcs étaient nestoriens, et, renversant des empires musulmans, les Mongols étaient naturellement amenés, en Asie, à favoriser les chrétiens ; ils employaient aussi les Nestoriens pour leurs relations avec les princes chrétiens d’Occident. En Arménie, les frères de race des Arméniens de Cilicie n’avaient eu, une fois le flot dévastateur passé, qu’à se féliciter de la domination nouvelle. Enfin les Mongols avaient abattu les Seldjouqides, ennemis héréditaires des Arméno-Ciliciens. Toutes ces raisons expliquent à la fois les bonnes dispositions qu’eut Héthoum à l’égard des Mongols, avant d’y être contraint par une attaque, et les informations qu’il eut, touchant les choses mongoles, avant les autres chrétiens de la Méditerranée orientale, dont il sut profiter pour servir entre eux d’intermédiaire et orienter à son profit leurs relations. Il n’est pas exagéré de dire que les relations des Francs avec les Mongols ont Héthoum comme principal agent.

  • 12 I. Ch., REI, 121 ; Kyrakos, 279 sq. ; Hethoum, Fleur, 164-166 (excessif).

13Dès 1247, on l’a vu, il avait envoyé en Mongolie son frère Sempad, et celui-ci, bien accueilli, avait rapporté un diplôme du grand-Khan garantissant au prince arménien ses états. En 1254 Héthoum décida de se rendre lui-même à Karakoroum, sans attendre d’y être convoqué. Le bénéfice de ce voyage spontané devait être bien supérieur à celui que retiraient les princes qui, venus sur sommation, obtenaient tout au plus de ne pas perdre leurs états. Il arrivait à l’heure où le grand-Khân Mong-Ka préparait une nouvelle expédition occidentale destinée à occuper les pays précédemment vaincus et à en finir avec le califat de Bagdad. Pour les régions méditerranéennes, Héthoum, peut-être, attirait les Mongols vers des contrées auxquelles ils ne pensaient pas aller tout de suite (la Syrie), et en tous cas leur servait de conseiller, si bien qu’il pourrait utiliser leur force au mieux de ses propres desseins ; et il est bien évident que tout ce qu’il obtiendrait en faveur de ses coreligionnaires, faisant de lui le protecteur attitré des chrétiens auprès du grand-Khân, lui conférerait un prestige immense. Baïbars plus tard ne se trompa pas lorsque, sans s’arrêter à la disproportion des forces, il vit en Héthoum le principal auxiliaire des Mongols en Occident. Le voyage, que Héthoum fit peut-être en compagnie de son fils aîné Léon âgé de quelque quinze ans, se passa parfaitement bien, et Héthoum reçut de Mong-Ka, avec l’annonce de la prochaine campagne de son frère Houlagou, la promesse de lui faire attribuer les pays chrétiens proches de la Cilicie qui seraient enlevés aux musulmans, et d’affranchir de toute redevance et servitude les églises arméniennes du territoire mongol. Il ne lui était demandé en échange que son concours militaire et sa garantie des bons sentiments des chrétiens12.

  • 13 Pelliot, Les Mongols et la papauté, ROChr., 1923, et les ouvrages cités de Soranzo Papeto, Van der (...)

14De bien plus loin que de Cilicie la chrétienté était entrée en rapport avec les Mongols. Parmi les missions envoyées par Innocent IV, deux, dès 1245, l’avaient été au grand-Khân Guyuk et à Baïdjoû (Jean de Plan-Carpin, franciscain, et Ascelin, dominicain). Ici il n’était plus question de vassalité d’aucune sorte, naturellement, ni même de politique précise, mais d’une enquête sur les possibilités d’une entente générale avec les Mongols à la fois pour épargner à l’Europe les horreurs de nouvelles invasions et pour favoriser les chrétiens d’Asie contre les musulmans. Louis IX, en arrivant en Orient, devait être au courant de ces ambassades, et put entendre parler des Mongols par Henri de Chypre, auquel Sempad venait d’écrire de Samarqand une relation du début de son voyage. De leur côté les chefs mongols de Perse avaient appris l’existence de la Croisade et du roi de France, et lui envoyèrent deux Nestoriens de Mossoul, dont le rôle apparaît d’ailleurs mal. Louis IX répondit par deux ambassades successives auprès de Mong-Ka, celle du dominicain André de Longjumeau (1249-1251) et celle du franciscain Guillaume de Rubrouck (1253-1255). Ces ambassades contribuèrent à acclimater l’idée d’une collaboration possible entre Francs et Mongols ; elles n’aboutirent à rien de plus parce que Louis IX n’avait pas une idée assez exacte de la politique mongole et que le grand-Khân, se considérant comme maître de l’univers, exigeait avant toute chose du roi de France et du Pape comme de Héthoum ou de Loulou qu’ils lui prêtassent hommage13.

  • 14 Lettre d’Eudes de Chatellerault, dans Vincent, XXXI, 96.
  • 15 Inn. IV, 6070 ; Joinville, ch. 101.
  • 16 Cont., A 442. Une autre fille de Héthoum épouse un seigneur de Çaïda ; en 1256, Bohémond assiste à (...)

15Ce qui indirectement dans la politique de Louis IX établit un lien beaucoup plus précis et efficace entre les Mongols et, sinon les Francs en général, du moins ceux d’Antioche et Tripoli, fut la réconciliation du prince d’Antioche avec Héthoum et le rattachement consécutif de la principauté d’Antioche au système politique arméno-cilicien. Le seul souci des intérêts locaux de la chrétienté syrienne avait d’ailleurs dicté au roi de France celte conduite, non une prévision de relations ultérieures avec les Mongols. Des envoyés de Héthoum étant venus en 1248 saluer Louis IX à Chypre, celui-ci, informé de la querelle qui divisait leur maître et Bohémond V, parvint à leur faire envoyer des représentants qui conclurent sous ses auspices une trêve de deux ans (juin 1249)14. Puis, en janvier 1252, Bohémond V mourait, et son fils Bohémond VI ne pouvait attacher aux tragiques souvenirs antérieurs à sa naissance la même importance que son père. N’étant pas encore majeur, il régna d’abord sous la régence de sa mère. Mais il avait juste quinze ans, était énergique, conscient de l’impopularité de sa mère entourée de Romains et de l’utilité d’avoir une direction masculine pour combattre les Turcomans à Antioche ; il sollicita donc de faire avancer de quelques mois sa majorité et, après réponse favorable d’Innocent IV, Louis IX l’arma chevalier à Jaffa, à la fin de 125215. Le roi ne dut pas être étranger non plus au mariage du jeune prince. En 1254, celui-ci épousait Sibylle, fille de Héthoum : ce fut le début d’une alliance qui alla désormais se resserrant16.

  • 17 Il y appelle ses officiers d’Antioche (Cart., II, 594, III, 27, 28).

16Y eut-il des stipulations d’alliance précise, on l’ignore. Ce qui est certain, c’est que tout se passe dès lors comme si le prince d’Antioche était le vassal de Héthoum, Antioche une dépendance du royaume cilicien. Le simple rapport de puissance des princes, la situation d’Antioche accolée à la Cilicie et séparée de Tripoli impliquaient cette conséquence. Bohémond VI, quoi qu’il eût dit en 1252, ne résida pas moins à Tripoli que son père17, et Antioche était une commune autonome. Lorsque le secours mongol aura permis à Héthoum de s’étendre sur le ‘Amouq, c’est à lui qu’incombera le soin de la défense d’Antioche. On retrouve maintenant comme connétable à Antioche un Mansel, Simon, fils de ce Robert qui avait servi Raymond Roupen, lequel Simon avait épousé une princesse arménienne et après la chute d’Antioche se retirera en Cilicie. En 1275, c’est le roi d’Arménie Léon qui sacrera chevalier le jeune Bohémond VII. Pour le moment Héthoum entraîne les Antiochiens dans les rangs des Mongols et demain présentera à Houlagou Bohémond VI.

17À un autre point de vue, la réconciliation antiocho-arménienne marque la rentrée définitive du royaume cilicien dans l’orbite de la civilisation franque. Le port d’Ayâs prend son essor, Sempad traduit les Assises d’Antioche. Au moment où les Francs vont disparaître, les Arméniens recueillent un peu de leur héritage.

L’offensive arméno-mongole

  • 18 I. F. Vat., 145 v°.
  • 19 Boughya, ibid., 6 r° ; Qirtaï, 49 v°.
  • 20 Boughya, ibid., 6 r° ; Qirtâï, 49 v°.
  • 21 De la tribu des Aghâdjarî, d’après B. H. et Ibn Bîbî.
  • 22 Ibn Bîbî, 276-295 ; Baïbars Brit., 25 r°, 29 r°, 35 v°, 36 r° (lacunes à combler par Nowaïrî Leyde, (...)

18La grande expédition annoncée par Mong-Ka à Héthoum, confiée à Houlagou, arriva dans les montagnes de la Perse occidentale en 1257. Tandis que Houlagou détruisait les Assassins de Perse, Baïdjoû intervenait de nouveau en Anatolie. Kaïkâoûs avait renoué des relations avec Alep [dont le prince, an-Nâcir, malgré une ébauche de négociations avec les Mongols18, épousa une princesse seldjouqide vers 125319] et même avec al-Mou‘izz d’Égypte20. Vers 1256, des ambassadeurs mongols l’invitèrent à se rendre auprès du grand-Khân, comme avait fait jadis Qilîdj Arslan ; prétextant des hostilités contre les Grecs, il se borna à envoyer son frère Kaïqobâdh, que Qilidj-Arslân fit tuer en route. La guerre éclata entre les deux frères. Baïdjoû, appuyant Qilîdj-Arslân, réduisit Kaïkâoûs à fuir à Nicée, laissant le chef kurde, Ibn Balâs, essayer de réduire les désordres des Turcomans21 et se faire tuer par al-Kâmil de Mayâfâriqîn, qui enlevait Amid. La paix fut néanmoins rétablie lorsqu’arriva l’ordre de Houlagou de partager le pays entre les deux frères et de les convoquer l’un et l’autre avec Baîdjoû pour la campagne de Mésopotamie et de Syrie22.

  • 23 Les comptes-rendus les plus originaux et précis sont ceux d’Ibn al-Fouwâti, al-Kâzîroûnî, cf. Ibn a (...)
  • 24 Cf. surtout I. Ch., REI, 123-125 et JRAS, 1902, 806-808 ; aussi I. W., 140 v°, 141 r°, 152 v°, 153 (...)
  • 25 B. H., 434 ; Rachîd ad-dîn, 377-379 ; surtout I. Ch., REI, 125-126 ; Younînî Aya Sofya, 3199, an 65 (...)

19Nous n’avons pas à insister ici sur la première phase de cette campagne, qui se termina par la prise et le sac de Bagdâd et la suppression du califat abbasside, après cinq siècles d’existence ininterrompue. On juge du retentissement qu’eut cet événement d’un bout à l’autre de l’Islam23. Le vieux Badr ad-dîn Loulou accompagnait l’armée mongole, le successeur de Toûrânchâh à Ḥiçn Kaïfâ avait prêté hommage ; par contre al Kâmil de Mayâfâriqîn avait dès son retour de Karakoroum négocié avec an-Nâcir et rompu audacieusement avec les Mongols. Assiégée par ceux-ci, sans qu’an-Nâcir pût rien pour elle, Mayâfâriqîn capitula après une résistance héroïque, et al-Kâmil fut mis à mort. Amid, soumise en même temps, fut rendue à Qilîdj Arslan24. As-Sa‘îd de Mârdîn, dont la conduite avait été équivoque, n’échappait à une catastrophe identique que par sa mort (1260) ; la défaite subie à ce moment en Syrie amena Hoûlagoû à laisser la ville à son fils, moyennant une stricte sujétion25 : pratiquement la Djéziré était tout entière mongole.

  • 26 I. Ch. Brit. Mus., 64 v° ; Ibn Bîbî, 284.
  • 27 I. Ch. REI, 125-127, Brit. Mus., 49 v°, 66 v°, 50 r° (prise de Roçâfâ) : Β H., 436 ; Vartan, JA, 18 (...)
  • 28 I. Ch. Brit. Mus., 56 v°, 61 r°, 94 r°, 95 r°, 99 r° ; I. W., 147 v° Il ne semble pas que les Templ (...)

20Houlagou, sans attendre l’achèvement de cette conquête, s’était mis en marche vers la Syrie, où il savait devoir trouver des appuis franco-arméniens. Auprès de Héthoum, il y avait d’autant moins de doute que ce dernier avait obtenu de Mongka la promesse d’importants territoires à conquérir sur les Seldjouqides et sur Alep. Dès 1258 il avait occupé Mar‘ach, que son seigneur impuissant à la défendre contre les Turcomans avait en vain voulu céder à Kaïkâoûs26. Il alla rejoindre Hoûlagoû, accompagné du Catholicos, tandis que le chef mongol soumettait le Diyâr Moḍar, du Khâboûr à Samosate et Bîra27. L’armée mongole franchit alors l’Euphrate, soumit Manbidj, Bâb-Bouzâ‘a, Ra‘bân, Marzbân, Tell-Bâchir, ‘Aïntâb, Bourdj ar-raçâç, Azâz ; Rawandân et Behesnî devaient succomber quelques mois plus tard. Bourdj ar-raçâç, Marzbân, Ra‘bân, furent concédées à Héthoum ; Behesnî, d’abord réservée aux Mongols en raison de sa forte colonie musulmane, devait être aussi acquise par Héthoum en 1261 à la faveur des luttes entre Barloû d’Alep et Baïbars (cf. infra) ; Houlagou lui donna encore Darbsâk ; Héthoum se trouvait donc à la tête de toute la région arménienne qui avait constitué un siècle et demi plus tôt la principauté de Kogh-Vasil, et disposait d’une libre entrée vers la plaine d’Antioche et la province d’Alep28.

  • 29 I. Ch., JRAS, 1902, 806-808. Divers auteurs client une lettre de sommation do Houlagou aux Alépins, (...)
  • 30 Par exemple Zaïn al-Ḥafiẓi, ambassadeur de Nâcir à Hoûlâgou, et plus tard exécuté par ce dernier (c (...)
  • 31 I. W., 147 v°, 149 r°, 150 r° ; Ibn al-Fouwâtî, 341 ; Β. H., 435 ; Wassâf, 88 ; Rachîd ad-dîn, 327- (...)

21Restait Alep. Bien que Nâcir n’eût secouru ni Mayâfâriqîn ni Mârdîn, il avait négocié avec leurs princes, et, sommé de venir prêter hommage, s’était borné à envoyer son fils29. Il cherchait même à se rapprocher de l’Égypte, sans les ressources de laquelle on ne pouvait songer à résister aux Mongols ; mais il avait peur que le sultan du Caire cherchât à profiter de l’occasion pour le supprimer s’il se réfugiait auprès de lui. Ses mamlouks restaient indisciplinés, la panique causée par l’approche des Mongols inclinait à la trahison une partie de ses sujets30 : bref le malheureux Nâcir, indécis, errait dans la région de Damas, impuissant et n’osant rien faire. La défense d’Alep avait été confiée par lui au vieux Mou‘aẓẓam Toûrânchâh, dernier des fils de Saladin. Après des combats d’avant-garde engagés par le turco-mongol nestorien Kitboqâ, le siège d’Alep, conduit avec de puissants moyens par Hoûlâgoû, aboutit en une semaine à la prise de la ville qui avait défié toutes les attaques franques et byzantines. Un terrible massacre s’ensuivit, et la vente d’une masse d’Alépins sur les marchés d’esclaves de Syrie franque et de Cilicie. Héthoum fit incendier la grande mosquée ; par contre, en dehors d’excès momentanés dans l’église grecque, les églises chrétiennes furent respectées, ainsi que les établissements musulmans non-sunnites et la synagogue. L’impression portée par les fuyards à Ḥamâh fut telle qu’une députation des habitants, abandonnés par leur prince, vint offrir la reddition de la ville, que Hoûlâgoû fit occuper (janvier 1260)31.

  • 32 I Ch. Brit. Mus., 54 r° ; Β. H., 436.
  • 33 Younînî, an 658. Elles deviennent autonomes après ‘Aïn-Djâloût, et ne se soumettent à Baïbars que v (...)
  • 34 Lettre à Charles d’Anjou, ROL, II, 213 ; Chyprois, 161.
  • 35 Après 1260, où Qoutouz y nomme un gouverneur (I. W., 165 v°) et avant 1262, où un acte concerne les (...)

22La soumission des dépendances occidentales d’Alep suivit. La garnison de Ḥârim, ayant exigé pour capituler la garantie d’un musulman, fut égorgée jusqu’au dernier homme32. Çahyoûn et Balâṭonos se soumirent33. Bien que les fourrageurs mongols n’eussent pas scrupuleusement respecté sa frontière, la commune d’Antioche, devançant peut-être son prince, fit porter ses hommages au vainqueur ; puis Héthoum introduisit Bohémond VI auprès de Hoûlâgoû ; des chevaliers francs avaient déjà pris part à la prise d’Alep ; Bohémond en personne assista à celle de Damas34. Il dût admettre à Antioche un résident mongol et un patriarche grec, mais il reçut les forteresses de l’Oronte en aval de Tell-Kachfahân (Belmîs, Kafardubbin, Darkoûch) ; de plus il semble que le désarroi des émirs musulmans lui ait permis, avec l’aide des Hospitaliers et des Templiers, de reconquérir Lattakié et Djabala en 126135. La conquête mongole permettait donc aux Francs de relier enfin le comté de Tripoli et Antioche, séparés depuis trois quarts de siècle.

  • 36 I. W., 152 r°. Al-Achraf reçut même une certaine prééminence sur toute la Syrie ; l’intermédiaire e (...)
  • 37 A. Ch., 223 v°, 229 r° ; I. Ch., Leyde, 181, 187, 190, 193, 214, 215, 218, 265, 267, 270, 279, et d (...)

23Cependant une partie de l’armée mongole, sous Kitboqâ, marchait vers le sud ; elle occupa Ḥomç, qui fut rendue à son ancien prince al-Achraf, dépossédé par an-Nâcir et passé au service mongol36. Nâcir, réfugié en Palestine, avait envoyé une partie de ses troupes en Égypte en vue de la revanche qui s’y préparait. À l’approche des Mongols, une partie des émirs et de la population de Damas se sauva. La ville ne résista pas ; seule la citadelle se défendit un moment, mais fut emportée de vive force en avril. Les chrétiens reçurent comme partout dans l’empire mongol le droit de célébrer publiquement leur culte, et la grande mosquée fut convertie en église en présence de Héthoum et Bohémond ; des excès furent commis par des chrétiens contre des édifices musulmans, par vengeance ; l’administration fut confiée en majorité à des Persans chiites. À l’occupation de Damas succédèrent une série de menues opérations qui donnèrent aux Mongols le Hauran et la Galilée, puis la côte palestinienne jusqu’à Gaza. A Karak, il s’était établi en 1250 un Ayyoubide, al-Moughîth, qui, grâce à la rivalité d’an-Nâcir et des Mamlouks, avait maintenu son indépendance ; il accepta maintenant un résident mongol. Jérusalem n’est cependant pas occupée durablement par les envahisseurs. Pendant ce temps, Bohémond les aide à soumettre Ba‘lbak. Quant à an-Nâcir, errant sur les confins de l’Égypte sans oser y entrer, il finit par être capturé et livré à Hoûlâgoû, qui, après la défaite de ‘Aïn-Djaloût, devait le faire mettre à mort37.

  • 38 Grousset, III, 534-561 ; Röhricht, 896-905. En 1260, un seigneur de Djoubaïl, malgré son hostilité (...)

24Les Francs du royaume d’Acre-Jérusalem allaient-ils suivre l’exemple de ceux d’Antioche-Tripoli ? Un bref retour en arrière est nécessaire. Ils étaient plus divisés que jamais, car une guerre civile, contrecoup des rivalités générales de Venise, Pise et Gênes, avait mis aux prises les colonies syriennes de ces villes et bientôt tous les Francs : Catalans, Hospitaliers, partisans de Philippe de Montfort du côté génois, Pisans, Provençaux, Templiers, Teutoniques, Ibelins du côté vénitien. Vainement Bohémond VI était intervenu pour les réconcilier en essayant de faire attribuer la régence à sa sœur Isabelle, déjà régente de Chypre par la mort de Henri Ier (1253) : il ne fit agréer sa proposition que du parti vénitien, et, les Embriaci de Djoubaïl étant naturellement liés au parti génois, la guerre s’étendit au comté de Tripoli, où divers seigneurs en profitèrent pour se soulever contre la puissance des créatures de la princesse-mère Lucienne. La guerre s’apaisa en 1258, mais non les rancunes qu’elle laissait38.

  • 39 Des historiens ont soutenu, non toujours sans passion, que contre les barbares toute alliance était (...)
  • 40 Gestes Chyprois, 304 ; Hethoum, Fleurs, 174 ; A. Ch., 227 v°. Bohémond fut excommunié pour s’être a (...)

25Ces divisions devaient naturellement avoir leurs répercussions sur la politique franque à l’égard des Mongols. Il n’y eut unanimité en faveur ni des envahisseurs ni de leurs adversaires, si bien qu’on ne put monnayer la reconnaissance ni des uns ni des autres. L’Église latine, indisposée par l’échec des missions et l’introduction d’un patriarche grec à Antioche, était hostile aux Mongols ; et beaucoup de Francs du sud, moins soumis que leurs frères du nord à l’influence arménienne, et sensibles surtout à l’atroce réputation qui précédait partout les Mongols, leur étaient trop hostiles pour pouvoir envisager l’utilité éventuelle d’une alliance. Aurions-nous, Français ou Allemands de 1914, accepté sans hésitation l’aide de monstres descendus de la planète Mars, leur souffle eût-il suffi à anéantir l’adversaire ? Car telle était bien l’impression que causaient les Mongols, sortis de pays légendaires, ayant des usages si barbares qu’ils semblaient la négation même de toute civilisation. Or cette civilisation, Francs et Musulmans n’avaient pas vécu plus de cent-soixante ans côte à côte (dont les deux derniers tiers de siècle avaient été de paix, coupée seulement deux fois par des étrangers, Khwarizmiens et saint Louis) sans finir par se sentir instinctivement frères en elle. Et politiquement, l’Égypte, qui évoluait de façon menaçante, et dont les forces étaient intactes, était-il sage de la provoquer39 ? On vit alors certains Francs, têtes légères en vérité, compromettre même les bonnes dispositions des Mongols par des raids sur le territoire de leurs nouvelles conquêtes40 ; et les Francs aideront l’armée égyptienne à venir les combattre en Syrie. Mais de ces diversités le sultan mamlouk Baïbars ne se souviendra pas : pour lui, que des Francs, Bohémond en tête, eussent aidé les Mongols, suffit pour qu’il poursuivît tous les Francs d’une haine implacable, comme coupables non d’être chrétiens ou étrangers, mais d’attirer par leur présence ou leur politique les barbares qui ont failli anéantir le monde musulman. Pour le moment, les Francs n’ont pas longtemps à se poser la question, car Hoûlâgoû, apprenant la mort de Mongka, survenue en 1259, se retira ; les luttes qui suivirent entre Hoûlâgoû et Koubilaï, successeur de Mongka d’une part, et Berké, chef des Mongols de Russie, de l’autre, devaient empêcher Hoûlâgoû de renvoyer jamais en Syrie une armée égale à celle de 1260. L’espoir changeait de camp.

26L’Égypte en effet, sous le coup de fouet de la menace mongole, avait tendu ses forces. Mou‘izz avait été supprimé et remplacé par Qoutouz ; mais les ressources du pays n’étaient pas entamées encore par ces querelles de palais ou de caserne. De toute part, les yeux se tournaient vers l’Égypte comme le suprême refuge de l’Islam, le seul réduit d’où l’on pourrait organiser une réaction. Devant la gravité du danger, les querelles intérieures cessèrent ; ou du moins les émirs qui ne firent pas leur paix avec Qoutouz, balayés de Syrie par les Mongols, cessèrent d’être. La plus grande partie de ce qu’un siècle et demi de régime turc ou kurde avait créé de féodalité syrienne, écrasé d’un coup, avait disparu, laissant la place nette pour l’administration directe d’un pouvoir central fort. Mongols ou Mamlouks, entre eux deux seuls la question se posait.

  • 41 A. Ch., 228 r°, 229 v° ; I. A. Z., 11 v°, 13 v° ; I. W., 159 v°, 162 v° ; Younînî, an 558 ; Ibn al- (...)
  • 42 I. A. Z., 13 v°, 28 r° (pour le meurtre de Qoutouz, corriger par Châfi‘, 8 r°-v°) ; I. W., 163 r°, (...)

27Qoutouz, en prévision d’une attaque mongole, avait mis sur pied la plus forte armée possible. À la nouvelle de la retraite de Hoûlâgoû, il prit l’offensive ; l’autorisation que les Francs lui donnèrent de passer sur leur territoire lui permit de prendre à revers la petite garnison mongole de Gaza, et de devancer la concentration des forces mongoles restées sous les ordres de Kitboqa. Celui-ci, courageusement, fit front avec une petite armée. La bataille eut lieu à ‘Aïn Djaloût, en Galilée, au début de septembre 1260. Kitboqa subit une défaite que la furie lucide du chef de l’avant-garde mamlouke, Baïbars, transforma en désastre. Toute la Syrie encore mal soumise aux Mongols se souleva contre eux et accueillit les armées mamloukes. À Damas, la populace massacra des Juifs, des chiites, surtout des chrétiens. Al-Achraf, à Ḥomç, reconnut la suzeraineté de Qoutouz. Alep même fut évacuée par les Mongols, que Baïbars talonnait41. Un instant on put croire la victoire sans lendemain : Baïbars, dont la conduite depuis dix ans n’avait consisté qu’en intrigues avec al-Mou‘izz, Qoutouz, an-Nâcir, al-Moughîth, s’estimant mal payé, assassina Qoutouz et se substitua à lui ; le gouverneur laissé par Qoutouz à Damas, ‘Alam ad-dîn Sandjâr, refusa de le reconnaître ; Hoûlâgoû envoya alors en Syrie une nouvelle armée mongole venger Kitboqâ ; Alep, gouvernée par un fils de Badr ad-dîn Loulou qui s’était réfugié auprès de Qoutouz mais s’était rendu impopulaire, retomba aux mains des vainqueurs. Mais le moral des Syriens n’était plus ce qu’il avait été avant ‘Aïn Djaloût, et l’armée mongole fut battue à Ḥomç par le prince de cette ville et celui de Ḥamâh. Alep tomba aux mains d’un chef mamlouk, Barloû, tantôt soumis à Baïbars, tantôt en guerre contre ses troupes. On reverra incidemment des Mongols en Syrie, mais de conquête il ne devait plus être question42.

  • 43 I. Ch., REI,,27 ; I. A. Z., 35 r°, 36 v° ; Ibn al-Fouwatî, 346 ; Qirtâï, 78 v° ; A. Ch., 240 v°, 24 (...)

28Toutefois, il ne faut pas exagérer la défaite mongole ; les contemporains n’eurent nullement le sentiment que la menace fût écartée. Hoûlâgoû, après avoir soumis Mârdîn, s’empara de Mossoul, où Loulou était mort et où ses fils s’étaient compromis avec l’Égypte (1262). Ḥiçn Kaïfâ et Mârdîn étant aux mains de vassaux étroitement tenus, le Diyâr Rabî‘a formait désormais une solide base à la domination mongole. Quant au Diyâr Moḍar, dont les Mongols avaient dans leur retraite démantelé les forteresses, et dispersé les populations, il fut pour un temps un no man’s land entre leurs possessions et celles des Mamlouks, qui atteignaient al-Bîra43.

  • 44 Baïbars, 52 r°, 54 v° ; Ibn Bîbî, 296-299 ; B. H., passim ; Younînî Aya Sofya, 3199. 359, et Oxford (...)
  • 45 I. Ch., REI, 128 ; Baïbars, 55 v°. Ibn Bîbî ne connaît ces désordres que plus tard. Cf. mes Turcoma (...)
  • 46 Hist. Royal, dans Alishan Sissouan, 344-346 et 191.
  • 47 I. A. Z., 77 v°, 78 r° ; A. Ch., 233 v° (parle confusément d’hostilités entre Arméniens et Mongols  (...)

29En Anatolie, à peine revenue de chez Hoûlâgoû, la guerre reprit entre Qilîdj Arslân, soutenu par les Mongols, et Kaïkâoûs, qui s’enfuit chez Berké lorsque Hoûlâgoû et Michel Paléologue, qui venait de reprendre aux Francs Constantinople, se furent alliés contre le chef des Mongols de Russie. Le pouvoir réel appartint alors en Anatolie aux officiers mongols et au principal ministre de Qilîdj Arslân, le « Pervâneh » Mou‘în ad-dîn Soulaïmân44. Mais ils furent impuissants à réprimer les désordres des Turcomans, et les refoulements que Hoûlâgoû en fit opérer45 n’aboutirent en fin de compte qu’à accroître leur puissance sur les frontières méridionales et occidentales de l’état seldjouqide. Au sud, à l’ouest de la Cilicie, une principauté autonome turcomane s’était formée dès avant 1260, sous un certain Karaman dont les descendants devaient y régner deux siècles. Héthoum, servant à la fois son propre intérêt et celui des Mongols, leur livra une série de durs combats entre Selefké et Laranda (1261-1262). Il avait aussi des dissentiments avec Qilîdj Arslân46, que leur commune alliance avec Hoûlâgoû rendait paradoxaux. Au début de 1264, Héthoum et Bohémond VI allèrent à la cour de Hoûlâgoû pour lui demander l’envoi de renforts. Grâce à l’entremise de Hoûlâgoû, qui savait gré à Héthoum de ce qu’il avait recueilli les débris de l’armée de Kitboqa, le prince arménien put à son retour passer à Héraclée sous la protection d’un détachement mongol et conclure la paix avec Qilîdj Arslân47.

  • 48 I. A. Z., 34 v° (I. W., 1702, 396 v°) et 44 r° (I. W., 403 r°) ; Younînî, Oxford, 58 r° ; Chyprois, (...)
  • 49 I. A. Z., 78 r°-v°, 80 v° (ne parle que des succès musulmans), Younînî, Oxford, 71 r° (qui ne parle (...)
  • 50 I. A. Z., 95 r°, 97 v° ; A. Ch., 255 v° ; I. Ch. REI 127 ; Qirtâï, 78 r° ; Yoûnînî, Oxford, 118 r°.

30Héthoum put alors, aidé de contingents antiochiens, reprendre en Syrie une politique plus active. En 1261-1262, des troupes envoyées par Baïbars contre Barloû, avaient razzié la province d’Antioche jusqu’à Souwaïdiya, et ne s’étaient retirées que devant l’arrivée d’un renfort arméno-mongol48. À la fin de 1264, Héthoum concentra ses troupes à Sarvantikar en vue d’une attaque ; Baïbars, prévenu, avait fait opérer un rassemblement opposé ; dans un premier engagement le baron Vahram de Ḥamous fut battu ; Héthoum fit appel à des Mongols d’Anatolie et à des chevaliers d’Antioche qu’il habilla en Mongols pour l’effet, et les rassembla sous Ḥârim ; le Djoûma, le Djabal Laïloûn, le Djazr furent pillés. Toutefois, les Assassins chassèrent les pillards de Sarmîn, un corps musulman saccagea Rawandân pour faire diversion, et la neige interrompit les opérations49. Celles-ci n’étaient d’ailleurs que le prélude d’une expédition annoncée par Hoûlâgoû, et une armée mongole vint en effet attaquer al-Bîra pendant l’hiver 1264-1265. Mais les troupes qu’envoya Baïbars en face d’elles ébranlèrent l’assaillant. Surtout on apprit bientôt la mort de Hoûlâgoû. Les Mongols se retirèrent alors. Le successeur de Hoûlâgoû, Abaga, avait la même politique que son père, mais il sera pendant de longues années dans l’impossibilité de reprendre la tentative50. La Syrie était libre pour les représailles de Baïbars.

La conquête mamlouke et la fin de la Syrie franque du Nord

  • 51 Sur le roman de Baïbars, cf. Wangelin, Das Baïbarsroman, Bonn, 1935.
  • 52 On remarquera combien I. A. Z., 28 r°, 34 r°, 49 r°, 53 v° est discret sur la campagne iraqienne (c (...)

31Extraordinaire personnalité que celle de cet ancien esclave acheté sur les marchés du Caucase, fidèle serviteur d’aç-Çâliḥ, puis personnage influent, mais sans cesse intriguant, des armées de ses successeurs, enfin parvenu au trône par un assassinat perpétré au grand jour, et l’un des rares personnages de l’Islam tardif à être entré dans la légende51. Dénué de scrupule, d’une brutalité cynique, d’une arrogance impitoyable, d’une audace personnelle presque insensée, d’une ruse toujours renouvelée, il avait par ailleurs une intelligence politique hors pair, une décision à la fois rapide et prudente, un sens diplomatique aiguisé, une parfaite connaissance des choses militaires : bref, c’était un grand homme d’État qui, à la faveur des circonstances nées de l’invasion mongole, allait en quelques années organiser l’État le plus fortement constitué peut-être que l’Islam eut encore connu. Il eut même le génie de faire légitimer le pouvoir qu’il tenait d’un assassinat : le califat avait disparu à Bagdad, il fit découvrir un Abbasside (ou proclamé tel), qu’il fit couronner, et qui naturellement consacra le pouvoir de Baïbars, devenu le restaurateur de la foi. Le calife voulant aller reconquérir Bagdad, il lui donna ce qu’il fallait d’aide pour sauver son prestige, assez peu aussi pour qu’il fût battu et tué52 ; on lui trouva un successeur, qui ne songea plus à porter le siège du califat hors d’Égypte.

  • 53 Wiet, L’Égypte Arabe, dans Histoire de la Nation Égyptienne, dirigée par G. Hanotaux, t. IV, chap. (...)
  • 54 Çâlih ibn Yaḥya et Qirṭâï, cités JA 1937, p. 144 ; Gestes Chyprois, 347 ; et I. A. Z., passim.
  • 55 Çâlih ibn Yaḥya et Qirṭâï, cités JA 1937, p. 144 ; Gestes Chyprois, 347 ; et I. A. Z., passim.

32Nous ne pouvons étudier ici les caractères de l’administration mamlouke ; au reste, il faudrait pour l’apprécier exactement connaître mieux qu’on ne le fait celle des Ayyoubides ; en tous cas, qu’elle soit plus ou moins novatrice, une chose est certaine, c’est qu’elle est infiniment plus centralisée, plus coordonnée, plus efficace que l’administration ayyoubide. À partir de 1268 il ne reste de principauté autonome en Syrie que Ḥamâh, dont le prince est d’une docilité à toute épreuve. Les fiefs militaires sont morcelés, et souvent réduits à l’état de revenus de terres sur lesquelles le concessionnaire ne réside pas ; l’armée est parfaitement dans la main du sultan, et l’on ne verra plus de ces campagnes interrompues, comme sous Saladin lui-même, parce que des émirs veulent se reposer. Une organisation postale remarquable permet à Baïbars, à l’affût de toutes les occasions, d’être en quelques jours informé de ce qui se passe sur ses plus lointaines frontières53 ; les populations musulmanes des confins francs ou mongols sont systématiquement utilisées pour fournir des renseignements, constituer un réseau d’espionnage54. Les princes les plus divers sont sondés sur les avantages d’ententes éventuelles, en particulier contre Houlagou et Abaga : Baïbars essaye de secourir Kaïkâoûs, de négocier avec Michel Paléologue — en vain, car celui-ci est l’ennemi de Berké — ; avec Berké par contre il aboutit à une véritable alliance, que consolide la conversion de ce prince à l’Islam55.

  • 56 On lui connaît aussi des ambassades à Manfred, à Charles d’Anjou, au roi d’Aragon, aux Géorgiens ; (...)
  • 57 I. A. Z., 25 r°, 89 r° ; I. Ch., Vie, 218 sq. donne une liste précise des restaurations.
  • 58 Röhricht, Les derniers temps du royaume de Jérusalem, 377-384, a connu toutes les sources important (...)

33Quant aux Francs et aux Arméniens, ses voisins et agents des Mongols de Perse, il entreprend contre eux une lutte sans pitié. Au lendemain de son avènement il, les a ménagés par besoin de ravitaillement et pour ne pas compromettre les communications de l’Égypte avec les troupes qu’il envoie réduire Karak, Damas, Ḥomç, Alep, et résister aux retours des Mongols sur l’Euphrate. Mais dès lors il montre une inflexible âpreté à imposer aux accords conclus ses conditions, à tirer des textes le maximum d’exigences, à prouver militairement qu’il ne tolère aucune infraction56. En pleine paix il entreprend de restaurer les forteresses endommagées par les Mongols, en les faisant bénéficier de tous les progrès de la technique, et il rend ainsi inviolables ses conquêtes, dès le lendemain de leur réalisation57. Le danger mongol enfin écarté par la mort de Houlagou, il se jette sur les Francs du Sud, emporte en deux mois (février-avril 1265) Césarée, Haïfâ, Arsouf, Tibnîn, puis, en juillet 1266, Çafad, la grande place-forte des Templiers58. Sûr de n’être pas inquiété sur ses lignes de communication, il va pouvoir frapper au nord, où sont ses deux ennemis principaux, Héthoum et Bohémond VI.

  • 59 A. Ch., 263 r° ; I. A. Z., par ex. dans al-Aïnî H. Or. Cr., V, 221-223, Maqrizî, I. B., 25-27, I. F (...)
  • 60 I. A. Z., dans Châfi, 90 v°, I. F., Jourdain, 20, Maqrîzî, I. B., 32, etc.
  • 61 I. F., VI, 145 v°. En représailles, Baïbars fit décapiter ses prisonniers templiers.

34Dès le début de 1266, Bohémond avait été sérieusement atteint dans le comté de Tripoli. À la fin de 1265, il avait conduit un raid, d’ailleurs infructueux, contre Ḥomç : quelques mois plus tard, Baïbars dévastait les environs du Krak et de Tripoli et enlevait les places-fortes de Ḥalba, Qolaï‘a, et ‘Arqa, qui commandaient la trouée de Tripoli à Ḥomç59. Les Hospitaliers durent renoncer au tribut qu’ils percevaient sur les Assassins et Abou Qobaïs60 ; les Templiers, pour obtenir une trêve autour de Çafîtha et Tortose, offrirent leur moitié de Djabala, que la résolution des Hospitaliers, qui occupaient l’autre moitié, et un secours envoyé par Bohémond empêchèrent cependant les musulmans d’occuper61.

  • 62 Châfi‘, 77 r°-v° ; Chyprois, 181.
  • 63 I. A. Z., dans Châfi‘, 92 v°, Maqrîzî, I. B., 34, Nouwaîrî en n. ibid., I, F., Jourdain, 21 ; Ibn ‘ (...)

35Quant à Héthoum, il avait essayé en 1265 de conclure la paix avec Baïbars, mais en vain. Dans l’été de 1266, sentant la menace prochaine, il alla chercher des secours auprès des Mongols d’Anatolie62. Baïbars, le gagnant de vitesse, fit exécuter par al-Mançoûr de Ḥamâh une attaque foudroyante sur la Cilicie. Les passages de Baghrâs et Darbsâk étant fermés, al-Mançoûr passa par Marrî. Sempad et les deux fils de Héthoum, Léon et Thoros, tentèrent en vain de lui barrer la route : surpris par un mouvement tournant de l’adversaire, ils furent écrasés, Léon pris, Thoros tué. Les troupes mamloukes se répandirent dans la plaine cilicienne, mettant à feu et à sang les campagnes et les villes jusqu’à Ayâs, Tarse, Sîs même. Héthoum revenu en hâte ne put que constater la ruine de son pays, la captivité de son héritier. Ce fut un désastre dont le royaume cilicien ne put jamais bien se relever63.

  • 64 Ibn ‘Abdarraḥîm, ms. 1702, 435 v°.
  • 65 I. A. Z., d’après Châfi‘, 106 r° ; Nouwaïrî, Bibl. Nat., 1578 ; Moufadhdhal, 508-512, Maqrîzî, I. B (...)

36Dès la fin de 1266, Baïbars avait envoyé un corps d’armée attaquer Antioche, que Héthoum ne pouvait plus défendre ; mais les chefs n’avaient pas été insensibles à la corruption, et s’étaient retirés sans prendre même le soin de rassembler tous les non-combattants qui avaient accompagné l’armée et dont beaucoup furent tués : ce que Baïbars fit payer de leur vie aux responsables64. En 1268, après avoir inquiété Acre, conquis Beaufort et Jaffa, Baïbars paraît devant Tripoli, puis, gêné par l’impossibilité de réduire les habitants du Liban encore enneigé, brusquement, par Ḥamâh, fond sur Antioche, cependant que deux détachements, bloquant Souwaïdiya et Darbsâk, interdisent à la ville tout espoir de secours. Les opérations furent conduites sans désemparer. Avant même l’investissement de la ville, le connétable Simon Mansel fut fait prisonnier dans un combat d’avant-garde. Jugeant impossible la défense des immenses murailles avec les quelques milliers de soldats tout au plus qui se trouvaient dans la ville, il accepta de servir d’intermédiaire pour une capitulation. Mais entre Baïbars et la délégation d’Antioche, l’accord ne put se faire. Trois jours après, l’armée mamlouke forçait l’enceinte par la montagne et emportait la ville d’assaut. Les huit mille habitants qui purent fuir dans la citadelle se rendirent deux jours plus tard, à l’exception du bailli Jean d’Angerville, qui réussit à se sauver à al-Amyadoûn, en face de Souwaïdiya, et de là à Tripoli. Les pillages, massacres, destructions et incendies d’édifices qui suivirent dépassent toute description. Antioche, hier encore ville belle et peuplée, devint la bourgade misérable qu’elle est restée jusqu’aux temps modernes, et où l’on cherche en vain des traces de son antique splendeur. Baïbars se chargea d’informer lui-même Bohémond de la catastrophe qui lui était survenue, dans une lettre qui est superbe monument littéraire de sadisme et d’arrogance65.

  • 66 I. Ch., 54 v°, 93 v° ; J. A. Z., dans Chafi‘, 106 r°, I. F., Jourdain, 53 ; Marq., I. B., 53 ; Ibn (...)
  • 67 Il devait avoir une retraite précaire vers Latakié ou Basît. Çahyoûn, restait indépendant de Baïbar (...)
  • 68 I. A. Z., dans Châfi‘ 106 r°, I. F., Jourdain, 54, etc. ; Ibn ‘Abdarraḥîm, 1703, 184 r°, 186 v°, 19 (...)

37Antioche une fois tombée, le reste de la Syrie franque du Nord ne pouvait résister. Les places de l’Oronte, Darkoûch, Kafardoubbîn, Belmîs, se rendirent, tandis que leurs garnisons couraient s’embarquer à al-Basîṭ. Ḥârim, où la garnison mongole de 1260 avait peut-être été relevée par des Franco-Arméniens, échappait encore à Baïbars au moment du siège d’Antioche, mais ne dut pas tarder à succomber. De l’autre côté, les Templiers abandonnèrent immédiatement et sans combat non seulement Baghrâs mais Hadjâr Choghlân et Port-Bonnel (Arsouz). Baïbars, informé de cette aubaine, lit aussitôt occuper Baghrâs66. Il ne resta de franc que Qoçaïr dont le châtelain, Guillaume, qui l’occupait au nom du patriarche, bien que presque entouré de territoires musulmans67, bénéficia d’une tolérance de quelques années, sur l’intercession de l’émir de Choghr-Bakâs, qu’il avait renseigné sur les mouvements des chrétiens et des Mongols lors de l’attaque de 1264 sur Sarmîn ; les dépendances et revenus de la place furent seulement partagés par moitié entre Guillaume et les musulmans ; naturellement il n’était pas question des droits du patriarche. Le répit ne fut d’ailleurs pas long, car peu après Guillaume, devenu veuf, se fit moine, et laissa le gouvernement à son père, Bastard, qui s’était sauvé d’Antioche en même temps que Jean d’Angerville, et Bastard se brouilla avec l’émir de Choghr-Bakâs. Des raids furent échangés, et lors de l’attaque des Mongols en 1271 des habitants de Qoçaïr leur servirent de guides. Finalement Bastard demanda l’intercession de l’émir de Çahyoûn, qui l’envoya à Baïbars par lequel il fut retenu prisonnier à Damas. Guillaume, accusé d’avoir vendu du vin à des troupes musulmanes partant vers la Cilicie, fut à son tour saisi dans un guet-apens et emmené à Damas où il mourut. Qoçaïr fut prise en 127568.

  • 69 I. A. Z., dans Châfi, 115 v°, I. F., Jourdain, 54, etc. ; I. Ch., Brit. Mus., 94 r°, 95 r°. Ba‘bân (...)

38La chute d’Antioche contraignit Héthoum, qui avait déjà entamé des négociations pour le rachat de son fils, à accepter les conditions de Baïbars. Celui-ci lui imposa la clause humiliante d’avoir à obtenir la libération d’un de ses mamlouks prisonniers d’Abaga, puis la cession de toutes les acquisitions syriennes des Arméniens : Darbsâk, Chîḥ al-Ḥadîd, adh-Dhoûb, Marzbân, Ra‘bân. Seule Behesnî plus au nord leur fut laissée. Héthoum, qui avait dû aller trouver Abaga pour la libération du mamlouk requis, y retourna pour faire confirmer par l’îlkhân mongol la succession du royaume cilicien à son fils, puis abdiqua en sa faveur, se fit moine (mineur), et mourut en 127069.

  • 70 Pour les détails, Grousset, III, 643-646 ; Röhricht Gesch., chap. 37-38 passim.
  • 71 Sur sa petite incursion en Syrie, I. A. Z. (dans Maqr., I, B., 76, I. F., Jourdain, 66, etc., il y (...)
  • 72 I. A. Z. dans Marqr., I. B., 78, I, F., Jourdain, 67, etc.
  • 73 I. F., Jourdain, 72.

39Bohémond, lui, se refusa d’abord à demander la paix, dans l’espoir d’une prochaine revanche. On pouvait en effet y croire. En Syrie méridionale, les querelles s’apaisaient temporairement, et l’union des forces franques bénéficiait du choix du roi de Chypre Hugues III, cousin germain de Bohémond VI, comme régent puis comme roi de Jérusalem. D’autre part on annonçait l’arrivée prochaine de nouveaux croisés, le roi d’Aragon, Louis IX, Édouard d’Angleterre, et le pape Clément IV faisait négocier avec Abaga une action combinée contre Baïbars, à laquelle l’îlkhân, malgré ses guerres contre ses parents de Russie et de Turkestan, était disposé à se prêter. Baïbars, un peu inquiet, accordait à Hugues III une trêve, d’ailleurs mal respectée70. Malheureusement la croisade aragonaise ne fut qu’une chevauchée sans importance, celle de Louis IX fut détournée sur Tunis, celle d’Édouard tarda ; l’armée mongole seule ne put rien71. Aussi dès 1270 Baïbars revint-il dévaster les environs de Marqab et du Krak, avec lesquels il n’avait pas de trêve72. Puis au début de 1271 il conquit Çafîthâ sur le Temple et le Krak des Chevaliers sur l’Hôpital ; Marqab même dut céder la moitié de ses revenus et fut encerclée par l’occupation de Maraqiya au sud et de Boldo au nord : la continuité de la côte franque entre Tripoli et Lattakié était rompue73.

  • 74 I. Ch. Vie, 9, 39 ; I. A. Z,, d’après Maqr., I. B., 112, I. F., Jourdain, 85, etc. ; Ibn ‘Abdarraḥi (...)

40Ce qui consolidait la domination de Baïbars dans cette région était la soumission des Assassins (achevée en 1272-1273). La conquête mongole avait détruit leurs frères de Perse, la conquête mamlouke abaissé leurs protecteurs francs, les Hospitaliers. La force des Assassins avait été faite surtout de la division de la Syrie ; elle avait d’ailleurs bien baissé au xiiie siècle ; Baïbars n’eut pas de peine à supprimer la dernière des autonomies syriennes qui subsistât en dehors des Francs74.

  • 75 Röhricht Gesch., 961.

41Bohémond VI, assailli par les années égyptiennes jusque sous les murs de Tripoli, se refusait encore à accepter les exorbitantes conditions de paix que Baïbars lui proposait. Il espérait une nouvelle intervention d’Abaga, auprès duquel il était représenté en permanence par Barthélémy de Maraclée depuis quelques années75. Sa détermination fit que la paix n’était pas conclue lorsque fut annoncé Édouard d’Angleterre. Baïbars alors se fit plus conciliant, et accorda à Bohémond une trêve de dix ans moyennant reconnaissance de toutes ses conquêtes.

  • 76 Cf. Grousset, 660 sq., Röhricht Gesch., 956 sq. Les sources arabes sont I. A. Z., Ibn ‘Abdarraḥim, (...)

42Quant à Édouard, à peine arrivé, il essaya de reprendre le projet mongol, avec l’assistance de Hugues III et de Bohémond VI. Les troupes envoyées par Abaga furent celles d’Anatolie, grossies de renforts seldjouqides. Toute la Syrie du Nord fut pillée par les escadrons mongols. Mais ils étaient trop peu forts pour risquer une grande bataille, et se retirèrent dès que Baïbars entra en campagne. Néanmoins cette chevauchée montrait que la Syrie musulmane ne pourrait pas être tranquille tant que les Mongols resteraient en Anatolie. Les en expulser fut la dernière grande tentative de Baïbars. Pour l’accomplir, il lui fallait la paix en Syrie. Par l’entremise de Charles d’Anjou qui, maître de la Sicile, reprenait la politique de Frédéric II, une trêve de dix ans fut conclue entre Baïbars et Hugues III. Petit répit pour les possessions franques (1272)76.

43Les derniers lambeaux de l’ancienne principauté d’Antioche, qui appartiennent d’ailleurs aux Hospitaliers autonomes, mènent alors encore une dizaine d’années d’existence anachronique en avant de la Cilicie et de Chypre, où a reflué toute la vitalité franque. Suivre l’histoire générale de ces années dans lesquelles ces territoires n’interviennent en rien serait inutile à notre objet. Les entreprises septentrionales de Baïbars, les troubles qui suivirent sa mort, assurèrent aux Francs du royaume d’Acre une tranquillité dont ils profitèrent pour recommencer à s’entredéchirer. Il en fut de même à Tripoli pendant le règne de Bohémond VII (1275-1287). L’entente arméno-mongole reste étroite, et en 1280-1281 se produit la plus grave attaque mongole contre la Syrie, qu’on ait vue depuis 1260. Mais le nouveau sultan Mamlouk Qalâoûn, ayant su, comme hier Baïbars, s’assurer la neutralité des Francs, repoussa l’envahisseur, et, consolidé au pouvoir, entreprit la destruction de ce qui restait de possessions franques. Parmi les premières à tomber furent Marqab et Lattakié.

  • 77 Yoûnînî Serai, 2907, Ε II, an 684 ; Qirṭâï, 124 v°, 125 v° ; Djazarî Gotha, 1560, 9, Marq., II, A 2 (...)
  • 78 Vie de Qalâoûn et Ibn ‘Abdarr. (avec lettre du même), dans Michaud-Reinaud, 548 sq., autre lettre d (...)

44Marqab avait été attaquée déjà une première fois au début de 1281 par Saïf ad-dîn Bilbân at-Tabâkhî, lieutenant de Qalâoûn au Krak, en représailles de raids effectués par les chevaliers de l’Ordre de l’Hôpital en conjonction avec l’attaque mongole ; mais les assiégés surent profiter d’un mouvement de repli de l’armée musulmane un peu trop à l’étroit, pour y semer le désordre au point de la contraindre à lever le siège77. Qalâoûn, empêché de prendre sa revanche par l’attaque mongole, conclut une trêve avec l’Ordre et Bohémond VII. Le péril écarté, il rompit la trêve, avec d’autant plus de tranquillité qu’Abaga venait de mourir. Après un duel de mangonneaux, intense mais vain, les mines menaçant de ruiner la forteresse, les Hospitaliers capitulèrent (1285)78. Par la menace d’un siège de Tripoli, Qalâoûn força ensuite Bohémond VII à faire détruire par son vassal Barthélemy de Maraclée (Maraqiya) le château qu’il avait construit dans une île en face de Maraqiya. Il est probable que Djabala succomba vers le même moment.

  • 79 Röhricht Gesch., 989.
  • 80 Chyprois, 230 (Marino Sanuto, 229, ajoute la date du 13 avril) ; Vie le Qalâoûn, dans Michaud-Reina (...)

45Restait Lattakié. Qalâoûn profita d’un tremblement de terre qui en avait endommagé les défenses et d’une guerre civile entre Génois et Pisans dans le royaume d’Acre pour la faire attaquer par un de ses principaux mamlouks, Ṭoronṭaï79. La plus grave difficulté consistait à réduire la tour construite à l’entrée du port ; on y arriva en élargissant la jetée qui la reliait à la terre ferme, de façon à pouvoir attaquer confortablement. La ville tomba le 20 avril 1287. Il n’y avait plus de Francs dans la Syrie du Nord80.

  • 81 Le royaume arménien perdit, en 1298, sa frontière de l’Amanus ; en 1292, le catholicos, qui était i (...)

46Les villes de la Syrie centrale, plus peuplées et plus actives, paraissaient pouvoir résister encore ; mais elles n’avaient pas de force militaire. Tripoli tomba en 1289, Acre en 1291, suivie de toutes les autres places côtières. En dehors de l’îlot de Rouad, en face de Tortose, il ne restait plus de Francs en Orient, qu’à Chypre et en Cilicie81. Une période est bien finie, qui l’était virtuellement depuis un tiers de siècle.

Notes

1 Et non d’esclaves comme dans les pays musulmans orientaux.

2 Vincent de Beauvais, XXX.

3 Sibt, 485 ; Ibn Bîbî, 227-231 ; B. H., 405 ; Frère Simon dans Vincent de Beauvais, XXX, 139-140. Cf. Köprülü, les Origines du Bektachisme (Actes du Congrès d’histoire des religions de 1923), Paris, 1926.

4 Ibn Bîbî, 234-247 ; B. H., 407-409. Vincent de Beauvais, XXX, ch. 147, 150 ; Kamâl, 215, 225 ; I. W., 43 v°, 44 r° ; Sibṭ, 491 (485, ambassade mongole intimant à Ghâzî de Mayâfâriqîn en 1241 l’ordre de raser ses fortifications) ; Qirṭâï, 26 ν° ; I. Ch., REI, 119 ; Baïbars dans Nouwaïrî, Leyde, 2 k, 31 v° ; Sa‘d ad-dîn dans Dhahabî év., 640 ; Ibn al-Fouwatî, 191 ; Kyrakos-Brosset, 138 ; Malachie, 16.

5 Ibn Bîbî, 243, 249-250 ; B. H., 408 ; I. Ch., 83 r° ; Sempad, 649-651 et sa lettre de Samarqand à Henri de Chypre d’après Guillaume de Nangis dans Bouquet, XX, 361-363 ; Vincent de Beauvais, XXX, 144 (rapports de C. de Lampron avec Kaïkhosrau), et XXXI, 29 ; Kyrakos, 142.

6 Ibn Bîbî, 251-277 ; B. H., 412-414 ; Vincent de Beauvais, XXXI, ch., 26-28. Cf., EI, art. Kaïkâoûs, Kilîdj Arslân, Kaïqobâdh.

7 Kamâl, 226 ; I. Ch., 83 r° ; B. H., 408 ; Ibn Bîbî, 246 ; Vincent, XXX, 151 ; Alishan-Sissouan, 377 (chefs turcomans d’Isaurie, en 1254-1258, Islam-Beg et Saroum). Cf. ma note sur Les Turcomans de Roûm, dans Byzantion, 1939, I.

8 Cont., A 435, Rothelin, 623 ; Math., Paris, V, 228 ; lettre du légat Eudes de Chatellerault, dans Vincent XXXI, 95, d’un anonyme à un dominicain anglais (1252), dans Math., V, 305, de Bohémond VI à Henri III, dans A. Burton Rymer, 421 ; Inn. IV, 6432, 7393, 7396, 7879 ; Alex. IV, 1086, 1087, 2191 et ms. Vatican, an 5, n° 188.

9 Les sources arabes originales pour la croisade de saint Louis sont Sibṭ, 513-514, 517 ; Sa‘d ad-dîn dans Dhahabî, 648 év. et tab., 647, 648 (en partie reproduit par Ibn Taghribirdî trad. Michaud-Reinaud, 462) ; A. Ch., 202 v°, 203 r° ; I. W., 62 v°, 65 v°, 79 r°, 81 v°, 87 r°, 92 r° (en grande partie trad. Michaud-Reinaud) ; Ibn as-Sâ‘î, dans Ibn al-Fouwâtî, 647, Qirtâï, 39 r° (lettre de Frédéric II annonçant la croisade), Khazradjî, 142 v° sq. — Cf. Röhricht ch. 36, Grousset, ch. 18.

10 Le récit le plus circonstancié et le plus sûr de ces faits est celui d’Ibn Wâcil, source prédominante de l’historiographie postérieure. Jusqu’en 1256, il faut lui ajouter Sibṭ, ensuite Yoûnînî ; Khazradjî et A. Ch., donnent aussi le point de vue damasquin. Impressions d’officier ayyoubide disgracié, Sa‘d ad-dîn, Dh., év., 648, 655, tab., 647, 648 ; cf., encore Ibn al-‘Amîd, Qirṭâï (rapports avec Kaïkâoûs), Dawâdâri, Ibn al-Fouwatî, I. Ch., et les sources franques, passim.

11 I. Ch., REI 120-121 ; I. W., 86 r°, 108 r°-v° ; Sa‘d ad-dîn, dans Dhahabî, év., 644 ; Ibn al-Fouwatî, 260 ; Sibt, 523 ; B. H., 420.

12 I. Ch., REI, 121 ; Kyrakos, 279 sq. ; Hethoum, Fleur, 164-166 (excessif).

13 Pelliot, Les Mongols et la papauté, ROChr., 1923, et les ouvrages cités de Soranzo Papeto, Van der Vat, Altaner ; et supra, p. 687.

14 Lettre d’Eudes de Chatellerault, dans Vincent, XXXI, 96.

15 Inn. IV, 6070 ; Joinville, ch. 101.

16 Cont., A 442. Une autre fille de Héthoum épouse un seigneur de Çaïda ; en 1256, Bohémond assiste à Sîs à la cérémonie de chevalerie des fils de Héthoum (Hist. Royal, Alishan, 287).

17 Il y appelle ses officiers d’Antioche (Cart., II, 594, III, 27, 28).

18 I. F. Vat., 145 v°.

19 Boughya, ibid., 6 r° ; Qirtaï, 49 v°.

20 Boughya, ibid., 6 r° ; Qirtâï, 49 v°.

21 De la tribu des Aghâdjarî, d’après B. H. et Ibn Bîbî.

22 Ibn Bîbî, 276-295 ; Baïbars Brit., 25 r°, 29 r°, 35 v°, 36 r° (lacunes à combler par Nowaïrî Leyde, 2 k, 32 r°) ; B. H., 422-426 ; I. Ch., BEI 122 ; Rachîd ad-dîn, 225 ; Kyrakos, JA 484.

23 Les comptes-rendus les plus originaux et précis sont ceux d’Ibn al-Fouwâti, al-Kâzîroûnî, cf. Ibn at-Tiqtaqa comme Bagdadiens, Ibn Wâcil et Yoûnînî comme autres musulmans arabes, Wassâf et Rachîd ad-dîn comme perso-mongols, B. H., Kyrakos et Malachie comme chrétiens.

24 Cf. surtout I. Ch., REI, 123-125 et JRAS, 1902, 806-808 ; aussi I. W., 140 v°, 141 r°, 152 v°, 153 r° ; A. Ch., 225 r° ; Ibn al-Fouwâtî, 338 ; Wassâf, 501 ; Rachîd ad-dîn, 361-375 ; Kyrakos, 187 ; Vartan, JA, 294 ; Malachie, 27.

25 B. H., 434 ; Rachîd ad-dîn, 377-379 ; surtout I. Ch., REI, 125-126 ; Younînî Aya Sofya, 3199, an 658 ; Ibn al-Fouwâtî, 341 ; Qirṭâï, 75 v°.

26 I. Ch. Brit. Mus., 64 v° ; Ibn Bîbî, 284.

27 I. Ch. REI, 125-127, Brit. Mus., 49 v°, 66 v°, 50 r° (prise de Roçâfâ) : Β H., 436 ; Vartan, JA, 1860, II, 293.

28 I. Ch. Brit. Mus., 56 v°, 61 r°, 94 r°, 95 r°, 99 r° ; I. W., 147 v° Il ne semble pas que les Templiers aient élevé aucune revendication sur Darbsak.

29 I. Ch., JRAS, 1902, 806-808. Divers auteurs client une lettre de sommation do Houlagou aux Alépins, et une réponse de ceux-ci (Maqrîzî, I. Α., 90 ; Wassâf, 86-88).

30 Par exemple Zaïn al-Ḥafiẓi, ambassadeur de Nâcir à Hoûlâgou, et plus tard exécuté par ce dernier (cf. Aïdeghadî Qarasonqorî dans I. F., ms. Vat., 220 r°-v°).

31 I. W., 147 v°, 149 r°, 150 r° ; Ibn al-Fouwâtî, 341 ; Β. H., 435 ; Wassâf, 88 ; Rachîd ad-dîn, 327-341.

32 I Ch. Brit. Mus., 54 r° ; Β. H., 436.

33 Younînî, an 658. Elles deviennent autonomes après ‘Aïn-Djâloût, et ne se soumettent à Baïbars que vers 1269.

34 Lettre à Charles d’Anjou, ROL, II, 213 ; Chyprois, 161.

35 Après 1260, où Qoutouz y nomme un gouverneur (I. W., 165 v°) et avant 1262, où un acte concerne les possessions franques de cette ville (Cart., III, 29), il paraît y avoir eu une église franque, peut-être en raison de la colonie vénitienne, pendant l’occupation musulmane (Hon. III, 4425, Inn. IV, 7399). Cf. encore I. F., Jourdain, 37, Vienne, VI, 145 V ; I. Ch. Brit. Mus., 54 v°.

36 I. W., 152 r°. Al-Achraf reçut même une certaine prééminence sur toute la Syrie ; l’intermédiaire entre Houlagou et lui était Çârim Ouzbek, dont Qirṭâï (Levi della Vida, Orientalia, 1935, 353 sq.) a conservé les récits.

37 A. Ch., 223 v°, 229 r° ; I. Ch., Leyde, 181, 187, 190, 193, 214, 215, 218, 265, 267, 270, 279, et dans Sobernheim, Centenario di Amari, II, 158, 163 (sur Ba‘lbak) ; I. W., 151 v°, 152 v°, 154 r°, 159 v° ; Younînî Aya Sofya, 3146, 190 v° (d’après Khazradjî), 182 v°, 184 r°, et Saraï, 2907 E, H, 36 r° ; Chyprois, 161.

38 Grousset, III, 534-561 ; Röhricht, 896-905. En 1260, un seigneur de Djoubaïl, malgré son hostilité avec Bohémond, aide les Mongols (Qirtâï, JA, 1937, 143).

39 Des historiens ont soutenu, non toujours sans passion, que contre les barbares toute alliance était bonne, ou au contraire que ce fut folie pour les Francs de Jérusalem de ne pas profiter de l’alliance mongole. Les Francs n’ignoraient sans doute pas comment les Mongols avaient traité les chrétiens en Europe. L’alliance islamo-franque n’est pas plus scandaleuse contre les Mongols que contre les Khwarizmiens, car il n’était guère possible aux Francs de distinguer alors leur valeur de civilisation. Au surplus, dans l’immense empire mongol, la conduite des Francs, une poignée, ne pouvait pas changer grand’chose à la marche des événements.

40 Gestes Chyprois, 304 ; Hethoum, Fleurs, 174 ; A. Ch., 227 v°. Bohémond fut excommunié pour s’être allié avec les Mongols (Urbain III, 26 mai 1263).

41 A. Ch., 228 r°, 229 v° ; I. A. Z., 11 v°, 13 v° ; I. W., 159 v°, 162 v° ; Younînî, an 558 ; Ibn al-Fouwâtî, 344 ; I. F., 243 r°, 249 r° (en partie d’après les précédents, sauf Ibn al-F., cite aussi Ya‘qoûb al-Hamadhânî) ; I. Ch. Brit. Mus., 56 v°, 61 v°, 99 r°, et Leyde comme ci-dessus, n. 20 ; Β. H., 437. Héthoum, Fleurs, 173.

42 I. A. Z., 13 v°, 28 r° (pour le meurtre de Qoutouz, corriger par Châfi‘, 8 r°-v°) ; I. W., 163 r°, 166 v° ; I. Ch., Vie de Baïbars ; cité par I. F., Vat., 252 v° ; A. Ch., 233 r° ; Younînî, an 658.

43 I. Ch., REI,,27 ; I. A. Z., 35 r°, 36 v° ; Ibn al-Fouwatî, 346 ; Qirtâï, 78 v° ; A. Ch., 240 v°, 241 v°.

44 Baïbars, 52 r°, 54 v° ; Ibn Bîbî, 296-299 ; B. H., passim ; Younînî Aya Sofya, 3199. 359, et Oxford, 59 v°, raconte que deux fils de Kaïkâoûs, qui étaient passés à Constantinople, y restèrent, et y furent élevés en chrétiens comme scribes.

45 I. Ch., REI, 128 ; Baïbars, 55 v°. Ibn Bîbî ne connaît ces désordres que plus tard. Cf. mes Turcomans de Roum, Byzantion 1939, I.

46 Hist. Royal, dans Alishan Sissouan, 344-346 et 191.

47 I. A. Z., 77 v°, 78 r° ; A. Ch., 233 v° (parle confusément d’hostilités entre Arméniens et Mongols ?) ; Vartan, JA, 1860, 294, 300.

48 I. A. Z., 34 v° (I. W., 1702, 396 v°) et 44 r° (I. W., 403 r°) ; Younînî, Oxford, 58 r° ; Chyprois, 167 (Cont., A 446). Younînî signale aussi en 1262, un raid vers Foua, qui, n’étant pas mentionné ailleurs, n’est peut-être qu’un double du suivant.

49 I. A. Z., 78 r°-v°, 80 v° (ne parle que des succès musulmans), Younînî, Oxford, 71 r° (qui ne parle que des succès arméniens et assassins, et donne la date peu probable de 1263). Un succès des Assassins et des musulmans de Çahyoûn sur des Arméno-Mongols en 1261, dans A. Ch., 233 r°.

50 I. A. Z., 95 r°, 97 v° ; A. Ch., 255 v° ; I. Ch. REI 127 ; Qirtâï, 78 r° ; Yoûnînî, Oxford, 118 r°.

51 Sur le roman de Baïbars, cf. Wangelin, Das Baïbarsroman, Bonn, 1935.

52 On remarquera combien I. A. Z., 28 r°, 34 r°, 49 r°, 53 v° est discret sur la campagne iraqienne (compléter par Châfi‘, 10 v°).

53 Wiet, L’Égypte Arabe, dans Histoire de la Nation Égyptienne, dirigée par G. Hanotaux, t. IV, chap. XIII, p. 403 sq.

54 Çâlih ibn Yaḥya et Qirṭâï, cités JA 1937, p. 144 ; Gestes Chyprois, 347 ; et I. A. Z., passim.

55 Çâlih ibn Yaḥya et Qirṭâï, cités JA 1937, p. 144 ; Gestes Chyprois, 347 ; et I. A. Z., passim.

56 On lui connaît aussi des ambassades à Manfred, à Charles d’Anjou, au roi d’Aragon, aux Géorgiens ; ceux-ci ne le satisfirent pas puisque plus tard il arrête leur roi venu en pèlerinage à Jérusalem (I. F., Jourdain, 37, I. Ch., Vie, 63). I. A. Z., 34 v°, 38 v°, 53 v°, 57 v°, 74 v°, 83 r°-v°, 89 r°.

57 I. A. Z., 25 r°, 89 r° ; I. Ch., Vie, 218 sq. donne une liste précise des restaurations.

58 Röhricht, Les derniers temps du royaume de Jérusalem, 377-384, a connu toutes les sources importantes, sauf I. Ch., Leyde, 221-222 et 272.

59 A. Ch., 263 r° ; I. A. Z., par ex. dans al-Aïnî H. Or. Cr., V, 221-223, Maqrizî, I. B., 25-27, I. F., cité dans Michaud-Reinaud, 501, A. F., 151 ; lettre de Simon, Nouv. Mém. Acad., Bruxelles, XXV, p. 19 ; Ann. T. S., 452.

60 I. A. Z., dans Châfi, 90 v°, I. F., Jourdain, 20, Maqrîzî, I. B., 32, etc.

61 I. F., VI, 145 v°. En représailles, Baïbars fit décapiter ses prisonniers templiers.

62 Châfi‘, 77 r°-v° ; Chyprois, 181.

63 I. A. Z., dans Châfi‘, 92 v°, Maqrîzî, I. B., 34, Nouwaîrî en n. ibid., I, F., Jourdain, 21 ; Ibn ‘Abdarrahîm, 183 r°-v° ; Yoûnînî, Oxf., 128 r° ; Ibn al-Fouwatî, 355 ; I. Ch. Brit. Mus., 83 v° ; B. H., 446 ; Cont. Sam. d’Ani, 461 ; Malachie, 40 ; Héthoum, 487 ; Chron. rim., 521 ; Ann. T. S., 452 ; Chyprois, 181 ; Primat, Bouquet, XXIV, 19 ; Baudouin d’Avesnes, MGSS, XXV, 465.

64 Ibn ‘Abdarraḥîm, ms. 1702, 435 v°.

65 I. A. Z., d’après Châfi‘, 106 r° ; Nouwaïrî, Bibl. Nat., 1578 ; Moufadhdhal, 508-512, Maqrîzî, I. B., 52 ; A. F., 152, I. F., Jourdain, 45-53, etc. ; I. Ch. Brit. Mus., 92 v° ; Ibn ‘Abdarrahîm, 183 v° ; Qirṭâï, 90 r° ; Yoûnînî, Oxf., 142 v°, avec une lettre d’I. A. Z., à Ibn Khallikân ; la lettre de Baïbars est traduite dans Michaud-Reinaud, 507 sq. ; B. H., 448 ; autres mentions brèves, Röhricht Gesch., 941, n. 3. Parmi les édifices détruits, on cite Saint-Paul, Saints Cosme et Damien ; la ville fut en grande partie détruite par le feu. Le nombre des tués fut de 17.000 (Gestes Chyprois, 190, Cont., A 456), à 40.000 (I. A. Z.).

66 I. Ch., 54 v°, 93 v° ; J. A. Z., dans Chafi‘, 106 r°, I. F., Jourdain, 53 ; Marq., I. B., 53 ; Ibn ‘Abdarrahîm, 1702, 453 v° et 1703, 184, r° ; Chyprois, 191 ; Cont., A 457. Baïbars passe à Ḥârîm en 1275-1276 (Ibn ‘Abdarr., 186 v°).

67 Il devait avoir une retraite précaire vers Latakié ou Basît. Çahyoûn, restait indépendant de Baïbars avant 1269.

68 I. A. Z., dans Châfi‘ 106 r°, I. F., Jourdain, 54, etc. ; Ibn ‘Abdarraḥîm, 1703, 184 r°, 186 v°, 192 r° ; I. Ch. Vie, 142 ; Djazarî Keuprulu, 1147, 93 v°. Bastard fut plus tard racheté par les Templiers d’Acre. Les auteurs musulmans pensent que la clémence de Baïbars à l’égard de Qoçaïr vint de ce que les habitants invoquèrent un privilège du calife ‘Omar à l’église d’Antioche. La conduite de Guillaume en 1264 est sans doute en rapport avec l’attitude anti-mongole de l’Eglise latine à ce moment.

69 I. A. Z., dans Châfi, 115 v°, I. F., Jourdain, 54, etc. ; I. Ch., Brit. Mus., 94 r°, 95 r°. Ba‘bân fut rasée. Marzbân paraît être restée ou revenue aux mains des Arméniens quand écrit I. Ch. (1276-1280, cf. 59 v°). Par contre, Hadaṭhâ ayant été prise par Baïbars en 1272 (Qirtâï, 100 r°), on voit mal, si celui-ci la garda, comment Behesnî et Marzbân pouvaient communiquer avec les pays arméniens.

70 Pour les détails, Grousset, III, 643-646 ; Röhricht Gesch., chap. 37-38 passim.

71 Sur sa petite incursion en Syrie, I. A. Z. (dans Maqr., I, B., 76, I. F., Jourdain, 66, etc., il y eut même un essai de médiation du Pervaneh entre les Mongols et Baïbars (I. Ch., Vie, 6-7), qui par contre négociait avec le successeur de Berké dont les Pisans capturèrent des envoyés à Acre (I. Ch., ibid.).

72 I. A. Z. dans Marqr., I. B., 78, I, F., Jourdain, 67, etc.

73 I. F., Jourdain, 72.

74 I. Ch. Vie, 9, 39 ; I. A. Z,, d’après Maqr., I. B., 112, I. F., Jourdain, 85, etc. ; Ibn ‘Abdarraḥim, 1702, 437 v. Les Assassins avaient été rapprochés de Baïbars par la haine commune des Mongols.

75 Röhricht Gesch., 961.

76 Cf. Grousset, 660 sq., Röhricht Gesch., 956 sq. Les sources arabes sont I. A. Z., Ibn ‘Abdarraḥim, 1702, 437 v°, I. Ch. Vie, 33, Qirṭâï, 99 v° (pour la campagne mongole).

77 Yoûnînî Serai, 2907, Ε II, an 684 ; Qirṭâï, 124 v°, 125 v° ; Djazarî Gotha, 1560, 9, Marq., II, A 27-34 ; Chyprois, 209-210.

78 Vie de Qalâoûn et Ibn ‘Abdarr. (avec lettre du même), dans Michaud-Reinaud, 548 sq., autre lettre dans Djazarî, 33 r°-v°. Cf. Van Berchem, Voyage, 302.

79 Röhricht Gesch., 989.

80 Chyprois, 230 (Marino Sanuto, 229, ajoute la date du 13 avril) ; Vie le Qalâoûn, dans Michaud-Reinaud, 561 ; Ibn ‘Abdarrahîm, 1702, 197 v°.

81 Le royaume arménien perdit, en 1298, sa frontière de l’Amanus ; en 1292, le catholicos, qui était indépendant dans Qal‘ at-ar-Roûm depuis l’invasion mongole, en fut chassé par al-Achraf, fils et successeur do Qalâoûn.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540